Vous êtes sur la page 1sur 242

1

Ministère
de l'Equipement,
des Transports
et du Logement

SIG / GIS / ГИС


SYSTEMES D’INFORMATION GEOGRAPHIQUE
dossier documentaire

GEOGRAPHICAL INFORMATION SYSTEMS


documentary dossier

SISTEMAS DE INFORMACIÓN GEOGRÁFICA


informe documental

ГЕОГРАФИЧЕСКИЕ ИНФОРМАЦИОННЫЕ СИСТЕМЫ


сборник документов

FEVRIER 1999

CENTRE DE DOCUMENTATION DE L'URBANISME

DIRECTION GENERALE
DE L'URBANISME, DE L’HABITAT ET DE LA CONSTRUCTION

INSTITUT GEOGRAPHIQUE NATIONAL


2

SYSTEMES D’INFORMATION
GEOGRAPHIQUE
dossier documentaire

GEOGRAPHICAL INFORMATION SYSTEMS


documentary dossier

SISTEMAS DE INFORMACIÓN GEOGRÁFICA


informe documental

ГЕОГРАФИЧЕСКИЕ ИНФОРМАЦИОННЫЕ СИСТЕМЫ


сборник документов

DIRECTION GENERALE
*
DE L'URBANISME, DE L’HABITAT ET DE LA CONSTRUCTION
**
CENTRE DE DOCUMENTATION DE L'URBANISME
Arche de La Défense - 92055 Paris La Défense cedex

***
INSTITUT GEOGRAPHIQUE NATIONAL
6/8, avenue Blaise Pascal - Cité Descartes - Champs-sur-Marne
77455 Marne-la-Vallée cedex 2

*
DGUHC : Directorate general for town planning, ‘habitat and construction ; Dirección general de urbanismo, del
hábitat y de la construcción.
**
CDU : Town planning documentation centre ; Centro de documentación del urbanismo.
***
IGN : National geographical institute ; Instituto geográfico nacional.
3

Ce dossier, «Systèmes d’information géographique », a été réalisé à la demande du Centre de


documentation de l’urbanisme (CDU) par :

Anne BERRY (Institut géographique national), bibliographie,


et Philippe MIELLET (EDATER), note de synthèse,

sous la direction de Claude ECOBICHON (Conseil général des ponts et chaussées),

avec les conseils de


Michel BERNARD (SIAGE Conseil)
Georges BERTRAND (Urbatique),
Yves BONIN, Serge BONNET et Jean-Pierre DUCUING (Institut géographique national),
Patrice BOURSIER (Université de La Rochelle, LRI)
Laurent COUDERCY (Centre d’études sur les réseaux, les transports,
l’urbanisme et les constructions publiques),
André DEL (Ecole d’architecture Paris-Conflans),
Christiane HORTEFEUX (Conseil national de l’information géographique),
Claude SOIROT (Créations conseils services),
Christiane WEBER (Institut de géographie, Laboratoire images et villes).

Coordination : Françoise PORCHET (CDU).

La note de synthèse présente d’abord des éléments de l’histoire des banques de données urbaines
afin d’appréhender les problématiques actuelles des systèmes d’information géographiques. Un choix
de points thématiques et méthodologiques résume ensuite les questions soulevées par le recours
aux systèmes d’information géographiques dans des thématiques urbaines.

La bibliographique fait suite à l’« orientation bibliographique » éditée par le CDU en 1992 sous le
même titre. Elle n’est pas exhaustive et prend essentiellement en compte les ouvrages et articles
parus au cours des cinq dernières années. Les références signalées proviennent de différentes
sources :
- interrogation d’Urbadisc, d’Urbamet, de Francis et de Pascal
- consultation des fonds documentaires du Centre de documentation de l’urbanisme (CDU), du centre
de documentation de l’Institut géographique national (IGN), de la bibliothèque de Ecole supérieure des
travaux publics, du bâtiment et de l’industrie (ESTP), de la bibliothèque de l’Institut français
d’urbanisme (IFU), de la documentation du Centre d'études sur les réseaux, les transports,
l'urbanisme et les constructions publiques (CERTU), et de la documentation de l’Ordre des géomètres-
experts,
- dépouillement de revues et d’actes de congrès, colloques, ...
Les références, selon leur origine, ne sont pas toujours suivies d’un résumé. Elles sont classées, tous
documents confondus, par ordre chronologique inversé, les plus récentes en premier. Enfin, pour aider
à la compréhension de certains titres en langues étrangères, Anne BERRY a proposé une traduction
entre crochets.
Les documents signalés sont accessibles auprès des organismes listés en fin d’ouvrage.
4

sommaire

SYSTEMES D’INFORMATION GEOGRAPHIQUE


pour la gestion et l’aménagement urbain
note de synthèse

INTRODUCTION

DES BDU AUX SIG URBAINS


Les expériences des banques de données urbaines (BDU)
Diffusion des SIG en milieu urbain
Evolutions actuelles des SIG en milieu urbain

QUELLE PLACE POUR LES SIG


DANS L’AMENAGEMENT URBAIN ?
Mise en œuvre des SIG en milieu urbain
SIG et niveau d’appréhension du territoire urbain
Echelles des projets d’aménagement urbain
et échelles des données géographiques
Les territoires décrits par l’aménagement
sont-ils compatibles avec ceux construits dans un SIG ?
Temps et espace des bases de données
et besoins des collectivités

BIBLIOGRAPHIE

GEOGRAPHICAL INFORMATION SYSTEMS


for urban management and planning
synthesis

SISTEMAS DE INFORMACION GEOGRAFICA


para la gestión y el acondicionamiento urbano
nota de sнntesis

ГЕОГРАФИЧЕСКИЕ ИНФОРМАЦИОННЫЕ СИСТЕМЫ


для управления благоустройства городской среды
аналиеиуеская залиска

SYSTEMES D’INFORMATION GEOGRAPHIQUE


aspects économiques, juridiques, et organisationnels
et applications en aménagement et en urbanisme
bibliographie
5

SYSTEMES D’INFORMATION
GEOGRAPHIQUE
pour la gestion et l’aménagement urbain
NOTE DE SYNTHESE
6

introduction

La croissance urbaine s'accompagne de la multiplication des informations qui décrivent le


territoire urbain et ceux qui l'habitent : localisation des activités, des moyens de transport,
des équipements… gestion foncière et patrimoniale, etc.

L'ensemble de ces informations portent d'une manière ou d'une autre un attribut de


localisation, qu'il soit accessible sous forme de repérage précis ou sous forme d'agrégation
disponible selon des découpages prédéfinis. Leur visualisation sous forme de plans ou de
cartes reste une des façons les plus simples de les appréhender.

Ce double impératif, de gestion d'une information à la complexité croissante et de


visualisation territoriale de son extension et de sa dynamique, impose une démarche de
rationalisation du stockage et de l'accès aux données localisées.

Actuellement, et ce depuis maintenant plus de 15 ans, un des meilleurs choix possibles pour
organiser l'information technique et sociale de la ville s'appelle le Système d'Information
Géographique (SIG).

Qu'est ce qu'un SIG ?

La multiplication des approches de constitution et de traitement de l'information


géographique s'accompagne d'un foisonnement d’outils capables de la structurer et de la
traiter ; ils sont regroupés, pour des raisons de commodités, sous le vocable SIG.

En fait, une définition simple présente un SIG comme : "un système pour collecter, stocker,
vérifier, manipuler, analyser et restituer des données spatialement référencées à la surface
de la Terre" (DoE, 1987).

Cependant des équivoques persistent encore sur la stricte définition des SIG. Elles sont
essentiellement dues au fait que le vocable désigne à la fois :
- le concept de chaîne de traitement de l'information géographique numérique ;
- les outils informatiques qui permettent de l'instrumenter ;
- et les applications qui sont construites avec cet outil.
1
Ces différents points de vue entraînent des définitions multiples qu'il serait fastidieux de
reprendre ici, mais dont il faut souligner que le plus petit dénominateur commun est souvent,
et de façon quelque peu réductrice, l'outil informatique.

Un SIG est d'abord un Système d'information (SI) dont l'objectif est de décrire un territoire
de façon à améliorer sa connaissance et à permettre la description et l'analyse des
phénomènes naturels ou humains qui s'y produisent.

1
A ce sujet voir un panel choisi de définitions dans Maguire (1991).
7

Le SIG au croisement des métiers de la ville ?

Par une uniformisation des modes de manipulation de l'information géographique (à la fois


dans les outils et dans les modes de traitements), la tendance actuelle est de regrouper
sous le nom de SIG un certain nombre de méthodes et de domaines d'application,
notamment dans l'analyse urbaine, sans chercher à discerner particulièrement les intérêts et
les inconvénients d'un tel amalgame.

Le postulat des SIG, outils fédérateurs des approches de traitement des données
géographiques est largement repris dans la littérature sous des formes différentes et comme
le souligne Shepherd (1991) : "par l'intermédiaire de l'intégration de données qui étaient
préalablement le domaine de spécialistes de disciplines individuelles, une perspective
interdisciplinaire pour résoudre les problèmes géographiques est encouragée".

Cependant, dans la réalité, les différentes disciplines continuent à privilégier leurs données
"naturelles" et leurs méthodes de traitements associés d'où une certaine "parcellisation du
savoir" en termes d'analyse urbaine (DAU, 1996). L'innovation est encore trop récente pour
avoir modifié en profondeur les méthodes d'analyse de chacun.

A la croisée des chemins de nombreuses disciplines, les SIG concentrent des modes de
description et de formalisation de l'espace très différents et ce particulièrement dans des
milieux complexes comme la gestion et l'analyse urbaine.

Maîtriser les SIG, et parvenir à la définition de méthodes d'analyse solides, implique d'être
capable d'assimiler une part des langages différents et de leurs concepts associés, de façon
à pouvoir dialoguer dans une véritable approche multidisciplinaire, mais surtout d'être à
même de formaliser les questions dans un langage compatible avec les différentes
composantes du système d'information.

La multiplicité des intervenants et des compétences en milieu urbain rend le sujet de la place
des SIG en milieu urbain trop vaste pour être résumé dans l'ensemble de ces composantes
(dont la richesse de cette bibliographie est la preuve).

Ainsi quelques thèmes d'utilisation des SIG en milieu urbain sont abordés ici notamment sur
l'aspect de gestion technique de la ville (par un rappel sur les logiques de mise en place des
Banques de données urbaines) puis plutôt sur des conceptions d'aménagement "supra-
communal". Il est bien évident que ce choix n'est pas restrictif des champs d'utilisation des
SIG en milieu urbain mais représente plutôt une accentuation de certaines de ses facettes.

Cette synthèse fait donc sciemment le choix d'établir un rappel historique des conditions du
développement de ces méthodes et outils en milieu urbain, puis propose quelques points de
réflexion plus méthodologiques applicables aux problématiques de l'aménagement de ces
territoires.
8

DES BDU AUX SIG URBAINS

LES EXPERIENCES DES BANQUES DE DONNEES


URBAINES (BDU)

Le développement du domaine particulier de la gestion des données urbaines doit, avant


tout, être replacé par rapport à une évolution plus générale qui est l’informatisation des
villes. En effet, le développement du processus d’acquisition et de restitution des données
géographiques de la collectivité urbaine ne fait pas partie des noyaux originels du
développement de l’informatique urbaine. Ceux-ci se sont d'abord concentrés sur la
comptabilité d’une part et les télécommunications d’autre part. Les premières applications
informatiques ont concerné en général l’établissement des fichiers électoraux, de paie des
employés, etc.

Seules quelques collectivités ont inscrit dans leurs premiers programmes informatiques ce
qui n’était à l’époque qu’une gestion automatique des plans. Ces orientations premières ont
joué manifestement un rôle indirect sur la constitution et l’utilisation des données localisées
dans les villes.

Les années 1980 ont manifestement vu une évolution fondamentale des priorités et le
démarrage réel de nombreuses applications urbaines. Au-delà des fonctions de gestion
urbaines (assainissement, éclairage public, évacuation des déchets, etc.) d'autres enjeux
ont vu le jour. G. Dupuy (1992) en distingue trois : "le service rendu au citoyen, l’économie
du système, la réorganisation territoriale". C’est sans doute dans cet esprit que s’inscrivent
les nouvelles démarches entreprises autour des SIG. Cependant, le poids des réalisations
antérieures, les échecs anciens, les cultures des équipes, etc., jouent encore un rôle
important dans l’orientation et l’utilisation pratique de ces systèmes. On ne saurait
aujourd’hui parler des tendances de l’utilisation des SIG dans l’espace urbain sans tenir
compte des traces du passé.

De façon simplifiée, on désigne par Banque de données urbaines (BDU) : "le stockage d’une
quantité éparse de données dans un même lieu, la transformation de cette information en
données utilisables, et leur mise à disposition d’acteurs pour un domaine d’application : la
ville" (Aillaud, 1992).

Il peut être intéressant de reprendre les grandes périodes de développement de ces


banques de données urbaines, de les replacer par rapport aux capacités méthodologiques
et techniques, ainsi que par rapport à l’évolution des besoins au cours des vingt dernières
années, afin de mieux comprendre la situation actuelle.

Les années 1970

Les précurseurs des BDU sont peu nombreux. Certaines villes ont commencé la mise en
place d’un système informatisé utilisant l’information localisée à partir du début des années
1970. Ces expériences ont à la fois, et paradoxalement, servi de test de la faisabilité des
BDU (la plupart des créations récentes ayant tenu compte de ces expériences pionnières),
9

et de "cobayes" pour ceux qui ont pu, parfois à juste titre, douter de leur utilité au regard des
premiers résultats.

Paris fut une des premières BDU françaises. Créée en 1969 à l’initiative de l’APUR (Atelier
parisien d’urbanisme) et de l’IAURP (Institut d’aménagement et d’urbanisme de la Région
2
parisienne) , elle contenait, entre autres, des informations sur le bâti, le fichier du parcellaire
de la ville, des informations INSEE.

Quatre autres expériences marquantes ont jalonnés ces années de mise en place :

- Le "cadastre souterrain" de la ville de Lille


Il a fallu créer l’information géographique de référence (levée des corps de rues et report sur
les plans concessionnaires) à l’échelle du 1:200e. La saisie de 1.800 km de voies a pris…
15 ans. L’exemple de Lille fait partie des expériences difficiles qui ont souffert de leur
position pionnière. En 1987, la communauté urbaine de Lille a démarré la saisie du plan de
gestion parcellaire prévue jusqu’en 1995, année qui verra (23 ans après le démarrage) la fin
de la mise en place des structures topographiques de base.

- La levé du plan cadastral et le complément topographique de la ville de Marseille


La mise en place de la BDU date de 1972, une des toutes premières, et la saisie du
cadastre a débuté en 1973. Ce cadastre a fait l’objet d’une convention avec la DGI en 1991.
Le premier plan topographique à l’échelle de 1:200e est édité en couleur (un exploit pour
l’époque) en 1978. L’expérience de Marseille est sans doute un des exemples réussis de
mise en place de BDU d’envergure. La base est toujours "vivante" et s’enrichit régulièrement
de nouvelles applications.

- La réalisation, par la Direction générale des impôts, des premiers cadastres


informatiques des villes de Paris, Lyon, St-Etienne, Bordeaux, Montbéliard
Ces programmes, achevés au milieu des années 1980, sont la préfiguration du lancement,
en 1991, du PCI (Plan cadastral informatisé) sur l’ensemble du territoire et pour une durée
3
initialement prévue de 30 ans .

- Les essais de mise en place du RGU (Recensement général urbain) dans les grandes
villes
Ces essais s'intégraient dans un vaste plan inter-administrations dont l'objectif était de
mettre sur pied dans les communes un RGU (Répertoire géographique urbain), qui devait
être initialement complété par un RGP (Recensement géographique des parcelles) et un
4
répertoire de voies (le répertoire RIVOLI ). Le RGU a été mis en place dans de nombreuses
communes. L'INSEE a alors essayé de mettre au point des outils spécifiques pour tenter
d'utiliser les données statistiques en liaison avec le RGU. Des tentatives d'utilisation de ces
passerelles ont été menées pour les recensements de 1975 et de 1982, elles n'ont pas été
concluantes. De plus la plupart des RGU ont souffert très rapidement de l'absence de mise à
jour, leurs informations devenant alors incomplètes.

D’autres villes ou communautés urbaines comme Lyon ou Toulouse s’inscrivent dans ce


grand démarrage. Il est important de comprendre le contexte dans lequel se situaient ces
expériences. Les premières années de la décennie 1970 sont en effet marquées par de
nombreuses opérations menées, parfois sans réelle concertation, par des acteurs différents,
cherchant à produire de l’information géographique de référence. Sans entrer dans le détail,
rappelons la création du répertoire informatique des rues et des lieux-dits (FINATO puis

2
Aujourd'hui : IAURIF (Institut d’aménagement et d’urbanisme de la Région d’Ile-de-France).
3
Programme actuellement en voie d'aménagement avec le projet de mise à disposition par le DGI de planches
scannées des plans cadastraux.
4
RIVOLI n'est plus aujourd'hui qu'un nom de code dans le fichier FANTOIR.
10

RIVOLI) crée en 1971 par la DGI ; le RGU (cité plus haut), démarré sous l’égide de plusieurs
ministères et de l’INSEE en 1973 ; la création de grands fichiers statistiques nationaux
comme le fichier SIRENE.

Le souci de l’époque n’est pas thématique mais technique. L’informatisation est perçue
comme une possibilité d’automatisation et d’accélération de travaux répétitifs ou fastidieux.
C’est pourquoi les objectifs initiaux se sont principalement cantonnés dans une optique de
diminution du temps de recherche, de mise à jour et de production de plans. Notons
d’ailleurs que les premières BDU ont été confiée le plus souvent aux services informatiques
et aux services du plan. Ces éléments, d’apparence anecdotique, expliquent en partie les
choix principaux faits il y a vingt ans. Les données de référence (types, échelles, précision,
référentiel géographique notamment), ainsi que les types d’applications (au départ assez
éloignés des notions d’aménagement du territoire urbain), ont été proposés à partir de ces
orientations.

Les enseignements tirés de cette période sont à la fois conjoncturels et structurels.


Conjoncturels d’abord, car on ne saurait expliquer les difficultés majeures (retard et
dépassement de budget entre autres), rencontrées par ces villes pionnières sans les
replacer par rapport à l’environnement technique de l’époque. Le manque de performances
des outils d'alors, l'insuffisance d’outils de saisie adaptés, l'absence de personnels qualifiés,
etc., ont joué un rôle important dans le déroulement de ces quelques expériences sans être
pourtant les sources exclusives de leurs difficultés.

Les années 1980-1990

Il s’agit d’une période de transition pendant laquelle certaines des BDU pionnières
continuent et fortifient leur base (comme Paris ou Marseille) alors que d’autres entament une
évolution vers la constitution de nouvelles bases. La base de données de référence est alors
essentiellement le plan des corps de rues au 1:200e (Grenoble, Valence…). L’orientation est
essentiellement tournée vers une production de plans de référence pour la connaissance et
les travaux sur les réseaux enterrés. Un exemple de cette orientation est donné par la BDU
de Toulouse, mise en place en 1984 et dont le plan au 1:200e s’est achevé en 1989.

L’évolution des matériels informatiques permettaient plus facilement la modernisation de la


production de plans et d’applications DAO (Dessin assisté par ordinateur). Les applications
de ces BDU sont donc essentiellement tournées vers la fourniture de données de gestion à
destination des services techniques, et non vers la mise en place d’un véritable système
d’information pour la collectivité. L’aménagement urbain est d'abord compris dans sa
dimension technique, et l’information localisée comme support de plan.

En pratique, "il semble que ces interventions sur l’espace urbain se réduisent souvent à la
gestion, c’est-à-dire à un processus de calcul guidé par des contraintes de rentabilité. De la
même façon, les BDU sont devenues un outil de gestion urbaine au sens le plus strict du
terme. La ville, appréhendée par la BDU communale, n’apparaît-elle pas comme un objet à
gérer et non plus comme un lieu et une entité porteur de projets de nature diverses ?"
(Aillaud, 1992).

Il s’agit pourtant d’une période de transition, à partir de laquelle de nouvelles préoccupations


voient le jour, accompagnées par des progrès informatiques notoires, et notamment l’arrivée
des premiers SIG standards en Europe et en France.
11

Les années 1990-1998

Un des éléments marquants de cette période est l'accélération de la diffusion des


méthodologies de traitement de l'information géographique au sein des différents niveaux de
collectivités locales, mais aussi des services de l'Etat, notamment du fait du développement
de la microinformatique.

Les bases de données urbaines ne sont plus cantonnées aux villes les plus importantes
(même si la tendance d’équipement suit encore très exactement la taille de la ville, cf. infra).
Il devient alors clair pour de nombreux spécialistes que "l’enjeu pour la décennie à venir est
de permettre à de villes moyennes et petites d’accéder en grand nombre à des SIG
répondant à leurs besoins pour un prix abordable [et de passer ainsi] de l’expérimentation et
de l’innovation à la gestion industrialisée des informations géographiques" (Daull, 1992).

Le second élément à retenir est sans nul doute la combinaison de plus en plus marquée
entre base de données pour la gestion, mais aussi pour l'aménagement, et la décision
stratégique (cf. infra).

Ces dernières années ont aussi vu le développement rapide des bases de données
numériques accessibles directement auprès de fournisseurs comme l'IGN, Michelin,
SPOT Image par exemple. Ainsi, au-delà des informations des découpages administratifs, la
multiplication des bases d'informations routières, voire de rues en milieu intra-urbain,
d'occupation du sol ou la facilité d'accès aux données socio-économiques ont
considérablement modifié les pratiques des gestionnaires et des aménageurs urbains.

Enfin, l'évolution des mentalités autour de l'information tend à permettre de plus en plus
d'interactions entre différents détenteurs d'informations sur la ville et permet des synergies
plus fortes entre collectivités locales et services de l'Etat, parfois autour (voire grâce) au SIG
qui devient alors un outil de médiation territoriale.

DIFFUSION DES SIG EN MILIEU URBAIN

L’évolution des SIG dans les collectivités urbaines est encore difficile à évaluer avec
précision. De nombreuses études cherchent régulièrement à donner un état de la diffusion
sur ce secteur de marché très porteur. Les résultats sont nécessairement partiels, en effet
en période de transition, de nombreuses villes évoluent actuellement en migrant par
exemple d’un système de type DAO/CAO vers des logiciels SIG. Dès lors, seules quelques
tendances peuvent être données.

La situation actuelle est le résultat de la période de transition de ces dernières années. Les
rapports inversement proportionnels entre la taille des collectivités et leur niveau
d’équipement est flagrant. Des éléments issus de l'Observatoire Géomatique (IETI, 1998)
montrent que 77 % des villes de plus de 100.000 habitants sont aujourd'hui équipées de
logiciels de type SIG, DAO ou cartographiques. Ce chiffre décroît bien évidemment
rapidement avec la taille des villes (environ 64 % des villes de taille comprise entre 50.000 et
100.000 habitants, environ 16 % entre 10.000 et 50.000 habitants, etc.).

On peut aussi noter que la quasi-totalité des villes nouvelles et des communautés urbaines
sont aujourd'hui équipées.

Il est évident que ces chiffres sont en évolution assez rapide, notamment en ce qui concerne
12

les villes moyennes. Il est intéressant de noter que les principaux obstacles mentionnés par
les responsables de services (toutes tailles de villes confondues) sont dans
l’ordre : financiers, puis organisationnels, alors que le facteur technique n’apparaît qu’en
dernier, preuve d’une évolution rapide depuis quelques années (Eurovista, 1995).

Les petites villes sont encore hésitantes sur ces méthodologies (6 % environ de communes
entre 5.000 et 10.000 habitants sont équipées d'après le recensement IETI). On y trouve
pourtant des démarches de mise en œuvre de SIG, mais elles sont la plupart du temps
menées avec des partenaires locaux (comme des géomètres). Il est, de ce fait,
extrêmement difficile d’en avoir une vision globale, d’autant plus qu’il s’agit essentiellement
d’applications thématiques uniques construites sur micro-ordinateur en interne.

Il est clair pourtant que ce marché, dans une optique d’application d’aide à l’aménagement,
est essentiel. Sur des espaces réduits, avec des problèmes organisationnels a priori moins
complexes que pour les grandes unités urbaines, il est possible de développer des SIG
opérationnels en liaison avec des outils de gestion foncière ou de gestion du patrimoine par
exemple dont l’échelle des données est compatible avec une prise de décision pour
l’aménagement du territoire.

La tendance générale est donc une extension forte des SIG dans les collectivités urbaines.
S’inscrivant parfois dans la continuité d’efforts anciens autour des premières BDU, les
développements nouveaux bénéficient des enseignements issus des expériences passées.
Le concept même de Banque de données est en pleine transformation et s’enrichit d’une
démarche de mise en place d’applications précises et thématiques qui répondent aux
besoins d’utilisateurs divers. La conjonction de cette demande d’applications diversifiées,
mêlant gestion et décision d’aménagement, avec la maturité des SIG comme mode de
structuration et de traitement de l’information géographique, permet la mise en place de
BDU/SIG dans lesquelles l’orientation d’analyse des territoires urbains tient une place
importante.

EVOLUTIONS ACTUELLES DES SIG EN MILIEU URBAIN

De la gestion à l’aménagement urbain

« La décentralisation a rendu les communes responsables en matière de planification,


d’occupation du sol et d’aménagement opérationnel, l’Etat restant garant des grands
équilibres et de la conduite des projets d’intérêts généraux. Par voies de conséquence, on
assiste à une diversification et à une multiplication des maîtres d’ouvrage, ainsi qu’à une
nouvelle expression des besoins, sinon de besoins nouveaux » (Wolf, 1993).

Le même auteur souligne à juste titre les modifications de l’environnement économique et


technologique qui expliquent en partie l’évolution des demandes et des mentalités. Ainsi
parmi ces caractéristiques : le besoin d’une planification plus souple et plus modulaire en
période de croissance économique faible, la prise en compte de la demande au regard des
avancées technologiques, la gestion de l’environnement comme nécessité et volonté de
préserver l’existant. Le changement fondamental qui s’opère est lié à la compréhension par
un certain nombre de décideurs : "le besoin prioritaire n’est pas plus la production de plans
précis pour réaliser des travaux, mais la mise en place d’outils de gestion des données
urbaines" (Fournillier, 1989).

Par une conjonction heureuse, l’irruption d’outils de gestion de données proposant des
13

fonctionnalités de traitements bien supérieures aux outils des décennies précédentes, se


produit sur le marché français à partir de 1985. Les BDU s’orientent alors de façon nouvelle
en essayant de combiner les fonctionnalités antérieures (nécessaires et utiles à la gestion)
avec des fonctionnalités d’analyse que seuls les SIG permettent. Ainsi "il est intéressant de
noter que les Systèmes d'information urbains récents sont plus tournés vers des finalités
prospectives, projet urbain pour Sélestat, base de données micro-géographiques pour
l'aménagement au Havre, que ceux qui ont débuté dans les années 1970" (Weber, 1995).

Une des fonctions du SIG urbain devient alors, après l'administration des services urbains,
la constitution d'observatoires thématiques. "Les observatoires développés dans le cadre
des BDU sont des outils de connaissance externe qui doivent répondre à des objectifs
dépassant la responsabilité propre du gestionnaire du territoire… [à ce titre, ce sont] des
outils de prise en compte du contexte, de l'environnement, de la gestion municipale. Ils
constituent une tendance lourde des SIG urbains" (Joliveau, 1995).

Un bon exemple de cette évolution est donnée par la BDU de la Communauté urbaine de
Lyon, qui démarre en 1985 une étude de faisabilité d’envergure pour la mise en place de la
BDU "nouvelle formule" dès 1987. Le choix d'un logiciel clairement affiché comme outil SIG
montre la détermination de s’inscrire dans une démarche "multi-usage", en pleine évolution
par rapport aux BDU orientées uniquement vers la gestion.

L’exemple de Lyon montre comment les démarches de gestion et d'analyse peuvent


cohabiter dans un même projet. L’analyse détaillé des phases de constitution montrent
qu’après la constitution des données de base (notamment le cadastre) et le développement
d’applicatifs de gestion (éclairage public, POS, arbres d’alignement, etc.), une seconde
phase inscrite au schéma directeur informatique de 1992 a inclus de nombreuses
orientations d’aménagement : observatoire immobilier et foncier, observatoire écologie
urbaine, gestion des sites d’accueil des entreprises.

Ces nouvelles possibilités, liées en partie à de nouvelles approches logicielles dues aux SIG,
ont d’ailleurs entraîné le véritable démarrage de nombreuses BDU dans les années 1989-
1991 et l'apparition de nouvelles tendances, la plupart compatibles avec une évolution vers
l’utilisation combinée de données de gestion et de prise de décision stratégique.

Un exemple de ces BDU polyvalentes est celui de la Communauté urbaine de Brest. Dès
1989, des objectifs de développement économique et territorial pour la ville (incluant des
préoccupations fortes en matière d’environnement) prédisposait la BDU à une orientation
d’analyse. Ses données de base sont un ensemble d’informations sur des fonds cadastraux
ou topographiques à l’échelle du 1:5.000e. Le logiciel choisi est résolument SIG standard du
marché rompant avec une tradition de produits hybrides internes souvent inadaptés aux
besoins. Ce choix est d’ailleurs en partie justifié du fait que la préoccupation de localisation
précise (de type photogrammétrie) ne faisait pas partie des impératifs.

Les premières utilisations ont montré une orientation résolument tournée vers le thématique
avec des cartographies du recensement à l’îlot, le recensement du patrimoine historique ou
des plans de paysage. L’application de localisation des entreprises à l’adresse postale sur le
territoire de la commune est un des exemples des types de préoccupations et d’applications
qui émergent aujourd’hui dans les villes, et pour lesquelles les BDU sont dorénavant
conçues à des fins d’aide à la décision en s'appuyant sur des SIG.

En l’espace d’une dizaine d’années la vocation même des BDU s’est transformée. Les
implications majeures sont tout d’abord l’évolution de l’échelle de référence. Le plan de
corps de rue n’est plus en effet un passage obligé, et les échelles choisies sont bien souvent
beaucoup plus compatibles avec le travail des développeurs ou des urbanistes. Cette
évolution peut avoir une incidence importante sur les temps et les coûts de constitution des
14

données et il est probable que les dizaines d’années de saisie nécessaires il y a vingt ans
pour constituer le fond numérique de référence font désormais partie d’un malheureux effet
précurseur.

"La communication directe avec les SIG" 5

La multiplication des applications possibles conduit les gestionnaires de SIG urbains à


mettre les données à disposition de nombreux services ou partenaires. D’abord cantonnée
aux services informatiques, puis aux services topographiques, l'information est aujourd’hui
partagée avec de nombreux autres utilisateurs (voirie, espaces verts, développement
économique, etc.) et depuis peu avec les citoyens eux-mêmes.

La connaissance et la gestion de la ville s'inscrivent en effet aujourd'hui très directement


dans les évolutions du contexte de la société de l'information. Il est intéressant de noter que
des villes en pointe pour la mise à disposition d'informations à destination de leurs services
techniques et de la population utilisent souvent le SIG comme un des vecteurs d'accès à la
ressource. C'est le cas par exemple d'Issy-les-Moulineaux qui a promu en 1996 le SIG
comme un des vecteurs de son "Plan local de l'information" (Bouet, 1998). Depuis 1997, le
public a accès aux données cadastrales publiques, à la photographie aérienne de la ville,
ainsi qu'à un certain nombre d'informations techniques utiles.

La "mise en image de la ville" par le recours au SIG permet d'assurer une fonction de
"médiation" notamment lors des présentations par les élus des projets en cours, mais aussi
de sensibilisation au territoire urbain auprès de la population : par le biais d'actions
pédagogiques, auprès des écoles ou lors de conférence publiques.

Cette évolution de certaines bases de données urbaines montre sans doute qu'un stade de
maturité dans la maîtrise de l'information géographique est en phase d'être atteint. D'un outil
essentiellement technique, le SIG devient un vecteur de communication pour la ville et
valorise le travail technique de constitution et de mise à jour de l'information.

5
Ce titre est emprunté à Eliane Bouet (1998).
15

QUELLE PLACE POUR LES SIG


DANS L’AMENAGEMENT URBAIN ?

MISE EN ŒUVRE DES SIG EN MILIEU URBAIN

Si on considère la littérature française et étrangère de ces dernières années sur la mise en


œuvre des SIG, notamment en milieu urbain, on y trouve quelques thèmes
récurrents : analyse coûts-bénéfices des SIG, écueils institutionnels, problème de mise en
œuvre, etc. Ces orientations ont accaparé une grande partie de l'énergie des spécialistes et
révèlent des obstacles non encore complètement résolus dont l'existence est sans doute en
partie liée à des causes plus générales, malheureusement le plus souvent occultées,
comme la validité des bases de données elles-mêmes.

Jusqu'au début des années 1990, les enjeux de la diffusion de l'information géographique et
des SIG dans les collectivités territoriales et/ou les services de l'Etat ont d'abord été perçus
comme liés à l'informatisation de méthodes de travail dans un environnement à évolution
lente. On a pu avancer ainsi, sans doute de façon provocatrice, que "les collectivités locales
françaises ne cherchent pas, sauf rares exceptions, de bouleversements organisationnels.
Les élus n’ont pas véritablement pris conscience des enjeux de l’informatique. Les
personnels ont été très lents à s’approprier l’outil informatique" (Dupuy, 1992).

Cette mise en lumière d'écueils organisationnels, dont la conséquence peut aller jusqu'à
l'échec de l'introduction de l'innovation, a donné lieu à des tentatives de formalisation de
méthodes de mise en œuvre des SIG. Pour la plupart issues des théories de mise en œuvre
de systèmes d'informations, elles sont souvent utilisées dans les collectivités. C'est le plus
souvent des adaptations de la méthode MERISE qui ont été tentées (Rouet, 1991).
L'avantage de ces démarches a été de montrer l'importance d'études structurées et
complètes préalables à toute réalisation. En mettant en lumière de façon formalisée les
complexités dues à la structuration de l'information géographique dans un contexte
opérationnel, elles offrent un support de réflexion sur les possibilités de transfert de
connaissance de la recherche fondamentale vers l'application.

Dans un autre ordre d'idées, elles ont souvent révélé les blocages institutionnels liés à la
détention d'informations localisées. Là encore, et avant même la moindre réalisation
d'application, on doit modifier le discours théorique d'un accès aux données en pleine
évolution. Car si les bases de données se multiplient, ce sont encore les hommes qui en
fixent les modalités de diffusion.

Malgré le côté positif de la mise en perspective d'un certain nombre d'éléments importants,
dont ceux mentionnés précédemment, on s'accorde en général pour admettre que la
transposition des méthodes d'analyse de mise en œuvre de SIG issues de domaines
fondamentalement différents (mise en place d'une structure bancaire, écriture de logiciel,
etc.) rencontrent des limites quand elles traitent des chaînes de traitement de l'information
géographique numérique. Une grande part de la difficulté de mise en œuvre de démarches
cohérentes tient à la multiplicité des demandes autour d'un outil qui, s'il semble au premier
abord homogène, désarme des protocoles trop univoques par sa complexité et
l'hétérogénéité des résultats qu'ont peut en attendre. C'est pourquoi toute mise en œuvre
16

d'envergure nécessite toujours des phases d'analyse préalable conséquentes.

L'analyse coût-bénéfice de l'utilisation de l'information numérique est un des autres enjeux


qui ont mobilisé des énergies sans pour autant être résolu (cf. chapitre de la bibliographie).
Ce type d'interrogations a réellement pris corps il y a quelques années, à la fois devant
l'ampleur des coûts de constitution de l'information, et à la suite d'échecs de mise en place
de systèmes d'informations spatiaux dont le bilan des coûts investis comparés aux bénéfices
de l'application ont été négatifs. Des tentatives ont donc été tentées pour formaliser des
principes d'évaluation économique de l'introduction du numérique dans le traitement des
informations localisées. D'abord réalisé aux Etats-Unis (Dickinson et Calkins, 1988), ce type
d'études a trouvé un débouché en France avec plusieurs ouvrages (Didier, 1990 ; Didier et
Bouveyron, 1993).

Même si ces tentatives ont indéniablement apportés de nouveaux éléments de


compréhension du domaine, force est de constater avec quelques années de recul que ces
tentatives demeurent incomplètes, du fait de leur caractère trop théorique ou trop incomplet
6
pour pouvoir constituer une base précise d'évaluation (Wilcox, 1990) . Une fois encore,
l'information géographique est rebelle à une formalisation robuste des principes de son
utilisation. Dans le cas des services publics, le problème est complexe, car le postulat n'est
pas uniquement celui d'une rentabilité financière mais aussi celui d'une utilité sociale, encore
mal perçue aujourd'hui.

SIG ET NIVEAU D’APPREHENSION


DU TERRITOIRE URBAIN

L’ouverture des SIG urbains à des applications plus thématiques qu’auparavant permet-elle
d’envisager une amélioration des résultats opérationnels issus des traitements de
l’information numérique ? Le principal écueil vient une fois encore des types de données
disponibles dans ces BDU "nouvelle formule". Sont-ils différents de ceux d’hier, et si oui,
jusqu’où peuvent-ils être utilisés dans la prise de décision stratégique ?

M. Wolf (1993), souligne à juste titre que les données actuellement constituées par les villes
sont de trois natures différentes : les données "naturelles" (site, sous-sol, contraintes
paysagères, etc.), dont la prise en compte devient, avec la préoccupation environnementale,
un passage obligé ; les données "artificielles", que sont toutes les infrastructures construites
de la ville ; et les données "immatérielles" qui sont en fait les indicateurs sur les habitants de
la ville.

Le passage à des logiques de systèmes d’information permet aujourd’hui de collecter et de


stocker ces différents types de données dans un même environnement de travail.
Cependant, la performance technique n’est pas garante d’une utilisation optimale, et le
spécialiste des thématiques urbaines se trouve aujourd’hui confronté aux ajustements
méthodologiques nécessaire pour combiner données "naturelles" et "immatérielles" dans les
analyses.

Les collectivités urbaines sont dans une position particulière, au carrefour des besoins de
gestion technique et des prises de décision stratégiques pour l’aménagement. La question
fondamentale à laquelle se trouve confrontée aujourd’hui l'analyse urbaine utilisant les SIG

6
Une polémique s'est engagée très tôt aux USA concernant ce problème, provoquant un échange de points de
vue dans IJGIS (Dickinson & Calkins, 1988, 1990 ; Wilcox, 1990).
17

est liée à ces différents niveaux de prises de décision, et les impacts que cela entraîne sur
les politiques de constitution et d'utilisation de l’information.

Ainsi le rôle de la "pyramide de décision" sur l’information géographique est primordial.

Plan de ville thématique


(1:25 000)
stratégique

Document d’urbanisme
tactique (1:5000)

opérationnel Plan de base (ex : 1:200)


D’après Chevallier, 1990.

Figure 1 : SIG et niveaux de décision dans les collectivités territoriales

Ces préoccupations sont résumées par J. Chevalier (1990), qui rappelle que chaque niveau
de cette pyramide correspond non seulement à un besoin précis, mais aussi à un public
particulier. Les décisions stratégiques aux élus, la planification aux directions des services,
l’exécution pratique et l’opération par les personnels techniques. Ce triangle "montre qu’à
chacun des niveaux de responsabilité correspond un besoin en information bien particulier,
différent aussi bien par le volume de données, le niveau de généralisation et de précision
que la forme sous laquelle cette information est remise aux intéressés".

Dès lors, les choix initiaux de constitution de l’information de base doivent prendre en
compte la dimension stratégique. Il ne suffit pas de généraliser un plan au 1:200e à une
échelle plus petite pour offrir un document support de décision ! La base de données doit
comporter des couches multi-échelles et multi-thématiques. Cette approche, absente des
premières BDU, semble maintenant admise, et la participation de nombreux services à la
mise en œuvre des SIG en milieu urbain permet d’envisager la cohabitation des informations
destinées à des usages différents.

Cependant, le problème qui semble demeurer aujourd’hui est de savoir ce qu’est


l’information stratégique pour la ville ? Comment introduire des éléments de prise de
décision dans une base de données numérique ? Qui est à même de structurer des
données à vocation stratégique pour leur utilisation par des SIG ?

La situation actuelle est encore en phase de transition. La prise de conscience à la fin des
années 1980 des possibilités des BDU/SIG dans des démarches d’aménagement est, au
bout du compte, assez récente. Les exemples de réalisations nouvelles illustrent deux
tendances : soit la mise en place dans un premier temps de la base de données technique
nécessaire à la bonne gestion de l’espace urbain, pour ouvrir dans un second temps cette
base à des applicatifs dont les résultats pourront être utilisés par les décideurs (ex. BDU de
la COURLY) ; soit développer directement une collecte d’informations spécifiques à
destination des développeurs et ce principalement dans les villes moyennes (ex. CU Brest).

Comment intégrer dans les SIG


la notion de la ville dans son environnement ?
18

Il convient aussi de se poser les questions de l’intégration de ces bases de données


urbaines dans les territoires environnants. Pour les problèmes de gestion urbaine, le choix
de l’espace de référence ne se posait pas de façon cruciale, si ce n’est par la nécessité de
mise à jour de la base de données au fur et à mesure de l’extension des équipements et des
infrastructures. Dans une optique d’aménagement, et en tenant compte des impératifs
d’intégration multi-échelles des territoires, comment utiliser les bases de données existantes
ou en création ? Quels liens peuvent-elles et devraient-elles entretenir avec les territoires
environnants ? Comment gérer l’existence d’espaces hyper-informés et la rupture territoriale
induite par la limite d’extension de ces bases de données ?

Ces questions posent bien entendu le problème global d’un territoire inégalement couvert
par l’information. Il convient de souligner l’incompatibilité apparente d’une base restreinte à
l’espace d’action de la ville, comparé à l’extension spatiale à prendre en compte pour asseoir
son développement. Ainsi "les cadres pertinents d’une politique d’intervention deviennent
des « unités rurales-urbaines » aux différentes échelles des relations entre les deux
catégories d’espaces traditionnellement traités séparément par l’aménagement du territoire"
(Ascher & al., 1993).

L’enjeu, dans une optique d’aménagement est de parvenir à développer des bases de
données géographiques complémentaires, sans solution de continuité, dans des espaces
différents, administrativement ou géographiquement, mais cohérents en termes d’action
stratégique.

Du point de vue des villes, c’est bien entendu le lien avec les SIG développés à des
échelons territoriaux directement supérieurs (intercommunalité, département ou région) qui
pourrait répondre à cette nécessaire complémentarité territoriale.

ECHELLES DES PROJETS D’AMENAGEMENT URBAIN


ET ECHELLES DES DONNEES GEOGRAPHIQUES

Pour la plupart des experts, trois échelles de travail principales coexistent dans les
démarches d'aménagement en milieu urbain :
- le 1:100.000e, c'est l'échelle de la planification générale, celle de la compréhension des
dynamiques urbaines et des consommations de l'espace. Elle permet de suivre l'évolution
du territoire et de mieux comprendre les secteurs à enjeux en termes d'aménagement ;
- le 1:25.000e, c'est l'échelle de l'analyse urbaine détaillée, du fonctionnement urbain, de
certaines études d'habitat, de déplacements et de transports, d'implantations économiques,
etc.
- du 1:2.000e au 1:500e, ce sont les échelles du projet urbain détaillé, des améliorations de
voiries, de la gestion des services, etc.

Que ce soit au niveau des procédures réglementaires (Plans de déplacements urbains,


Dossier de voirie d'agglomération, etc.) ou des études générales sur le milieu urbain, la
combinaison d'analyse à plusieurs niveaux d'échelles territoriales est indispensable.

Les importantes restructurations territoriales, liées à la décentralisation en France et la


poursuite de l'intégration européenne, ont accentuées l'importance des combinaisons
d'échelles en aménagement urbain en impliquant de nouveaux acteurs agissant à des
niveaux géographiques distincts.

Bien que l'articulation des phénomènes aux divers échelons territoriaux et leur portée sur le
19

territoire ne soit pas aujourd'hui parfaitement maîtrisée, il semble admis qu'une réflexion
multi-échelles est la démarche la plus efficace en termes de stratégie de développement
territorial. Cet impératif conduit à chercher la complémentarité des informations à ces
différentes échelles au sein des SIG urbains.

La traduction pratique de ce type d'approche est une multiplication de la demande en termes


d'informations de base à diverses échelles. Alors que la plupart des outils jusqu'alors utilisés
privilégiaient une approche mono-échelle (cartographie classique, analyses quantitatives,
etc.) interdisant par là-même une approche intégratrice, les SIG, en donnant la possibilité de
faire cohabiter des informations attachées à des territoires d'échelles différentes, présentent
une capacité de traitement amélioré. Est-ce pour autant suffisant à les rendre opérationnels
dans des démarches d'analyses multi-échelles ?

Une mise en situation des capacités de l'outil avec la démarche théorique soulève des
problèmes de deux ordres : les premiers concernent les méthodologies de traitement multi-
échelles, les seconds les données géographiques elles-mêmes et leur pertinence.

Les SIG et le traitement multi-échelles

Il y a en effet une différence non négligeable entre des capacités réelles de mise en
correspondance de données géographiques d'échelles diverses dans les SIG, et la portée
de leur utilisation conjointe en termes d'analyse, la signification de traitements combinés de
ce type restant encore critiquable.

Si les SIG sont capables de stocker des couches d'informations correspondant à des
échelons territoriaux différents, leurs capacités à traduire la complémentarité des espaces
tient plus à une possibilité de zoom successifs qu'à une réelle possibilité de traitements
combinés. Cette critique ne s'adresse pas à la conception de l'outil lui-même, mais
beaucoup plus à la portée méthodologique de tels traitements au regard des types
d'informations disponibles.

Du fait même de la tradition cartographique dont les SIG sont issus, l'échelle traduit, dans
ces outils, une notion d'emboîtements graphiques beaucoup plus qu'une complémentarité
thématique.

L'ensemble de ces remarques renvoie systématiquement à la base même des traitements et


des analyses : l'information géographique, prouvant, une fois encore, que le véritable enjeu
des SIG est moins leur potentialité que la validité des éléments qu'ils manipulent.

Pertinence des données géographiques


en milieu urbain

Certains ont pu parler au sujet des données urbaines de "formatage imparfait des données"
(Prouzet, Hernandez, 1995) en démontrant les risques de bases de données soit
surdimensionnée soit sous-dimensionnées par rapport aux problèmes de gestion et
d'aménagement urbains.
7
Un décalage profond existe aujourd'hui entre la nécessité d'un "polymorphisme" des

7
Gaudemar (1992).
20

données qui répondrait aux attentes d'une démarche multi-échelles nécessaire à l'action
stratégique, et la réalité de l'offre de données numériques sur laquelle le poids de l'histoire
pèse de façon considérable et constitue d'une certaine façon encore aujourd'hui un frein à la
mise au point de méthodes opérationnelles tirant pleinement partie des possibilités ouvertes
par les SIG.

La multiplicité des sources possibles (bases de données vecteurs, images satellitales,


orthophotographie aérienne, fonds de cartes scannés, etc.) permet en théorie de répondre à
bon nombre de demandes en termes d'accès à l'information. Cependant, c'est plus souvent
par l'inadéquation éventuelle des nomenclatures proposées avec les besoins du spécialiste
métier, ou par le manque de mise à jour de ces informations que des points de blocages
surgissent éventuellement.

Une des problématique de demain réside dans l'articulation des bases d'information et leur
comparabilité (a minima) voire leur compatibilité (au mieux). C'est à ce prix que l'expert
thématicien pourra alors trouver dans les SIG un outil qui répondra pleinement à sa
demande orientée métier.

De la même façon des voix s'élèvent aujourd'hui, constatant le fossé qui existe entre SIG et
action d'aménagement pour souligner qu'une "attention bien plus importante doit être
donnée à la construction et au développement de systèmes d'information reflétant les
processus socio-économiques, de façon à obtenir une meilleure représentation des
systèmes spatiaux qui s'adapterait mieux aux besoins des aménageurs urbains et
régionaux" (Nijkamp et Scholten, 1993). La mise en place et l'adaptation de ces systèmes
ne peut s'envisager sans une réflexion sur l'offre de données géographiques et leurs
utilisations possibles pour un type d'usages particulier.

Il s'agit notamment de l'enjeu de l'articulation des SIG avec la collecte et la structuration des
données issues des recensements de population. C'est pourquoi l'INSEE travaille
actuellement en collaboration avec l'IGN pour parvenir à mettre en place une base d'îlots
dont l'objectif est de constituer une cartographie infracommunale numérisée sur les
communes de plus de 10.000 habitants.

Cette base devrait permettre, au-delà de l'exploitation des résultats du recensement de


1999, d'associer tout objet géocodé "contribuant ainsi à une meilleure prise en compte des
sources administratives dans les études d'aménagement en autorisant des traitements
statistiques localisés liés ou non aux zonages en îlots ou quartiers" (Houssay, 1998).

L'amélioration de l'intégration des données du recensement dans les méthodologies SIG


semble un point primordial pour leur développement comme véritable outil d'analyse en
milieu urbain. Cette avancée, qui devrait voir le jour pour le prochain recensement en
France, est d'autant plus indispensable que le décalage entre la longue période
intercensitaire (9 à 10 ans) et le développement des méthodologies SIG durant cet intervalle
de temps est considérable.

On peut d'ores et déjà annoncer que les prochaines avancées se feront sans nul doute vers
des recensements entièrement réalisés à partir du SIG, qui garderont l'information dans un
niveau de détail de type immeuble ou maison et qui seront ensuite réagrégeables selon des
périmètres variés selon les demandes et l'objectif de l'étude (Martin, 1998). Une telle
évolution irait dans le sens du règlement d'un certains nombre de problèmes liés à
l'adéquation des territoires d'études avec ceux décrits dans les SIG (cf. infra).
21

LES TERRITOIRES DECRITS PAR L’AMENAGEMENT


SONT-ILS COMPATIBLES
AVEC CEUX CONSTRUITS DANS UN SIG ?

L'aménageur ou le politique définissent des espaces ou des territoires en fonction


d'approches thématiques ou géographiques. Il sont fréquemment amenés à modifier ces
espaces de références en fonction du problème qui les occupe, ou bien à l'inverse, à
modifier l'éclairage qu'ils portent à un même espace. Cette faculté d'adaptation, nécessaire
à la mise en place de processus d'analyse, est assez mal traduite dans l'univers des bases
de données et les SIG s'en ressentent.

Prenons d'abord comme exemple des perceptions différentes d'un même espace telles que
les propose S. Wachter (1993) qui distingue trois niveaux d'ordres dans les institutions
territoriales :
- la fonction politiques des territoires (périmètres géographiques où sont assurées les
fonctions représentatives nationales et locales) ;
- la fonction administrative (cadre où l'Etat et les collectivités territoriales gèrent les affaires
publiques) ;
- les fonctions économiques et fonctionnelles (lieux où s'effectuent les activités
productrices).

Selon le niveau d'ordre choisi, et dans l'optique d'une meilleure compréhension des
structures du territoire, il faudrait pouvoir mobiliser différents types d'informations, elles-
mêmes reliées à des systèmes multi-échelles différents, en un mot adapter la fourniture de
données à la flexibilité de la démarche. On est loin encore aujourd'hui d'une telle possibilité,
et l'aspect figé d'une couche d'information dans un SIG ne prédispose pas à des variations
thématiques de cet ordre.

De la même façon, il paraît trivial d'affirmer qu'un territoire, vu à différentes échelles, révèle
des structures et des dynamiques différentes. C'est d'ailleurs pourquoi l'aménageur privilégie
une analyse emboîtée. Le spécialiste des SIG est aussi préoccupé par les phénomènes
d'emboîtements d'informations à différentes échelles. Sa vision est néanmoins le plus
souvent réduite à des problèmes (non négligeables techniquement et méthodologiquement)
d'agrégations des données spatiales et attributaires lors des changements d'échelles. Mais
est-ce là le principal problème ?

Une très bonne synthèse de ce problème crucial a été donnée par Lacour et Puissant (1992)
qui avancent que de "la tectonique des territoires naissent de nouveaux problèmes. On est,
en effet, confronté à un décalage croissant entre unités institutionnelles (communes,
départements, régions…) pour lesquelles potentiellement des informations existent, et les
nouveaux territoires - macro et micro espaces - pour lesquels évidemment, compte tenu de
leur géométrie flexible, de leur réalité et de leurs frontières changeantes, il n'est pas possible
d'avoir les informations de base, permettant de fonder un diagnostic sérieux et des
stratégies de choix éventuels […], la référence obligée reste [alors] la comparaison de
données homogénéisées sur les limites institutionnelles qui exprime une réalité statistique
doublement déphasée des problèmes ressentis par les acteurs et les responsables de ces
nouveaux territoires".

Pour des raisons pratiques, historiques et financières, les SIG mis en place ont le plus
souvent privilégié une vision univoque du territoire urbain sans véritablement entrevoir ses
diverses facettes. Un important travail a été fait pour fixer les règles de la modélisation du
réel et de sa traduction numérique, mais on a occulté ce que devait être une modélisation
des territoires ou des indicateurs pertinents pour une action de développement opérationnel.
22

Cette situation a pendant longtemps été accentuée par le caractère soit strictement
descriptif soit administratif des grandes bases de données géographiques d'ampleur
nationale.

Cette situation n'est donc pas entièrement imputable à la démarche de mise en place d'un
SIG. Le problème de la définition d'indicateurs pertinents sur le territoire est un domaine en
pleine évolution.

TEMPS ET ESPACE DES BASES DE DONNEES


ET BESOINS DES COLLECTIVITES

Dans la prise en compte des liens entre SIG et missions des services publics, on considère
le plus souvent le SIG soit dans sa dimension d’outil informatique, soit dans sa dimension de
système d’information (assemblage multiple de matériels, de procédures, et de contenus).
Mais on oublie souvent de prendre en compte une des dimensions fondamentales : la
temporalité selon laquelle évoluent les composantes d’un SIG, pour la confronter à celle des
missions des collectivités.

Comme toute innovation informatique, les SIG sont tributaires des rythmes d’évolution des
matériels et des innovations méthodologiques. Or, ces rythmes sont beaucoup plus rapides
que les rythmes de prise de décision dans les services publics. Au-delà de cet état de fait,
encore souvent déterminant pour permettre la mise en place de bases de données urbaines
efficaces, l’essentiel du problème structurel que rencontrent les services publics tient à la
différence de temporalité entre l’action territoriale à entreprendre et la constitution de
données.

Ainsi par exemple, si on considère les opérations de gestion des collectivités pour lesquelles
les SIG sont souvent requis, notamment dans les villes, le décalage entre l’objet réel (un
corps de rue, une borne) est réduit du fait des grandes échelles auxquelles on travaille
généralement (1:200e, 1:500e). En revanche, le décalage entre la vitesse d’évolution du
monde réel (sur laquelle l’action doit s’ajuster) et le temps de la base de données est quant
à lui important.

De façon simplifiée, on pourrait avancer qu’en fonction de la variation de l’échelle de travail


(des plus grandes aux plus petites), on observe une évolution inverse entre le "décalage
d’abstraction" (niveau de correspondance entre l’entité géographique et l’objet numérique),
et "le décalage temporel" (niveau d’adéquation de la mise à jour des objets numériques par
rapport à l’évolution des entités géographiques).

Il est bien évident que le monde réel évolue sans lien direct avec l’échelle de travail.
Cependant, sur un support à petite échelle, les objets sont généralement moins nombreux,
et l’on travaille plus sur des temporalités longues que sur le quotidien. Dès lors, la question
posée est de savoir comment les collectivités peuvent gérer des temporalités différentes à
partir de bases de données particulières ?

Dans le cas des SIG de gestion urbaine, la mise à jour d’informations particulières doit être
effectuée quotidiennement (cadastre, réseaux…). Cette mise à jour n’est possible que si la
ville possède les données, les moyens humains et la maîtrise des procédures de mise à jour
(parfois sous convention avec des fournisseurs institutionnels). Mais qu’en est-il pour les
bases de données achetées, sur lesquelles les possibilités de mise à jour sont plus
complexes ?
23

Les temporalités de mise à jour des bases de données des fournisseurs sont-elles
fondamentalement compatibles avec les temporalités d’action de la collectivité ? C’est sur
les échelons territoriaux intermédiaires que cette question doit être prise le plus
sérieusement en compte. On ne peut prétendre constituer une base de données utile si son
évolution ne s’adapte pas aux besoins opérationnels de la collectivité.

Le problème du temps de rafraîchissement des bases de données doit être posé de façon
claire, et ce surtout en milieu urbain à dynamique rapide. C’est un des obstacles majeurs à
l’utilisation optimale de l’outil SIG. Peu de collectivités tiennent compte de l'écueil plus
conceptuel que technique qu’il y a à stocker, par exemple, des données de recensement (à
temporalité de 10 ans), des images de télédétection à temporalité annuelle, des données
techniques à modifications quotidiennes, etc. et à assurer leurs évolutions consécutives.

La pertinence de l'information liée à sa "fraîcheur" sera d'autant plus à assurer que les
moyens d'accès à des données accessibles par chargement sur réseau informatique va se
multiplier rapidement dans les années à venir. A ce moment le ratio entre données
résidentes et données déportées et la gestion de leur cohabitation seront sans doute un des
éléments clé de la fiabilité du SIG.

Les SIG sont donc aujourd'hui des outils incontournables de la gestion urbaine. Par le
développement des bases de données géographiques, l'évolution des savoir-faire et
l'amélioration des outils et des méthodes, ils sont de plus en plus intégrés dans les
processus d'études et d'aménagement urbain.

Cette évolution se résume notamment par la glissement d'une notion de BDU (Banque de
données urbaine) vers celle de SIGU (Système d'information géographique urbain).
Cependant, la complexité de la ville et de son intégration dans les territoires d'échelles
différentes n'est pas encore aujourd'hui pleinement prise en compte dans les SIG urbains.

Du chemin reste encore à parcourir pour optimiser l'apport de ces outils et une meilleure
intégration des savoir-faire des spécialistes de la ville avec les possibilités d'accès à
l'information aux traitements d'analyse.

Le chemin parcouru en 30 ans et l'accélération de la dernière décennie (dont la richesse de


cette bibliographie est un des témoins) montrent que le sujet crée de la réflexion et de la
méthodologie dont les résultats ne peuvent qu'accompagner une volonté de meilleure
connaissance et gestion des territoires.
24

bibliographie

AILLAUD V.
Que sont devenues les banques de données urbaines ?
in SIGAS, Vol. 2, n° 1, 1992.- pp.15-27

ASCHER F., BRAMS L. et al.


Les territoires du futur
Paris, DATAR/Editions de l'Aube, 1993.- 183 p.
CDU 27861

BOUET E.
La communication directe avec le SIG : l'expérience d'Issy-les-Moulineaux. in : ESRI '98 :
diffusion, expériences, données, cartographie, méthodologie
Paris, Hermès, 1998.- pp.31-35

CHEVALIER J.
Implantation d’un SIRS en milieu municipal : problème d’informatisation ou problème
d’organisation ? in : Actes du colloque : La géomatique, voir… à sa mesure
Montréal, Association de géomatique municipale du Québec, nov. 1990

DIRECTION DE L'ARCHITECTURE ET DE L'URBANISME (DAU)


La composition urbaine ; note et essai bibliographique
Paris-La Défense, MELTT / DAU / CDU, 1996.- 84 p.
CDU 33870

DAULL B.
Editorial
in Génie Urbain n° 397, mai 1993.- pp.3
CDU

DICKINSON H., CLAKINS H.


The economic evaluation of implementing a GIS
in IJGIS, Vol. 2, n° 4, 1988.- pp.307-327
IGN

DIDIER M.
Utilité et valeur de l'information géographique
Paris, Economica, 1991.- 255 p.
CDU 22694 ; IGN 58924

DIDIER M., BOUVEYRON C.


Guide économique et méthodologique des SIG
Paris, Hermès, 1993.- 320 p.
CDU 28733

DoE
Handling Geographic information. Report to the Secretary of State for the Environment of the
Committee of enquiry into the Handling of Geographic information, Chairman Lord Chorley,
HMSO
Londres, 1987.- 210 p.

DUPUY G.
25

L’informatisation des villes


Paris, PUF, 1992.- 127 p. (coll. Que sais-je n° 2701)
CDU 27123

EUROVISTA
Les SIG dans les collectivités territoriales
Paris, Nouvelles Editions Européennes, 1995

FOURNILLIER J.-M.
Problématique des villes françaises en matière de banques de données urbaines
in Actes du séminaire CNIG/AFI3G, Paris, 22-23 déc. 1989

GAUDEMAR J.-P. de
L'aménagement du territoire. in : Encyclopédie de la Géographie (Bailly, Ferras, Pumain, ed.)
Paris, Economica, 1992.- pp.1023-1043
CDU 28167

HOUSSAY P.
Base-îlots IGN-INSEE. in : ESRI '98 : diffusion, expériences, données, cartographie,
méthodologie
Paris, Hermès, 1998.- pp.117-124

IETI
Observatoire géomatique
Mâcon, IETI, 1998
IGN

JOLIVEAU T.
De la gestion à l'analyse des villes : un panorama des SIG urbains. in : Télédétection et
systèmes d'information urbains (C. Weber, F. Dureau, dir.)
Paris, Anthropos, 1995.- pp.29-39
CDU 32324

LACOUR C., PUISSANT S.


Géographie appliquée et science des territoires. in : Encyclopédie de la géographie, (Bailly,
Ferras, Pumain, ed.)
Paris, Economica, 1992.- pp.1003-1021
CDU 28167

MAGUIRE D.J.
An overview and definition of GIS. in : GIS : principles and applications (Goodchild, Maguire,
Rhind, ed.)
Londres, Longman, 1991.- pp.9-20

MARTIN D.
Optimizing census geography : the separation of collection and output geographies
in IJGIS, Vol. 7, n° 12, 1998.- pp.673-685
IGN

NIJKAMP P., SCHOLTEN H.J.


Spatial information systems : design, modelling and use in planning
in IJGIS, Vol. 7, n° 1, 1993.- pp.85-96
IGN

PROUZET M., HERNANDEZ A.


Du difficile ajustement des systèmes d'information aux besoins des gestionnaires urbains. in :
Télédétection et systèmes d'information urbains (C. Weber, F. Dureau, dir.)
Paris, Anthropos, 1995.- pp.41-54
CDU 32324 ; IGN 63979
26

ROUET P.
Les SIG et MERISE questions de méthode
in SIGAS, Vol. 1, n° 2, 1991.- pp.153-179

WACHTER S.
Institutions et enjeux pour l'aménagement des territoires. in : Entre l'Europe et la
décentralisation : les institutions territoriales françaises (J.-C. Nemery, S. Wachter, dir.)
Paris, DATAR/Editions de l'Aube, 1993.- pp.19-30
CDU 32774

WEBER C.
De la banque de données urbaines au SIGU. in : Télédétection et systèmes d'information
urbains (C. Weber, F. Dureau, dir.)
Paris, Anthropos, 1995.- pp.15-27
CDU 32324

WILCOX D.
Comment on the economic evaluation of implementing a GIS
in IJGIS, Vol. 4, n° 2, avril-juin 1990.- pp.203-210
IGN
27

GEOGRAPHICAL INFORMATION
SYSTEMS
for urban management and planning
SYNTHESIS
28

This dossier, “Geographical information systems”, has been prepared at the request of the Centre de
1
documentation de l’urbanisme (CDU) by :
2
Anne BERRY (Institut géographique national) , bibliography,
and Philippe MIELLET (EDATER), synthesis,
3
under the supervision of Claude ECOBICHON (Conseil général des ponts et chaussées) ,

with the advice of


Michel BERNARD (SIAGE Conseil)
Georges BERTRAND (Urbatique),
Yves BONIN, Serge BONNET and Jean-Pierre DUCUING (Institut géographique national),
Patrice BOURSIER (University of La Rochelle, LRI)
Laurent COUDERCY (Centre d’études sur les réseaux, les transports,
4
l’urbanisme et les constructions publiques) ,
Andre DEL (School of architecture, Paris-Conflans),
5
Christiane HORTEFEUX (Conseil national de l’information géographique) ,
6
Claude SOIROT (Créations conseils services) ,
7
Christiane WEBER (Institut de géographie, Laboratoire Images et villes) .

Co-ordination : Françoise PORCHET (CDU).

The summary first presents some elements about the history of urban data banks in order to
understand the current problems for geographical information systems. A selection of the thematic
and methodological points then a summary of the questions arising from the use geographical
information systems in urban planning topics.

The person preparing the bibliography follows up the “bibliographical approach” published by the CDU
in 1992 under the same title. It is not exhaustive and basically takes into account the books and articles that
have appeared over the last five years. The references pointed out come from different sources :
- question about Urbadisc, Urbamet, Francis and Pascal
- consultation of the documentary archives at the Centre de documentation de l’urbanisme (CDU), at the Institut
géographique national’s documentation centre (IGN), at the library of the Ecole supérieure des travaux
8
publics, du bâtiment et de l’industrie (ESTP) , at the library of the Institut français d’architecture (IFU)
9
, the documentation in the Centre d’études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les
10 ;
constructions publiques (CERTU), and the documentation at the Ordre des géomètres-experts
- study of journals and reports from congresses, symposiums, ...
The references, depending on their source, are not always followed by an abstract. They are classed,
with all the documents mixed together, in reverse chronological order, with the most recent ones first.
Finally, so as to help us to understand some titles in foreign languages, Anne BERRY has offered a
translation between square brackets.
The documents mentioned may be inspected at the organisations listed at the end of the works.

1
CDU : Town planning documentation centre.
2
IGN : National geographical institute.
3
CGPC : Civil engineering council.
4
CERTU : Centre for studies on networks, transport, town planning and public buildings.
5
CNIG : National council for geographical information.
6
Creations advisory services.
7
Institute of geography, Laboratory for Images and towns.
8
ESTP : University civil engineering school.
9
IFU : French town planning institute.
10
Professional surveyors’ association.
29

contents

GEOGRAPHICAL INFORMATION SYSTEMS


for urban management and planning
synthesis

INTRODUCTION

FROM THE UDB TO URBAN GIS


The experiences of Urban data banks (UDB)
Diffusion of the GIS in an urban environment
Current progress for GIS in an urban environment

WHAT IS THE ROLE FOR THE GIS


IN URBAN PLANNING ?
Implementation of GIS in an urban environment
GIS and the level of apprehension in the urban territory
Scales for urban planning projects
and scales for geographical data
Are the territories described by planning
compatible with those built in a GIS ?
Time and space of the data bases
and needs of the authorities

BIBLIOGRAPHY

SISTEMAS DE INFORMACION GEOGRAFICA


para la gestión y el acondicionamiento urbano
nota de sнntesis

ГЕОГРАФИЧЕСКИЕ ИНФОРМАЦИОННЫЕ СИСТЕМЫ


для управления благоустройства городской среды
АНАЛИЕИУЕСКАЯ ЗАЛИСКА

GEOGRAPHICAL INFORMATION SYSTEMS


economic, legal and organisational aspects
and applications in planning and in urbanism
bibliography
30

introduction

Urban growth is accompanied by the multiplication of the data which describes the urban
territory and those who live there : localisation of the activities, of the means of transport, of
the facilities…management of property taxes and heritage taxes, etc.

All this information brings, in one way or another, an attribute of localisation, whether it is
accessible under the form of exact pinpointing on a map or under the form of aggregation
available according to some pre-defined divisions. Their display in the form of plans or maps
is still one of the simplest ways to show them.

This double obligation from the management of information to the growing complexity and
territorial display of its size and its dynamics imposes a process of rationalisation on the
storage and access to localised data.

At the present time, and this has been so now for over 15 years, one of the best possible
choices for organising the technical and social information for cities is called the
Geographical information system (GIS).

What is a GIS ?

The growth in the approaches for storing and processing geographical information is
accompanied by a proliferation of the tools capable of structuring and processing it, grouped
together for comfort’s sake under the acronym GIS.

In fact, a simple definition presents a GIS as : "a system for collecting, storing, verifying,
handling, analysing and restoring data that is spatially referenced to the surface of the
Earth" (DoE, 1987).

However some misunderstandings still persist about the strict definition of the GIS. These
are essentially due to the fact that the acronym covers the following at the same time :
- the concept of a string for processing digital geographical information ;
- the computer tools that allow it to be instrumented ;
- and the applications which are built with this tool.
8
These different points of view lead to multiple definitions which would be too time-
consuming to go through again here, but from which it should be pointed out that the
smallest common denominator is often, and in a rather limited way, the computer tool.

A GIS is above all an Information system (IS) the objective of which is to describe a territory
so as to enhance the knowledge about it and to allow the description and analysis of the
natural or human phenomena which occur therein.

8
On this subject see a chosen panel of definitions in MAGUIRE (1991).
31

Are GIS at the junction of the professions


for town planning ?

Through a standardisation of the way for handling geographical information (both in the tools
and in the ways for processing it), the current trend is to gather together under the name of
GIS a certain number of methods and domains of application, especially in urban analysis
without seeking to specifically distinguish between the advantages and the drawbacks of
such a mixture.

The postulate of the GIS, tools that unite the approaches for processing geographical data
and are widely covered in the literature under different forms and as Shepherd (1991) points
out : "through the intermediary of the integration of data which used to be previously the
domain of specialists in individual disciplines, an interdisciplinary approach for solving
geographical problems has been encouraged".

However, in reality, the different disciplines continue to give priority to their "natural" data and
their related methods for processing or a certain "compartmentalisation of knowledge" in
terms of urban analysis (DAU, 1996). This innovation is still too recent to have changed the
methods for analysis for any of them in depth.

At the crossroads of many disciplines, GIS concentrate some very different ways for
describing and formalising space and this is particularly true in some complex environments
such as urban management and analysis.

Mastering GIS, and achieving the definition of solid methods for analysis, means being able
to assimilate part of the different languages and their related concepts, so as to be able to
discuss them with a truly multidisciplinary approach, but above all being capable of
formalising the questions in a language compatible with the different components of the
information system.

The multiple nature of those intervening and of the powers in an urban environment makes
the subject of the place of the GIS in an urban environment too big to be summed up for all
of these components (whose wealth in this bibliography is the evidence).

Hence some subjects about the use of the GIS in an urban environment are dealt with here,
especially regarding the aspect of technical management of the town (through a review of
the logistics for the implementation of Urban data banks) then rather about the conceptions
of "supra-communal" planning. It is quite clear that this choice is not restrictive on the fields
of use of the GIS in an urban environment but represents rather an exaggeration of certain
of its features.

Hence this synthesis knowingly makes the choice of establishing an historical review of the
conditions for the development of these methods and tools in an urban environment then it
proposes some more methodological points to reflect on that are applicable to the planning
problems for these territories.
32

FROM THE BDU TO THE URBAN GIS

THE EXPERIMENT WITH URBAN DATA


BANKS (UDB)

The development of the specific domain of urban data management should, above all, be
replaced by a more general progress which is the computerisation of towns. In effect, the
development of the process of acquisition and of restitution of the geographical data from
the urban community does not form part of the original cores for the development of urban
computing. The latter are firstly centred on accountancy on the one hand and
telecommunications on the other hand. The first software applications generally involved the
establishment of the electoral lists, pay for the employees, etc.

Only a few authorities included in their first software programmes what, at that time, was
merely automatic management of the plans. These approaches first have obviously played
an indirect role in the formation and the use of the data located in the towns.

The eighties clearly witnessed an essential change in the priorities and the real start -up for
numerous urban applications. Beyond the functions of urban management (sewage, street
lighting, waste disposal, etc.) other stakes have arisen. G. Dupuy (1992) distinguishes three
of them : "the service provided for the citizen, the economy of the system, territorial
reorganisation". It is undoubtedly within this spirit that the new procedures undertaken are
included for the GIS. However, the weight of the previous work, the old failures, the team
culture, etc., still play an important role in the orientation and the practical use of these
systems. Today we could not talk about the trends for the use of GIS in the urban space
without bearing in mind the traces from the past.

Put simply, an Urban data bank (UDB) means : "the storage of a wide range of data in the
same place, the conversion of this information into usable data, and placing it at the
disposal of the agents for a domain of application : the town" (Aillaud, 1992).

It may be interesting to go over the great periods for the development of these urban data
banks, to put them into perspective with respect to the methodological and technical
capacities, as well as with respect to the change in needs over the last twenty years, so as to
better understand the current situation.

The seventies

The forerunners of the UDB are scant in number. Certain cities began the implementation of
a computerised system using the localised information as from the start of the seventies.
These experiments have in turn, and paradoxically, been used for testing the feasibility of the
UDB (with most recent systems having taken into account these pioneering experiments),
and have been used as "guinea-pigs" for those who have been able, sometimes rightly so, to
doubt their usefulness in view of the first results.

Paris had one of the first French UDB. Created in 1969 at the initiative of the APUR (Paris
33

workshop on urbanism), and the IAURP (Institute for planning and urbanism in the Region of
9
Paris) , it contained, amongst others, some information about building, the file on the
division of the city into parcels, some information on the INSEE.

Four other notable experiments marked these years of implementation :

- The "underground cadastre" for the city of Lille


It was necessary to create the geographical information of reference (recording of the
highways and report on the plans for concessions) on a scale of 1:200. The collection of
data on 1,800 km of roads has taken…15 years The example of Lille forms part of the
difficult experiences which they have suffered from their position as pioneers. In 1987, the
urban district of Lille set up the collection of data from the plan for parcel management
scheduled up till 1995, the year which was to witness (23 years after the launch) the
completion of the implementation of the basic surveying structures.

- The survey for the cadastral plan and the complementary topographical plan of the
city of Marseilles
The implementation of the UDB dates back to 1972, one of the very first ones, and the data
collection for the cadastral survey started off in 1973. This cadastral survey was the object of
an agreement with the Directorate general for taxes (DGI) in 1991. The first topographical
plan at a scale of 1:200 was printed in colour (quite a feat back then) in 1978. The
experiment in Marseilles is undoubtedly one of the successful examples of the
implementation of a large UDB. The base is still "alive" and is regularly enriched with new
applications.

- The preparation, by the Directorate general for taxes (DGI), of the first computerised
cadastres for the cities of Paris, Lyon, St-Etienne, Bordeaux, Montbéliard
These programmes, completed in the mid 80s, were the first configuration for the launch, in
1991, of the CCP (Computerised cadastral plan) throughout the country and for a duration
10
initially planned for 30 years .

- The trials for the implementation of the GUC (General urban census) in the large
cities
These trials were included in a vast plan between the different authorities, the objective of
which was to set up an UGD (Urban geographical directory) on the local districts, which was
initially meant to be completed by a GCP (Geographical census of parcels) and a directory of
11
roads (the RIVOLI directory). The RGU has been implemented in numerous local districts.
The INSEE then tried to set up the specific tools for attempting to use the statistical data in
collaboration with the RGU. Some attempts to use these firewalls were carried out for the
census in 1975 and in 1982, they were not conclusive. Moreover, most of the RGU very soon
suffered from the lack of updating, with their information soon becoming outdated.

Other towns or urban comunities such as Lyon or Toulouse joined in this great launch. It is
important to understand the context in which these experiments came about. The first years
of the seventies were in effect marked by the numerous operations performed, sometimes
without any real agreement amongst the different actors, seeking to produce some
geographical information of reference. Without going into detail, let’s remember the creation
of the computerised streets and place names directory (FINATO then RIVOLI) created in
1971 by the DGI ; the RGU (mentioned above), launched, under the aegis of several
Ministries and the INSEE in 1973, the creation of large national statistical files such as the

9
Nowadays IAURIF (Institut d’aménagement et d’urbanisme de la Région d’Île-de-France).
10
Programme currently being planned with the project for the publication by the DGI of scanned plates of the
cadastral plans.
11
RIVOLI today is just a code name in the FANTOIR file.
34

SIRENE file.

The concern back then was not thematic but technical. Computerisation was perceived as a
possibility for automation and speeding-up repetitive or boring jobs. That is why the initial
objectives were mainly limited to a viewpoint for the reduction in the time for researching,
updating and producing plans. Let’s also take into account the fact that the first UDB were
usually entrusted to the computer departments and the planning departments. These facts,
which sound like a fairy story, in fact partly explain the main choices made twenty years ago.
The data of reference (types, scales, accuracy, referential and especially geographical), as
well as the types of applications (at the start quite far removed from the notions of planning
for the urban territory), were proposed based on these approaches.

The lessons learnt from this period are both linked to the economic climate and structural.
Linked to the economic climate firstly, because the major difficulties could not be explained
(delay and overspending amongst others), that were encountered by these pioneering towns
without putting them into perspective with the technical environment of the age. The lack of
performance of the tools back then, the limitations of the tools chosen for data collection, the
absence of qualified staff, etc., played an important role in the progress of these few
experiments without however being the only sources of their difficulties.

The years from 1980 to 1990

It was a period of transition during which certain of the pioneering UDB continued and
strengthened their bases (such as Paris or Marseilles), whilst others started a change
towards the setting-up of new bases. The data base of reference was then basically the plan
for roads on a scale of 1:200 (Grenoble, Valence…). The approach basically turned towards
the production of plans of reference for knowledge about and the works on the underground
networks. One example of this approach is provided by the UDB in Toulouse, set up in 1984
and whose plan at a scale of 1:200 was completed in 1989.

The revolution in software allowed the modernisation of the production of plans and CAD
applications to be introduced more easily (Computer-aided design). Hence the applications
of these UDB had basically turned towards supplying management data for the technical
services, and not towards the implementation of a true information system for the
community. Urban planning was firstly understood in its technical dimension, and the
localised information as a support for the plan.

In practice, "it seems that these interventions on the urban space are often limited to
management, that is to say, to a process for calculation governed by the restraints of
profitability. In the same way, the UDB have become a tool for urban management in the
strictest sense of the word. The town would now appear, as recorded by the district UDB, to
be an object to be managed and no longer as a place and an entity that includes different
kinds of projects, don’t you think?" (Aillaud, 1992).

So this was a period of transition, from which some new concerns arose, accompanied by
the highly significant breakthroughs in computing, and especially the arrival of the first
standard GIS in Europe and in France.

The years from 1990 to 1998


35

One of the elements marking this period is the speeding-up in the diffusion of the
methodologies for processing geographical information within the different levels of local
district authorities but also within the State services, especially due to the fact of the
development of personal computers

Urban data bases were no longer confined to the largest cities (even if the trend for
equipment still follows very accurately the size of the town, see below). It became clear for
many experts that "the stake for the coming decade is to allow the small and medium-sized
towns to gain access to the GIS in large numbers, thereby meeting their needs at an
affordable price [and hence to pass over] from experimentation and innovation to the
management of geographical information on an industrial scale" (Daull, 1992).

The second element to highlight is undoubtedly the ever more significant combination
between data bases for management but also for planning and strategic decision-making
(see below).

The last few years have also seen the fast development of digital data bases accessible
directly from suppliers such as the IGN, Michelin, SPOT Image, for example. Thus, beyond
the data on the administrative divisions, the multiplication of the bases with road data, indeed
for roads in an environment within the city, land use or the ease of access to socio-economic
data considerably altered the practises for administrators and urban planners.

To sum up, the change in thinking about information tends to allow more and more
interactions between different holders of data about the town and allows stronger synergies
between local authorities and the State services often through (indeed thanks to) the GIS
which has now become a tool for regional arbitration.

DIFFUSION OF THE GIS IN AN URBAN ENVIRONMENT

The progress of the GIS in the urban authorities is still difficult to assess exactly. Numerous
studies regularly attempt to report on the diffusion in this very buoyant market sector. The
results are necessarily partial, in fact in a period of transition, many towns currently evolve by
migrating, for example, from a CAD/CAM type system towards GIS software. Of course, only
a few trends can make up the data.

The current situation is the result of the period of transition over the last few years. The
inversely proportional ratios between the size of the authorities and their level of equipment
is patently obvious. Some results taken from the Géomatique Observatory (IETI, 1998) show
that 77 % of the towns with over 100,000 inhabitants are today equipped with GIS, CAD or
cartographic type software. This figure decreases, quite obviously, rapidly according to the
size of the towns (around 64 % for the towns of a size ranging between 50,000 and 100,000
inhabitants, around 16 % between 10,000 and 50,000 inhabitants etc.).

It may also be noted that almost all of the new towns and the urban communities are already
equipped today.

It is clear that these figures are evolving quite rapidly, especially as far as average-sized
towns are concerned. It is interesting to note that the main obstacles mentioned by the
heads of services (all sizes of towns together) come in the following order : financial, then
organisational, whereas the technical factor only appears in the final spot, proving the fast
change over the last few years (Eurovista, 1995).
36

Small towns are still dubious about these methodologies (around 6 % of local districts with
between 5,000 and 10,000 inhabitants are equipped according to the IETI census).
Nevertheless the procedures may be found there for setting-up GIS but they are mostly
carried out with local partners (such as the surveyors). Hence it is extremely difficult to gain
an overall view, even more so when it basically involves single subject applications built
internally with a personal computer.

It is however clear that this market, from a viewpoint for its application for helping planning,
is essential. Over small spaces, a priori, with less complex organisational problems than for
the large urban units, it is possible to develop operational GIS in connection with
management tools or heritage management, for example, for which the scale of the data is
compatible with decision-making for regional planning.

The general trend is therefore a great expansion in the GIS in the urban authorities.
Sometimes included in the continuity of old efforts from the first UDB, the new developments
benefit from the lessons learnt from past experiments. The very concept of a Data bank is
going through a complete transformation and is being enriched by a process of
implementation of accurate and thematic applications which meet the needs of different
users. The joint appearance of this demand for different applications, mixing management
and decision-making for planning, with the maturity of the GIS as a way for structuring and
processing the geographical information, allows the implementation of UDB/GIS in which the
analytical approach to urban territories holds an important place.

CURRENT PROGRESS FOR GIS


IN THE URBAN ENVIRONMENT

From urban management to urban planning

« Decentralisation has made the local districts responsible for planning, land use and
operational planning, with the State remaining as the vouchsafe for general balances and the
performance of the projects of public interest. As a result, we are now witnessing the
diversification and multiplication of the works managers, as well as a new expression of the
needs, but not any new needs » (Wolf, 1993).

The same author underlines, and rightly so, the modifications in the financial and
technological environment which partly explain the change in demands and in thinking. So
amongst these characteristics : the need for more adaptable and more modular planning in a
period of low economic growth, taking into account the demand in view of technological
advances, the management of the environment as a necessity and the will to preserve the
existing one. The fundamental change which is taking place is linked to the understanding by
a certain number of decision-makers that "the priority need is no longer the production of
precise plans for performing the works but rather the implementation of tools for managing
urban data" (Fournillier, 1989).

Through a lucky combination of events, the explosion in data management tools, offering
much more powerful functions for processing than the tools from previous decades, which
came about on the French market as from 1985. The UDB then took a new course by
attempting to combine the old functions (still necessary and useful for management) with the
analytical functions that only the GIS allow. Hence : "it is interesting to note that the recent
37

Urban Information Systems are more oriented towards prospective purposes, like the urban
project for Sélestat, the micro-geographical data base for planning in Le Havre than those
which started in the seventies" (Weber, 1995).

One of the main functions of the urban GIS has now become, after the administration of the
urban services, the settig-up of thematic observatories. "The observatories developed in the
framework of the UDB are tools for external knowledge which have to meet objectives which
exceed the responsibility as such of the regional planner…[in this respect, these are] tools
which will take into account the context, the environment, municipal management. They
constitute a strong trend for the urban GIS " (Joliveau, 1995).

A good example of this change is given by the UDB for the Urban community of Lyon, which
started off, in 1985, a large feasibility study, for the implementation of the "new formula" UDB
as from 1987. The choice of a software clearly tagged as a GIS tool shows the determination
to join in a "multi-use " process, as it evolves, as compared to the UDB oriented only towards
management.

Lyon’s example shows how management and analysis procedures may cohabit in the same
project. The detailed analysis of the phases for setting them up show that after the formation
of the basic data (especially the cadastral survey) and the development of management
applications (street lighting, POS, trees for lining the roads, etc.), a second phase included in
the computer master plan for 1992 included numerous approaches for planning : a real
estate and financial observatory, an observatory for urban ecology, management of the sites
for welcoming companies.

These new possibilities, linked partly to some new software approaches due to the GIS, also
involved the true take-off for numerous UDB in the years from 1989 to 1991 and the
appearance new trends, the most compatible with a progress towards the combined use of
data management and strategic decision-making.

One example of these polyvalent UDB is that of the Urban community of Brest. Since 1989,
some objectives for economic and regional development for the town (including some the
serious concerns about the environment) predisposed the UDB to an approach for analysis.
Its basic data represent a set of information on the cadastral or topographic records at a
scale of 1:5,000. The software chosen is absolutely GIS market standard, thus breaking with
a tradition of internal hybrid products often unsuited to needs. This choice is also partly
justified by the fact that the concern for precise localisation (of the photogrammetry type) did
not form part of the demands.

The first uses have shown an orientation decidedly turned towards the theme with the
cartography from the census on a block scale, the census of historical heritage or the plans
for the landscape. The application of localisation of the companies to the postal address
within the territory of the municipal district is one of the examples of the types of concerns
and applications which are emerging today in the towns, and for which the UDB are
henceforth designed for the purposes of helping the decision by using the GIS.

Within the space of ten years, the very purpose of the UDB has been transformed. The
major implications are above all the progress in the scale of reference. The road plan is no
longer in fact an obligatory step, and the scales chosen are quite often much more
compatible with the work of the developers or town planners. This progress may have a
significant effect on the time and the costs for collecting the data, and it is probable that the
whole decades of data collection work that would have been needed twenty years ago for
forming the digital directory of reference will from now on form part of an unfortunate
preceding effect .
38

"Direct communication with the GIS" 12

The explosion in the possible applications has led the administrators of urban GIS to place
the data at the disposal of numerous services or partners. Firstly limited to the computer
services, then to the surveying services, now information is shared with numerous other
users (highways, green areas, economic development etc.) and not long since with the
citizens themselves.

The knowledge and management of the town are in fact included today very directly in the
changes in the context of the information society. It is interesting to note that the first towns
to make information available for their technical services and the population often use the
GIS as one of the vectors for access to the resources. This is the case, for example, of Issy-
les -Moulineaux which promoted, in 1996, the GIS as one of the vectors of its "Local
information plan" (Bouet, 1998). So, since 1997, the public has had access to the public
cadastral data, to the aerial photographs of the town as well as to a certain amount of useful
technical information.

"Putting the town into pictures" through resorting to the GIS allows it to ensure a function of
"arbitration" especially after the presentations by the elected politicians of the projects under
way, but also for making them aware of the urban territory through the population : through
the use of educational work, at schools or though public conferences.

This progress in certain urban data bases shows without doubt that a stage of maturity in the
use of geographical information is about to be achieved. From being a basically technical
tool, the GIS has now become a vector for communication for the town and gives value to
the technical work for creating and updating the information.

12
This title was borrowed from Eliane Bouet (1998).
39

WHAT IS THE ROLE FOR THE GIS


IN URBAN PLANNING ?

IMPLEMENTATION OF THE GIS


IN AN URBAN ENVIRONMENT

If we consider the French and foreign literature over the last few years on the
implementation of GIS, especially in an urban environment, we may find some recurrent
subjects : cost-profit analysis of the GIS, institutional pitfalls, problem of implementation, etc.
These approaches have taken up a large part of the work of the experts and reveal some
obstacles that have as yet not been completely solved, the existence of which is without
doubt partly linked to more general causes, unfortunately mostly hidden away, such as the
validity of the data bases themselves.

Until the nineties, the stakes for the diffusion of geographical information and the GIS in the
territorial authorities and/or the State services, were perceived as being linked to the
computerisation of working methods in a slowly evolving environment. So it has been put
forward, without doubt as a provocation, that "French local authorities do not seek, except for
rare exception, any organisational upheavals. Those elected have not really become aware
of the stakes involved in computing. Personnel managers have been very slow to take
advantage of computer tools" (Dupuy, 1992).

This highlighting of organisational pitfalls, the consequence of which may go as far as the
failure of the introduction of innovation, has given rise to the attempts to formalise methods
for implementing GIS. Mostly resulting from the theories for implementing information
systems, they are often used by the authorities. It is most often one of the adaptations of the
MERISE method that have been attempted (Rouet, 1991). The advantage of these
procedures has been to show the importance of structured and complete studies prior to any
action. By highlighting in a formal manner the complexities due to the structure of
geographical information in an operational context, they offer support for reflecting on the
possibilities of knowledge transfer from the basic research to its ultimate application.

In another connection, they have often revealed the institutional blocks linked to the holding
of localised information. There again, and before even the slightest implementation for the
application, the theoretical argument for access to data must be altered whilst it is still being
decided. Because if the data bases are multiplied, it is still people who set the means for
their diffusion.

Despite the positive side of putting a certain number of important elements from those
mentioned earlier into perspective, it has generally been agreed to admit that the
transposition of the methods for analysis for implementing GIS arise from domains that are
basically different (implementation of a banking structure, writing software, etc.) and
encounter limitations when they involve strings for processing digital geographical
information. A large part of the difficulty for implementing coherent procedures lies in the
multiple nature of the demands on a tool which, if at first it seems homogeneous, deactivates
protocols that are too univocal through its complexity and the heterogeneity of the results
that might have been expected from it. That is why any sizeable implementation always
40

needs some phases of analysis prior to the results.

The cost-profit analysis of the use of digital information is one of the other gambles which
have mobilised a great deal of energy without as yet being solved (see Chapter in the
bibliography). This type of question really took shape some years ago, at the same time
when faced with the size of the costs for gathering information, and as a result of failures in
the implementation of spatial information systems for which the balance of the investments
compared to the profits of the application were negative. Some attempts have since been
made to formalise the principles for the economic assessment of the introduction of digital
data in the processing of localised information. It was first carried out in the United States
(Dickinson and Calkins, 1988), this type of study has found an opening in France with
several works now published (Didier, 1990 ; Didier and Bouveyron, 1993).

Even if these attempts have undeniably contributed some new elements for understanding
the domain, it must be said that some years back these attempts were still incomplete, due
to the fact that they were too theoretical or not complete enough to be able to form an
13
accurate basis for assessment (Wilcox, 1990) . Once again, geographical information
rebels against a robust formalisation of the principles for its use. In the cases of public
services, the problem is complex because the idea postulated is not only that of financial
profitability but also that of social utility, still badly perceived today.

GIS AND THE LEVEL OF APPREHENSION


IN THE URBAN TERRITORY

Does opening-up urban GIS to more thematic applications than before allow an improvement
in the operational results arising from the processing of digital information to be envisaged ?
The main pitfall comes once again from the types of data available in these "new formula"
UDB. Are they different from those that used to exist, and if so, to what extent may they be
used in strategic decision-making ?

M. Wolf (1993), underlines, and rightly so, that currently data stored by the towns come in
three different types : "natural" data (site, subsoil, landscape restrictions etc.), which is an
obligatory step to be taken into account, with environmental concerns ; "artificial" data which
are all the infrastructures built in the town ; and "intangible" data which are in fact the
indicators on the inhabitants of the town.

Nowadays the swap to information systems software allows these different types of data to
be collected and stored in the same working environment. However, the technical
performance does not guarantee optimum use, and every expert in urban planning today
finds himself faced with the methodological adjustments needed for combining "natural" and
"intangible" data in the analyses.

The urban authorities are in a special position, at the crossroads of the needs for technical
management and strategic decision-making for planning. The fundamental question that
urban analysis is faced with when using GIS is linked to these different levels of decision-
making, and the impacts that it has on the policies for collecting and using information.

Hence the role of the "decision pyramid" in geographical information is of the utmost

13
A discussion broke out very early in the USA concerning this problem, causing an exchange of viewpoints in
IJGIS (Dickinson & Calkins, 1988, 1990 ; Wilcox, 1990).
41

importance.

Thematic town plan


(1:25 000)
strategic

Town planning document


tactical (1:5000)

operational Basic plan (ex : 1:200)


According to Chevallier,
1990
Figure 1 : GIS and decision-making levels in territorial authorities

These concerns are summed up by J. Chevalier (1990), who recalls that each level in this
pyramid corresponds not just to a precise need, but also to a specific public need. The
strategic decision corresponds to those elected, the planning to the management of the
services, the practical execution and the operation for the technical staff. This triangle
"shows that at each one of the levels of responsibility there corresponds a need for quite
specific information, also different either through the volume of data, the level of
generalisation and accuracy or the form in which this information is sent to the interested
parties".

Consequently, the initial choices for the collection of the basic information must take into
account the strategic dimension. It is not suffice to generalise a plan for 1:200 to a smaller
scale to offer a support document for decision-making! The data base must entail multi-scale
and multi-thematic layers. This approach, lacking in the first UDB, would now seem to have
been allowed, and the participation of numerous services in the implementation of the GIS in
an urban environment, allows us to envisage the cohabitation of information meant for some
different uses.

However, the problem which seems to remain today is knowing what is the strategic
information for the town ? How to introduce some elements for decision-making into a digital
data base ? Who can even structure data with a strategic vocation for their use by the GIS ?

The current situation is still in a transitional phase. Awareness, at the end of the eighties,
about the possibilities of the UDB/GIS in some planning procedures is, after all, fairly recent.
The examples of new actions illustrate two trends : either the implementation in a first phase
of the technical data base technique needed for the good management of the urban space,
for opening up, in a second phase, this base to some applications for which the results may
be used by the decision-makers (e.g., UDB in COURLY) ; or directly develop a collection of
specific dated aimed at the developers and this mainly in the average-sized towns (e.g.,
Urban community of Brest).

How to integrate the notion of town into the GIS


in its environment ?

It is also worthwhile asking ourselves questions about the integration of these urban data
42

bases in the surrounding territories. For the problems of urban management, the choice of
the space of reference was not raised as being crucial, unless it is through the need for
updating the data base as and when the equipment and the infrastructures are extended.
From a planning viewpoint, and bearing in mind the demands of multi-scale integration for
the territories, how should the existing data bases or those being creating be used ? What
links can they, and should they hold with the surrounding territories ? How should we control
the existence of hyper-computerised spaces, and the territorial divide induced by the limit on
the size of these data bases?

These questions of course pose the overall problem of a territory unequally covered by the
information. It should be highlighted that the apparent incompatibility of a base restricted to
the space of action in the town, compared to the spatial size to be taken into account to
establish its development. Hence "the pertinent frameworks of a policy for intervention
become the rural-urban units on different scales of the relations between the two categories
of spaces traditionally dealt with separately by regional planning" (Ascher & al., 1993).

The gamble, from a planning viewpoint, is to manage to develop some complementary


geographical data bases, without a solution for continuity, in some administratively or
geographically different spaces, but coherent in terms of strategic action

From the point of view of the towns, it is of course the link with the GIS developed at directly
higher territorial layers (inter-municipal, departmental or regional) which might meet this
necessary territorial complementary nature.

SCALES FOR URBAN PLANNING PROJECTS


AND SCALES FOR GEOGRAPHICAL DATA

For most experts, three main working scales coexist in the procedures for planning in an
urban environment :
- the 1:100,000, this is the scale for general planning, the one for understanding dynamics
and uses of the space. It allows the progress of the territory to be followed and to better
understand the sectors at stake in terms of planning ;
- the 1:25,000, this is the scale for detailed urban analysis, for urban working, for certain
studies on habitat, travel and transport, for economic implementations, etc.
- the 1:2,000 to 1:500, these are the scales of the detailed urban project, road
improvements, for management of the services, etc.

Whether this is on the level of the statutory procedures (Plans for urban travelling, Dossier of
asphalt highways, etc.) or general studies on the urban environment, the combination of
analysis on several levels of territorial scales is essential.

Large territorial restructuring work linked to decentralisation in France and the pursuit of
European integration, have increased the importance of the combinations of scales in urban
planning by involving new actors acting on different geographical levels.

Although the articulation of the phenomena to the different territorial levels and their scope
on the territory is not well mastered today, it seems to be accepted that a multi-scale
reflection is the most effective process in terms of the strategy for territorial development.
This requirement leads us to look for the complementary nature of the information to these
different scales within the urban GIS.
43

The practical result of this type of approach is a large increase the demand in terms of basic
information on different scales. Since most of the tools used till now gave priority to a single
scale approach (classic cartography, quantitative analyses, etc.) thereby prohibiting an
integrating approach, the GIS, by providing the ossibility of making the information relating to
the territories cohabit with different scales, offer an enhanced capacity for processing. Is it
then suffice to make them operational in multi-scale analysis procedures ?

An example for situating the capacities of the tool with the theoretical process raises
problems of two kinds : the former deal with the multi-scale processing methodologies, the
latter the geographical data themselves and their pertinence.

The GIS and the multi-scale processing

There is in fact a significant difference between the real capacities for making geographical
data from different scales correspond in the GIS, and the scope of their joint use in terms of
analysis, the significance of combined processing of this type are still easy to criticise.

If the GIS are capable of storing layers of information corresponding to the different territorial
layers, their capacities to convert the complementary nature of the spaces tends more
towards a possibility of successive zooms than to a real possibility of combined processing.
This criticism does not address the conception of the tool itself, but rather the
methodological scope of such processing with regards to the types of information available.

From the very fact that the cartographic tradition from which GIS are taken, the scale
translates in these tools, a notion of graphic bottlenecks much more than a thematic
complementary nature.

The whole of these remarks systematically go back to the basis itself for processing and
analysis : the geographical information, proving, once again, that the true gamble in the GIS
is less their potential than the validity of the elements that they handle.

Pertinence of the geographical data


in an urban environment

Some people have talked on the subject of urban data for "imperfect formation of the data"
(Prouzet, Hernandez, 1995) by demonstrating the risks for data bases being either oversized
or undersized with respect to the problems of urban management and planning.
14
Nowadays there is a deep gap today between the need for the "polymorphism" of the data
which would respond to the multi-scale process needed for the strategic action, and the
reality of the supply of digital data on which the weight of history weighs considerably and
still today constitutes, in a certain way, a brake to the achievement of operational methods
for taking full advantage of the possibilities opened up by the GIS.

The multiplicity of the possible sources (vector data bases, satellite pictures, aerial land
photography, stores of scanned maps, etc.) allows us, in theory, to answer a good number of
demands in terms of access to information. However it is more often through the possible
mismatching of the future nomenclatures proposed with the needs of the specialist work, or

14
Gaudemar (1992).
44

through the lack of updating for this data that bottlenecks appear in the future.

One of the problems for the future lies in the articulation of the data bases and their
comparability (at the minimum) indeed their compatibility (at the best). This is the price so
that the expert on the subject may then be able to find in the GIS a tool which will fully
answer his demand-oriented job.

Equally, certain people are speaking out against them nowadays, describing the gulf that
exists between GIS and action for planning in order to underline that "much greater care
must be paid to the construction and development of information systems in order to reflect
the socio-economic processes, in such a way as to obtain a better representation of the
spatial systems which would better match the needs of urban and regional planners"
(Nijkamp and Scholten, 1993). The implementation and adaptation of these systems cannot
be envisaged without reflecting on the provision of geographical data and their possible uses
for a specific type of use.

It especially involves the gamble of the articulation of the GIS with the collection and the
structuring of the data taken from the population censuses. That is why the INSEE is
currently working in collaboration with the IGN to manage to implement a base of blocks
whose objective is to form a computerised cartography at a district level in municipal districts
with over 10,000 inhabitants.

This base should allow us, beyond the use of the results from the 1999 census to associate
any geocoded object "thus contributing towards a better way of taking into account the
administrative sources in the studies for planning by authorising localised statistical
processing linked or not to the zoning into blocks or neighbourhoods" (Houssay, 1998).

The improvement in the integration of the data from the census in the GIS methodologies
appears to be a crucial point for their development as a true tool for analysis in the urban
environment. This advance, which should be ready for the next census in France, is all the
more essential since the gap between the long periods between censuses (9 to 10 years)
and the development of the GIS methodologies during this interval of time is considerable.

It may already be announced that the forthcoming advances will be made, without any doubt,
towards censuses made on the basis of the GIS and which will keep the information at a
level of detail of the building or house type which may then be returned according to the
demands and the objective of the study (Martin, 1998). Such progress would head towards
solving a certain number of problems linked to matching the territories for studies with those
described in the GIS (see below).

ARE THE TERRITORIES DESCRIBED BY PLANNING


COMPATIBLE WITH THOSE BUILT IN A GIS ?

The planner or the politician defines the spaces or the territories according to thematic or
geographical approaches. This often leads them to alter these spaces of reference
depending on the problem which concerns them, or, on the contrary, to alter the lighting that
they provide for the same space. This power of necessarily adapting to the implementation
of processes for analysis, is quite badly dealt with in the universe of data bases and the GIS
suffer from it.

First, let’s take as an example some different perceptions of the same space such as that
45

proposed by S. Wachter (1993) who distinguishes three levels of orders in territorial


institutions :
- the political functions of the territories (geographical boundaries in which the national and
local representative functions are guaranteed) ;
- the administrative function (framework in which the State and the territorial authorities
manage public affairs) ;
- the economic and functional functions (places in which the production work is carried out).

Depending on the level of order chosen, and with a view to the best understanding of the
structures of the territory, it must be able to mobilise different types of information, with the
latter linked to turn to the different multi-scale systems, in a word adapting the provision of
data to the flexibility of the process. We are still far away from such a possibility today, and
the aspect fixed for a layer of information in a GIS does not presuppose thematic variations
of this order.

In the same way, it seems trivial to state that a territory seen on different scales would reveal
the different structures and the dynamics therein. This is also why the planner gives priority
to an analysis that fits in. The specialist in the GIS is also concerned with the phenomena of
fitting information into different scales. His view is nevertheless more often limited to
problems (not technically and methodologically negligible ones) of adding the spatial and
complementary data at the time of the changes in scales. But is that the main problem ?

One very good synthesis of this crucial problem was given by Lacour and Puissant (1992)
who maintain that "new problems arise from the tectonics of the territories. We are in fact
confronted by a growing gap between institutional units (local districts, departments,
regions…) for which information potentially exists, and the new territories -macro and micro
spaces- for which obviously bearing in mind their flexible size, their reality and their changing
borders, it is not possible to find the basic data, thus allowing a serious diagnosis and
strategies for possible choices to be founded […] the obligatory reference remains [then] the
comparison of standardised data on the institutional limits which expresses a doubly
outdated statistical reality about the problems felt by the actors and the heads of these new
territories".

For practical, historical and financial reasons, the GIS implemented have most often given
priority to a single view of the urban territory without really catching sight of its different
facets. Significant work has been done to establish the rules for modelling what is real and
for its digital conversion, but it has hidden what should be the modelling of the territories or
the pertinent indicators for an action for operational development. For a long time this
situation has been exacerbated by the either strictly descriptive or administrative nature of
the big geographical data bases on a national scale.

This situation may not be entirely blamed on the process for the implementation of a GIS.
The problem of the definition of pertinent indicators about the territory is a domain that is still
very much in the developmental stage.

TIME AND SPACE OF THE DATA BASES


AND NEEDS OF THE AUTHORITIES

When taking into account the links between GIS and the missions of the public services, GIS
are most often dealt with either in their dimension as a computer tool, or in their dimension
as an information system (multiple assembly of materials, procedures and contents). But it is
46

often forgotten that the essential dimensions should also be taken into account : the time
scale according to which the components of a GIS evolve, in order to compare them with
that for the missions of the authorities.

Like any other computer innovation, the GIS are bound by the rate of evolution of the
hardware and methodological innovations. But, these rates are much faster than the rates
for decision-making in the public services. Beside this state of affairs, quite often decisive for
allowing the implementation of effective urban data bases, the essential part of the structural
problem that public services find involves the difference of time scale between the territorial
action to be undertaken and the collection of the data.

Thus, for example, if we consider the management operations in the authorities for which the
GIS are often required, especially in the towns, the gap between the real object (a street
map, a milestone) is limited by the fact of the large scales on which they usually work (1:200,
1:500). On the other hand, the gap between the speed of progress in the real world (on
which the action should be based) and the time in the data base is important as regards to
the question.

Put simply, one could only advance according to the change in the working scale (from the
largest to the smallest), one may observe the opposite progress between the "gap of
abstraction" (level of correspondence between the geographical entity and the digital object),
and "the time gap" (level of matching the updating of the digital objects with respect to the
progress of the geographical entities).

It is quite obvious that the real world evolves without any direct link to the working scale.
However, on a small scale support, the objects are generally not so numerous and we work
more on the long time scales than on the daily time scale. Certainly, the question posed is to
find how the authorities can manage the different time scales on the basis of individual data
bases?

In the case of the GIS for urban management, the updating of individual information must be
performed daily (cadastre, networks…). This updating is only possible if the town has the
data, the human means and masters (sometimes under license with institutional suppliers),
the procedures for updating them. But what about the data bases that are bought, for which
the possibilities of updating are more complex ?

Are the time scales for updating data bases from the suppliers essentially compatible with
the time scales for action from the community ? It is on the intermediate territorial layers that
this question must be taken into account most seriously. You cannot expect to form a useful
data base if its progress does not adapt to the operational needs of the community.

The problem of refreshment time for data bases should be clearly posed, and this is
especially so in an urban environment with fast changes. It is one of the major obstacles for
the optimum use of the GIS tool. Few authorities bear in mind the pitfall, which is more
conceptual than technical, it has to store in it, for example, part of the data from the census
(with a time scale of 10 years), the images from remote detection with a yearly time scale,
the technical data with daily changes, etc. and ensure their consecutive changes.

The pertinence of the information linked to its "freshness" shall be even more so for ensuring
that the means for accessing the data accessible since downloading from computer
networks is going to growth quickly in the years to come. At this time, the ratio between
resident data and exported data and the management of their cohabitation shall undoubtedly
be one of the key elements for the reliability of the GIS.

Therefore GIS are today inescapable tools for urban management. Through the
47

development of geographical data bases, the progress in know-how and the improvement in
the tools and the methods, they are becoming more and more integrated within the
processes for urban studies and planning.

This progress may be summed up especially by the slide from a notion of UDB (Urban data
bank) towards that of UGIS (Urban geographical information system). However, the
complexity of the town and the integration in the territories with different scales is not yet
today taken into account fully in the urban GIS.

There is still a long way to go to optimise the contribution from these tools and a better
integration of the know-how from the experts in town planning with the possibilities ranging
from access to the information to processing analyses.

The road travelled in 30 years, and the speed-up in the last decade (for which the wealth of
this bibliography is part of the evidence) show that the subject created from the reflection
and methodology whose results may only come through a wish for more knowledge about
and management of the territories.
48

bibliography

AILLAUD V.
Que sont devenues les banques de données urbaines ? [What happened to urban data banks
?]]
in SIGAS, Vol. 2, n° 1, 1992.- pp.15-27

ASCHER F., BRAMS L. et al.


Les territoires du futur. [The territories of the future]]
Paris, DATAR/Editions de l'Aube, 1993.- 183 p.
CDU 27861

BOUET E.
La communication directe avec le SIG : l'expérience d'Issy-les-Moulineaux. in : ESRI '98 :
diffusion, expériences, données, cartographie, méthodologie. [Direct communication with the
GIS : the experience in Issy-les-Moulineaux". in : ESRI '98 : diffusion, experiments, data,
cartography, methodology]]
Paris, Hermès, 1998.- pp.31-35

CHEVALIER J.
Implantation d’un SIRS en milieu municipal : problème d’informatisation ou problème
d’organisation ? in : Actes du colloque : La géomatique, voir… à sa mesure. [Implementation of
an SIRS in a municipal environment : a problem of computerisation or a problem of
organisation ? in : Actes du colloque : La géomatique, voir… à sa mesure]]
Montréal, Association de géomatique municipale du Québec, nov. 1990

DIRECTION DE L'ARCHITECTURE ET DE L'URBANISME (DAU)


La composition urbaine ; note et essai bibliographique. [The urban composition]]
Paris-La Défense, MELTT / DAU / CDU, 1996.- 84 p.
CDU 33870

DAULL B.
Editorial
in Génie Urbain n° 397, mai 1993.- pp.3
CDU

DICKINSON H., CLAKINS H.


The economic evaluation of implementing a GIS
in IJGIS, Vol. 2, n° 4, 1988.- pp.307-327
IGN

DIDIER M.
Utilité et valeur de l'information géographique. [Utility and value of Geographical Information]]
Paris, Economica, 1991.- 255 p.
CDU 22694 ; IGN 58924

DIDIER M., BOUVEYRON C.


Guide économique et méthodologique des SIG. [Economic and methodological guide to GIS]]
Paris, Hermès, 1993.- 320 p.
CDU 28733
49

DoE
Handling geographic information. Report to the Secretary of State for the Environment of the
Committee of enquiry into the Handling of Geographic information, Chairman Lord Chorley,
HMSO
London, 1987.- 210 p.

DUPUY G.
L’informatisation des villes. [Computerisation of towns]]
Paris, PUF, 1992.- 127 p. (coll. Que sais-je n° 2701)
CDU 27123

EUROVISTA
Les SIG dans les collectivités territoriales. [The GIS in the territorial authorities]]
Paris, Nouvelles Editions Européennes, 1995

FOURNILLIER J.-M.
Problématique des villes françaises en matière de banques de données urbaines. [Problems in
French towns on the subject of urban data banks]]
in Actes du séminaire CNIG/AFI3G, Paris, 22-23 déc. 1989

GAUDEMAR J.-P. de
L'aménagement du territoire. in : Encyclopédie de la Géographie (Bailly, Ferras, Pumain, ed.).
[The planning of the territory]]
Paris, Economica, 1992.- pp.1023-1043
CDU 28167

HOUSSAY P.
Base-îlots IGN-INSEE. in : ESRI '98 : diffusion, expériences, données, cartographie,
méthodologie. [Base-blocks IGN-INSEE. in : ESRI '98 : diffusion, experments, data, cartography,
methodology]]
Paris, Hermès, 1998.- pp.117-124

IETI
Observatoire géomatique
Mâcon, IETI, 1998
IGN

JOLIVEAU T.
De la gestion à l'analyse des villes : un panorama des SIG urbains. in : Télédétection et
systèmes d'information urbains (C. Weber, F. Dureau, dir.). [From the management to the
analysis of towns : a panorama of the Urban GIS". in : Télédétection and systems of
information urban]]
Paris, Anthropos, 1995.- pp.29-39
CDU 32324

LACOUR C., PUISSANT S.


Géographie appliquée et science des territoires. in : Encyclopédie de la géographie, (Bailly,
Ferras, Pumain, ed.). [Applied geography and science of the territories]]
Paris, Economica, 1992.- pp.1003-1021
CDU 28167

MAGUIRE D.J.
An overview and definition of GIS. in : GIS : principles and applications (Goodchild, Maguire,
Rhind, ed.)
Londres, Longman, 1991.- pp.9-20

MARTIN D.
Optimizing census geography : the separation of collection and output geographies
in IJGIS, Vol. 7, n° 12, 1998.- pp.673-685
50

IGN

NIJKAMP P., SCHOLTEN H.J.


Spatial information systems : design, modelling and use in planning
in IJGIS, Vol. 7, n° 1, 1993.- pp.85-96
IGN

PROUZET M., HERNANDEZ A.


Du difficile ajustement des systèmes d'information aux besoins des gestionnaires urbains. in :
Télédétection et systèmes d'information urbains (C. Weber, F. Dureau, dir.). [From the difficult
adjustment of the information systems to the needs of the urban administrators]]
Paris, Anthropos, 1995.- pp.41-54
CDU 32324 ; IGN 63979

ROUET P.
Les SIG et MERISE questions de méthode. [The GIS and Merise questions of method]]
in SIGAS, Vol. 1, n° 2, 1991.- pp.153-179

WACHTER S.
Institutions et enjeux pour l'aménagement des territoires. in : Entre l'Europe et la
décentralisation : les institutions territoriales françaises (J.-C. Nemery, S. Wachter, dir.).
[Institutions and stakes for the planning of the territories. in : Between Europe and
decentralisation : the French territorial institutions]]
Paris, DATAR/Editions de l'Aube, 1993.- pp.19-30
CDU 32774

WEBER C.
De la banque de données urbaines au SIGU. in : Télédétection et systèmes d'information
urbains (C. Weber, F. Dureau, dir.). [From the urban data bank to the UGIS]]
Paris, Anthropos, 1995.- pp.15-27
CDU 32324

WILCOX D.
Comment on the economic evaluation of implementing a GIS
in IJGIS, Vol. 4, n° 2, avril-juin 1990.- pp.203-210
IGN
51

SISTEMAS DE INFORMACIÓN
GEOGRÁFICA
para la gestión y el acondicionamiento urbano
NOTA DE SINTESIS
52

Este informe, «Sistemas de información geográfica», ha sido realizado a la demanda del Centre de
1
documentation de l’urbanisme (CDU) por :
2
Anne BERRY (Institut géographique national) , bibliografía,
y Philippe MIELLET (EDATER), nota de síntesis,
3
bajo la dirección de Claude ECOBICHON (Conseil général des ponts et chaussées)

con el asesoramiento de :
Michel BERNARD (Siage Conseil),
Georges BERTRAND (Urbatique),
Yves BONIN, Serge BONNET y Jean-Pierre DUCUING (Institut géographique national),
Patrice BOURSIER (Universidad La Rochelle, LRI),
Laurent COUDERCY (Centre d’études sur les réseaux, les transports,
4
l’urbanisme et les constructions publiques) ,
André DEL (Escuela de arquitectura de Paris-Conflans),
5
Christiane HORTEFEUX (Conseil national de l’information géographique) ,
Claude SOIROT (Créations conseils services),
6
Christiane WEBER (Institut de géographie, Laboratoire Images et villes) .

Coordinación : Françoise PORCHET (CDU)

La nota de síntesis presenta primero una serie de elementos de la historia de las bases de datos
urbanos para entender las problemáticas actuales de los sistemas de información geográfica. Un
enfoque de ejes temáticos y metodológicos resume luego los interrogantes planteados por el recurso
a los sistemas de información geográfica en la temática urbana.

La bibliografía es la consecuencia de la «orientación bibliográfica» editada por el CDU en 1992 bajo el


mismo título. No es exhaustiva y tiene en cuenta esencialmente las obras y artículos publicados en el
transcurso de los cinco últimos años. Las referencias señaladas proceden de diferentes fuentes :
- consulta de Urbadisc, de Urbamet, de Francis y de Pascal ;
- consulta de los fondos documentales del Centre de documentation de l’urbanisme (CDU), del centro
de documentación del Institut géographique national (IGN), de la biblioteca de la Ecole supérieure des
7
travaux publiques, de la construction et de l’industrie (ESTB) , de la biblioteca del Institut français
8
d’urbanisme (IFU) , de la documentación del Centre d’études sur les réseaux, les transports,
l’urbanisme et les constructions publiques (CERTU) y de la documentación del Ordre des géometres-
9
experts ;
- análisis de las revistas y actas de congresos, coloquios...

Las referencias, según su origen, no siempre llevan un resumen adjunto. Están clasificadas, utilizando
todos los documentos, por orden cronológico inverso, de las más recientes a las primeras. Para
ayudar en la comprensión de determinados títulos de idioma extranjero, Anne BERRY ha propuesto
una traducción entre corchetes.
A los documentos señalados puede accederse a través de los organismos citados al final de la obra.

1
CDU : Centro de documentación del urbanismo.
2
IGN : Instituto geográfico nacional.
3
CGPC : Consejo general de puentes y calzadas.
4
CERTU : Centro de estudios sobre las redes, los transportes, el urbanismo y las construcciones públicas.
5
CNIG : Consejo nacional de información geográfica.
6
Instituto de geografía, Laboratorio Images et villes.
7
ESTB : Escuela superior de obras públicas, de la construcción y de la industria.
8
IFU : Instituto francés de urbanismo.
9
Colegio de geómetros peritos.
53

índice

SISTEMAS DE INFORMACION GEOGRAFICA


para la gestión y el acondicionamiento urbano
nota de síntesis

INTRODUCCION

DE LAS BDU A LOS SIG URBANOS


Las experiencias de las bases de datos urbanos (BDU)
Difusión de los SIG en entorno urbano
Evoluciones actuales de los SIG en entorno urbano

¿QUE LUGAR PARA EL SIG


EN EL ACONDICIONAMIENTO URBANO?
Implantación de los SIG en entorno urbano
SIG y nivel de aprehensión del territorio urbano
Escalas de los proyectos de acondicionamiento urbano
y escalas de los datos geográficos
Los territorios descritos para el acondicionamiento
¿son compatibles con los construidos en un SIG?
Tiempo y espacio de las bases de datos
y necesidades de las colectividades

BIBLIOGRAFIA

ГЕОГРАФИЧЕСКИЕ ИНФОРМАЦИОННЫЕ СИСТЕМЫ


для управления благоустройства городской среды
АНАЛИЕИУЕСКАЯ ЗАЛИСКА

SISTEMAS DE INFORMACION GEOGRAFICA


aspectos econуmicos, jurнdicos y de organizaciуn
y aplicaciones de acondicionamiento y de urbanismo
bibliografía
54

introduccíon

El crecimiento urbano implica la multiplicación de las informaciones que describen el


territorio urbano y a las personas que habitan dicho territorio : localización de las
actividades, de los medios de transporte, de los equipamientos... gestión territorial y del
patrimonio, etc.

El conjunto de estas informaciones se refiere, de un modo u otro, a un atributo de


localización, ya sea accesible bajo la forma de identificación precisa o bajo la forma de una
agregación disponible según parcelamientos predeterminados. Su visualización bajo la
forma de planos o de mapas sigue siendo una de las formas más simples de entender estas
informaciones.

Este doble imperativo de gestión de una información de complejidad creciente y de


visualización territorial de su extensión y de su dinámica impone un procedimiento de
racionalización del almacenamiento y del acceso a los datos locales.

Actualmente, desde hace ya más de 15 años, una de las mejores posibilidades para
organizar la información técnica y social de la ciudad es el Sistema de información
geográfica (SIG).

¿Qué es un SIG?

La multiplicación de los enfoques de elaboración y de tratamiento de la información


geográfica supone una abundancia de instrumentos capaces de estructurarla y de tratarla,
agrupados por razones de comodidad bajo la abreviatura SIG.

De hecho, una definición simple presenta un SIG como «un sistema para la recolecta, el
almacenamiento, la verificación, manipulación, análisis y restitución de datos espacialmente
referenciados en la superficie de la Tierra» (DoE, 1987).

Sin embargo, aún persisten equívocos sobre la definición estricta de los SIG. Estos
equívocos se deben, esencialmente, al hecho de que el vocablo designa al mismo tiempo :
- el concepto de cadena de tratamiento de la información geográfica numérica,
- las herramientas informáticas que permiten instrumentarla,
- y las aplicaciones que se construyen con dicho instrumento.
15
Estos diferentes puntos de vista originan definiciones múltiples que sería fastidioso
describir aquí, pero es preciso señalar que el más pequeño denominador común suele ser,
de manera un poco reductora, la herramienta informática.

Un SIG es, en primer lugar, un Sistema de Información (SI) cuyo objeto es describir un
territorio de tal manera que se mejore su conocimiento y que se permita la descripción y el
análisis de los fenómenos naturales o humanos que en él se producen.

15
Al respecto, véase un panel variado de definiciones en MAGUIRE, 1991.
55

¿El SIG en el cruce de los oficios de la ciudad?

Por una uniformización de los modos de manipulación de la información geográfica (al


mismo tiempo en las herramientas y en los modos de tratamiento), la tendencia actual es
agrupar bajo el nombre de SIG un determinado número de métodos y de ámbitos de
aplicación, especialmente en el análisis urbano, sin buscar a discernir especialmente los
intereses y los inconvenientes de tal amalgama.

El postulado de los SIG, instrumentos federadores de los enfoques de tratamiento de los


datos geográficos, se analiza ampliamente en la literatura bajo diferentes formas y, como lo
subraya Shepherd (1991) : «por medio de la integración de datos, que eran anteriormente
del ámbito de especialistas de disciplinas individuales, debe alentarse una perspectiva
multidisciplinaria para resolver los problemas geográficos».

Sin embargo, en la realidad las diferentes disciplinas siguen dando prioridad a sus datos
«naturales» y sus métodos de tratamientos asociados, lo que origina una determinada
«parcelación» del saber en términos de análisis urbano (DAU, 1996). La innovación es aún
demasiado reciente para haber modificado profundamente los métodos de análisis de cada
uno.

En el cruce de los caminos de numerosas disciplinas, los SIG concentran modos de


descripción y de formalización del espacio muy diferentes, especialmente en medios
complejos, como la gestión y el análisis urbano.

Dominar los SIG y lograr una definición de métodos de análisis sólidos implica ser capaz de
asimilar una parte de los lenguajes diferentes y de sus conceptos asociados de tal forma
que se pueda dialogar en un verdadero enfoque multidisciplinario pero, sobre todo, estar en
condiciones de formalizar las cuestiones en un lenguaje compatible con los diferentes
componentes del sistema de información.

La multiplicidad de los interventores y de las capacidades profesionales en el entorno


urbano hace que el tema de la importancia de los SIG a él aplicadas sea demasiado amplio
para ser resumido en el conjunto de sus componentes (y la riqueza de esta bibliografía es la
prueba).

Algunos temas de utilización de los SIG en entorno urbano se tratan aquí, especialmente
bajo el aspecto de la gestión técnica de la ciudad (con una síntesis de las lógicas de
implantación de las Bases de datos urbanos) y luego más bien sobre conceptos de
acondicionamiento «supramunicipal». Está claro que esta elección no es restrictiva de los
campos de utilización de los SIG en entorno urbano sino que representa más bien una
acentuación de algunas de estas facetas.

Esta síntesis se pronuncia conscientemente por establecer una reseña histórica de las
condiciones de desarrollo de estos métodos e instrumentos en entorno urbano y luego
propone algunos puntos de reflexión más metodológicos que pueden aplicarse a las
problemáticas del acondicionamiento de estos territorios.
56

DE LAS BDU A LOS SIG URBANOS

LAS EXPERIENCIAS DE LAS BASES DE DATOS


URBANOS (BDU)

El desarrollo del sector particular de la gestión de los datos urbanos debe, antes que nada,
ser situado en relación con una evolución más general que es la informatización de las
ciudades. El desarrollo del proceso de adquisición y de restitución de los datos geográficos
de la colectividad urbana no forma parte de los ejes originales del desarrollo de la
informática urbana. Estos procesos ser concentraron primero en el cómputo por un lado y
en las telecomunicaciones por el otro lado. Las primeras aplicaciones informáticas trataban
generalmente de elaborar archivos electorales, nóminas para los empleados, etc.

Sólo algunos poderes locales inscribieron en sus primeros programas informáticos lo que en
aquella época sólo era una gestión automática de los planos. Estas orientaciones primeras
tuvieron manifiestamente un papel director sobre la elaboración y la utilización de los datos
estructurados a nivel local en las ciudades.

En los años 1980 se produjo manifiestamente una evolución fundamental de las prioridades
así como el inicio real de numerosas aplicaciones urbanas. Más allá de las funciones de
gestión urbana (saneamiento, alumbrado público, evacuación de residuos, etc.) aparecieron
otros retos. G. Dupuy (1992) diferencia tres de ellos : «el servicio rendido al ciudadano, la
economía del sistema, la reorganización territorial». Sin lugar a dudas en este enfoque se
inscriben las nuevas acciones emprendidas en torno a los SIG. Sin embargo, la importancia
de las realizaciones anteriores, los fracasos antiguos, las culturas de equipo, etc.
desempeñan aún un papel importante en la orientación y la utilización práctica de estos
sistemas. No se puede hablar hoy de tendencias en la utilización de los SIG en el espacio
urbano sin tener en cuenta las huellas del pasado.

De manera significativa, designaremos por Base de datos urbanos (BDU) «el


almacenamiento de una cantidad imprecisa de datos en un mismo lugar, la transformación
de esta información en datos utilizables y la puesta a disposición de las mismas para un
ámbito de aplicación específico : la ciudad» (Alliaud, 1992).

Puede ser interesante aquí hablar de los grandes períodos de desarrollo de estas bases de
datos urbanos, ubicarlas en relación con las capacidades metodológicas y técnicas así
como en relación con la evolución de las necesidades en el transcurso de los veinte últimos
años, con el fin de entender mejor la situación actual.

Años 70

Los precursores de las BDU son poco numerosos. Algunas ciudades empezaron la
implantación de un sistema informatizado utilizando la información local a partir del principio
de los años 70. Paradójicamente estas experiencias sirvieron al mismo tiempo de test para
la factibilidad de las BDU (la mayoría de las creaciones recientes han tenido en cuenta estas
57

experiencias pioneras) y de «cobayas» para los que pudieron, a veces a justo título, dudar
de su utilidad en función de los primeros resultados.

París tuvo una de las primeras BDU francesas. Creada en 1969 por iniciativa del APUR
(Taller Parisino de Urbanismo) y del AURP (Instituto para el acondicionamiento y el
16
urbanismo de la Región Parisina) contenía, entre otras, las informaciones referentes a la
edificación, el archivo parcelario de la ciudad e informaciones estadísticas del INSEE.

Estos años de implantación estuvieron jalonados por cuatro otras experiencias de gran
relevancia :

- El catastro subterráneo de la ciudad de Lille


Fue preciso crear la información geográfica de referencia (levantamiento de los trazados de
las calles y traslado hacia los planos concesionarios) de escala 1:200. La introducción de
1.800 km de vías necesitó... 15 años. El ejemplo de Lille forma parte de las experiencias
difíciles que sufrieron por la posición pionera que tuvieron. En 1987 la Comunidad urbana de
Lille inició la introducción del plan de gestión parcelaria prevista hasta 1995, año que vio (23
años después del inicio) el final de la implantación de las estructuras topográficas de base.

- El levantamiento catastral y el complemento topográfico de la ciudad de Marsella


La implantación de la BDU data de 1972, una de las primeras realizadas, y la introducción
de datos del catastro se inició en 1973. Este catastro fue objeto de una convención con la
Dirección general de los impuestos en 1991. El primer plano topográfico de escala 1:200 se
editó en color (una hazaña para la época) en 1978. La experiencia de Marsella fue
seguramente uno de los ejemplos logrados de la implantación de una BDU de gran
magnitud. La base sigue teniendo «vida» y se enriquece regularmente con nuevas
aplicaciones.

- La realización, por parte de la Dirección general de los impuestos, de los primeros


catastros informáticos de las ciudades de París, Lyon, St-Etienne, Burdeos,
Montbéliard
Estos programas, finalizados en medio de los años 1980, son la prefiguración del
lanzamiento, en 1991, del PCI (Plan catastral informatizado) sobre el conjunto del territorio y
17
para una duración inicialmente prevista de 30 años .

- Los ensayos de implantación del RGU (Censo general urbano) en las grandes
ciudades
Estos ensayos se integraban en un amplio plan interadministraciones cuyo objetivo era
elaborar en los municipios un RGU (Repertorio geográfico urbano), que debía ser
completado inicialmente con un RGP (Censo geográfico de las parcelas) y un repertorio de
18
las vías (repertorio RIVOLI ). El RGU fue implantado en numerosos municipios. El INSEE
(Instituto nacional de estadística) intentó poner a punto una serie de herramientas
específicas para intentar utilizar los datos estadísticos, en coordinación con el RGU. Para
los censos de 1975 y de 1982 se hicieron intentos de utilización de estas parcelas pero no
fueron concluyentes. Además, la mayoría de los RGU sufrieron rápidamente de la ausencia
de actualización, con informaciones en adelante incompletas.

Otras ciudades o comunidades urbanas, como Lyon o Toulouse, se inscriben en este


enfoque. Es importante entender el contexto en el que se sitúan estas experiencias. Los
primeros años de la década de los 1970 están marcados por numerosas operaciones

16
Actualmente el IAURIF (Instituto para el acondicionamiento y el urbanismo de la Región «Ile-de-France»).
17
Programa actualmente en vías de acondicionamiento con el proyecto de puesta a disposición, por parte de la
Dirección general de los impuestos (DGI), de las láminas digitalizadas de los planos catastrales.
18
RIVOLI sólo es actualmente un nombre de código en el archivo FANTOIR.
58

realizadas, a veces sin real concertación, por actores diferentes que intentan crear una
información geográfica de referencia. Sin entrar en los detalles, recordemos la creación del
repertorio informático de las calles y lugares (FINATO y luego RIVOLI) creado en 1971 por
la Dirección general de los impuestos ; el RGU (citado arriba) se inicia bajo la égida de
varios ministerios y del INSEE en 1973 y se crean grandes archivos estadísticos nacionales,
como el archivo SIRENE.

La preocupación de la época no es temática sino técnica. La informatización se percibe


como una posibilidad de automatización y de aceleración de los trabajos repetitivos o
fastidiosos. Por esta razón, los objetivos iniciales se limitan principalmente a una óptica de
reducción del tiempo de búsqueda, de actualización o de elaboración de planos. Debemos
anotar al respecto que las primeras BDU fueron confiadas en su mayor parte a los
departamentos informáticos y a los departamentos de planos. Estos elementos,
aparentemente anecdóticos, explican en parte las selecciones principales realizadas hace
veinte años. Los datos de referencia (tipos, escalas, precisión, referencial geográfico
especialmente) así como los tipos de aplicación (al principio bastante alejada de las
nociones de acondicionamiento del territorio urbano) fueron propuestos a partir de estas
orientaciones.

Las lecciones sacas de este período son al mismo tiempo coyunturales y estructurales.
Coyunturales primero, ya que no podrían explicarse las dificultades mayores (retraso y
desbordamiento de los presupuestos entre otras) encontradas por estas ciudades pioneras
sin situarlas en relación con el entorno técnico de la época. La falta de eficiencia de las
herramientas de entonces, la insuficiencia de herramientas adaptadas para la introducción
de datos, la carencia de personal cualificado, etc. tuvieron un papel importante en el
desarrollo de estas experiencias sin que sean, aún así, el origen exclusivo de sus
dificultades.

Años 1980-1990

Se trata de un período de transición durante el que algunas de las BDU pioneras continúan
su base y la fortalecen (como París y Marsella) mientras que otras inician una evolución
hacia la elaboración de nuevas bases. La base de datos de referencia es entonces
esencialmente el plano de los trazados de las calles de escala 1:200 (Grenoble, Valence...).
La orientación cambia esencialmente hacia una elaboración de planos de referencia para el
conocimiento y las obras en las redes enterradas. Un ejemplo de esta orientación la da la
BDU de Toulouse, implantada en 1984, con plano de escala 1:200 terminado en 1989.

Le evolución del material informático permitía más fácilmente la modernización de la


fabricación de planos y de aplicaciones del tipo CAD (diseño asistido por ordenador). Las
aplicaciones de estas BDU se orientan esencialmente hacia el suministro de datos de
gestión destinados a los departamentos técnicos y no hacia la implantación de un verdadero
sistema de información para la colectividad. El acondicionamiento urbano se entiende
primero en su dimensión técnica y la información localizada se convierte en base del plano.

En la práctica «parece que estas intervenciones en el espacio urbano se reducen con


frecuencia a la gestión, es decir, a un proceso de cálculo guiado por exigencias de
rentabilidad. De idéntica manera, las BDU se convierten en un instrumento de gestión
urbana en el sentido más estricto de la palabra. La ciudad, integrada según una BDU
municipal, ¿no aparece acaso como un objeto de gestión en lugar de un lugar y una entidad
portadora de proyectos de diversa índole?» (Aillaud, 1992).
59

Pero se trata de un período de transición a partir del que aparecerán nuevas


preocupaciones, acompañadas por progresos informáticos notorios y, especialmente, la
llegada de los primeros SIG estándares en Europa y en Francia.

Años 1990-1998

Uno de los elementos notables de este período es la aceleración de la difusión de las


metodologías de tratamiento de la información geográfica dentro de los diferentes niveles de
los poderes locales y también de los servicios del estado, especialmente debido al
desarrollo de la microinformática.

Las bases de datos urbanos ya no se limitan a las ciudades más importantes (aunque la
tendencia de equipamiento siga aún muy de cerca el tamaño de la ciudad, consultar Infra).
Para numerosos especialistas está claro en adelante que «el reto para la década venidera
será permitir que las ciudades de tamaño mediano y pequeño accedan en su mayoría a SIG
que respondan a sus necesidades por un precio razonable (y que pasen así) de la
experimentación y de la innovación a la gestión industrializada de las informaciones
geográficas» (Daull, 1992).

El segundo elemento importante es sin lugar a dudas la conjunción cada vez más
pronunciada entre la base de datos para la gestión y el acondicionamiento con la decisión
estratégica (consultar infra).

En estos últimos años también se produce el desarrollo rápido de las bases de datos
numéricos accesibles directamente ante proveedores como el IGN, Michelin, SPOT Image,
por ejemplo. Más allá de las informaciones de las subdivisiones administrativas, la
multiplicación de las bases de informaciones viales, incluso de las calles en medio
intraurbano, de ocupación del suelo o la facilidad de acceso a los datos socioeconómicos
modifican considerablemente las prácticas de los responsables de gestión y del
acondicionamiento urbano.

Finalmente, la evolución de las mentalidades en lo referente a la informática tiende a


permitir cada vez más interacciones entre diferentes propietarios de informaciones sobre la
ciudad y permite sinergías más fuertes entre los poderes locales y los servicios del estado, a
veces en torno al SIG (o gracias a él) que se convierte en este caso en un instrumento de
mediación territorial.

DIFUSION DE LOS SIG EN ENTORNO URBANO

La evolución de los SIG en las colectividades urbanas es aún de difícil evaluación con
precisión. Numerosos estudios intentan proporcionar regularmente un estado de la difusión
en este sector de mercado de gran futuro. Los resultados son necesariamente parciales ya
que, en período de transición, numerosas ciudades evolucionan actualmente migrando, por
ejemplo, de un sistema del tipo CAD/DAO hacia softwares del tipo SIG. En esta situación
sólo pueden entresacarse algunas tendencias.

La situación actual es el resultado del período de transición de estos últimos años. Las
relaciones inversamente proporcionales entre el tamaño de las colectividades y su nivel de
equipamiento son fragantes. Los elementos procedentes del Observatorio Geográfico (IETI,
60

1998) muestran que el 77 % de las ciudades de más de 100.000 habitantes están


equipadas actualmente con software del tipo SIG, CAD o de cartografía. Esta cifra
disminuye, de forma evidente y rápida, en función del tamaño de las ciudades
(aproximadamente el 64 % de las ciudades de tamaño entre 50.000 y 100.000 habitantes y
aproximadamente el 16 % de las ciudades entre 10.000 y 50.000 habitantes, etc.).

También ha de anotarse que la casi totalidad de las ciudades nuevas y de las comunidades
urbanas están actualmente equipadas con tales herramientas.

Es evidente que estas cifras tienen una evolución bastante rápida, especialmente en lo
referente a las ciudades medias. Debe anotarse además que los principales obstáculos
mencionados por los responsables de los departamentos (indiferentemente del tamaño de
las ciudades) son, en este orden, financieros, luego de organización, mientras que le factor
técnico sólo aparece en último lugar, prueba de una evolución rápida desde hace algunos
años (Eurovista, 1995).

Las pequeñas ciudades aún tienen dudas en lo referente a la metodología (el 6 %


aproximadamente de los municipios que tienen entre 5.000 y 10.000 habitantes están
equipadas, según el cómputo IETI). En ellas encontramos procedimientos de implantación
de SIG pero en su mayoría se realizan con asociados locales (como los geómetros). Por
esta razón, es extremadamente difícil tener una visión global, sobre todo cuando se trata
esencialmente de aplicaciones temáticas únicas, elaboradas en un microordenador en modo
interno.

Está claro, sin embargo, que este mercado, en una óptica de aplicación de ayuda al
acondicionamiento, es esencial. En espacios reducidos, con problemas de organización en
principio menos complejos que en el caso de grandes unidades urbanas, es posible
desarrollar SIG operacionales en conjunción con herramientas de gestión territorial o de
gestión del patrimonio por ejemplo, cuya escala de datos sea compatible con una toma de
decisión para el acondicionamiento del territorio.

La tendencia general se pronuncia, por consiguiente, en favor de una extensión fuerte de


los SIG en los poderes locales urbanos. Inscritos a veces en la continuidad de los esfuerzos
antiguos en torno a las primeras BDU, los desarrollos nuevos cuentan con las enseñanzas
nacidas de las experiencias pasadas. El concepto mismo de Base de datos está en plena
transformación y se enriquece con un procedimiento de implantación de aplicaciones
precisas y temáticas que responden a las necesidades de usuarios diversos. La conjunción
de esta demanda de aplicaciones diversificadas, que mezcla la gestión y la decisión de
acondicionamiento, con la madurez de los SIG como modo de estructuración y de
tratamiento de la información geográfica, permite la implantación de BDU/SIG en los que la
orientación de análisis de los territorios urbanos ocupa un lugar importante.

EVOLUCIONES ACTUALES DE LOS SIG


EN ENTORNO URBANO

De la gestión al acondicionamiento urbano

« La descentralización ha trasladado a los municipios la responsabilidad de la planificación,


de la ocupación del suelo y del acondicionamiento operacional. El estado queda como
garante de los grandes equilibrios y del pilotaje de proyectos de interés general. Por vía de
61

consecuencia, asistimos a una diversificación y a una multiplicación de las entidades


promotoras así como a una nueva expresión de las necesidades, o a la aparición de nuevas
necesidades » (Wolf, 1993).

El mismo autor subraya a justo título las modificaciones del entorno económico y
tecnológico que explican en parte la evolución de las demandas y de las mentalidades.
Entre estas características, la necesidad de una planificación más flexible y más modular en
período de crecimiento económico bajo, la toma en cuenta de la demanda en función de los
adelantos tecnológicos, la gestión del medio ambiente como una necesidad y la voluntad de
preservar lo existente. El cambio fundamental que se produce está vinculado con la
comprensión por parte de un determinado número de dirigentes de que la «necesidad
prioritaria no es ya la elaboración de planos precisos para realizar obras sino la implantación
de instrumentos de gestión de los datos urbanos» (Fournillier, 1989).

Por una conjunción afortunada, la irrupción de instrumentos de gestión de datos que


proponen funciones de tratamiento muy superiores a los instrumentos de las décadas
precedentes se produce en el mercado francés a partir del año 1985. Las BDU se orientan
entonces de manera nueva, intentando combinar las funciones anteriores (necesarias y
útiles para la gestión) con funciones de análisis que sólo los SIG posibilitan. De este modo
«es interesante anotar que los Sistemas de información urbanos recientes están más
orientados hacia finalidades prospectivas, proyecto urbano para Sélestat, base de datos
micro-geográficos para el acondicionamiento de Le Havre, que los que se iniciaron en los
años 1970» (Weber, 1995).

Una de las funciones del SIG urbano será entonces, después de la administración de los
servicios urbanos, la elaboración de observatorios temáticos. «Los observatorios
desarrollados en el marco de las BDU son instrumentos de conocimiento externo que deben
responder a objetivos que sobrepasan la responsabilidad específica del gestor del
territorio... (a este título se trata de) instrumentos de toma en cuenta del contexto, del medio
ambiente, de la gestión municipal. Constituyen una tendencia importante de los SIG
urbanos» (Joliveau, 1995).

Un buen ejemplo de esta evolución nos lo presenta la BDU de la Comunidad urbana de


Lyon que inicia en 1985 un estudio de factibilidad de gran magnitud, para la implantación de
una BDU «nueva fórmula» desde 1987. La elección de un software claramente integrado
como un instrumento SIG muestra la determinación para inscribirse en un procedimiento
«multiusuarios», en plena evolución en relación con las BDU orientadas sólo hacia la
gestión.

El ejemplo de Lyon pone de manifiesto cómo los procedimientos de gestión y de análisis


pueden cohabitar en un mismo proyecto. El análisis pormenorizado de las fases de
elaboración muestran que después de la elaboración de los datos de base (especialmente
catastrales) y del desarrollo de las aplicaciones de gestión (alumbrado público, Plan de
ocupación de los suelos (POS), árboles de alineamiento, etc.), una segunda fase inscrita en
el esquema director informático de 1992 integra numerosas orientaciones de
acondicionamiento : observatorio inmobiliario y territorial, observatorio ecológico urbano,
gestión de los enclaves de acogida de las empresas.

Estas nuevas posibilidades, vinculadas en parte a nuevos enfoques de software inherentes


a los SIG, originan además el verdadero lanzamiento de numerosas BDU en los años 1989-
1991 y la aparición de nuevas tendencias, la mayoría compatibles con una evolución hacia
la utilización de datos de gestión y de toma de decisión estratégica.

Un ejemplo de estas BDU polivalentes es el de la comunidad urbana de Brest. Desde 1989,


los objetivos de desarrollo económico y territorial para la ciudad (incluyendo preocupaciones
62

de gran importancia en lo referente al medio ambiente) predisponían la BDU a una


orientación hacia el análisis. Sus datos de base son un conjunto de informaciones sobre
fondos catastrales o topográficos a escala 1:5.000. El software elegido es resueltamente un
SIG estándar del mercado y rompe con una tradición de productos híbridos internos, con
frecuencia inadaptados a las necesidades. Esta elección está en parte justificada debido a
que la preocupación de localización precisa (del tipo fotogrametría) no forma parte de los
imperativos.

Las primeras utilizaciones muestran una orientación resueltamente tendente a la temática,


con cartografías del censo en islotes, el censo del patrimonio histórico o los planos de
paisaje. La aplicación de localización de las empresas con dirección postal en el territorio del
municipio es uno de los ejemplos típicos de las preocupaciones y de las aplicaciones que
emergen actualmente en las ciudades, para las que las BDU están en adelante preparadas
con los fines de ayuda a la decisión, basada en verdaderos SIG.

En el espacio de una década, la vocación misma de las BDU se ha transformado. Las


implicaciones mayores son, primero, la evolución de la escala de referencia. El plano del
trazado de la calle ya no es algo de paso obligado y las escalas elegidas son, con
frecuencia, mucho más compatibles con el trabajo de los desarrolladores o de los
urbanistas. Esta evolución puede tener una incidencia importante en las duraciones y los
costos de constitución de los datos y es probable que las decenas de años de introducción
de datos necesarias hace veinte años para constituir el fondo numérico de referencia ya no
sean sino un desafortunado efecto precursor.

«La comunicación directa con los SIG» 19

La multiplicación de las aplicaciones posibles conduce a los gestores de SIG urbanos a


poner los datos a la disposición de numerosos departamentos o entidades asociadas.
Primero limitada a los departamentos de informática, y luego a los topográficos, la
información hoy se comparte con numerosos otros usuarios (red vial, espacios verdes,
desarrollo económico, etc.) y desde hace poco tiempo con los ciudadanos.

El conocimiento y la gestión de la ciudad se inscriben actualmente muy directamente en las


evoluciones del contexto de la sociedad de la información. Es interesante anotar que las
ciudades en la punta para la puesta a disposición de informaciones destinadas a sus
servicios técnicos y a su población, utilizan con frecuencia el SIG como uno de los vectores
de acceso a los recursos. Es el caso, por ejemplo, de Issy-les-Moulineaux que ha promovido
en 1996 el SIG como uno de los vectores de su «Plan local de la información» (Bouet,
1998). De este modo, desde el año 1997, el público tiene acceso a los datos catastrales
públicos, a la fotografía aérea de la ciudad así como a un determinado número de
informaciones técnicas útiles.

La «puesta en imagen de la ciudad» utilizando el SIG permite asegurar una función de


«mediación», especialmente en las presentaciones por parte del personal electo de los
proyectos en fase de tramitación y también permite la sensibilización al territorio urbano ante
la población en general : a través de acciones pedagógicas, ante las escuelas o en
conferencias públicas.

Esta evolución de algunas bases de datos urbanos muestra sin lugar a dudas que se está
alcanzado una fase de madurez en el dominio de la información geográfica. De un

19
Este título es un «préstamo» de Eliane Bouet (1998).
63

instrumento esencialmente técnico, el SIG pasa a ser en vector de comunicación para la


ciudad y valoriza el trabajo técnico de constitución y de actualización de la información.
64

¿ QUE LUGAR PARA EL SIG


EN EL ACONDICIONAMIENTO URBANO ?

IMPLANTACION DE LOS SIG EN ENTORNO URBANO

Si consideramos la literatura francesa y extranjera de estos últimos años sobre la


implantación de los SIG, especialmente en entorno urbano, encontramos algunos temas
recurrentes : análisis costes-beneficios de los SIG, escollos institucionales, problema de
implantación, etc. Estas orientaciones han acaparado gran parte de la energía de los
especialistas y revelan obstáculos que aún no están totalmente resueltos y cuya existencia
está vinculada, seguramente, con problemas más generales, desafortunadamente en su
mayor parte ocultos, como la validez de las bases de datos por sí mismas.

Hasta principios de los años 1990, los retos de la difusión de la información geográfica y de
los SIG en las colectividades territoriales y/o los servicios del estado se percibieron primero
como relacionados con la informatización de métodos de trabajo en un entorno de evolución
lenta. Así pudo afirmarse, sin duda de manera provocadora, que «las colectividades locales
francesas no buscaban, salvo raras excepciones, las conmociones organizacionales. El
personal electo no tenía verdaderamente consciencia de los retos de la informática. El
personal se apropia de la herramienta informática de manera muy paulatina» (Dupuy, 1992).

El realce de los escollos organizacionales, cuya consecuencia puede llegar hasta el fracaso
de la introducción de la innovación, provocó intentos de formalización de métodos de
implantación de los SIG. En su mayoría nacidos de las teorías de implantación de los
sistemas de informaciones, se utilizan con frecuencia en las colectividades. Se trata
generalmente de las adaptaciones del método MERISE (Rouet, 1991). La ventaja de estos
procedimientos ha sido demostrar la importancia de los estudios estructurados y completos
previos a cualquier realización. Al poner de realce de manera formalizada la complejidad
debida a la estructuración de la información geográfica en un contexto operacional, ofrecen
un soporte de reflexión sobre las posibilidades de transferencia de conocimiento de la
investigación fundamental hacia la aplicación.

En otro aspecto, con frecuencia ponen de manifiesto bloqueos institucionales vinculados


con la detención de informaciones de orden local. En este caso también, y antes incluso de
que se produzca la mínima realización de aplicación, debe modificarse el discurso teórico de
un acceso a los datos en plena evolución. Ya que, aunque las bases de datos se
multipliquen, son los hombres los que fijan las modalidades de difusión de las mismas.

A pesar del lado positivo que tiene la puesta en perspectiva de un determinado número de
elementos importantes, algunos de ellos mencionados arriba, generalmente se puede
admitir que la transposición de los métodos de análisis de implantación de los SIG nacidos
de ámbitos fundamentalmente diferentes (implantación de una estructura bancaria,
escritura de un software, etc.) encuentra límites cuando se tratan cadenas de tratamiento de
la información geográfica numérica. Una gran parte de la dificultad de implantación de
procedimientos coherentes está relacionada con la multiplicidad de las demandas en torno a
una herramienta que, aunque en un primer enfoque parezca homogénea, desarma
protocolos demasiado unívocos por su complejidad y la heterogeneidad de los resultados
65

que de ella podemos esperar. Por esta razón, la implantación de gran magnitud necesita la
definición de fases de análisis previamente consecuentes.

El análisis costo-beneficio de la utilización de la información numérica es uno de los otros


retos que movilizan las energías sin que, sin embargo, haya sido resuelto (consultar el
capítulo de la bibliografía). Este tipo de interrogantes toma realmente consistencia hace
unos años, al mismo tiempo ante la amplitud de los costos de estructuración de la
información y a raíz de fracasos de implantación de sistemas de informaciones espaciales
cuyo balance de los costos invertidos comparados con los beneficios de la aplicación,
resulta negativo. Se hacen algunas intentos para formalizar principios de evaluación
económica de la introducción de lo numérico en el tratamiento de las informaciones locales.
Primero realizados en Estados Unidos (Dickinson y Calkins, 1988), este tipo de estudios
encuentra eco en Francia con la publicación de varias obras (Didier, 1990 ; Didier y
Bouveyron, 1993).

Aunque estos intentos hayan aportado, sin lugar a dudas, nuevos elementos de
comprensión del ámbito, debe constatarse, con unos años de experiencia, que estos
intentos siguen incompletos debido a su carácter demasiado teórico o demasiado
20
incompleto para poder constituir una base precisa de evaluación (Wilcox, 1990) . Una vez
más, la información geográfica se resiste a una formalización robusta de los principios de su
utilización. En el caso de los servicios públicos, el problema es complejo ya que el postulado
no es sólo el de la rentabilidad financiera sino también el de una entidad social, aún mal
percibida en nuestros días.

SIG Y NIVEL DE APREHENSION


DEL TERRITORIO URBANO

La apertura de los SIG urbanos a aplicaciones más temáticas que antes, ¿permite
considerar una mejora de los resultados operacionales nacidos de los tratamientos de la
información numérica? El principal escollo viene una vez más de los tipos de datos
disponibles en estas BDU «nueva fórmula». ¿Son diferentes de los de ayer? En caso
afirmativo ¿pueden ser utilizados en la toma de decisión estratégica?

M. Wolf (1993) subraya a justo título que los datos actualmente constituidos por las
ciudades son de tres naturalezas diferentes : los datos «naturales» (lugar, subsuelo,
exigencias del paisaje, etc.) cuya toma en cuenta es, con la preocupación medioambiental,
de paso obligado. Los datos «artificiales» que son todas las infraestructuras constituidas de
la ciudad. Los datos «inmateriales» que son, de hecho, los indicadores sobre los habitantes
de la ciudad.

El paso hacia lógicas de sistemas de información permite actualmente recolectar y


almacenar estos diferentes tipos de datos en un mismo entorno de trabajo. Sin embargo, las
prestaciones técnicas no son una garantía de utilización óptima. Y el especialista de las
temáticas urbanas se encuentra confrontado hoy día con los reajustes metodológicos
necesarios para combinar los datos «naturales» y los «inmateriales» en los análisis.

Las colectividades urbanas están en una posición particular, en el cruce de las necesidades
de gestión técnica y de las tomas de decisión estratégicas para el acondicionamiento. La

20
En Estados Unidos se desencadena muy pronto una polémica sobre este problema, lo que provoca un
cambio de puntos de vista en IJGIS (Dickinson y Calkins, 1988, 1990 ; Wilcox, 1990).
66

cuestión fundamental a la que se encuentra confrontado hoy día el análisis urbano que
utiliza los SIG está vinculada a estos diferentes niveles de tomas de decisión, y los impactos
que esto implica en las políticas de estructuración y de utilización de la información.

Así, el papel de la «pirámide de decisión» sobre la información geográfica es primordial.


67

Plan de ville thématique


(1:25 000)
stratégique

Document d’urbanisme
tactique (1:5000)

opérationnel Plan de base (ex : 1:200)


D’après Chevallier, 1990.

Figure 1 : SIG et niveaux de décision dans les collectivités territoriales


[Figura 1 : SIG y niveles de decisión en las colectividades territoriales]

Estas preocupaciones las resume J. Chevalier (1990) que recuerda que cada nivel de esta
pirámide corresponde no sólo a una necesidad precisa, sino también a un público particular.
Las decisiones estratégicas al personal electo, la planificación a las direcciones de
departamentos, la ejecución práctica y la operación al personal técnico. Este triángulo
«muestra que a cada uno de los niveles de responsabilidad corresponde una necesidad en
información bien específica, diferente tanto por el volumen de los datos, el nivel de
generalización y de precisión, como por la forma bajo la que esta información se entrega a
los interesados».

En esta situación, las elecciones iniciales de constitución de la información de base debe


tener en cuenta la dimensión estratégica. No basta con generalizar un plano 1:200 a una
escala más pequeña para ofrecer un documento soporte de decisión. La base de datos
tiene que integrar capas multiescalas y multitemáticas. Este enfoque, ausente en las
primeras BDU, parece ya admitido y la participación de numerosos servicios en la
implantación de los SIG en entorno urbano permite integrar la cohabitación de las
informaciones destinadas a usos diferentes.

Sin embargo, el problema que parece aún no resuelto hoy es saber lo que es la información
estratégica para la ciudad. ¿Cómo introducir elementos de toma de decisión en una base de
datos numérica? ¿Quién está en condiciones de estructurar datos de vocación estratégica
para su utilización por los SIG?

La situación actual está aún en fase de transición. La toma de conciencia a finales de los
años 1980 de las posibilidades de las BDU/SIG en procedimientos de acondicionamientos
es, al fin y al cabo, bastante reciente. Los ejemplos de realizaciones nuevas ilustran dos
tendencias : por un lado la implantación en un primer tiempo de la base de datos técnica,
necesaria para la buena gestión del espacio urbano, para abrir en un segundo tiempo esta
base a aplicaciones cuyos resultados podrán ser utilizados para la toma de decisiones (Ej.
BDU de la Comunidad urbana de Lyon), y por el otro lado el desarrollo directo de una
recolecta de informaciones específicas destinadas a los desarrolladores y esto,
principalmente, en las ciudades de tamaño medio (Ej. Comunidad urbana de Brest).

¿Cómo integrar en los SIG


la noción de la ciudad en su entorno?
68

Es conveniente también plantear aquí las cuestiones de integración de estas bases de datos
urbanos en los territorios circundantes. Para los problemas de gestión urbana, la elección
del espacio de referencia no se planteaba de manera crucial, si no es por la necesidad de
actualización de la base de datos a medida que se extienden los equipos y las
infraestructuras. En una óptica de acondicionamiento, y teniendo en cuenta imperativos de
integración multiescala de los territorios, ¿cómo utilizar las bases de datos existentes o en
fase de creación? ¿Qué vínculos pueden y deben tener con los territorios circundantes?
¿Cómo administrar la existencia de espacios hiperinformados y la ruptura territorial inducida
por el límite de extensión de estas bases de datos?

Estos interrogantes plantean, por supuesto, el problema global de un territorio cubierto por
la información de manera desigual. Es conveniente subrayar la incompatibilidad aparente de
una base limitada al espacio de acción de la ciudad, comparada con la extensión espacial
que debe tomarse en cuenta para asentar su desarrollo. Así, los «marcos pertinentes de
una política de intervención, se convierten en unidades rurales-urbanas en las diferentes
escalas de las relaciones entre las dos categorías de espacios tradicionalmente tratados por
separado en el acondicionamiento del territorio» (Ascher y al., 1993).

El reto, en una óptica de acondicionamiento, es lograr desarrollar bases de datos


geográficos complementarios, sin solución de continuidad, en espacios diferentes
administrativa o geográficamente, pero coherentes en térmicos de acción estratégica.

Desde el punto de vista de las ciudades es, por supuesto, el vínculo con los SIG
desarrollados a escalas territoriales directamente superiores (intermunicipalidad,
departamento o región) lo que podría responder a esta necesaria complementariedad
territorial.

ESCALAS DE LOS PROYECTOS


DE ACONDICIONAMIENTO URBANO
Y ESCALAS DE LOS DATOS GEOGRAFICOS

Para la mayoría de los expertos, coexisten tres escalas de trabajo principales en los
procedimientos de acondicionamiento en entorno urbano :
- la escala 1:100.000. Es la escala de la planificación general, la de la comprensión de las
dinámicas urbanas y de consumos de los espacios. Permite el seguimiento de la evolución
del territorio y entender mejor los sectores con retos en términos de acondicionamiento ;
- la escala 1:25.000. Es la escala del análisis urbano pormenorizado, del funcionamiento
urbano, de determinados estudios de hábitat, de desplazamientos y de transportes, de
implantaciones económicas, etc. ;
- la escala 1:2000 a 1:500. Son las escalas del proyecto urbano pormenorizado, de las
mejoras de las redes viales, de la gestión de los servicios, etc.

Ya se trate en el ámbito de los procedimientos reglamentarios (Planes de desplazamientos


urbanos, Expediente de red vial de aglomeración urbana, etc.) o de estudios generales
sobre el entorno urbano, la conjunción de análisis de varios niveles de escalas territoriales
es algo indispensable.

Las importantes reestructuraciones territoriales, relacionadas con la descentralización en


Francia y con el proceso de integración europea, han acentuado la importancia de las
combinaciones de escalas de acondicionamiento urbano, implicando nuevos actores que
actúan a niveles geográficos diferentes.
69

Aunque la articulación de los fenómenos en las diversas escalas territoriales y su alcance


sobre el territorio no esté hoy día totalmente dominada, parece admitido que una reflexión
multiescalas es el procedimiento más eficaz en términos de estrategia de desarrollo
territorial. Este imperativo conduce a buscar la complementariedad de las informaciones en
diferentes escalas dentro de los SIG urbanos.

La traducción práctica de este tipo de enfoque es una multiplicación de la demanda en


términos de informaciones de base a diversas escalas. Mientras que la mayoría de las
herramientas hasta entonces utilizadas dan prioridad a un enfoque monoescala (cartografía
clásica, análisis cuantitativo, etc.) que impide, de por sí, un enfoque integrador, los SIG, al
dar la posibilidad de cohabitación de las informaciones vinculadas a territorios de escalas
diferentes, presentan una capacidad de tratamiento mejorada. ¿Es por ello suficiente para
que sean operacionales en procedimientos de análisis multiescalas?

Una puesta en situación de las capacidades de la herramienta con el proceder teórico


levanta problemas de dos naturalezas : los primeros se refieren a las metodologías de los
tratamientos multiescalas y los segundos a los datos geográficos en sí mismos y a la
pertinencia de los mismos.

Los SIG y el tratamiento multiescala

Hay una diferencia nada despreciable entre las capacidades reales de puesta en
correspondencia de datos geográficos de escalas diversas en los SIG y el alcance de su
utilización conjunta en términos de análisis, ya que el sentido de tratamientos combinados
de este tipo sigue aún sometido a críticas.

Si los SIG son capaces de almacenar capas de informaciones que corresponden a escalas
territoriales diferentes, sus capacidades para plasmar la complementariedad de los espacios
se debe más a una posibilidad de ampliación sucesiva que a una real posibilidad de
tratamientos combinados. Esta crítica no se dirige al diseño en sí mismo de la herramienta,
sino más bien al alcance metodológico de tales tratamientos en función de los tipos de
informaciones disponibles.

Por el mero hecho de la tradición cartográfica de la que salen los SIG, la escala traduce, en
estas herramientas, una noción de inserción gráfica mucho más que una
complementariedad temática.

El conjunto de estas observaciones reenvía sistemáticamente a la base misma de los


tratamientos y de los análisis : la información geográfica demuestra, una vez más, que el
verdadero reto de los SIG es menos su potencialidad, que la validez de los elementos que
manipulan.

Pertinencia de los datos geográficos en entorno urbano

Algunas personas han podido hablar, refiriéndose a los datos urbanos, de «formateado
imperfecto de los datos» (Prouzet, Hernández, 1995) demostrando los riesgos de las bases
de datos, bien sea supradimensionadas o infradimensionadas, en relación con los
problemas de gestión y de acondicionamiento urbanos.
70

21
Actualmente existe un desfase profundo entre la necesidad de un «polimorfismo» de los
datos que respondería a las expectativas de un proceder multiescalas, necesario para la
acción estratégica, y la realidad de la oferta de datos numéricos en la que el peso de la
historia tiene una incidencia considerable y constituye una cierta manera, aún hoy, de frenar
la puesta a punto de métodos operacionales que sacan partido plenamente de las
posibilidades abiertas por los SIG.

La multiplicidad de las fuentes posibles (bases de datos vectores, imágenes de satélite,


ortofotografía aérea, fondos de mapas digitalizados, etc.) permite, en teoría, responder a un
buen número de demandas en términos de accesos a la información. Sin embargo, con
mayor frecuencia es por la inadecuación eventual de las nomenclaturas propuestas con las
necesidades del especialista profesional o por la carencia de actualización de estas
informaciones que aparecen eventualmente los puntos de bloqueo.

Una de las problemáticas del futuro reside en la articulación de las bases de información y
en su comparación (nivel mínimo) o compatibilidad (nivel máximo). A este precio el experto
temático podrá encontrar en los SIG una herramienta que responderá plenamente a su
demanda de orientación profesional.

De la misma forma, hoy se levantan voces que ponen de manifiesto el foso existente entre
el SIG y la acción de acondicionamiento y que subrayan que una «atención mucho más
importante debe acordarse a la construcción y al desarrollo de sistemas de información que
reflejen los procesos socioeconómicos, para obtener una mejor representación de los
sistemas espaciales que se adapten mejor a las necesidades de los responsables de los
acondicionamientos urbanos y regionales» (Nijkamp y Scholten, 1993). La implantación y la
adaptación de estos sistema sólo puede considerarse en una reflexión sobre la oferta de
datos geográficos y sus utilizaciones posibles para este tipo de usos particulares.

Se trata especialmente del reto de la articulación de los SIG con la recolecta y la


estructuración de los datos procedentes de los censos de la población. Por esta razón, el
INSEE trabaja actualmente en colaboración con el IGN para lograr implantar una base de
islotes con el objetivo de elaborar una cartografía inframunicipal numerizada sobre los
municipios de más de 10.000 habitantes. Esta base debería permitir, más allá de la
explotación de los resultados del censo de 1999, asociar todo objeto geocodificado,
«contribuyendo así a una mejor toma en cuenta de los recursos administrativos en los
estudios de acondicionamiento, al permitir los tratamientos estadísticos locales vinculados o
no a la definición de zonas en islotes o distritos» (Houssay, 1998).

La mejora de la integración de los datos del censo en las metodologías SIG parece un punto
primordial para su desarrollo como verdadera herramienta de análisis en entorno urbano.
Este adelanto, que debería realizarse para el próximo censo de Francia, es mucho más
indispensable si tenemos en cuenta el desfase existente entre el largo período entre cada
censo (9 a 10 años) y el desarrollo de las metodologías SIG durante este intervalo de
tiempo, desarrollo considerable.

Podemos anunciar ya desde ahora que los próximos adelantos se harán, seguramente,
hacia censos totalmente realizados a partir del SIG y que conservarán la información en un
nivel de detalle del tipo edificio o casa, que serán luego limados según diferentes perímetros
y en función de las demandas y del objetivo del estudio (Martin, 1998). Tal evolución iría en
el sentido de la resolución de un determinado número de problemas vinculados a la
adecuación de los territorios de estudio con los descritos en los SIG (Véase infra).

21
Gaudemar (1992).
71

LOS TERRITORIOS DESCRITOS


PARA EL ACONDICIONAMIENTO ¿SON COMPATIBLES
CON LOS CONSTRUIDOS EN UN SIG?

El responsable del acondicionamiento o el político definen espacios o territorios en función


de enfoques temáticos o geográficos. Con frecuencia han de modificar estos espacios de
referencia en función del problema que les ocupa o bien, al contrario, modificar el enfoque
que tienen de un mismo espacio. Esta facultad de adaptación, necesaria para la
implantación de procesos de análisis, se plasma bastante mal en el universo de las bases
de datos y los SIG están afectados por ello.

Tomemos primero como ejemplo las percepciones diferentes de un mismo espacio, tal y
como las propone S. Wachter (1993), que distingue tres niveles de órdenes en las
instituciones territoriales :
- la función de políticas de los territorios (perímetros geográficos donde se aseguran las
funciones representativas nacionales y locales) ;
- la función administrativa (marco donde el estado y los poderes locales administran los
asuntos públicos) ;
- las funciones económicas y funcionales (lugares en los que se efectúan las actividades de
producción).

Según el nivel escogido y, en la óptica de un mejor entendimiento de las estructuras del


territorio, sería conveniente movilizar diferentes tipos de informaciones, ellas mismas
vinculadas con sistemas multiescalas diferentes, en una palabra, adaptar el suministro de
datos a la flexibilidad del procedimiento. Estamos lejos hoy de tal posibilidad y el aspecto fijo
de una capa de información dentro de un SIG no predispone a la integración de variaciones
temáticas de esta índole.

De la misma manera, parece trivial afirmar que un territorio, visto desde diferentes escalas,
revela estructuras y dinamismos diferentes. Es por esta razón, además, por la que el
responsable del acondicionamiento da prioridad a un análisis del tipo «inserción». El
especialista de los SIG está así dentro de los fenómenos de inserción de las informaciones
en diferentes escalas. Su visión, sin embargo, se encuentra reducida a problemas (nada
despreciables técnica y metodológicamente) de agregación de datos espaciales que son, a
su vez, tributarios de los cambios de escala. Pero ¿es éste el principal problema?

Una buena síntesis de este problema crucial lo dan Lacour y Puissant (1992) que afirman
que de «la tectónica de los territorios nacen nuevos problemas. Estamos, efectivamente,
confrontados a un desfase creciente entre unidades institucionales (municipios,
departamentos, regiones...) para las que existen potencialmente las informaciones y los
nuevos territorios -macro y microespacios-, para los que teniendo en cuenta,
evidentemente, su geometría flexible, su realidad y sus fronteras cambiantes, no es posible
tener las informaciones de base que permitan fundamentar un diagnóstico serio y las
eventuales estrategias de elección [...] y la referencia obligada sigue siendo entonces la
comparación de datos homogeneizados, sobre los límites institucionales que expresan una
realidad estratégica doblemente desfasada de los problemas entendidos por los actores y
los responsables de estos nuevos territorios».

Por razones prácticas, históricas y financieras, los SIG implantados han dado prioridad con
mayor frecuencia a una visión unívoca del territorio urbano, sin entrever verdaderamente
sus diversas facetas. Se ha hecho un importante trabajo para fijar las reglas de la
72

modelización de lo real y su traducción numérica, pero se ha ocultado lo que debería ser


una modelización de los territorios o de las indicaciones pertinentes para una acción de
desarrollo operacional. Esta situación ha sido acentuada durante mucho tiempo por el
carácter estrictamente descriptivo o administrativo de las grandes bases de datos
geográficos de amplitud nacional.

Esta situación no puede imputarse totalmente a un procedimiento de implantación de un


SIG. El problema de la definición de los indicadores pertinentes sobre el territorio es un
ámbito en plena evolución.

TIEMPO Y ESPACIO DE LAS BASES DE DATOS


Y NECESIDADES DE LAS COLECTIVIDADES

En la toma en cuenta de los vínculos entre los SIG y las misiones de los servicios públicos,
se considera con frecuencia el SIG en su dimensión de herramienta informática o en su
dimensión de sistema de información (agrupación múltiple de materiales, de procedimientos
y de contenidos). Pero se suele olvidar tomar en cuenta una de las dimensiones
fundamentales : la temporalidad en la que evolucionan los componentes de un SIG, para
cotejarla con la de las misiones de las colectividades.

Como toda clase de innovación informática, los SIG dependen de los ritmos de evolución de
los materiales y de las innovaciones metodológicas. Pero estos ritmos son mucho más
rápidos que los ritmos de toma de decisión en los servicios públicos. Más allá de esta
realidad, aún determinante con frecuencia para permitir la implantación de bases de datos
urbanos eficaces, lo esencial del problema estructural con el que topan los servicios
públicos se debe a la diferencia de temporalidad entre la acción territorial que debe
emprenderse y la constitución de los datos.

Así, por ejemplo, si consideramos las operaciones de gestión de las colectividades para las
que se requieren con frecuencia los SIG, especialmente en las ciudades, el desfase entre el
objeto real (un trazado de calle, un borne) se reduce de hecho a las grandes escalas en las
que se trabaja generalmente (1:200, 1:500). Sin embargo, el desfase entre la velocidad de
evolución del mundo real (en la que debe ajustarse la acción) y el tiempo de la base de
datos es mucho más importante.

De manera simplificada, podríamos afirmar que, en función de la variación de la escala de


trabajo (de las más grandes a las más pequeñas), se observa una evolución inversa entre el
«desfase de abstracción» (nivel de correspondencia entre la entidad geográfica y el objeto
numérico) y el «desfase temporal» (nivel de adecuación de la actualización de los objetos
numéricos en relación con la evolución de las entidades geográficas).

Es evidente que el mundo real evoluciona sin nexo directo con la escala de trabajo. Sin
embargo, sobre un soporte de pequeña escala, los objetos suelen ser menos numerosos y
trabajamos más sobre temporalidades largas que sobre lo diario. Entonces, la pregunta
planteada es saber cómo las colectividades pueden administrar temporalidades diferentes a
partir de bases de datos particulares.

En el caso de los SIG de gestión urbana, la actualización de informaciones particulares


debe ser realizada diariamente (catastro, redes...). Esta actualización sólo es posible si la
ciudad tiene los datos, los medios humanos y el dominio (a veces bajo convención con
proveedores institucionales) y si cuenta con los procedimientos de actualización. Pero ¿qué
73

ocurre con las bases de datos compradas, sobre las que las posibilidades de actualización
son más complejas?

Las temporalidades de actualización de las bases de datos de los proveedores ¿son


fundamentalmente compatibles con las temporalidades de acción de la colectividad? Este
interrogante debe tomarse más seriamente en cuenta en las escalas territoriales
intermedias. No se puede pretender elaborar una base de datos útil si su evolución no se
adapta a las necesidades operacionales de la colectividad.

El problema del tiempo de reactualización de las bases de datos debe ser planteado de
manera clara, sobre todo en entorno urbano de dinámica rápida. Es uno de los obstáculos
más importantes para una utilización óptima de la herramienta SIG. Pocas colectividades
tienen en cuenta el escollo, más conceptual que técnico, que hay en almacenar, por
ejemplo, una parte de los datos del censo (con una temporalidad de 10 años), las imágenes
de teledetección de temporalidad anual, los datos técnicos modificados diariamente, etc. y a
asegurar sus evoluciones consecutivas.

La pertinencia de la información vinculada a su «frescor» deberá asegurarse aún más


cuando los medios de acceso a datos accesibles por carga sobre la red informática se van a
multiplicar rápidamente en los años venideros. En este momento, la proporción entre los
datos residentes y los datos distantes integrados y la gestión de su cohabitación serán,
seguramente, uno de los elementos clave de la fiabilidad del SIG.

Los SIG son actualmente herramientas de paso obligado para la gestión urbana. Por el
desarrollo de las bases de datos geográficas, la evolución de la maestría y experiencia y la
mejora de las herramientas y de los métodos, cada vez se integrarán más en los procesos
de estudios y de acondicionamiento urbanos.

Esta evolución se resume especialmente por el paso de una noción de BDU (base de datos
urbanos) hacia la noción de SIGU (Sistema de información geográfica urbana). Sin
embargo, la complejidad de la ciudad y de su integración en los territorios de escalas
diferentes aún no se toma totalmente en cuenta en los SIG urbanos.

Aún queda mucho camino por recorrer para optimar la aportación de estas herramientas y
una mejor integración del profesionalismo de los especialistas de la ciudad, con las
posibilidades de acceso a la información en los tratamientos de análisis.

El camino recorrido en 30 años y la aceleración de la última década (cuya riqueza


bibliográfica es uno de los testimonios) muestran que el tema levanta reflexiones y
metodologías cuyos resultados sólo pueden acompañarse con una voluntad de mejor
conocimiento y gestión de los territorios.
74

bibliografía

AILLAUD V.
Que sont devenues les banques de données urbaines ?
in SIGAS, Vol. 2, n° 1, 1992.- pp.15-27

ASCHER F., BRAMS L. et al.


Les territoires du futur
Paris, DATAR/Editions de l'Aube, 1993.- 183 p.
CDU 27861

BOUET E.
La communication directe avec le SIG : l'expérience d'Issy-les-Moulineaux. in : ESRI '98 :
diffusion, expériences, données, cartographie, méthodologie
Paris, Hermès, 1998.- pp.31-35

CHEVALIER J.
Implantation d’un SIRS en milieu municipal : problème d’informatisation ou problème
d’organisation ? in : Actes du colloque : La géomatique, voir… à sa mesure
Montréal, Association de géomatique municipale du Québec, nov. 1990

DIRECTION DE L'ARCHITECTURE ET DE L'URBANISME (DAU)


La composition urbaine ; note et essai bibliographique
Paris-La Défense, MELTT / DAU / CDU, 1996.- 84 p.
CDU 33870

DAULL B.
Editorial
in Génie Urbain n° 397, mai 1993.- pp.3
CDU

DICKINSON H., CLAKINS H.


The economic evaluation of implementing a GIS
in IJGIS, Vol. 2, n° 4, 1988.- pp.307-327
IGN

DIDIER M.
Utilité et valeur de l'information géographique
Paris, Economica, 1991.- 255 p.
CDU 22694 ; IGN 58924

DIDIER M., BOUVEYRON C.


Guide économique et méthodologique des SIG
Paris, Hermès, 1993.- 320 p.
CDU 28733

DoE
Handling Geographic Information. Report to the Secretary of State for the Environment of the
Committee of Enquiry into the Handling of Geographic Information, Chairman Lord Chorley,
HMSO
Londres, 1987.- 210 p.
75

DUPUY G.
L’informatisation des villes
Paris, PUF, 1992.- 127 p. (coll. Que sais-je n° 2701)
CDU 27123

EUROVISTA
Les SIG dans les collectivités territoriales
Paris, Nouvelles Editions Européennes, 1995

FOURNILLIER J.-M.
Problématique des villes françaises en matière de banques de données urbaines
in Actes du séminaire CNIG/AFI3G, Paris, 22-23 déc. 1989

GAUDEMAR J.-P. de
L'aménagement du territoire
in Encyclopédie de la Géographie (Bailly, Ferras, Pumain, ed.)
Paris, Economica, 1992.- pp.1023-1043
CDU 28167

HOUSSAY Ph.
Base-îlots IGN-INSEE. in : ESRI '98 : diffusion, expériences, données, cartographie,
méthodologie
Paris, Hermès, 1998.- pp.117-124

IETI
Observatoire géomatique
Mâcon, IETI, 1998
IGN

JOLIVEAU Th.
De la gestion à l'analyse des villes : un panorama des SIG urbains. in : Télédétection et
systèmes d'information urbains (C. Weber, F. Dureau, dir.)
Paris, Anthropos, 1995.- pp.29-39
CDU 32324

LACOUR C., PUISSANT S.


Géographie appliquée et science des territoires. in : Encyclopédie de la géographie (Bailly,
Ferras, Pumain, ed.)
Paris, Economica, 1992.- pp.1003-1021
CDU 28167

MAGUIRE D.J.
An overview and definition of GIS. in : GIS : principles and applications (Goodchild, Maguire,
Rhind, ed.)
Londres, Longman, 1991.- pp.9-20

MARTIN D.
Optimizing census geography : the separation of collection and output geographies
in IJGIS, Vol. 7, n° 12, 1998.- pp.673-685
IGN

NIJKAMP P., SCHOLTEN H.J.


Spatial information systems : design, modelling and use in planning
in IJGIS, Vol. 7, n° 1, 1993.- pp.85-96
IGN

PROUZET M., HERNANDEZ A.


Du difficile ajustement des systèmes d'information aux besoins des gestionnaires urbains. in :
Télédétection et systèmes d'information urbains (C. Weber, F. Dureau, dir.)
76

Paris, Anthropos, 1995.- pp.41-54


CDU 32324 ; IGN 63979

ROUET P.
Les SIG et MERISE questions de méthode
in SIGAS, Vol. 1, n° 2, 1991.- pp.153-179

WACHTER S.
Institutions et enjeux pour l'aménagement des territoires. in : Entre l'Europe et la
décentralisation : les institutions territoriales françaises (J.-C. Nemery, S. Wachter, dir.)
Paris, DATAR/Editions de l'Aube, 1993.- pp.19-30
CDU 32774

WEBER Ch.
De la banque de données urbaines au SIGU. in : Télédétection et systèmes d'information
urbains (C. Weber, F. Dureau, dir.)
Paris, Anthropos, 1995.- pp.15-27
CDU 32324

WILCOX D.
Comment on the economic evaluation of implementing a GIS
in IJGIS, Vol. 4, n° 2, avril-juin 1990.- pp.203-210
IGN
77

ГЕОГРАФИЧЕСКИЕ
ИНФОРМАЦИОННЫЕ СИСТЕМЫ
для управления и благоустройства
городской среды
АНАЛИТИЧЕСКАџ ЗАПИСКА
78

Настоящий сборник «Системы географической информации» составлен по заказу CDU


1
следующими авторами :
Анн БЕРРИ (IGN) 2 , библиография,
и Филипп МЕЙЕ (EDATER), аналитическая записка,

под редакцией Клода ЭКОБИШОН (CGPC) 3 ,

консультанты
Мишель БЕРНАР (Совет SIAGE)
Жорж БЕРТРАН (Urbatique),
Ив БОНЕН, Серж БОННЕ и Жан-Пьер ДЮСЮИН (IGN) ,
Патрис БУРСЬЕ (Университет Ла Рошели, LRI)
Лоран КУДЕРСИ (CERTU) 4 ,
Андре ДЕЛ (Школа архитектуры Париж-Конфланс),
Кристиан ОРТЕФЕ (CNIG) 5 ,
Клод СУАРО (Créations conseils services),
Кристиан ВЕБЕР (Институт географии, Лаборатория съемки и городов).

Координация: Франсуаза ПОРШЕ (CDU).

Аналитическая записка знакомит вас, в первую очередь, с элементами истории банков городских данных
с целью выявления актуальных вопросов систем географической информации. Ответы на поднятые
тематические и методологические вопросы основываются на применении систем географической
информации для решения вопросов городского хозяйства.

Библиография является продолжением «библиографической справки», составленной CDU в 1992 году


под тем же названием. Она не является исчерпывающей и в ней в основном рассматриваются издания и
статьи, выпущенные в течение последних пяти лет:
- консультации с Urbadisc, Urbamet, de Francis et de Pascal
- поиск в архивах Центра документации городского хозяйства (CDU), центра документации
Государственного географического института (IGN), библиотеки Высшей школы общественных работ,
строительства и промышленности (ESTP) 6 , библиотеки французского института городского хозяйства
(IFU), документации Центра изучения общественных сетей, транспорта, городского хозяйства и
строительства (CERTU) и документации Объединения профессионалов-геодезистов 7 ,
- поиск в журналах и материалах конгрессов, семинаров и т.п.
Ссылки, в зависимости от их происхождения, не всегда сопровождаются краткой информацией. Они
рассортированы без подразделения по типам документов в обратном хронологическом порядке, т.е.
первыми расположены самые последние работы. Наконец, для лучшего понимания названий,
приведенных на иностранных языках, Анн БЕРРИ предложила в скобках привести соответствующий
перевод.
Перечисленные документы могут быть получены в организациях, перечисленных в конце данного
документа.

1
CDU (Centre de documentation de l’urbanisme) : Центр документации по управлению городским хозяйством.
2
IGN (Institut gйographique national) : Государственный географический институт.
3
CGPC (Conseil gйnйral des ponts et chaussйes) : Генеральный совет по мостам и шоссейным дорогам.
4
CERTU (Centre d’йtudes sur les rйseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions publiques) : Центр изучения
общественных сетей, транспорта, городского хозяйства и строительства.
5
CNIG (Conseil national de l’information gйographique) : Государственный совет географической информации.
6
ESTP (Ecole supйrieure des travaux publics, du bвtiment et de l’industrie) : Высшая школа общественных работ,
строительства и промышленности.
7
Ordre des géomètres-experts.
79

содержание

ГЕОГРАФИЧЕСКИЕ ИНФОРМАЦИОННЫЕ СИСТЕМЫ


для управления и благоустройства городской среды
аналитическая записка

ВВЕДЕНИЕ

ОТ ГОРОДСКИХ БАНКОВ ДАННЫХ К ГОРОДСКИМ


ГЕОГРАФИЧЕСКИМ ИНФОРМАЦИОННЫМ СИСТЕМАМ
Опыт городских банков данных (ГБД)
Распространение ГИС в городской среде
Современная эволюция ГИС в городской среде

КАКОЕ МЕСТО ЗАНИМАЕТ СИСТЕМА ГИС


В БЛАГОУСТРОЙСТВЕ ГОРОДОВ?
Внедрение систем ГИС в городской среде
ГИС и уровень изученности городской территории
Масштабы, используемые в проектах градоустройства
и масштабы географических данных
Совместимы ли описания территорий, составляемые службами
благоустройства, с создаваемыми системами ГИС ?
Временные и пространственные рамки баз данных
и потребности административных единиц

БИБЛИОГРАФИџ

СИСТЕМЫ ГЕОГРАФИЧЕСКОЙ ИНФОРМАЦИИ


экономические, юридические и организационные аспекты,
и применение в благоустройстве и городском хозяйстве
библиография
80

введение

Рост городов сопровождается увеличением числа различных видов информации, описывающих


городскую территорию и тех, кто на ней проживает: местоположение различных видов
деятельности, средств транспорта, оборудования ... управление правами собственности на
землю и имущество, и т.п.

Вся совокупность этой информации тем или иным образом привязывается к местности, и такая
привязка может существовать как в виде точного задания координат, так и в виде подразделения
на заранее определенные участки. Отображение всей этой информации в виде планов или карт
остается одним из наиболее простых способов ее представления.

Эта потребность, заключающаяся, с одной стороны, в управлении постоянно усложняющейся


информацией, и, с другой стороны — в пространственном отображении как ее количественных
характеристик, так и динамики развития, вызывает необходимость предпринятия шагов по
рационализации методов хранения собранных данных и средств доступа к ним.

В настоящее время, как и в течение последних 15 лет, одним из лучших из имеющихся


способов организации технической и общественной информации о городе является
Географическая информационная система (ГИС – SIG).

Что такое ГИС?

Увеличение числа подходов к сбору и обработке географической информации сопровождается


расширением числа технических средств, предназначенных для ее упорядочения и обработки,
для удобства называемых общим термином — ГИС.

Действительно, согласно простому определению ГИС — это: «система для сбора, хранения,
проверки, обработки, анализа и воспроизведения данных, имеющих пространственную
привязку к поверхности Земли» (DoE, 1987).

Тем не менее, до сих пор существуют разногласия по поводу строгого определения ГИС. Это в
первую очередь вызвано тем, что данный термин одновременно обозначает следующие
понятия:
- принцип организации системы обработки цифровой географической информации;
- вычислительные средства, позволяющие реализовать ее на практике;
- прикладные системы, построение которых осуществляется на базе этих средств.

Наличие различных точек зрения породило наличие многочисленных определений 22, излагать
которые в настоящем документе нет смысла, однако следует подчеркнуть, что все эти
определения зачастую могут быть сведены к «наименьшему общему знаменателю» (хотя и
немного сужающему их смысл) — «вычислительное средство».

Информацию по этой теме см. в документе рабочей группы по терминологии, приведенном в MAGUIRE
22

(1991).
81

ГИС, в первую очередь, является Информационной системой (SI), цель которой заключается в
описании территории таким образом, чтобы усовершенствовать знания о ней и обеспечить
возможность описания и анализа природных и социальных явлений, происходящих на этой
территории.

ГИС в рамках городского хозяйства?

Благодаря унификации приемов работы с географической информацией (как с точки зрения


применяемых средств, так и видов обработки), современная тенденция заключается в
объединении под наименованием ГИС некоторого числа методов и областей применения. В
частности, это касается анализа городского хозяйства, и при этом необходимо отметить, что не
совершается никаких попыток определения преимуществ и неудобств такого смешанного
подхода.

Основополагающий принцип ГИС, как средства, объединяющего подходы к обработке


географических данных, был в значительной степени развит в литературе и принял
разнообразные формы, и как подчеркивает Шеферд (Shepherd) (1991), «при помощи
объединения данных, ранее находившихся в распоряжении специалистов различных профилей,
способствует построению междисциплинарной перспективы, позволяющей решать
географические задачи».

Однако на практике различные дисциплины продолжают отдавать предпочтение


использованию своих данных в их «естественной форме» и связанных с этим собственных
методов обработки, что порождает некоторое «разграничение участков знаний» в терминах
анализа городского хозяйства (DAU : Управление по благоустройству и градостроительству
Министерства инфраструктуры Франции, 1996). Нововведения произошли не столь давно,
чтобы вызвать глубинные изменения в методах анализа, свойственных каждой из дисциплин.

Находясь на перекрестке различных отраслей, системы ГИС объединяют в себе самые


различные способы описания и формализации пространства, что особенно проявляется в
случае таких сложных сред, как управление и анализ городского хозяйства.

Освоение систем ГИС и разработка действенных методов анализа требует не только


способности принять на вооружение различные языки и их соответствующие понятия таким
образом, чтобы обеспечить возможность диалога в рамках действительно
многодисциплинарного подхода, но и, в первую очередь, возможности формулирования
вопросов на языке, совместимом с различными компонентами информационной системы.

Многочисленность действующих лиц и компетенций в городской среде делает тему места


систем ГИС в городской среде слишком обширной, чтобы привести краткое описание всех ее
составляющих (доказательством чего служит разнообразие списка литературы к этому
документу).

По этой причине здесь рассматриваются некоторые направления использования ГИС в


городской среде, в частности — в аспекте технического управления города (путем
рассмотрения логики организации Городских банков данных), и далее — концепции
организации «межкоммунальных» структур. Совершенно очевидно, что этот выбор не налагает
ограничений на области применения систем ГИС в городской среде, а представляет скорее
попытку акцентировать внимание на некоторых аспектах этих систем.
82

С помощью такого синтеза стало возможным произвести выбор, позволяющий рассмотреть


исторические условия развития этих методов и средств в городской среде, и, кроме того,
предложить несколько отправных точек для более методичных рассуждений по проблемам
устройства территорий этой среды.
83

ОТ ГОРОДСКИХ БАНКОВ ДАННЫХ


К ГОРОДСКИМ ГЕОГРАФИЧЕСКИМ
ИНФОРМАЦИОННЫМ СИСТЕМАМ

ОПЫТ ГОРОДСКИХ БАНКОВ ДАННЫХ (ГБД)

Развитие отдельной области управления данными о городском хозяйстве должно, в первую


очередь, изменить свое направление, следуя более общему эволюционному процессу, который
называется информатизацией городов. Действительно, развитие процесса сбора и
воспроизведения географических данных об административной единице городского типа, не
входило в число отправных пунктов для развития городской информатики. В первую очередь
внимание уделялось совместимости с одной стороны, и средствам связи — с другой. Первые
прикладные задачи, решавшиеся средствами информатики, состояли в создании списков
избирателей, расчете заработной платы служащих и т.п.

Лишь некоторые населенные пункты включили в свои первые программы средства


информатики, которые в то время применялись только для автоматизации осуществления
планов. Подобная направленность, имевшая место на начальных этапах, несомненно оказала
косвенное влияние на состав и способы использования данных, локализируемых в рамках
города.

80-х годы ознаменовались ярко выраженной фундаментальной сменой приоритетов и началом


реального применения в городском хозяйстве многочисленных прикладных задач. Наряду с
функциями управления городским хозяйством (канализация, освещение улиц, вывоз мусора и
т.п.) зародились и другие задачи. Г. Дюпюи (G. Dupuy) (1992) выделяет три из них: «услуги,
предоставляемые жителю, экономика системы, территориальная реорганизация».
Несомненно, что именно в этих направлениях и были предприняты новые шаги, связанные с
использованием ГИС. Тем не менее, вес прошлых достижений, совершенные прежде ошибки,
культура рабочих коллективов и т.п. по-прежнему играют важную роль в ориентации этих
систем и способе их практического применения. Нельзя говорить о сегодняшних тенденциях
применения систем ГИС в городской среде, не учитывая при этом наследия прошлого.

Упрощенное определение Городского банка данных (ГБД) звучит так: «хранение значительных
объемов данных в одном месте, преобразование этой информации в пригодные к
использованию данные, и их предоставление в распоряжение действующих лиц
соответствующей области применения: в данном случае — города» (Айо [Aillaud], 1992).

Для наилучшего понимания сегодняшней ситуации несомненно представляет определенный


интерес рассмотрение основных этапов развития этих городских банков данных,
классификация их по методологическим и техническим возможностям, а также по отношению
к изменению потребностей в течение двадцати последних лет.

1970-е годы
84

У ГБД имелось не так много предшественников. Некоторые города начали внедрение


компьютеризированной системы, используя для этого информацию, накопленную с начала 70-х
годов. Эти попытки, как ни парадоксально, служили одновременно как проверкой
реализуемости ГБД (поскольку большинство недавних разработок учитывало опыт этих
первопроходцев), так и «подопытным животным» для тех, кто позволил себе, иногда
обоснованно, усомниться в их пользе, судя по первым полученным результатам.

В Париже был создан один из первых французских ГБД. Созданный в 1969 по инициативе
APUR (Парижского отделения городского строительства) и IAURP (Института благоустройства
и городского строительства парижского региона) 23, он содержал, помимо прочих данных,
информацию о фонде зданий, файл земельных участков города, информацию INSEE.

Четыре других знаменательных эксперимента явились вехами этого периода становления:

• «Подземный кадастр» города Лилля


Была поставлена задача разработки опорной географической информации (уровни улиц и
соотнесение с планами арендаторов) в масштабе 1:200. Снятие данных о 1800 км магистралей
заняло ... 15 лет. Пример Лилля относится к числу тех сложных задач, исполнители которых
страдали ввиду своего новаторского положения. В 1987 году городское управление Лилля
начало проект по активизации плана управления земельными участками, составленный на
период до 1995 года, который (через 23 года после начала) должен стать годом завершения
сбора базовой топографической информации.

• Осуществление съемки кадастрового плана и топографического дополнения для города


Марсель.
ГБД была создана в 1972 году, в числе одних из первых, а составление кадастра началось в 1973
году. В 1991 году этот кадастр был предметом соглашения с DGI (Главной налоговой службой).
Первая цветная топографическая карта в масштабе 1:200 (что в то время было настоящим
подвигом) была выпущена в 1978 году. Опыт Марселя, несомненно, представляет собой один из
примеров удачного внедрения полномасштабной ГБД. База данных до сих пор «жива» и
регулярно обогащается новыми приложениями.

• Создание Главной налоговой службой первых компьютеризированных кадастров городов


Париж, Лион, Сент-Этьен, Бордо и Монбельяр.
Эти программы, реализация которых была завершена в середине 80-х годов, представляют
собой предварительную стадию начала реализации в 1991 году плана PCI (План
компьютеризированного кадастра) на всей территории страны, на выполнение которого
предварительно отпущено 30 лет 24.

• Опытная реализация программы RGU (Всеобщая перепись городского населения) в


крупных городах.
Эти опытные работы являются частью межадминистративного плана, цель которого состоит в
создании в административных единицах RGU (Географических каталогов города), которые
должны были первоначально создаваться на основе RGP (Географической переписи участков) и
каталога путей (каталог RIVOLI 25). Система RGU была внедрена во многих административных
единицах. INSEE (Государственный институт статистики и экономических разработок)
совершил попытку разработки специализированных средств в поисках возможности
использования статистических данных в связи с RGU. Попытки использования этих связующих
звеньев осуществлялись по данным переписей 1975 и 1982 годов, но не дали существенных

В настоящее время — IAURIF (Института благоустройства и городского строительства региона Иль де Франс).
23

24
Программа в настоящее время приспосабливается для предоставления DGI отсканированных чертежей планов
кадастра.
25
RIVOLI в настоящее время представляет собой всего лишь кодовое слово в файле FANTOIR.
85

результатов. Более того, результаты большинства RGU крайне быстро теряли достоверность,
поскольку из-за отсутствия обновления информации она становилась неполной.

Другие города и административные единицы городского типа, такие как Лион или Тулуза,
также внесли свой вклад в бурное начало этой деятельности. Необходимо понять условия, в
которых проводились эти опытные работы. Первые годы 70-го столетия действительно
ознаменовались многочисленными работами, проводимыми различными сторонами (зачастую
без реальной координации) в попытке разработки опорной географической информации. Не
вдаваясь в подробности, упомянем создание компьютерного каталога улиц и известных мест
(FINATO, затем — RIVOLI), составленного DGI в 1971 г.; программу RGU (описывается выше),
работы по которой были начаты под эгидой нескольких министерств и INSEE в
1973 г.; создание обширных статистических файлов в масштабах страны, таких как файл
SIRENE.

Этот период характеризуется не выбором тематики, а решением технических вопросов.


Компьютеризация рассматривается как возможность автоматизации и ускорения однообразной
и утомительной работы. Именно поэтому на начальных этапах ставились цели, в основном
сконцентрированные на сокращении времени поиска, обновления информации и выпуска
планов. К тому же следует заметить, что создание первых ГБД чаще всего поручалось
вычислительным центрам или службам планирования. Эти причины, представляющиеся на
первый взгляд анекдотичными, частично объясняют главные решения, принятые двадцать лет
назад. Опорные данные (особенно — типы, масштабы, точность, система географических
координат), а также типы прикладных задач (которые вначале были достаточно далеки от
понятий благоустройства городской территории), были предложены на основе этих установок.

Уроки, извлеченные в течение этого периода, носят одновременно и конъюнктурный, и


фундаментальный характер. Чаще — конъюнктурный, поскольку в это время знаний было
недостаточно, чтобы объяснить причины главных трудностей (среди которых были задержки и
превышение выделенных средств), с которыми сталкивались города-новаторы, не списывая их
на уровень технической оснащенности, имевшийся в это время. Недостаточная
производительность имевшихся в то время технических средств, несовершенство
применявшихся средств ввода информации, отсутствие квалифицированного персонала и т.п.
оказали существенное влияние на развитие этих немногочисленных экспериментов, не являясь
при этом, однако, единственными источниками возникших трудностей.

1980-1990-е годы

Речь идет о переходном периоде, в течение которого продолжилась разработка и укрепление


базы некоторых из первых ГБД (например, в Париже и Марселе), в то время как другие
проекты развивались в сторону создания новых видов баз. База опорных данных представляет
собой в первую очередь план проезжей части улиц в масштабе 1:200 (Гренобль, Валенсия …).
Главным образом, работы были направлены на составление опорных планов в целях привязки к
системе координат и проведения работ на подземных коммуникациях. Пример такой привязки к
системе координат показан ГБД города Тулуза, разработанной в 1984 году; создание плана
города в масштабе 1:200 было завершено в 1989 году.

Развитие вычислительной техники позволило с легкостью провести модернизацию средств для


составления планов и систем САПР (Системы автоматизированного проектирования). На
практике эти ГБД стали применяться почти исключительно для предоставления управляющих
данных техническим службам, а не для создания информационной системы, действительно
предназначенной для обслуживания потребностей общества. Градоустройство в первую
86

очередь рассматривалось только с технической точки зрения, а собранная информация — как


вспомогательная составляющая плана.

На деле «представляется, что вмешательство в городскую среду зачастую сводилось к


функциям управления, то есть к вычислительному процессу, зависящему от ограничений,
налагаемых требованиями о рентабельности. Точно так же ГБД превратились в инструмент
управления городским хозяйством в самом прямом смысле этого слова. Не перестал ли город,
заключенный в рамки местной ГБД, выступать в качестве управляемого объекта и тем более
— места и самостоятельной единицы, в котором могут осуществляться проекты различного
вида?» (Aillaud, 1992).

Тем не менее, речь идет о переходном периоде, который дал начало новым направлениям
деятельности, сопровождавшимися значительным прогрессом в области вычислительной
технике, и в частности — появлением первых стандартов системы ГИС в Европе и во Франции.

1990-1998 годы

Одним из знаменательных явлений этого периода являлось ускорение распространения


технологий обработки географической информации не только на различных уровнях местного
управления, но и в государственных организациях, в том числе, благодаря развитию
электронно-вычислительных средств.

Базы городских данных перестали быть сосредоточенными в наиболее крупных городах


(несмотря на то, что по-прежнему существует тенденция точного соответствия между
размерами инфраструктуры и города, см. ниже). Поэтому многочисленным специалистам стало
ясно, что «главной задачей десятилетия является обеспечение для малых и средних городов
возможности доступа к большому числу ГИС, отвечающих их собственным требованиям по
доступной цене [и предоставление им возможности] и перехода от экспериментов и
нововведений к коммерческому управлению различными видами географической информации»
(Daull, 1992).

Вторым элементом, заслуживающим упоминания, несомненно является все более и более ярко
выраженное сочетание использования баз данных не только для функций управления, но также
и для работ по благоустройству и принятия стратегических решений (см. ниже).

Эти последние годы были также отмечены быстрым развитием баз цифровых данных, доступ к
которым обеспечивается непосредственно такими компаниями-поставщиками, как например
IGN, Michelin, SPOT Image. Таким образом, выйдя за рамки информации об административно-
территориальном делении, широкое развитие информационных баз, содержащих данные о
дорогах, или об улицах в случае внутригородской среды, о пользовании земельными участками,
а также упрощение доступа к социально-экономической информации вызвали существенное
изменение методов, применяемых руководящими работниками и службами благоустройства.

Наконец, изменения в субъективном подходе к информации формируют тенденцию все более и


более тесного взаимодействия между различными держателями информации о городе, и
позволяют работать в более тесном взаимодействии между местными административными
единицами и государственными службами, объединяясь вокруг (если не сказать благодаря)
ГИС, которые при этом начинают играть роль посредника на территориальном уровне.
87

РАСПРОСТРАНЕНИЕ ГИС В ГОРОДСКОЙ СРЕДЕ

Точная оценка развития ГИС в городских административных единицах является еще более
сложным делом. В многочисленных исследовательских работах совершаются регулярные
попытки оценки распространенности этих систем на этом весьма передовом секторе рынка.
Результаты таких работ не могут быть всеохватывающими, поскольку для нынешнего
переходного периода характерен постепенный отказ многих городов, например, от систем типа
САПР/машинного проектирования в пользу программных средств ГИС. Исходя из этого могут
быть определены лишь некоторые тенденции.

Сегодняшняя ситуация представляет собой результат переходного периода, продолжавшегося


последние несколько лет. Налицо пропорциональное соотношение между размером
административных единиц и уровнем их оснащенности. Информация, выпущенная Observatoire
Gйomatique («Вестником географических информационных технологий», IETI, 1998)
показывает, что 77% городов с населением свыше 100 тысяч жителей оснащены программным
обеспечением типа ГИС, САПР или картографическими системами. Эта цифра существенно
уменьшается с уменьшением размера городов (около 64% городов с населением в пределах от
50 до 100 тысяч жителей, около 16% с населением в пределах от 10 до 50 тысяч жителей, и так
далее).

Можно также отметить тот факт, что практически все новые города и административные
единицы городского типа оснащены рассматриваемыми средствами.

Очевидно, что эти данные представляет собой лишь весьма приблизительную оценку, особенно
— в отношении средних городов. Интересно отметить, что лицами, ответственными за
соответствующие службы (сводные данные по городам с разной численностью населения) в
качестве основных трудностей назывались в порядке убывания: финансовые, затем
организационные, в то время как технический фактор указывался самым последним. Это
доказывает быстрое развитие, имеющее место несколько последних лет (Eurovista, 1995).

Небольшие города пока еще сомневаются в необходимости применения этих методологий (по
данным опроса, проведенного IETI, ими оснащено около 6% административных единиц
численностью от 5 до 10 тысяч жителей). Тем не менее, существуют примеры внедрения
систем ГИС на местах, но их сопровождение чаще всего осуществляется местными
сотрудниками (например, местными топографами). Именно по этой причине очень сложно
ожидать широкомасштабного охвата от таких систем, не говоря уже о том, что речь идет в
основном об отдельных прикладных задачах, решаемых собственными силами с
использованием микро-ЭВМ.

Тем не менее ясно, что это рынок, если рассматривать его с точки зрения оказания содействия
работам по благоустройству, является основным. На ограниченных пространствах, где задачи
организационного характера не являются такими сложными, как в случае крупных городских
административных единиц, существует возможность разработки действующих средств ГИС,
привязанных, например, к средствам управления земельной собственностью и
имущественными правами, масштаб данных которых соизмерим с системами принятия
решений по благоустройству территории.

Общая тенденция заключается, следовательно, в широком внедрении систем ГИС в городских


административных единицах. Являясь зачастую логическим продолжением прежних работ,
связанных с первыми ГБД, новые разработки опираются на знания, выработанные в ходе
предыдущих экспериментов. Само понятие Банка данных в настоящее время активно
преобразуется и обогащается в ходе внедрения точных и узкоспециализированных прикладных
задач, отвечающих требованиям различных пользователей. Сочетание этого спроса на
88

прикладные задачи самых различных типов, в которых объединены функции управления и


принятия решений в области благоустройства, с развитием систем ГИС, выступающих в
качестве способа структурирования и обработки географической информации, позволяет
внедрить системы ГБД/ГИС, в которых ориентация на анализ городских территорий играет
существенное значение.

СОВРЕМЕННАџ ЭВОЛЮЦИџ ГИС В ГОРОДСКОЙ СРЕДЕ

От управления к благоустройству городов

« Децентрализация привела к тому, что на административные единицы была возложена


ответственность за планирование, использование земельных участков, а также текущие
работы по благоустройству, в то время как государство остается гарантом глобального
баланса и выполнения проектов общегосударственного значения. Следствием из этого
является как содействие диверсификации и увеличению числа заказчиков, так и новые формы
выражения их потребностей, или даже формирование новых потребностей» (Wolf, 1993).

Тот же автор совершенно справедливо указывает на изменения экономического и


технологического окружения, что частично объясняет эволюцию спроса и менталитета.
Приводятся следующие характеристики: потребность в более гибком и модульном
планировании в периоды замедления экономического роста, необходимость учета достижений
современной технологии, управление окружающей средой с позиций необходимости и желания
сохранить то, что имеется. Фундаментальные изменения, которые происходят в настоящее
время, связаны с осознанием определенной частью лиц, ответственных за принятие решений,
того, что «приоритетной задачей является не составление точных карт для выполнения
работ, а внедрение средств управления городскими данными» (Fournillier, 1989).

По удачному стечению обстоятельств, начиная с 1985 года на французском рынке произошло


бурное развитие средств управления данными, что предоставило в распоряжение новые
функциональные возможности по обработке данных, значительно превышающие возможности
средств, имевшиеся в распоряжении прошлые десятилетия. При этом произошла
переориентация ГБД в попытке объединения старых функциональных возможностей
(необходимых и полезных для управления) со средствами аналитического анализа,
существующими только в системах ГИС. Итак, «следует отметить, что современные
Системы городской информации более ориентированы на достижение конкретных целей,
например, проект городской системы для Селестата, база микрогеографических данных для
Гавра, начало которым было положено в 70-х годах» (Weber, 1995).

Поэтому одной из функций городской системы ГИС стала, помимо управления городскими
службами, создание тематических аналитических средств. «Аналитические средства,
разработанные в рамках ГБД, представляют собой внешние экспертные системы, которые
должны отвечать задачам, выходящим за рамки собственной ответственности за
управление территорией... [и в этом качестве они представляют собой] средства,
позволяющие учитывать внешние условия, окружающую среду, муниципальное управление.
Они представляют собой весомую тенденцию в развитии городских систем ГИС» (Joliveau,
1995).

Хорошим примером такого развития является ГБД Городского комитета Лиона, которым в 1985
году было выполнено технико-экономическое обоснование внедрения с 1987 года «нового
типа» ГБД. Выбор программного обеспечения с очевидностью показал, насколько системы
89

ГИС органически вписываются в тенденцию создания «многофункциональных» средств,


находясь в постоянном изменении, в отличие от ГБД, ориентированных исключительно на
выполнение функций управления.

На примере города Лион становится очевидным, что цели управления и анализа могут
сосуществовать в рамках одного и того же проекта. Подробный анализ стадий разработки
показывает, что после формирования базовых данных (в частности — кадастра) и разработки
прикладных программ для управления (освещение, торговые точки, насаждения и т.п.), вторая
стадия, определенная в схеме развития программных средств в 1992 году, включала в себя
многочисленные направления, связанные с функциями управления: экспертные системы по
недвижимости и собственности на землю, экспертные системы по городской экологии.

Эти новые возможности, частично связанные с новыми программными подходами,


обеспечиваемыми системами ГИС, повлекли за собой бурный рост многочисленных ГБД в
1989-1991 годах и появление новых тенденций, большинство их которых согласуются с
эволюцией в сторону совместного использования данных для управления и принятия
стратегических решений.

Примером одной из таких многогранных ГБД является городская база данных Бреста. Начиная
с 1989 года цели экономического и территориального развития города (включая сильно
выраженную заботу о состоянии окружающей среды) предопределяли развитие ГБД в
аналитическом направлении. Эти базовые данные представляют собой набор информации
кадастровых или топографических фондов в масштабе 1:5000. В качестве программного
обеспечения без сомнений была выбрана стандартная коммерческая система ГИС, и таким
образом была нарушена традиция применения собственных программных систем, зачастую
неприспособленных к требованиям. Этот выбор частично обоснован тем фактом, что в
постановке основных задач отсутствовала необходимость точной привязки по координатам
(типа фотограмметрии).

Первый опыт применения показал, что система четко ориентирована на решение частных задач,
включая картографические функции переписи населения по участкам, переписи исторических
памятников или пейзажных планов. Прикладная задача определения положения предприятий
на территории коммуны по почтовому адресу является одним из примеров решаемых задач и
прикладных систем, появляющихся сегодня в городах, для которых ГБД были исходно
разработаны с целью способствованию принятию решений с опорой на системы ГИС.

За последнее десятилетие изменилось само предназначение ГБД. Среди главных нововведений


следует в первую очередь отметить изменения в масштабе опорной информации. План
проезжей части улицы уже больше не является обязательным элементом, и чаще выбираются
масштабы, более подходящие для работ специалистов по проектированию и городскому
хозяйству. Эти изменения могут оказать существенное влияние на сроки и затраты по сбору
данных, и существует вероятность того, что десятки лет, требовавшиеся двадцать лет назад для
сбора набора опорных цифровых данных, представляют собой пример ценного отрицательного
опыта.

«Непосредственный обмен информацией с ГИС» 26

Увеличение числа возможных прикладных задач заставляет операторов городских систем ГИС
предоставлять данные в распоряжение многочисленных служб и партнеров. Поначалу
связанная с вычислительными, а затем — с топографическими службами в настоящее время

Этот заголовок позаимствован из работы Eliane Bouet (1998).


26
90

информация предоставляется в распоряжение многим другим пользователям (дорожное


хозяйство, зеленые насаждения, экономическое развитие и т.п.), а совсем недавно — самим
гражданам.

Действительно, знание и управление городом сегодня органически вписываются в контекст


развития информационного общества. Интересно отметить, что города, находящиеся на
передовом рубеже предоставления информации в распоряжение своих технических служб и
населения, часто используют системы ГИС в качестве одного из направлений доступа к
ресурсам. Это относится, например, к городу Исси-ле-Мулино, который в 1996 году определил
ГИС в качестве одного из направлений своего «Местного плана по информации» (Bouet, 1998).
Так с 1997 года население получило доступ к общественным данным кадастра, материалам
аэрофотосъемки города, а также к определенному кругу полезной технической информации.

Составление «картины города» при помощи средств ГИС позволяет не только обеспечить
выполнение «посреднических» функций, в частности — в ходе презентаций, проводимых по
отдельным выполняемым проектам, но и использовать знания о городской территории в работе
с населением: путем переориентации педагогических усилий, осуществляемых в рамках школ
или конференций для общественности.

Такая эволюция некоторых городских баз данных несомненно указывает на то, что наступает
стадия зрелого освоения географической информации. Из чисто технического средства система
ГИС превратилась в движущую силу общения в масштабах города, что подтверждает
значимость технической работы по сбору и обновлению информации.
91

КАКОЕ МЕСТО ЗАНИМАЕТ СИСТЕМА ГИС


В БЛАГОУСТРОЙСТВЕ ГОРОДОВ?

ВНЕДРЕНИЕ СИСТЕМ ГИС В ГОРОДСКУЮ СРЕДУ

При изучении выпущенной за последние годы французской и зарубежной литературы,


посвященной внедрению систем ГИС, в частности — в городскую среду, можно выявить
несколько постоянно обсуждаемых тем: анализ экономической эффективности систем ГИС,
скрытые организационные сложности, проблемы с внедрением и т.п. Специалистами
затрачиваются значительные усилия для работы по данным направлениям, и в ходе этих работ
выявляются еще недостаточно хорошо изученные трудности, несомненно частично
порождаемые более общими причинами, к сожалению — чаще всего скрытыми, такими как
достоверность самих баз данных.

До начала 90-х годов задачи распространения географической информации и систем ГИС в


территориальных административных единицах и/или государственных учреждениях в первую
очередь рассматривались в разрезе компьютеризации методов работы в медленно меняющейся
среде. Поэтому можно выдвинуть несомненно провокационный тезис о том, что «местные
административное единицы во Франции не стремятся, за редким исключением, к
революционным организационным преобразованиям. Элита в действительности не осознала,
какие возможности таят средства вычислительной техники. Работники слишком медленно
приспосабливались к использованию вычислительных средств» (Dupuy, 1992).

Подобное освещение подводных камней организационного характера, способных привести


даже к полному провалу при внедрении нововведений, послужило причиной попыток
формализации методов внедрения систем ГИС. Большинство из вариантов теорий внедрения
информационных систем широко применялось в административных единицах. Чаще всего
совершались попытки применения отдельных разновидностей метода МЕRISE (Rouet, 1991).
Важность этих шагов заключается в том, что они доказали необходимость структурированных
и всеобъемлющих исследований, предваряющих любое внедрение. Осуществляя
формализацию выявления сложностей, связанных со структуризацией географической
информации в контексте работы с ней, эти исследования заставляют задуматься над
возможностями использования при решении прикладной задачи знаний, полученных в ходе
фундаментальных исследований.

С другой стороны, они зачастую выявляли организационные препятствия, связанные с


ограничением распространения собранных данных. И здесь, до начала каких-либо работ по
реализации прикладной системы, требуется перейти от теоретических обсуждений к
полномасштабному доступу к динамически изменяющимся данным, поскольку при увеличении
числа баз данных правила их распространения по-прежнему устанавливаются людьми.

Несмотря на положительные стороны выявления некоторого числа важных элементов,


указанных выше, в целом существует общее мнение, признающее, что перенос методов анализа
вопросов внедрения систем ГИС в принципиально разных областях (внедрение системы для
банковской структуры, написание программного обеспечения и т.п.) имеет определенные
ограничения в случаях, когда производится рассмотрение систем обработки цифровой
92

географической информации. В значительной степени сложность обеспечения согласованности


действий вызвана многочисленностью запросов, предъявляемых к инструменту, и несмотря на
то, что на первый взгляд они представляются однородными, эти запросы обезоруживают
слишком прямолинейные протоколы из-за сложности и неоднородности ожидаемых от них
результатов. Именно поэтому любое внедрение масштабной системы обязательно требует
проведения следующих этапов предварительного анализа.

Технико-экономическое обоснование применения цифровых вычислительных средств


представляет собой одну из ряда задач, на решение которых было потрачено много усилий, и
которая тем не менее не была решена (см. главу, содержащую список литературы). Этот вид
исследований несколько лет назад стал проводиться в значительных объемах, что объясняется
одновременно и величиной затрат на получение информации, и серией неудач при внедрении
пространственных информационных систем, у которых соотношение между затраченными
средствами и полученными выгодами от их применения оказалось не в пользу последних. По
этой причине были предприняты попытки формализации принципов оценки экономической
эффективности внедрения цифровых методов в обработке локализованной информации. Такая
оценка первоначально была проведена в Соединенных Штатах (Dickinson et Calkins, 1988).
Начало исследований этого типа во Франции было положено с выходом нескольких публикаций
(Didier, 1990; Didier et Bouveyron, 1993).

Несмотря на то, что эти усилия несомненно способствовали пониманию новых элементов этой
области знаний, необходимо констатировать факт, что после нескольких лет отступления эти
попытки остаются незавершенными, и что это вызвано их чрезмерно теоретическим или
неполным характером, не позволяющим создать на их основе базу для проведения точных
оценок ((Wilcox, 1990) 27. Повторим мысль о том, что географическая информация не
подчиняется жесткой формализации принципов своего применения. В случае коммунальных
служб проблема является крайне сложной, поскольку цель заключается не только в
обеспечении финансовой рентабельности, но и в получении общественной пользы,
представления о которой в настоящее время все еще крайне поверхностны.

ГИС И УРОВЕНЬ ИЗУЧЕННОСТИ


ГОРОДСКОЙ ТЕРРИТОРИИ

Позволяет ли большая открытость городских систем ГИС для более специализированных, чем
раньше, прикладных задач, ожидать получения лучших результатов выполняемых работ
благодаря применению цифровой обработки информации? Главным подводным камнем, как и
раньше, являются типы данных, имеющиеся в этих ГБД «нового типа». Отличаются ли они от
данных, которые использовались раньше, и если да, то в какой степени они могут
использоваться при принятии стратегических решений?

M. Wolf (1993) справедливо подчеркивает, что созданные на настоящее время городами


массивы данных могут быть подразделены на три различных типа: «естественные» данные
(территории, недра, ландшафтные ограничения и т.п.), принятие во внимание которых
становится обязательным с ростом озабоченности состоянием окружающей
среды; «искусственные» данные, к которым относятся все строительные инфраструктуры
города; и «нематериальные» данные, которые на практике представляют собой показатели,
характеризующие жителей города.

Полемика по этому вопросу началась в США еще на раннем этапе, и это вызвало обмен мнениями в рамках
27

IJGIS (Dickinson & Calkins, 1988, 1990 ; Wilcox, 1990).


93

Переход к логическим средствам информационных систем позволяет сегодня собирать и


хранить различные типы данных в общей рабочей среде. Тем не менее, технические параметры
производительности не гарантируют оптимальность использования, и перед специалистом по
вопросам градоустройства сегодня встают задачи методологических корректировок,
необходимых для обеспечения сочетания в проводимых им анализах «естественных» и
«нематериальных» данных.

Административные единицы городского типа занимают особенное положение, находясь на


перекрестке требований технического управления и принятия стратегических решений по
вопросам градоустройства. Основные вопросы, с которыми сталкивается в настоящее время
анализ городского хозяйства с применением систем ГИС, связаны с различными уровнями
принятия решений, и влиянием, которое оказывается вследствие этого на политику сбора и
применения информации.

Таким образом «пирамида решений» имеет главенствующее значение по отношению к


географическим данным.

Plan de ville thématique


(1:25 000)
stratégique

Document d’urbanisme
tactique (1:5000)

opérationnel Plan de base (ex : 1:200)


D’après Chevallier, 1990.

Figure 1 : SIG et niveaux de décision dans les collectivités territoriales


Рисунок 1: ГИС и уровни принятия решений в территориальных административных
единицах

Эти проблемы кратко изложены Ж. Шевалье (J. Chevalier, 1990), который напоминает о том, что
каждый уровень этой пирамиды соответствует не только конкретно определенной потребности,
но и определенной части общества. Принятие стратегических решений для депутатов,
планирование для руководства служб, реализация практических мер и эксплуатация для
технического персонала. Этот треугольник «показывает, что каждый из уровней
ответственности соответствует потребности в информации совершенно определенного
типа, различающейся как по объему данных, степени обобщения и точности, так и по форме,
в которой данная информация предоставляется заинтересованным лицам».

Опираясь на эти положения, первоначальные решения при сборе базовой информации должны
приниматься с учетом параметров, находящихся в стратегическом измерении. Недостаточно
просто обобщить данные, имеющиеся на плане масштаба 1:200, и на их основе составить план
в более мелком масштабе, чтобы получить документ, на который можно опираться при
принятии решений!

Базы данных должны допускать наличие многомасштабных и многотематических слоев. Такой


подход, отсутствовавший в первых ГБД, представляется теперь общепринятым, и участие
94

многочисленных служб в реализации систем ГИС в городской среде позволяет предусмотреть


сосуществование видов информации, предназначенных для использования в различных целях.

Однако, до сегодняшнего дня остается неразрешенной проблема определения того, что же


является стратегической информацией для города? Как ввести элементы принятия решений в
цифровую базу данных? Кто непосредственно должен заниматься структурированием данных
стратегического значения для их применения системами ГИС?

Современная ситуация также характеризуется как переходная. Признание в конце 80-х годов
возможности применения средств ГБД/ГИС в работах по градоустройству, в конце концов,
произошло сравнительно недавно. Примеры последних разработок иллюстрируют наличие
двух тенденций: либо создание на начальном этапе технической базы данных, необходимой для
удовлетворительного управления городской средой, с последующим открытием этой базы
данных для доступа к ней прикладных программ, результаты работы которых могут
использоваться лицами, принимающими решения (например, ГБД в COURLY); либо
непосредственная разработка набора конкретной информации, предназначенной для
использования непосредственно разработчиками, что главным образом имеет место в средних
городах (например, CU Бреста).

Пути интеграции в системах ГИС понятия города


и окружающей его среды

Стоит также поставить вопросы интеграции этих баз данных о городском хозяйстве с
окружающими их территориями. Что касается вопросов управления городским хозяйством,
проблема выбора опорного пространства не вставала так остро, поскольку это происходило
только при необходимости обновления базы данных и по мере того, как происходило развитие
инфраструктуры. В свете задач градоустройства, и учитывая потребности многоуровневой
интеграции территорий, необходимо определить возможности применения существующих или
создаваемых баз данных. Какие связи могут и должны поддерживаться ими с окружающими
территориями? Как осуществлять управление создаваемыми гиперинформационными
пространствами, и как справляться с территориальной разрозненностью, вызванной
ограничениями, накладываемыми на рост размеров этих баз данных?

Эти вопросы, разумеется, порождают глобальную проблему территории, неравномерно


охваченной информацией. Следует подчеркнуть очевидную несовместимость базы,
ограничиваемой сферами действия городских структур, в сравнении с пространственным
распространением, которое должно быть рассмотрено при планировании ее разработки. Таким
образом, «соответствующими рамками политики вмешательства становятся сельско-
городские административные единицы с разными масштабами отношений между двумя
категориями пространств, традиционно рассматриваемых раздельно службами
благоустройства территории» (Ascher & al., 1993).

Главной задачей в области благоустройства территории является обеспечение разработки


дополнительных баз географических данных, не решая вопроса их связности, для
географически и административно обособленных пространств, являющихся сходными с точки
зрения стратегических мероприятий.

С точки зрения городов эту роль играет связь с системами ГИС, разработанными в
непосредственно вышестоящих территориальных единицах (межкоммунальных, департамента
или региона), которые могут предоставить решения для обеспечения требуемой
территориальной взаимосвязанности.
95

МАСШТАБЫ, ИСПОЛЬЗУЕМЫЕ В ПРОЕКТАХ


РАДОУСТРОЙСТВА И МАСШТАБЫ
ГЕОГРАФИЧЕСКИХ ДАННЫХ

По мнению большинства экспертов, в проектах по градоустройству городской среды


сосуществуют три основных рабочих масштаба:
- 1:100.000, масштаб для общего планирования, позволяющий получить представление о
динамических характеристиках городской среды и об использовании пространства. Он
позволяет отслеживать эволюцию территории и добиваться лучшего понимания секторов,
играющих определенную роль в вопросах градоустройства;
- 1:25.000, масштаб для проведения детального анализа городской среды, функционирования
городских служб, некоторых видов изучения жилой среды, перемещений и транспорта,
внедрения хозяйственных субъектов и т.п.
- от 1:2000 до 1:500, масштабы для проведения проектов детального проектирования
городской среды, усовершенствования дорожной сети, управления службами и т.п.

Как на уровне регламентируемых процедур (Городские планы развития, Досье путей


сообщений интегрированных структур и т.п.), так и при общем исследовании городской среды
необходимо применение сочетания анализа на разных уровнях масштаба изучаемой
территории.

Примеры масштабной территориальной реструктуризации, связанные с децентрализацией во


Франции и продолжением интеграции в масштабах Европы повысили важность сочетания
различных масштабов при решении задач градоустройства, вовлекая при этом новые
действующие лица, работающие на различных географических уровнях.

Несмотря на то, что приемы выделения явлений, свойственных различным территориальным


уровням, и их территориальное распространение в настоящее время еще не достаточно
освоены, считается общепризнанным, что многомасштабный анализ является наиболее
эффективным подходом с точки зрения стратегии территориального развития. Это требование
привело к необходимости обеспечения соотносимости информации с различными масштабами,
имеющимися в составе городских систем ГИС.

На практике подобный подход представляет собой рост требований к наличию базовой


информации для целого набора масштабов. В то время как большинство средств,
использовавшихся до настоящего времени, отдавали предпочтение подходу,
предусматривающему наличие одного масштаба (классическая картография, качественный
анализ и т.п.), делая невозможным тем самым комплексный подход, системы ГИС, обеспечивая
возможность совместного существования разных видов информации, привязанных к
территориям в различных масштабах, предоставляют более совершенные средства обработки.
Но достаточно ли только этого, чтобы они могли использоваться на практике при проведении
многомасштабных анализов?

Приведение возможностей рычагов анализа в соответствие с теоретическими работами


поднимает проблемы двух видов: первые относятся к методологической поддержке
многомасштабных методов обработки, вторые — собственно к географическим данным и их
достоверности.
96

Системы ГИС и методы многомасштабной обработки

На практике действительно существует различие, которым нельзя просто пренебречь, между


фактически имеющимися мощностями для задания соответствия между географическими
данными различного масштаба в системах ГИС, и пределами их взаимной дополняемости для
целей анализа, поскольку значимость комбинированной обработки этого типа все еще не
является неоспоримой.

Если системы ГИС способны хранить слои информации, соответствующие различным


ступеням территориального деления, их способность преобразовать взаимную дополняемость
пространств чаще всего сводится к возможности выполнения последовательных операций
масштабирования, а не означает наличие реальной возможности выполнения комбинированной
обработки данных. Эта критика не нацелена на концепцию самого средства, но в куда большей
степени относится к методологическим возможностям такой обработки в отношении
имеющихся в наличии типов информации.

Тот факт, что в созданных системах ГИС крепки картографические традиции, масштаб для этих
средств в первую очередь означает соотношение между наборами графических данных, нежели
взаимную дополняемость по тематическому признаку.

Весь комплекс приведенных замечаний постоянно призывает обратиться к самой основе


обработки и анализов: географическая информация еще раз доказывает на практике, что
главной задачей, стоящей перед системами ГИС, является не наращивание мощностей, а скорее
обеспечение достоверности элементов, которыми они манипулируют.

Достоверность географических данных


в городской среде

Некоторые авторы, обсуждая вопросы сбора данных о городской среде, говорили о


«несоответствующем выборе формата данных» (Prouzet, Hernandez, 1995), указывая на
опасность создания баз данных, которые будут чрезмерно или недостаточно большими в
сравнении с решаемыми задачами управления городским хозяйством и благоустройства.

В настоящее время существует глубочайший разрыв между потребностью в «полиморфизме» 28


данных, что отвечало бы требованиям многомасштабных исследований, необходимых для
принятия стратегических решений, и реальностью, которая заключается в предложении
цифровых данных, сильно отягощенной грузом прошлого и являющейся даже сегодня
тормозом, не дающим довести до совершенства рабочие методы, в полной мере использующие
преимущества, открываемые системами ГИС.

Многообразие возможных источников информации (векторные базы данных, изображения,


полученные с помощью искусственных спутников земли, данные аэрофотосъемки, фонды
отсканированных карт и т.п.) теоретически позволяют удовлетворить значительное число
потребностей в плане доступа к информации. Однако существует опасность возникновения
тупиковых ситуаций, чаще всего — из-за вероятного несоответствия предлагаемого набора
данных потребностям специалиста прикладной отрасли, или из-за отсутствия своевременного
обновления информации.
28
Gaudemar (1992).
97

Одна из проблем, подлежащих разрешению в недалеком будущем, заключается в создании


связей для объединения информационных баз во взаимосвязанную систему и обеспечение их
сравнимости (задачи-минимум) или даже их совместимости (задача-максимум). Именно ценой
этих усилий специалист в узкой области сможет воспользоваться ГИС, как инструментом, в
полной мере отвечающий требованиям отрасли, к которой относится его прикладная задача.

Точно так же, сегодня поднимаются голоса, констатирующие наличие пропасти между ГИС и
выполняемыми работами по благоустройству, чтобы подчеркнуть, что «первоочередное
внимание должно быть уделено построению и развитию информационных систем,
отражающих социально-экономические процессы, таким образом, чтобы обеспечить
наилучшее представление пространственных систем, которые лучше адаптируются к
требованиям городских и региональных служб благоустройства» (Nijkamp et Scholten, 1993).
Создание и адаптация этих систем не могут быть представлены без изучения набора
предоставляемых географических данных и возможных способов их использования отдельным
видом пользователя.

В частности, речь идет о задаче создания связей между ГИС и процессами сбора и
структуризации данных переписей населения. Именно поэтому INSEE работает в настоящее
время в сотрудничестве с IGN (Государственным географическим институтом), чтобы добиться
внедрения базы данных по микрорайонам, целью которой является создание цифровой
картографической системы внутри административных единиц для населенных пунктов,
насчитывающих свыше 10 тысяч жителей.

Эта база должна позволить, помимо использования результатов переписи населения 1999 года
выполнить привязку всех объектов с закодированной географической информацией, «внеся
таким образом вклад в наилучшее принятие во внимание административных источников в
изучении вопросов благоустройства, обеспечив возможность выполнения локализованной
статистической обработки, как связанной с информацией, собранной для микрорайонов и
кварталов, так и нет» (Houssay, 1998).

Совершенствование интеграции данных переписей в применяемых в ГИС методологиях


представляются важнейшим условием их развития в полномасштабное средство для анализа
городской среды. Это нововведение, которое должно быть внедрено к следующей переписи
населения во Франции, является еще более важным еще и по причине значительного разрыва,
вызванного большой продолжительностью периода между переписями (от 9 до 10 лет) и
развитием методологий ГИС в течение этого интервала времени.

Начиная с этого момента и впредь можно объявить, что следующими нововведениями,


несомненно, станут переписи населения, организованные на базе ГИС, которые позволят
сохранять информацию с уровнем детализации порядка здания или отдельного дома,
допускающие последующую реорганизацию на основе задания изменяющихся границ или в
соответствии с другими задачами исследования (Martin, 1998). Такая эволюция будет
направлена к урегулированию целого ряда проблем, связанных с соответствием изучаемых
территорий с территориями, описываемыми в ГИС (см. ниже).

СОВМЕСТИМЫ ЛИ ОПИСАНИџ ТЕРРИТОРИЙ,


СОСТАВЛџЕМЫЕ СЛУЖБАМИ БЛАГОУСТРОЙСТВА,
С СОЗДАВАЕМЫМИ СИСТЕМАМИ ГИС ?
98

Работы по благоустройству или политика определяют пространства или территории на основе


тематического или географического подхода. Зачастую приходится видоизменять эти опорные
пространства в зависимости от изучаемой задачи, или наоборот, проводить описание одного и
того же пространства с различной степенью подробности. Данная адаптация, необходимая для
проведения аналитических исследований, достаточно трудно реализуется в среде баз данных; с
этой же проблемой сталкиваются и системы ГИС. Рассмотрим в качестве первого примера
различия в восприятии одного и того же пространства, предлагаемые в работе С.

Уочтера (S. Wachter, 1993), который различает три качественных уровня в территориальных
организациях:
- политические функции территорий (географические границы, в которых реализуются
функции представительной власти государственного и местного уровней);
- административная функция (рамки, в которых государство и территориальные единицы
управляют общественными делами);
- экономические и функциональные функции (места, где осуществляется производственная
деятельность).

В зависимости от выбранного уровня и в свете лучшего понимания структур территории,


необходимо обеспечить мобилизацию различных типов информации, которые в свою очередь
связаны с различными многомасштабными системами, одним словом — адаптация
предоставления данных к гибкости выполняемого исследования. Такая возможность пока
осуществима лишь в далекой перспективе, и замороженный срез информации в рамках ГИС не
способствует обеспечению тематических вариаций такого порядка.

Точно так же представляется тривиальным утверждение о том, что изучение территории с


использованием различных масштабов выявляет различные данные о структуре и динамике.
Именно поэтому работники службы благоустройства предпочитают анализ «вложенного» типа.
Специалист по ГИС также занимается явлениями «вложенности» информации различного
масштаба. Его взгляды тем не менее бывают чаще всего ограничены проблемами (которыми
нельзя пренебрегать с технической и методологической точек зрения) объединения
пространственных и атрибутных данных во время изменения масштабов. Но в этом ли главная
проблема?

Очень удачную формулировку сущности этой критичной задачи дали Lacour и Puissant (1992),
выдвинувшие положение о том, что «тектонические процессы среди территорий порождают
новые проблемы. Действительно, на практике приходится сталкиваться с возрастающимися
расхождениями между административными единицами (коммунами, департаментами,
районами...), для которых потенциально существует информация, и новыми территориями —
микро- и макропространствами — для которых, учитывая их гибкие геометрические
очертания, реалии и изменяющиеся границы, невозможно получение базовых наборов
информации, позволяющих создать серьезные диагностические средства и определить
вероятные стратегии выбора […], и [поэтому] вынужденным отправным пунктом для
сравнения остается сравнение усредненных данных для установленных официально границ,
что выражается в двойном искажении реальных статистических данных за счет проблем, с
которыми сталкиваются как действующие стороны, так и ответственные лица этих новых
территорий».

По практическим, историческим и финансовым причинам существующие ГИС чаще всего


отдавали предпочтение однобокому освещению городской территории, не уделяя должного
внимания ее многогранности. Была проделана большая работа по формулировке правил
моделирования реальности и перевода ее в цифровую форму. Однако при этом умалчивалось,
что же должно представлять собой моделирование территорий или какими должны быть
соответствующие показатели для работ по оперативной застройке. Эта ситуация в течение
долгого периода осложнялось тем, что географические базы данных большого объема,
99

охватывающие всю страну, носили либо чисто описательный, либо сугубо административный
характер.

Сложившаяся ситуация, следовательно, не должна быть полностью вменена в вину усилиям по


внедрению ГИС. Проблема определения соответствующих показателей для территории
представляет собой динамично изменяющуюся область знаний.

ВРЕМЕННЫЕ И ПРОСТРАНСТВЕННЫЕ РАМКИ БАЗ ДАННЫХ


И ПОТРЕБНОСТИ АДМИНИСТРАТИВНЫХ ЕДИНИЦ

При учете связей, существующих между ГИС и задачами общественных служб, системы ГИС
чаще всего рассматриваются в разрезе выполняемой ими функции вычислительного
инструмента, либо функции информационной системы (объединение воедино многообразия
материалов, методик и содержимого).

Однако зачастую из обсуждения выпадает одна из основополагающих размерностей:


ограниченность временного интервала, в котором происходит изменение компонент ГИС, в
отличие от интервала, в котором существуют сообщества людей.

Как и любое другое нововведение в области вычислительной техники, ГИС зависят от темпов
изменения материалов и методологических нововведений. Однако эти темпы оказываются
намного более быстрыми по сравнению с темпами принятия решений общественными
службами. Помимо этого состояния дел, которое до сих пор часто является определяющим для
обеспечения возможности внедрения эффективных баз городских данных, суть структурной
проблемы, с которой сталкиваются общественные службы заключается в несовпадении по
времени между деятельностью, которая должна предприниматься на территории, и получением
данных.

Так, например при рассмотрении действий по управлению административными единицами, для


которых часто требуется наличие ГИС, в частности — в городах, расхождения с реальным
объектом (проезжая часть улицы, геодезический знак) уменьшаются благодаря
преимущественному использованию для работы крупных масштабов (1:200, 1:500). Напротив,
расхождение между темпами изменения реального мира (по которому должна осуществляться
корректировка), и временем в базе данных оказывается значительным.

Говоря упрощенно, можно высказать предположение о том, что в зависимости от изменения


рабочего масштаба (при переходе от более крупных к более мелким), наблюдаются взаимно
противоположные процессы изменения «отклонения уровня абстракции» (степень соответствия
между географической единицей и цифровым объектом), и «отклонения по времени» (степень
соответствия обновления цифровых объектов по отношению к изменению географических
единиц).

Совершенно очевидно, что изменения в реальном мире происходят без непосредственной связи
с рабочим масштабом. Однако, на носителе с более мелким масштабом обычно располагается
меньшее число объектов, и работа ведется с интервалами времени, обычно более
продолжительными, чем при решении повседневных задач. Из этого рассуждения вытекает
вопрос об определении того, как административные единицы могут реализовать функции
управления в различных временных масштабах, опираясь на конкретные базы данных?
100

В случае ГИС для управления городским хозяйством обновление отдельных видов информации
должно осуществляться ежедневно (кадастры, сети...). Такое обновление возможно лишь
благодаря тому, что город располагает данными, людскими ресурсами и опытом (зачастую по
соглашению с организациями-поставщиками информации) и разработанными методиками
обновления информации. Но как же быть с покупными базами данных, для которых
обновление представляется более затруднительным?

Могут ли темпы обновления баз данных сторонних поставщиков по своей сути соответствовать
темпам деятельности, осуществляемой административной единицей? Этот вопрос должен
наиболее серьезно приниматься во внимание на промежуточных территориальных уровнях.
Нельзя утверждать о том, что созданная база данных является полезной, если темпы ее
изменения отстают от оперативных потребностей административной единицы.

Задача определения времени обновления баз данных должна быть поставлена однозначно,
особенно — для городской среды с высокой динамикой происходящих процессов. Это является
одним из основных препятствий для оптимального применения технических средств ГИС.
Лишь отдельные административные единицы осведомлены о наличии такого «подводного
камня» (в большей степени концептуального, нежели технического), как необходимость
хранения, например, с одной стороны данных переписи населения (с периодичность
обновления в 10 лет), данных аэрофотосъемки, обновляемых раз в год, и технических данных,
обновляемых ежедневно, и т.п., и обеспечение последовательности их изменения.

Обеспечение достоверности информации, тесно связанной с тем, насколько она «свежая»,


примет еще большее значение по мере бурного роста в последующие годы набора средств
доступа к данным, передаваемым при помощи вычислительных сетей. К этому моменту
соотношение между данными резидентного типа и данными, доступ к которым осуществляется
на расстоянии, а также управление взаимодействием этих видов данных несомненно станет
одним из ключевых элементов, влияющих на жизнеспособность ГИС.

Таким образом, ГИС являются сегодня средствами, без которых нельзя обойтись в управлении
городским хозяйством. Развитие баз географических данных, наработка «ноу-хау» и
совершенствование технических средств и методов все в большей степени делает их
неотъемлемым звеном процесса изучения и благоустройства городской среды.

Такая эволюция выражается в частности в переходе от понятия ГБД (Городской банк данных) к
понятию SIGU (Городская географическая информационная система). Тем не менее, сложность
городского хозяйства и его территориальной интеграции с использованием различных
масштабов в настоящее время еще не полностью принимается во внимание в городских ГИС.

Еще предстоит пройти длинный путь для достижения оптимального соотношения отдачи,
обеспечиваемой этими инструментами, и применения опыта, накопленного специалистами
города, с возможностями доступа к информации, формируемой аналитическими средствами.

Путь, пройденный за 30 лет, и ускорение развития в последнем десятилетии (доказательством


чего служит разнообразие списка литературы к этому документу), показывают, что
рассматриваемый предмет, разработанный на основе умозаключений и методологии, может
лишь являться вспомогательным средством для тех, кто кровно заинтересован в лучшем
понимании и совершенствовании управления территориальными единицами.
101

литература

AILLAUD V.
Que sont devenues les banques de données urbaines ? [ Какова судьба банков городских
данных?]]
in SIGAS, Vol. 2, n° 1, 1992.- pp.15-27

ASCHER F., BRAMS L. et al.


Les territoires du futur. [ Территории будущего ]
Paris, DATAR/Editions de l'Aube, 1993.- 183 p.
CDU 27861

BOUET E.
La communication directe avec le SIG : l'expérience d'Issy-les-Moulineaux. in : ESRI '98 :
diffusion, expériences, données, cartographie, méthodologie. [ Непосредственный обмен
данными с ГИС : опыт города Исси-ле-Мулино]]
Paris, Hermès, 1998.- pp.31-35

CHEVALIER J.
Implantation d’un SIRS en milieu municipal : problème d’informatisation ou problème
d’organisation ? in : Actes du colloque : La géomatique, voir… à sa mesure. [ Внедрение SIRS
в муниципальной среде : проблема компьютеризации или проблема организационного
характера ? ]
Montréal, Association de géomatique municipale du Québec, nov. 1990

DIRECTION DE L'ARCHITECTURE ET DE L'URBANISME (DAU)


La composition urbaine ; note et essai bibliographique. [ Состав городского хозяйства,
заметки и библиографическое эссе ]
Paris-La Défense, MELTT / DAU / CDU, 1996.- 84 p.
CDU 33870

DAULL B.
Editorial. [ Редакционная статья в Gйnie urbain]]
in Génie urbain n° 397, mai 1993.- pp.3
CDU

DICKINSON H., CLAKINS H.


The economic evaluation of implementing a GIS. [Экономическое обоснование внедрения
ГИС ]
in IJGIS, Vol. 2, n° 4, 1988.- pp.307-327
IGN

DIDIER M.
Utilité et valeur de l'information géographique. [В чем состоит ценность и польза
географической информации ? ]
Paris, Economica, 1991.- 255 p.
CDU 22694 ; IGN 58924

DIDIER M., BOUVEYRON C.


Guide économique et méthodologique des SIG. [ Экономический и методологический
справочник по ГИС ]
102

Paris, Hermès, 1993.- 320 p.


CDU 28733

DoE
Handling Geographic information. Report to the Secretary of State for the Environment of the
Committee of enquiry into the Handling of Geographic information, Chairman Lord Chorley,
HMSO. [ Работа с географической информацией, Отчет государственному секретарю по
вопросам окружающей среды комитета по изучению работы с географической
информацией ]
Londres, 1987.- 210 p.

DUPUY G.
L’informatisation des villes. [ Компьютеризация городов ]
Paris, PUF, 1992.- 127 p. (coll. Que sais-je n° 2701)
CDU 27123

EUROVISTA
Les SIG dans les collectivités territoriales. [ГИС в территориальных административных
единицах ]
Paris, Nouvelles Editions Européennes, 1995

FOURNILLIER J.-M.
Problématique des villes françaises en matière de banques de données urbaines. [ Вопросы, с
которыми встречаются города Франции в области городских банков данных ]
in Actes du séminaire CNIG/AFI3G, Paris, 22-23 déc. 1989

GAUDEMAR J.-P. de
L'aménagement du territoire. in : Encyclopédie de la Géographie (Bailly, Ferras, Pumain, ed.). [
Благоустройство территорий, Географическая энциклопедия ]
Paris, Economica, 1992.- pp.1023-1043
CDU 28167

HOUSSAY P.
Base-îlots IGN-INSEE. in : ESRI '98 : diffusion, expériences, données, cartographie,
méthodologie. [Базовые участки IGN-INSEE в ESRI'98 : распространение, опыт, данные,
кртография, методология ]
Paris, Hermès, 1998.- pp.117-124

IETI
Observatoire gйomatique. [ Вестник географических информационных технологий ]
Mâcon, IETI, 1998
IGN

JOLIVEAU T.
De la gestion à l'analyse des villes : un panorama des SIG urbains. in : Télédétection et
systèmes d'information urbains (C. Weber, F. Dureau, dir.). [ От управления городами к
анализу: обзор городских систем ГИС ]
Paris, Anthropos, 1995.- pp.29-39
CDU 32324

LACOUR C., PUISSANT S.


Géographie appliquée et science des territoires. in : Encyclopédie de la géographie, (Bailly,
Ferras, Pumain, ed.). [Прикладная география и наука о территориях, Географическая
энциклопедия ]
Paris, Economica, 1992.- pp.1003-1021
CDU 28167

MAGUIRE D.J.
An overview and definition of GIS. in : GIS : principles and applications (Goodchild, Maguire,
103

Rhind, ed.). [ Обзор и определение систем ГИС ]


Londres, Longman, 1991.- pp.9-20

MARTIN D.
Optimizing census geography : the separation of collection and output geographies. [
Оптимизация географии переписи населения: разделение сбора и вывода географических данных
]
in IJGIS, Vol. 7, n° 12, 1998.- pp.673-685
IGN

NIJKAMP P., SCHOLTEN H.J.


Spatial information systems : design, modelling and use in planning. [ Пространственные
информационые системы : проектирование, моделирование и применение при
планировании ]
in IJGIS, Vol. 7, n° 1, 1993.- pp.85-96
IGN

PROUZET M., HERNANDEZ A.


Du difficile ajustement des systèmes d'information aux besoins des gestionnaires urbains. in :
Télédétection et systèmes d'information urbains (C. Weber, F. Dureau, dir.). [ Трудности
адаптации информационных систем к потребностям управления городским хозяйством ]
Paris, Anthropos, 1995.- pp.41-54
CDU 32324 ; IGN 63979

ROUET P.
Les SIG et MERISE questions de méthode. [ ГИС и MERISE - методические вопросы ]
in SIGAS, Vol. 1, n° 2, 1991.- pp.153-179

WACHTER S.
Institutions et enjeux pour l'aménagement des territoires. in : Entre l'Europe et la
décentralisation : les institutions territoriales françaises (J.-C. Nemery, S. Wachter, dir.). [
Организации и задачи благоустройства территорий ]
Paris, DATAR/Editions de l'Aube, 1993.- pp.19-30
CDU 32774

WEBER C.
De la banque de données urbaines au SIGU. in : Télédétection et systèmes d'information
urbains (C. Weber, F. Dureau, dir.). [ От банка городских данных к Городской
географической информационной системе ]
Paris, Anthropos, 1995.- pp.15-27
CDU 32324

WILCOX D.
Comment on the economic evaluation of implementing a GIS. [Комментарии к
экономическому обоснованию внедрения ГИС ]
in IJGIS, Vol. 4, n° 2, avril-juin 1990.- pp.203-210
IGN
104
105

SYSTEMES D’INFORMATION
GEOGRAPHIQUE

aspects économiques, juridiques et organisationnels


et applications en aménagement et en urbanisme
29
BIBLIOGRAPHIE

29
GEOGRAPHICAL INFORMATION SYSTEMS - economic, legal and organisational aspects and applications in
planning and in urbanism ; bibliography. SISTEMAS DE INFORMACIÓN GEOGRÁFICA - aspectos económicos,
jurídicos y de organización y aplicaciones de acondicionamiento y de urbanismo ; bibliografía. СИСТЕМЫ
ГЕОГРАФИЧЕСКОЙ ИНФОРМАЦИИ - экономические, юридические и организационные аспекты, и применение в
благоустройстве и городском хозяйстве ; библиография.
106

sommaire

1. OUVRAGES GENERAUX

2. L’INFORMATION GEOGRAPHIQUE DANS LE CONTEXTE


DANS LE CONTEXTE DE LA SOCIETE DE L’INFORMATION
aspects économiques et juridiques
Développement du marché de l’information géographique et des SIG
Evolution des règles juridiques et économiques
Normalisation, interopérabilité et métadonnées
Aspects économiques

3. APPLICATIONS ACTUELLES
DE L’INFORMATION GEOGRAPHIQUE NUMERIQUE
EN URBANISME ET HABITAT
Aménagement du territoire, planification des territoires
et modélisation des dynamiques urbaines
Planification et conception urbaines
Gestion foncière et plan cadastral informatisé
Aménagement urbain et architecture (paysage urbain)
Génie urbain : gestion technique urbaine et systèmes d’information urbains
Habitat et logement
SIG et collectivités territoriales : applications multiples
Environnement urbain
Observatoires thématiques locaux

4. IMPACT SUR LES ASPECTS PROFESSIONNELS


ET L’ORGANISATION DU TRAVAIL
Nouveaux usages de la cartographie
Outils d’analyse et d’aide à la décision
Appropriation de l’outil
Irruption du multimédia
Développement de l’accès télématique dans les milieux professionnels : Internet
Evolution des métiers
Impact sur l’organisation du travail
Impact de la prise en compte de la dimension temporelle sur les méthodes
Impact de l’évolution de la demande sur les milieux professionnels

5. SOURCES DOCUMENTAIRES DE L’INFORMATION GEOGRAPHIQUE


Organismes d’animation et de coordination en information géographique
Documents sur l’ensemble des SIG et des données géographiques
Références de glossaires
Périodiques cités
Localisation des documents
107

contents

1. GENERAL WORKS

2. GEOGRAPHICAL INFORMATION IN THE CONTEXT


OF THE INFORMATION SOCIETY
Economic and legal aspects
Study on the geographical information market and the SIG
History of the appearance of legal and economic rules
Standardisation, interoperability and meta-data
Economic aspects

3. CURRENT APPLICATIONS
FOR COMPUTERISED GEOGRAPHICAL INFORMATION
IN TOWN PLANNING AND HABITAT STUDIES
Regional planning, planning for the territories
and modelling for urban dynamics
Urban planning and conception
Financial management and computerised cadastral plan
Urban planning and architecture (urban landscape)
Urban engineering : urban technical management
and urban information systems
Habitat and housing
GIS and territorial communities : multiple applications
Urban environment
Local thematic observatories

4. IMPACT ON PROFESSIONAL ASPECTS


AND THE ORGANISATION OF WORK
New uses for cartography
Tools for analysis and help for decision-making
Suitability of the tool
The multimedia revolution
Development of computerised access
for professional groups : Internet
Evolution of the professions
Impact on the organisation of work
Impact of taking into account the dimension of time in the methods
Impact of the increase in demand on the professional groups

5. DOCUMENTARY SOURCES FOR GEOGRAPHICAL INFORMATION


Organisations promoting
and of co-ordinating geographical information
Documents on all the SIG and geographical data
References for glossaries
Journals quoted
How to find the documents
108

índice

1. OBRAS GENERALES

2. LA INFORMACIÓN GEOGRÁFICA EN EL CONTEXTO


DE LA SOCIEDAD DE LA INFORMACIÓN
Aspectos económicos y jurídicos
Desarrollo del mercado de la información geográfico y de los SIG.
Evolución de las reglas jurídicas y económicas
Normalización, interoperabilidad y metadatos
Aspectos económicos

3. APLICACIONES ACTUALES DE LA INFORMACIÓN GEOGRÁFICA NUMÉRICA


EN EL URBANISMO Y EL HÁBITAT
Acondicionamiento del territorio, planificación territorial
y modelización de las dinámicas urbanas
Planificación y diseño urbanos
Gestión territorial y plan catastral informatizado
Acondicionamiento urbano y arquitectónico (paisaje urbano)
Ingeniería urbana : Gestión técnica urbana
y sistemas urbanos de información
Hábitat y alojamiento
SIG y colectividades territoriales : aplicaciones múltiples
Entorno urbano
Observatorios temáticos locales

4. IMPACTO SOBRE LOS ASPECTOS PROFESIONALES


Y LA ORGANIZACIÓN DEL TRABAJO
Nuevas utilizaciones de la cartografía
Herramientas de análisis y de ayuda a la decisión
Apropiación de la herramienta
Irrupción del multimedia
Desarrollo del acceso telemático
en los medios profesionales : Internet
Evolución de los oficios
Impacto sobre la organización del trabajo
Impacto de la toma en cuenta
de la dimensión temporal sobre los métodos
Impacto de la evolución de la demanda
sobre los medios profesionales

5. FUENTES DOCUMENTALES DE LA INFORMACIÓN GEOGRÁFICA


Organismos de animación y de coordinación
en información geográfica
Documentos sobre el conjunto de los SIG
y los datos geográficos
Referencias de glosarios
Periódicos citados
Localización de los documentos
109

содержание

1. ОБЩИЕ ИЗДАНИЯ

2. ГЕОГРАФИЧЕСКАЯ ИНФОРМАЦИЯ
В КОНТЕКСТЕ ИНФОРМАЦИОННОГО ОБЩЕСТВА
экономические и юридические аспекты
Развитие рынка географической информации и ГИС
Развитие юридических и экономических правил
Стандартизация, взаимодействие и метаданные
Экономические вопросы

3. СОВРЕМЕННЫЕ ОБЛАСТИ ПРИМЕНЕНИЯ ЦИФРОВОЙ


ГЕОГРАФИЧЕСКОЙ ИНФОРМАЦИИ
В ГОРОДСКОМ И ЖИЛИЩНОМ ХОЗЯЙСТВЕ
Благоустройство территории, планирование территорий
и моделирование динамики развития городского хозяйства
Планирование и концепции городского хозяйства
Управление земельными участками
и компьютеризированный кадастровый план
Благоустройство городов и архитектура (городской пейзаж)
Городские инженерные службы: техническое управление
городским хозяйством и городские информационные системы
Жилой и квартирный фонд
ГИС и территориальные административные единицы:
многочисленные способы применения
Экология городской среды
Местные тематические обзоры

4. ВЛИЯНИЕ НА ПРОФЕССИОНАЛЬНЫЕ АСПЕКТЫ И ОРГАНИЗАЦИЮ ТРУДА


Новые виды применения картографии
Средства для проведения анализа и принятия решений
Обоснование применяемых средств
Вторжение мультимедийных средств
Развитие дистанционного доступа
в профессиональной среде: Internet
Эволюция профессий
Влияние на организацию труда
Влияние учета временных рамок на методы
Влияние изменения спроса на профессиональные круги

5. ДОКУМЕНТАЛЬНЫЕ ИСТОЧНИКИ ГЕОГРАФИЧЕСКОЙ ИНФОРМАЦИИ


Организации по управлению
и координации географической информации
Документы о всем комплексе ГИС и географических данных
Ссылки на словари терминов
Цитируемые периодические издания
Местонахождение документов
110

1
OUVRAGES GENERAUX

BURROUGH (P.A.), MCDONNELL (R.A.)


Principles of geographical information systems
ème
Oxford, Oxford University press, 1998.- 333 p., 18 X 24 cm, bibliogr. ; ISBN : 0-19823365-5 ; 2 éd. ;
en anglais (coll. Monographs on soil ans resources survey, 12)
Les systèmes d'information géographique sont de plus en plus utilisés dans le monde. Ce livre décrit
et explique les principes de ces systèmes qui sont importants pour beaucoup d'applications
concernant le recensement et l'analyse des ressources environnementales et naturelles.
IGN 68303 ; IA 35506 (éd. 1994)

PORNON (Henri)
Systèmes d’information géographique, pouvoir et organisations : géomatique et stratégies
d’acteurs
Paris, L’Harmattan, 1998.- 255 p., bibliogr.
L’auteur, consultant spécialiste des SIG depuis 1987, aborde les conflits de pouvoir que suscite
l’introduction des SIG dans les organisations, en étudiant une dizaine de projets au regard des
concepts de la sociologie des organisations et des concepts systémiques du nouveau management.
Tout informaticien ou géomaticien peut trouver, dans cet ouvrage, de quoi alimenter sa réflexion sur
l’utilité de l’informatique, la conduite de projet, la transformation des organisations à l’aide des
nouvelles technologies ou la légitimité de ses interventions.
IGN 68251 ; CDU 36712

CONSEIL NATIONAL D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE (CNIG) ; AFIGEO


Maîtrise d'ouvrage SIG [fiches techniques]
Paris, CNIG, 1997.- 45 p., 16 x 21 cm
En dix courtes fiches, le CNIG aborde des exemples d’applications au travers de SIG pour les
communes (plans de ville, voirie), explicite les choix techniques, informe sur les sources de données et
les conventions possibles avec la DGI, apporte un éclairage sur la normalisation et les aspects
juridiques des données géographiques, et enfin, liste des documents de référence.
IGN 66333

DEMERS (M.N.)
NEW MEXICO STATE UNIVERSITY
Fundamentals of geographic information systems
New York, John Wiley & sons, inc., 1997.- 486 p., 18 x 26 cm, glossaire ; en anglais
IGN 67726

GAYTE (Olivier), CHEYLAN (Jean-Paul), LIBOUREL (Thérèse), LARDON (Sylvie)


Conception des systèmes d’information sur l’environnement
Paris, Ed. Hermès, 1997.- 153 p. index, bibliogr. (coll. Géomatique)
La conception d'un système d'information sur l'environnement nécessite la réalisation d'un système
informatique associant SIG, base de données, modèle mathématique, système expert. Pour créer ce
système, une méthode appelée POLLEN (procédure pour l'observation et la lecture de
l'environnement) est présentée. Les problèmes posés par la représentation de l'espace, du temps, des
champs continus, des agrégations spatiales ou de la dynamique des systèmes sont abordés.
IA 38574 ; IGN 68270

JONES (C.B.)
UNIVERSITY OF GLAMORGAN - ROYAUME-UNI
Geographical information systems and computer cartography
Edinburgh, Longman, 1997.- 319 p., 19 x 24 cm, bibliogr. ; en anglais ; ISBN : 0-582-04439-1
IGN 67728
111

CARON (Claude)
Cadre descriptif des projets d’implantation de technologies géomatiques dans les
organisations
Québec, CRG - Université de Laval, 1996.- thèse de doctorat
http ://www.bibl.ulaval.ca

COMITE DIRECTEUR DES APPLICATIONS TECHNIQUES ET SCIENTIFIQUES DE


L'INFORMATIQUE (CODATSI)
Des données localisées aux systèmes d'information géographique : conseils aux services
Paris-La Défense, MELTT-DPS, 1996.- 149 p., 16 x 23 cm, fig., tabl., ann., bibliogr.
Ce guide s'adresse aux services déconcentrés du Ministère de l'équipement. Il a pour but de faciliter
les relations entre les différents acteurs, de stimuler les changements organisationnels et de
professionnaliser les méthodes d'acquisition, de traitement, de gestion et d'échange de données
localisées destinées à alimenter les systèmes d'information géographique. Le premier chapitre
rappelle les concepts et la terminologie se rapportant aux données localisées. Le second présente les
acteurs intervenant dans la gestion des données. Le troisième plaide pour une professionnalisation
des comportements en la matière. Enfin, le dernier chapitre propose un ensemble de
recommandations pour construire et gérer les systèmes d'information géographique dans les services.
CDU 33797 ; DCN 72-272 ; IGN 64968 ; DRE T.2047

DENEGRE (Jean), SALGE (François)


INSTITUT GEOGRAPHIQUE NATIONAL (IGN)
Les systèmes d’information géographique
Paris, PUF, 1996.- 128 p., bibiogr. (coll. Que sais-je ?)
En premier lieu, les auteurs présentent la notion d’information géographique et précisent ce que sont :
les systèmes de référence de localisation, la structuration des données et leurs modèles conceptuels
et le sens particulier des notions générales de qualité, d’échange de données, de normalisation
appliquées à l’information géographique. Ils décrivent ensuite, les principaux modes d’acquisition des
données et donnent un aperçu des applications actuelles des SIG. Ils traitent enfin des aspects
juridiques, économiques et prospectifs ; ils concluent sur l’état et les modalités de la concertation entre
partenaires du secteur.
IGN 64969

PANTAZIS (Dimos), DONNAY (Jean-Paul)


La conception de SIG : méthode et formalisme
Paris, Ed. Hermès, 1996. - 343 p., index, bibliogr., tabl. (coll. Géomatique)
La méthode MECOSIG propose un outil spécifique à la conception des systèmes d'information
géographique (SIG) informatisés. Cette méthode, déjà appliquée dans plusieurs projets géomatiques
nationaux et internationaux, consiste en un ensemble de principes, démarches et outils théoriques,
notamment de formalismes de modélisation, applicables à l'analyse et à la conception des SIG dans
les organisations. La modélisation des données et traitements géographiques est assistée par un
nouveau formalisme conceptuel : CONGOO (conception géographique orientée objet).
CDU 34658 ; IGN 64991 ; IA 37905

SCHOLL (Michel), VOISARD (Agnès), PELOUX (Jean-Paul), RAYNAL (Laurent), RIGAUX (Philippe)
SGDB géographiques : spécificités
Paris, International Thomson Publishing France, 1996.- 185 p., bibliogr.
Les auteurs étudient les spécificités de l’information géographique mal prises en compte par la
technologie actuelle des SGBD. A partir d’exemples, ils illustrent les problèmes méritant d’être
clairement identifiés et résolus ayant trait à la gestion des données issues des applications à
thématique géographique.
IGN 66024

UNWIN (David J.)


GIS, spatial analysis and spatial statistics
in Progress in human geography (Royaume-Uni), nr.4, 20, 1996.- S.540-551, lit. ; en anglais ; ISSN :
0309-1325
ORLIS
112

BERNARD (Jean-Louis), ESSEVAZ-ROULET (Michel)


Mise en oeuvre d'un système d'information géographique
Voiron, Ed. de La Lettre du cadre territorial, 1995.- III-145 p., tabl., bibliogr. (coll. Dossiers d'experts)
Après des généralités sur les systèmes d'information géographique, l'étude présente les
caractéristiques des applications logicielles pour SIG, la conduite du projet informatique et la
numérisation du plan cadastral.
CDU 31669 ; IA 36395

FRANK (A.U.) et al.


DEPARTMENT OF GEOINFORMATION ; TECHNICAL UNIVERSITY VIENNA
Geographic information systems - materials for a post-graduate course
Vienne, Technical University Vienna, 1995.- 3 vol., 898 p., 15 x 21 cm, bibliogr. ; en anglais (coll.
Geoinfo series n° 4, 5, 6)
IGN 64245

BEGUIN (Michèle), PUMAIN (Denise)


La représentation des données géographiques. Statistique et cartographie
Paris, Armand Colin, 1994.- 192 p., cartes, fig., tabl., graph., bibliogr. (avec la collab. d'Elisabeth
PASCARD ; coll. Cursus)
Neuf chapitres présentent successivement : les notions fondamentales de la cartographie et de
l'information géographique ; les règles de la sémiologie graphique ; les méthodes de traitement et de
représentation des données (informations qualitatives nominales ; discrétisation des séries statistiques
; représentations des informations ordonnées et quantitatives). Les chapitres suivants abordent les
techniques de représentation simultanée de deux caractères, l'utilisation des graphiques fonctionnels
et les modes de représentation des résultats d'analyse multivariée.
CDU 30569 ; DRE 7711 ; IGN 62637

BURROUGH (P. A.)


Principles of geographical information systems for land resources assessment
Oxford, Oxford university press, 1994.- XIII p. + 194 p., index, fig., bibliogr. ; 2ème éd. (coll.
Monographs on soil and ressources survey, 12)
Les systèmes d'information géographique sont de plus en plus utilisés dans le monde. Ce livre décrit
et explique les principes de ces systèmes qui sont importants pour beaucoup d'applications
concernant le recensement et l'analyse des ressources environnementales et naturelles.
IA 35506

ECOBICHON (Claude)
L'information géographique : nouvelles techniques, nouvelles pratiques
Paris, Ed. Hermès, 1994.- 122 p., 17 x 24 cm, notes, bibliogr. (coll. Perspectives)
Réflexion sur la dimension culturelle des difficultés techniques, juridiques et économiques du secteur
de l'information géographique. Il est question du marché de l'information géographique, du traitement
des données et des réactions du milieu professionnel et politique face aux innovations technologiques.
Le sujet central n'est pas tant la technique en elle-même que la façon dont en usent les techniciens.
CDU 29534 ; IGN 62239

DIDIER (Michel), BOUVEYRON (Catherine)


CONSEIL NATIONAL D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE (CNIG)
Guide économique et méthodologique des SIG
Paris, Ed. Hermès, 1993.- 330 p., ill., tabl., cartes, ann., glossaire, index, bibliogr. ; ISBN : 2-86601-
384-0 (coll. Géomatique)
Guide pour l'élaboration des systèmes d'information géographique (SIG), cet ouvrage explique ce
qu'est un SIG, l'utilité de l'information géographique, le coût d'un système et comment évaluer et
conduire son projet. Il présente des exemples de réalisations de SIG sur des villes (St-Nazaire,
Mulhouse, Marseille, Arles, Colombes, Fréjus, Nîmes) ainsi que sur le département de l'Hérault. Des
exemples de SIG par domaine d'application sont proposés : gestion de l'eau, modes d'occupation du
sol, images SPOT, routes, gestion des espaces naturels, développement économique, etc.
IGN 61525 ; CDU 28733 ; IA 33688 ; DCN 72-270 ; FRANCIS

LAURINI (Robert), MILLERET-RAFFORT (Françoise)


Les bases de données en géomatique
113

Paris, Ed. Hermès, 1993.- 340 p., bibliogr., index, tabl. (coll. Traité des nouvelles technologies, série
Géographie assistée par ordinateur)
Après avoir présenté les caractéristiques des données géographiques, l'étude évoque la culture des
bases de données, met l'accent sur les spécificités des bases de données géographiques et aborde
des techniques avancées en matière de base de données dans les systèmes d'information
géographique.
CDU 29077 ; IGN 61567 ; IA 34368

BERNHARDSEN (T.)
Geographic information systems
Arendal (Norvège), VIAK IT, 1992.- 318 p., 16 x 24 cm, bibliogr. ; ISBN : 82-991928-3-8 ; en anglais
IGN 60895

LAURINI (R.), THOMPSON (D.)


Fundamentals of spatial information systems
Londres, Academic Press, 1992.- 680 p., 16 x 24 cm, bibliogr. ; ISBN : 0-12-438380-7 ; en anglais
(coll. APIC series n° 37)
IGN 60463

PORNON (Henri)
Les SIG : mise en oeuvre et applications
Paris, Ed. Hermès, 1992.- 159 p., ind., bibliogr. (coll. Traité des nouvelles technologies. Série
géographie assisté par ordinateur)
Ouvrage de synthèse et guide pratique pour le choix, la mise en place et l'utilisation d'un système
d'information géographique (SIG). Historique sur l'évolution des technologies du traitement de
l'information ; présentation des SIG et de leurs utilisations, de leur inscription au sein d’autres outils
informatiques de l'organisation, des utilisateurs de SIG, du marché et de son évolution prévisible. Mise
en oeuvre d'un SIG sous ses aspects méthodologiques, économiques, humains et organisationnels
puis institutionnels. Aspects techniques de la mise en oeuvre : matériels et périphériques, logiciels et
fournisseurs, applications, données et évolution du système.
CDU 27229 ; IGN 60747 ; IA 32757 ; EPC NY4930

PORNON (Henri)
SERVICE TECHNIQUE DE L'URBANISME (STU)
Systèmes d'information géographique pour petites communes : guide méthodologique
Paris, STU, 1992.- 127 p., tabl., bibliogr. (dir. C. Hortefeux)
Ouvrage pratique sur les systèmes d'information géographique (SIG) et les banques de données
urbaines (BDU) pour les communes de moins de 20.000 habitants ; il donne une définition d’un SIG,
de son intérêt, de ses données. Il liste les questions techniques, économiques, humaines,
organisationnelles et institutionnelles à se poser pour mettre en oeuvre un SIG. Il donne une méthode
pour la conduite des projets de SIG : étude d'opportunité, de faisabilité, les étapes et les délais. Il
présente trois séries de fiches relatives aux méthodes de réalisations dans une dizaine de communes
et quelques logiciels parmi les plus courants.
CDU 26138 ; DRE 7078 ; IAB 2871 ; IA 31493 ; DCN 72-263 ; EPC NY4524 ; TU ST11 2562 ; IGN
60459

ROUET (P.)
ATELIER PARISIEN D’URBANISME (APUR)
Les données dans les systèmes d’information géographique
Paris, Ed. Hermès, 1991.- 278 p., fig., bibliogr. ; ISBN : 2-86601-295-X
Cet ouvrage rappelle les éléments essentiels nécessaires aux SIG : la forme de la terre et les
systèmes de référence, la constitution et la saisie des différentes données cartographiques. Il dresse
un panorama de l’offre de données informatisées pour SIG avant d’aborder quelques grandes
questions encore d’actualité : la qualité et la précision des données, la gestion des données et la
liaison entre données géométriques et données attributaires.
IGN 60051

DIDIER (M.)
SERVICE TECHNIQUE DE L'URBANISME (STU) ; CONSEIL NATIONAL D'INFORMATION
GÉOGRAPHIQUE (CNIG)
114

Utilité et valeur de l’information géographique


Paris, Economica, 1990.- 255 p., fig., tabl., bibliogr. ; ISBN : 2-7178-1898-7
L’information géographique est une nécessité économique de base. Mais peut-on en mesurer la valeur
? L’auteur montre que l’analyse économique peut être appliquée utilement au secteur de l’information
géographique. Les méthodes coût-bénéfice apportent des éléments essentiels avant le lancement d’un
projet pour faire le meilleur choix ou bien sa réalisation pour l’évaluer. Ouvrage toujours d’actualité.
CDU 22694 ; IGN 58924

PEUQUET (D.J.), MARBLE (D.F.)


Introductory readings in geographic information systems
Londres, Taylor & Francis, 1990.- 371 p., 17 x 26 cm, bibliogr. ; en anglais ; ISBN : 0-85066-856-5
IGN 60123
115

2
L’INFORMATION GEOGRAPHIQUE
DANS LE CONTEXTE
DE LA SOCIETE DE L’INFORMATION
aspects économiques et juridiques

AFIGEO ; CONSEIL NATIONAL D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE (CNIG)


Eléments pour un débat national : l’information géographique française dans la société de
l’information : état des lieux et propositions d’action
Paris, 1998.- 34 p.
Ce livre blanc rédigé par le CNIG et l’AFIGEO à partir d’études lancées en 1996 et 1997 avec l’aide de
différents instances et organismes, dresse un état des lieux avant de détailler les enjeux de
l’information géographique et de proposer des actions autour de l’offre de données, l’exportation, la
normalisation et la qualité des données, la recherche et la formation. A côté de ce livre blanc, un forum
est ouvert à tous pour débattre sur ces questions.
CDU 37515 ; www.CNIG.fr/livre_bl.html

BIQUAND (Jack)
AFIGEO, l’information géographique française dans la société de l’information
in XYZ n° 75, 1998.- pp.53-56 ; ISSN : 0290-9057
L’article fait le point sur la démarche du livre blanc lancée par le CNIG et l’AFIGEO sur l’information
géographique française dans la société de l’information : la situation en France, la comparaison avec
d’autres pays européens et les Etats-Unis, les enjeux et les propositions d’action.
IGN P112

PREMIER MINISTRE ; SERVICE DE L’INFORMATION DU GOUVERNEMENT (SIG)


Société de l’information - textes de référence
1998
Textes de référence français : Le programme d’action gouvernemental : « Préparer l’entrée de la
France dans la société de l’information ». Discours d’ouverture prononcé par le Premier ministre lors
ème
de la 18 Université d’été de la communication à Hourtin (Gironde) - 25 août 1997. Autres discours,
communiqués de presse, interviews (1998, 1997 et 1996). Dossiers sur les chantiers prioritaires.
Textes de références - Union européenne : Directives, communications, résolutions communautaires.
Textes officiels nationaux des pays membres de l’Union européenne.
Textes de référence internationaux (hors Union européenne) : Textes officiels nationaux (Etats-Unis,
Australie, Canada).
http ://www.internet.gouv.fr/francais/textesref/sommaire.html

SECRETARIAT DU PLAN GEOMATIQUE DU GOUVERNEMENT DU QUEBEC


Plan géomatique du gouvernement du Québec (PGGQ)
1998
L’objectif du plan : accentuer les échanges de données à référence spatiale entre les ministères et les
organismes ; soutenir les ministères désireux de mettre au point de nouvelles méthodes de gestion qui
font appel à la géomatique.
http ://www.pggq.gouv.qc.ca

BURROUGH (Peter A.)


EUROPEAN UMBRELLA ORGANISATION FOR GEOGRAPHIC INFORMATION (EUROGI)
A European view on the global spatial data infrastructure
Emerging global spatial data infrastructure, Königswinter, Allemagne, 4-6 sept. 1996.- 10 p. ; en
anglais
116

L’auteur dresse un bref historique des initiatives relatives aux données géographiques internationales
en Europe. Il analyse les forces internes qui poussent à l’internationalisation dans l’information
géographique en Europe ainsi que les forces externes qui l’affectent, les facteurs de différence entre
pays européens et Etats-Unis, les résistances en Europe. Il propose de tirer des leçons des tentatives
de gérer les problèmes par discipline, des développements technologiques et théoriques dans
l’analyse des données géographiques et des relations entre pays développés, avant de préciser les
dangers perçus et les recommandations pour réaliser utilement les projets autour de l’information
géographique.
IGN 67323

GI 2000
Towards a European policy framework for geographic information : a discussion document
Emerging global spatial data infrastructure, Königswinter, Allemagne, 4-6 sept. 1996.- 25 p. ; en
anglais
Ce papier présente le contexte politique de l’information géographique, les raisons de l’importance de
l’information géographique et les collecteurs de l’information géographique. Il analyse les forces et les
faiblesses du marché européen. Enfin, il propose une stratégie d’évolution, des actions pratiques et
suggère d’impliquer des organisations dans cette politique de l’information géographique.
IGN 67323

GI 2000
Towards a European policy framework for geographic information : a working document. The
EGII [European geographic information infrastructure] policy document
1996.- 35 p. ; en anglais
IGN 67019 ; http://www2.echo.lu/gi/gi2000/en/gi2000dd.html

KOK B.C.
RAVI
Use and necessity of an EGII [European geographic information infrastructure]
Emerging global spatial data infrastructure, Königswinter, Allemagne, 4-6 sept. 1996.- 14 p., ann. ; en
anglais
Après avoir rappelé le développement d’une infrastructure pour l’information géographique aux Pays-
Bas, l’auteur énumère les raisons de créer une telle infrastructure au niveau européen et propose
différentes étapes de développement.
IGN 67323

SALGE (François)
INSTITUT GEOGRAPHIQUE NATIONAL (IGN) ; MEGRIN
A twelve years impact of spatial data handling research on the GIS community
SDH ’96, 7th international symposium on spatial data handling, Delft, Pays-Bas, 12-16 august 1996.-
19 p. ; en anglais
L’auteur retrace l’évolution des prémices de l’infrastructure européenne pour l’information
géographique et fait le point sur l’état actuel.
IGN 67324

OBERMEYER (Nancy)
INDIANA STATE UNIVERSITY - USA
GIS and society. in : Geographic information systems-materials for a post-graduate course
Vienne, COMETT, 1995.- pp.827-864 (coll. Geo-info 6, vol. 3 : GIS organization)
In recent years, geographic information systems (GIS) have gained greater acceptance in both the
public and private sectors. As this occurs, it means that GIS will play an increasingly larger role in our
lives, whether we are aware of it or not. These days, GIS is used for applications as varied as natural
resources and urban planning, routing delivery vehicles (both locally and cross-country), analyzing
crime data for the purpose of catching criminals, and planning national election campaign strategies.
The many and varied applications of GIS have significant implications for us, both individually and as
members of society. It is imperative that we gain an understanding of these implications.
IGN 64245
117

DEVELOPPEMENT DU MARCHE
DE L’INFORMATION GEOGRAPHIQUE ET DES SIG

CONSEIL NATIONAL D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE (CNIG)


SIG Europe : le CNIG et AFIGEO enquêtent
in XYZ n° 74, 1er trim. 1998.- pp.51-52
Le CNIG a souhaité connaître le marché français des SIG dans une perspective européenne. Le
secteur, actuellement dominé par les producteurs publics, est porteur d’espoir à condition que les
données de base à grande échelle soient rapidement complètes et que l’Etat conforte cela d’une réelle
stratégie d’ouverture au secteur économique, créant de la valeur ajoutée.
IGN P112

LAWRENCE (V.)
European geoinformation data publishing : understanding the commercial industry. in :
European geographic information infrastructures : opportunities and pitfalls
Londres, Taylor & Francis, 1998.- pp.87-99 (GISDATA 5)
Organisations are run by data ; they collect them, analyse them and, from these analyses, determine
how they might be run more effectively. In the 1980s, as more organisations adopted geographic
information systems, it became known that the cost of the hardware and software needed for a GIS
often represented only approximately 30 per cent of the final costs of implementing the GIS project ;
the majority of the budget was being spent on data collection and conversion. These percentages are
changing as the commercial data market starts to operate efficiently in the GIS arena. The 70:30 ratio
is now only representative of high value, low volume situations involving start-ups of operational
systems such as utilities. It is estimated that between 60 and 80 per cent of all data held by
government departments can be classed as geospatial, where this is defined as any data that have
associated with them some geographical referencing, including to a national grid, a postcode system,
latitude/longtitude or defined areas such as parliamentary constituencies. As government and private
sector organisations realised the huge investment they were making in the collection of data, the
organisations’ accountants started to assess the advantages and disadvantages of allowing others to
use the data that had been collected by their organisations as against using data created by third
parties. This chapter explores the emergence of the commercial geoinformation data publishing
market and considers its future.
IGN 66981

PORNON (Henri)
IETI CONSULTANTS
1992-1997 : le marché des SIG ; 1997-2002 : évolutions et perspectives
in XYZ n° 75, 1998.- pp.68-70 ; ISSN : 0290-9057
Deux publications récentes de IETI Consultants permettent de dresser un état des lieux des évolutions
et des perspectives pour le marché des SIG.
IGN P112

SALGE (F.)
INSTITUT GEOGRAPHIQUE NATIONAL (IGN)
From an understanding of European GI economic activity to the reality of a European data set.
in : European geographic information infrastructures : opportunities and pitfalls
Londres, Taylor & Francis, 1998.- pp.17-29 (GISDATA 5)
As the title suggest, this chapter is divided into two parts. The first part considers the nature of the
economic sector of geographic information. Many qualitative arguments exist in documents such as
GI2000 explaining why investing in the ‘Europeanisation’ of geographic information is so important
(CEC, 1996), but very few figures exist showing the size of the sector. Many people think that the GI
sector will influence the future of the information technology (IT) field but very few facts (or figures) are
available to prove the assertion. The second part of the chapter considers the issue from a rather
different perspective. It describes the reality of creating pan-European products. It reports on practical
experience in that field and tries to extrapolate the costs of producing a European topographical
information template on the basis of this experience. In the final section of this chapter, it is argued that
such attempts to promote the cooperation of public bodies create dilemmas for those public bodies
also involved in offering services. It also voices the user schizophrenia which combines the threat of
118

potential unfair competition from the public bodies with the request for free access to public data
(Policy Studies Institute, 1995).
IGN 66981

SYNDICAT PROFESSIONNEL DE LA GEOMATIQUE (SPDG)


Contribution du SPDG aux débats ouverts par le programme d’action gouvernemental et le livre
blanc du CNIG/AFIGEO [Manifeste du SPDG pour le développement de la géomatique]
1998.- 14 p.
Le Syndicat intervient dans le débat sur l’information géographique et expose sa réflexion et ses
propositions vis-à-vis des différents intervenants publics français.
IGN 68268 ; www.spdg.org/Manifeste.html

ANDERSEN (Arthur)
BARBIER FRINAULT & ASSOCIES
Etude sur le prix de la donnée d’information géographique : stratégies possibles pour l’Etat ;
rapport
Paris, CNIG, sept. 1997.- 200 p.
Ce rapport évoque les difficultés du marché de l’information géographique au travers de ses
spécificités, de son potentiel de développement, des prix et de l’action possible de l’Etat et des
producteurs publics.
IGN 68267

FANTUZZI (A.)
L'OGC [Open GIS Consortium] bouscule la communauté mondiale de la géomatique
in Géomètre n° 11, nov. 1997.- pp.24
L'OGC, association internationale très américaine, oeuvre sur "l'interopérabilité" des données
géographiques. A suivre ...
IGN P063

FRANK (A.U.), BURROUGH (P.), CRAGLIA (M.), MASSER (I.), RHIND (D.)
Study on policy issues relating to geographic information in Europe : final report on the work
carried out for contract code GI-policy 10338 within the framework of the impact program of the
European community
CE - DGXIII, 1997.- 76 p., 21 x 30 cm ; en anglais
L’étude délimite et clarifie « les aspects de la politique des données propres à l’information
géographique », formule des recommandations pour renforcer la sensibilisation dans ce domaine et
résoudre certains des problèmes constatés.
IGN 66982

LEGER (Christian)
INSTITUT GEOGRAPHIQUE NATIONAL (IGN)
Bilan de l’aide de l’Etat aux exportateurs français d’information géographique : rapport d’étude
Paris, CNIG, sept. 1997.- 20 p.
Inventaire des projets et actions de coopération internationale ou d’exportation ayant bénéficié d’une
aide de l’Etat ; analyse thématique ; typologie des actions et des bénéficiaires de ces financements.
IGN 67005

LITTLEJOHN (Martin)
Résultats des études lancées sur l'information géographique en Europe
in XYZ n° 72, 3ème trim. 1997.- pp.52-54
La Commission européenne développe un cadre politique pour l’information géographique en Europe,
afin de créer un environnement propice à la fourniture abondante, diversifiée et compétitive de
données géographiques. Elle a lancé trois études sur différents aspects du marché de l’information
géographique : GI-BASE pour déterminer et chiffrer le marché européen de l’information, GI-META
pour comprendre les besoins en services de métadonnées pour l’industrie européenne, GI-POLICY
pour identifier et clarifier les éléments de politique spécifiques aux informations géographiques.
IGN P112

NATIONAL RESEARCH COUNCIL


The future of spatial data and society : summary of a workshop
119

Washington, National Academy Press, 1997.- 67 p., 15 x 23 cm ; en anglais ; ISBN : 0-309-05735-3


(coll. The compass series)
IGN 68121

PRODGER (D.), SUTHERLAND (N.), WEVERS (K.), MISSAGIA (M.), HECHT (G.)
NAVIGATION TECHNOLOGIES, ORDNANCE SURVEY, EL. DA INGEGNERIA
GI-base final report : study on demand and supply for geographic information in Europe
prepared for directorate general 13 of the European commission
Royaume-Uni, Ordnance Survey, 1997.- version 1.1, 243 p., 21 x 30 cm ; en anglais
Ce rapport présente les résultats de l’étude demandée par la DG XIII sur l’évolution du marché
existant et potentiel en Europe. L’étude passe en revue les grands groupes d’utilisateurs (secteurs
d’utilisation traditionnelle, les nouveaux secteurs d’utilisation et les secteurs encore peu utilisés), les
données de base, les coûts et avantages pour la prise de décision dans les organisations utilisatrices
et propose des recommandations pour réaliser de nouvelles études.
IGN 66984

RHIND (D.)
Framework for the world
Cambridge, Geoinformation International, 1997.- 325 p., 16 x 24 cm ; ISBN : 0-470-24440-2
IGN 66712

URBATIQUE
Etude du marché européen de l’information géographique numérique
Paris, CNIG / AFIGEO, 1997.- 90 p.
Cette synthèse présente un cadrage général permettant d’évaluer la taille et le dynamisme du marché
européen, une analyse approfondie de l’offre, de la demande et de la structure du marché ainsi qu’un
recensement des freins et des obstacles au développement du marché.
IGN 68265

COOPERS & LYBRAND


ORDNANCE SURVEY
Economic aspects of the collection, dissemination and integration of government’s geospatial
information
Emerging global spatial data infrastructure, Königswinter, Allemagne, 4-6 sept. 1996.- 70 p., bibliogr. ;
en anglais
Ce rapport résume les résultats d’une étude mené par Coopers & Lybrand pour l’Ordnance Survey. Il
analyse les caractéristiques économiques essentielles de l’information géographique et la politique
gouvernementale relative à l’information géographique au Royaume-Uni. Il fait le point sur le marché
britannique pour l’information géographique collectée par le gouvernement et établit des comparaisons
avec des agences nationales aux Etats-Unis, en Australie, en France en Nouvelle-Zélande et en
Allemagne. Enfin, il explique les concepts économiques adaptés pour une analyse de coûts et de tarifs
et considère les implications pour les prix de l’information gouvernementale et la régulation
économique nécessaire.
IGN 67323

CREPEAU (Christian), PIERRE (Guy)


Télédétection satellitale : état de l'art
in SIG et télédétection n° 16, févr. 1996.- pp.7-12, tabl.
Le rôle que peut jouer l'information géographique extraite des images satellitales apparaît chaque jour
avec de plus en plus d'évidence. Ce dossier comprend deux volets : le premier est consacré aux
instruments d'aujourd'hui et de demain, et aux missions (les "véhicules" spatiaux) qui les supportent.
Le second rappelle les principales applications dans les domaines de l'aménagement, de l'agriculture,
de l'environnement, de la géologie-hydrogéologie et de la cartographie
CDU ; CA RB251(96:16) ; IGN P072

ECOBICHON (Claude)
Le « I » de SIG. in : Points de vue
in Les cahiers du génie urbain n° 11, juin 1996.- pp.31-32
120

Les SIG ne tirent pas leur originalité du seul fait qu’ils sont informatiques. Au-delà de leur aspect
technique, ils impliquent une nouvelle conception de l’information et de son traitement, recomposant le
marché des données, quel qu’en soit le secteur.
CDU

FISCHER (M.), SCHOLTEN (H.J.), UNWIN (D.), OPENSHAW (S.), CLARKE (G.), BIVAND (R.S.),
HAINING (R.), OLIVER (M.A.), GUNNINK (J.L.), et al.
Spatial analytical perspectives on GIS
Londres, Taylor et Francis, 1996.- 256 p., 17 x 26 cm, bibliogr. ; ISBN : 0-7484-0340-X ; en
anglais (coll. GISDATA n° 4)
IGN 67713

GOLDFINGER (Charles)
GEF
De l’économie de l’information vers l’économie de l’immatériel
MARI Europe 96, « Les Géoconférences », 2 au 4 avril 1996.- pp.143-150 ; en anglais
L’économie de l’information est une économie de l’immatériel : la valeur essentielle ne réside pas dans
le support physique mais dans le contenu. Les flux essentiels ne sont plus ceux des biens physiques
mais des images, des symboles et des données. On peut appréhender l’économie de l’immatériel
sous trois dimensions : la demande (les artefacts immatériels constituent les objets premiers de la
consommation), l’offre (les actifs intangibles sont les vecteurs déterminants de l’avantage concurrentiel
de l’entreprise) et le marché (la logique de l’avantage de la dématérialisation régit les relations entre
agents économiques). La nouvelle économie fonctionne selon des règles différentes. Le cyberespace
de l’Internet est l’espace-temps de l’économie de l’immatériel. Dans cet espace, les notions
traditionnelles de proximité et d’éloignement, de l’intérieur et de l’extérieur s’atténuent. Toutefois, le
cyberespace n’est pas homogène, il est infiniment différencié et individualisé.
IGN 67022

COUDERCY (L.)
Les révolutions en cours dans le monde de l'information géographique
in Signature n° 0, déc. 1994.- pp.8-10
Par son utilisation opérationnelle sous forme informatique, l’information géographique subit une série
de révolutions liées aux potentialités d’usage de l’information géographique, à la multiplication des
possibilités de traitement de l’information géographique et à l’impact de l’informatisation sur les
professions liées à l’information géographique.
IGN P245

PEEL (J.)
BUSINESS RESEARCH CENTRE
GIS in local government : market research report
Business research centre, sep. 1994.- unpaged 6pp., diags (BRC, Laystalls, Cross Hayes,
Malmesbury, Wilts SN16 9BE) RP71669A
Presents the findings of a survey of local authority planning and technical services departments, with a
higher percentage of planners responding compared with technical officers. Looks at future plans to
implement geographical information systems, which commercial databases are used, who are the
suppliers, and how satisfied users are with the systems. Also covers the subject areas of interest to
users of GIS systems.
ACOMPLINE Localisation P71669

FROISSART (Jacques)
Aspect économique et marché des systèmes d’information géographique
in Géomètre n° 11, nov. 1991.- pp.59-61
Les SIG sont devenus une activité économique réelle, avec de nombreux partenaires concernés.
Toutefois, cette activité est mal identifiée. Le marché serait moyen.
IGN P063

EVOLUTION DES REGLES JURIDIQUES ET ECONOMIQUES


121

• Textes de base

Circulaire du 20 mars 1998 relative à l’activité éditoriale des administrations et établissements


publics de l’Etat
in Journal officiel ; JO n° 69, 22 mars 1998.- pp.4301-4303
En raison du développement de l’activité éditoriale au sein d’un grand nombre d’administrations et
d’établissements publics de l’Etat, des mesures sont prises pour encadrer cette activité sans qu’elle ne
fausse la concurrence sur certains segments du marché du livre.
IGN JO

Loi n° 98-536 du 1er juillet 1998 portant transposition dans le code de la propriété intellectuelle
de la directive 96/9/CE du Parlement européen et du Conseil, du 11 mars 1996, concernant la
protection juridique des bases de données
in Journal officiel ; JO n° 151, 2 juillet 1998.- pp.10075-10077
Dipositions relatives au droit d’auteur et aux droits des producteurs de bases de données. Droits des
producteurs de bases de données. Dispositions diverses et transitoires.
CDU

COMMUNAUTE EUROPEENNE
Directive 96/9/CE du Parlement européen et du Conseil, du 11 mars 1996, concernant la
protection juridique des bases de données
in Journal officiel des Communautés européennes ; JO CE n° L 77 du 27 mars 1996.- pp. 20-28
Cette directive établit la possibilité d’une double protection pour les bases de données structurées : le
droit d’auteur, lié à la propriété intellectuelle, est un droit spécifique « sui generis » permettant
d’interdire l’extraction non autorisée d’une base de données dont la réalisation a fait l’objet d’un
investissement conséquent.
Sources d’Europe

COMMISSION DES COMMUNAUTES EUROPEENNES


Livre vert : le droit d’auteur et les droits voisins dans la société de l’information
Bruxelles, Office des publications officielles des Communautés européennes, 1995
CNIG ; Sources d’Europe DO 013813

Circulaire du 14 février 1994 relative à la diffusion des données publiques


in Journal officiel ; JO du 19 février 1994
Cette circulaire traite du cadre général de la diffusion : légitimité au regard des missions du service et
problèmes de concurrence déloyale, conditions techniques et économiques de mise en oeuvre,
tarification et modes d’encaissement.
IGN JO

CLIFFORD (A.), KOTTMAN (P.D.)


INTERGRAPH CORPORATION
Some questions and answers about digital geographic information exchange standards
ème
Reston, Intergraph Corporation, 1992.- 69 p., 14 x 22 cm ; 2 éd. ; en anglais
IGN 63768

• Autres documents
SERVICE PUBLIC

HENRY (Claude)
Concurrence et service public dans l’Union européenne
Paris, PUF, 1997.- 225 p.
Dans le cadre de l’Union européenne, il est possible d’évoluer vers un modèle où le service public soit
clairement défini et solidement assuré, où des entreprises publiques rénovées et efficaces, parce que
soumises à des formes appropriées de concurrence, continuent de jouer un rôle central, plutôt que de
découper et privatiser les entreprises de service public. L’auteur analyse des exemples tirés des pays
122

voisins : Allemagne, Pays-Bas, Suède, Grande-Bretagne et prône l’émergence d’un modèle européen
de services publics pour lesquels les impératifs de service public se combinent avec les stimulants que
sont la concurrence et la régulation.
IGN 68201

DROIT D’AUTEUR
ET PROPRIETE INTELLECTUELLE

ASLESEN (L.)
Intellectual property and mapping : a European perspective. in : European geographic
information infrastructures : opportunities and pitfalls
Londres, Taylor & Francis, 1998.- pp.127-135 (GISDATA 5)
GIS is moving from electronic versions of traditional mapping and charting products into multimedia
systems ; where the products create the basis for the use of other types of work. An endless possibility
for new applications arises. A number of legal aspects also arise, many just as important as intellectual
property. This chapter gives an overview of the legal situation on intellectual property and GIS, and
focuses on some specific GIS problems, as well as the dilemma of how to make data available without
compromising protection.
IGN 66981

BECKER (Monique), BILLOTEY (Pierre)


INSTITUT GEOGRAPHIQUE NATIONAL (IGN)
Diffusion de données géographiques et convention
MARI Europe 98, avril 1998.- 6 p.
L’investissement économique et intellectuel que supposent la production et l’accessibilité de
l’information génère des montages contractuels associant divers intervenants et générant des droits et
obligations réciproques. La nature du contrat dépend de la nature des données, de leur disponibilité et
de leur mode de collecte. La qualité de l’information géographique et la sécurité de l’utilisateur sont
des facteurs essentiels dans la définition des obligations des parties, en matière de responsabilité.
IGN 67008

LECLERE (Jean-Philippe)
Circulation des données géographiques : aspects juridiques
« La circulation des données au service des technologies de l’information géographique », Conférence
IMAR, 25 juin 1998.- 13 p.
Présentation des caractéristiques du marché de l’information géographique. Le statut des données
géographiques est exposé en termes de protections, de sanctions et de droits attribués aux créateurs.
Les restrictions d’accès à certaines données sont explicitées ainsi que les problèmes liés à la diffusion
des données (tarification et respect des règles de concurrence).
IGN 67020

ONSRUD (H.), LOPEZ (X.)


Intellectual property rights in disseminating digital geographic data, products and services :
conflicts and commonalties among EU and US approaches. in : European geographic
information infrastructures : opportunities and pitfalls
Londres, Taylor & Francis, 1998.- pp.153-167 (GISDATA 5)
It is now generally accepted by academics, government and the business community that information
has become one of our most important resources for the generation of wealth and power. The battle
over control of information systems and the content carried by them is in full fray yet the grab for
intellectual property rights has been largely ignored by the press and, as a result, seemingly has gone
unnoticed by the general public. While the press focuses on new offerings on the Internet, the latest
compter products, and issues such as cyberporn, corporations around the world have been lobbying
their governments for expansion and extension of intellectual property laws. As noted by a US law
professor in a recent editorial in the New York Times, ‘Governments are complying, granting
monopolies over information and information products that make the monopolies of the 19th-century
robber barons look like penny-ante operations’ (Boyle, 1996). Particularly bothersome in the spatial
data context is the ‘sell out’ by government agencies to corporate ‘partners’ of intellectual property
rights in core data sets upon which value added products and services might otherwise be built by a
wide diversity of private sector innovators and distributed trough a diversity of channels.
123

IGN 66981

VAN EECHOUD (Mireille M.M.)


Legal protection of geographic information in the EU. in : European geographic information
infrastructures : opportunities and pitfalls
Londres, Taylor & Francis, 1998.- pp.115-126 (GISDATA 5)
In 1995, the European umbrella organisation for Geographic information (EUROGI) commissioned
RAVI, the Netherlands council for Geographic information, to conduct a survey on the legal protection
of geographical information in the EU. Initially, the situation in five countries was reviewed in a pilot
study. Subsequently the remaining ten EU countries were researched. This chapter is based largely on
the final report of february 1996 (Eechoud, 1996).
IGN 66981

EUROPEAN UMBRELLA ORGANISATION FOR GEOGRAPHIC INFORMATION (EUROGI)


Legal protection of geographical information : copyright & related rights, bottlenecks &
recommendations
Amersfoort, EUROGI, 1997.- 70 p., 21 x 30 cm ; en anglais
Cette étude porte sur les situations juridiques de l’information géographique dans les différents pays
de la Communauté européenne au travers du copyright et des droits dérivés et formule des
recommandations en vue de l’établissement d’une directive européenne.
IGN 66975

HEIDE (Thomas)
Réinterpréter le droit au respect de l’oeuvre énoncé à l’article 6 bis de la Convention de Berne
in Bulletin du droit d’auteur, vol. XXXI, n° 3, 1997.- pp.5-20
Après avoir examiné le droit au respect de l’oeuvre, sa justification, les critiques dont il fait l’objet et le
rapport existant entre ce droit et les préoccupations relatives à l’authenticité, l’auteur propose une
interprétation du droit au respect fondée sur une approche factorielle de ce droit.
IGN P033

KEREVER (André)
Droit d’auteur et Internet : jurisprudence
in Bulletin du droit d’auteur, vol. XXXI, n° 3, 1997.- pp.40-41
Commentaire de deux décisions judiciaires qui précisent la nature et l’étendue des droits d’auteur mis
en jeu par la mise en circulation d’oeuvres protégées sur le réseau Internet et de manière générale, en
cas de transmission numérique.
IGN P033

KEREVER (André)
La problématique de l’adaptation du droit de reproduction et du droit de représentation
publique dans l’environnement numérique multimédia
in Bulletin du droit d’auteur, vol. XXXI, n° 2, 1997.- pp.4-24
Cette étude commence par le rappel des nouveaux modes d’exploitation des oeuvres protégées par le
droit d’auteur permis par les technologies de numérisation. Ce rappel permet dans une deuxième
partie, d’identifier les problèmes posés en matière de droit d’auteur par des exploitations inconnues
dans l’ère analogique. La troisième partie présente des propositions de solutions aux problèmes
recensés.
IGN P033

LECLERE (Jean-Philippe)
Droits d’auteur et diffusion de données géographiques. in : Dossier : Internet et la géomatique
in Géomètre n° 8-9, août-sept. 1997.- pp.35-37
La diffusion des bases de données géographiques sur Internet, si elle ne remet pas en cause les
principes traditionnels de droit d’auteur, rend toutefois leur application plus délicate. Regard sur : les
mécanismes juridiques susceptibles de s’appliquer à la diffusion des données géographiques ; la
diffusion sur Internet d’une œuvre protégée par le droit d’auteur ; l’évolution récente du régime
juridique des bases de données, suite à l’adoption de la directive du 11 mars 1996.
CDU ; IGN

EUROPEAN UMBRELLA ORGANISATION FOR GEOGRAPHIC INFORMATION (EUROGI)


124

Legal protection of geographical information : copyright inventory EU countries


Amersfoort, EUROGI, 1996.- 75 p., 21 x 30 cm ; en anglais
Cette étude dresse l’inventaire de l’usage du copyright dans les pays de la Communauté européenne.
IGN 66976

KEREVER (André)
Propriété intellectuelle : la détermination de la loi applicable aux transmissions numérisées
in Bulletin du droit d’auteur, vol. XXX, n° 2, 1996.- pp.11-24
L’auteur fait des remarques générales sur la territorialité du droit d’auteur avant d’examiner
l’exploitation des oeuvres par transmission numérique et la position de la Convention de Berne.
IGN P033

LARNER (Andrew)
Balancing rights in data elementary ?
Londres, Taylor & Francis, 1996.- pp.31-41 (Innovations in GIS n° 3)
This chapter summarises some of the research carried out for a PhD entiled, ‘The legal and
institutional restrictions upon the handling of digital land-related data’. It starts with a review of what is
meant by rights and interests in data. Then, examines what is meant by information and data and how
well the current legal framework protects interest in data. This chapter focuses more upon the best
method of protecting interests in a dataset rather than whether or not those rights are justified. It is
suggested that the current legal framework is inadequate for protecting rights in data. A new method of
protecting rights is proposed which is based upon the examination of the full spectrum of current
intellectual property and real property law as well as the history of copyright. The chapter concludes
with a brief assessment of the practicalities of implementing the proposed method of protecting rights
in data.
IGN 67731

LECLERE (J.-P.)
Les contraintes juridiques soulevées par l'introduction d'un système d'information
géographique
Paris, IVF Services, 1996.- 11 p., 21 x 30 cm (Séminaire SIG : connaissance et utilisation)
L’auteur présente les problèmes juridiques soulevés en droit français, lors de la collecte, du traitement
et de la diffusion des données géographiques dans le cadre d’un SIG autour de deux axes : l’accès
aux données et la diffusion des données. Il conclut sur l’importance à formaliser par convention les
relations entre partenaires.
IGN 66977

RODRIGO (Elena)
Les droits d’auteur et d’éditeur dans l’édition électronique
in Bulletin du droit d’auteur, vol. XXX, n° 3, 1996.- pp.6-17
Un débat mondial ; le livre vert de la Commission des Communautés européennes ; acquisition et
gestion des droits ; systèmes techniques d’identification et de protection ; répartition et gestion
collective ; loi espagnole sur la propriété intellectuelle.
IGN P033

Compte-rendu de la Conférence PECARI (Lille, juin 1995) : problèmes juridiques des échanges
de données informatisées
6 p., 1995
Après une introduction de J.-P. Leclere sur les motifs du débat autour de la propriété des informations
géographiques, différents intervenants (fournisseurs et utilisateurs) exposent les évolutions du droit
d’auteur dans leur pratique et leurs questions quant à la protection des données géographiques.
IGN 68266 ; www.spdg.org/Pecari/conf95.htm

LECLERE (Jean-Philippe)
Les SIG et le droit
Paris, Ed. Hermès, 1995.- 249 p., index (Mémento guide Alain Bensoussan)
Cet ouvrage traite des principales dispositions juridiques applicables aux SIG, des problèmes liés à la
propriété des données géographiques et de ceux relatifs à la responsabilité du producteur quant à la
qualité de l’information. Après une présentation générale des SIG, il est traité des droits d’auteur, de la
125

diffusion et de l’exploitation des données, de la protection des données nominatives, du cadastre, de


l’accès aux documents administratifs et de la commercialisation des données publiques.
CDU 31950 ; IGN 63731

VERCKEN (Gilles)
Guide pratique du droit d'auteur pour les producteurs de multimédia
Luxembourg, OPOCE, 1995.- 228 p., fig., tabl., bibliogr.
Une approche européenne du droit d’auteur dans le domaine du multimédia.
CP 5655

LECLERE (J.-P.), BENSOUSSAN (A.)


Les données géographiques et le droit
MARI 93, « L’information géographique numérique », exposition et conférences, CNIT, Paris-La
Défense, 7 au 9 avril 1993.- pp.90-96
La collecte et le traitement des données géographiques par un système d’information géographique
implique des investissements importants que les producteurs de base de données vont vouloir
protéger. A supposer que les données géographiques ne soient pas du domaine public, c’est le droit
d’auteur qui semble le moyen de protection le plus approprié. Des conventions passées entre les
fournisseurs et les utilisateurs devront définir avec précision les droits d’utilisation et de diffusion
notamment de produits dérivés, ainsi que les conditions financières de la cession de tels droits. Les
applications développées par les SIG associeront des données purement géographiques et des
données statistiques, économiques ayant un caractère nominatif et devront donc respecter les
dispositions de la loi du 6 janvier 1978 dite ‘’Informatique et libertés’’.
IGN 63781 ; CDU 27751(1-2)

AILLAUD (Valérie)
INSTITUT FRANÇAIS D'URBANISME (IFU)
La protection des données personnelles dans les systèmes d'information géographique mis en
oeuvre par les collectivités locales
Paris, IFU, 1992.- 101 p. + ann., fig., bibliogr.
Tout au long de cette recherche, l'auteur s'intéresse aux risques potentiels des systèmes d'information
géographique (SIG) et aux dangers de leur utilisation. Dans un premier temps, il présente et
commente le cadre légal de leur mise en oeuvre. Cette étude ne concerne que les SIG, implantés
dans les collectivités locales et se fonde sur des interviews réalisés auprès des responsables de SIG.
Dans un deuxième temps, l'auteur fait des propositions techniques, organisationnelles et juridiques
pour tous les acteurs locaux.
CDU 32378 ; IFU

BEAULIEU (B. Dr)


Incidence des droits d’auteur sur les normes d’échange des données numériques localisées :
l’expérience canadienne. Actes du colloque FI3G, 2ème Forum international de
l’instrumentation et de l’information géographiques, Strasbourg, 25 au 27 mai 1992
1992.- pp.189-194 ; résumé en anglais
Les plans, cartes, dessins ou croquis réalisés sous forme numérique sont considérés au Canada
comme des « oeuvres » artistiques ou littéraires. En conséquence, cette reconnaissance permet à
leurs concepteurs de revendiquer des droits d’auteur sur les documents numériques. Ces
reconnaissances ont pour effet d’empêcher toute reproduction ou diffusion du document original,
quelle que soit la forme de la reproduction qui devra être autorisée par le titulaire du droit d’auteur.
IGN 60410

LECLERE (Jean-Philippe)
La cartographie numérique et le droit
in Gazette du Palais du 17 et 18 juill. 1992.- pp.4-10
Après avoir rappelé ce que sont les données cartographiques, l’article expose la protection des droits
relatifs aux données cartographiques et à la production cartographique, notamment au sein des
systèmes d’information géographique et définit le cadre de responsabilité.
IGN 67007

AUTRES PROBLEMES JURIDIQUES


126

LARNER (A.)
Legal and institutional issues to be resolved with respect to the integration of European data.
in : European geographic information infrastructures : opportunities and pitfalls
Londres, Taylor & Francis, 1998.- pp.137-152 (GISDATA 5)
The integration of geographic data raises a number of legal and institutional issues. The importance of
particular issues will vary among member states. This chapter is written from the UK perspective. In
some ways, the UK position is an anomaly within the EU because of the emphasis on government cost
recovery and cross-charging within and between public sector organisations. However, it is contended
that the UK market approach has reflections in other member states and that these similarities may
become stronger as the financial effects of the increasing average age of the European population are
felt.
IGN 66981

BRUGGEMANN (H.)
MINISTRY OF THE INTERIOR, NORTHRHINE-WESTFALIA - ALLEMAGNE
Data privacy and geoinformation
International workshop « Current status and challenges of geoinformation systems » IUSM working
group on GIS/LIS, Hannovre 25-28 septembre 1995.- pp.299-306, bibliogr.
In Germany, protection of data privacy is a basic right at constitutional level, called « right on
informational self-determination ». Personal data are defined in a wide sense par Data Protection Acts
of the Federation. More and more, geoinformation is being integrated with personal data. How far it is
allowed to bring together these data in digital datasets to make use of them for public and private
purposes ? In the fields of surveying and cadastre, Survey and Cadastre Laws of the Länder made
some restrictions. But Commissioners for Data Protection are critizing cadastre offices because of their
way of handling cadastral and related information. But the Netherlands and Austria don’t see problems
in handling cadastral data in a free manner without data protection. So, the question is how a common
European understanding can be reached and how it should look like.
IGN 64222

LECLERE (Jean-Philippe)
Les SIG et le droit
Paris, Ed. Hermès, 1995.- 249 p., index (Mémento guide Alain Bensoussan)
Les principales dispositions juridiques applicables aux SIG et les problèmes liés à la propriété des
données géographiques ainsi qu’à la responsabilité du producteur quant à la qualité de l’information :
droit d’auteur, diffusion et exploitation des données, protection des données nominatives, cadastre,
accès aux documents administratifs, commercialisation des données publiques.
CDU 31950 ; IGN 63731

LEMA DEVESA (C.), TATO PLAZA (A.)


Cuáles son las implicaciones legales de un sistema de información geográfica ? [Quelles sont
les implications légales d’un SIG ?]
in Mapping (Espagne), Extr. (26), 1995.- pp.32-40
URBATERR Bibliothèque ICYT

SHAND (P.J.), IRELAND (P.J.)


The 1995 European GIS yearbook
Oxford, NCC Blackwell & Blenheim Group, 1995.- 351 p. ; en anglais
IGN 46383

Aspects juridiques et économiques des SIG


in Géomètre n° 10, oct. 1992.- pp.36-56
Cet ensemble d‘articles aborde le cadre juridique des SIG, l’incidence des droits d’auteur sur les
normes d’échanges des données numériques localisées au Canada, le secteur de l’information
géographique dans l’économie française et la rentabilité des SIG.
IGN P063

CONSEIL RÉGIONAL DE L'ORDRE DES GÉOMÈTRES EXPERTS DE STRASBOURG


31ème Congrès de l'Ordre des géomètres-experts : limite juridique et information géographique
127

Strasbourg, Conseil régional de l'ordre des géomètres experts de Strasbourg - Brumath : OGE, 1992.-
63 p. non pag., 1 doc. et 2 plaquettes
Les réflexions de ce congrès portaient sur : la détermination de l'information foncière, le système
d'information géographique (informatisation), la mensuration officielle suisse pour une information
foncière de qualité, les limites d'emprise de la voirie des communes, limite juridique et information
graphique, pour la sécurité dans les informations foncières.
CDU 26183 ; IGN 60452

Limite juridique et information géographique, 31ème Congrès national des géomètres-experts à


Strasbourg, 25 au 27 mai 1992
in Géomètre n° 7, juill. 1992.- pp.27-82
Ce dossier rassemble des articles divers sur l’analyse de la valeur de l’information foncière dans les
SIG, sur le passage du plan VRD au SIG à Strasbourg, sur la mensuration officielle suisse, sur le
cadastre d’Alsace-Moselle, sur ce que devrait être une information foncière de qualité, sur la fixation
des limites du domaine public, sur les limites d’emprise de la voirie des communes.
IGN P063

PROBLEMES LIES
AU COMMERCE ELECTRONIQUE SUR INTERNET

ALBERGANTI (Michel)
Comment attirer le chaland français sur Internet
in Le Monde du 15 sept. 1998.- pp. VI
Le rapport Lorentz met en évidence l’importance des enjeux du commerce électronique pour l’Europe.
CDU

GELLER (Paul Edward)


Les conflits de lois dans le cyberspace : le régime international du droit d’auteur
in Bulletin du droit d’auteur, vol. XXXI, n° 1, 1997.- pp.3-15
L’article présente une analyse des différents conflits possibles de lois et les principes de préférence
dans le cyberspace avant d’envisager l’éventail des solutions judiciaires possibles.
IGN P033

KEREVER (André)
Droit d’auteur et Internet : jurisprudence
in Bulletin du droit d’auteur, vol. XXXI, n° 3, 1997.- pp.40-41
Commentaire de deux décisions judiciaires qui précisent la nature et l’étendue des droits d’auteur mis
en jeu par la mise en circulation d’oeuvres protégées sur le réseau Internet et de manière générale, en
cas de transmission numérique.
IGN P033

LECLERE (J.-P.)
Droits d'auteur et diffusion de données géographiques
in Géomètre n° 8-9, août-sept. 1997.- pp.35-37
La diffusion des bases de données géographiques sur Internet, si elle ne remet pas en cause les
principes traditionnels de droit d'auteur, rend toutefois leur application plus délicate.
IGN P063

KEREVER (André)
Propriété intellectuelle. La détermination de la loi applicable aux transmissions numérisées
in Bulletin du droit d’auteur, vol. XXX, n° 2, 1996.- pp.11-24
L’auteur fait des remarques générales sur la territorialité du droit d’auteur avant d’examiner
l’exploitation des oeuvres par transmission numérique et la position de la Convention de Berne.
IGN P033

RODRIGO (Elena)
Les droits d’auteur et d’éditeur dans l’édition électronique
in Bulletin du droit d’auteur, vol. XXX, n° 3, 1996.- pp.6-17
128

Un débat mondial ; le livre vert de la Commission des Communautés européennes ; acquisition et


gestion des droits ; systèmes techniques d’identification et de protection ; répartition et gestion
collective ; loi espagnole sur la propriété intellectuelle.
IGN P033

KEREVER (André)
Le niveau de protection de droits d’auteur et voisins dans l’Accord ADPIC de Marrakech
in Bulletin du droit d’auteur, vol. XXVIII, n° 4, 1994.- pp.3-14
Après avoir rappelé le contenu des normes de protection apprécié par rapport aux conventions
internationales, l’auteur examine le contenu des droits et la spécificité de l’Accord « Aspects des droits
de propriété intellectuelle qui touchent au commerce » signé à Marrakech le 15 avril 1994, lors de
l’Uruguay Round.
IGN P033

NORMALISATION, INTEROPERABILITE ET METADONNEES

• Normalisation (dont EDIGéo)


ASSOCIATION FRANCAISE POUR LA NORMALISATION (AFNOR)
Information géographique. Description des données. Schéma spatial
Paris, AFNOR, mars 1998.- 71 p. (norme expérimentale)
AFNOR XP ENV12160

SALGE (François)
INSTITUT GEOGRAPHIQUE NATIONAL (IGN)
Point sur la normalisation dans le domaine de l’information géographique
MARI Europe 98, avril 1998.- 4 p.
Cette présentation fait le point sur les travaux de normalisation du CEN, de l’ISO en incluant les
interventions de l’Open GIS Consortium et envisage des futurs possibles pour la France et l’Europe.
IGN 67008

ASSOCIATION FRANCAISE POUR LA NORMALISATION (AFNOR)


Information géographique. Modèle de référence
Paris, AFNOR, novembre 1997.- 14 p. (norme expérimentale)
AFNOR XP ENV12009

MOELLERING (H.), HOGAN (R.), SALGE (F.), CLARKE (A.), et alii


Spatial database transfer standards 2 : characteristics for assessing standards and full
descriptions of the national and international standards in the world
New York, Elsevier + ACI, 1997.- 373 p., 21 x 31 cm ; en anglais
Après une introduction aux standards mondiaux de transfert de données, l’ouvrage présente les
activités de normalisation dans le monde par grande région (Europe, Amérique du Nord, Asie-
Pacifique et ISO) et les caractéristiques techniques pour évaluer les normes de transfert de données
géographiques. Une partie de l’ouvrage est consacrée au descriptif international des normes de
transfert par pays et organisme.
IGN 66271

Les systèmes d'information géographique


in Génie urbain. Aménagement et territoire n° 433, mars 1997.- pp.16-40
Série d'articles présentant différents éclairages pour la mise en oeuvre d'un SIG qui portent sur : les
aspects d'économie, de diffusion de données, de normalisation ou d'outils d'aide à la décision ;
l'évolution des métiers (adaptabilité à l'évolution du contexte professionnel comme à l'évolution
technologique ; la modernisation de l'application réglementaire.
CDU

CHENEZ (C.)
EUROGI et la normalisation en information géographique
129

in Géomètre n° 2, févr. 1996.- pp.49-52


EUROGI, association d’associations, regroupe des organisations nationales et pan-européennes
traitant de l’information géographique. Son rôle est de promouvoir, stimuler, encourager et supporter le
développement et l’utilisation de l’information géographique. EUROGI travaille à l’établissement d’une
infrastructure européenne de l’information géographique et propose une stratégie européenne de
normalisation.
IGN P063

FLOCHEL (J.)
La certification des échanges EDIGEO réalisée par le CNIG
in Géomètre n° 2, févr. 1996.- pp.40-41
Afin de réduire au strict minimum le coût des échanges de données géographiques entre SIG, le CNIG
a mis au point le standard d’échanges de données géographiques EDIGEO et créé une organisation
évolutive chargée de vérifier la conformité des fichiers et logiciels faisant référence à ce produit.
IGN P063

FOURNILLIER (Jean-Marie)
Systèmes d’information géographique et normalisation des données. in : Points de vue
in Les cahiers du génie urbain n° 11, juin 1996.- pp.33-35
Le développement des SIG, outils essentiels dans la gestion technique urbaine, n’est pas sans
soulever des difficultés en matière d’échange des données. J.-M. Fournillier, ingénieur en chef du
service des systèmes d’information du Grand Lyon, précise les pistes possibles en matière de
normalisation, tout en présentant le expérimentations menées par la Communauté urbaine.
CDU

LUMMAUX (J.-C.)
La normalisation en information géographique : pourquoi ?
in Géomètre n° 2, févr. 1996.- pp.32-33
Depuis plusieurs années, les activités de normalisation dans le domaine de l’information géographique
se multiplient au niveau français, européen et même mondial. Parallèlement des groupes d’utilisateurs
ont mis au point des normes sectorielles pour leurs besoins. Les motifs de ces normalisations sont à
rechercher dans l’identification des obstacles au développement de l’activité économique liée à
l’information géographique.
IGN P063

SALGE (F.)
Normalisation dans le domaine de l'information géographique : les efforts européens
in Géomètre n° 2, févr. 1996.- pp.42-48
Dès 1989, le défi de la normalisation en information géographique devenait européen. Aujourd’hui, le
rapprochement des efforts en ce domaine ne se limite plus aux seuls aspects de la normalisation
officielle. Divers organismes oeuvrent pour générer une nouvelle vision de l’information géographique,
promouvoir la mise en réseau des SIG locaux, favoriser la constitution d’un marché et d’une
infrastructure européenne, encadrer les modalités financières de mise à disposition des données sur le
territoire européen.
IGN P063

SALGE (F.)
Normalisation centrée sur les données, normalisation centrée sur les traitements : le cas "Open
GIS" [Open GIS Consortium]
in Géomètre n° 2, févr. 1996.- pp.53-56
La marche vers un SIG virtuel à l'échelle planétaire est inéluctable. L'interopérabilité des SIG ouverts
s'imposera à terme. L'Open GIS Consortium l'a bien compris, qui représente le seul courant de
standardisation à vocation généraliste, à la fois centré sur les données et les traitements et qui n'entre
pas dans un cadre normatif officiel.
IGN P063

SCLAFER (M.-N.)
Normalisation militaire et normalisation civile. Méfiance ou partage des ressources, influence
ou coopération ?
in Géomètre n° 2, févr. 1996.- pp.57-59
130

La communauté géographique de défense collabore efficacement au sein des commissions nationales


de normalisation, au sein du groupe de travail, le DGIWG. Elle a initié internationalement la
normalisation en information géographique, car la plupart des systèmes conçus pour les besoins de
défense recourent comme données de base à l’information géographique numérique. Aujourd’hui, les
géographes militaires sont engagés dans l’accompagnement des activités civiles de normalisation au
sein de l’ISO.
IGN P063

ASSOCIATION FRANCAISE POUR LA NORMALISATION (AFNOR)


Information géographique. Technique de description des données
Paris, AFNOR, avril 1995.- 33 p. (fasc. de doc.)
AFNOR FD Z52-001

ASSOCIATION FRANCAISE POUR LA NORMALISATION (AFNOR)


Technologies de l’information. Représentation normalisée des latitude, longitude et altitude
pour la localisation des points géographiques
Paris, AFNOR, avril 1995.- 7 p. (projet)
AFNOR Projet Z69-204

BARTELME (Norbert Dr)


Geoinformation and geo-data : chances and requirements for a standardized marketplace
International workshop « Current status and challenges of geoinformation systems » IUSM working
group on GIS/LIS, Hannovre, 25 au 28 sept. 1995.- pp. 235-242
Standardization is an essential ingredient as a well as a prerequisite of technological progress. Still, it
is natural that a newcomer like geoinformation technology usually does not start out with that
perspective. Its origins are widespread, and for some time it grows and prospers rather wildly in a
creative chaos. However, before it gets out-of-hand, efforts must be made to standardize the
achievements gained up to this moment. Then this intermediate result can be used as a safe
foundation for futher developments. Geoinformation technology has reached a stage where such a
standardization initiative becomes necessary in order to make geo-data and corresponding know-how
widely usable. There are various reasons why the information marketplace is now ready to make use
for geoinformation - provided that there are guarantees for standardized data access facilities and
provided that there can be an explicit assessment of the constraints and environments where geo-data
can be put to work. Pragmatically, this challenge can only be met if from the general pool of
standardization tools in information technology as many resources as possible are used, since the geo-
market segment is till small compared to the total. However, some aspects of geoinformation are
exceptions is essential for a discussion of feasible approaches to standardization.
IGN 64222

CHOLVY (Brigitte), PORNON (Henri)


IETI CONSULTANTS
Le point sur la norme EDIGEO et son utilisation
in XYZ n° 63, 1995.- pp.41-43 ; ISSN : 0290-9057
Présentation d’un bilan de l’utilisation et de l’avenir de la norme EDIGEO selon le point de vue des
institutionnels, des producteurs de logiciels, des utilisateurs et de « l’Europe ».
IGN P112

JIBBS (Tony)
Progress in the standardization of geographic data : a UK, European and international
perspective
International workshop « Current status and challenges of geoinformation systems » IUSM working
group on GIS/LIS, Hannovre, 25 au 28 sept. 1995.- pp.257-271
The standardisation of geographical data becomes necessary as the transfer of geographical
information between systems becomes important. As the data held within the systems becomes more
complex ; it also becomes necessary to transfer a description of the data, and the standardisation
process inevitably moves towards explicit consideration of such medata. This paper describes
something of the history of the transfer of geographical data, concentrating on the problems arising
from the need to transfer both the data and its description. Current work in European standardisation is
considered, and the author explains why he believes that, whilst standardisation of geographical data
as such is not possible, other techniques will lead to appropriate solutions.
131

IGN 64222

KANT (Rüdiger Dr)


Standardization of Digital Geographic Information, demonstrated on the example of DIGEST
International workshop « Current status and challenges of geoinformation systems » IUSM working
group on GIS/LIS, Hannovre, 25 au 28 sept. 1995.- pp.219-229
Ever since the Federal Armed Forces, and consequently the German Military Geographic Service,
came into existence, standardization has been required for all areas in order to be able to fulfill the
common task within NATO efficiently and economically within the scope of the resources available.
One of the most important tools in the field of standardization are the ‘’Standardization Agreements’’
(STANAGs). The Military Geographic Service is responsible for the contents of all STANAGs relating in
one way or the other to terrain or spatial information, i.e. geographic information. Starting in the early
80s, the availability of geographic information in digital form has become increasingly important. As a
result, standards were required in order to be abble to exchange this information with allied nations. At
the time, experience made in the field of the ‘’Digital Landmass System’’ (DLMS) data had just shown
that is not enough to have an internationally agreed data specification as well as a data base, and to
capture, manage and provide the data in accordance with standardized principles. In the longer term,
this solution is insufficient, seen that all data characteristics such as data model, structure, format and
contents are unique and limited to only a few applications.
IGN 64222

OSTENSEN (Olaf)
Standardization in the field of Digital geographic information
International workshop « Current status and challenges of geoinformation systems » IUSM working
group on GIS/LIS, Hannovre, 25 au 28 sept. 1995.- pp.201-215
The field of geographic information is both one of the oldest scientific areas, and also an area where
standardization has been recognized for hundreds of years. It is therefore natural and in due time that
this important area has been taken up by the global de jure standardization body - the International
Organization for Standardization, ISO. This paper will emphasize and present the framework of ISO/TC
211 and its proposed programme of work, and some of the factors to be taken into account, specifically
the relationship to ongoing international de facto standardization. It will also briefly describe some other
major players on the geomatics standardization ground and the relationship between these. Efforts at
national level is outside the scope of this paper, but it should be recognized that most international
efforts originate from a national starting point.
IGN 64222

PREVOST (Yves)
Data standards and harmonization : a view from the World Bank
International workshop « Current status and challenges of geoinformation systems » IUSM working
group on GIS/LIS, Hannovre, 25 au 28 sept. 1995.- pp.243-255
As the use of GIS tehnology and of geo-referenced databases in the World Bank becomes mores
widespread, ill-defined data standards and inconsistencies between databases have become a major
barrier in using data more efficiently, both within the Bank and in components of lending programs to
client countries. The problem is particularly acute in the case of environmental issues because they
require integrating an array of information originating from different sources. Standards concern
database design and specifications, including databased models, dictionaries of geographic entities,
lists of attributes and their values, and relationships between entities. Standards also include database
construction procedures that ensure quality across a data set. It is important to document database
specifications as metadata, also including information on source, procedures and data quality.
IGN 64222

SALGE (F.)
Commission ACI sur les normes d'échange de données localisées : normalisation dans le
domaine de l'information géographique, les tentatives européennes. 17ème Conférence
cartographique internationale
in Bulletin du Comité français de cartographie n° 146-147, 1995.- pp.218-231
La communication décrit les activités des différents intervenants en matière de normalisation dans le
domaine de l'information géographique : Comité européen de normalisation, CERCO, MEGRIN,
EUROGI, Commission européenne, lieux de discussion. En conclusion, quelques commentaires
insistent sur les lacunes du débat sur la normalisation en Europe.
132

IGN P021

L’échange de données géographiques ; mise en place de normes d’échange et de coordination


administrative
in SIG et télédétection n° 12, sept. 1994.- pp.7-10, bibliogr.
France : EDIGEO, norme expérimentale. DIGEST, standard d’échange militaire de l’OTAN. Le format
GIS_GEOSPOT. La normalisation et l’Europe : le CEN/TC 287. EUROGI appelle au débat. Etats-Unis :
le standard d’échange d’information géographique.
CDU

ASSOCIATION FRANCAISE POUR LA NORMALISATION (AFNOR)


Traitement de l’information géographique numérique. Echanges de données informatisées
dans le domaine de l’information géographique (EDIGEO)
Paris, AFNOR, août 1992.- 382 p. (norme expérimentale)
La norme utilise une nomenclature générale, dite nomenclature du CNIG, pour la description des
objets géographiques échangés. Elle peut aussi utiliser une nomenclature sectorielle définie par
convention entre les utilisateurs, sous réserve du respect des règles générales de codification
imposées par la norme expérimentale.
AFNOR Z13-150 ; IGN 60792

BEAULIEU (B. Dr)


Incidence des droits d’auteur sur les normes d’échange des données numériques localisées :
l’expérience canadienne
Actes du colloque FI3G, 2ème Forum international de l’instrumentation & de l’information
géographiques, Strasbourg, 25 au 27 mai 1992.- pp.189-194 ; résumé en anglais
Les plans, cartes, dessins ou croquis réalisés sous forme numérique, sont considérés au Canada
comme des « oeuvres » artistiques ou littéraires. En conséquence, cette reconnaissance permet à
leurs concepteurs de revendiquer des droits d’auteur sur les documents numériques. Ces
reconnaissances ont pour effet d’empêcher toute reproduction ou diffusion du document original,
quelle que soit la forme de la reproduction qui devra être autorisée par le titulaire du droit d’auteur.
IGN 60410

FABBRINI (F.), FERNANDEZ (A.)


The role of standards in geographic information systems
Actes du colloque FI3G, 2ème Forum international de l’instrumentation & de l’information
géographiques, Strasbourg, 25 au 27 mai 1992.- pp.237-242
Territorially oriented information systems are becoming the best fit planning tools for the administration
of public services and the control of environment assessment, since they supply a systematized and
up-to-date knowledge of the territorial reality and constitute an essential support to the activities of local
authorities. In Italy, the representatives of the public users, ANCI (Associazione nazionale communi
d’Italia) and CISPEL (Confederazione italiana Servizi pubblici degli enti locali), together with CNR
(Consiglio nazionale delle ricerche) the greatest italian scientific research body, faced the problems
involved in the definition and implementation of geographic information systems in the urban
environment, in order to give advice and policy recommendations on user requirements definition and
systems evaluation and integration. A number of national exchange formats have emerged in recent
years, each displaying characteristics which set it apart from the others. To obtain non-homogeneous
systems interworking, the issues of both syntactic and semantic standards where faced and the need
for a common data model was stated.
IGN 60410

• Interopérabilité

Interoperability in GIS
in IJGIS. The international journal of geographical information science (Royaume-Uni), vol. 12, n° 4,
june 1998.- 428 p. ; ISSN : 0269-3798
IGN P079

MC KEE (Lance)
133

OPEN GIS CONSORTIUM


Computing by consensus
in GIS Europe (Royaume-Uni), vol. 6, n° 6, juin 1997.- pp.22-24
Critised as a US-based industry-oriented lobby, the Open GIS Consortium is forging links with
academic departments and GIS users in Europe. Progresses are examined towards global standards
in « distributed geospatial processing ».
IGN P066

VOSS Horst H., MORGENSTERN Dieter


Interoperable Geowissenschaftliche Informationssysteme (IOGIS) : integration von Daten und
Methoden für die räumliche und zeitliche Modellierung geowissenschaflicher Probleme.
[Initiative for interoperable Geoscientific information systems : integration of data and methods
for spatial and time related modelling of geoscientific problems]]
in GIS. Geo-Informations-Systeme (Allemagne), vol. 10, n° 2, avril 1997.- pp.5-8, bibliogr. ; en
allemand ; résumé en anglais
In many cases current geoinformation systems do not meet the needs of geosciences. This in mind the
Geoscientific Commission of Deutsche ForschungsGemeinschaft (DFG) introduced a working group to
analyze the demand and to describe the deficiencies in terms of geoscientific and information needs.
Since the working group is convinced that current GIS will not overcome their technical and conceptual
limits, they propose to introduce a DFG-sponsored Priority Program called IOGIS that will concentrate
the efforts of geosciences and computer science in order to overcome those limits. The paper
describes demands and onjectives of this initiative.
IGN P058

SALGE (F.)
Normalisation centrée sur les données, normalisation centrée sur les traitements : le cas "Open
GIS" [Open GIS Consortium]
in Géomètre n° 2, févr. 1996.- pp.53-56
La marche vers un SIG virtuel à l'échelle planétaire est inéluctable. L'interopérabilité des SIG ouverts
s'imposera à terme. L'Open GIS Consortium l'a bien compris, qui représente le seul courant de
standardisation à vocation généraliste, à la fois centré sur les données et les traitements et qui n'entre
pas dans un cadre normatif officiel.
IGN P063

• Métadonnées

RABU (D.)
Catalogue des métadonnées en Pays de la Loire
« La circulation des données au service des technologies de l’information géographique », Conférence
IMAR, 25 juin 1998.- 2 p.
Un programme de recensement des métadonnées a débuté en 1997 en Pays de la Loire avec pour
objectif le catalogage de toutes les données numériques ou numérisées géoréférencées en Pays de la
Loire.
IGN 67020

CHENEZ (Christian)
EUROPEAN UMBRELLA ORGANISATION FOR GEOGRAPHIC INFORMATION (EUROGI)
Le catalogage des données : état des lieux et contexte
« Le catalogage des données », 9ème journée annuelle de la recherche géographique, 12 juin 1997.-
5 p.
Au niveau européen comme au niveau mondial, la nécessité d’un meilleur catalogage est reconnu
pour développer le marché. Les actions entreprises le montrent. En Europe, différents travaux ont
débuté pour appréhender la question : proposition d’une politique européenne pour l’information
géographique, travaux de normalisation, livre vert sur la diffusion des données publiques, études
financées par la DGXIII, équipement de services européens de services de métadonnées.
IGN 67013

HUDON (Yves-Luc)
134

Métadonnées : pourquoi adapter la norme de l’ONGC ?


in Géo info (Québec, Canada), vol. 9, n° 4, mai 1997.- 2 p.
Exposé des motifs d’aménagement de la norme de l’Office des normes générales du Canada :
l’approche retenue est celle de l’utilisateur plutôt que celle du producteur.
IGN P286

METIVIER (Romain)
MINISTERE DES RESSOURCES NATURELLES DU QUEBEC
Appuis techniques pour l’application de la norme métadonnées
« Le catalogage des données », 9ème journée annuelle de la recherche géographique, 12 juin 1997.-
7 p.
IGN 67013

MOTET (Serge)
INSTITUT GEOGRAPHIQUE NATIONAL (IGN)
Appuis techniques pour la structuration des bases utilisateurs
« Le catalogage des données », 9ème journée annuelle de la recherche géographique, 12 juin 1997.-
5 p.
Dans le cadre des échanges d’informations, deux problèmes sont bien connus : catalogage des
données et livraison des mises à jour. Des recherches sont menées pour y répondre : autour des
techniques logicielles et sur la formalisation du « sens » de l’information géographique.
IGN 67013

RABU (Dominique)
BUREAU DE RECHERCHES GEOLOGIQUES ET MINIERES (BRGM)
Les attentes des utilisateurs au plan méthodologique : création d’une base de métadonnées en
Pays de la Loire
« Le catalogage des données », 9ème journée annuelle de la recherche géographique, 12 juin 1997.-
22 p. (copies de transparents)
Un programme est lancé en 1997 pour réaliser un catalogue des données numériques géoréférencées
en Pays de la Loire et le diffuser auprès des utilisateurs. La démarche se découpe en plusieurs étapes
explicitées : définition du cadre du programme, recensement des producteurs de données, définition
des mots-clés, recueil des données, définition du vecteur de diffusion, structure de la base et diffusion.
IGN 67013

WOOD (T.), CASSETTARI (S.)


GEOINFORMATION INTERNATIONAL, MVA
GI-meta final report prepared for the european commission
Cambridge, GeoInformation International, 1997.- 164 p., 21 x 30 cm ; en anglais
Cette étude fait le point sur les besoins en métadonnées du secteur européen de l’information
géographique : les métadonnées disponibles, les exigences des utilisateurs, les types de services de
métadonnées et les aspects coûts/avantages pour les utilisateurs.
IGN 66983

CREPEAU (C.)
Méta-données et géomanagement
in SIG et télédétection n° 14, juill. 1995.- pp.7-10
La problématique du domaine de l’information géographique s’est déplacée peu à peu vers les
données. Deux éléments à la fois distincts et fortement liés sont présentés ici : les métadonnées
(données sur les données) et le géomanagement qui permet de gérer les métadonnées.
IGN P072

WEICHEL (Bernhard C.)


The MEGRIN project
International workshop « Current status and challenges of geoinformation systems » IUSM working
group on GIS/LIS, Hannovre, 25 au 28 sept. 1995.- pp.231-234
MEGRIN, the Multipurpose European Ground-Related Information Network, represents a joint venture
between the CERCO member states of the European Community (CERCO, Comité européen des
responsables de la cartographie officielle). The MEGRIN project is designed to simplify and ease the
transfer of digital geographical data from the suppliers (i.e. National Mapping Agencies, NMAs) to the
135

customers within Europe. To realize this, MEGRIN follows the aim to provide for : 1. a system
describing which geographical data are, or will be, available for which areas, i.e.a geographical Data
Description Directory (GDDD), 2. a system transferring geographical data in standardized for but
converted to specifications if required, 3. a system monitoring and controlling the commercial aspects
of the transactions. Further MEGRIN serves for the needs of the European Commission in the field of
topographic data. That means the building of unified and homogeneous geographical data sets by
using existing data from the NMAs of Europe. As a first result of this work the seamless Administrative
Boundaries of Europe (SABE) were created and other data sets like a digital elevation model,
gazetteer and digital raster data sets of topographic maps will follow.
IGN 64222

ASPECTS ECONOMIQUES

LAWRENCE (V.)
European geoinformation data publishing : understanding the commercial industry. in :
European geographic information infrastructures : opportunities and pitfalls
Londres, Taylor & Francis, 1998.- pp.87-99 (GISDATA 5)
Organisations are run by data ; they collect them, analyse them and, from these analyses, determine
how they might be run more effectively. In the 1980s, as more organisations adopted geographic
information systems, it became known that the cost of the hardware and software needed for a GIS
often represented only approximately 30 per cent of the final costs of implementing the GIS project ;
the majority of the budget was being spent on data collection and conversion. These percentages are
changing as the commercial data market starts to operate efficiently in the GIS arena. The 70:30 ratio
is now only representative of high value, low volume situations involving start-ups of operational
systems such as utilities. It is estimated that between 60 and 80 per cent of all data held by
government departments can be classed as geospatial, where this is defined as any data that have
associated with them some geographical referencing, including to a national grid, a postcode system,
latitude/longtitude or defined areas such as parliamentary constituencies. As government and private
sector organisations realised the huge investment theywere making in the collection of data, the
organisations’ accountants started to assess the advantages and disadvantages of allowing others to
use the data that had been collected by their organisations as against using data created by third
parties. This chapter explores the emergence of the commercial geoinformation data publishing
market and considers its future.
IGN 66981

DALAINE (Bruno)
VILLE DE RENNES
Les attentes des utilisateurs au plan économique : étude du cas de la Ville de Rennes
« Le catalogage des données », 9ème journée annuelle de la recherche géographique, 12 juin 1997.-
10 p.
Après une présentation du SIG de Rennes et de ses avantages attendus, l’approche économique est
abordée au travers de la ventilation des coûts, de l’évolution prévisible par poste et de la recherche
d’une méthodologie rentable.
IGN 67013

COOPERS & LYBRAND


ORDNANCE SURVEY
Economic aspects of the collection, dissemination and integration of government’s geospatial
information
Emerging global spatial data infrastructure, Königswinter, Allemagne, 4-6 sept. 1996.- 70 p., bibliogr. ;
en anglais
Ce rapport résume les résultats d’une étude mené par Coopers & Lybrand pour l’Ordnance Survey. Il
analyse les caractéristiques économiques essentielles de l’information géographique et la politique
gouvernementale relative à l’information géographique au Royaume-Uni. Il fait le point sur le marché
britannique pour l’information géographique collectée par le gouvernement et établit des comparaisons
avec des agences nationales aux Etats-Unis, en Australie, en France en Nouvelle-Zélande et en
Allemagne. Enfin, il explique les concepts économiques adaptés pour une analyse de coûts et de tarifs
136

et considère les implications pour les prix de l’information gouvernementale et la régulation


économique nécessaire.
IGN 67323

DAVAINE (Bruno)
Quelles diffusions des données informatiques ? in : Etat des lieux
in Les cahiers du génie urbain n° 11, juin 1996.- pp.13-14
Les outils de gestion actuels démultiplient le marché des données publiques et urbaines. Quelles
politiques de diffusion les collectivités peuvent-elles mettre en place ? B. Dalaine, ingénieur en chef à
la Ville de Rennes, fait le point sur les enjeux économiques et juridiques dans ce domaine.
CDU

ASSOCIATION DES INGENIEURS DES VILLES DE FRANCE (AIVF) ; CENTRE NATIONAL DE LA


FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE (CNFPT)
Systèmes d'information géographique : stratégies pour les données
Lyon, CNFPT, 1995.- 222 p., 21 x 30 cm
Les contributions portent sur : la stratégie de diffusion des données et des informations géographiques
et la politique de tarification de la ville de Mulhouse ; le géomètre-expert en tant que producteur et
utilisateur d'informations géographiques ; la diffusion au public des données informatiques du SIG de
la ville de Rennes et les paramètres de leur tarification ; la politique commerciale de l'IGN.
IGN 62569

DALAINE (Bruno), MAINGUENE (Chantal)


Les paramètres techniques, économiques et juridiques de la diffusion des données. in :
Dossier topographie
in Génie urbain n° 415, mars 1995.- pp.38-40
Avec les SIG, nos collectivités entrent de plein pied dans la société de l’information. Organisées et
sructurées au sein des bases de données urbaines (BDU), les données publiques constituent un
« capital » dont la diffusion doit obéir à des impératifs juridiques et économiques. Après avoir surmonté
la topographie, l’organisation et l’informatique, voici venu le temps des contrats ...
CDU

FRANK (A. U.)


TECHNICAL UNIVERSITY VIENNA - AUSTRICHE
The economics of geographic information. in : Geographic information systems-materials for a
post-graduate course
Vienne, COMETT, 1995.- pp.745-802 (coll. Geo-info 6, vol. 3 : GIS organization)
The objective of this chapter is to examine the economic aspects of the implementation and use of
Geographical Information Systems so that students can identify the potential costs and benefits of
introducing a GIS into an organization. Economic considerations are extremely important in convincing
people of the importance of a GIS project. Technical problems are very interesting to solve and
organisational issues pose important challenges, but projects are executed because they improve the
way an organization works. Economic analysis is the major method to assess the utility of a project -
GIS or any other. Projects compete for scarce resources : money, skilled personnel, space etc. which
all have their price. The benefits of projects are assessed in monetary terms and compared with the
cost. The project with highest benefits is usually executed.
IGN 64245

BENTLEY (Ray), ROMANG (Tony)


Cost benefit study of GIS in Plymouth
in Mapping awareness and GIS in Europe review (Royaume-Uni), vol. 6, n° 5, juin 1992.- pp.10-12
Résultats d'une analyse avantage coût d'un système d'information géographique à Plymouth.
CA P150/17

DIDIER (M.)
SERVICE TECHNIQUE DE L’URBANISME (STU) ; CONSEIL NATIONAL D'INFORMATION
GÉOGRAPHIQUE (CNIG)
Utilité et valeur de l'information géographique
Paris, Economica, 1990.- 255 p., 16 x 24 cm, fig., tabl., bibliogr. ; ISBN : 2-7178-1898-7
137

L'analyse économique peut être utilement appliquée au secteur de l'information géographique. Les
méthodes de coût-bénéfice apportent des éléments essentiels avant le lancement d'un projet pour
faire le meilleur choix ou après sa réalisation pour l'évaluer.
CDU 22694 ; IGN 58924
138

3
APPLICATIONS ACTUELLES
DE L’INFORMATION GEOGRAPHIQUE
NUMERIQUE
EN URBANISME ET HABITAT

MASSER (Ian), CRAGLIA (Massimo)


A comparative evaluation of GIS diffusion in local government in nine European countries. in :
GIS diffusion : the adoption and use of GIS in local gouvernment in Europe
Londres, Taylor & Francis, 1996.- pp.211-233 (GISDATA 3)
The nine country case studies contained in the two preceding sections of this book present a variety of
perspectives on the diffusion of GIS in local government in Europe. They also highlight the diversity of
arrangements that have come into being to carry out the responsibilities of local government in these
countries and the ways in which specific national circumstances influence the diffusion of GIS in
particular cases. Despites these differences, however, the findings of the case studies have many
common features and there are some striking similarities in the experiences of countries which
otherwise appear to be very different. With these considerations in mind, this chapter evaluates the
findings of the nine country case studies from a cross national comparative perspective. The process
of comparative evaluation is divided into three separate stages. The first of these involves the
construction of a profile for each country which summarizes the distinctive features of national
experience. These features are then compared with those of the other eight countries within a common
analytical framework at the second stage, while the third and final stage explores the extent to which a
typology can be developed on the basis of the differences observed between countries.
IGN 64649

AMENAGEMENT DU TERRITOIRE,
PLANIFICATION DES TERRITOIRES
ET MODELISATION DES DYNAMIQUES URBAINES

MONTANT (Henri)
Les démarches territoriales en DDE
in Equipement magazine n° 96, avr. 1998.- pp.13-17, phot., carte
Les Directions départementales de l’équipement (DDE) sont actuellement dans une phase de réflexion
sur leurs modalités d'intervention. Cette réflexion est notamment axée sur l'amélioration des relations
avec les partenaires locaux et sur la prise en compte des réalités territoriales (telles que celles qui
émergent avec la mise en place des ''pays''). L'article rend compte de ces évolutions, grâce à un
reportage mené dans la DDE du Maine-et-Loire. Ce texte est complété par une interview de P.
Chantereau, Directeur du personnel et des services au Ministère de l'équipement, ainsi que par deux
brefs encadrés, qui présentent respectivement le programme d'évaluation des politiques publiques mis
en place par le Plan urbain, et le système d'information géographique de la DDE de l'Aude.
CDU

Nouveaux outils = new tools


in Villes en développement n° 39, mars 1998.- pp.1-7, phot.
Depuis le recensement d'enquêtes et de statistiques classiques en passant par les systèmes
d'information géographique, la télédétection et les nouvelles technologies de l'information et de la
communication, ce numéro porte sur les nouveaux outils mis à disposition des responsables de
l'aménagement spatial par les sciences de l'information.
139

CA RB 15(98: 39)

AUSTIN (K.), TIGHT (M.), KIRBY (H.)


The use of geographical information systems to enhance road safety analysis
in Transportation planning and technology (Royaume-Uni), 20 (3), 1997.- pp.249-266, bibliogr.
Reviews some of the uses to which geographical information systems can be put to enhance levels of
road safety. Notes that early work concentrated on answering simple accident queries and identifying
accident black spots. Considers the use of GIS in checking police accident report forms for errors,
selecting routes and areas for safety treatment, providing information on the safety of school based
journeys and the home location of road accident casualties. Shows how such improvements in
information quality should lead to increased road safety.
ACOMPLINE Localisation 034979

BOURAHLA (A.)
Mise au point d'outils prospectifs pour les zones côtières méditerranéennes : cas du Grand
Sfax en Tunisie
in ESRI '97.- pp.29-40
Ce texte présente les différentes étapes de réalisation d'un outil d'aide à la décision en matière de
planification et d'aménagement du territoire pour les régions côtières méditerranéennes, depuis
l'acquisition et les traitements d'images satellites multi-temporelles jusqu’à l'élaboration de scénarios
de développement et d'impacts sur l'environnement. Le SIG ARC/VIEW est utilisé.
IGN 66963

CAUCHETIER (Bernard), LECLERE (Anne-Sophie)


INSTITUT D'AMENAGEMENT ET D'URBANISME DE LA REGION D'ILE-DE-FRANCE (IAURIF) ;
CENTRE NATIONAL D'ETUDES SPATIALES ; REGION D'ILE-DE-FRANCE ; MINISTERE DE
L’ENVIRONNEMENT
Télédétection satellitale et systèmes d'informations géographiques pour l'évaluation des
milieux naturels : exemple de l'Ile-de-France
Paris, IAURIF, 1997.- 70 p., cartes, tabl., phot. (pour le compte du Ministère de l'environnement, du
CNES et de la Région d'Ile-de-France, dir. R. Delavigne)
L’étude montre ce que l'on peut tirer des données satellitaires intégrées dans un système d'information
géographique sur la connaissance du milieu naturel. Dans un premier temps, la carte des écozones
d'Ile-de-France, en tant que carte des milieux naturels, est analysée, et des pistes d'amélioration sont
proposées. Dans un second temps, le rapport analyse l'exploitation de la carte des écozones et du
SIGR pour permettre une évaluation statistique des ZNIEFF. Enfin, un certain nombre de pistes
d'utilisation de la carte des écozones et du SIGR en écologie du paysage sont testées, ainsi que les
conséquences que l'on peut en tirer pour l'aménagement et la prise en compte du patrimoine naturel
dans les documents d'urbanisme. Ces principales conclusions sont regroupées en fin d'étude sous
forme de guide méthodologique.
IA 39494

CHARTIER (A.)
Une synergie géomatique en région Provence-Alpes-Côte d'Azur à travers le Tour de table
régional
in ESRI '97.- pp.139-149
En mars 1993, autour du problème de l’acquisition par plusieurs organismes régionaux et
départementaux de la BDCARTO de l’IGN, s’est réunie puis formée une structure informelle mais
néanmoins active, le Tour de table PACA. Depuis, cet ensemble de partenaires a travaillé activement à
l’équipement en SIG des organismes participants et a mené à bien ses propres projets.
IGN 66963

CHEYLAN (Jean-Paul)
GIP RECLUS
Appuis techniques en matière de modélisation du territoire et des phénomènes
« Le catalogage des données », 9ème journée annuelle de la recherche géographique, 12 juin 1997.-
6 p.
IGN 67013

ESRI FRANCE
140

L'IAAT ou comment se donner les moyens de ses ambitions


in ESRI info (France) n° 12, sept. 1997.- p.11-12
Créé en juillet 1994, l’Institut atlantique d’aménagement des territoires (IAAT) a pour mission de
fédérer informations et acteurs pour une meilleure connaissance du territoire régional de Poitou-
Charentes. La réflexion sur les SIG a été menée dès sa création. Après trois ans, l’Institut a affiné ses
objectifs et mis en place un certain nombre d’outils essentiels au succès de sa démarche.
IGN P230

FAURE Corinne
CENTRE D'ETUDES SUR LES RESEAUX, LES TRANSPORTS, L'URBANISME ET LES
CONSTRUCTIONS PUBLIQUES (CERTU)
Directives territoriales d’aménagement et système d’information géographique ; état des lieux
DTA et SIG : état des lieux
Lyon, CERTU, sept. 1997.- 33 p. + ann., cartes
Présentation des résultats d’une enquête relative à l’utilisation des systèmes d’information
géographiques (SIG) dans les directives territoriales d’aménagement (DTA). Enquête auprès d’une
trentaine d’intervenants du Ministère de l’équipement, de DIREN et de SGAR sur la base d’une grille
de questions informelles.
CDU

HELLE (C.), PASSEGUE (S.)


LABO RATOIRE STRUCTURES ET DYNAMIQUES SPATIALES, UNIVERSITE D’AVIGNON
Quelle localisation optimale pour une nouvelle médiathèque ? L'exemple du réseau de lecture
publique dans la Drôme
in L’Espace géographique, vol. 26, n° 4, 1997.- pp.367-374, fig., bibliogr. ; ISSN : 0046-2497
La cartographie des statistiques de lecture publique dans le Drôme met en évidence un vide central de
l'équipement, qui motive une application SIG en mode « raster », pour apprécier la localisation
optimale d'une nouvelle médiathèque destinée à rééquilibrer l'ensemble du réseau. Approche
spatialement complémentaire de celles permises par les modèles de localisation-allocation
couramment utilisés.
IGN P051 ; FRANCIS : INTG

HOWLAND (Marie), LINDSAY (Francis E.)


Where do tenants come from ? Using a geographic information system to study the demand for
new office space
in Journal of the American planning association (USA), vol. 63, n° 3, 1997.- pp.356-364, cartes, graph.,
tabl., schéma, bibliogr.
L’analyse des migrations inter- et intra-régionales des locataires de bureaux montre comment les SIG
peuvent être utiles pour développer certains thèmes de recherche. L'enquête prend en compte l'origine
des occupants de nouveaux bâtiments de bureaux et la destination des occupants d'anciens
bâtiments, de 1980 à 1986, au sein de l'aire statistique métropolitaine de Washington, la surface
2
minimale des locaux considérés étant d’environ 3000 m (10.000 square feet), les taux d'arrivée et de
départ d'entreprises et d'employés. Les résultats soulignent que les occupants des nouveaux espaces
de bureaux ne proviennent pas de locaux plus anciens, mais plutôt de régions extérieures à l'aire
métropolitaine de Washington.
CDU

JONES (Rachel M.), COPAS (Conn V.), EDMONDS (Ernest A.)


GIS support for distributed group-work in regional planning
in IJGIS. The international journal of geographical information science (Royaume-Uni), vol. 11, n° 1,
janv.-févr. 1997.- pp.53-71, bibliogr.
The aim of the work reported is to support regional planning tasks by providing co-workers who are
situated at different locations with access to a GIS. Five technical challenges for application sharing
are identified : multiple views, multi-user access, feedback about other users’ activities, conference
management facilities and sustainable performance. A system is presented which re-uses an existing
single-user GIS and encompasses a User interface management system, knowledge-based
techniques and agent support for group-work. This novel approach offers a solution to the technical
challenges, while enhancing the usability of such systems.
IGN P079
141

LARSEN (M. C.), PARKS (J. E.)


How wide is a road ? The association of roads and mass-wasting in a forested montane
environment
in Earth surface processes and landforms (Royaume-Uni), vol. 22, n° 9, 1997.- pp.835-848, fig., tabl.,
bibliogr. ; ISSN : 0197-9337
A spatial data base of 1609 landslides was analysed using a geographic information system to
determine landslide frequency in relation to highways. The results indicate that the rate of mass-
wasting disturbance is increased from 5 to 8 times in a 170m wide swath along road corridors. The
lateral extent of the environmental impact of roads in the study area is greater than is commonly
perceived. The approach described herein demonstrates a simple method to assess the spatial
association of mass-wasting with highways.
FRANCIS : INIST 17355

PENG (Z.R.)
DEP. OF URBAN PLANNING, UNIV. OF WISCONSIN, MILWAUKEE - USA
The jobs-housing balance and urban commuting
in Urban studies (Royaume-Uni), vol. 34, n° 8, 1997.- pp.1215-1235, fig., tabl., bibliogr. ; ISSN : 0042-
0980
The paper applies GIS techniques and a non-linear model (spline functions) to analyse empirically the
relationship between the job-housing ratio and urban commuting patterns in terms of vehicle miles
travelled and trip length. A dynamic buffering process in GIS is developed to measure the jobs-housing
ratio within floating catchment areas of a 8-11 radius as opposed to pre-defined and arbitrary
jurisdictional boundaries. A non-linear relationship is found between the job-housings ratio and VMT
and trip length in the Portland, Oregon, metropolitan area.
FRANCIS : INTG

POTTIER (Patrick), ROBIN (Marc)


L’Ile d'Yeu, un espace convoité : développement et aménagement
in Mappemonde n° 1, 1997.- pp.18-23, cartes, bibliogr.
L’Ile d'Yeu a connu, à l'image du littoral français depuis 40 ans, de profondes transformations,
notamment sous la pression du développement touristique (tourisme à la journée, développement de
l'urbanisation). Une application SIG à grande échelle a été mise en place pour évaluer l'ampleur des
mutations spatiales et paysagères et pour mettre en relation les dynamiques territoriales engagées
avec les outils de la planification locale.
CDU ; IGN P086

SIAGE ; TED ALITEC


Utilisation de l’information géographique dans les procédures de planification territoriale :
analyse de l’utilisation de l’information géographique, fiches par procédure
Paris, AFIGEO, CNIG, 1997.- 99 p.
Ce rapport analyse l’utilisation de l’information géographique dans la mise en oeuvre des procédures
de planification territoriale et dégage des propositions d’actions concourant à favoriser et à faciliter le
recours à cette information. Il se compose de deux parties : l’analyse fonctionnelle de l’utilisation de
l’information géographique dans les procédures et des fiches de synthèse par procédure.
IGN 67005

Time and space geographic perspectives on the future


in Futures (Royaume-Uni), vol. 29, n° 4-5, mai-juin 1997.- pp.277-465, tabl., ill., cartes, bibliogr.
Recueil d'articles de prospective géographique et de prospective sur l'évolution de la géographie. Les
deux premiers textes présentent, selon une approche géographique et géopolitique, une analyse
prospective des évolutions technologiques et des mutations socio-économiques mondiales. Les
articles suivants dont consacrés à des questions plus spécifiques : l'évolution des modèles urbains
face à l'émergence de la ville post-industrielle ; les limites de l'analyse spatiale et son évolution, à
travers les systèmes d'information géographique ; la ''géographie virtuelle'' ou l'analyse géographique
appliquée au cyberespace ; les théories de l'auto-organisation des villes ; les perspectives futures dans
le domaine de la modélisation de la population globale ; l'apport des nouvelles approches en
géographie et des nouvelles technologies de l'information (Internet et SIG) à la modélisation de
l'espace global ; les solutions futures pour l'approvisionnement alimentaire des villes chinoises ; les
infrastructures et le développement économique de la Chine au XXIe siècle.
CDU
142

VAN DER VLUGT (M.), ROELEVELD (G.), VAN KONINGSBRUGGEN (P.)


AGV TRAFFIC ; NATIONAL SPATIAL PLANNING AGENCY ; CMG - PAYS-BAS
The ruimpad design module : a GIS tool to support integration of urban and transportation
planning.
Geographical information ‘97 Joint european conference and exhibition on geographical information :
from research to application through cooperation ; Vienne, Autriche, 16/18 avril 1997. Proceedings, vol.
1.- pp.768-773
In the Netherlands, the National spatial planning agency (RPD) has conducted the «RUIMPAD»-study,
a study into new combinations in human activity patterns, spatial patterns and transportation networks.
For this project, a simulation model was developed which enables the design of future urban areas and
transportation networks, simulation of future displacement behaviour and traffic evaluation on criteria of
sustainability. The simulation model consists of several linked computer modules, one of which is a
custom -made GIS- design module, developed by AGV Traffic & Transport consultancy group. This
GIS design toll makes it possible for experts in the field of urban and transport planning, to create
spatial designs which can easily be compared and evaluated. The use of the design module has
shown to bring substantial added value to the design process, making it more interactive, comparable,
transparent and speedy. Even though there are some points for improvement, there is continuous
interest into further development of the product.
IGN 66170

BATELKOVA (K.), KOLEJKA (J.), POKORNY (J.)


Hornacko-krajinna synteza a GIS pri hodnoceni prirodni krajiny pro planovani regionalniho
rozvoje. [Synthèse du paysage et système d'information géographique, partie de l'évaluation
du paysage naturel pour la planification du développement régional : le cas d'Hornacko]]
in Geografie - Sbornik Ceske geograficke spolecnosti (République tchèque) n° 4, 1996.- pp.296-309,
fig., tabl., bibliogr. (en tchèque)
A landscape synthesis combined with GIS technology has been applied as a method supporting the
economic revitalisation of the region in White Carpathians Mts. (Eastern Moravia). Homogenous
natural landscape units have been examined by means of purpose oriented evaluation of nine new and
old functions. The proposed pattern of land-use changes serves as a forecast of the optimal landscape
development.
FRANCIS : RESBGI

BATTY (M.), HOWES (D.)


Exploring urban development dynamics through visualisation and animation
Londres, Taylor & Francis, 1996. - pp. 149-161 (Innovations in GIS n° 3)
This chapter shows how the increasing availability of digital data at the micro urban level and software
based on GIS and remote sensing are now essential in generating and testing new theories of urban
form and dynamics. Here our concern is with assembling such data, exploring them in a preliminary
way, while setting up methods for enabling appropriate visualisation and computer animation of urban
space-time patterns. We illustrate these ideas with property parcel data for the Buffalo metropolitan
region, first suggesting that the evolution of this region illustrates a surprising stability, consistent with
theories of spatial self-organisation, then showing how basic problems of visualisation need to be
explored across different spatial and temporal scales and through consistent methods for animating
the data.
IGN 67731

BIRKIN (M.), CLARKE (G.), CLARKE (M.), WILSON (A.)


UNIVERSITY OF LEEDS
Intelligent GIS : location decisions and strategic planning
Cambridge, GeoInformation International, 1996.- 292 p., 15 x 23 cm, bibliogr. ; en anglais ; ISBN : 1-
899761-25-X
IGN 67729

CIRETTE-SARAZIN (Catherine)
Système d'informations géographiques, agglomération transfrontalière du pôle européen de
développement
in Actualités internationales du logement n° 18, 1996.- pp.21-23
143

L'initiative Pôle européen de développement vise à mettre en oeuvre, depuis 1985, une dynamique
transfrontalière de redéveloppement - sur les frontières belge, luxembourgeoise et française - de la
région de Longwy, pour répondre à la disparition massive et brutale de l'activité sidérurgique. En
complément de ces premiers objectifs de réindustrialisation, les trois Etats ont décidé en 1991, de
lancer une étude pour un projet d'agglomération transfrontalière. Le projet commun est développé à
l'aide d'un SIG commun aux trois pays chargé de définir une charte d'agglomération transfrontalière
destinée à être traduite dans les systèmes réglementaires nationaux.
CDU

DATTILO (Fabio), LAZZARIN (Gianfranco)


SERVICE INTER-REGIONAL SAPEURS POMPIERS, SOGESCA
SIGRI : outil d’aide à la prise en compte du risque industriel pour l’aménagement du territoire
au niveau local
MARI Europe 96, « Les Géoconférences », 2 au 4 avril 1996.- pp.139-142
IGN 67022

DIRECTIONS REGIONALE ET DEPARTEMENTALES DE L’EQUIPEMENT DU NORD-PAS-DE-


CALAIS (DRE, DDE) ; OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES ; INSTITUT
NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES (INSEE) ; INSTITUT
GEOGRAPHIQUE NATIONAL (IGN) ; CENTRE D'ETUDES TECHNIQUES DE L'EQUIPEMENT DE
NORD-PICARDIE (CETE)
Application de la télédétection spatiale à l'identification des agglomérations et à l'analyse de
l'impact des grands projets d'aménagement sur l'environnement : agglomération
transfrontalière lilloise, littoral Calais-Boulogne
Lille, ORHA, 1996.- 51 p., ann., phot., plans h.t., tabl., cartes
Ce projet porte sur l'application de la télédetection spatiale à l'identification des agglomérations et de
l'impact des grands projets d'aménagement sur l'environnement. La phase 1 a consisté en une mise
en place du projet et la définition des nomenclatures d'usage des sols. C'est la phase 2 qui fait l'objet
de ce document. Elle a consisté en l'élaboration des cartes d'usage des sols et à la définition des
agglomérations. Ce rapport comprend : la méthodologie détaillée de traitement des images, les
résultats de cartographie d'usage des sols, les résultats de délimitation des zones morphologiques
urbaines et les résultats de délimitation des agglomérations urbaines. Une 3ème phase consistera en
une mise en exploitation des données.
DCN 19-680

DESSE (R.-P.), METTON (A.) dir.


UNIVERSITE PARIS XII-VAL-DE-MARNE
L'évolution du commerce brestois. Dynamiques spatiales et stratégies des acteurs
Créteil, 1996.- 2 vol. (381 p. + 184 p.), tabl., pl.h.t., cartes (Thèse de doctorat de géographie)
A partir des années 80, il est devenu de plus en plus difficile d'opposer un centre, caractérisé par des
commerces de forte anomalité, à des marges vouées à l'alimentaire banal. Un système multipolaire,
plus complexe a succédé progressivement à l'organisation commerciale classique. Ces évolutions
sont à l'origine du réveil et de la volonté de la collectivité locale de maîtriser le développement
commercial de l'agglomération. L'auteur analyse les mutations commerciales dans l'espace brestois,
puis les stratégies spatiales des principaux agents de la production des espaces commerciaux.
FRANCIS : RESBGI

DUMOLARD (P.)
Système d'information géographique et images de synthèse pour l'aménagement
in Courrier du CNRS n° 82, mai 1996.- pp.87-88
L'urbaniste, l'architecte, le promoteur, pour construire un projet d'aménagement, tout comme les
collectivités et les décideurs pour en juger, ne disposent pas encore d'outil logiciel permettant
simulation et négociation. L'outil IDERALPE a pour but de combler cette lacune.
IGN P276

DUNNICO (S.)
Connecting the Channel Tunnel to London's rail network
in Mapping awareness (Royaume-Uni), (3), apr. 1996.- pp.30-33
Looks at the difficulties which have been encountered since the late 1980s in selecting a route for the
rail link between London and the Channel tunnel. Describes how the project team have used a Graphic
144

design system to manage the large volumes of graphic and alphanumeric data and analyse it in the
short time scales imposed by the Government. Reports that the final route of the rail link has now been
decided, but construction is not due to begin until 1997.
ACOMPLINE Localisation 033063

KLAMMER (D.)
INSTITUT FUR GEOGRAPHIE DER UNIVERSITAT KLAGENFURT - AUTRICHE
Generelle okologische Raumbewertung, eine Entscheidungshilfe für die Regionalplanung.
[Evaluation écologique générale de l'espace, une aide décisive pour la planification régionale]]
Mitteilungen der Osterreichischen geographischen Gesellschaft (Autriche), vol. 138, 1996.- pp.91-102,
cartes, bibliogr. ; en allemand ; ISSN : 0029-9138
L'auteur présente un schéma de classification développé pour caractériser la structure écologique
générale d'une région, rapidement et à faible coût. Les données disponibles sont traitées au moyen
d'un SIG. Cette méthode n'est pas une alternative aux analyses détaillées, mais donne une vue
d'ensemble. Une combinaison des techniques générales et détaillées, réduisant les coûts et le temps
nécessaire, est très utile pour la planification régionale. Cette méthode définit également les régions
dans lesquelles une étude détaillée est nécessaire.
FRANCIS : INTG

MIELLET (Philippe)
France : a historical perspective on GIS diffusion. in : GIS diffusion : the adoption and use of
GIS in local gouvernment in Europe
Londres, Taylor & Francis, 1996.- pp.163-182 (GISDATA 3)
As with any methodological innovation, geographic information systems (GIS) have mobilized interest
and their diffusion has even been considered as worthy of research. GIS are not a homogenous area
of study because of the multitude of agents representing different groups. The speed of diffusion within
these groups varies depending on the geographic environment and the specific needs of the groups’
activities. A map of French GIS usage today would show ‘spatial’ disparities that have different
consequences according to the agent or to the area concerned. GIS are part of a technological
environment in a phase of complete transformation for which the two convergent fields (information
technology and information services) are today among the most dynamic sectors of the economy. The
diffusion of GIS is no longer solely driven by technical progress but also by the increasing number of
agents involved particularly in local government. Some local government organizations have favoured
these new approaches that are transforming GIS seemlessly from a management tool to a decision
support tool in France as elsewhere. This evolution is a significant and seminal change of recent times
that could become, given favourable conditions, a significant trend in the GIS of tomorrow. In order to
understand the current situation of the state of GIS diffusion in French local government it is necessary
to briefly go over the major stages of digital geographic information diffusion and to run through their
implications in today’s market.
IGN 64649

NASCIMENTO (Iuli)
La télédétection pour gérer l'environnement urbain
in Note rapide sur l'environnement n° 11, déc. 1996.- 4 p., phot., bibliogr.
Neuf agglomérations de plus de 100.000 habitants ont tenté l'expérience d'utiliser les images
satellitales pour gérer l'environnement urbain dans le cadre d'un programme initié par le Ministère de
l'environnement. Le point est fait sur ces travaux et des actions sont proposées pour une meilleure
utilisation de la télédétection par les villes.
IA P.246

DONNEFORT (Simone), GARRY (Gerald), LE MOIGNE (Michel)


DIRECTION DE L’ARCHITECTURE ET DE L’URBANISME ; MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT
Environnement et aménagement : cartes utiles. 2. La carte, de la conception à la réalisation
Paris-La Défense, Ed. Villes et territoires, 1995.- 90 p., cartes coul., glossaire, bibliogr. (avec
participation de Martine Chatain et Patrick Guillope)
Cet ouvrage composé de fiches descriptives présente les méthodes de conception de vingt types de
cartes regroupées par domaines thématiques : approche générale d'un site, parcellaire, données
physiques, risques et aptitude des sols à la construction, milieu naturel, occupation du sol. Les modes
opératoires de la cartographie manuelle et de la cartographie informatique sont expliqués.
CDU 30912 ; IA 29859(2) ; DCN 72-260(2) ; CTA 11688 ; IGN 60016
145

PAEGELOW (M.)
UNIVERSITE DE TOULOUSE
Système d’information géographique et dynamique des milieux montagnards méditerrannéens
in Bulletin du Comité français de cartographie n° 146-147, déc. 1995-mars 1996.- pp.186-189
La dynamique des milieux montagnards méditerranéens en France, depuis le milieu du XIXe siècle,
est régie par l’exode rural, provoquant la dislocation de l’économie de subsistance et l’abandon des
terres marginales. Ces changements modifient le paysage dont l’état est documenté par des photos
aériennes et des plans cadastraux. L’étude retrace la dynamique paysagère d’une région dans les
Pyrénées-Orientales et la met en relation avec des descripteurs pertinents du milieu. La constitution de
la base de données et son analyse par des techniques classiques dans le domaine des SIG permet de
comprendre la dynamique passée afin de mieux pressentir les changements futurs. La simulation de
l’état paysager futur se base sur l’extrapolation du poids surfacique des différentes catégories
paysagères, leur comportement spatio-temporel étudié par morphologie mathématique et des
corrélations entre occupation du sol et descripteurs du milieu traduites en contraintes spatiales sous
forme de masques. Les résultats seront illustrés en 3D par l’imagerie de synthèse et transférés sur
support vidéo.
IGN P021

YICHUN (Xie), Prof. of geography and geology


EASTERN MICHIGAN UNIVERSITY, ANN ARBOR - USA
A generalized model for cellular urban dynamics
in Geographical analysis (USA), vol. 28, n° 4, 1996.- pp.350-373, fig., tabl., bibliogr. ; en anglais ;
ISSN : 0016-7363
La méthode des automates cellulaires, d'après H. Couclelis, est dérivée de la science des systèmes
complexes. L'auteur s'en inspire dans le cadre d'une modélisation des évolutions dynamiques urbaines
(DUEM) qui tient compte également de la sélection urbaine selon Dendrinos et des techniques des
SIG. Les processus de reproduction évolutive sont saisis au niveau le plus fin, ainsi que les
interactions de l'auto-reproduction automatique et des influences environnementales et socio-
économiques. Simulation possible d'une dynamique de croissance (exemple d'une zone suburbaine de
Buffalo)
FRANCIS : INIST 17078

CHATAIN (M.)
Les impacts des autoroutes : utilisation des SIG pour la conception des projets et les bilans
après la mise en service
in MARI Europe '95.- pp.173-178
Les SIG se sont avérés être des outils très intéressants pour l'aide à la décision dans les différentes
phases d'études d'un projet autoroutier. La Direction des routes a jugé nécessaire la réalisation de
bilans environnementaux : ils dressent le constat des mesures de réduction ou de compensation
d'impacts effectivement mises en oeuvre et inventorient les impacts directs ou indirects créés par
l'autoroute. Les SIG sont des outils précieux pour la mise en évidence des évolutions des territoires
traversés par les aménagements. Constitués pour des objectifs opérationnels bien définis, ces outils
sont valorisés par une longue période d'observation concernant tous les thèmes relevant de
l'organisation spatiale.
IGN 64462

DAYRE (P.)
La révision du Schéma directeur de la Région Ile-de-France ou le processus d'accélération de
l'implantation des SIG dans les DDE d'Ile-de-France
in MARI Europe '95.- pp.194-196
La révision du Schéma directeur d'Ile-de-France a été l'occasion pour l'ensemble des services de
l'Equipement au niveau régional de se doter d'un outil SIG. Cette expérience représente un excellent
exercice d'application de ce que pourrait être l'organisation d'un SIG Equipement Ile-de-France
confrontant contraintes régionales et locales.
IGN 64462

DUREAU (Françoise)(coord.), WEBER (Christiane)(coord.)


Télédétection et systèmes d'information urbains
146

Paris, Anthropos, 1995.- XVIII-379 p., tabl., fig., phot. coul., bibliogr. (publié avec le concours du
Ministère de la recherche et de la technologie et la Société SPOT Image ; coll. Villes)
Construit à partir d'une sélection des contributions réunies par le Réseau ADOC, cet ouvrage aborde
les problèmes conceptuels, humains et organisationnels que soulève l'emploi de nouveaux outils de
production, gestion et analyse de l'information urbaine. La première partie est consacrée aux objectifs
des systèmes d'informations urbains. La seconde traite de la mise en place et de l'évolution de ces
systèmes à travers des expériences menées en France, en Amérique latine et en Afrique. Le troisième
chapitre étudie le problème de la mobilisation de l'information avec les principaux domaines
d'application actuelle de la télédétection. Une présentation synthétique des systèmes informatiques,
ainsi qu'une liste des principaux colloques, revues et institutions intervenant dans le domaine viennent
compléter ce livre.
CDU 32324 ; CA C8796 ; IA 36831 ; IGN 63979

ERVIN (Stephen M.)


Entwurf mit karten. [Planning with maps]]
in Garten und landschaft (Allemagne) n° 11, nov. 1995.- pp.9-13, phot.
L’élaboration de projets de planification territoriale complexes nécessite des outils d'information et de
représentation très puissants susceptibles de prendre en compte une grande masse de données. Cet
article traite des SIG et des outils de dessin assistés par ordinateur. Les premiers permettent de gérer
et d'analyser des données sur l'espace, généralement sous forme de cartes en deux dimensions. Les
seconds rendent possibles la création et la manipulation de modèles tri-dimensionnels liés à des
bases de données ou à d'autres systèmes d'information. L’auteur décrit la qualité des images, leurs
caractéristiques graphiques et numériques et présente quelques exemples d'applications dans les
régions de Los Angelès, San Diego et au Kenya.
CDU

FEIJOO LAMAS (J.), OTERO PASTOR (I.), ARIAS GARCIA (M.J.)


Trazado de carreteras de mínimo impacto ambiental, mediante la utilización de un sistema de
información geográfica. [Tracé de routes avec impact minimal pour l’environnement au travers
de l’utilisation d’un SIG]
in Informes de la construcción (Espagne), 47 (437), 1995.- pp.43-61, bibliogr.
URBATERR Bibliothèque ICYT

GOMEZ (Montserrat), RODRIGUEZ (Victor M.), RODRIGUEZ (Ana E.), CHUVIECO (José),
CHUVIECO (Emilio)
Diseño de carreteras mediante un sistema de información geogràfica : costes de construcción
y costes ambientales. [Dessin de routes au travers d’un SIG : coûts de construction et coûts
environnementaux]
in Ciudad y territorio. Estudios territoriales (Espagne), 104, 1995.- pp.361-373, bibliogr.
URBATERR Bibliothèque ISOC

GOURMELON (F.), BIORET (F.), BRIGAND (L.)


SIG et usage des sols : l'Ile d'Ouessant (Finistère) de 1952 à 1992
in Mappemonde n° 4, 1995.- pp.6-10
La comparaison diachronique de l'usage des sols ouessantins souligne les profondes modifications
intervenues en 40 ans dans la répartition des activités : près de trois-quarts du territoire insulaire ont
connu des changements d'affectation. Les faits marquants ont été analysés par l'outil SIG-Ouessant.
IGN P086

MACK (C.), MARSH (S.E.), HUTCHINSON (C.F.)


Application of aerial photography and GIS techniques in the development of a historical
perspective of environmental hazards at the rural-urban fringe
in PE & RS. Photogrammetric engineering and remote sensing (USA), vol. 61, n° 8, 1995.- pp.1015-
1020 ; ISSN : 0099-1112
A multi-date land-use/land-cover inventory of a 155 sq km area of the western rural-urban fringe of
Phoenix was undertaken as one part of the State of Arizona’s response to reported incidence of
disease in the area. This study was designed to gain a historical perspective of changing land use
between 1954 and 1985 within the the rural-urban fringe as a means of acquiring insight into the nature
of present and potential environmental hazards within these dynamic areas. Land-use overlays were
digitized and entered in a GIS to facilitate multitemporal comparisons and integration with other data
147

sets. That revealed that many abandoned areas has reverted to urban undeveloped, riverwash and
riparian, and public land. These may present an environmental risk.
IGN P105

PRELAZ-DROUX (Roland)
Système d'information et gestion du territoire
Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 1995.- 156 p. + ann., fig., bibliogr. (coll.
Meta)
Présentation d'une approche systémique et d'une procédure de réalisation pour l'élaboration de
l'architecture de l'information d'un système d'information à référence spatiale (SIRS), sur la base d'une
représentation systémique du territoire (RST). La RST intervient comme base commune d'élaboration
et d'exploitation du SIRS et comme support à la mise en oeuvre d'un réseau d'échange entre des
partenaires possédant des applications géomatiques et appelés à travailler ensemble dans le cadre de
l'aménagement et de la gestion du territoire. La démarche méthodologique proposée repose sur une
analyse systémique du territoire et des SIRS, ainsi que sur l'intégration d'un ensemble de concepts
relatifs aux dimensions spatiales et temporelles des phénomènes et des processus du territoire. Elle
fait donc plus référence au domaine de la géographie qu'à celui de l'informatique.
CDU 33013

SANZ ANGULO (L.J.)


Diseño de la traza de una línea eléctrica aérea de alta tensión mediante un sistema de
información geográfica. [Dessin du tracé d’une ligne électrique aérienne de haute tension au
travers d’un SIG]
in Mapping (Espagne), 27, 1995.- pp.36-40, bibliogr.
URBATERR Bibliothèque ICYT

WEBER (Christiane)
CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE (CNRS)
Images satellitaires et milieu urbain
Paris, Ed. Hermès, 1995.- 185 p., bibliogr., 16 x 24 cm, ISBN: 2-86601-504-5 ; ISSN : 1248-6957
Une synthèse sur l’utilisation des images satellitaires en milieu urbain.
IGN 66032

BROSSARD T.
LABORATOIRE ENVIRONNEMENT ET PAYSAGES
Pratique des systèmes d’information géographiques et analyse des paysages
Lyon, 1994.- (Journées de la recherche Cassini, Lyon, 13 et 14 octobre 1994)
Une approche de détermination des paysages vus au sol, selon la succession d’éléments d’occupation
du sol accessibles à l’œil.
TU

COURET (Dominique)
Système d'information géographique, inégalité dans le logement et ségrégation spatiale à
Quito (Equateur)
Paris, ORSTOM éditions, 1994.- 235 p., tabl., fig., bibliogr. (Thèse de doctorat en géographie,
Université de Rouen, 1990 ; coll. Etudes et thèses)
L'exploitation, qui présente des données censitaires, s'inscrit dans un contexte expérimental particulier
: la création d'une base de données urbaines sur la ville de Quito (Equateur). Par rapport au projet
global de connaissance de l'organisation de la ville de Quito, ce travail participe à l'élaboration d'une
typologie fonctionnelle de l'habitat. L’objectif de l'étude consiste à montrer de quelle manière le
traitement géographique de ces données, à l'aide de l'outil SIG, permet la mise en valeur des éléments
de description matérielle de l'habitat participant à la différenciation de l'espace intra-urbain.
CA C8293 ; FRANCIS

CRANSTON (C.)
Devon county council puts GIS to work on road safety
in Mapping awareness (Royaume-Uni), nov. 1994, 8 (9).- pp.20-23
Explains how geographical information system tools are helping Devon county council manage its
9,000 miles of highway network. The system developed by the Council is known as ANSWER (A new
street works electronic register). Outlines proposed future developments.
148

ACOMPLINE Localisation 029209

DAMAS (Christophe)
DAVIS : un SIG pour affecter le trafic
in Ecrans n° spécial nov. 1994.- pp.15
Aux fins d’études macroscopiques de trafic au niveau d’une zone urbaine, le CETE de Lyon a
développé une méthodologie qui sépare gestion et conservation des données nécessaires au calcul
d’affectation du trafic, en s’appuyant sur un SIG du commerce, MAPINFO.
IGN P132 ; CDU

Dossier : SIG et environnement


in Géomètre n° 1, janv. 1994.- pp. 26-48, phot., fig.
Ces articles mettent en évidence toute la richesse d'informations que peut offrir un SIG aujourd'hui aux
gestionnaires d'espace, particulièrement dans le domaine de la maîtrise des problèmes posés par
l'aménagement d'un territoire et ses conséquences sur l'environnement, mais aussi pour la prévention
des risques majeurs et l'organisation des services. Le SIG Camargue est un outil d'analyse des
rapports entre l'agriculture et l'environnement dans une zone humide. Un autre article expose une
expérimentation d'un SIG appliqué à la gestion des eaux, conduite en Indre-et-Loire.
CA RB234(94:1) ; CDU ; IGN P063

ILIC (M.)
GEOGRAFSKI ODJEL PMF, ZAGREB - CROATIE
Cestovna mreza Varazdinske regije ; neki rezultati racunalne primjene teorije grafa. [Le réseau
routier de la région de Varazdin ; quelques résultats de l'application par ordinateur de la théorie
des graphes]]
in Geografski Glasnik, vol. 56, 1994.- pp.145-162, fig., tabl., bibliogr. ; résumé en anglais ; ISSN :
0016-7258
The article deals with the computer application of the graph theory method in traffic network analysis.
GIS PC ARC/INFO program package was used. Topological, kilometer distance and time - consuming
distance accessibility of nodes in road network of Varazdin region were calculated.
FRANCIS : INTG

LOUBERSAC (L.)
SILLAGE : systèmes d'informations localisées pour l'aménagement et la gestion des espaces
maritimes et côtiers
in Information environnementale et information géographique, 1994.- pp 97-101
IGN 66616

MAUS (Oliver)
Neue Trends und Entwicklungen zur Gewinnung von Flaechennutzungsdaten fuer Zwecke der
Stadt-und Raumplanung. [Nouvelles tendances et développement de l’extraction de données
d’exploitation des sols aux fins d’aménagement de la ville et du territoire]
in Vermessungswesen und Raumordn (Allemagne), nr.3, 56, 1994.- S.178-186, Kt., Abb., Lit. ; ISSN :
0340-5141
ORLIS SEBI: Zs 2997; IRB: Z 952

MILANES JIMENEZ (J.S.), BLAZQUEZ DIAZ (A.)


ESPANAT : un sistema de información ambiental para planificación de las carreteras del
estado. [ESPANAT : un SIG environnemental pour la planification des routes étatiques]
in Carreteras (Espagne), 71, 1994.- pp.17-29
URBATERR Bibliothèque ICYT

POTTIER (Patrick)
Dîtes-le avec des cartes
in Mappemonde n° 1, 1994.- pp.37-39, cartes ; résumé en anglais et en espagnol
Exemple d'application des systèmes de traitement numérique de l'information géographique au suivi
de l'urbanisation du littoral : l'Ile de Noirmoutier.
CDU ; IGN P086

VIGNERON V.
149

IGA
Risques de la péri-urbanisation et accessibilité routière : aide à la décision dans le cas de
Grenoble-Sisteron
Lyon, 1994.- (Journées de la recherche Cassini, Lyon, 13 et 14 octobre 1994)
Démarche visant à estimer un potentiel d’urbanisation future, en tenant compte de l’effet du réseau
routier (et donc des temps d’accès) mais aussi d’effets locaux.
TU

AITKEN (S. ), STUTZ (F.), PROSSER (R.), CHANDLER (R.)


Neighborhood integrity and residents' familiarity : using a geographic information system to
investigate place identity
in Tijdschrift voor economische en sociale geografie (Pays-Bas), vol. 84, n° 1, 1993.- pp.2-12, fig.,
tabl., bibliogr. ; en anglais ; ISSN : 0040-747X
Exemple d'interprétation spatiale en géographie du comportement. L'accent est mis sur la perception
par les résidents d'un quartier urbain des notions de continuité et de forme spatiales. Analyse des
résultats d'une enquête effectuée dans la banlieue de San Diego. Test sur la "familiarité" et
l'"expérience" des habitants en matière d'espace urbain. Certaines mesures concernent
l'autocorrélation spatiale.
FRANCIS : INTG

BATUCAN (Siegfried L.), TRAUB (Karl-Peter)


GIS implementation within present organizational structures to support planning activities in
the Cebu province, Philippines. [Einfuehrung eines Geographischen Informationssystems in
vorhandene Verwaltungsstrukturen zum Einsatz in Planungstaetigkeiten]]
in GIS. Geo-Informations-Systeme (Allemagne), nr.2, 6, 1993.- S.9-13 ; Abb., Lit. ; en anglais ; ISSN :
0935-1523
ORLIS IRB: Z 1758

CHEYLAN (J.-P.) ed., MIELLET (P.) ed., WANIEZ (P.) ed.


Facettes de SIG
in Mappemonde n° 4, 1993.- 48 p., fig., tabl., cartes, bibliogr. ; ISSN : 0764-3470
Ce numéro présente 23 travaux utilisant des SIG et produisant des résultats graphiques. Plusieurs de
ces travaux sont des applications de gestion dans des collectivités locales : ils touchent surtout les
problèmes environnementaux, parfois l'aménagement
IGN P086 ; FRANCIS : INTG

COMAS VILA (David)


Un sistema d'informacio geografica per a l'ordenacio territorial de la Costa Brava. [Un sistema
de información geogràfica para la ordenación territorial de la Costa Brava][Un SIG pour
l’aménagement du territoire de la Costa Brava]
in Revista catalana de geografia (Espagne), 7 (20), 1993.- pp.45-52, bibliogr.
URBATERR Bibliothèque ISOC

CONSEIL RÉGIONAL DU LIMOUSIN ; SOCIÉTÉ D'INFORMATIQUE ET D'AIDE À LA GESTION,


MONTPELLIER
Région'matique 92, actes des assises informatiques des régions, Hôtel de région du Limousin,
1er et 2 octobre 1992
Limoges, Région Limousin, 1993.- 165 p., graph., tabl., bibliogr.
Outre les séances plénières consacrées aux nouvelles technologies de l'information et de la
communication et à l'enseignement, les interventions sont regroupées en deux ateliers traitant de
l'informatique au service de l'institution régionale et de l'infographie et des systèmes d'information
géographique.
IA 34106

INSTITUT D'AMÉNAGEMENT ET D'URBANISME DE LA RÉGION D'ILE-DE-FRANCE (IAURIF)


SIGR : système d'information géographique régional
Paris, IAURIF, 1993.- 8 p., phot., ill., cartes
Plaquette de présentation du système d'information géographique pour l'Ile-de-France, son
fonctionnement, ses produits, son utilisation.
IA T.6129 ; MV 7861
150

JAGER (Peter)
Application GIS dans un office cantonal de la protection de la nature et du paysage
in Anthos (Suisse) n° 2, 1993.- pp.35-38, cartes
Cet article explique comment le canton d'Argovie (Suisse) applique avec succès depuis plusieurs
années, un système d'information géographique à la protection de la nature et du paysage. Ce
système sert à la saisie, à l'archivage, à l'analyse et à la représentation de données. Son importance
en tant qu'instrument de travail se voit chaque jour confirmée sur le plan des prises de décision et de
l'appréciation de mesures planifiées ou réalisées.
CDU

LANG (Ottomar), RUTZ (Félix), JERICKE (Edi)


Mise en oeuvre de GIS pour l’aménagement du Delta de la Reuss. [GIS-Einsatz am Beispiel
Reussdelta]] [Use of GIS taking the example of the Reuss Delta]]
in Anthos (Suisse) n° 2, 1993.- pp.7-11, phot., fig. ; en allemand, anglais, français ; ISSN : 0003-5424
L'exemple du plan d'aménagement du Delta de la Reuss montre les problèmes que pose l'introduction
des instruments de travail ultramodernes ARC/INFO et les possibilités qu'ils offrent en comparaison du
travail manuel. Sont présentés les avantages de la mise en oeuvre d'un SIG pour la planification et la
surveillance de ce projet. [Das Beispiel des Landschaftplanes Reussdelta zeigt die Probleme und
Moeglichkeiten bei der Umstellung von der Handarbeit zum modernen Hilfsmittel ARC/INFO. Die
Vorteile des GIS-Einsatzes fuer Projektierung und Ueberwachung dieses langfristigen Vorhabens
ueberwiegen die heutigen Schwierigkeiten mit Software und Grundlagendaten.]
CDU ; ORLIS IRB: Z 1157

LIHACHEVA (E.A.), GITIS (V.G.), BAHIREVA (L.V.)


Kompleksnoe rajonirovanie gorodskoj territorii po stepeni ustojcivosti k dinamiceskomu
vozdejstvia. [Subdivision complexe d'un territoire urbain selon le degré de résistance à un
impact dynamique]]
in Geomorfologia (Russie) n° 4, 1993.- pp.41-47, fig., bibliogr. ; en russe ; résumé en anglais ; ISSN :
0435-4281
Une nouvelle méthode, basée sur des caractéristiques géologiques et géomorphologiques de
l'environnement, est suggérée pour subdiviser un territoire urbain en régions selon leur résistance aux
vibrations. Le système d'information géographique "GEO" est utilisé pour préciser l'algorithme de
subdivision, ainsi que pour transformer et représenter l'information cartographique. L'estimation tient
compte de l'accroissement de la sismicité due aux conditions hydrogéologiques (niveau des eaux
souterraines) et géomorphologiques. Territoire expérimental choisi : la région d'Horosevskij au nord-
ouest de Moscou.
FRANCIS

OTT (T.)
UNIVERSITAT MANNHEIM - ALLEMAGNE
GIS in der Anthropogeographie ; Regionale Disparitaten und Sdatesystem in Europa. [SIG dans
la géographie humaine ; disparités régionales et systèmes urbains en Europe]]
Mannheim, Universitat ; Materialen zur Géographie, 1993.- 162 p., fig., tabl., bibliogr. (Thèse de
Diplomarbeit, Géographie ; en allemand)
En utilisant un SIG, l'auteur essaie de dresser un modèle des disparités régionales d'agglomérations
urbaines de la CEE. Travail à caractère méthodique qui essaie d'évaluer les possibilités d'utilisation
d'un SIG en géographie économique et sociale appliquée. Dans la bibliographie se trouvent recensés
tous les essais d'application d'un SIG en géographie humaine allemande.
FRANCIS : RESBGI

PELED (A.), HAKKERT (A.S.)


A PC-oriented GIS application for road safety analysis and management
in Traffic engineering and control (Royaume-Uni), 34 (7/8), jul./aug. 1993.- pp.355-361, bibliogr.
Describes the establishment of a PC-based geographical information system and databases
developed to deal with road safety analysis, safety management and the evaluation of improvements.
Detailed databases were compiled on accidents, traffic characteristics, physical road data, digitised
locations of the road system and geographic names. Emphasis was put on the generation of periodic
reports on predefined accident types ; specific road safety issues (such as child accidents near
151

schools) and area-wide analysis. The system developed was demonstrated on the Central business
district of Haifa.
ACOMPLINE Localisation 026242

RASE (Wolf-Dieter)
Karten in einem Geo-Informationssystem fuer die grossraeumige Planung. [Les cartes dans un
SIG pour l’aménagement des grands espaces]
Bonn, Kirschbaum, 1993.- S.109-116; Kt., Abb., Lit. (Kartogr.Schr.; 1) ; Kartographie und Geo-
Informationssysteme. HRSG.: Arbeitskreis Kartogr.u.Geo-Informationssyst.d.Dt.Gesell.f.Kar togr.e.V.
ORLIS

RICCI (Pir Francesco)


I sistemi informativi territoriali a supporto della gestione della mobilità di un'area metropolitana
in Paesaggio urbano (Italie) n° 6, 1993.- pp.107-111 ; en italien et en anglais
Progetto per l'applicazione del GIS all'area metropolitana bolognese.
BIBLIODATA

ROWLINSON (Barry), POOLEY (Colin), GATRELL (Tony)


LANCASTER UNIVERSITY - ROYAUME-UNI
Analysing migration paths in a GIS framework
EGIS ’93.- pp.125-133
Altrough GIS is now commoly used for the manipulation and, in some cases, analysis of spatially-
referenced data there have been relatively few applications to migration data and even fewer in an
historical setting. Here we show how the powerful database management system, facilities of a GIS,
together with the analytical capabilities of a statistical modelling system, can be used to describe and
analyse records of moves made by individuals in Britain, extending over a period of 200 years. The
data comprise records provided by members of Family History and Genealogy Societies in Lancashire
and Cumbria. This has generated a database of over 6000 moves, undertaken by some 1800
individuals. We have analysed the data in two settings. First, in order to analyse subsets of the data
and to produce effective displays, we have analysed the data in an ARCINGRES setting, using the
database INTEGRATOR facilities available in Version 6 of ARC/INFO. Second, in order to perform
statistical analyses of the data we have used S-Plus to explore characteristics of particular subsets of
the data. The fact that the data extend over 200 years means that we can also paint a picture of the
dynamics of migration. Plans are underway to extend the data collection in order to produce a
comprehensive picture of longitudinal migration histories in Britain as a whole.
IGN 61092

Spécial colloque ''Systèmes d'information géographique et régions européennes''


in SIG et télédétection n° 9, déc. 1993.- pp.5-10, phot.
Ce numéro publie le compte rendu du colloque ''SIG et régions européennes'' que SCOT Conseil a
organisé à Toulouse du 19 au 21 octobre 1993. Le colloque avait pour objectif de permettre aux
décideurs régionaux d'acquérir une connaissance synthétique des possibilités offertes par les images
de télédétection et les systèmes d'information géographique dans les domaines de la gestion de
l'environnement, de l'aménagement du territoire et pour la mise en place des grands équipements
structurants. L’échelon SIG-régional permet la mise en place de partenariats et de concertations, tant
avec les collectivités départementales ou communales qu'avec les instances nationales et
européennes, d'une part, et parce que les régions disposent de prérogatives en matière
d'aménagement du territoire, d'autre part.
CA RB251(93:9) ; CDU ; IGN P072

STRAND (Geir-Harald)
Settlement planning with GIS, a case study of Thmarpouk, Cambodia
in Habitat international (Royaume-Uni), vol. 17, n° 3, 1993.- pp.75-85, tabl., fig., bibliogr.
Un système d’information géographique a été utilisé pour analyser certains aspects d’un plan de
rapatriement pour Thmarpouk (Cambodge). Ce plan propose la construction de 170 nouveaux villages
destinés à reloger des personnes déplacées revenant de camps en Thaïlande. Il propose aussi
d’organiser les villages avec une nouvelle unité : la province Thmarpouk, basée autour du district du
même nom dans le nord-est du Cambodge.
CA RB40(93:3)
152

TH AACHEN, INSTITUT FUER STADTBAUWESEN (VERANST.)


Environmental impact studies for road design, CEEC-Seminar 8./9.Okt.1992, RWTH Aachen.
Themenheft
in Stadt Region Land, Aachen n° 64, 1993.- S.1-93; Kt., Abb., Tab., Lit. ; en anglais
ORLIS

CAN (A.), FISCHER (M. M.) ed., NIJKAMP (P.) ed.


Residential quality assessment. Alternative approaches using GIS. in : Geographic information
systems (GIS)
in Annals of regional science (Allemagne), vol. 26, n° 1, 1992.- pp.97-110, fig., tabl., bibliogr. ; en
anglais ; ISSN : 0570-1864
Détermination d'indices de qualité de l'environnement résidentiel dans le but de définir des unités de
voisinage à l'intérieur d'un espace urbain. L'auteur mesure l'effet de l'échelle spatiale retenue et
compare plusieurs méthodes de calcul des indices. Cette analyse spatiale est intégrée à un système
d'information géographique. Exemple de la ville de Syracuse (Etats-Unis).
FRANCIS : INTG

DING (Yuemin), FOTHERINGHAM (A. Stewart)


The integration of spatial analysis and GIS
in Computers environment and urban systems (USA), vol. 16, n° 1, 1992
Elaboration d'une méthode permettant d'intégrer l'analyse spatiale dans la technique des systèmes
d'information géographique. L’auteur décrit un module d'analyse spatiale (SAM), qui contient une
autocorrélation spatiale et des statistiques d'associations spatiales brièvement décrites. Dans sa
conclusion, il applique l'ensemble de ces fonctions à des données démographiques issues du
recensement de 1990 en République Populaire de Chine et dresse quelques suggestions pour des
développements futurs.
EPC

MICHEL (A.), LORTIC (B.)


Typologies urbaines et télédétection satellitaire. La notion de zones en milieu urbain
in L’Espace géographique, vol. 21, n° 2, 1992.- pp.167-178, fig., phot. satellite, bibliogr. ; ISSN : 0046-
2497
Les auteurs plaident pour une redéfinition des individus à considérer et une nomenclature à employer
afin que les spécificités des deux outils mis en oeuvre (télédétection et système d'information
géographique) puissent rendre compte d'une représentation de l'espace exploitable par l'urbaniste.
IGN P051 ; FRANCIS : INIST

POLITECNICO DI MILANO ; FACOLTA DI ARCHITETTURA, DIPARTIMENTO DI SCIENZE DEL


TERRITORIO ; ISTITUTO DI RICERCHE AMBIENTE - ITALIE
Aspetti ecologici nella pianificazione del territorio. Convegno, Milano, 12/13 novembre 1992.
[Les aspects écologiques de l'aménagement du territoire. Congrès, Milan, 12/13 nov. 1992]]
Milan, Politecnico di Milano, Facolta di architettura, 1992.- pag. div., cartes
Les contributions sont présentées en quatre thèmes : l'aménagement des rives des fleuves ; la
planification des écosystèmes ; l'approche environnementale dans l'aménagement du territoire ; les
systèmes d'information géographique et la planification de l'environnement.
IA 35082

VENARD (Jean-Louis)
AREA INTERNATIONAL
Dix ans d'études urbaines. Tome IX : Agenges urbaines, supervision de l'Atelier d'urbanisme du
Cameroun, appui à la transformation du SERHAU en SEM, préparation des projets à Libreville,
Luanda et Maurice
Paris, Area International, 1992.- mult., tabl., fig., bibliogr.
Ces missions devaient identifier et superviser des actions de coopération pour créer ou transformer
des agences urbaines. Classés en six sections, les rapports proposent une méthodologie de projets de
systèmes de gestion de données urbaines localisées, un bilan des actions de coopération menées
pour des projets d’appui à la gestion de la politique urbaine et à l’assistance technique aux agences
d’urbanisme en Côte d’Ivoire, au Bénin, à Maurice, à Luanda et au Cameroun.
CA C6918
153

PLANIFICATION ET CONCEPTION URBAINES

ASSAKO-ASSAKO (René-Joly)
Apport de la télédétection et du SIG dans la recherche des zones constructibles d’un site
urbain de collines : le cas de Yaoundé (Cameroun)
in L’Espace géographique n° 2, 1998
Yaoundé est en proie à une croissance spatiale anarchique et précaire, et à des risques d’inondation,
d’érosion et de glissements de terrain. Pour remédier à cette situation, les pouvoirs publics peuvent
mener une action qui consisterait à réorienter le développement urbain tout en résorbant les poches
d’anarchie urbaine représentées par les quartiers spontanés et d’habitat précaire. Ceci exige du
décideur qu’il distingue les zones adaptées à une densification urbaine de celles qui ne le sont pas.
L’imagerie satellitale et le SIG sont particulièrement adaptés à une telle problématique.
IGN P051

LACOSTES Patrice
CENTRE D’ETUDES SUR LES RESEAUX, LES TRANSPORTS, L’URBANISME ET LES
CONSTRUCTIONS PUBLIQUES (CERTU)
Table d’assemblage des POS : objectifs et orientations techniques. Rapport d’étude
Lyon, CERTU, juillet 1998.- 90 p. (pour le compte de la Direction générale de l’urbanisme, de l’habitat
et de la construction)
Les POS expriment des prévisions et règles en matière d’urbanisme, et en tant que tels, sont porteurs
d’une dimension prospective. Dans le cadre de leurs activités, les services aménageurs sont amenés
à réaliser des « tables d’assemblage des POS », c’est-à-dire la saisie sous forme de base de données
géographiques de l’information contenue dans ces documents d’urbanisme, à une échelle dite
moyenne (1/50.000 à 1/100.000e). Le présent document propose une méthode de saisie de cette
information, répondant à un souci d’harmonisation des méthodes et d’une nomenclature de base, mais
assurant aussi la possibilité de développer des nomenclatures et des usages locaux, tout en
garantissant un réemploi et une mise à jour de ces données. La méthode proposée est basée sur la
digitalisation de tous les périmètres des POS, selon plusieurs méthodes au choix. Les périmètres ainsi
saisis sont renseignés par analyse du règlement des POS, par un type légal et par une destination
dominante, ainsi que par tout attribut souhaité localement. Des exemples de réalisation de ces tables
d’assemblage des POS sont présentés.
www.certu.fr

SCHMIT (B.)
POS et informatique : demain le POS sans zonage ?
in Diagonal n° 129, févr. 1998.- pp.51-53
La représentation graphique d'un plan d'occupation des sols n'est pas neutre. L'utilisation de
l'informatique pour traduire la règle de droit dans les documents d'urbanisme ne se résume pas à une
révolution technologique : en privilégiant les thèmes plutôt que les zones, la singularité plutôt que la
norme, on bouscule la logique planificatrice classique.
IGN P042 ; CDU

SERVAS (Jean-Pierre)
CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DE LA MOSELLE (CCI)
SCODEC : un outil d’aide à la décision pour l’aménagement commercial
MARI Europe 98, avril 1998.- 4 p.
Ce Système convivial d’observation départementale d’équipement commercial (SCODEC) est un outil
original qui permet de positionner les pôles commerciaux et leurs zones d’attraction, d’analyser leurs
points forts et leurs faiblesses, de mesurer leur aire d’influence, ... sans se soucier des limites
administratives.
IGN 67008

GEERTMAN (S)
UNIVERSITE D’UTRECHT - PAYS-BAS
Geographical information technology as a planning tool
154

Geographical information ‘97 Joint european conference and exhibition on geographical information :
from research to application through cooperation ; Vienne, Autriche, 16/18 avril 1997. Proceedings, vol.
1.- pp.708-717, bibliogr.
Despite the worldwide Geo-IT boom since the early 1990s, the function of the geographical information
technology (Geo-IT) as an instrument to support policy in the field of physical planning in general and
in the preparation of large scale spatial interventions in particular is limited. Up till now the use which
have been made of these instruments have been largely restricted to so-called ‘lower-order’ planning
activities : primarily the management and cartographic visualisation of spatial data. The so-called
‘higher-order’ planning activities in the framework of strategic spatial policy (e.g., physical design and
research) predominantly lacks the broad scale application of this technology. However, the need of the
highly complex physical planning activities for support is substantial. In this article, we look closer to the
contribution of the Geo-IT to the mentioned ‘higher-order’ planning activities, to the obstacles which
block the way to a fuller performance of the function of the Geo-IT in this framework, to recent Geo-IT
developments which are surmounting some of these obstacles, and to some methodological proposals
that could contribute to the policy-support function of the Geo-IT in the framework of strategic spatial
policy (‘higher-order’ planning activities).
IGN 66170

KONINGER (A.), BARTEL (S.)


UNIVERSITE DE STUTTGART ; UNIVERSITE DE ROSTOCK - ALLEMAGNE
3D-GIS for urban planning - objet hierarchy, methods and interactivity
Geographical information ‘97 Joint european conference and exhibition on geographical information :
from research to application through cooperation ; Vienne, Autriche, 16/18 avril 1997. Proceedings, vol.
1.- pp.718-727, bibiogr.
This paper presents first results of our investigations in the development of a 3D urban GIS prototype.
The main goals for this primary study are trinominal : firstly the hierarchical representation of urban
space, secondly the integration of the resulting class hierarchy into a GIS, and thirdly the definition of
an object or class specific set of methods depending on the level-of-abstraction or level-of-detail.
Further on, aspects of interactivity and related possibilities which are of great importance for the
essential user acceptance are discussed.
IGN 66170

LUPTON (M.), MATHER (C.)


DEP. OF GEOGRAPHY, UNIV. OF THE WITWATERSRAND, JOHANNESBURG - AFRIQUE DU SUD
The anti-politics machine : GIS and the reconstruction of the Johannesburg local state
in Political geography (Royaume-Uni), vol. 16, n° 7, 1997.- pp.565-580, fig., bibliogr. ; en anglais ;
ISSN : 0962-6298
L'accent est mis sur le rôle de la technologie (SIG) dans la transformation des limites du
gouvernement local de cette ville. Etablissant un parallèle avec la machine anti-politique de Ferguson,
les auteurs montrent que les SIG introduisent un nouveau discours de planification rationnelle et de
prise de décisions technocratiques. Les SIG présentent une image particulière de la ville. Certains
actes inspirés par les SIG ont une signification politique profonde.
FRANCIS : INTG

PEDRAZZINI (Luisa)
Sistema informativo ambientale e pianificazione urbanistica a Berlino. [Le système
d’information sur l’environnement et la planification urbaine à Berlin]
in DST Territorio (Italie) n° 4, 1997.- pp.39 - 53, tabl., carte, bibliogr. ; en italien
La politica pianificatoria di Berlino ha preso le mosse da un preventivo studio sui fondamenti ecologico
ambientali organizzati in un Atlante ambientale tematico : i Piani urbani sostenibili.
BIBLIODATA

SCHWARZ-VAN RAUMER (Hans-Georg)


GIS-Gestützte mehrkriterielle Bewertungs-verfahren in der Stadtentwicklungsplanung. [GIS-
based multicriteria evaluation in general urban planing]]
in GIS. Geo-Informations-Systeme (Allemagne), vol. 10, n° 6, déc. 1997.- pp.13-19, bibliogr. ; en
allemand ; résumé en anglais
This paper features the primary tasks of general urban planing as a favoured field for GIS applications.
The potential of GIS to implement decision support methods is discussed, above all the realization of
multicriteria evaluation procedures. The discussion leds to the presentation of a user-shell named
155

MeMoPlan (Methods and Modells for spatial Planing) that offers a library of multicriteria evaluation
procedures. The program will be demonstrated by the reports of two projects : a study of residential
quality in built-up areas and an evaluation of the suitability of open urban space for residential
developoment.
IGN P058

SHUNQING (C.), LING (H.), WENLAN (G.)


INST. OF GEOGRAPHY, CAS, BEIJING - CHINE
The planning and management information system for small town (TownMIS) - A case study at
Xiaolan town, South China
in Journal of Chinese geography (Chine), vol. 7, n° 1, 1997.- pp.11-20, fig., bibliogr. ; en anglais ;
ISSN : 0218-1444
Analyse des caractéristiques de la planification urbaine et problème de la gestion d'un SIG en Chine à
propos d'une petite ville située dans le delta de la Rivière des Perles. Outil pour une meilleure
planification et une meilleure gestion des petites villes.
FRANCIS : INTG

YOSHIKAWA (Shin)
Computer-assisted environmental design system : regional information visualizer
in International planning studies (Royaume-Uni), vol. 2, n° 2, juin 1997.- pp.211-228, fig., phot., cartes,
tabl., bibliogr.
L'auteur a développé des systèmes de conception environnementale assistés par ordinateur, destinés
à la cartographie automatique ou à la simulation du paysage. L'article traite seulement d'un système
de cartographie automatique du point de vue des considérations spatiales. Ce système couvre une
surface étendue, basée sur une carte à petite échelle (1:25.000e). Il est combiné avec un système de
dessin assisté par ordinateur (AUTOCAD), un SGBD et des bases de données, afin de visualiser les
informations géographiques relatives à la cité scientifique de Keihanna et à une partie de la rivière
Yodo, au Japon. L'accent est mis sur la génération d'une représentation tridimensionnelle du territoire.
Les données visualisées peuvent être importées à partir d'applications utilisant un format de données
standard CAD, ou exportées vers ces dernières. Ainsi, des techniques de génération automatique
peuvent être utilisées facilement. L'article décrit le processus de développement du système et le
processus de conversion des données visualisées.
CDU

ESPOSITO (M.A.)
UNIVERSITA DEGLI STUDI DI FIRENZE - ITALIE
School geo-marketing : services management from the users point of view
Proceedings of the 2nd EC-GIS Workshop, Genova (Italy), 26-28 june 1996.- pp.121-130 ; en anglais
Local administration in Europe has to manage two appearingly contradicting tasks : the quality
improvement in services according to user needs and the requirement to meet the optimised use of
lower budgets. The case of study of school service management in Italy clearly shows these elements
and outlines the need of new decision support implements to achieve the optimisation of planning
resources in relation to the scenario of a specific territory expressed in terms of objectives and criteria.
The schools facility has been considered as a service network related to user catchment areas. This
way e model for geo-marketing management school facilities has been built, relating localisation,
technical profile of building facilities, characterics of catchment area, final users profile, available
annual resources.
IGN 67322

GLATTHARD (Thomas)
SCHWEIZERISCHE VEREINIGUNG FUER LANDESPLANUNG (VLP)
Geo-Informationssysteme im Dienste der Raumplanung. [Les SIG au service de la planification
de l’espace]
Bern, 1996.- 93 S. ; Abb., Lit. (VLP-Schrift ; 66)
Die haushaelterische Nutzung des Bodens und die Abstimmung der raumwirksamen Taetigkeit sind
die wichtigsten Aufgaben der Raumplanung. Dabei gilt es, unter Beachtung der natuerlichen
Gegebenheiten sowie der Beduerfnisse von Bevoelkerung und Wirtschaft eine auf die gewuenschte
Entwicklung des Landes ausgerichtete Ordnung der Besiedlung zu verwirklichen. Voraussetzung dazu
sind umfassende Informationen ueber die Entwicklung und den aktuellen Zustand des Raumes, ueber
geplante Vorhaben sowie ueber die Auswirkung von geplanten Massnahmen. Solche Informationen
156

sind z.B. in den Geo-Informationssystemen der Schweiz zugaenglich, ueber die diese Broschuere
informieren will. Sie gibt eine Uebersicht ueber die Anwendungsmoeglichkeiten von Geo-
Informationssystemen, z.B. in Form von Planauswertungen, Landschaftsvisualisierungen, statistischen
Auswertungen. Sie gibt Auskunft darueber, welche Daten wo und wie auf Bundes- und Kantonsebene
erreichbar sind und will damit Gemeinden, Planer und Planerinnen den Zugang zu diesem
Arbeitsmittel erleichtern.
ORLIS SEBI: 96/2216

LLOYD-JONES (Tony)
Computers in urban spatial planning
in ODA Urbanisation (Royaume-Uni) n° 2, 1996.- pp.7-8, fig.
De nouvelles technologies (système d'information géographique, logiciels...) et leurs applications à
l'aménagement spatial et à la planification urbaine sont succinctement présentées
CA RB306(96:2)

SERRA (Pau)
Analisis espacial y modelos urbanos en un entorno SIG
in Urbana (Vénézuela), vol. 1, n° 19, août-déc. 1996.- pp.99-116, fig., bibliogr.
Les systèmes d'information géographique peuvent être utilisés pour une analyse spatiale et pour une
simulation des modèles urbains et par conséquent de la planification urbaine. La littérature anglo-
saxonne récente sur le sujet est signalée.
IA P.413

WIRTH (Peter) (Projlt.), SCHUMACHER (Ulrich)


INSTITUT FUER OEKOLOGISCHE RAUMENTWICKLUNG E.V. (IOER)
Erreichbarkeit grosser Staedte ; eine Entwicklungsbedingung fuer laendliche Raeume.
Untersuchungsergebnisse aus Sachsen. [L’accessibilité d’une grande ville ; la nécessité du
développement pour un espace régional. Résultats d’une étude à Sachsen]
Dresden, 1996.- 80 S. ; Kt., Tab., Lit. (IOeR-Schriften ; 16)
Ausgangspunkt der Untersuchung ist die Hypothese, dass mit dem Kriterium "Erreichbarkeit"
Lagezusammenhaenge differenziert beschrieben werden koennen. Die Studie verfolgt zwei Aspekte,
die Gleichwertigkeit der Lebensbedingungen, indem sie das Erreichbarkeitsphaenomen in den Kontext
regionaler Beziehungen zwischen Stadt und Land, zwischen Zentrum und Peripherie stellt, und
zweitens einen oekologischen Aspekt, indem sie die Leistungsfaehigkeit des oeffentlichen
Personenverkehrs als umweltvertraegliche Alternative prueft. Im Mittelpunkt der Betrachtungen steht
die Erreichbarkeit grosser Staedte aus der Sicht der laendlichen Raeume. Die in der Studie gewaehlte
Kombination von Methodenbausteinen - Verknuepfungsmuster von Quell- und Zielorten, schriftliche
standardisierte Befragung der saechsischen Buergermeister, Datenverarbeitung mittels
Geoinformationssystem, quantitative raumbezogene Verfahren wie THIESSEN-Polygone,
Potentialansatz - ist bislang noch nicht angewandt worden. Mit der umfassenden statistischen und
kartographischen Darstellung der Untersuchungsergebnisse wird erstmals eine Grundlage fuer die
Landes- und Regionalplanung in Sachsen vorgelegt. Fuer den oeffentlichen Verkehr werden Chancen
aufgezeigt, seine Effizienz in der Flaeche zu verbessern. So wird am Beispiel Dresdens nachgewiesen,
dass die gegenwaertige Siedlungsentwicklung die Erreichbarkeitsvorteile entlang der S- Bahn-Linien
weitgehend ignoriert.
ORLIS SEBI: 96/2689-4

BECHOLEY (M.), DUMOLARD (P.)


SIG et images de synthèse : applications à Saint-Pierre-de-Chartreuse et aux Diablerets
MARI Europe '95.- pp.301-304
L’outil IDERALPE a pour objectif d’aider le concepteur et le décideur dans la constitution et la
négociation d’un projet d’aménagement. Il répond à trois questions : quels sont les terrains disponibles
pour celui-ci ? quel est son impact visuel dans son environnement ? quelles en sont les conséquences
socio-économiques ?
IGN 64462

CHATELAIN (J.-L.), GUILLIER (B.), SOURIS (M.), DUPERIER (E.), YEPES (H.)
SIG et évaluation des risques naturels : application aux risques sismiques de Quito
in Mappemonde n° 3, 1995.- pp.17-22, cartes, bibliogr.
157

L'article retrace rapidement les principales étapes de la réalisation d'un scénario sismique sur la ville
de Quito. Les croisements nécessaires entre les données venant de domaines variés (sciences de la
terre, ingénierie civile, sociodémographie) ont pu être effectués rapidement grâce à l'utilisation du SIG
Savane. Le SIG a permis l'édition de documents graphiques décrivant de façon concrète la
vulnérabilité sismique de la ville, facilitant ainsi la prise de conscience des responsables politiques et
économiques.
CDU ; IGN P086

DAGORNE (A.), HERARD (P.), NAPOLI (A.), VOIRON-CANICIO (C.)


LABORATOIRE D'ANALYSE SPATIALE, UNSA
Urbanisation et environnement dans les Alpes-Maritimes méridionales ou l'utilité de la
cartographie (PEB, SIG) dans les petites collectivités territoriales : application à la commune de
Roquebrune-Cap Martin
in Analyse spatiale quantitative et appliquée n° 37, 1995.- pp. 59-74, fig. ; ISSN : 0751-7297
Le Plan des espaces boisés (PEB) est un document de référence établi sous la responsabilité de la
Direction départementale de l'agriculture et de la forêt. Il est destiné à préciser le champ d'application
de la législation en matière de défrichement. Elaboration en trois temps. Réalisation d'un système
d'information géographique en mode image. Prospective sur l'occupation humaine du territoire
communal par une analyse d'image.
FRANCIS : INTG

HONG (Xu), WENYAO (Zou)


Design and development of urban planning and management information system for Shiyan
City
in China city planning review (Chine), vol. 11, n° 3, sept. 1995.- pp.49-53, fig., bibliogr.
Présentation d'un système d'information pour la gestion et la planification urbaine de Shiyan, ville
moyenne de Chine.
CA RB161(95:3)

KAM (Tin-Seong)
UNITED NATIONS CENTRE FOR REGIONAL DEVELOPMENT - JAPON
Integrating GIS and remote sensing techniques for urban land-cover and land-use analysis
in Geocarto international (Hong Kong), vol. 10, n° 1, 1995.- pp.39-49, bibliogr. ; ISSN : 1010-6049
The computer-based GIS has become a very useful tool for urban planning. Yet the utility of GIS in
urban planning and management is often hampered by a lack of current and sequential land-cover and
land-use information. This paper discusses a relatively simple but accurate automated land-cover and
land-use classification technique using a microcomputer-based image analysis and geographic
information system. Results obtained with this technique suggest that the integration of GIS capabilities
and image analysis techniques can improve significantly the conventional multispectral classification
procedure.
IGN P059

LOBER (Douglas-J.)
Resolving the siting impasse : modeling social and environmental locational criteria with a
geographic information system
in Journal of the American planning association (USA), vol. 61, n° 4, 1995.- pp.482-495, bibliogr.
A travers l'étude de la localisation d'une unité de recyclage dans la ville de Madison au Connecticut,
l'auteur analyse comment il est possible d'intégrer à un système d'information géographique (SIG), un
modèle social et un critère de localisation tenant compte de l'environnement. Il étudie l'opposition du
public au projet, caractérisée par le comportement ''nimby'' (not in my backyard ou ''pas dans mon
jardin''). Il examine la notion de distance, la perception de la proximité.
CDU

TORRES (Alfosea), Francisco (José)


Aplicación de un sistema de información geográfica al estudio de un modelo de desarrollo
local : crecimiento urbano-turístico de Torrevieja (1956-1993). [Application d’un SIG à l’étude
d’un modèle de développement local : la croissance urbano-touristique de Torrevieja]
Alicante, Universidad / Instituto universitario de geografía / Secretariado de publicaciones, 1995.- 103
p., cartes
URBATERR Bibliothèque CIRBIC
158

WANGLIN (Yan)
A knowledge base and GIS integrated system for urban planning
in GIS. Geo-Informations-Systeme (Allemagne), vol. 8, n° 1, janv. 1995.- pp.10-14, bibliogr. ; en anglais
With the challenge of environmental changes and information innovation urban planning can only
survive and make progresses with the support of powerful computer systems for handling spatial data
as well as human knowledge. This paper presents an integrated approach of a GIS, knowledge bases
and CAD for urban environmental planning and proposes a prototype system for urban environmental
evaluation. Knowledge is acquired by cognitive methods and represented by hierarchical structures. it
is a user-friendly system and can be applied to any evaluation problems in urban planning and
resource management.
IGN P058

BOUDIERES (C.), MAUREL (P.)


Télédétection et SIG : planifier le réseau routier de Toulouse
in Ecrans n° spécial nov. 1994.- pp.13
La DDE de la Haute-Garonne a amélioré ses méthodes pour concevoir l’infrastructure routière de
périphérie toulousaine à moyen et long terme, en créant des bases de données gérées avec
ARC/VIEW.
IGN P132 ; CDU

BUDIC (Zorica D.)


Effectiveness of geographic information systems in local planning
in Journal of the American planning association (USA) nr.2, 60, 1994.- S.244-263 ; tab., lit. ; en
anglais ; ISSN : 0002-8991
ORLIS SEBI: Zs 2496; IRB: Z 1042

GEORGES (Michael)
ECOLE NATIONALE DES SCIENCES GÉOGRAPHIQUES (ENSG) ; INSTITUT D'AMÉNAGEMENT
ET D'URBANISME DE LA RÉGION D'ILE-DE-FRANCE (IAURIF)
SIG appliqué au transport des matières dangereuses
Saint-Mandé, ENSG, 1994.- 53 p., bibliogr.
Rapport de stage, effectué à l'IAURIF, sous la direction d’Alain Le Saux, qui entre dans le cadre d'un
DESS de cartographie numérique de l’ENSG, Université Paris I. Ce stage avait pour objet d'évaluer un
certain nombre d'indicateurs liés au risque de transport des matières dangereuses le long de six
itinéraires du Val-de-Marne à l'aide du système d'information géographique. Le mode opératoire utilisé,
le déroulement du projet et les contraintes ayant limité les calculs sont exposés.
IA 35240 ; IGN 64574

LAURINI (R.), SERVIGNE (S.)


Systèmes d'information pour la planification urbaine
in Courrier du CNRS n° 81, 1994.- pp.98-99
La planification des villes repose sur l'information. Le rôle d'un système d'information urbain est de
regrouper l'ensemble des données nécessaires à la mise en place et à l'évaluation des scénarios de
développement urbain.
IGN P276

SMITH Michael (B.), VIDMAR (Andrej)


Data set derivation for GIS-based urban hydrological modeling
in PE & RS. Photogrammetric engineering and remote sensing (USA), vol. 60, n° 1, 1994.- pp.67-76 ;
ISSN : 0099-1112
In tests on an urban watershed, the automatically derived databases were input to a distributed
parameter hydrologic model to predict watershed response to three rainfall events. Excellent
agreement was found between measured outlet hydrographs and those derived using manually
developed data and data derived using the automated procedures. Automated procedures potentially
offer a savings in time spent on data derivation and facilitate a more effective application of hydrologic
models in urban areas.
IGN P105

SUI (D.Z.)
159

GIS and urban studies : positivism, post-positivism and beyond


in Urban geography (USA), vol. 15, n° 3, 1994.- pp.258-278, tabl., bibliogr. ; ISSN : 0272-3638
The primary objective of this progress report is to provide urban geographers with an up-to-date review
of the innovative applications of GIS in urban studies and to summarize the majors schools of thought
concerning the impact of GIS on geographic practice. A secondary aim is to provoke further discussion
on the various methodological issues related to GIS in urban studies.
FRANCIS

TAISNE (Marie-Hélène)
SIGR : méthode d'intégration des ZAC, spécifications et exploitation d'un modèle de données
Evry, ESGT, 1994.- 52 p., ann., cartes, tabl. (Mémoire pour le diplôme d'ingénieur de l'Ecole supérieure
des géomètres)
Après avoir évalué les besoins par rapport aux données, aux traitements et à l'historique, on peut
modéliser les données et concevoir une maquette d'applicatif standard. Un test est effectué sur quatre
communes des Hauts-de-Seine (Boulogne-Billancourt, Issy-les-Moulineaux, Meudon et Sèvres)
permettant ainsi de valider la démarche suivie pour la mise en place de ce projet et de constituer un
élément d'aide à la décision face à des situations réelles.
IA 34762

AMER (Shérif), SLUIZAS (Richard), SUN (Yuxian)


INTERNATIONAL INSTITUTE FOR AEROSPACE SURVEY AND EARTH SCIENCES (ITC)
Spatial decision support systems for urban planning and management
EGIS ’93.- pp.116-124
This paper shortly addresses some prospects and problems of effectively using GIS technology for
urban management & spatial planning purposes. It will be argued that GIS technology will have to be
embedded in the framework of Spatial decision support systems (SDSS) to become a more complete
tool for spatial planning & policy making. After a short discussion of mainstream urban GIS applications
and a review of the principal characteristics of SDSS, two examples of recent ITC research in this field
will be describes : a prototype SDSS for school siting and a knowledge based GIS for urban property
valuation. Both examples are integrated systems composed of a GIS, a modelbase, a domain specific
user interface and a proprietary, rule-based expert system shell. The examples clearly indicate that an
SDSS provides an environment where the check-list like part of planning and the generation of
alternative scenarios can be handled by the system thus releasing the planner to concentrate on
strategic tasks. Whether SDSS’ will evolve to become really ‘intelligent planning machines’, however,
remains to be seen. Much will depend on the particular application and the political context of the
decision making environment.
IGN 61092

MASSER (I.) ed., ONSRUD (H.J.) ed.


NATO, SCIENCE COMMITTEE
Diffusion and use of geographic information technologies. Proceedings
in NATO Advanced sciences institutes series (Grèce). Series D : Behavioural and social sciences, vol.
70, 1993.- 349 p., graph., fig., tabl., index, bibliogr. ; en anglais
Quatre thèmes : méthodologie de recherche et perspectives pluridisciplinaires ; la diffusion des
innovations de l'information géographique (exemples en Angleterre et aux Etats-Unis) ; impacts
culturel et institutionnel (ville de Padoue et Portugal) ; mécanismes pour faciliter la diffusion des SIG (le
cas canadien, le centre néerlandais NEXPRI, le réseau URSA-NET, modèles de planification urbaine
et régionale).
FRANCIS : RESBGI

NIEMEIER (Debbie A.), BEARD (M. Keate)


GIS and transportation planning : a case study
in Computers environment and urban systems (USA), vol. 17, n° 1, janv.-févr. 1993.- pp.31-43
Un modèle de SIG devrait améliorer le processus de planification des transports en fournissant de
meilleurs résultats intermédiaires et définitifs qui reflètent une plus grande homogénéité dans
l'attention accordée aux facteurs de programmation ; ces améliorations doivent être quantifiées en
comparant modèles SIG et modèles non-SIG. Appliquée à une petite agglomération (une banlieue de
Portland, Etat du Maine), cette étude appréhende la réalisation d’un système SIG pour la planification
des transports et évalue sa rentabilité dans un processus global de planification des transports.
EPC
160

NIJKAMP (Peter), SCHOLTEN (Henk J.)


Spatial information systems : design, modelling, and use in planning
in IJGIS. The international journal of geographical information science (Royaume-Uni), nr 1, 7, 1993.-
S.85-96, abb., tab., lit. ; en anglais
ORLIS

PERRIN (Laurent)
INSTITUT D’AMENAGEMENT ET D’URBANISME DE LA REGION ILE-DE-FRANCE (IAURIF)
Planning land use changes in the metropolitan region of Paris
EGIS ’93.- pp.106-115
Urban planners are often confronted with complex urbanization issues which they cannot adequately
address with their usual analytical tools. Among these issues, the redevelopment of derelict industrial
sites, the protection of natural and urban landscapes against uncontrolled growth and the
enhancement of the manmade environment, are but a few that the metropolitan region of Paris (Ile-de-
France) is facing. To improve its planning instruments, IAURIF set up a GIS, the regional geographic
information system (SIGR). It was applied in the framework of a master planning study concerning a
strategic sector of the region : the Val-de-Seine. Located in the innerring of the metropolis, this area
encompasses a section of the seine river along wich significant redevelopments occur due strong
economic and real estate pressures. Most of the old industries formerly located on the river banks are
shuting down and are being replaced by middle-rise office and housing developments. At the same
time, major infrastructure works, both for new expressways, a tramway and a subway, are
programmed in the sector. All these transformations, if not coherently planned, may threaten the
historical landscape which constitute a major asset of the site. To address these issues, the study team
developed a specific SIGR application aimed at analyzing past and potential land use changes. Base
on a multidate comparison of 1982’ and 1990’ land use inventories, and on the combination of various
layers such as building permits, building conditions, or cadastral parcels, this application significantly
enhanced the scope of the study.
IGN 61092

SHAW (Shih-Lung)
GIS for urban travel demand analysis : requirements and alternatives
in Computers environment and urban systems (USA), vol. 17, n° 1, janv.-févr. 1993.- pp.15-29
Analyse de la nécessité d'intégrer des applications spécifiques de modélisations à des systèmes
d'information géographique pour des modèles de demande de transport urbain. Evaluation d'autres
méthodes d'intégration de cette nécessité pratique.
EPC

VAN ECK (R.), ROBERT (J.)


Analyse van transportnetwerken in GIS voor social-geografisch onderzoek. Analysis of
transportation networks in GIS for research in human geography
in Nederlandse geografische studies (Pays-Bas), vol. 164, 1993.- 197 p. ; en néerlandais
The purpose of this study is to gain insight into the usefulness of techniques for network analysis in the
context of socio-spatial analysis using GIS, and into the technical and practical aspects of the
application of network analysis within GIS.
FRANCIS : RESBGI

VICO (Franco)
POLITECNICO DI TORINO
Aside-track in improving GIS applications in urban planning
EGIS ’93.- pp.1076-1082
Although urban planning is an obvious application for GIS its introduction as not affected the planning
process as much as could be expected. GIS implementation is a long process, specially since it
requires the drafting of digital base maps. This paper suggests one need not wait for GIS to be fully
implemented, but start exploring how urban planning can incorporate, modify and extend this new tool.
Planners do not require extremely detailed data, but they must have the right information and they may
use simple digital maps, now available in most cities. This paper explores a side-track in improving GIS
applications in urban planning and describes the circumstances which make it a viable proposition, as
well illustrating some of the possible results. Materials and results produced during a workshop held in
1992 with a group of students from the Torino Faculty of Architecture are used as a case. Two issues
161

were highlighted : a) how street segment geographic unit and line thematicmaps are a effective means
to describe urban patterns and b) how quality variables can be employed in describing urban
morphology.
IGN 61092

WHITE (R.), ENGELEN (G.)


Cellular automata and fractal urban form : a cellular modelling approach to the evolution of
urban land-use patterns
in Environment and planning association (Royaume-Uni), 25(8), aug. 1993.- pp.1175-1199, bibliogr.
Explains the technique of cellular automata, first developed in physics and used to investigate
fundamental principles of dynamics, evolution, and self organisation. A cellular automaton is developed
to model the spatial structure of urban land use over time. Fractal patterns for each land use type
generated by the cellular model are compared with data from a set of US cities, demonstrating that it
yields a good representation of actual urban form. Suggests the cellular approach makes it possible to
achieve a high level of spatial data and realism and to link the resultsdirectly to general theories of
structural evolution.
ACOMPLINE Localisation 026426

YOMRALIOUGLU (Tashin), PARKER (David)


DEPARTEMENT OF SURVEYING OF THE UNIVERSITY NEWCASTLE-UPON-TYNE - ROYAUME-
UNI
A GIS-based land readjustment system for urban development
EGIS ’93.- pp.372-379
Rapid urbanisation in the developing world is causing a lack of municipal ressources with public
services falling further behind demand. New and redesigned settlements are needed but appropriate
plots of land are not usually available. A more efficient distribution of land is required. Land
readjustment is one of the approaches to deal with these urbanisation problems. This paper briefly
explains the land readjustment process and its potential use in urban development, then illustrates the
development of a GIS-based land readjustment model for better land management in rural-to-urban
land-use change procedures.
IGN 61092

FRANCOSO (Maria-Teresa), FREITAS VIADANA (Maria-Isabel C.)


Utilizacao de sistemas de informacao geografica na analise e planejamento das cidades.
[Utilisation de systèmes d'information géographique pour l'analyse et la planification des
villes]]
in RAM. Revista de administracao municipal (Brésil) n° 205, oct.-déc. 1992.- pp.36-47, fig., bibliogr.
L'objectif principal de cette étude est de montrer la fiabilité d'un système d'information géographique
comme auxiliaire du processus d'analyse et de planification du milieu urbain ; l'exemple choisi est la
ville brésilienne de Sao-Carlo.
CA RA55(205)

IGARZABAL DE NISTAL (Maria Adela)


Un sistema de información territorial para el area metropolitana de Buenos Aires. [Un SIG pour
la zone métropolitaine de Buenos Aires]
in Estudios geograficos (Espagne) n° 53 (207), 1992.- pp.337-342
URBATERR Bibliothèque ISOC

MICHEL (Alain), LORTIC (Bernard)


Typologies urbaines et télédétection satellitaire. La notion de zones en milieu urbain
in L’Espace géographique, tome XXI, n° 2, 1992.- pp.167-178, fig., bibliogr.
L’étude plaide pour une redéfinition des individus à considérer et de la nomenclature à employer afin
que les spécificités des deux outils mis en oeuvre, télédétection et système d'information
géographique, puissent rendre compte d'une représentation de l'espace exploitable par l'urbaniste.
CDU ; IA P.181 ; IGN P051

ROY (G. G.), SNICKARS (F.), FISCHER (M. M.) ed., NIJKAMP (P.) ed.
Computer-aided regional planning. Applications for the Perth and Helsinki regions. in :
Geographic information systems (GIS)
162

in Annals of regional science (Allemagne), vol. 26, n° 1, 1992.- pp.79-95, fig., tabl., bibliogr. ; en anglais
; ISSN : 0570-1864
Présentation d'un système informatisé de planification spatiale interactive qui sert à établir des
modèles d'utilisation du sol urbain. Flexibilité de la procédure et proposition de diverses alternatives.
Application aux villes de Perth et d'Helsinki.
FRANCIS : INTG

BERGERHOFF (Frieder), RAUCH (Thomas), TOMAN (Rolf)


EDV in stadtplanungsaht. [Systèmes d'information dans un service de planification urbaine.
Planification des zones d'habitat à Gerets-Ried]]
in Archiv fur kommunalwissenschaften (Allemagne), 30e année, 1er sem. 1991.- pp.101-120
Le premier article rassemble des considérations sur l'introduction d'un système d'information dans le
service aménagement d'une ville de moyenne importance : traitement alpha-numérique des données,
traitement graphique, système d'informations spatiales. Le second traite de l'utilisation du traitement
informatique dans un domaine conflictuel : la protection des sites ou l'extension des zones
résidentielles à Geretsried (Bavière). L'informatique permet de calculer le taux de densification de la
commune de 1981 à 1988 et celui prévisible à une échéance de 15 ans.
CDU

DELAVIGNE (Raymond H.)


La télédétection comme outil de planification urbaine et régionale
in Ecodécision (Québec, Canada) n° 3, déc. 1991.- pp.30-32, phot. coul.
La télédétection par satellite et les systèmes d'information géographique faciliteront, dans les années à
venir, une approche intégrée du développement urbain.
CA RB260(91:3)

GIERHAKE (Klaus)
UNIV. GIESSEN, ZENTRUM FUER REGIONALE ENTWICKLUNGSFORSCHUNG
Moeglichkeiten einer einfachen Bewertung von Raumentwicklung auf Gemeindeebene -Beispiel
Mittelhessen. [Possibilités d’une valorisation simple du développement des sites et des
communes]]
Giessen, Selbstverlag, 1992.- X, 137 S., Kt., tab., lit. (Mater.d.Zentrums f.Regionale
Entwicklungsforsch.d.Justus-Liebig-Univ.Giessen. ; 22)
Ziel der Studie ist es, einen Vorschlag zur differenzierten Auswertung raumwirtschaftlicher
Entwicklungen auf Gemeindeebene zu machen. Dabei zeigt der Verf. nicht nur die Moeglichkeiten der
Ausschoepfung statistischen Datenmaterials auf, sondern auch die limitierenden
Rahmenbedingungen, die sich zum Beispiel durch den Zielkonflikt zwischen Wunsch (statistische
Exaktheit) und Machbarkeit (Umsetzung der Ergebnisse in die Praxis) ergeben. Als
Untersuchungsgebiet werden die Landkreise Giessen und Lahn-Dill herangezogen, die anhand von
Daten zur Bevoelkerungsstruktur, zum Arbeitsmarkt, zur Wirtschaftskraft und zur Flaechennutzung
charakterisiert werden. Der Gedanke an eine weiterfuehrende Prozessanalyse wird aus methodischen
Gruenden zugunsten einer ueberschaubaren Bestandsaufnahme zurueckgestellt; dadurch erhaelt die
Transparenz raeumlicher Gegebenheiten den Vorzug vor mit komplexen Prognosetechniken erzielten
Ergebnissen. Eine genaue Kenntnis des Untersuchungsgebietes ist in jedem Falle erforderlich, denn
durch sie wird das Problem einer unzureichenden Datenverfuegbarkeit entschaerft.
ORLIS SEBI: 93/234

GESTION FONCIERE
ET PLAN CADASTRAL INFORMATISE

COOLEN (F.)
Le cadastre de 126 communes de l'Ardèche sera numérisé
in Géomètre n° 3, mars 1998.- 1 p.
Après les treize communes pilotes de 1993, ce sont 113 nouvelles municipalités qui se sont engagées
sur la voie des SIG, soit un tiers du territoire et deux tiers de la population.
IGN P063
163

WENNINGER (Helmut), BECKERT (Andrea)


Geodaten im Internet : aufbau eines flächendeckenden GIS für bayerische Katasterdaten und
neue Anwendungen. [Geodata on the Internet : set-up of a State-wide GIS for cadastral data
and new applications]]
in GIS. Geo-Informations-Systeme (Allemagne), vol. 11, n° 1, févr. 1998.- pp 9-11, bibliogr. ; en
allemand ; résumé en anglais
The Wenninger company of Munich is setting up, in a public-private-partnership with the Bavarian
Ordnance survey, a GIS for cadastral data which operates on both, Intra- and Internet. It is based on
the Autodesk mapguide system. The project aims at achieving full coverage of Bavaria by the year
2000. Digitizing of parcels which are not yet available in digital form is foreseen by private surveying
bureaus. The user will be put in a position that he can download cadastral or other geografic
information directly from the Web. This article describes the market needs, the idea and applicational
perspectives of such a system, potentially far off from the original surveying business. The porjects
aims also at a greater acceptance of geo-information which according to widespread assessments,
occupies, with 1 billion US $ world market, only 10 % of its potential.
IGN P058

PRODIG
L'information géographique au Luxembourg : constitution d'une base de données nationale de
l'information géographique ; le cadastre luxembourgeois choisit le numérique
in La Lettre Intergéo n° 2, mars 1997.- pp.5
L’administration a lancé un projet de constitution d’une base de données nationale centralisée qui
permettra à toute partie intéressée d’obtenir des informations précises sur le territoire luxembourgeois.
IGN P217

TERRIER (Christophe), LE JEANNIC (Thomas)


INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES (INSEE)
Le bon zonage pour la bonne information : zoom sur les zones urbaines
MARI Europe ‘97, 1 au 3 avril 1997.- 8 p.
Une information localisée n’a de validité qu’en référence à un territoire donné. Deux approches
cognitives sont possibles : on s’intéresse à un territoire délimité et on cherche à connaître ses
caractéristiques, ou on cherche à déterminer le territoire le plus adapté à une démarche. Pour
répondre à ces besoins, l’INSEE offre trois niveaux de solutions : 1. mise à disposition de l’information
au niveau territorial institutionnel le plus fin ; 2. élaboration de zonages standards correspondant à une
problématique générale ; 3. réalisation à façon d’un zonage correspondant à une problématique
particulière.
IGN 67023

ZASLAVSKY (I.), NAIMARK (N.)


WESTERN MICHIGAN UNIVERSITY - USA ; STATE CENTRAL RESEARCH INSTITUTE OF URBAN
PLANNING - RUSSIE
The concept and implementation of the urban planning cadastre in Russia
Geographical information ‘97 Joint european conference and exhibition on geographical information :
from research to application through cooperation ; Vienne, Autriche, 16/18 avril 1997. Proceedings, vol.
2.- pp.899-908
The emerging real estate and land markets in Russia lead to increased competition for high-valued
urban lands between potential land owners, as well as authorities of various ranks (local, city, oblast,
federation, etc.). Balancing these varying interests, and establishment of a rational spatial organization,
require a new comprehensive system of urban planning and management, based on certified legal
descriptions of urban land use and zoning. The key element of such a unified hierarchical system is
State urban planning cadastre which is being developed in Russia and implemented at several
prototype sites. According to the proposed system, all land and real estate owners shall receive so
called «cadastral passports». In contrast with traditional land records, these documents will include the
owner’s rights and responsibilities as regards zoning and environmental regulations, the use of
infrastructure and services, water supply, roads, sewage, electric lines, etc. By giving legal status to the
«cadastral passports», the system is expected to counter corruption on the land market, at the same
time promoting the spatial organization of the territory as envisioned in master plans and regional
planning projects.
IGN 66170
164

CENTRE D'ETUDES SUR LES RESEAUX, LES TRANSPORTS, L'URBANISME ET LES


CONSTRUCTIONS PUBLIQUES (CERTU)
Le plan cadastral numérisé et son usage au Ministère de l’équipement
Lyon, CERTU, 1996.- 152 p., tabl., cartes, ill., plans, schémas ; ISBN : 2-1110-89197-1
La numérisation du plan cadastral intéresse de nombreux utilisateurs de cette information localisée.
Bien souvent, le Ministère de l’équipement, à travers les missions dont il a la charge, se trouve être un
interlocuteur commun à tous. Pour les communes, les conseils généraux ou les administrations
proches du territoire, les enjeux sont d’importance, en termes techniques, financiers ou
organisationnels. Une bonne connaissance de ce que peut apporter l’information du plan cadastral
sous ses formes numériques est alors indispensable. Cet ouvrage, considéré comme un guide,
apporte d’une façon synthétique, des informations importantes sur le plan cadastral, son contenu, son
organisation, sa qualité et son usage possible au Ministère de l’équipement. Il aborde également le
problème de sa numérisation, tant par les aspects techniques que par les situations variées induites
par le contexte institutionnel local.
CDU ; CERTU ; IGN 64973

DRESIN (Paul), CHAVEL (Patrick)


CONSEIL GENERAL DE L’AIN
Base locale d’information géographique : mise en place, échanges et mise à jour des données,
ou la mise en place d’un outil de service public entre un département et ses communes
MARI Europe ‘96, « Les Géoconférences », 2 au 4 avril 1996.- pp.97-105
En contribuant à la numérisation du cadastre sur l’ensemble du département, le Conseil général a
souhaité renforcer la coordination entre structures de compétences et de contraintes différentes au
sein d’un partenariat et faire avancer toutes les communes en maîtrisant et en optimisant les coûts.
L’organisation technique vise à moyen terme à organiser un réseau de serveurs de données
consultables par les partenaires et acteurs de service public.
IGN 67022

FOLVING (S.), HOFFMANN (C.), KENNEDY (P.)


SPACE APPLICATIONS INSTITUTE JOINT RESEARCH CENTRE
On the creation of a European forest GIS
Proceedings of the 2nd EC-GIS Workshop, Genova (Italy), 26-28 june 1996.- pp.79-91, bibliogr. ; en
anglais
Approximately one third of Europe is covered by forest and natural vegetation. A global overview is
only given in compiled small scale maps. The FIRS (Forest information from remote sensing) Project
was defined and initialised in 1994 at the Space applications institute of the EC to assist EFICS
(European forest information and communication system) in providing accurate and readily updated
information, both statistical and geo-referenced, by developing forest assessment methods using
remote sensing. As much of the studies within the FIRS Project will include up- and down-scaling it is
evident that a challenging need for development of GIS tools is existing.
IGN 67322

LAVIGNE (Stephane)
Le cadastre de la France
Paris, PUF, 1996.- 126 p., bibliogr. (coll. Que sais-je ? n° 3174)
Le cadastre, qui existe depuis l'Antiquité, remplit des missions techniques, documentaires, juridiques
et fiscales. Il dispose, à cet effet, du plan cadastral qui constitue le support de toute identification et de
toute description physique de la propriété foncière. La confection et la maintenance du plan cadastral
constituent les éléments essentiels de la mission technique. La documentation cadastrale se compose
du plan cadastral ainsi que d'une documentation littérale. Le cadastre sert à identifier et à déterminer
physiquement les biens ainsi qu'à identifier les propriétaires et leurs droits. La mission fiscale est la
mission originelle et fondamentale du cadastre, elle a pour objectif une évaluation qui indique, pour
chaque unité foncière bâtie ou non bâtie, la valeur locative cadastrale servant de base à l'assiette et au
calcul des impôts directs locaux. Le cadastre est géré par une administration fortement structurée qui
s'efforce aussi de participer à sa modernisation.
CDU 35305 ; IGN 65669

BERNARD (Jean-Louis), ESSEVAZ-ROULET (Michel)


Mise en oeuvre d'un système d'information géographique
Voiron, Ed. de La Lettre du cadre territorial, 1995.- III-145 p., tabl., bibliogr. (coll. Dossiers d'experts)
165

Après des généralités sur les systèmes d'information géographique, l'étude présente les
caractéristiques des applications logicielles pour SIG, la conduite du projet informatique et la
numérisation du plan cadastral.
CDU 31669 ; IA 36395

CHATEAU-THIERRY (V.)
CIRAD-FORET
Optimisation d'un tracé de routes forestières à l'aide d'un système d'information géographique
Paris, Université Paris I, 1995.- 75 p., bibliogr., 21 x 30 cm (DESS de cartographie thématique)
IGN 58627

LABRANDERO (José Luis), MARTINEZ VEGA (Javier)


Evaluación de tierras y sistemas de información geogràfica en la planificación de Los Montes
de Toledo. [Evaluation de terres et SIG à la planification de Los Montes de Toledo]
in Boletín de la Asociación de geografos españoles (Espagne) n° 20, 1995.- pp.135-146, bibliogr.
URBATERR Bibliothèque ISOC

LESNES (Jacques)
Les besoins d'un département ; le système d'information géographique du département du
Nord
in Géomètre n° 6, juin 1995.- pp.39-40, carte
Le système d'information géographique a permis d'améliorer et améliorera encore la gestion
quotidienne de la gestion du patrimoine foncier et immobilier départemental, la gestion du patrimoine
routier départemental et la gestion des transports départementaux.
CDU ; IGN P063

SCHULTE (Volker)
Schneller zur digitalen Liegenschaftskarte. [Plus vite vers la carte numérique des biens
fonciers]
in Der Vermessungsingenieur (Allemagne), nr.1, 46, 1995.- S.8-11 ; abb., lit. ; ISSN : 0042-4099
Fuer den Aufbau der Automatisierten Liegenschaftskarte (ALK) muessen die bestehenden Kataster-
und Liegenschaftsplaene digitalisiert werden. ARISTO Graphic Systeme bietet mit CADig Oemap ein
neues unabhaengiges Datenerfassungssystem an, welches die bisherigen Digitalisierverfahren
erweitert um das rechnerunterstuetzte Digitalisieren, das "Computer Aided Digitizing". Das auf einem
PC unter MS-Windows laufende System hilft, in kuerzerer Zeit Liegenschaftsplaene in eine digitale
Form zu ueberfuehren und damit die Kosten der Datenerfassung zu senken. Das Ergebnis sind
homogenisierte, von den moeglichen systematischen Fehlern optimal bereinigte Daten, die direkt in ein
Geoinformationssystem uebernommen werden koennen.
ORLIS IRB: Z 1382

BALLUT (André), RENARD (Alain)


INSTITUT D'AMÉNAGEMENT ET D'URBANISME DE LA RÉGION D'ILE-DE-FRANCE (IAURIF)
Le mode d'occupation du sol de l'Ile-de-France 1982-1990 : contenu et mode d'emploi
Paris, IAURIF, 1994.- 64 p., ill., phot. (pour le compte de la Région d'Ile-de-France, dir. J.-P. Lecoin)
Commencé en 1974, l'inventaire du mode d'occupation du sol (MOS) a déjà connu quatre remises à
jour successives. Le MOS constitue la base et le référentiel spatial du système d'information
géographique régional (SIGR) appelé à un développement important. MOS, SIGR et télédétection
forment une trilogie d'outils extrêmement performants.
IA 35230 ; MV 1184(94)

PUHAR (M.), SUNTAR (A.), MIVSEK (E.)


IGEA, LTD - SLOVENIE
The use of GIS technology in digital land cadastre
EGIS/MARI ’94, VIe Rendez-vous européen des acteurs de l’information géographique numérique ;
Paris, France, 29 mars-1er avr. 1994.- pp.1707-1715, bibliogr.
In the paper « The challenge to set up an up-to-date lis in slovenia (EGIS ‘93) » a new approach to
setting up a Digital land cadastre (DLC) in Slovenia was described. This paper will describe further
efforts in setting up the DLC which have resulted in a new method of operation for our land-survey
administrations. The goal we want to reach is the automation of land cadastre and the incorporation of
all graphical data into a corporate digital database. The SIGIS data model - the model geographical
166

data library used as a framework for the DLC data model is described. The INTGU software application
enables maintenance of the corporate database and monitoring of administrative procedures. The
advantages of GIS technology when developing INTGU are discussed, as well as some problems that
have had to be evercome.
IGN 61878 ; IA 34631

AFI CEGI
Informatisation du plan cadastral en Savoie
in XYZ n° 56, 1993.- pp.31-32 ; ISSN : 0290-9057
Présentation du projet de numérisation du cadastre pour l’ensemble du département avec création de
la SAEM InfoSavoie et l’aide la DGI qui développe une politique conventionnelle avec les collectivités
territoriales.
IGN P112

HECKER (Roger)
Du cadastre à buts multiples au SIG urbain
MARI 93, « L’information géographique numérique », exposition et conférences, CNIT, Paris-La
Défense, 7 au 9 avril 1993.- pp.51-57
Le SIG de Saint-Nazaire est bâti sur une approche pragmatique. C’est essentiellement une nouvelle
direction des activités qui permet, étape par étape, d’atteindre le statut d’un véritable SIG. Le modèle
graphique utilisé actuellement est obtenu à partir de levés topométriques simplifiés et économiques qui
remplace le modèle cadastral numérisé initial. L’organisation interne du système permet l’échange de
données grâce au réseau reliant stations UNIX et périphériques. La production courante est déjà
suffisante pour justifier les investissements consentis. A partir de cette longue et parfois obscure
activité, on produira, en temps voulu, un SIG réellement opérationnel.
IGN 63781 ; CDU 27751(1-2)

L’information géographique numérique. MARI 93, 7-8-9 avril 1993, CNIT, Paris-La Défense.
[Digital geographic information. MARI ‘93, 7-8-9 april 1993, CNIT, Paris-La Défense]]
Paris, ORTECH, avr. 1993.- 111 p. + 29 p., tabl., schémas
Document traitant des cibles de développement du marché de l'information géographique :
géomarketing, gestion du patrimoine, commerce et industrie, collectivités locales. Etat du
développement du marché de l'information géographique au Royaume-Uni. Intérêt qualitatif et
quantitatif des systèmes d'information géographique pour les études d'aménagement et le cadastre.
Formation des métiers liés à l'information géographique numérique puis de la gestion des données
(acquisition, maintenance et disponibilité) et des problèmes juridiques liés aux SIG. En annexe, un
catalogue des exposants présents au colloque.
CDU 27751(1-2)

MARAURI (Pedro Maria), UGARTE ELORZA (Félix Maria)


Diseño y gestion de un GIS valido para la planificacion fisica del territorio : Oñati (Gipuzkoa).
[Dessin et gestion d’un SIG valable pour la planification fiscale du territoire : Ognati]
in Cuadernos de seccion Historia Geografia (Espagne) n° 20, 1993.- pp.475-488, bibliogr.
URBATERR Bibliothèque ISOC

MEVA'A (C.)
GDTA ; ENSG ; IGN
Apport de l'imagerie satellitaire dans un SIG, enrichissement d'une base de données à partir
d'une classification parcellaire
Toulouse, GDTA, 1993.- 33 p., 21 x 30 cm, ann., bibliogr. (mémoire de DESS télédétection)
IGN 61196

ECKERT (Joseph K.)


The use of automated real estate data bases to stimulate the development of property markets
and facilitate privatization
Paris-La Défense, ADEF, 1992.- 20 p. (« Statut des sols et montage d'opération en Europe de l'Est »,
Séminaire ADEF, 17-18 nov. 1992)
Présentation d'un système d'évaluation des biens foncier et immobilier adapté aux besoins des Pays
de l'est. Les capacités de deux outils informatiques sont présentées : l'évaluation foncière assistée par
ordinateur (CAMA) et l'infographie (automated mapping ou AM). Ces outils permettent une évaluation
167

de la valeur vénale, valeur locative et valeur comparative. Le système CAMA a été testé sur la ville de
Cracovie.
CDU 27630(6)

MAURIN (André)
Le cadastre en France. Histoire et rénovation
Paris, Ed. du CNRS, 1990.- 413 p., bibliogr., index, gloss. (préface de Jean-Louis Bergel)
Ouvrage traitant des liens du droit fiscal avec les autres branches du droit ou de son autonomie, de la
preuve du droit de propriété, du caractère simplement fiscal ou juridique du cadastre à travers les
divers modèles qu'en offrent l'histoire et le droit comparé. Il révèle aussi les méthodes utilisées dans la
rénovation du cadastre, qu'il s'agisse de travaux d'ordre topographique d'ensemble ou de détail, des
calculs topométriques, de dessin ou des contenances parcellaires, ou de l'évolution et de la mise à
jour des documents cadastraux.
CDU 24120 ; IA 28951 ; DCN 25-958 ; IGN 61157

AMENAGEMENT URBAIN
ET ARCHITECTURE (PAYSAGE URBAIN)

BARON (Norbert)
INSTITUT D'AMENAGEMENT ET D'URBANISME DE LA REGION D'ILE-DE-FRANCE (IAURIF)
La localisation des données bibliographiques dans les systèmes d'information sur
l'environnement
Paris, IAURIF, 1998.- 45 p., tabl., cartes, bibliogr. (DESS espace et milieux, Universite Paris VII, dir. R.
Delavigne)
Cette étude présente les résultats d'un test de mise en relation de deux outils informatiques conçus au
départ en toute independance : le Système d'information géographique régional (SIGR) et la banque
de données bibliographiques ECOTHEK. Le test porte sur la spatialisation des données
bibliographiques concernant les thèmes liés au patrimoine naturel de huit vallées d'Ile-de-France.
IA 39370

CARVER (S.)
SCHOOL OF GEOGRAPHY UNIVERSITY OF LEEDS
Innovations in GIS 5 [GISRUK 97]. Selected papers from the fifth national conference on GIS
Research UK
Bristol, Taylor & Francis, 1998.- 246 p., 17 x 25 cm, bibliogr. ; en anglais ; ISBN : 0-7484-0810-X
IGN 68304

FUCHS (Pascal), AIRAULT (Sylvain), PELTIER (Eric)


La carte sur le métier : points de vue de praticiens
in Strates n° 9, 1996-1997.- pp.227-255, phot., tabl., bibliogr.
Le démographe et l'information géographique, notamment le rôle du SIG, la restitution du réseau
routier à partir d'images aériennes, la relation entre un paysage photographie et un territoire
cartographie, sont abordés.
IA P.616

OUD (John)
ROTTERDAM DEPARTMENT OF PUBLIC WORKS
Selling the city
in GIS Europe (Royaume-Uni), vol. 6, n° 10, oct. 1997.- pp.22-24
Nowhere is the marketability of GIS better demonstrated than Rotterdam, where Europort, the River
Maas delta and a city of 600,000 people have been exhaustively mapped. The item explains how the
investment has paid off with a versatile visualisation system that is about to embrace virtual reality.
IGN P066

PIERRE (Catherine)
Le système d'information géographique au coeur de la fusion DRE/DDE
in Equipement magazine n° 90, août-sept. 1997.- pp.22-23, phot.
168

Un système d'information géographique est à l'heure actuelle largement utilisé en Languedoc-


Roussillon. Son principal intérêt est de coordonner l'action de tous les services de l'Equipement,
notamment en permettant la fusion des services de la DRE (Direction régionale de l'équipement) et de
la DDE (Direction départementale de l'équipement). Outre ce rôle de coordination, il peut être utilisé
par les services en fonction de leurs besoins particuliers. L'utilisation concrète et les perfectionnements
futurs du système sont brièvement expliqués.
CDU ; IGN P258

ACCARDO (G.), SALVEMINI (M.)


ISTITUTO CENTRALE PER IL RESTAURO (ICR), UNIVERSITA DI ROMA - ITALIE
User needs in city planning and risk evaluation of cultural heritage
Proceedings of the 2nd EC-GIS Workshop, Genova (Italy), 26-28 june 1996.- pp.109-120, bibliogr. ; en
anglais
The use of GIS for city planning is among the most interesting and challenging opportunities ever
offered to the GIS community. GIS in Italy townships and local governments has to face several major
problems such as : complexity of the federal and local legislation, towns and cities physical properties,
reduced data availibility, special phenomena related to the settlement growth (such as illegal building
activity in the last decades). In such a complex scenario, the user needs and the desired applications
represent an important test site for both GIS effectiveness and potentialities. The Italian scenario is
also valuable to test the flexibility of the current systems.
IGN 67322

ARCHIAS (Christine), DEVERS (José), HALGAND (N.)


CENTRE D'ETUDES TECHNIQUES DE L'EQUIPEMENT DE MÉDITERRANÉE (CETE) ; DIRECTION
RÉGIONALE DE L’EQUIPEMENT DE LANGUEDOC-ROUSSILLON (DRE) ; DIRECTION
RÉGIONALE DE L’EQUIPEMENT DE PROVENCE-CÔTE-D'AZUR (DRE)
SIG et généralisation des POS ; étude préliminaire
Aix-en-Provence, CETE Méditerranée, déc. 1996.- 36 p. + ann.
Le principe de base de la généralisation des POS est la redéfinition du zonage des POS tel qu'il existe
à leur échelle de production à une échelle plus petite. Ce rapport comprend deux parties : la première
décrit l'avancement de la démarche de généralisation des POS en Provence-Alpes-Côte d'Azur et
Languedoc-Roussillon ; la seconde présente les méthodes de numérisation envisagées.
CTA 12326

NICKENS (Eddie)
Mapmaker
in Landscape architecture (USA), vol. 86, n° 12, déc. 1996.- pp.74-79, cartes, phot.
Propos de Jack Dangermond, diffuseur de systèmes d'information géographique (SIG), sur l’avenir
des SIG et sur les besoins des paysagistes en la matière.
IA P.224 ; CDU

PERRIN (Laurent)
Simulation des grands paysages en images de synthèse. in : La cartographie urbaine
aujourd'hui
in Les Cahiers du CREPIF n° 54, mars 1996.- pp.133-146, phot.
Laurent Perrin (IAURIF), présente le projet de recherche sur la simulation des grands paysages en
images de synthèse, initié depuis quelques années par l'IAURIF. Baptisé « Imago metropolis » en
hommage aux cartographes de la Renaissance, ce projet a pour objectif de concevoir un système de
simulation et de prospective paysagère pour appuyer des études de planification et d'aménagement de
grands paysages. De plus, ce système permet d'établir des maquettes virtuelles en trois dimensions,
afin de mieux percevoir l'occupation du sol, et visualiser l'identité et la structure du paysage. Ce
système s'applique dans le domaine de la planification des grands paysages ruraux ou péri-urbains.
CDU ; IA 37428 ; IGN 47770

RUNDSTEDT (Hubertus Von)


Landschaftsplanung digital. [La planification numérique des paysages]
in Garten und Landschaft (Allemagne), nr.7, 106, 1996.- S.23-27 ; Abb. ; ISSN : 0016-4720
Nach 3 Jahren rechnergestuetzter Planungspraxis zieht ein Landschaftsplaner Bilanz : Computer ist
besser als Handarbeit, GIS besser als CAD. Anhand von Beispielen werden diese Aussagen belegt.
ORLIS IRB: Z 365 ; SEBI: ZS 3649-4
169

AUBRY (P.), VIGOUROUX (F.)


L'apport du SIG dans l'élaboration du Schéma d'orientation pour les paysages de la
Communauté urbaine de Brest
MARI Europe '95.- pp.163-172
Le Schéma d'orientation pour les paysages de la Communauté urbaine de Brest (CUB) comporte une
carte qui localise assez précisément et représente de façon sensible et symbolique, les grands motifs
de paysages et les continuités paysagères inventés lors de la reconnaissance paysagère des lieux,
sites et pays de la CUB. La réalisation de cette carte est une première dans la mesure où elle a été
élaborée en utilisant le système d'information géographique de la banque de données urbaines de la
CUB. La légende associe les données localisées sur la carte avec d'une part, des émotions et
impressions ressenties sur le terrain physique et d'autre part, des opinions et des savoirs recueillis lors
de la reconnaissance paysagère du "terrain culturel". Ces cartes devraient connaître un certain
développement puisque les décrets d'application de la Loi Paysage les rendent presque
indispensables.
IGN 64462

BOUKHAFFA (Mohammed)
Apports des SIG en matière de suivi et d'évaluation des projets de développement urbain
in Al Maouil (Maroc) n° 9, avr. 1995.- pp.36-43, bibliogr., fig.
Dans cet article on se propose d'énoncer les contours d'un cadre global de réflexion sur l'apport des
systèmes d'information géographique dans le suivi et les évaluations de projets de développement
urbain. Il s'agit d'un ''balisage'' qui fixe les repères conceptuels et méthodologiques qui vont permettre
de positionner ces outils, de mesurer leur intérêt dans l'amélioration des outils de connaissance en
milieu urbain.
CA RB249(95:9)

CENTRE DE COOPERATION INTERNATIONALE EN RECHERCHE AGRONOMIQUE POUR LE


DEVELOPPEMENT ; ARCHIVIDEO
Projet « imago metropolis ». Simulation par images de synthèse en trois dimensions du grand
paysage de Roissy. Rapport final
Paris, IAURIF, 1995.- non pag., ill.
La méthodologie retenue se proposait de valider et chiffrer les principes de visualisation en synthèse
d'images et surtout de reconstruction de bases de données tridimensionnelles à partir du SIGR afin de
juger de leur pertinence par rapport aux questions d'aménagement de grands paysages.
IA 37005

CENUT (Michel), CHATAIN (Martine)


Les routes de l’information géographique
in TPE. Techniques & politiques d’équipement n° 127, févr. 1995.- pp.40-43
Le Groupe Environnement du CETE de Lyon a envisagé, dès 1987, de se doter d’un outil informatique
capable de gérer la cartographie, les croisements, les extractions d’informations comme les
changements d’échelle ou les modifications thématiques ou spatiales tout au long des projets routiers
ou autoroutiers. L’utilisation du SIG facilite le travail de conception et permet l’édition de documents
plus adaptée à une démarche de communication.
CDU ; IGN P152

DEVERS (José)
CENTRE D'ETUDES TECHNIQUES DE L'EQUIPEMENT DE MÉDITERRANÉE (CETE) ; MINISTÈRE
DE L’EQUIPEMENT, DIRECTION DE LA RECHERCHE ET DES AFFAIRES SCIENTIFIQUES ET
TECHNIQUES (DRAST)
Intérêt de la BDTOPO dans les études d'urbanisme
Aix-en-Provence, CETE Méditerranée, mars 1995.- 46 p. + ann.
Cette étude s'inscrit dans un ensemble d'études que la DRAST a confié au CETE Méditerranée, avec
d'abord l'analyse des pratiques cartographiques dans les départements du CETE, ensuite le montage
d'un SIG régional autour de la BDCARTO, sans oublier l'enquête sur l'utilisation des produits papier de
l'IGN. Le rapport décrit l'organisation de cette expérience, les résultats obtenus et les suites possibles
à travers quatre parties : le montage de l'opération, la réalisation du SIG, les exploitations qui ont été
faites, un bilan et des enseignements à en tirer et les suites à donner. Des annexes contiennent les
principaux documents mis au point, élaborés et produits lors du déroulement de cette affaire.
170

CTA 11789

FALQUE (Marie-Cécile), BONNEFONT (Elisabeth), LANGUEPIN (Marie), BUTEL (Jacques),


ESTEBEN (Marc)
Evaluation des paysages de l'Hérault : une approche méthodologique et une application SIG
adaptée
in Mappemonde n° 2, 1995.- pp.14-17, cartes
Cet article présente l'outil d'évaluation des paysages élaboré dans le cadre d'un partenariat entre
l'INRA, la DIREN et l'Observatoire du territoire. Il s'agit de modules d'analyse élaborés à partir des
fonctionnalités des systèmes d'information géographique et qui permettent la sensibilisation des
acteurs aux paysages de l'Hérault.
CDU ; IGN P086

RERICHA (J.)
GDTA ; ENSG ; IGN ; MATRA CAP SYSTEMES
Validation de l'aptitude des images SPOT à discriminer des éléments du paysage par photo-
interprétation
Toulouse, GDTA, 1995.- 26 p., 21 X 30 cm, bibliogr. (mémoire de DESS télédétection)
IGN 63501

TATOM (Jacqueline)
The making of metropolitan landscape : urban form and urban change at the periphery of Lyon,
France. 1812-1994
Bron-Parilly, Faculté GHHAT, 1995.- 289 p., cartes, plans, fig., tabl., phot., bibliogr., ann. (Doctorat
Graduate school of design, Harvard university / Cambridge, Massachussets ; dir. prof. M. Benes, P.
Rone, E. Robbins)
La périphérie des villes est souvent qualifiée de ''paysage de désordre''. Le propos de cette thèse est
d'affirmer le contraire. L'exemple choisi est l'est lyonnais : Bron, Chassieu. L’analyse porte sur la
structure parcellaire. Elle révèle que les changements d'occupation, d'utilisation et d'architecture du
bâti se développent conformément à des principes et à des mécanismes récurrents, entre 1812 et
1994. La terminologie harmonise les traditions méthodologiques anglo-germanique de ''town-plan
analysis'' (principe des changements urbains) et franco-italienne (permanence des formes urbaines).
Les cartes, issues de techniques infographiques spécifiques (SIG), visualisent, par superposition, une
représentation, en simultané, de la diachronie de cette évolution. L'interprétation est fondée sur
l'association des caractéristiques du parcellaire (forme, taille) à des catégories subordonnées (type
d'occupation, mode de transaction). L'auteur conclut à un changement diversifié, mais ordonné, du
paysage, lié aux circonstances économiques, aux initiatives politiques, à la disponibilité et à
l'occupation préalable des parcelles, dans la structure elle-même.
CDU 32892 ; LUM TUH001

BISHOP (Ian D.)


Landscape planning : expanding the tool kit
in Landscape and urban planning (Pays-Bas), vol. 30, n° 1-2, oct. 1994.- 112 p., phot., fig., bibliogr.
Les contributions examinent l'utilisation des systèmes d'information géographique en conjugaison avec
d'autres innovations, s'appliquant aux problèmes d'aménagement du paysage.
CDU ; IA P.218

CENTRE D'ETUDES TECHNIQUES DE L'EQUIPEMENT DE MÉDITERRANÉE (CETE) ; DIRECTION


DE L’ARCHITECTURE ET DE L’URBANISME (DAU) ; DIRECTION RÉGIONALE DE L’EQUIPEMENT
DE PROVENCE-CÔTE-D'AZUR (DRE)
Réalisation d'une base de données aménagement sur l'agglomération de Gap
Aix-en-Provence, CETE Méditerranée, 1994.- 25 p. + ann. (réalisé par le service DSTU)
CADAM (cartographie automatique des données de l'aménagement) veut donner une première idée
de ce que pourrait être une base de données localisées (SIG) sur le domaine de l'aménagement, en
abordant plusieurs questions préalables : quelles données ? quelles utilisations ? quel intérêt ? quelle
dépense ? la définition de CADAM peut se résumer ainsi : un territoire, celui de l'agglomération de
Gap, un véritable prototype à monter, un logiciel grand public MAPINFO, des échelles de travail
comprises entre le 1/50.000e et le 1/250.000e.
CTA 11343
171

Geographical information systems


in Planningweek (Royaume-Uni), vol. 2, n° 13, 31 mars 1994.- XVI p., fig.
Le dossier permet de découvrir tout le potentiel des systèmes d'information géographique : la
technologie et les tendances futures, l'utilisation croissante des SIG en Angleterre, le développement
des applications, ainsi en matière de gestion de l'information écologique dans les plans d'urbanisme.
CDU ; IA P.307

GUILLOPE (P.)
Télédétection et SIG : réviser le SDAU de Rouen
in Ecrans n° spécial nov. 1994.- pp.12
Le CETE de Normandie-centre a réalisé une étude pour transformer l’information radiométrique
fournie par satellite en données sur l’occupation des sols. Les résultats obtenus par SIG sont des
documents d’aide à la réflexion, car ils révèlent les caractéristiques de cette vaste région urbaine
organisée autour du fleuve.
IGN P132 ; CDU

Mapping landscapes
in Landscape research (Royaume-Uni), vol. 19, n° 3, hiver 1994.- pp.105-152, phot., cartes, tabl.,
bibliogr.
Le rôle des systèmes d'information géographique dans la cartographie de l'évolution des paysages, les
représentations de la beauté, les cartes comme source d'information sur le paysage, la cartographie
du paysage culturel, le contexte français, l'utilisation des photographies aériennes en Angleterre, le
déclin du paysage rural gallois, sont examinés.
IA P.225

TU WIEN, INSTITUT FUER STADT-UND REGIONALFORSCHUNG


Innovative EDV-Technologie in Architektur und Raumplanung. Beitraege zu einem Seminar der
Fakultaet fuer Raumplanung und Architektur der TU Wien. [Technologie EDV innovante en
architecture et aménagement de l’espace. Contributions au séminaire de la faculté pour
l’aménagement du territoire et l’architecture de l’Université de technologie de Wien]
Wien, Selbstverlag, 1994.- 150 S. ; Abb., Lit. (Wiener Beitraege zur Regionalwissenschaft ; 16)
Mit der Einrichtung einer Professur fuer EDV-gestuetzte Methoden sah sich die Fakultaet fuer
Raumplanung und Architektur der TU Wienherausgefordert, dieses Fach nach den Theorie-und
Praxiserfordernissen der Raumplanung und Architektur neu zu definieren. Zu diesem Zweck wurde ein
Seminar organisiert, zu dem internationale Wissenschaftler ihre fachliche Position vorgetragen haben.
Ein Beitrag behandelt die informationstechnische Herausforderung der raeumlichen Gestaltung.
"Problemloesung durch Visualisierung" ist der Titel eines Vortrags, der zeigt, dass Zeichnung und
Modell des Architekten nicht nur die Beschreibung der gefundenen Loesung zur Praesentation,
Kommunikation oder Ausfuehrung ist, sondern auch Medium der Entwurfsarbeit. Weitere Beitraege
beschaeftigen sich mit dem Mittel des EDV-gestuetzten Entwerfens fuer Architekten, stellen Geo-
Informationssysteme fuer Raumplaner vor und eroertern die Moeglichkeiten von multimedialen
Datenbanken und Simulationsinstrumenten in der Stadtplanung. Ausserdem gibt es einen kurzen
Streifzug durch planungs- und architekturrelevante EDV-Innovationen.
ORLIS SEBI: 95/1037

VALENZUELA (Carlos R.)


Special GIS Latin america
in ITC Journal (Pays-Bas) n° 3, 1994.- pp. 197-313, cartes, tabl., fig., bibliogr.
Les études évoquent l'application de systèmes d'information géographiques dans différents pays
d'Amérique latine à divers secteurs : protection de l'habitat du lapin, demande urgente de services
publics, restauration urbaine, planification spatiale, formation et répartition spatiale des ravinements,
dégradation des sols, productivité agricole, le drainage, les risques touchant les bassins versants, les
risques de glissement de terrain, la culture du café.
IA P.570

GIOMBOLINI (Gerardo)
Un sistema informativo per il governo della pianificazione paesistica
in IBC. Informazioni commenti e inchieste sui beni culturali (Italie) n° 5, 1993.- pp.55-58
L'articolo espone un progetto per fornire alla Regione e alle autonomie locali un quadro di strumenti
operativi, di tecnologie e metodi per rendere piú efficaci le politiche di governo del territorio.
172

BIBLIODATA

CARILLO (Jacques)
AGENCE D'URBANISME DE L'AGGLOMÉRATION MARSEILLAISE (AGAM)
L’infographie appliquée aux systèmes d'information géographique
Marseille, AGAM, mars 1992.- non paginé, fig.
Ce rapport présente une évaluation partielle de l'utilisation actuelle de l'infographie appliquée aux
systèmes d'information géographique ou aux banques de données localisées. Cette évaluation s'inscrit
comme un complément à l'analyse réalisée par l'AGAM pour la mise en oeuvre d'un système
d'information urbain. En outre, cette démarche vise à enrichir la réflexion sur les SIG ou SIU par
l'apport d'expériences extérieures.
AGM 11784-OUT4

CHARBONNEAU (François), LESSARD (Marie)


VILLES ET DÉVELOPPEMENT, MONTRÉAL
La gestion du patrimoine bâti dans une perspective urbanistique. Une étude de cas : Puebla
(Mexique)
Montréal, Villes et développement, 1992.- 30 p., fig., bibliogr. (Cahier/discussion paper 15/93, série
recherche, exposé présenté dans le cadre du Symposium international du groupe interuniversitaire de
Montréal ''Le défi urbain des pays en développement'')
La connaissance du patrimoine et la sensibilisation de la population locale à sa mise en valeur sont
des conditions préalables à la gestion du patrimoine. Les auteurs explorent les possibilités qu’offre à
cet égard l’inventaire architectural et urbain, présentent ensuite le cas sur lequel porte l’étude (le centre
historique de Puebla au Mexique) en insistant sur les modalités de gestion du patrimoine, puis
décrivent le SIG développé pour situer le patrimoine dans une perspective d’ensemble, enfin
présentent quelques domaines d’application.
CA C7607

SUI (Daniel Z.)


A fuzzy GIS modeling approach for urban land evaluation
in Computers environment and urban systems (USA), vol. 16, n° 2, 1992.- pp. 101-115
Démonstration de l'inadaptation de la logique booléenne à la présentation et à la manipulation de
données spatiales. Préconisation de l’utilisation de la théorie des ensembles flous de Zadeh dans la
modélisation de SIG pour l'évaluation du sol urbain : on obtient ainsi plus de détails sur la transition
graduelle de la valeur du sol urbain qu'avec la modélisation cartographique traditionnelle. La
modélisation d'un SIG flou permet de réduire la perte d'informations, car elle détermine, pour chaque
parcelle prise isolément, son rôle par exemple dans la distance à un centre commercial urbain.
EPC

STAERCK (Isabelle)
Banque de données urbaines et collectivités locales : mariage d'amour ou mariage de raison ?
Grenoble, IUG, 1991.- 130 p., carte, bibliogr., ann. (mémoire de DESS urbanisme-aménagement, dir.
S. Martin)
La banque de données urbaines, ensemble constitué par une base de données et par les matériels et
logiciels de son utilisation et dont le thème d'intérêt est la ville, représente une solution au besoin
d'informations géographiques numérisées destinée à fournir une vision la plus complète possible d'un
territoire donné. Cette étude tente de caractériser la nature des liens existants entre BDU et
collectivités locales en analysant le pourquoi et le comment de la mise en place de tels outils dans les
communes, au travers de l'expérience vécue par Grenoble, Moirans, Eybens.
IUG B2053

SYNDICAT INTERCOMMUNAL DE TRAITEMENT DE L'INFORMATION DANS LA ZONE


PYRÉNÉES-LANGUEDOC
SIGET, système d'informations géographiques toulousains
Toulouse, SITIZPEL, 1991.- 4 p., cartes, graph.
Les mairies de Toulouse et de Blagnac ont développé depuis 1975 des solutions informatiques au
travers du Syndicat intercommunal de traitement de l'information dans la zone Pyrénées-Languedoc.
Les banques de données urbaines des mairies de Toulouse et Blagnac fournissent aux services
municipaux les données nécessaires aux études d'aménagement urbain. Ce document vise à
173

répondre au besoin de communication des divers intervenants des opérations de systèmes


d'informations géographiques de l'agglomération toulousaine.
CA C7034

GENIE URBAIN : GESTION TECHNIQUE URBAINE


ET SYSTEMES D’INFORMATION URBAINS (réseaux techniques
voirie, transports, mobilier urbain, sécurité incendie)

BACHMANN (A.), SCHONING (R.), ALLGOWER (B.)


GEOGRAPHISCHES INSTITUT DER UNIVERSITAT ZURICH - SUISSE
Feuermanagement mit Geographischen Informationssystemen. [Gestion des incendies grâce
aux systèmes d'information géographique]]
in Geographica helvetica (Suisse), vol. 52, n° 1, 1997.- pp.27-34, fig., tabl., bibliogr. ; en allemand ;
résumé en anglais ; ISSN : 0016-7312
La gestion des incendies nécessite l'analyse d'un large spectre de données allant des paramètres
physiques aux paramètres socio-économiques. L'utilisation d'un SIG peut aider à gérer ces données
hétérogènes, comme cela a été démontré avec plusieurs projets élaborés par l'Université de Zurich.
On a édifié un cadre pour l'évaluation du risque d'incendie, qui permet d'estimer les dommages et qui
prend également en compte la prévention et la lutte contre le feu.
FRANCIS : INIST 3552

DUBUS (N.), GUIGO (M.), LEBARD (L.)


LAMA
Mise au point d'outils d'aide à la décision dans un environnement de résolution de problèmes,
la gestion des déchets ménagers. in : Gestion de l'environnement dans les territoires alpins :
savoir-faire, méthodologie, concepts
in Revue de géographie alpine, vol. 85, n° 2, 1997.- pp.89-101, fig., bibliogr. ; ISSN : 0035-1121
Les problèmes à résoudre pour gérer l'environnement se situent aux confins du savoir sur les milieux
naturels et sur la répartition spatiale des activités humaines diversifiées. Nécessité que la recherche ait
une finalité prospective pour répondre aux besoins des décideurs et des politiques. D'où la réalisation
de modèles complexes permettant des simulations. Utilisation conjointe d'outils informatiques
performants menant à la réalisation de chaînes automatiques de traitement de la connaissance.
Gestion spatiale des déchets ménagers dans une communauté de communes (Canton de Bourg-
d'Oisans) et mise en oeuvre informatique. Choix de scénarios.
FRANCIS : INIST 3689

FARRON (Pascal), INGRASSIA (Jean-Luc)


DIRECTION DEPARTEMENTALE DE SERVICES D’INCENDIE ET DE SECOURS DU LOIRET ;
ALCATEL TITN ANSWARE
Les sapeurs pompiers et les systèmes d’information géographique
MARI Europe ‘97, 1 au 3 avril 1997.- 3 p.
Le SIG est perçu par les sapeurs-pompiers comme la réponse informatique à leurs besoins : d’une
part, en bases de données riches et d’accès rapide pour une meilleure connaissance du sinistre et du
milieu d’intervention ; d’autre part, en représentation graphique des informations. Le sapeur-pompier
attend que le SIG lui fournisse en temps réel, les éléments de réponse à ses questions.
IGN 67023

La France numérisée et en trois dimensions : quels enjeux pour les services techniques ?
in La Gazette des communes n° 19-1405, mai 1997.- pp.6-8
L’Institut géographique national (IGN) a entrepris de réaliser la carte numérique de la France en trois
dimensions. Cette base de données topographiques, qui ne couvre pour l’instant que 20 % du
territoire, concerne toutefois 53 % de la population. Représentation en relief du sol et du sous-sol,
hydrographie, voies de communication, limites administratives, altimétrie, bâtiments sont contenus
e e
dans cette base, qui ouvre un champ d’applications allant du 1/5000 au 1/25.000 . Tour d’horizon des
premières expérimentations et mises en garde des hommes de l’art.
CDU
174

GLATRON (Sandrine)
L’évaluation des risques technologiques majeurs en milieu urbain : approche géographique : le
cas de la distribution des carburants dans la Région Ile-de-France : tome 1
Sl., 1997.- 393 p., cartes, tabl., graph., phot., bibliogr. (thèse de doctorat en géographie, dir. J.
Malézieux, Université Paris I)
Le tableau du contexte dans lequel émergent les risques technologiques majeurs aide à mieux
comprendre la pression sociale exercée sur les décideurs. Un corpus règlementaire complexe et
détaillé a été construit pour faire ressortir les enjeux spatiaux ; il propose des outils utilisés pour
l'évaluation géographique des risques technologiques majeurs. L'étude de la distribution des
carburants en Ile-de-France permet d'appliquer cette méthodologie en sachant que l'articulation entre
les risques-site et risques-transport est particulièrement forte dans cette branche. Ces deux types de
risques sont examinés et comparés. Des propositions d'accueil de dépôts pétroliers sont formulées
afin de mettre en oeuvre le SIG. L'intérêt et les limites du SIG pour l'aménagement de l'espace et
l'orientation des politiques industrielle et environnementale sont discutés.
IA 39119(1)

HILLMAN (Richard), POOL (Graham)


GIS-based innovations for modelling public transport accessibility
in Traffic engineering and control (Royaume-Uni), vol. 38, n° 10, oct. 1997.- pp.554-559, fig.
Le SIG offre un environnement excellent pour la modélisation de l'accessibilité. L'étude examine
comment un logiciel appelé ACCMAP a été mis en oeuvre pour mesurer l'accessibilité par les
collectivités locales et les entreprises de transport. Des exemples sont tirés d'une variété d'applications
incluant le contrôle de l'urbanisation et la planification des transports publics.
IA P.398

LEDRICH (Yves)
Etude et mise en place d’un système de gestion de l’éclairage public sous APIC-Space pour
Windows
Strasbourg, ENSAIS, 1997.- 61 p. + ann. (mémoire pour le diplôme d’ingénieur ENSAIS, spécialité
topographie)
La cellule « Eclairage public » de la ville de Metz souhaite le développement d’un applicatif métier qui
permettrait le passage d’une gestion manuelle complexe basée sur de multiples documents
graphiques et alphanumériques difficiles à mettre à jour, vers un nouveau mode gestion informatisé
plus souple et plus clair. L’objet de l’étude a été de créer, puis de mettre en place ce moyen permettant
de gérer plus simplement et de manière conviviale le réseau d’éclairage public de la ville. Le projet
devait aussi prévoir la mise à jour régulière des données et leur exploitation par des traitements
automatiques, des tirages de plans et des cartes thématiques. C’est le logiciel APIC-Space qui
accueillera cette nouvelle base de données géolocalisées ainsi que ses diverses applications au sein
du SIG de la ville de Metz.
IGN 67016

PINTO BARTOLI (Sergio), ABREU SA FORTES (Jose-Augusto)


Le système d'information géographique comme instrument d'évaluation de l'accessibilité des
voyageurs au transport public par autobus
in Transports n° 385, sept-oct. 1997.- pp.327-336, tabl., cart.
Cet article présente une méthode pour la localisation des arrêts de bus et pour l'évaluation de la
qualité du service du système de transport public, à partir d'un système d'information géographique
(SIG) utilisant des bases cartographiques numérisées, des photographies, des informations socio-
economiques sur l'espace étudié et des renseignements sur les autobus. La comparaison entre les
résultats des deux méthodes (l'actuelle et la proposée) permet de démontrer qu'il existe des écarts
très significatifs dans la conception et l'évaluation de l'accessibilité des usagers au système de
transport public par autobus. La méthode SIG proposée a l'avantage d'établir la "localisation optimale"
des nouveaux arrêts ou de réétudier leurs emplacements, de façon à capter et desservir le maximum
d'usagers dans un quartier, une zone.
CDU

POITEVIN (Jackie), MAUCLAIR (Cécile)


INSTITUT D'AMENAGEMENT ET D'URBANISME DE LA REGION D'ILE-DE-FRANCE (IAURIF) ;
REGION D'ILE-DE-FRANCE (RIF)
Les bassins versants d'Ile-de-France
175

e
Paris, IAURIF, 1997.- 4 vol., mult. + 1 carte h-t. au 1/150.000 (pour le compte de la Région d’Ile-de-
France, dir. R. Delavigne)
L'IAURIF a intégré dans son système d'information géographique regional (SIGR) un découpage en
bassins versants ''topographiques'' qui correspondent à la collecte des eaux pluviales. Ce travail a été
effectué en utilisant la couche du réseau hydrographique et celle de la topographie (modèle numérique
de terrain). Près de 700 bassins versants élémentaires ont été dessinés. Les caractéristiques des
différents bassins sont présentés dans quatre répertoires : bassins élémentaires ; bassins de plus de
500 hectares ; bassins de moins de 500 hectares ; bassins des principales rivières d'Ile-de-France.
IA 38731(1-5)

BONTEMPS (L.)
CENTRE DE RECHERCHE PUBLIC HENRI TUDOR - LUXEMBOURG
Utilisation d'un SIG dans l'étude des aspects géographiques de l'implantation des décharges
au Grand-Duché de Luxembourg. in : Le Luxembourg
in Revue géographique de l'Est, vol. 35, n° 1, 1996.- pp.73-92, fig., tabl., bibliogr. ; ISSN : 0035-3213
Sur la base d'une recherche concernant les pollutions provoquées par le stockage des déchets,
l'auteur propose une étude de l'environnement des sites d'enfouissement (échelle 1/100.000e). Il
utilise un SIG qui, via une modélisation de l'environnement sur des critères sélectionnés, permet une
évaluation qualitative des différents points du territoire. Cartes thématiques caractérisant l'aptitude de
l'environnement à accueillir les décharges. Possibilités diverses selon les régions et unités prioritaires
pour une réhabilitation
FRANCIS : INIST 1935

CHRETIEN (Jean-Pierre), DEVERS (José)


CENTRE D'ETUDES TECHNIQUES DE L'EQUIPEMENT DE MÉDITERRANÉE (CETE) ; CENTRE
D'ÉTUDES SUR LES RÉSEAUX, LES TRANSPORTS, L'URBANISME ET LES CONSTRUCTIONS
PUBLIQUES (CERTU) ; MINISTÈRE DE L’EQUIPEMENT ; DIRECTION DE LA RECHERCHE ET
DES AFFAIRES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES (DRAST)
Utilisation du MNT d'IGN (modèle numérique de terrain)
Aix-en-Provence, CETE Méditerranée, déc. 1996.- 25 p.
Le MNT, modèle numérique de terrain, est une base de données aux usages multiples qu'il est
important de diffuser aux utilisateurs. Or, les fichiers de la BDALTI d'IGN, acquis par le Tour de table
PACA, avec la BDCARTO sont de type « raster », c'est-à-dire pas directement exploitables par les
logiciels bureautiques SIG. Le Tour de table a lancé une démarche commune à ses membres, visant à
produire des fichiers traités communs, comprenant lignes de niveau, zones hypsométriques et classes
de pentes. L'opération autour du MNT a consisté en trois étapes : élaboration du cahier des charges ;
traitement du MNT selon le cahier des charges, par département ; rédaction d'une notice explicative
pour les utilisateurs. La réalisation des produits dérivés du MNT a été exécutée avec le logiciel
ARC/INFO station, puis les fichiers importés sous MAPINFO.
CTA 12294

DEKKER (C.)
GIS fringe benefits
in Surveyor (Royaume-Uni), 183(5405), 19 sep. 1996.- pp.16-18
Discusses the provision of public transport in Croydon and the problems for transport planners trying to
ensure equal accessibility to public transport across the borough. Describes the introduction of a
geographic information system to the planning process and discusses how it is used to address some
of the problems. Uses the calculation of walking times to the nearest bus stop as a case study to
illustrate the working of the system.
ACOMPLINE Localisation 033903

DELAVIGNE (Raymond)
Regional workshop on the utilization of GIS in urban planning and management : the use of
GIS in solid waste management
Alexandrie, CEDARE, 1996.- 7 p. (Congrès organisé par le Centre for environment and development
for the Arab region and Europe, Alexandrie (Egypte), 9-11 juill. 1996)
Présentation des objectifs de l'Observatoire régional des déchets d'Ile-de-France, de l'utilisation du
système d'information géographique et de la télédétection pour la gestion des déchets solides.
IA T.6401
176

DELAVIGNE (Raymond)
Regional workshop on the utilization of GIS in urban planning and management : remote
sensing by satellite and geographic information systems, tools for urban and regional planning
and development
Alexandrie, CEDARE, 1996.- non pag., tabl., cartes, phot. (Congrès organisé par le Centre for
environment and development for the Arab region and Europe, Alexandrie (Egypte), 9- 11 juill. 1996)
L'approche pratique d'un écosystème d'une région urbaine requiert des données de plus en plus
précises pour faire face au nouveau défi que représente le développement durable. La télédétection et
les systèmes d'information géographique sont des outils efficaces pour obtenir ces données. Le
programme de cartographie des écozones en Ile-de-France et l'analyse du développement de
l'agglomération Cairote grâce au satellite SPOT sont présentés.
IA T.6402

GODARD (Henry R.)


Le système d'information géographique de Quito : recherche scientifique ou recherche
operationnelle ?
in Cahiers des sciences humaines, vol. 32, n° 4, 1996.- pp.803-821, bibliogr.
Dix ans après le commencement du programme Atlas informatisé de Quito (AIQ), quatre ans après la
mise en route de son volet opérationnel, le Système urbain d'information (SUI) et trois ans après la
publication de l'Atlas infographique de Quito, trait d'union entre l'AIQ et le SUI, il était pertinent
d'évaluer les forces et les faiblesses de ces actions et de faire le bilan d'une décennie de partenariat
scientifique et opérationnel entre l'ORSTOM et trois institutions équatoriennes.
CA RB49(96:4)

GUERMOND (Yves), LAJOIE (Gilles)


Systèmes d'information géographiques et analyse urbaine : les bases de données par
carroyage
in Annales des ponts et chaussées, nouv. série, n° 78, 1996.- pp.31-38 (Nouvelles technologies pour la
ville)
L'analyse spatiale suppose d'avoir en permanence une vue globale de la ville, ce qui a conduit à
construire, sur l'agglomération de Rouen, une base de données spatialisées totalement homogène.
CDU ; EPC NY5275 ; IA T.6432

PEEL (R.)
Safer systems
in Surveyor (Royaume-Uni), 183(5377), 29 feb. 1996.- pp.21-23
Discusses how Burnley Borough Council is using geographic information systems (GIS) to reduce road
traffic accidents, improve street lighting and traffic regulation maintenance, as well as reducing crime in
selected areas. Describes the GIS system, which runs on personal computers and does not need
dedicated information technology support, and is used to record traffic regulations on maps, making
maps easy to update, more accurate and allowing colour maps at any scale and for any area to be
produced. Also covers parking, street lighting, accident records and crime data. Burnley is also linked
to the national register of street works.
ACOMPLINE Localisation 032458

PIJOURLET (Paul)
L’utilisation de la photoaérienne dans le système d'information géographique du grand Lyon. in
: La cartographie urbaine aujourd'hui
in Les Cahiers du CREPIF n° 54, mars 1996.- pp.89-98, cartes
Paul Pijourjet (directeur du Centre de données urbaines de Lyon) informe que son centre a réalisé
différentes prises de vues aériennes, pour mieux analyser les possibilités d'intégration de
l'orthophotographie dans le système urbain de référence. Puis, il présente des exemples
d'orthophotographies réalisés depuis 1988, l'intérêt et les objectifs, ainsi que les nouvelles orientations
économiques de ce procédé, enfin, l'évolution et la perception de l'orthophotographie dans le domaine
de l'aménagement urbain.
CDU ; IA 37428

RICCI (Pier Francesco)


177

Sviluppo metodologie GIS per l'individuazione di aree idonee alla localizzazione di discariche di
rifiuti solidi. [Développement d’une méthodologie par SIG pour l’individualisation de territoires
à la localisation de décharges de déchets solides]
in Paesaggio urbano (Italie) n° 3, 1996.- pp.118-123, tabl., carte, bibliogr. ; en italien
Applicazione degli strumenti del GIS per individuare i suoli adatti alla localizzazione delle discariche.
BIBLIODATA

STEPHAN (L.)
L'informatique met la géographie au service de la commune
in Journal des maires n° 12, 1996.- pp.20-21 ; ISSN : 0294-8095
L'alliance des données géographiques avec le dessin assisté par ordinateur produit une nouvelle
génération d'outils : les SIG. Après avoir séduit les spécialistes urbains des grandes villes, ceux-ci
intéressent les agents des services techniques et certains élus des communes rurales
FRANCIS

TOZSA (I.)
Varosfoldrajzi terinformacios rendszer alkalmazasa ferencvarosi teszterruleten. [Application
d'un SIG urbain à un quartier test de Budapest, Ferencvaros]]
in Fldrajzi Ertesito (Hongrie), vol. 45, n° 1-2, 1996.- pp.55-72, fig., tabl., phot., bibliogr. ; en hongrois,
résumé en anglais ; ISSN : 0015-5403
This study presents an experimental GIS application to assess the optimal utilisation of the properties
in a test area chosen in the dilapidated central part of Budapest (in District 9, called Ferencvaros). The
method can be used to evaluate social, traffic, polluting, criminal environment and potentials of
properties. It is also possible to take into consideration different utilisation purposes.
FRANCIS : INIST 13486

WITTKUGEL (Uwe)
Standortplanung fuer eine Muelldeponie im Grossraum Toronto, Kanada. Die Suche nach
einem Standort zur Deponierung von 40 Mio. t Hausmuell wurde mit Hilfe eines
geographischen Systems ausgewaehlt. [Planification des lieux de stationnement pour une
décharge à Toronto, Canada. La recherche d’un lieu de dépôt d’ordures de 40 Mio t avec un
SIG]
in Wasser und Boden (Allemagne), nr.3, 48, 1996.- S.14-18 ; Abb., Tab. ; ISSN : 0043-0951
Die in Kanada bislang wohl aufwendigste Deponiestandortplanung ist vor geraumer Zeit im
staedtischen Ballungsraum von Toronto zum Abschluss gekommen. Die Suche nach einem Standort
zur Deponierung von 40 Mio. t Hausmuell erfolgte in sechs Teilschritten. Nach dem Aussondern
vollkommen ungeeigneter Flaechen wurden die Umweltauswirkungen moeglicher Standorte mit Hilfe
von aufwendigen Analysen der Wirkungsbereiche der Standorte und Transportwege mit zunehmender
Detailschaerfe bewertet. Die Analysen und Bewertungen wurden mit Hilfe eines Geographischen
Informationssystems durchgefuehrt.
ORLIS IRB: Z 617

CALANDRUCCIO Rosario
Un sistema informativo territoriale per lo studio della mobilità : tecnologie informatiche
avanzate per la pianificazione del trasporto pubblico urbano a Firenze
in Paesaggio urbano (Italie) n° 3, 1995.- pp.100-105, bibliogr.
Il Laboratorio multimediale del Dipartimento di Urbanistica della Facoltà di Architettura ha elaborato un
programma di gestione informatizzata per il trasporto pubblico.
BIBLIODATA

CROSNIER (Gilles)
Expérimentation d'un système d'information géographique appliqué à la gestion des eaux dans
le département d'Indre-et-Loire
in Techniques sciences méthodes n° 6, juin 1995.- pp.491-494, fig. (voir aussi in Informations déchets
n° 135, avr. 1994.- pp.29-31)
L'expérimentation, menée avec le logiciel GÉOCONCEPT, visait à identifier et résoudre les différents
problèmes posés par la mise en oeuvre d'un système d'information géographique avant de généraliser
son application. Réalisée d'avril à octobre 1993, elle consistait à concevoir, réaliser et évaluer une
maquette sur le bassin de la Vienne. L’article expose la philosophie générale du projet, les étapes de
réalisation de la maquette ainsi que les premières leçons à en tirer.
178

CDU ; IA P.385 ; DCN

ESCOLIN (B.)
Le SIG du Havre, de la gestion du mobilier urbain à la prévention des accidents
in La Gazette des communes n° 1328, 9 oct. 1995.- pp.21
IGN P056

Geoinformationssysteme im Abwasserbereich. [SIG dans le secteur des eaux d’égouts]


in AWT. Abwassertechnik - Abfalltechnik und recycling (Allemagne), nr.2, 46, 1995.- S.77, lit. ; ISSN :
0932-3708
Geographische oder geotechnische Informationssysteme GIS sind heute eine unverzichtbare Hilfe fuer
Kommunen, grosse Industrieunternehmen sowie wissenschaftliche Einrichtungen, um die Vielzahl der
benoetigten Informationen rationell erfassen, bearbeiten und verwalten zu koennen, vor allem aber, um
zur Unterstuetzung der Entscheidungsfindung auch auf aktuelle Datenbestaende zurueckgreifen zu
koennen. Die bisherigen Erfahrungen belegen dass GIS ihren Preis haben. Insbesondere die
Erfassung und die Pflege der Daten sind relativ aufwendig. Die Kosten erreichen leicht den 100fachen
Wert der eingesetzten Hardware. Dennoch sind diese Betraege in keiner Weise mit den Summen zu
vergleichen, die kuenftige fuer die Kanalnetzerneuerung aufgebracht werden muessen.
ORLIS IRB: Z 315

GLATRON (Sandrine)
Industries dangereuses et planification : cartographier les risques technologiques majeurs
in Mappemonde n° 2, 1995.- pp.32-35, cartes
Cet article présente une méthode d'analyse pour l'élaboration d'une cartographie des risques majeurs
en zone urbaine. Le SIG présenté ici recense les établissements dangereux et fixe leur zone
d'isolement dans un tissu urbain dense.
CDU ; IGN P086

LE BLANC (F.)
SIG pour transports urbains
in TPE. Techniques & politiques d'équipement n° 127, févr. 1995.- pp.36-39
Le Syndicat des transports parisiens a créé en 1991 un Observatoire régional des déplacements qui
sert d’outil d’observation et d’évaluation des politiques des déplacements. Dans une approche
multimodale, cet observatoire est conçu comme un outil régional et collectif. Il s’est doté d’un SIG basé
sur le logiciel ARC/INFO détaillant un nombre important de données intermodales sur le réseau de
transports et de déplacements.
IGN P152

LEMONIER (Marc)
Dossier : Le regard infini des systèmes d'information géographique
in Diagonal n° 116, déc. 1995.- pp.10-31, phot.
Les systèmes d'information géographique, issus des progrès réalisés dans le domaine de la gestion
des banques de données et de la cartographie assistée par ordinateur, sont devenus un outil de
gestion urbaine et un instrument d'aide à la décision en matière de planification urbaine. Le présent
dossier analyse les interrogations soulevées par son utilisation : problèmes éthiques, partenariat entre
acteurs hier antagonistes, fiabilité des données, rapports avec la cartographie ''traditionnelle''. Le
dossier présente en outre quelques expériences particulières : le suivi du Schéma directeur d'Ile-de-
France, le SIG sans frontières de Lille, l'appui au POS d'Evry, etc.
CDU ; IGN P042

NASCIMENTO (Iuli), BELLO SOARES (Laura R.S.)


INSTITUT D'AMÉNAGEMENT ET D'URBANISME DE LA RÉGION D'ILE-DE-FRANCE (IAURIF) ;
CONSEIL RÉGIONAL D'ILE-DE-FRANCE ; GOVERNO DO DISTRITO FÉDÉRAL ; COMPANHIA DO
DESENVOLVIMIENTO DO PLANALTO CENTRAL (CODEPLAN) - BRESIL
Système d'informations géographiques sur les ressources hydriques du district fédéral de
Brasilia - SIGA - rapport technique
Paris, IAURIF, 1995.- 56-59 p., tabl., graph. (pour le compte du Conseil Régional d'Ile-de-France et du
Gouvernement du district fédéral de Brasilia, MCI)
La nécessité de connaître les ressources hydriques du district fédéral de Brasilia et, parallèlement,
l'opportunité de la constitution d'un système d'information territoriale et urbaine a conduit à mettre au
179

point un système d'information spécialisé sur ce thème. Un projet pilote a été élaboré sur le bassin de
la rivière Paranoa par les équipes de l'IAURIF et de la CODEPLAN (organisme brésilien).
IA 36162 ; DRE 7812

ALBERT (Véronique)
L’organisation et la gestion des réseaux à Grenoble
Grenoble, IUG, 1994.- 22 p., tabl., bibliogr. + ann. (notes documentaire et de synthèse, dir. J. Tucny)
Le territoire est maillé de réseaux qui amènent l'electricité, l'eau potable, la télévision, etc. On distingue
deux types de réseaux : les ''réseaux-supports'' qui écoulent des flux physiques (l'eau,
l'assainissement, le réseau téléphonique...) ; les ''réseaux-services'' (mises en relation physiques et
sociales des éléments localisés du système urbain). Ce type de réseau est rendu complexe depuis
l'arrivée du câble, du réseau Numéris. Ce travail essaie de déterminer l'organisation, à Grenoble, des
réseaux en les identifiant et en insistant sur le rôle croissant des interfaces techniques. Il analyse
ensuite la gestion de ces réseaux : passage d'une gestion directe de la commune à une gestion
déléguée. Enfin, analyse de la gestion technique de la densification des réseaux.
IUG B2377

BAUDOT (Olivier)
VILLE DE REIMS
Projet métier sur un SIG : l’adduction en eau potable dans le district de Reims
in XYZ n° 60, 1994.- pp.64-69 ; ISSN : 0290-9057
Le district de Reims a lancé un projet de SIG en 1989 pour répondre à des besoins variés, dont
l’exploitation de l’adduction en eau potable : analyse des besoins du service, description du réseau,
saisie et contrôle de l’information, exploitation des données.
IGN P112

COOMBES (M.), CHARLTON (M.)


Population distribution as a factor in the costs of fire services
in Environment and planning, C : Government and Policy (Royaume-Uni), n° 12 (1), feb. 1994.- pp.53-
70, bibliogr.
Investigates the variation between areas in Britain in the number of fire stations required to provide fire
cover to Home Office standards. Assesses the influence of settlement patterns on the costs of
services, questioning whether the measures of population density and sparsity in the current formulae
adequately represent the effects on service costs in general and fire service costs in particular.
Outlines an analysis, using a GIS system, which can measure the effect of the particular settlement
pattern of each area on the number of fire stations required, applying this to a case study of South
Yorkshire. Suggests this type of analysis can also be used to assess the effect of settlement patterns
on other local government service costs.
ACOMPLINE Localisation 027517

DROUET (D.), PEYRETTI (G.)


RECHERCHE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL ; INSTITUT NATIONAL DU GENIE URBAIN
Les applications des SIG à la gestion urbaine dans les villes moyennes de quatre pays
européens
EGIS/MARI ’94, VIe Rendez-vous européen des acteurs de l’information géographique numérique ;
Paris, France, 29 mars / 1er avril 1994.- pp.822-826
Cette communication a pour but de présenter et discuter les résultats de la première phase d’une
enquête réalisée, dans le cadre du Programme SPRINT de la Commission des Communautés
européennes, sur les applicatifs de gestion urbaine mis en place ou projetés dans 15 villes
allemandes, 15 villes espagnoles, 14 villes françaises et 8 villes grecques. Cette enquête a été
réalisée par une équipe plurinationale à partir d’un questionnaire commun. Les organismes suivants
ont participé à ce travail : l’Institut national du génie urbain, leader du groupement assisté par
Recherche développement international (France), le Deutsches Institut für Urbanistik et Usbeck GmbH
(Allemagne), l’Université nationale technique d’Athènes (Grèce), l’ETS d’Enginyers de Camins Canals i
Ports (Espagne). L’exploitation des résultats permet de hiérarchiser la fréquence des applications
opérationnelles, en cours de mise au point et prévues dans les villes enquêtées pour 29 catégories
d’applicatifs de gestion urbaine, de même que des observations sur la chronologie de développement
des applications.
IGN 61878 ; IA 34631
180

HOPKINSON (P.), WEBBER (P.), BRIGGS (D.)


Modelling transport policies against sustainability objectives : development of an
environmental management system for traffic pollution impacts
in Transportation planning systems (Royaume-Uni), 2 (2), apr. 1994.- pp.39-52, bibliogr.
Considers the role of local authorities in the implementation of sustainability. Reports on the early
stages of the Kirklees metropolitan district council-led Integrated system for implementing sustainability
(ISIS) project, which is aimed at developing a conceptual and methodological approach for an
environmental management system, in particular for modelling transport and land use policies and
evaluating how developments perform against sustainability standards. The project is part of the
European Commission's LIFE programme, and involves Berlin, Copenhagen and Madeira. Looks at
how Kirklees is using the Spatial analysis system (SPANS) geographical information system, and
focuses on how one key element - air pollution - is being dealt with.
ACOMPLINE Localisation 028744

JAN (Laurence)
Un système d'information géographique modèle à Marseille
in La Gazette des communes n° 1260, 2 mai 1994.- pp.18-21, phot.
Créé en 1974 pour optimiser la gestion du domaine public, le système d'information géographique de
Marseille a évolué et vu ses applications s’étendre aux secteurs les plus divers comme la gestion des
risques majeurs ou de l'environnement.
CDU ; IA P.188 ; IGN P056

POULAIN (Corinne)
Informatique : l'âge de la maturité
in Communes et régions de France n° 331, nov. 1994.- pp.33-38, phot.
Dossier sur l'équipement en matériel informatique des collectivités locales. Il est expliqué comment,
avec la décentralisation, l'informatique est devenue un outil indispensable pour la gestion des
dépenses et des actions sociales, pour la coopération intercommunale à travers la mise en place de
systèmes d'information géographiques (SIG).
CDU

ROCHE (J.-L.)
SERVICE INFORMATIQUE DE LA VILLE D’ARLES
De l’usage du SIG Arles Camargue durant les inondations d’octobre 93 et de janvier 94
« Systèmes d’informations géographiques : la qualité de données », Lyon, 22-24 nov. 1994.- pp.118-
123
Le SIG Arles Camargue, système d’aide à la décision pour la gestion territoriale, a permis lors des
inondations de 1993 et de 1994, de dresser un état des lieux en temps réel et un bilan provisoire du
sinistre de façon rapide.
IGN 66986

BILANZONE (G.), CHINI (P.), SALIS (A.)


TECHNOSYNESIS-STR, ESRI ITALIA, TECHSO
A case study for a noise reduction planning system for the city of Ancona
EGIS ’93.- pp.96-105 ; en anglais
ECRU is a research project for the development of an Information System to be used by municipal
administrations and technical operators. The system provides a complete response to the regulations
required (municipalities must develop an acoustic improvement plan and control of incompatibility
between noise emission and human activity). The prototype information system will help the
development of improvement plans for noise pollution, providing functionalities for mapping and for the
detailed study of urban noise pollution. Data from the city of Ancona was used to develop the prototype
system. The mathematical model used was « Gluck-Santoboni » (Istituto di Acustica « OM
CORBINO » CRN). The results obtained revealed numerous examples of incompatibility. Simulation of
the outcome of various types of improvement measures showed the feasibility of obtaining the
conditions required by the regulations in the DPCM of 1 March 1991. Future research is aimed at
introducing a better mathematical model (with more parameters) and a set of guidelines for the type of
improvement measures to be adopted in particular situations.
IGN 61092

BRAINARD (Julii), LOVETT (Andrew) and PARFITT (Julian)


181

SCHOOL OF ENVIRONMENTAL SCIENCES


GIS as risk assessment tool for aqueous waste transport
EGIS ’93.- pp.391-400 ; en anglais
The transport phase is an often neglected element in the risk assessment of non-nuclear hazardous
waste life cycles. Data on special and hazardous waste movements originally collected by the Greater
London Council during the 1980s give detailed information about waste consignments from cradle to
grave, including UK grid references for waste producer and disposal sites, total tonnage and hazard
category. Aqueous special wastes were chosen as a case study in wich a geographic information
system was used to model the routing of waste consignments. Deficiencies in the consignment records
required several assumptions to be made and various scenarios explored. Roads identified as likely to
see passage of these waste materials, together with the estimated levels of tanker traffic, were then
integrated with information on accident probabilities, groundwater vulnerability and the distribution of
population to evaluate the risks the waste movements posed to different localities. Comparisons
between specific disposal sites were undertaken and these assessments were also expanded to
encompass the wider region.
IGN 61092

JONES (A.)
Using GIS to link road accident outcomes with health service accessibility
in Mapping awareness (Royaume-Uni), 7(8), oct 1993.- pp.33-37, bibliogr.
Describes a research project which employed a geographical information system to estimate
ambulance travel times for a grid-referenced dataset of road accidents collected by Norfolk police.
Demonstrates how this enables an assessment to be made of how optimally planned the emergency
medical service network is, as well as the relationship between ambulance response time and
subsequent casualty survival probability. Discusses the benefits GIS technology offers in this area, as
well as its potential for investigating more general questions of resource allocation within health
services.
ACOMPLINE Localisation 026668

KIM (Kyehyun), VENTURA (Stephen)


Large-scale modeling of urban nonpoint source pollution using a geographic information
system
in PE & RS. Photogrammetric engineering and remote sensing (USA), vol. 59, n° 10, 1993.- pp.1539-
1544 ; ISSN : 0099-1112
This paper presents an application of a GIS for urban water quality study. The GIS was used to
manage land-use data for nonpoint source pollution modeling and to aggregate pollutant loadings
within various types of geographic units. An empirical water quality model was used to estimate
pollutant loadings based primarily on land use. A land-use coverage was created by updating an old
coverage through interpretation of recent photography. This land-use coverage was also used to
record all pollutant loadings for each land-use polygon. Storm sewer maps were digitized and
interpreted to create a coverage of storm sewer basins and sub-basins. By overlaying pollutant
loadings with the sewer sub-basin layer, aggregated pollutant loadings for major sewer outfalls were
calculated. Based on the loading information, critical areas of excessive pollutant loadings were
located and the effectiveness of Best Management Pratices to control pollutant loadings were
evaluated.
IGN P105

MARTIN (E.)
GDTA ; ENSG ; IGN
Production de la couche occupation du sol de la base de données cartographique, élaboration
et validation de la méthode
Toulouse, GDTA, 1993.- 21 p., 21 x 30 cm, ann., bibliogr. (mémoire de DESS télédétection)
IGN 61188

STEPHAN (Luc)
La cartographie à l'heure des choix informatiques
in Urbanisme n° 267-268, oct.-nov. 1993.- pp.78-81, fig.
Les collectivités locales sont aujourd'hui en face de choix techniques et financiers importants en
matière de cartographie informatisée. La numérisation du cadastre doit permettre à la fois une
meilleure gestion quotidienne des équipements urbains et une réflexion prospective.
182

CDU ; IA P.414

Telegraph (Royaume-Uni) 93/08/09.- pp.26


Item contains no further information. Southwark council has installed a computer mapping system to
help engineers prioritise road safety work to reduce road accidents.
URBALINE (D9306445)

BEKKADA (Zaza)
La cartographie des réseaux, un outil d'aide à la décision. [Geographical information systems,
mapping the way for water management]]
in Hydro + n° 24, juin 1992.- pp.16-24, fig.
L'utilisation de la cartographie et de système d'information géographique pour améliorer la
connaissance des réseaux d'adduction d'eau potable et d'assainissement.
CA RB63(92:24)

DUNN (C.E.), NEWTON (D.)


Optimal routes in GIS and emergency planning applications
in Area (Royaume-Uni), 24(3), sep. 1992.- pp.259-267, bibliogr.
Discusses two network analysis algorithms, aimed at those GIS workers with limited operational
experience who may be considering their use. Examines the performance of the 'out-of-kilter' algorithm
in an emergency planning context, with particular reference to population evacuation. The work is
based on a package developed for the Cumbria police force.
ACOMPLINE Localisation 024166

GUENERET (Christian), NICOLAS (François)


Mise au point d’un SIG pour gérer la lutte contre l’incendie : multiples applications pour les
collectivités territoriales à la clé
in Géomètre n° 10, oct. 1992.- pp.62-65
L’application développée utilise la BDCARTO et la BDALTI de l’IGN ainsi que la BD de l’Inventaire
forestier national. Deux sujets ont été développés autour de l’intégration des données utilisées : d’une
part, la gestion des équipements utiles à la défense des forêts contre l’incendie et la simulation d’alerte
en cas de feu de forêt ; d’autre part, l’étude d’impact de l’installation d’une ligne électrique haute ou
très haute tension.
IGN P063

ROUET (Paul), CREPEAU (Christian), BOURSIER (Patrice)


Dossier thématique : Opportunité et faisabilité des systèmes de gestion d'informations
urbaines
in Lettre d'information du Réseau ADOC n° 9, nov. 1992.- mult., fig.
Trois articles composent ce dossier : le premier s'intéresse aux difficultés que présente la mise en
place des systèmes d'informations urbaines ; le second développe les besoins en information
géographique numérique et présente une solution serveur en Région Midi-Pyrénées (projet SIGMIP) ;
le troisième porte sur la mise en oeuvre d'un système d'information géographique et la constitution
d'une banque de données urbaines.
CA RB224(92:9)

THERY (Hervé), MARCOTTE (Louise)


CENTRE D'ETUDES DES TRANSPORTS URBAINS (CETUR) ; GIP RECLUS ; UNIVERSITE LAVAL
(MONTREAL)
La cartographie des transports urbains : guide pratique
Bagneux, CETUR, 1992.- 47 p., cartes, plans, fig., bibliogr.
Ce guide pratique expose les principes généraux qui doivent être respectés lors de la réalisation des
cartes à l'aide de logiciels. Il présente un certain nombre d'exemples correspondant aux cas concrets
que pose la représentation graphique dans le domaine des transports urbains.
DRE T.2261 ; IA T.6102

WEI (Luo)
Acquisition des informations 3D dans les SIG urbains. in : Télédétection et systèmes
d'information géographique
183

in Bulletin de l'Association des géographes francais, vol. 69, n° 5, 1992.- pp.393-399, fig., tabl.,
bibliogr. ; ISSN : 0004-5322
Présentation d'une méthode de stéréorestitution automatique, qui permet de reconstruire les scènes
urbaines 3D les plus précises et les plus complètes possibles. Cette méthode utilise les modèles de
surface (plan et quadratique) afin de corriger les erreurs inhérentes à toutes méthodes classiques de
la stéréovision et d'obtenir une surface complète. La méthode a été testée sur un grand nombre des
scènes réelles et les résultats ont été évalués quantitativement.
IGN P017 ; CDU ; FRANCIS : INIST

HABITAT ET LOGEMENT

FORGIONNE (Guisseppi A.), LOANE (Russell F.), ARMSTRONG (Timothy C.)


A geographical information system to facilitate military housing management
in IJGIS. The international journal of geographical information science (Royaume-Uni), vol. 10, n° 8,
déc. 1996.- pp.991-1007, bibliogr.
The Department of the Army must provide its personnel with acceptable housing at minimum cost
within the vicinity of military installations; To achieve these housing objectives, the Army often has to
enter into agreements for the long-term leasing of existing housing. A decision-support system, called
HANS, has been developed to project the number of leases that must be arranged. This paper
describes a GIS enhancement that helps Army managers to locate the lease properties and display
characteristics of the properties. It also overviews the benefits, challenges and limitations of the
enhanced system.
IGN P079

L’habitat en territoires transfrontaliers. [Wohnen im grenzuberschreitenden raum]]


in Actualités internationales du logement n° 18, 1996.- 55 p., fig.
La coopération transfrontalière dans le domaine de l'habitat, une politique de l'habitat entre des
communes françaises et allemandes, un système d'information géographique commun à 21
communes de Belgique, de France et du Luxembourg, la coopération entre organismes de logements
sociaux, la mobilisation franco-belge autour des questions d'habitat, l'expérience d'Eurorégion en
matière d'habitat, les problématiques de l'habitat sur la zone Menton-Vintimille, sont analysés.
CDU ; IA P.59

HIGGS (Gary)
Review of the role of geographical information systems in housing : potential areas for future
research
in Housing studies (Royaume-Uni), vol. 9, n° 3, juill. 1994.- pp.393-404, bibliogr.
L'auteur s'intéresse aux changements intervenus lors de la dernière décennie dans la nature et la
fonction du Gouvernement local des Iles britanniques. Il insiste notamment sur les modifications dans
les prises de décision, la mise à jour des données, la gestion et le contrôle dans le secteur du
logement. Il analyse l'apport des SIG.
CDU

GEERTMAN (S.), KUIJPERS-LINDE (M.), DROST (J.), HOOIMEIJER (P.)


FACULTY OF GEOGRAPHICAL SCIENCES, UNIVERSITY OF UTRECHT (PAYS-BAS)
The WODGIS-model : a method of confronting housing and GIS modelling
EGIS ’93.- pp.380-390
Simulation models are increasingly applied in the field of spatial planning. The frequently farreaching
consequences of policy decisions have led to a growing need among policymakers for gaining the
clearest possible insight into the advantages and disadvantanges of policy goals. This has contributed
to a wider range of simulation models becoming available, which fortunately - by means of user-friendly
interfaces - can also be used more and more by people who are not experts on the subject of models.
In this article, a prototype of a simulation model will be presented, which will enable the users to
determine, on the basis of alternative policy goals, which locations should be used for house building.
Subsequently, the locations concerned can be examined as to what extent they will be able to meet
future needs for expansion. This model has been called WODGIS, which is a contraction of the names
of the two major components. Indeed, the WODYN-model is used for simulating developments on the
184

housing market, while a GIS-application is used for selecting potential building sites. With this
WODGIS-model, an attempt is made to demonstrate that the integration of existing model applications
offers new uses. An attempt wich, however, is regarded as a first step in a process of development
towards a fully integrated simulation model for making spatial effect-analyses.
IGN 61092

Dossier : Les services départementaux aménagement habitat-paysage ; la coopération entre


les services de l'Etat
in Urba réseau n° 5, déc. 1992.- pp.2-15, phot.
Ce dossier présente : 1- la mise en place d'un comité de pilotage aménagement-habitat au sein de la
DDE du Maine-et-Loire ; 2- l'expérience de la Communauté urbaine du Creusot-Montceau-les-Mines
(CUCM) pour l'élaboration de son Schéma directeur où sont intégrées, suite à une étude de la DDE,
les contraintes sociales et environnementales imposées par la LOV ; 3- la Drôme où les politiques
locales de l'habitat (PLH) posent le problème de la coordination des acteurs et des politiques
nationales sur un même territoire ; 4- la Seine-St-Denis où la DDE regroupe et analyse des données
socio-économiques pour créer un observatoire des quartiers en difficulté ; 5- le Nord où la DDE réalise
des fichiers de cartographie numérique et aide les collectivités locales à la mise en place des banques
de données urbaines ou de système d'information géographique (SIG).
CDU

FLOWERDEW (R.), GREEN (M.), FISCHER (M. M.) ed., NIJKAMP (P.) ed.
Developments in areal interpolation methods and GIS. in : Geographic information systems
(GIS)
in Annals of regional science (Allemagne), vol. 26; n° 1, 1992.- pp.67-78, fig., tabl., bibliogr. ; en anglais
; ISSN : 0570-1864
L’article étudie les problèmes d'interpolation lorsque l'on dispose de découpages spatiaux différents
d'un même espace en fonction des diverses sources statistiques. Modélisations possibles selon le type
de données disponibles et leur distribution. Application au coût du logement à Preston, Lancashire.
FRANCIS : INTG

SIG ET COLLECTIVITES TERRITORIALES :


APPLICATIONS MULTIPLES

BAVEREL (Jean Marie)


MAIRIE DE BESANÇON
Gestion et maintenance du patrimoine à la ville de Besançon
MARI Europe 98, avril 1998.- 7 p.
Après avoir présenté la ville de Besançon et la mise en place de la gestion du patrimoine, la
communication décrit les objectifs, le choix, l’organisation et les fonctionnalités de l’outil de GMAO
(gestion et maintenance assistées par ordinateur) combiné avec un SIG ainsi que les incidences
économiques d’une telle solution.
IGN 67008

BOUET (Eliane)
VILLE D’ISSY-LES-MOULINEAUX
La communication directe et personnalisée entre la population et la ville avec un SIG
MARI Europe 98, avril 1998.- 6 p.
La ville d’Issy-les-Moulineaux a décidé de communiquer de façon directe et personnalisée avec la
population, en s’appuyant sur les potentialités offertes par son SIG. Ce système est un moyen inédit de
dialogue et d’échange entre les isséens et les services municipaux. Ces pages présentent
l’organisation du SIG de la ville, les réalisations dans le domaine de la communication et les retours
positifs et innovants des utilisateurs et les réalisations futures.
IGN 67008

CHARTIER (Alain), LASSAIGNE (Yves), DEVERS (José)


CONSEIL REGIONAL PROVENCE-ALPES-COTE D’AZUR ; MINISTERE DE L’EQUIPEMENT ; CETE
MEDITERRANEE
185

Une synergie géomatique en région Provence-Alpes-cote-d’Azur à travers le Tour de table


régional
MARI Europe 98, avril 1998.- 9 p.
Le Tour de table PACA (Provence-Alpes-Côte d’Azur) s’est constitué à partir de 1993 en vue de
l’acquisition des droits d’utilisation de la BDCARTO, puis de la BDALTI de l’IGN et de Corine Land
Cover de l’IFEN. Le programme s’est poursuivi avec l’acquisition d’une balise GPS fixe et de fonds
scannés d’IGN au 1:25.000e, avec la cartographie d’occupation des sols et l’animation technique
(journées thématiques, journal interne, ...)
IGN 67008

LORE (Eric), OVAERT (David)


SIM, SIMA
Opération SIG 56, échange et mise à disposition des données dans le département du
Morbihan
MARI Europe 98, avril 1998.- 6 p.
Le Conseil général du Morbihan veut favoriser la mise à disposition et les échanges de données dans
la politique d’aménagement du territoire départemental. Le domaine des SIG se caractérise par deux
phases essentielles de réalisation : la mise en place des données de référence (numérisation du plan
cadastral, acquisition des BD de l’IGN) et la mise en oeuvre des SIG à l’échelon communal et
départemental.
IGN 67008

RIMSCHA (Sheila Von)


When small is not so beautiful
in GIS Europe (Royaume-Uni), vol. 6, n° 1, janv. 1998.- pp.26-28
Despite all opportunitiesoffered by GIS, small local authorities in Germany are finding it hard to get
started. The item reports on how short-term thinking and underfunding conspire to create a « wait and
see » culture.
IGN P066

Spécial : Systèmes d’information géographique


in La Gazette des communes n° 16-1450, fasc. n° 2, avr. 1998.- pp.111-130
Exemples de démarches SIG : District de Poitiers, Cannes, Rhône-Alpes, Communauté urbaine
d’Arras, SIVOM Centre Var, Cernay ; plus un article sur SIG et organisation de H. Pornon. « Mener un
projet à terme dans une collectivité : les règles pour réussir » par H. Pornon. « Les systèmes
d’information géographiques partent enfin à la conquête des décideurs » par J. Gaubert. « Le champ
d’application des SIG est sans limite » : propos de S. Roche. Sélection de produits.
CDU ; IA P.188

STOLARCZYK (Sylvain), KASPERCZYK (Philippe)


COMMUNAUTE URBAINE D’ARRAS, I2G
Le SIG de la Communauté urbaine d’Arras
in XYZ n° 75, 1998.- pp.57-60 ; ISSN : 0290-9057
Présentation du SIG dans le cadre de l’informatisation du District urbain d’Arras : élaboration de la
base de données, choix et mise en place du SIG, interventions des utilisateurs et évolutions du SIG.
IGN P112

THOCKLER (Stéphane)
DISTRICT URBAIN DU PAYS DE MONTBELIARD
L’expérience de constitution d’une base de données localisées
MARI Europe 98, avril 1998.- 2 p.
Après une présentation du district et de ses compétences, la communication décrit l’historique et la
structure actuelle du SIG.
IGN 67008

ASSOCIATION IMAR
Exemples d’applications opérationnelles et régionales de SIG
in Lettre d’information de l’Association IMAR n° 5, avril 1997.- 75 p.
Ce numéro spécial regroupe des articles qui portent sur : la gestion des réseaux d’eau potable et
d’assainissement dans les SIG ; la nécessité de l’utilisation de l’information géographique numérique
186

pour la modélisation de la morphologie urbaine ; la cartographie automatique à destination d’une


collectivité territoriale ; l’apport des SIG dans le raisonnement de la conservation des haies ; l’analyse
de quelques aspects de la dynamique de l’occupation du sol entre 1956 et 1989 dans la région de
Korhogo (Côte d’Ivoire) ; le SIG du port autonome de Nantes/Saint-Nazaire ; l’expérimentation du SIG
XGéo appliqué à une mission inter-services de l’eau dans le Morbihan ; le SIG, outil d’évaluation pour
la planification ; la classification des prairies dans le lit majeur de la Loire à l’aide d’une image SPOT.
IGN 67021

CHARDIN (Damien), MOREAU (Ghislain)


Etude préalable à la mise en place d’un SIG : mairie des Sables d’Olonne
Cachan, ESTP, 1997.- 97 p., bibliogr., tome 1 (travail de fin d’études effectué à l’ESTP)
Après une brève présentation des SIG, l’étude fait l’analyse des besoins et de l’existant aux Sables
d’Olonne. Elle propose ensuite des solutions pour les données, le produit, le matériel et l’architecture à
envisager, suivies d’une évaluation des coûts.
IGN 67001 ; ESTP TFE753

CHARTIER (A.)
Une synergie géomatique en Région Provence-Alpes-Côte d'Azur à travers le Tour de table
régional
in ESRI ’97.- pp.139-149
En mars 1993, autour du problème de l’acquisition par plusieurs organismes régionaux et
départementaux de la BDCARTO de l’IGN, s’est réunie puis formée une structure informelle mais
néanmoins active, le Tour de table PACA (Provence-Alpes-Côte d'Azur). Depuis, cet ensemble de
partenaires a travaillé activement à l’équipement en SIG des organismes participants et a mené à bien
ses propres projets.
IGN 66963

ESRI FRANCE
Système d'information géographique départemental : l'exemple des Hauts-de-Seine
in ESRI Info (France) n° 11, avr. 1997.- pp.8-10
Ce département jeune et très peuplé s’est lancé dans une démarche rigoureuse d’évaluation des
besoins et de tests de solutions possibles avant de choisir son SIG. De nombreuses informations ont
été répertoriées et de multiples applications développées qui permettent aux Hauts-de-Seine de faire
figure de pionnier dans le domaine départemental. Ainsi, le fonds cadastral graphique saisi par le
Conseil général devient disponible à l’ensemble des 36 communes du département.
IGN P230

Geo-territorial dynamics
in Sistema terra (Italie), 6e année, n° 3, déc. 1997.- 88 p., cartes, phot., fig.
Le rôle des satellites et des systèmes d'information géographique pour la relocalisation de la capitale
japonaise, la cartographie automatique en Italie au travers du projet RAINBOW et du système MIVIS
et l'utilisation des images radar pour cartographier l'occupation du sol en Casamance et à Brasilia sont
abordés. Les images satellitaires pour connaître le développement urbain de l'Amérique latine, la
gestion de l'environnement urbain grâce aux systèmes d'information géographique et à la
télédetection, les apports de la télédétection pour cartographier les inondations de Crotone en 1996 et
les forêts alpines, apprécier la qualité des eaux des lacs italiens et pour les sciences de
l'environnement, sont exposés.
IA 39244 ; IGN P223

LAURENT (Pascal)
MAIRIE DU HAVRE
Un système d’information et de gestion urbaine : Le Havre
in XYZ n° 71, 1997.- pp.55-59 ; ISSN : 0290-9057
En 1990, la municipalité du Havre décide de créer un SIG urbain propre à faciliter l’aide à la décision
sur les 4700 hectares du territoire de la ville. Les objectifs recherchés sont à court terme, la gestion de
l’information technique, à moyen terme, l’aide à la décision au travers d’éléments objectifs, à long
terme, l’aide à la conception (simulation, optimisation de trajets, ...).
IGN P112

LEGOUPIL (A.)
187

Vendée : un langage commun pour le SIG


in Géomètre n° 4, avr. 1997.- pp.22-23
La Vendée est sur le point de rendre opérationnel son système d’information géographique VIRGIL.
Son originalité : un langage informatique unique qui permettra à toutes les communes du département
de travailler sur les mêmes bases, donc de se comprendre et d’échanger facilement de nombreuses
informations.
IGN P063

LOINTIER (Jacques)
Le SIG : un outil à apprivoiser d'urgence
in Maires de France n° 21, avr. 1997.- pp.37-39, fig., phot., bibliogr.
Apparus au milieu des années 80, les systèmes d'information géographique (SIG) sont longtemps
restés l'apanage des grandes villes et des techniciens. Aujourd'hui, plus accessibles et conviviaux, ils
sont en mesure d'offrir de réels services aux petites et moyennes communes, comme en témoignent
les exemples de Corbie (Somme, 6319 habitants) et de la moyenne vallée de l'Hérault (8600
habitants).
IA P.156

NIKL (I.), KUMMERT (A.)


GEOVIEW SYSTEMS - HONGRIE
Integrated city management system-decentralised information service
Geographical information ‘97 Joint european conference and exhibition on geographical information :
from research to application through cooperation ; Vienne, Autriche, 16/18 avril 1997. Proceedings vol.
1.- pp.874- 878
Local Government is developing GIS for city management in Szombathely (Hungary). Agreement have
been made with the utilities to prepare the common digital map. Local government financed
establishment of general network register at the utilities to promote the unified GIS environment of
suppliers and municipality. A combined solution is introduced to support the activity of Local
government and network register on high level. The multi purpose usage requires multi user access to
the system. However the number of concurrent users is limited by the license causing the bottleneck
effects of the effective use of the system. Further issue is arisen during the day after day operations as
several users work on the same database and the data access time increases, the daily routine
becomes slow. Studying usage of the applications appears that the most users carry on query to get
the desired information and only a few users maintain the database. To improve the data accessability
of the system, the query should be separated from the real time database. The central database and
GIS system ought to be used for maintaining database and complex analyses while the daily data
service and query should be carried on using off-line client data viewer.
IGN 66170

POTTIER P.
La planification à l’épreuve des faits ou le SIG outil d’évaluation
in Lettre d’information de l’Association IMAR n° 5, avril 1997
Une analyse des potentialités d’utilisation des SIG dans les démarches de type POS ou SDAU,
appuyée sur des exemples concrets.
IGN 67021

PRÉFECTURE DE LA RÉGION ILE-DE-FRANCE


Programme d'études sur l'Ile-de-France des services déconcentrés régionaux de l'Etat, du
Secrétariat général du Groupe central des villes nouvelles, de la Délégation régionale de la
Banque de France, de la RATP, de la SNCF Ile-de-France, des laboratoires universitaires de
recherche. Année 1997 ; bilan des études prévues au programme de l'année 1996
Paris, Préfecture d’Ile-de-France, 1997.- 82 p. + non pag.
Recensement des quelques 150 études programmées pour 1997 sur l'Ile-de-France au sein de
services, organismes... dépendants de l'Etat, classées par grands thèmes : travail, emploi, formation ;
habitat-logement ; aménagement du territoire ; politique de la ville ; études économiques ; transport ;
démographie ; population ; conditions de vie ; santé ; environnement ; système d'information
géographique.
DRE 7964.97(1-2) ; DCN 13-129(96)

WILSON (C.)
188

The plot thickens


in Surveyor (Royaume-Uni), 184(5421), 13 feb. 1997.- pp.14-16
Looks at the use Coventry City Council is making of a geographic information system to help with
many aspects of management of its services. Highlights the degree of detail it is possible to
incorporate into a corporate GIS, but notes the amount of work involved in setting up the data initially.
Discusses the range of software used with the system, and looks briefly at the range of applications
that are already under way.
ACOMPLINE Localisation 034661

BEILLON (Gaëlle)
SIG et groupements de petites communes
Paris, IFU, 1996.- 84 p., bibliogr. (mémoire de DESS, Institut français d’urbanisme, dir. B. Marchand)
La problématique est abordée sous deux angles : 1. un SIG est-il réalisable dans les groupements de
petites communes ? (La réflexion se focalise sur les difficultés des petites communes face aux SIG,
sur la faculté du regroupement communal de devenir l’intermédiaire face aux SIG et sur la nécessaire
analyse des besoins) ; 2. un SIG est-il souhaitable dans les groupements de petites communes ? (Ici
sont passées en revue, l’aspect coût/bénéfice, le coût d’acquisition de l’information, le partage de
l’information et les relations de pouvoir). Enfin, le cas du district de Clermont est étudié : définition des
besoins et modèle de données.
IGN 67000 ; IFU DSU994

Bürgernahe Anwendungen - GIS in Kommunen


in GIS. Geo-Informations-Systeme (Allemagne), vol. 9, n° 1, févr. 1996.- pp.2-24, bibliogr. ; en
allemand ; résumé en anglais
Ce numéro est consacré à un ensemble d’articles portant sur des applications de SIG dans des
communes telles qu’un système d’information numérique sur l’immobilier à Berlin, un système de
localisation du commerce dans la région de Bonn, la planification du téléphone mobile dans les zones
urbaines par Deutsche Telecom et la réalisation d’un système à Cologne.
IGN P058

CENTRE DE RECHERCHES ET D'ETUDES SUR PARIS ET L'ILE-DE-FRANCE (CREPIF) ; CONSEIL


REGIONAL D'ILE-DE-FRANCE ; VILLE DE PARIS ; INSTITUT GEOGRAPHIQUE NATIONAL (IGN) ;
INSTITUT D’AMENAGEMENT ET D’URBANISME DE LA REGION D’ILE-DE-FRANCE (IAURIF)
La cartographie urbaine aujourd'hui
in Les Cahiers du CREPIF n° 54, mars 1996.- 158 p., phot., plans
Les communications, issues d’un colloque, sont centrées autour de deux thèmes : la mutation des
lectures cartographiques et les systèmes et applications. La première partie présente l’évolution et la
scannérisation du plan parcellaire parisien, le cadastre informatisé, l’évolution de la cartographie
urbaine avec les systèmes d’information et le passage du plan plié à l’assitant électronique. La
seconde partie aborde l’utilisation des photographies aériennes comme base de données
topographiques, la télédétection comme moyen d’étude des écosystèmes urbains des grandes
agglomérations françaises, les spatiocartes, le SIG régional comme outil du développement urbain et
la simulation des grands paysages et images de synthèse.
CDU ; IA 37428 ; DRE PER © ; IGN 47770

CHESNAIS (Michel)
L’utilisation des systèmes d'information géographique : exemple d'application en Basse-
Normandie
in Norois n° 169, janv-mars 1996.- pp.261-270
Grâce au dynamisme de la recherche scientifique à Caen, les systèmes d’information géographique
trouvent une application naturelle en Basse-Normandie avec leur intégration progressive dans le
serveur Nordsight.
CDU ; FRANCIS

DESGRANDCHAMPS (Jean-Luc)
TOPORDI
Un SIG pour les petites communes
in XYZ n° 66, 1996.- pp.52-53 ; ISSN : 0290-9057
Les petites communes sont partie prenante sur le marché des SIG. L’article fait le point sur leurs
besoins informationnels et organisationnels.
189

IGN P112

HUGEL (H.), CARABIN (G.), DELASSUS (P.), TARDY (P.), EHLENBERGER (J.-Y.), UNGER (C.)
Le SIG de la Communauté urbaine de Strasbourg : une source d'informations aux multiples
sources d'inspiration ; les données de base du SIG ; le système et les applications du SIG
in XYZ n° 67-68-69, 1996.- pp.63-68, 81-87, 44-51
Après avoir présenté l'historique de la mise en place du SIG, l'article décrit l'étude et la saisie des
données et enfin leur organisation autour de pôles applicatifs qui permet une plus grande cohérence.
IGN P112

L’informatique dans les collectivités locales


in Revue des collectivités locales, mai 1996.- pp.12-20
Les collectivités locales recourent à des moyens informatiques de plus en plus sophistiqués pour
assurer la conception et la gestion de leurs équipements, pour contrôler et asservir le fonctionnement
des bâtiments, des réseaux, du trafic, ... pour une qualité de service public optimale, l’informatique se
généralise et se banalise. Les outils de développement deviennent plus conviviaux. Les systèmes
d’information géographiques et le gestion électronique de documents s’impose peu à peu. Le
multimédia s’inscrit même comme le prolongement naturel des applications les plus anciennes et les
plus répandues. Portait d’un domaine de pointe au cœur des métiers de la ville.
CDU

IVF SERVICES
Système d’information géographique ; connaissance et utilisation : comment mettre en place
un outil adapté aux besoins ?
Paris, IVF Services, 1996
Les cinq communications abordent la mise en place d’un SIG sous différents angles : les objectifs à
court et moyen terme, les concepts fondamentaux à mettre en relation avec les objectifs, la mise en
oeuvre du SIG au travers de l’analyse fonctionnelle des besoins, le choix de la configuration optimale
et les contraintes juridiques soulevées par l’introduction d’un SIG.
IGN 68252

LANGUEPIN (Marie)
CONSEIL GENERAL DE L’HERAULT
Evolutions du SIG du département de l’Hérault depuis 1989
MARI Europe 96, « Les Géoconférences », 2 au 4 avril 1996.- pp.61-67
La communication relate les trois principales étapes de mise en place du SIG du département de
l’Hérault.
IGN 67022

MIELLET (Philippe)
TED ALITEC
SIG et collectivités en France : panorama et tendances
MARI Europe 96, « Les Géoconférences », 2 au 4 avril 1996.- pp.51-59
Les collectivités territoriales restent un des secteurs les plus porteurs pour les SIG. Elles bénéficient,
pour certaines, de nombreuses années d’expérience et présentent une richesse d’applications liée à
leurs attributions multiples. Les solutions techniques se diversifient sous l’effet de l’évolution du
marché des logiciels et des matériels. La baisse des coûts d’investissement et l’offre de logiciels de
plus en plus conviviaux entraînent l’arrivée de nouveaux utilisateurs sur le marché. De nouveaux
usages de l’information géographique se mettent aussi en place.
IGN 67022

MORTGAT (Bruno)
Gestion de l'environnement : jouer la carte des systèmes d'information géographique
in Environnement et technique n° 159, sept. 1996.- pp.36-38
La gestion de l’environnement repose en grande partie sur une connaissance précise et actualisée de
la réalité du terrain. Aujourd’hui, les SIG qui associent la cartographie à des bases de données,
permettent de croiser toutes sortes d’informations pour visualiser des situations complexes et aider à
leur gestion, ce qui offre des applications dans de nombreux domaines : gestion des réseaux de
canalisations, protection des paysages, prévention des risques naturels, définition de plans de
190

desserte ou de circulation en cas d’incident. Autant de thèmes qui intéressent un nombre croissant de
collectivités territoriales.
DCN

Outil d'aide à la décision en Outaouais


in Géo info (Québec, Canada), vol. 8 n° 6 juill.-août 1996.- pp.3-4
La région de l’Outaouais disposera d’une base régionale de données pour faciliter la prise de décision
en aménagement du territoire. Axé sur la gestion du territoire, le système d’information à référence
spatiale comprendra trois bases de données : géographiques, socio-économiques et écologiques.
IGN P286

PANTAZIS (D.)
UNIVERSITE DE LIEGE - BELGIQUE
La conduite du projet de développement de la base de données géographiques du Ministère de
l'aménagement du territoire du Grand-Duché de Luxembourg. in : Le Luxembourg
in Revue géographique de l'Est, vol. 35, n° 1, 1996.- pp.55-72, fig., tabl., bibliogr. ; ISSN : 0035-3213
Ce projet (conception, réalisation, documentation et implantation de la base), d'une durée de deux ans,
a été réalisé au laboratoire SURFACES de l'Université de Liège dans le cadre de recherches relatives
à l'élaboration d'une nouvelle méthode de conception de SIG et d'un nouveau formalisme de
modélisation de données géo-graphiques. Présentation de la base, qui contient 8.000 objets
surfaciques, 8500 objets linéaires et 800 objets ponctuels.
FRANCIS : INIST 1935

RANGONI (G.)
Il sistema informativo territoriale del Consorzio del Lodigiano ; esperienze. [Le système
d’information territoriale du Consortium de Lodigiano]
in Il nuovo cantiere (Italie) n° 8, 1996/09.- pp.5, 8-66 ; en italien
L'autore descrive gli obiettivi, le scelte effettuate nella realizzazione di un sistema informativo
territoriale utilizzato dal Consorzio del Lodigiano (64 Comuni della Provincia di Milano e la stessa
Provincia) per la conoscenza e la gestione del proprio territorio. Gli sviluppi del sistema in previsione.
DOCET

SIG et petites communes


in Géomètre n° 11, 1996.- pp.26-46
Ce dossier regroupe des articles qui abordent diverses applications dans de petites communes de
tailles diverses : Saint-Priest-en-Jarez (5.700 habitants), Pommevic (500 habitants), Corbie (6.300
habitants), Saint-Jean-de-Maurienne (10.000 habitants), Mably (8.000 habitants) et Saint-Aubin-lès-
Elbeuf (8.600 habitants).
IGN P063

AFTIAS (E.), DROUET (D.), KLAMT (K.), PEYRETTI (G.), TRIANTAFILLOU (C.), USBECK (H.)
Les applications des systèmes d'information géographique dans les villes moyennes en
Europe RA.333 ; phase 2. [Geographical information systems application in medium size
European cities]]
Lyon, Institut national du génie urbain, 1995.- 200 p., 21 x 30 cm
Ce rapport dresse un état des lieux dans des villes d'Allemagne, de Grèce et de France sur l'usage
des SIG. Il fait le point sur les bénéfices apportés et les problèmes méthodologiques pour chaque cas
abordé avant de dégager des recommandations.
IGN 66978

ASSOCIATION DES INGENIEURS DES VILLES DE FRANCE (AIVF) ; CENTRE NATIONAL DE LA


FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE (CNFPT)
Systèmes d'information géographique : stratégies pour les données
Lyon, CNFPT, 1995.- 222 p., 21 x 30 cm
Les contributions portent sur : la stratégie de diffusion des données et des informations géographiques
et la politique de tarification de la ville de Mulhouse ; le géomètre-expert en tant que producteur et
utilisateur d'informations géographiques ; la diffusion au public des données informatiques du SIG de
la ville de Rennes et les paramètres de leur tarification ; la politique commerciale de l'IGN.
IGN 62569
191

BLOMAC (Françoise de), GAL (R.)


Les systèmes d'information géographique : des outils au service de la démocratie. in : Les
géographes, la science et l’illusion
in Hérodote n° 76, janv.-mars 1995.- pp.148-184, bibliogr.
Après avoir défini les SIG et rappelé leur origine, l'auteur dresse un panorama rapide sur les SIG en
France, leur développement ; il donne quelques exemples d'utilisation au CETE de Lyon, dans la
Communauté urbaine de Brest, à la Direction départementale de l'agriculture et de la forêt du Rhin et à
la Gendarmerie nationale pour illustrer les avantages et les dangers des SIG.
CDU ; IGN 66985

CAPES (S.)
Geographic information in local government : a new commodity?
in Burisa (Royaume-Uni), 117, feb. 1995.- pp.8-9
Reports on research into the commodification of geographic information in local authority planning
departments and the metropolitan joint information units. Although commercialisation, or vigourous
charging for information, has been found to be widespread, income generated is used to subsidise the
costs of providing services to the local authority or to fund new technology purchases rather than to
make profits.
ACOMPLINE Localisation 030108

Geographical information systems


in Planningweek (Royaume-Uni), vol. 3, n° 13, 30 mars 1995.- XV p., phot.
A travers quelques cas, on présente l'utilisation efficace d'un système d'information géographique dans
les collectivités territoriales britanniques et ce que l'on peut en attendre.
IA P.307 ; CDU

Le guide des réalisations informatiques dans les collectivités locales


in Lettre informatique et collectivités locales n° hors série, 1995.- 144 p., index
Cet ouvrage présente les outils informatiques innovants mis en place dans les départements, régions,
groupement de communes et communes. A partir d'exemples concrets, il est traité de l'élaboration des
logiciels de gestion financières, gestion administrative, gestion du personnel et gestion des services
techniques. Il est question aussi des systèmes d'information géographique (SIG) et des outils
informatiques de gestion des services à la population (service culturel, action sociale, restauration
scolaire, etc.)
CDU 32021

ITLG, 95/03/10, 1995.- pp.4


A Town Hall Research survey, 'A Snapshot of the Market', has found that local authorities are
increasing their investment in geographic information systems, although many suppliers believe that
they are wasting their money because they lack knowledge of the potential of GIS and are confused
over the future structure of local service delivery following local government reorganisation.
URBALINE (D9502054)

LEMONIER (Marc)
Dossier : Le regard infini des systèmes d'information géographique
in Diagonal n° 116, déc. 1995.- pp.10-31, phot.
Les systèmes d'information géographique, issus des progrès réalisés dans le domaine de la gestion
des banques de données et de la cartographie assistée par ordinateur, sont devenus un outil de
gestion urbaine et un instrument d'aide à la décision en matière de planification urbaine. Le présent
dossier analyse les interrogations soulevées par son utilisation : problèmes éthiques, partenariat entre
acteurs hier antagonistes, fiabilité des données, rapports avec la cartographie ''traditionnelle''. Le
dossier présente en outre quelques expériences particulières : le suivi du Schéma directeur d'Ile-de-
France, le SIG sans frontières de Lille, l'appui au ¨POS d'Evry, etc.
CDU ; IGN P042

MAIER (Philipp )
Flexibles Technologiekonzept. Das geographisch-technische Informationssystem (GIS) in der
Kommune
in Staedtetag (Allemagne), Stuttgart : Kohlhammer, nr.6, 48, 1995.- S.425-428 ; lit. ; ISSN : 0038-9048
ORLIS SEBI: Zs 345-4; IRB: Z 76
192

PORNON (Henri), BILHAUT (Régis), ROCHE (Stéphane)


Des SIG dans les communes de moins de 3.000 habitants
in Revue internationale de géomatique, vol. 5, n° 1, 1995.- pp.73-82
A partir de plusieurs expériences réalisées en France et au Québec, est abordé le problème de la mise
en oeuvre des SIG dans les petites collectivités. Les auteurs s’interrogent sur l’utilité de tels outils, sur
l’intérêt du prototypage comme moyen de sensibilisation et sur les obstacles techniques, financiers,
humains, organisationnels et institutionnels à leur diffusion.
IGN P047

SWIACZNY (Frank)
GIS-Anwendungen in der oeffentlichen Sozialplanung am Beispiel des
Sozialinformationssystems der Stadt Mannheim. [L’utilisation du SIG pour la planification
sociale dans l’intérêt public, exemple des systèmes d’informations sociales de la ville de
Mannheim]
in GIS. Geo-Informations-Systeme (Allemagne), nr.3, 8, 1995.- S.25-26 ; Abb. ; ISSN : 0935-1523
ORLIS IRB: Z 1758

Systèmes d'informations géographiques : un nouveau monde


in TPE. Techniques & politiques d'équipement n° 127, févr. 1995.- 40 p.
Ce dossier présente des réflexions et des applications. Réflexions sur : l’information géographique au
Ministère de l’équipement ; le choix d’un SIG et des données ; ce que son usage nécessite ; la façon
dont l’IGN couvre les besoins cartographiques au travers de diverses bases de données. Applications :
réalisation d’un SIG en Région PACA ; constitution d’un SIG dédié à la gestion des déplacements au
Syndicat des transports parisiens ; utilisation d’un SIG pour les études de projets autoroutiers au CETE
de Lyon.
IGN P152

VANN (P.)
Using GIS to inform decisions about schools
in Burisa (Royaume-Uni), 118, may 1995.- pp.2-5, bibliogr.
Describes how a geographical information system solution was applied to the problem of information
requirements for the school inspection process. The project was carried out in Bedfordshire as part of
the work of the Local authority associations' Geographical advisory group, by the Local government
management board and the County Council. The schools were provided with maps of their pupil
distribution, the location of their pupils against background patterns of rates of unemployment,
overcrowding, social class and ethnic minority representation, together with statistical summaries
giving details on the wards, catchment areas and home areas of the pupils.
ACOMPLINE Localisation 030535

WESTON (J.)
Planning is paramount : GIS in district councils
in Mapping awareness (Royaume-Uni), 9 (7), sep. 1995.- pp.32-35
Describes the implementation of a geographical information system by Swansea City Council. Outlines
how in the Planning department GIS data is used for planning control and forward planning, but the
greatest benefit comes from sharing data with other departments. Stresses the time involved in getting
useful information into the system should not be underestimated and needs advanced planning.
ACOMPLINE Localisation 031365

ASSOCIATION DES MAIRES DE FRANCE (AMF)


Les systèmes d'information géographique : un outil nouveau pour gérer votre territoire
Paris, AMF, 1994.- 8 p., 21 x 30 cm (réalisé à l'initiative de l'AMF, avec l'appui technique d'EDF GDF
Services, de France Télécom et la collaboration de la Direction générale des impôts)
IGN 66997

CAMBELL (H.), MASSER (I.), POXON (J.), SHARP (L.)


UNIVERSITY OF SHEFFIELD DEPARTMENT OF TOWN AND REGIONAL PLANNING ; LOCAL
GOVERNMENT MANAGEMENT BOARD
Monitoring the take up of GIS : the local authority scene
193

Local government management board, jan. 1994.- 44 p., graphs, tables (LGMB, Arndale House,
Arndale Centre, Luton LU1 2TS) RP71906A
Presents the findings of a survey of 514 local authorities in Great Britain regarding the geographical
information systems they have adopted. Looks at how many have adopted systems, how many intend
to, and the involvement of departments in using such systems. Looks at the systems being used and
the data being analysed. Considers the benefits and problems encountered by authorities, particularly
in management terms, and concludes that there has been a rapid take up of GIS since 1991 and that
there is a need for further, regular studies into developments and changes in local authority GIS take
up.
ACOMPLINE Localisation P71906

GORNOSTAYEVA (G.A.), BAIOURA (V.N.)


IFRESI / CNRS - FRANCE ; MOSCOW STATE UNIVERSITY (MSU) - RUSSIE
GIS for cities ; in searching trend for development (with reference to Moscow as a city)
EGIS/MARI ’94, VIe Rendez-vous européen des acteurs de l’information géographique numérique ;
Paris, France, 29 mars-1er avril 1994.- pp.479-489, bibliogr.
The reforms that are taking place in Eastern European countries have brought our attentions to the
detailed studies of the development trends of large cities such as Moscow. After an investigation on all
housing estates in Moscow, we are facing a challenge of analyzing the data to obtain a clear picture of
the city. GIS provides a way in which the statistical results can be represented spatially on the map and
spatial patterns can be recognized, such as age structure within households, the height and materials
of housing, correlation between these factors and clusters of these estates. Espacially when we try to
build a model to simulate the historic data, we are able to see the trends of urban development and
redevelopment on the location and pace. The basic data were captured in Auto CAD, then imported
into ARC/INFO and Atlas-GIS. This provides some insight of Western information technology to
regional planning authorities in Russia.
IA 34631 (1-2)

HILL (V.)
DIGIS - REPUBLIQUE TCHEQUE
Implementation and development of geographical information systems in the region of North
Moravia
EGIS/MARI ’94 VIe Rendez-vous européen des acteurs de l’information géographique numérique ;
Paris, France, 29 mars-1er avril 1994.- pp.1909-1915
The Czech Company DIGIS Ltd has developed an interactive geographical information system for the
Municipal authority of the town of Ostrava. Experience and steps of the system’s creation are
described in the paper. The GIS was developed for the great number of users and customers and
includes public service companies, factories, manufactories and local municipal authorities. The
system will serve both public customers and individual persons. Various methods which cause a
system of higher quality are described in the paper as well. Some information on other GIS which
covers the North Moravia region is mentioned at the end.
IGN 61878 ; IA 34631

JAN (Laurence)
Un système d'information géographique modèle à Marseille
in La Gazette des communes n° 1260, 2 mai 1994.- pp.18-21, phot.
Créé en 1974 pour optimiser la gestion du domaine public, le système d'information géographique de
Marseille a évolué et a vu ses applications être étendues aux secteurs les plus divers comme la
gestion des risques majeurs ou de l'environnement.
IA P.188 ; CDU

KAANICHE (Abdelmonen), JLASSI (Moez), LAROUSSI (Mouna)


INSTITUT REGIONAL DES SCIENCES INFORMATIQUES ET DES TELECOMMUNICATIONS
(IRSIT)
L’importance des systèmes d’information géographique pour la gestion et la planification de
l’espace urbain du Grand Tunis (Tunisie)
EGIS/MARI ’94 VIe Rendez-vous européen des acteurs de l’information géographique numérique ;
Paris, France, 29 mars-1er avril 1994.- pp.465-478, bibliogr. ; résumé en anglais
Dès 1980, la région de Tunis (300.000 ha, 2.100.000 habitants) a été marquée par une évolution
urbaine sans précédent. Devant l’ampleur et la diversité des problèmes d’aménagement et de la
194

gestion de la région, le District de Tunis, organe technique de suivi et de contrôle de l’urbanisation du


Grand Tunis, a confié à l’IRSIT la mission de conception et de développement d’un système
d’information géographique. La collecte et l’acquisition des données restent les tâches les plus
délicates. En effet, la disparité, l’hétérogénéité et parfois la confidentialité des données rendaient
inaccessible quelques informations très importantes pour gérer et planifier l’espace urbain de la région.
Une phase de sensibilisation des déteneurs de l’information était nécessaire pour achever les travaux.
Les majeurs thèmes intégrés dans ce SIG sont la démographie, le cadre naturel, l’occupation du sol
(issue des images SPOT), les équipements socio-collectifs, les activités (industrie, commerce,
tourisme, etc.), les réseaux (eau potable, électricité, assainissement, etc.), le transport, les déchets
urbains, les études d’aménagement urbain. Actuellement, le système d’information géographique
développé (Tunisian urban information system «TUIS») traite et diffuse toutes les informations
importantes concernant la banlieue sud et une partie de la banlieue nord de la capitale et met à la
disposition des partenaires des produits spécifiques : carte d’occupation du sol, carte statistique
(population, habitat, etc.) carte de diagnostic, support d’aide à la décision, etc. La réussite de «TUIS»
dépend essentiellement d’une part, de la nature et la fiabilité des données qu’il contient, d’autre part,
de leur structuration et de la manière de diffuser l’information requise pour répondre à l’attente des
utilisateurs potentiels.
IGN 61878 ; IA 34631

MAINGUENE (Chantal)
Les SIG dans l’administration locale britannique : un schéma global
« Systèmes d’informations géographiques : la qualité de données », Lyon, 22-24 novembre 1994.-
pp.124-135, bibliogr.
La structure de l’administration territoriale britannique, la diffusion des SIG dans l’administration locale,
le développement des partenariats et les organisations de la diffusion d’information.
IGN 66986

Mapping awareness (Royaume-Uni), 94/11/30, 1994.- pp.14-15


GIS in Local government survey', available from the Business research centre, analyses 350 returned
questionnaires from all types of local authority between june and september 1994, and looks at areas
of greatest interest regarding the use of geographical information systems in council work, at how
many intend to acquire the technology and at the popularity of the various products on the market.
URBALINE (D9409834)

PAPPAS (V.)
UNIVERSITY OF PATRA - GRECE
Developing urban information systems in greece a comparative approach and methodological
issues
EGIS/MARI ’94 VIe Rendez-vous européen des acteurs de l’information géographique numérique ;
Paris, France, 29 mars-1er avril 1994.- pp.490-499, bibliogr.
The purpose of this paper is to present the methodology and problems that arise in the process of
development and implementation of a urban information system (UIS) in a medium size Greek city for
use by the local authorities organisations. The paper is based on the results of two projects that deal
with the prototype development for two UIS for the city of Patra and city of Thiva. These projects are
the main research projects, of the last four years, of the Laboratory of architectural technolog and
Spatial Planning (University of Patra, Greece). The paper examines, in a comparative way, the
methodologies and the environment of these two projects, and puts the main constraints : non-
existence of land register, limited available spatial information, limited use of informatics in municipal
operations,limited municipal authority on planning and management issues, non flexible structure of
municipal services, etc.
IGN 61878 ; IA 34631

SCOT CONSEIL, CNES, CNRS, CEDRE, CERCO, IAURIF, CNIG


Système d'information géographique et régions européennes : actes du colloque, Toulouse, 19
au 21 octobre 1993
Toulouse, SCOT Conseil, 1994.- 337 p., 21 x 30 cm ; en français et en anglais
Ce colloque a fonctionné par séances plénières et par ateliers. Les comptes rendus des séances
plénières portent sur les rôles et potentialités de l’information géographique numérique pour le
développement régional, les problèmes et contraintes liés à l’information géographique ainsi que la
coopération inter-régionale, la veille technologique et la recherche en cours. Les ateliers étaient
195

spécialisés sur l’information géographique comme outil pour l’aménagement et l’urbanisme,


l’information géographique comme outil d’aide à la décision pour l’agriculture et l’environnement et
enfin les réseaux inter-régionaux et la relation entre niveaux territoriaux.
IGN 62991

Les systèmes d'information géographique et l'apport de la télédétection. Journée régionale


interministérielle, Paris, 15 mars 1994
Paris, DRE / Ministère de l’Equipement, CNES, 1994.- dossier
Documents présentés lors d'une journée d'information sur les SIG, organisée par les Ministères de
l'agriculture, de l'environnement, de l'équipement et de l'industrie qui interviennent activement dans la
gestion du territoire. L'objectif de cette journée est de présenter un panorama des techniques et de
donner la parole à ceux qui les ont employées pour des applications variées : l'IAURIF et l'élaboration
du SDROD, le Ministère de l'Industrie et la gestion des ressources du sous-sol ; l'Inventaire forestier
national ; la gestion du domaine routier ; l'aménagement écologique du territoire ; la numérisation des
plans cadastraux.
CDU 32234

WORRALL (L.)
Incorporating GIS into strategic management in local Government
in Local government policy making (Royaume-Uni), 21(2), oct. 1994.- pp.15-24
Defines geographic information systems, and explores ways in which they can be used to assist
strategic management and service planning in a local authority. Argues that strategic analysis is
dependent upon a coherent approach to information management within local government. The
examples presented are indicative of the application of GIS to issues of strategy: with imagination GIS
can be used in a host of applications ranging from facility accessibility analysis to the marketing of
services, resource allocation and needs assessment.
ACOMPLINE Localisation 028957

BAYERN, STAATSMINISTERIUM DER FINANZEN, MUENCHEN


Geoinformationssysteme Bayern. [Le SIG de Bavière]
in Muenchen (Allemagne), 1993.- 85 S., Abb., Kt.
Das aufwendig gestaltete und ausgestattete Buch soll alle Interessierten und Nutzer in der Kommunal-
und Staatsverwaltung, in den Bereichen Wirtschaft, Verkehr, Umweltschutz, Planung und Bau,
Wissenschaft, Heimatkunde und Statistik ueber die Aufgaben. Leistungen und Produkte der
Bayerischen Vermessungsverwaltung informieren. In einzelnen Kapiteln werden in Textbeitraegen und
vor allem mithilfe umfangreichen Kartenmaterials das Grundstuecks- und Bodeninformationssystem
(GRUBIS) und das Geographische Grundinformationssystem (GEOGIS) und Beispiele fuer
topographische Karten, Luftbilder, die Landesvermessung und die Katastervermessung sowie
Verfahren zur Mobilisierung von Bauland vorgestellt. Eingerahmt werden diese Darstellungen der
heutigen Taetigkeiten der Landesvermessung durch einen historischen Beitrag zu den
"Vermessungsaufgaben im Wandel der Zeit" speziell in Bayern und durch die Praesentation einiger
historischer Karten, die in grosser Auswahl vom Bayerischen Landesvermessungsamt im Nachdruck
angeboten werden.
ORLIS SEBI: 94/165-4

BROMLEY (R.D.F.), SELMAN (J.M.)


Geographic information usage in a local authority : the human environment for GIS
in Area (Royaume-Uni), 25(3), sep. 1993.- pp.228-236, bibliogr.
Investigates the use of geographic information by West Glamorgan County Council, focusing on the
use of maps, map procedures and methods of exploring spatial relationships. Analysis of the patterns
of usage by functional areas within the authority reveals potential geographical information system
users of varying readiness. Many of the users, however, identified the value of spatial analysis, which
GIS is ill-equipped to provide.
ACOMPLINE Localisation 026471

CORNA PELLEGRINI (G.)


Realta, immagine e immaginazione nella carta geografica. [Réalité, image et imagination dans
la carte géographique]]
in Bollettino della Societa geografica italiana (Italie), vol. 10, n° 2, série 11, 1993.- pp.185-190,
bibliogr. ; en italien ; résumé en anglais ; ISSN : 0037-8755
196

En partant du mythe platonique de la caverne, l'auteur examine la différence inévitable entre la réalité
et l'image cartographique, celle-ci ayant d'autre part une valeur heuristique importante.
FRANCIS : INIST 3744

DAULL (Bernard)
VILLE DE MULHOUSE
La BDU de Mulhouse : l’expérience de la ville en matière de SIG
in XYZ n° 57, 1993.- pp.46-47 ; ISSN : 0290-9057
Présentation des objectifs de la BDU et des applications envisagées.
IGN P112

FELLONI (Fiorella)
Milano e dintorni : dati, carte, valutazioni, proposte : primi passi di un osservatorio
informatizzato del LAT
in DST Territorio (Italie) n° 16, 1993.- pp.145-149, bibliogr. ; en italien
Il LAT (Laboratorio ambiente territorio) fa parte del Dipartimento di scienze del territorio del Politecnico
di Milano. Si illustra la sua attività in relazione alla pianificazione urbanistica della città e dell'hinterland.
BIBLIODATA

LESENS (Jean-Marie)
Le système d’information géographique régional (SIGR) : un outil pour les études
d’aménagement en Ile-de-France, une ambition régionale
MARI 93, « L’information géographique numérique », exposition et conférences, CNIT, Paris-La
Défense, 7 au 9 avril 1993.- pp.46-50
Bureau d’études régional, l’IAURIF joue le rôle de mémoire régionale sur l’ensemble des thèmes liés à
l’aménagement : occupation du sol, transport, environnement, équipements. Pour répondre à ses
besoins de gestion de données, de traitement et de restitution de l’information, il a défini et développé,
dès le début des années 80, un système informatique approprié, puis mis en place, depuis 1990, le
Système d’information géographique régional (SIGR). Les thèmes traités concernent principalement
l’occupation du sol, la démographie, les espaces verts, les réseaux de transport, voirie et réseau ferré,
l’hydrographie, le relief, les sites et monuments historiques, le bruit, ... Mais le véritable intérêt du SIGR
est sa capacité à mener, pour les besoins des études d’urbanisme, toutes sortes d’analyses
statistiques et spatiales, analyse multi-critères ou multidates, croisement de plans, construction de
zones-tampons, analyse de réseaux,... et de restituer l’information et ses traitements sous forme de
cartes et de tableaux. Aujourd’hui, de nombreux organismes et services administratifs dans la Région
d’Ile-de-France exploitent ou se préparent à intégrer des systèmes d’information géographique.
L’optimisation des investissements, notamment pour la réalisation de fonds de plan adaptés et le
recueil des données thématiques, impose la définition de partenariats entre les acteurs régionaux de
l’information géographique.
IGN 63781 ; CDU 27751(1-2)

PORNON (Henri)
IETI CONSULTANTS
SIG dans les collectivités territoriales : une grande variété d’applications
in XYZ n° 54, 1993.- pp.13-14 ; ISSN : 0290-9057
Les SIG sont de plus en plus appréciés des collectivités territoriales. La plupart des grandes
agglomérations françaises en disposent. Même les villes de 3.000 à 10.000 habitants s’intéressent à
de tels outils, du fait de la baisse des coûts matériels et logiciels et de la disponibilité croissante des
données.
IGN P112

Le SIG, un outil de décision approprié aux régions


in CRDI Explore (Canada), vol. 20, n° 4, janv. 1993.- pp.4-15, phot.
Dès 1986, le CRDI a choisi les systèmes d'information géographique comme champ de concentration
pour son programme de géomatique qui a financé plusieurs projets de recherche appliquée en Afrique,
Asie et Amérique latine. Certains de ces projets sont présentés dans ce numéro : fertilité et érosion au
Népal, contrôle des inondations en Chine, ressources en eau en Côte d'Ivoire, aide aux décideurs, etc.
CA RB112(93:4)

Vers un réseau d’information SIG


197

in Génie urbain n° 397, mai 1993


Ce dossier aborde les outils et méthodes pour connaître, concevoir et gérer la ville, les systèmes
urbains de références, la cartographie numérique et montre différents exemples d’applications dans
des villes comme Strasbourg, Lyon, Lille, Grenoble, Marseille, Nice, Toulouse, Mulhouse, Nancy, Brest
et Orléans.
CDU

DUPE (Alain)
Marseille : une banque de données conçue dès 1972
in Génie urbain n° 397, 1992.- pp.32-34
Dans le cadre de la mise en place d’un plan de développement de l’informatique municipale, la Ville de
Marseille a décidé dès 1972 la mise en œuvre d’une banque de données localisées. Elle en a confié
l’étude et la réalisation à la société ICOREM (Informatique communale pour la région Méditerranée) -
société d’économie mixte créée à l’initiative de la ville en 1971. En l’absence de système adapté, il a
été nécessaire d’innover afin de doter les services municipaux d’une banque de données urbaines.
CDU

DUPUY (Gabriel)
L’informatisation des villes
Paris, PUF, 1992 .- 127 p., bibliogr., tabl. (coll. Que sais-je ? n° 2701)
L'informatisation des villes apparaît massive et irréversible à la fois pour les tâches municipales
classiques et pour la gestion des services publics locaux, mais toutefois selon des rythmes et des
logiques différentes. Après avoir dressé un état de l'informatique communale, l'auteur décrit les
fonctions qui sont concernées par l'informatisation. On peut citer le transport, l'alimentation en eau,
l'assainissement, la distribution d'énergie, l'éclairage public, l'évacuation des déchets solides et la
sécurité publique. L'auteur présente des schémas d'exploitation. Il analyse les coûts, les enjeux et les
atouts de l'informatisation pour les villes
CDU 27123 ; EPC NY4384 ; IA 31963 ; IAB B610 ; IGN 63240

GALLAGHER (Mary Lou)


GIS on the job
in Planning (USA), vol. 58, n° 12, déc. 1992.- pp. 20-23, plan, phot.
L'étude montre les bonnes et les mauvaises surprises de l'installation de systèmes d'information
géographique dans trois villes américaines dont Houston et Milwaukee.
IA P.308

LENCO (Michel), BATTAGLIA (Luisa)


Dossier thématique
in Lettre d'information du Réseau ADOC n° 7, janv. 1992.- non pag.
Ce dossier thématique permet de prendre connaissance d'expériences en cours dans la ville de Sao
Paulo (premières démarches pour un GIS, projet de cartographie numérique) et en France
(télédétection dans les villes de plus de 100.000 habitants).
CA RB224(92:7)

MARCHAND (Bernard), AILLAUD (Valérie)


INSTITUT FRANCAIS D'URBANISME (IFU)
La mise en place de banques de données urbaines par les conseils généraux de trois
départements : Haut-Rhin, Haute-Savoie, Vaucluse
Marne-la-Vallée, IFU, 1992.- 37 p., ann.
A travers trois exemples de réalisations de système d'information géographique (SIG) ou de système
d'information d'urbanisme (SIU), ce document décrit les étapes de la mise en oeuvre de ces banques
de données urbaines. Le chapitre 1 traite de la mise en place du projet CIME dans le département du
Vaucluse ; le chapitre 2 du projet SELEQ 74 en Haute-Savoie ; le chapitre 3 du projet GEOCITY pour
l'élaboration des nouveaux schémas directeurs d'aménagement dans le département du Haut-Rhin. Il
s'agit d'une approche critique étayée par une analyse fine des configurations informatiques utilisées,
du financement des projets et du partenariat, des coûts de gestion (mise à jour, formation) et enfin et
surtout de l'accessibilité et de la pertinence des informations contenues dans la base de données.
CDU 26443

PAULSSON (Bengt)
198

PROGRAMME DE GESTION URBAINE


Urban applications of satellite remote sensing and GIS analysis
Washington, Banque mondiale, 1992.- VIII-60 p., tabl., fig., bibliogr. (Urban management programme
discussion paper n° 9)
Ce rapport sert de guide pratique pour montrer comment la télédétection satellitaire peut être une
source d'informations utiles pour la gestion urbaine et démontre les avantages d'une analyse
géographique des données disponibles ; il présente quelques applications opérationnelles dans des
villes de pays en développement, mais il n'a pas pour objectif de couvrir l'ensemble des applications
urbaines d'un système d'information géographique.
CA C7583

Les systèmes d'information géographique


in Revue des collectivités locales n° 232, 1992.- pp.3-10
Les SIG dans l'innovation informatique au service des collectivités locales. Les expériences menées
par l'Etat et les collectivités ont demontré leur efficacité malgré des coûts encore élevés. Outils d'aide à
la décision, éléments de l'aménagement, agents fédérateurs des services de l'Etat, des
concessionnaires de réseaux et des administrations territoriales, les SIG contribuent au
développement en matière d'environnement.
FRANCIS : CERSA P53

WALLWORK (P.)
The New roads and Street works act 1991 and the Computerised street works register
in Mapping awareness and GIS in Europe (Royaume-Uni), 6(3), apr. 1992.- pp.25-28, bibliogr.
Describes the background to the introduction of this Act, and the changes that it will bring to the way in
which utility street works are carried out in Britain, the most radical since 1950. Suggests that the use
of a map based GIS would be the best method of ensuring the accuracy of information in the street
works Register, but until all users have compatible systems the use of the National street gazetteer is
seen as the best way forward.
ACOMPLINE Localisation 022757

Dossier thématique : banque de données urbaines


in Lettre d'information du Réseau ADOC n° 6, août 1991.- pag. div., tabl., fig.
Ce dossier aborde la dimension organisationnelle des bases de données urbaines à partir de
l'expérience de la Communauté urbaine de Strasbourg (CUS). Choix, production et structuration de
l'information sont également au menu de ce dossier thématique à travers une réflexion sur la
statistique et la ville, des expériences dans des contextes urbains contrastés (Blagnac, Le Caire, Paris)
et la présentation d'un système (PROGIS).
CA RB224(91:6)

ENVIRONNEMENT URBAIN :
tectonique, risque naturel,
aménagement portuaire, atmosphère, bruit

BRIGGS (David J.), COLLINS (Susan), ELLIOTT (Paul), FISCHER (Paul), KINGHAM (Simon),
LEBRET (Erik), PRYL (Karel), VAN REEUWIJK (Hans), SMALLBONE (Kirsty), VAN DER VEEN
(André)
Mapping urban air pollution using GIS : a regression-based approach
in IJGIS. The international journal of geographical information science (Royaume-Uni), vol. 11, n° 7,
oct.-nov. 1997.- pp.699-718, bibliogr.
As part of the EU-funded SAVIAH project, a regression-based methodology for mapping traffic-related
air pollution was developped within a GIS environment. Mapping was carried out for NO² in
Amsterdam, Huddersfield and Prague. A GIS was established with data on monitored air pollution
levels, road network, traffic volume, land cover, altitude and other locallly determined features.
IGN P079

DEVERS (José), ARCHIAS (Christine), CHRETIEN (Jean-Pierre)


199

CENTRE D’ETUDES TECHNIQUES DE L’EQUIPEMENT DE MEDITERRANEE (CETE) ; DACE ;


CENTRE D'ETUDES SUR LES RESEAUX, LES TRANSPORTS L'URBANISME ET LES
CONSTRUCTIONS PUBLIQUES (CERTU) ; MINISTERE DE L’EQUIPEMENT ; DIRECTION DE LA
RECHERCHE ET DES AFFAIRES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES (DRAST)
Exemples d'utilisation des fichiers dérivés de la BDALTI
Aix-en-Provence, CETE Méditerranée, fév. 1997.- 33 p.
La BDALTI d'IGN est rétrocédée aux utilisateurs sous la forme d'une grille de points cotés. Le Tour de
table PACA a spécifié des produits vecteurs directement utilisables sous logiciel SIG. Quatre produits
ont été definis : les lignes de niveau, les zones hypsométriques, les classes de pente et les points
singuliers... Quinze exemples d'utilisation de ces bases de données sont présentés, regroupés en cinq
grands thèmes : la connaissance du territoire, les risques naturels, l’urbanisme et l’aménagement, les
études d'infrastructures, la gestion du réseau routier.
CTA ETU-4

DONLEY (Charles)
Putting the country in GIS
in Planning (USA), vol. 63, n° 10, oct. 1997.- pp.12-18, ill., phot.
Aujourd'hui, les systèmes d'information géographique (SIG) peuvent être utilisés partout alors qu'il y a
quelques années, leur coût était trop élevé. Dans le Colorado, un SIG est employé afin de connaître
les élans mais aussi les risques géologiques, la topographie, les équipements et le domaine skiable.
Ce SIG va être diffusé sur Internet. Des exemples de SIG dans des petites villes américaines sont
présentés.
IA P.308

EON (E.), PIRIOU (N.), CORLAY (J.-P.) ed.


GEOLITTOMER, UMR 6554-CNRS, UNIVERSITE DE BRETAGNE OCCIDENTALE
La mise en place d'un système d'information géographique dans le cadre du programme Rade
de Brest. in : Littoral 95
in Les Cahiers nantais n° 47-48, 1997.- pp.315-320, fig., tabl., bibliogr. ; ISSN : 0755-9232 (Actes du
Colloque International « Continuités et ruptures sur les littoraux européens », Nantes, 13 nov. 1995)
Le Contrat de baie de la Rade de Brest est un programme environnemental de grande envergure
puisqu'il couvre la Rade de Brest et son bassin versant. Dans la phase d'étude préliminaire, un des
objectifs est le rassemblement des connaissances sur les bassins versants et la Rade. Ces données
hétérogènes et nombreuses sont rassemblées dans une base de données reliée à un SIG. Un tel
système est un outil intéressant pour une étude environnementale globale, mais des questions
apparaissent (notamment des problèmes d'échelle).
FRANCIS : INTG

ESPOSITO (Maria Antonietta), BOEHNER (Christiane)


La gestione delle informazioni sull'ambiente urbano. [La gestion de l’information sur
l’environnement urbain]
in Paesaggio urbano (Italie) n° 2, 1997.- pp.122-126, tabl., ill., bibliogr. ; en italien et en anglais
Caso di studio tramite i telerilevatori satellitari dello stato aggiornato del verde urbano di Firenze.
BIBLIODATA

Fire, flood, quake, wind : GIS to the rescue


in Planning (USA), vol. 64, n° 7, juill. 1997.- pp.4-10, phot.
Sept experts expliquent comment les systèmes d'information géographique peuvent aider à combattre
les cataclysmes naturels : le feu dans le Colorado avec WHIMS, les tremblements de terre avec RLIS
à Portland (Oregon), avec HAZUS sur le territoire des Etats-Unis et les inondations avec Q3. HAZUS a
été testé avec des données provenant des tremblements de terre californiens de 1989 et de 1994.
IA P.308

GRUNERT (J.), SCHMANKE (V.)


Hangstabilitat im Sudwesten Bonns. Erstellung einer Stabilitatskarte mit Hilfe eines GIS in
Stadtokologie. [Stabilité des versants au sud-ouest de Bonn. Réalisation d'une carte de
stabilité à l'aide d'un SIG]]
in Geographische Rundschau (Allemagne), vol. 49, n° 10, 1997.- pp.584-590, fig., tabl., bibliogr. ; en
allemand ; résumé en anglais ; ISSN : 0016-7460
200

Présentation des différents aspects de la recherche sur les éboulements dans les zones habitées et
plus spécialement dans la région de Bonn. Description des possibilités de prévision, particulièrement
par la modélisation. Les données géologiques, morphométriques, morphologiques et hydrologiques
ont été digitalisées pour présenter un modèle simplifié.
FRANCIS : INTG

HENAUT (Marc)
Cartographie portuaire : de la DAO au SIG, modélisation des données et application logicielle
Strasbourg, ENSAIS, 1997. - 60 p. + ann. (mémoire de diplôme d’ingénieur ENSAIS, spécialité
topographie)
Le Service aménagement et environnement du Port autonome de Dunkerque a pour mission
d’entretenir une base de données intégrant des informations topographiques et réseaux. Le logiciel
GEODIS est utilisé dans cet objectif, sa modularité et ses capacités en SIG confèrent au service un
outil adéquat à ses besoins. Cependant, son utilisation n’est pas optimale : la gestion des données est
quotidienne mais entravée par un abandon des capacités de gestion de base de données. Il en résulte
une entropie dans le système due à son utilisation en logiciel de DAO. Pour améliorer cette situation, il
est nécessaire de réaliser une mise à jour de la symbolique utilisée, une rationalisation des couches
logiques existantes, une définition de la modélisation des données et son application logicielle. Le
passage à un véritable SIG est amorcé. Les capacités matérielles, logicielles et la motivation des
acteurs doivent normalement favoriser cette mutation indispensable aux besoins du service.
IGN 67018

MASON (D.)
Air raid warning
in Surveyor (Royaume-Uni), 184(5433), 1 may 1997.- pp.14-16
Explains how a geographic information system can be used to pinpoint sources of air pollution. Notes
the relevance of this approach to local authorities seeking to meet their obligations under the United
Kingdom national air quality strategy. Looks at how such systems are being developed and used by
different authorities or environmental consultants in different parts of the country, and discusses the
differing approaches adopted. Emphasises the need for adequate investment and training to realise
the potential benefits.
ACOMPLINE Localisation 035232

SCHUPPEL (K.)
UNIVERSITAT BOCHUM - ALLEMAGNE
Ein klima- und lufthygienisches Informationssystem fur die Stadt Dusseldorf [Un système
d'information climatique et atmosphérique pour la ville de Dusseldorf]]
in Petermanns geographische Mitteilungen (Allemagne), vol. 141, n° 2, 1997.- pp.83-87, fig., bibliogr. ;
en allemand ; résumé en anglais et en russe ; ISSN : 0031-6229
Cet article présente le développement d'un système d'information géographique sur le climat et la
qualité de l'air (contraintes thermiques, écoulement de l'air, répartition de la pollution atmosphérique).
Ce système doit servir d'aide à la décision pour les tâches de planification urbaine. Les données
provenant de l'analyse du climat urbain de Dusseldorf (1993) ont été utilisées comme exemple pour le
developpement du système.
FRANCIS : INTG

CAUCHETIER (Bernard)
Les écozones, une cartographie régionale de l'occupation biophysique du sol
in Note rapide sur l'environnement n° 10, nov. 1996.- 4 p., tabl., carte, bibliogr.
La carte des écozones, réalisée dans le cadre du programme européen Corine Land Cover, donne une
image précise de la diversité biologique régionale. Son intégration dans le SIGR permet le croisement
avec d'autres données et ouvre la voie à de nombreuses applications.
IA P.246/2

GILES (D.), MORGAN (A.), DARLOW (P.)


On contaminated ground
in GIS Europe (Royaume-Uni), 12, déc. 1996.- pp.20-22
Describes the work being carried out by Portsmouth City Council to identify and manage hazardous
waste buried at sites within the city. Highlights the use of a geographical information system to manage
the large amounts of data being gathered in an attempt to create a database which will allow planners
201

to be confident of the safety of sites used for building. Identifies the type of data being gathered and the
sources, as well as the ways in which the information is being used.
ACOMPLINE Localisation 034304

HERVET (Jacques)
L’observation par satellite : outil pour la gestion de l'environnement
in Espaces pour demain n° 48, 1996.- pp. 40-41
Si la photographie aérienne a apporté une contribution efficace à l'obtention de vues d'ensemble du
territoire, les satellites ont donné son essor à une connaissance véritable de l'environnement à
l'échelle de la planète, ouvrant des possibilités de gestion scientifique de celle-ci. Ce dossier en donne
quelques exemples d'application pratique : gestion des risques majeurs, déforestation, études
d'infrastructures.
CDU

LENOTRE (N.), DELFAU (M.)


BUREAU DES RECHERCHES GEOLOGIQUES ET MINIERES (BRGM)
Un système d’information géographique pour la mise en évidence de la tectonique récente
in Bulletin du Comité français de cartographie n° 146-147, déc. 1995-mars 1996.- pp.165-166
Le résultat final de cette étude est la présentation d’une carte des sensibilités à l’existence d’une
tectonique récente et actuelle sur la région Chambaran-Velay dans le sud-est de la France.
IGN P021

L’information géographique pour l'environnement


in Aménagement et nature n° 119, 1995.- pp. 1-83
Ce numéro présente des applications techniques d'information géographique déjà opérationnelles et
pour lesquelles une analyse du contexte de développement, des objectifs et des problèmes rencontrés
paraît possible. Conformément à l'acception principale du terme "SIE" les articles traitent avant tout de
télédétection, de bases de données statistiques et de systèmes d'information géographique (SIG).
Cependant des perspectives plus systématiques et intégratrices sont aussi abordées, avec en
particulier des éléments relatifs aux enjeux politiques, institutionnels et organisationnels.
CDU

OTTAVI (J.-Y.), DARGONE (A.)


LABORATOIRE D’ANALYSE SPATIALE « R. BLANCHARD », UNIVERSITE DE NICE-SOPHIA-
ANTIPOLIS
Système littoral et système d’information géographique ; application à la Côte d’Azur
in Bulletin du Comité français de cartographie n° 145, sept. 1995.- pp.17-33
Nécessité de faire un constat de manière à proposer des mesures d’aménagement pour préparer les
décisions gouvernementales. Proposition d’une application sur un tronçon de littoral de la Côte d’Azur
utilisant, en vue d’une meilleure gestion, un système d’information géographique à grande échelle
pouvant déboucher sur un mode d’observation homogène de l’espace littoral.
IGN P021

Systèmes d'information géographique et gestion des espaces forestiers et sub-forestiers


in Information géographique, vol. 59, n° 5, 1995.- pp.196-197, 200-208, fig., tabl., cartes, bibliogr.
Une expérimentation a été tentée sur une petite commune de l'arrière-pays cannois, Auribeau-sur-
Siagne et un système d'information géographique en mode image a été realisé pour protéger les forêts
contre l'incendie et établir l'importance des différents paramétres au regard du feu.
IA P.206 ; CDU

HUGHES (G.), SCHIRMER (D.)


Interactive media, public participation and environmental assessment
in Town planning review (Royaume-Uni), 65 (4), oct. 1994.- pp.399-414, bibliogr.
Examines the way in which current arrangements for public consultation on the process of
environmental assessment could be improved by the application of multimedia techniques, in particular
the use of geographical information systems technology. Shows how a low budget portable system was
designed to help planning authorities and developers communicate the complex environmental issues
associated with large scale development. Uses a planning application for a super quarry to be
developed in the Western Isles of Scotland to illustrate the principles of the system, which isstill in the
stages of formulation. Discusses the conceptual framework and the range of software employed.
202

ACOMPLINE Localisation 029650

YAFANG (S.)
LREIS, INSTITUTE OF GEOGRAPHY - CHINE
Urban investment environment information system for China’s coastal port cities
in EGIS/MARI ’94, VIe Rendez-vous européen des acteurs de l’information géographique numérique ;
Paris, France, 29 mars - 1er avril 1994.- pp.500-504
The paper mainly applies multidisciplinary theories, methods and geographic information system (GIS)
technologies to study the investment environment for coastal port cities. The methods of studying
urban investment environment is mentioned. An urban investment environment information system has
been designed to study the urban investment environment. Ningbo, a very important coastal port city, is
chosen as a pilot study city.
IGN 61878 ; IA 34631

BRUECKLER (Manuela)
Der Verkehrslaerm als Problem der Raumplanung. Eine Untersuchung am Beispiel der
Autobahnen im Bundesland Salzburg mit Hilfe eines Simulationsmodells und eines
geographischen Informationssystems. [Le bruit du trafic en tant que problème de planification
de l’espace. Etude en exemple de l’autoroute à Salzbourg, avec l’aide d’un modèle de
simulation et d’un SIG]
in SIR-Mitt.u.Ber., Salzburg, nr.1-4, 1993.- S.29-45, Kt., abb., lit. ; ISSN : 9990-3075
ORLIS SEBI: Zs 2584; IRB: Z 874

DOSCH (Fabian)
Geographische Informationssysteme in der kommunalen Planungspraxis am Beispiel einer
stadtklimatologischen Raumanalyse und Raumbewertung. [Les SIG dans la pratique de
planification communale, exemple d’une analyse et d’une évaluation spatiale du climat de la
ville]
Mainz, Selbstverlag, 1993.- 5 mikrofiches, Kt., abb., tab., lit. (Naturwiss.Diss.; Mainz 1993)
ORLIS SEBI: MF 512

LACK (Olivier), FRANCONI (Antoine)


INSTITUT D'AMENAGEMENT ET D'URBANISME DE LA REGION D'ILE-DE-FRANCE (IAURIF) ;
REGION D'ILE-DE-FRANCE
Contribution à l'évaluation de la production des déchets verts en milieu pavillonnaire de la
petite couronne, par l'utilisation de l'indice de végétation SPOT
Paris, IAURIF, 1993.- 72 p., ann. (pour le compte de la Région d'Ile-de-France, dir. R. Delavigne)
Pour estimer les déchets verts résultant de l'exploitation des espaces verts privés, les possibilités
d'utiliser la télédétection ont été explorées. Ce travail est destiné à mettre au point un système de
récupération adapté au milieu pavillonnaire : mode de collecte, traitement par broyage, compostage,
etc.
IA 34216 ; DRE 7414

Surveyor (Royaume-Uni) 93/03/25.- pp.15-16


In an article, Paul Landau describes a geographical information system developed in Sweden by Indic
Airviro, which is being used by Sheffield City Council for monitoring, mapping and modelling the urban
atmosphere, based on two databases, one of which is the map base of the area being monitored and
the second containing details of all emissionssources and their outputs of pollution.
URBALINE (EN0930635)

OBERVATOIRES THEMATIQUES LOCAUX :


EVOLUTION URBAINE, INFRASTRUCTURES,
DONNEES SOCIO-ECO-DEMOGRAPHIQUES

TALEN (Emily)
Visualizing fairness : equity maps for planners
203

in Journal of the American planning association (USA), vol. 64, n° 1, janv. 1998.- pp.22-38, fig., tabl.
cartes, notes, bibliogr.
Selon l'auteur, la recherche de l'équité géographique dans l'accès aux services urbains est d'une
importance primordiale pour la pratique de l'aménagement. L'article présente une nouvelle méthode
avec laquelle les aménageurs peuvent facilement générer et analyser diverses "cartes d'équité". Cette
méthode utilise un SIG (système d'information géographique) qui permet l'exploration des relations
entre les niveaux de services urbains et les caractéristiques socio-économiques de la population.
CDU

BIZET (Frédéric)
Carroyage et SIG urbain : les chômeurs à Rouen
in Mappemonde, vol. 2, 1997.- pp.32-34, bibliogr.
Le carroyage effectué sur l’agglomération de Rouen permet la cartographie informatique de données
socio-démographiques sur l’ensemble de la ville. Sur ce carroyage ont été appliquées deux méthodes
cartographiques permettant d’avoir une nouvelle perception de l’information carroyée et d’améliorer sa
représentation. Le lissage simplifie la lecture de la carte en supprimant le « bruit » et la « 3D » modifie
complètement le carroyage en introduisant le relief.
CDU ; IGN P086

BOURCIER (A.), VIGNE (P.), VAGUET (O.), VAGUET (A.)


Objectif : l'Observatoire Rouen-Elbeuf
in Géographies. Bulletin de l'Association de géographes français, vol. 74, n° 4, 1997.- pp.373-384, fig. ;
ISSN : 0004-5322
Constitution d'un observatoire pour suivre les évolutions intra-urbaines sur l'aire des agglomérations de
Rouen et d'Elbeuf à l'aide d'un système de traitement d'images et d'un système d'information
géographique. Combinaison d'informations pour le suivi de l'urbanisation. Application à l'étude du taux
de remplissage des zones d'activités, à l'étude de l'habitat et des risques liés à l'industrie.
Appréhension de la ségrégation sociale
FRANCIS : INIST 9882

BRUNET (Roger)
La ZPIU est morte, vive le ZAU !
in Mappemonde, vol. 3, 1997.- pp.18-21, carte
En vue de définir l’urbanisation de la France, l’INSEE propose une réagréagation des communes en
pôles urbains, aires urbaines et espaces urbains. Définitions et résultats principaux sont commentés.
L’aire urbaine et sans doute le niveau le plus significatif en géographie.
CDU

ESRI FRANCE
L’IAAT ou comment se donner les moyens de ses ambitions
in ESRI Info (France) n° 12, sept 1997.- pp.11-12
Créé en juillet 1994, l’Institut atlantique d’aménagement des territoires (IAAT) a pour mission de
fédérer informations et acteurs pour une meilleure connaissance du territoire régional de Poitou-
Charentes. La réflexion sur les SIG a été menée dès sa création. Après trois ans, l’IAAT a affiné ses
objectifs et mis en place un certain nombre d’outils essentiels au succès de sa démarche.
IGN P230

GUERMOND (Yves) dir.


Analyse spatiale
in Bulletin de l'Association des géographes français n° 4, déc. 1997.- pp.352-396, cartes, graph., tabl.,
schémas, bibliogr.
Présentation de quatre méthodes et/ou systèmes d'analyse urbaine, mis en place ou expérimentés
dans l'agglomération de Rouen. Sont successivement décrits : une analyse de l'évolution de l'emploi
industriel dans l'agglomération entre 1984 et 1992, menée grâce à une technique de cartographie
automatique ; une approche des données sociales urbaines par la méthode du carroyage et l'analyse
par filtrage des données ; un observatoire des évolutions urbaines fondé sur un système d'information
géographique et un système de traitement d'images ; un logiciel capable de simuler l'évolution
numérique et spatiale d'un système de peuplement sur une période de 2000 ans.
CDU ; IGN P017
204

ASSAKO-ASSAKO (R.-J.), COUREL (M.-F.)


Contribution à la création d'un observatoire urbain utilisant la télédétection et les données géo-
référencées à Yaoundé (Cameroun)
Université Paris X-Nanterre, 1996.- 327 p. (Thèse de doctorat en géographie)
L'objet de la thèse est de doter la Communauté urbaine de Yaoundé d'un outil d'aide à la gestion et au
contrôle de l'occupation du sol sur son territoire. La méthode proposée est une combinaison interactive
entre les images spatiales et les données alphanumériques gérées dans une banque de données géo-
référencées sur quatre niveaux de découpage de l'espace urbain : la parcelle, l'îlot, le quartier et la
commune d'arrondissement. A l’issue de divers traitements validés ou invalidés par des observations
ou des enquêtes de terrain, des résultats relatifs ont été obtenus : milieux naturels et espaces
artificialisés (délimitation de l’enveloppe urbaine, différenciation des espaces bâtis, extraction du
réseau routier). Toutes ces données ont été reprises dans une spatio-carte de synthèse.
FRANCIS

CENTRE D'ETUDES TECHNIQUES DE L'EQUIPEMENT DE MÉDITERRANÉE (CETE) ; CENTRE


D'ETUDES SUR LES RÉSEAUX LES TRANSPORTS L'URBANISME ET LES CONSTRUCTIONS
PUBLIQUES (CERTU)
Effets induits des grandes infrastructures : échangeur de Lunel, constitution d'un observatoire
- rapport intermédiaire
Aix-en-Provence, CETE Méditerranée, 1996.- 19 p., tabl., carte
La connaissance des effets économiques des grandes infrastructures est un axe de travail du CERTU.
Dans cette perspective, le CETE Méditerranée a proposé d'utiliser l'analyse systémique pour en
modéliser le fonctionnement économique des territoires. La constitution d'un SIG à plusieurs dates
constitue un outil qui permettra de mesurer l'évolution d'indicateurs définis dans l'analyse précédente.
Le présent rapport présente un type d'analyse systémique sur ce territoire, sa traduction en une liste
d'indicateurs, et un catalogue de données à intégrer dans un SIG établi depuis la liste des indicateurs.
Le SIG est constitué avec la BDCARTO de l'IGN comme référentiel. La production du catalogue et des
couches d'information de base doit permettre de finaliser précisément le contenu final du SIG et la
détermination de la fréquence de mise à jour des données.
CTA 12386

COURET (Dominique)
Système d'informations urbaines ou système de penser la ville ? Réflexions autour d'un projet
de mise en perspective de l'information pour l'observation du changement urbain à Abidjan
in Cahier des sciences humaines, vol. 32, n° 4, 1996.- pp.787-802, bibliogr.
Le système d'observation que l'on cherche à concevoir à Abidjan est celui des dynamiques sociales
multiples participant à l'aménagement de la ville. Ainsi la structuration des données en système
d'information demande-t-elle une réflexion sur l'ensemble des "éléments" qui, au sein de la ville, font
système. Ce sont ces implications scientifiques insoupçonnées dont on traite ici, à partir d'un exemple
spécifique : le projet pilote d'assainissement des quartiers sous-équipés d'Abidjan.
CA RB49(96:4)

DELAVIGNE (Raymond)
Tegional workshop on the utilization of GIS in urban planning and management : the use of GIS
in solid waste management
Alexandrie, CEDARE, 1996.- 7 p. (Congrès organisé par le Centre for environment and development
for the Arab region and Europe, Alexandrie (Egypte), 9-11 juill. 1996)
Présentation des objectifs de l'Observatoire régional des déchets d'Ile-de-France, de l'utilisation du
système d'information géographique et de la télédétection pour la gestion des déchets solides.
IA T.6401

DEVERS (José), CHRETIEN (Jean-Pierre)


CENTRE D'ETUDES SUR LES RESEAUX, LES TRANSPORTS, L'URBANISME ET LES
CONSTRUCTIONS PUBLIQUES (CERTU) ; CENTRE D'ETUDES TECHNIQUES DE L'EQUIPEMENT
DE MEDITERRANEE (CETE)
Nomenclatures et densités en milieu urbain
Aix-en-Provence, CETE Méditerranée, mars 1996.- 40 p. + ann., tabl., graph.
Ce rapport produit pour la commune de Lunel une analyse de tissus urbains et mesure les densités
sur les tissus urbains habités, propose une méthode de généralisation à d'autres agglomérations et
initie sa mise en oeuvre à partir de Lunel. Les principes de la démarche sont les suivants : typologie de
205

tissus urbains, déterminée dans la perspective de mesure de densités urbaines, établissement d'une
table de ratios transposables par tissu urbain, recherche d'une correspondance pour les zones
urbanisées entre d'une part le binôme espaces artificialisés/espaces naturels et d'autre part le binôme
indice de brillance/indice de végétation. Cette corrélation est à traiter dans une phase suivante de
projet.
CTA 12053

FRIELING (Hans-Dieter Von), GUESSEFELDT (Joerg)


Eine GIS-Anwendung zum Test der Theorie staedtischer Bodenpreise und
Einwohnerverteilung. [Une utilisation du GIS pour tester la théorie du prix du terrain et la
répartition des habitants en ville]. in : Theorie und quantitative Methodik in der Geographie
Leipzig, HRSG, Otti Margraf., 1996.- S. 46-59; abb., Kt., lit. (Beitraege zur Regionalen Geographie, 42)
ORLIS IfL : I 1442 - 42

L’habitat en territoires transfrontaliers. [Wohnen im grenzuberschreitenden raum]]


in Actualités internationales du logement n° 18, 1996.- 55 p., fig.
La coopération transfrontalière dans le domaine de l'habitat, une politique de l'habitat entre des
communes françaises et allemandes, un système d'information géographique commun à 21
communes de Belgique, de France et du Luxembourg, la coopération entre organismes de logements
sociaux, la mobilisation franco-belge autour des questions d'habitat, l'expérience d'Eurorégion en
matière d'habitat, les problématiques de l'habitat sur la zone Menton-Vintimille, sont analysés.
CDU ; IA P.59

LEVINE (Ned)
Spatial statistics and GIS. Software tools to quantify spatial patterns
in Journal of the American planning association (USA), nr.3, 62, 1996.- S.381-391, Kt., abb., lit. ; en
anglais ; ISSN : 0002-8991
ORLIS SEBI: Zs 2496; IRB: Z 1042

NOLTEMEIER (Albert), NORDBROCK (Gaby)


Integration eines kommunalen Wirtschaftsinformationssystems mit einem GIS. [Intégration
avec un SIG d’un système d’informations économiques communal]
in GIS. Geo-Informations-Systeme (Allemagne), nr.1, 9, 1996.- S.9-14, abb. ; résumé en anglais ;
ISSN : 0935-1523
Fuer die Strukturfoerderung in der Region Bonn/Rhein-Sieg/Ahrweiler wurde zur Unterstuetzung der
Beratungs- und Aquisitionstaetigkeit sowie zur Praesentation des regionalen Angebots ein
Standortinformationssystem entwickelt. Dafuer wurden zwei Produkte ausgewaehlt, das textorientierte
Kommunale Wirtschaftsinformationssystem KWIS zur Darstellung der Sachdaten und das
geographische Informationssystem Atlas-GIS zur geographischen Darstellung der Region. Beide
Systeme wurden mit zusaetzlichen multimedialen Inhalten - Bilder, Videos -, einer einheitlichen
Benutzungsoberflaeche, einer gemeinsamen Datenbasis und mit Schnittstellen fuer den Austausch
von Daten zum Standortinformationssystem integriert.
ORLIS IRB: Z 1758

OGER (Pascal), BIGOT (François)


INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES (INSEE)
Tableaux de bord socio-démographiques des quartiers : guide méthodologique
Paris, INSEE, 1996.- 91 p., tabl. (coll. INSEE guides, 4)
Le guide présente un ensemble d'indicateurs pour suivre l'évolution socio-économique des quartiers et
fait le point sur l'état actuel des outils et méthodes disponibles pour mobiliser de nouvelles sources
d'information à l'échelle du quartier.
IA 37756

WEBER (Christiane)
L’apport des images : la ville autrement
in Annales des ponts et chaussées, nouv. série n° 78, 1996.- pp.21-27 (Nouvelles technologies pour la
ville)
L’intérêt de l'utilisation de l'image satellitaire en milieu urbain est qu’elle procure des éléments pour
l’identification de l'organisation urbaine et le suivi de celle-ci. Elle est en effet un appui certain dans
diverses applications : l'interprétation à des fins de représentation cartographique et de mise à jour, la
206

détermination de typologies et l'établissement de nomenclatures, l'analyse spatiale et la production


d'informations nouvelles.
EPC NY5275 ; CDU ; IA T.6432

DROULERS (Martine), WANIEZ (Philippe)


Un SIG nommé SAMBA
in Hérodote n° 76, janv-mars 1995.- pp.185-206, cartes, bibliogr.
Cet article présente le fonctionnement d'un système d'information géographique de grande ampleur au
Brésil. Mis en place par l'Institut brésilien de géographie et de statistique, il couvre les domaines des
recensements démographiques et économiques, les enquêtes sectorielles, les indices de prix et la
construction des principaux indicateurs sociaux officiels.
CDU ; IGN 66985

DRUMMOND (William J.)


Address matching : GIS technology for mapping human activity patterns
in Journal of the American planning association (USA), vol. 61, n° 2, 1995.- pp.240-251, bibliogr.
L’auteur décrit quelques-unes des applications des systèmes d'information géographique utilisés aux
Etats-Unis. Il explique le lien entre les données statistiques et la représentation cartographique, les
possibilités de mises à jour de ces données et le niveau d'interactivité possible.
CDU

GAUTHE (Christine)
District de l’agglomération dijonnaise : un SIG dédié à l’urbanisme. in : Dossier topographie
in Génie urbain n° 415, mars 1995.- pp.45-47
Compte tenu de sa vocation intercommunale, l’Agence d’urbanisme a poursuivi deux objectifs dans le
développement du SIG : répondre à la fois aux besoins particuliers de chacune des communes et à la
gestion et l’exploitation des informations urbaines pour l’ensemble de l’agglomération (observatoire
urbain) ; améliorer l’aide à la décision par la visualisation de projets d’aménagement en 3 D.
CDU

LE BLANC (F.)
SIG pour transports urbains
in TPE. Techniques & politiques d'équipement n° 127, févr. 1995.- pp.36-39
Le Syndicat des transports parisiens a créé, en 1991, un Observatoire régional des déplacements qui
sert d’outil d’observation et d’évaluation des politiques des déplacements. Dans une approche
multimodale, cet observatoire est conçu comme un outil régional et collectif. Il s’est doté d’un SIG basé
sur le logiciel ARC/INFO détaillant un nombre important de données intermodales sur le réseau de
transports et de déplacements.
IGN P152

WOLKE (Manuela)
Geographische Informationssysteme in der Regionalbeobachtung : Aufgaben und Methoden.
[Les SIG dans l’observation régionale : missions et méthodes]. in : Regionen im Umbruch.
Dokum.eines dt.-mexikan.Sympos
Berlin, HRSG : Inst.f.Regionalentwickl.u.Strukturplanung., 1995.- S.193-204, Kt., Lit. (Regio.
Beitr.d.IRS, 6)
ORLIS SEBI: 95/1481-4

ZAMANI (N.)
ENSG ; UNIVERSITE DE MARNE-LA-VALLEE ; CETE MEDITERRANEE
Occupation du sol et densités urbaines
Paris, IGN, 1995.- 90 p., 21 x 30 cm (rapport de stage de DEA SIG)
IGN 63740

BALLUT (André), RENARD (Alain)


INSTITUT D'AMENAGEMENT ET D'URBANISME DE LA REGION D'ILE-DE-FRANCE (IAURIF)
Le mode d'occupation du sol de l'Ile-de-France 1982-1990 : contenu et mode d'emploi
Paris, IAURIF, 1994.- 64 p., ill., phot. (pour le compte de la Région d'IIe-de-France, dir. J.-P. Lecoin)
Commencé en 1974, l'inventaire du mode d'occupation du sol (MOS) a déjà connu quatre remises à
jour successives. Le MOS constitue la base et le référentiel spatial du système d'information
207

géographique régional (SIGR) appelé à un développement important. MOS, SIGR et télédétection


forment une trilogie d'outils extrêmement performants.
IA 35230 ; MV 1184(94)

CHRISTMANN (Alfred)
SIS, the meta-data controlled, integrated statistical and geographic information system
in Cities and regions (Royaume-Uni), 6, 1994.- S.3-18, Abb., Lit. ; en anglais
ORLIS

GOUDIA (D.), GUINDOUZ (F.)


UNIVERSITE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE D'ORAN - ALGERIE
SIG relatif au centre-ville d'Oran (Algérie). in : Mémoire d'ingénieur informatique
Oran, USTO, 1994.- 72 p., fig.
Essai de mise en place d'un SIG appliqué à quelques îlots du quartier central, avec une utilisation de
données relatives à la population et à l'habitat.
FRANCIS : RESBGI

WERNER (Klaus), THOMAS (Jean-Noël)


Du système d'observation pour informer vers le système d'information pour agir et construire
le développement territorial
in Cities and regions (Royaume-Uni), 6, 1994.- S.57-70, Abb., Lit. ; en français
ORLIS

BALLUT (A.)
INSTITUT D’AMENAGEMENT ET D’URBANISME DE LA REGION D’ILE-DE-FRANCE (IAURIF)
Le système d’information géographique régional, version moderne de l’Atlas pour
l’aménagement et l’urbanisme d’une grande région métropolitaine
in Bulletin du Comité français de cartographie n° 136-137, juin-sept. 1993.- pp.155-157
Une grande région métropolitaine comme l’Ile-de-France doit, pour faire face à ses besoins de
prévision ou de planification, disposer de données relatives à la population au logement et à la gestion
de l’usage du sol qui soient à la fois à jour, adaptées aux besoins et localisées géographiquement,
c’est à dire toutes les données que l’on trouve habituellement dans un atlas. Toutefois, les besoins
d’analyse sont tels, et d’une telle complexité, qu’il faut traiter ces données sous une forme
informatisée. L’IAURIF a réalisé un Système d’information géographique régional SIGR), qui est à la
fois l’Atlas informatisé de la région et l’outil de son analyse.
IGN P021

BENOIT (Paul)
La dimension régionale des statistiques
in Cities and regions (Royaume-Uni), 5, 1993.- S.29-44, Lit. ; en français
ORLIS

GIACOBBO (D.)
GDTA ; ENSG ; IGN ; SCOT CONSEIL
Utilisation de l'imagerie satellitaire haute résolution et des bases de données géographiques
pour l'analyse urbaine, contribution au projet SIGMIP
Toulouse, GDTA, 1993.- 26 p., 21 x 30 cm, ann., bibliogr. (mémoire de DESS télédétection)
IGN 61208

GOODCHILD (Michael F.), ANSELIN (Luc), DEICHMANN (U.)


A framework for the areal interpolation of socioeconomic data
in Environment and planning association (Royaume-Uni), nr.3, 25, 1993.- S.383-397, abb., tab., lit. ; en
anglais ; ISSN : 0308-518X
ORLIS IRB: Z 1268

LENCO (Michel)
Ecosystèmes urbains dans les grandes agglomérations
in Recherches études environnement développement n° 41-42, janv.-juill. 1993.- pp.7-9
208

La télédétection est l'une des rares sources d'information permettant d'appréhender et d'analyser un
espace étendu d'un seul bloc et de façon homogène pour une prise en compte globale au 1/25.000e
des écosystèmes des grandes agglomérations.
IA P.378

Villes
in Courrier des statistiques n° 67-68, déc. 1993.- pp.20-54, tabl., cartes, phot., bibliogr.
Présentation de la mission ''villes'' de l'INSEE par P. Choffel. Etat des données nécessaires aux
différents acteurs et des orientations de l'INSEE pour répondre à la demande, par M. Castellan.
Présentation du dispositif d'observation et de diffusion de données existant à l'INSEE sur le thème de
la ville, par M. Marsat. Description du système d'informations géographiques élaboré actuellement
l'INSEE, par J. Anfre. Présentation de l'Observatoire régional de l'habitat et de l'aménagement du
Nord-Pas-de-Calais par M. Kaszynski. Présentation des outils d'évaluation de l'INSEE en matière de
développement social des quartiers en Champagne-Ardenne par C. Ronez. Description de
l'expérience de l'INSEE sur le traitement des fichiers des caisses d'allocations familiales en Rhône-
Alpes, par F. Vinot.
CDU ; IA P.150

ANSELIN (Luc), GETIS (Arthur)


Spatial statistical analysis and geographic information systems
in Annals of regional science (Allemagne), nr.1, 26, 1992.- S.19-33, abb., lit. ; en anglais ; ISSN : 0570-
1864
ORLIS IRB: Z 963

DONNAY (Jean-Paul)
Remotely sensed data contributes to GIS socioeconomic analysis
in GIS Europe review (Pays-Bas), vol. 1, n° 10, déc. 1992.- pp.38-41, fig., bibliogr.
Les différentes utilisations des données satellitaires en analyse urbaine. L'auteur présente diverses
études menées en Europe dont les résultats peuvent être utilisés dans le systèmes d'information
géographique.
CDU 27548
209

4
IMPACT SUR LES ASPECTS PROFESSIONNELS
ET L’ORGANISATION DU TRAVAIL
aspects techniques et organisationnels

NOUVEAUX USAGES DE LA CARTOGRAPHIE

LOUBIER (Nicolas)
BENTLEY SYSTEMS FRANCE
Publication et diffusion des données
MARI Europe 98, avril 1998.- 5 p.
Les données cartographiques sont complexes et la publication papier est la diffusion traditionnelle des
informations cartographiques. Les SIG offrent simplement la capacité d’imprimer plus facilement et
d’ajouter les données descriptives associées. Trois axes de diffusion numérique des données
cartographiques apparaissent : la diffusion des données natives, la publication par le Web et la
diffusion vers la bureautique.
IGN 67008

HIGGS (Gary), MARTIN (David)


The use of GIS with address-based information in planning
in Town planning review (Royaume-Uni), vol. 68, n° 4, oct. 1997.- pp.465-484, tabl., phot., bibliogr.
Au fur et à mesure que le marché des systèmes d'information géographique (SIG) se développe et
que les urbanistes sont de plus en plus adeptes du maniement des données spatiales, l'attention et les
recherches se sont portées sur l'obtention et la qualité des données. Obtenir des données pertinentes
est à la fois l'élément moteur dans la mise en oeuvre des SIG et aussi, peut-être à long terme, un des
facteurs limitant l'utilisation efficace des SIG. Les systèmes d'information basés sur l'adresse postale
existants aux Etats-Unis et dans des pays européens sont abordés. Le système Address-point, au
Royaume-Uni, a permis de couvrir 25 millions d'adresses postales dans les zones urbaines ; des
exemples illustrent les applications actuelles et potentielles de ce système pour les urbanistes.
IA P.396 ; CDU

MINISTERE DE L’EQUIPEMENT, DU LOGEMENT, DES TRANSPORTS ET DU TOURISME (MELTT)


; COMMISSION DE L’INFORMATIQUE ET DE LA BUREAUTIQUE
Opération BDCARTO
La Défense, MELTT, janv. 1997.- 4 fasc. (4 p. + 78 p. + 31 p. + 7 p.)
L’ensemble des mesures prises pour promouvoir, dans les services de l’Equipement, l’usage du
référentiel spatial numérique aux moyennes échelles, produit par l’Institut géographique national (IGN),
constitue l’Opération BDCARTO. Ce dossier d’information présente ce qu’il faut savoir de l’opération ;
un mode d’emploi de l’Opération BDCARTO ; le protocole et les conventions-types composant le
dispositif contractuel passé entre le Ministère et l’IGN ; un extrait de la notice technique de l’IGN
décrivant la BDCARTO .
CDU 34637

CHEYLAN (J.-P.)
MAISON DE LA GEOGRAPHIE
SIG et cartographie
in Bulletin du Comité français de cartographie n° 151-152, mars-juin 1997.- pp.22-34, bibliogr.
Les systèmes d’information géographique font maintenant partie des outils d’utilisation fréquente dans
l’ensemble des domaines gérant, analysant et orientant nos territoires et leur devenir. L’article tente de
montrer en quoi les SIG sont à la fois les héritiers des compétences cartographiques, et en quoi ils en
modifient profondément les pratiques. La base de données spatiales se comporte dans un premier
210

temps comme une collection de cartes rendant compte des sources, puis comme un « générateur de
cartes » à la fois par les traitements instrumentables et la diversité des modes de restitution. Les
compétences cartographiques demeurent indispensables pour une production de signes
cartographiques étendue, provenant de plus en plus souvent d’utilisateurs sans culture cartographique.
Leur adéquation aux nouvelles formes de symbolisation offertes par l’informatisation reste encore à
mieux explorer.
IGN P021

MULLER (J.-C.), LAURINI (R.)


LABORATOIRE D’INGENIERIE DES SYSTEMES D’INFORMATION, UNIVERSITE CLAUDE
BERNARD - LYON I
La cartographie de l’an 2000
in Revue internationale de géomatique, vol. 7, n° 1, mars 1997.- pp.87-106 ; résumé en français et en
anglais ; ISSN : 1260-5875
Ce texte dresse un panorama des nouvelles problématiques posées à la cartographie. Graduellement,
on est passé d’une cartographie-papier à une cartographie-écran. Mais cette évolution technologique
cache une évolution beaucoup plus féconde des concepts de base de cette discipline. Les nouveaux
paradigmes de la cartographie sont des cartes virtuelles, les hypercartes, la simulation visuelle animée
en temps réel ou différé, la cartographie embarquée, les systèmes de visualisation globale, etc. Si,
pendant des siècles, les objectifs de la carte étaient à la fois de stocker et de visualiser l’information, la
cartographie du prochain siècle dissociera de manière encore plus brutale ces deux aspects et les
nouveaux usages des cartes-écrans remettront également en cause les fondements traditionnels de la
cartographie. Il devient nécessaire de mettre au point une nouvelle sémiologie graphique (que l’on
pourrait appeler sémiologie infographique) basée sur ces nouveaux paradigmes.
IGN P047

QUOVERTE (P.)
UNIVERSITE D’ORLEANS
Penser autrement la cartographie ; cartographie, SIG et géomatique
in Bulletin du Comité français de cartographie n° 153, sept. 1997.- pp.32-37
Par le biais de l’ordinateur, la carte numérique est désormais accessible à tous sans aucune limite. Les
professions qui l’utilisent sont multiples, leurs problématiques et leurs objectifs très variés. La carte est
largement utilisée comme outil de localisation, de travail et de décision, de recherche, de gestion, tant
dans le domaine public que privé. De nouveaux outils, les systèmes d’information géographiques, sont
apparus dans les années 80, et se répandent largement dans les domaines ayant un rapport direct
avec l’information géographique. Pour essayer d’y voir clair, il faut à nouveau les définir en insistant
davantage sur leurs capacités réelles. Les géomètres, les topographes ou les photogrammètres
utilisent largement ces outils. Mais quelle est la place du géographe dans la connaissance et
l’utilisation de ces nombreux outils ? Est-il préparé aux nouvelles orientations qui émergent
actuellement ?
IGN P021

KRAAK (M.J.), ORMELING (F.)


Cartography, visualization of spatial data
Addison Wesley Longman Limited, 1996.- 222 p., bibliogr., 19 X 25 cm ; en anglais ; ISBN : 0-582-
25953-3
IGN 68129

ASSOCIATION INTERNATIONALE DE CARTOGRAPHIE (ACI / ICA)


La cartographie dépasse les frontières. 17ème conférence cartographique internationale,
10ème assemblée générale de L'ACI
Barcelone, Institut cartographique de Catalogne, 1995.- 1411 p. + 1484 p., bibliogr., 15 x 21 cm ; en
anglais et en français ; ISBN : 84-393-3583-0
IGN 63753

HERVIER (Y.)
Cartographie et réalité virtuelle
Paris, IGN, 1995.- 40 p., bibliogr. (mémoire de DEA SIG ; stage effectué au Centre d’infographie de
l’Université de Marne-la-Vallée)
211

Ce rapport réalise un état de l’art sur les domaines croisés de la réalité virtuelle et de la cartographie et
présente une ébauche de ce que pourrait être un restituteur cartographique assisté par réalité virtuelle.
IGN 63463

JOLY (F.)
La cartographie
Paris, PUF, 1994.- 126 p., bibliogr., 12 x 18 cm ; ISBN : 2-13-039113-3 (coll. Que sais-je ? n° 937)
IGN 55901

MUELLER-MUENCH (Ulrike), HAUX (Andréas)


Geographische Informationssysteme - weit mehr als Kartographie. [Les SIG : beaucoup plus
vaste que la cartographie]
in AEC-Rep., nr.3, 4, 1994.- S.50-57 (6 S.) ; abb.
Flaechenbezogene geographische Daten sind die Grundlage jeder Arbeit mit einem Geographischen
Informationssystem, kurz GIS genannt. Doch ist die Nutzergruppe nicht auf Unternehmen, die
vorwiegend mit Karten arbeiten, beschraenkt. Die Staerke des Systems liegt darin, dass sich
raeumliche und beschreibende Daten verknuepfen lassen und zudem der Zeitfaktor nicht
unberuecksichtigt bleibt. Architekten, Stadt-und Landschaftsplaner zum Beispiel koennten schon bald
erkennen, dass ihre Taetigkeit von GI-Systemen wesentlich unterstuetzt und erleichtet wird.
ORLIS IRB : Z 1791

OUTILS D’ANALYSE ET D’AIDE A LA DECISION

Nouveaux outils = new tools


in Villes en développement n° 39, mars 1998.- pp.1-7, phot.
Depuis le recensement d'enquêtes et de statistiques classiques en passant par les systèmes
d'information géographique, la télédétection et les nouvelles technologies de l'information et de la
communication, ce numéro aborde le sujet des nouveaux outils que les sciences de l'information
mettent à la disposition des responsables de l'aménagement spatial.
CA RB 15(98: 39)

ASPROTH (V.), HAKANSSON (A.)


MID SWEDEN UNIVERSITY, ÖSTERSUND
GIS as a decision support tool in local authorities
Geographical information ‘97 Joint European conference and exhibition on geographical information :
from research to application through cooperation ; Vienne, Autriche, 16-18 avril 1997. Proceedings vol.
2.- pp.881-889, bibliogr.
This paper presents the presence of GIS systems for decision support in local authorities. The paper is
divided into three parts : a classification of areas for decision support in local authorities, a study of GIS
systems in use in Swedish communities, and a literature study of the present state of GIS systems for
the classified areas world-wide. The paper ends with a conclusion of the current state.
IGN 66170

CZERANKA (M.), EHLERS (M.)


GIS als Instrument zur Entscheidungsunterstutzung. [Le SIG, un instrument d'aide à la
décision]]
in GIS. Geo-Informations-Systeme (Allemagne), vol. 10, n° 2, 1997.- pp.9-17, fig., bibliogr. ; en
allemand ; résumé en anglais ; ISSN : 0935-1523
This paper gives a brief theoretical overview of spatial problems and decision-making environments.
GIS and Spatial decision support system (SDSS) are presented as appropriate tools for decision
support. Practical questions are faced by presenting the taks and processes of ecologically oriented
municipal planning. Some problems of the application of the Eingriffsregelung (compensation
regulation), a planning instrument of the german law for nature protection, are discussed. At last, some
deficiencies of GIS for decision support concerning municipal planning are pointed out.
FRANCIS : RESBGI

Time and space geographic perspectives on the future


212

in Futures (Royaume-Uni), vol. 29, n° 4-5, mai-juin 1997.- pp.277-465, tabl., phot., cartes, ill., bibliogr.
Recueil d'articles de prospective géographique et de prospective sur l'évolution de la géographie. Les
deux premiers textes présentent, selon une approche géographique et géopolitique, une analyse
prospective des évolutions technologiques et des mutations socio-économiques mondiales. Les
articles suivants se consacrent à des questions plus spécifiques : l'évolution des modeles urbains face
à l'émergence de la ville post-industrielle ; les limites de l'analyse spatiale et son évolution, à travers
les systèmes d'information géographique ; la "géographie virtuelle" ou l'analyse géographique
appliquée au cyberespace ; les théories de l'auto-organisation des villes ; les perspectives futures dans
le domaine de la modélisation de la population globale ; l'apport des nouvelles approches en
géographie et des nouvelles technologies de l'information (Internet et systèmes d'information
géographique) à la modélisation de l'espace global ; les solutions futures pour l'approvisionnement
alimentaire des villes chinoises ; les infrastructures et le développement économique de la Chine au
XXIe siècle.
CDU

ROBIN (M.)
La télédétection. Des satellites aux systèmes d'information géographiques
Paris, Nathan, 1995.- 318 p., 20 X 15 cm, glossaire, bibliogr. ; ISBN : 2-09-190293-4 (coll. Fac
géographie)
IGN 64611

BOUET (E.), VINEY (S.)


INSTITUT D’AMENAGEMENT ET D’URBANISME DE LA REGION D’ILE-DE-FRANCE (IAURIF)
Le SIG au service de tous les applicatifs
EGIS/MARI ’94, VIe Rendez-vous européen des acteurs de l’information géographique numérique ;
er
Paris, France, 29 mars- 1 avril 1994.- pp.840-843
L’Institut d’aménagement et d’urbanisme de la Région d’Ile-de-France (IAURIF) est un bureau d’études
aux spécialités diverses (ingénieurs, économistes, sociologues, architectes, urbanistes...) et aux
champs d’études très variés (transport, environnement, mutations urbaines, habitat, développement
local...). En 1990, il s’est doté d’un Système d’information géographique régional (SIGR). Les
connaissances requises rebutant les utilisateurs non informaticiens, des applicatifs (outils intégrés au
SIG, constitués de menus simples et conviviaux qui permettent la restitution des données soit sous
forme cartographique, soit sous forme de tableaux, l’ensemble étant pré-défini) ont été développés.
Ces applicatifs remportent un grand succès ; ils impliquent cependant des coûts de maintenance
élevés. La demande de nouveaux applicatifs est très large et couvre l’ensemble des tâches, même
non répétives : digitalisation ou introduction de données, traitement, analyse, cartographie,
visualisation de données diverses, sorties de tableaux, commercialisation de l’information ... Doit-on
simplifier le SIG, quitte à en réduire la puissance, pour le rendre immédiatement accessible ? Ne
prend-on pas le risque de donner une vision trop restrictive du système ? La diffusion de l’information
doit-elle passer nécessairement par un outil simple d’utilisation ? Des applicatifs permettent-ils de
susciter la créativité des chargés d’études sur l’analyse des phénomènes (simulations, aide à la
décision...).
IGN 61878 ; IA 34631

MIELLET (Philippe)
SIG et territoires : information, analyse et aménagement
Thèse de doctorat en géographie, Université d’Avignon, 1994
Pourquoi et comment les SIG peuvent améliorer le traitement de l’information spatiale. La première
partie dresse un état de l’art en mettant l’accent sur les étapes historiques les plus significatives, en
considérant les SIG sous l’angle d’un processus en diffusion. Cette démarche est proposée pour
quatre pays : les Etats-Unis, le Canada, le Royaume-Uni et la France. Elle permet de comprendre les
modifications en terme de méthodes et de moyens d’analyse. La seconde partie cherche, à partir des
caractéristiques de l’information numérique et des moyens nouveaux de son traitement, à comprendre
la logique d’analyse de l’espace dans les SIG en explorant les rapports ambigus qu’elle entretient avec
des ensembles méthodologiques déjà constitués et validés comme l’analyse spatiale quantitative. Par
l’énoncé des particularités majeures des SIG et notamment les principes de modélisation et de
structuration de l’information, ainsi que les fonctionnalités nouvelles qui leur sont associées, on montre
l’intérêt mais aussi les limites de leur utilisation comme outil d’analyse. La troisième partie replace les
SIG dans leur dimension d’outil opérationnel. Elle les confronte à leur utilisation comme support de
l’aménagement du territoire et aux collectivités locales, groupe d’utilisateurs en progression et dont
l’implication est primordiale.
213

IGN 67004

NASCIMENTO (Iuli)
INSTITUT D'AMENAGEMENT ET D'URBANISME DE LA REGION D'ILE-DE-FRANCE (IAURIF) ;
CONSEIL REGIONAL D'ILE-DE-FRANCE ; RIO-DE-JANEIRO (ESTADO)
Rio de Janeiro, l'imagerie satellitaire : un outil prospectif pour l'aménagement urbain et rural
(rapport de synthèse 1989/1992)
Paris, IAURIF, 1992.- 19 p., phot., cartes, bibliogr. (pour le compte du Conseil régional d'Ile-de-France
et du gouvernement de l'Etat de Rio de Janeiro)
Un des aspects fondamentaux de la planification urbaine et régionale est la collecte, l'exploitation et
l'organisation des données tant physiques que socio-économiques. L'accord de coopération technique
entre le gouvernement de l'Etat de Rio et la Région d'Ile-de-France, a abouti à la mise au point d'une
série de méthodes de production de données à l'aide de la télédétection satellitaire.
IA 32440 ; CA C7300 ; DRE T.1906

VAN DER MEULEN (George G.)


Geographical information and decision support system
in Computers environment and urban systems (USA), vol. 16, n° 3, mai-juin 1992.- pp. 187-193
Description de la conceptualisation et de la mise en application d'une approche intégrée de la prise de
décision. Avec une attention particulière à l'interfaçage avec l'utilisation, un système intégré
d'information géographique et d'aide à la décision a été programmé pour un micro-ordinateur
personnel, et les premiers résultats sont ici décrits.
EPC

APPROPRIATION DE L’OUTIL

ROCHE (Stéphane)
Information géographique pour l’aménagement
Thèse de doctorat en géographie, Université d’Angers, 1997
Cette thèse s’est fixée pour objectif de mieux comprendre les processus d’appropriation sociale des
technologies de l’information géographique par les acteurs de l’aménagement et leurs implications
sociales et spatiales, mais aussi le rôle du contexte culturel, organisationnel et spatial dans ces
phénomènes d’appropriation. La méthodologie de recherche s’organise autour de quatre études de
cas exploratoires comparatives sur deux villes françaises (Nantes et Mayenne) et deux villes
québécoises (Québec et Charny). Il existe des relations très étroites entre les perceptions des
différents acteurs et leur niveau d’utilisation de ces outils. Les SIG sont ainsi de véritables
constructions sociales, reflet de pratiques spatiales ancrées dans leur contexte de développement.
Université d’Angers

ROCHE (Stéphane)
Les SIG : un regard nouveau sur l'espace et sa gestion. Etudes de cas en France et au Québec
in L’Espace géographique n° 1, mars 1997.- pp.60-66, bibliogr.
Les problèmes liés à l'appropriation sociale des SIG au sein des collectivités locales ainsi qu'à leur
insertion dans les rouages des dynamiques spatiales suscitent, aujourd'hui, un certain nombre de
questions sur leur rôle dans la gestion territoriale. La position de thèse présentée ici s'inscrit dans une
démarche de recherche exploratoire fondée sur des études de cas en France et au Québec. Elle a
pour principal objectif, non seulement de montrer en quoi l'analyse de ce phénomène représente un
champ d'investigation tout à fait intéressant et riche pour les géographes, mais également de préciser
combien l'approche géographique peut contribuer à éclairer ce phénomène.
CDU ; IGN P051

Jeunes chercheurs, nouvelles orientations, nouveaux outils


in Méditerranée n° 4, t. 85, 1996.- 103 p., fig., graph.
Ce numéro, multithématique, élaboré par/et destiné aux jeunes chercheurs géographes, a pour
objectif d'être un témoin de recherches géographiques en "situation" et le reflet des préoccupations
variées d'un site de chercheurs en géographie. On y relèvera certaines préoccupations dominantes,
des thématiques privilégiées, des constantes méthodologiques, qui révèlent l'affirmation des
214

orientations, au plan des problématiques et des méthodes des géographes aixois : la croissance péri-
urbaine revisitée à travers ses processus, ses acteurs, ses documents fonciers, la géographie du
tourisme, celle des réseaux, la géomorphologie dynamique du littoral et de l'environnement, la
climatologie appliquée à différentes échelles, enfin l'emploi plus ou moins généralisé des méthodes du
traitement de l'information géographique assisté par ordinateur.
CDU

FOURNILLIER J.-M.
Système urbain de références : utopies et réalités
in Génie urbain n° 397, mai 1993.- pp.20-25, ill.
Après trois années de réflexion initiale et cinq années de réalisation, où en est le système
d’information urbain (SUR) du Grand Lyon ? Quelles sont les réalisations, les difficultés rencontrées,
les actions prévues et les orientations du projet ? Que reste-t-il des concepts de départ ? Le pari du
système d’information est-il gagné ?
CDU

IRRUPTION DU MULTIMEDIA

BILL (Ralf)
Multimedia-GIS : concepts and applications
in GIS. Geo-Informations-Systeme (Allemagne), vol. 11, n° 2, avril 1998.- pp.21-24, bibliogr. ; en
anglais
The term multimedia is on everybody’s lips. In context of GIS, multimedia may be seen as a concept
including the technical as well as the application oriented dimension of media integration. The use of
different media - from text to sound, maps to video supporting decision making, learning, presentation,
communication and so on - has considerable potential applications for multimedia geographic
information. This paper identifies the requirements for multimedia-GIS with respect to hardware,
software and functionality and investigates applications related to spatial information systems.
IGN P058

CARTWRIGHT (W.)
ACI ; UNIVERSITE DE MELBOURNE
Multimédia interactifs et nouveaux produits de cartographie
in Bulletin du CFC n° 151-152, 1997.- pp.10-21, bibliogr. (en anglais)
Les cartes électroniques conventionnelles étaient capables de représenter l'information spatiale d'une
manière effective, mais il leur manquait l'aptitude à aller "au-delà" de la carte et à montrer davantage
de renseignements à propos des choses représentées, des données associées aux objets de cartes
ou toutes autres données. Cet article donne une vue d'ensemble sur les méthodes qui ont été utilisés
pour produire des cartes interactives.
IGN

BLOMAC (F. de)


ESRI FRANCE
SIG et multimédia : vers la cartographie vivante pour tous
in Bulletin du Comité français de cartographie n° 151-152, mars-juin 1995.- pp.105-107
Le concept de multimédia s’applique de manière très concrète aux logiciels SIG. On peut même dire
que les SIG, faisant partie de la famille des logiciels graphiques, font du multimédia depuis déjà de
nombreuses années. L’image cartographique est à la fois source d’information et résultat d’analyse.
Mais au-delà de la carte, qu’en est-il de l’intégration de différents documents dans une démarche SIG :
images, sons, vidéos, etc. ? La technologie du multimédia apporte-t-elle une nouvelle dimension aux
SIG et à l’approche des problèmes géographiques, ou ne fait-elle que les « décorer » à la mode du
jour ? Le multimédia a-t-il changé les SIG en profondeur ? Telles sont les quelques questions
auxquelles cet article essaie de répondre à travers l’exemple d’ESRI et de ses utilisateurs.
IGN P021

MAZUREK (H.)
215

Les systèmes d'informations multimédia comme outils de mise en valeur des données socio-
économiques. La dimension géographique dans les applications multimédia
MARI EUROPE '95.- pp.239-245
Présentation de systèmes de valorisation et d'intégration des informations géocodées, en amont des
SIG. Ces systèmes d'information multimédia ont quatre objectifs : effectuer des liaisons dynamiques
entre des informations de toutes natures ; rendre l'information disponible rapidement sous une forme
compréhensible et fournir des outils d'aide pour son traitement ; permettre des recherches
transversales (entre thèmes) ou verticales (entre échelles géographiques) ; organiser l'information
dans le but de créer un outil qui soit à la fois une base de référence professionnelle et un outil de
formation.
IGN 64462

MITCHER (Christoph), MENDLER (Stephan)


Multimédia für die landschaft. [Presenting visual information]]
in Garten und landschaft (Allemagne) n° 11, nov. 1995.- pp.14-17, phot.
Les auteurs présentent les applications du "multimédia" dans le domaine de planification territoriale.
Les systèmes présentés permettent aux professionnels de l'aménagement comme aux non-initiés de
visualiser un grand nombre d'informations et l'impact de projets futurs à l'aide de cartes, plans,
dessins, images animées, textes ou vidéos accessibles à partir du même support informatique. Les
auteurs traitent de la qualité des images, des possibilités en matière d'interactivité, de la facilité de
manipulation et des utilisations possibles, notamment en matière de protection de l'environnement.
CDU

SHIFFER (Michael J.)


Multimedia in der stadtplanung. [Multimedia and urban planning]]
in Garten und landschaft (Allemagne) n° 11, nov. 1995.- pp.18-21, phot.
Analyse des possibilités de développement des systèmes "multimédia" dans le domaine de la
planification urbaine et présentation des progrès technologiques que représente le "collaborative
planning system" (CPS) mis au point récemment par le département des études urbaines et de la
planification du Massachussetts institute for technology (MIT). L'auteur traite notamment de la
souplesse et de l'efficacité de l'interactivité. Il montre, avec quelques exemples, comment ce système
permet de relier et de superposer données statistiques, cartes, plans, vues aériennes, vidéos, réalité et
projets.
CDU

ZUILI (R.)
Du concept à la pratique : quelles rencontres possibles avec les SIG ? [La dimension
géographique dans les applications multimédia]
MARI Europe '95.- pp.227-233
Appliqué aux SIG, le multimédia peut, d'ores et déjà, représenter un intérêt certain, notamment en
matière de visualisation des informations géographiques et d'interactivité. L'intégration de ces
fonctionnalités issues du multimédia peuvent permettre de valoriser la dimension d'analyse spatiale,
de gestion et d'aide à la décision des outils SIG. Le multimédia peut être pour les SIG le moyen de
diffuser une image plus accessible vers le grand public et permettre l'ouverture vers de nouveaux
marchés.
IGN 64462

HUGHES (G.), SCHIRMER (D.)


Interactive media, public participation and environmental assessment
in Town planning review (Royaume-Uni), 65 (4), oct. 1994.- pp.399-414, bibliogr.
Examines the way in which current arrangements for public consultation on the process of
environmental assessment could be improved by the application of multimedia techniques, in particular
the use of geographical information systems technology. Shows how a low budget portable system was
designed to help planning authorities and developers communicate the complex environmental issues
associated with large scale development. Uses a planning application for a super quarry to be
developed in the Western Isle