Vous êtes sur la page 1sur 4

Les décès et les victimes causés par les

vaccins
Par Paul Joseph Watson – Le 30 août 2010

La révolte mondiale contre les vaccins mortels s’étend parce que les cas de maladies
débilitantes, les effets secondaires de morts lentes et même de morts instantanées se
généralisent.

Les cas de maladies débilitantes, d’effets secondaires de morts lentes et même de morts
instantanées à la suite des vaccinations dans le monde entier montent en flèche pendant que le
secret des inoculations mortelles implose et que de plus en plus de gens deviennent
soupçonneux au sujet de ce que les autorités de la santé, qui ne sont pas fiables, leur injectent.

L’implosion de la couverture vaccinale est assurée de décourager plus de parents de faire


vacciner leurs enfants dans les prochains mois, avec les vaccins de la grippe porcine étant
maintenant combinés avec le vaccin contre la grippe saisonnière. Un récent sondage
Rasmussen a révélé que 52 pour cent des Américains étaient préoccupés par la sécurité des
vaccins à l’approche du début de la nouvelle année scolaire et collégiale où de nombreux
enfants et adolescents devront « obligatoirement » accepter les vaccins avant de pouvoir
débuter l’année scolaire.

Une révolte mondiale contre les vaccins dangereux se prépare à la suite d’une série de cas où
des enfants ont été tués en conséquence directe avec les vaccinations.

Un programme de vaccination contre la rougeole en Inde a été interrompu après la mort de


quatre enfants presque immédiatement après avoir reçu les vaccins. « Quatre enfants sont
morts dans les minutes qui ont suivi la réception d’un vaccin pour la rougeole suivie par des
gouttes d’une solution de vitamine A, ce samedi », rapporte MedGuru.

Les journaux indiens rapportent des témoignages visuels de ce qui s’est passé. « Les quatre
enfants ont été signalés en évanouissement peu après avoir été vaccinés et des témoins ont
signalé avoir vu le roulement des yeux des enfants lorsqu’ils ont commencé à avoir des
convulsions », rapporte Blitz.

Les villageois furieux ont réagi à la tragédie en saccageant et en attaquant les agents de la
santé et en tenant en otage les médecins du gouvernement.

Les professionnels de la santé et les médecins ayant des liens avec le gouvernement ont
également été mis en cause en Finlande et en Suède après qu’un programme de vaccination
H1N1 ait été interrompu suite à une augmentation de 300 pour cent des cas de troubles
neurologiques de narcolepsie chez les enfants et les jeunes qui avaient reçu le vaccin au cours
des six derniers mois.

Selon Kari Lankinen, médecin-chef de l’Agence finlandaise des médicaments, les médecins
ont été complices pour camoufler le lien entre le vaccin contre la grippe porcine et la
narcolepsie, et ils l’ont fait pour faire avancer leur carrière.
Pendant ce temps, les mères préoccupées dont les filles ont été victimes ou tuées par le vaccin
Gardasil, ont mis en place un site web qui documente la vérité sur la façon dont le vaccin a
tué et blessé des milliers de jeunes filles depuis qu’il a été introduit en 2006. Des milliers
d’adolescentes ont subi des effets indésirables et au moins 71 jeunes sont mortes du vaccin
contre le VPH puisque que le programme a été lancé il y a quatre ans.

Le camouflage mondial du vaccin a reçu un coup de massue après qu’il ait été confirmé que
l’épidémie de grippe porcine de 2009, comme nous l’avions prévu dès le départ, n’était
qu’une escroquerie artificielle autour des profits immenses pour les entreprises
pharmaceutiques en mettant en danger la santé du public.

Comme signalé plus tôt cette année, l’enquête du président du Conseil du Sous-comité
européen de la Santé en 2009, Wolfgang Wodarg, au sujet de l’éclosion de grippe porcine, a
constaté que la pandémie n’était qu’un faux canular fabriqué par les sociétés pharmaceutiques
en ligue avec l’Organisation Mondiale de la Santé.

Wodarg a déclaré que les gouvernements avaient été « menacés » par des groupes d’intérêts
spéciaux au sein de l’industrie pharmaceutique ainsi que de l’Organisation Mondiale de la
Santé pour leur faire acheter les vaccins et les injecter à leurs populations sans aucune raison
scientifique raisonnable pour le faire, et pourtant, dans des pays comme l’Allemagne et la
France, seul environ 6 pour cent de la population a reçu le vaccin, malgré la suffisance des
vaccins pour couvrir 90 pour cent de la population.

Wodarg a dit qu’il n’y avait « aucune autre explication » pour ce qui s’est passé excepté le fait
que l’OMS ait travaillé en connivence avec l’industrie pharmaceutique pour fabriquer la
panique dans le but de générer des profits immenses, en accord avec Alex Jones que toute la
farce n’était qu’un canular.

Il a également expliqué comment les autorités de la santé étaient « déjà en attente pour que
quelque chose se passe » avant que la pandémie ne commence, puis, ont exploité le virus à
leurs propres fins.

Le professeur Ulrich Keil, directeur du Centre de Collaboration pour l’épidémiologie de


l’Organisation Mondiale de la Santé, a également critiqué l’épidémie de grippe porcine
comme une campagne « exagérée » d’angoisses, conçue en collaboration avec les grandes
sociétés pharmaceutiques pour augmenter les bénéfices pour les fabricants des vaccins.

Comme l’a rapporté Mike Adams de Natural News, plusieurs membres du panel d’experts du
Comité d’Urgence qui a conseillé l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) au cours de la
triste crise de la grippe porcine ont été soutenus financièrement par les laboratoires
pharmaceutiques, soit avant ou pendant l’épidémie.

Les deux vaccins contre la grippe H1N1 et la grippe saisonnière ont été associés à un certain
nombre différent d’effets secondaires à travers le monde, y compris le syndrome de Guillain-
Barré ainsi que la dystonie, un trouble neurologique paralysant.

Le vaccin contre la grippe saisonnière a également été associé à des convulsions et à de


nombreux problèmes pour les moins de 5 ans.
De nombreux lots du vaccin contre la grippe porcine contiennent du squalène et du mercure
parmi leurs ingrédients, deux substances qui ont été directement reliées à l’explosion
d’autisme chez les enfants ainsi que d’autres maladies. Des individus au sein du
gouvernement et parmi les militaires ont eu le privilège de recevoir gratuitement des vaccins
sans additif qui ne contenaient pas ces substances. La chancelière allemande, Angela Merkel,
et les ministres du gouvernement, ainsi que les soldats allemands, étaient parmi ceux qui ont
eu accès à la version soi-disant « amicale » du vaccin.

Afin de parer aux actions en justice pour les effets secondaires causés par les programmes de
vaccinations contre la grippe porcine, le gouvernement américain a fourni aux fabricants des
vaccins une immunité générale avant que les vaccins commencent à être distribués.

Invoquant des préoccupations sur la sécurité, le Premier Ministre Donald Tusk et le Ministre
de la Santé Ewa Kopacz, avec le large soutien du public, ont assuré que la Pologne soit le seul
pays au monde à rejeter totalement le vaccin H1N1.

« Nous prenons cette décision seulement dans l’intérêt des patients et des contribuables
polonais », a déclaré M. Tusk. « Nous ne prendrons pas partie parce que ce n’est pas honnête
et pas sécuritaire pour les patients. »

Dans une poursuite de 2008 pour un vaccin contre la grippe aviaire, trois médecins et six
infirmières polonaises ont fait face à des accusations criminelles après que le vaccin ait tué 21
personnes sans-abri qui participaient à l’essai.

La République Tchèque a rejeté un vaccin contre la grippe porcine produit par la


pharmaceutique Baxter après que la compagnie ait été prise à livrer des vaccins contaminés
par le virus mortel vivant de la grippe aviaire H5N1 à 18 pays par un laboratoire d’une
branche autrichienne de Baxter.

Comme récemment documenté par Jurriaan Maessen, dans son rapport annuel de 1968, la
Fondation Rockefeller a reconnu son financement du développement de soi-disant vaccins
« anti-fertilité » et leur mise en œuvre à l’échelle mondiale.

Ce programme a ensuite été lancé par un groupe qui a été créé sous les auspices de
l’Organisation Mondiale de la Santé, de la Banque Mondiale et du Fonds de la Population des
Nations Unies intitulé, « Groupe de travail sur les vaccins pour la régulation de la fécondité ».
Dans les années 1990, l’OMS a été entachée par une polémique après avoir distribué un
« vaccin contre le tétanos » pour les filles et les femmes pauvres du tiers monde qui était
contaminé par la gonadotrophine chorionique humaine (hCG), une hormone qui provoque
involontairement l’avortement.

Lors d’une conférence TED plus tôt cette année, Bill Gates a ouvertement déclaré que les
vaccins seraient utilisés pour diminuer la population de la terre afin de lutter contre les
changements climatiques. La Fondation Bill et Melinda Gates est un des principaux bailleurs
de fonds pour les recherches et la production des vaccins dans le tiers monde.

En avertissant que la population mondiale se dirigeait vers les 9 milliards d’habitants, Gates a
dit : « Si nous faisons un très bon travail sur les nouveaux vaccins, les soins de santé, les
services de santé de la reproduction (avortements), nous pourrions peut-être baisser la
population de 10 ou 15 pour cent. »
Comment une amélioration des soins de santé et des vaccins qui sont censés sauver des vies
pourrait-elle conduire à une baisse de la population mondiale ? À moins que Gates fasse
allusion à des vaccins pour stériliser les gens, ce qui est précisément la même méthode
préconisée par le conseiller scientifique de la Maison Blanche, John P Holdren, dans son
manuel de 1977, Ecoscience, qui exige un régime dictatorial « planétaire » afin d’appliquer
des mesures draconiennes de réduction de la population par toutes sortes de techniques
d’oppression, incluant la stérilisation.

Avec la population mondiale devenant de plus en plus consciente du rôle des vaccins dans
l’agenda pour réduire la population mondiale, le camouflage des maladies débilitantes, les
effets secondaires pour une mort lente et les décès instantanés à la suite des vaccinations
continueront d’imploser, jusqu’à ce que les autorités soient forcées par la loi de mettre en
œuvre des procédures de contrôle beaucoup plus rigoureux et de supprimer les additifs
toxiques des vaccins qui sont à l’origine de ces décès et de ces maladies.