Vous êtes sur la page 1sur 48

Un Antidote à la Crise

©2010, François Nanou


1
Un Antidote à la Crise

Découvrez les puissants secrets d’une


meilleure façon de vivre avec seulement $12

UN ANTIDOTE
A LA CRISE

©2010, François Nanou


2
Un Antidote à la Crise

TABLE DES MATIERES

Avant-propos………………………………………………………………………………………….. 4

Citations de l’auteur………………………………………………………………………………… 5

Préface……………………………………………………………………………………………………. 6

I- Le contexte socioéconomique………………………………………………… 7

II- La nécessité d’opérer un changement radical………………………….. 9

III- Quelques nuances à relever……………………………………………………. 11

IV- La face cachée des difficultés, des obstacles et des crises……… 13

V- Ce qui distingue les riches des autres…………………………………….. 16

VI- Les lois spirituelles : source d’abondance et de plénitude……….. 21

VII- La présentation du CVAC………………………………………………………... 23

VIII- Notre philosophie………………………………………………………………….... 25

IX- Notre modèle d’affaires…………………………………………………………… 26

X- Nos programmes de formation………………………………………………… 28

XI- Nos principes du succès………………………………………………………..... 30

XII- Agir désormais en toute conscience………………………………………… 31

XIII- Conditions d’adhésion au CVAC………………………………………………. 34

XIV- Une perspective d’opportunité illimitée…………………………………….. 36

XV- Présentation et propos du mentor du CVAC……………………………… 39

Annexe 1 : Quelques citations d’inspiration……………………………………………….. 44

Annexe 2 : Une note particulière pour vous………………………………………………... 48

©2010, François Nanou


3
Un Antidote à la Crise

AVANT-PROPOS

I
l m’a été donné de lire un fabuleux livre qui a changé ma conception et ma
perception des choses. Il s’agit de « Jonathan Livingston le Goéland »
de Richard Bach. Ainsi, animé maintenant par de nouvelles idées, je
nourrissais le secret désir d’écrire un e-book. J’ai vite fait de trouver un sujet sur
lequel réfléchir et j’ai même trouvé le titre de ce que je pensais être mon tout premier
e-book. Seulement voilà, des évènements inattendus se sont succédés en cascade
et ont réussi à détourner mon attention. L’actualité m’interpellait vivement et je me
devais de faire quelque chose. Je réussis à arracher de mon esprit ces quatre
premières citations que vous lirez à la page suivante. Puis patiemment, non sans
peine, je me suis mis à écrire. J’ai dû, pour cela, me replonger dans plusieurs livres,
qui ont gagné mon estime, afin de m’imprégner des exemples de différents auteurs
et acteurs dont l’action change le cours des évènements de la vie. Je leur en suis
infiniment reconnaissant. J’ai dû également faire d’énormes sacrifices et prendre
d’importantes décisions pour arriver à ce stade. Et en parlant de plus en plus, autour
de moi, de ce qui me préoccupais désormais, je me suis vite rendu compte qu’il
intéressait beaucoup de personnes. Je me suis donc posé la question de savoir
comment faire en sorte qu’il touche encore plus de personnes et surtout comment
arriver à les aider outre mesure. Il se trouve que mes réflexions ont abouti aux
concepts que vous vous apprêtez à découvrir si vous avez décidé de parcourir
attentivement cet e-book du début à la fin. Très bonne lecture donc, et que Dieu vous
aide à trouver tous les trésors qui y sont cachés.

François NANOU

Infopreneur philanthrope

©2010, François Nanou


4
Un Antidote à la Crise

CITATIONS DE L’AUTEUR

« Nous ne ferons aucun effort supplémentaire pour vivre mieux que nous n’en avons
déjà fait pour vivre la vie que nous menons actuellement. La clé, c’est de changer
notre façon de faire et d’élever le niveau de nos exigences pour réussir. »

« Si vous avez raté la révolution agricole, si vous avez manqué la révolution


industrielle et, si vous vivez à l’heure de la révolution technologique alors sachez tirer
profit de la révolution sociale qui ne fait que commencer. »

« La richesse se crée pour contribuer au bonheur de ceux qui ne la gagnent pas


malhonnêtement et qui ne sont pas égoïstes. Ceux-ci finissent par devenir des
philanthropes qui prospèrent de plus en plus tout en continuant de donner toujours
avec autant de joie et d’amour. Ils participent ainsi à la bonne marche de l’humanité
par leur solidarité agissante. »

« Le fait de travailler au rayonnement d’une économie humanitaire procure des


bienfaits inimaginables non seulement pour nous mais pour bien d’autres encore. De
plus, cela contribue à l’extinction du capitalisme égoïste, principal vecteur de
l’économie de la pénurie qui conduit au sinistre et à l’injustice sociale. »

©2010, François Nanou


5
Un Antidote à la Crise

PREFACE

L
orsqu’il m’a été demandé de jeter un regard scientifique sur le présent
document, je me suis tout de suite demandé ce que le spécialiste en
littérature pouvait apporter à un livre d’économie numérique et de
développement personnel. Je pensais alors m’acquitter d’un simple exercice
académique en m’intéressant à l’aspect sémantique et formel du livre. Mais plus j’en
parcourais les pages plus je m’en délectais. A terme, j’ai compris que cette
monographie se présentait comme une réponse à l’insoluble question de l’emploi
qui hante aujourd’hui tous les gouvernements.

Nul n’ignore que les problèmes de chômage que connaissent les populations
sont des épiphénomènes. En effet, les récurrentes crises financières, qui ces
dernières années minent les économies, n’épargnent aucun état ; des pays riches
aux plus pauvres, tous n’arrivent plus à garantir la stabilité de l’emploi et même à en
créer. Pire encore, les conséquences ne sont pas qu’économiques, elles sont aussi
sociales. Toute chose qui engendre inéluctablement des tensions et des
mouvements sociaux dont le but affiché est la sauvegarde des activités et une plus
grande responsabilité des états dans leur capacité de réactions face aux crises,
comme on a pu le constater aux Etats-Unis, en France, en Grèce, en Espagne, en
Afrique du Sud…

Au regard de cette atmosphère d’angoisse, de désarroi et d’altération, les


experts, les économistes et autres futurologues s’échinent à trouver des réponses à
de sempiternelles questions qui restent le plus souvent insolubles.

Et c’est à ce niveau que cet e-book apparaît comme un précieux outil. Car les
valeurs de philanthropie et d’humanisme, qui constituent la quintessence des
principes proposés dans ce document stratégique, sont des solutions ostentatoires
qui permettront, si elles sont largement diffusées et appliquées, de contribuer
efficacement à éloigner le spectre effrayant du chômage et de la pauvreté, et
impulser un changement remarquable des habitudes. Il est temps que les individus
rompent avec la culture de l’attentisme, qui s’est particulièrement développée dans
nos sociétés, pour se mettre résolument au travail. Et c’est certainement en éclairé
que l’auteur dit : « Nous ne ferons aucun effort supplémentaire pour vivre mieux
que nous n’en avons déjà fait pour vivre la vie que nous menons actuellement.
La clé, c’est de changer notre façon de faire et d’élever le niveau de nos
exigences pour réussir ».

Enfin, je voudrais féliciter l’auteur qui, à travers cette initiative courageuse et


novatrice de développement personnel, nous réconcilie avec les valeurs de l’action
qui transforme le ringard en talentueux, le passif en actif et le pauvre en riche.

Dr. Justin AKA

©2010, François Nanou


6
Un Antidote à la Crise

I.

LE CONTEXTE SOCIOECONOMIQUE

D
epuis 2008, nous vivons une grave crise économique et financière
face à laquelle les dirigeants politiques, économiques et financiers tant
nationaux qu’internationaux, peut-être par manque de visibilité, de
lisibilité, d’initiative et d’anticipation, n’arrivent pas à trouver des solutions crédibles.
Seule une poignée de privilégiés appelés « grands patrons », ne semblent pas
inquiets puisque bénéficiant de bonus, de stock-options, de revenus de capital, de
parachutes dorés et de retraites chapeaux. De même qu’un groupuscule de traders,
de banquiers, de financiers et d’actionnaires qui continuent de percevoir des sommes
astronomiques en pleine crise tandis que le reste de la population est en proie au
doute, à l’incertitude et est confronté à une crise sans précédent du marché du travail
si bien qu’il est difficile aujourd’hui de parler d’emploi garanti ou de sécurité de
l’emploi.

Cette situation menace d’augmenter encore plus le nombre de personnes


vivant avec moins de 2 dollars par jour, estimé à plus de 2 milliards dont 1 milliard
souffrent de la faim. Comment en est-on arrivé à une telle proportion désastreuse ?
Et surtout comment apporter une réponse définitive à cette préoccupation ? Faut-il
continuer, statique, de s’en remettre toujours à la communauté internationale ou aux
différents décideurs politiques qui sont très loin des réalités que vivent ces démunis ?
Et dire qu’aux lendemains de la grande dépression, les personnalités dont l’initiative
a abouti à la création des institutions de Bretton Woods (FMI et Banque Mondiale),
ont exprimé de fort belle manière leur volonté d’enrayer la pauvreté et de travailler
pour un monde de justice sociale où le partage des richesses profite à tous.

Le triste décor que nous impose la réalité, prouve que concernant la pauvreté
et tout ce qui va avec, le FMI, la Banque Mondiale et les organismes des Nations
Unies - créés après - ont échoué avec brio et fracas. Et ce ne sont pas les quelques
élucubrations politiques pompeusement baptisées « les Objectifs du Millénaire
pour le Développement » qui viendront changer la donne. Alors, ce ne serait pas
faire du zèle que de déduire que les différents programmes de lutte contre la
pauvreté, savamment élaborés par ces institutions internationales, sont inefficaces
voire stériles. Par conséquent, nous sommes légitimement en droit de penser qu’en
pareilles circonstances, il revient aux vaillantes populations elles-mêmes de prendre
leur responsabilité pour trouver des solutions spécifiques, concrètes et durables aux
différents maux dont elles sont victimes. Surtout que rien de bon ne pointe à
l’horizon. Il suffit simplement de suivre l’actualité pour s’en convaincre.

En effet, les politiques d’austérité adoptées ça et là pour corriger les déficits


budgétaires, sont plutôt favorables à un enlisement de la crise car elles plombent
la croissance, amenuisent le pouvoir d’achat, haussent le chômage surtout chez

©2010, François Nanou


7
Un Antidote à la Crise

les jeunes et augmentent les disparités sociales. D’où la nécessité d’un


changement de cap puisque tout semble mis en place pour faire le lit d’un cercle
vicieux de la crise. Il est plus que certain que nous ne devons pas rester inactifs,
inertes et nous abandonner au chaos. Car, bien souvent, nous avons eu tort de
percevoir nos futurs défis comme étant la fin ou le crépuscule de notre vie plutôt que
de les considérer comme l’aurore d’une nouvelle occasion prometteuse et favorable.

Oui ! Il faut voir au-delà de cette crise pour comprendre qu’elle recèle
d’occasions hors du commun pour entreprendre de nouvelles initiatives tout en
étant proactif. Pour 2009, le nombre en nette croissance de la population des
personnes les plus riches (personnes ayant 1 million de dollar ou plus) suffit à nous
faire comprendre que malgré la crise, certains réussissent et d’autres pas,
certains s’enrichissent tandis que d’autres s’appauvrissent de plus en plus,
certains vivent leurs rêves et d’autres continuent de rêver leur vie, certains
vivent avec passion et d’autres espèrent une hypothétique pension, certains
vivent le bonheur en passant de bonnes heures alors que d’autres
s’accrochent à leur salaire si bien qu’ils finissent par avoir un sale air à cause
du sur-stress. Comment est-ce possible ? Ceux qui réussissent, que font-ils de
différent ? Quelles sont leurs secrets ? Où trouver ces secrets et comment les
mettre en pratique ? Nous avons décidé d’apporter un éclairage sur toutes ces
questions pour que chacun puisse y trouver une réponse personnelle.

En réalité, il existe une « loi du silence » sur les méthodes et les pratiques
que des hommes ordinaires, avec presque rien, ont utilisé et continuent d’utiliser
pour créer et accumuler de la richesse. La bonne nouvelle, c’est que vous êtes
non seulement en bonne voie de les découvrir mais, bien plus encore, de décider de
les appliquer à votre tour, pour transformer votre vie car nous avons décidé de briser
cette omerta.

Mais, bien que nous ayons pris librement la décision de faire connaître ces
secrets partout dans le monde où besoin se fait sentir, nous devons toutefois
respecter la tradition en la matière en nous gardant de les nommer explicitement car
c’est ainsi qu’ils semblent plus efficaces. Il appartient donc à chacun de les découvrir
et de les reconnaître au fur et à mesure qu’il se dirige vers la fin de ces écrits.
Soyez-en rassurés, tous ceux qui sont prêts à les recevoir et à les mettre en
pratique, saurons les reconnaître sans difficulté. Car si nous y sommes arrivés, il
n’y a pas de raison que vous n’y parveniez pas si vous êtes dans les bonnes
dispositions. De plus, puisque nous vivons à vive allure dans une période de
prospérité sélective, il n’est pas illusoire de consentir à un minimum d’effort pour
adopter les attitudes idoines et, par conséquent, de s’ouvrir aux possibilités illimitées
de réussite.

©2010, François Nanou


8
Un Antidote à la Crise

II.

LA NECESSITE D’OPERER UN CHANGEMENT RADICAL

L
e changement est inhérent à la vie de l’homme. Or, tant de personnes
passent inutilement leur temps à résister au changement. Remarquez
qu’au cours d’une journée, il y a plusieurs moments : matin, midi et soir.
Ce changement de temps est nécessaire pour nous conduire au jour suivant et, de
jour en jour, nous passons à la semaine suivante. De semaine en semaine, nous
passons au mois suivant et, de mois en mois, nous passons à l’année suivante. En
continuant sur cette même lancée, nous en arrivons au siècle. En outre, notre vie
elle-même est constituée de différentes étapes telles que la naissance, l’enfance,
l’adolescence, l’âge adulte, la vieillesse et la mort qui peut intervenir à n’importe quel
moment de ce processus. Le changement apparaît de ce fait comme la voie normale
de l’évolution dans l’univers.

Aussi, est-il important de noter que notre comportement varie constamment en


fonction des différentes saisons que nous connaissons au cours d’une même année.
Il est évident que nous modifions nos habitudes pour nous adapter selon qu’il fait
chaud ou froid. Pour preuve, notre habillement n’est pas le même en été qu’en hiver.
Dans les temps passés, par exemple, les hommes vivaient dans l’obscurité la plus
totale, aujourd’hui, cela paraît invraisemblable. Comment en sommes-nous arrivés
là ? Tout simplement parce que certaines personnes ont pensé qu’il était possible de
résoudre ce problème. Mieux, elles étaient convaincues que la résolution de ce
problème ou de tout autre problème nous conduirait à des lendemains meilleurs.
C’est pourquoi, elles s’y sont résolument investies et ont réussi à nous propulser sur
les chantiers du développement. Leurs exemples nous permettent de comprendre
que pour réussir, il faut avant tout effectuer un changement de perception, de
vision et de paradigme. Il est donc impératif d’outrepasser le cap de la pénurie pour
accéder à celui de l’abondance spirituelle et matérielle.

L’espoir est donc permis car il est tout à fait possible de remédier à la crise de
l’emploi et aux différentes crises économiques et financières qui assaillent notre
quotidien. Pour ce faire, nous avons décidé de nous référer aux résultats des
recherches du regretté Earl Nightingale qui après avoir étudié durant 20 ans ce qui
assurait aux gens la réussite, en est arrivé à la conclusion suivante : « Nous
devenons ultimement ce qui occupe nos pensées. Quelles que soient les
pensées qui remplissent notre esprit, celles-ci vont influencer avec le temps ce
que nous deviendrons. » Il a ensuite ajouté que la manière la plus facile de réaliser
nos objectifs est d’agir comme si nous avions déjà atteint la réussite à laquelle nous
aspirons. Ainsi, cela va tout naturellement devenir réalité pour nous par la puissance
de notre subconscient. C’est sans doute ce même constat qui a fait dire à Emerson
que : « L’ancêtre de chaque action est une pensée. » En fait, au fur et à mesure
que les pensées de plénitude et d’abondance deviendront notre manière de penser,

©2010, François Nanou


9
Un Antidote à la Crise

la force de la création qui régit l’univers dans lequel nous vivons se mettra à
travailler de concert avec nous, en harmonie avec nos pensées, comme elle
travaillait avec nous en harmonie avec nos pensées de manque et de rareté. Si nous
pensons ne pas être capables de manifester cette abondance dans notre vie, nous
verrons que l’intention créatrice acquiescera et nous aidera même à atteindre nos
maigres espérances !

En effet, notre cerveau devient magnétisé par les pensées dominantes qui
l’habitent et, par des procédés qui nous sont encore mal connus, ces « aimants »
nous attirent vers les forces, les gens et les circonstances de la vie qui s’harmonisent
avec la nature de nos pensées dominantes. Donc, avant de pouvoir accumuler des
richesses en abondance, nous devons magnétiser notre esprit par l’intense désir
d’en acquérir, et devenir « conscient de la richesse », en tant qu’objectif, jusqu’à ce
que notre rêve se mue en une obsession dévorante et nous pousse à concevoir des
plans précis pour l’acquérir. En d’autres termes, si nous voulons parvenir à la
richesse et vivre dans l’abondance, si nous voulons avoir du succès et de la
réussite, nous devons sérieusement y penser en permanence et, agir
effectivement et efficacement pour réaliser ces objectifs. Cela nécessite aussi de
savoir nous fixer un but précis et lui consacrer notre énergie, notre force, nos efforts,
tout, sans mesure.

©2010, François Nanou


10
Un Antidote à la Crise

III.

QUELQUES NUANCES A RELEVER

D
ès maintenant, afin de faciliter la compréhension de certains termes
que nous aurons à utiliser, il nous apparaît plus qu’important de
relever quelques nuances fondamentales entre l’argent et la richesse,
entre l’emploi salarié et le travail autonome. De même, il est nécessaire d’avoir une
nouvelle vision de l’entreprise.

Au sujet de l’argent

L’argent est un intermédiaire des échanges, une unité de compte et une


réserve de valeur. Ce sont là, les trois fonctions traditionnelles de l’argent. Mais ce
qui retient notre attention concernant l’argent, c’est ce que les économistes
appellent : la particularité de la monnaie (l’argent). Cette particularité nous indique
que : « l’argent est un bien comme tout autre » ou « l’argent est un bien qui
permet de s’acheter lui-même ». C’est pourquoi, Il peut être vendu comme c’est le
cas dans les banques et sur le marché boursier ou bien, il peut faire tout simplement
l’objet d’un don ou de legs comme c’est le cas lors d’un héritage et lorsqu’on en
reçoit d’un bienveillant donateur.

Comme les personnes qui réussissent, nous avons compris que bien qu’il soit
très important, l’argent n’est pas ce qu’il y a de plus important dans la vie d’une
personne car l’argent n’est en réalité qu’une mesure de la valeur du service
rendu à autrui. Pour avoir de l’argent, il faut donc rendre un service. Ainsi, plus
vous rendrez de service à un grand nombre de personnes, plus vous ferez de
l’argent. C’est tout simple !

A propos de la richesse

Il est important de savoir qu’il existe une différence entre l’argent et la


richesse. A cet effet, il est aisé de reconnaître que parmi les richesses à notre portée,
certaines ne sont pas quantifiables en argent. Il suffit de penser aux amitiés
durables, aux relations familiales harmonieuses, à la sympathie et à la
compréhension entre partenaires d’affaires, et à l’harmonie intérieure qui procure la
paix de l’esprit, dont la valeur n’est autre que spirituelle. Ayant très tôt compris cette
différence, le milliardaire Andrew Carnegie a fini par affirmer que : « Toute vie qui
n’a pour but que de ramasser de l’argent est une piètre vie. » Par conséquent, il
ne s’agit pas, pour nous, de rechercher simplement la richesse matérielle, mais bien
de modifier nos croyances et nos attitudes à l’égard de l’argent de manière à
considérer cet argent comme un moyen et non comme la clé du succès ou de la
réussite sociale.

©2010, François Nanou


11
Un Antidote à la Crise

Au sujet du travail

Concernant le travail, il faut bien en distinguer deux sortes : le travail pour


soi-même où on est son propre patron et le travail pour autrui où on est confiné
dans un rôle d’employé. C’est ce dernier que la plupart des gens, c’est-à-dire ceux
de la classe moyenne et les pauvres, choisissent puisque c’est à lui principalement
que nous prédispose notre système éducatif traditionnel. Or ce travail là, nous
assujettit et limite notre liberté parce qu’il nous subordonne à quelqu’un d’autre pour
qui nous travaillons. C’est donc cette personne qui décide en fin de compte du
montant de notre revenu.

Pour notre part, nous préconisons plutôt, à l’instar de ceux qui réussissent
d’ailleurs, de choisir de travailler à notre propre compte car ce type de travail
nous rend indépendant, autonome et libre. De plus, nous pouvons choisir de
travailler de façon individuelle, familiale ou collective. Ce type de travail peut se faire
à temps partiel, à distance ou à domicile quelles que soient nos occupations. Par
exemple, le télétravail répond parfaitement à tous ces critères. Mais soyons bien
précis à ce sujet, pour réussir il vous faut bien plus que la formation intellectuelle et le
simple souhait de réussir. Et pour vous éviter de croire à ce genre de miroir aux
alouettes, nous mettons à votre disposition la formation nécessaire pour vous
accompagner sur le chemin du succès. Nous y reviendrons !

A propos de l’entreprise

Il faut comprendre que l’évolution de l’ancienne économie à la nouvelle


économie, nécessite un changement de mentalité au sujet de l’entreprise. En effet,
cette dernière ne s’accommode plus forcement à un bâtiment de quatre murs, loué à
grands frais et surchargé d’une pile de dossiers. La nouvelle économie rend les
choses tellement simple qu’un seul individu avec un ordinateur ou un Smartphone
peut, de n’importe où, travailler à son propre compte ou pour autrui. C’est cela aussi
la nouvelle entreprise, une entreprise virtuelle qui est animée par des personnes
réelles. Elle est rendue possible par la révolution technologique qui révolutionne
de plus en plus nos habitudes.

©2010, François Nanou


12
Un Antidote à la Crise

IV.

LA FACE CACHEE DES DIFFICULTES, DES OBSTACLES ET DES CRISES

Q
uand on prend le temps de jeter un coup d’œil sur l’histoire ou la vie
des personnes qui réussissent, on se rend à l’évidence que Maxwell a
eu raison d’écrire : « Quand Dieu veut éduquer quelqu’un, Il ne
l’envoie pas à l’école de l’abondance, mais à l’école de la nécessité. Les
grands leaders surgissent en temps de crise. Dans le récit de la vie des gens
qui ont réalisé de grandes choses, nous lisons toujours que ce sont de
terribles difficultés qui les ont forcés à s’élever au-dessus du commun. Ils ont
non seulement trouvé des réponses, mais ils ont découvert un pouvoir
extraordinaire en eux-mêmes. Tout comme un raz-de-marée qui fait irruption
du fond de l’océan, cette force intérieure explose en une vague puissante face
aux circonstances qui semblent contraires. C’est alors que se démarquent
l’athlète, l’auteur, l’homme d’Etat, le scientifique ou la femme d’affaires. » A
partir de ce constat, nous pouvons essayer de comprendre pourquoi un homme
comme Oumarou Kanazoe, qui très tôt a perdu son père et qui n’a pas pu aller à
l’école, est devenu cet homme d’affaire prospère qui injecte chaque année, depuis
plus d’une décennie, l’équivalent de 200 millions d’euros dans l’économie du
Burkina Faso dont il est originaire. De même, des hommes comme Benjamin
Franklin (fondateur de Pensylvania Gazette), Ray Kroc (fondateur de McDonald’s),
l’armateur grec Aristote Onassis et bien d’autres, ont connu de graves difficultés
dans leur enfance et ont tous quitté précocement l’école pour se retrouver très tôt à
faire de petits métiers. Pourtant, ils ont connu une réussite époustouflante et se sont
amassés une importante fortune par la même occasion.

Plus édifiant encore, dans un tout autre registre, savez-vous que Carlos Slim,
l’homme le plus riche du monde selon le classement Forbes 2009, a racheté la
plupart de ses entreprises en pleine crise économique au Mexique ? Aujourd’hui, ce
sont ces entreprises dont la plus importante est le leader de la téléphonie mexicaine,
Telmex, qui lui assurent son immense fortune. Par ailleurs, c’est frappée par
l’extrème pauvreté dans laquelle se trouvait une bonne partie de la population de son
pays que le bangladais Muhammad Yunus, Prix Nobel de la paix 2006, inventa le
Microcrédit. La Microfinance, comme on l’appelle encore, continue de s’étendre à
plusieurs secteurs et dans beaucoup de pays. De plus, elle est aujourd’hui adoptée
par bon nombre d’établissements financiers parmi lesquels on trouve de très grandes
banques commerciales.

En réalité, l’exemple de ceux qui réussissent nous montre toujours que la


qualité de leur vie n’est pas déterminée par ce qui leur arrive mais par ce qu’ils
font en réaction à ce qui leur arrive. En d’autres termes, ces personnes ont
conscience de ce que leurs actions déterminent le cours de leur existence et
de ce qu’en modifiant ces actions, à la fois mentales et physiques, elles

©2010, François Nanou


13
Un Antidote à la Crise

peuvent transformer leur vie. C’est pourquoi, malgré des conditions défavorables
au départ, ces individus exceptionnels ont acquis la capacité de changer leur vie et
faire en sorte que les circonstances leur soient favorables et non hostiles. Ces
« gagnants » nous donnent ainsi la possibilité de comprendre que suivant la façon
dont nous avons choisi de percevoir la vie, c’est nous qui décidons de nos
réactions mentales et de nos actes car rien n’a de sens en dehors du sens que
nous lui donnons. C’est pourquoi nous devons tous adopter cette pensée : « En
changeant notre perception des choses, les choses que nous percevons en
viennent à changer. »

En cette année 2010, par exemple, nombreux sont ceux qui sont tétanisés par
la peur du fait de la crise économique et financière. Pourtant, nous vivons à une
époque où beaucoup de personnes parviennent à réaliser des choses merveilleuses
du jour au lendemain, à connaître des succès qui auraient été inimaginables aux
époques antérieures. Il suffit simplement de penser à l’impressionnant succès du film
« Avatar », de l’ipad, des ipods et autres smartphones. En fait, nous qui aspirons
légitimement aux richesses devons être encouragés de savoir que le monde en
pleine transformation dans lequel nous vivons exige l’apport d’idées nouvelles,
de nouvelles inventions, de façons innovatrices de faire les choses, de
nouveaux leaders dans tous les domaines, de nouvelles méthodes
d’enseignement et de commercialisation, de nouveaux livres, d’une nouvelle
littérature, de nouvelles idées d’émissions de télévision, et de production
cinématographique. Aussi, il nous faut prendre conscience que nul ne peut réussir
sans se fixer un but précis, savoir ce qu’il veut et être habité du désir ardent de
l’atteindre vaille que vaille.

Voici donc un gisement énorme d’opportunités à saisir car la demande pour


de nouvelles et meilleures choses est plus que jamais croissante et incompressible.
Surtout, si nous avons saisi le sens des prédictions, faites depuis 2006 par Pilzer qui
avait écrit : « Il est maintenant si avantageux de travailler dans de petites unités
que bon nombre de nos grandes sociétés ne devraient même plus exister. Et
c’est exactement ce que nous voyons se produire à l’heure actuelle :
aujourd’hui, les sociétés les plus importantes et les plus viables sont celles qui
deviennent virtuelles. Une grande partie du chômage que nous connaissons
actuellement représente en fait le démantèlement permanent de bon nombre de
nos grandes sociétés qui se font dépasser par de plus petites entreprises, des
contractants indépendants et autres entrepreneurs à l’adaptation et à
l’avancement rapides. De nos jours, le vrai risque réside dans le fait de rester
dans une grande société, parce que votre emploi sera probablement éliminé de
manière permanente d’ici quelques années. En effet, les outils et la technologie
destinés à l’entrepreneur individuel constituent actuellement le meilleur
domaine dans lequel se trouver : les sociétés parmi les meilleures et les plus
brillantes du monde se rendent compte que les possibilités de croissance,
dans les économies développées et émergentes, sont offertes aux

©2010, François Nanou


14
Un Antidote à la Crise

entrepreneurs individuels et aux entreprises employant seulement une ou deux


personnes. Les grandes sociétés sont en train de se décentraliser et de se
démanteler, cédant la place à un milieu favorable aux entrepreneurs
indépendants, et les fournisseurs d’outils le savent. Ils veulent fabriquer les
outils destinés au plus grand marché. Et c’est celui de l’entrepreneur
individuel. »

Justement à propos de l’entrepreneur individuel, Paul Hawken, un vétéran de


la création d’entreprise, affirmait ceci : « L’entrepreneur individuel est un homme
qui évite le risque. Il débute généralement en regardant une situation sous un
angle entièrement différent des autres…, un marché, un créneau, une idée, un
produit auquel personne ne s’intéresse ou que personne ne connaît. Qu’il
s’agisse d’un ordinateur personnel (Apple), d’un système innovateur de
transport aérien (Federal Express), de gymnastique pour les mères de famille
(Jane Fonda), pour l’entrepreneur individuel le besoin apparaît comme une
évidence. Il n’y a pas risque car il s’identifie totalement au résultat final. Il
n’étudie pas le marché, il ‘‘est’’ le marché. C’est là toute la différence. » Ici, Paul
Hawken montre clairement que l’entrepreneur individuel a la faculté de savoir
reconnaître les sources d’opportunités avant qu’elles ne deviennent évidentes
pour tout le monde. Cela nécessite de l’acuité de perception, doublée de la
capacité à établir des objectifs précis. Car, nous avons toujours des alternatives
devant nous. De nos jours, plus que jamais, l’art consiste à choisir celle qui nous
mènera là où nous voulons aller.

Face donc à la cruauté des temps, certains d’entre nous doivent prendre
conscience qu’il faut retrousser nos manches et nous mettre en quête de
solutions nouvelles adaptées à la gravité de la situation. Il faut avoir la volonté
de tourner le dos à ce qu’il convient d’appeler le « J’ai l’honneur » et nous départir
résolument de ce cliché-réflexe passif « Dans l’attente d’une suite favorable… ». Il
est plus que jamais grand temps d’être nous-mêmes à l’Honneur et de nous
engager courageusement à la suite de solutions favorables, idoines et
innovatrices qui apparaissent ça et là dans notre vie de chaque jour. C’est dans
ce sens que Joseph Murray disait : « Quand les temps se font durs, ce n’est plus
le moment de tâtonner dans l’obscurité et d’apporter de vieilles réponses à de
vieilles questions. C’est le moment d’apporter de nouvelles réponses à de
vieilles questions. »

La crise actuelle doit donc être comprise comme un creuset de réflexion,


d’imagination, de création et d’initiatives nouvelles. En fait, avec plus de
détachement, d’objectivité et une vision plus large (une vision globale) de la situation,
nous pouvons comprendre que les progrès technologiques et les nouvelles façons
de remplir des fonctions, toutes aussi nouvelles, ouvrent la voie à de nouvelles
catégories d’emplois tout en élargissant ou en éliminant les plus anciennes.

©2010, François Nanou


15
Un Antidote à la Crise

V.

CE QUI DISTINGUE LES RICHES DES AUTRES

E
n observant de très près les habitudes et les attitudes de ceux qui
réussissent, nous avons pu remarquer quelques points communs dont
l’application ouvre la voie du succès, de l’abondance, et de la
prospérité. Ces points sont importants à relever car nous pensons que la meilleure
des stratégies pour atteindre le succès consiste à trouver des modèles à
imiter. Il s’agira ensuite de suivre l’exemple de ces personnes qui ont déjà obtenues
ou qui continuent d’obtenir les résultats que nous espérons atteindre et à profiter de
leurs expériences.

Ceux qui réussissent réalisent de grands rêves

L’une des principales particularités des personnes qui connaissent le succès,


c’est leur capacité d’imagination hors du commun et surtout leur détermination à
réaliser leurs rêves. « Tout ce que les hommes ont fait de beau et de bien, ils
l’ont construit avec leurs rêves. » comme aimait le dire Bernard Moitessier. Avoir
de grands rêves dans la vie et tout mettre en œuvre pour les réaliser, voilà pour
commencer, l’une des premières différences fondamentales entre ceux qui
réussissent et le reste de la population. Ainsi, les américains ont pu implanter leur
drapeau sur la lune parce que le président d’alors, John F. Kennedy l’avait rêvé.
Plus tard, Louis Armstrong, le premier homme à poser les pieds sur la lune, révéla
ceci : « Je rêvais de faire quelque chose de particulier qu’aucun autre pilote
n’avait fait avant moi ». De leur côté, les frères Wright n’ont pas fait que rêver d’un
engin volant, ils ont réussi à inventer l’avion. Marconi imaginait le moyen de
transporter la voix à une longue portée. En utilisant un système qui exploite les
forces intangibles des ondes, il a fini par inventer la radio. Alexander Graham Bell
rêvait d’un outil de communication inédit et il y est parvenu en inventant le téléphone.
Le PDG de Sony, Akio Morita, grand amateur de golf et passionné de musique n’en
pouvait plus de devoir abandonner l’un pour se consacrer à l’autre. Dans le but de
concilier ses deux passions, il a demandé à ses ingénieurs de lui fabriquer un petit
appareil à cassette avec un casque, et c’est ce qui a permis à Sony de créer le tout
premier walkman. Et, il n’est nul besoin de vous rappeler les retombées du
fameux : « I have a dream » de Martin Luther King. Alors si vous aussi, vous
aspirez à une vie meilleure, suivez tout simplement ce conseil de Henry James : « Il
est temps de commencer à vivre la vie dont vous avez rêvé. »

Ceux qui réussissent sont des entrepreneurs

C’est indéniable qu’il ne peut y avoir d’entreprises sans entrepreneurs. Pour


devenir très riches, plusieurs parmi les grosses fortunes ont trouvé comme moyen le
plus sûr de créer leur propre entreprise. A cet effet, le célèbre auteur américain Brian

©2010, François Nanou


16
Un Antidote à la Crise

Tracy nous révèle que : « 74% des hommes les plus riches aux Etats-Unis sont
des entrepreneurs. Ils sont partis de rien, ils ont bâti leur affaire petit à petit, et
au fil des années, ils sont devenus millionnaires. Ces gens ne travaillent pas
beaucoup plus dur que la moyenne, ils travaillent surtout plus intelligemment
en faisant travailler les gens pour eux. » Comme on peut le constater, tous les
entrepreneurs célèbres ne sont pas nécessairement nés grands, mais ils ont atteint
la grandeur par leur sens des affaires et un esprit d’entreprise indomptable. Ceux qui
connaissent la prospérité ne font pas comme les employés qui travaillent pour
gagner de l’argent, ils font plutôt travailler leur argent pour eux car ils ont
compris très vite qu’il faut créer la richesse en travaillant plus intelligemment.
C’est certainement ce qui a guidé David Filo, fondateur de Yahoo !, lorsqu’il s’est
entretenu avec deux jeunes chercheurs américains. Il les a encouragés à créer leur
propre moteur de recherche plutôt que de vendre leurs travaux. Et, si ceux-ci
n’avaient pas suivi son conseil, il est très probable que vous n’auriez jamais eu
l’occasion de faire des recherches sur Google, le moteur de recherche le plus
rapide. En effet, Sergey Brin et Larry Page ont réussi à rassembler, en 1998, 1
million de dollars pour créer leur entreprise qu’ils ont installé dans un garage de la
Silicon Valley. Précisons qu’un an après sa création, le bureau de direction de
Google était toujours une table de ping-pong. Après seulement 12 années
d’existence, cette société est devenue l’une des plus grosses firmes au monde et
surtout le symbole de la nouvelle économie d’internet. Egalement, le cas de Walt
Disney mérite d’être cité. Il avait une passion pour le dessin depuis sa tendre
enfance et au lieu de chercher à monnayer ce talent en travaillant pour quelqu’un
d’autre, il n’a pas hésité, tout jeune, à frapper à la porte de 220 banques avant qu’on
ne lui prête l’argent nécessaire pour se prendre en charge. Selon le classement
Forbes 2009, la société Disney qu’il a fondée, occupe la dixième place des marques
les plus chères au monde avec un peu plus de 21 milliards de dollars.

Ceux qui réussissent mettent en place un système

Vous avez certainement déjà entendu parler de système financier, système


bancaire, système commercial, système d’exploitation et bien d’autres. Et bien,
figurez-vous que tous ces systèmes assurent en permanence l’abondance à un
grand nombre de personnes. En effet, bien plus que le produit ou le service, le
système est en réalité la clé de la réussite des hommes les plus riches. De nombreux
exemples l’attestent et le confirment. Le cas du milliardaire George Soros est très
édifiant. En une seule journée, précisément le 16 Septembre 1992, il s’est amassé
1,1 milliard de dollars en spéculant simplement contre la livre sterling. Comme
Warren Buffet, la troisième fortune du monde selon le classement Forbes 2009,
George Soros s’est enrichit grâce au système du marché boursier à Wall Street.
Dans un autre registre, Ross Perot, fondateur de Electronic Data Systems (EDS),
comptait parmi les personnes les plus riches du monde en 1990 avec une société
informatique de 3,5 milliards de dollars. Pourtant EDS ne fabriquait ni logiciels ni
matériel mais cette société avait mis en place un système qui consistait à distribuer

©2010, François Nanou


17
Un Antidote à la Crise

le matériel et les logiciels fabriqués par d’autres personnes. En 1845, lors de la ruée
vers l’or en Californie, des individus tels que Daniel Fargo et Henry Wells
s’amassèrent une très grande fortune pas en tant que mineurs mais en fondant la
société Wells Fargo pour offrir des services bancaires et de transport express aux
mineurs. En d’autres termes, ils ont intelligemment mis en place un système de
transport, un système bancaire et un système d’assurance pour les mineurs. De son
côté, Pierre Omidyar, le fondateur de eBay, a simplement mis en place en 1995, un
système d’enchères entre particuliers. Sa fortune personnelle était estimée en 2006
à 10,1 milliards de dollars. Selon le Figaro Economique n° 19701 du 04 décembre
2007, eBay compte 248 millions de membres dans le monde dont 10 millions
d’acheteurs en France et réalise un total de 100 millions d’articles vendus chaque
jour pour un prix moyen de 40 euros par transaction. Quant à Bill Gates, le fondateur
de Microsoft, il a fait fortune en intégrant son système d’exploitation Windows au
réseau d’affaires de la compagnie IBM reconnue comme le géant des géants en
informatique. Comme quoi, « système » et « réseau » vont de pair car l’un s’appui
toujours sur l’autre pour être plus efficace.

Les riches bâtissent des réseaux

Les riches bâtissent des réseaux d’affaires alors que les autres cherchent du
travail. C’est là une autre différence fondamentale entre les riches d’une part et tous
ceux qui se contentent juste d’assurer péniblement leur « survie ». En effet, l’histoire
regorge d’exemple de personnes célèbres qui doivent leur immense fortune aux
réseaux qu’ils ont organisés. Lorsque les trains ont été inventés, plusieurs
entrepreneurs se sont enrichis. La même chose est vraie des avions, des navires,
des automobiles, des magasins de vente au détail comme Wal-Mart le tout premier
supermarché qui a permis à son fondateur Sam Walton de devenir l’homme le plus
riche du monde en 1990. La philosophie de Sam Walton consistait à tisser un
partenariat direct avec les usines de production de biens afin d’éliminer tous les
intermédiaires. Ce qui lui permettait de vendre à moindres coûts, dans de grandes
surfaces, une large gamme de produits. Un autre grand entrepreneur, Ted Turner,
fondateur de Cable News Network (CNN), révolutionna le monde de la télévision en
créant le premier réseau d’informations télévisées permanentes. Ce qui a permis à
de nombreux journalistes, hommes politiques, hommes d’affaires, annonceurs
d’évènements et bien d’autres d’accroître leur audience et d’en tirer des royalties.
Dans le sport également, l’organisation des matchs ou des compétions sportives
telles que la coupe du monde ou les jeux olympiques, l’hypermédiatisation de ces
évènements sportifs, le sponsoring de grandes marques avec de grands clubs, les
contrats entre des marques célèbres et des sportifs de haut niveau, la vente de
maillots et de gadgets à l’effigie des clubs… permettent d’assurer des salaires
pharaoniques à des joueurs, entraîneurs et bien d’autres acteurs du monde sportif.
Cela permet de comprendre l’origine des transactions exorbitantes qui ont
régulièrement cours dans le milieu du sport. En effet, ces sportifs de haut niveau ne
sont pas payés par heure de travail comme c’est le cas dans les entreprises

©2010, François Nanou


18
Un Antidote à la Crise

classiques mais grâce au dynamisme et à la synergie des réseaux dans leur milieu.
De même, il est important de savoir que c’est grâce à la puissance des réseaux dans
le milieu du cinéma que certains acteurs, réalisateurs et producteurs se sont
amassés une immense fortune. Ces réseaux sont tellement efficaces dans le milieu
du showbiz que très souvent, même après la mort de l’artiste, ils continuent de
générer un flux massif de dividendes. Le succès du film « This is it » de la très
regrettée star de la pop music, Michael Jackson, est très édifiant à ce sujet.

Il apparaît tout aussi important de savoir que dans le monde d’aujourd’hui,


internet, le dernier-né des réseaux d’envergure mondiale a fait de nombreux
millionnaires et même quelques milliardaires. En effet, la puissance des supers
ordinateurs et des PC a permis à plusieurs personnes de réaliser de très grandes
fortunes. Ce sont des individus qui ont su les utiliser pour construire leur propre
réseau. Par exemple, Google dont la capitalisation boursière atteint plus de 125
milliards de dollars, début 2010 (malgré la crise financière), posséderait environ 2
millions d’ordinateurs repartis dans plusieurs dizaines de Datacenters dans le
monde, constituant ainsi le plus grand réseau informatique mondial.

Les riches appliquent la loi de Metcalf

Tout le mérite de la loi dite « de Metcalf » réside dans le fait qu’elle utilise à la
fois l’efficacité des systèmes et la puissance des réseaux. Du nom de Robert
Metcalf fondateur de la compagnie 3Com Corp, cette loi s’énonce comme suit :

La valeur économique d’un réseau = nombre d’utilisateurs au carré

En termes simples, la loi de Metcalf stipule que : « la valeur économique


d’un réseau augmente exponentiellement et non pas seulement
arithmétiquement parlant ». Cela sous-entend que lorsque vous êtes seul, la valeur
de votre dur labeur augmente arithmétiquement. Or si vous faites partie d’un réseau,
elle augmente exponentiellement. Par exemple, dès que vous êtes 3, la valeur
économique du petit réseau que vous formez bénéficie déjà des effets de la loi de
Metcalf et passe instantanément à 9 (32). Si 2 autres personnes y adhèrent, la valeur
économique fait un bond de 9 à 25. Si les personnes recrutées en amènent à leur
tour d’autres personnes, la valeur économique de votre réseau commence à
ressembler à la trajectoire d’un avion qui décolle. Donc, plus vous accueillez de
nouveaux partenaires dans votre réseau, plus grande sera sa valeur économique.
Encore plus important, ce mécanisme permet tout à fait de bénéficier de revenus
exponentiels. En fait, depuis des lustres, les riches utilisent le système de
rémunération exponentielle alors que la plupart des employés perçoivent un revenu
linéaire. Les propos de Jean Paul Getty, l’un des premiers milliardaires américains
traduisent mieux cette vérité, il disait : « Je préfère gagner 1% du travail de 100
personnes que 100% de mon propre travail. » Cela révèle fort bien que les riches
ont le mérite de mettre en place un véritable travail collaboratif associant la part
individuelle et la part collective. C’est ce principe qui fait la richesse de ceux qui le

©2010, François Nanou


19
Un Antidote à la Crise

mettent en pratique alors que les employés, en grande majorité, reçoivent


uniquement le fruit du travail qu’ils fournissent personnellement.

Ceux qui réussissent sont des philanthropes

Tôt ou tard, les riches finissent par devenir des philanthropes. Ils disent vouloir
changer le monde ou, tout du moins de l’améliorer et donner ainsi, un sens à leur vie.
Ils consacrent tout ou partie de leurs biens à des organismes de bienfaisance, s’ils
ne sont pas eux-mêmes fondateurs de ces organisations et instituts de charité.
Aux Etats-Unis, c’est la Fondation Center qui s’occupe de recenser toutes ces
fondations et d’assurer la traçabilité de leurs transactions dans le monde entier. Son
directeur, Bradford Smith, confirme que la Fondation Center compte présentement
90 000 fondations qui opèrent dans divers domaines de la santé, de l’éducation et du
bien-être social en général. La Fondation Bill et Melinda Gates, par exemple, a
déjà distribué plus de 28 milliards de dollars pour venir en aide à des nécessiteux.
Mieux encore, Bill Gates a entrepris des démarches pour convaincre les 400
milliardaires que comptent les Etats-Unis afin que ceux-ci décident de donner la
moitié de leur fortune à des associations de bienfaisance. Vous pouvez voir les noms
de tous ceux qui ont déjà donné leur accord de principe pour cette cause sur le site :
www.thegivingpledge.com .

Rassurez-vous, pour aider, vous n’avez pas besoin de disposer d’une


immense fortune. Si vous êtes vraiment intéressés, suivez simplement ce que nous
dit Theodore Roosevelt : « Faites ce que vous pouvez, avec ce que vous avez,
là où vous êtes. » Et la période de crise que nous traversons s’y prête bien pour
s’initier à la philanthropie avec de tous petits montants. En effet, qui serait fermé
à l’idée de recevoir ne serait-ce qu’une poignée de dollars de quelques généreux
donateurs ? Surtout, si nous pouvons imaginer que, de n’importe quelle partie du
monde, des bienfaiteurs seront de plus en plus nombreux à apporter un soutien
moral, matériel et financier. C’est ici, pour nous, le lieu de saluer cet élan magnifique
qui s’est emparé du monde entier après le séisme qui a frappé le peuple frère
d’Haïti, en janvier 2010. Cela témoigne vraiment de la compassion, de la solidarité et
de la générosité qui anime chaque individu sur cette planète. Sauf que certaines
personnes trop souvent laissent leur ego étouffer ces qualités divines. Malgré tout, il
ne nous semble pas impossible de créer un monde, peut-être virtuel, pour faire
exactement comme aux Etats-Unis où la philanthropie a pris des proportions telles
qu’on parle maintenant d’industrie de la philanthropie. C’est une industrie solide et
en pleine croissance qui tire paradoxalement sa prospérité de la philanthropie.
Comme quoi : « Donnez et vous recevrez davantage ! », n’est pas un vain slogan
car, meilleur vous devenez à fournir aux gens quelque chose qui a pour effet
d’améliorer leur vie, plus vous y excellerez, et plus vous ferez d’argent. Ce que les
riches ont compris très tôt.

©2010, François Nanou


20
Un Antidote à la Crise

VI.

LES LOIS SPIRITUELLES : SOURCE D’ABONDANCE ET DE PLENITUDE

E
n scrutant de plus près la vie de ceux qui connaissent le succès, nous
nous rendons bien compte que leur foi transcende les réalités
quotidiennes. Il suffit simplement de se rappeler quelques paroles et
actions des personnalités comme Nelson Mandela, Abraham Lincoln, Horatio
Alger, Lee Iacocca, Oprah Winfrey, la Comtesse Albina du Boisrouvrey ou Mère
Teresa pour s’en apercevoir. Ces femmes et ces hommes exceptionnels, à l’instar
de tous ces innombrables qui réussissent dans le monde des affaires, semblent tous
avoir compris qu’il existe des lois spirituelles dont l’application confère un succès
inimaginable, indifféremment des origines et des conditions de ceux ou celles qui les
mettent en pratique. C’est ce qui explique qu’ils réussissent malgré les énormes
difficultés qu’ils ont pu rencontrer au cours de leur existence. C’est pourquoi, il nous
semble important de relever certaines de ces lois spirituelles dont l’application fait
toute la différence entre ceux qui connaissent une réussite impressionnante, un
succès hors du commun et le reste de la population qui ploie sous les difficultés.

La loi des possibilités infinies

Cette première loi est la plus importante à comprendre car c’est d’elle que
toutes les autres tirent leur essence et leur sens. La loi de toutes les possibilités ou
loi des possibilités infinies veut tout simplement dire que : « Tout est possible ! »
C’est ce que traduit explicitement cette pensée : « Tout ce que l’esprit de l’homme
conçoit, il peut l’accomplir ». Autrement dit, l’esprit humain n’a d’autres limites que
celles que nous admettons nous-mêmes. Tout devient donc possible pour celui qui
croit fermement. Cette loi vient nous indiquer que pour réussir, il faut croire au
succès, avoir une vision irrésistible et une foi inébranlable face aux épreuves qui
s’érigent inévitablement sur notre parcours. Par exemple, le Mahatma Gandhi a cru
que par la non-violence, il pouvait réussir à vaincre les colons britanniques qui
étaient mieux équipés militairement. Et il y est arrivé.

Nous avons aussi constaté que toutes nos inventions tirent leur source de cette
loi. En effet, alors que personne ne s’y attendait, des hommes ont pu braver les
échecs, les moqueries de leurs semblables et les humiliations pour offrir au monde
actuel, des choses que nous sommes tous fiers d’utiliser avec une facilité
déconcertante.

La loi du don

Cette loi dite « loi du donner et du recevoir » est l’une des plus répandue de
toutes les lois spirituelles et elle stipule que : « Donner engendre recevoir, et
recevoir engendre donner. » En d’autres termes, décider de donner ce que

©2010, François Nanou


21
Un Antidote à la Crise

nous voulons recevoir permet à l’abondance de l’univers de circuler à travers


nos vies car l’univers opère par échange dynamique.

Il est certain que presque tout le monde accepte ou fait des dons. Pour vous
en rendre compte, regardez autour de vous. Nous sommes convaincus que vous
connaissez au moins un individu (vous-même !), une association, une fondation, une
nation ou un organisme international qui participe à la « loi du don », c’est-à-dire
qui est à l’origine ou qui bénéficie d’une aide matérielle ou financière. Donc, faire un
don, c’est mettre en pratique la « loi du donner et du recevoir », une loi de
l’univers reconnue et admise par tous.

En réalité, pratiquer la loi du don est très simple : si nous désirons de la joie,
offrons de la joie aux autres ; si nous voulons de l’amour, apprenons à donner de
l’amour ; si nous souhaitons que l’on s’intéresse à nous et nous apprécie, alors
apprenons à nous montrer attentif et à apprécier les autres. Si nous espérons
l’abondance matérielle, aidons les autres à l’acquérir.

La loi de cause à effet

« Toute cause produit un effet » est également une loi très populaire. Cette
loi signifie que : « Tout effet est la conséquence d’une cause. » Elle se reconnaît
plus aisément par l’expression : « Nous récoltons ce que nous avons semé. » En
l’occurrence, elle nous apprend que chaque action, que nous engageons, génère
une force qui revient ensuite à nous telle qu’elle a été mise en œuvre. Les physiciens
et les chimistes disent dans leur milieu que : « Toute action entraîne une
réaction. » Dans les faits, cette loi veut tout simplement dire que les bonnes
actions nous attirent de bonnes actions tout comme les mauvaises actions
génèrent également de mauvaises actions. Le plus important c’est donc de
choisir consciemment de faire le bien pour l’attirer dans notre vie.

La loi du but de la vie

L’application de cette loi exige la compréhension et l’application des autres


lois spirituelles. Elle stipule que : « le but de toute vie, c’est de servir les autres. »
Donc pour réussir dans la vie, nous devons apprendre à rendre service autour de
nous et bien au-delà de nos frontières. Car, les personnes les plus riches du
monde depuis 1990 sont celles qui ont trouvées de meilleurs moyens de distribuer
des services plutôt que de meilleurs moyens de les fabriquer.

Fort donc de toutes ces connaissances et en vue d’une application effective et


efficace de toutes ces lois spirituelles, nous avons créé le Club Virtuel des
Ambassadeurs de la Charité.

©2010, François Nanou


22
Un Antidote à la Crise

VII.

LA PRESENTATION DU CVAC

L
e Club Virtuel des Ambassadeurs de la Charité (CVAC) est une
collectivité mondiale à vocation entrepreneuriale et caritative qui
veut donner à toute personne lisant ces lignes, l’occasion de
communiquer sa philosophie à des personnes de tous les horizons qui désirent
ardemment connaître les secrets de la prospérité et jouir de la riche satisfaction
spirituelle qui accompagne la réalisation de soi. Le CVAC se veut un cadre de
réflexion et d’action, d’information et de formation, d’exercices et de pratiques. Il se
présente donc comme un rassemblement de « grands esprits » pour guider les
autres vers l’accomplissement personnel, l’indépendance financière et les richesses
de l’esprit au-delà de ce que l’argent peut quantifier. En tant que membres, nous
avons décidé d’apprendre à minimiser ainsi nos préoccupations matérielles pour
canaliser notre énergie vers l’essentiel de la vie qui est l’amour et le service afin de
promouvoir cette noble idée constructive : aider les autres à réussir. Etant habité
par le désir ardent de « prêcher par l’exemple », nous avons décidé de
promouvoir le changement plutôt que de nous contenter de subir ou de réagir.
En effet, nous refusons purement et simplement d’imaginer qu’on pourrait faire
autre chose que de réussir. Surtout, nous sommes persuadés que par notre foi en
Dieu et par notre solide confiance en nous-mêmes, nous pouvons tirer le meilleur
parti possible de toutes les situations, mêmes les plus incongrues.

Pour ce faire, nous avons choisi de bâtir notre travail autour des valeurs et
vertus de générosité, de solidarité, de bonté, de foi, d’espérance et de charité.
Cette dernière vertu est la plus importante pour nous car la charité est l’expression
agissante de l’amour des autres et de l’espérance en Dieu. C’est donc pour nous,
la meilleure façon d’obéir simplement à la volonté de Dieu tout en respectant et en
aimant les autres. En effet, nous avons conscience que nous ne pouvons rien réussir
de bien, de beau et de durable sans l’aide de Dieu, le Créateur de tout bien, et sans
associer les autres à qui nous devons témoigner notre indéfectible amour sans
distinction d’ethnie, de race, de religion, de région, etc. Aussi, nous nous basons sur
une espérance divine qui nous pousse à agir et à poser des actions en faveur des
autres, ce qui améliore grandement notre propre existence. A cette fin, nous sommes
tenus de dominer toute pensée négative et affaiblissante pour nous engager
résolument sur la voie du changement de mentalité, de direction, de vision,
d’attitude, d’habitude et de paradigme car ces changements sont nécessaires à
l’adaptation et à l’amélioration rapides de nos différentes conditions de vie.

Dans la pratique, nous nous appuyons sur les concepts d’infopreneuriat


philanthropique et d’entrepreneuriat intelligent. L’apprentissage de tous ces
concepts est assuré par un ambitieux programme de mentorat auquel nous avons
ajouté un important programme de prospection. Ce dernier est ouvert à tous, que

©2010, François Nanou


23
Un Antidote à la Crise

vous soyez membre ou non, et cela vous permet de venir nous poser toutes sortes
de questions nous concernant. Nous espérons ainsi vous donner l’occasion d’avoir
de plus amples informations (de vive voix) qui vont vous permettre de prendre une
décision éclairée. Ce programme de prospection traduit concrètement notre volonté
d’aider tout le monde et particulièrement, tous nos membres car il permet aux
nouveaux qui sont motivés de pouvoir compter sur le soutien des anciens pour
débuter sans tarder, avant même d’avoir appris quoi que ce soit. C’est également un
excellent programme de formation dynamique qui permet aux membres d’apprendre
rapidement les techniques, trucs et astuces indispensables pour s’améliorer sur le
plan personnel en vue d’être de plus en plus performant. Enfin, pour vous aider à
atteindre vos objectifs plus harmonieusement, plus rapidement et plus efficacement
tout en ayant la satisfaction d’avoir apporté votre contribution à la vie des autres,
nous avons élaboré le Document Stratégique d’Initiation à la Prospérité (DSIP).
Vous n’avez qu’à le réclamer auprès de votre source – la personne qui vous a permis
d’avoir ce présent e-book – pour y faire figurer votre nom et devenir, vous aussi,
membre du CVAC.

©2010, François Nanou


24
Un Antidote à la Crise

VIII.

NOTRE PHILOSOPHIE

L
a philosophie que vous propose le CVAC vous aidera à vous attirer ces
choses nobles qui n’appartiennent qu’à ceux qui sont prêts à les
recevoir et à en jouir. Lorsque vous appliquerez cette philosophie, soyez
prêt, puisque vous ferez l’expérience d’une vie transformée qui atténuera non
seulement les épreuves et les tensions de la vie, mais encore qui vous préparera à
jouir d’abondantes richesses. Il s’agit d’aider les autres à réussir leur vie et dans
la vie ! Car aider les autres à faire des choix économiques intelligents, à créer une
entreprise qu’ils pourront exploiter à domicile, à passer plus de temps avec leur
famille et à se bâtir un flux de revenu résiduel en même temps et aider tant de gens
différents à le faire, comporte ses propres récompenses, bien au-delà des
considérations financières.

C’est pourquoi, nous nous engageons résolument à améliorer la vie des


autres pour que la nôtre soit merveilleusement améliorée. Car plus nous
donnerons, et ainsi laisserons l’abondance de l’univers circuler dans notre vie,
plus nous recevrons. Le fait de focaliser notre attention sur l’acte de donner plutôt
que sur celui de recevoir, en faisant passer en premier les intérêts des autres et en
ajoutant constamment de la valeur à leur existence, mène à des bénéfices
inattendus. Alors, si nous désirons jouir de toutes les bonnes choses de la vie,
apprenons à en faire silencieusement bénéficier les autres. Car les personnes
les plus heureuses de notre société ne sont pas égocentriques, mais plutôt des gens
qui s’exercent à répandre le bonheur chez les autres. Certainement qu’elles ont très
vite compris que : « Plus nous donnons aux autres, plus nous recevons en
retour ! »

Ainsi donc, la mise en œuvre de notre philosophie nous permet de


comprendre exactement en quoi les riches pensent et agissent différemment de la
plupart des gens pauvres et de la classe moyenne. En effet, si nous pensons
comme les riches et si nous faisons ce qu’ils font, il très probable que nous
devenions riches nous aussi. Ce principe si incroyablement simple et si infiniment
puissant, changera notre vie à jamais. Fortune, réussite, bonheur, tout ce que nous
voulons, nous pouvons nous le procurer. Nous pouvons trouver enfin les bonnes
réponses, en découvrant au fil de notre quête de réussite… le pouvoir d’un esprit
ouvert, la loi universelle qui attire à nous les bonnes choses, le phénomène de
l’effet de levier ou « la loi de Metcalf », ces principes qui nous permettront de
réaliser nos rêves.

©2010, François Nanou


25
Un Antidote à la Crise

IX.

NOTRE MODELE D’AFFAIRES

N
ous nous sommes particulièrement inspirés de l’exemple de deux
personnes pour élaborer notre système de réussite. Il s’agit de
l’homme d’affaire américain John D. Rockefeller et du restaurateur
croate Giancarlo Zigante. Pour attirer l’abondance et la prospérité dans leur vie, l’un
a donné son argent et l’autre a offert son produit.

S’agissant de Rockefeller, nous avons appris qu’il a commencé, grâces aux


conseils de sa mère, à faire régulièrement des dons d’un petit montant à son Eglise
dès l’âge de 16 ans. Plus tard, il a fait fortune dans le pétrole en développant un
important réseau de stations services alimentées par une flotte de camions citernes,
de navires pétroliers et par des oléoducs. Puis il a créé la fondation Rockefeller
pour s’occuper de personnes qui sont dans le besoin. Aujourd’hui, cette fondation
occupe une place très importante au sein des plus grandes institutions
philanthropiques aux États-Unis.

Giancarlo Zigante est le détenteur du record Guinness de la plus grosse


truffe du monde (1,310 kg). Cet homme après avoir trouvé cette truffe de grande
valeur marchande, a préféré ne pas la vendre. Il l’a plutôt offert gracieusement, lors
d’un dîner, à 100 personnes qui l’ont dégusté avec joie. Devinez la suite ? Il est
aujourd’hui propriétaire de 5 restaurants de luxe et fait désormais partie des hommes
les plus riches de la Croatie.

De plus, d’après le Standford Research Institute : « L’argent que vous


gagnez dans n’importe quelle entreprise ou transaction est déterminé à 12,5%
seulement par vos connaissances et à 87,5 % par votre capacité à traiter avec
les autres. » Ce qui revient à dire que :

87,5% de connaissance des relations humaines +

12,5% de connaissance du produit ou service = SUCCES

Ayant donc compris que les affaires ont pour but de servir les autres, nous
avons mis sur pied un système qui consiste à distribuer gratuitement notre e-book
et à laisser les personnes faire librement leur choix. En effet, nous constatons
que la bonne information est devenue très rare et coûte chère puisque nous vivons
dans une « société de l’information » dominée par un flux massif, presque
inimaginable, de mauvaises informations qui nous parviennent sous la forme d’une
avalanche. Ce qui est encore plus dramatique, c’est que nous dépensons notre
argent pour être si mal servi. Or, le milieu de l’information regorge d’immenses
potentialités d’où l’importance et le développement des moyens de communication.

©2010, François Nanou


26
Un Antidote à la Crise

Pour nous donc, l’une des meilleures manières de rendre service aux autres
consiste à leur faire connaître gratuitement le processus par lequel des
personnes ont transformé leur désir en réalité tout en leur permettant de
comprendre davantage les principes qui mènent à l’acquisition des richesses.
C’est pourquoi dans notre modèle, il ne s’agit ni de vente ni de commerce mais bien
de don, en vue d’aider et de servir les autres. Comme Zigante, nous offrons notre
produit, cet e-book. Et, de même que Rockefeller, les membres du CVAC font des
dons d’un petit montant. En effet, nous avons la certitude qu’il faut donner afin de
recevoir car la main qui donne ne tarit jamais. C’est une réalité extraordinaire à
expérimenter si nous voulons surfer sur les mêmes vagues que des sites célèbres
qui offrent des services gratuits en ligne tels que Yahoo !, Google, Facebook,
YouTube, et bien d’autres, ont emprunté pour connaître un fulgurant succès
mondial.

De plus, nous proposons une approche plus spirituelle du succès et de


l’abondance car la connaissance et la pratique des lois spirituelles nous mettent
en harmonie avec la nature qui crée tout sans effort. Ces lois qui régissent
l’univers nous permettent donc de créer des richesses sans avoir à y prendre garde,
avec joie et avec amour.

©2010, François Nanou


27
Un Antidote à la Crise

X.

NOS PROGRAMMES DE FORMATION

L’
initiation aux affaires pour bâtir une immense fortune ne s’apprend
pas à l’école car celle-ci ne nous apporte pas le genre d’éducation qui
nous intéresse : à savoir comment créer de la richesse ? Comment
devenir riche ? L’école nous permet tout juste de trouver un emploi sûr et stable, elle
fait de nous des employés modèles travaillant pour les riches. Le système éducatif
ne nous montre donc pas comment devenir un chef d’entreprise prospère et un
investisseur avisé. La preuve, de nombreux diplômés fraîchement sortis des
universités et grandes écoles peinent à trouver un premier emploi.

De plus, en étudiant la vie des personnes les plus riches, nous avons constaté
que pour la plupart, elles n’ont pas eu besoin d’un grand niveau d’étude pour
connaître le succès. Il suffit simplement de penser à Thomas Edison, l’inventeur de
l’ampoule électrique et fondateur de la compagnie General Electric, qui a fait
seulement 3 mois d’école primaire. Il a vite été renvoyé du système scolaire parce
qu’il était jugé, par son maître, comme un enfant à qui il était impossible d’enseigner
quelque chose. Henry Ford, fondateur de Ford Motor Company n’acheva pas son
cycle primaire parce qu’il n’était pas « doué » pour les études. Ajoutons maintenant à
cette liste les célèbres « décrocheurs » comme Bill Gates, le fondateur de
Microsoft et deuxième fortune mondiale, qui a abandonné les études en première
année universitaire, Steve Jobs qui a réussi à fonder Apple, sans un sou en poche,
alors qu’il avait déjà déserté l’école ou Michaël Dell qui créa son entreprise Dell
Computers dans une chambre d’étudiant. Quel que soit le lieu où vous vous trouvez,
regardez tout simplement autour de vous et vous vous rendrez bien compte que vous
pouvez établir une liste très longue de personnes qui ont réussi sans grand diplôme.
C’est donc une preuve qu’il manque quelque chose de fondamentale à l’éducation
traditionnelle que nous recevons de notre système éducatif actuel.

En raison de toutes ces réalités, le CVAC a choisi de se dévouer à l’éducation


économique et financière pour aider plusieurs personnes à devenir financièrement
indépendantes. Nous nous sommes engagés dans une quête commune, celle
d’aider des hommes et des femmes, d’ici et d’ailleurs, à prendre en main leur destin
financier en continuant à apprendre et à enseigner.

Nous offrons donc, à travers notre programme de mentorat : le leadership et


le perfectionnement personnel, l’éducation financière et l’initiation aux affaires.
A cela s’ajoutent la prise de conscience des quatre dimensions de l’Homme et le
développement des quatre intelligences indispensables pour connaître, dans
n’importe quel domaine, l’abondance, la prospérité, la réussite et le succès sur la
base d’une saine vision et d’objectifs préétablis pour l’atteindre.

©2010, François Nanou


28
Un Antidote à la Crise

Aussi, nous y avons ajouté un programme de prospection pour vous soutenir


et vous permettre d’appliquer rapidement les connaissances, les méthodes et les
techniques que nous allons porter à votre connaissance. Ce programme vous permet
entre autres de venir poser toutes vos préoccupations pour recevoir les réponses
adéquates de notre part. Ainsi, vous serez mieux à même de prendre une décision
éclairée. Cela reste valable pour toutes les personnes que vous aurez à contacter
car ce programme est ouvert à tous sur simple invitation. Il n’est point besoin d’être
un membre du CVAC pour avoir droit à ce programme. Aider les autres, c’est aussi
cela !

©2010, François Nanou


29
Un Antidote à la Crise

XI.

NOS PRINCIPES DU SUCCES

E
tes-vous l’un de ceux qui ne misent que sur un énorme investissement
et le dur labeur pour acquérir des richesses ? Mettez à mort une telle
pensée ; elle est fausse ! Les grandes fortunes ne tiennent pas
uniquement au dur labeur ; elles résultent aussi de demandes précises, fondées sur
l’application de principes définis, et non sur la chance ou un heureux hasard. Voici
donc nos principes pour atteindre le succès :

• Adopter la technique « agir comme si »,

• Entrer dans « l’écart technologique »,

• Aller là où se produit la croissance,

• Appliquer des méthodes de pénétration de marchés compétitives,

• Utiliser le « système du levier d’or » ou « loi de Metcalf »,

• Bâtir et développer son affaire par le moyen d’un « processus de


duplication ».

Il est important de noter que tous ces principes qui vous seront enseignés
dans notre programme de mentorat servent impartialement tous ceux qui sont prêts à
les utiliser, sans considération de leur niveau d’éducation. Ils ont influencé et
transformé la vie de millions de personnes en leur permettant de parcourir la route
qui mène au-delà des portes du succès, de la richesse et de la renommée, pour une
vie libre et un avenir plus riche. La compréhension et la mise en œuvre de ces
principes permettent donc d’atteindre de hauts sommets. En outre, il ne nous a pas
été donné de connaître qui que ce soit qui n’ait connu un digne succès en les
mettant en pratique. Alors, si vous voulez vous ouvrir à l’abondance, nous pensons
qu’il vous sera indispensable de maîtriser et d’appliquer réellement l’ensemble de
ces principes.

©2010, François Nanou


30
Un Antidote à la Crise

XII.

AGIR DESORMAIS EN TOUTE CONSCIENCE

A
ujourd’hui, nous savons que la sécurité de l’emploi est un leurre et
qu’une carrière entière au sein d’une même entreprise n’est plus une
réalité pour un grand nombre de travailleurs. Si nous ajoutons à cela
l’instabilité des régimes de retraite, on se rend à l’évidence que l’idée d’une retraite
assurée est aussi chose du passé. En outre, il semble de plus en plus évident que le
nombre toujours croissant de nouveaux diplômés sur le marché du travail et la
destruction en permanence des emplois déjà existants traduisent bien que ce
secteur est en panne sèche. Tous ces drames pourraient permettre d’expliquer le fait
que de nos jours, les gens recherchent de nouvelles idées et de nouveaux systèmes
pour jouir d’une bonne sécurité financière. Mais pour cela, il faut bien comprendre
la situation globale que nous vivons tous. C’est pourquoi nous vous invitons à
répondre à cette question : « Qu’avez-vous appris de nouveau aujourd’hui ? »
Allez-y prenez une très bonne respiration et réfléchissez calmement mais surtout,
soyez sincère et répondez à la question.

Nous osons croire que vous avez retenu que le changement est omniprésent.
Ce n’est pas une nouveauté… la véritable nouveauté aujourd’hui vient de ces
hommes et femmes qui excellent non pas en « dépit »d’un monde de changements
abrupts et de situations nouvelles qui explosent et se bousculent à tout moment,
mais « grâce » à lui. Plus encore, vous savez que nous sommes de plein pied dans
la mondialisation avec l’arrivée d’internet qui a permis à des hommes et à des
femmes de tous bords, ainsi qu’à des entreprises de plus en plus virtuelles, de
connaître un inimaginable succès financier en si peu de temps. Aussi, nous espérons
que vous avez pu noter que le travail à domicile, le travail à distance, le travail à
temps partiel et le télétravail connaissent un regain d’intérêt dès lors que
l’ancienne économie a fait place à une nouvelle économie. Cette économie dite
« numérique » favorise le développement des entrepreneurs indépendants et
des travailleurs autonomes par le biais de la microentreprise. Par ailleurs, nous
pensons que vous avez compris que nous vivons dans une « société de
l’information » où la principale source de richesse est la connaissance, et non pas
l’or, l’argent ou la terre. Ce constat a conduit John Galbraith à reconnaître
que : « L’argent était le combustible de la société industrielle. Mais dans la
société d’information, le combustible, le pouvoir, c’est le savoir. On voit
désormais apparaître une nouvelle structure de classes reparties entre ceux
qui possèdent l’information et ceux qui doivent fonctionner à partir de
l’ignorance. Cette nouvelle classe tient son pouvoir non pas de l’argent ni de la
terre, mais du savoir. » Par conséquent, nous ne doutons pas un seul instant que
vous avez compris pourquoi notre e-book est distribué de façon gratuite avec un
réel espoir de rendre service aux autres. D’une part, il suffit de remarquer que les

©2010, François Nanou


31
Un Antidote à la Crise

supermarchés et les hypermarchés distribuent des produits qu’ils n’ont pas fabriqué
eux-mêmes. D’autre part, il faut constater que des entreprises comme DHL, UPS,
FedEx et Western Union, MoneyGram… prospèrent dans le domaine des services
sans vendre des produits physiques. Les uns envoient et distribuent des colis
partout dans le monde et les autres nous permettent d’envoyer et de recevoir de
l’argent dans n’importe quelle agence où dans des sociétés affiliées.

Enfin, nous croyons que vous avez retenu quelque chose de particulier
concernant le CVAC. Par exemple, vous avez appris que nous avons décidé
d’aider des personnes à prendre leur vie en main et à se construire eux-mêmes
l’avenir financier qu’ils désirent. A cette fin, nous proposons des programmes de
formation, non facultatifs, pour encourager nos membres à devenir plus efficaces et
plus productifs par l’apprentissage. En fait, nous avons à cœur d’assurer le succès
de tous nos membres. C’est pourquoi nous travaillons dans l’intérêt de tous pour
nous aider mutuellement à réaliser nos objectifs financiers personnels et nos
tâches quotidiennes. Mais ce n’est pas tout, gardez le focus et vous nous
découvrirez de plus belle. Vous apprendrez davantage à notre sujet en maintenant le
cap. S’il vous plaît, continuez passionnément votre lecture.

Notre mission

Vous offrir une nouvelle perspective qui permet d’ouvrir votre esprit pour
recevoir la prospérité par les chemins de la Charité et vous aider à découvrir les
secrets de l’accomplissement de soi et de l’épanouissement personnel à travers
l’« entrepreneuriat intelligent » et l’« infopreneuriat philanthropique ».

Notre vision

Approfondir et promouvoir la nature spirituelle des affaires et mettre à la


portée des personnes disposées à aider les autres, les moyens de réussir leur vie et
de réussir dans la vie.

Réveiller en chacun l’esprit d’entrepreneur autonome et de philanthrope afin


de construire un monde plus prospère basé sur l’entraide et la charité.

Amener des millions de personnes à découvrir un nouveau type d’entreprise


dont le but est d’offrir des possibilités de réussite plus élevées que dans n’importe
quel autre type d’entreprise à travers le monde.

Avantages

Vous allez bénéficier de nos programmes de prospection et de mentorat qui


ensemble, vont vous permettre d’avoir une vision plus large de votre succès.

Vous allez découvrir comment mettre en œuvre efficacement nos six


principes du succès.

©2010, François Nanou


32
Un Antidote à la Crise

Vous aurez à votre disposition un DSIP simple, pratique, efficace et accessible


à tous que vous pourrez utiliser chaque jour, chaque semaine, chaque mois et année
après année.

Vous obtiendrez du soutien, des conseils de haut niveau et des méthodes


éprouvées avec succès sur le terrain, vous donnant de savoir que vous utilisez un
système qu’une foule de personnes a déjà mis en pratique avec beaucoup de
réussite.

Vous découvrirez de nouvelles idées pour vous former et former autrui tout en
recevant des encouragements pour développer vos propres capacités créatives.
Personne à part vous ne peut vous procurer le succès. Cela doit être votre choix et
doit venir de vous-même.

Vous n’aurez pas à vous encombrer des casse-têtes qui sont le lot quotidien
des entreprises traditionnelles à savoir : la capitalisation, l’administration, la
comptabilité, la production, le conditionnement, l’élaboration d’une grille salariale,
l’entreposage, le transport, les incitations financières, la gestion des congés et des
départs à la retraite et plus encore…

Vous allez décider, vous-même, de travailler quand vous voulez, comme vous
voulez, où vous voulez en fonction de ce que vous voulez. C’est la liberté totale !
Vous deviendrez alors votre propre patron et vous travaillerez pour vous-même tout
en bénéficiant d’un travail d’équipe.

Vous risquez de découvrir encore plus d’opportunités très lucratives car le


meilleur reste à venir. Pour le moment, c’est la phase d’initiation aux affaires où il
vous est juste permis de voir uniquement la partie émergeante de l’iceberg.

Vous risquez de connaître et de bénéficier des livres, CD, DVD et sites de


formation qui ont forgé et façonné notre vision du monde et des affaires. Ils sont
vraiment indispensables à toute personne qui veut réellement connaître la liberté et
l’indépendance financière.

©2010, François Nanou


33
Un Antidote à la Crise

XIII.

CONDITIONS D’ADHESION AU CVAC

V
ous pouvez adhérer librement et volontairement au CVAC qui est
ouvert à tous sans distinction de sexe, d’âge, de religion, de couleur,
de nationalité, de région et d’ethnie. Mais comme l’a si bien dit Norbert
Wiener : « Le monde peut-être considéré comme une myriade de messages à
l’attention de qui de droit. Certains les écoutent, d’autres font la sourde
oreille. » Alors, après avoir parcouru toutes ces lignes, quiconque s’en tient
obstinément à des façons de penser trop conventionnelles, à des attitudes
passéistes, n’aura jamais la souplesse nécessaire qui lui permettra d’effectuer des
changements de cap importants. Cela traduit toute la nécessité de se défaire de
vieilles habitudes, d’absorber le choc technologique et d’apprendre les nouvelles
façons de travailler qui s’offrent à vous.

Qui peut devenir membre du CVAC ?

Peut adhérer au CVAC :

• Toute personne désirant bénéficier ou bénéficiant déjà des mêmes droits


énoncés dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et
jouissant d’une très bonne moralité ainsi que de toutes ses facultés mentales,
psychiques et psychologiques,

• Toute personne disposée à aider les autres et aspirant par la même occasion
à être aidée par d’autres personnes,

• Toute personne motivée, déterminée et soucieuse de toujours apprendre en


vue de mettre ses connaissances au service d’un plus grand nombre de
personnes,

• Toute personne possédant l’esprit d’entreprise ou ayant la capacité et la


volonté de créer ses propres possibilités,

• Toute personne aspirant à l’autonomie, à la liberté et à l’indépendance


financière et, disposée à suivre un programme ambitieux de perfectionnement
personnel pour atteindre ces objectifs.

Comment devenir membre du CVAC ?

Pour devenir membre du CVAC, vous devez :

• Contacter la personne qui vous a permis d’avoir notre e-book afin qu’elle
puisse vous transmettre son DSIP dans lequel vous trouverez les différentes
étapes à suivre,

©2010, François Nanou


34
Un Antidote à la Crise

• Décider d’expérimenter librement et volontairement les lois spirituelles du


succès à travers l’« entrepreneuriat par la philanthropie » pour disposer de
votre propre DSIP.

Sachez que le DSIP est le seul document qui confère véritablement la


qualité de membre. Donc, tout membre doit avoir son nom inscrit dans le bas du
tableau du « système du levier d’or » de son DSIP personnel. Si vous arrivez à ce
niveau, c’est que vous avez appliqué avec succès notre premier principe « agir
comme si » et toutes les quatre lois spirituelles mentionnées dans cet e-book. Cela
revient ici, à offrir un montant total de $ 12 à repartir entre deux personnes qui ont
choisi de croire en votre générosité. Il va de soi que pour appartenir à un Club qui fait
la promotion de la charité, vous devez être en mesure de pratiquer cette charité. De
même, avant de montrer et d’enseigner des principes et des lois spirituelles à
d’autres personnes, vous devez être disposés à les expérimenter pour pouvoir leur
partager cette expérience. De plus, cette démarche nous permet de reconnaître ceux
qui semblent être prêts à appliquer tous nos autres principes du succès.

Mise en garde

Attention ! Vous êtes, toutefois, dans l’obligation de renoncer à une


éventuelle adhésion au CVAC si vous vous reconnaissez dans l’un de ces cas :

• Vous voulez devenir riche facilement et rapidement sans rien faire,

• Vous êtes animés du désir de résister au changement et de maintenir un ordre


établi,

• Vous n’êtes pas disposé à suivre notre programme de mentorat,

• Vous êtes d’un pessimisme avéré ou vous vous laissez dominer par vos
doutes,

• Vous n’y comprenez vraiment rien du tout et vous êtes résolus à ne rien
comprendre,

• Vous avez toute autre raison de ne pas y participer.

©2010, François Nanou


35
Un Antidote à la Crise

XIV.

UNE PERSPECTIVE D’OPPORTUNITE ILLIMITEE

N
ous ne vous promettons pas de miracle et d’ailleurs vous ne devez
accepter aucune promesse qui ne vienne de vous-même car c’est à
vous de décider pour vous-même ce qui vous semble plus juste en
fonction de vos objectifs personnels. Mais nous avons la certitude qu’en appliquant
simplement ne serait-ce que la première étape de notre DSIP, vous vous ouvrez à
l’abondance illimitée. Comment peut-il en être autrement si plusieurs personnes
prient pour votre succès en rendant gloire à Dieu ? L’un des principes de base pour
bien s’entendre, être heureux et profiter de l’aide des autres afin de parvenir à attirer
dans votre vie tout ce que vous désirez, consiste à comprendre que les gens sont
disposés à vous aider et à faire quelque chose pour vous. Car, on trouve partout
dans ce monde, des personnes qui font chaque jour, preuve de charité, de
compassion et de solidarité. Lorsque vous êtes généreux avec les autres, ils vous
rendent la pareille. Bonté donnée est égale à bonté reçue. En vous efforçant donc,
de déployer vos efforts en tout lieu, pour faire connaître gratuitement notre e-book,
vous trouverez un soutien même là où vous n’auriez jamais pu l’imaginer. De plus,
lorsque vous appliquez les lois spirituelles du succès, vous ne pouvez pas prévoir
avec exactitude les grâces que vous allez recevoir de la part de la providence.

En vous référant au DSIP, vous pourrez comprendre pourquoi la seule


colonne qui doit vous intéresser dans le tableau illustratif, non exhaustif, ci-dessous,
c’est la colonne n. Le reste n’est que le résultat d’une simple application
mathématique de notre système de réussite en fonction de n. Par conséquent,
appliquez-vous à trouver beaucoup plus de personnes qui vous exprimeront leur
gratitude et avec qui vous devez travailler en véritables associés. Surtout, ne pensez
pas à l’argent mais préoccupez-vous d’établir et d’entretenir de très bonnes relations
avec les membres de votre équipe. L’idée, c’est de comprendre que les êtres
humains constituent la plus grande ressource de l’humanité parce qu’ils nous
ouvrent la porte à toutes les ressources dont nous avons besoin. Autrement dit,
une meilleure relation nous permet de gagner tout en aidant les autres à gagner.
C’est ce principe qui est appliqué dans toutes les entreprises sérieuses et prospères
alors appliquez-le vous aussi dès maintenant.

Votre tâche consiste à bâtir votre propre entreprise. Cela revient à trouver des
amis, nouveaux et anciens, qui veulent réussir en travaillant à leur propre compte.
Vous devez leur indiquer la direction que vous avez décidé de suivre pour réaliser
sûrement et efficacement vos projets sans grand moyen au départ. Comme vous
pourrez le voir sur le tableau ci-dessous, la réussite ne dépend pas forcément de
gros moyens financiers car très peu d’argent intelligemment utilisé peut
conduire à une richesse étonnante. L’honneur vous revient donc de décider de
recevoir gratuitement notre DSIP pour mieux comprendre cette opportunité d’affaires

©2010, François Nanou


36
Un Antidote à la Crise

en vue de conduire un maximum de personne comme vous, à rejoindre le CVAC


pour vivre une expérience exaltante et passionnante.

Tableau d’illustration

n n² n³ Rλ= 5n² RΩ= 7n³ RT= Rλ+ RΩ

(Gratitude)

1 1 1 $5 $7 $ 12

2 4 8 $ 20 $ 56 $ 76

3 9 27 $ 45 $ 189 $ 234

4 16 64 $ 80 $ 448 $ 528

5 25 125 $ 125 $ 875 $ 1 000

6 36 216 $ 180 $ 1 521 $ 1 701

8 64 512 $ 320 $ 3 584 $ 3 904

10 100 1 000 $ 500 $ 7 000 $ 7 500

12 144 1 728 $ 720 $ 12 096 $ 12 816

15 225 3 375 $ 1 125 $ 23 625 $ 24 750

20 400 8 000 $ 2 000 $ 56 000 $ 58 000

25 625 15 625 $ 3 125 $ 109 375 $ 112 500

n = Nombre de membres que vous faites adhérer personnellement au CVAC.

Rλ = Revenu de λ, RΩ = Revenu de Ω et RT = Revenu Total.

©2010, François Nanou


37
Un Antidote à la Crise

Lorsque n = 1, c’est-à-dire que α, λ, Ω (voir « système du levier d’or » sur


le DSIP), par extraordinaire, recrutent chacun une seule personne alors le revenu
total équivaut au don (RT= $ 12). C’est le seul cas de revenu linéaire.

A partir de n = 2, le revenu total est exponentiel. C’est pourquoi nous disons


que ce système comporte très peu de risque.

Vous avez donc une très large gamme de choix à faire. Vous pouvez par
exemple, décider de recruter 5, 10, 15, 20, 25 ou 35 membres par jour, par semaine,
par mois ou par année. Tout dépend de vous ! Vous pouvez faire comme bon vous
semble. Peut-être que, si vous êtes vraiment ambitieux, vous allez viser 100 ou 200
membres par semaine ou par mois. En fait, vous devez agir conformément à votre
vraie valeur, celle que vous estimez que vous devez mériter car vous êtes votre
propre patron et vous travaillez pour vous-même. C’est donc à vous de choisir ce
que vous voulez recevoir comme gratification et de travailler en vue de l’obtenir
effectivement.

Vous devez retenir principalement que la puissance économique des réseaux


s’explique par la loi de Metcalf. Or toute la beauté de notre « système du levier
d’or » consiste à mettre à la portée de tous, riches comme pauvres, le pouvoir de la
loi de Metcalf. Il ne tient donc qu’à vous de dire : « Je veux que la puissance des
réseaux travaille pour moi ! » et de vous engager résolument à appliquer cette loi
dans votre vie de tous les jours pour avoir un réseau qui explose pour atteindre des
proportions stratosphériques.

©2010, François Nanou


38
Un Antidote à la Crise

XV.

PRESENTATION ET PROPOS DU MENTOR DU CVAC

E
conomiste, Certifié en psychologie, leadership, développement
personnel et professionnel. Autodidacte en entrepreneuriat, en
marketing relationnel, en économie numérique et en « économie de
la prospérité » : création, accumulation et pérennisation de la richesse. Membre de
la communauté virtuelle de la francophonie pour le développement de la culture
entrepreneuriale et de l’entrepreneuriat. Membre du comité ad’hoc pour la promotion
de la culture entrepreneuriale en Côte d’Ivoire. Passionné, d’e-learning, de lecture,
de cogniculture et de sport en général. Auteur du présent e-book et Mentor du Club
Virtuel des Ambassadeurs de la Charité (CVAC).

Concepteur de l’entrepreneuriat intelligent qui montre comment tirer profit


de l’économie numérique sans avoir de site internet, et de l’infopreneuriat
philanthropique qui permet de gagner de l’argent et bien plus, rien qu’en
distribuant gratuitement ce présent e-book en tant que membre du CVAC.

Après une courte expérience en tant que Directeur Marketing dans un Cabinet
de Coaching et Consultant en impacts socioéconomiques des changements
climatiques, je commence en cette année 2010, ma carrière de mentor en économie
numérique pour partager à une grande échelle, le peu de connaissances que je
dispose. En effet, j’ai choisi d’être un mentor tout simplement parce qu’en 2006,
lorsque j’ai commencé à perdre énormément d’argent sur internet plutôt que d’en
gagner, j’ai pu apprendre quelque chose de capital : pour réussir dans l’économie
numérique, il faut avoir un guide ou un mentor qui est chargé de vous indiquer
les moyens et les voies à suivre pour connaître le succès. Ce conseil m’a été
très utile et je veux aider d’autres personnes à le connaître et à s’en servir
efficacement tout en évitant quelques erreurs de débutants, surtout en vous
permettant un gain de temps et d’argent très importants.

Il y a surtout un fait qui m’a motivé à investir désormais mon argent dans la
formation pour connaître enfin les trucs et astuces nécessaires à la réussite dans la
vie courante et sur internet. Il s’agit du rachat, en Novembre 2006, du site
d’hébergement gratuit de vidéos YouTube pour 1,65 milliard de dollars par le
moteur de recherche Google qui offre également des services gratuits en ligne.
Partant de ce fait, j’ai compris définitivement et j’ai fini par admettre qu’il était
vraiment possible de se créer une immense fortune sur internet, ce n’était pas du tout
une entourloupe, et je me suis posé la question suivante : comment était-ce possible
qu’il y ait autant d’argent à gagner sur le web ? Surtout lorsque plus tard, j’ai appris
que Mark Zuckerberg, 25 ans, co-fondateur du réseau social Facebook, était le
milliardaire le plus jeune du monde avec 4 milliards de dollars. Les questions qui se
sont enchaînées logiquement et légitimement par la suite, m’ont permis de faire cette

©2010, François Nanou


39
Un Antidote à la Crise

importante découverte : le mot « gratuit » était le mot qui vendait le plus sur
internet. Incroyable ! Tout se mettait en place dans ma tête et je commençais à
comprendre pourquoi, bien qu’orienté vers la vente, tout l’internet marketing débute
en majorité par un don. Il peut s’agir d’un e-book, d’une formation, d’un logiciel ou
quelque chose de ce genre. Certainement, vous vous souvenez, si toutefois vous
n’êtes pas novice sur la toile, que vous avez déjà donné au moins votre e-mail pour
recevoir un e-book gratuitement. Ensuite, vous avez constaté que votre boîte de
réception se remplissait de propositions commerciales.

Avez-vous remarqué que les cinq derniers mots en gras italique (don donné
pour recevoir gratuitement) sont le moteur de la création d’une incroyable fortune
et en si peu de temps, partout dans le monde et surtout sur internet ? Alors comment
pouvais-je mettre efficacement en application cette importante vérité universelle sans
plus tarder ? Je vous demande de patienter juste un peu pour connaître ma réponse.
Toutefois, sachez qu’il n’est nullement possible aujourd’hui de se passer du web, si
vous voulez avoir un franc succès. C’est pourquoi j’ai décidé d’apprendre et de
comprendre les différentes opportunités qu’offre ce nouveau média. Et en dehors du
forex, des hyip, des paris sportifs et des jeux d’argent en ligne, je veux d’abord vous
livrer les deux possibilités qui ont retenues mon attention.

La première consiste à se créer un site internet pour vendre ou proposer


quelque chose. Le plus important ici, c’est de maîtriser véritablement ce que vous
avez à proposer. Pour cela, il faut avoir un nom de domaine et un site
d’hébergement. Rassurez-vous, ça ne coûte plus cher maintenant, il vous faudra
débourser entre $ 60 et $ 100 pour les acquérir. A moins que vous ne préfériez les
sites gratuits pour vous rendre compte après que si vous voulez vraiment faire
quelque chose de sérieux dans ce domaine, il faut plutôt vous adresser aux sites
payants. Ensuite, vous devez vous procurer l’indispensable auto-répondeur qui
coûte entre $ 20 et $ 30 par mois. Enfin, il apparaît nécessaire pour mettre votre site
en ligne, de maîtriser le copyrighting, les techniques de référencement et quelques
techniques efficaces de webmarketing car sur internet, les choses évoluent à une
vitesse vertigineuse. Tout ceci est possible pour quelques dollars supplémentaires.
Soit vous payez quelqu’un pour le faire à votre place ou vous payez les formations
requises pour vous permettre de le faire vous-même. En ce moment, vous devez
tenir compte du temps que cela peut vous prendre pour trouver et assimiler la bonne
formation. Soit vous ne payez plus rien et vous décidez de vous lancer « comme ça »
pour apprendre de vos erreurs, chose que je vous déconseille vivement à moins que
vous n’ayez un impressionnant budget pour cette aventure. Si c’est le cas, profitez
de cet argent et vivez une vie tranquille sauf si vous voulez faire l’expérience de la
pauvreté ou de la misère car internet accorde très peu de « chance » au business de
l’amateurisme. De très importantes sociétés se sont déjà « cassé la figure » en
voulant jouer à ce jeu. Ce qui a fait courir le bruit, au début, qu’il était impossible de
gagner de l’argent sur internet, toute chose qui s’est avérée fausse par la suite.

©2010, François Nanou


40
Un Antidote à la Crise

La seconde possibilité concerne l’affiliation qui est présentée comme le


moyen le plus sûr et le moins coûteux pour investir sur le net. L’idée consiste à
vendre le(s) produit(s) de quelqu’un d’autre. Bien entendu il faut débourser de
l’argent pour vous le(s) procurer. Ce concept vous permet d’éviter les difficultés liées
à la création de votre propre site internet. Vous payez tout juste ce qu’il faut et vous
avez tout-en-un : produit(s) et site internet avec tout le discours marketing s’y
afférant. De plus il y en a pour tous les prix, des plus abordables aux plus onéreux,
cela dépend de ce que vous jugez bon d’avoir à vendre. En fait, vous revendez le(s)
produit(s) de quelqu’un d’autre et cela vous permet de recevoir des commissions sur
vos propres ventes ou sur les ventes de votre réseau. Apparemment, tout semble
très simple jusque-là. En réalité, en plus de trouver quelque chose d’attrayant à
revendre, ici encore, vous devez connaître quelques techniques indispensables de
webmarketing et de référencement si vraiment vous voulez maîtriser la vente en
ligne pour vivre décemment. Cela signifie qu’il faut investir un peu plus d’argent pour
vous former en e-commerce à moins que vous ne soyez déjà doué dans ce domaine.

Que faire donc, en pleine crise, si on veut investir très peu d’argent tout en se
donnant les moyens de connaître le succès ? Pour répondre, je fais référence au
leadership où j’ai appris que le sens du vrai leadership, c’est d’aider les autres.
Surtout, après avoir constaté que ce principe se vérifie aisément sur internet puisqu’il
permet à des sites tels que Google, Yahoo !, Facebook, eBay, Amazon qui l’ont
adopté d’être leaders dans leurs domaines respectifs. Ainsi, animé du désir de vous
permettre de l’expérimenter vous aussi, j’ai récupéré un concept anglo-saxon auquel
j’ai apporté ma touche personnelle pour créer le concept de l’infopreneur
philanthrope et j’ai trouvé comme « véhicule pour le transporter », le CVAC que j’ai
mis sur pied avec l’aide de quelques amis. L’idée, c’est de vous faire découvrir
comment tirer profit de l’économie numérique sans grand investissement et
sans avoir de site internet.

Pour cela, je me suis moi-même engagé à prêcher par l’exemple en


commençant, avant tout, sans site internet. L’inconvénient majeur de ce choix, c’est
que le travail n’est pas fait automatiquement mais cela me permet toutefois de bâtir
un groupe de confiance, solide, motivé, déterminé et prêt à glaner d’autres
challenges plus importants. La seconde phase qui va suivre celle-ci me permettra de
vous faire découvrir certaines activités très lucratives dans lesquelles vous aurez
plaisir à investir. Bien évidemment, vous aurez l’opportunité de bâtir une plus grande
prospérité dans des secteurs qui ne souffrent aucunement de la crise. Alors, vous
pourrez obtenir 5, 10, 20, 50 ou 100 fois plus que ce que vous allez gagner
uniquement avec votre DSIP, en découvrant et en appliquant simplement la loi du
moindre effort. C’est dire tout nettement qu’en décidant d’adhérer au CVAC vous
vous engagez résolument dans un processus d’ascension, ce n’est donc pas
une fin en soi. D’ailleurs, il est tout à fait normal qu’après une phase d’initiation, on
puisse envisager mieux et aller de l’avant. Voilà pourquoi j’affirme avec certitude que
le meilleur reste à venir.

©2010, François Nanou


41
Un Antidote à la Crise

Ainsi donc, dans cette première partie, je veux tout simplement vous permettre
de mettre en pratique quelques principes et lois spirituelles qui ont transformé
« miraculeusement » la vie de milliers d’hommes et de femmes que vraiment rien
ne destinait à une telle réussite. L’un des traits communs à toutes ces personnes
c’est qu’elles ont décidé d’entreprendre malgré les difficultés qu’elles traversaient. Ce
qui leur a permis de connaître la réussite d’abord et avant tout parce qu’elles
aimaient ce qu’elles faisaient, elles travaillaient avec plaisir, elles apprenaient et se
perfectionnaient sans cesse pour atteindre leurs objectifs. Et, elles enseignaient à
d’autres personnes à faire de même. C’est ce même schéma que vous propose le
CVAC qui met à votre portée un moyen très démocratique de vous ouvrir à
l’abondance et à la prospérité. Alors que vous reste-t-il à faire ? A mon avis, trois
possibilités s’offrent indéniablement à vous. D’abord, vous pouvez ignorer toutes les
informations que vous avez reçues aujourd’hui et continuer à suivre le rythme que
vous impose la vie. Dans ce cas, je vous dis MERCI d’avoir pris le temps de me lire
et je vous souhaite une agréable journée. Ensuite, vous pouvez les mettre
momentanément de côté pour vous en convaincre suffisamment avant de vous y
engager par la suite. C’est une option sérieuse à envisager si vous estimez avoir
besoin de plus amples informations. Enfin, vous pouvez décider de passer à
l’action immédiatement. C’est ici qu’on retrouve tous ceux qui ont su reconnaître, à
travers ces lignes, les secrets pour accéder à la prospérité et qui choisissent, par
conséquent, d’agir dès maintenant. Comme vous pouvez le constater, tout dépend
désormais de vous et de vous seul. A ce niveau, seul votre choix compte.
Surtout que réussir est un choix qu’il faut faire et qu’il faut assumer avec
responsabilité. En effet, beaucoup de personnes échappent effectivement au
succès parce qu’elles ignorent que la réussite est un choix conscient,
mûrement réfléchi et méthodiquement exécuté. Il est certain que vous faites
désormais partie de ceux qui échappent à cette ignorance. Maintenant, il vous
reste à choisir entre continuer de vivre la vie que vous avez jusque-là menée
ou décider de vous engager avec nous pour atteindre le palier de succès qui se
trouve juste à votre portée.

Retenez surtout que c’est avec joie que je contribue à vous offrir cette
opportunité et je suis d’ores et déjà très heureux de tisser des amitiés durables,
partout dans le monde, avec des « futurs associés et partenaires d’affaires » afin
que nous puissions nous enrichir mutuellement car nous travaillerons ensemble pour
bâtir un monde meilleur. A cet effet, nous nous engageons à faire découvrir,
chaque jour et du mieux que nous pouvons, une entreprise qui a une âme et
qui prend vraiment en compte le bien-être des autres. Alors, je vous invite à
partager le but de ma vie qui se résume à cette phrase du médecin, théologien et
philosophe Albert Schweitzer : « le but de la vie humaine est de servir, de
montrer de la compassion et d’avoir la volonté d’aider les autres. » Car aider les
autres est quelque chose que vous pouvez faire chez vous, qu’il s’agisse de passer
plus de temps avec votre famille, d’aider quelqu’un qui a du potentiel à se
développer, d’aider les gens de votre collectivité, ou de faire passer vos désirs au

©2010, François Nanou


42
Un Antidote à la Crise

second plan pour laisser la place à votre équipe de travail. La clé est de découvrir
votre but dans la vie et d’aider les autres, tout en le poursuivant. En effet, le
comédien Danny Thomas insistait pour dire que : « le succès n’a rien à voir avec
ce que vous obtenez dans la vie ou ce que vous accomplissez pour vous-
même. C’est ce que vous faites pour les autres. » Ensemble donc, prenons la
résolution de nous mettre au service des autres et laissons la vie prendre soin
de nous.

FRANCOIS NANOU
Mentor du CVAC

©2010, François Nanou


43
Un Antidote à la Crise

ANNEXE 1 : QUELQUES CITATIONS D’INSPIRATION

« Un voyage de mille kilomètres commence par un premier pas. » Confucius

« L’essence de la connaissance est une fois qu’on l’a acquise, de l’utiliser. »


Confucius

« Ce que vous deviendrez dans cinq ans sera déterminé par ce que vous lisez et par
ceux que vous fréquentez. » Charles T. Jones

« La vision de l’avenir est la capacité d’entendre une musique future. La conviction


est la capacité de danser sur cette musique dès maintenant. » Jay Davis Clarke

« Rien n’arrivera tant que personne ne fera en sorte que cela arrive. » Del de Windt

« Le futur n’est jamais arrivé tout seul. Il a été créé. » Will & Ariel Durant

« Les illettrés de l’âge de l’information ne seront pas ceux qui ne savent ni lire ni
écrire, mais ceux qui ne savent pas apprendre et réapprendre. » Alvin Toffer

« Ceux qui ont généralement une attitude positive, qui réagissent de façon active
dans une conversation normale et qui communiquent librement avec les autres sont
presque toujours ceux qui absorbent le plus facilement une nouvelle façon de
travailler. » Stephanie Bowers

« Celui qui progresse en direction de ses rêves, c’est celui qui croisera à tout
moment le chemin d’une réussite inattendue. » Henry David Thoreau

« Ne pas importuner les autres par nos conseils, les instruire par nos exemples. »
Montesquieu

« Nos doutes sont des traites et nous privent de ce que nous pourrions souvent
gagner de bon parce que nous avons peur d’essayer. » William Shakespeare

« Prendre des risques, c’est un fait de la vie économique. La croissance des affaires
ne s’effectue pas sans risque. La crainte de ce qui pourra ou non arriver n’est pas
une excuse pour refuser le challenge. » Edward Telling

« La folie, c’est de faire tout le temps la même chose et de s’attendre à un résultat


différent. » Albert Einstein

« Le bonheur dans votre vie dépend de la qualité de vos pensées…veillez à ne pas


envisager de notion qui ne conviennent ni à la vertu ni à une nature raisonnable. »
Marc-Aurel

©2010, François Nanou


44
Un Antidote à la Crise

« Dans cet univers où tout est étroitement lié, chaque amélioration que nous
apportons dans notre sphère privée améliore le monde dans son ensemble. Nous
participons tous à un niveau de conscience collective de l’humanité, et donc tout
perfectionnement finit par nous revenir. Nous contribuons tous à notre force morale
commune par nos efforts pour améliorer notre sort. Il est scientifiquement prouvé que
ce qui est bon pour vous est bon pour moi. » Dr David Hawkins

« Nous devons être le changement que nous voulons voir à l’œuvre dans le
monde. » Mahatma Gandhi

« L’homme devient grand précisément dans la mesure où il travaille pour le bien-être


de ses semblables. » Mahatma Gandhi

« Votre unique tâche dans la vie est de parvenir à la réalisation de Dieu. Tout le reste
est inutile et vain. » Swami Sivananda

« Dieu ne commande pas de faire de grandes choses, mais seulement de petites


choses avec grand amour. » Mère Teresa

« En effet, le Seigneur promène ses regards sur toute la terre, afin de soutenir ceux
qui l’aiment de tout leur cœur. Vous devez vous laisser inspirer par le respect du
Seigneur, afin d’agir consciencieusement et avec une profonde intégrité. Mettez-vous
courageusement au travail, et que le Seigneur soit avec ceux qui font le bien. »
Livres des Chroniques

« Faites pour les autres exactement ce que vous voulez qu’ils fassent pour vous.
Donnez aux autres et Dieu vous donnera : on versera dans la grande poche de votre
vêtement une bonne mesure, bien serrée et secouée, débordante. Dieu mesurera
ses dons envers vous avec la mesure que vous employez pour les autres. » Luc
l’Evangéliste

« Pratique toujours la bonté et la loyauté, garde ces qualités comme une parure
précieuse. Grave-les dans ton cœur. Alors Dieu et les hommes t’aimerons et tu
vivras en bonne entente avec eux. Ne te fie pas à ta propre intelligence, mais place
toute ta confiance dans le Seigneur. Appuie-toi sur lui dans tout ce que tu
entreprends et il te montrera comment tu dois agir. Ne te fie pas à ton propre
jugement, mais soumets-toi au Seigneur et détourne-toi du mal. Ce sera le remède à
tous tes troubles, l’apaisement de tes maux… Chaque fois que tu en as la possibilité,
n’hésite pas à faire du bien à ceux qui en ont besoin. » Livre des Proverbes

« Recherchez mon enseignement plutôt que l’argent, la connaissance de préférence


à l’or pur. Car moi, la sagesse, je vaux mieux que les perles. Aucun trésor n’a autant
de valeur…J’offre la richesse et l’honneur, des biens stables et une prospérité
méritée. Mes dons sont préférables à l’or le plus fin, leur profit est plus grand que
l’argent le plus pur. » Livre des Proverbes

©2010, François Nanou


45
Un Antidote à la Crise

« Quittez la compagnie des ignorants et vous vivrez, prenez donc le chemin où se


tient l’intelligence. Seule la bénédiction du Seigneur donne la prospérité. Les efforts
de l’homme n’y ajoutent rien. Certains donnent largement et accroissent leur fortune.
D’autres épargnent plus qu’il n’est nécessaire et s’appauvrissent. Une personne
généreuse sera comblée de bien en retour, celui qui donne à boire sera désaltéré.
Dieu approuve celui qui cherche à bien faire, mais le malheur s’abat sur celui qui ne
pense qu’à mal faire. Se soumettre au Seigneur c’est vivre en toute sécurité, car il
protège ses enfants. La soumission au Seigneur est source de vie ; elle permet
d’éviter des erreurs mortelles. » Livre des Proverbes

« Offrir un cadeau ouvre bien des portes et permet de rencontrer des gens haut
placés. Donner aux pauvres revient à prêter au Seigneur, il récompensera cette
générosité. L’or n’est pas rare et les perles abondent. Des paroles instructives
constituent un trésor bien précieux. Celui qui s’applique à élaborer des plans
connaîtra l’abondance, celui qui agit précipitamment connaîtra la disette. » Livre des
Proverbes

« Le succès c’est… Connaître votre but dans la vie, Vous développer pour atteindre
votre potentiel maximum, et Semer des graines qui profiteront aux autres. » Maxwell

« Dans un monde où tout bouge à la vitesse de l’éclair, le besoin de s’affirmer doit


être encouragé. Il faut donc offrir à celles et ceux qui veulent oser, l’occasion de
foncer et de réaliser leur rêve. Plus que jamais, l’avenir sourit aux audacieux ! » Cora
Tsouflidou

« Quoi que vous puissiez faire ou que vous puissiez rêver, commencez-le dès
maintenant. L’audace a du génie en elle-même ainsi que du pouvoir et de la magie. »
Goethe

« Ce n’est pas suffisant de savoir, il faut appliquer son savoir. Ce n’est pas suffisant
de vouloir, il faut agir. » Goethe

« Agir en homme de pensée, penser en homme d’action. » H. Bergson

« L’action est ce qui crée toutes les grandes réussites. L’action est ce qui donne des
résultats. Le savoir n’est qu’un pouvoir potentiel jusqu’à ce qu’il tombe entre les
mains de celui qui sait comment se mettre en condition de prendre des mesures
efficaces. En fait, la définition littérale du mot pouvoir est capacité d’agir. » Anthony
Robbins

« Pour moi, le pouvoir ultime est la capacité d’obtenir des résultats qui vous tiennent
à cœur et de contribuer au bien des autres par la même occasion. » Anthony
Robbins

« Vous voyez dans la vie, bien des gens savent quoi faire, mais peu agissent
vraiment en fonction de ce savoir. Il ne suffit pas de savoir ! Il faut agir. » Anthony
Robbins

©2010, François Nanou


46
Un Antidote à la Crise

« Le grand but de la vie n’est pas le savoir mais l’action. » Thomas Huxley

« Il n’existe aucune limite à nos possibilités. A tout moment, nous avons plus de
possibilités que nous n’en pouvons réaliser. Lorsque nous imaginons ces possibilités,
notre vision s’élargit, nous saisissons alors nos rêves et notre vie est enfin remplie. »
Ruhe & Leach

« Laissez les autres se contenter de leur petite vie tranquille, mais vous, ne le faites
pas. Laissez les autres discuter de choses sans importance, mais vous, ne le faites
pas. Laissez les autres se plaindre de leurs petits problèmes, mais vous, ne le faites
pas. Laissez les autres abandonner leur avenir dans n’importe quelles mains, mais
vous, ne le faites pas. » Jim Rohn

« Dieu qui fournit de la semence au semeur et du pain pour se nourrir, vous fournira
toute la semence dont vous avez besoin pour croître, pour que votre générosité
produise beaucoup de fruits. Il vous rendra suffisamment riches en tout temps pour
que vous puissiez sans cesse vous montrer généreux, de sorte que beaucoup
remercieront Dieu pour vos dons que nous leur transmettrons. Car ce service que
vous accomplissez ne pourvoit pas seulement aux besoins des membres du peuple
de Dieu, mais il suscite encore de très nombreuses prières de reconnaissance
envers Dieu. Ce service montrera ce que vous êtes, de sorte que beaucoup rendront
gloire à Dieu pour l’obéissance avec laquelle vous manifestez votre foi en la Bonne
Nouvelle du Christ ; ils lui rendront gloire aussi pour la façon généreuse dont vous
partagez vos biens avec eux et avec tous les autres. Ils prieront pour vous, en vous
portant une grande affection, à cause de la grâce extraordinaire que Dieu a
répandue sur vous. Loué soit Dieu pour son don incomparable ! » Saint Paul.

« Béni soit l’homme qui met sa confiance dans le Seigneur, dont le Seigneur est
l’espoir. Il sera comme un arbre planté au bord des eaux, qui étend ses racines vers
le courant : il ne craint pas la chaleur quand elle vient, et son feuillage reste vert ; il
ne redoute pas une année de sécheresse, car elle ne l’empêche pas de porter du
fruit. » Prophète Jérémie.

©2010, François Nanou


47
Un Antidote à la Crise

ANNEXE 2 : UNE NOTE PARTICULIERE POUR VOUS

Cet e-book est un « présent » ou si vous préférez un « cadeau ». Il vous a été


offert parce qu’il s’adresse en particulier à des personnes qui aspirent à un
mieux-être et qui se sentent la capacité d’agir pour y arriver. Nous nous
réjouissons de savoir que vous avez été jugé digne de le recevoir gratuitement.
Sans aucun doute, celui qui vous a fait ce « don » croît en vous et en votre
capacité de transformation. Raison pour laquelle nous vous invitons Maintenant
à réclamer son DSIP pour avoir encore d’autres informations.

Le DSIP est le complément de ce présent e-book. Ce document de 6 pages est


également gratuit. Allez-y ! Contactez vite par e-mail (ou par tout autre moyen à
votre portée) votre heureux donateur pour le recevoir. Il ne nous reste plus qu’à
espérer, pour vous aussi, que le DSIP vous permettra d’avoir ou de retrouver la
sensation d’ « être sur la voie du futur » pour aborder l’avenir avec beaucoup
plus de sérénité.

Il est important de rappeler que vous pouvez, à votre tour, décider de distribuer
gratuitement cet e-book. Dans ce cas, suivez simplement les différentes
ETAPES mentionnées dans le DSIP pour devenir membre du CVAC. En effet, la
distribution gratuite de ce présent e-book est EXCLUSIVEMENT réservée aux
membres du CVAC. De plus, sachez qu’il est FORMELLEMENT INTERDIT à tous
nos membres de faire des promesses mensongères et sans fondement du genre
« devenez millionnaire sans rien faire » ou « multipliez votre salaire par 1 000 en un
seul jour ». Nous nous devons tous de respecter ces consignes et de respecter
la liberté de décision et d’action de « nos futurs associés ».

Notez que même après avoir reçu le DSIP, vous êtes toujours libre de vous
joindre à nous ou de renoncer à le faire. Car le DSIP ne vous engage en aucun
cas si vous vous contentez seulement de le lire. Encore une fois, tout dépendra
obligatoirement de vous et de vous seul ! Ne vous laissez influencer par
personne ! Ne laissez personne décider à votre place ! C’est à vous
uniquement qu’appartient le droit de décider librement et en toute conscience
de ce qui est bien pour vous.

Enfin, retenez que ces documents (cet e-book et le DSIP qui l’accompagne) sont
TOTALEMENT GRATUITS. En aucun cas ils ne doivent être vendus. Ne les
vendez donc JAMAIS vous non plus. Par ailleurs, vous vous devez de
RESPECTER SCRUPULEUSEMENT leur Copyright. En dehors de l’auteur,
personne d’autre, sous aucun prétexte, ne peut apporter des modifications à
ces documents.

©2010, François Nanou


48