Vous êtes sur la page 1sur 6

Chapitre 1 : Programmation

Chapitre1 : Programmation
Spécialité : 3ème année licence Toxicologie

Objectifs
 Connaître le vocabulaire de base en programmation ;
 Comprendre la démarche de programmation.

1. Définition d’un algorithme


 Algorithme : mot dérivé du nom du mathématicien Al Khawarizmi.
 L’algorithme, terme d’origine arabe, est composé d’une suite d’instructions
élémentaires, qui une fois exécutée correctement, conduit à un résultat donné.
 Un algorithme prend des données en entrée, exprime un traitement particulier et
fournit des données en sortie.

 Un algorithme est une suite finie d’opérations élémentaires, à appliquer dans un ordre
déterminé, sur des données. Sa réalisation permet de résoudre un problème donné.
 Un algorithme doit respecter les règles suivantes:
o Il est défini sans ambigüité ;
o Il se termine après un nombre fini d’opérations (terminera en un temps fini).
o Il se termine en utilisant une quantité de mémoire bornée (raisonnable).
o Il donne des solutions correctes.

Exemple d’algorithme
 Une recette de cuisine, une notice de montage peuvent être considérées comme des
algorithmes.
 La suite d’instructions suivantes est un algorithme permettant d’obtenir le carré d’un
nombre entier:
1. Choisir un nombre entier,
2. Le multiplier par lui-même,
3. Afficher le résultat obtenu.

1
Chapitre 1 : Programmation

2. Les étapes de résolution d’un problème


1. Comprendre l’énoncé du problème
2. Décomposer le problème en sous problèmes plus simple à résoudre
3. Associer à chaque sous-problème, une spécification :
- Les données nécessaires
- Les données résultantes
- La démarche à suivre pour arriver au résultat en partant d’un ensemble de données.
4. Elaboration d'un algorithme.

3. Structure d’un algorithme


Algorithme nom de l’algorithme ; En-tête
Const
Liste de constantes ;
(Nom_Const = valeur ;)
Les déclarations
Var
Liste de variables ;
(Nom_Var : type ;)

Début
Action 1 ;
Action 2 ;
.
Le corps
.
.
Action n ;
Fin

 Tous les mots-clés sont soulignés.


 Une marque de terminaison (;) est utilisée à la fin de chaque instruction.
 L’en-tête : il permet tout simplement d’identifier un algorithme.
 La déclaration : c’est une liste exhaustive des objets, utilisés et manipulés dans le corps
de l’algorithme. Cette liste est placée en début d’algorithme.
 Le corps : dans cette partie de l’algorithme, sont placées les instructions et les
opérations à exécuter.

2
Chapitre 1 : Programmation

4. Déclaration de constantes et de variables


4.1. Les constantes
Elles représentent des nombres, des caractères, … dont la valeur ne peut pas être modifiée au
cours de l’exécution de l’algorithme.

Mot clé : const

4.2. Les variables


Elles peuvent stocker des nombres, des caractères, … dont la valeur peut être modifiée au cours
de l’exécution de l’algorithme.

Mot clé : var

La variable doit être déclarée avant d’être utilisée, elle doit être caractérisée par un nom
(Identificateur) qui indique l’ensemble des valeurs que peut prendre la variable (entier, réel,
booléen, caractère, chaîne).
Le choix du nom d’une variable est soumis à quelques règles qui varient selon le langage, mais
en général un nom doit commencer par une lettre alphabétique exemple : E1 (1E n’est pas
valide), doit être constitué uniquement de lettres, de chiffres et du soulignement (« _ ») (Éviter
les espaces).

5. Cycle de vie d'une variable


 Déclaration de la variable (nom et type)
 Affectations de valeurs à la variable
 Suppression de la variable (souvent automatique)

6. Les types de base


Nous considérons 5 types de base, qui sont :

Booléen : Une variable de type booléen prend comme valeur VRAI ou FAUX.
Entier : Une variable de type entier peut prendre comme valeur l'ensemble des nombres entiers
signés. Exemple : 0, 405, -10,…
Réel : Une variable de type réel peut prendre comme valeur l'ensemble des nombres réels.
Exemple : 0.5, -3.67, …

3
Chapitre 1 : Programmation

Caractères : Une variable de type caractère peut prendre comme valeur l'ensemble des
caractères imprimables. On notera les valeurs entre guillemets. Exemple : ′a′, ′B′, ′*′, ′9′, ′@′,

Chaine de caractères : Une variable de type chaine peut prendre comme valeur l'ensemble des
chaines de caractères imprimables. Exemple : "abc", "B", "*", "19", "Bonjour", "",…

Remarque :

 Les constantes sont déclarées en premier.


 Les termes réservés CONST et VAR ne figure qu’une seule fois dans l’algorithme.
 Si plusieurs variables sont de même type, nous pouvons les regrouper sur une même
ligne.

Exemple :

Const Max = 50 ;

Min = 10 ;

Var A, B, C : entier ;

Exercice :
Identifier les noms des variables invalides : G20, Nom, TTC_2012, TTC 2012, TTC-2012,
TTC+2012.
Exercice : Répondre par vrai ou faux
 Une variable est une case mémoire.
 Une variable est désignée par un nom (identifiant).
 Une constante a un type de donnée.

7. Les opérateurs et les opérandes


Un OPERATEUR est un outil qui permet d’agir sur une variable ou d’effectuer des calculs.
Un OPERANDE est une donnée utilisée par un opérateur.
Exemple : Dans «8+3 », «+» désigne l’opérateur ; «8 » et «3 » sont les opérandes.

8. Types d’operateurs
Il existe plusieurs types d’opérateurs :

4
Chapitre 1 : Programmation

 Les opérateurs arithmétiques qui permettent d’effectuer des opérations arithmétiques


entre opérandes numériques :
- Opérateurs élémentaires : «+ », «- », «x », « ÷ »
- Changement de signe : «- »
 Les opérateurs de comparaison (« = », « ≠ », « ˃ », « < », « ≥ » et « ≤ ») qui
permettent de comparer deux opérandes et produisent une valeur booléenne.
 Les opérateurs logiques qui combinent des opérandes booléens pour former des
expressions logiques plus complexes.
- Opérateur unaire : «non » (négation)
- Opérateurs binaires : «et » (conjonction), «ou » (disjonction)
8.1.Opérateurs sur les entiers et les réels :
Arithmétiques : +, -, *, /, mod,

Comparaison : >, <, ≥, ≤, =, ≠

8.2.Opérateurs sur les booléens :


Fonctions logiques : et, ou, non

Fonctions de comparaison : =, ≠

8.3.Opérateurs sur les caractères et les chaînes de caractères :


Fonction de concaténation : +

Fonction de comparaison : =, ≠

8.4.Opérateur d’affectation : représenté par le symbole «», qui confère une valeur à une
variable ou à une constante. Cette opération se fait à l’aide de la syntaxe suivante :
 Identificateur_de_la_variable  valeur ;

Exemple :
x 5 : Signifie mettre la valeur 5 dans la case identifiée par x.
 Identificateur_de_la_variable  expression ;

L’expression est une suite d’opérations sur des constantes ou des variables déjà déclarées.

9. Les notions de lecture et d’écriture


L’entrée ou la lecture de données correspond à l’opération qui permet de saisir des valeurs pour
qu’elles soient utilisées par le programme. Cette instruction est notée « Lire (identificateur) ».

5
Chapitre 1 : Programmation

La sortie ou l’écriture des données permet l’affichage des valeurs des variables après
traitement. Cette instruction est notée « Ecrire (identificateur) ».

10. Définition d’un programme


 Un programme est une série d’instructions pouvant s’exécuter en séquence, ou en parallèle
qui réalise (implémente) un algorithme.
 Tout traitement demandé à la machine, par l’utilisateur, est effectué par l’exécution
séquencée d’opérations appelées instructions. Une suite d’instructions est appelée un
programme.
 Un programme est une suite d’instructions permettant à un système informatique d’exécuter
une tâche donnée.

11. Conclusion
 Un algorithme doit être lisible. Son intérêt, c’est d’être codé dans un langage informatique
afin qu’une machine (ordinateur, calculatrice, etc.) puisse l’exécuter rapidement et
efficacement.
 Les trois phases d’un algorithme sont, dans l’ordre :
a) L’entrée des données,
b) Le traitement des données,
c) La sortie des résultats.
 L'efficacité d'un algorithme est mesurée par son coût (complexité) en temps et en mémoire.

Vous aimerez peut-être aussi