Vous êtes sur la page 1sur 416

Universiteit Gent

Faculteit Letteren en Wijsbegeerte

Les modalités de perception visuelle et auditive

Différences conceptuelles et répercussions sémantico-


syntaxiques en espagnol et en français

Renata Enghels

Promotor: Prof. Dr. E. Roegiest

Proefschrift voorgelegd aan de Faculteit Letteren en Wijsbegeerte,


voor het behalen van de graad van doctor in de Romaanse Taal- en Letterkunde

Academiejaar 2004-2005
i

Remerciements

Cette étude a pu se réaliser grâce à l’aide et aux efforts de certaines personnes auxquelles
je veux exprimer ma reconnaissance infinie. En tout premier lieu, je tiens à remercier mon
directeur de thèse, le Professeur Dr. E. Roegiest, pour la confiance qu’il m’a témoignée dès
le tout début de ce travail. Je lui suis très reconnaissante de son intérêt pour cette étude,
de sa lecture attentive du manuscrit, de ses remarques critiques mais éclairantes, ainsi que
d’avoir ‘attisé’ davantage mes intérêts linguistiques. Je remercie aussi le Professeur Dr. R.
Kailuweit, membre de ma commission directrice. Ses remarques au congrès d’Aberystwyth
ont contribué à un remaniement profond du chapitre sur l’aspect lexical des verbes de
perception. Les contacts avec la Katholieke Universiteit Leuven, et en particulier avec Hilde
Hanegreefs, ont contribué à établir les bases de cette étude. Merci Hilde d’avoir relu le
chapitre 4, mais surtout pour la bonne collaboration. Je conserverai avec les meilleurs
souvenirs l’ambiance de travail agréable à l’Universiteit Gent, avec Martine, Astrid, Sara,
Frederic, Mark, An, Luc et Christel. Un grand merci pour Martine Haerens et pour Frederic
Lamsens, qui étaient toujours prêts à résoudre des problèmes administratifs ou
informatiques, et pour Astrid Huygens, qui a pris le temps de relire le chapitre 8. Merci
aussi Elke Weylandt et Anne Vandenberghe, pour les encouragements ainsi que pour les
suggestions concernant l’aspect rédactionnel de ce texte. Je tiens à remercier également
ma famille pour leur support de tous les instants : les visites pendant le week-end étaient
toujours une distraction bienfaisante. Pour terminer, il y a trois ‘individus’ auxquels cette
thèse est dédiée : Cleo et Arthur, merci de rester –littéralement- à côté de moi pendant les
années doctorales ; Frederik, merci pour tes mots réconfortants mais surtout pour ta
confiance infinie !

***
ii

Dit eindwerk is tot stand gekomen mede dankzij de inspanningen en de steun van een
aantal mensen aan wie ik onnoemelijk veel dank verschuldigd ben. Mijn eerste woord van
dank wil ik graag richten tot mijn promotor, Professor Dr. E. Roegiest, voor het vertrouwen
dat hij mij schonk vanaf het begin van mijn onderzoek. Ik ben hem oprecht erkentelijk
voor zijn interesse in dit werk, voor het aandachtig doornemen van dit manuscript, voor
zijn kritische doch steeds verhelderende opmerkingen, en voor het verder ‘aanwakkeren’
van mijn taalkundige interesses. Een woord van dank wil ik ook graag richten tot Professor
Dr. R. Kailuweit, lid van mijn begeleidingscommissie. Zijn opmerkingen tijdens het
congres te Aberystwyth hebben bijgedragen tot een grondige herwerking van het
hoofdstuk over het lexicale aspect van de perceptiewerkwoorden. De contacten met de
Katholieke Universiteit Leuven, in het bijzonder met Hilde Hanegreefs, zijn bijzonder nuttig
geweest voor het leggen van een solide basis voor deze thesis. Bedankt Hilde voor de
goede samenwerking, evenals voor het nalezen van hoofdstuk 4. De aangename
werksfeer aan de Universiteit Gent met Martine, Astrid, Sara, Frederic, Mark, An, Luc en
Christel zal ik met de allerbeste herinneringen bewaren. Een bijzonder dankwoordje voor
Martine Haerens en Frederic Lamsens, die steeds bereid waren om administratieve
problemen of informaticaproblemen op te lossen, en voor Astrid Huygens, die de tijd nam
om een kritisch oog te werpen op hoofdstuk 8. Bedankt ook Elke Weylandt en Anne
Vandenberghe voor de aanmoedigingen, tevens als voor de suggesties betreffende het
redactionele aspect van deze tekst. Verder dank ik ook mijn familie voor hun niet
aflatende steun: de bezoekjes tijdens het weekend waren steeds een deugddoende
ontspanning. Tenslotte zijn er drie ‘individuen’ aan wie deze thesis is opgedragen: Cleo en
Arthur, bedankt voor het -letterlijk- niet wijken van mijn zijde tijdens de voorbije
doctoraatsjaren ; Frederik, bedankt voor je motiverende woorden maar vooral voor je
eindeloos vertrouwen!

***
iii

Table des matières

Remerciements....................................................................................................................................... i

Liste d'abréviations .............................................................................................................................. x

Partie I : Les modalités de perception - Différences conceptuelles et conséquences sémantiques

Chapitre 1 Introduction générale - Les verbes de perception et la Grammaire Cognitive ................ 1

1.1 Première rencontre avec les verbes de perception..................................................................... 1

1.2 Cadre théorique : la Grammaire Cognitive ................................................................................ 4

1.2.1 Principes de base de la Grammaire Cognitive .............................................................. 4

1.2.2 La Grammaire Cognitive et les VdP............................................................................... 6

1.3 Organisation de l’étude ................................................................................................................. 8

Chapitre 2 Le champ sémantique de la perception - Panorama & caractéristiques générales .... 11

2.1 De la psychologie à la linguistique, de la perception à la langue.......................................... 12

2.2 Perception directe et perception indirecte ................................................................................ 14

2.2.1 Définition de la dichotomie direct vs. indirect.............................................................. 14

2.2.2 Le continuum entre perception directe et perception indirecte ............................... 20

2.3 Perception volontaire et perception involontaire .................................................................... 22

2.3.1 Définition de l’opposition volontaire vs. involontaire................................................... 22

2.3.2 Différences entre perception volontaire et perception involontaire ........................ 23

2.4 Les modalités de perception ....................................................................................................... 25


iv

2.4.1 Caractéristiques prototypiques des cinq modalités ................................................... 25

2.4.2 Perception visuelle vs. perception auditive................................................................. 27

2.5 Conclusion : la nature variable de la perception...................................................................... 33

Chapitre 3 La relation entre le percepteur et le stimulus - La transitivité des verbes de

perception ......................................................................................................................... 35

3.1 La transitivité, une notion fort discutée .................................................................................... 36

3.1.1 Les deux faces de la transitivité .................................................................................... 36

3.1.2 Transitivité syntaxique vs. transitivité sémantique : une relation iconique ?......... 37

3.1.3 La décomposition de la transitivité .............................................................................. 40

3.2 L’événement transitif prototypique........................................................................................... 40

3.2.1 Le proto-agent/sujet....................................................................................................... 40

3.2.2 Le proto-patient/OD ...................................................................................................... 50

3.2.3 Conclusion : schéma de l’événement transitif prototypique .................................... 53

3.3 La transitivité des VdP ................................................................................................................ 53

3.3.1 Transitivité syntaxique vs. transitivité sémantique des VdP.................................... 53

3.3.2 Le percepteur : un proto-agent ?................................................................................... 54

3.3.3 Le stimulus : un proto-patient ? .................................................................................... 64

3.4 Conclusion : le processus de perception, un transfert d’énergie ? ........................................ 67

Chapitre 4 Le déroulement interne des processus de perception - L’aspect lexical des verbes

de perception ..................................................................................................................... 71

4.1 Définition de l’aspect ................................................................................................................... 72

4.1.1 Aspect lexical vs. aspect compositionnel ..................................................................... 72

4.1.2 Classification linguistique ou classification extralinguistique ?............................... 74

4.1.3 L’aspect lexical des VdP dans la littérature................................................................. 75

4.2 L’aspect lexical des VdP : une tentative de classification ....................................................... 78

4.2.1 Aspect de base ou aspect compositionnel ?................................................................. 78

4.2.2 Perception et [± dynamicité].......................................................................................... 80

4.2.3 Perception et [± agentivité] ............................................................................................ 86

4.2.4 Perception et [± durée] ................................................................................................... 88


v

4.2.5 Perception et [± télicité].................................................................................................. 89

4.2.6 Perception, [± changement] et [± homogénéité] ......................................................... 92

4.2.7 Conclusion : une classification aspectuelle hétérogène ............................................. 94

4.3 La structure événementielle des processus de perception ..................................................... 96

4.3.1 La structure interne des événements............................................................................ 96

4.3.2 La structure interne des événements de perception volontaire ............................... 98

4.3.3 La structure interne des événements de perception involontaire .......................... 100

4.3.4 Les catégorisations aspectuelles des VdPinvolontaire : quelques exemples ............... 101

4.4 Conclusion : l’aspect lexical des VdP et les modalités de perception ................................ 107

Conclusion partie I .......................................................................................................................... 109

Partie II : À la recherche d’indices syntaxiques - La structure interne du complément infinitif

Chapitre 5 La perception directe d’un événement - Propriétés syntaxiques et sémantiques de

la construction infinitive ................................................................................................ 113

5.1 La CI : une structure de perception directe ?.......................................................................... 114

5.1.1 Structure syntaxique de la CI ...................................................................................... 114

5.1.2 Valeurs sémantiques de la CI ...................................................................................... 114

5.1.3 La CI : une structure hétérogène................................................................................. 121

5.2 Caractéristiques syntaxiques de la CI...................................................................................... 122

5.2.1 La négation dans la CI .................................................................................................. 122

5.2.2 La restriction de passivisation..................................................................................... 127

5.3 Caractéristiques sémantiques de la CI..................................................................................... 131

5.3.1 La simultanéité temporelle .......................................................................................... 131

5.3.2 La présence de prédicats statiques ............................................................................. 132

5.3.3 La présence de verbes modaux et d’adverbes de phrase ........................................ 135

5.3.4 Quelques propriétés logiques...................................................................................... 136

5.3.5 La perceptibilité du stimulus....................................................................................... 137


vi

Chapitre 6 La structure interne du complément infinitif - Les analyses proposées ................... 141

6.1 Le Cinf, une proposition ou non ?............................................................................................ 141

6.2 L’analyse non propositionnelle du Cinf : SN1 + VdP + [SN2] + [Inf] ................................... 143

6.2.1 La CI en tant que structure simple : l’analyse SN2 objet + Inf attribut de l’objet ................. 143

6.2.2 La nature bifocale de la perception : le contrôle du sujet ........................................ 145

6.3 L’analyse propositionnelle du Cinf : SN1 + VdP + [SN2 + Inf].............................................. 147

6.3.1 La nature unifocale de la perception .......................................................................... 147

6.3.2 Le type de proposition ................................................................................................. 151

6.3.3 Les opérations de montée ............................................................................................ 152

6.4 L’incorporation de l’infinitif : SN1 + [VdP + Inf] + SN2 ......................................................... 155

6.4.1 Définition de l’incorporation....................................................................................... 155

6.4.2 L’incorporation dans la construction factitive .......................................................... 156

6.4.3 Les VdP et l’incorporation ........................................................................................... 159

6.5 La complémentarité des analyses proposées.......................................................................... 162

6.5.1 Confrontation des trois solutions................................................................................ 162

6.5.2 Perception visuelle objectale vs. perception auditive événementielle................... 164

6.5.3 L’incorporation de l’événement de perception et de l’événement aperçu............ 166

6.5.4 Les indices syntaxiques des fonctions grammaticales ............................................. 168

Chapitre 7 La position syntaxique du participant subordonné SN2 ........................................ 172

7.1 Définition du problème : la position syntaxique du SN2 ...................................................... 172

7.1.1 Introduction : la position du SN2 dans le Cinf .......................................................... 172

7.1.2 L’expression du SN2 dans notre corpus..................................................................... 173

7.1.3 Hypothèse : la corrélation entre la position du SN2 et sa fonction syntaxique .... 176

7.2 L’ordre des mots canonique en espagnol et en français ....................................................... 177

7.2.1 L’ordre des mots en espagnol : Delbecque (1987) .................................................... 177

7.2.2 L’ordre des mots en français : Danell (1979) ............................................................. 179

7.2.3 Survol des paramètres retenus par d’autres auteurs ............................................... 180

7.3 Paramètres morphosyntaxiques : la complémentation du SN2 et de l’infinitif ................. 181

7.3.1 Les facteurs morphosyntaxiques pertinents.............................................................. 181


vii

7.3.2 La validité des critères morphosyntaxiques en espagnol........................................ 185

7.3.3 La validité des critères morphosyntaxiques en français.......................................... 192

7.3.4 Conclusion : la pertinence des facteurs morphosyntaxiques.................................. 198

7.4 Paramètres discursifs : la définitude et l’identifiabilité du SN2 ........................................... 200

7.4.1 L’objectif d’une approche discursive.......................................................................... 200

7.4.2 Les facteurs discursifs pertinents................................................................................ 201

7.4.3 L’identifiabilité et les prédéterminants du SN2......................................................... 203

7.4.4 La validité des critères discursifs en espagnol.......................................................... 204

7.4.5 La validité des critères discursifs en français ............................................................ 206

7.4.6 Conclusion : la pertinence des paramètres discursifs .............................................. 208

7.5 Paramètres cognitifs : l’iconicité de la structure syntaxique ................................................ 209

7.6 Paramètres sémantico-conceptuels : le degré de dynamicité du stimulus......................... 212

7.6.1 L’objectif d’une approche sémantico-conceptuelle .................................................. 212

7.6.2 La nature sémantique du SN2...................................................................................... 212

7.6.3 La nature sémantique de l’infinitif ............................................................................. 223

7.6.4 Conclusion : la pertinence des paramètres sémantico-conceptuels ....................... 239

7.7 La position du SN2 et la nature lexicale de l’infinitif............................................................. 241

7.7.1 L’objectif d’une classification lexicale ........................................................................ 241

7.7.2 Les classes lexicales distinguées.................................................................................. 242

7.7.3 L’incorporation et la routine perceptuelle ................................................................. 243

7.7.4 L’incorporation et les classes lexicales non routinières ........................................... 248

7.7.5 Conclusion : la pertinence des classes lexicales ........................................................ 250

7.8 Conclusion : les facteurs qui gouvernent la position du SN2 ............................................... 250

7.8.1 La pertinence des paramètres retenus........................................................................ 250

7.8.2 La position du SN2, sa fonction grammaticale et la structure interne du Cinf..... 253

Chapitre 8 Le marquage casuel du participant subordonné SN2 ............................................. 254

8.1 La tripartition nominatif vs. accusatif vs. datif .......................................................................... 254

8.1.1 Les indicateurs du cas en espagnol et en français .................................................... 254


viii

8.1.2 Hypothèse : la corrélation entre le marquage casuel du SN2 et sa fonction

grammaticale............................................................................................................................... 257

8.2 Le marquage casuel du SN2 dans la CI incorporée ............................................................... 261

8.2.1 Le datif en tant que marque de l’OI dans la structure incorporée ......................... 261

8.2.2 Les VdPvisuelle et l’incorporation .................................................................................. 262

8.2.3 Les VdPauditive et l’incorporation ................................................................................. 264

8.2.4 Conclusion : le marquage casuel et l’incorporation ................................................. 266

8.3 Accusatif et datif dans la CI ...................................................................................................... 267

8.3.1 Les marques ‘exceptionnelles’ du datif : l’accusatif prépositionnel et le leísmo ... 267

8.3.2 L’hypothèse de l’iconicité ............................................................................................ 269

8.4 Le marquage casuel et l’agentivité du sujet principal........................................................... 270

8.4.1 Présentation de l’hypothèse......................................................................................... 270

8.4.2 Le cas du SN2 et l’agentivité du percepteur............................................................... 272

8.5 Le marquage casuel et la dynamicité de l’objet ..................................................................... 272

8.5.1 Présentation de l’hypothèse......................................................................................... 272

8.5.2 Les propriétés inhérentes de l’objet et son marquage casuel.................................. 274

8.5.3 Le cas du SN2 et son degré de dynamicité inhérente ............................................... 276

8.6 Le marquage casuel et la structure argumentale ................................................................... 283

8.6.1 Présentation de l’hypothèse......................................................................................... 283

8.6.2 Le cas du SN2 et la dynamicité du Cinf...................................................................... 284

8.7 Le cas du SN2 en tant qu’indice de sa fonction grammaticale ............................................. 289

8.7.1 Valeurs sémantico-conceptuelles des cas accusatif et datif..................................... 289

8.7.2 Le marquage casuel et les modalités de perception ................................................. 292

Chapitre 9 L’ accord verbal dans la construction infinitive pronominalisée.......................... 295

9.1 La construction pronominale : une structure hétérogène..................................................... 295

9.1.1 Introduction : les valeurs du clitique se...................................................................... 295

9.1.2 Construction passive vs. construction impersonnelle ............................................. 297

9.2 L’accord dans la construction pronominale et la fonction du SN ....................................... 301

9.3 L’accord dans la CI pronominalisée ........................................................................................ 304


ix

9.3.1 La CI pronominale : passive ou impersonnelle ?...................................................... 304

9.3.2 L’accord et la structure interne du Cinf ..................................................................... 306

9.4 Conclusion : l’accord verbal en tant qu’indice de la structure interne du Cinf................. 312

Conclusion partie II ......................................................................................................................... 315

Conclusion générale : Les modalités de perception, différences conceptuelles et répercussions

linguistiques ................................................................................................................... 318

Bibliographie..................................................................................................................................... 325

Annexes I La complémentation des verbes de perception - Types & propriétés sémantiques

et syntaxiques ................................................................................................................. 356

I.1 La nature symbolique de la syntaxe............................................................................................. 356

I.2 Le complément nominal ................................................................................................................ 357

I.3 La relative de perception ............................................................................................................... 358

I.4 Le complément gérondif................................................................................................................ 363

I.5 La complétive .................................................................................................................................. 369

I.6 Conclusion : la spécificité des compléments des VdP ............................................................... 372

Annexes II La position syntaxique du participant subordonné SN2 - Exemples

supplémentaires .............................................................................................................. 373

II.1 Paramètres morphosyntaxiques.................................................................................................. 373

II.2 Paramètres discursifs .................................................................................................................... 386

II.3 Paramètres sémantico-conceptuels ............................................................................................. 389

II.4 Nature lexicale de l’infinitif ......................................................................................................... 393

Index ........................................................................................................................................ 398


x

Liste d'abréviations

ABSTR abstrait
ABU Association des Bibliophiles Universels (La Bibliothèque Universelle)∗
AC L’acacia (Simon, Cl.)
adj adjectif
ANIM animé
art article
BDS Base de Datos Sintácticos del español actual
Cadv complément adverbial
CDE Corpus del Español (Davies)
CH Les champs d’honneur (Rouaud, J.)
CI construction infinitive
Cinf complément infinitif
compl complément
CREA Corpus de Referencia del Español Actual (Real Academia Española)
déf défini
dém (adjectif) démonstratif
DS Diario Sur (2002)
E événement
EH El Hereje (Delibes, M.)
EM El Mundo (2002)
EN Cosmétique de l’ennemi (Nothomb, A.)
EP El País (1999)
esp espagnol
F Ficciones (Borges, J. L.)
fém féminin
fr français
GLOSSA GlossaNet (2003-2004)
HUM humain
ILP ‘individual level predicate’
INAC inaccusatif
INAN inanimé
INAN DYN inanimé dynamique
INAN NON DYN inanimé non dynamique
indéf indéfini
INERG inergatif
Inf infinitif
INTR intransitif
JP El jinete Polaco (Muñoz Molina, A.)


Les explications en italique réfèrent aux sources de notre corpus.
xi

LA Las ataduras (Martín Gaite, C.)


LM Le Monde (1994 ; 1997-1998)
LN La Nación (2002)
masc masculin
MM Los misterios de Madrid (Muñoz Molina, A.)
N nom
num (adjectif) numéral
nv non valable
OD objet direct
OI object indirect
PD perception directe
PI perception indirecte
pl pluriel
Po (SN2) postverbal
poss (adjectif) possessif
Prév (SN2) préverbal
Pron (SN2) pronominal
PRON (verbe) pronominal
quant quantificateur
RBR Rouge Brésil (Rufin, J-Ch.)
S sujet
sg singulier
Sinf sujet de l’infinitif
SLP ‘stage level predicate’
SN syntagme nominal
SN2 syntagme nominal subordonné
SOL Spanish Online
SV syntagme verbal
TR transitif
V verbe
VdP verbe(s) de perception
VdPauditive verbe(s) de perception auditive
VdPinvolontaire verbe(s) de perception involontaire
VdPvisuelle verbe(s) de perception visuelle
VdPvolontaire verbe(s) de perception volontaire
X (SN2) varié
# nombre d’exemples
Partie I

Les modalités de perception

Différences conceptuelles et conséquences

sémantiques
1

Chapitre 1

Introduction générale

Les verbes de perception et la Grammaire Cognitive

1.1 Première rencontre avec les verbes de perception

L’acte de perception est tellement prépondérant dans la vie humaine qu’il préoccupe
toutes les sciences humaines. En effet, d’un survol de la bibliographie il ressort que la
psychologie, la philosophie autant que la linguistique s’interrogent sur la notion de
perception. Nous entendons nous concentrer exclusivement sur les propriétés
sémantiques et syntaxiques des verbes de perception (VdP) en espagnol et en français,
et encore serons-nous contrainte à nous limiter à certains aspects linguistiques.
Tout d’abord, quant aux propriétés sémantiques des verbes de perception, il y
a lieu de distinguer plusieurs types en fonction du critère pris en considération.
Premièrement, d’après le degré d’agentivité du percepteur, les verbes de perception
volontaire (VdPvolontaire) (1) s’opposent aux verbes de perception involontaire
(VdPinvolontaire) (2)1. Deuxièmement, à l’intérieur de ces deux catégories, la sémantique
de chaque verbe change suivant la modalité de perception, visuelle (1-2), auditive (3),
gustative (4), olfactive (5) ou tactile (6):

1 Il faut mentionner un troisième type, qui n’entrera toutefois pas en ligne de compte dans cette
étude, dénotant la perception descriptive, comme parecer/paraître (i), sonar/sonner (ii), saber a/avoir le
goût (iii), oler a/sentir (iv):
(i) Cet homme paraît plus vieux que son âge.
(ii) La trompeta suena desafinada.
(iii) La soupe a le goût trop salé.
(iv) Este perfume huele a flores.
2

(1a) Juan mira a María.


(1b) Jean regarde Marie.
(2a) Juan ve a María.
(2b) Jean voit Marie.
(3a) Juan oye/escucha la canción.
(3b) Jean entend/écoute la chanson.
(4a) Juan siente/prueba la sopa.
(4b) Jean goûte la soupe.
(5a) Juan huele el perfume.
(5b) Jean sent le parfum.
(6a) Juan siente/toca la tela.
(6b) Jean sent/touche le tissu.

Le diagramme suivant situe les VdP espagnols et français à l’intérieur du champ


sémantique esquissé :

tactile tocar/toucher sentir/sentir

olfactif oler/sentir oler/sentir

gustatif probar/goûter sentir/goûter

auditif escuchar/écouter oír/entendre

visuel mirar/regarder ver/voir

volontaire involontaire

Figure 1.1 Champ sémantique des VdP

L’étude actuelle se concentrera sur les VdP représentant les deux modalités de
perception dominantes, à savoir les verbes de perception visuelle (VdPvisuelle) et les
verbes de perception auditive (VdPauditive): ver/voir, oír/entendre, mirar/regarder et
escuchar/ écouter.
Syntaxiquement, la nature complexe de l’acte de perception se traduit par une
gamme étendue de compléments. L’on distingue traditionnellement le complément
nominal (7), la relative (8), le gérondif (9), la complétive (10) et l’infinitif (11). Surtout
les VdPinvolontaire ver/voir et oír/entendre apparaissent dans un nombre élevé de
constructions ; les VdPvolontaire mirar/regarder, escuchar/ écouter et les verbes des autres
modalités semblent beaucoup moins productifs du point de vue syntaxique2 :

2 Notons que mirar/regarder se construit aussi avec des compléments prépositionnels :


3

(7a) Je vois la solution.


(7b) Oigo al perro.
(8a) Veo a Juan que come una manzana.
(8b) J’entends Jean qui chante une chanson.
(9a) Veo a Juan cruzando la calle.
(9b) ?Je vois Jean travaillant.3

(10a) Veo que tienes razón.


(10b) J’entends que Marie a écrit un livre
(11a) Veo llegar un coche.
(11b) J’entends Jean parler.

Pour des raisons qui seront explicitées au cours de cette étude, nous nous orienterons
essentiellement vers la complémentation dénotant la perception directe d’un
événement, ou la structure infinitive SN1 percepteur + VdP + SN2 participant aperçu + infinitif
événement aperçu.

La classe verbale des VdP a suscité deux controverses à l’égard de ses


caractéristiques sémantiques : s’agit-il de verbes transitifs qui dénotent un transfert
d’énergie ? Quel est leur aspect lexical : statique ou dynamique ? Lorsque l’on essaye
de se frayer une voie à travers les nombreuses publications touchant ces points de
discussion, deux tendances principales sautent aux yeux :

1. les chercheurs se concentrent essentiellement sur l’opposition entre les


VdPvolontaire et les VdPinvolontaire ;
2. les VdPvisuelle se profilent comme les prototypes de la classe sémantique de
la perception et servent de modèle à la description des autres VdP.

L’objectif principal de notre contribution est de mettre en cause ces approches


traditionnelles. Ce qui nous semble mériter une attention particulière et qui n’a jamais
été examiné de manière approfondie, c’est l’existence de rapports privilégiés entre les
diverses modalités de perception et le comportement syntaxique des VdP
correspondants. Dans l’analyse actuelle, les VdP ne seront plus simplement étudiés de
la perspective horizontale volontaire vs. involontaire, mais aussi à partir de la
dimension verticale visuel vs. auditif (cf. figure 1.1, p 2).

(ia) Mira hacia afuera.


(ib) Il regarde au ciel.
Pour une description plus détaillée des principales propriétés sémantiques et syntaxiques de ces
compléments, voir Annexes I. La complémentation des verbes de perception : Types & propriétés
sémantiques et syntaxiques, p 356.
3 En français, la construction VdP + gérondif appartient à un langage plus ancien.
4

L’hypothèse d’une corrélation entre la perception et la langue est la clé de


voûte de notre réflexion : la façon dont l’homme aperçoit l’univers influence sa façon de
référer à cet univers. Pareillement, la Grammaire Cognitive, qui part de l’hypothèse
selon laquelle les structures langagières font transparaître la structuration d’autres
domaines cognitifs, situe la relation langue/perception au centre de sa théorie. Aussi, le
lecteur notera-t-il que les premiers postulats de cette étude s’inscrivent dans le cadre
théorique de la Grammaire Cognitive.

1.2 Cadre théorique : la Grammaire Cognitive

1.2.1 Principes de base de la Grammaire Cognitive4

La Grammaire Cognitive surgit dans les années ’80 comme réaction contre le
paradigme génératif dominant. En tant qu’alternative à la conception autonome de la
langue5, elle avance une grammaire intégrée fondée sur les processus expérientiels et
cognitifs. Les principes fondamentaux de cette théorie se résument en trois concepts :
symbolisation, intégration et observation.
Un des premiers postulats est que la syntaxe, la sémantique, le lexique et la
morphologie d’une langue constituent un continuum de structures symboliques :

« Cognitive grammar, by contrast, claims that lexicon, morphology, and syntax form a
continuum of symbolic units serving to structure conceptual content for expressive
purposes. » (Langacker 1987:35)

La Grammaire Cognitive observe des rapports entre la structure syntaxique et


sémantique d’une part, et entre la structure sémantique et pragmatique de l’autre.
Premièrement, les limites de l’organisation syntaxique d’une langue sont imposées
par la composante sémantique. Autrement dit, les catégories syntaxiques sont
motivées sémantiquement et les constructions grammaticales ont une signification.
Concrètement, les restrictions de sélection entre une classe verbale particulière et une

4 Le but de la présente section n’est aucunement de donner un survol complet des fondements de
la Grammaire Cognitive, mais seulement de justifier notre choix de travailler à l’intérieur de ce
cadre théorique. Aussi nous limiterons-nous à synthétiser les postulats principaux pour notre
étude.
5 La conception autonome sépare la syntaxe de la composante sémantique de la langue. La syntaxe

est définie comme le domaine du régulier, la sémantique est définie comme la composante
linguistique de l’irrégulier.
5

structure syntaxique déterminée par exemple, sont étudiées sous l’angle de


l’information sémantique que le verbe véhicule par rapport à ses arguments.
Deuxièmement, comme aucune expression linguistique n’est indépendante de son
contexte discursif, la composante sémantique doit être liée à la composante
pragmatique. De là que la Grammaire Cognitive est également une théorie
linguistique basée sur l’usage de la langue.
Le deuxième principe –qui découle d’ailleurs logiquement de l’hypothèse de
l’iconicité de la syntaxe– pose que la langue constitue une partie intégrée de la
cognition humaine. Il en résulte que la configuration linguistique ne peut être
comprise que dans le contexte plus large du fonctionnement cognitif humain.
Concrètement, les structures grammaticales calquent l’organisation d’autres domaines
cognitifs tels que la mémoire, le système moteur et en particulier, la perception. Dès
lors, l’étude de la langue n’est autre chose qu’une hypothèse concernant sa
représentation cognitive dans l’esprit humain. Jackendoff (1983:16) introduit à ce
propos la contrainte cognitive :

« There must be levels of mental representation at which information conveyed by


language is compatible with information from other peripherical systems such as vision,
nonverbal audition, smell, kinaesthesia, and so forth. » 6

Ibarretxe (1999b:29) parle d’incarnation (embodiment) :

« Human conceptual categories, the meaning of words and sentences and the meaning of
linguistic structures at any level are not a set of universal abstract features or
uninterpreted symbols but motivated and grounded more or less indirectly in experience,
in our bodily, physical and social/cultural experiences […]. »

Le schéma proposé ci-dessous reproduit l’interaction des différentes charnières lors


de l’interprétation et lors de la génération des performances linguistiques. Les
composantes syntaxique, phonétique et morphologique de la langue sont liées à
l’organisation conceptuelle par le biais de la composante sémantique. La structure
cognitive même est conditionnée par les facultés humaines extralinguistiques :

6 Plus tard, Jackendoff (1994:186) déniera l’hypothèse d’une relation entre la langue et la cognition :

«So differences in grammar do not reflect differences in the character of thought; the form of thought must be
distinct from the linguistic garb in which it is clothed. » Un des premiers objectifs de notre étude est de
démontrer qu’effectivement, la relation langue/cognition existe.
6

-perception phonétique
-système moteur structure composante structure
-mémoire conceptuelle sémantique syntaxique
-système émotif morphologie

Figure 1.2 La relation langue/cognition

L’interdépendance de la langue et de la cognition ne doit pas rendre la


description linguistique vague et imprécise7. En effet, la Grammaire Cognitive est un
modèle appuyé sur l’observation de la langue (Barlow & Kemmer 2002) qui préconise
l’approche inductive (bottom-up approach). D’où l’importance d’un va-et-vient entre la
théorie et les données empiriques. L’union de la méthode introspective et de la
méthode empirique permet au linguiste d’arriver à une description cohérente et
précise de la structure de la langue.

1.2.2 La Grammaire Cognitive et les VdP

Comment les trois postulats dépeints ci-dessus s’intègrent-ils dans notre analyse des
VdP ? Premièrement, le principe de la nature symbolique de la syntaxe selon lequel la
structure syntaxique n’est pas arbitraire mais représente de façon iconique la
composante sémantique de la langue, nourrit notre thèse que les différences
syntaxiques entre les VdPvisuelle et les VdPauditive font transparaître les différences
sémantiques entre ces deux classes verbales. Deuxièmement, le principe d’intégration
selon lequel les structures langagières calquent l’organisation du système conceptuel
humain soutient notre thèse que les différences sémantiques entre les VdPvisuelle et les
VdPauditive sont, à leur tour, conditionnées par les propriétés conceptuelles des

7 En contraste avec ce que suggère par exemple Willems (1997:23): « […] Der eigentliche Aufgabe des

Wissenschaftlers –und so auch des Sprachwissenschaftlers, versteht er sich nun als Hermeneutiker, Logiker
oder Biologe–, nähmlich dort Unterscheidungen zu treffen und ‘kritisch’ zu sein, wo die Realität auf die
nichtwissenschaftliche Einstellung einen undifferenzierten, verschachtelten Eindruck macht, weil alles mit
allem zusammenzuhängen scheint, dieser Aufgabe kann nicht dadurch eine neue Richtung verliehen werden,
daβ man den Wissenschaftler sozusagen dazu auffordert, kein wissenschaftler im vollen Bewuβtsein der
Metasprachlichkeit seiner Tätigkeit zu sein und statt dessen eine oberflächliche […] Abbildtheorie zu
entwickeln. […] Diese kritische Beobachtung […] impliziert, daβ die kognitive Linguistik angesichts
bestimmter linguistischer Fragestellungen offenbar Gefahr läuft, daβ ihre Grundthese eine aporetische
Gestalt aufweist. »
7

modalités de perception. Autrement dit, les caractéristiques sémantico-conceptuelles8


des VdP déterminent leur comportement syntaxique :

PERCEPTION la perception de l’univers détermine la façon de référer à cet univers LANGUE

propriétés conceptuelles propriétés sémantiques propriétés syntaxiques


modalités de perception VdP VdP

Figure 1.3 La relation perception/langue

Finalement, la vérification de ces postulats théoriques se fera à partir d’observations


empiriques. Le corpus –invoqué surtout dans le deuxième volet de cette analyse– est
constitué d’exemples dont la provenance est spécifiée dans le tableau suivant9 :

corpus espagnol corpus français


littérature Ficciones (Borges, J. L). F Cosmétique de l’ennemi (Nothomb, A.). EN
El Hereje (Delibes, M.). EH Les champs d’honneur (Rouaud, J.). CH
Las ataduras (Martín Gaite, C). LA Rouge Brésil (Rufin, J-Ch.). RBR
Los misterios de Madrid (Muñoz MM L’acacia (Simon, Cl.). AC
Molina, A.).
El jinete Polaco (Muñoz Molina, JP
A.).
corpus El País (1999). EP Le Monde (1994), (1997-1998). LM
journalistique El Mundo (2002). EM GlossaNet (2003-2004): GLOSSA
Diario Sur (2002). DS Le progrès de Lyon, Libération, La
La Nación (1997-2003). LN Dernière Heure, La Libre Belgique,…

corpus varié Corpus de Referencia del Español Association des Bibliophiles Universels ABU
Actual (Real Academia CREA (La Bibliothèque Universelle).
Española).
Corpus del Español (Davies). CDE
Base de Datos Sintácticos del BDS
español actual.
Spanish OnLine. SOL

Tableau 1.1 Composition du corpus

De ces bases de données, toutes les phrases avec un complément infinitif ont été
distillées, ce qui revient à un ensemble de 3925 exemples espagnols et 2995 exemples

8 Dans cette étude le terme sémantico-conceptuel ou sémantico-cognitif désignera les propriétés


extralinguistiques des modalités de perception ainsi que les propriétés sémantiques des VdP qui en
découlent.
9 L’analyse effectuée dans la première partie se basera essentiellement sur des exemples qui ne

proviennent pas d’un corpus, mais qui nous sont fournis par la littérature même concernant les
VdP. Nonobstant, nous travaillerons uniquement avec des exemples dont le statut est certain et
dont la grammaticalité ne pose pas de problèmes.
8

français ou environ 7000 cas au total10. Vu la complexité des faits linguistiques,


l’analyse empirique donnera lieu non à des universaux absolus, mais à des tendances
statistiquement dominantes. L’on verra en effet que beaucoup de phénomènes
linguistiques sont graduels et que les catégories langagières ne sont pas discrètes,
mais organisées autour d’instances prototypiques. La complexité et l’étendue du
corpus nous obligera aussi à recourir à des instances prototypiques et à des continua.
Nonobstant, comme l’affirme Langacker (1987:19), cette approche prototypique
n’exclut ni la rigueur ni la précision :

« To posit a continuum is not to abandon the goal of rigorous description: we must still
describe the individual structures in explicit detail, even as we articulate their parameters
of gradation. »

Les VdP espagnols constituent le point de départ de notre analyse, mais les
résultats seront comparés avec le français. En effet, afin de découvrir des schémas
cognitifs plus généraux, il s’avère utile d’examiner les mêmes phénomènes
linguistiques dans plusieurs langues. La méthode comparative nous permettra ainsi
de vérifier si la correspondance entre les propriétés des modalités de perception et le
comportement linguistique des VdP n’est pas due aux traits spécifiques d’une langue
mais se manifeste aussi ailleurs, et suggère ainsi des extrapolations.

1.3 Organisation de l’étude

Avant de procéder à une description plus détaillée de la structure de l’ouvrage, nous


tenons à signaler que l’organisation des données était l’une des tâches les plus
délicates. Nous nous sommes efforcée de proposer les informations appropriées à
l’endroit approprié, mais le lecteur sera conscient du ‘continuum’ à travers le texte. En
effet, plusieurs thèmes sont étroitement liés : la transitivité et l’aspect lexical des VdP,
la transitivité et la position syntaxique des constituants, la transitivité et le marquage
casuel des constituants,… La notion d’agentivité par exemple sera définie dans le

10Pour des renseignements supplémentaires, voir la bibliographie I. Sources du corpus, p 326. La


constitution du corpus sera précisée davantage au cours de l’étude. La différence en nombre
d’exemples entre l’espagnol et le français est purement accidentelle. L’existence de bases de
données électroniques étendues pour l’espagnol –comme CREA et CDE– nous a permis de trouver
un nombre plus élevé d’exemples. Par contre, les bases de données françaises –comme ABU–
contiennent souvent des textes plus anciens, donc non représentatifs pour la langue moderne.
9

chapitre sur la transitivité des VdP (chapitre 3), mais sera également invoquée lors de
l’analyse de leur aspect lexical (chapitre 4).
Notre étude comprend deux parties. La première (chapitre 2-4) présentera de
façon critique le champ sémantique des VdP. Il sera démontré qu’une prise en
considération des dissimilitudes conceptuelles entre les modalités de perception
permet de voir certains points chauds relatifs à la sémantique des VdP sous une
nouvelle lumière. Cette partie se veut une approche plutôt théorique des propriétés
des VdP ainsi que des notions telles que la transitivité, l’agentivité et l’aspect lexical.
Bien que la majorité des exemples proviennent de l’espagnol et du français, nous
sommes d’avis que la théorie développée ici s’applique aussi aux VdP dans d’autres
langues. C’est aussi la raison pour laquelle les verbes espagnols et français seront
essentiellement étudiés ensemble. Dans la deuxième partie (chapitre 5-9),
essentiellement empirique, nous partirons à la recherche de phénomènes syntaxiques
qui témoignent de l’influence des qualités sémantico-conceptuelles de la perception
visuelle et auditive sur le comportement grammatical des VdP espagnols, en
comparaison avec les VdP français. L’étude des caractéristiques syntaxiques de la
construction infinitive révélera que la structure interne du complément subordonné
est dans une large mesure conditionnée par le type de VdP principal.
L’objectif du chapitre 2 est de reconstruire la définition de la perception telle
qu’elle nous guidera tout au long de notre analyse. Après avoir insisté sur la
contribution de la littérature interdisciplinaire à cette définition, nous passerons à
l’examen de trois dichotomies qui traversent le champ sémantique de la perception, à
savoir perception directe vs. indirecte, perception volontaire vs. involontaire et perception
visuelle vs. auditive. Nous montrerons que ces notions ‘primitives’ méritent des
définitions plus rigoureuses. Le chapitre 3 offrira une première illustration de
l’influence hypothétique de la composante conceptuelle sur la sémantique des VdP.
La caractérisation des processus de perception visuelle et auditive, volontaire et
involontaire –établie dans le deuxième chapitre– aidera à mesurer le degré de
transitivité des VdP. Après avoir parcouru les traits des deux composantes qui
constituent l’événement transitif prototypique, à savoir le proto-agent et le proto-
patient, nous rangerons les verbes ver/voir, oír/entendre, mirar/regarder et
escuchar/écouter sur l’échelle de la transitivité. Le chapitre 4 proposera une nouvelle
10

analyse pour un deuxième point de discussion, à savoir l’aspect lexical des VdP. Les
tests syntaxiques, avancés dans la littérature, qui distinguent les quatre catégories
vendlériennes ne suffiront pas pour déterminer l’aspect des VdP. Il sera argumenté
que les VdP ne s’insèrent pas dans une seule catégorie aspectuelle mais que leur
classification dépend du contexte d’emploi et de la modalité de perception.
Le chapitre 5 touche au noyau de la partie empirique : la structure interne du
complément infinitif. Dans un premier temps nous passerons en revue les principales
propriétés sémantiques et syntaxiques de la construction infinitive. Dans le chapitre 6
nous discuterons les différentes solutions proposées, à savoir l’analyse
propositionnelle, l’analyse non propositionnelle et l’incorporation. Il sera argumenté
que ces trois analyses ne s’excluent pas mais sont complémentaires. L’ensemble des
constructions infinitives ne constitue pas un bloc homogène, mais leur structure
interne dépend de la modalité du VdP principal et des propriétés sémantiques du
complément infinitif même. Afin de démontrer cette thèse, nous effectuerons une
analyse expérimentale –surtout en espagnol mais également en français– de trois
phénomènes syntaxiques : la position syntaxique du participant subordonné SN2
(chapitre 7), son marquage casuel (chapitre 8) et l’accord verbal entre le VdP et les
constituants subordonnés dans la construction infinitive pronominale (chapitre 9).
11

Chapitre 2

Le champ sémantique de la perception

Panorama & caractéristiques générales

« By their very nature, different senses impose different


requirements on perception. »
(Kirsner & Thompson 1976:233)

La perception est un processus cognitif fondamental dans la vie des êtres


animés et plus particulièrement des humains. Aussi la thématique de la
perception a-t-elle suscité une abondante littérature interdisciplinaire. Notre
étude porte en premier lieu sur la traduction langagière de la perception mais,
afin de reconstruire sa définition plus générale, nous décrirons brièvement
quelques théories philosophiques et psychologiques. De plus, nous
montrerons que, comme la langue sert en premier lieu à communiquer de
l’information relative aux entités aperçues dans le monde extérieur, la langue
et la perception sont deux facultés cognitives profondément imbriquées (2.1).
Dans les sections subséquentes, nous analyserons plus en détail les
oppositions qui sillonnent le champ sémantique de la perception et par
conséquent des VdP, c'est-à-dire la dichotomie perception directe vs. indirecte
(2.2), la distinction perception volontaire vs. involontaire (2.3) et les modalités de
perception (2.4). Trop souvent, ces classifications sont présentées dans la
littérature comme primitives et donc données comme telles. Nous
argumenterons que ces notions nécessitent des définitions plus nuancées qui,
à leur tour, expliqueront bon nombre de questions non élucidées.
12

2.1 De la psychologie à la linguistique, de la perception à la langue

Comme le pose Wierzbicka (1980:106), la perception est un processus cognitif


particulier par lequel des entités animées, généralement humaines, expérimentent des
stimuli externes, qui leur fournissent des renseignements sur le monde extérieur :

« […] one must mention an initial stimulus coming from the external world and causing
some part of the body to send a message to the owner of that body, thereby causing him to
have some information about the part of the world which acted as the initial stimulus.»

Un premier survol de la bibliographie nous apprend qu’autant la psychologie que la


philosophie et la linguistique ont tenté de répondre à la question centrale : qu’est-ce
que la perception?
Premièrement, à côté de la mémoire, de l’imagination, du raisonnement et des
émotions, la perception est l’un des processus mentaux étudiés par la psychologie
cognitive1. Cette discipline examine la relation entre le input de stimuli complexes et le
output de ces stimuli dans un système conceptuel stable :

INPUT OUTPUT

stimulus système conceptuel du percepteur

Figure 2.1 L’acte de perception

Autrement dit, elle étudie la façon dont le cerveau humain transforme les images
sensorielles désordonnées en une perception consciente du monde. Ainsi un nouvel
élément s’ajoute à la définition de base –proposée au début de ce paragraphe– à
savoir, l’importance de l’interprétation des données aperçues. Lors de l’interprétation
des stimuli enregistrés par les sens, des connaissances et des expériences préalables
interviennent. La perception se définit plus rigoureusement comme l’interaction de la
réception de données, de principes innés et de connaissances préalables. De là que
l’acte de perception n’est pas une simple reproduction des stimuli externes, mais qu’il
implique un processus actif d’organisation des données :

1 Pour une définition de la perception du point de vue de la psychologie cognitive, voir par

exemple Bourne (1979), Castanedi (1977), Goldstein (1996), Marcel (1983), Matlin (1983, 1988),
Savage (1978), Van Geert (1983) et Monsell & Driver (2000).
13

« The quality of our perceptual experience depends only in part on the stimuli that impinge
on our sense organs and the signals directly induced by these stimuli. Equally important is
the structure imposed on these peripheral events at more central levels of processing in
accordance with current expectations and the available inventory of perceptual and
interpretive routines. Perception is not a passive phenomenon, but an active process that is
reasonably regarded as a kind of problem-solving activity. » (Langacker 1987:101)

Deuxièmement, depuis Aristote jusqu’à nos jours, des questions concernant


l’origine de la perception (Où et comment les processus de perception se produisent-
ils ?), l’objet de notre perception (Qu’est-ce que je perçois ?) et les propriétés
inhérentes de notre perception (Est-ce que ma perception est fiable ? Dans quelle
mesure mes perceptions sont-elles personnelles ? Les caractéristiques de ma
perception sont-elles universelles ?) ont préoccupé les philosophes2. Vendler par
exemple (1967:120) insère la perception dans la classe des philosophically notorious
specimens et résume l’énigme de la perception en les mots :

« What happens when we perceive, and what is it that makes it happen? »

Notre étude ne concerne pas en premier lieu ces questions philosophiques, bien
qu’elles jouent sans doute un rôle important dans l’approche linguistique de la
perception :

« Yet the problems related to perception that philosophers have been addressing themselves
to are to a large extent linguistic: they are, or can be, formulated as questions about
meaning. » (Wierzbicka 1980:99)

En effet, la traduction langagière de nos perceptions (Comment pouvons-nous décrire


nos perceptions ?) est à la fois un objet d’étude philosophique et linguistique.
La corrélation entre la perception et la langue est le point de départ de bon
nombre d’études linguistiques. En postulant que :

« The impression that perception and language are closely related may stem from a feeling
that people use language primarily to talk about the world they perceive.»

Miller & Johnson-Laird (1976:119) justifient le titre de leur ouvrage célèbre Language
and Perception. En effet, le lien étroit entre la perception et la langue dérive du principe
que la langue sert en premier lieu à communiquer des données sur le monde que l’on
aperçoit. Dans le même fil d’idées, Franckel & Lebaud (1990) se demandent si la
phénoménologie de la perception d’une culture donnée est affectée par le

2 Pour une définition plus philosophique de la perception voir entre autres Alva (2002), Austin

(1962), Classen (1993), De Haan (1998), Johansen (1998), Landesman (1993), Merleau-Ponty (1945),
Plomer (1991), Sean (s.d.) et Yolton (1984).
14

fonctionnement des VdP dans la langue correspondante ou si par contre, l’analyse


linguistique est surdéterminée par la culture philosophique de la perception. Plus
récemment, Dupas (1997) a examiné le lien entre les actes perceptifs et les actes de
langage en partant de l’hypothèse que l’extraordinaire souplesse des VdP est une
illustration parfaite des rapports qui existent entre l’expérience et le langage.
Finalement, comme nous l’avons déjà annoncé dans le chapitre introductif, la
Grammaire Cognitive situe la relation langue/perception, et en particulier la relation
langue/perception visuelle, au centre de sa théorie3.
Le lien perception/langue justifie en même temps notre étude qui porte
essentiellement sur l’interdépendance du fonctionnement sémantico-syntaxique des
VdP et des propriétés conceptuelles des modalités de perception visuelle et auditive.
Ainsi nous espérons fournir une réponse à la question de Jackendoff (1983:3) :

« What does the grammatical structure of natural language reveal about the nature of
perception and cognition? »

Il sera démontré que d’une part, l’étude des caractéristiques des modalités de
perception peut éclairer le comportement grammatical des VdP et que d’autre part,
l’étude du comportement syntaxique et sémantique des verbes peut contribuer à la
définition générale de la perception. Langue et perception sont deux notions
profondément imbriquées.

2.2 Perception directe et perception indirecte

2.2.1 Définition de la dichotomie direct vs. indirect

La première opposition sémantique qui sillonne le champ de la perception est celle


qui sépare la perception directe de la perception indirecte. Lors d’un processus de
perception directe, le percepteur entretient une relation physique avec son

3 D’après Cifuentes Honrubia (s.d.), la langue et la perception visuelle partagent trois


caractéristiques principales, à savoir la cohérence dans l’inventaire conceptuel, la cohérence à
l’intérieur de la scène aperçue et la cohérence à travers le temps. Primo, la perception d’une entité
est effectuée par l’association avec d’autres objets du paradigme. Cette association s’effectue de la
même façon que la classification conceptuelle d’une structure linguistique. Secundo, la structure
ordonnée que la perception visuelle impose à une scène observée chaotiquement est semblable à la
cohérence structurelle qu’impose la langue. Tertio, la cohérence temporelle de la perception
visuelle ressemble à la structuration méthodique du discours linguistique.
15

environnement et les stimuli externes lui fournissent directement des informations sur
le monde extérieur. En revanche, lors d’un acte de perception indirecte, le percepteur
obtient ces données par un raisonnement déductif et par des calculs à partir de ce
qu’il aperçoit. La perception directe correspond à une interprétation immédiate et
plus au moins inconsciente de la situation aperçue tandis que la perception indirecte
est le résultat d’une activité déductive à partir des stimuli sensoriels. Cette distinction
entre perception directe et perception indirecte remonte à la philosophie
phénoménologique. C’est en effet Husserl (1913) qui a introduit l’opposition entre la
perception directe de propriétés perceptuelles et la perception indirecte de propriétés abstraites.
Les mêmes notions apparaissent dans presque chaque étude linguistique traitant des
VdP, mais souvent elles se confondent avec d’autres termes. Schüle (1999) par
exemple utilise les couples physique vs. cognitif, concret vs. abstrait et épistémiquement
neutre vs. épistémique pour renvoyer à la perception directe et indirecte. Cependant,
ces concepts ne sont pas des synonymes parfaits de direct et indirect. Le but de la
présente section est de définir plus explicitement cette série de notions.
Willems (1983:155) note déjà que la bifurcation direct vs. indirect ne recouvre
pas entièrement l’opposition physique vs. cognitif. La perception cognitive équivaut à
un acte de connaissance de sorte que voir que quelqu’un a raison revient à savoir que cette
personne a raison. Par conséquent, la perception cognitive est toujours indirecte
puisqu’elle implique une déduction (1). La perception physique par contre, concerne
le monde concret et matériel. Les exemples montrent toutefois qu’elle peut être directe
(2) ou indirecte (3) :

(1) Je vois que tu as raison.


(2) Je te vois partir.
(3) Je vois (à tes yeux) que tu es malade.

Hiérarchiquement, la dichotomie physique vs. cognitif est subordonnée à la dichotomie


direct vs. indirect. À première vue, la perception directe est toujours perception
physique4 (2), la perception indirecte peut être physique (3) ou cognitive (1) :

4 Nous verrons dans la suite de cette section que cette affirmation nécessite quelques précisions.
16

perception directe perception indirecte

(2) (3) (1)


physique physique cognitif

Figure 2.2 Physique vs. cognitif

Nous n’utiliserons donc pas les termes perception physique et perception cognitive en tant
que synonymes de perception directe et perception indirecte. Cependant, ils nous
permettront de sous-spécifier le type de perception indirecte : perception indirecte
physique ou perception indirecte cognitive.
Barwise & Perry (1983) introduisent les notions épistémiquement neutre vs.
épistémiquement positive pour renvoyer aux deux types de perception. La perception
épistémiquement neutre ne dépend pas de l’état cognitif ni des croyances du
percepteur tandis que la perception épistémiquement positive implique des processus
cognitifs d’inférence. Dans l’anecdote suivante de Barwise & Perry (1983:179) le
premier acte de perception décrit est épistémiquement neutre, le deuxième est
épistémique :

« If you, as special prosecutor, had to convince the jury that Nixon saw Rosemary Woods
erase the crucial part of the Watergate tape, you would have a pretty good idea of the sort of
evidence you would need. You would need to prove that Rosemary Woods did indeed erase
the crucial part of the tape and that Nixon saw it. For example, a film of Nixon watching
Miss Woods erase that part of the tape would be pretty good evidence.
But what if you had to prove that Nixon saw that Rosemary Woods erased the crucial part
of the Watergate tapes? Your old evidence will no longer suffice, since Nixon could claim
that he didn’t know it was the Watergate tape, or that he didn’t know that she was erasing
it, or that he knew she was erasing a part but didn’t know it was the crucial part.
To prove the first (and weaker) claim, one has to show that Nixon had his eyes open and
functioning, and that an event of a certain sort was taking place before him. To prove the
stronger claim, one needs to prove something about what he recognized and what thoughts
were going through his mind. »

Bayer (1986:44) insiste sur la difficulté de délimiter les deux notions :

« It is surprising how long it took philosophers to realize the difference between


epistemically neutral and epistemically loaded perception. »

et les définit autrement comme perception d’un événement (event perception) et perception
d’un fait (fact perception) :

«The shift from event-perception to fact-perception becomes dramatically clear in


epistemically neutral and epistemically loaded perception reports: the mother heard her
baby cry (but she didn’t realize that it was HER baby vs. the mother heard that her baby
cried (*but she didn’t realize that it was HER baby). » (Bayer 1986:10)
17

À première vue ces termes recouvrent le domaine de l’opposition perception directe vs.
perception indirecte. Aussi accepterons-nous la notion de perception épistémiquement
neutre comme synonyme de perception directe et la notion de perception épistémique
comme synonyme de perception indirecte :

perception directe perception indirecte

perception épistémiquement neutre perception épistémique

Figure 2.3 Épistémiquement neutre vs. épistémique

L’opposition entre la perception primaire et la perception secondaire est le


troisième couple qui pose des problèmes terminologiques. Di Tullio (1998) l’utilise en
tant qu’équivalent de l’opposition direct vs. indirect. En revanche, Barwise & Perry
(1983), Dik & Hengeveld (1991) et Rodríguez Espiñeira (2000) utilisent ces termes
pour distinguer deux sous-types de la perception indirecte. La perception indirecte
primaire correspond à l’acquisition de connaissances par la perception suivie d’un
raisonnement déductif (4), et se sépare d’un deuxième type de perception encore plus
indirecte –et donc secondaire– qui consiste en l’acquisition de connaissances par la
perception suivie d’un raisonnement déductif et augmented by what one knows (Barwise
& Perry 1983:194) (5). C’est dans ce dernier sens que nous utiliserons les termes
primaire et secondaire :

(4) Je vois (à vos yeux) que vous êtes fatigué.


(5) Je vois (à vos yeux) que vous êtes rentré tard.

Dans l’exemple (4) la perception physique des yeux me permet de conclure que vous
êtes fatigué. Dans (5) la perception physique des yeux me permet de conclure que
vous êtes fatigué et de là que vous êtes probablement rentré tard. Dans les deux cas la
perception directe d’un indice physique me permet de tirer ces conclusions : la
perception est nécessairement indirecte et physique. Néanmoins, le processus
d’inférence est plus élaboré dans (5) : à l’observation que vous êtes fatigué s’ajoutent
mes connaissances préliminaires que quelqu’un qui est fatigué n’a pas assez dormi et
est donc possiblement rentré tard, et comme je sais que vous avez l’habitude de
rentrer tard,… Dès lors, la perception indirecte primaire et la perception indirecte
18

secondaire peuvent être considérées comme des sous-classes de la perception


indirecte physique :

perception directe perception indirecte

physique physique cognitif

primaire secondaire

Figure 2.4 Primaire vs. secondaire

La dernière dichotomie qui mérite notre attention est celle de la perception


concrète vs. perception abstraite. Trop souvent concret est confondu avec direct et
abstrait avec indirect. Si nous définissons abstrait comme :

« […] qui n’existe que sous forme d’idée »

et concret comme :

« […] qui exprime quelque chose de matériel, de sensible »5

nous sommes apte à conclure que la dichotomie concret vs. abstrait traverse à la fois le
champ de la perception directe et celui de la perception indirecte :

(6) Je vois arriver les enfants. (perception directe, concrète)


(7) Je vois apparaître des problèmes. (perception directe, abstraite)
(8) Je vois (à vos yeux) que vous êtes rentré tard. (perception indirecte, concrète)
(9) Je vois que vous avez raison. (perception indirecte, cognitive, abstraite)

Dans (6) et (8), des stimuli matériels –les enfants (6) et les yeux (8)– causent une
perception directe (6) ou indirecte (8). Dans (7) et (9) aucun référent concret ne peut
être aperçu : dans (7) le percepteur exprime sa pensée de voir apparaître des
problèmes ; dans (9) il aperçoit que quelqu’un d’autre a raison. Compte tenu de ces
exemples, nous introduirons dans la catégorie de la perception directe, à part la
perception directe physique concrète (6), un type de perception directe plus abstraite
(7). La perception indirecte physique recouvre le domaine de la perception indirecte
concrète (8) ; le domaine de la perception indirecte cognitive correspond grosso modo

5 Définitions rencontrées dans Le Petit Robert (1993).


19

à la perception indirecte abstraite (9)6. Notons quand même que la perception directe
abstraite est moins directe que la perception directe concrète, vu l’absence d’un
référent réel perceptible par les sens7. Par conséquent, au niveau de la perception
directe abstraite, la frontière entre la perception directe et la perception indirecte est
vague et potentiellement sujet de discussion :

perception directe perception indirecte

physique physique cognitif

concret abstrait concret abstrait

Figure 2.5 Concret vs. abstrait

Finalement, Austin (1962:16-17) introduit un type de perception indirecte,


caractéristique de la perception auditive, par lequel le percepteur reçoit des
informations d’une source intermédiaire :

« The most natural sense of ‘hearing indirectly’, of course, is that of being told something
by an intermediary […]. »

Ce type de perception indirecte sera appelé perception réception8. Dans une phrase telle
que J’entends que vous êtes malade (votre sœur m’a téléphoné), l’entité aperçue est de
nature linguistique et il y a une personne intermédiaire (votre sœur) qui fonctionne
comme la source d’information. La perception réception existe également dans le
champ du visuel mais y est beaucoup moins fréquente : Je vois que vous êtes malade (je
l’ai lu dans l’attestation du médecin). La haute fréquence de la perception réception dans
le domaine de l’auditif est due à l’extension sémantique prototypique perception
auditive/communication.

6 Toutefois, cognitif n’est pas un synonyme parfait d’abstrait. La perception cognitive équivaut à un
acte de connaissance tandis que la perception abstraite correspond à la perception d’un stimulus
immatériel.
7 Ce type est quand même introduit dans la catégorie des processus de perception directe parce

que l’idée d’un acte déductif est absente.


8 Terme de Dik & Hengeveld (1991).
20

2.2.2 Le continuum entre perception directe et perception indirecte

Des paragraphes précédents il ressort non seulement que les différentes notions
introduites au départ ne sont pas des synonymes parfaits, mais aussi que la
bipartition entre perception directe et perception indirecte n’est pas toujours
rectilinéaire. À plusieurs reprises l’on éprouve des difficultés à situer une construction
avec un VdP par rapport à cette dichotomie. Afin de faire face à cet embarras, Austin
(1962:16-17) prétend que la distinction entre la perception directe et indirecte n’est
valable que pour le sens visuel. Les autres modalités seraient incompatibles avec ces
notions :

« […] the notion of indirect perception is not naturally at home with senses other than
sight. With the other senses there is nothing quite analogous with the ‘line of vision’. The
most natural sense of ‘hearing indirectly’, of course, is that of being told something by an
intermediary – a quite different matter. But do I hear a shout indirectly, when I hear the
echo? If I touch you with a barge-pole, do I touch you indirectly? Or if you offer me a pig
in a poke, might I feel the pig indirectly through the poke? And what smelling indirectly
might be I have simply no idea. For this reason alone there seems to be something badly
wrong with the question, ‘Do we perceive things directly or not?’ »

Toutefois, au cours des paragraphes antérieurs nous avons montré que


l’opposition perception directe vs. perception indirecte s’applique non seulement à la
perception visuelle mais également à la perception auditive. Pour les trois autres sens,
nous ne disposons pas d’assez de données afin de pouvoir juger de la validité, mais il
n’est pas difficile de s’imaginer un exemple d’un acte de perception olfactive
indirecte. Dans Je sens que Marie est arrivée, le percepteur déduit de la perception d’un
parfum particulier que la personne qui porte normalement ce parfum est arrivée.
Plusieurs auteurs signalent que dans le champ de la perception auditive, le
contraste entre la perception directe et la perception indirecte diminue. Rodríguez
Espiñeira (2000:60) impute cette convergence à la haute fréquence des constructions
de perception réception :

« Puesto que todo acto de habla es un metafenómeno, en estos casos se difuma la diferencia
entre la designación del percepto que corresponde a la percepción directa y a la indirecta.»

Un deuxième facteur qui explique cette association de la perception directe à la


perception indirecte dans le domaine de l’auditif est la moindre fiabilité de
l’information acquise auditivement. En effet, quant à la fiabilité à l’intérieur de la
classe de la perception indirecte, l’on observe une hiérarchie dictée par le degré
21

d’immédiateté et le principe d’inférence primaire, le percepteur a toujours plus de


confiance en ses propres inférences qu’en les informations fournies par autrui :

[+ fiable] [- fiable]

perception indirecte primaire > perception indirecte secondaire > perception indirecte réception

Figure 2.6 Les degrés de fiabilité

À notre avis, la cause principale de la confusion entre la perception directe et la


perception indirecte est qu’en fait –comme il a été démontré par les psychologues
cognitivistes– tout acte de perception s’accompagne d’un processus déductif. Cette
fusion des processus cognitifs et perceptifs est clairement décrite par Gee (1975:200)9 :

« […] there is often no strict borderline where perception ends and recognition or
realization based on perceptual evidence begins – the two are often mixed to various
degrees and in subtle ways. »

Cette thèse s’oppose à l’idée défendue par Schüle (1999:5) que les processus de
perception et les processus cognitifs se séparent nettement :

« In sum, we do not necessarily recognize or identify the objects or events we perceive. In


other words, perceiving does not automatically involve cognitive processing. »

Somme toute, nous adhérons au point de vue de Gee (1975) et de Kirsner &
Thompson (1976:8) qui définissent l’opposition sémantique entre la perception directe
et la perception indirecte comme un continuum :

« The contrast between direct perception and deductions from something perceived, is like
other linguistic contrasts a matter of degree. »10

Le schéma ci-dessous reprend notre conceptualisation des domaines de la


perception directe et la perception indirecte pour le visuel et pour l’auditif :

9 Pour d’autres remarques à ce propos voir Cristea (1986:245), De Geest (1970), Holierhoek (1980),
Miller & Lowrey (2003) et Willems (1983).
10 Ce mélange de perception directe et de perception indirecte a des répercussions sur l’étude

sémantico-syntaxique des compléments des VdP. Il expliquera dans une large mesure les
difficultés que nous éprouverons lors de la classification de la construction infinitive comme
structure de perception directe ou indirecte, cf. infra 5.1 La CI : une structure de perception
directe ?, p 114.
22

[+ direct] [- direct]

perception directe perception indirecte

physique physique réception cognitif

concret abstrait concret concret abstrait


Je vois arriver la dame. Je vois apparaître des problèmes. J’entends que vous êtes malade. Je vois que vous avez raison.
J’entends une voix. Je les entends déjà se plaindre. Je vois que vous êtes malade. J’entends ce que vous voulez dire.

primaire secondaire
Je vois (à vos yeux) que vous êtes fatigué. Je vois (à vos yeux) que vous êtes rentré tard.
J’entends (à votre voix) que vous êtes fatigué. J’entends (à votre voix) que vous êtes rentré tard.

Figure 2.7 Perception directe vs. indirecte : un continuum

Dans la suite de cette analyse les VdP seront étudiés dans les contextes de perception
directe. La prise en considération des actes de perception indirecte nous conduirait
vers la problématique de la polysémie des VdP et nous éloignerait trop de l’objectif
central de cette étude qui consiste à démontrer que les différences conceptuelles entre
les modalités de perception influencent les propriétés sémantico-syntaxiques des VdP.

2.3 Perception volontaire et perception involontaire

2.3.1 Définition de l’opposition volontaire vs. involontaire

Les expériences de perception directe se partagent encore entre deux groupes : ou


bien le percepteur s’oriente activement vers le stimulus et cherche à en saisir certains
aspects, ou bien le stimulus apparaît au percepteur et s’impose à sa conscience. La
variation entre ces deux modes de perception a été définie en termes de perception
agentive vs. non agentive (Gruber 1967), agentive vs. passive (Willems 1983), active vs.
cognitive (Rogers 1974) et perception vs. aperception (Krefeld 1998). Nous verrons plus
loin dans cette étude que les notions agentif, actif, passif et cognitif ont fait l’objet d’une
discussion concernant le degré d’agentivité du percepteur11. De là que nous
recourrons aux termes plus neutres de perception volontaire et perception involontaire.
Les VdPvolontaire considérés sont mirar/regarder et escuchar/écouter ; les VdPinvolontaire sont
ver/voir et oír/entendre. Ci-dessous ces deux types seront comparés sur base des
caractéristiques prototypiques du percepteur, du stimulus et de l’acte de perception.

11 Cf. infra 3.3.2 Le percepteur : un proto-agent ?, p 54.


23

2.3.2 Différences entre perception volontaire et perception involontaire

Le percepteur d’un acte de perception volontaire est un observateur qui s’oriente


activement vers les stimuli : il aperçoit volontairement par ses oreilles ou par ses yeux
des phénomènes visuels ou auditifs. Le percepteur involontaire par contre est un
expérienceur qui subit un processus de perception qui survient à son insu : les
phénomènes visuels et auditifs ‘s’offrent’ à ses oreilles ou à ses yeux sans qu’il ne
fasse d’effort pour les percevoir12.
Afin que la perception volontaire se réalise, le stimulus doit mériter l’attention
du percepteur. De là que souvent, il y a une raison pour initier ou prolonger la
perception : le caractère attrayant du stimulus, son importance par rapport à d’autres
stimuli, le désir d’examiner ses propriétés plus en détail,… En revanche, le stimulus
de la perception involontaire s’impose à la conscience du percepteur : le stimulus ne
présente pas nécessairement des traits spécifiques. À cela s’ajoute que la perception
volontaire ne se fait que d’entités de premier ordre, c’est-à-dire d’objets concrets qui
existent dans le temps et dans l’espace (10), tandis que la perception involontaire
sélectionne également des objets plus abstraits (11) :

(10) Regarder un homme, écouter la radio,…


(11) Voir un homme, entendre la radio, voir une évolution, entendre la peur dans la voix
de quelqu’un,…

Finalement, à l’encontre de la perception involontaire, le percepteur volontaire attend


la survenue du stimulus et peut anticiper sa perception; la durée du stimulus doit être
suffisamment étendue afin qu’il soit aperçu.
La perception volontaire consiste en une activité non délimitée, contrôlée par le
percepteur. La perception involontaire correspond à un processus mental qui établit
un lien entre un percepteur conscient et un phénomène expérimenté. Par conséquent,
le processus de perception volontaire s’oriente vers le stimulus alors que la perception
involontaire émane du stimulus. L’activité d’escuchar/écouter signifie tendre l’oreille afin
de savoir s’il y a quelque chose à entendre et prêter attention aux stimuli auditifs ;
mirar/regarder se traduit par ouvrir et orienter les yeux afin de savoir s’il y a quelque chose à
voir et identifier les stimuli visuels ; ver/voir et oír/entendre correspondent respectivement
à l’irruption d’un événement visuel ou sonore dans le champ perceptif du sujet. Par

12 Il sera toutefois argumenté plus loin que le percepteur involontaire n’est pas entièrement passif.
24

conséquent, l’acte de perception volontaire est plus complexe que la perception


involontaire, comme l’affirment Kirsner & Thompson (1976:226) :

« […] agentive perception necessarily suggests a more complex and potentially more time-
consuming event than simple perception alone. Two distinct processes are involved: (i) the
directing of attention, (ii) the perceiving. »

De plus, la perception volontaire est toujours perception directe, tandis que la


perception involontaire peut être directe ou indirecte13. Une dernière différence est
que la perception involontaire est réussie et perfective alors que la perception
volontaire est imperfective et neutre quant à la réussite. Plusieurs auteurs (Gruber
1967, Holierhoek 1980, Miller 2003a, Rogers 1974, Shyldkrot 1989) déduisent de cette
dissemblance que regarder n’implique pas voir et qu’écouter n’implique pas entendre. Le
percepteur peut projeter son regard ou son écoute vers le stimulus sans qu’il y ait
perception effective de l’entité en question. Le percepteur visuel par exemple peut
orienter et ouvrir les yeux sans qu’il arrive à voir quelque chose :

« The first example is in fact that blind men are, rather ordinarily said to look at things,
but, of course, do not see them, and generally known they cannot see them, so could not
intend to. » (Rogers 1974:28)

Le schéma suivant résume les différences principales entre la perception


volontaire et la perception involontaire :

perception involontaire

percepteur stimulus
[expérienceur] perfective [neutre]

perception volontaire

percepteur stimulus
[observateur] imperfective [particulier : familier, attrayant]

Figure 2.8 Perception volontaire vs. perception involontaire

13 Cf. supra 2.2 Perception directe et perception indirecte, p 14. Par conséquent, mirar/regarder et
escuchar/écouter semblent moins productifs syntaxiquement et apparaissent dans un nombre de
constructions bien plus limité que ver/voir et oír/entendre. Les VdPvolontaire ne sélectionnent pas le
complément qui dénote des actes de perception indirecte, à savoir la complétive. De plus, les
VdPinvolontaire sont susceptibles d’étendre leur champ sémantique plus que les verbes exprimant la
perception volontaire.
25

2.4 Les modalités de perception

2.4.1 Caractéristiques prototypiques des cinq modalités14

À part l’opposition entre la perception volontaire et la perception involontaire, la


façon dont chaque sens nous fournit de l’information sur le monde extérieur est aussi
très différente. Chaque mode perceptif est lié à un organe récepteur spécifique qui
transforme les stimuli en une expérience subjective. Les propriétés différenciatrices
sont : la nature du stimulus, la distance et le contact entre le stimulus et
l’expérienceur, la localisation et la durée de la perception, l’identification et la
modification du stimulus par le percepteur.
Le stimulus prototypique de la perception visuelle est la lumière. Afin que la
perception réussisse, la lumière doit être suffisamment forte et refléter la
configuration spatiale de l’objet aperçu. La vision nous fournit de l’information
concernant la forme, l’étendue, l’orientation, la couleur et la distance de l’objet. Les
ondes sonores sont les stimuli prototypiques de la perception auditive. Comme dans
le cas de la perception visuelle, les sons sont enregistrés dans le néo-cortex, où se
situent la plupart des aptitudes intellectuelles ainsi que la faculté langagière. Suite à
un contact entre la peau et une entité extérieure, les interruptions mécaniques
produisent des impulsions nerveuses et causent un processus de perception tactile.
Les stimuli de la perception olfactive sont des molécules volatiles ou des odeurs.
L’information obtenue est projetée dans la région limbique du cerveau, aussi appelée
le ‘cerveau de l’émotion’. Ainsi les odeurs reçoivent immédiatement une valorisation
positive ou négative. Tout comme la perception olfactive, le goût est également une
perception de nature chimique, causée par l’excitation des papilles gustatives
localisées dans la langue.
Le degré de proximité et de contact entre le stimulus et le percepteur oppose
les sens à distance, la vue et l’ouïe15, aux sens à contact, le toucher et le goût. En effet,
l’homme entend des bruits à quelques kilomètres, sa vue couvre des distances encore
plus larges mais, pour que les perceptions gustative et tactile se produisent, le

14 Aristote a été le premier à synthétiser les distinctions fondamentales entre les cinq modalités
perceptuelles. Le paragraphe s’inspire encore de Miller & Johnson-Laird (1976) et d’Ibarretxe
(1999a).
15 Bien sur, les stimuli de la perception visuelle et auditive ne doivent pas se manifester à distance.

Il s’agit plutôt des sens à distance ‘potentielle’.


26

stimulus doit être en contact direct avec le percepteur. L’odorat se trouve entre les
deux extrêmes : d’une part, le stimulus doit être assez proche du percepteur, d’autre
part, le contact n’est pas requis. Le facteur [± distance] range les cinq sens selon la
hiérarchie suivante :

[- distance] [+ distance]

goût/toucher < odorat < ouïe < vue

Figure 2.9 Les cinq sens et le facteur [± distance]

Le paramètre localisation de la perception permet de distinguer les modalités


internes des modalités externes. Afin que les événements de perception auditive,
gustative ou olfactive se produisent, le stimulus doit ‘entrer’ dans l’oreille, dans la
bouche ou dans le nez du percepteur. La vision et le toucher sélectionnent des stimuli
externes. L’ouïe et le toucher sont des perceptions instantanées : la réception du
stimulus coïncide avec son identification. Cependant, la perception visuelle d’un
stimulus est ponctuelle mais peut aussi se prolonger. Les modalités chimiques –
gustative et olfactive– correspondent à des processus de perception plus lents. Les
modes de perception visuelle et auditive permettent d’identifier les stimuli en détail et
avec précision.
Vu que l’identification par les autres sens est plus imprécise, les odeurs, les
goûts et les contacts physiques n’ont pas l’objectivité de ce que l’on voit ou entend.
Finalement, les processus de perception ne modifient pas les stimuli, sauf dans le cas
de la perception gustative : afin que le percepteur puisse goûter le stimulus, il en
change la constitution interne.
Le tableau suivant aligne les propriétés principales des cinq modalités :

vue ouïe toucher odorat goût


1 nature lumière ondes sonores palpations de la odeurs excitation des
stimulus peau papilles
2 distance ± grande ± grande minimale proximité minimale
contact non non oui non oui
3 localisation externe interne externe interne interne
4 durée instantanée instantanée instantanée lente lente
± prolongée
5 identification précise précise ± vague ± vague ± vague
6 modification non non non non oui
Tableau 2.1 Les propriétés des cinq modalités
27

Toutefois, dans notre culture les cinq sens ne sont pas taxés de la même valeur.
Les traditions philosophique, psychologique et linguistique s’orientent
essentiellement vers la perception visuelle et dans une moindre mesure vers la
perception auditive. L’olfaction, la gustation et le toucher sont des modalités de
perception dévalorisées. Quelle est la cause de cette prédominance du visuel dans les
sciences humaines ?

2.4.2 Perception visuelle vs. perception auditive

2.4.2.1 Les modalités de perception dominantes

Viberg (1984:136) avance une hiérarchie qui rend compte de l’importance des cinq
sens dans la culture occidentale. La vision et l’audition se trouvent au plus haut de
cette échelle :

[- important] [+ important]

goût/odorat < toucher < ouïe < vue

Figure 2.10 La hiérarchie des modalités

La suprématie de la perception visuelle s’explique par le fait que cette modalité est
notre première source objective d’information relative au monde extérieur : 60% de
toutes les données que notre cerveau reçoit est recueilli par nos yeux. De plus, les
preuves obtenues visuellement sont considérées comme les plus fiables :

«[…] it was noted that the vision modality is probably the most important among the
sensory modalities for obtaining useful information from the environment in our species,
whereas the modalities of taste and smell in particular serve a primarily hedonic function.»
(Cooper 1974:11)

L’explication de la supériorité de la vision et de l’audition est triple.


Premièrement, ces deux modalités permettent au percepteur de surmonter une plus
grande distance que les autres sens (cf. figure 2.9, p 26). Le distant est compris comme
objectif et intellectuel alors que la proximité est plutôt associée au subjectif :
28

« […] both seeing and hearing function over a distance […]. The distance these two sense
modalities are able to cover is connected with objectivity and intellect, while closeness is
often equated with subjectivity, intimacy, and emotion. » (Schüle 1996:7)16

Deuxièmement, la vue et l’ouïe focalisent les stimuli :

« […] because of the focusing ability of our visual sense – the ability to pick out one
stimulus at will from many is a salient characteristic of vision and of thought but certainly
not characteristic of any of the other physical senses except hearing.» (Sweetser 1990:38)

Finalement, les deux modalités de perception dominantes permettent d’analyser les


stimuli en détail. En effet, elles sont les seules à permettre l’échange d’informations
d’ordre intellectuel, cognitif et linguistique. La métaphore thinking is seeing (penser est
voir)17 est illustrative du lien étroit entre la vue et la cognition :

« As a result of the strong connection between sight and knowledge combined with
structural properties of the visual and the intellectual domain, i.e. the ability to focus
attention as well as to monitor stimuli visually as well as mentally, physical vision
regularly is mapped onto ’mental’ vision. » (Schüle 1996:38)

En outre, la hiérarchie des modalités de perception semble se refléter dans le


comportement sémantique et syntaxique des VdP. Premièrement, dans la majorité des
langues, les modes de perception visuelle et auditive ont des verbes particuliers :
ver/voir, mirar/regarder, oír/entendre, escuchar/écouter. Pour les autres modalités, les
équivalents manquent ou un seul verbe couvre plusieurs sens, ce qui est le cas par
exemple de sentir en espagnol et en français (cf. figure 1.1, p 2). De plus, les VdPvisuelle
et les VdPauditive admettent un plus grand nombre de compléments que les autres
modes. Cooper (1974a) en conclut que les référents du visuel sont syntaxiquement
plus flexibles que les référents des autres modalités. D’autres preuves de cette
flexibilité, avancées pour l’anglais, sont :

16 Cf. aussi Shyldkrot (1989:288) : « Le domaine intellectuel, objectif est compris comme distant alors que le
subjectif est perçu plutôt comme proche. Voir et entendre sont des perceptions qui impliquent une
distance. »
17 La citation suivante de Rousseau témoigne du lien étroit entre la vue et la cognition : « La vue est

de tous les sens celui dont on peut le moins séparer les jugements de l’esprit. » Voir aussi Dretske (1969) et
Wilkins (1996). Sweetser (1990) et Ibarretxe (1999a:96) montrent que le rapport vue/cognition est
même attesté étymologiquement. Sjöström (1999) et Danesi (1985, 1990) argumentent que les
métaphores visuelles telles que in the mind’s eye, thinking is seeing et thinking is sensing sont des
métaphores primitives très productives dans la culture occidentale. Quelques exemples de cette
extension sémantique sont : être aveugle: impossibilité de comprendre, être illuminé: être doué, avoir une
bonne vue: comprendre bien, fermer les yeux: éviter de comprendre, illuminer: expliquer, obscurcir: rendre
l’information inaccessible, lumière: connaissance, obscurité: ignorance, être plus perceptible: dominer, être
transparent: être facilement compréhensible,…
29

1. les VdPvisuelle sont les seuls verbes qui apparaissent facilement dans la
construction verbe + particule : look up, look over ;
2. les VdPvisuelle et les VdPauditive surgissent dans des phrases à l’impératif, avec
la deuxième personne comme objet : look at you, listen to you vs. *feel you,
*taste you, *smell you ;
3. les modalités de perception visuelle et auditive s’expriment par des verbes
copulatifs : he looks tired, it sounds like ;
4. seule la perception visuelle admet les constructions du type adjectif-
substantif : a good-looker.

Plus tard, Cooper (1974b) ajoute que les référents de la perception visuelle sont aussi
sémantiquement plus flexibles. Les VdPvisuelle engendrent plus d’extensions
sémantiques que les verbes des autres sens. En effet, la hiérarchie de Viberg (cf. figure
2.10, p 27) implique que les modalités dominantes admettent plus de sens non
centraux que les modalités inférieures ; la vision et l’audition déclenchent des
extensions sémantiques qui couvrent le domaine des autres modalités18.
À première vue, les modes de perception visuelle et auditive ont beaucoup de
propriétés en commun, si bien que l’étude d’une modalité pourrait suffire pour rendre
compte de ces caractéristiques. Bon nombre d’auteurs (entre autres Barron
1999, Barwise & Perry 1983, Higginbotham 1983, 1984, Rodríguez Espiñeira 2000)
analysent le comportement grammatical des VdPvisuelle et transfèrent effectivement
leurs résultats aux VdPauditive et parfois au champ de perception entier. Or, nous
montrerons dans la section suivante que les modalités visuelle et auditive sont assez
différentes quant aux propriétés du percepteur, du stimulus et de l’acte de perception
même et que par conséquent, les propriétés des VdPvisuelle ne sont pas simplement
transposables aux VdPauditive et vice versa.

2.4.2.2 Différences entre perception visuelle et perception auditive

La première différence entre la perception visuelle et la perception auditive est due


aux propriétés inhérentes du percepteur, plus particulièrement à la physiologie de ses
organes perceptifs. La capacité de manipuler, c’est-à-dire d’ouvrir, de fermer et
d’orienter les yeux, n’est pas valable pour les organes récepteurs de la perception

18 Sur les extensions sémantiques différentes voir infra note 23, p 32.
30

auditive, les oreilles19. Le mécanisme de la perception auditive est constamment


ouvert, comme l’affirme Vliegen (1986:103) :

« Der Mensch kann seine Ohren nicht nach Belieben schliessen oder öffnen, wie das bei den
Augen den Fall ist. Die Ohren lassen sich nicht in dem Masse wie die Augen, richten. »

En effet, le processus d’entendre échappe à toute visée et à tout engagement de la part


de l’expérienceur. De cette observation que la perception auditive ne dépend pas de la
volonté du percepteur, Roegiest (2003) conclut que la perception auditive est moins
directe que la perception visuelle. De plus, alors que voir et regarder réfèrent
généralement à des facultés intellectuelles, la perception auditive implique une
compréhension et une réceptivité interne20. Par conséquent, la perception auditive
correspond à un acte plutôt mental que physique. Elle n’entraîne pas de mouvements
corporels mais une activité cognitive qui consiste à faire attention aux stimuli21.
Finalement, la nature manipulable de la vision explique la relation voir implique
regarder. Toutefois, qu’entendre n’implique pas écouter est dû –suivant Miller &
Johnson-Laird (1976:617)– à la physiologie des organes récepteurs :

« […] if people had highly directional ears and an ability to close them with earlids, hearing
would entail listening, […]. »

La deuxième différence entre la perception visuelle et la perception auditive se


situe dans le champ de l’objet aperçu ou du stimulus. La perception visuelle d’une
entité résulte simplement de sa présence tandis que la perception auditive résulte de
l’effet de la présence du stimulus. En effet, les objets de la perception auditive sont
uniquement des humains (12a), des animés (12b) ou des inanimés (12c) qui produisent
un bruit :

« The object heard needs to produce some noise to be heard. » (Van Voorst 1988:122)

19 Verspoor (2000:209) souligne le caractère agentif de la perception visuelle en décrivant les phases
constitutives de l’événement : « Simply put, seeing something involves at least some intentional motor
movement (directing my eyes towards an object), attributing value and categorizing it. »
20 En espagnol et en français modernes, escuchar/écouter déclenchent en effet les interprétations

plus abstraites d’obéir et de suivre.


21 Shyldkrot (1989:290, note 8) signale que entendre -provenant du latin intendere- signifiait à

l’origine attirer l’attention de quelqu’un. La perception visuelle combine l’acte mental de faire
attention aux stimuli avec l’acte corporel d’orienter et de diriger les yeux ; d’où le degré de
manipulation plus élevé.
31

Dans par exemple J’entends l’enfant, j’aperçois l’effet de l’activité engendrée par
l’enfant. En revanche, le stimulus de la perception visuelle peut être impliqué dans
une activité (13a-c), mais ne doit pas l’être (13d) :

(12a) J’entends l’enfant (pleurer, jouer,…).


(12b) J’entends le chien (aboyer, manger,…).
(12c) J’entends la voiture (démarrer,…).
(12d) *J’entends la maison, la table,…
(13a) Je vois l’enfant (pleurer, jouer,…).
(13b) Je vois le chien (manger,…).
(13c) Je vois la voiture (partir,…).
(13d) Je vois la maison, la table,…

Deuxièmement, la perception auditive est plus restrictive que la perception visuelle.


Quand j’entends les cloches, en réalité j’entends le son ou le tintement des cloches. Ainsi
la perception auditive implique une relation métonymique partie/tout. De même,
quand j’entends Jean, j’entends la voix de Jean ou le bruit de ses mouvements ou de ses
activités. En revanche, voir une entité signifie que le percepteur voit le stimulus en soi :

« […] intuitively, we do not hear objects but sounds (noises), while, on the other hand, we
do see objects. » (Wierzbicka 1980:114)

Fillmore (1998) introduit à ce propos la distinction entre le stimulus et la source


stimulus. Dans le cas de la perception visuelle les deux notions couvrent plus ou
moins la même réalité : dans Je vois Jean par exemple, Jean est autant le stimulus
aperçu que la source qui génère le stimulus. Dans le domaine de la perception
auditive, les stimuli sont les bruits ou les sons que l’on aperçoit alors que les stimuli
sources sont les entités qui produisent les bruits22. Comme les deux notions ne
renvoient pas à la même entité, la perception auditive est moins directe que la
perception visuelle :

22 Pour des raisons de simplicité, nous utiliserons au cours de l’analyse qui suit le terme général
stimulus pour désigner la source stimulus ainsi que le stimulus même. Au cas où la distinction
entre les deux notions serait pertinente, nous expliciterons de quel type de stimulus il s’agit : de la
source ou du stimulus même. Sur les différences entre le stimulus de la perception visuelle et la
perception auditive, voir aussi Annexes I.2 Le complément nominal, p 357.
32

perception visuelle perception auditive


stimulus

percepteur stimulus = source stimulus percepteur source stimulus

Figure 2.11 Stimulus vs. source stimulus

Troisièmement, les modes de perception visuelle et auditive impliquent deux


saisies différentes de l’événement aperçu. Le vu est nécessairement localisé dans
l’espace, de sorte que la perception visuelle entraîne la saisie d’une présence :

« It seems that whenever we see an object we see it somewhere (in a place). Thus the
sentence ‘I see a dog’ seems to be an abbreviation of the sentence ‘I see a dog in that place’.
But when we hear or smell something we do not hear or smell it somewhere. »
(Wierzbicka 1980:153)

Ce qui est entendu ou écouté par contre, est uniquement localisé dans le temps. La
perception auditive implique la saisie de l’effet d’une présence : je n’entends pas un
objet ou un processus, mais le résultat du processus ou de l’action effectuée par la
source. La source du stimulus auditif même se localise dans l’espace. Par exemple,
quand j’entends Jean chanter, je peux localiser Jean dans l’espace mais l’événement de
chanter et les bruits qu’il produit ne sont pas liés à un lieu spécifique. Par conséquent,
le visuel permet des actes de perception répétés et prolongés d’un même stimulus,
alors que l’auditif exprime une expérience unique et plus subjective. Cette distinction
fondamentale entre la nature de l’acte de perception visuelle et celle de la perception
auditive est illustrée par l’anecdote de Miller & Johnson-Laird (1976:42) :

«An observer stands watching a scene. He sees a man and hears the man call to a friend. At
that point the observer turns away momentarily. When he turns back, he sees the man
again, and again hears the man call to a friend. The observer believes that he saw the same
man both times, but he does not believe that he heard the same call both times. The man is
perceived as an object persisting through time, but the call is perceived as an event that
occurs and is gone. »

Voici, en guise de conclusion, les propriétés prototypiques du percepteur, du


stimulus et de l’acte de perception pour les deux modalités analysées23 :

23 Nous tenons à compléter le panorama des différences en notant que les deux modes de
perception sont liés à des expériences internes différentes. Le visuel s’attache à l’objectif et à
l’intellectuel alors que l’auditif se rapproche du subjectif et de la communication. Le domaine de la
perception visuelle s’étend vers le domaine de la cognition ; la perception auditive donne lieu à des
33

perception visuelle

percepteur stimulus
[± manipulateur] spatiale [neutre]

perception auditive

percepteur stimulus
[- manipulateur] temporelle [+ producteur d’effets]

Figure 2.12 Perception visuelle vs. perception auditive

2.5 Conclusion : la nature variable de la perception

La définition de la perception à partir de ses propriétés conceptuelles montre qu’un


traitement des VdP en tant que classe homogène n’est pas justifiable. Premièrement, la
perception peut être directe ou indirecte : ou bien les stimuli fournissent directement
des informations sur le monde extérieur, ou bien ces informations atteignent le
percepteur par un raisonnement déductif. La bipartition entre la perception directe et
la perception indirecte n’étant pas toujours nette, plusieurs sous-classes doivent être
introduites. Deuxièmement, les expériences perceptives directes diffèrent selon que le
stimulus s’impose à la conscience du percepteur ou que l’expérienceur s’oriente
activement vers un stimulus, cherchant à en saisir certains aspects. Finalement, la
nature de la perception change conformément à la modalité de perception, visuelle,
auditive, tactile, gustative ou olfactive. Les propriétés recueillies pour une modalité de
perception déterminée ne valent pas pour les autres modes, ni pour le champ de
perception entier.
Dans la suite de cette première partie, il sera examiné comment ces schémas
extralinguistiques et conceptuels –de la perception volontaire et involontaire, mais

métaphores concernant la communication humaine : Je vois que tu as raison vs. J’ai entendu (de ta
sœur) que tu es malade. Sur les extensions sémantiques des verbes de perception voir entre autres
Alm-Arvius (1993), Blumenthal (2002b), Caplan (1973), Danesi (1985, 1990), Evans & Wilkins
(2000), Ibarretxe (1999a,b), Holierhoek (1980), Liver (2003), Matthews (1974), Mönnich (1999),
Sabban (1994), Shabanova (2000), Schepping (1985), Schüle (1996, 1999), Shyldkrot (1989), Sjöström
(1999), Sweetser (1990) et Viberg (1984). Pour plus de données, voir aussi Annexes I.5.2 La
complétive : extensions sémantiques et réduction des contraintes syntaxiques, p 369. Une analyse
plus poussée de la polysémie des VdP n’entre toutefois pas dans le cadre de l’étude actuelle.
34

surtout de la perception visuelle et auditive– influencent la sémantique des VdP


correspondants. Deux questions fondamentales constituent le point de départ :

1. est-ce que les VdP dénotent un transfert d’énergie ? Ou en d’autres termes :


sont-ils sémantiquement transitifs ?
2. en cas d’une réponse positive : quel est le déroulement interne de ce
transfert d’énergie ? Autrement dit : quel est l’aspect lexical des VdP ?

D’après notre hypothèse, l’interaction des propriétés du percepteur et du stimulus


détermine la transitivité sémantique des VdP (chapitre 3). Les caractéristiques
inhérentes des processus de perception –à savoir leur qualité durative ou ponctuelle,
perfective ou imperfective– influencent l’aspect lexical des VdP correspondants
(chapitre 4).
35

Chapitre 3

La relation entre le percepteur et le stimulus

La transitivité des verbes de perception

« Even further removed from the prototype are those transitive


sentences which do not describe an event at all, but rather an act of
perception on the part of the subject. »
(Taylor 1995:208-209)

Dans le chapitre précédent, il a été argumenté que les quatre modalités de


perception –volontaire et involontaire, visuelle et auditive- se distinguent
quant aux propriétés du percepteur et du stimulus. Ces caractéristiques
différentes influencent potentiellement la transitivité sémantique des verbes
correspondants. Traditionnellement, la notion de transitivité renvoie à des
verbes tels que manger ou chanter qui se construisent par nature avec un objet
direct. Toutefois, depuis l’article innovateur de Hopper & Thompson (1980)
elle s’est avérée un concept plus complexe à deux faces : l’une syntaxique,
l’autre sémantique (3.1). Dans le présent chapitre, la transitivité sera
décomposée en ses deux éléments constitutifs, à savoir le proto-agent/sujet et
le proto-patient/objet (3.2). Leurs traits seront appliqués aux composantes de
l’événement perceptif –le percepteur et le stimulus– afin de vérifier
l’hypothèse selon laquelle les VdP se distancient des verbes transitifs
prototypiques (3.3). Nous montrerons que la transitivité est un concept
graduel, aussi bien à l’intérieur de la classe des VdP.
36

1
3.1 La transitivité, une notion fort discutée

3.1.1 Les deux faces de la transitivité

Tout au long de la tradition grammaticale et linguistique, la transitivité a été étudiée


de deux points de vue complémentaires, syntaxique et sémantique. Dans un premier
temps, la transitivité a été corrélée à la valence des verbes. Un verbe transitif se définit
par la présence obligatoire d’un objet direct tandis qu’un verbe intransitif se
caractérise par l’absence d’un deuxième argument :

« Llamamos transitivos a los verbos que denotan un estado o evento que requiere la
existencia de dos participantes o argumentos. […] Un verbo intransitivo es un verbo que
denota una actividad o evento que requiere semánticamente un solo participante o
argumento. » (Mendikoetxea 1999a:1578)

Autrement dit, du point de vue formel la transitivité est associée à la présence de deux
ou de trois arguments, à savoir le sujet (S), l’objet direct (OD) et l’objet indirect (OI) et
donc à la structure S–V–OD–[OI]2.
Ensuite, la transitivité a été définie en fonction des rôles thématiques que les
participants accomplissent dans la phrase. Elle implique une relation énergétique
entre deux participants, l’agent et le patient :

« […] an activity is ‘carried-over’ or ‘transferred’ from an agent to a patient. » (Hopper &


Thompson 1980:251)

Naturellement, une construction intransitive se définit par l’absence de transfert


d’énergie3. Langacker (1991) représente ce transfert d’énergie par le modèle des boules
de billard. Les éléments de ce modèle –l’espace, le temps, la substance et l’énergie–
constituent un monde où des entités discrètes bougent, établissent des contacts et
participent à des interactions énergétiques. Le contact entre ces entités, déclenchant

1 Notre analyse consiste en une approche plutôt théorique de la notion de transitivité. Bien que la
majorité des exemples proviennent de l’espagnol et du français, nous croyons que la théorie
développée ici s’applique aussi aux VdP dans d’autres langues. C’est aussi la raison pour laquelle
les verbes espagnols et français sont étudiés ensemble.
2 Quand le verbe s’accompagne de deux compléments –direct et indirect– la structure est

bitransitive, comme dans : Jean donne un livre à Marie.


3 Il sera proposé plus loin dans cette étude que la classe des intransitifs n’est pas homogène mais

contient deux types de verbes représentant ou bien une émission d’énergie par un agent, ou bien
une réception d’énergie par un patient, cf. infra 7.6.3.1.2 Les verbes intransitifs : inergatifs et
inaccusatifs, p 225.
37

un flux d’énergie, se formalise par la chaîne actionnelle (action chain). La configuration


sémantique représentant la construction transitive typique est agent–action–patient :

E1 contact E2 énergie E3 E4 Ex

agent patient

chaîne actionnelle

Figure 3.1 Modèle des boules de billard

Dans une dernière étape, les faces syntaxique et sémantique de la définition ont
été fusionnées. Comme l’agent et le patient ont été identifiés comme les valeurs
prototypiques du sujet et de l’objet, le schéma agent–action–patient a été projeté sur la
structure syntaxique S–V–OD. Voici le principe de la sélection des arguments tel qu’il
a été proposé par Dowty (1991:576) :

« […] in predicates with grammatical subject and object, the argument for which the
predicate entails the greatest number of proto-agent properties will be lexicalized as the
subject of the predicate ; the argument having the greatest number of proto-patient
entailments will be lexicalized as the direct object. »

Dès lors, une construction est caractérisée comme transitive quand elle implique un
transfert d’énergie entre deux actants ou participants : l’agent/sujet qui fonctionne
comme l’initiateur de l’action et le patient/objet qui subit l’effet voulu par l’agent.

3.1.2 Transitivité syntaxique vs. transitivité sémantique : une relation iconique ?

La constellation sémantique agent-action-patient semble être systématiquement


encodée par la structure grammaticale S-V-OD. Toutefois, plusieurs auteurs (parmi
lesquels Campos 1999, Cano Aguilar 1981, García-Miguel 1995, Geisler 1989, Taylor
1995) ont signalé que cette relation iconique souffre de bon nombre d’exceptions : les
constructions formellement transitives n’expriment pas toujours un transfert
d’énergie.
Premièrement, dans les phrases suivantes le sujet de la construction
biactancielle ne fonctionne pas comme l’agent responsable d’un transfert d’énergie :

(1) John resembles his brother. (Taylor 1995:209)


(2) Jean connaît Marie.
38

(3) Jean voit Marie.

Dans (1-2) il n’y a pas d’action physique performée par un agent qui cause un flux
d’énergie. La seule activité impliquée est mentale et se caractérise par un niveau
énergétique peu élevé. De même, les VdP (3) ont souvent été cités comme des verbes
transitifs atypiques parce que le sujet/percepteur se profile comme un participant non
agentif.
Deuxièmement, l’OD d’une structure biactancielle ne fonctionne pas toujours
comme le patient affecté par l’action :

(4) Jean utilise un crayon pour écrire la lettre.


(5a) Jean longe le mur.
(5b) Jean traverse la rue.
(6) Jean prend peur.
(7) Jean écoute Marie.

Dans (4), l’OD un crayon n’est pas affecté mais manipulé lors de l’action d’écrire. Dans
(5) l’OD ne subit pas l’activité décrite par le verbe, mais fonctionne comme un directif
(5a) ou un locatif (5b). L’OD de (6) ne représente pas une entité individualisée mais
fait partie de la locution prendre peur. Finalement, l’OD d’un VdP (7) ne semble pas
subir un changement d’état interne par le fait d’être aperçu. Voici le deuxième
argument avancé dans la littérature en faveur d’une analyse des VdP en tant que
verbes transitifs atypiques.
Ces contre-exemples ont mené plusieurs linguistes (Cano Aguilar 1981,
Hopper & Thompson 1980, Taylor 1995) à conclure que :

« […], no hay paralelismo completo entre forma y función transitivas. » (Cano Aguilar
1981:22)

et :
« El contenido específico de la relación semántica en que consiste la transitividad puede ser
muy variado. El modelo ‘activo’, […], es importante, pero no exclusivo, por lo que no puede
erigirse como significado general de la transitividad. » (Cano Aguilar 1981:26)

Dans cette optique, Geisler (1989) oppose la transitivité syntaxique à la transitivité


sémantique : celle-ci se caractérise par des degrés de prototypicalité alors que celle-là
se décrit en termes de notions discrètes4.

4Il n’est quand même pas toujours possible d’opposer du point de vue formel les verbes transitifs
aux verbes intransitifs. Occasionnellement les verbes transitifs apparaissent sans leur OD et les
39

Toutefois, l’organisation phrastique des langues telles que le français et


l’espagnol s’oriente vers le type formel S-V-OD. La transitivité sémantique est
généralement exprimée par la structure biactancielle, et même les constructions avec
un degré de transitivité sémantique bas tendent vers ce schéma syntaxique.
Autrement dit, la relation iconique entre la transitivité syntaxique et la transitivité
sémantique n’est pas parfaite mais éminente. Lazard (1998:13) parle même de la
construction biactancielle majeure :

« Dans la syntaxe de toutes les langues apparemment, les phrases d’action, c’est-à-dire
celles qui expriment une action, exercée par un agent, de préférence humain, sur un
patient, qui en est affecté, jouent un rôle central. Ces phrases comprennent deux actants,
qui représentent respectivement l’agent et le patient. Partout, semble-t-il, elles servent de
modèle à des phrases exprimant des procès autres que des actions : ce modèle syntaxique
est, selon les langues, étendu à un secteur plus ou moins vaste du lexique. La construction
des phrases d’action est la ‘construction biactancielle majeure’.»

Dans la suite de ce chapitre, la transitivité sera considérée comme une catégorie


graduelle dont le schéma sémantique agent-action-patient et la configuration
syntaxique S-V-OD constituent les manifestations prototypiques. Le degré de
transitivité d’une construction dépendra de l’analogie entre la situation décrite et la
situation prototypique5.

verbes initialement intransitifs se construisent avec un OD. Le verbe transitif comer est en emploi
absolu dans (ib) ; (iib) se caractérise par la présence d’un objet interne (cognate object):
(ia) Juan come una manzana.
(ib) Juan está comiendo.
(iia) Juan ha muerto.
(iib) Juan ha muerto una muerte penosa.
García-Miguel (1995:58) propose une échelle représentant les degrés de transitivité syntaxique, qui
s’étend entre les deux extrêmes des verbes obligatoirement biactanciels (dire, donner) et des verbes
monoactanciels (tomber, arriver) en passant par les catégories intermédiaires des verbes
facultativement biactanciels (manger, boire) et des verbes monoactanciels qui acceptent la présence
d’un objet interne (chanter, vivre).
5 Rappelons que la théorie des prototypes (attribuée à Rosch 1973, 1975 et Wittgenstein ; pour une

application linguistique voir aussi Kleiber 1990) postule que les catégories linguistiques ne sont pas
discrètes mais organisées autour d’instances exemplaires, et constituent un continuum. La théorie
aristotélicienne définit les classes en termes de traits binaires, nécessaires et suffisants. Les
catégories se distinguent par des frontières nettes et tous les membres ont le même statut. Une telle
conception s’est avérée problématique parce que tantôt les membres qui appartiennent
intuitivement à une catégorie ne possèdent pas toutes les propriétés requises, tantôt les membres
qui intuitivement n’appartiennent pas à une certaine catégorie présentent les traits prescrits. À ce
modèle d’attribution de critères (criterial attribute model) a été opposée la théorie des prototypes.
Celle-ci pose que les catégories sont organisées autour d’instances centrales. Les prototypes sont
généralement acceptés comme les meilleurs exemples et comme les instances les plus fréquentes et
les plus communes d’une catégorie. En outre, des degrés de prototypicalité peuvent être
distingués, en ce sens que les membres d’une classe n’ont pas tous le même statut, certains étant
plus représentatifs que d’autres. Par conséquent, en accord avec le modèle des prototypes l’on ne
40

3.1.3 La décomposition de la transitivité

Hopper & Thompson (1980) ont été les premiers à définir la transitivité comme un
phénomène linguistique graduel et multifactoriel, qui implique un certain nombre de
paramètres relatifs à deux facettes : le proto-agent/sujet et le proto-patient/objet6. En
précisant les caractéristiques de ces deux composantes, nous espérons atteindre
l’objectif de ce chapitre, à savoir le positionnement des quatre types de VdP ver/voir,
oír/entendre, mirar/regarder et escuchar/écouter sur l’échelle de la transitivité.
L’action verbale transitive prototypique dénote un transfert d’énergie
efficacement réalisé entre un proto-agent et un proto-patient. Le transfert d’énergie est
efficace quand l’agent le réalise volontairement et activement. Toutefois, c’est à juste
titre qu’on se demandera si les traits [+ volition] et [+ activité] suffisent pour attribuer
à un constituant la fonction de proto-agent. Est-ce que le sujet fonctionne comme un
agent au même degré dans Jean ouvre la porte que dans Jean s’est cassé la jambe ? Quel
est le rôle du sujet dans Le vent ouvre la porte ? Toutes ces questions indiquent que la
notion de proto-agent nécessite une définition plus raffinée (3.2.1). Le proto-patient se
distingue par un degré d’affectation élevé : suite au transfert d’énergie, le patient subit
un changement d’état interne. Les traits distinctifs du proto-patient seront étudiés
dans la section (3.2.2).

3.2 L’événement transitif prototypique

3.2.1 Le proto-agent/sujet

3.2.1.1 Survol des définitions proposées du proto-agent

Bien que la notion de proto-agent soit souvent citée dans les études linguistiques, il
reste difficile de déterminer sa valeur sémantique exacte. Surtout la notion plus
générale d’agentivité n’a pas toujours reçu, de la part de ceux qui l’invoquent,

peut pas simplement étudier les cas extrêmes d’une catégorie sans rendre compte des cas
intermédiaires.
6 Nous n’étudions pas ici les caractéristiques du troisième participant potentiellement présent dans

la construction, à savoir le proto-récipient/OI (cf. infra 8.5 Le marquage casuel et la dynamicité de


l’objet, p 272). Vu que la transitivité se définit comme un concept graduel, les notions de proto-agent
et proto-patient (Dowty 1991) seront utilisées au lieu de agent et patient.
41

l’attention qu’elle mérite. En effet, comme l’affirme Bossong (1998a:197), l’agentivité a


des effets profonds sur la structuration de la langue :

« L’expérience primaire de l’homme est son ego, c’est-à-dire un être vivant qui se perçoit
lui-même comme agissant intentionnellement et contrôlant ses actions. C’est l’expérience
d’un être actif qui exerce son influence sur le monde qui l’entoure soit sur des êtres
agissant comme lui, soit sur des entités inertes. Il y a donc un clivage primordial, essentiel,
entre l’agentif et le non-agentif. Bien des structures linguistiques reposent sur cette
distinction. »

Une des premières tentatives de saisir la valeur de l’agentivité est celle de


Cruse (1973), qui la distingue de trois autres traits sémantiques : le volitif, l’effectif et
l’initiatif. Lakoff (1977) est le premier auteur rencontré qui définit l’agentivité comme
une notion prototypique ou un Gestalt psychologique. Il décompose l’agentivité en
quatorze traits dont les plus importants sont la volition, le contrôle et la responsabilité
de l’agent. D’après Dik (1989), c’est le degré de contrôle et d’expérience d’un
participant qui décide de son degré d’agentivité. Comrie (1977), Cano Aguilar (1981)
et García-Miguel (1995) ajoutent à la liste des caractéristiques de l’agent prototypique
le trait d’animation (animatedness) :

« […] el agente, ser animado instigador de la acción identificada por el verbo. » (Cano
Aguilar 1981:41).

Foley & Van Valin (1984) et plus tard Van Valin & Lapolla (1997) introduisent deux
macro-rôles, actor et undergoer, qui subsument chacun un nombre de relations
thématiques spécifiques. L’acteur est défini comme :

« […] the entity to which responsibility for the action or event is attributed […]. » (Van
Valin & Lapolla 1997:145)

L’agent, considéré comme l’acteur prototypique, est défini comme :

« […] a wilful, purposeful instigator of an action or event […]. » (Van Valin & Lapolla
1997:85).

À l’exemple de Lakoff (1977), Dowty (1991:572) pose que l’agentivité n’est pas une
catégorie discrète mais continue. De là, l’agent est défini comme un proto-rôle qui se
caractérise par les traits suivants :

« a. volitional involvement in the event or state;


b. sentience (and/or perception);
c. causing an event or change of state in another participant;
d. movement (relative to the position of another participant);
e. exists independently of the event named by the verb. »
42

Cette définition du proto-agent –jusqu’à présent la plus fréquemment citée– est


reprise par Primus (1999:36) qui remplace toutefois le trait [± volition] par [± contrôle].
La conception prototypique de l’agentivité s’appuie sur l’idée qu’un participant ne
doit pas présenter les cinq propriétés énumérées ci-dessus afin d’appartenir à la classe
du proto-agent, mais que logiquement, plus de traits il possède plus il se rapproche de
l’instance centrale. Dans la même perspective, Nishimura (1993) pose que la notion
d’agent couvre une échelle continue s’étendant entre les deux extrêmes de l’entité
volitive qui cause directement un processus d’un côté, et l’entité inanimée ou abstraite
qui est la cause indirecte d’un événement de l’autre côté. Au centre de sa définition de
l’agent se trouvent les concepts d’intentionnalité et de responsabilité.
Le survol qui précède permet de conclure que l’agentivité est un terme général
couvrant tout un faisceau de traits sémantiques tels que le degré d’animation, de
mobilité, d’intentionnalité, de volition et d’autonomie existentielle d’un participant, et
le degré de contrôle qu’il exerce sur ses actions. Afin d’examiner dans quelle mesure
ces traits sont inhérents au proto-agent, ils nécessitent, c’est vrai, des définitions plus
précises.

3.2.1.2 Traits distinctifs du proto-agent

Tout d’abord, les traits énumérés ci-dessus entrent dans deux catégories
fondamentalement différentes : celle des traits inhérents et celle des traits contextuels.
Les traits inhérents dénotent les propriétés inaliénables d’un être, les traits contextuels
par contre n’appartiennent pas à l’essence d’une entité mais lui sont assignés par
l’ensemble des circonstances dans lesquelles elle se trouve. La première série de traits
peut être déterminée ‘intuitivement’; la présence de la deuxième série sera mesurée à
l’aide d’un ensemble particulier de tests formels. Afin de structurer l’argumentation
qui suit, nous nous baserons sur un nombre limité de phrases exemplaires :

(8) La casa está al otro lado de la calle.


(9) Juan abre la puerta.
(10) El viento abre la puerta.
(11) La máquina destruye una botella.
(12) La llave abre la puerta.
(13) Juan construye una casa.
(14) Juan se rompió la pierna.
(15) La piedra rompió la ventana.
(16) Juan rompió la pierna de María en un accidente de coche.
(17) Juan rompió la ventana porque tenía ganas.
43

(18) Juan rompió la ventana jugando al fútbol.


(19) Juan rompió la ventana para despertar a María.

Dans quelle mesure les sujets de ces phrases fonctionnent-ils comme des participants
agentifs ?

Quatre traits distinctifs sont inhérents au proto-agent : (1) son degré d’individuation,
(2) son autonomie existentielle, (3) sa nature humaine et (4) sa mobilité.
(1) Le premier trait cité dans la littérature (cf. Hopper & Thompson 1980)
caractérisant le proto-agent, est celui de sa [± définitude] ou de son degré de
[± individuation] : l’agent est prototypiquement défini et individualisé.
(2) Le proto-agent existe de façon autonome de l’événement dans lequel il est
impliqué. Dans (8) par exemple, la maison n’existe pas indépendamment du fait de se
trouver de l’autre côté de la rue, en contraste avec Juan dans (9) qui subsiste à
l’extérieur de l’événement d’ouvrir la porte :

(8) La casa está al otro lado de la calle.


(9) Juan abre la puerta.

(3) Plusieurs chercheurs (Cano Aguilar 1981, Comrie 1977, Fillmore 1968,
García-Miguel 1995) ont affirmé que l’agent prototypique est humain ou du moins
animé. En effet, les positions les plus élevées de l’échelle d’humanitude7 convergent
vers le plus haut degré d’agentivité potentielle. Vu la conception anthropocentrique
de la langue, les humains se trouvent au niveau le plus élevé de cette échelle, suivis
des entités animées et inanimées qu’ils observent dans le monde environnant :

[+ humanitude] [- humanitude]

humains > animaux supérieurs > animaux inférieurs > objets inanimés individualisés > substances
inanimées
amorphes

Figure 3.2 L’échelle d’humanitude (Lazard 1984:277)

Par conséquent, le sujet Juan (9) est plus proche du proto-agent que le vent (10), qui
s’en éloigne à cause de sa nature inanimée :

7 Cette échelle a été introduite par Silverstein (1976) et reprise par Lazard (1984), qui traduit
animacy hierarchy par échelle d’humanitude. C’est le terme que nous utiliserons également dans notre
étude.
44

(10) El viento abre la puerta.

Un deuxième groupe de linguistes (Cruse 1973, Nishimura 1993) s’est opposé à l’idée
selon laquelle la variation entre l’agentif et le non agentif est uniquement valable pour
les sujets animés. Ils posent que les inanimés peuvent, dans le contexte approprié,
acquérir une agentivité temporaire, comme dans (10). Nishimura (1993:490) compare
les exemples (20a-b) où une entité inanimée et une entité animée fonctionnent
respectivement comme le sujet. Dans (20a) il observe un processus de
personnification :

(20a) El ordenador ha calculado los gastos dentro de algunos minutos.


(20b) Juan ha calculado los gastos con el ordenador dentro de algunos minutos.

Comme les phrases exemplaires le montrent, il s’agit principalement de forces


naturelles, telles que le vent (10), ainsi que d’objets inanimés comme les ordinateurs
(20b), les voitures (20c) et les machines (11) :

(20c) El coche aplasta el escaparate.


(11) La máquina destruye una botella.

Toutefois, nous ne considérerons pas ces sujets comme des instances du proto-agent.
Ce que ces participants inanimés acquièrent n’est pas un degré d’agentivité plus
élevé, mais un degré de dynamicité plus élevé8. En effet, l’étude des traits contextuels
pointera vers une différenciation primordiale entre les entités animées et les objets
inanimés. Le proto-agent se caractérise par le trait [+ animé].
(4) Finalement, un agent prototypique peut se déplacer sans l’intervention d’un
autre participant. Les entités humaines et animées sont normalement [+ mobiles] en
contraste avec les entités inanimées où ce trait n’est pas nécessairement présent. En
effet, dans cette catégorie-ci l’on observe un clivage fondamental entre les inanimés
immobiles et les inanimés qui auto-contrôlent leur mouvement. Van Valin & Lapolla
(1997:121) caractérisent ces forces auto-contrôlantes de la façon suivante :

« […] they can act and move independently, and they are not under the control of another
effector, animate or inanimate ; in other words, they can serve as the instigators of an
action, event or process. »

8La différence entre les notions d’agentivité et de dynamicité sera précisée davantage, plus loin
dans cette section.
45

Dans (10), l’auto-mouvement du vent cause le changement d’état de la porte, en


contraste avec (12) où l’intervention manipulatrice d’un deuxième participant est
requise. Aussi le vent est-il plus proche du proto-agent que la clé9 :

(12) La llave abre la puerta.

Cinq traits distinctifs du proto-agent dépendent du contexte dans lequel l’entité se


trouve, à savoir son caractère causatif, responsable, volitif, intentionnel et contrôlant.
Gruber (1967) a été le premier à remarquer que l’implication d’un participant dans un
événement est agentive quand la prédication :

1. se substitue par la proforme verbale hacer/faire ;


2. se combine avec les locutions qui indiquent une certaine finalité comme de
tal modo que/ de façon à ;
3. est compatible avec les adverbes de manière tels que cuidadosamente/
soigneusement.

Plus tard, d’autres tests ont été ajoutés (Cruse 1973, Holierhoek 1980, Willems 1983)
qui démontrent qu’une entité est agentive quand la prédication :

4. admet l’impératif ;
5. se construit avec les adverbes de volonté tels que deliberadamente/
délibérément ;
6. est à même de fonctionner comme le complément des verbes de demande,
d’ordre ou de persuasion, tels que convencer/convaincre, obligar/obliger à,
persuadir/ persuader de.

Il sera argumenté ci-dessous que le proto-agent défie effectivement tous ces tests
formels, mais que les épreuves peuvent être corrélées aux différents traits contextuels
de l’agentivité.
(1) Premièrement, le proto-agent est la cause directe d’un événement parce
qu’il utilise sa propre énergie et fait quelque chose lui-même pour l’effectuer. Par
conséquent, le trait [± cause directe] peut être mesuré au moyen de la proforme
verbale hacer/faire. Dans l’exemple (9), Juan et María passent ce test, à l’inverse de

9 La fonction de la clé dans (12) a été dénommée instrument : « An instrument is a physical object
manipulated by an agent to affect a patient; it serves as an intermediary in the transmission of energy. »
(Langacker 1991:285)
46

l’exemple (13) où Juan et María ne causent pas directement l’événement, mais ‘font
faire’ quelque chose. Sauf si Juan et María sont des entrepreneurs de construction,
cette phrase signifie qu’ils se sont fait construire une maison. Bien que Juan et María
aient donné l’ordre de bâtir la maison, c’est la personne qui l’a effectivement
construite qui en est la cause directe. De même, dans (14) Juan et María ne
fonctionnent pas comme la cause directe de l’événement puisque le processus de se
casser une jambe est généralement causé par un facteur externe :

(9) Juan abre la puerta y María lo hace también.


(13) Juan construye una casa y María ?lo hace también/la hace construir también.
(14) ?Juan se rompió la pierna y María lo hizo también.

Dans la catégorie des participants inanimés, le trait [± cause directe] se distingue du


trait [± effectif]. Cruse (1973:19) écrit que la propriété d’effectivité :

« […] is present in a sentence which refers to something which exerts a force […], not by
virtue of an internal energy source, but because of its position, motion, etc. »

Ainsi le sujet inanimé fonctionne comme la cause directe de l’événement dans (10) et
(11), mais pas dans (15) où c’est plutôt le mouvement de l’entité –causé par une force
externe– qui déclenche le changement d’état :

(10) El viento abre la puerta, y ayer lo hizo también.


(11) Después de activarla, la máquina destruye una botella, y lo hace cada dos segundos.
(15) *La piedra rompió la ventana, y no es la primera vez que lo hace.

(2) Qu’un participant est [+ responsable] du transfert d’énergie implique non


seulement qu’il en est l’auteur mais aussi qu’il doit accepter et subir les conséquences
de ses actes. Nishimura (1993:517) formule cette contrainte de la façon suivante :

« […] (1) one is held responsible for whatever he intends to result from his own action […]
and (2) one is held responsible for whatever his action (for which he is certainly
responsible) (directly) leads to […]. One is responsible for whatever happens to his
inalienable property (e.g. his leg). »

Il s’ensuit qu’un participant est responsable d’un événement quand la prédication


peut être suivie d’une locution exprimant la conséquence, comme de (tal) modo que/de
(telle) sorte qu’il, elle. Puisque la responsabilité d’un participant implique que lui-même
doit accepter les conséquences de ses actes, le sujet de la locution consécutive doit être
coréférentiel au sujet de la principale. Juan est un participant responsable dans (14) en
contraste avec (16). Dans le contexte où un autre véhicule a heurté la voiture de Juan,
celui-ci n’est pas responsable de l’accident, ni de la jambe cassée de María (16a). Le
47

participant/chauffeur de la deuxième voiture, et en quelque sorte María même, en


sont responsables (16b) :

(14) Juanx se rompió la pierna de tal modo que (él)x nunca más podrá esquiar.
(16a) *Juanx rompió la pierna de María en un accidente de coche de tal modo que (él)x será
sancionado.
(16b) Juanx rompió la pierna de Maríay en un accidente de coche de tal modo que (ella)y
nunca más podrá andar.

En outre, les entités inanimées ne sont jamais responsables de leur action :

(11) *La máquinax destruye una botella de tal modo que (ella)y será sancionada.

(3) Un participant est [+ volitif] quand il veut quelque chose et quand sa


volonté génère une décision effective. Dans un univers d’événements concevables, le
proto-agent choisit de performer une action particulière. Formellement, ce trait
contextuel se marque par la possibilité d’introduire dans la phrase des locutions
indiquant une certaine volonté, telles que voluntariamente/volontairement,
conscientemente/consciemment. Dans (17) Juan choisit de casser la fenêtre parce qu’il en
a envie ; l’idée de volition n’est toutefois pas nécessairement présente dans (18) et (14):

(17) Juan rompió la ventana voluntariamente porque tenía ganas de hacerlo.


(18) ?Juan rompió la ventana voluntariamente jugando al fútbol.
(14) ?Juan se rompió la pierna voluntariamente.

(4) Un participant [+ intentionnel] envisage d’abord un certain objectif qu’il


veut atteindre en réalisant une action. Un événement causé intentionnellement
supporte la présence d’adverbes indiquant une finalité, tels que para/pour,
deliberadamente/ délibérément, intencionalmente/intentionnellement. La confrontation des
exemples (17) et (19) montre que les traits [± volitif] et [± intentionnel] ne sont pas des
synonymes parfaits :

(17) ?Juan rompió la ventana intencionalmente porque tenía ganas de hacerlo.


(19) Juan rompió la ventana para despertar a María.

Dans (17) Juan casse la fenêtre parce qu’il veut la casser ; dans (19) il fixe d’abord un
certain but –à savoir réveiller María– avant de décider d’agir. Par conséquent, un
participant intentionnel se caractérise toujours par le trait [+ volitif] alors que l’inverse
n’est pas vrai : un participant volitif n’agit pas toujours intentionnellement. Toutefois,
les deux traits sont très proches l’un de l’autre et il ne sera pas toujours simple de les
48

dissocier. Notons encore que les entités inanimées n’agissent jamais


intentionnellement ni volontairement :

(10) *El viento abre la puerta para despertar a María.

(5) Le proto-agent se caractérise par le trait [+ contrôle] parce qu’il maîtrise ses
actes : il peut initier et arrêter ses actions ainsi que déterminer la manière dont se
déroule le processus. Le contrôle sur le début d’un événement se marque par
l’admission de l’impératif et par la possibilité de fonctionner comme le complément
des verbes de demande, d’ordre ou de persuasion, tels que convencer/convaincre,
obligar/ obliger à, persuadir/persuader de. Le contrôle sur la fin d’un processus se mesure
à l’aide des verbes indiquant la fin, comme parar de/s’arrêter de. Finalement, le contrôle
sur le déroulement d’un événement peut être évalué à l’aide des adverbes indiquant
la vitesse ou la modalité du développement, tels que rápidamente/rapidement et
cuidadosamente/soigneusement. Ces tests dévoilent que dans les phrases (17) et (19), Juan
contrôle ses gestes, en contraste avec (18)10 :

(17) Si tienes ganas, ¡rompe la ventana !


Le he convencido de romper la ventana.
(19) ¡Rompe la ventana para despertar a María !
(18) ?¡Rompe la ventana jugando al fútbol !

À première vue, le contrôle qu’un participant exerce sur ses actions coïncide avec la
volonté qui les dirige. Dans cet ordre d’idées, Primus (1999) remplace la condition
volitional involvement in the event or state de Dowty (1991:572) par le trait [+ contrôle]. Il
s’observe toutefois une légère différence entre la volonté ou non de réaliser une action
et le contrôle d’une action, surtout dans le domaine des inanimés. Une entité inanimée
–par exemple une machine– ne ‘veut’ pas réaliser un changement d’état, mais par le
fait qu’elle est programmée d’une certaine façon, elle contrôle ses actions. Dans (11)
l’événement d’activer la machine est voulu et contrôlé par un participant extérieur,
mais l’action de détruire la bouteille est contrôlée par la machine même11 :

(11) La máquina rápidamente destruye una botella.


La máquina violentamente destruye una botella.

10 Comme l’événement de casser se termine au même moment d’avoir commencé, ces verbes ne
supportent pas les tests relatifs au déroulement du processus. Ce type d’événement sera analysé
plus en détail dans le chapitre suivant.
11 Notons quand même que le contrôle de la machine n’est pas absolu, il est par exemple

impossible d’utiliser l’impératif dans ce contexte : *¡ Destruye una botella !


49

De la description qui précède il ressort que le proto-agent –représenté par le


sujet de la phrase (19)– se caractérise par les traits [+ individualisé], [+ existence
autonome], [+ animé], [+ cause directe], [+ responsable], [+ volitif], [+ intentionnel] et
[+ contrôle]. Le degré d’agentivité diminue si un ou plusieurs traits n’est pas présent :
le trait d’intentionnalité dans (17), le trait de volition dans (18), le caractère de cause
directe dans (13). En outre, le paramètre [± animé] domine tous les autres parce
qu’une entité inanimée n’est jamais un proto-agent. Toutefois, comme il a déjà été
indiqué auparavant, les traits distinctifs n’opposent pas uniquement les agents aux
non agents, mais distinguent en réalité trois instances centrales : le proto-agent, le proto-
non agent dynamique et le proto-non agent non dynamique. Le proto-non agent
dynamique –illustré par le sujet de (10-11)– se caractérise par les traits
[+ individualisé], [+ existence autonome], [- animé], [+ mobile], [+ cause directe],
[- responsable], [- volitif], [- intentionnel] et [± contrôle]. Finalement, le proto-non
agent non dynamique, se caractérise par la négation de tous les traits distinctifs12,
comme dans (8). De plus, les différents tests avancés en bloc dans la littérature pour
sonder l’agentivité ou non d’un participant, se sont révélés hétérogènes puisqu’ils
dévoilent diversement les cinq traits contextuels de l’agentivité. En définitive, comme
l’agentivité est une notion prototypique, la localisation des participants sur l’échelle
d’agentivité fluctue entre les trois entités centrales :

exemple traits inhérents traits contextuels


déf auto anim mob caus resp vol inten contr
Juan rompió la ventana para despertar a María. + + + + + + + + +
Juan rompió la ventana porque tenía ganas. + + + + + + + - +
Juan construye una casa. + + + + - + + + +
Juan rompió la ventana jugando al fútbol. + + + + + + - - -
Juan se rompió la pierna. + + + + - + - - -
Juan rompió la pierna de María en un accidente de coche. + + + + - - - - -
La máquina destruye una botella. + + - + + - - - ±
El viento abre la puerta.
La piedra rompió la ventana. + + - - - - - - -
La llave abre la puerta.
La casa está al otro lado de la calle. + - - - - - - - -

Tableau 3.1 Les degrés d’agentivité

12 Sauf, dans notre exemple, de celui de l’individuation.


50

La différenciation des notions d’agentivité et de dynamicité jouera un rôle


important dans notre étude. Une entité est dynamique quand elle entraîne un
changement d’état physique ou mental ; une entité est agentive quand elle cause un
changement d’état directement, volontairement et intentionnellement et quand elle
contrôle l’événement. De là que la notion de dynamicité couvre un domaine plus large
que l’agentivité. L’agentivité implique toujours la dynamicité, mais l’inverse n’est pas
vrai puisqu’une entité peut être dynamique sans qu’elle soit agentive :

dynamique non dynamique

agentif non agentif non agentif


Jean ouvre la porte. Le vent ouvre la porte. La maison se trouve de l’autre côté de la rue.

Figure 3.3 Agentivité vs. dynamicité

Aussi est-il important de séparer les deux concepts, ce qui s’oublie trop souvent.
Torrego Salcedo (1999) par exemple remarque qu’en espagnol la présence de la
préposition a devant un SN renforce l’agentivité du référent, et elle compare à ce
propos les exemples (21a-b) :

(21a) Veo el agua caer.


(21b) Veo al agua caer.

Toutefois, il est difficile de s’imaginer comment l’eau dans (21b) peut ‘se proposer’ de
tomber intentionnellement ou peut contrôler ce processus. À notre avis l’eau acquiert
dans (21b) par rapport à (21a), un degré de dynamicité plus élevé. Les définitions
différentes de l’agentivité et de la dynamicité justifient également notre choix de
décrire les propriétés du percepteur en termes de [± agentif] et du stimulus –ou de la
source stimulus– en termes de [± dynamique]. Ce choix sera commenté davantage
dans la section qui traite du degré de transitivité des VdP. Passons d’abord à la
description du proto-patient.

3.2.2 Le proto-patient/OD

Le proto-patient se définit comme le participant qui absorbe l’énergie transmise par le


proto-agent et qui de là subit un changement d’état interne.
51

(1) Le proto-patient correspond au but du transfert d’énergie (Langacker 1991),


au siège du processus (García-Miguel 1995), ou encore au participant affecté par
l’action dénotée par le verbe (Van Valin & Lapolla 1997). Toutefois, l’affectation est
une notion graduelle qui peut être représentée par l’échelle proposée ci-dessous. Plus
un objet est affecté par l’action dénotée par le verbe, plus il se rapproche du proto-
patient, et plus la phrase se rapproche de la construction transitive prototypique :

[+ affectation] [- affectation]

créé > modifié > déplacé > manipulé > contact physique
(a) (b) (c) (d) (e)

Figure 3.4 Échelle d’affectation (García-Miguel 1995:66)

Voici quelques exemples pour chaque degré d’affectation :

(22a) Juan escribe una carta.


(22b) Juan lava la ropa.
(22c) Juan mueve la silla.
(22d) Juan utiliza una pluma.
(22e) Juan toca la pintura.

Suivant cette échelle, l’objet avec lequel l’agent établit un contact mental, comme dans
(23), tombe hors le domaine de l’affectation :

(23) Juan conoce a María.

(2) Deux autres propriétés inhérentes ont suscité une controverse, à savoir le
degré d’animation et la définitude du proto-patient. Un premier groupe de linguistes
(Comrie 1977, 1981, Langacker 1991, Primus 1999, Taylor 1995) définit le patient en
fonction de la relation asymétrique qu’il entretient avec l’agent. Le patient se
caractérise de la sorte par les propriétés inverses de celles de l’agent : il est de
préférence inanimé et indéfini, donc non individualisé. Un patient/objet défini et
animé –donc individualisé– réduit le degré de transitivité d’une phrase et rend la
construction dans lequel il entre plus marquée :

« In the transitive construction, there is an information flow that involves two entities, the
A and the P. Although in principle either A and P can be either animate or indefinite, it
has been noted that in actual discourse there is a strong tendency for the information flow
from A to P to correlate with an information flow from more to less animate and from more
to less definite. In other words, the most natural kind of transitive construction is one
where the A is high in animacy and definiteness, and the P is lower in animacy and
definiteness […]. » (Comrie 1981:121)
52

À cette position s’oppose un deuxième groupe de chercheurs (Hopper & Thompson


1980, Lazard 1984) qui affirment que le patient est prototypiquement animé et défini.
Cette thèse implique qu’une construction avec un patient/objet inanimé ou indéfini –
donc non individualisé– s’éloigne de la construction biactancielle transitive et se
rapproche de la construction intransitive. Autrement dit, l’agentivité potentielle du
patient/objet est associée à un degré de transitivité élevé alors que l’agentivité
potentielle basse est corrélée avec l’intransitivité :

« Our own statistics suggest that, […] there is a marked tendency for O’s to be
individuated, i.e. to have properties associated with referentiality/definiteness and animacy.
[…]. It follows from this that definite/animate O’s may be more, not less, natural O’s than
indefinite/inanimate ones. » (Hopper & Thompson 1980:291)

D’après la première position, un patient/objet est marqué morphologiquement quand


il s’éloigne de l’instance prototypique et se rapproche de l’agent/sujet, c’est-à-dire
quand il est animé et défini. La deuxième position implique que le marquage d’un
patient/objet défini et animé indique un degré de transitivité élevé. Roegiest (sous
presse) évalue la validité de ces hypothèses pour deux langues romanes, à savoir le
roumain et l’espagnol. Il constate que ces deux langues organisent la transitivité
différemment : le roumain restreint la transitivité à des objets potentiellement agentifs
et individualisés (animés et définis) alors qu’en espagnol le participant le moins actif
(inanimé et indéfini) est identifié comme le proto-patient de la construction. Ainsi les
données empiriques du roumain confirment l’hypothèse du deuxième groupe
d’auteurs alors que les données espagnoles soutiennent la première position. Vu que
c’est l’espagnol qui est notre objet d’étude, le proto-patient sera caractérisé en tant
qu’objet typiquement inanimé et indéfini ; les objets définis et animés seront définis
comme des patients atypiques.
(3) Contrairement au proto-agent, le proto-patient est [- mobile] sauf si son
mouvement est causé par un autre participant (Dowty 1991, Primus 1999) :

(24) Juan tira la piedra al agua.

(4) Le proto-patient existe indépendamment du transfert d’énergie (24), mais


pas toujours. Dans (25) la lettre est créée par l’événement d’écrire. Bien sûr, après cette
activité, elle subsistera de façon autonome:

(25) Juan escribe una carta.


53

(5) Quant aux traits contextuels, le proto-patient est un participant [- causatif],


[- volitif], [- contrôlant], [- intentionnel] et [- responsable] du transfert d’énergie
(Langacker 1991, Roegiest 1998a, 1999). Ces propriétés sont valables pour tous les
objets des phrases (8-19) analysées dans la section antérieure.

3.2.3 Conclusion : schéma de l’événement transitif prototypique

L’événement transitif prototypique représente un transfert d’énergie, émanant du


proto-agent/sujet et retombant sur le proto-patient/objet13 :

proto-agent proto-patient

[+ individualisé] [-individualisé]
[+ existence [± existence
autonome] transfert d’énergie autonome]
[+ animé] [- animé]
[+ mobile] [- mobile]
[+ cause directe] [- cause directe]
[+ responsable] [- responsable]
[+ volition] [- volition]
[+ intentionnel] [- intention]
[+ contrôle] [- contrôle]

Figure 3.5 L’événement transitif prototypique

3.3 La transitivité des VdP

3.3.1 Transitivité syntaxique vs. transitivité sémantique des VdP

En espagnol, ainsi qu’en français d’ailleurs, les VdP se caractérisent par la présence
presque obligatoire d’un OD. Ils sont, de ce fait, syntaxiquement transitifs :

(26a) Ve una casa.


(26b) Il entend une voiture.
(26c) Mira la casa.
(26d) Il écoute Jean.

En emploi absolu le sens de ces verbes change de processus de perception physique ou


mentale en capacité sensorielle :

13Hopper & Thompson (1980) ajoutent encore des traits relatifs au transfert d’énergie même à
savoir la perfectivité, la télicité et la ponctualité des processus. Pour le moment, nous faisons
abstraction de ces traits, qui seront au centre de l’analyse de l’aspect lexical des VdP.
54

(27a) Una persona ciega no ve.


(27b) Un hombre sordo no oye.

En même temps, les VdP –et surtout les VdPinvolontaire– sont souvent cités comme des
contre-exemples de la transitivité sémantique. Comme l’acte de perception représente
un contact mental plutôt que physique entre l’expérienceur et le stimulus, il s’éloigne
du transfert d’énergie prototypique. L’affirmation de Taylor (1995:208-209), proposée
à l’ouverture de ce chapitre, témoigne de cette idée généralement répandue :

« Even further removed from the prototype are those transitive sentences which do not
describe an event at all, but rather an act of perception on the part of the subject. In these
cases, the role of the subject is better described as experiencer, and the direct object as
stimulus. »

Nous voulons démontrer ici que la transitivité est une notion graduelle, aussi
bien à l’intérieur de la catégorie des VdP. Concrètement, nous proposons de ranger les
VdP représentant les quatre modalités –visuelle, auditive, volontaire et involontaire–
sur l’échelle de la transitivité. En partant des propriétés conceptuelles, établies dans le
chapitre précédent, du percepteur et du stimulus, nous examinerons dans quelle
mesure les deux composantes se rapprochent respectivement du proto-agent et du
proto-patient. La transitivité sémantique des VdP sera étudiée dans un contexte
neutre dénotant, comme dans (26), la perception directe d’un stimulus concret. Nous
ne tiendrons donc pas compte des contextes où le VdP n’est pas syntaxiquement
transitif (27), ni des emplois où le VdP dénote un acte cognitif plutôt qu’un acte de
perception (28) :

(28a) Veo la solución.


(28b) J’entends ce qu’il veut dire.

3.3.2 Le percepteur : un proto-agent ?

3.3.2.1 Survol des traits distinctifs du sujet/percepteur

Comme la capacité de percevoir est l’une des cinq propriétés du proto-agent avancées
par Dowty (1991)14, la solution la plus simple serait de conclure que toute entité
perceptrice est un participant agentif. La thèse selon laquelle l’implication du

14À savoir la propriété sentience, cf. supra 3.2.1.1 Survol des définitions proposées du proto-
agent/sujet, p 40.
55

percepteur dans l’acte de perception est toujours énergétique est défendue par
Langacker (1991) et par Primus (1999) :

« […] only the subject’s involvement is in any way energetic. As the locus of the mental
experience and the source of energy required to sustain it, the subject is clearly the active
participant. » (Langacker 1991:310)

Toutefois, la majorité des auteurs (entre autres Cano Aguilar 1981, Fillmore 1968,
García-Miguel 1995) affirment que l’agentivité ou non du percepteur coïncide avec
l’opposition entre la perception volontaire et la perception involontaire :

« ‘Ver’ y ‘oír’ no describen acciones, pero existen otros verbos de percepción que sí implican
agentividad por parte del sujeto […].. » (García-Miguel 1995:73)

Afin d’éviter la dénomination d’agent pour renvoyer au percepteur involontaire, le


terme expérienceur a été introduit. Cependant, il n’y a pas d’unanimité quant au trait
distinctif qui oppose le percepteur volontaire soi-disant agentif au percepteur
involontaire soi-disant non agentif : [± volition] (Cruse 1973), [± contrôle] (Taylor
1995) ou [± intentionnalité] (Rodríguez Espiñeira 1998). Afin de résoudre ce problème,
nous parcourrons les caractéristiques du proto-agent –analysées dans la section
précédente– en les vérifiant pour les quatre types de percepteurs : volontaire visuel,
volontaire auditif, involontaire visuel et involontaire auditif.

Les traits inhérents sont identiques pour les quatre types de percepteurs.
(1) Tout d’abord, le participant qui expérience ou observe est généralement un
être individualisé qui existe indépendamment de l’événement de perception.
(2) Quant au trait [± animé], il se note un consensus dans la littérature : tout
percepteur est une entité animée capable de réagir à un stimulus (29a-b). Sinon la
phrase ne dénote plus un acte de perception, mais une orientation (29c)15 :

(29a) Juan/*la mesa mira la casa.


(29b) Juan/*la casa oye un coche.
(29c) La fachada de la casa mira al sur.

(3) La contrainte d’humanitude implique que le percepteur est aussi une entité
[+ mobile], bien que sa mobilité ne soit pas invoquée lors d’un acte de perception.

15Notons que si le verbe dénote un acte de perception cognitif, le sujet est nécessairement
humain : Yo veo/ *el gato ve la solución.
56

Les traits contextuels par contre aident à différencier les quatre percepteurs.
(1) Puisque le sujet d’un VdPvolontaire utilise sa propre énergie pour réaliser le
processus de perception, l’on peut conclure qu’il en est la cause directe. Ce trait est
confirmé par le test avec le proverbe hacer/faire :

(30a) Juan mira la casa y María lo hace también.


(30b) Juan escucha la radio y María lo hace también.

Ce trait est neutre pour le sujet des VdPinvolontaire. Dans certains contextes l’insertion du
proverbe aboutit à une phrase peu acceptable (30c-d), dans d’autres contextes le
percepteur involontaire utilise nettement son énergie afin qu’il puisse voir ou
entendre (30e-g) :

(30c) Ve una casa y María ?lo hace/la ve también.


(30d) Oye un coche y María ?lo hace/lo oye también.
(30e) Lo que hacía Miguel en aquel momento era ver una película.
(Rodríguez Espiñeira 1998:4)
(30f) Lo que hacemos por las noches es oír la radio. (Rodríguez Espiñeira 1998:4)
(30g) Ve al médico cada día, y su hermano lo hace también.

En effet, les locutions ver la tele et oír la radio peuvent remplacer les structures
homologues avec mirar et escuchar16. En outre, dans (30g), le VdPinvolontaire visuelle

acquiert le sens d’aller voir, visiter. Notons quand même que nous n’avons pas
rencontré de structures correspondantes pour les VdPinvolontaire auditive. Il sera montré
plus loin que la non généralité du trait [+ cause directe] (30c-d) s’explique par le fait
que l’énergie sort aussi du stimulus qui se fait voir ou qui se fait entendre.
(2) Comme l’événement de perception se produit dans la conscience –en tant
que propriété inaliénable– du percepteur, le sujet percevant est [+ responsable] du
processus de perception. En d’autres termes, il est responsable de la sélection de
certains stimuli déterminés dans son champ perceptif :

(31a) Juanx mira/ve la casa de tal modo que (élx) tiene una buena idea de su
arquitectura.
(31b) Juanx escucha/oye la radio de tal modo que (élx) conoce las últimas noticias.
(31c) Juanx ve al médico cada día, de tal modo que (élx) nunca se pone enfermo.

(3) Le trait [± volitif] du percepteur a généralement été avancé comme celui qui
distingue les VdPvolontaire des VdPinvolontaire :

« […] ‘look’ is the volitive counterpart of ‘see’ […].» (Cruse 1973:22)

16 D’après Maldonado (1999:59) ceci est surtout le cas dans certains dialectes latino-américains.
57

Le sujet d’un VdPvolontaire dénote une entité qui agit volontairement (32a-b), alors que
l’expérience échappe à la volonté du percepteur involontaire (32c-d). Toutefois, un
percepteur peut également regarder ou écouter un stimulus involontairement –par
exemple quand il est en train de rêvasser, il fixe les yeux sur un objet sans le vouloir
(32e)–, et la perception involontaire peut se produire consciemment (32f) :

(32a) Juan mira la casa voluntariamente.


(32b) Juan escucha la radio porque tiene ganas.
(32c) ?Juan ve la casa voluntariamente.

(32d) ?Juan oye el coche porque tiene ganas.

(32e) Durante dos minutos Juan miraba el cielo (?voluntariamente), pensando en


María.
(32f) Juan ve voluntariamente al médico cada día.

(4) Un participant [+ intentionnel] envisage un certain objectif qu’il veut


atteindre en réalisant une action. Si nous faisons abstraction du contexte où le
percepteur regarde ou écoute un stimulus inconsciemment, le percepteur volontaire
est [+ intentionnel] : avec l’action de regarder ou d’écouter, il vise à accomplir quelque
chose, notamment voir ou entendre un stimulus. De plus, le rôle de l’intention dans le
champ de la perception volontaire est double. Premièrement, le percepteur dirige
intentionnellement son système perceptuel vers un stimulus afin de l’identifier.
Ensuite, il peut initier une série d’observations ou prolonger l’observation afin
d’examiner une entité plus en détail :

(33a) Juan mira la casa para tener una buena idea de su arquitectura.
(33b) Juan escucha la radio para oír las últimas noticias.

Par contre, la perception involontaire ne se réalise pas pour atteindre un but et est par
là négative quant au trait [± intentionnel] :

(33c) *Juan ve una casa para tener una buena idea de su arquitectura
(33d) *Juan oye un coche para identificarlo.

à l’exception du contexte où le VdPvisuelle dénote un acte de visite :

(33e) Juan ve al médico cada mes para dar sangre.

En accord avec Rodríguez Espiñeira (1998), nous concluons que le trait


[± intentionnel] rapproche le sujet des VdPvolontaire du proto-agent et en distancie le
sujet des VdPinvolontaire17. Alors que nous sommes les récepteurs du visible et de

17 En fait, les notions de perception volontaire et de perception involontaire ne couvrent pas entièrement
l’opposition sémantique entre les verbes ver et mirar ou oír et escuchar et devraient être remplacées
58

l’audible, l’écoutable et le regardable sont filtrés par des visées et par des intentions.
Le percepteur volontaire ‘fait’ quelque chose dans l’intention de percevoir un
stimulus tandis que la perception involontaire est plus spontanée. Considérons par
exemple la différence entre voir un film et regarder un film. Un percepteur voit un film
au cinéma, où l’écran est l’objet unique dans son champ perceptif et le film s’impose à
son regard. Un percepteur regarde un film plutôt à la télé, s’il sélectionne la chaîne de
télévision et s’oriente délibérément vers l’écran.
(5) Taylor (1995:208) présume que l’opposition entre la perception volontaire et
la perception involontaire est déterminée par le degré de contrôle du sujet :

« […] the act of watching is still under the control of the subject. In this respect, ‘watch’ is
a more transitive verb than ‘see’ (as in ‘John saw Mary’). »

Un percepteur contrôle sa perception quand il peut commencer, diriger, arrêter ou


prolonger le processus. Ceci est certainement valable pour le percepteur volontaire
qui dirige son attention vers le stimulus, contrôle la durée de l’observation et est à
même de l’interrompre :

(34a) ¡Mira aquella casa !


Juan mira la casa con mucha atención.
Mira la casa rápidamente.
(34b) Al cabo de un minuto, Juan paró de escuchar la canción.

L’idée généralement acceptée est que le percepteur involontaire n’exerce pas


de contrôle sur sa perception. Or, lors de l’étude antérieure des différences
conceptuelles entre les modalités visuelle et auditive, nous avons constaté que la
capacité de manipuler –c’est-à-dire d’ouvrir, de fermer et d’orienter les yeux– n’est
pas valable pour les organes récepteurs de la perception auditive, les oreilles. Le
mécanisme de la perception auditive étant constamment ouvert, il ne peut pas être
contrôlé physiquement. Par conséquent, le percepteur visuel a plus de contrôle sur
l’acte de perception que le percepteur auditif. À notre avis, cette différence
conceptuelle se manifeste linguistiquement par une plus grande naturalité de ver à
l’impératif que de oír à l’impératif (34c-d) :

(34c) ¡Ve aquella casa !


(34d) ?¡Oye la canción !

par perception volontaire intentionnelle et perception involontaire non intentionnelle. Néanmoins, pour
des raisons de simplicité nous continuerons à utiliser volontaire vs. involontaire pour distinguer les
deux modalités.
59

Cette thèse semble se confirmer par un bref examen statistique du corpus


CREA. Nous avons pu récupérer 26 cas de l’impératif ved contre seulement 11 cas de
oíd, et 78 cas de mirad contre seulement 16 exemples de escuchad. Ces chiffres
pourraient s’expliquer par l’occurrence généralement plus fréquente des VdPvisuelle,
mais la hiérarchie mirad > ved > escuchad > oíd pourrait indiquer également que le
degré de contrôle du percepteur est plus élevé dans le domaine de la perception
visuelle en comparaison avec la perception auditive18. De plus, la vitesse avec laquelle
la perception se déroule s’exprime plus facilement avec les VdPvisuelle qu’avec les
VdPauditive. Les phrases (34e-f) sont acceptables dans la situation où le percepteur visite
rapidement une maison afin de l’acheter ou de la louer. Dans ce contexte le degré
d’agentivité du VdPinvolontaire augmente. L’exemple avec le VdPauditive (34f) nous semble
beaucoup moins convenable :

(34e) Veía rápidamente una casa.


(34f) ?Oía rápidamente un coche.

Cette thèse semble se confirmer également par un bref examen du corpus CREA.
Nous avons observé plusieurs phrases où les VdPvisuelle ver (34g), ainsi que mirar (34h),
se combinent avec l’adverbe rápidamente :

(34g) El 4 Norte verá rápidamente el Moai de Isla de Pascua en las afueras del Museo
Arqueológico de la Sociedad Francisco Fonck, casi oculto por los árboles desde
Libertad. (CREA: Lux G. 1997)
(34h) Miró un momento su copa y volvió a mirar rápidamente al pintor, como si con aquel
movimiento de los ojos tan sólo hubiera pretendido poner a prueba la atención de su
oyente. (CREA: Chamorro E. 1992)

Aucun exemple avec les VdPauditive dans ce contexte n’a été récupéré19.
À l’intérieur du champ de la perception volontaire, le percepteur volontaire
visuel a un contrôle physique et mental sur l’acte de perception, alors que le contrôle
est uniquement mental pour le percepteur volontaire auditif. Cette différence entre le
percepteur visuel et le percepteur auditif se reflète linguistiquement –en dehors de la
construction syntaxiquement transitive– dans la possibilité du verbe de se construire
avec un complément prépositionnel exprimant un ‘mouvement perceptuel’. En effet,
d’après la représentation pythagorienne de la vision, il y a une transmission d’énergie

18 Des analyses statistiques plus poussées de l’emploi de l’impératif avec les VdP –ce qui n’entre
toutefois pas dans le cadre de l’étude présente– devront vérifier cette thèse.
19 De nouveau, des recherches plus approfondies devraient permettre d’exprimer cette thèse avec

plus de certitude.
60

émanant des yeux du percepteur qui se dirige vers les stimuli. Dans cette optique,
Gruber (1967) compare les VdPvisuelle aux verbes de mouvement : John sees the cat serait
une extension métaphorique de John goes to the cat. Langacker (1987) postule que seeing
is touching et que la relation entre le percepteur et le stimulus correspond à un
perceptual path. En espagnol ce sens directionnel n’est pas explicite pour ver mais pour
mirar : ce verbe exprime un mouvement des yeux causé par un stimulus extérieur.
Ainsi mirar se construit facilement avec les compléments prépositionnels indiquant
une direction :

(35a) Mira hacia afuera.

À cause de l’emploi double de la préposition a comme introducteur d’un OD20


ou d’un complément prépositionnel, l’exemple (35b) hésite entre un emploi transitif
(mirar + OD) et intransitif (mirar + complément prépositionnel) du VdP. Cette ambiguïté
disparaît avec les stimuli inanimés (35c) :

(35b) Mira a Juan.


(35c) Mira a (= hacia) la casa.

Suivant Kirsner & Thompson (1976:226)21, Hanegreefs (sous presse:11) en déduit


l’organisation sous-événementielle double de l’acte de perception volontaire visuelle :

« La acción de mirar puede ser (re)analizada como una transición […]: está compuesta por
dos subeventos. Para mirar: (i) primero hay que dirigir la mirada (movimiento,
orientación); (ii) y, segundo, tiene lugar el acto de percepción, el hecho de ver. »

Ce sens directionnel de la perception se retrouve difficilement auprès d’un VdPvolontaire


auditive, ce qui constitue un indice supplémentaire en faveur de la nature moins
contrôlée de la perception auditive :

(35d) *Escuchar hacia la radio.

La base de données CREA ne fournit qu’un seul exemple où escuchar s’accompagne


d’une préposition directionnelle. En outre, dans la phrase (35e) –qui constitue une
instruction pour les acteurs d’un jeu de théâtre– escuchar hacia dénote le mouvement
de la tête de l’acteur et non de ses oreilles :

(35e) Después de escuchar hacia la izquierda, le trae al primer término. (CREA:Buero


Vallejo A. 1989)

20 Pour plus de données concernant l’accusatif prépositionnel, voir infra Chapitre 8 Le marquage

casuel du participant subordonné SN2, p 254.


21 Cf. la citation à la page 24 de notre étude.
61

Tout bien considéré, le trait [± contrôle] n’oppose pas exclusivement la


perception volontaire à la perception involontaire mais aussi la perception visuelle à
la perception auditive : dans le champ de la perception visuelle, le contrôle est
physique et mental, dans le champ de la perception auditive, le contrôle est
essentiellement mental. Cette opposition transparaît également à travers certaines
locutions figées. L’analyse de la définition lexicographique des substantifs de
perception tels que vista/vue, mirada/regard22 dévoile un nombre élevé d’expressions
indiquant le contrôle du percepteur sur son expérience visuelle :

(36a) alzar, levantar la vista, la mirada/lever les yeux ; bajar la vista /baisser les yeux ;
apartar la vista/écarter les yeux; sostener, clavar la vista/ne pas quitter des yeux,
garder à vue ; suivre des yeux ; dirigir la vista, la mirada ; pasar la mirada en ;
tender, extender la mirada ; ouvrir de grands yeux ; fermer les yeux sur quelque
chose,…

Le nombre de locutions décrivant le contrôle du percepteur sur son expérience


auditive est beaucoup plus restreint. Nous n’avons pu retenir que les expressions
suivantes :

(36b) aguzar, aplicar el oído/tendre l’oreille ; ser todo oídos/être tout oreilles ; fermer
l’oreille ; prêter une oreille attentive.

En outre, comme l’illustrent les locutions sous (37), la perception visuelle peut être
accompagnée d’une activité supplémentaire, telle que manger, dévorer ou avaler23. Nous
n’avons pas trouvé d’exemples semblables pour la perception auditive :

(37) comerse con la vista, devorar con la vista, tragarse con la vista,…

Finalement, la comparaison des locutions (38) et (39) confirme que la perception


visuelle est conçue comme une projection et comme un mouvement sortant des yeux,
alors que la perception auditive ‘tombe’ ou ‘entre’ dans les oreilles du percepteur :

(38a) Ses yeux tombent sur la lettre.


(38b) Echar una mirada a/jeter un coup d’œil sur, porter la vue sur.
(38c) Les yeux lui sortent de la tête.
(39a) Ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd.
(39b) Llegar una cosa a oídos de alguien.
(39c) Cela lui entre par une oreille et lui sort par l’autre.

22 Pour le français nous avons utilisé Le Petit Robert, pour l’espagnol le Diccionario de uso del español.
Pour plus de renseignements sur ces ouvrages, voir Bibliographie II. Grammaires et dictionnaires
consultés, p 326.
23 Il s’agit bien sûr d’un emploi métaphorique de ces verbes.
62

3.3.2.2 Conclusion : le degré d’agentivité du percepteur

De l’étude qui précède, il ressort que le percepteur n’est pas aussi éloigné du proto-
agent qu’il est régulièrement suggéré dans la littérature : il s’agit d’un participant
individualisé, autonome, animé et de préférence humain. De plus, le percepteur
volontaire est la cause directe de l’événement perceptif, ainsi qu’un participant volitif,
intentionnel et contrôlant. Même le percepteur involontaire n’est pas une entité
entièrement passive : dans des contextes déterminés –comme celui de la visite– il peut
à la fois percevoir volontairement et intentionnellement et contrôler son acte de
perception. En effet, il est le locus de l’expérience mentale mais aussi la source
d’énergie indispensable à sa réalisation. Bien que le sujet percevant ne façonne pas
l’objet avec lequel il établit un contact mental, son expérience demeure personnelle et
dépend de sa propre perspective sur le monde. Cette activité mentale du sujet
appréhendeur est décrite par Maldonado (1999:54) de la façon suivante:

« Por otra parte, el experimentante es activo dado que genera la actividad cognoscitiva
necesaria para crear une representación interna del tema o para establecer contacto mental
con un objeto perceptual o mental. »

Aussi les preuves linguistiques avancées dans les paragraphes précédents


soutiennent-elles notre hypothèse du caractère agentif de la perception, proposée
dans le chapitre précédent24. En effet, la perception –volontaire ou involontaire– est
un type d’activité résolutoire de problèmes. Le percepteur n’est pas simplement un
récipient passif d’impressions externes mais, en fonction de ses désirs et de ses
objectifs, il part activement à rencontrer et à examiner le monde :

« […] the ability to search makes perception a useful mode of acquiring information. It is
search more than anything else that makes perception an active process, not a passive
registration of energies impinging willy-nilly on the receptors. When a person is task-
oriented, he searches for things needed in the task; when he is not task-oriented he searches
for things that interest him, that have personal value for him. » (Miller & Johnson-Laird
1976:132)

Le percepteur impose une organisation aux stimuli et leur donne un sens. Ainsi,
comme l’affirme Dupas (1997:179), la perception est un procès mental actif de
vérification d’hypothèses concernant les stimuli, par l’activation de procédures et de
principes cognitifs innés:

24 Cf. supra 2.1 De la psychologie à la linguistique, de la perception à la langue, p 12.


63

« […] le moi envoie périodiquement dans le système de perception des petites quantités
d’investissement grâce auxquelles il déguste les stimuli extérieurs pour après chacune de
ces incursions tâtonnantes se retirer à nouveau. »25

Une deuxième observation fondamentale est que les quatre types de


percepteurs se caractérisent par des degrés différents d’agentivité :

traits proto-agent mirar/regarder escuchar/écouter ver/voir oír/entendre


[+ individualisé] + + + +
[+ existence autonome] + + + +
[+ animé] + + + +
[+ cause directe] + + ±26 ±
[+ responsable] + + + +
[+ volitif] + + ± -
[+ intentionnel] + + ± -
[+ contrôle] + ± ± -
Tableau 3.2 Le percepteur : un proto-agent ?

Cela dit, nous concluons que :

1. le percepteur volontaire se rapproche plus du proto-agent que le


percepteur involontaire ;
2. à l’intérieur de cette opposition, le percepteur visuel se rapproche plus du
proto-agent que le percepteur auditif.

Ainsi nous aboutissons à l’échelle suivante :

[- proto-agent] [+ proto-agent]

S involontaire auditif < S involontaire visuel << S volontaire auditif < S volontaire visuel
oír/entendre ver/voir escuchar/écouter mirar/regarder

Figure 3.6 Degrés d’agentivité du percepteur

25 Cette observation mène Dupas (1997) à proposer un modèle oscillatoire qui représente un va-et-
vient entre d’une part, l’action du monde qui s’impose au sujet passif et d’autre part, l’orientation
du percepteur vers le monde extérieur. La perception négative (Je n’entends rien), interrogative (Tu
as vu ça ?) et la capacité de perception (Je peux voir la voiture arriver) témoignent d’une certaine
distanciation, d’un engagement et donc d’une agentivité du sujet percepteur.
26 La marque [±] signifie que le trait se présente dans certains contextes sémantiques déterminés,

comme celui de la visite dans le cas de la perception visuelle.


64

3.3.3 Le stimulus : un proto-patient ?

Les caractéristiques inhérentes du stimulus se synthétisent de la façon suivante.


(1) Tout d’abord, le percepteur volontaire est familier avec le stimulus, sinon il
n’aurait pas choisi de diriger son attention vers lui. Cette condition de familiarité
mène Kirsner & Thompson (1976) à postuler que les VdPvolontaire sélectionnent
d’habitude des compléments définis et individualisés. Ce trait est neutre pour le
stimulus des VdPinvolontaire : il peut être défini ou pas.
(2) Deuxièmement, les stimuli de la perception volontaire existent
indépendamment des actes de perception. Comme le percepteur volontaire attend la
survenue d’un stimulus et anticipe sa perception, le stimulus est construit comme un
objectif extérieur et autonome à atteindre :

«Por tanto, en el proceso de dirigir la atención de los órganos sensoriales pertinentes


(visuales o auditivos) no se crea ningún objeto, sino que éste debe tener existencia previa.»
(Rodríguez Espiñeira 1998:8)

Le stimulus de la perception involontaire est moins indépendant. En effet, dans (40a)


je regarde une entité qui a un statut autonome de mon regard ; dans (40b) le stimulus
n’acquiert un statut pour moi qu’à travers la perception même. Dans le cas de la
perception auditive, la source stimulus existe indépendamment de l’événement
d’entendre ou d’écouter alors que le bruit se produit et disparaît avec la perception
même. Par exemple, dans (40c) la voiture existe comme un objet durable dans le
monde extérieur tandis que son vrombissement dépend de l’événement de
perception :

(40a) Je regarde une peinture.


(40b) Je vois une peinture.
(40c) J’entends/écoute une voiture.

(3) Le stimulus est neutre par rapport au trait [+ animé] : il ne doit pas
présenter ce trait, et bien souvent il ne le fait pas. En effet, à l’encontre de la définition
du proto-patient, les OD des VdPvolontaire (41a) ou des VdPinvolontaire (41b), des VdPvisuelle
(41a) ou des VdPauditive (41b) peuvent être animés ou inanimés :

(41a) Je regarde Jean/le chat/la maison.


(41b) Oigo a Juan/un gato/un coche.

Toutefois, comme il a été signalé dans le chapitre antérieur, les objets des VdPauditive
doivent produire un bruit afin d’être aperçus. Par conséquent, ces verbes se
65

construisent uniquement avec des OD humains et animés et un groupe très limité


d’inanimés, à savoir les inanimés auto-contrôlants. Étant donné que les VdPauditive
sélectionnent plus de stimuli animés que les VdPvisuelle, le stimulus auditif s’éloigne
plus du proto-patient que le stimulus visuel27.
Une autre question fondamentale concernant la nature du stimulus est celle de
savoir s’il s’agit d’un objet affecté ou non. La majorité des auteurs consultés
s’accordent sur le caractère non affecté du stimulus. Vu l’absence de contact physique,
l’objet aperçu ne subit pas de changement d’état interne. Comme les stimuli sont des
objets ni créés, ni modifiés, ni déplacés, ni manipulés, ils n’apparaissent pas sur
l’échelle d’affectation établie dans la section précédente (cf. figure 3.4, p 51). Demonte
(1991) et plus tard García-Miguel (1995:75) posent quand même que le stimulus est le
produit de l’événement de perception, l’objet créé ou effectué :

« […] el Fenómeno experimentado es potencialmente (y efectivamente en muchos procesos


mentales) un producto del proceso, un objeto ‘efectuado’. »

Un deuxième groupe (Bossong 1998a, Dowty 1991, Krefeld 1998) attribue au stimulus
la fonction sémantique de cause directe de l’acte de perception et d’autres processus
cognitifs qui en découlent :

« […] the Stimulus causes some emotional reaction or cognitive judgment in the
Experiencer. » (Dowty 1991:577)

Or, l’étude des traits distinctifs du sujet des VdP a dévoilé que le percepteur
fonctionne également comme la cause directe de la perception parce qu’il utilise sa
propre énergie pour la réaliser. D’où notre hypothèse que les processus de perception
se caractérisent par la présence de deux causes potentielles : le sujet/percepteur et
l’objet/stimulus. Lequel des deux participants fonctionne comme cause primaire
dépend de la modalité de perception.
Dans le cas de la perception volontaire, il est clair que le percepteur émet plus
d’énergie que le stimulus. Dans le cas de la perception involontaire, la situation est
moins claire. Dans Jean voit Marie par exemple, l’on pourrait se demander lequel des
deux participants émet le plus d’énergie : Jean, qui s’efforce afin de percevoir Marie,
ou Marie même produit-elle de l’énergie afin d’être vue ? À notre avis, c’est le degré
de dynamicité du stimulus qui conditionne son inclination pour la fonction de cause

27Cette thèse sera confirmée par l’analyse statistique de la nature sémantique des stimuli, voir infra
7.6.2.3 La corrélation type de VdP/nature sémantique du SN2, p 220.
66

primaire. Suivant la définition établie antérieurement28, les entités dynamiques


causent potentiellement un changement d’état physique ou mental. Dans l’exemple
proposé ci-dessus, Marie ne doit pas être dynamique afin d’être vue : Jean peut voir
Marie courir, mais il suffit que Marie soit là pour que la perception ait lieu. Marie peut
fonctionner comme la cause directe, mais le degré d’énergie émise ne doit pas être
élevé pour être vu. En revanche, il a été affirmé précédemment que dans le cas de la
perception auditive les stimuli doivent produire un bruit afin d’être entendus. Aussi
les stimuli de la perception auditive sont-ils nécessairement dynamiques. Il en résulte
que le niveau d’énergie émise est tellement élevé que les stimuli sonores fonctionnent
comme les causes directes de l’événement de perception :

(42a) J’entends un bruit.


= (42b) J’entends Jean produire un bruit.
= (42c) J’entends Jean.
(43a) J’entends un bruit.
= (43b) J’entends une voiture produire un bruit.
= (43c) J’entends une voiture.
(44a) J’entends un bruit.
≠ (44b) * J’entends une maison produire un bruit.
≠ (44c) *J’entends une maison.

Notons encore que le stimulus de la perception auditive volontaire se caractérise


également par un degré d’énergie élevé. Toutefois, il se produit une compétition entre
le percepteur –énergétique parce qu’agissant intentionnellement– et le stimulus –
énergétique parce que dynamique– pour remplir la fonction de cause directe :

(45a) J’écoute un bruit.


= (45b) J’écoute la voiture produire un bruit.
= (45c) J’écoute la voiture.

Tout bien considéré, l’OD des VdPvisuelle est plus proche du proto-patient que
celui des VdPauditive. Le survol des traits distinctifs dévoile que le stimulus s’éloigne du
proto-patient par le fait d’être non affecté et d’être potentiellement la cause directe,
animée et indépendante du processus de perception29. Qui plus est, les stimuli des
quatre modalités se caractérisent par des degrés différents de prototypicalité :

28 Cf. supra 3.2.1.2 Survol des traits distinctifs du proto-agent/sujet, p 42.


29 Les traits [± mobile], [± responsable], [± volitif], [± intentionnel] et [± contrôle] ne sont pas étudiés
ici parce qu’à notre avis ils ne sont pas pertinents pour la caractérisation du stimulus/objet.
67

traits proto-patient mirar/regarder escuchar/écouter ver/voir oír/entendre


[- individualisé] - - ± ±
[± existence autonome] + ± ± ±
[- animé] [neutre] [+dyn.] [neutre] [+dyn.]
[+ affecté] - - - -
[- cause directe] + ± ± -
Tableau 3.3 Le stimulus : un proto-patient ?

Compte tenu de tout ceci, nous concluons que :

1. le stimulus de la perception visuelle est plus proche du proto-patient que


celui de la perception auditive puisque celui-ci est toujours dynamique ;
2. à l’intérieur de cette dichotomie, le stimulus involontaire se rapproche plus
du proto-patient que le stimulus volontaire, vu son caractère moins
autonome.

Le continuum suivant représente ces degrés de prototypicalité :

[- proto-patient] [+ proto-patient]

O auditif volontaire < O auditif involontaire << O visuel volontaire < O visuel involontaire
escuchar/écouter oír/entendre mirar/regarder ver/voir

Figure 3.7 Degrés de prototypicalité du stimulus

3.4 Conclusion : le processus de perception, un transfert d’énergie ?

Les auteurs qui attribuent aux VdP un aspect statique30 assument que la perception se
caractérise par l’absence de kinesis. Cette thèse a été contestée par de nombreux
linguistes qui soutiennent que tout événement de perception implique un transfert
d’énergie. L’analyse précédente a prouvé qu’il n’est pas légitime de citer la catégorie
des VdP comme contre-exemple de la transitivité sémantique sans rendre compte des
caractéristiques propres de chaque VdP. La décomposition en les traits proto-agentifs
du percepteur et les traits proto-patients du stimulus dévoile que les VdP se
caractérisent par des degrés de transitivité. Ce qui détermine la classification des
verbes en premier lieu, c’est l’opposition entre les modalités volontaire et involontaire,
mais l’opposition visuel vs. auditif joue un rôle tout aussi important. C’est la

30 Pour une analyse plus détaillée de l’aspect, voir le chapitre suivant.


68

renonciation à cette dernière dichotomie qui cause, à notre avis, l’image faussée que
les VdP ne sont pas sémantiquement transitifs.
Toutefois, les continua proposés pour le caractère agentif du percepteur et le
caractère [± patient] du stimulus ne pointent pas vers la même échelle. Cette
divergence s’explique par le fait que pour chacune des deux composantes, il y a une
hiérarchie des traits distinctifs : il faut distinguer les caractéristiques dominantes des
propriétés secondaires. Ainsi, ce qui est le plus important pour le caractère proto-
agentif du percepteur, c’est le degré de [± contrôle] qu’il exerce sur l’acte de
perception. Du domaine du proto-patient nous retenons le trait [± dynamique] du
stimulus. Les VdPvolontaire visuelle mirar/regarder se caractérisent par le nombre le plus
élevé de traits positifs : le percepteur contrôle la perception et le stimulus n’est pas
forcément dynamique. Le stimulus des VdPvolontaire auditive escuchar/écouter étant
nécessairement dynamique, ces verbes se trouvent à un échelon de transitivité plus
bas. Dans le cas des VdPinvolontaire visuelle ver/voir, le percepteur contrôle l’événement de
perception mais moins intensivement que lors d’un acte de perception volontaire. Son
contrôle disparaît complètement dans le domaine des VdPinvolontaire auditive oír/entendre.
À cela s’ajoute que le stimulus sonore est toujours dynamique :

traits prototypiques mirar/regarder escuchar/écouter ver/voir oír/entendre


percepteur [+ contrôle S] + + ± -
stimulus [- dynamicité] ± - ± -
Tableau 3.4 Transitivité des VdP

Voici l’échelle finale, représentant le degré de transitivité des VdP. La validité de cette
échelle sera vérifiée au cours de cette étude31 :

[- transitif] [+ transitif]

V involontaire auditive < V involontaire visuelle << V volontaire auditive < V volontaire visuelle
oír/entendre ver/voir escuchar/écouter mirar/regarder

Figure 3.8 Degrés de transitivité des VdP

Il nous reste quand même encore une question importante à résoudre : quelle
est la direction du transfert d’énergie, du percepteur/sujet au stimulus/objet ou vice

31 Surtout dans le Chapitre 8 Le marquage casuel du participant subordonné SN2, p 254.


69

versa ? Langacker (1991) pose que la ‘route perceptuelle’ suit celle du transfert
d’énergie prototypique, donc du percepteur/sujet vers le stimulus/objet. Bossong
(1998a) par contre soutient que le vecteur sémantique verbal des VdP est inverti : le
percepteur/sujet n’est pas le point de départ mais le point d’arrivée du transfert
d’énergie mental. Naturellement, la réponse à cette controverse dépend de quel
participant se profile comme la cause directe de la perception. Il a été argumenté
préalablement que le choix de la cause primaire dépend de la modalité de perception :
le percepteur pour la perception volontaire visuelle, le stimulus pour la perception
involontaire auditive et une compétition entre les deux pour la perception
involontaire visuelle et la perception volontaire auditive. Dans le cas de mirar/regarder,
l’emphase de la construction tombe sur le percepteur/sujet qui se révèle un agent :
c’est le percepteur qui fonctionne comme le point de départ du transfert d’énergie. Par
conséquent, la thèse de Langacker est applicable aux VdPvolontaire visuelle mirar/regarder
(I). Tout au contraire, les VdPinvolontaire auditive oír/entendre remplissent le schéma proposé
par Bossong (II). Les VdPvolontaire auditive escuchar/écouter (III) et les VdPinvolontaire visuelle

ver/voir se situent entre les deux types. Dans le cas de la perception visuelle
involontaire, tout dépend de la nature dynamique ou non du stimulus (IV) :

(I) mirar/regarder
percepteur stimulus
[+ agentif] [± dynamique]

(II) oír/entendre
percepteur stimulus
[- agentif] [+ dynamique]

(III) escuchar/écouter
percepteur stimulus
[+ agentif] [+ dynamique]

(IV) ver/voir
percepteur stimulus
[± agentif] [- dynamique]

percepteur stimulus
[± agentif] [+ dynamique]

Figure 3.9 Direction du transfert d’énergie

Pour conclure, la transitivité graduelle des VdP est une première


démonstration de notre hypothèse centrale selon laquelle le focus sur les différences
70

conceptuelles entre les modalités de perception permet d’expliquer certaines


propriétés sémantiques controversées des VdP. Dans le chapitre suivant, nous nous
orienterons vers la structure interne de ce transfert d’énergie afin d’examiner dans
quelle mesure cette méthode apporte une solution à la deuxième polémique
concernant l’aspect lexical des VdP.
71

Chapitre 4

Le déroulement interne des processus de perception

L’aspect lexical des verbes de perception

« […] el rompecabezas de los estudios sobre los


verbos de percepción.»
(Fernández Lagunilla 2003:85)

Le présent chapitre touche la problématique de la classification aspectuelle


des VdP qui, comme l’annonce la citation ci-dessus, n’est pas simple. Un
survol de la bibliographie montrera en effet des taxonomies et des
terminologies différentes et souvent contradictoires (4.1). D’abord, nous
parcourrons les traits et les tests syntaxiques proposés dans la littérature pour
distinguer les classes aspectuelles. Ces épreuves seront appliquées une
première fois lors de la détermination de l’Aktionsart des VdPvolontaire. La
classification aspectuelle des VdPinvolontaire posera plus de problèmes et
nécessitera plus de précisions (4.2). Nous argumenterons que l’aspect lexical
des VdPvisuelle n’est pas simplement transposable aux VdPauditive : le type de
complément qui suit le verbe conditionne dans une large mesure son aspect,
et les propriétés conceptuelles des événements perceptifs bornent le nombre
de classifications possibles (4.3).
72

1
4.1 Définition de l’aspect

4.1.1 Aspect lexical vs. aspect compositionnel

Aristote a introduit une classification des événements2 fondée sur leur structure
temporelle interne. Il distinguait les événements energeia atéliques (les activités et les
états : penser, chanter,…) des actions de kinesis orientées vers un point final interne (les
accomplissements : construire une maison, écrire un poème,…). L’opposition entre ces
deux types d’événements a d’abord fait l’objet de nombreuses discussions en
philosophie pour ensuite trouver sa voie jusqu'en linguistique.
Dès le début des études aspectuelles, le verbe a été désigné comme l’unité de
prédication minimale et le corrélatif de l’événement extralinguistique. Des
classificateurs sémantiques tels que la dynamicité, l’agentivité, la durée et la télicité
ont été invoqués afin de pouvoir introduire les verbes dans un nombre limité de
classes lexico-aspectuelles. La classification de Vendler (1967) est la plus connue. À
l’aide de deux traits sémantiques –la progression et la télicité– il distingue quatre
classes : les états, les activités, les accomplissements et les achèvements. Les états
(exister, savoir) ne progressent pas dans le temps et ne s’orientent pas vers un point
final. Les activités (danser, travailler) par contre sont composées de plusieurs phases
temporelles mais, comme les états, elles sont atéliques. Les accomplissements (écrire
une lettre) et les achèvements (reconnaître) se caractérisent par la présence d’un point
final interne. Les accomplissements sont progressifs alors que les achèvements sont
ponctuels. Bien que cette classification ait été fortement critiquée, elle a inspiré de
nombreux auteurs. Elle se résume de la façon suivante :

1 Le terme aspect est utilisé dans le sens d’aspect lexical, Aktionsart ou mode d’action qui renvoie à la

modalité d’exprimer objectivement la manière dont se déroule un processus. L’aspect lexical est
différent de l’aspect verbal ou grammatical qui correspond à la manière subjective d’envisager un
processus ou encore à la perspective temporelle imposée au processus.
2 Il est important de spécifier la portée de la notion d’événement qui dans la littérature n’a pas

toujours reçu la même signification. François (1997) et Rosen (1999) l’emploient pour renvoyer à
n’importe quelle situation dynamique : les événements s’opposent principalement aux états. Dans
les ouvrages de Baudet (1990), Bromberg, Kekenbosch & Friemel (1998), Felser (1999), Marín
Gálvez (2000), Mourelatos (1978) et Verkuyl (1993), la notion couvre les catégories des
accomplissements et des achèvements. Ces auteurs définissent l’événement comme un processus
qui se produit et qui arrive nécessairement à un point final. Van Valin & Lapolla (1997) lui
attribuent le sens le plus restreint d’achèvement. Dans notre étude, événement est utilisé dans son
sens le plus large, c’est-à-dire pour désigner n’importe quelle situation dans le monde, dynamique
ou statique, durative ou ponctuelle (cf. De Miguel 1999, Pustejovsky 1991, Vanhoe 2004).
73

progressif télique
état - -
activité + -
accomplissement + +
achèvement - +
Tableau 4.1 La classification de Vendler

Plus récemment, l’Aktionsart a été défini comme un concept multifactoriel


déterminé par le contexte dans lequel il apparaît, de telle sorte que les linguistes se
sont réorientés vers l’étude de l’aspect compositionnel3. L’unité de traitement
primaire n’est plus le verbe, mais la prédication entière. Quatre éléments influencent
potentiellement l’aspect de base d’un verbe : les propriétés des actants du verbe –à
savoir l’OD et le sujet–, les adverbes et l’aspect grammatical. Ci-dessous nous
proposons quelques exemples illustratifs de cette recatégorisation aspectuelle4.
Premièrement, la présence d’un OD délimité recatégorise une activité en un
accomplissement. Le verbe courir par exemple représente un événement dynamique,
duratif et atélique. L’adjonction d’un objet délimité change l’aspect lexical du verbe :
courir les 100 mètres correspond à un événement duratif délimité. L’adjonction d’un
OD pluriel affecte à son tour la télicité des accomplissements. La phrase Jean construit
des maisons implique que Jean est un constructeur de maisons, contrairement à Jean
construit une maison où la prédication représente un événement progressif mais
délimité.
Secundo, les propriétés sémantiques du sujet peuvent également influencer
l’aspect de la phrase5. Un sujet collectif apporte une interprétation plus durative à un
verbe originairement ponctuel. En présence d’un sujet individuel, la prédication
représente un achèvement (1a). Dans (1b), le sujet collectif contribue à la lecture
durative, présupposant un enchaînement délimité de plusieurs événements plus
courts (accomplissement) :

(1a) Jean entre dans la ville.

3 Verkuyl (1972) a été le premier à utiliser ce terme.


4 La liste des facteurs n’est pas exhaustive. Pour plus de données voir entre autres Albertuz (1995),
De Miguel (1999), François (1990a,1990b), Golian (1986), Marín Gálvez (2000), Mourelatos (1978),
Pustejovsky (1991), Rodríguez Espiñeira (1990), Rosen (1999) et Tenny (1994).
5 Pour une analyse détaillée voir De Miguel (1999). Nous mentionnons ici les exemples les plus

clairs de l’influence des propriétés du sujet sur l’aspect lexical d’une construction. Marín Gálvez
(2000) défend une position contraire en posant que les propriétés du sujet n’influencent pas l’aspect
de base et que de là, elles ne doivent pas être retenues lors du calcul aspectuel.
74

(1b) L’armée entre dans la ville.

L’opposition sujet spécifique vs. sujet générique joue un rôle tout aussi important. Dans
(2a), l’événement est délimité par le nombre borné d’enfants (accomplissement); dans
(2b) l’on observe une ambiguïté entre la lecture délimitée, renvoyant à un groupe
particulier d’enfants, et l’interprétation non délimitée, renvoyant à tous les enfants du
monde qui mangent des biscuits. Dans ce dernier cas, l’aspect est duratif et
atélique (activité) :

(2a) Deux enfants mangent des biscuits.


(2b) Les enfants mangent des biscuits.

De plus, certaines locutions adverbiales sont à mêmes d’intervenir dans


l’expression de l’information aspectuelle. Ainsi les adverbes de fréquence (deux fois)
apportent une lecture répétitive à l’accomplissement (3a). D’autres imposent une
interprétation de durée (pendant 2 heures) (3b) ou de délimitation (en une heure) (3c) :

(3a) J’ai lu ce livre deux fois.


(3b) J’ai lu ce livre pendant deux heures.
(3c) J’ai lu ce livre en une heure.

Finalement, l’opposition entre les temps imperfectifs et les temps perfectifs


peut entraîner une différenciation entre l’aspect non délimité et l’aspect délimité.
Dans (4a) le locuteur insiste sur l’activité de lire, dans (4b) il met en relief
l'aboutissement de cet événement :

(4a) Je lisais ce livre.


(4b) J’ai lu ce livre.

4.1.2 Classification linguistique ou classification extralinguistique ?

Quant à l’importance attribuée à l’aspect dans les ouvrages linguistiques, l’on


discerne les positions les plus divergentes : de sa considération comme élément pivot
du système verbal, jusqu’à la dénégation de son existence. Albertuz (1995:333) par
exemple, prétend que les classes lexico-aspectuelles ne sont pas linguistiques, mais
relèvent de la métaphysique :

« Las distinciones de Aktionsart reconocidas habitualmente carecen de entidad lingüística y


se asientan en exclusiva sobre diferencias conceptuales y ontológicas externas a las
lenguas. »
75

De là que récemment, de nombreux linguistes (De Miguel 1992, Mendikoetxea 1999a,


Sanz 1999, 2000, Rosen 1999, Rothstein 2004, Tenny 1994, Travis 2000) ont plaidé en
faveur d’une différenciation des événements réels qui se produisent dans le monde
extérieur et leur représentation langagière :

« Es importante subrayar la necesidad de establecer una diferencia entre lo que son los
eventos del mundo real y la forma en la que aparecen codificados en la lengua. »
(Mendikoetxea 1999a:1593)

Or, en même temps les linguistes continuent à parler des propriétés aspectuelles
comme des caractéristiques d’entités out there, in the world (Rothstein 2004:2). En effet,
bien que les classes lexico-aspectuelles s’appuient sur des preuves grammaticales, ce
sont des catégories extralinguistiques qu’elles décrivent.
À cette séparation radicale des événements réels et des événements
linguistiques, s’oppose notre thèse selon laquelle la représentation linguistique des
événements réels passe par des configurations conceptuelles. Aussi la classification
aspectuelle des VdP sera-t-elle amplement conditionnée par les caractéristiques
conceptuelles des événements de perception. Comme nous sommes d’avis que ces
propriétés surmontent l’organisation spécifique des langues, les verbes espagnols et
français seront étudiés ensemble :

événement la perception de l’univers détermine la façon de référer à cet univers événement


réel linguistique

propriétés conceptuelles propriétés sémantiques aspect lexical


événement de perception VdP VdP

Figure 4.1 Événements linguistiques et événements réels

4.1.3 L’aspect lexical des VdP dans la littérature

Les sources consultées6 s’accordent toutes pour attribuer aux VdPvolontaire


mirar/regarder et escuchar/écouter l’aspect lexical des activités. La classification
aspectuelle des VdPinvolontaire ver/voir et oír/entendre est plus controversée. Les
VdPinvolontaire ont été analysés principalement comme des états et des achèvements, et

6 Pour une liste des auteurs consultés cf. infra le tableau 4.2, p 78.
76

dans une moindre mesure comme des activités et des accomplissements. En outre,
certains auteurs les introduisent dans plusieurs catégories à la fois.
La discussion autour de l’aspect des VdPinvolontaire est née avec la classification
générale des verbes proposée par Vendler (1967). En observant que l’événement de
perception dure un certain laps de temps mais est non dynamique, l’auteur conclut
que to see est un verbe d’état7. Ver/voir et oír/entendre ne représentent pas des actions
faites ou performées mais des états de conscience passifs. Cette analyse est reprise par
Dowty (1979), Rogers (1974), Van Valin (1990) et Van Valin & Lapolla (1997).
Cependant, lorsqu’il parle du spotting sense of seeing, Vendler (1967) prépare le
terrain pour un deuxième type de classification. Il n’insère pas explicitement les VdP
dans la classe des achèvements, bien que son spotting sense se caractérise par les traits
[- progressif] et [+ télique]8. Le philosophe Ryle (1949) avait déjà écrit que percevoir
n’exprime pas une activité ni un état mais une réussite ou un achèvement. Son
argument principal était le caractère ponctuel de la perception : je peux dire j’ai vu X
au moment où je vois X. L’analyse des VdPinvolontaire comme des achèvements se
retrouve dans Van Voorst (1988) et Sanz (2000). Mourelatos (1978) s’inspire de ce
classement lorsqu’il introduit les VdPinvolontaire dans la classe des performances, qui
contient autant les achèvements que les accomplissements. Certains auteurs –tels que
Gisborne (1993)9, Dupas (1997) et Barron (1999)– reprennent l’analyse de Vendler
(1967) et accordent aux VdP le statut mixte d’état/achèvement. L’achèvement
instantané apparaît dans l’ouvrage de Franckel & Lebaud (1990) sous la dénomination
d’aspect inchoatif. Un verbe inchoatif représente un changement d’état conçu dans

7 Un critère important avancé par Vendler (1967:105) pour attribuer le statut d’état aux VdPinvolontaire
est leur comportement par rapport à la modalité du possible. L’équivalence sémantique des
structures pouvoir percevoir et percevoir –étudiée plus en détail par Le Querler (1989)– serait un
indice de la nature statique des VdP : « For the present, it is enough to mention that while to be able to
run is never the same thing as to run or to be able to write a letter is by no means the same as to write it, it
seems to be the case that, in some senses, to be able to know is to know, to be able to love is to love, and to be
able to see is to see. » Rothstein (2004:16) observe la même concordance sémantique: « The non-
agentive relation between a participant and the state that she is in, means that often the ability to be in a state
and actually being in it are indistinguishable. » Dupas (1997) par contre, affirme que la modalité du
possible ajoute un certain degré d’agentivité aux VdP. Ces analyses contradictoires sont
illustratives d’une large partie de la littérature autour de l’aspect des VdP.
8 D’après sa classification, ces traits définissent les achèvements, cf. supra tableau 4.1, p 72.
9 Cf. l’étude de Gisborne (1993:26) sur les nominalisations des VdP: « […] ‘sight’ displays the same

aktionsart phenomena as ‘see’, namely that its aspectual nature is determined by its postdependent :
(4a) The sight of the accident put me off driving ;
(4b) The sight of the Himalayas rooted me to the spot.
In (4a) the sight is a temporally limited event, in (4b) it is a contingent state.»
77

son commencement. La valeur inchoative des VdPinvolontaire est associée à des valeurs
de prise de conscience, d’apparition et de dévoilement de la perception.
Bromberg, Kekenbosch & Friemel (1998) sont les seuls auteurs trouvés qui
attribuent aux VdPinvolontaire l’aspect d’une activité : mirar/regarder et escuchar/écouter
sont caractérisés en tant qu’activités perceptives intentionnelles alors que ver/voir et
oír/entendre sont définis comme des activités perceptives non intentionnelles.
Pour le reste, les VdPinvolontaire sont rarement analysés comme des activités ou
comme des accomplissements, sauf par les auteurs qui insistent sur l’influence du
contexte. Ainsi Mourelatos (1978:423, note 34) classe les VdPinvolontaire de (5a) comme
des activités et ceux de (5b) comme des accomplissements :

(5a) I’m seeing a bright light ; I’m hearing buzzing sounds.


(5b) I saw him cross the street ; I heard him sing a serenade.

Selon Mourelatos, la combinaison d’un VdP ponctuel et d’un infinitif aboutit


nécessairement à un événement duratif télique. Willems (1983:147) reconnaît
également la classification hybride des VdPinvolontaire et utilise la construction infinitive
pour illustrer l’aspect d’accomplissement des VdPinvolontaire (6d) :

(6a) Je vois mal. (état)


(6b) Je vois une forte lumière. (activité)
(6c) Je l’ai entrevu dans un éclair. (achèvement)
(6d) Je l’ai vu traverser la rue. (accomplissement)

Ce caractère multi-aspectuel des VdP est également signalé par De Miguel (1999:3033):

« ‘Ver’ es, por otra parte, un verbo muy polisémico en relación con los contextos en que
entra : puede denotar también un evento durativo delimitado (una realización simple : ayer
vi la exposición de Velázquez), un evento durativo delimitado e iterativo (una realización
habitual : ve muchas películas de terror) y un evento no dinámico habitual (una actividad
caracterizadora del sujeto, que acaba teniendo un valor estativo : ve muy poco de lejos). »

Le tableau suivant synthétise diachroniquement les diverses classifications


relevées pour les VdPinvolontaire :
78

état activité accomplissement achèvement


Ryle (1949) x
Vendler (1967) x ‘spotting sense’
Rogers (1974) x
Mourelatos (1978) [x]10 [x] [x] [x]
Dowty (1979) x [x]
Willems (1983) [x] [x] [x] [x]
Van Voorst (1988) x
Franckel & Lebaud (1990) ‘inchoatif’
Van Valin (1990) x
Gisborne (1993) [x] [x]
Dupas (1997) x [x] x
Van Valin & Lapolla (1997) x
Bromberg (1998) x
Barron (1999) x x
De Miguel (1999) [x] [x] [x] [x]
Sanz (2000) x
Tableau 4.2 La classification des VdPinvolontaire dans la littérature

Ce qui saute aux yeux lors de la comparaison de ces classements, c’est que l’aspect
lexical des VdP est souvent –à quelques exceptions près– mentionné en passant, dans
le cadre d’une étude plus générale de l’aspect. C’est comme si les chercheurs
‘craignent’ de se prononcer sur l’aspect des VdP. L’analyse proposée dans la section
suivante révélera le pourquoi de cette réticence.

4.2 L’aspect lexical des VdP : une tentative de classification

4.2.1 Aspect de base ou aspect compositionnel ?

La classification vendlérienne constituera la base de notre analyse aspectuelle des


VdP, bien que sous une forme légèrement modifiée. Afin de définir les quatre classes
plus précisément, nous invoquerons les traits sémantiques relatifs à la constitution
participative (1-2), à la constitution temporelle (3-4) et à la constitution distributive (5-
6) des événements :

1. [± dynamique]
2. [± agentif]
3. [± duratif]
4. [± télique]

10[x] signifie que, d’après l’auteur, l’intégration du VdPinvolontaire dans la classe aspectuelle indiquée
dépend du contexte.
79

5. [± changement]
6. [± homogène]

Ci-dessous nous parcourrons tout d’abord l’impact de ces classificateurs


sémantiques et les tests empiriques qui révèlent leur présence11. Ensuite, afin de
déterminer l’aspect de base des VdP, nous examinerons leur comportement
sémantique et syntaxique dans un contexte non marqué. Comme il a été affirmé dans
le chapitre précédent, ce contexte neutre dénote un acte de perception directe d’un
stimulus concret par un percepteur humain. À cela s’ajoute que la perception visuelle
se caractérise par un stimulus neutre quant au trait de dynamicité (une maison) alors
que la perception auditive a besoin d’une source dynamique (une voiture, la radio). Les
exemples suivants reproduisent les actes de perception prototypiques :

(7a) Mira la casa.


(7b) Il regarde la maison.
(8a) Escucha la radio.
(8b) Il écoute la radio.
(9a) Ve una casa.
(9b) Il voit une maison.
(10a) Oye un coche.
(10b) Il entend une voiture.

En même temps, il sera évalué quels éléments du contexte influencent l’aspect lexical
de base des VdP. La création de contextes marqués –que l’on obtient en modifiant les
propriétés du sujet et de l’OD, en ajoutant certains adverbes et en transformant
l’aspect grammatical– permettra de mesurer l’influence de l’environnement actanciel
sur l’aspect de base12.

11 Les six traits et les tests formels retenus ici sont le résultat d’une comparaison critique des
nombreuses classifications proposées dans la littérature. Notre point de vue théorique s’inspire en
particulier de François (1990a,b) et de Bromberg, Kekenbosch & Friemel (1998) qui distinguent les
classificateurs de la constitution temporelle et les classificateurs de la constitution participative des
événements. Bien que les tests formels aient d’abord été développés en anglais, ils sont tout autant
applicables aux verbes espagnols et français. La démarche consistera à créer des contenus
sémantiques compatibles ou non avec le sens du verbe ou de la prédication. Le degré de
grammaticalité fournira des indices concernant l’interprétation aspectuelle des verbes en question.
Cependant, comme ces tests empiriques ne sont pas sans faille (cf. Vanhoe 2004:146, Van Valin &
Lapolla 1997:96), il est important de vérifier leur portée dans chaque langue individuelle.
12 Comme les VdP entrent dans un nombre considérable d’environnements syntaxiques, il est

impossible d’étudier leur aspect dans tous les contextes possibles. L’analyse se limitera à une série
de phrases illustratives.
80

4.2.2 Perception et [± dynamicité]

4.2.2.1 Définition du trait aspectuel [± dynamicité]

Les événements dynamiques –à savoir les activités, les accomplissements et les


achèvements– se produisent et dans la majorité des cas, se déroulent dans le temps.
Les états par contre ne se produisent pas mais ‘se donnent’. De ce fait, les états ne se
combinent pas avec le progressif13. À l’inverse, les activités et les accomplissements
qui sont continus admettent la construction estar + gerundio/être en train de + V. La
compatibilité avec le progressif est un critère non pertinent pour les achèvements qui
ne contiennent qu’une seule phase et qui par définition ne se déroulent pas dans le
temps. La structure progressive peut toutefois dynamiser un état :

(11a) Estoy sabiendo cada vez más sobre este tema.

Albertuz (1995:330) en conclut que la frontière entre les événements statiques et les
événements dynamiques est inexistante :

« La frontera entre estados y procesos dinámicos es, una vez más, ilusoria. […] la
constatación de la posibilidad general de combinación con el progresivo anula ésta como
criterio para delimitar una clase especial de verbos por su Aktionsart y, en tanto se ha
recurrido a esta prueba para sostenerla, niega la existencia de una oposición entre estados y
procesos dinámicos. »

Rifón (1997) résout le problème en divisant l’ensemble des prédicats non dynamiques
en deux groupes : les stage level predicates (SLP) ou prédicats épisodiques et les individual
level predicates (ILP) ou prédicats permanents14. Les ILP dénotent des propriétés
inhérentes et des états permanents (être grand), tandis que les SLP représentent des
états temporaires et sont compatibles avec le progressif (être assis).
Précédés de la locution hace X tiempo/il y a X temps, les verbes statiques
permanents ne se conjuguent pas au temps perfectif15 : comme les états ne se
déroulent pas, l’on ne peut pas focaliser un moment spécifique dans le passé par

13 Cf. Brinton (1988:40): « First, though they are continuous, they involve no change and hence cannot be
seen as developing or ongoing. Second, they are in a sense complete; […], a state exists as a whole during
each and every instance of its duration. »
14 Cette distinction a été introduite d’abord par Carlson (1977) et reprise plus tard par Dowty (1979)

et Felser (1999). Pour plus de détails, voir infra 5.3.2 La présence de prédicats statiques, p 132. Le
terme état renverra ici aux prédicats permanents.
15 Comme le passé simple est peu fréquent en français contemporain, ce test est moins représentatif

dans cette langue.


81

l’emploi d’un perfectif. L’imparfait, qui met en relief le caractère continu d’un
événement, donne un résultat positif :

(11b) Hace unos años *supe/sabía inglés.

Vu l’absence de changement, les états permanents sont également


incompatibles avec les phrases infinitives régies par después de/après avoir (12) et la
locution lo que ocurrió fue/ce qui s’est passé c’était (13) :

(12a) *Después de saber inglés, se fue a Inglaterra.


(12b) *Après avoir connu l’anglais, il est allé en Angleterre.
(13a) *Lo que ocurrió fue que sabía inglés.

(13b) *Ce qui s’est passé c’était qu’il connaissait l’anglais.

En revanche, ces tests de dynamicité sont compatibles avec les états transitoires (14a),
les activités (14b), les accomplissements (14c) et les achèvements (14d) :

(14a) Hace dos minutos se sentó.


(14b) Après avoir couru aussi rapidement, Jean a dû se reposer.
(14c) Después de haber cantado la canción, fumó un cigarrillo.
(14d) Ce qui s’est passé après, c’est qu’il a reconnu Marie.

Le tableau ci-dessous synthétise le comportement des quatre classes


aspectuelles par rapport au trait de la dynamicité :

état activité accomplissement achèvement


permanent transitoire
Juan conoce a María. Juan se sienta. Juan corre. Juan canta una canción. Juan reconoce a María.
Jean connaît Marie. Jean s’assied. Jean court. Jean chante une chanson. Jean reconnaît Marie.
progressif - + + + [nv]16
hace X tiempo - + + + +
il y a X temps
después de - + + + +
après avoir
lo que ocurrió fue - + + + +
ce qui s’est passé c’était

Tableau 4.3 Tests de dynamicité

4.2.2.2 Application aux VdP

Mirar/regarder et escuchar/écouter représentent des événements qui se produisent et qui


se déroulent dans le temps. De là que les VdPvolontaire défient sans problèmes les tests
de dynamicité :

(15a) Juan está mirando la casa.


(15b) Hace dos minutos, escuchó la radio.

16 [nv] signifie non valable.


82

(15c) Après avoir regardé la maison, Jean est rentré chez lui.
(15d) Qu’est-ce qui s’est passé après ? Il a écouté la radio.

La question de savoir si les VdPinvolontaire ver/voir et oír/entendre sont dynamiques a reçu


des réponses très divergentes dans la littérature. Certains auteurs estiment que les
VdPinvolontaire correspondent à des événements qui ne se produisent pas et les classent
de la sorte comme des états ; d’autres posent que ces verbes expriment un
déroulement dans le temps et sont dynamiques.
Ces attitudes contradictoires se reflètent dans la discussion autour de
l’acceptabilité du test lo que ocurrió fue/ce qui s’est passé c’est. D’après Vendler
(1967:120), les VdPinvolontaire ne peuvent pas apparaître dans la réponse à la question
qu’est ce qui s’est passé ? :

« What happens when we perceive, and what is it that makes it happen? That is the
problem of perception. A sailor on deck looking ahead remarks, ‘It is pitch dark, I don’t see
anything’. After a while, ‘Now I see a star’. We ask him, ‘what has happened?’ ‘The cloud
has gone.’ ‘But what else happened?’ ‘Nothing else.’ Of course many things happened in
the world and in the sailor. But his seeing is not one of them. »

Cette thèse est reprise par Barron (1999:199) :

(16) What happened ? ?Leo saw the view.

mais contredite par Mourelatos (1978:422) :

« Besides, we could easily supply a context for ‘I saw him run’ that would make it
appropriate for this sentence to be an answer to the question ‘What happened next?’ a
question that could not envisage a state predication as one of its possible answers. »

et plus tard par Felser (1999) :

(17) What happened next? I saw him (fall over).

Or, il ne nous semble pas difficile de trouver un contexte où nos phrases exemplaires
(9-10) constituent les réponses à la question ¿Que ocurrió ?/Qu’est-ce qui s’est passé ?
Imaginons-nous que trois amis se sont perdus dans un bois. Tout à coup, quand un
des trois garçons se met à courir, le deuxième demande : Qu’est-ce qui s’est passé ? Le
dernier peut répondre : Il a vu une maison et il a entendu une voiture.
Le deuxième test qui distingue les verbes statiques des verbes dynamiques est
la possibilité de surgir dans un contexte progressif. Dostie (1998) et Barron (1999)
écrivent sans apport de nuances que les VdPinvolontaire sont incompatibles avec le
progressif. Jørgensen (1990) par contre pose que les VdP se combinent tous avec le
83

progressif sans modification sémantique. Pourtant, la majorité des auteurs –aussi ceux
qui attribuent un aspect dynamique aux VdPinvolontaire– reconnaissent que ces verbes
n’admettent le progressif que dans certains contextes particuliers. Gruber (1967:954)
(18a), et plus tard Felser (1999:148) (18b), citent comme exemples acceptables :

(18a) John is seeing spots.


(18b) He was hearing those voices again.

où le mode progressif ajoute un sens itératif et duratif à l’acte de perception.


Goldsmith (1979:350) cite le même exemple mais à l’encontre Gruber, il relie l’emploi
du progressif à :

« […] a suspension of general commitment to the truth or reality of the object of perception
[…]. »

Ainsi l’emploi du progressif serait habituel dans des contextes désignant une
mauvaise perception ou des hallucinations. Van Voorst (1988:43) pose qu’en général,
les VdPinvolontaire n’admettent pas le progressif, sauf quand le contexte signale un
changement dans la visibilité ou dans l’audibilité de l’objet aperçu, comme dans :

(19) He was already seeing things better than before.

Dupas (1997) affirme qu’en emploi progressif, les VdPinvolontaire sont déstabilisés dans
toutes leurs propriétés linguistiques courantes. Suivant Hatcher (1951) et
Adamczewski (1978), elle pose que le progressif met le sujet/percepteur à distance
par rapport à sa perception et lui confère une plus grande agentivité. Nous nous
rangeons du côté de ceux qui attribuent un emploi limité au progressif. Dans notre
histoire des trois amis dans le bois, il est possible de répondre à la question ¿Qué
ocurre? : Está viendo una casa a lo lejos. L’emploi du progressif ajoute néanmoins une
connotation de ‘perception impure’.
Un bref examen statistique du corpus CREA montre en plus que la
construction estar + VdP –ndo surgit beaucoup plus fréquemment dans le champ des
VdPvisuelle que dans celui des VdPauditive, aussi dans le domaine des VdPvolontaire17:

17 L’occurrence généralement plus fréquente des VdPvisuelle ne peut pas être seule responsable de
l’écart entre les VdPvisuelle et les VdPauditive. Le même calcul pour les quatre infinitifs ver, oír, mirar et
escuchar montre effectivement que la différence de fréquence entre les trois derniers verbes n’est
pas aussi grande :
ver 71385
oír 6096
mirar 7612
escuchar 7473
84

VdP occurrences
estar viendo 5851
estar oyendo 1215
estar mirando 7026
estar escuchando 1833
Tableau 4.4 Les VdP au progressif

L’acceptabilité plus restreinte du progressif dans le champ de la perception auditive


n’est pas forcément un indice du caractère statique des VdPauditive. Nous savons que,
vu l’absence de déroulement dans le temps, les achèvements sont également
incompatibles avec le progressif.
Les tests avec después de/après avoir (20) et hace X tiempo/il y a X temps (21)
donnent un résultat positif pour les VdPinvolontaire :

(20a) Después de haber visto una casa, volvió a su casa.


(20b) Après avoir vu une maison, il est rentré chez lui.
(20c) Después de haber oído un coche, se asustó.
(20d) Après avoir entendu une voiture, il a pris peur.
(21a) Hace dos semanas, vio una casa.
(21b) Hace dos minutos, oyó un coche.

Nous concluons que –malgré le fait que les épreuves ne donnent pas de
résultats uniformément positifs– les tests de dynamicité signalent que l’aspect de base
des VdPinvolontaire n’est pas statique. Le tableau suivant résume le comportement des
quatre VdP par rapport au premier trait de la constitution participative
[± dynamique] :

Mira la casa. Escucha la radio. Ve una casa. Oye un coche.


Il regarde la maison. Il écoute la radio. Il voit une maison. Il entend une voiture.
progressif Está mirando la casa. Il est en train Está viendo una casa. ± Está oyendo un coche.

d’écouter la radio.
hace X tiempo Hace dos minutos, Hace dos minutos, Hace dos minutos, Hace dos minutos, oyó
il y a X temps miró la casa. escuchó la radio. vio una casa. un coche.
después de Después de haber Después de haber Después de haber Después de haber oído
après avoir mirado la casa, volvió escuchado la radio, se visto una casa, volvió un coche, se asustó.
a su casa. durmió. a su casa.
¿Qué occurió ? Miró la casa. Il a écouté la radio. Vio una casa. Oyó un coche.
qu’est-ce qui s’est passé ?

Tableau 4.5 Perception et dynamicité (1)

L’emploi des VdP au temps progressif mérite certainement une analyse plus détaillée, mais n’entre
pas dans le cadre de notre étude.
85

La suppression de l’OD (22a), l’adjonction d’un adverbe de manière (22b) ou


d’un sujet générique (22c) annule le caractère dynamique des VdPinvolontaire. En effet,
les exemples ci-dessous désignent des capacités perceptives qui s’interprètent comme
des états :

(22a) Il voit.
(22b) Oye mal.
(22c) El perro ve muy bien de lejos.

En revanche, l’absence d’un OD ou la présence d’un adverbe de manière n’influence


pas l’aspect de base d’activité de mirar/regarder et escuchar/écouter (23) :

(23a) Mira.
(23b) Il regarde.
(23b) Escucha bien.
(23d) Il écoute bien.

Toutefois, en présence d’un sujet générique, le VdPvolontaire mirar/regarder est synonyme


de considérer et s’interprète comme un état (24). Pareillement, quand le sujet est une
entité inanimée, le VdPvolontaire dénote une orientation et prend un aspect plus
statique (25) :

(24) L’homme regarde la maison comme un besoin fondamental.


(25) La fachada de la casa mira al sur.18

Les tests avec le progressif et la locution ce qui s’est passé démontrent clairement la
nature statique des VdP dans ces contextes. Ou bien les tests déclenchent des phrases
agrammaticales, ou bien ils annulent l’interprétation de capacité de perception :

Il voit. Oye mal. El perro ve muy bien L’homme regarde la maison


de lejos. comme un besoin
fondamental.
progressif *Il est en train de *Está oyendo *El perro está viendo *L’homme est en train de
voir. mal. muy bien de lejos. regarder la maison comme un
besoin fondamental.
ce qui s’est passé c’était que *…qu’il voit. *…que oye mal. *…que el perro ve muy *…que l’homme regarde la
lo que ocurrió fue bien de lejos. maison comme un besoin
fondamental.

Tableau 4.6 Perception et dynamicité (2)

18 Voir aussi supra 3.3.2 Le percepteur : un proto-agent ?, p 54.


86

4.2.3 Perception et [± agentivité]

4.2.3.1 Définition du trait aspectuel [± agentivité]

Les épreuves formelles qui dévoilent l’implication agentive d’une entité dans un
événement ont été largement décrites dans le chapitre précédent19. Leur application
aux quatre classes vendlériennes aboutit au résultat suivant :

état activité accomplissement achèvement


Juan conoce a María. Juan corre. Juan canta una canción. Juan reconoce a María.
Jean connaît Marie. Jean court. Jean chante une chanson. Jean reconnaît Marie.
hacer/faire - + + -
de tal modo que - + + -
de sorte que
voluntariamente - + + -
volontairement
deliberadamente - + + -
délibérément
impératif - + + -
convencer/obligar - + + -
convaincre/obliger
parar de/s’arrêter de - + + -
cuidadosamente - + + -
soigneusement

Tableau 4.7 Les tests d’agentivité

Les états permanents sont clairement non agentifs ; les activités sont agentives. Le trait
d’agentivité permet également de distinguer les accomplissements des achèvements :
quand l’événement est composé d’une activité et d’un changement d’état qui en
découle, le verbe dénote un accomplissement ; les achèvements par contre manquent
le trait d’agentivité.

4.2.3.2 Application aux VdP

Il a été démontré dans le chapitre antérieur que, comme le percepteur d’un acte de
perception volontaire est un participant qui agit volontairement, consciemment et
intentionnellement, escuchar/écouter et mirar/regarder répondent positivement aux tests
d’agentivité. Les mêmes tests donnent des résultats négatifs pour les VdPinvolontaire en
emploi de base :

19 Cf. supra 3.2.1 Le proto-agent/sujet, p 40.


87

Mira la casa. Escucha la radio. Ve una casa. Oye un coche.


Il regarde la maison. Il écoute la radio. Il voit une maison. Il entend une voiture.
hacer/faire Il regarde la maison et Il écoute la radio et ?Ve una casa y su ?Oye un coche y su

son ami le fait aussi. son ami le fait aussi. hermano lo hace hermano lo hace
también. también.
de (tal) modo que Il regarde la maison de Il écoute la radio de *Ve una casa de tal *Oye un coche de tal
de sorte que sorte qu’il a une bonne sorte qu’il est au modo que la compra. modo que lo compra.
idée de son courant des dernières
architecture. nouvelles.
voluntariamente Il regarde la maison Il écoute la radio *Ve voluntariamente *Oye voluntariamente
volontairement volontairement. volontairement. una casa. un coche.
deliberadamente Il regarde la maison Il écoute la radio *Ve deliberadamente *Oye deliberadamente
délibérément délibérément. délibérément. una casa. un coche.
impératif Regarde la maison ! Écoute la radio ! *¡Ve una casa ! *¡Oye un coche !
convencer/obligar Il m’a demandé de Il m’a ordonné *Lo he forzado a ver *Lo he forzado a oír un
convaincre/obliger regarder la maison. d’écouter la radio. una casa. coche.
parar de/s’arrêter de Il s’est arrêté de Il s’est arrêté *Paró de ver la casa. *Paró de oír el coche.
regarder la maison. d’écouter la radio.
cuidadosamente Il regarde la maison Il écoute la radio *Ve cuidadosamente *Oye cuidadosamente
soigneusement attentivement. attentivement. una casa. un coche.

Tableau 4.8 Perception et agentivité (1)

Il s’en déduit que les VdPinvolontaire en emploi non marqué sont dynamiques mais non
agentifs, ce qui caractérise d’ailleurs les achèvements.
Nonobstant, nous avons également observé précédemment que les
VdPinvolontaire s’adaptent aisément au contexte dans lequel ils apparaissent et peuvent
exprimer l’agentivité du sujet/percepteur envers le monde qu’il aperçoit. Rappelons
les locutions ver la tele et oír la radio ainsi que la phrase où le VdPvisuelle acquiert le sens
d’aller voir, visiter, où les VdPinvolontaire se comportent comme des activités :

ver la tele ver al médico


hacer/faire Juan ve la tele y su hermano lo hace también. Ve al médico cada día, y su hermano lo hace
también.
de (tal) modo que Juan ve la tele de tal modo que conoce las Ve al médico cada día de modo que no puede
de sorte que últimas noticias ponerse enfermo.
voluntariamente Juan ve la tele voluntariamente. Ve voluntariamente al médico cada día.
volontairement
deliberadamente Juan ve la tele para conocer las últimas noticias. Ve al médico cada mes para dar sangre.
délibérément
impératif ¡Ve la tele ! ¡Ve al médico cada día !
convencer/obligar Lo he convencido a ver la tele. Lo he forzado a ver al médico cada día.
convaincre/obliger
parar de/s’arrêter de Juan para de ver la tele. Juan para de ver al médico cada día.
cuidadosamente Juan ve la tele con atención. Ve rigurosamente al médico cada día.
soigneusement

Tableau 4.9 Perception et agentivité (2)

Notons que nous n’avons pas rencontré des structures homologues pour les
VdPauditive. Cette observation confirme l’hypothèse d’un degré d’agentivité
potentiellement plus élevé des VdPvisuelle par rapport aux VdPauditive.
88

4.2.4 Perception et [± durée]

4.2.4.1 Définition du trait aspectuel [± durée]

Le trait [± duratif] distingue les événements ponctuels des événements qui couvrent
une période de temps plus large. Formellement, le trait [+ duratif] se reflète dans la
compatibilité de la prédication avec les adverbes de durée, tels que mucho
tiempo/longtemps (Golian 1986), durante X tiempo/pendant X temps (Rodríguez Espiñeira
1990), y aún (lo) V/et il V toujours (Rifón 1997), a lo largo de/tout au long de (Vanhoe 2004)
et dans l’incompatibilité avec les adverbes ponctuels comme en un momento/en un
instant (Pustejovsky 1991).
Les achèvements –qui se terminent au moment d’avoir commencé– sont
ponctuels alors que les états, les activités et les accomplissements représentent des
événements duratifs. À cela s’ajoute que la combinaison des accomplissements avec
un adverbe duratif fournit une lecture de répétition ou d’itération que l’on n’obtient
pas avec les activités ni avec les états. Dans Jean chante une chanson pendant une heure,
l’interprétation non marquée est celle de Jean qui chante la même chanson plusieurs
fois pendant l’intervalle d’une heure. L’événement atteint sa fin et recommence
plusieurs fois pendant une certaine période de temps20 :

état activité accomplissement achèvement


Juan conoce a María. Juan corre. Juan canta una canción. Juan reconoce a María.
Jean connaît Marie. Jean court. Jean chante une chanson. Jean reconnaît Marie.
mucho tiempo + + [+] -
longtemps
durante X tiempo + + [+] -
pendant X temps
y aún (lo) V + + [+] -
et il/elle V toujours
a lo largo de X + + [+] -
tout au long de
en un momento - - - +
en un instant

Tableau 4.10 Les tests de durée et de ponctualité

4.2.4.2 Application aux VdP

Le test avec les adverbes duratifs montre que mirar/regarder et escuchar/écouter


couvrent une période de temps étendue et sont duratifs (26a). Le test avec l’adverbe en

20 Ce comportement particulier des accomplissements s’expliquera par le trait [+ télique].


89

un momento/en un instant montre que la lecture ponctuelle n’est pas exclue, mais moins
naturelle (26b) :

(26a) Il regarde la maison pendant deux heures.


(26b) ?En une seconde, il écoute la radio.

En emploi non marqué les VdPinvolontaire se construisent avec les adverbes


ponctuels, ce qui les associe davantage aux achèvements :

(27) En un instant, il entend une voiture.

La présence d’un adverbe duratif dans la phrase modifie l’aspect ponctuel des
VdPinvolontaire en un aspect plus duratif. En effet, quand le percepteur ne détourne pas
son attention, il peut voir une maison tout au long d’une heure ou entendre une voiture
pendant dix minutes. Cette observation prolongée augmente en même temps le degré
d’agentivité du sujet qui doit continuer la perception :

Mira la casa. Escucha la radio. Ve una casa. Oye un coche.


Il regarde la maison. Il écoute la radio. Il voit une maison. Il entend une voiture
adverbes duratifs Il regarde la maison Escucha la radio Durante dos horas, Pendant deux heures, il
pendant deux heures. durante dos horas. ve una casa. entend une voiture.
adverbes ponctuels ?En un instant, il ?En un instante, En un instante, ve En un instant, il entend
regarde la maison. escucha la radio. una casa. une voiture.

Tableau 4.11 Perception et durée

4.2.5 Perception et [± télicité]

4.2.5.1 Définition du trait aspectuel [± télicité]

Le classificateur [± télique] oppose les événements qui contiennent un point final


interne aux événements non délimités par un point culminant. À l’inverse des états et
des activités, les accomplissements et les achèvements sont téliques. Un
accomplissement est télique parce qu’il progresse vers un aboutissement qui constitue
son état final. Cet événement télique et progressif est obligatoirement hétérogène : s’il
se termine avant que la fin ne soit atteinte, l’événement ne s’est pas entièrement
réalisé21. Un achèvement est télique parce qu’il contient un point de culmination
inhérent. Néanmoins, comme l’achèvement est ponctuel, il ne progresse pas vers ce
point final.

21Rothstein (2004) parle à ce propos du paradoxe imperfectif (imperfective paradox) : Jean mange un
sandwich n’implique pas que Jean a mangé un sandwich. Par contre, Jean court implique que Jean a
couru.
90

L’événement télique et progressif est compatible avec l’adverbe temporel en X


temps/dans X temps qui indique que la fin s’atteint nécessairement. Avec un
achèvement, la période de temps contenue dans en X tiempo est très courte22. Qui plus
est, l’accomplissement se construit avec des adverbes qui indiquent la progression
vers sa limite interne, tels que poco a poco/peu à peu ou gradualmente/graduellement.
L’état qui ne progresse pas vers un bornage, l’activité qui progresse mais non vers un
point final et l’achèvement qui ne progresse pas, ne se combinent pas avec ce type
d’adverbes. L’accomplissement se caractérise encore par l’ambiguïté sémantique qui
résulte de sa combinaison avec casi/presque (De Miguel 1999, Marín Gálvez 2000,
Pustejovsky 1991). Presque peut déterminer ou bien la phase progressive ou bien le
point culminant de l’accomplissement : Jean a presque écrit la lettre signifie ou bien que
Jean a commencé à écrire la lettre mais ne l’a pas terminée, ou bien que Jean n’a même
pas commencé à écrire. Cette ambiguïté ne se produit pas avec l’achèvement ni avec
l’activité : les phrases Jean a presque reconnu Marie et Jean a presque dansé impliquent
toujours que Jean n’a pas commencé les événements décrits. Voici une synthèse des
tests de télicité proposés :

état activité accomplissement achèvement


Juan conoce a María. Juan corre. Juan canta una canción. Juan reconoce a María.
Jean connaît Marie. Jean court. Jean chante une chanson. Jean reconnaît Marie.
adverbes téliques
en X tiempo - - + [+]23
dans X temps
adverbes téliques et progressifs
poco a poco - - + -
peu à peu
gradualmente - - + -
graduellement
ambiguïté presque/casi - - + -

Tableau 4.12 Tests de télicité

22 Kailuweit (2003a:244) affirme que la télicité des achèvements n’est pas à dévoiler à l’aide de tests
formels, parce qu’elle consiste en l’atteinte du début d’un état postérieur. La définition de la télicité
des achèvements proposée par Kailuweit est donc assez différente de la nôtre. Conformément aux
analyses de Vanhoe (2004) et de Rothstein (2004), nous croyons que le test en X temps indique à la
fois la ponctualité des achèvements et leur aspect télique, puisque leur nature ponctuelle entraîne
logiquement leur caractère culminant. La définition de l’achèvement proposée par Kailuweit
correspond plutôt à celle de l’aspect ingressif avancée par De Miguel (1999). En effet, il sera
démontré plus loin dans ce chapitre (cf. 4.3.3 La structure interne des événements de perception
involontaire, p 100) que les verbes ingressifs représentent des événements qui culminent en un
point initial et impliquent en même temps une phase postérieure qui est un état ou un processus.
Notre définition ne prend en considération que le point culminant –qui est en même temps initial
et final– de l’achèvement.
23 La période de temps doit être très courte : en une seconde, en un clin d’oeil,…
91

4.2.5.2 Application aux VdP

L’étude des propriétés générales des actes perceptifs a montré que la perception
volontaire est imperfective et neutre quant à la réussite. De là qu’en emploi de base
mirar/regarder et escuchar/écouter sont neutres par rapport à la télicité :

(28a) Poco a poco mira la casa.


(28b) ?Poco a poco escucha la radio.

De plus, dans le contexte marqué où le percepteur regarde la maison de haut en bas,


de l’intérieur à l’extérieur afin d’en connaître tous les aspects, l’événement de
perception volontaire progresse vers un point final interne et dénote un
accomplissement (29a). La lecture télique est encore possible dans le contexte marqué
où regarder et écouter dénotent des événements ponctuels, comme dans (29b):

(29a) Acompañado por el corredor de fincas, Juan poco a poco miraba la casa.
(29b) En une seconde, il a regardé la maison.

De plus, l’émergence dans le contexte syntaxique d’un OD borné peut avoir un effet
de délimitation sur l’aspect des VdPvolontaire et entraîner la recatégorisation [- télique]
-> [+ télique]. L’interprétation de (30a-b) varie entre celle où le percepteur regarde
simultanément deux maisons et celle où le percepteur regarde d’abord la première
maison et ensuite la deuxième. La première interprétation correspond à l’aspect
d’activité, selon la deuxième mirar dénote un accomplissement répété :

(30a) Mira dos casas.


(30b) Il regarde deux maisons.

L’interprétation la plus naturelle de la phrase correspondante avec un VdPauditive (30c-


d) est celle d’un accomplissement : le percepteur écoute d’abord la première chanson
et ensuite la deuxième. Dans le contexte d’un accomplissement, l’interprétation
graduelle de escuchar/écouter devient également possible (30e):

(30c) Escucha dos canciones.


(30d) Il écoute deux chansons.
(30e) Poco a poco escucha la canción.

Comme l’événement de perception involontaire réussit au moment où la


perception du stimulus commence, les VdPinvolontaire sont téliques. La perception
involontaire étant généralement ponctuelle, l’idée d’une progression vers ce point
final interne manque. Toutefois, dans certains contextes plus marqués, les
92

VdPinvolontaire visuelle se comportent comme des accomplissements qui avancent vers un


point final. La phrase (31a) par exemple admet facilement les adverbes progressifs :

(31a) Poco a poco veía una casa a través de la niebla.

Cette phrase décrit la transition graduelle d’un état de non perception à l’état final de
la perception visuelle de l’entité maison. Cette interprétation est plus difficile à
assigner à la perception auditive (en emploi de base) ; ou bien le percepteur entend un
stimulus, ou bien il ne l’entend pas :

(31b) ?Poco a poco oía un coche.

D’autres exemples qui illustrent le comportement d’accomplissement des VdPinvolontaire


sont :

(32a) Ayer vi la exposición de Velázquez. (De Miguel 1999:3033)


(32b) Je l’ai vu traverser la rue. (Willems 1983:147)
(32c) Charles saw Carmen last night. (Vliegen 1986:105)

Le tableau suivant décrit la télicité des VdP :

Mira la casa. Escucha la radio. Escucha/oye la Ve una casa. Oye un coche.


Il regarde la maison. Il écoute la radio. canción. Il voit une maison. Il entend une
Il écoute/entend la voiture.
chanson.
adverbe Poco a poco mira la ?Peu à peu il Poco a poco, Poco a poco ve una ?Peu à peu il

progressif casa. écoute la radio. escucha/oye la canción. casa. entend


une voiture.

Tableau 4.13 Perception et télicité

4.2.6 Perception, [± changement] et [± homogénéité]

4.2.6.1 Définition des traits aspectuels [± changement] et [± homogénéité]

Afin d’élucider davantage la caractérisation des classes lexico-aspectuelles, deux traits


supplémentaires relatifs à l’organisation distributionnelle des événements sont
introduits, à savoir le changement dénoté par le processus et l’homogénéité de sa
structure interne.
Le critère [± changement] oppose les mêmes catégories que le trait
[± dynamique]24. Un changement est défini en termes d’une transition entre un état

24Par cette affirmation, nous nous distancions de Rothstein (2004) qui soutient que le trait
[± dynamique] est fondamentalement différent du trait [± changement]. Elle pose qu’un
achèvement implique un changement sans qu’il soit dynamique. Toutefois, nous avons démontré
antérieurement qu’un achèvement est dynamique mais pas agentif : il implique un changement
93

initial et un état final, liés à des moments temporels différents. Les états sont des
événements qui couvrent une certaine période de temps sans qu’aucun changement
d’état n’ait lieu : la propriété de rester stable dans un intervalle indéterminé les
oppose aux autres types d’événements. Dowty (1979) démontre qu’une activité établit
ou empêche un changement d’état voulu par un agent. Rothstein (2004) par contre,
affirme que les activités n’impliquent pas de changement d’état. À notre avis une
activité contient incontestablement l’idée d’un changement : l’événement de danser
par exemple implique une transition de l’état d’être immuable à l’état d’être en train
de danser. De plus, l’activité même est composée d’une succession et d’une transition
entre différentes phases de nature identique. L’accomplissement écrire une lettre
implique d’abord un passage de l’état de ne pas écrire à l’activité d’écrire la lettre, et
ensuite des transitions entre les différentes phases de l’écriture. Finalement,
l’achèvement reconnaître correspond au changement instantané de ne pas reconnaître
à reconnaître une entité.
Le trait [± homogène] n’est pas à confondre avec [± changement]. Le critère
[+ homogène] implique que toutes les phases d’un événement sont identiques et que
chaque phase est de la même nature que l’événement complet25. Les états ne sont pas
constitués de phases différentes et sont donc homogènes, jusqu’à leurs composantes
les plus réduites. Les activités correspondent à des transitions entre plusieurs états de
nature identique : son caractère [+ changement] correspond à sa nature
[+ homogène]26. Les accomplissements se composent de phases successives de nature
différente ; ils impliquent un changement et ne sont pas homogènes. Finalement, le
critère d’homogénéité n’est pas valable pour les achèvements puisqu’ils ne
comprennent qu’une seule phase et n’ont pas de structure interne développée.

d’état physique ou mental (et est donc dynamique), mais ce changement n’est pas déclenché
volontairement, intentionnellement ou consciemment (il n’est donc pas agentif).
25 La distinction entre les événements homogènes et les événements hétérogènes a été comparée à

l’opposition entre les noms de masse (eau) et les noms comptables (table).
26 Toutefois, comme le note Rothstein (2004), les activités ne sont homogènes jusqu’à un certain

niveau, à savoir celui des intervalles minimaux. L’activité marcher par exemple contient des parties
–comme celles de lever le pied pour faire un pas– qui ne sont pas de la même nature que l’activité
en soi.
94

4.2.6.2 Application aux VdP

Mirar/regarder et escuchar/écouter impliquent une transition de l’état de non perception


à l’état de perception. Les activités perceptuelles comprennent encore des passages
entre plusieurs états de conscience. En emploi de base –comme dans Jean regarde la
maison– ces transitions sont de nature identique. Dans l’interprétation marquée où un
percepteur regarde une maison de haut en bas, de l’intérieur à l’extérieur afin d’en
connaître tous les aspects (cf. 29a, p 91), les états de conscience successifs ne sont pas
identiques mais évoluent avec l’événement de perception, qui représente alors un
accomplissement.
Dans le contexte non marqué de la perception involontaire, la transition de
l’état de non perception à celui de la perception est instantanée, d’où la non
pertinence du trait [± homogénéité]. Dans le contexte marqué de la perception
graduelle, les différentes phases sont de nature différente.

4.2.7 Conclusion : une classification aspectuelle hétérogène

En guise de conclusion, le comportement des quatre classes aspectuelles par rapport


aux six classificateurs sémantiques est synthétisé dans le schéma suivant :

dynamique agentif duratif télique changement homogène


état - - + - - +
activité + + + - + ±
accomplissement + + + + + -
achèvement + - - + + [nv]
Tableau 4.14 Les classes aspectuelles et les six traits distinctifs

Le tableau suivant résume le comportement des quatre types de VdP en emploi


neutre par rapport aux six classificateurs aspectuels :

dynamique agentif duratif télique changement homogène


Mira la casa. + + + - + ±
Il regarde la maison.
Escucha la radio. + + + - + ±
Il écoute la radio.
Ve una casa. + ± ± + + [nv]
Il voit une maison.
Oye un coche. ± - ± + + [nv]
Il entend une voiture.
Tableau 4.15 Aspect de base VdP
95

Les traits [+ dynamique], [+ agentif], [+ duratif], [- télique], [+ changement] et


[+ homogène] permettent de conclure que dans le contexte non marqué, les
VdPvolontaire dénotent des activités. En revanche, les VdPinvolontaire dénotent
principalement des achèvements comme il est démontré par les traits [+ dynamique],
[- agentif], [- duratif], [+ télique] et [+ changement]. La prise de conscience de la
perception coïncide avec le point final de l’événement perceptif.
L’aspect lexical d’activité des VdPvolontaire change dans certains contextes
particuliers : la présence d’un sujet générique peut annuler leur aspect dynamique, la
présence d’un objet délimité enlève leur caractère continu. Pareillement, les
VdPinvolontaire ne se classent pas toujours parmi les achèvements, mais entrent aussi
dans les catégories des états, des activités et des accomplissements. Certains éléments
du contexte changent radicalement leur aspect de base. Il en résulte qu’il est difficile
d’introduire définitivement les VdP dans une des quatre classes vendlériennes :

propriétés de l’OD absence d’OD état Il voit.


OD particulier accomplissement Ayer vi la exposición de Velázquez.
propriétés du sujet sujet générique état El perro ve muy bien de lejos.

adverbes adverbe de manière état Oye mal.

adverbe duratif [- aspect ponctuel] Pendant deux heures, il voit la maison.


adverbe progressif accomplissement À travers le brouillard, il voit peu à peu
une maison.
sémantique du verbe ‘aller voir’, ‘visiter’ activité Il voit le médecin chaque jour.

Tableau 4.16 Aspect compositionnel VdPinvolontaire

En outre, même si nous partons du point de vue d’une classification multiple


des VdP, les classificateurs sémantiques et les tests syntaxiques correspondants ne
permettent pas toujours de coller avec certitude une étiquette aspectuelle sur les VdP,
et surtout pas sur les VdPinvolontaire. Comment pourrait-on définir par exemple l’aspect
des VdP dans les phrases sous (33) ? S’agit-il toujours d’un achèvement, en emploi
répétitif, ou vaut-il mieux interpréter l’événement comme un seul acte de perception
plus duratif, donc comme un accomplissement ou comme une activité :

(33a) Ve casas.
(33b) Oye coches.
96

Comment pourrait-on expliquer la différence de grammaticalité –bien qu’intuitive–


entre les phrases (28a), (31a) et (34a)27 avec des VdPvisuelle en contraste avec (28b), (31b)
et (34b) contenant des VdPauditive ?

(28a) Poco a poco mira la casa.


(28b) ?Poco a poco escucha la radio.
(31a) Poco a poco veía una casa a través de la niebla.
(31b) ?Poco a poco oía un coche.
(34a) Veía rápidamente una casa.
(34b) ?Oía rápidamente un coche.

L’objectif de la section suivante est de répondre à ces questions et de démontrer les


hypothèses suivantes :

1. la structure interne des événements n’étant pas atomique mais


décomposable en plusieurs sous-événements, l’analyse de la configuration
interne des processus de perception sera plus efficace pour déterminer
l’aspect des VdP que la seule application des tests formels ;
2. les différences conceptuelles au niveau de la structure interne des
événements se reflètent dans la syntaxe et dans la classification aspectuelle
des verbes correspondants. L’opposition volontaire vs. involontaire et la
modalité de perception joueront ainsi un rôle important lors de la
détermination de l’aspect des VdP. Les événements de perception
volontaire et involontaire et les événements de perception visuelle et
auditive étant de nature différente, la classification aspectuelle des VdP ne
sera pas toujours pareille ;
3. l’aspect des VdP est dans une large mesure conditionné par le type de
complément qui suit.

4.3 La structure événementielle des processus de perception

4.3.1 La structure interne des événements

Plusieurs auteurs (Bach 1986, De Miguel 1999, Freed 1979, Grimshaw 1990, Fernández
Lagunilla & De Miguel 1999, Pustejovsky 1991, 1995, Rosen 1999, Rothstein 2004,

27Les exemples sous (34) ont été introduits dans le chapitre précédent, cf. 3.3.2 Le percepteur : un
proto-agent ?, p 54.
97

Tenny 1994, Vanhoe 2004 et Van Voorst 1988) ont défendu l’hypothèse selon laquelle
les événements (E) contiennent une configuration sous-événementielle qui est
responsable des propriétés aspectuelles des prédicats. Autrement dit, les événements
dénotés par les prédicats ne sont pas des entités atomiques mais se décomposent en
plusieurs phases successives (ex)28 :

« Suppose it is true that something happened, then in the normal case there are smaller
subevents that make up the big thing that happened that are also happenings. » (Bach
1986:15)

La classe aspectuelle qui illustre le plus clairement l’organisation composée des


événements est celle des accomplissements (I). Le processus d’écrire une lettre par
exemple, consiste en deux grands sous-événements : l’activité préparatoire d’écrire et
l’événement culminant d’avoir terminé la lettre. L’on distingue un become-event29 et un
état final. L’activité préparatoire est elle-même composée d’événements plus petits
qui se caractérisent par un ordre interne. La ‘non-atomicité’ oppose les
accomplissements aux achèvements (II). Ceux-ci se définissent comme des
changements minimaux qui ne sont pas décomposables en des parties plus petites. En
effet, les phases initiale, interne et finale se succèdent si rapidement qu’elles ne se
distinguent pas. Les activités (III) sont décomposables en des constituants
événementiels minimaux qui, contrairement aux composantes des accomplissements,
ne font pas partie d’une disposition ordonnée. Finalement, les états (IV) se
caractérisent par l’absence d’une organisation composée interne :

28 Rothstein (2004:47) parle à ce propos de event stage. Du point du vue de la composition


temporelle interne, Freed (1979) subdivise les événements en trois phases: l’amorce (onset), le noyau
(nucleus) et la queue (coda). Dans le même ordre d’idées, Pustejovsky (1991) distingue les périodes
initiale, interne et finale. Van Voorst (1988) par contre, distingue des sous-événements sur base de
notions spatiales telles que objet d’origine et objet de terminaison. Fernández Lagunilla & De Miguel
(1999) posent qu’il existe en espagnol des opérateurs aspectuels qui focalisent les phases différentes
de la structure interne des événements. L’adverbe aún (encore) focalise la phase intermédiaire de
l’événement, de sorte qu’il présuppose également l’existence d’une phase antérieure. Ya (déjà)
serait un marqueur de la phase initiale, tandis que le pronom clitique se indiquerait le moment
culminant de l’événement.
29 Terme de Rothstein (2004).
98

(I) /e1 /e2 /e3 /ex/… /état final/ accomplissement

(II) /e/ achèvement

(III) /e1/e1/e1/e1/e1/e1/e1/e1/e1/ … activité

(IV) eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee… état

Figure 4.2 Structure interne des quatre événements

À notre avis, la nature composée et complexe de la structure interne des


événements de perception explique la classification aspectuelle confuse des VdP. En
outre, vu les différences conceptuelles entre les quatre modalités de perception, la
configuration interne des VdP ne sera pas identique.

4.3.2 La structure interne des événements de perception volontaire

Il a été affirmé plus haut dans cette étude que prototypiquement, la perception
involontaire se complète instantanément tandis que la perception volontaire est plus
durative, imperfective et neutre quant à la réussite. De plus, lors d’un acte de
perception volontaire, le percepteur ne dirige pas seulement intentionnellement son
système perceptuel vers le stimulus, il peut également prolonger l’observation ou
initier une série d’observations. Aussi l’événement de perception volontaire contient-il
prototypiquement trois sous-événements :

1. la phase de s’orienter vers le stimulus (E1) ;


2. dans le cas d’un acte de perception volontaire réussi : le point où la
perception effective commence et l’activité préparatoire de s’orienter se
termine (E2);
3. une phase optionnelle pendant laquelle la perception volontaire se
maintient ; cette phase peut être délimitée ou non (E3).

De plus, la disposition interne de ces trois sous-événements n’est pas identique :

1. la première phase présente la structure interne d’un accomplissement


puisque l’événement d’orientation mène vers le point culminant de la
perception effective30 ;
2. la deuxième phase est ponctuelle et dénote un achèvement ;

30 Et dans le cas d’une perception réussie, ce point final est atteint.


99

3. la troisième phase correspond à l’activité du percepteur prolongeant


l’observation.

Toutefois, dans le chapitre précédent31 nous avons signalé une différence


fondamentale entre la perception volontaire visuelle et la perception volontaire
auditive : l’orientation vers le stimulus est une activité physique et mentale dans le
domaine du visuel tandis qu’elle est essentiellement mentale dans le domaine de la
perception auditive. Les schémas suivants représentent la structure interne des deux
actes de perception volontaire :

mirar
E1 E2 E3
e1 e2 e3 e4 e5 e6 e6 e6 e6 e6 e6 e6 e6 e6 ex

escuchar

e1 e2 e3 e4 e5 e6 e6 e6 e6 e6 e6 e6 e6 e6 ex

Figure 4.3 Structure interne de la perception volontaire

L’existence de ces sous-événements permet d’expliquer le caractère hybride


des VdPvolontaire. Ou bien la phase préparatoire est focalisée (35a), ou bien le point
culminant (35b), ou bien la phase postérieure (35c) :

(35a) Peu à peu il regarde la maison.


(35b) En un instant, il regarde la maison.
(35c) Pendant deux heures, il regarde la maison.

De plus, les différences conceptuelles entre la perception visuelle volontaire et la


perception auditive volontaire expliquent l’agrammaticalité de la phrase (28b).
Comme la phase préparatoire de la perception auditive ne témoigne pas d’un grand
contrôle de la part du percepteur, cet événement ne peut pas se produire
graduellement :

(28b) ?Poco a poco escucha la radio.


(28c) En une seconde il écoute la radio.
(28d) Pendant deux heures, il écoute la radio.

31 Cf. 3.3.2 Le percepteur : un proto-agent ?, p 54.


100

4.3.3 La structure interne des événements de perception involontaire

Afin de préciser la configuration interne des VdPinvolontaire, nous recourons à la notion


d’aspect ingressif, introduite par De Miguel (1999). Les verbes ingressifs représentent
des événements qui culminent en un point initial mais qui impliquent en même temps
une phase postérieure. Cette phase peut être un état (I), un accomplissement (II) ou
une activité (III):

(I) /E/ eeeeeeeeeeeeeeeeeee…


(II) /E/ /e1/e2/e3/e4/e5/e6/ex
(III) /E//e1/e1/e1/e1/e1/e1/e1/e1/e1/ …

Figure 4.4 Structure interne de l’événement ingressif

De ce fait, les verbes ingressifs peuvent être modifiés aussi bien par des adverbes
ponctuels que par des adverbes duratifs. Prenons en guise d’illustration le cas du
verbe bouillir. Dans la phrase (36a) le point culminant en tant que début de
l’événement est focalisé ; dans (36b) le locuteur focalise le processus postérieur au
point initial :

(36a) L’eau bout à cent degrés.


(36b) L’eau a bouilli pendant dix minutes.

À notre avis, ce caractère hybride éclaircit dans une large mesure la


classification confuse des VdPinvolontaire. Tout acte de perception involontaire est
composé d’une phase primaire où la perception commence (37) et une phase
postérieure pendant laquelle la perception se maintient (38)32. La première phase
correspond à un acte de perception ponctuel –ou un achèvement–, la deuxième
représente une perception prolongée, donc une activité, un accomplissement ou un
état :

(37) En un instant, il a vu la maison.


(38) Il a entendu la voiture pendant deux heures.

Toutefois, il y a une différence non négligeable entre l’organisation interne de


l’événement de perception visuelle et celle de l’événement de perception auditive.

32Il en ressort que la perception involontaire diffère de la perception volontaire par l’absence d’une
phase préparatoire de diriger l’attention vers le stimulus.
101

Comme il a été dévoilé dans la section antérieure, le percepteur auditif a moins de


contrôle sur l’événement perceptif que le percepteur visuel. Par conséquent, la phase
postérieure sera moins explicitée dans la structure interne des VdPauditive :

ver

/E/ e1/e1/e1/e1/e1/e1/e1/e1/e1/ …
e1/e2/e3/e4/e5/e6/ex

phase initiale phase postérieure


achèvement activité ou accomplissement

oír

/E/ e1/e1/e1/e1/e1/e1/e1/e1/e1/ …
e1/e2/e3/e4/e5/e6/ex

phase initiale phase postérieure


achèvement activité, accomplissement

Figure 4.5 Structure interne de la perception involontaire

La structure interne composée des événements perceptifs explique les différentes


catégorisations aspectuelles possibles. Dans la section suivante cette thèse sera
illustrée à l’aide de quelques exemples concrets.

4.3.4 Les catégorisations aspectuelles des VdPinvolontaire : quelques exemples

Certains OD tels que flash, éclair, son et bruit favorisent la lecture d’achèvement avec
les VdPvisuelle (39a) et les VdPauditive (39b). En effet, la perception d’un événement
instantané consiste elle-même en un processus ponctuel (39c) :

(39a) Ve un flash.
(39b) Oye un ruido.
(39c) Veo a Juan caer.

En effet, les stimuli qui se caractérisent par les traits sémantiques [- duratif, + télique]
opposent les achèvements aux autres classes lexicales :
102

ver un flash
oír un ruido
ver caer

/E /

phase initiale = phase finale


début de perception = fin de perception
début du flash, bruit, tomber= fin du flash, bruit, tomber

Figure 4.6 VdP en tant qu’achèvement

Comme les phrases suivantes l’illustrent, les VdP ver/voir et oír/entendre


peuvent également se comporter comme des accomplissements :

(40a) Veo una película.


(40b) Veo a Juan cruzar la calle
(40c) Oigo una canción.

Dans (40a-b), la structure sous-événementielle de l’événement perceptif est composée


de phases plus petites constituant un changement ordonné de l’état de la non
perception à l’état de la perception totale du film, ou de Jean qui se trouve de l’autre
côté de la rue. Comme il s’agit d’un changement qui prend du temps –à savoir la
durée du film ou la durée de traverser la rue– la phrase dénote un accomplissement.
Les OD película ou Juan cruzar la calle mesurent l’événement perceptif et en constituent
les thèmes incrémentaux33. Chaque sous-événement de l’acte de perception a comme
thème une partie différente du film ou de la traversée de la rue. À un certain moment
le film ou la traversée de la rue est entièrement consommé, ce qui coïncide avec le
moment où l’événement de perception s’accomplit :

ver una película


ver cruzar la calle

/ E / e1 / e2 / e3 / e4 / e5 / en/ … /ex/

phase initiale phases intermédiaires phase finale


début de perception déroulement de perception fin de perception
début du film déroulement du film fin du film
début de traversée déroulement de traversée fin de traversée

Figure 4.7 VdPvisuelle en tant qu’accomplissement

33 Terme utilisé par Krifka (1992) et par Rothstein (2004).


103

De plus, le trait [+ agentif] s’intensifie parce que le percepteur doit décider de


continuer à diriger son système perceptuel vers le stimulus, le film ou la traversée. La
présence d’un adverbe de manière devient possible :

(40a’) He visto la película con interés.


(40b’) He visto con angustia Juan cruzar la calle.

De la même façon, la configuration sous-événementielle de l’événement auditif dans


(40c) est composée de phases minimales et ordonnées qui constituent un changement
d’état de la non perception à la perception perfective de la chanson. Comme dans
(40a-b), l’extension de l’OD una canción détermine la durée de l’événement, une
propriété qui caractérise les accomplissements. De plus, le degré d’agentivité du
percepteur –qui continue sa perception– augmente :

oír una canción


/ E / e1 /e2 /e3 /e4 /e5 /en/ … /ex/

phase initiale phases intermédiaires phase finale


début de perception succession de perceptions minimales fin de perception
premier son succession de sons dernier son de chanson

Figure 4.8 VdPauditive en tant qu’accomplissement

Les VdPinvolontaire admettent également la classification comme activité :

(41a) Veo casas.


(41b) Oigo coches.
(41c) Oigo hablar a Juan.

Dans l’exemple (41a), l’événement de perception reçoit une lecture plus durative34.
Toutefois, contrairement à ce que l’on a observé pour (40a-c), l’OD casas ne mesure pas
l’événement perceptif : l’objet casas ne contient pas de parties plus petites qui
constituent une chaîne incrémentale. Par conséquent, la phase postérieure au début de
la perception est atélique :

34Le contexte non marqué de cette phrase est celui où un percepteur se promène dans une rue et
voit une maison après l’autre. Nous ne tenons pas compte ici de la situation où il ouvre et ferme les
yeux, et voit en une seconde plusieurs maisons à la fois. Dans ce cas-ci, le VdP dénoterait un
achèvement ponctuel.
104

ver casas
/ E / e1 / e1 / e1 / e1 / e1 / en / …

phase initiale phases intermédiaires


début de perception déroulement de perception
première maison succession de maisons

Figure 4.9 VdPvisuelle en tant qu’activité

Comme dans (40a-c), le trait de la constitution participative [+ agentif] est présent : le


percepteur dirige consciemment son système visuel vers les stimuli. Les trois
propriétés [+ duratif], [- télique] et [+ agentif] mènent à conclure que dans la phrase
(41a), l’aspect du VdPinvolontaire visuelle dénote une activité. Parallèlement, dans (41b) et
(41c) il s’agit d’une perception auditive prolongée qui est en réalité composée d’une
succession d’événements perceptifs minimaux. Cependant, contrairement à ce que
l’on observe dans (40a-c), la suite n’est pas ordonnée et ne contient pas de limite
interne. La preuve de l’irruption ou de la vérité dans chaque segment35 montre qu’à
chaque moment de l’événement perceptif le percepteur a aperçu le stimulus et peut
affirmer he oído coches ou he oído hablar a Juan :

oír coches
oír hablar
/ E / e1 / e1 / e1 / e1 / e1 /en/ …

phase initiale phases intermédiaires


début de perception succession de perceptions minimales
premier bruit succession de bruits

Figure 4.10 VdPauditive en tant qu’activité

Toutefois, comme en témoignent les exemples (31) la structure interne des


événements de perception visuelle et auditive n’est pas toujours identique :

(31a) Poco a poco veía una casa a través de la niebla.


(31b) ?Poco a poco oía un coche.

Le contraste entre la perception visuelle plus agentive et la perception auditive moins


contrôlée fait que la perception visuelle admet une lecture graduelle et progressive, en
contraste avec la perception auditive. Dans (31a), le VdPvisuelle dénote un

35 Cf. la définition du paradoxe imperfectif, note 21, p 89.


105

accomplissement : le percepteur voit d’abord une partie de la maison et finit par voir
la maison entière. Cette organisation n’est pas applicable au VdPauditive dans (31b) : ou
bien le percepteur entend la voiture ou bien il ne l’entend pas, il ne peut pas entendre
en partie la voiture. Autrement dit, le percepteur ne peut pas contrôler sa perception
auditive de sorte à percevoir d’abord une partie et ensuite le tout. La nature inhérente
du stimulus de perception est aussi responsable du degré différent de grammaticalité.
La maison est un objet stable qui existe de façon permanente dans le monde extérieur.
Il est donc possible d’en voir d’abord une partie et de la percevoir ensuite
entièrement. En revanche, on n’entend pas la voiture même mais le bruit qu’elle
produit, et un bruit ne peut pas se percevoir petit à petit : on l’entend et il disparaît
immédiatement36. Notons encore qu’au cas où on accepterait quand même la présence
de l’adverbe progressif dans la phrase (31b), la progression décrirait l’événement
d’approchement de la voiture et non la progression de l’événement auditif (31b’).
Dans le cas de la perception visuelle, la progression a nécessairement trait à
l’événement visuel même, puisque le stimulus –de nature non dynamique– ne peut
pas progresser (31a’) :

(31a’) Veía una casa *(aproximarse poco a poco).


(31b’) Oía un coche (aproximarse poco a poco).

Voici la visualisation de la structure interne des deux événements perceptifs :

perception involontaire visuelle

/ E / /e1 /e2 / e3 / e4 / e5 / e6 / / ex /

non perception perception perception progressive perception


limitée totale

perception involontaire auditive

/ E /

non perception perception


totale

Figure 4.11 Perception visuelle progressive vs. perception auditive ponctuelle

36 Cf. supra 2.4.2.2 Différences entre perception visuelle et perception auditive, p 29.
106

Le test formel avec casi/presque soutient notre thèse. La phrase Il a presque vu la


maison signifie ou bien qu’il a vu la maison mais pas entièrement (il n’a pas pu
l’identifier totalement), ou bien qu’il n’a rien vu. En revanche, Il a presque entendu la
voiture implique toujours qu’il n’a rien entendu37. Or, nous savons que l’ambiguïté
avec casi/presque caractérise les accomplissements : l’adverbe focalise ou bien
l’événement intermédiaire (le become-event) ou bien le stade final. Dans le cas des
achèvements, l’adverbe focalise logiquement la phase initiale de l’événement qui est
en même temps la phase finale. Il n’y a donc pas d’ambiguïté possible.
L’opposition entre la perception visuelle potentiellement progressive et la
perception auditive plus ponctuelle transparaît aussi à travers d’autres phénomènes
du champ lexical des VdP. Dans le domaine de la perception visuelle, les dictionnaires
–Le Petit Robert pour le français, le Diccionario de uso del Español pour l’espagnol–
signalent l’existence d’un verbe signifiant ver una cosa no con claridad, voir à demi:
indistinctement ou trop rapidement ou encore avoir une idée imprécise, à savoir
entrever/entrevoir. Le verbe auditif homologue en espagnol serait entreoír, mais manque
de verbe analogue en français. De plus, la signification que le Diccionario de uso del
español lui attribue -oír a medias, oír una cosa sin entenderla bien– indique que le verbe
s’utilise plus fréquemment dans le contexte de la perception cognitive (comprendre)
que dans celui de la perception physique. De plus, dans la base de données CREA le
verbe entreoír n’apparaît pas ; entrever par contre surgit 786 fois. Une recherche plus
générale sur l’Internet38 confirme cette tendance : entrever apparaît environ 153 000
fois, contre seulement 142 occurrences pour entreoír. D’autres verbes qui pourraient
indiquer la perception visuelle partielle en espagnol sont vislumbrar et divisar ; dans le
domaine de la perception auditive aucun verbe correspondant n’a pu être relevé.
La dissimilitude de la structure événementielle des VdPvisuelle et celle des
VdPauditive permet également d’expliquer la différence d’acceptabilité des exemples
(34a-b), proposés dans le chapitre antérieur39 :

(34a) Veía rápidamente una casa.


(34b) ?Oía rápidamente un coche.

37 Vliegen (1986:105) exclut même la possibilité des VdP


involontaire auditive de se construire avec
l’adverbe presque : « Bei ‘hear’ fehlt im Vergleich zu ‘see’ gänzlich die Möglichkeit, das Verb in einer
solchen Situation zu verwenden : ‘*John almost heard the symphony’.»
38 À l’aide de Google : http://www.google.be (consulté le 7/9/2004)
39 Cf. supra 3.2.2 Le percepteur : un proto-agent ? p 54.
107

L’événement auditif n’étant pas contrôlé, le processus ne peut pas être déterminé par
sa vitesse : il se produit ou il ne se produit pas. Par contre, dans le cas de la perception
visuelle l’état final de voir la maison entièrement peut s’atteindre plus ou moins
rapidement.

4.4 Conclusion : l’aspect lexical des VdP et les modalités de


perception

De tout ce qui précède, il nous semble qu'il faut retenir deux choses essentielles.
Premièrement, l’Aktionsart des VdP est dans une large mesure conditionné par les
propriétés d’autres constituants de la phrase et surtout par le type de complément qui
suit, donc par le stimulus de perception. Cette observation ne doit pas surprendre
puisqu’en accord avec le principe de la simultanéité40, les événements de perception
directe se caractérisent par une coïncidence temporelle obligatoire entre l’événement
de perception et l’événement aperçu. Cette contrainte implique que lorsque
l’événement aperçu se produit dans le présent, l’acte de perception se déroule aussi
dans le présent ; si l’événement stimulus se produit dans le passé, le processus de
perception se déroule aussi dans le passé,… L’extension de cette contrainte mène vers
la conclusion que la composition interne du stimulus détermine aussi la structure
inhérente de l’événement perceptif : la perception d’un accomplissement est elle-
même un événement progressif, la perception d’un achèvement est elle-même un
événement ponctuel,… Les VdPinvolontaire sélectionnent –à part les compléments non
marqués [- duratif, + télique], qui déclenchent l’aspect d’achèvement– des
compléments contenant les traits sémantiques [+ duratif] et [- télique]. Comme le
montrent les représentations de leur composition sous-événementielle, l’adjonction du
trait [+ duratif] explique la classification en tant qu’accomplissement ; l’adjonction des
traits [+ duratif] et [- télique] déclenche la classification d’activité. En d’autres termes,
la télicité inhérente ou non du stimulus (película, chanson, cruzar la calle vs. casas, coches,
hablar) détermine la classification aspectuelle des VdP.
Deuxièmement, les propriétés conceptuelles des modalités de perception
mêmes influencent également l’aspect lexical des verbes correspondants. L’analyse

40 Cf. infra 5.3.1 La simultanéité temporelle, p 131.


108

des actes de perception en termes d’événements à structure composée permet de


comprendre la classification aspectuelle hybride des VdP. De plus, les différences
relatives à la structure interne de ces événements expliquent certaines restrictions de
classification. En fin de compte, les propriétés des événements perceptifs réels se
reflètent dans leur représentation linguistique. Une fois de plus, l’intégration des
configurations perceptives et linguistiques s’est corroborée.
109

Conclusion partie I

Les modalités de perception

Différences conceptuelles et implications sémantiques

L’analyse des caractéristiques conceptuelles des quatre événements perceptifs –visuel,


auditif, involontaire et volontaire– a dévoilé que l’expérience humaine varie en
fonction des propriétés du percepteur, du stimulus et du processus de perception
même. Cette observation nous a mené à soupçonner que les oppositions entre les
quatre modalités de perception ne fonctionnent pas indépendamment mais
‘interagissent’ et que par là ne sont pas discrètes mais graduelles. Qui plus est, pour
certaines propriétés, la dichotomie visuel vs. auditif semble dominer l’opposition
involontaire vs. volontaire tandis que pour d’autres traits, la modalité de perception
paraît subordonnée au degré de perception volontaire.
Tout d’abord, il a été argumenté que le percepteur d’un acte de perception
volontaire est plus agentif que l’expérienceur d’un processus de perception
involontaire, visuelle ou auditive. En outre, le percepteur visuel a plus de contrôle sur
l’événement perceptif que le sujet de la perception auditive, qui est moins agentif.
L’union de ces données a montré que, quant au degré d’agentivité du percepteur,
l’opposition volontaire vs. involontaire domine la distinction entre la perception visuelle
et la perception auditive :
110

[- percepteur agentif] [+ percepteur agentif]

involontaire auditif1 < involontaire visuel << volontaire auditif < volontaire visuel
oír/entendre ver/voir escuchar/écouter mirar/regarder

Figure I.1 L’agentivité du percepteur

Deuxièmement, l’analyse des propriétés de la source de perception a dévoilé


que le stimulus de la perception auditive est plus dynamique que celui de la
perception visuelle. De plus, le percepteur génère et maintient un acte de perception
volontaire quand le stimulus capte son attention et est ainsi potentiellement
dynamique. Le stimulus de la perception involontaire n’est pas nécessairement
saisissant, donc moins dynamique. Il en résulte que, en ce qui concerne le degré de
dynamicité du stimulus, la distinction volontaire vs. involontaire est subordonnée à
l’opposition visuel vs. auditif :

[- stimulus dynamique] [+ stimulus dynamique]

visuel involontaire2 < visuel volontaire << auditif involontaire < auditif volontaire
ver/voir mirar/regarder oír/entendre escuchar/écouter

Figure I.2 La dynamicité du stimulus

Finalement, la perception auditive est plus instantanée, plus perfective et


moins durative que la perception visuelle. La perception volontaire est normalement
plus durative et plus imperfective que l’expérience involontaire. L’alignement de ces
quatre degrés d’imperfectivité donne le continuum suivant :

[+ ponctuel/+ perfectif] [+ duratif /+ imperfectif]

involontaire auditif < involontaire visuel << volontaire auditif < volontaire visuel
oír/entendre ver/voir escuchar/écouter mirar/regarder

Figure I.3 La durée et la perfectivité des processus de perception

1 Le VdPinvolontaire auditive n’est pas localisé à l’extrême [- agentif] de notre échelle puisque la
perception involontaire n’est pas complètement passive. L’échelle indique simplement que cette
modalité est la moins agentive des quatre types.
2 Le VdP
visuelle involontaire n’est pas situé à l’extrême [- dynamique] de l’hiérarchie, parce que le
stimulus de cette modalité de perception peut être dynamique. L’échelle montre uniquement les
degrés différents de dynamicité potentielle du stimulus.
111

La prise en considération de ces trois échelles nous a permis de formuler une


réponse aux deux questions –avancées au départ de cette étude– concernant la
sémantique des VdP, à savoir :

1. est-ce que les VdP sont sémantiquement transitifs ?


2. quel est l’aspect lexical des VdP ?

Premièrement, l’interaction du degré d’agentivité du percepteur et du degré de


dynamicité du stimulus nous a mené à postuler que les quatre VdP ver/voir,
oír/entendre, mirar/regarder et escuchar/écouter se caractérisent par des degrés de
transitivité différents. Les VdPvolontaire sont plus proches du transitif prototypique que
les VdPinvolontaire, mais à l’intérieur de cette opposition, les VdPvisuelle dénotent un
transfert d’énergie plus efficacement réalisé que les VdPauditive. Deuxièmement, la
décomposition de la structure interne des événements perceptifs a dévoilé que
l’aspect lexical des VdP est dans une large mesure conditionné par le complément qui
suit, mais que les limites des classifications possibles sont imposées par la modalité de
perception.
En fin de compte, de ce premier volet théorique nous concluons que toute
étude des VdP qui ne tient compte que de la bifurcation perception volontaire vs.
perception involontaire et qui n’examine que les VdPvisuelle ne peut pas arriver à une
véritable compréhension de leurs propriétés sémantiques. C’est la renonciation à la
dichotomie perception visuelle vs. perception auditive qui explique, à notre avis, la
continuité des polémiques autour du degré de transitivité et de l’aspect lexical des
VdP.
Le but du deuxième volet est de démontrer que les propriétés conceptuelles
des modalités de perception laissent également des traces dans le comportement
syntaxique des VdP. Nous examinerons dans quelle mesure la perspective focalisant
les différences entre le visuel et l’auditif permet de résoudre la problématique autour
de la structure interne de la construction infinitive. L’analyse empirique prend le
départ avec un survol des principales caractéristiques sémantiques et syntaxiques de
ce type de complémentation.
Partie II

À la recherche d’indices syntaxiques

La structure interne du complément infinitif


113

Chapitre 5

La perception directe d’un événement

Propriétés syntaxiques et sémantiques de la

construction infinitive

Le présent chapitre offre un survol détaillé des caractéristiques principales de


la construction infinitive (CI)1. Après avoir déterminé si cette structure
représente invariablement des processus de perception directe (5.1), nous
passerons à la description de ses propriétés linguistiques. Dans la partie
touchant les caractéristiques syntaxiques (5.2), nous aborderons les
restrictions de négation et de passivisation. Parmi les caractéristiques
sémantiques (5.3), nous compterons la simultanéité temporelle obligatoire, la
contrainte sur la présence de prédicats statiques, de verbes modaux et
d’adverbes de phrase, certaines propriétés logiques et le degré de
perceptibilité de l’événement aperçu et du participant subordonné SN2. Cette
propriété-ci nous mènera au noyau du deuxième volet de cette étude, à savoir
la corrélation entre les propriétés sémantiques du stimulus et la structure
interne du complément infinitif (Cinf).

1Le terme construction infinitive ou CI sera utilisé pour désigner la structure entière SN1 + VdP +
SN2 + infinitif. Le complément infinitif, abrégé par Cinf, dénotera uniquement l’ensemble subordonné
SN2 + infinitif. Pour un résumé des propriétés principales des autres compléments des VdP, voir
Annexes I : La complémentation des verbes de perception – Types & propriétés sémantiques et
syntaxiques, p 356.
114

5.1 La CI : une structure de perception directe ?

5.1.1 Structure syntaxique de la CI

La construction VdP + infinitif (Inf) reproduit prototypiquement un acte de perception


directe physique et concrète2 d’un événement dont le participant aperçu (SN2) est
l’instigateur :

(1a) […] [veía]VdP [agrandarse]Inf (frente a mí) [las bocas de aquellas dos mujeres]SN2
[…]. (JP:353)
(1b) […] pedí un cubalibre y [estuve oyendo]VdP [a Janis Joplin]SN2 [cantar]Inf
(Summertime). (JP:345)
(1c) […] son visage dont on ne [voyait]VdP [apparaître]Inf (au-dessus de la manchette)
[que les deux yeux qui le fixaient avec une sorte de fureur, de reproche et de
vindicative méchanceté]SN2. (AC:236)
(1d) Vous [entendez]VdP [ces ‘ennemis implacables’]SN2 [accuser]Inf (les juifs
d'empoisonner l'eau) […]. (LM:25/12/1998)

Cependant, il a été démontré dans le deuxième chapitre3 que l’opposition entre la


perception directe et la perception indirecte constitue un continuum, et que la
frontière entre les deux catégories n’est pas nette. Aussi convient-il d’examiner, à
partir d’exemples réels4, si la CI représente uniquement des processus de perception
directe.

5.1.2 Valeurs sémantiques de la CI

5.1.2.1 Une structure de perception indirecte ?

À l’instar de Spears (1977), Declerck (1983) examine l’hypothèse selon laquelle la CI


contient potentiellement des éléments déductifs et dénote ainsi des processus de
perception indirecte. Dans (2) par exemple, des connaissances préliminaires me
permettraient de déduire que Jean court à la maison et non à un autre endroit. Je sais
où Jean habite et je déduis de l’observation que Jean court dans une certaine direction,
qu’il court à la maison :

(2) Je vois Jean courir à la maison5.

2 Pour une définition précise des termes physique et concrète, cf. supra 2.2.1 Définition de la
dichotomie direct vs. indirect, p 14.
3 Cf. supra 2.2.2 Le continuum entre perception directe et perception indirecte , p 20.
4 Pour une description détaillée de notre corpus, voir tableau 1.1, p 7.
5 Phrase traduite de Declerck (1983:31) : I saw John walk(ing) home.
115

En accord avec Declerck nous n’attribuons pas à cette phrase une lecture de
perception indirecte puisque la déduction est inconsciente et se distingue de la
réflexion prolongée du percepteur dans les véritables actes de perception indirecte :

(3) Je vois ce que tu veux dire.

En effet, la phrase (2) représente un processus de perception directe physique et


concrète. Ainsi, la CI semble se cantonner au champ de la perception directe.

5.1.2.2 La perception directe causée

Comme dans (2), le sujet/percepteur des exemples (4-5) aperçoit directement un


événement concret. Cependant, l’expérienceur aperçoit l’événement globalement, sans
perception directe du participant-initiateur. Plus particulièrement, il n’aperçoit pas
l’agent mais le patient –la fusée ou l’animal– de l’action exprimée :

(4) Je vois Jean lancer une fusée au sommet de la montagne.


(5) J’entends l’homme tuer l’animal.

Parallèlement, dans l’exemple (6) tiré de notre corpus, le percepteur ne voit


probablement pas les participants responsables de l’action exprimée par l’infinitif :

(6) Un vigilante de la zona aseguró ver a unos desconocidos lanzar el cadáver desde un
vehículo carmelita, color rojo. (DS:3/6/2002)

Ces phrases représentent des processus de perception directe, physique et concrète.


Néanmoins, faute de perception du participant-initiateur, elles s’insèrent dans une
sous catégorie particulière de la perception directe physique, à savoir celle de la
perception directe causée. Le manque de perception du participant-cause nous mène à
situer ce type de perception directe à un échelon plus bas sur le continuum [± direct].

5.1.2.3 La perception directe mentale

Le statut des exemples (7-10) est plus difficile à déterminer. Le percepteur n’aperçoit
pas un événement physique, mais l’idée d’inférence est également absente :

(7) Je me vois déjà occuper le siège de président.


(8) Ya los oigo quejarse.
(9) Je me vois encore entrer dans le bâtiment, qui plus tard serait détruit par les
terroristes.
(10) Todavía le oigo cantar su última canción.
116

De tels exemples ont mené Labelle (1996) à postuler que la CI peut désigner un acte de
perception indirecte. Nous considérons ces phrases toutefois comme des cas d’un type
particulier de perception directe, à savoir la perception directe mentale. Bien que
l’événement ne soit pas aperçu physiquement, il est aperçu mentalement sans
inférences, dans les pensées : ou bien le percepteur s’attend à un événement
postérieur (7-8), ou bien il se rappelle un événement antérieur (9-10). Holierhoek
(1980) et Willems & Defrancq (2000) utilisent respectivement les notions de probabilité
et d’éventualité pour désigner le premier type.
Un sondage de notre corpus met à jour que ce type de perception apparaît
régulièrement dans la langue naturelle6 : ou bien les CI dénotent une perception
mentale d’un événement qui doit encore se produire (11), ou bien elles représentent la
perception mentale d’un événement qui s’est produit dans le passé (12). À ces deux
types, cités dans la littérature, nous en ajoutonsun troisième dénotant la perception
mentale d’un événement imaginaire (13)7 :

(11a) […] en los próximos años, oiremos hablar a menudo del laberinto celular y de sus
eficaces hilos de Ariadna. (EP:29/12/1999)
(11b) Nous lui avons soumis l'idée de voir un jour arriver en gare de Saint-Étienne le
célèbre TGV […]. (Glossa:7/11/2003)
(12a) Veo pasar escenas por mi memoria, casi de la misma forma como va corriéndose el
panorama a través de alguna ventanilla de la máquina. (CDE:Karlik S. 2001)
(12b) Madeleine Marion […] se souvient avoir vu le jeune homme arriver à Chaillot il y a
une quinzaine d'années. (LM:7/1/1998)
(13) On croit l'entendre se confesser, et puis il vous échappe. (LM:17/3/1994)

La perception directe mentale se range à un niveau plus bas sur l’échelle qui s’étend
entre les extrêmes de la perception [± directe].
Les constructions de perception directe mentale se caractérisent par une
réduction des contraintes syntaxiques qui caractérisent la CI. Ainsi, en contraste avec
la CI ‘canonique’ –représentant les actes de perception directe physique et concrète–
l’insertion d’adverbes temporels et de prédicats statiques n’est pas défendue8 :

(14) Je ne vois pas encore Marie connaître toute la matière la semaine prochaine.

6 Nous avons pu récupérer en espagnol et en français respectivement 255 et 93 exemples.


7 Certains repères syntaxiques nous ont permis de distinguer les types d’événements de perception
directe mentale. Ci-dessous nous proposons quelques exemples :
(i) perception mentale future : algún día, la próxima vez, bientôt, un jour, emploi du
subjonctif, futur simple,…
(ii) perception mentale passée : por mi memoria, se souvenir de,…
(iii) perception mentale imaginaire : en mi ilusión, en su mente, croire, rêver,…
8 Voir infra 5.3.1 La simultanéité temporelle, p 131 et 5.3.2 La présence de prédicats statiques, p 132.
117

5.1.2.4 La perception directe abstraite

La phrase (15) se situe à un niveau d’abstraction encore plus élevé. Contrairement aux
exemples (7-14), aucune entité n’a été ou ne sera aperçue physiquement. Cependant,
l’idée d’une déduction reste absente, ce qui nous permet toujours d’invoquer la notion
de perception directe. Dans ce cas-ci, la CI dénote un processus de perception directe
abstraite :

(15) Veo el tiempo aproximarse.

L’analyse de notre échantillon montre que dans les deux langues étudiées, les
VdPinvolontaire visuelle ver/voir se prêtent le plus facilement aux constructions de ce type
(16). Il paraît que leur inclination à de nombreuses extensions sémantiques se produit
également à l’intérieur du champ de la perception directe9. Les lectures de perception
directe abstraite ne sont pas exclues pour les VdPauditive ni pour les VdPvolontaire, mais
remarquablement moins fréquentes (17-19). Le tableau suivant rend compte du
nombre d’exemples rencontrés :

espagnol français
# % # %
ver/voir 175 87,9% 173 76,5%
oír/entendre 13 6,5% 6 2,7%
mirar/regarder 8 4,1% 41 18,1%
escuchar/écouter 3 1,5% 6 2,7%
total 199 100% 216 100%
Tableau 5.1 Les VdP et la perception directe abstraite

Voici quelques exemples illustratifs pour chaque type de VdP :

(16a) […] uno no cesa de maravillarse al ver tantos hechos oscuros iluminarse de
pronto con tanta claridad […]. (SOL:Prensa 1977)
(16b) Devant le Parlement, la joie se mêle encore à la crainte de voir à nouveau la
situation basculer. (Glossa:24/1/2003)
(17a) […] se oía caer el silencio sobre la multitud como un murmullo que rodaba sobre
las cabezas y que iba a morir a lo lejos a través de las calles del barrio. (CREA:Díaz
L. 1992)
(17b) Une balade au pays des quotidiens, ces corps si vivants, si intenses qu'en y collant
une oreille on entend battre le coeur d'une société. (LM:10/12/1994)

9 Les extensions sémantiques des VdP


visuelle sont traditionnellement corrélées à des passages du
domaine de la perception directe à celui de la cognition ou de la perception indirecte (cf. la note 23,
p 32). L’analyse actuelle montre que les VdPvisuelle admettent également des extensions sémantiques
à l’intérieur du champ de la perception directe.
118

(18a) […] las señoras que siguen a la puerta de la suya mirando pasar el tiempo […].
(CREA:Llamazares J. 1990)
(18b) Mon père à moi ne travaillait pas aux chemins de fer, je ne restais pas dans mon
plumard à regarder passer la vie. (Glossa:16/10/2003)
(19a) Por eso plantamos yedra al pie del muro, para oler las horas, escuchar los meses
luchar con su aliento, oír a los años y sus minutos orar en un lenguaje de hojas
verde oscuro. (CDE:Unk, N. 1998)
(19b) Jacques Lassalle ne veut pas se résoudre à écouter une quelconque Cassandre
pleurer sur les ruines de la cité moderne. (LM:7/7/1994)

Vu l’absence d’un référent concret perceptible par les sens, la perception directe
abstraite est moins directe que la perception directe concrète. Qui plus est, ces
processus se trouvent à cheval sur le champ de la perception directe et celui de la
perception indirecte.

5.1.2.5 La réduction sémantique des VdP

Le rapport privilégié entre la CI et la perception directe peut se perdre complètement.


Plusieurs auteurs (entre autres Chocheyras 1968, Gaatone 1970, Shyldkrot 1981, 1984
et Vet 1987) parlent à ce propos d’une désémantisation, auxiliarisation ou
grammaticalisation10 des VdP. Ils posent que dans certaines CI, le VdP perd sa valeur
sémantique et fonctionne comme un auxiliaire. Toutefois, nous sommes d’avis que la
notion de désémantisation est trop pondéreuse étant donné que l’idée de perception
reste présente, bien que de manière sous-jacente. Voilà pourquoi nous préférons
invoquer plutôt le terme de réduction sémantique au lieu de désémantisation. Dans les
exemples suivants, ver/voir est utilisé pour former un passif (20), pour topicaliser
l’élément le plus important (21), ou pour éviter l’emploi d’une complétive (22) :

(20) Le pays se voit déclarer la guerre.


(21) […] sus inversionistas vieron cuadruplicar el precio de su acción en la bolsa de
valores desde su colocación el año pasado. (CDE:Noticias 19/01/1998)
(22) J’aime mieux qu’il accepte que de le voir refuser. (Shyldkrot 1984:209)

Notre discussion des différents types de réduction sémantique prend le départ


avec l’emploi du VdP pour former un passif. Dans la construction se VdP + Inf, le VdP
est ‘vidé’ de son contenu sémantique propre de telle sorte que l’infinitif devient le
porteur du sens. En français, cette structure est très courante avec voir (dans 88,7% des

10La notion de grammaticalisation désigne le processus pendant lequel les entités linguistiques
perdent leur complexité sémantique et reçoivent un caractère plus grammatical. Pour plus de
données voir par exemple Detges & Waltereit (2002), Heine, Clausi & Hünnemeyer (1991),
Lehmann (1995) et Traugott & Heine (1991).
119

cas) (23) et moins usuelle –mais encore possible– avec entendre (11,3%) (24)11. Les
VdPvolontaire ne semblent pas se prêter à cette construction de passivisation :

(23a) De peur de se voir voler son rôle de garde-chiourme du PAF, le Conseil supérieur de
l'audiovisuel (CSA) a fait savoir hier qu'il comptait lui aussi entendre les
responsables de France 2. (Glossa:12/11/2003)
(24a) Jean-Pierre Chevènement, un bon citoyen, s'est entendu promettre une réponse
prochaine à un récent courrier, […]. (LM:29/6/1994)

De l’étude des phrases actives homologues :

(23b) On lui vole son rôle de garde-chiourme du PAF […].


(24b) On lui promet une réponse prochaine à un récent courrier […].

il ressort que le retournement syntaxique consiste en les étapes suivantes :

1. l’OI de la phrase active (lui) est transformé en sujet de la phrase passive (le
Conseil supérieur de l’audiovisuel, Jean-Pierre Chevènement) ;
2. le sujet de la phrase active (on) devient le complément d’agent ou disparaît ;
3. dans la passive, le VdP pronominalisé s’accompagne du verbe principal de
la phrase active à l’infinitif (se voir voler, s’entendre promettre).

Bien que le VdP ait perdu une partie de sa valeur sémantique, le sens du verbe
détermine encore les possibilités syntaxiques12. En effet, afin que la génération du
passif soit possible, le sujet humain doit participer activement à l’événement exprimé
par l’infinitif et l’événement doit être compatible avec le sens de voir. Ceci est le cas
dans (25a) mais pas dans (25b) :

(25a) Cette femme s’est vue offrir la direction du bureau. (Shyldkrot 1981:398)
(25b) *Einstein s’est vu accorder, à titre posthume, le titre de docteur honoris causa.
(Shyldkrot 1981:398)

En outre, l’analyse de notre corpus dévoile que le locuteur utilise quelquefois voir où
l’on attend normalement le verbe entendre :

(26) Le cas Chanal constitue, en effet, un terrible échec pour la Justice qui va se voir
reprocher non seulement sa lenteur, ses atermoiements, mais son incapacité à
protéger l'accusé de lui-même. (Glossa:16/10/2003)

Une fois de plus, le VdPinvolontaire visuelle voir se profile comme le VdP qui admet la
gamme de valeurs sémantiques la plus étendue.

11 Nous avons trouvé respectivement 165 et 21 exemples de la construction se VdP + Inf avec une
interprétation passive.
12 Ce qui soutient notre choix de parler de réduction sémantique plutôt que de désémantisation.
120

Deuxièmement, l’emploi de la CI peut renverser l’ordre des constituants pour


topicaliser l’élément le plus important de la phrase. Considérons les exemples
suivants :

(27a) […] un homme et une femme mettant en commun un salaire identique voient ainsi
leur niveau de vie augmenter de 30 % par rapport à leurs homologues
célibataires.(LM:27/1/1998)
(28a) Por su parte, Jospin vio su porcentaje de aprobación caer ligeramente a un 42% en el
sondeo de abril, frente al 43% de marzo. (EM:8/4/2002)

La comparaison de ces exemples avec les phrases correspondantes sans ver/voir :

(27b) Le niveau de vie d’un homme et d’une femme mettant en commun un salaire
identique augmente de 30 % […].
(28b) El porcentaje de aprobación de Jospin cayó ligeramente […].

dévoile que l’ordre des constituants dans les deux constructions est
fondamentalement différent :

1. les compléments du nom dans (27b-28b) (d’un homme et d’une femme, de


Jospin) remplissent la fonction de sujet dans (27a-28a) ;
2. les sujets de (27b-28b) (le niveau de vie, el porcentaje de aprobación) deviennent
les OD du VdP dans (27a-28a), précédés d’un déterminant possessif ;
3. les verbes conjugués de (27b-28b) (augmente, cayó) prennent la forme d’un
infinitif dans (27a-28a) précédé de ver/voir.

En transférant le complément du nom en position de sujet, le locuteur semble


accorder plus d’importance à ce constituant, qui est d’ailleurs impliqué dans la phrase
comme victime ou comme bénéficiaire. Il s’ensuit que la CI peut servir à la
personnification de sujets inanimés et non dynamiques, notamment des collectifs
abstraits (29), des compléments temporels (30) ou des compléments locatifs (31) :

(29a) La metalurgia también veía abrirse nuevas posibilidades con la electricidad […].
(CREA:Quintanilla M.A. 1997)
(29b) […] sa maison mère, la Compagnie bancaire, a vu sa valeur boursière
augmenter de 78,9%. (LM:8/1/1998)
(30a) Los últimos años de la década vieron acrecentarse la subsidiariedad del cine
folclórico, que además fue sustituido en el favor del público por el llamado ciclo del
‘cuplé’. (CREA: Monterde J.E. 1995)
(30b) […] dans une confuse mais farouche adhésion aux idées qu’avait vu naître et se
développer le siècle en train de s’achever. (AC:65)
(31a) La tierra que vio nacer a Miguel Hernández […]. (EM:22/3/2002)
(31b) La Vendée en particulier, qui s'affirme comme le quatrième département français
producteur de foie gras, voit son agriculture -prospère- réaliser 35% de son chiffre
d'affaires avec la volaille. (LM:25/12/1998)
121

Finalement, l’insertion de l’infinitif (32a-33a) peut éviter la rencontre de deux


complétives (32b-33b) :

(32a) Un chiffre que les propriétaires espèrent évidemment voir gonfler encore en cette fin
d'année […]. (Glossa:13/11/2003)
(32b) ?Un chiffre que les propriétaires espèrent évidemment que gonfle encore en cette fin
d’année […].
(33a) J’aime mieux qu’il accepte que de le voir refuser. (Shyldkrot 1984)
(33b) ?J’aime mieux qu’il accepte que qu’il refuse.

Par l’insertion de voir, la complétive est réduite à une infinitive sans que pour autant
le sens de la phrase change. De nouveau, le VdP perd une grande partie de son sens
lexical, mais pas entièrement.

5.1.3 La CI : une structure hétérogène

L’analyse qui précède montre bien que la catégorie des CI couvre plusieurs types de
perception directe. Prototypiquement, elle dénote des processus de perception directe
physique concrète, mais nous avons également pu distinguer les valeurs suivantes :

1. la perception directe d’un événement concret, causé par un participant non


aperçu (perception directe causée) ;
2. la perception mentale d’un événement antérieur, futur ou imaginaire
(perception directe mentale) ;
3. la perception d’un événement abstrait (perception directe abstraite).

En outre, le VdP peut perdre une grande partie de sa sémantique propre (réduction
sémantique). Toutefois, aucun exemple où la CI dénote un acte de perception indirecte
n’a été rencontré.
Les différents types mentionnés ci-dessus se rangent selon leur degré de
perception [± directe]. La catégorie de la réduction sémantique constitue un cas
particulier qui se situe en dehors de cette échelle :
122

[+ direct] [< direct]

PD physique concrète PD causée PD mentale PD abstraite


Je vois Jean courir. J’entends Jean lancer une fusée. Ya los oigo quejarse. Veo el tiempo aproximarse.

réduction
sémantique
Le pays se voit déclarer la guerre.

Figure 5.1 La CI : une construction de perception directe ?

Puisque notre étude ne traite pas en premier lieu de la polysémie des VdP, la
différenciation sémantique entre ces types de CI ne sera pas mise au premier plan au
cours de l’analyse qui suit. Elle était cependant indispensable à la caractérisation
préliminaire de la structure infinitive.

5.2 Caractéristiques syntaxiques de la CI

Ci-dessous nous proposons un compte rendu des propriétés syntaxiques et


sémantiques de la CI. Ces propriétés ont été vérifiées dans –et confirmées par– notre
corpus.

5.2.1 La négation dans la CI

Afin d’aborder systématiquement la portée de la négation dans la CI, il faut établir


une distinction entre d’une part la négation dans la principale (34), et d’autre part la
négation dans le Cinf subordonné (35) :

(34a) No veo llegar a Juan.


(34b) Je ne vois pas Jean arriver.
(35a) Veo no llegar a Juan.
(35b) Je vois Jean ne pas arriver.

5.2.1.1 La négation dans la principale

La négation dans la principale traduit la non perception d’un événement. Comme les
exemples de notre corpus le montrent, la négation peut couvrir deux valeurs
différentes : ou bien il n’y a pas d’événement à percevoir (36), ou bien il y a un
obstacle –temporel (37a) ou spatial (37b)– entre le percepteur et l’événement à
123

percevoir. Dans (36), la subordonnée est affectée par la négation ; dans (37), la
subordonnée n’est pas influencée par la négation de la principale :

(36a) A su edad ya es jefe de negociado y en cuanto haya una vacante o el aumento de


volumen de la cartera justifique una ampliación de la plantilla, le nombrarán jefe de
sección. Nunca se le ve coquetear con las mecanógrafas ni con las señoras o
señoritas que vienen a tratar asuntos; no mira las piernas de las chicas cuando las
cruzan al escribir a máquina. (SOL:Romero L. 1952)
(36b) Ne la voyant pas revenir, ses parents vont déclarer la disparition au commissariat
de police d'Ixelles, le quartier de la capitale belge où ils demeurent. (LM:8/3/1997)
(37a) Un día, en la gasolinera de los Baños del Carmen, mi padre me comentó que el
empleado que nos atendió había sido un extraordinario futbolista. Era Morales,
‘Moralillo’ creo que le decían. Nunca le vi jugar, pero desde aquel momento le
admiré al saber de sus dotes. (DS:7/6/2002)
(37b) Il y avait tant de monde que je ne m'entendais plus respirer, c'était tout
simplement magnifique. (LM:24/2/1997)

Parfois l’on observe une ambiguïté entre ces deux lectures. Dans (38) par exemple, le
percepteur n’a pas vu le chef de l’état ‘faire ça’ ou bien parce que le chef n’a rien fait,
ou bien parce que le chef l’a fait invisiblement :

(38) Sur RTL, Henri Emmanuelli a assuré qu'il ne voyait pas l'ancien chef de l'Etat
‘faire ça’. (LM:10/1/1997)

D’après Willems (1983) c’est la deuxième lecture qui s’applique à la complétive : la


négation de la principale n’affecte en rien la subordonnée. La phrase (39) signifie
toujours que Paul est arrivé, mais que Jean ne l’a pas vu :

(39) Jean ne voit pas que Paul est arrivé.

Dupas (1997:185) ajoute que la négation d’un acte de perception implique toujours
une lacune par rapport à une attente. Quand Jean ne voit pas arriver Paul, le percepteur
Jean s’attend en quelque sorte à l’arrivée de Paul. La négation représente la non
validation d’un repère préconstruit :

« Lorsque nous ne voyons pas quelque chose, nous saisissons une discordance et cette
discordance introduit une scission entre l’attente de la vision et son résultat, entre le
visible et ce qui est vu.»

L’auteur prétend que cette discordance témoigne d’un fonctionnement


potentiellement agentif des VdPinvolontaire : le percepteur s’oriente vers un stimulus et
lui impose une existence préalable.
La négation d’un acte de perception volontaire ne marque aucun échec ou
aucune absence dans le champ perceptif, mais un refus de la part du percepteur de
s’orienter vers le stimulus :
124

(40a) Tenía que sepultar el cuerpo de la amada... para siempre. Tenía que resignarse a no
mirarla jamás llorar sobre la tumba. (CDE:Helena Campos, R.)
(40b) On arrivait le dos courbé, en respectant trop notre adversaire. Cette fois, nous
n'allons pas les regarder jouer. (Glossa:10/12/2003)

Aussi la différence entre ne pas voir/ne pas entendre et ne pas regarder/ne pas écouter
correspond-t-elle à l’opposition entre ne pas pouvoir percevoir et ne pas vouloir percevoir.

5.2.1.2 La négation dans le Cinf subordonné

La portée de la négation dans la subordonnée infinitive est plus délicate à déterminer.


Certains auteurs lui attribuent une portée étroite, d’autres une portée large. Un
troisième groupe argumente que la négation indépendante de la subordonnée
infinitive est tout simplement impossible. Les auteurs qui occupent une position plus
modérée dans ce débat posent que l’acceptabilité de la négation dans le Cinf dépend
du contexte. Finalement, Miller (2003b) affirme que les contraintes sur l’insertion de la
négation ont été largement exagérées.
Higginbotham (1983, 1984) pose que la négation dans la subordonnée ne peut
jamais porter sur l’acte de perception même et se caractérise de là par une portée
étroite (narrow scope). En effet, à l’intérieur du Cinf, le marqueur négatif se combine
avec l’infinitif pour former un prédicat antonyme (41a). Quand le prédicat n’a pas
d’antonyme naturel, l’interprétation peut être celle de discipline ou de maîtrise avec les
participants subordonnés humains (41b), et celle d’échec ou de défaite (41c) avec les
participants inanimés :

(41a) Jean voit Marie [ne pas partir] = Jean voit Marie [rester].
(41b) J’ai vu Marie ne pas fumer.
(41c) J’ai vu la voiture ne pas démarrer.

En revanche, le principe logique si X perçoit [-E], alors X ne perçoit pas E –avancé


par Barwise & Perry (1983)– implique que la négation à l’intérieur du Cinf porte sur la
principale : si Jean voit Marie ne pas partir, il ne voit pas Marie partir. Suivant une telle
analyse, la négation de la subordonnée se reflète dans la principale (sentential negation)
et reçoit une lecture de portée large (wide scope).
Cette thèse a été contredite par de nombreux chercheurs (Barron 1999, Dik &
Hengeveld 1991, Guasti 1993, Mittwoch 1990, Safir 1993, Schüle 1996, 1999, Schwarze
1974) qui argumentent que le Cinf ne peut jamais recevoir une négation indépendante
125

de la principale (42). Cette restriction ne vaut pas pour les constructions de perception
indirecte (43) :

(42) ?Juan ve a María no comer.


(43) Juan ve que María no come.

Schüle (1996:4) lie cette contrainte au lien étroit qui existe entre la subordonnée
infinitive et la principale :

« Events depend on their embedding perception verb regarding tense-aspect modality


(TAM) marking and negation, propositions can be negated and show independent TAM
marking. »

Mittwoch (1990:108) approfondit la problématique en distinguant les différentes


modalités de perception. La négation serait à la limite compatible avec les VdPvisuelle
involontaire, mais non avec les autres modes de perception :

« […] such sentences are still highly problematic. To begin with let me point out that, with
verbs denoting perception other than sight, VP negation produces sentences that are
simply grotesque […]. Examples with ‘watch’ are no better: ‘*I watched the baby not eat
his porridge.’ Examples with ‘see’ and inanimate objects are equally impossible: ‘*I saw the
ice not melt.’ »

Elle en conclut que la négation du Cinf est artificielle et n’apparaît pas dans la langue
naturelle :

« […] strike me as at best borderline, denizens of some limbo region between the
grammatical and the deviant. (I might add that in five years of looking out for real-life
utterances of such sentences I have not, to the best of my knowledge, encountered a single
example, not even one meant ironically; they seem to be confined to the laboratory
conditions of linguistic research).»

L’explication la plus fréquemment avancée pour ce phénomène est que la négation


transforme l’événement subordonné en un état, qui n’est pas perceptible
directement13. En effet, les événements ne sont perceptibles que lorsqu’ils se
produisent. Dans cette optique, Bayer (1986:26) décrit la négation comme un
opérateur qui détruit l’aspect événementiel de l’infinitif :

« […] certain operators are able to cancel the event aspect that was introduced by selecting
a certain verb from the lexicon. […] Negation destroys the event-aspect. »

Or, le même auteur montre que, bien que la négation dans le Cinf ne puisse
porter sur le complément entier, la négation indépendante du participant subordonné

13 Cf. infra 5.3.2 La présence de prédicats statiques, p 132.


126

ou de l’infinitif est dans certains contextes possible. Les exemples suivants sont définis
comme grammaticaux :

(44a) Nous avons vu ne pas JEAN tomber [mais MARIE].


(44b) Nous avons entendu Jean ne pas CHANTER [mais RÉCITER] la chanson.

Willems (1983) propose que le type d’infinitif de la subordonnée conditionne dans


une large mesure l’acceptabilité (45) ou non (46a) de la négation. Notons que, dans
l’optique de Bayer (1986), il n’est pas difficile de trouver un contexte approprié où
(46a) est quand même valable (46b) :

(45) Je le vois ne pas bouger.


(46a) *Je le vois ne pas arriver.
(46b) Je le vois ne pas ARRIVER [mais PARTIR].

Labelle (1996) note une différence d’acceptabilité de la négation en fonction de la


position syntaxique du SN2. La négation serait possible avec un SN2 préverbal (47a),
mais moins naturelle avec un SN2 postverbal (47b) :

(47a) J’ai vu Pierre ne pas chanter.


(47b) *J’ai vu ne pas chanter Pierre.

Finalement, Miller (2003b) argumente que la négation dans la structure de


perception directe n’est pas remarquable du point de vue syntaxique, ni du point de
vue sémantique. Une analyse empirique mène l’auteur à conclure que les contraintes
sur la négation dans le Cinf ont été largement exagérées. Les descriptions négatives
des événements s’étendent entre deux extrêmes : ou bien l’événement négatif est
directement perceptible (48), ou bien c’est le contexte discursif qui doit rendre la
situation négative compréhensible (49) :

(48) J’ai entendu Jean ne plus me suivre.


(49) Nous le regardons ne pas sauter.

Dans (48), c’est l’absence de l’événement qui est aperçue directement. Dans (49), le
processus négatif n’est pas directement perceptible en tant que tel, et l’interprétation
de la phrase négative ne peut se faire qu’à partir d’une inférence : le percepteur
s’attend à ce que quelqu’un va sauter mais la personne en question ne saute pas.
En accord avec Miller, nous concluons que dans le contexte approprié, toute
difficulté d’interprétation d’un acte de perception négatif disparaît. Dans (50a) et
(50b), la négation traduit la perception d’un événement négatif. Dans (50c) la locution
être surpris indique que la négation représente le non dégagement d’une attente :
127

(50a) A un punto tallo ganaba aquella asfixia, que el mismo catre de cuartel que lo veía no
dormir, lo escuchaba también ahogarse enredado en su propia tos. (CDE:Saguier R.
1999)
(50b) Dans ‘Le mot du président’ à l'intérieur du programme distribué à l'entrée, il
écrivait : «Nous ne pouvons plus nous permettre de voir nos joueurs actuels ne pas
gagner, et chacun devra prendre et assumer ses responsabilités.» (Glossa:
7/12/2003)
(50c) Tant de ses confrères attaquent son mouvement lent les deux pieds déjà dans la
tombe que l'on est surpris d'entendre le pianiste ne jamais sacrifier son caractère
allant. (LM:2/12/1994)

5.2.2 La restriction de passivisation

5.2.2.1 Les types de passifs

Il convient de distinguer avant tout deux types de passif. Premièrement, la montée du


sujet-à-sujet implique que le SN du complément subordonné passe en position sujet de
la phrase (51b-52b). Deuxièmement, lors d’une montée du complément-à-sujet14 le
complément entier passe en position initiale de la phrase (51c-52c). Telle qu’elle a été
étudiée dans la littérature, la contrainte sur le passif se rapporte au premier type de
passivisation ; le sujet d’un complément de perception directe –donc du Cinf– ne peut
jamais devenir le sujet d’une phrase passive :

(51a) Juan ve arder las casas.


(51b) *Las casas son vistas arder (por Juan).
(51c) *Las casas arder es visto (por Juan).
(52a) Paul voit Jean pleurer.
(52b) *Jean est vu pleurer (par Paul).
(52c) *Jean pleurer est vu (par Paul).

Comme l’affirment Miller & Lowrey (2003), cette restriction syntaxique est
étonnante pour trois raisons. Premièrement, elle se produit dans plusieurs langues
romanes et germaniques, à savoir en français (Gaatone 1998, Willems 2000), en
espagnol (Fernández Lagunilla 2003, Hernanz 1999), en italien (Guasti 1989), en
anglais (Bennis & Hoekstra 1989, Felser 1998, 1999, Higginbotham 1983, 1984, Kirsner
1977, Mittwoch 1990), en néerlandais (Hoekstra & Moortgat 1979) et en allemand
(Vliegen 1986). Il s’agit donc d’un phénomène assez général qui dépasse les propriétés
particulières de chaque langue. Deuxièmement, les VdP sont passivisables dans leur
emploi transitif direct simple :

(51d) Juan ve la casa. La casa es vista (por Juan).

14 Termes traduits de Schüle (1999:72) : Subject-to-subject raising et complement-to-subject raising.


128

(52d) Paul voit Jean. Jean est vu (par Paul).

Vu qu’un verbe passivisable ne l’est pas nécessairement dans tous ses emplois,
l’absence du passif ne peut pas être due au type de verbe principal. Finalement, une
phrase passive telle que (51b-52b) est parfaitement compréhensible. Aussi la
contrainte sur le passif devrait-elle s’expliquer essentiellement par des facteurs
syntaxiques. C’est exactement ce type de motivation que l’on observe dans la
littérature.
L’explication la plus répandue consiste à considérer le SN2 subordonné et
l’infinitif en tant qu’un seul constituant, fermé et indissociable, si bien que le SN2 ne
pourrait jamais s’extraire de ce complément pour monter seul en position de sujet. Or,
deux arguments contredisent cette hypothèse. Premièrement, la montée en position
sujet du Cinf entier est également impossible (cf. 51c-52c). Deuxièmement, dans
certaines structures, l’extraction du SN2 du Cinf est bien possible, à savoir dans la
relative (51e) et dans l’interrogative (52e) :

(51e) Juan que he visto llorar,…


(52e) Qui as-tu vu pleurer ? Jean.

Le caractère soudé du SN2 subordonné et de l’infinitif ne peut donc pas expliquer la


contrainte sur le passif. De plus, il sera argumenté dans la suite de cette étude que le
degré d’indissolubilité du participant et de l’infinitif subordonné est différent dans le
domaine des VdPvisuelle par rapport à celui des VdPauditive.

5.2.2.2 Le passif de la CI espagnole et française

La passivisation de la CI ne semble avoir été étudiée que très sporadiquement en


espagnol et en français15. Labelle (1996) par exemple ne se prononce pas sur la

15 En anglais, la discussion s’est orientée vers la question de savoir si la construction avec to


infinitive peut être considérée comme la variante passive de la structure avec bare infinitive. Kirsner
(1977) accepte (ib) comme la variante passive de (ia) mais note quand même une différence
sémantique importante. Contrairement aux phrases actives neutres, les passifs renvoient à des
perceptions accidentelles et non duratives :
(ia) I see John cross the street.
(ib) John was seen to cross the street.
Declerck (1983) s’oppose à cette thèse en affirmant que le to infinitive est plutôt une construction de
perception indirecte qu’une structure de perception directe. De la même façon, la lecture
épistémique du to infinitive conduit Felser (1999), Schüle (1999) et plus tard Miller & Lowrey (2003),
à conclure qu’il s’agit de deux compléments totalement différents. Mittwoch (1990:118) admet que
dans certains cas le passif de la CI correspond à la construction avec to infinitive, mais ajoute que
129

question et se limite à une analyse du passif à l’intérieur du Cinf même16. Quant à la


CI française, les avis sont partagés. Selon Pollock (1994), la phrase passive Jean a été vu
manger une pomme est agrammaticale. Miller & Lowrey (2003) notent toutefois qu’en
français l’on trouve facilement des exemples d’un tel passif. Le phénomène est bien
attesté et le degré d’agrammaticalité serait moindre qu’en anglais. Hernanz
(1999:2245) définit les deux exemples suivants comme grammaticaux en espagnol :

(53a) Las flores fueron vistas marchitarse.


(53b) La asistenta fue vista llegar por la señora.

D’après Fernández Lagunilla (2003) l’acceptabilité du passif dépend de l’aspect lexical


de l’infinitif. Seuls les prédicats téliques –comme dans les exemples (53)– admettraient
la passivisation de la CI.
Cependant, dans notre corpus espagnol et français aucun exemple d’un passif
de la CI n’a été attesté. Afin de vérifier la thèse selon laquelle la CI est incompatible
avec le passif, nous avons soumis un certain nombre d’exemples au jugement de
quelques locuteurs espagnols et français17. Nous leur avons demandé :

- si les phrases (b) sont les passifs de (a) ;


- si les variantes (c) sont les passifs de (a) ;
- et, en cas d’une réponse positive, si les variantes (c) sont meilleures
que (b).

Voici les phrases d’essai espagnoles :

(ia) María veía a Juan comer una manzana.


(ib) Juan fue visto comer una manzana.
(ic) Se veía a Juan comer una manzana.
(iia) María oía a Juan cantar.
(iib) Juan fue oído cantar.
(iic) Se oía a Juan cantar.
(iiia) María miraba a Juan cruzar la calle.
(iiib) Juan fue mirado cruzar la calle.

cette structure est également soumise à certaines restrictions sémantiques. Le SN subordonné doit
renvoyer à un agent qui participe activement à l’événement exprimé (iia) et dans le cas de la
perception auditive, le bruit doit être associé naturellement au référent du SN2 (iib) :
(iia) ?The flood waters were seen to tear down the bridge.
(iib) ?The branch was heard to snap.
16 Comme dans Nous avons vu François être frappé de terreur à l’annonce de cette nouvelle. (Labelle

1996:93).
17 Pour l’espagnol, nous avons mis notre enquête sur le Foro del hispanista et le Foro del español de

l’Instituto Cervantes : http://cvc.cervantes.es/foros/default.htm. Dix personnes anonymes l’ont


remplie. Pour le français, nous avons demandé le jugement d’une dizaine de locuteurs natifs.
130

(iiic) Se miraba a Juan cruzar la calle.


(iva) María escuchaba a Juan hablar.
(ivb) Juan fue escuchado hablar.
(ivc) Se escuchaba a Juan hablar.
et les phrases françaises :

(ia) Paul voit Jean manger une pomme.


(ib) Jean est vu manger une pomme.
(iia) Paul entend Jean chanter.
(iib) Jean est entendu chanter.
(iiia) Paul regarde Jean traverser la rue.
(iiib) Jean est regardé traverser la rue.
(iva) Paul écoute Jean parler.
(ivb) Jean est écouté parler.
En français, les variantes (b) sont exclues à l’unanimité. Certains informants
accepteraient à la limite l’exemple avec le VdPinvolontaire visuelle (ib). La construction avec
gérondif –Jean est vu (en) mangeant une pomme– est avancée comme alternative, bien
que les personnes interrogées soulignent qu’il s’agit toujours d’une phrase plutôt
artificielle.
Comme en français, les variantes espagnoles (b) sont jugées ‘fatales’, donc
inacceptables. La construction avec le gerundio –Juan fue visto comiendo una manzana–
est proposée comme variante meilleure mais recherchée. Les passifs pronominaux
sont généralement acceptés comme les passifs de (a), bien que nos informants
insistent sur une différence sémantique non négligeable. Les compléments d’agent
sous-entendus dans (c) reçoivent une interprétation plus générique que ceux de (b) :
n’importe quelle personne qui aperçoit Juan peut fonctionner comme l’agent dans
(c) alors que dans (b) l’agent sous-entendu est nécessairement María. Certaines
personnes affirment qu’avec les VdPvolontaire, les variantes (c) sont moins évidentes. De
plus, l’importance de l’ordre des mots a été soulignée : dans (iic) et (ivc) il
conviendrait de modifier l’ordre en Se oía cantar a Juan et Se escuchaba hablar a Juan,
avec des sujets postverbaux. De cette brève interrogation il ressort qu’en français la CI
ne semble pas pouvoir être passivisée. En espagnol, le passif pronominal comble en
partie la lacune. Cette thèse sera développée davantage dans le chapitre 9, où nous
étudierons les propriétés sémantiques et syntaxiques de la CI pronominalisée.
131

5.3 Caractéristiques sémantiques de la CI

5.3.1 La simultanéité temporelle

La simultanéité temporelle impérative du processus de perception et de l’événement


aperçu est une des propriétés sémantiques les plus importantes de la CI18. Le
complément non fini ne contient pas de spécification temporelle propre et dépend de
la phrase principale. Cette caractéristique oppose la CI (54) à la construction avec une
complétive (55), où le temps de la subordonnée est indépendant de celui de la
principale19 :

(54) Je vois l’enfant manger. vs. *Je vois l’enfant avoir mangé.
(55) Je vois que l’enfant mange. vs. Je vois que l’enfant a mangé.

Comment peut-on expliquer cette contrainte sémantique ? La simultanéité


obligatoire est une caractéristique inhérente de la perception directe en général. Un
individu assimile des données perceptives au moment où un événement s’actualise
effectivement. De là que la simultanéité s’explique par les propriétés inhérentes de
l’événement qui se définit comme une entité délimitée temporellement, uniquement
perceptible au moment où il se produit :

« Events can only be perceived while they happen. Hence the complement must be encoded
as temporally simultaneous with the matrix clause if events are expressed. » (Schüle
1999:79)

L’objet de la perception indirecte ne se produit pas et n’est pas localisé dans le temps,
ni dans l’espace. D’où la non pertinence du critère de la simultanéité obligatoire pour
les complétives.
L’hypothèse du contrôle événementiel (event control hypothesis) de Felser
(1999:146) pose que lors d’un acte de perception directe, l’argument événementiel du
complément subordonné entre dans une relation de contrôle impératif avec
l’argument événementiel du VdP principal. Comme l’événement doit être identifié
temporellement, le Cinf reçoit son indice temporel de l’argument événementiel de la
principale perceptuelle :

18 Elle a été observée dans plusieurs langues : en français (Labelle 1996, Miller & Lowrey 2003,
Willems 1983), en espagnol (Rodríguez Espiñeira 2000), en anglais (Bayer 1986, Bennis & Hoekstra
1989, Felser 1998, 1999, Gee 1975), et en néerlandais (De Geest 1970).
19 D’après Willems (1983) la complétive n’exige qu’un rapport de coïncidence dans le temps, dans le

lieu ou dans l’esprit.


132

«In direct perception constructions, the perception verb functions as a control predicate in
that its event argument controls the event argument provided by the embedded predicate.
[…] E-Pro receives its T-index via obligatory coindexing with the c-commanding event
argument in the matrix clause. »

Afin d’obtenir une lecture de perception directe, il suffit que l’intervalle temporel du
complément inclut en partie l’intervalle temporel de l’événement principal. La règle
TE aperçu = TE perception est réécrite comme TE aperçu ≥ TE perception : l’événement ne doit pas être
aperçu du début jusqu’à sa fin mais en partie simultanément.
Miller & Lowrey (2003) n’adhèrent pas à cette nouvelle formule de Felser.
D’après leur hypothèse, la contrainte de simultanéité doit être définie en fonction du
type d’événement aperçu et de la granularité (G), ou l’intervalle de temps nécessaire
pour reconnaître la nature d’un processus. Si le stimulus dénote un achèvement (J’ai
vu Jean trouver le livre), l’acte de perception même doit l’être aussi et TE aperçu = TE perception.
Par contre, si le stimulus consiste en une activité (J’ai vu Pierre marcher), un segment
suffisamment étendu de l’événement aperçu doit être inclus dans l’intervalle temporel
de la perception. La formule de Felser TE aperçu ≥ TE perception ne garantit pas que la durée
de la perception suffira pour reconnaître la nature de l’activité. La granularité G
fournit l’intervalle de temps minimal indispensable à la reconnaissance du processus,
au point que la condition de simultanéité doit se formaliser comme TE perception ≥ TGE
aperçu. Si le processus aperçu dénote un accomplissement (J’ai vu Jean traverser la rue), il
doit être aperçu jusqu’à son terme. Le temps de la perception doit inclure la borne
finale du processus télique ainsi qu’une partie antérieure suffisante pour l’identifier. Il
s’ensuit que la nature des différents types de processus décrits par l’infinitif joue un
rôle important. La contrainte de la simultanéité –telle qu’elle a été formulée par Miller
& Lowrey (2003)– confirme notre hypothèse proposée plus haut dans cette étude
selon laquelle les propriétés temporelles du stimulus influencent largement l’aspect
lexical des VdP20.

5.3.2 La présence de prédicats statiques

L’interdépendance entre l’événement de perception directe et l’événement aperçu se


manifeste encore par la détermination de la part du VdP principal des traits
aspectuels de l’infinitif subordonné. À plusieurs reprises, il a été remarqué que la

20 Cf. supra 4.3 La structure événementielle des processus de perception, p 96.


133

construction de perception directe est incompatible avec les prédicats d’état (56a-
57a)21. En effet, la perception directe implique toujours la perception d’un changement
d’état et donc d’un événement dynamique. En revanche, la contrainte sur la présence
des statiques n’est pas valable pour la perception indirecte (56b-57b) :

(56a) *Je vois cet homme vivre près de ses enfants.


(56b) Je vois que cet homme vit près de ses enfants.
(57a) *Oigo a Juan saber inglés.

(57b) Oigo que Juan sabe inglés.

Bayer (1986:2) note toutefois que les infinitifs statiques sit, stand et lie se
comportent dans certains contextes comme des verbes dynamiques. Accompagné
d’un SN2 inanimé, ils dénotent des propriétés permanentes (58a) ; en présence d’un
SN2 animé ou humain par contre, ils dénotent des propriétés temporaires. Ainsi dans
(58b), le Cinf représente un changement d’état, perceptible par les sens :

(58a) *We saw the building stand on the corner.


(58b) We saw John stand on the corner.

Neale (1988:314) insiste sur l’influence de facteurs pragmatiques lors de


l’insertion des verbes statiques. La phrase (59) est parfaitement acceptable dans les
circonstances suivantes : supposons que lors d’un jeu de poker, des bijoux, des
voitures et des maisons changent de propriétaire chaque minute. Moi, en tant que
surveillant, je peux faire le bilan de la soirée en affirmant J’ai vu Psmith posséder une
maison trois fois. Le contexte attribue au verbe statique une interprétation dynamique,
compatible avec la perception directe :

(59) I saw Psmith own a house.

Afin d’expliquer la présence de certains verbes statiques dans le Cinf, Felser


(1999:43) recourt à la distinction entre les stage level predicates (SLP) et les individual
level predicates (ILP). Comme il a été affirmé dans le chapitre précédent22, les ILP
dénotent des propriétés inhérentes ou des états permanents tandis que les SLP
représentent des changements d’état ou des états épisodiques. L’auteur argumente
que les SLP sont les seuls prédicats qui peuvent surgir dans la construction de

21 Fernández Lagunilla (1992:400-401) montre toutefois qu’en ancien espagnol, l’apparition dans le
Cinf d’un verbe statique n’était pas encore exclue :
(i) Yo veo otras muchas creer a ti, parlera.
(ii) Veyendo estar con ellos el hombre que fuera sano, non lo podien contradezir.
22 Voir supra 4.2.2.1 Définition du trait aspectuel [± dynamicité], p 80.
134

perception directe, parce qu’ils fournissent un argument événementiel contrôlable par


le VdP. Cet argument événementiel est absent dans la structure des ILP. Ainsi dans
son exemple (60a), be a nuisance dénote un comportement temporaire de John
–perceptible directement– alors que dans (60b) une propriété permanente du sujet est
signalée ; il s’agit donc d’un vrai état :

(60a) We saw John be a nuisance.


(60b) Jean est grand. vs. *J’ai vu Jean être grand.

La notion de granularité est au centre de l’analyse des prédicats statiques de


Miller & Lowrey (2003). Vu sa nature homogène et permanente, le temps nécessaire à
percevoir un état serait nécessairement non fini23. L’état ne peut donc jamais être
aperçu directement. Les auteurs mentionnent toutefois deux contextes où les prédicats
statiques sont exceptionnellement utilisés comme des SLP. La présence de certains
modificateurs peut forcer une interprétation où l’état est en cours de changement
(61a). Dans (61b) l’objet de la perception directe n’est pas l’état en tant que tel, mais le
fait d’atteindre un certain niveau sur une échelle mesurant l’intensité de cet état :

(61a) On le voyait ressembler de plus en plus à son père. (Miller & Lowrey 2003:182)
(61b) […] on l’avait rarement entendu sonner aussi légèrement. (Miller & Lowrey
2003:186).

Dans notre ensemble des CI, certains verbes statiques –tels que vivir/vivre (62a)
ou sentarse/s’asseoir (62b)– apparaissent régulièrement dans la CI. Pour d’autres verbes
–tels que connaître (62c), éprouver (62d) ou se haïr (62e)– nous n’avons rencontré que
des cas isolés :

(62a) Hay gente a la que nunca le pasa nada. Soy una de ellas. Miro vivir a los otros.
(CDE:López N. 1954).
(62b) Al tiempo que avanzaba hacia la piscina, vio a una muchacha sentarse junto a la que
él había escogido y hablar con ella afectuosamente, pasándole el brazo por los
hombros. (SOL: Marsé J. 1967)
(62c) Une attitude qui dément au passage les espoirs du ministère du travail de voir le CIP
connaître, par ces conventions, ‘un grand développement’. (LM:29/3/1994)
(62d) Il raconte sobrement son Grand Meaulnes fin des années 60, une époque où la
jeunesse se regardait voluptueusement éprouver la naissance d'une certaine liberté,
encore saupoudrée des délicatesses et des clichés appris des parents. (LM:6/3/1998)
(62e) […] Hatzfeld a passé des mois à regarder les êtres humains se haïr, s'écharper, tuer
et se faire tuer dans cette ex-Yougoslavie qu'il a parcourue en tous sens pendant
deux ans, […]. (LM:25/2/1994)

23En d’autres termes, la fonction TG appliquée à un état aboutit à un intervalle de temps non borné
qui ne pourrait jamais satisfaire la contrainte de simultanéité.
135

Notons que seulement les exemples (62a), (62b) et (62e) dénotent des actes de
perception directe. Dans (62c) le VdP est utilisé pour topicaliser le CIP, dans (62d)
pour former un passif. Aussi la modération de la contrainte sur les statiques
s’accompagne-t-elle souvent d’une réduction sémantique du VdP principal. De plus,
nous n’avons rencontré que des exemples où l’infinitif statique est subordonné à un
VdPvisuelle ; les VdPauditive semblent se combiner plus difficilement avec des
compléments moins dynamiques. Cette discordance entre les deux modalités de
perception sera explicitée au cours des chapitres suivants.

5.3.3 La présence de verbes modaux et d’adverbes de phrase

Deux caractéristiques sémantiques –qui ont été confirmées par une recherche
empirique dans notre corpus– ne sont mentionnées que très sporadiquement dans la
littérature, à savoir les contraintes sur l’insertion de verbes modaux et d’adverbes de
phrase dans le Cinf.
Premièrement, les verbes modaux indiquant une possibilité/capacité/
permission (63), obligation (64) ou disposition (65), ne peuvent pas modifier le Cinf24.
En revanche, les mêmes verbes apparaissent sans difficulté dans la complétive (66) :

(63a) *Hemos visto a Juan poder bailar.


(63b) *Nous avons vu Jean pouvoir danser.
(64a) *Hemos visto a Juan deber bailar.

(64b) *Nous avons vu Jean devoir danser.

(65a) *Hemos oído a Juan querer ir al cine.

(65b) *Nous avons entendu Jean vouloir aller au cinéma.

(66a) He visto que Juan quería bailar.


(66b) J’ai vu que Jean voulait danser.

Les auteurs consultés n’avancent que des explications de nature sémantique pour
cette contrainte. Willems (1983:149) affirme que la présence d’un verbe modal dans la
subordonnée infinitive rend l’événement non dynamique, et :

« […] seules les situations dynamiques paraissent compatibles avec la perception directe. »

Dans le même ordre d’idées, Bayer (1986:6) définit les verbes modaux comme des
opérateurs qui éliminent l’aspect événementiel du Cinf, et il ajoute que :

24Schüle (1999) signale toutefois que dans quelques contextes particuliers le verbe modal pouvoir
peut apparaître dans le Cinf : Je ne l’ai jamais vu pouvoir manger tant de bonbons que ce jour-là.
136

« It is impossible to perceive directly, i.e. without any epistemic commitment, a disposition,


an obligation or an intention. »

Finalement, la thèse de Schüle (1996:4) selon laquelle :

« Events depend on their embedding perception verb regarding tense-aspect modality


(TAM) marking and negation […] »

implique que l’infinitif ne peut pas être modifié par un verbe modal indépendamment
du VdP principal.
Deuxièmement, les adverbes de phrase expriment l’attitude du locuteur envers
le contenu de la phrase entière (67). La règle générale pose qu’un tel adverbe ne peut
pas modifier le Cinf indépendamment du verbe principal (68). Il surgit sans difficulté
en position initiale de la CI (69) et dans la construction avec complétive (70). Un
adverbe qui modifie l’infinitif plutôt que le Cinf entier est également accepté (71) :

(67a) Probablemente, Pablo mató a su esposa.


(67b) Probablement, Paul a tué sa femme.
(68a) ?Juan vio a Pablo probablemente matar a su esposa.
(68b) ?Jean a vu Paul probablement tuer sa femme.
(69a) Probablemente, Juan vio a Pablo matar a su esposa.
(69b) Probablement, Jean a vu Paul tuer sa femme.
(70a) Juan vio que Pablo probablemente mató a su esposa.
(70b) Jean a vu que Paul a probablement tué sa femme.
(71a) Juan vio a Pablo matar brutalmente a su esposa.
(71b) Jean a vu Paul tuer brutalement sa femme.

Comme dans le cas des verbes modaux, l’explication la plus évidente est que les
adverbes de phrase infirment l’aspect événementiel du Cinf et le rendent de la sorte
incompatible avec la perception directe.

5.3.4 Quelques propriétés logiques

Barwise & Perry (1983:181-192) proposent une liste de propriétés logiques,


indispensables à notre panorama des caractéristiques sémantiques de la CI.
Le principe de véridicité : si X perçoit E, alors E. L’emploi de la CI implique
nécessairement la véridicité du rapport perceptuel et l’existence de l’événement
aperçu : si je vois Jean partir, Jean part effectivement.
Le principe de substitution : si X perçoit Y(y1) et y1=y2, alors X perçoit Y(y2). Le
principe de substitution pose que les CI sont référentiellement transparentes. Le SNy1
de la CI peut être substitué par un autre SNy2 avec le même référent, sans que le sens
137

de la phrase change : si je vois le ministre se promener dans le parc et Jean est le


ministre, alors je vois Jean se promener dans le parc.
Le principe de la conjonction ou disjonction distributionnelle : si X perçoit [Y et/ou Z],
alors X perçoit [Y] et/ou X perçoit [Z]. La perception simultanée (et) ou potentielle (ou)
de plusieurs participants impliqués dans un événement entraîne la perception de
chaque participant individuel effectuant l’événement : si j’aperçois Marie et/ou Jean
arriver, j’aperçois Marie arriver et/ou j’aperçois Jean arriver.
Finalement, il faut mentionner encore la restriction des bare plurals avancée par
Felser (1999:51-52). En anglais, les bare plurals reçoivent ou bien une lecture générique
ou bien une interprétation existentielle. La phrase (72a) par exemple signifie ou bien
que tous les chiens aboient (générique) ou bien qu’il y a des chiens particuliers qui
aboient (existentiel). Cependant, dans la CI les bare plural SN2 ne peuvent être
interprétés qu’existentiellement. La phrase (72b) implique toujours qu’il existe
certains chiens qui aboient :

(72a) Dogs bark.


(72b) We hear dogs bark.

Comparons ces exemples anglais avec les phrases espagnoles et françaises


homologues. Dans ces deux langues, le bare plural correspond à un pluriel défini :

(73a) Los perros ladran.


(73b) Oímos los perros ladrar.
(74a) Les chiens aboient.
(74b) Nous entendons les chiens aboyer.

La même situation qu’en anglais surgit : en général, l’interprétation est générique ou


existentielle (73a-74a), dans un rapport perceptuel ce n’est que la lecture existentielle
qui subsiste (73b-74b).

5.3.5 La perceptibilité du stimulus

En général, si X perçoit Y, Y existe et Y est perceptible25. En accord avec la définition


d’une construction de perception directe, le percepteur aperçoit une entité pendant
que celle-ci réalise un événement.

25 Nous faisons abstraction des perceptions dues au mauvais fonctionnement d’un organe
perceptif (Je vois des taches rouges tournoyer devant mes yeux), ainsi que des perceptions illusions (La
nuit je vois bouger des ombres menaçantes).
138

Cependant, le degré de perceptibilité du participant-initiateur n’est pas


toujours aussi facile à déterminer. Dans la majorité des cas, il est réellement
perceptible (75), mais pas dans (76-77) :

(75) Je vois le train arriver.


(76) He visto la fe obrar milagros.
(77) J’entends l’homme tuer l’animal.

En effet, percevoir un événement n’implique pas toujours que l’on aperçoit l’entité
responsable de l’événement. Deux cas sont à distinguer. Comme nous l’avons vu dans
la première section de ce chapitre, la CI sous (76) ne dénote pas un acte de perception
directe physique mais un acte de perception directe abstraite. L’objet de perception est
plutôt l’événement dans son ensemble ainsi que les effets qui en découlent, que le
participant subordonné abstrait, imperceptible directement26. Dans (77), la CI
représente bel et bien un processus de perception directe physique mais le percepteur
entend plutôt l’animal que l’homme. Le participant responsable de l’acte de tuer ne
produit aucun bruit et n’est donc pas perceptible auditivement ; il ‘cause’ une
production de bruits de la part de l’animal27. Comme nous verrons plus loin dans
cette étude28, ces exemples ont été invoqués pour défendre la thèse que le participant
subordonné SN2 ne fonctionne pas syntaxiquement comme l’OD du VdP, mais qu’au
contraire, l’OD du VdP est le Cinf entier.
Afin de pouvoir rendre compte des exemples (75-77), nous distinguerons trois
niveaux de perceptibilité. La perception simultanée de l’événement (E) et du
participant-initiateur (P) correspond au degré le plus haut de perception directe (I). À
un niveau plus bas se trouve la perception d’un événement sans perception directe du
participant sujet (II). Quand ni l’événement, ni le participant ne sont perceptibles, la
perception est indirecte et ne se traduit pas par une CI (III) :

[+ perception directe] [- perception directe]

(I) (II) (III)


E [+ perceptible] E [+ perceptible] E [- perceptible]
P [+ perceptible] P [- perceptible] P [- perceptible]

Figure 5.2 Les niveaux de perceptibilité

26 Pour plus d’exemples, voir supra 5.1.2.4 La perception directe abstraite, p 117.
27 Pour plus de données, voir supra 5.1.2.2 La perception directe causée, p 115.
28 Cf. Chapitre 6 La structure interne du complément infinitif Les analyses proposées, p 141.
139

Dans l’événement décrit par (75), le participant train ainsi que l’événement d’arriver
sont perceptibles. Le Cinf se situe ainsi au niveau le plus élevé de perceptibilité. Dans
les exemples (76-77), le percepteur n’aperçoit pas directement le participant-initiateur,
mais l’événement global ; nous les rangeons de la sorte au niveau (II).
D’après notre hypothèse, le degré de perceptibilité du participant-initiateur est
encore conditionné par la modalité de perception du verbe principal : visuelle ou
auditive. En effet, la relation entre l’événement aperçu et ses participants est différente
dans le champ de la perception visuelle que dans le domaine de la perception
auditive. Comme nous l’avons affirmé lors de l’étude des propriétés conceptuelles des
modalités de perception29, la perception visuelle saisit la présence d’une entité : quand
je vois Jean par exemple, je le vois ‘quelque part’ et je le localise dans l’espace. Par
conséquent, lors d’un acte de perception visuelle, le percepteur aperçoit généralement
le participant-initiateur en même temps que l’événement global dans lequel il est
impliqué : quand je vois Jean arriver par exemple, je vois Jean, impliqué dans
l’événement d’arriver30. Nous appellerons ce type de perception : perception objectale31.
Tout au contraire, la perception auditive saisit l’effet d’une présence : je n’entends pas
Jean directement, mais les bruits qu’il produit. Lors de la perception auditive d’un
événement, le percepteur entend le résultat du processus ou de l’action causée par
l’entité : quand j’entends Jean chanter, je n’entends pas Jean directement mais l’action
qu’il performe en chantant. Par conséquent, le percepteur auditif entend plutôt
l’événement entier produit par le participant que le participant même. Nous
appellerons ce type de perception : perception événementielle32.
Afin d’illustrer davantage cette thèse, considérons la différence entre les
événements Veo pasar un tren et Oigo pasar un tren. Je n’entends le train que par le bruit
qu’il produit en passant ; ma perception auditive du train n’existe pas
indépendamment de l’événement de passer. Cependant, à côté du fait que je peux
voir le train lorsqu’il passe, je peux également voir le train sans que je me rende
compte qu’il passe. La perception auditive se situe au niveau II de l’échelle de

29 Cf. supra 2.4.2.2 Différences entre perception visuelle et perception auditive, p 29.
30 Les CI dénotant la perception directe causée constituent bien sûr des exceptions à cette règle
générale, comme dans Je vois Jean lancer la fusée au sommet de la montagne.
31 Objectal signifie ici ‘ce qui se rapporte à des entités concrètes’ ; le terme perception objectale renvoie

donc à la perception de stimuli localisés dans l’espace.


32 Événementiel signifie ici ‘ce qui se rapporte à un événement entier’ ; la notion de perception

événementielle renvoie donc aussi à la perception de stimuli passagers, localisés dans le temps.
140

perceptibilité (perception d’un événement sans perception d’un participant) alors que
la perception visuelle se situe généralement au niveau le plus élevé de perceptibilité
(perception d’un événement et du participant-initiateur). Par conséquent, comme
nous l’avons déjà affirmé auparavant, la perception visuelle (niveau I) est plus directe
que la perception auditive (niveau II).
L’élucidation des rapports qui existent entre les degrés de perceptibilité des
stimuli visuels et auditifs, la structure interne du Cinf et certaines propriétés
syntaxiques de cette construction est l’enjeu des chapitres suivants.
141

Chapitre 6

La structure interne du complément infinitif

Les analyses proposées

La CI dénote la perception directe d’un événement par un sujet expérienceur


(SN1). L’événement aperçu est composé d’une action (Inf) et d’un participant
responsable de cette action (SN2). Aussi la CI est-elle prototypiquement
représentée par la configuration syntaxique SN1 + VdP + SN2 + Inf. Cette
structure a éveillé une polémique animée autour du nombre de constituants
qu’elle comporte : s’agit-il d’une construction complexe ou simple ? Le Cinf
subordonné même, contient-il un ou deux constituants ? Quelle est la relation
grammaticale entre l’infinitif et le SN2 ? Après avoir établi le cadre théorique
de cette discussion (6.1), nous parcourrons successivement les différentes
analyses proposées, à savoir l’analyse non propositionnelle (6.2), l’analyse
propositionnelle (6.3) et l’incorporation (6.4). À la fin du chapitre ces trois
approches seront évaluées. Nous argumenterons que les différentes analyses
ne s’excluent pas, mais qu’elles se présentent dans des contextes différents, en
fonction de la modalité du VdP et du degré de dynamicité du stimulus aperçu
(6.5).

6.1 Le Cinf, une proposition ou non ?

L’une des questions les plus provocatrices que la construction VdP + Inf a suscitée est
celle de la composition du Cinf : est-il un complément de nature propositionnelle ou
non ? En général, une proposition est définie :

1. sémantiquement, en termes d’une relation logique entre le prédicat et son


sujet : dans Jean mange, Jean est la source de l’activité exprimée par le verbe
manger ;
142

2. syntaxiquement, en termes d’une dépendance formelle entre le prédicat et


son sujet : le verbe s’accorde en genre et en nombre avec le sujet.

Le Cinf se caractérise par la présence d’un SN2 à valeur référentielle dont la


fonction sémantique semble être liée à l’infinitif. En effet, dans (1) Jean est la source de
l’activité exprimée par l’infinitif. La grammaire traditionnelle assigne à cet argument
la fonction de sujet logique ou sémantique de l’infinitif1 :

(1a) Je vois Jean travailler.


(1b) Veo a Juan trabajar.

Toutefois, comme il est généralement accepté, l’une des caractéristiques de base d’un
verbe en mode non fini2 est l’absence d’un sujet grammatical qui dicte l’accord du
verbe. En effet, faute de flexion dans l’infinitif, le sujet logique ne fonctionne pas
comme le sujet grammatical de l’infinitif. Il s’y ajoute que le sujet sémantique est
parfois marqué d’une forme qui correspond à la fonction grammaticale d’un objet –
direct ou indirect3– et non à celle d’un sujet. Ainsi le Cinf a souvent été dénoté par le
nom d’accusativus cum infinitivo. Afin de contourner ces propriétés contradictoires du
Cinf, nous utiliserons plutôt les termes neutres SN2 et complément infinitif au lieu de
sujet de l’infinitif (Sinf) et accusativus cum infinitivo. En effet, il sera démontré au cours
des chapitres suivants que le rôle du SN2 dans le Cinf peut être conceptualisé de trois
façons différentes : comme Sinf, comme OD du VdP ou comme objet du prédicat
complexe VdP + Inf.
En fin de compte, le Cinf présente les caractéristiques logiques mais non les
propriétés formelles d’une proposition. Cette divergence est à l’origine de la vaste
bibliographie concernant la structure interne du Cinf et, plus généralement, de la CI.
Deux points de vue s’opposent. Un premier groupe de linguistes se concentre sur la
discordance formelle entre le SN2 et l’infinitif et en déduit la nature non
propositionnelle du Cinf. Le SN2 est caractérisé comme l’OD du VdP plutôt que

1 Halliday (2004) propose une vue tripartite de la notion de sujet en distinguant le sujet logique, le
sujet grammatical et le sujet psychologique. Il attribue à ces trois catégories des fonctions
différentes : le sujet logique correspond à l’agent ou à l’acteur du verbe, le sujet grammatical dicte
l’accord avec le verbe, et le sujet psychologique correspond au topique de la phrase.
2 Aussi appelé le mode impersonnel ou non conjugué. Trois types sont à distinguer, à savoir l’infinitif,

le participe et le gérondif. Dans les trois cas, le verbe ne varie pas en personne grammaticale.
3 Cf. la présence ou l’absence de la préposition a devant le SN en espagnol : Veo a Juan trabajar vs.
2
Veo llegar un barco. Une analyse plus détaillée de ce phénomène sera effectuée dans le chapitre 8 Le
marquage casuel du participant subordonné SN2, p 254.
143

comme le Sinf (6.2). Le deuxième groupe –plus nombreux– attribue à l’ensemble SN2 +
Inf les propriétés d’une phrase autonome avec un sujet et un prédicat. Le Cinf est
analysé comme un seul constituant de nature propositionnelle (6.3). Finalement, en
dehors de ces deux approches antinomiques se trouve l’analyse de l’incorporation
selon laquelle le VdP et l’infinitif s’unissent en un prédicat complexe ; le SN2
fonctionne comme l’OD de ce prédicat complexe (6.4).

6.2 L’analyse non propositionnelle du Cinf : SN1 + VdP + [SN2] + [Inf]

6.2.1 La CI en tant que structure simple : l’analyse SN2 objet + Inf attribut de l’objet

La grammaire de la RAE (1973) assigne une analyse non propositionnelle au Cinf


espagnol. Le SN2 subordonné reçoit la fonction d’OD du VdP et l’infinitif est défini
comme le complément prédicatif ou l’attribut de cet objet. Une analyse pareille a été
proposée par Willems & Defrancq (2000) pour le Cinf français, par Den Hertog (1915-
1919) pour le Cinf néerlandais et par Poutsma (1928) pour le Cinf anglais. Dans ces
ouvrages, la CI (2a) et les phrases avec des attributs de l’OD de nature nominale (2b),
adjectivale (2c) ou prépositionnelle (2d) sont nommées d’un trait :

(2a) Je l’ai vu travailler.


(2b) Je le vois déjà premier ministre.
(2c) Nous avons vu la porte ouverte.
(2d) On le voit déjà à la tête de son parti.

La structure interne de la CI correspondrait à celle d’une phrase simple et pourrait


être représentée par le schéma suivant4 :

4Nous utilisons cette représentation structurale uniquement à des fins descriptives et n’adhérons
aucunement à une analyse syntaxique (transformationnelle) à plusieurs niveaux.
144

Phrase

SN1 SV
je

V SN
vois

SN2=OD Inf=attribut OD
Jean travailler

Figure 6.1 La CI en tant que structure simple

Bello & Cuervo (1970), Higginbotham (1983, 1984) et Chierchia (1988)


prétendent que la nature de l’infinitif attributif est nominale. Fernández Lagunilla &
López (1991:224) contredisent cette thèse en montrant que l’infinitif n’a pas le même
comportement syntaxique qu’un substantif. L’un n’est pas toujours substituable à
l’autre (3a-b) :

(3a) Buscaba la solución definitiva.


(3b) *Buscaba solucionar definitivamente.

En recourant au même argument de la substitution (4a-b), ainsi qu’à celui de la


coordination (5), ces auteurs réfutent également l’analyse de Alarcos Llorach (1970)
selon laquelle l’infinitif est de nature adjectivale :

(4a) María ha sido visto descalza.


(4b) *María ha sido visto descalzarse.5
(5) *Dejaba al niño tranquilo y dormir.

Finalement, l’analyse en soi de l’infinitif en tant qu’attribut de l’OD a été


critiquée à plusieurs reprises. Aussi l’analyse attributive de l’infinitif a-t-elle été
abandonnée6. De Geest (1970) par exemple pose qu’une analyse en termes d’une
structure composée est plus adéquate, vu la relation logique de sujet/verbe entre le SN2
et l’infinitif. Labelle (1996) distingue nettement entre la construction attributive
canonique et le Cinf : l’attributive est un prédicat second décrivant le SN2 objet de
perception au moment où il est aperçu tandis que le Cinf évoque un événement
entier7. Cette thèse est soutenue par plusieurs phénomènes sémantiques qui

5 Rappelons qu’en général, la passivisation de la CI n’est pas possible. Voir supra 5.2.2 La restriction
de passivisation, p 127.
6 À l’exception de Báez Montero (1990) et de Willems & Defrancq (2000).
7 Plusieurs auteurs recourront à l’argument de la perception globale d’un événement pour démontrer

la nature propositionnelle du Cinf, cf. infra 6.3.1 La nature unifocale de la perception, p 147.
145

témoignent de la différence entre le Cinf et la construction attributive par excellence, à


savoir la relative8 :

1. le Cinf peut décrire un événement prenant place dans un monde


hypothétique tandis que la relative attributive modifie uniquement l’objet
présent au moment de la perception même :

(6) Tu le verras pleurer. vs. *Tu le verras qui pleure.

2. l’attributive est liée à la perception unique d’un événement tandis que le


Cinf peut désigner une pluralité d’occurrences :

(7) Je l’ai vu pleurer trois fois. vs. *Je le vois qui pleure trois fois.

3. la où la construction attributive est toujours imperfective, la durée de


l’événement peut être mentionnée dans le Cinf :

(8) Je l’ai vu pleurer de trois à cinq heures. vs. *Je l’ai entendu qui pleurait de trois à
cinq.

Dans la suite de cette étude, la CI sera considérée comme une structure


fondamentalement complexe, dénotant deux événements : l’événement de perception
et l’événement aperçu. De là que l’analyse en tant que phrase simple n’entrera plus en
ligne de compte.

6.2.2 La nature bifocale de la perception : le contrôle du sujet

Les auteurs qui proposent une analyse non propositionnelle pour le Cinf (Akmajian
1977, Dik 1981, Gee 1975, Rodríguez Espiñeira 2000, Van der Meer 1994) s’appuient
essentiellement sur l’argument de la nature bifocale de la perception. Plus
particulièrement, ils posent que lors d’un acte de perception directe le percepteur ne
projette pas globalement un événement, mais focalise d’abord le participant et ensuite
l’action dans laquelle il est impliqué :

« […] un participante ha sido percibido realmente mientras realizaba algún evento. No


basta, pues, con que la cláusula de infinitivo designe un evento : este debe poder atribuirse
a una entidad.» (Rodríguez Espiñeira 2000:53)

8Pour une description plus détaillée des propriétés de ce complément et les principales différences
avec le Cinf, voir Annexes I.3 La relative de perception, p 358.
146

Dans cette optique, Rosenbaum (1967), Fiengo (1974) et Harbert (1977) posent
que syntaxiquement, le SN2 est l’OD du VdP, mais que sémantiquement il fonctionne
comme le Sinf. Le contrôle du sujet par l’OD9 et l’effacement de SN identiques rendent
compte de ce comportement double. De plus, l’infinitif n’apparaît plus à l’intérieur
d’un SN10 mais fonctionne comme constituant autonome. Le résultat est une analyse
du Cinf en tant que structure à deux constituants :

SN1 + VdP + [SN2] + [Inf]

Par le phénomène du contrôle, le SN2 remplit deux fonctions thématiques : il joue le


rôle d’un patient dans l’événement de perception et celui d’un agent dans
l’événement aperçu. Par conséquent, dans la structure profonde, l’OD du VdP et le
Sinf sont référentiellement identiques :

SN1 + VdP + [SN2:OD] ([SN2:Sinf] + Inf)

Par le processus d’effacement de SN identiques, l’une des deux occurrences du SN2


disparaît de sorte que dans la structure de surface le SN2 apparaît comme l’OD du
VdP :

SN1 + VdP + [SN2:OD] + [Inf]

Le schéma suivant représente cette transformation :

Phrase

SN1 SV SN2=OD SV
je vois

SN2=Sinf V=Inf
Jean travailler

Figure 6.2 Analyse non propositionnelle du Cinf

Toutefois, il n’est pas difficile de formuler des objections à une telle analyse.
Premièrement, le comportement des VdP est assez différent de celui des verbes de

9 Pour plus de données concernant la structure à contrôle, voir Landau (2000).


10 Comme dans l’analyse de la CI en tant que structure simple.
147

contrôle prototypiques, à savoir les verbes illocutionnaires tels que convaincre ou


conseiller. En général, l’événement exprimé dans le complément n’existe pas
indépendamment de la relation de contrôle. Par exemple, dans Je convaincs Jean de
partir, l’événement Jean partir ne se produit pas indépendamment de mon acte de
conviction. Cette non autonomie de l’événement subordonné ne vaut pas pour la CI :
l’événement aperçu se produit indépendamment de l’acte de perception11.
Deuxièmement, si l’analyse de contrôle semble plausible pour les VdPvisuelle, elle ne
l’est certainement pas pour les VdPauditive. Il nous paraît difficile de proposer pour
J’entends Jean démarrer la voiture une structure dans le sens de :

*J’entends Jean [Jean démarrer la voiture].

En effet, comme il a été affirmé à plusieurs reprises, une propriété particulière de la


perception auditive est que le percepteur n’entend jamais directement le participant-
initiateur même, mais le bruit que celui-ci produit en effectuant un événement. Dans
l’exemple proposé, Jean ne peut donc pas être l’OD du VdP : je n’aperçois pas Jean
mais les sons qu’il produit en démarrant la voiture.
Nous verrons au cours de cette partie empirique qu’étant donné les propriétés
conceptuelles différentes des modalités de perception, la structure interne du Cinf
subordonné à un VdPvisuelle ou à un VdPauditive est fondamentalement différente : là où
l’analyse non propositionnelle pourrait s’appliquer aux VdPvisuelle, elle est exclue pour
les VdPauditive.

6.3 L’analyse propositionnelle du Cinf : SN1 + VdP + [SN2 + Inf]

6.3.1 La nature unifocale de la perception

Les auteurs qui analysent le Cinf comme un seul constituant attribuent à l’ensemble
SN2 + Inf les propriétés d’une proposition complète. Jespersen (1937) semble avoir été
le premier à considérer le SN2 et l’infinitif comme une unité ou un dependent infinitival
nexus. Cette unité fonctionne comme l’OD du VdP et, à l’intérieur du nexus, le SN2
fonctionne sémantiquement comme le Sinf. Les arguments proposés en faveur de cette
analyse sont essentiellement de deux ordres : d’une part, les chercheurs s’appliquent à

11 Sur le degré d’autonomie du stimulus, cf. supra 3.3.3 Le stimulus : un proto-patient ?, p 64.
148

démontrer que le SN2 ne fonctionne pas comme l’OD du VdP mais comme le Sinf
(6.3.1.1), d’autre part, ils soulignent que le groupe SN2 + Inf constitue une unité
syntaxique (6.3.1.2)

6.3.1.1 La fonction sujet du SN2

De Geest (1970), Kirsner & Thompson (1976) et Felser (1999) mettent en relief la
fonction grammaticale du SN2 qui n’est pas en premier lieu OD du VdP, mais Sinf.
Leurs critères, proposés d’abord pour l’anglais et pour le néerlandais, valent aussi
pour l’espagnol (Campos 1999) et pour le français :

1. parfois, l’expérienceur perçoit un événement globalement, sans perception


du participant-initiateur12 :

(9a) Hemos visto al gas venenoso matar a todas las ovejas.


(9b) Je vois Jean lancer une fusée au sommet de la montagne.

2. dans certains cas, le participant ne peut simplement pas être aperçu parce
qu’il est abstrait :

(10a) He visto la fe obrar milagros.


(10b) Je vois le temps s’approcher.

3. il se peut que le percepteur n’entende pas l’agent mais le patient de l’action


exprimée par l’infinitif :

(11) J’entends l’homme tuer l’animal.

4. finalement, dans les Cinf qui décrivent des phénomènes naturels, le


participant-cause est tout simplement absent :

(12) Oigo llover.

Ces observations mènent Kirsner & Thompson (1976:210) à conclure que :

« […] it is not the complement subject but rather the entire complement which must be
considered the direct object of the sensory verb. »

La perception implicite du SN2 est définie comme une conséquence pragmatique des
nombreuses situations où la perception d’une action coïncide avec la perception d’un
agent :

12 Cf. supra 5.3.5 La perceptibilité du stimulus, p 137.


149

« […] many sensory verb complement sentences do communicate that the referent of the
complement subject is, itself, perceived in the manner specified by the sensory verb. But
this type of message, in our view, reflects not the structure of the language but rather the
language user’s knowledge of the world. » (Kirsner & Thompson 1976:210)

À ces arguments de caractère sémantique s’ajoute qu’en portugais, l’infinitif


s’accorde en personne et en nombre avec le SN2, sous certaines conditions13 :

(13a) Vi os cavalos correrem. vs. Vi os cavalos correr. (Declerck 1982b:165)


(13b) Alberto viu, num relâmpago, surgirem à tona sôfregas bocas de peixes. (Roegiest
1983:278)

Roegiest (1983) argumente que l’emploi de l’infinitif fléchi est rare quand le VdP et
l’infinitif se juxtaposent, comme dans :

(13c) Eles ouviram sair os ladrões do banco. (Roegiest 1983:278)

La position syntaxique du SN2 pourrait donc être liée au fonctionnement grammatical


de ce constituant : sujet ou non de l’infinitif. L’hypothèse d’une telle corrélation sera
développée dans le chapitre suivant.

6.3.1.2 L’unité syntaxique entre le SN2 et l’infinitif

Une deuxième série d’arguments proposés dans la littérature met en relief l’unité
syntaxique entre le SN2 et l’infinitif :

1. en espagnol (14a), comme en anglais (14b) et en néerlandais (14c), le


pronom qui remplace le Cinf est nécessairement neutre. En français, la
morphologie ne nous permet pas immédiatement de reconnaître le genre
du pronom, bien qu’il soit probablement neutre (14d). Ce qui est
pronominalisé c’est donc l’événement entier et non seulement le SN2 :

(14a) He visto a María bailar y Juan también lo/*la ha visto.


(14b) Psmith saw Maja leave, and Ed saw it too. (Neale 1988:310)
(14c) Ik heb Jan zien weglopen, en Piet heeft het ook gezien. (Declerck 1982b:163).
(14d) J’ai vu Marie danser, ma sœur l’a vu aussi.

2. le genre neutre du pronom relatif introduisant une phrase explicative


pointe vers la même conclusion :

(15a) Vi el barco atracar en el puerto, lo que me resultó sorprendente. (Di Tullio


1998:202)
(15b) J’ai vu Marie danser, ce qui m’a étonné.

13 L’infinitif reçoit alors la dénomination d’infinito pessoal ; cf. entre autres Kiyosawa (1986).
150

3. le Cinf entier peut être focalisé dans une phrase clivée (16a-b), mais ni le
SN2 (16c-d), ni l’infinitif (16e-f) ne peuvent être extraits du Cinf :

(16a) Fue el barco atracar en el puerto lo que vi. (Di Tullio 1998:202)
(16b) C’était Marie danser que j’ai vu.
(16c) *A quien vi fue a María leer una novela. (Di Tullio 1998:204)
(16d) *Qui j’ai vu c’était Marie danser.
(16e) *Fue leer una novela como/que vi ayer a María. (Di Tullio 1998:204)
(16f) *C’était danser comment/que j’ai vu Marie.

4. la dislocation de l’infinitif par rapport au SN2 aboutit à une phrase


agrammaticale :

(17a) *Leer una novela, (la) vi ayer a María. (Di Tullio 1998:204)
(17b) *Danser, j’ai vu Marie.

5. la sélection des pronoms interrogatifs montre que le SN2 et l’infinitif


forment une unité indissociable :

(18a) *¿A quién has visto ? He visto a María leer una novela. (Di Tullio 1998:205)
(18b) *Qui as-tu vu ? J’ai vu Marie danser.
(18c) *¿Cómo la viste a María ? Leer una novela. (Di Tullio 1998:205)
(18d) *Comment as-tu vu Marie ? Danser.
(18e) ¿Qué has visto ? He visto a María leer una novella.
(18f) Qu’est-ce que tu as vu ? J’ai vu Marie danser.

6. la coordination de plusieurs Cinf montre que c’est le complément entier qui


est subordonné au VdP :

(19a) Vio al ciego bajar por la calle y al perro entrar en la casa. (Roegiest 2003:314)
(19b) J’ai vu Marie danser et Jean travailler.

7. l’infinitif ne peut être séparé du SN2 par une pause :

(20a) *Vi varios borrachos, tambalearse. (Di Tullio 1998:206)


(20b) *J’ai vu Marie, danser.

8. finalement, Di Tullio (1998) prétend que le Cinf peut contenir n’importe


quel sujet parce que ce sujet ne reçoit pas de marquage thématique du VdP.

Toutefois, nous verrons au cours de cette deuxième partie que chaque mode de
perception sélectionne prototypiquement un certain type d’entité. Ainsi les
VdPauditive sélectionnent des entités qui produisent un bruit –donc des SN2
nécessairement dynamiques (21)– alors que le SN2 subordonné à un VdPvisuelle peut
151

être dynamique mais ne doit pas l’être (22)14. Autrement dit, les VdPauditive
sélectionnent principalement des événements dynamiques alors que les VdPvisuelle
sélectionnent ou bien des événements dynamiques ou bien des objets :

(21a) J’entends [Jean chuchoter].


(21b) *J’entends [la maison].
(22a) Je vois [Jean arriver].
(22b) Je vois [la maison].

L’analyse propositionnelle du Cinf peut être visualisée de la façon suivante :

Phrase

SN1 SV Cinf=proposition
je vois

SN2=Sinf Inf
Jean travailler

Figure 6.3 Analyse propositionnelle du Cinf

6.3.2 Le type de proposition

Une fois qu’une partie considérable de linguistes se sont accordés pour attribuer la
nature propositionnelle au Cinf, un nouveau problème s’est annoncé : de quel type de
proposition s’agit-il ? Guasti (1989, 1993) et Bennis & Hoekstra (1989) argumentent
que les Cinf anglais sont des propositions flexionnelles (full inflection phrases) et les
constructions homologues dans les langues romanes, des propositions concordantes
(agreement phrases). Felser (1999) rejette ces deux analyses sur base de l’absence
d’indices temporels propres et du phénomène de l’accord dans le Cinf. D’après cet
auteur, la proposition infinitive se caractérise d’abord par sa nature aspectuelle
(aspectual phrases). L’analyse que l’on retrouve le plus fréquemment (Bosque 1990a, Di
Tullio 1998, Higginbotham 1983, 1984, Keyser & Roeper 1984, Martineau 1992, Safir
1993, Stowell 1983 et Van Voorst 1988) est celle des phrases réduites (small clauses). Les
phrases réduites se définissent comme des unités de prédication sans flexion casuelle
et sans temps propre15.

14 Cf. aussi supra 2.4.2.2 Différences entre perception visuelle et perception auditive, p 29 et 3.3.3 Le
stimulus : un proto-patient ?, p 64.
15 Pour plus d’informations concernant leurs propriétés syntaxiques et la discussion autour du

nombre de constituants qu’elles comportent voir aussi Williams (1983) et Rothstein (1985). Ces
152

Concrètement, dans la CI le prédicat subordonné –donc l’infinitif– impose un


rôle thématique au participant SN2 mais n’est pas capable de lui assigner un cas
syntaxique. Par conséquent, c’est le VdP même qui confère une marque casuelle au
SN2 subordonné. En d’autres termes, le SN2 reçoit le cas de manière exceptionnelle
(Marquage de Cas Exceptionnel, Exceptional Case Marking, ECM) du VdP :

« El verbo selecciona temáticamente la cláusula pero le asigna caso a su sujeto (en una
configuración de Marcado Excepcional de Caso).» (Di Tullio 1998:201)

Ce phénomène de ECM montre que de l’une ou de l’autre façon, le SN2 est gouverné
par le VdP. Ainsi en espagnol (23a) et en français (23b) –comme en anglais (23c) et en
néerlandais (23d) d’ailleurs– le cas du SN2 pronominalisé est l’accusatif16 et non le
nominatif et lui est donc nécessairement assigné par le VdP :

(23a) Lo/*él he visto salir.


(23b) Je l’/*il ai vu partir17.
(23c) I saw him/*he leave.
(23d) Ik zag hem/*hij weggaan.

Il s’y ajoute qu’en espagnol, l’accusatif prépositionnel peut apparaître explicitement


avec les SN2 nominaux :

(24) He visto a Juan cruzar la calle.

mais pas toujours :

(25) Oigo abrirse la puerta.

6.3.3 Les opérations de montée

Le comportement hybride du SN2 en tant que Sinf et OD du VdP a mené plusieurs


linguistes –structuralistes et partisans de l’analyse propositionnelle du Cinf– à
proposer des transformations syntaxiques qui convertissent la structure profonde
avec un SN2/Sinf en une structure superficielle avec un SN2/OD. Deux types
d’opérations se distinguent :

auteurs-ci affirment qu’il ne s’agit pas de vrais constituants ; Stowell (1983) et Bosque (1990a)
argumentent en sens inverse. Nous adhérons à cette dernière position.
16 Ou le datif, comme il sera montré dans le chapitre 8 Le marquage casuel du participant

subordonné SN2, p 254.


17 En français, le SN est cliticisable sur le VdP, ce qui montre également que le SN est de l’une ou
2 2
de l’autre façon gouverné par ce verbe.
153

1. la montée du sujet (De Geest 1970, Kirsner & Thompson 1976, Miller &
Lowrey 2003) ;
2. la montée du verbe (Bennis & Hoekstra 1989, Declerck 1982b).

L’analyse de la montée du sujet implique que, dans la structure de surface, le


SN2 monte vers la principale où il reçoit la fonction et le cas d’OD du VdP.
Syntaxiquement, l’infinitif perd son sujet parce que celui-ci est attiré par le verbe
principal, mais sémantiquement, le SN2 reste le Sinf et le stimulus de la perception est
l’événement dénoté par l’ensemble SN2 + Inf18. Il en résulte que la montée du sujet est
un processus différent du contrôle par l’objet19 :

1. en structure profonde, le SN2 est d’abord le Sinf, à l’encontre de l’analyse de


contrôle où le SN2 est en premier lieu l’OD du VdP ;
2. dans les structures à contrôle, le SN contrôlant remplit deux rôles
thématiques, patient et agent, tandis que dans les constructions à montée, le
SN2 n’est que l’agent de l’événement dénoté par l’infinitif ;
3. dans le cas de la montée du sujet, le SN2 n’est pas un argument logique du
VdP ;
4. l’analyse de la montée du sujet soutient la nature propositionnelle du Cinf
tandis que l’approche de contrôle implique que, dans la structure profonde,
le SN2 et l’infinitif sont deux constituants dissociés.

Le schéma suivant visualise la montée du sujet en position d’objet :

Phrase

SN1 SV Cinf=proposition
je vois

SN2 SV
Jean travailler

Figure 6.4 La montée du sujet

18 En d’autres termes, le SN2 fonctionne comme la source stimulus et le Cinf entier comme le
stimulus de perception.
19 Cf. supra. 6.2.2 La nature bifocale de la perception : le contrôle du sujet, p 145.
154

Miller & Lowrey (2003) soulignent que les VdP anglais présentent les particularités
des verbes à montée du sujet tels que to expect (s’attendre à). Premièrement, les
structures à montée se construisent avec le SN impersonnel it (26a). Ce SN non
référentiel apparaît également dans les compléments des VdP et fonctionne
nécessairement comme le Sinf et non comme l’OD du verbe principal (26b) :

(26a) We expect it to rain.20


(26b) We saw it rain.

Deuxièmement, les expressions idiomatiques sans participants perceptibles


s’attachent aux verbes à montée prototypiques (27a) ainsi qu’aux VdP (27b). Une fois
de plus, ceci serait un indice du fait que c’est l’événement dans son ensemble qui
fonctionne comme l’OD du verbe principal :

(27a) We expect all hell to break loose.


(27b) We saw all hell break loose.

De Geest (1970, 1975, 1980), Declerck (1982b) et Bennis & Hoekstra (1989)
argumentent qu’en néerlandais, l’infinitif monte vers la principale et se combine avec
le VdP pour former un prédicat complexe. Par la montée du verbe, le SN2 demeure
seul, en position d’OD du prédicat complexe :

« Verb raising leads to a situation in which the verb of an embedded sentential complement
is adjoined to its matrix verb. Verb raising applies only if the embedded complement is
infinitival. […] If the matrix verb is a modal verb or a perception/causative verb, only verb
raising is possible. » (Bennis & Hoestra 1989:31)

La montée du verbe se schématise de la façon suivante :

Phrase

SN1 SV Cinf=proposition
je vois

SN2 SV
Jean travailler

Figure 6.5 La montée du verbe

20 Exemples adaptés de Miller & Lowrey (2003:161-162).


155

Dans l’exemple proposé, l’infinitif travailler monte vers la principale où il se joint au


VdP voir pour former un prédicat complexe ; Jean est l’OD de ce prédicat.

6.4 L’incorporation de l’infinitif : SN1 + [VdP + Inf] + SN2

6.4.1 Définition de l’incorporation21

La structure de la montée du verbe a été caractérisée en termes d’incorporation (Bello &


Cuervo 1970, Guasti 1993, Fernández Lagunilla 1992, Vet 1987), réanalyse (Guasti
1989), réduction propositionnelle (Aissen & Perlmutter 1976, Moore 1990), restructuration
(Di Tullio 1998, Labelle 1996), fusion (Marantz 1984, Rosen 1989), union (Fauconnier
1983) ou composition (Miller & Lowrey 2003). Toutes ces notions dénotent le même
procès, à savoir celui :

« […] by which one semantically independent word comes to be ‘inside’ another. » (Baker
1988:1)

L’incorporation consiste dans la combinaison d’un verbe principal et de son prédicat


enchâssé –normalement sous forme d’un infinitif– dans une unité prédicative
complexe. Suite à cette fusion, les relations grammaticales des deux prédicats
subissent une réorganisation en ce sens que le prédicat complexe régit tous les
compléments du prédicat enchâssé. Par conséquent, le SN2 devient l’OD de
l’ensemble, sauf si l’infinitif s’accompagne déjà d’un propre OD. Dans ce cas-ci, le SN2
devient l’OI de la nouvelle structure biprédicative.
L’analyse décrite ci-dessus implique deux niveaux syntaxiques : le niveau
profond où les deux verbes fonctionnent indépendamment et le niveau superficiel où
ces deux verbes constituent un prédicat complexe. Or, la Grammaire Cognitive
n’admet pas l’idée de structures sous-jacentes à l’organisation linguistique. De là
qu’en termes plus cognitifs, la formation d’un prédicat complexe s’explique par
l’union de deux événements autonomes en un événement plus complexe : le
processus subordonné est intégré dans le processus principal, de sorte que la

21 Vu la bibliographie extrêmement riche sur l’incorporation, nous nous limitons aux ouvrages
pertinents pour l’incorporation dans le domaine des VdP. L’analyse se fonde sur les études
d’Aissen & Perlmutter (1976), Baker (1988), Clément (1969), Declerck (1982b), De Geest (1980),
Fauconnier (1983), Guasti (1989, 1993), Marantz (1984), Masullo (1992), Moore (1990), Roegiest
(1983, 1985, 1991, 2001a) et Rosen (1989).
156

construction composée dénote un seul événement plus élaboré. Nous verrons dans la
suite de cette deuxième partie que l’incorporation se produit quand deux processus
sont tellement proches conceptuellement qu’ils peuvent être considérés comme les
composantes d’un processus plus complexe. L’incorporation conceptuelle se
manifeste sur le plan syntaxique par un certain nombre de particularités que nous
décrirons à l’aide de la construction factitive.

6.4.2 L’incorporation dans la construction factitive

Danell (1979) et Roegiest (1983, 1985, 1991) ont étudié en détail l’incorporation dans la
construction factitive faire, laisser, voir, entendre + Inf. Ils notent que la cohésion à
l’intérieur de cette structure fusionnée est susceptible de gradations : l’union est
obligatoire en espagnol et en français avec hacer/faire mais facultative avec dejar/laisser
et les VdP. Afin de pouvoir mesurer dans les chapitres ultérieurs le degré
d’incorporation dans la CI, nous parcourons d’abord les incidences syntaxiques les
plus importantes de l’union impérative dans la construction causative hacer/faire +
Inf22.
Premièrement, dans la construction causative incorporée, le SN2 se positionne
nécessairement derrière l’infinitif :

(28a) Hago salir a María. vs. *Hago a María salir.


(28b) Je fais partir Marie. vs. *Je fais Marie partir.

Aucun élément –même pas la marque de la négation- ne s’intercale entre les deux
verbes fusionnés23 :

(29a) *Hago no salir a María.


(29b) *Je fais ne pas partir Marie.

L’insertion du pronom réfléchi se est également un obstacle à l’union. En espagnol, la


présence d’un infinitif pronominal engendre presque toujours l’intercalation du SN2
(30a) ; en français, la présence de se est évitée (30b) :

(30a) Hago a los niños sentarse. (Roegiest 1983:281)


(30b) Je fais asseoir les enfants.

22 En effet, les structures VdP + Cinf ont souvent étudiées en comparaison avec la construction verbe

causatif + Cinf. Sur la construction causative voir par exemple Guasti (1993) et Treviño (1994).
23 Cf. Declerck (1982b:173): « […] the complex V node resulting from Verb Raising is a lexical island into

which no grammatical formatives […] can be introduced. »


157

Deuxièmement, comme le prédicat complexe régit les compléments du


prédicat enchâssé, les pronoms clitiques s’attachent à ce prédicat complexe et
s’antéposent au verbe principal24 :

(31a) La hago salir. vs. *Hago salirla.


(31b) Je la fais partir. vs. *Je fais la partir.

Roegiest (1989) note que dans la construction causative espagnole, les clitiques ne
montent pas toujours. Cette observation renforce son hypothèse selon laquelle la
fusion est plus contraignante en français qu’en espagnol :

(32) Me hizo mirarla. vs. Me la hizo mirar.

De plus, comme le prédicat complexe régit les compléments du verbe


incorporé, il attribue également un cas à ces arguments. L’assignation des cas se fait
en accord avec le principe de l’unicité stratale ou de la redondance fonctionnelle : une
relation grammaticale ne peut s’établir qu’une seule fois avec un prédicat donné. En
français, quand l’infinitif est intransitif, le SN2 est marqué comme l’OD du prédicat
complexe :

(33a) Je (la)SN2 fais partir. (la = Marie)

Toutefois, quand l’infinitif s’accompagne d’un propre OD, le SN2 est marqué comme
l’OI ou comme un complément oblique introduit par par ou par à25 :

(33b) Je la fais écrire (par Jean)SN2. (la = la lettre)


(33b’) Je la (lui)SN2 fais écrire. (la = la lettre ; lui = Jean)

Lorsque l’infinitif transitif s’accompagne d’un OI, le SN2 est également exprimé par
par ou pronominalisé par le datif lui :

(33c) Je fais écrire (par Jean)SN2 à mon oncle.


(33c’) Je (lui)SN2 fais écrire à mon oncle. (lui = Jean)

24Cf. le principe du Highest Verb Clitic Placement proposé par Aissen & Perlmutter (1976:320): « The
rule of Clitic Placement attaches each clitic to the verb of the highest clause of which it is dependent. »
Moore (1990) argumente que l’union peut se produire également quand les clitiques ne montent
pas. S’il y a plusieurs clitiques dans la phrase, ils montent tous ensemble :
(i) Se lo hago escribir. vs. ?Le hago escribirlo.
(ii) Je la lui fais écrire. vs. *Je lui fais la écrire. vs. *Je la fais lui écrire.
Cf. le principe du Multiple Clitic Constraint proposé par Moore (1990:329) : « If a verb has more than
one clitic dependent, then either all clitic dependents of that verb undergo Clitic Climbing or none do. »
25 L’emploi variable de ces deux prépositions dépend selon Roegiest (1983, 1985) du degré

d’agentivité potentielle que l’on attribue au sujet enchâssé. Par s’utilise quand le sujet de l’infinitif
se profile comme un agent secondaire autonome dans le processus factif, alors que la préposition à
introduit des constituants moins agentifs.
158

Finalement, quand l’infinitif s’accompagne d’un OD ainsi que d’un OI, le SN2 est
nécessairement exprimé par un complément oblique :

(33d) Je lui fais écrire une lettre (par Jean)SN2. (lui = mon oncle)

En espagnol, quand l’infinitif est intransitif, le SN2 est marqué comme l’OD du
prédicat complexe, tout comme en français :

(34a) (Lo)SN2 hizo salir. (lo = Juan)

Quand l’infinitif s’accompagne d’un propre OD, le SN2 devient l’OI du prédicat
complexe :

(34b) (Se)SN2 la hago escribir. (se = le = a Juan ; la = la carta)

Toutefois, comme l’affirme Roegiest (1989, 1991), l’espagnol est plus vulnérable quant
à la collision de deux fonctions grammaticales, vu le rapprochement formel entre l’OI
et l’OD humain26. Par conséquent, la présence d’un SN2 et d’un OD de l’infinitif
humains pose à la construction causative espagnole des problèmes semblables à ceux
de l’infinitif avec un OI en français. Là où le français admet la succession d’un OD
humain et d’un OI humain (34c), l’espagnol doit décomposer un énoncé avec deux
constituants humains (34c’) :

(34c) Je fais écrire mon ami à mes parents.


(34c’) *Hago telefonear a mi amigo a mis padres. vs. Hago (a mi amigo)SN2 telefonear a
mis padres.

De même, la montée de deux pronoms qui renvoient à des êtres humains n’est pas
acceptable en espagnol ; les clitiques doivent être éloignés l’un de l’autre :

(34d) *Se lo hago castigar. vs. (Le)SN2 hago castigarlo. (le = a Juan ; lo = Pedro)

Quand l’infinitif s’accompagne d’un OD et d’un OI, le SN2 est nécessairement


représenté par un complément oblique :

(34e) Se la hago escribir (por Juan)SN2. (se = le = a mi tío ; la = la carta)

Dans la structure fusionnée, l’adverbe postposé se rapporte ou bien au sujet


grammatical du prédicat complexe (SN1) ou bien à l’OD (SN2) (35a-b). Dans la
structure non fusionnée, cette ambiguïté ne se présente pas (35a’-b’) :

(35a) Hago salir a María furiosamente. (Marie part furieusement ou moi, furieuse, je
la fais partir)

26 Cf. infra 8.5.2 Les propriétés inhérentes de l’objet et son marquage casuel, p 274.
159

(35a’) Dejo a María salir furiosamente. (Marie part furieusement)


(35b) Je fais partir Marie furieusement. (idem 35a)
(35b’) Je laisse Marie partir furieusement. (idem 35a’)

Finalement, la construction passive pronominale espagnole d’une structure


incorporée se caractérise par l’accord entre le verbe causatif passivisé et l’OD du
prédicat complexe, qui fonctionne alors comme le sujet grammatical :

(36) Se hacen construir muchas casas. vs. *Se hace construir muchas casas.27

6.4.3 Les VdP et l’incorporation

En français et en espagnol l’ordre des mots dans la CI varie entre (a) et (b)28 :

(a) SN1 + VdP + SN2 + Inf


(b) SN1 + VdP + Inf + SN2

Plusieurs chercheurs29 ont analysé la CI (b) comme une structure à incorporation où le


VdP et l’infinitif se réunissent en un prédicat complexe. Les propriétés syntaxiques
signalées à propos de la construction causative se présentent également quand un
VdP et son infinitif fusionnent :

1. le SN2 se positionne derrière l’infinitif et aucun élément ne s’intercale entre


le VdP et l’infinitif. L’observation que l’intercalation du SN2 entre le VdP et
l’infinitif n’est pas agrammaticale confirme l’hypothèse de Roegiest (1985,
1989) et de Danell (1979) selon laquelle l’union est moins contraignante
avec les VdP qu’avec les verbes causatifs :

(37a) Veo aparecer una casa. vs. Veo una casa aparecer.
(37b) Je vois apparaître une maison. vs. Je vois une maison apparaître.

2. les pronoms clitiques s’antéposent généralement au prédicat complexe :

(38a) La veo aparecer. vs. *Veo aparecerla.


(38b) Je la vois apparaître. vs. *Je vois l’apparaître.

27 Cette phrase ne s’interprète plus comme une construction pronominale passive mais comme une
construction réfléchie, où le pronom se fonctionne comme un datif éthique.
28 En anglais et en néerlandais, l’ordre des mots est plus fixe : le SN se trouve toujours devant
2
l’infinitif.
29 Pour le français, il convient de mentionner Achard (1998), Labelle (1996), Miller & Lowrey (2003),

Roegiest (1985, 1989) et Vet (1987) ; pour l’espagnol, nous avons trouvé des indices chez Di Tullio
(1998), Fernández Lagunilla & López (1991), Fernández Lagunilla (1992), Rodríguez Espiñeira
(2000) et Roegiest (1989, 1998b, 2003).
160

3. quand l’infinitif est intransitif, le SN2 est marqué comme l’OD du prédicat
complexe (39a-b); quand l’infinitif s’accompagne d’un propre OD, le SN2
est marqué comme l’OI ou comme un complément oblique (40a-b):

(39a) La veo comer. (la=María)


(39b) Je la vois manger. (la=Marie)
(40a) Le oigo contar un chiste.
(40b) Je lui entends raconter une blague.

4. l’ambiguïté de l’interprétation de l’adverbe dans la structure causative


fusionnée ne se présente pas dans la structure incorporée des VdP puisque
l’adverbe modifie l’action décrite par l’infinitif et non celle du VdP :

(41a) Veo salir a María furiosamente.


(41b) Je vois Marie partir furieusement.

5. finalement, l’accord dans le passif pronominal s’établit tantôt entre le VdP


et le SN2 (42a), tantôt entre le VdP et le Cinf entier (42b). Le SN2 ne
fonctionne donc pas nécessairement comme le sujet grammatical du
prédicat complexe passivisé :

(42a) Se [oyen contar] chistes.


(42b) Se oye [contar chistes].

Là où bon nombre de linguistes (Fernández Lagunilla & López 1991,


Fernández Lagunilla 1992, Labelle 1996, Miller & Lowrey 2003) se contentent de
signaler l’existence de la structure fusionnée, d’autres cherchent des motivations. Les
explications proposées se basent sur des paramètres de nature syntaxique (Vet 1987),
sémantique (Rodríguez Espiñeira 2000), cognitive (Achard 1998) ou lexicale (Di Tullio
1998, Roegiest 2003).
Premièrement, Vet (1987) pose que l’incorporation se produit en français en
fonction de l’ordre des mots canonique SVO. Dans la structure décomposée (43a)
l’ordre syntaxique SN1 + VdP + SN2 + Inf ne correspond pas à l’ordre de base SVO,
mais à l’ordre SV1OV2. Par l’incorporation, le VdP et l’infinitif fusionnent en un seul
prédicat, ce qui donne l’ordre SV1+2 O (43b) :

(43a) Marie voit les enfants sortir.


S V1 O V2
(43b) Marie [voit sortir] les enfants.
S V1+2 O
161

Or, nous verrons dans le chapitre suivant que l’ordre des mots est plus libre en
espagnol qu’en français. Par conséquent, l’explication de Vet –bien qu’elle se base sur
une thèse acceptable pour le français– ne sera pas nécessairement transférable à la CI
espagnole.
Rodríguez Espiñeira (2000:71) soutient une analyse plus sémantique de
l’incorporation. Quand l’infinitif est intransitif et le complément nominal SN2 a un
référent inanimé, les deux verbes sont facilement intégrables en un seul prédicat
complexe (44a). Quand le référent est animé et l'infinitif est transitif, les deux verbes
se caractérisent par une plus grande autonomie, ce qui empêche la fusion (44b).
Troisièmement, quand un complément animé s’accompagne d’un infinitif intransitif,
l’incorporation est possible mais alterne avec la structure décomposée (44c).
Finalement, la structure incorporée caractérise également les phrases génériques où le
SN2 ne contient pas d’information sémantique importante ou n’est même pas explicité
(44d). La validité de ces principes sera vérifiée au cours des chapitres suivants :

(44a) Veo crecer las flores.


(44b) Había visto a una golpear con un zapato de tacón a los que salían escopeteados de la
Cámara Agraria.
(44c) Veo bailar a María.
(44c’) Veo a María bailar.
(44d) Me gusta oír contar chistes.

Achard (1998) développe une explication plus cognitive du processus


d’incorporation. À côté du degré d’indépendance du complément par rapport au
verbe principal, l’emploi des deux constructions VV (structure à incorporation, 45a)
ou VOV (structure sans incorporation, 45b) serait conditionné par l’élément de la
scène qui est aperçu comme initialement saillant, à savoir le participant O ou le
processus V dans lequel il est impliqué :

(45a) Jean voit partir Marie.


V V
(45b) Jean voit Marie partir.
V O V

La structure VOV construit la scène comme deux événements, avec le participant


principal du procès subordonné qui est au centre de la perception :

« In VOV, the main participant in the subordinate process and that process as a whole are
both in profile, but the participant has initial salience, and is therefore recognized as the
primary landmark of the profiled relation. The process that participant is involved in is
recognized as a secondary landmark of that relation. » (Achard 1998:89)
162

La structure VV par contre construit la scène comme un seul événement. Le processus


saisit d’abord l’attention du percepteur et par un réajustement focal, le participant
n’est reconnu qu’en tant que deuxième objet de perception :

« […] the particularity of VV is that the construction involves focal ‘readjustment’ of the
elements of the base. The process itself has initial salience, but the participant subsequently
becomes salient. »

Or, à notre avis, dans une structure à incorporation la perception se concentre


essentiellement sur l’entité responsable de l’événement incorporé. Le processus
subordonné s’intègre dans le processus principal pour former un événement
complexe et le participant subordonné, en fonction d’OD, est focalisé par cet
événement.
Finalement, il est vrai que certains événements –comme les processus de
communication pour la perception auditive (46a-b)– favorisent la ‘routine
perceptuelle’ et facilitent l’incorporation du verbe principal et de l’infinitif
subordonné :

(46a) J’ai entendu crier Marie.


(46b) ?J’ai entendu cuisiner Paul.

Di Tullio (1998) et Roegiest (2003) signalent à ce propos que l’incorporation des


VdPauditive est très fréquente avec des infinitifs appartenant à une classe lexicale
particulière, à savoir celle des verba dicendi. Ils ajoutent que l’incorporation est moins
habituelle avec les VdPvisuelle.

6.5 La complémentarité des analyses proposées

6.5.1 Confrontation des trois solutions

Le survol des différentes solutions rencontrées dans la littérature montre que le Cinf a
reçu quatre analyses syntaxiques fondamentalement différentes. De plus, ces quatre
propositions accordent au SN2 les fonctions syntaxiques les plus diverses.
Premièrement, l’analyse de la CI en tant que structure simple attribue au SN2 la
fonction d’OD du VdP et à l’infinitif la fonction d’attribut de l’objet. Le Cinf est défini
en termes d’une structure nominale, donc non propositionnelle. Nous avons écarté
cette analyse sur base de la nature fondamentalement complexe de la CI, composée de
163

deux événements : l’événement de perception et l’événement aperçu. Deuxièmement,


selon l’analyse non propositionnelle du Cinf, le SN2 fonctionne syntaxiquement
comme l’OD du VdP. L’infinitif n’apparaît plus à l’intérieur d’une structure nominale
mais fonctionne comme constituant autonome. Le résultat est une analyse du Cinf en
tant que structure à deux composantes. Les chercheurs qui proposent une telle
analyse s’appuient sur l’hypothèse de la nature bifocale de la perception : un
percepteur ne perçoit pas globalement un événement, mais focalise d’abord le
participant-causateur et ensuite le processus dans lequel il est impliqué.
Troisièmement, l’analyse du Cinf en tant que structure unitaire se fonde sur l’idée que
lors d’un acte de perception, le percepteur aperçoit l’événement stimulus
intégralement. Cette solution attribue au Cinf les caractéristiques d’une proposition
complète qui fonctionne comme l’OD du VdP. À l’intérieur de la proposition même, le
SN2 remplit la fonction du Sinf. Finalement, l’analyse de la CI en tant que structure
incorporée présume que le VdP et l’infinitif se combinent en un seul prédicat
complexe qui attribue au SN2 la fonction d’objet. L’événement aperçu est intégré dans
le processus perceptif, si bien que la construction composée dénote un seul événement
plus élaboré. Le tableau suivant synthétise les implications principales de chaque
solution proposée :

type d’analyse structure nombre fonction perception représentation syntaxique


constituants SN2 primaire
Cinf de…
[nominale] [simple] [1] [OD VdP] [entité] SN1 + VdP + [SN2 (Inf)]
non propositionnelle complexe 2 OD VdP entité SN1 + VdP + [SN2] + [Inf]
propositionnelle complexe 1 Sinf événement SN1 + VdP + [SN2+Inf]
incorporation composée 2 O préd. entité SN1 + [VdP+Inf] + SN2
complexe

Tableau 6.1 Évaluation des quatre analyses

Nous avons constaté que chacune de ces quatre analyses est soutenue par une
série de tests sémantiques et syntaxiques mais que chacune est en même temps
contestable à base d’autres. Il s’en déduit que les argumentations traditionnelles ne
suffisent pas pour rendre compte de la structure interne du Cinf et qu’elles ne font
qu’animer une discussion sans fin. À cette incompatibilité entre les quatre analyses
proposées s’oppose l’hypothèse selon laquelle l’ensemble des Cinf derrière les VdP ne
constitue pas un bloc homogène. Autrement dit, les différentes solutions proposées ne
164

s’excluent pas, mais s’appliquent à des contextes différents. Les propriétés sémantico-
conceptuelles des modalités de perception –discutées dans la première partie de cette
étude– déterminent la structure interne du Cinf, en ce sens que chaque modalité,
visuelle ou auditive, sélectionne un type de stimulus particulier. De ce fait, chaque
type de VdP se construit prototypiquement avec l’un des trois types de Cinf discutés
ci-dessus. Dans la suite de ce deuxième volet, nous vérifierons –à l’aide de données
empiriques– les postulats suivants :

1. la perception visuelle étant de nature objectale30, cette modalité ne focalise


pas un événement globalement mais projette séparément le participant-
initiateur et l’action dans laquelle il est impliqué. Par conséquent, le Cinf
subordonné à un VdPvisuelle est prototypiquement de nature non
propositionnelle ;
2. la perception auditive étant de nature événementielle31, la perception
auditive est d’abord perception d’un événement global, causé par une
entité. Par conséquent, le Cinf subordonné à un VdPauditive est
prototypiquement de nature propositionnelle ;
3. les classes des VdPvisuelle et des VdPauditive admettent toutes les deux
l’incorporation, mais vu la nature différente des deux modalités,
l’incorporation se caractérise par un degré de fusion différent.

6.5.2 Perception visuelle objectale vs. perception auditive événementielle

Avant de passer à l’apport de preuves syntaxiques en faveur de ces hypothèses, nous


répétons brièvement les principaux arguments qui soutiennent l’opposition entre la
perception auditive événementielle et la perception visuelle objectale. Lors de la description
des différences conceptuelles entre ces deux modalités32, nous avons observé que la
perception visuelle d’un stimulus résulte simplement de la présence d’une entité. De
plus, en général on ne voit pas un événement sans voir en même temps les

30 Rappelons que la notion de perception objectale indique que la perception visuelle focalise des
stimuli localisés dans l’espace ; cf. supra 5.3.5 La perceptibilité du stimulus, p 137.
31 La notion de perception événementielle indique que la perception auditive sélectionne des

événements et des bruits, donc des stimuli passagers, localisés dans le temps ; cf. 5.3.5 La
perceptibilité du stimulus, p 137.
32 Cf. supra 2.4.2.2 Différences entre perception visuelle et perception auditive, p 29 et 5.3.5 La

perceptibilité du stimulus, p 137.


165

participants impliqués dans cet événement33. Par conséquent, la perception visuelle


consiste en la perception d’un objet, vu contre l’arrière-fond du processus dans lequel
il est impliqué. En revanche, la perception auditive résulte de l’effet de la présence
d’une source stimulus. En général, on entend un événement réalisé par un participant,
sans que ce participant soit directement aperçu. Quand J’entends Jean arriver, j’entends
d’abord le processus d’arriver et je pourrais en déduire que c’est Jean qui arrive.
Autrement dit, je n’entends pas Jean directement, je n’entends que les bruits ou les
sons qu’il produit. Par conséquent, dans le cas de la perception auditive, c’est
l’événement entier qui est au centre de la perception. La perception visuelle est donc
perception objectale ; la perception auditive est de nature événementielle.
Si la perception visuelle est principalement perception objectale, le participant
subordonné SN2 sera conceptualisé comme l’OD du VdP. Le processus dans lequel il
est impliqué – décrit par l’infinitif – est également aperçu, mais secondairement. De là
que la structure interne du Cinf subordonné à un VdPvisuelle sera prototypiquement de
nature non propositionnelle :

SN1 + VdPvisuelle + [SN2 = OD VdP] + [Inf]

Si la perception auditive est prototypiquement perception événementielle, le


participant subordonné SN2 sera conceptualisé comme la source dynamique de
l’événement aperçu globalement et recevra les marques du participant dynamique
prototypique : le proto-agent/sujet34. Par conséquent, l’organisation interne du Cinf
subordonné à un VdPauditive sera de nature propositionnelle :

SN1 + VdPauditive + [SN2 = Sinf + Inf]

Les autres propriétés conceptuelles des modalités de perception semblent


confirmer cette thèse. Lors de l’étude du degré de transitivité des VdP35, nous avons
constaté que dans le cas de la perception auditive les stimuli doivent produire un
bruit afin d’être entendus et que les stimuli sont donc nécessairement dynamiques.
Dans le cas de la perception visuelle, le stimulus peut causer un changement d’état,

33 Dans Je vois Jean lancer la fusée il est probable que je ne vois pas Jean, mais je vois certainement la
fusée qui est quand même le participant principal dans l’événement du lancement. La perception
visuelle focalise donc cette entité.
34 Cf. supra 3.1.3 La décomposition de la transitivité, p 40.
35 Cf. supra 3.3.3 Le stimulus : un proto-patient ?, p 64.
166

mais il peut également être aperçu malgré son comportement statique. Par
conséquent, la perception visuelle est perception objectale d’un stimulus neutre quant
à la dynamicité, tandis que la perception auditive est perception événementielle d’un
stimulus intrinsèquement dynamique.
En outre, plus un participant et le processus dans lequel il est impliqué sont
dynamiques, plus l’événement entier est autonome ; moins un participant et le
processus sont dynamiques, moins l’événement est autonome. Dans Jean danse par
exemple, Jean est la source dynamique du processus de danser. L’événement entier
est autonome et ne nécessite aucune intervention de la part d’un participant extérieur.
En revanche, dans l’événement la feuille tombe, le participant inanimé non dynamique
la feuille ne peut pas directement causer l’événement de tomber ; l’intervention d’un
autre participant –le vent par exemple– est requise. Il s’ensuit que l’événement est
moins autonome et dépend d’un autre événement, notamment celui du soufflement
du vent. Par conséquent, le stimulus prototypique de la perception auditive est un
événement dynamique et autonome –qui prendra la forme d’une proposition– alors
que le stimulus prototypique de la perception visuelle est un objet, dynamique ou
non, ou un événement moins autonome, donc moins enclin à la forme
propositionnelle. Avant de passer à la considération des implications syntaxiques
d’une telle analyse (6.5.4), nous examinerons d’abord comment les différences
conceptuelles entre la perception visuelle et auditive rendent compte de la structure à
incorporation.

6.5.3 L’incorporation de l’événement de perception et de l’événement aperçu

6.5.3.1 L’incorporation : perception objectale ou perception événementielle ?

Achard (1998) affirme que l’incorporation se produit quand l’attention du percepteur


porte en premier lieu sur l’action subordonnée. Par un réajustement focal, le
participant est reconnu comme deuxième objet de la perception. Toutefois, il a été
argumenté préalablement que dans une structure à incorporation la perception se
concentre essentiellement sur une entité, et est donc prototypiquement de nature
objectale. Cette analyse cadre avec la définition plus générale de l’incorporation selon
laquelle le processus subordonné s’intègre dans le processus principal pour former un
167

événement complexe. Le participant subordonné, en fonction d’objet, est focalisé par


cet événement. Syntaxiquement, l’incorporation se traduit par la structure suivante :

SN1 + [VdP + Inf] + [SN2 = O préd complexe]

6.5.3.2 Le degré d’incorporation : perception visuelle vs. perception auditive

Si l’incorporation implique la perception primaire d’une entité, elle devra se produire


plus naturellement avec les VdPvisuelle qu’avec les VdPauditive. Or, plusieurs linguistes
(Di Tullio 1998, Rodríguez Espiñeira 2000) signalent que l’incorporation est plus
fréquente avec oír qu’avec ver. Néanmoins, à notre avis, comme les VdPauditive
sélectionnent des événements subordonnés dynamiques et autonomes, la fusion entre
le VdP et le processus subordonné devrait être moins contraignante que dans le cas
des VdPvisuelle, qui sélectionnent des entités ou des événements moins dynamiques et
moins autonomes.
Notre hypothèse est soutenue par la théorie du liage (binding theory) de Givón
(1980) selon laquelle l’incorporation est une notion graduelle qui peut être mesurée à
l’aide de deux facteurs sémantiques :

1. le degré de contrôle du participant/sujet de la principale sur l’événement


de la subordonnée : un plus haut degré de contrôle du participant principal
entraîne une moindre autonomie de l’événement subordonné et un degré
d’incorporation plus élevé ; un moindre degré de contrôle correspond à une
incorporation moins contraignante ;
2. l’indépendance du participant de l’événement subordonné par rapport à
l’activité principale : une capacité plus grande d’activité autonome de ce
participant se traduit par un degré d’incorporation plus bas ; une moindre
autonomie du participant subordonné déclenche une intégration plus
rigide.

Or, nous avons déjà affirmé à plusieurs reprises que le percepteur visuel a plus de
contrôle sur l’acte de perception que le percepteur auditif qui se caractérise par un
degré d’agentivité moins élevé36. Parallèlement, il a été démontré que le stimulus
auditif se caractérise par un degré d’activité autonome plus élevé par rapport au

36 Cf. supra 3.3.2 Le percepteur : un proto-agent ?, p 54.


168

stimulus visuel37. Aussi l’incorporation devrait-elle être plus contraignante avec les
VdPvisuelle qu’avec les VdPauditive. Dans cette optique, le rapport entre les propriétés
inhérentes du participant subordonné SN2 et de l’infinitif d’une part, et le degré de
fusion d’autre part méritera certainement une analyse plus poussée. Les participants
et les infinitifs non dynamiques devraient favoriser l’incorporation alors que la fusion
devrait être moins contraignante avec les participants et les infinitifs plus dynamiques
et autonomes. Nous montrerons dans la suite de cette deuxième partie que dans la
structure incorporée d’un VdPvisuelle et d’un infinitif, le SN2 est conceptualisé comme
l’OD du prédicat complexe. Dans le cas de l’incorporation avec un VdPauditive, le SN2
est théoriquement aussi l’OD du prédicat complexe, mais sa dynamicité inhérente lui
fournit des marques propres au participant plus élevé sur l’échelle de dynamicité
inhérente des fonctions grammaticales (OD < OI < S), à savoir les marques de l’OI.

6.5.4 Les indices syntaxiques des fonctions grammaticales

Afin de vérifier les hypothèses –selon lesquelles le Cinf subordonné à un VdPvisuelle est
de nature non propositionnelle et le Cinf subordonné à un VdPauditive est de nature
propositionnelle– nous devrons vérifier si :

1. le SN2 subordonné à un VdPvisuelle reçoit les marques d’un OD du VdP ;


2. le SN2 subordonné à un VdPauditive prend les marques d’un Sinf ;
3. le SN2 d’une structure incorporée avec un VdPauditive reçoit d’autres
marques syntaxiques que le SN2 d’une structure incorporée avec un
VdPvisuelle.

Dans la littérature (Givón 2001, Keenan 1976, Lazard 1998, Primus 1999), trois
phénomènes syntaxiques sont avancés en tant qu’indicateurs formels des relations
grammaticales (S, OD et OI), à savoir :

1. l’accord ou non entre un SN et le prédicat ;


2. son marquage casuel ;
3. sa position syntaxique.

Keenan (1975) propose une hiérarchie de ces trois indicateurs : le marquage casuel est
précisé comme l’indice le plus fiable de la fonction d’un constituant, la position

37 Cf. supra 3.3.3 Le stimulus : un proto-patient ?, p 64.


169

syntaxique est présentée comme l’indice le moins fiable. Entre ces deux extrêmes se
trouve l’accord verbal :

[- fiable] [+ fiable]

position syntaxique < accord verbal < marquage casuel

Figure 6.6 Hiérarchie des indicateurs formels (1)

Autrement dit, si un constituant reçoit les marques casuelles typiques d’une certaine
fonction grammaticale, il est bien probable qu’il présentera aussi les propriétés
formelles de l’accord verbal et de la position syntaxique de cette fonction. Nonobstant,
dans son article datant de 1976, Keenan propose une hiérarchie légèrement différente.
L’accord entre le verbe et le prédicat serait l’indice le plus fiable de la fonction d’un
participant, suivi de son marquage casuel et de sa position syntaxique :

[- fiable] [+ fiable]

position syntaxique < marquage casuel < accord verbal

Figure 6.7 Hiérarchie des indicateurs formels (2)

Les hiérarchies proposées ci-dessus impliquent qu’aucune des trois propriétés


formelles n’est absolue. En effet, l’observation par exemple qu’un SN s’accorde avec le
verbe principal mais se postpose au verbe ne signifie pas nécessairement que ce SN ne
fonctionne pas comme le sujet mais comme l’OD de la phrase38.
Quelles sont les propriétés formelles prototypiques des différentes relations
grammaticales ? En général, le sujet s’accorde avec le verbe alors que les autres
relations grammaticales –l’OD et l’OI– ne déclenchent pas l’accord. Toutefois, il a déjà
été souligné que dans le Cinf l’accord entre le SN2 et l’infinitif ne peut pas se produire,

38 Givón (2001:197) insiste à ce propos sur la prototypicalité des relations grammaticales : « The
prototype approach to GRs and their universality much like the prototype approach to categorization
elsewhere, is a middle-ground approach between two rather unsatisfactory extremes. Within such a
framework, a subject or object may be a GR in a particular language without necessarily displaying the entire
basket of formal GR properties. […] But this does not necessarily make it loose its status as a GR. Finally, a
small number of constructions –or languages—may display mixed GR properties of their subjects or objects
without necessarily falsifying the universality of GRs. In dealing with complex biologically-based systems
such as cognition and language, one must not only accept but indeed expect universals that accommodate
gradation and non-prototypical minorities. Rather than destroying generalizations, such exceptions merely
testify to the complex, multi-factored nature of cognition and language.» L’abréviation GRs signifie
grammatical relations ou relations grammaticales.
170

vu le mode non personnel de l’infinitif39. Or, cette lacune peut être contournée par
l’examen de l’accord dans le passif pronominal espagnol, qui s’établit tantôt entre le
VdP et le SN2 (47a), tantôt entre le VdP et le Cinf entier (47b) :

(47a) Se ven pasar los transeúntes.


(47b) Se oye cantar los gallos.

L’accord au pluriel entre le VdP et le SN2 pointe vers une unité sémantique entre ces
constituants tandis que l’accord au singulier indique une unité forte entre le SN2 et
l’infinitif et secondairement entre le Cinf entier et le VdP. Dans le premier cas, le Cinf
se comporte comme un complément à deux constituants séparés, dans le deuxième
cas comme une proposition entière. Les conditions qui déterminent l’accord seront
analysées dans le chapitre 9 où nous répondrons aux questions suivantes : l’accord,
est-il plus fréquent avec un certain type de VdP et dépend-il des propriétés
sémantiques du SN2 et de l’infinitif ?
Quant au marquage casuel, le nominatif s’impose généralement au sujet,
l’accusatif à l’OD et le datif à l’OI. Toutefois, nous verrons dans le chapitre 8 que
quand le SN2 se caractérise par un degré de dynamicité élevé, il peut prendre en
espagnol les marques casuelles du participant immédiatement plus élevé que l’OD sur
l’échelle de dynamicité, à savoir l’OI. Nous argumenterons qu’un SN2 au cas accusatif
est conceptualisé comme l’OD du VdP et que, par conséquent, la structure du Cinf est
non propositionnelle. En revanche, le marquage datif pointera vers une
conceptualisation du SN2 en tant que participant agentif –prototypiquement le sujet–
et vers une structure propositionnelle du Cinf.
Finalement, l’ordre des mots prototypique des langues romanes est SVO, avec
un sujet qui se trouve prototypiquement en tête de la phrase –ou est du moins
antéposé au verbe– et un objet postposé. En accord avec nos hypothèses, si le SN2 est
conceptualisé comme l’OD du VdP, il se postposera à ce verbe ; s’il est conceptualisé
comme le Sinf, il s’antéposera à l’infinitif ; s’il fonctionne comme l’OD du prédicat
complexe, il apparaîtra derrière l’ensemble VdP + Inf. La corrélation entre la position
syntaxique du SN2, sa fonction grammaticale et la structure interne du Cinf sera
précisée dans le chapitre 7.

39 Cf. supra 6.1 Le Cinf, une proposition ou non ?, p 141.


171

Somme toute, si nos hypothèses sont correctes, le SN2 subordonné à un


VdPvisuelle devra prendre prototypiquement les marques d’un OD (du VdP), le SN2
subordonné à un VdPauditive par contre, devra démontrer les particularités d’un sujet
(de l’infinitif). La vérification empirique de ces thèses prend le départ avec la
propriété formelle considérée comme la moins fiable : la position syntaxique.
172

Chapitre 7

La position syntaxique du participant subordonné SN2

L’objectif du présent chapitre est d’élucider les rapports qui existent entre la
position syntaxique du SN2, sa fonction grammaticale, la structure interne du
Cinf et la modalité du VdP auquel il est subordonné (7.1-7.2). Concrètement,
nous proposons de démasquer les facteurs qui gouvernent la position
syntaxique du participant subordonné SN2 en passant des paramètres plus
formels (7.3) aux critères discursifs (7.4), cognitifs (7.5), sémantiques (7.6) et
lexicaux (7.7). Il sera argumenté que ce qui détermine la position du SN2 en
premier lieu, ce sont les propriétés sémantico-conceptuelles des modalités de
perception et notamment le degré de dynamicité du stimulus aperçu.

7.1 Définition du problème : la position syntaxique du SN2

7.1.1 Introduction : la position du SN2 dans le Cinf

Dans les langues germaniques telles que l’anglais et le néerlandais, la position du SN2
est fixe. Il se met toujours devant l’infinitif :

(1a) I hear John talk vs. *I hear talk John.


(1b) Ik hoor Jan praten vs. *Ik hoor praten Jan.

Or, une première comparaison avec l’espagnol (2) et avec le français (3) montre que
dans ces deux langues romanes, la position du SN2 varie. Dans (2a) et (3a) le SN2
s’intercale entre le VdP et l’infinitif tandis que dans (2b) et (3b), le SN2 se met derrière
l’infinitif. Nous dirons que dans le premier cas le SN2 est préverbal (prév) par rapport
à l’infinitif, dans le deuxième il est postverbal (po) :

(2a) Un día oí a la abuela hablar a mi madre en la cocina. (CREA:Adelcoa J.R. 1994)


173

(2b) [….] una de las componentes de la Asociación Comarcal y Cultural Campos Góticos
oyó hablar a su abuela sobre la danza del paloteo de Valdenebro y de lo interesante
que sería su recuperación. (CREA:Prensa 2000)
(3a) […] la personne bègue peut enfin entendre les autres parler de son problème.
(Glossa:20/10/2003)
(3b) À entendre parler l'intéressé, on pourrait imaginer qu'Albert a la bougeotte. (LM:
30/11/1994)

Comme nous sommes d’avis que rien dans la langue n’est arbitraire ni superflu, nous
sommes curieuse de connaître ‘le pourquoi’ et ‘le comment’ de ces ordres syntaxiques
différents. Ce qui a première vue ne paraît qu’une simple variation formelle, nous
mènera à une reconsidération des facteurs qui influencent le comportement
syntaxique des VdP.

7.1.2 L’expression du SN2 dans notre corpus

Dans notre corpus, il faut établir en premier lieu une distinction entre les SN2
nominaux (4) et les expressions pronominales du participant subordonné (5) :

(4) La mère d'Omar Daf était présente à Bonal pour voir jouer son rejeton. (Glossa:
17/10/2003)
(5) […] y lo miraban acercarse, con los brazos en jarras. (MM:92)

Ensuite, les SN2 nominaux sont classés selon leur position par rapport à l’infinitif :
préverbale ou postverbale (cf. 2-3). Nous distinguons également une catégorie assez
hétérogène (X) qui contient les exemples :

1. avec un SN2 générique ou inconnu, non présent lexicalement mais sous-


entendu :

(6) He escuchado cientos de veces cantar la Internacional en el idioma de


Rabindranath Tagore, el bengalí. (CREA:Leguineche M. 1995)

2. sans SN2, ce qui est le cas des verbes impersonnels :

(7) […] cuando estaba sola mirando anochecer […]. (LA:37)

3. avec un SN2 qui s’antépose au VdP :

(8) El falso Golem vengador, la máquina que el Rey moro de Granada no consigue
ver funcionar contra las huestes cristianas. (SOL:Prensa 1977)

4. avec un SN2 postverbal introduit en français par par :

(9) […] une marque rarissime qu’on ne vit jamais fumer que par lui […]. (CH:9)
174

5. avec un VdP qui fonctionne comme un semi-auxiliaire1 :


(10) Jeudi passé, il était convoqué au commissariat pour s'entendre signifier qu'il leur
faudrait subir la peine à la prison de Forest. (Glossa:22/10/2003)

Pour le moment, nous faisons abstraction de ce groupe hétérogène ainsi que des
formes pronominales du SN2. Cette catégorie-ci sera analysée en détail lors de l’étude
de la corrélation entre la fonction grammaticale du SN2 et son marquage casuel2.
La classification des types de SN2 par type de VdP, donne les pourcentages
suivants en espagnol :

nominal pronominal total


prév po X pron
# % # % # % # % # %
ver 213 9,2% 911 39,2% 145 6,2% 1053 45,4% 2322 100%
oír 174 14,6% 369 30,9% 280 23,5% 371 31% 1194 100%
mirar 15 10,8% 42 30,2% 6 4,3% 76 54,7% 139 100%
escuchar 77 28,5% 73 27,1% 23 8,5% 97 35,9% 270 100%
total 479 12,2% 1395 35,5% 454 11,6% 1597 40,7% 3935 100%
Tableau 7.1 Expression du SN2 (espagnol)

et en français :

nominal pronominal total


prév po X pron
# % # % # % # % # %
voir 961 49,6% 512 26,4% 286 14,8% 177 9,2% 1936 100%
entendre 283 44,1% 50 7,8% 209 32,6% 99 15,2% 641 100%
regarder 92 29,5% 135 43,3% 19 6,1% 66 21,1% 312 100%
écouter 69 65,1% 17 16,1% 2 1,9% 18 16,9% 106 100%
total 1405 46,9% 714 23,8% 516 17,2% 360 12,1% 2995 100%
Tableau 7.2 Expression du SN2 (français)

Une première comparaison de ces données statistiques nous apprend qu’en espagnol
le SN2 est de préférence postverbal (po : 35,5% vs. prév : 12,2%) tandis qu’en français il
se met le plus souvent devant l’infinitif (prév : 46,9% vs. po : 23,8%). La tendance est
encore plus nette si l’on ne considère que les exemples pertinents3. En effet, 74,4% des
SN2 nominaux en espagnol est postverbal :

1 Cf. supra 5.1.2.5 La réduction sémantique des VdP, p 118.


2 Cf. infra Chapitre 8 Le marquage casuel du participant subordonné SN2, p 254.
3 À savoir les exemples avec un SN nominal –préverbal ou postverbal-, ce qui revient à un
2
ensemble de 1874 exemples espagnols et 2119 exemples français.
175

prév po total
# % # % # %
ver 213 19% 911 81% 1124 100%
oír 174 32,1% 369 67,9% 543 100%
mirar 15 26,3% 42 73,7% 57 100%
escuchar 77 51,3% 73 48,7% 150 100%
total 479 25,6% 1395 74,4% 1874 100%
Tableau 7.3 Préverbal vs. postverbal (espagnol)

En français par contre 66,3% est préverbal :

prév po total
# % # % # %
voir 961 65,2% 512 34,8% 1473 100%
entendre 283 85% 50 15% 333 100%
regarder 92 40,5% 135 59,5% 227 100%
écouter 69 80,2% 17 19,8% 86 100%
total 1404 66,3% 714 33,7% 2119 100%
Tableau 7.4 Préverbal vs. postverbal (français)

Comme l’indique le schéma ci-dessous, le français semble plus fidèle à l’ordre


canonique SVO, aussi bien au niveau de la CI entière qu’à celui du Cinf :

[SN1] + [VdP] + [(SN2) + (Inf)]

niveau de CI S V O

niveau de Cinf S V (O)

Figure 7.1 L’ordre des mots dominant en français

Cette observation s’harmonise avec l’idée généralement acceptée que l’ordre


syntaxique en français est assez rigide :

« […] a language like French, which has neither syntactic nor prosodic flexibility […]. »
(Lambrecht 1994:321)

En effet, comme l’affirme Lazard (1998), le français est une langue sans déclinaison et
avec une conjugaison réduite. Il en résulte que l’ordre des termes est crucial pour
l’identification de la fonction des participants dans la phrase. L’espagnol par contre
semble s’éloigner de ce schéma canonique, du moins au niveau du Cinf :
176

[SN1] + [VdP] + [(Inf) + (SN2)]

niveau de CI S V O

niveau de Cinf V S/O ?

Figure 7.2 L’ordre des mots dominant en espagnol

La question est de savoir si le SN2 postposé à l’infinitif est conceptualisé comme le Sinf
ou si par contre, le locuteur lui attribue une autre fonction syntaxique.

7.1.3 Hypothèse : la corrélation entre la position du SN2 et sa fonction syntaxique

Dans le chapitre précédent nous avons affirmé que la position syntaxique est un des
trois phénomènes formels qui dévoilent la fonction grammaticale d’un constituant : le
sujet se trouve prototypiquement en tête de la phrase –ou est du moins antéposé au
verbe–, l’OD et l’OI se postposent au prédicat. L’application de ces tendances aux
fonctions hypothétiques du SN2 dans la CI, donne les corrélations suivantes :

1. si le SN2 est conceptualisé comme l’OD du VdP, il se postposera au VdP ;


2. si le SN2 est conceptualisé comme le Sinf, il s’antéposera à l’infinitif ;
3. si le SN2 est conceptualisé comme l’OD du prédicat complexe, il se
postposera à l’ensemble VdP + Inf.

Si nos hypothèses –proposées dans le chapitre antérieur et reprises ici pour des
raisons de clarté– sont correctes,

1. vu le caractère événementiel de la perception auditive, le Cinf subordonné


à un VdPauditive est prototypiquement de nature propositionnelle, et le SN2
est conceptualisé comme le sujet de cette proposition ;
2. vu la nature objectale de la perception visuelle, le Cinf subordonné à un
VdPvisuelle est prototypiquement de nature non propositionnelle, et le SN2
est conceptualisé comme l’OD du VdP ;
3. l’incorporation se caractérise par un degré de fusion plus élevé avec les
VdPvisuelle qu’avec les VdPauditive ;
177

l’antéposition du SN2 (en fonction de Sinf) devrait être la plus fréquente derrière un
VdPauditive ; la postposition du SN2 (en tant qu’OD du prédicat complexe) la plus
fréquente derrière un VdPvisuelle. Le fonctionnement du SN2 comme OD du VdP
coïncide soit avec l’antéposition soit avec la postposition à l’infinitif4.
Une comparaison pour chaque VdP des données proposées dans les tableaux
7.3 et 7.4 (cf. supra p 175), montre effectivement que dans les deux langues en
question, le nombre de SN2 préverbaux est systématiquement plus élevé pour les
VdPauditive (fr : 82,6% - esp : 41,7%) que pour les VdPvisuelle (fr : 52,8% - esp : 22,6%).
Aussi la modalité de perception semble-t-elle jouer un rôle dans le positionnement du
SN2 subordonné. Cette observation statistique est une première indication du bien-
fondé de notre hypothèse, selon laquelle la fonction grammaticale attribuée au SN2 et
l’agencement interne du Cinf dépendent de la modalité de perception visuelle ou
auditive du verbe principal.
Nous tenons à évaluer l’impact des autres paramètres proposés dans la
littérature pour expliquer l’ordre des mots dans la CI (7.3-7.5), ainsi que le pourquoi
de cette corrélation entre la modalité de perception et la position syntaxique du SN2
(7.6-7.7). Avant de passer à cette analyse empirique, nous esquissons brièvement les
principales différences entre l’espagnol et le français quant à l’ordre des mots
canonique, en nous appuyant sur les études de Delbecque (1987) et de Danell (1979).

7.2 L’ordre des mots canonique en espagnol et en français

7.2.1 L’ordre des mots en espagnol : Delbecque (1987)

Delbecque (1987) affirme que l’ordre des mots soulève des problèmes réels en
espagnol, où il semble régner une liberté considérable5. L’ordre variable fait partie
intégrante de la grammaire de la langue et n’est pas à reléguer au domaine de la
stylistique. Plus particulièrement, la position du sujet grammatical obéit à des règles
de probabilité et à certaines contraintes formelles. Du point de vue syntagmatique,

4 En effet, le SN2 doit être postposé au VdP. Cela implique qu’il apparaît ou bien entre le VdP et
l’infinitif, ou bien derrière l’ensemble VdP + Inf.
5 Cf. aussi Vanhoe (2004:34) : « Un fenómeno particular del español, […], es la posibilidad de variar el

orden de las palabras. » Pour plus de données concernant l’ordre des mots en espagnol voir aussi
Bolinger (1954), Contreras (1976), Hulk & Pollock (2001) et Torrego Salcedo (1984).
178

l’auteur étudie les corrélations entre d’une part la position du sujet, et d’autre part les
caractéristiques du sujet même, du verbe, de ses compléments et de la construction
entière. En outre, les paramètres analysés sont de nature sémantique, syntaxique,
morphosyntaxique et discursive. Le sujet antéposé est défini comme
prototypiquement animé, court et connu ; le sujet postposé est décrit comme inanimé
ou abstrait, long et non topique. Voici un survol des paramètres principaux pris en
considération6 :

dimension grammaticale et formelle


sujet verbe complément proposition
-catégorie morphologique -catégorie grammaticale -catégorie morphologique -catégorie syntaxique
-extension, longueur -± pronominal -position -syntagmes introducteurs
-extension relative -nombre de syntagmes
dimension fonctionnelle et contextuelle
sujet proposition complément
-fonction topicale -fonction locutoire -fonction topicale
-présence d’élément coréférentiel
dimension sémantique
sujet verbe complément
-catégorie sémantique -catégorie sémantique -catégorie sémantique
-cas

Figure 7.3 Facteurs déterminant l’ordre des mots espagnol (Delbecque 1987:126)

Bien que Delbecque focalise la position du sujet principal, les dimensions et les
niveaux syntagmatiques distingués pourraient également servir à l’étude de la
position syntaxique du constituant subordonné. Aussi approfondirons-nous les
rapports entre la position du SN2 et :

1. la présence d’un complément du SN2 ou de l’infinitif (dimension


grammaticale et formelle) (7.3) ;
2. le degré de définitude et de topicalité du SN2 (dimension fonctionnelle et
contextuelle) (7.4) ;
3. les propriétés sémantiques du SN2 et de l’infinitif (dimension sémantique)
(7.6).

6 Pour des raisons de clarté, le schéma de Delbecque (1987) a été simplifié.


179

7.2.2 L’ordre des mots en français : Danell (1979)

Danell est le premier chercheur –et à notre connaissance aussi le seul– à énumérer les
paramètres pertinents susceptibles d’influencer la place du SN2 subordonné7. L’étude
de la cohésion dans la structure factitive (faire, laisser, voir, entendre + Inf), le mène à
postuler que des facteurs formels aussi bien que des paramètres sémantiques
interviennent. Danell affirme plus particulièrement que :

1. le type de verbe régissant joue un rôle. D’après ses données statistiques voir
et entendre se caractérisent par l’ordre VdP + Inf + SN2. Cette affirmation
contredit nos propres observations empiriques selon lesquelles l’ordre
prototypique en français est l’ordre inverse, avec un SN2 préverbal8.
2. le type d’infinitif influence l’ordre syntaxique. Avec des verbes qui
annoncent l’entrée en scène d’un personnage –tels que apparaître, venir ou
arriver– l’ordre des mots reflète l’ordre chronologique de la perception.
Comme la perception de l’action précède la perception de l’individu, le SN2
se met derrière l’infinitif.
3. la présence d’un complément d’infinitif ou d’un complément du SN2 joue
un rôle. En général, le locuteur place en position finale de phrase le
constituant le plus lourd, donc le constituant muni d’un complément.
4. le type de prédéterminant influence la position syntaxique du SN2. Vu que
les SN indéfinis représentent des entités nouvelles –donc des rhèmes– ils
tendent à apparaître en position finale de phrase, derrière l’infinitif.
Comme les SN définis dénotent généralement des entités connues ou des
thèmes, ils surgissent en position préverbale.

Un examen plus attentif de ces paramètres dévoile qu’ils sont –comme d’ailleurs dans
l’étude de Delbecque– de nature différente : sémantique, cognitive, morphosyntaxique
et discursive.

7 Danell utilise le terme sujet de l’infinitif (Sinf). Pour des raisons de neutralité, Sinf est remplacé par
SN2 ; cf. supra 6.1 Le Cinf, une proposition ou non ?, p 141.
8 Cf. supra 7.1.2 L’expression du SN2 dans notre corpus, p 173. Il n’est pas exclu que le corpus de

Danell soit essentiellement composé d’exemples avec des VdPvisuelle. Cette non différenciation des
modalités de perception pourrait ainsi causer une image déformée de l’ordre des mots dans le Cinf.
180

7.2.3 Survol des paramètres retenus par d’autres auteurs

En comparaison avec la vaste bibliographie touchant le thème de la perception et celui


des VdP, le nombre de repères concernant la position du SN2 est relativement
restreint. Pour le français, l’on trouve quelques indications dans Hatcher (1944), Vet
(1987), Martineau (1990, 1992), Labelle (1996), Achard (1998) et Miller & Lowrey
(2003). Pour l’espagnol, il convient de renvoyer aux ouvrages de Fernández Lagunilla
(1992), Di Tullio (1998), Rodríguez Espiñeira (2000) et Roegiest (2003).
Premièrement, quant aux paramètres sémantiques, la littérature fournit
quelques indices concernant l’influence de la nature de l’infinitif et du SN2 même.
Martineau par exemple (1992:165) étudie le rapport entre la position du SN2 en ancien
français et le type d’infinitif qui l’accompagne. Avec un infinitif intransitif, le SN2 se
met normalement devant l’infinitif (11a) ; accompagné d’un infinitif transitif, voir se
caractérise par un SN2 préverbal (11b) tandis que ouïr9 se construit avec à SN2 (11c) :

(11a) […] il vit le curé venir tantost après.


(11b) […] car j’ay veu ung poisson qu’on appelle bachet prendre ung lievre.
(11c) […] les parolles qu’il avoit ouy dire au tanneur.

Di Tullio (1998:206) affirme qu’en espagnol moderne, l’ordre des termes dans le Cinf
est sensible aux propriétés de l’infinitif subordonné ; avec un infinitif transitif (12a) ou
inergatif (12b) le SN2 est surtout préverbal, accompagné d’un infinitif inaccusatif (12c),
il est postverbal :

(12a) Vio a María leer una novela.


(12b) Vio al niño sonreír angélicamente.
(12c) Vio abrirse la puerta.

Rodríguez Espiñeira (2000) y ajoute le critère du caractère animé ou inanimé du


participant subordonné. Un SN2 inanimé se range plus facilement derrière l’infinitif
qu’un SN2 animé. L’impact de la nature sémantique de l’infinitif et du SN2 sera
mesuré dans (7.6).
La validité du facteur cognitif a été examinée par Hatcher (1944). L’analyse des
différences entre le Cinf et le gérondif français la mène à conclure que l’ordre des
mots imite l’ordre des impressions :

« […] reproduce the stages of visual impression as they actually occurred at the moment of
perception. » (Hatcher 1944:279)

9 L’ancien verbe pour entendre.


181

La construction avec un SN2 postverbal représente la perception primaire d’une action


et la perception différée du participant. La structure avec un SN2 préverbal dénote la
perception primaire du participant et la perception différée de l’activité qu’il réalise :

« […] with ‘A vit entrer B’ it is the activity which first strikes the attention : A is aware,
first, that someone has made an appearance, that something has suddenly entered his range
of vision — and only then does he recognize the entrant. And, once B is recognized, the
activity ceases to exist. » (Hatcher 1944:284)

Plus tard, Achard (1998) adopte cette thèse en affirmant que les deux constructions
avec un SN2 préverbal ou postverbal reflètent des conceptualisations différentes de la
scène aperçue, de la part du percepteur. La validité de l’hypothèse de l’iconicité de
l’ordre des mots sera évaluée dans (7.5).
Finalement, l’impact des critères morphosyntaxiques et discursifs a reçu peu
d’attention dans la littérature. Afin d’approfondir la portée des facteurs discursifs,
nous recourrons à la théorie sur la structure informationnelle de Lambrecht (1994)
(7.4). Quant aux paramètres morphosyntaxiques, notre analyse distinguera entre les
compléments de l’infinitif et les compléments du SN2 (7.3).

7.3 Paramètres morphosyntaxiques : la complémentation du SN2 et de


l’infinitif

7.3.1 Les facteurs morphosyntaxiques pertinents

Danell (1979) avance deux facteurs morphosyntaxiques qui influencent


potentiellement la position du SN2 en français : la complémentation de l’infinitif et la
postdétermination du SN2 même. En accord avec Blinkenberg (1928:196), l’auteur
soutient que l’élément le plus lourd –sous la forme soit d’un infinitif soit d’un SN2
muni d’un complément– se place généralement en position finale de phrase :

(1) VdP + Inf + SN2 (+compl SN2)


(2) VdP + SN2 + Inf (+compl Inf)

La validité de cette thèse sera examinée à l’aide des questions suivantes :

1. quels types de postdéterminants du SN2 peut-on distinguer ?


2. quels types de compléments de l’infinitif peut-on distinguer ?
3. comment peut-on définir la notion de lourdeur ?
182

7.3.1.1 La postdétermination du SN2

Le dépouillement de notre corpus dévoile que la notion de postdétermination du SN2


recouvre toute une gamme de compléments différents. Nous pouvons isoler les SN2
accompagnés :

1. d’un postdéterminant zéro :

(13) Se oye abrir el cerrojo. (CREA:Alonso de Santos J. L. 1992)

2. d’un adjectif épithète :

(14) En cuanto vio a aquel teniente tan joven cuadrarse ante él […]. (JP:244)

3. d’une relative :

(15) […] mirando negrear en el suelo y entre las ramas las aceitunas que nadie había
cosechado durante cuatro o cinco años, […]. (JP:107)

4. d’une apposition :

(16) […], Gilles-Marie Tiné, le directeur du Fonds ECO, fut surpris de voir affluer plus
d'une centaine de metteurs en scène, de toutes les générations et de diverses
notoriétés, […]. (LM:12/5/1994)

5. d’un complément prépositionnel :

(17) C'est un Cavaliere rayonnant sous son bronzage irréprochable qui a écouté le
président du plus puissant pays du monde lui délivrer le ‘satisfecit’ tant
attendu au cours d'une conférence de presse conjointe. (LM:4/6/1994)

Finalement, certains SN2 sont composés de plusieurs substantifs coordonnés :

(18) La France ne doit donc pas avoir à redouter que l'on entende ses officiers ou ses
soldats témoigner librement. (LM:19/12/1997)

Il va de soi que le SN2 qui est l’antécédent d’une relative ne peut guère être mis
sur le même pied que le SN2 accompagné d’un adjectif épithète. La lourdeur du SN
est une notion graduelle qui peut être représentée par l’échelle suivante :

[- lourd] [+ lourd]

postdéterminant zéro > adj épithète > relative


apposition
complément prép.
subst. coordonnés

Figure 7.4 La lourdeur du SN2


183

Ces degrés de lourdeur différents joueront un rôle primordial lors de l’analyse des
critères morphosyntaxiques. Logiquement, un complément lourd (ou fort) devrait
avoir plus d’impact sur la position du SN2 qu’un postdéterminant léger (ou faible).

7.3.1.2 La complémentation de l’infinitif

À l’appui de la classification de Tesnière (1959), deux espèces de compléments du


verbe sont à distinguer : les actants et les circonstants10. La catégorie des actants
contient à part le sujet, l’OD et l’OI ; les circonstants équivalent aux compléments
adverbiaux (Cadv) ou circonstanciels. L’OD est attaché au verbe directement, sans
l’intermédiaire d’une préposition11 :

(19) […] Forcat la miraba beber la gaseosa sonriendo levemente. (CREA:Marsé J. 1993)

L’OI est relié au verbe indirectement, par l’intermédiaire d’une préposition. Il peut
être le seul complément du verbe (20a), mais souvent il s’accompagne d’un OD (20b) :

(20a) […] c'est la coutume de voir le pouvoir échapper à ses détenteurs légaux.
(LM:12/2/1994)
(20b) Selon la chaîne CNN, sur l'un d'eux, on entendrait le président donner ce conseil à
Monica Lewinsky! (LM:24/1/1998)

Finalement, le complément circonstanciel peut être remplacé par un adverbe (21). Du


point de vue sémantique, plusieurs variétés sont à distinguer dont les plus
importantes sont les Cadv de temps, de lieu et de manière12 :

(21) No supo moverse de allí hasta que escuchó el motor del coche de Alberto alejarse del
chalé entre los ladridos de Chitón. (CREA:Cohen E. 1993)

Afin de mesurer avec précision l’effet de la présence des différents types de


compléments, nous les rangerons suivant le rapport plus au moins étroit qu’ils
entretiennent avec l’infinitif. À l’encontre des circonstants, les actants sont régis par le

10 La définition de ces compléments nous est fournie par Feuillet (1998:2) : « Les actants sont
programmés dans la valence du verbe, tandis que les circonstants sont des membres libres. » Les actants se
caractérisent par leur caractère obligatoire, leur position syntaxique figée et leur limitation en
nombre tandis que les circonstants se caractérisent par leur caractère facultatif, mobile et non limité
en nombre. Notons quand même qu’il n’est pas toujours facile de distinguer les deux types.
Feuillet par exemple propose un continuum qui va des actants centraux jusqu’aux circonstants en
passant par la catégorie intermédiaire des actants périphériques.
11 Pour l’instant, nous faisons abstraction du phénomène espagnol de l’accusatif prépositionnel.

Dans veo al perro par exemple, le SN al perro est l’OD du verbe, malgré la présence de la préposition
a. Cf. infra Chapitre 8 Le marquage casuel du participant subordonné SN2, p 254.
12 D’autres types sont le complément adverbial de mesure, d’opposition, de but, de cause et de

condition.
184

verbe13. De plus, à l’intérieur de la catégorie des actants, l’OI est lié au verbe moins
étroitement que l’OD14. Logiquement, la présence d’un complément étroit de l’infinitif
ou d’un actant devrait avoir plus d’impact sur la position du SN2 qu’un complément
moins étroit ou un circonstant :

[- étroit] [+ étroit]

circonstant (Cadv) << actant (OI < OD)

Figure 7.5 La lourdeur du complément d’infinitif

De plus, la présence de plusieurs compléments d’infinitif pèsera plus lourd que la


présence d’un seul complément. Notons finalement que la succession de deux
infinitifs entre également dans la catégorie des infinitifs lourds, comme dans
l’exemple suivant :

(22) […] se oyó al jinete apearse y dar tres pasos hacia la puerta de la casa. (EH:396)

Ci-dessous les données et les conclusions principales concernant l’impact des


paramètres morphosyntaxiques sur la position du SN2 sont reproduites. Seuls les
exemples avec un SN2 préverbal ou postverbal ont été retenus du corpus, ce qui
revient à un ensemble de 1874 exemples espagnols et 2119 exemples français ou 3993
au total. Dans un premier temps les quatre types de VdP sont étudiés ensemble ; à la
fin du paragraphe nous évaluerons la pertinence des paramètres morphosyntaxiques
pour chaque verbe individuellement. Vu la complexité des exemples et des critères
retenus, les résultats statistiques dévoilent les tendances principales –et non des règles
absolues– pour les deux langues étudiées15. Concrètement, nous examinerons
successivement en espagnol et en français :

1. dans quelle mesure la présence d’un postdéterminant du SN2 entraîne la


postposition du SN2 ;

13 Sauf dans par exemple Je vais à Paris où le Cadv de lieu est aussi appelé par le verbe principal.
Cependant, le lien V-Cadv est moins étroit que le lien V-OD ou V-OI.
14 Cf. entre autres Grevisse & Goosse (1993:394) ou Roegiest (1990).
15 Il s’agit donc d’une approche probabiliste, en termes de Delbecque (1987:246). Pour plus de

données statistiques et pour des cas illustratifs nous renvoyons aux Annexes II
La position syntaxique du participant subordonné SN2, et plus particulièrement à II.1 Paramètres
morphosyntaxiques, p 373.
185

2. dans quelle mesure la présence d’un complément d’infinitif entraîne


l’antéposition du SN2 ;
3. si la complémentation de l’infinitif et la postdétermination du SN2
influencent au même degré l’ordre des mots ;
4. si les facteurs morphosyntaxiques permettent d’expliquer les écarts
statistiques –observés antérieurement– entre les VdPvisuelle et les VdPauditive.

7.3.2 La validité des critères morphosyntaxiques en espagnol

7.3.2.1 L’impact de la postdétermination du SN2

Afin d’évaluer uniquement le rôle de la postdétermination du SN2, tous les exemples


où l’infinitif s’accompagne de l’un ou de l’autre complément sont exclus de notre
corpus. En contexte neutre –à savoir en l’absence d’un postdéterminant du SN2– le
SN2 espagnol se range de préférence (86,1%) derrière l’infinitif, comme dans (23).
L’antéposition ne se produit qu’occasionnellement (13,9%) (24) :

(23) Apenas vieron los mozos locales aparecer a la pareja, […]. (EP:9/7/1999)
(24) ¿Y con el cristal, qué? -espeta Nina todavía adormilada al oír a los muchachos
apostar. (CREA:Rubio F. 1992)

Le tableau 7.5 montre que la présence d’un postdéterminant faible ou fort du SN2
augmente le pourcentage de SN2 postverbaux. L’espèce de postdétermination joue
apparemment un rôle car le nombre de SN2 postverbaux augmente
proportionnellement à la lourdeur du complément :

prév po total
# % # % # %
postdét zéro 58 13,9% 359 86,1% 417 100%
postdét faible 2 2,5% 79 97,5% 81 100%
postdét fort 3 1% 286 99% 289 100%

100,00%
90,00%
80,00%
70,00%
60,00%
prév
50,00%
po
40,00%
30,00%
20,00%
10,00%
0,00%
postdét zéro postdét faible postdét fort

Tableau 7.5 L’impact de la postdétermination du SN2


186

Les exemples proposés ci-dessous illustrent les deux combinaisons statistiquement


minoritaires, à savoir un SN2 préverbal à postdétermination faible (2,5%) (25a) ou
forte (1%) (25b), et les tendances majoritaires, à savoir un SN2 postverbal à
complémentation faible (97,5%) (26a) ou forte (99%) (26b) :

(25a) […] Esa misma noche, los residentes del Hilton Universal despertaron
agradablemente sorprendidos al oír a la vieja dama gritar […]. (CREA:Gómez
Arcos A. 1991)
(25b) Se vio el brazo y el hombro de uno de los nadadores blanquear […]. (SOL:
Sánchez Ferlioso L. 1956)
(26a) […] miraba flotar las partículas brillantes. (CREA:Caso A. 1994)
(26b) […] escuchó gemir a Sultán, el cachorro de Ña Rita, […]. (CDE:Saguier R.
1999)

De plus, si nous examinons les données du point de vue de la position du SN2,


nous constatons que dans la majorité des cas, le SN2 préverbal n’a pas de
postdéterminant (92,1%) alors que le SN2 postverbal se caractérise par une
postdétermination plus variée :

absence faible lourd total


# % # % # % # %
prév 58 92,1% 2 3,2% 3 4,7% 63 100%
po 359 49,6% 79 10,9% 286 39,5% 724 100%
Tableau 7.6 La position du SN2 et la lourdeur

Toutefois, le nombre de SN2 postverbaux à complémentation zéro est aussi élevé


(49,6%). L’observation qu’un SN2 ‘nu’ ne se range pas automatiquement devant
l’infinitif nous mène à soupçonner que d’autres facteurs –non morphosyntaxiques–
interviennent dans le positionnement du SN2.
Outre l’observation que la postdétermination du SN2 espagnol influence sa
position syntaxique, l’on peut conclure que la lourdeur du complément est une notion
pertinente. Voici les tendances majoritaires :

(1) VdP + Inf (-compl Inf) + SN2 (+postdét zéro)


(2) VdP + Inf (-compl Inf) + SN2 (+postdét faible)
(3) VdP + Inf (-compl Inf) + SN2 (+postdét fort)

N’oublions toutefois pas de mentionner les tendances minoritaires :

(4) VdP + SN2 (+postdét zéro) + Inf (-compl Inf)


(5) VdP + SN2 (+postdét faible/fort) + Inf (-compl Inf)
187

7.3.2.2 L’impact de la complémentation de l’infinitif

Afin de mesurer uniquement l’impact de la complémentation de l’infinitif, tous les


exemples où le SN2 est suivi d’un postdéterminant sont exclus de notre corpus.
D’abord, nous examinons l’effet de la présence d’un seul complément sur la position
du SN2. Ensuite, quant à l’impact de plusieurs compléments d’infinitif, trois
combinaisons possibles sont à distinguer :

1. l’assemblage de deux actants : OD + OI ;


2. la combinaison d’un complément étroit et d’un complément circonstant :
OD + Cadv ou OI + Cadv ;
3. la combinaison de trois (ou plus de trois) compléments : OD + OI + Cadv.

Les fréquences observées sont les suivantes :

prév po total
# % # % # %
absence compl 58 13,9% 359 86,1% 417 100%
+actant 90 50% 90 50% 180 100%
+circon 149 37,7% 246 62,3% 395 100%
+actant +actant 10 [100%] - - 10 100%
+actant +circon 46 56,8% 35 43,2% 81 100%
compl > 2 3 [100%] - - 3 100%

100,00%
90,00%
80,00%
70,00%
60,00%
50,00% prév
40,00% po
30,00%
20,00%
10,00%
0,00%
absence +actant +circon +actant +actant compl >
compl +actant +circon 2

Tableau 7.7 L’impact de complémentation de l’infinitif


188

Les compléments les plus étroitement liés à l’infinitif, les actants, semblent
avoir plus d’influence sur la position du SN2 (27) que les compléments non essentiels,
les circonstants (28)16 :

(27) Una noche vieron a Sartre comerse (un huevo duro)OD Inf […]. (CREA:del Pozo R.
1995)
(28) […] él mismo se quitó el antifaz y vio alejarse (rápidemente)Cadv el coche [...].
(JP:128)

En effet, le lien entre l’infinitif et son actant est tellement étroit que le SN2 s’intercale
plus difficilement entre les deux. Vu l’absence d’une propre lourdeur17, le SN2 se
range plus facilement devant l’infinitif, en position préverbale, que derrière ou entre
l’ensemble Inf + complément, en position postverbale.
Deuxièmement, la corrélation entre la présence de plusieurs compléments de
l’infinitif et la position du SN2 est claire18. La présence de deux actants de l’infinitif
déclenche l’antéposition du SN2 dans tous les cas (29). Il en est de même pour la
combinaison de trois compléments (30) :

(29) Era un lujo oír a Alejo pedirles (a María Jesús Alvarez y Joaquín Ocio)OI Inf (que
repitieran aquello de Directo, directo sólo por el placer de escucharles)OD Inf.
(CREA:Díaz L. 1992)
(30) […] se le oía al comandante decir (medio en serio medio en broma)Cadv (a la
azafata)OI Inf : (Chica, no sabes cómo nos la hemos jugado esta mañana..)OD Inf.
(CREA:Pérez San Emeterio C. 1991)

L’idée généralement acceptée que l’ordre des mots dévoile la fonction grammaticale
des SN pourrait expliquer ce phénomène. La succession de trois syntagmes –ou plus–
sans intercalation d’un prédicat compliquerait le décodage des différentes
fonctions grammaticales, surtout quand à la fois le SN2, l’OI de l’infinitif ou l’OD de
l’infinitif sont précédés de la préposition a (cf. 29). La combinaison actant + circonstant
semble constituer une exception à la tendance générale puisque les données nous
apprennent que dans ce contexte-ci, le nombre de SN2 postverbaux est plus élevé
(43,2%) en comparaison avec la présence de deux actants (0%). Le circonstant étant
moins étroitement lié à l’infinitif, il admet plus aisément l’intercalation du SN2.

16 Nous examinons uniquement la position du SN2 par rapport à l’infinitif et ne tenons pas compte
de la position du SN2 par rapport au complément d’infinitif, à savoir entre l’infinitif et le
complément ou derrière l’infinitif et le complément.
17 Rappelons qu’il s’agit d’un SN à complémentation zéro.
2
18 Le nombre d’exemples qui répondent aux critères mentionnés n’est pas élevé. Il faudra donc de

la précaution lors de l’interprétation de ces données.


189

Somme toute, un actant de l’infinitif entraîne plus souvent l’antéposition du


SN2 qu’un circonstant. En outre, la corrélation entre la présence de plusieurs
compléments et l’antéposition du SN2 est plus explicite que celle entre la présence
d’un seul complément et la position du SN2. Les formules suivantes synthétisent ces
tendances majoritaires :

(1) VdP + SN2 (+ postdét zéro) + Inf (+ actant)


(2) VdP + Inf (+ circonstant) + SN2 (+ postdét zéro)
(3) VdP + SN2 (+ postdét zéro) + Inf (# compl > 1)

7.3.2.3 Postdétermination du SN2 vs. complémentation de l’infinitif

Dans les paragraphes préalables il a été noté que la postdétermination faible ou forte
du SN2 favorise sa postposition tandis que la présence d’un complément d’infinitif
entraîne souvent l’antéposition du SN2. Lequel des deux types de complémentation a
le plus d’impact sur l’ordre des mots ?
Les statistiques ci-dessous montrent que le nombre de SN2 préverbaux à
postdétermination faible augmente en présence d’un complément d’infinitif :

prév po total
# % # % # %
absence compl 2 2,5% 79 97,5% 81 100%
+actant 16 51,7% 15 48,3% 31 100%
+circon 28 32,6% 58 67,4% 86 100%
+actant +actant 3 [100%] - - 3 100%
+actant +circon 6 60% 4 40% 10 100%
compl > 2 - - - - - -

100,00%
90,00%
80,00%
70,00%
60,00%
50,00% prév
40,00% po
30,00%
20,00%
10,00%
0,00%
absence +actant +circon +actant +actant compl >
compl +actant +circon 2

Tableau 7.8 Postdéterminant faible vs. complémentation infinitif


190

Il paraît que ce sont surtout les actants de l’infinitif et la combinaison de plusieurs


compléments qui contrebalancent l’impact d’un postdéterminant faible et favorisent
l’antéposition :

(31) En realidad, es común en la capital norteamericana, en el agitado ambiente de los


activistas y grupos de presión políticos, de los periodistas y los centros de estudios
políticos, oír a la izquierda comprometida defender (las razones por las que
prefiere a McCain antes que a Gore)OD Inf. (LN:5/3/2000)

Un infinitif suivi d’un complément circonstanciel par contre admet régulièrement un


SN2 postverbal à postdétermination faible :

(32) Los navarros verán nacer (el próximo 3 de enero)Cadv una nueva entidad
financiera […]. (EP:12/11/1999)

Par rapport aux données du contexte SN2 (+postdét fort) + Inf (-compl Inf) le nombre de SN2
préverbaux augmente en présence d’un complément d’infinitif. Un examen plus
attentif des exemples montre que c’est surtout la présence d’un actant (43,4%) ou de
plusieurs compléments qui peut contrecarrer l’impact d’un postdéterminant lourd du
SN2, et admettre quand même l’antéposition du SN2. La présence d’un circonstant
n’empêche pas la postposition du SN2 :

prév po total
# % # % # %
absence compl 3 1% 286 99% 289 100%
+actant 23 43,4% 30 56,6% 53 100%
+circon 31 15,1% 175 84,9% 206 100%
+actant +actant 1 [50%] 1 [50%] 2 100%
+actant +circon 7 58,3% 5 41,7% 12 100%
compl > 2 1 [100%] - - 1 100%

100%
90%
80%
70%
60%
50% prév
40% po
30%
20%
10%
0%
absence +actant +circon +actant +actant compl >
compl +actant +circon 2

Tableau 7.9 Postdéterminant fort vs. complémentation infinitif


191

Inversement, l’adjonction d’un postdéterminant faible au SN2 ne facilite pas


vraiment sa postposition à l’infinitif, si celui-ci est accompagné d’un complément. En
revanche, le nombre de SN2 postverbaux augmente à cause de la présence d’un
postdéterminant fort :

prév po total
# % # % # %
-postdét SN2 299 44,7% 371 55,3% 670 100%
+compl Inf
+postdét faible SN2 53 40,8% 77 59,2% 130 100%
+compl Inf
+postdét fort SN2 62 22,7% 211 77,3% 273 100%
+compl Inf

80,00%
70,00%
60,00%
50,00%
40,00% prév
30,00% po

20,00%
10,00%
0,00%
/-postdét/ /+compl Inf/ /+postdét faible/ /+postdét forte/
/+compl Inf/ /+compl Inf/

Tableau 7.10 Postdétermination vs. complémentation

Il semble que la postdétermination forte et la complémentation de l’infinitif


influencent toutes les deux –plus ou moins au même degré– la position du SN2.
Comparons les exemples suivants avec un SN2 composé, donc lourd, et un
complément circonstanciel de l’infinitif. Dans (33a) le SN2 s’antépose à l’infinitif ; dans
(33b) il s’y postpose :

(33a) Es muy triste ver a grandes escritores, a grandes poetas auténticos desangrarse
(en una esquina) Cadv a pesar de la edad. (CREA:Prensa 1996)
(33b) […] le dijo que había visto salir (de su boca)Cadv borbollones de fuego envueltos
en humo y olores de piedra azufre. (EH:384)

En fin de compte, quand le SN2 aussi bien que l’infinitif sont munis d’un
complément, l’ordre des mots semble indéterminé. Avec un postdéterminant faible,
c’est le complément de l’infinitif qui paraît l’emporter et qui déclenche l’antéposition
du SN2 ; avec un postdéterminant fort, l’ordre syntaxique est plus variable. Nous nous
essayons quand même à quelques schématisations :
192

(1) VdP + SN2 (+ postdét faible) + Inf (+ actant)


(2) VdP + Inf (+ circonstant) + SN2 (+ postdét faible)
(3) VdP + SN2 (+ postdét lourd) + Inf (+ actant)
(4) VdP + Inf (+ circonstant) + SN2 (+ postdét lourd)

7.3.3 La validité des critères morphosyntaxiques en français

7.3.3.1 L’impact de la postdétermination du SN2

Contrairement à l’espagnol, en contexte neutre le SN2 français se range de préférence


devant l’infinitif (51,5%) (34). Aussi les données confirment-elles l’ordre des mots SV19
plus rigide en français en comparaison avec l’espagnol. Toutefois, la postposition est
également fréquente (48,5%) (35) :

(34) J'en avais assez d'entendre des gens se plaindre. (LM:8/3/1994)


(35) Concrètement, il ignore toujours dans quel délai on peut s'attendre à voir arriver les
élèves même si le début de l'année 2004 semble se préciser. (Glossa:16/10/2003)

L’examen de la position du SN2 dans les contextes sans complément d’infinitif


nous apprend que l’adjonction au SN2 d’un postdéterminant –faible (36) ou fort (37)–
facilite sa postposition :

(36) Nous entendions passer les voitures autorisées et c'étaient comme des voitures de
la mort. (LM:19/11/1998)
(37) […] puis écoutant refluer ce silence maintenant peuplé d’une vaste rumeur
[…]. (AC:98)

Voici les données statistiques :

prév po total
# % # % # %
postdét zéro 137 51,5% 129 48,5% 266 100%
postdét faible 14 16,7% 70 83,3% 84 100%
postdét fort 26 10,3% 226 89,9% 252 100%

19 Où le S correspond au SN2 et le V à l’infinitif.


193

90,00%
80,00%
70,00%
60,00%
50,00% prév
40,00% po
30,00%
20,00%
10,00%
0,00%
postdét zéro postdét faible postdét fort

Tableau 7.11 L’impact de la postdétermination du SN2

Cependant, en espagnol la postdétermination forte entraîne la postposition du SN2


dans 99% des cas (cf. tableau 7.5, p 185) ; en français, l’antéposition d’un SN2 lourd se
produit plus fréquemment (10,3%) :

(38) Soulagés d'en finir et heureux de voir la Bourse et la croissance s'envoler.


(Glossa: 15/12/2003)

La prépondérance des SN2 préverbaux à complémentation zéro (77,4%) et des


SN2 postverbaux à complémentation variée se note dans le tableau 7.12. Toutefois,
comme en espagnol, un SN2 ‘nu’ ne se range pas obligatoirement devant l’infinitif et
un SN2 lourd ne s’y postpose pas mécaniquement. Aussi est-il probable que d’autres
facteurs entrent en ligne de compte :

absence faible lourd total


# % # % # % # %
prév 137 77,4% 14 7,9% 26 14,7% 177 100%
po 129 30,4% 70 16,5% 226 53,1% 425 100%
Tableau 7.12 La position du SN2 et la lourdeur

En résumé, la postdétermination du SN2 français conditionne en partie sa


position syntaxique. À l’exception de l’antéposition préférée, les tendances
majoritaires observées pour l’espagnol s’appliquent également au français :

(1) VdP + SN2 (+postdét zéro) + Inf (-compl Inf)


(2) VdP + Inf (-compl Inf) + SN2 (+postdét faible)
(3) VdP + Inf (-compl Inf) + SN2 (+postdét fort)
194

7.3.3.2 L’impact de la complémentation de l’infinitif

La présence d’un complément de l’infinitif dans la phrase augmente


considérablement le nombre de SN2 antéposés20, comme en témoignent les données
statistiques :

prév po total
# % # % # %
absence compl 137 51,5% 129 48,5% 266 100%
+actant 223 [100%] - - 223 100%
+circon 349 82,7% 73 17,3% 422 100%
+actant +actant 22 [100%] - - 22 100%
+actant +circon 128 [100%] - - 128 100%
compl > 2 7 [100%] - - 7 100%

100,00%
90,00%
80,00%
70,00%
60,00%
50,00% prév
40,00% po
30,00%
20,00%
10,00%
0,00%
absence +actant +circon +actant +actant compl >
compl +actant +circon 2

Tableau 7.13 Impact de la complémentation de l’infinitif

En accord avec notre hypothèse, les compléments étroits de l’infinitif –c’est-à-dire


l’OD (39) et l’OI (40)– ont plus d’impact sur la position du SN2 que les circonstants
(41). D’ailleurs, il paraît que l’impact du complément d’infinitif est plus fort en
français qu’en espagnol étant donné que dans notre corpus, l’apparition d’un actant
dans la phrase entraîne toujours l’antéposition du SN2 :

(39) Je ne supporte pas d'entendre les gens dire (qu'ils s'ennuient chez eux)OD Inf.
(Glossa:27/11/2003)
(40) Et je trouvais ça dingue qu'en plein D-Day, à quelques centaines de mètres des
combats qui allaient changer la face du conflit mondial, des correspondants de guerre
mangent des fraises en écoutant un Français (leur)OI Inf parler. (LM:25/5/1994)
(41) […] Yolande Bessot, impatiente de voir apparaître quelques éclaircies (dans un ciel
bisontin particulier)Cadv. (Glossa:25/10/2003)

20Afin de mesurer uniquement l’impact de la complémentation de l’infinitif, nous n’avons retenu


de notre corpus que les exemples avec un SN2 sans postdéterminant.
195

La présence de plus d’un complément derrière l’infinitif empêche la postposition du


SN2, apparemment dans tous les cas :

(42a) Il fallait voir ces mômes (me)OI Inf dire : (‘Papa, fait ce qu'il te plaît’)OD Inf. (Glossa:
17/10/2003)
(42b) On aurait forcément préféré voir Metz ouvrir (le score)OD Inf (d'une autre
manière)Cadv. (Glossa:29/10/2003)
(42c) […] la Limbourgeoise a accepté le fait de voir Justine Henin (lui)OI Inf ravir (une
deuxième fois)Cadv (la place de première joueuse mondiale)OD Inf à l'issue de sa
qualification pour les demi-finales. (Glossa:9/11/2003)

Les données statistiques nous mènent à conclure que la présence d’un


complément d’infinitif entraîne l’antéposition du SN2, plus souvent qu’en espagnol.
Voici les principales corrélations observées :

(1) VdP + SN2 (+ postdét zéro) + Inf (+ actant)


(2) VdP + SN2 (+ postdét zéro) + Inf (+ circonstant)
(3) VdP + Inf (+ circonstant) + SN2 (+ postdét zéro)
(4) VdP + SN2 (+ postdét zéro) + Inf (# compl > 1)

7.3.3.3 Postdétermination du SN2 vs. complémentation de l’infinitif

La postdétermination faible ou forte du SN2 facilite sa postposition tandis que la


présence d’un complément d’infinitif augmente le nombre de SN2 antéposés. Lequel
des deux types de complémentation a le plus d’impact sur l’ordre des mots ?
À première vue, la présence d’un complément d’infinitif a plus d’impact sur
l’ordre syntaxique de la CI que la présence d’un postdéterminant faible du SN2 :

prév po total
# % # % # %
absence compl 14 16,7% 70 83,3% 84 100%
+actant 63 [100%] - - 63 100%
+circon 76 59,4% 52 40,6% 128 100%
+actant +actant 7 [100%] - - 7 100%
+actant +circon 32 [100%] - - 32 100%
compl > 2 - - - - - -
196

100,00%
90,00%
80,00%
70,00%
60,00%
50,00% prév
40,00% po
30,00%
20,00%
10,00%
0,00%
absence +actant +circon +actant +actant compl >
compl +actant +circon 2

Tableau 7.14 Postdétermination faible vs. complémentation infinitif

De plus, comme en espagnol, le circonstant est le seul type de complément compatible


avec la postposition d’un SN2 faible (43). La postposition est toutefois exclue en
présence d’un actant ou de plusieurs compléments (44) :

(43) Elle fut contente de voir arriver de nouveaux voisins (au milieu des années
90)Cadv. (Glossa:15/11/2003)
(44) Il a donc fallu attendre l’avènement de Platini pour voir le coq français redresser
enfin (sa crête)OD Inf. (Glossa:22/12/2003)

Deuxièmement, par rapport aux chiffres pour le contexte SN2 (+postdét fort SN2) + Inf (-compl Inf)
le nombre de SN2 préverbaux monte considérablement en présence d’un complément
d’infinitif. En effet, la complémentation de l’infinitif semble favoriser l’antéposition du
SN2 :

prév po total
# % # % # %
absence compl 26 10,3% 226 89,9% 252 100%
+actant 96 96% 4 4% 100 100%
+circon 131 45,5% 157 54,5% 288 100%
+actant +actant 15 [100%] - - 15 100%
+actant +circon 66 [100%] - - 66 100%
compl > 2 4 [100%] - - 4 100%

100,00%
90,00%
80,00%
70,00%
60,00%
50,00% prév
40,00% po
30,00%
20,00%
10,00%
0,00%
absence +actant +circon +actant +actant compl >
compl +actant +circon 2

Tableau 7.15 Postdétermination forte vs. complémentation infinitif


197

La présence d’un actant ou de plusieurs compléments de l’infinitif a plus d’impact sur


l’ordre des mots qu’un postdéterminant lourd du SN2 (45). Le circonstant prohibe
moins fréquemment la postposition d’un SN2 lourd (46) :

(45) Son rêve, c’était de voir son collectif de danseurs, les Pockemon de Lyon,
remporter (l’une des compétitions de danse hip-hop les plus prestigieuses)OD Inf […].
(Glossa:28/10/2003)
(46) Lors d'une récente visite à Moscou, Gilles-Marie Tiné, le directeur du Fonds ECO,
fut surpris de voir affluer plus d'une centaine de metteurs en scène, de toutes
les générations et de diverses notoriétés, (à une table ronde organisée sur les
coproductions avec la France)Cadv […]. (LM:12/5/1994)

Inversement, en présence d’un complément d’infinitif, l’adjonction d’un


postdéterminant faible ou fort facilite la postposition du SN2. En effet, par rapport aux
données concernant l’ensemble SN2 (-postdét SN2) + Inf (+compl Inf) le nombre de SN2
postverbaux augmente :

prév po total
# % # % # %
-postdét SN2 729 90,1% 73 9,9% 802 100%
+compl Inf
+postdét faible SN2 179 77,5% 52 22,5% 231 100%
+compl Inf
+postdét fort SN2 312 66% 161 34% 473 100%
+compl Inf

100,00%
90,00%
80,00%
70,00%
60,00%
prév
50,00%
po
40,00%
30,00%
20,00%
10,00%
0,00%
postdét zéro postdét faible postdét fort

Tableau 7.16 Postdétermination vs. complémentation

Somme toute, comme en espagnol, les types de complémentation du SN2 et de


l’infinitif entrent en compétition lors du positionnement du SN2. Les données pointent
toutefois vers la conclusion que la complémentation de l’infinitif a plus d’impact sur
la position du SN2 français que la postdétermination du SN2 même.
198

7.3.4 Conclusion : la pertinence des facteurs morphosyntaxiques

De l’examen empirique il ressort que l’hypothèse de Danell –selon laquelle


l’agencement syntaxique du Cinf est commandé par la complémentation du SN2 et de
l’infinitif– est valable pour l’espagnol ainsi que pour le français. L’introduction de
plusieurs types de complémentation nous a toutefois permis de raffiner la théorie de
Danell. Sur base de la notion de lourdeur l’on peut isoler trois types de
postdétermination du SN2, à savoir la postdétermination zéro, faible et forte. De plus,
l’échelle établie en fonction du lien plus ou moins étroit que l’infinitif entretient avec
ses compléments (cf. figure 7.5, p 184) transparaît à travers l’impact plus ou moins
grand des différents types de compléments.
Toutefois, l’ordre des mots dans la CI est fondamentalement différent dans les
deux langues étudiées. L’espagnol se caractérise par la postposition prototypique du
SN2 tandis que le SN2 français se range plus habituellement devant l’infinitif. À cela
s’ajoute que l’impact de la postdétermination du SN2 –favorisant sa postposition à
l’infinitif– paraît plus net en espagnol qu’en français. L’influence des compléments de
l’infinitif causant l’antéposition du SN2 par contre, est plus explicite en français.
Ces paramètres morphosyntaxiques sont-ils responsables des écarts
statistiques entre les VdPvisuelle et les VdPauditive, observés au départ de ce chapitre ? Si,
d’un côté la postdétermination du SN2 facilite la postposition et la complémentation
de l’infinitif l’antéposition du SN2, et de l’autre côté le SN2 subordonné à un VdPauditive
est plus fréquemment préverbal et le SN2 subordonné à un VdPvisuelle est plus
fréquemment postverbal :

1. le SN2 subordonné à un VdPauditive devra être moins fréquemment suivi


d’un postdéterminant ou bien l’infinitif devra être plus fréquemment
accompagné d’un complément ;
2. le SN2 subordonné à un VdPvisuelle devra être plus fréquemment suivi d’un
postdéterminant ou bien l’infinitif devra être moins fréquemment
accompagné d’un complément.

La corrélation entre la postdétermination du SN2 et la modalité de perception ne se


confirme pas par les données statistiques proposées dans les tableaux 7.17/7.18 : les
SN2 subordonnés aux VdPvisuelle ne sont pas plus fréquemment suivis d’un
199

postdéterminant que les SN2 subordonnés aux VdPauditive. Le rapport entre la


complémentation de l’infinitif et la modalité de perception semble plus net. Les
données statistiques montrent en effet que, dans les deux langues, les infinitifs
subordonnés aux VdPauditive sont plus fréquemment suivis d’un complément que les
infinitifs des VdPvisuelle. Les critères morphosyntaxiques pourraient donc, en partie,
être responsables des différences entre les modalités de perception, en espagnol :

-postdét +postdét total -compl +compl total


# % # % # % # % # % # %
ver 584 52% 540 48% 1124 100% 556 49,5% 568 50,5% 1124 100%
mirar 35 61,4% 22 38,6% 57 100% 31 54,4% 26 45,6% 57 100%
oír 376 69,3% 167 30,7% 543 100% 170 31,3% 373 68,7% 543 100%
escuchar 97 64,7% 53 35,3% 150 100% 35 23,3% 115 76,7% 150 100%
Tableau 7.17 Corrélation modalité de perception/critères morphosyntaxiques (espagnol)

et en français :

-postdét +postdét total -compl +compl total


# % # % # % # % # % # %
voir 729 49,5% 744 50,5% 1473 100% 434 29,5% 1039 70,5% 1473 100%
regarder 116 51,1% 109 48,9% 227 100% 117 51,5% 110 48,5% 227 100%
entendre 179 53,8% 154 46,2% 333 100% 42 12,6% 291 87,4% 333 100%
écouter 44 51,2% 42 48,8% 86 100% 9 10,5% 77 89,5% 86 100%
Tableau 7.18 Corrélation modalité de perception/critères morphosyntaxiques (français)

Cependant, les statistiques dénoncent également que les critères


morphosyntaxiques seuls ne suffissent pas pour expliquer la position du SN2.
Rappelons par exemple que le SN2 ‘nu’ ne se range pas automatiquement devant
l’infinitif et que la compétition entre la postdétermination forte et la complémentation
de l’infinitif n’aboutit pas à un ordre syntaxique régulier. Voilà pourquoi il nous faut
certainement évaluer l’effet d’autres paramètres discursifs, cognitifs, sémantiques et
lexicaux sur le positionnement du participant subordonné. En fin de compte, nous
tenons à souligner que les données empiriques n’ont révélé que des tendances et non
des règles absolues.
200

7.4 Paramètres discursifs : la définitude et l’identifiabilité du SN2

7.4.1 L’objectif d’une approche discursive

L’examen de la portée des facteurs discursifs ne peut pas manquer dans notre
approche exhaustive. La Linguistique Fonctionnelle étudie les modalités d’influence
de la structure informationnelle sur l’organisation syntaxique d’une langue21. Cette
structure informationnelle se définit généralement comme :

« That component of sentence grammar in which propositions as conceptual


representations of states of affairs are paired with lexicogrammatical structures in
accordance with the mental states of interlocutors who use and interpret these structures as
units of information in given discourse contexts. » (Lambrecht 1994:5)

Les propositions sont en effet caractérisées comme les représentations conceptuelles


d’états d’affaires extralinguistiques qui, sous l’influence du contexte discursif,
subissent une structuration syntaxique. De là que les facteurs pragmatiques incitent le
locuteur à utiliser l’une ou l’autre construction linguistique.
Lambrecht (1994) observe dans plusieurs langues une portée variable de ces
facteurs pragmatiques. En français, l’ordre des mots est contrôlé grammaticalement,
mais l’organisation globale de la phrase est motivée pragmatiquement. En anglais par
contre, l’ordre des mots est assez rigide et moins influencé par le contexte discursif.
En italien, il y a une compétition entre la structure formelle et la configuration
informationnelle : l’ordre des mots canonique peut être modifié aisément pour
s’accommoder aux exigences discursives. Les observations de Lambrecht nous
incitent à approfondir la portée des paramètres pragmatiques sur l’ordre des mots
dans la CI espagnole et française. Après avoir présenté les facteurs discursifs
pertinents (7.4.2), nous examinerons si l’antéposition ou la postposition du SN2 peut
être corrélée à certaines contraintes fonctionnelles. (7.4.3-7.4.5).

21 Il nous est toutefois impossible, dans le cadre de l’étude actuelle, d’aborder en détail les
nombreuses théories concernant la structure informationnelle de la langue. Pour une description
des postulats principaux de la Linguistique Fonctionnelle ou Discursive, voir entre autres Horie &
Comrie (2000) et surtout Lambrecht (1994). Rappelons que la Grammaire Cognitive pose également
que l’emploi des structures syntaxiques est conditionné par la fonction linguistique qu’elles
accomplissent dans un contexte pragmatique plus large, cf. 1.2.1 Principes de base de la
Grammaire Cognitive, p 4.
201

7.4.2 Les facteurs discursifs pertinents

7.4.2.1 Quelques principes de la Grammaire Fonctionnelle

La Grammaire Fonctionnelle s’occupe essentiellement du rapport qui existe entre


d’une part la forme d’une proposition, et d’autre part l’état mental du locuteur qui
exprime la proposition ou celui de l’interlocuteur qui l’interprète. Trois composantes
fonctionnelles sont à distinguer :

1. la composante des présuppositions du locuteur concernant l’état de


connaissance de l’interlocuteur au moment de l’énonciation ;
2. la composante de l’identifiabilité ou de la représentation mentale des
référents linguistiques par les interlocuteurs ;
3. l’opposition entre le topique et le focus ou la relation entre l’élément
commenté et le commentaire.

Lambrecht (1994) présume que ces composantes influencent la prosodie de la langue,


l’usage de certains marqueurs grammaticaux, le choix entre les éléments lexicaux,
mais aussi la position et l’ordre des constituants dans la phrase.
La présente section focalise la deuxième composante ou la corrélation entre
l’identifiabilité des référents et l’ordre des constituants dans la phrase. Les rapports
entre d’une part l’identifiabilité du SN2 et son degré de définitude, et d’autre part la
définitude du SN2 et sa position syntaxique recevront une attention particulière. Le
but principal de notre analyse est de répondre à la question : est-ce que les deux
allophrases22 avec un SN2 préverbal ou postverbal pourvoient à des besoins
communicatifs différents ?

7.4.2.2 La position du SN2 et l’identifiabilité du référent

Dans la majorité des langues, la disposition informationnelle non marquée est celle
qui correspond à l’ordre thème/rhème, information connue/information nouvelle ou
topique/focus. Notons toutefois que ces trois couples ne constituent pas des synonymes
parfaits. Le thème est ce dont on parle alors que le rhème est ce que l’on dit à propos de

22 Les allophrases sont des phrases avec une structure syntaxique différente qui expriment toutefois
le même contenu sémantique.
202

quelque chose23. Or, ce dont on parle n’est pas nécessairement l’information connue.
Dans (47), le chat est l’entité dont on parle, bien que l’animal constitue un élément
nouveau dans le contexte discursif :

(47) Qu’est-ce qui s’est passé ? Le chat a renversé le vase.

En outre, la dichotomie thème vs. rhème peut être déterminée à l’intérieur de la phrase
même, tandis que pour décider de ce qui est connu ou nouveau, l’on a besoin d’un
contexte plus large. Finalement, la considération des définitions du topique :

« The topic of a sentence is the thing which the proposition expressed by the sentence is
about.» (Lambrecht 1994:118)

et du focus :

« […] focus, which is that element in a pragmatically structured proposition whereby the
assertion differs from the presupposition and which makes the utterance of a sentence
informative. » (Lambrecht 1994:xiv)

montre qu’elles couvrent les définitions du thème et du rhème : le topique est


l’élément dont on parle alors que le focus correspond au commentaire.
En général le topique précède le focus24, d’où l’hypothèse de Lambrecht
(1994:43) selon laquelle la position d’un constituant syntaxique est contrainte par son
statut discursif :

« While preverbal position and lack of pitch prominence correlate with topic status and
previous presence of a referent (or its mental representation) in the universe of discourse,
postverbal position and pitch prominence correlate with focus status and previous absence
of a referent in the universe of discourse. » (Lambrecht 1994:43)

Par conséquent, il est possible qu’un SN2 conçu comme le topique du Cinf s’antépose
à l’infinitif alors qu’un SN2 focus se postpose à l’infinitif. De plus, de cette citation, il
ressort que la notion de topique est corrélée à la présence antérieure d’un référent
dans le discours tandis que le focus correspond à l’absence antérieure du référent. La
présence antérieure implique, à son tour, que le référent est connu par les
interlocuteurs alors que l’absence dans le discours antérieur signifie que le référent est
inconnu. Ainsi, bien que les couples topique vs. focus et donné vs. nouveau ne soient pas
des synonymes parfaits, ils se couvrent amplement.

23 Pour une définition détaillée des notions de thème et de rhème et leur rapport avec le couple
donné/nouveau voir Halliday (2004:64-105).
24 Le sujet étant normalement le topique de la phrase, il se met généralement devant le verbe ;

l’objet est souvent le focus et apparaît derrière le verbe. Ces facteurs soutiennent l’ordre canonique
SVO.
203

Il va sans dire qu’un référent connu est déjà identifié dans l’esprit des
locuteurs alors qu’un référent inconnu ne l’est pas encore. Par conséquent, il n’est pas
exclu que le SN2 identifié par le percepteur/locuteur s’antépose de préférence à
l’infinitif alors que le SN2 non identifié s’y postpose prototypiquement. Comment
peut-on mesurer le degré d’identifiabilité des constituants syntaxiques à l’intérieur de
la phrase ?

7.4.3 L’identifiabilité et les prédéterminants du SN2

L’identifiabilité d’un référent se mesure formellement à l’aide du type de déterminant


qui précède le SN. Les SN définis représentent normalement des référents identifiés
tandis que les SN indéfinis correspondent à des référents non identifiés. Par
conséquent, il nous semble utile d’évaluer la thèse selon laquelle le SN2 défini est
prototypiquement antéposé à l’infinitif tandis que le SN2 indéfini s’y postpose25.
Les types de prédéterminants discriminés dans notre corpus sont alignés dans
le tableau suivant :

espagnol français
nom propre Juan, María, Europa, los EEUU,… Jean, Marie, l’Europe, la France,…
adjectif démonstratif ese, esta, aquel,… ce, cette, cet, ces
adjectif possessif mi, su, nuestro,… mon, sa, notre,…
article défini el, la, los, las le, la, les
adjectif numéral tres, mil,… trois, mille,…
article indéfini un, una, unos, unas un, une, des
quantificateur indéfini mucho, algunos, un poco de,… beaucoup de, certains, un peu de,...
article zéro ‘nombre escueto’
Tableau 7.19 Les types de prédéterminants

Les référents représentés par les noms propres sont les plus identifiables. Les adjectifs
démonstratifs indiquent directement la personne ou la chose dénotée par le nom
auquel ils sont joints. L’adjectif possessif établit un lien immédiat entre une entité
possédée et son possesseur, référentiel et connu. L’article défini désigne les entités
présentes dans l’environnement immédiat des interlocuteurs, dans le contexte spatio-
temporel partagé des interlocuteurs ou dans l’univers du discours plus large. Ces
entités sont par définition connues et identifiables par les locuteurs. L’article indéfini,

25Lambrecht (1994:86) fait mention du rapport, en tchèque, entre la définitude d’un SN et sa


position syntaxique: « […] the distinction between definite and indefinite NPs can be expressed in Czech
[…] via the difference between preverbal and postverbal position of the NP. »
204

l’adjectif numéral, les quantificateurs indéfinis et les articles zéro par contre ne
désignent pas un référent particulier d’un ensemble, mais une entité indéfinie, non
identifiée et inconnue. Il en résulte que quant au degré d’identifiabilité des référents,
les SN définis s’opposent aux SN indéfinis :

défini indéfini
nom propre art indéfini
adj démonstratif adj numéral
adj possessif quant indéfini
art défini art zéro
Tableau 7.20 SN définis et indéfinis

Si l’hypothèse d’une corrélation entre l’identifiabilité du SN2 et sa position


syntaxique est justifiée, le nombre de SN2 préverbaux introduits par un
prédéterminant défini devra être plus élevé que le nombre de SN2 postverbaux définis
et inversement, le nombre de SN2 postverbaux indéfinis devra être plus élevé que le
taux de SN2 préverbaux indéfinis.

7.4.4 La validité des critères discursifs en espagnol

Afin d’éviter l’ingérence des facteurs morphosyntaxiques –à savoir la


postdétermination du SN2 et la complémentation de l’infinitif–, seuls les exemples qui
apparaissent en contexte neutre sont retenus du corpus26. Dans un premier temps les
quatre VdP sont étudiés ensemble ; au cas où nous observerions une corrélation entre
les critères discursifs et la position du SN2, la pertinence de ces critères sera évaluée
par type de VdP.
Rappelons qu’en espagnol la postposition du SN2 est généralement plus
fréquente (86,1%) que l’antéposition (13,9%). Cette tendance se confirme pour chaque
prédéterminant distinct27 :

26 Donc les exemples sans postdétermination du SN2 et sans complément d’infinitif.


27 Pour plus d’exemples et de chiffres, voir Annexes II.2 Paramètres discursifs, p 386.
205

prév po
# % # %
nom propre 6 10,7% 50 89,3%
adj démonstratif - - 4 [100%]
adj possessif 9 17% 44 83%
art défini 33 15,8% 176 84,2%
adj numéral - - 4 [100%]
art indéfini 5 9,5% 37 90,5%
quant indéfini - - 7 [100%]
zéro 5 9,5% 37 90,5%

100,00%
90,00%
80,00%
70,00%
60,00%
50,00%
prév
40,00%
po
30,00%
20,00%
10,00%
0,00%
n.propre dém. poss. art num. art q. indéf. zéro
défini indéf.

Tableau 7.21 Prédétermination SN2 (espagnol)

Or, le nombre de SN2 antéposés définis (82,8%) est beaucoup plus élevé que le nombre
de SN2 antéposés indéfinis (17,2%) :

défini indéfini total


# % # % # %
prév 48 82,8% 10 17,2% 58 100%
po 274 76% 85 24% 359 100%
Tableau 7.22 Définitude et position SN2 (espagnol)

Nous n’observons toutefois pas de corrélation explicite entre l’antéposition du SN2 et


sa définitude et la postposition du SN2 et son indéfinitude, étant donné que le nombre
de SN2 postposés définis est aussi très élevé (76%). En effet, les noms propres (48a) et
les SN2 possessifs (48b) se mettent souvent derrière l’infinitif (89,3% et 83%). Il s’y
ajoute que les SN2 indéfinis ne sont pas exclus en position préverbale (17,2%) (49)28:

(48a) El conejo se había asustado al ver moverse a Amadeo. (SOL:Sánchez Ferlioso R.


1956)
(48b) Al ver entrar a sus dos ayudantes, alza la cabeza y les pregunta:¿Qué pasaba en el
tercero? (SOL:Olmo L. 1958)

28Quant aux SN2 introduits par des adjectifs démonstratifs et numéraux, nous disposons de trop
peu d’exemples afin d’obtenir des données représentatives.
206

(49) […] oí a un muchacho exclamarse, deteniendo por el brazo a su compañera: ‘Mira,


Baudelaire’. (CDE:LLona V.M. 1972)

Ce qui saute aux yeux, c’est le nombre très élevé de SN2 précédés d’un article
défini en position postverbale (84,2% de tous les SN2 avec un article défini). Danell
(1979) explique cette déviation par la multifonctionnalité de l’article défini, et plus
particulièrement par son apparition fréquente devant le nom générique. Celui-ci ne
représente pas une entité connue ou identifiée mais une classe de référents similaires.
Cet emploi particulier déclencherait le nombre élevé de SN2 postverbaux précédés
d’un article défini. Afin de vérifier cette thèse dans le corpus, il nous faut alors établir
une distinction supplémentaire entre les articles définis en emploi référentiel (50) et
les articles définis en emploi générique (51) :

(50) Pero no ha tenido tiempo de desdoblarse, cuando ve venir al capataz. (SOL:López


Pacheco J. 1958)
(51) Un chico al que le gustaba mirar pasar los trenes. (CREA:Llamazares J. 1993)

Les chiffres statistiques nous apprennent que les SN2 définis génériques sont plus
fréquemment postverbaux (95,2%) que les SN2 définis référentiels (83%). Cependant,
ce dernier chiffre montre que, même en emploi référentiel, le prédéterminant défini
coïncide souvent avec la postposition du SN2 :

prév po total
# % # % # %
défini référentiel 32 17% 156 83% 188 100%
défini générique 1 4,8% 20 95,2% 21 100%
Tableau 7.23 Défini référentiel vs. défini générique

Pour conclure, l’influence des facteurs discursifs sur la position du SN2 en


espagnol ne semble pas pouvoir être démontrée statistiquement.

7.4.5 La validité des critères discursifs en français

En comparaison avec l’espagnol, le SN2 français se range plus souvent devant


l’infinitif29. L’analyse des prédéterminants possibles aboutit au profil suivant :

29 Comme le tableau 7.11 (p 193) l’a montré, il s’agit d’une moyenne de 51,5%.
207

prév po
# % # %
nom propre 8 47% 9 53%
adj démonstratif 5 83,3% 1 16,7%
adj possessif 31 58,5% 22 41,5%
art défini 69 47,6% 76 52,4%
adj numéral 1 16,7% 5 83,3%
art indéfini 17 56,7% 13 43,3%
quant indéfini 1 33,3% 2 66,7%
zéro 5 83,3% 1 16,7%

90%
80%
70%
60%
50%
40% prév

30% po

20%
10%
0%
n.propre dém. poss. art num. art q. indéf. zéro
défini indéf.

Tableau 7.24 Prédétermination SN2 (français)

Tout comme en espagnol, le nombre de SN2 antéposés définis (82,5%) (52a) est plus
élevé que le nombre de SN2 antéposés indéfinis (17,5%) (52b) :

(52a) Ce qui m'a le plus frappé, c'est de voir Le Pen s'énerver et perdre ses moyens.
(Glossa: 23/11/2003)
(52b) Quand on regarde des enfants jouer, ils sont fascinants parce qu'ils sont en contact
avec quelque chose de vrai. (LM:7/7/1994)

Les données quantitatives relevées sont les suivantes :

défini indéfini total


# % # % # %
prév 113 82,5% 24 17,5% 137 100%
po 108 83,8% 21 16,2% 129 100%
Tableau 7.25 Définitude et position SN2 (français)

Cependant, un SN2 défini ne s’antépose pas nécessairement à l’infinitif (83,8% des SN2
postverbaux étant définis) (52c), tout comme la présence d’un déterminant indéfini ne
déclenche pas obligatoirement la postposition du SN2 (17,5% des SN2 préverbaux
étant indéfini) (cf. 52b) :

(52c) C'est simple : voir jouer Justine Henin est un régal. (Glossa:20/10/2003)
208

Comme en espagnol, la différenciation des descriptions définies référentielles


(53) et des descriptions définies génériques (54) ne permet pas d’expliquer le nombre
élevé de SN2 postverbaux précédés d’un article défini (52,4%) :

prév po
défini référentiel 52 46,4% 60 53,6%
défini générique 17 51,5% 16 48,5%
Tableau 7.26 Défini référentiel vs. défini générique (français)

(53) Nos grands patrons, convoqués à l'Assemblée nationale, ont cru entendre sonner le
tocsin. (Glossa:27/11/2003)
(54) Je déteste tout simplement voir les hommes s'embrasser. (Glossa:22/10/2003)

Pour conclure, les données statistiques ne révèlent pas de corrélation explicite


en français entre le type de prédétermination du SN2 et sa position syntaxique.

7.4.6 Conclusion : la pertinence des paramètres discursifs

Tout bien considéré, nous n’avons pas pu démontrer statistiquement l’existence d’un
lien entre la définitude ou l’indéfinitude du SN2 et sa position syntaxique.
Contrairement à ce qu’affirme Danell, les SN2 indéfinis ne se positionnent pas
prototypiquement derrière l’infinitif et les SN2 définis ne se mettent pas de règle
devant l’infinitif. Nos observations confirment la réserve exprimée par Blinkenberg
(1928:193) :

« Peut-être que la balance penche légèrement pour l’ordre sujet-verbe, quand le sujet est
déterminé, c’est-à-dire défini […] et inversement […]. Mais la différence, si elle existe, est
du moins très faible. »

Notons que la corrélation établie entre l’identifiabilité d’un référent et la


définitude du SN n’est pas sans faille. Il est difficile de faire une correspondance
parfaite entre une catégorie linguistique discrète (la définitude) et une catégorie
cognitive graduelle (l’identifiabilité). En effet, le contraste défini vs. indéfini peut être
jugé positivement ou négativement tandis que l’identifiabilité d’un référent est une
question de degré30. Probablement, le choix de travailler uniquement avec le type de

30 Cf. par exemple la hiérarchie de Lazard (1984:277) : référent identifié complètement par locuteur et
interlocuteur > référence à quelque chose ou quelqu’un connu seulement par locuteur pas par l’interlocuteur
(un certain) > référence non spécifique (n’importe quel) > référence à un individu indéfini (un) > référence
générique.
209

prédéterminant ne suffit pas ; des informations supplémentaires provenant du


contexte discursif seraient nécessaires31.
Quoi qu’il en soit, les résultats quantitatifs ne nous permettent pas non plus de
réfuter l’hypothèse selon laquelle les deux allophrases avec un SN2 préverbal ou
postverbal traduisent des besoins communicatifs différents. Les facteurs discursifs ne
doivent pas être rayés de la liste des paramètres pertinents, seulement, à notre avis,
leur influence ne se situe pas au niveau de la définitude des référents. Considérons à
ce propos l’affirmation de Lambrecht (1994:339) :

« For example, given the construction of subject-verb inversion, and given the pragmatic
function of introducing a new entity into a discourse, it makes good sense that this
particular structure should be used to express this particular function, since the
corresponding non-inverted structure is conventionally associated with another function,
the topic-comment relation, which is compatible with the introduction of new referents.
Being based on a clear formal contrast, the association between VS order and
presentational function is cognitively motivated. »

D’après sa thèse, l’introduction d’un référent nouveau dans le discours correspond


systématiquement à l’inversion du sujet, au point que l’ordre des mots reproduit
l’ordre des entités aperçues. Les facteurs pertinents se situeraient à l’intersection des
propriétés discursives et cognitives de la proposition. L’évaluation de la validité de
ces facteurs cognitifs est l’enjeu de la section suivante.

7.5 Paramètres cognitifs : l’iconicité de la structure syntaxique

Dans le cadre de la Grammaire Cognitive32, la syntaxe d’une langue n’est pas définie
comme un niveau formel autonome mais comme la représentation symbolique et
iconique de la structure sémantique. La configuration syntaxique impose une
structure conceptuelle à un contenu extralinguistique, de là que différentes
constructions syntaxiques représentent différentes structurations conceptuelles d’un
même événement :

«There is a consensus in the cognitive/functional linguistics that the syntactic form of the
complement is not strictly a structural matter, but that it reflects the way in which the
event it codes is viewed. » (Achard 2000:95)

31 Ce point est toutefois difficile à mesurer avec les données empiriques dont nous disposons.
32 Cf. 1.2.1 Principes de base de la Grammaire Cognitive, p 4.
210

Certains auteurs insistent sur la nature iconique de la syntaxe pour expliquer


l’ordre des mots dans le Cinf. Hatcher (1944:297) pose que l’ordre des mots dans le
complément subordonné à un VdP imite l’ordre des impressions. La construction avec
un SN2 préverbal traduit la perception primaire d’un participant et la perception
différée de son activité33. L’emploi d’un SN2 postverbal correspond à la
reconnaissance initiale d’un événement et la considération subséquente du participant
principal. L’auteur parle respectivement de belated or gradual awareness of enduring
activity emanating from B et immediate awareness of sudden movement initiated on the part
of B. Danell (1979) suit un raisonnement pareil lorsqu’il affirme qu’avec les infinitifs
qui annoncent l’entrée en scène d’un personnage –tels que surgir, apparaître, arriver–
l’ordre des mots dans le Cinf reflète l’ordre chronologique de la perception :

(55) Je vois apparaître Marie.

Comme la perception de l’événement d’apparition précède la perception de


l’individu, le SN2 se range prototypiquement derrière l’infinitif. Finalement,
Delbecque (1987) écrit que les verbes qui marquent l’arrivée d’une entité ou une
succession de faits sont propices à la postposition de leur sujet.
Ces analyses constituent la base de la théorie d’Achard (1998, 2000)34. Sa thèse
selon laquelle les VdP sont des verbes à sujet conceptualisateur (conceptualising subject
construction verbs) implique que l’événement aperçu dénoté par le complément
subordonné, doit être vu en rapport avec le processus de perception principal : le
sujet/percepteur agit en tant que conceptualisateur de l’événement perceptif et
impose différentes perspectives à la scène aperçue. Ces perspectives variées se
traduisent linguistiquement par l’usage de structures syntaxiques différentes, d’où
l’affirmation d’Achard que les deux Cinf avec un SN2 préverbal ou un SN2 postverbal
ne sont pas interchangeables sémantiquement et que la variation entre les deux
dépend de quel élément de la scène aperçue est initialement saillant. En cas d’un SN2
antéposé, le participant serait le plus saillant et fonctionnerait comme la première borne
(primary landmark) de la perception ; l’événement aperçu ne serait conçu que comme la

33 D’après Hatcher, la construction avec un SN2 préverbal caractérise en premier lieu les relatives
de perception. Ce n’est que dans un deuxième temps qu’elle établit également une distinction entre
les Cinf avec un SN2 préverbal et ceux avec un SN2 postverbal.
34 Cf. aussi supra 6.4.3 Les VdP et l’incorporation, p 159.
211

deuxième borne (secondary landmark). En cas d’un SN2 postverbal, l’événement aperçu
serait le plus saillant :

« The difference between the two constructions rests on which entity of the complement
scene is initially salient. In VOV, the main participant in the subordinate process and that
process as a whole are both in profile, but the participant has initial salience, and is
therefore recognized as the primary landmark of the profiled relation. The process that
participant is involved in is recognized as a secondary landmark of that relation. […] the
particularity of VV is that the construction involves focal ‘readjustment’ of the elements of
the base. The process itself has initial salience, but the participant subsequently becomes
salient. » (Achard 1998:89-90)35

Achard pose encore que dans la construction avec un SN2 postverbal, le participant ne
doit pas être aperçu. Je vois courir Marie n’implique pas nécessairement que je vois
Marie alors que Je vois Marie jouer signifie que je vois Marie ainsi que l’événement de
jouer.
À notre avis, l’hypothèse de l’iconicité de la syntaxe telle qu’elle a été formulée
par Achard, ne peut pas rendre compte de l’ordre des mots variable dans le Cinf :

1. comment pourrait-elle expliquer le taux plus élevé de SN2 antéposés pour


les VdPauditive que pour les VdPvisuelle ?
2. pourquoi le participant subordonné à un VdPauditive serait-il plus
fréquemment initialement saillant que celui subordonné à un VdPvisuelle ?

Si nous regardons de plus près les exemples cités par Achard, nous constatons que
l’auteur invoque surtout des cas de la perception visuelle et que le modèle établi pour
cette modalité est transféré aux autres VdP. Nous avons toutefois déjà affirmé que la
relation entre l’événement perceptif et le participant subordonné est différente dans le
champ de la perception visuelle de celle dans le domaine de la perception auditive36.
Un percepteur voit généralement un participant localisé dans l’espace alors qu’il
entend plutôt l’événement produit par le participant que le participant même. En
effet, une entité peut être directement visible mais elle n’est pas directement audible :
elle doit générer des bruits. Il en résulte que l’antéposition du SN2 ne peut pas
coïncider mécaniquement avec la perception primaire du participant. Aussi la théorie
de la saillance initiale est-elle difficile à manier pour expliquer les données statistiques
observées au début de ce chapitre. Nous proposons de démontrer dans la suite de

35 Les constructions VOV et VV correspondent respectivement aux Cinf avec un SN préverbal ou


2
un SN2 postverbal.
36 Cf. supra 5.3.5 La perceptibilité du stimulus, p 137.
212

cette deuxième partie qu’à l’encontre de ce qu’affirme Achard, la structure avec un


SN2 préverbal n’implique pas nécessairement la perception primaire du participant
SN2 et que l’ordre Inf + SN2 ne focalise pas toujours l’événement aperçu.

7.6 Paramètres sémantico-conceptuels : le degré de dynamicité du


stimulus

7.6.1 L’objectif d’une approche sémantico-conceptuelle

L’étude des propriétés conceptuelles des modalités de perception –effectuée dans la


première partie de cette contribution– a dévoilé que le degré de dynamicité du
stimulus est différent dans le domaine de la perception visuelle de celui dans le
champ de la perception auditive : le stimulus de l’auditif est toujours dynamique
–puisqu’il doit produire un bruit– tandis que celui du visuel est dynamique ou non
dynamique. L’objectif des paragraphes suivants est de vérifier si ces caractéristiques
sémantico-conceptuelles variables du stimulus influencent l’ordre des constituants
dans le complément subordonné. Plus particulièrement, nous étudierons si la nature
sémantique du référent dénoté par le SN2 (7.6.2) et du processus dénoté par l’infinitif
(7.6.3) gouverne la position syntaxique du SN2 subordonné.

7.6.2 La nature sémantique du SN2

7.6.2.1 Le critère pertinent : la dynamicité du participant subordonné

La propriété sémantique examinée ici est le degré de dynamicité du participant


auquel le SN2 réfère37. Plus haut dans cette étude38 nous avons argumenté qu’une
entité est dynamique quand elle entraîne un changement d’état physique ou mental.
Prototypiquement, elle est animée et capable d’auto-mouvement, elle contrôle
l’événement et en est la cause directe. Une entité dynamique peut agir consciemment,

37 Par conséquent, la notion de propriété sémantique ne fait pas allusion à la distinction entre les
noms continus vs. discontinus, les noms communs vs. les noms propres, les noms individuels vs.
les noms collectifs,… étudiée par entre autres Flaux & Van de Velde (2000) et Herrero Vecino
(1997).
38 Cf. 3.2.1 Le proto-agent/sujet, p 40.
213

volontairement et intentionnellement, mais elle ne doit pas le faire39. Comment peut-


on décider du caractère [± dynamique] du SN2 ?
En premier lieu, il faut établir une distinction entre les SN concrets et les SN
abstraits. La définition de ces deux types de substantifs nous est fournie par Herrero
Vecino (1997:86) :

« El nombre concreto se emplea para denominar una cosa concreta, es decir, con existencia
individual, material o inmaterial, corpórea o incorpórea, imaginaria o real : la casa, el
sueño. […] El nombre abstracto es aquel que designa cualidades, acciones o un concepto
que la mente extrae de la realización de algo que se repite tomando como soporte cosas
sustantivas; los sustantivos que sólo son comprendidos por la inteligencia: la pequeñez, la
alabanza. »

Comme les SN abstraits opèrent sur des idées et non sur la réalité, ils ne peuvent pas
causer un changement d’état réel et seront de la sorte classés parmi les non
dynamiques. Les SN concrets par contre dénotent des entités dynamiques ou non
dynamiques. À l’intérieur de la catégorie des noms concrets nous distinguons trois
types de SN selon leur nature animée, à savoir les SN humains (HUM), animés non
humains (ANIM) et inanimés (INAN). À première vue, les humains (56) et les animés
(57) sont dynamiques et s’opposent aux inanimés (58) qui sont non dynamiques :

(56) Jean, Marie, homme,…


(57) chat, chien, oiseau,…
(58) maison, table, rue, …

Or, la catégorie des inanimés contient également des entités dynamiques. Les
machines, les voitures et même les ordinateurs40 sont capables de causer un
changement d’état et sont par là potentiellement dynamiques41. En conséquence, la
catégorie des inanimés n’est pas homogène mais contient des SN non dynamiques
(59) et dynamiques (60) :

(59a) La maison se trouve de l’autre côté de la rue.


(59b) La table est rouge.
(60a) Cette machine remplit les bouteilles.

39 La notion de dynamicité couvre en effet un domaine plus large que celle de l’agentivité. Une
entité est agentive quand elle est animée, quand elle cause un changement d’état consciemment,
volontairement et intentionnellement et quand elle contrôle l’événement. L’agentivité implique
toujours la dynamicité, mais l’inverse n’est pas vrai : une entité peut être dynamique sans qu’elle
soit agentive. Afin de décrire les propriétés du stimulus de perception, nous recourons donc à la
notion la plus large de dynamicité.
40 Cf. Yamamoto (1999:18): « […] computers execute very complicated mathematical tasks for us and are,

in this particular sense, much cleverer than human ‘beings’. »


41 ‘Potentiellement’ parce que –comme il sera démontré ci-dessus– le degré de dynamicité d’un SN

dépend aussi du contexte.


214

(60b) La voiture a écrasé l’étalage.

Cependant, la classification des SN inanimés n’est pas toujours aussi


rectilinéaire. Les plantes et les fruits par exemple ne bougent pas et ne causent
normalement pas un changement d’état, tout comme les inanimés non dynamiques.
Néanmoins, leur capacité de croître (61a), de s’épanouir (61b) ou de s’ouvrir (61c)
caractérise habituellement les animés et les humains, donc les entités dynamiques.
Voilà pourquoi les SN2 désignant des plantes sont insérés dans la catégorie des
participants inanimés dynamiques :

(61a) He venido para ver crecer las almendras, para vivir con la arquitectura arcaica.
(SOL: Prensa 1977)
(61b) Après cette période, on pourra les laisser à la lumière et voir s'épanouir des fleurs
multicolores. (Glossa:20/12/2003)
(61c) Mediante tomas de un fotograma por minuto vemos crecer la hierba y abrirse las
flores. (CREA:Rodríguez Delgado R. 1997)

Deuxièmement, les éléments naturels tels que les montagnes (62a), le vent (62b)
ou le soleil (62c) peuvent recevoir dans la CI une lecture dynamique. Cette
dynamisation s’accompagne d’un processus de personnification42 :

(62a) C'est alors que commenceront les vraies difficultés car rien ne serait pire que de voir
la montagne accoucher d'une souris, et le gouvernement, après avoir semé des
espoirs, reculer l'heure des décisions. (LM:5/3/1994)
(62b) Se oye al viento silbar en la mano derecha del piano […]. (CDE:Prensa 1998)
(62c) Mais peut-être faudra-t-il, comme le dit Hajo Bergmann, ‘voir le soleil se coucher
un millier de fois pour comprendre Bali’. (LM:22/2/1994)

Ainsi, le trait [± animé] ne peut pas toujours être directement corrélé à la dynamicité.
Le trait [± animé] dénote une propriété inhérente d’une entité alors que le caractère
[± dynamique] est plutôt une propriété apportée au SN par son emploi dans la phrase.
La lune par exemple est de nature inanimée, mais son caractère [± dynamique] dépend
de son emploi en contexte. Dans (63a) elle est non dynamique ; par son implication
dans l’action de chasser dans (63b), elle reçoit un comportement dynamique :

(63a) La lune est un corps céleste.


(63b) Le soir, l’on voit la lune chasser le soleil du ciel.

Notons toutefois que certaines entités sont invariablement de nature inanimée non
dynamique et se prêtent difficilement à des emplois dynamiques. Une clé par exemple

42 C’est-à-dire, l’entité inanimée est représentée sous les traits d’une personne.
215

reçoit plus difficilement une lecture dynamique que le vent, d’où la différence de
grammaticalité entre les phrases (64a-b) :

(64a) *Je vois la clé ouvrir la porte.


(64b) Je vois le vent ouvrir la porte.

La dynamisation d’entités inanimées se produit aussi quand le SN2 dénote une


partie du corps :

(65a) Un día oiré decir a su boca suplicante: ‘Enrique, amor mío, […]’. (CREA:Rossetti
A. 1991)

L’on observe dans cet exemple une relation métonymique particulière, à savoir la
synecdoque : la partie du corps bouche est prise pour le tout, donc pour la personne
entière43. Comme le tout représente une entité dynamique, la partie du corps reçoit
également une lecture dynamique. Notons que ces emplois métonymiques sont dictés
par la modalité de perception. Dans le cas de la perception auditive, l’on distingue les
relations la bouche/la voix pour la personne (65b), là où les VdPvisuelle sélectionnent la
tête/le visage pour la personne (65c) et les yeux pour la personne (65d)44 :

(65b) […] même l'aviateur en panne dans le désert qui entendra une petite voix lui
demander de lui dessiner un mouton ne saura plus s'il doit lui donner la réplique !
(LM:22/3/1997)
(65c) […] restant assis sur ses talons, en train de regarder à présent les têtes des petites
grenouilles réapparaître l’une après l’autre […]. (AC:101)
(65d) […] on ne voyait apparaître au-dessus de la manchette que les deux yeux qui le
fixaient avec une sorte de fureur, de reproche et de vindicative méchanceté. (AC:236)

Pour terminer, il faut mentionner encore le cas particulier de certains SN


collectifs désignant des organisations et des entités géographiques. Comme ces entités
représentent un groupe de personnes qui peuvent naître (66a), prendre des décisions
(66b), jouer (66c), échouer (66d) et même parler (66e), nous les classons parmi les entités
dynamiques :

(66a) […] par crainte de voir émerger une organisation concurrente de l'Otan. (Glossa:
18/10/2003)
(66b) […] leur demande de voir l'Iran signer le protocole additionnel, […]. (Glossa:
20/11/2003)

43 D’autres types de synecdoques consistent à prendre la matière pour l’objet (un fer pour une épée),
l’espèce pour le genre (un Ford pour une voiture),… Pour plus de données, voir entre autres Lakoff
& Johnson (1980).
44 La modalité de perception ne détermine donc pas uniquement les extensions métaphoriques des

VdP (voir supra note 23, p 32) mais également les emplois métonymiques dans leurs compléments.
216

(66c) Los aficionados madrileños tuvieron ocasión de ver jugar al Valladolid en el trofeo
de Vallecas. (SOL:Prensa 1977)
(66d) Je crois que Chirac ne serait pas malheureux de voir les Etats-Unis essuyer un échec
en Irak. (Glossa:17/10/2003)
(66e) […] sorprende oír a EEUU decir que ‘no necesita permiso de Naciones Unidas’ para
actuar llegado el caso en Irak, […]. (EM:11/11/2002)

Somme toute, les entités non dynamiques s’opposent aux entités dynamiques
ou aux corps auto-contrôlants (selfcontrolled bodies, Levin & Rappaport 1995) :

SN

concret abstrait
liberté

humain animé inanimé


Jean chat

dynamique non dynamique


voiture maison

DYNAMIQUE NON DYNAMIQUE

Figure 7.6 Nature sémantique et dynamicité

Des études qui focalisent le rapport entre la sémantique du SN et son


comportement syntaxique sont rares. Citons quand même Delbecque (1987) qui, lors
de son analyse de la position du sujet en espagnol, constate que les sujets inanimés
suivent de préférence le verbe tandis que les sujets animés sont souvent antéposés au
prédicat. De même, Yamamoto (1999:54-55) montre que le degré d’humanitude d’un
constituant a des effets profonds sur certains phénomènes linguistiques, tels que
l’organisation informationnelle, le marquage casuel, mais aussi la structure
syntaxique :

« […] noun phrases which encode stronger animacy precede less strongly animate noun
phrases […]. Animate subjects are much more likely to be preverbal than inanimate
subjects […]. »

Il s’ensuit que notre hypothèse d’une corrélation entre la nature sémantique du SN2 et
sa position par rapport à l’infinitif n’est pas sans raison. Ci-dessous nous examinerons
217

d’abord les types de SN2 sélectionnés par les VdP (7.6.2.2), et ensuite le lien entre le
type de SN2 et sa position syntaxique (7.6.2.3).

7.6.2.2 La corrélation type de VdP/nature sémantique du SN2

Le dépouillement des types de SN2 dans notre corpus fournit les résultats suivants en
espagnol45 :

HUM ANIM INAN DYN INAN NON DYN ABSTR total


# % # % # % # % # % # %
ver 556 49,5% 46 4,1% 120 10,6% 266 23,7% 136 12,1% 1124 100%
oír 405 74,6% 23 4,2% 29 5,3% 82 15,1% 4 0,7% 543 100%
mirar 22 38,6% 3 5,3% 13 22,8% 18 31,6% 1 1,7% 57 100%
escuchar 119 79,3% 5 3,3% 9 6% 16 10,7% 1 0,7% 150 100%
Tableau 7.27 Nature sémantique du SN2 (espagnol)

et en français :

HUM ANIM INAN DYN INAN NON DYN ABSTR total


# % # % # % # % # % # %
voir 726 49,3% 17 1,2% 59 4% 342 23,2% 329 22,3% 1473 100%
entendre 275 82,6% 8 2,4% 22 6,6% 20 6% 8 2,4% 333 100%
regarder 102 44,9% 12 5,3% 40 17,6% 52 22,9% 21 9,3% 227 100%
écouter 74 86,1% - - 4 4,63% 4 4,63% 4 4,63% 86 100%
Tableau 7.28 Nature sémantique du SN2 (français)

La CI se caractérise par un nombre peu élevé de SN2 abstraits. En effet, comme il a été
affirmé au départ de cette partie46, la CI dénote par définition un acte de perception
directe d’un événement concret et perceptible. Toutefois, l’apparition d’un SN2
abstrait n’est pas exclue, comme en témoignent les phrases (67) qui dénotent des
constructions de perception directe abstraite47 :

(67a) Devant le Parlement, la joie se mêle encore à la crainte de voir à nouveau la


situation basculer. (Glossa:24/01/2003)

45 Nous ne retenons du corpus que les phrases avec un SN2 préverbal ou postverbal, ce qui revient
à un ensemble de 1874 exemples espagnols et 2119 exemples français. Afin de ne pas trop
restreindre la représentativité de notre échantillon, nous n’excluons pas les exemples avec un SN2
ou un infinitif à postdéterminant. Pour des données statistiques plus détaillées, voir Annexes II.3
Paramètres sémantico-conceptuels, p 389.
46 Cf. supra 5.1 La CI : une structure de perception directe ?, p 114.
47 Cf. supra 5.1.2.4 La perception directe abstraite, p 117.
218

(67b) […] se oía caer el silencio sobre la multitud como un murmullo que rodaba sobre las
cabezas y que iba a morir a lo lejos a través de las calles del barrio. (CREA:Díaz L.
1992)
(67c) […] je ne restais pas dans mon plumard à regarder passer la vie.
(Glossa:16/10/2003)

À l’intérieur de la catégorie des SN2 concrets, la CI se caractérise par la


présence d’un haut degré de SN2 dynamiques :

(68a) Desde la terraza veíamos pasar los helicópteros. (CDE:Pancho O. 1993)


(68b) L’ardeur est manifeste, on entendrait une mouche voler. (LM:11/3/1997)

Cette conclusion n’est pas inattendue puisque afin qu’un événement soit perceptible,
un changement d’état causé par une entité dynamique doit être accompli. Voici les
données statistiques pour l’espagnol :

DYN NON DYN


# % # %
ver 722 73,1% 266 26,9%
oír 457 84,8% 82 15,2%
mirar 38 67,9% 18 32,1%
escuchar 133 89,3% 16 10,7%

90,00%
80,00%
70,00%
60,00%
50,00% DYN
40,00% NON DYN
30,00%
20,00%
10,00%

0,00%
ver oír mirar escuchar

Tableau 7.29 Dynamicité du SN2 (espagnol)

et pour le français :

DYN NON DYN


# % # %
voir 802 70,1% 342 29,9%
entendre 305 93,8% 20 6,2%
regarder 154 74,8% 52 25,2%
écouter 78 95,1% 4 4,9%
219

100,00%
90,00%
80,00%
70,00%
60,00%
DYN
50,00%
NON DYN
40,00%
30,00%
20,00%
10,00%
0,00%
voir entendre regarder écouter

Tableau 7.30 Dynamicité du SN2 (français)

Les données statistiques révèlent aussi un écart important entre les VdPvisuelle et
les VdPauditive. Dans les deux langues étudiées, le nombre de SN2 non dynamiques est
plus élevé avec les VdPvisuelle ver/voir (26,9%-29,9%) et mirar/regarder (32,1%-25,2%) (69)
qu’avec les VdPauditive oír/entendre (15,2%- 6,2%) et escuchar/écouter (10,7%-4,9%) (70) :

(69) […] regardant disparaître peu à peu derrière la chaîne des sommets glacés déjà
couverts par les premières neiges les derniers feux du soleil […]. (AC:205)
(70) Abajo se escuchó abrir la puerta de la librería. (CREA:Mateo Díez L. 1992)

Ces pourcentages confirment notre affirmation que le stimulus de la perception


auditive est plus dynamique que celui de la perception visuelle. Aussi les différences
conceptuelles entre les modalités de perception se reflètent-elles dans les
caractéristiques sémantiques du Cinf.
Pour conclure, la hiérarchie suivante range les VdP d’après leur tendance à
sélectionner des SN2 dynamiques :

[SN2 + DYN] [SN2 - DYN]

escuchar > oír > > ver > mirar


écouter > entendre > > regarder > voir

Figure 7.7 Dynamicité SN2 par VdP

Ce qui saute aux yeux, c’est la prédominance de l’opposition perception visuelle vs.
perception auditive par rapport à la dichotomie volontaire vs. involontaire : la tendance à
sélectionner des SN2 dynamiques ou non n’oppose pas principalement les VdPvolontaire
aux VdPinvolontaire, mais les VdPauditive aux VdPvisuelle.
220

7.6.2.3 La corrélation type de SN2/position syntaxique

Les données statistiques indiquant le nombre de SN2 antéposés ou postposés pour


chaque VdP (cf. supra tableaux 7.3 et 7.4, p 175), ont dévoilé que le nombre de SN2
antéposés est plus élevé pour les VdPauditive que pour les VdPvisuelle, en espagnol :

prév po total
# % # % # %
ver 213 19% 911 81% 1124 100%
oír 174 32,1% 369 67,9% 543 100%
mirar 15 26,3% 42 73,7% 57 100%
escuchar 77 51,3% 73 48,7% 150 100%
total 479 25,6% 1395 74,4% 1874 100%
Tableau 7.31 Prév vs. Po (espagnol)

ainsi qu’en français :

prév po total
# % # % # %
voir 961 65,2% 512 34,8% 1473 100%
entendre 283 85% 50 15% 333 100%
regarder 92 40,5% 135 59,5% 227 100%
écouter 69 80,2% 17 19,8% 86 100%
total 1404 66,3% 714 33,7% 2119 100%
Tableau 7.32 Prév vs. Po (français)

Voici l’arrangement des VdP d’après leur tendance à se construire avec un SN2
préverbal ou postverbal :

[antéposition] [postposition]

escuchar > oír > > mirar > ver


entendre > écouter > > voir > regarder

Figure 7.8 Position SN2 par VdP

Cette hiérarchie, avec l’opposition primaire entre les VdPvisuelle et les VdPauditive,
correspond grosso modo à celle que nous avons établie dans le paragraphe précédent
(cf. figure 7.7, p 219). La ressemblance nous mène à entrevoir une corrélation entre la
tendance d’un verbe à sélectionner un certain type sémantique de SN2 et le penchant
du même verbe à se construire avec un SN2 antéposé ou postposé : plus un VdP
sélectionne des SN2 dynamiques, plus il se construit avec un SN2 antéposé et vice
221

versa. La tendance des VdPauditive à se combiner plus souvent avec un SN2 préverbal
que les VdPvisuelle pourrait s’expliquer ainsi par leur inclination pour les SN2
dynamiques.
Cette hypothèse ne peut être valable qu’à condition que nos chiffres pointent
également vers les corrélations SN2 dynamique/antéposition et SN2 non dynamique/
postposition. L’examen attentif du rapport entre le degré de dynamicité du SN2 et sa
position syntaxique, nous apprend que les SN2 dynamiques se rangent en effet plus
fréquemment devant l’infinitif (esp : 32,1% - fr : 75,7%) que les SN2 non dynamiques,
qui sont plus souvent postverbaux (esp : 90,1% - fr : 47,4%). Voici les données relevées
pour l’espagnol :

prév po
# % # %
DYN 434 32,1% 916 67,9%
NON DYN 38 9,9% 344 90,1%

100,00%
90,00%
80,00%
70,00%
60,00%
prév
50,00%
po
40,00%
30,00%
20,00%
10,00%
0,00%
DYN NON DYN

Tableau 7.33 Dynamicité /position SN2 (espagnol)

et pour le français :

prév po
# % # %
DYN 1013 75,7% 326 24,3%
NON DYN 220 52,6% 198 47,4%

80,00%

70,00%

60,00%

50,00%
prév
40,00%
po
30,00%

20,00%

10,00%

0,00%
DYN NON DYN

Tableau 7.34 Dynamicité/position SN2 (français)


222

L’échelle suivante range les types de SN2 d’après leur tendance à se mettre en
position préverbale ou postverbale par rapport à l’infinitif :

[antéposition] [postposition]

SN2 dynamique >> SN2 non dynamique

Figure 7.9 Position SN2 par dynamicité

7.6.2.4 Conclusion : la corrélation entre la modalité de perception, la nature


sémantique du SN2 et sa position syntaxique

La nature sémantique du SN2 semble jouer un rôle important dans son


positionnement syntaxique : les SN2 dynamiques se mettent plus fréquemment devant
l’infinitif que les SN2 non dynamiques qui se rangent plus aisément derrière l’infinitif.
À notre avis, les SN2 dynamiques sont conçus par le locuteur/percepteur comme de
vrais sujets de l’infinitif qui, en français et en espagnol, occupent de préférence la
position préverbale. Les SN2 non dynamiques sont conceptualisés plutôt comme des
objets –du VdP ou du prédicat complexe VdP + Inf– prototypiquement postposés.
Ainsi nous aboutissons aux configurations suivantes :

(1) VdP + [(SN2 dynamique) Sinf + Inf]


(2) [VdP] + [Inf] + (SN2 non dynamique) OD VdP
[VdP + Inf] + (SN2 non dynamique) OD préd compl.

En outre, vu les caractéristiques inhérentes des modalités de perception, les


VdPauditive sélectionnent plus fréquemment des SN2 dynamiques, antéposés à l’infinitif
et en position de sujet, que les VdPvisuelle qui admettent facilement des SN2 non
dynamiques postposés, en fonction d’objet :

(1) VdPauditive + [(SN2 dynamique) Sinf + Inf]


(2) [VdPvisuelle] + [Inf] + (SN2 non dynamique) OD VdP
[VdPvisuelle + Inf] + (SN2 non dynamique) OD préd compl.

Naturellement, ces schémas ne représentent que les tendances principales et


non des règles fixes : en espagnol les SN2 potentiellement dynamiques par exemple
apparaissent aussi fréquemment derrière l’infinitif. De plus, les schémas ne tiennent
pas compte de l’influence potentielle des propriétés sémantiques des infinitifs
subordonnés, que nous abordons ci-dessous.
223

7.6.3 La nature sémantique de l’infinitif

7.6.3.1 Le critère pertinent : la dynamicité de l’événement exprimé par l’infinitif

7.6.3.1.1 Les types d’événements distingués

À part la dynamicité du participant subordonné, la dynamicité du processus aperçu


influence potentiellement la position syntaxique du SN2. Les infinitifs seront classés
suivant le type d’événement qu’ils dénotent et plus particulièrement, suivant le degré
de transfert d’énergie qu’ils impliquent. Les trois types d’événements distingués
correspondent :

1. au transfert d’énergie entre le SN2 et un autre participant (P);


2. à l’émission d’énergie par SN2 ;
3. à la réception d’énergie par SN2.

Le transfert d’énergie entre deux participants reproduit la chaîne actionnelle ou


le modèle des boules de billard décrit dans le chapitre 3 (cf. figure 3.1, p 37). La chaîne
actionnelle représente un flux d’énergie qui passe de la source d’activité au récipient.
Prototypiquement, la source est un agent humain ou animé qui initie volontairement
une activité ; le récipient modèle est un patient inanimé qui absorbe l’énergie et subit
un changement d’état interne. Un exemple classique de cette transmission énergétique
est Jean mange une pomme. L’énergie engendrée par l’activité de manger génère un
changement de la structure interne de la pomme :

P1 énergie P2

source récipient
agent patient
Jean manger pomme

Figure 7.10 Transfert d’énergie

Naturellement, tous les événements ne correspondent pas à la chaîne actionnelle


prototypique. Souvent il n’y a qu’un seul participant impliqué dans le processus, ce
qui rend le transfert d’énergie impossible. Or, il se produit une émission d’énergie
quand un participant engendre une activité dont l’énergie n’est pas recueillie par un
patient, comme dans Jean danse :
224

P1 énergie

source
agent
Jean danser

Figure 7.11 Émission d’énergie

Finalement, quand le participant unique d’un événement subit un changement d’état,


il se profile comme le récipient de l’énergie, comme dans l’exemple type la branche
casse :

P1 énergie

récipient
patient
branche casser

Figure 7.12 Réception d’énergie

Ces trois types d’événements se rangent hiérarchiquement selon le degré de


transfert d’énergie qu’ils impliquent. Logiquement, un événement est dynamique
quand il implique un haut degré de transfert d’énergie :

[- dynamique] [+ dynamique]

réception émission transmission


casser danser manger

Figure 7.13 Degrés de transfert d’énergie

Afin que l’on puisse mesurer le degré de dynamicité de l’événement aperçu, il


faut classer les infinitifs selon un critère plus formel, à savoir leur valence verbale,
transitive ou intransitive. Dans le troisième chapitre il a été affirmé que
syntaxiquement, un verbe transitif (TR) se définit par la présence obligatoire d’un OD
tandis qu’un verbe intransitif (INTR) se caractérise par l’absence d’un deuxième
argument. Sémantiquement, la transitivité est associée à la transmission d’énergie
entre un proto-agent/sujet et un proto-patient/objet. Un verbe intransitif se définit
par l’absence de transfert d’énergie. De l’application de la définition syntaxique aux
225

trois types d’événements distingués, il ressort que le verbe de (71) est transitif tandis
que les verbes de (72a-b) sont intransitifs :

(71) Jean mange une pomme.


(72a) Jean danse.
(72b) La branche casse.

En effet, du point de vue purement formel, danser est un verbe intransitif puisqu’il se
construit sans OD. Or, d’une perspective sémantique, les verbes intransitifs ne
constituent pas un groupe homogène mais dénotent deux types d’événements : ou
bien ils représentent une émission d’énergie ou bien une réception d’énergie. Suivant
le degré de transitivité et de dynamicité qu’ils dénotent, les trois types d’infinitifs se
rangent de la façon suivante :

[- dynamique] [+ dynamique]

intransitif (a) intransitif (b) transitif


casser danser manger

Figure 7.14 Transitivité et dynamicité

7.6.3.1.2 Les verbes intransitifs : inergatifs et inaccusatifs

Perlmutter (1978) a été le premier à noter que la classe des verbes intransitifs n’est pas
homogène mais comprend deux sous-classes, à savoir la classe des inaccusatifs
(INAC) (tomber, arriver, apparaître,…) et celle des inergatifs (INERG) (danser, travailler,
parler,…). La distinction entre les verbes inaccusatifs et inergatifs a reçu des
interprétations syntaxiques, sémantico-thématiques et aspectuelles.
La définition proposée par Perlmutter (1978), Burzio (1981, 1986) et Rosen
(1984) est d’un caractère essentiellement syntaxique. Ces auteurs posent que les
inaccusatifs et les inergatifs se distinguent par des configurations syntaxiques
profondes fondamentalement différentes. Dans le cas des verbes inergatifs, le sujet de
la structure de surface est également un sujet dans la structure profonde. En revanche,
le sujet superficiel des verbes inaccusatifs fonctionne dans la structure profonde
comme un objet. Autrement dit, un verbe inaccusatif ne peut pas prendre un objet et
226

lui assigner le cas accusatif, d’où l’avancement de l’objet en position de sujet dans la
structure de surface48 :

inaccusatif inergatif
a a
V 2 V 1
1 1
tomber Jean danser Jean

Figure 7.15 Inaccusatif vs. inergatif

Autrement dit, le sujet syntaxique d’un verbe inergatif fonctionne comme un vrai
sujet tandis que le sujet d’un verbe inaccusatif a les propriétés d’un objet. Grimshaw
(1990), Tenny (1994) et Levin & Rappaport (1995) appellent le sujet unique du verbe
inergatif l’argument externe et le sujet de l’inaccusatif l’argument interne. Celui-ci est
directement gouverné par le verbe alors que celui-là se trouve en dehors de la portée
immédiate du prédicat.
Parallèlement, les deux classes d’intransitifs ont été définies d’un point de vue
sémantico-thématique. Labelle (1990) et Mendikoetxea (1999a) affirment que le sujet
d’un verbe inergatif est l’entité activement responsable du changement dénoté par le
verbe alors que le sujet d’un verbe inaccusatif est le locus du changement d’état : les
inergatifs ont des sujets typiquement agentifs tandis que les inaccusatifs se
construisent avec des sujets moins agentifs. Posé autrement, le sujet d’un inergatif
présente les traits du proto-agent alors que le sujet d’un inaccusatif se caractérise
plutôt comme le proto-patient. De plus, Levin & Rappaport (1995) et Mendikoetxea
(1999a) ont noté des tendances de certaines classes verbales à être associées à
l’inaccusativité ou à l’inergativité. Le tableau suivant fournit quelques exemples :

48 Rosen (1984) parle à ce propos d’unaccusative advancement. Dans le cadre de la Grammaire


Relationnelle, le sujet d’un verbe inaccusatif est appelé un initial 2 tandis que le sujet d’un verbe
inergatif est un initial 1.
227

INERG INAC
-verbes dénotant des processus corporels -verbes dénotant des changements d’état
involontaires (dormir, tousser, rire) physique ou psychique de cause interne
-verbes d’émission de stimuli corporels (puer, (tomber, croître, gonfler)
briller) -verbes non agentifs de mouvement
-verbes agentifs de mouvement (courir, nager, (rouler, sauter)
danser) -verbes de direction (descendre, monter, arriver)
-verbes d’existence (exister, vivre)
-verbes d’apparition (apparaître, surgir)
-verbes de disparition (disparaître)

Tableau 7.35 Verbes intransitifs et classes lexicales

Notons que si l’on compare plusieurs langues, des verbes ayant un sens similaire
peuvent être classés différemment par rapport à l’inaccusativité. Mendikoetxea
(1999a) mentionne quelques différences entre l’espagnol et le français d’une part, et
entre l’espagnol et l’anglais de l’autre :

INERG INAC
espagnol français
fundir fondre
deteriorar détériorer
espagnol anglais
oxidarse to rust
pudrirse to rot
hincharse to swell
Tableau 7.36 Intransitivité à travers les langues

Bien que nous acceptions la non-universalité de la classification inaccusatif vs. inergatif,


nous supposons que la différence entre les verbes espagnols et français sera minimale.
Récemment, plusieurs chercheurs (McClure 1990, Sanz 2000, Tenny 1994, Van
Valin 1990, Van Voorst 1988, Zaenen 1993) ont affirmé que la dichotomie inaccusatif
vs. inergatif est due au type d’Aktionsart du verbe49. Van Voorst (1988) note que le sujet
d’un verbe inaccusatif fonctionne en tant qu’objet de délimitation de l’événement et
que de là, les inaccusatifs dénotent nécessairement des événements téliques, à savoir
des accomplissements ou des achèvements. Vu l’absence d’un objet de délimitation
dans la structure des inergatifs, ces verbes correspondent à des événements atéliques,
à savoir des activités. Finalement, Sanz (2000) ajoute que les états sont
prototypiquement représentés par des inaccusatifs.

49 Sur la notion d’Aktionsart voir supra 4.1 Définition de l’aspect, p 72.


228

Parallèlement à la discussion autour de la définition des intransitifs, un certain


nombre de tests ont été développés pour décider du caractère inaccusatif ou inergatif
d’un verbe. Les deux diagnostics les plus importants –qui ont été proposés d’abord
pour l’italien (Rosen 1984, Burzio 1981, 1986)– sont :

1. les inaccusatifs se construisent avec le clitique partitif ne contrairement aux


inergatifs : ne sono apparsi tre vs. *ne hanno dormiti tre ;
2. les verbes inaccusatifs se construisent avec l’auxiliaire essere tandis que les
inergatifs sélectionnent l’auxiliaire avere : è caduto vs. ha sorriso.

Levin & Rappaport (1995) signalent qu’en anglais :

3. les inergatifs apparaissent facilement dans la construction X’s way, à


l’encontre des inaccusatifs : he danced his way through the room vs. *he fell his
way of the horse.

En néerlandais (Zaenen 1993) :

4. les inaccusatifs n’admettent pas la construction du passif impersonnel,


contrairement aux inergatifs : *in dat ziekenhuis wordt er gestorven vs. in dat
huis wordt er gewerkt ;
5. les inaccusatifs se construisent comme des participes perfectifs antéposés à
un SN à l’inverse des inergatifs : de gevallen man vs. *de gewerkte man.

Bien sûr, ce qui nous intéresse le plus, ce sont les tests proposés pour le français et
pour l’espagnol. Labelle (1990) pose qu’en français :

6. les inaccusatifs admettent la construction impersonnelle alors que les


inergatifs ne l’acceptent pas : il est arrivé un homme vs. *il est travaillé un
homme ;
7. les inaccusatifs admettent la construction absolue, précédée d’une fois : une
fois le ministre arrivé vs. *une fois le ministre travaillé ;
8. les inaccusatifs peuvent être l’objet infinitival du verbe croire quand
l’argument interne se relativise : le ministre que je croyais être arrivé vs. *le
ministre que je croyais avoir travaillé ;
9. comme en italien, les inaccusatifs sélectionnent l’auxiliaire être tandis que
les inergatifs se construisent avec avoir : le ministre est arrivé vs. le ministre a
travaillé.
229

En comparaison avec d’autres langues, le nombre de diagnostics de l’inaccusativité


proposés pour l’espagnol est relativement restreint. Belletti (1987), Mendikoetxea
(1999a) et Vanhoe (2004) signalent quand même que :

10. les inaccusatifs admettent des SN postposés sans déterminant : llegan coches
vs. *trabajan personas ;
11. de certains verbes inaccusatifs l’on peut former un adjectif dérivé en -ble ;
les inergatifs ne donnent pas lieu à ce type d’adjectif : variable, recomendable
vs. *nadable, *gritable ;
12. les inaccusatifs s’insèrent dans la périphrase subordonnée à la construction
participiale avec acabar : noticias acabadas de llegar vs. *hombres acabados de
trabajar ;
13. comme en français, les inaccusatifs apparaissent dans la construction
absolue : llegado el ministro vs. *trabajados los hombres ;
14. les inaccusatifs se construisent avec l’adverbe temporel recién : recién llegado
vs. *recién trabajado ;

Avant de passer aux indices du rapport entre le type de verbe intransitif et la


position du sujet, nous tenons à souligner que les diagnostics décrits ci-dessus ne sont
pas parfaits. Chaque diagnostic a sa validité bien qu’aucun ne soit exclusif. Zaenen
(1993) signale par exemple que le test (4) avec le passif impersonnel ne sélectionne que
les inergatifs contrôlables. Les inergatifs dénotant les processus corporels
involontaires n’admettent pas le passif impersonnel, tout comme les inaccusatifs :

(73) *In dat huis werd er gestonken.

En français, le test (6) avec l’impersonnel isole un type particulier d’inaccusativité, à


savoir les verbes d’existence, d’apparition et de disparition. Le diagnostic ne
s’applique pas aux inaccusatifs désignant des changements d’état de cause interne
(74a), ni aux verbes non agentifs de mouvement (74b) :

(74a) ?Il est crû une fleur.


(74b) ?Il est sauté une fille.

En outre, en espagnol de nombreux verbes inaccusatifs n’admettent pas la


constitution d’adjectifs en -ble (11) :

(75) *aparecible, *existible,*crecible.


230

Lors de la classification des infinitifs du corpus, nous tiendrons certainement compte


de ces tests, mais le rôle prépondérant sera attribué au critère sémantico-thématique
selon lequel le sujet inaccusatif fonctionne plutôt comme un patient alors que le sujet
inergatif est plus agentif.
De Miguel (1992) propose un dernier test qui sera important pour notre étude
des facteurs qui déterminent la position syntaxique du SN2 :

15. les verbes inaccusatifs tendent à se construire avec un sujet postverbal


tandis que les inergatifs se caractérisent par un sujet préverbal : llega Juan
vs. Juan trabaja.

Il a déjà été signalé précédemment que Danell (1979), Delbecque (1987) et Lambrecht
(1995) écrivent que les verbes qui marquent l’entrée en scène d’un personnage
(apparaître), l’arrivée d’un événement ou la succession de faits (arriver, passer) –des
verbes prototypiquement inaccusatifs– sont propices à la postposition de leur sujet50.
Tortora (1999) présume que cet ordre des mots VS reflète l’ordre de la structure
profonde où le sujet –qui est en réalité un objet– surgit à droite du verbe51.
Finalement, Di Tullio (1998) affirme qu’en espagnol, l’ordre des mots dans la CI est
sensible aux propriétés de l’infinitif : les infinitifs inergatifs sélectionnent souvent des
SN2 préverbaux tandis que les inaccusatifs préfèrent les SN2 postverbaux. La validité
de cette thèse sera vérifiée dans notre corpus.

7.6.3.1.3 Les infinitifs pronominaux : transitifs, inaccusatifs ou inergatifs ?

À part les verbes transitifs et intransitifs, un troisième type d’infinitif surgit dans le
corpus, à savoir les infinitifs pronominaux (PRON) : encontrarse/se rencontrer, lavarse/se
laver, desmayarse/s’évanouir,… Un verbe pronominal se construit par définition avec un
pronom conjoint –la forme du clitique se à la troisième personne– qui est de la même
personne que le sujet. La littérature abondante au sujet des constructions
pronominales52 s’occupe en premier lieu de la multifonctionnalité du clitique se et de

50 Cf. supra 7.5 Paramètres cognitifs : l’iconicité de la structure syntaxique , p 209. Les auteurs cités
étudient respectivement le français, l’espagnol et l’italien. Notons quand même qu’en général, la
postposition est plus fréquente en espagnol et en italien qu’en français.
51 Elle ajoute toutefois que tous les inaccusatifs ne favorisent pas la postposition, avec partir par

exemple l’ordre non marqué serait SV.


52 Pour le français voir entre autres Melis (1990), Ruwet (1972), Waltereit (2000) et Wehrli (1986) ;

pour l’espagnol nous citons les ouvrages de Alarcos LLorach (1970), Cano Aguilar (1981), De
231

son statut par rapport à la structure argumentale. Or, le but du présent paragraphe est
de répondre à la question avancée par Espinosa García (1995:77) :

« ¿Qué relación mantiene la construcción pronominal con la transitividad e


intransitividad ? »

De l’examen attentif des infinitifs pronominaux, il ressort que le clitique se


couvre une gamme de valeurs et d’emplois différents. Afin de structurer le vaste
champ opérationnel de se, il convient de distinguer deux grandes catégories suivant
son statut syntaxique : ou bien se remplit une fonction grammaticale dans la phrase,
ou bien pas.
Quand se est substituable par un SN ou par un autre pronom objet, il remplit la
fonction d’un OD. Le pronom réfléchi dans (76a) par exemple peut être remplacé par
un SN, ce qui pointe vers son fonctionnement en tant qu’OD (76b-d). En outre, les
sujets Jean et Marie interagissent : Jean rencontre Marie et Marie rencontre Jean. Dans
ce type de construction se fonctionne comme un pronom réciproque :

(76a) Juan y María se encuentran.


(76a’) Jean et Marie se rencontrent.
(76b) Juan encuentra a María.
(76b’) Jean rencontre Marie.
(76c) María encuentra a Juan.
(76c’) Marie rencontre Jean.
(76d) Juan y María encuentran a unos amigos.
(76d’) Jean et Marie rencontrent des amis.

Les phrases (77b-c) indiquent que se remplit également la fonction syntaxique d’un
OD dans (77a) mais que, contrairement à ce que nous avons observé à propos de (76),
le sujet n’agit pas sur un autre participant mais sur soi-même. Le sujet Jean et l’OD se
sont coréférentiels, d’où la dénomination de construction réflexive53 :

Miguel (1992, 2000), Espinosa García (1995), Maldonado (1999), Martín Zorraquino (1979),
Mendikoetxea (1999b), Moreira Rodríguez & Butt (1996), Nishida (1994), Oesterreicher (1992),
Schmidt-Riese (1998) et Peregrín Otero (1999). Pour des études plus générales des constructions
pronominales, voir Cennamo (1993), Reinhart (1996) et Selig (1998).
53 Waltereit (2000) distingue trois types de constructions réflexives d’après le degré de coréférence

entre le sujet et se, à savoir : la construction réflexive directe dans laquelle les deux participants
sont entièrement coréférentiels (i) ; la construction réflexive partitive dans laquelle le premier
participant est en partie coréférentiel avec le deuxième (ii) ; la construction réflexive
métonymique qui implique une relation partie-tout entre le sujet et une deuxième entité qui y est
liée conceptuellement (iii) :
(i) Jean s’est enfermé dans son bureau.
(ii) Jean se rase. (On ne rase qu’une partie du visage, à savoir le menton)
(iii) Jean se confesse. (Jean confesse ses crimes ou ses péchés)
232

(77a) Juan se lava.


(77a’) Jean se lave.
(77b) Juan lava el coche.
(77b’) Jean lave la voiture.
(77c) Juan lava sus manos.
(77c’) Jean lave ses mains.

La deuxième catégorie englobe toutes les constructions où se ne remplit pas de


fonction grammaticale et ne renvoie pas à un deuxième participant, à savoir la classe
des pseudo-réflexifs lexicaux. Le clitique se indique que le sujet est uniquement
concerné par l’action sans qu’il y ait coréférentialité : desmayarse/s’évanouir, irritarse/
s’irriter,… De plus, le pronom réflexif peut ajouter une valeur inchoative à des verbes
de changement d’état physique (quemarse/se brûler), d’état psychique (asustarse) ou de
position (caerse)54. Deux autres emplois du clitique se doivent encore être mentionnés,
à savoir les constructions pronominales passive (78) et impersonnelle (79) :

(78) La puerta se abre.


(79) Se vive bien aquí.

Les propriétés de ces deux constructions seront analysées en détail plus loin dans
cette étude55.
Le schéma suivant résume la classification proposée pour les constructions
pronominales :

se : fonction grammaticale?
/+/ /-/

réciproque réflexif pseudo- valeur [passif] [impersonnel]


réflexif inchoative
encontrarse lavarse desmayarse abrirse se abre X se vive bien

Figure 7.16 Classification des constructions pronominales

À notre avis, les infinitifs pronominaux s’introduisent dans les trois classes
d’événements distinguées dans la section antérieure, à savoir :

1. les transitifs qui impliquent un transfert d’énergie ;


2. les inergatifs qui représentent les événements d’émission d’énergie ;

54 Notons que cet emploi est plus répandu en espagnol qu’en français, où *se prendre peur et *se
tomber n’existent pas.
55 Cf. Chapitre 9 L’accord verbal dans la construction infinitive pronominalisée, p 295.
233

3. les inaccusatifs qui correspondent à la réception d’énergie.

Vu que les réciproques représentent un transfert d’énergie entre plusieurs


participants, nous les classons parmi les transitifs :

(80) Los vi besarse, no en la boca, qué alivio, sino en las mejillas, […]. (JP:347)

La classification des infinitifs réflexifs est moins évidente. Certains auteurs les
considèrent comme des verbes transitifs (Mendikoetxea 1999b, Peregrín Otero 1999,
Selig 1998), d’autres comme des inaccusatifs (Grimshaw 1982, 199056, Sportiche 1998,
Van Voorst 1988, Waltereit 200057). Nous nous rangeons du côté de Hopper &
Thompson (1980) et de Maldonado (1999) qui situent les verbes réflexifs à cheval sur
les transitifs et les intransitifs. Comme l’action que l’homme effectue sur soi-même est
moins énergétique que l’action dirigée vers d’autres participants, il y a une réduction
du degré d’énergie transmise par rapport aux transitifs prototypiques58. Toutefois,
l’adjonction du clitique se, comme dans lavarse, ne modifie pas radicalement la
structure actancielle du verbe originairement transitif lavar. En outre, ces verbes
s’accompagnent souvent d’un OD explicitant le terme de l’énergie ; ainsi dans la
phrase (81), l’infinitif est clairement transitif :

(81) Se le oirá lavarse los dientes aparatosamente y hacer gárgaras. (CREA:Resino C.


1991)

Comme la catégorie où le réfléchi se ne remplit pas de fonction grammaticale se


caractérise par la présence d’un seul argument référentiel, les infinitifs pronominaux
pseudo-réflexifs ou inchoatifs ne sont pas transitifs. L’association entre les verbes
pseudo-réflexifs et l’inaccusativité n’est pas nouvelle. Un des arguments les plus
fréquemment avancés est qu’en français –comme en italien d’ailleurs– les verbes
intrinsèquement réflexifs se construisent avec l’auxiliaire être/essere59. Toutefois, le fait
que les verbes pseudo-réflexifs proviennent d’une opération de réduction de deux

56 Grimshaw (1990:154): « […] reflexive cliticisation turns a verb with an external argument into a verb
with no external argument: the syntactically expressed argument is the internal argument of the verb. »
57 Waltereit (2000:268): « By its very nature, self-affectedness as related to reflexivity focuses on the result

of the event because self-affectedness is a result of self-directed action. By the same token, the implicature of
self-affectedness fades out the subject participant of the reflexive construction. Only one participant remains
conceptually represented; the reflexive construction resembles therefore an unaccusative intransitive verb. »
58 En effet, les verbes réflexifs n’ont qu’un seul participant et non deux comme les transitifs

prototypiques.
59 Nous avons vu dans 7.6.3.1.2 Les verbes intransitifs : inergatifs et inaccusatifs (p 225) que la

conjugaison avec être/essere est un diagnostic de l’inaccusativité.


234

arguments à un seul ne signifie pas nécessairement qu’ils soient inaccusatifs. Aussi


sommes-nous d’accord avec Peregrín Otero (1999:1467) quand il affirme que les
verbes en question ne sont pas tous inaccusatifs :

« En primer lugar, […] es bien sabido que en algunas lenguas germánicas los verbos
inherentemente reflexivos se conjugan con el equivalente de ‘haber’, mientras que los
inacusativos se conjugan con el equivalente de ‘ser’, […]. En segundo lugar, existen verbos
inherentemente reflexivos que se comportan como intransitivos inergativos respecto a
algunos diagnósticos […]. En tercer lugar, es bien sabido que la inergatividad y la
inacusatividad son o pueden ser propiedades, no del verbo por sí mismo, sino del
predicado. »

Maldonado (1999) note encore que l’adjonction de se cause une augmentation du


niveau d’énergie des verbes originairement intransitifs. En guise d’illustration,
l’emploi de la forme caerse implique que l’événement se produit malgré les attentes du
sujet tout comme la forme irse insiste sur l’acte volitif de partir de la part du sujet.
Dans les exemples ci-dessous, se s’ajoute à des verbes originairement intransitifs,
inaccusatifs et inergatifs. Nous classons les verbes de (82) dénotant des changements
progressifs et non agentifs comme des inaccusatifs ; les infinitifs de (83) se
construisent nécessairement avec un sujet agentif et sont donc inergatifs :

(82) pudrirse, aproximarse, morirse, …


(83) reírse, dormirse, lamentarse, quejarse,…

Voici une synthèse des différents types d’infinitifs pronominaux :

type de construction infinitif pronominal classification


réciproque encontrarse/se rencontrer ; batirse/se battre ; matarse/se tuer TR
réflexive lavarse/se laver ; afeitarse/se raser ; encerrarse/s’enfermer TR
pseudo-réflexive desmayarse/s’évanouir INAC
inchoative (a) aproximarse, romperse, morirse (a) INAC
(b) reírse, lamentarse, dormirse (b) INERG
Tableau 7.37 Classification des infinitifs pronominaux

7.6.3.2 La corrélation type de VdP/nature sémantique de l’infinitif

Les tableaux 7.38/7.39 marquant le rapport entre la modalité du VdP et les types
d’infinitifs subordonnés montrent qu’en espagnol et en français, les VdPvisuelle ver/voir
et mirar/regarder sélectionnent principalement des infinitifs inaccusatifs :

(84a) Es la primera vez que veo (morir)INAC a un hombre. (CREA:Márquéz J. 1995 )


(84b) […] je ne restais pas dans mon plumard à regarder (passer)INAC la vie. (Glossa:
16/10/2003)
235

Les VdPauditive oír/entendre et escuchar/écouter par contre sélectionnent plus


fréquemment des infinitifs transitifs (85a) et inergatifs (85b) :

(85a) Cuando oigo a Barrionuevo (argumentar)TR virtudes testiculares para defender a


Sancristóbal entiendo que lo tienen todo perdido. (CREA:Prensa 1994)
(85b) […] on tentait de grapiller quelques bribes de réponses en écoutant (dialoguer)INERG
Mitterrand et Mandela, sous le regard de Cavada. (LM:8/7/1994)

Voici les fréquences observées pour l’espagnol :

TR INERG INAC total


# % # % # % # %
ver 72 6,4% 158 14,1% 894 79,5% 1124 100%
oír 232 42,7% 205 37,8% 106 19,5% 543 100%
mirar 4 7,1% 14 24,6% 39 68,3% 57 100%
escuchar 84 56% 42 28% 24 16% 150 100%

80,00%

70,00%

60,00%

50,00%
TR
40,00% INERG
30,00% INAC

20,00%

10,00%

0,00%
ver oír mirar escuchar

Tableau 7.38 Dynamicité de l’infinitif (espagnol)

et pour le français :

TR INERG INAC total


# % # % # % # %
voir 389 26,4% 158 10,7% 926 62,9% 1473 100%
entendre 194 58,3% 112 33,6% 27 8,1% 333 100%
regarder 31 13,7% 42 18,5% 154 67,8% 227 100%
écouter 49 57% 26 30,2% 11 12,8% 86 100%

70,00%

60,00%

50,00%

40,00% TR
INERG
30,00%
INAC
20,00%

10,00%

0,00%
voir entendre regarder écouter

Tableau 7.39 Dynamicité de l’infinitif (français)


236

Le classement des VdP selon leur tendance à sélectionner des infinitifs


dynamiques montre effectivement que les données pointent vers une différence
primaire entre les VdPvisuelle et les VdPauditive :

[Inf - DYN] [Inf + DYN]

ver < mirar << oír < escuchar


regarder < voir << écouter < entendre

Figure 7.17 Type Inf par VdP

Les VdPauditive sélectionnent prototypiquement des événements dynamiques –de


transmission et d’émission d’énergie– alors que les VdPvisuelle admettent plus
facilement des événements moins dynamiques. Une fois de plus, l’hypothèse selon
laquelle le stimulus de la perception auditive est plus dynamique que celui de la
perception visuelle, et selon laquelle ces différences se reflètent dans les
caractéristiques sémantiques des VdP, se confirme.

7.6.3.3 La corrélation dynamicité de l’infinitif/position du SN2

L’examen du rapport qui existe entre le type d’infinitif et la position du SN2 qui
l’accompagne (cf. tableaux 7.40/7.41 à la page suivante), dévoile que les inaccusatifs
(86a) sélectionnent généralement des SN2 postverbaux tandis que les infinitifs
transitifs (86b) et inergatifs (86c) admettent plus facilement des SN2 préverbaux :

(86a) […] viendo (aparecer)INAC al viejo en la esquina de la plaza al mismo tiempo que
escuchaba el toque de difuntos en las campanas de Santa María. (JP:139)
(86b) Il entendra Gabriel Marcel, l'existentialiste chrétien, (faire)TR l'éloge du
Réarmement moral et Céline pester contre le ‘trust des martyrs’. (LM:21/2/1997)
(86c) Et il faut attendre les toutes dernières minutes pour enfin voir Kluivert
(égaliser)INERG. (Glossa:22/12/2003)

Les inergatifs espagnols (86d) constituent les seules exceptions puisqu’ils se


construisent fréquemment avec des SN2 postverbaux :

(86d) El público lo que quiere es ver (ganar)INERG a su equipo sean de donde sean los
jugadores, comentó el veterano técnico. (DS:27/6/2002)

Il s’y ajoute que le lien Inf INAC/SN2 postverbal est plus prononcé en espagnol qu’en
français (86e), où l’antéposition du SN2 est plus fixe :

(86e) Enfin, Freddy Thielemans se réjouit également de voir l'offre culturelle (se
développer)INAC frénétiquement. (Glossa:28/10/2003)
237

Les tableaux suivants représentent les proportions globales pour l’espagnol :

prév po
# % # %
TR 209 53,3% 183 46,7%
INERG 139 33,2% 280 66,8%
INAC 131 12,3% 932 87,7%

90,00%
80,00%
70,00%
60,00%
50,00% prév
40,00% po
30,00%
20,00%
10,00%
0,00%
TR INERG INAC

Tableau 7.40 Type Inf/position SN2 (espagnol)

et pour le français :

prév po
# % # %
TR 663 [100%] - -
INERG 222 65,7% 116 34,3%
INAC 521 46,6% 597 53,4%

100%
90%
80%
70%
60%
50% prév

40% po

30%
20%
10%
0%
TR INERG INAC

Tableau 7.41 Type Inf/position SN2 (français)

La classification des infinitifs selon leur tendance à se construire avec des SN2
préverbaux ou postverbaux donne l’échelle ci-dessous. Elle confirme la thèse d’entre
autres De Miguel (1992), Lambrecht (1995) et Tortora (1999) selon laquelle les verbes
inaccusatifs sont propices à la postposition de leur sujet :
238

[antéposition] [postposition]

TR > INERG > INAC

Figure 7.18 Dynamicité Inf et position du SN2

L’inclination des infinitifs transitifs à se construire avec des SN2 préverbaux n’est pas
surprenante. En effet, lors de l’examen des critères morphosyntaxiques nous avons
constaté que la présence d’un OD derrière l’infinitif déclenche souvent l’antéposition
du SN260.

7.6.3.4 Conclusion : la corrélation entre la modalité de perception, la dynamicité de


l’infinitif et la position syntaxique du SN2

La nature sémantique de l’infinitif joue incontestablement un rôle lors du


positionnement du SN2. Les infinitifs représentant des événements à un haut degré de
transfert d’énergie –donc les infinitifs transitifs et inergatifs– sélectionnent souvent
des SN2 préverbaux, là où les infinitifs correspondant à un niveau de transfert
d’énergie plus bas –les infinitifs inaccusatifs– se construisent majoritairement avec des
SN2 postverbaux. Il est probable que dans le premier cas, le SN2 fonctionne comme un
agent et est conceptualisé comme un sujet prototypique, antéposé à son prédicat donc
à l’infinitif. Dans le deuxième cas, il se comporte comme un patient/OD, qui se trouve
normalement derrière le prédicat. Ainsi nous obtenons les schémas prototypiques
suivants :

(1) VdP + [(SN2) Sinf + (Inf) TR]


(2) VdP + [(SN2) Sinf + (Inf) INERG]
(3) VdP + (Inf) INAC + (SN2) OD

De plus, étant donné les propriétés conceptuelles des modalités de perception,


les VdPauditive sélectionnent plus fréquemment des infinitifs dynamiques –transitifs et
inergatifs– que les VdPvisuelle qui admettent plus facilement des infinitifs moins
dynamiques :

(1) VdPauditive + [(SN2) Sinf + (Inf) TR]


(2) VdPauditive + [(SN2) Sinf + (Inf) INERG]
(3) VdPvisuelle+ (Inf) INAC + (SN2) OD

60 Cf. supra 7.3 Paramètres morphosyntaxiques : la complémentation du SN2 et de l’infinitif, p 181.


239

La corrélation entre la modalité de perception et le type d’événement


subordonné explique en même temps les tendances des VdP à se construire avec un
SN2 préverbal ou postverbal : plus un VdP sélectionne un infinitif dynamique, plus il
se construit avec un SN2 antéposé et vice versa. Le nombre plus élevé de SN2
antéposés aux infinitifs subordonnés aux VdPauditive ne reste donc pas sans motivation.

7.6.4 Conclusion : la pertinence des paramètres sémantico-conceptuels

L’existence d’un rapport entre la nature sémantique du SN2 et de l’infinitif d’une part,
et la position syntaxique du SN2 de l’autre, a pu être démontrée statistiquement. Les
SN2 dynamiques –humains, animés et inanimés– se mettent de préférence devant
l’infinitif. Les SN2 non dynamiques –nécessairement inanimés ou abstraits– admettent
plus facilement la postposition à l’infinitif. De même, les infinitifs dynamiques –
transitifs et inergatifs– sélectionnent des SN2 préverbaux alors que les infinitifs moins
dynamiques –inaccusatifs– se construisent plus facilement avec des SN2 postverbaux.
Or, ce qui gouverne les propriétés sémantiques du SN2 et de l’infinitif en premier lieu,
c’est le type de VdP principal. Les VdPauditive préfèrent les SN2 et les infinitifs
dynamiques, à l’encontre des VdPvisuelle qui sélectionnent plus fréquemment des SN2
et des infinitifs moins dynamiques. Cette observation confirme notre thèse selon
laquelle le stimulus de la perception auditive est quasi toujours dynamique alors que
celui de la perception visuelle peut être dynamique mais ne doit pas l’être.
Il s’est avéré que les propriétés conceptuelles des modalités de perception
influencent le comportement sémantico-syntaxique des VdP correspondants. En effet,
le SN2 subordonné à un VdPauditive n’est pas principalement conceptualisé comme
l’objet aperçu, mais en tant que source d’énergie de l’événement aperçu. Il en résulte
que le SN2 reçoit les marques syntaxiques d’un vrai sujet de l’infinitif qui est
prototypiquement préverbal. En revanche, le SN2 subordonné à un VdPvisuelle est
conçu comme l’objet de perception et reçoit les marques syntaxiques d’un OD, d’où le
nombre plus élevé des SN2 postverbaux. De tout ceci, nous concluons que la position
syntaxique du SN2 est un indice fiable de la fonction grammaticale que le percepteur
accorde au SN2 et donc également de la structure interne du Cinf. Aussi convient-il
d’assigner aux VdPauditive et aux VdPvisuelle des structures argumentales
240

fondamentalement différentes : les VdPauditive sélectionnent des propositions, les


VdPvisuelle sélectionnent des objets.
Cela dit, il ne faut pas dissimuler que dans un certain nombre de cas la
correspondance entre la position syntaxique du SN2, la nature sémantique des
constituants et la modalité de perception n’a pas pu être établie : les VdPauditive se
construisent également avec des SN2 postposés et les VdPvisuelle sélectionnent aussi des
SN2 antéposés. Cette observation ne doit pas nécessairement contredire notre
hypothèse selon laquelle le SN2 subordonné à un VdPauditive est conceptualisé en tant
que Sinf alors que le SN2 subordonné à un VdPvisuelle fonctionne plutôt comme l’OD
du VdP. Premièrement, l’antéposition d’un SN2 derrière un VdPvisuelle n’est pas exclue
dans la CI. Si le SN2 fonctionne comme l’OD du VdPvisuelle il doit se postposer à ce
VdP, ce qui implique toutefois qu’il peut s’antéposer ou se postposer à l’infinitif :

(87) En sus últimos tiempos, el pobre, venía los domingos a vernos y se paseaba por la
galería mirando a los muchachos jugar en el patio. (CDE:Rodríguez Alcalá, H.
1917)

Deuxièmement, nous savons que la postposition du SN2 à l’infinitif


subordonné peut indiquer que le VdP et l’infinitif s’incorporent et que le SN2 postposé
fonctionne comme l’OD du prédicat complexe :

(88) No sabe por qué, pero ver pasar a esta gente, cargada con su casa a cuestas como el
caracol le pone triste. (SOL:López Pacheco J. 1958)

Cependant, la postposition peut également être due à l’inversion du sujet. Nous avons
constaté plus haut (cf. tableau 7.40, p 237) que les infinitifs inergatifs espagnols
sélectionnent fréquemment des SN2 postposés. Comme le SN accompagnant un verbe
inergatif présente les propriétés d’un proto-agent/sujet61, nous ne sommes pas encline
à attribuer à ce SN2 la fonction d’un OD :

(89a) Cuando éramos niños nos aseguraban que si llegábamos a oír cantar a la Tía
Tragantía la noche de San Juan estábamos perdidos, porque nos llevaría embrujados
tras ella. (JP:572)

À notre avis, la postposition du SN2 ne représente pas uniformément une structure à


incorporation. Cette observation est confirmée par Labelle (1996) qui note qu’avec un
SN2 postposé l’intercalation d’un élément lexical entre le VdP et l’infinitif est
quelquefois possible. Cette intercalation dévoile la nature non fusionnée du VdP et de

61 Cf. 7.6.3.1.2 Les verbes intransitifs : inergatifs et inaccusatifs, p 225.


241

l’infinitif. L’auteur propose des exemples pour les VdPvisuelle, mais l’intercalation est
également possible avec les VdPauditive :

(89b) Je voyais à l’horizon s’amonceler les nuages. (Labelle 1996:96)


(89c) J’entendais avec enthousiasme chanter les grillons.

Une deuxième preuve contre l’incorporation nous est fournie par Fernández
Lagunilla & López (1991:229) qui notent qu’en espagnol, l’indétermination d’un SN
est plus acceptable en fonction d’OD qu’en fonction de sujet :
« La indeterminación del sintagma nominal parece más aceptable en la posición de
implemento u objeto directo que en la posición de sujeto, donde las posibilidades de que
aparezca un sintagma nominal sin actualizar son más reducidas […] :
(30) a. Compró caramelos de menta.
b. *Caramelos de menta suavizan la garganta.
c. Los caramelos de menta suavizan la garganta. »

Dans (90a), l’infinitif et le VdP forment un prédicat complexe ; le SN2 est l’OD de ce
prédicat complexe, ce qui explique son indétermination potentielle. Il nous semble
que dans (90b), le SN2 est nécessairement déterminé parce qu’il ne fonctionne pas
comme l’OD du prédicat complexe mais plutôt comme le Sinf inversé :

(90a) Veo pasar chicas.


(90b) Oigo cantar ?chicas/a las chicas.

Dans la section suivante nous examinerons plus en détail dans quelle mesure
l’incorporation se produit avec certaines classes lexicales particulières.

7.7 La position du SN2 et la nature lexicale de l’infinitif

7.7.1 L’objectif d’une classification lexicale

Plusieurs chercheurs (Achard 1998, Danell 1979, Di Tullio 1998, Rodríguez Espiñeira
2000, Roegiest 2003) affirment que l’incorporation –et donc la postposition impérative
du SN2 à l’ensemble VdP + Inf– est particulièrement fréquente dans la CI VdPauditive +
Inf de communication/Inf dicendi. Les auteurs ajoutent que l’incorporation est moins
habituelle avec les VdPvisuelle. Cette dernière affirmation va à l’encontre de notre
242

hypothèse62 selon laquelle l’incorporation doit être moins contraignante avec les
VdPauditive, vu la nature autonome et unitaire des événements aperçus auditivement.
Le but de la présente section est de vérifier si l’incorporation est effectivement
plus fréquente avec les VdPauditive qu’avec les VdPvisuelle. Tout d’abord, les différentes
classes lexicales possibles seront discutées (7.7.2). Dans un deuxième temps, nous
évaluerons pour chaque VdP les classes verbales qui favorisent la routine
perceptuelle, et nous examinerons dans quelle mesure cette routine déclenche la
postposition du SN2 (7.7.3). À la fin de la section, nous étudierons la position du SN2
en présence d’autres classes lexicales ‘moins routinières’ (7.7.4).

7.7.2 Les classes lexicales distinguées

Sur base de la classification verbale proposée par Levin (1993), les infinitifs rencontrés
dans notre corpus entrent dans 8 classes lexicales63 :

1. la première classe dénotant le mouvement d’une entité contient tous les


infinitifs qui indiquent un changement dans la position du participant SN2 :
a) les verbes de mouvement directionnel inhérent : caer/tomber, subir/
monter, entrar/entrer ;
b) les verbes qui spécifient la façon de mouvoir : correr/courir,
circular/circuler, resbalar /glisser.
2. les infinitifs de communication dénotent :
a) l’émission d’un message par le SN2 : hablar/parler, decir/dire,
preguntar/demander, explicar/expliquer, contar/raconter ;
b) une certaine façon de communiquer : cuchichear/chuchoter, susurrar/
murmurer, gritar/crier.
3. la catégorie des verbes dénotant l’émission de stimuli contient d’une part
les infinitifs d’émission de stimuli sonores par le SN2 :

62 Proposée dans 6.5.3.2 Le degré d’incorporation : perception visuelle vs. perception auditive, p
167.
63 Afin d’arriver à un nombre de classes plus réduit, nous avons légèrement adapté la classification

de Levin. Ainsi, les 8 catégories que nous proposons sont plus larges et couvrent plusieurs classes
de Levin. Bien que notre but soit de ranger les infinitifs d’après leur sens lexical de base, il n’est pas
toujours facile de les introduire dans une seule catégorie. Les verbes aproximarse/s’approcher,
alejarse/s’éloigner par exemple contiennent l’idée d’un mouvement suivi d’une apparition ou d’une
disparition. Le verbe caer/tomber peut dénoter un mouvement, mais aussi un changement d’état ou
une diminution de quantité (les prix tombent).
243

a) les bruits produits par les humains : llorar/pleurer, vociferar/hurler,


chillar/ couiner ;
b) les bruits produits par les animaux : maullar/miauler, ladrar/aboyer,
gañir/ japper ;
c) les bruits produits par les inanimés tels que le vent (zumbar/bruire),
les machines, les voitures (roncar/ronfler) ou les cloches (sonar/tinter) ;
et d’autre part, les infinitifs d’émission de stimuli visuels par le SN2 :
brillar/briller, resplandecer/luire, centellear/scintiller.
4. les infinitifs qui représentent l’entrée en scène ou la disparition du
SN2 constituent une quatrième classe : aparecer/apparaître, emerger/émerger,
llegar/ arriver, desaparecer/ disparaître.
5. la catégorie des activités contient les verbes qui dénotent un processus
physique ou psychique mais qui n’entrent pas dans les classes décrites ci-
dessus :
a) les verbes d’action : trabajar/travailler ;
b) les verbes de création : construir/construire ;
c) les verbes de changement de possession : dar/donner ;
d) les verbes de contact : chocar con/se heurter à ;
e) les verbes d’activité psychique : aprender/apprendre.
6. la sixième classe rassemble les infinitifs qui représentent un changement
d’état interne du SN2 : crecer/croître, envejecer/vieillir, podrir/pourrir.
7. parmi les infinitifs qui dénotent l’état ou l’existence du SN2 nous comptons
entre autres vivir/vivre, quedarse/rester, florecer/fleurir et mantenerse/se
maintenir.
8. finalement, les processus météorologiques sont représentés dans notre
corpus par les verbes llover/pleuvoir, nevar/neiger et anochecer.

7.7.3 L’incorporation et la routine perceptuelle

7.7.3.1 Définition de la routine perceptuelle

L’incorporation fréquente des VdPauditive et des infinitifs de communication est


généralement expliquée par le lien sémantique étroit qui existe entre ces deux verbes.
Achard (1998) pose en effet qu’un VdP et son infinitif subordonné fusionnent quand
244

les événements qu’ils dénotent sont tellement proches conceptuellement qu’ils


constituent une routine perceptuelle. Autrement dit, l’incorporation se produit avec des
événements faciles à reconnaître. Ces événements –dénommés expériences sensorielles
de base (basic sensory experiences)– s’opposent aux événements plus difficiles à
reconnaître, et donc à incorporer dans le VdP. La routine perceptuelle entre entendre et
parler explique l’incorporation ainsi que la postposition naturelle du SN2 dans :

(91a) J’ai entendu parler Marie.

L’incorporation du VdPauditive entendre et de l’infinitif d’activité physique cuisiner est


moins naturelle, vu la distance conceptuelle. Le contenu évoqué par le processus
aperçu n’appartient pas directement au sens évoqué par le VdP :

(91b) ?J’ai entendu cuisiner Marie.

C’est à juste titre qu’on se demandera : quelles sont les expériences sensorielles
de base des VdPvisuelle et des VdPauditive ? Si nous partons de l’idée que ces expériences
routinières sont les expériences qui se produisent le plus naturellement avec les deux
modalités de perception, il nous faut mesurer dans un corpus la fréquence
d’apparition des différentes classes lexicales derrière les VdP. De plus, comme il s’agit
probablement d’un principe cognitif général qui surmonte les propriétés des langues
individuelles, il convient de comparer les résultats obtenus pour l’espagnol avec ceux
du français. Rappelons les faits pour l’espagnol64 :

ver mirar oír escuchar


classe lexicale Inf # % # % # % # %
mouvement 1027 44,3% 59 42,5% 93 7,8% 26 9,6%
communication 22 0,9% 2 1,4% 689 57,7% 165 61,2%
émission stimuli 75 3,2% 2 1,4% 270 22,6% 52 19,3%
apparition/disparition 412 17,7% 12 8,7% 26 2,2% 4 1,5%
autre activité 466 20,1% 43 30,9% 92 7,7% 19 7%
changement d’état 288 12,4% 16 11,5% 17 1,4% 3 1,1%
état/existence 20 0,9% 2 1,4% 1 0,1% - -
météorologique 12 0,5% 3 2,2% 6 0,5% 1 0,3%
total 2322 100% 139 100% 1194 100% 270 100%
Tableau 7.42 Classe lexicale par VdP (espagnol)

Pour des données statistiques plus détaillées ainsi que pour des exemples supplémentaires, voir
64

Annexes II.4 Nature lexicale de l’infinitif, p 393.


245

Ce qui saute aux yeux, c’est le parallélisme entre les VdPvolontaire et les VdPinvolontaire
pour chaque modalité de perception : les VdPvisuelle ver et mirar se construisent le plus
fréquemment avec les infinitifs de mouvement (44,3% et 42,5%) alors que les
VdPauditive oír et escuchar sélectionnent le plus fréquemment –selon les attentes– les
infinitifs de communication (57,7% et 61,2%).
Les mêmes faits s’observent en français. Les infinitifs subordonnés aux
VdPvisuelle dénotent de préférence des mouvements (21,3%65 et 51,7%), ceux qui
suivent les VdPauditive représentent le plus fréquemment des actes de dire (65,9% et
48,1%) :

voir regarder entendre écouter


classe lexicale Inf # % # % # % # %
mouvement 413 21,3% 161 51,7% 31 4,8% 6 5,7%
communication 46 2,4% - - 423 65,9% 51 48,1%
émission stimuli 27 1,4% 5 1,6% 92 14,4% 23 21,7%
apparition/disparition 217 11,2% 9 2,9% 1 0,2% - -
autre activité 785 40,5% 91 29,2% 90 14,1% 23 21,7%
changement d’état 404 20,9% 39 12,5% 4 0,6% 3 2,8%
état/existence 44 2,3% 6 1,9% - - - -
météorologique - - 1 0,3% - - - -
total 1936 100% 312 100% 641 100% 106 100%
Tableau 7.43 Classe lexicale par VdP (français)

Nous étudierons d’abord la position du SN2 dans les arrangements routiniers


VdPvisuelle + Inf de mouvement et VdPauditive + Inf de communication. Les autres classes
lexicales entreront en ligne de compte après.

7.7.3.2 Les VdPvisuelle et les infinitifs de mouvement

Rappelons que dans notre corpus espagnol, 74,4% des SN2 apparaît en position
postverbale alors que dans le corpus français seulement 33,7% est postverbal. Si la
suite d’un VdPvisuelle et d’un infinitif de mouvement favorise effectivement
l’incorporation, le nombre de SN2 postverbaux devra être plus élevé dans ce contexte-
ci que la moyenne. C’est ce que nous observons dans les deux langues étudiées ;

65Voir constitue une exception et sélectionne le plus fréquemment des infinitifs d’activité.
Toutefois, si nous mettons ensemble les données pour les deux VdPvisuelle, les infinitifs de
mouvement se rangent en premier place.
246

83,3% des SN2 espagnols et 63,8% des SN2 français subordonnés à un VdPvisuelle et
accompagné d’un infinitif de mouvement se range derrière l’infinitif66 :

classe lexicale Inf VdPvisuelle position # %


espagnol prév 90 16,7%
mouvement po 433 83,3%
français prév 173 36,2%
po 305 63,8%
Tableau 7.44 VdPvisuelle + Inf de mouvement

La présence d’un infinitif de mouvement semble favoriser l’incorporation, ce qui


augmente en même temps le nombre de SN2 postposés :

(92a) De espaldas al candil, Cipriano [veía moverse] la sombra de su cabeza sobre el


blanco rostro de Teo. (EH:350)
(92b) Par un surcroît de bonheur, en ce jour décidément faste, ils [virent sortir] des
hommes de la forêt, conduits par un jeune Blanc. (RBR:458)

De plus, l’observation que le taux de SN2 postverbaux augmente –par rapport à la


moyenne– plus en français qu’en espagnol pourrait indiquer que la fusion est plus
contraignante en français. Toutefois, il ne faut pas dissimuler que, dans les deux
langues, l’insertion du SN2 entre le VdPvisuelle et l’infinitif de mouvement n’est pas
exclue et que l’incorporation ne se produit pas impérativement :
(93a) Me di cuenta que estaba yo cansado aquel día en que detrás de la barricada, allá cerca
de los árboles, [vi] una sombra [moverse] […]. (BDS)
(93b) […] c'était un contrôle banal, elle ne s'attendait pas à [voir] un Noir [sortir] de la
voiture. (Glossa:1/12/2003)

7.7.3.3 Les VdPauditive et les infinitifs de communication

La situation est très différente pour la combinaison d’un VdPauditive et d’un infinitif de
communication. Contre toute attente, c’est le taux de SN2 préverbaux qui augmente
par rapport à la moyenne : de 26,6% à 48,5% en espagnol et de 66,3% à 94,5% en
français. Aussi la présence d’un infinitif de communication ne semble-t-elle pas
favoriser l’incorporation et la postposition du SN2 :

66 Nous étudions les VdPinvolontaire et les VdPvolontaire pour chaque modalité ensemble.
247

classe lexicale Inf VdPauditive position # %


espagnol prév 159 48,5%
communication po 202 51,5%
français prév 223 94,5%
po 9 5,5%
Tableau 7.45 VdPauditive + Inf de communication

Le même scénario se répète d’ailleurs pour le prototype des verbes de


communication, à savoir hablar/parler67 :

classe lexicale Inf VdPauditive position # %


espagnol prév 32 45,5%
hablar/parler po 53 54,5%
français prév 31 79,2%
po 7 20,5%
Tableau 7.46 VdPauditive + hablar/parler

La postposition du SN2 est possible :

(94a) En este momento, mientras [escucho hablar] a periodistas como Martín Liberman,
pienso que la responsabilidad la tenemos todos. (LN:14/6/2000)
(94b) Il y a vingt ans qu'il n'a plus exercé de fonction ministérielle, mais à [entendre
parler] certains des membres de sa majorité, on se surprend à en douter.
(LM:2/4/1994)

mais l’antéposition domine :

(95a) Llevaba todo el invierno [oyendo] a Rahola [hablar] en las tertulias de radio, como si
fuera íntima amiga mía y no me conoce de nada, declaró De la Rosa. Europa Press.
(CREA)
(95b) On ne sera donc pas surpris d'[entendre] les uns et les autres [parler] souvent
d'une même voix. (LM:5/4/1994)

7.7.3.4 Conclusion : les degrés de fusion différents

Les données statistiques indiquent que l’incorporation d’un VdPvisuelle et d’un infinitif
de mouvement est plus contraignante que l’incorporation d’un VdPauditive et d’un
infinitif de communication. La perception visuelle directe d’un mouvement focalise
essentiellement le participant qui meut (1) alors que la perception auditive se
concentre sur l’acte de communication entier (2). Dans ce dernier cas, le participant

67Par conséquent, la tendance est générale et n’est pas due à l’interférence de certains verbes –en
particulier des verbes transitifs comme decir/dire– qui déformeraient les résultats. Hablar/parler est
un verbe intransitif, donc il n’y a pas d’OD postposé qui peut déclencher l’antéposition du SN2. Cf.
supra 7.3 Paramètres morphosyntaxiques : la complémentation du SN2 et de l’infinitif, p 181.
248

représenté par le SN2 –nécessairement dynamique– fonctionne comme la source de


l’acte de communication –donc comme le sujet de l’infinitif– ce qui défavorise, à notre
avis, l’incorporation :

(1) [VdPvisuelle + Inf mouvement] + (SN2) OD préd complexe


(2) VdPauditive+ [(SN2) Sinf + Inf communication]

7.7.4 L’incorporation et les classes lexicales non routinières

Afin d’aboutir à une image complète de la corrélation potentielle entre


l’incorporation, la postposition du SN2 et la nature lexicale de l’infinitif, nous
présentons ci-dessous les données statistiques pour les autres classes verbales68. Voici
les proportions observées pour les VdPvisuelle :

classe lexicale Inf VdPvisuelle position # %


communication espagnol prév 6 75%
po 2 25%
français prév 23 92%
po 2 8%
émission stimuli espagnol prév 4 11,4%
po 31 88,6%
français prév 10 31,1%
po 17 68,9%
apparition/disparition espagnol prév 16 15,8%
po 217 84,2%
français prév 30 19,9%
po 167 80,1%
autre activité espagnol prév 76 56%
po 86 44%
français prév 477 80,2%
po 68 19,8%
changement d’état espagnol prév 31 13,3%
po 172 86,7%
français prév 244 54,8%
po 146 45,2%
état/existence espagnol prév 5 33,3%
po 11 66,7%
français prév 24 57,4%
po 14 42,6%
Tableau 7.47 VdPvisuelle + autres classes lexicales

68 La catégorie des verbes météorologiques ne figure pas dans cette liste parce que, par définition,
ils ne peuvent pas se construire avec un SN2.
249

Dans les deux langues, en présence d’un infinitif d’apparition/disparition et d’un


infinitif d’émission de stimuli le nombre de SN2 postverbaux augmente par rapport à
la moyenne : en espagnol de 74,4% à 80,1% et 88,6% ; en français de 33,7% à 80,1% et
68,9%. Il est probable que ces événements constituent avec le VdPvisuelle une routine
perceptuelle qui focalise le participant du processus subordonné. Dans le cas de
l’apparition ou disparition d’une entité par exemple, c’est en effet la présence (ou
l’absence) soudaine de ce participant qui compte et non l’événement d’apparaître ou
de disparaître qui est tellement court qu’en général il ne s’aperçoit pas :

(96a) Juan Pérez, desde abajo, [vio aparecer] a Adriano Gomara en lo alto de la escalera,
seguido por Mauro, y por sus guardias. (CDE:Donoso J. 1978)
(96b) Longtemps par la suite il (le brigadier) devait se rappeler cet homme debout, le
journal déployé cachant son visage dont on ne [voyait apparaître] au-dessus de la
manchette que les deux yeux qui le fixaient avec une sorte de fureur, de
reproche et de vindicative méchanceté. (AC:236)

Le tableau suivant résume les données statistiques pour les VdPauditive :

classe lexicale Inf VdPauditive position # %


mouvement espagnol prév 20 26,9%
po 56 73,1%
français prév 15 50%
po 16 50%
émission stimuli espagnol prév 36 26,3%
po 141 73,7%
français prév 45 60,1%
po 33 39,9%
apparition/disparition espagnol prév 4 25%
po 12 75%
français prév - -
po - -
autre activité espagnol prév 27 67,3%
po 18 32,7%
français prév 64 88%
po 8 12%
changement d’état espagnol prév 5 30%
po 13 70%
français prév 5 75%
po 1 25%
état/existence espagnol prév - -
po - -
français prév - -
po - -
Tableau 7.48 VdPauditive + autres classes lexicales
250

Les infinitifs dénotant un état ou l’existence d’un participant n’apparaissent pas –du
même pas dans notre corpus– derrière les VdPauditive. Cette observation confirme la
tendance générale des VdPauditive à sélectionner des événements dynamiques. Notons
toutefois qu’aucune classe lexicale particulière n’augmente le taux de SN2
postverbaux. Les VdPauditive semblent moins portés à fusionner avec l’infinitif qui suit.

7.7.5 Conclusion : la pertinence des classes lexicales

L’examen de la corrélation entre la position du SN2 et la nature lexicale de l’infinitif


confirme notre hypothèse selon laquelle –à l’encontre de ce que l’on trouve dans la
littérature– les VdPauditive ne fusionnent pas plus fréquemment avec leur infinitif que
les VdPvisuelle. La nature événementielle de cette modalité de perception ainsi que
l’autonomie et la dynamicité des stimuli en sont la cause.
À cela s’ajoute que la nature sémantique de l’infinitif semble dominer en
quelque sorte sa nature lexicale. Pour donner un exemple concret, les infinitifs
d’activité s’accompagnent de préférence d’un SN2 préverbal. Or, nous savons que ce
sont surtout des infinitifs transitifs et inergatifs –donc dynamiques– qui dénotent les
activités. La même remarque peut être faite à propos des infinitifs d’apparition/
disparition. Bien que la focalisation du participant et non de l’événement explique la
postposition fréquente avec ce type d’infinitif, l’on ne peut pas oublier que ces
infinitifs sont prototypiquement des inaccusatifs ou des verbes peu dynamiques, qui
sélectionnent un SN2 patient.

7.8 Conclusion : les facteurs qui gouvernent la position du SN2

7.8.1 La pertinence des paramètres retenus

Le schéma suivant synthétise les principales corrélations mises à jour dans ce


chapitre :
251

MODALITÉ DE PERCEPTION

nature sémantique Inf /SN2

critères critères saillance ?critères

morphosyntaxiques lexicaux initiale discursifs

FONCTION SN2

POSITION SN2
STRUCTURE INTERNE Cinf

Figure 7.19 La position du SN2 : synthèse

L’observation du rôle prédominant de la modalité de perception lors du


positionnement du SN2 ne doit pas invalider la pertinence d’autres critères,
morphosyntaxiques, discursifs ou lexicaux. Premièrement, quant aux paramètres
morphosyntaxiques, les tendances principales que nous avons observées sont :

(1) VdP + SN2 (-postdéterminant) + Inf (+complément/actant)


(2) VdP + Inf (-complément) + SN2 (+postdéterminant lourd)

La validité des critères discursifs n’a toutefois pas pu être démontrée statistiquement :

(3) ?VdP + SN2 (+identifié) + Inf


(4) ?VdP + Inf + SN2 (-identifié)

Troisièmement, l’hypothèse de l’iconicité de l’ordre des mots –du moins telle qu’elle a
été formulée par Achard– a été rejetée sur base de l’argument que la structure avec un
SN2 antéposé n’implique pas nécessairement la perception primaire du participant et
que l’ordre VdP + Inf + SN2 ne focalise pas nécessairement l’événement aperçu. En
revanche, l’étude des propriétés sémantico-conceptuelles des modalités de perception
et plus précisément des propriétés sémantiques du SN2 et de l’infinitif subordonné qui
en découlent, nous a mené vers les conclusions suivantes :

(5) VdPauditive + SN2 (+dynamique) + Inf


(6) VdPvisuelle + Inf + SN2 (± dynamique)
(7) VdPauditive + SN2 + Inf (+ dynamique)
252

(8) VdPvisuelle + Inf (± dynamique) + SN2

Étant donné les propriétés conceptuelles des modalités de perception, les VdPauditive
sélectionnent surtout des SN2 et des infinitifs dynamiques ; les VdPvisuelle se
construisent plus fréquemment avec des entités moins dynamiques. Nous n’avons
toutefois pas pu démontrer le rapport entre la présence d’un infinitif de
communication derrière un VdPauditive, l’incorporation de ces deux verbes et la
postposition du SN2. En revanche, l’incorporation s’est révélée plus fréquente avec les
VdPvisuelle :

(9) [VdPvisuelle + Inf mouvement] + (SN2) OD préd complexe


(10) VdPauditive + [(SN2) Sinf + Inf communication]

Il est probable que les paramètres sémantico-conceptuels dominent les autres critères,
morphosyntaxiques et lexicaux. Les infinitifs dynamiques par exemple sont
prototypiquement transitifs donc suivis d’un complément, ce qui entraîne souvent
l’antéposition du SN2.
N’oublions toutefois pas d’insister sur le fait que l’espagnol et le français se
caractérisent par deux ordres des mots de base différents. En espagnol le SN2 est plus
fréquemment postposé à l’infinitif alors qu’en français, le SN2 est plus souvent
antéposé à l’infinitif :

(11) VdP espagnol + Inf + SN2


(12) VdP français + SN2 + Inf

Ces structures de base fondamentalement différentes se reflètent dans la sensibilité


aux critères morphosyntaxiques et sémantiques, qui n’est pas tout à fait identique
pour les deux langues. En espagnol, l’impact de la postdétermination du SN2 sur
l’ordre des mots est plus net que celui d’un complément d’infinitif. En effet, un SN2
lourd se range presque toujours derrière l’infinitif puisqu’il renforce la tendance VS.
De plus, cette langue semble limiter l’antéposition du SN2 à des entités et à des
infinitifs dynamiques. Or, en français l’impact d’un complément d’infinitif est plus net
que celui d’un postdéterminant du SN2 : la présence d’un deuxième actant entraîne
presque toujours l’antéposition du SN2 car elle soutient l’ordre canonique SV. De plus,
le français restreint la postposition du SN2 à des entités et à des infinitifs peu
dynamiques.
253

7.8.2 La position du SN2, sa fonction grammaticale et la structure interne du Cinf

Le SN2 subordonné à un VdPauditive est plus fréquemment préverbal, ce qui pointe vers
son fonctionnement sujet. Par conséquent, la structure interne du Cinf est unitaire et
de nature propositionnelle. La propriété formelle de la position syntaxique du
participant subordonné confirme notre thèse selon laquelle la perception auditive est
principalement perception d’un événement global, causé par une entité dynamique.
Le SN2 subordonné à un VdPvisuelle est prototypiquement postverbal, ce qui dévoile
son fonctionnement d’objet. La perception visuelle est donc perception primaire d’un
objet. Il en résulte que la structure du Cinf est non unitaire et non propositionnelle.
Cependant, nous avons constaté que l’antéposition d’un constituant n’indique pas
uniformément son fonctionnement sujet et que la postposition peut également
correspondre à une structure à inversion du sujet. Ainsi, en accord avec la hiérarchie
établie par Keenan (1975, 1976)69 nous concluons que la position n’est pas un indice
sans faille de la fonction grammaticale d’un constituant. Voici la schématisation des
organisations internes possibles :

(I) (a) VdPauditive + [(SN2) Sinf + Inf]


(b) VdPauditive + [Inf + (SN2) Sinf]
(c) [VdPauditive + Inf] + (SN2) OD préd complexe
(II) (a) VdPvisuelle + [Inf] + [SN2 OD VdP]
(b) VdPvisuelle + [SN2 OD VdP] + [Inf]
(c) [VdPvisuelle + Inf] + (SN2) OD préd complexe

La validité de la propriété formelle du marquage casuel du participant


subordonné sera évaluée dans le chapitre suivant.

69 Cf. supra 6.5.4 Les indices syntaxiques des fonctions grammaticales, p 168.
254

Chapitre 8

Le marquage casuel du participant subordonné SN2

Le marquage casuel du SN2 est la deuxième propriété formelle qui peut être
mise en rapport avec la structure interne du Cinf. D’après notre hypothèse, le
cas accusatif ou datif du participant subordonné SN2 s’établit en fonction du
rôle grammatical que le locuteur lui attribue dans la phrase. Après avoir
esquissé la portée de la catégorie du cas dans les deux langues romanes en
question (8.1), nous examinerons d’abord le marquage casuel du SN2 dans la
structure infinitive incorporée (8.2). Ensuite, nous passerons à l’étude de deux
phénomènes espagnols –l’accusatif prépositionnel et le leísmo– qui témoignent
d’une certaine complexité des rapports formels entre les fonctions
grammaticales de l’OD et de l’OI (8.3-8.6). Le chapitre se terminera par
l’élucidation de la corrélation qui existe entre les propriétés sémantiques du
Cinf, le marquage casuel du SN2 et sa fonction grammaticale (8.7).

8.1 La tripartition nominatif vs. accusatif vs. datif

8.1.1 Les indicateurs du cas en espagnol et en français

Les cas stipulent morphologiquement les rapports syntaxiques qui existent entre les
participants d’une proposition et leur prédicat : en général, le nominatif s’impose au
sujet, l’accusatif à l’OD et le datif à l’OI. Le système casuel complexe du latin classique
a disparu dans les langues romanes1 et a été remplacé tantôt par la fixation de l’ordre
des mots, tantôt par l’emploi délexicalisé des prépositions. Comme il a été indiqué
dans le chapitre précédent, la grammaticalisation de l’ordre des mots s’observe

1 Sur cette évolution voir entre autres Banniard (1997), Geckeler (1996) et Reinheimer & Tasmowski
(1997).
255

clairement en français moderne. En espagnol, l’ordre des mots est plus libre2. De plus,
dans les deux langues, l’OI est normalement précédé de la préposition a/à. Ce n’est
que dans le paradigme des pronoms personnels que la distinction casuelle s’est
maintenue dans l’ensemble des langues romanes3. Les personnes du discours
distinguent le nominatif et l’accusatif ; la troisième personne distingue encore le datif
à côté de ces deux cas :

tonique atone tonique atone


nominatif accusatif datif nominatif accusatif datif
moi je me me yo me me
toi tu te te tú te te
lui il le lui él lo le
elle elle la lui ella la le
nous nous nous nous nosotros nos nos
vous vous vous vous vosotros os os
eux ils les leur ellos los les
elles elles les leur ellas las les

Tableau 8.1 Pronoms personnels français Tableau 8.2 Pronoms personnels espagnols

Dans le présent chapitre nous envisageons d’examiner les ressorts qui agissent
sur le cas du SN2. Nous partons de l’idée que les SN2 sans préposition a/à ou
pronominalisés par lo(s)/la(s) ont le cas accusatif alors que les SN2 précédés de la
préposition a/à ou pronominalisés par le(s) sont dotés du cas datif. Comme notre
corpus français ne contient guère d’exemples avec un SN2 au cas datif, l’étude se
concentrera essentiellement sur l’espagnol. Le SN2 se pronominalise toujours à
l’accusatif (1a) et n’est pas précédé de la préposition à (1b) :

(1a) Mister V. est épargné en dépit de son ‘crime’ et dans l'espoir de le voir révéler de
grands talents à la course que Luigi avait prédit avant l'accident.
(Glossa:12/11/2003)
(1b) À voir les acteurs s'amuser pleinement de leur art comme des gamins, on se dit que
ce film, au-delà de son histoire, a capté le temps d'un bonheur.
(Glossa:12/11/2003)

Il a été signalé à plusieurs reprises (Enghels & Roegiest 2004, Rodríguez


Espiñeira 2000, Roegiest 1979, 1996a, 1998b) que la présence d’un infinitif derrière le
VdP favorise le marquage datif du participant SN2 en espagnol. Une analyse de nos
propres données empiriques montre que dans la CI, le SN2 nominal est précédé de la

2 Cf. 7.2 L’ordre des mots canonique en espagnol et en français, p 177.


3 Bien que partiellement parce que le génitif, l’ablatif et le vocatif ont disparu entièrement.
256

marque du datif a dans 54,8% des cas (2a) et pronominalisé par le datif le(s) dans
30,7% des cas (2b)4:

(2a) Doce días tremendos, de preso en capilla, esperando el momento terrible; esperando
ver entrar a un doctor joven y atrevido que le diría, sencillamente: ‘Vamos’.
(SOL:Palomino A. 1971)
(2b) Desde esa casa rodeada de jóvenes que le veían tomar café con leche a media tarde
con todos los amigos que le veían aquí como si aún estuviera en el Trastevere enviaba
Rafael Alberti esos artículos excedidos que luego fueron sus memorias vertebradas
con la generosidad incesante de la poesía. (EP:30/10/1999)

Voici les données statistiques relevées pour la présence de la préposition a :

-a 847 45,2%
+a 1027 54,8%
total 1874 100%

60,00%

50,00%

40,00%

30,00%

20,00%

10,00%

0,00%
-a +a

Tableau 8.3 Marque prépositionnelle SN2

et pour la pronominalisation :

4 Nous verrons plus loin dans ce chapitre que, comme l’accusatif prépositionnel est
institutionnalisé dans la grammaire espagnole et la pronominalisation par le(s) est un phénomène
dialectal, le décalage entre ces deux pourcentages ne doit pas surprendre. Nous ne retenons du
corpus avec les SN2 pronominaux que les exemples où le participant subordonné est à la troisième
personne, car c’est la seule personne où la variation casuelle accusatif vs. datif est encore visible.
Nous excluons donc les exemples du type :
(i) Me descubro desde lejos en el escaparate de una tienda de cuartos de baño, me veo caminar
con la cabeza baja y un poco ladeada y las manos en los bolsillos del chaquetón a cuadros […].
(JP:547)
(ii) Ibas muy raro, te vi cruzar entre los coches tirando de las riendas de la yegua, […]. (JP:477)
Du corpus avec les SN2 nominaux nous ne retenons –comme dans le chapitre précédent– que les
cas avec un SN2 préverbal ou postverbal.
257

pronom accusatif 901 69,3%


pronom datif 399 30,7%
total 1300 100%

70,00%

60,00%

50,00%

40,00%

30,00%

20,00%

10,00%

0,00%
pronom accusatif pronom datif

Tableau 8.4 Pronominalisation SN2

8.1.2 Hypothèse : la corrélation entre le marquage casuel du SN2 et sa fonction


grammaticale

La hiérarchie de Keenan (1975, 1976)5 présente le marquage casuel comme un indice


très fiable de la fonction qu’accomplit un constituant dans la phrase : le sujet reçoit le
cas nominatif, l’OD l’accusatif et l’OI le datif. L’application de ces règles aux fonctions
hypothétiques du SN2 dans la CI, donne les corrélations suivantes :

1. si le SN2 fonctionne comme l’OD du VdP, il sera marqué par l’accusatif ;


2. si le SN2 fonctionne comme le Sinf, il sera marqué par le nominatif ;
3. si le SN2 fonctionne comme l’OD du prédicat complexe, il recevra le cas
accusatif ou datif, en fonction de la présence ou non d’un OD de l’infinitif6.

Comme la pronominalisation du SN2 le montre, le cas du participant subordonné ne


peut toutefois jamais être nominatif :

(3a) *Je il vois écrire une lettre.


(4a) *Él oigo cantar.

En effet, même si le SN2 fonctionnait dans certains contextes comme le Sinf,


l’infinitif même ne serait jamais capable de lui assigner le cas nominatif. En revanche,
le SN2 subordonné reçoit le cas de manière exceptionnelle (Marquage de Cas
Exceptionnel) du VdP. Ce cas varie entre l’accusatif (3b-4b) et le datif (3c-4c) :

(3b) Je le vois écrire une lettre.


(4b) Lo oigo cantar.
(3c) Je lui vois écrire une lettre.

5 Cf. 6.5.4 Les indices syntaxiques des fonctions grammaticales, p 168.


6 Cf. 6.4.2 L’incorporation dans la construction factitive, p 156.
258

(4c) Le oigo cantar.

Le pourquoi de cette variation formelle entre le accusativus cum infinitivo et le dativus


cum infinitivo est l’enjeu de l’analyse qui suit.
D’après notre hypothèse, l’absence de a devant le SN2 nominal et sa
pronominalisation à l’accusatif lo(s)/la(s) indique qu’il est conceptualisé comme l’OD
du VdP. Tout au contraire, le marquage datif du SN2 est une conséquence de sa
conceptualisation en tant que Sinf. Il sera argumenté que le SN2 fonctionnant comme
le Sinf adopte les marques casuelles du participant immédiatement plus élevé sur
l’échelle de dynamicité inhérente des fonctions grammaticales, à savoir l’OI. Ainsi le
marquage datif du SN2 –sous forme de la préposition a ou de la pronominalisation par
le(s)– est une réaction à une propriété proto-agentive du SN2 :

« […] proto-agent rather than proto-patient properties are crucial for dative assignment.»
(Primus 1999:73)

L’emploi des marques casuelles datives pour renvoyer à un participant qui ne


fonctionne pas comme l’OI connaît deux variantes en espagnol : l’accusatif
prépositionnel et le leísmo. Comme il sera expliqué davantage au cours du chapitre, le
phénomène de l’accusatif prépositionnel consiste à doter l’OD nominal de la
préposition a selon des critères spécifiques ; on parle de leísmo quand la forme
pronominale le(s) ne remplit pas la fonction d’un OI.
Si nos hypothèses –proposées dans le chapitre 6 et reprises ici pour des raisons
de clarté– sont correctes,

1. comme la perception auditive est d’abord perception événementielle d’un


événement stimulus global, le Cinf subordonné à un VdPauditive est
prototypiquement de nature propositionnelle et le SN2 se comporte comme
le sujet de cette proposition ;
2. vu que la perception visuelle ne focalise pas initialement l’événement
stimulus entier mais le participant-cause de cet événement, le Cinf
subordonné à un VdPvisuelle est prototypiquement de nature non
propositionnelle, et le SN2 fonctionne comme l’OD du VdP ;

le SN2 –nominal ou pronominal– subordonné à un VdPauditive doit être marqué


prototypiquement par le cas datif tandis que l’accusatif doit être le cas non marqué
pour le SN2 subordonné à un VdPvisuelle.
259

Si nous établissons dans le corpus espagnol une corrélation entre le type de


VdP et la présence ou l’absence de la préposition a devant le SN2, nous obtenons les
proportions suivantes :

-a +a total
# % # % # %
ver 659 58,6% 465 41,4% 1124 100%
oír 126 23,2% 417 76,8% 543 100%
mirar 36 63,2% 21 36,8% 57 100%
escuchar 26 17,3% 124 82,7% 150 100%

90,00%
80,00%
70,00%
60,00%
50,00% -a
40,00% +a
30,00%
20,00%
10,00%
0,00%
ver oír mirar escuchar

Tableau 8.5 Marque prépositionnelle par VdP

Ce qui saute aux yeux, c’est la haute fréquence de a avec escuchar (82,7%) et oír
(76,8%), et la fréquence plus basse avec les verbes mirar (36,8%) et ver (41,4%). Les
mêmes conclusions peuvent être tirées à partir du SN2 pronominalisé. La
pronominalisation dative du SN2 est plus commune avec les verbes oír (60,9%) et
escuchar (45,9%) qu’avec mirar (18,2%) et ver (20,3%) :

pronom accusatif pronom datif total


# % # % # %
ver 694 79,7% 177 20,3% 871 100%
oír 113 39,1% 176 60,9% 289 100%
mirar 54 81,8% 12 18,2% 66 100%
escuchar 40 54,1% 34 45,9% 74 100%

90,00%
80,00%
70,00%
60,00%
50,00% pronom accusatif
40,00% pronom datif
30,00%
20,00%
10,00%
0,00%
ver oír mirar escuchar

Tableau 8.6 Cas pronom par VdP


260

L’échelle suivante range les VdP selon leur inclination pour le cas datif :

[- a] [+ a ]

mirar > ver >> oír > escuchar


[+ lo] [+ le]

mirar > ver >> escuchar > oír

Figure 8.1 Accusatif vs. datif par VdP

Apparemment, la modalité de perception joue un rôle dans le marquage casuel du


SN2 subordonné, puisque l’opposition primaire se situe entre les VdPvisuelle et les
VdPauditive. Cette observation est une deuxième indication du bien-fondé de notre
hypothèse7, selon laquelle le comportement syntaxique du SN2 ainsi que sa fonction
grammaticale sont influencés par la modalité de perception du verbe principal.
Toutefois, il est important de noter que le cas datif ne constitue pas un bloc
homogène dans la CI : quand l’infinitif s’accompagne lui-même d’un OD, le datif peut
indiquer que le SN2 fonctionne comme l’OI du prédicat complexe VdP + Inf dans une
structure incorporée8. Aussi les exemples où le SN2 fonctionne potentiellement comme
un vrai OI doivent-ils être séparés des cas du leísmo et de l’accusatif prépositionnel. En
outre, si notre troisième thèse est correcte,

3. à cause de la nature différente des deux modalités, l’incorporation se


caractérise par un degré de fusion plus élevé avec les VdPvisuelle qu’avec les
VdPauditive ;

les VdPvisuelle doivent se conformer plus aux règles du marquage casuel dans la
structure à incorporation que les VdPauditive, c'est-à-dire : cas accusatif quand l’infinitif
est intransitif, cas datif si l’infinitif est transitif. Notre analyse prend le départ avec la
vérification de cette dernière hypothèse.

7 La première indication étant l’antéposition plus fréquente du SN2 derrière les VdPauditive en
comparaison avec les VdPvisuelle.
8 Cf. 6.4.2 L’incorporation dans la construction factitive, p 156.
261

8.2 Le marquage casuel du SN2 dans la CI incorporée

8.2.1 Le datif en tant que marque de l’OI dans la structure incorporée

Rappelons d’abord les trois caractéristiques principales de la structure incorporée :

1. le SN2 nominal se positionne nécessairement derrière l’infinitif et aucun


élément ne s’intercale entre le VdP et l’infinitif ;
2. les pronoms clitiques s’attachent et s’antéposent au prédicat complexe ;
3. quand l’infinitif est intransitif, le SN2 est marqué comme l’OD du prédicat
complexe ; quand l’infinitif s’accompagne d’un propre OD, le SN2 est
marqué comme l’OI ou comme un complément oblique.

En effet, dans la structure incorporée, le prédicat complexe VdP + Inf régit tous les
arguments du prédicat enchâssé, donc de l’infinitif. Le SN2 fonctionne comme l’OD de
ce prédicat composé, sauf si l’infinitif même s’accompagne déjà d’un OD. Autrement
dit, si le locuteur ressent les deux verbes comme un seul prédicat, il évitera d’y faire
figurer deux OD, de sorte que le SN2 deviendra l’OI de la structure biprédicative.
Danell (1979:45) affirme qu’en français ce sont surtout les locutions voir faire et
entendre dire qui favorisent le datif :

(5a) Sa toilette était neuve puisque je ne (la)OD (lui)OI [avais jamais vu porter].
(5b) […] afin de leur faciliter (les démarches)OD qu’on souhaite (leur)OI [voir
entreprendre] auprès des entreprises.

Roegiest (1979:4, 1985:365) y ajoute les exemples suivants :

(5c) Il veut (lui)OI [entendre dire] (ces choses)OD.


(5d) Souvent, il (lui)OI [voyait donner] (des poignées de châtaignes)OD aux marmots en
guenilles.

L’étude du corpus français ne nous a toutefois fourni aucun exemple avec un pronom
datif. La fréquence élevée de le(s) et de la préposition a dans la combinaison
oír/escuchar + verbe de dire en espagnol a également été observée par Di Tullio (1998),
Roegiest (1989, 1998b, 2003) et Rodríguez Espiñeira (2000). Le cas datif du SN2 dans la
structure incorporée avec ver/mirar par contre est décrit par Di Tullio (1998:215, note
32) comme causant :

« mayor disenso en los hablantes con respecto a la gramaticalidad de la construcción


restructurada.»
262

Afin de rendre compte de ces affirmations, il sera examiné ci-dessous :

1. dans quelles circonstances le SN2 subordonné à un VdPvisuelle est marqué


comme l’OI d’un prédicat complexe (8.2.2) ;
2. dans quelle mesure le cas datif se présente si le VdPauditive est suivi d’un
infinitif de dire/de communication (8.2.3).

8.2.2 Les VdPvisuelle et l’incorporation

Il a été argumenté dans le chapitre précédent9 que l’incorporation se produit quand


les événements dénotés par le VdP et par l’infinitif sont tellement proches
conceptuellement qu’ils constituent une routine perceptuelle. Dans le champ de la
perception visuelle, les expériences sensorielles de base correspondent aux
événements de mouvement, ainsi qu’aux événements d’activité et
d’apparition/disparition. Selon les caractéristiques indiquées au début de cette
section, l’incorporation se produit avec des SN2 nominaux postposés à l’ensemble VdP
+ Inf et avec des SN2 pronominaux attachés –et normalement antéposés– au prédicat
complexe.
Notre corpus contient 650 exemples avec un SN2 nominal postposé
représentant potentiellement des structures à incorporation10. Le dépouillement des
occurrences de la préposition a devant le SN2 en fonction du type d’infinitif qui
l’accompagne donne les résultats statistiques suivants :

-a +a total
# % # % # %
+Inf TR - - - - - -
+Inf INTR 419 64,5% 231 35,5% 650 100%
Tableau 8.7 VdPvisuelle + Inf de mouvement – marque prépositionnelle

La majorité des SN2 (64,5%) se caractérise par l’absence de la marque prépositionnelle.


L’analyse du type d’infinitif avec lequel ces SN2 non marqués se construisent, montre
que –selon les attentes– il s’agit dans 100% des cas d’infinitifs intransitifs. Ainsi, dans

9Cf. 7.7.3 L’incorporation et la routine perceptuelle, p 243.


10‘Potentiellement’ parce que la postposition du SN2 peut également être due à l’inversion du
SN2/sujet, sans incorporation ; cf. 7.6.3.4 Conclusion : la corrélation entre la modalité de
perception, la dynamicité de l’infinitif et la position syntaxique du SN2, p 238.
263

l’exemple suivant le SN2 postposé sans a est marqué casuellement comme un vrai OD
du prédicat complexe ver pasar :

(6) Rosaura [vio pasar] muchas veces (aquel mozo elegante)OD. (CDE:Güiraldes R.
1927)

Cependant, l’examen des conditions qui favorisent la présence de a devant le SN2


postposé (35,5%), nous apprend que –contre les attentes– ce n’est pas la nature
transitive de l’infinitif qui en est la cause. Les données empiriques indiquent
effectivement que les infinitifs accompagnant les SN2 postverbaux marqués par a sont
intransitifs. Il s’ensuit que dans l’exemple (7) ce ne peut pas être le fonctionnement OI
du SN2 qui explique son marquage datif :

(7) El presidente de la Sociedad del Titanic del Ulster, John Parkinson, recordó que tenía
cinco años cuando su padre le llevó al puerto de Belfast para [ver zarpar] (al
monumental barco)OD hacia el punto de partida del trágico viaje, Southampton.
(EM:3/4/2002)

Dans le domaine des SN2 pronominaux, 563 cas du corpus indiquent


potentiellement une structure à incorporation11. Voici les données statistiques rangées
par cas du pronom et par type d’infinitif qui suit :

pronom accusatif pronom datif total


# % # % # %
total 468 83,1% 95 16,9% 563 100%
+Inf TR 19 70,4% 8 29,6% 27 100%
+Inf INTR 449 83,8% 87 16,2% 536 100%
Tableau 8.8 VdPvisuelle + Inf de mouvement - pronominalisation

La plupart des SN2 (83,1%) est pronominalisé à l’accusatif. L’examen de la nature de


l’infinitif qui suit le SN2 au cas accusatif, montre que les infinitifs intransitifs
sélectionnent dans la majorité des cas (83,8%) des pronoms accusatifs. Ainsi dans (8),
la pronominalisation accusative du SN2 lo pourrait s’expliquer par son fonctionnement
d’OD du prédicat complexe ver aproximarse :

(8) […] (lo)OD [veo aproximarse] despacio y sin voluntad ni nostalgia hacia el cuartel y
detenerse al oír ya muy cerca el toque de oración en un anochecer de noviembre o
diciembre, […]. (JP:24)

11L’infinitif subordonné dénote un mouvement et les pronoms clitiques sont attachés au prédicat
complexe.
264

Or, la présence d’un infinitif transitif ne déclenche pas nécessairement le cas datif.
Dans 70,4% des exemples, l’infinitif transitif sélectionne un pronom accusatif (9a),
contre seulement 29,6% des cas où il se construit avec un pronom datif (9b)12:

(9a) […] si ahora imagino una mañana de hace dieciocho años en que (la)OD ? [vi cruzar]
con su padre (la puerta encristalada del bar Martos)OD […]. (JP:194)
(9b) Le había abandonado por entero la tarea de educarme y nunca (le)OI [vi traspasar] (el
límite que voluntariamente se imponía)OD. (SOL:Goytisolo J. 1954)

Finalement, 16,2% des infinitifs intransitifs est également accompagné d’un SN2 au
datif :

(9c) Ahora (le)OD [vio separarse] de la ventana, cerrar las maderas y coger su chaqueta,
colgada en una silla. (LA:13)

La transitivité ou l’intransitivité seule de l’infinitif ne peut donc pas expliquer la


pronominalisation dative ou accusative du SN2 dans la structure potentiellement
incorporée.

8.2.3 Les VdPauditive et l’incorporation

Les infinitifs de communication ont été identifiés antérieurement comme les


expériences sensorielles de base de la perception auditive. Notre échantillon contient
202 exemples où le SN2 nominal est postposé à l’ensemble oír/escuchar + Inf de
communication (cf. supra tableau 7.45, p 247). Comme le montrent les données
statistiques, la grande majorité de ces SN2 (98,5%) est précédée de la préposition
dative a :

-a +a total
# % # % # %
total 3 1,5% 199 98,5% 202 100%
+Inf TR - - 141 [100%] 141 100%
+Inf INTR 3 4,9% 58 95,1% 61 100%
Tableau 8.9 VdPauditive + Inf de communication – marque prépositionnelle

Voici deux exemples illustrant la présence (10a) ou l’absence (10b) de la préposition


devant le SN2 :

12Une certaine réserve lors de l’interprétation des résultats est requise, vu le nombre restreint
d’exemples.
265

(10a) Comenzó en otro tiempo, en la lejanía de la mentalidad rural, con un niño


[escuchando contar] (a su abuelo)OI (lo sucedido en cualquier país de maravillas)OD.
(CREA:Prensa 1996)
(10b) […] [oyó tronar] (una voz)OD. (CREA:Prensa 1995)

Dans le corpus, tous les infinitifs transitifs s’accompagnent d’un SN2 marqué par a (cf.
10a), surtout la séquence oír decir a SN2 est très fréquente13. Dans ces cas-ci, le
marquage datif peut s’expliquer par la fonction d’OI du SN2 :

(11) La última vez, aunque no estoy seguro de que fuera la última vez, que le [oí decir] (a
Pepe Hierro)OI (sus versos)OD fue en la Universidad de Granada, […].
(EP:19/10/1999)

Cependant, les infinitifs intransitifs sélectionnent aussi prototypiquement des SN2


marqués par a (95,1%) ; surtout la séquence oír hablar a SN2 apparaît régulièrement14 :

(12) [Oyendo hablar] (a los sirvientes, roncos y descontentos)OD?, se preguntaba si


resultaría verdad el persistente rumor […]. (CDE:Donoso J. 1978)

Dans l’ensemble des SN2 pronominalisés, 27,5% reçoit le cas accusatif, 72,5% le
cas datif :

pronom accusatif pronom datif total


# % # % # %
total 57 27,5% 150 72,5% 207 100%
+Inf TR 31 23,1% 103 76,9% 134 100%
+Inf INTR 26 35,6% 47 64,4% 73 100%
Tableau 8.10 VdPauditive + Inf de communication - pronominalisation

De plus, le cas accusatif n’est pas à expliquer uniformément par la nature intransitive
de l’infinitif (13a), car la majorité des intransitifs (64,4%) est accompagnée d’un
pronom datif (13b) :

(13a) No hablaba con nadie, ni siquiera conmigo, se encerraba en su camerino y yo (lo)OD ?


[oía rezar]. (MM:81)
(13b) Claro que el coloquio no es tal coloquio, éstas no son unas conversaciones pese a lo
que anuncia el título, no (les)OD ? [oímos conversar], es decir, expresarse libremente
[…]. (CREA: Prensa 1996)

Parallèlement, les infinitifs transitifs sélectionnent des pronoms accusatifs (23,1%)


(14a), mais surtout des pronoms datifs (76,9%) (14b). Dans la phrase (14b), le SN2
pronominalisé les semble fonctionner comme l’OI du prédicat complexe :

13 La séquence apparaît dans 71,6% des infinitifs transitifs accompagnés d’un SN2 marqué par a.
14 La séquence apparaît dans 86% des infinitifs intransitifs accompagnés d’un SN2 marqué par a.
266

(14a) Yo (lo)OD ? [he escuchado contar] con una voz caudalosa y dramático (el sacrificio de
un batallón entero de guardias de asalto)OD […]. (JP:82)
(14b) (Les)OI [oíamos comentar] (los sucesos)OD, […]. (CREA:Adelcoa J.R. 1994)

De nouveau, ce sont les séquences oír decir (15a) et oír hablar (15b) qui l’emportent
pour le cas datif15 :

(15a) (Le)OI [he escuchado decir] varias veces en los últimos días (que tiene pocos amigos y
que se da cuenta de que hay personas que sólo se acuerdan de usted cuando le van
bien las cosas)OD. (DS:5/6/2002)
(15b) Desde el jardín, (les)OD ? [oí hablar]. (CREA:Prensa 1996)

8.2.4 Conclusion : le marquage casuel et l’incorporation

De l’analyse qui précède il ressort que le seul paramètre de la nature transitive ou


intransitive de l’infinitif ne permet pas toujours d’expliquer le cas du SN2 dans la
structure incorporée. En effet, le cas datif émerge fréquemment en présence d’un
infinitif intransitif et le cas accusatif peut être sélectionné auprès d’un infinitif transitif.
De plus, l’on observe un certain décalage entre les VdPvisuelle et les VdPauditive :
dans les séquences indiquant les routines perceptuelles, le SN2 est plus souvent
marqué au datif s’il apparaît dans la structure VdPauditive + Inf intransitif de
communication que dans la séquence VdPvisuelle + Inf intransitif de mouvement.
Inversement, l’analyse des Cinf où le SN2 est suivi d’un infinitif intransitif montre que
le marquage accusatif, selon les normes, apparaît plus fréquemment si le verbe
principal est un VdPvisuelle que si le verbe principal est un VdPauditive :

cas accusatif SN2 cas datif SN2 total


# % # % # %
VdPvisuelle + Inf INTR 868 73,2% 318 26,8% 1186 100%
VdPauditive + Inf INTR 29 21,7% 105 78,3% 134 100%
Tableau 8.11 Infinitif intransitif et cas du SN2

L’observation que le marquage casuel du SN2 dans le domaine de la perception


visuelle se conforme plus régulièrement au principe de l’unicité stratale pourrait
indiquer que la fusion se produit plus habituellement dans la structure VdPvisuelle + Inf
de mouvement que dans la CI VdPauditive + Inf de communication. Il est probable qu’à
cause de la nature autonome de l’événement aperçu auditivement, l’incorporation se
produit plus difficilement. Ainsi le SN2 reçoit les marques d’un participant plus actif

15 Elles couvrent respectivement 44,6% et 22% de l’ensemble des occurrences du pronom datif.
267

–à savoir l’OI–, même dans la structure normalement incorporée. Cette constatation


appuie notre hypothèse selon laquelle l’incorporation est plus contraignante avec les
VdPvisuelle qu’avec les VdPauditive.
Les éléments qui conditionnent l’émergence du datif dans les contextes où le
SN2 ne peut pas fonctionner comme l’OI d’un prédicat complexe seront traités plus en
détail dans la suite du chapitre.

8.3 Accusatif et datif dans la CI

8.3.1 Les marques ‘exceptionnelles’ du datif : l’accusatif prépositionnel et le


leísmo

Afin d’expliquer le marquage datif du SN2 non OI, nous recourrons à deux
phénomènes particuliers en espagnol, où il existe une certaine complexité des
rapports formels entre l’OD et l’OI : certains OD sont précédés de la même marque
prépositionnelle a que l’OI et la pronominalisation de l’OD se fait parfois par les
mêmes pronoms personnels clitiques que ceux de l’OI. Ces deux phénomènes sont
connus respectivement sous les noms d’accusatif prépositionnel et de leísmo.
Le phénomène de l’accusatif prépositionnel16 ou le marquage différentiel de
l’objet est connu dans de nombreuses langues du monde et en particulier dans
plusieurs langues romanes. En espagnol le phénomène est institutionnalisé dans la
grammaire et –comme il sera démontré plus loin dans ce chapitre– essentiellement
dicté par des paramètres sémantiques. L’accusatif prépositionnel est inexistant en
français, où l’ordre des mots plus fixe assure la distinction entre les fonctions
grammaticales17. Le leísmo fait partie d’un phénomène plus général qui consiste à

16 Les paragraphes concernant l’accusatif prépositionnel s’inspirent des ouvrages de Anderson


(1984), Bossong (1998a), Cennamo (2003), Delbecque (1994, 1998, 2002b), Delbecque & Lamiroy
(1996), García-Miguel (1995), Gutiérrez Araus (1987), Lazard (1984, 1998), Roegiest (1979, 1989,
1990, 1996b, 1998a, 1998b, 1999, 2003), Torrego Salcedo (1998, 1999) et Vázquez Rosas (1995).
17 En étudiant l’accusatif prépositionnel dans une perspective pan romane, Roegiest (1979, 1996b)

note que chaque système langagier exploite la marque prépositionnelle à sa façon. Primo, le
phénomène est très fréquent en espagnol et en roumain, contrairement au portugais et au catalan.
Secundo, en espagnol, en portugais et en roumain, l’accusatif prépositionnel est institutionnalisé
dans la grammaire alors que dans les autres langues, il est rejeté comme dialectal. Finalement, là où
l’espagnol se laisse guider par des motivations sémantiques, le marquage est dicté en portugais par
des facteurs syntaxiques (la cohésion verbe/objet) et en roumain par des facteurs pragmatico-
discursifs (la thématicité de l’objet).
268

utiliser une forme pronominale pour l’objet qui ne correspond pas à sa fonction
grammaticale :

« […] existen en el español empleos de los pronombres átonos de tercera persona en los que
la selección del pronombre no viene determinada por la posición (o función) sintáctica del
antecedente. Estos usos han recibido tradicionalmente la denominación de ‘leísmo’, ‘laísmo’
y ‘loísmo’. » (Fernández Ordóñez 1999:1319)

Plus précisément, le leísmo se définit comme l’emploi des pronoms datifs le/les au lieu
des pronoms accusatifs lo/los/la/las pour renvoyer à un OD.
Jusqu’à un certain niveau, le leísmo est un phénomène parallèle à l’emploi de a
devant l’OD, de sorte qu’en général les mêmes paramètres explicatifs sont invoqués18.
Toutefois, là où l’accusatif prépositionnel se présente quasi uniformément dans le
domaine linguistique espagnol, le leísmo est traité comme un phénomène dialectal.
D’après nos sources19, la pronominalisation dative est plus fréquente en Espagne
qu’en Amérique latine, mais même à l’intérieur de la péninsule l’on observe des
différences de fréquence considérables. Aussi convient-il de distinguer des zones
leístas (p.ex Las dos Castillas et la province de Madrid) et no leístas (p.ex l’Andalousie),
ainsi que des auteurs leístas (p.ex Carmen Martín Gaite) et no leístas (p.ex Antonio
Muñoz Molina). À cela s’ajoute que l’emploi des pronoms dans la langue parlée est
assez distinct de l’emploi dans la langue écrite, où l’on observe une tendance à
renoncer en partie aux caractéristiques propres des dialectes en faveur de la norme.
En effet, comme l’affirme Fernández Ordóñez (1999:1365) :

« […] siempre fuera el leísmo personal masculino y singular el único empleo abiertamente
presente en la lengua escrita. »

Finalement, comme l’emploi du pronom datif est lié à des paramètres de nature très
variée, il est toujours possible que quelqu’un rompe la norme d’une zone dialectale.
Quoi qu’il en soit, une analyse empirique sans différenciation des exemples selon leur
provenance mènerait vers une distorsion des résultats statistiques. Dans cette optique

18 C’est aussi à cause de ce parallélisme qu’il y a de nombreux auteurs qui considèrent l’accusatif
prépositionnel comme la cause du leísmo : la structure nominale a + SN déclencherait la
pronominalisation dative.
19 Les paragraphes concernant le leísmo s’inspirent des ouvrages de Delbecque & Lamiroy (1996),

Fernández Ordóñez (1999), Huygens (2002), Roegiest (1989, 1996a, 1998b) et Vázquez Rosas (1995).
269

–bien que nous n’ayons pas en vue une étude dialectale du phénomène– l’ensemble
des SN2 pronominaux sera divisé comme suit20 :

Type de corpus #
(I.1) auteurs leístas -C. Martín Gaite 39
(I) corpus littéraire -M. Delibes
(I.2) auteurs no leístas -J.L. Borges 83
-A. Muñoz Molina
(II.2) langue standard espagnole -El País 50
-El Mundo
(II) corpus journalistique (II.3) zone Amérique latine -La Nación (Argentine) 8
(III) corpus varié bases de données électroniques -Corpus de Referencia del Español 1120
Actual
-Corpus del Español
-Banco de Datos Sintácticos
-Spanish OnLine

Tableau 8.12 Leísmo et composition du corpus

8.3.2 L’hypothèse de l’iconicité

Les auteurs consultés fondent leur étude des conditions d’emploi de l’accusatif
prépositionnel et du leísmo sur l’hypothèse de l’iconicité : l’apparition d’une marque
formelle particulière formalise une valeur sémantique supplémentaire. Dans ce fil
d’idées, le schéma syntaxique Snominatif V ODdatif représente une configuration
sémantiquement déviée par rapport à la construction biactancielle non marquée
Snominatif V ODaccusatif. En général, la construction où l’OD est précédé de a ou
pronominalisé par le(s) est définie comme dénotant une transitivité plus basse que la
construction avec accusatif :

« Given the fact that in canonical transitive clauses the nominative or absolutive occurs as
a default, different degrees of transitivity can be defined on the basis of the case of the
second argument, as formulated in (11): (11) Morphosyntactic transitivity : Given any
predicate with a nominative or absolutive argument and a second distinct case argument in
any language L : the higher the rank of the case of the second argument is in the case
hierarchy of L, the higher the transitivity of the predicate. Corollary: the transitivity of a
predicate with a nominative or absolutive and an accusative or ergative argument is higher
than that of a predicate with a nominative or absolutive and a dative or other oblique
argument. » (Primus 1999:28)

Étant donné que la relation transitive prototypique21 correspond à un transfert


d’énergie entre un proto-agent/sujet et un proto-patient/objet, les propriétés
inhérentes du sujet aussi bien que les traits de l’objet même ont été avancés comme

20 Dû à notre choix de travailler avec des banques de données essentiellement électroniques, le


nombre d’exemples du corpus varié (III) est beaucoup plus élevé que celui des autres ensembles.
21 Cf. supra 3.2 L’événement transitif prototypique, p 40.
270

responsables du marquage datif. Nous savons que le participant en fonction du sujet


est prototypiquement une entité animée et individualisée qui contrôle volontairement
un changement d’état. Ainsi, la participation moins active du sujet à la réalisation du
processus pourrait être indiquée comme le premier moteur potentiel du marquage
datif. À cela s’ajoute que dans les situations non marquées, le deuxième participant est
de préférence non individualisé et non dynamique. La déviation de ces traits
sémantiques est le deuxième prétexte avancé au sujet du marquage datif. Dans le
cadre de ces hypothèses nous aborderons ci-dessous la corrélation hypothétique entre
le cas du SN2 et :

1. l’agentivité du sujet/percepteur (8.4) ;


2. la dynamicité inhérente du SN2 (8.5) ;
3. la structure argumentale dans laquelle le SN2 entre (8.6).

8.4 Le marquage casuel et l’agentivité du sujet principal

8.4.1 Présentation de l’hypothèse

L’hypothèse d’un lien entre le marquage casuel de l’OD et le degré d’agentivité du


sujet pose que si le premier participant fonctionne comme un sujet agentif, l’OD
pronominalisé reçoit le cas accusatif. Par contre, si ce participant manque de contrôle
sur le processus décrit, l’OD est souvent pronominalisé au datif :

« [...] el sujeto de las cláusulas con CIND, a diferencia de lo que sucede con las que
presentan un CDIR, puede caracterizarse como carente de control sobre la situación. »
(Vázquez Rosas 1995:234)22

Ce rapport potentiel s’illustre le plus clairement à l’aide de la catégorie des


verbes psychologiques23. Ces verbes –dénotant des processus affectifs et cognitifs– se
prêtent à deux arrangements syntaxiques différents : tantôt c’est l’expérienceur
humain qui occupe la position du sujet (16a), tantôt c’est le stimulus en tant que cause
initiale du processus psychologique (17a) :

(16a) Juan ama a María


(17a) Los niños molestan a María.

Les sigles CDIR et CIND renvoient respectivement aux cas accusatif et datif.
22
23Pour plus de données concernant les verbes psychologiques voir entre autres Fernández
Ordóñez (1999), Huygens (2002), Roegiest (1996a) et surtout Vanhoe (2004).
271

Dans le premier cas, le sujet humain a un certain contrôle sur le processus


psychologique et la construction est proche de la structure transitive prototypique.
Dans le deuxième cas, l’absence du trait contrôleur dans le sujet diminue la
transitivité de la phrase. L’OD pronominalisé de (16a) recevra généralement le cas
accusatif (16b) ; pour (17a) l’on observe une variation pronominale (17b-c) :

(16b) Juan la ama.


(17b) Los niños la molestan.
(17c) Los niños le molestan.

En effet, dans (17) le cas du pronom dépend du degré d’agentivité que le locuteur
attribue au sujet principal : le cas accusatif (17b) est lié à un degré d’agentivité élevé
du sujet los niños (ses enfants lui causent, pour l’instant, vraiment des ennuis), le cas
datif (17c) est corrélé à une agentivité plus basse (elle n’aime pas les enfants parce
qu’en général, ils l’ennuient).
En outre, Roegiest (1996b:87) note à l’intérieur de la deuxième catégorie des
verbes psychologiques, une hiérarchie d’accessibilité au datif suivant le degré
d’interprétation agentive de ces verbes. Comme apetecer implique un degré de
contrôle plus bas de la part du sujet que par exemple asustar, le premier verbe se
construit plus fréquemment avec le pronom datif que le deuxième :

[- datif] [+ datif]

asustar molestar preocupar extrañar


sorprender < < <
tranquilizar (importunar) interesar apetecer

Figure 8.2 Contrôle du sujet et pronominalisation (Roegiest 1996b:87)

Huygens (2002) établit encore une corrélation entre la pronominalisation dative


et la nature sémantique –animée, inanimée ou propositionnelle– du stimulus/sujet :

[- datif] [+ datif]

S animé < S inanimé < S proposition

Figure 8.3 Nature sémantique du sujet et pronominalisation

Un sujet sous forme d’une proposition (18a) est intrinsèquement non agentif et
engendrera presque toujours le alors que le cas varie plus avec les SN animés (18b) :
272

(18a) Que Juan todavía no está a casa le sorprende (a María).


(18b) Juan la/le sorprende.

8.4.2 Le cas du SN2 et l’agentivité du percepteur

L’étude antérieure du degré de transitivité des VdP a dévoilé que les


sujets/percepteurs des quatre VdP se caractérisent par un degré d’agentivité
différent24. Le percepteur volontaire se rapproche plus du proto-agent que le
percepteur involontaire et à l’intérieur de cette dichotomie, le percepteur visuel est
plus proche du proto-agent que le percepteur auditif :

[- proto-agent] [+ proto-agent]

S involontaire auditif < S involontaire visuel << S volontaire auditif < S volontaire visuel
oír ver escuchar mirar

Figure 8.4 Le percepteur : un proto-agent ?

Par conséquent, si le marquage casuel du SN2 dépendait du degré d’agentivité du


sujet principal, l’accusatif prépositionnel et le leísmo devraient être plus fréquents
pour oír et moins communs pour mirar ; entre ces deux extrêmes ver devrait se
combiner plus fréquemment avec le cas datif que le verbe escuchar.
Toutefois, plus haut dans ce chapitre (cf. figure 8.1, p 260) il a été démontré
que, si nous rangeons les VdP sur une échelle selon leur inclination pour le cas datif,
l’opposition primaire ne se situe pas entre la perception involontaire et la perception
volontaire –comme dans la figure 8.4– mais entre les VdPauditive et les VdPvisuelle. Aussi
le degré d’agentivité du percepteur seul ne peut-il pas être responsable du marquage
casuel datif du SN2. D’autres facteurs relatifs au degré de dynamicité du stimulus
entrent en ligne de compte.

8.5 Le marquage casuel et la dynamicité de l’objet

8.5.1 Présentation de l’hypothèse

La dynamicité potentielle de l’OD en tant que principe causateur de son marquage


datif a reçu plus d’attention dans la littérature. Plusieurs chercheurs affirment que

24 Cf. supra 3.3.2 Le percepteur : un proto-agent ?, p 54.


273

l’absence de a et la pronominalisation par lo(s)/la(s) caractérisent l’OD qui n’a aucun


contrôle sur le processus décrit par le verbe, alors que la présence de a et la
pronominalisation par le(s) indiquent un degré de dynamicité plus élevé de l’OD. À
cause de cette dynamicité potentielle, l’OD formellement marqué au datif a été
rapproché des fonctions grammaticales du sujet et de l’OI.
Premièrement, plusieurs chercheurs (Bossong 1998a, Torrego Salcedo 1998,
1999) comparent le fonctionnement de l’OD marqué prépositionnellement à celui du
sujet. Comme l’ordre des mots est assez libre en espagnol, la préposition a marquerait
l’OD pour le distinguer du sujet et pour éviter ainsi l’ambiguïté25 :

« Si d’autre part l’objet constitue, de par sa sémantique inhérente, un sujet potentiel, il


s’avère nécessaire de lui conférer une marque spécifique permettant de le distinguer du
sujet sans ambiguïté. […] le résultat est un système où tous les objets ne sont pas marqués,
mais seulement ceux qui, par leur agentivité inhérente, sont des sujets potentiels. »
(Bossong 1998a:202)

Dans (19) par exemple, le morphème a surgirait comme marque de ‘désactivation’ du


SN en fonction d’OD. C’est María qui voit Juan et pas l’inverse :

(19) María ve a Juan.

Une deuxième analyse (défendue surtout par Roegiest 1989, 1990, 1998a, 1998b,
1999, 2003) ne lie pas la dynamicité potentielle de l’OD datif au sujet mais à la fonction
de l’OI. Cette approche se base sur le principe de l’isomorphisme, selon lequel un
code formel et une valeur conceptuelle sont associés d’une manière univoque :
l’identité formelle entre l’OD prépositionnel et la pronominalisation dative d’une part,
et les marques de l’OI de l’autre, reflète une similitude sémantico-fonctionnelle entre
ces deux relations grammaticales.
En effet, la construction transitive se caractérise quelquefois par la présence
d’un troisième participant, le proto-récipient/OI. Celui-ci se définit comme le
participant sur lequel retombe indirectement l’action verbale. Formellement, il est
précédé de la préposition a ; sémantiquement, il fonctionne comme l’adressé d’un
verbe de communication (decir algo a alguien) ou comme le bénéfactif d’un verbe de
transfert (dar algo a alguien). Quant aux traits distinctifs, le proto-récipient combine les
propriétés du proto-agent et du proto-patient. Premièrement, en tant que participant

25Un autre exemple de la fonction de désambiguïsation est l’emploi de la marque prépositionnelle


devant l’OD des verbes indiquant une position relative, comme dans : El lunes precede al martes.
274

non volitif, non intentionnel, non responsable et non contrôlant il se rapproche du


proto-patient. Toutefois, plusieurs auteurs (Cano Aguilar 1981, García-Miguel 1995,
Langacker 1991, Roegiest 1989, 1998a, 1998b) notent que le proto-récipient se
caractérise par une agentivité supérieure par rapport au patient. Les traits [+ humain]
et [+ défini] lui attribuent en effet un degré de subjectivité potentielle plus élevé et le
rapprochent du proto-agent. Ainsi, le proto-récipient/OI fonctionne comme une
source d’énergie secondaire et se définit, par rapport à l’OD, par un degré supérieur
de participation à l’action. Sur l’échelle d’agentivité, il occupe la position
intermédiaire entre le proto-agent/sujet et le proto-patient/OD.
Somme toute, l’accusatif prépositionnel et le leísmo sont analysés comme des
réactions à la présence d’une caractéristique sémantique de l’OI dans l’OD, à savoir sa
dynamicité potentielle. Cette dynamicité dépend à son tour de deux facteurs : les
propriétés inhérentes du SN (8.5.2) et la structure argumentale dans laquelle il entre
(8.6).

8.5.2 Les propriétés inhérentes de l’objet et son marquage casuel

8.5.2.1 L’accusatif prépositionnel

La théorie pose que –comme le proto-patient/OD se caractérise par les traits [- animé]
et [- défini]– ce sont surtout les OD individualisés donc humains, définis et singuliers
qui sont marqués. Ci-dessous, les règles les plus fréquemment citées dictant
l’apparition ou non de la préposition a sont reprises :

1. les OD [+ humains] se caractérisent presque toujours par la présence de a


(20). L’emploi vacille devant les animaux (21) et diminue fortement avec les
OD inanimés (22). La présence de a en combinaison avec les deux dernières
classes entraîne une ‘humanisation’ de l’OD26 :

(20) Veo *(a) María.


(21a) Veo un gato.
(21b) Veo a mi gato Arturo.
(22a) Veo el coche
(22b) Amo a mi coche.

26La notion d’humanisation renvoie au procédé d’attribuer, par l’emploi de la préposition a, une
propriété particulière d’un humain, notamment sa capacité d’auto-contrôle, à une entité non
humaine. Ainsi cette humanisation s’accompagne habituellement d’une dynamisation.
275

2. il est généralement reconnu que l’humanitude constitue une unité


indissoluble avec le trait de [± définitude]. Les noms propres et les pronoms
personnels sont définis par définition. Les noms communs humains définis,
donc précédés d’un article défini (23a), d’un adjectif démonstratif (23b) ou
possessif (23c) sont précédés de a27. L’emploi vacille si le nom commun est
indéfini (23d)28 :

(23a) Veo a la mujer.


(23b) Veo a este niño.
(23c) Veo a mi hermana.
(23d) Veo (a) un hombre.

3. la présence de a est plus impérative devant un nom singulier que devant un


nom pluriel. Cependant, la pluralité a plus d’impact sur le blocage de a
quand il se combine avec un déterminant indéfini (24a) qu’avec un défini
(24b). Le collectif, qui dénote au singulier une pluralité de référents, se
caractérise par une fréquence plus basse de a (24c). Les noms comptables se
construisent plus fréquemment avec a que les noms de masse (24d) :

(24a) Conozco unas personas.


(24b) Conozco a mis hermanas.
(24c) Conozco el (al) equipo.
(24d) Veo el agua.

L’ensemble des facteurs d’individuation donne lieu à une échelle combinée qui
nous rappelle la hiérarchie d’humanitude proposée par Lazard (1984:3)29 :

[+ humanitude] [- humanitude]

personnes > pron 3e pers > humain > non humain > inanimé > non > générique
du discours nom propre comptable comptable

Figure 8.5 Échelle d’humanitude (Lazard 1984:3)

27 À l’intérieur de la catégorie des définis, les définis référentiels s’opposent aux définis génériques.
Les premiers se construisent avec a (cf. 23a), les deuxièmes ne le font généralement pas :
(i) Me gusta mirar el tren.
28 Avec un article indéfini, a peut également apparaître si le nom commun est suivi d’une

détermination supplémentaire, sous forme d’un adjectif ou d’un complément du nom (ii). Quand
le nom commun indéfini est suivi d’une relative, l’emploi varie. La présence de a renvoie à une
personne concrète ; l’absence, à une personne hypothétique (iii) :
(ii) Veo a un hombre grande, gordo y viejo.
(iii) Busco (a) una secretaria que pueda (puede) ayudarme.
29 L’échelle présentée ici est une variante du continuum proposé dans la figure 3.2, p 43 et prend en

considération l’opposition entre les pronoms déictiques et non déictiques et la différence entre les
noms référentiels et génériques.
276

En effet, les traits d’animation et de détermination ne sont que des aspects d’une
propriété plus fondamentale qui caractérise les OD prépositionnels en espagnol, à
savoir celle d’une dynamicité en puissance.

8.5.2.2 Le leísmo

Les auteurs consultés signalent une intensité décroissante du leísmo en fonction du


type de SN pronominalisé :

1. le leísmo le plus habituel est celui qui remplace un OD masculin singulier.


Le phénomène est moins fréquent au pluriel et au féminin :

[- leísmo] [+ leísmo]

las < la < los < lo

Figure 8.6 Fréquence de leísmo

2. la nature sémantique du référent joue également un rôle important : les OD


humains et animés admettent plus facilement le leísmo que les SN à référent
inanimé30.
3. l’apparition du leísmo varie selon les zones dialectales.

8.5.3 Le cas du SN2 et son degré de dynamicité inhérente

8.5.3.1 Les propriétés sémantiques du SN2 et l’accusatif prépositionnel

En accord avec la classification établie dans le chapitre précédent nous distinguons,


suivant leur nature sémantique, cinq classes de participants subordonnés : les SN2
humains, animés, inanimés dynamiques, inanimés non dynamiques et abstraits. Les
fréquences observées confirment l’impact des caractéristiques sémantiques du SN2 :

30Ainsi le leísmo est souvent invoqué comme phénomène qui marque l’opposition entre le caractère
humain (le/les) et le non humain (lo/los/la/las), cf. Marcos Marín (1978:17): « ‘Le’ se utiliza como
sustituto de persona, tanto en función de objeto indirecto (dativo) como de objeto directo (acusativo,
antietimológico como tal). Este uso de ‘le’ como objeto directo (leísmo, en la terminología tradicional y
general) opondría el rasgo (+persona) a (-persona) en vez de la función. »
277

-a +a total
# % # % # %
HUM 145 13,2% 957 86,8% 1102 100%
ANIM 38 49,4% 39 50,6% 77 100%
INAN DYN 155 90,1% 17 9,9% 172 100%
INAN NON DYN 367 96,3% 14 3,7% 381 100%
ABSTR 142 [100%] - - 142 100%

100,00%
90,00%
80,00%
70,00%
60,00%
50,00% -a
40,00% +a
30,00%
20,00%
10,00%
0,00%
HUM ANIM INAN DYN INAN NON ABSTR
DYN

Tableau 8.13 Nature SN2 – accusatif prépositionnel

Plus particulièrement, l’analyse empirique dévoile que :

1. les noms propres, les noms communs, les pronoms personnels,


démonstratifs et interrogatifs représentant des humains sont presque
toujours marqués par a (86,8%) :

(25a) Ver a Woody Allen, 20 años después, abrir en persona el Festival, parece un
acontecimiento inimaginable, un espectáculo casi sobrenatural, afirmó el presidente
del certamen, Gilles Jacob. (EM:4/4/2002)
(25b) […] duerme como ella no ha visto dormir a nadie […]. (JP:473)

2. la présence de la marque prépositionnelle vacille devant les noms


d’animaux (49,4% vs. 50,6%) :

(26a) Poco después de la siesta, los vecinos vieron pasar por la calle del 14 de mayo el
caballo moro del Dictador […]. (CDE:Lamas de Rodríguez Alcalá T. 1955)
(26b) Dio media vuelta entre la hojarasca y vio al caballo saltar con las manos trincadas.
(EH:407)

3. la présence de la marque prépositionnelle diminue fortement devant les


inanimés. Notons encore l’utilité de la différenciation des inanimés
dynamiques et des inanimés non dynamiques ; ceux-ci se présentent moins
fréquemment au cas datif (27a) (3,7%) que ceux-là (27b) (9,9%) :

(27a) Mientras estos acontecimientos se sucedían, 1918 ve constituirse en Santander una


empresa productora impulsada por empresarios católicos […]. (CREA:Pérez
Perucha J. 1995).
278

(27b) Ha estado en Parellada esperando ver llegar al coche de Clara, un 1.100 morro alto
pintado de verde claro, tal vez el único que hay en ese color. (SOL:Romero L.
1952)31

4. la marque prépositionnelle est exclue devant les noms abstraits :

(28) […] el año que viene la Unión Europea verá crecer el número de parados hasta
alcanzar la cifra de 12 millones de desempleados, medio millón más que este año.
(EP:2/12/2001)

Secundo, il y a une légère différence entre les SN2 [± humains définis] et les SN2
[± humains indéfinis]. Les définis déclenchent plus fréquemment la marque
prépositionnelle que les indéfinis, bien que la différence ne soit pas grande :

-a +a total
# % # % # %
défini 609 42,8% 815 57,2% 1424 100%
indéfini 238 52,9% 212 47,1% 450 100%
Tableau 8.14 Définitude SN2 – accusatif prépositionnel

Tertio, en accord avec Delbecque & Lamiroy (1996) nous observons que
l’impact négatif du pluriel sur la présence de a a été exagéré32, tout comme l’impact du
collectif. Nonobstant, rappelons qu’il a été souligné dans la littérature que
l’humanitude, la définitude et le nombre du SN sont des paramètres qui interagissent.
Ainsi le trait [+ pluriel] a plus d’impact sur le blocage de a avec les SN2 humains
indéfinis (-a : 33,8%) qu’avec les définis (-a : 19,8%) :

-a +a total
# % # % # %
singulier 516 40,1% 772 59,9% 1288 100%
pluriel 290 58,1% 209 41,9% 499 100%
collectif 85 64,9% 46 35,1% 131 100%
Tableau 8.15 Nombre SN2 – accusatif prépositionnel

Or, les traits inhérents du SN2 ne motivent pas toujours l’emploi de la marque
prépositionnelle : leur présence ne garantit pas toujours l’emploi de a, tout comme
leur absence ne bloque pas nécessairement son apparition. En effet, certains SN2

31 Notons que la séquence VdP


visuelle + Inf d’apparition pourrait être définie comme une structure
incorporée. Vu la nature intransitive de l’infinitif, le marquage prépositionnel du SN2 est d’autant
plus remarquable.
32 Cf. Delbecque & Lamiroy (1996:85): « The restriction to the singular imposed by the grammar of the

Academy is thus clearly overtaken by the data. »


279

inanimés, indéfinis ou pluriels prennent aussi la marque a et inversement ; 15,9% des


SN2 humains définis singuliers manque la préposition a33. À cela s’ajoute que les traits
[indéfini] et [pluriel] ne peuvent pas être seuls responsables du blocage de a : 62,8%
des SN2 humains sans a est quand même défini ; 49,7% des SN2 humains sans a est au
singulier. Dans notre corpus, l’absence de a devant les SN2 humains définis singuliers
est encore conditionnée par :

1. l’emploi de certains substantifs ‘statiques’ tels que el cadáver (29a), el cuerpo


(29b), la figura (29c) ou la silueta (29d), qui déclenchent une déhumanisation
et une dédynamisation des SN2 humains :

(29a) Aparicio no ha entrado en dulce dormición administrativa como yo esperaba, o sea en


jubilación, sino que sigue ahí, sentado a la puerta de su pirámide informativa,
esperando a ver pasar el cadáver de su enemigo […]. (SOL:Prensa 1977)
(29b) Ahora él veía aparecer y desaparecer el cuerpo de la jugadora china cuyo nombre
hizo un esfuerzo por recordar. (CREA:Carrión I. 1995)
(29c) […] vio surgir la figura cada segundo más precisa de la muchacha
emparedada y se acordó de un grabado o de la fotografía de un cuadro que había
visto en el archivo de don Otto […]. (JP:91)
(29d) Entonces, en el claro sol, se ve la silueta escurrirse. (CDE:Barrios E. 1948)

2. l’emploi d’infinitifs peu dynamiques –et inaccusatifs– tels que pasar,


aparecer, surgir, cambiar :

(30) En principio el interés en evitar pegar el tiro sobre cualquier árbol, anulan la
atención sobre el blanco disparando por un claro de vegetación por el que vemos
pasar la becada. (CREA:Gracia Monterde C. 1996)34

Tout au contraire, en présence d’un infinitif qui cause une humanisation et une
dynamisation du SN2 –par exemple l’inergatif rugir– le SN2 naturaleza,
intrinsèquement peu individualisé, reçoit la marque du datif :

(31) […] el día de autos escuchó rugir a la naturaleza en su casa del litoral, en
Tanaguarena. (EP:27/11/1999)

Voici les premiers indices de l’impact potentiel sur le cas du SN2 de la structure
argumentale dans laquelle il entre.

33Ou bien 49 sur 307 exemples.


34Il est possible que, dans cet exemple-ci, le VdPvisuelle et l’infinitif de mouvement pasar constituent
une structure incorporée ; ceci pourrait également expliquer le cas accusatif du SN2. L’absence de la
préposition devant le SN2 humain, défini, singulier reste cependant remarquable.
280

8.5.3.2 Les propriétés sémantiques du SN2 et le leísmo

Une première comparaison des cinq sous-corpus montre que le pronom datif est
effectivement plus fréquent dans le corpus des auteurs leístas (I.1) (58,9%) que dans
celui des auteurs no leístas (I.2) (7,2%). La fréquence élevée du leísmo dans les corpus
journalistiques confirme la tendance de la langue écrite à se conformer à la norme
grammaticale35. Cependant, le phénomène du leísmo est plus fréquent dans les
journaux espagnols (II.1) (62%) que dans les journaux américains (II.2) (50%) :

I.1 I.2 II.1 II.2 III


# % # % # % # % # %
pronom accusatif 16 41,1% 77 92,8% 19 38% 4 50% 785 70,1%
pronom datif 23 58,9% 6 7,2% 31 62% 4 50% 335 29,9
total 39 100% 83 100% 50 100% 8 100% 1120 100%
Tableau 8.16 Pronom datif dans les sous-corpus

Comme il est généralement proposé dans la littérature, le pronom datif


remplace plus fréquemment le SN2 masculin (32) que le SN2 féminin (33). De plus, à
l’intérieur de ces deux catégories, le leísmo est plus impératif au singulier qu’au
pluriel (34) :

(32) Cipriano seguía con su cabeza levantada para que su tío no escapara de su campo
visual. Le vio vacilar, empalidecer. (EH:460)
(33a) Cipriano miró a doña Ana, cuyo largo cuello emergía de la galera ornado con un
collar de perlas, y la vio reclinar la cabeza y entrelazar devotamente los dedos de las
manos. (EH:324)36
(33b) […] ya estaba dicho, a quien bastaba con verle menear las nalgas de potranca […].
(CDE:García Márquez G. 1967)
(34a) Allí no se hablaba de otra cosa que no fuese de trenes, nunca los oí charlar sobre
mujeres […]. (CREA:Tusquets Blanca O. 1998)
(34b) Ese fosforillo no es... por ahí al... a unas dos personas les oí decir ‘fosforillo’.
(CDE:Habla culta siglo 20)37

Rappelons les données quantitatives :

35 En effet, dans le corpus journalistique ce sont presque uniquement les SN2 masculins singuliers
humains qui se pronominalisent par le.
36 Le VdP
visuelle et l’infinitif exprimant une activité peuvent s’incorporer ; le cas accusatif du SN2
serait d’autant plus remarquable vu la nature transitive de l’infinitif.
37 Dans l’exemple (34b), l’occurrence du pronom datif peut s’expliquer par l’incorporation du

VdPauditive oír et l’infinitif de communication transitif decir.


281

le masc le fém les masc les fém total


# % # % # % # % # %
I.1 20 87% 1 4,3% 2 8,7% - - 23 100%
I.2 5 83,3% - - 1 16,7% - - 6 100%
II.1 26 83,9% - - 5 16,1% - - 31 100%
II.2 4 [100%] - - - - - - 4 100%
III 287 85,7% 3 0,9% 44 13,1% 1 0,3% 335 100%
total 342 85,7% 4 1% 52 13,1% 1 0,2% 399 100%
Tableau 8.17 Pronom datif par nombre et genre

Les statistiques dénoncent aussi que le pronom datif ne peut pas se substituer
au SN2 abstrait ni au SN2 inanimé non dynamique. Il est plus habituel avec les
référents animés, inanimés dynamiques et surtout humains :

pronom accusatif pronom datif total


# % # % # %
HUM 824 67,8% 390 32,2% 1214 100%
-> masculin 503 56,7% 385 43,3% 888 100%
-> féminin 321 98,5% 5 1,5% 326 100%
ANIM 19 79,2% 5 20,8% 24 100%
INAN DYN 13 76,5% 4 23,5% 17 100%
INAN NON DYN 34 [100%] - - 34 100%
ABSTR 11 [100%] - - 11 100%

100,00%
90,00%
80,00%
70,00%
60,00%
50,00%
40,00% pronom accusatif
30,00% pronom datif
20,00%
10,00%
0,00%
HUM ANIM INAN INAN ABSTR
DYN NON
DYN

Tableau 8.18 Nature sémantique SN2 - pronominalisation

Qui plus est, dans le corpus journalistique et dans le corpus no leísta, le


représente uniquement des SN2 humains (35a) :

(35a) Piense que no soy yo quien se lo pide, sino la ciudad que le vio nacer. (MM:25)

Dans le corpus des auteurs leístas et dans le corpus varié, le leísmo se présente aussi
avec les autres référents dynamiques, donc animés (35b) et inanimés
dynamiques (35c) :
282

(35b) Ese día el cerdo y yo nos conocimos. […] Cada martes le di comida, hablaba con él y
le veía crecer. (CDE:Omar H. 1994)
(35c) El sol había soplado los candiles, había dicho ‘buenas noches’ ; dejaba esperanza de
verle alzarse mañana. (LA:37)38

Les données statistiques sont réparties de la façon suivante :

HUM ANIM INAN DYN INAN NON DYN total


# % # % # % # % # %
I.1 19 95% - - 1 5% - - 20 100%
I.2 5 [100%] - - - - - - 5 100%
II.1 26 [100%] - - - - - - 26 100%
II.2 4 [100%] - - - - - - 4 100%
III 280 97,6% 5 1,7% 2 0,7% - - 287 100%
total 334 97,6% 5 1,5% 3 0,9% - - 342 100%
Tableau 8.19 Nature sémantique le masculin

Le pronom pluriel masculin les remplace quasi uniquement des SN2 à référents
humains. L’exemple (35d) –issu du corpus varié– avec un référent inanimé
dynamique constitue la seule exception :

(35d) Los autos eléctricos pasaban velozmente junto a él, casi rozándole, como si
desafiaran al osado peatón. Guillermo les veía surgir y desaparecer como fuegos
fatuos, mientras intentaba reprimir la ira y el desprecio que le producían las
asépticas máquinas […]. (CDE:González Real O. 1980)

Les données quantitatives confirment cette observation :

HUM ANIM INAN DYN INAN NON DYN total


# % # % # % # % # %
I.1 2 [100%] - - - - - - 2 100%
I.2 1 [100%] - - - - - - 1 100%
II.1 5 [100%] - - - - - 5 100%
II.2 - - - - - - - - 0 100%
III 43 97,7% - - 1 2,3% - - 44 100%
total 51 98,1% - - 1 0,9% - - 52 100%
Tableau 8.20 Nature sémantique les masculin

8.5.3.3 Conclusion : la dynamicité du SN2

L’étude de la corrélation entre le cas du SN2 et ses propriétés sémantiques montre que
le cas datif est habituellement sélectionné par les SN2 qui occupent une position élevée

38Notons comment les actes de souffler (había soplado los candiles) et de parler (había dicho ‘buenas
noches’) contribuent à la dynamisation du soleil.
283

sur l’échelle de dynamicité, alors que les SN2 non dynamiques sélectionnent de
préférence le cas accusatif :

[+ datif] [+ accusatif]

HUM > ANIM > INAN DYN >> INAN NON DYN > ABSTR

entités dynamiques entités non dynamiques

Figure 8.7 Nature sémantique du SN2 et marquage casuel

Toutefois, la structure argumentale de la subordonnée infinitive dans laquelle


entre le SN2, peut neutraliser ces traits sémantiques inhérents. Nous avons observé
qu’en présence de certains infinitifs (cf. l’inergatif rugir), les SN2 non dynamiques
reçoivent le cas datif ; sous l’influence d’autres infinitifs (cf. les inaccusatifs surgir,
aparecer), les SN2 dynamiques se présentent sous le cas accusatif. En effet, à part les
caractéristiques inhérentes de l’objet, le degré de dynamicité que le lexème verbal
attribue à l’objet joue un rôle essentiel.

8.6 Le marquage casuel et la structure argumentale

8.6.1 Présentation de l’hypothèse

Quand le prédicat assigne une certaine dynamicité à l’OD, celui-ci se construit


souvent avec a. L’OD du verbe ayudar par exemple fonctionne comme le participant
responsable d’un processus postérieur à celui d’aider. Il est considéré comme
potentiellement dynamique, d’où la présence habituelle de a, aussi devant les OD
inanimés39 :

(36) Esta medida ayuda al país.

39Un autre exemple de l’influence potentielle de la structure argumentale sur le marquage de l’OD
est celui des verbes normalement suivis d’OD animés, tels que amar et adorar. Ces verbes entraînent
souvent la préposition a devant les OD inanimés, ce qui cause une ‘humanisation’ de ces entités (i).
En revanche, les prédicats qui s’accompagnent normalement d’OD inanimés –tels que tener et
buscar– omettent souvent le a devant les OD humains (ii). Vanhoe (2004) parle à ce propos d’une
‘chosification’ :
(i) Amo a mi coche.
(ii) Tengo un hijo.
284

La même influence du sémantisme verbal a été notée à propos du leísmo.


Roegiest (1998b) et Huygens (2002) signalent le cas particulier de certaines
constructions avec infinitif où le sujet de ces infinitifs peut être reproduit par le(s) au
lieu de lo(s)/la(s). Quand le participant subordonné se rapproche d’un agent
prototypique, il prend la forme active le(s). Ceci est certainement valable pour ayudar
qui a un participant subordonné très actif, puisque l’on ne peut aider que quelqu’un
qui est déjà en train de faire quelque chose ; ayudar exprime une action concomitante à
celle du sujet principal :

(37a) Le ayuda a escribir la carta.

De la même façon, les verbes obligar et mandar expriment une force coercitive et
présupposent une certaine résistance de la part du participant subordonné qui, à
cause de cette dynamicité potentielle, se pronominalise de préférence au datif :

(37b) (Le/lo) obliga a escribir la carta.


(37c) (Le/lo) manda a comprar el diario.

Finalement, avec un verbe tel que invitar la réalisation de l’action subordonnée n’est
pas certaine –à cause de l’intention moins impérative du sujet principal à faire réaliser
l’action manipulée– ce qui aboutit à une fréquence plus basse du leísmo :

(37d) (Lo/le) invita a tomar un café.

Somme toute, la pronominalisation dative peut se réaliser en fonction du degré de


dynamicité potentielle que le prédicat verbal attribue au participant subordonné.

8.6.2 Le cas du SN2 et la dynamicité du Cinf

Dans l’optique de cette hypothèse, il est possible que l’infinitif subordonné influence
le degré de dynamicité du participant subordonné SN2 et de là aussi son marquage
casuel. En accord avec la classification établie en fonction du degré de transfert
d’énergie qu’ils impliquent, trois types d’infinitifs se distinguent40 :

1. les infinitifs transitifs impliquent un haut degré de transfert d’énergie entre


un agent et un patient ;
2. les infinitifs inergatifs représentent l’émission d’énergie par un agent ;

40 Cf. supra 7.6.3 La nature sémantique de l’infinitif, p 223.


285

3. les infinitifs inaccusatifs impliquent prototypiquement la réception


d’énergie par un patient.

Les données statistiques –représentées dans le tableau 8.21– dénoncent que les
infinitifs transitifs engendrent le plus fréquemment la marque prépositionnelle devant
le SN2 (95,4%)41 (38a), suivis des infinitifs inergatifs (77,6%) (38b) et des inaccusatifs
(30,9%) (38c) :

(38a) No pudo concluir sus oraciones: incrédulo, abatido, anonadado, oyó a las brasas
exhalar un gemido siseante y vio cómo se teñía de gris el santuario y el dios
desaparecía envuelto en humo por el alcabor. (CREA:Trías C. 1990)
(38b) […] cerca del estanque, para que oigamos croar a las ranas… (CREA:Moncada S.
1993)
(38c) De pronto veo la cara de Andrés crisparse y siento que algo insólito está por
venírsenos encima. (CDE:Ventanas M. 1997)

Les fréquences observées sont les suivantes :

-a +a total
# % # % # %
(TR) 18 4,6% 374 (95,4%) 392 100%
INERG 94 22,4% 325 77,6% 419 100%
INAC 735 69,1% 328 30,9% 1063 100%

100,00%
90,00%
80,00%
70,00%
60,00%
50,00% [-a]

40,00% [+a]

30,00%
20,00%
10,00%
0,00%
TR INERG INAC

Tableau 8.21 Type infinitif – accusatif prépositionnel

La nature différente de l’infinitif pourrait d’ailleurs expliquer la vacillation de


l’emploi de a devant les noms d’animaux, observée dans la section précédente. Dans
(26a), l’infinitif inaccusatif pasar affaiblit le caractère potentiellement dynamique du
cheval, alors qu’il est renforcé par l’infinitif inergatif saltar dans (26b) :

(26a) Poco después de la siesta, los vecinos vieron pasar por la calle del 14 de mayo el
caballo moro del Dictador […]. (CDE:Lamas de Rodríguez Alcalá T. 1955)

41Il nous faut de la précaution lors de l’interprétation du cas datif avec un infinitif transitif, car il
peut être déclenché par l’incorporation.
286

(26b) Dio media vuelta entre la hojarasca y vio al caballo saltar con las manos trincadas.
(EH:407)

La même hiérarchie des infinitifs se déduit à partir des données pour la


pronominalisation dative :

pronom accusatif pronom datif total


# % # % # %
(TR) 146 (47,7%) 160 (52,3%) 306 100%
INERG 263 66,6% 132 33,4% 395 100%
INAC 492 82,1% 107 17,9% 599 100%

90,00%
80,00%
70,00%
60,00%
50,00%
pronom accusatif
40,00% pronom datif
30,00%
20,00%
10,00%
0,00%
TR INERG INAC

Tableau 8.22 Type infinitif - pronominalisation

Le SN2 est effectivement plus fréquemment pronominalisé au datif quand il est suivi
d’un infinitif transitif (52,3%) (39a)42. À un échelon plus bas se trouvent les infinitifs
inergatifs (33,4%) (39b) et finalement les inaccusatifs (17,9%) (39c) :

(39a) Le oyó tragar saliva. ¡Era humano, humano!, pensó súbitamente aliviada.
(CREA:García Sánchez J. 1991)
(39b) Le oí correr, mientras me alejaba. (SOL:García Hortelano J. 1962)
(39c) La ira de Dios no quedó cumplida con el accidente; por eso ahora lo mata.Y no se
detendrá hasta que lo vea quemarse en el profundo abismo. (CDE:Márquez J.
1995)

Il s’en déduit que la présence dans la structure argumentale du SN2 d’un


infinitif dynamique –donc inergatif ou transitif– déclenche souvent le marquage datif
du SN2, tandis que les infinitifs non dynamiques –donc inaccusatifs– attribuent
habituellement le cas accusatif au SN2 :

42Comme avec l’accusatif prépositionnel, il nous faut de la précaution lors de l’interprétation du


cas datif avec un infinitif transitif, car il peut être engendré par l’incorporation.
287

[+ datif] [+ accusatif]

(TR) > INERG >> INAC

événements dynamiques événements non dynamiques

Figure 8.8 Nature sémantique de l’infinitif et marquage casuel

Avant d’achever cette partie empirique, il nous reste à vérifier lequel des deux
paramètres prédomine lors de la détermination du cas : le degré de dynamicité
inhérente du SN2 ou la dynamicité de l’infinitif qui l’accompagne ? Afin de répondre à
cette question, il faut examiner la présence de la préposition a devant le SN2 dans
chaque combinaison possible des cinq catégories sémantiques du SN2 et des trois
types d’infinitifs :

-a +a total
# % # % # %
HUM TR 5 1,4% 364 98,6% 369 100%
HUM INERG 17 4,5% 291 94,5% 308 100%
HUM INAC 123 28,9% 302 71,1% 425 100%
ANIM TR 2 40% 3 60% 5 100%
ANIM INERG 14 35% 26 65% 40 100%
ANIM INAC 22 68,7% 10 31,3% 32 100%
INAN DYN TR 3 75% 1 25% 4 100%
INAN DYN INERG 13 72,2% 5 27,8% 18 100%
INAN DYN INAC 139 92,7% 11 7,3% 150 100%
INAN NON DYN TR 4 40% 6 60% 10 100%
INAN NON DYN INERG 46 93,9% 3 6,1% 49 100%
INAN NON DYN INAC 317 98,4% 5 1,6% 322 100%
ABSTR TR 4 [100%] - - 4 100%
ABSTR INERG 4 [100%] - - 4 100%
ABSTR INAC 134 [100%] - - 134 100%
Tableau 8.23 Accusatif prépositionnel par type de Cinf

Si nous faisons abstraction des Cinf avec un infinitif transitif, les pourcentages
montrent une tendance décroissante du SN2 à sélectionner la marque du datif à partir
du Cinf le plus dynamique (HUM INERG) (40a) jusqu’au Cinf le moins dynamique
(avec un SN2 abstrait) (40b) :

(40a) ¿Y con el cristal, qué? espeta Nina todavía adormilada al oír a los muchachos
apostar. (CREA:Rubio F. 1992)
(40b) Si se hubiesen basado en una anécdota menor, también menor sería el grado de
exigencia por parte del espectador, que se siente frustrado al ver desinflarse
secuencia a secuencia el desarrollo de una historia enormemente atractiva.
(SOL:Prensa 1977)
288

La dynamicité de l’infinitif paraît subordonnée à la dynamicité inhérente du SN2 : la


hiérarchie HUM > ANIM > INAN DYN > INAN NON DYN > ABSTR est constante
alors que l’échelle (TR) > INERG > INAC peut varier43.
Les mêmes observations peuvent se faire à propos du leísmo. Les Cinf
contenant un SN2 dynamique (HUM) et un infinitif impliquant un haut degré
d’énergie (INERG) sélectionnent le plus fréquemment le datif (41a) ; les entités non
dynamiques (INAN NON DYN, ABSTR) accompagnées d’un infinitif inaccusatif
sélectionnent par définition l’accusatif (41b) :

(41a) Rufi mantenía cerrados los ventanales de las habitaciones de abajo con las persianas
echadas. Le oí cantar en el piso superior y me volví a la veranda. (SOL:García
Hortelano J. 1962)
(41b) El sol se ponía lentamente y el silencio volvía a posesionarse de todo, incluidas
nosotras dos, que lo veíamos crecer como una tregua. (CREA:Egido L.G. 1995)

La hiérarchie représentant la dynamicité inhérente du SN2 –HUM > ANIM > INAN
DYN > INAN NON DYN > ABSTR– prédomine. À l’intérieur de chacune de ces
catégories l’on observe la tripartition (TR) > INERG > INAC, bien que la hiérarchie
interne de ces classes varie44 :

pronom accusatif pronom datif total


# % # % # %
HUM TR 142 47,5% 157 52,5% 299 100%
HUM INERG 246 65,3% 131 34,7% 377 100%
HUM INAC 436 81% 102 19% 538 100%
ANIM TR 3 60% 2 40% 5 100%
ANIM INERG 6 85,7% 1 14,3% 7 100%
ANIM INAC 10 83,3% 2 16,7% 12 100%
INAN DYN TR - - 1 [100%] 1 100%
INAN DYN INERG 3 [100%] - - 3 100%
INAN DYN INAC 10 76,9% 3 23,1% 13 100%
INAN NON DYN TR - - - - - 100%
INAN NON DYN INERG 5 [100%] - - 5 100%
INAN NON DYN INAC 29 [100%] - - 29 100%
ABSTR TR 1 [100%] - - 1 100%
ABSTR INERG 1 [100%] - - 1 100%
ABSTR INAC 9 [100%] - - 9 100%
Tableau 8.24 Leísmo par type de Cinf

43 En outre, à l’intérieur de la catégorie des entités abstraites, le type d’infinitif qui suit le SN2 n’a
aucun impact sur la sélection du cas : il est toujours accusatif.
44 Par exemple, d’après les données statistiques, en combinaison avec des entités inanimées

dynamiques, les infinitifs inaccusatifs sélectionnent plus fréquemment le cas datif que les infinitifs
inergatifs.
289

Quoi qu’il en soit, ce qui semble jouer un rôle primordial lors de la sélection du
cas du SN2, c’est la dynamicité globale du Cinf entier, donc du stimulus de
perception : le SN2 impliqué dans un Cinf peu dynamique reçoit de préférence le cas
accusatif, le SN2 inclus dans un Cinf dynamique est prototypiquement marqué par le
datif. Le dévoilement du pourquoi de ces corrélations est l’objectif de la section
suivante.

8.7 Le cas du SN2 en tant qu’indice de sa fonction grammaticale

8.7.1 Valeurs sémantico-conceptuelles des cas accusatif et datif

L’étude empirique des facteurs qui conditionnent le cas du SN2 a dévoilé que dans la
CI, le cas datif surgit dans deux situations extrêmes :

1. en cas d’incorporation, quand l’infinitif s’accompagne lui-même d’un OD et


le SN2 reçoit la fonction d’OI du prédicat complexe ;
2. quand les propriétés sémantiques du Cinf –sous forme d’un SN2 humain,
animé ou inanimé dynamique et d’un infinitif inergatif (ou transitif)–
attribuent un haut degré de dynamicité au participant subordonné SN2. En
revanche, les Cinf peu dynamiques –contenant des SN2 inanimés non
dynamiques ou abstraits et des infinitifs inaccusatifs– tendent à défavoriser
le marquage datif du SN2.

La première occurrence s’explique de manière évidente par le principe de l’unicité


stratale ; la deuxième mérite un commentaire plus poussé.
L’opposition entre le cas accusatif et le cas datif du SN2 est un phénomène de
variation qui concerne la conceptualisation globale de la CI. Plus particulièrement,
l’alternance entre les deux cas a un impact sur la façon dont les rapports entre
l’événement de perception, le participant subordonné SN2 et l’événement dans lequel
il est impliqué sont conçus. Comme il a été affirmé plus haut dans ce chapitre45, le cas
accusatif est le cas non marqué pour le SN2 en ce sens qu’il signifie ‘rien à signaler’ :
l’accès au SN2 en tant que but de l’événement perceptif est direct. Par contre, en
accord avec l’hypothèse de l’iconicité, au marquage formel apporté par le cas datif

45 Cf. 8.3.2 L’hypothèse de l’iconicité, p 269.


290

doit correspondre une valeur sémantique supplémentaire. À notre avis, le cas datif
indique que le SN2 qu’il marque n’est pas conçu comme le simple but ou patient de
l’action principale –donc de l’action perceptive– mais comme le protagoniste d’un
deuxième événement autonome. Les marques propres à l’OI présentes dans le SN2
révèlent ses propriétés agentives dans l’événement subordonné.
Ainsi, l’introduction de la préposition a devant le SN2 ou sa pronominalisation
au datif rompt la continuité normale de la structure transitive et montre qu’il y a plus
dans la phrase qu’une simple relation unidirectionnelle causative. Delbecque
(1998:533) argumente à ce propos en faveur d’un système espagnol à deux types de
constructions transitives :

« […] estamos ante un sistema que ha desarrollado dos construcciones transitivas : por una
parte, la que pone en escena una simple relación de dependencia entre la entidad objeto y la
entidad sujeto, y, por otra parte, una doble relación de dependencia, en que el lazo de
dependencia se concibe como reversible, con la entidad objeto asumiendo una participación
más extensa al evento. »

La relation transitive prototypique dénote un transfert d’énergie qui passe d’un proto-
agent/sujet à un proto-patient/objet ; le premier participant est au nominatif, le
deuxième à l’accusatif. En revanche, la relation transitive où le deuxième participant
est marqué par le datif attribue une certaine autonomie à ce participant. Le cas datif
signale une réorientation de l’axe transitif en ce sens que le sujet principal est présenté
comme réagissant à l’activité de l’objet subordonné au lieu de seulement agissant sur
lui.
L’application de cette thèse au cas dans la CI implique que :

1. le SN2 à l’accusatif est conçu comme le but de l’événement perceptif ;


2. le SN2 marqué au datif est plutôt conçu comme la source d’un deuxième
événement autonome.

La première application correspond à la relation transitive prototypique par laquelle


le percepteur aperçoit un stimulus neutre :

VdP
SN1 SN2 (Inf)
nominatif accusatif

Figure 8.9 Transitivité et cas accusatif


291

La deuxième implique une inversion de la relation normale. L’événement de


perception (iii) se produit à cause de l’activité (i) engendrée par le participant SN2.
Cette activité est en fait le stimulus de l’événement de perception (ii) :

VdP Inf
SN1 SN2
nominatif (iii) datif (i)

(ii)

Figure 8.10 Transitivité et cas datif

En termes des fonctions grammaticales, le SN2 à l’accusatif est conceptualisé comme


l’OD du VdP alors que le SN2 marqué au datif fonctionne comme le sujet de l’infinitif.
L’infinitif même ne peut pas lui assigner un cas, mais –contre les attentes– le VdP ne
lui donne pas non plus le cas accusatif. Ainsi, l’introduction de la préposition a devant
le SN2 et sa pronominalisation par le(s) présentent le participant subordonné SN2
comme un sujet déguisé46.
Un argument supplémentaire en faveur de la corrélation entre le cas du SN2 et
sa fonction grammaticale se trouve dans le rapport entre le marquage casuel du SN2 et
sa position syntaxique, analysée dans le chapitre précédent. Dans notre corpus, 80,4%
des SN2 préverbaux est marqué par a, contre seulement 46,1% des SN2 postverbaux.
En d’autres termes, le cas datif est plus fréquent quand le SN2 qu’il précède est
marqué comme sujet par sa position syntagmatique :

-a +a total
# % # % # %
préverbal 94 19,6% 385 80,4% 479 100%
postverbal 753 53,9% 642 46,1% 1395 100%

46 L’hypothèse d’une corrélation entre le marquage datif du SN2 et son fonctionnement comme Sinf
contredit la thèse de Fernández Ramírez (1986), reprise par Di Tullio (1998:207), selon laquelle
l’absence de a devant le SN2 serait un indice de sa fonction subjective : « No deben llevar a porque no
funcionan como complemento directo sino como sujeto de los verbos respectivos. » (Fernández Ramírez
1986).
292

90,00%
80,00%
70,00%
60,00%
50,00% préverbal
40,00% postverbal
30,00%
20,00%
10,00%
0,00%
[-a] [+a]

Tableau 8.25 Marquage casuel et position syntaxique

8.7.2 Le marquage casuel et les modalités de perception

La valorisation sémantico-conceptuelle des deux cas accusatif et datif nous permet à


l’heure actuelle d’expliquer le décalage entre les VdPvisuelle et les VdPauditive, observé au
début de ce chapitre. C’est effectivement le différent degré de dynamicité inhérente
du stimulus qui explique la fréquence beaucoup plus élevée du cas datif derrière les
VdPauditive par rapport aux VdPvisuelle, aussi dans la structure incorporée.
En effet, comme nous l’avons affirmé à plusieurs reprises, le degré de
dynamicité du stimulus aperçu est plus élevé pour les VdPauditive que pour les
VdPvisuelle. En outre, comme la modalité de perception auditive sélectionne
nécessairement des stimuli dynamiques, les VdPauditive se construisent de préférence
avec des Cinf dynamiques. En revanche, étant donné que la modalité de perception
visuelle sélectionne soit des stimuli dynamiques soit des stimuli non dynamiques, les
VdP ver et mirar se combinent avec des SN2 et avec des infinitifs de nature diverse. Les
données statistiques témoignent de cet écart :

SN2 DYN SN2 NON DYN total Inf DYN Inf NON DYN
# % # % # % # % # %
VdPvisuelle 1658 78,3% 460 21,7% 2118 100% 616 29,1% 1502 70,9%
VdPauditive 948 89,8% 108 10,2% 1056 100% 894 84,7% 162 15,3%

90,00%
80,00%
70,00%
60,00%
SN2 DYN
50,00% SN2 NON DYN
40,00% INF DYN
30,00% INF NON DYN
20,00%
10,00%
0,00%
VdP visuelle VdPauditive

Tableau 8.26 Type de Cinf par VdP


293

Le SN2 subordonné à un VdPvisuelle est conçu comme le but de l’événement de


perception, alors que le SN2 subordonné à un VdPauditive est conceptualisé comme la
source d’un deuxième événement autonome, l’événement aperçu. Par conséquent, le
SN2 subordonné à un VdPvisuelle est marqué comme le proto-patient/OD de la relation
transitive prototypique tandis que le marquage particulier du SN2 subordonné à un
VdPauditive indique une déviation de cette transitivité prototypique. Par l’introduction
de la préposition a ou du pronom le(s), le participant subordonné SN2 s’isole et évoque
une scène autonome. Ces affirmations rappellent les schémas de transitivité proposés
pour les VdP dans la première partie de cette étude (cf. figure 3.9, p 69). Dans le
champ de la perception visuelle, le transfert d’énergie passe du percepteur/sujet au
stimulus/objet (I) alors que l’axe transitif est inversé dans le domaine de la perception
auditive (II). L’activité produite par le participant subordonné (i) est le stimulus (ii)
qui cause l’événement perceptif auditif (iii) :

(I)
VdPvisuelle
SN1 SN2 (Inf)
percepteur stimulus
nominatif accusatif
(II)
VdPauditive
(iii) Inf
SN1 SN2
percepteur datif (i)
nominatif (ii) stimulus

Figure 8.11 Modalité de perception, transitivité et marquage casuel

Par conséquent, le marquage casuel différent dans le champ des deux


modalités de perception témoigne effectivement d’une fonction grammaticale
différente du SN2. Le SN2 subordonné à ver/mirar fonctionne comme l’OD du VdP
alors que le SN2 subordonné à oír/escuchar fonctionne comme le Sinf. Par conséquent,
l’organisation interne du Cinf subordonné à un VdPvisuelle est prototypiquement de
nature non propositionnelle alors que la structure interne du Cinf des VdPauditive est
propositionnelle et unitaire.
De l’examen empirique qui précède, nous concluons que le marquage casuel
est un indice assez fiable de la fonction grammaticale d’un constituant. Cela dit, il ne
294

faut pas dissimuler que dans un nombre non négligeable de cas, la correspondance
entre la modalité de perception, le marquage casuel du SN2 et sa fonction
grammaticale n’a pas pu être établie. Le cas accusatif apparaît aussi dans le domaine
des VdPauditive tout comme le cas datif n’est pas exclu pour les VdPvisuelle. Cette
observation trahit une fois de plus la complexité des facteurs qui interviennent lors du
marquage casuel en espagnol.
295

Chapitre 9

L’ accord verbal dans la construction infinitive

pronominalisée

L’accord verbal dans la CI pronominale est la troisième et dernière propriété


formelle qui peut être mise en rapport avec la configuration interne du Cinf. Il
sera argumenté que ce qui impose l’accord ou non entre le VdP et le
participant subordonné SN2, ce n’est pas exclusivement la dichotomie passif
vs. impersonnel, mais aussi la fonction du SN2 dans la phrase : sujet
grammatical du VdP ou du prédicat complexe VdP + Inf, OD du VdP ou sujet
de l’infinitif. Après avoir parcouru les critères syntaxiques et sémantiques
proposés dans la littérature pour décider du caractère passif ou impersonnel
des constructions pronominales (9.1), nous passerons à une considération plus
détaillée du phénomène de l’accord (9.2). Le chapitre se terminera par
l’analyse empirique des facteurs qui influencent l’accord verbal dans la CI
pronominalisée (9.3-9.4).

9.1 La construction pronominale : une structure hétérogène

9.1.1 Introduction : les valeurs du clitique se

L’étude de la transitivité des verbes pronominaux1 a dévoilé que le morphème se


apparaît en espagnol dans des contextes et dans des emplois très divers, comme
pronom réflexif (1a), comme pronom réciproque (1b), comme pseudo-réflexif (1c), et
pour dénoter une construction passive (1d) ou impersonnelle (1e) :

(1a) Juan se lava.

1 Cf. supra 7.6.3.1.3 Les infinitifs pronominaux : transitifs, inaccusatifs ou inergatifs ?, p 230.
296

(1b) Juan y María se encuentran.


(1c) María se ha desmayado.
(1d) Se buscan soluciones.
(1e) Se busca a los culpables.

Le clitique se peut également pronominaliser les VdP :


(2a) Se ve en el espejo.
(2b) Se ven en la playa.
(2c) Se oye sonar las campanas.
(2d) Se veían volar los pájaros.
(2e) Se veía llegar a los turistas.

Le clitique se fonctionne dans (2a) comme pronom réflexif (Juan se ve en el espejo a sí


mismo) et dans (2b) comme pronom réciproque (Juan y María se ven en la playa). Son
statut est moins évident dans (2c-e) : certains auteurs analysent ces phrases comme
des passifs pronominaux, d’autres comme des constructions actives impersonnelles.
Les constructions telles que (2c-e) ont suscité bien des controverses2. Nous
mentionnons notamment :

1. la construction pronominale est-elle de nature passive ou active ?


2. quel est le statut syntaxique du pronom clitique se et du SN ?
3. quand l’accord s’établit-il entre le verbe principal pronominalisé et le SN
subordonné ?

Nous n’avons nullement l’ambition de résoudre les problèmes que déclenche ce


terreno movedizo de la sintaxis del español (Mendikoetxea 1999b:1635). Le seul objectif
que nous avons en vue ici est d’élucider les ressorts qui agissent sur l’accord verbal
entre le VdP et le SN2 subordonné dans la CI pronominalisée.
La construction pronominale espagnole n’est pas vraiment comparable à la
construction française du type (3a-b) :

(3a) Il se vend beaucoup d’articles anglais à Paris. (De Kock & Gómez Molina
1990:92)
(3b) Le traité de paix s’est signé. (Oesterreicher 1992:250)

2 Il nous est impossible de mentionner tous les ouvrages qui ont été publiés et se publient toujours
à son sujet. L’analyse que nous effectuons ici s’inspire essentiellement de la bibliographie
mentionnée dans la note 52, p 230 et en particulier des ouvrages de Alarcos Llorach (1970), Cano
Aguilar (1981), Cennamo (1993), De Kock & Gómez Molina (1990), De Kock & DeMello (1997),
Delbecque, Masschelein & Vanden Bulcke (1995), DeMello (1995), De Miguel (1992), García
González (1996), Jordán (1973), Maldonado (1999), Mendikoetxea (1999b), Moreira Rodríguez &
Butt (1996), Oesterreicher (1992), Roegiest (1993, 2004), Roegiest & Spanoghe (1993), Sánchez López
(2002), Schmidt-Riese (1998) et Selig (1998).
297

De plus, en français les structures qui correspondent aux CI pronominalisées


espagnoles sont agrammaticales3 :

(2c’) *S’entend sonner les coches.


(2d’) *Se voyaient voler les oiseaux ; *Les oiseaux se voyaient voler.
(2e’) *Se voyait arriver les touristes.

Aussi notre analyse se limitera-t-elle essentiellement aux constructions pronominales


espagnoles.

9.1.2 Construction passive vs. construction impersonnelle

Le point de vue adopté dans notre étude est celui des chercheurs qui distinguent les
constructions passives des constructions impersonnelles sur base, non seulement de
paramètres formels, mais aussi de critères sémantiques (cf. entre autres Alarcos
Llorach 1970, Cano Aguilar 1981, De Miguel 1992, Roegiest 1993, 2004, Sánchez López
2002)4. Sont définies comme impersonnelles, toutes les constructions qui manquent un
sujet explicite et dont l’interprétation implique que le prédicat renvoie ou bien à une
pluralité non spécifique de personnes –tout le monde, l’on (4a)– ou bien à un sujet
existentiel indéfini –quelqu’un (4b)– :

(4a) Se busca a los culpables de esta catástrofe. (Sánchez López 2002:35)


(4b) Se llama a la puerta.

En revanche, les constructions pronominales passives (pasivas reflejas) se caractérisent


d’une part par l’absence d’un sujet notionnel, et d’autre part par la présence d’un
objet notionnel qui fonctionne comme le sujet grammatical :

(5) Se venden casas.

3 Selig (1998:36) affirme qu’en français le passif pronominal a subi un rétrécissement fonctionnel.

La cause directe en est l’ordre des mots fixe dans cette langue : les sujets grammaticaux ne peuvent
apparaître que très rarement derrière le verbe. L’antéposition d’un sujet/patient est possible à
condition que la construction dénote une propriété générale du patient, comme dans Cette porte
s’ouvre sans aucune difficulté. En espagnol, ainsi qu’en italien d’ailleurs, la postposition du sujet
grammatical n’est pas exceptionnelle et la pronominale passive n’est pas réduite à l’expression de
propriétés génériques. Pour une analyse détaillée des constructions pronominales en français, voir
aussi Melis (1990).
4 En adoptant ce point de vue nous nous distancions d’une part de l’idée que l’opposition passif vs.

impersonnel est due uniquement à des paramètres formels (Mendikoetxea 1999b), et d’autre part de
la thèse que les constructions passives et impersonnelles assument la même fonction syntaxique et
sémantique (Jordán 1973).
298

Sémantiquement, la construction impersonnelle est une structure active qui se


caractérise par la présence implicite d’un sujet humain singulier indéfini. Comme
l’affirment Maldonado (1999) et Roegiest (2004), cet agent implicite fonctionne comme
le sujet syntaxique de la phrase impersonnelle qui, de là, exprime une action. Sánchez
López (2002) affirme à ce propos que le sujet de l’impersonnelle est un pronom nul
(PRO) qui prend la position d’un argument externe, donc la position normale d’un
pronom explicite ou d’un SN. Les quatre propriétés formelles les plus souvent
invoquées au sujet des constructions impersonnelles sont les suivantes :

1. les impersonnelles se construisent avec des verbes intransitifs (6a), ainsi


qu’avec des verbes transitifs (7a) :

(6a) Aquí se trabaja mucho.


(7a) Se busca a los culpables.

2. dans le cas où le verbe principal est transitif, les impersonnelles


sélectionnent prototypiquement des SN humains, généralement marqués
de la préposition a (cf. 7a) :

(7b) ?Se busca soluciones.

3. ce SN se caractérise par sa postposition fixe par rapport au verbe :

(7c) *A los culpables se busca.


4. comme le sujet implicite correspond à un agent humain singulier indéfini,
le verbe se conjugue toujours à la troisième personne du singulier, aussi
quand il y a un SN pluriel qui suit :

(6b) *Aquí se trabajan mucho.


(7d) *Se buscan a los culpables.

Or, la construction impersonnelle avec un verbe transitif pose des problèmes


particuliers à cause de son chevauchement possible avec la construction passive
pronominale. En effet, la phrase (8) :

(8) Se buscan soluciones para este problema.

partage une propriété importante avec l’impersonnelle, à savoir le caractère implicite


de l’agent externe. Maldonado (1999) et Roegiest (2004) notent toutefois une différence
entre les deux constructions quant au degré d’élaboration de la force inductive. Là où
la cause de l’action est au premier plan dans l’impersonnelle (6-7), elle est non
299

proéminente dans la construction passive (8). La pronominale passive se caractérise


en effet par l’absence d’intervention directe d’un agent et focalise le changement
d’état que souffre l’argument interne. Sa fonction est d’objectiviser l’événement en
reléguant l’acteur à l’arrière-plan de telle sorte que l’action est présentée comme un
événement qui arrive à un patient, plutôt que comme un processus déclenché par un
agent. En d’autres termes, le clitique se entraîne une désagentivisation et formalise le
manque de responsabilité d’un participant humain5. À part cette différence
sémantique, la construction pronominale passive se distingue de la construction
impersonnelle par une série de propriétés formelles :

1. le verbe de la construction passive est nécessairement transitif :

(9) *Se trabajan mucho los niños.

2. les passives pronominales sélectionnent uniquement des SN inanimés (cf. 8


vs. 10a), et non des SN humains6, sauf si ceux-ci sont indéfinis (10b) :

(10a) *Se buscan a los culpables.


(10b) Se buscan camareros para este puesto. (Sánchez López 2002:35)

3. ces SN se postposent normalement au verbe (11a), mais peuvent dans


certains contextes s’y antéposer, notamment si le SN est défini (11b)7 :

5 C’est à ce point que la construction passive pronominale diffère de la construction passive


canonique, comme dans :
(i) Los nuevos representantes fueron escogidos por el pueblo.
Dans la passive canonique, l’agent ne se réalise plus syntaxiquement –sauf s’il est repris par un
complément d’agent– mais reste présent sémantiquement ; dans la passive pronominale l’agent est
complètement supprimé, et ne peut réapparaître que très rarement. Cf. l’exemple controversé de
Gili y Gaya (1973:73) :
(ii) Se firmó la paz por los embajadores.
En effet, l’étude empirique de De Kock & Gómez Molina (1990) révèle que l’apparition du
complément d’agent dans la construction passive est rare. Pour plus de données concernant les
différences entre le passif canonique et le passif pronominal, voir Roegiest (2004).
6 L’explication proposée traditionnellement pour l’absence de SN animés et humains dans la

construction passive est la confusion possible avec les constructions réfléchies ou réciproques. En
effet, une phrase telle que Se mataban los cristianos peut recevoir trois interprétations : les chrétiens
se sont tués eux-mêmes (réfléchi), les chrétiens se sont tués l’un l’autre (réciproque), ou les
chrétiens ont été tués (passif).
7 Maldonado (1999) explique cette différence formelle entre les passives et les impersonnelles par

leur sémantique différente. Comme l’agent implicite fonctionne comme le sujet syntaxique dans
l’impersonnelle, le SN ne peut pas occuper la position préverbale. La position préverbale est libre
dans la construction passive. La condition nécessaire pour admettre l’antéposition est la nature
définie du déterminant :
(i) Los coches se venden vs. *Coches se venden.
Toutefois, l’antéposition d’un SN défini dans la construction passive est parfois questionnable :
(ii) Se visitaron las familias vs. ?Las familias se visitaron.
300

(11a) Se venden coches.


(11b) Los coches se venden.

4. le SN déclenche l’accord avec le verbe et fonctionne comme le sujet


grammatical (12a-b). Ce sujet grammatical est donc l’argument que le verbe
transitif prendrait comme OD dans la phrase active correspondante (12c) :

(12a) Se buscan soluciones.


(12b) *Se busca soluciones.
(12c) Juan busca soluciones.

La description qui précède démontre clairement la nécessité de distinguer


entre les constructions pronominales passives et les impersonnelles. Nonobstant, il
n’est pas toujours simple de déterminer si dans une structure pronominale c’est le
sens actif impersonnel ou le sens passif qui prédomine :

« Con la frase en singular y con sustantivo [-animado] hay un sincretismo total de ambos
valores, de modo que no se pueden distinguir las ‘pasivas reflejas’ de las ‘impersonales
activas’: ‘Se inauguró una nueva facultad’. » (Cano Aguilar 1981:297)

Effectivement, comme l’affirme Sánchez López (2002:134), les constructions passives


et impersonnelles sont dos caras de la misma moneda. Nous n’envisageons toutefois pas
de creuser davantage la problématique des différences formelles ou sémantiques entre
les deux structures. Pour le moment, nous concluons que l’accord verbal ou non entre
le verbe et le SN est le paramètre le plus clair qui permet de distinguer la pronominale
passive de la pronominale impersonnelle.
Dans (13), l’accord entre le VdP ver et le SN dos torres dénonce que la présence
de se auprès du VdP supprime l’idée d’un sujet percepteur, focalise le stimulus aperçu
et déclenche ainsi une interprétation passive :

(13) Desde aquí, se ven dos torres. (≅ D’ici, deux tours sont vues.)

Écoutons à ce propos Fernández Ramírez (1986:114-115) :

« Con el verbo ‘ver’, por ejemplo, la fórmula reflejo-pasiva suele realizar una total
objetivación, remueve de nuestras representaciones la idea de un sujeto que percibe: ‘se
ve(n)’ equivale muchas veces a ‘aparece(n)’ […]. »

Maldonado (1999) pose qu’afin que l’antéposition soit possible, le degré d’agentivité du verbe
pronominalisé doit être assez bas, comme dans Las gafas se quebraron.
301

Le manque d’accord entre oír et le SN las sirenas par contre, pourrait signaler que la
phrase (14) doit recevoir une lecture impersonnelle8 :

(14) Desde aquí, se oye a las sirenas. (≅ D’ici, l’on entend les sirènes.)

La présente étude s’oriente vers un phénomène encore plus complexe, à savoir


l’accord verbal dans la CI pronominalisée. Nous proposons de vérifier si la différence
entre l’accord (15) ou non (16) entre le VdP et le SN2 subordonné représente
uniformément la différence entre la pronominale passive et la pronominale
impersonnelle :

(15) Se veían volar los pájaros.


(16) Se oye sonar las campanas.

Avant de passer à l’examen empirique, nous décrirons plus en détail la portée


générale de l’accord dans les structures pronominales. La section suivante répondra à
la question de savoir si l’accord est un indice univoque de la fonction sujet d’un
constituant.

9.2 L’accord dans la construction pronominale et la fonction du SN

Pour des raisons évidentes, l’accord ne se produit pas entre le verbe principal et le SN
postposé dans la pronominale impersonnelle. Le sujet grammatical (et notionnel) de la
phrase est l’agent implicite –nécessairement humain et de la troisième personne du
singulier– alors que le SN explicite fonctionne comme l’OD et ne peut donc pas
déclencher l’accord :

[PRO] sujet sg SE impersonnel + V sg + SN OD

Tout au contraire, la recherche empirique de De Kock (1990, 1997) montre que l’accord
entre le verbe principal et le SN s’établit dans environ 89% des constructions passives
pronominales. La construction sans accord est minoritaire9 :

8 Dans l’ouvrage de Sánchez López (2002:67-68), les phrases (13) et (14) sont définies comme
respectivement medio-pasiva et medio-impersonal. Une construction media dénote un processus
dynamique causé par la propre initiative d’un participant inanimé en position de sujet.
L’intervention d’un agent extérieur n’est pas présupposée. Une telle sous-classification des passifs
et des impersonnels n’entre toutefois pas dans le cadre de l’étude actuelle.
302

« Mientras tanto la construcción sin concordancia sigue siendo muy marginal y lo es desde
largo tiempo. » (De Kock & Gómez Molina 1990:49)

En effet, en accord avec la définition de la passivisation, l’OD du verbe originairement


transitif reçoit dans la passive pronominale le statut du sujet grammatical qui dicte
l’accord :

SE passif + V sg/pl + SN sujet sg/pl

Les seules exceptions admises par les grammaires (cf. entre autres Bello &
Cuervo 1970) sont les constructions pronominales avec un SN défini et postposé :

(17a) Se ve las cosas a una nueva luz.

De Kock (1990, 1997) signale la haute fréquence du non accord dans le cas d’une
coordination de plusieurs SN singuliers (17b) et avec les SN collectifs pluriels (17c) :

(17b) Se va perdiendo el espíritu, la gracia inmanente en la poesía española […]. (De


Kock & Gómez Molina 1990:43)
(17c) Allí se hace comidas cubanas. (De Kock 1997:148)

Mendikoetxea (1999b) ajoute que le non accord est possible si le SN est postposé au
verbe (17d), si l’aspect verbal est imperfectif (17e) et s’il y a une certaine distance
formelle entre l’élément verbal et le SN (17f) :

(17d) Se quiebra las gafas. vs. *Las gafas se quiebra.


(17e) Se vende libros. vs. *Se vendió libros.
(17f) Se veía a un lado del camino las mansiones.

Finalement, plusieurs sources (Mendikoetxea 1999b, Moreira Rodríguez & Butt 1996,
Roegiest 2004, Sánchez López 2002) font remarquer que la construction sans accord,
aussi avec les objets inanimés, est en pleine expansion10. Cette évolution pourrait
indiquer d’une part que la construction avec se est en voie de transitivisation, et d’autre

9 Le non accord a été défini comme un cultisme qui s’est généré à la fin du 19ième siècle parmi les
auteurs espagnols qui voulaient imiter l’emploi français du on impersonnel (Vidal de Battini 1964),
ainsi que comme un phénomène typique de la langue plus populaire (DeMello 1995).
10 Diachroniquement, la construction impersonnelle provient de la construction passive et servait à

l’extension de la construction pronominale aux verbes intransitifs et aux verbes transitifs avec des
OD humains. La transitivisation et dépassivisation de la construction pronominale est un processus
linguistique en marche dont la vitesse dépend de facteurs géographiques ainsi que de facteurs
individuels. Roegiest (2004) argumente par exemple que l’italien standard a évolué plus vers la
conceptualisation impersonnelle centrée sur l’agent que l’espagnol, qui maintient mieux le
caractère passif orienté vers le processus. Pour une analyse diachronique des différents emplois de
se dans les langues romanes et le processus de grammaticalisation qui a donné lieu aux
constructions passives et impersonnelles, voir entre autres Cennamo (1993) et Selig (1998).
303

part que le statut du SN subordonné en tant que sujet grammatical n’est pas sans
faille.
Aussi convient-il de se demander si le SN qui déclenche l’accord dans la
passive mérite effectivement la dénomination de sujet grammatical. Il a été argumenté
non seulement que sémantiquement le SN fonctionne comme le patient de la phrase,
mais aussi que syntaxiquement il se comporte plutôt comme un OD que comme un
sujet (Roegiest 1993, 2004) :

1. la postposition du SN est plus fréquente que l’antéposition ;


2. le SN est précédé de la préposition a quand les conditions de l’OD
prépositionnel sont remplies ;
3. la pronominalisation du SN se fait par un pronom oblique, datif ou
accusatif.

Par conséquent, bien que l’on attribue sur la base de l’accord avec le verbe le statut de
sujet syntaxique au SN subordonné, ce SN possède beaucoup de propriétés non
subjectives11. Aussi est-il également justifié de se demander dans quelle mesure
l’accord peut encore être considéré comme un indice suffisant du fonctionnement
sujet d’un constituant. Keenan (1976) range l’accord verbal au plus haut de la
hiérarchie de fiabilité des propriétés formelles12. Or, Martín Zorraquino (1979) et
Roegiest (1993) proposent une liste considérable de cas où l’accord ne s’établit pas
entre le verbe et un constituant sujet. En effet, l’accord s’établit quelquefois entre le
verbe et un SN introduit par a, marque de l’objectivité (18). De plus, l’intransitivité du
verbe n’empêche pas nécessairement l’accord avec le SN qui ne peut être ni le sujet