Vous êtes sur la page 1sur 8

Quelques expériences simples sur l’acidification des océans par les émissions de CO2

anthropiques

Alain Mazaud

Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement, CEA / CNRS / Université


Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, Gif-sur-Yvette

But pédagogique : illustrer le rôle du dioxyde de carbone dans l’acidification des océans, et
les conséquences de cette acidification.

Public : élèves du primaire au collège, grand public

Matériel nécessaire : verres ou gobelets en plastique transparent, pailles, eau plate (robinet)
et gazeuse, indicateur coloré de pH du commerce (test pH pour aquarium), feuille de papier
blanche, vinaigre blanc, craie naturelle ou pierre calcaire.

L’expérience proposée a pour but d’illustrer le rôle du dioxyde de carbone (CO 2) dissous dans
l’acidification des ‘océans. Elle offre aussi l'occasion d'une discussion sur le cycle du carbone :
respiration, photosynthèse, et répartition entre les différents réservoirs (océan, atmosphère,
végétation et sols) du CO2 émis par les activités humaines et en particulier celui issu de la
combustion des combustibles fossiles (charbon, pétrole, gaz naturel). Elle s’adresse à des
scolaires de niveaux variés et au grand public. Le déroulé ci-dessous convient à des élèves du
primaire et du collège, il peut être adapté selon l’auditoire.

Introduction

En guise d’introduction, on peut demander aux élèves ce qui est acide. Ceux-ci pensent
naturellement au citron, vinaigre, éventuellement aux acides que l’on peut acheter en
droguerie ou qu’on utilise dans les expériences de chimie.

On rappelle aussi, de manière interactive avec les élèves, que le changement climatique sur les
dernières dizaines d’années est dominé par un réchauffement, principalement causé par une
augmentation de l’effet de serre. Cet effet de serre additionnel est principalement causé par le
dioxyde de carbone émis par les activités humaines. On peut alors faire dire aux élèves, par un
jeu de questions-réponses, que c’est la combustion de combustibles fossiles comme le
charbon, les produits dérivés du pétrole (essence, gazole..), et le gaz naturel, mais aussi la
déforestation, qui relâchent du CO2 dans l’atmosphère. On précise alors que ces combustibles
fossiles étaient enfouis dans les sous-sols depuis des dizaines de millions d’années, voire
davantage, et donc que le CO2 issu de leur combustion vient augmenter la concentration
naturelle de CO2 atmosphérique.

On peut aussi indiquer que le CO2 émis par la respiration des 7 milliards d'humains ne joue
pas sur l'évolution du climat. En effet, les végétaux et animaux que nous mangeons ont pris à
l'atmosphère une quantité équivalente de CO2 lors de leur croissance, il y a quelques semaines
ou quelques années. Ce cycle court ne joue pas sur l'évolution du climat, les échelles de temps
mises en jeu étant 30 ans ou plus.

Il est alors important de préciser que tout le CO 2 émis par les activités humaines ne reste pas
dans l’atmosphère. La végétation, par la photosynthèse, en absorbe environ un quart qui se
répartit entre la biomasse et les sols. Un autre quart est stocké dans les océans. La moitié
restante s’accumule dans l’atmosphère, y causant l’augmentation de la concentration de CO 2
(plus de 400 parties par million à l’heure actuelle contre 280 au début de l’ère industrielle que
l’on peut faire remonter vers 1800).

Les expérience proposée vise à illustrer, non pas l’effet de serre, mais une autre conséquence,
encore relativement peu médiatisée, de l’augmentation de la concentration de CO 2, à savoir
l’acidification des océans dû à la dissolution du CO2 dans l’eau.

Les expériences

On verse quelques gouttes d’indicateur d’acidité (pH, encadré 1) dans un gobelet ou un verre
transparent rempli d’un peu d’eau : on demande aux élève de mémoriser la couleur, après
avoir précisé que l’indicateur change de couleur selon l’acidité et positionné l’échelle des
couleurs à côté du gobelet (dans notre cas, plus c’est jaune plus c’est acide). La couleur bleutée
indique une neutralité ou une légère basicité (pH entre 7,5 à 8, voir figure 1a et b).

L’expérimentateur souffle dans l’eau avec une paille pendant une vingtaine de secondes. Si on
demande à un jeune élève de le faire, il faut bien lui préciser de ne pas aspirer l’eau par la
paille.

On peut alors observer un changement de couleur de l’indicateur pH qui témoigne d’une


augmentation de l’acidité (figure 1c et d). Une partie du CO 2 produit par la respiration et
rejeté par les poumons de l’expérimentateur se dissout dans l’eau. Associé à des molécules
d’eau, ce CO2 dissout constitue un acide faible, l’acide carbonique, qui libère des ions
hydrogène (H+) (encadré 2). Cette libération augmente l’acidité de l’eau, ce qui en diminue le
pH, et donc cause le changement de couleur.
Figure 1 : a) Situation initiale : l’eau du robinet a un pH neutre, voire légèrement basique, b)
l’expérimentatrice commence à souffler, c) au bout d’une vingtaine de secondes, l’indicateur
coloré indique que l’eau s’est acidifiée, d) situation finale : vue rapprochée du gobelet après avoir
soufflé.

Personne ne souffle avec une paille dans les océans, mais il y a des échanges importants entre
l’atmosphère et la surface des océans. Cela concerne la chaleur, l’eau via les processus
d’évaporation et de condensation, mais aussi les gaz, qui se dissolvent dans l’eau de mer ou au
contraire s’échappent de l’océan pour retourner à l’atmosphère (phénomène de dégazage), si
bien que la concentration en CO2 de l’atmosphère et des les eaux de surface sont quasiment en
équilibre.

Notons que le CO2 que nous expirons ne contribue guère à l'effet de serre car il est issu
de carbone récemment pris à l'atmosphère (plantes, animaux lors de leur
croissance) contrairement au carbone fossile.

L’augmentation de la concentration en CO 2 atmosphérique se traduit donc par une


augmentation du CO2 dissout dans l’eau de mer. La libération des des ions hydrogène (H +) qui
en résulte (encadré 2) augmente l’acidité de l’eau de mer, mesurée par le pH, mais consomme
également des ions carbonates (CO 32-), réduisant de ce fait la quantité de ces ions disponibles
pour la calcification, c’est à dire pour la fabrication de coquilles et de squelettes calcaires. La
calcification devient alors plus difficile à realiser
́ et peut meme
̂ etre
̂ totalement inhibee.́ Les
projections baseeś sur les modeles̀ montrent que l’ocean ́ Arctique sera le premier a ̀ franchir le
seuil d’un état « sur-sature»́ en ions carbonates, permettant la conservation des structures de
carbonate de calcium comme les coquilles et les squelettes, a ̀ un état « sous-sature ́ », se
traduisant par la dissolution de ces structures. Si le CO2 atmospherique, ́ et donc celui de
l’océan, continuent d’augmenter au rythme actuel, environ 10 % de l’ocean ́ Arctique aura
franchit ce seuil en 2018 et environ la moitie ́ en 2050. La diminution de pH observeé est
d’environ 0,1 unité depuis l’ere
̀ preindustrielle
́ (voir la Figure 2 pour les 20 dernières années).
Cette diminution peut paraitre ̂ faible mais, du fait que l’echelle
́ de pH est logarithmique
(encadré 1), elle represente
́ une augmentation de 30 % des ions hydrogene ̀ (et donc d’acidite).́

Figure2 : Enregistrements du CO2 atmospheriqué à Mauna Loa (Hawaii) ainsi que du pH de


surface et de la quantité de CO2 disout (pCO 2) à la station Aloha dans l’ocean
́ Pacifique. D’apres̀
Feely et al., Oceanography (2009). ppmv: partie par million en volume (une partie par million en
volume correspond à un volume d’un gaz melange ́ ́ dans un million de volumes d’air). µatm :
micro-atmosphère (l'unité est comparable aux ppmv mais permet de mesurer la concentration
en CO2 dissout dans l'eau).

On illustre alors les conséquences sur le milieu marin de l’acidification de l’océan causée par
l’augmentation du CO2 qui s’y dissout. Pour cela, on réalise l’expérience classique qui consiste
à verser du vinaigre blanc sur une roche calcaire, ou sur une craie naturelle. Au préalable, on
pourra vérifier avec l’indicateur pH que le vinaigre est acide. On observe une attaque du
calcaire par l’acide (encadré 2).

Après avoir demandé aux élèves des exemples d’organismes marins contenant du calcaire
(micro-organismes à coquille carbonatée comme les foraminifères, coraux...), on expliquera
que l’acidification de l’océan causée par l’augmentation du CO 2 dissout peut gêner leur
croissance.

Enfin, on peut constater après environ une demi-heure que le gobelet dans lequel on a soufflé
revient progressivement vers une couleur plus proche de la couleur initiale, quitte à accélérer
un peu le phénomène en agitant l’eau avec une paille. Le CO 2 qui s’y était dissout lorsqu’on a
soufflé est reparti vers l’atmosphère, il y a eu dégazage et retour vers l’équilibre initial. On
peut alors mentionner que certaines régions de l’océan relâchent du CO 2 dissout vers
l’atmosphère.

On peut enfin terminer par une note plus ludique, en testant le pH de différents produits par
exemple une eau gazeuse, riche en CO2 dissout.

Remerciements

Je tiens à remercier Aliénor Lavergne pour son aide pour les photos. Je tiens également à
remercier Camille Risi et Olivier Boucher pour leurs relectures et suggestions.

Bibliographie et pour en savoir plus :

Gattuso, J.-P., P.G. Brewer, O. Hoegh-Guldberg, J.A. Kleypas, H.-O. Pörtner, and D.N.
Schmidt, 2014: Cross-chapter box on ocean acidification. In: Climate Change 2014:
Impacts, Adaptation, and Vulnerability. Part A: Global and Sectoral Aspects. Contribution
of Working Group II to the Fifth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on
Climate Change [Field, C.B., V.R. Barros, D.J. Dokken, K.J. Mach, M.D. Mastrandrea, T.E.
Bilir, M. Chatterjee, K.L. Ebi, Y.O. Estrada, R.C. Genova, B. Girma, E.S. Kissel, A.N. Levy, S.
MacCracken, P.R. Mastrandrea, and L.L. White (eds.)]. Cambridge University Press,
Cambridge, United Kingdom and New York, NY, USA, pp. 129-131.

R.A. Feely, S.C. Doney, and S.R. Cooley. 2009. Ocean Acidification: Present Conditions and
Future Changes in a High-CO2 World. Oceanography 22(4):3647,
http://dx.doi.org/10.5670/oceanog.2009.95.

Exraits du rapport du GIEC:


https://ipcc-wg2.gov/AR5/images/uploads/WGIIAR5-Chap30_FINAL.pdf
http://www.climatechange2013.org/images/report/WG1AR5_SummaryVolume_FINAL_
FRENCH.pdf

Encadré 1 : L'échelle du pH

L'échelle du pH est une mesure de l'acidite ou de la basicite d'une solution. Elle a été
établie en 1909 et c'est un indice logarithmique de la concentration en ions hydrogène
(H+) dans une solution aqueuse. L'échelle est "inversée": le pH diminue lorsque la
concentration en ions hydrogène augmente. L'eau pure a un pH de 7. Les liquides dont le pH
est inférieur a 7 sont acides tandis que ceux dont le pH est supérieur a 7 sont
basiques (figure 3). Un liquide ayant un pH de 4 est dix fois plus acide (contient dix fois
plus d'ions H+ hydratés (notés H 3O+) qu'un liquide ayant un pH de 5 et cent fois plus
acide qu'un liquide d'un pH de 6. L'eau de mer a un pH d'environ 8,1 ; elle est est donc
considerée comme très légèrement basique. La gamme de pH est généralement donnée
de 0 a 14, même si des valeurs inférieures et supérieures sont théoriquement possibles.

Figure 3 : l'échelle de pH, avec des exemples de liquides pour chaque unité de pH.

Encadré 2 : la dissolution du CO2 dans l'eau

Une partie du gaz carbonique de l’atmosphère, noté CO2(atmo), se dissout dans l’eau de surface :

CO2(atmo) CO2(dissout)

avec pCO2 atmo = kHenry [CO2], selon la loi de Henry, où kHenry=29.76 atm/(mol/L) à 25 °C , [CO2] est la
concentration de CO2 dans l’eau et pCO2 atmo la pression partielle en CO2.

Une partie de ce CO2 dissout s’hydrate, pour former l’acide carbonique

CO2+ H2O H2CO3


La constante d’équilibre, Khyd = [H2CO3] / [CO2], vaut ≈ 1,2×10−3 pour l’eau de mer. La majorité du CO2
n’est donc pas convertie en acide carbonique, et reste sous la forme de CO 2 dissout.

L’acide carbonique possède une double acidité: la première pour la dissociation en ions bicarbonates
s’écrit :

H2CO3 HCO3− + H+

Ka10 = [HCO3−] x [H+] / [H2CO3] = 2,5 x 10-4, pKa10 = -log10 (Ka10) = 3,6

On ré-écrit en général cette première acidité en partant du CO2 , l’hydratation donnant l’acide
carbonique étant alors intégrée dans Ka1

CO2 HCO3− + H+

Ka1= [HCO3−] x [H+] / [CO2] = 4,6 x 10-7, pKa1 = -log10 (Ka1) = 6,3

La seconde acidité pour la dissociation des ions bicarbonates en ions carbonates s’écrit :

HCO3− CO32− H+

Ka2 = [CO32-] x [H+] / [HCO3−] = 4,7 x 10-11, pKa2 =-log10 (Ka2) = 10,3

Ces deux dernières réactions libèrent des ions H+ réduisant ainsi le pH de la solution. Comme ces

réactions sont incomplètes, le CO2 (ou l'acide carbonique H2CO3 ) de même que l'ion bicarbonate

HCO3- sont appelés acides faibles. De ces équilibres on peut calculer l’abondance des espèces en
fonction du pH (figure 4):
Figure 4 : abondances relatives en fonction du pH du CO 2 (incluant le H2CO3), des ions bicarbonate HCO3−
et des ions carbonate.

Le calcaire, ou carbonate de calcium, a pour équation CaCO3 . La production de calcaire


nécessite donc des ions carbonates CO 32- . Si l'acidité de l'eau de mer augmente à cause de la
dissolution du CO2, alors la concentration en ions carbonates diminue au profit des ions
bicarbonates HCO3− . Ceci favorise la dissolution du calcaire selon l'équation suivante :

CO2+ H2O + CaCO3 Ca2++2 HCO3−