Vous êtes sur la page 1sur 22

MINISTERE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DE L’EMPLOI

RAPPORT DE STAGE :

GESTION ET MAINTENANCE DES SITES GSM

ENCADRE PAR :

REALISENT PAR :

ANNEE SCOLAIRE 2018/209


REMERCIEMENTS

C’est avec un grand plaisir que je réserve cette page en signe de


gratitude et de profonde reconnaissance à tous ceux qui m'ont aidé de
près ou de loin à la réalisation de ce travail.

Je remercie particulièrement Mr.

pour sa précieuse assistance, sa disponibilité et l'intérêt qu’il a


manifesté pour le stage.

Je voudrais également exprimer ma gratitude envers M,

pour son aide et encadrement.

Je remercie vivement tous les enseignants qui ont participé à ma


formation ainsi que les cadres de l’école de formation des cadres.

Enfin, j'espère que ce travail sera à la hauteur de la confiance


qu’ils m'ont donnée.
LISTE DES FIGURES

Figure 1: Architecture du réseau GSM


Figure 2: le réseau cellulaire
Figure 3: Allocation des fréquences dans la bande 900 MHz
Figure 4 : Architecture BSS
Figure 5 : Trame TDMA
Figure 6 : téléphone mobile
Figure 7 : photo d'une station de base et de ses antennes
Figure 8 : photo d'une station de base INDOOR et de sa climatisation
Figure 9 : photo d'une station de base BTS OUTDOOR
Figure 10 : photo d'une macro BTS et d'une micro BTS
Figure 11 : Composition d'une BTS type Alcatel
Figure 12 : photo et schéma d’un BSC : Contrôleur de stations de base
Figure 13 : Transcodage de parole entre BSC et MSC via transcodeur
Figure 14 : interface Abis
Figure 15 : Installation des TRX (module radio fréquence)
Figure 16 : Mesure du paramètre VSWR avec l'appareil site master
Figure 17 : "imprime écran" Configuration initiale du BTS
Figure 18 : "imprime écran" Chargement des fichiers *.dll et *.msf
Figure 19 : "imprime écran" Lecture de bande des fréquences
Figure 20 : "imprime écran" Fin de mise en marche d'une BTS (commissioning)
Figure 21 : tables de l’application base de données sites
Figure 22 : écran de saisie d’une nouvelle BTS de l’application base de données sites
SOMMAIRE

Introduction______________________________________________________________1
1 : Réseaux cellulaires GSM________________________________________________3
1 Réseau GSM (Global System for Mobile communications)________________4
1.1. Définition GSM____________________________________________________4
1.2 Le concept cellulaire__________________________________________________5
2. Fonctionnement du réseau GSM____________________________________________6
2.1 L’établissement d’une communication ____________________________________6
2.2 L’authentification et la sécurité _________________________________________7
2.3 Le sous système radio du réseau GSM____________________________________7
3. Architecture____________________________________________________________7
3.1 Equipement du BSS__________________________________________________10
3.2 Les interfaces du réseau GSM__________________________________________17
3.3 Le sous systéme NSS ________________________________________________19
4. Installation d’une BTS ___________________________________________________22
4.1 Installation ,mise en place et audit physique du site _________________________22
4.2 Mise en marche d’une BTS :commissionning)_____________________________24
4.3Réception technique__________________________________________________26
4.4 Maintenannce______________________________________________________27
5.Applifcation :conception d'une base de données pour la gestion des sites GSM_____________________28

Recommandations ____________________________________________________ 30
Conclusion générale___________________________________________________ 31

Annexe
Netographie
Introduction générale

De nos jours, nous assistons à une apogée des nouvelles technologies et


notamment la téléphonie mobile et le réseau GSM (Global System mobile). En effet, le
nombre d’abonnés au réseau GSM a eu une croissance énorme les dernières années.
Et comme principale conséquence, les exigences des abonnés en matière de qualité de service
sont de plus en plus importantes. En fait, dans un marché des télécommunications mobiles à
forte concurrence, la satisfaction du client passe au premier plan dans les objectifs des
opérateurs du réseau GSM.
le développement des réseaux mobiles n’a pas cessé d’accroitre. Ainsi

plusieurs générations ont vu le jour (1G, 2G, 3G, 4G et prochainement la 5G) apportant un
débit exceptionnel et qui ne cesse d’augmenter et une augmentation considérable du
nombre d’utilisateur pouvant être supportés.

A la différence de la première génération, la seconde génération de normes permet


d’accéder à divers services, tandis que la 3G permet un meilleur débit pour le transfert de
données.
Pour cela, Tunisie Télécom a donné une grande importance à la maintenance de
son réseau. C’est effectivement, ici que se situe mon stage..
Dans le présent rapport, on va se focaliser sur la partie du sous-système radio du
réseau GSM et on va s’intéresser a l’équipement BTS, BSC.

Présentation de Tunisie Telecom

C’est une entreprise à un caractère commercial et industriel sous tutelle du ministère de la


technologie et des communications chargée de la gestion, de l’exploitation, de la maintenance des
réseaux des télécommunications et de la transmission des données en Tunisie
Figure 1 : Organigramme hiérarchique de Tunisie Telecom

Présentation du complexe HACHED

Le complexe HACHED, situé au plein coeur de la capitale tunisienne est l’un des
complexes les plus importants de Tunisie Telecom. Il est caractérisé par la variété de
ses services :
Centre de transmission numérique CTN.
Centre de Commutation d’Abonnées CCA.
Centres d’exploitation et de maintenance des réseaux radio national OMC
(operating maintenance center) et régional
Salle de MSC (Mobile service Switching Center).
Centre de donnée.
Réseaux GSM

Introduction :
Le réseau GSM (Global System for Mobile communication) est un réseau de radiotéléphonie
numérique, défini par une norme européenne. C’est un système cellulaire qui a été développé
dans le but de permettre aux utilisateurs, où qu'ils soient, stationnaires ou mobiles, de
communiquer entre eux et avec les abonnés du réseau fixe (RTC, Réseau Téléphonique
Commuté), par l'intermédiaire d'un terminal portatif émettant à faible puissance.

A travers ce chapitre qui se compose de deux parties, nous présentons en première


partie le réseau GSM (Global System for Mobile communications), et en deuxième partie le
sous-système radio(BSS).

Historique :
L'origine du GSM remonte à l'année 1982. Alors qu'apparaissent les premiers services
commerciaux de radiotéléphone cellulaire un peu partout en Europe et aux Etats-Unis, la
CEPT (Conférence Européenne des Postes et Télécommunications) confie à un groupe de
travail appelé Groupe Spécial Mobiles (GSM) la tâche de rédiger les spécifications d'un
système pan européen de communication basé sur des téléphones mobiles. La bande des 900
MHz, réservée depuis 1978 par la Conférence Administrative Mondiale des
Radiocommunications (WARC) est choisie. Les années 80 voient le développement du
numérique tant au niveau de la transmission qu'au niveau du traitement des signaux, avec
pour dérivés des techniques de transmission fiables, grâce à un encodage particulier des
signaux préalablement à l'envoi dans un canal, et l'obtention de débits de transmission
raisonnables pour les signaux (par exemple 9, 6 kilobits par seconde, noté [kb/s], pour
un signal de parole).

Ainsi, en 1987, le groupe GSM fixe les choix technologiques relatifs à l'usage des
télécommunications mobiles: transmission numérique, multiplexage temporel des canaux
radio, chiffrement des informations ainsi qu'un nouveau codage de la parole.
1 Réseau GSM (Global System for Mobile communications)

1. Définition :
GSM ou Global System for Mobile Communications est une norme de deuxieè me
geé neé ration pour la teé leé phonie mobile. C’est le nom du standard europeé en du systeè me
radio cellulaire numeé rique Elle est mise au point pour la bande de freé quences autour de
900 MHz. On rencontre actuellement deux types de reé seau GSM :

Le GSM 900 utilise la bande 880-915 MHz pour l'envoi de la voix ou des données
depuis le mobile (communications montantes) et la bande 925-960 MHz pour la réception
des informations venant du réseau (communications descendantes).

Le GSM 1800 ou DSC-1800 (Digital Communication System) utilise la


bande 1 710 MHz-1 785 MHz pour l'envoi des données depuis le terminal mobile et la
bande 1 805 MHz-1 880 MHz pour la réception des informations venant du réseau.

2 Architecture du réseau GSM :


Le réseau GSM est constitué par trois grands sous-systèmes qui sont :
 Le BSS (Base Station Subsystem) qui est constitué du BTS, BSC et TC, c’est le
Sous système radio qui assure les transmissions radio électrique et gère les ressources
radio
 Le NSS (Network and Switching Subsystem) qui est constitué du MSC, VLR, HLR,
SMSC, EIR et AUC, c’est le sous système réseau qui gère l’acheminement des appelés
el la mobilité des abonnées
 L’OSS (Operation Support System) qui constitue la partie supervision tel que l’OMC
C’est le sous système de maintenance qui permet à l’operateur d’administer et de
Contrôler son réseau

Un réseau GSM se compose de huit éléments distincts jouant chacun un rôle bien défini lors
de la transmission des informations (parole ou données) : une station de base « BTS », un
contrôleur de station « BSC », un commutateur « MSC », un enregistreur de localisation
nominal « HLR», un centre d’authentification « AUC », un enregistreur de localisation des
visiteurs « VLR », l'enregistreur des identités des équipements « EIR » et un centre
d’exploitation et de maintenance « OMC ».
Figure 2: Description du réseau GSM
Les réseaux GSM utilisent le format numérique pour la transmission des informations,
qu'elles soient de type voix, données ou signalisation. Les équipements spécifiques
constituant le squelette matériel d'un réseau GSM (BTS, BSC, MSC, VLR et HLR) dialoguent
entre eux en mettant en œuvre les mêmes principes que ceux utilisés dans le RNIS (Réseau
Numérique à Intégration de Service)

- Architecture en couche (couches 1 à 3 du modèle OSI),

- Utilisation des liaisons sémaphores (signalisation),

- Caractéristiques des liaisons identiques : codage MIC (Modulation par Impulsion et


Codage).
2.1 Le sous-système radio BSS (Base Station Sub-system)
Le sous-système des stations de Base (Base Station Subsystem) est la
partie radio (RAN) d'un réseau de téléphonie mobile GSM, chargée de la
connexion entre les Stations Mobiles MS, c'est-à-dire les téléphones mobiles,
et la partie commutation du réseau GSM (vers le MSC).
Il est composé de :

 BTS (Base Transceiver Station) ;

 BSC (Base Station Controller) ;

 TRAU (Transcoder and Rate Adaptation Unit).

Sur la figure ci-dessous nous présentons l’architecture de la partie sous-système radio


(BSS). Et dans la section suivante (équipement radio) nous détaillons l’ensemble du
matériel.

Figure 4 : Architecture BSS

a) 2.1.1. LA BTS :

La BTS (Base Tranceiver Station) est un ensemble d’eé metteurs-reé cepteurs radio
(TRX), sans grande intelligence.

Elle geè re la couche physique de l’interface air :

- codage

- modulation,

- correction d’erreurs

- mesures de signal radio


- multiplexage

- chiffrement du segment radio avec le mobile, pour garantir la confidentialiteé de


la communication en cas d’eé coute hertzienne.

La zone de rayonnement de l’antenne de la BTS deé finit la cellule. Chaque TRX


geè re un canal radio TDMA/8 qui peut supporter 8 communications. La BTS geè re
eé galement l’interface et le dialogue avec la BSC.

b) 2.1.2. LA BSC :

Chaque BTS est raccordeé e aè une BSC, et une seule, au moyen d’une liaison filaire
MIC. Inversement, une BSC peut raccorder plusieurs BTS. Chaque BSC est
eé galement raccordeé e aè un MSC, et un seul.

Contrairement aè la BTS, la BSC est un organe intelligent.

- Elle geè re les ressources radio (allocation/deé sallocation de canal) au niveau des
BTS en fonction de l’eé tablissement et de la libeé ration des communications.

- Elle exploite les mesures reé aliseé es par les BTS, notamment la mesure du signal
radio eé mis par les mobiles.

Cela permet d’asservir la puissance eé mise par le terminal en fonction de sa


distance aè l’antenne (plus il est proche, moins sa puissance d’eé mission est
importante), et eé galement de deé tecter la neé cessiteé de faire un handover.

- Elle assure eé galement la concentration des communications sur interface avec le


MSC.

 Le monde teé leé phonique, geé neé ralement numeé rique, code la parole sur
des circuits aè 64 kbits/s (un IT MIC supporte un seul circuit de phonie). Un tel
deé bit n’est pas reé aliste sur l’interface air et par conseé quent, la BSC geè re
eé galement1 le transcodage de la parole 64kits/s de/vers un codage 16 kbits/s
utiliseé entre le BSC et la BTS, afin d’optimiser les liaisons MIC entre la BTS et la
BSC (un IT MIC supporte quatre circuits de phonie). Ce codage sera ensuite
adapteé par la BTS aè 13 kbits/s sur l’interface air.
Dans la figure ci-dessous on présente un schéma d’un BSC Contrôleur de stations de base.

Figure 12 : Contrôleur de stations de base

2.1.3. L’ANTENNE :

N’oublions pas l’antenne qui est le compleé ment naturel de la BTS.

Configuration de couplage :

Nous verrons un peu plus loin qu’une BTS geè re souvent plusieurs canaux radio. En toute
rigueur, il en faudrait une par canal et par sens (montant descendant). Par chance
d’ingeé nieux eé quipements nous en dispensent :

-Le duplexeur permet d’acheminer les canaux montants et descendants sur une meê me
antenne.

-Le multiplexeur concentre plusieurs canaux sur une meê me antenne en les couplant
deux aè deux. Ceci n’est pas sans inconveé nient, car chaque eé tage de couplage introduit
une perte de quelques deé cibels (typiquement 3 dB), neé cessitant une augmentation en
conseé quence de la puissance de l’eé metteur. Le Le Le scheé ma ci-dessous montre une
configuration d’antenne pour 4 canaux radio. Les eé metteurs et reé cepteurs sont coupleé s
deux par deux sur deux eé tages (introduisant ainsi une perte de 6 dB). Les branches
eé mission et reé ception sont renvoyeé es vers un duplexeur d’ouè sort le caê ble coaxial qui
monte aè l’antenne.
2.2. LE SOUS-SYSTÈME RÉSEAU :
2.2.1. LE MSC :

Le MSC est un commutateur radio qui gère l’ensemble des communications dans le réseau
GSM :

- communications entre mobiles

- communications de/vers le réseau téléphonique

- communications de/vers d’autres réseaux GSM

- communications de/vers des réseaux de transmission de données.

Un livre blanc 8 / 21 Pour ces trois derniers types de communications, le MSC intègre une
fonction de passerelle (gateway) qui assure le passage du monde GSM à un monde externe.
Chaque passerelle peut ne pas être présente dans toutes les MSC du réseau.

Un MSC raccorde plusieurs BTS. Chaque MSC est également raccordée à un autre au moins,
réalisant ainsi un maillage des MSC dans le réseau GSM.

Ceci permet tout d’abord de gérer les communications entre des mobiles gérés par des BTS
raccordées à des MSC différents, mais aussi, dans le cas des communications vers d’autres
réseaux, pour une MSC non équipée d’un gateway de pouvoir transiter vers une MSC qui en
dispose. Le premier rôle du MSC est la gestion des communications :

- réservation de canal radio

- identification et authentification de l’usager (appel sortant)

- localisation de l’usager (appel entrant)


- acheminement vers le demandé

- allocation des ressources filaires

- taxation des appels et des services de données.

Sa seconde grande fonction est la gestion de la mobilité :

- gestion des inscriptions

- gestion du handover

- gestion de la localisation.

Chaque MSC communique avec les deux bases de données HLR et VLR.

2.2.2. LE HLR :
Le HLR (Home Location Register) est une base de données qui centralise les caractéristiques et les
informations de localisation des usagers du réseau GSM.

Le HLR est théoriquement unique, mais sur de gros réseaux il peut être fractionné sur plusieurs
unités.

Il contient :

Le numéro IMSI d’identification internationale de l’usager : Ce numéro est interne du réseau et non
connu de l’usager.

Il est composé de trois champs :

- MCC : code pays (ex. 208 pour la France) sur 3 chiffres

- MNN : code réseau qui identifie l’opérateur dans le pays (ex. 01 pour Orange) sur 2 ou 3 chiffres
selon les pays

- MSIN : numéro de l’usager dans le réseau sur 10 chiffres ou moins. Ce numéro peut selon les
réseaux être précédé de 2 chiffres qui désignent le HLR de l’usager.

Le numéro de téléphone international de l’usager MSISDN, par exemple 33 6 xx xxx xxx.

 Le profil de l’usager, c'est-à-dire le type d’abonnement souscrit, droit aux appels internationaux,
droità certains services supplémentaires.

 Le numéro du VLR où l’usager est localisé (voir ci-dessous).

2.2.3. LE VLR :
Le VLR (Visited Location Register) est présent dans une zone géographique donnée, gérée par un
MSC1 .
Le MSC est raccordé au VLR qui le supporte.

Chaque VLR peut communiquer avec le HLR des autres MSC. Il contient les mêmes types
d’informations que le HLR, mais cette fois relatives aux mobiles physiquement présents dans la zone
géographique contrôlée par le MSC. En plus, il contient pour chaque mobile :

- un identifiant temporaire TMSI qui sera utilisé à la place de son numéro IMSI, tout le temps qu’il
restera sous contrôle du même VLR

- sa localisation complète (zone de localisation).

2.2.4. L’AUC :
L’AUC (AUthentication Center) est l’unité qui authentifie les mobiles et qui détient toutes leurs clés
d’authentification.

Il est associé au HLR.

Le MSC s’adresse à lui lors d’une demande d’inscription pour valider l’accès du mobile au réseau.

Il contient aussi les algorithmes d’authentification et de chiffrement utilisés par le réseau

2.3. LE SOUS-SYSTÈME EXPLOITATION :

2.3.1. L’OMC ET LE NMC :


Leur rôle est de contrôler les performances et l’utilisation du système et d’ouvrir une interface
hommemachine à l’opérateur responsable de l’exploitation du réseau.

Le NMC (Network Management Center) opère de manière centralisée. L’OMC (Operation and
Maintenance Center) effectue une supervision locale des équipements.

Parmi les principales fonctions d’administration, citons :

- la déclaration des abonnés et des terminaux

- la facturation

- l’observation de trafic et détection des surcharges

- la configuration des équipements et des logiciels du réseau

- la remontée des alarmes

- etc.

2.3.2. L’EIR :
L’EIR (Equipment Identity Register) est la base de données des abonnés. Elle est consultée pour
s’assurer de la légitimité d’un mobile.

C’est en particulier dans l’EIR que sont identifiés les mobiles volés et interdits d’accès au réseau.
3. les interface du reseau GSM :

Une interface est un lien entre deux entiteé s du reé seau, sur lequel transitent des
informations particulieè res.

3.1

L’interface radio (UM) :

c’est L’interface Um appelée aussi Air ou radio, entre BTS et MS s'appuie sur le
protocole LAPD (Link Access Protocol on the D mobile channel). Il est utilisé pour le
transport du trafic et des données de signalisation. Le téléphone portable et le sous
système radio communiquent par l'intermédiaire de l'interface Um, qui est une liaison
radio.

3.2 L’interface A :
Interface A entre BSC, plus précisément TC, et MSC, s'appuie sur le protocole
sémaphore N·7 du CCITT. Il est utilisé pour le transport du trafic et des données de
signalisation. Le sous système radio et le sous système réseau communiquent par
l'intermédiaire de l'interface A.

3.3 L’interface A bis :


C’est l’interface entre les deux composants du sous système BSS : la BTS (Base Station
Transceiver) et le BSC (Base Station Controler). L'interface Abis se situe entre la BTS et le BSC.
La transmission s'effectue sur des liens MIC (Modulation par Impulsion et Codage) à 2 Mbit/s.
Sur l’interface Abis, la signalisation peut avoir plusieurs origines et plusieurs destinations, il y a
donc nécessité de distinguer les messages échangés entre la BTS et le BSC et la signalisation
directement échangée entre la station mobile et le BSC.

L’interface Abis supporte des messages de différents types : → Messages de supervision et de


maintenance de la BTS. → Messages internes de liaison de données BTS – BSC.

4. LES TERMINAUX :
On parlera indiffeé remment de mobile, de portable, de poste mobile, de terminal…
Nous n’allons pas nous appesantir, tout le monde en a un dans sa poche, juste
rappeler les fondamentaux. On distingue deux parties :
4.1 L’appareil :
Il comporte :
- Un eé metteur-reé cepteur qui fonctionne dans les freé quences du GSM dans le pays
ouè il sera utiliseé , voire dans d’autres pays en plus.
- Une antenne cacheé e dans la coque de l’appareil. Nous en avons termineé avec les
antennes teé lescopiques des premiers appareils.
- Des organes de communication (haut-parleur, micro, clavier, afficheur).
- Du logiciel pour faire marcher tout ça.
- Le terminal est identifieé par un numeé ro qui lui est propre, unique dans le
monde, attribueé par le fabricant et en principe « graveé dans la marbre » de
l’appareil1 . Il est relatif aè l’appareil lui-meê me et n’a rien aè voir avec l’abonnement
souscrit par l’usager et son numeé ro d’annuaire.
La puissance d’eé mission est de 2 W en GSM 900 et de 1 W en GCS 1800 (voir ci-
dessous), mais il s’agit d’une puissance maximale, celle-ci eé tant d’autant plus
reé duite que le mobile est proche du relais.

4.2 La carte SIM :

La carte SIM (Subscriber Identity Module),permettant d'identifier l'usager de façon unique et


d'un terminal mobile, c'est-à-dire l'appareil de l'usager (la plupart du temps un téléphone
portable).
Chaque carte SIM possède également un numéro d'identification unique (et secret) appelé
IMSI (International Mobile Subscriber Identity). Ce code peut être protégé à l'aide d'une clé
de 4 chiffres appelés code PIN
La carte SIM permet ainsi d'identifier chaque utilisateur, indépendamment du terminal utilisé
lors de la communication avec une station de base. Une carte SIM contient les informations
suivantes:
 Numéro de téléphone de l'abonné (MSISDN)
 Numéro d'abonné international (IMSI, international mobile subscriber identity)
 Etat de la carte SIM
 Code de service (opérateur)
 Clé d'authentification
 Code PIN (Personal Identification Code)
 Code PUK (Personal Unlock Code)

Figure 6 : téléphone mobile


4.2