Vous êtes sur la page 1sur 155

l'activité humaine qui sont assez

souvent ignorés du gros de la nation.


Je dis disance lacanienne car cette
Orientation lacanienne III, 9. langue me semble aujourd'hui d'une
extension suffisante pour qu'on lui
épargne le nom de jargon, qui est plus
péjoratif, bien entendu.
Un jargon, c'est la langue parlée qui
décide par un de ces milieux, du
recours soit par intérêt, soit par
Jacques-Alain Miller fantaisie, soit par tradition particulière, à
des tours ou des vocables
Première séance du Cours
incompréhensibles par les non-initiés.
Donc je préfère disance.
(mercredi 15 novembre 2006)
Alors la distance dont je parlais, la
distance où j’ai été à un moment de la
disance lacanienne, s'est l'an dernier
I suturée, puisque, vous en êtes témoin,
j’ai repris mon train-train et celui-ci nous
a mené jusqu'à la fin de l'année, a
couvert le Séminaire D'un Autre à
l'autre.
Si je rappelle cette distance de la
Je vous apporterai aujourd'hui une disance, où j'ai été, c'est qu'en
perspective, à partir d'un point qui est définitive elle m’est précieuse et c'est
d’après-coup. sur elle que je voudrais maintenant fixer
Inopinément, ce qui ne veut pas dire ma position de cette année.
de façon inopportune, même si cela Oh ! En fait, le dis-je, peut-être sans
vous a importuné, je me suis trouvé l'an le savoir depuis toujours, ai-je été dans
dernier par trois fois marquer, et de cette distance de la disance. Et peut-
façon non feinte, la distance que je être, peut-être est-ce cela le secret de
prenais ou plutôt qui se prenait, de ce ce qu'on appelle - c'est de l'extérieur
Je qui vous parle, à la disance que je le reçois - le secret de ce qu'on
lacanienne. J'écris ces deux mots, appelle ma clarté.
voisins : Distance et disance. Elle tient peut-être à ce qu’en
Je dis la disance. Ça n'est pas un définitive je m’efforce de ne pas me
mot que j'ai forgé, c’est un terme qui a laisser porter par la disance des
été introduit par Damourette et Pichon, psychanalystes.
dans leur Essai de grammaire de la Et aussi à distance de la disance
langue française où Lacan a puisé. que je laisse à Lacan, son dire, la
Il a d'ailleurs eu un rapport personnel responsabilité de son dire, le trait
avec Édouard Pichon qui était, outre singulier de son dire, qui est toujours
grammairien, psychanalyste, et qui a amorti dans la disance.
accueilli le jeune Lacan dans le milieu, Lacan l’a formulée, assumée, sa
favorablement. Il lui a consacré un singularité, d’une façon évidemment
article où il déplore néanmoins, déjà, énigmatique quand il disait, dans son
son caractère incompréhensible. Séminaire sur Joyce, intitulé Le
Alors qu'est-ce que la disance ? sinthome, ceci, qui est
C'est la langue telle qu'elle est parlée page 132 : « C'est dans la mesure où
par les gens d'un métier. Freud a vraiment fait une découverte -
Comme le note avec bon sens nos à supposer que cette découverte soit
auteurs il y a des habitudes vraie - que l'on peut dire que le réel
professionnelles. Les termes [j’ajoute la catégorie du réel, dont il est
techniques, ici, désignent les actes, les question dans ce Séminaire] que l'on
outils, les produits, d'un mode de peut dire que le réel est ma réponse
J.-A. MILLER, - Orientation lacanienne III, 9 - Cours n°1 – 15/11/2006 - 2

symptomatique. » pas arrangé.


La découverte supposée vraie, en On peut dire que cet enseignement,
l'occurrence c'est celle de l'inconscient. qui est là présent ici, entre nous, que
Lacan dit aussi dans la même page cet enseignement, son ambition est de
« Disons que c'est dans la mesure où répercuter le traumatisme Freud, enfin
Freud a articulé l'inconscient que j'y ce qu'on prendre dans les rets d'une
réagis ». Le réel serait ainsi une dialectique c'est en fait, dans cette
réaction d'Un, d’Un seul, à l'articulation perspective, les répercussions d'un
freudienne de l'inconscient. traumatisme.
Les deux mots sont dits réaction et Et, Lacan, au fond l’a dit, dans la
réponse. La réponse est évidemment même page que je citais tout à l'heure,
d'un ordre plus complexe que celui de à propos de l'énoncé du réel sous la
la réaction. Mais peut-être n’est-ce pas forme d'une écriture, des nœuds ;
le terme le moins significatif, significatif l’énoncé du réel sous cette forme, dit-il,
de ce que Lacan est là, se suppose a la valeur d'un traumatisme.
être, dans un traumatisme. Il le tempère, il l’explique, en parlant
Comment l’entendre ? du forçage d’une nouvelle écriture.
De cette façon-ci, qui est simple, que Voilà qui donne à nos sages études
la découverte de Freud fait trou dans le un dramatisme dans lequel je ne
discours universel. C’est au moins la compte pas vous installer. Je préfère
perspective que Lacan a adoptée vous installer dans la difficulté.
d'emblée concernant Freud. Et on peut Précisément en visant, autant que je
dire que ce que nous appelons par puisse le repérer, je le repère par
convention « l'enseignement de rapport à moi bien entendu, je repère
Lacan » constitue dans son ensemble ce qui n'est pas passé dans la disance.
une réponse à ce trou. Et pour vous installer, nous installer
Sous des modes variés Lacan dans la difficulté, je prendrai ce que j'ai
démontre incessamment que cette fait ici photocopier, le dernier texte si
découverte ne trouve à se loger dans bref, du recueil que j'ai confectionné
aucun discours qui l’ait précédée. C'est des Autres écrits, que vous trouvez
ce trou dans le discours universel qui dans le livre pages 571 à 573.
est la perspective qu’il a prise sur Il m’est arrivé d'y venir rapidement
Freud, qui l’a précipité dans quelquefois. Il est daté du 17 mai 1976
l'élaboration multiple du discours alors que le Séminaire du Sinthome est
analytique, supplémentaire, pour clôt le 11 mai. Il est donc écrit dans la
donner un logis à la découverte de suite immédiate de ce Séminaire et il
Freud. mérite d'être lu de près.
Lacan a parlé de l'événement Freud, Comme je ne vous l’ai pas annoncé
signalant par ce terme la coupure que vous n’avez pas ce texte sous les yeux,
Freud introduisait, ce qui a pu s'en il va donc falloir que je vous le débite
répandre, mais je dirais volontiers le soigneusement. D'abord son début.
traumatisme Freud. J'abrège quand il faut ; je vous
Parce que l'événement - et Lacan y demande d’écouter comment raisonne
revient tant et plus à chacun de ses la première phrase de ce texte.
tours et détours - l'événement Freud a C'est fait pour couper court et aller
été d'emblée méconnu, tamponné, au au centre de la question. J’ai l’intention
point que Lacan puisse dire, dans un d'être bref aujourd'hui. « Quand
texte auquel je viendrai, que la peste, la l'espace d'un lapsus, n’a plus aucune
fameuse, que Freud s'imaginait portée de sens [entre parenthèses] (ou
apporter, sur le chemin des États-Unis interprétation), alors seulement on est
d'Amérique, s'est en fait révélée sûr qu’on est dans l'inconscient ».
anodine. Le public s'en arrange. On peut croire que c'est connu
Eh bien, ce qui nous reste comme puisque la valeur, les non-sens, est
enseignement de Lacan est ce qui depuis toujours par Lacan soulignée,
provient de quelqu'un qui ne s’en est mise en fonction, néanmoins ce que
J.-A. MILLER, - Orientation lacanienne III, 9 - Cours n°1 – 15/11/2006 - 3

cette phrase très surprenante, si on la trompe pas, le signifiant du transfert,


remarque de près, comporte, c'est la dans son lien à S2 qui est signifiant
disjonction entre l'inconscient et quelconque et Lacan inscrit pour le fixer
l'interprétation. une petite lettre q minuscule.
Une exclusion entre ces deux Et c'est traduire, en terme de
fonctions, je dis fonction pour signifiant la relation qui s'établit
inconscient puisque dans le même conditionnant l'opération analytique.
texte Lacan parle en effet de la fonction Et c’est de ce lien que se trouve
inconsciente. produit en position de signifié, sous la
Une disjonction entre l'inconscient et barre que vous placerez en dessous du
l'interprétation. signifiant du transfert, pour y inscrire le
Ça, c'est de nature à faire vaciller ce sujet, le fameux sujet supposé savoir.
que nous croyons savoir de C'est le sujet qui résulte de ce que la
l'articulation de l'inconscient. C'est par connexion s'établisse. Et alors, sur ce
exemple tout à l'envers de la thèse mode, que je disais de signifié, se
selon laquelle - thèse développée dans trouve désormais présent le savoir
le Séminaire VI de Lacan, Le désir et supposé, l'ensemble faisant savoir des
son interprétation - thèse selon laquelle signifiants dans l'inconscient, dit Lacan.
le désir – inconscient - c'est son Il faut que cet embrayage s’établisse
interprétation. d'un signifiant à l’autre pour qu'il en
Ici, au contraire, nous avons à placer résulte un effet de sens, spécial, qui dit
une double barre qui indique la quelque chose là pour le coup à tout le
coupure, la déconnexion entre le monde et qui n'est pas une expression
signifiant du lapsus et le signifiant de spécialisée, le sujet supposé savoir -
l'interprétation. tout le monde arrive peu ou prou à
Et, nous nous trouvons là atteindre, donner un sens à ça sans passer par la
à son point, à sa jonction, d'un lien, du disance lacanienne - se trouve alors
fameux S1 et du fameux S2, qui sont de mobiliser comme nous disons,
notre disance - signifiant premier, mobiliser des signifiants dans
signifiant second - le minimum l'inconscient.
inscriptible de la chaîne signifiante et Au cours de l'analyse, ce sera ça, le
qui comporte, quand elle embraye, statut de l'inconscient. Il prend son
quand S1 embraye sur S2, que le statut de cette position supposée et on
signifiant 1 représente le sujet pour sait que Freud, après tout jusqu'au
l'autre signifiant, le S2. bout, a conservé à l'inconscient le statut
Or ce qui dans cette phrase peut d'une hypothèse, en tout cas pas
être imperceptible, d'être placée en vérifiable par les moyens auxquels elle
ouverture, pas en ouverture de ce texte songeait à faire appel, les sciences de
mais en clôture du Séminaire sur la nature.
Joyce, cette phrase comporte, si on Et c'est ainsi que le statut que nous
aligne comme je le fais ici, que S1 ne reconnaissons à partir de là à
représente rien. Vous n’avez pas un l'inconscient, c'est un statut
signifiant représentatif. transférentiel. C'est ce qui m’a amené
Ça, ça attaque ce qui est pour nous d'ailleurs à parler simplement
le principe même de l'opération d’inconscient transférentiel.
psychanalytique, pour autant que la Et c'est ainsi que le transfert, loin
psychanalyse a son départ dans d'être effet de l'inconscient prend dans
l'établissement minimal, S1-S2, dans tout ce qui est passé de Lacan dans la
l'établissement du transfert. disance, prend au contraire une place,
Là, S1-S2 trouve une autre écriture, bien plutôt une place de cause.
homologue. Lacan l'introduit dans sa C'est par le transfert qu’on rend
« Proposition sur le psychanalyste de présent, qu’on mobilise et qu’on lit
l'École » que vous trouvez page 248 l'inconscient. Quand Lacan articule le
des Autres écrits. transfert à partir du sujet supposé
Là, S1 c’est, pour qu’on ne s’y savoir, il le lie très étroitement à
J.-A. MILLER, - Orientation lacanienne III, 9 - Cours n°1 – 15/11/2006 - 4

l'inconscient puisque on voit écrire dans On voit bien qu’ici nous n'avons pas
son texte « Télévision », dans les le Je ou le moi comme sujet du verbe,
Autres écrits page 543 : « Qu'une on a un s’y fasse attention, fait attention
manifestation symptomatique de s’y fasse, pour qu'on en sorte, de
l'inconscient est comme tel rapport au l'inconscient.
sujet supposé savoir », ce qui permet Et voilà ce qui nous paraîtrait une
de dire, dans cette optique, que propriété psychologique, l'attention - l' -
l'inconscient freudien, c'est l'inconscient qui prend ici une valeur opposée à celle
transférentiel et qu'il suppose le lien de de l'inconscient dans lequel on est sûr
S1 et S2. d’y être, ce concept soi tout seul.
D'où au fond cette distinction qu’on Alors qu'est-ce que c'est l'attention
peut faire pour s’y retrouver entre le portée sur le lapsus, au-delà du savoir
sujet qui consiste dans le savoir des comme immédiat, que ça n'a pas de
signifiants et le sujet supposé à ce sens et que ça n'a pas d'interprétation ?
savoir. Dans l’état de consistance où on Moi, je ne vois qu’une seule façon de
a, pour reprendre le terme sartrien, un saisir ce qu'il en est de cette attention,
en-soi, et on pourrait imaginer que par l’attention, c'est ce qui conditionne
le fait que le sujet vient à être supposé l'association. On associe à l’occasion à
à ce savoir il a là le statut de pour-soi. l'injonction de l'analyste, mais enfin où
On va retrouver ce soi, on le est-il ici, où est-il on ne le trouve pas,
retrouve précisément parce que cette on ne le trouve que quand on se met à
mince phrase des débuts nie faire attention et à ce moment-là, en
l'inconscient transférentiel. On est sûr effet, alors il y a du sens et il y a de
qu'on est dans l'inconscient quand l'interprétation.
l’espace d’un lapsus n’a plus aucune Mais ce qu'on a essayé de saisir
portée de sens ou d’interprétation. Ça dans l'espace d'un lapsus, c'est ce qui
veut dire : on est sûr qu'on est dans est d'avant, d'avant que la machine de
l'inconscient quand il n’y a pas cette l'attention qui fonctionne sur le pivot du
connexion transférentielle, opérée. sujet supposé savoir se mette en
Et c’est ainsi que la deuxième marche.
phrase, plus brève, que Lacan ajoute à « Resterait - avec Lacan - que je
son ouverture c’est, ça fait très peu dise une vérité. Ce n'est pas le cas, je
lacanien, il peut se le permettre, mais il rate, ce n'est pas le cas [deux points] je
faut encore, là, un forçage pour réussir rate ». Et ce mot de ratage auquel j’ai
à inclure ça, un bout de phrase qui pu faire un sort jadis, ici désigne ce qui
porte sur le on est sûr, on le sait – s'obtient précisément par l'association,
virgule – soi - point. voire par la fameuse intervention
Et qui est ce soi, ce soi qui sait que interprétative de l'analyste.
ça n’a ni queue ni tête, ni sens ni Tout ça, du ratage, ça passe à côté
interprétation ? On a ici un on qui n'est de ce qui avait surgi l'espace d'un
pas comme Lacan a pu jouer avec celui lapsus. Et pour bien marquer comme
de l'inconscient, on a un on qui est soi. c’est là très mince, la minceur absolue,
Eh bien ce que je relève, avec ce le fugitif, l’évasif, Lacan dans son texte
petit bout de phrase de Lacan, c'est tronque l’expression l’espace d’un
que c’est un savoir du soi tout seul. lapsus, il dit l’esp d’un laps ; en fait ça
Ça ne se passe pas dans le fameux n’est possible qu’avec le français, cette
registre de l'intersubjectivité et pas assonance et cette conquéson. C’est
même dans celui de l’intersignifiance pour marquer comme est mince ce à
entre S1 et S2. S’installe dès le début quoi il s'attache pour dire que là on est
cette étrange être coupé, qui est seul. sûr d’être dans l'inconscient.
Ça se vérifie par la suite des textes, Et il ajoute, là, comme (redite ?) qui
qui permet, même, de saisir ce que fixe les choses, comme un exposé,
Lacan formule à sa manière entre les comme thèse Il n'y a pas de vérité qui,
lignes. Mais il suffit, dit-il, que s’y fasse à passer par l'attention, ne mente.
attention pour qu'on en sorte. Ah ! Et voilà : vous suivez le fil que je
J.-A. MILLER, - Orientation lacanienne III, 9 - Cours n°1 – 15/11/2006 - 5

dévide à partir de ces petits fragments ; sa théorie, la première et la seconde


voilà stigmatisée ou interrogée la vérité topique et chez Lacan nous savons que
menteuse de l'association libre. les remaniements sont constants mais
Nous sommes là dans une ce n’est pas de ça qu’il s'agit mais que
perspective où l'association libre, loin la pression même de la profession, de
d'être la clé de la vérité, délivre une son nom, son inscription sociale, tout
vérité fille de l'attention et par-là une ça, fait changer l'analyse. Mais ce qui
vérité ratée. C'est le pivot, c'est ici on est là visé, il faut avoir le toupet de
considère l’Un tout seul et il y en a. Il y l’écrire : la psychanalyse inventée par
a au moins deux allusions de Lacan un solitaire.
dans ce texte qui trouvent à s'ordonner Là, tout le monde sait aujourd'hui
à partir de ce tout seul, ce troisième que Freud a tout fait par son transfert à
plus explicite. Fliess. Eh bien la perspective que
Il dit, dans ces lignes initiales : « Pas Lacan ici apporte efface le bon Fliess
d'amitié n’est là qui cet inconscient le dont nous bénéficions maintenant d’une
supporte ». Pas d'amitié qui soit le édition complète de leur
support de l'inconscient. correspondance en français, et qui
Qu’est-ce que vient faire ici le mot existait en anglais depuis de
amitié ? Ça désigne, c'est le nom après nombreuses années et ça tombe très
tout générique dont on pourrait bien que le rappel que fait ici Lacan
désigner le lien de l’Un à l’Autre. Après Freud comme solitaire.
tout, scander l’espace d’un lapsus, C'est à ce titre qu'il le dit théoricien
solliciter l'attention, ça pourrait passer incontestable de l'inconscient. C'est
pour un mouvement amical, d’aide, une perspective bien sûr. Freud lui-
d’aide à l'association libre. même était, bien sûr qu'il faisait
Et c'est là que l'amitié est par Lacan attention, et combien, à ces petits
renvoyée et de même un peu plus loin espaces de lapsus. Mais c’est à
dans le texte - vous ferez l’effort de le convoquer à un autre moment ici, il faut
lire, ça vous permettra d’éviter de lire d'abord être saisi par cette nouvelle
tout le reste, trois pages, un petit peu figure de Freud qui surgit d'un Freud
plus tard vous verriez Lacan se tout seul.
goberger, comme c'est bien connu mais Et d'ailleurs Lacan écarte ensuite
ici ça prend une autre valeur, sur ses disciples, qui n'étaient disciples que
l'amour du prochain, qui est une autre du fait que lui, ne sût pas ce qu'il faisait
figure du lien de l'Un à l'Autre. - inconscient si l'on veut.
Voilà des indications de Lacan qui Donc même les disciples sont
montrent qu'il faut appeler ici, renvoyés pour le laisser, le solitaire,
convoquer ici la fiction de l’Un tout seul. dans son rapport à l'inconscient, dont
Nous disons fiction parce que nous on est sûr quand ça n’a pas de sens.
sommes dans la disance lacanienne, C’est de la même façon que Lacan
psychanalytique. peut dire que le réel serait peut-être sa
Ce qui ne nous paraît pas fictif, c'est réponse aux réactions symptomatiques,
la situation analytique et pourquoi nous sa réaction ou sa réponse
mettons la fiction ici. Mais de façon symptomatique à la découverte de
spécialement osée, en même temps Freud. Ça vaut pour lui tout seul, au
que voilée par l’anecdote, on voit Lacan point qu’il n'est pas sûr de réussir à
en effet faire venir le mot de solitaire, communiquer, et, bien que déposé
pour qualifier l'opération freudienne, dans son Séminaire depuis de longues
celle de Freud. années et maintenant distribué sous
Notons, dit-il – il y a un paragraphe forme de livres, il n'est pas sûr que ça
entre que je ne commente pas – ait été encore déplié.
notons, dit-il, que la psychanalyse a, C'est maintenant comme il dit une
depuis qu'elle ex-siste, changé. novation, que cette psychanalyse
Là, c'est bien connu, nous avons inventée par un solitaire se pratique
suivi chez Freud les remaniements de maintenant en couple.
J.-A. MILLER, - Orientation lacanienne III, 9 - Cours n°1 – 15/11/2006 - 6

Voilà qui décoiffe, je veux dire qui noter que le sujet supposé savoir n'est
fait sortir de ce qu'il y a de rodé dans la pas réel. Et donc voilà où on peut jouer
pratique, puisque ça paraît comme un entre l'inconscient comme réel et puis
fait, un fait numéro 2, qu’on se mette à l'opération qui le mue, si je puis dire,
deux pour opérer. Lacan fait sa place à qui le dilue aussi bien, et qui est celle
ça en disant : Soyons exact, le solitaire du sujet supposé savoir.
en a donné l'exemple. La fin du texte n'est pas quelconque.
C'est là, voilà que j’en ris, du rapport La fin du texte, ce texte si bref, appelle
solitaire à l'inconscient, le rapport l’attention sur un mot qui a son poids,
solitaire est inattentif à l'inconscient, à quotidien, une théorie qui est ici et qui
la psychanalyse, en couple, opérant à est le mot d'urgence.
partir du sujet supposé savoir, de la Je signale que comme toujours les
connexion minimale signifiante qui est cas d'urgence m’empêtraient pendant
ici défaite. C'est à ça, ne l'oublions pas, que j'écrivais ça. C’est donné comme
que Lacan s'abandonne à la fin de son un témoignage, si vous voulez. De quoi
laborieux Séminaire du Sinthome. Ça s'agit-il, ici, sinon d'un point de départ
donne sa valeur au choix que Lacan fait qui est comme antérieur à
ici entre parenthèses, en quelque sorte, l'établissement du signifiant du transfert
enfin entre parenthèses elles y sont, dans son rapport au signifiant
quand il parle de Freud théoricien quelconque ?
incontestable de l'inconscient, [entre Ce que Lacan appelle l’urgence,
parenthèses] (qui n'est ce qu'on croit, je c'est la modalité temporelle qui répond
dis : l'inconscient, soit réel, qu'à m'en à l’advenue ou l'insertion d'un
croire). Voilà de quoi nous donner une traumatisme. Et c'est ainsi que bien
petite lucarne sur ce dont il s'agit. qu’il dit lui-même que les cartes de la
L'inconscient qui est ici dessiné, situation analytique soient faites d'une
comme en filigrane, c'est l'inconscient rencontre, et ce qu'il désigne dans ce
comme réel, ça n'est pas l'inconscient qu'on appelle la demande de
comme transférentiel. l'analysant en puissance, il le désigne
Voilà ce qui aimante Lacan à la fin comme la requête d’une d'urgence.
de son Séminaire, c'est un autre mode, À ce mot d'urgence est comme pour
une autre perspective sur l'inconscient Lacan, au fond, le nom de ce qui
qui fait de l'inconscient du réel. apparaît de ce qui met en mouvement,
C'est en quelque sorte l'inconscient la requête de l'analysant en puissance.
en tant qu'extérieur au sujet supposé Et je m’apercevais que ce mot
savoir, extérieur à la machine d'urgence vient aussi quand Lacan
signifiante qui produit du sens en veux- évoque la question de la formation
tu en voilà pour peu qu’on la laisse analytique dans des termes avant, qui
tourner selon ce qu'on se croit obligé de datent, d’avant cette « Proposition »,
faire. Cet inconscient comme réel, on dans un texte de 1966 qui est dans les
peut dire qu'il a ou qu'il est analogue, Écrits et qui s'appelle « Du sujet enfin
homologue, à ce que nous évoquions en question », qui est un texte qui fait
d’abord du traumatisme. En tout cas partie des préliminaires à cette
c'est certainement un inconscient non « Proposition » qu’il écrira l’année
transférentiel qui est posé en effet suivante, ce texte se termine, ce texte
comme limite. Et c'est pourtant ce réel consacré à la notion de la
que Lacan prend comme ce qui est le psychanalyse didactique comme
plus lui-même dans l’accueil réservé à condition de la formation et Lacan
la découverte de soi. Et puis, si on veut opérant des remaniements sur sa
recoudre les morceaux que je disperse conception, que ne prenons pas
ici, notons qu’après tout dans la comme de hasard que nous retrouvions
« Proposition sur le psychanalyste de à la fin de ce texte, page 236 des Écrits
l'École » où Lacan introduit le pivot du encore l'évocation de l’urgence.
sujet supposé savoir comme condition « Au moins, dit-il, au moins
de la psychanalyse, il prend soin de maintenant pouvons-nous nous
J.-A. MILLER, - Orientation lacanienne III, 9 - Cours n°1 – 15/11/2006 - 7

contenter de ce que tant qu'une trace Lacan, page 241 : « Mais rien aussi qui
durera de ce que nous avons instauré n'y devienne contingent ». Là, voilà un
[c’est au moment où il boucle ses terme déjà plus technique, on devra un
Écrits] il y a aura du psychanalyste à peu articuler la suite de nos entretiens,
répondre à certaines urgences c'est déjà marquer - comme Lacan s'est
subjectives, [il ajoute] si les qualifier de employé d'une façon logicienne - ce
l’article défini [les psychanalystes] était qu'il y a d’inélliminable dans la fonction
trop dire, ou bien encore trop désirer. » de la hâte.
C’est pourquoi il ne dit pas : il y aura L'urgence c’est en quelque sorte,
toujours des psychanalystes, il dira c'est la version déjà thérapeutique de la
toujours du psychanalyste. Je laisse le hâte. Il y a là dans tout ce qui touche à
point de côté pour accentuer que le mot la vérité, toujours une précipitation
d'urgence, là des urgences subjectives logique et il suffit d'ajouter que c'est la
vient comme le colophon de ce texte, précipitation aussi bien dans le
valider que il s'agit bien de la fonction mensonge que peut véhiculer la vérité
psychanalytique et qu'elle a rapport à quoi on s’est rendu attentif.
essentiellement avant le début de Ça demande, certainement, une
l'analyse, elle a rapport avec l’urgence, stratégie de la vérité qui est, comme
c'est-à-dire avec l'émergence de ce qui l’évoque Lacan dans D’un Autre à
fait trou, comme traumatisme. l'autre, vous l’avez lu comme moi
Cette urgence, elle est aussi page 19, une stratégie de la vérité, qui
célébrée par Lacan dans son « Rapport est l'essence de la thérapeutique.
de Rome » qui marque les débuts de Et qui demande, lu du point où
son enseignement - vous trouverez la Lacan nous conduit, qui demande
référence page 241 - et qui donne le seulement à y ajouter que cette
relief que ce terme a pour Lacan et qu’il stratégie de la vérité doit faire sa place
ne faut pas laisser perdre, nous ne le au mensonge qu’elle comporte.
laissons pas perdre puisque nous Alors, je regarde ma montre parce
créons précisément des dispositifs très que je ne voudrais pas m’avancer là
insérés dans la société pour répondre mais vous lancer plutôt dans le rapport
même de façon minimale à l'urgence, que je voudrais établir, pour un peu
pour traiter l’urgence. Je parle de ces secouer la chose, pour la montrer,
centres de traitements qui se sont palpitante, aller voir précisément en
multipliés à partir de l'École de la connexion avec ce que j'ai dessiné à
Cause freudienne depuis quelque partir d'une lecture minutieuse. Et
temps, le premier a été à Paris. encore je vous en ai donné que ce que
Voilà, ce sont des centres d'urgence, je peux en communiquer, de cette
à prendre avec la dignité que Lacan page, aller voir, précisément la place du
apporte à ce terme. Et donc il en fait, il réel tel que Lacan débute son
le fait miroiter ce terme dans son enseignement, la situe dans son
Rapport de Rome : « Rien de créé, dit- commentaire de l'hallucination de
il, qui n’apparaisse dans l'urgence, rien l’Homme aux loups.
dans l'urgence qui n’engendre son Quand je lis ce texte souvent
dépassement dans la parole. » simplement en rapport avec la Question
Et nous en avons comme préliminaire à tout traitement possible
l’illustration ici puisque cette urgence de la psychose, il s'agit d'un texte qui
avec laquelle il faut faire la paire est porte sur ce qui se retrouve, ce qui se
précisément ce qui sollicite chez le retrouvant coupé de toute manifestation
requérant, chez celui qui fait la requête, symbolique réapparaît, dit
c'est ce qui sollicite en lui pour lui le soigneusement Lacan, de façon
dépassement de la parole dans la erratique.
perspective que je développais ici, ce Eh bien c'est déjà ici, si vous suivez
dépassement dans la parole est aussi ces quelques pages, à partir de la
le ratage de la vérité menteuse. page 386, quelques pages suivantes,
Mais, là encore, ce petit rajout par c'est déjà la notion et qu'il a mise en
J.-A. MILLER, - Orientation lacanienne III, 9 - Cours n°1 – 15/11/2006 - 8

valeur dans la psychose, n'oublions pas


que le texte de Lacan que l’espace du
lapsus vient à la fin du Séminaire sur
Joyce, ces manifestations erratiques de
ce qui est coupé de la symbolisation,
mais c'est déjà la figuration de ce que
Lacan a appelé le réel sans loi, c'est-à-
dire un réel disjoint du symbolique et on
peut dire qu'il le surmonte.
C'est là que ces considérations
débouchent, comme c'est explicite,
dans ce dernier texte de Lacan, deux
trois pages, débouchent sur le
déplacement qu'il fait subir à cette
épreuve cruciale qu'il a appelée la
passe.
Et, pour le dire vite, il y a un malaise
dans la passe, précisément dans
l'institution, les institutions qui ont les
premières voulues mettre en œuvre
cette épreuve.
Eh bien je pense que c'est à partir
du symptôme de Lacan, c'est à partir
du réel que ce malaise dans la passe
doit être à la fois situé et surmonté.

On continue la semaine prochaine.

Fin du Cours 1 de Jacques-Alain


Miller du 15 novembre 2006
par cette pointe que c'est précieux.
Un texte qui est écrit par
automatisme, on peut dire que ça roule,
Orientation lacanienne III, 9. tandis que, s’agissant de cela,
précisément ça ne roule pas du tout, ça
achoppe.
Et constatons que Lacan a
constamment procédé ainsi, par la
lecture de Freud, par un commentaire
littéral, au point que ses dix premiers
Jacques-Alain Miller Séminaires et d'ailleurs également les
deux antérieurs qui ne font pas partie
Deuxième séance du Cours
de la série publiable, chacun de ces
Séminaires prenait son départ d'un écrit
(mercredi 22 novembre 2006)
de Freud dont il avait le souci
d'accompagner la lecture.
Alors sans doute Lacan a mis en
II œuvre, dans cette lecture, tout un
appareil qui n'est pas freudien. La
distinction à laquelle il faut se former
d'emblée quand on lit Lacan, la
distinction de l'imaginaire, du
symbolique et du réel, cette distinction
Vous êtes gentils de m’attendre. n’est pas freudienne. Elle se montre
C’est que je passe du temps en appropriée à reclasser les notions
compagnie du texte de Lacan, et je freudiennes ou à les travailler, mais
diffère sans doute le moment de enfin, ça n'est pas dans la lettre du
l'interpréter pour vous. texte.
Donc j'ai, la dernière fois, évoqué le Il en va de même du schéma dont
mot de disance et puis aussitôt après je Lacan s’est aidé d'emblée, sous des
vous ai mis, pour ce début d'année, et formes de plus en plus élaborées, le
en tenant compte du fait qu'il y a tout de schéma de la communication depuis
même parmi vous des étudiants, pas les considérations sur la relation de la
seulement des psychanalystes, je vous question et de la réponse, jusqu'aux
ai mis à cette lecture minutieuse et reconstructions beaucoup plus
même microscopique, d'un écrit de élaborées de son graphe, grand graphe
Lacan en vous donnant des références du désir.
assez précises pour que vous-même Et puis, Lacan se fait aider de
puissiez y aller voir. Saussure, de Jakobson, sur les traces
C'est là ce qui nous sauve, nous de Lévi-Strauss, et il y a là autant de
sauvera, de la disance, je le constructions, autant de références qui
dis: la lecture et lecture à la lettre. sont absentes chez Freud.
La lecture à la lettre, c’est l'opposé Et de même, pour le dire très
de la disance. C'est l'opposé de la simplement, l'accent porté d'emblée sur
disance quand le texte dont il s'agit est la parole et le langage éclaire Freud
composé sans automatisme : c'est mais il ne s'y trouve pas.
lorsque le texte témoigne d'une re- Et portant, en dépit de tout cet
pensée, d'une pensée réitérée et appareil importé, d'ailleurs, Lacan
renouvelante, des notions qui y sont prend appui constant sur le texte
agitées. freudien, qui a pour lui la fonction d'un
À la pointe d'un tel texte, il n'y a pas véritable texte source.
de sens préalable. Il faut s’y remettre à C'est une méthode à quoi on peut se
chaque fois, à nouveau frais, parce que fier et ce que je vous ai dit la dernière
c’est écrit comme ça. fois tenait essentiellement à ce très
Oh ! Ça vaut à la pointe mais c'est mince support, prélevé dans une incise
J.-A. MILLER, - - Cours n°2 – 22/11/2006 - 2

du texte de Lacan qui commence par texte donc s'affronte à la vérité et plus
l’esp d’un laps, cette incise où on son caractère littéral s'accroît. Ça ne
trouve, à condition de détordre un peu permet pas la lecture de survol.
la phrase : l’inconscient est réel. Lacan en propose une raison de
Ça, c’est lire Lacan à la lettre, sans structure qui est freudienne et qu’il
arrêter sa pensée à ce que Lacan a dit énonce ainsi : « La vérité de
bien plus souvent et bien plus l'inconscient [c'est de lui, je simplifie la
longuement tout autre chose. phrase] est tributaire de la lettre du
À la lettre, cette proposition langage. Tributaire de ce que nous
l'inconscient est réel mérite d'être appelons le signifiant. »
méditée et d'autant plus que cette Je note en passant qu’on trouve là
proposition ne va nullement de soi. une équivalence entre la lettre et le
J'ai signalé que ce texte était écrit signifiant qui a sans doute sa fonction
peu de jours après la conclusion du dans cet écrit mais qui n'est pas
Séminaire du Sinthome, mais dans le précisément ce que comporte aussi
Séminaire du Sinthome, vous ne bien le commentaire de Lacan sur « la
trouvez pas l'inconscient est réel. Vous Lettre volée » que son « Instance de la
trouvez même, à sa pointe, bien plutôt lettre ».
l’inconscient est symbolique. Là, La vérité de l'inconscient !
l’écriture a décalé d'un cran la place de Est-ce que c'est là une formule qui
l'inconscient. puisse nous guider dans l'expérience
Eh bien, quand on achoppe sur trois analytique et sur le fond de cette
mots de Lacan, dans un texte, il vaut la énigme que propose Lacan avec
peine de remettre ce qu'on savait déjà l'inconscient est réel ?
en question. Est-ce que l'inconscient est du côté
Je peux, pour procéder ainsi, de la vérité, du côté du vrai, ou est-ce
m’autoriser, comme disait Lacan, qu'il est du côté du réel ? Ça n'est pas
m’autoriser de Lacan lui-même, comme une alternative, j'ai déjà essayé
vous l'avez vu si vous êtes allé d'indiquer la dernière fois qu’il y a
consulter le texte par lequel, en 1966, il inconscient et inconscient et que
introduit les deux morceaux qu'il précisément faire surgir l'inconscient
prélève sur son Séminaire consacré au est réel nous incite à en distinguer
commentaire du texte « La l'inconscient comme transférentiel.
Verneinung », de Freud. Associer ces deux termes de vérité
Quand il revient plusieurs années et d’inconscient, le lapsus ou l'acte
après, une dizaine, sur ce qu'il faisait manqué le permet, c'est ainsi que c'est
alors, il indique : ce qui nous protège, pris, question de fait, depuis Freud.
que le privilège donné à la lettre de Lapsus ou acte manqué sont pris
Freud n'a rien chez nous de comme un vœu d'une vérité. Mais si on
superstitieux. resserre un petit peu les choses, on
On trouve bien plutôt cette peut dire peut-être pas plus que ça, que
superstition chez ceux qui ne lisent pas quand un lapsus se produit, c'est par ça
Freud mais s’en autorisent sans se que Lacan débute son texte, que je
coltiner les méandres de sa lettre. On disais décoiffant, quand un lapsus se
peut, évidemment, de Freud faire un produit, il s'ensuit, dans l'expérience
usage de routine, de Lacan aussi, cet analytique mais au-delà aussi bien
usage de routine ça veut dire faire désormais, il s'ensuit un effet de vérité.
verser ce dont il s'agit dans la disance. Le terme d'effet, ici, amenuise le
Pour ma part, j'adopte le principe terme de vérité : un effet de vérité, pas
que Lacan formule à ce propos, selon plus. C'est un effet qui est multiple, un
lequel tout texte, qu'il se propose effet de vérité chasse l'autre, et c'est à
comme sacré ou profane, voit sa l'occasion quand ça prévaut, cette
littéralité croître en prévalence de ce émotion de renouveau, de
qu'il implique proprement renouvellement que procure l'épreuve
d'affrontements à la vérité. Plus un d'une séance analytique, l'effet de
J.-A. MILLER, - - Cours n°2 – 22/11/2006 - 3

vérité passé le cède en séduction à médiatisé par le savoir, et c’est de la


l'effet de vérité à venir et donc la vérité vérité ne s’atteint que des effets.
saisie par son effet est changeante, est Le texte que j'ai mis en exergue
variable. cette année, « l’esp d’un laps », abstrait
Lacan avait accolé ces deux mots de cet appareil ce qui prend ici la valeur
pour créer le néologisme de varité, qui « S indice 1 », tout seul, sans effet de
condense au mieux ce qui fait le vérité.
mouvement du frayage de Lacan sur
plusieurs dizaines d'années dans le
sens d'une dépréciation de la vérité.
Mais qui est déjà là, si l'on veut,
impliqué, à développer dans le terme S1 S2
de effet de vérité.
Ça comporte qu’en définitive la v
vérité en tant que varité n'est qu'un
semblant au regard de ce qui est réel. C'est ce que Lacan est conduit -
Et on peut même dire que ce terme de comment dire - à vouloir penser.
réel, qui court tout du long de Ce dont il s'agit avec le signifiant, si
l'enseignement de Lacan et de ses on lui garde cette valeur, il ne peut pas
textes, porteur d'une énigme qui ne seulement indiquer une place, c'est ce
vient à se lever qu’à la pointe de son dont il s'agit quand il n’y a pas de
enseignement, le terme de réel est en portée de sens ou d'interprétation,
quelque sorte appelé de façon toujours quand ce S1 est désarticulé.
plus insistante par la semblantisation, si C'est d'ailleurs peut-être aussi bien
je puis dire, de la vérité. ce qui est donné comme de produit du
C'est ce que dans la suite de son discours analytique, dans le schéma du
texte l'esp d'un laps Lacan formulera discours, je l'indique ici de S1 à la place
dans son Séminaire Le vrai est à la du produit et comme c’est écrit dans ce
dérive quand il s'agit de réel. discours, disjoint de S2, disjoint d’un
On peut dire aussi bien que ce savoir qui, ici, n'a pas de valeur de réel,
phénomène de dérive tient à ceci qu’on mais seulement valeur de vérité, valeur
n’accède à la vérité que par le savoir. positionnelle de vérité.
C'est ce que comporte l'écriture la plus
simple qu'on puisse donner de l'effet de
vérité, en utilisant l’armature minimale
que vous connaissez, que j’ai … la
. .
dernière fois, S1 S2, c’est en retour de
l'articulation à S2 que surgit, que nous S2 S1
allons écrire d'un petit v pour l’effet de
vérité.
Ici, ce que Lacan introduit comme
soupçon, c'est qu'il se pourrait que le
S1 S2 vrai ne dépende que de la croyance
dans, ici, une articulation. Et, à partir de
son Séminaire du Sinthome et surtout
v de la leçon qu'il en tire dans ce texte,
en quelque sorte ultime de l’esp d’un
Au fond, on peut ici donner à S2 son laps, il essaye de débarrasser la
sens de savoir, étant entendu que dès psychanalyse de la croyance, et
lors qu'il s'inscrit, c'est cet appareil qui précisément de la croyance au vrai,
est le savoir. Et qu’il n’y a pas en cela, opérée par l’effet de vérité, n'implique
au moins sur le fondement du champ pas, mais on peut démontrer … plutôt
du langage, il n’y a pas de rapport le contraire, loin d’impliquer de croire
direct à la vérité, il y a un rapport au vrai, il devrait en libérer.
J.-A. MILLER, - - Cours n°2 – 22/11/2006 - 4

La croyance au vrai est après tout ce d'une patiente de Freud, donne


qu'il y a de commun entre l'exemple de ce que veut dire prendre
psychanalyse et religion, enfin la le désir à la lettre. Il précise,
religion qui se dit la vraie religion, et le concernant l’opération analytique, que
mouvement qui habite Lacan et dont il par la liberté qu'elle offre à l'analysant
n'a pas - il le dit lui-même - toutes les par rapport aux inhibitions et aux
clés, ce mouvement est de pousser en convenances, le sujet est-il dirigé,
quelque sorte la psychanalyse hors canalisé vers l’aveu du désir, et il pose
d’elle-même, l’obliger à considérer son en même temps que cet aveu ne
opération d'une autre perspective que s'accomplit jamais, qu’il y a une
celle du vrai. résistance fondamentale à l’aveu parce
Cette perspective est celle, ce n'est qu'en dernière analyse, il y a
qu'un mot, du réel. Alors cet esp d’un incompatibilité du désir avec la parole.
laps n’est tout de même pas un Eh bien sous cette forme, qui n'est
aérolithe dans la réflexion de Lacan. pas la forme développée que nous
On peut dire que l’esp d'un laps trouvons dans l’esp d’un laps, sous
radicalise le célèbre début de l'écrit de cette forme, nous avons déjà le même
Lacan qui s'intitule « Télévision » ; je impossible à dire qui est là à luire, si je
dis célèbre puisque même au moment puis dire.
de son décès son éditeur avait fait les Et on trouve aussi cette même
frais d'une page entière du journal Le notation, moins claire que ça n'est dans
Monde où ce début était reproduit : l'esp d’un laps. Je vous tente en disant
sans doute ce qui a été de Lacan le qu'il y a une mine dans ce petit texte de
plus diffusé. trois pages, et qu'il est difficile mais en
Ce célèbre début prend les choses, définitive il est aussi l’éclair qui fait
encore, par l'embarras : on n’arrive pas saisir le cheminement plus embarrassé
à dire toute la vérité. Vous connaissez de Lacan sur la question.
la suite : « La dire toute, c'est Par exemple dans le texte auquel je
impossible, matériellement : les mots y faisais allusion tout à l'heure, qui
manquent. C'est même par cet précède les commentaires sur la
impossible que la vérité tient au réel. » Verneinung, ce texte de 1966 qui
En quelque sorte on peut écrire : s'appelle « D’un dessein » - (e-i-n), i
entre le vrai et le réel, il y a l'impossible écrit : « L’effet de vérité qui se livre
qui fait à la fois une limite, mais dans l'inconscient culmine dans un
connexion, une rencontre en quelque voilé irréductible où il voit la marque de
sorte. Du côté de la parole, on la primauté du signifiant. »
rencontre le réel sous les espèces de La vérité et le voile. Ici, vérité, sens,
l'impossible à dire. interprétation, apparaissent toujours en
vrai ◊ réel déficit par rapport à un au-delà, ce qui
n'empêche pas que Lacan donne dans
ce texte ce qu'il y a de plus proche des
impossible principes de l'interprétation qu'il se
refusait à aligner dans sa « Direction de
Si on formule ainsi, on s'aperçoit la cure », il le dit explicitement, mais
que, de toujours, Lacan a ordonné le qui, à propos de la lecture, font surface.
dire à un impossible à dire. Jamais la Trois principes de l'interprétation : le
fonction de la parole et le champ du principe, principe que je dirais de
langage ne délivre pour lui, une totalité. l’éclair - deuxièmement : l'énigme et le
Et donc on peut suivre dans la résidu - troisièmement : l'étonnement.
réflexion de Lacan la position et les Voilà comment il recommande de lire
transformations de l'impossible à dire. Freud : se laisser conduire par la lettre
Par exemple à la fin de son écrit de la jusqu'à l’éclair qu'elle nécessite.
« Direction de la cure » - allez voir Là, nous avons l’indication d’une
page 641 - où Lacan donne l'exemple à position de lecture qui est pour le dire le
propos d'un cas freudien, d'un rêve plus simplement une certaine
J.-A. MILLER, - - Cours n°2 – 22/11/2006 - 5

passivité : constituer le texte comme le démarche - au terme de la démarche


maître de sa propre lecture. de lecture - ne pas se tenir quitte de
Se laisser conduire par la lettre, ça l'étonnement par quoi on y a fait entrer.
suppose une articulation et voici On est entré dans l'étonnement, cet
l'indication de l’éclair rétroactif qui se étonnement par l'articulation l’éclaire, le
trouve nécessité par l'articulation elle- travail, l'étonnement s’apaise, ça n'est
même : une interprétation qui obéit à pas pour autant que le premier temps
cet appareil. qu'était celui de l'étonnement cesse de
compter.
Au fond l'étonnement c'est tout de
même le vrai instant de voir de ce
S1 S2 temps. Et il ne faut pas que le moment
de conclure, que c’est ça, efface ce qu'il
v il y a - alors disons avec le terme de la
dernière fois - ce qu'il y a de
Et il y a nécessité pour autant qu'il y traumatisme dans le premier instant de
a nécessité d'articulation. voir.
C'est évidemment ce point là que
Lacan attaque à la fin. L’esp d’un laps Alors voyons maintenant ce texte
suppose que, précisément, il y a une que j'indiquais la dernière fois où nous
coupure de l'articulation et de trouvons actif déjà au début de
l'articulation, à l'autre signifiant, cette l'enseignement de Lacan, ce terme de
articulation ne peut pas avoir un autre réel qui paraît encore chargé d'énigme
statut que celui de semblant. pour nous.
Mais, dans ce principe, quand il y a Je vous ai dirigé vers le second texte
interprétation, on doit supposer que la sur la Verneinung, la réponse au
nécessité de l'articulation se transfère à commentaire du philosophe Jean
la nécessité de l’éclair qui alors donne Hyppolite, qui vient après l'introduction
sens, interprète le texte, avec la à ce commentaire et le commentaire
recommandation de ne pas donner même du philosophe qui est donné en
d'avance rendez-vous à la vérité, c'est- appendice des Écrits.
à-dire de supporter de ne pas savoir, Lacan, déjà à l'époque, en 1954,
de mettre en suspens le savoir vante comme tel, distingue la discipline
préalable qui peut avoir été acquit, de du commentaire qu’appelle le texte de
la même façon que Freud le Freud en évoquant la richesse jamais
recommande à propos de tout cas épuisée des significations du texte.
nouveau : ne jamais donner d'avance C’est prendre la question par le
rendez-vous. surplus du signifié sur le signifiant. Il y a
Deuxièmement l'énigme et le résidu. des échos, il y a des résonances et
Lacan recommande ne pas reculer elles peuvent aller à l’infini ou être
devant le résidu, retrouvé à la fin de reprises inlassablement.
son départ d'énigme. Le départ Donc c'est un abord par le surplus
d'énigme du texte. où on peut déjà voir néanmoins en
C'est dire déjà qu’une interprétation, filigrane que ce surplus s’inverse, ce
si c'est une solution, c'est une solution surplus par rapport au signifiant, ce
qui n’est pas-toute, et que ce qui au surplus disons de signification et de
départ fait énigme, d'un texte, de ce sens par rapport au signifiant, s’inverse
genre de texte, comme je le disais au en défaut par rapport au réel.
début, ce qui fait énigme n'est pas De même, on relira autrement les
dissipé par la lecture lacanienne. formules de Lacan en les voyant en
L'énigme est au contraire comme jour rasant à partir de l’esp d'un laps,
concentrée dans un résidu. quand il dit du texte freudien que c'est
D'où la troisième recommandation : une parole véritable, une parole qui a
de ne pas se tenir quitte au terme de la valeur de transfert. Bien entendu ça
trouve à s’ordonner dans cet appareil.
J.-A. MILLER, - - Cours n°2 – 22/11/2006 - 6

L’effet de vérité qui est là en situation, qui est celui que Lacan choisit, on peut
c'est le sujet supposé savoir, puisque dire au-delà de la Verneinung, un
Lacan développera après l’avoir déjà exemple qu'il choisit dans la fonction de
posé comme le sujet supposé savoir. l'hallucination.
Il évoque, alors il sera beaucoup
plus précis sur l'hallucination dans son
texte « D’une question préliminaire à
tout traitement de la psychose », qui est
S1 S2 fait pour l'essentiel d’un commentaire
de Schreber, mais qui commence, ce
v texte, par une articulation sur
l'hallucination qui est plus complexe
sss que celle que nous trouvons ici, mais
celle-ci justement fait mieux saillir les
ressorts de cette notion de réel.
Ici, c'est le texte qui fait fonction de
Donc ici, Lacan se tient quitte en un
sujet supposé savoir et à partir de là,
paragraphe de la théorisation de
tout ce qui est dit nous touche comme
l'hallucination comme phénomène de
transférentiel.
conscience. Il indique que ça n'est pas
Ça résonnera autrement pour vous
à partir de l'intentionnalité du sujet
maintenant, l’ajout que Lacan fait ; bien
qu’on peut traiter le phénomène qu'il va
entendu ceci suppose qu'on l’interprète.
chercher dans le cas de l'Homme aux
En effet le texte a valeur de transfert à
loups.
partir du moment où il a portée de sens
Alors déjà notons que ça raisonnera
et d’interprétation, ce qui est
d'une autre façon pour nous, que son
précisément ce que Lacan écarte dès
étude de l'hallucination, il prend soin de
le début de son texte de l’esp d'un laps.
préciser qu’elle porte sur l'hallucination
De la même façon, l'horizon de
en tant qu’elle se différencie
Lacan au début de son enseignement
radicalement du phénomène
et ça se répercute ici, l'horizon, c'est ce
interprétatif.
qu'il appelait par une première
Là, ce schéma qui est celui de
approximation, qui a durée quand
l'interprétation, il vaut aussi bien pour
même dans son enseignement, la
l'interprétation de la lecture,
parole pleine. Cet horizon de la parole
l’interprétation analytique et
pleine, c’est l’utopie d'une parole qui se
l'interprétation délirante. Et c'est même
définirait - je le cite - par son identité à
vers ça que Lacan glisse quand il est
ce dont elle parle.
conduit à penser hors de la portée
C'est bien d'avoir pris ce point de
d’interprétation. Mais, précisément, en
départ que Lacan par la suite a mis au
étudiant, ce qu’il cherche dans
contraire à l'horizon de la parole :
l'hallucination, c'est un fonctionnement
l’impossible à dire, l’impossible à ce
qui se différencie radicalement du
qu'il y ait une parole qui soit identique
mécanisme de l'articulation et de l'effet
ce dont elle parle, sauf à proscrire toute
de vérité ou de l’effet d’interprétation.
portée de sens et d’interprétation et
Donc on peut dire que déjà cette
sommes-nous encore là dans la
saisie du phénomène de l'hallucination
fonction de la parole qui est
est faite pour diriger vers l'autre pôle,
communication de 1 à 2, et c’est là que
qui est celui du réel.
Lacan donnera ce néologisme qu’il
Un mot revient trois fois dans son
m’est déjà arrivé de le commenter, de
étude, sous forme adverbiale ou
ponctuer et commenter, écrit ainsi
adjectivale, ça vient d'abord comme
l’apparole, qui est la parole, la fonction
l'hallucination erratique. C'est un mot
de la parole vue du côté du réel.
que j’ai pu dire déjà la dernière fois et
ce qu’il retient ici et ce qu'il isole avec
l'apparole insistance, pour le retraduire, c'est
Alors, prenons maintenant l'exemple l'émergence de l'hallucination comme
J.-A. MILLER, - - Cours n°2 – 22/11/2006 - 7

sans loi. Eh bien cette proposition, là est en


C'est ainsi qu'on peut gloser au plus quelque sorte préformée dans ce texte
simple l’erratique. des Écrits, qui explicite que le
Et, en particulier, il vante symbolique est une condition
l’exactitude, la précision de Freud d'existence pour la réalité. Et dès lors,
d'avoir repéré qu'il y a ici un ce qui n'est pas inscrit dans le
phénomène qui n'obéit pas à la loi, qui symbolique in-existe.
veut que le refoulement comporte Lacan dit dans le Sinthome : le réel
retour du refoulé. Le refoulement obéit est en suspens d'ex-sistence. La
à une loi, qui est la loi du retour du symbolisation, c'est la condition pour
refoulé. qu'il y ait de l'existence, pour que
Ce dont le sujet ne peut pas parler, quelque chose vienne à être pour le
ici, il le crie, dit Lacan, par tous les sujet.
pores de son être et c’est ce qui Néanmoins, s'il n'y a pas de retour
guidera l’interprétation analytique du comme dans le cas du refoulé, s'il n'y a
refoulé, d’en retrouver les traces dans pas de loi du retour, si je puis dire,
les distorsions du texte conscient ou quand il s'agit du forclos et non du
encore dans ce qui pourra être refoulé, le forclos est tout de même
déchiffré des contorsions du corps. agité d'un mouvement. Il advient
C’est de s’attacher au texte de Freud quelque chose de ce qui est forclos
dans sa littéralité que Lacan peut pour le sujet. Mais ça n’advient pas
s'apercevoir, faire que tout le monde sous les formes du retour du refoulé. Et
s'aperçoive, que Freud distingue un c'est ce que Lacan cerne dans le
autre mécanisme inconscient que celui phénomène. Précisément, s'il y a
du refoulement. Le mot y est, celui de retour, dit-il, très précisément, ça n'est
Verwerfung, que Lacan traduit à pas dans l’histoire mais c'est dans le
l’époque par retranchement et auquel il réel. Ce n'est pas dans l'histoire en tant
donnera court plus tard, dans le que l'histoire est le lieu où le refoulé
discours analytique, par la traduction de vient réapparaître, mais c'est dans le
forclusion. réel comme domaine de ce qui subsiste
Il vise là, précisément sous les hors de la symbolisation.
espèces d'un mécanisme, ce Et ici, donc, nous trouvons déjà en
vocabulaire vaut ce qu’il vaut, une 54 cette opposition - je vous lâcherai à
abolition symbolique, une absence peu près là-dessus - donc soulignons-
dans le signifiant qui porte dans le cas là, cette opposition entre l'histoire et le
de l’Homme aux loups, selon Freud, sur réel, qui est une disjonction capitale
la castration qui n’aurait pas d'existence dans le petit texte de l’esp d’un laps.
pour lui dans la mesure où il resterait C'est précisément parce que, dans
fixé à un stade antérieur au stade ce petit texte Lacan, par une contorsion
génital. Et donc il y aurait là, pour invraisemblable, sensationnelle, essaye
Freud, un élément inexistant dans la de penser la psychanalyse à partir du
mesure où pour lui, tel que le traduit réel, que l'histoire, du même coup,
Lacan, le symbolique est une condition tombe au rang de phénomène
d’existence dans la réalité. d’interprétation, si je puis dire.
Donc un terme qui, au regard du Précisément parce que ce texte se
symbolique, n'existe pas, et je vous règle sur le réel, corrélativement Lacan
ferai remarquer en court-circuit que si met dans ce texte en question le
vous allez voir le Sinthome, bien loin concept même d'histoire, qui montre
dans l'enseignement de Lacan, le que le concept même d’histoire
Sinthome page 134, vous trouverez demande l’articulation S1 S2.
une notation très rapide sur la place du L'histoire demande le rapport à
réel, que Lacan relie à la place de l'Autre. Et c'est pourquoi, dans ce texte
l'Autre de l'Autre qui n'existe pas, et il minuscule, il écrit histoire avec les
dit, concernant cette place du réel : « il lettres de l'hystérie.
n'y a ici aucun ordre d'existence. »
J.-A. MILLER, - - Cours n°2 – 22/11/2006 - 8

hystoire discours à l’Autre et du transfert.


Alors, je ne vais pas reprendre ici, à
L'hystérie c’est, en l'occurrence, le cette heure-ci, le récit que vous trouvez
nom de l'articulation de l'un à l'Autre, page 389, de la mutilation hallucinatoire
c'est la structure subjective qui répond du sujet. Vous verrez qu’il se trouve
précisément à cette articulation. C'est, indiqué qu'il est bien coupé du rapport à
disons, au niveau de l'hystoire avec un l'Autre, c'est en quelque sorte pour tout
y que l'inconscient est discours de seul et pour le sujet tout seul, pour son
l'Autre. soi, il le sait, soi, comme dans le texte
Alors, sans doute le texte l’esp d’un et vous suivrez les précisions qui sont
laps a déjà eu des conséquences en données des effets temporels qui
quelque sorte dépréciatives sur la accompagnent l'émergence du
passe dans la mesure où il indique qu'il phénomène et vous verrez aussi, peut-
y a une dimension de semblant dans être à votre surprise, comme à la
cette épreuve. Mais, on a tort d’y lire mienne, c’est pour ça que je fais
une dépréciation dans la mesure où confiance à la votre, que les deux
c'est l'analyse elle-même qui est une termes qui sont dans ce texte ancien
hystorisation avec un y, que c'est une amené par Lacan, de remémoration et
hystérisation pour l'Autre transférentiel réminiscence, sont singulièrement deux
qui abouti et qui culmine dans le termes qui figurent dans le chapitre du
discours mis en forme pour l'Autre. Sinthome, que j'ai déjà cité, où Lacan
Alors, au retour du refoulé qui est resitue le réel comme son sinthome.
toujours un retour, si je puis dire, légal, Ça se passe entre, que ce soit en
même s'il est déplacé, par rapport à 1954 ou en 1976, ça passe par
cela le forclos, lui, apparaît dans une remémoration et réminiscence.
autre dimension, dans le réel et il Cette opposition des deux termes,
apparaît erratiquement, comme le note qui est invariable entre ces deux textes,
Lacan dans des relations de résistance est également, un autre élément
sans transfert. Une résistance qui invariable c'est que exactement comme
n’obéit pas au schéma élémentaire que il en est question dans l'hallucination, le
j'ai mis au tableau, la notation sans réel est situé comme conditionnant la
transfert est ici, ça n'est pas pour réalité.
l'Autre. Voilà au moins, ici, est-ce un
phénomène de remémoration chez
Lacan à travers les années, est-ce
réminiscence, c'est plutôt un fait de
structure qui nous indique comment, à
S1 S2 partir de cet éclair nous pouvons faire
saillir des effets de vérité encore inédits
dans l'enseignement de Lacan.
v
Voilà. À la semaine prochaine.

Et on en trouve en quelque sorte


que le réel n’attend rien de la parole, on
en trouve comme la marque dans
l'épisode que Lacan reproduit de
l'hallucination de l'Homme aux loups, Fin du Cours 2 de Jacques-Alain
dans la mesure où, bien qu’il y soit Miller du 22 novembre 2006
avec sa nounou chérie, avec la bonne,
Nania, il n'éprouve pas le besoin de lui
en parler.
Dans ce très mince silence, Lacan,
précisément, isole le réel qui, lui, n'est
pas pris dans le mécanisme du
et du réel.

Orientation lacanienne III, 9. l'histoire et le réel

Ce couple, je l'ai retrouvé en fonction


aussi bien dans un écrit que dans
l'autre, à travers le temps.
Jacques-Alain Miller
Ce qu’ajoute le dernier de ces
textes, le texte ultime, c'est que, au
Troisième séance du Cours
regard du réel, l'histoire est hystoire –
ça ne s’entend pas cette substitution du
(mercredi 29 novembre 2006)
y au i, est hystoire c'est-à-dire hystérie.

III l'histoire et le réel


hystoire
hystérie

Alors j’ai donc fait quelque chose de C'est un court-circuit, mais enfin qui
très simple, pour commencer cette s'autorise de ce que vous trouvez
année, j'ai superposé deux écrits de énoncé dans « L’esp d'un laps » où on
Lacan. Cet écrit, en quelque sorte trouve cette équivalence, fait d'hystoire
ultime, la « Préface à l'édition anglaise – (fait, f-a-i-t ; d’hystoire avec un y) –
du Séminaire XI » des Quatre autant dire d'hystérie.
concepts, que j'appelle plus Donc histoire avec un i, hystoire
familièrement par son commencement avec un y, hystérie, sont bien mis en
« L’esp d'un laps », j'ai superposé cet série.
écrit à la « Réponse au commentaire Ça n'est pas un mot d’esprit sans
de Jean Hyppolite sur la Verneinung de portée puisque qu’il faut lui donner
Freud » qui est un des premiers écrits toute sa portée, pour autant que
de Lacan, qui figurait d'ailleurs dans le l'hystérie est une structure
Numéro 1 un de la revue La psychopathologique où se montre de la
psychanalyse où paraissait aussi le façon la plus pure l'incidence sur le
texte écrit de son rapport de Rome sujet de l'Autre, l'incidence de son
« Fonction et champ de la parole et du discours, l'incidence du discours de
langage. » l'Autre sur le sujet, voire l'incidence du
Et je suis les conséquences de cette désir de l'Autre.
superposition, qui s’impose, je l'espère, Cela nous porte à ce qui a été le
au fur et à mesure que je poursuis ce biais par lequel Lacan a abordé son
commentaire, et qui nous éclaire sur le enseignement de Freud, à savoir cette
biais par lequel Lacan a commencé définition de l'inconscient comme étant
d'enseigner aussi bien que sur les le discours de l'Autre.
perspectives qu'il a tracées lorsque cet Je dirais, pour marquer cette borne,
enseignement s'est interrompu, pour que la théorie de l'inconscient du
cause de décès. Il s'est interrompu une premier Lacan est pensée à partir de
année avant que le docteur ne l'hystérie, et par là-même à partir de
disparaisse. l'histoire. Il suffit à l’étudiant - il y en a
De ce que je vous ai exposé la parmi vous et il faut que je pense à eux
dernière fois, je retiens pour aussi - il suffit à l'étudiant d'ouvrir le
commencer aujourd'hui ce couple rapport sur « Fonction et champ de la
d'opposition qui n'est point encore paru, parole et du langage en psychanalyse »
me semble-t-il : l'opposition de l'histoire pour s'apercevoir que la première partie
J.-A. MILLER, - - Cours n°3 – 29/11/2006 - 2

de ce texte, qui en compte trois, exemple en vous reportant à la


signalées comme telles, la première page 261 des Écrits où Lacan formule
partie prend son départ d'une réflexion que ce que nous apprenons au sujet à
sur l'histoire. reconnaître comme son inconscient,
Lorsque Lacan paraît et fait c'est son histoire.
comprendre la façon dont il attrape Il y a là évidemment quelque chose
l'inconscient de Freud, c'est à partir qui trouble l’approche pour nous, c'est
d'une réflexion sur la discipline de qu’on serait bien en peine de trouver
l'histoire, qui, d'ailleurs, à l'époque, au par la suite chez Lacan l'idée que
début des années 50, fait parler d'elle. l'analyste apprend quelque chose à
C’est l’époque d’un renouveau des l'analysant. Bien au contraire, c'est
études historiques, trompeté par ce l'analysant qui s'apprend dans sa tâche
qu'on appelle l'École des Annales et même.
même si les références n’y sont pas, ça Mais laissons ça de côté pour
renvoie à cette architecture nouvelle, souligner que s’il est question de
donnée à la discipline de l’histoire, par reconnaissance de l'histoire par le
Braudel, Fernand Braudel, qui montre sujet, c'est qu'elle peut ne pas être
le caractère relatif, arbitraire au sens où reconnue. Et c'est ce non-reconnu qui
Saussure parle de l'arbitraire du signe, vaudrait comme son inconscient.
du découpage de l'histoire, ou de sa Je cite encore : « Le sujet, nous
vitesse. l’aidons à parfaire l’historicisation
Braudel est celui qui distingue, dans actuelle des faits qui ont déterminé déjà
l'histoire, les phénomènes de longue dans son existence un certain membre
durée, de durée moyenne et la surface de « tournants » historiques.
de l'histoire en quelque sorte immédiate [« tournants » entre guillemets]. »
et qui a ainsi, en effet, creusé le Soulignons le mot déterminé qui
continent histoire, qui a, par-là, suppose que le nom reconnu agit, sous
certainement sophistiqué l’abord de la forme de « tournants » c'est-à-dire de
l'histoire. changements de sens, d'orientation.
Cette école, avant tout française, a Cette question du sens ou de
eu ses répercussions dans le monde de l'orientation du réel, relevons que ce
la recherche au point que l'histoire a pu, sera encore ce qui occupera Lacan
à l'époque, paraître comme une dans son Séminaire du Sinthome à
discipline phare, si mon souvenir est partir de l'orientation à donner ou non
bon, quand des années plus tard aux ronds de ficelles qui sont
Michel Foucault écrivait son appareillés en nœuds borroméens.
archéologie du discours, lui-même au Parfaire, le mot y est, parfaire,
départ se recommandait de cette mise suppose qu'il y a pour le sujet des
en place différentielle, à vitesse imperfections qui s'identifient ce qu’il y
distincte, du processus historique. a pour lui d’inconscient et ce qui met à
Lacan, ça n'est pas l'histoire qu'il a l'horizon une perfection à atteindre, une
prise comme science phare, c'est la complétude, une cohérence, disons
linguistique, en ce temps-là. Il même une consistance.
n'empêche que la densité du mot Et puis nous avons cette notation
histoire est encore extrême au départ nous l’aidons, l’aide. Et, quand il est
de sa réflexion, et c'est ensuite qu'elle question de l'inconscient est histoire,
s’efface, que le nom ne revient plus une histoire à reconnaître, l'analyste est
mais ça ne fait que, à nos yeux, faire en effet dans la position d'adjuvant et
saillir davantage le poids qu'il avait pu c'est justement ce qui se trouve critiqué
lui donner. dans l'écrit « L’esp d'un laps », ce qui
Mais ce poids, marquons-le d'une se trouve éliminé quand Lacan dit des
formule qui n'a rien d'excessif, années plus tard : « pas d'amitié n'est
l'inconscient - cet inconscient de départ là qui cet inconscient le supporte. » Il
de Lacan – l’inconscient est histoire. n'est plus question, là, de « aider à
Vous en avez le témoignage par parfaire. »
J.-A. MILLER, - - Cours n°3 – 29/11/2006 - 3

Ni amitié, ni recours samaritain. individuelle. Au fond tout ce qui fait


Alors les tournants dont il est ici non-sens exige une exégèse qui en
question sont donnés par Lacan rétablit le sens et par-là même qui
comme des faits d'histoire, aussi bien surmonte l'interruption, qui surmonte
s’il s'agit d'une reconnaissance opérée l’esp d'un laps, pour obtenir la
dans un certain sens que d'une censure continuité d’un discours.
interdisant la reconnaissance, censure Cette théorie comporte aussi que
elle-même opérant dans un certain l'inconscient se déroule comme histoire
ordre. dans la communication à l'Autre. Et
Quel est le rapport au réel que d'emblée les schémas qu'implique
comporte cette définition de Lacan et qu’ensuite il explicitera sont
l'inconscient comme histoire qui dans cet ordre des schémas de la
s'appuie, il faut le dire, sur une certaine communication qui rendent compte de
évidence phénoménale ? Il y a bien la situation analytique elle-même.
dans l'expérience analytique la La situation analytique qui met en
dimension de raconter sa vie, d’en scène l'un et l'autre, l’un qui s'adresse à
raconter des épisodes et d'en distinguer l'Autre et l'Autre qui supporte la fonction
certains comme opérant des tournants, d'exégète, si l'on veut, la situation
en saisir d'autres comme opaques, analytique apparaît comme analogue à
revenir sur ces faits d'histoire, leur ce que je pourrais appeler la situation
donner des significations différentes primaire c'est-à-dire que l'histoire du
jusqu'au moment où s’étiole l'intérêt sujet est véhicule et organisée dans
pour ces moments jusqu’à l’éventuel son rapport à l'Autre.
étonnement d'avoir passé tant de Évidemment c'est très différent du
temps pour délivrer une vérité chétive. paradoxe que Lacan fait surgir à la fin
Quel rapport au réel implique cet abord de ses écrits, de ses Autres écrits où
de l'inconscient ? l'analyste apparaît comme une sorte
Elle suppose qu’émerge, pas à pas, d’intrus pour autant que l'analyse aurait
si on la voit comme complétude à commencé par être pratiquée par un
atteindre, émerge une vérité - dit Lacan solitaire, Freud.
à l’époque - dans le réel. Disons que ce Et donc dans ce texte ultime la
premier abord de l'inconscient suppose, présence même de l'analyste apparaît
dans ses différentes formulations, une comme indue alors qu’elle est incluse
suprématie du vrai sur le réel. dans le concept même de l'inconscient
quand on est au niveau de la première
vrai théorie que je déroule. C'est au point
que la théorie l'inconscient est histoire,
réel telle que Lacan l’articule dans son
rapport de Rome, cette théorie fait en
L'histoire dont il est question est, si quelque sorte s'évanouir le réel. Il
l'on veut, à vocation totalitaire, c'est-à- pousse la pointe de sa démonstration
dire qu'elle suppose qu’une opération jusqu'à établir que l'histoire est toujours
effectue une continuité, surmonte les déjà là, qu’un événement, ça n'est pas
discontinuités des lapsus ou des actes l'irruption d'un réel, l'événement c'est
manqués qui sont rapportés, le déjà, quand il arrive et quand il est
non-sens des rêves ou leur sens vécu, c'est déjà un fait d’histoire ; de
surprenant, pour obtenir une continuité telle sorte que ce que nous appelons
dans le rapport à l'Autre. histoire, dans ce contexte, c’est un
L'histoire du sujet, ainsi, c'est le nom processus, un processus d'historisation
du processus analytique, une histoire pour le sujet, mais sans qu’il y ait une
qui se constitue dans la continuité base de faits réels.
intersubjective du discours. C'est C'est pourquoi Lacan distingue dans
pourquoi Lacan peut dire à l'époque cette première partie les fonctions
que l'inconscient serait un paradoxe si primaires et secondaires de
on le rapportait à une réalité l'historisation.
J.-A. MILLER, - - Cours n°3 – 29/11/2006 - 4

Dire il y a une historisation primaire, condition de la surdétermination.


ça revient à dire : il n'y a pas de réel Et là nous avons, en évidence, le
pour le sujet, il n’y a de réel que traduit terme de loi, les lois du langage comme
en vérité, d'emblée. C'est pourquoi il métaphore et métonymie, qui opèrent
parle d’une fonction primaire de dans la chaîne symbolique et qui
l’historisation. Ces fonctions sont assujettissent le sujet à ses lois. L'écho
secondaires lorsque l'historisation est est ici direct avec la définition de
remaniée par tel ou tel tournant l’inconscient comme sans loi que Lacan
historique. Je lie cette conception, fait surgir dans son Séminaire du
extrême dans ce que Lacan énonce, Sinthome, à l'envers donc de cette
que ce qu'on appelle les faits, ça ne définition de la chaîne symbolique.
s’oppose pas à l'histoire. Et troisièmement, l'autre sujet, la
Les faits, pour ce Lacan, ne sont pas dimension de l'autre sujet, est celle du
accidentels ou factices. Il emploie là le Je intersubjectif qui est d'abord je te
mot factice au sens de l'existentialisme, parle et tu réponds ; je te questionne et
au sens de la facticité, le caractère de ma question inclut déjà ta réponse. Le
pur fait. Je intersubjectif par où la vérité entre
La valeur ultime des faits, dit-il, ne dans le réel.
se réduit pas à l’aspect brut du trauma. Cette formule la vérité entre dans le
Autrement dit, dans sa première réel, est ici ce que j'ai simplifié, de cette
percée, même le concept de trauma façon-là, suprématie du vrai sur le réel,
s'évanouit puisque l’historisation est effort pour faire entrer la vérité dans le
primaire. Un trauma c'est déjà, comme réel jusqu'à l’horizon de la complétude,
il le dit, un stigmate historique, d’où la de l'accomplissement parfait de la
définition que, deux, trois années plus vérité.
tard, il donnera de la chaîne vrai
symbolique. Chaîne symbolique, c'est
un concept forgé par lui à partir de réel
différents éléments. C'est un concept Donc la théorie de
qui déjà réunit la parole et l’histoire. Il l'inconscient-histoire a beaucoup de
donne une définition de la chaîne choses pour elle. Il n'est pas pensable
symbolique - je vous renvoie à la de l'oublier. Il ne faut pas concevoir les
page 458 des Écrits – où il distingue termes que j'utilise du premier et du
ces trois dimensions : d'abord la dernier Lacan, il ne faut pas les
dimension de l’histoire - la dimension concevoir comme une théorie
du langage et la dimension de l'autre surclassant l'autre. Ça obéit bien plutôt
sujet. à ce genre de formation qu’évoque
Première dimension : la chaîne Freud à propos de la névrose, à savoir
symbolique est histoire, histoire d'une d'une superposition et d'une
vie vécue comme histoire. Cette accumulation de théories qui se
apparente tautologie indique que la trouvent en quelque sorte co-présentes.
chaîne symbolique, dans son concept, Et aujourd'hui, quand nous écoutons un
inclue celui d'un sujet qui lie - au sens patient en analyse, quand nous
du lien - qui lie les différents moments rapportons son cas, bien entendu il y a
de ce qu'il lit, dans le sens d'en faire une dimension qui est celle de
son histoire, l'histoire de sa vie et non l'inconscient-histoire. On peut dire que
pas comme un recueil d'éléments nous retenons de la vocation totalitaire
extérieurs les uns aux autres, fermés de la théorie, en faisant voisiner ses
sur eux-mêmes, sans portée de sens différents biais.
comme l’évoque Lacan, dans « L’esp Mais alors l'inconscient-histoire, c'est
d'un laps. » un inconscient qui est de structure
Une vie vécue comme histoire. intersubjectif et c'est pourquoi la
Deuxièmement le langage. Lacan dit psychanalyse opère, parce qu'elle met
précisément sugétion – s-u-g-é-t-i-o-n – en scène une intersubjectivité si l'on
sugétion aux lois du langage, comme veut artificielle, artificieuse, qui répète
J.-A. MILLER, - - Cours n°3 – 29/11/2006 - 5

les conditions mêmes de la constitution subjectif, sémantique, de la vérité.


de l'histoire et qui permet donc de Pour être historisé, et c'est en ça
parfaire ses imperfections. que Lacan va plus loin que dans son
L'interprétation est supposée délivrer « Rapport de Rome », pour être
un sens continu et son opération obéit historisé, un élément doit avoir été
aux lois du langage. Donc on s'y symbolisé. Il n’y a d'historisation
retrouve toujours en se référant aux primaire que s'il y a symbolisation
éléments signifiants du langage et à primaire.
leurs types de connexions possibles, de Et, en s’appuyant sur la lettre du
connexions et de condensations texte de Freud, sur les mots que Freud
possibles. On peut ajouter que emploie, il déduit que dans
l'opération obéit aussi aux lois de la l'hallucination revient un contenu qui n'a
parole, c'est-à-dire à la loi de la pas été symbolisé, qui a échappé à la
reconnaissance, l’accueil que l'Autre symbolisation primaire et qui par-là est
fait à ce que je dis a une incidence la inhistorisable. Il y a là une limite qui est
plus profonde sur l'entrée de la vérité tout à fait absente de la première
dans le réel et - ça n'est que redire le présentation par Lacan de l'inconscient-
mot d'intersubjectif dans le cadre de histoire.
l'analyse - cet inconscient est Dans son « Rapport de Rome »,
transférentiel. l'historisation a l’air toute puissante,
Tout change du tout au tout lorsque comme si elle pouvait résorber sans
nous essayons d'élaborer la théorie de reste par le vrai le réel. L'hallucination
l'inconscient du dernier Lacan. Et, pour met au contraire en scène le
le dire de la façon la plus simple, c'est comportement, lui non assujettit, d'un
une théorie qui n'est pas élaborée à élément qui n'est pas tombé sous la
partir de l'hystérie et de l'histoire mais légalité de la chaîne signifiante.
bien plutôt de la psychose. C'est ainsi Les termes pour l’exprimer, pour
qu'il y a une bascule ou un tournant reprendre la Ververfung freudienne,
historique dans l'enseignement de pour la traduire, c'est expulsion, refus,
Lacan. retranchement, forclusion, et l'ensemble
On en a après tout l'indication est organisé ainsi. Notre tableau
discrète dans l’écrit « L’esp d’un laps » histoire et le réel. Histoire ça suppose
quand Lacan évoque ce que lui a qu'il y a une symbolisation primaire et
imposé Freud, à lui jeune psychiatre, à alors la négation prend la forme du
savoir le personnage qu'il a baptisé refoulement, tandis que est réel ce qui
Aimée, dans sa thèse de psychiatrie. a subi l'opération de la forclusion et
C'est l'indication qu'au fond, avant ses ainsi à l'hystérie disons que nous
constructions de l'inconscient-histoire, il mettons en face psychose.
était entré dans la théorie de Freud par
le biais de la psychose.
C'est déjà ce qui justifie que je sois
allé chercher le calque de son dernier l'histoire et le réel
texte dans ce qu’il présente dans le
« Commentaire de la Verneinung », à hystoire
savoir l'hallucination du doigt coupé de hystérie psychose
l’Homme aux loups.
L'hallucination, telle qu'elle est
refoulement forclusion
abordée par Lacan alors, on peut dire
qu'elle met en question le primaire de
l'historisation. Elle met le doigt sur la On peut d'ailleurs, dans le même
faille, sur une faille dans l'historisation mouvement, inverser le schéma que
primaire. j'indiquais ici et dire que l'hallucination,
L'hallucination est ici présentée c'est au contraire la marque d'un réel
comme un phénomène qui échappe à qui surmonte le vrai, qui se marque
l’histoire et au remaniement historique,
J.-A. MILLER, - - Cours n°3 – 29/11/2006 - 6

irréductible au vrai et, disons, un réel parler, là, la relation du sujet à l’être,
qui émerge dans le vrai. c'est l'ouverture et pour qu'il y ait
ouverture à l’être, il faut qu’il y ait
réel symbole. Disons que, pour ce qui est
du monde, il s'agit d'une construction
vrai qui s’opère dans l'ouverture à l’être.

L'hallucination, au fond, est le


phénomène, la manifestation, d'un réel être = monde
émergeant dans la vérité.
Il y a un autre couple d'oppositions
qu'il faudrait aussi situer et qui figure, ouverture construction
qui est présent en tout cas dans le
commentaire de Lacan, c'est la
différence entre l’être et le monde, ici En tout cas c'est au point que Lacan
évoque le débat de la pensée de
l'existence, c'est-à-dire de
être = monde l'existentialisme, pour l'appeler par son
nom, où il voit une parade de la
en référence au débat philosophique de méditation de l’être, il voit dans
l'époque où Lacan propose d'être plutôt l'existentialisme sartrien, merleau-
du côté de Heidegger par rapport à pontien, une parade à la méditation
Sartre. heideggerienne de l’être qui confond en
Je ne suis pas venu là, il évoque le quelque sorte l’être et le monde, si je
nom de Merleau-Ponty dans son puis dire.
commentaire, et il est certain que la Dans la même veine, il vante chez
façon dont il construit sa première Freud, ce qu'il ne fera jamais par la
doctrine de l'hallucination se fait en suite dans ces mêmes termes, il vante
rapport avec l'analyse chez Freud une appréhension
phénoménologique de l'hallucination et métaphysique des problèmes. Il faut
même plus largement de la perception. entendre ici, c'est un usage un peu
Il emploie d'ailleurs les termes lâche du terme métaphysique mais
phénoménologique de noèse et de enfin qu’on se reporte, on ne reste pas
noème, la noèse qui est l’intentionnalité confiné dans la construction du monde
du côté du sujet, le noème qui est le mais on essaye de retrouver l'ouverture
contenu de l'hallucination et c'est ce native à l’être qui est déjà, qui est sur la
qu'il développera dans la première frontière, qui est limite par rapport au
partie de son texte « D’une question monde.
préliminaire à tout traitement possible
de la psychose », qui est au moins en
partie un dialogue avec le début de <
L’être et le néant de Sartre, Sartre qui être = monde
essaye d’exposer Husserl à partir de la
phrase de Berkeley esse est percipi –
être c’est être perçu et qui met en place ouverture construction
une batterie de termes comme le
percipiens et le perceptum, et c’est les
termes que vous retrouvez utilisés par Alors, comme je l'ai souligné la
Lacan dans sa « Question dernière fois et je le répète,
préliminaire. » l'hallucination, quand Lacan l'amène,
Alors, être et monde, en tout cas la c'est au titre de ce qu'elle est distinguée
différence est marquée par Lacan, des phénomènes interprétatifs, c'est-à-
quand il oppose la relation du sujet à dire que l'hallucination est sans Autre.
l’être et la relation du sujet au monde, Elle n'est pas faite pour un Autre, elle
disons que ce qui est à proprement n’est pas déterminée par le discours de
J.-A. MILLER, - - Cours n°3 – 29/11/2006 - 7

l'Autre, elle est par-là même insituable, refoulé.


elle n'est pas au site de l'Autre. Alors, l'exemple, enfin la
Rappelons que, en revanche, la construction de Freud repose sur le
paranoïa est établie sur un solide concept de castration et ce qu'il
rapport au lieu de l'Autre et même, impliquerait d'une menace sur l'organe
comme Lacan le dira plus tard, consiste génital et il pose que, pour l'Homme
à identifier la jouissance au lieu de aux loups, c'est comme si la castration
l'Autre, et donc l'Autre y apparaît n'avait jamais existé, comme si elle
éminemment actif et la paranoïa par avait été retranchée de l'ouverture à
là-même comme pouvant donner son l’être, pour traduire, comme si son
support à ce qu'il est du lien social, inconscient ne connaissait que la
alors que l'hallucination émerge hors théorie sexuelle de la phase anale.
lieu de l'Autre. Et donc, là, se fonde la différence de
Ici, dans la description que reprend l'histoire où le retour du refoulé
Lacan à partir de Freud et de s'accomplit et du réel comme le
l'hallucination, il n'y a pas d'histoire domaine de ce qui subsiste hors de la
vécue, d'une vie vécue comme histoire. symbolisation.
Au contraire : c'est un événement là
sans corrélat où les corrélations
apparaissent, quand elles apparaissent, ics
comme un bric-à-brac rassemblé pour
couvrir l'hallucination, sur le mode du refoulé, son retour
dans le
souvenir-écran. L'hallucination n'obéit
pas aux lois du langage, que ce soit la réel
connexion ou la substitution et elle
apparaît comme indépendante du jeu forclos histoire
intersubjectif.
Donc si l'on veut ici distinguer deux
domaines, comme le terme de
forclusion déjà l'implique, nous avons
d'un côté l'inconscient, où est tapi le Et ici nous avons, de la même façon
refoulé et le retour du refoulé, le refoulé que je dis l’histoire on peut dérouler les
et son retour, son retour dans la même différents termes du sens, des lois du
dimension de l'histoire, avec ses langage, etc., tandis que de l'autre coté
rétroactions signifiantes, et de l'autre nous avons un réel qui est coupé de la
coté nous avons le X dans le réel, qui parole, un réel qui n'attend rien de la
est forclos, qui n'obéit pas aux lois, ce parole, dit Lacan, et qui, c'est son
qui fait qu’il est en quelque sorte situé expression en italique cause tout seul.
comme un fait de non-symbolisation. Nous avons dans cette expression le
tout seul auquel nous savons
ics maintenant donner sa valeur. C'est un
adjectif qui signale que nous ne
refoulé, son retour sommes pas dans l'hystoire, nous ne
dans le sommes pas dans l’hystérie, nous ne
réel sommes pas dans l’un et l’autre, nous
sommes au contraire du côté du
forclos histoire solitaire, un réel qui cause tout seul et
Lacan ajoute même, c’est quelque
chose où nous pouvons entendre le
bruissement du Séminaire du
C'est une interruption, si l'on veut, Sinthome, un bruit où l'on peut tout
mais dont on ne peut rétablir la entendre.
continuité. Et en quelque sorte nous avons, ce
Là, « l’esp d'une hallucination », serait dire que le symbolique est bien là
comme tel n'a pas la structure du dans le réel mais il l’est sous la forme
J.-A. MILLER, - - Cours n°3 – 29/11/2006 - 8

purement matérielle du sonore, un son aussi donner toute sa valeur à ce


sans le sens, un bruissement laisser tomber], il se laissa tomber sur
précisément, avant que ne s’élèvent les un banc et demeurera ainsi, incapable
constructions qu'il autorisera puisque de jeter un regard de plus sur son doigt.
on peut tout y entendre. À la fin, il se calma, regarda bien son
Alors ça n'est pas dans l'expérience, doigt, et - voyez-vous ça ! - il était tout à
que je vais relire tout de même. fait indemne. »
L'expérience ne témoigne pas d'un Voilà le récit de Freud, donc, dont
signifiant qui manque, contrairement au Lacan fait valoir tous les éléments et
phénomène bien connu analysé par qui essaye, il essaye aussi Lacan de
Freud de l'oubli du nom, ce n'est pas un cerner le sentiment étrange où le sujet
signifiant qui manque, c'est au contraire est là comme engouffré.
une signification, tellement étrange que Alors sa construction, c'est une
le sujet ne peut pas à proprement construction c'est-à-dire qu'elle est un
parler la communiquer à l'Autre, peu à distance du matériel et en même
spécialement à l'Autre qui est là à ses temps elle a bien sûr sa valeur, sa
côtés, comme je l'ai évoqué la dernière construction repose sur le rapport au
fois. temps dont témoigne cette expérience
Vous pouvez quand même relire de l'hallucination.
page 389 : le sujet lui raconte en effet - Lacan le voit comme pris, il accentue
à Freud - que « quand il avait cinq ans, l'aspect de discontinuité temporelle.
il jouait dans le jardin à coté de sa l’esp d’un laps temporel. donc le
bonne et faisait des entailles dans caractère d'abîme temporel. Il le
l’écorce d’un de ces noyers (dont on présente comme un entonnoir temporel
sait le rôle dans son rêve) [c’est le où le sujet se trouverait entraîné et ne
noyer sur lequel apparaissent les loups ferait que dans un temps second retour
du rêve de l’Homme aux loups]. Il à ce qu'il appelle la surface du temps
faisait des entailles dans l’écorce d’un commun. Et donc en définitive, il
de ces noyers. Soudain [soudain, accentue le caractère extra-temporel du
remarquable, c’est une certaine rupture sentiment lié à cette expérience de
temporelle] - soudain il remarqua, avec l'hallucination.
une terreur impossible à exprimer – On a en effet, on pourrait dire qu'il y
[voilà le mutisme qui frappe le sujet a un temps qui est à mettre du côté de
quand émerge le réel] - avec une l'histoire, pas seulement chronologique
terreur impossible à exprimer, [oui, mais le temps qu'on vit dans la
Lacan dit même exactement mutisme continuité de son existence de l’histoire,
atterré, mais en prenant atterré comme un temps continu, et là nous avons une
une dérivation de terreur, on sait qu'il l’a sorte d'extra-temps, qui est le temps
commenté dans son Séminaire] même de l'interruption en quelque sorte
Soudain, il regroupe marqua, avec une temporelle, l’interruption du flux
terreur impossible à exprimer, qu'il temporel.
s'était sectionné le petit doigt de la main
(droite ou gauche ? Il ne le sait pas) et
que ce doigt ne tenait plus que par la ics
peau. Il n'éprouvait aucune douleur,
refoulé, son retour
mais une grande anxiété. Il n'avait pas dans le
le cœur de dire quoi que ce soit à sa réel
bonne [ça, ce qui est exprimé d'une
façon psychologique, c'est la coupure forclos histoire
avec l'Autre, que là on est dans une
dimension retranchée du vœu extra-temps temps
intersubjectif]. Il n'avait pas le cœur de
dire quoi que ce soit à sa bonne qui
n'était qu’à quelques pas de lui ; il se C'est ainsi que Lacan note que le
laissa tomber sur un banc [il pourrait
J.-A. MILLER, - - Cours n°3 – 29/11/2006 - 9

sujet pense avoir déjà raconté cette ics


histoire et donc il n’arrive pas à la situer
dans le temps précisément, et donc un refoulé, son retour
dans le
déjà raconté. En revanche il avait déjà
réel
raconté en effet plusieurs fois l'achat
d'un couteau de poche qu'il avait forclos histoire
demandé à son oncle, donc on
suppose que c'est de là que vient extra-temps temps
l'élément déjà raconté, de la même
façon que le noyer est sans doute réminiscence remémoration
emprunté - en un second temps - le
noyer est emprunté à l’arbre des loups.
Il y a remémoration quand un
D’où aussi Lacan rapproche le déjà
élément retrouve son articulation
raconté du déjà vu et tente de situer
symbolique. Alors que Lacan appelle
ces phénomènes comme des
réminiscence, avec son corrélat de
phénomènes de frange dus à l’irruption
sentiment d’irréalité, le moment ; « le
du réel de l'autre coté de la cassure.
sentiment d’irréalité répond, dit-il, aux
Lacan dit : L’écho imaginaire [alors
formes immémoriales qui apparaissent
imaginaire parce que là le sujet peut
sur le palimpseste de l'imaginaire. »
dire : j’ai déjà raconté, j'ai déjà vu],
Alors, formes immémoriales, c'est à
l’écho imaginaire qui surgit en réponse
entendre ici nous sommes dans un
à un point de la réalité qui apparaît à la
registre différent de celui de la
limite où il a été retranché du
mémoire. Nous sommes au contraire
symbolique.
dans quelque chose qui est déjà là tout
Comme si ça naissait à la limite de
seul. Ces formes immémoriales qui
la forclusion, un phénomène de frange
apparaissent quand le texte
et ces phénomènes de frange, il les
s'interrompant [donc là hors du texte
développera d’une façon beaucoup
symbolique], quand le texte
plus précise plus tard à partir du cas du
s’interrompant laisse à nu le support de
président Schreber et des descriptions
la réminiscence.
que lui-même donne de ces
Et donc le support de la
phénomènes de frange.
réminiscence, c'est qu'alors le sujet ne
C'est là que Lacan distingue
peut pas élaborer une vérité à partir de
précisément le sentiment de réalité et le
son expérience. Pourquoi ce terme de
sentiment d’irréalité et qu’il oppose les
réminiscence avec son écho
deux registres de la remémoration et de
platonicien ? C’est que Platon place
la réminiscence, comme je l'ai signalé
précisément la réminiscence comme le
la dernière fois et qu'il reprend dans
rapport avec ce qui est éternel, avec ce
son Séminaire du Sinthome.
qui est hors temps. Et c’est ici comme
Alors, voilà. Le sentiment de réalité -
si venait à nu, une fois débarrassées
sentiment de réalité pris dans cette
les articulations symboliques, comme si
définition plus étroite d'un sentiment de
venait à nu l'extra-temporel lui-même.
réalité à propos d'un souvenir oublié et
Et donc ça n'est pas une
qui revient et dont on se dit c'est
remémoration puisqu'on n’arrive pas à
comme ça, c'était comme ça.
le resituer, sinon à appeler le bric-à-
Ce sentiment de réalité est ressenti
brac des petites anecdotes qu'on a pu
comme tel c'est-à-dire se produit à
raconter ou du rêve qu'on a fait, mais il
l'intérieur du texte symbolique qui
y a nu, ce qui n’est ni une vérité ni non
constitue le registre de la
plus un mensonge mais un réel pur et
remémoration. Sur notre petit schéma,
simple.
la remémoration est ici.
Je trouve que ces deux termes
trouvent bien à se répartir et que sur ce
schéma et comme je l'ai dit, ils sont
amenés par Lacan des années plus
J.-A. MILLER, - - Cours n°3 – 29/11/2006 - 10

tard lorsque il essaye de situer son favori des cervelles fraîches. Lacan y
invention du réel comme une invention, voit comme l’irruption dans le réel de ce
une réponse symptomatique à Freud. qu'il faut supposer être un rapport oral
De la même façon, ici, Lacan forclos.
distingue - ça a été repris - le Ça n’est jamais ici que décalé par
schizophrène et le paranoïaque. Le rapport à la définition de l'hallucination
schizophrène, dit-il, chez le et il est certain que là, même si le sujet,
schizophrène tout le symbolique est lui, ignore ce dont il s'agit, dans sa
réel. Ce qu'il faut entendre ici que c'est compulsion, il est certain que ça reste
comme si tout le symbolique était hors lié de toutes les façons possibles aux
la symbolisation, c'est-à-dire qu'il y a un articulations symboliques du cas.
niveau où le symbolique cesse de faire L’acting-out n’a tout de même pas la
sens, où le symbolique cesse de faire dimension de l'hallucination. C'est une
histoire, où le symbolique est au niveau simili hallucination, si je puis dire.
du bruit où l'on peut tout entendre. Lacan termine en récusant ce à quoi
C’est un collaps des deux dimensions : il faut donner son poids aussi,
le symbolique s’effondre sur le réel. l'assimilation de l'analyse des
Tandis que chez le paranoïaque, Lacan résistances à l’analyse des défenses et
retrouve opérant la rétroaction c'est-à- on saisit que ce qui s'appelait
dire ce phénomène, ce mécanisme résistance est de ce côté-ci ; la
signifiant qui permet les tournants résistance est intérieure à la chaîne
historiques. Une rétroaction de telle symbolique, alors que ce qui concerne
sorte que les phénomènes la défense concerne bien plutôt
élémentaires, dit-il, sont seulement pré- l'orientation fondamentale du sujet à
signifiants. l'endroit d'un élément qui n'est pas
Dire sont seulement pré-signifiants signifiant.
c'est-à-dire qu’ils sont déjà en attente De la même façon nous savons, in
du signifiant qui les fera fonctionner et fine, la différence que Lacan à l’époque
qui permettront la construction d'un fait entre les symptômes qui sont
délire. construits dans la dimension
Le paranoïaque, précisément parce inconsciente-historique et les pulsions,
que chez lui le rapport à l'Autre là est dont la pulsion orale de l’Homme aux
maintenu et d'emblée obéit aux cervelles fraîche, les pulsions qui, elles,
structures de l'inconscient-histoire, et seraient au contraire du côté de la
les phénomènes élémentaires - Lacan relation du sujet au réel.
dit : ils sont seulement pré-signifiants,
ça veut dire ces phénomènes
élémentaires ne sont pas du réel au pulsion symptôme
sens qu'il a développé, ils ne sont pas
coupés du symbolique, ils sont au
défense résistance
contraire présents dans le symbolique ics
comme appelant un sens à venir que refoulé, son retour
leur donnera la connexion avec un dans le
autre signifiant. réel
Cette analyse de l'hallucination, qui
est une des choses les plus forclos histoire
fondamentales de l'enseignement de
Lacan, un des concepts fondamentaux extra-temps temps
de son enseignement, est complétée
par une analyse de l’acting-out, où ce réminiscence remémoration
qui joue le rôle d’éléments retranchés,
c’est une relation orale, dans le cas de
l’Homme des cervelles fraîche, celui Alors cette – oui, je m'aperçois que
hanté par la question du plagiat qui, au j'ai épuisé maintenant mon temps
sortir de l'analyse, va déguster son plat
J.-A. MILLER, - - Cours n°3 – 29/11/2006 - 11

d'aujourd'hui - ça me permettra de vous dernier texte - avant tout par la


renvoyer à la construction de Lacan satisfaction qu'elle apporte au sujet,
dans le Sinthome et toujours à ce parce qu'il ne reste rien d'autre, n'est-ce
chapitre clé, le chapitre IX, « De pas, à partir du moment où on a minoré
l'inconscient au réel », où il indique l’aspect communicationnel et
exactement ce qu'il attend de la transférentiel de l'analyse.
métaphore de la chaîne borroméenne, Le premier Lacan pouvait parler
à savoir qu'elle vient pour lui à la place d'une satisfaction, la satisfaction de
de la métaphore freudienne de chacun intégrée dans la satisfaction de
l'énergétique. tous. C'est ce qui lui paraît aujourd'hui,
Et c'est ce qu'il s'agit de développer, lorsqu’il écrit son petit texte, qui lui
et que vous avez aussi ici la différence paraît au fond futile et artificiel.
qui revient de la réminiscence et de la Cet inconscient, l’inconscient de la
remémoration et la remémoration est vérité menteuse, on peut dire que c'est
bien située du côté des réseaux une élucubration de savoir. Comme le
signifiant, des chaînes qui se forment disait Lacan dans le Séminaire Encore,
du symbolique, alors que la une élucubration de savoir sur la
réminiscence est laissée ici en blanc. langue, dans la mesure où lalangue -
Vous noterez tout de même, en un mot - c'est la chaîne symbolique
page 131, qu’au moment où il prononce et ses trois dimensions réduites au réel,
cette leçon, Lacan n'a pas encore osé réduites au bruit que ça fait, si je puis
dire l'inconscient comme réel. Il place dire. Le bruit où l'on peut tout entendre.
au contraire l'inconscient de la même Et c'est dans cette mesure que
façon que jadis, il le place encore de ce l'inconscient transférentiel, l'inconscient
côté-ci, il ne l'appelle pas un qui s'élabore dans une analyse, on peut
inconscient-histoire, c’est l’inconscient- dire que c'est une élucubration de
savoir et qui reste relié au couple S1-S2 savoir sur le réel.
et à ses remaniements, un inconscient Voilà.
comme interprété et c'est seulement
dans un moment d'après-coup qu’il en Alors la semaine prochaine nous
viendra à poser l'inconscient comme verra à l'amphithéâtre T.
réel, c'est-à-dire une autre dimension
que celle-ci. À bientôt.

pulsion symptôme
défense résistance Fin du Cours III de Jacques-Alain Miller
ics savoir du 29 novembre 2006
refoulé, son retour
dans le
réel
forclos histoire
extra-temps temps
réminiscence remémoration

Pour finir d’un mot, c'est précisément


parce que l'inconscient peut être
considéré comme réel que Lacan
définit la fin de l'analyse - dans son
Rome, de « Fonction et champ de la
parole et du langage ».
Je parle du dernier Lacan pour celui
Orientation lacanienne III, 9. qui prend son essor à partir de Encore.
Il y a donc au milieu le second Lacan,
celui qui commence avec les Quatre
concepts fondamentaux de la
psychanalyse, mais j'y ajoute ici une
Jacques-Alain Miller césure supplémentaire.
Dans le dernier Lacan, il faut
Quatrième séance du Cours distinguer le tout dernier Lacan, celui
qui nous ouvre un domaine où nous ne
(mercredi 6 décembre 2006) sommes pas vraiment entrés, en tout
cas dont l'usage ne nous est pas, pour
reprendre le mot, familier.
IV Et ce chapitre IX, à mes yeux, il
s'applique, comme je l'ai dit, à une
microscopie de ce texte, à mes yeux ce
chapitre IX marque un tournant, comme
j’avais pu le signaler jadis dans le
Séminaire Encore, le Séminaire XX, à
Je vois qu’il y en a un certain propos, si je me souviens bien, de la
nombre d'entre vous qui ne sont pas leçon numéro VII où Lacan faisait
confortables. Si ça peut leur alléger leur entendre que son écriture de l'objet
peine je leur dirai que moi non plus. petit a était, en définitive, insuffisante
Je déteste l’amphi T. pour capturer ce dont il s'agit avec le
Je vais tout de suite commencer, et réel.
d’ailleurs conclure, par le chapitre IX du J'avais scandé cette leçon et j'avais
Séminaire du Sinthome qui s'intitule montré comment on avait là le principe
« De l'inconscient au réel ». Je le d'une remise en cause qui conduisait
prends tout de suite parce que sinon Lacan jusqu'à l'usage du nœud
j'aurai différé ça. borroméen.
Je l'aurai différé parce que c’est un Eh bien nous avons, dans ce
texte d'abord sténographié et ensuite chapitre VII, une seconde inflexion qui
nettoyé par votre serviteur, qui ne m'a ouvre sur l’élucubration finale de Lacan.
pas encore livré tous ses secrets. De Ce qu'on peut y trouver de difficile,
ce fait, il a pour moi une place apparemment contradictoire, est en fait
particulière. à considérer, je crois, comme une
Je me fascine sur ces formules, en introduction à l’écrit, à l'autre écrit final
essayant de les ordonner. Il y faut, de Lacan, de « L’esp d’un laps », où je
comme dit Lacan, un certain forçage. l'ai dit, il tire la leçon de son Séminaire
On peut le récuser comme étant d'un du Sinthome et en même temps il
Lacan fléchissant. Ça n'est pas le parti l'ouvre sur une partie restée obscure de
que je prends. Au contraire, j'y vois, son enseignement parce que c'est une
avec ce que j'arrive à en comprendre, à des raisons, il n’a pas consacré ensuite
l’entendre comme dit Lacan, un d’écrit à cette ultime élucubration.
moment mémorable de l'enseignement Nous sommes donc là sur le bord,
de Lacan qui marque une inflexion à si je ne me trompe pas, de son dernier
partir de laquelle s’ouvrent les tous frayage, dont il ne pouvait donner à ses
derniers Séminaires de Lacan. auditeurs que des lueurs.
J'utilise familièrement dans ce cours Devant la difficulté de ce chapitre,
une périodisation triple. Je parle du qui ne fait que quelques pages, je
premier Lacan pour désigner les dix préfère prendre le parti, c'est un choix,
premières années de son de tout interpréter.
enseignement à partir du Rapport de Je ne me dirais satisfait que quand
J.-A. MILLER, - - Cours n°4 – 6/12/2006 - 2

j'aurais rendu raison de la moindre des


inflexions du discours de Lacan, du dire
de Lacan dans ce chapitre. Je n’en suis
pas encore là, et ça m'aidera peut-être
que de le dévider devant vous jusqu'au
point où j'en suis. Ce qui a été posé, c'est non
Donc, là, je m’avance cahin-caha, seulement ce qu'il énonce ce jour-là
sans filet, mais enfin, quand on est mais il faut entendre ce qu'il a énoncé
professeur, on ne tombe jamais, depuis le début de l'année, les huit fois
j'espère. précédentes.
Alors j'ai dit mémorable ce texte, et il Je crois que je peux ici vous lire ce
est le texte de ce qui a été prononcé qui fait fonction de premier paragraphe.
par Lacan, il le souligne, à une date Ces paragraphes me sont dûs puisque
nécessairement mémorable, au moins j'ai travaillé sur la sténographie où j'ai
pour lui, puisque c'est celle de son ménagé en fonction, comment faire
anniversaire. Et il ne laisse pas au autrement, de ma compréhension, des
lecteur le soin de s'en apercevoir scansions, parfois celle des phrases,
puisqu’il présente son exposé, il moins souvent que dans les premiers
l’introduit par cette circonstance, cette Séminaires de Lacan, parce que la
occasion. scansion de phrases est donnée
Bien sûr il y a l'hypothèse qu’il fait du souvent dans la sténographie
remplissage, ou encore que tout lui est elle-même mais non pas celle des
bon pour justifier ne présenter qu'un paragraphes. Donc je lis le premier
exposé raccourci afin de laisser la paragraphe.
parole à l'assistance. Et, en effet, la « D'habitude, j’ai quelque chose à
moitié de ce chapitre est occupée par vous dire. Mais aujourd'hui, parce que
l'énoncé de onze questions, plus une j'ai une occasion - c'est le jour de mon
qu’il n’arrive pas à déchiffrer puisqu'elle anniversaire - je souhaiterais que je
est envoyée avec des caractères puisse vérifier si je sais ce que je dis. »
chinois, onze questions qui marquent Donc on nous signale d'emblée le
au moins un début de réponse. caractère exceptionnel de cette prise
Cette attente de la réponse se fait de parole. Il y a un régime d'habitude et
entendre dans ce chapitre jusqu'au il y a un aujourd'hui qui rompt le régime
point où lui-même qualifie son invention habituel, un aujourd'hui exceptionnel.
du réel de réponse, de réponse Prenons ça au sérieux. Que
symptomatique et il attend de même l'opération en cours est faite, même si
des réponses de son auditoire. ce chapitre va s'ajouter à la série,
Donc nous nous trouvons devant l'opération en cours est tout de même
deux parties. L'une, la première, où faite à partir d'une position
Lacan expose, la seconde où il d’énonciation, d'une place
improvise des réponses aux questions. exceptionnelle.
Nous nous trouvons devant un Je dis place puisque ce que j'ai
monologue et un dialogue, et il donne distingué comme la deuxième partie,
un sens à ce passage du monologue commence par « Changeons de
au dialogue. place », ce qui nous laisse à déterminer
Le but, tel qu’il l’expose, pour quelle était la place choisie pour
commencer, le but de l'entreprise de ce commencer.
jour anniversaire, c'est donc, tel qu’il le Alors le régime d'habitude, c’est :
formule, une vérification qui déjà « j'ai quelque chose à vous dire » et le
suppose simplement que quelque moment de l'exception c'est : « vérifier
chose ait été posé et que dans un si je sais ce que je dis. »
second temps, il s'agit d'obtenir la On va revenir sur la formule « si je
vérification de ce qui a été posé. sais ce que je dis » qui sonne familière
aux oreilles mais, ici, il n'en est rien. La
prétention de savoir ce qu'on dit est
J.-A. MILLER, - - Cours n°4 – 6/12/2006 - 3

plutôt une prétention qui a été récusée être entendu n'implique pas la
par Lacan dans sa position complétion, l’exhaustion qu'il y a dans
d'enseignant. l'idée de compréhension.
Avant d’y venir, je souligne, puisque Autrement dit Lacan dit malgré tout :
mon ambition est de tout interpréter, je on parle pour l'Autre, on parle pour les
ne vais pas faire ça tout du long parce autres, ce qui s'oppose à ce qui est ici
que ça nous emmènerais trop loin mais en position de supposition, ce qui
pour le début, je souligne le « je s’oppose à parler pour soi. Et c'est bien
souhaiterais » qui est l'expression d'un ce qui est énoncé par Lacan dans la
Wunsch, d'un souhait, c'est aussi bien phrase suivante, donc qui est à lire en
dans l'expression le principe peut-être fonction du je sais ce que je dis : « Je
d'un rêve. voudrais vérifier, en somme, si je ne me
« Je souhaiterais que je puisse contente pas de parler pour moi -
vérifier », ça n'était pas un détour qui comme tout le monde le fait, bien sûr, si
était à supprimer du texte. Je l'ai l’inconscient a un sens. »
conservé pour la raison suivante, c'est Voilà qui demande à opposer deux
que précisément Lacan ne dit pas qu'il régimes de l'énonciation, le parler pour
souhaiterait vérifier, que je puisse soi que nous écrirons au plus simple
vérifier c'est l'intervalle qui signale que par une boucle sur un point, et le parler
ça dépend des autres, cette vérification. pour l'Autre.
Les autres dont il appelle les questions. Et notons que c’est du côté du parler
Le si je sais ce que je dis n'est pas pour les autres que Lacan inscrit le je
comme tel à sa disposition. C'est bien sais ce que je dis.
plutôt un risque ouvert selon la réponse
qui sera apporté ou non par ces autres.
Et il interprète ce souhait, ensuite, le
.
conditionnel de ce souhait. Il dit, c'est le
début du paragraphe suivant : - Malgré
tout, dire, ça vise à être entendu.
. "je sais ce que je dis"

Ce qui est notable, ici, c’est ce


malgré tout, qui a un empan de
supposition assez étendu, d'une Enfin, il ne dit pas à proprement
supposition qui serait que dire ne vise parler : je sais ce que je dis. Il dit :
pas à être entendu. C’est l’indication du vérifier si je sais ce que je dis en tant
bord sur lequel Lacan se tient, parce que ça dépend de la réponse des
que tout son enseignement est parti de autres.
ce que parler, c'est pour être entendu, En revanche, du côté de la boucle,
parler c'est communiquer, parler on pourrait inscrire, sur le fond de
implique l'Autre. l'enseignement de Lacan, on pourrait
En radicalisant cette conception, inscrire je ne sais pas ce que je dis.
c'est même le dire est celui de l'Autre
puisqu’on s'exprime dans le langage de
l'Autre pour être entendu de lui, au .
point qu'on puisse dire que ce dire vient
de l'Autre lui-même.
Le malgré tout indique ici que nous
. "je sais ce que je dis"

"je ne sais pas ce


sommes dans une toute autre saisie de que je dis"
l'acte de parole.
Je reprends cette formule d’une Je ne sais pas ce que je dis est la
question qui sera posée à Lacan et que position que Lacan a déjà repérée
lui-même reprend dans sa réponse. comme celle de l'analysant, du sujet de
Être entendu, ça vise à être entendu, l'inconscient, et dont il a dit à l'occasion
a le sens, au moins le sens en est que c'était sa position comme
proche de être compris. Être entendu, enseignant.
c'est un pas en-deçà de être compris,
J.-A. MILLER, - - Cours n°4 – 6/12/2006 - 4

Ici, nous avons la tentative pour fixer écrive quelque chose qui justifierait
cette position de l'enseignant au cette peine que je me donne depuis un
contraire de l'autre côté. peu plus de vingt-deux ans. La seule
Alors je sais pas ce que je dis, c'est façon de la justifier, ce serait que
la position d’énonciation qui est quelqu'un invente quelque chose qui
marquée de S barré, le je sais ce que je puisse, à moi, me servir. Je suis
dis, c'est celle qui répond, je crois, au persuadé que c'est possible. »
côté gauche du discours dit de Là, nous sommes dans un troisième
l’université, où le savoir est supporté régime distinct de ces deux, un régime
par un Je maître en S1. C'est, disons, la qui n'est pas celui d'un dire, mais où il
position de professeur qui est là, ce que s’agit d’inventer un écrit. Il ne s'agit pas
Lacan veut vérifier de son énonciation. d'un dire qui se comprenne, mais d'un
écrit qui puisse servir. Autrement dit, ça
n'est pas dans la compréhension que
. ce dont il s'agit ferait le savoir, c’est
dans l'ordre de l'usage, c'est dans
l'ordre déjà pragmatique que ça puisse
. "je sais ce que je dis"
servir. Il ne dit pas inventer un écrit qui
"je ne sais pas ce
soit plus vrai, enfin quant à découvrir un
que je dis"
écrit qui serait plus vrai mais un écrit
qui puisse servir.
S2
S Donc nous sommes, avec le dernier
S1
paragraphe de ce qui fait ici
introduction, déjà dans un troisième
Donc, d'un côté, le dire est supposé
registre où Lacan lui-même entre, cette
arrimé au savoir et permettre d'être
fois-ci, et où il n'est plus question
entendu, de l'autre côté, nous avons un
tellement de je sais ce que je dis, ou de
dire qui, en quelque sorte, se boucle
je ne sais pas, il est question d’écrit.
sur lui-même. Il n’est pas articulé à un
Donc ce qui n'est pas au niveau de ce
savoir mais à une satisfaction, et où
parler pour l'Autre, ou de parler pour
l'Autre n'a rien à entendre, au sens de
soi.
rien à comprendre.
Disons que c'est un écrit dans la
Voilà deux positions. Alors nous
mesure où on peut en parler, et donc
n'avons pas ici à durcir la contradiction,
que ça fait plutôt référence que position
précisément parce que Lacan choisit
d’énonciation.
cette occasion mémorable pour
Le critère de ce qui serait ce qui peut
s'interroger sur son je sais ce que je
servir, disons en l'occurrence dans la
dis, conditionnel. On comprend bien
circonstance de son Séminaire, ce qui
que le régime qu'il désigne comme
fait fonction, c’est les réponses qu'il
normal, en fonction de l'inconscient,
recevraient sous forme de questions. Il
c'est le je ne sais pas ce que je dis.
annonce qu'il prendra les questions
Et il s'agit d'essayer ou de trouée,
déjà comme des réponses de l'Autre.
que nous pouvons dire précaire, en
Alors, là-dessus, j’ai fixé la première
employant l'adjectif qui est dans ce
partie de ce texte, commençant par la
chapitre, une trouée précaire vers le
phrase : J’ai inventé ce qui s'écrit
discours universel, vers le savoir.
comme le réel. J'ai inventé l'écriture du
Une fois cette mise en place initiale
réel, pour le dire autrement.
dégagée, la complexité n’est
Cette écriture, que Lacan propose
qu'apparente, c'est en fait évidemment
comme l'écriture du réel, ce n'est pas
très simple, on constate que ça se
une écriture directe parce qu'elle
décale pour ce qui est de la suite du
dépend d'un ensemble qu'il appelle le
chapitre.
nœud borroméen, plus exactement la
Alors – « Je préférerais que
chaîne borroméenne puisque ça ne fait
quelqu'un me pose une question (etc.).
pas nœud à proprement parler, et
J'aurais aimé sans doute que quelqu'un
l'écriture du réel, ça consiste, par un
J.-A. MILLER, - - Cours n°4 – 6/12/2006 - 5

acte, à appeler un des trois ronds pratique un certain nombre de


dessinés, à l'appeler le réel. substitutions réglées pour obtenir la
Tout pivote sur ce qui lui-même le dissimulation du message initial ; donc
retient dans cette année, tout pivote sur une cryptologie et, à certains égards, le
cet acte de nomination. Il en dégrade chiffrage par réel, symbolique et
en quelque sorte l’opération, en disant, imaginaire est une telle cryptologie.
je le cite : « Ce n'est rien de plus, bien C'est là-dessus que Lacan se laisse
sûr, que métaphore de la chaîne. » porter par la notion de nombre. « Il y a
Comment faut-il l’entendre ? Je un certain nombre de façons de tracer
l'entend de cette façon-là : nous avons les chiffres. La façon la plus simple est
les trois ronds de la chaîne celle que j'ai appelée du trait unaire. »
borroméenne, le premier, le deuxième, On peut se contenter du trait, on
le troisième, là nous utilisons des peut les multiplier, pour indiquer, ici, les
nombres ordinaux pour distinguer nombres cardinaux, ici c’est trois, parce
chacun des ronds, nous utilisons qu'on a fait trois traits, on peut aussi
l’ordinal 1, 2, 3 et par nomination nous bien, signale-t-il, faire des points pour
qualifions celui-ci par exemple de « le former des cardinaux.
réel. »
1,- 2,- 3 -
...
3
Et là, saut, de ce développement sur
le réel le nombre, vers un chapitre de l'œuvre
de Freud. « Ce qu'on appelle
Ça n'est pas non plus une écriture l'énergétique [alors l’énergétique, si
unique puisque c'est cohérent avec Lacan le fait venir ici c’est parce qu’il
appeler le deuxième et le troisième, pense à l'énergétique freudienne. Et il
comme on voudra, symbolique et trouve un peu plus tard dans ce
imaginaire. chapitre la référence à l’Enwurf, au
Autrement dit, pourquoi est-ce une projet d'une psychologie scientifique,
métaphore de la chaîne ? C’est une qui est vraiment aux origines de la
métaphore dans la mesure où c'est une réflexion de Freud.
substitution, aux nombres ordinaux Quand il dit ce qu'on appelle
nous substituons des substantifs. l’énergétique, c'est à celle-là qu'il pense
Et donc, il y a là la substitution qui et il pense en même temps à
est la définition, la substitution l’énergétique des physiciens, celle dont
signifiante, c’est la définition de la il a développé le concept lors de son
métaphore, donc on peut parler de Séminaire XII, si je me souviens bien,
métaphore de la chaîne pour ce qui est Problèmes cruciaux pour la
de la chaîne borroméenne dont chacun psychanalyse. Il fait référence
des ronds est appelé. précisément à ce qui est ici rappelé
Lacan s'interroge, interroge même dans une seule phrase : « Ce qu'on
ce mouvement qui a l'air le plus simple ; appelle l’énergétique n'est rien d'autre
on est là vraiment dans la microscopie. que la manipulation d’un certain
« Comment se peut-il qu'il y ait une nombre de nombres d’où l'on extrait un
métaphore de quelque chose qui n'est nombre constant. »
que nombre ? Cette métaphore, on Il l’accueillait à l’époque par la
l'appelle, à cause de ça, le chiffre. » référence aux physiciens
Ce qu'il faut entendre ici par chiffre, contemporains qui même dans ses
qui joue avec nombre, c'est la pratique leçons les plus scientifiques gardaient
de cette métaphore du nombre que le sens de l'exemple à faire
constitue un message chiffré, c'est-à- comprendre, en l’occurrence
dire un message dans lequel on l’énergétique était illustrée par
J.-A. MILLER, - - Cours n°4 – 6/12/2006 - 6

l'éparpillement d’un certain nombre de dans des neurones ou des groupes de


cubes par un enfant et si on sait le neurones, en particulier pour le moi. Le
nombre de cubes, on pourra aller le moi est le nom donné à une masse de
chercher où il faut sous le lit, sous le neurones qui maintiennent le même
tapis, parce que ça reste constant ; ce investissement dans un état lié.
qui est exigé, c'est le maintien d'une Je ne rentre pas dans le détail de
constance. cette énergétique, qu'on trouve dans
Et il évoque Freud, donc, se référant l’Enwurf, qu’on retrouve dans La
à l'énergétique par le biais de la science des rêves au chapitre VII, et
signifiance de son temps. qu’on retrouve ensuite, sans plus de
Cette énergétique, l’énergétique références aux neurones, dans la suite
freudienne, même si elle se tient au de l'œuvre de Freud où, en effet, le
niveau du nombre, reste néanmoins point de vue économique dépend de
une métaphore. Et nous sommes là cette référence à une énergie
dans le tréfonds des origines de la psychique et au déplacement d'une
pensée de Freud ou, disons, des énergie psychique.
premiers instruments dont il s'est servi. Lacan ne l’évoque que pour dire que
Il a trouvé un certain nombre Freud, en fait, n'a jamais vraiment
d'écritures dans la physique de son fondé une énergétique, il en a eu l’idée
temps dont il a fait usage. En particulier mais il ne l’a pas fondé, et aussi que la
c'est en adaptant cette physique qui lui seule conception qui puisse se
était contemporaine qu'il a dégagé substituer à l'énergétique freudienne,
l'idée de deux sortes d’énergies c'est celle du réel.
psychiques, l’énergie libre et l'énergie Autrement dit, à la place où Freud
liée, il en fait hommage à plusieurs concevait, imaginait des neurones
reprises à Breuer, son premier passages d'énergie ou accumulateurs
collaborateur ou son mentor. En fait il le d'énergie comme étant le vrai du vrai
disculpe, ça n'est pas dans le même de l'inconscient, la matière, la
sens que chez Breuer qu’il reprend ces substance même de l'inconscient,
termes et c'est tout un travail que de Lacan traite ça d'imagination. À cette
retrouver l'usage premier de ces place-là, dit-il, il inscrit, lui, son idée du
termes, l'énergétique, ou bien chez réel tout en s'interrogeant sur le sens
Helmholtz, chez Brucques, et j’ai trouvé de ce qu'il accomplit ici.
aussi dans le Vocabulaire de Laplanche Là, Lacan ne donne pas une
et Pontalis les noms de Ranking et de figuration de ce substrat sur le mode
Thomson, que je ne suis pas allé voir. des neurones, il donne à la place la
Disons que l'emprunt est avant tout chaîne borroméenne, d'où trois
de la notion de deux sortes d’énergies questions qu'il pose et c'est ce qui rend
mécaniques dont la somme doit rester satisfaisante aussi cette lecture, c’est
constante dans un système isolé. Il ne qu’en sorte que chaque pas est
faut pas qu’on ajoute des cubes au petit susceptible d'être mis en question et
jeu, on suppose que dans la pièce où que les enchaînements logiques que
l’enfant joue, il n'y a pas apport nous pouvons faire sont en quelque
extérieur de cubes. Dans l’Enwurf, sorte chacun interrogé et soupçonné.
Freud pense toucher le substrat du Les trois questions que je trouve
psychisme par une référence aux dans ce chapitre - qu'est-ce que c'est
neurones comme substrat de ce qui a que inventer ? – qu’ai-je inventé ? et
lieu. Il restera fidèle à la conception est-ce une idée ?
selon laquelle dans le processus Donc, là, nous voyons les termes
primaire, l'énergie est libre et doit dont nous nous servons de la façon la
connaître une décharge immédiate et plus innocente, être mis en question.
complète, tandis que l’énergie liée Et donc Lacan tourne autour de la
apparaît avec le processus secondaire question est-ce une idée ? Ce n'est
et on suppose que l'énergie, celle-ci, pas, dit-il, l’idée qui se soutienne.
n’est pas libre, mais qu'elle s'accumule Il est question ici de l'opposer ou de
J.-A. MILLER, - - Cours n°4 – 6/12/2006 - 7

la confondre avec l’idée qui vient quand Le rond, la droite, oui ils doivent
on est couché, dont il dit que c'est là quelque chose à l'imaginaire, à la
l’idée réduite à sa valeur analytique, perception, tandis que la forme
l'idée qui vient quand on est couché, borroméenne, la combinaison
pour le coup ça n'est pas une idée qui borroméenne, elle, ne se trouve pas
se soutienne, c’est une idée dans les affinités imaginaires du corps.
spécialement transitoire, fugitive, et qui Donc cette disjonction, elle est
appelle l'association et non pas la présente, par exemple, je l'ai déjà
fondation ni la démonstration. évoqué, par Lacan, précisément dans
Cette chaîne borroméenne, je lui un texte que vous trouvez dans les
trouve la qualité, phénoménologique si Écrits, qui est appendu à son écrit sur
l'on veut, de ne pas se penser la théorie du symbolisme d’Ernest
facilement, de ne pas s'imaginer Jones, c’est appendu sous la forme
facilement, et pas non plus de s'écrire d’une note qui a pour titre « D'un
facilement non plus. syllabaire après coup », et qui porte sur
Tous ces qualificatifs nous l’élucubration de Silberer.
permettent de proposer à la place du
terme idée celui de traumatisme. C’est Silberer
dire que là, nous avons une idée qui, si
c’est une idée, nous avons une idée qui Ne rentrons pas dans le détail sinon
fait trou dans la pensée, dans nous n'aurons jamais fini. Disons que
l'imagination et quasiment dans nos Silberer, lui, cherchait dans le
facultés scriptuaires, si je puis dire. symbolisme à retrouver précisément
« C'est un traumatisme, dit-il, c'est- ces affinités initiales et il les trouvait
à-dire le forçage d'une écriture, d'un toujours dans, disons rapidement, la
nouveau type d’idée [on y revient] qui forme du corps, qui a les idées
ne fleurit pas spontanément du seul fait hypnagogiques qui viennent avant de
de ce qui fait sens, c'est-à-dire de sombrer dans le sommeil et qui seront
l'imaginaire. » pour lui répercutées dans le rêve. Vous
Arrêtons-nous un instant là-dessus, trouvez là, dans cette jonction du
sur cette qualification. Donc, une idée, symbole et de l'imaginaire, le terreau
oui, non, un nouveau type d’idée et qui natal du symbole.
est qualifiée très précisément – une Lacan remet les choses à leur place,
idée qui ne fleurit pas spontanément de à leur place freudienne, en expliquant
l'imaginaire, qui ne fleurit pas précisément que cette insertion de
spontanément du seul fait de l'imaginaire, par exemple dans la
l'imaginaire. formation du rêve, pour Freud ne relève
Qu'est-ce que ça implique ici ? C'est que de l'élaboration secondaire, c'est-à-
ce qu'opérerait précisément l'écriture dire l'imaginaire vient là brouiller le
borroméenne, cette écriture chiffre du rêve. L'imaginaire est ici ce
difficilement saisissable par la pensée qui camoufle le fonctionnement des
comme par les mouvements de notre signifiants.
corps nécessaires pour écrire. Nous Ầ ce propos, donc, Lacan insiste sur
avons ici une idée, c'est comme ça que le fait qu'il faut disjoindre le symbolique
je proposerais de comprendre ce et l'imaginaire, que le symbole n'a pas
nouveau type d’idée, une idée qui sa naissance dans l’imaginaire, que
repose sur la disjonction du symbolique c'est au contraire toute résistance qui
et de l'imaginaire. est dans l'imaginaire, et, formule de
Lacan, c’est de l'imaginaire que
S/I procèdent les confusions dans le
symbolique.
Nous avons une idée qui ne doit, on Du coup, l'exigence de la coupure
le suppose, qui ne doit rien à épistémologique se reporte ici, pour
l'imaginaire. qu’il y ait coupure épistémologique,
J.-A. MILLER, - - Cours n°4 – 6/12/2006 - 8

pour qu’il y ait science il faut que le


symbolique soit disjoint de l'imaginaire.
S I (corps)
neurones
S I jouissance }
Évidemment ici les choses sont en Réel
quelque sorte inversées, puisqu’ici c'est
justement de ce que il n'y a pas d'appui Autrement dit, si on confond le
imaginaire préalable que la chaîne symbolique et l’imaginaire, si on ne
borroméenne est si difficile à dessiner. s'occupe que du symbole qui serait
C’est ici de la coupure avec l'imaginaire déjà pré-formé dans l'imaginaire, ou
que procèdent les confusions dans le qu'on établisse le rapport direct que fait
symbolique, si je peux déplacer la Freud entre les neurones investis et
phrase de Lacan. l'inconscient, pas question de réel. Ces
Dans le raisonnement de ce deux termes, au fond, ne sont pas
chapitre, c'est au contraire le fait de ne disjoints.
pas avoir appui sur l'imaginaire qui En revanche, dans la mesure même
introduit des confusions dans où on les disjoint, et qu'il faut rendre
l'architecture, l'architecture du nœud et compte néanmoins d'un certain nombre
la cause de lapsus divers que Lacan de phénomènes, on a besoin d’un tiers
signale avec complaisance dans sa terme et qui là est présenté dans ce
propre mise au tableau de ses chapitre comme une médiation entre le
schémas. symbolique et l’imaginaire, comme un
Ici, nous avons aussi en quelque tiers dans leur relation.
sorte l'exemple de ce que Lacan lui- C'est là-dessus que nous arrivons
même a pratiqué au départ, cette sur l'opposition de la réminiscence et
disjonction, parce que dans la mesure de la remémoration dont j’ai déjà
où le corps est à placer dans signalé l'intérêt.
l'imaginaire, si on disjoint le symbolique Pour ce qui est de la réminiscence,
de l'imaginaire, eh bien, en effet, la voilà ce que dit Lacan : – « Ce n’est
notion des neurones porteurs de pas non plus que ce soit quelque chose
l'énergétique est forclose, de la même de tout à fait étranger. Je dirai même
façon que tout ce qui concerne la plus, c’est cela qui rend sensible, fait
jouissance qui suppose un corps. toucher du doigt, mais de façon tout à
fait illusoire, ce que peut être ce que
l'on appelle la réminiscence, et qui
S I (corps) consiste à imaginer, à propos de
neurones quelque chose qui fait fonction d’idée
jouissance } mais qui n'en est pas une, qu’on se la
réminisce, si je puis m'expliquer ainsi. »
Ensuite, il distingue la réminiscence
Ce moment est important parce qu’il et la remémoration.
montre que Lacan raisonne dans ce Alors qu'est-ce qu'il faut entendre ici
chapitre sur la disjonction du symbole par réminiscence ? C'est la supposition
et de l'imaginaire. qu’il y a quelque chose déjà là, qu'il y a
Et dans la mesure où cette une idée déjà là qui n'est pas inventée,
disjonction s'impose, qu’on la pose, qui se soutient dans un sujet supposé
alors elle ouvre nécessairement la savoir et qui, lorsqu'elle apparaît,
question de qu'est-ce qui connecte le apparaît dans sa splendeur solitaire, si
symbolique et l’imaginaire ? et c'est là je puis dire, comme ayant été, pourquoi
qu'il introduit le réel. pas, apprise, acquise, dans une autre
existence, ou dans un statut éternel du
sujet.
Alors pourquoi est-ce que notre
J.-A. MILLER, - - Cours n°4 – 6/12/2006 - 9

élucubration sur la chaîne borroméenne l'inconscient puisse être interprété.


rend cela sensible ? Ça rend sensible Et ici en quelque sorte l'inconscient-
parce que, précisément, il n’y a pas du savoir est la nouvelle forme que prend
coup, il n'y a pas de réminiscence de la ce que j'appelais la semaine dernière
chaîne borroméenne. l’inconscient-histoire. C'est, à la base,
Lorsqu'on fait une démonstration de rien d'autre que une connexion, entre
géométrie euclidienne, on peut essayer un signifiant 1 et un signifiant 2.
de montrer que le petit esclave en avait
depuis toujours déjà l’idée et on
retrouve là, sur la piste du mnémon,
( S1 S2 )
lorsqu'il s’agit des grandes formes
imaginaires géométriques, symbolico- Voilà le minimum, la définition
imaginaires, on peut toujours rêver minimale de l'inconscient qui est à
qu'elles dépendent d'une réminiscence, mettre en rapport avec ce que Lacan
qu'elles étaient déjà là. appelle un peu plus tard, dans ce
En revanche, s'agissant des chaînes même cours, la figuration maximale, la
borroméenne, qu’on arrive très figuration maximale du réel sous forme
difficilement à penser, à écrire, elle, au d'un élément.
fond, elle fait objection à la notion de Lacan, disons que c'est ce qu'il
réminiscence. appelle à proprement parler un
En revanche, la remémoration, elle, fonctionnement. C'est le minimum du
est franchement du côté du fonctionnement, c'est l'embrayage d’un
symbolique. La réminiscence est signifiant sur un autre, et c'est ce qui,
distincte de la remémoration, dit-il, la pour Freud, désigne la réalité, selon le
remémoration est quelque chose que … de ce chapitre - fonctionnement
Freud a tout à fait forcé grâce au terme équivalent à réalité.
impressions.
Là, la référence aux impressions, au
sens de ce qui s'imprime, la possibilité ( S1 S2 ) fonctionnement
de nommer et de compter ces réalité
impressions, voire de leur inscrire des
lettres, c'est un renvoi que je ne … pas,
sans doute à la fameuse Lettre 52 de la Alors, si on veut, ce que Lacan
correspondance de Freud avec Fliess appelle réalité ici, ça me paraît être ce
où Freud, en effet, propose cette que nous avons dégagé plus tôt, à
traduction de la mémoire en termes savoir le symbolique dans l’imaginaire,
d'impressions psychiques, et comme et l’imaginaire dans le symbolique.
dans son Enwurf, déjà dessine des C'est ça qui fait réalité et qu'on peut
tresses, des réseaux en tresses, qui aborder selon ces deux versants.
sont supposés montrer l'architecture de
la mémoire.
<>

Lacan présente sa propre chaîne S I


borroméenne comme une autre forme
de réseau. Ceux de Freud sont en
tresses, les siens sont sous forme de ( S1 S2 ) fonctionnement
chaînes. réalité
C'est de là que Lacan produit ce
qu’on peut appeler une définition
minimale de l'inconscient. Freud, en ce À quoi Lacan oppose, donc,
sens, supporte l’inconscient d'un savoir. maintenant - mon réel, le réel tel qu’il le
Ici, ce que Lacan appelle savoir, définit, en tant qu'il conditionne la
c'est précisément le réseau, le réseau réalité.
de neurones, mais métaphore si on Alors, comment comprendre ce
veut du signifiant ; c'est le minimum, conditionnement ? C’est que, au fond,
dit-il, que suppose le fait que l'énergétique freudienne suppose le
J.-A. MILLER, - - Cours n°4 – 6/12/2006 - 10

symbolique dans l’imaginaire


l’imaginaire dans le symbolique, c'est
S I (corps)
ça qui fonctionne et qui fait réalité, alors neurones
que, pour Lacan, ce rapport du jouissance }
symbolique et de l'imaginaire est
conditionné par un terme
supplémentaire qui est le réel, faute de Réel
quoi on n’a ni fonctionnement ni réalité
et c'est en ce sens là, me semble-t-il,
qu'il peut dire mon réel conditionne la La chose se termine avec le réel, on
réalité. peut dire qu'il est une réponse à être
symptomatique, je laisse de côté, et je
prends le Changeons de place. C'est-à-
<>

<>

R S I dire la deuxième partie qui est en


quelque sorte juxtaposée avec la
première et qui commence par la
( S1 S2 ) fonctionnement
question de savoir ce que c'est que une
réalité mémoire.
A-t-on une mémoire ? demande
Lacan, et le terme de mémoire est, bien
Je vous le dit en trois phrases, elles
sûr, impliqué dans la partie précédente
ne vous sont pas forcément un guide,
puisqu'il y est question de
et tout ce que je peux dire, c'est que je
remémoration.
me suis cassé la tête pour arriver à
Et donc Lacan se pose la question :
saisir, enfin, un des aspects au moins
- Est-ce qu’on a une mémoire ? - Est-ce
possible de cette phrase mon réel
que c'est la sienne ? - Est-ce que la
conditionne la réalité.
mémoire est déjà là ? - Est-ce qu'on
Il leur donne comme exemple, par
dispose d’une mémoire déjà là ?
exemple celui de votre audition. Il est
À quoi il oppose des termes comme
en cours, il est en Séminaire. Il faut ceux de fabrication et de choix. Et il va
comprendre, il me semble, dans cette
jusqu'à y impliquer la langue. Au fond
audition, qu'il y a à la fois, en effet, ce
on n’a pas à proprement parler la
qui mobilise le corps comme émission
mémoire de la langue, on crée une
phonatoire, imaginaire pour cela, et
langue dès que on parle ou dès qu'on
symbolique puisque vous êtes sensés, fait acte de parole. Dès qu'on parle, on
en effet, dire, c’est tout de même fait
donne un sens aux mots et par-là
pour être entendu. Donc dans l'audition
même on les dévie, ne serait-ce que de
d'un auditoire, il y a bien cette fusion,
façon minimale. Du coup l'inconscient
cette liaison du symbolique et de
n'est pas collectif, ce n'est pas
l'imaginaire, qui, pour Lacan, n’est
l'inconscient d'une langue, c'est
pensable en toute rigueur que par le l'inconscient toujours particulier, de
biais du réel.
chacun.
Alors supposition précaire comme il
Et nous voyons ici Lacan évacuer
nomme, en fait il y a un abîme, dit-il, le
tout ce qu'il avait pu construire au début
mot abîme est ici - il y a là un abîme,
de son enseignement sur le caractère
mon réel conditionne la réalité, il y a là transindividuel de l'inconscient et au
un abîme dont on est loin de pouvoir
contraire le ramener à la particularité.
assurer qu'il se franchit.
« Il n’y a que des inconscients
Cet abîme, d'où sort-il ? Pour moi,
particuliers, pour autant que chacun, à
cet abîme entre le symbolique et
chaque instant, donne un petit coup de
l'imaginaire et pour sortir de ce clivage,
pouce à la langue qu'il parle. »
de cet abîme, il n'y a que la supposition
Dès lors, c'est là qu'il s'agit pour lui,
précaire qui a un terme supplémentaire
dans ce retour à la solitude du sujet,
qui est le réel.
c’est là que se pose la question pour lui
de savoir si je sais ce que je dis.
J.-A. MILLER, - - Cours n°4 – 6/12/2006 - 11

En évoquant la mémoire, il est là,


chacun a sa langue ou chacun déforme
la langue selon ce qu'il en dit - est-ce
que je peux savoir ce que je dis ?

Voilà, donc, je crois que ce que


Lacan appelle réalité, ce qu'il appelle
réalité, c'est la jonction du symbolique
et de l'imaginaire, ce qu'il appelle le
réel, ici, c'est en fait le terme tiers ou
nécessaire à ce que la jonction se
fasse, une connexion se fasse entre le
symbolique et l'imaginaire.
<> <>

- Réalité : S I
<>

- Réel : R S I

De ce fait, il peut dire : le réel est


hors sens dans la mesure où le sens se
fabrique de la jonction du symbolique et
de l'imaginaire.
Et c'est pourquoi ce réel est en tiers
et extérieur, extérieur au sens comme il
l’évoque.
<> <>

- Réalité : S I
<>

- Réel : R S I

Bon, je m'arrête là et je terminerai


rapidement la fois prochaine, cette
difficile lecture.

Fin du Cours IV de Jacques-Alain Miller


du 6 décembre 2006
moins, qu’ils n'ont rien à faire les uns
avec les autres, sauf à se nouer par
cette magie du nœud qui repose
Orientation lacanienne III, 9. toujours sur le troisième. C’est une
forme de pensée très étrange, c'est-à-
dire qui répond à un ordre qui n'est pas
le nôtre, qui n'est pas celui sur lequel
nous nous appuyons dans notre
Jacques-Alain Miller appréhension de ce que nous appelons
la réalité, comme dit Lacan.
Cinquième séance du Cours C'est une forme de pensée comme
on croyait jadis en trouver des
(mercredi 13 décembre 2006) spécimens chez les indigènes, qui ne
pensent pas comme nous.
Alors il est passé là-dessus bien sûr
V La pensée sauvage, de Lévi-Strauss
qui a montré que même si on ne s’en
apercevait pas, ils pensaient quand
même comme nous, comme pense la
pensée, c'est-à-dire par classement.
La pensée sauvage organise,
Alors j’ai reçu, depuis la dernière répercute, des différences. Et, ici, eh
fois, quelques mots d'encouragement, bien nous ne pouvons pas dire qu'il y a
dont le développement d’un auditeur, pensée sauvage, de Lacan. Il faudrait
d'un collègue, sur le fait que je vous peut-être dire, au contraire, qu'il s'agit
régalerais d'un opéra. d'une pensée cultivée et même hyper
Ça m’encourage à continuer en vous cultivée, c'est une fleur de la culture.
donnant au moins l'exemple d'une On peut le rapporter à sa particularité, il
certaine obstination à déchiffrer ce qui y invite d'ailleurs, en disant que son
nous reste de Lacan, de son année du idée du réel est peut-être, est sans
Sinthome, à propos du réel. doute, est son sinthome.
C’est une forme de pensée, celle Mais, il y a peut-être plus que… au
dont Lacan témoigne dans ce qui est fond, il rénove les élucubrations qu'on a
devenu le chapitre IX, une forme de longtemps faites sur l'écoute de
pensée qui nous est très étrangère. Et, l'analyste.
pour essayer de la rejoindre il faut La forme de pensée dont il témoigne
l'accepter dans son étrangeté. ici me semble pouvoir prendre son
C'est étrange, et c’est étranger. Ce départ de la pratique de la
sont des mots dont il faut se pénétrer psychanalyse, considérée à partir de
dans cette lecture exégétique parce l'analyste. On la décrit, cette écoute,
que c'est le principe même, si on y ordinairement, comme une entente
réfléchi, du fameux nœud borroméen. amicale, même si on se garde
d’employer cet adjectif, cette amitié,
étrange que Lacan repousse précisément dans
son texte de « L’esp d'un laps : « Pas
étranger d'amitié, dit-il, qui supporte cet
inconscient. »
Ça ne tient, ça n'existe qu'à la Il développe et il pousse à son
condition que chacun des trois ronds maximum, sans doute, l'idée qu'il n’y a
soit conçu comme étranger à chacun pas d’affinités avec l'inconscient de
des deux autres. quelqu'un d'autre. Et il restitue,
Et comme, par métaphore, on les peut-être c'est ce que nous devons
qualifie de symbolique, imaginaire et nous dire pour que la pensée de Lacan
réel, si on se règle sur cette figuration, il nous devienne plus familière, il restitue
faut démontrer, il faut argumenter au à la situation analytique, comme on dit,
J.-A. MILLER, - - Cours n°5 – 13/12/2006 - 2

son caractère d'étrangeté, pour impliquant de façon inaugurale cet


l'analyste, qui écoute un autre se livrer Autre : L'inconscient c'est le discours
dans la parole. de l'Autre.
Il me semble que c’est là l'intuition Eh bien ici, nous sommes sur la voie
qui peut pour nous, pour nous aider d'un inconscient qui est, si je puis dire,
dans notre lecture, supporter ce le discours de l'Un, dont Lacan dit, de
développement. cet Un, dans ce chapitre, qu’il lui fait
Et ainsi, le symbole que j'ai écrit la bien des problèmes, pour cause nous
dernière fois, le symbole qui supporte avons ici un Un tout seul.
ce chemin de pensée, difficultueux, Si nous essayons d'approcher ce
râpeux, allusif, de Lacan, c'est ce que dont il s'agit ici, peut-être
j'ai écrit du couple : la boucle du parler pourrions-nous dire que ce chapitre
pour soi. nous présente, dans le fil de la vie de
Joyce, de l'analyse de la décomposition
du discours de Joyce et de sa position,
nous présente le paradoxe d'un sujet
sans Autre, qui parle pour soi et où tout

..
ce qui relève de l'Autre est suspect de
n’être que - le mot est dans son
chapitre - de n'être que fabrication.
Bien sûr, on peut développer le Donc nous sommes en quelque
contraire, que l'analysant, par position, sorte dirigés vers la palpitation la plus
parle pour l'Autre. Mais il y a un autre intime de l'expérience analytique, là où
moment qui est sans doute plus la parole elle-même perd sa fonction de
profond, lui, et qui est : il parle pour soi, communication, d'information, de
avec la supposition qui l'accompagne : transformation, pour n'être plus rien
il parle pour s'en satisfaire et ainsi cette d'autre, que, je disais la palpitation
boucle de la parole à soi est aussi une d'une jouissance, qui laisse l'analyste,
boucle de la satisfaction. On pourrait s'il accède à cette position dans sa
dire que c’est la parole considérée en pratique, qui le laisse interdit, ce qui, à
tant que pulsion, l'analyste n'étant là l'occasion, s'exprime de prime saut,
peut-être que pour permettre à cette gentiment, par les aveux d'impuissance
boucle de se fermer. Nous ne serions de l'analyste - Qui puis-je ?
pas, en le disant, si loin de la formule C'est à ces moments qu'il faut
de Freud selon laquelle il illustre la donner une valeur autre que
pulsion orale, bien sûr ici en fonction, dépréciative de l'analyse mortifiante,
de l'image d'une bouche qui voire voilée : - Toi qui entres ici, sache
s’embrasserait elle-même et qui serait que je n'y peux rien !
comme la description de ce qui se On se garde de le dire.
boucle sur… que j'écris ici comme un On se garde de le dire et avec
point. bonne raison, dans la mesure où,
Lacan dit bien, dans ce chapitre IX, comme le note encore Lacan dans son
que le point n'a pas sa place dans les chapitre - je vais finir par le savoir par
nœuds borroméens, mais j'utilise ici cœur - comme Lacan le note, la
une figuration beaucoup plus psychanalyse, ça réussit. C'est pas
élémentaire, avec cette boucle. Cette forcément, précisément, sa force, c'est
boucle de la parole-satisfaction, de la peut-être par là qu’elle pèche, c'est
parole-pulsion peut-être son péché.
Il me semble que Lacan explore Mais enfin, n’oublions pas la phrase
cette dimension qui est, il faut le dont nous avons fait un slogan le Nom
reconnaître, l'envers du lacanisme, d’un du père on peut s'en passer à condition
lacanisme qui situait l'Autre au de s'en servir ; oui, on verrait très bien
fondement même du sujet et qui ça sur de la poudre de perlimpinpin.
proposait de l'inconscient une définition Dans cette phrase, Lacan impute
cette conception à la psychanalyse qui,
J.-A. MILLER, - - Cours n°5 – 13/12/2006 - 3

de réussir, démontre. Il faut donner Et quand Lacan récuse l'inconscient


toute sa valeur là à ces deux mots : de collectif, il ne le fait pas avec les
réussir. précautions qui voudraient qu'on
C’est quand la psychanalyse - je le distingue le collectif et le
retiens là pour ce début que pour ce transindividuel, comme au début de son
que l'analyse réussit et c'est peut-être enseignement. Quand il récuse
ce qui est le moins compréhensible, le l’inconscient collectif, c'est pour dire : il
plus douteux, c'est peut-être justement y a plus d'inconscient particulier.
ce qui est précaire. Chacun pour soi.
L'adjectif est employé à un moment Donc, en effet, c’est une pensée qui
par Lacan pour qualifier son idée du ne suit pas le frayage commun, qui
réel et cet adjectif aussi est, je le même considère que ce qu'on obtient
retiens avec étranger parce que c'est par le frayage commun a toutes les
présent dans l'atmosphère de ce texte, chances de n'être pas ça. Et qu’il faut
n'est-ce pas, précaire. tordre ce qui paraît droit, comme Lacan
y revient dans sa réponse aux
étrange questions.
Alors, une fois qu'on s'est bien
étranger précaire pénétré de ceci, ça décongestionne un
petit peu, c'est une pensée qui vous
Qu'est-ce qui est précaire ?
écarte de la masse, qui renvoie chacun
D'abord c'est, si on se règle sur cette
à lui-même.
bouche qui s’embrasse elle-même,
Si on s'est bien pénétré de cette
cette parole qui se boucle sur soi, ce
perspective ou de ce malheur, alors on
qui est précaire, c'est la transition à
comprend que ça n'est pas
l'Autre.
superfétatoire, que ça n'est pas par
hasard que se soit dans ce chapitre,
précisément, que Lacan demande
qu'on lui pose des questions.
Il demande qu'on lui pose des
.. A questions pour vérifier - je l'ai dit - que
quelque chose touche autrui. Et est
susceptible de lui revenir sous forme de
Le précaire, c'est ce vecteur-là, vers questions et que, enfin, qu'il a réussi
l'Autre, que nous ne nions pas une transition précaire à l’Autre.
purement et simplement, mais qui est Et pour ça, il faut que du côté de
problématique. Ce qui fait sens pour l’Autre quelque chose réponde, que
moi, fait-il pour autant sens pour quelque chose soit accroché. De la
autrui ? Et Lacan demeure dans ce même façon qu'il peut dire que la
moment. singularité du sinthome de Joyce, c'est
Ça n’est pas joué, ça n'est pas le précisément que ça n’accroche rien
théâtre de la précarité. C'est demeurer, dans l'inconscient de l’Autre.
dans ce moment qui est d'un certain - je Et c'est d'ailleurs, selon lui, ce qui
vais encore dire le mot mais maintenant fait du symptôme de Joyce le
quand on s’est bien pénétré, encore symptôme par excellence, comme il le
insuffisamment, de ce dit de Lacan, on dit - L’appareil, l'abstraction, l'essence
sent que chaque mot emporte du symptôme.
beaucoup plus qu'on ne croit ; là, je l’ai C'est-à-dire que chez Joyce ça fait
pris entre guillemets pour être vraiment, il y a vraiment … et la
tranquille, un certain « solipsisme » de négation de la réponse de l'Autre, on
l'inconscient. n’imaginerait pas de poser des
questions, à Joyce, sur ce qu’il a voulu
étrange "solipssisme" dire ici ou là.
étranger précaire Ce qui n'interdit pas, au contraire, la
réponse massive qui est venue à partir
J.-A. MILLER, - - Cours n°5 – 13/12/2006 - 4

du discours universitaire et de son l'imaginaire.


savoir, pour essayer de s'arranger avec Et, en passant, vous avez - c'est
cet énorme traumatisme de la langue assez singulier – ces phénomènes
anglaise accompli par Joyce, d'ailleurs d’écho - qui montrent que l'armature
pour chercher en général la source, la réel, symbolique, imaginaire, est
correspondance, essayer de toujours respectée et sert à l'articulation
transformer le discours de Joyce en du discours.
savoir, tout en vérifiant qu’il est, sur le L'écriture a une portée symbolique,
fond, ininterprétable. par métaphore, l’idée ne fleurit pas de
Alors, l’idée du réel, Lacan ne dit pas l'imaginaire. C'est dire que cette
qu’elle fait communication, écriture et cette idée, on imagine que
précisément, il doute de pouvoir même c’est de l'ordre du réel, avec portée
la communiquer. Il ne l'enrichit que symbolique et en même temps coupé
dans les marges de son discours ou de de l'imaginaire.
ses réponses. Il dit que cette idée du Et, Lacan revient, est obligé en
réel fait traumatisme. Disons qu'elle quelque sorte d'argumenter contre mille
ménage un trou. et un passages que vous trouverez
Et il n’est pas sûr que ce ne soit pas dans son enseignement, est conduit à
la voie de toutes les idées, si je puis argumenter précisément que – je l’ai dit
dire, qui valent quelque chose, qu'elle déjà la dernière fois - le symbolique et
fasse trou. l'imaginaire, ça ne tient pas ensemble.
Il ajoute : C'est le forçage d'une
nouvelle écriture.
Retenons le mot de forçage, qui
S I
d'ailleurs, mérite lui aussi d'être dans le
vocabulaire - forçage. Comme il le dit précisément : ce sont
des choses très étrangères l’une à
étrange "solipssisme" l’autre.
Voilà l'étranger est là.
étranger précaire Penser ça jusqu'au bout, ça donnera
forçage le développement du dernier chapitre
de ce Séminaire, le chapitre X, le
Forçage c'est dire que ce dont il suivant, avec cette traduction que
s'agit n'est pas de l'ordre de la l'imaginaire, c'est le corps ; ça nous
déduction. Ça n'est pas non plus une donnera dans le chapitre suivant que
proposition. Et il essaye de la garder nous avons un rapport d'étrangeté avec
éloignée, cette idée, de la thèse à le corps. Développement sur ce
défendre, bien que, bien entendu, caractère d'étrangeté d'un corps dont
même si l’armature en est voilée, il d'ailleurs on dit qu'on l’a et non pas
étale des arguments. qu’on l’est ; déjà en parlant d'avoir on
Lacan fait ça depuis le début de son met une distance, un avoir qu'on
enseignement. C'est un extraordinaire transporte avec soi, que Lacan qualifie
argumentateur. Quand il a besoin, pour très précisément de meuble. Le corps
l'économie de sa thèse, de démontrer est un meuble.
que l'envers est l'endroit, que deux plus On peut le mobiliser, on le
deux ça fait cinq, il ne recule jamais transporte, on l’a, mais, par rapport au
devant ça. Il trouve toujours le biais par sujet, j'ajoute qui est du symbolique, le
lequel ça peut se dire. Et ici aussi bien fameux sujet barré, ce qui est de l'ordre
dans ce Séminaire. de l'imaginaire c'est-à-dire du corps, est
Alors ce forçage, d’une nouvelle foncièrement étranger, simplement ça
écriture, voyez comme c'est composé - nous est voilé.
[…] forçage d’une nouvelle écriture, qui Alors, j’ajouterai encore par le
a une portée symbolique, forçage d'un nouage des trois. Quand le nouage des
nouveau type d'idée qui ne fleurit pas trois ne nous tient pas, alors cahin-caha
spontanément du seul fait de le corps suit son chemin, si je puis dire.
J.-A. MILLER, - - Cours n°5 – 13/12/2006 - 5

Et c'est là que vient le passage que L'inconscient qu'il définit dans ce


Lacan a péché dans Joyce, dans Joyce chapitre, c'est un inconscient bien
du Portrait de l'artiste, le moment, mieux connu, c'est un inconscient qui
fugitif, où Joyce éprouve l'étrangeté de est pensé à partir du symbolique.
son corps comme laissé tomber, de Au fond, l’enseignement de Lacan
même qu’une pelure. c'est quoi ? C'est d'abord d'avoir
Mais si Lacan s’est dirigé vers ce poussé à son terme, avant même
passage c'est, au fond, comme d’inaugurer son enseignement
l’illustration de cette possibilité qui est proprement dit, d'abord poussé à son
toujours présente pour ce que nous terme la notion que l’inconscient est
appelons l'homme, à savoir que la imaginaire, ce sont les textes qui sont
forme de son corps lui devienne dans les Écrits qui sont donnés comme
étrangère et que même sa substance de ses antécédents. Un inconscient
lui paraît pouvoir s'éloigner, sinon se imaginaire, Lacan forge un concept de
dissoudre. l'image qui est opératoire, où nous
pouvons, par après, reconnaître les
éléments symboliques qui sont là
S I glissés, mais enfin un inconscient
imaginaire qu’il voit, et là il emprunte
C'est ce dont nous avons au plus ses arguments mêmes au règne
simple - je dis ce qui me passe par la animal : si la pigeonne a besoin de
tête - dont nous avons l'idée dans telle l'image du pigeon pour devenir ce
présentation de malades, de ce qu'elle est, eh bien c'est la même chose
moment où apparaît l’hallucination que pour vous.
le sujet décrit comme observant son Et là, la pigeonne a rapport essentiel
propre corps d'un point situé de ce donc problématique, donc précaire,
côté-là. Ça, c'est, si l'on veut, une avec l'image, enfin de l’Autre pigeon !
illustration de cette étrangeté poussée de l’Autre pigeonne, sûrement ! Elle a
à ce point. Alors ça ne tient pas un rapport essentiel, pour sa
ensemble et il faut que s’introduise un maturation, avec l'image de l'Autre.
tiers élément qui fait organe - le mot est Donc le point de départ de Lacan,
chez Lacan - qui fait moyen et qui alors c'est : l'inconscient est imaginaire et la
noue, écrivons-le comme ça, noue les construction d'un concept opératoire de
trois consistances dans l'ordre où on l'image.
veut les mettre. L'enseignement de Lacan
commence lorsque il renie cette
conception pour celle qui domine son
<>

<>

S I R S I enseignement jusqu'à la fin du


Sinthome, à savoir : l'inconscient est
J’ai rappelé la dernière fois la symbolique, et les tous derniers
définition de l'inconscient que Lacan témoignages que nous avons de Lacan
propose, dans ce chapitre, qui est la concernent une troisième définition qui
définition freudienne de l'inconscient. n'est vraiment donnée qu'une fois dans
C'est celle qui se tient, c'est la ces termes, dans « L’esp d’un laps » :
dernière qu’il donnera dans cet ordre, l’inconscient est réel.
avant de formuler par écrit que Mais dans le chapitre IX, déjà, la
l'inconscient est réel. définition de l'inconscient est tellement
réduite qu’on aperçoit par quelle voie,
quinze jours plus tard, Lacan pourra en
l'ics est réel venir à l'inconscient est réel.
Alors la définition de l’inconscient
C'est ça qui nous sert de boussole, qu’on trouve est une définition
si vous vous en souvenez, cette chose freudienne, d'ailleurs rapportée à
dite une fois par Lacan dans une incise Freud : l’inconscient suppose toujours
de son texte de « L'esp d'un laps. » un savoir et un savoir parlé.
J.-A. MILLER, - - Cours n°5 – 13/12/2006 - 6

Freud n'a pas cessé d'en donner la


démonstration dans son moment
d'ébahissement et de découverte de S1 S2 le vrai
l'inconscient. Merveille ! Vous prenez
un lapsus, vous demandez vos Alors il fait intervenir le vrai, pourquoi
associations et aussitôt vous avez des et comment ? Il le fait intervenir dans la
fils qui se tressent, vous avez tout un définition : est vrai ce qui est conforme
réseau de savoirs qui se met en place. à la réalité, c’est-à-dire une définition
Ce qui fait que Lacan dit : l'inconscient du vrai qui est antique et, pour Lacan,
suppose un savoir, mais au-delà proprement archaïque. C'est la
l'inconscient est entièrement réductible définition qu'il aurait classée au début
à un savoir. de son enseignement comme celle de
Ce qu'il appelle ici néanmoins l'exactitude, distincte de la vérité qui se
l'inconscient, l’inconscient-savoir, c'est produit en un éclair et qui est
l'inconscient en tant que symbolique, susceptible de changer.
c'est-à-dire coupé de l'imaginaire c'est- Pourquoi intervient ce vrai conforme
à-dire du corps. Et donc ce qu'il appelle à la réalité ? C'est parce qu’il veut
l’inconscient à proprement parler, cet définir la réalité par ce fonctionnement
inconscient interprétable, etc., c'est un même : S1 S2.
inconscient, il faut bien dire, disjoint,
disjoint du corps donc disjoint de ce
que nous appelons après Freud la
pulsion, qui obéit à une autre logique
que celle de S1 S2. S1 S2 le vrai
Dans le cours de son enseignement,
Lacan a essayé de faire équivaloir les Réalité
deux. Faire équivaloir la pulsion au
signifié de la chaîne signifiante par Ce qu'on appelle réalité, la définition
exemple. Il a fait des tentatives. Mais ici de Lacan surprenante est celle-ci : la
la définition qu'il donne, freudienne, de réalité est ce qui fonctionne vraiment.
l'inconscient, est une définition disjointe Alors on essaye de s'y retrouver avec
de la théorie des pulsions. cette forme de pensée - est réalité ce
qui fait lien, de S1 S2, de ce qui
embraye de l'un sur l'autre et ce S1 S2
ça peut être aussi bien le symbolique et
S1 S2 l’imaginaire.

Ce qui justifie de le réduire au


savoir, cet inconscient, loin du corps si
je puis dire, c'est que c’est le minimum, S I
dit-il, que suppose le fait qu’il puisse
être interprété. Il s'occupe de
l’inconscient en tant qu’interprétable, S2
c'est-à-dire en tant que il y a une
S1 le vrai
connexion minimale entre deux Réalité
signifiants telle que puisse s’effectuer
l'opération d’interprétation et il fait à cet
égard intervenir - comme quelqu'un me Dans un sens ou dans l'autre, il y a
l’a écrit, justement - fait intervenir dans réalité quand il y a ce lien. Alors que, ce
sa définition le vrai. Et disons : pour qui vient contrarier cet… - alors, au
que ça marche, il faut que S1 fond, c'est le critère. Qu'est-ce que c'est
représente vraiment un sujet. le ce qui fonctionne ? Ce qui
fonctionne, c'est ce qui réussit, et la
science n'a pas d'autres critères, dans
J.-A. MILLER, - - Cours n°5 – 13/12/2006 - 7

l'expérience, dans l'expérimentation, l’un ou l’autre, mais le tiers dans le


que d'observer si ça réussit ou non, et nœud, qui est parfois donné par Lacan
en fonction de, on peut dire, du pour une médiation de nouage est
symbolique présent dans l'imaginaire. aussi donné comme un élément
On opère à partir du symbolique et on séparateur, et on peut dire les deux.
vérifie que ça réussit. En tout cas Lacan s'autorise à dire
C'est la thèse que Lacan avait les deux selon le moment de son
formulée auparavant, sous les espèces argumentation. Le troisième fait
le savoir dans le réel : la science marcher ensemble les deux autres, les
suppose qu'il y a du savoir dans le réel. noue, ou le troisième les sépare et
Tels que les termes sont déplacés ici nous sommes là en un point où l'un et
c'est : la science suppose - dans les l'autre peuvent se dire.
termes de Lacan – qu’il y a du Bon, je ne suis pas tout à fait venu à
symbolique dans l'imaginaire et qu'en bout de ça, j'avance quand même.
maniant les éléments symboliques on Alors, on comprend - nous en
obtient, en effet, un certain nombre sommes là - on comprend pourquoi
d'effets qui sont repérables. Lacan introduit dans la deuxième partie
Et, il pose le réel à l'opposé, à de son exposé, celle qui commence par
l'envers de ce qui fonctionne. Ça Changeons de place, pourquoi il
donnera d'ailleurs, si je puis dire, son commence par une mise en question
affection particulière pour le ratage, au de la mémoire.
moins comme si le ratage était pour la N’oublions pas que précédemment -
psychanalyse un critère équivalent à ce comme je l'ai signalé, la dernière fois –
qu’est la réussite pour la science. il parlait de la remémoration chez
Et donc d'un côté nous avons tout ce Freud, au point même qu’on a pu
qui fait lien et de l’autre, nous penser à un moment qu'une analyse
maintenons à part, hors lien, c'était avant tout un exercice de
éventuellement même hors lieu, le réel. remémoration, destiné à combler les
C'est pourquoi Lacan dira, enfin a déjà blancs d'une biographie parlée.
dit et dira, à propos du réel, qu’il n’y a Mais la mémoire, c'est quoi ? Une
que des bouts de réel. Que veut dire mémoire, c'est un savoir déjà là. La
très précisément : des bouts de réel ? mémoire, ça se rapporte à l'instance du
Ce sont des, qu'est-ce que je peux dire, savoir, c'est-à-dire c'est un autre nom
je ne peux même pas dire éléments - de l'inconscient et Lacan lui-même en a
ce sont des trucs, des bouts de réel fait des tonnes là-dessus. Il nous a
sont des trucs qui ne sont pas donné l'image, la figuration d’une
appareillés l'un avec l'autre. mémoire de type digitale, à partir de ce
Il pousse les choses jusqu'au point qu'on avait à l'époque comme
de dire : l'instance du savoir - qui a été machines électroniques qui étaient
renouvelé par Freud avec son concept vraiment élémentaires, il s’en est
de l'inconscient, ou avec sa définition emparé pour figurer l'inconscient
de l'inconscient - l’instance du savoir ne comme mémoire, avec ses petits zéros
suppose pas du tout obligatoirement le et ses petits 1, si vous vous en
réel. rappelez.
C’est là qu'il voit précisément, lui, sa D'abord les alpha, bêta, gamma,
création ou son invention, qui suppose qu'il développe dans l’« Introduction à
d'abord d'avoir disjoint le symbolique et la Lettre volée » et les zéros, uns, la
l'imaginaire, radicalement et, comme suite de zéros et de uns à quoi on peut
pour ce qui en tient ensemble, il faut réduire ce fonctionnement.
bien en rendre compte, arrive comme le Donc la mémoire comme instance
deus ex machina le réel pour les nouer. de savoir, c'est un autre nom de
Alors, évidemment, je dis en le l'inconscient et, si l'on veut, c'est à
passant que là il faut être assez souple, mettre – enfin pas si l’on veut, même si
puisque le tiers élément qui est parfois on ne veut pas – c’est à mettre au lieu
donné par Lacan, le tiers, que ce soit de l'Autre.
J.-A. MILLER, - - Cours n°5 – 13/12/2006 - 8

et vous avez Lacan, le rhétoricien bien


connu, défenseur de toutes les
mauvaises causes qu'on peut imaginer,
qui s’empresse de vous démontrer que
parler n'a rien à faire avec aucune

.. A Mémoire
mémoire qui soit. Et gentiment il vous
démontre que ce n’est pas du tout
Langue qu'on se rappelle quoi que ce soit, on
crée la langue en parlant.
Donc quand il interroge la mémoire, Et donc il unilatéralise cet aspect qui
il se demande : qu'est-ce que ça veut après tout est connu. Chacun recrée la
dire que d'avoir une mémoire ? Il langue en partie par les usages qui ne
repose la question de nouveau. Il avait sont pas standards et qui parfois
commencé la question plutôt du côté de arrivent à se répandre comme le
la boucle et il la poursuit en changeant symbolique. C’est quelque chose qui
de place, en considérant le lieu de était inconnu au bataillon jusqu'à ce
l'Autre comme mémoire. que Lacan ait besoin de l'inventer et
Alors est-ce qu'il y a mémoire ? puis ça s'est mis quand même à courir
L'exemple le plus proche qu’il peut au moins les revues savantes.
prendre à cet égard, c'est celui de la Donc, ayant à démontrer, ayant à
langue, cette langue qui nous est soutenir, ce moment si spécial du parler
commune et qui nous permet d’écrire pour soi, il le complète en disant : mais
des mots au tableau et de vous la langue, ce qui est le plus
adresser un flot de paroles qu'on a pu fondamental avec la langue, c'est le fait
comparer, donc je le disais, à un opéra. qu'on la crée en parlant.
Si c'est un opéra, c'est un opéra raté. C'est le fait qu’on lui donne, on
C'est un opéra raté ça veut dire que je donne toujours, on ne parle que la
vocalise pour moi-même. L'opéra c'est sienne de langue, et on la créée par
un peu ça, je sors des vocalises. coups de pouce, on force un mot - là
Non, moi je pense que comme encore le forçage – on force un mot à
j’essaye de faire pont entre Lacan, et signifier un peu autre chose que
pas à vous, j'essaye de faire pont entre d'habitude. Ce : on crée la langue par
Lacan et moi-même, je pense que j'y coup de pouce, c'est dans le même
arrive, j’arrive à faire pont entre Lacan ordre que : on invente par forçage.
et vous. Il n'y a pas d’harmonie là, il n’y a pas
Alors, il pose la question de la d'harmonie préétablie entre un élément
mémoire et de la langue parce qu’il se et l’autre. Et il faut dire, si je peux
place au lieu de l'Autre et que nous ajouter la rhétorique, celle de Lacan sur
avons bien en commun, on le suppose, ce point que, en effet, c'est bien, il y a
une langue, et si nous cherchons un bien des moments dans l'expérience
mot nous n’avons pas besoin de, enfin analytique ou l'analyste comme ça,
on ne voit même pas comment si un devant, derrière, l'analysant qui parle, à
mot nous manquerait, nous pourrions savoir que l'Autre parle sa langue à lui.
chercher dans le dictionnaire, le Le sujet analysant parle sa langue à lui.
dictionnaire, nous l'avons dans la tête, Et que c'est une langue qui n’est pas,
enfin une partie au moins du qu'on ne compare pas et qu'on ne
dictionnaire. confère pas à des modèles de langue
Donc, Lacan, pas si fléchissant que pour expliquer que c'est déviant ou que
ça, n'est-ce pas, c'est plutôt nous qui ça ne l’est pas.
fléchissons à le suivre, Lacan pose la C'est même, ça peut paraître même
question et celle comment peut-on un forçage continuel, un forçage
parler sans mémoire ? La phrase n’est continu que la parole de l’analysant.
pas là mais c'est ce que ça veut dire. D'où, en effet, la question : est que ça
Comment parle-t-on sans mémoire vaut pour tous les autres, ce qui vaut
pour moi ?
J.-A. MILLER, - - Cours n°5 – 13/12/2006 - 9

Alors, nous avons ici, aussi - je imaginaire et symbolique sont noués,


prends le texte - la notion sur laquelle je et, d'autre part, ce qui, de la réalité, sert
me suis déjà appuyé du truc qui réussit. à fonder la science.
C'est page 134 en haut : « Ce qui Donc une opposition entre le réel par
constitue en soi l'énergétique, c'est qu'il quoi imaginaire et symbolique sont
faut trouver un truc pour obtenir la noués dans le nœud borroméen, d'un
constante. » côté, de l'autre côté ce qui, de la réalité,
Ça, vous vous rappelez la dernière sert à fonder la science et je pense que
fois, j'ai évoqué ce que Lacan avait ça, ça désigne le symbolique, le
emprunté à une conférence populaire, symbolique dans l'imaginaire, en tant
ça se trouve aussi dans les que ça fait sens mais que c'est à
conférences savantes de Feynman. l'opposé du réel.
Alors il y a là la fin, que j’ai déjà
Feynman évoquée rapidement sur il n’y a pas
d'Autre de l'Autre - j'y reviendrai - voilà
Richard Feynman, prix Nobel de les questions commencent. C'est de ça
physique, qui est maintenant décédé et que je voulais parler aujourd'hui (rires).
a laissé un certain nombre d'ouvrages Bon, alors essayons, oui, là, les
de popularisation de la physique ; c'est questions ne sont pas déductibles.
lui qui marquait à quel point il n’y a pas Lacan se met à l'épreuve, on peut le
d'énergique sans constante sans qu’on dire, du réel de l'assistance. C'est-à-
sache le nombre … au départ, qu’on le dire qu'elles viennent, ces questions,
fixe et qu’on finit toujours par les sans ordre. C’est chacun dans son petit
retrouver. Donc il faut trouver un truc bout de quelque chose qui émet un
pour obtenir la constante. Le truc certain nombre de propositions qui font
convenable, celui qui réussit, est écho à ce que Lacan a pu dire.
supposé conforme à ce qu'on appelle la Chacun, là - je parle pour Lacan
réalité. mais, d’une certaine façon, on parle
C'est de là que j'ai tiré mes pour soi, on parle précisément
considérations sur le fonctionner. soi-disant de ce qui vous préoccupe, de
Je pourrais même dire qu’il y a deux ce qui vous inquiète.
termes, là, qui s’opposent. Il y a la Alors la première question est la
fonction où il y a toujours des liaisons suivante : - Si la psychanalyse est un
de deux signifiants, et par rapport à ça sinthome, est-ce que ce que vous faites
il y a ce que nous avons inscrit entre le avec votre nœud et vos mathèmes, ce
symbolique et l'imaginaire tout seul, à n’est pas la déchiffrer, avec la
savoir ce que Lacan appelle l’abîme. conséquence d’en dissiper la
signification ? Et Lacan, dans le temps
même où il lit cette question dit : Si la
Fonction Abîme psychanalyse est un sinthome - je n’ai
pas dit que la psychanalyse était un
Un abîme, il le dit, un abîme - voilà sinthome - est-ce que ce que vous
Il y a là un abîme, dont on est loin de faites, etc.
pouvoir assurer qu'il se franchit. C’est une question un peu
Ça, c'est page 132. agressive, qui impute à Lacan de
Voilà donc, en effet, un déchiffrer la psychanalyse, et, par-là
pragmatisme. Au niveau pragmatique, même, d’en dissiper toute signification.
on opère dans la réalité et on réussit. Ça n'est pas loin de ce que Lacan dit
Mais je fais tout à fait la distinction, lui-même de l'opération de Joyce sur la
dit-il, entre, d’une part ce supposé réel littérature ; que Joyce a fait tant et si
[donc ce réel que je suppose] qui est bien avec sa manipulation de la langue
cet organe, si je puis dire, qui n’a qu’il a réveillé la littérature de son rêve,
absolument rien à faire avec un organe de son rêve de vérité menteuse, et que
charnel ; donc je fais tout à fait la de ce fait, il a voulu y mettre fin.
distinction entre le réel par quoi Je peux commenter cette question,
J.-A. MILLER, - - Cours n°5 – 13/12/2006 - 10

mais je ne le ferai pas parce qu’il se La psychanalyse est déjà sur le biais
trouve que cette première question que ici d’être suspectée, d’être une certaine
Lacan avait péchée, questions toutes abstraction. Alors que l'analyste, au
anonymes, qu’il avait péchée sur des moins, disons ça dans les termes de
papiers ramassés dans la salle, cette l’imaginaire, il apporte son corps, c’est
première question s'était trouvée la le moins qu’il puisse faire.
mienne. Je m'en souviens très bien. Souvent, d'ailleurs, il vaut mieux qu’il
C'était assez fort quand même. Il y se contente d’apporter son corps parce
avait une assistance encore plus que quand il se met à apporter sa
nombreuse que celle-ci. Il y avait, si je pensée contre transférentielle, il n’y a
ne me trompe, onze questions, plus plus de place pour personne, y compris
une douzième en japonais, et sur ça, ça pour lui-même.
a amené la mienne en premier. Mais, en effet, on voit bien que dans
Je peux quand même vous dire que « L'esp d'un laps », Lacan se met à
Lacan se trompe. J'ai poussé la rêver d’une analyse sans analyste, en
décence d’une part de ne pas signaler donnant l'exemple de Freud comme un
dans le livre que c’était ma question et solitaire, parlant de soi et, si on avait ici
à ne pas signaler que Lacan s’était à indiquer la place de l'analyste, on
trompé mais qu'il avait bien dit – je ne pourrait dire c’est le point de
sais plus si c’est le Séminaire d'avant rebroussement de la boucle, c'est ce
ou encore avant – où il avait bien dit : la qu'il faut simplement qu’entoure le trajet
psychanalyse est un symptôme ; il de la pulsion parole pour pouvoir se
l’avait même développé. boucler, selon le schéma que Lacan a
Donc ça, c'est de l'ordre : le roi ne donné dans les Quatre concepts
paye pas les dettes du Duc d’Orléans. fondamentaux, au chapitre de la
Lacan, chaque année ça recommence, pulsion qui est le chapitre XVII, si je ne
c’est neuf, et il est en effet très à l'aise me trompe pas.
à l'égard de la mémoire (rires). Il crée à
chaque fois sa vérité et, en effet, on
pourrait, je n’ai pas pris le soin là de
.
retrouver ça dans les Séminaires
antérieurs, bien que ça me soit repassé
devant les yeux il n’y a pas longtemps,
je n’ai pas eu le temps de le retrouver
cette fois-ci mais je vous garantis qu'il
..
l’a dit, qu’il l’avait dit et que là : je ne Et donc là, dans la réponse à cette
pense pas que la psychanalyse soit un question et la glose qu'il y a, Lacan
sinthome. évoque la fonction même du réel
Mais ça a tout à fait son intérêt. Il distingué par moi de l'inconscient.
dit : ce n'est pas la psychanalyse qui Donc nous sommes là juste sur le
est un sinthome, c'est le psychanalyste. bord où Lacan oppose inconscient et
Ça c’est très fort parce qu’il est quand réel. Je disais qu'un jour, à peu près,
même sur le pas de faire de la avant de formuler l'inconscient est réel,
psychanalyse, qui est quand même une c'est-à-dire que dans sa construction, il
élucubration singulièrement chiquée, est déjà à jauger l'inconscient par
avec des éléments donc partout plus ou rapport au réel.
moins liés, enfin, chez Freud on voit ça, La fonction même du réel est
on l’admire d’avoir écrit sans cesse une distinguée par moi de ce que je crois
œuvre magistrale sur des années, mais pouvoir tenir avec certitude pour
enfin il a fait tout ça que parce qu’il l'inconscient - avec certitude parce que
n'était jamais satisfait par ce qu'il avait j'ai la pratique du terme d’inconscient,
trouvé. Il avait raison. C'est toujours n’est-ce pas.
bancal, c'est toujours pour, au fond, le Il recule quand même devant le mot
point de départ étant au contraire des de certitude. Au fond il le réfère avant
faits extrêmement ténus.
J.-A. MILLER, - - Cours n°5 – 13/12/2006 - 11

tout à la pratique, même pas à la puis dire.


pratique analytique mais à la pratique Alors nous avons la seconde
du terme d’inconscient. question, qui n'est pas tellement
« C'est dans la mesure, dit-il, où intéressante, sur la genèse ; mais c'est
l'inconscient ne va pas sans référence la réponse qui l’est. Il dit : - L'hypothèse
au corps que je pense que la fonction de l'inconscient a son support dans le
du réel peut en être distinguée. » trou de l'Autre de l'Autre, dans le fait
Donc, là, nous avons la notion qui que l'Autre de l'Autre n’existe pas.
était tout à l'heure mise en question ; Et il considère que c'est, là, placer
l'inconscient freudien a rapport au l'hypothèse au niveau, c’est placer
corps ; c’est de là que surgit la théorie l'hypothèse au niveau lacanien, si je
des pulsions et la fonction du réel puis dire. L'hypothèse de l'inconscient ;
faisant ici troisième. alors le mot hypothèse est tout à fait
Nous avons déjà dans les questions freudien, comme je l'ai déjà rappelé, à
qui vont suivre l'exemple de comment propos de l'inconscient. Freud ne se
Lacan manie ces trois termes, ces départ pas de la notion qu’il s'agit d’une
quatre termes avec le sinthome, et instance hypothétique.
comme il les bouge les uns par rapport Mais ici, nous avons l'hypothèse
aux autres. Il donne l’exemple dans ces lacanienne que ce serait ce trou dans le
questions qu'à un moment, réel que constitue l'absence de l'Autre
précisément, il a fait descendre le de l'Autre qui serait le support de
sinthome pour l'homologuer au réel. l'inconscient, alors que l'hypothèse
Dans les premières constructions de freudienne à l'envers, elle, c'est
Lacan, le sinthome apparaît comme suppose l'Autre de l'Autre, sous les
quatrième rond, supplémentaire, c'est- aspects du Nom-du-Père et ce Nom-
à-dire il y a les trois disjoints du du-Père qui est Dieu.
symbolique du réel et de l'imaginaire et Du côté Freud, il y a la notion d’un
il ajoute un quatrième qui les noue tout savoir, quand même modéré par
borroméenement. l'existence du trou qui fait que aucune
À la fin de l’année, au contraire, il a interprétation de rêves par exemple
ramené, comme il le dit : « j'ai baissé n’est jamais complète. Il y a quand
d'un cran le sinthome » ; il le baisse du même le trou de l’inconnu qui est
numéro quatre pour le ramener au réel préservé chez Freud. Mais enfin
et dire : le sinthome est réel. Et le pas admettons, ici Lacan oppose
suivant, nous l’avons dans son petit l'hypothèse lacanienne et l’hypothèse
« esp d'un laps » : l’inconscient est réel. freudienne.
Alors ? Je pense que le L’hypothèse lacanienne, c'est que
psychanalyste ne peut pas se l'inconscient est supporté par Il n’y a
concevoir autrement que comme un pas d'Autre de l'Autre ; donc il y a
sinthome. Ce n'est pas la psychanalyse toujours par l'existence de ce trou.
qui est un sinthome, c'est le L'Autre peut poser une vérité, mais il
psychanalyste. n’y a jamais un Autre qui est capable
Oui, vous remarquerez quand même de, enfin, il peut toujours y avoir un
que j’ai pu dire que ma question était Autre qui le vérifie ou qui le conteste
un peu agressive, mais vous mais il n’y a jamais de dernier. Il n’y a
remarquerez que je ne me suis pas jamais de parole ultime sauf si on
levé à ce moment-là pour dire : c’est décide de trucider le contradicteur, ce
tout faux par rapport à ce que vous qui est une pratique qu’on a longtemps
aviez dit avant. effectué - supprimer le contradicteur -
Il y a une fois où j'ai fais ça, une c’est une façon de faire tenir ensemble
année suivante et encore je l’ai dit très l'Autre de l'Autre.
gentiment, j'ai dis : ce n'est pas ce que D'ailleurs les sectateurs de Dieu
vous aviez dit avant ; qui était donc… sous leurs différents visages sont
enfin, j’avais quand même compris le toujours hantés par l’idée de, pour
régime de son fonctionnement, si je supporter l'Autre de l'Autre, Dieu
J.-A. MILLER, - - Cours n°5 – 13/12/2006 - 12

comme Autre de l'Autre sont toujours j’avais le temps j’aurai ici évoqué ce qui
tentés de fanatiser un petit peu les est une référence de Lacan, à savoir La
débats. Nous en avons des exemples grammaire de l’assentiment du Cardinal
multiples ces temps-ci. Newman, dont j’ai récupéré mon
L'hypothèse freudienne, donc, au exemplaire que j’avais prêté à mon ami
contraire de la lacanienne, c'est il y a Indart de Buenos Aires, qui s'était
Autre de l'Autre. intéressé aussi à cette référence. La
Alors c'est là que nous trouvons la démonstration du Cardinal Newman,
phrase : - C'est en cela que la c’est que on ne peut pas dire deux plus
psychanalyse, de réussir, prouve que le deux égal quatre, sans le bon dieu,
Nom-du-Père, on peut aussi bien s’en sans l'hypothèse Dieu.
passer. On peut aussi bien s’en passer Eh bien ici, c'est dans cette condition
à condition de s'en servir. que pour pouvoir lier S1 S2, il y a un
abîme à franchir et on le franchit avec
Nous avons la psychanalyse, si je l'hypothèse Dieu, si je puis dire.
puis dire, située au niveau de la réalité, En revanche, si on peut se passer
c'est-à-dire située au niveau où il y a du Nom-du-Père, il semble qu'on ne
fonctionnement et réussite. puisse pas se passer de l'analyste.
Ça, c'est pourtant le rêve, la rêverie
qui habite Lacan dans son « Esp d’un
laps » : que serait l’analyse si on se
S I passait d'un analyste, et si elle avait
lieu au niveau du parler, du parler pour
soi.
Alors, il va falloir que je ne prenne
S1 S2 le vrai que la troisième question avant de vous
lâcher.
Réalité La troisième question où on pose à
Lacan la question de l'acte de parole -
Chaque acte de parole, coup de force
Et, c'est pour ça que Lacan, au
d’un inconscient particulier, n’est-il pas
départ, enfin la question précédente,
collectivisation de l'inconscient ?
répond que la psychanalyse n’est pas
C’est une question fort bien posée.
un sinthome, c'est-à-dire qu'elle n’est
- Si chaque acte de parole - répond
pas de l'ordre du réel.
Lacan - est le coup de force d'un
Ce qui vérifie cette interprétation,
inconscient particulier - et il reprend le
c’est qu'il la met dans cette, la petite
mot coup de force qui est en effet tout à
incise de réussir montre qu’il la met au
fait dans la veine du coup de pouce et
niveau de la réalité et pas au niveau du
du forçage - il est tout à fait clair que
réel. Toute la fin de l’enseignement de
chaque acte de parole peut espérer
Lacan est de cet ordre. C’est une
être un dire.
psychanalyse qui est baissée d'un cran,
Alors, en principe il vient là, ici l’acte
pour prendre son expression : la
de parole, issue particulier, peut
psychanalyse est baissée d'un cran au
espérer être un dire.
niveau de la réalité. Et c'est au niveau
de la réalité qu'elle fonctionne.
Alors on peut aussi bien s’en passer
parce que ce dont on a besoin c’est de
la relation minimale d’un signifiant et
d'un Autre qui embraye. L'hypothèse
Dieu, au fond, est superfétatoire, à
.. A
condition de s'en servir ; on s'en sert acte dire
sous les espèces où on franchit l’abîme de
entre S1 et S2, et que déjà franchir cet
abîme, ça demande un acte de foi et si
parole
J.-A. MILLER, - - Cours n°5 – 13/12/2006 - 13

C'est-à-dire être dans l'Autre soumis Et, nous avons ici la grande
aux règles d'une logique. Et par là réponse : voilà la politique lacanienne.
même peut se révéler contradictoire. J'attends, c'est-à-dire je ne force pas
Le dire aboutit à ce dont il y a la les choses, j’observe, elles suivent leur
théorie, à savoir une théorie de la cours, mais je n'espère rien, comme ça
contradiction. je ne suis pas déçu.
À partir du moment où l'acte de C'est la grande parole politique, la
parole singulier devient un dire, alors il formule de politique lacanienne.
peut être pris dans les réseaux et les De la même façon, la négation que
ramifications d'une logique qui le vérifie Lacan apporte à la question, question
ou qui l’invalide. neuf - Est-ce que vous êtes
Alors, son doute, le doute qu'il émet, anarchiste ?
c’est, au-delà de la question qui lui est Qui est peut-être dûe au fait que
posée, c'est : est-ce qu’il peut y avoir Lacan évoque l'inconscient comme
une réalité révolutionnaire ? Question sans loi, donc le réel comme sans loi.
qui occupait beaucoup de monde à Donc peut-être que quelqu'un en avait
l'époque. Et on comprend qu'à partir du vu qu'il était anarchiste. Lacan
moment où on définit la réalité par le répond : - Sûrement pas.
fonctionnement, on ne peut que nier C'est-à-dire qu'il est quand même
qu'il puisse y avoir une réalité persuadé qu'il est inévitable que se
révolutionnaire. répète une réalité qui fonctionne.
Au contraire, dès qu'il y a rupture de
réalité, où un nouvel ordre s’amène qui Eh bien j'arrête là-dessus et s'il vous
dit aussitôt : première chose à faire, plaît, je crois qu'on a annoncé que
faire fonctionner. C'est l'exemple c’est : j'allais faire cours dans une semaine,
- au travail tout le monde ! C’est parce trois jours avant Noël. Pas du tout. Je
qu’il y a la révolution qu'il faut se la ne serais pas là la semaine prochaine.
couler douce. Ce mot, c'est simplement En revanche je serai là le 10 janvier
la traduction de ce qu'exige une réalité, et j’espère commencer par un autre
à savoir que ça fonctionne. angle que celui-ci.
Il y a là, donc, le discours commun
des grands réalistes. C'est de toute À bientôt.
façon d'ordonner, d'ordonner la réalité,
de la mettre en fonctionnement, de la
remettre en fonctionnement. Quand on
ne le fait pas, par exemple quand on
démolit d'abord les autorités d'un pays
et qu'ensuite on ne répare pas les Fin du Cours V de Jacques-Alain Miller
canalisations, les turbines, l’électricité, du 13 décembre 2006
etc., on obtient alors une présence de
chaos, dont nous avons le récit ces
jours-ci tous les jours, une gadoue sans
nom, ce qui fait que personne ne dit
que c'est une réalité révolutionnaire et
tout le monde attend le maître qui
remettra ça en fonction.
D'où le scepticisme de Lacan sur
tous ses espoirs de révolution. Il le dit
également à la question six, on lui
demande : - Que pensez-vous du
remue-ménage contradictoire qui
s'effectue depuis quelques années en
Chine ?
- J'attends. Mais je n’espère rien.
C'était bien vu, il faut dire.
Cette idée d'inconscient réel,
certainement à manier avec précaution,
on ne s’y égale qu’à ses dépends. Ça
Orientation lacanienne III, 9. fait une drôle de grimace dans la
psychanalyse, l’inconscient réel.
Pour amener ça, cette notion, la
situer dans un couple d’oppositions, il a
fallu que je m’empare de ce que Lacan
Jacques-Alain Miller avait soigneusement voilé dans une
incise et ce petit écrit, qui est sans
Sixième séance du Cours doute le dernier publiable, de sa plume,
que j'intitule de « L’esp d'un laps ».
(mercredi 10 janvier 2007) Dans cette incise, Lacan invite à ce
qu'on le suive, dans sa définition de ce
qu'est l’inconscient, soit, réel.
VI Ça fait trou dans son enseignement,
c'est même un trou par quoi tout son
enseignement est susceptible de
s'évacuer. Il n'a laissé à personne
d'autre le soin de creuser ce trou-là,
même s'il l’a assez soigneusement
Il y a un signifiant qui insistait dans dissimulé. Cette définition s’enlève sur
ce que je vous ai dit au début de cette le fond d'une solitude du sujet.
année et qui est le signifiant de Ça se dit rapidement. Et ça porte
solitude. pourtant des échos profonds, quand on
C'est ce qui explique sans doute la tente de s’y égaler.
satisfaction qui a été la mienne durant Le sujet de Lacan est en exergue,
ce temps qu'on appelle de vacances, et en illustration. La solitude c’est Freud :
où j’ai pu jouir de cette solitude en un solitaire, dit-il, théoricien
dehors de tout théâtre, car c'est ici un incontestable de l'inconscient.
théâtre où depuis des décennies Quel adjectif, ça, incontestable.
j’apporte un monologue. Ça n'est pas Ça ne veut pas dire qu'il ait été
parce que je parle seul, et à moi-même, incontesté, loin de là et on parle encore
que c'en est moins un spectacle. de lui très fort en ce début du XXI°
C'est ce qui explique sans doute qu'il siècle, mais pas toujours pour en dire
m’ait fallu, pour en revenir, de la du bien.
solitude, un temps que j’appellerai de Incontestable, ça veut dire au moins
plus-de-solitude. Il m'a fallu un plus-de- qu'on se fiche précisément de ce qui
solitude pour répondre présent à cette peut le contester. Les autres, ça ne
requête qui est la vôtre et qui ne cesse compte pas.
pas. C’est de ça qu'il s'agit, de s'installer
Voilà que j'y introduis, cette année, en un point, à une place, à un poste, où
j'aurais tout lieu d’en être content les autres, ça ne compte pas.
puisque j'en ai eu les meilleurs échos, y C'est comme si je le découvrais,
compris les lointains, puisque la voix après m'être supporté de longues
que je fais entendre porte par années à faire l'acteur. À vrai dire, si
l'intermédiaire de tous ces appareils, de Freud est un exemple illustre d'une
ceux qui les disposent et qui ensuite solitude, alors qu'il a eu des cohortes
s'échinent à déposer sur le papier, pour le suivre, il y en a un autre
enfin, sur le papier ! à numériser mes d'exemple illustre, dans la
dits, pour les envoyer tous azimuts. psychanalyse, d'un solitaire : Lacan lui-
J'ai introduit la différence de même qui se présentait ainsi, au
l'inconscient transférentiel et de moment de créer ce qu'il appelait, si
l'inconscient réel. Et sans doute fallait-il sympathiquement, une École. C'est-à-
que subjectivement j'en porte le poids. dire qu’il se badigeonnait lui-même de
J.-A. MILLER, III, 9 - Cours n° 6 - 10 Janvier 2007 - 2

colle, pour qu’apparemment ça lui Et puis, à l’occasion, régulièrement,


tienne compagnie. voulait Freud, on serait allé remettre ça,
Il se présentait ainsi à ce moment-là pour une tranche, goûter un peu de
- je le cite : « Aussi seul que je l'ai nouveau à l'inconscient transférentiel.
toujours été, dans ma relation à la Là, l'autre solitaire, Lacan, a imaginé
cause analytique. » de proposer une autre voie, celle qui
Ça met les analystes, les freudiens, consisterait à établir une relation à la
les lacaniens, dans la position que cause analytique. C'est ce qui se
l'histoire vérifiera toujours davantage, dessine, toujours orienté, c'est ce qui
de parasites, parasites de solitude. se dessine comme la passe bis.
Celle-là est orientée en sens
À ces deux termes, de l'inconscient contraire, de l'inconscient réel à
transférentiel et de l'inconscient réel, il y l'inconscient transférentiel.
en a un troisième qui s'ajoute, me
semble-t-il. Enfin, l’ajout est là, fait un
la passe bis de l'ics réel à l'ics tranférientiel
effet de sens, c'est la passe.
La passe, à l’orienter, de
l'inconscient transférentiel à Mais attention, pas un nouveau
l'inconscient réel. transfert pour un analyste. Un transfert
à l'analyse, pour ce que ça peut vouloir
dire, le transfert à l'analyse.
la passe de l'ics tranférientiel à l'ics réel
C’est en tout cas la valeur que
Lacan a donné un peu plus tard à ce
La sortie de l'inconscient qu'il appelait, en 1964, la relation à la
transférentiel, c'est un moment que cause analytique.
Lacan a appelé la passe, un moment En 67, il a voulu définir pour chacun
où se transforme radicalement le la voie qui était la sienne, la voie de
rapport à l'analyste, au compagnon solitude qui avait été, selon ses
analyste, ce soi-disant bon samaritain. déclarations, la sienne. Alors il a
Liquidation, comme on dit, mais inventé de superposer à la passe la
comme le répète Lacan, même entre passe bis, pour soulager sans doute du
guillemets, parce que si inadéquat qu'il poids que comporte l'inconscient réel.
soit, ce mot de liquidation dit tout de
même quelque chose, liquidation du
la passe bis de l'ics réel à l'ics tranférientiel
transfert pour. Liquidation du transfert
pour, à entendre pour l'analyste, avec
le cortège d'affects qu’il emmène et où
La passe bis, c’est l'envers de la
comme on l’a su très vite, s'inscrit aussi
passe. Ça suppose franchit un point de
bien la haine que l'amour.
rebroussement, pour le dire en termes
Béni soit l’affect quand il est
topologiques. Ça n’est pas un retour au
d’indifférence.
statut quo ante, dans l'idée que Lacan
C'est là, dans ce moment, que
en propose, et c’est à l'histoire à vérifier
s'inscrit de façon la plus claire la
ça. C'est à moi, puisqu’elle n'a porté la
fonction de l'esp d'un laps, celle où le
passe bis que là où Lacan a été suivi.
lapsus, formation de l'inconscient, n'a
Il n’est donc pas du tout sûr qu'elle
plus aucune portée de sens ou
permette de faire l'économie d'un
d’interprétation. C’est alors qu’on peut
transfert pour un analyste, puisque
parler de la sortie d'inconscient
Lacan en était un. Et encore, tous ceux
transférentiel.
pour qui les propos de Lacan ont eu
On a pensé, avec Freud, et après
leur incidence, dans leur vie et dans
Freud, qu'une fois fermée cette
leur pratique, tous ceux-là ne l’ont pas
parenthèse, on avait pourtant à
suivi dans ce rebroussement.
continuer de s'analyser, sans analyste,
C’est dire à quel point, quand nous
dans la solitude.
en parlons, nous évoquons une
J.-A. MILLER, III, 9 - Cours n° 6 - 10 Janvier 2007 - 3

expérience limitée, toujours précaire. passeurs, à faire fonction d'écran.


En définitive il en a peut-être dit le Le jury, derrière, n'est pas censé voir
plus long là-dessus dans ce texte bref ni entendre, ce que déclare le passant
que j’évoque de « L'esp d'un laps ». Il a tout seul, ce qu’il déclare à des
un mot que j'ai souligné pour qualifier passeurs qui sont des spectateurs, qui
l'opération de la passe bis : sont aussi des critiques de théâtre et
hystorisation. qui sont aussi des plaques sensibles.
Le jury interroge sur ce que ça leur a
fait, d’en avoir entendu un, qui serait
la passe bis de l'ics réel à l'ics tranférientiel
parvenu à l'inconscient réel.
hystorisation
C’est cum grano salis, que la passe
bis peut être dite une épreuve de vérité.
L'épreuve de vérité, c'est l'analyse,
Une histoire hystérisée.
on essaye, on y essaye de dire le vrai
Une histoire qui est un processus,
et le compagnon analyste est là pour
processus d’hystorisation
vous inspirer une certaine passion de
intersubjective, si je puis dire. La passe
dire vrai.
bis, ce serait l’hystorisation de votre
La passe bis, si c’est une épreuve
analyse, pas seulement dégager une
de vérité, la différence, c'est qu’ayant
logique qui serait le métalangage de
atteint à l’inconscient réel, on est
votre analyse. Si Lacan dit hystorisation
supposé savoir que la vérité est un
avec un y, c’est bien parce que il ne
mirage, que de la vérité, seul le
s’agit pas d’objectivation.
mensonge est à attendre, dit Lacan.

y Le mensonge n’est pas une


objection à la vérité, c'est seulement
dans la dimension de la vérité que le
mensonge a sens. Le sens de la vérité
C’est aussi un théâtre. Il s’agit
et du mensonge, c'est ce qui s’éteint au
d’élaborer comment dans mon analyse,
terme nommé inconscient réel.
j'ai pu faire du sens avec du réel et
Donc on n’attend pas dans la passe
donc, à l’occasion, nécessairement en
bis un témoignage sur le vrai de vrai.
bouchant les trous qui séparent les
Ça, ce serait un mirage.
bouts, afin tout de même au bout de se
Rien ne dit que ce mirage n'ait pas
faire applaudir.
eu lieu dans l'histoire de la passe. Le
La passe bis, si elle se situe en ce
témoignage attendu, c’est comment
point de rebroussement, elle s’élabore
quelqu’un dans son analyse a su y faire
dans la solitude. C'est cette solitude qui
avec la vérité menteuse. Comment il s'y
perce dans la formule que l'analyste ne
est abandonné, englué et, on espère,
s’autorise que de lui-même.
extrait, nettoyé.
L'invitation est faite à chacun de
En tous les cas le mirage de la
rejoindre Freud et Lacan dans leur
vérité, dit Lacan, a un terme. Le terme
solitude.
de l'inconscient réel, qui se voit, qui
L’hystérisation se supporte de cette
s'apprécie, a – je cite – la satisfaction
solitude même si elle s'effectue avec
qui marque la fin de l’analyse.
des parasites. Des passeurs, deux au
final, qui viennent en ambassade
auprès de l'impétrant et qui la passe de l'ics tranférientiel àl'ics réel
transmettent à un jury mis sur pied
dans la fameuse École.
C'est le théâtre de la passe. Au fond il n’y a pas de façon plus
Or les passeurs, ce sont, si l’on veut, sobre, plus délicate, de le dire. Il y a fin
des messagers ; ils vont transmettre, de l'analyse quand il y a satisfaction.
mais cette transmission il est Ça suppose sans doute une
essentielle qu’elle soit indirecte, c'est-à- transformation du symptôme, qui,
dire qu'ils sont aussi bien, ces d'inconfort, de douleurs, délivre la
J.-A. MILLER, III, 9 - Cours n° 6 - 10 Janvier 2007 - 4

satisfaction qui, depuis toujours, signifiante est bien ce qui est à mettre
l'habitait, l’animait. en question. La finalité signifiante, c’est
Le critère, c’est de savoir y faire celle qui invite à donner portée de sens
avec son symptôme pour en tirer de la ou interprétation aux formations de
satisfaction d’où la thèse, que Lacan l'inconscient et elle suppose qu’il y a
formule dans son « Esp d’un laps », par en dessous une vérité qui cherche
selon quoi l'analyse préside à une à se faire entendre, à percer. C'est de
urgence. Ça va plus loin que de mettre en question la notion même de
coordonner l'analyse à une demande. la finalité signifiante des formations de
Ce que du point de vue du l'inconscient que Lacan isole alors
symbolique on appelait demande, c’est l'inconscient réel, qui est un inconscient
en fait la requête d’une urgence. Et sans le refoulement.
c'est ce qui se jauge aux entretiens
préliminaires — est-ce qu’il y a ou non
urgence de satisfaction ? Est-ce que le la passe de l'ics tranférientiel à l'ics réel
sujet en est au point de ne plus savoir
rien faire avec son sinthome, que de la
souffrance. Et c’est de là que l'année suivante,
Joyce, à qui Lacan a consacré d'une démarche nécessairement
l'énigmatique Séminaire d'une année, trébuchante, Lacan se proposait, dans
avait refusé l'analyse, n’empêche son Séminaire de L'une bévue - je ne
Lacan de lui décerner d'illustrer au donne que le début du titre - dans son
mieux ce qu'on peut attendre d'une Séminaire dit de L’une bévue, il se
analyse et de sa fin, c'est-à-dire d'avoir proposait d'élaborer quelque chose qui
su y faire de telle façon avec son va plus loin que l'inconscient.
sinthome qu’il en a en effet tiré la
satisfaction de ses jours et la l'une-bévue
perspective d'immortaliser son nom
propre, en ajoutant cette précaution C'est ce qui le retiendra jusqu'à son
que répète Lacan, énigmatiquement — dernier souffle et c'est là qu'il faut, je ne
qu'il n'y a pas d’éternité. dirais pas se familiariser, mais élaborer
Là, nous sommes rappelés à la ce qui, pour Lacan, était le hiatus, la
structure temporelle qui gouverne faille entre le vrai et le réel.
l'inconscient et qui ne permet pas de Le vrai, c'est ce qu'on croit tel,
s’abîmer dans aucune contemplation pouvait-il dire dans ce Séminaire de
de combinatoire suspendant le temps. L’une bévue et ce qui rayonne de
Dans le dernier chapitre du l'autre côté c'est l'idée du réel comme
Séminaire du Sinthome, Lacan évoque dénoué de toute croyance.
ce qui serait la faute de structure Comment la définir cette croyance ?
présente chez Joyce nécessitant une Je dirais mensonge en actes, qui a des
correction, un raboutage, qui est son effets.
symptôme même, et qui passe par La foi et même la fois religieuse, dit
l'écriture. Lacan, voilà le vrai, qui n'a rien à faire
Sur le concept de la faute, qui n'a avec le réel. Et, il va jusqu'à formuler de
rien à faire ici avec la culpabilité, il la psychanalyse qu’elle est la forme
indique ce qui est la loi de toute moderne de la foi religieuse.
interprétation, qu’il y a derrière tout Ceci demande à être resitué là où
lapsus une finalité signifiante. S’il y a un cette phrase est à sa place, à savoir au
inconscient, dit-il, la faute tend à niveau de l'inconscient transférentiel.
exprimer quelque chose, quelque
chose que le sujet ne sait pas et qui
pousse pour se révéler. la passe de l'ics tranférientiel à l'ics réel
C'est précisément de ce point, je
crois, qu'il rebondit dans son petit écrit Cet inconscient transférentiel qui est
final de « L'esp d’un laps ». La finalité
J.-A. MILLER, III, 9 - Cours n° 6 - 10 Janvier 2007 - 5

accroché par Freud à rien d’autre qu'au


Nom-du-père.
Le vrai, ce vrai là, ce vrai de
croyance, est, dit Lacan, à la dérive
quand il s'agit du réel. On va revenir sur
ce à la dérive qui n'est pas sans écho
du côté de la pulsion, et nous pouvons
déjà l'assigner à ce dont il s'agit dans la
passe bis.
Elle suppose sans doute de faire la
différence du vrai et du réel et
d'élaborer la dérive du vrai, de mesurer
ce qui a fait fonction de vérité dans
votre analyse, au regard du réel qu'on
s'employait incessamment à éteindre
ou à voiler. Mesurer le vrai au réel.

Bon, la dernière fois je me suis


interrompu au milieu des questions
auxquelles Lacan s'était exercé à
répondre dans le chapitre IX du
Séminaire du Sinthome, j'y reviendrai et
j'essaierai de montrer comment, du
point où nous sommes, nous pouvons
réordonner les concepts fondamentaux
de la psychanalyse.

À la semaine prochaine.

Fin du Cours VI de Jacques-Alain Miller


du 10 janvier 2007
pas. On pourrait dire que ça répète ce à
quoi on s’astreint dans une analyse,
considérée de cette perspective ultime.
Orientation lacanienne III, 9. Et comme j’ai déjà pu le constater
jadis, prendre la roue de cette curieuse
logique ne va pas sans être poussé à
adopter la si étrange position
d'énonciation de Lacan, où on fait
Jacques-Alain Miller attention à ce qui résonne, de ce qu'on
exprime.
Septième séance du Cours C'est ce qu'on retient d'ailleurs, je
m'en aperçois aux témoignages qu'on
(mercredi 17 janvier 2007) m’en donne. C'est parfois un vocable
que j'ai lâché qui pour l’un ou pour
l'autre fait un petit affect et établit alors
VII brusquement un rapport, une
communication, entre là ma bouche qui
articule et puis le siège de vos affects.
Je ne prends pas comme un fait de
hasard que le dernier texte écrit que
nous ayons de Lacan, publié - je me
Je me suis laissé aller, la dernière garde de dire que c'est à jamais le
fois, à un certain pathos, un certain dernier du texte, on ne peut pas exclure
pathétique de la solitude. Plus qu'on retrouve autre chose, une préface
exactement, à y réfléchir, ce pathos, qui faite pour telle édition étrangère qui
n'était pas tellement ma manière, moi aurait échappé à la vigilance. Mais
qui suis plutôt, qui était plutôt porté aux enfin je ne prends pas comme un fait
mathèmes, ce pathos m’a emporté. de hasard que ce texte de « L’esp d’un
C'est moi qui suis joué. Je ne joue laps » ait été donné comme la préface
pas. du Séminaire XI de Lacan.
Sans doute on ne passe pas Séminaire XI qui avait pour titre
impunément à l'envers de Lacan, à initial Les fondements de la
l'envers de son enseignement. psychanalyse et que les auditeurs ont
Il y a les fondements qui tremblent, il transformé dans l'intitulé des Quatre
y a même un certain effet de panique. concepts fondamentaux de la
On se demande ce qui reste et ce qui psychanalyse que Lacan a ensuite
reste on l'appelle, avec lui, des bouts adopté.
de réel. En effet, ce sont ces fondements-là
Ce passage à l'envers, on doit en qui sont ébranlés et qui nous font voir
plus le faire, s’y avancer, à partir de ce cette expérience analytique qui, pour
qui n'est pas beaucoup davantage que beaucoup ici, est de routine, sous un
des bouts de réel. Ça ne se prête pas jour inédit.
beaucoup à l'interprétation, le moment Inédit et pourtant - les témoignages
qu'on reçoit ça. m'en viennent - et pourtant qui dit
Et même, quand on lit, quand on quelque chose qu’on a à peine à
déchiffre ce dernier Lacan, ça ne fait formuler mais qui dit quelque chose de
pas trop sens, ça a beaucoup de ce qu'on en éprouve, d'un côté et de
difficultés à faire sens et on se retrouve l'autre.
à s'exercer à ça, à tenir un discours Je me souviens de ces Quatre
continu, argumenté, avec de jolies concepts fondamentaux tels que Lacan
symétries. On en met un coup pour les alignaient et les traitaient
historiser cette histoire là. successivement – inconscient,
Donc on éprouve ce que c'est que répétition, transfert, pulsion.
de fabriquer une histoire avec des
morceaux de ce qu'on ne comprend
J.-A. MILLER, - Cours n°7 – 17/01/2007 - 2

donnée primitive de la psychanalyse


ics - répétition - transfert - pulsion telle qu'il a entrepris il y a bien
longtemps de la réviser, de l'actualiser,
Ce que semble indiquer la préface une donnée primitive, c'était l'Autre,
ultime de ce Séminaire, c'est que ces qu'on lui mette, à ce mot, une
termes sont à joindre deux à deux - majuscule ou non.
inconscient et transfert, ça nous donne C'était le fait premier sur quoi on
l'inconscient transférentiel, et puis la tombe dès lors qu'on parle du langage
connexion de la répétition et de la comme fonction de la communication
pulsion qui tourne autour de la notion, de l'un à l'Autre et on s’émerveille
déjà mise en valeur, du réel. comme avec ce point de départ, qui se
présente comme des énigmes ou des
apories chez Freud, vient à trouver ce
qui semble être une juste place.
Symbolique, imaginaire, réel - c'est
ics - répétition - transfert - pulsion la psychanalyse pensée à partir du
symbolique. Et lorsque Lacan, cahin-
cahin introduisait son stade du miroir,
Et donc on pourrait vouloir réarticuler c'était déjà en donnant à l'image des
les Quatre concepts fondamentaux vertus symboliques.
pour dégager l'opposition de Cette primauté de l'Autre, elle se
l'inconscient transférentiel et de marque au plus profond de l'identité du
l'inconscient réel. sujet, elle la constitue. On peut même
dire que Lacan s'évertue à unilatéraliser
du côté de l'Autre tout ce qui est pour le
sujet constituant.
ics - répétition - transfert - pulsion Et c'est ainsi que son Autre apparaît
souvent singulièrement enflé, c'est un
véritable dépotoir, un capharnaüm. Plus
Enfin, si ce terme n'a pas tenu dans l'Autre grossit, plus le sujet s'amincit,
l'enseignement de Lacan, l’inconscient plus il se vide. C'est un tour
réel, c'est que la marque freudienne est extraordinaire, si l’on veut, et qui fait
trop puissante sur le terme d’une catégorie de Freud, en fait le
d'inconscient pour qu'on puisse ainsi le pivot de l'identité du sujet, la catégorie
qualifier de réel. de l'identification, qui est un de ces
L'inconscient, comme freudien, c'est mots de Freud qui a galopé bien plus
un inconscient qui a sens et qui loin que le discours analytique. Ça s'est
s'interprète alors que dans le terme de mis à parler à tout le monde, c'est
réel, sens et interprétation s'éteignent. même ce qu'on entreprend à l’occasion,
Et c'est pourquoi, je le suppose, je le de manipuler dans la rumeur qui monte
construis, Lacan a fait l’impasse sur de ce qu'on appelle une campagne
l'inconscient réel pour, l'année suivante, électorale, où il est permis de mentir à
s'essayer à proposer - comme il peu près impunément. On invite, enfin,
s'exprime - quelque chose qui aille plus on invite les petits enfants à s'identifier
loin que l'inconscient. à leurs parents et pour faciliter cette
Ce quelque chose, à vrai dire, il ne identification, on vous explique
l’a pas nommé. Et donc nous lui d'ailleurs qu'il faut bien les payer ces
gardons ici ce pseudonyme parents, correctement, on dit ça.
d'inconscient réel. C'est le réel tel que Comme ça eux aussi deviendront, c'est
l’appellent les labyrinthes, les ce qu'on attend, des salariés corrects.
tourbillons, les embrouilles, dont est fait L’identification est là, par exemple.
ce qui se présente comme une quête, Chez Freud, plus sérieusement,
dans une analyse. dans le chapitre de l'identification qui
Au fond, j'ai parlé d’effet de panique figure dans sa Massenpsychologie, sa
de cet envers de Lacan parce qu'une Psychologie des masses et analyse du
J.-A. MILLER, - Cours n°7 – 17/01/2007 - 3

moi, comme on sait, il en distingue trois


modes, de cette identification. - Père S'
Et Lacan, l'année qui suit « L’esp
d’un laps », séjourne un moment sur -S
ces trois modes. Le premier, mis à part q
par Freud comme étant à proprement
-S
parler de l'ordre de l'amour,
l'identification au père. Et cette Eh bien dans l'envers de Lacan, où
identification au père étend ses ailes l'Autre est destitué, où le sujet est
sur l'ensemble du domaine de la pensé à partir du réel, du symbolique et
psychanalyse. C'est vraiment, comme de l’imaginaire comme étant ces trois
le dit Lacan, ce qui la fait tenir consistances ; d'ailleurs j'ai tort de dire
ensemble et même ce qui fait de la le sujet, ça n'est plus le sujet, ça n'est
psychanalyse une version de la plus le sujet du signifiant, ça n'est plus
croyance religieuse. Il en dégage, en le sujet de l'identification, c'est l'être
effet, ce que la stabilité du humain qualifié de parlêtre.
fonctionnement de la réalité doit à Voilà ce qui reste de la primauté du
l'amour du père. langage. À la place de l'Autre, il y a un
Deuxièmement, l'identification tout autre principe de l'identité, sur quoi
hystérique. Je pourrais dire Lacan ne donne que des aperçus
l'identification participative (rires), fugitifs.
participative à la vie d'un autre sujet,
qualifié avant tout par son manque.
Autre
- Père À la place de l'Autre, le corps. Pas le
-S corps de l'Autre, le corps propre,
comment on s'exprime. Et je dirais
C’est là que nous pouvons repérer même, il faut bien créer quelques noms
l'opération d'hystérisation, pour s'y retrouver, dans l'histoire qu'on
d’hystorisation comme s'exprime Lacan essaye de raconter à propos de ces
dans « L’esp d’un laps. » bouts de réel, c'est L’Un-Corps.
Participer à l'histoire, c’est participer
sous le second mode d’identification. Et L'Un-Corps
enfin, comme vous le savez, Autre
l'identification au trait unaire, je ne vais
pas mettre S1 que je vais plutôt
réserver au premier mode, je vais D'où tout ce qui se trouvait investit
mettre Sq signifiant quelconque, ce trait dans le rapport à l'Autre est ici rabattu
unaire, puisque Freud le souligne et on sur la fonction originaire du rapport au
peut même, ce trait, l’emprunter à une corps propre. Dont il y a idée, idée
personne qui vous est indifférente, tant comme de soi-même, et pourquoi
que c’est un Autre. Lacan reprend le vieux mot freudien de
ego.
La définition de ce que vous êtes
- Père S1 comme ego, Lacan prend soin de
-S souligner qu'elle n'a rien à faire avec la
définition du sujet qui passe par la
q représentation signifiante. L'ego, lui,
-S
s'établit du rapport à l’Un-Corps.
Eh bien, voilà les trois modes de Là, il n'y a pas identification, il y a
l'altérité à laquelle s'identifier. appartenance, propriété. Ça ne se
divise pas sur les modes, là, du goût de
trait unaire si je puis dire. Ça ne vise
pas le point de manque de l'Autre sujet.
J.-A. MILLER, - Cours n°7 – 17/01/2007 - 4

Et ça a bien à faire avec l'amour et ce ce que je vais dire - une puissance de


n'est pas l'amour du père sinon l'amour l'ordre de l'imaginaire. Tout ce que
propre, au sens de l'amour de l’Un- nous pensons - page 92 - dit Lacan,
Corps. nous en sommes réduit à l'imaginer.
C’est la formule de Lacan page 66 Seulement nous ne pensons pas
du Séminaire du Sinthome - Le parlêtre sans mot et voilà établit le sens entre
adore son corps. imaginaire et symbolique.
Et, je dirais c'est ce qui vient à la Le sens dont Lacan fait usage du
place, c'est le plus sûr de ce qui vient à concept dans son Sinthome et dans
la place des trois modes de son texte ultime - le sens est, je dirais,
l'identification. Or Lacan, je l'ai dit un ambigu d’imaginaire et de
naguère, insiste, tourne autour de cette symbolique. Il y faut des mots mais ce
propriété du corps - On ne l’est pas, on qui fait fonction de contenu est
l’a. Il l’a écrit. emprunté à l'imaginaire du corps, et de
On trouve ailleurs que cet avoir n'est telle sorte que, des trois catégories du
qu'une croyance, croyance d'avoir son réel, de l'imaginaire et du symbolique ;
corps comme un objet disponible. Mais, les deux, imaginaire et symbolique,
c'est bien du côté de l'avoir plutôt que sont réunis pour produire le sens. D'où
de celui de l’être que se pose ainsi l'Un- l'opposition, elle, binaire qui semble
Corps. dominer l'envers de Lacan, entre réel,
Et cet Un-Corps, dit Lacan, à peu le réel et le sens.
près, puisqu'il ne dit pas ce vocable de
Un-Corps - l’Un-Corps est la seule Semblants
consistance du parlêtre. Voilà qui, d'une
phrase, réduit toutes les moires de ce
dépotoir de l'Autre majuscule. L’Un- R I Sy
Corps comme seule consistance. Et on
comprend que c'est ce qu'il faut que
l’être humain apporte en analyse.
Après tout, s'il n'y avait que la parole réel V sens
en cause, on ne voit pas pourquoi le
téléphone ou Internet ne seraient pas C'est une réduction du ternaire qui
des médias appropriés. On pourrait dire est déjà, il faut dire, posée, esquissée,
que l'expérience analytique impose de martelée, dans le Séminaire de
donner au corps une fonction plus l'Éthique de la psychanalyse où par
relevée que celle que lui assignait la rapport à la Chose Lacan met du même
psychanalyse pensée à partir du côté l'imaginaire et le symbolique,
symbolique. comme autant de semblants.
Consistance, c'est là que ça se D'où, aussi bien, la notation que
complique, Lacan ajoute mentale, par chez Freud les rapports du symbolique
quoi je comprends : non pas physique. et du réel sont forts ambigus.
Physiquement le corps fout le camp Et enfin, page 101, la question qui
à tout instant, dit Lacan. Il se défait. Il se lève, quand Lacan suppose - je le
subsiste le temps de se détruire, mais il cite - si tant est que l'inconscient soit
ne s'évapore pas. Voyez tout ça réel, - là nous sommes tous près de la
page 66. fameuse incise de « L’esp d’un laps », -
Pour dire que sa consistance est si tant est que l'inconscient soit réel,
mentale, c'est établir le lien le plus étroit comment savoir si l'inconscient est réel
entre cet Un-Corps et non pas le ou imaginaire ? Il participe d'une
symbolique mais bien l'imaginaire. D'où équivoque entre les deux.
la thèse : l'adoration de l’Un-Corps est Et nous voyons ainsi l'impeccable
la racine de l'imaginaire. Et la pensée ordonnance des trois se compliquer
ne fait que répercuter l’adoration de d'ambiguïté et d’équivoque au point que
l’Un-Corps. Lacan peut dire que chez la plupart,
La pensée, dont Lacan fait – qu’est-
J.-A. MILLER, - Cours n°7 – 17/01/2007 - 5

réel, imaginaire et symbolique passent distance du foyer brûlant de ce


l’un dans l’autre, se confondent. Et que Séminaire, de ne faire que tourner
en face, la distinction absolue que nous autour. À ce moment-là, j'ai déployé
pensons y introduire, c’est l’effet de toutes les astuces et les bonheurs du
l'ordonnance qu'on y met. C'est déjà symbolique. J’ai signalé, donc, ce qu’en
une fabrication, une fabrication, si je passant Lacan évoque, à propos des
puis dire, mentale, conceptuelle. rapports du réel et du vrai, du terme
À vrai dire Lacan emploie d'une heideggerien de Echt.
façon souvent synonyme avec sens, le
terme du vrai. Et sous le ternaire réel, Echt
imaginaire et symbolique s'installe la
problématique des rapports entre le Je suis même allé rechercher dans
réel et le vrai. Être et temps ce qui pouvait être là sa
référence, je l'ai trouvé dans le
Semblants chapitre 60.
Être, c’est l’authentique terme pivot
du jargon d’Heidegger, pour parler
R I Sy comme Adorno. Authentique, c'est là
que Lacan voit la faiblesse de
Heidegger, son échec L'authentique, ce
serait le point de concours du vrai et du
réel V sens réel, un vrai réel. Et il faudrait savoir,
vrai enfin, se fermer au faux réel pour
s'ouvrir au vrai réel. C'est la
gymnastique qu'impose le point de vue
Alors du côté du réel et du sens, existentialiste.
Lacan définit, aussi clairement que Toute la question est là, c’est que s'il
possible, le réel par l'exclusion de tout y a un vrai réel, il y en a aussi un faux.
sens. Et c'est même la façon la plus Le vrai appelle le faux, le suppose,
simple de saisir pourquoi nous comme la vérité passe dans le
sommes, là, dans l'envers de Lacan. mensonge. C'est ce qui qualifie toute
L'enseignement de Lacan, au fond, énonciation. C'est ce qui aussi bien
s'est élevé sur une conception d'une empêche d'évacuer la question de
analyse comme construction de sens. l'inconscient lui-même comme menteur.
Et c'est même ce totalitarisme du sens Ce qui, dans les premiers temps où on
qui a appelé par des voies diverses la se coltine la théorie de la psychanalyse,
limite posée par le réel. vous fait tomber dans les pommes. À
La formule à quoi Lacan s’arrête, à quoi croire si l’inconscient lui-même est
ce propos, est exactement celle-ci : Le menteur ?
réel est ce qui se dépose d’exclure le Il faut oublier que, précisément, là où
sens. ça parle, ça ment, ça ment et puis ça
Le vrai, dirais-je, suppose le sens. ne s’y retrouve pas, d’où la propriété
Mais il entraîne aussi bien, avec que Lacan assigne dans son envers au
lui-même, avec sa position, dans sa vrai, à savoir le vrai s'embrouille.
dimension, il entraîne son contraire à D'où la thèse le réel se trouve dans
savoir le faux ou le mensonge. Et c'est les embrouilles du vrai. Ça fait
pourquoi Lacan peut dire en passant, je dépendre, en effet, le réel dans
l'ai signalé dans ma notice de fil en l'analyse de ce qu'on ait fait effort pour
aiguille, qui vient à la fin du Séminaire dire le vrai, c'est-à-dire s’y embrouiller.
du Sinthome ; d'ailleurs c'est assez Cette thèse, c'est la justification de
frappant : quand il m’est passé par la l'analyse.
tête de faire cette notice, j’ai fais une Autre thèse, peut-être mystérieuse,
notice joviale, ébouriffante, précisément sur le vrai : le vrai s'auto-perfore. Le
parce que j'avais décidé de me tenir à vrai trou de soi-même si je puis dire.
J.-A. MILLER, - Cours n°7 – 17/01/2007 - 6

D'où Lacan professe que l'idée du l'enseignement de Lacan est de l'ordre


nœud en procède. En tout cas dans le de la topique.
nœud, nous avons au moins une L’espace est imaginaire, on
architecture de perforation. comprend que dans « L'esp d'un laps »,
Et cette auto-perforation du vrai qui Lacan nous introduit un espace
articule le vrai et le trou, Lacan propose symbolique, mais que ce qu’il nie, c’est
d'en retrouver la racine, la matrice, que l'espace soit réel. Il n’y a aucun
dans le corps lui-même, dans le corps espace réel, dit-il, pas en toutes lettres
et ses trous. mais en toutes phrases, il n'y a aucun
À vrai dire, il y a longtemps que, espace réel. Et il ajoute, pour qu’on
dans son enseignement, il avait établi comprenne bien : c'est une construction
une corrélation entre les trous abstraits purement verbale.
de l'énonciation et les trous corporels. Bon, il faut faire aller ensemble cette
Dans le Séminaire XI, par exemple, idée de construction purement verbale
dans ce qu’il consacre, le chapitre à la de l'espace, avec ce qu'il a montré au
pulsion, vous en avez le témoignage. Il contraire de conséquence purement
rêve que les coupures signifiantes imaginaire de la vision.
répercutent, reprennent, les coupures On voit : l'espace est lui aussi à
du corps. cheval entre imaginaire et symbolique,
Et, dans le Sinthome il donne du à cheval entre construction verbale et
sens lui-même une genèse corporelle, élaboration visuelle.
dans les termes suivants : Le sens est Pour compléter ce bout de réel, il
aspiré par l'image du trou corporel dont faudrait sans doute ajouter, au moins
il est émis. se poser la question de savoir si le
Donc, émission d'un côté, émission temps, lui, ne serait pas réel. Et il me
hors de, et aspiration à l'intérieur semble que rien de cet envers de
comme d'une respiration du trou qui est Lacan ne comporte que le temps serait
en l'occurrence la bouche - il ne dit pas une construction purement verbale.
la bouche en tant qu'elle parle, mais la Au contraire, je me suis interrogé,
bouche en tant qu'elle suce. On pourrait vous le savez, sur pourquoi revient
dire en tant qu'elle se suce comme la ainsi dans la bouche de Lacan la
bouche s'embrassant elle-même, de notation - il n’y a pas d'éternité. Et
l'image freudienne que j'ai déjà encore dans son Séminaire de L’une-
rappelée. bévue l'année suivante.
Voilà l'idée donnée d’un sens qui Eh bien, c'est bien de l'éternité qu'on
doit tout à l'imaginaire du corps, par peut dire que c'est une construction
rapport à quoi il oppose le regard, le purement verbale, alors que concernant
regard dont il qualifie la dynamique de même la consistance mentale du corps,
centrifuge. Le regard se répand, le on peut dire qu'elle est travaillée
regard ouvre l'espace hors de. réellement par le temps qui passe.
De là, il faut comprendre sans doute Ainsi, il n'est pas impossible, je réserve
que le sens, au contraire, dépend d'un encore l'avenir, qu’on ait à élaborer
trou à dynamique centripète. Le sens, dans l'envers de Lacan cette
on le ravale après l’avoir émis. dissymétrie entre l'espace et le temps,
Cette notation vise à quelque chose pas d’espace réel et peut-être le temps
de tout à fait précis et qui est sans qui lui, l’est.
doute une thèse majeure du Sinthome, Alors la position de l'objet petit a qui
à savoir que l’œil a une vision s'ensuit, que reprend Lacan, enfin pour
instantanée de l'espace et même que la resituer, ce qu'il appelle objet petit a,
l'espace lui-même procède de cette c'est ce qui dans tous les cas fait
dynamique centrifuge instantanée. obstacle à l'espace imaginaire, à
D'où l'idée que l'espace est l'expansion, dit-il, de l'imaginaire
imaginaire, que l'espace est espace de concentrique, que ce soit dans le
l'image. Ça, ça vire au compte de la centripète du sens où le centrifuge de
métaphore tout ce qui dans la vision. L'objet petit a est plutôt ce qui
J.-A. MILLER, - Cours n°7 – 17/01/2007 - 7

déchire l’imaginaire. L’hystérisation est là en fonction


La critique de l'espace est aussi, on d’aide, dans la mesure où Lacan l’a
peut dire qu'elle est nécessaire à un définie, définit l'hystérie comme la
discours qui nie la primauté de l'Autre, dernière réalité perceptible sur ce qu'il
puisque cette primauté de l'Autre, elle en est du rapport sexuel.
suppose au moins une distinction de Mais on voit que alors que dans le
place. cadre d'une psychanalyse ordonnée au
Et quand Lacan nie le caractère réel symbolique, l'absence du rapport
de l'espace, c’est bien tout ce qu'il a pu sexuel fait scandale et que Lacan doit
dire, lui, de la fonction de la place, si s'en expliquer, avec lui-même, dans
essentielle pour déterminer la son texte par exemple de l'Étourdit. Il
métaphore et la métonymie par n’en est absolument plus de même
exemple, c'est bien tout ça qui trouve à dans le texte du Sinthome. Il s'agit
se reclasser hors du réel. plutôt de savoir à quelle condition
La psychanalyse pensée à partir du précaire s'établit le rapport sexuel et
symbolique, la catégorie de la place est c'est à la condition qu’il lui soit ménagé
décisive. C'est un instrument dont nous une altérité qui est interne à la structure
faisons usage sans même plus nous en tripartite ou quadripartite du parlêtre.
rendre compte et c'est là qu'il faut C'est décapant, pour tout dire, c'est
rappeler qu'il n’y a aucun espace réel, une voie qui, laissons de côté les
que l'espace est une construction facilités de l'imaginaire et du
verbale. symbolique, s’attache au réel, sans
De la même façon, la négation de la aucun positivisme.
primauté de l'Autre fait que l'absence Le positivisme, c’est la croyance aux
de rapport sexuel est dans l'ordre. Il n’y faits alors que précisément, ici, la
a pas de rapport sexuel entre autre. mentalité de l'être humain fait qu'il
C'est là aussi la valeur de ce terme instaure des faux faits, comme dit
de solitude que j'ai martelé. S'il y a Lacan.
rapport sexuel, quand il y a rapport C’est l’imaginaire qui domine et donc
sexuel, ce ne peut être que dans le ne croyez pas pouvoir échapper au réel
rapport à une altérité interne à la par la religion du fait.
structure du parlêtre. Et c'est à ça que Ce que Lacan tente et tentera
nous devons la fameuse opposition qui jusqu'au bout, c'est d'élaborer le mode
se trouve dans le Sinthome, entre le d’une pensée disjointe de l'imaginaire,
sinthome et le ravage. une pensée qui ne serait pas fondée
La femme fait sinthome, l'homme fait sur l'adoration de l’Un-Corps,
ravage, c'est là que Lacan sauve le appareillée à l'écriture, avec l'idée que
rapport sexuel, mais en l’indexant à une ça permettrait de toucher au réel.
altérité qui est interne à la structure du Enfin, toucher le réel, ça n'est pas le
parlêtre. Et c'est pourquoi, même, il vrai et pour ce qui est du réel auquel
invente une géométrie du rapport nous avons affaire, il faut d'abord
sexuel, toute différente de l'espace s'essayer, s’obliger aux embrouilles du
concentrique de l'imaginaire. Il invente vrai et d'ailleurs je ne fais pas autre
que la géométrie du rapport sexuel est chose ici et la semaine prochaine
plutôt celle du gant retourné, à partir, quand je continuerai.
enfin, de l'adéquation spéciale que
Joyce ressentait de son épouse à son Applaudissements
égard ― elle me va comme un gant.
Et Lacan peut donc formuler que Alors il n’y a pas de semaine
tout ce qui subsiste du rapport sexuel prochaine. La prochaine date est le
dans la solitude du parlêtre est la 28 février. À l'université ça reprend le
géométrie du gant retourné, c'est-à-dire 26 donc je reprendrais mes efforts pour
ce qui dément ce qui n'est pas de m’embrouiller dans le vrai, mes efforts
l'ordre de l'espace concentrique vers le réel je les reprendrai seulement
instantané de la vision. le 28 février.
J.-A. MILLER, - Cours n°7 – 17/01/2007 - 8

Il paraît que, pour la semaine


prochaine, la salle doit être occupée.
Voilà.

Fin du Cours VII de Jacques-Alain


Miller du 17 janvier 2007
dernière période.
Bon, ça c’est le préambule avant de
me lancer dans une introduction qui
Orientation lacanienne III, 9. sera d'abord un hommage, puisqu'au
cours de ce mois de février nous avons
perdu, la psychanalyse a perdu, deux
de ses plus vaillants praticiens, qui
étaient aussi, comme on dit, des
Jacques-Alain Miller théoriciens.
Il s'agit, je suppose que la plupart
Huitième séance du Cours d'entre vous les connaissent, et ont été
averti du fait, il s'agit de Robert et
(mercredi 7 mars 2007) Rosine Lefort. Ils méritent, certes, que
leur nom soit ici appelé.
Je les ai beaucoup fréquentés, au
VIII début de l'École de la Cause
freudienne, quand nous avions tous les
quinze jours pendant plusieurs années
des entretiens auxquels participaient
également Judith Miller et Éric Laurent.
Il en est sorti une petite institution
Il faut, me dis-je, renoncer à l’Un. qui continue et qui s’est répandue à
D'où je suis, maintenant, il me faut travers notre monde et qui est le
renoncer à l’Un quand je vous parle Cereda, qui se voue à l’étude, à partir
encore de Lacan. de l’œuvre des Lefort, à l'enfant dans le
Et il faut que je me persuade que je discours analytique.
me tiens avec vous sur un bord où ce Le matériel de cette œuvre, c’était
que j'appellerai le système de Lacan, avant tout ce que nous appelions la
se défait. C'est sans doute pourquoi j'ai clinique de Rosine. Et une clinique qui
différé autant que j’ai pu d’aborder cette était déjà ancienne quand tous les deux
étendue du tout dernier enseignement. en ont rendu compte et ont commencé
Ça ne tient plus ensemble. à la commenter, à la théoriser.
Et je constate que j'ai moi-même, Elle remontait à l'époque où Rosine
pourquoi ne pas le dire, du mal à était l'analysante de Lacan, plusieurs
renoncer à l’Un du système, à ne pas décennies avant. Mais ce qui leur avait
lui en substituer un autre. donné confiance, ce qui leur avait
Je n'y progresse pourtant que par donné leur assurance, pour la
les tentatives de le rafistoler et c'est parcourir, la mettre en ordre, déduire à
pour ça que je bute sur des aperçus partir d’elle, c'était un propos que lui
hétéroclites, insolites, ces éclats que avait tenu Lacan lorsqu'elle était, à une
l’on rencontre dans cette toute dernière occasion, retournée le voir.
période. Ce propos, je cite de mémoire,
Il y a sans doute à élaborer une c'était En ce temps-là, vous ne pouviez
autre façon de l'aborder que celle que pas vous tromper.
j'ai pratiquée et moi-même enseignée. Et c'est dire qu'à ses débuts, dans la
Il y a une grande tolérance à avoir à pratique, Lacan estimait qu'elle était
l'endroit de la contradiction. Enfin, on dans le vrai, qu'elle ne s'y embrouillait
ne se refait pas et donc les pas.
contradictions, évidemment, j'essaye de Alors comme le réel est dans des
les dissoudre, les dissoudre en les embrouilles du vrai, est-ce à dire qu'elle
stratifiant, en pluralisant les points de ne touchait pas au réel ? Bien entendu
vue. J'accepte de m'accorder à la varité ça n'est pas ainsi qu'il faut comprendre
de Lacan, à la variété de ses vérités. mais au contraire qu'il est, en effet, des
Varité est un néologisme qui figure moments où le réel touche au réel,
dans un des Séminaires de cette toute sans passer par la parole menteuse.
J.-A. MILLER, - Cours n°8 – 07/03/2007 - 2

Ici, je lève la contradiction qu'il pourrait L'autisme, entendu comme une


y avoir en définissant le vrai comme le catégorie clinique fondamentale, peut
rapport direct du réel au réel. Ça n'est certainement se recommander de
pas le vrai de l'embrouille, c'est le Lacan, du Lacan de ce système qui se
contraire. défait, et où, à l’occasion, il réduit
Et ce vrai là, du rapport direct du réel l’inconscient au fait de parler tout seul.
au réel est bien à sa place dans la « On parle tout seul, dit-il, parce
clinique de l'enfant et spécialement du qu'on ne dit jamais qu'une seule et
très petit enfant, cette clinique où on même chose. » Le symbole de cet
prend l’idée de ce qu'ils désignèrent inconscient, on n'a pas loin à chercher
tous les deux comme la naissance de pour le trouver, c’est le rond.
l'Autre. Je crois l'avoir signalé en son
temps, il fallait un certain culot dans le
cadre du système de Lacan pour faire
entendre ce titre là.
Comment ! L'Autre n'est-il pas
toujours déjà là ? Comment donc ! On
naît dans l'Autre, on naît dans un bain
de signifiants. C’est le rond des ronds de ficelles
Ce n'est pas l'Autre qui naît. qui répète ce tournage en rond du
Eh bien dans l’ouvrage qui porte ce parler tout seul.
titre et pour lequel je conserve On ne dit jamais qu'une seule et
l’admiration que j'avais exprimée à même chose, on trouve cette
l'époque, c’est un livre qui reste, qui proposition dans le Séminaire de L’une-
restera, ils s'attachent à montrer, bévue, celui qui suit le Sinthome, et la
précisément, comment l'Autre - phrase se poursuit d'une façon qui m'a
majuscule - se construit à partir de fait me demander comment diable
l'Un-corps, pour reprendre le terme que j’établirai ça quand j'aurai à le faire,
j'avais la dernière fois inscrit au tableau. c'est-à-dire maintenant. Un maintenant
Et c'est parce que dans toute leur qui a une certaine épaisseur, enfin
clinique ils accordent un privilège à maintenant, puisque je suis maintenant
l’Un-corps qu'ils furent conduits à placer sollicité par plusieurs Séminaires de les
leur clinique sous la rubrique de mettre au point.
l'autisme. Ce qu'on trouve écrit, c'est une seule
De l'autisme ils firent une catégorie et même chose qui en somme dérange
clinique du niveau de Névrose, d'où sa défense.
psychose et perversion. Mais au-delà,
on peut dire qu'ils firent apercevoir que d'où sa défense
c'était là peut-être la catégorie clinique
fondamentale, que l'autisme était le
statut natif du sujet, si je puis dire. Et le Eh oui, c’est écrit comme ça !
mot de « sujet », ici, doit porter des Une seule et même chose qui
guillemets, et céder sans doute la place dérange d'où sa défense.
au terme de parlêtre, que Lacan utilisait Ce n'est pas simple.
pour désigner à la fois le sujet et Pour l'instant, je considère que le
l'inconscient. verbe dérange appelle comme
Nous verrons tout à l'heure comme complément d'objet direct - c'est pour
ce terme reste chez lui complexe, à ça que ça m’amuse, parce que je
tiroirs. retrouve l’analyse grammaticale de
Et, j'ai été touché qu’on me confie, mon enfance - appelle comme
au cours de la visite faite de leur complément d'objet direct sa défense.
demeure à la campagne, que Robert Donc je considère que ce d'où doit être
Lefort avait porté un intérêt vif à mon une interférence, à hoquet, qu’on doit
cours de l'an passé, où il avait reconnu pouvoir négliger.
quelque chose de cette problématique. Mais enfin, c'est mon point de vue,
J.-A. MILLER, - Cours n°8 – 07/03/2007 - 3

là, sur le moment, d'aujourd'hui. lalangue.


Ça se défend très bien. Cette seule En un mot lalangue, c'est un
et même chose dérange sa défense. néologisme où le substantif ne fait
On viendra tout à l'heure à ce qu'on qu'un avec l'article définit.
peut là-dessus élucubrer. Qu'est-ce qui s'est imposé à Lacan
En tout cas c'est la définition, si on pour truffer son discours de ce
prend la partie sûre de la proposition, néologisme à partir du début de son
c'est la définition de l'inconscient par dernier enseignement, le
l'autisme, l'autisme de la parole, d'où la Séminaire XX ?
question de Lacan, qui a raisonné plus Je dirais aujourd'hui qu’il faut
tard, de savoir si la psychanalyse ne entendre, sur le fond de cette référence
serait pas un autisme à deux. à l’autisme dont je suis parti en raison
On peut dire que c'est la donnée, ça. des Lefort, qu'il faut l’entendre,
Chacun à parler tout seul. Mais on est lalangue, en rapport avec l’Un-corps.
bien forcé d'inventer une exception. L'Un-corps, c’est un néologisme
L'autisme à deux, c'est ce qu'il s'agit aussi, qui garde la trace de son
précisément de démentir s'il y a la opération puisqu'il y reste un tiret. Et ici
psychanalyse. Et c'est ce qui fait la c'est l'article indéfini, voire aussi
marche trébuchante de Lacan dans son cardinal, qui est associé au substantif.
tout dernier enseignement, c'est qu'il y Il y a lalangue et il y a des Un-corps,
a une logique interne à son discours qui dont la relation repose sur lalangue.
le conduit à apercevoir, à formuler, Lalangue, on sait ça n’est pas le
l'impossible de la psychanalyse et ce langage, est une mise en ordre, une
qui nous fait à sa suite vaciller, c'est mise en savoir de la langue. Quand on
qu'il invente chaque fois qu'il redit la fait surgir ce néologisme, on fait
même chose, à savoir c’est impossible, apparaître du même coup que le
il cherche dans le même fil que langage est une abstraction, tandis que
j'appellerais une échappatoire. Et il en lalangue, vise - elle vise quoi
trafique une. précisément ? Elle vise la parole prise,
C'est donc sous les espèces de s'il y dirais-je, matériellement, c'est-à-dire en
a la psychanalyse que ce tout dernier l'occurence phonétiquement.
enseignement se développe, à titre Si on le dit comme ça, on s'aperçoit
hypothétique. qu'elle fait couple, couple d'opposition
Ça n'est pas il y a la psychanalyse et binaire avec l'écriture, terme que Lacan
donc, c'est s'il y a la psychanalyse, n'a pas néologisé mais dont il fait un
alors. usage bien à lui dans son dernier
Quand il achoppe sur la donnée de enseignement.
l'autisme à deux, la donnée des Lalangue est à l'opposé de l'écriture.
inconscients parleurs, aussi opaques Et j'écrirai lalangue à l'opposé de
l’un à l’autre que les Un-corps, aussi l'écriture, le terme ternaire étant
séparés que les Un-corps, quand il bute l'Un-corps, pour essayer d’ordonner le
sur ce corrélat de il n’y a pas de rapport lexique inédit de Lacan.
sexuel, qui est, si je puis dire, il n’y a
pas de rapport linguistique, alors il y a l'Un-corps
un forçage de l'autisme pour satisfaire à
l'existence de la psychanalyse.
Et c'est ainsi que se monnaye ce
tout dernier enseignement, par des
forçages multipliés. Lalangue L'écriture
Ici, le forçage de l’autisme que
propose Lacan, c’est l'existence d'un
élément entre guillemets commun. Il dit, Lalangue, entendu phonétiquement,
pour gommer le caractère signifiant du est du même coup délesté de la
terme élément, une affaire commune. grammaire. La grammaire, c'est la
Et c'est en l'occurrence ce qu'il appelle norme qui permet de dire cela se dit ou
J.-A. MILLER, - Cours n°8 – 07/03/2007 - 4

cela ne se dit pas. Mais ce départ, on dire parce que l'identité ça se note, le
ne le fait jamais qu'à propos de ce qui même, et quand ça se note c’est pris
s'est dit, de fait, ou mieux dans un système de notes.
matériellement. Eh bien lalangue Le même mot, on reconnaît le même
absorbe ce qui se dit. mot quand on le prend matériellement à
Elle n’a pas, en cela, comme la travers tous les contextes où il figure et
grammaire, un négatif. Elle se joue du dans ces contextes, selon chacun, il se
lexique comme de la syntaxe. Elle nuance, il diffère.
s'ouvre à ce dont Lacan s'est enchanté, Dans les contextes, il peut y avoir le
elle s'ouvre à toutes les équivoques. même mot mais il devient autre en
C'est bien parce que ce qui sauve la fonction du sens. Et voilà pourquoi il me
psychanalyse, qui sauverait la semble que Lacan considère la notion
psychanalyse, c’est l’affaire commune de matière comme fondamentale parce
de lalangue que Lacan promeut qu'elle fonde le même hors du sens.
l’équivoque comme le procédé La notion de matière fonde le même
interprétatif majeur. et j'ajouterai la notion de sens fonde
Si je considère ces trois termes que l'Autre. L'Autre, selon l'emploi que lui
j'ai rapprochés et ordonnés, je donne Lacan dans son tout dernier
m'aperçois que les trois répondent à enseignement, c'est précisément le
une orientation commune, que je dirais sens. L'Un, au sens du même, c’est la
matérialiste. Et c'est celle de ce tout matière.
dernier enseignement si on se règle sur Ça fait voir l'équivoque qui entre
cette proposition prélevée dans le dans le concept du symbolique, dans
Séminaire de L'une-bévue, la notion de l'usage que l'on fait du terme de
matière est fondamentale. symbolique au sein du système de
Ça n'empêchera pas Lacan, plus Lacan, on entend par-là certes une
tard, ailleurs, à une autre occasion, de matière, le signifiant écrit ou le son,
prendre ses distances avec les mais avec son effet de sens.
matérialistes. Mais restons sur le Et c'est en quoi, le considérant de
fondamental de la notion de matière, son tout dernier enseignement, Lacan
qui inspire la création ou la déviance de peut dire que le symbolique, supporté
ces trois termes. par le signifiant, ne dit que mensonge
Pourquoi Lacan peut-il dire que tout quand il parle.
ce qui n'est pas, peut-il dire, pourquoi Ce mensonge, c’est celui, par
a-t-il pu dire une fois que tout ce qui exemple, que Freud a isolé
n'est pas fondé sur la matière est une magnifiquement dans le terme de la
escroquerie, avec un jeu sur l’adverbe, Verneinung, qui est ce mensonge
un jeu qu'il a déjà pratiqué dans le nécessaire pour faire passer une vérité.
Sinthome, matériel-ment. Et donc ce qui entraîne la promotion
Le mot d'escroquerie a de quoi de ce que j'appelais l’orientation
retenir puisqu’à une autre occasion, matérialiste du tout dernier
c'est la psychanalyse elle-même dont enseignement de Lacan, c'est
Lacan interroge si elle ne serait pas l’opposition de matière et mensonge.
une escroquerie. Il utilise le terme de matière à
Et pourquoi la matière, la notion de l'opposé du terme de mensonge.
matière serait-elle la voie pour sortir la Disons tout de suite, c’est une
psychanalyse de l'escroquerie. Et en approximation, ce mot de matière, c'est
quoi, enfin, sinon y a-t-il escroquerie ? une approximation de ce qu’est le réel.
Eh bien essayons de balancer le Et c'est pourquoi on trouve dans
terme d'escroquerie et celui de matière. L'une-bévue une critique de l'échange.
La notion de matière, quand Lacan L'échange se fait entre deux termes
l’amène, c’est à un titre très précis, au qui ont même valeur mais dont la
titre de ce qu'elle fonderait le même. matérialité n'est pas la même et dans
Elle fonderait, est-ce déjà trop dire, ce contexte, donc, l'échange est
l'identité du même. C'est peut-être trop mensonge.
J.-A. MILLER, - Cours n°8 – 07/03/2007 - 5

Alors on peut, pour essayer de juxtaposition, normalement sans


capturer ce qu'est la matière signifiante qualificatif non plus.
sans le sens, bien que nimbée de sens, Vous savez - j'ai encore essayé hier
on peut avoir recours à une expérience - ça répond à plein de choses, vous
aujourd'hui familière. tapez des lettres au hasard, et il y a
C’est ce avec quoi vous êtes en quelque part des sigles qui répondent à
contact dès que vous vous placez ça : XXJL. Quelque part il y a comité
devant votre ordinateur, connecté au qui s'appelle comme ça (rires).
Web, et que vous allez auprès de, quoi, Et donc vous formulez, vous ne
d'une affaire ? Je prends ce nom formulez pas une phrase, ce n'est pas
puisque 87 % des Français qui utilisent une prière non plus, c'est un signal,
les moteurs de recherche vont là, aussi proche d'un signal, vous faites un
paraît-il, Google. C'est connu de tout le clic, encore une fois qui doit être
monde, maintenant. localisé à la bonne place, et à tous les
C'est extraordinaire parce que coups on gagne, bingo !
Google ne fait pas de publicité, c'est un Vous avez donné très très peu et il y
phénomène de bouche à oreille, qui a a une avalanche, une cataracte, que
persuadé une énorme majorité que vous avez déclenchée, comme dans
c'était là qu'il fallait aller pour être en une machine à sous.
rapport avec la notion de matière, en On comprend ce qui fait la
fait, pour adresser une sorte de prière. fascination de la page Google qui est
Sur la toile c'est l’araignée. Pourquoi presque toute blanche ; c'est là qu'ils
est-ce si fascinant ? C’est parce que ça ont été très forts, par rapport à Yahoo,
n'assure pas simplement une fonction Yahoo a couvert déjà sa page de
parmi d'autres. Ça assure une méta sigles, là c'est presque tout blanc. Vous
fonction, celle de savoir où est le allez à la rencontre de ce dieu virtuel
savoir, celle de vous renseigner sur le presque dans le désert et puis, d'un
renseignement. seul coup, le blanc devient noir, ce qui
C'est ça qui est fabuleux. C’est ça était vide donne place à une
qui fait penser à une néo divinité, avec extraordinaire profusion, on ne peut
cette différence qui est bien plus l’arrêter, c'est une logorrhée.
contemporaine que, il faut avouer qu’en Autant vous avez été laconique autant
règle générale, Dieu ne répond pas, Google est logorrhéique. Ça allie en
alors que Google répond toujours et plus la vitesse et la quantité, la très
tout de suite (rires). grande quantité. Évidemment ça laisse
Ah ! Il suffit de lui adresser un signal l'infini hors de soi mais c'est là ce que
exactement localisé, dans un rectangle. se permet Google, la très grande
Ça a la forme d'un rectangle parce que quantité autorise à censurer l'infini et ce
ça obéit à cette mise à plat du langage que Google met à la place de l'infini,
qu’évoque Lacan et qu'il faut aligner de c'est la totalité.
la matière signifiante. Ça déploie, on peut dire : c'est un
Ce qui est extraordinaire, c'est qu’on avatar, Google, après tout, c'est une
le fait dans sa langue, à moins qu'on ne compagnie américaine, cotée en
veuille des résultats d’une autre. Bourse, certes qui a gagné beaucoup
Il doit y avoir une limite, quand d'argent pendant un temps. Ses
même, au nombre de langues que revenus ont été multipliés par 400 000
Google peut accepter. Mais enfin je ne %, en cinq ans. On peut dire : c'est un
l'ai pas trouvée, la mention de ce avatar et puis demain ça sera racheté
nombre là. De toute façon vous ne par une autre compagnie mais ça reste
pouvez pas vous adresser en chinois quelque chose qui est dans la logique
puisque vous n'avez pas le clavier qui du signifiant, dont les traits sont… ce
convient. n'est pas un avatar, c'est une
Donc vous adressez un signal qui conséquence, c'est dans le fil, c'est
est vraiment lui-même sans syntaxe ou dans la veine du signifiant. Et aussi ce
limité à la simple syntaxe de la culte, d'emblée posé, de la totalité. On
J.-A. MILLER, - Cours n°8 – 07/03/2007 - 6

est persuadé qu'il y a dans Google Et alors gentiment Google, en plus,


toutes les pages du Web qui peuvent vous propose de lui confier tout ce dont
être parcourues le temps d'une vous ne savez plus quoi faire, tout ce
respiration. qui est votre fatras de documents, vous
Et donc, en effet, c’est ce qu’on ouvre l'espace virtuel pour y déposer
retrouve, c'est un désir totalitaire qui votre poubelle signifiante avec la
anime Google, totalitaire et, si je puis promesse qu'avec Google, tout sera à
dire, digestif. D'où le projet qui sa place. La première chose qui sera à
rencontre beaucoup d'obstacles mais sa place c’est vous, parce qu’avec ça,
ça, ce sont des avatars, le projet, ce sera beaucoup plus facile de vous
essentiel au signifiant, de scanner tous trouver si une autorité vous cherche. Et
les livres jamais publiés. tout ça, en plus, avec la promesse que
On en donne le nombre d’ailleurs, le c'est éternisé, c'est pour toujours,
nombre de tous les livres jamais jusqu'à la fin des temps.
publiés qui sont dans les bibliothèques, Donc, la matière signifiante a pris,
parce qu'il y a un site qui recense tous avec ça, un poids, une existence, une
les catalogues de 25 000 bibliothèques splendeur qui est devinée dans
et on en a déduit qu'il y a 32 millions de l'enseignement de Lacan, qui est
livres, on ne compte pas les doublets, appelée dans l'enseignement de Lacan
32 millions de livres, dans ces 25 000 mais qui est encore à ses débuts.
bibliothèques et que si on leur fiche la Alors évidemment ça inquiète, on a
paix, si on les laisse faire, en dix ans l'impression que c'est l'épiphanie de Big
tout ça sera scanné, tous les livres Brother et c'est pourquoi Google doit
jamais publiés. poser comme une règle de
Et puis il y a déjà un œil qui est jeté fonctionnement don’t be evil - ne fais
sur toutes les archives du cinéma, de la pas le mal - c'est très inquiétant
télévision, de la presse. Ça rend évidemment. On comprend que le mal
présent la possibilité de la coprésence est à sa disposition.
de toute cette matière signifiante. Et Alors, est-il bon, est-il méchant ? Ça,
puis, au-delà, il y a le désir d'accroître c’est ouvert, ça donne lieu à des
le stock, c'est-à-dire de googleliser batailles transatlantiques fabuleuses.
l’univers tout entier. Mais pour en revenir au lacanisme,
C'est déjà, ça commence avec le c'est là tout de même qu'on vérifie dans
regard omnivoyant qui parcoure tout le la pratique de Google que le signifiant
globe. Vous avez vu ça, Google Earth. entendu matériellement est bête, bête
Et puis ça sera après les planètes, comme choux, qu’à la fois c'est un
enfin, ça va suivre, ça suit l'exploration miracle, ce foisonnement de réponses
intersidérale. sur l'écran, mais s'il y a autant de
Et en même temps, ce qui est réponses c'est, pourrait-on dire, parce
merveilleux, c'est que Google ne vous que Google comprend de travers, parce
oublie pas, vous, chacun, moi aussi. que le malentendu est fourmillant ici,
C'est-à-dire que Google conserve c'est la rançon de ce que le signal est
soigneusement toutes les petits unités quand même fait de mots et qu’un mot
d'information de tout un chacun, le n’a pas qu'un seul sens, il est
macrocosme ne lui fait pas oublier le polysémique.
microcosme. Et ainsi tous les clics que Or ça, Google qui règne sur la
vous faites pour vous promener dans matière signifiante est tout à fait fermé,
l'univers virtuel, tout ça est conservé. précisément, c’est sa force, il est fermé
Vous croyez que vous ne faites que au sens. Donc, d'un côté il ne peut pas
demander de l’information mais en se tromper, d’une autre façon il ne peut
demandant de l’information, vous en que se tromper parce qu'il chiffre, sans
donnez sur ce qui vous intéresse. pouvoir déchiffrer, ça se voit quand on
Il y a donc une banque des désirs, essaye de traduire avec Google. Il
au moins des demandes, ce qui vaut de propose aussi la traduction.
l’or pour tout ce qui est publicité. Quelqu'un qui a écrit un livre sur
J.-A. MILLER, - Cours n°8 – 07/03/2007 - 7

Google, Barbara Cassin, qui avait fait le est consistant, de ce qui tient ensemble
Vocabulaire philosophique paru il y a comme une unité.
quelques années, a testé la traduction Et donc il y a un thème que j'ai déjà
que Google donne : « Dieu fit l'homme touché, chez Lacan, celui qui fait de
à son image » et, je ne sais plus dans l’Un-corps la consistance essentielle de
quelle langue mais enfin ça a donné à l'être humain.
la fin de quelques transformations, pour Mais, le deuxième thème, qu'on
affiner la chose : « L'homme fit Dieu à trouve aussi, mezza voce, c’est celui de
son image. » C'est dire la difficulté du la consistance de l'inconscient, que
déchiffrage. nous avons évoqué déjà tout à l'heure
Alors, exactement la puissance quand nous l’avons cité l'inconscient
extraordinaire de Google vient de ce disant qu'une seule et même chose.
qu'il mémorise le mot dans sa C’est par-là qu'il y a un rapport à
matérialité, sa matérialité la plus établir entre l’Un-corps et l'inconscient.
stupide. Et donc il vous donne tous les Ce rapport, on peut dire qu’il était
contextes où il trouve le mot, après construit dans le système de Lacan.
c’est à vous de vous débrouiller. Là Ce système était, on l'aperçoit du
Google ne peut plus rien, c'est-à-dire point où il se défait, ce système était
qu'il y a un énorme foin ici et c'est à habité d’une secrète harmonie. La
vous de trouver la petite aiguille, enfin signifiantisation du corps, elle,
où ça fait tilt. On peut corriger tout ça supposait précisément que le corps soit
en disant d'une part : parfois Google ne docile au signifiant, qu'il se laisse faire,
répond pas, répond en disant qu'il ne qu'il se laisse élever. C'est le
sait pas ou que votre mot est mal écrit, mécanisme d’une transsubstantiation et
mais enfin c'est une réponse quand il en va de même du mouvement
même, et puis il y a aussi un jeu qui inverse d'incorporation du signifiant qui
consiste à formuler une demande à lui répond.
Google de telle sorte qu'il y ait une Cette harmonie, Lacan en a donné
seule réponse. On joue à ça paraît-il, la formule, je l'ai évoqué en passant, il
chez les informaticiens. Mais, en a donné la formule dans le second
globalement, il apparaît que Google ne chapitre où, dans le Séminaire XI, il
peut pas être intelligent. Et, bien sûr étudie la pulsion (page 165) et c'est le
c'est le rêve de toujours, des logiciens, Séminaire qui prend la suite du
Leibniz, des informaticiens, des Séminaire de l'Angoisse où
cybernéticiens, des cognitivistes, des précisément les différentes béances du
comportementalistes, des corps sont étudiées soigneusement
neurobiologistes, qu’on puisse pour leurs effets, leur insertion
numériser, computer les significations. pulsionnelle.
Mais Google n’a rapport qu’au savoir La pulsion, Lacan lui voyait et la
c'est-à-dire à des amas de signifiants, construisait, comme le met en œuvre
alors que le signifié est tout de même à d'une façon palpable, physiologique,
la place du sujet. Et donc c’est jusqu'à anatomique, le Séminaire de
la fin des temps que Google restera l'Angoisse, il la construisait à partir de
aveugle, à cet égard, sera comme un ce qu'il appelle lui-même une
géant aveugle attaché à la matière communauté topologique. Une
signifiante. En tout cas c'est dire, là, communauté topologique entre le sujet
l'expérience que nous en avons la plus et les manifestations de la pulsion.
quotidienne et qui s'offre à nous En même temps qu'il situe
montrer en quoi la notion de matière est l'inconscient, le sujet de l'inconscient
fondamentale. dans les béances du signifiant, dans les
La matière du côté du corps, eh bien achoppements, les trébuchements de
c'est ce que nous plaçons en face de la chaîne signifiante, en même temps
l'écran - le matériel, dit Lacan, se que c'est là qu'il situe le sujet de
présente à nous comme corps-sistance l'inconscient, il peut dire, je le cite -
comme subsistance du corps, de ce qui quelque chose dans le corps est
J.-A. MILLER, - Cours n°8 – 07/03/2007 - 8

structuré de la même façon. Et il ajoute même dont nous savons qu'il atteint à
il y a une unité des béances en jeu. la notion de matière.
Eh bien dans cette articulation Et ce qui dénote bien qu'il y a là la
pulsion/inconscient, il y a le principe domination du symbolique sur le réel,
même de l’unité du système de Lacan, c'est que Lacan pose que la fonction de
c'est-à-dire une harmonie. Et c'est bien la jouissance a une structure logique.
cette harmonie que le tout dernier C'est ce qui l’inspirera un peu plus
enseignement de Lacan met en tard dans la construction des formules
question. de la sexuation, cette structure logique.
On peut même dire, et je dirais ça En même temps qu’il lui donne une
comme ça pour aujourd'hui, qu’entre le structure logique, comme fonction,
symbolique et le corps, Lacan inscrit la comme terme, il place la jouissance
pulsion comme en position de hors des limites du jeu du signifiant,
médiation. hors du savoir - on n’en sait rien, dit-il.
Et on sent bien là que l’usage qu'il fait
Pulsion du mot absolue pour qualifier la
jouissance, la retire dans la solitude,
dans la solitude du Un-corps.
C'est bien ce qui le conduit à une
mise en question du Un de l'union, et à
Symbolique Corps la formule qu’il aura plus tard de Il n'y a
pas de rapport sexuel. Ce qui devient la
pulsion est sensé représenter par
Et comme un mythe, conformément excellence le résultat de l'action du
à l'indication de Freud, comme un signifiant sur le corps et c'est bien cette
mythe. C'est pourquoi il peut à la fois action du signifiant qui, dans le tout
placer à cet endroit la jouissance et dire dernier enseignement de Lacan, est
c'est le réel, dans son Séminaire D'un reconsidérée et d'abord parce que
Autre à l'autre. l'aspect que Lacan met en valeur alors
du signifiant, c'est son aspect
Pulsion parasitaire et non pas son aspect actif.
De là le problème : l'harmonie étant
Jouissance dénouée se repose la question du
C'est le réel rapport entre l’Un-corps et l'inconscient
qui ne dit qu’une seule et même chose.
Symbolique Corps C'est cette question qu'à la fois
répercutent et enserrent les schémas
Et voyons bien que ce n'est pas ici le borroméens.
réel sans loi. C'est tout au contraire une
constance, c'est le réel en tant qu'il
revient à la même place. Toute la Bon, j'arrête là pour aujourd'hui et je
construction que Lacan fait concernant reprends la semaine prochaine.
la jouissance au chapitre XIII de D'un
Autre à l'autre repose précisément Fin du Cours VIII de Jacques-Alain
là-dessus, sur la présentation d'un réel Miller du 7 mars 2007
qui n'est pas sans loi, qui revient à la
même place, même si c'est une place
inaccessible, et donc c'est un réel qui
est sous la domination du symbolique.
C'est ce que dit le mot place.
Il y a à commenter d’ailleurs ça
maintenant, cette expression de la
même place, que Lacan a si longtemps
fait revenir à propos du réel puisque
nous y avons aussi cet adjectif du
comme le premier annexe du tome
paru du Séminaire Le sinthome.
Joyce a aspiré Lacan et l’a comme
Orientation lacanienne III, 9. réveillé de son sommeil dogmatique,
selon un syntagme fameux, en tant que
- c'est ce que Lacan a formulé - en tant
qu'il incarnerait le symptôme.
L'incarnation, c'est dans le mot une
Jacques-Alain Miller affaire de corps, qui se trouve déplacée
sur le nom propre. Et le nom propre est
Neuvième séance du Cours aussi, dans le tout dernier
enseignement de Lacan une catégorie,
(mercredi 14 mars 2007) une partie du discours privilégiée, dans
la mesure où ce serait le signifiant à
quoi correspondrait précisément Un-
IX corps. La consistance de l’Un-corps.
Comme vous le savez - et cela
figure sur la couverture de ce
Séminaire XXIII - il a donné au mot de
symptôme une orthographe nouvelle.
Et sans doute dans le cours de ses
Je cherche. Je cherche parce que je leçons fait-il entendre à l'occasion le
ne trouve pas une porte d'entrée dans vieux symptôme à la place de ce
le tout dernier enseignement de Lacan. signifiant nouveau, nouveau dans son
Je ne trouve pas ou j’en trouve trop. usage, dans l'usage qu'il en fait mais
C'est un labyrinthe à beaucoup ancien dans la langue, désuet dans la
d’entrées et laquelle mène au langue ― le sinthome.
Minotaure pour le combat avec ce avec Cette nouvelle orthographe signale
quoi lui-même se démontre aux prises en fait une définition différente du
et qui lui inspire des propositions qui symptôme et même une définition toute
apparaissent - si on raisonne avec la autre, qui demande de se déprendre de
logique commune dont on dispose et l'usage familier du terme.
même si elle est la logique de Lacan, Le symptôme, dans son acception
du Lacan précédent - elles au sein du système de Lacan, c'est une
apparaissent, ces propositions, formation de l'inconscient, c'est-à-dire
contradictoires ? que c'est à proprement parlé une partie
Et donc, ce que j'arrive à apporter du discours de l'Autre, placée dans une
ici, c'est ce qui reste une fois que j'ai certaine dit-mension, comme Lacan
éliminé beaucoup de tentatives. devait écrire plus tard le terme.
Ce qui a inspiré Lacan dans son tout Je le réécris. Dans une certaine dit-
dernier enseignement, ce n’est pas mension, par quoi il faut entendre une
Freud. Le plus souvent il le dénigre,
pas toujours, mais le plus souvent. dit - mension
Ce qui a inspiré Lacan dans son mension du dit
dernier enseignement, c’est bien plutôt
James Joyce. Non pas la théorie, s'il y mension - avec un s - qui demeure du
en a une, de James Joyce, mais bien dit.
sa pratique de l'écriture. Ce que Lacan a sorti, surprenant
Joyce l’a aussi aspiré, et jusqu'au son auditoire jadis, par exemple dès
pastiche, dans lequel Lacan s'est laissé son « Rapport de Rome » en 53 et plus
glisser avec une certaine verve. Vous précisément dans le développement
en avez le témoignage au début de la qu'il a donné dans son Séminaire V des
version écrite qu'il a donnée de sa Formations de l'inconscient, le
conférence précédent son symptôme est articulé comme un
Séminaire XXIII, conférence qui figure
J.-A. MILLER, - Orientation lacanienne III, 9 - Cours n°9 – 14/03/2007 - 2

langage, au même titre que première acception.


l'inconscient, c'est-à-dire fracturé entre Le symptôme qui conserve, on peut
signifiant et signifié, sa mension, sa alors l’apercevoir, toujours quelque
demeure pouvant être le corps ou la chose de général, qui est porté à son
pensée. comble dans ce que l'on appelle et ce
Il faut que je suppose ça connu, que dont on se fait une peine, le diagnostic.
je m'en tienne à ce rappel, sinon ce On se tient à deux ou trois tiroirs, à
serait trop labyrinthique. l’occasion quatre, avec l'autisme.
Je me contente d’y opposer la Le sinthome nouvelle manière
définition du sinthome et d'abord par la s'opposerait comme singulier à tout ce
négative. Le sinthome n'est pas une que le symptôme première acception
formation de l'inconscient. Le sinthome comporte de généralités. Ça me paraît
a avec l'inconscient un rapport bien cohérent, précisément, avec ce que
plus complexe, en tout cas différent. Lacan formulera à la fin de son
Pour donner l’idée de ce qui, là, Séminaire XXIV de L'une-bévue, à
oriente l’attention de Lacan, je me savoir que - formule à quoi il faut se
contenterai de le citer dans sa faire - selon laquelle la névrose est
conférence initiale où on a le affaire de relations sociales.
témoignage de ce qui au départ l’a Là, en effet, on est dans cette
aimanté dans cette affaire. définition, au niveau déjà du général.
Le sinthome, dit-il ― dans une Et, pour me rendre encore raison de
phrase qui a quelque chose qui pourrait la formule dont je suis parti - ce qu'il y a
paraître banal, en tout cas qui ne tire de singulier dans chaque individu,
pas l’œil tout de suite quand on la lit ― j'ajoute qu'apparemment, ce n'est pas
le sinthome est ce qu'il y a de singulier le cas de l'inconscient. L'inconscient
dans chaque individu. n'est pas ce qu'il y a de singulier dans
Pour en faire quelque chose ou pour chaque individu. Et c'est bien pour le
en rendre raison, et je m'aperçois que faire saisir que Lacan l’a logé dans
c'est là mon ambition folle, pour me l'Autre, avec un grand A.
satisfaire de ce que je peux dire de ce Il loge l'inconscient dans l'Autre et au
tout dernier enseignement. contraire, disons pour faire la symétrie,
Mon ambition folle, ce serait d'arriver il loge le sinthome dans l’Un. Il définit
à me rendre raison de tout ce que même l’Un par le sinthome. Il en fait la
Lacan a énoncé. De reconstituer point consistance définitionnelle de l’Un, si je
par point pourquoi on voit surgir telle puis dire.
formule après telle autre, alors que la Et je repère ce qui me semble
lecture, même répétée, semble offrir un revenir dans ce tout dernier
certain désordre. enseignement, l'opposition du sinthome
Faut-il renoncer à ce rendre raison, et de l'inconscient.
de tout ce qui est dans ce tout dernier
enseignement énoncé ? Est-ce que 1 - sinthome
c'est ce que ce tout dernier
enseignement réclame ? Et qu'est-ce
qu'il faudrait mettre alors à la place de 2 - ics
ce rendre raison ?
Bon, pour l'instant, c'est déjà Disons que ce sinthome qui
quelque chose de s'apercevoir qu'on appartient à l’Un, c’est dans un temps
procède ainsi. Je n'en suis pas à second, au moins un temps logique,
pouvoir y substituer une autre pratique, que l'inconscient vient se nouer au
du texte qui reste. sinthome.
Et donc si j’essaye de me rendre Mais, il y a tout un registre où Lacan
raison de cette définition du sinthome peut développer la nature du sinthome
comme ce qu'il y a de singulier dans sans faire référence à l'inconscient.
chaque individu, j’y oppose L'inconscient, si on peut dire, s’ajoute.
précisément le symptôme, dans sa C’est la pratique de Joyce qui lui en
J.-A. MILLER, - Orientation lacanienne III, 9 - Cours n°9 – 14/03/2007 - 3

a donné l’idée, avec l’exemple, de telle conserve dans son tout dernier
sorte qu’on peut saisir, à partir de là, le enseignement demande des guillemets
sens de ce que Lacan amène au début et qu’il appellerait un néologisme parce
du Séminaire XXIV, qui suit Le que l'interprétation, elle est inter, elle
sinthome, on peut saisir qu'il s'y était suppose l'Autre et qu'il nous faudrait
déjà essayé. pouvoir la retranscrire dans un autre
Il énonce en effet avec L’une-bévue : registre, celui de l’Un.
j’essaye d’introduire quelque chose qui Après tout, c’est l’appel que Lacan
va plus loin que l'inconscient. fait retentir à la fin de son Séminaire de
Mais, c'était déjà le cas avec le L'une-bévue, l’appel à un signifiant
sinthome. nouveau qu'il espère et qui ne lui vient
pas.
1 - sinthome - Une-bévue De telle sorte que je crois que l'on
peut valider dans le cadre du tout
dernier enseignement de Lacan la
2 - ics définition qu'il donne de l'inconscient
dans sa conférence initiale et qui
rappelle son point de départ, de 1953
Disons que ce qu'il appelle Une- ― l'inconscient est situé dans l'Autre,
bévue, par assonance avec porteur des signifiants, qui tire les
l’Unbewusst freudien, traduit par ficelles de ce qu'on appelle
inconscient, l'Une-bévue s'inscrit au imprudemment le sujet.
même temps logique déjà exploré avec C’est lui qui l’appelait ainsi, le sujet.
le sinthome. Il me semble que cette Il me semble que cette définition est
succession, cette orientation, reste, valable à condition de la situer comme
dans ce tout dernier enseignement, il convient, au temps deux.
constante et qu’elle répercute
l'introduction de l’Un dans son Un 1 - sinthome - Une-bévue
antériorité à l'Autre.
Autre 2 - ics
Un 1 - sinthome - Une-bévue

Autre 2 - ics
Cela veut dire que, en ce sens,
Cet Autre, Lacan ne l’a écrit avec l'inconscient, c'est une généralité et non
une majuscule qu'à partir de son une singularité. Je le cite, et ça me
second Séminaire, mais il n'est pas semble illustrer cette position de
excessif de dire que c'est son point de l'inconscient, cette position qui est
départ. Même s'il a attendu à un décalée par rapport à celle qu'il expose
moment avant de faire pousser cette dans l'article qui porte ce titre de
majuscule, le point de départ de son « Position de l'inconscient » : nous
enseignement c'est bien l’inconscient croyons que nous disons ce que nous
comme discours de l'Autre et c'est voulons. [Ça, ça se prête déjà aux
aussi le principe de l'écriture de ses commentaires].
graphes, poussant à partir de l'Autre. Nous croyons à l'intention, nous
Dans son tout dernier enseignement, croyons à nos intentions, bonnes ou
il y a ce mouvement de revenir en mauvaises ça n'est pas la question, il y
deçà, en deçà de l'Autre et du même a croyance à l'intention.
coup l'obligation d'un nouveau lexique, Ça, c’est dit par Lacan dans sa
une floraison de néologismes et encore conférence initiale mais on peut dire
j'en arrivai à me dire qu’il en manque que tout le Séminaire de L'une-bévue
encore, que par exemple on sent bien roule sur cette affaire là, met en
que le mot d’interprétation que Lacan question précisément l'intention qui
présiderait à l'usage du signifiant, et il
J.-A. MILLER, - Orientation lacanienne III, 9 - Cours n°9 – 14/03/2007 - 4

dégage péniblement un registre non précisément une transformation, la


intentionnel. transformation qui se fait en parlant, et
Un registre non intentionnel de ce sans doute vaudrait-il mieux dire en
que nous disons, de ce que dit dans étant parlé, par l'Autre, par les autres,
l'expérience l'analysant, et il faut bien par notre famille, cette transformation
faire attention que si c'est non très précise qui s'énonce ainsi ― nous
intentionnel, ça met en question faisons des hasards qui nous poussent
l’interprétation même, ça en abolit la à un destin.
possibilité. Nous faisons, au fond, de la
Parce que l'interprétation n’est contingence nécessité, nécessité d'une
pensable que sur le fond d'une signification qui passe à travers nous,
intention. J'ajoute encore, pour qui nous transis et qui nous dessine
commenter cette phrase, là encore qui une instance qui nous appellerai et qui
pourrait paraître banale : nous croyons serai le destin.
que nous disons ce que nous voulons. Et je mettrai, puisque je dispose de
Dans le cadre du tout dernier ce schéma élémentaire, je mettrai les
enseignement de Lacan, il n'y a rien de hasards dans le même registre que
banal, il faut l'entendre raisonner. Qui celui de l'Une-bévue et le destin au
serait l'instance des intentions ? Dans compte de l'Autre.
le freudisme c'est le moi. Et c'est ce moi
qui aussi bien dans le Séminaire XXIII Un 1 - sinthome - Une-bévue hasards
que dans le XXIV, ce moi, cet ego,
devient problématique tout autant que Autre 2 - ics destin
le sujet du signifiant. Le moi de
l'intention est aussi problématique que
le sujet du signifiant.
Nous croyons que nous disons ce Et c'est bien pourquoi dans le
que nous voulons mais c'est ce qu'ont registre de l'Un, on met en question le
voulu les autres. Et là nous sommes destinataire. S'il y a un destinataire
reportés de l'inconscient à ce que nous alors en effet, il y a un destin.
avons simplifié en l’appelant l'Autre. Ce Ce dans quoi Lacan chemine, c'est
qu'ont voulu les autres, plus dans l'énoncé d'un symbolique sans
particulièrement notre famille qui nous destinataire. Ça n'arrive jamais à
parle. destination parce que ça n'arrive pas à
Ah ! Là nous avons une destin et c'est bien pourquoi la notion
représentation commune, accessible, de la fin de l'analyse elle-même est,
de l'Autre, qui est la famille de chacun. dans ce tout dernier enseignement de
Cet agrégat tenu ensemble par la Lacan, soumise à révision.
reproduction, au moins c'est son Je ne dis pas qu'elle est abolie. Il se
principe, que nous appelons notre tient, me semble-t-il, en deçà de cette
famille. abolition. Mais la fin de l'analyse
Et ceci qui est dit dans la conférence demande à être repensée, si elle doit
initiale de Lacan fait écho à tel être située dans le registre de l'Un.
développement qu’il donnera plus tard Alors précisément parce que
à la fin de son Séminaire de L'une- l'inconscient est le discours des autres,
bévue, en notant que laissé à lui-même de notre famille, de l'Autre, c'est
l'analysant parle d'affaires de famille précisément pourquoi l'inconscient est
quelle que soit sa culture, la culture où un principe de sympathie.
il a été élevé et quelle que soit la forme Ah je sais bien que dans le système
particulière qu'a pu prendre dans cette de Lacan il n'y a pas de communication
culture les relations de parenté. d’inconscient à inconscient. Mais il en
C’est donc à inscrire, c'est ce que je va autrement dans le tout dernier
propose, dans cette succession enseignement.
orientée de l'Un à l'Autre. Au contraire, l'inconscient apparaît
C'est là que Lacan isole très comme un phénomène de sympathie et
J.-A. MILLER, - Orientation lacanienne III, 9 - Cours n°9 – 14/03/2007 - 5

c'est bien pourquoi Lacan peut parler est essayé, là on ne joue aux
dès sa conférence initiale de quelque connexions de la psychanalyse,
chose qui s’appelle émouvoir connexions psychanalyse et littérature
l'inconscient. qui relèvent d'une autre époque, celle
C'est peut-être pas autre chose que où on se tenait dans le cadre d'un
comprendre, à moins que ce soit inconscient représentatif et intentionnel,
précisément le contraire et que le c'est-à-dire au temps de ce que Lacan
comble de l'émotion de l’inconscient se appelle, à peu près, les erreurs
soit de ne pas comprendre ; mais grossières de Freud.
précisément ça revient au même. On se demande, évidemment, s'il n'y
C'est là que, prend sa valeur de a pas une certaine sympathie que
constater que Joyce n’émeut Lacan éprouve pour Joyce,
l'inconscient de personne, dans son précisément dans l’aversion que celui-
Finnigans Wake. Donc ça n'est pas un ci témoigne à l’endroit de la
rajout que fait Lacan quand il situe psychanalyse.
Joyce comme désabonné de Et en tout cas il est clair que la
l'inconscient. Dire que Joyce est psychanalyse fondée sur l'Autre, Lacan
désabonné de l'inconscient, c'est la en a ras le bol, dans son tout dernier
même chose que de dire qu'il est enseignement. Il avoue même et il n'est
l'incarnation du sinthome. même pas très loin de Jung dans cet
Il est l’incarnation de ce qu'il y a de aveu, il en a un peu assez des histoires
singulier dans chaque individu. Et c’est de famille qu'on lui raconte. Il est clair
en l’occasion à lui si singulier que ça ne qu'il est décidé à écouter autre chose
communique pas. C'est en ce sens que que l'Autre, que le discours de l'Autre. Il
Joyce l’a inspiré : en tant qu'il donne, est plutôt aux prises avec le sinthome
dit-il, l'appareil, l'essence, l'abstraction, de l'Un qu'avec le discours de l'Autre.
du sinthome. Ça passe par une On se demande si la sympathie de
abolition du symbole et du symptôme Lacan pour Joyce, pas du tout
au sens premier. Il y a ici un radical à incompatible avec l'antipathie, on se
chacun son sinthome qui s'écarte de demande même si cette sympathie ne
toute sympathie, de toute liaison va pas le rejoindre dans son rêve d'en
communicationnelle, de toute finir avec la littérature, pour Joyce, et se
généralité, qui invite à saisir chacun serait pour Lacan d'en finir avec la
comme un Un absolu, c'est-à-dire psychanalyse, de ne laisser derrière lui
séparé. qu'un désastre.
Ah, ça ! Ça c’est une discipline pour Il y a de ça. On l’a soupçonné et il y
l'analyste, quand l'analyse se poursuit a de ça sinon que ça a aussi une face
un petit peu et que ça devient, croit-on, positive et plus inaperçue parce
la routine, que l'analyste, à l'occasion, qu'inédite, celle de déplacer la
devient ce qu'il y a de plus familier, au psychanalyse dans le registre de l'Un et
point qu'on y loge, dans la famille. de repenser sa pratique à partir de ce
Et puis d'emblée il y a ce qu'on qu’a d'absolu le sinthome de l'Un.
appelle le transfert qui est bien fait pour C'est sans doute, ce dernier
installer la sympathie ou l'antipathie, enseignement, le contraire, l'envers du
mais enfin de toute façon la pathie système de Lacan, un envers qui
(rires), c’est ça qui est raboté par cette procède de l'Un tout seul et non pas de
perspective, qui prend la pratique de l'Autre.
l'analyse à rebrousse-poil, qui l’a tond C'est bien parce que ça procède de
même plutôt et que on rétablit ainsi, l’Un tout seul que dès la première leçon
dans ce tout dernier enseignement, ce de son Séminaire de L'une-bévue, il
qui était éteint de l’étrangeté, de la s'interroge sur l'identification. C'est-à-
différence absolue de l'Un. dire qu’il dessine, il esquisse, faut-il le
Alors, évidemment, dans ces comprendre, l'identité symptomale, de
conditions, ce que Joyce produit, c'est ce qu'on appelle avec imprudence le
un texte inanalysable. Personne ne s’y sujet et qu’il suggère que la
J.-A. MILLER, - Orientation lacanienne III, 9 - Cours n°9 – 14/03/2007 - 6

psychanalyse pourrait être définie, je le


dit dans le mot que j'ai employé, Ce n'est pas comme si on se
comme l'accès à l'identité symptomale, présentait d'emblée dans son être de
c'est-à-dire pas se contenter de dire ce sinthome. Ça arrive, mais précisément
qu'ont voulut les autres, ne pas se quand ça arrive, il n'y a pas de distance
contenter d'être parlé par sa famille, c'est-à-dire qu'on ne peut rien en faire.
mais accéder à la consistance Est-ce qu'il s'agit, justement dans
absolument singulière du sinthome. cette espèce de distance, et on voit que
C'est la valeur, à mon sens, de la le terme, enfin les guillemets y sont
question que pose Lacan et de la mis, c'est encore de pouvoir savoir faire
réponse interrogative qu’il donne à sa quelque chose avec son être de
question, pour dire avec quelle sinthome.
prudence il procède, ce n'est pas le Comme dit Lacan, savoir le
seul cas, c’est ça qui est fatigant, c’est débrouiller, savoir le manipuler. Savoir
qu’on a des questions et comme le débrouiller c'est un terme qui a plutôt
réponses, on a encore une forme de sa valeur dans le registre deux, où il
questions. s'agit de se débrouiller du vrai.
En quoi consiste ce repérage qu’est
l’analyse, dit-il, est-ce que ça serait ou Un 1 - sinthome - Une-bévue hasards
ne serait pas, s’identifier à son
sinthome ? Autre 2 - ics destin
Ici, je donne comme valeur à
s'identifier à son sinthome, c’est
reconnaître son identité symptomale. Et là il s'agit, au fond, de l'extraire du
Ce n'est pas qu'on serait d'abord, ça brouillage. On préfère savoir le
n'a pas le sens de ce que je crois, ça manipuler, où le corps est dans l'affaire.
n'a pas le sens de qu'on en viendrait à C'est pourquoi Lacan peut dire que
s'identifier à son sinthome, sinon que ça correspond à ce que l’homme fait
on est son sinthome. S'identifier à ça, avec son image. Avec son image il
c’est le reconnaître son être de s’identifie, ça ne l'empêche pas de
sinthome, c’est-à-dire : après l’avoir pouvoir la corriger, la mettre à la mode,
parcouru, se débarrasser des scories la mettre, cette image, dans le mode où
héritées du discours de l'Autre. Je il la veut.
prends la précaution de suivre Mais, quoi qu'il en soit de ce savoir-
précisément ses énoncés. S'identifier, faire, savoir débrouiller, savoir
dit-il, en prenant ses garanties. Et le manipuler, ce qui n'est pas dit, parce
mot de garantie, là, peut surprendre que ça n'est pas de ce registre là, c’est
puisqu'il semble appartenir au déchiffrer.
registre deux où se serait l'Autre qui Le sinthome, comme le plus
ferait figure de garantie. singulier, est indéchiffrable ou pour
Il me semble que s'identifier à son mieux dire, il est d'un autre ordre que
sinthome en prenant ses garanties, ça l'ordre du chiffre. Et c'est là précisément
veut dire que la question reste toujours, qu'on voit la nécessité de la promotion
là, active : est-ce bien ça ? Et ça ne se du terme d'usage, que depuis lors nous
reconnaît pas à la légère. Est-ce bien avons étendu à différents termes du
de l'Un et non pas de l'Autre ? système de Lacan.
S'identifier, dit-il, aussi avec une On parle d'usage précisément et
espèce de distance. Cette distance, d'usage du sinthome précisément parce
c'est d'abord celle de la remontée de qu’il ne s'agit pas de le faire disparaître,
l'inconscient au sinthome. et certainement pas de le faire
disparaître en l’interprétant.
Un 1 - sinthome - Une-bévue hasards Pour utiliser à bon escient le terme
usage dans cette psychanalyse de l'Un,
Autre 2 - ics destin il faut bien concevoir qu'il est opposé au
terme échange, l'échange où il s'agit de
J.-A. MILLER, - Orientation lacanienne III, 9 - Cours n°9 – 14/03/2007 - 7

mettre à la place et la forme dans la torsion qu'il impose ici à l'analyste,


psychanalyse que prend cet échange, dans sa pratique, c’est de resituer la
c'est l'interprétation. bévue avant l'inconscient.
Le terme d'usage précisément vise Ça n’abolit pas l'inconscient, ça
quelque chose d'autre que n’abolit pas l'Autre, ça décale l'Autre en
l'interprétation, un autre mode Un et donc ça fait surgir cette nappe de
opératoire que l'interprétation. semblants qui enveloppe la pratique de
En même temps, remarquons que l'analyse.
Lacan a bien procédé à une forme C'est pourquoi il peut dire
d'échange lorsqu'il a mis Une-bévue à l'inconscient, en fin de compte, il est
la place de l’Unbewusst, un échange impossible de le saisir. Ça veut dire
qui n'est pas une traduction. C'est bien aussi : il est impossible de le dessiner,
un mot à la place d'un autre, fondé sur comme Freud s'y était essayé.
l'assonance. À la fin de son Séminaire L'inconscient, dit-il, se limite à une
de L'une-bévue, en effet, il y revient, il attribution. C'est l'attribution faite à -
revient sur ce qu'il appelle cet exercice entre guillemets - une substance, à
de métalangue. Il faut se souvenir que quelque chose qui serait dessous,
dans son Séminaire XI des Quatre l'attribution d'une intention à une
concepts fondamentaux il avait défini substance. C'est sa faute, ça vient de
l'inconscient par l'une-bévue, il avait là, c’est la cause.
défini l'inconscient par l’achoppement. Et c'est bien ce qui s’efface du tout
Mais dans son Séminaire XIV ça dernier enseignement de Lacan, c'est
veut dire tout autre chose. Ici, cette catégorie de la cause qu'il avait
l'achoppement, ou le glissement de mot rendue si fondamentale dans son
à mot, comme il s'exprime, se situe système. Par quoi il retrouve, après
comme phénomène dans le temps tout, les propositions de Freud, quand
antérieur à celui où peut apparaître Lacan dit : alors la psychanalyse n'est
l'inconscient puisque l’inconscient qu'une déduction, que la psychanalyse
n’apparaît à partir de l'une-bévue que fait de l’inconscient rien de plus qu'une
dans la mesure où on ajoute une déduction. C'est retrouver la proposition
finalité signifiante, que dans la mesure freudienne qui faisait de l'inconscient
où on ajoute une signification. une hypothèse.
C'est cet ajout qui est destiné à Mais, ce qui était, là, dit par Freud
rester problématique chaque fois qu'on avec ce tout dernier enseignement,
fait de l'inconscient à partir des s'étend à l'ensemble de la pratique.
phénomènes de bévue. Alors ce qui donne corps au
Cette transformation, Lacan lui phénomène, on peut dire que c'est le
donne un nom, il appelle ça faire vrai. symbolique dont nous pouvons faire ici
La psychanalyse, dit-il, c'est ce qui fait la dimension de l'une-bévue. Et c'est là
vrai. Mais il faut entendre que ça se que le destinataire reste coupé ; ça ne
situe, là, dans la succession du parvient pas au destinataire, dit Lacan.
sinthome ou de la bévue à Par quoi il faut sans doute entendre
l'inconscient : on rajoute du sens. On aussi qu’il n'y a pas de destinataire,
rajoute, dit-il, un coup de sens. Mais ça avec ce que ce mot doit au destin. C'est
reste un semblant et il le décompose sans doute dire aussi : il n'y a pas de
même en sens-blanc, qui met en destin, il n’y a de destin que par
valeur, au fond, l'arbitraire du sens. Et semblant, comme il n’y a d’histoire que
c’est quand on y ajoute le sens, quand hystoire avec un y.
on y ajoute l'intention, inconsciente, En fait, il n'y a que des hasards.
alors, en effet, la bévue devient effet de Alors, pour ce qui est de
l'inconscient. l'interprétation, qu’est-ce qu'on met à sa
C'est-à-dire qu'on inverse la place ? Il est amusant et ça raisonne,
succession normale et qu'on met la que Lacan ait examiné la possibilité
bévue, si je puis dire, après que ce ne soit qu'un effet de
l'inconscient. Le forçage de Lacan, la suggestion, au contraire de tout ce qu'il
J.-A. MILLER, - Orientation lacanienne III, 9 - Cours n°9 – 14/03/2007 - 8

avait pu développer dans son système. supposition fait bien voir qu’il ne s'agit
Dire effet de suggestion, c'est que de déductions, que d'hypothèses,
énorme. Il le dit bien sûr sur le mode que de semblants.
équivoque, interrogatif. Il ne fait pas La suggestion, c'est, au fond, le
une proposition et ailleurs c'est par minimum de ce qu'il reste dans le
forçage que je dis proposition quand il signifiant d’effets sur un Autre. Le
s'agit de ce tout dernier enseignement minimum qui reste c’est, dit-il à un
de Lacan. Ou alors il faut entendre moment, l’impératif. Tout discours, en
proposition comme qu'il propose, mais cela, est hypnotique.
enfin il en dispose aussi, il en dispose Et donc ce qui reste, la voie de
négativement le plus souvent. Effet de communication qui reste ouverte, de
suggestion c'est énorme parce que ça l'Un à l'Autre, de l'Un à un autre avant
fait l'impasse sur le transfert. qu'il soit élevé comme grand Autre,
Et d'ailleurs c'est bien l’absent de ce c'est simplement un autre, la voie qui
tout dernier enseignement au moins reste ouverte c'est la suggestion. Elle
dans les Séminaire XXIII et XXIV, le ne suppose rien d'autre ; c'est comme
Transfert. Il fait une impasse sur le l’effet naturel du signifiant.
transfert parce que le transfert est par C'est pourquoi, c'est comme ça que
excellence du registre du numéro deux. je comprends que Lacan puisse dire
Transfert, ça suppose masse établie et qu’il y a contamination du discours par
maçonner le grand Autre, le registre du le sommeil, contamination d’ailleurs qui
destin. se vérifie peu ou prou à chaque cours
Il y a transfert, en effet, quand tout que je peux donner (rires). On m’en fait
ça c'est déjà tramé, qu'on a déjà parfois la confidence.
supposé le savoir qui voudrait dire Et donc quand Lacan se propose
quelque chose. d'inventer, il propose comme ambition
Et, je relève d’ailleurs que quand il l'invention d'un signifiant, c'est dans ce
se pose la question, Lacan fait revenir à contexte. Dans ce contexte où ont été
cet égard fugitivement Jeremy Bentham connectés le signifiant et la suggestion.
et ses fictions parce que précisément Simplement est-ce qu'il serait
Bentham posait, justifiait les fictions par possible, quand il pose la question il en
leur utilité, c'est-à-dire par leur usage. appelle à un signifiant nouveau, il
Alors, quel serait, là, qu’est-ce qui se s'agirait d'un signifiant qui pourrait avoir
dessine comme l'usage de ce que l'on un autre usage et il le dit en passant et
appelait interprétation ? ce serait la sidération.
Lacan, il est instructif de voir qu'il Il en a déjà parlé jadis, dans son
ramène alors le principe du plaisir, que système, de la méthode de sidérer à
le principe du plaisir, il lui reconnaît une l'opposé de la compréhension et à
place à cet étage de l'Un. l'occasion pour forcer la
Ce principe quasiment animal, ce compréhension.
principe acéphale, si on le définit Ici, il en appelle à un signifiant qui
comme seulement subir, pâtir le moins serait nouveau, pas simplement parce
possible. Et c’est de ce principe du que ce serait un plus, mais parce qu’au
plaisir dont Lacan peut dire ça ne cesse lieu d'être contaminé par le sommeil, il
pas un instant. On peut dire que c'est déclencherait un réveil.
vraiment la seule loi, aux principes La question est de savoir dans
qu'ils reconnaissent à l'étage du quelle mesure un réveil est possible.
sinthome. C'est pourquoi Lacan termine son
Et donc, la psychanalyse, on voit, là, investigation du Séminaire de L'une-
consisterait à ramener au principe du bévue en évoquant le somnambule.
plaisir par l'effet de suggestion. Et c'est Est-ce que l'Un est condamné au
pourquoi, au fond, c'est dans le même somnambulisme, au somnambulisme
fil que Lacan minore et même fait du sinthome, au hasard des bévues.
disparaître le fondement du transfert, Il dit autre chose, là il faut l'entendre,
avec le sujet supposé savoir où la que c'est l'inconscient qui ne se réveille
J.-A. MILLER, - Orientation lacanienne III, 9 - Cours n°9 – 14/03/2007 - 9

pas. La maladie mentale qu’est


l’inconscient ne se réveille pas. Il faut le
situer au bon endroit, à l'étage numéro
deux, à ce niveau-là, pas de réveil
puisqu'on va de sens en sens.

Un 1 - sinthome - Une-bévue hasards

Autre 2 - ics destin

C'est peut-être au niveau de l'Un,


par l'identification au sinthome, que le
réveil pourrait cesser de ne pas
s’écrire, si je puis dire.

Bon, eh bien je reprendrais la fois


prochaine ce chemin ardu.

Applaudissements.

Fin du Cours IX de Jacques-Alain Miller


du 14 mars 2007
cascade paradoxale.
Essayons ça. Essayons d'isoler, par
Orientation lacanienne III, 9. construction, d'isoler les antinomies
fondamentales qui conditionnent
l'étonnant, le ravageant tournage en
rond de Lacan, dans ce qu'il appelle lui-
même cette espèce d'extrême et qui
Jacques-Alain Miller donne sur la psychanalyse une
perspective qui change le relief qui
Dixième séance du Cours apparaissait auparavant.
La psychanalyse telle qu'elle
(mercredi 21 mars 2007) apparaît dans le dernier enseignement
de Lacan, je l'ai qualifié hier de
psychanalyse absolue. Il faut entendre
X par-là, par exemple, qu'elle ne
ressemble à rien de ce qui avait paru
jusqu'alors et que c'est la psychanalyse
sans pareil.
J'ai sorti cette expression parce que
On trouve, vers la fin du Séminaire j'avais à parler de la psychanalyse et de
de L'une-bévue, cette proposition, ce ses connexions. Psychanalyse and co,
soupir ou cet aveu de Lacan — dans si je puis dire. En effet pendant
tout cela il n'y a que paradoxes. Le longtemps, et l’idée est restée très
contexte indique qu'il faut mettre ce mot vivace, on en a eu le témoignage hier,
au pluriel. quand on a vu venir des intellectuels de
C'est au moins la garantie que si l'on différentes disciplines s'exprimer devant
s'essouffle à suivre Lacan dans son le public de ce qui s'appelle l’École
dernier enseignement, dans son tout doctorale dont fait partie le
dernier enseignement comme je Département de psychanalyse à
l'appelle, lui-même est à bout de l'université de Paris VIII. Ils sont tous
souffle. Et - comment dire - c'est un animés de l'idée que la psychanalyse
réconfort. Et que faut-il faire quand est de bonne compagnie.
l'objet, l'objet pensée dont on s'occupe Je n'ai donc pas insisté
n'est tissé que de paradoxes ? excessivement sur l'absolu de la
Il faut d'abord mettre en question, psychanalyse pour ne pas jeter un
comme lui-même le fait à l'occasion, la froid. J’ai même proposé, par esprit de
notion même d'où se supporte le conciliation, que la psychanalyse de
concept de paradoxe, à savoir la notion compagnie et la psychanalyse absolue
qu'il y aurait de l'opinion vraie. C'est ce c'étaient deux points de vue qui
qui est mis en suspens. Il n'y a rien de pouvaient coexister.
commun. Mais enfin quand on suit
C'était la devise qu'avait d'ailleurs l'enseignement de Lacan, il y a une
prise, jadis, une maison d'édition qui trajectoire, qui conduit à cet isolement
s'appelait Au sans pareil. Eh bien cette de la psychanalyse dont on aimerait
dénomination convient bien à cette qu'il soit splendide, comme le veut la
atmosphère raréfiée où on doit formule fameuse, et qui est bien plutôt
s'efforcer de respirer. Raréfiée, c'est miserable. Mais enfin, c'est tout de
aussi le mot qui convient, me semble-t- même aussi un joyau.
il, quand on a affaire à cette multitude, Lacan, au commencement de son
à cette cascade de paradoxes. enseignement, s'est présenté avec tout
Ce n'est pas tant de les résoudre, un cortège de disciplines affines et
qu'il s'agit, que de les raréfier, que connexes à la psychanalyse.
d’arriver à situer leur matrice, les C'était l'époque où, apparemment, il
antinomies suprêmes dont on pourra croyait à quelque chose comme la
poser qu'elles conditionnent cette formation des analystes. Preuve que le
J.-A. MILLER, - Orientation lacanienne III, 9 - Cours n°10 – 21/03/2007 - 2

souci pédagogique, dont il fera plus encore à l'époque surprenant dans la


tard des gorges chaudes, était bien le pratique récente de la nouvelle histoire,
sien. Et c'est ce qu'il fallait bien croire comme on l'appelait, celle qui avait un
pour militer afin que la psychanalyse ait concept de la construction de l'histoire
sa place dans l'université d'où procède au point de savoir faire varier les
le lieu même où, encore aujourd'hui, je durées.
m’exprime et vous êtes là. Et on en a l'écho dès le départ de
Lacan ne rechignait pas à énumérer l'écrit de Lacan « Fonction et champ de
les disciplines d'où Freud avait pu tirer, la parole et du langage en
tout au long de son écriture de la psychanalyse », qui débute par la
psychanalyse, puisque -, enfin il ne référence à l'histoire, à l'époque où
nous reste pas grand-chose des Lacan considère que la cure analytique,
proférations de Freud dans les au fond, est affaire d'histoire et qu’il
séminaires du mercredi où, à la définit l'inconscient comme le chapitre
différence de Lacan, il faisait parler barré, manquant, refoulé, de l'histoire
abondamment les autres, on a du sujet qui doit apprendre à déchiffrer.
quelques commentaires oraux de lui qui Méthode donc de l'histoire, et donc à
nous restent, mais enfin ce qui, chez son initiation au caractère factice des
lui, a fait fonction d'enseignement, c'est découpages, initiation à la linguistique
son activité incessante, inlassable, alors qu'il dénoncera plus tard la
d'écriture. carence du linguiste et aussi initiation
Il a écrit la psychanalyse alors que aux méthodes des mathématiques.
dans l’enseignement de Lacan ses Je disais hier que c'était surtout, ici,
écrits sont la retombée de son sans doute, la théorie des jeux, qui
enseignement oral. C'est la mise en faisait novation juste après la Seconde
forme, au début régulière, de ce qu'il Guerre mondiale, à quoi il pensait, cette
avait frayé à son Séminaire. Une mise théorie des jeux qu’on ne connaissait
en forme souvent, mais enfin une mise qu'à travers l'ouvrage princeps, en
en forme plus développée mais souvent anglais, de John Von Neumann et
partielle par rapport à l'étendue qu'il Morgenstern et auquel, à la diffusion de
avait couverte. quoi, la diffusion intellectuelle de quoi
Freud a trouvé ses procédés de se vouait en particulier le
pensées, comme disait Lacan, et aussi mathématicien proche de Lacan qui
bien ses armes techniques, dans un s'appelait Guilbault et qui, dans une
certain nombre de domaines qui sont revue, si je me souviens bien qui
l'histoire de la langue et des institutions, s'appelait Économie et société donnait
la littérature avec toutes ses de cette théorie des jeux des comptes-
résonances et les œuvres d’art dont il rendus simplifiés, simplifiés mais avec
dégageait les significations qu'elles grand mérite.
impliquent. Un jour, quand je quitterai la
Et, font ainsi cortège à Freud, à ses psychanalyse absolue, je pourrais en
livres, une très grande bibliothèque, revenir d'ailleurs, à exposer ça. Il se
des musées, enfin toute une culture qui vouait donc, Guilbault, à diffuser les
ensuite s’est montrée réceptive à la notions de cette théorie des jeux, qui a
psychanalyse. aidé Lacan, si je puis dire, à investir le
Lacan, je l'ai signalé hier, a formalisé rapport du maître et de l'esclave
le recours humaniste de Freud aux hégélien ailleurs que dans le stade du
ressources culturelles. Il a thématisé le miroir.
recours à des disciplines auxquelles il Il a investi ce rapport dans la théorie
proposait d’initier l'apprenti des jeux qui s'y prête puisqu'elle met en
psychanalyste. relation deux sujets jouant l’un contre
C'est ainsi qu'il voulait que le l’autre, et où il s'agit de déterminer pour
psychanalyste en formation ait la notion chacun la stratégie optimale. Vous en
des méthodes, de l'histoire. Cela dit, en avez encore l’écho dans les schémas
1955, c’est une référence à ce qui était
J.-A. MILLER, - Orientation lacanienne III, 9 - Cours n°10 – 21/03/2007 - 3

que Lacan a pu donner à l'intérieur de l'écriture poétique chinoise. Mais pour


son Séminaire D'un Autre à l'autre du le reste, il fait des pieds de nez à Lévi-
pari de Pascal, formalisé de façon Strauss, à Jakobson et il n’y va pas
élémentaire sur le mode de la théorie avec le dos de la cuillère pour ce qui
des jeux. concerne Freud.
Théorie des jeux et j'ajoute théorie Je me suis même laissé aller à dire
des graphes auxquels Lacan est venu, que cette psychanalyse absolue était à
peut-être à partir de la cybernétique qui la fois veuve, orpheline, et j'ai ajouté
était aussi populaire à cette époque à stérile, ce qui a conduit un charmant
partir de l'ouvrage de Norbert Wiener mathématicien qui était là présent, à la
dont le premier graphe de Lacan, celui fin, et que les mathématiques n’avaient
qui est présenté par exemple dans son pas détourné de suivre cette journée, à
« Introduction à la lettre volée » semble ma surprise, de venir à la fin me dire
inspiré. qu'il m’avait trouvé bien pessimiste pour
Semble inspiré d'ailleurs pas la psychanalyse.
seulement de la cybernétique, semble Non ! Psychanalyse absolue, elle n'a
bien inspiré - c’est mon idée - de pas de lettres de noblesse, ce qui fait
montages électriques qu’avait peut-être qu’en effet, elle est assez ignoble. Elle
appelé pour lui le concept de résistance n’attend rien de personne. Un petit peu
puisqu’en électricité, il est aussi de la poésie et d'une façon, à y
question de résistance. regarder de près, assez équivoque.
Mais enfin c'est une idée que je me Le tout dernier enseignement de
fais comme ça des chemins par Lacan vous impose une psychanalyse
lesquels Lacan est arrivé à ses séparée, ce qui fait que, en effet, ça ne
graphes. Il avait, à l'époque, commencé se prête pas aisément à être diffusé au-
à se développer la théorie des graphes, delà de ceux qui en ont la pratique
en particulier avec un mathématicien comme analysant et comme analyste.
français qui faisait le tour de la Et ceux-là, tout de même, quand je
littérature antérieure, que j'ai nommé reprends ça, pas à pas, que je
hier, je répète son nom, les ouvrages témoigne de ma difficulté aussi bien,
sont toujours diffusés je crois d'ailleurs, ceux-là, si j'en crois ce qu'il m'en
Claude Berge. J'énumère ainsi revient, ça les fait vibrer. Ils entendent
quelques noms, je jette comme ça comment on en arrive à la
quelques noms. Bien sûr il faudrait y psychanalyse absolue, quoiqu'on en ait.
ajouter aux premières places Lévi- Et voilà, parmi une logique qui tient à
Strauss, à partir duquel Lacan est la dynamique interne de la pratique,
remonté à sa source, au binarisme c'est l’antinomie suivante, que la
linguistique qui l’a inspiré chez Roman psychanalyse fait vaciller tous les
Jakobson et dont Lévi-Strauss avait lui- semblants, y compris le semblant
même une connaissance, aux États- psychanalytique.
Unis, où il était réfugié pendant la Et donc le tout dernier enseignement
guerre et où tous les deux, Jakobson et de Lacan se tient sur ce bord, où on
lui, enseignaient à l'école de New York observe la puissance destructrice de la
qui accueillait un certain nombre psychanalyse, qui est aussi, pour ceux
d'européens ayant fui le continent. qui en ont la pratique, d'un côté et de
Donc toute une parenté, un énorme l’autre, qui est aussi un enfermement,
parentage autour de la psychanalyse et ça se tient sur le bord où, à la fois on
où elle s'inscrivait et trouvait une observe la puissance destructrice de la
accréditation, ses lettres de noblesse. psychanalyse et où cette puissance finit
Il faut dire que, évidemment la par emporter la psychanalyse elle-
psychanalyse absolue, par rapport à même.
ça, est de bien mauvaise compagnie. Les destructions s'achèvent en
Lacan, dans son tout dernier autodestructions moyennant quoi on en
enseignement, dit du mal de tout le revient. On en revient à se demander
monde. Il ne sauve, ici ou là, quoi ? comment ça se produit et comment,
J.-A. MILLER, - Orientation lacanienne III, 9 - Cours n°10 – 21/03/2007 - 4

malgré tout, il y a la psychanalyse, et poser l'idée de réel et d'opérer avec


qu’elle opère. Mais on passe par le cette idée.
moment de l'autodestruction après L'idée de réel, c'est ce par rapport à
quoi, en effet, le relief est changé. quoi on peut juger du semblant. C'est
Je ne crois pas que c'est en termes un terminus a quo, un terme à partir de
d'optimisme ou de pessimisme qu’on quoi, un extrait mais un terme extrême,
saisit ici le mieux de ce dont il s'agit. Il à partir de quoi on juge du semblant,
s'agit plutôt d'une antinomie logique, d'où la nécessité de définir l'idée de
logiquement conditionnée par la réel comme ce qui comporte l’exclusion
psychanalyse elle-même. Mais, il fait de tout sens.
saisir en effet par quel biais elle pourrait C'est une définition qui est à la fois
être défaite, si son semblant cessait formulée par Lacan et interrogée,
d'être si captivant. questionnée, contestée puisqu’on peut
Donc, au début l'immense cortège défendre que cette définition, quoiqu'on
de la culture, justification en ait, assigne un sens à l'idée de réel.
d’innombrables thèses à venir. Ce qui Là se répète cette même logique de
promet à la psychanalyse dans l'antinomie que j'évoquais tout à l'heure.
l'université un grand avenir au registre
de l'histoire des idées, un immense
cortège pour commencer et puis, dans
la pointe de ce tout dernier
ϕa R
enseignement, une solitude si profonde
qu’elle-même semble s’y abîmer.
Alors je dis le semblant
psychanalytique. Toute la question est La psychanalyse juge les semblants
de savoir où commence le semblant. La et puis elle-même est attirée dans ce
thèse Lacan et je crois de qualifier ça registre. À partir du réel on peut juger
de thèse, la proposition, là, est les semblants et puis on s'inquiète de
justifiée ; justifiée par la constance que savoir si le réel tel qu'on le manipule
cet énoncé manifeste dans ce tout n'est pas lui-même aussi du même
dernier enseignement, le semblant ordre. Nous avons déjà, là, l’esquisse
commence au sens. de ce que je me proposai de chercher
C'est le principe du vacillement des comme matrice d'une flopée de
semblants, principe radical, que tout ce paradoxes.
qui fait sens est suspect. Allons au-delà Et, disons où se tient là, il y a deux
de la loi du suspect, tout ce qui fait positions contradictoires, ce qui fait que
sens est condamné, tout ce qui fait ce n'est que sur un bord qu’on profère
sens n’est que semblant. Une et qu’on ne peut pas très longtemps se
équivalence est mise entre sens et tenir à une de ces positions sans
semblant. revenir à l'autre.
Alors au regard de quoi, semblant ? D'où, dans les énoncés de Lacan qui
Il faut se poser la question, sinon on nous restent sténographiés, un certain
formule seulement, comme l'ont fait un effet de scintillement qui tient à ce que
certain nombre de philosophes dit je simplifie ici comme ces deux temps,
postmodernes, qu'il n'y a que des ces deux moments de l'antinomie.
semblants. C'est ainsi que je donne sa valeur à
J'éviterai ici et de donner des noms cette phrase de Lacan — que ce n'est
et d'apporter des preuves, ça fait partie que pour autant que le réel est vidé de
d'un moment de la culture qui déjà sens que nous pouvons un peu
s'éloigne. Lacan s'en distingue par la l'appréhender.
bonne logique de se demander : au Vous voyez, on ne peut
regard de quoi est-ce semblant ? l'appréhender qu’un peu, on ne peut
D'où la nécessité de poser, si pas l'appréhender franchement dans la
contradictoire soit-elle, si difficile catalepse de l'ensemble où il serait là,
d'accès qu’on la vérifie, la nécessité de
J.-A. MILLER, - Orientation lacanienne III, 9 - Cours n°10 – 21/03/2007 - 5

où il serait dehors. Il n'est susceptible le tout début de l'enseignement de


que d'une appréhension faible. Lacan, le sens est induit par la
connexion, par cette connexion qui est
le rapport du signifiant au signifiant.
ϕa R
C'est la thèse que Lacan a posée et
illustrée dans son « Instance de la
lettre », tout en l’ayant déjà auparavant
évoqué et qu'il a essayé, là, d'habiller,
de maçonner de mathèmes.
Lorsque nous le voyons, nous le Dans la psychanalyse absolue,
voyons scintiller hors du sens et du l'absolu dont il s'agit est obtenu par la
semblant, d'où ce caractère de rupture de connexions, par la
définition toujours recommencée qu'on déconnexion. Nous écrivons,
trouve dans ce dernier enseignement. conformément à un symbolisme parfois
On ne peut pas le dire qu'une seule utilisé par Lacan — S1 double trait S2.
fois, en le développant, parce
qu’aussitôt ça s'éclipse de l'autre côté.
Donc il faut le dire d’une certaine façon
S1 // S2
très vite et plusieurs fois.
C'est là qu'on s'essouffle, parce C'est le symbole de la déconnexion,
qu’on s'essouffle dans cette escalade qui, en ce sens, abolit le sens, abolit,
parce qu'on ne peut pas se reposer sur inhibe, la production de l'effet de sens.
une thèse bien posée. On ne peut que C'est pourquoi, sur la voie du réel,
appréhender un peu. on rencontre le Un, qui est le résidu de
Alors, le vidage de sens définitionnel la déconnexion et, en effet, qui sert de
du réel, Lacan peut dire que ça ne recours dans l'accès au réel, même si
porte même pas à lui donner le sens de vous ne le trouvez pas assez vidé de
l'Un. Et voilà mis en question le schéma sens, ce Un, il est quand même déjà
à quoi je vous ai un peu permis de vous sérieusement épuré. C'est la dernière
reposer et qui opposait le registre de station avant le réel, ce Un, si je puis
l'Un et le registre de l'Autre, la dernière dire.
fois. C'est ainsi que Lacan peut dire, dans
une de ces phrases tortueuses où les
Un réserves, les minorations, ont tout leur
Autre prix, comme le un peu accolé à
appréhender.
Mais enfin, si on ne peut pas lui Il faut tout de même bien - oui c'est
donner le sens de l'Un, si on ne peut là qu'on regrette que après « L’esp d’un
pas lui donner complètement le sens de laps », que Lacan a rédigé à la fin du
l'Un, il y a pourtant un rapport du réel et Séminaire du Sinthome, on regrette
de l'Un, dans la mesure même où il y a bien qu'il n'ait plus rien, à ma
un rapport du sens et de l'Autre comme connaissance, qu'il n'ait plus écrit de
je l'ai évoqué la dernière fois. texte par exemple la fin de son
Et il y a bien quelque chose qui porte Séminaire de L'une-bévue.
à situer, un peu, les affinités du réel et On aurait vu comment il aurait rendu
de l'Un. par écrit toutes ces nuances, du un peu
Alors, c'est un Un, il est spécial et de tout de même bien. Il faut, dit-il,
quand on l’aborde tout seul sans Autre. tout de même bien se raccrocher
Comment est-ce qu'il pourrait être quelque part.
vraiment l'Un quand on le saisit sans Et cette logique de l'Un est bien ce
l'Autre ? C'est donc le Un entre qui reste comme existence.
guillemets. Il est Un par ablation de Et là il faut entendre, je crois, le mot
l'Autre. ex-sistence, comme Lacan parfois
Saisissons ça un peu de cette l'écrit – ex, e, x, tiret sistance -, comme
manière. Le sens, et c'est le cas depuis subsistant hors de, et ici subsistant
J.-A. MILLER, - Orientation lacanienne III, 9 - Cours n°10 – 21/03/2007 - 6

hors du semblant et du sens. réel // sens


Donc on voit ici qu'à la fois le réel
exige la logique de l'Un mais pour
autant que l'Un c'est encore un sens, le Après tout comment en serait-il
réel exige aussi l'exclusion de l'Un. autrement puisque le sens varie, le
Eh bien ça, ça dessine une voie en sens n’a rien de constant ? Et au
impasse, en effet, et dans laquelle contraire, le symptôme s’avère d'une
Lacan s'installe. Ce qui oblige de permanence dans le temps qui peut le
tourner très vite, à la fois de se servir faire assimiler au réel.
de, et de disqualifier ce dont on s'est Chaque fois que, semble-t-il, une
servi. Et on est justement dans une interprétation rate, une interprétation
problématique du se servir de, de qui procède par le sens, qui a de toute
l'instrument, pour viser au-delà. façon toujours un effet de sens, on peut
On est dans une problématique de dire qu'on est reconduit à ce réel
l'usage et du forçage de l'usage, qui séparé du sens.
revient comme un leitmotiv dans ce tout Et en même temps la pratique, elle,
dernier enseignement. opère avec du sens, opère avec de la
Alors, autre antinomie, et là qui connexion, que ce soit la connexion de
concerne explicitement la l'association libre, que ce soit la
psychanalyse, la psychanalyse conduit connexion de l'interprétation, la pratique
à une existence nettoyée du sens et en opérant à partir du sens suppose un
même temps Lacan est amené à rapport - je l'écris avec le losange
énoncer ceci, je le cite soigneusement lacanien - un rapport du sens au réel.
— l’idée qu’il n’y a de réel que ce qui
exclut toute espèce de sens, cette idée
est exactement le contraire de notre - réel // sens
pratique. - sens ◊ réel
Oui, j'entends quelques rires
discrets. C'est une possibilité théorique,
mais je ne mets pas ça en forme pour Et donc la psychanalyse a cette
provoquer le rire. Au contraire, c'est marche boitillante : entre sa perspective
déjà pas mal que ça provoque le rire, il et sa pratique, il y a un hiatus, il y a
y a d'autres moments quand on essaye même une inversion.
de comprendre trop bien où ça D'où ce que comporte le dernier
provoque le désespoir. enseignement de Lacan, du registre
Il y a dans le parcours de ces textes, que je dirais de la psychanalyse juge
en effet, quelque chose de désespérant de la psychanalyse, comme il y a
dont je cherche la voie de sortie en Rousseau juge de Jean-Jacques. Dans
construisant des antinomies, et à voir à ce tout dernier enseignement, la
quelle logique elles obéissent. psychanalyse comme perspective juge
Eh bien ici, plutôt que de se que la psychanalyse comme pratique
désespérer ou de rire, je construis une est du semblant.
antinomie interne à la psychanalyse. C'est cette condamnation que fait
Disons, une antinomie entre entendre Lacan, condamnation avec un
perspective et pratique. modérateur, avec une incise
Il y a beaucoup de moments modératrice — la psychanalyse, dit-il,
d'incompréhension qu'on éprouve à serait d'une certaine façon ce qu'on
suivre Lacan qui viennent de ce qu'on pourrait appeler du chiqué, je veux dire
colapse, on écrase l'un sur l'autre ces du semblant.
deux niveaux : perspective et pratique. Ça, ça relève de, la psychanalyse
La psychanalyse, en effet, a comme juge de la psychanalyse, c'est la
perspective, comme ligne d'horizon, le psychanalyse comme perspective
réel comme séparé du sens. jugeant la psychanalyse comme
pratique.
Et ça l’a même conduit, à cette
J.-A. MILLER, - Orientation lacanienne III, 9 - Cours n°10 – 21/03/2007 - 7

époque, à se déplacer dans la ville de traduit qu'il n'y a pas d'Autre.


Bruxelles pour confier à ses auditeurs
qu'il en était au point de qualifier la
psychanalyse d'escroquerie. irci
S (A)
Revenu à Paris il s’est d'abord gardé
de prononcer ça, il a envoyé ses Alors, il y a, au fond, toujours
auditeurs à fréquenter leurs collègues quelque chose d’interrompu, dans le
bruxellois pour savoir ce qu'il avait dit et rapport du signifiant au signifiant.
puis il a lâché le mot le coup d'après, En ce sens S1 ce ne serait que le
sentant bien, enfin, le risque qu'il commencement du savoir qu'on attend
prenait à simplifier la matrice de son en S2 et qui n’est que supposé. Et
antinomie de cette façon là et ça n'a Lacan dit alors qu'un savoir qui se
pas manqué, bien sûr, cet énoncé contente toujours de commencer, ça
figure en bonne place dans le Livre noir n'arrive à rien.
de la psychanalyse. Et, phrase apparemment amusante,
Vous voyez comment il faut manier cette phrase, au fond, est une façon de
tout ça avec précaution. traduire cette faille et la déconnexion de
Alors ça permet à Lacan une S1 et de S2.
relecture du mathème qu'il avait Et, Lacan en justifie son manque
proposé au début des années 70, du d’espoir, comme il s'exprime.
discours analytique. Et c'est ça qui peut faire glisser au
pessimisme et on sent bien que là on
touche à un thème qui est leitmotiv
a S chez Lacan à partir d’une certaine date
de son enseignement et que nous
trouvons se faire entendre par exemple
S2 S1 dans telle réponse donnée aux
auditeurs du Sinthome, réponse que
j'avais citée et qui traduit tout à fait la
Je vous le rappelle, qui met à la
position de S1 par rapport à S2 :
place dominante, l’agent, l’objet petit a,
j’attends mais je n’espère rien.
commandant au sujet comme barré, de
Et au fond c’est, le S1 précisément
dire, le sujet est perdant là son identité
parce qu'il a le sens de l’Un, implique
mais ??en pas d'autres que celle de
un Deux, attend un Deux, le demande
sujet et de son dire, et faisant revenir le
et en même temps on doit savoir que
signifiant-maître de son histoire,
ça ne viendra pas.
l'analyste en position d'objet a supporté
On m'a demandé la semaine
par le sujet supposé savoir écrit S2 et
dernière, dans ces jeux que jouent
une rupture de continuité qui empêche
parfois les journaux, d’indiquer quel
de boucler le cercle comme c'est la loi
serait mon épitaphe pour le président
de construction de ce schéma, les
de la République en activité. Bon j’ai
quatre schémas, de Lacan, les trois
répondu au téléphone ce qui m'est
schémas qui vont avec celui-ci faisant
venu : il avait un très grand appétit.
quatre.
Et au fond une épitaphe pour Lacan
Et ici, en effet, la rupture de
ça pourrait être ça : j’attends mais je
continuité à laquelle du point de vue de
n'espère rien.
la psychanalyse absolue on donne, au
Et apparemment il n’espérait pas la
fond, une fonction majeure puisqu'elle
résurrection des corps. Bon.
montre le discours analytique articulé
Ça roule cette phrase j’attends mais
autour d'une coupure, articulé autour
je n'espère rien puisque ça conduit
d'une déconnexion du rapport du
aussi bien à ce qu'on constate, déjà
signifiant au signifiant.
présent chez Freud, mais porté à
Cette faille entre S1 et S2, à
l’incandescence chez Lacan, la
l'occasion Lacan peut dire que c'est
psychanalyse toujours recommencée.
précisément ce que traduit son
C'est ce qui donne son pas, c'est ce
mathème S de grand A barré ; ça
J.-A. MILLER, - Orientation lacanienne III, 9 - Cours n°10 – 21/03/2007 - 8

qui donnait son pas à son laquelle j'essaye d'entrer ou de faire


enseignement. Chaque année et non précipiter cette nuée, de cette façon.
pas la suite, mais un départ prit Il s'agirait d'arriver à penser et plus
d'ailleurs, de telle sorte que chaque encore, d'arriver à pratiquer, un effet de
Séminaire c'est ça, c'est le sens qui ne serait pas du semblant.
commencement d'un savoir. Et il me semble que on en a les
Et c'est un savoir qui se contente de indications en d'autres moments de
toujours commencer. l'enseignement de Lacan. Une voie de
Alors on en a quelque chose chez sortie se serait de définir l'opération
Freud avec son changement de analytique à partir d'une interprétation,
topique, mais chez Lacan on peut dire connexion-signifiant, ayant à ce titre un
que c'est chaque année qu'il effet de sens mais qui ne serait pas
recommençait. Et j'ai même mis en équivalent à du semblant.
doute, à juste titre me semble-t-il, que à Un effet de sens, au fond, qui
l'intérieur même d’une même année il rejoindrait le réel.
n’eut qu'un seul bloc, que ça ne forme Et, c'est ainsi que Lacan est amené
qu'un bloc, au contraire on y note des à définir ce dont je fais une opposition
redéparts internes, où le point de vue terme à terme, en l'extrayant de ce que
se déplace. j'appelais sa nuée, une opposition entre
On recommence à chaque fois, deux rapports du réel et du symbolique.
chaque semaine. Il définit d'abord ce qui serait la
Et, au fond, on célèbre à l'occasion position du symbolique, de la
qu'en effet ça ne fait pas un savoir connexion signifiante avec effet de
bouclé sur lui-même. Et un savoir sens, je traduis, dans le réel.
ouvert c’est aussi un savoir qui ne fait R
que commencer.
Et c'est pourquoi on peut dire de la
psychanalyse vous n'avez encore
S
jamais rien vu.
C'est la même musique qu’il se Ça, ça pourrait nous représenter à
faisait entendre quand Lacan pouvait d'autres égards la position qui définit la
dire que la passe, il ne cessait pas de croyance scientifique qu'il y a du savoir
la faire. C'est-à-dire aussi de la dans le réel, comme en témoigne déjà
recommencer, selon un point de vue l’énoncé galiléen de la nature écrite en
c'est acquis une fois pour toute, la langage mathématique.
passe, mais selon un autre point de vue Bien sûr, ça c'est un point de vue
la passe obéit aussi au principe du qui, dans le tout dernier enseignement
toujours recommencé qui repose sur de Lacan, est volatilisé à la mesure
cette déconnexion. même du savoir, ça n'est qu'un
Une déconnexion qui n'interdit pas la supposé savoir, ça n'est qu’un sens qui
promesse mais qui assure que elle ne est, là, donné.
sera pas tenu, si je puis dire. R
Alors, Lacan a tout de même
cherché une voie de sortie par rapport
à l'antinomie de l'escroquerie, si je puis
S
dire. Par rapport à l’antinomie
« perspective et pratique ».
Il l’a cherché, cette voie de sortie, effet de sens
dans le sens de définir, de la définir, la mensonge
psychanalyse, comme une escroquerie
qui tomberait juste, je le cite, — qui Ici, qu'est-ce que donne le
tomberait juste par rapport à ce qu'est symbolique dans le réel ? Il donne un
le signifiant. effet de sens qui échoue à rendre
Là, enfin, il y a une certaine nuée de compte du réel l'idée de sens et qui
propositions où pour l'instant, dans
J.-A. MILLER, - Orientation lacanienne III, 9 - Cours n°10 – 21/03/2007 - 9

donc au regard du réel n'est que R


mensonge. S
C'est ce que Lacan exprime en
disant, il l’illustre par une manipulation
S R
du tore mais dans l'énoncé il en rend
compte en disant le réellement
symbolique, c'est le mensonge. effet de sens
mensonge
objet a
angoisse Σ
R
S Au fond, c'est l'infraction
symptomale si je puis dire. Le
S R symptôme serait ce qui conserve un
sens dans le réel.
Et donc c'est à partir de là, me
effet de sens angoisse semble-t-il, qu'il essaye de situer ce qui
mensonge devrait être un concept renouvelé de
l'interprétation, touchant le symptôme.
À quoi il oppose le symboliquement Alors, là, deux voies possibles. Ou
réel, à savoir qu'il y a, donc, la lettre bien l’interprétation agit sur le
extérieure dénomme, si je puis dire, la symptôme, parce que le symptôme
dimension dont il s'agit, que dans le conserve un sens, par infraction à la
symbolique, il y a quelque chose de définition posée.
réel. Nous nous retrouvons, le terme Et donc, Lacan, dans son tout
qui a fait l'objet de tout un Séminaire de dernier enseignement essaye
Lacan aujourd'hui publié, à savoir d'emprunter cette voie.
comme le définissait à l'époque déjà Mais l'autre voie, c’est à celle-là qu’il
l’angoisse, comme étant précisément donne plus de résonance, l'autre voie
ce qui ne ment pas, par rapport à tout distingue deux modes de l'interprétation
ce qui dans les effets de sens, n'est selon qu'elle est pensée à partir du
que mensonge. réellement symbolique ou à partir du
Qu'est-ce que c’est le réel dans le symboliquement réel.
symbolique ? C'est déjà ce qu’il a
essayé de construire sous les espèces R
de l'objet petit a et qui, pathétiquement,
S
prend la valeur de l'angoisse. S R
R
Σ
S effet de sens objet a
S R mensonge angoisse

Eh bien l’interprétation, ça n'est


effet de sens objet a qu'un mensonge, qui n'agit que sur les
mensonge angoisse semblants, mais qui est impuissant
concernant le réel. Ou bien, on pourrait
C'est à cette place qu'il s'essaye à définir l'interprétation du côté du
situer le symptôme, à la même place symboliquement réel mais alors ça
que l'angoisse comme ce qui ne ment demanderait de mettre au point ce qu'il
pas mais comme aussi bien ce qui ne a appelé un signifiant nouveau mais ce
cesse pas de tourner en rond, ne cesse n'est pas un signifiant particulier, c'est
pas de s'écrire, c'est-à-dire comme une un mode nouveau du signifiant, un
connexion nécessaire qui transporte du mode d'existence nouveau du
sens dans le réel. signifiant, ou au moins un nouvel usage
du signifiant qui n’aurait comme le réel
J.-A. MILLER, - Orientation lacanienne III, 9 - Cours n°10 – 21/03/2007 - 10

aucune espèce de sens. D'où sa


référence à la poésie. À quoi il oppose, dans la psychose,
D'où la proposition qu'il faut mettre l'automatisme mental et je le
en place dans ce schématisme selon représenterais de façon exactement
laquelle il n’y a que la poésie qui inverse.
permette l’interprétation. Mais c'est à la
condition de montrer que la poésie, si Autre Un
l'on veut, est doublement articulée.
Un Autre
R S
S poésie R
L'automatisme mental, la psychose,
c'est un plongement de l'Autre dans
effet de trou l'Un où la multiplicité des langues se

Σ
effet de sens objet a met à foisonner, où les pensées
trouvent un écho et de telle sorte qu’en
mensonge angoisse
ce sens, il n'y a rien de plus normal.
C'est-à-dire que ça tient, la psychose
Et que la poésie, à la fois, en effet, à cet égard, tient à l’Un sans l'Autre,
produit un effet de sens, mais qu’en elle tient à l’Un qui a absorbé le chaos
même temps elle produit un effet de du discours universel et qui le ressent,
trou, un vidage et ce serait par son effet le vit en son intérieur.
de trou qu'elle serait adéquate à l'objet La psychanalyse, à cet égard, c’est,
petit a. au moins à l'horizon de ce qu'on peut
Donc un usage du mensonge, un en dire, la psychanalyse du névrosé
forçage du mensonge, dans le sens du c'est une remontée.
réel. Il me semble que c'est à partir de
cette double articulation de la poésie
que Lacan construit tel schéma ou Autre Un
développe telle argumentation dans
son Séminaire de L'une-bévue, que je Un Autre
n’ai pas reproduit ici, pour l'instant,
parce qu’il me semble que c'est à partir
de ce schématisme que ça doit être
entendu — effet de trou. On part de l'Un plongé dans l'Autre
Alors un dernier mot sur la clinique et les semblants qui sont là véhiculés
qui s'en déduit, pour Lacan, et qui vacillent et s'évacuent jusqu'à ce que le
oppose la névrose et la psychose. sujet ait accès à son se parler à soi-
La névrose, je l'ai rappelé la dernière même, qu'il ait accès à l'autisme de son
fois, il pouvait dire que ça tient aux discours et c’est alors que
relations sociales. C'est-à-dire que la l'interprétation trouverait sa valeur
névrose n'est pas tant un phénomène d'intrusion d'un mode nouveau du
de l'Un que le résultat du plongement signifiant.
de l'Un dans la sphère de l'Autre. En
particulier elle s'articule au sein des À la semaine prochaine.
relations de la famille.
Fin du Cours X de Jacques-Alain
Un Miller du 21 mars 2007

Autre
on tombe. Et c'est tout un effort que
d'arriver à faire usage des énoncés de
Lacan, ces énoncés qui sont à plaisir
Orientation lacanienne III, 9. aporétiques.
Une théorie de la psychanalyse se
juge à ce qui est de l'ordre des
conséquences qu'elle emporte,
concernant l'interprétation.
Jacques-Alain Miller À vrai dire l'interprétation est le
nœud de la pratique. Et c'est là que se
Onzième séance du Cours concentrent, c'est là que convergent les
apories de ce tout dernier
(mercredi 28 mars 2007) enseignement.
Qu’est-ce que Lacan a apporté sur
l’interprétation ?
XI Le grand massif, à ce propos, c’est
ce qu'il a donné comme Séminaire sur
Les formations de l'inconscient et,
disons, que ce qui en est resté dans la
pratique courante de la psychanalyse et
bien au-delà des lacaniens, c'est la
J’ai conclu des choses la dernière différence qu'il a établie entre demande
fois, jusqu'à spécifier un double effet. et désir. Le grand D est pour demande,
Un double effet de la parole le petit pour désir.
interprétative où j'ai vu la leçon, l'indice,
le signe que laissait Lacan dans son D/d
tout dernier enseignement, le TDE,
Il a ainsi indiqué une direction de
TDE l’interprétation, il a indiqué son point de
visée. Et puis, ayant fait cela et par le
concernant ce qui est la pointe de toute biais de l’ajout qu'il a donné avec son
théorie de la psychanalyse qui se Éthique de la psychanalyse, il a
respecte, à savoir la doctrine de compliqué ce binaire d'un troisième
l'interprétation. terme qui est celui de jouissance et il a
Effet de sens – ai-je dis - effet de formalisé, avec le sigle petit a, la cause
trou. du désir où il a désigné le point
d'application de l'interprétation.
effet de sens - effet de trou
(a)

J'ai péché ça dans une incise du Voilà ce qui précède les difficultés
Séminaire XXIV, de L'une-bévue, et j'ai où nous entrons, à partir du moment où
choisi de le prendre pour repère parce Lacan a dévalué le compte-rendu qu'il
que dans le fouillis de ce TDE, il faut donnait de l'inconscient à partir du
procéder ainsi, par des coups de force, symbolique pour s’activer autour d'un
des coups de force qu'il s'agit de schéma que vous connaissez pour être
motiver. celui du nœud borroméen.
C'est ce que je vais essayer Ce schéma, disons, aujourd'hui, que
aujourd'hui puisque, moi-même, ce c'est une représentation de la structure
double effet m’interroge. de l'homme, si on le distingue comme il
À vrai dire ce TDE pratique ce convient du sujet précédemment, mot
double effet. Il a des effets de sens, il précédemment utilisé, pour qualifier
ne manque pas mais il y a aussi, et l'effet du signifiant.
comment ! un effet de trou dans lequel Donc nous disons l'homme à la
J.-A. MILLER, - Cours n°11 – 28/03/2007 - 2

place du sujet, puisque dans la Une pratique dont il dit, en


représentation borroméenne, le corps conclusion d'une de ses dernières
est représenté et sous les espèces de leçons du Séminaire XXIV, qu'elle doit
l'imaginaire. être une pratique sans valeur.
Eh bien ce qui n'est pas développé, Je crois avoir déjà donné cette
dans la théorie borroméenne, c'est année de quoi saisir ce sans valeur,
précisément la place, le statut, la pratique analytique à être une pratique
fonction de l'interprétation. Et pour aller sans valeur dans la mesure même où
même au-delà, ce qui devient les valeurs sont des semblants. Et c'est
équivoque, c’est le statut même de ce en particulier ce qui la distingue de ce
sur quoi l'interprétation a apporté, dans qui nous sert de référence et même de
toute sa généralité, à savoir modèle dans la distinction du double
l'inconscient. effet, à savoir la poésie.
Où est l'inconscient ? La poésie a encore comme valeur
Dans cette nouvelle dimension, c'est d'avoir à être belle, elle fait révérence
ce qui reste soumis à bien des apories. au beau et c'est explicitement ce dont
Sans doute ce défaut concernant Lacan exclut la psychanalyse.
l'interprétation fut assez sensible à Mais ce sans valeur s'inscrit aussi
Lacan pour qu’il termina son dans la distinction à faire de la valeur et
Séminaire XXIV, de L'une-bévue en de l'usage. La valeur est déterminée
énonçant l'aspiration qui était la sienne dans l’échange, Un peut valoir pour un
à un signifiant nouveau. Je le prends ici Autre, comme si c'était cet Autre, alors
comme traduisant l'appel fait à un autre que l'usage est du même, sans
mode de l'interprétation. substitution.
Un signifiant nouveau qu'il spécifie Et ça n'est pas, au fond, mal à sa
au conditionnel, de n'avoir aucun sens. place concernant l'interprétation dont
Cette spécification se justifie sans on sait bien que la valeur s’évanouit
doute si on place l’inconscient là où est dès qu'on la rapporte, dès qu’on la
le réel, définit comme n'ayant aucune décontextualise pour la mentionner,
espèce de sens. pour la citer ; et qu'elle n'est censée
Reste le domaine, l’étendue, l'empire opérer qu'une seule fois, la seule fois
du signifié est-il épuisé par le sens ? où elle est proférée à sa place initiale.
Répondons que non, dès lors que, à Bien entendu, on cite les
côté du sens, nous avons placé interprétations, ça peut même être utile
quelque chose d'énigmatique sous le d'en connaître telle ou telle faite par
nom de trou. Lacan et puis de la resservir. Mais elle
Il y a dans le signifié l'hypothèse, ne vaut pas pour l'Autre.
autre chose que le sens, il y a aussi du Comme telle une interprétation n’a
trou. pas de valeur d'échange mais d’usage.
Voilà, en tous les cas, ce que je Elle est sans valeur, en ce sens,
prends comme problème à résoudre comme Lacan peut dire après Freud
aujourd'hui. Je ne veux pas aller au- qu’un cas est sans valeur pour en
delà, je veux essayer de saisir les comprendre un autre.
rapports du sens et du trou. Donc, le sens et le trou.
Pour prendre les choses d’un peu
plus haut, il ne me paraît pas excessif
de dire que le tout dernier
effet de sens - effet de trou enseignement de Lacan est travaillé
par une difficulté concernant le
Et cela, dans l'idée de préciser, langage, et plus exactement la parole.
autant que faire se peut, ce que serait Et ça fait contraste avec le tout
ce nouveau mode de l'interprétation début de l'enseignement de Lacan où,
que j'évoquais, et dont Lacan cherche au contraire, le concept de la parole est
le renouvellement dans sa pratique. central, explicité et développé d’une
façon qui n'a pas été sans écho, sans
J.-A. MILLER, - Cours n°11 – 28/03/2007 - 3

conséquence, pour ce qui nous Il s'agit de logification, non pas de


apparaît aujourd'hui la philosophie de la logique, puisque donner à ces nœuds
seconde moitié du XXe siècle. leurs mathématiques est encore un pas
Cette difficulté concernant la parole, supplémentaire.
on peut la situer précisément à partir de Sur la base que choisit Lacan, la
l'usage fait du nœud borroméen, en structure borroméenne, qu’en est-il du
tant que lui est une écriture. Et il sens de la parole ? Admettons qu'on
apparaît même, chaque usage du voie bien en quoi le sens de l'écriture
nœud borroméen est l’usage d’une est changé, mais en quoi le sens de la
écriture dont Lacan dit que le nœud parole le serait-il ? Et qu'en est-il de
borroméen en change complètement le l'interprétation ? Est-ce qu'il y a, si l'on
sens. peut dire, une interprétation
C'est en effet une écriture qui n'a borroméenne ? Sans quoi on s’expose
rien à faire avec celle dont j’ai fais à ce qu’on vous dise : c’est bien joli
usage ici au tableau pour marquer les cette théorie, c’est joli ces petits ronds,
quelques mots que j'y aie inscrits, leurs petites couleurs, ça égaye une
l'écriture du nœud borroméen, à la page mais est-ce que ça a une
différence de celle-ci, est, si l'on peut conséquence pratique et est-ce que la
dire, autonome, par rapport à la parole. parole y gagne par exemple, elle aussi,
C'est une écriture qui ne note pas la y devrait gagner aussi une autonomie
parole, qui n’a rien à voir avec la parole par exemple ?
en tant qu’elle est - je cite Lacan - ce Lacan parle une fois dans le
qui se module dans la voix. Séminaire du Sinthome de
Cette définition de la parole, ce qui manipulation interprétative. C'est-à-dire
se module dans la voix, qui figure dans qu'il utilise à propos de l'interprétation
le Séminaire du Sinthome reviendra, à le même mot de manipulation qui vaut
un moment déterminé, dans le pour les nœuds qu'il dessinait au
Séminaire de L'une-bévue. La notion de tableau mais, enfin, qu'il construisait
modulation. aussi comme des objets et puis il se
L’écriture de la parole donne un servait de l'organe préhensif de la main
autre statut au signifiant. Lacan pour éprouver la consistance de ses
compare ce changement de statut, constructions, manipulations.
dans son écrit intitulé « Lituraterre », à Parler de manipulations
une pluie. C'est une précipitation du interprétatives, c'est dans ce fil en
signifiant, là, sous une forme qu’on ne appeler à un mode borroméen de
peut pas moduler, chantonner, mais l’interprétation.
dessiner selon un code. Alors, l’idée que j’ai donc eue, c'est
L'écriture autonome, à distinguer de de proposer que la solution serait
l'écriture de la parole, c'est un dessin, indiquée, au moins indiquée, par le
mais un dessin, comme vous voyez, les doublet de l'effet de sens et de l'effet de
ronds épaissis du nœud borroméen trou, par cette conjonction, qui est aussi
être colorés sur l'édition qui en a été bien une équivoque, mot qui garde
donnée. Cette écriture autonome est toute sa place dans la doctrine de
faite de dessins que je dirais logifiés l'interprétation au point que Lacan peut
puisque on prend bien soin de dire au début du Séminaire du
démontrer et de montrer à ce propos ce Sinthome, et s’il va vite, c’est qu'il a
qui s’avère impossible. derrière lui les pages de son écrit
Les trois ronds, dans leur disposition « l'Étourdit » où il le développe ― c'est
borroméenne, sont impossibles à uniquement, dit-il, par l'équivoque que
séparer les uns des autres. Ils se l'interprétation opère.
bloquent et on peut donc parler de Et il donne à cette opération, à
logification si la logique est définie l'opération équivoque de l'interprétation,
comme le fait Lacan en tant que il lui assigne un très vieux terme de son
science du réel, ici clairement science enseignement qui est la résonance.
de l'impossible.
J.-A. MILLER, - Cours n°11 – 28/03/2007 - 4

résonance mettre en fonction l'oreille, l'orifice de


l'oreille qui n'a pas de clapet, il ne peut
pas se fermer ; le trou corporel de la
Et là, l'usage de ce terme ― il faut,
bouche, dont j'avais relevé jadis que
dit-il, qu'il y ait quelque chose dans le
Lacan précisait la bouche en tant
signifiant qui résonne.
qu'elle se suce, et en tant qu’elle suce
L'usage de ce terme traverse tout
et on avait derrière l'image de la pulsion
l'enseignement de Lacan depuis son
orale et de la pulsion comme bouche
tout début. Si vous voulez bien vous en
qui s'embrasse elle-même ; l'oreille, la
souvenir, la troisième et dernière partie
bouche, et puis la voix, résonnant et
de son écrit « Fonction et champ de la
répondant dans le corps.
parole et du langage » a pour titre Les
Autrement dit cette résonance met
résonances de l'interprétation.
en fonction le corps et le langage, et le
C'est ce terme qui est encore là mis
circuit du sens passe par ces deux
en fonction au début du Séminaire du
pôles.
Sinthome mais qui reçoit comme une
généralisation puisque la pulsion, le sens
concept freudien de pulsion est lui- corps - langage
même ramené à un effet de résonance.
Je le rappelle avant tout parce que la
Vous reconnaissez là, dans la
dichotomie de l'effet de sens et de
construction du Séminaire du
l’effet de trou me semble aller contre la
Sinthome, l'imaginaire, le corps et
résonance. Je vais y venir. Si l'on veut
l’imaginaire, le langage comme le
parler de résonance, il suffit de l'effet de
symbolique, à quoi Lacan ajoute, et
sens. Les effets de sens sont des
d’un ajout que lui-même considère
résonances. En revanche, l'effet de trou
comme problématique, comme non
serait d’un autre ordre que celui de la
obligatoirement conditionné par
résonance. La généralisation du
l'inconscient de Freud, le réel, dont il
concept de résonance à la pulsion
fait explicitement le troisième, le tiers
s’exprime dans une phrase qui a été
du couple corps-langage, le tiers du
souvent citée et, qui a cette beauté de
couple du sens.
simplifier les extraordinaires
constructions freudiennes et celles que
Lacan avait ajoutées à celle-ci, la sens
phrase que vous trouvez dans le corps - langage
Séminaire du Sinthome : les pulsions,
c'est l'écho dans le corps du fait qu'il y réel
a un dit.
Là, il n'est pas question de Non pas dans une fonction
l'architecture des pulsions, de leurs d'interposition mais au contraire comme
éventuelles substitutions, il n'est pas si il fallait ce tiers pour que ça fasse
question de l'opposition comme dans le accord, pour que ça tienne ensemble.
Séminaire XI, de goal et de aim, on ne Le schéma de la résonance serait, là,
cherche pas à y situer le grand Autre supporté par le réel. Au moins est-ce la
court-circuité au contraire péché, construction de Lacan, et de la même
accroché, on ne s'occupe pas non plus façon qu'on met en valeur dans le corps
de la structure du dire ; on se contente les orifices, les orifices des deux
de mettre en valeur la résonance orifices du sens, de la même façon
corporelle de la parole, l’écho du dire Lacan nous met en évidence, dans le
dans le corps. symbolique, qui est la formalisation du
Dans sa simplicité, cette proposition langage, met en valeur le trou.
ouvre, dans le mode qui a été celui du C'est ce trou qui est là dans ce
Séminaire de L'angoisse, à une couple, dans son couple avec le sens,
anatomie, à une physiologie où on voit ce trou nous le rencontrons bien
le circuit du sens, le circuit de la parole, évidemment dès le début du Séminaire
J.-A. MILLER, - Cours n°11 – 28/03/2007 - 5

du Sinthome. C'est le trou en tant qu'il le sens et ça, Lacan s’y est essayé.
est présent dans le nœud borroméen, L'interprétation est supposée viser le
c'est le trou en tant qu'il est le principe sinthome et c'est dans cette mesure
de l’anneau, le principe du rond de même que Lacan invite à ne pas
ficelle, et c'est le trou en tant qu'il est confondre le symptôme et le réel,
spécialement par Lacan décerné au comme fait Chomsky ; ce serait là
symbolique. l'erreur chomskienne.
Vous savez que Lacan, distinguant Le sinthome est à ne pas confondre
trois termes qui valent pour chacun des avec le réel dans la mesure même où,
ronds de ficelle, à savoir le trou, la en l’atteignant, on l’atteint à partir d'un
consistance et l’ek-sistence, mais c'est jouer sur le sens. Le sens est à
chacun des trois par rapport aux deux plusieurs reprises situé par Lacan
autres, en même tant décerne à comme un champ, le champ, déterminé
chacune de ces catégories, par entre imaginaire et symbolique. Dans
excellence, un de ces termes. Il un des schémas vous voyez ainsi le
décerne l’ek-sistence au réel, la mot écrit en petit, entre symbolique et
consistance à l'imaginaire et il décerne imaginaire, le réel demeurant hors
au symbolique spécialement la sens, distinct du symbolique et de
catégorie du trou. Et, c'est peut-être, l'imaginaire et hors sens. Ce sens,
déjà ce qui nous fait approcher la Lacan en nomme l'interprétation, c'est
présence de ce terme de trou à côté du au moins ainsi que j’entends, ce qu'il
sens quand nous avons affaire aux formule dans ces mots : le sens est
effets de l'interprétation. De la même l'objet de la réponse de l'analyste à
façon que Lacan peut dire dans son l'analysant. Il dit exactement : l'objet de
chapitre deux du Séminaire du la réponse de l'analyste à l'exposé de
Sinthome - son chapitre anti-Chomsky l'analysant tout au long de son
― le symbolique ne se sustente que de symptôme. S'il y a la parole analysante,
la fonction du trou dans le réel où elle consiste dans l'exposé du sinthome
l'efficace propre au langage se et le sens fait l'objet de la réponse de
supporte de la fonction du trou. l'analyste, fait l'objet - je traduis - de
De la même façon nous pouvons l'interprétation. Ça n'est pas le fin mot
approcher ce dont il s'agit en disant : dans la mesure où, à certains points du
l'interprétation se supporte de la Séminaire du Sinthome, la jouissance
fonction du trou dans la mesure même est distinguée du sens, est placée du
où elle concentre l’efficace propre au côté du réel.
langage.
Ce disant, je joins à travers deux sens
années, les énoncés de Lacan puisque
cet effet de trou est tout à fait absent du corps - langage
Séminaire du Sinthome. Il est absent réel
au point que Lacan définit explicitement
ce qu'il appelle manipulations jouissance
interprétatives comme jouant sur le
sens. Il fait de l'interprétation, sans plus Reste béant l'écart sens et
de précision, un jeu sur le sens. jouissance et rien n’est dit sur en quoi
La seule précision qu'il en donnera un jeu sur le sens aurait des effets sur
dans ce Séminaire, c'est le mot de la jouissance. C'est-à-dire qu'à un
l'équivoque. moment se perd ce dont Lacan tentait
Mais l'équivoque, ça n'est jamais de rendre compte avec son sigle de
qu'un double sens. C’est encore à l'objet petit a et la manipulation
distance de ce sens et trou. Concernant subséquente.
l’interprétation dans le Séminaire du Ce qui n'est pas non plus, dans ce
Sinthome, on n'a pas tellement plus Séminaire, réglé, je l'avais déjà montré
que ça, on a l’interprétation ramenée à une autre fois, c’est le statut, la place
un jeu sur le sens ; reste à dire où est de l'inconscient.
J.-A. MILLER, - Cours n°11 – 28/03/2007 - 6

qui oblige à distinguer l'inconscient du


réel, dans la mesure où il est toujours
ics en référence au corps. En revanche le
sinthome devient, dans les schémas
mêmes de Lacan, équivalent au réel.
Lacan dit bien le réel de l'inconscient Quand le symptôme devient équivalent
mais c'est pour ajouter : si tant est que au réel, ce qui devient corrélativement
l'inconscient soit réel. Je cite là mystérieux, c'est en quoi un jeu sur le
précisément les pages 101-102 ; donc sens peut porter effet sur le sinthome.
on voit la tentation de faire équivaloir
l'inconscient et le réel, et dans son texte
de « L’esp d’un laps », c’est ce que
Lacan choisira, alors que dans ce sens
Séminaire il pose la question :
ics
corps - langage
comment savoir si l'inconscient est réel

=
ou imaginaire et ceci renvoie au corps,
réel
à l'écho du dire dans le corps en jouissance
particulier.
Σ
sens Voyez, là, j'essaye de simplifier
ics autant que je peux les multiples
corps - langage
déplacements de Lacan et c'est dans
réel cet espace de déplacement qu'il
jouissance continue de se mouvoir dans son
Séminaire de L'une-bévue et dans un
fatras d’apories de plus en plus
Sa solution est de dire : il participe serrées. C'est dans la notion d'une
d'une équivoque entre imaginaire et interprétation qui joue sur le sens que
réel, mais un peu plus avant dans son s’introduit, et il faut voir comment, la
Séminaire, on saisit qu’il reste référence de Lacan à la poésie.
néanmoins attaché à lier l'inconscient Je l'ai évoqué rapidement la dernière
au symbolique, loin de toute équivoque fois.
du réel et de l'imaginaire, quand il dit S1 S2
page 131 : L'inconscient suppose
toujours un savoir parlé. Il est Sa référence, il me semble, part du
entièrement réductible à un savoir. schéma élémentaire de la connexion
Donc là, même pas question du S1-S2, celle qui représente non
corps, c'est vraiment du symbolique seulement la chaîne signifiante, la
dont il s'agit : il est entièrement métonymie du signifiant, mais la
réductible à un savoir. C'est le minimum connexion minimale qui est prête à
que suppose le fait qu'il puisse être recevoir d’ailleurs des sens divers et
interprété. cette construction, il se propose de la
modifier ainsi pour rendre compte de
l'effet poétique, S2 n’est pas conforme
sens comme successeur, n'est pas à
ics entendre comme ordonné
corps - langage temporellement, mais, au fond, le deux
=

réel signifie double.


jouissance
S1 S2
Et là nous avons un déclassement
J.-A. MILLER, - Cours n°11 – 28/03/2007 - 7

S2 renvoie à une duplicité, à une S


duplicité de sens. Si nous avions ici un
sens 1 et un sens 2, qui est, au fond, I
l'écriture possible de l'équivoque.

sens 1 Le symboliquement imaginaire, c’est


un symbolique dominé par l’usage
S1 S2 courant de la langue, au fond sans
violence. C'est dans cette ordonnance
sens 2
qu’on pourrait dire qu’il s'agit à
proprement parler du sens.
C’est cette duplicité qu'il essaye de
penser dans les termes avec lesquels
j'essayais de vous familiariser la S
dernière fois, l'usage de l'adverbe
devant un des termes réel, symbolique, I
imaginaire, c’est cet effet qu'il qualifie
par l’imaginairement symbolique, que sens
nous n’avions pas la dernière fois où
nous jouions seulement entre réel et Il y a sens quand l'usage du
symbolique. symbolique est dominé par l'imaginaire
et il y aurait vérité quand l'usage de la
I langue est au contraire manipulé,
transformé, dominé, par le jeu du
S signifiant.
C'est ainsi que Lacan peut exposer,
que la vérité dont il s'agit concerne
Donc il qualifie, il pense la poésie à essentiellement, concerne comme tel le
partir d'un symbolique qui serait inclut rapport sexuel avec, à la clé, un
dans l'imaginaire et alors : développement sur le mythe d'Œdipe.
développement sur la violence faite à Comment s’expliquer ça ? Au fond
l’usage de la langue. comment Lacan a-t-il dégagé le il n’y a
On saisit ici l'opposition qu'il y a pas de rapport sexuel. Il l’a dégagé
entre ce qui est le sens, le sens comme comme étant la conséquence qui peut
imaginaire, et le sens commun, et se tirer de tous les dits de l'amour.
l'ancrage que la poésie lui donne et Voyez là-dessus son écrit Télévision.
par-là même le forçage auquel elle Les dits de l'amour ne trouvent à
l'oblige en maniant le signifiant. s’ordonner qu’à partir du moment où on
Disons qu'il n’y a de poésie que par formule, en bonne logique : il n’y a pas
la violence faite à l'usage commun de rapport sexuel. Autrement dit, là,
courant de la langue à partir d'une nous avons déjà référence faite à un
manipulation du signifiant. Et, trou, qui est le trou du rapport sexuel. Il
curieusement Lacan peut dire : ça, c'est me semble que c'est à partir de là qu’on
la vérité, ça s'appelle la vérité. peut saisir la pertinence, difficile sans
doute, du modèle poétique que Lacan
I propose à l'interprétation borroméenne.
Il qualifie de tour de force du poète
S non pas de produire simplement une
équivoque, sur le mode de
vérité l'interprétation ancienne, mais le tour de
force du poète, ce serait dans ces
Pour essayer de capturer ça, je termes exacts d'éliminer un sens.
demanderai ce que c’est que le
symboliquement imaginaire, que Lacan
n’ajoute pas à son schéma.
J.-A. MILLER, - Cours n°11 – 28/03/2007 - 8

sens 1 extraordinaire. Il y a quelque chose


qu’on ne s’explique pas dans la
S1 S2 princesse de Clèves. Je vais laisser
sens 2 l’anecdote. La plus ravissante des
personnes de la plus ravissante des
signification cours où éclataient la magnificence et
la galanterie, ce sont ses deux premiers
mots.
Par quoi il faut entendre, me semble- La plus charmante épouse le prince
t-il, éliminer un sens sur deux, et de de Clèves, sans répugnance mais sans
remplacer le sens absent par une amour et au contraire sans mot dire
signification. Ah ! Alors de quoi peut-il être frappée d'amour quand elle voit
s'agir ? revenir le superbe duc de Nemours qui
la poursuit discrètement de ses
sens 1 assiduités, lui-même amoureux fou,
elle, passionnée. Mais pas un mot ne
S1 S2 s’échange entre eux, pas un mot qui
sens 2 soit l’aveu de leur passion, que la
princesse de Clèves conformément à
trou ≡ signification l'éducation reçue de sa maman, qui lui
a apprit que les hommes étaient des
infidèles, se garde d’y céder.
Eh bien, il me semble que ce que Elle n'avoue sa passion pour le duc
Lacan appelle ici une signification, la de Nemours qu’à son propre mari, ce
signification dont le poète viendrait qui a toujours paru aux dessalés la
doubler le sens, c'est l'équivalent du chose qu'il ne fallait pas faire et, en
trou dont nous parlons. Que c'est effet, le résultat c'est que peu de temps
précisément, et d'ailleurs pour nous après le mari en meurt. Voilà les
donner, pour le spécifier, le trou dans le bonnes intentions.
réel qu’est le rapport sexuel, que vaut Et donc, l’attente, l’attente du public
le rapport sexuel. c'est que, libérée de toute obligation, la
Et je le vois à ceci qu’il dit : la princesse de Clèves convole avec le
signification, ça n'est qu'un mot vide. Il duc de Nemours. Et, autre surprise, elle
vise ainsi, par cet adjectif de vide, ne veut pas.
l’approche, ce que nous avons épinglé Elle ne veut pas et elle demeure
comme l'effet de trou. Il l’explique en éloignée dans ses terres du côté des
passant, et il termine sa leçon là- Pyrénées où elle se laissera dépérir,
dessus. On a mis entre ses mains un enfin dépérir, rien n’est dit là-dessus,
ouvrage érudit sur la poésie amoureuse enfin la moitié du temps dans un
de Dante et il commente en disant : le couvent et l'autre moitié chez elle où
désir a un sens, l'amour n’a qu’une c'était encore plus strict qu'au couvent -
signification et il renvoie à ce qu'il a pu et le duc de Nemours reste gros-jean
dire sur l'amour courtois. Il justifie cette comme devant.
lecture de la signification vide par le Il y a quand même un passage où,
trou du rapport sexuel. pour le coup, ils échangent l’aveu de
Pour ne pas reprendre l'amour leur passion et où le duc de Nemours
courtois, je peux prendre un de ses peut lui dire : mais votre mari est mort
surgeons, au XVII° siècle, je le prends maintenant – enfin je simplifie (rires) –
parce que je l'ai relu, ça se lit vite, bien qu'attendez-vous ? Et elle lui dit :
qu'on se perde beaucoup dans les justement vous n’êtes pas pour rien
généalogies, la princesse de Clèves, ce dans sa disparition, premièrement. Et
joyau de notre littérature et qui sert de deuxièmement, au fond, qu'est-ce que
passeport à tout ce qui peut s’y faire de ça me rapportera le mariage, ça ne
fade et de niais, l’ouvrage lui-même peut que de céder à l'amour, ça ne peut
étant au contraire d'un éclat que, au fond, décroître au cours du
J.-A. MILLER, - Cours n°11 – 28/03/2007 - 9

temps et vous connaissant, beau On saisit ici que ce qu'il vise avec la
garçon comme vous êtes, vous ne notion même d'un signifiant qui n'aurait
manquerez pas de céder à l'une ou aucune espèce de sens, il vise, si l'on
l'autre. peut dire, la résonance de l'effet de trou
C’est resté, comme un point c'est-à-dire ce qui, dans les dits, se
d’interrogation à travers tous les logifie à partir de l'absence du rapport
commentaires ; qu'est-ce que c'est ? sexuel et s’étend comme une
Même, on les transcrit parfois de signification vide.
travers tellement, en effet, ça comporte Sa référence à l'écriture poétique
quelque chose de peu compréhensible, chinoise, ça n'est pas fait pour induire à
sauf à se régler sur le point où j’en étais penser que l'interprétation est à
arrivé, à savoir qu’elle se voue à s’écrire, mais que l'interprétation n'est
préserver le sens du désir comme pas simplement une équivoque de sens
sens. Elle s'installe, en effet, dans un à sens, mais qu'elle est à proprement
amour courtois à perpétuité, c'est-à- parler le forçage par quoi un sens,
dire : elle reconnaît l'amour comme une toujours commun, peut résonner une
signification vide. Elle se voue à signification qui n'est que vide, qui n’est
l'incarner dans l'absence de la relation vide qu'à la condition qu'on s’y voue.
sexuelle.
Cet, effet de sens, effet de trou, Voilà, eh bien je vais arrêter là-
reflète, répercute la division entre désir dessus et je ne prendrais pas la parole
et amour. L'amour saisit, enfin dans le ici la semaine prochaine. La prochaine
contexte de l'amour courtois, et je dirais fois, ça sera le 2 mai. Je ne dis pas que
en court-circuit si j’ai pu énoncer la je poursuivrais parce que je prendrais
dernière fois qu’il n'y avait rien sur le peut-être un nouveau point de départ.
transfert dans le tout dernier
enseignement de Lacan, s'il y avait Alors si ce que je vous ai dit vous a
quelque chose, c’est au niveau de cet paru un peu embarrassé et j'aurais
effet de trou qu'on pourrait le situer. voulu arriver à le simplifier davantage,
si ça vous a paru un peu… vous
attendrez de lire le Séminaire de L'une-
désir amour bévue et vous verrez tout de même que
j'ai réussi à en tirer quelque chose.
effet de sens - effet de trou

C'est là, me semble-t-il, qu’il faut


entendre la nouvelle situation de
l'interprétation dans le contexte que j’ai
Fin du Cours XI de Jacques-Alain
dis rapidement borroméen.
Miller du 28 mars 2007
L'interprétation serait ici un forçage,
comme le dit Lacan – par où un
psychanalyste peut venir faire sonner
autre chose que le sens.
Faire sonner autre chose que le
sens, c’est autre chose que la
résonance, c'est, à proprement parler,
ajouter le vide. C’est là que se conteste
le vieux concept de la résonance. Le
sens résonne à l’aide du signifiant, dit
Lacan - donc il reprend, là, une
doctrine qui était chez lui bien acquise -
mais ça ne va pas loin, c'est plutôt
mou, ça se tamponne.
dernier enseignement, une voie
romaine parmi tous ces méandres.
Mais, bon, la métaphore de la voie
Orientation lacanienne III, 9. romaine ne convient pas du tout aux
nœuds borroméen, ni non plus à ce qui
s'appelle le tore – t-o-r-e – la chambre à
air, qui sont les deux objets
mathématiques que Lacan associe
Jacques-Alain Miller dans son tout dernier enseignement.
Ce sont, si l'on veut, des boussoles,
Douzième séance du Cours dont il se sert mais qui n’indiquent pas
exactement des points cardinaux, ces
(mercredi 2 mai 2007) points cardinaux, en croix, qui
permettent de s'orienter, à partir de sa
position.
XII

Évidemment, la boussole est


Je crois être venu à bout, durant ce devenue plus complexe et plus précise
avec le développement que lui a donné
mois où je ne vous ai point vu, de
le GPS. Ce sont des instruments, ces
rédiger ce que j'ai appelé le tout dernier
boussoles, à donner la direction, vers
enseignement de Lacan. Je dois dire
que ça m'enlève un poids. J'en étais, où aller et il faut croire que cette
pour utiliser un mot de ce tout dernier métaphore m’a toujours été chère
enseignement, j'en étais empêtré. puisque j'ai intitulé ce cours, depuis son
début, « L'orientation lacanienne. »
Et maintenant j'en suis tout étourdi.
Mais dans le tout dernier
Je ne suis pas étourdi des tours et
des détours de ces dits. En tout cas je enseignement de Lacan, la direction,
ne le suis plus justement pour les avoir c'est le tournage en rond, voire le
suivis, ces tours et ces détours, ces piétinement. C'est un tout autre registre
de métaphores aussi.
méandres, jusqu'à en faire, c’est au
Alors, ce TDE, tout de même,
moins ce que parfois je rêve, jusqu'à en
explore ce que le tournage en rond a
faire une voie romaine.
La voie romaine, vous le savez, la de structure. Pour employer un mot,
voie romaine c’est v-o-i-e, v-o-i-x c'est structure, qui y est soigneusement
évité, pour des raisons que je
ce que je pousse pour arriver à me faire
recompose et que je dirai tout à l'heure.
entendre. La voie romaine c'est, vous le
Le tournage en rond a une structure,
savez, la métaphore dont Lacan
décorait le Nom du père dans son on le voit dans le nœud borroméen, qui
troisième Séminaire, cette voie associe plusieurs tournages en rond,
transcendante, transcendant les selon une disposition de prime abord
surprenante, et qui montre que le
diverticules, les attributions, les
tournage en rond est susceptible d'une
chemins de traverse.
complexité qu'on ne soupçonnait pas.
Évidemment, j'exagère en disant, en
disant que je suis arrivé à la voie Quant au tore, il associe tournage en
romaine mais tout de même, hier soir, rond et trou. Et, d'ailleurs, à l'occasion
on peut se servir des ronds de ficelle
en cherchant - quelques heures
comme autant de tores. Les tores, par
finalement - quel titre donner pour à la
exemple, sont susceptibles de
première des leçons du dernier
Séminaire de Lacan, et à la dernière s'associer à la mode borroméenne mais
leçon, j'ai eu le sentiment fugitif que je il y a, évidemment, certaines difficultés
reconstituais la voie romaine de ce tout à reconstituer et simplifier, dans
J.-A. MILLER, - Cours n°12 – 02/05/2007 - 2

l'ensemble les dessins de Lacan, mais espérer de l'exploration de ce moment


enfin ça n’est pas là qu'est, de conclure des lumières sur ce qui a
contrairement à ce que l'on pense, la précédé. D'ailleurs ce moment de
difficulté principale qui est de rédiger ce conclure ne sera pas publié à la fin de
qui reste de parole. la publication du Séminaire de Jacques
Si on se laisse porter par le tournage Lacan mais dans son cours.
en rond, sans doute on en est étourdi. Le temps est certainement un souci
La structure, en revanche, est ce qui de Lacan, au moment d'arrêter, mais
permet de sortir de l'étourdissement et pas seulement. Il avait déjà, par le
donc je crois y être parvenu. Cocorico ! passé, dans son écrit Radiophonie
Non, ce qui m’étourdi aujourd'hui, ce dégagé ce principe de il faut le temps,
matin, en ce moment, c’est de sortir de pour l'analyse et on peut relever
ce dialogue avec Lacan qui m'a aspiré, qu’ensuite Lacan a voulu parler sous le
dans lequel je me suis enfermé, titre La topologie et le temps, ce qui
enfermé à l'aise, d'autant plus à l'aise figure d'ailleurs sous une forme erronée
que je vous ai oubliés, c’est de sortir de sur le rabat des Séminaires.
ce confinement pour vous en faire C'est pas moi qui ai fait inscrire ça
rapport. Alors qu'est-ce que j'ai à dire d'ailleurs, c'est quelqu'un qui tenait
au rapport ? beaucoup à s'assurer, aux éditions du
Déjà je vous informe que j'en suis à Seuil, que tout y serait publié et donc
quatre Séminaires de Lacan achevés, qui, chaque année, y rajoutait le titre,
l'éditeur aura à publier à son rythme. j’ai laissé ça en l'état mais il n'y aura
J'ajoute même pour m'encourager que pas de Livre XXVI, ni XXVII, ni XXVIII,
j'en serais à six, je l'espère, en du Séminaire.
septembre prochain. Et s'il faut que je Mais enfin c'est une indication que
rassure ceux qui s'inquiétaient de Lacan s’est soucié du rapport de la
l'achèvement de cette tâche avant que topologie et du temps. Et on voit
je ne disparaisse, et qui déjà me d'ailleurs ce souci pointer dès son
trouvaient un petit peu malade comme Séminaire du Sinthome, et on
ça, j'en aurais ensuite encore six à comprend qu'il ne s'agit pas du temps
rédiger avant de passer à autre chose. linéaire, du temps qu'il faut pour aller de
Le tout dernier enseignement de A à B, ça c'est la voie romaine, ça c'est
Lacan est exactement constitué de le temps de la trajectoire quand on
deux Séminaires. Le XXIV, qui suit le espère qu’après c'est autre chose, le
Sinthome, et le XXV. Et, je les ferais temps associé à la topologie, c'est
publier en un seul volume, ce qui donc d'abord un temps circulaire, c'est le
fera, quand l'ensemble sera disponible, temps du tournage en rond, ce n’est
25 Séminaires en 24 volumes. pas l’absence de temps.
Après, Lacan ne s'est pas tu, il a L'absence de temps, c'est l'éternité
continué de prendre la parole. Il m'a dont Lacan dit précisément dans le
remis des dossiers et ce qu'il a pu dire moment de conclure que c'est une
en 1980 a déjà, à l'époque, été publié. chose qu'on rêve. Ajoutons que ça n'est
Mais, je vous en informe, ce n'est pas spécial à l'éternité, d’être une
plus le Séminaire de Jacques Lacan. Je chose qu'on rêve. On voit défiler dans
considère que Lacan a fixé les bornes le tout dernier enseignement bien des
de son Séminaire, à proprement parler, choses dont on croyait qu'on ne rêvait
en donnant pour titre au pas et dont on découvre qu’en tout cas
Séminaire XXV, de 1977-78, le titre Le il y en a au moins un qui pense que ce
moment de conclure. Et tout démontre sont des rêves, ou, ce qui est
que ceci doit être pris à la lettre. légèrement décalé, des fantasmes.
Ce titre est évidemment une Le rêve de l'éternité, que Lacan
référence à sa logique temporelle, censure déjà dans son Séminaire du
développée, publiée, à la fin de la Sinthome, c'est le rêve qui consiste à
Seconde guerre mondiale, sous le titre imaginer, dit-il, qu'on se réveille.
du « Temps logique » et on peut
J.-A. MILLER, - Cours n°12 – 02/05/2007 - 3

Et, conformément à ce qui apparaît qu'on progresse parce qu’on éclaircirait


dans l'écrit qui met un point final au l'analyse, ce qu'est l’analyse par ce
Séminaire du Sinthome, conformément qu'est le savoir qu'on croit savoir. Mais
à l'esprit d'un laps, le tout dernier c'est bien la question qui est ouverte
enseignement de Lacan se déploie, dans le tout dernier enseignement.
dans un espace où il n'y a pas de Qu'est-ce que le savoir ? On peut dire
réveil, où le réveil, je le cite, est au moins, à ce niveau de ce tout
impensable, où le réveil lui-même est dernier enseignement, que le savoir
un rêve. n'est pas un réveil et que s'il fallait
Il faut avouer que c'est réaliste, choisir, ce serait plutôt un rêve. C'est
enfin, réaliste au sens du réel. A-t-on là-dedans que Lacan fraye son
jamais vu pour quiconque que la passe tournage en rond. L’être humain,
constitue un réveil ? Qu'il n'y a pas de comme il l’écrit à l'époque, les trumains,
réveil veut dire que par tout un aspect, l’être humain est condamné au rêve.
on n’en sort pas et c'est peut-être
précisément ce qui prête à rire, c'est Les trumains
l'accent nouveau que Lacan met sur : la
vie est comique. Ah ! Il y a dire sur l'être humain, par
Ah ! Il l’avait déjà dit que la comédie rapport à ce que Lacan appelait le
l’emportait en vérité sur la tragédie. Et il parlêtre.
l’avait dit au nom du phallus, au nom de
la valeur sexuelle toujours cachée, y
compris au fond de la déploration
Le parlêtre
cachée au fond de l’impasse, cachée
La différence, c'est d'abord privilégié
dans la béance du rapport à l'Autre.
le pluriel. Et c'est ce qui se dégage pour
Mais ici, la comédie tient aux vains
moi de la lecture et de la rédaction,
tournages en rond. Et le sinthome
c’est que Lacan met l’accent sur ceci
reçoit lui-même cette valeur d'être,
que l'humain est par essence social.
disons l'inconscient en tant qu'on n'en
La topologie, si apparente dans ses
sort pas.
fastes borroméens et toriques, la
Et c'est pourquoi, à l'occasion, je dis
topologie est incessamment doublée
à l'occasion parce que ça n'est pas
d'une sociologie. Lacan, d'ailleurs,
toujours, Lacan formule dans son tout
retrouve là ses amours de jeunesse
dernier enseignement qu’il n'y a pas de
puisque il n'avait pas abordé le thème
libération du sinthome, qu’il n'y a pas
de la famille autrement qu’en mobilisant
de dissolution du sinthome.
les références à la sociologie et à
À d'autres moments, à un autre
l'ethnologie, et qui ont continué de lui
moment il peut parler de défaire le
faire cortège.
sinthome. Mais là, ce ne sont que, je
Ici, la sociologie de Lacan collabore
crois, que les diverticules du sinthome
au dégoupillage, à la suspicion portée
qu'il vise, et non pas le sinthome
sur le fantasme omniprésent.
comme voie romaine, je veux dire le
Voyez, par exemple, cette remarque
sinthome comme cette nouvelle voie
qu'on pourrait négliger de l'avant-
romaine qu’est le tourner en rond. Pas
dernière leçon de Lacan : pourquoi le
de libération du sinthome, il s'agit
désir passe-t-il à l'amour ? dit-il. Les
seulement, dit-il, que l'on sache
faits ne permettent pas de le dire. Je
pourquoi on en est empêtré.
note sa référence au factuel, qui tient à
Évidemment, c'est une proposition
ce qu'il faut bien parler, distinguer, des
problématique parce qu'elle établit une
niveaux. Lacan ne fait pas faute
liaison entre l'analyse et le savoir, une
d’opposer au fantasme les faits.
liaison fort douteuse, suspecte ; adjectif
Même si, à un autre niveau,
que Lacan utilise dans son tout dernier
l'assignation de faits peut être, bien sûr,
enseignement, ébranleur de fantasmes.
elle aussi suspectée. Oui, il dit les faits,
On peut parler d'une liaison de
il dit les faits de la même façon que,
l'analyse et du savoir où on s'imagine
J.-A. MILLER, - Cours n°12 – 02/05/2007 - 4

dans ce dernier enseignement, ce qui prestige, on s’y efforce d'émouvoir une


est parlé utilise en général la plupart du chose voilée, et on s'imagine qu'on y
temps les vocables les plus courants de arrive.
la langue. Alors quand on est deux à se
Il y a un contraste constant entre le l’imaginer, ça va déjà mieux, mais ce
dépouillement de la langue, qui tient n'est pas pour autant qu'on fait preuve
précisément à l’éviscération des contre la réduction de la psychanalyse
fantasmes et donc tout est de l'ordre de à la magie. J'ajouterai encore cette
ce qu'on appelle ceci. Il faut bien proposition à quoi un Bourdieu n'aurait
d’ailleurs, en rédigeant, que j’en pas fait objection - je cite Lacan :
supprime, de ces guillemets, sans quoi l'analyse est un fait social. Il ne faut pas
ce ne serait plus lisible, mais enfin j’en croire que quand il le dit, ça voudrait
laisse suffisamment pour qu'on saisisse dire : elle est entre autres un fait social ;
que les termes techniques, en c’est, au contraire, une définition des
particulier de la psychanalyse, sont sens.
saisis tous avec des pincettes, mis à Les évocations auxquelles je viens
distance. Donc il y a un contraste de procéder suffisent à étayer la thèse
constant entre l'usage de la langue la que le tout dernier enseignement de
plus familière et d'autre part l’hyper Lacan constitue, en même temps qu'il
technicité apparente bien en évidence s'évertue pour la psychanalyse jusqu'à
des figures topologiques. presque son dernier souffle, et par-là il
Donc, - pourquoi le désir passe-t-il à témoigne comme une sorte de martyr
l'amour ? Les faits ne permettent pas de la psychanalyse, eh bien en même
de le dire. Il y a sans doute des effets temps, le tout dernier enseignement de
de prestige. Lacan constitue une déflation de
On peut difficilement aller plus loin l'analyse.
dans le ravalement discret de la vie Il s'agit de savoir si elle est salutaire.
amoureuse. En incluant ainsi l'opération Une déflation de l'analyse et, cela va
du semblant dans l'amour, Lacan verse sans dire, des psychanalystes mais ça,
cette notion dans le registre de la Lacan l’avait commencé déjà bien plus
sociologie. Il en va de même, à mon tôt, une déflation, disons un
sens, quand il ose dire de dégonflage.
l'interprétation, notre sainte Je peux vous confier ici le vers qui
interprétation, l'interprétation qui est m'est venu à l'esprit en rédigeant ce
tout ce que nous avons pour opérer, moment de conclure, en y mettant la
dans notre tradition lexicale, au moins, dernière main. C'est un vers de T.S.
sémantique, quand il ose dire de Eliot, qui est une lecture de Lacan
l'interprétation qu'elle dépend du poids qu’on retrouve à travers le Séminaire.
de l'analyste. C'est-à-dire, là encore, C'est aussi sur T.S. Eliot que Lacan
effet de prestige. Et, à l'occasion, ce avait choisi de terminer son discours de
mouvement va jusqu'à rabattre Rome « Fonction et champ de la parole
l'interprétation sur la suggestion, et du langage », passage sur ce que
horresco referens. disait le tonnerre : bang bang ! En
Le jeu de massacre, parce que c'est l'occurrence, ça venaient des
ça le tout dernier enseignement de Upanishads : dadada ! dit le tonnerre.
Lacan, c'est le jeu de massacre, c'est C'est un passage du grand poème de
pour ça que c’est, contrairement aux T.S. Eliot qui s'appelle The Waste Land -
apparences, si amusant, et ça l'emporte la Terre dévastée. Eh bien le vers qui
de s’encouder sur tous les livres noirs m'est venu, moi, c'est sans doute le
de la psychanalyse, le jeu de massacre vers de Eliot qui est peut-être en
continue jusqu'à poser que l'analyse est général le vers qui est le plus cité dans
une magie, mais oui ! Et qu'on s'y le domaine anglo-américain, c'est le
efforce, en effet, avec les moyens du dernier vers du poème qui s'appelle
bord, et à bord on n’a essentiellement The hollow men - Les hommes creux.
que la parole appuyée sur les effets de
J.-A. MILLER, - Cours n°12 – 02/05/2007 - 5

Et alors viens le vers qui m’est revenu


The hollow men en mémoire, sur le coup : Not with a bang
but a whimper.
Il se prête à beaucoup
d’interprétations qui ne vont pas mal
Not with a bang, but a whimper
avec l’homme torique que propose
Lacan, qui est aussi creux.
Chez T.S. Eliot, il y a plusieurs C’est ainsi que le monde finit, non
thèses d'ailleurs sur d’où vient les pas sur un bang, non pas sur un boum,
hollow men, l’expression. Lui a dit Pierre Leiris, ça ne finit pas comme
prétendu qu'il avait emprunté hollow par le tonnerre, comme finit le discours
d'un côté, men ailleurs, on a quand de Rome, ça finit sur un whimper.
même retrouvé dans le Jules César de Pierre Leiris traduit sur un murmure. Un
Shakespeare, dans la bouche du murmure, c'est aussi un gémissement
conspirateur Cassius, l’expression de et, pour moi, c’est le bruit de la
hollow men. Chez T.S. Eliot, ça a sans chambre à air qui se dégonfle.
doute plutôt une valeur pascalienne : le Lacan a choisi, je prends ça comme
cœur de l'homme est creux et plein ça, il a choisi de finir son Séminaire non
d'ordures. pas sur quelque chose que dirait le
Au début du poème, c’est démontré tonnerre, ça c’est le comble du
plein de résonances pour ce qui est de fantasme, tonnerre ça se ramène à la
la description des derniers hommes, de voix humaine, il le termine sur le
la description de l'être humain, de la dégonflage du tore psychanalytique. Ça
dernière des civilisations. Je le lis en finit à tout petits pas, ça finit sur le
français pour que vous me suiviez, trottis de rats.
dans la traduction de Pierre Leiris. Ça Mais, pour autant, ça dit beaucoup.
n’est pas ça le vers qui m’est venu, En tout cas c’est un fait de ce vers, je
c’est le tout denier, mais enfin ça donne suis allé après vérifier, grâce à Google,
l'atmosphère. où ça se retrouve, les références sont
innombrables, il y a des groups de rap
Nous sommes les hommes creux qui s'appellent comme ça, il y a des
Les hommes empaillés films, il y a des articles scientifiques qui
Cherchant appui ensemble ont ça pour titre ou pour exergue, c’est
La caboche pleine de bourre. [Headpiece filled partout dans la culture
with straw] Hélas !
Nos voix desséchées, quand anglo-américaine. Voilà, ça me semble
Nous chuchotons ensemble traduire la valeur à donner à la déflation
Sont sourdes, sont inanes de la psychanalyse à laquelle Lacan a
[Are quiet and meaningless] choisi de procéder.
Comme le souffle du vent parmi le chaume sec
[Or rats’ feet over broken glass]
Sa sociologie, comme je l'ai appelée,
Comme le trottis des rats sur les tessons brisés voyez je prends moi aussi, bien forcé,
Dans notre cave sèche. je prends moi aussi le style « prendre
Silhouette sans forme, les mots avec des pincettes » - la
[c'est une jolie traduction pour Shape without sociologie de Lacan, elle tient, aussi
form, shade without colour], ombre décolorée
[Paralysed force, gesture without motion ;] bien dans le Séminaire XXIV, que dans
Geste sans mouvement, force paralysée ; le Séminaire XXV, à l'apprentissage de
la langue. On voit bien par-là la
Oui. Eh bien ce poème qui distance que Lacan prend avec le
commence ainsi se termine sur nos fantasme de la structure.
deux vers : le premier est trois fois Le fantasme de la structure
répété. comporte explicitement que le langage
est déjà là, mais pas l’accent sur
This is the way the world ends l'apprentissage. Là, au contraire,
[C’est ainsi que finit le monde] l'accent est mis sur le tissage de
This is the way the world ends
This is the way the world ends
l'apprenti si je puis dire. Et c'est à
prendre le plus simplement du monde,
J.-A. MILLER, - Cours n°12 – 02/05/2007 - 6

on apprend à parler, dit Lacan, ça même s'accuse, à un moment, d’avoir,


laisse des traces, ça a des dans son Séminaire, déliré.
conséquences, ce sont d'ailleurs ces Néanmoins, on peut admettre que le
conséquences qu'on appelle le rêve, le lapsus, le mot d'esprit, ça se lit
sinthome. et ce qu'on appelle interpréter, c’est lire
On apprend à parler et ça vous vient autrement. C'est ainsi que quand il se
des parents proches, c'est ça le visage pose une fois de plus la question : le
du grand Autre dans l'apprentissage de sujet supposé savoir quoi, il donne une
la langue. Et c'est pourquoi il y a une fois cette réponse : le sujet supposé
sociologie immédiate du parlêtre, c'est savoir lire autrement ; à condition de
pour ça que le parlêtre, c'est les lier l'autrement au sigle S de grand A
trumains. barré.
J’arrive à vous le justifier ! Je m'étais
dit qu'il faudrait que je le fasse quand
même, ne pas laisser passer à l’as les
S(A)
trumains.
Les trumains c'est vissé, c’est là- Ce qui veut dire, ici, que ce lire
dessus que se visse la sociologie de autrement, on ne peut s'en défausser
Lacan. Et c'est pourquoi il peut dire à la sur personne. Lire autrement, ce n'est
fois le rapport sexuel il n'y en a pas, pas lire le grand livre de la création, la
tout ce qui serait rapport sexuel, c'est création de l’inconscient par exemple ;
un ensemble vide et en même temps ça comporte quelque chose d'arbitraire.
dire : il y a rapport sexuel entre les Disons, en employant le mot entre
parents et les enfants, ou il y a rapport guillemets puisque nous avons perdu
sexuel entre trois générations, par quoi confiance dans ce savoir aussi, c'est
il faut entendre sans doute ceux qui pas « scientifique. » Lire autrement
vous ont appris la langue, ceux à partir n'est pas automatique. Et ce n'est pas
desquels vous avez appris la langue, non plus la vérité, même si on peut
plus le surmoi qui vous ont véhiculé décorer ça de son nom, le faire croire
ainsi, le dépôt, le dépôt de culture, le par prestige. Ça a quelque chose
bouillon de culture qu'ils vous ont fait d’aléatoire. Simplement, tout ce qu'on
boire. peut dire, c'est que l'interprétation
Et, en effet, d'un côté il n’y a pas de comme lire autrement demande l'appui
rapport sexuel mais de l'autre il y a tout de l'écriture, c'est-à-dire la référence
de même l’œdipe, c'est-à-dire il y a faite à ce que les sons émis peuvent
quand même un objet sexuel avec s’écrire autrement que comme ça a été
lequel il y a rapport sexuel, la mère, et il voulu.
y a quand même quelqu'un qui fait C'est pourquoi Lacan dit, mais d'une
obstacle, quelque chose. façon dont on voit le caractère
Alors, je demandais tout à l'heure : esquissé : il y a sûrement de l'écriture
qu'est-ce que le savoir qui serait dans l'inconscient.
foncièrement associé à la Oui, l'autre lecture dont il s'agit
psychanalyse ? Je crois que la réponse prend appui sur l'intention de dire
qu'on peut retenir de ce qu’en dit quelque chose. L'autre lecture, qui est
Lacan, dans le moment de conclure, celle de l'analyse, prend appui sur
c'est la définition selon laquelle le l'intention de l'analysant de dire
savoir consiste dans le lisible, et quelle quelque chose. C'est cette intention
que soit la suspicion qu'il jette sur qu'on attribue à la conscience, qu'on
l’interprétation des rêves, dont il dit à attribue au moi, dont même c’est de
l'occasion : il est impossible de cette intention qu’on définit la
comprendre ce que Freud a voulu dire - conscience, d'où la valeur que Lacan
il veut dire par-là que c'est quand accorde à la bévue quand les mots ne
même un délire, on ne voit pas servent pas votre intention.
pourquoi il s'en priverait puisque lui- Alors, en somme, ce que Lacan
appelle le symbolique se révèle
J.-A. MILLER, - Cours n°12 – 02/05/2007 - 7

essentiellement inadéquat et le tout véridiquement, on n’est pas dans le


dernier enseignement de Lacan est aux vrai, on a le droit. C'est déjà un terme,
prises avec l'inadéquation du précisément, qui relève, si je puis dire,
symbolique. Il n'aurait pas de raison de la sociologie, le légitime. Les choses
d'être sinon. peuvent être dites savoir se comporter.
Le symbolique, au fond, c'est un Là, s'il y a structure, ce n'est pas de
facteur de confusion. C'est le signifiant structure linguistique qu’il s'agit, c'est, si
qui fait qu'on ne s'y retrouve pas et, en je puis dire, de structure chosique. Ça
particulier, c'est le signifiant qui est suppose un savoir se comporter, savoir
responsable du non-rapport sexuel, se comporter mieux que nous ne
chez l’être humain. Il faut dire pouvons le savoir nous-mêmes, comme
non-rapport sexuel, je dirais même ce le démontrent les surprises que
qui se dégage du moment de conclure, produisent les objets mathématiques,
c’est que c’est même trop dire, c'est un les choses mathématiques, les choses
rapport sexuel confus. que Lacan manie. J'enlève
L'amour est confusion. mathématiques puisqu’il en fait des
On sait bien que c’est fait de bric et objets, à l'occasion manipulables avec
de broc, de pièces et de morceaux qui les mains, par préemption, c’est les
sont… il y a un moment, enfin, où se choses qui savent se comporter
produit le passage du désir à l'amour. précisément par différence avec les
L'amour est confusion, il y entre du trumains qui, eux, ne savent pas
prestige, du semblant, il y entre de comment se comporter, en raison -
l'erreur sur la personne et donc, dans le entre guillemets - de la structure
tout dernier enseignement de Lacan, il symbolique, de l'école de confusion, de
faut se faire au ravalement du l'école de perdition que constitue la
symbolique. Ça n'était pas le cas avant, langue.
bien sûr, ça n'était pas ainsi quand C'est précisément parce que les
Lacan pouvait lui-même se stigmatiser trumains, eux, ces trumains ne savent
en disant : j'ai déliré avec la pas comment se comporter, qu’on a
linguistique. En quoi avait-il déliré avec inventé pour leur bénéfice des
la linguistique ? techniques, pour leur apprendre.
Son délire avec la linguistique, c'était C'est sur la confusion du symbolique
précisément de mettre l'accent sur la que repose, l'émergence et la floraison
primauté du mot sur les choses, de nos TCC, alors que les choses s’en
d'attribuer aux mots le pouvoir de faire passent et qu'il y a l'analyse pour
pour nous les choses. C'est ainsi qu'il essayer de faire passer un trumain à
rend compte de la Chose freudienne en comment se comporter avec le
disant que ça voulait dire le moulage sinthome.
des choses sur les mots. Autrement dit le problème qui ne
De ce fait, il a développé que la pouvait pas être formulé dans le délire
psychanalyse comportait que dans tous linguistique lacanien, c'est
les cas, la structure linguistique l'inadéquation des mots aux choses, ce
prévaut. Là, le mot de structure était à qui veut dire, par abstraction,
sa place et mis au premier plan. l'inadéquation du symbolique au réel.
Dans son tout dernier enseignement, Et on voit ainsi, dans sa toute
sans dire le mot, c'est une toute autre dernière leçon Lacan, si je me souviens
définition de la structure qui est en bien, Lacan, je m'en souviens bien,
œuvre. Lacan figurer ce que serait l’adéquation
C'est ce qu'il dit, c’est comme ça que par l’enlacement de deux ronds, celui
je lis la première phrase de sa toute du symbolique et du réel.
dernière leçon du 8 mai 1978 : Les Cet enlacement voudrait dire : voilà,
choses peuvent légitimement être dites, ça tient ensemble, et que l'imaginaire
savoir se comporter. est ailleurs. Ça n'est pas loin de ce que
Légitimement, c'est amusant cet Lacan formulait au début de son écrit
adverbe, ça vient à la place de sur « La lettre volée. » En revanche,
J.-A. MILLER, - Cours n°12 – 02/05/2007 - 8

c'est ce que récuse le tout dernier semble-t-il, la clé de toutes ces


enseignement de Lacan, en posant manipulations de Lacan dans son tout
que, je le cite - l’adéquation du dernier enseignement. Imaginer le réel
symbolique au réel ne fait les choses passe par cette étrange matérialisation
que fantasmatiquement. que constituent ces figures, qui sont
C'est un fantasme de croire que le figures d'objets, cette matérialisation
mot fait la chose, un fantasme de croire qui est une matérialisation, dit Lacan, à
que le symbolique soit adéquat au réel. un moment du fil de la pensée. Il dit ça,
Alors, quand il dit fantasme, qui est je le mets en rapport avec ce qu’il dit
un mot clé du Moment de conclure, par ailleurs - l'analyse est un fait social
Lacan n'entend pas exactement un qui se fonde sur la pensée. Eh bien, il
rêve, le fantasme s’en distingue d’être me semble que Lacan, ici, tente une
une aspiration. C'est pourquoi il peut matérialisation de la pensée, ce qui est
parler d'une suggestion de l'imaginaire aussi imaginer le savoir des choses,
par le symbolique. avec, comme il le dit, des précautions
C'est bien ce qui met en question la oratoires, c'est-à-dire parler, et c'est le
définition de l'analyse par le savoir. rythme de ce Séminaire, des
Pourquoi ? C’est que le savoir n'est que précautions, ce qui est dit dans le
fantasme, c'est-à-dire c'est une Séminaire est de l'ordre de la
aspiration du symbolique suggérant précaution oratoire, pour montrer qu'il y
l'imaginaire. C'est pourquoi dès la a là des choses qui, elles, savent se
première leçon du Moment de conclure, comporter et que nous courons après
Lacan avait pu dire que la géométrie elles, après la façon dont elles se
euclidienne a tous les caractères du retournent, se renversent, se nouent,
fantasme, en particulier l'idée de la etc..
ligne droite et on sait que la critique de Cette matérialisation est surtout
la ligne droite, il lui fait déjà un sort sensible quand on procède à ce qui est
dans son Séminaire du Sinthome, l'acte majeur dans le dernier
comme je l’ai signalé. C'est pourquoi on enseignement de Lacan, qui est l'acte
saisit ce que Lacan essaye, avec la de couper, qui rend sensible qu’on a
topologie, de sortir du fantasme affaire à de l’étoffe, à du tissu. Ce qu'il
géométrique. prétend, c'est que ça renvoie à ce
Cette tentative, je ne lui ai pas qu’une psychanalyse a d’étoffe.
trouvé de meilleur épinglage que de Alors, sans doute, il commence son
pêcher dans la dernière leçon de ce Séminaire du Moment de conclure en
Moment de conclure l'expression qui disant c'est une pratique de bavardage,
figure comme en passant dans la ce qui constitue un ravalement de la
phrase, une phrase qui doit être – Il n’y parole, mais enfin c'est précisément
a rien de plus difficile que d'imaginer le parce que c'est une pratique de
réel. Eh bien tout compte fait, c’est ça bavardage que tout repose sur ceci :
qui a fait pour moi le titre de cette toute est-ce que l'analyste sait comment se
dernière leçon de Lacan, et comme le comporter ? D'où l'opposition, dans ce
mot d'ordre de ce moment de conclure, bavardage, entre l'analysant qui parle
de cet effort qui a laissé perplexe, en et dont Lacan dit - il faut s'en
son temps, tous ceux qui n'étaient pas surprendre - qu'il fait de la poésie, ça
les ouvriers aidant Lacan dans cette veut dire là que ce n'est pas
tâche. l'interprétation qui est de la poésie dans
La tentative, c’est imaginer le réel, le Moment de conclure, c'est un pas en
précisément parce que le symbolique avant sur ce que j'ai évoqué la dernière
n'est pas adéquat au réel, parce que le fois.
symbolique n’est associé au réel que L'analysant parle tandis que
par le fantasme en tant que suggestion l'analyste tranche. On peut dire que
de l'imaginaire. Alors essayons c'est ce que multiplient les essais
d'associer le réel à l'imaginaire, topologiques de Lacan, ce sont
essayons d'imaginer le réel. C’est, me précisément des figurations de ce que
J.-A. MILLER, - Cours n°12 – 02/05/2007 - 9

l'analyste tranche, des figurations par la souveraine du geste chirurgical, de


coupure, en tant qu'elle a le pouvoir de couper, et ce serait la sauvegarde de la
changer la structure des choses. psychanalyse.
Là, ce n'est pas le mot qui fait la
chose, c'est précisément la coupure qui Bon. À la semaine prochaine.
change la structure des objets
représentés. La difficulté majeure, c'est
que si le symbolique est inadéquat au
réel, il n'y en a pas moins ce que Lacan
appelle une béance entre l'imaginaire et
le réel, une béance où se loge notre
inhibition à imaginer comment se Fin du Cours XII de Jacques-Alain
comportent les choses dont il s'agit, et il Miller du 2 mai 2007
donne l'exemple du piétinement
nécessaire pour surmonter cette
inhibition.
Ça n'enlève pas du tout son sérieux
à la psychanalyse, les mots n'ont pas le
pouvoir que l’on croyait quand on
délirait, il n'empêche que les mots ont
des conséquences et qu'il s'agit de se
rendre compte et d’évaluer ces
conséquences. Il s'agit, dit Lacan, que
l'analyste se rende compte de la portée
des mots pour son analysant.
Au fond, le modèle de l'acte
analytique dans le tout dernier
enseignement de Lacan, et dans sa
toute dernière pratique, c'est la
coupure. Il dit à un moment : agir par
l’intermédiaire de la pensée confine à la
débilité mentale. C'est pourquoi il
essaye d'élaborer un acte qui ne serait
pas débile ; il le dit : un acte qui ne soit
pas débile mental. Cet acte, tel qu'il
apparaît de ce qui nous reste du
moment de conclure, cet acte qui ne
serait pas débile mental et qui ne
passerait pas par la pensée, c'est la
coupure.
C'est pourquoi je prends au sérieux
cette aspiration dont témoigne Lacan à
un moment, et dans une forme qui
mérite d'être retenue, élever la
psychanalyse à la dignité de la
chirurgie. Vous avez remarqué qu'il
emploie là la même forme syntaxique
que celle qu'il avait utilisée à propos de
la sublimation : élever l'objet à la dignité
de la chose.
Et, en effet, là, c'est le fantasme de
Lacan qui s'exprime dans cette
aspiration, c’est de la sublimation qu'il
s'agirait. Élever la débilité
psychanalytique à l'assurance
cette valeur - est-ce que je marche bien
comme il faut ? - à cette valeur de
masse qu’est devenu l'entretien du
Orientation lacanienne III, 9. corps. Le retardement ou le maquillage
du vieillissement est ce qu'on pourrait
appeler l'accès démocratique à la
beauté.
Ce sont des valeurs que j'ai bien du
Jacques-Alain Miller mal à partager avec l'époque, ayant été
formé à une autre où ça n'était pas ce
Treizième séance du Cours que c'est devenu.
Loin de moi l’idée de critiquer ça,
(mercredi 9 mai 2007) j’admire plutôt ça parce que je l’assimile
à quelque chose comme se vider la
tête. C'est une aspiration qu'on peut
XIII avoir.
En tout cas ça me parle, l’aspiration
au néant de pensée pour, je ne peux
considérer que comme un soulagement
la pensée zéro, dans la mesure où je
suis forcé de penser à partir de cette
Bon. Dans le désastre du description sensationnelle que moi mes
symbolique il surnage l'imaginaire du pensées me tiennent, que mes
corps. pensées me jouissent, comme Lacan le
Eh bien à la réflexion, qui s’impose, dit des fantasmes.
à lire sur Internet, peut-être certains Diderot le disait à sa façon : « Mes
d'entre vous l’ont-ils fait comme moi, la pensées sont mes catins. » Il soulignait
description que j'y ai trouvée, de ma bien que c'est une affaire de jouissance
personne, à ce Cours. Au secours ! et on ne peut pas en discuter, comme
J'en suis resté comme deux ronds de des goûts et des couleurs.
flan. Peut-être ai-je la faculté de produire
Voilà ce que j'ai lu : « Jam est joyeux des endorphines en tournant en rond
et paraît beaucoup plus jeune qu'il y a sur un certain nombre de pensées
un mois. Dans une forme physique plutôt que de mouvements du corps.
« aérienne » [avec des guillemets] à en Mais enfin, l'avantage de Diderot
juger par ses déplacements sur la c’est que apparemment il pouvait les
scène. » renvoyer, c'est ça les catins. Moi, sans
Ces lignes sont de mon ami Luis doute ai-je mes catins à demeure.
Solano qui d'habitude donne sur son Alors quand je dis pensées, ne
bulletin électronique un résumé, un croyez pas mettre ça très haut, ça ne
petit comprimé, du Cours de la serait pas conforme au tout dernier
semaine. enseignement de Lacan. Je n'entends
Je n'ai jamais vu que s’intéressent pas par pensées la haute philosophie,
comme ça, je n'ai jamais imaginé qu'on mais bien ce qu'on peut éprouver
surveillait comme ça et ma santé, et comme un parasite du corps vivant, et
mon humeur, et mon tour de taille. pas au service du corps.
Il faut d'abord que je dise, et ceux Je ne prends pas ça pour la
qui connaissent Luis Solano ne contemplation des idées qu’il serait ce
pourront que m'approuver, que je qu'on peut faire de mieux, d’autant
n’aurais jamais une allure aussi déliée qu’en l'occurrence, ce tournage en rond
ou aussi élégante que lui (rires). prend la forme de ce mixte de lecture et
Je suis forcé d'y penser. d’écriture que constitue la tâche
Et je crains que ce ne soit génétique d'établir le Séminaire de Jacques
(rires). Lacan.
Je suis obligé aussi de penser à Je passe, ces jours-ci, mon temps à
J.-A. MILLER, - Cours n°13 – 09/05/2007 - 2

ça, lire ce qu'il en reste, l’écrire, me d’épuisement, dont lui-même


relire et je fais ce va-et-vient jusqu'à je témoignait dans ces deux Séminaires.
pense en avoir fait le mieux. Il était certainement à apparaître
Établir le Séminaire de Jacques vieux, vieux et lourd, et sombre et
Lacan, je m’excuse, ça ne peut pas se ahanant à la tâche et même, il faut le
faire en faisant du jogging, mais enfin je dire, légèrement dépressif. Il y a des
suis d'accord, ça n'est qu'un prétexte et touches, dans le Séminaire, qui
il faut croire qu’établir ce Séminaire, ça l’indiquent suffisamment.
m’alourdit. Si Luis éprouve le besoin de Et, pourquoi ne pas avouer, puisque
souligner « aérien », c'est qu’il devait c’était public, que moi-même je n'y ai
me trouver avant sérieusement pas résisté. J'ai cessé d’aller l’écouter
terrestre, écrivons ça comme ça. après le Moment de conclure, par
déplaisir. Je n'ai repris que pour les
cinq, six mois de 1980 où il a procédé à
a est rien la dissolution de son école, ses efforts
pour en reconstruire une autre.
En effet, quand on arrive au a est Et d'ailleurs vous avez peut-être pu
rien on est allégé, il n’y a rien qui fait constater que travailler ces deux
poids. Et peut-être que ce qui l’a années ultimes du Séminaire a été
enthousiasmé la semaine dernière, d'abord pour moi, comment dire,
c'est que moi-même j'étais dans déchirant, pathétique, parce que j'étais
l’élation d’avoir achevé le travail, une poussé à m’accorder à cette note-là,
partie du travail qui m'alourdissait chez lui.
depuis le début de l'année, sur le tout J'ai été assez imbibé de ce travail
dernier enseignement. pour être conduit à mimer quelque
Il faut dire que la pratique de la chose de cette difficulté.
psychanalyse ne favorise pas l’aérien. Et puis, en effet, travailler ces deux
Lacan peut dire qu'il n'y a rien comme années ultimes du Séminaire m'a
la psychanalyse pour vous crétiniser – il communiqué une certaine allégresse.
le dit - ça a une valeur très précise, à C'est peut-être ce qui explique ce
laquelle nous reviendrons, mais il n’y a que me signale Luis Solano, de mon
rien comme la psychanalyse aussi pour rajeunissement subit, dans la durée
vous démolir physiquement. d'un mois, qui me ferait aujourd'hui
C'est un fait et je ne peux beaucoup plus jeune. Il faut que je
qu'approuver mes collègues qui continue donc à établir le Séminaire de
essayent de faire contrepoids en Lacan, c'est plus efficace que le
s'abandonnant à ces valeurs de masse.
jogging. Cet allégement qu'il a noté,
Jj’ai tiqué sur cette description, en
tout cas elle m’a chatouillé, c’est clair.
avec amitié et une certaine malice, cet
Ce qui m'a franchement fait plaisir en allégement est sans doute dû à ce qui
revanche, c’est la description par Luis m'est apparu, en effet, que si on enlevait
du Lacan que j’aurais mis en scène, la un certain nombre de gravats, Lacan
dernière fois. Je le cite : « Un Lacan présentait, accouchait, d’une
drôle, impertinent, insolent, rieur, bien psychanalyse aérienne. Le tout dernier
dans sa peau, jeune, très jeune, enseignement de Lacan accomplit une
profondément réaliste et décidément destruction, mais c’est sans doute, pour
libre. » reprendre l'expression fameuse de
Il est en effet tout à fait exact que Schumpeter une destruction créatrice.
Lacan était comme ça. Au moins il était Lacan, dans son tout dernier
comme ça avant son tout dernier enseignement, saccage la
enseignement. Et ça n'est pas du tout psychanalyse.
comme ça qu'il apparaissait lorsqu'il Et déjà, il y a une certaine jubilation,
était à délivrer cet enseignement-là. qu'on peut retirer de cette activité, de
Il me semble que l'on percevait cette férocité. Et en même temps, sur
plutôt la fatigue, une forme ces ruines, quelque chose pointe,
J.-A. MILLER, - Cours n°13 – 09/05/2007 - 3

quelque chose se lève, qui est ouvert, pour tremblement de terre, mais c'est
et qui ne se laisse pas prendre à la glu. aussi frissonnement, frisson. On
C'est ainsi, c'est la face aimable que pourrait dire : il faut tout casser pour
tourne vers nous ce sautillement de purifier les dogmes, et faire trembler à
Lacan, d'une figure de topologie à une nouveau ou faire frissonner à nouveau
autre, ces constructions, ces les dogmes.
manipulations, souvent inachevées, qui Et, en effet, ça traduit très bien le
peuvent paraître avortées mais qui ont mouvement, la nécessité qui anime ce
aussi cet effet de communiquer que tout dernier enseignement de Lacan tel
c’est à trouver, c'est ouvert. que je vous l’ai présenté la dernière
Et, il y a un deuxième texte qui m'est fois.
venu, adressé à moi, après celui de Le contexte, ce qui décide Garcia
Luis Solano qui était pour tout le Lorca à tout casser, c’est un ultime
monde, il m'est venu de Suisse, où embrassement, un ultime baiser avec
réside Madame Inma Guignard-Luz - une femme fondamentalement son
lumière - une phrase, qu’elle a choisie, ennemie ; baiser qui procéderait, c’est
en écho au Cours de la semaine suggestif pour nous, en trois temps :
dernière, dans les poèmes en prose de est-ce l’instant de voir, le temps pour
Garcia Lorca. comprendre et le moment de conclure,
Je croyais pouvoir trouver le un ultime baiser qui se développe de
contexte dans mon volume des Œuvres manière admirable et qui le conduit à
complètes de Garcia Lorca, erreur, dire : « Depuis lors, j'abandonnais la
parce que moi j’ai acheté mes Œuvres vieille littérature que j'avais cultivée
complètes de Garcia Lorca, ça ne date avec grand succès » et suit la phrase,
pas d'hier, en 1961, et ces textes sont la belle phrase qu'elle m'a apportée et
restés inédits et ils ne figurent dans où je retiens d'abord ce Nuevo temblor.
l'édition Aguilar que de 1986.
C'est seulement ce matin que donc
j'ai pu prendre connaissance du
Nuevo temblor
contexte grâce à l’exemplaire qu'a
déposé chez moi Mme Guignard-Luz Ça me conduit à me demander, pour
qui voudra bien, qui doit être ici, poursuivre, comment Lacan a-t-il fait
quelque part, là haut, et qui voudra bien pour faire frissonner la psychanalyse,
venir reprendre le volume que j'ai pour la faire trembler dans son
rapporté pour elle, que je me enseignement.
procurerais. Donc je n'ai connu le C'est ce qu'il a fait depuis le début,
contexte que ce matin. le temblor. C'est ce qu'il a fait depuis le
Mais enfin ce qui compte, c'est la début et on peut dire d'une façon
phrase qu'elle est allée pécher au générale en se retournant à partir du
milieu d'un poème en prose, poème Moment de conclure sur ce qui y a
d'amour et d’érotisme et qui dit en conduit, que c'est ce qu'il a fait, en
espagnol - c'est de la prose – es effet, à partir de la distinction du
preciso romper lo todo para que los symbolique, de l'imaginaire et du réel.
dogmas se purifican y las normas C'est avec ça qu'il a purifié les
tengan nuevo temblor. dogmes de la psychanalyse, depuis le
Es preciso romper lo todo - Faut tout début.
casser - para que los dogmas se Si on veut être plus précis, je dirais
purifican - pour que les dogmes se que le premier instrument dont il s'est
purifient (pour traduire mot à mot) – y servi, à cette fin, à cette fin qui nous est
las normas tengan nuevo temblor - et éclairée par la perspective du Moment
que les normes prennent …. de conclure, le premier instrument ça a
Alors temblor c'est compliqué été, pour dire bref, le stade du miroir.
comme whimper, quand on veut le Il l'a lui-même formulé et je l'ai jadis
traduire, parce que c'est à la fois le cité : Je suis entré dans la
tremblement, on dit temblor del tierra, psychanalyse avec une balayette qui
J.-A. MILLER, - Cours n°13 – 09/05/2007 - 4

s'appelait le statut miroir. psychanalyse, le contenu d'image qui


Si l'on veut s'inspirer de cette est en jeu dans les données de
proposition pour saisir comment il l'expérience et le ressort de
procède dans son tout dernier l'expérience qui est le ressort
enseignement, je dirais que le symbolique.
deuxième instrument, celui qui sert à la Ça s'écrit beaucoup en partie
fin, c’est sa notion du réel. Enfin là, double, d'une façon polémique. On peut
c’est plus qu'une balayette pour faire le énumérer les grandes catégories de la
ménage, c’est une tornade, ce n’est psychanalyse, les exposer au niveau
pas qu'on astique les meubles c’est imaginaire, constater le défaut de
qu’on les déménage. causalité qu'on y remarque et
Ça m'a fait réfléchir dans cette reformuler ces catégories en termes
optique au chemin que Lacan a symboliques.
parcouru. Comme je l'ai indiqué la dernière
J’ai déjà aperçu ça avant, qu'il avait fois, c'est le programme qui est déjà
commencé avant le stade du miroir, exposé dans la première page des
déjà, à organiser la psychanalyse à Écrits, après la petite ouverture que
partir de l'imaginaire. Lacan a ajoutée ; la première page des
Écrits qui est la première page du
Séminaire sur « La Lettre volée »,
I ] L'imaginaire page 11, où Lacan expose - j’ai déjà fait
un sort à cette phrase et je la détord ici
― que la prise du symbolique vient à
II ] Le symbolique s'exercer jusqu'au plus intime de
l'organisme humain [organisme humain
du registre du réel] par les biais de
III ] Le réel l'imaginaire.
L'imaginaire, là, est réduit à une voie
Ensuite, la grande période de son de conduction mais la capture, la
enseignement qui commence avec le maîtrise, est celle du symbolique et
Rapport de Rome s'est organisée à Lacan formule que c'est la loi propre à
partir du symbolique. Et ça vire à la fin, la chaîne symbolique qui régit les effets
et spécialement dans le tout dernier psychanalytiques déterminants pour le
enseignement, ça vire au réel qui prend sujet.
la tête et à y rester fidèle, les Il énumère les termes freudiens qu'il
constructions précédentes sont avait accentués, de Verwerfung, de
largement non seulement suspectées Verdrängung, de Verneinung - la
mais évacuées. forclusion, le refoulement, la
Alors prenons les choses au niveau dénégation, comme étant ces effets
de ce que nous, nous connaissons et déterminants, enfin ces effets
pratiquons de l'enseignement de Lacan, déterminants pour le sujet – comme il
sa période symbolique, si je puis dire. s’exprime - sont déterminés par le
Cette période est tout de même symbolique qui se présente sous la
dominée par une mise à part du réel, forme, dans ce Séminaire en particulier,
qui reviendra. sous la forme d'une chaîne répondant à
une loi.
L'imaginaire étant réduit à des
R/S ◊ I facteurs caractérisés par leur inertie et
par leur nature d’ombres et de reflets -
Ça débute par une mise à part du comme il s'exprime.
réel et une confrontation du symbolique Donc il y a ici, il n'y a pas de
et de l'imaginaire à quoi on voit Lacan whimper, il y a un bang, le bang d'un
procéder d'une façon haletante dans partage des eaux entre symbolique et
ses six premiers Séminaires et qui imaginaire. Et la causalité, la
consiste à distinguer, dans la détermination, est du côté du
J.-A. MILLER, - Cours n°13 – 09/05/2007 - 5

symbolique. C’est ce qui compte, si je davantage l'accent sur le signifiant qui


puis dire. n'est plus un élément transcendant
Je dis partage des eaux, ça convient mais un élément articulé.
pas mal au titre de poème en prose de Au fond, c'est ce que Lacan a
Garcia Lorca d'où est extraite la phrase déclaré d'abord sous les espèces de la
que j'ai lue, son titre est Nadadora structure mathématique. On voit bien
sumergida, on pourrait traduire que, par exemple dans la construction
nageuse noyée. Voilà, dans ses eaux. qu'il fait à propos du miroir, de son
Il faut bien dire que sous un certain schéma du miroir qui date de son
angle, au moment du Moment de premier Séminaire post Rapport de
conclure, Lacan apparaît comme une Rome, le Séminaire des Écrits
sorte de nageur noyé, sauf qu'il se fait technique et qu’il met par écrit bien des
de la respiration artificielle lui-même. années plus tard dans sa « Remarque
Ou bien on peut dire que cette sur le rapport de Daniel Lagache »,
nageuse noyée, c'est la psychanalyse dans ce schéma du miroir qui traduit
et qu’il est en quelque sorte son bien la transition du moment imaginaire
sauveteur - j’ai parlé de sauvegarde à de sa réflexion à son moment
la fin du dernier Séminaire - lui-même symbolique, le symbolique est où ? Il
se soupçonnant parce qu'il n'échappe est certainement dans la construction
pas à la suspicion, à sa suspicion de ce miroir qui pivote, jusqu'à
universelle, lui-même se soupçonnant transformer en effet les reflets, mais le
qu’en avançant la psychanalyse, symbolique est avant tout dans ce
peut-être qu'il l'enfonce. schéma le grand I de l'idéal du moi.
Le moment symbolique de
l'enseignement de Lacan qui occupe la
place centrale, qui recouvre presque
I
l'ensemble, mais nous le mettons
aujourd'hui en balance avec ce tout C'est un symbole tout seul qui figure
mince, tout dernier enseignement, le dans ce schéma et c'est pourquoi la
moment symbolique connaît lui-même coupure, celle qui institue vraiment la
plusieurs phases qu'on peut distinguer première phase du moment
et qu'il faut se rappeler pour saisir la symbolique, c'est le moment où Lacan
portée de la mise en cause du construit, expose, et ça a été reçu à
symbolique que Lacan, même de la l'époque avec beaucoup de difficultés,
mise en cause, de la récusation du la structure mathématique du signifiant.
symbolique, à laquelle Lacan procède Vous savez comment il le fait, à partir
dans ce tout dernier enseignement. d'une série de hasards, la pièce à deux
La première phase, c'est celle qui faces, jetée, tombe aléatoirement d'un
conduit du symbole au signifiant. Et on côté ou de l'autre, qu'on marque plus
trouve, en effet, dans le tout début de ou moins, pile ou face, et puis on écrit
l’enseignement de Lacan, à partir du ainsi une série, une série qui répond -
Rapport de Rome, le symbole mis en je crois parce que je n'ai pas eu le
fonction comme un élément temps d’aller relire ça - assez
transcendant qui accomplit un accord, exactement à la définition de la chaîne
et qui n'a pas de répondant dans le dite de Markov, auquel Lacan renvoie
réel, s'il mobilise l'imaginaire. dans son écrit, c'est-à-dire que le terme
Le symbole comme élément suivant ne dépend pas du terme
transcendant ne manque pas d’écho antérieur.
religieux, que Lacan cultive, avec son Ce n'est pas parce que vous avez
public où les religieux étaient en fait pile un coup que vous aurez face,
nombre présents, ils font partie des vous savez que vous aurez face la fois
premiers à avoir raisonné à la voix de suivante. L’incertitude est à chaque
Lacan et sans doute des premiers à coup complète entre l'un ou l'autre. Ce
avoir été déçus de voir le symbole n'est donc pas déterminé, l'apparition
lacanien émigrer, mettre toujours du symbole suivant n’est pas
J.-A. MILLER, - Cours n°13 – 09/05/2007 - 6

déterminée par le symbole antérieur. passer de la syntaxe à l’interprétation.


Simplement, à partir du moment où on Eh bien, au contraire, à son
regroupe les symboles, et selon commencement, c'est le triomphe de la
certains modes, voire des modes divers syntaxe et la mise en valeur dans le
et étagés, dès qu'on regroupe les symbolique de sa détermination.
symboles, alors on voit apparaître des Il ne peut pas y avoir de contraste
déterminations. plus accusé que celui qu'il y a entre ce
Si vous avez deux plus qui se symbolique déterminé, qui est le
suivent vous appelez ça alpha, si le summum de la détermination, le
coup d’après vous avez un moins, vous paradigme de la détermination, il ne
savez que vous n'aurez pas un alpha peut y avoir de détermination que
après celui-là. symbolique, le contraste entre ça et ce
qui reste, ce déchet de symbolique que
α Lacan présente, on peut le dire, sur les
bords du silence.
+ + C'est dans le silence qu’ensuite,
- + silence presque, enfin, c'est dans un
silence presque complet qu'il basculera
après son Moment de conclure mais on
peut dire conformément au mouvement
Et on découpe comme ça. Là vous qui est là, qui l’entraîne.
ne savez pas si vous avez moins ou Il faut bien que je dise, en effet, que
plus, mais vous saurez en tout cas que moi je suis entré en contact avec
ça ne sera pas un alpha qui apparaîtra l'enseignement de Lacan au culmen de
sur la ligne supérieure. Donc vous son élaboration symbolique, il me
faites déjà, c'est le minimum pour semblait donc que ce qu'il produisait
comprendre. Lacan fait ça autrement. était un système en voie d'achèvement,
En fait il les groupe comme ça, et puis il je l'ai écrit, dans le volume même des
complique la chose en fait en les Écrits, comme éclaircissement de mon
coupant trois par trois. index et, en effet, ça n’a pas pris cette
tournure, bien plutôt une succession, ça
a pris la tournure d'une succession
d’essais de structure jusqu'à arriver au
- + moment d’imaginer le réel.
Donc, la première phase est celle,
enthousiasmante, de l'inconscient
déterministe, l'inconscient qui obéit à
Mais dès que vous avez des une loi, qui est cette loi elle-même. Et il
regroupements, en effet, vous faites faut dire que ça flattait, ça a flatté un
apparaître de la détermination, vous certain scientisme, que Lacan abjure
sortez de l’indéterminé de la chaîne dans le Moment de conclure et dans les
pour arriver à la détermination et c’est sarcasmes qu'il adresse à la science.
ça que Lacan veut montrer, concernant Après la structure mathématique par
l'inconscient, qu'il y a de la où il installe le signifiant comme
détermination et même une élément articulé, la deuxième phase,
détermination presque complète, en prodigieusement utile, serviable dans la
tout cas répondant à une loi et pratique de l'analyse, c'est la phase de
manifestant ce qu'il appelle lui-même le la structure linguistique.
triomphe de la syntaxe. Ça fait écho à Et, là, nous trouvons le symbolique
ce qu’on trouvera bien plus tard dans organisé à partir des deux formes
son Moment de conclure à propos princeps de la métaphore et de la
d’une étude linguistique intitulée « De la métonymie, formalisées par Lacan pour
syntaxe interprétation », de Milner, où il mettre en évidence la détermination de
note qu’il est bien douteux qu'on puisse l'effet de sens à partir de la substitution
de la connexion signifiante.
J.-A. MILLER, - Cours n°13 – 09/05/2007 - 7

Cette structure linguistique est aussi Au fond, dans son Séminaire, ou


celle qui inspire le grand graphe de dans ses Séminaires XIV et XV, La
Lacan, combiné avec la structure de la logique du fantasme, L'acte
communication, ce grand graphe qui psychanalytique, Lacan s'appuie sur le
permet - je cite Lacan page 804 - de groupe de Klein pour repérer la
repérer dans son étagement la structure de l'expérience analytique,
structure la plus largement pratique des d'une façon, il faut dire qui, là, n'est pas
données de notre expérience. du tout étagée, n'a pas du tout la
C'est un graphe qui intègre les richesse et les nuances de sa
leçons du schéma du miroir, on y construction du graphe, qui a d’autres
retrouve, en effet, le moi, l'image de soi, mérites. Et puis on voit bien, à partir de
etc., et dans son étagement - il y a D'un Autre à l'autre, poser la question
deux étages - on retrouve en effet de la psychanalyse en termes logique
l'étage de la communication où et jusqu'à asserter que la logique serait
fonctionnent les lois du langage et la science du réel. Donc on voit là
celles de la parole et puis à l'étage pointer cette formule, elle traduit
supérieur le l’esp donné par le l'interrogation sur le réel retenue dans
fonctionnement de la pulsion, conçue les rets de la structure comme structure
sur le même moule que l'étage logique.
inférieur. Cette phase de la structure logique
Je classe aussi dans la structure nous a donné, avec D'un autre à
linguistique de Lacan, métaphore et l'Autre, la construction des Quatre
métonymie, le graphe et ce que lui discours et de leur permutation,
dégagera comme structure signifiante, Séminaire XVI et XVII, et dans le
qui lui donnera d'ailleurs le point de Séminaire XVIII et XIX, l'utilisation de la
départ de ses quatre discours, plus logique quantifiée pour rendre compte
tard, à savoir la structure signifiante, qui de la sexualité, de la différence des
répond à la formule un signifiant sexes, de la différence des sexes dans
représente le sujet pour un autre le rapport à la jouissance et là Lacan
signifiant. utilise, comme vous le savez, la
fonction F de x qui, chez lui, prend la
valeur grand phi de X, la fonction
S1 S2 phallique, le quantificateur d’existence,
S a le quantificateur de l'universel, modifié
par la négation, etc..

À quoi il ajoutera, à la place de l'effet Fx ∃ ∀


de signification, l'objet petit a et donc à
la place de l'effet de sens, une C'est le moment, c'est la phase où le
production d'objets à partir de cela et moment symbolique s'appuie sur la
cela nous conduit jusqu'au structure logique et en même temps la
Séminaire XIII de Lacan qui reprend sur porte au pinacle.
cette base un certain nombre de La quatrième phase, c'est la
constructions concernant l'imaginaire. structure topologique mise
Ça, c'est la grande période de la spécialement au premier plan dans le
structure linguistique qui a fixé l'identité Séminaire du Sinthome et celui qui le
théorique de Lacan pour l’avenir. précède, R.S.I. Je ne vais pas le
Nous avons tout de même une développer ici et je distingue, alors,
troisième phase, symbolique, qui est comme, c'est déjà avec cette structure
distincte et qui repose sur la référence topologique, qu’en fait nous passons,
faite à la structure logique. Nous avons c'est progressivement le réel qui vient
eu la structure mathématique, la au premier plan. Donc la structure
structure linguistique, nous avons la topologique, je la mettrai déjà de ce
structure logique. côté-là et nous avons, enfin, le tout
J.-A. MILLER, - Cours n°13 – 09/05/2007 - 8

dernier enseignement de Lacan où le décalage il rend à l'inconscient son


réel se révèle l'instrument capable de caractère hypothétique. Il s'abstient
donner vraiment un Nuevo temblor au d’une thèse, il s’abstient d'une
symbolique. affirmation.
Un Nuevo temblor, J’ai pris soin de La troisième question, c'est une
l’écrire, je n'arrive pas vraiment à question sur la psychanalyse dont il
choisir entre le tremblement de terre et souligne à plaisir la faiblesse, y compris
le frisson. D'ailleurs le tremblement de par référence à Popper, la fragilité, et
terre vous donne des frissons. J'ai été disons même le caractère
dans un tremblement de terre, je vous profondément douteux et ça se
le précise. Donc ça fait frissonner, ça conjugue avec le douteux que devient
fait en effet un tremblement pour lui tout ce qui est de l'ordre de la
symbolique, si je puis dire. vérité.
Le tout dernier enseignement de Dans ce tout dernier enseignement,
Lacan ouvre d'abord sur une question il y a en effet une liaison, infracassable,
sur le sujet. On trouve énoncé par entre la vérité et la croyance.
Lacan, avec ses guillemets familiers, ce Le vrai, dit-il, c'est ce qu'on croit tel.
qu'on appelle le sujet, il précise : ce que Et c’est pourquoi il fait de la vérité un
l'on appelle imprudemment le sujet. acte de foi, et même un acte de foi
Il faut souligner cet imprudemment, religieuse jusqu'à dire, à l'entrée de son
et il le met en question alors qu’il le tout dernier enseignement, que la
définit néanmoins d'une façon qui psychanalyse est la forme moderne de
pourrait paraître classique, que la foi religieuse.
l'inconscient est situé dans l'Autre, Mais, encore une fois, dans ce tout
porteur des signifiants, qui tire les dernier enseignement, ce tout dernier
ficelles du sujet. enseignement n'est pas fait de thèses,
Ça, ça nous ramène même à son il est fait d'aperçus sur des faces qui
graphe. La question qu'il pose, c’est : la tournent. Et donc, si on l'immobilise, on
dépendance du sujet est si complète obtient des horreurs. De la même façon
que peut-on encore parler de sujet ? Je qu'on obtient le fameux la psychanalyse
glose à peine. est une escroquerie, mais dès que c’est
Et immédiatement, ce n’est pas posé ça pivote et ça devient : est-elle
clair. Pourquoi rappeler la définition une escroquerie ? À quelles
classique qu'il avait donnée à l’époque conditions ne l’est-elle pas, etc. ?
de son graphe, le conduit maintenant à Évidemment, on ne peut pas s'en servir
douter du terme de sujet. avec l'assurance qu'on croyait avoir
Avec la question sur le sujet, il y a dans les moments précédents son
une question sur l'inconscient. enseignement. Ce sont autre chose
L'inconscient qui n'est, comme le sujet, que des thèses. Il y a un effet
qu’un nom de ce qui serait dessous, caoutchouc qui est cohérent, en effet,
dessous ce qui se constate, dessous ce avec le maniement du nœud
qui se comporte. borroméen. Et, en particulier, il y a cette
Alors, là aussi, la réponse de Lacan opération qu'il effectue sur le nœud
peut paraître classique : la matérialité borroméen, conçu comme un nœud
qui est dessous n'est rien d'autre que le borroméen non pas de simples ronds
signifiant, en tant qu'il a des effets de de ficelles mais de tores, de chambres
signification. à air, dont le conduit est occupé par un
Et on se dit que, au début de ce tout trou, par du vide, mais qui peuvent se
dernier enseignement, c'est à ça que je prêter à la même disposition
procède, j'ai procédé à une relecture de borroméene que des ronds de ficelles.
L’insu que sait que j'avais commenté, Il montre que si on fait un type de
une relecture à partir du Moment de trous bien précis dans un tore et qu’on
conclure. le retourne, les deux autres se trouvent
On voit qu'il reprend ses définitions inclut dans le premier. Les trois
classiques et que, par un léger continuant de former ensemble un
J.-A. MILLER, - Cours n°13 – 09/05/2007 - 9

nœud borroméen. point de vue contre psychanalytique sur


Il se sert de cette propriété pour la psychanalyse, c'est une œuvre de
supposer que le tore retourné et salubrité dont il donne l'exemple dans
englobant est celui du symbolique, et son Séminaire de L'insu en moquant
pour en illustrer la fin d'une analyse. cruellement un ouvrage qui à l’époque
C'est ce qui se produirait à la fin d’une faisait florès, intitulé Le verdier de
analyse, l'englobement de l'imaginaire l'homme aux loups, qui était tout entier
et du réel par le symbolique et, comme l'illustration d'un symbolique en roue
il s'exprime : ça risque de provoquer à libre.
la fin d'une analyse une préférence Donc, une fois qu'on tient bien la
donnée en tout à l'inconscient. chaîne de la récusation du symbolique
Là, il faut entendre, à ce moment, et de la contre psychanalyse, on voit
une préférence donnée en tout au les morceaux qui pouvaient sembler
symbolique en tant que ce symbolique épars de ce Séminaire et la réflexion de
serait issu de la pratique même de la Lacan cette année, au contraire,
psychanalyse. s'organiser.
On voit bien pourquoi il l’évoque au On comprend dès lors pourquoi
début de son premier enseignement, cette mise en cause du sujet, de
puisque c’est tout le contraire qu'il s'agit l'imprudence qu'il y a à parler du sujet.
pour lui d'effectuer. Et d'ailleurs il C'est que précisément quand on fait
propose à ce moment-là, au du sujet la marionnette de l'Autre, eh
psychanalyste lui-même, la nécessité bien c'est légitime, c'est légitime
une fois finie l'analyse d'une contre puisque le sujet est définit comme le
psychanalyse ; rien que ça. sujet du signifiant, c'est-à-dire comme
Évidemment, c’est de nature à donner le sujet adéquat au signifiant, adéquat
un Nuevo temblor à la passe. Il propose au symbolique, c'est le sujet que veut le
la nécessité d'une contre psychanalyse symbolique, si je puis dire. C'est le sujet
destinée à ôter son privilège indu au adhérant ou conforme au symbolique.
symbolique, à effacer les C’est lui qu’on montre justement
conséquences du retournement du tore déterminé par les groupements,
symbolique. connexions, substitutions du signifiant,
On ne peut pas s'empêcher de qu'il suit comme un petit chien. Cette loi
penser que son tout dernier qui suit la loi déterministique.
enseignement est précisément ça, C'est justement là qu’on est
l'équivalent de cette contre imprudent parce qu’il y a chez, on ne
psychanalyse, pour ce qui est de son peut plus dire le sujet, il y a chez
enseignement. Le retournement du tore l'homme, il y a chez celui qui parle, il y
symbolique c’est, sous des formes a chez le parlêtre, une disconformité
différentes, ce qu'il a accompli dans son avec le symbolique.
moment, dans le moment symbolique La thèse qui fonde le moment
de son enseignement, c'est-à-dire oui, il symbolique exprime le terme de sujet.
a donné en tout la préférence au C'est au contraire celle de l'harmonie
symbolique et dans son tout dernier avec le symbolique, de l'accord avec le
enseignement, son dernier et son tout symbolique, par le symbolique. Accord
dernier enseignement, c'est ce qu’il entravé mais accord foncier puisque le
s'efforce de remettre en question ou sujet, au fond, n'apparaît que comme
d’annuler par un mouvement contre. Et, une variable déterminée par des
d'une certaine façon, contre Lacan. constantes signifiantes et variable en
Il faut comprendre que lorsqu’il dit fonction du ressort symbolique.
Freud est un débile mental, lui qui a Là, au contraire, ce que ça néglige,
passé son temps à le lire, à le logifier, à c'est que celui qui parle, l'animal
en faire des jardins à la française parlant, le parlêtre, celui qui tient son
comme il s'exprimait, c’est évidemment être de parler, au contraire s'embrouille
dans le même sac où il le met. avec le symbolique.
Alors la contre psychanalyse, le Et, au fond, là, le phénomène de
J.-A. MILLER, - Cours n°13 – 09/05/2007 - 10

s’embrouiller, n'apparaît pas comme un elle répondait, ce serait simplement de


accident, un incident, mais au contraire la magie.
comme nommant le rapport Et donc on peut dire que l'effet
fondamental du parlêtre avec le naturel sur le parlêtre qu’a le
symbolique. symbolique, c'est la débilité, c'est
Alors bien sûr, le sujet lacanien l'égarement, c’est l’embrouillement, on
s’embrouillait lui aussi, jadis. Mais il peut en sortir à condition de mettre en
s'embrouillait avec l'imaginaire. Toute la forme la débilité et alors c'est le délire.
démonstration de Lacan, c'était Le choix qui est offert, c’est débilité ou
comment on s'embrouille avec délire. Lacan dit ça quand il dit, je le
l'imaginaire et alors le recours, c’était le cite — entre folie et débilité mentale
symbolique pour s'y retrouver dans la nous n'avons que le choix.
psychanalyse comme dans l'œuvre de Donc débilité ou délire. D'où l'idée,
Freud et puis finir par faire des jardins à exprimée comme telle dans le
la française, comme s'exprimait Lacan Séminaire XIV, d'où l'idée d'en finir
dans son écrit de l'Etourdit, au cordeau. avec le symbolique. (Vous trouvez ça,
Ce qui se révèle, avec le tout dernier c'est la leçon VI de L'insu que sait de
enseignement de Lacan, c’est que l’une bévue).
précisément ce qui était le recours est L'idéal, dit-il, l’idéal du moi, ce serait
en réalité le mal lui-même. C'est ce que en somme d'en finir avec le
j'appellerais l’effet Caligari. Vous symbolique. C'est le mouvement
connaissez le film célèbre du Cabinet principal puisque il le traduit par :
du Docteur Caligari où il se révèle à la autrement dit de ne rien dire.
dernière image que le fou qui terrorise Et c'est là qu'il s'interroge sur la
la ville, c'est précisément le directeur de force démoniaque qui le pousse à
l'asile. continuer d'enseigner et qu’il l’attribue
Eh bien, il y a cet effet Caligari dans au surmoi freudien ; et donc on voit
le tout dernier enseignement de Lacan pourquoi de son propre mouvement,
et méthodiquement, on peut dire, on cet enseignement qui rêve d'en finir
observe, on suit dans ce tout dernier avec le symbolique, qui préfère au
enseignement la déstructuration du symbolique l'effort pour imaginer le réel,
symbolique que Lacan accomplit et qui pourquoi cet enseignement va vers le
passe par l'élimination de la grammaire silence.
de la structure de l'inconscient. Et il est allé vers le silence dans
Alors il dit : j’élimine la grammaire l’après de son Séminaire, où il a surtout
mais je n'élimine pas la logique, et puis, montré des figures, des figures
un peu plus tard, il élimine aussi la topologiques, et sans doute est-il allé,
logique. Alors qu’est-ce qui reste ? Il là, largement vers le silence dans sa
reste un mixte, qui est la poésie. pratique elle-même.
Mais c'est une poésie bien spéciale Bon, je ne sais pas si j’ai été aussi
puisque c’est celle qui opèrerait un joyeux et aérien que l'autre fois ; c'est
rapport direct du signifiant au corps, dur de faire ça à chaque fois.
celle qui permettrait, qui serait le biais C'est la semaine prochaine que je
d'un rapport direct du signifiant au poursuis, toujours dans la ligne que m'a
corps, comme il le propose de la fixée Luis Solano.
pulsion, qui serait défini comme l’écho
du dire dans le corps.
Donc pas la grammaire, pas la
logique, la poésie mais on sent que ça Fin du Cours XIII de Jacques-Alain
n'est pas la poésie non plus et qu'il y a Miller du 9 mai 2007
foncièrement dessous, et il s'exprime
ainsi, une chose après quoi nous
aboyons et qui ne répond pas.
Il vaut mieux, d’une certaine façon,
qu’elle ne réponde pas, parce que si
J'ai utilisé ça pour ordonner les deux
valeurs possibles de l'objet petit a : la
valeur splendide avec l'agalma, mot
Orientation lacanienne III, 9. grec et sa valeur de déchet avec palea,
mot latin.
Eh bien, bien que je me sois, paraît-
il, manifesté joyeux, à la reprise de ces
cours, il y a dans le Moment de
Jacques-Alain Miller conclure un saccage qui ne porte pas
seulement sur la psychanalyse mais qui
Quatorzième séance du Cours affecte, de la part de Lacan, la somme
de Lacan.
(mercredi 16 mai 2007) C'est la valeur que je donnerais à
cette parole qui est, me semble-t-il,
unique dans les énoncés de Lacan,
XIV parole qui m'a peut-être échappée, de
le regretter, peut-être, mais enfin elle
est là, et elle a une résonance
puissante, c'est cette parole que j'ai
déjà citée ici : j’ai déliré avec la
linguistique.
Bon. Alors ce Moment de conclure, Cette parole, si on l’a prend au
de Lacan, qu'est-ce que c'est ? sérieux, affecte l'ensemble de ce que
Ce n'est pas, je l'ai dit, de l'ordre du nous appelons l'enseignement de
système qui se ferme. Ce n'est pas un Lacan et dont je vous ai ordonné la
ajout, un annexe. Ce n'est pas un dernière fois, phase et moment. Je me
appendice. Ce n'est pas un propose, puisqu'elle est là, de la
complément, un supplément et, comme prendre au sérieux., ce qui demande,
son titre l'indique, ce n'est pas sans doute, d’examiner rapidement ce
simplement la suite. que Lacan a fait avec la linguistique
C'est plutôt un geste qui rejette, qui dans la psychanalyse et aussi de ne
dévalorise - je n'aime pas ce verbe qui pas négliger la valeur propre du mot
n'est pas de la langue classique - un délire dans ce tout dernier
geste qui dénigre. C'est une parole enseignement de Lacan.
d’auto dénigrement. On pourrait le dire La valeur propre de ce mot délire,
avec une référence que Lacan a c’est qu’en est affecté par le tout
employée et qui est, je crois, devenue dernier Lacan, dirais-je, à peu près tout,
familière à ses lecteurs et à ses ou plus simplement tout l’usage de
élèves : c’est le sicut palea de Lacan. pensée fait par l’homme du signifiant.
Je précise, pour ceux à qui ça n’est Il n'y a que délire. C'est pourquoi
pas familier, que ces deux mots latins Lacan peut continuer de dire, avec
veulent dire comme du fumier, la d'autres coordonnées que phalliques,
réponse de St Thomas d'Aquin à la fin comme je l'ai rappelé, que la vie est
de sa vie, quand on lui demandait ce comique. Elle est comique parce que
qui était pour lui son œuvre, sa somme chacun est là avec son délire.
théologique. À vrai dire Lacan réserve tout de
Peut-être est-ce sa dernière parole même le mot de délire, il le spécialise
sur son lit de mort ou on essayait peut- quand il s'agit des constructions.
être de lui redonner du moral, en Il y a le délire incoatif, commençant,
manifestant la splendeur de sa débutant, émergeant de chacun, et puis
construction conceptuelle et il aurait le délire proprement dit, c'est quand ça
répondu en donnant à cette agalma, à se goupille, quand ça se développe,
cette splendeur, la valeur de l'objet que ça s’arme sur la base équivoque,
déchet. fragile, d'un symbolique inadéquat au
réel.
J.-A. MILLER, Orientation lacanienne III, 9 - Cours n°14 – 16/05/2007 - 2

Le mot de délire a pour le tout même une topologie sans


dernier Lacan une extension qui va mathématique.
jusqu'à inclure les mathématiques. Et il Et d'ailleurs à un moment Lacan
mentionne en passant un ouvrage, en évoque l’instrument servant à capturer
quatre volumes, que j'ai parcouru, l'objet topologique du nœud des
intitulé The World of mathematics (Le mathématiques, le groupe fondamental,
monde des mathématiques), d'où il il l’évoque pour en rejeter l’usage avec
conclut qu’il n’y a pas de monde des un argument rapide et sommaire.
mathématiques, de monde à Donc j’ai anticipé sur la suite en déjà
proprement parler, de monde manifestant que le mot « j’ai déliré » de
consistant des mathématiques et qu’en Lacan, c'est sans doute un aveu, une
définitive, tout ça, c'est de la poésie. confession, mais enfin ça doit être pris
Je revois bien ces quatre volumes, avec cum grano salis, ça doit être
c'est moi qui lui en avais fait cadeau, un entendu dans le contexte où le mot de
recueil en anglais de textes de délire est étendu, je le disais à tout
mathématiciens sur les mathématiques. usage de pensée, fait pour la pensée,
Pourquoi est-ce que je lui ai fait ce du signifiant. Mais enfin reste ce « j'ai
cadeau ? Sans doute à l’époque c'était déliré avec la linguistique » et donc la
pour le ramener à de meilleurs réflexion, la méditation que ce propos
sentiments. Ça devait être un effort peut nous donner et nous inciter à faire
désespéré de ma part pour le ramener à propos du délire lacanien avec la
au symbolique, pour sauver au moins linguistique.
les mathématiques et j’avais vu venir la Alors où est-ce que ça commence,
réponse sarcastique, du haut de la ce délire lacanien ?
chaire, qui était disposée autrement Le plus simple est de se dire que ça
qu'ici. commence avec l'inconscient structuré
Donc le mot délire c'est vraiment, comme un langage. La formule que
pour ce tout dernier Lacan, sans Lacan, je ne sais pas si elle a été, de
exception. Et c'est cohérent sans doute Lacan, au départ, ou si elle lui est
avec le fait qu'il ne manie pas sa venue d'un de ses élèves, en tout cas il
topologie avec des instruments l’a adoptée et elle était certainement
mathématiques. bien trouvée pour indiquer l'élan que
D'ailleurs les mathématiciens ne la Lacan apportait au début de son
manient pas, ils l’écrivent, ils ne enseignement.
représentent pas les objets, alors qu'au Qu'est-ce que c'était que cette
contraire, tout du long de ce dernier structure de langage dont il est évident
enseignement, Lacan affiche au qu’elle est mise en cause, qu’elle est
tableau les figures de la même façon mise en question, qu’elle est récusée
que chez lui même il maniait les par le tout dernier Lacan ?
cordes, voire les chambres à air et qu’il La structure de langage, c’était la
fait expédier dans l'assistance, par celui formule qui a été reprise, qui a marqué
qui alors le suivait, le premier dans la les esprits, de toutes générations,
file, le nommé Pierre Soury, il fait même de plusieurs, de grand S sur
expédier des boules, quand il s'agit de petit s - signifiant sur signifié.
problèmes de sphères ou de tores, il
fait expédier dans l'assistance des
boules comportant des tracés
S
minutieux. s
Pierre Soury était lui-même
mathématicien, mais enfin il suivait C'est déjà une formule qui incite à
Lacan dans cette topologie. Il n’était distinguer dans le fait du langage le
sans doute pas sans esprit coté signifiant et le coté signifié, c’est
mathématique mais qui est quand une formule qui opère un partage des
eaux et c'est une formule que Lacan
J.-A. MILLER, Orientation lacanienne III, 9 - Cours n°14 – 16/05/2007 - 3

donne dans son « Instance de la L'incidence du signifiant sur le


lettre », l'écrit qui porte ce titre, que j'ai signifié, c'est autre chose que le simple
relu avec l'idée : « c'est un délire. » parallélisme du signifiant et du signifié.
Avant de prendre cette phrase au C'est au contraire mettre l'accent sur la
sérieux, je n'avais jamais lu ce texte primauté causale du signifiant sur le
sous cet éclairage là, je le confesse. signifié et la démonstration à laquelle
se livre Lacan dans son « Instance de
la lettre », c'est précisément que le
( S... S ) S (-) s signifié est fonction du signifiant que le
signifiant est la fonction dont le signifié
f(S) 1
est la variable.
s S' Je peux considérer que c'est la
S (+) s façon de lire la formule que je vous ai
s
mise au tableau.
Et déjà, dans cette « Instance de la
Lacan, donc, donne cette formule lettre », s'accomplit l'introduction du
comme un algorithme, c'est-à-dire sujet dans l'affaire, au niveau du
comme la loi d'une suite et, en effet, à signifié, comme Lacan l'indique
partir de cet algorithme, il développe ce rapidement. C'est-à-dire que le
qu'il appelle l’incidence du signifiant sur décryptage que je vous donnais va
le signifié, dans la formule f (de peut-être décalquer pour dire que le
fonction), signifiant, 1 sur petit s ; signifiant est la fonction dont le sujet est
formule qui ensuite est transformée en la variable. C'est sans doute très
deux possibles : celle de la métaphore précisément ce que vise Lacan, le tout
et celle de la métonymie, selon qu'il y a dernier, quand il dit : ce qu’on appelle
combinaison entre les signifiants - au imprudemment le sujet.
sens de Jakobson - ou selon qu'il y a L'imprudence est là de faire du sujet
substitution. la variable du signifiant d'un signifiant
Donc deux façons pour le signifiant qui en tire les ficelles, en effet, au point
de s'associer à lui-même, engendrant qu’en fonction de l'arrangement des
deux petites différences d’effets signifiants, l’état du sujet est déterminé.
signifiés. Dans la métonymie, le signifié C'est ainsi, par exemple, que de la
court sous le signifiant et c’est traduit non-inscription d’un signifiant spécial,
en écrivant signifiant, entre Lacan pense qu'on peut en déduire ce
parenthèses moins ou barre signifié – que j’appellerais pour la consistance
ça se présente comme un moins - c'est l’état psychotique du sujet. À vrai dire,
la barre se manifestant comme un la formule, le schéma qui émerge
opérateur, alors que dans la ensuite et qui comporte S1, S2, S barré,
métaphore, cette barre est supposée n'est qu'une variation de la formule
franchie, ce qui se traduit par l'écriture initiale.
d'un plus. Il faut dire ici barre franchie et
qui fait que l'effet de sens, de
signification, ici peu importe, disons S1 S2
l’effet de sens surgit, d’ailleurs surgit
comme une signification nouvelle. S
Le privilège de la métaphore, dans
ce délire avec la linguistique, c'est Lorsque Lacan ajoute en quatrième
qu’elle introduit une signification place le signe le petit a, nous sommes
nouvelle. Je le dis sous cette forme encore dans la même famille de
pour faire écho à la recherche de Lacan formules.
à la fin de son Séminaire XXIV, sa
recherche d'un signifiant nouveau.
C’est à distinguer de cet effet.
J.-A. MILLER, Orientation lacanienne III, 9 - Cours n°14 – 16/05/2007 - 4

le style actuel de Lacan, puisqu'on


S1 S2 commençait dans les années 30.
S a Je trouvais que le lecteur serait déçu
d'attendre si longtemps la frappe
Ce petit a auquel il a fini, dans le contemporaine, donc je pensais qu'il
Séminaire XVI, par donner la fallait procéder à un décalage
description du plus-de-jouir, c'est-à-dire chronologique dans les Écrits et que le
de la jouissance, moulée sur l’effet de texte décalé soit aussi emblématique et
sens. je n'en voyais pas de plus
Ce que Lacan censure comme le emblématique et à certains égards de
délire avec la linguistique inclut tout ça, plus facile d'accès pour un public
inclut tout ce que nous enseignons de général que la lecture par Lacan du
Lacan depuis des décennies. conte d'Edgar Poe.
Il n'y a pas ici, au Département de Mais enfin, avec « La Lettre volée »,
psychanalyse, de chaire, mais enfin, au c'était l’essence et l'orientation de
point où nous en sommes, s’il y en l'enseignement de Lacan qui était mise
avait une, ce serait une chaire de en valeur. Et déjà, dans le commentaire
délire, délire psychanalytique, délire du conte, qui retrace les avatars d'une
moderne. lettre, Lacan met en valeur que cette
Alors, ça va être plus tout ça, et trajectoire est strictement déterminée.
disons, à mon sens, ça inclut aussi ce Et, au fond, l’euphorie produite par
qui commande cette conceptualisation, l'enseignement de Lacan, à cette
formalisation, à savoir le délire avec la époque là, venait de ce qui pouvait
mathématique. Il n'y a pas de raison de paraître hasardeux dans la pratique de
ne pas ajouter à ce délire avec la l'analyse, méthodiquement hasardeux,
linguistique le délire lacanien avec la puisque c'est une pratique conditionnée
mathématique. par l’association libre, par prendre par
Alors, non pas que les formules qu'il la surface ce qui se présente comme ça
a concoctées n'aient pas été exactes, vient, ont démontré au contraire une
sa construction dite des plus et des stricte détermination, un inconscient
moins, que j’ai rappelé brièvement la rigoureux, comportant des exigences
dernière fois, cette construction se comparables, ou même identiques à
soutient mathématiquement. celles d’une chaîne de symboles
C'est une variation sur un graphe qui répondant à un algorithme. Donc ce
n’a pas été inventé par Lacan, il a que Lacan opérait, c’était le transport
inventé la variation. Mais le délire, il y d'une détermination algorithmique sur
en a un comme je le pense, au sens du l'inconscient.
tout dernier Lacan, c’est dans l'idée que Il l’explicite dans l'introduction à son
la mathématique commande la Séminaire sur « La Lettre volée »,
linguistique. C'est ce qui explique que introduction qui dans les Écrits est
le délire linguistique de Lacan soit allé placée après le Séminaire, ce qui le
jusqu'à la logique. justifie, c'est un autre ordre de
Ce délire avec la mathématique, difficultés, puis c'est supposé expliciter
c'est un délire déterministe, c'est ce qui ce que veut dire précisément la
est manifeste, c'est l'essence de détermination, la trajectoire de la lettre,
l'enseignement de Lacan. C'est et c'est tout de même le transport de
pourquoi j’avais suggéré que le recueil déterminations dans la … algorithmique
des Écrits commence par « La Lettre dans l'inconscient, c'est quand même
volée. » opéré par Lacan comme un fiat.
Je l'avais suggéré, à vrai dire, parce C'est une décision intellectuelle qui,
que quand on m’a donné les épreuves ensuite, en effet, est argumentée. Elle
pour que j’en fasse un index, je me est essentiellement argumentée à partir
rendais compte qu'il fallait attendre des concepts freudiens. Entendons par-
deux centaines de pages pour retrouver là que ces concepts freudiens
J.-A. MILLER, Orientation lacanienne III, 9 - Cours n°14 – 16/05/2007 - 5

conduiraient là. Et tout le dernier mémoire qui n'est pas psychologique


enseignement de Lacan, d’ailleurs, est mais mathématique, et qui conduit le
placé sous l’idée qu’il est allé par-là sujet.
parce que Freud a indiqué ce chemin. À ce propos, je voudrais signaler,
C'est à vérifier, ce fiat que je dis. C'est puisque je relie ces textes avec le
tout de même une décision qui moment de conclure en tête, je
s'applique davantage sur l'œuvre de voudrais signaler la note de la page 57
Freud que sur ce que c'est que la des Écrits où Lacan explique les
pratique de l'analyse, alors que dans le développements qu'il a pu donné à
tout dernier enseignement, l'idée d'une syntaxe subjective, en
évidemment, le clivage se fait entre signalant la référence qu'il a faite par ce
l'œuvre de Freud, y compris son qu'il appelle l'analysis situs, qui est le
prolongement lacanien, et puis d’autre nom ancien de la topologie, et il dit —
part un certain ras de terre de la l'analysis situs où nous prétendons
pratique. matérialiser le procès subjectif.
D'une pratique qui doit son existence J'avais déjà souligné ça en …,
à Freud, mais dont le tout dernier matérialiser le procès subjectif, on en a
Lacan dit, bon, quoi ? Il dit qu’on doit l’écho dans le tout dernier
constater que Freud a inventé un enseignement quand Lacan parle de
certain art, une certaine façon de faire ses figures de topologie comme d’une
et que cette façon de faire a réussi, au matérialisation du fil de la pensée.
sens où elle s’est répandue et c'est Au moins il y a cet invariant dans
encore une autre question de savoir si l'attitude de Lacan qui est - c'est un
ça réussit dans les faits. petit matérialisme - il ne traite pas, y
Et là, Lacan déploie toutes les compris à la fin, il n'a pas affaire à des
nuances de ça opère, on se demande notions de flou, il lui faut des objets
comment ça opère, voire il est bien matériels, que ce soit cette pièce de
douteux que ça opère. monnaie d’où proviennent les plus et
Si je dis fiat, c'est parce que Lacan, les moins de pile ou face, et puis les
à l'époque, parlant d'ordre symbolique, petits symboles qui s'ensuivent, il faut
c'est-à-dire faisant du symbolique une que ça se voie. Le tout dernier
réalité sui generis, affecte au enseignement de Lacan marque bien
symbolique un caractère constituant, certains privilèges, chez lui, de la
constituant, c'est-à-dire pas constitué, matérialisation et du visuel.
pas déduit, pas produit, mais étant, lui, La structure de langage dont il s'agit,
l'antérieur, étant déjà là. et qui serait le produit de ce délire avec
C'est la valeur que Lacan a su la linguistique, la structure de langage,
donner au geste de l'enfant scandé par c'est une structure - pour le citer - c'est
le fort-da que Freud avait épinglé dans une structure disons diacritique, c'est-à-
l’observation de l'enfant. dire où les éléments prennent leur
Lacan fait de ce fort-da l'emblème, le valeur de leurs relations les uns avec
mythe, de l'entrée de l'individu dans les autres c'est-à-dire font système et
l'ordre symbolique, déjà là. Dans le n’ont chacun de valeur que de faire
même fil, il propose donc, partant d'une système.
série au hasard, et étageant un certain Il est amusant de voir que page 297,
nombre de symbolisations, depuis la Lacan, glosant sur la structure de
symbolisation ras de terre des plus et langage ajoute : la diversité des
des moins, combinés par trois puis langues prend, sous cet éclairage, sa
opacifiés, il propose l'illustration, pleine valeur.
mathématique d'un rapport du sujet à la Il n'en dit pas plus mais on peut,
syntaxe signifiante. donc, méditer sur quelle est la valeur
Il donne l'idée d'une syntaxe, d'une que prend la diversité des langues sous
organisation du signifiant qui n'est pas l’éclairage que donne la notion
déductible du réel, qui comporte une diacritique du signe linguistique. Mais
J.-A. MILLER, Orientation lacanienne III, 9 - Cours n°14 – 16/05/2007 - 6

c’est surtout qu’on s'aperçoit que c'est de la notion de structure de langage. Le


l'inverse à quoi Lacan procède dans langage, dit Lacan, n'est que ce
son dernier enseignement. qu'élabore le discours scientifique pour
Là, il met la diversité des langues rendre compte de la langue. Dans cette
sous l’éclairage du concept du langage phrase, ce qui est déjà présent, c'est un
alors que le dernier enseignement de certain dénigrement du discours
Lacan, pas le tout dernier, le dernier scientifique. Il y a des signes préalables
enseignement de Lacan commence chez Lacan, bien sûr, mais il y a déjà la
avec la mise en cause, l’inversion de ce notion que ce n'est pas la science qui
rapport, à savoir que ce qu'il y a de donne le fin mot sur ce qu'il en est
premier, dans le dernier enseignement d’une réalité préalable, qui est celle de
de Lacan, c'est la diversité des langues la langue, c'est-à-dire de la langue
et c’est de cette diversité que le maternelle, de la langue maternelle
langage reçoit son éclairage. saisie avant toute orthographe, comme
C'est pourquoi je faisais commencer l'indique le fait qu’on l'écrive en un seul
le dernier enseignement de Lacan avec mot, comme une seule jaculation avant
le Séminaire XX, Encore, parce qu’avec qu'on ait commencé à distinguer les
l'émergence, au moins la mise en parties du discours, l'article, le
définition de ce qu'il appelle lalangue, substantif, c'est avant le savoir. C'est
en un mot, la structure de langage est déjà la direction qui se développe et qui
mise en cause. flamboie dans le Moment de conclure
C'est là que commence où on voit détruit la plupart et à l'horizon
l'ébranlement, c'est là les premières tous les instruments dont on se sert
secousses du tremblement de terre qui pour capturer ce qui a lieu, pour
va emporter les constructions dans le capturer l'événement et l'objet.
tout dernier enseignement de Lacan, Déjà, Lacan pose la question : la
c'est là qu'on commence à entendre le langue sert-elle au dialogue ? pour
Nuevo temblor dont je parlais. C'est répondre : rien n'est moins sûr. C'est
quand Lacan dit, il est là, je me déjà ce qui chemine de ses
souviens de. Je me souviens de quoi ? propositions iconoclastes du Moment
Je me souviens qu'il l’a dit, je me de conclure où il s'avérera que la
souviens que ça m'a fait un effet. psychanalyse pourrait être un autisme
Je ne peux pas dire que c'était un à deux, sauf qu'elle ne l'est pas parce
effet de désapprobation, ni de qu'il y a lalangue, mais il y a quand
déception, non. C’était la perception même une langue commune. Mais le
que c'était en train de changer, là, que langage est, en tout cas dès la fin de
c'était vraiment, sur un point capital, son Séminaire XX, réduit à une fiction,
celui que j’avais justement mis en une fiction scientifique mais une fiction.
valeur, en y suggérant « La Lettre C'est pourquoi il peut dire : le langage,
volée » pour commencer ses Écrits, d'abord ça n'existe pas.
que là c’était touché quand il a pu dire : Donc, c'est, vraiment, il est dirigé par
le langage, c'est une élucubration de l'idée de viser ce qui existe et une
savoir sur la langue. couche de ce qui existe qui est
Je suis d'autant plus libre d'évoquer antérieure aux élucubrations de savoir.
ce souvenir que, en effet, dans le D'ailleurs ce qu'il appelle alors
contexte de l'époque, peu de temps l’élucubration de savoir, c'est déjà ce
après, quand j'ai eu l'occasion de faire qu'il censurera à la fin sous le nom de
un exposé, au retour de mes aventures délire, c'est déjà là, simplement ça n’est
romantique dans la politique, j'ai essayé encore qu’une petite musique.
de m'arranger avec cette proposition là, Alors, reprendre ça sous l'éclairage
que vous trouvez dans la toute dernière du tout dernier Lacan, eh bien ça
leçon du Séminaire XX. n'éclaire ce passage que j'ai déjà
Vous avez déjà, là, un certain commenté, passage de cette dernière
dénigrement du concept du langage et leçon de Encore où Lacan dit : mon
J.-A. MILLER, Orientation lacanienne III, 9 - Cours n°14 – 16/05/2007 - 7

hypothèse est que l'individu qui est signifiant, il est embrayé sur la chaîne,
affecté de l'inconscient est le même qui cette chaîne de savoir et Lacan prend
fait ce que j'appelle le sujet d’un au contraire comme repères ces deux
signifiant. Individu affecté de même termes tels qu'ils figurent dans le
l'inconscient équivalent à sujet d'un discours de l'analyste, avec une barre
signifiant. entre eux et non pas une flèche.
Je comprends mieux de quoi il
s'agit : l’inconscient structuré comme un
langage mais le langage est toujours
hypothétique au regard de la langue.
Cette hypothèse de Lacan, c'est
celle qui soutient la formule : un
signifiant représente le sujet pour un S2 S1
autre signifiant. Cette hypothèse, ce
que Lacan lui-même fait émerger Et donc on barre ici, on arrive là,
comme une hypothèse, qui se mais là ; il y a une faille, là il y a une
comprend mal par rapport à avant où, discontinuité que Lacan retraduit dans
en effet, c'est tellement confondu qu'on son dernier enseignement. On ne peut
ne voit pas les deux côtés, c'est pas dire que le sujet est représenté par
précisément cette hypothèse qui est le signifiant parce qu'il faut les deux et
récusée dans le Moment de conclure. qu'entre les deux il y a une faille, ça ne
Le Moment de conclure clive d'un fait que commencer, le savoir ne fait
côté l'individu affecté de l'inconscient, le que commencer il ne s’achève jamais,
parlêtre, et de l'autre côté le sujet d'un donc il se sert de ce qu’il prélève sur la
signifiant qui se soutient de la notion structure qu'il a donnée du discours
délirante que le sujet ne serait que la analytique pour critiquer, pour ruiner la
variable du signifiant. Ce qui se perd structure de langage et pour substituer
dans ce clivage, c'est la notion d’une à l'euphorie déterministe du savoir la
détermination symbolique stricte. C'est structure de langage au sens de
l'idée, pour aller à la racine, que le Lacan ; c'est un savoir disjoint de tout je
signifiant serait le signe d'un sujet, qu’il sais, c'est un savoir formel si on veut :
y a lieu de supposer sous le signifiant substituer donc à la primauté du savoir
un sujet dont le signifiant serait le le savoir-faire, ça apparaît déjà dans la
signe. dernière leçon de Encore, en même
Le tout dernier enseignement de temps qu'il censure le langage comme
Lacan, c'est l'abandon de cette élucubration de savoir sur la langue, il
hypothèse et c'est la critique, d'ailleurs dit de l'inconscient que c’est un savoir-
plusieurs fois répétée, de la formule : faire avec la langue.
« un signifiant représente le sujet pour Et là nous sommes déjà passé à un
un autre signifiant. » tout autre ordre et il se corrigera lui-
même plus tard puisque l'idée d'un
S1 S2 savoir-faire peut comporter l'idée de
méthode, de procédure pour faire, et il
parlera explicitement de savoir y faire,
Je l’ai déjà évoqué avant la coupure ce qui là veut dire se débrouiller, qui est
de l'année, l'idée de la détermination d'un pragmatisme, d’un degré
symbolique, en abrégé, c'est celle qui supérieur, enfin savoir y faire n'a plus
figure dans le discours du maître et là, idée de méthode.
c’est le signifiant qui est maître, en Il y a quoi ? Il y a l'idée d'un accord,
effet, et qui détermine la suite une affinité, toujours fragile. En tout cas
signifiante sur le mode algorithmique et il n'est pas, devant quoi le concept
qui détermine comme effet le sujet qui échoue.
est embrayé sur cette chaîne, ce qui Alors il est merveilleux que dans son
veut dire qu'il est représenté par le Séminaire L’insu, le Séminaire XXIV, le
J.-A. MILLER, Orientation lacanienne III, 9 - Cours n°14 – 16/05/2007 - 8

premier des deux que je mets sous le raconte tout au personnage du roi, il le
chapeau de son tout dernier critique en disant : ce personnage c'est
enseignement, il revienne sur « La le savoir absolu et un savoir absolu
Lettre volée. » bavard. Il impute d'ailleurs à son élève
Il revient sur « La Lettre volée » à de s'identifier au savoir absolu et c'est
l'occasion de l'exposé d'un de ses là qu'il objecte, en effet, qu’il peut bien y
élèves psychanalyste qui utilise « La avoir du savoir dans le rêve mais le réel
Lettre volée », si j’ai bien compris, à ne parle pas.
l'appui de son idée de faire la passe par Au fond, il distingue du savoir dans
écrit. le réel, le savoir du signifiant et c'est ça
Et Lacan commente ce commentaire qu'il appelle le symbolique. On voit, en
dans le chapitre VII, de L'insu et, à effet, que pour lui, là, il a l’usage du
cette occasion, il procède - il ne dit pas symbolique qui le rattache plus à la
tout ce que je dis là, peut-être pourtant parole qu'à l’écriture, dont le repère
le retour sur « La Lettre volée » dans dans l'analyse est plutôt la Verneinung,
L'insu n'est pas sans rapport avec le le fait de dire la vérité en proférant un
fait que dans le Moment de conclure, il mensonge. Le tort de l'imaginaire, au
dise : j'ai déliré avec la linguistique. fond, c'est d’être floride alors que Lacan
Mais, à l’occasion de ce retour sur propose précisément, au contraire,
« La Lettre volée », il procède, me comme il le rappelle, d’évider l’évidence
semble-t-il, à un clivage entre le savoir et on peut dire que les figures
et le symbolique. Il formule que le réel topologiques qu’il trace constamment
ne parle pas, que le symbolique parle au tableau sont de cet ordre
mais ce n'est que pour dire des d’imaginaire là, d’imaginaire évidé.
mensonges et qu’en tout cas Je ne peux pas m'empêcher de citer
l'imaginaire a toujours tort. Le réel ne quand même le petit exemple de famille
parle pas, ce n’est tout de même pas que Lacan profère à l’occasion et qui
un réel incohérent, comme il en a la est vraiment, d'abord c'est un moment
formule à un moment donné. Ce n'est de distraction dans son Séminaire, c’est
pas un réel incohérent. Là il faut rare, et c'est quand même très
distinguer, s'agissant du réel, parole et emblématique du parcours de Lacan
écriture. Le réel ne prend pas la parole, lui-même.
il n'empêche que Lacan maintient qu’il y À propos du savoir absolu, puisque
a du savoir dans le réel, simplement c'est de ça qu’il s'agit, il fait une
c'est un savoir qui ne parle pas. Il me confidence qui porte sur sa petite sœur,
semble que le savoir dans le réel dont il sa petite sœur qui, à la date où il parle
s'agit, puisqu’à cette date il ne renie était déjà une vieille dame, il avait deux
pas cette construction de « La Lettre ans et demi de plus qu'elle, comme il le
volée », c'est le savoir dont il dira à rappelle. Sa petite sœur Madeleine qui
l'extrême fin du Moment de conclure : s’appelait elle-même - on ne sait pas
c’est le savoir des choses qui savent exactement quel âge elle a mais ce
comment se comporter. n'est pas impossible qu’elle ait
Les choses savent comment se justement à cette époque deux ans et
comporter et elles ne parlent pas. demi et Lacan cinq - qui se désigne
Au fond on ne parle, comme le elle-même par le nom de Manéne, et il
démontre l'être humain, on ne parle que donne ça comme un moment de
quand on ne sait pas comment se saisissement. En tout cas ça lui est
comporter et on parle pour demander resté à travers les années, le moment
une thérapie comportementale, comme où ce petit être du sexe féminin, c'est
je l’ai déjà souligné. C'est pourquoi quand même de ça qu’il s'agit, lui dit, dit
d'ailleurs, à cette occasion, il critique à Lacan, au petit Lacan : Manéne sait.
son élève d'avoir inventé un Là, il voit la splendeur d'un je sais,
personnage supplémentaire dans « La dit-il, qui a conscience, c'est-à-dire non
Lettre volée » qui circule et qui, lui,
J.-A. MILLER, Orientation lacanienne III, 9 - Cours n°14 – 16/05/2007 - 9

seulement savoir mais volonté de ne Alors, que le signifiant dans le réel


pas changer. ne parle pas, que le signifiant soit muet,
Mais au fond, alors, il se corrige ça veut dire qu’on ne s’y retrouve,
d'ailleurs puisque ça n'est pas un je hormis quand on fait des constructions,
sais, il l’a formulé à la troisième où après tout on met ce qu'on veut
personne, c'est une elle comme il dit, et bien, mais quand il s'agit des choses,
il dit : là, c’est une conscience de savoir là, le signifiant est muet et donc on s'y
mais enfin qui fait partie de l’inconscient reconnaît à tâtons, on s'y reconnaît
et elle se donne elle-même comme dans le noir. Et Lacan pose cette belle
porteuse de savoir. question, qui a tout son écho pour la
Le moment de saisissement, qui passe : comment reconnaître dans le
sans doute n’a pas quitté Lacan tout le noir un nœud borroméen ?
long de son enseignement, c'est la Et, même évidées ces images et les
notion de la petite femme qui sait. C'est embrouillaminis où Lacan se trouve jeté
comme le principe de ce qu'on pourrait par sa pratique topologique, il montre
appeler le délire de Lacan avec les qu'il tient d’une certaine façon à
femmes. C'est ça d'ailleurs qu'il faudra s’avancer dans cette topologique dans
examiner, délire avec la linguistique le noir, en tout cas qu'il ne prend pas
j’essaye de – ça, je ne suis pas encore les bougies, les petites bougies que les
avancé dans le délire de Lacan avec mathématiciens avaient élaborées pour
les femmes, avec la féminité, je ne me s'y retrouver.
suis pas lancé là-dedans puisque ça Et, au fond, il dit que la passe, c’est
m'a été d'une utilité prodigieuse, si je aussi un effort pour se reconnaître dans
puis dire, dans la vie comme dans la le noir, enfin il laisse entendre, c’est un
pratique. effort, pour se reconnaître dans le noir,
Donc je n’ai jamais eu l’idée de entre soi, c'est-à-dire entre savoirs,
considérer ça comme un délire mais mais de ces savoirs qui ne parlent pas.
que là, là il y a une petite induction Ça, ça exige qu'on mette un bémol
quand même. Lacan, apparemment, a sur ce que j'appellerais une idéologie
pris une certaine idée du savoir dans du témoignage.
ses livres de géométrie, tout l’indique, J’ai appris par Pierre-Gilles
dans son enseignement, et puis il a pris Guéguen, que dans une réunion à
une certaine idée du savoir, chez Madrid, on avait utilisé certaines de
Manéne. mes considérations de cette année à
Bon. C'est en passant. Alors - enfin propos de la passe, considérations à
c'est en passant… Je me suis aperçu partir de Lacan, bien sûr, de ce tout
de la profonde cohérence, en tout cas dernier Lacan. Tout ce qui fait oublier
de cette anecdote dont je me souvenais qu’il s'agit d'une reconnaissance dans
avec le thème de cette leçon, c'est-à- le noir, qui est d'une reconnaissance
dire le thème du savoir absolu. d’un tâtonnement dans le noir, au fond
Là, on a une certaine figure du est, en effet, délire.
savoir absolu sous les espèces d’une Et il y a bien sûr une tension, voire
petite femme et d'ailleurs, il faut bien le une contradiction entre le tâtonnement
dire, tout l'enseignement de Lacan dans le noir en quoi consiste l'analyse
respire ça, que l’homme, le mâle, ne et la fin de l'analyse et puis l’exigence
sait pas comment se comporter, du témoignage, l'exigence que ça parle,
spécialement avec les femmes, mais qui se fait entendre, qui s’est fait
qu'en revanche les femmes sont de ces entendre et qui s'est imposée dans une
choses qui savent se comporter. En certaine communauté analytique et qui,
tout cas elles ont plus de chance que le au fond, est sans doute de l'ordre de ce
mâle d’échapper au délire, sinon à que Lacan appelle ici le symbolique, qui
l'égarement. Les hommes auront le parle beaucoup mais qui nous dit que
délire et les femmes l'égarement. mensonge, qui ne peut que dire que
mensonge.
J.-A. MILLER, Orientation lacanienne III, 9 - Cours n°14 – 16/05/2007 - 10

Donc, il y a une distance à prendre,


c'est dans ce cadre que nous avons à
faire.

Je voulais expliquer en quoi la


psychanalyse, Lacan pouvait dire
qu'elle était une magie, de son concept
de la magie. Je voulais encore
expliquer un certain nombre de choses
mais je crois que l’heure m'oblige à
achever ici.
C’est la semaine prochaine que je
poursuis ?
Donc vous n’aurez qu’une semaine
à attendre pour la suite des opérations.
Voilà.

Fin du Cours XIV de Jacques-Alain


Miller du 16 mai 2007
explicité, rendu visible et presque
palpable. Ça nous donne comme une
décomposition spectrale de ce qui est
Orientation lacanienne III, 9. l'enseignement de Lacan et, à mon
sens, nous n'avons pas fini d’en
dérouler les conséquences, de cette
impasse mise au jour. C’est de nature,
si besoin est, à repassionner, pour ce
Jacques-Alain Miller que Freud et Lacan ont pu édifier sur le
fondement de cette impasse.
Quinzième séance du Cours Je dis Sanson parce que je pourrais
aussi faire un sort à ce détail, que
(mercredi 23 mai 2007) Sanson alors est aveugle ce qui
consonne avec la question posée la
dernière fois : comment reconnaître un
XV nœud borroméen dans le noir.
Il fallait entendre - je l’ai indiqué -
reconnaître un savoir dans le noir. C’est
la définition que le tout dernier Lacan
donnait ainsi de la passe : l’épreuve de
validation de la fin d’une analyse. Mais
J'ai comparé, la dernière fois, Lacan, c'est aussi toute une psychanalyse :
le tout dernier, à Saint-Thomas, celui elle se passe dans le noir, un noir, on
qui, à la fin de sa vie, repousse la l’espère zébré d’éclairs.
somme de ce qu'il avait pu élaborer, Ce dans le noir donne, à mon avis,
construire, élucubrer - dans le le sens du retour à « La Lettre volée »
symbolique -, et qui le rejette comme qui s'accomplit dans un chapitre du
du fumier. Séminaire XIV. L'introduction au
Mais Lacan c'est aussi, je l’ai fait Séminaire de « La Lettre volée »
entendre, celui qui ébranle les colonnes expose, en effet, ce que c’est qu’un
du Temple, le Temple de la savoir dans les termes d'une chaîne
psychanalyse, et qui le fait s'écrouler déterminée ou pour le moins
sur lui. Il y a un avantage à cela, c'est partiellement déterminée.
que par leur ébranlement même, les Une chaîne disposant à un certain
colonnes, qui semblaient être là depuis niveau de l'élaboration -, pas au niveau
toujours, soutien de la maison que nous le plus bas où c'est l'aléatoire qui
habitons, ces colonnes deviennent prévaut, le niveau le plus bas étant
visibles. On s'aperçoit de ce qui celui qui illustre la pièce de monnaie où
soutenait toute la construction. l'apparition d'un côté ou de l'autre est
Je vois bien ce qu'on pourra dire, imprévisible et sans loi - un certain
désormais, de l'enseignement de niveau d'élaboration de la succession
Lacan, ce qu'on pourra en dire en des plus et des moins apparaît une loi
provenance d’un certain côté - que cet de formation, un algorithme.
enseignement s'achève sur un échec. La passe, idéalement, ce serait
Je prends les choses un peu présenter un tel algorithme, l’algorithme
autrement. Ce tout dernier de son inconscient, si je puis dire, et le
enseignement est plutôt une révélation, présenter en pleine lumière. Ce serait
la révélation d'une impasse qui est le fait d'un sujet venu à connaître son
consubstantielle à la psychanalyse. inconscient comme un savoir
Ce qu'on appelait - Lacan a mis déterminé. Lacan a eu de la tendresse
l'accent là-dessus mais Freud est bien pour la métaphore des lumières. Il s'est
le premier à l’avoir ainsi formulé -, ce présenté lui-même comme travaillant à
qu'on appelait l’impossible de la une entreprise qui chercherait à faire
psychanalyse, qui est, dans ce tout pénétrer les lumières dans un réseau
dernier enseignement, mis au jour, où elle n’avait pas jusqu'alors parue.
J.-A. MILLER, - Cours n°15 – 23/05/2007 - 2

Lorsqu'il revient sur « La Lettre devraient s’entendre à partir d'un


volée » et son introduction dans le parcours qu'il fait de solutions possibles
Séminaire de L’insu que sait de l’une- essayées à une difficulté tandis que le
bévue, Lacan ne renie pas cette réel ne parle pas, c'est avec ça qu'il est
définition du savoir sinon qu'il qualifie le aux prises. Ce qui est, je suis d'accord -
savoir ainsi défini de savoir absolu. enfin je suis d'accord avec vous, avec
C'est un savoir absolu qui, comme je ce que je suppose venir de vous - je
le lis, n'a rien à voir avec celui de suis d'accord que c'est très singulier,
Hegel, encore que, étant donné qu'on que c'est une notion qui nous prend
ne sait pas très bien ce qu’est le savoir vraiment à rebrousse-poil. C'est une
absolu de Hegel, et que ça prête à proposition qui fait tomber une colonne
imaginer, je ne peux pas être définitif du temple.
sur ce point. Oui, je vois même Ça comporte déjà que nous n'y
comment si je me forçais un peu je avons affaire, à ce réel, que dans le
pourrais dire que c'est le même mais noir et non pas dans la lumière.
enfin, le savoir absolu, quand il qualifie Ça introduit la psychanalyse comme
cette construction mathématique une pratique à tâtons, très loin, à
élémentaire qui est dressée au début l'inverse de cette image de la
des Écrits, signifie d'abord que ce psychanalyse comme algorithmique,
savoir fonctionne tout seul c’est-à-dire qui était l’image donnée par
qu'il est séparé, et séparé de tout le l'introduction de « La Lettre volée » et
reste. qui promettait une opération
Cela, tel que Lacan le reprend à interprétative, au fond, pleine
l'époque où commençait, enfin, d'assurance, gonflée d'une arrogance
s'établissait son délire, il n'aurait pas scientiste.
qualifié ça de savoir absolu, il en faisait Que dis-je mon Dieu !
au contraire le paradigme - comme Il est certain que ce tout dernier
nous disons - le point d’idéal sur quoi Lacan nous amène à des critiques
régler l'écoute psychanalytique. beaucoup plus sévères et même
Il supposait ce savoir embrayé sur la sauvages que jamais on en a essayées
relation analysant analyste. C'est un à son endroit.
tout autre accent que de qualifier ce Cette pratique à tâtons, on peut dire
savoir d'absolu. Ça met en question, qu’en donne un exemple le maniement
dans le fait, l'accès qu'on peut se difficultueux des nœuds et des tores.
ménager vers lui et c'est ainsi que, J’ai souligné que Lacan s’abstenait, là,
admettant, dans son commentaire de faire référence à ce qu'on avait pu
ultime de « La Lettre volée », qu'il y a élaborer d'algorithmes sur les figures
du symbolique dans le réel, que, allons topologiques.
jusqu'à dire ça, le réel est le lieu du Alors, le réel ne parle pas, là vous
symbolique. allez voir que j'arrive à dire quelque
Il n'en demeure pas moins et il le chose de clair, de simple, il faut arriver
souligne - je l'ai rappelé la dernière fois à cette simplicité.
- que là le signifiant est muet. Le Le réel ne parle pas nous indique la
signifiant a beau faire partie du réel - si valeur à donner à la primauté de
on l'admet - il n'en demeure pas moins l'écriture qui chemine dans
que le réel ne parle pas et cette l'enseignement de Lacan jusqu'à
proposition, le réel ne parle pas, me éclater dans son tout dernier, si
semble traverser tout le dernier soupçonneux devient-il à l'endroit
enseignement de Lacan, ces deux même de poser des thèses qui
derniers Séminaires que je triture. apparaissent dans ses deux derniers
Ça n'est pas une proposition Séminaires souvent pour des
soumise à variations, comme d’autres, tentatives, des accommodements,
ce n’est pas un essai de formulation. Je transitoires, fragiles.
vous ai montré, à l’occasion, comment Il n'en demeure pas moins qu’il
des thèses contradictoires de Lacan maintient avec des accents différents
J.-A. MILLER, - Cours n°15 – 23/05/2007 - 3

que l'inconscient a affaire avec l'écrit. Il tout ça, ce sont des schémas de la
donne de ça des énoncés, des communication et ce qui, dans cet
propositions, différentes, mais le fil est ordre d'idées, en effet, paraissait le
celui-là. C’est de l’écrit. Ce n’est pas de comble, donnant le paradigme de
la mathématique, ce n’est pas de la l'interprétation analytique dans ses
logique, ce n’est pas de la grammaire, effets transformateurs du sujet, c'était la
ce n’est pas non plus de la poésie, proposition performative, dirions-nous :
mais tout de même c’est de l'écrit. Cela tu es ma femme.
veut dire que ce n'est pas de la parole La formule qui résume ça, qui
et que si c’est de l’écrit, c’est au sens résume cette orientation, une formule
où ça ne passe pas tout naturellement qui est presque une jaculation, c'est
dans la parole. Quel chemin parcouru, « ça parle ».
180° ! Moi, ça me fait penser à une
J’ai rappelé la dernière fois la réplique qu’il y a dans un film de Vittorio
formule l'inconscient structuré comme De Sica, que je voyais enfant, où à un
un langage et j'ai montré rapidement moment la population s’assemble en
comment cette structure de langage disant : « Miracolo ! Miracolo ! » : ça
était ébranlée et puis effacée. parle ! C'est cet enthousiasme qui est
Il y en a une autre, de grande douché par la proposition : le réel ne
formule lacanienne, colonne du temple, parle pas. Là, pas de miracle, pas de
par quoi au seuil du temple, par où il Dieu pour faire parler le réel.
fallait passer pour entrer - l'inconscient Le tout dernier Lacan est travaillé et
c'est le discours de l'Autre. même accablé : moi je suis forcé de
Toute l'ambiguïté est sur le mot vous communiquer tout ça sur un ton
discours. Dans le contexte il est difficile joyeux, à cause de Luis Solano, qui
de douter que cela veuille dire parole, m'apprécie quand je suis gai !
parole ordonnée. Et, en effet, Lacan, il commence souvent ses
l'inconscient lacanien, c'est de là qu'il Séminaires en disant : j'aimerais autant
est parti, était fait de paroles. ne pas le faire, parce qu'il n'est pas un
Si bien qu’il pouvait mettre en valeur messager de bonnes nouvelles. La
la continuité entre le discours de nouvelle qu'il apporte c'est : ça ne
l'inconscient et le discours de communique pas et quand ça
l'analysant et pour peu que l'analyste communique, alors c'est vraiment ! On
se situe au lieu de l’Autre, comme il ne comprend pas pourquoi, ni
s'exprimait, cette continuité était celle comment. Là, on peut dire Miracolo !
du discours de l'analyste et de celui de Mais on ne nage pas dans le miracle,
l'analysant. on se raccroche aux branches de
L'émetteur reçoit du récepteur son certaines exceptions et ça, ça chemine,
message sous une forme inversée. dans la caboche de Lacan, si je puis
Mais l’inversion, c'est le nom de la m’exprimer ainsi, depuis au moins le
continuité. Ça veut dire c'est le même Séminaire Encore et sa dernière leçon
aussi prêt qu’il reste à interpréter ; est- que j'ai rappelée la dernière fois. Mais
ce que c'est passé de la négation à enfin, c'est déjà en marche dans ce
l'affirmation ? Est-ce que c'est, au Séminaire.
contraire, est-ce que c'est un Dans Encore il dit déjà lalangue,
changement de direction, etc., inversion enfin il ne dit pas, il dit exactement -
suppose continuité ? Et dès lors, que la langue serve au dialogue rien
s’ouvrait, en effet, une … de l'opération n'est moins sûr, enfin il dit : la langue
analytique et une théorie, une théorie et ne sert pas au dialogue.
le maniement au tableau de figures, Mais ce qu'il veut indiquer avec le
déjà, mais de figures dont le modèle, la mot même de lalangue, écrit en un seul
référence, était la communication. mot, sans distinguer l'article du
Le grand graphe de Lacan, le petit substantif, c’est qu’elle sert à la
graphe de Lacan, le schéma L, le jouissance et c'est à partir de la
premier étage du graphe, le second, promotion de la jouissance dans
J.-A. MILLER, - Cours n°15 – 23/05/2007 - 4

l'enseignement de Lacan que la Ce n'est pas d’évidence, on se


référence à la communication a cause, ça ne manque pas de discours
commencé à se dissoudre. qui s'adressent indéfiniment et
Conceptuellement, la jouissance est indifféremment aux hommes et aux
devenue un dissolvant, un dissolvant femmes - travailleuses et travailleurs,
conceptuel et ça se comprend parce électrices et électeurs.
que, disons-le comme ça, la jouissance Vous remarquez quand même que
ne communique pas. C'est le l'idée qu’il y a deux espèces, là,
paradigme que donne à cet égard le progresse ; ça embarrasse d'ailleurs
rapport mis en exergue par Lacan des énormément le discours politique - à
femmes à leur jouissance : elles n’en toutes celles et à tous ceux, dix fois de
disent rien, elles ne savent rien en dire. suite....
Bon, ce serait à vérifier. J'ai essayé Pas de dialogue entre les sexes, ça
cette semaine encore de supplier une doit être entendu, me semble-t-il, à un
personne de me dire quelque chose. Il niveau justement qui vise la jouissance
a paru suffisant de me faire le coup du qui ne communique pas, et où la
sourire de la Joconde. Il faudrait, pour jouissance de l’Un n’assure rien
être plus assuré de la remarque de concernant la jouissance de l'autre.
Lacan, se taper la littérature érotique De l'amour, Lacan a pu de dire qu'il
féminine, qui connaît de nos jours un était toujours réciproque, ayant reçu,
certain développement. paraît-il, cette formule d'un de ses
Tout ce que j'ai pu en lire, ça n'est amours de jeune homme. Mais on ne
pas beaucoup, ça ne me paraît pas dira pas, sauf à faire rire, que la
tranché. Ou ça ajoute un certain jouissance est toujours réciproque.
dégoulinage de douceur et de Et donc la promotion dans
tendresse, si je puis dire, ou ça en l'enseignement de Lacan de la
remet sur le sadisme des descriptions catégorie de la jouissance va contre la
masculines. Si quelqu'un parmi vous a communication mais ébranle la
une référence à m'indiquer, j'en serais colonne, les deux colonnes du… ; oui
ravi. les deux colonnes et l'arche du graphe
En tout cas pour Lacan, c'est quand du désir et met déjà à l’horizon
même ce qui est le paradigme du l'autisme dont Lacan se pose la
rapport à la jouissance, à savoir : de ce question dans son Séminaire XXIV,
côté-là, ça ne parle pas. Au contraire, pour démentir que la psychanalyse soit
sans doute, du côté de l'amour, ça un autisme à deux. Mais enfin c'est sur
parle, ça en remet sur les mensonges ce fond qu'il se débat.
du symbolique. Du côté, oui il faudrait Et on voit bien qu'il essaye à un
ajouter le côté masculin qui est quand moment de créer la catégorie de la
même très orienté vers la jouissance du jouissance de l'Autre (avec un grand A)
Un, plus que vers la jouissance de sur le modèle du discours de l'Autre. Et
l'autre, c'est-à-dire orienter vers le dans son enseignement déjà, il arrive à
phallus et vers la comptabilité. la conclusion que ça ne tient pas, ça ne
L'élaboration, si on y songe, des va pas, que c'est vide, cette catégorie
formules de la sexuation à laquelle de la jouissance de l'Autre. Au fond, ça
Lacan a procédé dans ses soutient fantasmatiquement dans le
Séminaires XVIII et XIX et aussi dans rapport le rapport de la jouissance
Encore, et qu’il a transcrit, développé, féminine avec la position de Dieu.
dans son écrit intitulé « l'Étourdit. » Le caractère dissolvant de la
Ces formules de la sexuation catégorie de la jouissance à l'endroit de
montrent plutôt que la jouissance l'appareil conceptuel, s'exerce aussi sur
enferme chacun des sexes en lui- la notion de l'objet petit a qui est moulé
même. Et c’est d’ailleurs une des trois sur l’effet de sens, comme je disais la
leçons que Lacan tire à la fin de cet dernière fois.
écrit sous la forme : pas de dialogue L’objet petit a a d'abord émergé, on
entre les sexes. le sait, comme objet métonymique dans
J.-A. MILLER, - Cours n°15 – 23/05/2007 - 5

le Séminaire V des Formations de mensonges et puis avec ses pattes, ça


l'inconscient. Lacan l’a intégré au reste ancré dans le réel. Mais dans le
schéma de la communication et il le chapitre VIII de Encore, Lacan - c’est
replace, comme une certaine espèce ça qui m’avait retenu à l'époque, même
d’effet de sens, peut-être un effet de si c'était fait en deux phrases - récuse
sens réel, etc. l'objet petit a.
Mais déjà dans Encore, j'avais jadis Il le récuse en prétendant qu’au
souligné, dans le chapitre VIII, qui est regard du réel il se révèle que c'est un
vraiment la porte d'entrée dans le faux être - que ça ne peut pas, dit-il, se
dernier enseignement de Lacan, Lacan soutenir dans l’abord du réel et sans
trace un schéma où il dégage les trois doute, précisément, parce que ça
lettres - de l'imaginaire, du symbolique conserve de l'effet de sens.
et du réel, et il donne un sens giratoire Lacan, dans ce chapitre, est déjà sur
au vecteur qui relie ces trois points. la voie d'une scission entre le réel et le
Celui-ci. sens, qu'il explicitera dans son tout
dernier enseignement, en disant - je
l’avais souligné un peu plus tôt dans
I l'année - le sens est l'Autre que le réel
(avec un grand A).
Alors il pouvait, pour se raccrocher
aux branches, reprendre sa formule et
S R valider sa formule comme quoi
l'analyste met l'objet petit a à la place
Déjà j'attire votre attention sur la du semblant, ce qui est, le plus
ligne horizontale. Le symbolique se convenable à son mode d'existence. Ça
dirige vers le réel. Ça, c’est une ligne n'est qu'un semblant en tant que tel.
de fond. Confronter le symbolique au Et il ajoutait et c’est à partir de là que
réel jusqu'à le voir défaillir dans son l'analyste peut – je le cite – interroger
tout dernier enseignement, jusqu'à le comme du savoir ce qu'il en est de la
mettre à certains égards au rebut. vérité.
On a déjà ici cette direction du Dans cette interrogation, eh bien il y
symbolique vers le réel qui est le a déjà ce qui surgira comme problème.
mouvement qui s'accomplit dans le tout Comment peut-on passer de la vérité
dernier enseignement. au savoir, dans l'analyse ?
Alors, c'est sur ce chemin que Lacan Le symbolique parle, c'est la
plaçait l’objet petit a, comme ce qu'on condition pour qu'il y ait vérité. Cette
peut appréhender de réel dans le vérité qui est entourée de mensonges,
symbolique mais soulignant déjà par cette vérité à laquelle on n’accède que
cette position le caractère ambigu de par le mensonge, cette vérité qui n'est
cette catégorie. qu'une espèce de mensonge
puisqu'elle est variable.
En tout cas, il y a de la vérité quand
I le symbolique parle, il y a ces éclairs
qui zèbrent le noir - disais-je tout à
l'heure - tandis que le réel est muet, y
compris le savoir qu'il inclut et le savoir
qu'il inclut à son égard, on est dans le
S R noir, c’est un savoir absolu, absolument
a séparé de vous.
Ce n'est pas mal, ce schéma ainsi
orienté pour resituer des éléments qui
Si on regarde ses ailes et si on appartiennent au tout dernier
regarde ses pattes, ça ne va pas du enseignement de Lacan.
même côté. Du côté ailes, ça vole avec On pourrait dire qu’en effet
le symbolique, ses discours et ses l'imaginaire se dirige vers le
J.-A. MILLER, - Cours n°15 – 23/05/2007 - 6

symbolique, au sens où il l’imaginarise, arbitraire que Saussure décernait au


et c'est ce qui nous donne le fantasme, signifiant, en disant : mieux eut valu
la poésie, le délire, de toute avancer le signifiant de la catégorie du
construction symbolique. contingent. C'est ainsi qu'il a ébranlé
Je donnerai aussi une valeur au lui-même la primauté, la nécessité du
vecteur montrant le réel se dirigeant signifiant phallique, en essayant de
vers l'imaginaire dont j’ai dis que ça me démontrer que ça n'était que
paraissait être le mouvement qui anime contingence, que ça cesse de ne pas
le Moment de conclure de Lacan. s'écrire, avec la psychanalyse.
Ce que Lacan appelle contingence,
c’est tout ce qui soumet le rapport
I sexuel à n'être que sous le régime de la
rencontre et vous savez que cette
contingence, Lacan l'essaye sur
différentes catégories, concepts, de la
S R psychanalyse et la rencontre, c'est un
a fait de hasard. Donner la primauté à la
rencontre, c’est revenir à l'étage le plus
bas des plus et des moins sur lequel on
C'est ce qui m'a fait choisir comme
avait construit l’édifice de la
titre du dernier chapitre Imaginer – à
détermination symbolique.
l’infinitif – « Imaginer le réel ».
Et donc au fur et à mesure que
Oui, j’ai validé ce titre. Je suis plus
Lacan promeut la catégorie de la
embêté avec le titre du premier chapitre
contingence, il défait comme Pénélope,
qui, lui, répond au vecteur imaginaire-
il défait son tissage de déterminations.
symbolique, qui montre une continuité
La rencontre, ça veut dire que ça opère
entre l'imaginaire et le symbolique, qui
dans le noir où c'est là qu’on pourrait
traite donc des délires, y compris la
inscrire, que prend sa valeur la thèse,
science, qui montre le caractère
la thèse fugitive, sans doute, mais qui
imaginaire de la géométrie euclidienne,
hante le tout dernier Lacan, la thèse de
pourtant paradigme du symbolique.
l'analyse-magie.
J’avais fini par appeler ça « Fantasmes
Évidemment, la question s'était
du symbolique », au pluriel, ça n’est
posée dès longtemps à Lacan, puisque
pas que ça n'est pas exact, mais ça
c'est sous ce chef que Lévi-Strauss
n'est pas dans le texte même de Lacan
avait tenu à inscrire l'opération
sous cette forme et donc je médite
analytique, comparant le psychanalyste
encore sur ce titre là. J’aimerais faire
au Shaman. C'était à l'époque une
mieux et qu’on sente aussi comment le
bonne manière qu'il faisait à son ami
dernier chapitre du Moment de conclure
Lacan, qui ne s'était pas démonté pour
fait écho à la position prise dans le
autant et qui avait, à cette occasion,
premier chapitre.
mis en musique l'imaginaire, le réel et
Une colonne du temple aussi qui est
le symbolique.
ébranlée, c'est la colonne de la
Mais c'est dans le dernier texte des
nécessité et son corrélat d'impossibilité.
Écrits, « La science et la vérité », que
C'est la colonne de ce que Lacan
Lacan revient sur la magie et il me
appelait, dans « La Lettre volée » la
semble que c'est ce qui l’inspire dans
détermination symbolique. Il mettait à
son Moment de conclure, dans son tout
l'horizon le paradigme de l'algorithme.
dernier enseignement, à évoquer la
Qu'est-ce qui ébranle cette
magie à propos de la psychanalyse.
colonne ? C'est la promotion toujours
La magie rétablit la communication,
plus accentuée dans l'enseignement de
elle rétablit une liaison entre signifiants.
Lacan de la catégorie de la
Elle montre, Lacan dit exactement - elle
contingence.
suppose le signifiant répondant comme
C'est déjà clair dans Encore quand
tel au signifiant. (Je vous renvoie là à la
Lacan se dit mécontent de l'adjectif
page 871 des Écrits).
J.-A. MILLER, - Cours n°15 – 23/05/2007 - 7

Elle suppose, c'est l'hypothèse de la On pourrait dire que l'analyste aussi,


magie, son hypothèse c’est elle a non seulement il fait partie de la nature
affaire à une chose qui d'abord ne parle par le support corporel qu'il amène et il
pas, … est en rapport avec un fait aussi partie de la culture et c'est
dysfonctionnement et on suppose qu’en pourquoi Lacan donne leur importance
effet, avec du signifiant, on va pouvoir à des facteurs comme le prestige, le
faire répondre la Chose, la Chose qui poids social, dans l’efficace de
ne parle pas. l'interprétation.
C’est sans doute aussi pourquoi il dit
une fois : pour savoir ce que j'entends
Sa Chose par psychanalyse, il faut entrer en
psychanalyse avec moi.
incantation nature En effet, le tout dernier Lacan, du
côté prestige et poids, ne pouvait pas
trouver plus lourd. Il faut corriger ça par
Ici la Chose prend la valeur, c'est la
le fait que la débilité mentale est telle
nature, et le signifiant va prendre une
que le prestige se soutient très bien de
forme incantatoire pour mobiliser le
semblants ténus, vous le constatez
signifiant dans la nature. Et alors,
dans l'élévation des grandeurs sociales.
explicite Lacan - la Chose en tant
Vous en prenez un comme ça, dans le
qu'elle parle, répond à nos
lot, vous le présidentialisez, il fait
objurgations.
exactement le même office que les
Donc là, on arrive à faire parler le
autres, il est capable de faire le tintin
réel muet et il est notable que le tout
comme les autres. Il y a quand même
dernier Lacan rabat la psychanalyse
la place ; la place, c'est les semblants
sur une opération de ce type.
eux-mêmes qui génèrent leur poids et
Alors ça suppose que le Shaman, du
l’admiration qui va avec.
côté de l’incantation, y mette du sien, il
C’est cette opération qu'on peut
faut qu'il s'active, comme moi ici, il
qualifier de magique, « arriver à faire
mouille sa chemise, donc ça implique
parler le réel », que Lacan approche
d'apporter le corps et de payer de sa
par le terme d'escroquerie, dont il
personne et par-là, en effet, par le
décore à un moment donné la
corps, démontre faire partie de la
psychanalyse pour poser la question,
nature : l'émetteur fait partie de la
c'est-à-dire comment surmonter la
nature.
scission du réel et du sens alors que
À cela, Lacan oppose le sujet de la
cette scission est le contraire de la
science qui serait le supposé de
pratique psychanalytique qui suppose
l'expérience analytique, le sujet de la
que les mots ont une portée dans le
science qui n'appartient pas à la nature
réel.
et l'analyste lui-même soustrait son
Donc, là, ce n’est pas l'échec de
corps plutôt que de l'ajouter, encore
Lacan dont il s'agit, c'est une antinomie
qu'il faille qu'il soit là, il y a quand
d’une difficulté propre à la
même ce minimum.
psychanalyse. Et un des essais de
Son raisonnement de la page 871
Lacan est - je l’ai signalé au passage -
est tout à fait valable si on met en
de surmonter la scission du réel et du
regard le sujet de la science, mais c'est
sens par ce qui serait l'exception du
déjà une toute autre affaire quand on
symptôme, si le symptôme était la
parle du parlêtre.
seule chose qui conserve un sens dans
Le parlêtre, c'est une catégorie qui
le réel.
inclut le corps, de telle sorte que ce
Et donc le symptôme, au fond, lui,
n’est pas suffisant d'évacuer le corps
pourrait répondre comme la Chose du
dans l'analyse en disant c'est un résidu.
Shaman, à l’incantation, à la
C'est au contraire, enfin s'il s'agit de
résonance, pourrait répondre à
parlêtre, c'est un fondamental comme
l’interprétation comme le corps répond
on dit aujourd'hui, le corps.
à sa résonance.
J.-A. MILLER, - Cours n°15 – 23/05/2007 - 8

Alors, ici, il faut faire sa place à la


promotion qui s'accomplit dans
l'enseignement de Lacan et qui vient
émerger dans son tout dernier, la
promotion du corps, qui est, je vous le
rappelle, situé dans sa triplicité au
niveau de l'imaginaire.
Et spécialement le Moment de
conclure est marqué par la promotion
de l'imaginaire, à travers les
manipulations de figures que multiplie
Lacan. Il y a comme un tropisme vers
l'imaginaire, qui est une sorte de retour
aux sources, pour Lacan, puisqu'il est
parti de l'imaginaire, et il y revient sous
une forme différente, beaucoup plus
élaborée, d'ordre mathématique, si l'on
veut.
Je dis si l'on veut parce qu’en fait
ces figures sont très éloignées des
mathématiques. Il y a comme, disons,
la promotion de la jouissance, celle de
la contingence, celle du corps, se
conjuguent dans une promotion de
l’imaginaire qui me faisait penser que
c'est ainsi qu'il répond à l'appel que lui-
même lance dans son Séminaire XXIV
à la fin, à la fin de L'insu que sait de
l’une-bévue.
Il attend un signifiant nouveau, il
espère un signifiant nouveau. Je
donnais comme titre à ce chapitre,
déjà, jadis, quand je le publiais dans les
Cahiers pour l'analyse : « Vers un
signifiant nouveau ».
Eh bien la réponse ultime qu'apporte
le Moment de conclure, ce n'est que ce
signifiant nouveau ce n'est pas un
signifiant, c'est bien plutôt une image.

Eh bien je poursuis la semaine


prochaine dans le Moment de conclure.

Fin du Cours XV de Jacques-Alain


Miller du 23 mai 2007
l'écoute attentive, qui l’a, semble-t-il,
comblé.
On s'est intéressé à l'ensemble de
Orientation lacanienne III, 9. ces ajouts, qu'il appelait des
allongeailles. Il dit quelque part - c’est
un peu comme les paperolles de Proust
- il les appelle quelque part les
surpoids, qui viennent en effet corriger,
Jacques-Alain Miller infléchir, même s'il n'y a pas de
retranchement, les opinions qu'il avait
Seizième séance du Cours pu énoncer. Parce qu’au fond, il ne
prétendait pas autre chose qu'à
(mercredi 30 mai 2007) énoncer son opinion, et dans toute la
variété qu'elle pouvait connaître.
L'intérêt de ce dernier Montaigne, je
XVI parle du livre, c'est de considérer que
ces ajouts de quatre années forment
comme un texte autre, qui a sa
continuité, et ses effets de
transformation.
À vrai dire c’est qu'au début du
Je me suis aperçu que je cherchais XX° siècle qu’on avait
des images de Lacan, du dernier systématiquement distingué les strates
Lacan, celui qui est aux prises avec le d’écriture des Essais et ça, c’est la
silence du réel. strate dite C, qui fait en effet un certain
Je ne les ai pas cherchées, je les ai effet quand on suit à la trace le fil de
rencontrées, ces images. Saint- ces allongeailles.
Thomas, ai-je dis, et puis Sanson. La critique, que je nommais,
Là, j’en ai trouvé une troisième, c’est diagnostique chez Montaigne - je ne
Montaigne, le dernier Montaigne, qui prétends pas l'exactitude clinique - une
fait le titre d'un ouvrage de critique, crise dépressive multiple, aussi bien
d'une madame Nakam. politique qu’affective et que physique et
donc une attitude pessimiste et
misanthrope qui s'affirme chez
Nakam Montaigne, ce qui n'est pas apparent
quand on lit le texte sans mettre à part
Je l'ai lu. Je l'ai lu hier, en pensant à cette période 88-92, puisque Montaigne
Lacan. a choisi de ne pas modifier ses élans
Ce dernier Montaigne, pour en dire optimistes, par exemple celui qui
un mot, c'est celui qui griffonne sur son termine le dernier essai du volume ―
exemplaire, sur l’exemplaire de ses De l'expérience ; lequel s'achève sur un
Essais, sur l'édition, la dernière à être hymne à Apollon emprunté à Horace.
parue de son vivant, en 1588. Mais lorsqu'on retourne les cartes et
Il est mort en 1592 et durant ces qu’on distingue le fil noir de ces
quatre ans, il a rempli des marges. dernières années, il a quelque chose
Spécialement un exemplaire qui a servi du tout dernier Lacan parce que
jusqu'à il y a peu à la plupart des Montaigne a lui-même en vue sa
éditions du XXe siècle, l'exemplaire dit disparition et on ne peut pas penser
« de Bordeaux. » que Lacan ait choisi le filtre « le
Maintenant, il semble qu'on se fie Moment de conclure » sans cette
davantage à l'édition posthume qu’en perspective, même si, lui, là-dessus
avait donnée celle qu'il appelait sa fille reste muet.
d’alliance, Madame de Gournay. Je ne pense désormais, dit
Il avait trouvé auprès d'elle dans ses Montaigne - le dernier Montaigne - je
dernières années l'admiration et ne pense désormais qu’à finir, etc., et
J.-A. MILLER, - Orientation lacanienne III, 9 - Cours n° 16 – 30/05/2007 - 2

prends mon dernier congé. C’est une complexes, apportées sur des rouleaux
phrase de la strate C de l’essai XXVIII blancs.
du Livre II, qui s'intitule « Toutes Cela est bien fait pour nous faire
choses ont leur saison. » resouvenir de comment enseignaient
Il y a aussi cet ajout dans le fameux les anciens Grecs, les premiers
essai « De la vanité », du Livre III, très mathématiciens. Je l'ai évoqué jadis
lacanien ― Jointe à l'aventure ai-je dans un exposé fait à un colloque sur le
quelque obligation particulière à ne dire réel en mathématique. Ils faisaient
qu’à demi, à dire confusément, à dire apporter en fanfare, si je puis dire, de
discordament. grands panneaux blancs, sur lesquels
La critique, qui ne semble pas avoir étaient tracées et ineffaçables, les
lu Lacan, suppose que ce dire à demi figures géométriques qui étaient la
implique que Montaigne aurait matière de leur démonstration.
quelques secrets qu'il ne livrerait pas. C'était, dit-on, des diagrammes sur
Il y a en effet un passage de lesquels, au fur et à mesure que se
Montaigne qui laisse entendre qu'il a un développait le cours étaient inscrites
secret qu'il n’a confié qu’à son ami La des lettres.
Boétie, mais pour nous, ce ne dire qu’à Cette occasion, pour nous, de bien
demi raisonne tout autrement. voir que Lacan a toujours appuyé son
C'est le sort de la vérité lacanienne enseignement du tableau noir, de tracer
que de se dire ainsi. au tableau noir. Simplement c'était,
Et il s'y ajoute, dans le tout dernier jusqu'à ce dernier enseignement, si
enseignement de Lacan, il s’ajoute à ce mêlé aux paroles qu'on pouvait en
dire à demi le dire confusément. Je ne méconnaître l’instance propre. C'est ce
l'ai pas caché, et d'ailleurs Lacan qu'aujourd'hui on appellerait des
formule que l'écrit comme tel est visuels.
confusionnel, c'est assumé par Aujourd'hui, quand on a une
Montaigne ; quant aux discordances du conférence à faire, on vous demande à
dire, elles sont multiples dans ce tout l'avance si vous avez des visuels à
dernier enseignement et quand vous projeter. Eh bien cette technique n'était
l'aurez en main, révisé, établit, rédigé pas développée au temps de Lacan
par moi, vous le sentirez peut-être mais il avait, il a toujours eu des
mieux que quand j'expose, puisque visuels.
quand j'expose je cherche non pas à Lui-même a tout fait pour qu’on en
accorder ces discordances, mais n'isole pas l'instance propre, puisqu'il
fatalement à les organiser et au point énonçait par exemple que la lecture de
que j’ai pu parler à un moment de la tel schéma de son grand graphe,
route romaine que je traçais de ses exigeait d’être attentif à la moindre
lacis. nuance de son style. C'était inviter à ce
J'ai relevé encore cette allongeaille qu'on ne voit que dans la
de Montaigne, qui nous passerons représentation que accessoires. C'est
directement à Lacan, j’ai relevé cette ce qui s’inverse dans le tout dernier
allongeaille ― Tant il y a en ces enseignement. Ce sont plutôt les
mémoires, si on y regarde, on trouvera paroles, oratoires, que Lacan émet
que j’ai tout dit ou tout désigné. Ce que avec lenteur.
je ne puis exprimer - dit le dernier Voyez comme je suis caméléon, je
Montaigne - je le montre du doigt. me laisse moi-même pénétrer de cette
Là, on croirait rencontrer une lenteur.
préfiguration de la dernière proposition Ce sont ces paroles elles-mêmes qui
du Tractatus logico-philosophicus de apparaissent accessoires au regard,
Wittgenstein. parce qu’elles vous regardaient et nous
Et en effet, dans le silence du réel, regardent encore, au regard des tracés
Lacan montre du doigt, montre du doigt compliqués qu'il apportait avec lui.
le tableau, les figures tracées au Nous avons de ces tracés cette
tableau, les figures, quand elles sont organisation de plus et de moins, que
J.-A. MILLER, - Orientation lacanienne III, 9 - Cours n° 16 – 30/05/2007 - 3

Lacan a forgée dans son introduction et ça se poursuit d'ailleurs dans le


au Séminaire de « La Lettre volée ». Séminaire VI.
Ces suites de symboles s'organisent Je ne vais pas ainsi énumérer l'un
dans un graphe. après l'autre les Séminaires de Lacan,
À ce propos, je voudrais corriger rares sont ceux qui n'articulent pas et
quelque chose que j'ai dû dire un peu ne manifestent pas un visuel, quelque
rapidement les fois précédentes, quand chose que l'on montre du doigt, comme
je mettais en valeur l'élucubration dit Montaigne.
étagée de la détermination symbolique, On a là une manipulation, que l'on
à partir d'un niveau zéro, un niveau réel pourrait appeler, avec un terme de
qui est celui où, en fonction de ce qu'on l'enseignement de Lacan, une
peut imager de la pièce de monnaie manipulation de semblants qui sont en
qu'on lance, on transcrit selon que c'est quelques façons mis en place de réel.
pile ou face, plus ou moins. L’historien des sciences que je citais
Et en effet, là, pas de liaison d'un jadis, Netz, en a bien vu, pour les
coup à l'autre. Ce qu'on obtiendra la mathématiciens grecs, anciens, la
fois suivante n'est pas déterminé par le pertinence.
coup d'avant. Donc ici, il y a absence
de syntaxe. C'est exact mais il faut un Netz
allongeaille, si je puis dire.
Lacan signale, un peu plus tard je
L'introduction des diagrammes
crois, que c'est bien parce qu'on a
lettrisés permet à un univers de
l’idée préalable de la syntaxe que l'on
discours de se développer qui fait
peut dire qu'ici il n'y en a pas. Et donc
l'impasse sur la question ontologique.
la syntaxe, la notion de syntaxe, c'est-
On s'intéresse à ce qui est réel et
à-dire de liaisons déterminées, précède
impossible, on ne pose pas la question
la production de niveau zéro d'une
de l’être. On a cru y reconnaître la
séquence asyntaxique.
tendance principale qui anime Lacan
Ça ne change rien, au fond, de ce
dans son usage des visuels.
que j’ai pu vous dire mais je tenais à ce
Alors là, distinguons deux modalités
rajout qui montre assez bien, au fond,
de cet usage.
la primauté pour Lacan, pour le Lacan
D'abord, comme je l'ai rappelé,
qui a forgé cet apologue, la primauté du
Lacan a abordé le symbolique comme
symbolique, puisque ce qu'on peut
un ordre. L’expression de « l'ordre
distinguer comme pur réel aléatoire
symbolique » a retentit puissamment
dépend néanmoins du préalable de la
puisqu’on l’a trouve encore utilisée
notion de la syntaxe.
abondamment de nos jours, concernant
Donc si formalisée, mathématique,
ce qui serait une leçon conservatrice de
que soit cette construction, elle
la psychanalyse, du genre « pas touche
débouche néanmoins sur un visuel.
à l'ordre symbolique. »
Inutile de le dire que le schéma
Dès que l’on veut manifester un peu
construit par Lacan dans le Séminaire I,
d'inventivité, de créativité, dans la
le schéma du miroir destiné à illustrer
manipulation par exemple des
l'identification et ses transformations,
semblants du mariage ou de la filiation
est par excellence un visuel. C'est
― Aah ! Ordre symbolique, personne
même un visuel sur la vision.
ne passe !
Si l'on prend le Séminaire IV, eh bien
Oui, enfin, c’est triste, c’est triste que
on y trouve comme visuel un tableau, le
cet usage réac de la psychanalyse. Et
tableau permutatif qui met en place la
c'est amusant aussi parce que c'est
privation, la frustration, la castration ; et
absolument dérisoire, pour ce qui est
dans le Séminaire V, on suit la
d’arrêter de puissants mouvements
construction minutieuse du graphe qui,
historiques.
doté d’abord d’un premier étage, se
Autrement bien informé de ce qui n’y
trouve ensuite dédoublé par un second
a là que manipulation de semblants
J.-A. MILLER, - Orientation lacanienne III, 9 - Cours n° 16 – 30/05/2007 - 4

avec, en effet, l'inertie traditionnelle, La pointe de cette nouvelle tentative,


dont il n'y a pas lieu de sacraliser c’est le Séminaire XXIII, Le sinthome,
l'ordonnance, sauf si la sacralisation est et Le sinthome apparaît ainsi comme la
votre business, ce qui existe aussi. catégorie clinique attachée au nœud
Enfin, précisément, parce que les borroméen, au visuel du nœud
semblants ne sont que ça, il s'est borroméen.
développé dans l'histoire, en effet, une Dans ce Séminaire, les questions
puissante sacralisation pour éviter que qui relancent la réflexion sont des
ça tombe ; enfin, comme dirait le tout questions d'architecture et de liaisons.
dernier Lacan - c’est délirant. On pourrait même dire la grande
Dans ordre symbolique, ordre veut question c'est : que traite le Séminaire
dire dimension, sans doute. Mais pas avec ces visuels ? C'est : à quelles
seulement. Lacan ne faisait pas de conditions ça tient ensemble ? Est-ce
l'imaginaire et du réel des ordres, que ça tient ensemble à trois, est-ce
même si l'expression peut ici et là venir, que ça tient ensemble à quatre ?
dans l'ordre imaginaire, ça n'est qu'au Telle est la recherche tâtonnante qui
sens de registre. s'y déploie.
Ordre, dans ordre symbolique veut J’ai mis à part, vous le savez, les
dire une ordonnance, un deux derniers Séminaires de Lacan, le
ordonnancement. On pourrait même XXIV et le XXV.
dire un ordinateur. Et Lacan, a utilisé Alors, d'abord le XXIV introduit une
des visuels congruents à cet ordre : des autre catégorie clinique. Après le
tableaux, des graphes, des matrices ; sinthome, ce que Lacan appelle,
où la permutation est toujours traduction phonétique de l'Unbewusst
opératoire, c'est-à-dire il a utilisé des freudien, si on le traduit
visuels relevant de la combinatoire. sémantiquement en fonction du sens
Et, là, on doit ponctuer un on dit l'inconscient, si on le traduit
décrochage qui intervient lorsque phonétiquement - si je puis dire -
Lacan passe du langage - enfin, quand transcrit on dit l'une-bévue.
il change de référence - du langage,
structuré comme un langage, c'est-à- l'une-bévue
dire structuré, c'est ça qui passe à l’as,
on dit l'inconscient structuré comme un
Après le sinthome l’une-bévue.
langage ; on ne s'intéresse qu'à
Par rapport à l'une-bévue, le
inconscient et langage. Toute la
sinthome apparaît comme une macro
question est de savoir en quoi le
unité, qui relève de l'inconscient sans
langage est structuré.
doute, de l'inconscient définit dans le
Donc, Lacan change de référence :
Moment de conclure comme la face de
du langage comme structuré, à la
réel de ce dont on est empêtré.
langue. C'est là que se fait ce que
Ce serait un témoignage, si besoin
j'appelais un décrochage, avec
était que c’est bien sur la voie de
spécialement la dernière leçon du
l'inconscient réel que Lacan s’avance
Séminaire XX intitulée « Encore ». Et
dans son tout dernier enseignement au
c'est pourquoi c’est de là que je datais
point d’ailleurs, nous le verrons tout à
le dernier enseignement de Lacan.
l'heure, que l'amour lui paraît une
On peut dire qu’à partir de ce
bizarrerie, une étrangeté.
moment-là, Lacan fait usage d'un
C'est dire que ce qui l’oriente, ça
nouveau visuel qui est celui des
n'est pas ce que j'appelais naguère
nœuds. Et l’usage de ce nouveau
l'inconscient transférentiel.
visuel consacre l’éclipse de l'ordre
Par rapport à cette macro unité,
symbolique dans sa réflexion, au point
l'une-bévue, c'est une micro unité qui
que le symbolique - je l'ai déjà souligné
inclut l'acte manqué et aussi le mot
- s’y manifeste comme homogène aux
d'esprit, et même le rêve, à suivre la
deux autres dimensions.
J.-A. MILLER, - Orientation lacanienne III, 9 - Cours n° 16 – 30/05/2007 - 5

première leçon de L’insu que sait de une élucubration prenant son départ
l’une-bévue. d'un fait extrêmement ténu et sur quoi
C'est-à-dire que Lacan reprend avec on a élevé des cathédrales.
ce terme tous les phénomènes qui Le tout dernier enseignement de
avaient attiré Freud dans sa voie et en Lacan a la valeur d'un retour, un retour
fonction de ses œuvres initiales que au fait, un retour à la chose même.
sont La science des rêves, la De la même façon, là où Lacan
Psychopathologie de la vie quotidienne, parlait d'ordre symbolique, en se
Le mot d’esprit dans son rapport avec réglant sur la structure de langage telle
l'inconscient, sur lesquels Lacan s’était que dégagée par la linguistique, même
appuyé dans son premier élan vers la s’il la travaillait, il la sculptait cette
construction de l'ordre symbolique. structure, là, dans son tout dernier
C'est ce qu’il avait repris dans son enseignement, il a plutôt affaire au
Séminaire V comme Les formations de corps du symbolique qui s'appelle
l'inconscient et ensuite distingué dans lalangue. Le corps du symbolique à la
son Séminaire XI, les Quatre concepts place de l'ordre symbolique.
fondamentaux, de l'accent selon lequel Le mouvement que je disais de
il s'agissait d'achoppement de l'ordre retour, c'est un retour en deçà des
symbolique. Et c'était déjà, à cette élucubrations et donc c'est un discours
époque là, mis par lui en opposition extrêmement ténu que celui du tout
avec l'ordre symbolique à la Lévi- dernier Lacan, extrêmement fragile, qui
Strauss. est dans un constant rapport de
Eh bien, enfin, nous sommes avec surveillance avec soi-même, toujours
l’une-bévue à l'achèvement de ce prêt à se saisir dans le moment de
mouvement commencé dès janvier l'élucubration pour essayer de s'en tenir
1964. C'est-à-dire qu’avec l’une-bévue, à la pureté de ce qui a lieu, de ce qui
Lacan, qui le développe peu dans son arrive.
tout dernier enseignement, isole C'est ainsi que je comprends
quelque chose comme - il faut bien dire pourquoi Lacan commence son
quelque chose -, une unité constitutive Séminaire XXIV, de L'insu, par des
(j'avais écris constituante, oui, j'avais considérations sur l'identification sur
hésité entre ces deux mots), de laquelle il ne reviendra pas.
l'inconscient. C'est en ce sens que J'ai intitulé ce premier chapitre
Lacan pouvait dire qu’avec son thème « Essai d'une topologie de
de l'année - j’essaye d’introduire l'identification », parce que Lacan se
quelque chose qui va plus loin que propose d'ordonner les trois types
l'inconscient. d’identifications distinguées par Freud
C’est parallèle à ce que l'on peut dire dans sa « Psychologie des foules », de
de lalangue. Avec lalangue, Lacan avait les ordonner à trois modes distincts de
introduit quelque chose qui allait plus retournement du tore.
loin que le langage au moins en ce Mais il s'intéresse à l’identification en
sens que, au regard de lalangue, le tant qu'elle se cristallise, dit-il, dans une
langage apparaît comme une identité. Il s'y intéresse, me semble-t-il,
élucubration de savoir. dans la mesure où l'identité ne serait
Eh bien avec l'une-bévue, et déjà là que le produit d'une identification.
il allait plus loin que l'inconscient Et, précisément, il vise ce qu'il y a
structuré comme un langage, eh bien avant identification, si je puis dire des
avec cette unité minimale qu'est l'une- unités pré-identitaires, de telle sorte
bévue, c'est l'inconscient freudien qui que l'identité, c'est une élucubration à
apparaît comme une élucubration de partir du non-identitaire.
savoir sur l’une-bévue et, c'est là me À cet égard, la question hante tout
semble-t-il, que réside le sens à donner son dernier enseignement, à partir des
à ce plus loin que l'inconscient. visuels. Est-ce le même ? Quand vous
C'est que l'inconscient n’apparaît avez au tableau des figures
pas comme une donnée mais comme complexes ; est-ce que c'est le même ?
J.-A. MILLER, - Orientation lacanienne III, 9 - Cours n° 16 – 30/05/2007 - 6

Et c’est comme mettre en scène ici la autre résonance pour nous qui
crise de l'identité quand on en est connaissons le titre que j’ai crû pouvoir
revenu à l’en deçà de l'opération donner à la dernière leçon du Moment
identificatoire. Le tout dernier de conclure : Imaginer le réel.
enseignement de Lacan s'inscrit C’est, en quelque sorte, les
certainement dans la continuité de son premières notes de l'orientation de ce
dernier enseignement mais il introduit tout dernier enseignement.
un nouveau visuel qui n'a rien à faire À propos de Lord Kelvin, Lacan joue,
avec les questions d'architecture et de semble-t-il, à l'oreille, sur l’expression
liaison, comme c'était le cas du nœud se faire une idée, en invitant à ce qu'on
borroméen dans le sinthome, un comprenne sphère une idée.
nouveau visuel où on n’a pas à se
demander à quelle condition ça tient sphère une idée
ensemble. Ce nouveau visuel, c'est
celui du tore – t.o.r.e. - la chambre à
C'est laisser entendre que le modèle
air.
du modèle, c'est toujours la sphère. Eh
Et à quoi répond cette introduction ?
bien c'est dans ce mouvement-là que
Eh bien Lacan, me semble-t-il,
Lacan entend substituer à la sphère le
choisit le tore comme voie d'accès
tore, qui a une toute autre structure que
privilégiée au réel.
la sphère.
On trouve dans le premier chapitre
de L'insu une réflexion rapide sur la
notion de modèle que Lacan récusait sphère une idée
de façon arrogante dans son écrit qui
s'intitule « Remarque sur le rapport de tore
Daniel Lagache », qu'on trouve dans
les Écrits. C’était le professeur Sans doute le tore a-t-il, comme la
Lagache, en effet, qui proposait pour sphère, un intérieur, à la différence du
l'identification des modèles. Et Lacan rond de ficelle pur et simple, même si
récusait cette notion au nom de la vous pouvez vous servir du tore comme
structure. rond de ficelle.
Quand on fait référence à la Vous pouvez faire avec trois tores
structure, on ne passe pas par le un arrangement borroméen, mais vous
modèle, on s'occupe des signifiants qui avez avec le tore une figure qui a un
organisent le réel. intérieur mais cet intérieur est un trou,
Je simplifie le passage que vous distinct du second trou qu'il y a, celui
trouverez dans les Écrits. qui est le trou qui est indiqué par
l’anneau, le trou qui est ouvert à
l'extérieur. C'est au point que Lacan
Kelvin peut dire que le tore se présente
comme deux trous autour de quoi
Là, au contraire, Lacan rappelle que quelque chose consiste.
c'est Lord Kelvin, lequel s’était De la sphère au tore, il y a une
beaucoup intéressé aux nœuds, par différence de structure, qui est par
ailleurs, que c'est Lord Kelvin qui faisait exemple mise en valeur par le
du modèle une voie d'accès au réel, retournement de l'une et de l'autre et,
espérant donc construire des modèles au fond, c'est le fil que Lacan suit dans
permettant de prévoir, dit Lacan, les son tout dernier enseignement. Il
résultats du fonctionnement du réel. essaye comme une généralisation du
Et Lacan note, en passant : on tore, au point que j'ai cru pouvoir
recourt donc à l'imaginaire pour se faire intituler le second chapitre de L'insu
une idée du réel. que sait : L’univers torique.
Cette phrase, qui semble dans la C'est une thèse de Lacan, que je
suite de ces énoncés qualifier le point prélève dans le Séminaire : la structure
de vue du Lord Kelvin, prend une toute de l'homme est torique.
J.-A. MILLER, - Orientation lacanienne III, 9 - Cours n° 16 – 30/05/2007 - 7

Il ajoute, c'est là qu'il y a le dire Tout se passe comme si pour lui ces
confusément, qu’il ne l'affirme pas mais représentations différentes de la même
qu’on peut essayer de voir où en est structure se soutenaient par elles-
l’affaire. Ces deux dernières années mêmes. C'est-à-dire qu'il ne cherche
passeront pour toute une part dans la pas à les réduire à la même structure ;
manipulation du tore, avec l'idée que c'est comme si chacune de ces
c'est là une tentative tout à fait inédite représentations, différentes, comme
dans histoire de la pensée, que le vous savez par exemple pour les
système du monde - comme il nœuds borroméens il essaye des tas
s'exprime - a été jusqu'ici sphéroïdal et de représentations différentes du même
que, pour la psychanalyse, il essaye le nœud mais c’est comme si ces
modèle torique. Il met ses espoirs dans représentations avaient une valeur en
le tore et, dans le tout dernier tant que telle.
enseignement de Lacan, nous avons Autrement dit, si je réfléchis là-
un foisonnement de tores, tordus, dessus, je me dis que l'unité n'est plus
tortillés, de mille façons. de l'ordre du signifiant mais elle est
Il y a d'ailleurs une façon qui me bien de l'ordre de l'image.
donne encore bien de la peine parce L'image apparaît comme telle, une
que, à partir des paroles de Lacan, j'ai unité valable. L'image apparaît comme
bien du mal à recomposer la figuration telle comme un réel, même si deux
dont il s'agit. images peuvent illustrer la même
J'achoppe, là. Je ne croyais pas structure. Mais si elles sont différentes,
mais j'achoppe. Ça m'ennuie d'autant elles se soutiennent en tant que telle.
plus que ça concerne ce à quoi j'avais Et elles mettent en valeur, si je puis
donné beaucoup de valeur, à savoir faire un court-circuit, un fait clinique, qui
l'effet de trou joint à l'effet de sens. est, au fond, le fait clinique qui domine
Lacan illustre ça d’une complication le tout dernier enseignement de Lacan
torique que je n'arrive pas à et qui va jusqu'au phénomène produit
recomposer. dans l'auditoire et qui est l’inhibition.
Il y a d'ailleurs un endroit ou deux où L’inhibition à imaginer, l’inhibition dans
je suis obligé de dire dessin pour ne l'affaire des images.
pas le dessiner, mais enfin, là, ça La pulsion, c'est encore un accord
m'ennuierait parce que j'aimerais mieux du signifiant et du corps, puisqu’on peut
comprendre topologiquement l'effet de même l’évoquer, je l’ai rappelé, comme
trou lié à l'effet de sens. résonance. Mais le fait clinique majeur
À travers ce foisonnement de tores, que Lacan travaille et met en évidence
issu donc d’une tentative que Lacan et dont il est lui-même le sujet, qui fait
veut absolument inédite, il cherche à son pathème, si je puis dire, c'est
atteindre ce qu'il appelle dès le début l'inhibition à imaginer, c'est la béance
de L'insu que sait le tissu de qui demeure entre l'imaginaire et le
l'inconscient, dans une phrase qui est la réel. Alors qu'il s'agit, selon l'idéal
suivante : Un rêve comporte bien des kelvinien, de recourir à l'imaginaire pour
choses qui tiennent à ce que l'on peut se faire une idée du réel et on voit bien
appeler le tissu de l'inconscient et c'est que, là, le symbolique est hors de
sur la nécessité de recomposer le tissu l'affaire, il n'est plus présent que par
que s'achèvera d'ailleurs le Moment de ses paroles trébuchantes qui entourent
conclure. les images. Et d'ailleurs le symbolique a
Avec ces tores Lacan cherche sans tendance à se poursuivre dans
doute à mettre en évidence des l'imaginaire.
modifications de structure, en fonction C'est ce qui fait que nous avons la
de coupures pratiquées. Mais pas mise en continuité du rêve, de la
seulement. Il confronte des poésie, de la philosophie, du fantasme
représentations différentes de la même et du délire, qui sont autant de modes
structure. où l’on voit le symbolique passer dans
l'imaginaire.
J.-A. MILLER, - Orientation lacanienne III, 9 - Cours n° 16 – 30/05/2007 - 8

Ce dont il s'agit, au sens de Lacan, de distance, un tissu qui n'est pas


pour saisir ce qui a lieu dans une gouverné par une métrique. S'il y a une
analyse, ce qu'il appelle l'étoffe d'une distance, c'est celle qui est apportée
psychanalyse, c’est de surmonter la par la structure du temps.
béance de l'imaginaire et du réel. C'est au moins ainsi que j'entends
C'est le sens que je donne à cette ce titre qui nous reste de l'intention de
proposition énigmatique du Moment de Lacan : La topologie et le temps.
conclure : si nous faisons une
abstraction sur l'analyse nous Je conclurai la semaine prochaine
l’annulons. Qu'est-ce que c'est que cette tentative de vous éclairer le
faire une abstraction sur l'analyse ? Moment de conclure.
C'est l'ordonner à l'ordre symbolique. Et
qu'est-ce qu'on perd dans
l'abstraction ? Ce qu'on perd dans
l'abstraction, c'est le tissu, c’est l’étoffe.
C'est pourquoi Lacan nous donne Fin du Cours XVI de Jacques-Alain
dans son tout dernier enseignement, Miller du 30 mai 2007
avec cette topologie du tore, une
géométrie, dit-il, une géométrie du
tissu, du fil et de la maille.
C’est par-là que je comprendrais ce
temps logique du Moment de conclure,
qui est comme animé par une assertion
de certitude anticipée, qui consiste ici à
poser la primauté du tore.
Au fond, dans le silence du réel, et
alors qu'il faut se méfier toujours du
symbolique, qui ment, ne reste que le
recours à l'imaginaire, c'est-à-dire au
corps, c'est-à-dire au tissu.
C'est peut-être ainsi qu’on peut
comprendre sur quoi Lacan a voulu, au-
delà du Moment de conclure, continuer
de parler, continuer de parler en ne
faisant plus Séminaire à proprement
parler.
Il a voulu parler sur l'objet, sur objet
et représentation. Et, en effet, c'est la
question du rapport des différentes
représentations du même, avec l'objet
dont elles donnent des visions
distinctes.
Et c'est aussi son titre « La topologie
et le temps » car c'est comme ça que je
comprendrais, c’est que le temps, c’est
aussi un tissu. Mais c'est ce qui, dans
l'analyse, oblige à restituer un avant et
un après, qui, dans la topologie, n'est
pas constitutif.
Au fond dans la topologie, Lacan ne
veut pas en faire une élucubration. Il ne
lui donne pas le statut d'élucubration
ou, disons, dans son élucubration, il lui
donne la valeur d'être le tissu même de
l'expérience et un tissu où il n'y a pas
Enfin pour faire court, il faut choisir
de tirer un fil et je tire donc celui-ci.
Quoique Lacan dise contre la
Orientation lacanienne III, 9. logique et Dieu sait s’il dit beaucoup,
contre la logique, dans son tout dernier
enseignement - non pas en étendue, il
n'y a que quelques phrases, mais en
intensité - c'est pourtant à la logique
Jacques-Alain Miller qu'évidemment il recourt pour situer
son tout dernier enseignement, puisqu'il
Dix-septième séance du Cours l’a mis sous le chef du Moment de
conclure.
(mercredi 6 juin 2007) Sur le Moment de conclure, sur cette
expression et son concept, qui sont de
lui, il ne dit rien dans son
XVII Séminaire XXV, sinon qu'il en fait son
titre.
Après avoir confié à ses auditeurs,
pour commencer l'année, qu’il n’avait
pas la moindre envie de s'exprimer et
qu'il aurait pu saisir le prétexte d'un
Bon. Voici le moment de conclure incident, on ne sait plus lequel, pour ne
sur le Moment de conclure ; mais, pour pas le faire. Ce devait être quoi ? Une
moi, de pousser ma dernière grève, une coupure de courant.
chansonnette de l'année. Et donc, il s’esbaudit sur la
Je suis content d'avoir fait ce que j'ai gentillesse de ceux qui viennent suivre
fait cette année, parce que je ne le ce qu'il a à dire, qu'il place sous le titre
referais pas. du Moment de conclure et il nous laisse
Quand je rouvre mon dossier du rêver là-dessus.
texte établi de ce tout dernier Ce n'est pas un simple c'est fini,
enseignement, je me retrouve à toutes même si c'est comme ça que je l'avais
les lignes devant la même perplexité entendu dans quelques jours avant le
qu'au début. début de cette année-là, il m’avait
Il faudra que je lise mon Cours de confié ce titre en me regardant dans les
cette année pour y comprendre yeux, m'a-t-il semblé alors.
quelque chose, quelque chose du Ce n’est pas un simple c'est fini,
Séminaire de Lacan. Comme je suis c'est une référence à une élaboration
arrivé à cette dernière fois, je ne sais sur le temps qui date d'avant le
plus comment, eh bien je m'en félicite. commencement proprement dit de son
Mais, une fois de plus, une dernière, je enseignement.
m’y remets. Il faut choisir un fil, et j'ai Cette élaboration, vous la trouvez,
pris celui-là. dans le volume des Écrits, sous le titre
Oui, est-ce la même perplexité ? « Le temps logique et l'assertion de
C'est que je voudrais toujours certitude anticipée. » C'est un texte que
retrouver le fil de Lacan dans des Lacan a apparemment élucubré
leçons qui apparaissent parfois pendant la dernière guerre et, ayant
décousues. Je conserve l'hypothèse décidé de s'abstenir alors de toute
qu'il y a des idées intermédiaires qui ne publication, c'est à l'époque de la
sont pas dites, et qui, si on les Libération qu'il a publié ces pages.
découvraient, rendraient compte du Alors le temps, ça l’occupe dans la
passage d'un énoncé à l'autre. première leçon du Séminaire du
J'en donnerai l’exemple tout à Moment de conclure. J'ai déjà eu
l'heure. L'exemple d'un progrès que j'ai l'occasion de citer et d'utiliser le
fait. passage, mais vous allez me permettre,
J.-A. MILLER, - Cours n°17 – 06/06/2007 - 2

bien entendu, de le relire comme je l'ai poétiquement associés dans la langue,


fait pour moi-même. dans ce passage de Lacan.
L'analyse dit quelque chose. Oui, on Ça ne va pas de soi de définir
peut se demander s'il n'aurait pas fallu l'éternité comme le rêve d'un réveil.
transcrire ou établir l'analyste, mais la L’éternité, ce pourrait être la
phrase précédente qui se termine sur le continuation indéfinie du temps. Là, la
mot l'analyse pousse à conserver le note que donne Lacan c’est qu'il s'agit
terme, là. du rêve d'une sortie du temps, une
L’analyse dit quelque chose. sortie hors du temps. Et, à le dire ainsi,
Qu'est-ce que ça veut dire, dire ? ça s’associe, dans le contexte culturel
Dire a quelque chose à faire avec le que tout de même nous partageons
temps. L'absence de temps, chose avec Lacan, avec la notion que la
qu'on rêve, c'est ce qu'on appelle notion d’une contemplation, du vrai,
l'éternité. Ce rêve consiste à imaginer pour toujours. Il y a là une note
qu'on se réveille. platonicienne.
Là, j'ai placé un paragraphe, dans le Mais, au-delà, est-ce qu’il ne
rythme que je donne à ces énoncés ― s’évoque pas pour vous l'expression,
On passe son temps à rêver. On ne tout de même familière, utilisée dans de
rêve pas seulement quand on dort. nombreux contextes, l'expression du
L'inconscient, c'est très exactement sub specie aeternitatis. Non ?
l’hypothèse qu’on ne rêve pas Ça, le sub specie aeternitatis, c’est
seulement quand on dort. de Spinoza, qui était très occupé de la
Comme je l'ai déjà souligné, notion d'éternité, qui en a fait même le
l'éternité occupe le dernier Lacan. Il y a pivot du moment de conclure de son
sur ce mot tel passage que je vous ai Éthique, le pivot du Livre V qui s’intitule
resservi du Séminaire XXIII, Le De libertate – De la liberté.
Sinthome et chaque fois dans les Si vous suivez le fil jusque là, eh
mêmes termes : la récusation de bien vous vous apercevez que le
l'éternité. Moment de conclure de Lacan débute
Ici, cette récusation prend la forme par un dialogue avec Spinoza qui est
de la définir comme un rêve et déjà à faire entendre ses premières
précisément le rêve du réveil. C'est une notes dans le Séminaire du Sinthome.
jolie assonance mais qui m’a conduit à Je vais jusque là : c’est une réplique à
vérifier l'étymologie des deux mots pour Spinoza, bien sûr. Comment ne pas
m'apercevoir que si ça sonne joliment à s’en être aperçu plus tôt ? Et n’est-il
notre oreille, dans la langue française, pas tout à fait naturel qu’au début de se
les étymologies de chacun de ces deux lancer dans son Moment de conclure,
mots n’en sont pas moins Lacan soit remonté jusqu’à Spinoza
hétérogènes : rêve viendrait - je me comme à son instant de voir.
suis contenté de consulter le Robert - Ça, c’est un fait de sa biographie
d'un verbe gallo-romain : esvo. que nous connaissons, et qui a été
publié, la dilection particulière qu'il a
montré dès très jeune pour L’Éthique
esvo de Spinoza dont il aurait, vers ses 13,
14 ans, essayé de dresser la
Voulant dire vagabond et procédant cartographie qui lie entre elles les
du latin populaire ex vagus et de vagus, propositions.
ça a donné un autre mot dans notre Il faut se représenter ça, Lacan avec
langue. Tandis que réveil procède derrière le plan total de L’Éthique de
d’éveiller qui vient de ex vigilare, il y a Spinoza, comme on représente
mention que c'est un verbe du latin Fleschig avec un cerveau agrandit.
populaire : « veiller sur ou s'éveiller. » Et puis Lacan avait choisi comme
Voilà donc deux mots qui exergue de sa thèse une proposition du
apparemment n’ont rien à voir Livre III de L’Éthique dont j'avais jadis
ensemble et qui se trouvent commenté la pertinence à cette place.
J.-A. MILLER, - Cours n°17 – 06/06/2007 - 3

Eh bien l'éternité qui hante Lacan au l'idée qu’on peut soustraire l’âme à la
Moment de conclure, rien de plus ratio temporis. On peut la soustraire à
naturel à ce que ce soit celle-là, la règle du temps et à l'existence du
l'éternité de Spinoza, c'est-à-dire celle corps et que c'est une conquête, sans
dans laquelle on entre ou plutôt celle doute, mais qui nous ramène à ce qu'il
dans laquelle on s'aperçoit qu'on était y a de plus - comment le dire dans
déjà lorsque l’âme se considère elle- notre langage - nous dirions ce qu’il y a
même - je cite Spinoza - sans relation à de plus réel en nous, puisqu'il est
l'existence du corps, ce qui a toujours capable de formuler avec la
paru aux exégètes une difficulté à proposition XXIII cet énoncé qui n'a pas
franchir puisque l’âme est, par ailleurs, cessé de rouler à travers les siècles
définie par Spinoza comme l’idée d'un avec un accent de culot, de culot
corps. spinoziste : nous sentons et nous
Pour arriver à ce point de vue où l'on expérimentons que nous sommes
considère l'âme sans relation avec éternels.
l'existence du corps, il y faut toute une Donc c’est scandale de placer ça au
propédeutique que Spinoza détaille niveau du vécu, alors que nous
dans la première partie du Livre V où sommes submergés par le chaos des
l'on voit l’âme, rationnelle, s'employer à affects, mais qui est là précisément
réguler et à contrôler l'affectivité et ainsi pour recouvrir, voiler, faire oublier,
à élargir le domaine de la raison. C'est l'éternité qui est en chacun ou que
une façon d'inviter l’âme à s’y retrouver chacun est aussi dans l'éternité.
dans ce dans quoi elle s’empêtre. Il y a une expérience, il y a en effet
Spinoza, l'idée que si l'âme apprend une expérience qui, pour Spinoza, nous
à former des idées claires de ses fait nous sentir éternel, même si,
affects, c'est-à-dire à se faire une idée apparemment, on ne s'en aperçoit pas.
de leur cause, eh bien ces affects C'est, pour le dire plus franchement que
cesseront d’être des passions, elle ça ne figure dans L’Éthique, c'est
cessera d'en pâtir. l'expérience de la démonstration
C'est une invitation à s’y retrouver géométrique.
dans son fonctionnement mental, à Ah ! Quand vous avez commencé à
saisir, enfin, comment les affects se faire de la géométrie euclidienne en
forment à partir de certaines causes et, classe de sixième, vous êtes-vous senti
par là, de prendre une certaine distance éternel ? Sans doute pas, parce que
à l'endroit des affects dont elle pâtit. Il c'était passé dans la routine de
pense que c'est possible, que c'est l'enseignement.
possible par la bonne volonté, que c'est Mais, au temps où ça a impacté
possible en lisant L’Éthique, bon. Spinoza comme Hobbs qui en
Nous, pour arriver à ça, on a une témoigne, de l'émotion que ça lui a
voie plus compliquée, plus dialogique et donné de faire de la géométrie après
qui dure plus longtemps, sans doute, avoir été gavé de rhétorique et
enfin ça n'est pas sans écho pour nous. d'histoire, on en a le témoignage, je
Il propose en quelque sorte d’élever crois l'avoir évoqué jadis. Là, en effet,
l’affect à la dignité de la connaissance, vous pouvez avoir le sentiment
à la dignité de la connaissance des d'accéder à un autre ordre de réalité, à
causes, tout en restant sous ce qu'il une nécessité ne varietur.
appelle ratio temporis - la règle du C'est pour toujours comme ça et, au
temps. fond, nous avons accès à ce pour
Il dégage la ratio temporis qui toujours. Il faut donc qu’il y ait quelque
ordonne la vie affective comme chose en nous qui soit homogène au
l’entreprise, difficile de la contrôler, il pour toujours. Et ça, c'est notre
isole la ratio temporis parce qu'il a l'idée intellect.
que on peut s’esbigner. Il ne le dit pas C'est le sens qu'il faut donner, me
comme ça, mais enfin, après la semble-t-il, à l’énoncé qui figure dans le
Proposition XX, il pousse une porte, il a scolie de la Proposition 23 ― En effet
J.-A. MILLER, - Cours n°17 – 06/06/2007 - 4

les yeux de l’âme - mentis enim oculi – On peut relire ça de très


ce sont les démonstrations elles- nombreuses fois, on peut même l’écrire
mêmes. et puis c'est seulement à la fin. C'est
Dès lors, l'existence de l’âme ne cohérent d'ailleurs déjà avec ce que
peut pas se définir par le temps, c'est- Lacan évoque dans « L'insu que sait »,
à-dire s'expliquer par la durée, dit le Séminaire XXIV, que la géométrie,
Spinoza, mais il faut la considérer sub c'est pour les anges, c'est-à-dire pour
aeternitatis specie c'est-à-dire du point ce qui n'a pas de corps, c’est pour
de vue ou sous l'angle de l'éternité et le l’âme sans relation avec l’existence du
sub specie aeternitatis s'appuie, se corps.
fonde sur les démonstrations Et c'est alors que, dans le Moment
nécessaires de la géométrie de conclure, Lacan se félicite qu’on en
euclidienne. C'est là qu'on voit, en effet, soit sorti et qu'on ait tout de même une
se conjoindre le rationnel, le topologie qui est une géométrie qui a
géométrique, l'éternel, et le nécessaire. un corps.

- Rationnel - Rationnel Raisonnable


- Géométrique - Géométrie Topologie
- Eternel - Eternel Temporel
- Nécessaire - Nécessaire Contingent

Eh bien, c'est précisément à ça que


Lacan s’adresse dans la première leçon Corrélativement on comprend, en
du Moment de conclure. Après le effet, que le culte de l'éternel soit
passage je vous ai lu sur l'éternité : récusé et que ce soit au contraire –
L'inconscient c'est très exactement qu’est-ce qu'on va dire – temporel, le
l’hypothèse qu’on ne rêve pas tempestif, qui prévaut et dont il faut
seulement quand on dort, arrive une préserver l'instance et j'ajouterai qu’à la
phrase sur le raisonnable, qui n'est que primauté du nécessaire, on voit Lacan
fantasme. opposer la promotion constante du
Ça, ça nous donne l’angle lacanien, contingent.
non pas le rationnel mais simplement le Autrement dit le Moment de conclure
raisonnable. est placé sous le patronage de
Spinoza, c'est-à-dire de ce qui fut, dans
l’ordre intellectuel, l'instant de voir de
- Rationnel Raisonnable Lacan, ce qui a vraiment eu pour lui de
- Géométrie la résonance et tout ce que Lacan
déploie du mos topologicus, dans son
- Eternel tout dernier enseignement est là pour
- Nécessaire manifester la sortie hors de la
géométrie euclidienne.
Nous avons la géométrie mais Chez Spinoza, tout ça converge vers
précisément, Lacan l’évoque : La cet amour de Dieu qu'il appelle
géométrie euclidienne, dit-il, a tous les « l'amour intellectuel » de Dieu, l’âme
caractères du fantasme. Et, en effet, ça baigne dans la joie, dans la jouissance,
a l’air disjoint quand on lit le Séminaire. dans une sérénité qui va jusqu'à la
D'un côté il parle de l'éternité ensuite il béatitude, tout ça, au fond, induit par
arrive à la géométrie qui serait l’intangible vérité nécessaire de la
fantasme. Mais ça n’est décousu que si démonstration euclidienne, delectamur,
vous n'avez pas trouvé le fil que je dit-il, nous nous délectons.
viens de vous indiquer et que je suis
très content d'avoir trouvé. delectamur
J.-A. MILLER, - Cours n°17 – 06/06/2007 - 5

Alors l'instant de voir spinoziste de


C'est comme ça que Luis Solano Lacan, l'instant de voir spinoziste tout
voudrait que je sois. Je m’efforce de le court, c'est la primauté du mos
satisfaire mais je traîne dernière moi le geometricus, de la façon géométrique,
tout dernier Lacan, qui, lui, à la place de la manière géométrique, et c'est la
de la béatitude, met l’inhibition. conception de la démonstration comme
Ce n'est pas l'apaisement, c'est le œil de l’âme.
souci qui donne sa note fondamentale, Évidemment, l'instant de voir
sa stimung à ce tout dernier lacanien, après son moment spinoziste,
enseignement. c'est celui dont témoigne sa conférence
C'est le je me casse la tête que sur le symbolique, l’imaginaire et le
lance Lacan, ajoutant : et je ne sais réel, qui se trouve désormais publiée et
même pas sur quoi, ce qui donne bien qui est développée dans son texte
cet accent de tonalité fondamentale. « Fonction et champ de la parole et du
Alors, je ne vous fais peut-être pas langage. » Ici, on peut distinguer deux
assez rire mais au moins je ne vous thèses fondamentales de cet instant de
fais pas pleurer ! C'est par rapport à voir. La thèse un, c'est là triplicité du
Spinoza qu’on saisit le rappel par symbolique, de l’imaginaire et du réel ;
Lacan qu’il ne faut pas penser sans le la thèse deux, c'est celle de la primauté
corps. Il ne faut pas que la pensée du symbolique qui fait du signifiant le
pense sans relation avec le corps, mais ressort déterminant, ce qui intéresse
de la bonne façon, pas en se modelant l'imaginaire et dominant le réel.
sur l'image du corps. Ne pas penser En revanche, à l'autre bout, le
sans le corps, contrairement à Moment de conclure et plus largement
l'invitation de Spinoza dans le Livre V le dernier enseignement de Lacan,
de L'Éthique, c'est ce à quoi nous ouvre conserve la thèse numéro un et sacrifie
la topologie en tant qu'elle restitue la thèse numéro deux et c'est pourquoi
l'important du tissage. au début du Moment de conclure,
C’est là un point, cet anti Spinoza Lacan fait un sort à la proposition le
est un point d'autant plus sensible que - mot fait la chose, c'est précisément ce
dont on s'aperçoit quand on rappelle -, qu’il récuse, dans le Moment de
comme je l'ai fait la dernière fois - le conclure, c'est la proposition qui
titre de ce qui aurait pu être le permet de dire que la logique est la
Séminaire XXVI, le titre sous lequel science du réel, comme ça lui est
Lacan a continué de prendre la parole arrivé. C'est ce qu'il a abandonné
et qui était « La topologie et le temps », derrière lui.
dont on a fait un grand mystère qui tout Si vous voulez avoir une idée de
de même s'éclaircit si on comprend que l'instant de voir lacanien dans
c'est l'envers de la géométrie et « Fonction et champ de la parole et du
l’éternité. langage », allez voir dans les Écrits,
Je pourrais encore amener ici la page 276, où Lacan redit à peu près la
phrase par laquelle, à un moment, même chose trois fois de suite : le
Lacan réfléchit sur le mot idée, et on concept engendre la chose -, je vais
considère que ça prend son sens par donner le texte complet : « Le concept,
rapport à Spinoza, et que, lui, donne sauvant la durée de ce qui passe. »
pour corps à l'idée, le mot. Voilà le goût du premier Lacan pour
Au cours de sa trajectoire, il l'éternité : le concept sauve la durée de
cherchera à isoler le corps du ce qui passe.
symbolique, lalangue, le corps de Deuxième formulation : L'univers des
l'imaginaire, le corps du réel, jusqu'à choses vient se ranger dans l'univers
équivoquer sur « corps de » et de sens d’une langue. Vous voyez donc
« corde. » la langue, son supposé univers de
sens, comme s’il y avait là un univers,
bon et puis les choses qui viennent
corps de corde comme ça se mettent juste à leur place
J.-A. MILLER, - Cours n°17 – 06/06/2007 - 6

et tout ça nous dessine un monde, en désirable. Donc Ktèma es aeï c'est


effet, d'une cohérence et d’une trésor pour toujours.
harmonie qui est sans doute défait à Voilà ce qu'est, pour le premier
d'autres endroits du texte mais quand Lacan, le concept et le mot. C'est
même domine, dadada, la voie du vraiment l'agalma, l'agalma de
tonnerre. C'est la fin de « Fonction et l'éternité.
champ. » Il faut ce rappel pour qu'on
Troisième formulation : c'est le comprenne quel est l'air que Lacan
monde des mots qui créé le monde des tape sur son tambour, dans le Moment
choses. Ces trois formulations, c’est les de conclure, à propos de l'éternité, et
trois formulations, les formulations les donc loin de ce trésor pour toujours.
plus élémentaires et très Cette phrase de Thucydide, elle est très
philosophiques de la thèse spinozienne, c’est en effet vers le trésor
numéro deux, celle dont je ne crois pas pour toujours que se dirige le Livre V de
excessif de marquer le ridicule au L'Éthique.
regard du tout dernier enseignement de Eh bien par rapport à ça, le temps.
Lacan. Ce n'est pas l'hôpital qui se Le temps dont on ne sort pas et qui est,
moque de la charité, c'est tout de pour le dire vite, un réel, du réel, non
même Lacan qui se moque de Lacan ! pas le temps symbolique, qui est le
Le dernier énoncé que je vous ai temps compté, numérisé, non pas le
donné se rallonge : « Les choses, le temps imaginaire qui est le temps vécu
monde des choses, d'abord confondu mais le temps comme réel c'est-à-dire
dans l’hic et nunc du tout en devenir. » celui qui ne peut pas être surmonté par
Voyez la dépréciation de ce qui passe : le pour toujours. Le Moment de
les choses sont confondues, sont dans conclure s'oppose à ce pour toujours.
le chaos quand on ne les repère que Ça demande de prendre en effet avec
sur l'ici et maintenant du devenir. C'est des pincettes la référence au temps
vraiment un anti-héraclitéisme du logique que comporte le titre du
premier Lacan et un essentialisme Moment de conclure. Sans doute le
puisqu'il dit : le monde des mots donne temps presse, pour Lacan, mais, là, il
son être concret à l’essence des presse, il presse autant par les
choses. C'est un point de vue aussi, nécessités du corps vivant que par
hégélien. C’est que, par le mot, ce qui l'urgence du mouvement logique.
est transitoire, ce qui meurt accède à Est-ce qu'il y a une assertion de
son essence éternelle, puisque que certitude anticipée dans le Moment de
Lacan ajoute : donne sa place partout à conclure, j'entends le Séminaire ?
ce qui est de toujours. Et, pour fixer L'assertion de certitude anticipée, eh
l'esprit du lecteur sur cette gloire, de bien elle demande d’abord une
l'éternité conceptuelle et linguistique, certitude qui, dans le Moment de
c'est ce qui est illustré dans Séminaire I conclure, se dérobe. On peut dire que
par le mot éléphant, le mot éléphant qui dans le Séminaire du Moment de
subsiste même si les éléphants se conclure, il n'y a pas d'autres certitudes
dirigent vers le cimetière, mais par le que le doute, la tentative, l’essai. Et s’il
mot, ils durent. faut un acte pour engendrer la
Donc, pour que soit bien fixé par le certitude, on pourrait dire que cet acte
lecteur cette postulation vers l'éternité, est ici suspendu.
Lacan sort du grec Ktèma es aeï, donc C'est ce que Lacan appelle
ça devient inoubliable. l'anticipation. L'assertion de certitude
C'est une citation, là j’ai retrouvé, renvoie à un acte qui va créer les
c'est une citation de Thucydide : es aeï conditions de vérification de l'assertion.
- veut dire pour toujours, et Ktèma, c'est C'est un acte auquel la vérité n'est pas
quelque chose comme agalma, c'est préalable, un acte qui pose une
d'abord le bien en tant que une assertion et qui, la posant, pose en
propriété et puis c’est passé à désigner même temps les conditions pour qu’elle
la chose précieuse, le trésor, l'objet soit vérifiée, c'est-à-dire faite de vrai.
J.-A. MILLER, - Cours n°17 – 06/06/2007 - 7

C'était la valeur secrète de la phrase euclidiennes, vous les déplacez, le


de Picasso quand elle était reprise à déplacement ce n’est pas la même
son compte par Lacan, je ne cherche chose que la déformation.
pas, je trouve : ça vous voulait dire je Le déplacement, ça reste extérieur à
trouve, d'abord, dans l'acte la chose même, tandis que la
d'anticipation et je cherche ensuite et déformation, ça, ça suppose en effet,
c'est ainsi que nous avons toujours vu ça suppose un processus temporel :
Lacan procéder : trouver d'abord et faire des trous et faire passer par des
ensuite explorer les conséquences et trous. Vous distinguez un temps, un
les entours de la trouvaille. Il fait tout de autre, vous tirez sur des ficelles.
même quelque chose comme ça dans Vous avez un petit nœud borroméen
la mesure où, appelant à un signifiant bien reconnaissable, déjà fiché, bien
nouveau qui n'aurait aucune espèce de rangé à sa place dans l'univers des
sens, à la fin du Séminaire XXIV, il est sens et puis vous tirez sur les ficelles et
clair que son assertion de certitude, vous arrivez à produire un
c'est que c'est à trouver du côté de la embrouillamini extraordinaire qui n’en
topologie. Sur la base de cette reste pas moins le nœud borroméen et
assertion eh bien il cherche, en effet, et il va vous falloir du temps, tirant sur les
cette fois-ci sans trouver, mais enfin il a ficelles, imaginons dans tel ou tel ordre,
trouvé d'abord que c'était du côté de la pour retrouver une forme, lui redonner
topologie et il cherche ensuite qu'est-ce une forme humaine, si je puis dire, au
qui peut ici servir, être utile à s'y nœud borroméen.
retrouver dans l'expérience analytique. Donc, il y a là, inéliminable, une
Il y a deux choses que je mettrai en fonction temps et la topologie respecte
valeur à propos de cette topologie : la le réel de la fonction temps, qui est, par
fonction temps et la fonction corps. Oui, l'abstraction euclidienne, évacuée.
mais il faut bien tout de même que je Et puis la fonction corps, dont Lacan
justifie pourquoi la topologie est de ce ne cesse pas de parler, enfin toujours
côté-là, du côté du temps et pas du brièvement, et qui, dans cette matière
côté de l'éternité, à la différence de la topologique est précisément le tissu,
géométrie euclidienne. C'est que dans l'étoffe, à distinguer des lignes
la topologie, et Lacan se plaît à le métriques dans l'espace euclidien, qui
montrer à de multiples reprises, il y a sont de pures créatures du symbolique,
tout un problème de reconnaissance qui sont des créatures fantasmatiques,
des formes. fantomatiques, alors que dans la
Dans la géométrie euclidienne, les topologie le tissu fait matière.
figures sont raides, elles sont passées C'est là que je retrouve le mot
à l’amidon, elles sont invariables. Vous d'esprit de Lacan qui, dans L'insu que
pouvez prendre le cube, vous pouvez le sait y voit, invite à écrire l’âme-à-tiers.
poser sur une face ou une autre, voire
l’imaginer sur une pointe, c'est le
même. Ça vous donne l’image d'une
l'âme - à - tiers
forme éternelle et, en plus, vous savez
même que si vous changez la longueur Eh bien précisément la matière, c'est
du côté vous retrouverez les mêmes le contraire de l’âme spinozienne, qui
relations entre les différents termes, est, elle, dénouée du corps, qui est
tandis qu'en topologie vous avez des géométrisée.
déformations. Ça veut dire que vous Je pourrais encore noter que le
êtes tout le temps à vous demander Moment de conclure, si on se réfère au
est-ce que c'est le même ou pas le « Temps logique », ressortit à une
même ? Ces déformations, ces logique collective qui est absente du
déformations et reformations, si vous Séminaire, même si Lacan s’entoure
essayez d’identifier, elles sont d’un certain nombre de collaborateurs.
nécessairement temporelles. Le cube Le « Temps logique », l'article de 1944-
ou les autres êtres, entités 45, expose, au fond, les conditions
J.-A. MILLER, - Cours n°17 – 06/06/2007 - 8

d’une sortie en groupe. Pas pour une contemplation, alors qu'ici, il s'agit au
excursion ! Une sortie en groupe contraire de manipulations, ça ferait
déterminée par une démonstration qui déjà une différence.
a des scansions et où ce sont des Il a défini, deuxièmement, la
prisonniers qui s'enfuient. psychanalyse comme une pratique qui
Eh bien ici, qu’est-ce que je pourrais durera ce qu'elle durera. Et ça, ça n'est
dire ? Que le Séminaire XXV du pas fait pour nous surprendre et pas
Moment de conclure, c'est Lacan seulement comme une notation banale,
sortant de la prison du lacanisme. Et ça veut dire précisément qu'elle ne
c'est la valeur, très sérieuse, à donner à s'inscrit pas là du côté gauche, la
son énoncé je ne suis pas lacanien, psychanalyse ne vaut pas sub specie
qu'il fera entendre trois ans plus tard. Il aeternitatis et, dans son anticipation,
n'est pas lacanien et il peut amener Lacan la regarde aussi déjà sous
comme témoignage ce qu'il articule l'angle où elle disparaîtra.
dans son Moment de conclure. Troisièmement, la psychanalyse est
Alors, il a dit, c’est vrai aussi, je suis une pratique de bavardage, dit-il, et
freudien. D'une part c’est un leurre, c'est déjà nous éloigner de la fonder
pour être quelque chose, et puis d'autre seulement sur la structure de langage
part c'est, en effet, la référence qu'il et, si l'on veut, donner une nouvelle
peut faire à Freud comme celui qui a valeur à ce qu'il appelait jadis la parole
inventé la façon de faire dont nous vide. Jadis, il préférait à la parole vide
avons pris l'habitude, et en cela, nous la parole pleine, celle qui fait mouche,
sommes freudiens, nous procédons de la parole de vérité et là, il restitue, si je
l’art freudien de la psychanalyse. puis dire, sa dignité ou son indignité
En effet, c'est la thèse de ce Moment puisqu’il propose une pratique sans
de conclure que la psychanalyse est un valeur. Elle a ce nom de bavardage, et
art. Lacan dit, en tout cas, que ce n'est plutôt que parole vide disons une
pas une science, et précisément, sa parole trouée dont Lacan trouve, si l'on
première thèse, c’est que la veut, une matérialisation dans le tore.
psychanalyse est une pratique. Et, quatrième thèse, disons c'est la
Ça, c'est une des thèses positives primauté de l'imaginaire, qui est
du Moment de conclure. Et c'est au partout. D'abord de l'imaginaire du
point que Lacan réduit le sujet supposé symbolique qui nous donne le
savoir à supposer savoir comment raisonnable ou la géométrie, c'est-à-
opérer. En tout cas il l’évoque. dire, en définitive, un fantasme, ce
Alors dire : la psychanalyse est une qu'on pourrait appeler, ce que Lacan
pratique, quand on a 24 Séminaires appelle lui-même le symboliquement
derrière soi, il faut bien dire, c'est une imaginaire, l'imaginaire inclut dans le
mise à plat de la psychanalyse. Il n'y a symbolique.
pas de doute, Lacan aplatit la
psychanalyse, là où au contraire, jadis,
il faisait montre de ses rapports à la
S
transcendance, la transcendance du I
signifiant bien entendu. Mais là où il y
avait transcendance, il y a désormais
mise à plat. On gagne toujours à mettre Et qui fait glisser tout naturellement
à plat, dit le tout dernier Lacan. nos élucubrations vers le fantasme ou
Et donc, au fond, il propose des la poésie et le délire à quoi il oppose, je
réflexions sur la pratique ; la clinique, l’ai déjà dit, imaginer le réel, c'est-à-dire
quand il l’évoque, elle procède ce qu'on pourrait traduire, le terme n’est
intégralement de la pratique et la pas dans Lacan, par le réellement
théorie, il n'en fait qu'une élucubration, imaginaire.
donnant à la manipulation des tores et
des nœuds un autre statut que celui de
la théorie. Dans théorie, il y a toujours
J.-A. MILLER, - Cours n°17 – 06/06/2007 - 9

amour pour une femme, avait-il la


R notion de l'amour de Dieu sous les
I espèces de la mystique, dont certains
échos se font entendre dans le Livre V,
en particulier les passages sur la
L'imaginaire inclut dans le réel, qui béatitude, dans le Livre V de
explique tel ou tel passage où Lacan L'Éthique ?
mêle imaginaire et réel, par exemple C'est à quoi Lacan oppose : mettre à
parlant du tissu dans sa dernière leçon plat quelque chose, quoi que ce soit, ça
du Moment de conclure, il dit : à sert toujours. Et ça doit s'entendre par
l'occasion c'est l'imaginaire, c'est le rapport à cela.
réel, je crois qu'il faut l’entendre à partir Oh ! Mais j’avais encore des choses
de ce schéma élémentaire, à savoir à dire ! Mais il faut que je l'ai…, ah non
qu'il y a un imaginaire inclut dans le je ne les conserverais pas pour l'année
réel, en tout cas s'il y a une assertion prochaine, je passerai à ma conclusion
de certitude anticipée dans le Moment qui, d'abord exploite un mot qui figure
de conclure, c'est celle-là. dans le Séminaire, à la fin de la
Je voudrais marquer ce passage où première leçon et qui figure d'ailleurs
Lacan évoque Freud, vers la fin du aussi dans le texte du « Temps
Moment de conclure, dans des termes logique », qui est le mot « exfolier. »
qui sont surprenants. Lacan dit dans le Moment de
Freud avait pris la précaution – j’ai conclure : pour que l'imaginaire
déjà évoqué ce passage, à un autre s’exfolie, il n'y a qu'à le réduire au
propos - Freud avait pris la précaution fantasme.
d'être fou d'amour pour ce que l'on Vous savez ce que veut dire
appelle une femme. Il faut le dire c'est « exfolier » : exfolier une plante c’est
une bizarrerie, une étrangeté : pourquoi faire tomber ses feuilles ; ça qualifie
le désir passe-t-il à l'amour ? J’ai fais aussi en médecine la chute des parties
un sort à cette phrase : les faits ne nécrosées, comme les ongles, et
permettent pas de l'expliquer, il y a s’exfolier, c’est se détacher par feuilles,
sans doute des effets de prestige, etc.. par parcelles. Eh bien ce mot me faisait
Freud était-il religieux ? Il est certain penser que le Moment de conclure
qu'il faut se poser la question. Il est tout ouvrait à une exfoliation de
de même curieux qu'il y ait quelque l'enseignement de Lacan, son
chose qui s'appelle la mystique, la détachement par parcelles et que c'est
mystique est un fléau comme le prouve ainsi qu'il faudra dans l'avenir le mettre
bien tous ceux qui tombent dedans. à profit.
Comment faut-il lire ça et cet Le Moment de conclure, c’est
enchaînement de propositions ? Eh quelque chose comme Lacan juge de
bien, il faut le lire à partir, me semble-t- Jacques Lacan, pour rappeler le titre de
il, de ce mot d'amour qui y figure. Et j’y Jean-Jacques Rousseau. Et Lacan juge
vois encore là un écho anti-spinoziste. de Jacques Lacan le condamne ou au
C'est que Freud, en effet, son éthique à moins prend ses distances.
lui, ça n’ouvre pas sur l'amour On ne peut pas se défendre de l'idée
intellectuel de Dieu. Ça ouvrait au que ce Séminaire ultime est animé
contraire sur l’amour pour une femme. chez Lacan d’un transfert négatif à son
Ça ne rend pas… et c'est pour ça propre endroit, si je puis dire. Il s'était
que Lacan donne cette valeur à cet vanté de son transfert négatif à Freud
amour : c’est une précaution. L'amour mais on ne peut pas méconnaître ici un
pour une femme, c’est une précaution transfert négatif à Lacan lui-même, un
qui évite de tomber dans l'amour de transfert négatif à l'endroit de son
Dieu et c'est pour ça que tout de suite savoir.
après il demande Freud est-il Alors, faut-il rémunérer ce défaut
religieux ? C'est-à-dire en plus de son d’amour intellectuel en célébrant à sa
J.-A. MILLER, - Cours n°17 – 06/06/2007 - 10

place la majesté, l'utilité de sa


construction ?
Tout ce que je sais au moment où je
vous parle c'est que, au moins pour
moi, Lacan ne sera plus jamais le
même après ce Cours.
Il demande à être exfolié.
Mais, au-delà de ce que nous ne
savons pas, que l'analyse ne sera plus
jamais l'analyse qu'elle a été.
Nous en avons tous les jours
l'expérience et c'est ce qui laisse toute
sa place pour qu'elle vienne à
l'invention.

À l'année prochaine.

Fin du Cours XVII de Jacques-Alain


Miller du 6 juin 2007

Fin de l’année OLIII, 9


2006/2007