Vous êtes sur la page 1sur 32

FESTIVAL

D’AVIGNON
SUPPLÉMENT

Jeudi 2 juillet 2015 ­ 71e année ­ No 21914 ­ 2,20 € ­ France métropolitaine ­ www.lemonde.fr ― Fondateur : Hubert Beuve­Méry

FESTIVAL
Nicolas Sarkozy : « Il faut protéger D’AVIGNON
AVEC LARS EIDINGER,
la zone euro du désastre grec » LE RICHARD III DE
THOMAS OSTERMEIER
→ S U P P LÉ M E NT

AFRIQUE
LA TOURNÉE
DE HOLLANDE POUR
SOIGNER SES ALLIÉS
→ LIR E PAGE 4

CLIMAT :
LA CHINE SUR
LA BONNE VOIE
→ LI R E P A G ES 8 ET 23

NUCLÉAIRE
L’EPR FINLANDAIS
COMPLIQUE
LE RAPPROCHEMENT
ENTRE AREVA ET EDF
Au siège des Républicains, → LIR E LE C A HIE R É CO PAGE 3
à Paris, le mardi 30 juin.
STÉPHANE LAVOUÉ/PASCO POUR « LE MONDE »

MÉDIAS
▶ Dans un entretien au ▶ L’ex­président ne ▶ Pour contrer l’afflux de ▶ Le 30 juin, la Grèce
JÉRÔME FENOGLIO,
« Monde », Nicolas Sarkozy regrette pas l’intervention migrants en Méditerranée, n’avait pas remboursé NOUVEAU
accuse Alexis Tsipras de 2011 contre Kadhafi. il propose de « détruire les le FMI. Les négociations DIRECTEUR
d’avoir « suspendu
l’appartenance de
Il reproche à son succes­
seur d’avoir laissé tomber
bateaux des trafiquants »
et d’armer l’agence
se poursuivent DU « MONDE »
LIR E L’ E NT R E T IE N P. 2-3, LA CHRONIQUE
la Grèce à la zone euro » la Libye à l’été 2012 européenne Frontex P. 23 ET LE CAHIER ÉCO P. 4 À 6 → LIR E LE C A HIE R É CO PAGE 8

LES MAUVAIS
COMPTES
NIGER
I ls disent avoir « fait un travail », ils réclament
leur dû. Un ancien colonel de la Direction géné­
rale de la sécurité extérieure (DGSE) reconverti
dans la sécurité privée, Jean­Marc Gadoullet, et un
rebelle touareg malien devenu député, Ahmada ag­
que Le Monde a rencontré à Paris le 25 juin. Une réu­
nion entre les avocats des différentes parties est pré­
vue le 9 juillet.
Cet épisode éclaire les luttes intestines qui ont af­
fleuré dès 2011 dans le dossier des sept otages enlevés
DE LA LIBÉRATION Bibi, demandent 1,5 million d’euros aux groupes
Areva et Vinci. La somme, selon eux, aurait dû leur
en septembre 2010 sur le site de production d’ura­
nium d’Arlit, au Niger. Début 2011, au Mali. M. Ga­
DES OTAGES FRANÇAIS être versée par les entreprises pour la libération,
en 2013, de leurs employés retenus par Al­Qaida au
doullet parle au redouté chef d’AQMI, Abou Zeid, et
récupère avec succès trois premiers otages, dont
par nathalie guibert Maghreb islamique (AQMI). « Il me manque les deux Françoise Larribe, avec l’aide des Touareg d’ag­Bibi.
tiers de mes engagements », affirme M. Gadoullet, → LIR E L A S U IT E PAGE 5

LE REGARD DE PLANTU Au Quai Branly,


les maîtres
de la statuaire
ivoirienne
ARTS
LA VIE,
Statuettes, masques, objets de L’AMOUR
culte ou du quotidien... Pas moins ET LE GÉNIE
de 330 pièces comptant parmi les DE BRIAN WILSON
plus remarquables de la statuaire
africaine sont réunies au Musée
DES BEACH BOYS
du quai Branly, à Paris, où se tient,
jusqu’au 26 juillet, l’exposition
« Les Maîtres de la sculpture, Côte
d’Ivoire ». Divisée en six espaces
correspondant aux cultures qui
se côtoient dans l’aire géographi­ un ilm de BILL POHL AD
que ivoirienne, elle permet de
prendre la mesure du talent d’ar­
tistes dont on ne connaît pour­ ACTUELLEMENT
tant ni la vie ni le nom. AU CINÉMA
→ LIR E PAGE 2 0
Algérie 180 DA, Allemagne 2,50 €, Andorre 2,40 €, Autriche 2,80 €, Belgique 2,20 €, Cameroun 1 900 F CFA, Canada 4,50 $, Côte d'Ivoire 1 900 F CFA, Danemark 30 KRD, Espagne 2,50 €, Finlande 4 €, Gabon 1 900 F CFA, Grande-Bretagne 1,90 £, Grèce 2,50 €, Guadeloupe-Martinique 2,40 €, Guyane 2,80 €, Hongrie 950 HUF,
Irlande 2,50 €, Italie 2,50 €, Liban 6 500 LBP, Luxembourg 2,20 €, Malte 2,50 €, Maroc 13 DH, Pays-Bas 2,50 €, Portugal cont. 2,50 €, La Réunion 2,40 €, Sénégal 1 900 F CFA, Slovénie 2,50 €, Saint-Martin 2,80 €, Suisse 3,50 CHF, TOM Avion 450 XPF, Tunisie 2,50 DT, Turquie 9 TL, Afrique CFA autres 1 900 F CFA
2 | international 0123
JEUDI 2 JUILLET 2015

« La Grèce a suspendu,
de fait, son appartenance
à la zone euro »
Nicolas Sarkozy demande à l’Europe de ne pas céder face à Athènes.
L’ancien chef de l’Etat revient sur la situation internationale.
Il affirme ne pas regretter l’intervention de la France en Libye en 2011.
Face à l’immigration illégale, il préconise l’emploi de « la force »

ENTRETIEN Vous trouvez normal que M. Tsipras


« J’aimerais tant qu’il
appelle à voter « non » ?

M
ardi 30 juin, Nicolas Je trouve anormal qu’il appelle à voter soit possible de parler
Sarkozy a reçu Le Monde contre les mesures d’une zone euro dont
au siège du parti Les Répu- il souhaite la solidarité, sans en assumer
de l’immigration
blicains. Dans cet entre- la responsabilité. Avec ce référendum, il de façon objective.
tien, l’ancien président de la République se met d’ailleurs dans une situation im-
s’exprime sur la crise grecque, les consé- possible. Si les Grecs répondent « oui » au
L’immigration est
quences de l’intervention en Libye déci- plan proposé par l’Eurogroupe, M. Tsipras l’un des problèmes
dée sous son quinquennat et la guerre en ne pourra pas rester premier ministre.
Syrie. En matière de politique intérieure, Mais s’ils répondent « non » au plan, cela
les plus complexes
M. Sarkozy déplore l’insuffisance de l’ac- voudra dire qu’il reviendra avec un man- et les plus brûlants
tion de l’exécutif contre le terrorisme et dat de négociation encore plus dur. La si-
réclame l’adoption « de mesures très pré- tuation sera encore plus intenable.
pour l’Europe »
cises que le gouvernement a jusqu’à pré- L’Europe ne peut pas céder devant un
sent refusées ». gouvernement dans lequel figurent l’ex-
trême gauche et l’extrême droite. Si les 18 Y a-t-il des risques pour l’économie
Aujourd’hui, quelle est la solution s’inclinaient devant M. Tsipras, cela ap- française ?
pour sortir de la crise grecque ? porterait de l’eau au moulin de tous ceux Qui peut penser qu’il n’y a pas de risque
Avec Angela Merkel, nous avons beau- qui préfèrent la démagogie et les suren- pour l’économie française déjà fragilisée
coup fait pour que la Grèce reste dans chères au projet européen. Donner rai- par une politique économique et fiscale à seaux de trafiquants qui ne sont ni plus Nicolas Sarkozy,
l’euro. Je reste convaincu que, dans cette son à M. Tsipras reviendrait à déjuger contre-courant de ce qui se fait partout ni moins que les nouveaux esclavagistes. au siège du parti
aventure extraordinaire de l’euro, l’exclu- tous les gouvernements européens qui en Europe ? La dernière chose dont l’éco- Il faut détruire leurs bateaux, les punir sé- Les Républicains, à
sion d’un pays membre peut avoir des ont fait le choix de la raison. nomie française ait besoin, c’est un sur- vèrement et pour cela doter l’agence Paris, mardi 30 juin.
conséquences d’une gravité que per- croît d’instabilité dans la zone euro ! européenne Frontex de capacités opéra- STÉPHANE LAVOUÉ/PASCO
sonne ne peut vraiment appréhender. Le ministre grec des finances, Yanis tionnelles, y compris militaires. POUR « LE MONDE »
Jusqu’au bout, je veux espérer que la rai- Varoufakis, évoque un recours en jus- François Hollande l’a dit…
son l’emportera. tice puisque rien n’est prévu pour Le seul pronostic isolé de M. Hollande L’intervention militaire française en
faire sortir un pays de la zone euro… n’est pas de nature à rassurer les observa- Libye en 2011 a-t-elle aggravé la crise ?
Demeure-t-on face à un risque systé- Quand on doit 320 milliards d’euros, il teurs de la zone euro. Pour l’instant, la si- L’immigration n’a pas commencé avec
mique ? ne me paraît pas tout à fait habile d’ester tuation tient car les banques grecques la chute de Mouammar Kadhafi. Est-ce
Oui, et qui prendrait le pari contraire ? en justice contre des créanciers à qui l’on ont été fermées, la circulation des capi- que je regrette cette intervention ? La ré-
Aujourd’hui, la question est davantage de demande des délais et des échelonne- taux a été arrêtée et la BCE a décidé de ponse est non. Qui d’ailleurs pourrait re-
savoir comment protéger la zone euro du ments de dette ! Cet argent appartient soutenir les banques grecques. Tout ceci gretter la présence de M. Kadhafi à la tête
désastre grec que de simplement proté- pour l’essentiel aux contribuables euro- est très précaire. Comment penser que la de la Libye, un dictateur parmi les plus
ger la Grèce. péens et notamment français. Ils ont le BCE va continuer si les Grecs répondent cruels que cette région ait connus ?
Ces dernières semaines, ce ne sont pas droit d’être respectés. « non » au référendum ?
les données économiques et financières Maintenant la question la plus urgente, On ne regrette pas de ne plus le voir
qui ont changé, mais la situation politi- c’est de protéger la zone euro, au-delà du Sur la question migratoire, qui con- dans les jardins de l’Elysée.
que. Jusqu’à l’arrivée de Monsieur Tsi- seul cas de la Grèce. Depuis janvier, qu’a- cerne aussi la Grèce, peut-on progres- Puis-je vous demander un peu de
pras, nous avions des gouvernements t-on fait ? Grosso modo rien, si ce n’est re- ser dans l’intégration ? bonne foi ? Vous savez bien que cette vi-
grecs qui coopéraient plus ou moins effi- cevoir en grande pompe M. Tsipras en J’aimerais tant qu’il soit possible de par- site était une condition mise à la libéra-
cacement avec leurs partenaires euro- France, en lui laissant croire qu’il aurait ler de l’immigration de façon objective, tion d’un médecin palestinien et d’infir-
péens. Depuis, nous avons un gouverne- satisfaction alors qu’on savait bien que ce apaisée, en tenant compte des réalités et mières bulgares qui ont été violées, bat-
ment grec qui refuse toute attitude rai- ne serait pas le cas. non des postures. L’immigration est l’un tues et torturées pendant huit ans dans
sonnable. Depuis janvier, aucune réflexion sé- des problèmes les plus complexes et les les geôles de Monsieur Kadhafi. Peut-on
C’est un changement de paradigme qui rieuse n’a été menée sur la nécessité de plus brûlants pour l’Europe. Dans trente me reprocher d’avoir tout fait pour les li-
a conduit le gouvernement grec à suspen- renforcer le gouvernement économique ans, l’Afrique sera passée de 1 milliard à bérer ?
dre de fait, de lui-même, l’appartenance de la zone euro. Aujourd’hui il faut convo- 2,3 milliards d’habitants. L’explosion dé-
de la Grèce à la zone euro. Alexis Tsipras quer un conseil des 18 chefs d’Etat et de mographique africaine pose les condi- Mais les conséquences ne sont-elles
en porte l’entière responsabilité. Qui a gouvernement de la zone euro pour pré- tions d’une pression migratoire insoute- pas très lourdes ?
quitté la réunion des ministres des finan- parer le message qu’il va falloir adresser nable. Quant à la vague migratoire Est- Avec David Cameron, nous avions orga-
ces, si ce n’est le ministre des finances aux économies du monde entier afin de Ouest qui passe par la frontière gréco-tur- nisé une coalition de 54 pays, dont des
grec ? Qui a refusé toutes les propositions protéger la stabilité de la zone euro et de que, la situation n’est guère plus pays membres de la Ligue arabe. Ensuite,
qui lui ont été faites ? Voilà le premier ré- faire en sorte que les marchés n’atta- rassurante. nous avions créé les conditions politi-
sultat d’une politique irresponsable. quent pas un prochain maillon faible. Sur cette question aussi, le rôle de la ques pour que les modérés libyens puis-
Je veux préciser cependant que, par Grèce est majeur. Comme vous le voyez, sent assurer le pouvoir. Et c’est ce qui s’est
principe, le recours au référendum est lé- Les décisions prises ne suffisent pas ? je ne partage pas l’avis de M. Hollande sur produit au mois de juillet 2012, puisque
gitime ; mais la seule question qui ait un Quelles décisions ? Mise à part la Banque l’idée que la crise grecque serait sans con- les premières élections législatives libres
sens est celle pour la Grèce de son appar- centrale européenne (BCE), les seules qui séquence pour l’Europe. en Libye ont connu 60 % de participation
tenance à l’Europe. ont été prises visaient à gagner du temps. et la victoire des modérés. En juillet 2012,
Aujourd’hui, nous n’avons plus de temps, Faut-il des quotas pour l’asile ? quand je quitte le pouvoir, la Libye est li-
il faut agir en élisant un président du gou- L’Europe est fondée sur la solidarité. bérée et les modérés sont au pouvoir. A
vernement économique européen dont la Mais la solidarité sans politique com- partir de ce moment et, de façon incom-
« Depuis l’arrivée mission sera d’harmoniser les économies mune conduit à faire un gigantesque ap- préhensible, la communauté internatio-
de M. Tsipras, européennes, en désignant un secrétaire pel d’air, sans limites, et au final à augmen- nale, y compris la France, s’est désintéres-
général qui soit le directeur du Trésor ter les quotas année après année. C’est sée de la situation et le chaos s’est installé.
nous avons un européen, en transformant le mécanisme pourquoi j’ai refusé cette proposition.
gouvernement grec européen de stabilité en fonds monétaire Les Américains vous ont pourtant re-
européen capable de prendre des initiati- Faut-il employer la force contre l’im- proché cette intervention ?
qui refuse toute ves par lui-même, car il est un peu déso- migration illégale ? Où avez-vous vu cela ? Et d’ailleurs, en
attitude raisonnable » lant de voir l’Europe à la traîne du FMI. Il faut employer la force face aux ré- matière de politique arabe, nos amis
0123
JEUDI 2 JUILLET 2015 international | 3

« Quels que soient


les désaccords
que l’on peut avoir
avec lui, M. Poutine
est quelqu’un
avec qui on doit
et on peut négocier »

M. Poutine est quelqu’un avec qui on


doit et on peut négocier.

François Hollande a-t-il eu raison de


reporter la livraison par la France de
navires de guerre Mistral à la Rus-
sie ?
Il ne fallait pas se mettre dans cette
impasse en laissant dériver les choses
ainsi. Encore une fois, pourquoi avoir
attendu un an pour discuter ? Il fallait
exercer une double pression. D’un
côté, empêcher le gouvernement
ukrainien de retirer le statut de langue
officielle au russe dans un pays où 30 %
de la population est russophone. De
l’autre, arrêter M. Poutine dès le départ
pour éviter la crise de Donetsk. La ques-
tion du Mistral ne se serait pas posée. Il
aurait été livré, ce qui aurait donné du
travail à nos ouvriers et évité une
charge supplémentaire pour le contri-
buable français.

Comment réagissez-vous à l’espion-


nage par la NSA dont vous avez été la
cible ?
C’est inacceptable. Je me doutais qu’il
y avait des écoutes mais je n’imaginais
pas qu’elles pouvaient viser des respon-
sables politiques personnellement.
Avec le recul, je me demande qui ne
m’écoutait pas…
américains ne sont pas vraiment en si­ d’avoir d’autres pays arabes à nos côtés Quelle attitude avoir vis-à-vis de la Daech et régler le drame syrien. Cela n’a
tuation de donner des leçons. J’ai tou- pour ne pas donner le sentiment de pro- Russie ? pas de sens. Je m’interroge toujours sur la La réaction de Barack Obama a-t-elle
jours assumé mon amitié pour les Etats- céder à une revanche de l’Occident sur On peut exprimer un désaccord sur la question de savoir pourquoi il a fallu at- été à la hauteur ?
Unis, mais j’ai toujours refusé de l’Orient. Pour autant, nous n’avons pas à manière dont Vladimir Poutine s’est tendre un an pour discuter avec M. Pou- Quelle réaction a-t-il eue ? p
me soumettre à quelque instruction de choisir entre les sunnites et les chiites. comporté sur l’Ukraine. Mais pour tine. J’étais allé voir M. Poutine et M. Med- prospos recueillis par
leur part. La position centrale de la France, c’est autant, on ne doit pas créer les conditions vedev au bout de quatre jours pour régler matthieu goar, nathalie guibert,
de parler à tout le monde et pas seule- d’une nouvelle guerre froide alors qu’on a le conflit en Géorgie. Quels que soient les alexandre lemarié
Comment faire évoluer la situation en ment à un camp. tant besoin de la Russie pour lutter contre désaccords que l’on peut avoir avec lui, et arnaud leparmentier
Syrie ?
En 2013, il y a eu une dramatique recu-
lade lorsque Bachar Al-Assad a utilisé les
armes chimiques. Une ligne rouge a été
franchie et personne n’a bougé. Le refus
d’intervenir à cette époque a conduit au
maintien d’un dictateur, Bachar Al-Assad,
« En 2017, l’opposition doit avoir un seul candidat »
à la prise de la moitié du pays par les bar-
bares de Daech ainsi qu’à la quasi-dispari-
tion de l’opposition démocratique sy- ENTRETIEN police pour donner immédiatement de Vous réjouissez-vous d’entendre Ma- Pourquoi attendre 2016 pour présen-
rienne. Aujourd’hui, il existe bien une nouveaux moyens à nos services de nuel Valls reprendre le terme de ter votre projet d’alternance ?
coalition internationale, mais quelle est renseignement. « guerre de civilisation » que vous Nous avons besoin de prendre du
sa stratégie ? Qui la dirige ? Quelle est sa Faut-il s’habituer à subir des atten- aviez utilisé ? temps, de réfléchir, de faire un travail
volonté ? Nous assistons à une effarante tats en France ? Faut-il fermer les mosquées salafis- Il faut toujours être indulgent avec les sérieux. Les sujets sont tellement com-
crise de leadership. Quand on décide de S’habituer, en aucun cas. S’y préparer, tes ? convertis de la dernière heure ! Ce n’est plexes. Il y a des débats qui ne peuvent
faire la guerre à Daech, c’est pour la ga- oui. La question n’est pas de savoir s’il y Il faut passer à la vitesse supérieure pas une guerre de civilisations, car plus être éludés. Il en va de la confiance
gner. Aujourd’hui, force est de constater aura d’autres attentats en France mais quant à l’habilitation des imams, en fai- Daech n’en est pas une, mais une guerre des Français dans la politique. Et sur-
que l’on ne s’en donne pas les moyens. quand. Nous avons un ennemi de l’exté- sant en sorte qu’elles soient proposées à la civilisation. tout, nous devrons veiller à ce que tout
rieur, Daech, à qui il faut faire une par le Conseil français du culte musul- ce que nous dirons puisse être scrupu-
Faut-il dialoguer avec Bachar Al-As- guerre sans merci, et un ennemi de l’in- man au ministère de l’intérieur et reti- Comprenez-vous les inquiétudes leusement mis en œuvre. Enfin,
sad ? térieur, qui s’est radicalisé et a fait beau- rées à la première dérive. Et, naturelle- d’Alain Juppé sur l’organisation de la le temps des catalogues de proposi-
Il faut discuter avec Bachar Al-Assad coup d’émules. Rien que l’année der- ment, les mosquées dans lesquelles il y primaire pour la présidentielle de tions est révolu. Il faut une vision et
d’un seul sujet : les conditions de son dé- nière, le nombre de Français qui ont a des prêches radicaux doivent être fer- 2017 ? des priorités.
part. Par ailleurs, je ne voudrais pas que choisi le djihad a été multiplié par trois. mées sans délai. La situation s’est telle- La primaire aura lieu. Personne ne
l’on recommence avec la Syrie l’erreur qui Nous devons adapter notre riposte à ment dégradée que la République n’a peut en douter. Je suis convaincu que Votre mise en examen dans l’affaire
a été commise avec l’Irak quand la com- cette nouvelle réalité. plus le choix. Il faut agir avec fermeté. les inquiétudes vont se dissiper. des écoutes peut-elle vous empêcher
munauté internationale a refusé de réin- d’être candidat en 2017 ?
tégrer les soutiens de Saddam Hussein. Il Le gouvernement a-t-il pris la me- Pourquoi avoir décidé de consacrer Quel est, selon vous, le nombre de Dans les valeurs du journal Le Monde,
faudra un jour dialoguer et réintégrer cer- sure de la menace terroriste depuis le premier débat de votre parti à la participants nécessaires pour une il y a le respect de la personne, l’attache-
tains dirigeants du parti Baas. les attentats de janvier ? question de l’islam ? primaire réussie ? ment aux droits de l’homme et à la pré-
Non, ou en tout cas pas suffisamment La mainmise de la pensée unique est Plus il y aura de votants, mieux cela somption d’innocence, pourquoi avez-
Faut-il envoyer des soldats au sol ? car il y a encore des mesures très préci- quelque chose de très préoccupant. sera. Et je suis certain qu’ils viendront vous tant de mal à appliquer ces princi-
A partir du moment où on l’on a pris la ses à adopter que le gouvernement a Qui peut croire que l’on peut résoudre de tous les horizons de la droite et du pes quand vous parlez de moi ? Est-ce
bonne décision de faire la guerre à Daech, jusqu’à présent refusées : la consulta- les problèmes sans en parler ? Et qui centre. Toute l’opposition doit se mobi- que l’affaire Bettencourt n’a pas servi de
il faut s’en donner tous les moyens et me- tion de sites djihadistes doit être sévère- peut affirmer que la question de l’is- liser et être concernée par l’ambition de leçon ? Eric Woerth et moi avons été in-
ner un combat sans merci. Si des experts ment réprimée ; les Français partis faire lam, de sa place dans la société fran- se rassembler autour d’un seul candidat sultés en pleine campagne présiden-
au sol sont nécessaires pour renforcer le djihad doivent être mis en prison à çaise, des limites que la République à la présidentielle. tielle à cause de cette procédure judi-
l’efficacité des frappes aériennes, nous leur retour et envoyés à leur sortie dans doit poser, ne constitue pour tous nos ciaire. A l’arrivée, j’ai eu un non-lieu et
aurions bien tort de ne pas le faire. des centres de déradicalisation. Quant à compatriotes un sujet de préoccupa- Quelle sera la thématique de 2017 ? M. Woerth a été relaxé. Pourtant, com-
ceux qui disposent de la double natio- tion majeur ? Pour les musulmans, Il est bien prématuré de le dire. Avant bien de « unes » du Monde évoquaient
L’Arabie saoudite, le Qatar, les Etats- nalité, ils ne doivent pas pouvoir reve- parce qu’ils ne supportent plus l’amal- la présidentielle, il y aura les régiona- notre culpabilité ? Qu’au moins tout
Unis… Est-ce une bonne coalition ou nir en France. Les Républicains deman- game, pour les autres, parce qu’ils sont les. Chaque chose en son temps. ceci nous serve de leçons. p
faut-il revoir son périmètre ? dent enfin que soient rétablies sans tar- attachés à un mode de vie qu’ils ne En 2017, l’exigence de vérité sera plus propos recueillis par
Dans cette guerre, il est important der les heures supplémentaires dans la veulent pas voir disparaître. forte que jamais. m. gr, n. g., al. le. et ar. le.
4 | international 0123
JEUDI 2 JUILLET 2015

Hollande a appris à soigner ses alliés africains


Le président français entame, mercredi 1er juillet, une tournée au Bénin, en Angola et au Cameroun

C’
est un pur hasard du deux hommes affichent un triste
calendrier. Eminent bilan démocratique et de gouver-
protagoniste de nance. Mais l’Angola, producteur
l’« Angolagate », majeur de pétrole, est un poids
Charles Pasqua, qui avait été relaxé lourd économique que la France a
en appel en 2011 dans ce dossier de trop longtemps négligé. Quant au
ventes d’armes, est mort, lundi 29 Cameroun, c’est un allié dans la
juin, à quarante-huit heures du dé- lutte contre les islamistes de Boko
placement de François Hollande Haram. Il a joué également un rôle
en Angola, justement, ainsi qu’au déterminant dans la libération,
Bénin et au Cameroun. Avec cette ces dernières années, d’otages
figure historique du RPR, c’est la français détenus dans la région.
Françafrique à la mode gaulliste –
avec ses réseaux parallèles et ses « Message politique »
ingérences brutales dans les an- Chaque étape du déplacement
ciennes colonies françaises – qui présidentiel sera d’ailleurs adap-
est symboliquement enterrée. tée au degré de respectabilité dé-
Cinquante ans après les indé- mocratique du pays hôte. Le prési-
pendances, les générations et les dent béninois, Thomas Boni Yayi,
méthodes se sont renouvelées. l’un des bons élèves de la transi-
Mais les liens historiques de la tion démocratique africaine, si ce
France avec le continent noir font n’est sa gouvernance entachée de
toujours de leurs relations un do- scandales de corruption, se verra
maine diplomatique à part. Fran- distingué. « Le Bénin est le seul
çois Hollande, qui se voulait un pays où le président va prononcer
« président normal » aussi sur ce un discours [jeudi] devant les parle-
terrain, en a fait peu à peu l’ap- mentaires et les forces vives. Ce n’est
prentissage, contraint par les né- pas un hasard », souligne l’Elysée.
cessités du terrain d’infléchir sa li- « Le président béninois vient d’an-
gne initiale. noncer qu’il respecterait la Consti-
A son arrivée aux affaires tution [qui lui interdit de briguer
en 2012, il avait fait la leçon aux un troisième mandat] et l’opposi-
présidents africains qui malme- tion démocratique a emporté les
naient les règles démocratiques. dernières législatives. Le choix du
Depuis, le chef de l’Etat a déve- Bénin est un message politique »,
loppé les qualités d’équilibriste ajoute-t-on à la présidence.
que sa fonction exige pour préser- Au Cameroun, François Hol- François Hollande s’entretient avec le président béninois, Thomas Boni Yayi, le 9 juin, à l’Elysée. THIBAULT CAMUS/AP
ver les intérêts diplomatiques, lande a prévu de rencontrer des re-
économiques et militaires fran- présentants d’ONG et d’associa- détournement de fonds. « Le prési- rigeant d’un pays voisin du Tchad. lement du coup par coup », tran- (« Serval » au Mali, « Sangaris »
çais. Dans ce périple africain « ex- tions de défense des droits de dent fera valoir que c’est une peine « On peut le comprendre, mais ce che sévèrement Roland Marchal, en Centrafrique) et de la place
press » du 1er au 3 juillet, il rencon- l’homme, mais aussi d’évoquer di- choquante pour la France et les n’est pas une raison pour détourner spécialiste de l’Afrique au Centre croissante occupée par la lutte
trera donc le président camerou- rectement avec Paul Biya « l’en- Français, une peine énorme pour les yeux sur les abus du régime mili- de recherches internationales de contre le terrorisme au Sahel
nais, Paul Biya (82 ans), et son ho- semble des sujets concernant la jus- une malversation financière. Il sou- taro-civil du “soldat” Déby », ajoute Sciences Po. « Notamment parce (opération « Barkhane » basée à
mologue angolais, José Eduardo tice camerounaise ». Ce sera no- lignera la nécessité d’un geste hu- cette source. Elle critique notam- que, sous Hollande, l’appareil di- N’Djamena), ce sont les militaires
dos Santos (72 ans), deux doyens tamment le cas de l’avocate fran- manitaire en sa faveur », explique ment l’absence d’initiative fran- plomatique a continué de s’affai- français qui ont repris du poids
parmi les dirigeants de la planète, co-camerounaise Lydienne Yen- un conseiller. De telles prises de çaise dans le dossier de l’opposant blir », ajoute-t-il. sur les dossiers africains. Le mi-
avec respectivement trente-deux Eyoum, condamnée à vingt- position, le chef de l’Etat n’avait Ibni Oumar Saleh, disparu A l’Elysée, la « cellule Afrique » nistre de la défense, Jean-Yves Le
et trente-cinq années de règne. Les cinq ans de prison pour pas jugé bon de les endosser si fer- en 2008, au lendemain d’une in- avait déjà disparu au temps de Ni- Drian, un proche du président, y a
mement lors de ses récentes visi- tervention militaire française qui colas Sarkozy. « Mais les con- effectué un nombre incalculable
tes à Riyad, La Havane, Alger ou venait de sauver la tête du prési- seillers diplomatiques pour cette de visites. Pour l’anecdote, le très
Deux soldats français soupçonnés N’Djamena. dent tchadien menacé par une partie du monde parlent surtout politique directeur de cabinet du
Le cas du Tchad illustre d’ailleurs énième rébellion. droits de l’homme et bonne gou- ministre, Cédric Lewandowski, est
d’actes pédophiles au Burkina les tâtonnements et les limites de vernance », glisse un diplomate surnommé « Foccardowski », en
Le parquet de Paris a confirmé l’ouverture, mardi 30 juin, d’une en- la diplomatie africaine de François Intérêt modéré du Quai d’Orsay africain. Le ministère de la coopé- référence à Jacques Foccart, tout-
quête préliminaire sur des soupçons « d’actes à connotation Hollande. « Depuis l’engagement A son arrivée à l’Elysée, François ration, devenu un ministère du puissant « Monsieur Afrique »
sexuelle » sur mineur par deux soldats français en mission au Bur- tchadien aux côtés des Français au Hollande connaissait mal le con- développement et initialement des présidents français après les
kina Faso. L’enquête a été confiée au commandement de la gen- Mali en 2013, puis, cette année, con- tinent, hormis quelques relations confié à l’écologiste Pascal Canfin, indépendances. Il est certaines ré-
darmerie prévôtale. Les deux militaires ont été suspendus. La vic- tre les Nigérians de Boko Haram, personnelles tissées dans le cadre n’a plus la main. Le ministre des férences, en matière de relations
time est « une mineure de 5 ans environ dont le père est burkinabé Idriss Déby [le président tchadien] de l’Internationale socialiste, du affaires étrangères, Laurent Fa- franco-africaines, qui s’effacent
et la mère française », a précisé une source burkinabée, ajoutant est intouchable. Pour les Français temps où il était premier secré- bius, ne s’intéresse que modéré- difficilement. p
que « les deux soldats sont des amis de la famille », chez qui ils ont comme pour les chefs d’Etat de la taire. « Il n’a pas de vision du conti- ment à ce continent. christophe châtelot
« oublié la caméra » sur laquelle ils avaient enregistré leurs méfaits. région, d’ailleurs », explique un di- nent, ni de politique africaine, seu- Au fil des interventions armées et david revault d’allonnes

La Chine tend la main à la France pour affermir sa présence en Afrique


fait l’objet, mardi 30 juin, d’une africain, Paris souhaite y favoriser sorbé la moitié des exportations confrontée à de gros problèmes
pékin - correspondant
déclaration conjointe de coopéra- les complémentarités avec la
« Pékin considère du Congo-Brazzaville en 2013, d’image en Afrique, et de manque

L a France entend participer


à la spectaculaire expan-
sion de la Chine hors de ses
frontières – en Asie, mais surtout
en Afrique. Une initiative qui a
tion dans les pays tiers, lors de la
visite du premier ministre chi-
nois, Li Keqiang, à Paris. Fort de
ses liens culturels, politiques et
économiques avec le continent
Chine – au lieu de se retrouver en
concurrence frontale avec un ac-
teur qui y est devenu majeur.
Les engagements de la Chine en
Afrique sont passés de 5 milliards
que de travailler
avec la France
en Afrique de
45 % de celles de l’Angola et 35 % de
celles de la Zambie. Elle est désor-
mais un grand pourvoyeur d’in-
frastructures, accumulant les
grands chantiers dans le transport
d’expérience dans des domaines
où l’Occident peut l’aider », ana-
lyse la chercheuse Yun Sun, spé-
cialiste des relations entre la
Chine, l’Asie et l’Afrique au Stim-
de dollars (4,5 milliards d’euros)
manière sélective et l’énergie, comme le réseau ferré son Center de Washington.
en 2006, lors du troisième som- peut l’aider, de 9 milliards de dollars récem- « Dans cette optique, explique-t-
met du Forum de coopération ment accordé par la Tanzanie à un elle, la Chine considère que tra-
sino-africaine (Forum on China-
et non l’affaiblir » consortium chinois. La Chine est vailler avec la France en Afrique de
Africa Cooperation ; Focac) – qui, YUN SUN aussi confrontée à un défi sécuri- manière sélective peut l’aider, et
tous les trois ans, joue un rôle cen- chercheuse taire en raison de la présence mas- non l’affaiblir. »
tral dans les initiatives chinoises sive de ressortissants chinois en Cette évolution de l’approche
en Afrique – à 10 milliards de dol- Afrique (entre 1 et 2 millions), aux- chinoise date de l’arrivée au pou-
lars en 2009, puis 20 milliards quels travailler, de faire en sorte de quels il faut pouvoir venir en aide voir de la nouvelle équipe diri-
JUILLET 2015 en 2012, auxquels s’ajoute une li- ne pas aggraver la dette de ces en cas de troubles. geante en 2013, qui privilégie les
gne de crédit de 10 milliards de pays », poursuit le diplomate. Cette approche reste relative- projets d’infrastructures, en parti-
dollars en 2013, année de la pre- Dans les faits, certains groupes ment nouvelle pour la France, culier de transport, au détriment
mière tournée du président Xi français se positionnent déjà mais aussi pour la Chine. « Se met- d’une vision longtemps « mer-
Jinping sur le continent africain. auprès d’acteurs chinois, comme tre avec l’ancienne puissance colo- cantile », due à « la priorité don-

Comment sauver Défi sécuritaire


« La Chine est capable de proposer
Alstom – ou du moins sa filiale
chinoise, Alstom Hydro China –
qui va équiper en turbines le bar-
niale, c’est un peu une révolution
pour les Chinois, qui sont dans le
discours Sud-Sud de lutter contre
née par la Chine aux ressources na-
turelles », écrit Mme Sun dans un
article récent sur le prochain som-
vraiment la Grèce des montages financiers qui per-
mettent de vendre des infrastruc-
rage de Karuma, en Ouganda,
construit par le géant chinois Si-
les hégémonies », explique un
autre diplomate français à Pékin.
met Focac, prévu à l’automne. Il
faut s’attendre à voir se manifes-
tures à des prix abordables, l’idée nohydro. Dans les hydrocarbures, La Chine a pris conscience, récem- ter, lors de ce sommet, une « dévo-
est pour la France de se positionner Total travaille depuis plusieurs ment, des limites de son modèle tion nouvelle des Chinois pour des
avec son savoir-faire et ses techno- années avec les pétroliers chinois. d’expansion en Afrique et de la thèmes comme le développement
logies », explique-t-on de source Enfin, les groupes chinois recou- nécessité de l’ajuster. agricole, l’industrialisation, la for-
diplomatique française. Outre rent naturellement à des presta- mation ou encore les transferts de
l’objectif économique, la France taires de service français dans les Problèmes d’image en Afrique technologie », annonce Mme Yun.
met en avant son rôle modérateur pays francophones. « L’approche chinoise a longtemps Cet ajustement répond, pour la
auprès des Chinois en termes de D’une posture de champion du été de ne pas se faire prendre au Chine, à sa quête d’influence poli-
Chaque mois, avec Le Monde diplomatique, responsabilité sociale. « La Chine tiers-monde non aligné, volon- piège du discours traditionnel des tique qui concerne désormais la
projette à l’extérieur ses capacités tiers anticolonialiste, la Républi- donateurs occidentaux et de leur planète entière. La Chine de Xi
on s’arrête, on réfléchit. financières et aussi ses surcapaci- que populaire est devenue un con- système, pour éviter que ses inves- Jinping est déterminée à se posi-
Chez votre marchand de journaux, 28 pages, 5,40 € tés. Il s’agit d’essayer de trouver des sommateur vorace de matières tissements soient exploités politi- tionner en puissance globale. p
principes de gouvernance avec les- premières. La Chine a ainsi ab- quement. Mais la Chine a aussi été brice pedroletti
0123
JEUDI 2 JUILLET 2015 international | 5

Les mauvais comptes de la libération


I N D ON ÉS I E
Au moins 142 morts
dans le crash d’un avion
militaire

des otages français au Niger


Un avion de l’armée de l’air
indonésienne s’est écrasé,
mardi 30 juin, dans une zone
habitée de la ville de Medan,
troisième ville d’Indonésie,
Un ex-négociateur et ses contacts touareg réclament plusieurs millions d’euros à Areva et à Vinci située dans le nord de l’île de
Sumatra. Le bilan s’élève pour
l’heure à 142 morts. L’appa-
reil, un C-130 Hercules vieux
suite de la première page après le rapt voir le président ma- du 24 juin transmis au Monde. nants. En conséquence, tous les de 51 ans avec 122 personnes
lien, Amadou Toumani Touré,
« Le travail que « On a dit à la filière sur le terrain frais n’auraient pas été couverts. à bord, a percuté un hôtel et
Mais en 2013, il est officiellement « ATT », pour parler des otages. nous avons mis de convaincre les ravisseurs d’ac- Côté touareg, « nous avons fait un salon de massage. – (AFP.)
sorti de la négociation pour la li- Guy Delbrel, le conseiller Afrique cepter Akotey. Mais le travail que un travail, nous allons nous battre,
bération des quatre derniers ota- du PDG d’Air France Jean-Cyril Spi-
en place depuis nous avons mis en place depuis indique le messager d’ag-Bibi. N U C LÉAI R E I RAN I EN
ges français. François Hollande, le netta qui préside également le trois ans, c’est ça trois ans, et la rançon que nous Areva nous a reçus dans un café en Négociations prolongées
4 juillet, réunit les familles à l’Ely- conseil de surveillance d’Areva, a avons avancée, c’est ça qui reste la octobre à Paris et nous a dit que jusqu’au 7 juillet
sée pour leur annoncer qu’après lui aussi des contacts avec ag-Bibi,
qui reste la clé clé de la libération. Le nouveau son président tiendrait ses engage- L’Iran et les pays du « 5 + 1 »
des mois infructueux, une nou- avec qui il évoque le prix des ota- de la libération » système n’a rien négocié. » ments. » Du point de vue de M. Ga- (Etats-Unis, Grande-Bretagne,
velle filière va travailler à leur li- ges. M. Gadoullet le soupçonne doullet, que chacun décrit comme Russie, Chine, France et Alle-
AHMADA AG-BIBI
bération. Celle-ci est menée par d’avoir voulu prendre la négocia- « Capable de tout » un homme « droit » mais « capa- magne), engagés à Vienne
chef touareg
Pierre-Antoine Lorenzi, président tion. M. Delbrel assure qu’il avait Dans la rançon déposée à AQMI, ble de tout », le mandat de 2012 n’a dans de difficiles négocia-
de la société de sécurité privée pour seule mission d’établir des « il manquait de l’argent », assure jamais été résilié. Devant le silence tions, se sont laissé jusqu’au
Amarante, proche de Cédric preuves de vie et qu’il a dès no- une source française, « et une ba- des entreprises, il a annoncé vou- 7 juillet pour trouver un
Lewandowski, le directeur de ca- vembre 2010 lâché le dossier. çon acceptée des deux côtés. En taille entre les groupes touareg s’est loir lancer un contentieux devant compromis sur le nucléaire
binet du ministre de la défense. Il M. Gadoullet poursuit les dis- mars 2013, le successeur d’Abou ouverte ». Dans les coulisses, une une instance d’arbitrage à Genève. iranien. Un temps espéré
travaille avec le Nigérien Moha- cussions pour les autres otages Zeid, Yahia Abou El Hamam, était autre dispute financière se joue. Selon lui, début 2015, « un respon- pour le 30 juin, cet accord
med Akotey, conseiller du prési- en 2011. « En octobre, les Touareg selon lui d’accord à son tour, « on La Lloyd a assuré les entreprises sable de Vinci a proposé de solder encore introuvable, bien qu’à
dent Mahamadou Issoufou, et Li- me disent qu’Abou Zeid est d’ac- attendait toujours Jean-Marc à sur la négociation et sur le paie- l’affaire pour 500 000 euros ». Ni « portée de main », selon le
mam Chafi, conseiller du prési- cord. » La DGSE lui donne de nou- Kidal ». Puis, au cours de l’été, ment de la rançon – celle-ci a tran- Vinci ni Areva ne souhaitent chef de la diplomatie russe,
dent burkinabé Blaise Compaoré. veau le feu vert pour aller les « on nous a demandé de rester à sité par Amarante, la société de commenter officiellement cette Sergueï Lavrov, fait l’objet
Cette équipe s’attribue la libéra- chercher. Pourtant, la presse fran- l’écart, on s’est mis à l’écart », ra- M. Lorenzi. Mais les experts sem- affaire qui relève pour elles d’un d’un marathon diplomatique
tion de Thierry Dol, Marc Feret, çaise publie une série d’articles conte Ahmada ag-Bibi depuis Ba- blent se poser des questions sur le litige commercial. p depuis plus de vingt mois.
Daniel Larribe et Pierre Legrand, le peu à son avantage. « Une campa- mako, dans un témoignage vidéo rôle exact des différents interve- nathalie guibert – (AFP.)
29 octobre 2013. « Ça faisait deux gne », conviennent aujourd’hui
ans qu’ils n’y arrivaient pas. En no- les sources informées. En novem-
vembre 2012, on me demande, à bre, sur la route menant vers le
moi, l’ancien de la DGSE, si je peux camp d’AQMI, l’homme est atta-
m’en occuper. Je peux. On me dit qué et grièvement blessé. Il est de
“go !”, je fais », a raconté M. Lo- plus en plus convaincu qu’on lui
renzi en novembre 2013 au « savonne la planche ». Rapatrié
Monde. Au grand dam de la DGSE, le 25 novembre à l’hôpital mili-
WWW.VALENTINO.COM

qui jugera M. Lorenzi « parasi- taire de Percy, où il passe un mois,


taire ». Une forte rançon a été ver- il reçoit de nombreuses visites :
sée, des intermédiaires payés. les PDG d’Areva et de Vinci, leurs
Le 25 septembre 2012, M. Ga- directeurs de la sécurité, le PDG
doullet avait vu son mandat re- d’Air France, la DGSE.
nouvelé par les employeurs des M. Gadoullet assure qu’en
otages. On lit dans l’attestation avril 2012, il obtient par écrit
qu’il a montrée au Monde : « Je d’Abou Zeid les termes de la négo-
soussigné Luc Oursel, président du ciation pour Marc Féret et qu’un
directoire d’Areva, atteste que accord est acquis pour les quatre
MM. Jean-Marc Gadoullet et Ah- otages. Mais l’élection présiden-
mada ag-Bibi sont aujourd’hui les tielle arrive. « Nous n’avons pas eu
seules personnes habilitées à né- le feu vert pour monter vers le
gocier au nom du groupe Areva la nord. » Le « go » suivant arrive
libération de Daniel Larribe, sala- l’avant-dernier jour de l’année,
rié du groupe Areva et de ses trois une fenêtre de dix jours s’ouvre,
camarades, salariés du groupe alors que la France se prépare à
Vinci. » Le principe de sécurité frapper au Mali. « Je n’avais pas
fondamental exige pourtant qu’il envie de me prendre une bombe
n’y ait jamais deux filières de né- par erreur », dit-il. « J’ai mis des
gociation pour une même affaire. conditions, des engagements
« Le contrat de Gadoullet a conti- d’être payé avant de partir, être ac-
nué à courir après la réunion du compagné d’un officier supérieur.
4 juillet 2013 à l’Elysée, il n’a pas été Ce point a été refusé. »
dénoncé », insiste une source pro-
che du dossier. Les entreprises es- « Filière nigérienne »
timent à l’inverse que les contrats Début 2013, tout était de nouveau
sont devenus caducs. prêt, affirme-t-il, les avions fran-
L’homme, un ancien du service çais pouvaient se poser à Tom-
action, a monté son entreprise, bouctou prendre les otages. Abou
Opérations et organisations spé- Zeid sera tué en février par l’ar-
ciales, OPOS, et travaille à l’époque mée française au début de l’opé-
sur la sûreté des chantiers de la fi- ration « Serval » et remplacé.
liale de Vinci, Satom, au Mali et au Du côté de l’exécutif, « on avait
Niger. En 2010, informé immédia- le sentiment que Gadoullet ne vou-
tement du rapt, il propose à Vinci lait plus monter au nord car la si-
d’approcher les ravisseurs. En dé- tuation avait changé, et les choses
cembre, mandaté par le patron du n’avançaient pas ». Le ministère
groupe de construction, Xavier de la défense pousse la solution
Huillard, et avec le feu vert de la organisée avec la présidence du
DGSE, il commence à discuter Niger. Au printemps, « le feu vert
avec Abou Zeid de la libération de est donné pour la filière nigérienne.
Françoise Larribe, l’épouse de Da- La DGSE nous dit qu’elle est “clean”
niel, un cadre d’Areva enlevé avec avec Gadoullet, et pour nous, alors,
elle, du Malgache Jean-Claude il n’y a bien qu’une seule filière »,
Rakotoarilalao et du Togolais Alex raconte une source gouverne-
Kodjo Ahonado, salariés de Sa- mentale. A Bamako, le président
tom. En février 2011, l’opération Ibrahim Boubacar Keita a rem-
est un succès, la rançon versée. placé ATT. Des échanges de pri-
Pour ce premier contrat, M. Ga- sonniers entrent dans la discus-
doullet est payé comme convenu sion avec AQMI. « Les termes de la
1 million d’euros. Les hommes qui négociation changent. Gadoullet
l’ont aidé autour d’ag-Bibi, lieute- et ag-Bibi ne sont plus dans le pay-
nant du chef du groupe armé An- sage », poursuit cette source.
sar Eddine, Iyad ag-Ghali, aussi : Alliade, un émissaire d’ag-Bibi
500 000 euros pour les Touareg. que Le Monde a rencontré à Paris
Mais l’ancien militaire a exfiltré le 25 juin, explique avoir remis
les otages via Niamey, au Niger, et « en novembre 2012 au patron de
ses ennuis commencent. A Ba- Vinci le papier d’Abou Zeid » scel-
mako, un homme est venu juste lant la libération contre une ran-

3
ans de captivité
Sept otages sont enlevés dans la nuit du 15 au 16 septembre 2010
par Al-Qaida au Maghreb islamique sur le site d’Arlit, au Niger : cinq
Français, un Malgache et un Togolais, salariés des groupes Areva et
Vinci (Satom). Ils sont libérés le 29 octobre 2013, après plus de trois
ans de captivité dans le désert du nord du Mali.
6 | international 0123
JEUDI 2 JUILLET 2015

Les Etats-Unis
et Cuba vont
rouvrir leurs
ambassades
Barack Obama devait annoncer
le 1er juillet la reprise des relations
diplomatiques entre les deux pays

L
e drapeau américain flot- Le négociateur
tera bientôt à La Havane,
tandis que le drapeau cu- secret de
bain sera déployé à Raul Castro avec
Washington, devant les ambassa-
des respectives des deux anciens les Américains
ennemis, brouillés pendant plus aurait été son
d’un demi-siècle. Les deux voisins
disposent déjà de sièges diploma- fils, le colonel
tiques, mais ils ont le statut mi- Castro Espin
neur d’une simple « section » (ou
bureau) veillant à leurs intérêts L’immeuble de la représentation diplomatique américaine à La Havane, en septembre 2013. DESMOND BOYLAN/REUTERS
auprès de l’ambassade helvétique.
Ce mercredi 1er juillet, l’annonce
hautement symbolique de la
des diplomates sur tout le terri-
toire, sans passer par une de-
sécurité nationale du chef de l’Etat
cubain. A chaque déplacement du
tournant, y compris la commu-
nauté d’origine cubaine.
gement, pour la paix dans le
monde », a-t-elle affirmé. LES DATES
réouverture des ambassades amé- mande d’autorisation préalable père, à Rome ou à Moscou, le fils La Maison Blanche a évoqué à Mme Rousseff a parlé d’une « étape
ricaine à Cuba et cubaine aux pour chaque déplacement hors de est en bonne place sur les photos. plusieurs reprises la possibilité cruciale dans les relations entre les
Etats-Unis devait être effectuée
1961
la capitale. Le dernier obstacle à la réouver- d’une visite de M. Obama à Cuba Etats-Unis et l’Amérique latine »,
depuis les jardins de la Maison Des délégations de haut niveau ture des ambassades avait été levé en 2016, alors que le pape François permettant « de mettre fin aux
Blanche par Barack Obama, décidé des deux pays s’étaient réunies fin mai, lorsque le département est attendu en septembre. Fran- derniers vestiges de la guerre Rupture des relations diplomati-
à faire du rétablissement des rela- quatre fois depuis janvier, tantôt à d’Etat américain avait retiré Cuba çois Hollande avait ouvert, en froide ». Les relations entre ques entre les Etats-Unis et
tions diplomatiques avec le ré- La Havane, tantôt à Washington, de la liste des Etats soutenant le mai, le défilé de chefs d’Etat dési- Washington et « l’hémisphère oc- Cuba.
gime communiste de Fidel Castro, pour négocier les modalités du ré- terrorisme. La levée de l’embargo reux de se précipiter à La Havane cidental » n’ont « jamais été aussi
puis de son frère Raul Castro, un
des marqueurs de sa présidence.
tablissement des relations diplo-
matiques. Auparavant, il avait
américain ne constituait pas un
préalable, puisqu’il relève du
pour consolider ou déployer leur
implantation économique.
bonnes », a renchéri M. Obama.
L’annonce de la réouverture des 1962
L’événement a été annoncé fallu dix-huit mois de négociation Congrès de Washington, dont la L’ancien monarque espagnol ambassades par la Maison Blan- Embargo américain. Crise des
mardi soir par un responsable de secrète menée par des représen- majorité républicaine ne cesse Juan Carlos en a d’ores et déjà solli- che tranche néanmoins avec les missiles.
l’administration américaine s’ex- tants personnels des deux prési- d’entraver les initiatives de politi- cité l’autorisation auprès du gou- allocutions conjointes du 17 dé-
primant sous couvert d’anony-
mat. Six mois après les allocu-
dents, avec le soutien du Canada
et du Vatican.
que extérieure de M. Obama, à
dix-huit mois de son départ de la
vernement de Madrid, à la de-
mande des hommes d’affaires
cembre. Depuis cette date, les
Américains semblent désireux de 1982
tions simultanées de Barack Maison Blanche. « Il y a une his- péninsulaires. presser le pas, tandis que les Cu- Cuba inscrit par Washington
Obama et Raul Castro sur leur his- Dernier obstacle toire compliquée entre les Etats- La normalisation des relations bains prennent leur temps, dans la liste des Etats soutenant
torique rapprochement, le 17 dé- A La Havane, des sources non offi- Unis et Cuba, mais l’heure est ve- entre les Etats-Unis et Cuba a été comme s’ils voulaient avant tout le terrorisme.
cembre 2014, les Etats-Unis et cielles confient que le négociateur nue d’entamer un nouveau chapi- saluée, mardi, par la présidente capitaliser politiquement l’an-
Cuba ont trouvé un accord sur les
conditions de réouverture des
de Raul Castro aurait été son pro-
pre fils, le colonel Alejandro Cas-
tre », avait déclaré le président
américain le 17 décembre, consta-
brésilienne, Dilma Rousseff, lors
d’une conférence de presse com-
nonce et l’accueil réservé à Raul
Castro au Sommet des Améri- 17 DÉCEMBRE 2014
ambassades des deux nations, sé- tro Espin, officier du ministère de tant sans détour l’échec d’un de- mune avec M. Obama à la Maison ques, au Panama, en avril, où a eu Barack Obama et Raul Castro
parées par le détroit de Floride. l’intérieur chargé de la coordina- mi-siècle d’isolement du régime Blanche : « Je veux souligner l’im- lieu le premier tête-à-tête entre les annoncent le dégel.
Cela concerne notamment la li- tion avec les forces armées, castriste. Une large majorité portance de ce geste pour l’ensem- deux présidents. p
berté de mouvement et d’action nommé récemment conseiller de d’Américains est favorable à ce ble de l’Amérique latine et, plus lar- paulo a. paranagua

Le journaliste franco-marocain Le passé libyen des djihadistes tunisiens


Le tueur de Sousse a suivi le même entraînement que ceux du Bardo
Ali Lmrabet en grève de la faim
coalition Aube de la Libye siégeant
L’ex-patron de presse, privé de papiers par Rabat, est bloqué à Genève tunis - correspondant La localité de à Tripoli et avec laquelle Tunis n’a

L a connexion libyenne se
confirme dans la tuerie
commise vendredi 26 juin
Sabratha, située
dans l’Ouest
pas de liens formels. Le gouverne-
ment tunisien ne reconnaît offi-
ciellement que le camp rival de To-

D evant le siège du Conseil


des droits de l’homme
des Nations unies, à Ge-
nève, le journaliste franco-maro-
cain Ali Lmrabet poursuivait,
premier news-magazine du pays,
Demain Magazine, et sa version
arabe Doumane. Ton irrévéren-
cieux et dessins osés, la recette
fait florès.
l’ordre et les condamnations, mais
je ne peux pas m’empêcher de
jouer et de tester les libertés d’ex-
pression », ajoute-t-il.
Le 12 avril 2005, il est à nouveau
dans une station balnéaire d’El-
Kantaoui près de Sousse, sur le lit-
toral de l’Est tunisien, qui a fait 38
morts étrangers –, principale-
ment britanniques. Le djihadiste
libyen, serait le
siège du camp
d’entraînement
brouk-Baida (Est), même s’il a
cherché à se rapprocher du camp
de Tripoli qui contrôle une large
partie de la frontière commune.
Les relations entre Tripoli et Tu-
mardi 30 juin, une grève de la condamné, cette fois à dix ans tunisien auteur du carnage, Sei- nis ont été ces dernières semaines
faim commencée le 24 juin pour « Le chat et la souris » ferme d’interdiction d’exercer le feddine Rezgui, avait subi une for- dine Rezgui et les deux auteurs de émaillées de tensions à la suite
protester contre le refus des auto- Mais, en 2003, Ali Lmrabet est métier de journaliste pour ses mation militaire dans un camp l’attentat du Bardo s’y soient trou- d’une prise d’otage perpétrée dans
rités marocaines de lui fournir un condamné à trois ans de prison écrits publiés par le quotidien es- d’entraînement en Libye, a révélé vés au même moment, c’est-à-dire les locaux du consulat tunisien
certificat de résidence nécessaire ferme pour « outrage à la per- pagnol El Mundo, dans lesquels il mardi 30 juin le secrétaire d’Etat en décembre 2014. Ce camp de Tu- par une milice liée à Aube de la Li-
au renouvellement de ses papiers sonne du roi » à la suite d’un considère les populations sa- tunisien chargé de la sûreté natio- nisiens, historiquement affilié au bye. Il s’y ajoute la difficulté d’opé-
d’identité. Quelques semaines article sur le budget du Palais. hraouies des camps de Tindouf, nale, Rafik Chelly. groupe Ansar Al-Charia, a long- rer contre les groupes extrémistes
plus tôt, dans sa ville de Tétouan, Après huit mois d’incarcération, il dans le sud-ouest de l’Algérie, non L’information confirme le défi temps été dirigé par Ahmed opérant à Sabratha. « Ces groupes
un policier lui avait pourtant re- est finalement gracié par le roi pas comme des « séquestrés », terroriste posé à la Tunisie par le Rouissi, un chef djihadiste tuni- ne s’entraînent pas dans un lieu
mis le sésame avant de le lui récla- Mohammed VI. Ses journaux mais comme des « réfugiés ». contingent de ses propres ressor- sien lié aux assassinats de person- fixe, explique un Tunisien de Ben
mer dès le lendemain, arguant sont interdits de paraître et Dix ans plus tard, le journaliste, tissants présents dans la Libye voi- nalités de gauche tunisiennes Gardane, ville tunisienne de la
d’un « ordre venu d’en haut ». disparaissent. actuellement « sans-papiers », sine au sein de groupes extrémis- Chokri Belaïd en février 2013 et frontière, chargé de médiations en
Pour le moment, Ali Lmrabet Ali Lmrabet et le pouvoir, c’est s’apprête à relancer ses hebdoma- tes. Les auteurs de la tuerie du Mohamed Brahmi en juillet de la Libye. Ils se déplacent en perma-
habite donc nulle part, et ne peut un peu comme « le chat et la sou- daires satiriques, en association Bardo le 18 mars (22 morts dont 21 même année. Ahmed Rouissi a en- nence afin d’éviter le risque de raids
pas renouveler son passeport qui ris », selon ses dires. « Je respecte avec le caricaturiste Khalid et étrangers), Sabeur Khachnaoui et suite fait allégeance à l’Etat islami- aériens. C’est une stratégie chez
arrive à expiration. « Sans papier l’humoriste Bziz. « Nous avons Yassine Abidi, avaient eux aussi que au moment de la formation de eux. Un jour, ils s’entraîneront sur
dans mon propre pays et sans abri déjà des bureaux à Casablanca, été formés en Libye. Le mode opé- sa branche libyenne fin 2014, à par- une plage à l’Est de Sabratha. Un
en Suisse, voilà ma situation ab- des équipes et une maquette. Nous ratoire des deux assauts, revendi- tir notamment de noyaux d’Ansar autre jour, on les verra plutôt à
surde en 2015 », déplore Ali Lmra- « Sans papiers pensions tirer à 100 000 exemplai- qués par l’Etat islamique (EI), est Al-Charia. Il a été tué en mars à l’Ouest sur un relief accidenté. »
bet, qui a planté sa tente place des res, pour le premier numéro, ce identique : attaque de sites touris- Syrte, fief de l’EI sur le littoral cen- Selon cet animateur d’une asso-
Nations et passe ses nuits « caché
dans mon propre sera le double », précise Ali Lmra- tiques ciblant de manière sélective tral libyen, lors de combats avec ciation impliquée dans l’assis-
sous les arbres » ou à la maison pays et sans abri bet depuis Genève, où il était des visiteurs étrangers tout en une brigade de la ville de Misrata, tance aux Tunisiens en difficulté
des associations de Genève. venu pour suivre les travaux du épargnant les civils tunisiens. située plus à l’ouest. en Libye, il y aurait environ « une
Le journaliste satirique est cou-
en Suisse, Conseil des droits de l’homme et Il s’agirait donc bel et bien de la La confirmation officielle de centaine » de jeunes Tunisiens
tumier de ce qu’il qualifie de voilà ma participer à des débats sur l’état même filière. Le secrétaire d’Etat l’implication de cette filière de Tu- opérant dans les environs de Sa-
« sanctions politiques et d’attein- de la liberté de la presse au Maroc. Rafik Chelly a cité la localité de Sa- nisiens de Libye jette une lumière bratha. Les relations avec la popu-
tes à la liberté d’expression ». Il sait
situation absurde Il y a débuté sa troisième grève de bratha, située dans l’Ouest libyen à crue sur le dilemme stratégique lation locale, précise-t-il, sont sou-
de quoi il parle, cet ancien patron en 2015 », la faim dans l’espoir d’interpeller une centaine de kilomètres de la auquel est confronté Tunis. La di- vent heurtées : « Les gens sont
de presse qui avait bouleversé le l’ONU et les autorités maro- frontière tunisienne, comme plomatie tunisienne a peu de prise souvent énervés par ces extrémis-
paysage médiatique au début des
déplore caines. p étant le siège du camp d’entraîne- sur ce littoral occidental de la Li- tes venant de l’étranger. » p
années 2000 en introduisant le Ali Lmrabet joan tilouine ment. Il n’a pas exclu que Seifed- bye, plus ou moins contrôlé par la frédéric bobin
TOM WATSON
5 FOIS CHAMPION DE L’OPEN

PARRAIN ET HABILLEUR OFFICIEL DE L’OPEN

À TOM —
NOUS SOMMES FIERS DE CÉLÉBRER VOTRE 40E PARTICIPATION À CET OPEN.
MERCI POUR TOUT CE QUE VOUS NOUS AVEZ FAIT PARTAGER.

DÉCOUVREZ NOTRE HOMMAGE À TOM SUR RALPHLAUREN.COM/GOLF


8 | planète 0123
JEUDI 2 JUILLET 2015

La Chine se fixe un pic d’émissions de CO2 vers 2030


Pékin a dévoilé à Paris sa contribution officielle à l’effort mondial dans la lutte contre le réchauffement

PARIS CLIMAT 2015 en novembre 2014. Barack Obama


et Xi Jinping, les présidents des
La date et le lieu ne deux pays émettant le plus de gaz
doivent rien au ha- à effet de serre, avaient alors an-
sard. La Chine, qui noncé leur intention de réduire
s’était engagée à pu- significativement les émissions
blier son plan d’action pour lutter polluantes de leur nation respec-
contre le réchauffement d’ici à la tive.
fin juin, a attendu mardi 30 juin, « La Chine remplit sa part du
et la visite à l’Elysée du premier “contrat mondial” des efforts à dé-
ministre Li Keqiang, avant d’offi- ployer pour maintenir le réchauf-
cialiser sa « contribution natio- fement planétaire en deçà de 2 °C
nale ». Un agenda diplomatique par rapport à la période préindus-
subtil, qui permet à Pékin de clari- trielle, au contraire des pollueurs
fier ses positions cinq mois jour historiques que sont les Etats-Unis,
pour jour avant l’ouverture de la l’Europe ou le Canada, qui eux re-
21e conférence des Nations unies fusent toujours de prendre leurs
sur les changements climatiques responsabilités, analyse Célia Gau-
(COP21), dans le pays hôte de cette tier, responsable des politiques
réunion majeure, qui doit sceller européennes au sein du Réseau
un accord universel sur le climat. Action Climat (RAC). Mais elle
François Hollande ne s’y est pas aurait pu remplir plus que sa part
trompé, saluant l’engagement de du contrat. Au rythme où se déve-
la Chine à construire une « civili- loppent les énergies renouvelables
sation écologique » et remerciant en Chine et compte tenu de la
« le premier ministre chinois baisse de la consommation de
d’avoir veillé à ce que cette an- charbon, elle aurait pu prévoir de
nonce intervienne depuis Paris, en stopper la hausse de ses rejets de
signe de soutien et de confiance gaz à effet de serre bien plus tôt
dans le succès de la COP21 ». Dans que 2030, aux alentours de 2020. »
un processus multilatéral freiné
par les intérêts divergents des 196 « Point de départ »
parties signataires de la Conven- « C’est réaliste avec la transition
tion-cadre des Nations unies sur énergétique en cours en Chine,
les changements climatiques (CC- poursuit la responsable du RAC, et
NUCC), les signes de confiance cela aurait un impact considérable
sont suffisamment rares pour sur la stabilisation du climat et sur
être signalés. D’autant plus lors- le succès des négociations de
qu’ils émanent de la Chine, pre- l’ONU. » Dans un rapport de la Aéroport de Roissy, le 29 juin. Le premier ministre chinois, Li Keqiang, et Ségolène Royal, ministre de l’écologie. ALBERT FACELLY POUR « LE MONDE »
mier émetteur mondial de gaz à London School of Economics pu-
effet de serre depuis 2006, repré- blié le 8 juin pendant la session de
sentant à lui seul plus de 25 % du travail de la CCNUCC à Bonn, les toire [de 2 °C] dans la décennie ou Un autre objectif difficile à tenir Parmi les grands pays émet-
total des émissions mondiales. économistes Nicholas Stern et au-delà, à partir de 2020, dépend de sera d’inclure au bouquet énergé-
La consommation teurs dont la contribution man-
Selon la feuille de route dévoilée Fergus Green constatent, eux manière significative de la capacité tique de la Chine 20 % d’énergies chinoise de que à l’appel figurent l’Inde ou le
mardi par la délégation chinoise, aussi, que la consommation chi- de la Chine à réduire ses émissions renouvelables à l’horizon 2030. Brésil. Invitée à la Maison Blanche
Pékin se fixe pour objectif d’« at- noise de charbon, qui augmentait à un rythme soutenu après son Devenu depuis 2013 le premier in-
charbon a baissé le 30 juin, la présidente brési-
teindre le pic de ses émissions de à un rythme de 9 à 10 % par an en- pic », estiment Nicholas Stern et vestisseur dans les énergies re- de 3 % en 2014 lienne Dilma Rousseff s’est enga-
CO2 autour de 2030, tout en s’effor- tre 2000 et 2010, a chuté de 3 % Fergus Green. L’objectif des 2 °C dé- nouvelables, ce pays continent gée à faire passer à 20 % d’ici à
çant de l’atteindre au plus tôt ». Le en 2014 et demeure sur cette ten- pend aussi « des actions des autres devra développer des politiques
et demeure sur 2030 la part des énergies renou-
régime chinois entend aussi dance en 2015. pays dans les vingt ans à venir, et publiques incitatives pour éten- cette tendance velables (hors hydroélectricité)
« baisser l’intensité carbone [les Un « maximum structurel » a été des actions mondiales menées au dre ses capacités électriques dans dans la production d’électricité du
émissions de CO2 par unité de pro- atteint par la Chine, selon ces cours des décennies suivantes », le secteur du solaire, de l’éolien ou
en 2015 pays et à remplir un objectif de
duit intérieur brut] de 60 % à 65 % deux experts, qui estiment que le ajoutent les deux économistes. de la biomasse. La stratégie clima- « restauration et reforestation »
par rapport à 2005 », « porter la recours au charbon va se stabili- « La consommation de charbon tique de Pékin s’intègre dans un de 12 millions d’hectares à la
part des énergies non fossiles dans ser dans les cinq prochaines an- est responsable de 80 % des émis- schéma plus vaste de transforma- mesuré la préoccupation sociale même date.
la consommation énergétique pri- nées, au profit d’une utilisation sions de CO2 de la Chine, insiste Li tion du modèle de développe- que représentent les émissions de Mardi 30 juin, la Serbie, la Corée
maire à environ 20 % » et augmen- grandissante du gaz naturel dans Shuo, expert climat et énergie de ment chinois, moins dépendante gaz à effet de serre. « Les engage- du Sud, l’Islande ont, comme la
ter le « stock forestier d’environ les secteurs de l’électricité et de Greenpeace Chine. En s’engageant des industries lourdes et des éner- ments climatiques de la Chine sont Chine, rendu leurs contributions.
4,5 milliards de mètres cubes par l’industrie. Le pic d’émissions de à réduire son intensité carbone de gies fossiles. guidés par ses problématiques do- Malgré ses avancées, il reste en-
rapport à 2005 ». gaz à effet de serre de la première 60 à 65 % d’ici à 2030, elle ne prend mestiques », confirme Li Shuo. Se- core de nombreuses inconnues
« La Chine assume sa responsa- puissance d’Asie pourrait donc pas une position très ambitieuse, « Problématiques domestiques » lon les dernières estimations de d’ici à la tenue de la COP21. Seule-
bilité pour participer en profon- avoir lieu bien avant 2025. L’enjeu alors que l’Agence internationale « La Chine est très engagée sur le cli- l’Organisation mondiale de la ment 44 pays ont dévoilé leurs en-
deur à la gouvernance mondiale et pour le gouvernement chinois est de l’énergie évalue à 80 % l’effort de mat, assure le ministre des affaires santé (OMS), plus de deux millions gagements, et les discussions sur
promouvoir le développement d’être capable ensuite d’enclen- baisse nécessaire pour rester dans étrangères, Laurent Fabius. Le cli- de morts pourraient être évités le texte de l’accord n’ont guère
partagé de l’humanité », soutient cher un déclin rapide et continu le scénario des 2 °. Il faut vraiment mat est d’abord un problème pour chaque année si les normes de pol- progressé lors de la dernière ses-
le n° 2 chinois Li Keqiang. Ce scé- de ses émissions. considérer la contribution chinoise les Chinois eux-mêmes. » Le minis- lution de l’air préconisées par sion à Bonn. Le chemin pour Paris
nario s’inscrit dans la continuité « La question de savoir si le comme un point de départ, et non tre français des affaires étrangères, l’OMS étaient respectées, surtout est encore long. p
de l’accord sino-américain conclu monde pourra tenir cette trajec- comme un point d’arrivée. » qui s’est rendu sur place mi-mai, a en Chine et en Inde. simon roger

« La crise climatique est un défi spirituel et moral »


Les responsables des six principaux cultes en France lancent un appel à sortir de l’ère des énergies fossiles pour contenir le réchauffement

TRIBUNE pape François appelle les gouver- création comprise comme don de Nous appelons à un sursaut des doté de règles assurant la transpa- prendre conscience des enjeux de
nements à agir rapidement. C’est Dieu et à la nature qui est en jeu. consciences vers une action cli- rence, la responsabilité et un pro- la COP21 et à faire évoluer leurs

L es représentants des ins-


tances des six principaux
cultes en France (catholi-
que, orthodoxe, protestant, mu-
sulman, juif, bouddhiste) devai-
la première démarche intercon-
fessionnelle effectuée directe-
ment auprès du président de la
République sur un sujet qui ne
concerne pas seulement les cul-
Ayant perdu de vue sa relation à
la nature et son intime interdé-
pendance avec tout ce qui consti-
tue celle-ci, l’humanité s’est four-
voyée dans un rapport de domi-
matique conséquente et à une re-
mise en question de nos valeurs
et de nos attitudes. Refusons l’in-
différence et l’avidité. Ouvrons-
nous à la compassion et à la fra-
cessus de révision des objectifs ré-
gulier ;
- protège les populations les
plus vulnérables aux impacts des
changements en leur permettant
propres modes de vie. Nous nous
engageons à enseigner et trans-
mettre à partir de nos textes fon-
dateurs et de nos traditions res-
pectives, l’exigence de prise de
ent remettre à François Hollande, tes et formulant des objectifs nation et d’exploitation morti- ternité. Sortons de nos égoïsmes. de s’adapter à ces impacts et en conscience, d’éveil et de responsa-
mercredi 1er juillet, une déclara- concrets. Ces mêmes acteurs fère de l’environnement. Soyons solidaires et prenons le prenant en compte les pertes et bilité de l’être humain au sein de
tion commune appelant à avaient préparé le terrain en mai, Nous sommes mis au défi de re- bien commun pour boussole. dommages qui leur sont causés ; la nature et de la création. » p
« l’adoption d’un accord contrai- lors d’un colloque interreligieux penser et d’habiter autrement no- Persévérons et valorisons chaque - favorise un développement
gnant applicable à tous » lors de sur le climat. François Clavairoly, tre rapport à la création et à la na- action. écologiquement responsable et la mgr georges pontier et
la conférence de Paris sur le cli- président de la Fédération protes- ture. Nous faisons un. En détrui- lutte contre la pauvreté en garan- mgr pascal delannoy
mat, en décembre. Cette initia- tante de France, avait alors sou- sant l’environnement, l’humanité Notre appel tissant un financement adéquat, (conférence des évêques de
tive est née dans le cadre de la haité que les responsables de cul- se détruit elle-même ; en le pré- La France accueillera et présidera le transfert de technologies et le france), françois clavairoly et
Conférence des responsables de tes se « préparent à accompagner servant, nous nous préservons la 21e Conférence des Parties de la renforcement des savoirs et des laurent schlumberger
culte en France (CRCF), qui réunit la COP21 » jusqu’au mois de dé- nous-mêmes, nous préservons Convention cadre des Nations compétences. (fédération protestante de
de manière informelle, chaque cembre. Voici le texte de cet ap- notre prochain et les générations unies sur les changements clima- france), emmanuel et joseph
mois, depuis cinq ans, les signa- pel : futures. Notre conscience spiri- tiques (la COP21). La France joue et Notre engagement (assemblée des évêques
taires de cet appel. Pour joindre le tuelle et morale est interpellée. jouera un rôle diplomatique clé. Bien que la COP21 soit une étape orthodoxes de france), haïm
geste à la parole, ils ont convenu « Nous, membres de la Confé- Nous sommes mis au défi d’agir Nous appelons à l’adoption d’un clé, nous sommes convaincus que korsia (grand rabbin de
d’observer à cette occasion une rence des responsables de Culte pour la justice, d’œuvrer pour la accord contraignant applicable à les défis posés par les change- france) et joël mergui
journée de jeûne, comme le font, en France, prenons la parole en- paix, de préparer de toute urgence tous qui : ments climatiques ne peuvent (président du consistoire
le 1er de chaque mois, certains mi- semble pour partager notre con- un futur sûr et viable pour nos en- - engage à sortir à temps de l’ère être relevés de façon effective par central israélite de france),
litants de la cause climatique. viction : au-delà des problémati- fants, en sortant de l’ère des éner- des énergies fossiles et vise un en- les Etats seuls, mais surtout par dalil boubakeur et anouar
Pour les catholiques, cette in- ques techniques, économiques et gies polluantes et en revoyant nos semble d’objectifs de réduction une mobilisation individuelle et kbibech (conseil français du
tervention fait écho à l’encycli- géopolitiques, la crise climatique modèles économiques de produc- des émissions de gaz à effet de collective, aujourd’hui et dans les culte musulman), olivier
que Laudato si’, consacrée à la relève d’un défi spirituel et moral. tion et de consommation sans li- serre qui garde le réchauffement années à venir. Nous appelons les wang-genh et lama droupgyu
crise climatique, dans laquelle le C’est d’abord notre rapport à la mite. moyen global bien en deçà de 2 °C, membres de nos communautés à (union bouddhiste de france)
         

 
       
         
        
 
   


"1
 ,


 

    

   
  

 

 

 

 


 



DÉCORATION
RENOV’DÉCO 1961 SARL

%#    

   




 


 

  
     



," ,/ E ,  Nos compétences,


 
 

 

  *,8 - ̜ÕÌi ½>˜˜ji t notre expérience
   


 
%/ " 1 et notre goût
 

£Ç]nä  i Ž} du travail soigné


"Àˆ}ˆ˜i 1° °
A VOTRE SERVICE !
'73 " 6 1
6 5 #6"% 6 PEINTURE, PAPIER-PEINT,
%!%   
£n]nä  i Ž}
"Àˆ}ˆ˜i œ>˜`i PARQUET, ELECTRICITE,
*"1 /  , , CARRELAGE, PLOMBERIE,
  ,"1
x]nä  i Ž} MACONNERIE, MENUISERIE.
 % $ % %  &# $( "Àˆ}ˆ˜i À>˜Vi *Devis gratuit *Délai respecté
£Î ÀÕi `Õ L} `Õ /i“«i
Çxä£ä *>ÀˆÃ ‡ c ,j«ÕLˆµÕi
Tél : 01.40.09.79.26
/j° ä£ {Ó än ÓÓ n{ 06.21.40.02.81
ÜÜÜ°ÀœLiÀÌiÌÀi˜i°vÀ
www.renovdeco1961.fr

ÉTUDES

PARIS - PROVINCE
Cadres, chefs d’entreprises,
enseignants, médecins
votre avis nous intéresse !
Participer à des études d’opinion.
Dédommagées.
  
   
 
 
 


Inscription sur :
    
   %! ( ! www.stephenson-etudes.fr
# #%% ! %! !%

!  % %#
  #            Tél. : 01.40.36.92.98
'  !%! ! !! #  
#  #!      *(5+
0: '6-.  "%%%.  :( 4 ( : &4  /#1/   3"'%,
# !  !    ##    
 *(+
 # # 00 -6  $ '%8%3"'%  :( : & :5 (:  /#1/
""" 

!
  '6"63  , !-36"3  999, 3'))-,-

ANTIQUITÉS LIVRES
0123
Bonnes Adresses
Suite à mes prestations
LIBRAIRE ACHÈTE
Livres anciens, modernes, pléiades,
télévisées sur le marché
services de presse,
de l’art, je vous propose
successions, bibliothèques
     UN RENDEZ-VOUS

 
06.80.43.82.70
POUR VOS DEMANDES
D’ESTIMATIONS, LIBRAIRE La rubrique Bonnes Adresses :

     Spécialisé successions ACHÈTE LIVRES 20e chaque mercredi *
ACHAT AU DESSUS MAISON
J’ACHETE Illustrés Modernes, * dans Le Monde daté du jeudi
  
Meubles Tableaux Pendules
DE VOS ESTIMATIONS CHARLES HEITZMANN Beaux Arts, Sciences Humaines,
Objets d’art & curiosités ET EXPERTISES ACHÈTE Littérature, Voyages, Photos,
Tous mobiliers anciens Pléiade, etc.
Argenterie Livres anciens « ART D’ASIE » : Pianos, violons, saxo… La parution 5 lignes Les 3 parutions
Violons & Archets anciens CHINE, JAPON Sacs & foulards de luxe GOLEN : 06.30.49.93.94 (31 caractères/ligne) : de 5 lignes :
Art d’Afrique et d’Asie ET MOYEN-ORIENT Fourrures anciennes
06.07.55.42.30 Briquets & stylos de luxe 65� HT professionnels 110� HT professionnels
Art décoratif du XXe s
Argenterie & bibelots MUSIQUE 65� TTC particuliers. 110� TTC particuliers
Art d’Islam et d’Orient P. MORCOS Services de table
Photos anciennes et d’artistes EXPERT CNE Vases Gallé, Daum… ACH. POUR COLLECTION
Sérieux et discrétion ✶ Porcelaines et Bronzes Tableaux & livres anciens
assurés, déplacements Toutes horlogeries 33 TOURS ANNÉES 50
✶ Cristal de Roche
Statues en bronze, ivoire (MUSIQUE CLASSIQUE)
Paris et Province. ✶ Corail et Ivoires Anc. Objets chinois & japonais
✶ Jade blanc et couleurs Tél. : 06.11.57.62.81
PATRICK MORCOS ✶ Cornes et Laques
Epées et sabres anciens appelez le : 01.57.28.38.52
Tapisseries & tapis anciens
EXPERT ✶ Peintures et Tissus anc. Vieux vins mêmes imbuvables Disquaire sérieux achète Envoyer votre texte par e-mail :
Affilié à la Compagnie ✶ Manuscrits et Estampes 06.19.89.55.28 DISQUES VINYLES 33 T ET 45 T. nathalie.lavenu@mpublicite.fr
   
         Nationale des Experts DÉPLACEMENT GRATUIT Pop/rock/jazz/Classique…
DEPLACEMENT DANS TOUTE LA FRANCE Grande quantité, service de presse,
" $ "' & !  ! 06.07.55.42.30 PARIS – PROVINCE Possibilité de débarras
successions…
' %  ' % 
$ morcospatrick@orange.fr morcospatrick@orange.fr charlesheitzmann@free.fr
06 89 68 71 43



 $$ › K„c% 1 '( ,. )/ */ ,) › `ddfY`c`\i7dglYc`Z`k\%]i

!   
! # 
 
#!    

 #!
    
   

    
         # ! ! ! "

! # 
 
   # # !
!

- N.D. DES CHAMPS -


VENTES PARIS 17E BUREAUX LOCATIONS ACHAT
Imm. ancien, 180m2, 4 chbres
Parfait état - plein soleil Studio calme 25 m 2
Meudon Bellevue, 2 min gare L’IMMOBILIER 100%
APPARTEMENTS Vue jardin - 2.500.000€ quartier Batignolles-Epinettes, (12 min Montparnasse). OFFRE VIDE
ENTRE PARTICULIERS
*CHERCHE MIDI 2P.* * Pl. St Sulpice (à 50m) * M°Brochant-RER C Beau petit immeuble.
PARIS 6E - BD RASPAIL - 62m2, 2°asc/jard., gds balcs Refait à neuf, cuisine équipée, PARIS 13E Acheteurs Français et Européens
Superbe 5/6P. 155m2, 4°asc 1000 M2 bureaux dont 450 M2
Bel Haussmann 5°asc 204m2 - 695.000€ - rangements, cave. Sud-Ouest, sur 56 Bd de l’Hôpital, Recherch. tous types de biens
libérés 1er octobre. 2 Pièces au 3°étage, calme,
4 chbres, hauteur/plafond, Réceptions + 3/4 chambres Calme
jardin arboré et fleuri. 1600 M2 terrain cuisine équipée, travaux récents. entre particuliers. LMO
vue dégagée, expos. Ouest * ASSAS /MADAME * - Inondé de lumière Loyer : 910€ + 45€ charges
Immeuble de bon standing avec Vente SCI (IS) 4,2 M.
- 3.000.000€ - Tél : 01.42.53.53.63 Tél gratuit : 0. 800.14.11.60
2P 59m2, 7°asc. Vue, Etat exceptionnel gardien. Tous commerces à
- RUE JACOB - 720.000€ 06 74 79 47 50
3P. 85m2, 1er ét. noble asc.
4,5m s/plafond - 1.450.000€
- RUE BONAPARTE -
Bel imm., 228m2, 3°asc. *DUROC bel imm. 4P.* *Rare 6/7P. 179m2*
proximité. Prix : 239 000 €
Tél : 01 43 29 00 99
jp.huve@mac.com
Atypique : 260 m2 + 100 M2

3/4 chambres - 3.150.000€ 89m2, 3°asc., 2 chbres 2 bns * Luxembourg/St Sulpice* MAISONS terrasse : très belle péniche     

 
- CH.MIDI/CX ROUGE - - 920.000€ -
5°asc. - Petites terrasses bureaux avec superstructure,
3°dernier étage - 112m2 - N.D. DES CHAMPS - 77 SEINE ET MARNE  !!!  

3 chbres - parking dans équipement et déco de qualité, bel
400m2 + Terrasses 130m2 *RASPAIL bel imm. 4P.* Dble récept., s.à manger,
la cour - 1.590.000€ ST SAUVEUR-SUR-ECOLE (77) environnement, 5 places de PK, (( ! %%
5 chambres - 4.350.000€ 131m2 hab. (107m2 Carrez) 4 chbres - Très jolies vues
- RUE DE GRENELLE - Idéal prof lib - Volumes
Propriété sans vis-à-vis, proche métro, vue sur la Défense. (
(   %  #  
cave, serv., clim., 2 boxes maison parfait état ,terrasses, 945 000 €
Bel ancien, 140m2, 1er asc. FEAU SAINT GERMAIN - 1.040.000€ -  )"'&'
Sud, 2 chbres, 1 bureau, 01.44.07.30.00 dépendances sur terrain arboré. Rivercoach : 07 50 44 72 50
         
 


2 bains, 2 wc - 1.750.000€ www.feau-immobilier.fr 01.45.44.44.45 01.45.44.44.45 425 000€. Tél. 06.75.08.16.44 v.h@rivercoach.fr
10 | france 0123
JEUDI 2 JUILLET 2015

VERBATIM


On ne peut pas, chaque
fois qu’on arme les ser-
vices de renseignement,
hurler à la surveillance
de masse et, quand un acte
se produit, demander
pourquoi on n’a pas procédé
à l’arrestation de personnes
préventivement, alors qu’el-
les n’avaient commis
aucune infraction pénale.
Prenons le cas de Yassin
Le ministre de Salhi. Son casier judiciaire
l’intérieur près du est vierge. Aucune infraction
site de l’usine Air n’a été portée à la connais-
Products, à Saint- sance de nos services. Il est
Quentin-Fallavier repéré comme étant radica-
(Isère), le 26 juin. lisé, mais aucun élément
ROMAIN ETIENNE tangible ne vient témoigner
POUR « LE MONDE » de son engagement dans
des activités terroristes. »
Le ministre de l’intérieur,
Bernard Cazeneuve,
dans un entretien publié
par L’Express le 30 juin.

Cazeneuve centralise la lutte antiterroriste


Un état-major placé directement auprès du ministre coordonnera les services, afin de corriger les récents ratés

B
ernard Cazeneuve veut printemps 2014 voulue par le mi- bordée par la vague de candidats nées en mars 2012 –, l’Inspection sont entremêlés et chacun travaille Partant du constat qu’après
centraliser, sous sa nistre de l’intérieur de l’époque, au djihad pour la Syrie, avait né- générale de la police nationale dans son coin ». Parmi les 110 pro- qu’il eut tapé du poing sur la ta-
coupe, les services lut- Manuel Valls, le service de rensei- gligé cet individu d’apparence constatait déjà, le 23 octobre 2012, positions de la commission, dix- ble, dans les heures qui ont suivi
tant contre la menace gnement de Beauvau, la DCRI, est très calme. Yassin Salhi, l’auteur que « des marges de progression huit étaient consacrées au renfor- la tuerie de Charlie Hebdo, les ser-
djihadiste. Le ministère de l’inté- devenue la DGSI, une direction présumé de l’attentat de Saint- importantes existent en termes de cement de la « coordination des vices se sont, d’après plusieurs
rieur vient de décider la création générale totalement indépen- Quentin-Fallavier (Isère), a été fi- confiance et de fluidité des échan- services ». sources, enfin mis à travailler en-
d’un état-major opérationnel de dante de la DGPN. Désormais, le ché entre 2006 et 2008 par les ges entre le renseignement inté- Et Le Monde avait révélé, le semble, M. Cazeneuve a donc dé-
prévention du terrorisme directe- patron de l’Uclat, le contrôleur gé- Renseignements généraux (RG) rieur et les autres services de police 9 avril, le contenu accablant d’un cidé de placer directement sous
ment rattaché au cabinet du mi- néral Loïc Garnier, est supposé su- comme s’étant radicalisé dans sa ou de gendarmerie ». rapport du syndicat Alliance, ma- son autorité les différents servi-
nistre. Cet organe comprendra perviser l’action, notamment, du ville natale de Pontarlier (Doubs). joritaire chez les gardiens de la ces chargés de la lutte contre le
des représentants de la Direction directeur général de la sécurité in- Mais en 2008, après la suppres- Guerre des polices paix. Le document faisait remon- terrorisme. Mais cette prise en
générale de la sécurité intérieure térieure, Patrick Calvar, lui-même sion de ces services, Salhi n’avait Plus récemment, le 8 avril, la com- ter le témoignage des agents sur le main est aussi un risque politi-
(DGSI), de la police judiciaire, de la l’égal du propre patron de M. Gar- pas retenu l’attention de la Direc- mission d’enquête du Sénat con- terrain, la rancœur engendrée que : en cas de raté ou de mau-
sécurité publique, de la préfecture nier, le directeur général de la po- tion centrale du renseignement sacrée aux filières djihadistes évo- d’un service à l’autre, et résumait vaise circulation de l’informa-
de police de Paris et de la gendar- lice nationale, Jean-Marc Falcone. intérieur (DCRI), supposée pren- quait un « retour d’une guerre des la situation d’une laconique for- tion, le ministre de l’intérieur
merie. Pas simple. dre la relève des RG. polices ». L’une des personnes mule : « Force est de constater que sera désormais en première li-
Originalité : les représentants Quelques mois après l’affaire auditionnées a confié à la com- la communication est extrême- gne. p
des différents services devraient Sorti des radars Merah – sept personnes assassi- mission d’enquête : « Les dossiers ment tendue et difficile. » matthieu suc
être choisis parmi les patrons et A la tête du Syndicat des cadres de
les commissaires, mais aussi la sécurité intérieure (majoritaire
parmi les officiers afin de rester
en prise directe avec le terrain. Le
ministre a voulu ce dispositif
chez les officiers), Jean-Marc
Bailleul soupire : « La création de
cet état-major confirme ce qu’on
Le motif terroriste retenu contre Yassin Salhi
pour corriger les problèmes de dit depuis sept ans maintenant. On
concurrence entre les services et
améliorer la circulation de l’infor-
mation. « Sur les 4 000 individus
suivis pour radicalisation ou terro-
risme, il ne doit plus y avoir de
juxtapose des services supposés
lutter contre le terrorisme. Ce
n’était pas la façon optimale d’ob-
tenir des résultats. » Philippe Ca-
pon, le patron de l’UNSA-Police, se
L a couverture médiatique de
la décapitation d’un chef
d’entreprise et de l’attaque
contre une usine de l’Isère, ven-
dredi 26 juin, a pu donner
en examen de ces chefs dans la
soirée.
« Selon lui, ses mobiles seraient
purement personnels et son acte
ne serait pas terroriste. L’un n’ex-
décapité son employeur avant
d’accrocher sa tête à un grillage
entourée de drapeaux islami-
ques. Il ne se souvenait pas davan-
tage avoir envoyé deux photos
années 2000, s’est envolé pour la
Syrie avec sa femme et sa fille de
18 mois en novembre 2014. Selon
les déclarations de sa sœur, Yassin
Salhi lui-même aurait vécu en Sy-
loupé. Nous devons savoir, sur cha- félicite de ce que le ministère l’étrange impression d’un procès clut pas l’autre et le choix de tuer immortalisant la scène à un ami rie pendant un an avec femme et
que suspect, ce qui a été fait à son cherche à « créer de la fluidité entre en temps réel alors même que le quelqu’un à qui il en voulait n’est en Syrie. Confronté aux éléments enfants en 2009, avant que le pays
sujet dans le passé et quel service les services ». suspect, Yassin Salhi, était encore pas exclusif du mobile terroriste », de l’enquête, il a fini par lâcher ne bascule dans la guerre civile.
travaille désormais sur lui », préci- Les attentats qui ont frappé la en garde à vue. Chacun a cru pou- a développé le procureur, faisant avoir agi ainsi pour « frapper les L’exploitation du téléphone
se-t-on, Place Beauvau. France depuis le début de l’année voir se faire une opinion sur le œuvre de pédagogie pour couper esprits », sans plus d’explication. portable avec lequel ses parents
Cette décision n’est pas sans ont mis en lumière la difficulté à mobile de l’attaque – personnel court aux interprétations hâtives. L’exploitation de son téléphone continuaient de communiquer
faire grincer quelques dents à la faire travailler les services en ou terroriste – quand l’enquête ve- a révélé qu’il avait envoyé les avec Younès V. Z. en Syrie s’est ré-
Direction générale de la police na- commun. Un temps suivi, Saïd nait à peine de débuter. « Mémoire sélective » deux photos de la scène de déca- vélée très éclairante. Dans un
tionale (DGPN). Car un tel disposi- Kouachi, l’un des deux tueurs de Après plus de vingt-quatre heu- « La décapitation, la mise en scène pitation à 9 h 33, soit cinq minu- message adressé à ses proches le
tif de coordination existe déjà en Charlie Hebdo, était sorti des ra- res de silence, Yassin Salhi a dé- macabre, la volonté de provoquer tes après avoir pénétré dans soir de l’attaque, Younès V. Z. dé-
son sein. Il s’agit de l’Unité de dars en déménageant de Paris à fendu la thèse d’une vengeance une explosion au sein d’un site sen- l’usine, et trois minutes avant de clare très bien connaître le sus-
coordination de la lutte antiterro- Reims, passant de la compétence personnelle consécutive à une sible, l’envoi des clichés – comme la précipiter son véhicule contre un pect et affirme « être une des cau-
risme (Uclat), qui est officielle- de la Direction du renseignement dispute avec son patron, jetant le présentation d’un trophée – de son hangar rempli de bouteilles de ses pour laquelle [sic] il a fait ça ».
ment « en charge de la coordina- de la préfecture de police de Paris doute sur la nature terroriste de crime à un correspondant se trou- gaz. Le profil du destinataire de Il ajoute avoir demandé l’auto-
tion opérationnelle des services (DRPP) à celle de la DGSI qui, dé- son crime. vant en Syrie, tout cela provoque ces clichés, un certain Sébas- risation à des cadres de l’organi-
appelés à lutter contre le terro- Mardi 30 juin, au terme des qua- un effet de sidération qui à l’évi- tien V. Z., rebaptisé Younès après sation Etat islamique de diffuser
risme ». tre-vingt-seize heures de garde à dence trouble gravement l’ordre sa conversion à l’islam, intéresse les photos que lui avait envoyées
L’Uclat continuera à exister, vue prévues par la loi, l’accusation public par l’intimidation et la ter- au plus haut point les enquê- Yassin Salhi. Des informations en
mais la création du nouvel état-
Les attentats qui a à son tour exposé sa version du reur », a défendu M. Mollins. teurs. Contrairement à ce que partie confirmées par le journa-
major est un désaveu pour cette ont frappé la dossier. Lors d’un point presse, le Si Yassin Salhi s’est montré pro- Yassin Salhi a déclaré, les deux liste de RFI David Thomson, qui
unité, qui évalue notamment la procureur de Paris, François Mo- lixe sur le différend qui l’a opposé hommes ne s’étaient pas perdus tient d’une source de l’EI en Syrie
menace terroriste et veille à la
France ont mis en lins, a annoncé l’ouverture d’une à son employeur la veille des faits de vue et avaient échangé des tex- que l’attentat « n’a pas été com-
bonne circulation de l’informa- lumière la information judiciaire pour as- et sur une dispute conjugale in- tos la veille et l’avant-veille des mandité par l’EI, mais qu’un
tion. Le problème tenait peut-être sassinat et tentative d’assassinats tervenue deux jours plus tôt, il a faits. membre de l’EI en Syrie l’a incité à
à l’évolution de l’architecture,
difficulté à faire en relation directe avec une entre- par contre fait preuve d’une « mé- Ce trentenaire originaire de agir ». Des discussions seraient
toujours plus complexe, des ser- travailler les prise terroriste et destruction par moire sélective » s’agissant de la Franche-Comté, que Yassin Salhi a par ailleurs en cours sur l’oppor-
vices de police. Depuis sa création l’effet d’une substance explosive « mise en scène macabre » de son rencontré tandis que les deux tunité de revendiquer l’atta-
en 1984, l’Uclat est rattachée à la
services en en relation avec une entreprise crime. Il a d’abord assuré aux en- hommes gravitaient dans la mou- que. p
DGPN. Mais depuis la réforme du commun terroriste. Yassin Salhi a été mis quêteurs ne pas se souvenir avoir vance salafiste du Doubs dans les soren seelow
0123
JEUDI 2 JUILLET 2015 france | 11

Tour Triangle :
la revanche de
la maire de Paris
Après un revers en novembre 2014,
Anne Hidalgo a réussi mardi
à faire approuver son projet

B
ertrand Delanoë avait du terrain sur lequel la tour sera
lancé l’idée. Anne Hi- construite. En novembre 2014, à
dalgo a rendu sa réalisa- l’issue du premier scrutin, Mme Hi-
tion possible. Mardi dalgo aurait été contrainte de re-
30 juin, la maire de Paris a obtenu connaître sa défaite si NKM, à l’ins-
du Conseil de Paris un feu vert au tar de quelques élus centristes et
projet de tour Triangle. Future écologistes adversaires comme
« œuvre d’art dans la ville », selon elle du projet, n’avait pas exhibé
elle, l’immeuble de bureaux de 42 son bulletin de vote. Mme Hidalgo a
étages dessiné par le cabinet invoqué l’entorse à la confidentia-
suisse Herzog et de Meuron, fi- lité du scrutin pour contester sa ré-
nancé par Unibail, porte de Ver- gularité. Le PS parisien a aussitôt
sailles dans le 15e arrondissement, introduit un recours pour l’annu-
est promis à l’horizon 2020, an- lation du vote devant le tribunal
née d’élections municipales. administratif, qui devrait rendre
Confrontée à l’hostilité de prin- sa décision le 15 juillet. Le projet de tour Triangle, dans le 15e arrondissement de Paris. L’AUTRE IMAGE PRODUCTION
cipe de ses alliés écologistes, qui Au cours des six derniers mois,
jugent les bâtiments de grande des négociations entre le promo- nos votes favorables sur la tour des motifs qui restent à préciser ». Debré figurent au nombre des six
hauteur « énergivores », la maire teur et l’UDI se sont engagées. Triangle entre 2008 et 2011. Notre
Le vote favorable De son côté, la chef de file des élus LR qui ont approuvé la délibé-
PS de Paris ne l’aurait pas em- Jean-Christophe Lagarde, le pa- opposition en novembre aura fait d’élus de la droite Républicains a ciblé le montage ration. Tous invoquent le rôle
porté par 87 voix contre 74 sans le tron des centristes, s’est déclaré évoluer le dossier », s’est défendu financier du projet. Avec la tour stratégique de Triangle pour
ralliement de 6 élus parisiens Ré- favorable au projet. « Les diri- le patron des UDI.
et du centre Triangle, a-t-elle ironisé, « on est « l’attractivité » de Paris. Mais,
publicains et 6 UDI. « Je me définis geants et grands élus de l’UDI ont Entre la version de novembre et révèle plus proche de la tour de Pise, telle- « pour la plupart, leur seul mobile
comme une bâtisseuse de rassem- vu dans le soutien à la tour l’occa- celle présentée mardi aux élus, ment cette tour penche à la faveur est d’être anti-NKM », déplore un
blement », avait anticipé Mme Hi- sion de passer pour des faiseurs de Unibail a repris « l’idée de l’UDI »
des fissures d’Unibail ». Philippe Goujon, élu parisien LR.
dalgo, dès l’ouverture des débats. grands projets auprès des milieux de substituer un hôtel de 120 à l’UDI et chez maire (LR) du 15e arrondissement, Au sein du parti sarkozyste, les
A l’issue du scrutin, la maire de la économiques », décrypte l’entou- chambres à quelque 7 000 m2 de s’est érigé en violent détracteur lézardes sont apparues au-delà de
capitale savourait sa revanche sur rage de Mme Hidalgo. bureaux, s’est félicitée Mme Hi-
Les Républicains de la tour, jugeant que les habi- l’enceinte parisienne. Alors
son adversaire de droite, Nathalie dalgo. « L’UDI a pu se rallier au pro- tants de son arrondissement sont qu’Edouard Balladur, ancien élu
Kosciusko-Morizet. A l’automne « Tour de Pise » jet parce qu’il avait changé », ex- contre et que le projet, même du 15e, s’est déclaré hostile à la
2014, la chef de file de l’ex-UMP, Résultat : mardi, six élus UDI sur plique Mathias Vicherat, direc- certains élus pour qu’ils votent amendé depuis novembre, com- tour, Nicolas Sarkozy a appelé cer-
hostile au projet Triangle depuis la huit ont voté pour le déclasse- teur de cabinet de la maire. pour, a estimé Marielle de Sarnez, prend toujours trop de mètres tains conseillers de Paris pour
campagne municipale, avait ment du terrain à construire. Le revirement de l’UDI a rouvert chef de file du MoDem, qui a fait carrés de bureaux. leur faire part de son soutien au
réussi à faire écarter ce projet. « Nous voulons incarner une oppo- les fractures au sein de la famille campagne avec l’UMP contre la Mais NKM n’a pas réussi à ci- projet d’Unibail. Le patron des Ré-
L’exécutif avait alors échoué à sition constructive », se justifiait centriste. « J’ai la désagréable im- tour Triangle aux municipales. En menter ses troupes, et le vote ré- publicains a toutefois renoncé à
faire adopter la délibération finale- Eric Azière, patron du groupe UDI- pression que toutes les cartes ne marge des débats, NKM s’est éton- vèle aussi les fissures au sein de la prendre position publiquement
ment votée mardi. Celle-ci auto- MoDem au Conseil de Paris. sont pas sur la table, qu’il y a un née de la « volte-face » de certains droite. Jérôme Dubus, Rachida pour ne pas ajouter à la zizanie. p
rise le déclassement de la parcelle « Nous sommes cohérents avec forcing de la Mairie de Paris » sur UDI, « dans des conditions et pour Dati, Claude Lellouche ou Bernard béatrice jérôme

En PACA, les candidats de la liste PS aux régionales se déchirent


Son chef de file, Christophe Castaner, demande à la direction du parti la mise à l’écart du patron des socialistes marseillais, Jean-David Ciot

saire éthique d’une campagne en connu du grand public, le député pliquait-il alors au Monde, laissant vid Ciot] a fait une liste lui garantis-
marseille - correspondance
Provence-Alpes-Côte d’Azur. » des Alpes-de-Haute-Provence et
La fédération entendre que la candidature de sant le vote mais pas forcément la

T empête sur les listes socia-


listes pour les régionales en
Provence-Alpes-Côte
d’Azur. Le candidat PS, Christophe
Castaner, a écrit mardi 30 juin au
Christophe Castaner saisit la ré-
vélation de la date d’un procès
dont tout le monde savait qu’il in-
terviendrait prochainement – le
parquet a fait immédiatement ap-
maire de la petite ville de Forcal-
quier fait face aux candidatures
très médiatiques du maire de Nice,
Christian Estrosi (Les Républi-
cains), et de la députée du Vaucluse
n’a toujours pas
soldé la lutte
fratricide
Jean-David Ciot n’était pas souhai-
table.

Situation chaotique
Une mise en garde sans effet. Le
meilleure efficacité électorale, rap-
pelle, dans son courrier, Christo-
phe Castaner à Jean-Christophe
Cambadélis. Ce fut un des argu-
ments mis en avant par EELV pour
premier secrétaire du parti, Jean- pel de la relaxe prononcée pour Marion Maréchal-Le Pen (Front
entre partisans 28 mai, à quelques jours du con- refuser un accord. »
Christophe Cambadélis, pour lui MM. Ciot et Guérini le 8 décem- national). et ennemis de grès socialiste, M. Ciot était dési- Alors qu’Europe Ecologie-Les
demander d’écarter Jean-David bre 2014 dans une affaire de dé- Il affiche, depuis le début, une at- gné par le vote militant à la tête Verts et le Parti communiste avan-
Ciot, patron de la fédération socia- tournements de fonds publics –, titude ambiguë face à l’épineux
Jean-Noël Guérini d’une liste exprimant les jeux d’in- cent vers la constitution d’une
liste des Bouches-du-Rhône et tête mais ses griefs contre le patron de problème du PS des Bouches-du- fluence qui agitent la fédération liste commune hors PS, la situa-
de liste désignée par les militants la fédération des Bouches-du- Rhône. Une fédération profondé- socialiste des Bouches-du-Rhône. tion du Parti socialiste semble
dans ce département. Rhône sont plus profonds. « Je suis ment marquée par ses déroutes s’est félicité du « processus démo- La présence de plusieurs proches chaotique en PACA. « Je sais pou-
« J’apprends dans Le Monde, écrit en campagne permanente dans successives aux municipales, sé- cratique » mis en place par le PS de leaders locaux – comme Sébas- voir compter sur ton intervention
M. Castaner à M. Cambadélis, que tous les départements de notre ré- natoriales et départementales et pour désigner ceux qui allaient le tien Jibrayel, conseiller régional rapide afin que je puisse poursuivre
Jean-David Ciot comparaîtra aux gion, sauf les Bouches-du-Rhône. se qui n’a toujours pas soldé la lutte mener aux élections. Quelques sortant et fils du député Henri Ji- mon engagement dans cette cam-
côtés de Jean-Noël Guérini le 25 no- plaint-il à Jean-Christophe Camba- fratricide entre partisans et enne- jours plus tôt pourtant, ses velléi- brayel qui avait demandé la démis- pagne », écrit Christophe Castaner
vembre devant la cour d’appel délis. A ce jour, à aucun moment, mis de l’ancien président du con- tés de prendre lui-même la tête de sion de Jean-David Ciot le soir du au premier des socialistes. Une
d’Aix-en-Provence. Jean-David Ciot [cette] fédération ne s’est mobili- seil général Jean-Noël Guérini. la liste dans les Bouches-du-Rhône second tour des départementales menace à peine voilée qui fait
n’a pas jugé utile de me prévenir de sée. » Le 12 juin, lors de son lancement en lieu et place de M. Ciot avaient –, mais aussi d’anciens soutiens de écho à une rumeur en cours de-
cette échéance deux semaines Désigné en février après une pri- officiel de campagne devant la provoqué l’ajournement d’un con- Jean-Noël Guérini comme le maire puis quelques jours dans les cer-
avant le premier tour des élections maire interne, Christophe Casta- presse à Marseille, Christophe Cas- seil fédéral houleux. « Je veux du de Rousset, Jean-Louis Canal, cles PS locaux : celle d’un hypo-
régionales. (…) Même si je ne doute ner, 49 ans, porte le lourd défi du taner, tout sourire, saluait la pré- renouvellement, de la diversité sur avaient irrité les partenaires po- thétique retour du président sor-
pas de la présomption d’innocence, Parti socialiste de conserver la ré- sence de Jean-David Ciot, au les listes… Si les Bouches-du-Rhône tentiels du PS. tant de la région PACA, Michel
ce rendez-vous judiciaire est totale- gion PACA après dix-sept ans de même titre que celle des autres tê- s’enferment dans une nouvelle « Tu sais comme moi que, cons- Vauzelle. p
ment incompatible avec la néces- mandats de Michel Vauzelle. Mé- tes de listes départementales. Il guerre, je taperai sur la table », ex- cient de mon opposition, [Jean-Da- gilles rof

O N S P É CIA
MIGRANTS LE
OPÉR AT I

OL ES D E FRO N T IÈ R ES D E L’E U R OPE


S 6 H30

PAR MAINS AUX JUIL L E T D È


OURS HU N D R E D I 3 e.fr
PARC VE fran ce cultur
12 | france 0123
JEUDI 2 JUILLET 2015

Ecrasée de chaleur, Bordeaux rêve d’ombre et d’eau


Le Sud-Ouest a subi, mardi 30 juin, la vague caniculaire exceptionnelle qui frappe la France

bordeaux – correspondante
LE CONTEXTE

D
ure journée à Bor-
deaux, mardi 30 juin,

RECORDS BATTUS
une des plus chaudes
qu’a connu l’Hexa-
gone en ce début d’été : les tempé- La canicule devait frapper la
ratures ont atteint 38,3 0C à l’om- France pour la deuxième journée
bre à Bordeaux, 40 0C à Soulac-sur- mercredi 1er juillet. Quarante dé-
Mer à la pointe du Médoc ou en- partements sont placés en vigi-
core 39 0C à Agen dans le Lot-et- lance orange, du Centre au
Garonne. En plein soleil, sur la Nord-Est en passant par l’Ile-de-
rocade, des automobilistes ont re- France. Mardi, plusieurs records
levé 46,5 0C à 18 h 30. A cause du pour un mois de juin ont été bat-
vent chaud venu du Sahara, les tus : 40,2 °C à Cazaux (Gironde),
températures ressenties étaient du jamais vu depuis 1968, 37 °C
même bien supérieures. A 23 heu- à Nantes, un niveau inédit de-
res, en plein Bordeaux, il faisait puis 1952, 37 °C également à
toujours 38 0C… Le Sud-Ouest était la Rochelle, 38 °C à Limoges.
le premier point chaud de la vague Plus de 600 000 foyers ont été
caniculaire qui a frappé l’Hexa- privés d’électricité mardi soir en
gone mardi et devrait se poursui- Bretagne et dans les Pays de la
vre jusqu’à la fin de la semaine. Loire. Cette vague de chaleur
Même si la Gironde n’est pas clas- précoce, exceptionnelle par sa
sée au niveau orange, le préfet de durée, devrait se poursuivre au
région, Pierre Dartout, a activé dès moins jusqu’à la fin de la se-
lundi des mesures prévues en cas maine. On parle de canicule
d’« alerte canicule » : consignes quand des températures très
d’action et de prévention aux hô- élevées sont observées pendant
pitaux, aux collectivités, aux struc- au moins trois jours consécutifs,
tures d’accueil de mineurs, et da- le jour comme la nuit.
vantage de maraudes pour les
sans-abri. La mairie de Bordeaux,
depuis la semaine dernière, rode
sa « plate-forme autonomie se-
niors » avec 16 000 courriers en-
voyés aux personnes de 75 ans et Le Miroir d’eau, sur les quais de la Garonne, à Bordeaux, mardi 30 juin. MEHDI FEDOUACH/AFP
plus, un numéro vert, et près de
1 500 personnes âgées très isolées le doyen de 97 ans, sont attablés ciel ouvert près des quais – était seurs des écoles primaires et des sur la rive droite, les parents ne porisateurs sont autorisés. Pour-
vivant à domicile surveillées dans la salle climatisée du moins envahi de monde que les élèves en avaient même dans leur parlaient que de ça. L’école, dont tant, dans les classes les plus ex-
comme le lait sur le feu. « club ». Il fait 25 0C à l’intérieur. La week-ends ensoleillés ; les mar- cartable. Certains parents ont pré- les concepteurs ont reçu le prix posées à la chaleur, une bonne
« Nous intensifions nos veilles conversation s’oriente plus sur le chands de glace ne raclaient pas féré une solution plus radicale et national de l’Equerre d’argent partie des élèves n’étaient pas ve-
dans les quinze résidences de per- nouveau voisinage que sur la cha- leur fond de bac : « En fait, les gens garder leur progéniture à domi- pour son architecture mais pas nus, comme Pauline, 6 ans, ins-
sonnes âgées (RPA) que nous gé- leur. « On évite juste de faire les sont restés chez eux et ne sortent cile ou les amener à la plage ou à la pour sa fonctionnalité, est toute crite au CP. « J’avais peur qu’elle
rons et une équipe de soixante-dix courses, ou alors tôt le matin, et on qu’en début de soirée quand il fait piscine. A 8 h 30, devant l’école de métal et de baies vitrées, avec n’ait pas assez à boire et trop
bénévoles va appeler une à plu- ne sort pas », explique tranquille- plus frais », note Clarisse, la cogé- élémentaire Nuyens, à la Bastide, un grand préau pour seule source chaud, reconnaît sa mère, Julie
sieurs fois par jour les plus isolés », ment Christiane Musset, toute rante du nouveau glacier M & O, d’ombre. Dans les classes situées à Trémège, et comme on est en fin
explique Marie Chazeaubény, di- pimpante dans son chemisier situé en plein cœur du quartier l’étage, on atteint et dépasse vite d’année, je me suis permis de la
rectrice du service Générations blanc. Le personnel rend visite historique Saint-Eloi. Dans les les 30 0C. « On s’adapte », sourit un laisser chez moi avec son grand
seniors à la mairie. aux résidents les moins autono- pharmacies, on se rue sur les bru-
A l’école Nuyens, instituteur, pas du tout inquiet. frère et ma mère. »
mes plusieurs fois dans la jour- misateurs, beaucoup moins sur tout en métal Dans la journée, les élèves sont Mercredi et en fin de semaine,
Pataugeoire et pichets née. Par précaution, les sorties et les crèmes solaires et les déodo- descendus dans la salle de jeux ou Bordeaux attendait une situation
Dans la RPA Dubourdieu – 39 rési- autres événements en extérieur rants. « On en vend au moins 160
et baies vitrées, dans la salle de lecture, relative- plus clémente avec « seulement »
dents –, derrière la gare, la télé en ont été annulés pour la semaine. par jour, le double de l’an dernier à on atteint vite ment plus fraîches. Dès le matin, 34 0C selon Météo France. De quoi
bruit de fond et les jeux de société Ecrasée de chaleur, la ville était la même époque », relève la ven- la directrice, Catherine Rande, a retourner à l’école en attendant les
étalés sur la table, Francine, largement désertée. Le Miroir deuse, Emmanuelle.
les 30 °C dans les fait préparer dix-sept pichets grandes vacances. p
68 ans, Christiane, 70 ans et Jean, d’eau – la pataugeoire centrale à Des brumisateurs, des profes- classes de l’étage d’eau fraîche. Les jeux d’eau et va- claudia courtois

F R ON T N AT I ON AL
Le maire d’Hayange visé
par une plainte
J UST I C E
Correctionnelle pour
deux patrons d’Uber
Acquittements en série au procès Orsoni
Le maire FN d’Hayange (Mo- La société Uber et deux de
selle), Fabien Engelmann, est ses responsables seront ju- Après six ans d’enquête et un procès fleuve, la cour d’assises n’a retenu que des faits mineurs
suspecté d’avoir commis des gés le 30 septembre en cor-
irrégularités dans ses comp- rectionnelle a annoncé,
tes de campagne des législa- mardi 30 juin, le parquet de
tives de 2012, a révélé, mer- Paris. Ils comparaîtront no- Son père, Alain Orsoni, a été con- série de meurtres, le conflit finan-
credi 1er juillet, Charlie Hebdo. tamment pour pratique
aix-en-provence - envoyé spécial
damné à un an de prison pour me-
On est très loin cier entre Alain Orsoni et les fils
Des distributions de tracs ef-
fectuées par des militants bé-
névoles auraient été factu-
rées pour 7 000 euros.
– (AFP)
commerciale trompeuse,
complicité d’exercice illégal
de la profession de taxi et
traitement de données infor-
matiques illégal. – (AFP)
L a cour d’assises des Bou-
ches-du-Rhône a acquitté,
mardi 30 juin, Guy Orsoni et
ses onze coaccusés des principaux
chefs pour lesquels ils étaient
naces de mort. Dans la chambre de
Thierry Castola, abattu à la sortie
d’un bar de Bastelicaccia le 3 jan-
vier 2009, les enquêteurs avaient
découvert un écrit rageur rédigé
du cumul des
166,5 années de
prison requises
Castola sur le partage de dividen-
des tirés de sociétés de jeux en
Amérique centrale a peu à peu été
supplanté par l’idée d’une ven-
geance conduite par Guy Orsoni, à
poursuivis. Jugés depuis le 11 mai, par l’ancien chef nationaliste : « Le
contre les douze l’insu d’un père, contre lequel un
pour deux assassinats et une ten- gibier n’a pas coutume de payer les accusés projet d’assassinat avait été déjoué
tative de meurtre commis en 2009 cartouches du chasseur qui veut le par la police en août 2008.
en Corse-du-Sud, les accusés ne tuer! (…) S’il le faut, j’enlèverai la L’évolution au fil de l’instruction
sont finalement condamnés que race ! » La peine prononcée est cou- du nombre d’auteurs présents lors
pour des délits mineurs. Sous le verte par la détention provisoire de l’assassinat de Sabri Brahimi,
coup de la récidive, Guy Orsoni, 31 effectuée en 2009. laires. Guy Orsoni était la cible de exécuté en plein centre d’Ajaccio le
ans, est condamné à huit ans de Figure de proue de ce procès, cette procédure et cette décision est 29 janvier 2009 – quatre sur deux
prison et ses coaccusés à des pei- Alain Orsoni s’est borné à déclarer pleine de courage ». La défense a motos puis six sur trois motos –
nes allant d’un à cinq ans. La cour au Monde : « Mon fils a pris huit ans durement critiqué la Juridiction est de nature à avoir désappointé
les a aussi acquittés du délit d’asso- de prison pour rien. » A la cour, il interrégionale spécialisée (Jirs) de la cour. Francis Castola, frère de
ciation de malfaiteurs en vue de avait livré son projet de partir avec Marseille, chargée des plus impor- Thierry Castola, cible de tirs alors
commettre ces meurtres. Les mo- lui pour ouvrir un casino à Leon au tants dossiers criminels insulaires. qu’il roulait à moto sur une petite

n s
tivations du verdict tiennent en Nicaragua. Les avocats ont pointé les déduc- route de montagne, a lui-même

le s m at i A C TION
peu de mots : « La cour d’assises n’a
pas été convaincue ».
Après six années d’une enquête
de grande ampleur, dans un dos-
sier tentaculaire de 77 000 pages,
après l’audition à la barre d’une
« Immense satisfaction »
Sa propre condamnation n’était
pas un enjeu pour celui que l’accu-
sation a dépeint comme un par-
rain ayant rallumé une guerre de
tions tirées de dépositions de té-
moins sous X ou l’usage démesuré
de gardes à vue de simples té-
moins. « Lorsque la Jirs a été créée,
le procureur de la République de
Marseille avait dit que c’était une
parlé d’un « guet-apens impro-
visé », son passage à cet endroit
étant totalement imprévu.
Le parquet dispose de dix jours
pour faire appel. L’affaire Orsoni
est un dossier emblématique pour

L A R É D
ET ET
centaine de témoins, les condam- clans, à son retour en Corse machine de guerre, a commenté les magistrats de la Jirs de Mar-

ARC VO INC H
E D I / 6 H 3 0-9H nations portent sur des délits con- en 2008. « Son propre sort lui im- Me Eric Dupond-Moretti, défen- seille. Selon des observateurs, ce

M ENDR n Birnbaum
nexes : association de malfaiteurs portait peu, a souligné son avocat seur de Jérémy Capitta, acquitté de verdict pourrait marquer un virage

N DI AU V en vue de fournir des faux papiers Me Jean-Félix Luciani. Il était prêt à deux assassinats. Ce soir, la Jirs ma- dans la politique de cette juridic-

DU LU
à quatre accusés à l’époque en l’échanger contre celui de son fils. » chine de guerre ne se confond pas tion. Dans des affaires contestées,
e Jea
hronique d
fuite, dégradation d’une caméra En dépit d’une condamnation avec la justice. » sans preuves évidentes, la tenta-
la c
Retrouvez à 8h55
de la police ou port d’arme. On est qualifiée d’« exagérée et d’immo- Ce procès marathon a mis en lu- tion semble désormais d’orienter
très loin du cumul des 166,5 an- dérée pour une association de mal- mière les failles d’une accusation ces dossiers non plus vers la cour
di
chaque jeu
riat avec e
en partena
ancecultur nées de prison requises par l’avo- faiteurs mineure », Mes Hervé Té- qui se savait fragile. Une accusa- d’assises mais vers le tribunal cor-
ure.fr / @Fr
francecult cat général contre les douze accu- mime et Martin Reynaud, défen- tion dénoncée comme « mou- rectionnel pour n’y juger que le dé-
sés, dont 30 ans de réclusion avec seurs de Guy Orsoni, ont fait part vante » tant sur le mobile que sur lit d’association de malfaiteurs en
une mesure de sûreté aux deux de leur « immense satisfaction l’implication des accusés. Présenté vue de commettre un meurtre. p
tiers contre Guy Orsoni. pour ces acquittements spectacu- comme le point de départ de cette luc leroux
0123
JEUDI 2 JUILLET 2015 campus | 13

Des inscriptions
à la fac de plus
en plus sélectives
De nombreux bacheliers n’ont
obtenu sur admission post-bac
qu’une place sur liste d’attente.
Les syndicats se mobilisent

L
es résultats de la pre- cheliers, c’est pourquoi elles sont
mière phase d’admission dites « non sélectives ». Mais la
post-bac (APB), le disposi- mise en œuvre peut faire l’objet
tif d’inscription des ba- de difficultés, et donc d’aménage-
cheliers dans l’enseignement su- ments, voire de dispositifs de ti-
périeur par un portail Internet, rage au sort informatique des étu-
sont désormais connus. Selon un diants retenus. Compte tenu des
bilan du ministère, quatre candi- contraintes budgétaires, des con-
dats sur cinq ont déjà reçu une tingentements imposés dans un
proposition d’admission dès la nombre croissant d’établisse-
première phase, et pour trois sur ments et du développement des
cinq, cette proposition corres- filières sélectives en leur sein, les
pondait à leur premier vœu. problèmes d’inscriptions ris-
Depuis ce constat, la seconde quent de se poser de façon plus
phase d’admission s’est tenue, et aiguë que jamais cette année se-
la troisième a été ouverte : les ré- lon les syndicats étudiants. candidats déçus et une aide dans par académie, et dénonce une 50 % à 60 % l’an dernier », regrette gnent le rôle des compressions
sultats seront connus le 14 juillet. leurs démarches : « Les bacheliers baisse de 9 % des capacités d’ac- Laurent Beauvais, président de budgétaires et des problèmes
De nombreux paramètres peu- « Généralisation du problème » refusés dans les filières sélectives cueil en psychologie à Créteil. l’Association nationale des étu- d’organisation dans cette pénurie
vent encore jouer sur le résultat fi- Les premiers retours de terrain ont la possibilité de faire un re- Pour les Staps, « la question se diants en Staps (Anestaps), affiliée de places. « Des solutions exis-
nal du processus, comme le taux sont jugés inquiétants par cours, car c’est illégal », dit pose depuis quatre à cinq ans et à la FAGE. « Il n’y a pas de réflexion tent : débloquer les 1 000 postes
de réussite au bac des candidats. l’UNEF : « Ils font malheureuse- M. Martinet. Mineurs, craignant était prévisible », dit William Mar- sur l’encadrement et l’utilisation autorisés mais gelés faute de bud-
Et il restera encore une phase ment état, comme prévu, d’un ni- de se faire mal voir avant la fin du tinet. Cinquante UFR de Staps pi- des équipements. A Grenoble (uni- get, mieux gérer l’attribution des
complémentaire jusqu’en sep- veau plus élevé que les années pré- processus, les candidats hésitent lotent soixante-deux sites en versité Joseph-Fourier), où on a mis salles, changer la pédagogie. Le
tembre et la voie de rattrapage cédentes de candidats en liste d’at- à témoigner publiquement. France : « La plupart de ces forma- en place la pédagogie inversée et le contingentement, c’est la solution
pour les « bacheliers méritants » tente dans les filières universitai- Le problème touche aussi les tions, environ 90 %, ont cette an- numérique, il n’y a pas eu besoin de de facilité, et il se décide souvent
(les 10 % ayant obtenu les meilleu- res », explique William Martinet, réinscriptions. Après un échec en née une capacité d’accueil limitée limitation », souligne M. Beauvais. dans un dialogue assez obscur en-
res notes au bac de leur établisse- président de l’UNEF. Les difficul- filière Paces – préparation aux avec tirage au sort, alors que c’était Les syndicats étudiants souli- tre le rectorat et les présidences
ment). tés s’aggravent dans les filières concours de santé –, Lilian (son d’université, sans consultation des
Mais l’apparente stabilité des déjà en tension : en sciences et prénom a été changé à sa de- instances sur les raisons invo-
premiers résultats d’APB pourrait techniques, dans les activités phy- mande), étudiant parisien, a tenté APB : les résultats de la première phase quées », dit Alexandre Leroy.
dissimuler une tension d’un ni- siques et sportives (Staps), en psy- de s’inscrire en droit dans nom- « Si nécessaire, il est tout à fait
veau jamais atteint pour l’entrée à chologie. Mais des matières bre d’universités de la capitale. Il Environ 788 000 candidats ont formulé au moins un vœu sur le possible qu’il y ait une mobilisa-
l’université. Aujourd’hui, nombre comme le droit ne sont pas épar- est aujourd’hui en liste d’attente à portail Admission Post Bac entre le 20 janvier et le 20 mars. Lors tion et des rassemblements devant
de candidats n’ont obtenu sur gnées. Alexandre Leroy, président Paris-VI et ne cache pas son amer- de la première phase d’admission le 8 juin, « un peu plus de les rectorats, fin juillet ou en sep-
APB qu’une place en liste d’at- du syndicat concurrent FAGE, fait tume. Pour mettre toutes les 580 000 candidats ont reçu une proposition d’admission, soit 79 % tembre », prévient de son côté
tente et redoutent qu’on leur pro- le même constat, évoquant aussi chances de son côté, il a aussi de l’ensemble des candidats, pourcentage identique à la session William Martinet. Pour les syndi-
pose au final des offres sans rap- des difficultés en sciences et une rempli des dossiers d’inscription 2014 », a indiqué le ministère de l’éducation, le 29 juin. « 60 % des cats, l’objectif affiché de démocra-
port avec leur projet. « généralisation du problème ». pour des filières sélectives – du candidats ont reçu une proposition sur le vœu » qu’ils avaient tisation de l’enseignement supé-
L’inscription dans les filières Lancé le 9 juin, le service de type langues –, sans grand espoir. placé en première position. 54,05 % des propositions d’admis- rieur semble, en effet, passer
universitaires de son choix est, en l’UNEF (Sosinscription@unef.fr) L’UNEF est en train de collecter sion concernent des formations universitaires (hors DUT), contre aujourd’hui au second plan. p
principe, un droit garanti aux ba- propose des informations aux les chiffres des capacités d’accueil 52,79 % en 2014. adrien de tricornot

Des universités traduisent leurs diplômes en listes de compétences


Pour faciliter l’embauche, des établissements définissent ce que les étudiants sont capables de faire, pas seulement ce qu’ils ont étudié

Q ue savent faire les étu-


diants lorsqu’ils sortent
de l’université ? Quelles
compétences peuvent-
ils mettre en avant sur le marché
termes concrets. « Quand on par-
ticipe à des Salons, raconte Joëlle
Aubert, on se rend compte que la
demande des familles n’est plus
“Qu’est-ce qu’on apprend dans vo-
L’approche
par compétences
doit, à terme,
les décrit, ça vous parle ? Ces jeu-
nes, vous les recruteriez ?” », expli-
que Mme Aubert. « L’accueil a été
favorable », rapporte Delphine
Payan, qui fait partie de l’équipe
l’université continuera de trans-
mettre des connaissances, mais
elle ne pourra plus se contenter de
ce modèle « mécanique » fondé
sur « la reproduction ». Penser
sans en tirer les conséquences sur la
manière de faire cours et sur l’éva-
luation », constate Joëlle Aubert.
Bref, reconnaît Yannick Morel à
l’APEC, « transformer un lycéen en
de l’emploi ? Cette question cen- tre établissement ?”, mais “Que fe- conduire à de l’UJF. Que l’université veuille compétences suppose de repenser un professionnel en trois ans, c’est
trale, longtemps négligée, est ront nos enfants après des études former des étudiants plus rapide- la formation en profondeur, dit-il. un travail énorme ». p
aujourd’hui au cœur de la ré- chez vous ?” »
« un changement ment opérationnels, en phase « On ne peut penser compétences benoît floc’h
flexion de quelques établisse- C’est un véritable « changement de paradigme avec l’évolution du marché, est
ments pionniers, à Saint-Etienne de paradigme » qui est à l’œuvre, « une bonne nouvelle » pour les
ou à Lille, par exemple. C’est aussi insiste le recteur de l’académie de
pour la pédagogie entreprises, ajoute-t-elle. Avant de
le cas de l’université Joseph-Fou- Grenoble, Daniel Filâtre. « Nous le universitaire » proclamer devant les enseignants
rier (UJF), à Grenoble, qui tenait,
jeudi 25 juin, un séminaire sur ce
devons à nos étudiants. Pendant
longtemps, l’université a considéré
qui participaient à la réunion de
travail du 25 juin : « Il faut montrer
Optez pour un MBA
thème. Depuis le printemps 2013,
l’équipe de Joëlle Aubert, vice-pré-
que l’important était qu’ils aient un
bon diplôme. L’insertion n’était pas
que cette réflexion autour du thème
“Qu’est-ce que je sais faire ?” est im-
en quoi les étudiants qui sortent de
Joseph-Fourier sont différents de
accrédité AACSB
sidente de l’UJF, a engagé un vaste une obsession : “Après tout, qu’ils portante. Cela doit les amener à ceux issus d’autres universités. » 10 spécialisations métiers au choix !
chantier, en invitant enseignants- se débrouillent !” Aujourd’hui, on prendre conscience qu’ils ont des Certains d’entre eux tiquent, peu Accès Bac+3/+4, parcours possible en alternance,
chercheurs, entreprises, étu- ne peut plus prendre la question de compétences et qu’ils ne doivent familiers d’une logique concur- enseignement en anglais et en français
diants et parents à participer aux cette façon. » pas se précipiter sur n’importe quel rentielle. « On n’est pas là pour
travaux. poste et n’importe quel salaire. » montrer que l’UJF est mieux • Achats et Supply Chain Management PROCHAIN
ES
• Audit-Conseil et Contrôle SESSION
Le but n’est rien d’autre que de Repenser la formation Côté entreprises, l’enjeu est sy- qu’ailleurs, a réagi Yves Markowicz, JUIN ET JU S
• Banque-Assurances, Gestion de Patrimoine ILLET
traduire l’ensemble des diplômes L’université, encore associée à la métrique. « Qu’est-ce qui permet directeur du département licence 2015
de cette université scientifique et transmission académique des sa- d’avoir confiance en tel jeune di- sciences et technologie. On est là et Immobilier
médicale en listes de compéten- voirs, change. Depuis 2007, l’inser- plômé ? C’est une question que se pour montrer ce que nos étudiants • Hospitality Management
diagraphe.fr - 06/2015 - 17154

ces. Cela prendra la forme de gui- tion professionnelle des étudiants posent toutes les entreprises, rap- savent faire. » Les enseignants- • International Business Strategy
des expliquant ce que les étu- fait partie de ses missions. L’« ap- pelle Guy Le Boterf, consultant en chercheurs sont prêts à bouger • International Premium et Luxury Marketing Management
diants savent faire à la sortie de proche par compétences » se dé- management. D’où la nécessité de pour favoriser la réussite de leurs • Management de Projets Evénementiels (La Rochelle ou
leur cursus. On y lira, par exem- veloppe. « Cela inquiète les écoles travailler sur les pratiques profes- étudiants, mais pas à se lancer Paris en alternance)
ple, qu’à l’issue d’une licence de de commerce, rapporte Yannick sionnelles. » Jean-François Gar- dans une compétition acharnée • Management des Destinations Touristiques
génie civil on sait mettre en place Morel, de l’Association pour l’em- dais, qui représente le Medef à avec leurs collègues et les écoles, • Stratégies du Développement Durable, RSE et Environnement
le plan d’installation d’un chan- ploi des cadres (APEC). Les écarts se l’APEC Rhône-Alpes, confirme : ce qu’on ne leur demande • Global MBA (marchés émergents)
tier, implanter un ouvrage (un bâ- réduisent entre les écoles et les uni- « En vingt ans, la notion de compé- d’ailleurs pas – pour l’instant. En partenariat
timent ou une route, par exem- versités, y compris en termes de sa- tences s’est imposée dans les entre- Le changement à l’œuvre, s’il est pédagogique avec :
ple) en utilisant des repères topo- laires. Mais les étudiants se sentent prises. Avec la mondialisation, elles profond, sera donc délicat à con-
graphiques, etc. encore sous-qualifiés, surtout lors- doivent s’adapter en permanence. duire. D’autant que l’approche par
Plutôt que le « quoi » (les matiè- qu’ils sont issus de milieux populai- Elles demandent donc des étu- compétences doit, à terme, con- Contact : Marie LEYTERE
res apprises), c’est le « pourquoi » res. A la sortie de l’université, ils diants rapidement opérationnels. » duire à « un changement de para- +33(0)5 16 19 63 41 / infomba@esc-larochelle.fr
qui est mis en avant : le sens des sont prêts à se brader. Et ils sont du- « On a demandé aux entrepri- digme pour la pédagogie universi-
études, qu’il s’agit de traduire en rablement plombés. C’est pour cela ses : “Les compétences telles qu’on taire », prévient le recteur Filâtre :
www.esc-larochelle/info/mba
14 | enquête 0123
JEUDI 2 JUILLET 2015

Lionel Zinsou,
le 25 juin, à Cotonou.
MAYEUL AKPOVI POUR « LE MONDE »

suis entretenu avec Lionel Zinsou ? Ça, c’est une


affaire privée. Cette nomination est une déci-
sion du président Boni Yayi, une bonne décision
dont nous l’avons félicité. »
Hakim El Karoui, associé chez Roland Berger,
que Lionel Zinsou a appelé en 2005 à ses côtés
à la banque Rothschild, pense que « c’était
écrit ». « PAI Partners a peu d’activités africai-
nes, alors que Lionel parlait de plus en plus
d’Afrique. Ces vies parallèles, ce n’était plus pos-
sible », dit-il avant d’admettre qu’il y a chez les
Zinsou un traumatisme politique. « Pour Lio-
nel, la politique, c’est la violence. » Allusion au
destin de l’oncle paternel, Emile Derlin Zinsou,
qui fut président de la République du Daho-
mey pendant dix-sept mois avant d’être ren-
versé par un putsch en décembre 1969. Trois
ans plus tard, le major Mathieu Kérékou prend
le pouvoir à la faveur d’un coup d’Etat. Il
change le nom du Dahomey en Bénin, impose
un régime répressif d’obédience marxiste-lé-
niniste et persécute l’oncle Zinsou, devenu
son principal opposant.
Durant ces années difficiles, Lionel, né à Pa-
ris, fréquente les lycées Buffon puis Louis-le-
Grand. Son père est à Dakar, médecin attitré
du président-poète sénégalais Léopold Sédar
Senghor. Sa mère, française et suisse, est infir-
mière des Hôpitaux de Paris. Et, quand il va au
Bénin, il voit son oncle, dont il dit qu’il l’a en
partie élevé. Il le voit toujours, car Emile Derlin
Zinsou, 97 ans, a toute sa tête.
Empêché jusqu’en 1990 de retourner au pays
pour raisons politiques, Lionel Zinsou se dé-
crit à l’époque comme un « Béninois virtuel ».
Ce qui ne l’empêche pas d’être un Français
couvert d’éloges. Laurent Fabius : « D’une
grande rectitude, pense juste et écrit très bien. »

A nous deux Cotonou !


Franck Riboud : « Chaque fois que je partais en
voyage avec lui, je revenais plus intelligent. »
Hakim El Karoui : « Un seigneur. » Jean-Michel
Severino : « Un très grand du monde français
des affaires. »
Difficile de lui trouver des ennemis. Même
les syndicalistes de Libération, dont Lionel Zin-
sou a été administrateur, ont salué son sens
du dialogue. Il y a bien des collègues chez
serge michel
Lionel Zinsou, président du plus important fonds Rothschild qui l’ont traité de dilettante. « Il a
toujours fait très bien plusieurs choses à la fois,
cotonou - envoyé spécial d’investissement français, a été nommé premier suscitant la jalousie de banquiers qui avaient

C’
de la peine à en faire une seule », balaie Hakim
est un guide idéal, qui ministre du Bénin, le 18 juin. Proche de Laurent El Karoui. Les anciens dirigeants de PAI Par-
donne à voir et à com- tners, écartés par Lionel Zinsou à son arrivée
prendre. « Regardez cet Fabius, d’Alain Juppé, de banquiers et de patrons, ce en 2009, lui en veulent encore. Il y a enfin
aéroport, dit Lionel Zin- quelques députés français, emmenés par le
sou en traversant Coto- Franco-Béninois de 60 ans a une immense ambition Républicain Pierre Lellouche, qui fustigent
nou. Il est en plein centre- son « afro-optimisme », convaincus que l’Afri-
ville ! » Sa longue silhouette se déploie sur le pour son pays. Et pour lui-même aussi, peut-être que, surtout francophone, s’enfonce dans la
siège passager du 4 x 4, légèrement secouée pauvreté et l’instabilité.
par les nids de poule des rues de la capitale Au Bénin, les éloges et les critiques sont plus
économique du Bénin. « Cent cinquante mille vifs. Le Parti communiste et ses alliés ont es-
habitants à l’indépendance [en 1960], 3 mil- aisance à parler de tout et à convoquer sans pétence » (la formule est de Zinsou, qui a été timé que Lionel Zinsou « ne connaît pas le Bé-
lions aujourd’hui. Quelle ville en Europe a mul- difficulté les chiffres et les solutions. C’est le son conseiller) pour transformer son pays, nin » et qu’il a été nommé « pour parachever la
tiplié sa population par vingt en cinquante professeur d’économie qui s’exprime, formé à réélu en 2011, le président connaît une fin de vente du pays à l’impérialisme français ». L’an-
ans ? » Nous sommes le 7 juin. Lionel Zinsou, l’Ecole normale supérieure, à Sciences Po et à règne difficile. Lâché par une partie de ses al- cien garde des sceaux Victor Prudent Topanou
60 ans, est alors homme d’affaires, pas en- la London School of Economics. Mais c’est liés, abandonné par nombre de ses conseillers, prédit son échec. Un chroniqueur l’a sur-
core homme d’Etat. Il est franco-béninois, aussi l’investisseur, le banquier d’affaires et le le président a vu son parti perdre, en mai, à nommé « le proconsul », façon de dire qu’il
pas encore bénino-français. conseiller politique, très écouté à gauche tout une voix près, la majorité à l’assemblée. La n’est pas béninois.
Le président du plus gros fonds d’investis- en étant proche d’Alain Juppé et se félicitant de transformation tant espérée du pays n’a pas
sement français, PAI Partners, sait-il qu’il l’évolution du discours sur l’Afrique de Nicolas eu lieu et il ne reste que neuf mois avant la pré- UN DÉFI FASCINANT
sera, onze jours plus tard, nommé premier Sarkozy, avec qui il a déjeuné récemment. sidentielle de février 2016. Lui vit bien sa double identité, y ajoutant
ministre de son pays d’origine ? Il n’en laisse La veille, Lionel Zinsou est venu à Cotonou Le président doit néanmoins former un même une dimension anglo-saxonne : « Hier
rien paraître. Et pourtant chaque carrefour, célébrer le dixième anniversaire de la fonda- nouveau gouvernement, car plusieurs de ses soir, je me baladais [dans Cotonou] avec mon
chaque bâtiment lui inspire des commentai- tion qui porte son nom et que préside sa fille, ministres ont été élus à l’Assemblée, y compris chapeau yoruba [ethnie d’Afrique de l’Ouest].
res qui ressemblent à un plan d’action. Il faut Marie-Cécile Zinsou. Une fondation qui a or- ceux qui sont soupçonnés d’avoir détourné Rien ne me sépare d’un Yoruba de Lagos. J’ai
déplacer l’aéroport et récupérer ses 300 hec- ganisé vingt-deux expositions en dix ans et l’aide néerlandaise. L’annonce est faite jeudi étudié en France mais aussi en Grande-Breta-
tares pour du développement urbain. « C’est permis à des centaines de milliers d’écoliers 18 juin au soir et surprend tout le monde : le gne, dirigé des entreprises françaises mais
comme si les avions se posaient sur les de découvrir l’art contemporain africain. De- nouveau gouvernement sera dirigé par Lionel aussi britanniques, mon gendre est anglais,
Champs-Elysées. » Récupérer aussi les 100 vant un parterre d’artistes, de mécènes, de po- Zinsou. Lequel est entre-temps rentré à Paris. mes petits-enfants sont franco-anglais et nigé-
hectares d’une centrale électrique qui stocke litiques et de diplomates, ce « seigneur du capi- Il prend le lendemain le premier vol pour Co- riano-béninois. Il faut oublier ces fausses divi-
des produits dangereux. « Vous imaginez une talisme français », comme le qualifient ses tonou. Les douaniers le reconnaissent et sions. »
centrale place de l’Opéra ? » amis, a cité Malraux et Senghor, mêlant anec- s’étonnent qu’il n’ait pas de bagages. « Je n’en A Cotonou, on est convaincu qu’il a accepté
dotes personnelles et grands défis du conti- ai pas besoin, j’habite déjà ici », répond-il en le poste de premier ministre pour se présen-
« SEIGNEUR DU CAPITALISME FRANÇAIS » nent. Et, ce dimanche matin, il roule vers Oui- souriant. Le samedi 20 juin, il tient son pre- ter en 2016 à la présidentielle. Réponse habile
Le ciel est lourd. Les pluies de la veille ont dah, à 42 km à l’ouest, la ville d’où est origi- mier conseil des ministres. de l’intéressé dans un entretien au Monde
trempé les avenues. Le 4 x 4 fait jaillir des ger- naire sa famille, ancien centre de la traite né- La surprise est aussi parisienne. « C’est un ci- Afrique : « Si l’on montre en dix mois que l’on
bes d’eau. Lionel Zinsou parle de cette ville grière en passe d’être classé par l’Unesco et où toyen engagé, mais je ne l’imaginais pas dans le peut faire progresser l’accès à l’électricité, à
constamment victime d’inondations parce sommeillent quelques merveilles en ruine de monde politique », lâche Jean-Michel Severino, l’eau, aux soins, à l’éducation (…), alors les gens
qu’elle est au-dessous du niveau de la mer et l’architecture afro-brésilienne. Sa fondation y ex-directeur de l’Agence française de dévelop- demanderont que l’expérience continue et
posée sur une mince couche de sable. Il ful- a ouvert un musée. Cotonou défile, puis s’éloi- pement, aujourd’hui à la tête d’un fonds d’in- s’amplifie. Avec moi ou avec d’autres. Je vois
mine contre des ministres béninois indélicats gne. Un étrange panneau officiel annonce : « CHAQUE FOIS vestissement pour les PME africaines. Franck nombre de bons présidentiables qui pourront
qui ont volé 4 millions d’euros à la coopéra-
tion néerlandaise. En mai, les Pays-Bas,
« Attention, travaux sur 1 875 km ».
Tout, dans les propos de Lionel Zinsou, le
QUE JE PARTAIS Riboud, président de Danone, entreprise où
Lionel Zinsou, de 1986 à 1997, a dirigé des filia-
poursuivre. Je n’ai pas d’amour-propre de can-
didat, je n’ai pas d’ego de président. »
écœurés, ont mis fin à leurs programmes. long de la route transformée en piste, indique EN VOYAGE AVEC les ou le département des fusions-acquisi- Le pouvoir? Zinsou a laissé entendre qu’un
« C’est criminel d’avoir ponctionné l’aide d’un qu’il a envie de mettre la main à la pâte. Main tions, avait senti chez son ami une envie de re- patron d’une multinationale en a bien davan-
pays qui maîtrise la technique des digues et des française ou béninoise ? Il se dit pleinement LUI, JE REVENAIS tourner au Bénin. « Mais premier ministre, ça, tage qu’un chef d’Etat africain. Mais le défi le
polders et qui pouvait éviter à notre ville d’être
envahie par les eaux. » Il parle aussi des routes,
l’un et l’autre, mais son destin est sur le point
de basculer en direction du Bénin. Deux jours
PLUS INTELLIGENT » non, je ne l’avais pas imaginé ! », dit-il avant
d’ajouter : « C’est quelqu’un d’extrêmement ap-
fascine. « Aucun continent, aucun pays, même
la Chine, n’a installé un milliard d’urbains en
dont le bitume a été avalé par les camions trop plus tard, le 9 juin, le président du pays, Tho- FRANCK RIBOUD précié chez Danone. » une génération comme l’Afrique va devoir le
chargés et que les entreprises chinoises tar- mas Boni Yayi, en visite à Paris, aurait évoqué président de Danone Même Laurent Fabius, dont Lionel Zinsou a faire. Et, dans le reste du monde, quand on
dent à réparer, provoquant la colère des Béni- devant François Hollande, qui lui rendra la pa- été la plume à Matignon de 1984 à 1986, s’urbanise, on vide l’espace rural. Alors qu’en
nois. Il montre les dizaines de réverbères solai- reille le 2 juillet, son intention de faire de Lio- s’avoue surpris. « Il a toujours eu le sens de l’in- Afrique la démographie est tellement forte que
res offerts par le rappeur Akon et désigne les nel Zinsou son dauphin. Le lendemain, le térêt général, mais je le voyais rester dans les af- les campagnes progressent aussi en popula-
essaims de taxis-motos sur la voie d’en face. 10 juin, sur RFI, Boni Yayi confirme qu’il ne se faires. » A Cotonou, la rumeur veut que le mi- tion. »
« Cotonou doit être une des seules villes au représentera pas pour un troisième mandat nistre français des affaires étrangères ait parti- Les interlocuteurs parisiens, avant de rac-
monde sans transports publics. » – du reste la Constitution le lui interdit. cipé à convaincre Lionel Zinsou d’accepter son crocher, ont presque tous eu cette phrase :
Il y a une nonchalance Zinsou. Ou plutôt une Elu en 2006 sur une « présomption de com- nouveau poste, ce qu’il dément : « Si je m’en « On lui souhaite bonne chance. » p
0123
JEUDI 2 JUILLET 2015 débats | 15

La communauté internationale parviendra-t-elle à vaincre l’organisation


Etat islamique, qui vient de célébrer le premier anniversaire du « califat » ?
Analyse des stratégies militaires pour réduire son emprise au Proche-Orient

Comment lutter contre l’Etat islamique ?

Détruire les capitales du « califat » La logique suicidaire de Daech


Il est possible de vaincre
pourrait provoquer sa chute
core passer par un mois de nettoyage de toutes
les habitations, le tout au prix de 73 tués et plu-
militairement Daech grâce sieurs centaines de blessés. Le contingent améri-
à une grande opération cain présent en Irak (130 000 hommes) avait Le nihilisme de l’Etat islamique La multiplication des « hommes en armes » issus
alors mis plus d’un an pour reprendre le contrôle de ces marges – 1 200 milices en Syrie de 2013 ! –
héliportée et aéroportée sur des villes du Tigre et de l’Euphrate au nord de Ba- pourrait se retourner contre lui détruisait tout repère collectif, spatial ou tempo-
l’Euphrate. Un combat qui gdad. L’ordre de grandeur pour une offensive sur et accélérer son effondrement rel, instaurait une économie de guerre tarissant
l’Euphrate menée par une force moderne repré- les ressources et modifiait les frontières internes
pourrait durer plusieurs années sente donc au moins dix fois ce que la France a plus que la stratégie militaire au gré des rapports de force. Le trop-plein d’asa-
et qui nécessiterait au moins déployé avec l’opération « Serval ». Il faut s’atten- de la coalition biyya (« solidarité de groupe ») militarisées se pa-
dre ensuite à ce que cette force déplore plusieurs ralysant mutuellement préparait alors le terrain
100 000 hommes sur le terrain centaines de morts et des milliers de blessés, et pour les acteurs à même de radicaliser la da’wa
beaucoup plus s’il s’agit de forces moins moder- (« appel ») religieuse.
nes, moins protégées et moins professionnelles L’EI, qui, avec son Coran réduit à une dizaine de
par hamit bozarslan
que les troupes occidentales. « versets de l’épée », élaborait un savoir rustique
par michel goya Encore ne s’agit-il là que de la phase de con- mais opérationnel et mettait en scène sa cruauté

I l n’existe fondamentalement que deux ma-


nières de terminer une guerre : la négocia-
tion ou la destruction de l’un des camps. En
Irak, les Américains et le gouvernement de Bag-
quête, il faut ensuite contrôler et sécuriser le ter-
rain pris tout en poursuivant la traque d’une or-
ganisation revenue à la guerre souterraine. Cela
peut durer plusieurs années et nécessite de nom-
breux moyens humains, au moins 100 000
I l y a un an, l’Etat islamique (EI) annonçait
l’instauration du califat et exigeait des mu-
sulmans du monde entier de prêter allé-
geance à son leader Abu Bakr Al-Baghdadi, intro-
nisé « Calife Ibrahim ». Ce geste symbolique fort
tout en en déléguant la responsabilité ultime au
Créateur, pouvait s’imposer comme autorité su-
pra-sociale. Il arbitre les conflits internes, unifie
les territoires conquis, dit sa justice, tranchant
dans le vif, ou déclare la guerre à la culture, iden-
dad ont négocié avec l’armée du Mahdi en 2004 hommes, et de quoi administrer et faire vivre ce montrait qu’il se projetait dans l’avenir comme tifiée à la jahiliyya (« ignorance préprophéti-
et 2008 ou avec les tribus sunnites à la fin de « Sunnistan », avant une normalisation de la si- une entité irréversible. que »). Sans s’y réduire, il constituait une ré-
2006. En revanche, le dialogue n’a jamais été en- tuation. Cela implique aussi, et c’est l’élément le Le succès de l’EI est dû, en partie, à l’aveugle- ponse brutale à la désintégration étatique et l’ef-
visagé, ni possible, avec l’Etat islamique en Irak, plus important, un contexte politique qui fasse ment de la communauté internationale qui ac- fondrement social.
premier avatar de Daech. La destruction était que cette force ne soit pas perçue comme illégi- cueillit la chute de Rakka en Syrie (juin 2013) et de
donc la seule option et, en 2007, elle a presque time et occupante. Un contrôle par des forces Falloudja en Irak (janvier 2014) comme de sim- UN MAL PUR
réussi. Elle reste, à ce jour et pour l’instant, en- chiites est, par exemple, actuellement inconce- ples faits divers, avant de prendre conscience de La chronologie de cette organisation-Etat re-
core la seule voie envisagée face à l’Etat islami- vable. La destruction définitive des réseaux de la gravité de la situation avec celle de Mossoul montant à l’insurrection sunnite de 2004-2007
que (EI). Daech, ou d’une autre nouvelle entité djihadiste cinq mois plus tard. Il faut aussi évoquer la res- en Irak offre peu d’éléments d’intelligibilité.
Pour détruire un Etat ou une organisation for- naissante, est ensuite affaire de guerre souter- ponsabilité des pays comme l’Iran, l’Arabie saou- Comme les conflits dont il est partie prenante,
mant un proto-Etat, on ne connaît pas pour l’ins- raine et peut durer là aussi des années. dite et la Turquie dans la formation des milices l’EI se métamorphose en réalité à chaque tour-
tant d’autre façon que de commencer par dislo- Actuellement, aucun acteur régional, ou non, confessionnelles, chiites ou sunnites, dont l’EI, nant de son parcours, s’affranchissant sans cesse
quer son armée et de réduire tout ce qui lui four- ne réunit à la fois la volonté et les moyens de ces dans ces zones de conflit. de ses « situations de moment ». Cette « refonda-
nit les moyens et, surtout, les raisons de combat- opérations distinctes. C’est d’ailleurs la princi- Mais la montée en puissance de l’EI est surtout tion » permanente dans et par la violence n’est
tre. Cette dislocation ne peut, elle-même, être pale force de l’Etat islamique, qui se nourrit des la conséquence de la crise de l’« Etat westpha- pas sans rappeler certaines expériences passées,
obtenue, à la manière de l’opération française contradictions et ambiguïtés qui paralysent lien » dans la région : loin de pacifier les territoi- dont nazie, et ce, malgré les différences majeures
« Serval » au nord du Mali, qu’en s’emparant du ceux qui l’entourent. Pouvoir détruire militaire- res qui leur sont soumis à titre d’entités souverai- entre elles : au-delà de sa « radicalisation cumu-
territoire contrôlé par l’ennemi tout en agissant ment l’Etat islamique suppose donc d’abord une nes, certains régimes arabes, dont celui de Ba- lative » par l’action, l’EI apparaît également
sur les sources politiques de sa force et en préser- modification profonde du contexte politique char Al-Assad, se transformèrent en organes de comme un assemblage de « forces non contem-
vant la population civile environnante. environnant, et en particulier à Damas et Bag- leur destruction. Aux contestations démocrati- poraines dont les manifestations s’accompagnent
Deux objectifs géographiques sont possibles : dad. Que le pouvoir s’y transforme, de gré ou par ques de 2011, le pouvoir syrien répondit en ap- d’une brutalité païenne » (Ernest Bloch).
Mossoul, la grande ville du nord de l’Irak et capi- la force des événements, en quelque chose de portant la preuve de sa détermination à « mor- Pour reprendre les termes de Walter Benjamin,
tale économique de Daech, et l’Euphrate, de Fal- plus légitime aux yeux à la fois de la commu- dre avec des dents volées » à sa société. Dégradé son calendrier « ne décompte » pas mais détruit
louja à Rakka, la capitale politique. La deuxième nauté internationale et des sunnites de la ré- en simple force milicienne, il sut fragmenter son le temps, à l’instar de l’horloge nazie. Telles les
option est la plus difficile, mais la plus décisive. gion, et il sera alors possible pour une coalition territoire dans l’espoir d’assurer sa survie, avant créatures de la Troisième nuit de Walpurgis dé-
Une fois les drapeaux du califat autoproclamé de mener une vraie offensive. Qu’aucun des d’en perdre le contrôle et se désintégrer. Au peintes par Karl Kraus, il incarne un mal pur,
retirés de Fallouja, Ramadi, Abou Kamal, Deir ez- deux n’évolue radicalement et Daech conti- même moment et dans un contexte différent, le sans aucun lien dialectique avec le bien. Et autant
Zor et Rakka, la capacité de résistance des autres nuera d’exister. Il faudra alors accepter de vivre premier ministre irakien Nouri Al-Maliki mettait que le nazisme qui avait tant impressionné le ju-
territoires de l’EI sera très affaiblie. en situation de guerre endémique, et donc ac- en place une politique de confessionnalisation à riste Sebastian Haffner par sa capacité à incarner
Cette offensive sur l’Euphrate peut prendre la cepter d’autres attaques terroristes, jusqu’à l’ac- outrance de son pays, mais sans avoir la moindre l’ordre tout en lui opposant une violence des-
forme d’une grande opération héliportée et aé- ceptation de l’existence d’un nouvel Etat radical maîtrise de ses provinces sunnites. tructrice, le califat représente l’ordre et le contre-
roportée, audacieuse et rapide, mais peu d’ar- au Moyen-Orient. Nous l’avons déjà fait avec L’effondrement des Etats en tant qu’instances ordre, le Léviathan et le Béhémoth. Nul doute
mées ont les moyens de réaliser une telle l’Iran des mollahs. p unifiant le temps et l’espace ne pouvait qu’en- qu’il est rationnel. Il pense et mène la guerre au
manœuvre par ailleurs très risquée. Plus sûre- traîner dans son sillage celui des sociétés. point d’ajouter, en 2015, les villes de Ramadi et de
ment, il peut s’agir, pour un corps aéroterrestre Comme le suggérait Ibn Khaldûn (1332-1406), en Palmyre à ses trophées. Il gère un vaste territoire
blindé et appuyé par des feux précis et puissants, effet, la cité, pacifiée comme condition même de et crée des ministères. Il verse des salaires et ins-
de progresser le long du fleuve, de cloisonner son existence, n’avait plus la moindre force pour taure une « assurance-chômage ». Il veille à
une à une les cités pour s’en emparer puis les ¶ résister contre son prince devenu meurtrier, ou l’ouverture des marchés et inaugure des hôtels
nettoyer de toute présence ennemie visible. Pen- Michel Goya est colonel dans les troupes de marine ses marges « barbares » disposant d’assez de res- cinq étoiles, mais excelle aussi dans une violence
dant ce temps, la force de frappe et de raids en et historien sources de violence pour se lancer à son assaut. nihiliste susceptible de détruire à terme ce qu’il a
profondeur s’attaque aux postes de commande- lui-même construit à coup d’attentats-suicides.
ment, à la logistique et entrave les mouvements. La stratégie militaire mise en œuvre, voire des
politiques rationalisant à l’extrême l’économie
DES « COMBATTANTS-SUICIDES » de la guerre, se heurte par ailleurs de manière
L’armée de Daech est constituée de plusieurs di-
zaines de milliers d’hommes, les estimations Coutellerie | par cagnat systémique à des fuites en avant : épuisement
des forces vives dans des batailles comme à Ko-
pouvant varier de 30 000 à 80 000, parfois plus bané, ville kurde de Syrie, au lieu de la consolida-
si on intègre des unités non permanentes de dé- tion du pouvoir en zones arabes, brutalité contre
fense locale. C’est, en dépit de quelques matériels les yézidis, chrétiens, chiites, mais aussi sunni-
lourds, fondamentalement une force d’infante- tes, faisant fuir des centaines de milliers d’habi-
rie équipée de véhicules légers et d’armements tants des zones conquises, massacres de tribus
soviétiques des années 1960. En soi, il n’y a là sunnites entières, provocations cruelles et atten-
rien de très puissant, une très faible fraction par tats en Europe multipliant ainsi le nombre de ses
exemple des armées de Saddam Hussein broyées ennemis.
par les coalitions menées par les Américains. La Plus que les bombes de la coalition réunie
différence est que les combattants de l’armée de autour des Etats-Unis, qui en dernière instance
Daech sont plutôt compétents tactiquement et pourraient bien s’accommoder de l’existence
surtout très motivés. d’une enclave djihadiste dans un Proche-Orient
Cette motivation extrême permet d’introduire infiniment moins central que par le passé sur la
sur le champ de bataille des « combattants-sui- carte mondiale, voire la résistance kurde à Ko-
cides », souvent motorisés, qui servent de missi- bané ou à Tel Ibyad qui redéfinit en la consoli-
les de croisière du pauvre. Avec la mobilité des dant la frontière kurdo-arabe, c’est cette dynami-
milliers de véhicules légers disponibles, elle que suicidaire qui pourrait déboucher un jour
autorise aussi des modes d’action très décentra- sur l’effondrement de l’ « Etat islamique ». On
lisés, en essaims, offensifs ou défensifs, envelop- peut cependant craindre que même cette chute
pant les forces adverses ou s’infiltrant entre elles ne se fasse sans de nouvelles souffrances pour
à la recherche du combat rapproché. les poussières de sociétés soumises à l’état de
Comme la reprise de Tikrit l’a montré en mars violence régnant dans la région. p
dernier ou les batailles de l’époque de l’occupa-
tion américaine, face à un tel adversaire, s’empa-
rer de chaque ville le long de l’Euphrate sera diffi-
cile et prendra, à chaque fois, des semaines sinon ¶
des mois. Pour reprendre Fallouja en novem- Hamit Bozarslan
bre 2004, face à 3 000 combattants, les Améri- est directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences
cains ont déployé 15 000 hommes et d’énormes sociales (EHESS). Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont
moyens de feu. La saisie de la ville a demandé « Révolution et état de violence, Moyen-Orient, 2011-2015 »,
une semaine de combats difficiles et il a fallu en- CNRS Editions, 304 pages, 25 euros
16 | éclairages 0123
JEUDI 2 JUILLET 2015

Sécurité routière et « réalisme » gouvernemental


ANALYSE sée à la demande de la Fondation Vinci Auto- tance de conseil du gouvernement. « 80 % des On peut douter qu’une généralisation soit dé-
rafaële rivais
routes, en 2014. Cette étude précisait toutefois accidents mortels liés à l’alcool ont lieu avec une cidée avant l’élection présidentielle de 2017.
Service Economie que le conducteur perd 30 % de son attention, alcoolémie supérieure à 1,2 gramme, soit l’équi- En attendant, les chiffres parlent : en 2014,
qu’il téléphone avec ou sans kit mains libres. valent de dix verres ! », indique Chantal Perri- pour la première fois depuis douze ans, le
Alors, pourquoi le gouvernement n’inter- chon, la présidente de la Ligue contre la vio- nombre des morts sur les routes est reparti à la

L
e gouvernement n’a pas ménagé sa dit-il pas le téléphone au volant ? « Parce qu’on lence routière. Elle aurait préféré que le gouver- hausse avec 3 384 tués, soit 116 de plus
peine pour médiatiser deux mesures ne peut pas faire des lois irréalistes », répond nement augmente les contrôles d’alcoolémie. qu’en 2013. Et l’année 2015 épouse la même
de sécurité routière qui doivent pren- Emmanuel Barbe, le délégué interministériel à On pourra s’étonner que le gouvernement tendance.
dre effet mercredi 1er juillet : interdic- la Sécurité routière. Au motif que de plus en passe sous silence une troisième mesure, qui On peut se demander si le réalisme et le prag-
tion de l’oreillette au volant et baisse du taux plus de Français utilisent le téléphone au vo- doit pourtant elle aussi prendre effet le matisme font bon ménage avec la politique de
d’alcoolémie des conducteurs novices. Le mi- lant, « il n’est pas envisageable de l’interdire ». 1er juillet : il s’agit de l’expérimentation de la ré- sécurité routière. Si le nombre de morts, de
nistre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, les a On pourra regretter que, au nom du réalisme, duction de la vitesse, de 90 à 80 km/heure, sur 18 113 en 1972, a amorcé une longue descente, à
présentées à la presse le 26 janvier ; ses services seule une demi-mesure soit prise, puisque les trois tronçons routiers à double sens dépour- partir de 1973, c’est parce que Jacques Chaban-
ont recommencé le 18 juin ; des campagnes de téléphones intégrés au véhicule constituent vus de séparateur médian. Cette fois, pas d’in- Delmas puis Pierre Messmer ont su imposer le
POURQUOI LE communication en direction du grand public eux aussi des facteurs de distraction. formation à la presse, pas de déplacement du port obligatoire de la ceinture de sécurité à
GOUVERNEMENT ont été lancées à partir du 25 juin.
Le gouvernement affirme qu’elles contribue- L’OPPOSITION DE LOBBIES
ministre. Pourtant, aussi limitée soit-elle, cette
expérimentation devrait avoir des conséquen-
l’avant, pourtant fortement contesté par les
automobilistes, qui préféraient être éjectés en
N’INTERDIT-IL PAS ront à faire baisser la mortalité routière. Mais L’autre mesure médiatisée concerne le taux ces bien plus importantes sur la mortalité rou- cas d’accident.
dans quelle proportion ? Certes, on ne peut d’alcoolémie autorisé des conducteurs novices tière que les deux autres. Devant durer deux Tombé à 8 000 au tournant du siècle, ce
LE TÉLÉPHONE AU qu’approuver l’interdiction de téléphoner avec – jeunes gens, principalement. Il passera de ans, elle est censée montrer au grand public nombre est passé sous la barre des 4 000
VOLANT ? « PARCE une oreillette Bluetooth ou un kit mains libres.
En effet, téléphoner en conduisant multiplie
0,5 gramme par litre de sang à 0,2 gramme.
« 0,2 gramme, cela veut dire zéro verre », mar-
que la baisse de 1 % de la vitesse moyenne en-
traîne une diminution de 4 % des accidents
en 2010, sous l’effet du volontarisme de Jac-
ques Chirac, qui a mis en place les radars fixes,
QU’ON NE PEUT PAS par trois le risque d’accident, concluait dès 2011 tèle M. Barbe – le taux n’ayant pas été fixé à mortels – ce que les scientifiques ont déjà mis avec une faible marge de tolérance pour les pe-
une expertise collective conduite par l’Institut zéro pour éviter les faux positifs dus à l’usage en évidence –, et qu’il y aurait intérêt à la géné- tits excès de vitesse, et interdit les indulgences.
FAIRE DES LOIS national de la santé et de la recherche médicale de médicaments ou à l’alcoolémie naturelle raliser sur ce réseau. Ces actions se sont accompagnées d’une in-
(Inserm) et l’Institut français de sciences et des causée par la métabolisation des protéines. En juin 2014, le CNSR a recommandé au mi- tense communication. A l’inverse, le relâche-
IRRÉALISTES », technologies des transports, de l’aménage- On ne peut que se féliciter du message lancé nistre cette généralisation, qui aurait permis, à ment de la politique de sécurité routière, qui
RÉPOND ment et des réseaux (IFSTTAR). Un accident sur aux conducteurs : « Quand on conduit, on ne elle seule, de sauver quatre cents vies par an. s’est traduit par une absence de comité inter-
dix (environ 350 par an) serait lié à l’usage du boit pas. » Mais on peut s’interroger sur l’inté- M. Cazeneuve a reculé devant l’opposition de ministériel depuis 2011 et un certain silence
LE DÉLÉGUÉ téléphone. rêt de la mesure, puisque « très peu d’accidents lobbies comme la Ligue des conducteurs ou des pouvoirs publics, a eu pour conséquence
Un conducteur qui téléphone perd 30 % d’in- corporels ou mortels sont liés à une alcoolémie 40 Millions d’automobilistes, qui voient là une en 2014 un relâchement des comportements
INTERMINISTÉRIEL formations, a confirmé une étude du Centre inférieure à 0,5 gramme », comme l’explique le restriction des libertés. Invoquant le « pragma- sur les routes. p
d’investigations neurocognitives et neurophy- docteur Philippe Lauwick, membre du Conseil tisme », il a choisi la voie de l’expérimentation.
siologiques de l’université de Strasbourg, réali- national de la sécurité routière (CNSR) – ins- Il a mis un an pour sélectionner les tronçons. rivais@lemonde.fr

LETTRE DE BANGKOK | b runo p h il ip

Les touristes nus irritent les gardiens des temples

C’
est une forme d’épidémie, qui seaux sociaux. Les chefs tribaux Kadazan- d’« arriérées » : « Comment peut-on être minis- bodge durant les quatre prochaines années.
suscite de fortes fièvres dans les Dusu, la plus grande ethnie de l’Etat, pour les- tre et ignorer la tectonique des plaques ? », Quelques semaines plus tôt, des photos de
pays qu’elle touche : pour un cer- quelles le mont Kinabalu est un endroit sacré, s’est-il demandé. Il a eu, plus tard, ces mots dé- jeunes femmes asiatiques nues – dont on
tain nombre de jeunes touristes, multiplient les réactions outrées. Selon cer- finitifs pour qualifier le responsable du tou- ignore la nationalité –, également prises dans
la mode consiste depuis quelque temps à se tains chamanes, le comportement des Occi- risme du Sabah, qui avait fait part de sa vi- les temples, avaient circulé sur Internet et
photographier tout nu dans les grands monu- dentaux aurait fâché les esprits de la monta- brante indignation sur Twitter : « C’est vrai- échauffé les esprits au Cambodge : les ruines
ments ou sur les sites sacrés de la planète. gne, et c’est la colère de ces derniers qui aurait ment un putain de gland, ce mec ! » Devant d’Angkor, dominées par la statuaire boudd-
L’heure est au « selfie » dans le plus simple ap- provoqué le séisme. tant de délicatesse, on imagine désormais la histe et hindoue, ne sont pas considérées par
pareil. Le ministre en chef adjoint de l’Etat du Sa- popularité des jeunes touristes chez les Kada- la population comme des monuments du
Le dernier épisode de la série a eu lieu fin
mai dans l’Etat malaisien du Sabah, sur le
bah, Joseph Pairin Kitingan, va ensuite abon-
der dans le sens de ses concitoyens, laissant
zan-Dusu.
L’épisode malaisien ne constitue aucune-
passé mais comme des sites religieux.
L’épidémie ne s’est pas arrêtée là : en février,
L’HEURE
mont Kinabalu, qui culmine à plus de entendre devant des journalistes que le trem- ment un précédent. L’année dernière, circu- deux Américaines sont arrêtées pour s’être EST AU « SELFIE »
4 000 mètres sur la grande île de Bornéo. Une blement de terre a été comme une « consé- lait sur la Toile une vidéo montrant deux Aus- mutuellement photographié le fessier dans
dizaine de touristes étrangers ont posté sur Fa- quence » de la débauche au sommet. « Que les traliens, un homme et une femme, courant des temples. Rebelote en mai, avec l’interpel- DANS LE PLUS
cebook des photos prises au sommet, les filles
seins nus, les garçons en intégral. Leurs guides
gens y croient ou non, c’est ce que nous, ici,
croyons », tonne le ministre.
nus sur les hauteurs du Machu Picchu, au Pé-
rou, sous les rires de la foule. Quatre touristes
lation dans de semblables circonstances
d’une Hollandaise, d’un Italien et d’une Ar-
SIMPLE APPAREIL
avaient beau les avoir prévenus que de telles ont été détenus en 2014 sur ce site, et le minis- gentine. « Ces jeunes cherchent à se faire valoir DANS LES GRANDS
pratiques risquaient de choquer – d’autant PRATIQUES « IRRESPECTUEUSES » tre de la culture péruvien a vivement réagi, sur les réseaux sociaux, c’est devenu une sorte
que le petit groupe avait ensuite joyeusement La police entre alors en action : quatre touris- dénonçant ces pratiques comme « irrespec- de compétition », commente Chau Sun Kerya, MONUMENTS
uriné face à l’horizon lointain –, rien n’y a fait. tes du groupe, une Britannique, un Hollan- tueuses » pour la célèbre citadelle des Incas. porte-parole de l’Autorité pour la protection
Six jours plus tard, une tragédie a trans- dais et deux Canadiens, un jeune homme et De semblables incidents se sont produits du site et l’aménagement de la région d’An- OU SUR LES SITES
formé l’aventure nudiste en une controverse sa sœur, sont arrêtés. Accusés d’exhibition- cette année dans le parc des temples d’Angkor, gkor. Cette dernière a dû faire apposer devant SACRÉS
d’ordre social, quasi politique : le 5 juin, un nisme, ils vont faire trois jours de prison et se- au Cambodge : en janvier, trois jeunes Fran- les guichets de vente des billets une notice en
séisme d’une magnitude 6 sur l’échelle de ront condamnés à l’équivalent de plus d’un çais sont pris en flagrant délit d’exhibition- anglais et français mettant en garde les visi- DE LA PLANÈTE
Richter a fait trembler la montagne. Dix-huit millier d’euros d’amende. Emil Kaminski, un nisme dans le petit temple de Banteay Kdei, teurs contre cette « véritable épidémie d’exhi-
touristes sont tués, dont sept écoliers singa- autre Canadien présenté comme l’« initia- moins fréquenté que le grand complexe d’An- bitionnisme ». Deux photos montrent les jeu-
pouriens. On ne rit plus : après la narration par teur » de ces réjouissances, a échappé à la po- gkor Wat. Condamnés à six mois de prison nes nudistes français, l’air sombre, assis au tri-
les guides de l’épisode nudiste, l’opinion publi- lice et se moque depuis sur son blog des auto- avec sursis et à 750 dollars d’amende, ils sont bunal sur le banc des accusés. En guise d’aver-
que malaisienne s’enflamme alors sur les ré- rités malaisiennes qu’il traite d’« idiotes » et frappés d’interdiction de revenir au Cam- tissement. p

LES INDÉGIVRABLES PAR GORCE


L’aventure maritime de la France
LIVRE DU JOUR quent leur préférence pour les questions con- d’une flotte à vapeur, qui deviendra la
tinentales. Pourtant, insiste l’auteur, que d’oc- deuxième du monde. L’empereur a une vision
édouard pflimlin
casions perdues de consolider un vaste empire maritime que n’auront pas ses successeurs. La
colonial, porté par des marins audacieux – perte de l’Alsace-Lorraine en 1870 les conduisit

R
ichelieu, ministre de Louis XIII, surtout normands –, des ministres visionnai- à se tourner de nouveau vers le continent.
croyait à la vocation maritime d’un res tels Richelieu ou Colbert – lequel va déve- Enfin, l’historien aborde dans la période con-
Etat ouvert sur trois mers. « Dieu a lopper la Royale – ou des hommes remarqua- temporaine la manière dont la France s’est
donné à la France l’empire des mers », bles à l’instar de Jacques Cœur, grand argentier adaptée aux défis de la mondialisation. Après
disait-il. Dans son dernier ouvrage, Cyrille du roi Charles VII, et dont l’auteur salue le gé- une longue phase de repli protectionniste sur
Coutansais revient sur cette ambition fran- nie même s’il déplore son tropisme levantin. l’empire colonial, puis celle des chocs pétro-
çaise. Si dans son précédent atlas – consacré liers, le secteur maritime s’est modernisé et
aux empires maritimes – le directeur de re- DES ATOUTS EXCEPTIONNELS aborde le XXIe siècle avec un certain opti-
cherches du Centre d’études stratégiques de la Après Louis XIV, Louis XV négligea un empire misme.
marine démontrait que les mers sont avant pourtant étendu sur plusieurs continents. Et L’érudition de Cyrille Coutansais révèle des
tout des espaces d’interdépendance de l’hu- si, sous son règne, le commerce extérieur de la pans méconnus de l’histoire de France. Elle des-
manité, là, il s’intéresse à une autre interac- France concurrençait celui de l’Angleterre, la sine les facteurs de flux et de reflux de la puis-
tion partiellement réussie et achevée, celle qui guerre de Sept Ans (1756-1763) a fait perdre l’es- sance maritime française et montre que ce des-
s’est nouée entre la France et ses mers. sentiel des colonies à Versailles. Avec la pre- tin tumultueux peut être maîtrisé, même s’il
L’appel du grand large naît au Moyen Age mière révolution industrielle, à la fin du manque encore un homme d’Etat visionnaire
dans un pays qui va rapidement s’étendre vers XVIIIe siècle, l’Angleterre prend le large aux dé- pour que la France, dotée d’atouts maritimes
la mer. Si certains souverains comme Philippe pens d’une France encore tournée vers les ma- exceptionnels, puisse en jouir pleinement. p
le Bel ou Louis XI s’intéressent au domaine tières premières des Antilles.
maritime et cherchent à doter la France des in- Il faut attendre la deuxième moitié du L’Empire des mers :
frastructures nécessaires à son rayonnement XIXe siècle, avec Napoléon III, pour voir renaî- Atlas historique de la France maritime
économique et militaire, d’autres monarques, tre une ambition maritime française : inves- Cyrille Coutansais
à l’image de Louix XIV au XVIIe siècle, mar- tissements dans les ports, développement CNRS Editions, 333 p., 25,90 €
0123
JEUDI 2 JUILLET 2015 carnet | 17

M. et Mme Christophe Collet Isabelle et Catherine, Pantin.


et leur ils, Oscar, ses illes, Conférence
Delphine, Clémence, Alexis, Eric et Françoise Thirion,
M. Antoine Collet, Conférence d’été en Sorbonne
Ng Ectpgv Marc-Antoine, Thomas, Sylvie et Alain Gadrat,
en vente Ses enfants ses petits-enfants, le 9 juillet 2015,
Christine et Alain
actuellement Xqu itcpfu fixfipgogpvu Et son petit-ils, Pénélope, Agathe, Roméo, Héloïse,
Virgile et Manon, Leteinturier-Laprise, « Diversité musicale des humains »
ses arrière-petits-enfants, ses enfants, par Sylvie Le Bomin,
K En kiosque ont la tristesse de faire part du décès du
Pckuucpegu. dcrv‒ogu. Jean-François, Corinne, Bruno Cyril et Chrystelle, Delphine, professeur du Muséum national
hkcp›cknngu. octkcigu. et Sabine, Julien et Stéphanie, Lucile, Florent, d’Histoire naturelle.
ses neveux, Sylvain et Ana, Remi et Céline,
cppkxgtucktgu fg pckuucpeg. docteur Maria, Camille,
cppkxgtucktgu fg octkcig Roland COLLET, qui a veillé sur lui les derniers mois,
ses petits-enfants,
La musique est une pratique
culturelle partagée par toutes
ont la douleur de faire part du décès Alexandre, Alice, Coline, Juliette,
Cxku fg ffieflu. Lucas, Hugo, Anaïs, Fanny, Albane, les communautés du globe.
à son domicile, le 26 juin 2015,
tgogtekgogpvu. oguugu. survenu à Paris, le 27 juin 2015. dans sa quatre-vingt-seizième année, de ses arrière-petits-enfants, Chaque compositeur, chaque interprète,
eqpfqnficpegu. Jean-Marc Postic, chaque population, chaque culture
jqoocigu. La cérémonie religieuse sera célébrée son neveu, opère des choix plus
Patrice LEROY-JAY,
cppkxgtucktgu fg ffieflu. le vendredi 3 juillet, à 10 h 30, en l’église ou moins conscients
uqwxgpktu ont le regret de faire part du décès de
Saint-Honoré-d’Eylau, 66 bis, avenue oficier de la Légion d’honneur, qui conduisent à la diversité
Hors-série maire de Belleville-en-Caux, des pratiques actuelles.
Raymond Poincaré, à Paris 16e. Mme Michelle THIRION,
Eqnnqswgu. eqphfitgpegu. de 1964 à 1987.
née LE COZ,
ufiokpcktgu. vcdngu/tqpfgu. L’inhumation aura lieu dans l’intimité égyptologue, Inscription sur :
familiale, au cimetière de Sannois Les obsèques seront célébrées le jeudi http://universite.ete.sorbonne-universites.fr/
rqtvgu/qwxgtvgu. hqtwou. (Val-d’Oise). 2 juillet, à 15 h 30, en l’église de Belleville- survenu le 28 juin 2015, ou paiement sur place
lqwtpfigu fÔfivwfgu. eqpitflu. en-Caux (Seine-Maritime). à l’âge de quatre-vingt-douze ans. (Selon les places disponibles),
rtqlgevkqpu/ffidcvu. Ni leurs ni couronnes. Les familles Eyheraguibel, Fredet, 10 € plein tarif / 5 € tarif étudiant.
pqokpcvkqpu. Lemaistre, Leroy-Jay, Rey et Ruchaud, L’inhumation aura lieu le jeudi 2 juillet,
Renseignements au 01 53 42 30 39
cuugodnfigu ifipfitcngu Des dons peuvent être adressés à Le Traversain, au cimetière de Saint-Sauveur-Lendelin,
dans la sépulture de famille. formation-continue@paris-Sorbonne.
l’association Sport et Cancer. 76890 Belleville-en-Caux,
Uqwvgpcpegu fg ofioqktg. 3, rue Chaptal,
75009 Paris, Palaiseau. Porte-ouverte
vjflugu. JFT. Mme Lucette Gallais, 4, rue Mallet-Stevens,
fkuvkpevkqpu. hfinkekvcvkqpu M. Gérard Gallais, 75016 Paris.
Hors-série Mme Anne-Marie Vasseur,
Mme Luz-Elena Ayala, née Jeanrot,
Gzrqukvkqpu. xgtpkuucigu. Mme Thérèse Gibel, Marinette Roudaut, Ses enfants,
ukipcvwtgu. ffifkecegu. Joseph et Annie Mariani,
Collections
--------------------------------------------------------- ngevwtgu.
M. et Mme Jean-Pierre Deburge,
M. Jean-Claude Rossignol,
ses enfants, Ses beaux-enfants,
Ses petits-enfants
eqoowpkecvkqpu fkxgtugu Isabelle Rolland, Et ses arrière-petits-enfants,
ont la tristesse de faire part du décès du Anne-Valérie et Richard Clément,
Diphy Mariani et Laurent Lefrançois,
Rqwt vqwvg kphqtocvkqp < Bastien et Paul Mariani,
ont la tristesse d’annoncer le décès de
23 79 4: 4: 4: docteur Jacques DEBETZ, ses petits-enfants,
M. Pierre VASSEUR,
23 79 4: 43 58 polytechnicien,
Groupe EAC,
ectpgvBorwdnkekvg0ht survenu à Paris, le 29 juin 2015. Léopold Rolland, Paris. Lyon. Monaco. Pékin. Shanghai.
Malo Clément, directeur des Laboratoires
Ellie Lefrançois, de l’École polytechnique,
La cérémonie religieuse sera célébrée ses arrière-petits-enfants, oficier de l’ordre national du Mérite, Claude Vivier Le Got, présidente
AU CARNET DU «MONDE»
le lundi 6 juillet, à 14 h 30, en l’église chevalier de la Légion d’honneur, du Groupe EAC, félicite ses diplômés
Saint-Séverin, à Paris 5 e , suivie de Les familles Beck, Mariani, Licour,
Roche, du MBA manager de projet culturel,
Décès l’inhumation dans l’intimité familiale. survenu le 25 juin 2015.
Son beau-frère et ses belles-sœurs, en particulier Marine A., embauchée
Antony. Ses nièces et neveux, par Bandits-Mages.
Dès mercredi 8 juillet, le vol. n° 5 13, villa Croix-Nivert, Parents, L’incinération aura lieu le jeudi 2 juillet,
Alliés Si comme eux vous souhaitez travailler
AVEC LE MINI GUIDE PARIS Sa famille 75015 Paris. au crématorium de l’Essonne, à Avrainville,
DE T. TOPIN, ILLUSTRÉ PAR V. GRAVÉ Et ses proches, Et amis, à 11 h 30. dans l’art, la culture et le luxe, venez nous
rencontrer lors de notre journée portes
Paris. Dakar (Sénégal). Grenoble. ont la profonde tristesse de faire part
ont la tristesse de faire part du décès de ouvertes, mercredi 8 juillet 2015,
du décès de Remerciements
Eric Kelkel, de 9 h 30 à 17 h 30, à Paris et Lyon.
Jean-Claude BIZOT, Mme Angèle MARIANI, David Fontaine,
professeur émérite de physique Béatrice Rivail, 33, rue La Boétie,
née BECK, son petit-ils,
à l’université Paris 11 Orsay. ses enfants, 75008 Paris.
Isabelle Monod-Fontaine,
Jacqueline Hantz, ancienne receveuse à la RATP, Tél. : 01 47 70 23 83.
La cérémonie religieuse est célébrée ce sa belle-ille
veuve de guerre 1939-1945, paris@groupeeac.com
Leurs conjoints, et François Rouan
mercredi 1er juillet, à 14 h 30, en l’église
Saint-Saturnin, à Antony. Ses petits-enfants, survenu à Meudon-la-Forêt, Ainsi que toute sa famille, 11, place Croix-Paquet,
le 27 juin 2015, 69001 Lyon.
ont la tristesse d’annoncer la disparition à l’âge de cent deux ans et huit mois. souhaitent remercier ses amis, collègues et
Bernadette Bonicel, Tél. : 04 78 29 09 89.
son épouse, le 22 juin 2015, de anciens étudiants pour leur présence idèle
Ses obsèques auront lieu le jeudi lyon@groupeeac.com
Jérôme et Marianne, et leurs marques de sympathie envoyées
2 juillet, à 14 h 30, en l’église du Saint- www.groupeeac.com
ses enfants, Esprit, à Meudon-la-Forêt. du monde entier, témoignant de son
Dès mardi 30 juin, le DVD n° 3 Ses six petits-enfants, rayonnement, à l’occasion de la mort de www.ingemmologie.com
Sa famille
M. Arion Lothar KELKEL,
LES CHAUSSONS ROUGES La levée de corps se fera à la Maison
Et ses amis, professeur émérite de philosophie, funéraire de Clamart, 108, rue de la Porte
DE M. POWELL & E. PRESSBURGER
à l’université de Paris 8 Saint-Denis, de Trivaux, à 13 h 45. Jacques FONTAINE,  " "  #   
ont la tristesse de faire part du décès de élève de Jean Wahl, professeur émérite
  " #  "  "#   #  "

0123 Michel BONICEL.


proche de René Scherer
et de Paul Ricoeur,
Que tous ceux qui l’ont connue et aimée
aient une pensée pour elle, qui était si
gentille.
de langue et littérature latines
à l’université de Paris-Sorbonne,
%. + *0.+
 "# #      #  "
 ""+ /$
%-
 "#   " *&# $%" %
Les obsèques civiles ont eu lieu le mardi son directeur de thèse,  "  #
  "   "
16 juin 2015. spécialiste de phénoménologie. 32, allée du Mail, *$% + %/%
 "# "   " . *%$$*
92360 Meudon-la-Forêt. qui s’est éteint le 31 mai 2015, *  ** $$"%$. *$. '*#$- *
à l’âge de quatre-vingt-treize ans.
 " * .*
61 bis, boulevard Daniel-Dupuis,  "# " #% ** %.*-% + " $ *%$
41000 Blois. Michèle, 0"/ 
.#$$
La cérémonie d’adieu a eu lieu le
son épouse,  "#         "
samedi 27 juin, à 14 heures, au Centre Frédéric, Marie-Agnès et Bénédicte,
Souvenir ##  $$- %-
M. Jean-François Cardinet,  "#   "   $ 
funéraire de Chambéry (Savoie). ses enfants, * +-%' 0 ($-*$- %$")
son époux, Il y a un an, %#+  * (*$)  * $  " $* (%$%# )
Natacha,
sa belle-ille le 1er juillet 2014, .*" $% %$- (."-.*)
Sandrine et Carl-Johan Garnier, Paris.  "#    $" "  
Et Patrick, ." $ *% %.*- (*%!-+)
Arnaud et Amandine Cardinet, M. Camille DENQUIN,
son gendre  $$-  *- ( /*+ - %$+ /$#$-+
Jessica Cardinet, Pierre de Kernaflen de Kergos (†), Et ses cinq petits-enfants,
*-$* -+)
journaliste,
ses enfants,  " * +- $ ++%"
Dès mercredi 1er juillet, le vol. n° 16 son père, fondateur, rédacteur en chef  "# " "# * + '-%%*%.
Valérie de Kernaflen de Kergos, ont la tristesse de faire part du décès de de la Lettre infos28Paris,
"  %"+ #$1
LA SAUVAGE APPRIVOISÉE Tobias, Solène, Adrien et Camille,   *  1 -
ses petits-enfants chéris, sa mère,  "# +" " $ *
Arnaud, Agathe et Tristan, M. Jean OBERTI, nous quittait.  "    # # -* $ %"0
 "       " * +- $ -
La famille Cardinet, ses frères et sœur, oficier de l’ordre national du Mérite,    #$    ** * '*+ $-
La famille Fougères, docteur ès médecine, patricia.letulle@wanadoo.fr +- $ *$ % / '*+ $-
docteur ès sciences,
ont la tristesse de faire part du décès de ont la tristesse d’annoncer le décès de
chargé de recherche à l’INSERM,
ancien adjoint au maire de Montpellier,
Nicole CARDINET, Mlle Julie
née FOUGÈRES, DE KERNAFFLEN
survenu à Maurin (Hérault),
DE KERGOS,
survenu à Paris, le 28 juin 2015,
dans sa soixante-dixième année.
survenu le 22 juin 2015.
le 22 juin 2015.

Une cérémonie civile a eu lieu le samedi


 
27 juin, à 10 h 30, au Complexe funéraire

Actuellement en kiosque
La cérémonie religieuse sera célébrée le
vendredi 3 juillet, à 10 h 30, en l’église de
Saint-André de l’Europe, Paris 8e, suivie
La célébration religieuse de ses
funérailles a eu lieu le 30 juin, à 10 heures,
de Grammont, avenue Albert Einstein,
à Montpellier.
 

le volume n° 18 GORBATCHEV de l’inhumation dans l’intimité familiale.
en l’église Saint-Louis-en-l’île, Cet avis tient lieu de faire-part.
L’HOMME QUI A MIS FIN   ,  

    8 


À L’EMPIRE SOVIÉTIQUE 39, rue de Moscou, Paris 4e.
75008 Paris. Gigean.  *;;  , ;;
Nos services
---------------------------------------------------------------- Paris.
L’Université de Montpellier
Et le LabEx Entreprendre Corinne et Laure,
ses illes,
Pauline Kolton,
Lecteurs M. John Danilovich,
secrétaire général
ont l’immense tristesse d’annoncer sa petite-ille,
Et l’ensemble du personnel le décès de
K Abonnements ont la douleur de faire part du décès de
Tél. : 32-89 (0,34 � TTC/min) de la Chambre de commerce
internationale (ICC), M. Yves PLANCHAIS,
www.lemonde.fr/abojournal
Monsieur Thomas LECHAT,
K Boutique du Monde ont la profonde tristesse de faire part survenu le 28 juin 2015,
du décès soudain de leur collègue et ami, en sa quatre-vingt-cinquième année.
www.lemonde.fr/boutique ingénieur de Recherche.   
 
K Le Carnet du Monde M. François-Gabriel CEYRAC, Les obsèques auront lieu dans l’intimité 9 
 
   

 %  ,4 
Tél. : 01-57-28-28-28 familiale, le 3 juillet 2015, à 10 h 30, .

  

   /
survenu le 17 juin 2015. Les obsèques auront lieu en l’église au complexe funéraire de Thau, à Sète
Notre-Dame de l’Alliance de l’Etang (Hérault).
La cérémonie religieuse a eu lieu  1)2#&372()7  ' '27&+) -2'' :-23  ' &2&  2&3  ,!%,,*;

ce mercredi 1er juillet, à 10 h 30, en l’église de L’Or, 56, rue Louis Pasteur, à Mauguio
Ses cendres seront transférées le même 2(3 ''&2 %  % -&7'  "0*450;;; :2+3

Saint-Médard, 141, rue Mouffetard, (Hérault), le jeudi 2 juillet 2015, jour, à 17 heures, au cimetière marin, &# +&'  9" 2: : :+:2# &)7%+)+2 4!;; 2&3 % 5*5 !9; ",;  2&3

Paris 5e. à 11 heures. selon sa volonté.


18 | culture 0123
JEUDI 2 JUILLET 2015

Grateful Dead, même pas mort


Le groupe américain de rock psychédélique, créé en 1965, s’est reformé pour une tournée d’adieu

REPORTAGE
santa clara (californie)
– envoyée spéciale

N
on ils ne sont pas tous
grisonnants, ex-hip-
pies fans des sixties.
Au concert de Grateful
Dead, au Levi’s Stadium de Santa
Clara, à une heure au sud de San
Francisco, on croise aussi des jeu-
nes, comme Julie Murray, 20 ans,
pantalon noir fendu au genou, jus-
taucorps arc-en-ciel. Pour tout
dire, elle est venue avec papa,
59 ans, un ancien « deadhead » (du
nom des super-fans du groupe),
qui a ressorti un T-shirt psychédé-
lique à tête de mort, datant de
l’époque où il n’imaginait pas qu’il
finirait entrepreneur de travaux
publics dans la Silicon Valley.
« J’espère que je ne serai pas
comme ça à 60 ans », dit-elle en
contemplant d’une moue dégoû-
tée le nuage de fumée (d’herbe) qui
s’élève des travées bien qu’il soit
« strictement interdit de fumer »

Un anniversaire et des adieux


Ils sont près de 80 000 fans, dans
le stade de football, à quelques ki-
lomètres de la pizzeria de Menlo
Park, où le groupe a fait ses débuts
il y a cinquante ans, en mai 1965,
sous le nom des Warlocks. C’est le
deuxième des cinq concerts de sa
tournée d’adieux. Les 3, 4 et
5 juillet, les « Dead » se produisent
à Chicago, au stade de Soldier Field,
là où ils ont fait leur dernière appa-
rition le 9 juillet 1995, avec le légen-
daire Jerome John Garcia, dit Jerry,
l’inspirateur du rock psychédéli-
que et de la contre-culture du San
Francisco des années 1960 et lea-
der du groupe. Le 28 juin au Levi’s Stadium de Santa Clara. J.BLAKESBERG/AP IMAGES
Après sa mort, le 9 août 1995, à
l’âge de 53 ans, d’une crise cardia-
que alors qu’il était en cure de dé-
sintoxication, le groupe s’est dis-
sous. Ils sont quatre survivants, noncé par Trixie Garcia, la fille de de banjo, surnommé le « Bouddha dans le Top Ten des meilleurs al- Comme il voulait « éviter de tom-
pour la tournée anniversaire (Bob Jerry, le 16 janvier, les deadhead du rock and roll », Jerry Garcia était
C’est le show bums, vingt ans après leurs dé- ber dans les trucs stupides comme
Weir, Phil Lesh, Mickey Hart et Bill ont envoyé par courrier des de- un improvisateur-né, jusque dans de l’été. buts. Leur grande réussite, c’est la drogue », il s’est mis à vendre des
Kreutzmann), auxquels se sont mandes de ticket ornées de des- les interviews. « Toutes les icônes leur audience, explique Nicolas vêtements sur le parking des con-
joints trois invités, Trey Anastasio, sins psychédéliques comme au de la pop ont des messages tout
En une heure, Meriwether. « Leur modèle finan- certs. Aujourd’hui, il dirige Avatar,
le guitariste de Phish, Jeff Chi- bon vieux temps. faits, raconte Nicolas Meriwether, le 28 février, cier était à l’opposé des autres grou- une compagnie qui emploie
menti au clavier et Bruce Hornsby La poste de Stinson Beach, l’archiviste du Fonds Grateful pes. Ils ne faisaient pas d’argent sur 200 couturières au Népal. « Le
au piano. Un anniversaire, des 632 habitants, le quartier général Dead entreposé à l’université de
200 000 tickets les albums mais sur les tournées. » 50e anniversaire, c’est une réunion
adieux et aussi de quoi garnir de Bob Weir et Phil Lesh au nord de Californie à Santa Cruz. Jerry Gar- ont été vendus Les dernières années, leur chiffre de famille », souffle-t-il, extasié par
« leur plan de retraite », a persiflé le San Francisco, a été débordée. Plus cia ne racontait jamais la même d’affaires annuel s’élevait à plus de le « Grateful Dead Revival », l’esprit
New Yorker. Beaucoup de jeunes, de 60 000 enveloppes décorées à histoire. »
en ligne 30 millions de dollars (environ de résurrection qui s’est emparé de
donc, à côté des habitués, qui se la main sont arrivées en une se- Pas d’arc-en-ciel pour le 27 millions d’euros), indique l’ar- l’Amérique (trois livres, un supplé-
sont pas mal épaissis, il faut maine, l’équivalent de deux mois deuxième soir mais 80 000 per- chiviste. Ce, alors qu’ils avaient in- ment spécial de Newsweek, etc.).
l’avouer. de courrier. sonnes s’époumonant au soleil durer trente-cinq minutes sans vesti dans le « wall of sound », une L’archiviste de Santa Cruz voit
C’est le show de l’été. En une Pour la première, samedi 27 juin, couchant « I want a miracle ! To- que personne ne s’en aperçoive, en légendaire panoplie d’amplis, sus- une dimension spirituelle dans ce
heure, le 28 février, 200 000 tickets à Santa Clara, un arc-en-ciel est ap- day ! » (« je veux un miracle, vertu d’une autre de leurs spéciali- ceptible de transporter l’audience rassemblement, « une vaste idée
ont été vendus en ligne. Plus que paru au-dessus de la scène. « C’est aujourd’hui ! »). Et un concert per- tés : le fondu-enchaîné. Du coup, haut dans la galaxie (« Being sent », humaniste ». Une analyse peut-
pour Taylor Swift ou Paul McCar- Jerry qui sourit du paradis ! », ont mettant de mesurer à quel point les fans ne se contentent pas d’un comme disent les deadheads, être partagée par le batteur Mickey
tney, proportionnellement au exulté les fans sur Twitter. Cer- les spectacles ont changé. Pas de spectacle. Ils reviennent le lende- « être mis en orbite »). Hart, qui a pris la parole, avant la
nombre de spectacles offerts, se- tains, toujours prêts à croire au jeu de scène, de costumes extrava- main, toujours avec un petit car- Plus qu’un fan club, c’est fin du concert. « Emportez avec
lon StubHub, le géant de la vente pouvoir surnaturel de leur idole, se gants ou d’explication de la chan- net dans lequel ils notent chaque un « style de vie », dit Tim Frankel, vous ce sentiment que vous éprou-
de places sur Internet. Dès que le sont demandé si ce n’était pas une son qui va suivre. Les Dead repren- morceau (« Hier ils ont joué Alliga- qui a découvert Grateful Dead à vez en ce moment, a-t-il demandé.
« Fare Thee Well Tour » (la tournée mise en scène du groupe. nent à peine leur souffle entre tor… »). Jerry Garcia et ses amis l’âge de 17 ans, en 1984, et n’a eu de Et faites-en quelque chose. » p
de concerts d’adieux) a été an- Fils d’immigré espagnol, joueur deux morceaux, lesquels peuvent n’ont réussi à figurer qu’une fois cesse de les suivre sur la route. corine lesnes

Après avoir dénoncé l’invasion de l’Irak, Neil Young vise Monsanto


Le chanteur et musicien étrille l’entreprise américaine dans son dernier album, qui manque néanmoins de souffle et d’élan musical

MUSIQUE prononcé contre un autre Bush, au-delà un propos général sur les premier Farm Aid, initialement vent plus de la formule basique, Teatro, à Oxnard (Californie), les
George Herbert Walker, le père, et méfaits des grandes entreprises destiné à venir en aide aux fer- positif/négatif, que d’une ré- cinq musiciens de Promise of the

E n mai 2006, Living With


War, le vingt-huitième al-
bum studio de Neil Young,
avait pour thème principal la dé-
nonciation de la politique étran-
président des Etats-Unis de 1989 à
1993 lors de la première guerre du
Golfe, en particulier durant une
tournée avec le groupe Crazy
Horse, en 1991, toute en déflagra-
en matière d’environnement (le
recours aux organismes généti-
quement modifiés), de surexploi-
tation des ressources de la planète
(la compagnie pétrolière améri-
miers pris à la gorge par des cré-
dits. Avec l’album concept Green-
dale (2003), Young mêlait à une
histoire de meurtre dans une pe-
tite ville un appel vibrant à sauver
flexion élaborée. « C’est un nou-
veau jour pour la planète/C’est un
nouveau jour pour le soleil » (A
New Day for Love) ; « Moins de
poissons nagent dans notre océan/
Real, mené par les guitaristes et
chanteurs Lukas et Micah Nelson,
fils de Willie Nelson. Une jeune
formation bien ordonnée (le DVD
qui accompagne le CD montre le
gère agressive de l’administration tions sonores et rages musicales. caine Chevron est citée), l’avenir la planète (la chanson hymne Be Les glaces âgées dérivent dans nos groupe enregistrant avec Young)
du président américain George Neuf ans après Living With War, de nos enfants dans un monde the Rain, en final). Avec Fork in the mers/Fermement tu te dresses con- qui interprète ce qui sonne davan-
Walker Bush, à la suite de l’inva- Neil Young identifie tout autant pollué… Road, en 2009, il évoquait les tre ce pillage » (Wolf Moon) ; tage comme une répétition, avec
sion de l’Irak en mars 2003. Un une autre cible, la compagnie énergies alternatives, lui qui, par « Dans les rues du Capitole/Les des interventions un peu hasar-
disque au propos féroce, traité Monsanto, entreprise américaine Sauver la planète ailleurs, avait travaillé sur un pro- grandes sociétés prennent le con- deuses, des flottements, que
dans une urgence musicale, avec spécialisée dans les biotechnolo- De longue date, quasi depuis ses totype de voiture hybride. trôle » (Big Box) ; « Les semences comme des compositions bien
des textes directs. L’album se ré- gies agricoles et notamment fa- débuts phonographiques à la fin On pouvait attendre que pour ce sont la vie/Et nul ne peut les possé- structurées. p
vélait le plus ouvertement poli- bricant de l’herbicide Roundup. des années 1960, Neil Young a disque engagé, son propos artisti- der » (Rules of Change) Qui vou- sylvain siclier
tisé dans son intégralité, parmi les Un nom qui figure dans le titre de évoqué les bienfaits de mère Na- que soit porté par un souffle et un drait soutenir le contraire ?
enregistrements du chanteur, l’album, The Monsanto Years et ture, a chanté des paysages, le élan musical. Or, ce que laisse en- Musicalement, Young propose The Monsanto Years,
guitariste, harmoniciste, clavié- dans plusieurs des chansons (A vent, les prairies. En septem- tendre The Monsanto Years, c’est un country-rock plus ou moins de Neil Young & Promise
riste, auteur-compositeur et pro- Rock Star Bucks A Coffee Shop, bre 1985, il coorganise avec Willie plutôt un Neil Young moyen. enlevé, électrique, avec une bal- of the Real, 1 CD et 1 DVD Reprise
ducteur canadien. Il s’était déjà Workin’Man, Monsanto Years). Et Nelson et John Mellencamp le D’abord, avec des textes qui relè- lade acoustique. Il a réuni au Records/Warner Music.
0123
JEUDI 2 JUILLET 2015 culture | 19

La «voix de l’orgue», Eddy Louiss, s’est tue


Le musicien organiste, compositeur et chef d’orchestre, est décédé mardi 30 juin, à l’âge de 74 ans

DISPARITION qui travaille le piano classique de-


puis trois ans, dès l’âge de 8 ans.

L’
un de ses albums s’ap- Tout Piti déjà. En 1993.
pelait Sang mêlé (1987). Eddy avait quelques titres à tirer CHRISTIAN DUCASSE
La beauté du métis. des plans sur la comète : au début
Quand Eddy s’installait des années 1960, on pourrait le
à l’orgue – le roi de l’instrument, prendre pour un dilettante – beau
l’orgue Hammond B3 –, quoi qu’il gosse, fine moustache, il s’installe
jouât, So What ou Colchiques dans au piano dans les boîtes de jazz, à
les prés, c’était un ouragan sans Paris –, ou pour un apprenti qui se
une ombre de méchanceté, un élé- forge au métier. Tel est le cas de
phant amoureux de Nijinski, Ber- nombreux musiciens, qui, dirait
lioz en fanfare plus la biguine, Bernard Lubat, alter ego d’Eddy,
c’était la joie du jeu, la colère du avec les nuances que vous suggère
bonheur et tous les blues réinven- le deuil, « se sont arrachés de ce
tés. Né à Paris le 2 mai 1941, Eddy jazz de boutiquiers, ce jazz de pei-
Louiss (de son nom d’état civil, gne-cul, leur jazz de nains de jar-
Edouard Louise), musicien essen- din… » La plus grande vertu d’Eddy,
tiel, voix de l’orgue chez Claude c’est sa disponibilité. Il est prêt à
Nougaro (entre 1964 et 1977), voca- tout : non pas prêt à tout pour
liste acrobate pour le légendaire jouer, mais prêt à tout jouer. Dis-
groupe des Double-Six de Mimi ponibilité, virtuosité (mais cel-
Perrin, orchestré par Quincy Jo- le-là, on la laisse aux médiocres,
nes, personnalité non conforme, c’est leur refuge), et sa « versati-
est mort mardi 30 juin, au CHU de lité ». Vertu latine pour les grands
Poitiers, des suites d’une opéra- musiciens de jazz. Côté touche-à-
tion de la cataracte. tout pour les benêts.
Selon son fils, Pierre Louiss, élec-
tronicien très actif pour la réédi- De l’avant-garde à en revendre
tion des œuvres et coffrets d’Eddy Toujours est-il que des années de
Louiss, « Eddy est parti paisible, en- club (J.-F. Jenny-Clark, Aldo Ro-
touré des siens. » Amputé du pied mano, Jimmy Gourley, Roger Gué-
gauche, à la suite de complica- rin…) ; des années avec Stan Getz,
tions artérielles et de diabète, le Thomas et Lubat ; une saison au
musicien ne faisait plus que de ra- paradis avec Johnny Griffin (« The
res apparitions en scène. Mais Little Giant ») ; trois albums de
quelles apparitions ! Comme toute beauté avec Daniel Humair
d’autres (on a la liste : Jacques et Jean-Luc Ponty (HLP) ; des trios
Thollot, batteur, René Thomas, de feu avec Kenny Clarke (batteur
guitariste, Marius Cultier, pia- historique) et René Thomas (lé-
niste…), Eddy Louiss aurait pu, gende de la guitare liégeoise) ; un
aurait dû, faire une immense car- big band, une fanfare au swing
rière internationale. La carrière in- joyeux du nom de Multicolor Fee-
ternationale, surtout immense, ling, des partenaires francs du col-
les intéressait tellement moins lier (Daniel Huck) ; une conversa-
que la musique. Eddy aurait pu tion mémorable avec Petrucciani
jouer les standards, les saucissons au Petit Journal Montparnasse
(When the Saints), ou son propre (double CD Dreyfus) ; une autre
Blues for Klook à fendre l’âme, il avec Stéphane Grappelli (Satin
eût fait swinguer une enclume, un Doll, 1972) ; un Porgy and Bess avec
porte-containers, le Sacré-Cœur et Ivan Jullien ; de l’avant-garde à en
même Ibrahim Maalouf. revendre avec Portal, Mangels-
dorff ou John Surman ; un long
Héros des brasseries parisiennes compagnonnage de Jean-Luc
Cela dit, il a joué partout, à l’Apollo Ponty (violon) qui le conduit briè-
de Harlem, au Japon, à Dakar, de vement auprès de Tony Williams ;
Vladivostok à Valparaiso, et sur la son groupe avec le guitariste Jean-
comète Rosetta où l’on dit que Marie Ecay, ou le batteur insensé
c’est lui en personne qui accompa- Paco Séry…
gnait le petit Philae. Son père, Espérons simplement qu’Eddy
Pierre Louise (1908-1986) naît à la Louiss ne reste pas juste pour son
Trinité, en Martinique. Il choisit la soutien multicolore, d’un swing
guitare et la trompette et fait des de mammouth, auprès d’Henri
bœufs nocturnes. Bachelier, puis Salvador, Aznavour, Barbara,
fonctionnaire du Trésor à Paris le Gainsbourg, Jane Birkin et autres
jour, et musicien la nuit. Bientôt idoles des plus ou moins jeunes.
lancé dans la profession, Pierre Non que ce soit indigne, bien au
Louiss (son nom de scène) effec- contraire. Mais son génie éblouis- En 1977, un portrait filmé, Blues musique se dissimulait toujours puis son orgue Hammond B3 qu’il
tue la tournée des casinos d’Eu- sait ailleurs – bien qu’il jouât par- blanc, rouge (de Jean-Claude Bris-
Il ne faisait sous un sourire d’ange malicieux. savait faire ronronner en vieux
rope avec ses Tropical Singers, de- tout de même sorte. Comme les son et Jean-Louis Cavalier), avait plus que de Orson Welles (version Falstaff) au chat du blues, des fusées à la Ray
vient héros des brasseries pari- humbles, il n’avait qu’une écri- affiché à mi-voix, une féroce règle sourire d’enfant, Eddy Louiss ne Charles, ou alors retombait sur un
siennes qui sont devenues ce ture. En 2010, l’Olympia célébrait de cette vie que l’on croyait fan-
rares apparitions cachait pas bien son jeu. Il n’était rythme de préliminaires lascifs,
qu’elles sont devenues (L’Amiral, le ses cinquante ans de parcours. Le tasque. sur scène. que son jeu. Métis à la main gau- prêt à surgir comme un tigre bleu
Madrid, le Floréal, le Perroquet 3 juin 2011, il jouait à Roland-Gar- Son goût des machines, des syn- che bondissant sur les basses, arti- du Poitou. C’est tellement curieux
vert…), directeur de l’orchestre du ros – enfin, dans les salons de mu- thés, des hologrammes, des expé-
Mais quelles ficier du clavier, metteur en scène un être sans ennemi. p
Lido, « employant » son fils Eddy sique… – à l’initiative du Sunset. riences à la Tournesol, sa fureur de apparitions ! d’élèves enchantés, il lançait de- francis marmande

Une radio et un plateau de stars au New Morning ptembre


Le batteur Ginger Baker a joué pour la première fois de sa carrière dans le club parisien ain 15 avril - 13 se
art contempor

f e l i c e vasruiitnesi
accès libre
arini
lavillette.com • #V
la villette en
JAZZ Toutes celles et ceux qui partici- première dans une longue carrière Dankworth et le percussionniste
pent à la radio du New Morning, commencée en 1962. Il est pro- Abass Dodoo. Avec ce groupe,

D ans tous les studios de ra-


dio du monde, une am-
poule rouge allumée si-
gnifie « à l’antenne ». Pour faire le
rouge, la New Morning - Radio Li-
inaugurée le 1er juin, sont pour le
moment bénévoles. Les chroni-
ques vont du billet d’humeur à
l’exploration d’un genre (du swing
au hip-hop), d’une séquence sur
grammé au Festival All Stars du
club, du 29 juin au 1er août.
Autour de la petite table, on s’af-
faire pour terminer de préparer la
salle. Pee Wee Ellis, saxophoniste
formé en 2013, qui a récemment
enregistré le disque Why ? (Mo-
téma Music), Baker joue du jazz
(dont une reprise de Footprints de
Wayne Shorter et une de St. Tho-
bre a une lampe de chevet posée les reprises à une émission sur les du quartette de Baker, a accepté de mas, de Sonny Rollins) et du blues,
sur une table, proche de la console rapports entre musique et cinéma passer à l’antenne, un petit mo- dont Twelve and More Blues, de Pee
de son de l’un des clubs de jazz – ou jazz et poésie. ment au cours de l’émission. Quel- Wee Ellis. Et puis, du début à la fin,
mais pas que – les plus célèbres au ques mots pour dire sa satisfaction il met en avant l’imprégnation des
monde. Elle sert lorsque le rédac- Pee Wee Ellis à l’antenne de jouer avec « Mister Baker », un cultures musicales de l’Afrique, où
teur en chef d’« Un soir au club », Pour l’heure, mardi 30 juin, le pro- rappel de sa longue collaboration il partit vivre dans les années 1970.
Franck Médioni, prend la parole. gramme débute après les balances avec « Mister James Brown » (1933- Là où s’est formé son jeu actuel,
L’émission quotidienne, en direct de son pour le concert du soir, ce- 2006), pour qui il écrivit notam- avec motifs rythmiques syncopés
du lundi au vendredi, de 19 heures lui du batteur britannique Ginger ment les hymnes funky Cold – le funk vient en partie de là –, dé-
à 20 heures, est l’un des éléments Baker, dont le nom reste pour le Sweat ou Say It Loud I’m Black and coupage du temps sur des métri-
de cette webradio diffusée sur le grand public associé à celui du I’m Proud. ques allongées, une frappe de per-
site du club. S’y ajoutent, dans la groupe Cream, fondé par Baker, De funk, il ne sera pas question cussionniste, un balancement
journée, un programme musical qui rassembla pour ce trio Eric de manière directe durant le con- dansant. Un maître-tambour pour
ou la retransmission de certains Clapton et Jack Bruce (1943-2014). cert de Ginger Baker et ses musi- une musique fusion expressive. p
des concerts du New Morning. Son étape au New Morning est une ciens, Ellis donc, le bassiste Alec sylvain siclier
20 | culture 0123
JEUDI 2 JUILLET 2015

Artistes masqués même que les sculpteurs étaient,


pour certains, vivants quand
leurs créations furent emportées
en Europe.

de Côte d’Ivoire
Rares sont ceux dont le nom et la
vie sont connus avec certitude. Ces
exceptions se nomment Uopié,
Sra et Dyeponyo, tous trois de cul-
ture dan, nés vers 1880 et célèbres
dans l’entre-deux-guerres. Sra, en
Au Musée du quai Branly à Paris, langue dan, signifie « dieu », ce qui
en dit long sur sa notoriété. En de-
une exposition réunit des pièces hors de son peuple, il a travaillé
pour des chefferies mano, au Libe-
remarquables, réalisées par des ria, ainsi que pour les Wé. Il a eu de
nombreux élèves et l’on sait aussi
sculpteurs souvent anonymes qu’il avait pour assistante une de
ses épouses. C’était donc un ar-
tiste, comme tous les autres artis-
ARTS tes, quels que soient leur lieu de
naissance et la culture dans – et

L
e titre est à la fois juste et hors de – laquelle ils travaillent.
équivoque : « Les maîtres L’enjeu principal est celui-ci : affir-
de la sculpture, Côte mer que les sculpteurs africains
d’Ivoire ». Il fait craindre doivent être traités par l’histoire
l’anthologie qui rassemble des de l’art comme tels, c’est-à-dire
chefs-d’œuvre avec pour dessein comme des individus singuliers,
d’en réunir le plus grand nombre, et non comme d’anonymes pro-
proposés à la contemplation. Et, ducteurs.
en effet, il y a là, parmi les 330 ob- Cette révolution est récente. Une
jets rassemblés, quelques-unes de ses manifestations les plus pré-
des pièces les plus remarquables coces fut l’exposition conçue par
de la statuaire de cette région. Bernard de Grunne à Bruxelles
Mais « maîtres » ne doit pas être en 2001, qui se nommait « Mains
entendu simplement comme une de maîtres ». Depuis lors, ce type
forme abrégée de « grands maî- d’interrogation se répand, en par-
tres », comme on dit de Titien ou tie sous l’influence du marché de
de Vélasquez que ce sont des l’art, qui n’aime rien tant que les
« maîtres anciens » ; mais davan- « signatures prestigieuses » et les
tage dans le sens que le mot a « grands noms ».
pour les spécialistes qui étudient
les ateliers du Moyen Age et du Maître du dos cambré
début de la Renaissance et igno- Il n’est pas anodin que deux des
rent le plus souvent le nom de auteurs identifiés dans l’exposi-
ceux qui y travaillaient. tion soient désignés d’après les
marchands qui rapportèrent leurs
Exercice de méthode œuvres : « Maître de Himmelhe-
Depuis plus d’un siècle, ces spécia- Masques ber », donc, mais aussi « Maître de
listes – Bernard Berenson (1865- du pays gouro Kamer ». On peut préférer les dési-
1959) ayant été l’un des plus actifs (Côte d’Ivoire). gnations géographiques, comme
dans cet exercice – ont inventé des MUSÉE RIETBERG ZÜRICH « Maître de Totokro » et « Maître
« maîtres » ayant brillé au Moyen d’Essankro » parmi les Baoulé,
Age, à Sienne, à Florence ou à Colo- « Maître de Bouaflé » chez les
gne. Ils les ont désignés souvent Gouro. Ou plus descriptives :
d’après leur œuvre la plus remar- « Maître de la coiffure en crête-de-
quable : « Maître de la Véronique coq » et « Maître du dos cambré »,
de Munich » ou « Maître de Città pérages, supposés per- parmi les Sénoufo, tous deux
di Castello ». L’identification se mettre de rapprocher des dans le traitement des vo- fiques ont sur- d’une inventivité irrésistible.
fonde surtout sur des comparai- œuvres dispersées et lumes ou à telles particula- vécu, de sorte que ce Autre conséquence : cette façon
sons visuelles. Elles font apparaî- d’auteurs inconnus. rités techniques assez nettes classement est demeuré de penser la création contraint à
tre des similitudes stylistiques, C’est ce qui se passe dans pour pouvoir être attribuées en usage et que l’exposition s’or- relativiser l’importance de l’an-
parfois le goût pour telle composi- cette exposition, qui est à un individu. ganise selon lui, en six zones. A cienneté des œuvres, qui serait un
tion ou telle harmonie chromati- principalement un exer- Ils appliquent ce mode d’in- l’intérieur de chacune s’accomplit gage de leur « authenticité » – con-
que, parfois de petites manies cice de méthode. Ses vestigation aux six cultures qui la recherche des artistes, présen- cept très incertain. Boti, fils de Sa-
dans la manière de représenter auteurs, Eberhard Fischer se côtoient dans l’aire géographi- tée et justifiée par des textes expli- bou, était un sculpteur gouro de la
l’oreille ou la main. L’érudit italien et Lorenz Homberger, con- que ivoirienne : les peuples dits catifs. Au visiteur de vérifier par seconde moitié du XXe siècle, vir-
Giovanni Morelli s’était fait, dès le servateurs du Musée Riet- « des Lagunes » sur la côte at- lui-même les comparaisons et de tuose du travail du bois. Il peignait
XIXe siècle, une spécialité de ces re- berg, à Zurich, appliquent ces lantique ; puis, d’ouest en est, se demander si la présence d’une ses œuvres vivement, avec des
procédés à des pièces qui ont les peuples dan, gouro et petite barbe asymétrique ou de couleurs à l’huile, donc occidenta-
pour point commun de venir baoulé dans la région cen- scarifications en pointe de flèche les. En est-il moins remarquable
de régions regroupées dans trale ; et, au nord, vers le Mali suffit pour que soient attribuées à pour autant ? Certainement pas. p
Hormis Uopié, l’Etat de Côte d’Ivoire – héritage et le Burkina Faso, sénoufo et un même auteur quatre sculptu- philippe dagen
de l’administration coloniale –, lobi. Des différences de langues, res baoulé. Il est désigné comme
Sra et Dyeponyo, comme Berenson et ses élèves le d’organisations sociales, de systè- « Maître dit de Himmelheber », « Les maîtres de la sculpture,
rares sont les faisaient de fragments de reta- mes religieux et de traditions ar- d’après le nom de Hans Himmel- Côte d’Ivoire ». Musée du quai
bles qui avaient pour point com- tistiques les distinguent. heber, qui collecta l’une de ces Branly, 37, quai Branly, Paris 7e.
sculpteurs dont mun de provenir de la même cité. La proximité de ces popula- œuvres en 1933. Mardi, mercredi et dimanche,
le nom et la vie Leur but est de parvenir à des re- tions, les migrations, des inva- Etant donné les conditions de la de 11 à 19 heures, jeudi, de 11 à
groupements et à la reconnais- sions et l’unification forcée de la collecte durant la période colo- 18 heures. Vendredi et samedi
sont connus sance des auteurs de statues ou colonisation ont affecté ces diffé- niale, les indications précises jusqu’à 21 heures. De 7 à 9 euros.
avec certitude de masques, grâce à tels détails rences, mais des caractères spéci- manquent le plus souvent, alors Jusqu’au 26 juillet.

Fous, étranges, surprenants, les jardins se libèrent de leurs grilles


Le Festival de Chaumont-sur-Loire propose, pour sa nouvelle édition, des créations autour du thème de la « collection »

ARTS précieux, l’unique et l’original (…) désormais nos serres. Linné


Les plus méticuleux dans la « Phytothè- également des artistes : le Gha-
chaumont-sur-loire Ce sont des jardins de mousse, de (1707-1778), l’illustre botaniste, que » de l’Ecole de la nature de néen El Anatsui déplie ainsi une
(loir-et-cher) trèfles, de plantes carnivores, de est l’un d’eux, auquel est assignée superstitieux Blois ; débridé dans le « Jardin formidable tapisserie taillée dans
palmiers rares, mais aussi de cac- la mission de rapporter en Eu- sauvage »… Il y a ainsi 24 parcel- une étoffe rayonnante de cannet-
pourront faire
L’ été pointe, et ses fleurs
annoncent le Festival in-
ternational des jardins de
Chaumont-sur-Loire, avec son lot
de surprises, au carrefour étrange
tées ou de conifères inconnus. Ce
sont des jardins fous, des jardins
étranges et surprenants. »
Le résultat est particulièrement
séduisant, émouvant même.
rope l’ensemble infini des végé-
taux, évoqués ici dans une parcel-
le-navire baptisée « L’Arche de
Linné ».
une halte
dans le « Jardin
porte-bonheur »,
les, toutes propices au rêve. Mais
il y a également à Chaumont
nombre de « jardins » qui ont pris
racine. C’est en général le travail
de professionnels chevronnés qui
tes écrasées. Et le Mexicain Ga-
briel Orozco, dans la foulée d’un
Raymond Hains, encadre des
fragments de papiers peints arra-
chés à leurs murs, tous – Chau-
d’œuvres contemporaines et de « Carnivore Parc » est ainsi un Parcelles propices au rêve s’emparent de fragments plus ou mont oblige – décorés de motifs
parcelles à vocation plus poéti- rassemblement paradoxal de Les maniaques de géraniums de-
peuplé de trèfles, moins imposants de nature, ro- fleuris. p
que ou botanique. C’est rituelle- plantes qu’on voit rarement en viendront maboules en entrant authentiques che ou troncs d’arbre (par l’artiste frédéric edelmann
ment le résultat d’un concours pareil nombre et diversité. Elles dans le « Jardin des 101 pélargo- brésilien Tunga), fossiles (Chris-
où des équipes de paysagistes, sont là à bâiller plus ou moins niums ». Les passionnés de cou-
ou plagiaires tian Lapie) ou débris abandon- « Jardins extraordinaires,
d’architectes, de jardiniers se goulûment, en attendant que leur feront leur miel dans le « Jar- nés… pour les détourner et en jardins de collection »,
sont rassemblées pour proposer passe un insecte imprudent. Le din des teinturiers ». Les plus an- faire des œuvres autonomes. Festival international des jardins,
leur réponse au thème choisi deuxième territoire a pris pour ti- xieux ou les plus superstitieux veront leur bonheur dans un « Jar- Et, comme le domaine de Chau- Chaumont-sur-Loire (Loir-et-
cette année : « la collection ». tre « Le Jardin des chasseurs de pourront faire une halte dans le din des comestibles », échappé mont ne cesse de s’agrandir d’an- Cher). Jusqu’au 1er novembre.
Directrice du domaine de Chau- plantes ». « Jardin porte-bonheur », peuplé des mains des jardiniers. née en année, il devient l’écrin de Tél. : 02-54-20-99-22. Mise en
mont et du festival, Chantal Col- C’est un hommage à tous ces de trèfles, authentiques ou plagiai- La notion de collection peut toutes sortes de jardins aux co- lumière des jardins tous les soirs
leu-Dumond écrit : « Collection- explorateurs qui ont acclimaté, res, aucune espèce ne laissant ce- aussi s’en tenir à son rôle d’inven- des éloignés de l’univers occiden- (sauf le vendredi), de 22 heures
ner, c’est rassembler ce que au retour de leurs aventures loin- pendant espérer le fameux trèfle à taire : mystérieux dans les « Cabi- tal : japonais, chinois ou co- à minuit, du 1er juillet au 31 août.
d’autres n’ont pas, c’est aimer le taines, les plantes qui peuplent quatre feuilles. Les gloutons trou- nets de curiosités végétales » ; réens… Des espaces accueillent www.domaine-chaumont.fr
0123
JEUDI 2 JUILLET 2015 télévisions | 21

Les yeux dans la Mannschaft VOTRE


SOIRÉE
Une plongée dans les coulisses de l’explosive équipe d’Allemagne, vainqueure de la Coupe du monde 2014 TÉLÉ

CANAL+SPORT « Notre devise, c’était une page


JEUDI 2 JUILLET – 20 H 50 blanche à remplir », avance le ma- J E UD I 2 J UIL L E T
DOCUMENTAIRE nageur Oliver Bierhoff, l’un des
nombreux cadres de la Manns- TF1

C
ette équipe méritait telle- chaft interviewés « à froid » et a 20.55 MasterChef
ment ce titre. » Le posteriori. Si elle fait preuve d’hu- Télé-réalité animée par Sandrine
13 juillet 2014, au stade milité, cette équipe d’Allemagne Quétier.
Maracana de Rio de Ja- n’en est pas moins un rouleau 23.10 Revenge
neiro, le sélectionneur allemand compresseur, capable d’étriller Série créée par Mike Kelley. Avec
Joachim Löw rendait un hom- (4-0) des adversaires du calibre du Madeleine Stowe, Emily VanCamp,
mage appuyé à ses joueurs, vain- Portugal, lors du premier tour. Le Gabriel Mann (EU, saison 3, ép. 4 à
queurs de la Coupe du monde. 8 juillet 2014, à Belo Horizonte, elle 6/22).
Grâce à un but inscrit par Mario pulvérise (7-1) la Seleçao, en demi-
Götze, la Nationalmannschaft ve- finales de « son » Mondial, et pro- France 2
nait de terrasser (1-0) en finale l’Ar- voque un séisme au pays du « fu- 20.56 Carnet de voyage
gentine du prodige Lionel Messi, tebol ». d’Envoyé spécial
au terme d’âpres prolongations. Derrière les exploits du onze alle- Magazine présenté par Guilaine
Présente dans le dernier carré de mand se cachent les adjoints de Chenu et Françoise Joly. Météo : un
chaque compétition internatio- Joachim Löw, techniciens métho- business au beau fixe.
nale depuis le Mondial 2006, orga- diques et discrets. Les réalisateurs 22.25 Complément d’enquête
nisé sur ses terres, l’Allemagne ac- s’évertuent à présenter ces hom- Magazine présenté par Nicolas
crochait une quatrième étoile à mes de l’ombre, comme Urs Poincaré. « Charlie » : l’impossible
son maillot, après ses sacres plané- L’équipe de football allemande, victorieuse de la Coupe du monde au Brésil en 2014. DR Siegenhalter, « espion » de la héritage.
taires de 1954, 1974 et 1990. Articu- Mannschaft, chargé de superviser
lée autour de cadres chevronnés ses adversaires. France 3
comme son capitaine Philipp teurs français seront tentés de quet, l’ex-patron des Bleus à fleur Joachim Löw. Complicité entre les « Osmose », « déferlante d’émo- 20.50 Dans la ligne de mire
Lahm ou son attaquant Miroslav comparer ce film au mythique Les de peau. Construit de toutes pièces joueurs et le staff technique, gages tions ». C’est ainsi que Joachim Löw Thriller de Wolfgang Petersen. Avec
Klose, 36 ans et recordman de buts Yeux dans les Bleus, le sur les deniers de la Fédération al- gentillets, visite d’une école de dépeint les heures qui ont suivi le Clint Eastwood, John Malkovich,
(16) inscrits en Coupe du monde, chef-d’œuvre de Stéphane Meu- lemande (DFB), le complexe hôte- l’Etat de Bahia, parties de billard et sacre de ses hommes, accueillis Rene Russo (EU, 1993, 125 min).
elle remportait son premier titre nier et de Canal+, qui montre les lier de Campo Bahia ressemble da- de fléchettes : cette épopée brési- tels des héros par 1 million de Ber- 23.30 L’Inspecteur Harry
depuis… l’Euro 1996. dessous de l’épopée des Tricolores, vantage à une station balnéaire, au lienne s’apparente à une marche linois. Une foule qui avait déjà Policier de Don Siegel. Avec Clint
Réalisé par Martin Christ, Jens sacrés champions du monde en cadre paradisiaque, qu’à un camp triomphale sans anicroche. Une oublié l’élimination de sa sélec- Eastwood et Reni Santoni (EU, 1971,
Gronheid et Ulrich Voigt, Die 1998. Et ils seront déçus. de base où les « guerriers » suent seule séquence traduit un climat tion, huit ans auparavant, en de- 100 min).
Mannschaft se veut une plongée sang et eau, comme l’était Claire- de nervosité : l’échange viril entre mi-finales de « son » Mondial. p
au jour le jour dans les coulisses de Harmonie et complicité fontaine, le quartier général des le défenseur Per Mertesacker et les rémi dupré Canal+
cette explosive sélection, dont l’at- Dans Die Mannschaft, les causeries Tricolores. médias allemands après la fasti- 21.00 Scandal
taque de feu a fait trembler les fi- d’avant-match de Joachim Löw Les réalisateurs mettent particu- dieuse victoire (2-1 après prolonga- Die Mannschaft, de Martin Christ, Série créée par Shonda Rhimes. Avec
lets à dix-huit reprises durant le sont nettement moins musclées lièrement l’accent sur l’harmonie tions) de la sélection face à l’Algé- Jens Gronheid et Ulrich Voigt Kerry Washington, Portia de Rossi,
tournoi brésilien. Les téléspecta- et lyriques que celles d’Aimé Jac- qui règne au sein de l’effectif de rie, en huitièmes de finale. (Allemagne, 2014, 90 min). Scott Foley (EU, S4, ép. 4 à 6/22).
23.05 Lilyhammer
Série créée par Anne Bjornstad et
Eilif Skodvin. Avec Steven Van Zandt
(EU-Norvège, S3, ép. 4/8).

Angkor et Angkor France 5


20.40 J’irai dormir chez vous
La cité mythique reprend vie grâce aux technologies numériques Documentaire d’Antoine de Maximy.
Irlande
21.30 La Tournée des popotes
Série documentaire animée par
ARTE avaient jusque-là conservé leurs pitale Angkor Thom, la « grande conservateur en chef du Musée gnages pour la recomposition des Grégory Cuilleron. Taïwan
JEUDI 2 – 23 HEURES secrets. Un équipement révolu- ville », lui ont permis d’identifier Guimet, Pierre Baptiste, se rendent vestiges. Delaporte fera faire des
DOCUMENTAIRE tionnaire au laser a permis de révé- le Thlok, l’arbre sacré, symbole du dans les ruines de Koh Ker, capitale moulages des bas-reliefs à Arte
ler par vue aérienne le plan qua- mythe fondateur de la ville, enfoui provinciale au Xe siècle, jamais l’échelle 1. Au fil de ses missions, il 20.50 Il était une fois en Chine

C ent cinquante ans se sont


écoulés depuis la redécou-
verte, en 1866, des ruines
de l’ancienne capitale de l’Empire
khmer. L’énigme de la cité, aban-
drillé de l’ancienne ville, jusqu’à
l’empreinte même des bâtiments
disparus. Sur 200 kilomètres car-
rés, la capitale apparaît sur un
écran à une échelle de quelques
à 4 mètres, vestige du premier pa-
lais. Le centre politique, religieux,
magique, autour duquel elle s’est
développée du VIIIe siècle au
XIIe siècle, avant de péricliter.
fouillée mais très pillée dans les
années 1990. Là, se trouve la plus
haute pyramide khmère.
Les deux spécialistes ont entre-
pris de redonner vie à un shiva
en rapportera quelque 500 mètres
cubes, un temps exposés au Mu-
sée indochinois du Trocadéro, puis
oubliés dans les caves d’une ab-
baye. Pierre Baptiste raconte sa dé-
Film de kung-fu, de Tsui Hark. Avec
Jet Li (Hongkong, 1991, 130 min).
23.00 Angkor redécouvert
Documentaire de Frédéric Wilner (Fr.,
2013, 90 min).
donnée au XVe siècle à l’emprise de centimètres : stupéfiant. dansant de 4 mètres de hauteur. termination à sauver ce trésor qui
la jungle, commence tout juste à Dans la forêt, il ne reste rien des Trésor Ils s’appuient sur les relevés de a fait l’objet d’une belle exposition M6
être levée. maisons et des palais de bois, dé- Les technologies numériques ont Louis Delaporte, dessinateur em- en 2014 au Musée Guimet. p 20.55 Bones
Les pyramides de grès, sanctuai- vorés par les termites. Seuls les recomposé la silhouette des barqué sur le Mékong en 1866, florence evin Série créée par Hart Hanson. Avec
res édifiés par les rois, dédiées aux temples en grès ont survécu. Les grands sujets sculptés, mutilés au avec la mission d’exploration con- Emily Deschanel, David Boreanaz
dieux hindous et à Bouddha, pri- fouilles menées par l’archéologue burin et à la tronçonneuse. L’ar- duite par Ernest Doudart de Lagrée Angkor redécouvert, de Frédéric (EU, 2014, S10, ép. 7 et 8/22 ; S8, ép.
sonnières de racines tentaculaires, Jacques Gaucher, au cœur de la ca- chéologue Eric Bourdonneau et le et Francis Garnier, précieux témoi- Wilner (France, 2013, 90 min). 6 et 7/24).

0123 est édité par la Société éditrice


SUDOKU
HORIZONTALEMENT du « Monde » SA
Durée de la société : 99 ans
I. Pour ceux qui aiment la vie en bou- à compter du 15 décembre 2000.
GRILLE N° 15 - 154
PAR PHILIPPE DUPUIS
cles. II. Devient très vite étoufante. N°15-154 Capital social : 94.610.348,70 ¤.
Actionnaire principal : Le Monde Libre (SCS).
Peut devenir dame en avançant. Rédaction 80, boulevard Auguste-Blanqui,
III. Sans taches. Réduit à néant. 75707 Paris Cedex 13 Tél. : 01-57-28-20-00
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 Abonnements par téléphone :
IV. Ouvre les comptes à la City. Petit de France 32-89 (0,34 ¤ TTC/min) ;
I ensemble organisé. V. Devint Roc- de l’étranger : (33) 1-76-26-32-89 ;
par courrier électronique :
Libre à la Révolution. Article. Droit abojournalpapier@lemonde.fr.
II sur la planche. VI. Approchées au plus Tarif 1 an : France métropolitaine : 399 ¤
près. Appât en ligne. VII. Grave ferme- Courrier des lecteurs
III blog : http://mediateur.blog.lemonde.fr/ ;
ture intérieure. Gamin de Paris. Par courrier électronique :
IV VIII. Masse froide et blanche. Canton courrier-des-lecteurs@lemonde.fr
Médiateur : mediateur@lemonde.fr
de l’Oise. IX. Tombé dans les bras du Internet : site d’information : www.lemonde.fr ;
V
premier venu. Prise de tête. X. Satis- Finances : http://finance.lemonde.fr ;
Emploi : www.talents.fr/
VI
faction totale. Immobilier : http://immo.lemonde.fr
VERTICALEMENT Documentation : http ://archives.lemonde.fr
VII Collection : Le Monde sur CD-ROM :
1. Enquiquiner tout le monde. 2. Pre- CEDROM-SNI 01-44-82-66-40
VIII mière dame de compagnie. Belle Le Monde sur microfilms : 03-88-04-28-60
blonde wagnérienne. 3. A suivre en La reproduction de tout article est interdite
IX sans l’accord de l’administration. Commission
principe. 4. De juin à septembre. Un paritaire des publications et agences de presse
bout peut lancer une carrière. 5. Reçu n° 0717 C 81975 ISSN 0395-2037
X
chaleureusement. Dans les comptes UN HORS-SÉRIE
de l’entreprise. 6. Cours facile à fran-
chir. Crient en bord de mer. 7. Me

L’HISTOIRE
SOLUTION DE LA GRILLE N° 15 - 153
rendrai. Préposition. Des chifres et Présidente :
HORIZONTALEMENT I. Intervieweur. II. Nounours. Pré. III. Creusée. Pont. une lettre. 8. Populaires chez les Corinne Mrejen PRINTED IN FRANCE

IV. OM. Ré. Nao. Ea. V. Nage. Messe. VI. Slash. Estime. VII. Titien. Ieper.
VIII. Astéroïde. Le. IX. Né. Sulu. Mon. X. Terrassement.
pompiers. Le bel Ernesto. 9. Handica-
pé dans ses déplacements. Pour se
DES
INVENTIONS 80, bd Auguste-Blanqui,
75707 PARIS CEDEX 13
Tél : 01-57-28-39-00
déplacer en ville. 10. Production Fax : 01-57-28-39-26
VERTICALEMENT 1. Inconstant. 2. Normalisée. 3. Tue. GATT. 4. Enurésie.
hépatique. Instrument à cordes. CHEZ VOTRE Imprimerie du « Monde »
5. Rose. Hersa. 6. Vue. Nous. 7. Irénée. Ils. 8. Es. Assidue. 9. Postée.
11. La même pour tous. Tiziano Ve- MARCHAND DE JOURNAUX 12, rue Maurice-Gunsbourg, 94852 Ivry cedex
10. EPO. Eip (pie). Me. 11. Urne. Melon. 12. Rétamèrent. ou sur lemonde.fr/boutique Toulouse (Occitane Imprimerie)
cellio. 12. Tient sur une colonne. Montpellier (« Midi Libre »)
22 | styles 0123
JEUDI 2 JUILLET 2015

AUTOMOBILE

I
l y a cette position de con-
duite à l’ancienne, jambes
étendues et postérieur à ras
du sol, qui amplifie la sensa-
tion de vitesse. Les accélérations,
franches sans être brutales lorsque
l’on écrase la pédale. Et puis, sur-
tout, le débattement ultracourt
(4 cm) et la précision du mini-le-
vier de vitesses qui tombe pile à
main droite. Depuis vingt-six ans,
la Mazda MX-5 enchante les ama-
teurs éclairés. Ceux qui, pour pren-
dre du plaisir au volant, n’ont pas
besoin (et, de toute façon, pas les
moyens) d’affoler les chronos avec
un moteur surpuissant et des
béquilles électroniques, sans les-
quelles les sportives d’aujourd’hui
ne sauraient tenir le pavé.
Commercialisée en octobre, la
quatrième génération de ce ca-
briolet continue de perpétuer la
tradition des petits roadsters d’an-
tan, principalement anglais (MG,
Triumph, Austin Healey, Lotus), en
y ajoutant la fiabilité japonaise et
un contenu technologique actua-
lisé sans être trop envahissant.

Esprit vintage La nouvelle MX-5


C’est une voiture d’esthète, essen- de Mazda. MAZDA
tiellement appréciée aux Etats-
Unis et en Europe mais boudée en
Chine et dans les pays émergents,
qui se nourrit d’un esprit vintage
(redécouvrir les « vraies » valeurs
et sensations de conduite) en réac-
tion avec les dérives de l’automo-
bile moderne. Les principes fonda-
les quinquas friment en mazda
teurs de la nouvelle MX-5 ont été
respectés : « Une voiture très lé- La MX-5, c’est LE cabriolet par excellence, celui des virées sur une route de campagne.
gère, dont le moteur installé à
l’avant entraîne les roues arrière, et Vingt-six ans après sa création, Mazda sort en octobre la quatrième génération du modèle
qui reste abordable », détaille No-
buhiro Yamamoto, le responsable
qui en a supervisé la conception. sur le chemin des vacances en des accélérations rageuses, et longer artificiellement les rap- Les rondeurs qui firent le charme
Ce viatique a fait d’une voiture duo, par les petites routes. Parce LE 1,5 LITRE DE 131 CH s’inscrit sans broncher dans les ports de boîte, afin de passer sous des anciens modèles s’effacent de-
d’égoïste (deux places, c’est tout)
l’un des modèles les plus populai-
qu’elle a perdu 100 kilos et pèse
désormais à peine 1 tonne – ce qui
DÉLIVRE UNE JOLIE courbes. Avec un châssis plus ri-
gide et suspendu de façon éton-
les fourches Caudines des normes
écologiques.
vant des lignes plus tranchées, des
optiques de phares affinées, un ca-
res de la production automobile représente une prouesse –, la MX-5 MUSIQUE, namment confortable, ce modèle Résultat : la voiture ne manque pot très plongeant et une poupe
moderne. Malgré son quasi-mil- peut se satisfaire de mécaniques se conduit plus qu’il ne se pilote. Et jamais de répondant. Revers de la trapézoïdale.
lion d’unités produites depuis raisonnables sans frustrer son DES ACCÉLÉRATIONS alors, depuis quand faudrait-il cra- médaille, la version équipée du pe- Il faut y voir un signe supplé-
1989, ce cabriolet, dont la capote
s’ouvre manuellement sans
propriétaire.
« Ceux qui aiment cette voiture
RAGEUSES, ET S’INSCRIT vacher un cabriolet comme une
voiture de rallye ? La version dotée
tit moteur 1,5 litre (à partir de
24 800 euros) ne peut éviter un
mentaire du reflux du design néo-
rétro, déjà perceptible à travers les
même devoir quitter le siège, reste ont en commun de ne pas forcé- SANS BRONCHER du 2 litres (160 ch) offre une sono- malus écologique de 250 euros, lignes plus anguleuses des derniè-
toutefois un modèle à diffusion ment voir d’un bon œil la course à rité mécanique plus noble et des alors que celle dotée du 2 litres res Mini ou New-Beetle, mais aussi
restreinte, ce qui ne lui nuit pas. La la puissance et aux performances. DANS LES COURBES montées en régime vigoureuses, (32 050 euros) est gratifiée d’une la volonté d’intégrer plus nette-
MX-5 n’a pas de rivale. C’est la ché- Pour eux, il est important que la sans pour autant prétendre à un la- surtaxe de 1 600 euros et ne de- ment l’icône MX-5 dans la gamme
rie des quinquas qui fournissent MX-5 puisse être mise entre les bel de voiture de sport malgré son vrait représenter qu’un tiers des Mazda. Car la firme d’Hiroshima a
les plus gros contingents d’ache- mains de conducteurs de tout ni- amortissement raffermi. ventes en France. fini par prendre ombrage du fait
teurs. Elle est la deuxième voiture veau », professe Nobuhiro Yama- Dédaignant l’assistance d’un Fidèle à sa tradition, la MX-5 qua- que l’aura de ce modèle ait créé
que les baby-boomers rêvent tous moto. Le 1,5 litre, qui développe turbo, la MX-5 cultive l’esprit trième du nom amorce un virage une marque dans la marque. p
de sortir de leur garage pour partir 131 ch, délivre une jolie musique, roadster jusque dans le refus d’al- assez marqué en matière de style. jean-michel normand

L’Audi Q7, aussi opulent, moins corpulent


Le SUV de la marque aux anneaux s’offre une remise en forme et multiplie les assistances à la conduite

U ne voiture peut s’impo-


ser comme une réussite
commerciale sans forcé-
ment flatter l’image d’un cons-
tructeur. Première incursion
d’Audi ont fluidifié les lignes pour
atténuer l’effet de masse. Tou-
jours opulent mais moins corpu-
lent, le nouveau Q7 paie toutefois
ce lifting par un affadissement et
rond-point, d’un croisement ou
d’un virage serré et respecte scru-
puleusement les variations des li-
mitations de vitesse. Avec cette
fonction, le conducteur peut par-
d’Audi dans l’eldorado du Sport une esthétique impersonnelle. courir des kilomètres en
Utility Vehicle (SUV), le Q7, lancé n’ayant à se préoccuper que
en 2006, s’est vendu à Vitrine technologique du seul volant.
500 000 exemplaires (dont Cette remise en forme répond à Ces dispositifs contri-
16 000 en France), mais son al- une perte de poids qui atteint buent à faire du Q7 une voi-
lure, qui soulignait avec une cer- 325 kg, soit l’équivalent d’un ture plus docile et plus sou-
taine arrogance ses manières de piano à queue, précise Audi, ce qui ple que sa carrure pourrait
mastodonte, pouvait difficile- donne une idée de la marge de le laisser penser, mais font
ment susciter un sentiment d’em- progression qui s’offrait au Q7. Le grimper aux alentours de
pathie. Audi, qui se veut une mar- recours à l’aluminium a permis 100 000 euros le prix d’un
que sophistiquée et à la pointe de d’alléger de 24 kg les portières modèle équipé toutes op-
« l’efficience » technologique, mais, comme la voiture pèse en- tions, alors que le tarif du cata-
n’était pas tout à fait à l’aise avec core 2 tonnes, le constructeur logue démarre à 63 500 euros.
un modèle dont la nouvelle ver- continue de s’en remettre à des La seconde génération de l’Audi Q7. Son degré de raffinement techno-
sion opère un recentrage aux allu- mécaniques musclées (V6 es- AUDI AG logique impose aussi la présence
res de mea culpa. sence et diesel) dont la puissance de multiples commandes sur le
Malgré la présence de l’énorme s’étale entre 272 et 333 ch. lait la faire évoluer dans un par- Vitrine technologique constel- les embouteillages avec possibi- volant et la planche de bord, ce qui
calandre qui scelle l’appartenance Il a, aussi et surtout, proposé de king. Au-delà de 50 km/h, en re- lée de capteurs et de caméras, le lité de ne pas avoir à mettre les nécessite un certain apprentis-
à la marque aux anneaux, le Q7 multiples stratagèmes pour amé- vanche, les roues arrière braquent Q7 ne lésine pas sur les équipe- mains sur le volant en dessous de sage. Chez Audi, on admet,
apparaît moins monumental. liorer le comportement routier. A dans le même sens pour davan- ments d’assistance à la conduite. 3 km/h. Cerise sur le gâteau, le li- d’ailleurs, que la procédure de
Cette impression ne tient guère basse vitesse, les roues arrière tage de maniabilité. Autre assis- Avertisseur de collision, freinage miteur de vitesse intelligent, qui prise en main, réalisée lorsque le
aux 4 centimètres perdus en lon- braquent dans le sens opposé à tance : l’amplification donnée d’urgence automatique en ville maintient une distance de sécu- client vient prendre livraison de
gueur (qui atteint tout de même celui des roues avant, ce qui faci- aux mouvements transmis à la et aux intersections, détection rité avec le véhicule qui précède, a sa voiture, est devenue extrême-
5,05 mètres) mais bien davantage lite le maniement de l’Audi qui direction lors d’une manœuvre nocturne d’obstacles, progres- été couplé au GPS. Dès lors, il ra- ment complexe. p
à la manière dont les stylistes était un cauchemar lorsqu’il fal- d’évitement à grande vitesse. sion autonome de la voiture dans lentit la voiture à l’approche d’un j.-m. n.
0123
JEUDI 2 JUILLET 2015 0123 | 23

EUROPE | CHRONIQUE CLIMAT :


LA CHINE SUR
par ar naud l e par m e nt ie r

LA BONNE VOIE plus, toutefois, sur la scène politique inté- Le gouvernement chinois a su saisir cette

Le monopole rieure, car l’environnement est devenu


l’une des premières, si ce n’est la première,
préoccupations des citoyens chinois. Tou-
chance. Pour la première fois, à l’issue de la
visite de Barack Obama à Pékin en novem-
bre 2014, il a fixé une date – 2030 – pour le
de la démocratie jours inquiets des risques d’instabilité poli-
tique, leurs dirigeants ont bien compris les
pic de ses émissions de gaz à effet de serre,
un objectif réitéré à Paris par M. Li. Pékin
risques de l’immobilisme dans ce domaine. s’est donc enfin fixé l’objectif en termes ab-
Première émettrice de pollution, la Chine solus et ne prête plus le flanc aux critiques.
en est aussi la première victime. L’opinion Mardi 30 juin, le premier ministre chinois

O LA VOIX D’UN GREC


n se souvient de Fran- chinoise s’est largement réveillée sur les s’est également engagé à réduire de 60 % à
çois Mitterrand souf- questions environnementales ces derniè- 65 % l’intensité de son économie en car-
flé par Giscard qui lui VAUT AUTANT, MAIS res années. Plusieurs centaines de millions bone d’ici à 2030.
lança, lors du débat de de Chinois se sont émus, en mars 2015, lors On ne peut s’empêcher de regretter que la
l’entre-deux-tours de l’élection PAS PLUS, QUE CELLE de la diffusion sur Internet du documen- Chine n’ait pas saisi l’occasion pour se
présidentielle de 1974 : « Vous
D’UN ALLEMAND taire alarmant sur les conséquences du montrer plus ambitieuse. Certains experts
n’avez pas le monopole du cœur. »
On est tenté de reprendre à notre
compte l’expression à l’adresse du
premier ministre grec, Alexis Tsi-
pras, et de ses acolytes : « Vous
OU D’UN SLOVÈNE

s’annonce longue. Les dirigeants


P remier pollueur mondial, la Chine a
envoyé, mardi 30 juin, un signal très
positif pour les négociations clima-
tiques qui patinent. A cinq mois de la con-
férence de Paris, la COP21, le premier minis-
« smog » réalisé par la journaliste Chai Jing,
et rapidement bloqué par les censeurs. Ils
manifestent encore aujourd’hui dans le
sud de Shanghaï, inquiets de l’éventuelle
installation d’une usine pétrochimique,
prévoient que le pic d’émissions de CO2 du
pays sera en réalité franchi entre 2020 et
2025, du fait de la plus faible croissance de
l’économie chinoise, mais aussi du déve-
loppement de son parc de centrales nu-
n’avez pas le monopole de la démo- européens, de Merkel à Hollande, tre, Li Keqiang, a rendu publique sa « con- comme ils l’ont fait avant à Chengdu, Xia- cléaires et, plus marginalement, de ses in-
cratie. » Depuis des mois, les diri- répètent que les Grecs vont voter tribution » à la lutte contre le changement men et ailleurs. Comme l’a expliqué le pre- vestissements dans les énergies renouvela-
geants grecs se drapent dans leur pour ou contre l’euro. Il n’en est climatique en s’engageant à plafonner ses mier ministre, Li Keqiang, en 2014, la pre- bles. L’objectif de 2030 aurait donc pu être
légitimité démocratique, comme rien. Ils veulent juste renforcer émissions de gaz à effet de serre autour de mière chose que font beaucoup de Chinois avancé.
si la voix des autres citoyens euro- leur pouvoir de négociation. C’est 2030 et à réduire radicalement son inten- le matin est de regarder sur leur téléphone Mais ne boudons pas notre plaisir : les ef-
péens ne comptait pas. La voix ce qu’a dit le ministre des finances sité carbone. portable le niveau de pollution de l’air aux forts chinois sont les bienvenus et il faut les
d’un Grec vaut autant, mais pas grec, Yanis Varoufakis, lundi, au Pékin n’a pas d’autre choix que d’agir, et particules fines – généralement inquiétant, saluer. La publication des engagements de
plus, que celle d’un Allemand, Daily Telegraph, qui compte bien d’agir vite. Non pas pour plier face aux surtout dans la moitié nord du pays. la Chine, 42e des 195 Etats participant à la
d’un Slovène ou d’un Français. continuer d’affliger la zone euro : pressions internationales : ses arguments Le contexte actuel de décélération de la conférence de Paris en décembre à faire
Le président de la Commission, « Les traités européens ne pré- sur la responsabilité historique des Améri- croissance offre aux dirigeants une occa- connaître sa contribution, a aussi le mérite
Jean-Claude Juncker, l’a dit, lundi voient pas de dispositions pour une cains et des Européens dans le réchauffe- sion unique : du seul fait de la chute de la de marquer l’entrée en piste des grands pays
29 juin : « En Europe, aucune dé- sortie de l’euro, et nous refusons de ment climatique sont recevables dans les demande, la consommation de charbon de émergents, essentielle pour la réussite de la
mocratie ne vaut plus qu’une autre. l’accepter. Notre appartenance est discussions internationales. Ils ne le sont la Chine a commencé à baisser en 2014. COP21. A l’Inde, maintenant, de s’engager. p
Et dans la zone euro, il y a dix-neuf non négociable. Nous allons certai-
démocraties. Non pas une contre nement envisager une injonction
dix-huit, et non pas dix-huit contre devant la Cour de justice euro-
une. Pour chacune des démocra- péenne. »
ties, un vote est un vote, un peuple Humour délicieux du ministre
est un peuple, un citoyen pris indivi- grec, dont le pays a bafoué tous ses
duellement est un citoyen. Ce n’est engagements et a contraint les
pas un jeu de poker menteur. Il n’y Européens à changer les traités de
en a pas un qui gagne et un autre l’UE pour voler à leur secours. Va-
qui perd. Soit on est tous gagnants, roufakis a malheureusement rai-
soit on est tous perdants. » son. Les divorces ne sont rapides
Syriza, le parti de la gauche radi- que par consentement mutuel. La
cale, se persuade que ses choix crise peut s’éterniser. Passons sur
doivent s’imposer à tous les le risque de lâcheté des Européens,
autres systèmes, à leurs prêteurs, qui verseraient quelques milliards
européens bien sûr, mais aussi pour passer l’été tranquilles. Nul
aux 188 pays actionnaires du FMI. ne peut exclure que Tsipras voie
Le recours au référendum, diman- juste lorsqu’il lance : « Ils ne nous
che 5 juillet, est un miracle de dé- jetteront pas hors de l’euro, car les
fausse politique. En 2011, le pre- coûts sont trop élevés. » Après un
mier ministre Georges Papan- non au référendum, la logique
dréou voulait faire ratifier par son voudrait que la BCE cesse de finan-
peuple un plan d’aide où les ban- cer les banques grecques, de facto
ques avaient effacé la moitié de en faillite. Selon l’adage, la mau-

5, 90
leurs créances. Il en fut dissuadé,
mais au moins voulait-il faire ava-
vaise monnaie chasse la bonne, les
Grecs thésaurisent leurs euros, et €*
liser par son peuple un plan de ri- l’économie finit par étouffer.
gueur difficile. Cette fois-ci, Tsi- L’Etat grec devrait vite battre sa
pras demande un vote pour propre monnaie, mais le pays peut
mieux affronter ses créanciers, en s’installer en économie de guerre. le DVD
réalité les autres peuples euro- Les Grecs en ont un avant-goût
péens. Le référendum transformé avec la fermeture des banques.
en arme pour exciter les passions
: l’usage est inédit. Que l’éternité soit courte
Partisan du modèle européen, Valéry Giscard d’Estaing, croisé à
fondé sur la démocratie représen- l’ambassade d’Allemagne, balaie la
tative, suivons à terme la voie pro- tragédie grecque d’un revers de
posée par Jean-Claude Trichet. main : « C’est une histoire inventée :
L’ex-président de la BCE est un dans une union monétaire, il faut
sage, qui fut artisan des premiers une même politique économique.
sauvetages de la Grèce, de l’Ir- Les Grecs ont voté pour une autre
lande, de l’Italie et de l’Espagne
pendant que Merkel et Sarkozy se
politique économique, il est logique
qu’ils quittent cette union moné-
Chaque semaine,
fourvoyaient, aggravant la crise au taire. » Qu’il soit permis d’être plus redécouvrez
lieu de la résoudre. L’excellent Tri- inquiet. Une sortie de l’euro serait
chet propose en cas de blocage ab- une catastrophe pour la Grèce le chef-d’œuvre
solu entre un pays – la Grèce repré-
sentée par son gouvernement,
– économique, sociale, politique –,
exposerait les Balkans à un risque Dès le 30 juin, le DVD no 3 d’un grand réalisateur
renforcé par l’issue du référendum d’explosion, et les pays les plus fai-
– et les institutions européennes –
Commission, BCE, Eurogroupe –
bles de la zone euro à une conta-
gion financière – envolée des taux LES CHAUSSONS 20 grands films sélectionnés par Le Monde

ROUGES
d’en appeler aux représentants du – et politique – avec Podemos en
peuple. De tous les peuples euro- Espagne. 1 - 17 juin Amadeus 11 - 26 août Bagdad Café
péens, avec une Chambre de la Avec la fermeture des banques, de Miloš Forman de Percy Adlon
zone euro composée pour moitié
de députés européens et de repré-
Alexis Tsipras a déclenché, malgré
lui, une formidable machine en fa-
de Michael Powell 2 - 23 juin Lola
de Jacques Demy
12 - 2 sept. Cotton Club
de Francis Ford Coppola
sentants des Parlements natio- veur du oui aux propositions & Emeric Pressburger 3 - 30 juin Les Chaussons rouges 13 - 9 sept. Les Producteurs
naux. A eux d’examiner les propo- européennes. Le premier ministre de Michael Powell de Mel Brooks
sitions des parties, de les amender a laissé entendre qu’il quitterait le & Emeric Pressburger
La musique et le cinéma, c’est une longue 14 - 16 sept Good Morning England
et de voter un projet qui s’impose- pouvoir si le oui l’emportait. « Si le 4 - 8 juil. Tirez sur le pianiste de Richard Curtis
rait en dernier ressort. peuple grec veut choisir de conti- histoire d’amour où l’on ne sait plus qui sublime de François Truffaut
Chiche à tous ceux qui se procla- nuer avec l’austérité, nous respecte- l’autre, des images ou du son. Le Monde a 15 - 23 sept. L’Homme qui en savait trop
5 - 15 juil. French Cancan d’Alfred Hitchcock
ment démocrates ! L’affaire n’est rons son choix, mais nous ne pou- sélectionné pour vous 20 films cultes réalisés de Jean Renoir
pas possible juridiquement, et ga- vons pas servir un tel mandat. » Et 16 - 30 sept. A Hard Day’s Night
par les plus grands auteurs, avec des bandes 6 - 22 juil. Farinelli de Richard Lester
geons que les Grecs et leurs amis il sera temps de revenir à la table
prendraient la poudre d’escam- des négociations. Les Européens originales inoubliables. Dans cette sélection, les de Gérard Corbiau 17 - 7 oct. Karajan
pette. De ce fait, la crise grecque sont prêts à verser une aide euro- réalisateurs les plus talentueux vous proposent 7 - 29 juil. Bird d’Henri-Georges Clouzot
péenne aux Grecs, à une condi- tous les genres cinématographiques et de Clint Eastwood 18 - 14 oct. La Pianiste
tion : que l’économie grecque soit musicaux : de la comédie au drame, du biopic 8 - 5 août L’Homme au bras d’or de Michael Haneke
d’Otto Preminger 19 - 21 oct. Avec le sourire
ALEXIS TSIPRAS durablement viable. Syriza a sa-
boté les efforts d’un pays qui avait
au documentaire, du classique au jazz, sans
9 - 12 août Orange mécanique de Maurice Tourneur
oublier le rock ou la chanson.
A DÉCLENCHÉ, retrouvé en janvier un relatif équi-
Enchantez votre été avec Le Cinéma du
de Stanley Kubrick 20 - 28 oct. One + One /
libre budgétaire, mais le redresse- 10 - 19 août The Last Waltz Sympathy for the Devil
MALGRÉ LUI, ment grec est possible. « Je ne suis Monde et La Musique à l’écran ! de Martin Scorsese de Jean-Luc Godard
pas premier ministre pour l’éter-
UNE FORMIDABLE nité », a déclaré Tsipras. Plus l’éter- Plus d’informations sur www.lemonde.fr/boutique
MACHINE EN nité sera courte, mieux ce sera. p
* Chaque DVD de la collection est vendu au prix de 5,90 € en plus du Monde ou par correspondance sur www.lemonde.fr/boutique ou en téléphonant au 32 89 (0,34 € TTC par minute)
FAVEUR DU OUI leparmentier@lemonde.fr Voir conditions. Offre limitée à la France métropolitaine, sans obligation d’achat du Monde dans la limite des stocks disponibles. Visuels non contractuels.
Les Chaussons Rouges © 1948 Carlton Film Distributors. Tous droits réservés
Tirage du Monde daté mercredi 1er juillet : 266 983 exemplaires
DÉCOUVREZ
LE PROGRAMME
ET RÉSERVEZ !
LeMonde.fr/festival
EDF-Areva : les sujets qui fâchent James
Murdoch,
dans les pas
▶ Les négociations entre les deux groupes patinent et devraient prendre plus de temps que prévu
de son père

U n casse-tête encore loin d’être


résolu. Depuis l’arbitrage rendu
à l’Elysée, le 3 juin, les équipes
d’EDF et d’Areva travaillent d’arrache-
pied pour tenter de présenter au gouver-
lière nucléaire française, aujourd’hui aux
abois.
Initialement fixée au vendredi 3 juillet,
la date limite devrait être finalement re-
poussée de quelques semaines, tant les
laquelle les deux groupes publient leurs
résultats semestriels.
Concrètement, deux à trois réunions
au sommet ont lieu chaque semaine à
Bercy, en présence de Jean-Bernard Lévy,
cutif, « Emmanuel Macron a lui-même as-
sisté à trois de ces rencontres », assure un
proche des négociations.
Du côté des banques-conseils, c’est l’ef-
fervescence.
PORTRAIT
londres - correspondance

nement un schéma de rapprochement


des activités de leurs entreprises, vu
comme un préalable à la relance de la fi-
enjeux industriels et financiers s’avèrent
lourds. Seule certitude : le « brouillard »
devra être dissipé d’ici au 30 juillet, date à
le PDG d’EDF, et de Philippe Varin, le pré-
sident du conseil d’administration
d’Areva. Preuve de l’engagement de l’exé-
isabelle chaperon
et cédric pietralunga
→ LIR E L A S U IT E PAGE 3 L’ extraordinaire saga fami-
liale du clan Murdoch en-
tre dans son dernier cha-
pitre. Le 1er juillet, le vieux patriar-
che Rupert Murdoch, 84 ans, voit
son rêve se réaliser : ses deux fils
adultes prennent leurs nouvelles
fonctions au plus haut niveau,
prêts à lui succéder à la tête de
son empire médiatique mondial.

La Grèce a fait défaut, Non pas qu’il ait l’intention de


passer la main. Le magnat de la
presse et de la télévision demeure
les négociations continuent actif et conserve le poste de vice-
président exécutif.
Mais la succession est désor-
mais en ordre, ou presque. James
▶ Athènes n’a pas remboursé Murdoch, le fils cadet de son se-
cond mariage, en sort grand vain-
l’échéance due au FMI le 30 juin queur. A 42 ans, l’abrasif et impa-
▶ Les discussions se poursuivent tient rejeton du magnat des mé-
avec l’Eurogroupe, et la tenue dias devient le directeur général
de 21st Century Fox, la société qui
du référendum fait l’objet détient les activités du groupe
d’un débat au sein même du dans la télévision et le cinéma
– les chaînes Fox News et Natio-
gouvernement d’Alexis Tsipras nal Geographic, les studios de ci-
néma 20th Century Fox, une
→ LIR E PAGE S 4 - 5 large participation dans le bou-
quet satellite Sky.
Mais comme le paterfamilias
adore entretenir le flou et les riva-
lités, il a également donné un rôle
clé à Lachlan, aîné de James de
quinze mois.
eric albert
→ LIR E L A S U IT E PAGE 6

Manifestation,
à Athènes, en faveur
du oui au référendum,
le 30 juin.
6,8
MILLIARDS DE DOLLARS
LE CHIFFRE D’AFFAIRES
LAURENCE GEAI/SIPA POUR « LE MONDE ». DE 21TH CENTURY FOX
AU PREMIER TRIMESTRE

PLEIN CADRE PERTES & PROFITS | ENGIE


LE CHARBON
N’A PLUS LA COTE Une place au soleil HORS-SÉRIE
→ LIR E PAGE 2

L
e soleil brille très fort pour Engie en ce le moment de faire une introduction Bourse, et UNE VIE, UNE ŒUVRE
jour de canicule. L’ex-GDF Suez a an- nous avons alors intensifié nos discussions », re-
CHINE noncé, mercredi 1er juillet, l’acquisition connaît-il, ravi de voir son groupe devenir
de 95 % du capital (et 100 % des droits ainsi le numéro un du solaire en France.
PÉKIN S’INVESTIT de vote) de Solairedirect, un acteur important La stratégie choisie de longue date par sa « ci-

DAVANTAGE DANS
dans la production d’électricité solaire photo- ble » de développer un « solaire compétitif »,
voltaïque, pour un peu moins de 200 millions capable de vivre sans subventions dans les
LA GOUVERNANCE d’euros, auxquels s’ajoutera une augmenta-
tion de capital de 130 millions d’euros.
pays émergents, avait placé Solairedirect dans
le radar d’Engie. Une acquisition qui s’inscrit
ÉCONOMIQUE MONDIALE Cette opération est d’abord un constat
d’échec pour la stratégie en solitaire de Solaire-
bien dans sa stratégie, définie fin 2013, de deve-
nir le leader de la transition énergétique en Eu-
direct. Son patron-fondateur, Thierry Lepercq, rope et un énergéticien de référence dans les
→ LIR E PAGE 3
n’est pas parvenu à introduire sa société en pays émergents.
Bourse au premier semestre pour y lever Si cette source d’énergie n’est pas encore
175 millions, comme il l’avait annoncé le tout à fait viable dans l’Hexagone sans tarifs
5 mars, en déposant son document de base de rachat du courant par EDF, elle est devenue
auprès de l’Autorité des marchés financiers.
Ces fonds devaient lui permettre de « consoli-
rentable dans les pays du Sud à fort ensoleille-
ment ou dans de nombreux Etats du sud des
Roland
der son bilan » et d’« exploiter de nouvelles op- Etats-Unis. Le coût des projets a fortement Barthes
portunités de croissance » dans les pays émer- baissé – et continuera à un rythme de 5 % par L’inattendu
gents à fort potentiel solaire (Inde, Thaïlande, an – après le « bain de sang » du début de la
Chili, Mexique, Afrique du Sud)… où Engie est décennie, où de grands fabricants de pan-
déjà implanté et compte se déployer. neaux allemands, américains et même chi- Le centenaire d’un révolutionnaire du langage
nois ont disparu. On peut désormais pro-
Un solaire « compétitif » duire du courant d’origine photovoltaïque
C’est donc Engie qui lui donnera « les moyens fi- entre 55 et 80 euros le mégawattheure (MWh).
j CAC 40 | 4 825 PTS + 0,73 % nanciers et la taille critique pour accélérer son Trois fois moins cher que les coûteuses éo- ROLAND BARTHES
j DOW JONES | 17 619 PTS + 0,13 % développement ». Et non plus la Bourse, trop
volatile pour de petites sociétés comme Solai-
liennes en mer (200 euros le MWh). Moins
cher même (et moins risqué) que les nou-
L’INATTENDU
J EURO-DOLLAR | 1,1104 redirect et plus accueillante pour les grosses veaux réacteurs nucléaires comme l’EPR Un hors-série du « Monde »
j PÉTROLE | 62,83 $ LE BARIL opérations (Spie, Europcar…). Gérard Mestrallet d’Areva (plus de 100 euros le MWh), dont la 124 pages - 7,90 €
– PDG d’Engie, mais aussi président de Paris compétitivité est chaque jour remise en Chez votre marchand de journaux
J TAUX FRANÇAIS À 10 ANS | 1,20 % Europlace et parfaitement informé des hu- cause par la dérive des chantiers. p et sur Lemonde.fr/boutique
VALEURS AU 01/07 - 9 H 30 meurs du marché – était à l’affût. « Ce n’était pas jean-michel bezat

Cahier du « Monde » No 21914 daté Jeudi 2 juillet 2015 - Ne peut être vendu séparément
2 | plein cadre 0123
JEUDI 2 JUILLET 2015

La mine
de charbon
de Vattenfall,
à Nochten
(Allemagne),
en 2014.
M. HIEKEL/ZB/DPA

Charbon : noir c’est noir


A
Nochten, en Saxe, l’énorme que les prix ont plongé. L’hydrocarbure est révisé, en mai, la politique du fonds de pen-
projet de Vattenfall est ar- « King Coal » n’a plus la cote. alors devenu très attractif pour les compa- sion national, le plus grand fonds souverain
rêté. Stoppé net. Depuis des gnies d’électricité qui préféraient jusqu’alors au monde. Il lui est désormais interdit d’être
années, ce groupe suédois Prix en baisse, concurrence du gaz brûler du charbon. Toutes n’ont pas changé au capital de groupes dont le charbon assure
très présent outre-Rhin avait de combustible du jour au lendemain. Mais plus de 30 % de l’activité.
l’intention de lancer ses im- de schiste, pressions politiques peu à peu, elles ont basculé. Résultat : en En Californie, un projet de loi similaire pré-
menses pelleteuses à l’assaut d’une nouvelle avril 2015, le gaz a détrôné le charbon comme voit de forcer les énormes fonds de pension
zone de plusieurs dizaines de milliers d’hec- contre les émissions de carbone… première source d’énergie pour les centrales CalPERS et CalSTRS à vendre leurs parts dans
tares. Objectif : extraire toujours davantage américaines. Aux Etats-Unis, la part de mar- les compagnies charbonnières. La dernière
de lignite, ce mauvais charbon humide dont L’industrie du charbon ché du charbon a été ramenée de 44 % à 30 % réglementation américaine obligeant à fer-
l’Allemagne regorge. L’extension de la mine à en cinq ans. « Ce n’est pas fini, anticipe Natha- mer les centrales au charbon les plus ancien-
ciel ouvert devait entraîner le déplacement s’enfonce dans la crise lie Desbrosses, d’Enerdata. Le gaz va conti- nes, sauf à les doter de coûteux équipements
de 1 700 personnes, mais alimenter pendant nuer à gagner du terrain. » contre les émissions de mercure, a en revan-
des années la centrale électrique voisine. Pour écouler leur production excédentaire, che été annulée, lundi, par la Cour suprême.
Or samedi 27 juin, Vattenfall a tout gelé. Les les compagnies minières américaines ont Mais des centrales d’un total d’environ
travaux de préparation du chantier sont sus- Cornot-Gandolphe, consultante en énergie, baissé leurs tarifs. Elles ont aussi expédié 30 000 mégawatts ont déjà été retirées du ré-
pendus « jusqu’à nouvel ordre », ont dit ses di- notamment auprès de l’Institut français du massivement leur charbon hors des frontiè- seau, par anticipation.
rigeants. Une décision prise en raison des pétrole. Tombés à leur plus bas niveau de- res, en particulier en Europe, exportant ainsi
« incertitudes » quant à la politique allemande puis dix ans, les prix ne devraient pas re- la guerre des prix. Cela n’a pas suffi. Au bout ENCYCLIQUE VATICANE
en matière de charbon, et de perspectives monter avant 2017 ou 2018, prédisent de leur du compte, elles ont dû adapter leurs capaci- Au Vatican, le pape François a lui aussi pris
économiques « considérablement détério- côté les analystes de la Société générale. tés. Fermer des mines. En un an, la produc- position. « La technologie reposant sur les
rées » pour le secteur. Sur place, les écologis- Au total, le poids des champions mondiaux tion américaine a chuté de 12 %. Elle est re- combustibles fossiles très polluants – surtout
tes espèrent le projet définitivement enterré. du charbon en Bourse a déjà fondu de plus tombée à son plus bas niveau depuis 1996. le charbon, mais aussi le pétrole et, dans une
La réponse dépendra peut-être de la réu- de 125 milliards d’euros en quatre ans ! L’épi- Car ce n’était que la première gifle. La moindre mesure, le gaz – a besoin d’être rem-
nion du gouvernement prévue mercredi centre de la crise se situe aux Etats-Unis. Les deuxième est venue de Chine. En 2014, au fil placée, progressivement et sans retard », af-
1er juillet. Au menu : les mesures à prendre cours du charbon y dépassent à peine des mois, la consommation de charbon a flé- firme l’encyclique rendue publique le 24 mai.
pour réduire les émissions de carbone de l’Al- 40 dollars (36 euros) la tonne, 70 % de moins chi. « Au début, personne ne savait si c’était « Surtout le charbon »…
lemagne, à commencer par celles des centra- par rapport au pic de juin 2008. A ce prix-là, temporaire ou plus structurel », dit Mme Cor- Dans son bureau de Levallois, Denis Cochet,
les brûlant du charbon et du lignite. beaucoup d’entreprises minières ne cou- not-Gandolphe. Puis le mouvement s’est em- l’un des patrons d’Alstom, se veut serein.
Le ministre de l’économie, Sigmar Gabriel, vrent plus leurs coûts. Certaines comme Pa- ballé. Durant les cinq premiers mois de 2015, Après le trou d’air actuel, le marché va repar-
avait proposé une taxe qui aurait amené les triot Coal ont fait faillite. D’autres sont en EN QUELQUES les importations chinoises ont chuté de 38 % tir, assure-t-il, en espérant que l’entreprise
sociétés concernées à débrancher une bonne mauvaise posture, à commencer par Pea- par rapport à 2014. Un séisme pour le secteur, française – bientôt propriété de General Elec-
partie de leurs installations. Devant les cris body Energy. Ancienne gloire de Wall Street, ANNÉES, compte tenu du poids de la Chine. Au lieu de tric – en profitera pour vendre de nombreu-
des industriels et des syndicats, qui ont agité le numéro un américain a perdu 95 % de sa LE SECTEUR A REÇU jouer les locomotives, voilà que le pays en- ses turbines. « La Chine, l’Inde, la Thaïlande,
le chiffre de 100 000 emplois menacés, une valeur en cinq ans, et s’est fait exclure du traîne tout le secteur dans le marasme. l’Indonésie, le Vietnam, l’Afrique du Sud, Du-
autre option a été mise à l’étude : la ferme- prestigieux indice S&P 500. TROIS GRANDES Un retournement complet lié au ralentisse- baï, tous ces pays vont tirer la demande », as-
ture concertée des centrales les plus polluan- Il y a deux ou trois ans, un avenir resplen- ment de l’économie chinoise, mais aussi à sure-t-il. La profession mise en particulier
tes, mais sans taxe. Dans tous les cas, les usi- dissant semblait pourtant s’annoncer pour GIFLES. une volonté politique. Premier pollueur sur l’Inde, où la consommation a crû de 11 %
nes électriques en cause sont sur la sellette. Et
avec elles, les mines qui les approvisionnent.
le charbon. Portée par l’essor de la Chine, de
loin le premier pays producteur et consom-
À COMMENCER mondial, Pékin ne veut plus être sans cesse
montré du doigt, et entend lutter contre le
en 2014. Mais elle part de bas. Pour que ce
pays devienne une « nouvelle Chine » en ma-
mateur, la vieille houille bénéficiait alors PAR L’ESSOR brouillard permanent qui entoure certaines tière de charbon, il faudra des années, voire
« UNE CRISE DURABLE » d’une nouvelle jeunesse. Abondante, peu grandes villes. Plus question de tout miser des décennies, estime la Société générale.
Noir, c’est noir. Rien ne va plus pour l’indus- chère, elle connaissait une croissance plus ra- DU GAZ DE SCHISTE sur les centrales au charbon, ni d’acheter à Le « charbon propre » constitue l’autre
trie du charbon. Pas seulement en Allema- pide que le pétrole, le gaz ou le nucléaire. A ce l’étranger n’importe quel combustible à fai- grand espoir des industriels. « Les centrales
gne. Un peu partout à travers le monde, cette rythme, le charbon était bien parti pour met- ble pouvoir calorifique. Le premier ministre d’aujourd’hui n’ont plus rien à voir avec les an-
énergie qui a soutenu l’essor industriel de tre fin à des décennies de domination de l’or chinois, Li Keqiang, l’a confirmé officielle- ciennes, plaide Denis Cochet. Elles n’émettent
l’Europe au XIXe siècle et celui de la Chine de- noir et devenir la première source d’énergie ment mardi à Paris : dans la perspective de la déjà plus d’oxyde de soufre, ni d’oxyde d’azote,
puis vingt ans se trouve profondément re- au monde dès 2018 ou 2020, selon l’Agence conférence internationale sur le climat pré- ni de particules. Et avec l’amélioration des ren-
mise en cause. Par les défenseurs de l’envi- internationale de l’énergie et des cabinets vue en décembre, Pékin s’engage à « attein- dements, les émissions de carbone par kilo-
ronnement, bien sûr. Mais aussi par la dure privés comme Wood Mackenzie. C’est ce dre le pic de ses émissions de CO2 autour de wattheure ont baissé de 20 %. »
loi du marché, qui provoque baisses de prix, qu’affirme toujours la direction de Peabody 2030 », et va tenter d’y arriver plus tôt. Cela Aller plus loin nécessiterait de disposer de
fermetures de sites, faillites et licenciements. dans ses présentations aux investisseurs. passera forcément par des mesures anti- systèmes pour capter et stocker le carbone
« C’est une crise mondiale, structurelle, du- En réalité, « ces projections doivent être re- charbon. Certaines ont déjà été prises. restant émis. La technologie a été inventée.
rable », assure Tom Sanzillo, un ancien ban- vues », juge Mme Cornot-Gandolphe. Car en C’est la troisième gifle. La gifle politique. Sa mise au point piétine. Les fonds man-
quier américain reconverti dans la lutte con- quelques années, « King Coal », comme l’ap- Presque partout sur la planète, la pression de quent pour la tester à l’échelle commerciale.
tre les énergies polluantes à la tête de l’Insti- pellent les Anglo-Saxons, a reçu trois gran- l’opinion monte contre la plus sale et la plus En attendant que le charbon propre devienne
tute for Energy Economics and Financial des gifles. La première est l’essor du gaz de meurtrière des énergies. Partout, des déci- une réalité, la filière paraît engluée pour
Analysis. « Oui, c’est grave, et cela ne cesse de schiste. Aux Etats-Unis, cette révolution a sions sont annoncées. En Chine. En Allema- longtemps dans sa crise de surproduction. p
s’aggraver depuis des mois », ajoute Sylvie provoqué un tel afflux de gaz sur le marché gne. Mais aussi en Norvège, où le Parlement a denis cosnard
0123
JEUDI 2 JUILLET 2015 économie & entreprise | 3

Pourquoi les discussions patinent entre Areva et EDF


Le risque lié à l’EPR finlandais et la valorisation de l’activité réacteurs bloquent encore le rapprochement

suite de la première page que personne ne sait encore quel


sera le montant de la facture. Lors-
Derrière
L’Etat a choisi Messier Maris et As- que, le 18 décembre 2003, l’électri- les pourparlers
sociés pour l’épauler. Areva, lui, a cien finlandais TVO a commandé
opté pour Lazard et Citigroup, re- ce prototype à Areva et à Siemens,
entre Areva,
joints par Barclays afin d’aider le la centrale de troisième généra- EDF et l’Etat
comité des administrateurs indé- tion devait coûter 3 milliards
pendants chargé de défendre les d’euros. Douze ans plus tard, l’ar-
se déroule aussi
intérêts des minoritaires. Une ré- doise se chiffre à 9 milliards mais une bataille
ponse du berger à la bergère, après rien ne dit si elle va en rester là
la mise en place d’un comité simi- tant les déboires se succèdent. Se-
d’hommes
laire chez EDF, conseillé par la So- lon le dernier calendrier, la cen-
ciété générale, en plus de Bank of trale finlandaise est censée entrer
America-Merrill Lynch et de BNP en service en 2018, avec neuf ans relations commerciales entre les
Paribas retenus par l’électricien. de retard. géants tricolores, notamment en
Si les différents acteurs parlent TVO, d’un côté, et le tandem Are- matière de fourniture et de retrai-
de « discussions constructives », les va-Siemens, de l’autre, se ren- tement du combustible nucléaire.
positions semblent néanmoins voient la balle sur les responsabi- « EDF est le premier client d’Areva et
difficilement conciliables pour le lités des surcoûts et du retard. va le rester, explique une source au
moment. A ce stade, les frères en- Une procédure d’arbitrage inter- sein de l’exécutif. Le groupe a cons-
nemis ne s’accordent que sur un national est en cours. Areva et Sie- cience qu’il doit assurer un plan de
seul point : la nécessité pour l’Etat mens réclament 3,5 milliards charge aux usines de La Hague et
de garantir le passif d’Areva. Ce d’euros de dédommagement à de Comurhex II [située à Pierre-
dont ce dernier ne veut pas enten- TVO tandis que ce dernier exige latte, dans la Drôme] de son parte-
dre parler, notamment pour évi- 2,3 milliards. Mais la facture pour- naire. » Si les deux groupes ne se
ter les foudres bruxelloises. rait être encore plus élevée. « L’er- sont pas encore mis d’accord sur
Selon le schéma décidé par le reur, c’est d’avoir signé avec TVO le montant des contrats, un ren-
gouvernement, EDF doit en effet un accord standard, alors qu’OL3 forcement de leur relation serait
prendre la majorité de l’activité est une tête de série qui nécessitait acté.
Areva NP, assurant la fabrication un contrat spécifique, où les deux L’affaire est d’autant plus com-
et la maintenance des réacteurs, y parties assument chacune une pliquée que derrière les négocia-
compris l’EPR que le groupe nu- part du risque », précise un bon tions entre Areva, EDF et l’Etat se
cléaire construit dans la douleur à connaisseur du sujet. déroule aussi une bataille d’hom-
Olkiluoto (Finlande), appelé mes. Appelé en janvier à la tête du
« OL3 » par les initiés. Or, « EDF « Ça va coûter cher ! » conseil d’administration d’Areva,
campe sur une position très ferme. Du côté de l’exécutif, on reconnaît Philippe Varin fait montre, selon
Il refuse toute exposition au risque que le sujet est « abominablement plusieurs observateurs, d’une rigi-
lié à OL3 en Finlande, auquel il compliqué » et qu’il ne sera pas ré- dité inattendue et négocierait
n’était pas associé. De son côté, ce glé à court terme. « Il est difficile de pied à pied la moindre conces-
qui restera d’Areva ne peut pas sup- donner un chiffre car cela dépend sion. « Il s’est fait marabouter par
porter un tel risque », explique un beaucoup de TVO, reconnaît un les ingénieurs du groupe », assure
expert au cœur des discussions. négociateur. De toute façon, on ne un acteur des négociations. « A la
Le sujet est d’autant plus critique réglera le cas OL3 que par une dis- limite, Pierre Blayau [le prédéces-
cussion d’Etat à Etat avec la Fin- seur de M. Varin à la présidence
lande. » Mais celle-ci pourrait en- non exécutive d’Areva] était plus
core prendre de nombreux mois, conciliant », se désole une source
LES CHIFFRES ce qui oblige l’Etat à se montrer in-
ventif s’il veut boucler le rappro-
au sein de l’Etat.
« Il n’y a pas d’obstruction, rétor-
chement entre Areva NP et EDF que un partisan de l’ex-patron de
d’ici à la fin du mois de juillet… Corus et PSA. Seulement, Varin ne
86,5 % Autre sujet de dissension : la va-
lorisation d’Areva NP. Pour EDF,
va pas se laisser tordre le bras sans
rien dire. » Auditionné le 10 juin
La participation détenue directe- l’activité réacteurs du groupe nu- par la commission des affaires
ment et indirectement par l’Etat cléaire, qui emploierait 15 000 sa- économiques de l’Assemblée na-
dans Areva. Le premier action- lariés sur un total de 42 000, ne tionale, M. Varin avait appelé à
naire privé est le Kuwait Invest- vaut que 2 milliards d’euros. C’est « un changement assez radical du
ment Authority (4,8 %). deux fois moins que ce que ré- niveau de coopération avec EDF »
clame Areva. « Cette activité si l’on voulait conclure les négo-
n’existe pas en tant que filiale, ex- ciations. Interrogé sur l’offre de entre les équipes d’Areva et Régis bonne partie de sa carrière, ça aide siégeait au conseil d’administra-
4,8 plique un proche du dossier. Il faut 2 milliards d’euros faite par Turrini, le directeur général de pour faire passer ses arguments », tion d’Areva en tant que représen-
La perte nette, en milliards la découper au sein du groupe, c’est M. Lévy pour reprendre Areva NP, l’Agence des participations de ironise un acteur des négocia- tant de l’Etat. En plein procès Pé-
euros, essuyée par Areva en 2014 de la dentelle et ça va coûter cher ! » il avait indiqué que « cette proposi- l’Etat (APE), chargé de mener les tions. rol, du nom de l’ex-conseiller de
(après – 500 millions d’euros Néanmoins, cette divergence n’in- tion doit être revue », estimant discussions entre les deux grou- De même, certains s’étonnent Nicolas Sarkozy poursuivi pour
en 2013). Le groupe affiche un quiète pas : « Areva et EDF sont qu’EDF devait « tenir compte de la pes et lui-même administrateur de la présence de David Azéma « prise illégale d’intérêts » à la suite
endettement de 5,8 milliards deux entreprises publiques, l’Etat valeur économique de quarante d’EDF. L’ex-responsable des fu- parmi les équipes de Bank of Ame- de sa nomination à la tête de BPCE,
d’euros à fin 2014, contre arbitrera à la fin », jugent les pro- ans de savoir-faire et des cash- sions et acquisitions de Vivendi a rica Merrill Lynch chargées de la coïncidence a effectivement de
4,5 milliards un an plus tôt. Près ches des deux groupes. flows futurs » d’Areva NP. longtemps travaillé avec M. Lévy conseiller EDF : l’ex-directeur de quoi intriguer. p
d’un milliard d’euros de dettes En revanche, les discussions Selon nos informations, les rela- lorsque ce dernier dirigeait le cabinet de Martine Aubry était le isabelle chaperon
sont exigibles en 2016. avancent bien sur la question des tions seraient également tendues groupe de médias. « Il lui doit une patron de l’APE jusqu’à l’été 2014 et et cédric pietralunga

Pékin s’investit plus dans la gouvernance économique mondiale


Le premier ministre chinois, Li Keqiang, en visite en France, a annoncé l’adhésion de son pays au Centre de développement de l’OCDE

C’ est un événement pour


l’Organisation de coo-
pération et de dévelop-
pement économiques (OCDE), et
la confirmation que la deuxième
nomies avancées et pays à revenus
intermédiaires sont traités sur un
pied d’égalité. Longtemps assimilé
à un think tank, le centre a changé
de dimension en 1990 avec le dé-
flexion actuels – les phénomènes
sociaux, la productivité, etc. – in-
téressent Pékin. « Les Chinois sa-
vent qu’il y a des tensions dans les
pays où ils sont implantés, qu’on
péenne – qui représente 85 % de
l’économie mondiale.
A défaut de voir réformée la gou-
vernance du Fonds monétaire in-
ternational (FMI) pour assurer une
de devises composant le système
des droits de tirages spéciaux
(DTS), cet actif de réserve interna-
tional créé en 1969 pour compléter
les réserves de change officielles
minbi n’était plus « surévalué »
comme le pensent les Américains.
A la suite de Christine Lagarde,
M. Rodlauer a répété que l’entrée
du yuan – l’autre nom de la mon-
économie mondiale veut désor- part d’Etats qui le jugeaient « trop leur reproche de travailler en “en- moins mauvaise représentation des pays membres du FMI. naie chinoise – dans les DTS n’était
mais assumer ses responsabilités français » (traduire pas assez libé- claves”, et qu’ils doivent améliorer des émergents – la réforme de 2010 A l’occasion du déplacement fin plus qu’une « question de temps ».
dans la gouvernance économique ral) : les Etats-Unis, le Canada, le Ja- la qualité de leurs relations avec est bloquée par le Sénat américain mai à Pékin de Markus Rodlauer, Or le réexamen quinquennal or-
du monde. Mercredi 1er juillet, le pon, l’Australie et le Royaume-Uni plusieurs pays en développement. à majorité républicaine –, le gou- l’un de ses dirigeants, le Fonds a dinaire des devises entrant dans le
premier ministre chinois Li Ke- (qui y est ensuite revenu). Et les Les échanges Nord-Sud, mais aussi vernement chinois a obtenu du salué les efforts des autorités chi- DTS est prévu en 2015. Une pre-
qiang, en visite en France, se rend émergents y ont fait leur entrée, Sud-Sud sont très importants. Fonds l’assurance que sa monnaie, noises et de la Banque populaire mière discussion informelle doit
au Château de la Muette, le siège probablement sensibles au fait Nous pouvons leur en donner l’oc- le renminbi, ferait partie du panier de Chine, et estimé que le ren- avoir lieu en juillet, la revue devant
parisien de l’institution, qui ras- qu’il fut l’un des premiers à analy- casion », explique M. Pezzini. être effectuée en novembre. L’en-
semble 34 pays économiquement ser le phénomène de l’émergence Longtemps discrète, la Chine trée éventuelle du renminbi dans
avancés. Il y annoncera l’adhésion non comme un simple rattrapage, s’implique de plus en plus dans la Un succès pour Airbus en Chine le panier des devises retenues par
de la Chine au Centre de dévelop- mais comme une redéfinition de gouvernance économique mon- le Fonds doit être approuvée par
pement de l’OCDE. Ce lieu d’échan- l’économie mondiale. diale et veut y tenir son rang. Elle Airbus a signé, mardi 30 juin à Paris, en présence du premier mi- 70 % du conseil d’administration.
ges et d’études sur les politiques est à l’origine du lancement à Pé- nistre chinois Li Keqiang, un contrat pour la vente de 75 long- Pour pouvoir faire partie du DTS,
économiques et les stratégies de Des relations anciennes kin, en 2014, de la Banque asiati- courriers A330, dont 45 commandes fermes, pour un montant une monnaie doit être largement
développement réunit 26 pays Les relations entre Pékin et que d’investissement dans les in- d’environ 18 milliards de dollars (16 milliards d’euros). L’acquéreur utilisée dans les transactions com-
membres de l’OCDE et 21 autres, l’OCDE sont par ailleurs ancien- frastructures (AIIB), rejointe par est la holding publique China Aviation Supplies. Cette commande merciales et financières interna-
parmi lesquels le Brésil, l’Afrique nes. La Chine fait partie depuis de nombreux pays avancés et est importante pour Airbus qui a annoncé, en février, devoir ralen- tionales. Elle doit aussi être « libre-
du Sud, l’Inde et l’Indonésie. 2007 des « partenaires clés » de émergents. En 2016, pour la tir la cadence de production de cet avion pourtant rentable. Les ment utilisable » sur les grands
« Avec l’entrée de la Chine, nous l’institution. Le Centre de déve- deuxième fois de son histoire, elle appareils commandés représentent près de la moitié des A330 ac- marchés internationaux de capi-
aurons les BRICS [Brésil, Russie, loppement a aidé le gouverne- assurera la présidence du G20 – tuellement en service en Chine, « marché le plus important pour taux. En 2010, le renminbi rem-
Inde, Chine et Afrique du Sud] hors ment chinois, il y a des années, à un groupe composé de 19 pays l’aviation », a indiqué Fabrice Brégier, PDG d’Airbus. L’industriel va, plissait la première de ces condi-
Russie », se félicite Mario Pezzini, le monter son premier modèle éco- avancés et émergents et d’un re- à cette occasion, ouvrir une troisième usine d’assemblage à tions, mais pas la seconde. p
directeur de cette structure où éco- nométrique. Et ses thèmes de ré- présentant de l’Union euro- Tianjin, où un site consacré à l’Airbus A320 tourne déjà. claire guélaud
4 | économie & entreprise 0123
JEUDI 2 JUILLET 2015

LA CRISE GRECQUE

Grèce : les négociations avancent dans la confusion


De nouvelles réunions sont prévues mercredi 1er juillet, et le maintien du référendum fait débat

bruxelles - bureau européen, Obtenir un


athènes - correspondance,
engagement sur

U
ne journée folle.
Mardi 30 juin, pen-
la dette aiderait
dant quelques heures, M. Tsipras
un accord de dernière
minute, qui aurait permis à la
à faire accepter
Grèce de rembourser les 1,6 mil- de nouvelles
liard d’euros dus au Fonds moné-
taire international (FMI) à temps,
mesures
a semblé possible. Rumeurs, d’austérité
coups de théâtre et négociations à
l’arraché se sont succédé, en vain.
Du moins pour l’instant. « Les sera renégociée aiderait M. Tsipras
choses avancent, mais dans la con- à faire accepter de nouvelles mesu-
fusion la plus totale », confie avec res d’austérité à la population. S’il
lassitude une source européenne. obtenait cette renégociation d’ici
Mercredi 1er juillet, à 17 h 30 à dimanche, annulera-t-il pour
Bruxelles, l’Eurogroupe devait à autant la consultation populaire ?
nouveau se réunir pour discuter Ses conseillers les plus proches
de la nouvelle offre mise sur la ta- semblent divisés sur ce point
ble in extremis par Athènes… comme sur la stratégie à sui-
Dans ce tableau chaotique, une vre. D’habitude très discret, le vice
chose est sûre : désormais, la Grèce président du gouvernement Yan-
est officiellement en défaut de nis Dragasakis est monté au cré-
paiement vis-à-vis du FMI. « Je con- neau mardi soir à la télévision pu-
firme que le remboursement dû par blique grecque en soutenant
la Grèce aujourd’hui n’a pas été « qu’un gouvernement ayant dé-
reçu », a déclaré, laconique, le por- cidé d’un référendum peut aussi
te-parole du fonds Gerry Rice. De- bien décider d’autre chose ensuite »,
puis la création de l’institution cette initiative n’ayant été lancée
en 1944, c’est la première fois que « pour obtenir un accord res-
qu’un pays industrialisé se re- pectant certains critères ». Mais il a
trouve dans cette situation. Jus- nuancé ses propos peu après sur
qu’ici, seuls des Etats en guerre ou Twitter… Des déclarations qui
en voie de développement étaient Rassemblement, le 30 juin, en faveur du oui au référendum de dimanche 5 juillet, à Athènes. LAURENCE GEAI/SIPA POUR « LE MONDE » n’ont pas manqué de désorienter
concernés. A ce jour, le Zimbabwe, une grande majorité de Grecs, qui
la Somalie et le Soudan sont tou- ne savent plus sur quel pied dan-
jours en retard de paiement. Par le date clé sera celle du 20 juillet, où le la Grèce a tenté un coup de théâtre la liste exigée depuis des mois par chancelière Angela Merkel a dé- ser. Si le chef des négociateurs
passé, le Liberia, l’Irak et la Répu- pays doit lui rembourser 3,5 mil- en avançant de nouvelles proposi- les créanciers du pays. claré ne pas être prête à discuter grecs Euclide Tsakalotos et le mi-
blique démocratique du Congo liards d’euros », rappelle Eric Cha- tions. Outre un engagement Ces demandes devaient être pas- d’une nouvelle demande d’aide nistre de l’économie Georges Sta-
l’ont été. De son côté, Athènes a of- ney, chef économiste d’Axa. En cas ferme sur une restructuration de sées en revue par les ministres des avant le 5 juillet. Elle et son minis- thakis seraient également favora-
ficiellement demandé un report de défaut, les conséquences se- sa dette, le gouvernement Tsipras finances de la zone euro mercredi tre des Finances Wolfang Schäuble bles à un accord avec les créanciers
du remboursement – une requête raient cette fois dramatiques : la demande notamment à l’Euro- 1er juillet, à 17h30. Mais pour que les devaient s’exprimer devant les dé- – à condition d’obtenir une rené-
que le conseil d’administration du BCE serait contrainte de réduire ou groupe de pouvoir obtenir un prêt discussions se poursuivent, expli- putés du Bundestag mercredi. En gociation de la dette – le ministre
FMI devait étudier mercredi. suspendre les ELA. Les banques et de deux ans permettant de couvrir que une source diplomatique, coulisse, Berlin estime que les dis- d’état Nikos Pappas soutient quant
En attendant, la Grèce n’a plus l’Etat grecs seraient alors à court ses besoins financiers, soit envi- « Tsipras doit d’abord dire s’il fait cussions pourraient reprendre à lui une ligne plus dure, en faveur
accès aux ressources financières de liquidités. Un premier pas vers ron 30 milliards d’euros, auprès du campagne pour le “oui” , ou s’il an- plus vite… Si le référendum était du maintien du référendum. Le
du Fonds, et ce tant qu’elle n’aura le Grexit… Mécanisme européen de stabilité nule le référendum. Parce que s’il annulé. Une position partagée par ministre des finances Yanis Varou-
pas payé. « Pour le reste, l’impact (MES). Athènes a fait parvenir, en continue à appeler au “non”, il n’y a Paris. « Le but est de trouver un ac- fakis, réputé sur une ligne dure lui
restera limité », dit Nina Del- Liste de réformes soirée, une liste de réformes à met- pas de base pour une discussion. » cord avant le référendum si c’est aussi, aurait rejoint le camp des
homme, spécialiste du pays au D’autant que mardi soir, la Grèce a tre en place en échange de ce nou- Mais il faudra également con- possible », a déclaré mercredi ma- premiers ces dernières heures…
Crédit agricole. Tous les yeux sont également perdu l’accès au veau prêt. Elle serait très proche de vaincre l’Allemagne : mardi, la tin sur RTL Michel Sapin le minis- Dans tous les cas, M. Tsipras devra
désormais vers la Banque centrale deuxième plan de sauvetage euro- tre français des finances. arbitrer.
européenne (BCE). Mercredi péen, en vigueur depuis 2012, et ar- Reste une question clé : mainte- Selon un nouveau sondage paru
1er juillet, le conseil des gouver- rivé à échéance à mardi 30 juin nant que tout le monde semble mercredi à Athènes dans le Jour-

16,3
neurs devait tenir une réunion dans la nuit, privant le pays de plus prêt à se rasseoir à la table des né- nal des Rédacteurs, le « non » à l’ac-
cruciale, afin de décider si l’institu- de 16 milliards d’euros d’aides en gociations, un accord à court cord serait en tête. Coté créanciers,
tion maintiendra, ou non, sa per- tout genre. Si mardi soir, aucun ac- terme est-il possible pour autant ? certains sont également tentés
fusion d’urgence (les « ELA ») in- cord n’avait été trouvé pour main- Difficile à dire, tant les inconnues d’interrompre tout bonnement
dispensable à la survie des ban- tenir Athènes à flot, le dialogue C’est le montant, en milliards d’euros, des aides qu’Athènes ne tou- et points de divergence sont en- les négociations et d’attendre l’is-
ques grecques. n’est pas rompu. Toute la journée, chera pas, avec la fin du deuxième plan d’aide européen. La dernière core nombreux. « Tout peut chan- sue du scrutin pour demander, en
Malgré les réticences de la ban- un intense ballet diplomatique tranche du plan est devenue caduque, tout comme les 10,9 milliards ger du tout au tout d’une heure à cas de victoire du « oui », le départ
que centrale allemande, tout porte s’est joué en coulisses, culminant d’euros destinés à la recapitalisation des banques. Athènes ne tou- l’autre, un nouveau coup de théâtre de Tsipras. p
à croire qu’elle ne suspendra pas avec la tenue d’un Eurogroupe chera pas non plus les bénéfices réalisés par les banques centrales de n’est pas exclu », confie une source cécile ducourtieux,
son aide au moins jusqu’au réfé- d’urgence à 19 heures. l’Eurosystème sur les obligations grecques qu’elles détiennent : proche des discussions. Obtenir adéa guillot
rendum du 5 juillet. « Après cela, la Un peu plus tôt dans la journée, 1,8 milliard d’euros pour 2014 et près de 2 milliards pour cette année. l’engagement ferme que la dette et marie charrel

Le système bancaire européen à l’abri des turbulences


Le défaut d’Athènes pourrait se traduire par une volatilité accrue sur les marchés financiers et une hausse des taux pour certains pays

L a crise grecque pourrait-


elle entraîner un choc ban-
caire européen ? De quelle
nature ? De quelle ampleur ? Au
lendemain du premier défaut de
La Grèce est
l’un des pays
dans lesquels les
que centrale européenne (BCE) et
publiés en octobre 2014, à partir
de données de décembre 2013, les
banques françaises ne possèdent
plus que 60 millions d’euros de
time), pour leur part dépendantes
de la conjoncture internationale
et totalement à l’écart des problè-
mes économiques grecs.
Là encore donc, les problèmes
privé) de 1,647 milliard de dollars
(1,47 milliard d’euros)… Très loin
donc des sommes (89,4 milliards
d’euros) engagées dans les « gran-
des » économies (Allemagne, Es-
Car, dans les faits, la crise grec-
que pourrait produire des effets
indirects, difficiles à prévoir, y
compris par les banques. Comme
les effets sur les marchés finan-
paiement du pays auprès du établissements dettes publiques grecques, un grecs devraient rester circonscrits pagne, Japon, Etats-Unis, etc.). ciers et l’accroissement attendu de
Fonds monétaire international montant insignifiant à leur au pays. Les banques étrangères Cette analyse explique la me- la volatilité. Comme des tensions
(FMI), mercredi 1er juillet, cette
français sont échelle ; les établissements ban- ne devraient pas être concernées sure dont font preuve la plupart sur les taux d’intérêt des pays dits
question agite les marchés finan- le moins engagés caires allemands en détiennent par l’éventuelle montée des dé- des économistes interrogés sur le « périphériques à la zone euro »
ciers, traumatisés par les crises 120 millions… contre 21 milliards faillances et des défauts de paie- risque de contagion. « Nous ne – tel le Portugal, qui serait alors
successives de 2007 et 2010, qui d’euros pour les banques grec- ment des sociétés. Peut-être cer- sommes pas dans la situation de confronté à des difficultés de refi-
ont secoué les grandes banques l’effacement d’une partie de l’en- ques, un montant qui a grossi de- tains fonds d’investissements in- 2010-2012, déclare Olivier Garnier, nancement. De quoi accentuer les
européennes. dettement grec détenu par des puis, à 30 milliards d’euros. ternationaux, venus en Grèce de le chef économiste de la Société remous sur les marchés en zone
Que le drame qui se joue à Athè- créanciers privés et le recentrage De surcroît, les banques de la façon opportuniste pour spéculer générale. Il n’existe pas de canaux euro et affecter les banques. Mais,
nes aboutisse ou non à une sortie des banques sur leur dette natio- zone euro ne sont plus engagées sur ses dettes, y laisseront-ils de transmission directs de la crise sur ce terrain, la BCE dispose
du pays de l’euro – une hypothèse nale, la dette publique grecque est financièrement auprès de leurs quelques plumes, mais pour un grecque aux pays étrangers. Les d’outils nouveaux pour empêcher
désormais envisagée –, des effets essentiellement détenue par les homologues grecques, depuis coût limité, estiment les experts. liens financiers de la Grèce avec la contagion et stabiliser les mar-
directs et indirects sont redoutés pays européens… et pour le reste, que celles-ci ne se financent plus l’extérieur passent essentiellement chés (tel l’achat de dettes publi-
dans le sillage du naufrage de donc, par les établissements de auprès du système interbancaire, Outils anti-contagion de la BCE par l’eurosystème. » ques, hors Grèce, dont la BCE est,
l’économie grecque et de ses insti- crédit grecs eux-mêmes. mais auprès du FMI et de la BCE. Selon les données de la Banque « Il n’y a pas de positions dérivées en regard des ratios fixés, saturée).
tutions financières. D’un point de vue strictement Quant au secteur privé grec, si des règlements internationaux, sur la dette grecque. En cas de dé- Il reste enfin l’effet sur l’euro
Sur le papier toutefois, la situa- comptable, un défaut global de la celui-ci devait être affecté par les datées de fin 2014, et pointées par faut grec, il n’existe pas de méca- d’une telle crise et sa perception
tion est assez rassurante. La crise, Grèce est donc, en substance, au- événements en cours, notam- la Fédération bancaire française, nismes de transmission objective comme monnaie irrévocable. En
cette fois, porte sur les dettes pu- delà d’un problème pour la Grèce ment dans le cas d’un abandon de lundi 29 juin, la Grèce est l’un des de la crise au système bancaire de cas de « Grexit », en effet, une
bliques émises par la Grèce et sur et les Grecs, un problème de fi- l’euro, il est aujourd’hui majoritai- pays dans lequel les banques fran- la zone euro », confirme Patrick question lourde d’implications se
le risque de défaut de paiement nances publiques européennes. rement financé par les banques çaises sont le moins engagées, Artus, directeur de la recherche et posera : un euro déposé au Portu-
du pays sur ces créances. Or, l’ex- Selon le dernier pointage réalisé, grecques – exception faite, évi- avec une exposition totale, tous des études de la banque Natixis. gal vaudra-t-il autant qu’un euro
position des banques étrangères à effectué lors des tests de résis- demment, des activités interna- crédits confondus (dettes publi- « Ce n’est pas pour autant qu’il n’y en Allemagne ? p
la Grèce est faible. Depuis 2012, tance bancaire pilotés par la Ban- tionales (tel le transport mari- ques, banques grecques et secteur aurait pas de contagion. » anne michel
0123
JEUDI 2 JUILLET 2015 économie & entreprise | 5

A Berlin, la ligne
dure à l’égard
d’Athènes s’impose
Angela Merkel a pris, mardi 30 juin,
ses distances avec une nouvelle
tentative de conciliation

berlin - correspondant que la chancelière. « La différence


fondamentale entre le gouverne-

D
epuis lundi 29 juin, la ment grec et tous les autres gou-
crise grecque boule- vernements de la zone euro ne
verse l’agenda politi- porte pas (…) sur des détails de la
que allemand. Lundi négociation mais réside dans le
après-midi, Angela Merkel a in- fait qu’Athènes veut modifier les
vité à la chancellerie les dirigeants conditions de coopération au sein Angela
de la majorité mais aussi de l’op- de la zone euro ou veut au moins Merkel
position pour un « échange d’in- avoir le droit de ne pas respecter et Sigmar
formations ». Une première sous ces conditions », a expliqué le pré- Gabriel,
cette mandature. sident du SPD, qui a ajouté : à Berlin,
En fin d’après-midi, Mme Mer- « L’idéologie ou la politique suivie le 29 juin.
kel, pourtant présidente de par le gouvernement grec ne peut MARKUS
l’Union chrétienne-démocrate pas, in fine, remettre en question SCHREIBER / AP
(CDU), s’est rendue au Bundestag la situation économique de la
pour répondre aux questions du zone euro dans son ensemble. (…)
groupe social-démocrate (SPD). Que les citoyens grecs puissent se par le premier ministre grec, intérêts ou du capital des crédits avons des principes communs, des
Du jamais-vu depuis des années. prononcer par référendum est très Alexis Tsipras, elle ne croit pas à
La chancelière européens ou internationaux de la principes sur lesquels repose
Et mercredi 1er dans l’après-midi, clair mais ce sur quoi ils se pro- un compromis de dernière mi- allemande ne Grèce, cela aurait, en raison de la l’union économique et monétaire.
Sigmar Gabriel, vice-chancelier noncent doit l’être tout autant : le nute. « Négocier avant le référen- longue durée des délais de rem- Le fait que nous avons une mon-
et président du SPD, et Wolfgang cœur de la question c’est oui ou dum n’a pas de sens », a indiqué
veut pas donner boursement, des conséquences sur naie commune montre la con-
Schäuble (CDU), le ministre des non au maintien dans la zone Volker Kauder, président du l’impression le budget de l’Etat très progressives fiance qui existe entre partenaires
finances, et la chancelière devai- euro. » groupe conservateur au Bundes- et réparties sur de nombreuses an- européens », a expliqué lundi
ent s’exprimer à 13 heures devant tag.
de « faire nées », écrit le ministre des finan- Mme Merkel.
l’ensemble des députés. Rassurer les Allemands Mardi, Mme Merkel a clairement pression » ces dans une lettre envoyée aux M. Gabriel a été, là aussi, encore
Le message est limpide. Face à A ses côtés, Mme Merkel est appa- pris ses distances avec une nou- députés. Pas de quoi selon lui re- plus direct : « Le gouvernement
« ce défi décisif » que pose la rue presque en retrait. Elle a re- velle tentative de conciliation lan-
sur les Grecs mettre en cause l’équilibre des grec veut politiquement (…) idéolo-
Grèce, la grande coalition au pou- connu être « divisée ». D’un côté, cée dans la matinée par Jean- comptes publics « dans un avenir giquement, une autre zone euro.
voir à Berlin est parfaite- « naturellement, l’issue du réfé- Claude Juncker, président de la prévisible ». J’ai la ferme conviction que la zone
ment unie. De fait, lundi, lors- rendum a quelque chose à faire Commission européenne. De tive auprès de l’électorat grec. Elle Pour Mme Merkel, mais aussi euro serait en danger si nous sui-
qu’ils se sont exprimés lors d’une avec l’avenir de l’euro. D’un autre même ne saurait-il être question sait aussi qu’il faudra continuer à pour M. Gabriel, une sortie de la vions cette pression. A la fin, toute
conférence de presse commune côté, je sais ou je pressens que la de prolonger le deuxième plan négocier avec M. Tsipras au lende- Grèce de la zone euro serait sans la zone euro deviendrait instable et
– autre rareté – après avoir dis- population grecque aimerait elle- d’aide à Athènes. « Le programme main du référendum. D’où sa ré- doute moins dommageable à l’Al- échouerait. (…) Je crois que nous ne
cuté avec l’opposition, Mme Mer- même se former sa propre opi- prend fin ce mardi à minuit, heure serve. lemagne qu’une zone euro trop pouvons pas prendre ce risque. »
kel et M. Gabriel ont délivré le nion ». Elle ne veut donc pas don- d’Europe centrale », a-t-elle indi- Outre ce message de fermeté en- divergente. « Si l’euro échoue, l’Eu- Insensiblement, le discours que
même message de fermeté face à ner l’impression de « faire pres- qué mardi, avec ce souci de la pré- voyé au premier ministre grec, rope échoue », a répété la chance- tenait en filigrane M. Schäuble ces
Athènes. Avec toutefois une sion » sur les Grecs. cision qui la caractérise. Mme Merkel, MM. Gabriel et lière à plusieurs reprises. Mais se- dernières semaines est devenu
nuance : le président du SPD s’est La chancelière n’aime pas réa- Mais elle sait que toute prise de Schäuble ont tenu à rassurer les lon elle, cela ne veut pas dire que celui de Mme Merkel, mais aussi du
montré nettement plus critique à gir dans l’urgence. Face au réfé- position trop catégorique de sa Allemands. « Même en cas de dé- nul Etat ne doive abandonner SPD. p
l’égard du gouvernement grec rendum programmé le 5 juillet part risque d’être contre-produc- faillance du remboursement des l’euro. « Cela signifie que nous frédéric lemaître

Rome s’estime « hors de la ligne de tir » L’HISTOIRE DU JOUR


A Athènes, 20 000 personnes
Après l’annonce d’un référendum en Grèce, les taux des emprunts italiens sont sous tension venues dire « oui » à l’Europe
Certains analystes, comme An- Alexis Tsipras, n’avait reçu de la
rome - correspondant « Le parapluie gelo Baglioni de l’Université ca- part de son hôte qu’une cravate
athènes - envoyée spéciale

A près la Grèce, l’Italie ? Il a


fallu trois jours à Matteo
Renzi pour tenter de ras-
surer ses compatriotes après l’an-
nonce de la convocation du réfé-
de la Banque
centrale
européenne
tholique de Milan, soulignent
aujourd’hui que « tout est possi-
ble ». « Une augmentation du
spread d’une centaine de points,
dit-il dans le quotidien La Repub-
« made in Italy » à nouer autour
de son cou « quand la Grèce serait
sortie d’affaire ».
Profitant de ce flou, ils sont
nombreux les partis qui, hostiles
T rois drapeaux grecs achetés, un drapeau européen offert. »
A l’unité, l’étendard national est deux euros moins cher
que celui de l’UE : tout un symbole. Ce mardi 30 juin, dès
la fin d’après-midi, Kostas a installé son étal sur la place Syn-
tagma, à Athènes. Comme la veille. Mais il a troqué ses bannières
rendum grec qui pourrait augurer
nous protège » blica, n’est pas sans conséquence à l’euro, ont pris fait et cause pour fendues d’un « NON » en lettres capitales contre les bleues aux
la sortie d’Athènes de la zone euro. MATTEO RENZI dans un pays qui a 2 000 milliards M. Tsipras. « J’avais des doutes sur douze étoiles jaunes. Cet électeur de Syriza, âgé de 65 ans et hos-
« L’Italie est hors de la ligne de tir, a président du conseil d’euros de dettes et qui emprunte [ce dernier], a commenté Beppe tile à de nouvelles mesures d’austérité, s’adapte à sa clientèle. « Je
affirmé le président du conseil entre 300 et 400 milliards chaque Grillo, fondateur du Mouvement ne parle pas politique avec mes consommateurs, je ne veux pas de
italien, mardi 30 juin, dans un en- année sur les marchés – le taux 5 étoiles, après l’annonce du réfé- conflit. » Le bulletin qu’il glissera dans l’urne, le 5 juillet, sera as-
tretien au quotidien économique Jusqu’alors, M. Renzi avait laissé d’intérêts peut alors représenter 3 rendum, mais il se comporte d’une surément différent de celui des quel-
Il Sole 24 Ore. Nous avons effectué son ministre de l’économie, Pier ou 4 milliards de remboursements manière extraordinaire. » Matteo que 20 000 personnes – selon la po-
un parcours courageux de réfor- Carlo Padoan, un vieux routier supplémentaires. » Salvini, le secrétaire fédéral de la LA FOULE ENTONNE lice − réunies au pied du Parlement.
mes structurelles, l’économie des sommets européens et des Dans un contexte de reprise mo- Ligue du Nord, qui a fait de la ba- Pour plusieurs d’entre elles, c’est la
s’achemine vers la reprise et le pa- crises, afficher son flegme. « Je ne deste (+ 0,7 % en 2015, + 1,4 % taille contre l’euro le fer de lance L’HYMNE NATIONAL ET première manifestation. C’est le cas de
rapluie de la Banque centrale euro-
péenne [BCE] nous protège : ce
serais pas étonné mais pas préoc-
cupé plus que cela si la volatilité
en 2016), de consommation
atone, une hausse de la charge de
de la remontée de son parti dans
les sondages, souhaite la victoire
SCANDE D’UNE SEULE Michael, 28 ans, employé d’une ban-
que d’investissement. « Ça fait six mois
sont trois caractéristiques qui ren- augmentait sur les marchés », ex- la dette pourrait priver Rome de du « non », même s’il ne soutient VOIX : « TSIPRAS que je ne travaille plus vraiment. Tous
dent cette crise différente de celle pliquait ce dernier, lundi, dans un marges de compensation pour pas le gouvernement d’Athènes. nos projets ont été suspendus à cause
d’il y a quatre ans pour l’Italie. » entretien au quotidien Il Corriere faire passer des réformes impo- Enfin, Forza Italia, le parti de DÉMISSION ! » du climat de peur qu’a créé ce gouverne-
Ce rappel suffit à réveiller les pi- della sera. Le soir même, la Bourse pulaires. En revanche, au cours M. Berlusconi, se félicite que ment. » Le 25 janvier, il a voté pour To
res cauchemars des Italiens. de Milan perdait 5,17 % et le des six derniers mois, la Bourse « grâce à Tsipras, les contradic- Potami (centre), comme la plupart de ses amis également pré-
A cette époque – Silvio Berlusconi spread, contenu depuis mars aux de Milan a connu des performan- tions de cette Europe à traction al- sents. « On est une cinquantaine à s’être donné rendez-vous. » Sa-
était encore au pouvoir – l’am- alentours de 100 points, attei- ces plus fortes que celles de Franc- lemande soient sur la table ». lariée d’un cabinet d’avocats, Alexandra, 26 ans, souligne son
pleur de la dette italienne (plus de gnait 150 points. fort, de Paris ou encore de Madrid, Ces trois partis, auxquels s’ajou- attachement à l’Europe et à la monnaie unique. Dire oui diman-
2 000 milliards d’euros, soit 135 % L’Italie est-elle de nouveau dans manifestant ainsi un signal de tent la gauche de la gauche et les che est un moyen, selon elle, de conserver les liens avec l’Union.
du produit intérieur brut (PIB) du le collimateur des marchés, mal- confiance retrouvée. postfascistes, représentent, selon De nombreuses personnes âgées et familles composent le
pays, la faiblesse de l’économie et gré le retour de la croissance de- les sondages, plus de la moitié de cortège. Comme Argie, bijoutière de 35 ans, venue avec son
la mauvaise volonté de Rome d’ac- puis le premier trimestre et la Distance et solidarité l’électorat de la Péninsule, autre- mari, Petros, et leur fils de 4 ans, Dimitri. Affectés par les récen-
complir les réformes exigées par la baisse du chômage ? Les investis- Mais l’autre risque d’un « Grexit » fois majoritairement proeuro- tes mesures de contrôle des capitaux, ces habitants d’une ban-
BCE, le Fonds monétaire interna- seurs anticipent-ils un effet de (une sortie de la Grèce de la zone péen. Face à cette situation, lieue cossue de la capitale craignent une paralysie complète du
tional (FMI) et Bruxelles, avaient contagion, même si Rome a ré- euro) est politique. Alternant dis- M. Renzi tente de se forger, un peu pays si le non l’emporte.
fait de l’Italie la cible des marchés. formé les retraites (sous le gou- tance et solidarité avec le gouver- tard, une image de médiateur en- Malgré la pluie, la foule entonne l’hymne national, siffle les
Le « spread », qui mesure le dif- vernement de Mario Monti), ré- nement grec, refusant de partici- tre Berlin (« Mme Merkel a vrai- hommes politiques qui apparaissent sur le perron du Parle-
férentiel de taux d’emprunt entre duit le train de vie de l’Etat (à l’ini- per aux côtés de l’Allemagne et de ment essayé de trouver une solu- ment, scande d’une seule voix : « Tsipras démission ! » Faire tom-
les bons du Trésor allemands et tiative du même Monti et d’En- la France aux négociations avec tion », dit-il), M. Tsipras et Jean- ber le gouvernement, c’est l’objectif d’Alex, 20 ans, membre du
italiens, avait atteint 500 points rico Letta, le prédécesseur de Athènes, Matteo Renzi a donné Claude Juncker, le président de la mouvement étudiant Les Jeunes votent pour l’Europe. « Je n’ai
de base. Cela avait obligé Rome à M. Renzi), simplifié le marché du l’impression de ne pas vouloir Commission européenne, qui a pas participé aux précédentes élections, ne pouvant pas me ren-
rembourser près de 100 milliards travail (avec M. Renzi) et s’apprête prendre parti. « eu tort de lancer la campagne dre dans ma ville natale. J’y serai dimanche et j’y resterai jusqu’au
d’euros d’intérêts de dette. Et M. à mener celle de l’administration, En visite à Rome, au mois de fé- électorale du “oui” ». p nouveau scrutin général, même s’il faut patienter des mois. » p
Berlusconi à quitter le pouvoir… de l’école et de la justice ? vrier, le premier ministre grec, philippe ridet aude lasjaunias
6 | idées 0123
JEUDI 2 JUILLET 2015

VU D’AILLEURS | CHRONIQUE
par de nnis j. snow e r

Deux options pour la Grèce


C ela fait longtemps que la
Grèce aurait fait défaut si la
Banque centrale européenne
(BCE) n’avait pas fourni de façon con-
tinue des fonds à la banque centrale
euro n’est pas une option : elle signi-
fierait que d’autres pays de la zone
euro pourraient accumuler des dettes
énormes, financées par la BCE, sans
avoir l’intention de les rembourser !
n’affectent pas les plus pauvres, elle
mettrait en place des politiques acti-
ves du marché du travail et des sub-
ventions pour former et embaucher
les chômeurs de longue durée. En
zone euro. Cela lui donnerait l’occa-
sion de se reconstruire à l’extérieur
de l’union monétaire : il pourrait res-
tructurer son économie sans ingé-
rence extérieure, et se préparer à
que l’union monétaire est impossible
sans coordination budgétaire et
structurelle. La coordination budgé-
taire minimale nécessaire implique-
rait la mise en œuvre de plans natio-
grecque à travers son programme Pour autant, forcer à sortir de la outre, elle s’engagerait sur un pro- réintégrer la zone euro ultérieure- naux automatiques, formulés à
d’assistance en liquidités d’urgence zone euro une Grèce en situation de gramme budgétaire précisant une ci- ment – cette fois sans statistiques l’avance par chaque gouvernement.
(ELA). Les crédits de découvert à la défaut – contre son gré – n’est pas ble à long terme de ratio dette sur faussées ni attentes irréalistes. En contrepartie, la coordination
banque centrale grecque ont ainsi une option non plus : cela plongerait PIB, les étapes vers cet objectif et la Une telle option permettrait au structurelle concentrerait les fonds
augmenté de près de 1 milliard le pays dans l’instabilité économique, nature anticyclique des dépenses pu- gouvernement grec de stimuler la de l’Union européenne vers les pays
d’euros par jour au cours des derniers sociale et politique, et aurait de gra- bliques. En retour, ses créanciers se concurrence, lutter contre la corrup- présentant des déficits courants à
mois. Si la Grèce fait défaut et sort de ves répercussions au-delà de ses fron- mettraient d’accord pour un seconde tion et ainsi construire la base d’une long terme, afin d’améliorer leur
la zone euro, ils ne seront pas rem- tières. annulation de dette, suffisamment croissance de long terme. Ce ne serait compétitivité par des investisse-
boursés. importante pour lui permettre de pas facile, mais ce ne serait plus un ments dans le capital humain. Etant
Mais le financement ELA suppose SECONDE ANNULATION DE DETTE rembourser ses dettes à l’avenir, mais processus humiliant pour la Grèce et donné que ses politiques actuelles ne
que l’économie grecque soit tempo- Il reste deux options viables. La pre- suffisamment limitée pour éviter des exaspérant pour les pays créanciers. sont ni crédibles ni durables, la zone
rairement illiquide, mais pas insolva- mière – la plus souhaitable – est que transferts de crédit inutiles. La Grèce Cette deuxième option est moins euro a besoin de ce nouveau départ,
ble. Cette hypothèse est manifeste- la BCE reconnaisse l’insolvabilité de resterait dans la zone euro, après souhaitable que la première. Les in- indépendamment de l’option choisie
ment fausse. Avec une baisse de 30 % la Grèce et cesse par conséquent de avoir perdu une partie de sa souve- certitudes spéculatives associées à un par la Grèce. p
de la demande depuis le dernier point fournir des fonds ELA à son système raineté budgétaire et structurelle. « Grexit » pourraient menacer
haut cyclique et une hausse du chô- bancaire. Cela précipiterait une crise Si cette première option n’est pas d’autres économies de la zone euro Traduit de l’anglais par Timothée
mage à plus de 25 %, l’économie grec- de paiement. Mais, prenant cons- choisie – ce qui est probable, compte (Chypre, le Portugal), tandis que la Demont
que est loin d’être capable de rem- cience de la catastrophe imminente, tenu de la partie de poker jouée ac- Grèce, avec une drachme dévaluée,
bourser ses dettes, en partie parce Athènes s’engagerait vraiment dans tuellement par les politiciens –, la serait confrontée à une douloureuse
que la corruption reste élevée et la ca- les réformes structurelles qui servent Grèce fera défaut. augmentation du prix de ses impor- ¶
pacité à lever l’impôt limitée. Pendant ses propres intérêts à long terme : Mais ce défaut préparerait le terrain tations de biens d’équipement dont Dennis J. Snower
ce temps, les ménages grecs à faible renforcer la flexibilité du marché du à une deuxième option. elle a besoin pour générer des em- est président du Kiel Institute
revenu font les frais de l’austérité… travail, vendre certaines entreprises Les pays créanciers annuleraient les plois de qualité. for the World Economy et
Mais permettre à la Grèce de faire publiques, réduire les dépenses bu- dettes de la Grèce, à condition que le Mais cette seconde option ferait professeur d’économie à
défaut tout en restant dans la zone reaucratiques. Pour que ces réformes pays ait quitté volontairement la aussi admettre aux Etats membres la Christian-Albrechts Universität zu Kiel

Comment investissent les La justice américaine pliera-t-elle face


entreprises d’Etat chinoises aux « princes rouges » chinois ?
La France attend de la reals, Oils and Foodstuffs Corporation Le gendarme de la Bourse américaine a renoncé leurs filiales chinoises suspendues. Le
(Cofco) positionnera cet ensemble magistrat a fustigé le manque de
visite du premier ministre parmi les grands acteurs de l’agroali-
à exiger des cabinets d’audit la transmission « bonne foi » de ces derniers qui, évi-
chinois Li Keqiang mentaire. Il est clair que ces entreprises des documents comptables de sociétés chinoises demment, ont fait appel. Deux mois
d’Etat géantes bénéficieront d’un accès après, la Chine a promulgué une nou-
de nouvelles prises de au crédit encore plus important, ce qui
cotées à New York. Etrange exception velle loi sur les secrets d’Etat. Le conflit
participation. Pari risqué n’est pas sans impact à l’international. judiciaire a pris l’allure d’une bataille
Plusieurs pays ont autorisé des prises politique.
de participation importantes dans sous laquelle tremble toute société qui Puis, la SEC a fini par déposer les ar-
par isabelle feng
l’énergie ou les transports (Italie, Portu- entretient un lien avec les Etats-Unis. mes en déclarant l’affaire close en fé-
par philippe le corre gal, Royaume-Uni), mais les opinions Le gendarme de la Bourse américain vrier. Elle a admis – la mort dans

L
et alain sepulchre s’inquiètent parfois du rôle du secteur a volonté américaine de lutter suspecte en effet l’embauche par ces l’âme, sans doute – que de telles obli-
public chinois en Europe. L’enquête contre la corruption, épidé- banques de renom de « princes rou- gations de transparence comptable ne
2014 de l’institut Pew Research montre mie cancéreuse affectant tous ges » chinois (expression qui désigne s’appliquent pas aux entreprises chi-

L
a France reçoit le premier mi- que deux des pays européens les plus les pays, est indéniablement les enfants héritiers de cadres diri- noises cotées aux Etats-Unis. Pour
nistre chinois Li Keqiang, du proches économiquement de la Chine louable, bien que certains craignent geants du Parti communiste) ne viole sauver les apparences, elle a tout de
30 juin au 2 juillet. M. Li vient – l’Allemagne et l’Italie – émettent les une sorte d’impérialisme judiciaire la loi anticorruption : Goldman Sachs même prononcé une amende de
promouvoir les grands projets opinions les plus négatives sur ce pays qui impose la loi américaine au-delà avait embauché le petit-fils de l’ex- 500 000 dollars – une bagatelle ! – à
stratégiques chinois, tels que la « nou- (seulement 28 % et 26 % d’opinions fa- de son territoire. Ce fut à nouveau le président chinois Jiang Zemin ; Credit l’encontre de chaque accusé. Dans son
velle route de la soie » ou la nouvelle vorables, respectivement). Les Français cas lors de la mise en cause des diri- Suisse a embauché la fille de l’ancien communiqué de presse, la SEC se féli-
Banque asiatique pour les investisse- ne sont pas en reste : ils reconnaissent geants de la Fédération internationale premier ministre Wen Jiabao, etc. cite de ce « milestone » (« pierre angu-
ments dans les infrastructures (BAII). l’importance de la Chine, mais ont des de football, ou encore d’entreprises laire ») dans ses « capacités d’obtenir
Mais c’est surtout en matière d’inves- doutes sur le système chinois. comme BNP Paribas ou Alstom. TOUCHER LES INTOUCHABLES des documents de la Chine », tandis
tissements que Paris caresse de grands Ce sentiment négatif est une entrave Car, après tout, personne ne compte Dans une demande d’informations que le Wall Street Journal ricane de
espoirs, après les opérations de 2014, au développement des investisse- sur le Brésil ni la Russie pour assainir adressée en avril à la banque JPMorgan cette capitulation face à l’empire du
comme la vente de Club Med au con- ments de l’Etat chinois en Europe. l’environnement des entreprises. Ni par la SEC figure en premier le nom du Milieu. Quant à Kevin Rosier, analyste
glomérat privé shanghaïen Fosun ou Autant il n’y a pas de raisons de mal ac- même sur la Chine où, sous la houlette bras droit du président Xi, Wang Qis- auprès du Congrès américain, il pré-
l’acquisition de 49,9 % de l’aéroport de cueillir les entreprises privées, autant du Parti et sans respect d’un cadre juri- han, ancien banquier reconverti en ca- fère un langage technique et prudent
Toulouse-Blagnac par le consortium les entreprises publiques peuvent être dique, la campagne anticorruption pitaine de la lutte anticorruption. pour évoquer des droits « extraterrito-
chinois Symbiose. Mais une question perçues comme des entités de l’Etat lancée par le président Xi Jinping à S’agit-il d’une pure coïncidence si M. riaux » dont jouissent désormais les
s’impose : les dirigeants français sont- chinois. A ce jour, les success stories corps perdu depuis deux ans s’avère fi- Wang, qui jadis avait la mainmise sur sociétés chinoises qui opèrent sur le
ils prêts à accueillir les entreprises sont rares. Du coup, Pékin a lancé un nalement un outil commode pour la finance du pays, a annulé un voyage sol américain.
d’Etat chinoises comme investisseurs audit des entreprises d’Etat investis- écarter ses adversaires politiques. Le aux Etats-Unis prévu pour juin, suite à Dans le monde de la realpolitik, on
dans leurs infrastructures ? sant à l’étranger. La campagne anticor- procès tenu à huis clos et la condam- l’injonction reçue par la banque améri- évoquerait plutôt, pour décrire ce
ruption et la réforme des entreprises nation à la prison à vie, le 11 juin, de caine ? Certaines mauvaises langues pacte fort applaudi par la China Secu-
RAPPROCHEMENTS ENTRE GÉANTS publiques, notamment celles placées Zhou Yongkang, ancien chef de la sé- diront que l’enquête de la SEC est cer- rities Regulatory Commission (CSRC),
Ces entreprises – 40 % du PIB chinois – sous l’égide de State-owned Assets Su- curité, s’apparente plutôt à un règle- tainement pour quelque chose dans le homologue chinois de la SEC, un
sont en pleine mutation. Près d’une pervision and Administration Com- ment de comptes intérieur au régime. report sine die de cette visite. La justice « double standard », terme favori de
cinquantaine d’entre elles figurent sur mission (la Sasac, sous l’égide du pre- Frustrés, certains citoyens chinois américaine aura-t-elle donc le bras as- Pékin pour stigmatiser les pays étran-
la liste Fortune Global 500 des plus mier ministre), participent aussi à voient en la portée extraterritoriale de sez long pour toucher même les intou- gers qui osent montrer du doigt ses
grandes multinationales. De nom- l’amélioration de l’image de la Chine en la loi américaine une alliée inespérée, chables de l’autre côté de l’océan Pacifi- violations des droits de l’homme.
breux regroupements sont en cours Europe. Leur meilleure attractivité quand l’intraitable Securities and Ex- que ? Bien que la SEC soit déjà en guerre
depuis 2014 dans les secteurs du rail passe aussi par des partenariats sino- change Commission (SEC) mène de- Pourtant, l’espoir de voir l’Oncle Sam contre les banquiers crocodiles en
(China Railways Rolling Stock deve- européens, à l’image de l’alliance entre puis 2013 des enquêtes contre plu- inquiéter les « princes rouges » risque brandissant le fameux FCPA, il y a fort
nant l’acteur principal) ou du nucléaire, EDF et l’industrie nucléaire chinoise sieurs grandes banques, dont UBS et de faire long feu. Face au géant asiati- à parier que ses enquêtes sur des faits
avec la fusion de China National Nu- pour la construction de la centrale nu- Goldman Sachs, dans le cadre du Fo- que, la justice américaine semble par- de corruption impliquant le pouvoir
clear Power et China General Nuclear cléaire britannique Hinkley Point C, de reign Corrupt Practices Act (FCPA), fois hésiter à s’ôter le bandeau des yeux chinois feraient beaucoup de bruit…
Power. Dans le secteur pétrochimique, la tentative (avortée) de rachat du cen- cette impitoyable épée de Damoclès et paraît tentée de rentrer le glaive pour finir en queue de poisson.
les rapprochements entre des géants tre commercial parisien Beaugrenelle, dans son fourreau, comme l’illustre, « Double standard », dites-vous ?
tels Sinochem et Cnooc, d’une part, Pe- en 2014, par un consortium sino-alle- dans une autre affaire, le bras de fer en- Qui aurait imaginé un seul instant
troChina et Sinopec, d’autre part, pour- mand, de la prise de participation de tre la SEC et les quatre grands cabinets que les juges américains, dont l’im-
raient se préciser. Enfin, l’alliance an-
noncée entre le fonds souverain chi-
14 % du chinois Dongfeng au capital de
PSA Peugeot-Citroën.
LA SECURITIES AND d’audit (PWC, EY, Deloitte, KPMG), que
l’on appelle les « Big Four ».
partialité est au-dessus de tout soup-
çon, se permettraient une telle pers-
nois (China Investment corporation) et C’est la gestion quotidienne qui fera EXCHANGE COMMISSION Depuis 2012, conformément à la loi pective ? Le triomphe des Big Four
l’entreprise d’Etat China National Ce- la différence. Les entreprises d’Etat Sarbanes-Oxley sur la comptabilité des laisse perplexe ? La réponse se trouve-
sont-elles capables d’administrer des A ADMIS sociétés cotées, la SEC réclame aux Big rait peut-être dans le slogan de la pre-


employés non chinois en Europe ? En
mesure de créer des emplois et de les
QUE LES OBLIGATIONS Four de lui fournir des documents
comptables de leurs clients chinois co-
mière campagne présidentielle de Bill
Clinton : « It’s the economy, stupid ! »
Philippe Le Corre est garder ? A de rares exceptions près, la DE TRANSPARENCE tés aux Etats-Unis. Or les documents (« C’est l’économie, imbécile »). p
chercheur à la Brookings Chine ne favorise pas l’entrée d’Euro- en question sont classés « secret
Institution (Washington). péens dans ses conseils d’administra- COMPTABLE NE d’Etat » par Pékin. Le litige est devenu
Alain Sepulchre est tion, peuplés de hauts cadres du Parti.
S’APPLIQUENT PAS AUX un sujet épineux entre les deux gou- ¶
senior adviser chez BCG Elle doit rationaliser la gouvernance de vernements. En janvier 2014, un juge Isabelle Feng est cher-
(Hong Kong). Ils sont coauteurs ses entreprises, favoriser l’entrée d’ad- ENTREPRISES CHINOISES américain a ordonné aux auditeurs ré- cheuse au centre Perelman
de « L’Offensive chinoise en Eu- ministrateurs indépendants et encou- calcitrants de se plier à la loi améri- de philosophie du droit de
rope » (Fayard, 200 p., 17 €) rager les audits souverains. p COTÉES AUX ÉTATS-UNIS caine sous peine de voir les activités de l’Université libre de Bruxelles
0123
JEUDI 2 JUILLET 2015 économie & entreprise | 7

James Murdoch, la revanche de l’héritier


Le fils cadet de Rupert est devenu, mercredi 1er juillet, directeur général de l’empire médiatique familial

LES DATES
suite de la première page Il est tombé à cause des jour- détestée BBC, noue des alliances vient plus solide. Dans la foulée,
naux, mais il ne jure que par les
L’irrésistible avec les leaders politiques, de la justice américaine abandonne
Lachlan devient vice-président nouvelles technologies et la télé- ascension de Tony Blair à David Cameron. l’idée de poursuivre le groupe en
exécutif du groupe : le même titre vision. Après des études arrêtées Jusqu’à ce que cette envolée irré- justice pour corruption à l’étran-
que son père, et sur le papier, les en cours de route à Harvard, et
James Murdoch sistible soit stoppée net par le ger. Enfin, la victoire des conser-
mêmes pouvoirs. Il conserve des débuts faussement rebelles à fut un temps scandale de News of the World : un vateurs aux élections législatives 1972
aussi son rôle de vice-président monter un label de musique de système d’écoutes téléphoniques britanniques de mai assure à la Naissance à Londres de James
dans l’autre entreprise du groupe, rap – vite racheté par son père –, il
stoppée net par à grande échelle, réalisé par les famille Murdoch la présence d’al- Murdoch.
News Corp, qui réunit les jour- a fait sa carrière dans la télévi- le scandale « News journalistes du tabloïd. La dé- liés au pouvoir à Londres.
naux – Wall Street Journal, The Ti- sion. Il débute à 27 ans à Star Te- fense de James : il y a bien eu des Dès lors, la voie est libre pour le
mes, The Sun, Harper Collins… –, levision, l’antenne asiatique du
of the World » écoutes et son groupe a bien retour officiel de l’enfant prodi- 2000
et qui n’intéresse pas James. groupe. A 30 ans, en 2003, il tenté d’étouffer le scandale, mais gue. Pendant l’été 2014, il conduit Il devient directeur général
Mais il ne faut pas s’y mépren- prend la tête de Sky, malgré l’op- il n’était pas au courant. Un co- l’offre de rachat de Time Warner, de Star, télévision à péage
dre. Derrière les déclarations pu- position des actionnaires qui médias, faisant régner la terreur, mité parlementaire britannique qui aurait abouti à la création asiatique du groupe familial.
bliques d’unité, James est en train s’agacent de voir ce bambin diri- tirant les ficelles de la société. Il conclut qu’il a fait preuve d’un géant du câble aux Etats- Puis, en 2003, il prend la
de prendre le pouvoir. Il est basé à ger le premier groupe de diffu- reçoit dans son bureau debout « d’aveuglement volontaire ». Unis. L’échec a été rapide et cui- direction de Sky, le bouquet
New York, au siège de 21st Cen- sion par satellite d’Europe. derrière un pupitre, pour abréger Parti à New York, il laisse passer sant, mais il donne une idée de par satellite britannique.
tury Fox, tandis que Lachlan est à les réunions. Ecouter n’est pas la tempête. L’occasion de tourner l’appétit féroce du fils cadet.
Los Angeles, où se trouvent seule- « Visionnaire » son fort. Eduqué aux Etats-Unis, il la page se présente en juillet 2014, James ne pourra cependant pas
ment les studios de cinéma. La Mais il impressionne. « Il a été vi- a horreur de la petite élite britan- quand, à la surprise générale, Re- faire ce qu’il veut. « Il est générale- 2007
gestion au quotidien sera du res- sionnaire, avec quinze ans nique. Il veut des résultats, et vite. bekah Brooks gagne son procès. ment considéré que Rupert Mur- Il est nommé à la tête du groupe
sort du premier. Mais avec son d’avance sur des groupes comme « Il a grandi dans un monde où Accusée d’avoir commandité les doch va continuer à diriger tant pour l’Europe et l’Asie. En 2012,
père dans le bureau d’à côté et Canal + », dit Mme Enders. Com- son père pouvait décrocher le télé- écoutes, l’ex-rédactrice en chef de qu’il est dans les parages », notent il déménage de Londres à
son frère au conseil d’administra- prenant que télévision, télépho- phone pour appeler n’importe quel News of the World, qui était la les analystes de Zacks Equity Re- New York, après le scandale
tion, il n’aura pas une liberté de nie et Internet vont converger, il premier ministre », dit Mme Enders. vraie patronne des journaux bri- search. A 84 ans, le vieux lion des écoutes téléphoniques
travail complète, loin de là. investit dans les télécommunica- Il adopte la même attitude domi- tanniques du groupe, est blan- reste fringant et n’a pas dit son du News of the World. Le
« Les familles aristocrates bri- tions pour diversifier Sky , qui de- nante, multiplie les attaques con- chie. La défense de James, qui dernier mot. p 1er juillet 2015, il devient direc-
tanniques ont un slogan : il faut vient une vache à lait pour le tre ses rivaux et en particulier la consiste à plaider l’ignorance, de- éric albert teur général de 21st Century Fox.
avoir a heir and a spare [un héri- groupe. Couronné de ce succès, il
tier et un de rechange]. C’est ce prend, en 2007, la direction de
que fait Rupert Murdoch », dit toutes les affaires de l’empire fa-
Claire Enders, directrice d’Enders milial hors des Etats-Unis, y com-
Analysis, influente observatrice pris les journaux britanniques.
britannique des médias, qui a cô- Lachlan, lui, a claqué la porte du
toyé le clan Murdoch. James con- groupe. Pressuré par son père,
firmait à sa manière, le 25 juin, fragile, il est parti faire des affai-
lors d’un passage à une confé- res en Australie, et élever ses en-
rence à Cannes : « Nous sommes fants en bas âge. « Il a tout fait
tous investis dans le succès des uns pour avoir une vie normale, té-
et des autres. » moigne Justin Jameson, directeur
Pour lui, le rebond est spectacu- de Venture Consulting, une so-
laire. En février 2012, sa réputa- ciété spécialisée dans les médias
tion était détruite par le scandale en Australie. Lui et Sarah [sa
des écoutes au tabloïd britanni- femme] étaient comme les autres
que News of the World. Devenu parents à l’école, aidant à la can-
persona non grata parmi l’élite tine… Il est vu comme un type
du Royaume-Uni, James quittait sympa. » Pendant que son frère
Londres pour se réfugier à New mène cette vie familiale, James
York, au siège du groupe. Le jeune apparaît comme l’hériter évident.
loup, arrivé à Londres une décen- Ce dernier commence à agacer.
nie plus tôt, était à terre. Sec et brutal, il joue au baron des

Nouveaux obstacles pour


la vente de Numéro 23
Le CSA s’interroge sur la participation
d’un investisseur russe au capital de la chaîne

I l reste des obstacles à passer


pour obtenir la validation de la
vente de Numéro 23 : le Con-
seil supérieur de l’audiovisuel
(CSA), qui doit donner son agré-
res n’est qu’une façon habituelle
pour les minoritaires de protéger
leurs droits et d’éviter que le majo-
ritaire sorte de son business plan
ou change d’activité, affirme-t-on.
ment à la cession de la chaîne de M. Houzelot – membre du conseil
Pascal Houzelot pour 90 millions de surveillance du Monde – pos-
d’euros à NextRadioTV, se penche sède 70 % des droits de vote de Nu-
sur ce dossier. Survenue trois ans méro 23. Et 15 % du capital est pos-
après l’attribution gratuite de nou- sédé par des entrepreneurs fran-
veaux canaux, la transaction est, çais, dont Bernard Arnault et Xa-
pour certains, symbole d’une spé- vier Niel (actionnaire du Monde).
culation sur les chaînes de la TNT.
Le CSA a saisi son rapporteur in- Revente dès que possible
© Carsten Koall / Intermittent - Getty images

dépendant pour évaluer le poids Le Canard enchaîné pointe, mer-


Le Studio, Le Monde.fr | Photos Thinkstock.com

d’un actionnaire russe arrivé fin credi 1er juillet, la présence de Qi-
2013. L’investisseur est le groupe pco, un fonds qatari, qui a prêté
audiovisuel russe UTH, contrôlé à 5 millions d’euros. Mais une
50 % par USM, la holding du mil- source proche de la chaîne affirme
liardaire Alicher Ousmanov, troi- que ses obligations ne sont pas
sième homme le plus riche de Rus- « convertibles » en actions. L’heb-
sie, selon Forbes. Pour 10 millions domadaire assure que le pacte pré-
d’euros, il a acquis 15 % de la voit la revente de la chaîne dès que
chaîne. Or, en France, il est interdit possible, à partir de janvier 2015.
pour une chaîne d’avoir un action- Pour la direction de la chaîne, ce
naire hors d’Union européenne n’est qu’une « clause de liquidité »
qui détient plus de 20 % du capital. donnant le droit au russe de céder
Sous peine de voir son autorisa- ses titres, sur lesquels M. Houzelot
tion d’émettre annulée. gardait un droit de préemption.
Le CSA se demande si UTH ne
possède pas en réalité plus de 20 %
Le rapporteur du CSA doit ren-
dre un avis aux membres du col- Nouveau sur Google Play : Suivi d’actu
des droits de vote dans Numéro 23. lège, qui décideront. Ceux-ci se
En effet, un pacte d’actionnaires a fonderont aussi sur l’étude d’im- Choisissez vos sujets et suivez de près l’info qui vous intéresse.
été noué début 2014, qui prévoit pact économique en cours d’élabo-
que l’investisseur russe soit con- ration. Et évalueront l’importance
À retrouver dans les applications Le Monde et La Matinale.
sulté pour les décisions importan- d’un dernier point : si la chaîne a
tes. Celui-ci possède un siège sur respecté ses obligations en ma-
quatre au conseil de surveillance. tière de diversité, elle a été mise en
Une source proche de la chaîne demeure, le 26 juin, pour ne pas
assure qu’UTH ne possède ni droit avoir diffusé la quantité prévue de
de blocage anormal et ni droit au- films européens et français. p
delà de 20 %. Le pacte d’actionnai- alexandre piquard
8 | MÉDIAS&PIXELS 0123
JEUDI 2 JUILLET 2015

Jérôme Fenoglio, nouveau directeur du « Monde »


L’actuel directeur des rédactions a recueilli 68,44 % de « oui » après un vote des journalistes, mardi 30 juin

L
e Monde a de nouveau un munauté », comme les valeurs
directeur. Quinze mois
La désignation de qu’il entendait promouvoir.
après la démission de la Jérôme Fenoglio Fixant au Monde l’ambition de
dernière directrice élue, devenir « le média dominant de la
Natalie Nougayrède, et un mois
intervient sphère francophone », il a défendu
après celle de Gilles van Kote, di- au terme d’un l’« indépendance éditoriale » tout
recteur par intérim, la Société des autant que la « crédibilité écono-
rédacteurs du Monde (SRM) a voté
long processus mique » de la rédaction. Jérôme
en faveur de la candidature de Jé- et d’une crise Fenoglio devrait devenir direc-
rôme Fenoglio, lors d’un scrutin teur de la publication par déléga-
organisé mardi 30 juin. Celui-ci se
de gouvernance tion. Il a également dit avoir ob-
présentait une seconde fois aux tenu des actionnaires des engage-
suffrages de ses pairs, après avoir ments en matière de moyens
vu sa candidature rejetée, en mai. A l’arrivée d’Erik Izraelewicz à la pour les rédactions.
Cette fois, l’actuel directeur des direction du journal, en 2011, il de- La désignation de Jérôme Feno-
rédactions a recueilli 68,44 % de mande à vivre une nouvelle aven- glio intervient au terme d’un long
« oui » de la part des quelque ture en rejoignant Lemonde.fr, processus et d’une crise de gou-
400 rédacteurs du journal et du dont il devient rédacteur en chef. vernance. Le 13 mai, lors d’un pre-
site. Ce résultat a permis à Jérôme Pendant deux ans, il se confronte mier vote, sa candidature n’avait
Fenoglio de franchir la barre des de nouveau aux rigueurs de l’enca- recueilli que 55 % de votes positifs.
60 % nécessaires, selon les statuts, drement et à d’autres méthodes de Elle « a visiblement pâti de l’atti-
pour que le candidat désigné par travail. Entre 2011 et 2013, cet ama- tude des actionnaires, qui ont pro-
les actionnaires majoritaires teur de longs formats et de textes longé l’intérim au-delà du raison-
(Pierre Bergé, Xavier Niel et Mat- assiste notamment à l’émergence nable et contourné la procédure
thieu Pigasse) soit retenu. Jeudi de Twitter dans le champ journa- qu’ils avaient eux-mêmes mise en
2 juillet, un conseil de surveillance listique et à l’essor de la vidéo sur œuvre », avait alors estimé la SRM,
doit formellement le nommer les sites d’information. en référence au choix du trio
membre du directoire de la Société Redevenu grand reporter – ce « BNP » de ne retenir aucun des
éditrice du Monde (SEM), aux cô- qui lui vaut de retourner à trois candidats internes qui
tés de Louis Dreyfus, président du Fukushima –, il est nommé direc- étaient Christophe Ayad, chef du
directoire. teur des rédactions en mai 2014, service International, Jean Birn-
après la démission de Natalie baum, responsable du Monde des
Une plume reconnue Nougayrède et la mise en place livres, et Gilles van Kote, pour se
Ce nouveau directeur est un d’une direction intérimaire, avant tourner vers Jérôme Fenoglio.
authentique journaliste du d’être choisi par les actionnaires, Après un nouvel appel à candida-
Monde, le seul journal qu’il ait au printemps 2015, pour être le tures, celui-ci s’est formellement
connu et qu’il arpente depuis nouveau directeur du Monde. proposé, le 10 juin, puis a été dési-
vingt-quatre ans, après sa sortie de A l’image de son parcours varié, gné le 15 juin par les actionnaires.
l’Ecole de journalisme de Lille (ESJ). le projet qu’il a présenté à la rédac- Reconnaissant « être allé trop
Depuis le lycée, ce Toulonnais tion et aux actionnaires se veut vite » lors du premier vote, il avait
d’origine était un lecteur régulier un compromis entre l’héritage du alors engagé une phase d’échan-
du journal et en particulier du Monde, incarné par le quotidien, ges avec les différents services de la
Monde des livres, dont le futur étu- et le nécessaire développement rédaction et les autres catégories
diant en lettres attendait chaque numérique, pour conquérir de de personnel.
vendredi l’arrivée sur la Rade. nouveaux publics, notamment Jérôme Fenoglio sera nommé
Plume reconnue dans la rédac- YANN RABANIER POUR « LE MONDE » sur le mobile. Parmi ses premiers pour six ans. Son mandat com-
tion, Jérôme Fenoglio, 49 ans, a projets figure le renouvellement mence alors que Le Monde ferme
placé sa carrière journalistique née-là, sur la rubrique consacrée à teur de la rédaction Edwy Plenel. Suit un nouveau retour à l’écri- de l’offre de fin de semaine du son imprimerie d’Ivry-sur-Seine
sous le signe de l’éclectisme. l’exclusion, au sein du service So- Dans ce contexte, Jérôme Fenoglio ture, cette fois en tant que grand quotidien et le développement (Val-de-Marne) cet été. Le groupe a
D’abord journaliste au service des ciété. En 1998, après sept ans d’écri- effectue un nouveau pas de côté en reporter. Durant trois ans, il se pro- d’une édition du week-end de la également prévu de rassembler
sports du Monde, où il couvre no- ture, il devient chef adjoint puis rejoignant le service Sciences, jette d’un sujet à l’autre, avec en Matinale, cette application mo- toutes ses équipes (environ
tamment les Jeux olympiques de chef de ce service, pendant six ans. auquel il contribue jusqu’en 2006. point d’orgue deux reportages à bile lancée au mois de mai. 1 400 salariés) vers 2017 dans un
Barcelone, en 1992, puis d’Atlanta, Fin 2004, Le Monde connaît de Il devient rédacteur en chef adjoint Fukushima, en 2011, pour couvrir Devant la rédaction, cet homme nouveau siège, situé près de la
en 1996, il change de pied une pre- vastes changements après le dé- du Monde 2, l’ancêtre du Monde l’accident nucléaire et les ravages parfois secret a cité la « distinc- gare d’Austerlitz à Paris. p
mière fois en basculant, cette an- part de son emblématique direc- magazine et de M, jusqu’en 2008. du tsunami dans l’est du Japon. tion », le « courage » et la « com- service économie

Patrick de Carolis et Mathieu Gallet contestent La fin du « roaming »


leur mise en cause pour « favoristisme » programmée pour 2017
Les surcoûts liés à l’usage du mobile lors des
Le statut de France Télévisions et de l’INA empêcherait les poursuites déplacements en Europe seront supprimés

D eux affaires très médiati-


ques concernant des en-
quêtes pour favoritisme
dans le secteur audiovisuel pour-
raient-elles être annulées ? C’est ce
tien Millot, le fondateur de cette
entreprise, avait été jusqu’en 2008
directeur délégué de la stratégie à
France Télévisions auprès de M. de
Carolis. Il a été mis en examen
Le sort des mises
en examen
du dossier
principes fondamentaux de la
commande publique qui ont « va-
leur constitutionnelle » : « La li-
berté d’accès au marché, l’égalité
des candidats et la preuve de la
L es frais de « roaming », ces
surcoûts payés par les utili-
sateurs de téléphone mo-
bile lorsqu’ils sont à l’étranger,
c’est enfin fini ! En Europe, du
tières. Pour tous, ils pourront télé-
phoner gratuitement mais aussi
sans surprise », s’est félicité Gün-
ther Oettinger, commissaire euro-
péen à l’économie numérique.
qu’espèrent les défenseurs des pour recel de favoritisme. Camille Bygmalion-France mise en concurrence. » L’avocat moins. Les consommateurs La surprise évoquée est celle
personnalités visées, notamment Pascal, ancien secrétaire général cite par ailleurs deux arrêts de la abonnés à l’un des opérateurs de éprouvée par les voyageurs euro-
Patrick de Carolis, l’ancien prési- de France Télévisions, est aussi mis
Télévisions cour d’appel de Saint-Denis de La l’Union européenne et en dépla- péens face à leur facture, à leur re-
dent de France Télévisions, et Ma- en examen pour favoritisme. est en jeu Réunion de février et juin 2012 qui cement dans l’un des 28 pays tour. Plus que les appels ou les
thieu Gallet, actuel président de M. Gallet est, lui, concerné par contredisent selon lui l’arrêt de la membres pourront, à partir du SMS reçus et envoyés, c’est l’Inter-
Radio France, mis en cause pour une enquête préliminaire car des cour d’appel de Paris. 15 juin 2017, téléphoner, envoyer net mobile qui grève le budget. En
son mandat à la tête de l’Institut soupçons de favoritisme portent nature juridique différente du Enfin, d’ici à avril 2016, le minis- des SMS et aller sur Internet de- effet, jusqu’en juillet 2012, le tarif
national de l’audiovisuel (INA). Les sur des contrats passés entre 2010 CMP. tère de l’économie doit transposer puis leur smartphone au même des données hors pays d’origine
deux ne sont pas du tout dans la et 2014 à l’INA. Au mois de mai, Le Or, les conseils de MM. Gallet et plusieurs directives européennes. prix que chez eux. Concrète- n’était pas régulé et le surcoût
même situation – le premier est Canard enchaîné avait évoqué des de Carolis estiment que le délit de Dans ce cadre, Bercy compte réu- ment, cela signifie qu’ils pour- pouvait atteindre jusqu’à 6 euros
mis en examen, l’autre ne se voit prestations commandées à six ca- favoritisme ne condamne que les nir dans un seul et même texte les ront continuer à utiliser le forfait le mégaoctet. Il a été ramené à
pour l’instant concerné qu’à tra- binets de consultants (Balises, atteintes aux règles des « marchés règles relatives aux marchés pu- mobile contracté dans leur pays 70 centimes à partir du
vers une enquête préliminaire. Euro RSCG, OpinionWay, Roland publics et délégations de service pu- blics. Mais une telle réforme d’origine en toute quiétude. 1er juillet 2012, 45 centimes
Mais les deux ont repéré un ar- Berger, Bernard Spitz Conseil et blic ». Leur raisonnement est con- n’aurait pas de portée rétroactive, en 2013 et 20 centimes en 2015.
gument juridique qui, selon leurs Chrysalis), sans respecter les pro- forté par un arrêt de la cour d’appel relève Me Marie-Laure Ingouf, qui Les opérateurs se sont adaptés Voyant la fin du roaming arriver,
avocats, rend impossible de les in- cédures de mises en concurrence, de Paris du 26 novembre 2012 : représente Damien Cuier, ex-di- Esquissée dans le paquet télécoms les opérateurs français se sont
quiéter pour favoritisme. Dans le ce que M. Gallet avait contesté. « La violation des règles applicables recteur général de France Télévi- (ensemble législatif européen) adaptés : les forfaits d’Orange, SFR-
dossier Bygmalion-France Télévi- aux marchés soumis à cette ordon- sions et témoin assisté. présenté par l’ancienne commis- Numericable, Bouygues Telecom
sions, l’annulation des mises en Dossiers très politiques nance n’est pas pénalement sanc- Le débat pourrait être tranché saire au numérique Neelie Kroes et Free proposent tous, d’une ma-
examen a d’ailleurs été demandée Outre le débat sur les faits, l’avo- tionnée. » bientôt en droit, mais ces dossiers en septembre 2013, cette mesure a nière ou d’une autre, la gratuité
devant la chambre d’instruction cate de M. Millot, Florence Rault, et Du côté de M. Gallet, on ne sou- sont aussi très politiques : Patrick été adoptée lors d’une réunion en- dans une certaine limite de l’usage
de la cour d’appel de Paris, qui doit celui de M. de Carolis, Me Michel haite pas commenter, alors que de Carolis, nommé sous Jacques tre le Parlement européen et les re- des forfaits en Europe. Le concept
trancher jeudi 2 juillet. Beaussier, notamment, s’appuient l’enquête préliminaire est en Chirac, travaillait avec M. Millot, présentants des pays membres, de limite devrait être introduit
M. de Carolis a été mis en exa- sur le droit : France Télévisions est cours, sans qu’on sache si elle dé- proche de Jean-François Copé, et mardi 30 juin. Le texte doit encore également dans le texte voté par le
men, en avril 2014, dans le volet une société de droit privé, et l’INA bouchera sur une information ju- M. Pascal, proche de Nicolas être officiellement adopté par le Parlement et la Commission, afin
« France Télévisions » du dossier un établissement public à carac- diciaire. Mais les conseils de l’an- Sarkozy. Mathieu Gallet a, lui, tra- Parlement et la Commission dans qu’aucun usager n’aille choisir le
Bygmalion, qui concerne par tère industriel et commercial. Ces cien président de l’INA ont bien en vaillé dans des gouvernements de les prochains mois, mais ce n’est forfait le moins cher d’Europe
ailleurs le financement de la cam- deux structures ne dépendent tête l’arrêt du 26 novembre 2012. droite, mais a été le premier prési- qu’une question de procédure. pour l’utiliser en permanence
pagne de Nicolas Sarkozy pour la donc pas du code des marchés pu- Toutefois, les experts ne sont pas dent nommé par le Conseil supé- « C’est une étape décisive pour un dans un autre pays. Mais si le roa-
présidentielle de 2012. L’enquête blics (CMP) mais d’une ordon- unanimes : pour Sébastien Pal- rieur de l’audiovisuel d’Olivier marché unique des télécoms. Nous ming doit bientôt disparaître en
porte notamment sur les contrats nance du 6 juin 2005. Celle-ci fixe mier, avocat spécialiste des mar- Schrameck, dont les pouvoirs ont avons prouvé le pouvoir de déci- Europe, ce n’est pas encore le cas
accordés, à partir de fin 2008, par des consignes de mise en concur- chés publics, les entreprises qui dé- été renforcés par M. Hollande. p sion de l’Union européenne. Dans dans le reste du monde. p
le groupe audiovisuel public à la rence en fonction des montants pendent de l’ordonnance de 2005 alexandre piquard moins de deux ans, les citoyens sarah belouezzane
société Bygmalion, alors que Bas- des contrats. Mais elle est d’une ne peuvent s’exonérer des trois et elise vincent européens ne verront plus de fron- et jean-baptiste chastand

Vous aimerez peut-être aussi