Vous êtes sur la page 1sur 16

INSTALLATION ET CONFIGURATION DE LA

SOLUTION.

6.1. Prérequis
6.1.1. Installation de VMWare Workstation
L’installation de VMWare est l’étape qui entame l’implémentation de la solution. Grâce à ce
logiciel nous pourrons virtualiser notre serveur de supervision.
L’installation de VMWare Workstation est similaire à l’installation classique des logiciels.

6.1.2. Installation de la machine virtuelle : Centos 6.4


Après l’installation de VMWare, passons à celle de la machine virtuelle. Notre machine
virtuelle tournera sur le système Centos 6.4 qui est une distribution Linux. Le choix du système
d’exploitation de la machine virtuelle s’est porté sur Centos, pour des raisons de compatibilité.
En effet, Centreon est un logiciel developpé sur Centos ce qui évitera tous problèmes de
compatibilité entre Centreon et le système d’exploitation.
Voir les annexes 3 à 6 pour l’installation de la machine virtuelle.

6.1.3. Mise à jour du système


Le système nouvellement installé a besoin de mise à jour pour son bon fonctionnement.
D’ailleurs, il faut bien s’assurer que le système a été effectivement mis à jour avant de
poursuivre les étapes suivantes. Si le système n’est mis à jour cela peut engendrer des problèmes
d’incompatibilité.
Pour lancer les mises à jour, il faut exécuter la commande suivante :
# yum install update
Cette commande télécharge et installe des dépôts depuis plusieurs sites. Il est donc essentiel de
s’assurer qu’il n’existe pas de firewall sur le réseau auquel est connectée la machine virtuelle
ou le désactiver au besoin.

6.1.4. Installation du serveur web : Apache


Le serveur web servira à héberger les interfaces web de Nagios et Centreon. Cela permettra de
superviser nos différents équipements depuis n’importe quel terminal appartenant au réseau. La
ligne de commande lançant l’installation d’Apache est :
# yum install httpd
Elle télécharge et installe les librairies et les dépendances d’Apache.
6.1.5. Installation des librairies nécessaires

6.1.6. Création d’un utilisateur système nagios et d’un groupe d’utilisateur


6.1.6.1. Création d’un utilisateur système nagios
La commande de création de l’utilisateur est :
# useradd nagios

6.1.6.2. Création d’un groupe d’utilisateur


La commande de création de groupe d’utilisateur est :
# usergroupadd nagios

6.1.7. Installation de MySQL


MySQL est un moteur qui permettra de stocker les différentes bases de données. Pour installer
MySQL, on saisit :
# yum install http://dev.mysql.com/get/mysql-community-release-el7-5.noarch.rpm
C’est une commande qui télécharge et installe le package de MySQL (mysql-community-
release-el7-5.noarch.rpm). Le package est joignable sur le site de MySQL avec le lien
http://dev.mysql.com/get/.

6.2. Nagios
6.2.1. Téléchargement de Nagios
Le package de Nagios est téléchargeable sur le site de fabaur à partir du lien
https://fabblog.fabaur.fr/scripts/centreon/. La commande ci-dessous permet de le télécharger.
# wget https://fabblog.fr/scrips/centreon/nagios-3.4.1.tar.gz
Cette commande télécharge le package nagios-3.4.1.tar.gz et le place dans le répertoire
nagiosetcentreon.

6.2.2. Compilation de Nagios


On commence par décompresser l’archivage de Nagios. Pour se faire, on utilise la commande
suivante :
# tar xvzf nagios-3.4.1.tar.gz
tar est une commande pour extraire les fichiers compresser de Nagios et les enregistrer dans le
répertoire nagios
Les commandes suivantes permettent la compilation de Nagios.
# ./configure
./configure vérifie si les sources pour l’installation de Nagios sont disponibles.
# make all
make all compile les fichiers sources.
Cela est suivi de la commande ci-dessous :
# make install
Elle installe le programme principal des CGI et du HTML. Nous continuerons avec la
commande :
# make install-commandmode
Elle affecte les droits sur les répertoires et fichiers.
Pour terminer la compilation, nous exécuterons la commande suivante :
# make install-config
make install-config installe les fichiers de configuration par défaut.

6.2.3. Installation du script de démarrage


Il faut ensuite installer le script démarrage permettant le lancement automatique de Nagios avec
notre machine Centos 6.4.
# make install-init
L’exécution de cette commande favorisera le démarrage de Nagios dans le terminal de Centos
à partir d’une commande.

6.2.4. Installation de l’interface Web


L’installation de l’interface Web se fait en tapant les commandes ci-dessous :
# make install-webconf
# htpasswd –c /usr/local/nagios/etc/htpasswd.users nagiosadmin
make install-webconf installe l’interface Web de Nagios. Nous pouvons maintenant accéder à
l’interface Web de Nagios.
htpasswd, cette commande nous permet d’ajouter un mot de passe à l’utilisateur nagiosadmin.
Ainsi avant de se loguer à l’interface web de Nagios, il va falloir insérer son login et son mot
de passe.
6.3. Les plugins de Nagios
6.3.1. Téléchargement des plugins de Nagios
Le téléchargement des plugins se fait à partir de cette commande
# wget http://nagios-plugins.org/download/nagios-plugins-2.2.1.tar.gz
La commande accède au site par le lien http://nagios-plugins.org/download/ puis télécharge le
package nagios-plugins-2.2.1.tar.gz.

6.3.2. Compilation des plugins


# tar xzvf nagios-plugins-2.2.1.tar.gz
# cd nagios-plugins-2.2.1
# ./configure
# make
# make install

6.3.3. Lancement du serveur Nagios


Pour démarrer le processus de Nagios, il faut exécuter la commande
# service nagios start
Ensuite, nous pouvons accéder à l’interface web de Nagios en entrant dans la barre d’adresse
d’un navigateur localhost/nagios ou adresse IP du serveur/nagios. Cela nous envoie sur
l’interface d’accès à Nagios.

Figure 8 : Interface d’accès à Nagios


L’interface exige un nom d’utilisateur et un mot de passe avant de se connecter à Nagios.
Après s’être logué la page d’accueil de Nagios s’ouvre.

Figure 9 : Page d’accueil de Nagios

6.4. Ndoutils
6.4.1. Téléchargement de Ndoutils
Ndoutils est téléchargeable sur le site de fabaur avec le lien
https://fabblog.fabaur.fr/scripts/centreon/
# wget https://fabblog.fabaur.fr/scripts/centreon/ndoutils-1.4b9.tar.gz
wget, ici, télécharge le package ndoutils-1.4b9.tar.gz qui est le dernier à être compatible pour
l’association de Nagios et Centreon.

6.4.2. Installation de Ndoutils


Commençons par décompresser le package :
# tar xzvf ndoutils-1.4b9.tar.gz
La commande tar, décompresse package ndoutils-1.4b9.tar.gz et stocke ses fichiers dans un
répertoire ndoutils-1.4b9.
Poursuivons l’installation avec cette commande :
# ./configure –disable-pgsql –with-mysql-lib=/usr/lib/mysql –with-ndo2db-user=nagios –with-
ndo2db-group=nagios
./configure met en place le nécessaire pour l’installation de Ndoutils tout en précisant le chemin
d’accès à MySQL et l’utilisateur et groupe d’utilisateur ayant les droit sur ndo2db.
A présent, lançons la commande :
# make
make nous permet de compiler les sources.
La ligne commande en dessous installe la programme principal.
# make install
L’exécution de make install permet à ndomod de se lancer automatiquement une fois le démon
Nagios lancé.

6.4.3. Installation du script de démarrage


Pour installer le script de démarrage saisissons la commande :
# make install-init
Grace à cette commande nous pourrons démarrer le démon ndo2db dans le terminal de notre
machine virtuelle.
Il serait intéressant que les fichiers de configurations soient dans le même répertoire. Ainsi nous
allons déplacer ceux de ndomod et ndo2db dans le répertoire où se trouvent les fichiers de
configurations de Nagios, c’est-à-dire dans le répertoire /usr/local/nagios/etc. Pour cela
exécutons les commandes suivantes :
# mv /root/nagiosetcentreon/ndoutils-1.4b9/config/ndomod.cfg-sample
/usr/localnagios/etc/ndomod.cfg
# mv /root/nagiosetcentreon/ndoutils-1.4b9/config/ndo2d.cfg-sample
/usr/localnagios/etc/ndo2db.cfg
Ces commandes déplacent les fichiers de /root/nagiosetcentreon/ndoutils-1.4b9/config vers
/usr/local/nagios/etc. La première déplace le fichier ndomod.cfg-sample et l’enregistre avec
le nom ndomod.cfg. La seconde, déplace le fichier ndo2db.cfg-sample et l’enregistre sous le
nom de ndo2db.cfg.

6.4.4. Configuration de Ndoutils


Une fois le script de démarrage installé, nous devons modifier les fichiers de configuration des
éléments de Ndoutils et celui de Nagios. Cela les permettra à ndomod et ndo2db de remonter
les informations de Nagios et de les stocker dans une base de données.

6.4.4.1. ndomod
Pour modifier le fichier de configuration de ndomod, il faut l’éditer avec un éditeur de textes.
Dans notre cas nano. La commande qui suit édite le fichier ndomod.cfg
# nano /usr/local/nagios/etc/ndomod.cfg
Nous avons modifié le fichier ndomod.cfg comme le montre la figure :

Figure 10 : ndomod.cfg
La valeur que demande instance_name sert à indiquer l’instance avec laquelle ndomod pourra
séparer les données venant d’autres instances.

6.4.4.2. Ndo2db
La commande ci-dessous nous permet d’éditer le fichier ndo2db.cfg afin de modifier certains
paramètres pour le bon fonctionnement du démon ndo2db.
# nano /usr/local/nagios/etc/ndo2db.cfg
Nous avons modifié le fichier comme l’indique la figure en dessous :

Figure 11 : ndo2db.cfg
Le paramètre :
ndo2db_user réclame le nom de l’utilisateur qui aura le droit de le mettre en marche le démon
ndo2db.
ndo2db_group demande le groupe d’utilisateur qui pourra le droit de mise en marche du démon
ndo2db.
db_name précise le nom de la base de données dans laquelle doit stocker le démon ndo2db.

6.4.4.3. Nagios
Il est aussi important de modifier le fichier de configuration de Nagios pour permettre à
ndomod de communiquer avec le moteur Nagios pour exporter les que contiennent ses fichiers
plats.
Cette commande, ci-dessous, nano ouvre le fichier de configuration de Nagios situé dans le
répertoire /usr/local/nagios/etc
# nano /usr/local/nagios/etc/nagios.cfg
Une fois le fichier de configuration ouvert, nous devons insérer les différents paramètres comme
la montre la figure en dessous :

Figure 12 : nagios.cfg
Ici nous avons ajouté le paramètre broker_module. En effet les paramètres broker_module
étaient en commentaire (perçu par le #) et nous les avons laissé en commentaire. Cependant
nous avons ajouté cette ligne : broker_module=/usr/local/nagios/bin/ndomod
config_file=/usr/local/nagios/etc/ndomod.cfg.
Ce paramètre broker_module requiert le répertoire dans lequel se trouve ndomod. Config_file
prend en paramètre le chemin où trouver le fichier de configuration de ndomod (ndomod.cfg).

6.4.5. Lancement du démon ndo2db


Après l’installation de Ndoutils, nous pouvons dès à présent démarrer le démon de ndo2db.
Pour lancer le démarrage du démon ndo2db nous allons exécuter la ligne de commande
suivante :
# /etc/init.d/ndo2db start
Cette commande met en marche ndo2db pour le faire tourner en arrière-plan.

6.4.6. Redémarrage du démon nagios


Il est aussi important de relancer le démon nagios pour qu’il puisse lancer ndomod dès sa
remise en marche. La ligne de commande en-dessous nous permet de relancer le démon nagios.
# /etc/init.d/nagios restart
Après l’exécution de cette commande ndomod extrait les informations de Nagios et les
transferts au démon ndo2db pour qu’il les stocke dans la base de données.
On peut aussi relancer le démon de Nagios en saisissant la commande service nagios restart.

6.4.7. Création de la base de données : ndo


Cette étape est assez importante. En effet il est nécessaire de créer une base de données qui
contiendra toutes les données exportées des fichiers de Nagios. Les codes ci-dessous sont
utilisés pour la création de la base de données :
# mysql –u root -p
mysal> create ndo ;
mysql –u root –p, ce code ouvre une connexion à la base de données MySQL avec l’utilisateur
root.
create ndo, crée une base de données nommée ndo.
NB : il est important de noter que jusqu’à ce stade, la base de données ndo ne contient ni tables
et ni champs.
Continuons avec ces codes :
mysql> GRANT ALL ON ndo.* TO ndouser@localhost IDENTIFIED BY ‘ndopassword’ ;
mysql> FLUSH PRIVILEGES ;
mysql> exit

GRANT ALL ON ndo, donne tous les droits à l’utilisateur ndouser avec le mot de passe
ndopassword sur la base de données ndo.
FLUSH PRIVILEGES, applique immédiatement les droits sur la base de données ndo.
exit, sort de la base de données MySQL.
Il est maintenant temps d’ajouter des tables et des champs à notre base de données ndo. Pour
se faire, exécutons les commandes suivantes :
# cd db
# ./installdb –u ndouser –p ndopassword –h localhost –d ndo
L’une de ces deux codes accède au répertoire db (cd db) dans lequel se situe l’installable des
champs et tables que doivent comporter notre base de données ndo. Elle a été téléchargée avec
le package Ndoutils et est automatiquement déplacée dans le répertoire db après l’installation
de Ndoutils. La seconde commande (./installdb –u ndouser –p ndopassword –h localhost –
d ndo) est responsable de la création automatique des tables et champs de ndo.
Terminons en redémarrant ndo2bd :
# service ndo2db start
La ligne de code précédente relance le démarrage du démon ndo2db pour qu’il prenne en
compte la base de données ndo. Ainsi, le stockage des données s’effectue.

6.5. Centreon
6.5.1. Télechargement de Centreon
Avant tout, téléchargeons le package de Centreon, l’instruction suivante exécutée dans le
Terminal de Centos lancer le téléchargement.
# wget http://download.centreon.com/centreon/centreon-2.3.8.tar.gz
La commande ci-dessus nous permet de télécharger le package de l’installable de Centreon. Ici,
nous avons téléchargé la version centreon-2.3.8.tar.gz qui comporte des fichiers compressés
nécessaires pour l’installation de Centreon.

6.5.2. Installation de Centreon


Entamons l’installation de Centreon par :
# tar xvzf centreon-2.3.8.tar.gz
Cette commande nous permet d’extraire les fichiers compressés dans le package de Centreon
et les enregistre dans un répertoire centreon-2.3.8 qu’il crée.
Poursuivrons en exécutant cette commande :
# ./install.sh –i -v
install.sh est l’exécutable, il a été extrait lors de la décompression des fichiers de Centreon. Ce
fichier lance le script d’installation.
Une fois le script d’installation exécuté, Centreon recherche de façon automatique toutes ses
dépendances. Ensuite, il est important de valider le contrat de licence.
Maintenant, nous devons choisir les différents modules de Centreon que nous souhaitons
installer. Dans notre cas, nous avons installer tous les modules, ce sont :
Centreon Web Front : ce module contient l’interface web de Centreon.
Centreon Centcore : c’est le module qui renferme le démon centcore de Centreon. Il est
beaucoup utile dans l’architecture distribuée.
Centreon Nagios Plugins : il insère dans Centreon les plugins par défaut contenus dans Nagios.
Centreon Snmp Traps process : autorise les échanges basés sur SNMP.
Il est conseillé de laisser par défaut les répertoires dans lesquels Centreon désire installer ses
modules.
Généralement, Centreon localise de façon automatique où se trouvent les différents modules
dont il a besoin pour s’installer. On appuie la touche Entrée pour valider leurs emplacements.
Cependant, les emplacements des modules perl de RRD, PEAR de PHP et les sources de
ndomod varient selon la distribution. Pour Centos 6.4, ils se situent respectivement dans les
répertoires /usr/lib64/perl5/vendor_perl/RRDs.pm, /usr/share/pear et
/usr/local/nagios/bin/ndomod.o. Il est possible de les localiser en utilisant la commande
locate, par exemple : locate ndomod.o.

6.5.3. Installation web


Les interfaces graphiques 1 et 2 débutent l’installation web de Centreon. L’interface graphique
1 permet de débuter l’installation web de Centreon. L’interface graphique 2 demande une
validation de la licence avant de poursuivre.
Après avoir passé les deux dernières interfaces, nous arrivons à celle-ci. Cette étape demande
la validation des variables d’environnement de l’installation.

Figure 13 : Validation des variables d’environnement


Les champs suivants permettent :
Nagios user : l’utilisateur Nagios
Nagios group : le groupe de l’utilisateur Nagios
Apache User : l’utilisateur du serveur web apache
Apache Group : le groupe de l’utilisateur d’apache
Nagios Version : la version de Nagios
Nagios configuration directory : le répertoire ou sont les fichiers de configuration de Nagios
Nagios plugins : le répertoire ou se situe les plugins de Nagios
RRDTool binary : le chemin des binaires de RRDtools
Sur l’interface suivante (interface graphique 4), Centreon vérifie le droit d’accès pour le
répertoire de configuration de Centreon. Ensuite, Centreon vérifie les modules Pear de PHP
dans l’interface 5.
On aboutit à cette étape

Figure 14 : Configuration de la base de données


Cette étape permet de définir les accès MySQL. La configuration de cette étape donne le droit
de communication entre les bases de données dans MySQL.
L’étape 7 vérifie les informations précédemment fournies et fait des tests sur la communication
des différentes bases de données.
L’étape 8 permet de créer un utilisateur avec les droits d’administrateur.

Figure 15 : Configuration de l’utilisateur


Grâce à cette étape, l’on pourra se loguer sur l’interface web de Centreon. Cette étape termine
les parties essentielles pour le bon fonctionnement de Centreon apès son installation.
Cependant, l’étape 9 demande l’activation des LDAP. Cela est facultatif. En effet LDAP, s’il
est activé, autorise les accès avec les comptes de domaine sur l’interface web de Centreon. Dans
notre cas nous ne l’avons pas autorisé puisque le serveur de domaine de notre réseau ne permet
pas l’ajout des machines Linux au domaine (cette option a été désactivée lors de la configuration
du serveur de domaine).
L’étape 10 finalise l’installation tout en vérifiant les informations des étapes 8 et 9.
6.5.4. Connexion à l’interface web de Centreon
Une fois l’installation terminée, nous devons accéder à l’interface web de Centreon pour
terminer la configuration.
Pour accéder à l’interface web de Centreon, on ouvre un navigateur web dans notre cas firefox,
puis dans la barre d’adresse on entre le lien localhost/Centreon ou adresse IP du
Serveur/Centreon. On voit apparaitre cette page qui requiert un nom d’utilisateur et un mot de
passe avant de se connecter à Centreon.

Figure 16 : Interface d’accès à Centreon


Cette page demande les informations mises dans l’étape 8 lors de l’installation web de
Centreon. Ensuite, appuyez Connect pour se loguer.
Une fois logué, la page d’accueil de Centreon s’ouvre comme sur cette figure

Figure 17 : Page d’accueil de Centreon


La page de Centreon n’affiche aucune information, c’est normal puisqu’aucun objet à
superviser n’a été ajouter. Avant d’arriver à là, nous devons configurer les fichiers de
configuration de ndo2db et ndomod depuis l’interface de Centreon.

6.5.5. Configuration de ndo2db


L’interface pour la configuration de ndo2bd est accessible dans
Configuration>Centreon>ndo2db.cfg.

Figure 18 : Interface de configuration de ndo2db


La configuration de ce fichier permettra à Centreon de remonter les données stockées dans la
base de données ndo par ndo2db.

6.5.6. Configuration de ndomod


Ndomod est configurable depuis Centreon dans l’iterface de son fichier de configuration qui
se situe dans Configuration>Centreon>ndomod.cfg.

Figure 19 : Interface de configuration de ndomod


Cette configuration permettra au démon centstorage de Centreon de récupérer les données de
performances exportées par ndomod dans les fichiers perfdata.
Après toutes modifications dans l’interface de Configuration de Centreon, on doit exporter les
configurations pour qu’elles soient prises en compte. Pour exporter les informations vers les
fichiers de configuration, on se met dans Configuration>Nagios, on coche toutes les cases
(selon la façon dont on souhaite appliquer les configurations) et on clique sur Export. S’il n’y
a aucune erreur de configuration, Centreon exportera vers les fichiers de configuration. Dans le
cas contraire il soulignera les erreurs à corriger avant de reprendre l’exportation des
configurations. Par cette partie s’achève la configuration de Centreon