Vous êtes sur la page 1sur 3

DIEU VEUT NOUS UNIR À LUI PAR L’ÉGLISE, NOTRE

FAMILLE (Méditation 3)

Citations
1. Union à Dieu par l’Eucharistie
« Si vous ne mangez la chair du Fils de l’homme et ne buvez son sang,
vous n’aurez point la vie en vous. Celui qui mange ma chair et boit
mon sang a la vie éternelle. » Jean, VI, 54-55
« Ainsi, puisque Dieu est la pureté sans tache, celui qui s'unit à Jésus-
Christ dans la sainte communion, s'élevant comme une innocente
colombe des eaux fangeuses de ce monde misérable, s'envole et va se
réfugier dans le sein de Dieu, de celui qui est plus pur que les neiges
immaculées qui couronnent les montagnes.
Si Dieu est la beauté infinie, celui qui s'unit à Jésus-Christ attire à lui
l'admiration et les regards amoureux des anges qui, s'ils pouvaient
souffrir quelque passion, seraient jaloux de son sort.
Si Dieu est la charité par essence, le fidèle uni à Jésus-Christ est
comme ravi en une bienheureuse extase. La charité le transfigure. Elle
se trahit dans tout son extérieur et jusque dans son visage, dans les
ardentes aspirations de son cœur et dans la suavité de ses paroles, qui
distillent de ses lèvres comme le miel. Tout en lui rappelle et manifeste
l'amour.
Enfin, si Dieu est la bonté même - et bonté, dans le langage des
saintes Écritures, est la même chose que perfection, - le fidèle qui s'est
uni à Jésus-Christ dans la sainte Eucharistie trouve dans la vertu de
ce sacrement toute perfection et toute sainteté. Il y puise la force pour
s'élever au-dessus de lui-même, respirer à la félicité éternelle et
mépriser les faux biens de ce monde, comme impuissants à satisfaire
ses désirs. » Saint Pie X, aux enfants de la Première Communion, le
14 avril 1912

2. Union de la famille par l’Eucharistie


« C’est par la sainte Communion que Jésus-Christ veut enrichir les
âmes de ces biens si précieux : bienheureux ceux qui obéissent aux
intentions de son amour et savent user de ce moyen si puissant de
sanctification et de salut ! De ces secours les époux chrétiens ont un
230

Association Notre Dame de Chrétienté


besoin spécial, eux qui ont conscience de leurs graves devoirs et qui
sont résolus de s’en acquitter avec soin. (…)
Une réunion de corps ne suffit pas à établir la famille : elle repose sur
le fondement de la communauté des âmes, sur une intime union de
paix et d’amour mutuels. Or, l’Eucharistie est, selon la belle
expression de saint Augustin, signe d’unité et lien de charité "signum
unitatis, vinculum caritatis"; elle unit, elle soude les cœurs. Pour
supporter les charges, les épreuves, les douleurs communes, qui
n’épargnent aucune famille, même bien ordonnée, il est besoin
d’énergies quotidiennes; la Communion eucharistique est génératrice
de force, de courage, de patience ; et avec la douce joie qu’elle
répand dans les âmes bien disposées, elle dispense le trésor le plus
précieux des familles : la sérénité. » Pie XII, Discours aux jeunes
époux, 17 juin 1939

3. Piété filiale envers l’Église :


« Nul ne peut avoir Dieu pour père qui n’a pas l’Église pour mère »
Saint Cyprien
« Levez-donc les yeux, fils bien-aimés, dignes représentants d'une
nation qui se glorifie du titre de fille aînée de l'Église, et regardez les
grands exemples qui vous ont précédés, levez les yeux et admirez ces
splendides cathédrales qui demeurent parmi vous un vivant symbole
de cette Église catholique au sein de laquelle vous avez grandi. »
Pie XII, 1956 (25 juin), Message aux Français pour le 5ème
anniversaire de la réhabilitation de Jeanne d'Arc,
« Je ne puis comprendre un chrétien, ayant conscience de ce qu'il est
dans l'Église, un chrétien à qui tout rappelle la solidarité organique
qui l'unit à l'Église, je ne puis, dis-je, parvenir à comprendre un
chrétien qui se renfermerait sur lui-même, sans avoir au cœur le souci
constant de tout ce qui intéresse et concerne la sainte Église de
Dieu. » Dom Delatte - Contempler l'Invisible, 1889
« Quoi ! Nous aurons vu vieillir nos mamans de la terre sans jamais
nous lasser de contempler ces cheveux blanchis, ces traits défaits, ces
mains tremblantes, ce regard qui va s'éteignant, nous aurons pensé
mourir de douleur quand le cercueil nous a dérobé l'enveloppe flétrie
d'une âme et d'un amour que nous savons pourtant l'un et l'autre

231

Association Notre Dame de Chrétienté


immortels, et devant l'Église Mère, toujours jeune, toujours belle,
toujours glorieuse, toujours féconde, toujours en noces virginales
avec l'Époux ressuscité, nous aurons l'impiété, il faut redire le mot, il
n'y en as pas d'autre, l'impiété maudite de lui trouver des laideurs, et
de l'inviter à se farder, nous ses fils, elle notre Mère ? Se peut-il rien
de plus exécrable ? » Père Berto, Correspondance, 1961
« Pour nous, nous souvenant que Dieu n'a pas jugé qu'il fût au-
dessous de la dignité de la Sainte Vierge de faire d'elle la figure de
l'Église, chantons à l'Église le "Tota pulchra es" et ne lui demandons
que d'être elle-même pour captiver nos cœurs du plus puissant, du
plus véhément, du plus exclusif amour. » Père Berto, Correspondance,
« Louée soit à jamais cette grande Mère majestueuse, aux genoux de
qui j’ai tout appris. » Paul Claudel
« La reconnaissance filiale se manifeste par l’honneur rendu : mais
un honneur sincère. Elle est donc une attitude de la vie intérieure. Elle
consiste à se savoir débiteur insolvable dans son être même. À savoir
aussi que le patrimoine reçu est pour le transmettre et non pour en
disposer. » Jean Madiran, Dans "Une Civilisation blessée au cœur" .

Bibliographie

« MAGISTÈRE : Pastor Aeternus », Vatican I


« Lumen Gentium », Vatican II
« Mystici Corporis », Pie XII
« L’Eglise du Verbe Incarné », Cardinal Journet : Entretiens sur
l’Église
« Pages choisie », Cardinal Pie
« Les Épitres de Saint Paul », Dom Delatte
« Familiaris Consortio » § 21, 49-50, 55
« Catéchisme de l’Église Catholique » §764, 959, 1655-1657,
2204

232

Association Notre Dame de Chrétienté