Vous êtes sur la page 1sur 65

ST 590

Indice B

Application Ferroviaire
Spécification Technique

FOURNITURES DE GRANULATS UTILISES


POUR LA REALISATION ET L'ENTRATIEN
DES VOIES FERREES A USAGE ELECTRIQUE

Édition de octobre 1995 (réédition d'août 2001)

Éditée par le département qualité fournisseurs


ST590 Ind.B

EVOLUTIONS DU DOCUMENT

indice Motifs des évolutions Date

B / 10 / 1995

Spécification technique achat approuvée en octobre 1995 Département AF

-2-
ST590 Ind.B

SOMMAIRE

Page
CHAPITRE 1 - OBJET DE LA SPECIFICATION ..............................................................................................8

ARTICLE 1 - APPLICATION .............................................................................................................................8

ARTICLE 2 - PRODUITS CONCERNES - DOCUMENTS EXISTANTS ...........................................................8

ARTICLE 3 - TERMINOLOGIE ........................................................................................................................10

CHAPITRE 2 – SPECIFICATIONS TECHNIQUES .........................................................................................10

ARTICLE 4 - PRESENTATION........................................................................................................................10

ARTICLE 5 - DEFINITIONS CLASSIFICATIONS ...........................................................................................10

5.1 Définitions .................................................................................................................................................10

5.2 - Classification - Norme NF P 11300 .......................................................................................................11

ARTICLE 6 . CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES...................................................................................11

6.1 Résistance.................................................................................................................................................11

6.2 Friabilité des sables .................................................................................................................................12

6.3 Caractéristiques intrinsèques des blocs et des enrochements..........................................................12

ARTICLE 7 - CARACTERISTIQUES DE FABRICATIONS ............................................................................13

7.1 Granularité des sables, des graves, des gravillons et des cailloux - Fuseaux de spécification .....13

7.2 Dimension des blocs et des enrochements ..........................................................................................13

7.3 Sable et grave bien gradués....................................................................................................................14

7.4 Angularité ..................................................................................................................................................15

7.5 Formes.......................................................................................................................................................15

7.6 Propreté .....................................................................................................................................................16

7.7 Essai au vidéogranulomètre....................................................................................................................16

ARTICLE 8 CARACTERISTIQUES COMPLEMENTAIRES ...........................................................................17

8.1 Masse volumique - Compacité ................................................................................................................17

8.2 Résistance au gel .....................................................................................................................................17

8.3 La dégradabilité ........................................................................................................................................18

8.4 Caractéristiques particulières aux sols renforcés................................................................................18

8.5 Caractéristiques particulières aux granulats artificiels .......................................................................18

-3-
ST590 Ind.B

S O M M A I R E (suite)

Page
ARTICLE 9 - SPECIFICATIONS......................................................................................................................19

CHAPITRE 3 – CONDITIONS DE FOURNITURE QUALIFICATION DES GRANULATS ET DES


FOURNISSEURS .............................................................................................................................................38

ARTICLE 10 - CONDITIONS GENERALES....................................................................................................38

ARTICLE 11 - QUALIFICATION DU FOURNISSEUR....................................................................................38

ARTICLE 12 - HOMOLOGATION DU GRANULAT........................................................................................38

12.1 La fiche produit.......................................................................................................................................38

12.2 Le schéma organisationnel du plan d'assurance qualité (SOPAQ) ..................................................41

12.4 Validité de l'homologation .....................................................................................................................42

CHAPITRE 4 – ORGANISATION DES CONTROLES....................................................................................43

ARTICLE 13 - MAITRISE ET SURVEILLANCE DE LA QUALITE DES FABRICATIONS ............................43

14.1 Principes généraux ................................................................................................................................43

14.2 Suivi de la qualité par le fournisseur....................................................................................................44

14.3 Contrôles par le maître d'œuvre ...........................................................................................................44

ARTICLE 15 - CARACTERISTIQUES FAISANT L'OBJET DU CONTROLE ................................................45

ARTICLE 16 - NATURE ET FREQUENCE DES CONTROLES ....................................................................45

16.1 Contrôles "fournisseur".........................................................................................................................45

16.2 Contrôles du maître d'œuvre ................................................................................................................46

ARTICLE 17 - PRELEVEMENTS ET DESTINATIONS...................................................................................46

ARTICLE 18 - RECEPTION DES FOURNITURES .........................................................................................46

ARTICLE 19 - SUITE A DONNER AUX RESULTATS ...................................................................................46

19.1 Granulats contrôlés avant la mise en œuvre.......................................................................................46

19.2 Granulats contrôlés pendant la mise en œuvre..................................................................................46

CHAPITRE 5 – MESURES DIVERSES ...........................................................................................................48

ARTICLE 20 - STOCKAGE .............................................................................................................................48

ARTICLE 21 - MODE D'EVALUATION DES FOURNITURES .......................................................................48

ARTICLE 22 - ROLE DU SERVICE LOCAL ...................................................................................................48

ARTICLE 23 - RETOUR D'EXPERIENCE.......................................................................................................48

-4-
ST590 Ind.B

S O M M A I R E (suite)

Page
ANNEXE 1 - DEFINITION DES CLASSES DE QUALITE DES SOLS MEUBLES, DES MATERIAUX
ROCHEUX, DES SOLS ORGANIQUES ET DES SOUS PRODUITS INDUSTRIELS ...................................49

Légende ...........................................................................................................................................................49

1.1 - Classe A : sols fins ................................................................................................................................50

1.2 – Classe B : sols sableux et graveleux avec fines................................................................................50

1.3 - Classe C : sols comportant des fines et des gros éléments .............................................................51

1.4 - Classe D : sols insensibles à l'eau .......................................................................................................51

Classes R1 et R2 : roches calcaires .............................................................................................................52

Classe R3: roches sédimentaires argileuses ..............................................................................................52

Classe R4 : roches sédimentaires siliceuses..............................................................................................53

Classe R5: roches sédimentaires salines....................................................................................................53

Classe R6 : roches magmatiques et métamorphiques...............................................................................54

F1 - Matériaux naturels renfermant des matières organiques...................................................................55

F2 - Cendres volantes silico-alumineuses de centrales thermiques ........................................................55

F3 - Schistes houilliers ..................................................................................................................................55

F4 - Schistes de mines de potasse...............................................................................................................55

F5 - Phosphogypse.........................................................................................................................................55

F6 - Machefer d'incinération des ordures ménagères (MIOM)...................................................................55

F7 - Matériaux de démolition .........................................................................................................................55

F8 - Laitiers de hauts-fourneaux...................................................................................................................55

F9 - Autres sous-produits industriels ..........................................................................................................55

ANNEXE 2 - UTILISATION DE GRANULATS ARTIFICIELS.........................................................................56

1 - CENDRES VOLANTES SILICO-ALUMINEUSES DE CENTRALES THERMIQUES (classification F2)56

2 - SCHISTES HOUILLERS (F3) .....................................................................................................................56

3 - SCHISTES DE MINES DE POTASSE (F4 ) ...............................................................................................57

4 - PHOSPHOGYPSE (F5) ..............................................................................................................................57

5 - MACHEFER D'INCINERATION D'ORDURES MENAGERES (M.I.O.M.) (F6) .........................................57

6 - MATERIAUX DE DEMOLITION (F7)..........................................................................................................57

7 - LAITIER DE HAUT FOURNEAU (F8) ........................................................................................................58

-5-
ST590 Ind.B

S O M M A I R E (suite)

Page
ANNEXE 3 - ESSAI DE CHUTE EN CARRIERES..........................................................................................59

ANNEXE 4 - CARTES DE PROFONDEUR DE GEL (en cm) ........................................................................60

4.1 Hiver courant.............................................................................................................................................60

4.2 Hiver exceptionnel....................................................................................................................................61

ANNEXE 5 - ELEMENTS DEVANT FIGURER AU PLAN D'ASSURANCE QUALITE (P.A.Q.)....................62

1. DISPOSITIONS RELATIVES A LA FOURNITURE ....................................................................................62

2 - DISPOSITIONS RELATIVES AU TRANSPORT ET AU STOCKAGE ......................................................63

2.2 Stockage....................................................................................................................................................63

ANNEXE 6 - SCHEMA DE DEFINITION DE LA POSITION RELATIVE DES DIFFERENTS FUSEAUX


(Extrait de la norme P 18 540) .......................................................................................................................64

FICHE R.E.T.O.U.R.........................................................................................................................................65

-6-
ST590 Ind.B

ABREVIATIONS - SYMBOLES

Liste de symboles utilisés Normes d'essai

R Résistance (R = LA + MDE)
LA Coefficient Los Angeles P 18 573
MDE Coefficient microDeval en présence d'eau P 18 572
MDA Coefficient microDeval adapté au ballast P 18 572
FD Coefficient de fragmentation dynamique P 18 574
FS Coefficient de friabilité du sable P 18 576
IC Indice de continuité P 18 556
n Porosité P 18 556
Rc Résistance à la compression simple B 10 509

D, d Dimensions nominales d'un granulat P 18 560 (ou P94 056)


P [n] Passant au tamis n P 18 560 (ou P94 056)
CU Coefficient d'uniformité [cU = d (60)/d(10)]
Ang Angularité P 18 563
Ic Indice de concassage
A Coefficient d'aplatissement P 18 561
e Epaisseur d'un bloc ou d'un enrochement
g Grosseur d'un bloc ou d'un enrochement
l Longueur d'un bloc ou d'un enrochement
Vbg Valeur de bleu du granulat P 18 592 (94 068)
Vbs Valeur de bleu du sol P 94 068
ESP Equivalent de sable au piston P 18 598
ESV Equivalent de sable à vue P 18 598

ρr Masse volumique réelle P 18 554 (ou P 94 064)


γ OPM Masse volumique à l'Optimum Proctor Modifié P 94 093
γ OPN Masse volumique à l'Optimum Proctor Normal P 94 093
Dr Compacité (Dr =γOPM/ρr)
γd Poids volumique sec P 94 053
w Teneur en eau P 18 554 (ou P 94 050)
wOPN Teneur en eau à l'Optimum Proctor Normal P 94 093

G Sensibilité au gel P 18 593


LAg Los Angeles après des cycles de gel-dégel P 18 593
SGN Matériau non gélif P 98 234.2
SGP Matériau peu gélif P 98 234.2
SGT Matériau très gélif P 98 234.2
Dg Dégradabilité P 94 067
MO Teneur en matières organiques P 94 055
Ip Indice de plasticité P 94 051

h Matériau classé humide (h) ou très humide (th) dans la


classification de la norme NF P 11-300
m Matériau classé d'humidité moyenne dans la
classification de la norme NF P 11-300
s Matériau classé sec (s) ou très sec (ts) dans la
classification de la norme NF P 11-300

B.C. Hydro Bonnes conditions hydrologiques et hydrogéologiques


m.c. Hydro Mauvaises conditions hydrologiques et hydrogéologiques
Planch.d'essai Planche d'essai obligatoire

Vsi Valeur spécifiée inférieure


Vss Valeur spécifiée supérieure
U Incertitude des méthodes d'essai. Par extension : intervalle admissible de dépassement
de la valeur spécifiée.

-7-
ST590 Ind.B

CHAPITRE 1 - OBJET DE LA SPECIFICATION

ARTICLE 1 - APPLICATION
Cette spécification technique fait l'inventaire de tous les matériaux fins ou granulaires, naturels ou artificiels (1)
utilisables dans les structures d'assise ferroviaire et les ouvrages en terre pour la construction de lignes
nouvelles, l'entretien des voies ferrées, ainsi que pour les rétablissements routiers réalisés sous maîtrise
d'œuvre de la SNCF.

En cela, elle recouvre plusieurs domaines : ferroviaire, terrassement, chaussées, géotechnique ..., ayant
chacun sa terminologie, ses classifications et ses recommandations ..., précisées dans des documents publiés :

- normes P 18 540 (ex P 18101) Granulats - Vocabulaire, définitions et classifications (à paraître)

- norme NF P 11 300 : Exécution des terrassements - Classification des matériaux utilisables dans la
construction des remblais et des couches de forme d'infrastructures routières.

- guide technique: réalisation des remblais et des couches de forme - SETRA - LCPC

- fiche UIC 719 R : ouvrages en terre et couches d'assise ferroviaire - 2e édition

- marché public de travaux - cahier des Clauses Techniques Générales - Fascicule 23 : fourniture de granulats
employés à la construction et à l'entretien des chaussées. Ministère de l'Equipement et des Transports (à
paraître)

II est renvoyé aux documents existants lorsque des granulats font déjà l'objet de spécifications ou de normes
publiées (voir article 2.)

Sont également définies les procédures d'acceptation des granulats et de vérification de la conformité du lot de
livraison.

Sont présentées en annexe, car susceptibles d'évoluer dans le temps, des recommandations concernant
l'emploi des granulats "artificiels".

ARTICLE 2 - PRODUITS CONCERNES - DOCUMENTS EXISTANTS


Les granulats pouvant être employés par la SNCF pour la réalisation des lignes nouvelles, les travaux
d'entretien et tous les travaux connexes, sont listés ci-après ainsi que les documents où figurent les
spécifications publiées. La classification des sols, des matériaux rocheux, des sols organiques et des sous-
produits industriels en vue de la définition de leur qualité en place, ou de leur réutilisation fait l'objet de
l'annexe 1.

(1) voir définition dans la norme NF P 18-540 partie I (ex P18-101)

-8-
ST590 Ind.B

Domaine d'emploi granulat spécifications Numéro


déjà publiées de fiche
Structures d'assise
- Ballast NF F 53 695
- Gravillon de soufflage NF F 53 695
- Sous couche pour couche "sous ballast" 1
- Sous couche pour couche de fondation 2
- Sous couche pour réfection automatisée des assises de voie 3
- Couche de forme de qualité S2 ou Rt2 annexe l
- Couche de forme de qualité S3 ou Rt3 4
Terrassement
- Remblai annexe l
- Remblai d'ouvrages renforcés 5
- Matériaux de zone humide 6
- Matériaux de zone inondable 7
- Masque de protection des talus 8
- Masque poids 8
- Banquette de confortation 8
- Remblai contigu aux maçonneries (blocs techniques) 9
Drainage et ouvrages hydrauliques
- Remblai contigu aux buses 9
- Sable anticontaminant 10
- Granulats drainants 11
- Masques et éperons drainants 12
- Lit de pose pour buses 13
- Dispositif aval des ouvrages hydrauliques en béton 14
Divers
- Sable de piste 15
- Gravillons de cloutage des terrassements 16
- Blocs de remplissage des gabions 17
- Enrochements 18
Béton
granulats pour béton NG AG 4 AO n°1
livret 2.1
(document SNCF)
Granulats routiers
corps de chaussées P 98-115
graves ciment P 98-116
graves pouzzolanes-chaux P 98-117
graves laitiers P 98-118
graves-cendres volantes-chaux P 98-119
graves-cendres volantes hydrauliques P 98-120
graves liant spécial routier P 98-122
graves laitiers-cendres volantes-chaux P 98-123
cendres volantes-chaux gypse P 98-124
matériaux marginaux traités aux liants hydrauliques P 98-127
bétons compactés routiers et graves traitées aux liants P 98-128
hydrauliques et pouzzolaniques à hautes performances
graves non traitées P 98-129
sols fins traités P 98-…
graves émulsion cationique P 98-121
couches de roulement et couches de liaison : bétons bitumineux semi- P 98-130
grenus
couches de roulement : bétons bitumineux minces P 98-132
couches de roulement : bétons bitumineux cloutés P 98-133
couches de roulement : bétons drainants P 98-134
bétons bitumineux pour couches de surface de chaussées souples à P 98-136
faible trafic
couches de roulement: bétons bitumineux très minces P 98-137
couches d'assises: graves bitume P 98-138
couches de roulement: bétons bitumineux à froid P 98-139
couches d'assises: enrobés à module élevé P 98-140
couches de roulement et couches de liaison : bétons bitumineux à P 98-141
module élevé
asphalte coulé pour trottoir et pour couches de roulement de P 98-145
chaussées
revêtement de chaussées - enduits superficiels d'usure P 98-160

-9-
ST590 Ind.B

ARTICLE 3 - TERMINOLOGIE
Afin de simplifier cette spécification et d'en faciliter la lecture, on désigne par :

- granulat : tout produit faisant l'objet de la présente spécification technique,

- maître d'œuvre: le responsable SNCF du chantier ou son représentant désigné,

- fournisseur : la personne ou l'organisme auprès duquel sont obtenus les granulats (producteur).
Est également considéré comme fournisseur (fournisseur non producteur)
l'entrepreneur chargé de la mise en œuvre lorsque le granulat n'est pas une fourniture
SNCF. Un fournisseur non producteur assume entièrement les responsabilités du
producteur.

- établissement du ensemble des zones d'extraction, de production, d'élaboration, de contrôle et de


fournisseur : stockage des granulats (carrières, chantier, laboratoire, etc...)

- prototype : quantité de granulats produite par l'installation de concassage, après mise au point
des réglages sur laquelle sont prélevés suffisamment d'échantillons pour définir les
valeurs figurant sur la fiche produit, et pour confirmer le respect de la spécification.
C'est généralement la production en continue d'une demi-journée.

Pour les besoins de cette spécification (notamment au niveau des pièces à fournir pour l'homologation) on fait
la distinction parmi les différentes carrières, entre :

- les "carrières": terme qui désigne des entreprises de production permanente de granulats, ayant une raison
sociale et inscrites au registre du commerce et,

- les "carrières provisoires" : lieu de production de granulats n'existant que pendant la durée du chantier, pour
les besoins de celui-ci. Ce sont les déblais et les zones d'emprunt.

Il est rappelé que l'exploitation des carrières est réglementée notamment pour la loi du 4 janvier 1993 et son
décret d'application du 9 juin 1994. Ne pourront donc être proposés par le producteur que des granulats
provenant des carrières possédant un arrêté d'autorisation d'exploitation en cours de validité (les déblais
n'entrent pas dans le cadre de cette loi).

CHAPITRE 2 – SPECIFICATIONS TECHNIQUES

ARTICLE 4 - PRESENTATION
Les spécifications de ce chapitre définissent les conditions qui doivent être respectées pour que les granulats
soient acceptés sans réserve ni réfaction de prix. La procédure de contrôle est précisée au chapitre 4. Tous les
essais sont, sauf indication contraire du marché, conformes aux normes publiées.

Les caractéristiques des granulats faisant l'objet de spécifications ou de normes publiées, tel qu'indiqué au
chapitre 1 - article 2, ne sont pas reprises ici .

ARTICLE 5 - DEFINITIONS CLASSIFICATIONS

5.1 Définitions
. Les granulats de cette spécification pouvant faire l'objet de définitions différentes car appartenant à des
domaines d'application différents, les définitions retenues sont :

sable : granulat 0/D avec D ≤ 6,3 mm


grave : granulat 0/D avec 6,3 < D ≤ 125 mm
gravillon : granulat d/D avec d ≥ 1 mm et D ≤ 31,5 mm
cailloux : granulat d/D avec d ≥ 20 mm et D ≤ 125 mm
blocs : granulat d/D avec d > 100 mm

- 10 -
ST590 Ind.B

Parmi les blocs on peut, si besoin est, faire la distinction entre :


. les "pierres cassées" ou "moellons" aux formes anguleuses,
. les "galets" aux formes arrondies.

Les blocs sont des éléments de poids inférieur à 50 kg environ, (soit Dmax de l'ordre de 300 à 350 mm) au delà
on a affaire à des enrochements (1).

d et D sont les dimensions nominales des granulats, elles correspondent généralement aux dimensions de
l'appellation commerciale dans le cas de fourniture à partir d'une carrière (2). Pour les matériaux provenant
d'une carrière provisoire, d et D sont respectivement les dimensions des tamis pour lesquels le passant à (d) et
le refus à (D) sont voisins de 8% (3).

. P [n] : représente le passant au tamis "n" (en mm), sont entre autres utilisés :
P [0,08] : passant à 0,08 mm
P [0,2] : passant à 0,2 mm
P [2] : passant à 2 mm

. tout intervalle d - D est appelé "classe granulaire d/D",

. dimension maximale des granulats : Dmax

Dmax est tel que P [Dmax] ≥ 99%

Dmax = 1,58 D si D < 50 mm


Dmax = 1,25 D si 50 ≤ D ≤ 200 mm
Dmax = D si D > 200 mm

. les seuils retenus dans le présent document sont des valeurs limites à respecter conformément aux
dispositions du chapitre 4 - article 14.
5.2 - Classification - Norme NF P 11300
Les matériaux utilisés dans les terrassements routiers sont classés en fonction de différentes caractéristiques
(géologiques, granulométriques, origines,...) en classes et en sous-classes permettant l'élaboration de
recommandations d'emploi.

Pour chaque granulat faisant l'objet d'une fiche, il est précisé les types de matériaux qui, selon cette
classification, sont susceptibles de fournir le granulat, en tout ou partie, avec ou sans traitement
mécanique, sous réserve du respect des spécifications indiquées.

ARTICLE 6 . CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES

6.1 Résistance

6.1.1 Définition
La résistance du granulat est définie par le coefficient : R

R = LA + MD (selon la granularité MD = MDE ou MDA)

obtenu à partir des caractéristiques de résistance :

- aux chocs, déterminée par l'essai Los Angeles : LA

- à l'usure, déterminée par l'essai microDeval en présence d'eau :


MDE pour les granulats à D < 50
MDA pour les granulats à D ≥ 50

La valeur de R est arrondie à l'unité.

(1) en pratique, on considère qu’un bloc est déplaçable manuellement alors qu’un enrochement ne peut être déplacé qu’avec l’aide d’un
engin mécanique.
(2) Les dimensions constituant les appellations commerciales sont : 0-1-2-4-6, 3-8-10-12,5-14-16-20-31, 5-40-63 et 125mm.
Si nécessaire, on peut également utiliser les coupures suivantes : 2,5-3, 15-5-25-50-80-100.
(3) On réserve les termes de passant pour la partie basse de la courbe granulométrique et refus pour la partie
haute.

- 11 -
ST590 Ind.B

6.1.2 Classes granulaires d'essai


Selon la dimension nominale D, les caractéristiques Los Angeles (LA) et microDeval (MD) sont déterminées sur
les classes granulaires suivantes :

D MDA MDE LA
≥ 50 25-50 25 - 50
40 - 31,5 10 - 14 16 - 31,5
25 10 - 14 10 - 25
20 - 16 - 14 10 - 14 10 - 14
12,5 - 10 6,3 - 10 6,3 - 10
8 - 6,3 4 - 6,3 4 - 6,3

Il peut se produire que pour des raisons de quantité de granulat disponible, l'essai ne puisse être réalisé sur la
classe granulaire indiquée au tableau précédent, il doit alors être effectué sur la classe granulaire
immédiatement inférieure et précisé sur le procès verbal d'essai. Cette remarque ne s'applique pas aux
granulats à D ≥ 50 dont les caractéristiques doivent impérativement être déterminées sur la fraction 25/50.
6.1.3 Fragmentation dynamique
Pour des raisons de facilité et de rapidité d'exécution, la vérification de la résistance aux chocs d'un granulat à
D ≤ 40, peut être effectuée par l'essai de fragmentation dynamique : FD ; il convient alors de définir au
préalable, pour le granulat concerné, la corrélation entre LA et FD. En cas de litige sur les résultats ce sont les
valeurs mesurées par l'essai Los Angeles qui sont prises en considération.
6.1.4 Mélange de granulats de provenances différentes
Lorsque le granulat est obtenu par mélange de plusieurs classes granulaires de provenances différentes il
convient de s'assurer de la conformité de chaque classe ainsi que de la conformité du produit fini.
6.2 Friabilité des sables
La friabilité des sables FS doit être prise en compte pour les sables, et pour une grave 0/D lorsqu'elle est
obtenue par mélange de sable 0/4 ou 0/6,3 et de gravillons de provenances différentes. Le coefficient de
friabilité des sables incorporés aux gravillons doit être :

FS ≤ 40 lorsque le gravillon est de résistance R ≤ 60


FS ≤ 60 lorsque le gravillon est de résistance R > 60
6.3 Caractéristiques intrinsèques des blocs et des enrochements
Compte tenu de la dimension des blocs et des enrochements, les caractéristiques intrinsèques mesurées sur
des gravillons et des cailloux (ballast) peuvent ne pas être représentatives, notamment lorsque le front de taille
devant fournir les blocs ou les enrochements est hétérogène et fracturé, il convient de s'assurer de la
représentativité des résultats fournis lors de l'évaluation de l'établissement du fournisseur en vue de sa
qualification (voir chapitre 3 - article 11).

Les caractéristiques intrinsèques à prendre en compte pour les blocs et les enrochements sont :

- La résistance R = LA + MDA (pour la sélection de la carrière)

- L'indice de continuité : IC

- La porosité : n, éventuellement complétée par la vérification de l'insensibilité au gel

- La résistance à la compression simple : Rc

- La dégradabilité : Dg (uniquement pour les blocs)

- L'essai de chute en carrière (uniquement pour les enrochements)

Pour des fournitures supérieures à 5000 m3 ou 10000 tonnes, l'agrément pour la fourniture d'enrochements
n'est prononcé qu'après vérification par essai de chute en carrière du prototype élaboré dans la carrière
sélectionnée. La procédure de l'essai de chute en carrière est décrite à l'annexe 3.

- 12 -
ST590 Ind.B

ARTICLE 7 - CARACTERISTIQUES DE FABRICATIONS

7.1 Granularité des sables, des graves, des gravillons et des cailloux - Fuseaux de spécification

7.1.1 - Fuseaux de spécification des graves et des sables


Ils sont précisés dans les fiches.
7.1.2 - Fuseaux de spécification des gravillons et des cailloux
Ils sont établis à partir des spécifications de la norme P 18 540 (ex P 18 101).

La définition des valeurs spécifiées aux tamis intermédiaires doit dans la plupart des cas être effectuée
D+d
graphiquement ou par calcul ne correspond généralement pas à une ouverture de tamis
2
disponible. Sur le tableau ci-après les valeurs spécifiées (supérieure et inférieure : Vss - Vsi) aux
D
tamis intermédiaires ont été déterminées pour des rapports __ variant de 1,25 à 6,3.
d

Passants D / d (valeurs arrondies)


aux tamis 1,25 1,58 2 2,5 3,15 4 5 6,3
D 99 - 80 99 - 80 99 - 85 99 - 85 99 - 85 99 - 85 99 - 85 99 - 85
70 - 30 76 - 46 85 - 58 83 - 55 88 - 65 85 - 60 92 - 71
Tamis 41 - 17 70 - 30 67 - 26 78 - 46 73 - 35 85 - 58
42 - 15 49 - 17 67 - 28 61 - 25 77 - 43
intermédiaires 32 - 9 49 - 18 50 - 19 70 - 30
30 - 9 38 - 13 56 - 23
(sauf tamis de 14) 27 - 6 42 - 15
29 - 7
d 20 - 1 20 - 1 15 - 1 15 - 1 15 - 1 15 - 1 15 - 1 15 - 1

Cas particuliers du granulat 10/14 : il n'est pas précisé de spécifications pour le passant au tamis de 12,5 mm.
7.2 Dimension des blocs et des enrochements

7.2.1 - Blocs
Pour définir la dimension nominale des blocs, on peut utiliser les coupures suivantes : 150, 200 et 350 mm.
7.2.2 - Enrochements
Les enrochements sont classés en catégories en fonction de leur poids, exprimé en kg.

Les catégories sont désignées par 2 nombres représentant le poids minimal et le poids maximal de la
catégorie.

La vérification de la conformité des éléments s'effectue visuellement par rapport à des éléments témoins
préalablement choisis et représentant :

- le refus inférieur : élément de poids égal à la moitié du poids minimal de la catégorie,

- le poids minimal,

- le poids moyen : poids servant à la définition du domaine d'emploi,

- le poids maximal,

- le refus supérieur : élément de poids égal au double du poids maximal de la catégorie.

- 13 -
ST590 Ind.B

7.2.2.1 - Catégories

Refus Poids Poids Poids Refus


inférieur minimal moyen maximal supérieur
Catégories de base
10-100 5 kg 10 50 100 200
100-400 50 100 250 400 800
400-1000 200 400 600 1000 2000
1000-3000 500 1000 2000 3000 6000
Catégories
particulières
100-1000 50 100 300 1000 2000
10-400 5 10 100 400 800

Lorsqu'une catégorie particulière est obtenue par mélange de 2 catégories de base, la proportion est de 2
unités de la catégorie la plus petite pour 1 unité de la catégorie la plus grosse (l'unité pouvant être le volume
d'une benne de camion par exemple).
7.2.2.2 - Spécifications
- moins de 10 % (en nombre) des éléments doivent avoir un poids compris entre :
. le refus inférieur et le poids minimal
. le poids maximal et le refus supérieur.

- 40 à 50 % (1) des éléments doivent avoir un poids inférieur au poids moyen

- 50 à 60 % (2) des éléments doivent avoir un poids supérieur au poids moyen.

7.3 Sable et grave bien gradués

7.3.1 Sable bien gradué (Sbg)


Un sable est bien gradué lorsque le coefficient de courbure cU de sa courbe granulométrique moyenne est :

cU = d 60 ≥ 6
d 10

d 60 et d 10 sont respectivement les dimensions des grains correspondants à 60% et 10% de passants. La
valeur de cU est arrondie à l'unité.

La courbe granulométrique moyenne est obtenue à partir de la moyenne arithmétique des passants à chaque
tamis.
7.3.2 Grave bien graduée (Ggb)
Une grave bien graduée est telle qu'après chaque contrôle la moyenne arithmétique des passants à chaque
tamis reste dans le fuseau ci-après (bornes comprises).

Tamis Fuseau de la courbe moyenne (Vss-Vsi)


D/2 73 - 65
D/5 52 - 42
D/10 40 - 31
D/20 31 - 22
D/50 21 - 16
D/100 15 - 12
D/200 10 - 8

(1) Pour la catégorie 10 - 400 les pourcentages sont 60 à 70 %


(2) Pour la catégorie 10 - 400 les pourcentages sont 30 à 40 %

- 14 -
ST590 Ind.B

A titre indicatif est figuré ci-après le fuseau de spécification des graves 0/31,5 bien graduées (sous-couche pour
couche "sous ballast").

7.4 Angularité
Selon la proportion de cailloux et de blocs soumise au concassage on distingue :

- les granulats roulés : lorsque l'indice de concassage : Ic ≤ 30

- les granulats semi-concassés : Ic > 30

- les granulats entièrement concassés : Ic = 100

La vérification de l’angularité concerne les graves 0/D et les gravillons d/D semi-concassés. Elle s'exprime par
la mesure du coefficient d'écoulement des gravillons.

Les gravillons testés sont dits "anguleux", c'est-à-dire d'angularité satisfaisante si le temps d'écoulement
exprimé en secondes est supérieur ou égal à :

- 95 secondes si la mesure est effectuée sur la fraction granulométrique 6,3/10 mm.

Si l'essai est effectué sur une autre fraction (4/10 ou 4/20) le temps d'écoulement des gravillons doit être
supérieur à 70 secondes.

Un granulat concassé de roche massive est un matériau anguleux ne nécessitant pas de vérification.

7.5 Formes

7.5.1 Gravillons et cailloux


La vérification de la forme des gravillons et cailloux consiste en la détermination du coefficient d’aplatissement :
A.
7.5.2 Blocs et enrochements
La vérification de la forme des blocs et des enrochements consiste en la mesure des 3 dimensions :

- La longueur : l

- La grosseur: g

- L'épaisseur : e e≤g≤l

- 15 -
ST590 Ind.B

Les spécifications portent sur les valeurs des rapports : l + g et l


2e e

D'une manière générale la forme d'un bloc ou d'un enrochement n'est vérifiée que lorsque celui-ci semble
visuellement hors spécification.
7.6 Propreté

7.6.1 Propreté des sables et des graves


Sous le terme général de propreté des sables et des graves, on considère deux comportements :

- l'existence d'une partie fine argileuse dont la sensibilité à l'eau réduit les performances des couches réalisées
à partir du granulat.

- l'existence d'une partie fine susceptible de réduire la perméabilité des couches réalisées à partir du granulat.

C'est pourquoi elle s'exprime :

. soit par la "valeur de bleu des fines du granulat" : Vbg,

. soit par l'équivalent de sable : ES

- la valeur de bleu de fines du granulat est utilisée pour caractériser l'insensibilité à l'eau du granulat.

C'est l'application au granulat de l'essai utilisé pour déterminer la valeur de bleu du sol qui consiste à mesurer
la valeur de bleu de méthylène à la tache de la fraction 0/2 mm et de rapporter la valeur trouvée à la fraction
0/50 du granulat.

Vbg = VB x P[2]

dans laquelle VB est la valeur de bleu de la fraction 0/2 mm du granulat (exprimée en gramme de bleu pour 1
kg de granulat 0/2) et P [2] la proportion de passant à 2 mm de la fraction 0/50 du granulat ( ou 0/D si D < 50
mm).

Exemple : granulat 0/31,5 avec un pourcentage de passant à 2 mm P [2] =10 % (proportion de passant à 2 mm
= 0,10).
Valeur de bleu de la fraction 0/2 = 10 g/kg
Vbg = 10 x 0,1 = 1

- l'équivalent de sable est utilisé pour vérifier que le granulat conserve ses caractéristiques de perméabilité.

La valeur retenue pour l'équivalent de sable est celle de la mesure au piston : ESP. Lorsqu'elle ne peut être
effectuée convenablement on adopte le résultat de l'essai à vue : ESV. Les seuils de spécification sont alors
majorés de 2 points.

Exemple : ESV ≥ 37 si ESP ≥ 35

- La propreté des sables et des graves peut également être vérifiée à partir de l'essai d'équivalent de sable à
10% de fines : PS (norme d'essai P 18 - 597). On adoptera alors les corrélations suivantes :

ESP PS
35 40
50 60

7.6.2 - Propreté des gravillons et des cailloux


La propreté des gravillons est définie par le pourcentage de passants à 0,5 mm.

La propreté des cailloux est définie par le pourcentage de passants à 1,6 mm.
7.7 Essai au vidéogranulomètre
Pour le suivi des livraisons, on peut être amené à utiliser des essais rapides telle que l'analyse au
vidéogranulomètre. Il convient d'étalonner le vidéogranulomètre vis-à-vis de l'analyse granulométrique par
tamisage, afin de définir les fuseaux qui seront retenus pour le contrôle.

- 16 -
ST590 Ind.B

ARTICLE 8 CARACTERISTIQUES COMPLEMENTAIRES


Selon le domaine d'emploi des granulats, on peut être amené à imposer des spécifications pour d'autres
caractéristiques, telles que :
8.1 Masse volumique - Compacité
La masse volumique (ou masse volumique réelle) se détermine sur des gravillons de grosseur supérieure à 10
mm, ou des cailloux. Elle est utilisée pour vérifier la compacité des granulats

- à partir de l'optimum Proctor modifié : OPM pour les granulats 0/D avec D ≤ 31,5

- à partir de la masse volumique sèche maximale obtenue sur la planche d'essai pour les granulats 0/D avec
D > 31,5.

La compacité est le rapport entre la masse volumique sèche du granulat compacté et sa masse volumique
réelle ; elle s'exprime en pourcentage.

La connaissance de la masse volumique réelle est indispensable lorsque les granulats sont payés au poids.
8.2 Résistance au gel
Pour certains domaines d'emploi, on peut être amené à vérifier que le granulat est insensible au gel c'est-à-dire
qu'il ne risque pas de s'altérer ou d'entraîner des dommages à l'ouvrage par gonflement et déformation au gel
et au dégel.

Il convient d'abord de s'assurer que compte tenu de la situation géographique, le front de gel peut atteindre la
couche considérée. La profondeur susceptible d'être atteinte par le front de gel est définie conformément aux
dispositions du § 8.2.1 et précisée au marché.
8.2.1- Détermination de la profondeur de gel
La profondeur de gel à prendre en compte est obtenue à partir des cartes de l'annexe 4 :

- carte correspondant à un hiver exceptionnel utilisée pour le dimensionnement des structures d'assise,

- carte correspondant à un hiver courant pour l'estimation de la profondeur de gel pendant les travaux.

La profondeur de gel est égale à la hauteur lue sur la carte.

8.2.2 - Résistance au gel des gravillons et des cailloux


La vérification de la résistance au gel des gravillons et des cailloux d/D s'effectue selon la procédure de l'essai
de sensibilité au gel des granulats.

On considère que les gravillons et les cailloux sont "non gélifs" si au moins l'une des 3 valeurs spécifiées
suivantes est respectée

Ab ≤_ 1 % coefficient d'absorption d'eau mesuré selon la norme P 18-554


LA ≤ 25
G ≤ 30
8.2.3 Résistance au gel des graves, des sables et des sols fin
La vérification de la sensibilité au gel des graves, des sables et des sols fins peut être effectuée, selon la
précision recherchée, à partir :

- des indications des tableaux de l'annexe 1

- de l'abaque de définition de la sensibilité au gel

- 17 -
ST590 Ind.B

Le degré de sensibilité est déterminé par la position de la courbe granulométrique de la fraction 0/2 mm du sol,
sur l'abaque ci-après :

- par essai de gonflement au gel

Les méthodes présentées ci-avant, permettent de définir la sensibilité au gel des granulats dans la plupart des
utilisations. Cependant pour les arases terrassement (ou tout ouvrage pour lequel le gel et le dégel peuvent
provoquer des désordres engageant la sécurité des circulations ferroviaires) les vérifications précédentes sont
insuffisantes ; si le front de gel correspondant à un hiver très rigoureux doit les pénétrer de 5 cm ou plus, la
vérification de la sensibilité au gel doit être effectuée par l'essai de "gonflement au gel des matériaux 0/D traités
ou non traités (D ≤ 20 mm)".
8.3 La dégradabilité
La dégradabilité : Dg est utilisée pour vérifier l'aptitude du granulat à ne pas se détériorer sous les actions
climatiques autres que le gel.
8.4 Caractéristiques particulières aux sols renforcés
Les sols peuvent être renforcés par :

- des éléments métalliques,

- des géosynthétiques sous forme de nappes ou de lanières (le renforcement par fils n'est pas envisagé ici).

Dans les 2 cas, les sols ne doivent pas provoquer ou accélérer la dégradation des éléments de renfort. Il
convient de vérifier les caractéristiques physiques et mécaniques des sols utilisés tels que :

- la teneur en matières organiques,

- le PH,

- la teneur en chlore, sulfate, sulfure,

- la résistivité.

Il convient également de s'assurer que les caractéristiques de frottement du sol lui-même et de frottement
sol - armature sont conformes aux valeurs prises en compte dans le calcul de l'ouvrage. (Les valeurs de
frottement doivent être supérieures d'au moins 10 % aux valeurs de calcul).

Pour ces utilisations particulières, se reporter aux documents de recommandations spécifiques à chaque
procédé.
8.5 Caractéristiques particulières aux granulats artificiels
Compte tenu de leur origine, les granulats artificiels peuvent avoir des propriétés chimiques physiques ou
mécaniques différentes des granulats naturels, pouvant conduire à imposer des spécifications complémentaires
aux conditions d'utilisation des granulats naturels.

- 18 -
ST590 Ind.B

Les valeurs limites de la teneur en sulfate soluble dans l'eau mesurée selon la norme P 18-581 sont :

- 0,2 lorsque la couche considérée est en contact avec du béton, ou est utilisée en couche "sous ballast"
d'une assise utilisant des traverses béton,

- 0,7 dans tous les autres cas.

ARTICLE 9 - SPECIFICATIONS
Les spécifications sont présentées sous forme de fiches. Pour chaque type de granulat l'application prévue
est précisée. Ces fiches peuvent également servir à la définition de spécifications pour des utilisations
particulières ne figurant pas au tableau 2.

Pour chaque type de granulat il est également indiqué la classe de matériau (selon la classification de la
norme NF P 11 300) susceptible de fournir le granulat, sous réserve de respecter les spécifications de la
fiche. (Avec en gras les matériaux recommandés).

Inventaire des fiches :

Fiche n°1 : sous-couche pour couche "sous-ballast"


Fiche n°2 : sous-couche pour couche de fondation
Fiche n°3 : sous-couche pour réfection automatisée des assises de voie
Fiche n°4 : couche de forme de qualité S3 ou Rt3
Fiche n°5 : remblai d'ouvrages renforcés
Fiche n°6 : matériaux de zone humide
Fiche n°7 : matériaux de zone inondable
Fiche n°8 : masques de protection des talus
masques poids
banquettes de confortation
Fiche n°9 : remblai contigu aux maçonneries (blocs techniques)
remblai contigu aux buses
Fiche n°10 : sable anticontaminant
Fiche n°11 : granulats drainants
Fiche n°12 : masques et éperons drainants
Fiche n°13 : lit de pose pour buses
Fiche n°14 : dispositif aval des ouvrages hydrauliques en béton
Fiche n°15 : sable de piste
Fiche n°16 : gravillons de cloutage des terrassements
Fiche n°17 : blocs de remplissage des gabions
Fiche n°18 : enrochements

- 19 -
ST590 Ind.B

Fiche n° 1 : Sous-couche pour couche "sous-ballast"

Type de matériau: D2, D3, R21 [ 1 ] , R41, R61

lignes parcourues
à grandes vitesses autres lignes Observations
V > 160 km/h

désignation Grave 0 / 31,5 bien graduée voir § 7.3.2

Caractéristiques intrinsèques

résistance LA+MDE <= 40 <= 50

Caractéristiques de fabrication

dimensions nominales d 0

D 31,5 31,5 (ou 40)

granularité P[2D] 100 [2]


( fuseau de spécification ) P[1,58D] 100 - 99 fuseau de la
P[D] 99 - 85 courbe moyenne
P[D/2] 81 - 55
P[D/5] 57 - 31 P[D/2] : 73 - 65
P[D/10] 45 - 23 P[D/5] : 52 - 42
P[D/20] 36 - 17 P(D/10]: 40 - 31
P[D/50] 26 - 11 P[D/20] : 31 - 22
P[D/100] 19 - 8 P[D/50] : 21 -16
P [D/200] 13 - 6 P[D/100] : 15 - 12
P[0,08] 8-4 P[D200] : 10 - 8

angularité Entièrement >= 95 sec. voir § 7.4


concassée ( sur fraction 6,3/10)
forme A <= 25

propreté Vbg <= 1 voir § 7.6.1

Caractéristiques
complémentaires
compacité >= 82 % >= 80 %
sensibilité au gel non gélif voir § 8.2.3
granulats artificiels [3]

[1] L'utilisation de granulats calcaires d'origine géologique autre que "Primaire" doit être soumise à l'accord du Département
IG-LG
[2] La limite inférieure du fuseau de spécification est la même que la limite inférieure du fuseau des graves non traitées
routières 0 / 31,5 dures ( Norme P 98-129 )
[3] utilisation possible de matériaux de démolition : F71 , sous réserve des recommandations des annexes 1 et 2

- 20 -
ST590 Ind.B

Fiche n° 2 : Sous-couche pour couche de fondation

Type de matériau : B5, D , R21 , R41, R61

lignes parcourues
à grandes vitesses autres lignes Observations
V > 160 km/h

désignation Grave sableuse

Caractéristiques intrinsèques

résistance LA+MDE <= 50

Caractéristiques de fabrication

dimensions nominales d 0
D 20 à 40
granularité P[2D] 100
( fuseau de spécification) P[1,58D] 100 - 99
P[D] 99 – 85
P[D/2] 88 – 66
P[D/5] 67 – 46
P[D/10] 54 – 35
P[D/20] 46 – 27
P[D/50] 38 – 19
P[D/100] 30 – 13
P [D/200]
P[0,08] 14 - 5
angularité Entièrement >= 95 sec. voir § 7.4
concassée ( sur fraction 6,3/10)
forme A <= 25

propreté Vbg <= 1 voir § 7.6.1

Caractéristiques
complémentaires
compacité >= 82 % >= 80 %
sensibilité au gel non gélif voir § 8.2.3
granulats artificiels [1]

[ 1 ] utilisation possible de matériaux de démolition : F71 , sous réserve des recommandations des annexes 1 et 2

- 21 -
ST590 Ind.B

Fiche n° 3 : Sous couche pour réfection automatisée des assises de voies

Type de matériau : R21 , R41 , R61

Observations

désignation Grave « Puscal »

Caractéristiques intrinsèques

résistance Lignes parcourues à


R = LA+MDE
V > 160 km/h : R<= 40
Autres lignes : R <= 50

Caractéristiques de fabrication

dimensions nominales d 0
D 31,5
granularité P[2D] 100
( fuseau de spécification) P[1,58D] 100 – 99
P[D] 99 – 85
P[D/2] 89 – 63
P[D/5] 68 – 42
P[D/10] 55 – 32
P[D/20] 45 – 25
P[D/50] 32 – 17
P[D/100] 24 – 12
P [D/200] 16 – 8
P[0,08] 9-5
angularité - Lignes parcourues à V > 160 km/h : voir § 7.4
entièrement concassée
- Autres lignes : >= 95 sec.
( sur fraction 6,3/10)
forme A <= 25

propreté Vbg <= 1 voir § 7.6.1

Caractéristiques
complémentaires
compacité >= 80 %
sensibilité au gel non gélif voir § 8.2.3
granulats artificiels [1]

(1 ] utilisation possible de matériaux de démolition : F71, uniquement pour les lignes parcourues à
V <= 160 km/h, sous réserve des recommandations des annexes 1 et 2.

- 22 -
ST590 Ind.B

Fiche n° 4 : couche de forme de qualité S3 ou Rt3

Type de matériau : B3, CiBi, D2, D3, R21 , R41 , R61 , F31 , F71

Observations

désignation Grave 0/D

Caractéristiques intrinsèques

résistance R[1] <= 60

Caractéristiques de fabrication

dimensions nominales d 0
D 20 à 125
granularité P[2D] 100
( fuseau de spécification ) P[Dmax] 100 – 99
P[D] 99 – 85
P[D/2] 84 – 55
P[D/5] 60 – 31
P[D/10] 49 – 23
P[D/20] 40 – 17
P[D/50] 30 – 11
P[D/100] 22 – 8
P [D/200] 16 – 6
P[D/500] 9–3
P[D/1000] 6-2 [2]
angularité
forme A <= 25

propreté Vbg <2 voir § 7.6.1

Caractéristiques
complémentaires
compacité >= 80 %
sensibilité au gel [3] voir § 8.2.3
granulats artificiels [4]

[1] R = LA + MDE si D < 50

R = LA + MDA si D >= 50

[2] à prendre en compte si D >= 63

[3] Selon la situation géographique il n'est pas toujours nécessaire de vérifier que les granulats utilisés en couche de forme
rapportée Rt 3 soient "non gélifs" .

[ 4 ] Voir recommandations d'emploi en annexes 1 et 2.

- 23 -
ST590 Ind.B

Fiche n° 5 : Remblai d'ouvrages renforcés

Ouvrages Ouvrages
engageant n’engageant pas la
Projet la sécurité des sécurité des Observations
circulations circulations
ferroviaires ferroviaires [1]

Type de matériau

B3 B1 à 4, C1 à 2
utilisation sans restrictions D2, D3 D1, D2, D3
autres que celles du GTR R22, R23 R22, R23
et des recommandations R42, R43 R42, R43
ci-dessous R62, R63 R62, R63

Caractéristiques générales

état de teneur en eau m ou s


dimensions nominales d 0
D < = 125 < = plus faible h : épaisseur de
des 2 valeurs : la couche mise
300 mm ou h/2 en œuvre
granularité P[0,08] < = 12 < = 35 [2]
propreté ESP > = 35 ESP>=35 si P[0,08] <= 12
ou Vbg Vbg<=1 si P[0,08] > 12
voir § 7.6.1
angularité Ic < = 30 si LA + MDE < = 80

sensibilité au gel non gélif

Caractéristiques particulières Sols renforcés par Sols renforcés par


éléments géosynthétiques
métalliques
teneur en sel et en gypse 0%
résistivité >10000 Ω-cm [ 3 ]
> 5000 Ω-cm [ 4 ]
pH 5 à 10 6à9
teneur en chlore < 100mg/kg réservé [5]
teneur en sulfate < 500 mg/kg réservé [5]
teneur en sulfure < 100mg/kg réservé [5]
frottement sol-armature > 1,1 x la valeur [6]
utilisée pour le cacul

[ 1 ] Les conditions d'utilisation des techniques de renforcement de sols font l'objet de documents particuliers
[ 2 ] mesuré sur la fraction 0/50
[ 3 ] voies électrifiées en courant continu
[ 4 ] voies électrifiées en courant alternatif
[ 5 ] ouvrages renforcés par des éléments métalliques :
les valeurs admissibles peuvent être doublées si l'ouvrage n'engage pas la sécurité des circulations ferroviaires
[ 5 ] ouvrages renforcés par des géosynthétigues
Réservé - A définir en fonction du polymère utilisé
[ 6 ] Contrôle à effectuer pendant les travaux avec le matériau de remblai réellement mis en œuvre

- 24 -
ST590 Ind.B

Fiche n° 6 : Matériaux de zone humide

Type de matériau, CiB1, CiB3, D3, R21 , R22 , R41 , R42 , R61 , R62 , F31 , F71 [1]

Observations

désignation Grave 0/D

Caractéristiques intrinsèques

résistance LA + MDA <= 80

Caractéristiques de fabrication

dimensions nominales d 0
D 63 à 500
granularité P[Dmax] >= 99%
( fuseau de spécification) P[D] [2]
P[D/20]
P[0,08] <= 12% [3]
angularité
forme
propreté ESP >= 35 [4]

Caractéristiques
complémentaires
sensibilité au gel non gélif
dégradabilité non mesurable
granulats artificiels [5]

[ 1 ] Les sols B1 , B3 , D1 peuvent également être utilisés en matériaux de zone humide, à condition d'être mis en noyau .
Les caractéristiques intrinsèques des sols B1 , B3 , D1 sont R = LA + MDE <= 80 ou FS <= 60
[2] si D<=200 mm : P[D] = 99 à 85% (Dmax=1,25 D)
si D > 200 mm : P[D] >= 99% (D = Dmax )
[ 3 ] mesuré sur la fraction 0/50
[ 4 ] si le pourcentage de passants à 2mm de la fraction 0/50 est supérieur ou égal à 30%
[ 5 ] voir recommandations d'emploi en annexes 1 et 2

- 25 -
ST590 Ind.B

Fiche n° 7 : Matériaux de zone inondable

Type de matériau : CiB3, D3, R21, R22, R41, R42, R61, R62, F31, F71

Observations

désignation Grave 0/D

Caractéristiques intrinsèques

résistance LA + MDA <= 80

Caractéristiques de fabrication

dimensions nominales d 0
D 63 à 500
granularité P[Dmax] >= 99%
( fuseau de spécification) P[D] [1]
P[D/20]
P[0,08] <= 5% [2]
angularité
forme
propreté

Caractéristiques
complémentaires
sensibilité au gel non gélif
dégradabilité non mesurable
granulats artificiels [3]

[ 1 ] si D <= 200 mm : P[D] = 99 à 85 % ( Dmax = 1,25 D )


si D > 200 mm : P[D] >= 99 % (D = Dmax )
[ 2 ] mesuré sur la fraction 0/50
[ 3 ] voir recommandations d'emploi en annexes 1 et 2

- 26 -
ST590 Ind.B

Fiche n° 8 : Masques de protection des talus


Masques poids
Banquettes de confortation

Type de matériau :B3, CiBi, D2, D3, R21, R22, R41, R42, R61, R62, F31, F71

Observations

désignation Granulat 0/D

Caractéristiques intrinsèques

résistance LA + MDE <= 80

Caractéristiques de fabrication

dimensions nominales d 0
D 20 à 500
granularité P[Dmax] >= 99%
( fuseau de spécification) P[D] [1]
P[D/20] 60 – 15
P[0,08] <= 12% [2]
angularité
forme
propreté ESP >= 35

Caractéristiques
complémentaires
sensibilité au gel non gélif [3]
dégradabilité non mesurable
granulats artificiels [4]

[ 1 ] si D <= 200 mm : P[D] = 99 à 85%


si D > 200 mm : P[D] >= 99% (D = Dmax )
[ 2 ] mesuré sur la fraction 0/50 si D >= 50, ou sur le 0/D si D < 50
[ 3 ] vérification de la sensibilité au gel de la grave si la fraction 0/D ( D<= 125 ) contient plus de 30% de fraction sableuse : 0 / 6,3 .
Sinon vérification au gel des cailloux et des blocs.
[ 4 ] voir recommandations d'emploi en annexes 1 et 2

- 27 -
ST590 Ind.B

Fiche n° 9 : Remblai contigu aux maçonneries ( blocs techniques )


Remblai contigu aux buses

Type de matériau: B3, CiBi, D2, D3, R21, R22, R41, R42, R61, R62

Observations

désignation Grave 0/D

Caractéristiques intrinsèques

résistance R[1] <= 80

Caractéristiques de fabrication

dimensions nominales d 0
D 20 à 63
granularité P[2D] 100
( fuseau de spécification) P[Dmax] 100 – 99
P[D] 99 – 85
P[D/2] 84 – 55
P[D/5] 60 – 31
P[D/10] 49 – 23
P[D/20] 40 – 17
P[D/50] 30 – 11
P[D/100] 22 – 8
P [D/200] 16 – 6
P[D/500] 9–3
P[0,08]
angularité
forme A <= 25

propreté Vbg <2

Caractéristiques
complémentaires
compacité >= 80 %
sensibilité au gel [2] voir § 8.2.3
granulats artificiels [3]

[ 1 ] R = LA+MDE si D < 50
R = LA+MDA si D >= 50
[ 2 ] Selon la situation géographique il n'est pas toujours nécessaire que les granulats utilisés en bloc technique soient "non gélifs" .
Mais le front de gel peut également pénétrer par l'ouvrage.
[ 3 ] Les granulats F31 et F71 peuvent être réutilisés sous réserve d'une étude spécifique. Voir recommandations d'emploi en annexes
1 et 2

- 28 -
ST590 Ind.B

Fiche n° 10 : sable anticontaminant

Type de matériau : B1 , D1 , R21, R41, R61, F71

Observations

désignation Sable anticontaminant

Caractéristiques intrinsèques

résistance LA + MDE <= 80 [1]


friabilité des sables FS <= 60

Caractéristiques de fabrication

dimensions nominales d 0
D
granularité P[10] 100
( fuseau de spécification) P[5] 100 – 95
P[1] 100 – 65
P[0,8] 95 – 60
P[0,4] 60 – 35
P[0,2] 30 – 15
P[0,1] 12 – 8
P[0,08] 10 – 6
angularité
forme
propreté ESP >= 50

Caractéristiques
complémentaires
sensibilité au gel non gélif voir § 8.2.3
dégradabilité
granulats artificiels [2]

[ 1 ] lorsque la résistance R = LA + MDE est connue et respecte la spécification indiquée, il n'est pas
nécessaire de vérifier la condition sur la friabilité des sables ( FS )
[ 2 ] voir recommandations d'emploi en annexes 1 et 2

- 29 -
ST590 Ind.B

Fiche n° 11 : Granulats drainants

Type de matériau: C , D3, R21, R22, R41, R42, R61, R62, F31

Observations

désignation gravillons ou cailloux d/D [1]

Caractéristiques intrinsèques

résistance R[2] <= 80

Caractéristiques de fabrication

dimensions nominales d >= 4 [3]


D 20 à 63 [1] [4]
granularité P[2D] 100
( fuseau de spécification) P[D] 99 – 85
tamis interm. voir § 7.1.1.2
P[d] 15 – 0
P[0,63] 5–0
P[8] <= 1%
angularité [5]
forme
propreté

Caractéristiques
complémentaires
sensibilité au gel non gélif
dégradabilité
granulats artificiels [6]

[ 1 ] Dans la mesure du possible choisir des matériaux tels que D/d soit inférieur ou égal à 3

[ 2 ] R = LA+MDE si D < 50
R = LA+MDA si D >= 50
[ 3 ] Pour 4 <= d < 16, il convient d'utiliser une géogrille type "G" (voir NG EF 2C20 n° 4 ) pour éviter que les granulats drainants ne
passent au travers des fentes des collecteurs.
[ 4 ] "D" est limité à 31,5 mm quand le granulat drainant est soumis aux surcharges ferroviaires
[ 5 ] une condition d'angularité peut être précisée dans le marché
[ 6 ] Voir recommandations d'emploi en annexes 1 et 2

- 30 -
ST590 Ind.B

Fiche n° 12 : Masques et éperons drainants

Type de matériau: CiBi, D3, R21, R22, R41, R42, R61, R62, F31, F71

Observations

désignation granulats 0/D

Caractéristiques intrinsèques

résistance LA + MDA <= 80

Caractéristiques de fabrication

dimensions nominales d 0
D 50 à 500
granularité P[Dmax] >= 99%
( fuseau de spécification ) P[D] [1]
P[D/20] 60 - 15
P[0,08] <= 5%
angularité
forme
propreté ESP >= 50 [2]

Caractéristiques
complémentaires
sensibilité au gel non gélif
dégradabilité non mesurable
granulats artificiels [3]

[ 1 ] si D <= 200 mm : P[D] = 99 à 85 % ( Dmax = 1,25 D )


si D > 200 mm: P[D] >= 99 % (D = Dmax )
[ 2 ] mesuré sur la fraction 0 / 50
[ 3 ] voir recommandations d'emploi en annexes 1 et 2

- 31 -
ST590 Ind.B

Fiche n° 13 : Lit de pose pour buses

Type de matériau : B3, CiBi, D2, D3, R21, R22, R41, R42, R61, R62

Observations

désignation Grave 0/20

Caractéristiques intrinsèques

résistance LA+MDE <= 80 [1]

Caractéristiques de fabrication

dimensions nominales d 0
D 20
granularité P[2D] 100
( fuseau de spécification ) P[Dmax] 100 – 99
P[D] 99 – 85
P[D/2] 84 – 55
P[D/5] 60 – 31
P[D/10] 49 – 23
P[D/20] 40 – 17
P[D/50] 30 – 11
P[D/100] 22 – 8
P [D/200] 16 – 6
P[D/500] 9–3
P[0,08]
angularité
forme A <= 25

propreté Vbg <2

Caractéristiques
complémentaires
compacité >= 80 %
sensibilité au gel [2] voir § 8.2.3
granulats artificiels [3]

[ 1 ] lorsque la résistance R = LA + MDE est connue et respecte la spécification indiquée, il n'est pas nécessaire de vérifier la condition
sur la friabilité des sables ( FS )
[ 2 ] Selon la situation géographique il n'est pas toujours nécessaire que les granulats utilisés soient "non gélifs".
[ 3 ] Les granulats F31 et F71 peuvent être réutilisés sous réserve d'une étude spécifique . Voir recommandations d'emploi en annexes
1 et 2

- 32 -
ST590 Ind.B

Fiche n° 14 : Dispositif aval des ouvrages hydrauliques en béton

Type de matériau: D3, R2, R4, R6, F31, F71

Observations

désignation

Caractéristiques intrinsèques

résistance LA + MDA <= 80 [1]

Caractéristiques de fabrication

dimensions nominales d >= 50


D <= 200
granularité P[2D] 100
( fuseau de spécification ) P[D] 99 – 90
tamis interm.
P[d] <= 10%
P[0,63] <= 3%
angularité moellons ou galets
forme
propreté P[1,6] <= 1%

Caractéristiques
complémentaires
indice de continuité IC >= 0,75
porosité n <= 5% [2]
sensibilité au gel non gélif [ 3]
dégradabilité Dg non mesurable
granulats artificiels [4]

[ 1 ] pour la sélection de la carrière


[ 2 ] si 2 < n <= 5 , il faut vérifier que le granulat est insensible au gel
[ 3 ] à vérifier si : 2 < n <= 5
[ 4 ] voir recommandations d'emploi en annexes 1 et 2

- 33 -
ST590 Ind.B

Fiche n° 15 : Sable de piste

Type de matériau: B1, B3, D, R2, R4, R6, F71

Observations

désignation sable bien gradué voir §7.3.1

Caractéristiques intrinsèques

résistance LA + MDE <= 80 [1]


friabilité des sables FS <= 60 [1]

Caractéristiques de fabrication

dimensions nominales d 0
D 4 ou 6,3
granularité P[2D] 100
( fuseau de spécification ) P[D] 99 - 85
P[D/20]
P[0,08] <= 12%
angularité
forme
propreté ESP >= 35

Caractéristiques
complémentaires
sensibilité au gel
dégradabilité
granulats artificiels [2]

[ 1 ] lorsque la résistance R = LA + MDE est connue et respecte la spécification indiquée , il n'est pas nécessaire de vérifier la condition
sur la friabilité des sables ( FS )
[ 2 ] Voir recommandations d'emploi en annexes 1 et 2

- 34 -
ST590 Ind.B

Fiche n° 16 : Gravillon de cloutage des terrassements [1]

Type de matériau : R21, R41, R61

Observations

désignation gravillons d/D

Caractéristiques intrinsèques

résistance LA + MDE <= 40

Caractéristiques de fabrication

dimensions nominales d 10
D 20 à 40
granularité P[2D] 100
( fuseau de spécification ) P[D] 99 - 85
tamis interm. voir §7.1.1.2
P[d] 15 - 0
P[0,63d] 5-0
angularité entièrement concassés
forme
propreté P[0,5] <= 1%

Caractéristiques
complémentaires
sensibilité au gel non gélif
dégradabilité
granulats artificiels

[ 1 ] le cloutage consiste à enchasser à la partie supérieure d'un massif, ou d'une couche, en matériaux sableux une couche de
gravillons d'épaisseur minimale 7 cm afin de lui assurer une meilleure stabilité superficielle et une bonne traficabilité

Remarque : on peut également utiliser pour le cloutage des surfaces des remblais, les gravillons de
soufflage ( voir norme NF F 53 695 )

- 35 -
ST590 Ind.B

Fiche n° 17 : blocs de remplissage des gabions

Type de matériau : R2, R4, R6, F31, F71

Observations

désignation
Caractéristiques intrinsèques

résistance LA + MDA <= 50 [1][2]


<= 80 [1][3]

Caractéristiques de fabrication

dimensions nominales d >= 90


D <= 200
granularité P[1,58D] 100
( fuseau de spécification ) P[D] 99 - 85
P[d] 10 – 0
P[0,63d] 1-0
angularité moellons
forme 1 + g/2e 1à3
1/e <= 2
propreté

Caractéristiques
complémentaires
indice de continuité IC >= 0,75
porosité n <= 5% [4]
sensibilité au gel non gélif [5]
dégradabilité Dg non mesurable
granulats artificiels [6]

[ 1 ] pour la sélection de la carrière


[ 2 ] lorsque les gabions sont partiellement ou totalement immergés
[ 3 ] lorsque tout l'ouvrage en gabions est hors d'eau
[ 4 ] si 2 < n <= 5, il faut vérifier que le granulat est insensible au gel
[ 5 ] vérification si 2 < n <= 5
[ 6 ] voir recommandations d'emploi en annexes 1 et 2

- 36 -
ST590 Ind.B

Fiche n° 18 : Enrochements

Type de matériau : R2, R4, R6

Observations

désignation enrochements

Caractéristiques intrinsèques

résistance LA + MDA <= 50 [1]

Caractéristiques de fabrication

dimensions nominales voir catégories §7.2.2


granularité voir §7.2.2
angularité entièrement concassés
forme 1 + g/2e 1à3
1/e <= 3

Caractéristiques
complémentaires
indice de continuité IC >= 0,75 [4]
porosité n <= 5% [2]
sensibilité au gel non gélif [ 3]
dégradabilité Dg non mesurable
résistance à la compression simple Rc >= 60 MPa
granulats artificiels

[ 1 ] pour la sélection de la carrière


[ 2 ] si 2 < n <= 5, il faut vérifier que le granulat est insensible au gel
[ 3 ] vérification si 2 < n <= 5
[ 4 ] Pour les roches d'origine éruptive

- 37 -
ST590 Ind.B

CHAPITRE 3 – CONDITIONS DE FOURNITURE QUALIFICATION DES GRANULATS


ET DES FOURNISSEURS

ARTICLE 10 - CONDITIONS GENERALES

Tous les granulats mis en œuvre dans tout chantier SNCF doivent être homologués et provenir de
fournisseurs qualifiés.

Le ballast et le gravillon de soufflage font l'objet de marchés nationaux pluriannuels gérés par un service
centralisé de la SNCF. La procédure d'homologation est précisée dans la norme NF F 53-695.

Pour tous les autres granulats faisant l'objet de la présente spécification, la qualification du
fournisseur et l'homologation du granulat sont de la responsabilité du maître d'œuvre, quelle que soit
l'importance du chantier concerné; elles ne sont prononcées que pour un chantier déterminé et limitées
à la durée de celui-ci.

La procédure d'homologation est définie dans la norme NF F 00-800 et engagée par le maître d'œuvre
conformément aux dispositions décrites dans les articles suivants.

ARTICLE 11 - QUALIFICATION DU FOURNISSEUR


La qualification du fournisseur est prononcée par le maître d'œuvre à la suite d'une évaluation de
l'établissement du fournisseur qui a pour objet de s'assurer que celui-ci dispose d'une organisation capable
de mettre en œuvre des moyens de production et de contrôle nécessaires à la fabrication et de garantir une
constance de qualité par l'application d'un plan d'assurance qualité pendant toute la durée de la fourniture.

Le plan d'assurance qualité (PAQ) est visé par le maître d'œuvre.

ARTICLE 12 - HOMOLOGATION DU GRANULAT


Pour chaque type de granulat proposé, le fournisseur qualité adresse au maître d'œuvre une demande
d'homologation comportant les 2 pièces suivantes :

- une fiche produit,

- un schéma organisationnel du plan d'assurance qualité (SOPAQ) relatif à la fabrication, au transport et au


stockage éventuel.
12.1 La fiche produit
Selon l'origine du granulat, la fiche produit est :
12.1.1 - Granulat provenant d'une carrière
- la fiche de certification, lorsqu'un granulat certifié : "NF-Granulat" est conforme aux spécifications du
présent document

ou

- la fiche technique, s'il en existe une, établie par le carrier pour une de ses productions non certifiée, qui
répondrait aux spécifications du chapitre 2 - article 9. Cette fiche technique doit être conforme aux
recommandations du CCTG des marchés publics de travaux-fascicule 23 "fournitures de granulats
employés à la construction et à l'entretien des chaussées"

ou

- 38 -
ST590 Ind.B

- une fiche technique particulière au granulat proposé à l'homologation comportant les informations
suivantes :

. le nom et la localisation de la carrière,

. la nature minéralogique de la roche,

. la résistance du granulat : bilan des résultats des contrôles de résistance (essais Los Angeles et
MicroDeval) effectués au cours des 2 ans précédant l'offre (valeurs moyenne, maximale et minimale ;
nombre d'essais ; date des essais),

. le fuseau granulométrique que le carrier s'engage à respecter et qu'il a établi conformément aux
dispositions de la norme P 18-540 (ex P 18-101) article 1 (1) à partir de ses propres contrôles et de
l'étendue du fuseau de régularité précisée au § 12.1.3. Ce fuseau doit s'inscrire dans le fuseau de
spécification de la fiche correspondante. A titre indicatif, il indique le fuseau de fabrication qu'il a établi à
partir des résultats de ses contrôles au cours des 6 derniers mois sur un granulat de granularité voisine,

. les résultats des essais correspondant aux autres caractéristiques indiquées dans la fiche de spécification.
Ces essais doivent avoir été effectués au cours des 2 ans précédant l'offre. Sont également précisées : les
dates de réalisation et toutes les informations nécessaires à la bonne interprétation de ces résultats (classe
granulaire de l'échantillon, par exemple).

Cette fiche technique doit préciser parmi les résultats des essais, ceux qui ont été effectués sur un prototype
fabriqué pour répondre à l'appel d'offre.

Le nombre minimal d'essais nécessaires à la vérification de la conformité de la fourniture à chaque


caractéristique faisant l'objet de la spécification ne peut être inférieur aux quantités indiquées au § 12.1.4.
12.1.2 - Granulat provenant d'une carrière provisoire
- une fiche technique particulière au granulat proposé à l'homologation comportant les informations
suivantes :

. la désignation de la carrière provisoire (n° du déblai, nom de l'emprunt),

. la résistance du granulat : résultats des contrôles de résistance (essais Los Angeles et MicroDeval)
effectués,

. le fuseau granulométrique que le carrier s'engage à respecter et qu'il a établi conformément aux
dispositions de la norme P 18-540 (ex P 18-101) article 1 (1) à partir de ses propres contrôles et de
l'étendue du fuseau de régularité précisée au § 12.1.3. Ce fuseau doit s'inscrire dans le fuseau de
spécification de la fiche correspondante. Il doit pouvoir présenter au maître «œuvre, à sa demande, les
résultats des contrôles effectués sur le granulat qui lui permettent de le proposer à l'homologation,

. les résultats des essais correspondant aux autres caractéristiques indiquées dans la fiche de spécification
ainsi que toutes les informations nécessaires à la bonne interprétation de ces résultats (classe granulaire de
l'échantillon, par exemple).

Cette fiche technique doit préciser parmi les résultats des essais, ceux qui ont été effectués sur un
prototype.

Le nombre d'essais nécessaires à la vérification de la conformité de la fourniture à chaque caractéristique


faisant l'objet de la spécification ne peut être inférieur aux quantités indiquées au § 12.1.4.

Le maître d’œuvre se réserve le droit d'exiger des essais supplémentaires à exécuter par un laboratoire qu'il
a agréé, pour compléter l'information sur le granulat proposé ou confirmer certains résultats.
12.1.3 - Etendue du fuseau de régularité
Le fuseau proposé par le fournisseur dans sa fiche produit doit être inclus dans le fuseau de spécification et
doit contenir au moins 90 % des courbes granulométriques déterminées lors des contrôles (ou 100 % s'il est
effectué moins de 15 contrôles).
(1) Voir en annexe 6 un schéma présentant la position relative des différents fuseaux

- 39 -
ST590 Ind.B

L'étendue maximale des fuseaux de régularité est précisée pour chaque tamis de contrôle dans les tableaux
ci-après.
- Sables

Tamis de contrôle Etendue maximale du fuseau de régularité : "e"


selon la dimension nominale : "D" du sable
D=1 2 4 6,3
D 10 10 10 10
D/2 10 15 (2) 15 (2) 15 (2)
D/5 6 10 15 (2) 15 (2)
D/10 4 6 10 15 (2)
D/20 4 (1) 6 10
0.08 mm 4 4 (1) 4 (1) 4 (1)

- Graves

Tamis de contrôle Etendue maximale du fuseau de régularité : "e"


selon la dimension nominale : "D" de la grave
D = 8 à 12,5 16 à 25 31,5 à 50 63 - 125
D 10 10 10 10
D/2 15 (2) 15 (2) 15 (2) 15 (2)
D/5 15 (2) 15 (2) 15 (2) 15 (2)
D/10 15 (2) 15 (2) 15 (2) 15 (2)
D/20 10 15 (2) 15 (2) 15 (2)
D/50 10 15 (2) 15 (2)
D/100 10 15 (2)
D/200 10
0,08 mm 4 (1) 4 (1) 4 (1) 4 (1)

(1) 6 si P[0,08] > 12%


(2) L’étendue « e » peut être portée de 15 à 20% pour des applications autres que sous-couches et couche de forme sur décision du
maître d’œuvre. Dans ce cas, l’étendue de 0,08mm est portée de 4 à 6% ou de 6 à 8% si P[0,08] > 12%

- Gravillons et cailloux

Tamis de contrôle Etendue maximale du fuseau de régularité : "e"


Catégorie FI Catégorie FII
d 10 15
tamis intermédiaires 25 35
D 10 15

Les gravillons et cailloux faisant l'objet de cette spécification sont de catégorie FI. IL est cependant laissé à
l'initiative du maître d'œuvre la possibilité d'accepter des gravillons et des cailloux de catégorie FII, à la
demande du fournisseur, selon l'utilisation qui en est faite.
12.1.4 Nombre minimal d'essais
- granulats de structures d'assise (sous couche et couche de forme)
Le nombre minimal de résultats d'essais à présenter pour l'homologation est

Sous Couche de
couche forme
granularité 15 15
résistance 10 10 (*)
propreté 10 10
masse volumique 5 5
compacité 3 3
aplatissement 5 5

(*) ce nombre peut être réduit à 5 si les 5 premiers résultats sont tous inférieurs de plus de 10 (dix) points à la valeur spécifiée.

- 40 -
ST590 Ind.B

- autres granulats

Sauf cas particuliers indiqués ci-après ou précisés au marché, le nombre d'essais nécessaires pour vérifier
la conformité de la fourniture à chaque caractéristique faisant l'objet de la spécification est laissé à
l'appréciation du fournisseur.

Toutefois, pour tout volume supérieur à 5000 m3 ou 10000 tonnes, ce nombre ne peut être inférieur à 10
pour la granularité ou toute caractéristique essentielle (1) précisée par l'ingénieur, et 5 pour la résistance (2).

Les résultats des essais réalisés au titre des études de reconnaissance effectuées par la SNCF peuvent
être repris par le fournisseur pour caractériser le granulat proposé à l'homologation. S'il s'avérait au cours
du chantier que ces résultats ne soient pas représentatifs, en tout ou partie, du granulat, ils ne pourraient
être opposés au maître d'œuvre (le fait de les avoir repris pour constituer le dossier de demande
d'homologation implique que le fournisseur les considère comme aussi représentatifs que les essais qu'il
effectue lui-même).

Le maître d'œuvre se réserve le droit d'exiger des essais supplémentaires, à exécuter par un laboratoire
qu'il a agréé, pour compléter l'information sur le granulat proposé.
12.1.5 - Cas des enrochements
L'homologation des enrochements est effectuée après contrôle contradictoire d'un prototype dont
l'importance (nombre minimal de blocs) est également déterminé contradictoirement en fonction de
l'importance de la commande. Les caractéristiques complémentaires indiquées sur la fiche 18 sont
destinées à fournir pour le (ou les) essai(s) effectivement réalisé(s) lors du contrôle du prototype une
gamme de spécifications.
12.2 Le schéma organisationnel du plan d'assurance qualité (SOPAQ)
La fourniture du SOPAQ est l'engagement du fournisseur à mettre en œuvre et appliquer un PAQ couvrant
l'ensemble des exigences du marché. Il est une des pièces constitutives du SOPAQ chantier. Il peut être le
même pour plusieurs types de granulats.

Il doit comporter :

- le sommaire du PAQ,

- la liste des produits proposés,

- les références du ou des fournisseurs sous-traitants éventuels,

- l'organisation du transport et du stockage.

12.3 Notification de l'homologation


Aucune homologation ne peut être prononcée tant que le fournisseur n'est pas qualifié.

Après vérification de la conformité des pièces présentées, le maître d'œuvre homologue le granulat et le
notifie au fournisseur.

Les limites des fuseaux proposés par le fournisseur deviennent alors les valeurs spécifiées (Vs), supérieure
: Vss et inférieure : Vsi à respecter par la fourniture (1) (cf. annexe 6).

(1) Il ne peut y avoir qu'une seule caractéristique essentielle autre que la granularité ou la résistance.

(2) Lorsque la résistance est considérée comme une caractéristique essentielle le nombre minimal d'essais est 10 (dix), et non 5.

- 41 -
ST590 Ind.B

12.4 Validité de l'homologation

12.4.1 Durée de validité de l'homologation


La durée de validité de l'homologation est celle du chantier.

En cas de modification du granulat, le fournisseur est tenu d'en avertir le maître d'œuvre. Une nouvelle
homologation peut être exigée.
12.4.2 Suspension de l'homologation
La suspension de l'homologation d'un granulat peut être prononcée lorsque le granulat ne respecte plus une
des caractéristiques imposées dans la spécification.

Le maître d'œuvre précise au fournisseur le délai maximal, compte tenu des plannings travaux, au-delà
duquel le retrait de l'homologation sera prononcé.

La suspension de l'homologation d'un granulat ne remet pas en cause l'homologation des autres granulats.

La suspension de l'homologation s'arrête lorsque le fournisseur a fait la preuve que le granulat proposé respecte à
nouveau la spécification.
12.4.3 Retrait de l'homologation
A la suite d'une suspension de l'homologation et avant toute nouvelle fourniture, le fournisseur doit apporter la
preuve dans le délai prévu au § 12.4.2 qu'il est capable de remédier aux anomalies qui ont conduit à cette
suspension, faute de quoi le retrait de l'homologation est prononcé.

(1) Le fuseau de spécification indique seulement les limites maximale et minimale admissibles de ces valeurs spécifiées
(cf. annexe 6).

- 42 -
ST590 Ind.B

CHAPITRE 4 – ORGANISATION DES CONTROLES

ARTICLE 13 - MAITRISE ET SURVEILLANCE DE LA QUALITE DES FABRICATIONS


Le fournisseur est responsable de la qualité des granulats qu'il fournit et des caractéristiques sur lesquelles, il
s'est engagé ; pour cela il doit mettre en œuvre une organisation des méthodes et des moyens lui permettant d'en
assurer la qualité.

Il doit établir et respecter le plan d'assurance qualité (PAQ) afin d'atteindre le niveau de qualité requise et en
garantir la conformité par rapport à la fiche produit qu'il a fournie.

Le fournisseur doit soumettre son PAQ au visa du maître d'œuvre.

Les informations devant figurer dans le PAQ font l'objet de l'annexe 5.

Ce PAQ est semblable au PAQ exigé pour les marchés publics de granulats tel qu'il est indiqué dans le CCTG
Fascicule 23.

Le maître d'œuvre s'assure, par des actions de surveillance, de contrôle et d'audit, de l'efficacité des dispositions
mises en œuvre.

Les obligations du fournisseur en matière de surveillance de la qualité des fabrications et de contrôle des produits
d'une part, les règles et les méthodes de surveillance exercées par le maître d'œuvre d'autre part, sont définies
par la spécification qualité SQ 900 indice C : (1)

Le modèle retenu est le titre III (AQF3) pour l'assurance de la qualité en contrôle finale et essais; une attestation
AQF n'est pas imposée.
14.1 Principes généraux
Le respect des spécifications est la garantie d'une mise en œuvre et du fonctionnement des granulats
conforme aux objectifs du maître d'ouvrage, pour cela les spécifications de l'article 9 "SPECIFICATIONS"
doivent être respectées à la mise en œuvre.

Or généralement le granulat est contrôlé lors d'opérations antérieures à celle-ci (fabrication, stockage ...) et
peut subir divers traitements susceptibles de modifier suffisamment ses caractéristiques pour le rendre non
conforme au moment de la mise en œuvre (transport, stockage long non protégé des intempéries,
reprise...). Les caractéristiques susceptibles d'être modifiées sont généralement la propreté, la teneur en
eau et la granularité, et plus particulièrement, la teneur en éléments fins.

Lorsque de telles modifications sont susceptibles de se produire, il appartient au maître d'œuvre


conjointement avec le fournisseur de préciser, préalablement à la fabrication, les incidences des différentes
opérations afin de définir :

- les caractéristiques de fabrication,

- les seuils à respecter lors du contrôle,

- les modifications que cela entraîne sur le P.A.Q.

Pour cela il peut éventuellement être réalisé un prototype destiné à mesurer l'évolution des caractéristiques.
Les analyses effectuées au cours des différentes phases sont confiées à un laboratoire agréé par les 2
parties et portent sur au moins 10 échantillons par phase.

Les nouvelles caractéristiques sont alors notifiées au producteur par le maître d'œuvre dans un délai
suffisamment court pour que le fournisseur en ait connaissance avant d'entreprendre la fabrication.

(1) La spécification qualité : « SQ900C » peut être obtenue auprès du service des achats-section AGIN – 29,rue Waldeck Rousseau
69476 LYON Cedex 06 – Tél : 0478654255 – fax : 0478654209

- 43 -
ST590 Ind.B

Les modifications du P.A.Q. sont visées par le maître d'œuvre.

Lorsqu'il n'est pas envisagé de procédure de contrôle de l'évolution des caractéristiques du granulat avant
mise en œuvre, il est implicitement admis que le granulat n'évoluera pas entre la fabrication et la mise en
œuvre et donc le granulat doit être conforme aux spécifications quelle que soit la position du contrôle entre
fabrication et mise en œuvre.
14.2 Suivi de la qualité par le fournisseur
Le fournisseur s'engage implicitement à ne fournir que des matériaux conformes aux présentes
spécifications (ou aux caractéristiques définies au paragraphe 14.1) et, à cet effet, il en contrôle la qualité,
en permanence.

Les résultats des essais effectués à l'occasion de ces contrôles sont consignés au fur et à mesure de leur
établissement dans un document (cahier ou informatique) prévu à cet effet (1), qui doit être accessible au
maître d'œuvre chaque fois qu'il en fera la demande. Au cours du chantier, le maître d'œuvre peut
demander par écrit, au fournisseur, la communication des résultats des essais de contrôle qui seront
effectués sur un type de granulats précisé dans la demande. Ces résultats doivent être communiqués au
maître d'œuvre au fur et à mesure de leur établissement pour qu'ils parviennent dans un délai maximum
de :

- 48 heures s'ils sont effectués dans l'établissement du fournisseur,

- 1 semaine s'ils sont effectués hors de l'établissement du fournisseur,

à partir de la date de prélèvement.

Cette communication écrite ne supprime pas l'enregistrement dans le document prévu à cet effet.
14.3 Contrôles par le maître d'œuvre
Le maître d'œuvre (ou par délégation un organisme indépendant du fournisseur désigné en accord avec le
maître d'ouvrage) effectue les opérations de contrôle qui consistent à :

- s'assurer du réalisme et de la faisabilité du P.A.Q. et des fiches produit (2),

- vérifier le respect du P.A.Q. par le fournisseur,

- apprécier l'efficacité des décisions prises par le fournisseur,

- réaliser à son initiative des contrôles contradictoires non programmés pour s'assurer de la qualité du
granulat. Ils sont effectués par un représentant habilité du maître d'œuvre, selon la procédure décrite à
l'article 16.2.

Le prélèvement doit être suffisant pour que l'essai puisse être effectué simultanément par le maître d'œuvre
et le fournisseur, et refait en cas de litige.

Les résultats des contrôles "maître d'œuvre" et "fournisseur" ne doivent pas s'écarter d'une valeur
supérieure à U, définie dans la norme P 18-540 article 2. S'il n'en est pas ainsi un nouvel essai
contradictoire doit être effectué. Si le litige persiste seul le Laboratoire Central des Ponts et Chaussées est
compétent pour statuer.

- rassembler les documents permettant de justifier que la qualité requise a été obtenue.

(1) Doivent également figurer dans ce document les fiches produits telle que définies au chapitre 3 - article 12 qui ont servi à
l'homologation du granulat.
(2) Cette dernière vérification n'est pas nécessaire lorsque le granulat fait l’objet de la certification "NF-Granulats"

- 44 -
ST590 Ind.B

ARTICLE 15 - CARACTERISTIQUES FAISANT L'OBJET DU CONTROLE


Sauf avis contraire (ou complémentaire) précisé au marché, les caractéristiques faisant l'objet du contrôle
de suivi de la fourniture par le fournisseur sont :

- la granularité et la résistance pour les graves, les sables, les gravillons et les cailloux. Eventuellement
complétées par le contrôle d'une caractéristique jugée essentielle par le maître d'œuvre et précisée au
marché (par exemple la propreté pour les granulats de structure d'assise)

- l'identification conforme à la norme NF P 11 300 et la teneur en eau pour les remblais

- pour des fournitures de blocs et d'enrochements inférieures à 5000 m3 ou 10000 tonnes, l'essai retenu
pour le contrôle est à préciser par le maître d'œuvre en fonction du granulat et des possibilités de réalisation
de l'un des essais indiqué au § 6.4. Lors de l'évaluation du fournisseur, au vu du banc d'où seront extraits
les granulats, il peut être envisagé de retenir comme essai de contrôle des blocs : la dégradabilité ou les
essais Los Angeles et MicroDeval. Il peut également être décidé de se satisfaire d'un contrôle visuel tant
pour les blocs que pour les enrochements.

- pour des fournitures de blocs et d'enrochements supérieures à 5 000 m3 ou 10 000 tonnes, la procédure
de contrôle est :
. soit précisée dans le marché,
. soit définie contradictoirement lors de l'homologation (voir § 12.1.5).

ARTICLE 16 - NATURE ET FREQUENCE DES CONTROLES

16.1 Contrôles "fournisseur"


Le marché doit préciser la nature et la fréquence des contrôles à effectuer.
En l'absence d'indication au marché on adopte le programme suivant :
Granularité Résistance Caractéristique essentielle N° des fiches
concernées
Quantité de < 10000 t > 10000 t < 10000 t > 10000 t < 10000 t > 10000 t
fourniture par ou ou ou ou ou ou
3 3 3 3
carrière 5000 m 5000 m' 5000 m' 5000 m 5000 m 5000 m

sous-couche 5 à 10 1/1000 t 2 1/5000t propreté 2 1/4 granularités 1-2-3

couche de forme
S3 ou Rt 3 5 à 10 1/1000 t 2 1/5000 t propreté 2 1/4 granularités 4-9
blocs techniques
couche de forme Classe de
qualité 5
selon NF
S2 ou Rt 2 P 11-300 5 1/5000 t et

Remblais W% 2/jour 4/'jour annexe 1

(1)
granulats 0/D 5à10 1/2000t 2 1/5000t propreté 5 1/5granularités 6-7-8-12
divers (1)

granulats d/D 5à10(2) 1/2000t 2 1/2000t 11-16


divers (2)

sables 2à5 1/5000 t 1 2à5 10-13-15

contrôle
blocs et contrôle visuel et voir article IC : chute en 1 / 5000 t 14-17-18
enrochements visuel pesée 15 1 / 1000 t carrière
éventuelle
Pour les granulats artificiels il doit être prévu au marché un contrôle particulier lié à la nature du granulat.
(1) Le contrôle de la granularité est réduit à la vérification du passant à 0,08mm et selon spécification au passant à un seul tamis
intermédiaire.
(2) Le contrôle de la granularité est souvent réduit à la vérification des passants à d et D.

- 45 -
ST590 Ind.B

16.2 Contrôles du maître d'œuvre


Aucune périodicité n'est prévue pour ce type de contrôle.

Les résultats des essais effectués à l'occasion de ces contrôles, sont communiqués au fournisseur, au fur et
à mesure de leur établissement.

ARTICLE 17 - PRELEVEMENTS ET DESTINATIONS


Sauf avis contraire précisé au marché, les prélèvements sont effectués au poste de chargement avant
expédition. Pour les contrôles du maître d'œuvre, ils sont réalisés contradictoirement, par un représentant
du maître d'œuvre et du fournisseur. L'absence de ce dernier ou de son représentant, dûment convoqué, ne
peut entacher d'irrégularité ces opérations.

Lorsque les caractéristiques du granulat sont susceptibles d'évoluer entre la fabrication et la mise en œuvre
(voir § 14.1) le maître d'œuvre dans sa notification des nouvelles caractéristiques, doit obligatoirement
préciser à quel moment de la chaîne allant de la production à la mise en œuvre, doit être effectué le
prélèvement. (S'il peut y avoir plusieurs "moments" il doit y avoir autant de caractéristiques).

L'échantillon jugé contradictoirement le plus représentatif du granulat (1), est prélevé puis :

- soit dirigé, par les soins du maître d'œuvre, sur un laboratoire agréé par lui,

- soit exploité, sur place, aux fins d'essais sous le contrôle du représentant habilité du maître d'œuvre.

ARTICLE 18 - RECEPTION DES FOURNITURES


La réception des fournitures de la vérification de la conformité à la spécification s'effectue selon les
directives de la norme P 18 540 article 2.

Lorsque ces dispositions sont respectées, les granulats sont acceptés sans réserve ni réfaction de prix.

Lorsqu'elles ne sont pas respectées, le lot est refusé ou il est fait application des pénalités, conformément
aux dispositions de l'article 19.

ARTICLE 19 - SUITE A DONNER AUX RESULTATS


Si les résultats des contrôles montrent que l'un des essais effectués n'est pas conforme aux prescriptions de
la présente spécification technique, l'essai doit être refait, les frais éventuels d'envoi et de vérification sont à
la charge du fournisseur.

Selon les résultats de la vérification, la livraison est refusée ou il est fait application de pénalités dans les
conditions définies ci-après :
19.1 Granulats contrôlés avant la mise en œuvre
Toute livraison non conforme aux spécifications est refusée. Les granulats refusés doivent être évacués
dans un délai fixé de façon contractuelle au marché. Les frais de rechargement, de réexpéditions, de mise
en dépôt etc., ainsi que les conséquences éventuelles sur le déroulement du chantier, sont à la charge du
fournisseur. Toutefois celui-ci peut proposer ces granulats pour une réutilisation différente pour laquelle ils
seraient conformes aux spécifications ; tous les frais occasionnés par ce changement d'affectation sont à la
charge du fournisseur.
19.2 Granulats contrôlés pendant la mise en œuvre
Le granulat est prélevé pendant la mise en œuvre, les résultats des essais ne sont connus qu'après un
certain délai. Dans la mesure du possible, toute livraison non conforme doit être démontée et évacuée. On
entend par livraison non conforme, toute livraison pour laquelle :

- le résultat d'un essai de contrôle est hors de la valeur spécifiée, si compte tenu du volume de granulats
considéré et de la fréquence des contrôles, il doit être réalisé moins de 15 essais de contrôle

(1)La quantité prélevée doit permettre la réalisation d’un deuxième essai en cas de doute sur les résultats

- 46 -
ST590 Ind.B

- la différence entre le résultat du contrôle et la valeur spécifiée est supérieure à U (intervalle de


dépassement admissible de 10 % des résultats. La valeur de U est précisée dans la norme NF P 18 540
article 2), s'il doit être réalisé 15 ou plus, essais de contrôle.

Compte tenu de ces résultats on distingue


19.2.1 - Ouvrages "sensibles" (1)
- Toute livraison non conforme doit, dans la mesure du possible, être démontée et évacuée aux frais du
fournisseur. Si cette opération ne peut être réalisée et si en fin de contrôle on dispose de :

- moins de 15 résultats :

* l'ouvrage doit être impérativement démonté et reconstruit aux frais du fournisseur

- plus de 15 résultats :

* le nombre de résultats dans l'intervalle U est compris entre 10 % et 15 %.

Il est fait application sans mise en demeure préalable, d'une réfaction de prix de 30 % sur la totalité du
granulat considéré mis en œuvre dans l'ouvrage.

* le nombre de résultats dans l'intervalle U est supérieur à 15 %.

L'ouvrage doit être impérativement démonté et reconstruit aux frais du fournisseur.


19.2.2 Ouvrages "non sensibles "
- Dans la mesure du possible toute livraison non conforme doit être démontée et évacuée ; s'il n'en est pas
ainsi il est fait application sans mise en demeure préalable, d'une réfaction de prix sur la fourniture selon les
modalités ci-après :

- En fin de contrôle, on dispose de moins de 15 résultats :

réfaction de prix de 30 % sur la totalité du granulat considéré mis en œuvre dans l'ouvrage.

- En fin de contrôle, on dispose de plus de 15 résultats :

* le nombre de résultats dans l'intervalle U est compris entre 10 % et 15 % :

réfaction de prix de 5 % sur la totalité du granulat considéré mis en œuvre dans l'ouvrage.

* le nombre de résultats dans l'intervalle U est supérieur à 15 %

réfaction de prix de 30 % sur la totalité du granulat considéré mis en œuvre dans l'ouvrage.

(1) Un ouvrage sensible est un ouvrage dont la ruine totale ou partielle, ou toute déformation nécessite des réparations susceptibles
de perturber les circulations des convois ferroviaires (ralentissement…)

- 47 -
ST590 Ind.B

CHAPITRE 5 – MESURES DIVERSES

ARTICLE 20 - STOCKAGE
Lorsque le granulat doit être stocké, le fournisseur doit s'assurer de tout risque de pollution ou de
ségrégation.

Que l'aire de stockage soit fournie par le maître d'œuvre ou proposée par le fournisseur, celui-ci doit
préciser dans son P.A.Q. toutes les dispositions qui sont prises pour conserver au granulat ses
caractéristiques, ainsi que, sauf dispositions particulières du marché, l'aménagement nécessaire du site et
de ses accès, et la remise en état en fin de chantier.

ARTICLE 21 - MODE D'EVALUATION DES FOURNITURES


Les fournitures sont payées au mètre cube. Les quantités sont déterminées par métrés précisés dans les
marchés.

Dans certaines conditions et pour certains approvisionnements les fournitures peuvent être payées à la
tonne (généralement pour des marchés de fourniture seule). Il convient alors de s'assurer de la masse
volumique réelle du granulat pour déterminer le tonnage adéquat. Le marché doit alors préciser la
proportion d'eau admissible contenue dans les granulats au moment du pesage.

En l'absence de telle disposition, la teneur en eau admissible est fixée à :

. Trois pour cent (3 %) pour les cailloux et gravillons.

. Six pour cent (6 %) pour les sables.

. Cinq pour cent (5 %) pour les graves.

. Dix pour cent (10 %) pour les matériaux ayant une porosité supérieure ou égale à dix pour cent (10%).

Les quantités d'eau supérieures aux valeurs autorisées sont défalquées de la masse mesurée par pesage.

ARTICLE 22 - ROLE DU SERVICE LOCAL

Dans le cas de doute sur la qualité des matériaux fournis dans le cadre d'un marché géré par un service
centralisé de la SNCF, il appartient au service local destinataire d'alerter dans les meilleurs délais cet
organisme.

ARTICLE 23 - RETOUR D'EXPERIENCE


Le maître d'œuvre est tenu en fin de chantier d'informer le Département VP de toutes observations ou
constatations pouvant nécessiter des modifications ou des compléments à la présente notice.

Le Directeur de l'Équipement et de l'Aménagement

J. COUVERT

(1) Un ouvrage sensible est un ouvrage dont la ruine totale ou partielle, ou toute déformation nécessite des réparations susceptibles de
perturber les circulations des convois ferroviaires (ralentissements ...)

- 48 -
ST590 Ind.B

ANNEXE 1 - DEFINITION DES CLASSES DE QUALITE DES SOLS MEUBLES, DES


MATERIAUX ROCHEUX, DES SOLS ORGANIQUES ET DES SOUS PRODUITS INDUSTRIELS

Légende

[1] l'utilisation de matériaux en remblai et en couche de forme ferroviaire ne peut être envisagée que
pour des matériaux répondant aux mêmes conditions d'utilisation telles qu'elles sont définies dans le Guide
Technique : "réalisation des remblais et des couches de forme", du SETRA-LCPC.

[ 2 ] un matériau de qualité Rt1 ne peut être réutilisé qu'en remblai.

[3] un matériau de qualité Rt2 peut être réutilisé en remblai, ou en couche de forme donnant une
plate-forme de classe de portance P2.

[4] un matériau de qualité Rt3 peut donner une plate-forme de classe de portance P2 ou P3 selon
l'épaisseur de la couche de forme mise en œuvre.

- 49 -
ST590 Ind.B

CLASSIFICATION DES SOLS MEUBLES

Classification de la NF P Classe de qualité en place Classe de qualité Sensibilité


11300 en réutilisation [1] au gel
S0 S1 S2 S3 Rt1 Rt2 Rt3
[2] [3] [4]

1.1 - Classe A : sols fins


Exemples : limons, marnes, argiles, limon argileux, argiles sableuses, argiles limoneuses,…

A1h A1m& A1s


A1 Vbs <= 2,5 A1s B.C.Hydro SGt
(ou Ip <= 12) sais.sèche

A2h A2m & A2s


A2 12 < Ip <= 25 A2s B.C.Hydro SGt
(ou 2,5 < Vbs <= 6) sais.sèche

A3h A3m &


A3 25 < Ip <= 40 A3s SGt
(ou 6 < Vbs <= 8)

A4h A4m &


A4 Ip > 40 A4s
(ou Vbs > 8)

1.2 – Classe B : sols sableux et graveleux avec fines


Exemples : sables limoneux, graves limoneuses, sables argileux, graves argileuses,…

0,1<=Vbs FS <= 60
B1 Vbs <= 0,2 Cloutage SGp
et
passant planche
à 2 mm > d’essai
Dmax < 70% B2h B2m B2s FS <= 60
B2 50mm Vbs>0,2 B.C.Hydro B.C.Hydro SGp
passant à
0,08 mm 0,1<=Vbs Si LA + MDE Si
<= 12%
B3 Vbs<=0, conforme <= 80 conforme SGp
2 à la fiche à la fiche
passant à
n°4 n°4
2mm
B4 <= 70% Vbs>0,2 B4h B4m B4s LA + MDE SGp
<= 80

B5 Dmax < B5h B5m B5s SGp


50mm Vbs<=1,5
passant à (ou Ip <=12)
0,08 mm
entre 12%
B6 et 35% B6h B6m B6s SGp
Vbs>1,5 B.C.Hydro
(ou Ip >12)

- 50 -
ST590 Ind.B

CLASSIFICATION DES SOLS MEUBLES

Classification de la NF P Classe de qualité en place Classe de qualité Sensibilité


11300 en réutilisation [1] au gel
S0 S1 S2 S3 Rt1 Rt2 Rt3
[2] [3] [4]

1.3 - Classe C : sols comportant des fines et des gros éléments


Exemples : éboulis, alluvions …
C1 Dmax ><
50mm Matériaux La classe de qualité est celle de la fraction D<150mm – La classe de qualité
passant à roulés 0/50 est celle de la fraction 0/50
0,08 mm Tamisat à
Voir
>12% 50mm
>60 à 80% sensibilité
(ou au gel de
C2 fraction fraction fraction Si D<= Si
<=12% Tamisat à la fraction
0/50 de 0/50 de 0/50 de conforme 150mm conforme
avec 50mm 0/50
classe de classe de classe de à la fiche à la fiche
Vbs>0,1 <=60 à 80%
qualité S0 qualité S0 qualité S1 n°4 n°4

w=>1,25 w<1,25
wopn wopn

1.4 - Classe D : sols insensibles à l'eau


Exemples : sable de dune, sable alluvionnaire propre, grave alluvionnaire propre…
Dmax <= 50 Cloutage Cloutage
D1 mm et frettage et frettage SGn
passant à 2 FS >60 pour pour
mm>70% traficabilité traçabilité
et et
passant protection protection
à 0,08 FS <= 60 FS <= 60
mm
<=12% Planche Planche
d’essai d’essai
Vbs<=
0,1
Dmax <= 50 LA + MDE LA + MDE Si LA + MDE LA + MDE Si
D2 mm > 80 <= 80 conforme > 80 <= 80 conforme SGn
passant à à la fiche à la fiche
2mm<=70% n°4 n°4
LA + MDE LA + MDE Si LA + MDE LA + MDE Si
D3 Dmax >50 mm > 80 <= 80 conforme > 80 <= 80 conforme SGn
à la fiche à la fiche
n°4 n°4

- 51 -
ST590 Ind.B

CLASSIFICATION DES MATERIAUX ROCHEUX

Classification de la NF P Classe de qualité en place Classe de qualité Sensibilité


11300 en réutilisation [1] au gel
S0 S1 S2 S3 Rt1 Rt2 Rt3
[2] [3] [4]

Classes R1 et R2 : roches calcaires


Exemples : craie, calcaires rocheux divers.

Craie B.C.Hydro B.C.Hydro


R11 dense γd > 17,0 SGp
kN/m3
Craie de R12h R12m&s
R12 densité γd compris SGt
moyenne entre 15,0 et
17,0 kN/m3
R13 Craie peu R13h R13m&s SGt
dense γd > 15,0 B.C.Hydro
kN/m3
R21 Calcaire MDE<=45 LA + MDE si
dur LA + MDE <= 80 conforme
> 80 « Plate à la fiche
forme n°4
rocheuse
»
R22 Calcaire LA + MDE
de MDE>45 LA + MDE <= 80
densité > 80 « Plate
moyenne γd > 18,0 kN/m3 forme
rocheuse
»
Calcaire m.c.hydro B.C.Hydro
Ré23 fragment γd<=18,0
kN/m3

Classe R3: roches sédimentaires argileuses


Exemples: marnes, argilites, pélites, ... .

Roches
R31 argileuses peu Fr<=7 B.C.hydro
fragmentables
très Dg>20
dégradables

Roches
R32 argileuses peu Fr<=7
fragmentables
moyen. 55<Dg<
dégradables =20

Roches
R33 argileuses peu Fr<=7 B.C.hydro
fragmentables
peu Dg<=5
dégradables

Roches
R34 argileuses Fr>7 R34h R34m &s sais.sèche
fragmentables

- 52 -
ST590 Ind.B

CLASSIFICATION DES MATERIAUX ROCHEUX (suite)

Classification de la NF P Classe de qualité en place Classe de qualité Sensibilité


11300 en réutilisation [1] au gel
S0 S1 S2 S3 Rt1 Rt2 Rt3
[2] [3] [4]

Classe R4 : roches sédimentaires siliceuses


Exemples : grès, poudingues, brèches,…

Roches LA + MDE LA + si SGn


R41 silicieuses LA<=45 >80 MDE conforme
dures et <=80 à la fiche
MDE< n°4
« Plate
=45
forme
rocheuse
»
Roches LA>45 LA + MDE LA + si SGn
R42 silicieuses de ou >80 MDE conforme
dureté MDE> <=80 à la fiche
moyenne 45
« Plate n°4
et
FR<=7 forme
rocheuse
»
Roches FS>60 Cloutage et FS>60 Cloutage et SGp
R43 silicieuses Fr>7 frettage frettage
fragmentables pour pour
traficabilité traficabilité
et et
protection protection
FS<=60 FS<=60

Planche Planche
d’essai d’essai

Classe R5: roches sédimentaires salines


Exemples : gypse, sel gemme, anhydrite, ... .

Sols à Sel <= 5 à γd <= 18 γd > 18 en noyau


teneur en 10%
R51 sel ou en Ou
gypse Gypse <= 30 imperméabil. imperméabil.
moyenne à 50% par par imperméabil.
géomembrane géomembrane par
géomembrane
Sols à Sel<=5 à
teneur en 10%
R52 sel ou en Ou
gypse Gypse >30 à
forte 50%

- 53 -
ST590 Ind.B

CLASSIFICATION DES MATERIAUX ROCHEUX (suite)

Classification de la NF P Classe de qualité en place Classe de qualité Sensibilité


11300 en réutilisation [1] au gel
S0 S1 S2 S3 Rt1 Rt2 Rt3
[2] [3] [4]

Classe R6 : roches magmatiques et métamorphiques


Exemples : granite, basalte, andésite, trachyte, gneiss, schistes, ... .

magmatiques et LA + LA + si SGn
R61 métamorphiques LA<=45 MDE >80 MDE conforme
dures et <=80 à la fiche
MDE< n°4
« Plate
=45
forme
rocheuse
»
Roches LA>45 LA + LA + si SGn
R62 magmatiques et ou MDE >80 MDE conforme
métamorphiques MDE>
<=80 à la fiche
de dureté 45
« Plate n°4
moyenne
FR<=7 forme
rocheuse
»
Roches
R63 magmatiques et FR>7
métamorphiques
fragmentables ou
altérées

- 54 -
ST590 Ind.B

CLASSIFICATION DES SOLS ORGANIQUES ET DES GRANULATS ARTIFICIELS


(SOUS PRODUITS INDUSTRIELS)

Classification de la NF P Classe de qualité en place Classe de qualité Sensibilité


11300 en réutilisation [1] au gel
S0 S1 S2 S3 Rt1 Rt2 Rt3
[2] [3] [4]

F1 - Matériaux naturels renfermant des matières organiques


examen des SGp
F11 Matériaux faiblement caractéristiques de
organiques manière analogue aux
3% < MO <= 10% sols A, B, ou C

SGp
F12 Matériaux fortement
organiques

F2 - Cendres volantes silico-alumineuses de centrales thermiques


Etude
spécifique

F3 - Schistes houilliers
Schistes houillers voir classe D si voir classe D si SGn
F31 totalement brûlés conforme conforme
couleurs : rouge à violet à la fiche à la fiche
n°4 n°4
Schistes houillers non- examen des caractéristiques de Etude
F32 brûlés ou manière analogue aux sols A, B spécifique
incomplètement brulés ou C
couleurs : noir à orangé

F4 - Schistes de mines de potasse


examen des caractéristiques de en noyau
F41 faible teneur en ClNa manière analogue aux sols A, B, ou C imperm. par
ClNa < 10% géomembrane

F42 forte teneur en ClNa

F5 - Phosphogypse

F6 - Machefer d'incinération des ordures ménagères (MIOM)


voir annexe
2

F7 - Matériaux de démolition
si
Etude spécifique conforme à SGn
la fiche n°4

F8 - Laitiers de hauts-fourneaux
si
Etude spécifique conforme à
la fiche n°4

F9 - Autres sous-produits industriels


Etude spécifique

- 55 -
ST590 Ind.B

ANNEXE 2 - UTILISATION DE GRANULATS ARTIFICIELS

Les granulats artificiels sont classés F2 à F9 dans la classification du GTR. La réutilisation de la plupart
d'entre eux ne peut résulter que d'une étude spécifique, de plus ils peuvent être soumis localement à des
restrictions d'emploi pour des raisons géotechniques ou de protection de l'environnement.

Les principales conditions de réutilisation en remblai et en couche de forme des granulats artificiels sont en
partie définies en annexe 1. Elles ne dispensent pas de l'étude particulière d'emploi à soumettre à l'accord
du département VP.

Compte tenu de leurs origines, ces granulats peuvent avoir des comportements particuliers qu'il convient de
connaître lorsque l'on envisage leurs utilisations. L'objet de cette annexe est d'indiquer ces particularités et
préciser les caractéristiques qu'il convient de vérifier avant d'en envisager l'emploi.

La connaissance du comportement de ces matériaux étant susceptibles d'évolution, ces informations ne


sont présentées en annexe que pour être facilement réactualisées sans que cela ne leur confère un
caractère secondaire.
1 - CENDRES VOLANTES SILICO-ALUMINEUSES DE CENTRALES THERMIQUES (classification F2)

Des recommandations pour l'emploi des cendres volantes doivent faire l'objet d'un article (à paraître) de la
norme P 18 540.

Les cendres volantes silico-alumineuses sont issues de la combustion du charbon dans les centrales
thermiques.

Ce sont des matériaux très fins (0 à 0,315 mm) qui peuvent être utilisés :

- en remblai, sous les conditions suivantes :

◊ protection des talus et de la plate-forme


◊ coupure capillaire entre sol support et remblai en cendres volantes

- en structures d'assise routières (voir chapitre 1 - article 2),

- sous forme sèche, dans la fabrication des ciments et des bétons,

- dans les coulis d'injection.


2 - SCHISTES HOUILLERS (F3)
Il convient de distinguer entre les schistes totalement brûlés ("schistes rouges") et les schistes non ou
partiellement brûlés ("schistes noirs"), dont la distinction sur terril est parfois délicate.

Les premiers sont des granulats dont l'utilisation dépend des caractéristiques de résistance et de
granularité, assimilables aux granulats naturels (classe A à E) avec un risque de dégradabilité à vérifier.

Les seconds sont des matériaux susceptibles de combustion. Ils sont réutilisables en remblai sous certaines
conditions de :

- teneur en imbrûlés,

- granulométrie,

- pourcentage de grès

à déterminer par une étude spécifique.

Des produits élaborés à partir des schistes noirs (exemple: formoschistes) peuvent se rapprocher des
schistes rouges quant aux possibilités de réutilisation.

- 56 -
ST590 Ind.B

3 - SCHISTES DE MINES DE POTASSE (F4 )


Ces matériaux sont susceptibles de contenir des matériaux solubles et polluants (Na Cl...) et posent des
problèmes de mise en œuvre et de gonflement par recristallisation au contact des liants hydrauliques. Leur
emploi est à proscrire dans les plates-formes ferroviaires.
4 - PHOSPHOGYPSE (F5)
Matériau soluble et polluant devant être généralement neutralisé par la chaux.

Pas de réutilisation envisagée actuellement en ouvrages ferroviaires.


5 - MACHEFER D'INCINERATION D'ORDURES MENAGERES (M.I.O.M.) (F6)
Matériau hétérogène susceptible de contenir des produits instables, solubles et polluants.

Les conditions d'utilisation des M.I.O.M. sont définies par la circulaire du Ministère de l'Environnement du 9 mai
1994.

Les mâchefers d'incinération d'ordures ménagères ne peuvent être réutilisés :

- en zone inondable,

- dans le périmètre rapproché des captages,

- à moins de 30 m d'un cours d'eau,

- en remblaiement de tranchée comportant des canalisations métalliques,

- dans des systèmes drainants.

Les mâchefers à faible fraction lixiviable (catégorie B au sens de la circulaire du 09/05/1994) sont utilisables en
remblai compacté de hauteur inférieure à 3 m avec recouvrement par un dispositif empêchant les infiltrations tels
que :

- géomembrane,

- 50 cm mini de terre végétale,

- ouvrage étanche (structure routière, parking, ...).

Leur utilisation en ouvrages ferroviaires doit faire l'objet d'un examen particulier soumis à l'accord du Département
IG-LG.
6 - MATERIAUX DE DEMOLITION (F7)
Les granulats de recyclage des matériaux de démolition (appelés aussi granulats de béton concassé) sont
généralement de résistance "moyenne". Etant élaborés en centrale, on maîtrise leur granularité.

La qualité des granulats de recyclage dépend de l'origine de l'approvisionnement ce qui peut entraîner des
variations de qualité quand l'approvisionnement change en cours de fabrication.

Les limites actuelles à leur utilisation sont :


6.1 La présence de matériaux divers (ferraille, bois, plastique...)
S'agissant de matériaux de démolition, il faut faire en sorte de limiter au maximum les produits autres que
ceux entrant dans la composition du béton. Ils doivent notamment être déféraillés, mais une très faible
proportion ne remet pas en cause leur stabilité.
6.2 Le plâtre
Il faut s'assurer visuellement que le granulat de recyclage ne contienne pratiquement pas de plâtre car
celui-ci avec le ciment est à l'origine de la formation d'ettringite s'accompagnant de gonflements. De tels
désordres ont pu être constatés sur plusieurs chantiers d'utilisation de produits de démolition.

- 57 -
ST590 Ind.B

6.3 Le ciment et le calcaire


Il existe un risque de dissolution dans l'eau du ciment et du carbonate de calcium de granulats calcaires.
Dans un emploi en drainage, l'existence d'eau chargée peut provoquer le colmatage des fentes des
collecteurs drainants ou des dépôts nuisibles à leur bon fonctionnement.
En conclusion
Les granulats de recyclage ne doivent pas être utilisés au contact d'ouvrage en béton ou de sols traités au
ciment, ou en couche "sous ballast" de lignes parcourues à grande vitesse ou fortement chargées.

Des règles et des normes plus précises sont en cours d'élaboration.


7 - LAITIER DE HAUT FOURNEAU (F8)
Il faut distinguer entre :

- le laitier vitrifié, obtenu par refroidissement rapide qui est utilisé comme liant hydraulique,

- et le laitier cristallisé, obtenu par refroidissement lent et stocké sur crassier. Il se présente sous forme de
granulats de dimension variable (0 à 300 mm) dont la granularité peut être améliorée par concassage. II se
caractérise par :

. une faible résistance,

. la présence disséminée de structures vitrifiées pouvant provoquer la prise hydraulique,

. des oxydes de fer augmentant la conductivité électrique.

Le laitier cristallisé peut être assimilé à une roche pour son réemploi en remblai. La réutilisation en couche
de forme rapportée doit être validée par une étude spécifique permettant de déterminer les seuils de
composition minéralogique et de condition d'emploi à partir desquels le phénomène de prise ne se
déclenche pas.

- 58 -
ST590 Ind.B

ANNEXE 3 - ESSAI DE CHUTE EN CARRIERES


Cet essai consiste à déterminer expérimentalement le seuil minimal de l'indice de continuité IC à utiliser en
contrôle d'un approvisionnement en enrochements.

II consiste à soulever des éléments d'enrochement de 3 mètres de haut à l'aide d'une pelle à griffes ou d'un
godet et à les laisser retomber sur un élément de taille équivalente.

Les éléments qui se cassent ont en général un indice de continuité faible, on peut ainsi statistiquement
choisir contradictoirement entre le fournisseur et le maître d'œuvre pour IC un seuil qui soit réaliste.

L'essai se pratique sur une sélection d'une trentaine d'éléments représentatifs de la production de taille
conforme aux prescriptions du marché et comportant des éléments sains et des éléments altérés ou
fissurés. L'indice de continuité IC doit préalablement à l'essai être mesuré pour chaque élément.

En suivi de la production l'essai est régulièrement effectué sur un élément ayant un indice de continuité
proche du seuil retenu.

- 59 -
ST590 Ind.B

ANNEXE 4 - CARTES DE PROFONDEUR DE GEL (en cm)

4.1 Hiver courant

- 60 -
ST590 Ind.B

4.2 Hiver exceptionnel

- 61 -
ST590 Ind.B

ANNEXE 5 - ELEMENTS DEVANT FIGURER AU PLAN D'ASSURANCE QUALITE (P.A.Q.)


Les éléments devant figurer au plan d'assurance qualité pour la fourniture de granulats utilisés pour la
réalisation ou l'entretien des voies ferrées sont les mêmes que ceux devant figurer au plan d'assurance qualité
pour la fourniture des granulats employés à la construction et à l'entretien des chaussées tels qu'ils sont
indiqués dans le "fascicule 23 - annexe VIII" ; et repris ci-après :
1. DISPOSITIONS RELATIVES A LA FOURNITURE

1.1 Les moyens


1.1.1 - le gisement
. mémoire descriptif

. joint ou mentionné dans le PAQ ; dans ce dernier cas il doit pouvoir être consulté par le maître d'œuvre en un
lieu précisé,

. autorisations administratives.
1.1.2 - le matériel
. capacité de production
. schéma de la chaîne d'élaboration
joint ou mentionné dans le PAQ ; dans ce dernier cas il doit pouvoir être consulté par le maître d'œuvre en un
lieu précisé, mode de pesage
1.1.3 - les intervenants
organigramme fonctionnel, nom et qualification des responsables.
1.2 Les procédures
1.2.1 - gestion des hétérogénéités du gisement.

1.2.2 - réglage des circuits de fabrication permettant d'obtenir les produits définis dans les fiches produit.

1.2.3 - l'actualisation des fiches produit.

1.3 Le suivi qualité


1.3.1 - Contrôle en cours de fabrication
. suivi et enregistrement journalier des conditions de fonctionnement au niveau de l'extraction, de la fabrication, du
stockage sur le lieu de production.
1.3.2 - Contrôle final
(Il est exercé sous l'autorité d'un responsable indépendant de la chaîne de fabrication)

. vérification du fonctionnement du contrôle en cours de fabrication,

. contrôle de conformité du contrôle en cours de fabrication,

. contrôle de conformité aux fiches produit, des fabrications et livraisons (la conformité est appréciée selon les dispositions
de la norme P 18 540 article 2)

. nature et fréquence des mesures,

. lieux et moyens d'échantillonnage,

. lieux et moyens d'essais,

. définition du lot représenté par une mesure,

. mode et fréquence de communication au maître d'œuvre des résultats des contrôles.


1.3.3 - Traitement des produits non conformes
. identification des lots concernés,

. enregistrement des non conformités,

- 62 -
ST590 Ind.B

. action sur les produits encore en carrière,

. action sur les produits déjà livrés,

. correction des causes d'anomalies.


1.3.4 - Mode de suivi des quantités livrées

2 - DISPOSITIONS RELATIVES AU TRANSPORT ET AU STOCKAGE

2.1 Transport
2.1.1 - Mise à disposition des unités de transport pour le chargement
. identité du transporteur

. moyen de transport

. aptitude à satisfaire les conditions de transport prévues au marché


2.1.2 - Chargement des unités de transport
. dispositions prises par le fournisseur responsable du chargement pour respecter la commande et la réglementation
des transports

. modèle de bon de transport


2.1.3 - Acheminement des granulats
. itinéraires prévus dans le cas d'un transport par route

. dispositions prises en cas de modification des conditions d'acheminement


2.1.4 - Déchargement des unités de transport
- dispositions prises pour respecter les consignes de stockage sur l'aire notamment celles relatives au non mélange
des classes granulaires et aux plages horaires de livraison.
2.2 Stockage
Aménagement de l'aire de transport

Installation d'un pont-bascule et sa vérification par le service des poids et mesures

Exploitation et entretien de l'aire de stockage

Dispositions relatives au stockage et au gerbage des granulats (conforme au Guide technique du SETRA de mars
1981)

Dans le cas des enrochements, l'aire de stockage doit être suffisante pour :

- permettre la création des stocks par blocométrie,

- que le volume stocké soit équivalent à 2 jours mini de mise en œuvre pour permettre le contrôle sans ralentissement
du chantier.

Remise en état du site

- 63 -
ST590 Ind.B

ANNEXE 6 - SCHEMA DE DEFINITION DE LA POSITION RELATIVE DES DIFFERENTS


FUSEAUX (Extrait de la norme P 18 540)

- 64 -
ST590 Ind.B

DEPARTEMENT DE LA QUALITE
ST 590
DES FABRICATIONS FICHE R.E.T.O.U.R. Indice : B
INDUSTRIELLES
Pour toute proposition, en vue d'une mise à jour, renvoyer au département AF, division AFO (AFO1),
23 Rue d'Alsace 75475 PARIS CEDEX 10 une photocopie de la fiche R.E.T.O.U.R., en faisant part d'une :
Remarque
idéE
suggesTion
mOdification
erreUr
amélioRation

Société extérieure à la SNCF Service SNCF Date :


Adresse : Adresse : Nom :

: Fax : : Fax : Visa :


Internet : Intranet :

Objet de la fiche R.E.T.O.U.R. : Suite au verso ou annexe jointe (2)

AVIS DE RECEPTION DE LA DIVISION AFO - ) - Partie à compléter par AFO1

NUMERO DE FICHE R.E.T.O.U.R. : .

La fiche R.E.T.O.U.R. du , relative à la ST- , a été reçue le par nos services.

Une copie en a été transmise à M. ( (1)), pour examiner la suite à donner à vos
propositions. Des informations vous seront transmises dès que possible.

Nous vous remercions d'avoir bien voulu nous faire part de votre RETOUR d'expérience.

Le chef de la division AFO,

(1)
Date : Signature : Copie : M. ( )
(1) Préciser l'unité
(2) Rayer la mention inutile

Modèle FEVRIER 2000

- 65 -

Vous aimerez peut-être aussi