Vous êtes sur la page 1sur 1

Le discours indirect libre

Depuis qu’il a été repéré par les grammairiens, il n’a cessé de les fasciner. En littérature,
on s’est particulièrement interrogé sur son apparition: est déjà dans la littérature médiévale? ou
bien au 17e siècle seulement? Autre problème: est-il réservé uniquement à l’énonciation littéraire
ou bien existe-t-il aussi dans la langue courante? („Je l’ai aperçu hier, il était furieux après Paul:
il allait lui casser la figure, reprendre la voiture et tout annuler...“).
En tout cas, son extension est due surtout à la fortune du roman aux 19e et 20e siècles.
Le discours indirect libre a représenté longtemps un défi pour l’analyse grammaticale. On
y trouve en effet mêlés des éléments qu’on considère en général comme disjoints: la dissociation
des deux actes d’énonciation, comme dans le discours direct, et la perte d’autonomie des
embrayeurs, comme dans le discours indirect. Autrement dit, si les embrayeurs se conforment à
la situation d’énonciation du discours citant, avec la concordance des temps que cela implique
pour les formes verbales, la modalisation de l’énonciation citée reste préservée.
En fait, le discours indirect libre se définit avant tout négativement: il n’existe pas de
marques spécifiques pour cette forme de citation. Seuls en sont exclus les éléments qui le
rendraient indiscernables du discours direct ou du discours indirect: la subordination par un verbe
de locution, d’une part, la présence du couple d’embrayeurs je-tu d’autre part. On peut trouver des
je ou des tu (il suffit pour cela que ce je ou ce tucoïncident avec le locuteur ou l’allocutaire du
discours citant), mais en aucun cas une paire d’interlocuteurs:
Il protesta avec une soudaine fermeté et plaida contre lui-même. Je ne pouvais, disait-il,
mesurer l’étendue de sa faute.
(Mauriac)
Ici, le je renvoie au narrateur, il à l’énonciateur-personnage.

L’exemple précité montre l’extrême difficulté que l’on a pour délimiter avec exactitude les
limites du discours indirect libre aussi bien que les limites des deux énonciations mêlées, citante
et citée.

Conséquences pour la narration littéraire:

1. grande variété dans le discours indirect libre quant à l’étendue, le marquage ou non du
citant ou cité;
2. souplesse dans le dosage des voix narrateur - énonciateur(s), d’où une richesse
polyphonique;
3. souplesse des procédés de subjectivisation.

Chez Zola par exemple, le discours indirect libre sert avant tout comme touche
d’authenticité langagière dans la représentation des personnages (contamination lexicale), c’est
le prolongement de la vérité naturaliste, la preuve de la fidélité d’un narrateur-témoin, qui
cependant maintient sa mainmise sur l’ensemble de l’univers narré.
Chez Flaubert, au contraire, le recours systématique au discours indirect libre permet de
mettre à l’imparfait et à la non-personne aussi bien les descriptions du monde extérieur que celles
des pensées des personnages. Les deux se retrouvent ainsi au même niveau. Or, l’imparfait, dans
une narration, prend en charge la dimension non-dynamique. Tout cela contribue à induire cette
vision du monde particulière où la conscience s’englue dans les choses et le temps se dissout dans
la description ou la répétition. Et l’on sait que Flaubert est hanté par l’utopie d’un univers de part
en part homogène, où l’action serait minimisée.

1
URL : https://is.muni.cz/el/.../FJ0B605_Cas_a_narativni_kategorie.docx

Centres d'intérêt liés