Vous êtes sur la page 1sur 76

Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.

htm

Le libéralisme pour
les débutants

par Daniel Tourre


dernière mise à jour : 15 juin 2008.

Magritte - La condition Humaine

Libéralisme, le mal aimé


Être libéral en France en 2008, c’est un peu
comme être un astro-zombie mutant. C’est
mal vu dans les soirées entre amis ou dans
les dîners entre gens biens.

C’est assez injuste.

Les astro-zombies mutants ne sont pas à


l’origine de la Déclaration des Droits de
l’Homme.

Les astro-zombies mutants n’ont pas


contribué aux théories économiques qui ont
permis un recul de la misère sans précédent
dans l’histoire de l’humanité.

Le libéralisme oui.

La domination culturelle et médiatique de la


gauche socialiste depuis les années soixante
a en effet petit à petit institué des tabous
politiques que l’on se doit de respecter dans
beaucoup de milieux intelligents,
humanistes et un chouia conformistes.

"Mon ami, je crois que tout peut s'arranger


Sans cris sans effroi même sans insulter les bourgeois.
L'avenir dépend des révolutionnaires

1 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

Mais se moque bien des petits révoltés."


Jacques Brel - La bastille

Être Libéral en
France, une école du
stoïcisme
Le libéral français se contente alors
en général d’un silence désabusé
lorsque le néo-socialiste illustre sa
supériorité morale par des propos
sans concession contre la
souffrance et le monde l’argent.

Puis il rêvasse poliment lorsque le


conservateur lutte courageusement
contre le politiquement correct à
grand coup de poncifs d’avant
guerre.

Ami socialiste, Ami


conservateur, tu es peut être
libéral sans le savoir.

Ce texte est fait pour toi. Il te


permettra de mieux connaître cette
famille de philosophie politique
née au siècle des Lumières.

Ami socialiste, Ami


conservateur, tu es peut être anti
libéral pour de mauvaises
raisons.

Ce texte est fait pour toi, il te


permettra de t’opposer plus
efficacement à cette hydre
malfaisante qui conduit le monde à
sa perte.

« J’ai défendu quarante ans le même principe : liberté en


tout, en religion, en littérature, en philosophie, en
industrie, en politique, et par liberté j’entends le triomphe
de l’individualisme tant sur l’autorité qui voudrait
gouverner par le despotisme que sur les masses qui
réclament le droit d’asservir la minorité »
Benjamin Constant 1767 - 1830

2 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

La propriété de soi

Le libéralisme c’est une philosophie politique née au


siècle des lumières et affirmant la propriété de soi.

C'est-à-dire le droit à la vie et à la sûreté, le droit à la


liberté, le droit à la propriété.

Droit à la vie et à la sécurité.

Vous êtes l’unique ‘propriétaire’ de votre vie.

Personne n’a le droit de vous tuer, même si vous êtes très


pénible.

Personne ne peut vous interdire de vous tuer doucement


(alcool, joint, charcuterie) ou rapidement (suicide,
euthanasie, scooter) même si vous êtes très sympathique.

Le corollaire de ce droit pour un gentilhomme est le


devoir de respecter la vie et la sécurité des autres
personnes. Le requin n’est pas un libéral convaincu.
Il ne reconnaît pas l’existence d’un droit à la vie et à
la sécurité aux petits poissons.
« Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles
de l'Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l'oppression. »

Article 2 Déclaration des Droits de l’Homme de 1789

"Les déclarations des droits de l'homme en leurs lignes générales (sont) la charte même du
libéralisme (...). Le libéralisme intelligent consiste donc, non pas à affaiblir le pouvoir autant
qu'on le peut et sur tous les points -cela aussi est stupide- mais à tracer fermement la limite en
deçà de laquelle le pouvoir central doit être très puissant, au-delà de la quelle il doit n'être rien
du tout."
Emile Faguet - Libéralisme en 1903 (cité par Alain Laurent) Libéralisme.

Droit à la liberté
Vous êtes l’unique ‘propriétaire’ de votre vie. Donc du
temps que vous passez dans ce monde. Personne ne peut
disposer de votre temps sans votre consentement, cela
s’appelle de l’esclavage.

Personne ne peut limiter arbitrairement les usages


potentiels que vous faites de ce temps, cela s’appelle la
coercition.

Vous avez donc un droit à la liberté. Il ne s’agit pas de la


liberté métaphysique (liberté par rapport à Dieu ou par
rapport à la nature humaine), ni d’un droit d’être ou
d’avoir ce que l’on rêve d'être ou d’avoir (liberté d’être La liberté est belle.. En 1830, elle est surtout
célèbre lorsqu’on a envie d’être célèbre, liberté d’avoir occupée à prendre des barricades contre des
conservateurs de tous poils (nostalgiques de l’Ancien
des vacances à la plage au moment où on a envie de
Régime, nouveaux grands bourgeois mélangeant
vacances à la plage etc...).

3 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

intérêt privé et intêret public)


Il s’agit de la seule liberté qui puisse être garantie par
une loi humaine sans nuire à la liberté des autres : la Plus tard les socialistes lui expliqueront qu’elle n’est
liberté d’agir ou de penser sans limites autres que la que formelle et qu’ils lui en préfèrent une autre, la
jouissance des même libertés par les autres personnes. liberté réelle. Cette rivale produisant surtout des
goulags, ils reviendront vers elle 150 ans plus tard
Le corollaire de ce droit pour un gentilhomme est le sans même s’excuser, les rustres !
devoir de respecter la liberté des autres personnes.
Mais elle, elle s’en moque, elle sait qu’elle a des vrais
« La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l'exercice des droits amoureux, fidèles, attentionnés et obstinés dans sa
naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la
Société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la
défense : les libéraux.
Loi. »

Article 4 de la déclaration des Droits de l’Homme de 1789

Droit à la propriété
Vous êtes l’unique ‘propriétaire’ de votre vie. Dans ce
monde matériel, l’usage libre de votre temps implique
que vous puissiez échanger ou produire des biens
matériels.

Si quelqu’un vous prend ces biens matériels sans votre


consentement, cela signifie qu’il a disposé du temps que
vous avez mis à les produire ou à les échanger. Et ça,
c’est contraire à votre droit à la liberté.

Le droit à la propriété est donc une conséquence du droit


à la liberté.

Le corollaire de ce droit pour un gentilhomme (ou une


gentillefemme) est le devoir de respecter la propriété des Arsène Lupin n’est pas un gentleman libéral.
Il ne respecte pas la propriété d’autrui.
autres personnes.
Il a tort, on peut très bien vivre des aventures
« Le droit à la propriété est antérieur à la loi. Ce n’est pas la loi qui a donné lieu à la propriété trépidantes, séduire avec nonchalance de belles
mais au contraire, la propriété qui a donné lieu à la loi. Cette observation est importante, car il
est assez commun, surtout parmi les juristes, de faire reposer la propriété sur la loi, d’où la femmes mystérieuses tout en respectant les droits
dangereuse conséquence que le législateur peut tout bouleverser en conscience » naturels des autres.
Frédéric Bastiat Le libre échange

"En d'autres termes, l'homme est libre s'il peut posséder les choses; l'esclave, n'étant même pas
propriétaire de sa personne, ne pouvait rien posséder. Cependant le bonheur de la propriété
n'est pas la possession des biens, mais la liberté qu'elle donne."
Alain

4 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

Libéralisme de droite ou de gauche ?

Plutôt que la césure droite-gauche, on peut classer les


philosophies politiques en trois grandes familles : Le socialisme
(socialisme, communisme, sociale démocratie), le conservatisme
(nationalisme, gaullisme, royalisme) et le libéralisme (classique,
contemporain).Ces trois forces ne sont naturellement pas
présentes, notamment en France à l’état ‘pur’, ni représentées
par un seul parti politique, elles se retrouvent dans des
proportions diverses dans chaque parti.

Chaque parti politique a une proportion plus ou moins grande de


socialisme, conservatisme ou libéralisme dans son idéologie,
dans son programme, dans ses postures.

La droite adhère parfois au libéralisme dans le domaine


économique, tandis que la gauche adhère en général au
libéralisme dans le domaine des mœurs.

Pour un libéral, il n’y a qu’un seul libéralisme, la liberté ne


pouvant se saucissonner en bonnes ou en mauvaises libertés, au
gré des préjugés ou de l’éthique du parti accédant au pouvoir.

Les socialistes, les conservateurs et les libéraux sont tous


d'accord sur un point : ils ne veulent pas d'une société chaotique
ou atomisée.

Ils considèrent tous qu'un ordre doit sous tendre la société, mais
ils ne sont pas d'accord sur l'origine de cet ordre, ni donc sur la
manière d'organiser le pouvoir politique pour qu'il favorise cet
ordre.

Les conservateurs considèrent que l'ordre qui doit sous tenir la


société est un ordre naturel.
Les socialistes croient en l'efficacité d'un ordre construit gràce à
la raison. Les libéraux considèrent que l'ordre s'auto-organise pour peu que des
droits et devoirs des personnes soient clairement définis.

"Que l'on soit de gauche ou de droite, on est hémiplégique."


Raymond Aron

5 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

Les socialistes
Pour les socialistes, la société s’organise par la
raison.

Le rôle de l’Etat (contrôlé démocratiquement ou


par une minorité lucide pour la gauche
révolutionnaire) est donc d’analyser
scientifiquement la société et puis de la construire
(en la détruisant préalablement pour la gauche
révolutionnaire) afin de garantir une égalité de
fait.

Les droits de la personne peuvent donc être limités


par des objectifs définis par la raison ‘collective’.

Aujourd’hui naturellement, le recours à la violence


pour construire une société ‘parfaite’ n’est plus
d’actualité, mais on retrouve dans de nombreux
programmes politiques l’idée qu’une société
meilleure doit être construite par délibération
collective, planifiée par l'Etat jusque dans les
moindres détails. Cette planification se faisant sans beaucoup
de considération pour la liberté de chaque personne, liberté De la République de Platon à Utopia, les constructions de
rebaptisée 'interêt individuel' pour faire passer la pilule. sociétés idéales ont un point commun : une sévère limitation
de la liberté individuelle. Forcément : pour que la photo
Pour les libéraux, ces objectifs peuvent être soit parfaite, il faut que personne ne bouge sans autorisation.
louables, le moyen pour y parvenir (la force de
l’Etat contre les droits de la personne) est immoral
et inefficace voire nuisible compte tenu de la
complexité de cette société.

« Tout me dit que l'examen des grandes questions politiques sera le but des travaux
de notre temps. La philosophie du siècle dernier a été révolutionnaire ; celle du
XIXe siècle doit être organisatrice […]. L'âge d'or du genre humain n'est point
derrière nous, il est au-devant, il est dans la perfection de l'ordre social ; nos pères
ne l'ont point vu, nos enfants y arriveront un jour ; c'est à nous de leur en frayer la
route. »

Saint Simon (1760-1825) Précurseur du socialisme

6 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

Les conservateurs
Pour les conservateurs, la société s’organise en suivant un
ordre naturel.

Cet ordre naturel est inégalitaire (les personnes sont


inégales naturellement), corporatiste (la société est vue
comme un organisme ou chaque individu a sa place et ne
doit pas en bouger : une cellule de l’estomac n’a rien à
faire dans le cerveau) et tribal (les personnes ont
naturellement besoin de s’intégrer dans un groupe, une
nation).

Le respect de cet ordre naturel (parfois même divin) est


dans l’intérêt de tous y compris des plus faibles qui n’ont
ainsi pas à se mesurer aux plus forts. Le rôle de l’Etat est
donc de maintenir et de défendre cet ordre naturel. Les
Droits de la personne peuvent donc être limités par ces
objectifs ‘naturels’.

Pour les libéraux, imposer à une personne une place fixe


au nom d’un ordre naturel est une violation des Droits de Se sentir bien au chaud, à la place que la tradition
vous a fixée, solidaires derrière un roi donné par
cette personne.
Dieu, avec des petites plages pour se défouler
ensemble en tapant sur les voisins, c’est une solution
D’autre part, il parait surprenant qu’on ait besoin de la miracle contre toutes les angoisses engendrées par la
force de l’Etat pour faire respecter un ordre naturel. Si cet liberté.
ordre naturel existe, il doit se mettre en place
‘naturellement’ sans avoir recours à la force de l’Etat. Si Et c’est tout de même plus classe que les
cet ordre n’existe pas, le recours à la violence de l’Etat antidépresseurs.
pour maintenir cet ordre n’est qu’une manière pour
certaines classes de vivre aux dépends des autres.

« Jeanne d’Arc ne croyait pas à la naissance spontanée de l'ordre. Elle pensait ce que devait
nous enseigner notre maître La Tour du Pin : pour imposer un ordre, il faut une autorité et, en
France, ce ne peut être que le sceptre, le glaive, la main de justice du Roi. [..]
C'était en se pliant à l'ordre naturel du royaume de France quelle estimait remplir les volontés
surnaturelles que ses voix faisaient descendre du ciel. »

Bulletin d’Action Française (Journal d’extrême droite)

7 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

Les libéraux
Pour les libéraux la société s'organise spontanément à
condition que les droits naturels de chaque personne
(sûreté, liberté, propriété) soient garantis par un Etat
impartial, ayant l'exclusivité de la violence.

Les libéraux partent donc des Droits de la personne pour


constater l’ordre qui se forme, s’adapte, se transforme
sous l'action combinée de millions d'individus réagissant
sans concertation à leur environnement et poursuivant des
buts qui leur sont propres.
Le purgatoire - Jérome Bosch
Les libéraux considèrent que les interactions de
personnes libres respectant les droits des autres personnes
sont nécessaires et suffisantes pour obtenir une société Il n'y a pas de paradis sur Terre parce que les
personnes sont libres de faire le bien, le mal ou ni
harmonieuse, ou plus exactement dans le monde imparfait
l'un ni l'autre.
qui est le notre, la société la moins inharmonieuse
possible. Le libéralisme permet à chacun de chercher le
bonheur ou pas, la vertu ou pas, seul ou en
Pour les libéraux, les Droits de la personne ne s'effacent s'associant librement.
jamais. Même devant des théories compliquées
-conservatrices ou socialistes- qui regroupent Ce purgatoire libéral sans objectif collectif peut être
artificiellement les personnes en petits tas selon des angoissant lorsqu'on le compare aux constructions
critères arbitraires (la classe sociale, la race, la religion), parfaites que proposent les alter-purgatoires.
puis donnent des droits spécifiques à ces petits tas au
Mais on ne peut pas construire de société meilleure
détriment des Droits de la personne. que les personnes qui la composent.

«Les hommes ont des droits [..] et ces droits sont indépendants de l'autorité sociale, qui ne peut Et de toutes manières, on ne peut pas construire de
leur porter atteinte sans se rendre coupable d'usurpation"
Benjamin Constant
société sans limiter la liberté des personnes qui
composent cette société.
" Les princes me donnent beaucoup s’ils ne m’ôtent rien, et me font assez de bien quand ils ne
me font point de mal ; c’est tout ce que j’en demande »
Montaigne Le purgatoire libéral permet aux gentilles personnes
de librement faire ce qu'elles considèrent comme
"..l’ordre social dans son ensemble, et même tout ce que nous appelons culture, est le résultat
de recherches individuelles qui n’avaient pas ces fins en vue, mais qui étaient guidées vers elles juste ou bon.
par des institutions, des pratiques et des règles qui, elles non plus, n’avaient jamais été
délibérément inventées, mais qui s’étaient développées à mesure que ce qui s’avérait utile se
trouvait conservé." Ce qui permet éventuellement l'éclosion de sociétés
Friedrich von Hayek. meilleures.
"Libéralisme : Système soucieux du respect des sujets de droit et de la liberté d'initiative des
individus." Ce qui ne risque pas de se produire dans les enfers
Michel Foucault - Naissance de la biopolitique
pavés de bonnes intentions des constructivistes.

8 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

L’ordre spontané dans la nature

On trouve de nombreux exemples d’ordre auto organisé


dans la nature.

Par exemple, lorsqu’un banc de sardines s’éparpille à


l’approche d’un danger, vu de l’extérieur, on observe des
motifs presque géométriques.

En quelques secondes chaque sardine s’éloigne le plus


possible des sardines nageant à proximité d’elle pour se
regrouper ensuite. A quelques mètres de distance, cela
donne un motif organisé et changeant à grande vitesse.

Il s’agit d’un ordre spontané parce qu’aucune sardine n’a


conscience ni n’agit avec pour objectif de former ce motif
organisé.

Il s’agit d’un ordre spontané parce qu'aucune commission


du plan Sardine, ni aucun dictateur Sardine Maximo n’a
pensé ce motif vu de haut et l’a imposé.

Si la commission du plan Sardine avait du dicter en temps


réel, à chaque milliseconde, la direction de chaque
sardine du banc, cela aurait demandé un travail et une
collection d’informations considérable pour obtenir un
motif moins adapté et surtout plus lent. Et davantage de
sardines y auraient laissé leur vie.

Dans cette situation en tout cas, en laissant à chaque L’ordre spontané n’est pas la seule manière
sardine des ‘droits’ égaux pour toutes (droit de nager à la d’organiser un banc de sardine.
vitesse qu’elles souhaitent, droit de s’éloigner ou de se
Un ordre constructiviste, c'est-à-dire où une
rapprocher des autres sardines etc..) et en laissant faire autorité supérieure a fixé la place de chaque
chaque sardine en fonction de son environnement, on n’a sardine, existe aussi.
pas obtenu le chaos (comme dans une bonne poelé de
Cet ordre organisé présente de réels avantages :
sardines fries avec un peu d’ail et une noisette de beurre) une lutte efficace contre les inégalités, la disparition
ou une société atomisée (des sardines nageant seules et de la liberté formelle -concept petit bourgeois-, et
isolées dans l’océan), mais un banc de sardine une barrière solide contre la mondialisation inter
banc de sardines.
auto-organisé.

La nature humaine est un peu plus complexe que la nature


sardinesque, et la société humaine un milieu assez
différent de l’eau de mer, mais l’analogie permet de
comprendre le concept de base qui sous tend l’ordre
libéral :

Un ordre spontané, c'est-à-dire ni voulu par une autorité


supérieure, ni pensé par les acteurs eux-mêmes, peut se
créer et présente de nombreux avantages par rapport à un
ordre organisé.

« La liberté, laissée à chacun d'utiliser les informations dont il dispose ou son environnement
pour poursuivre ses propres desseins, est le seul système qui permette d'assurer la mobilisation
la plus optimale possible de l'ensemble des connaissances dispersées dans le corps social. »
Hayek

9 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

Les avantages d’un ordre


spontané

Pour les libéraux, une société est plus harmonieuse et


plus prospère si, chaque fois que cela est possible, les
personnes sont libres d’agir comme elles l’entendent dans
la mesure où elles respectent les droits des autres
personnes.

Le respect des droits des autres personnes passe par des


lois claires et lisibles qui permettent à chacun de savoir ce
qu’il peut faire ou ne pas faire, et par une justice efficace
et incorruptible pour appliquer ces lois.

Cela n’exclut nullement que des personnes puissent


s’associer pour un projet culturel, économique ou
humanitaire ou pour mutualiser les risques. Cela signifie
simplement qu’il n’y a pas de pouvoir central chargé de
planifier puis d’imposer un ordre collectif.

Une société auto organisée présente plusieurs avantages


par rapport à une société planifiée : Francois Schuiten - Kafka

En matière intellectuelle, culturelle, ou scientifique,


aucun individu -ou petit groupe d’individus- ne peut Difficile d'être un constructiviste sérieux.
posséder, ni analyser les connaissances cumulées par des
Il faut recueillir, analyser l'intégralité des
centaines de millions de personnes.
connaissances réparties dans le corps social.
D’abord parce que ces connaissances sont trop Puis être assez puissant et autoritaire, pour
nombreuses, ensuite parce qu’une partie de ces construire la société.
connaissances ne sont ni formulées, ni formulables, elles
sont portées par des centaines de millions de personnes Heureusement pour leur vie de famille et leur santé
qui agissent en s’appuyant sur leurs expériences mais mentale, les constructivistes ne sont pas sérieux.
sans forcement être capable de les expliquer.
Ils tentent de reconstruire un petit pan visible de la
société en feignant d'ignorer toutes les conséquences
Laisser faire les personnes selon l’analyse qu’elles ont de
imprévues de leur reconstruction.
leur environnement avec leurs grilles de lecture, tout en
leur garantissant un environnement juridique lisible, c’est
s’appuyer sur les connaissances de millions de personnes
en lieu et place des connaissances parcellaires de
constructivistes chargés de planifier l’ordre de la société.

« L'hypothèse essentielle, là comme ailleurs, est que les talents et les aptitudes des gens sont
infiniment variables, et que par conséquent chacun ignore la plus grande part de ce que savent
tous les autres membres de la société pris ensemble. En d'autres termes, que la Raison
humaine, avec un grand R, n'existe pas au singulier, comme a l'air de le croire l'approche
rationaliste. »
Friedrich von Hayek (1899-1992)

10 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

Pourquoi l’ordre spontané a-t-il


mauvaise réputation ?
"Au village, sans prétention,
J'ai mauvaise réputation.
Qu'je m'démène ou qu'je reste coi
Je pass' pour un je-ne-sais-quoi!
Je ne fais pourtant de tort à personne
En suivant mon chemin de petit bonhomme.
Mais les brav's gens n'aiment pas que
L'on suive une autre route qu'eux."
Georges Brassens

Les réussites de la physique ont inspiré des utopistes


socialistes voulant obtenir pour la société ce que la
physique avait obtenu pour les machines : un
contrôle parfait. Les premiers socialistes en France
de Saint Simon à Auguste Comte sont d’abord des
positivistes. C'est-à-dire des ingénieurs ayant une foi
Commission Culturelle n°834 - bureau 5912.
inébranlable dans la science et souhaitant appliquer 'Contruction de l'avenir culturel ensemble'
cette méthodologie à la société tout entière. Rien ne
peut -ou ne doit- rester hors du contrôle de la raison.
Mme BonneVolonté : Le rapport 2045-Bis, qui fixe
Aujourd’hui encore, dans notre imaginaire, un ordre comme objectif le Rn’B comme musique populaire dans
qui émerge sans avoir été planifié et exécuté suivant 5 ans chez les jeunes est il adopté ?
cette planification est forcement dysfonctionnel ou
Mr Copinage : Non, désolé, la corporation des joueurs
forcement perfectible grâce à une méthodologie de petit triangle y est opposée, et elle est très puissante
constructiviste. dans ma circonscription.

Cet ordre spontané est angoissant puisqu’il souligne Mr OrdreJuste : De toutes manières, cela ne passera
les limites de notre connaissance ou de notre capacité jamais la commission antidiscrimination, parité et
d’agir sur notre environnement. bonheur égalitaire : il y a déjà trop de Noirs de talent
dans la musique avec le Jazz et le Blues, il vaut mieux
Le bon usage de la raison est justement de connaître rester sur le VII eme plan quinquennal de création
musicale : favoriser le biniou japonais joué par des
et d’accepter les limites de la raison sur des
blondes à forte poitrine dont les revenus sont entre 2000
phénomènes complexes.
et 2250,30 euros.

D’autre part, l’ordre spontané est mal vu parce qu’il Mme BonneVolonté : A ce propos, ce groupe Les
permet l’existence de comportements ou de créations beatles, vous êtes sûr qu’il entre dans cette définition ?
qui sont manifestement des absurdités voire même du
mauvais goût. Mr OrdreJuste : Non vous avez raison, ils ont triché
sur le formulaire 67g4, ils gagnent 2250,90 euros. Ils ont
En laissant les personnes agir, on multiplie le nombre omis de cocher la petite case de la page 46.
d’essais possibles. Beaucoup d’essais conduiront à
Mr Copinage : L’inspecteur Clientélisme est sur
des erreurs mais lorsque l’essai mené par une
l’affaire, il les a vu, il m’a dit qu’il s’agissait d’un
personne débouche sur une expérience positive/ malentendu et que les subventions pouvaient tout de
mode de vie plus agréable/ mode de production plus même être versées.
efficace/vision du monde différente, il sera
probablement imité par beaucoup d’autres personnes. Mme OrdreJuste : Parfait, nous dépenserons assez
cette année pour renouveler le budget de l’année
Les systèmes de valeurs plus cohérents ou plus prochaine. Heureusement que cette commission est là
humains, les modes de vie plus agréables, les modes pour organiser la culture sans quoi le public pourrait
de production plus efficaces, les créations choisir n’importe quoi.
intellectuelles, scientifiques, artistiques,
Mr BonneVolonté : Ca, c’est sûr qu’après avoir payé
technologiques ou culturelles plus sophistiquées
notre taxe sur la culture ajoutée pour financer nos
finissent donc probablement par émerger subventions, ils ne pourront plus choisir grand chose.
spontanément et deviennent éventuellement des
nouvelles normes ou en tous cas des nouveaux choix
potentiels.

11 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

A contrario, dans une société constructiviste


socialiste, des groupes d’experts sont mandatés pour
organiser la société.

Les nouveaux modes de vie/modes de


production/visions du monde sont limités par les
connaissances, l’imagination, les capacités d’analyse
restreintes du groupe d’experts chargé de construire
cet ordre.

De plus, si par miracle, le groupe d’experts trouvait


une solution supérieure à celles qui pourraient
émerger spontanément, il sera peut être influencé ou
contraint par des groupes de pression conservateurs,
voire par ses propres intérêts, à ne pas la mettre en
œuvre.

« Secondement, les libéraux ne dédaignent pas les aspirations intellectuelles et


spirituelles de l'homme. Au contraire. ../… Mais ils ne partagent pas l'opinion naïve de
ceux qui croient qu'un quelconque système d'organisation sociale puisse, de soi, réussir
à encourager la pensée philosophique ou scientifique, à produire des chefs-d'œuvre d'art
et de littérature, ni à rendre les multitudes plus éclairées. Ils comprennent que tout ce
que la société peut effectuer dans ces domaines est de fournir un milieu qui ne dresse
pas des obstacles insurmontables sur les voies du génie, et qui libère suffisamment
l'homme ordinaire des soucis matériels pour qu'il porte intérêt à autre chose qu'à gagner
son pain quotidien.»
Ludwig von Mises "Le constructivisme repose sur un formidable orgueil intellectuel :
pour vouloir modeler la société à sa guise, il faut évidemment supposer à la fois que l'on
connaît les objectifs de ses membres - comme si l'infinie diversité de ces objectifs
individuels pouvait faire l'objet d'un processus réducteur de synthèse globale - mais
aussi que l'on connaît les meilleurs moyens d'y arriver, c'est-à-dire que l'on a une
connaissance parfaite des processus d'interactions complexes qui composent une
société."
Pascal Salin

L’histoire du libéralisme.

Le libéralisme n’existe en tant que famille philosophique


que depuis le XVIIIème siècle.

Mais il n’est pas apparu miraculeusement le 1er janvier


1700 après deux mille ans de ténèbres.

Les briques conceptuelles qui le constituent sont pour la


plupart apparues aux siècles précédents -voire aux
millénaires précédents-. Elles se sont affinées peu à peu
avant de devenir le centre d’intérêt de toute une famille
de penseurs en Europe, aux Etats-Unis d’Amérique
naissants, au siècle des Lumières.

Les briques principales du libéralisme sont :

- Des Droits naturels inaliénables de la personne :


liberté, sûreté, propriété.

- Un Etat dont la finalité est de protéger ces Droits.

12 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

- Des pouvoirs séparés et la démocratie, meilleur garant


-ou pire garant à l’exception de tous les autres-, que l’Etat
ne viole pas les droits qu’il est justement chargé de
protéger.

- L’existence d’un ordre social spontané -fruit de


l’interaction entre des personnes libres- plus harmonieux,
plus stable, plus prospère que les ordres construits.

- L’économie de marché, conséquence des droits 2000 avant JC, Egypte, XII eme dynastie, Kéthi recommande à son fils
de devenir scribe :
naturels de la personne, et dont le bon fonctionnement est
l’une des facettes de cet ordre spontané. « Vois, le fabriquant de flèches. Il est très misérable lorsqu’il doit aller
dans le désert chercher des pointes, Vois le blanchisseur travailler sur le
rivage à proximité du crocodile. Vois, il n’y a pas de profession sans
chef sauf celui de scribe. Vois, le scribe ne manque de rien, nourriture,
vie, santé, dans la demeure du roi »
L’histoire du libéralisme commence donc comme toutes
les histoires de la philosophie en Occident, du côté de la Des gens sont nourris à rien faire à part penser.
mer Egée, il y a 2500 ans. Les vrais ennuis vont bientôt commencer.

« Le but du libéralisme est une constitution politique qui assure le fonctionnement sans heurts
de la coopération sociale et l'intensification progressive des relations sociales mutuelles. Son
objectif principal est d'éviter les conflits violents, les guerres et les révolutions qui doivent
nécessairement disloquer la collaboration sociale des hommes et replonger les gens dans l'état
primitif de barbarie où toutes les tribus et corps politiques se combattaient perpétuellement. »
Ludwig von Mises - Action Humaine

"Le concept central du libéralisme est que, par l'application de règles universelles de juste
conduite, qui protégent un domaine privé individuel reconnaissable, un ordre spontané
apparaitra de lui-même dans les affaires humaines, d'une complexité plus grande qu'aucun
arrangement délibéré n'en aurait pu produire, et que, par conséquent, les actions coercitives de
l'Etat doivent être cantonnées à l'application de telles règles../" Friedrich von Hayek
(1899-1992) - Les principes d'un ordre social libéral.

L’antiquo libéralisme
600 avant JC, cernés par des barbares tout juste bons à
être esclaves, les Grecs ne font rien comme tout le monde
: ils réfléchissent à la politique.
Sophocle écrit une pièce autour
Avant eux, la politique c’est simple : des dieux, un d’une idée qui va faire du chemin.

monarque qui décide de tout, un peuple qui obéi. Antigone, refuse d’obéir aux lois
du roi Créon, au nom de lois
immuables supérieures aux lois de
Après eux, tout sera plus compliqué. Ils posent deux ce despote. (Elle veut enterrer son
questions qui 2500 ans plus tard, servent encore de frère dignement, ce que le roi
Créon ne veut pas).
matrice à toutes les questions politiques.
L’idée qu’il existe un droit naturel
inaliénable qui peut être opposé
Quelle est la structure qui doit détenir le pouvoir aux lois d’un despote va traverser
politique ? les siècles, les théologies, les
polémiques, les codes juridiques,
1) Un chef, un representant de Dieu jusqu’à un très lointain
2) Une élite, une aristocratie descendant : une Déclaration des
Droits inaliénables de l’Homme
3) Une assemblée elue en 1789.

Quelle que soit la structure qui détient le pouvoir


politique (1,2 ou 3), quelle doit être l'étendue de son
pouvoir sur chaque individu ?
a) Total. Absolu.
b) Au bon vouloir de (1,2 ou 3)

13 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

c) Limité, même si (1,2 ou 3) affirme le contraire.

Les différents philosophes grecs ont exploré toutes les


réponses possibles de ces deux questions.
Certaines ne sont franchement pas politiquement
correctes et mériteraient des excuses officielles du
gouvernement grec actuel ainsi qu’une loi française les
condamnant.
D’autres sont de précieuses pépites politiques que l’on
retrouvera plus tard : la démocratie, le règne de la loi
plutôt que d’un seul homme, la Cité, le Droit naturel.. « Créon :
Et ainsi, tu as osé violer [mes]
lois ?
L’immense mérite de ces premiers penseurs est d’avoir
Antigone :
initié la tradition critique occidentale. C'est-à-dire d’avoir C'est que Zeus ne les a point
admis la possibilité de critiquer une pensée établie, faites, ni la Justice qui siège
auprès des Dieux souterrains.
d’accepter que plusieurs théories concurrentes puissent
cohabiter jusqu’à ce que des arguments permettent à l’une Et je n'ai pas cru que tes édits
pussent l'emporter sur les lois
d’entre elles de s’imposer. non écrites et immuables des
Dieux, puisque tu n'es qu'un
mortel.
Ce passage d’une société fermée –la récitation d’une
pensée dogmatique transmise par les anciens- à une Ce n'est point d'aujourd'hui, ni
d'hier, qu'elles sont immuables;
société ouverte -la pluralité et la concurrence entre les mais elles sont éternellement
systèmes de pensée- est une révolution qui sera à l’origine puissantes, et nul ne sait
depuis combien de temps elles
de toutes les suivantes. sont nées.

Je n'ai pas dû, par crainte des


De leur côté les romains construisent petit à petit sur ordres d'un seul homme,
Antigone versant une libation sur mériter d'être châtiée par les
mille ans le droit romain (non sans blague ?) ou l’égalité la tombe de Polynice - WH Dieux »
devant la loi n’est pas franchement le point fort, mais qui Rinehart

developpe une jurisprudence si riche que mille cinq cents


plus tard, on l’utilise encore.

"Il est clair que la transition de la société close à la société ouverte peut être décrite comme
l’une des révolutions les plus importantes qu’ait connu l’humanité. [. . . ] Quand nous disons
que la civilisation occidentale descend des Grecs, nous devons réaliser ce que cela signifie :
que les Grecs ont commencé pour nous cette grande révolution qui n’en est, il semblerait, qu’à
son début—le passage de la société close à la société ouverte"
Karl Popper

« Nous gouvernons dans un esprit de liberté et cette même liberté se retrouve dans nos rapports
quotidiens, d’où la méfiance est absente. [..] Nous sommes tolérants dans les relations
particulières. Un homme de chez nous sait trouver en lui suffisamment de ressources pour
s’adapter aux formes d’activité les plus variées [..] Il n’y a pas de honte chez nous à avouer
qu’on est pauvre, mais il y en a à ne rien faire pour sortir de cet état. »
Périclès

14 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

Le médievalo libéralisme
Au temps des châteaux forts, la vie est parfois dure. Par
exemple, la population est obligée de porter des
chaussures pointues tellement antisexy que plus personne
n’osera les porter à nouveau avant les femmes du début
du XXI éme siècle.

Certains théologiens chrétiens cogitent beaucoup. Et c’est


en leur sein que se développent et s’affirment certains
concepts que l’on retrouvera quelques siècles plus tard
dans la théorie libérale.

Chaque personne est égale au regard de Dieu (et si on est


égal au regard de Dieu, pourquoi ne le serait-on pas au
regard de la loi ?).
Chaque personne est responsable de son salut (et pour
être responsable, il faut être libre, y compris de
commettre des péchés).

Ces idées chrétiennes pré-libérales parviennent à maturité


avec l’école de Salamanque, congrégation catholique du
XVIème siècle.

Ces théologiens s’appuyant sur la doctrine de Thomas


d’Aquin développeront une théorie élaborée du droit de la
personne (y compris pour les incroyants, Indiens
d’Amérique, Juifs, mauvais sujets en tout genres) : liberté
de conscience, de mouvement, droit à la propriété (Le
Francisco Suarez explique avec du latin et des concepts théologiques
commandement ‘Tu ne voleras point’ protège la propriété compliqués que les Indiens ont des droits naturels inaliénables et qu’en
donc celle-ci est voulue par Dieu) . Europe, le peuple souverain ne fait que prêter le pouvoir politique au
roi... Et que le peuple peut reprendre ce pouvoir si le roi ne fait pas
l’affaire.
Ils remarquent aussi que certains phénomènes dans les Révolutionnaire 250 ans avant l’heure.
sociétés humaines (les prix, le langage etc.. ) ne sont
clairement pas naturels, mais qu'ils ne sont pas non plus
voulus par la raison.

Chaque jour au marché, un prix différent pour les œufs


apparaît. Personne en particulier n’a décidé du prix des
œufs, mais indiscutablement d’un bout à l’autre de la
place, les œufs ont un prix homogène accepté par tous.
Ces phénomènes existent par la contribution de chacun,
sans pour autant avoir été voulu par quiconque.

Comme ils sont croyants, ces théologiens réfléchissent


d’abord à la possibilité de la main de Dieu, mais bon, ils
ne sont pas très sûrs que Dieu s’intéresse à fixer le prix
des œufs tous les matins sur tous les marchés d’Europe.
Ils évoquent donc la possibilité d’un ordre spontané ou
auto-organisé. Cet ordre spontané sera ensuite
conceptualisé et nommé quelques siècles plus tard par les
philosophes libéraux.

"La loi humaine est portée par la multitude des hommes, et la plupart d'entre eux ne sont pas
parfaits en vertu. C'est pourquoi la loi humaine n'interdit pas tous les vices dont les hommes
vertueux s'abstiennent, mais seulement les plus graves, dont il est possible à la majeure partie
des gens de s'abstenir ; et surtout ceux qui nuisent à autrui"
Thomas d'Aquin

"La liberté est nôtre, si incontestablement nôtre qu'avec l'aide des dons de Dieu elle repose sur

15 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

notre capacité d'éviter tout péché mortel et d'atteindre la vie éternelle. »


Luis de Molina Théologien Ecole de Salamanque (1535-1600)

« Si un prince légitime gouverne tyranniquement, et qu’il n’existe aucun autre moyen de se


préserver que l’expulsion et la déposition du roi, alors le peuple, agissant comme un tout, peut
le déposer »
Francisco Suarez Théologien Ecole de Salamanque (1548- 1617)

Le lumiero libéralisme:
John Locke
En sortant de la Renaissance, les penseurs libéraux
poussent partout en Europe comme les champignons
après la pluie. Avant les tempêtes révolutionnaires aux
USA puis en France.

Un premier beau cèpe s’appelle John Locke. Il pousse


sous la pluie de Bristol puis d’Oxford. Selon lui, chaque
homme dispose d’un ‘domaine propre’, qui va plus loin
que sa seule intégrité physique. Il s’agit aussi bien de ses
idées, de sa liberté de mouvement, que de sa conscience
et de sa propriété.
Ce domaine propre, comme son nom l’indique, lui
appartient en propre, et il a le droit de le défendre contre
les méchants souverains, ou les méchants d’une autre
religion, les méchants voleurs, les méchants tueurs, les
méchants en général.

Dans l’état de nature (c'est-à-dire avant l’apparition de


l’Etat), c’est possible de défendre son domaine propre
mais c’est tout de même compliqué. Il ne faut pas dormir
la nuit, il faut avoir des armes, il faut tuer ou être tué dans
d’atroces souffrances.
Pour éviter tous ces embêtements qui peuvent
empoisonner la vie quotidienne d’un homme
préhistorique, les hommes libres acceptent d’abandonner
leur droit à utiliser la violence physique pour le confier à
un arbitre neutre : l’Etat. Il s’agit bien seulement d’un
prêt. Si l’Etat décide d’utiliser la violence pour empiéter
plus que de raison sur le domaine propre de chaque
personne (atteinte à la conscience religieuse ou à la
propriété par exemple) cette personne peut reprendre son
droit à la violence physique pour se défendre.

John Locke meurt en 1704 ce qui lui permet d’appartenir


au club chic des penseurs du siècle des Lumières, mais de
justesse. Ces idées se retrouveront partout, à Paris ou
dans une petite colonie de l’autre côté de l’Atlantique.

".Mais on jouit d'une véritable liberté, quand on peut disposer librement, et comme on veut, de
sa personne, de ses actions, de ses possessions, de tout son bien propre, suivant les lois sous
lesquelles on vit, et qui font qu'on n'est point sujet à la volonté arbitraire des autres, mais qu'on
peut librement suivre la sienne propre."
John Locke - Traité de gouvernement civil

"Si l'homme, dans l'état de nature, est aussi libre que j'ai dit, s'il est le seigneur absolu de sa
personne et de ses possessions, égal au plus grand et sujet à personne; pourquoi se
dépouille-t-il de sa liberté et de cet empire, pourquoi se soumet-il à la domination et à
l'inspection de quelque autre pouvoir? Il est aisé de répondre, qu'encore que, dans l'état de

16 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

nature, l'homme ait un droit, tel que nous avons posé, la jouissance de ce droit est pourtant fort
incertaine et exposée sans cesse à l'invasion d'autrui. Car, tous les hommes étant Rois, tous
étant égaux et la plupart peu exacts observateurs de l'équité et de la justice, la jouissance d'un
bien propre, dans cet état, est mal assurée, et ne peut guère être tranquille." John Locke - Traité
de gouvernement civil

Le lumiero libéralisme :
Adam Smith
1727, un petit Ecossais est enlevé par des gitans. Cela ne
dure pas longtemps, mais 40 ans plus tard, et ça n’a rien à
voir, Adam Smith (le petit ex-gitan donc) va
révolutionner la pensée économique : il publie ‘De la
richesse des nations’.

Smith s’oppose d’abord aux mercantilistes, la pensée à la


mode chez les alters de l’époque. Pour ces derniers, la
richesse d’une nation est la quantité d’or qu’elle peut
accumuler. Il faut donc limiter les échanges, vendre le
maximum aux autres, acheter le minimum grâce à des
barrières douanières. Les plus belliqueux des
mercantilistes ne veulent pas démonter de MacDo mais
faire des guerres aux autres Européens, ou mieux aux
sauvages d’Amérique pour ramasser encore plus d’or.

Smith met les pieds dans le plat en affirmant que le libre


échange crée de la richesse pour les deux parties qui
échangent. Un Etat riche est donc un Etat qui laisse faire
le commerce.

Puis il rajoute deux couches particulièrement


politiquement incorrectes :
Le marché permet de réguler les méthodes de production
au mieux de l’intérêt général.
Pire : même en étant égoïstes, les hommes qui produisent Adam Smith, c’est un peu le Corto Maltese des penseurs libéraux : il a
et commercent entre eux contribuent à la richesse un lien avec les gitans.
Mais Corto Maltese a une vision très mercantile de la richesse :
générale puisqu’ils sont obligés de se mettre au service de accumuler le plus d’or possible en tuant des gens parfois.
leur client. A part cette petite habitude désagréable, Corto Maltese est parfaitement
libéral. Il fait usage de sa liberté pour voyager dans des contrées
exotiques, vagabonder dans des mondes ésotériques. C’est son droit
Et pour finir, une cerise sur le gâteau : la production est naturel et inaliénable. D’un point de vue libéral, c’est aussi respectable
que jeune cadre dynamique dans un fond de pension.
en général plus efficace lorsque les personnes sont
spécialisées dans une tâche précise (souvent répétitive
donc..). Cette dernière partie n’est pas très glamour pour
les abonnés du travail à la chaîne qu’il soit manuel ou
intellectuel, mais cela va permettre de ne pas mourir de
faim (stupéfiant pour l’époque) et aujourd’hui de vivre
dans un confort certain.

"Si un pays étranger peut nous fournir une marchandise à meilleur marché que nous ne sommes
en état de l'établir nous-mêmes, il vaut bien mieux que nous la lui achetions avec quelque partie
du produit de notre propre industrie, employée dans le genre dans lequel nous avons quelque
avantage".
Adam Smith

« Une main invisible semble les forcer à concourir à la même distribution des choses
nécessaires à la vie qui aurait eu lieu si la terre eût été donnée en égale portion à chacun de ses

17 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

habitants; et ainsi sans en avoir l’intention, sans même le savoir, le riche sert l’intérêt social et
la multiplication de l’espèce humaine ».
Adam Smith

Le lumiero libéralisme :
L'abbé Sieyes

L’Abbé Sieyès n’a pas vraiment la vocation, mais bon...


ses parents le veulent alors il devient ecclésiastique.

Il se vengera en devenant l’un des plus brillants


porte-parole du Tiers Etat.

Il sera ainsi l’un des papas de la Déclaration des Droits de


l’Homme de 1789. Il a de quoi être fier. Sobre, précise et
juste, elle reste inégalée.

Les suivantes, au XX eme siècle, seront altérées sous la


pression soviétique par l'ajout d'une série de droits
créances (droit au travail, au logement etc..).

Le travail, le logement sont des besoins légitimes Le triangle qui brille en haut de la déclaration, c’est l'oeil de la Raison
(quoique le travail...), mais pour les garantir, il faut qui éclaire de ses Lumières la France et la justice.
limiter les droits fondamentaux justement à l’origine de La France, à gauche, a brisé les chaînes qui maintenaient la monarchie
cette déclaration : liberté, propriété. absolue de droit divin.

La justice, à droite, indique avec un spectre, la source de ses jugements


Pour garantir un travail, il faut obliger une autre personne : l’œil de la raison. Avec sa main gauche, elle désigne un texte que l’on
a bien fait de graver dans le marbre, il est fait pour durer : la déclaration
à payer pour un travail dont elle ne veut pas ou il faut les droits naturels, inaliénables et sacrés de l’Homme.
obliger d'autres personnes à acheter un produit dont elles
Face à un tel monument, les gros nuages noirs de l’obscurantisme et du
n'ont pas envie. Pour garantir ce droit il faut donc limiter despotisme se dispersent pour laisser place à un beau ciel bleu de
la liberté d'autres personnes. modernité. On en voit encore quelques uns dans le fond mais on sent
bien qu’ils n’en n’ont plus pour longtemps.
Ca tombait bien, limiter la liberté était justement la
spécialité des Soviétiques. On se trompe. 200 ans plus tard, il y a encore de sacrés cumulo-nimbus
pour nous gâcher nos journées de printemps.

Le travail et un logement décent sont très importants mais


les transformer en droits créances du même niveau que
les droits fondamentaux affaiblit ces derniers sans
garantir le moins du monde les droits-créances. La
différence de niveau de vie entre les deux côtés du rideau
de fer en témoigne.

En matière de Déclaration des Droits de l’Homme, rien


ne vaut l’unique, la vraie, l’originale, celle de 1789.

Faites vous du bien, prenez une minute pour lire le texte


ci-dessous.
Si vous avez encore une petite buée d'émotion en arrivant
au dernier paragraphe de cet extrait, c'est bon signe.

200 ans après, les dix premiers mots de l'article premier


n'ont rien perdu de leur force.

18 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

" Les représentants du peuple français,


constitués en Assemblée nationale, considérant que l'ignorance, l'oubli ou le mépris des droits
de l'homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des gouvernements,
ont résolu d'exposer, dans une déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés
de l'homme,
afin que cette déclaration, constamment présente à tous les membres du corps social, leur
rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs ;
afin que les actes du pouvoir législatif et ceux du pouvoir exécutif, pouvant être à chaque
instant comparés avec le but de toute institution politique, en soient plus respectés ;
afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et
incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution et au bonheur de tous.

En conséquence, l'Assemblée nationale reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de


l'Etre suprême, les droits suivants de l'homme et du citoyen.

Article 1er

Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne
peuvent être fondées que sur l'utilité commune. "

Le lumiero libéralisme :
Jacques Turgot
Jacques Turgot, petit dernier du prévôt des marchands de
Paris, est très généreux : avec l’argent de sa scolarité, il
achète des affaires pour les écoliers plus pauvres que lui.
En plus c’est un sorbonnard brillant. Il deviendra un
savant original et un contrôleur général audacieux auprès
du roi Louis XVI.

Parmi ses apports théoriques, il explique que le prix


d’une marchandise ou d’un travail n’est pas une valeur
absolue, mais un accord subjectif et temporaire entre
deux personnes pour que l’échange se fasse.
C’est important, parce que si le prix n’est pas une valeur
absolue, il est absurde de tenter de le fixer arbitrairement
par mesure administrative. Les socialistes peuvent
bricoler tous les systèmes sophistiqués et
intellectuellement brillants du monde. Ca ne marchera
pas. Et ça n’a pas marché, comme l’a compris Turgot dès "..en conséquence, il sera libre à toutes personnes, de quelque qualité &
condition qu’elles soient, de faire, ainsi que bon leur semblera, dans
1750 soit 160 ans avant que les grosses bêtises socialistes l’intérieur du royaume, le commerce des grains & farines, de les vendre
ne commencent. & acheter en quelques lieux que ce soit, même hors des halles &
marchés ; de les garder & voiturer à leur gré, sans qu’ils puissent être
astreints à aucune formalité ni enregistrement, ni soumis à aucunes
Pendant ce temps là les physiocrates, les premiers prohibitions ou contraintes, sous quelque prétexte que ce puisse être en
aucun cas & en aucun lieu du Royaume."
économistes français, analysent la circulation des
richesses. Ils en déduisent deux choses. Une fausse : seule Manque de chance, la récolte 1775 est très mauvaise. Poussés par la
disette et manipulés par des spéculateurs ayant intérêt à des pénuries
l'agriculture créé des richesses, et une vraie : la meilleure locales, certaines bourgades se soulèvent, accusant les réformes
solution pour que l'économie soit prospère est de laisser libérales d'être la cause de leurs malheurs.

faire (sous-entendu les fermiers), laisser passer Cela contribuera à la chute de Turgot et à la remise en cause de ses
(sous-entendu le blé). reformes jusqu'à la Révolution de 1789 où elles seront mises en place
de manière plus radicale encore.
Turgot ne dit rien sur la première idée, mais écoute la
seconde. En 1774 il libéralise le marché du blé hyper
réglementé, cloisonné entre les régions françaises source
de pénuries locales (une région crie famine, tandis que sa
voisine croule sous les stocks).

Il tentera aussi de rationnaliser et de diminuer les taxes,


d’abolir les corvées, de supprimer les sinécures (salaires
versés à des favoris du régime sans justification). Cet
activisme lui vaudra assez d’ennemis pour se faire
évincer des finances du royaume en 1777, avant qu’il ne

19 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

puisse mettre en marche son dernier train de reformes. Le


roi venait de rater une occasion de sauver sa tête.

« Il est impossible d’exprimer la valeur en elle-même, et tout ce que peut énoncer à cet égard le
langage humain, c’est que la valeur d’une chose égale la valeur d’une autre. L’intérêt apprécié
ou plutôt senti par deux hommes, établit cette équation dans chaque cas particulier, sans qu’on
ait jamais pensé à sommer les facultés de l’homme pour en comparer le total à chaque de
besoin. »
Turgot

"Il ne faut pas demander à la liberté ce qu'elle n'a pas promis"


Turgot - Lettre au controleur général sur le commerce des grains.

"Il est clair que l'intérêt de tous les particuliers, dégagé de toute gêne, remplit, nécessairement
[les] vues d'intérêt général [...] L'intérêt particulier abandonné à lui-même produira toujours
plus surement le bien général que les opérations du gouvernement"
Turgot - Eloge de Monsieur de Gournay

Le Steam-Libéralisme
C'est enfin le XIX eme siècle. Les nouvelles technologies
(acier, vapeur, électricité, chimie, télégraphe) envahissent
le quotidien de Jules Verne et de ses contemporains.

Des start-up, des fonderies du Creusot aux filatures de la


banlieue de Londres, bouleversent les modes de travail
pour le meilleur et pour le pire. La production explose.
Elle permet de nourir et d'habiller de plus en plus de gens
qui en profitent pour ne pas mourir. Pour la première fois
dans l’histoire de l’Humanité, une partie non négligeable
de la population échappe à la misère noire.
Sur le plan artistique et littéraire, la liberté d’expression
devient la norme ou en tout cas l’objectif et les moyens
technologiques permettant de diffuser les œuvres se
perfectionnent.

Pour les libéraux, le XIX siècle est paradoxal. Leurs idées


sont incontestablement la locomotive de ce monde
nouveau, mais elles sont aussi contrées par deux
nouveaux adversaires, le socialisme et le conservatisme
bourgeois, et un vieil adversaire, le conservatisme Ancien
Régime.
Sur les plans des mœurs, on découvre que la liberté Un zibéral qui surgit hors de la nuit
individuelle n’est pas uniquement une source de bonheur, Cours vers l'aventure au galop.
mais aussi d’angoisses. L’apprentissage de la liberté
individuelle vient de commencer, elle n’est pas encore Réécrire l’Histoire, c’est souvent nécessaire. Difficile de rassembler sa
tribu, si l’on jette un coup d’œil aux cuisines pas très appétissantes, aux
terminée. coups de bol qui ont été à l’origine de sa nation, de sa religion.

L’image d’Epinal du XIX siècle, c’est un cauchemar industriel


Les libéraux se retrouvent ainsi coincés entre trois permanent au profit exclusif d’une minorité de gros bourgeois.
adversaires : les nostalgiques de l’Ancien Régime, les Heureusement, un gentil Etat Dieu est arrivé pour sauver les pauvres
des griffes de la liberté économique.
conservateurs bourgeois et les socialistes. Les intérêts de
ces trois adversaires sont antagonistes, et ils deviennent La réalité est beaucoup plus complexe, les grandes avancées sociales du
XIX eme siècle ont souvent pour origine des zorros qui signent d’un L
tour à tour les alliés de circonstances des libéraux mais un peu déformé (ils sont plus doués pour l’écriture que pour l’épée), qui
ces derniers sont les seuls à promouvoir toutes les facettes veut dire ziberal, euh non libéral.

des Droits de l’Homme et pas seulement certains types de


libertés pour certaines catégories de citoyens au gré des
circonstances.

20 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

Cette solitude ne leur réussira guère puisqu’à l’entrée du


XX eme siècle, ils seront sur la défensive face aux deux
rouleaux compresseurs du XX eme siècle : le fascisme et
le communisme.

Ce recul des libéraux au début du XX eme, en dehors des


millions de morts causées par les deux totalitarismes, aura
une autre conséquence. L’histoire étant écrite par les
vainqueurs, le XIX éme siècle a été largement documenté
et rédigé par des socialistes, souvent talentueux et de
bonne foi mais ayant une volonté de construire une
légende noire de la liberté économique et du rôle des
libéraux au cours de la révolution industrielle.

Le rôle des libéraux notamment en faveur des droits des


ouvriers ou leur opposition au colonialisme a été souvent
occulté, ce qui a plus tard permis aux communistes de
présenter une alternative qui n’en est pas une : les enfants
dans les mines ou le socialisme. Euuh ni l’un ni l’autre
Camarade. Les Droits de l’Homme et la prospérité, le
libéralisme quoi…

"Ce qui nous broie aujourd'hui, c'est une logique historique que nous avons créée de toutes
pièces et dont les nœuds finiront par nous étouffer."
Albert Camus

Le Steam-Libéralisme :
Les bourgeois
A côté des inventions visibles comme les locomotives à
vapeur ou le chewing gum, des inventions invisibles vont
servir de booster au développement économique : les
sociétés par action, et les banques d’affaires. Désormais
les entrepreneurs peuvent financer leurs projets sans
s’endetter sur leurs propres biens, à condition de partager
(beaucoup..) leurs bénéfices avec les actionnaires.

Dans le même temps, on peut mettre ses modestes


économies ailleurs que dans un bas de laine. On peut
désormais devenir propriétaire d’une toute petite fraction
d’un énorme projet (une usine, une ligne de chemin de fer
etc..)

Ces mécanismes créés par une législation adéquate vont


permettre à des industriels, des banquiers et des
Les puissants existent dans tous les systèmes politiques.
marchands de s’enrichir rapidement. Les bourgeois
viennent de naître et ils sont contents d’eux-mêmes. Dans une tribu barbare, c'est le plus violent qui a massacré son
prédécesseur.
Dans une monarchie, c'est le petit marquis bien né, dans un régime
Ils ont de quoi, la France se couvre d’usines socialiste, c'est le bureaucrate le plus obéissant ou le plus procédurier.

sidérurgiques, de bassins houillers, de filatures, et de Dans une société libérale, (c'est-à-dire où les Droits de l’Homme sont
réseaux de chemin de fer. L’ensemble de la population respectés, pas encore la société du XIX ème donc), le puissant, c'est le

21 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

bénéficie de cette course aux découvertes ainsi qu'aux


nouvelles méthodes de production. Elle en paie aussi le
prix avec le travail répétitif et le développement d'une
misère urbaine plus visible (plus dure ?) que la misère des
campagnes.

Certains industriels finissent par se convaincre qu’ils sont


des représentants de l’intérêt national et qu’à ce titre, ils
peuvent limiter la liberté d’échange, la liberté de
s’associer, la liberté d’expression des autres. (C’est un plus efficace pour créer des entreprises ou les faire prospérer.
L'efficacité pour créer une entreprise n'est pas forcement un gage de
peu une manie chez tous les représentants autoproclamés bonté ou de vertu -ni d'ailleurs du contraire- mais qu'elles soient
de l'intérêt général : d’abord limiter la liberté des autres). dirigées par des personnes vertueuses ou non, les entreprises créent
souvent de la prospérité économique pour toute la société en se mettant
au service de leurs clients et en payant leurs salariés.
Ces industriels, grands bénéficiaires des droits de
Le libéralisme est le système où les plus ambitieux socialement sont en
l’Homme, qui leur ont permis de commercer librement général forcés de se mettre au service des autres pour assouvir leur
sans entretenir une caste de privilégiés, vont donc se ambition.
retrouver en porte-à-faux avec les députés ou les penseurs Tant qu’à avoir des puissants, autant avoir des riches libéraux.
libéraux sur trois points : le protectionnisme, le droit
d'association des ouvriers et le colonialisme.

"Les riches, les propriétaires d'établissements déjà en activité, n'ont pas d'intérêt de classe
spécial dans le maintien de la libre concurrence. Ils sont contre la confiscation et
l'expropriation de leurs fortunes, mais leurs situations acquises les inclinent plutôt en faveur de
mesures empêchant des nouveaux venus de mettre en jeu leur position.
Les gens qui défendent la libre entreprise et la libre concurrence ne défendent pas les intérêts
de ceux qui sont riches aujourd'hui. Ils réclament les mains libres pour les inconnus qui seront
les entrepreneurs de demain et dont l'esprit inventif rendra la vie des générations à venir plus
agréable.
Ils veulent que la voie reste ouverte à de nouvelles améliorations économiques. Ce sont les
avocats du progrès économique."
Ludwig von Mises

22 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

Le Steam-Libéralisme :
Le protectionnisme.
Certains industriels ayant acquis une position
dominante sur le marché national poussent donc le
pouvoir politique à interdire ou à taxer très fortement
les produits venant des autres pays européens.
Pour les libéraux, le protectionnisme est immoral et
inefficace économiquement.

Chaque personne est libre d'échanger pacifiquement le


fruit de son travail avec son voisin ou une personne
d'un autre continent. Une personne d'un autre
continent est aussi respectable qu'un voisin, et aussi
digne de profiter d'un libre échange de biens ou de
travail. Ce n'est pas à l'Etat ou pire à un industriel
d'interdire des échanges entre deux personnes.
Le protectionnisme en faveur de patrons influents est
le signe d'une collusion entre intérêt privé et intérêt
public. Or l'Etat a un rôle d'arbitre, pas de serviteur
pour protéger les intérêts de quelques personnes au
détriment de l’intérêt général.

D'autre part lorsque les hommes politiques disent par


exemple : 'Nous allons taxer les oranges étrangères',
ils ne disent pas la vérité.

Ce n'est jamais le produit importé qui paie une taxe.


On n'a jamais vu un kilo d'oranges sortir quelques
sous au douanier en passant la frontière. Celui qui
paie la taxe, c'est celui qui achète le produit, jamais le
produit lui-même. Ce sont donc les pauvres qui
achètent le produit importé qui paient une taxe,
permettant au riche de garder une rente de situation.

En 1846, les Anglais abolissent les corns laws, lois


protectionnistes sur le blé.
Cela a plusieurs conséquences :
- Les ouvriers anglais peuvent acheter du pain
beaucoup moins cher, et donc le manger.
- Les aristocrates, grands propriétaires terriens et
profiteurs du protectionnisme, perdent du pouvoir
économique puis politique.
- Le prix des transports baisse, les bateaux exportant
de la houille revenant désormais chargés de blé.

En 1860, les Français signent un accord de


libre-échange avec les Britanniques.
Saint Gobain baisse le lendemain ses prix de 32 % en
continuant de faire des bénéfices. Ciel, un fleuron de
l'industrie française aurait surfacturé ses services à sa
patrie ? Le protectionnisme n'est-il pas au service de
tous ?

« Je suppose qu’il vienne à l’idée de quelques spéculateurs parisiens de se livrer à la


production des oranges. Ils savent que les oranges de Portugal peuvent se vendre à Paris

23 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

10 centimes, tandis qu’eux à raison des caisses, des serres qui leur seront nécessaires, à
cause du froid qui contrariera souvent leur culture, ne pourrant pas exiger moins d’un
franc comme prix rémunérateur. Ils demandent que les oranges du Portugal soient
frappées d’un droit de 90 centimes. Moyennant ce droit, les conditions de production,
disent –ils, seront égalisés et la Chambre, cédant, comme toujours à ce raisonnement,
inscrit sur le tarif un droit de 90 centimes par orange étrangère.
Eh bien ! Je dis que les conditions de production ne sont nullement changées. La loi n’a
rien ôtée à la chaleur du soleil de Lisbonne, ni à la fréquence ou à l’intensité des gelées
de Paris. La maturité des oranges continuera à se faire naturellement sur les rives du Tage
et artificiellement sur les rives de la Seine, c'est-à-dire qu’elle exigera beaucoup plus de
travail humain dans un pays que dans l’autre. Ce qui sera égalisé, ce sont les conditions
de la vente. Les portugais devront nous vendre leurs oranges à 1 franc, donc 90 centimes
pour acquitter la taxe. Elle sera évidement payée par le consommateur français. »
Frédéric Bastiat

Le Steam-Libéralisme :
Les droits des ouvriers.
Pour les socialistes et les conservateurs bourgeois, ce qui
est vraiment important, c’est la classe sociale. Certains
bourgeois conservateurs développent des théories de
darwinisme social justifiant leurs privilèges, les
socialistes bâtissent eux des systèmes d'analyse de la
société beaucoup plus sophistiqués à travers le prisme de
la lutte des classes.

Pour les libéraux, toutes ces théories sont souvent fausses


et tout le temps hors sujet. La seule échelle importante
pour les Droits, c'est la personne. Jamais une classe, une
race, une religion.

Pas besoin donc de pondre des encyclopédies fumeuses


pour détailler une zoologie des classes sociales et de leur
destin afin de justifier des droits spécifiques pour les
ouvriers par exemple.

Pas besoin de droits spécifiques, il suffit de respecter une


déclaration simple et universelle. La Déclaration
universelle des Droits de l’Homme de 1789.

Universelle, ça veut dire que si trois patrons ont le droit


de se faire une petite bouffe pour s’associer, parler
affaires, ou signer des contrats, 3000 ouvriers ont aussi le
droit de se réunir pour s’associer, signer des contrats ou
parler affaires.

Les trois patrons et les 3000 ouvriers sont des personnes


égales en dignité et en droits. Ces 3003 personnes ont
donc le même droit inaliénable à se réunir librement,
s’exprimer librement ou s’associer librement. Point à la
ligne.

Universelle, ça veut dire que si trois patrons ont le droit


de s’associer pour mutualiser les risques qui les menacent
(un bateau qui coule, une usine qui brûle) via une
compagnie d’assurance, trois mille ouvriers ont le droit
de s’associer pour mutualiser les risques qui les menacent

24 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

(la maladie ou le chômage) via une mutuelle ou une


caisse de chômage.

Ces 3003 personnes ont donc le même droit inaliénable à


s’associer librement pour mutualiser leurs risques.

La seule limite pour ces 3003 personnes étant que


personne ne doit être obligé d’appartenir à cette
association ou de passer par l’association pour
contractualiser avec qui que ce soit. (C'est-à-dire pas de
cartels, de monopoles ou de protectionnisme pour les
trois patrons, pas de corporations modèle Ancien Régime,
pour les ouvriers).

Ca a l’air simple comme ça..

Les mêmes droits pour tous. POUR TOUS.

He ben non, c'est trop simple. Bourgeois conservateurs et


socialistes vont passer le XIX siècle à batailler contre les
libéraux pour faire compliqué et violent.

"Je suis en face d'un patron, nous débattons le prix; celui qu'il m'offre ne me convient pas; je ne
commets aucune violence; je me retire, et vous dites que c'est moi qui porte atteinte à la liberté
du travail parce que je nuis à son industrie!... Ne voyez vous pas au contraire que c'est le patron
qui viole la mienne? S'il fait intervenir la loi pour que sa volonté me soit imposée, ou est la
liberté, ou est l'égalité? ! ... Ce que vous proclamez là, c'est l'esclavage, car qu'est-ce qu'un
esclave si ce n'est l'homme forcé par la loi de travailler à des conditions qu'il repousse »
Frederic Bastiat, Député Libéral. Journaliste (1801 – 1850)

« Il n'est pas besoin d'entrer ici dans une critique des concepts de classe sociale et de race tels
qu'employés par ces doctrines. Il n'est pas nécessaire de demander aux marxistes quand et
comment un prolétaire qui parvient à rejoindre les rangs de la bourgeoisie change son esprit
prolétarien en un esprit bourgeois. Il est superflu de demander aux racistes d'expliquer quelle
sorte de logique est propre aux gens qui ne sont pas de race pure. Des objections beaucoup plus
sérieuses doivent être soulevées.»
Luging Von Mises Philosophe Économiste (1881 – 1973)

25 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

Le Steam-Libéralisme :
Les syndicats
Pour les libéraux, la meilleure protection pour les
salariés, c'est la prospérité économique. La meilleure
protection contre un patron abusif, c'est d'avoir le pouvoir
de claquer la porte parce que l'on est sûr de retrouver du
travail facilement.

Les salariés ont tout de même intérêt à se regrouper pour


parer à l’asymétrie du rapport de force. Une personne
seule ne dispose pas des compétences juridiques dont
dispose une entreprise. De plus, une personne seule a
besoin de son salaire tous les mois, tandis qu’une
entreprise de 1000 salariés peut se passer d’un salarié du
jour au lendemain.

Pour les libéraux, un contrat est la base juridique d’une


société libre. Les syndicats permettent de négocier les
termes des contrats et d’en contrôler le bon respect.
Lorsqu’ils ont ce rôle, les syndicats sont donc
souhaitables : davantage de contrats satisfaisants pour les
deux parties, davantage de prospérité générale.

Pour beaucoup de socialistes et d’anarchistes, les


syndicats sont un bélier politique préparant la grande
révolution. Ils vont donc noyauter les coalitions ouvrières
parce que les ouvriers, laissés tout seuls, pourraient se
détourner de leur destinée grandiose prédite par Marx.
Ces hédonistes incultes pourraient se satisfaire d’une bête
amélioration de leurs conditions de travail au lieu de tout
sacrifier pour une société construite s des plans parfaits.

Les bourgeois conservateurs s’opposeront aux syndicats


parce qu’ils préfèrent dicter les termes des contrats et
n’avoir personne pour en contrôler le bon respect. C’est
sûr qu'à court terme c’est plus sympa de faire des affaires
avec un vis-à-vis bâillonné.

Coincé entre la politique répressive des bourgeois


conservateurs et l’instrumentalisation socialiste des
syndicats, les libéraux seront souvent seuls pour défendre
les syndicats, les vrais.

1849 : A l'Assemblée, Frédéric Bastiat, député libéral,


soutient un autre député libéral, Morin, sur un
amendement autorisant les coalitions ouvrières à
condition que celles-ci ne fassent pas usage de la
violence. Sans succès.

1864 : Une première loi reconnaissant le droit de grève


est adoptée grâce au gouvernement du libéral Emile
Ollivier, premier ministre et ministre de la justice.

1876 Le député libéral Edouard Lockro dépose une loi

26 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

autorisant les syndicats et les conventions collectives.


Mais elle est combattue pendant 8 ans par les socialistes
et les bourgeois conservateurs.

1884 Les syndicats sont autorisés sur proposition du


ministre libéral Waldeck-Rousseau.

1906 Le député libéral Gaston Doumergue dépose un


projet de loi autorisant la création de conventions
collectives. Cette loi est combattue par la CGT.

" Les salaires de l’ouvrier se règlent contradictoirement par une convention faite entre l’ouvrier
et le chef d’industrie : le premier cherche à recevoir le plus, l’autre à donner le moins qu’il est
possible, mais dans cette espèce de débat, il y a du côté du maître un avantage indépendant de
ceux qu’il tient déjà de la nature de ses fonctions. Le maître et l’ouvrier ont bien également
besoin l’un de l’autre, puisque l’un ne peut faire aucun profit sans le secours de l’autre, mais le
besoin du maître est moins immédiat, moins pressant. Il en est peu qui ne puissent vivre
plusieurs mois, plusieurs années même, sans faire travailler un seul ouvrier, tandis qu’il est peu
d’ouvriers qui puissent, sans être réduits aux dernières extrémités, passer plusieurs semaines
sans ouvrage. Il est bien difficile que cette différence de position n’influe pas sur le règlement
des salaires ".
Jean Baptiste Say Économiste Libéral. (1767 - 1832)

« [le syndicat] prépare l’émancipation intégrale, qui ne peut se réaliser que par l’expropriation
capitaliste ; il préconise comme moyen d’action la grève générale et il considère que le
syndicat, aujourd’hui groupement de résistance, sera, dans l’avenir, le groupement de
production et de répartition, base de réorganisation sociale. »
Statuts constitutifs de la CGT.

Le Steam-Libéralisme :
Le colonialisme
Les socialistes aiment bien l’idée d’utiliser l’Etat pour
construire une société meilleure et guider un peuple
ignorant. Même si le peuple en question vit en Afrique ou
en Asie.

Ca tombe bien, les bourgeois conservateurs veulent faire


des affaires en ayant l’exclusivité de zones géographiques
et des clients captifs.

Et certains conservateurs aiment bien faire la guerre


surtout si ils sont sûrs de gagner.

Le colonialisme c’est que du bonheur pour tout le


monde...

Sauf pour beaucoup de libéraux, pour qui il s’agit d’une


vaste entreprise étatique et protectionniste, mettant
l’armée de la nation au service de quelques intérêts
particuliers.

Mais bon, ces libéraux sont tellement vulgaires avec leur


liberté d’échanger des marchandises tandis que les
colonialistes parlent civilisation, culture, grandeur de la

27 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

nation et entreprises patriotiques.

Lorsque les indigènes –eux aussi sans doute un peu


vulgaires- voudront reprendre leur liberté, plus personne
ne se rappellera que beaucoup de libéraux ont eu raison
avant tout le monde.

« Les vraies colonies d'un peuple commerçant, ce sont les peuples indépendants de toutes les
parties du monde. Tout peuple commerçant doit désirer qu'ils soient tous indépendants, pour
qu'ils deviennent tous plus industrieux et plus riches; car plus ils sont nombreux et productifs,
et plus ils présentent d'occasions et de facilités pour les échanges. Ces peuples alors deviennent
pour vous des amis utiles, et qui ne vous obligent pas de leur accorder des monopoles onéreux,
ni d'entretenir à grands frais des administrations, une marine et des établissements militaires
aux bornes du monde. Un temps viendra où l'on sera honteux de tant de sottises, et où les
colonies n'auront plus d'autres défenseurs que ceux à qui elles offrent des places lucratives à
donner et à recevoir, le tout au dépens des peuples » Jean Baptiste Say Économiste Libéral.
(1767 - 1832)

« Avec le libre-échange et une juridiction assurant la sécurité des contrats, il est à peu près
indifférent qu'une terre appartienne à tel ou tel groupe ethnique parlant telle ou telle langue.
Aux procédés d'extermination, il faut substituer le croisement et la fusion, enseigner la
douceur, l'urbanité, la politesse, apporter la sécurité de cette chose après laquelle, depuis que
l'homme est un animal social, il ne cesse de clamer : la justice. Une justice qui est existence
d'un cadre permettant l'exercice de la liberté individuelle, de la liberté d'échanger et de produire
et des droits de propriété. »
Yves Guyot Économiste Libéral (1843 - 1928)

Le Steam-Libéralisme :
Les romantico-libéraux
Avant les choses étaient simples, la personne n’existait
pas, elle était une sous-partie d’une famille, d’une
corporation et son rôle était de s’effacer afin de suivre au
mieux les usages et les conventions.

En balayant l’Ancien Régime, le libéralisme déclare que


les droits et les rapports sociaux doivent désormais se
XIX eme siècle, les conservateurs ricanent.
régler au niveau de la sous-partie. Une créature nouvelle
vient de naître : la personne, l’individu. "Ces Droits de l'Homme ne sont qu'un gadget pour
intellectuels athées. Le peuple s'en moque, il veut un
Et très vite, au XIX eme siècle, on comprend que la monde fictif et un sens à son existence même
liberté acquise par la personne est un cadeau certes, mais misérable. Quant aux petits bourgeois qui
un cadeau parfois explosif, douloureux ou laissant libre grenouillent partout avec leurs pensées mesquines,
cours à la vulgarité. c'est pas dégoûtant ça ? Non rien ne vaut une bonne
charge héroïque, un bel uniforme et épaule contre
En psychologie, surprise, la liberté ne rend pas forcément épaule, charger sur une belle plaine sans sourciller
face à la mort. Ca a tout de même une autre gueule
heureux ! La personne au contraire a du vague à l’âme
qu'un petit représentant de commerce en train de
devant les infinis, sa finitude, et n'a plus rien pour se
faire du porte à porte non ?" Deux guerres
raccrocher ou donner un sens à son existence sauf sa mondiales plus tard, le petit représentant de
propre vision : plus de Dieu obligatoire, plus de rang. Le commerce est sacrément sympathique.
libéral romantique se coiffe comme Chateaubriand pour
méditer devant une mer de nuages. Il écoute son propre
coeur, les mouvements de son âme et tout ça le plonge De leur côté les socialistes sont un peu embêtés, les
parfois dans une grande mélancolie.. masses ne peuvent pas se tromper : c'est donc le
système et la logique capitaliste qui entraînent tout le
Et ça c’est pour ceux qui réfléchissent… parce que re monde vers la vulgarité et l'égoïsme. Un autre
monde, un homme nouveau, et hop des bons
surprise, en jouissant de la liberté, beaucoup de personnes
camarades cultivés, fiers et généreux. 50 ans plus
ne deviennent pas forcement des esthètes aventuriers ou

28 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

des rebelles philosophes. La liberté créé aussi des petits


bourgeois mesquins, vindicatifs, cavalant derrière des tard, les autres mondes socialistes pulvériseront les
honneurs factices ou des populos grossiers, obtus et sans limites de la vulgarité et de la mesquinerie.
curiosité.
Pour les libéraux, en premier lieu, le commerce et la
Face à ce nouvel univers, des artistes (Victor Hugo, production ne sont pas synonymes de vulgarité. Il y
Chateaubriand, Constant, Madame de Stael) revendiquent a une noblesse à bien faire son travail voire à y
et construisent une nouvelle façon de concevoir l’art exceller sans dépendre de personne.
littéraire. Avec le romantisme, cette liberté se manifeste
Ensuite la prospérité matérielle et une productivité
par l’émancipation du « moi ». L’artiste ne doit plus
forte permettent justement de libérer du temps pour
s’effacer devant des conventions, le classicisme antique, des activités plus nobles.
mais au contraire n’admettre qu’une autorité : lui-même.
Quant à la vulgarité, elle est inhérente à la liberté.
Dans le même temps, ces artistes prennent acte des Des théologiens très coincés ont compris il y a 500
conséquences de la liberté sur la population avec un ans ce que des sociologues marxisants ne veulent pas
mélange d’enthousiasme pour une nouvelle civilisation et admettre. Etre libre, c'est être responsable de sa
la crainte d’une dictature future des masses promis par les vulgarité et de sa méchanceté. Ce n'est pas la faute
socialistes ou d’une vulgarité généralisée pressentie dans de la liberté économique et de sa société marchande.
le comportement de certains bourgeois.

La liberté individuelle vient de naître, et son


apprentissage commence. Il est dur, 200 ans plus tard, il
est loin d’être terminé.

« Le romantisme, tant de fois mal défini, n'est, à tout prendre, et c'est là sa définition réelle,
que le libéralisme en littérature. Cette vérité est déjà comprise à peu près de tous les bons
esprits, et le nombre en est grand ; et bientôt, car l'oeuvre est déjà bien avancée, le libéralisme
littéraire ne sera pas moins populaire que le libéralisme politique. La liberté dans l'art, la liberté
dans la société, voilà le double but auquel doivent tendre d'un même pas tous les esprits
conséquents et logiques ; voilà la double bannière qui rallie, à bien peu d'intelligences près
(lesquelles s'éclaireront), toute la jeunesse si forte et si patiente d'aujourd'hui … »
Victor Hugo Écrivain Romantique (1802 – 1885)

« Je veux imaginer sous quels traits nouveaux le despotisme pourrait se produire dans le
monde: je vois une foule innombrable d'hommes semblables et égaux qui tournent sans repos
sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils emplissent leur âme.

Chacun d'eux, retiré à l'écart, est comme étranger à la destinée de tous les autres: ses enfants et
ses amis particuliers forment pour lui toute l'espèce humaine; quant au demeurant de ses
concitoyens, il est à côté d'eux, mais il ne les voit pas; il les touche et ne les sent point; il
n'existe qu'en lui-même et pour lui seul, et, s'il lui reste encore une famille, on peut dire du
moins qu'il n'a plus de patrie.

Au-dessus de ceux-là s'élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul d'assurer leur
jouissance et de veiller sur leur sort. Il est absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux.

Il ressemblerait à la puissance paternelle si, comme elle, il avait pour objet de préparer les
hommes à l'âge viril; mais il ne cherche, au contraire, qu'à les fixer irrévocablement dans
l'enfance; il aime que les citoyens se réjouissent, pourvu qu'ils ne songent qu'à se réjouir. Il
travaille volontiers à leur bonheur; mais il veut en être l'unique agent et le seul arbitre; il Le voyageur contemplant une mer de nuages - Caspar David Friedrich
pourvoit à leur sécurité, prévoit et assure leurs besoins, facilite leurs plaisirs, conduit leurs
principales affaires, dirige leur industrie, règle leurs successions, divise leurs héritages; que ne
peut-il leur ôter entièrement le trouble de penser et la peine de vivre? »
Alexis de Tocqueville Écrivain Libéral (1805 – 1859)

29 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

L'économie libérale
Le libéralisme est donc une philosophie politique basée
sur la liberté individuelle.

Et il se trouve que les personnes libres passent une partie


de leur temps éveillées à produire ou à échanger pour
pleins de bonnes raisons. Ou plus généralement à agir ou
à choisir.

Naturellement les penseurs libéraux se sont beaucoup


intéressés à l’art de produire, d’échanger et à ses
conséquences. Le libéralisme économique, c'est-à-dire la
liberté de produire et d'échanger, est une des facettes du
libéralisme au même titre que la liberté d'expression ou la
liberté des moeurs.

L'économie existe depuis que les Hommes produisent et Lucky Luke- L'Elixir du Dr. Doxey - Morris
échangent mais la science économique est née sous la
plume des premiers penseurs libéraux il y a moins de 250
La science économique, comme d'autres sciences
ans. Elle s'est ensuite diversifiée en de multiples écoles en
humaines, n'a pas encore de consensus sur sa
suivant des méthodologies ou des concepts débouchant méthodologie, ses concepts de base.
parfois sur des théories totalement opposées au
libéralisme. Cette absence de référentiel commun permet à des
messieurs très sérieux d'affirmer des choses
La science économique et la médecine ont un point complètement contradictoires et de se lancer dans
commun : elles ont une histoire encombrée de théories des pronostics aussi fiables qu'un horoscope de
contradictoires, de rituels magiques, de charlatanismes en madame Soleil.
tout genre ou de scientisme mal placé. Malheureusement
Ce flou généralisé permet aussi à des charlatans de
pour la prospérité économique, la comparaison s’arrête là.
vendre des potions magiques à des électeurs un peu
La médecine a largement réussi à se débarrasser de ses déboussolés.
théories les plus loufoques, confinant la numérologie et
l'astrologie aux dernières pages de Télé poche. Les libéraux se reconnaissent souvent dans l'Ecole
Autrichienne pour sa rigueur conceptuelle, l'humilité
La science économique, elle, permet tous les jours en son dans les objectifs et l'importance centrale donnée à
nom, à des sorciers vaudous ou des mathématiciens fous l'individu libre.
de proposer des rituels collectifs saugrenus ou des
prédictions bidons au beau milieu de journaux sérieux
dans lesquels la vie des stars est à peine évoquée, c’est
dire s'ils sont sérieux.

Tous les patients des sciences économiques ne sont pas


pourtant pas dans une misère noire, c’est bien le signe
que certains traitements ou concepts marchent mieux que
d’autres..

"L'activité économique nous fournit les moyens matériels de toutes nos fins. Dans le même
temps, la plupart de nos efforts individuels sont destinés à fournir à d'autres des moyens en vue
de leurs fins afin qu'ils nous fournissent en retour les moyens en vue de nos fins. C'est
uniquement parceque nous sommes libres dans le choix de nos moyens que nous sommes aussi
libres dans le choix de nos fins.
La liberté économique est par conséquent une condition indispensable de toute autre liberté, et
la libre entreprise est à la fois une condition nécessaire et une conséquence de la liberté
Le grand sorcier va faire tomber du ciel de la prospérité pour tous grâce
individuelle"
F. A. Hayek - "La composante morale de la libre entreprise"
à la fameuse danse magique Non-aux-profits-capitalistes !
Tous à la danse de la pluie Bastille-République !
"Ce que l'on nomme communément la « révolution industrielle » a été un rejeton de la (Lucky Luke - Cayon Apache - Morris & Goscinny)
révolution idéologique opérée par les doctrines des économistes. Les économistes renversèrent
les vieux axiomes : qu'il est déloyal et injuste de l'emporter sur un concurrent en produisant des
biens meilleurs et moins chers ; que c'est porter atteinte à l'équité de s'écarter des méthodes
traditionnelles de production ; que les machines sont un mal puisqu'elles entraînent le chômage
; que c'est l'une des tâches du gouvernement de la cité d'empêcher les hommes d'affaires

30 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

efficaces de devenir riches, et de protéger les moins efficients contre la concurrence des plus
efficients ; que restreindre la liberté des entrepreneurs par la contrainte gouvernementale ou par
la coercition de la part d'autres pouvoirs sociaux est un moyen approprié de développer le
bien-être d'une nation."
Ludwig Von Mises

L'école autrichienne

1930. Les années folles sont terminées. Finie la rigolade


libérale, le fox-trot, l'art déco, l'individualisme fêtard, la
consommation de masse. Place aux idéologies totalitaires,
aux prolétaires, aux races pures et à leurs meneurs qui
s'occupent des choses sérieuses.

Les fondations du libéralisme sont chancelantes sous les


coups de boutoir des guerres, de la crise économique et
des grandes idéologies totalitaires.

Sur le plan des idées, il n'y a plus grand monde sur les
remparts pour défendre les droits de l'Homme, l'économie
de marché. Des surréalistes aux staliniens, en passant par
les nazis, il y a un consensus sur un point : le monde
bourgeois doit disparaître, l'histoire est en marche vers un
monde nouveau.
Salma Hayek n'a aucun lien de parenté avec
L'Autriche est aux premières loges de ce charmant Friedrich von Hayek.
spectacle. Et c'est dans ce pays que certains spectateurs
Elle est mexicano-libanaise, actrice à Hollywood.
font commencer à faire la grimace. Sur des strapontins
Elle a notamment tourné dans 'Desperado' où une
des universités de Vienne (des profs non rémunérés par le scène bien filmée nous fait partager la trajectoire
gouvernement), le libéralisme économique va renaître de courbe d'un éperon denté (et très chanceux).
ses cendres sur le plan intellectuel avant de se disséminer
notamment aux USA à l'arrivée des troupes allemandes. Il est autrichien, élève de Mises et l'un des grands
penseurs libéraux du XX eme siècle. On lui doit
L'Ecole Autrichienne considère que la science notamment des apports importants sur l'ordre
économique s'est fourvoyée sur la méthodologie, laissant spontané et sur les limites de notre capacité à
un boulevard aux théories marxistes, planistes ou modeler une société via l'Etat.
keynésiennes. Il faut renouer les liens avec les grands
Bizarrement lorsque l'on tape Hayek sur Google
anciens Locke, Hume, Constant, Bastiat affiner les
Image, il n'y a que des photos de Salma qui
concepts, la méthodologie et reconstruire une théorie de apparaissent. Un complot des socialistes ?
l'échange : la catallaxie.

"Aujourd'hui, nous enterrons le liberalisme économique .../... Nous avons repoussé la théorie
de l'homme économique, la théorie libérale.../.. L'homme économique n'existe pas; il n'existe
que l'homme intégral qui est politique, qui est économique, qui est religieux, qui est saint, qui
est guerrier."
B. Mussolini - Discours sur l'Etat corporatif, 1933

"L'instruction générale est le poison le plus corrosif et le plus dissolvant que le libéralisme ait
jamais trouvé pour sa propre destruction...Conséquents avec nous-mêmes, nous accordons à la
grande masse le bienfait de l'analphabétisme"
Cité par H. Rauschning, Hitler m'a dit. 1945

"Les despotes et les majorités démocratiques sont enivrés par le pouvoir. Ils doivent, à
contrecœur, admettre qu'ils sont assujettis aux lois de la nature. Mais ils repoussent l'idée
même de loi économique. Ne sont-ils pas les législateurs souverains ? N'ont-ils pas le pouvoir
d'écraser quiconque s'oppose à eux ? Aucun seigneur de la guerre n'est enclin à reconnaître de
limite autre que celle que lui impose une force armée supérieure. Des écrivailleurs serviles sont
toujours disponibles pour flatter cette vanité en exposant les doctrines appropriées. Ils

31 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

appellent « économie historique » leurs suppositions embrouillées. En réalité, l'histoire


économique est un long catalogue de politiques gouvernementales qui ont échoué pour avoir
été conçues avec une téméraire méconnaissance des lois de l'économie. »
Ludwig Von Mises - Action Humaine

"Nous devons à nouveau rendre la création d'une société libre une aventure intellectuelle, un
acte de courage. Ce qui nous manque, c'est une utopie libérale, un programme qui ne semble
être ni une simple défense des choses existantes, ni une forme diluée de socialisme, mais un
véritable radicalisme libéral qui n'épargne pas les susceptibilités des puissants (y compris les
syndicats), qui ne soit pas strictement pratique, et qui ne se confine pas à ce qui semble
aujourd'hui politiquement possible. Nous avons besoin de leaders intellectuels qui soient
préparés à résister aux flatteries des gens puissants et influents, qui aient envie de travailler
pour un idéal, aussi faibles soient les perspectives de sa prochaine réalisation."
Friedrich von Hayek.

La catallaxie

Sur le plan de la méthodologie, les phénomènes


économiques ou sociaux n'ont qu'une origine : des
individus qui choisissent subjectivement et qui agissent.

La science économique doit donc se bâtir en partant de


cette brique fondamentale : l'individu libre, agissant en
suivant des objectifs dont lui seul peut estimer
l'importance.

Cela a plusieurs conséquences : Ludwig Von Mises et Friedrich Hayek sont un peu
les Men In Black de la planète économique.
Les agrégats économiques (croissance, PIB, etc..) et les
formules qui y sont rattachées sont à manipuler avec Et ils ont bien du travail. La planète économique est
précaution : les phénomènes collectifs économiques n'ont envahie par des extraterrestres conceptuels ou
pas d'autres origines que les interactions entre individus méthodologiques n’ayant rien à faire là.
libres et imprévisibles..
Il y a d’abord le Mathoïde Courbesque de la galaxie
scientiste. Il tente de décrire les phénomènes
Les mathématiques sont largement inadaptées pour la économiques avec des équations et des courbes de
science économique. La valeur étant subjective et plus en plus complexes. Malheureusement on ne
différente pour chaque individu, les lois économiques connaît pas de formules pour évaluer la liberté et la
sont qualitatives et non quantitatives. subjectivité à l’origine de chaque échange.

Le futur est imprévisible parce qu'il est construit par des Il y a le malheureux Experimentator de l’amas
individus libres. Une science économique qui tente de stellaire ‘Biologie’. Cette créature sympathique tente
de valider ses hypothèses économiques par des
faire des prévisions chiffrées est une douce charlatanerie.
expériences. C’est très courageux mais les êtres
humains ne sont pas des bactéries et on ne peut pas
Cette sévère cure d'humilité pour les sciences mettre côte à côte 22 éprouvettes en testant
économiques leur laisse pourtant un immense espace de différents scénarios. Steevy n’est pas représentatif
recherche et une importance énorme dans les choix des Français, et Loana ne fait peut être pas l’amour
politiques : reconstruire par la logique et par des axiomes dans une piscine sans caméra..
irréfutables des propositions permettant d'éclairer l'action
humaine et les conséquences des choix On trouve aussi le terrible Agregatus deterministoide
de la planète Marx dont les méfaits continuent
d’alimenter les discours de campagne électorale.
"Toutefois, ce n'est pas ici une dispute sur des questions d'heuristique, mais une controverse
portant sur les fondations de la science économique. La méthode mathématique doit être Heureusement, la grosse arme que les MIB tiennent
rejetée, et pas seulement en raison de sa stérilité. C'est une méthode entièrement fautive,
partant de postulats faux et conduisant à des déductions fallacieuses. Ses syllogismes ne sont négligemment, c'est l'individualisme méthodologique
pas seulement stériles ; ils détournent l'esprit de l'étude des problèmes réels et déforment les : la terreur des extraterrestres (Bon.. terreur peut être
relations entre les divers phénomènes.../...
Ils formulent des équations et tracent des courbes supposées décrire la réalité. En fait ils pas. En tout cas une source d'agacement.)
décrivent seulement un état de choses hypothétique et irréalisable, nullement similaire aux
problèmes catallactiques en question. Ils substituent des symboles algébriques aux termes

32 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

définis en monnaie employés dans le calcul économique, et ils croient que cette procédure rend
le raisonnement plus scientifique. Cela impressionne fortement le profane crédule. En fait, ils
rendent confus et embrouillé ce qui est traité de façon satisfaisante dans les manuels
d'arithmétique commerciale et de comptabilité."
Ludwig Von Mises - Action Humaine

Je propose que nous appellions cet ordre spontané du marché, une catallaxie .../... Catallaxie est
tiré du verbe grec ancien Katallatein qui signifie non seulement troquer et échanger, mais
également admettre dans la communauté et faire un ami d'un ennemi"
Friedrich von Hayek (1899-1992) - Les principes d'un ordre social libéral.

"Il est illusoire de croire qu'il est possible de visualiser des ensembles collectifs. Ils ne sont
jamais visibles ; la connaissance qu'on peut en avoir vient de ce que l'on comprend le sens que
les hommes agissants attachent à leurs actes.../...Ceux qui prétendent commencer l'étude de
l'agir humain en partant d'unités collectives rencontrent un obstacle insurmontable dans le fait
qu'au même moment un individu peut appartenir, et en fait — à l'exception de ceux des plus
primitives tribus — appartient réellement à diverses entités collectives. Le problème soulevé
par la multiplicité d'unités sociales coexistantes et par leurs antagonismes mutuels ne peut être
résolu que par l'individualisme méthodologique."
Ludwig Von Mises - Action Humaine

La rareté

Comme l'ont très vite remarqué des philosophes grognons


: la condition humaine n'a pas que des avantages.

D'abord, on meurt à la fin.

Et en plus on ne peut être qu'à un seul endroit à la fois.


Par rapport à toutes les choses que nous voudrions faire,
notre temps sur Terre est donc limité, rare.

Ensuite, beaucoup de ressources matérielles, du blé


jusqu'au métal en passant par le silicium ou le chocolat
sont aussi limitées, rares.

Et comme nous avons envie souvent de sensations (ne pas La corne d'abondance pourrait permettre de résoudre
avoir faim, sentir bon) qui nécessitent à la fois des beaucoup de problèmes économiques d'un coup.
ressources (rares) et du temps (rare) pour transformer ces
Plus de rareté, plus d'économie, plus de problèmes
ressources, notre bien-être dépend d'objets ou de
sensations deux fois rares. Ca fait beaucoup. Malheureusement, personne ne sait ou elle est
cachée et sa propriétaire initiale la glorieuse chèvre
Face à ce constat un peu frustrant, une solution est Amalthée, (elle eut l'immense privilège d'allaiter
d'inventer une divinité maléfique responsable de cette Zeus bébé) qui broute quelque part dans l'Olympe,
rareté (le malin, le marché, les bourgeois) et des rituels n'a pas l'intention de redescendre tout de suite.
permettant de l'exorciser.
De toutes manières, si les textes anciens sont formels
sur l'abondance en fruits et en fleurs sortant de cet
L'économie libérale propose une autre voie, plus modeste
objet enchanté, ils ne parlent pas de lecteurs mp3 et
: une auto-organisation des échanges qui permet de gérer
de m2 en centre ville.
la rareté le moins mal possible (et sans bain de sang
autant que faire se peut.) Bref rien pour épater les copains de cours d'école de
14 ans ou 40 ans. Pas trop de regrets à avoir donc.
L'économie libérale ne promet donc pas de faire
disparaître la rareté, c'est impossible.

L'économie libérale ne promet pas le bonheur général,


l'amour, la plénitude ou la fraternité. Il s'agit de catégories
très respectables mais qui ne sont pas rares (ni abondantes
d'ailleurs) et qui sont en tous cas hors de son périmètre.

33 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

L'économie libérale permet modestement d'allouer les


ressources matérielles et le temps de travail le moins mal
possible compte tenu de la complexité de notre société,
tout en respectant les Droits de chaque personne (liberté,
sûreté, propriété).

"Dans la doctrine de Marx et de ses disciples, la rareté est une catégorie historique seulement.
Elle est la caractéristique de l'histoire primitive de l'humanité, qui sera pour toujours liquidée
par l'abolition de la propriété privée. Lorsque l'humanité aura effectué le saut du domaine de la
nécessité dans le domaine de la liberté et ainsi atteint « la phase supérieure de la société
communiste », il y aura abondance et conséquemment il sera faisable de donner « à chacun
selon ses besoins ». Il n'y a dans la vaste marée des écrits marxistes pas la moindre allusion à la
possibilité qu'une société communiste dans sa « plus haute phase » se trouve confrontée à une
rareté des facteurs naturels de production. Le fait de l'indésirabilité du travail est évaporé par
l'assertion que travailler sous le communisme, bien entendu, ne sera plus désormais un
désagrément mais un plaisir, « la nécessité primordiale de la vie » Ludwig Von Mises - Action
Humaine

L'arbitrage
A cause de la rareté, nous allons donc être obligés
d'arbitrer ou de choisir entre différentes options.

Choisir quel bien matériel nous voulons acquérir en


priorité.
Acheter un roman de Houellebecq, acheter un roman de
Jules Vernes ou ni l'un ni l'autre.

Choisir à quoi utiliser notre temps.


Lire un roman de Houellebecq, lire un roman de Jules
Verne ou ne pas lire.

Ces choix sont subjectifs. Chaque personne selon ce


qu'elle attend d'un roman, et selon ce qu'elle pense trouver
dans ces deux ouvrages, choisira l'un ou l'autre ou ni l'un
ni l'autre.

Ces choix sont hasardeux. La personne peut se tromper Dali - La Madone de Raphaël à la vitesse maximum.
sur l'attente qu'elle avait réellement de l'ouvrage, ou sans
s'être trompée sur son attente, s'être trompée sur la teneur
exacte de l'ouvrage. Pour s'attaquer à l'économie libérale, des
collectivistes s'attaquent parfois à l'irrationalité de
certains arbitrages individuels :
Ces choix peuvent être conflictuels. Une autre personne
peut vouloir lire le même roman alors qu'il ne reste qu'un Les choix individuels sont parfois irrationnels,
seul exemplaire dans la librairie. hasardeux, difficiles, le marché ne peut pas donc
fonctionner parfaitement.
Ces choix peuvent être difficiles à trancher. L'hésitation
peut être forte entre les deux romans ou aucun roman, Juger de la rationalité d'un choix personnel est assez
mais une des trois options finit par l'emporter. Choisir présomptueux, mais c'est vrai que le marché ne
entre différentes options, 'arbitrer' est la conséquence de fonctionne pas parfaitement.
la rareté.

34 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

Le problème c'est que les choix collectifs sont autant


hasardeux, irrationnels et difficiles que les choix
L'économie libérale permet d'arbitrer en fonction de ses individuels, mais en plus ils sont collectifs,
propres goûts, valeurs, besoins et en fonction du prix qui c'est-à-dire qu'ils sont souvent moins efficaces et
qu'ils ne tiennent pas compte de la liberté, des
transportent une information sur tous les arbitrages faits
valeurs ou des goûts différents de chaque personne.
en amont par les milliers de personnes ayant contribué à
proposer ce bien ou ce service. Le choix n'est donc pas entre marché imparfait et
décisions collectives étatiques parfaites. Mais entre
marché imparfait et décisions étatiques encore plus
"La gradation des moyens est, comme celle des fins, un processus de préférer a à b. C'est
préférer et écarter. C'est manifester le jugement que a est désiré plus intensément que ne l'est b.
imparfaites.
[...] Si quelqu'un m'offre le choix entre trois billets donnant droit à assister aux représentations
d'Aïda, de Falstaff et de La Traviata ; et, si je n'en puis prendre qu'un, que je prenne Aïda ; et si
je puis en prendre encore un, aussi Falstaff, j'ai fait un choix. Cela signifie : dans des conditions
Il y a des choix collectifs à faire mais chaque fois
déterminées, je préfère Aïda et Falstaff à La Traviata ; si je ne pouvais choisir que l'un de ces que cela est possible, il vaut mieux laisser les
opéras, je préférerais Aïda et je renoncerais à Falstaff. Si j'appelle le fauteuil pour Aïda a, celui
pour Falstaff b et celui pour La Traviata c, je puis dire : je préfère a à b et b à c."
personnes choisir elles-mêmes.
Ludwig Von Mises - Action Humaine

Le coût d'opportunité

Mlle Cléa décide finalement de se plonger dans


un voyage extraordinaire de Jules Verne,
renonçant à lire un Houellebecq. Elle dépense
donc 5 euros et 3 heures de son temps.

En dépensant ces 5 euros et 3 heures de lecture,


elle n'a pas seulement dépensé du temps et de
l'argent. Elle a aussi perdu ce qu'elle aurait pu
avoir en utilisant le temps et l'argent ailleurs.

Le coût d'opportunité de la lecture de Jules Verne,


ce sont les choses auxquelles elle a réellement
renoncé pour pouvoir lire Jules Verne. En
l'occurrence les pages désabusées bien écrites et
parfois complaisantes de Houellebecq (ainsi que
quelques scènes de cul habilement réparties tous
les trois chapitres.)

Le coût d'opportunité, c'est la meilleure autre


Cléa est secretaire, elle veut refaire une année d'étude
utilisation qu'elle aurait pu faire de son temps et supplémentaire en renonçant à une année de salaire.
de son argent, si elle n'avait pas arbitré en faveur Elle calcule 2000 € de frais de scolarité. 6 000 € de logement
de son premier choix. et nourriture. Elle estime donc le coût de son année à 8 000
€. Ce sont en fait les dépenses directes.
Lorsque l'on évalue la justesse d'un choix, on ne Le coût d'opportunité doit intégrer le salaire qu'elle ne va pas
doit pas seulement tenir compte des dépenses gagner pendant cette année : 20 000 € mais il ne doit pas
directes, mais aussi des gains que l'on ne pourra intégrer le coût du logement et de la nourriture qu'elle aurait
pas faire par ailleurs à cause de ce choix. de toutes manières du dépenser pour vivre.
Le coût d'opportunité d'une année d'étude est donc de 22 000
€.
Ce n'est pas très intuitif : les dépenses directes se
voient, mais le coût d'opportunité ne se voit pas, Les coûts d'opportunité des choix collectifs sont plus
car par définition il tient compte de ce qui ne va difficiles à évaluer car ils sont répartis de manière invisible
pas exister.

35 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

C'est un concept important parce que ce coût sur les contribuables.


d'opportunité est souvent mal évalué dans les
arbitrages personnels ou dans les choix collectifs. Le président d'une région sauve devant les caméras 10
emplois dans une entreprise en difficulté en l'exonérant de
certaines charges. Il a courageusement résisté à
"Avez-vous jamais été témoin de la fureur du bon bourgeois Jacques Bonhomme,
quand son fils terrible est parvenu à casser un carreau de vitre ? Si vous avez
l'ultralibéralisme sauvage. La dépense directe pour la région
assisté à ce spectacle, à coup sûr vous aurez aussi constaté que tous les assistants, pour sauver ces dix emplois est de 100 000 euros.
fussent-ils trente, semblent s'être donné le mot pour offrir au propriétaire infortuné
cette consolation uniforme: « A quelque chose malheur est bon. De tels accidents
font aller l'industrie. Il faut que tout le monde vive. Que deviendraient les vitriers, Le coût d'opportunité est peut être beaucoup plus élevé que
si l'on ne cassait jamais de vitres ? »
[...]
la dépense directe : Ces 100 000 euros seront payés par les
On ne voit pas que, puisque notre bourgeois a dépensé six francs à une chose, il ne autres entreprises plus productives.
pourra plus les dépenser à une autre. On ne voit pas que s'il n'eût pas eu de vitre à
remplacer, il eût remplacé, par exemple, ses souliers éculés ou mis un livre de plus
dans sa bibliothèque. Bref, il aurait fait de ces six francs un emploi quelconque Ces entreprises renonceront à embaucher un nouvel employé
qu'il ne fera pas."
Frederic Bastiat
à cause de cette surcharge. Le coût d'opportunité pour ces 10
"Ce qu'on voit, ce qu'on ne voit pas." emplois 'sauvés' est peut être de 12 emplois perdus de
"Quand un fonctionnaire dépense à son profit cent sous de plus, cela implique
manière invisible dans les autres entreprises.
qu'un contribuable dépense à son profit cent sous de moins. Mais la dépense du
fonctionnaire se voit, parce qu'elle se fait; tandis que celle du contribuable ne se
voit pas, parce que, hélas ! on l'empêche de se faire. "
Frédéric Bastiat "Ce qu'on voit, ce qu'on ne voit pas."

Le juste prix

Le problème du juste prix a beaucoup


occupé les théologiens, les philosophes
puis les économistes pendant des siècles.

Les prix sont-ils justes ?

Apparemment non..

Dix grammes d’or valent plus qu’un litre


d’eau.. alors que manifestement, pour
vivre un être humain a davantage besoin Superdupond peut chercher longtemps, il ne trouvera pas le juste
d’eau que d’or. C’est absurde. prix dans la composition du camembert.

Une heure de travail pénible en plein soleil Une première grande famille de pensée (à laquelle appartient Karl
est payée parfois moins qu’une heure de Marx, mais pas seulement) considère que la valeur est un attribut
travail dans la fraîcheur d’un bureau. objectif incorporé dans le bien. Un camembert a donc en plus de sa
Alors que manifestement le travail en plein forme et de sa couleur, une caractéristique invisible qui apparaît dans
soleil devrait être mieux payé que le travail son prix : la valeur.
à l’ombre.
C’est injuste. Ainsi pour les biens reproductibles et interchangeables comme un
camembert anonyme, cette valeur provient du travail humain qui a
été incorporé dedans. Plus il y a de travail, plus la valeur du
Un système absurde et injuste mérite bien
camembert est importante.
une petite remise à plat après des siècles et
des siècles d’hésitations. Il suffit de Oui, mais si quelqu’un s’amusait à fabriquer un camembert en
déterminer la valeur objective des biens et versant le lait avec une petite cuillère au lieu d’une louche, le travail
de bâtir une belle organisation fixant les incorporé dans ce camembert serait beaucoup plus important... Sans
prix de manière scientifique et planifiée. Et pour autant que le prix de ce camembert ne change le moins du
pouf, pouf, les prix deviendront rationnels monde.
et justes.
Pour les biens non reproductibles comme une œuvre d’art, toujours

36 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

Bien avant que ce tour de magie socialiste


ne fasse sortir de son chapeau des files
d’attente devant des magasins justes, selon cette famille de pensée économique, la valeur provient de sa
rationnels et vides, des économistes au rareté. Un camembert touché par Marcel Duchamp par exemple,
XIX eme siècle puis au début du XX eme devient un camembert rare, donc très cher.
ont compris que le problème de la valeur et
Oui mais un camembert touché par Jean Dupond, votre voisin de
des prix avait été mal posé. palier, est aussi un camembert rare (Jean Dupond est aussi unique
que Marchel Duchamp) et pourtant elle n’a aucune valeur à
Sotheby´s.
"Nous connaissons maintenant la substance de la valeur : c'est le
travail. Nous connaissons la mesure de sa quantité : c'est la durée du
Ces deux objections, pourtant connues dès la fin du XIX eme siècle,
travail." n’empêcheront pas les socialistes de bâtir toute leur organisation
Karl Marx
économique sur une valeur "objective" des biens, avec le succès
"Les économistes bourgeois, soucieux de masquer la vraie source de phénoménal que l’on connaît.
l'enrichissement des capitalistes, affirment fréquemment que ce surplus
provient de la circulation des marchandises. Affirmation gratuite ! En
effet, si l'on fait l'échange de marchandises et d'argent d'égale valeur,
c'est-à-dire d'équivalents, aucun des possesseurs de marchandises ne
peut tirer de la circulation une valeur plus grande que celle qui est
incorporée dans sa marchandise."
Manuel d'économie politique. Académie des sciences de l'U.R.S.S.
Edition de 1955.

La valeur
Pour les économistes de l’Ecole Autrichienne (entre autres), la valeur
d’un objet ou d’un service est subjective.

Le valeur ne dépend donc pas d’une caractéristique intrinsèque de


l’objet ou du service ni de la peine nécessaire pour produire cet objet,
mais du regard que chaque personne porte sur cet objet ou service.

Le vendeur estime ‘sa’ valeur subjective de l’objet en fonction du


temps ou des autres objets ou services auxquels il a du renoncer pour
produire cet objet et de son attachement sentimental pour lui.
L’acheteur évalue ‘sa’ valeur subjective de l’objet en fonction du Pour un amateur de bon vin, la valeur d’une gorgée d’un
temps ou des autres objets auxquels il va renoncer pour se procurer cet bon vin n’est pas quantitative. Elle ne peut pas s'exprimer
objet ainsi que du bien être que devrait lui procurer cet objet..
sous forme de chiffres. Il s’agit d’un plaisir gustatif, de la
Pour que l’échange se fasse, il ne faut donc pas que les valeurs tranquillité d’un rituel connu, de la convivialité attachée à
subjectives de l’acheteur ou du vendeur coïncident, au contraire il faut la dégustation d’un verre entre amis, de la satisfaction
que chacun considère que la valeur subjective qu’il gagne est d’un connaisseur. Rien que des bonnes choses directement
supérieure à la valeur subjective qu’il perd. rattachées à la bouteille, mais qui sont strictement
personnelles et subjectives.
"L'évaluation telle que peut la pratiquer un acteur isolé (Robinson Crusoé ou un
état-major socialiste de direction pour la production) ne peut jamais aboutir à dégager Il n'y a donc pas de valeur objective du grand cru lié :
quelque chose comme une cotation de valeur. Une évaluation peut seulement ranger
les biens par ordre de préférence. Elle ne peut jamais attacher à un bien ce qu'on
pourrait appeler une quantité ou une grandeur de valeur. Il serait absurde de parler - à l’utilité de la bouteille,
d'une somme d'évaluations ou de valeurs"
Ludwig Von Mises - Action Humaine Un amateur de bière n’a aucun goût pour un bordeaux.
"Mais c'est s'illusionner ou tromper autrui que d'appeler de tels souhaits et jugements
arbitraires de valeur, la voix de la vérité objective. Dans l'agir des hommes, rien d'autre - Au temps ou à l’effort du vigneron
ne compte que les désirs des divers individus de parvenir à certaines fins. En ce qui Si ce temps est mal employé, si ce vigneron n’a pas de
concerne le choix de ces fins, il n'est pas question de vérité, ce qui compte seulement
c'est la valeur. Les jugements de valeur sont toujours subjectifs, qu'ils soient formulés savoir-faire ou les mauvaises méthodes de travail, la
par un seul homme ou par un grand nombre d'hommes, par un cancre ou un professeur, bouteille n’aura pas de succès dusse t-il se tuer au travail
ou un homme d'État."
Ludwig Von Mises - Action Humaine
- Ni même à une qualité gustative du grand cru.
Un amateur pas éclairé peut acheter une bouteille de grand
cru parce qu'un critique américain lui a dit que c’était bon

37 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

alors que c’est même pas vrai : il sent trop le chêne ce


pinard. Ce grand cru lui procurera tout de même du
bien-être en lui donnant la sensation (fausse) d’appartenir
à un club de connaisseurs.

L’acheteur n’achète pas un grand cru, il achète le bien-être


que le grand cru devrait lui procurer.

La valeur n’est pas dans les choses, mais dans le regard


que porte chaque personne sur les choses. Il ne peut pas y
avoir de juste prix attaché intrinsèquement à une chose, en
fonction par exemple de la peine ou des matériaux qu’on a
mis dedans, puisque c’est le regard de chaque personne
qui donne de la valeur à cet objet, et un accord entre deux
personnes à un moment donné qui fixe le prix.

Le prix
Le prix est l’un des montants numéraires possibles pour que l’échange
se fasse, c'est-à-dire l’un des montants numéraires qui fait que les deux
personnes sur le point de faire l’échange considèrent que leur situation
sera plus souhaitable après l’échange qu’avant l’échange.

Le prix n’apparaît donc qu’à l’occasion d’un échange entre deux


personnes. Sans échange, pas de prix.

Robinson Crusoé ne connaît le montant numéraire d’aucun des objets


qui l’entoure. Pour fixer le prix d’un objet, il faut être deux. : un
acheteur et un vendeur.

Sans échange libre, pas de prix juste.

De même un match de foot est juste, quelque soit le vainqueur si L'Etat socialiste tente parfois de créer des justes prix, comme le Dr Frankenstein a
créé la vie.
l'arbitrage a été juste, pour les libéraux, un prix est juste lorsque des
Dans les deux cas, les résultats sont mitigés.
principes permettant l'échange ont été respecté (pas de coercition,
contrats libres, Etat de Droit) quelque soit le prix fixé finalement par
Un prix juste ne signifie pas que les personnes ayant
les personnes libres.
échangées soient toutes les deux parfaitement satisfaites
du prix qui a permis l'échange.
"Si, sans fraude, monopole ou autres irrégularités, une chose s'est trouvée être
communément vendue dans une certaine région ou localité à un certain prix, ce prix
doit être considéré comme mesure et règle pour estimer le prix juste de cette région. Cela ne signifie pas non plus qu'au delà du bien ou du
Le prix est dit "naturel" parce qu'il résulte de la chose même sans égard aux lois et service échangé, ce prix juste va permettre aux personnes
décrets, et qu'il dépend de maintes circonstances qui le modifient, telles que les
sentiments des gens, leur estimation des différents usages, souvent même selon les d'améliorer tous les aspects de leur vie.
humeurs et plaisirs."
Luis de Molina - (1535-1600) Théologien - Ecole de Salamanque..toujours quelques
siécles d'avance...- Cela signifie plus modestement, que les règles d'échanges
ont été respectées.
"Mais si le gouvernement fixe les prix à un niveau autre que celui qu'aurait fixé le
marché laissé à lui-même, cet équilibre de l'offre et de la demande est perturbé.
../... Fixer un prix selon des critères de 'résultats' nécessiterait
Un principe différent doit forcément entrer en jeu pour l'attribution des biens et
services concernés, et pour la sélection de ceux qui recevront une portion du volume de connaitre les besoins réels, les goûts subjectifs, les
disponible. Ce principe peut être que seuls les premiers venants pourront être servis, ou mérites ou les efforts de chaque personne, de tenir compte
que seuls le seront les gens auxquels une circonstance spéciale (par exemple des
relations personnelles) confère une position privilégiée, ou encore seuls les gaillards des effets indésirables d'une augmentation des prix d'un
sans scrupules qui chassent du partage leurs rivaux par l'intimidation ou la violence. Si service ou détriment des autres, et enfin d'interdire ou de
l'autorité ne souhaite pas que ce soit la chance ou la violence qui définisse la répartition
du disponible, et que le chaos s'ensuive, elle doit réglementer elle-même le montant que forcer les personnes à faire l'échange.
chaque individu est en droit d'acheter. Elle doit recourir au rationnement "
LW. Mises - Action Humaine

38 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

C'est un travail que seul un Dieu pourrait espérer


accomplir correctement (et encore, un Dieu pas tellement
intéressé par la liberté de ses créatures).

Lorsque l'Etat s'y risque, cela donne des petits


Frankeinstein qui hurlent dans la campagne. Les braves
paysans les évitent et des pénuries se créent.

La valeur versus le prix


La confusion entre le prix et la valeur rend la vie très difficile à certains
nouveaux riches ou anciens marxistes.

A défaut de valeurs propres, certains nouveaux riches considèrent


qu'un objet cher a forcement beaucoup de valeur. Les malheureux sont
obligés de mettre à leur murs des tableaux moches mais chers, admirer
des hommes médiocres mais riches ou porter des vêtements qui grattent
mais chers. "On ne voit bien qu'avec le coeur. L'essentiel est invisible
pour les yeux."
Leurs compagnons d'infortunes, les neo-marxistes sont eux aussi
convaincus que les prix doivent refléter la valeur. Ils enragent devant la
bêtise de ce monde où les prix n'obéissent pas à leur vision du juste. Pour faire une analyse économique aussi lucide, le petit
prince est sans nul doute un libéral de l’Ecole
Les neo-marxistes utilisent cette confusion pour justifier la Autrichienne.
collectivisation de certaines activités. La culture n'est pas une
marchandise, donc il faut que l'Etat fixe des justes prix.
Cela étant, le petit prince connait la valeur de chaque
Si les néomarxistes n'étaient pas matéralistes comme les nouveaux chose, mais il ne connait le prix d’aucune, il ne dépend
riches, ils ne confondraient pas la valeur (subjective) d'une émotion pas des échanges indirects et de la division du travail pour
ressentie lors d'une representation réussie et le prix d'un ticket de vivre.
théatre; montant numéraire acceptable d'une part pour les spectateurs,
d'autre part pour les acteurs.
Sinon en plus de la valeur, il saurait qu’une peau de
renard, ça fait 75 euros, un gigot de mouton 45 euros, une
petite planète constructible, bien illuminée, plomberie à
"Estimer un prix doit être clairement distingué d'attacher de la valeur."
Ludwig Von Mises - Action Humaine
refaire 354 000 euros. (Ca a augmenté, c’est de la folie.)
"Qu'est-ce qu'un cynique ? C'est un homme qui connaît le prix de tout et la valeur de
rien."
Le prix est une information qui permet d’échanger,
Orscar Wilde d’arbitrer et coopérer entre personnes libres de manière
"Nous devrions bien être conscient du fait que si nous considérons qu'un homme est
efficace, dans le cadre de la division du travail et des
digne d'une grande récompense matérielle, cela ne le rend pas nécessairement digne échanges indirects. A ce titre, il est la manière la plus
d'estime.
Et, bien que nous nous trompions souvent à ce propos, cela ne signifie pas pour autant
efficace pour orienter la production au plus proche des
que cette confusion est un résultat nécessaire du système de la libre entreprise, ni que, souhaits des personnes.
de manière générale, le système de la libre entreprise est plus matérialiste que les
autres ordres sociaux.../...
Il est sûrement injuste de reprocher à un système d'être plus matérialiste parce qu'il Mais, il ne se substitue en aucun cas à une échelle de
laisse l'individu décider s'il préfère les gains matériels à d'autres types de distinctions, valeur sentimentale, humaniste, artistique, hédoniste,
au lieu que quelqu'un d'autre décide pour lui. Ce n'est que lorsqu'une personne peut
choisir par elle-même de faire un sacrifice matériel qu'elle mérite d'être honorée. Le religieuse…
désir d'être soulagé du choix, et de toute exigence de sacrifice personnel, ne parait pas
être particulièrement idéaliste."
F.A. Hayek - La composante morale de la libre entreprise. Oublier ou ne connaitre aucune autre échelle de valeurs
que les prix est le plus sur moyen de ressembler au
business man (Vous croyez qu’il gagne combien .?) ou
d’avoir une petite nausée nihiliste les soirs de fatigue…

39 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

Le prix plancher
Le prix plancher, officiellement, c'est l'Etat qui, par la seule force de sa
volonté, fixe un prix minimum juste et beau à un bien ou un service.
(par exemple certains prix agricoles, les prix des livres, le salaire
minimum).

C'est très beau, le paranormal au service du juste et du beau. Discours du fin de banquet
Malheureusement depuis la pierre philosophale nous savons tous que la
création de richesses par simple contact d'une pierre magique ou d'un de l'amicale des hommes politiques étatistes
texte de loi, c'est rare. dirigistes français.
L'Etat est totalement incapable de fixer un prix minimum à une (Stade de France)
catégorie d'échanges. L'Etat ne fixe rien du tout. Il se contente
d'interdire l'existence d'échanges de biens ou de services en dessous (Voix pateuse) Hic ! Constatant que de nombreuses
d'un prix donné. relations amoureuses ne sont pas satisfaisantes, que ce soit
Cela ne signifie absolument pas qu'il a créé ex-nihilo des nouveaux
sur un plan d'écoute, de respect, de disponibilité comme
échanges à un autre prix pour remplacer ceux dont il a empêché sur un plan d'harmonie sexuelle, l'Etat bienveillant a
l'existence. décidé d'interdire toute relation ne garantissant pas une
durée minimum de 20 minutes d'écoute sincère par
"Il n'existe aucun moyen d'élever les taux de salaires pour tous ceux qui désirent gagner
jour, un nombre minimum de 3 bisous par soirée et de 2
leur vie comme salariés, au-dessus du niveau déterminé par la productivité de chaque coits par semaine. Hic ! (Murmures approbateurs)
espèce de travail.
Ce que les cartels réussirent fut simplement de contrebalancer les gains apparents en
salaires nominaux, par un relèvement corrélatif des prix intérieurs. Hic ! Cette mesure forcera bien sûr certaines personnes à
Mais le plus désastreux effet des fixations de salaire minimum — le chômage massif être célibataires plutôt que mal accompagnées mais c'est
permanent — fut pour un temps évité."
Ludwig Von Mises - Action Humaine dans leur intérêt : L'Etat dispose des critères moyens
permettant de déterminer ce qu'est une relation de qualité
beaucoup mieux que ne peut le faire chaque personne
avec sa propre vision subjective. Hic ! (Murmures
approbateurs)

Hic ! Cette mesure est liberticide, mais sacrifier votre


liberté à l'Etat, (applaudissements
enthousiastes).....MAIS SA-CRI-FIER votre liberté à

40 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

l'Etat... (Longs applaudissements)..merci.. (longs


applaudissements, standing ovation) ...merci..merci...
MAIS sacrifier votre liberté à l'Etat, ça aide les plus
faibles surtout si on le croit très fort. (applaudissements).
Les marabouts africains font la même chose en sacrifiant
des poulets depuis la nuit des temps pour le plus grand
bénéfice des plus faibles en amour et ça marche.
(applaudissements)

Le prix plafond 2
Si les personnes libres allaient de toute manière faire cet échange à ce
prix, l'intervention de l'Etat ne sert à rien.

Si l'une des parties ne comptait pas faire l'échange en dessous de ce


prix minimum, l'Etat la force soit :
- à renoncer purement et simplement à cet échange. Pour le plus grand
dommage des deux parties qui auraient fait l'échange en son absence.
- à payer ce prix, mais en prélèvant des ressources sur d'autres postes
de dépenses (qui ne profiteront donc pas à d'autres personnes aussi
honorables que celles favorisées par le prix minimum.) ..Suite du discours..
- à réaliser tout de même la transaction mais en passant par le marché
noir. Hic ! Cette mesure empèchera les débutants de progresser
puisqu'ils n'auront pas de premières expériences.
Aider les plus faibles revenus est possible, le faire en fixant un salaire
minimum est une absurdité économique. Absurdité dont même les Heureusement l'Etat n'est pas borné. Ce qui est interdit
étatistes ont bien conscience puisqu'ils multiplient les passe-droits peut devenir obligatoire. (applaudissements) Les jeunes
(stages, emplois aidés en tout genre). seront donc forcés d'accepter des relations en dessous des
critères obligatoires. Ca s'appelle un stage et c'est pour
"Son erreur intellectuelle [du salaire minimum] ne consiste pas seulement à confondre
leur bien. (applaudissements)
une interdiction de travailler avec une garantie de revenu. Elle procède aussi d'un
raisonnement mécanique qui nie la réalité des hommes et des emplois en niant leur
diversité, ainsi que leur amélioration avec le temps.
Hic ! Cette mesure ne créera pas une seule relation de
qualité supplémentaire, l'Etat est incapable de les
L'approche statisticienne des technocrates parle de "travail non qualifié" comme s'il créer. Seules les personnes libres peuvent nouer de telles
s'agissait d'un matériau indifférencié. Construction intellectuelle triplement choquante
qui, en niant trois fois la réalité des personnes, pousse inexorablement l'esprit à relations. Mais l'Etat, en empêchant l'existence de
accepter leur exclusion de la société des hommes : relations de mauvaise qualité a fait la moitié du travail.
a) Elle nie leur existence morale en acceptant cette notion absurde d'une absence de Hic !
qualification qui leur dénie logiquement toute capacité productive, les rayant par
implication de l'espèce humaine.
b) Elle bafoue leur dignité et sape les fondements du Droit en évoquant Hic ! Si les personnes libres (sifflets) ne sont pas ensuite à
une rémunération minimum pour cette prétendue absence de qualification. la hauteur pour s'entre proposer des relations au niveau
c) Enfin, elle nie une troisième fois leur être par cette seule notion d'un travail
indifférencié. Etre, c'est toujours être quelque chose. Savoir, c'est toujours savoir une des justes critères de l'Etaaaâaat (applaudissements),
chose et pas une autre." est-ce la faute de l'Etaaââât ? Hic ! (non ! Non ! Non !)
Pascal Salin - Le SMIC la machine à exclure

Hic ! Les personnes rendues célibataires par cette mesure


n'ont qu'à s'en prendre aux autres personnes libres
(sifflets) incapables de leur offrir des relations répondant
aux justes critères de l'Etat. (applaudissements. Vivats.)

Hic ! Cette mesure fera croire aux personnes qui vivent

41 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

des relations amoureuses égales ou au-dessus des critères


minimums, qu'elles le doivent à l'Etat. ('ouiiiii') Tant
mieux. Les personnes doivent tout à l'Etat, même lorsque
l'Etat n'y est pour rien. Hic !
(applaudissements..standing ovation !!)

Le prix plafond
Fixer un prix plafond (sur le logement par exemple) sur une ressource
rare n'abolit pas la rareté de la ressource. Quoiqu'en disent les hommes
politiques, ils n'ont pas un chapeau magique d’où sortent des lapins à
volonté permettant de faire baisser le prix de ces derniers.

Pour faire baisser le prix des lapins fixés entre personnes libres, il ne
suffit pas de déclamer une formule magique 'Lapin, soit moins rare !-'
même avec le vocabulaire ronflant, technique et incompréhensible
d'une mesure administrative.

Lorsqu'un bien ou un service est rare, il y a trois manières de le


partager :

- La violence, le plus gros tape sur le plus petit et prend le bien rare.
(Méthode longtemps utilisée alors même qu'elle fait très mal. Mais
c'était avant le libéralisme et la reconnaissance du Droit à la propriété.) 1793 Les assignats perdent leur valeur. Les sans culottes
et les enragés veulent une vraie politique de gauche
- La queue. Spécialité soviétique ou des HLM : le premier arrivé, présocialiste. Ils vont l'avoir.
premier servi. J'y suis, j'y reste. (enfin "premier arrivé, premier servi"
c'est seulement pour les plus faibles ou les plus honnêtes. Les
passe-droits, les petites enveloppes ou les coups médiatiques La convention vote la loi maximale qui fixe les salaires et
permettent aux plus forts ou aux plus grandes gueules de s'épargner ce le prix de certaines denrées.
genre de désagrément.)
"Article premier — Les objets que la Convention
- Les prix. Chacun en fonction de son envie subjective, de ses moyens,
de ce qu'il est prêt à échanger et des envies subjectives des autres, nationale a jugés de première nécessité, et dont elle a cru
accepte ou non de faire la transaction. Lorsque beaucoup de personnes devoir fixer le maximum ou le plus haut prix, sont : le
veulent des lapins ou des logements plus grands, d'autres personnes pain, la viande, le vin, les grains, farines, légumes, fruits,
libres changent d'activité pour leur fournir davantage de lapins ou de le beurre, le vinaigre, le cidre, l’eau-de-vie, le charbon,
logements. le suif, le bois, l’huile, la soude, le savon, le sel, les
Dans une organisation humaine, il n'existe pas de quatrième méthode viandes et poissons secs, fumés, salés ou marinés, le miel,
magique, juste, omnisciente et bonne permettant d'affecter des biens le sucre, le papier, le chanvre, les laines ouvrées, les
rares. cuirs, le fer et l’acier, le cuivre, les draps, la toile, et
généralement toutes les étoffes, ainsi que les matières
En fixant un prix plafond, l'Etat n'abolit en aucune façon la rareté du
premières qui servent à leur fabrication, les soieries
bien visé. Il ne repartit pas non plus les biens selon une quatrième
méthode. Il se contente de changer le mode d'attribution du bien en exceptées.
faveur d'une méthode d'attribution en tous points inférieure à celle des
prix : la violence ou la queue et ses passe-droits. Art. 2 — Parmi les objets ci-dessus énoncés, le «
maximum » du prix du bois à brûler, de première qualité
Et il empêche le seul processus capable de faire réellement diminuer la
; celui du charbon de bois et du charbon de terre est le
rareté de ce bien : faire en sorte que davantage de personnes libres,
attirées par l'augmentation du prix, consacrent leur travail, leur même qu’en 1790, plus le vingtième de ce prix…"
intelligence et leur imagination à la production de davantage de lapins
euh de biens. Le résultat ne se fait pas attendre. Les magasins sont
vides, la crise économique décuple d'intensité, le marché
"L’Histoire est un long répertoire de prix-plafonds et de lois contre l’usure.
noir explose.
A de nombreuses reprises des empereurs, des rois, des dictateurs révolutionnaires ont Heureusement, Saint Just, en plus d'être un humaniste
tenté de s’immiscer dans les phénomènes de marché. Des punitions sévères ont été
infligées aux réfractaires, négociants et cultivateurs.
réputé est un grand économiste. Si les prix fixés ne
marchent pas, c'est à cause des spéculateurs, des riches en
Bien des gens ont été victimes de poursuites rigoureuses qui soulevaient l’approbation
enthousiaste des foules.
tout genre. Les prix fixés ne sont pas appliqués avec assez
de rigueur.
Rien n’y fit, toutes ces entreprises ont échoué. L’explication que les écrits des juristes,

42 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

Et coup de chance, Saint Just connait la politique


économique volontaire et rigoureuse pour réguler le
marché et protéger les travailleurs des spéculateurs fous :
la guillotine.

«Il n'y a point de prospérité à espérer tant que le dernier


ennemi de la liberté respirera. Vous avez à punir non
seulement les traitres, mais les indifférents mêmes : vous
avez à punir quiconque est passif dans la République et
ne fait rien pour elle...». (Saint-Just - 10 octobre 1793)
des théologiens et des philosophes offraient de cette faillite s’accordait pleinement
avec les opinions des dirigeants et des masses. L’homme, disaient-ils, est
intrinsèquement égoïste et pécheur, et les autorités étaient malheureusement trop “... Qu’il soit formé à l’instant une armée révolutionnaire
indulgentes en faisant appliquer la loi. Il ne fallait que davantage de fermeté et de ton qui parcourt toutes les campagnes ; que chaque rayon de
péremptoire de la part des gens au pouvoir.."
Ludwig Von Mises - Action Humaine cette armée traîne à sa suite l’instrument fatal des
vengeances du peuple, et que tous les accapareurs, les
fermiers riches qui se refuseraient de nous fournir des
subsistances tombent sous ses coups.” (Chaumette - 4
septembre 1793)

La Terreur peut commencer. Et la violation des prix fixés


et autres luttes contre la spéculation seront l'une des
principales causes de ce charmant empilement de têtes
coupées.

La marge

Valeur subjective ou pas, il n’en demeure pas moins que le diamant


vaut très cher alors qu’il ne sert pas à grand-chose tandis que l’eau ne
coûte pratiquement rien alors que cela permet aux acheteurs et aux
vendeurs de diamants de rester en vie.

Les prix du marché libres sont peut être justes mais ils sont surtout
absurdes.

Cette absurdité apparente a beaucoup compliqué la vie des


économistes du XIX eme siècle jusqu’à ce que trois d’entre eux
(Menger, Jevons, Walras) fassent séparément la même découverte.

Une découverte révolutionnaire et qui pourtant parait évidente : Obélix peut occuper ses heures entre chasser un sanglier
Personne, dans la vie réelle, n’a le choix entre entre les diamants en
général et l’eau en général. ou tailler un menhir pour collectionner.
Le premier sanglier est indispensable pour Obélix. Il faut
Les choix s’effectuent entre des unités de diamants (des carats) ou des bien se nourrir.
unités d’eau (des litres) prises une à une. Sa première heure sera de toute manière consacrée à la
chasse.
« Ce n'est que tardivement que les économistes découvrirent que le paradoxe apparent
découlait d'une formulation fautive du problème impliqué. Les évaluations et choix qui Comme Obélix est gourmand, il préfère encore chasser un
se traduisent par les termes de l'échange sur le marché ne décident pas entre le fer et
l'or. En agissant, l'homme n'est pas dans la situation où il aurait à choisir entre tout l'or deuxième sanglier plutôt que fabriquer un premier menhir.
et tout le fer. Il choisit en un temps et un lieu définis, dans des conditions définies, La valeur totale de son stock de sangliers a augmenté,
entre une quantité strictement limitée d'or et une quantité strictement limitée de fer. La
décision en choisissant entre l00 onces d'or et l00 t de fer ne dépend en rien de la mais le deuxième sanglier a tout de même moins de valeur
décision qu'il prendrait dans la situation hautement improbable où il aurait à choisir que le premier. Sa valeur marginale a diminuée.
entre tout l'or et tout le fer. »
Ludwig Von Mises - Action Humaine
Pour sa troisième heure, Obélix hésite entre un troisième

43 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

sanglier ou un premier menhir.


Il finira par choisir de fabriquer le menhir. Pour Obélix, la
valeur marginale du premier menhir est supérieure à la
valeur marginale du troisième sanglier mais inférieure à la
valeur marginale du deuxième sanglier.

Pour Obélix (comme pour tout les gaulois rationnels),


comparer les sangliers et les menhirs dans l’absolu n’a pas
de sens. Ce qu’il faut comparer c’est la dernière unité de
sanglier ou la dernière unité de menhir. Ce qui compte
c’est l’évaluation à la marge des sangliers et des menhirs.

Le calcul marginal
Le calcul à la marge est donc la méthode que nous utilisons assez
intuitivement à l’échelle individuelle à chaque arbitrage implicant des
biens ou des services segmentables en sous unités..

Ainsi au lieu de comparer la totalité des gains avec la totalité des


dépenses, nous évaluons l'unité supplementaire de gains générée par
rapport une unité supplémentaire de dépense. (Le profit marginal donc) Nous calculons à la marge assez intuitivement -à l'échelle individuelle du
moins- un peu comme nous pouvons respirer sans connaitre le fonctionnement
des poumons.
Ce profit "marginal" est important à évaluer parce que même si le
profit total augmente, le profit marginal de la dernière unité peut être Malheureusement ce n'est plus le cas pour les arbitrages collectifs, les lobbies
très faible, voir négatif. de la dépense publique veulent nous faire croire que l'on doit respirer sous l'eau
si l'on est vraiment attaché à la culture, l'éducation, l'agriculture et la santé... et
Par exemple, un loueur de parasol hésite à rester ouvert en septembre. nous buvons la tasse collectivement..
Il a raison : ses dépenses sont fixes que l’on soit en juillet ou en
septembre : le salaire de son employé.
Par contre le gain des dernières unités de la saison (les semaines en Pour les décisions collectives, des âmes bien
septembre) va en diminuant nettement. Même si son gain marginal est intentionnées claironnent en permanence des
positif (il loue encore quelques parasols) son profit marginal diminue
jusqu’à devenir négatif.
raisonnements en profit total plutôt qu’en profit marginal.

Le profit total c’est important, mais les personnes, les entreprises ou Oui certes, en augmentant les dépenses totales de santé, le
l’Etat ont intérêt pour chaque décision d’évaluer aussi le profit profit total (= la santé de la population) devrait
marginal. s’améliorer, mais quelle est l’amélioration de la santé «
marginale» pour une unité dépense supplémentaire sur ce
"Plaisir et douleur sont sans aucun doute les objets ultimes du calcul économique. poste ? (sachant que cette unité de dépense
Satisfaire au mieux nos envies avec le moindre effort - se procurer la plus grande supplémentaire ne pourra pas par définition être dépensé
quantité de ce qui est désirable en échange de la plus petite quantité de ce qui est
indésirable- en d'autres mots, maximiser notre bien-être est LE problème économique." sur un autre poste).
SW. Jevons - Théorie de politique économique.

En matière de projets collectifs, ceux qui profitent des


dépenses préfèrent que l’on parle de profit total plutôt que
du profit marginal de chaque unité de dépense
supplémentaire

Pour les évaluations collectives, il vaut mieux aussi


appliquer la méthode que nous utilisons intuitivement

44 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

pour nos évaluations individuelles : le calcul à la marge.

Sinon les décisions individuelles auront une raison


supplémentaire d’être plus efficaces que les décisions
collectives et on dira que c’est la faute du méchant
individualisme..

L'échange
Les personnes libres ont tendance à échanger des idées, des
sentiments ou des biens.

Pour les conservateurs comme pour les socialistes cette détestable


habitude peut nuire considérablement à l'intérêt des personnes de la
société, ou pire de leur pouvoir. La seule liberté qui est encore victime des Zorglub
despotiques et ses militants passionnés, c'est la liberté
En matière d'idées ou de mœurs, ces grands protecteurs bienveillants
sont plutôt démotivés, laissant les personnes sans défense libres d'échanger des biens et des services.
d'aimer, de divorcer lorsqu'elles le veulent, libres de lire des livres
politiques -même déplaisants pour la majorité idéologique- ou de C'est pas juste : les Zorglub pourraient faire les mêmes
feuilleter des BD de Manara (même plaisantes pour la majorité). reproches à la liberté d'échanger des idées et à la liberté
Ils concentrent désormais leurs forces sur l'abomination des
d'échanger des sentiments qu'à la liberté d'échanger des
abominations : l'échange libre de biens ou de services. Pour justifier biens ou des services:
leur dirigisme, ils claironnent sur tous les tons une grosse bêtise :
En amour aussi, la liberté d'échanger des sentiments crée
GROSSE BETISE : "Dans un échange libre, les personnes (ou les pays) étant
inégaux, il y a forcement un qui perd et un qui gagne. Il faut donc limiter ou
des souffrances, des amertumes, des chagrins, des échecs,
interdire les échanges entre personnes inégales ou entre personnes vivant dans des remises en cause.
des pays inégaux."
En amour aussi, nous sommes inégaux. Nous sommes
Et ces grands protecteurs bienveillants limitent notre liberté
d'échanger dans notre intérêt (nous sommes tous faibles ou amis des inégaux en chance, en finesse émotionnelle ou sensuelle, en
faibles.) expérience, en héritage familial ou en aspect physique.

Pour les libéraux, les prémisses de ces politiques sont fausses, le En amour aussi, on pourrait définir un groupe de faibles et
raisonnement est bancal, la méthode est liberticide, le résultat est
exiger la limitation des échanges avec les forts en
appauvrissant pour tous, pour les faibles comme pour les autres.
prétendant défendre leur intérêt.
"L'échange est un droit naturel comme la propriété. Tout citoyen, qui a créé ou
acquis un produit, doit avoir l'option ou de l'appliquer immédiatement à son usage,
Ben non, on ne le fait pas. Pas de marxisme amoureux, ni
ou de le céder à quiconque, sur la surface du globe, consent à lui donner en échange d'interventionnisme étatique bureaucratique charger de
l'objet de ses désirs. Le priver de cette faculté, quand il n'en fait aucun usage
contraire à l'ordre public et aux bonnes mœurs, et uniquement pour satisfaire la
nous protéger des billets doux non déclarés.
convenance d'un autre citoyen, c'est légitimer une spoliation, c'est blesser la loi de la
justice. "
Frederic Bastiat - Propriété et Loi
Parce que la liberté d'échanger des sentiments est d'abord
une liberté, donc un droit fondamental.

Et parce qu'au final cette liberté d'échanger est source de


davantage de bien-être -ou moins de mal être- que les
contraintes diverses de mariages forcés, procès en
mauvaises moeurs, et autres lapidations au nom d'un projet
collectif.

45 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

Parce qu'en toute modestie, en matière d'échange


amoureux, l'Etat est incapable de décider de l'intérêt des
personnes à leur place, ni de créer la justice amoureuse à
partir d'agrégats.

Comme pour la liberté d'échanger des idées.

Comme pour la liberté d'échanger des biens et des services.

L'avantage comparatif
Dans un échange libre, le faible comme le fort gagnent, à condition que
les deux se consacrent à ce qu'ils savent faire le mieux.

Imaginons une île avec deux habitants : SuperFort et MiniFaible

SuperFort supplante MiniFaible dans les deux domaines importants de la


survie : la cueillette des baies et la pêche.

Pour vivre sur cette île, ils ont le choix entre deux solutions :

Soit la méthode alter-mondialiste, chacun pour soi, ils pêchent, cueillent


et consomment chacun dans leur coin en ignorant l'autre.

SuperFort MiniFaible
6 kg de poisson/jour 2 kg de poisson/jour
5 kg de baies/jour 4 kg de baies/jour
Production sur 3 jours avec Un autre monde est possible.
12 kg de poisson 4 kg de poisson
2 jours de pêche Un monde de carton platre ou les altermondialistes pourraient forcer les
et et
et autres à se comporter de telle manière que de leur point de vue, la société
5 kg de baies 4 kg de baies
1 jour de cueillette apparaisse sans les zones qu'ils ne comprennent pas ou qu'ils n'approuvent
16 kg de poisson pas.
Production totale de l'ile et
9 kg de baies

Chaque personne peut tenter d'améliorer le monde en


Soit, le contraire du chacun pour soi, c'est-à-dire la coopération libre, le n'acceptant excluivement les échanges remplissant
libéralisme, ils se spécialisent sur leur domaine et échangent : certains critères. L'échange libre par définition n'est pas
obligatoire. Une personne peut parfaitement (et doit)
SuperFort MiniFaible
6 kg de poisson/jour 2 kg de poisson/jour décider de ne pas échanger si certains critères sur la
5 kg de baies/jour 4 kg de baies/jour nature de l'échange ou des critères sur les intervenants de
Production sur 3 jours
18 kg de poisson 12 kg de baies
l'échange ne sont pas remplis.
en se concentrant sur le point fort.
18 kg de poisson Par contre, un amélioreur de monde ne peut en aucun
Production totale de l'ile et
12 kg de baies
cas contraindre deux autres personnes libres -qui ne lui
ont rien demandé- à ne pas échanger.
Echange de 5 kg de poissons 13 kg de poissons 5 kg de poisson
contre et et
7 kg de baies 7 kg de baies 5 kg de baies Les altermondialistes peuvent parfaitement lutter contre
la mondialisation en respectant la liberté d'échanger des
autres.
Cette constatation, faite initalement par Ricardo en 1817, permet de tirer
des conclusions ennuyeuses pour les mercantilistes d'hier et les
altermondialistes d'aujourd'hui : Mais bon, c'est vrai que le gros du plaisir, à savoir
contraindre les autres en prétendant parler en leur nom,
Même si le fort est plus productif dans tous les domaines, il aura intérêt disparaîtrait..
à se spécialiser dans son point fort et à échanger avec le faible.

Même si le faible est moins productif dans tous les domaines, il aura
intérêt à spécialiser dans son point fort et à échanger avec le fort.

Les deux gagnent dans l’échange. (même si l'un des deux peut gagner

46 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

plus que l'autre.)

"Que l'on considère les relations d'homme à homme, de famille à famille, de province à
province, de nation à nation, d'hémisphère à hémisphère, de capitaliste à ouvrier, de
propriétaire à prolétaire, — il est évident, ce me semble, qu'on ne peut ni résoudre ni
même aborder le problème social, à aucun de ses points de vue, avant d'avoir choisi entre
ces deux maximes:

Le profit de l'un est le dommage de l'autre.


Le profit de l'un est le profit de l'autre.

Car, si la nature a arrangé les choses de telle façon que l'antagonisme soit la loi des
transactions libres, notre seule ressource est de vaincre la nature et d'étouffer la Liberté.
Si, au contraire, ces transactions libres sont harmoniques, c'est-à-dire si elles tendent à
améliorer et à égaliser les conditions, nos efforts doivent se borner à laisser agir la nature
et à maintenir les droits de la liberté humaine."
Frédéric Bastiat

L'échange 2

Un avocat a intérêt à payer une secrétaire pour taper son courrier,


même s'il est meilleur que sa secrétaire pour utiliser le traitement de
texte. Il a intérêt à se spécialiser dans ce qu’il sait le mieux faire pour
l’échanger contre des travaux eux-mêmes exécutés par des gens faisant
ce qu’ils savent le mieux faire.

Dans cette configuration, la production générale du tandem (avocat,


secrétaire) est maximale. Cela vaut pour l’économie entière d’un pays.
La société ce n'est pas de la pâte à modeler pour les gros doigts maladroits
socialistes ou conservateurs. La société, c'est des millions de personnes libres
Les impôts et taxes quelqu’ils soient peuvent dénaturer l’échange. Un qui choisissent et agissent selon leurs échelles de valeur.
certain nombre de tâches (bricolage) peuvent être exécutées par
soi-même sans payer d’impôts ou par l’échange en payant un impôt
(embaucher un artisan).
Un comptable qui avait intérêt à faire ce qu’il fait de mieux, compter, Les taxes et les impôts sont utiles lorsqu''il s'agit de
préfère travailler moins à la comptabilité pour bricoler lui-même sa financer l'Etat régalien et certains biens ou services
plomberie. En effet en employant un plombier il devrait s’acquitter de collectifs. Ils doivent être aussi neutres que possible.
taxes et impôts qui au final ramènent la productivité du plombier au
niveau de celle du comptable.
Mais les dirigistes en tout genre instrumentalisent en
Le plombier reste lui sans activité puisque le comptable ne l’a pas permanence la fiscalité pour tenter de modeler leur société
embauché. idéale.

Dans cette configuration, l’économie générale se dégrade puisque le Comme la société est très complexe, les malheureux sont
plombier est inactif, et le comptable passe des heures de travail sur des
obligés de créer des niches fiscales, puis des sous-niches,
tâches qui ne sont pas son point fort.
(Naturellement, si le comptable souhaite bricoler pour le plaisir, c’est puis d'autres taxes pour corriger des effets collatéraux des
son droit. Cet exemple ne vaut que pour les nombreux bricoleurs du premiers.
Dimanche ‘forcés’ par souci d’économie.)
Ces distorsions répétées, incohérentes pour contourner
Les taxes et impôts sont naturellement indispensables pour faire
fonctionner l’Etat, mais il ne faut jamais perdre de vue qu’ils distordent
l'effet cumulé de millions de décisions de personnes libres
le coût de certaines activités au détriment d’autres, et réduisent la reviennent mécaniquement dans la figure des apprentis
productivité générale du pays. sorciers (et dans la nôtre).

Un nombre d'heures de travail considérable est consacré


« La collaboration de ceux qui sont le plus doués, le plus habiles, le plus industrieux,
avec ceux qui le sont moins aboutit au bénéfice des uns et des autres. Les gains tirés de par les personnes à naviguer ou à optimiser leurs impôts
la division du travail sont toujours mutuels. » dans ce maquis et et un autre nombre d'heures de travail
Mises
considérable est consacré par les agents de l'Etat à
contrôler et collecter les impôts dans ce maquis.

Heures qui auraient pu être consacrées à la création de

47 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

biens ou à des loisirs.

De plus, en favorisant trop les activités taxées au profit


des activités non taxées, le comptable fait (mal) de la
plomberie qui ne l'intéresse pas, tandis que le plombier
fait (mal) de la comptabilité qui ne l'intéresse pas.

Et la société s'appauvrit en entier

Mais c'est pas grave, du moment que les dirigistes ont pu


faire joujou avec leur pâte à modeler.

L'échange 3

Un échange libre peut avoir lieu sans aucune intervention de l'Etat


entre deux gentilshommes qui se connaissent et se font confiance.

Malheureusement comme nous ne sommes pas tous des gentilshommes


(et comme nous sommes trop nombreux pour nous connaître), la
présence d'un arbitre pour garantir l'application des contrats et les
droits de propriété est indispensable.

L'Etat, lorsqu'il n'est pas corrompu et lorsque sa justice dispose de


moyens suffisants, remplit donc ce rôle d'arbitre.

Contrairement à ce que clament les ennemis de la liberté d'échanger des


biens et des services, les plus pauvres ne souffrent pas des échanges
libres, mais d'abord de leur absence ou de leur limitation.
Des bidonvilles du Brésil aux fermes du Zaïre, les plus pauvres A la fête de l’huma, la pensée marxiste se résume
souffrent d'une absence presque totale des droits de propriété et d'une désormais à un slogan : « Le libéralisme, c'est le renard
justice garantissant leurs contrats et permettant les échanges. libre dans le poulailler. »
Les plus pauvres n'ont souvent pas de titres de propriété clairs sur leur
logement ou sur les champs qu'ils exploitent, et sont à la merci d'une
Métaphore n’est pas raison, mais une petite remarque aux
expulsion brutale. Ils ne peuvent donc ni faire fructifier leur bien, ni poules socialistes :
investir en le gageant pour emprunter.
Le seul qui a intérêt à garder les poules dans le poulailler,
Ils ne disposent pas non plus des moyens de faire appel à la justice c'est le fermier.
pour faire respecter des contrats (commerciaux ou salariaux), et sont
même souvent à la merci de la corruption de la justice.
C'est celui qui pique les oeufs des poules, qui les garde
captives et qui les égorge selon son bon vouloir.
Les plus pauvres ne souffrent donc pas de l'échange libre, mais au Il a effectivement tout intérêt à faire peur aux poules pour
contraire de son absence. qu'elles restent dans son grillage.
Ici ou sur d'autres continents, pour aider les pauvres, il ne faut pas
s'attaquer aux échanges libres, mais au contraire lutter pour que tous les
Ce que le fermier craint ce n'est pas le renard libre, c'est
hommes puissent jouir du droit d'échanger librement. les poules libres…

"Imaginez un pays où personne ne pourrait savoir qui est propriétaire de quoi, où on ne Quant on sait en plus que le libéralisme protège également
pourrait pas s'assurer facilement d'une adresse, où on ne pourrait forcer personne à
payer ses dettes, où on aurait toutes les peines du monde à convertir en argent un bien les droits de chaque poule libre, et leur permet de
matériel, où on ne pourrait pas diviser en parts les titres de propriété, où la description s'associer librement pour défendre leur intérêts, on
des capitaux ne serait pas normalisée de sorte qu'on ne saurait pas les comparer, et où
les règles qui régissent la propriété changeraient d'un quartier à l'autre voire d'une rue à comprend la crainte du fermier constructiviste..
l'autre. Vous venez de faire connaissance avec la vie réelle d'un pays en voie de
développement ou anciennement communiste.
.../... Faudrait pas que ses victimes réalisent qu'elles peuvent se
En Egypte, la personne qui voudrait acquérir et faire enregistrer une parcelle sur un passer de lui.
terrain désertique appartenant à l'Etat devrait en passer par 77 procédures auprès de 31
organismes publics et privés. Cela peut prendre le temps qu'on voudra, entre cinq et
quatorze ans. Construire légalement un logement sur un ancien terrain agricole De toute manière, les libéraux préfèrent les canards. Ils
exigerait de six à onze ans à se débattre entre les bureaucraties, peut-être davantage.
Cela explique pourquoi ce sont quelque 47 millions d'Egyptiens qui ont choisi de
ont un bec rond, et ils flottent.
construire leur logement en dehors de la loi. Si, après avoir construit leur maison, les
nouveaux habitants décident de devenir des citoyens respectueux de la loi et d'acheter

48 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

les droits sur ces habitations, ils risquent de les voir démolir, d'avoir à payer une forte
Le libéralisme, c’est des canards libres qui font coin-coin
amende et d'être jetés pour 10 ans en prison." dans l’étang de leur choix, loin des poulaillers
Hernando de Soto "Le vrai secret du capitalisme"
collectivistes.

L'échange 4

C'est donc le fait que chaque personne se spécialise dans son point fort
et échange librement le produit de son travail qui nous permet d'avoir
du pain pour un prix dérisoire par rapport à nos revenus.

Le boulanger s'est spécialisé dans la fabrication du pain.


L'agriculteur dans la production de blé.
Le camionneur qui a apporté la farine dans la conduite et la navigation
jusqu'à la boulangerie.
L'ingénieur dans la conception du camion.
L'agronome dans les nouveaux engrais et les méthodes de travail.
L'ingénieur dans la construction des instruments de l'agronome et le
Tes affiches sont jolies, camarade, mais tu as perdu
conducteur du train dans le transport de ce matériel. d'avance.
etc..
Si le boulanger, l'agriculteur, le camionneur, l'agronome, l'ingénieur La gestion de la complexité nécessaire pour produire du
etc.. avaient chacun essayé de faire le travail de tous les autres pour pain ou des chaussures bon marché explose complètement
produire du pain chacun dans leur coin, la baguette aurait été un
produit de luxe, voire un produit inexistant.
les capacités d'analyse de ton comité de gestion collective.
Pour relever ce défi, il faut du surpuissant : l'intelligence
La coopération, l'avantage comparatif et l'échange libre sont la source de millions de personnes se concentrant sur leur
de notre prospérité. environnement immédiat, le libéralisme quoi.
La complexité des échanges pour produire une simple baguette est
inimaginable, mais c'est cette complexité qui permet d'exploiter au
Et ton comité de gestion collective n'est pas plus efficace
mieux les avantages comparatifs des personnes (ou des régions) pour pour améliorer la vie des plus faibles. En se spécialisant
au final baisser le prix du pain. dans leur avantage comparatif, les faibles améliorent leur
niveau de vie en échangeant avec les forts, bien davantage
Une complexité qui profite aux faibles, aux forts, à la société en qu'en laminant les forts via un gosplan égalitariste.
général.

Une complexité ingérable par une planification centralisée socialiste. Mais c'est vrai, le libéralisme n'a pas de comité de gestion
Trop d'informations à collecter, trop d'ordres à donner. collective pour produire des belles affiches exaltantes
mettant en avant ses succès.
« La science économique nous a révélé une grande vérité sur la loi naturelle de
l’interaction humaine : que ce n’est pas seulement la production, mais aussi l’échange
qui sont essentiels à la prospérité et à la subsistance de l’homme. Sur son île ou sur ses Le libéralisme offre à chacun la possibilité d'agir sur une
rivages, par exemple Robinson pourrait pêcher du poisson, alors que Vendredi, lui,
cultiverait du blé, au lieu que tous les deux s’efforcent en même temps de produire à la petite partie, et de s'émerveiller sur un tout que personne
fois ces deux denrées. Par l’échange d’une partie du poisson de l’un contre un peu du n'a planifié, conséquence de ces millions de petites
blé de l’autre, les deux hommes peuvent accroître substantiellement les quantités de
poisson aussi bien que de pain disponibles pour tous les deux. Cet avantage commun parties.
est rendu possible par deux faits de nature essentiels, deux lois naturelles, sur lesquels
toute la théorie économique repose : a) la grande diversité des talents et des goûts
parmi les personnes ; et b) la variété des ressources naturelles d’une région Un paysage non planifié ça donne des boutons aux
géographique à l’autre. » bétonneurs totalitaires.
Murray Rothbard L’éthique de la liberté.

Mais pour les libéraux, les écolo de la société, qu'il soit


bucolique ou grandiose, un paysage social spontané est un
plaisir à observer et une source de fierté sur ce que les
Hommes libres peuvent accomplir.

49 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

L'échange 5
L'avantage comparatif est une règle universelle qui ne dépend
ni de l'époque, ni du lieu.

Mr plomberie et Mr électricité ont intérêt à se spécialiser dans


leur domaine d'excellence et à échanger. Ils se retrouveront tous Voici les quatre Dalton du protectionniste, Joe le producteur
les deux avec une meilleure plomberie et une meilleure indélicat, Jack le néo marxiste, William le conservateur patriote
électricité et Averell le naïf manipulé.
La Beauce a intérêt à produire du blé et à l'échanger contre du
vin de Bordeaux. Ils sont en général plus bêtes que méchants, mais ils attaquent
Elle se retrouvera avec davantage de blé et du meilleur vin. votre liberté, nuisent à la prospérité générale et au bien-être de
tous y compris des plus faibles.
L'Iran a intérêt d'échanger des tapis contre des montres suisses.
Il se retrouvera au final avec davantage de tapis et davantage de
En France, nous avons un Lucky Luke de la liberté d'échanger :
montres (des suisses en plus, la classe.)
Frédéric Bastiat. C'est d'abord un vrai économiste. C'est-à-dire
Tout en étant une incontestable source d'enrichissement pour un économiste qui ne s'appuie pas sur des équations bidons pour
l'Humanité, faibles comme forts, l'échange libre a plusieurs plaquer un vernis scientifique sur des agrégats de choux et de
adversaires (et même pas des ennemis proclamés de l'Humanité carottes, ni sur du jargon inutile pour expliquer simplement ce
!)
qui doit l'être.
On trouve pèle mêle des producteurs indélicats, des
conservateurs nationalistes, des alter-neomarxistes, des bien
intentionnés manipulés et naturellement des politiques Son œuvre date de 150 ans, mais elle n'a pas pris une ride. Elle a
démaguos pour exploiter toutes ces voix. été redécouverte par les économistes de l'Ecole Autrichienne qui
y ont vu un de leurs précurseurs.
"Partisans de l'affranchissement du commerce, si le sentiment de justice entre
pour quelque chose dans vos convictions, levez courageusement le drapeau du Aujourd'hui les Dalton du protectionnisme se pavanent en
Libre-Échange.
Ne cherchez pas de détours; n'essayez pas de surprendre nos adversaires.
permanence sur les plateaux télé, sans héros solitaire et loin de
Ne cherchez point un succès partiel et éphémère par d'inconséquentes son foyer digne de ce nom pour leur faire face.
transactions. Ne vous privez pas de tout ce qu'il y de force dans un principe,
qui trouvera tôt ou tard le chemin des intelligences et des cœurs".
Frédéric Bastiat Faites une bonne action pour l'intérêt général, le vôtre, celui des
plus pauvres : Aidez à couvrir les Dalton de goudrons et de
plumes.

Le goudron, c'est les statistiques nombreuses illustrant les


avantages de l'échange libre, les plumes c'est l'oeuvre de
Frédéric Bastiat.

50 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

Les producteurs indélicats


Nous sommes tous à la fois producteur et consommateur.

En tant que consommateur, nous avons intérêt à pouvoir échanger


librement avec le plus grand nombre de gens possible.

En tant que producteur, nous avons tous intérêt à ce que les autres
n'aient pas le droit d'échanger sauf avec nous.

Pour résoudre ce dilemme, des producteurs indélicats ont trouvé une


solution : profiter des échanges libres lorsqu'ils sont consommateurs
mais les interdire aux autres via l'Etat lorsqu'il s'agit de leur production
à eux.

Pourtant si tout le monde devenait producteur indélicat, c'est-à-dire si


tout le monde interdisait les échanges à tout le monde, on reviendrait
vite à la misère noire des siècles précedents.

Pétition des fabricants de chandelles, bougies, lampes, chandeliers..


"Nous subissons l'intolérable concurrence d'un rival étranger placé, à ce qu'il paraît,
dans des conditions tellement supérieures aux nôtres, pour la production de la lumière, **** PUBLI-REPORTAGE ***
qu'il en inonde notre marché national à un prix fabuleusement réduit; car, aussitôt qu'il
se montre, notre vente cesse, tous les consommateurs s'adressent à lui, et une branche
d'industrie française, dont les ramifications sont innombrables, est tout à coup frappée Toi aussi, deviens producteur indélicat !
de la stagnation la plus complète. Ce rival, n'est autre que le soleil
../...
Nous demandons qu'il vous plaise de faire une loi qui ordonne la fermeture de toutes Grâce à notre méthode simple, toi aussi tu peux
fenêtres, lucarnes, abat-jour, instrumentaliser la force publique au service de tes
../...
Encore une fois, quand un produit, houille, fer, froment ou tissu, nous vient du dehors
intérêts.
et que nous pouvons l'acquérir avec moins de travail que si nous le faisions
nous-mêmes, la différence est un don gratuit qui nous est conféré. Ce don est plus ou
moins considérable, selon que la différence est plus ou moins grande. Il est du quart, de
Dans le livre exceptionnel "Toi aussi, deviens
moitié, des trois quarts de la valeur du produit, si l'étranger ne nous demande que les producteur indélicat !" tu trouveras pleins d'arguments
trois quarts, la moitié, le quart du paiement. Il est aussi complet qu'il puisse l'être,
quand le donateur, comme fait le soleil pour la lumière, ne nous demande rien.
irrésistibles pour plumer les imbéciles.
../..
Choisissez, mais soyez logiques; car, tant que vous repousserez, comme vous le faites,
la houille, le fer, le froment, les tissus étrangers, [il est inconséquent] d'admettre la
N'aie pas peur, plus c'est gros, plus ça marche :
lumière du soleil, dont le prix est à zéro, pendant toute la journée."
Frederic Bastiat

51 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

"Si vous forcez les pauvres à acheter mes produits plus


chers, vous aidez les pauvres."

"Je vous assure que nous sommes tous nuls par rapport
aux étrangers (surtout nos ouvriers). On pourra pas sauver
tout le monde, alors autant me sauver moi !"

"C'est scientifique, il faut construire des ponts parce que


c'est utile, puis les barrer administrativement parce que
c'est utile."

"C'est politique : En sabordant ta liberté et celle des


autres, tu luttes contre la mondialisation, et la
mondialisation c'est mal parce que cela saborde ta liberté
et celle des autres."

"C'est logique, si nous utilisons davantage de temps pour


fabriquer nous-mêmes nos vêtements ou nos lecteurs mp3,
nous aurons davantage de temps de travail
disponible pour améliorer nos hôpitaux ou nos
logements."

"Moi et l'Etat on sait mieux que toi ce qui est bien pour toi
et en plus on est désintéressés. Surtout moi."

Des milliers de clients satisfaits de la méthode "Toi aussi,


deviens producteur indélicat !"

J L. Lobby agricole. "Grâce à votre méthode, les RMIstes


de banlieue paient une subvention aux riches fermiers de
la Beauce. Et en plus ils aiment ça ! Merci mille fois."
F. C. Lobby du textile. "Je n'arrivait pas à croire que ça
passerait... et pourtant c'est vrai. Ils me paient trois plus
cher leurs vêtements et en plus ils croient qu'ils sont
moins pauvres ! Votre méthode est vraiment magique !"

Toi aussi deviens riche, en limitant la liberté et la


prospérité des autres ! Toi aussi achète notre livre miracle
pour que même les victimes en redemandent !

Les conservateurs nationalistes

En matière économique, les conservateurs sont souvent restés à l'âge du


mercantilisme : accumuler le plus d'or aux dépends des vilains
étrangers.

Et ils partagent avec leurs camarades néo marxistes un goût immodéré


pour l'Etat.

Tout ça nous permet de régulièrement les voir revenir triomphants des


grands colloques internationaux pour nous expliquer qu'ils viennent de

52 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

protéger l'agriculture ou l'industrie nationale.

Certains naïfs pensent que ces SuperHéros nationalistes parlent de


protéger les industries des méchants étrangers. En fait pas du tout. Il
s'agit de les protéger de leurs propres concitoyens libres qui pourraient
choisir des produits étrangers.

On voit donc régulièrement ce spectacle surréaliste, où des


nationalistes conservateurs expliquent à leurs concitoyens qu'ils
viennent de limiter leur liberté au profit de quelques producteurs
indélicats et lobbyistes efficaces. Le tout avec un air de fermeté de dur
à cuir et sous les applaudissements des néomarxistes.

Lorsqu'un dirigeant conservateur d'un pays A claironne qu'il s'est


Au Moyen Age, lorsqu'on assiégeait un château fort,
opposé à un dirigeant conservateur d'un pays B en défendant des droits c'était en général qu'on voulait du mal à ses occupants.
de douane, c'est faux.
Au contraire, les deux dirigeants conservateurs sont tombés une Aujourd'hui, les chevaliers belliqueux n'en reviendraient
nouvelle fois d'accord. pas : les habitants de certains pays s'auto assiègent : ils
D'accord pour favoriser l'intérêt de leurs producteurs lobbyistes
indélicats au détriment des honnêtes citoyens (que ces derniers soient
empêchent des marchandises et de la nourriture de
pauvres ou riches). parvenir jusqu'à eux !

Les conservateurs nationalistes, s'ils aimaient vraiment leurs pays, Cette diablerie est l'œuvre d'un groupe de sorciers gredins.
feraient mieux de prendre exemple sur la Hollande, Venise au XVeme Ils lèvent les ponts-levis en temps de paix, ensorcellent la
siècle plutôt que sur l'île de Pâques pour assurer la puissance de leur
patrie.
population pour qu'elle s'imagine entourée de hordes de
vilains puis vendent à prix d'or leurs propres
marchandises.
"Ce n'est pas le capitalisme qui produit [les conflits], mais précisément les mesures
anticapitalistes conçues pour mettre en échec le fonctionnement du capitalisme. Les
conflits sont le résultat des diverses immixtions gouvernementales dans l'activité Contre la magie noire protectionniste, une seule solution
économique, des barrières au commerce et à la circulation des personnes, de la : l'eau bénite libérale et les livres saints économiques
discrimination à l'encontre de la main-d'œuvre étrangère, des produits étrangers et du
capital étranger. écrits en langue vulgaire (c'est-à-dire ni en latin, ni en
Le nationalisme économique est incompatible avec une paix durable. La philosophie mathématique marxiste) pour que le brave bougre ne se
protectionniste est une philosophie de guerre.
…/… laisse plus envoûter et déposséder.
La Société des Nations n'a pas échoué du fait que son organisation aurait été trop
faible. Elle a fait faillite parce qu'il lui manquait l'esprit du libéralisme authentique.
C'était une entente entre des gouvernements animés par l'esprit du nationalisme
économique et entièrement voués aux principes de la guerre économique. Pendant que
les délégués se complaisaient à tenir des discours sur la bonne volonté entre peuples,
les gouvernements qu'ils représentaient infligeaient des dommages abondants à toutes
les autres nations. Les deux décennies pendant lesquelles la Société des Nations a
fonctionné ont été marqués par la guerre économique la plus résolue menée par chaque
nation contre toutes les autres. Le protectionnisme douanier des années antérieures à
1914 était modéré, en vérité, en comparaison de celui qui s'est développé dans les
années vingt et trente — à savoir les embargos, le contrôle quantitatif du commerce, le
contrôle des changes, la dévaluation monétaire, etc. "
Ludwig Von Mises - Action Humaine

Les altermondialistes
as
Pour les neo-marxistes pur jus et autres altermondialistes jus
approximatif, les objections contre les échanges libres tombent comme
la neige en Sibérie ou les bananes au Venezuela.

53 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

D'abord par définition, quelque chose de libre, c'est quelque chose qui
échappe à la construction par le haut des ingénieurs sociaux soumis à
la délibération collective ou à des apparatchiks. Et ça c'est mal.

Ensuite, comme les biens ont une et une seule valeur objective magique
(la valeur-travail) il y a forcement un perdant et un gagnant dans un
échange. Comme ce sont les plus faibles qui perdent, pour protéger les
plus faibles, il faut limiter les échanges libres.

Ces petites obsessions marxistes théoriques n'intéressent pas grand Certains messages de l'altermondialisme sont des petites
monde, alors les alters ont réchauffé une veille sauce permettant lumières sympathiques : la réduction de la pauvreté,
d'obtenir la même phobie anti-liberté d'échanger. l'importance des choix des personnes même lorsqu'ils ne
sont pas conformes aux goûts de la majorité, certaines
La concurrence entre producteurs est une mauvaise chose puisqu'elle
dégrade les conditions de travail et la couverture sociale des employés, critiques pertinentes sur le rôle et les actions des
voire créée du chômage dans le pays ayant le plus haut niveau de vie. institutions internationales.
Donc il faut limiter les échanges, ou les taxer.
Le problème est que dès que l'on va au delà de cette jolie
Pour les libéraux, l'angoisse sur ses conditions de travail et sur l'avenir
petite lumière, on découvre rapidement les vieilles dents
de son emploi sont parfaitement légitimes, mais l'analyse
altermondialiste est basée sur des concepts économiques inexacts et sur décrépies du marxisme, la lutte des classes, un
une analyse biaisée. Ses remèdes ne peuvent qu'aggraver les choses ou constructivisme mondial via des taxes ou des interdits, un
empêcher qu'elles s'embellissent davantage. étatisme omniprésent, le mépris des droits fondamentaux
aux profits d'une liste de droits créances approximative et
"...l'amélioration du niveau de vie de centaines de millions de gens, dont beaucoup
changeante.
vivaient dans la plus grande pauvreté, se devait d'apparaître non seulement comme un
progrès, mais aussi comme une aubaine, ouvrant largement les portes à de nouvelles
opportunités commerciales. Mais loin de se rejouir de ce développement économique
Ces vieilles dents ont déjà fait des méchantes morsures à
mondial, de plus en plus de responsables en Occident envisagent la croissance l'humanité, en la maintenant dans la misère ou en
économique du tiers monde comme une menace..../... Mais ce scénario est tout à fait
trompeur. Lorsque la productivité mondiale croit (comme c'est le cas lorsque les pays
asservissant les personnes libres.
du tiers monde rattrapent la productivité de l'Occident), le niveau de vie moyen dans le
monde doit progresser car, après tout , le supplément de production doit bien aller
quelque part. On en vient naturellement à penser que l'amélioration de la productivité
Cela étant, si les libéraux refusent l'autre monde
dans le tiers monde se retrouvera dans une progression des salaires du tiers monde, pas neomarxiste, cela ne signifie pas qu'ils trouvent celui-ci
dans une régression des revenus dans le premier."
Paul R. Krugman La mondialisation n'est pas coupable.
satisfaisant.

Au contraire, sur le respect des droits fondamentaux -


sûreté, liberté, propriété-, sur la démocratie, le
protectionnisme, les distortions dues à la monnaie, la lutte
contre la corruption, les mécanismes permettant de
prendre en compte les dégâts environnementaux, le
developpement de l'éducation... pour les libéraux, les
progrès à l'échelle mondiale à accomplir sont immenses.

Et pour que ces progrès deviennent réalité, il vaut mieux


nager vers le haut plutôt que de suivre la petite lumière
altermondialiste et ses méchantes dents marxisantes.

54 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

La concurrence

Lorsqu'elle s'exerce sur nous, la concurrence est rarement une source de


bien-être, du moins sur le moment.

Dans le domaine économique, elle génère une angoisse sourde pour les
producteurs (salariés, indépendants, entreprises, actionnaires,
épargnants). Est-ce qu'ils ne risquent pas de perdre leur activité demain
au profit d'un autre producteur ?

Et cette angoisse s'avère de temps en temps fondée. Avec les La concurrence a aussi mauvaise réputation à cause de
conséquences parfois dramatiques que cela implique pour le
producteur malheureux.
son instrumentalisation par des conservateurs.

Les libéraux étant des défenseurs inconditionnels du bien-être (le Le discours 'La concurrence, c'est bon parce que ça fait
courage politique, c'est quelque chose tout de même), leur engagement mal, vilains Français qui n'aiment pas avoir mal' permet
en faveur de la concurrence dans le cadre de l'économie de marché peut
sembler paradoxal au gentilhomme pas éclairé.
souvent à des conservateurs de donner des leçons de
morale collectives avec un air d'instituteur sévère.
En premier lieu, pour les libéraux, la concurrence est une conséquence
du droit à la liberté. En l'occurrence la liberté de choisir les biens ou les Or si le credo 'C'est bon parce que ça fait mal' peut
services que les autres peuvent ou non échanger avec nous, la liberté de
intéresser les adeptes de certains clubs spécialisés, ce n'est
produire et d'échanger sans demander l'autorisation de corporations,
lobbies ou de l'Etat. ni l'origine ni l'objectif de la concurrence économique.
C'est plus (modestement ?) une conséquence du droit à la
D'autre part c'est la concurrence qui a permis d'améliorer de manière liberté et l'un des moteurs de nos progrès matériels depuis
spectaculaire notre niveau de vie depuis deux siècles et qui va
des siècles.
continuer à le faire dans les siècles prochains.

En dernier lieu, la concurrence ne peut pas s'abolir, la condition C'est donc un moyen ou une conséquence, pas une fin en
humaine génère mécaniquement des compétitions, y compris dans les soi (même si cela peut biensûr être une source de plaisir
milieux qui prétendent y échapper. La concurrence libérale, en excluant ou d'émulation pour certains).
la violence et en la fondant sur des contrats librement consentis,
canalise cette compétition de telle sorte qu'elle bénéficie à tous, y
compris aux perdants. Vouloir échapper à la concurrence n'est donc pas une
déchéance morale. Tout dépend du moyen utilisé pour y
"Et après tout, qu'est-ce que la Concurrence ? Est-ce une chose existant et agissant par
elle-même comme le choléra ? Non, Concurrence, ce n'est qu'absence d'oppression. En échapper. En innovant ou en produisant à moindre coût,
ce qui m'intéresse, je veux choisir pour moi-même et ne veux pas qu'un autre choisisse un producteur tente de fait d'échapper à une concurrence
pour moi, malgré moi; voilà tout. Et si quelqu'un prétend substituer son jugement au
mien dans les affaires qui me regardent, je demanderai de substituer le mien au sien frontale. C'est ainsi l'un des moteurs du progrès.
dans les transactions qui le concernent. Où est la garantie que les choses en iront mieux
? Il est évident que la Concurrence, c'est la liberté. Détruire la liberté d'agir, c'est
détruire la possibilité et par suite la faculté de choisir, de juger, de comparer; c'est tuer D'autre part, certains peuvent aussi choisir certaines
l'intelligence, c'est tuer la pensée, c'est tuer l'homme. De quelque côté qu'ils partent, activités moins exposées à la compétition parce que cette
voilà où aboutissent toujours les réformateurs modernes; pour améliorer la société, ils
commencent par anéantir l'individu, sous prétexte que tous les maux en viennent, dernière n'est pas source d'émulation pour eux-mêmes
comme si tous les biens n'en venaient pas aussi. mais plutôt de malaise paralysant.
../...
Et est-ce sérieusement qu'on nous propose de substituer à cette universelle vigilance
des intéressés une autorité sociale (fût-ce celle du réformateur lui-même), chargée de Par contre, échapper à la concurrence en assassinant, en
décider sur tous les points du globe les délicates conditions de ces échanges
innombrables ? Ne voit-on pas que ce serait créer le plus faillible, le plus universel, le
corrompant, en utilisant l'Etat pour interdire la présence
plus immédiat, le plus inquisitorial, le plus insupportable, le plus actuel, le plus intime, d'autres producteurs (tout en s'accaparant les gains issus
et disons, fort heureusement, le plus impossible de tous les despotismes que jamais
cervelle de pacha ou de mufti ait pu concevoir ?"
d'une concurrence que l'on refuse pour soi-même) est d'un
Frederic Bastiat - La concurrence parfait mauvais goût pour un libéral.

Les fruits de la concurrence à moyen terme, c'est donc


davantage de bien-être. Ce ne sont certainement pas des
plaisirs masochistes. Tant pis pour certains conservateurs
qui ne pourront plus gronder collectivement la vilaine
population ne partageant pas leurs déviances.

55 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

La concurrence 2
La concurrence est un processus indispensable pour allouer les
ressources (le travail ou les matières premières) le moins mal possible
compte tenu des souhaits de chaque personne.

Un producteur obligatoire et unique (monopole d'Etat) n'est pas incité


à innover, à améliorer ses méthodes de travail, à écouter les
consommateurs puisque ces derniers ne peuvent pas aller voir ailleurs.
La concurrence économique est victime d'un contresens à
Et même s'il le voulait, un producteur centralisé et unique ne pourrait
pas connaitre les besoins de chaque personne. Les préférences réelles cause de sa proximité avec une compétition sportive ou un
de chaque personne ne peuvent pas être établies en fonction de ce concours de beauté.
qu'elles disent, mais en fonction de ce qu'elles font lorsqu'elles sont
confrontées à un choix dont elles connaissent et supportent le cout L'objet de ce dernier est de déterminer quelle Miss est la
personnellement..
plus belle. Pour que la compétition des Miss soit juste, il
Les producteurs obligatoires et uniques ont donc naturellement faut égaliser les chances de départ (même taille de bikini,
tendance à mal servir des besoins qu'ils connaissent mal. même temps de parole pour sortir des fadaises.)

Dans une économie socialiste pure, où tous les producteurs sont L'objet de la concurrence économique est d'adapter la
obligatoires et uniques, la pénurie et la médiocrité des produits est
générale.
production aux choix des consommateurs. Il ne s'agit pas
de déterminer qui est le plus beau producteur ou le plus
Dans une économie libérale au contraire, les producteurs dont les méritant.
produits ou les services ne sont pas retenus doivent réorienter leur
production ou leur méthode de production pour répondre à la demande Les imprimeurs -même négligents- de Gutenberg ont mis
des consommateurs.
sur la paille le plus méticuleux et le plus talentueux des
Et c'est cette adaptation continuelle qui est la source de notre moines copistes. L'objet de la concurrence économique
prospérité. n'est pas de récompenser le mérite, elle a simplement pour
but de favoriser les producteurs capables de répondre à la
"La concurrence n'est absente que là où l'affectation des individus divers aux diverses
tâches est effectuée par les seules décisions du dictateur, sans que les intéressés y demande.
contribuent en s'efforçant de lui présenter leurs vertus et capacités sous le jour le plus
favorable."
Ludwig Von Mises - Action Humaine
Pour que la concurrence économique produise ses
bienfaits, il est donc inutile, voire nocif d'égaliser les
"Le libéralisme est basé sur la conviction que pour que la concurrence puisse jouer un conditions entre producteurs. Les consommateurs profitent
rôle bienfaisant, une armature juridique soigneusement conçue est nécessaire; il
admet que les lois passées et présentes ont de graves défauts. Il ne nie pas non plus de la diffusion des livres, mêmes si les imprimeurs sans
que partout où il est impossible de rendre la concurrence efficace, il nous faut talent ont exploité une supériorité technique.
recourir à d'autres méthodes pour guider l'activité économique. Toutefois, le
libéralisme économique est opposé au remplacement de la concurrence par des
méthodes inférieures de coordination des efforts humains." Cela n'empêche naturellement pas certains dirigistes
F. Hayek - La route de la servitude.
étatistes, conservateurs ou socialistes, de vouloir
"C'est la concurrence qui met un prix juste aux marchandises et qui établit les vrais périodiquement égaliser les conditions de la concurrence.
rapports entre elles. "
Montesquieu - De l'esprit des lois (avantager certaines entreprises menacées par la
concurrence, octroyer des subventions à certaines plutot
qu'à d'autres.)

Ils se heurtent à leur mur habituel : la complexité de la


société. Il y a des millions de paramètres qui différencient
les conditions de départ des entreprises. Même en se
donnant beaucoup de mal, ils ne pourront en égaliser que
quelques unes. En commettant au passage des injustices
vis-à-vis des producteurs concernés par les millions

56 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

d'autres paramètres et vis-à-vis de l'ensemble des


consommateurs

Egaliser les conditions de la concurrence économique, c'est


comme essayer d'aplanir l'océan avec une raquette de ping
pong. En plus d'être un objectif complètement idiot, c'est
très difficile à réussir même en se donnant beaucoup de
mal.

La guerre économique
Malgré son efficacité pour évincer la misère, la concurrence
économique est contestée sur deux plans, sur un plan moral/sentimental
et sur un plan d'efficacité économique.

Sur le plan moral, la sentence des étatistes est sans appel : "La
concurrence économique, c'est la guerre de tous contre tous".
Or chacun sait que faire la guerre c'est pas bien, et que c'est le contraire
de faire l'amour, qui est très bien. Cet argument de fond donne
immédiatement aux humanistes et aux obsédés sexuels l'envie de lever
l'étendard de l'antilibéralisme.

Qu'ils ne se laissent pas manipuler par les Etatistes dirigistes ! On peut


très bien être humaniste, obsédé sexuel ET libéral.

D'abord, la concurrence économique dans un Etat de droit, c'est le


contraire de la guerre. La concurrence économique, c'est aussi pacifiste
que Bob Marley après le huitième joint. Jamais de coercition.
-contrairement aux monopoles obligatoires d'Etat, où un homme en
uniforme et armé vient vous voir si vous refusez de payer ou si vous
essayez de produire mieux ou moins cher.- (enfin d'abord, un homme
en uniforme et sans arme : le facteur avec une lettre recommandée..)

Certes, la concurrence n'abolit pas la bêtise ni la méchanceté. Mais il Ma tendre amie, ma belle fiancée, ma chère
vaut mieux avoir à faire aux imbéciles dans un contexte concurrenciel
que lorsque ces derniers sont les seuls points d'entrée d'un monopole Scarlett,
obligatoire.

Ensuite, même si la concurrence est un processus important du marché, Déjà 5 heures que nous séparés par cette
l'immense partie du temps de travail est consacré à la coopération. terrible guerre économique que rien ne semble
Coopération pour fabriquer des voitures, du pain, des vaccins ou des
vols intercontinentaux. pouvoir arrêter. Les Hommes sont-ils donc
fous ?
Si un extraterrestre observait de son télescope les relations entre
personnes vivant en économie de marché, il verrait une immense
chaîne de coopération, partant d'un ouvrier allemand produisant une Ils devraient coopérer librement, faire
machine outil pour un artisan américain fabriquant des boussoles pour
un marin russe transportant des chemises chinoises pour un fermier confiance aux initiatives des autres, et ils
argentin élevant des vaches pour nourrir un ingénieur australien choisissent la servitude volontaire en
concevant des fibres optiques pour un prof d'université taiwanais
écrivant des cours pour .... soutenant des monopoles étatiques
obligatoires.
Et si un alter mondialiste lui expliquait alors que cette chaîne immense
de coopération, c'est la guerre de tous contre tous, l'extraterrestre se
dirait sans doute, que décidément la logique de ces terriens à poils La seule guerre économique qui existe, c'est
longs et pin's rouges est assez déconcertante.
celle que livrent les étatistes contre la
"Il y a deux types différents de coopération sociale : la coopération en vertu du contrat
concurrence économique.
et de la coordination ; et la coopération en vertu du commandement et de la
subordination, ou hégémonie.
Ce qui différencie le lien hégémonique du lien contractuel, c'est le champ dans lequel Tu le sais ma douce, il n'y a que trois manières
les choix des individus déterminent le cours des événements. Dès lors qu'un homme a
décidé en faveur de sa soumission à un système hégémonique, il devient, dans le cadre de faire en sorte que les personnes coopèrent
des activités de ce système et pour le temps de sa sujétion, un pion des actions de celui

57 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

en vue d'un objectif commun.

L'amour. Qui enflamme nos deux coeurs


d'amants séparés, mais que l'on retrouve dans
une moindre mesure au club des bénévoles de
pétanque-Pastis ou à l'association des droits de
l'Homme de Seine Saint Denis

Les contrats librement consentis. Qui


permettent aux personnes libres, d'échanger,
de bâtir sans que l'une n'impose ses vues à
l'autre par la violence, et sans que l'une ne
sacrifie son intérêt à l'autre.

La force. L'Etat en est le seul dépositaire


légitime et ne devrait l'utiliser que pour
garantir les droits fondamentaux à chaque
personne.

qui dirige. A l'intérieur du corps social hégémonique, et dans la mesure où il dirige la


conduite de ses sujets, seul le dirigeant agit. Les pupilles n'agissent qu'en choisissant
Pour notre grand malheur, des étatistes,
leur subordination ; l'ayant choisie ils n'agissent plus pour eux-mêmes, on s'occupe
d'eux.
prétendant nous sauver de la liberté de choisir,
Dans le cadre d'une société contractuelle, les individus membres échangent des
quantités définies de biens et de services d'une qualité définie. Lorsqu'il choisit la
abolissent la concurrence économique au
sujétion dans un corps hégémonique, un homme ne fournit ni ne reçoit rien de défini. Il profit de monopoles obligatoires.
s'intègre dans un système où il lui faut rendre des services indéterminés, et il recevra ce
que le dirigeant est disposé à lui assigner. Il est à la merci du dirigeant. Le dirigeant
seul a la faculté de choisir. Peu importe en ce qui concerne la structure de l'ensemble
du système, que le dirigeant soit un individu ou un groupe organisé d'individus, une Et des hommes en uniformes et armés
collégialité ; ou que le dirigeant soit un tyran démentiellement égoïste, ou un
bienveillant despote paternel." viennent empêcher des personnes libres de
Ludwig Von Mises - Action Humaine
produire moins cher ou mieux, ou de choisir
"Dans un pays où l'Etat est le seul employeur, toute opposition signifie mort par
inanition. L'ancien principe : qui ne travaille pas, ne mange pas, est remplacé par un
moins cher ou mieux.
nouveau : qui n'obéit pas, ne mange pas."
L. Trosky 1937
Ils remplacent la concurrence économique et
la liberté pour tous de choisir, par une
compétition sournoise et souterraine entre des
lobbies pour mettre à leur service indirect ces
hommes en uniforme et armés.

Tu vois ma chérie, je souffre le martyr loin de


toi, séparé par plusieurs monopoles
obligatoires en grève (la SNCF, la poste) dont
le financement m'empêche de payer notre
maison coloniale avec des belles colonnes
près de Marne la vallée.

Mais je sais qu'un jour, oui un jour, la


coopération libre reprendra ses lettres de
noblesse dans notre beau pays. Et aussi qu'un
jour, je t'épouserai.

Je t'aime.
Ton Clarkounet

58 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

La concurrence pure et parfaite


Sur le plan de l'efficacité, les critiques les plus vives de la concurrence
s'appuient, paradoxalement, sur une école de pensée largement libérale
: les néoclassiques.

Pour les néoclassiques, la concurrence économique est un bienfait


(c'est vrai), il s'agit de déterminer les critères de son existence et de son
bon fonctionnement (c'est ambitieux) en utilisant les mathématiques
(c'est très mal barré).

ll y a 150 ans, l'école néoclassique a donc défini les critères permettant


à la concurrence économique de fonctionner de manière optimale.

- En premier lieu, pour que la concurrence économique soit parfaite, il


faut d'abord qu'elle existe, c'est-à-dire qu'il existe plusieurs producteurs
offrant les mêmes produits.

- Et une fois qu'elle existe, il faut que l'information sur les produits et
les biens échangés soit parfaite, sinon les échanges effectués ne sont
pas satisfaisants.

- Et enfin, la concurrence économique ne peut être efficace, que si tous


les coûts des produits sont intégrés dans la production des biens ou des
services. Or certains coûts sont difficiles à mesurer et à intégrer :
l'émission de CO2, la pollution d'une rivière etc.. Ces coûts cachés
faussent là aussi l'échange.

Les étatistes dirigistes se sont engouffrés dans ces définitions pour


clamer que la concurrence ne pouvait pas marcher puisqu'elle n'était
pas parfaite.
Sur le plan théorique, beaucoup d'adversaires du
Et de proposer leur solution miracle : un Etat Dieu, omniscient, libéralisme partagent avec Don Quichotte le goût des
omnipotent et parfait pour remplacer la concurrence. batailles terribles gagnées contre des adversaires qui ne le
sont pas.
Pour les libéraux de l'école autrichienne, la concurrence économique
parfaite des néoclassiques est une chimère mathématique basée de
surcroit sur une mauvaise compréhension des mécanismes de marché.
En l'occurrence, au lieu de tenir compte des évolutions de
Et l'Etat n'étant ni un Dieu, ni omniscient, ni omnipotent, les morceaux la pensée économique libérale, notamment sous
de sparadrap que les étatistes proposent de poser sur la concurrence l'impulsion de l'école autrichienne, ces Donquichotte
économique réelle sont rarement nécessaires et souvent nocifs. antilibéraux préfèrent combattre vaillamment l'école
"Les avantages de la concurrence ne dépendent pas des conditions qui existeraient si
néoclassique du XIX eme siècle.
elle était parfaite".
Hayek - The Meaning of Competition Or, l'école autrichienne ne se reconnait pas dans certains
"En physiologie, en éthologie, en psychologie et dans les sciences sociales, les concepts et méthodes de l'école néoclassique.
mathématiques n'apparaissent pratiquement pas si ce n'est sous la forme de recettes
statistiques dont la légitimité propre semble douteuse; il n'y a qu'une exception :
l'économie mathématique, avec le modèle des économies d'échange Walras-Pareto, qui Cette dernière n'est pas née au siècle du scientisme et du
arrive à poser de problèmes théoriques intéressants, mais dont l'applicabilité à romantisme par hasard.
l'économie réelle est plus que suspecte".
René Thom - Mathématicien Français. Inspirés par la thermodynamique, l'école néoclassique a
en effet défini un fonctionnement optimal de l'économie
"Il n'existe rien qui se puisse appeler le bonheur parfait, des hommes parfaits, une
béatitude éternelle. Tout essai pour dépeindre les conditions d'un pays de Cocagne, ou de marché : un équilibre obtenu entre des belles courbes
de la vie des Anges, aboutit à des paradoxes. Là où il y a des conditions, il y a des calculées à partir de belles équations.
limitations et non la perfection ; il y a des efforts pour surmonter des obstacles, il y a
frustration et insatisfaction.
Après que les philosophes eurent abandonné la quête de l'absolu, les utopistes la En pleine période romantique, ces grands fous
reprirent. Ils tissent des rêves à propos de l'État parfait. Ils ne s'avisent pas que l'État,
appareil social de contrainte et de coercition, est une institution faite pour pallier néoclassiques n'ont pas écrit de poésie sur un amour
l'imperfection humaine et que sa fonction essentielle est d'infliger des punitions à des parfait, pur (et impossible), ce n'était pas leur domaine.
minorités afin de protéger des majorités contre les conséquences dommageables de
certaines actions. Vis-à-vis d'hommes « parfaits » il n'y aurait nul besoin de contrainte Par contre, ils ont écrit de belles pages (en prose
ni de répression. Mais les utopistes ne tiennent aucun compte de la nature humaine ni mathématique) sur la concurrence pure, parfaite (et
des inaltérables conditions de l'existence humaine. Godwin pensait que l'homme
pourrait devenir immortel après l'abolition de la propriété privée. Charles Fourier impossible).
divaguait à propos de l'océan contenant de la limonade au lieu d'eau salée. Le système
économique de Marx ignorait sereinement le fait de la rareté des facteurs matériels de
production. Trotski prophétisait que, dans le paradis prolétarien, « le type humain Pourtant les Donquichottes étatistes depuis plus de 150
moyen se haussera au niveau d'un Aristote, d'un Goethe, ou d'un Marx. Et au-dessus de ans continuent de charger ces deux moulins (l'équilibre et
cette falaise, de nouveaux pics s'élèveront »
Ludwig Von Mises - Action Humaine la concurrence parfaite) sans s'occuper le moins du monde
des nouvelles théories de l'école autrichienne, pourtant à

59 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

l'origine du fameux ultralibéralisme qu'ils prétendent


combattre en priorité.

Pour l'école autrichienne en effet, les mathématiques,


utilisés abondamment par l'école néoclassique, sont
largement inadaptées à la science économique.
L'économie de marché ne tend pas vers un équilibre fictif
et stationnaire, mais au contraire accompagne en
permanence des déséquilibres dus aux évolutions
technologiques ou des attentes des consommateurs.

Quant à la concurrence parfaite, les critères de l'école


Néoclassique ne sont pas forcément pertinents, et
lorsqu'ils le sont, l'Etat est souvent incapable de faire
mieux.

Si les antilibéraux pouvaient débloquer leur horloge


interne de l'année de la mort de Karl Marx, ils pourraient
s'attaquer aux théories économiques libérales actuelles
(l'école autrichienne donc), et non à celles contemporaines
de leur prophète (l'école néoclassique).

Les producteurs uniques

Pour les libéraux de l'école autrichienne, la concurrence existe dès lors


que l'entrée sur le marché est libre.

L'existence de la concurrence n'est donc pas dépendante du nombre de


producteurs sur un marché donné à un instant donné, mais de l'absence
de coercition (qu'elle soit étatique ou criminelle) destinée à interdire
l'accès de ce marché à de nouveaux producteurs.

La concurrence n'est pas donc une situation statique idéale, mais un


processus continu.

Suivant cette définition, un producteur peut donc être unique sur un


marché sans constituer pour autant un monopole.

De fait d'ailleurs, notre économie est constituée d'une myriade de 1999 Une épopée judiciaire a lieu à Paris autour d'un
producteurs uniques sur des niches, et ne s'en porte pas plus mal. problème philosophique crucial .
Votre boulanger au coin de la rue est le producteur unique de pain du
Est-ce que pour les petites filles, les poupées poupons
coin de cette rue, votre chanteuse de variété préféré est le producteur sont remplaçables par des poupées mannequins ?
unique de sa voix ou de son déhanché, ce qui lui permet d'ailleurs de
vendre mieux ses disques qu'une autre chanteuse, une entreprise de C'est important, parce que si une poupée mannequin ne
produits électroniques développant un appareil ultracool pour écouter peut pas être remplacée par une poupée poupon, cela
votre chanteur préféré, est le producteur unique du produit ultracool,
une entreprise pharmaceutique qui développe un nouveau médicament,
pourrait signifier que la poupée Barbie -en plus d'avoir
est le producteur unique de ce médicament. une voiture dans un rose criard qui présage mal du goût
des futures Françaises- constitue un quasi-monopole
Vous êtes à votre poste de travail, probablement un producteur unique, rendant illégal ses pratiques commerciales. En s'appuyant
étant sans doute le seul à maîtriser les connaissances spécifiques à ce sur du fromage, des experts et des concepts économiques
poste de travail dans cette entreprise à ce moment donné.
approximatifs, le conseil de la concurrence sauve les
Les seuls vrais monopoles sont donc les producteurs étatiques uniques petites filles de l'horreur économique.
et obligatoires....
"la poupée Barbie, produit phare du groupe, est une
C'était d'ailleurs la définition originale des monopoles au XIX éme poupée-mannequin de 29 centimètres de hauteur,
siècle avant qu'elle ne dérive sous l'influence des néoclassiques et des

60 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

représentation d’une femme adulte « caractérisée par une


tête placée sur un cou très long, une abondante chevelure
blond clair, des yeux bleus artificiellement agrandis qui
lui donnent une expression particulière, des lèvres
entrouvertes en un sourire mutin laissant apparaître la
blancheur des dents. Son corps longiligne présente des
jambes exagérément longues, une taille marquée, une
poitrine développée, des mains aux doigts rapprochés
../... la Cour de cassation a précisé que « les critères de
substitutialité d’un produit permettant de délimiter un
marché économique de référence (...) s’apprécient
différemment selon la nature et les modalités de
commercialisation du produit en cause (...). La cour
d’appel, qui a constaté que le goût des fromages de
Cantal se distinguait “nettement de celui des autres
fromages à pâte pressée non cuite”(...), a pu, sans avoir à
rechercher si la baisse de consommation de ce produit
s’expliquait par le report de la clientèle sur d’autres
fromages à pâte pressée statuer ainsi qu’elle l’a fait
.../... Considérant que cette analyse, rapprochée du
socialistes.
phénomène de la prise de conscience par l’enfant de son
appartenance sexuelle, permet de dire que la
" L’erreur traditionnelle consiste pourtant à avoir une vision statique de la concurrence
alors que la concurrence ne peut se comprendre que comme un processus qui se
poupée-poupon et la poupée-mannequin répondent à
déroule dans le temps, dans une situation d’incertitude et non pas d’information deux logiques de jeux différentes chez la petite fille ;
parfaite. Et lorsqu’il faut « inventer le futur », celui qui invente bien le futur en est
récompensé par un profit. On peut dire de ce point de vue que tout le mérite de la
qu’en effet, il apparaît qu’alors que le jeu à la
concurrence conçue comme un processus d’incitation à l’innovation réside dans le fait poupée-poupon est avant tout « un jeu de rôle dans lequel
qu’elle est un élément d’incitation pour les producteurs. Il s’agit de faire mieux que les
autres c’est à dire, à un moment donné, d’être les premiers à proposer un produit, ou
l’enfant joue le rôle de la mère, ou de toutes autres
proposer un produit à un prix beaucoup plus bas. Et par hypothèse, l’innovateur, au personnes, qui s’occupe de l’enfant », le jeu avec la
début tout au moins, a 100% de part de marché. Tout le mérite de la concurrence est
donc d’incite à avoir des positions de « monopole » temporaires et menacées, dans la
poupée-mannequin « est un jeu de manipulation où
mesure où la concurrence existe et où d’autres producteurs peuvent essayer de devenir l’enfant se projette dans des personnages de taille réduite
les meilleurs."
Pascal Salin
au milieu desquels il ne tient aucun rôle mais où il est au
contraire le metteur en scène, le démiurge ../... "
Décision no 99-D-45 du Conseil de la concurrence en
date du 30 juin 1999

Le droit commercial et ses vaillants acteurs (juges,


avocats, policiers) sont indispensables au bon
fonctionnement de l'économie de marché. Mais faire
respecter les contrats et protéger les droits de propriété, y
compris ceux des plus faibles (petite entreprise,
consommateur) dans les zones grises des multitudes de
situations est déjà un travail considérable.

Inutile de charger en plus la justice de construire à coup


de tronçonneuse et de concepts économiques obsolètes
une structure de marché idéale. C'est un gâchis
considérable de ressources et d'heures de travail, et ça
n'améliore la situation ni des producteurs, ni des
consommateurs.

Les monopoles naturels ?


Les monopoles sont, dit naturels, lorsque, en général, le coût d'entrée
pour les nouveaux producteurs est tellement élevé que ces derniers
renoncent avant d'avoir essayé. Les producteurs en place devenant de
facto des producteurs uniques 'durables'.

61 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

Par exemple, pour concurrencer une ligne de métro déjà établie, il


faudrait creuser un tunnel parallèle au premier, pour un coût colossal
(et une absurdité criante).

Pour les libéraux, le coût d'entrée est un phénomène utile dans le


marché puisqu'il décourage les personnes d'investir trop lourdement
dans des infrastructures déjà présentes. Ce coût d'entrée est présent
dans toutes les activités, de manière moins visible qu'un tunnel creusé
en double, mais il y joue le même rôle bénéfique.
Le sultan dans son harem a beaucoup de chance, mais sa
Même dans cette situation pouvant être inconfortable pour le
consommateur, l'intervention de l'Etat n'est pas forcement utile.
situation de (re)-producteur unique sur un marché a peu
de chances de se produire dans une économie libre.
Les USA au XIX éme se sont bien couverts de voies ferrées privées,
donc détenues par des producteurs uniques sur chaque tronçon, pour le Historiquement en effet, les producteurs uniques durables
plus grand bénéfice des consommateurs, la preuve : Blueberry, sont très souvent :
LuckyLucke, les bleus et John Wayne les utilisent souvent.
Soit des émanations directes de l'Etat, les monopoles
Ces voies ferrées sont de toute manière en concurrence avec la étatiques obligatoires.
diligence, les bateaux et le cheval, la preuve : Blueberry et Soit les conséquences directes d'une réglementation
LuckyLucke, les bleus et John Wayne les utilisent souvent. inadaptée.
Soit des conséquences de clientélisme, de corruption ou
"L’idée d’une concurrence libre rendue obligatoire par la loi est une grotesque de protectionnisme.
contradiction dans les termes. Elle signifie : forcer les gens à être libres à la pointe du
fusil. Elle signifie : protéger la liberté des gens par la règle, arbitraire, d'édits
bureaucratiques que l’on ne peut pas discuter… Il n’y a aucun moyen de réglementer la Sauf pour certains biens difficilement segmentables
concurrence : il n’y a pas de normes par lesquelles on pourrait déterminer qui devrait naturellement (les infrastructures routes, eau, fils
concurrencer qui, combien de concurrents devraient exister dans un secteur donné, ce
que devrait être leur force relative ou leurs parts de marché, quels prix ils devraient électriques) l'Etat est donc souvent responsable de
demander, quelles méthodes de concurrence sont correctes ou incorrectes. On ne peut l'apparition des producteurs uniques durables. Avant de
répondre à aucune de ces questions, car ces questions sont précisément celles
auxquelles seul le fonctionnement du marché peut apporter une réponse."
monter des usines à gaz anti-monopoles, il pourrait donc
Ayn Rand, Capitalism - The Unknow Ideal s'occuper très facilement de ceux qu'il a créé directement
"Aujourd'hui des gens affirment la même chose en ce qui concerne diverses branches
ou indirectement.
de la grande entreprise : vous ne pouvez ébranler leur position, elles sont trop grandes
et trop puissantes. Mais la concurrence ne signifie pas que n'importe qui puisse
prospérer en copiant simplement ce que d'autres font. Cela signifie le droit reconnu à
Pour les autres cas, l'intervention de l'Etat dans la lutte
tous de servir les consommateurs d'une façon meilleure ou moins chère sans être contre d'éventuels monopoles est souvent inutile et
entravé par des privilèges accordés à ceux dont les situations acquises seraient atteintes
par l'innovation. Ce dont un nouveau venant a le plus besoin s'il veut porter un défi aux
coûteuse. Les producteurs uniques privés dans une
situations acquises des firmes établies de longue date, c'est surtout de la matière grise économie de marché libre, étant rares et instables.
et des idées. Si son projet est apte à satisfaire les plus urgents d'entre les besoins non
encore satisfaits des consommateurs, ou à y pourvoir à un moindre prix que les vieux
L'histoire économique regorgeant de producteurs uniques
fournisseurs, il réussira en dépit de tout ce qu'on répète abondamment sur la grandeur -réputés imprenables- s'effondrant comme un château de
et le pouvoir de ces firmes."
L. Mises - Action Humaine
carte avec l'apparition de nouveaux entrepreneurs, de
nouvelles technologies ou des changements d'habitudes
des consommateurs.

Sur ce sujet (comme sur tellement d'autres), la meilleure


(moins mauvaise) des solutions est de laisser choisir, de
laisser faire les millions de personnes s'adaptant et
inventant des nouvelles stratégies pour faire face à une
situation donnée, limitée dans le temps.

La situation idyllique du sultan a donc peu de chance de


se produire 'spontanément' sur le marché amoureux. Par
contre, si l'Etat donnait un monopole obligatoire
amoureux et sexuel à un idéaliste (moi par exemple)
souhaitant une société de partage, un service public

62 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

sentimental de qualité pourrait voir le jour, rempart


efficace contre la marchandisation de l'amour et
protégeant les femmes contre les inégalités sentimentales.

Enfin peut être..

Protéger le client roi

Les étatistes oscillent entre deux obsessions suivant le calendrier


lunaire et la course des étoiles : structurer le marché pour aider les
consommateurs contre les producteurs ou structurer le marché pour
aider les producteurs contre les consommateurs.

Cette attitude s'apparentant de fait à creuser des trous pour mieux les
reboucher après, elle permet surtout, de promesses électorales en
accord secret, d'empiler des politiques contradictoires pour le plus
grand bonheur des éditeurs de livres de droit.

Favoriser les consommateurs aux dépends des producteurs est d'abord


une idée saugrenue (comme son contraire d'ailleurs), les deux étant
souvent une seule et même personne. 'Le consommateur est roi' n'est ni
juste moralement, ni exact en pratique.

Il y a beaucoup mieux: des personnes libres (parfois consommatrices


parfois productrices), dont les droits fondamentaux et le respect des
contrats signés sont garantis par l'Etat.

Avant de monter des usines à gaz afin de tenter de structurer le marché


en faveur des consommateurs, l'Etat pourrait aider les personnes libres

- en améliorant la protection des droits de la propriété et du respect des


contrats y compris pour les petits montants -que ces personnes soient
seules ou s'associant en groupes de consommateurs. (Class Action)-.

- en ne favoriserant pas certaines personnes (agriculteurs, libraires, Les communicants d'entreprise racontent (souvent) des
producteurs de vêtements, taxis, pompes funèbres..) au détriment bêtises pour vendre ou motiver les salariés. Ces bêtises
d'autres personnes (les mangeurs, les lecteurs, les textiles, les petits
voyageurs, les morts)
n'auraient pas tellement de conséquences si elles n'étaient
assimilées à tort au libéralisme.
Son intervention est aussi possible (mais pas forcément indispensable)
pour édicter des normes (sécurité/qualité/environnementale/bonnes ‘Le client est roi' fait partie des bêtises plutôt mignonnes
pratiques de SAV etc..) permettant de consommer sans laboratoire pour motiver les troupes (parce qu'il y a aussi des bêtises
d'analyse biologique et sans encyclopédie de droit dans son salon.
d'entreprises pas mignonnes du tout à faire rougir de honte
Ces objectifs sont certes moins ambitieux et moins liberticides que le un journaliste de la Pravda).. Une bêtise mignonne mais
défi constructiviste de structurer le marché, mais ils ont le mérite d'être assez inexacte.
efficaces et égalitaires. Oui on sait.. sacrifier les coups de mentons, le
dirigisme et les petites magouilles entre lobbies pour des trucs efficaces L'économie de marché n'est justement pas une société
et égalitaires, ces ultra-néo-libéraux n'ont vraiment aucune notion du
bien public
d'ancien régime.
Le client n'est pas plus un roi, que le producteur n'est son
"Plutôt que de "souveraineté du consommateur", il serait plus précis de dire que sur le serf.
marché libre il y a souveraineté de l’individu : l’individu est souverain sur sa propre
personne, sur ses actions et sur sa propre propriété. On peut appeler cela
l’auto-souveraineté de l’individu. Pour gagner de l’argent, le producteur individuel doit Bien sûr, un producteur dans un marché libre, s'il veut
satisfaire la demande des consommateurs, mais l’importance qu’il accorde à la
recherche d’argent et l’importance qu’il accorde à d’autres facteurs, non monétaires, faire des profits, doit tenir compte en permanence des
sont affaire de son libre choix. choix des consommateurs pour les fidéliser. Mais il a
Le terme de "souveraineté du consommateur" est un exemple typique d’abus, en aussi parfaitement le droit de refuser d'échanger ou de
économie, d’un terme ("souveraineté") approprié uniquement dans la sphère politique n'échanger que sur le périmètre qui lui convient.
et est donc une illustration des dangers de l’emploi de métaphores tirées d’autres
disciplines. "La souveraineté" est une qualité du pouvoir politique ultime ; c’est le
pouvoir reposant sur l’utilisation de la violence. Dans une société parfaitement libre, Et dans tous les cas, contrairement justement à la société
chaque individu est souverain sur sa personne et sa propriété et c’est donc cette

63 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

d'ancien régime -où des consommateurs à particule


dominaient les manants producteurs de basse extraction -
le fait d'être un producteur n'implique nullement une
soumission ou un rapport hiérarchique avec un
consommateur. Il s'agit de deux personnes libres qui
échangent ce qu'elles veulent bien échanger.

Une pizzeria/producteur a donc parfaitement le droit de


ne pas livrer au-delà d'une certaine distance, si elle juge
que cet échange n'est pas intéressant pour elle. Elle ne
devient pas corvéable à merci en étant producteur.
auto-souveraineté qu’il obtient sur le marché libre. Personne n’est "souverain" sur les
actions ou les échanges de quelqu’un d’autre. Comme le consommateur n’a pas le Un salarié/producteur a donc parfaitement le droit de ne
pouvoir d’obliger les producteurs à travailler dans certains domaines, les premiers ne pas vouloir travailler plus que ce qui est stipulé dans le
sont pas souverains sur les deuxièmes.
contrat signé avec son employeur/consommateur. Il
Hutt reconnaît implicitement cet état de fait, cependant, car il fait évoluer son argument échange librement un certain nombre d'heures de travail
et commence de manière inconsistante à regarder la "souveraineté du consommateur"
comme un idéal éthique à l’aune duquel il convient de juger le marché libre. La contre un salaire. Il ne devient pas corvéable à merci en
souveraineté du consommateur devient un Dieu Absolu, et toute action des producteurs étant producteur.
pour contrecarrer cet idéal est considérée comme rien moins qu’une trahison morale."
M.N. Rothbard - Man, Economy, and State
Une multinationale peut parfaitement choisir de
ne commercialiser que certains produits ou volume de
produits, si elle juge que les autres échanges ne sont pas
intéressants pour elle. Elle ne devient pas corvéable à
merci en étant producteur.

Cette relation libre est encore incomprise par certains


consommateurs-ancien régime qui, parce qu'ils deviennent
consommateurs, s'imaginent aussi qu'ils deviennent des
maîtres, alors qu'ils ne sont qu'une moitié d'un échange
libre.

L'information
Sur le podium des défaillances officielles du marché, la deuxième
marche est occupée par l'information, ou plutôt l'asymétrie
d'information.

Selon le modèle néoclassique, pour que l'échange entre deux personnes


libres soit bénéfique, encore faut-il que celles-ci soient parfaitement
informées sur ce qu'elles échangent.

Or ce n'est pas toujours le cas.

Un vendeur d'une voiture d'occasion sait si la voiture qu'il vous vend a


été utilisée par un octogénaire soigneux ou par un petit con frimeur de
18 ans. Vous non.

Vous savez si le travail urgent que vous a demandé votre chef va vous
prendre 8 heures de travail intense ou 4 heures de travail tranquille et 4 Comme Matrix, une partie de la recherche en
heures de pause café. Votre chef, non. économie théorique porte actuellement sur
l'information.
Votre agence de voyage sait avant votre départ s’il y a un dépotoir
juste à côté de l'hôtel de rêve près de Dubrovnik. Vous non.
En 1937 Hayek publie "Economie et Connaissance" où il
Cette asymétrie d'information peut donc provoquer des échanges qui explique que la dispersion de la connaissance dans le
n'auraient pas du avoir lieu au détriment d'autres échanges satisfaisants corps social empêche toute planification de l'économie.
pour les deux parties.

64 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

La même année, R Coase avec "The Nature of the Firm"


explique que la dispersion de l'information augmente les
coûts de transaction à un niveau rendant inéductable au
sein même de l'économie de marché l'apparition
d'organisations rigides et planificatrices (les firmes).

C'est le point de départ d'une imposante littérature


universitaire.

Comme dans Matrix, on ne comprend pas toujours qui


est qui, et ce qu'il fait.
Les néoclassiques s'éloignent de leur modèle de base
(information parfaite, rationalité parfaite) avec des
morceaux piqués aux néoinstitutionnalistes (rationalité
limité, coûts de transaction, institutions formelles
prépondérantes dans la diminution des coûts), morceaux
recouvrant une partie des concepts de l'école autrichienne
(individu plutôt qu'agrégat, subjectivité rationnelle,
institutions évoluant sans être planifiées) qui elle-même
partage des conclusions avec l'école de Chicago (Etat
Et comme les échanges libres sont au cœur de la théorie libérale, si ces incapable d'aider à diffuser l'information) alors que cette
derniers ne sont pas efficaces, le libéralisme économique va s'effondrer dernière est assez proche sur le plan méthodologique des
inéluctablement au moment de même de son envol, au début du 19 eme néo-keynésiens (formalisme mathématique, agrégats).
siècle.

2008, et toujours rien.. Caramba, les personnes libres auraient inventé Comme dans Matrix, ça canarde avec enthousiasme
des stratégies pour pallier à l'asymétrie d'information sans demander sans aucune considération sur la quantité de
l'autorisation des économistes néoclassiques ? munitions tirées, ni la précision des tirs.
Les articles universitaires sur l'information, les
"Un caractère particulier du problème de l'ordre économique rationnel est précisément
transactions optimales et les institutions ont depuis un
lié au fait que la connaissance de l'environnement dont nous pourrions avoir besoin demi-siècle largement contribué à détruire nos belles
n'existe jamais sous une forme concentrée ou agrégée, mais uniquement sous la forme
d'éléments dispersés d'une connaissance incomplète et fréquemment contradictoire que
forêts. Les publications sont tirées avec frénésie dans une
tous les individus séparés possèdent en partie. fumée devenant de plus en plus épaisse. Qu'est-ce que
.../....
c'est qu'une information ? un coût de transaction ? la
connaissance par rapport à l'information ? la rationalité
Il s'agit au contraire d'obtenir la meilleure utilisation possible de ressources que connaît limitée ? subjective ?
n'importe lequel des membres de la société, à des fins dont l'importance relative est
connue de ces individus et d'eux seuls. Ou, pour résumer ceci, il s'agit d'un problème
d'utilisation de la connaissance, laquelle n'est donnée à personne dans sa totalité. " Comme dans Matrix, ça touche rarement les tireurs,
F. Hayek - "L'utilisation de l'information dans la société"
mais ça massacre le décor qui a la malchance de se
trouver dans les lignes de tir.
Mais contrairement à Matrix, chez les économistes, le
décor n'est pas virtuel. C'est l'économie réelle. Ces belles
batailles rangées provoquent souvent des dégâts par
l'intermédiaire des politiques économiques implémentées.

Hayek argumentant contre les Neo-Keynesiens.


(Allégorie - Début du XXI éme siécle)

65 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

L'information
En fait, pour l'école autrichienne (et d'autres..) la problématique
de l'information parfaite a été mal posé par les néoclassiques.

Simplement parce que l'information a en elle-même une valeur,


un coût pour être découverte, éventuellement un prix lorsqu'elle
peut être échangée et nécessite des connaissances propres à
chaque personne pour être exploitée correctement.

Comme pour la concurrence, l'information n'est donc pas une


sorte de dallage préexistant pour qu'un marché 'parfait' puisse
fonctionner. Dallage que l'Etat serait chargé de fabriquer ou de
corriger en cas d'imperfections.

La découverte, l'acquisition, l'utilisation, la circulation de


l'information est un processus à part entière dans un échange
libre. James Bond est bien placé pour le savoir : acquérir de
Et de surcroît, l'information n'est rien sans la connaissance,
c'est-à-dire la capacité de chaque personne à percevoir l'information à un coût, découvrir cette information nécessite
l'information et à l'analyser. des connaissances parfois difficilement formulables.

Cette vision de l'information au sein du marché a ouvert un Faut-il vraiment se lancer dans le vide pour planer jusqu'à
vaste champ d'étude en économie théorique.
l'avion en feu afin de récupérer le code secret nucléaire ?
L'école autrichienne s'est intéressée au rôle moteur de ceux qui
découvrent de nouvelles informations pour produire ou Faut-il vraiment faire l'amour avec la superbe méchante au corps
échanger : les entrepreneurs. de rêve pour obtenir la date et l'heure du trafic de poison
radioactif ?
La théorie du principal/agent s'est intéressée au coût
supplementaire induit par l'asymétrie de l'information sur
chaque échange (recherche sur la fiabilité du vendeur, temps Faut-il vraiment casser une Aston Martin pour rattraper le sbire
passé à contractualiser pour parer aux conflits potentiels connaissant la localisation du repaire du diabolique Dr
futurs). C'est le coût de transaction. SuperMéchant ?

"Le marché, en d'autres termes, n'est pas seulement un processus où l'on


Pour James Bond, ces informations ont un coût, en temps, en
recherche une information dont on sait déjà qu'on en aura besoin ; c'est une énergie et en bisous.
procédure de découverte qui tend à corriger l'ignorance là où l'inventeur
lui-même n'avait aucune idée qu'il était ignorant.
Et Dieu Merci pour le monde libre (et la Reine), James Bond
Comprendre que le marché crée l'information — le genre d'information dont
les gens ne savent pas maintenant qu'ils auront à s'en servir demain — devrait
considère que ces coûts sont acceptables pour l'acquisition de
inspirer un sentiment certain d'humilité aux candidats à l'ingénierie sociale qui ces informations.
cherchent à remplacer ou à modifier les résultats du marché libre.

Pour annoncer qu'on est capable de surenchérir sur l'efficacité du marché, il Comme James Bond, nous sommes quotidiennement confrontés
faudrait aussi pouvoir prétendre qu'on sait déjà aujourd'hui ce que le marché
fera apparaître demain. Cette prétention de savoir est, à l'évidence,
au coût de l'information.
universellement vaine. En fait, là où l'on a empêché le marché de fonctionner,
en général il ne sera pas possible de désigner avec certitude ce qu'on aurait pu Faut-il vraiment passer trois heures sur Internet le samedi pour
découvrir et qu'on a perdu à jamais."
Kizner - La régulation connaître le prix d'une étagère Ikea d'occasion ?

Faut-il vraiment passer six heures pour comparer les clauses


écrites en tout petit entre deux contrats d'assurance ?

Faut-il vraiment faire trois supermarchés pour comparer le prix


au kilo des tomates sans goût ?

Mais contrairement à James Bond, nous choisissons parfois de


ne pas effectuer cette dépense supplémentaire.
A juste titre... chaque décision pourrait potentiellement prendre

66 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

un temps infini pour un gain faible.

James Bond peut donc aller se rhabiller avec son absence


d'évaluation des coûts d'acquisition d'informations, ce gros
malin serait du genre à passer 3 heures dans les embouteillages
pour économiser trois euros sur le prix d'une chasse d'eau.

Nous pas.

Le principal et l'agent
L'information imparfaite, c'est comme la pluie en automne ou le soleil
en août. On ne peut donc pas y échapper.

Initiée par R. Coase en 1937, la théorie du principal/agent s'est


intéressée au coût de transaction, aux moyens de le diminuer et à ses
conséquences;

Le principal devant faire confiance à un agent lors d'un échange sans La théorie des jeux appartient à l'univers des théories
savoir tout ce que l'agent sait ou va faire. principal/agent.

Le principal, c'est l'acheteur d'une voiture d'occasion, le recruteur d'une Le plus célèbre exemple de la théorie des jeux est le
entreprise, l'actionnaire d'une entreprise.
dilemme du prisonnier.
L'agent, c'est le vendeur d'une voiture d'occasion, un candidat pour un
poste, un dirigeant de l'entreprise. Deux complices sont arrêtés pour une affaire de
cambriolage. Ils sont interrogés séparément par la police
A partir des ces éléments, les micro-économistes se sont intéressés sans avoir pu communiquer.
-> Aux meilleurs moyens pour limiter les effets néfastes de ces
comportements (rédaction de contrat avec des incitations, la réputation Si l'un d'entre eux dénonce l'autre sans que ce dernier
etc..) fasse de même, celui qui a dénoncé écope de la peine
-> Aux meilleures institutions formelles (lois, règlements) permettant minimale (2 ans), tandis que celui n'a pas dénoncé écope
de diminuer les coûts de transactions. de la peine maximale (8 ans).
Ces objectifs ambitieux donnent des éclairages intéressants, mais ils se
Si les deux se taisent, ils sont libres.
heurtent aussi aux limites de la modélisation des acteurs : une personne Si les deux se dénoncent, ils écopent tous les deux de la
libre et sa culture sont infiniment plus complexes que l'agent et son peine de 4 ans.
milieu blanc uniforme.
Les criminels ont intérêt à dénoncer l'autre (avec à la clef
« L'économie étudie les actions réelles d'hommes réels. Ses théorèmes ne se réfèrent ni une condamnation importante) plutôt que de prendre le
à l'homme idéal ni à des hommes parfaits, et pas davantage au mythique homme risque de se faire dénoncer seul.
économique (homo oeconomicus) ni à la notion statistique de l'homme moyen. »
Mises, L'action humaine
Les étatistes jubilent : à cause d'une information
incorrecte, la situation optimale (du point de vue des
criminels) n'est pas atteinte.
C'est la preuve qu'il faut réguler l'économie.

Oui, sauf que les créatures unidimensionnelles utilisées


par les micro-économistes ne modélisent pas des 'petits'
détails : la confiance, la réputation, le fait que les

67 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

prisonniers vont se revoir, un code d'honneur, l'amitié, la


culture, le passé. Bref tout ce qui fait la différence entre
une personne libre et un agent.

Sauf que ces prisonniers n'ont pas, par définition, la


possibilité de passer des contrats garantis par un Etat de
Droit, une des briques fondamentales du libéralisme.

Sauf que même en restant dans le cadre étriqué de ce


modèle, ils n'ont en rien démontré qu'une solution plus
optimale pourrait sortir d'un Etat et du dirigisme.
Surtout d'un Etat conçu, et dirigé par ces agents suspendus
dans le vide.

Les théories du principal/Agent, la théorie des jeux, sont


intéressantes sur beaucoup d'aspects, mais les mafias
peuvent dormir tranquilles, elles peuvent prospérer même
sans un Etat pour réguler leur activités.

Les personnes libres et honnêtes aussi.

La réputation
Face à l'information imparfaite, les personnes libres trouvent et utilisent
des stratégies soit pour diminuer l'imperfection de l'information, soit
pour en limiter les conséquences potentielles.

Les stratégies inventoriées par la théorie du principal/agent pour que


l'acheteur ne soit pas le dindon de la farce à chaque échange sont
parfois classées en deux catégories :
La réputation du vendeur (les expériences passées, le bouche à oreille,
les labels, les comparatifs, la publicité)
Les incitations faisant coïncider les intérêts de l'acheteur et du vendeur
(les intéressements au résultat de l'entreprise, les garanties sur les
produits vendus etc..)

Cette liste n'est pas limitative. Elle oublie notamment les valeurs
morales et culturelles que beaucoup de personnes libres respectent et
qui les poussent à ne pas abuser de la confiance des autres.

Cette liste n'est pas figée. Elle évolue aussi en permanence avec
l'imagination de millions de personnes libres et l'apparition de La réputation est donc l'une des méthodes utilisées par les
nouvelles technologies.
personnes libres pour limiter le risque du à l'asymétrie
Ces méthodes sont bien sûr imparfaites, mais il n'existe pas dans ce d'information.
monde de Dieu omniscient et bon, même répondant au doux nom de
'Etat', disposant de cette information parfaite et pouvant la distribuer Cette tendance n'a naturellement pas échappé à des
aux humbles mortels (pardon aux humbles citoyens.).
entreprises très très malignes considérant que pour
entendre du bien de soi, il valait mieux compter sur
"Une idée fausse largement répandue est qu'une publicité habile peut persuader les soi-même que sur les autres.
acheteurs d'acheter tout ce que l'annonceur désire qu'ils achètent. Le consommateur,
selon cette légende, est tout bonnement désarmé devant la publicité « à haute pression
». La pub est née, et elle casse parfois les oreilles, les yeux
Si cela était vrai, le succès ou l'échec en affaires dépendrait seulement de la façon dont
est faite la publicité. Pourtant personne ne croit qu'à force de publicité, de quelque
et les neurones à beaucoup de personnes.
nature qu'elle soit, les fabricants de chandelles eussent pu conserver le terrain contre
l'ampoule électrique, les cochers contre les autos, la plume d'oie contre la plume d'acier
et plus tard contre le porte-plume réservoir.
Et malheureusement, sauf à imposer une dictature par les
Or quiconque admet cela, admet implicitement que la qualité de l'article recommandé personnes de bon goût, la liberté d'expression donne le
par la publicité joue un rôle décisif dans le succès d'une campagne de publicité. Donc il droit de dire des bêtises (le droit mais pas le devoir), y
n'y a pas de raison de soutenir que la publicité soit une façon de duper un public
crédule." compris des bêtises intéressées.
Mises, L'action humaine

68 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

Les slogans vulgaires ou phagociçant des valeurs nobles,


les affiches criardes ou les pubs tonitruantes peuvent donc
être déplaisantes pour tout gentilhomme esthète du XXI
éme siècle.

Cela étant la liberté donne aux personnes libres le droit


(mais pas le devoir) de ne pas du tout tenir compte des
bêtises affichées sur les murs ou chantées à la radio.

C'est d'ailleurs largement ce qu'elles font, le lancement


d'un produit ou d'un film étant très loin d'être une science
exacte.
Et puis le gentilhomme libéral peut se consoler en
trouvant quelques effets positifs à la pub :

- Elle permet parfois d'identifier les entreprises assez


sûres de leur produit pour le dire tout fort.
- Elle permet parfois de découvrir un produit auquel on
n'avait pas pensé soi-même.
- Elle permet de voir des jolies filles en bikini les petits
matins gris d'hiver alors que la Copacabana est à 15 000
km de la station de métro.

La réglementation
L'intervention de l'Etat pour imposer un niveau d'information
mimimum avant d'autoriser un échange (étiquetage, normes
obligatoires) est possible, parfois utile.

Mais le fait que l'Etat impose une stratégie pour réduire l'asymétrie
d'information n'abolit pas magiquement les coûts liés à la collecte de
l'information.

La collecte, la diffusion et l'analyse des informations ont toujours un


coût (porté par le producteur, donc au final par le consommateur)

Et le périmètre de l'information obligatoire n'est pas forcément le plus


adapté pour aider aux décisions des personnes libres.

L'Etat en effet ne connait pas forcement les informations pertinentes


nécessaire à chaque échange, d'autant qu'il devient vite une cible de
lobbies ayant eux des idées très précises sur les informations qu'ils ne
veulent pas diffuser. Votre PC est une usine à gaz. (Votre Mac aussi d'ailleurs,
si, si, même si il est très beau.)
D'autre part, chaque personne a des idées différentes sur les
informations nécessaires à un échange. Par définition l'Etat n'en rend De la dernière carte graphique vibraStroupmph à triple
obligatoire que certaines, pas forcement celles dont une personne en stroumph cadencé, à la carte mère Perfomator2X3400 à
particulier a besoin. (Par contre, comme celles de l'Etat sont
obligatoires, cette personne en supportera le cout de toute manière.) multistroumph bi-bande, vous ne disposez que d'une
infime partie des informations nécessaires à l'évaluation
Enfin et surtout, l'Etat très vite réglemente sur tout et son contraire, au du PC avant de l'acheter et vous n'auriez sans doute pas
grès des titres du 20 heures ou de l'influence de lobbies. Cette les connaissances nécessaires pour comprendre ces
avalanche de règlements mal pensés à un coût collectif considérable.
informations.

Cette asymétrie d'information n'empêche pourtant pas des


"Même si on juge que les résultats actuels du marché sont pour une raison ou pour une millions de personnes libres de faire des échanges de PC
autre insatisfaisants, on ne peut pas juger que l'intervention, et même une intervention

69 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

contre des euros avec en général une certaine satisfaction.


(et quelques après midis à enrager pour trouver le bon
driver)

Si pour palier à une information imparfaite, l'Etat se


mettait en tète d'édicter des normes d'information
obligatoires sur les ordinateurs, en plus d'être obsolètes
avant même d'être émises, elles ne conviendraient pas à
chaque personne. (Le gamer, le comptable, le
photographe).

qui pourrait atteindre avec succès ses objectifs immédiats, soit à l'évidence la solution Elles auraient donc un cout pour être édictées, contrôlées,
correcte. diffusées sans pour autant améliorer le moins du monde le
Après tout, les problèmes même qui apparaissent dans le marché peuvent déclencher
des processus de découverte et de correction supérieurs à ceux qui sont délibérément 'marché' du PC. (ou du Mac, mais le Mac c'est normal, il
engagés par l'intervention publique. Non seulement l'intervention délibérée des est super cool).
hommes de l'Etat peut être un mauvais substitut au processus spontané de découverte
par le marché, mais elle a aussi bien des chances d'empêcher la mise en oeuvre de
processus de recherche désirables dont ils n'ont pas perçu la nécessité. " De plus, comme dans d'autres domaines, ces normes une
Kizner - La régulation
fois émises seraient rarement toilettées et deviendraient
rapidement des strates fossilisées complètement
inadaptées aux évolutions technologiques.

On retrouve ce phénomène moins criant pour beaucoup


d'autres catégories d'échanges (Construction, Sécurité
etc..)

Même si elle est parfois utile, la réglementation Etatique


n'est en aucun cas une solution miracle pour pallier
l'asymétrie d'information. Et ses contraintes particulières
génèrent même parfois (souvent ?) plus d'effets pervers
que d'effets bénéfiques.

L'entrepreneur
L'imperfection de l'information économique, comme pour
l'imperfection de l'information scientifique, créée donc des
opportunités de découvertes soit de nouvelles informations, soit de
méthodes pour pallier à l'imperfection de l'information.

Cette fonction, qui est celle de l'inventeur ou du chercheur dans les


sciences de la nature est occupée par l'entrepreneur dans la sphère
économique.

Dans ce contexte, l'entrepreneur n'est pas un jeune cadre dynamique au


sourire beat entrain de sauter devant une tour en verre pour vendre de
la mousse à raser.

C'est une fonction que nous utilisons tous -plus ou moins- et qui est le
moteur du progrès économique.

Elle consiste à imaginer des nouvelles productions, à imaginer de Observer, s'inspirer des créations précédentes, rassembler
nouvelles manières de produire ou d'échanger et à imaginer de
des éléments existant que personne n'avait eu l'idée de
nouvelles manières de consommer.
rassembler auparavant, s'appuyer sur son intuition pour
La personne, qu'elle soit productrice ou consommatrice, en s'appuyant créer des idées ou des objets nouveaux, échouer 100 fois,
sur des informations éparses, ses connaissances propres et son flair tenter 101 fois sont des activités que partagent l'artiste,
tente d'imaginer des méthodes plus efficaces pour produire ou utiliser l'inventeur ou l'entrepreneur.
la production.

70 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

Malheureusement des trois, il y a en a un qui n'a pas de


chance sur la manière dont les théoriciens de son activité
appréhendent son travail.

Même après 6 rails de coke, il n'y a pas un critique de


cinéma qui parlerait des films sans parler des cinéastes.
Les films ne sont pas une masse indistincte qui tombe du
ciel sans volonté humaine pour les concevoir.
Beaucoup d'économistes font ça à leurs artistes.

Même après 8 cocktails champagne-vodka, il n'y a pas


une chroniqueuse de mode qui prédirait la forme des
Et l'un de ses indicateurs dont elle dispose pour évaluer la réussite de chaussures dans cinq ans. La mode est incertaine parce
sa tentative est le profit généré par cette nouvelle activité. que c'est justement le métier des créateurs de mode
d'imaginer des nouvelles tendances.
Cette fonction, dont l'importance est cruciale pour le progrès
Beaucoup d'économistes font ça à leurs artistes.
économique, est pourtant totalement absente sous une forme ou sous
une autre de beaucoup d'écoles économiques. Forcement ces dernières
ont besoin d'un univers statique, fini ou l'information présente, future Même après 10 gobelets de café sans sucre, il n'y a pas un
est figée pour que leurs modèles fonctionnent. L'entrepreneur fait un historien de l'art qui expliquerait que la peinture est
peu tache dans cette nature morte pas franchement réaliste. univers clos, stable, à périmètre constant. Botticelli a
L'Ecole Autrichienne dont l'univers modélisé est ouvert et en
inventé une vision que n'avait pas Giotto qui lui-même a
déséquilibre réserve par contre une place de choix à cet entrepreneur créé une technique que n'avait etc..
imprévisible. Beaucoup d'économistes font ça à leurs artistes.

Même après 12 pilules d'antidépresseur, il n'y a pas un


"Dans la construction imaginaire de l'économie en régime constant, il n'y a pas de place
réservée à l'activité d'entrepreneur, parce que cette construction élimine tous critique littéraire qui prétendrait juger de la santé
changements de données qui pourraient affecter les prix. 'littéraire' d'un pays en aggregeant des données dont le
Dès que l'on abandonne cette supposition de la rigidité des données, l'on voit que seul mérite est d'être mesurable (le nombre de voyelles, de
l'action doit forcément être affectée par tout changement dans les données. Comme pages, les kg de chaque roman). Beaucoup d'économistes
l'action tend nécessairement à influer sur un état de choses futur — même si c'est
parfois le futur immédiat de l'instant suivant — elle est affectée par tout changement de font ça à leurs artistes.
données inadéquatement prévu qui intervient dans le laps de temps entre le début de
l'action et la fin de la période pour laquelle elle entendait pourvoir.
Même après 14 buvards de LSD, il n'y a pas un groupie de
Ainsi le résultat de l'action est toujours incertain. Agir est toujours une spéculation. musique planante qui tenterait de définir son trip en
Cela vaut non seulement pour ce qui concerne une économie de marché, mais tout
autant pour Robinson Crusoé l'imaginaire acteur isolé, et dans les conditions d'une faisant des dérivées secondes sur les variations du volume
économie socialiste. Dans la construction imaginaire d'un système en régime constant, sonore. Pink Floyd ouvre des nouveaux horizons
personne n'est entrepreneur ni spéculateur. Dans toute économie vivante et réelle, tout
acteur est toujours un entrepreneur et un spéculateur ; les personnes à charge des cosmiques multicolores (multicolores comme les
acteurs — les membres mineurs de la famille dans la société de marché, et les masses éléphants qui volent dans la véranda lorsque les deux
dans une société socialiste — sont affectées par le résultat de la spéculation des
acteurs, bien qu'elle ne soient elles-mêmes ni acteurs ni spéculateurs." lunes vertes font une éclipse totale de supernova) qui ne
Mises, L'action humaine sont pas modélisables par des équations mathématiques.
Beaucoup d'économistes font ça à leurs artistes.

Les entrepreneurs ont beaucoup moins de chance que les


artistes ou les inventeurs. Beaucoup de théoriciens de leur
activité, même sans avoir bu un verre d'eau minérale,
peuvent bâtir d'immenses constructions pour modéliser
l'activité économique en zappant complètement
l'importance des initiatives individuelles et imprévisibles.
En zappant le coeur de la spécificité de l'économie comme
de l'art ou de la science : l'action humaine.

A venir : L'entrepreneur, les externalités, puis le travail, puis le capital, puis les échanges indirects, puis la monnaie, puis le capitalisme, puis la justice
sociale, puis la loi puis c'est fini (enfin..)

71 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

Qui suis je ?
Oeuvres Libérales en lignes intéressantes :
Bastiat Fréderic :
Un économiste/député/journaliste du XIX éme siécle.
Clair, pédaguogue, mordant, jamais ennuyeux et bien sur libéral.
http://bastiat.org/

Gustave de Molinari :
Un économiste du XIX éme siecle.
Les soirées de la gare Saint Lazare sont un débat fictif entre un conservateur,
un socialiste et un libéral. Une lecture facile et instructive.
http://herve.dequengo.free.fr/Molinari/SRSL/SRSL_0.htm

Ludwig Von Mises :


Un économiste Autrichien du XX eme siécle.
"Action Humaine" est assez complexe (et long) , mais c'est un texte fondateur.
http://herve.dequengo.free.fr/Mises/AH/AH.htm

Un (ex petit) candidat (malheureux) aux législatives Le Wikiberal :


dans le V éme arrondissement de Paris, www.wikiberal.fr
pour défendre des grandes idées
Et un adhérent heureux du

Parti Libéral Démocrate Le forum libéral :


http://www.liberaux.org/

Mob blog : http://danieltourre.hautetfort.com/


Mon adresse email : daniel.tourre@dantou.fr
Mon site perso : www.dantou.fr

LA BIBLIOTHEQUE DU LIBERAL
(pas classée. comme une vraie bibliothèque.)

L'Action Humaine
(L.V. Mises) Human Action
Ludwig Von Mises, ...
Certaines mauvaises langues prétendent qu'il s'agit du Das Kapital Meilleur prix EUR 23,66
ou neuf EUR 30,39
Libéral parce que c'est un ouvrage de référence, c'est énorme, c'est
assez chiant et c'est écrit dans une langue étrangère.

Les gens sont méchants. C'est effectivement énorme (plus de 1000 A propos de cet espace

pages), c'est écrit dans une langue étrangère, mais ce n'est pas chiant.
En tout cas, pas tous les chapitres. Et c'est vraiment un ouvrage de
référence.

Paru en 1949, cet ouvrage est en effet l'un des socles de l'Ecole
autrichienne. Ludwig Von Mises s'attache à expliquer méthodiquement
les fondements de cette école économique littéraire (garantie 100%
sans mathématiques) et libérale (garantie 100% sans agrégats et
concepts holistes). Abrégé de L'action
humaine, traité d...
Ceux qui ont du mal avec la langue anglaise ou avec les gros livres sans Ludwig von Mises, ...
Meilleur prix EUR 14,25
images peuvent se tourner vers une édition française retenant les pages ou neuf EUR 14,25
les plus significatives.

A propos de cet espace

72 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

La route de la servitude
(F. Hayek)

Si Human action est le Das Kapital, la route de la servitude est dans


son édition française le petit livre rouge libéral.

Rédigé au sortir de la guerre pour dissuader les Anglais de sombrer


dans le collectivisme, F Hayek a écrit un livre pédagogique pour
exposer les principes de base du libéralisme. Il explique aussi que
La route de la servitude
l'interventionnisme, petite touche par petite touche, mène
Friedrich A. Hayek...
mécaniquement vers une forme de servitude telle que celle qui est Meilleur prix EUR 9,50
apparue en URSS ou dans l'Italie Fasciste. ou neuf EUR 9,50

Quelques pages pourraient sembler un peu datées en 2008 (l'URSS


n'est plus tellement d'actualité), mais nous avons la chance de vivre en A propos de cet espace
France, où beaucoup de polémiques fleurent de toute manière bon
l'avant 1917.

Un livre simple, clair pour le libéral débutant.

Histoire des idées politiques


(Philippe Nemo)

Je ne sais plus qui a dit 'Si vous ne vous occupez pas de politique, elle
s'occupera de vous'. Ce qui est assez vrai.

Il aurait pu rajouter 'Que vous vous occupiez ou non de philosophie


politique, elle s'est déjà occupée de vous.'

Pour savoir comment elle s'est occupée de vous, en deux ouvrages


encyclopédiques, Philippe Némo traverse 3000 ans de philosophie Histoire des idées
politique. politiques aux te...
Philippe Nemo, Qua...
Meilleur prix EUR 26,60
Ca fait forcement beaucoup de pages, mais c'est bien le minimum pour ou neuf EUR 26,60
comprendre le long cheminement intellectuel à l'origine d'idées qui
nous semblent évidentes aujourd'hui.
A propos de cet espace
Ces deux volumes ont aussi une qualité rare. En France du moins,
beaucoup d'ouvrages de philosophie politique sont écrits par des
normaliens neo-marxiens tendance structuro-hegelo-troskystes pré
bourdieusien.

Ce n'est pas le cas de Philippe Nemo (on murmure même qu'il est
libéral) ce qui donne à son ouvrage deux avantages importants :
Histoire idees
- On comprend ce qu'il écrit. polit.antiquite & m-a...
Philippe Nemo
Meilleur prix EUR 36,10
- Le constructivisme n'est pas l'horizon indépassable de la pensée ou neuf EUR 36,10
politique et économique.

Les deux ouvrages ne constituent certes pas un roman de plage, mais de A propos de cet espace
Platon à Hayek en passant pas Hobbes ou Tocqueville, les chapitres
sont clairs, le fils conducteur bien présent pour que l'on puisse lire de la
page 1 à X milliers avec une vraie envie de connaitre la fin.

Si vous aviez envie d'une petite remise à niveau en philosophie


politique, ces deux ouvrages devraient satisfaire avec clarté et
cohérence votre curiosité.

73 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

Ce qu'on voit
Ce qu'on ne voit pas
Ce qu'on voit et ce qu'on
Frédéric Bastiat est un économiste, député, journaliste, Français, ne voit pa...
humaniste, catholique, libéral, libéral, libéral du XIX eme siècle. Frédéric Bastiat, ...
Meilleur prix EUR 11,88
ou neuf EUR 11,88
Il explique avec un talent immense les concepts de base de l'économie
sans utiliser une seule équation mathématique et de la philosophie
libérale sans utiliser un mot en 'isme'. Les exemples sont nombreux, A propos de cet espace
l'ironie mordante, la clarté euuh très claire. Les sophismes, les ratés du
raisonnement dirigistes sont détricotés méthodiquement.

Presque oublié par ses compatriotes (nous quoi), M Bastiat a été sorti
de son cachot par les économistes de l'Ecole Autrichienne qui ont vu en
lui -à juste titre- un précurseur.

Si l'économie vous ennuie, et que dans toute votre vie vous ne pourrez Sophismes économiques
lire qu'un auteur économique, lisez Frédéric Bastiat. Frédéric Bastiat, ...

neuf
Ses textes sont plus amusants que la vie des stars et les concepts
économiques (beaucoup) plus pertinents que ceux exposés dans
certains ouvrages scolaires.
A propos de cet espace

Fontain Head
Exilée Russe en 1917, fantasque, excentrique, autoritaire,
manipulatrice, Ayn Rand avait tout pour être gourou.

Mais c'était aussi un écrivain. Elle a écrit -entre autres- deux


romans Fontain Head et Atlas Strugged considérés par le public
LA SOURCE VIVE
américain comme parmi les œuvres les plus influentes du XX eme Ayn Rand
siècle. Meilleur prix EUR 24,70
ou neuf EUR 24,70

Sans forcément partager l'opinion du public américain (il ne faut tout


de même pas oublier le seigneur des anneaux), il est curieux que ces
deux romans soient parfaitement inconnus en France. A propos de cet espace

Ou plutôt non. Ils partent avec deux handicaps majeurs :

- Les héros ne sont pas des écrivains/cinéastes/mondains en train de se


regarder le nombril avec un cynisme pleunichard, mais des architectes,
industriels de l'acier, responsables de chemin de fer passionnés par leur
métier, les buts qu'ils se sont fixés et la réalisation d'eux-mêmes..
Atlas Shrugged
- Les méchants sont : Ayn Rand, Leonard ...
Meilleur prix EUR 1,94
des apparatchiks collectivistes suaves et démago niant l'importance ou neuf EUR 5,77
de l'individu.
des arrivistes médiocres obsédés par l'argent ou par l'apparence de
la réussite sociale.
A propos de cet espace

Sinon l'intrigue tient sur un timbre poste, les ficelles sont grosses
comme des romans populaires d'aventure du siècle dernier et les
relations amoureuses passionnées comme des statues de marbre sortant

74 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

d'un congélateur.

Malgré des qualités littéraires discutables et une morale qu'on n'est pas
obligé de partager intégralement, ces deux pavés valent vraiment la
peine d'être lus pour l'originalité de la thématique et des personnages
très, très, très, très loin de la guimauve consensuelle que débitent les
séries du soir de notre chère télé.

Et puis des ficelles grosses comme des romans d'aventures du siècle


dernier, ça fait tourner les pages sans effort..

39 leçons d'économie

Vous êtes libéral et pourtant ce jour vous traînez dans le rayon


"économie" de votre médiathèque municipale.

Comme dans toutes les médiathèques de France, il y a là plusieurs


étagères consacrées à une dénonciation de l'économie libre et de ses
méfaits. Quelques manuels d'économie qui tentent de ne pas favoriser
trop Keynes par rapport à Marx ou Marx par rapport à Keynes.
L'erreur économique
Bref le désert habituel. Philippe Simonnot
Meilleur prix EUR 20,00
ou neuf EUR 20,90
Un livre de poche dans le tas n'est pas bariolé de couleurs noires et
rouges prédisant la fin du libéralisme. Alors vous le prenez.

Et là bonne surprise. Sous forme d'un dialogue bien écrit, l'auteur A propos de cet espace
explique clairement les principes de base de l'économie.

Il s'offre le luxe de citer Hayek dès la 10 ème page de son ouvrage et


de détailler la pensée de Mises quelques chapitres suivants.

Une question se pose immédiatement : Pourquoi ce livre n'a pas été


brûlé des son arrivée à la médiathèque ? L'urne pour dénoncer les livres
déviants n'est pas vidée régulièrement ?

Une deuxième se pose ensuite. L'auteur a-t-il écrit d'autres livres ?


39 lecons d'économie
contemporaine
La réponse est positive : 'L'erreur économique' à mi chemin entre le Philippe Simonnot
Meilleur prix EUR 6,40
manuel d'économie et les petites histoires qui font la grande, détaille la ou neuf EUR 9,41
naissance et le fabuleux destin des grandes erreurs d'économie
théorique.
A propos de cet espace
Dans les deux cas, c'est bien fait et c'est destiné au grand public sans
connaissance en économie préalable. De quoi pervertir intelligemment
les jeunes esprits subissant 'Alternatives Economiques' à longueur
d'année scolaire.

Le libéralisme

Economiste, Pascal Salin est l'un des rares universitaires français


libéral. Il a écrit notamment plusieurs Que-sais je autour de la
concurrence.

75 sur 76 28/06/2008 12:06


Le libéralisme pour les nuls http://www.dantou.fr/liberalisme.htm

Son ouvrage 'Libéralisme' n'est pas -contrairement à ce que son titre


peut laisser penser-, une présentation générale du libéralisme.
Les premiers chapitres exposent effectivement les grandes lignes du
libéralisme.

Mais la suite est plutôt une compilation d'essais avec une prédilection
pour les thèmes les polémiques et radicaux. (privatisation de la police,
etc..)
Libéralisme
Certains chapitres sont donc intéressants, mais l'ouvrage lui-même ne Pascal Salin
donne pas une vue représentative du libéralisme. C'est davantage une Meilleur prix EUR 27,55
ou neuf EUR 27,55
agrégation d'articles et publications hétéroclites qu'un tout cohérent et
didactique.

A lire donc pour le grand frisson, mais une fois que l'on connait déjà A propos de cet espace

bien les fondements du libéralisme.

Site au hasard
Voir la liste

76 sur 76 28/06/2008 12:06