Vous êtes sur la page 1sur 3

HYDRODYNAMIQUE DE L'ECOULEMENT DE TAYLOR GAZ-

LIQUIDE DANS DES MICROCANAUX


(Etude expérimentale et numérique pour des géométries serpentines)

Cette thèse porte sur l'étude des écoulements de Taylor (ou poche/bouchon)
gaz-liquide en micro canal. Ces écoulements où les effets de tension de surface
sont prépondérants ont été étudiés expérimentalement et numériquement
pour des géométries rectangulaires avec divers rapports d'aspects. Une
première partie expérimentale a consisté à caractériser la formation de bulles
(taille, fréquence) en fonction des conditions opératoires, des propriétés des
fluides (notamment à travers le nombre capillaire) et du mode de mise en
contact des fluides. La dynamique de l'écoulement établi a par la suite été
étudiée à l'aide du code JADIM. La simulation de ces écoulements dominés par
la tension de surface a nécessité de lever les limitations liées à la prise en
compte de la force capillaire. En effet des courants parasites numériques sont
créés à proximité de l'interface lors de la simulation d'écoulements capillaires.
Une méthode Level Set a été implémentée et comparée à la méthode Volume
of Fluid d'origine en termes de courants parasites. Des simulations numériques
3D ont permis l'étude des effets du nombre capillaire et de la géométrie sur la
dynamique des bulles de Taylor (vitesse, pression et formes de bulles). Les
effets inertiels souvent négligés ont été considérés et leur influence,
notamment sur les sauts de pression à l'interface, a été mise en évidence.
Le mélange dans le bouchon liquide a également été étudié.
Les perspectives directes de ce travail concernant la génération de bulles sont
de déterminer plus précisément la relation entre les effets capillaires et les
effets géométriques dans une géométrie à jonctions croisées. Cela pourrait
être fait au moyen de simulations, qui donneraient également la possibilité de
contrôler avec précision la mouillabilité des parois du canal. Une autre
perspective consiste à mettre à l'échelle de telles géométries à micro canaux
dans des structures multicanaux. Ce travail a déjà été commencé chez LOCIE
dans le cadre du projet MIGALI. Cependant, en raison des chutes de pression
différentes dans chaque canal, le contrôle de la dispersion des bulles reste très
difficile.
En ce qui concerne l'hydrodynamique d'un écoulement de Taylor pleinement
développé, il convient d'analyser plus en profondeur les points abordés mais
non expliqués à ce jour. Cela concerne en particulier le comportement non
monotone de la vitesse de glissement en fonction du nombre de Reynolds. Un
autre point d’intérêt pour les travaux futurs est la transition vers des régimes
d’écoulement où des gouttelettes se forment à l’arrière de la bulle et la
traversent. En outre, l’extension des travaux en cours à d’autres géométries,
comme indiqué ci-dessous, serait intéressante. En effet, les effets du canal
serpentin sur la dynamique de la
la bulle et le mélange dans la limace jouent un rôle important dans les
processus de transport et doivent encore être caractérisés de manière
approfondie.
Bien que le mélange dans le pion ait été caractérisé, il est nécessaire de relier
les temps et volumes caractéristiques aux processus de transfert de masse et
de chaleur. Des travaux préliminaires sur ce sujet ont déjà commencé dans
cette thèse. Le transfert de masse au sein de la formulation VOF développée
par Haroun et Legendre [2010] a été validé dans le cas de la formation de
bulles dans un liquide et les résultats ont été comparés aux données de la
littérature (Figueroa-Espinoza et Legendre [2010], voir figure 7.15). ).

Ecoulement de Taylor
L’écoulement de Taylor est un type de modèle d’écoulement gaz – liquide qui
consiste en des bulles allongées de diamètre équivalent, généralement
plusieurs fois supérieures au diamètre du canal, séparées par des bouchons
de liquide (Fig. 1). Les bulles adoptent une forme capsulaire caractéristique et
peuvent remplir complètement ou presque complètement la section
transversale du canal, là où au plus un mince film liquide les sépare de la
paroi du canal.