Vous êtes sur la page 1sur 4

CONCOURS COMMUN 2004

DES ÉCOLES DES MINES D’ALBI, ALÈS, DOUAI, NANTES

Épreuve Spécifique de Mathématiques

(filière MPSI)

Mercredi 19 mai 2004 de 08h00 à 12h00

Instructions générales :

Les candidats doivent vérifier que le sujet comprend 4 pages numérotées 1/4, 2/4, 3/4, 4/4. Les candidats sont invités à porter une attention particulière à la rédaction : les copies illisibles ou mal présentées seront pénalisées. Les candidats colleront sur leur première feuille de composition l’étiquette à code à barres correspondante.

L’emploi d’une calculatrice est interdit

Barème indicatif : 10 points pour chaque problème

Premier problème

I. Résolution d’équations différentielles

1.

2.

Résoudre l’équation différentielle :

z + z th t = 0

, où z est une fonction de la

variable réelle t à valeurs réelles.

Trouver la solution

z 1 de cette équation telle que

z

1

(

0

)

Résoudre l’équation différentielle :

z + z tht = t tht

Trouver la solution z

2 de cette équation telle que

z

2

(

0

)

= 1

.

= 0

.

.

II. Etude d’un arc paramétré

Dans le plan rapporté à un repère orthonormal, on considère la courbe (

paramétriquement par :

x t

⎪ ⎪

⎪⎪

y t

⎪⎩

(

(

)

)

=

=

t

th

1

t

ch t

Γ

)

représentée

3.

4.

5.

6.

7.

Démontrer que ( Γ ) admet un axe de symétrie.

Etudier les branches infinies de ( Γ ) .

Etudier les variations de x et y ; faire un tableau.

Préciser la nature du point A d’abscisse 0, ainsi que la tangente en ce point.

8.

9.

a)

Calculer

(on exprimera le résultat sous forme d’un logarithme népérien).

ch t

et

th t

lorsque

sh t = 1

. Calculer la valeur de t correspondante

b)

Déterminer le point B de (

Γ

)

où la tangente a pour coefficient directeur

1

déterminer une équation cartésienne de la tangente en B à (

Γ

)

.

Donner l’allure de la courbe ( Γ ) .

 

a) Déterminer une équation cartésienne de la tangente à (

Γ

)

au point

M

de

paramètre t.

;

b) Cette tangente recoupe l’axe des abscisses en un point N. Calculer la distance MN .

III. Etude d’intégrales et de suites

Soient un réel x et k un entier strictement positif. On pose

I

k

(

10.

11.

12.

Calculer I

1

Calculer I

2

(

(

x

x

)

)

(on pourra faire le changement de variable

.

a) En intégrant par parties, trouver une relation entre

1

ch

t

remarquer que

I

3

ch

et

k

t

I

4

.

ch

I k

k

+

:

1 t

=

).

b) En déduire

13. Démontrer que la fonction

x I

k

(

x

)

est :

I

k

u = e

+

2

et

t

).

I

k

x

)

=

x

dt

0 ch

k

t

(on pourra

a) impaire.

b) continue sur .

c) de classe C

sur

.

I

k

,

I

k

′′

I

k

I

k

′′′

.

14.

15.

16. Démontrer que

et

Donner le développement limité de

Calculer

I k

est monotone sur

à l’ordre 3 au voisinage de 0.

.

.

17. On se propose, pour k fixé, d’étudier la convergence de la suite ( )

u

n

n

définie par

u

a) Démontrer que cette suite est monotone.

2

b) Démontrer que, pour tout réel t,

n

= I

k

(

n

)

.

1

e

t ; en déduire que la suite converge.

0

x

dt

ch

k

t

, notée

0

+

dt

ch k

t

ch

=

t

x

lim

+

18. On pose, sous réserve d’existence, J

k

a) Démontrer l’existence de

b) et

Calculer

J

1

J

2

.

J

k

.

c) .

Calculer

J

k

Deuxième problème

On désigne par E l’ensemble des matrices carrées d’ordre 2 de la forme

sont des nombres réels.

I. Etude de structures

1.

a

0

c

b

⎠ ⎟⎟

, où a,b,c

a) Démontrer que E, muni de l’addition des matrices et de leur produit par un scalaire

réel, est un espace vectoriel réel.

b) Trouver une base et la dimension de E.

2.

a) Démontrer que E est stable pour la multiplication des matrices.

b) En déduire que E, muni de l’addition et de la multiplication des matrices, est un

3.

anneau.

c) Cet anneau est-il commutatif ?

On désigne par G l’ensemble des matrices de E telles que

Démontrer que G est un groupe multiplicatif.

a > 0

et

b > 0

.

II. Puissances d’une matrice et suites

4.

Soit A

=

a

0

c

b

⎠ ⎟⎟

E .

a) On suppose a b . Démontrer que p

A

p

=

⎜ ⎜

a

p

⎜ ⎜ ⎜

0

c

a

p

b

p

a

b p

b

⎟ ⎟

⎟ ⎟

⎟ ⎟

.

b) On suppose que a

fonction de a et c.

= b . Calculer

A

p

pour p

; on exprimera les coefficients en

5.

6.

Pour tout n

A

0

=

I

1

⎜⎜ ⎝ 0

=

0

1 ⎠ ⎟

, on pose B

n

=

n

p = 0

1

p !

A

et, pour tout x réel,

ϕ

n

p

(

=

α

n

0

x

)

= +

1

γ

β

n

n

⎠ ⎟⎟

, en convenant que

x

2

x

x

n

 

n

x

k

 

+

+

+

=

 

1!

2!

n

!

k = 0

k

!

.

a) Rappeler l’inégalité de Taylor-Lagrange avec ses hypothèses.

b) Démontrer que, pour x fixé, la suite de terme général

(

ϕ x

n

) converge et que sa

limite est

x

.

a

α β

e

c) On suppose

n

,

n

b .

et

γ

n

Calculer

Démontrer que les suites (

l’on calculera.

On suppose

Calculer

Démontrer que les suites (

l’on calculera.

en fonction de

α

n

)

n

,

(

β

n

)

n

d)

a

α β

n

=

b .

et

γ

n

en fonction de

α

n

)

n

,

(

β

n

)

n

n

,

a b c ϕ

,

,

,

n

(

a

)

et

ϕ

n

(

b

)

.

et (

γ

n

)

n ont des limites respectives

a c ϕ

,

,

n 1

et (

γ

n

)

(

a

)

et

ϕ

n

(

a

)

.

n ont des limites respectives

α,β,γ

que

α,β,γ

que

Pour tout A

=

a

0

c

b

⎠ ⎟⎟

E , on pose A

=

α γ

β

0

⎠ ⎟⎟

, où

α, β

et

γ

ont été définis à la

question 5, et on note f l’application de E dans E définie par f (A) = A.

a) L’application f est-elle linéaire ?

7.

b) L’application f est-elle injective ?

c) L’application f est-elle surjective ?

d) Déterminer l’image de E par f.

On suppose maintenant que

0 < a < ln2

et

On pose, pour

A E

,

n

p = 1

(

1

)

p 1

p

(

f

(

A

)

I

)

0 < b < ln2

⎠ ⎟⎟

0

a

n

c

b

n

n

p

=

.

et

a) Calculer a b

n

,

n

et

c

n

lorsque a

b

, puis lorsque a

= b

résultats de la question 4).

ψ

n

(

x

)

=

n

k

= 1

( )

1

k 1

k

k

x

(on pourra utiliser les

b) Démontrer que si 0 < x < 1 , la suite de terme général

ψ x

n

(

) , x fixé, converge vers

ln (1 + x ) .

c) Dans chacun des deux cas précédents, démontrer que les suites (

a

n

)

n

(

b

n

)

n

et (

c

n

)

n

ont respectivement pour limites a,b et c .

FIN DU SUJET