Vous êtes sur la page 1sur 107

Biophysique des

rayonnements ionisants

Pr Bsiss Mohammed Aziz


1 Laboratoire de Biophysique
Programme du cours

1. Rappels élémentaires
2. Phénomènes Radioactivité
3. Interactions des rayonnements ionisants avec la matière
4. Détecteurs des rayonnements ionisants(RI)
5. Radiobiologie: effets biologique des RI.
6. Hygiène et protection dans l’emploie des RI
7. Applications médicales : Médecine nucléaire,
8. radio-immuno-analyse, Radiothérapie métabolique.

2
Rappels élémentaires

Plan
Structure de l’atome
Structure et familles nucléaires
Stabilité et instabilité des noyaux et niveaux d’énergie.
Unités en physique quantique
Défaut de masse et énergie de liaison .

3
Objectifs du cours

-Connaître les différents constituants de l’atome.


-Différencier entre noyaux stables et noyaux radioactifs.
-Connaître les différents types d’émission et
transformation radioactive.

4
A-Structure de la matière

Les molécules
Matière:
Est un assemblage de molécules solide, liquide ou gazeux de
taille forme et composition très diverses

Molécule d’ Urée

5
Structure de l’atome
Sommerfeld en 1916 propose l’atome à orbites elliptiques
Bohr en 1913
avait proposé un modèle à orbites circulaires que nous allons
adopter comme schéma simplifié :
Atome de Bohr :
Les e- gravitent autour du noyau sur des orbites dont les rayons
ont des valeurs quantifiées.

6
Historique
Schématisation des orbites circulaires dans le modèle de Bohr
et l'émission d'un photon lors du passage d'une orbite à
l'autre.

7
Historique
Il postule une représentation lacunaire de la
matière où les électrons sont satellisés
autour d'un noyau chargé positivement

Ernest Rutherford 1871:Rayons α et β ,


Noyau et model planétaire de l’atome.
8
9
Structure de l’atome

Atome
- Plus petite partie d'un élément chimique à l'état électrique
neutre.
- Particules élémentaires:
protons
neutrons
Noyau

Cortège électronique : électrons

10
Structure de l’atome

L’atome est constitué par un noyau chargé positivement autour


duquel gravitent les électrons (e-).
Le nombre d’e- = Z de l’atome varie suivant l’élément
considéré. Z désigne : numéro atomique de l’élément qui
correspond à sa classification dans le tableau de Mendeleiff
(1868).
Les e- sont liés au noyau atomique par des forces d’interaction
coulombienne qui leur assignent une trajectoire .

11
Structure de l’atome

électrons

Noyau

12
Le cortège électronique

Diamètre Atome = 10-10 m


Diamètre Noyau =10-15 m
Rapport D Atome/D = 105 m=10km (matière ≈vide)
Masse e- au repos = 0,9.10-27g
(1800 fois faible / masse du nucléon)
Charge électron = -1,6.10-19C= - Charge P
Atome : « édifice électriquement neutre »
Z électrons = Z protons
Masse atome ∼ masse noyau

13
Niveau d’énergie atomique
K n= 1
L n=2
M n=3
rn = rayon de l’orbite de rang n.
n= nombre entier= 1,2,3…….
Z= Numéro atomique
m = masse e- = 9,109.10-31 Kg
e = charge e- = 1,6.10-19 C
K= constante de proportionnalité

14
Niveau d’énergie atomique
Aux différents rayons d’orbites correspondent
différentes énergies.
L’énergie totale de l’e- sur l’orbite n :En

énergie est négative car il faut fournir de


l’énergie à l’e- pour l’arracher du champ du
noyau.

15
Niveau d’énergie atomique

16
Représentation du Noyau
Symbole chimique :
le noyau d’un élément X, appelé Nucléide ou nuclide;
On utilise la représentation suivante :
AzXN
X=Symbole chimique de l’élément.
N = A-Z =Nombre de Neutrons de l’élément.
A= Nombre de masse de l’élément.
Z = Numéro atomique l’élément= Nombre de protons
= Nombre d’ électrons.
17
Noyau atomique
Structure simplifié

AzXN
Le proton
Le Neutron
N :Nombre de neutrons P est le noyau de l’atome
mN = mP d’Hydrogène.
charge N : Nulle masse P= 1836 x m e-
N =A – Z Charge électrique élémentaire
P est positive =+1,6.10-19 C
A=Z+N = Nombre total des
Nucléons, est le nombre de masse du Nombre total de ses nucléons =
noyau A : Nombre masse = nombre de
la masse du noyau ≈ masse de protons et de neutrons.
l’atome si l’ on consider que la masse Z : Numéro atomique=Nombre
de l’e- =0 de proton= Nombre d’électron
Masse Neutron=1,6724.10-27 kg
Masse proton=1,6747.10- 27 kg

18
Exemples :
131
53I
: 53 p , 78n
99m Tc : 43 p, 56n
43
Carbone: 612C : 12 Nucléons
6 protons
6 Neutrons (N=A-Z)
La représentation appliquée aux particules élémentaires :
0 n = Neutrons
1

1p = Protons
1
0e = électron.
-1

19
Niveau d’énergie nucléaire
Niveau énergie:
État fondamental : AzX
État excité : AX*
État métastable : AmX
Exemple : γ
β -
99m Tc + e- + ν
99 Mo
42 43
99
43Tc +γ
T1=66h T2=6h

T : Demi-vie= Période.

20
Différents groupes
Radioéléments

Isotopes
Isobares
Isotones
Isomères

21
Isotopes

Nucléides d’un Élément chimique :


mêmes propriétés chimiques : Z constant
mais A ≠ donc N différents
Exemple
L’Hydrogène : 3 Isotopes radioactifs :
Hydrogène Deutérium Tritium*
1 H 2 H 3 H
1 1 1
L’Uranium Naturel : 3 Isotopes radioactifs :
234 U 235 U 238 U
92 92 92

22
Isobares
A = constant et Z Nombre de protons différents
Les transformations spontanées conservant A : isobariques.

Exemple
14 C - 7N
14
6

23
Isomères
Noyaux identiques (même Z et A) mais niveaux d’énergies
différents.

Exemple
43Tc 43Tc
99m 99

24
Isotones
N = identiques et Z différents

25
Dualité onde - corpuscule
Einstein (1905):
Émet l’hypothèse qu’à toute onde (ou rayonnement)
électromagnétique doit être associée un corpuscule, appelé photon ,
possédant une énergie quantifiée :
E = hν avec
h = 6,626 . 10 - 34 J.s : constante de Planck
ν =C/λ;
ν : fréquence du rayonnement en s.
λ : longueur d’onde m.
C:célérité de lumière = 3 108 m/s
26
Rayonnements électromagnétiques.

27
Rayonnements électromagnétiques

28
29
Grandeurs et mesures à l’échelle
atomique

30
Distance
Organisme

Organe
10-2 m

Noyau

Atome

Molécule

31
Energie

32
Masse
Organisme

Organe

Atome

Noyau

33
Unité de masse atomique : +++
Masse molaire = masse d’une mole.
1 mole d’atome N atomes
N = Nombre d’Avogadro = 6,023.1023
Exemple:
12Ca pour masse molaire 12g= masse de N atomes
Masse d’un atome de 12C = (12g /N)
L’u.m.a est le douzième de la masse d’un atome de carbon12.
u.m.a = (1/12) x (12g/ N) =1/N =1,660565.10-24 g
= 1,66.10-27 Kg

34
Equivalence énergie/ u.m.a
Einstein a montré en 1905 que la masse pouvait être
transformé en énergie, La relativité

35
Equivalence énergie/ u.m.a

E = mC2
C = 3.108m/s
E = 1,66.10- 27 x (3.108)2 = 1,5.10-10 Kg ms-1 = 1,5.10-10 J (MKSA)
En physique nucléaire : 1 eV= 1,6.10-19 J
1 u.m.a = 1,5.10 -10 / 1,6.10 -19 = 931. 106 eV (cgs)
1 u.m.a = 931 MeV

36
Masses /Energies des nucléons

37
Défaut de masse et énergie de liaison

38
Ordres de grandeur
Echelles de distance (1 : 10-5) La taille des atomes est de l’ordre de 10-10
m ou 1 Å.
La taille des noyaux est de l’ordre de 10-15 m ou 1 fermi (fm).
Echelle de masse volumique (1 : 1014) La quasi totalité de la masse d’un
atome est concentrée dans le noyau.
Pour rendre compte de la compacité du noyau, on peut comparer la
masse d’un volume d’un centimètre cube (un dé à coudre) rempli
d’atomes de fer, et de noyaux de fer :
• masse d’un cm3 d’atomes de fer : 7,874 g
• masse d’un cm3 de noyaux de fer ≈ 2,125 x 1014 g soit plus de 200
millions de tonnes dans un dé à coudre !!!
On peut trouver dans l’univers des objets aussi denses, sous la forme
d’étoiles à neutrons

39
Tableau Mendeleïev

40
Fin

41
Radioactivité
Plan du cours
-Historique
-Principales transformations radioactives.
A. Emissions isobariques
-Émission β-
-Émission β+
-Capture électronique
B. Transformations par partition:
-Emission alpha
-Fission spontanée
C. Désexcitation électromagnétique du noyau:
-Emission gamma
-Conversion interne
-Emission de paire interne: matérialisation

42
objectifs
Connaitre les émissions radioactives
Emissions isobariques
Transformations par partition
Désexcitation électromagnétique du noyau

43
Définition
La stabilité nucléaire, dépend de l'équilibre entre neutrons et
protons qui composent ce noyau.
Le nombre des nucléides naturels présents sur la Terre
stables et radioactifs est de ≅ 325 :
- 274 : stables
- 51 :instables : radio éléments naturels

44
Définition
La radioactivité = phénomène spontané ou aléatoire
Origine : l’instabilité de la structure du noyau.
le noyau instable tend à évoluer vers un état stable, en émettant de
façon spontanée, un rayonnement : transformation radioactive.

45
Historique

Roentgen: en 1895 découvre les Rayons X = RADIOLOGIE

Henri Becquerel ;1896 observa par hasard que des sels d’uranium
impressionnaient à l’obscurité une plaque photographique;
conclut : l’uranium émettait un rayonnement RADIOACTIVITÉ
NATURELLE .

Rutherford en 1889 a découvert les rayons alpha,

Irène et Fréderic joliot Curie:


1934 mettent en évidence RADIOACTIVITÉ ARTIFICIELLE.
Médecine Nucléaire.

46
Historique
Roentgen:
en 1895 découvre les
Rayons X =
RADIOLOGIE
Tube de Coolidge

ROENTGEN 1845 : découvre les Rayons X 1895

47
Historique

Main de la femme de Roentgen:1ére


Radiographie 1885
48
Tube à rayons X

Rayons X utilisés pour


Le diagnostique des
Rayons X utilisés pour la différents pathologies .
surveillance aux frontières
et dans les aéroports, sur
les objets et véhicules.

49
Historique
Henri Becquerel ;1896
observa par hasard que des
sels d’uranium
impressionnaient à
l’obscurité une plaque
photographique; conclut :
l’uranium émettait un
rayonnement
RADIOACTIVITÉ
NATURELLE .

Henri Becquerel 1852 :


Rayons gamma sels Uranium
50
Historique
En 1896, Becquerel découvre la radioactivité par hasard, alors
qu'il fait des recherches sur la fluorescence des sels d'uranium.
Sur une suggestion d'Henri Poincaré, il cherchait à déterminer si
ce phénomène était de même nature que les rayons X.
C'est en observant une plaque photographique mise en contact
avec le matériau qu'il s'aperçoit qu'elle est impressionnée même
lorsque le matériau n'a pas été soumis à la lumière du Soleil :
En 1897, Marie Curie choisit ce sujet pour sa thèse de doctorat.
Elle révèle les propriétés ionisantes de ce rayonnement puis, avec
son époux Pierre Curie, découvre les éléments chimiques qui en
sont à l'origine. Elle rebaptise cette propriété radioactivité

51
Historique

Marie Curie,
née 1867 à
VARSOVIE,
et morte 1934,
est une
physicienne
et chimiste.

Prix Nobel de physique de 1903 (l'autre


moitié est remise à Henri Becquerel) pour
leurs recherches sur les radiations.
En 1911, elle obtient le prix Nobel de Marie Curie et Einstein
chimie pour ses travaux sur le polonium et
le radium.
Thèse de doctorat, découverte du radium
52
Historique

Il postule une représentation


lacunaire de la matière où les
électrons sont satellisés autour d'un
noyau chargé positivement

Ernest Rutherford 1871:Rayons α et β ,Noyau et model


planétaire de l’atome.
53
L'expérience de Rutherford
Pour étudier plus précisément le rayonnement α,
E. Rutherford propose en 1909 de bombarder une feuille d'or
avec ces particules en plaçant un écran de détection tout
autour de la feuille d'or.

54
Expérience de Rutherford

L'expérience de Rutherford
Pour étudier plus précisément le rayonnement α,
E. Rutherford propose en 1909 de bombarder une
feuille d'or avec ces particules en plaçant un écran
de détection tout autour de la feuille d'or.

55
Historique

Radioactivité Artificielle
56
La radioactivité artificielle
Fut mise en évidence en 1934 par Irène et
Frédéric JOLIOT– CURIE.
- Ils ont crée par réaction nucléaire un isotope radioactif
du phosphore.
- Ils bombardent une feuille d’aluminium avec des
particules α produites par du polonium 210.
- Ils ont réalisé une transmutation (α, n) produisant du
phosphore 30 radioactif.
- Le phosphore 30 obtenu est émetteur β+.
57
Classification des
radionucléides

58
Définition
Les réactions nucléaires dans les centres atomiques
produisent des radio éléments artificiels plus de 2000
nucléides.

59
Désintégration radioactive.
Une source radioactive peut émettre :
- Des particules chargés ou non
- Des rayonnement électromagnétiques γ ou X
Les particules émises sont de trois types :
les particules α, β+et β–

60
Courbe de stabilité nucléaire

On distingue 3 zones d’instabilité nucléaire


Zone 1 : Excès de N neutron : désintégration ß-
Zone 2 : Excès de Z proton : désintégration ß+et capture
électronique ( CE )
Zone 3 : Excès Z + N située au dessus de La « vallée de
stabilité » où les noyaux sont volumineux :
(désintégrations et fission)

61
Courbe de stabilité nucléaire

62
Courbe de stabilité
Jusqu’à Z = 20:
la zone de stabilité se situe sur la
diagonale N =Z
Pour des valeurs Z > 20, la zone de
stabilité s’écarte de la diagonale, la
stabilité du noyau n’est assurée que si
N > Z ( 1,5 fois plus)
L’excès de N contrebalance les forces
de répulsion coulombiennes des
protons qui tendent à diminuer la
stabilité du noyau,

63
Deux types de radioactivité
1/ Excès de nucléons:
-Global (p et n):
particules alpha: 42He (Hélium)

-Excès de Neutron :
n p + e- : émission (ß-)
-Excès de Proton:
deux possibilités transformations
p n + e+ : émission (ß+)
Capture électronique (CE): e- + p n émission (ß+).

64
Excès de nucléons:

Toutes ces transformations(désintégrations):


le nombre de protons a changé, donc le numéro atomique Z
,On aboutit à un élément chimique différent de l'élément
de départ.

65
2-Excès d’énergie

Le noyau «excité» subit désexcitation ou transition:


– conversion interne : énergie communiquée à un e- du
cortège atomique qui sera éjecté
– radioactivité gamma γ :
énergie émise sous forme d’un photon d’origine nucléaire
– Production de paire interne
( e+ , e-) Si E >1,022MeV.

66
A-EMISSION ISOBARIQUE
C’est transformations radioactifs qui gardent un nombre de masse
A stable (Baryons).
1. Emission ß-
Cause : excès de neutrons
Mécanisme :
n excédentaire :

_
zX
A A Y+ 0 e + γ
Z+1 -1

67
I-Excès de nucléons
A-EMISSION ISOBARIQUE

B-Emission par partition

68
Emission ß-
Exemple
32 P 32
15 16S +

M3215P=31,98403 u.m.a
M 3216S= 31,98220 u.m.a
∆M = 0,00183 u.m.a > 0

6C
14 14
7N +

69
Lois de conservation

M ( A,Z ) M (A, Z+1) + e- + γ


Charge : Z Z +1 + (-1) + 0
Baryons : A A+0+0
Leptons : 0 0+ 1 + (-1)

70
Spectre d’énergie beta moins

71
B- Emission ß+
Cause : excès de protons
Mécanisme :
A A + e+ + γ
zX z-1Y
p n+ e+

Exemple:

72
Emission ß+
Emission d’un rayonnement = Positon (positron)=électron positif
(rayonnement ß+ )
Et d’un neutrino
Ne sont pas des composants du noyau d’où sont éjectés :
rayonnements nucléaires
NB:
Positon détectable (ß+ ) alors que γ: indétectable

73
Le bilan énergétique de ß+
M (A, Z) M (A,Z-1) + me+ + m γ
Q ß+ = E ß+ max = Ei - Ef
Emission possible ß+ si :
- M (A, Z) > M (A,Z-1) + me+ + m γ
Or (mγ= 0) et me- = me+
E ß+ max = [M(A ,Z)-M (A , Z-1)-me+)] C2

- M (A , Z ) = Μ (A , Z) – Zmé
-M(A , Z-1)= Μ(A , Z-1)-(Z-1) me-+m e+

E ß+ max =[Μ ( A , Z )-Μ(A ,Z-1 )–2m e-] C2


E ß+ max =[Μ(A,Z)- Μ(A,Z-1) ]C2- 2mé.C2
E ß+ max possible si [Μ(A,Z)- Μ(A,Z-1) ]C2> 2mé.C2

74
Exemple d’ émission β+

75
Spectre d’ énergie Beta plus/Beta moins

76
77
Effets Secondaires Emission β+
(e+) se propage dans la matière en perdant son énergie.
En fin du parcours : e+ rencontre un e- (matière) : d’où
Annihilation avec émission de 2 photons γ de même énergie :
h√ = 0,511 MeV émis dans 2 directions opposées

78
Exemple d’ annihilation

79
Application d’annihilation
Image: TEP-CT Détecteurs circulaire TEP

80
EMISSION ISOBARIQUE

3-Capture électronique

81
3-Capture électronique
Causes :
Excès de protons
p+ e- → n + ν
Mécanisme :
A
z X + 0 e
-1
A
z-1 Y + 0 γ
0

82
Capture électronique /émission β+

83
Capture électronique
Compétition entre β+et la C.E :
La C.E est favorisée si :
Energie seuil < 1,022Mev
Pour les noyaux lourds ( Z très élevé )
Les plus utilisé en médecine nucléaire 125I ,123I,
111In(Indium111) par émission gamma.

Alors que émission β+ est plus probable dans les noyaux


légers O,F, H si Energie seuil > 1,022Mev.

84
Applications médicales CE

85
Exemple capture électronique

86
Phénomènes secondaires à la CE

1/ Emission d’un Rayonnement X:


Après C.E : «trou» sur couche K+++
L’atome*(excité) désexcitation.
Réarrangement électronique qui aboutit à:
l’émission de RX caractéristique.Le Rayon X a une énergie Ex
= Ek - El(l’électron transite de L à K )
Ou Electron Auger

87
B-Emission par partition:
émission α
Transformations radioactifs par émission de particules nucléaire très
énergétique.
Le nombre de masse est non conservé entre l’état initiale et finale des
noyaux, A≠cts. (non isobariques)

88
émission α : 4 He
2
Zone 3 de courbe de stabilité
Noyaux lourds instable Z très élevé
Répulsions nucléaires importantes
Evolution vers la stabilité par :
Emission alfa.

89
émission α : 4 He
2

Cause : Noyau lourd : N > 126


A X A-4 X’ +4 He +énergie
Z Z-2 2
• Mécanisme:
Regroupement de 4 nucléons dans le noyau :
- 2 protons et 2 neutrons
-Emission d’une particule :Noyau d’ Helium = 42He
- E = 5 MeV

Exemple:
90
91
II-
II-Désexcitation électromagnétique des
noyaux en excès d’ énergies
Après émission: α,β+;β-; CE(capture
électronique)
Le Noyau* est excité ; d’où désexcitation par:
Conversion interne (CI)
Emission gamma (γ)
Création de paire

92
1. Emission gamma

1-1 Si Noyau lourd est fortement excité.


peux accompagner tout les types de d’émission que nous
venons de voir.
- A zX A
z-1 Y + e+ + γ +gamma

- A zX A Y + e- + γ +gamma
z+1
- A zX A-4 Y + 4 He +gamma
z-2 2

93
Emission gamma

94
2. Conversion interne

1-2 Si le noyau lourd est faiblement excité


L’excès d’énergie est transféré au cortège électronique et un
électron de la couche (K,L,M…) est ainsi libérer d’où:
-Excitation atomique (désexcitation avec émission
d’un électron AUGER ,ou rayon X).
-Ou ionisation.

95
Excitation Nucléaire

96
2-Converssion interne

97
3. Emission de Paire Interne

Noyau* : E ≥ 1,022 MeV


Désexcitation = création de paire (e+, e-)
Ee- + Ee+ = E* - 1,022

98
Emission de Paire Interne
Phénomènes Secondaires :
Le positon rencontre un électron :
annihilation =émission de deux photons gamma de 511keV.
e- : excitation ou ionisation des atomes de la matière.

99
100
101
fin
102
QCM
-Dans la Structure du noyau:
A- Le nombre de masse A correspond au nombre de protons et de
neutrons.
B- Le numéro atomique Z correspond au nombre de protons.
C- Le nombre des nucléons correspond à la somme des protons et
des électrons.
D- Le nombre de protons est égale au nombre d’électrons qui
gravitent autour du noyau.
E- les neutrons ont une charge négative.
A-B-D-E

103
QCM
-Un rayonnement électromagnétique type gamma est
produit :
A - Après une capture électronique.
B - Lors d’une désexcitation de l’atome avec émission de rayons de
fluorescence.
C - En compétition avec une réaction de conversion interne.
D - Après une désintégration de type bêta plus dans la
matière.
E - Lors du freinage d’un faisceau d’électrons dans un tube à rayons
X.
A-C-D

104
QCM
– La radioactivité béta moins (β-) :
A – Consiste en l‘émission d’une particule alfa
B– Est à la base de la radiothérapie métabolique
C – Est une radiothérapie sélective.
D – Est à la base de l’imagerie scintigraphique.
E– Concerne surtout les noyaux de faible numéro atomique.
B-C-D

105
-La capture électronique :
QCM
A - Concerne des noyaux atomiques présentant un excès de protons.
B - Peut-être en compétition avec la désintégration de type bêta moins.
C - Concerne les noyaux situés au dessus de la courbe de stabilité
nucléaire.
D-Peut être suivie par émission d'un rayonnement électromagnétique.
E- Peut être suivie de l'émission d'un électron Auger.

106
QCM
-Une désintégration bêta plus (β+) :
A- Se produit lorsque le noyau présente un excès de neutrons.
B-Résulte de la transformation d’un neutron en un proton.
C- S’accompagne d’une diminution du nombre A.
D-Entraine une augmentation de Z d’une unité.
E-Est caractérisée par l’émission d’un proton.

107