Vous êtes sur la page 1sur 60

Interactions des rayonnements ionisants

avec la matière

1
Plan
I-Généralités
II-Interaction des particules chargées avec la
matière : phénomène de collision, phénomène
de freinage, transfert d’énergie linéique TEL.
III-Interactions des photons avec la matière :
coefficients d'atténuation , couche de demi-
atténuation (CDA), effets photoélectrique,
effets Compton, création de paire
IV-Applications :production des rayons X

2
OBJECTIFS
-Connaitre les interaction des particules chargées avec
la matière : phénomène de collision, phénomène de freinage .
 Le transfert linéique d’énergie TEL.
 Atténuation et couche de demi- atténuation
-Connaitre les interaction des Photons (X et Gamma) avec la
matière :
 L’effet photoélectrique
 L’effet Compton
 La création de paire
 Le spectre des rayonnement X.

3
I-Généralités
 Les rayonnements ionisants sont des émissions d’énergie à
partir d’une source (émission radioactive, production
artificielle :tube à rayons X, Accélérateurs d’electrons…)
 Ils agissent sur les tissus vivants, composées essentiellement
de l’eau (H2O) et ADN à la base : Effets biologiques des RI,
la radiothérapie.
 Ou également sur les objets inertes:
plaque photographique, détecteurs… À la base de l’imagerie
médicale fonctionnelle, et anatomique Radio-diagnostique.

4
5
Différents types de rayonnements

6
Les grandes catégories des
rayonnements ionisant

7
8
I-Rayonnement chargés :
Ils sont directement ionisants
Sont particulaires de deux types :
- particules chargées légères: ß+, ß- (électrons
+ ou -)
-Particules chargées lourdes :
Protons (P), deutons (d+), Particules α (42He),
fragments lourdes de fission nucléaire.

9
II-Rayonnement non chargés
• Particulaire : particules neutres: neutrons (n)
•Non particulaire: Rayonnement électromagnétique : X, gamma
Qui sont indirectement ionisants

10
Energie rayonnements ionisants
 Sont susceptibles d’arracher des électrons à la matière.
 L’énergie de rayonnement incident doit être supérieure
à l’énergie de liaison des électrons atomique
 Pour les structures vivantes biologiques, cette énergie
est supérieure à 13,6 eV (énergie de l'atome d’H2) créant
ainsi un électron et un ion positif.

11
Transfert Rayonnement ionisants
Transfert d’énergie du rayonnement incident au
milieu traversé dépend de :
 Nature du rayonnement
 Energie du rayonnement(ionisation si E > 16 eV . H2O )
 Nature de la matière traversée (matière vivante en
biologie H2o).

12
I-Interaction des particules
chargées avec la matière

13
A. Interaction particules chargés (P.C)
avec les électrons phénomène de collision
La particule incidente (PI), cède une partie de son
énergie cinétique aux électrons de l’atome cible du
milieu = E
-Soit EL=Energie de liaison de l’atome cible
Deux phénomènes se produisent selon E:
Ionisation de l’atome cible
Excitation de l’atome cible

14
1. Ionisation de l’atome cible
 L’énergie transféré est supérieur à l’énergie de
liaison: E >EL
 l’électron est éjecté de son orbite à une énergie
cinétique = E -EL
 L’électron éjecté de l’atome et appelé électron
secondaire, peut à son tour créer d’autres
ionisations si son énergie cinétique
est suffisante
 L’atome est alors ionisé.

15
2. Excitation de l’atome cible
Si L’énergie transféré est inférieur à l’énergie de liaison
E <EL : E sert seulement à déplacer l’électron atomique
d’une couche profonde vers une couche périphérique,
l’atome cible est excité :
-Si E est assez élevé, l’énergie transféré peu être dissipé
sous forme de rayonnement électromagnétique moins
énergétique.
- Si E est très faible , cette excitation aboutit à une
dissipation thermique (vibration et rotation moléculaire) .

16
Excitation de l’atome cible

17
3.Quantification de l’energie Transférer
3-1 .Transfert d’Energie Linéique T.E.L
T.E.L mesure la quantité d’énergie (déposé)transféré
au milieu par unité de langueur traversé.
 Le T.E.L s’exprime en keV/
keV/mm .
 Dans l’eau une ionisation nécessite un transfert
d’énergie E de 16eV.
 Mais pour une ionisation il se produit 3excitations
et des transferts thermique de 16eV.

18
Transfert d’Energie Linéique T.E.L
 Pour les particules de vitesse faible devant celle de la
lumière,
 Le T.E.L est donné par la formule:

T.E.L=k
K une constante
z la charge de la particule incidente
n le nombre de particule cible
Z le numéro atomique de la cible
v la vitesse de la particule incidente

19
Transfert d’Energie Linéique T.E.L
 A chaque interaction , la particule incidente cède une
partie de son énergie cinétique au milieu cible jusqu’à
se qu’il soit complètement arrêté:
-Quand v=0 fin du parcours ,l’énergie transféré est
maximale.

-D’où les particules chargés peuvent être arrêté par des


écrans d’une épaisseur donnée
 Application:
-radioprotection utilisation du Pb en pratique des RI
- radiothérapie .

20
4. Densité Linéique d’Ionisation D.L.I

DLI le nombre de paire d’ions crée par une particule


incidente, par unité de langueur de la trajectoire.
 La DLI s’exprime en paire d’ion par m.
 Si WI est l’énergie moyenne transfère pour chaque
ionisation on a:
T.E.L= DLI. WI

21
B. Interaction PC avec le noyau de
l’atome cible
 Quand une particule chargée passe à coté du Noyau
atomique de la cible il est attiré ou repoussé selon que sa
charge est positif ou négative.
 C’est le phénomène de freinage.
 Quand la particule est dévié une perte d’énergie
cinétique émis sous forme de rayonnement de freinage
(Breimsstrahlung).
 A La base de production des rayons X, en radiologie.

22
Breimsstrahlung: Rayons de freinage

23
C. Cas des particules Légères :
Électron et positon
 Les trajectoires des particules dans la matière
vivante sont des lignes brisés et profond (quelques
centimètres)
 La particule étant légère , chaque transfert
d’énergie par collision ou freinage se traduit par un
changement de direction importante (jusqu’à 180°).

24
Particules Légères : Électron et positon
 La principale différence entre électron et positon
est la réaction d’annihilation
 Le positon quand il épuise son énergie cinétique en
fin de parcours se craie deux photons
h √= 511keV.

25
D. Cas des particules lourdes protons,
particules alfa.
 PCL ont une vitesse faible d’où un TEL élevé
 Le T.E.L n’influe pas sur la trajectoire qui est rectiligne et
peu profond dans la matière vivante (quelques m).

26
Pouvoir de pénétration (exposition externe).
Les particules α sont arrêtées par une feuille de
papier.
Les particules β sont arrêtées par une feuille
d'aluminium.
Le rayonnement γ est atténué (mais jamais arrêté)
par de grandes épaisseurs de matériaux denses (écran
en plomb, par exemple).

27
28
E. Courbe de Bragg

29
5.Applications Médicales
 Radiothérapie:
-En sélectionnant l’énergie cinétique des particules, on peut
ajuster la profondeur du pic de Bragg à celle d’une tumeur.
On peut ainsi mieux protéger les tissus sains environnants
 Radioprotection:
-Parcours des PCL: limité dans la matière arrêtées par : quelques
cm d’air, feuille papier, couche cornée de la peau; donc
-Pas de risque en exposition externe
-Mais si exposition interne: danger d’irradiation localisée
par pénétration dans l’organisme

30
II- Interaction des photons avec la
matière :
RX- Ryt gamma
Rayonnements indirectement ionisants,

31
Spectre électromagnétique

32
1-Origine des rayons X
Ont deux origines:
 Emis par phénomène de freinage d’un faisceau d’électrons
accélérés prés du noyau.

 Émis lors du retour à l’état fondamental d’un atome (Z) excité


(Origine cortège électronique).
 Rayons X caractéristiques

33
2-Origine des rayons Gama
 Ils sont d’origine nucléaire ; émis par un noyau qui passe
d’une transition d’un état excité à l’état
stable(radioactivité)
 Ont des énergies plus élevée/RX
 Mais RX et gamma ont le même comportement vis-à-vis
de la matière interaction aléatoire.

34
3- Effet Global Les photons

Sont immatérielle (masse et charge nulle) mais


caractérisés par :
-leur énergie= E
- leur fréquence 
-leur longueur d’onde 

E=h.= h.C /
(C=vitesse de lumière, h constante de Planck )

35
Effet Global Les photons

-Effet Photoélectriques Les électrons


-Effet Compton
-Matérialisation (Création de paire) Noyau.

36
4-Atténuation d’un faisceau RI
S:Source monochromatique de photons
C:Collimateur
M:Materiaux donnés
D:Détecteur

37
4-Atténuation d’un faisceau
 Lorsqu'un faisceau de rayons X ou de photons
gammas pénètre dans un milieu matériel, on
constate une disparition progressive des photons
primaires qui le constituent.
 L’atténuation est due à l'interaction d'un certains
nombre de photons avec les particules matérielles
de la cible.
 Notamment les électrons atomiques.

N(x) = N(0) e-μ x


N(o) N(x)

38
4. Loi d'atténuation d’un faisceau de
photons
N(x) = N(0) e- μ x (1)
 N(o) = intensité du rayonnements incident
 N(x) = intensité des rayonnements transmis : après traversée
d’une distance x.
 μ = Cœfficient d'atténuation linéaire total. Unité: m1;cm-1

39
5. Cœfficients d'atténuation linéaire μ
 μ est la probabilité d’interaction d’un photon par
unité de longueur avec la matière.
 unité de mesure cm-1

N0 N(x) = N(0) e-μ x

40
μ dépend
 la nature du matériau cible
 l’énergie des photons
 μ/ρ est Cœfficient massique est le rapport du
Cœfficient d'atténuation linéaire μ par la masse
volumique de l’élément traversé ρ..
 Unités: (m2 kg_1); (cm2 g_1)
 la relation (1) montre que l’on peut pas par
interposition d’ écran atténuer un faisceau de photons
et non pas l’ arrêter.

41
6. Couche de demi – atténuation
 C'est l'épaisseur de matière traversée qui atténue de moitié l'intensité du
rayonnement.
I CDA = Io /2

 I CDA = Io e-μ CDA = Io/2

 2 = eμ CDA log2 = μ CDA

 CDA = log2 = 0,693 cm(m)


μ μ
 I CDA = Io e-μ CDA = Io/2
I 2.CDA = Io e-μ 2.CDA =Io/4 =Io/22
 I n.CDA = Io/2n

42
Couche de demi – atténuation
 La notion de CDA est très importante en
radioprotection.
 Le plombe (Pb) est le matériau le plus utilisé pour
atténuer l’intensité du rayonnement .

RI

43
Couche de demi – atténuation

44
μ et CDA

45
7. Mécanismes des interactions entre
les photons et la matière
 Un photon peut entrer en interaction avec un
électron du milieu, plus rarement avec un noyau.
 Différents modes d’interaction X et  avec la matière
-Effet Photoélectriques
-Effet Compton Les électrons

-Matérialisation (Création de paire) Noyau.

46
A. Effet photoélectrique
Résulte du transfert de l’ensemble de l’énergie du photon
incident sur un électron de l’un des atomes cible.
Conditions:
 E photon > Energie de liaison de l'électron cible
 Photon initial disparaît
 Électron éjecté à une Ec = E photon –E Liaison est appelé
photoélectron.
 interaction avec é lié (k +++; L++;M +)

47
Effet photoélectrique

48
Phénomènes secondaires de l’effet
photoélectrique:
 L’électron expulsé induit des ionisations et des
excitations des atomes du milieu
 Réorganisation du cortège électronique émission
de Rayonnement de fluorescence X. ou
 Expulsion d’un électron périphérique de l’atome
c’est l’électron Auger (Effet AUGER.)

49
B. Effet Compton
 L’interaction se fait entre un photon d’énergie E= h
et un électron libre, ou faiblement lié de la cible
(EL négligeable devant le photon initial)
 L’électron Compton est diffusé avec une énergie We
et un photon diffusé fait un angle  avec la direction
du photon incident.

50
51
Phénomènes secondaires de l’effet
Compton:
 Rayonnements diffusés:
 Altération de l’image
 Irradiation du personnelle.

52
C. Création de paire

Mécanisme est possible si :


 Energie du photon E=h√>1,012 MeV
 Réalisé à Proximité du Noyau avec création de deux
paires e+, e -et Disparition du photon.

53
Création de paire

 e- perd son EC par interaction avec la matière


 le positon e+ s’annihile en rencontrant un e- libre
de la matière et créant deux photons gamma à
0,511MeV.

54
D. Comparaison des 3 types d’ interactions
Par rapport au faisceau incident :
 Effet photoélectrique→ absorption totale du photon
 Effet Compton → absorption partielle et diffusion
 Création de paires → absorption totale

Par rapport à la cible :


 Effet photoélectrique → électrons K ou L (profond)
 Effet Compton → électrons périphériques
 Création de paires → noyau

55
Comparaison des 3 types
d’ interactions

56
Fin
57
Lorsqu’un organisme humain subit une irradiation
externe par un faisceau de photons dont l’énergie est de
150 keV,
A – Les modes d’atténuation principaux sont les effets par création
de paire.
B – Dans l’effet Compton il y’a transfert de l’ensemble de l’énergie
de l’ électron incident sur un électron de l’un des atomes cible.
C – Les effets de cette irradiation sont obligatoires.
D – la couche de demi-atténuation CDA est inversement
proportionnelle à la constante de Désintégration (λ).
E – la couche de demi-atténuation CDA est proportionnelle
coefficient d’ atténuation μ .

58
L’ interaction par effet photoélectrique :
A-Est une interaction entre un photon et un électron profond.
B- Est une interaction entre une particule alfa et un électron lié.
C-Résulte d’une absorption totale du rayonnement cible.
D- Est appliqué en radioprotection en utilisant le plombe.
E-Est à l’origine des photons gamma diffusés.

59
L’ interaction par effet Compton :
A-Est une interaction entre un photon et un électron
périphérique de l’atome ou libre.
B- Est une interaction entre un proton et un électron
C-Peut être suivit d’une rétrodiffusion.
D-Produit un pair électron positron
E-Toutes les propositions sont fausses.

60