Vous êtes sur la page 1sur 20

revue 83:revue 68 29/05/10 17:22 Page1

83

été 2010

Une forêt naturelle et prodigue

mountainwilderness
france
revue 83:revue 68 29/05/10 17:22 Page2

En couverture
© Nathan Daumergue
Foisonnante au printemps, fraîche en été,
éblouissante et nourricière en automne, douce
en hiver... En toute saison la forêt de montagne
se révèle à nous. Les images proposées ici en
sont des témoins. Merci à tous ceux qui nous les
ont gracieusement offertes.

p. 4 - actus

Une convention liant les accompagnateurs


en montagne et MW

Sauvons les tétras-lyres !

p. 5 - actions

Assemblée générale de Mountain Wilderness France à Die

Production d’énergie renouvelable en montagne

p. 7 - dossier

Une forêt naturelle et prodigue

p. 15 - actions

MW brandit l'Étendard du Silence !

Changer les comportements grâce au portail


de la montagne sans voiture !

Les Alpes du nord ont besoin d'un cadre fort

p. 18 - à lire

p. 19 - agenda

Imprimé sur papier 100% recyclé


par une imprimerie labélisée Imprim'vert.

2 mountain w i l d e r n e s s - n ° 8 3
revue 83:revue 68 29/05/10 17:22 Page3

Business as usual*
Hugues Thiébault, Président de Mountain Wilderness France

­ lors que l’évidence d’un épuisement


A
des matières premières se fait de plus en
plus nette, que le changement climatique
frappe jusque dans nos campagnes,
comme en Vendée et en Charente, ceux
qui ne voient dans la nature qu’une
ressource gratuite continuent à « déve-
lopper de façon durable » la surexploita-
tion des territoires de montagne.

Après le massacre de la Turra par les


promoteurs en Maurienne, ce sont main-
tenant le Chaberton qui est promis aux
bulldozers de Montgenèvre, le vallon du
Crachet que Vars souhaite « sécuriser » (entendre : sécuriser les
rentrées financières lui échappant actuellement, du fait du carac-
tère non aménagé), le vallon du Clou que la municipalité de
Sainte-Foy-Tarentaise veut artificialiser, au mépris de ses engage-
ments antérieurs. Face à la cupidité de certains élus locaux, qui
ne raisonnent qu’en termes de retombées électorales immédiates,
à la démission de l’État et de son administration, qui jouent les
modernes Ponce-Pilate, refusant d’intervenir quand ils en ont le
pouvoir et le devoir, aux parlementaires de tous bords, toujours à
l’affût d’un amendement scélérat leur apportant quelques voix de
chasseurs ou de motoristes, il ne reste plus que nous pour sauver
ce qui peut l’être encore.

A ceux qui se demandent quel peut être l’intérêt d’adhérer à


Mountain Wilderness, ou d’en rester membre, on ne peut que
conseiller d’aller voir les lieux des défaites d’hier. Et si demain
nous ne voulons pas encore déplorer les combats perdus, il
Édito

importe que nous soyons forts. Et nombreux.

* « Les affaires continuent »

mountainwilderness - n°83 - été 2010


MNEI - 5, place Bir Hakeim - 38000 Grenoble / tél. 04 76 01 89 08
www.mountainwilderness.fr - contact@mountainwilderness.fr
Directeur de publication : H. Thiébault, Président / Coordination : F. Brondex, A. Dautrey.
Crédits photo : Les photos sont issues des photothèques des différentes sections de MW, sauf mention contraire.
Maquette, mise en page : N. Carli / Souris Verte / Impression : Imprimerie des Eaux Claires.
sur papier recyclé / N° ISSN : 1621 - 5974

mountain w i l d e r n e s s - n ° 8 3 3
revue 83:revue 68 29/05/10 17:22 Page4

Une convention entre les accompagnateurs occidentale. Ce déclin résulte principalement de


en montagne et MW la pression anthropique que connaissent ses milieux
Dans le cadre de l'Assemblée générale de Mountain de vie, essentiellement due aux aménagements
Wilderness France qui s'est déroulée les 27 et 28 mars touristiques, mais aussi à certaines pratiques
2010 à Die, le Syndicat national des accompagnateurs pastorales et d'exploitation forestière.
en montagne et Mountain Wilderness ont signée une
convention de collaboration. En effet, ces deux associa- Prévu pour une durée de cinq ans renouvelable, ce
tions comptent un nombre important de membres plan s'articule autour de quatre grands axes de travail :
impliqués dans les deux structures. Elles considèrent - conservation de l'espèce et de son habitat (réduction
que la défense de l’environnement montagnard des facteurs de mortalité anthropique, conservation,
et la promotion des bonnes pratiques constituent connexion et quiétude des habitats) ;
des intérêts communs et ont donc souhaité établir - amélioration des connaissances (pérennité des suivis,
des relations de coopération plus fortes afin d'amélio- soutien à la recherche appliquée) ;
rer la compréhension mutuelle entre les professionnels - communication (sensibilisation du grand public,
de la montagne et les protecteurs de la nature. éducation scolaire/formation professionnelle) ;
Cette convention permet de pérenniser le travail - gouvernance (faire perdurer les partenariats,
commun entrepris dans le cadre des Journées de animation, etc.).
la montagne en Rhône-Alpes et laisse entrevoir de Il a été élaboré de manière concertée, avec la parti-
nombreuses collaborations futures. En effet, proposer cipation de groupes de travail thématiques (tourisme,
des sorties encadrées par des professionnels qui chasse, pastoralisme, forêt, formation) qui se sont
soient accessibles en transport en commun et contri- réunis durant l'année 2009, et vient d'être validé par
buant à l'économie locale est un concept commun dont le conseil scientifique régional du patrimoine naturel
les deux entités souhaitent l'extension géographique. (CSRPN). Notons que la lutte contre le développement
Cette convention peut être lue sur le site internet des domaines skiables, considéré comme la principale
de Mountain Wilderness. cause de mise en danger de l'espèce en entraînant
la disparition de son habitat, est la priorité numéro 1.
Sauvons les tétras-lyres ! En toute logique, le CSRPN a également jugé prioritaire
2010 est l'année internationale de la biodiversité. notre proposition de sensibiliser les « décideurs »
1. Direction régionale de Il est donc normal que ce soit cette année que prenne (préfets, administrations, membres des commissions
l'environnement, de son envol le « plan d'action pour la conservation du des sites, etc.) à cet enjeu de préservation du tétras.
l'aménagement et du logement. tétras-lyre et de ses habitats », lancé l'an dernier par En cohérence avec cet objectif, saluons l'adoption
(1)
la DREAL et la région Rhône-Alpes, en collaboration par le Comité consultatif de la réserve naturelle
avec l'Office national de la chasse et de la faune des Hauts-Plateaux du Vercors d'un moratoire sur

© Alain Cagne / LPO Isère


Actus

sauvage et l'Observatoire des galliformes la chasse au tétras-lyre d'une durée de cinq ans.
de montagne. Gageons que les efforts de tous permettront de
Il est en effet plus que temps de s'en occuper : sauvegarder à l'échelle des Alpes cet oiseau
le tétras-lyre, cette espèce hautement symbolique emblématique !
des montagnes, est en forte régression en Europe

4 mountain w i l d e r n e s s - n ° 8 3
revue 83:revue 68 29/05/10 17:22 Page5

Actions Assemblée générale


de Mountain Wilderness France à Die
NICOLAS MASSON - secrétaire de Mountain Wilderness France

Les adhérents de Mountain Wilderness, venus de toute


la France, se sont retrouvés les 27 et 28 mars au centre
« Le Martouret » à Die, au pied du Vercors, pour participer
un résultat comptable positif qui permet à l’asso-
ciation de se constituer petit à petit un fonds de
roulement, après plusieurs années où la situation
à l’assemblée générale annuelle de l’association. de trésorerie n'était pas confortable.

Dans­ son­ rapport­ moral,­ le­ président,­ Hugues


La journée du samedi a été consacrée le matin à Thiébault,­a­rappelé­son­ambition­de­continuer­à
des réunions des groupes de travail « Mobilité faire­ grandir­ l’association­ en­ étendant­ progressi-
douce », « Installations obsolètes » et « Partenaires vement­ notre­ implantation­ et­ nos­ actions­ dans
privés », puis l’après midi à un débat sur l’éco- tous­les­territoires­de­montagne­de­France.
tourisme, thème auquel sera consacré le prochain
dossier de la revue. Elle s’est terminée par une Une motion sur les installations de production
soirée conviviale avec un bal folk animé par un d’énergie renouvelables en montagne, qui avait été
groupe local. préparée par un groupe de travail dont André
Mansiaux s’est fait le rapporteur, a ensuite été
Le dimanche, a eu lieu l’assemblée générale statu- débattue et votée par l’assemblée (voir l’article
taire de Mountain Wilderness France. consacré à cette motion en page suivante).

Le rapport d’activité présenté par le secrétaire, Une convention de partenariat entre le Syndicat
Nicolas Masson, a montré que 2009 aura été une national des accompagnateurs en montagne et
année satisfaisante pour notre association avec des Mountain Wilderness France a été signée afin de
actions menées à tous les niveaux, des commis- conforter les collaborations entre ces deux struc-
sions administratives jusqu’aux opérations de tures.
terrain en haute montagne, des succès importants
devant les tribunaux, et une équipe salariée renfor- L’assemblée générale a ensuite procédé au renou-
cée par de nouvelles embauches. vellement du conseil d’administration.
Reconnaissante aux administrateurs sortants pour
Jean-François Gatel, trésorier adjoint, a présenté les actions accomplies au cours de leurs mandats,
dans le rapport financier 2009 un budget en l’assemblée a chaleureusement applaudi Laurence
augmentation qui témoigne du soutien renouvelé Roussel, Cathy Gosselin, Daniel Rouzier, Patrick Le
de nos partenaires financeurs et de l’implication Meignen, Philippe Martin et Eric David, qui conti-
grandissante des bénévoles –valorisée par la nueront certainement à contribuer d’une autre
© Alain Cagne / LPO Isère

procédure des notes de frais non remboursés–, et manière à la vie de l’association.

Cinq nouveaux administrateurs ont été élus pour


les remplacer.
Composition du conseil d'administration Francine Brondex habitant les Alpes Maritimes,
pour l’année 2010 sera la référente pour la communication et un
relais pour les actions de plus en plus nombreuses
(entre parenthèses les postes au sein Autres administrateurs menées avec le Parc national du Mercantour.
du bureau et les référents thématiques) Jean-David Abel (espaces protégés)
Patrice de Rorthais, isérois, avait déjà exercé un
Stanislas Besson (mobilité douce,
Bureau montagne à vivre)
mandat d’administrateur. Il revient au conseil
Hugues Thiébault (président, Guillaume Blanc (silence !) d'administration, notamment pour travailler sur le
aménagement, silence) Francine Brondex (communication, dossier « Pratiques sportives ».
Anne Ille-Brière (vice-présidente, espaces protégés) Stanislas Besson, isérois également, était déjà un
pratiques sportives) Patrice de Rorthais (pratiques bénévole actif dans le groupe de travail « Mobilité
Jean-Christophe Caillaud sportives) douce ».
(vice-président) Billy Fernandez (montagne à vivre) Guillaume Blanc est originaire des Hautes-Alpes
Jean-François Gatel (trésorier, Fleury Gelay (installations obsolètes)
mais habite en Ile de France, région pour laquelle
partenaires privés) Patrick le Vaguerèse
Frédéric Marat (aménagement)
il est notre délégué local. Il souhaite s’impliquer
André Mansiaux (trésorier adjoint,
partenaires privés, équipe salariée) Frédi Meignan (mobilité douce) sur la thématique « Silence ! ».
Nicolas Masson (secrétaire) Stéphane Roux (eaux vives) Frédéric Marat, habitant la région lyonnaise (dans
Yannick Guizol (secrétaire adjointe) Sylvain Théobald l’Ain, tient-il à préciser), est intéressé par la théma-
Antoine van Limburg tique « Aménagement ».

mountain w i l d e r n e s s - n ° 8 3 5
revue 83:revue 68 29/05/10 17:22 Page6

A C T I O N S

Production d’énergie renouvelable en montagne

ANDRÉ MANSIAUX Le changement climatique et l’épuisement des thermiques), mais cet engouement pour les énergies
Administrateur ressources énergétiques apparaissent depuis quelques renouvelables est inéluctable et nous devons le pren-
de Mountain Wilderness années comme des enjeux majeurs au niveau dre en compte.
mondial et ils sont devenus de plus en plus incon- Les territoires de montagne sont potentiellement
tournables dans les réflexions et les actions menées propices à l’installation d’équipements d’énergie
par tous les acteurs de l’environnement et de sa hydroélectrique, solaire et éolienne, et Mountain
protection. Wilderness est de plus en plus amenée à prendre
Parmi les leviers permettant de limiter les émissions position sur ces projets. Devons nous considérer que
de gaz à effet de serre sources de changement clima- la lutte contre le changement climatique est la prio-
tique, le recours aux énergies renouvelables prend de rité de part ses conséquences catastrophiques ? Faut-il
plus en plus d’importance avec le lancement de considérer un équipement d’énergie renouvelable
nombreux projets sur tout le territoire. comme tout autre équipement pouvant amener de
fortes nuisances ? Une éolienne est elle esthétique ou
hideuse ? Ces équipements sont indispensables, mais
Une éolienne est elle esthétique ou hideuse ?
pourquoi les installer sur nos chères montagnes ? …
Ces équipements sont indispensables, Autant de questions que nous nous sommes posées
lors de plusieurs réunions sans que nous puissions
mais pourquoi les installer sur nos trancher, d’où notre décision de soumettre une
chères montagnes ? … motion au vote des adhérents en Assemblée
Générale.
Le débat qui a précédé le vote a permis de mettre en
On ne peut que regretter que l’accent ne soit pas évidence les oppositions entre ceux qui estimaient
suffisamment mis sur les deux autres leviers que sont que cette motion donnait une part trop belle aux
la sobriété et l’efficacité énergétique (quel gâchis que énergies renouvelables et ceux qui ne la trouvaient
de voir par exemple des énergies renouvelables servir pas assez ambitieuse. Les adhérents ont tranché et
à chauffer électriquement des logements qui sont son adoption devrait nous aider dans les prises de
pour beaucoup d’entre eux de véritables passoires position futures.

MW et les installations de production d’énergie


renouvelable en montagne
Motion adoptée lors de l’Assemblée générale de Die, 28 mars 2010

Le constat La position de Mountain Wilderness France


Il faut modifier radicalement nos modes de production, Mountain Wilderness France (MWF) pourra prendre
de transformation et de consommation d’énergie, car : position sur la question des aménagements liés à l’énergie,
- La majeure partie de la consommation mondiale d’énergie dans la limite de son champ d'action, en cohérence avec
est issue de sources non renouvelables. Au rythme actuel ses objectifs de protection de la montagne, et en accord
de consommation, ces ressources seront devenues rares avec le constat de l’urgence du changement énergétique.
avant la fin du XXIe siècle.
- Les émissions de gaz à effet de serre engendrent MWF considère que les installations de production
un changement climatique catastrophique à l’échelle d’énergie renouvelable en montagne doivent faire
planétaire. l’objet d’un traitement différencié.

Ces modifications indispensables se réaliseront en Pour ces installations, MWF sera vigilante sur la qualité
améliorant la sobriété énergétique, l’efficacité énergétique et l’opportunité écologique des projets, et leur apportera
et le recours aux énergies renouvelables. Ces trois actions, un soutien dès lors que ces critères de qualité seront
indissociables et complémentaires, doivent être menées satisfaits, la protection de la wilderness de montagne
de front. sera toujours le premier de ces critères.

Le mouvement Mountain Wilderness (MW) n’a pas voca-


tion à agir sur le problème de l’énergie dans sa globalité.
Cependant, certains aspects de ce dernier affectent les
espaces naturels de montagne, domaine d’intervention
de MW. Déjà, de nombreuses actions de MW vont dans
le sens de la réduction des consommations d’énergie.

6 mountain w i l d e r n e s s - n ° 8 3
revue 83:revue 68 29/05/10 17:22 Page7

Dossier Une forêt naturelle et prodigue


Dossier coordonné par Jean-François Gatel, administrateur de Mountain Wilderness

Il y aurait tout à dire sur la forêt de montagne,


tant le sujet est riche. Tant de pages pourraient
être noircies de chiffres : près d’un tiers
Alors, même si cette forêt évolue, même si on
ne sait quel aspect elle aura dans un siècle,
notre devoir est d’empêcher les dernières
du territoire montagnard est recouvert forêts sauvages de montagne de disparaître.
de forêts, une grande majorité des gens Pour les espèces sauvages qu’elles abritent,
répondent “la forêt” quand on leur demande et parce qu’être contemporain de ces espaces
de citer un espace naturel... sauvages est un besoin fondamental pour
Ce ne sera pas l’objet de ce dossier. l’homme.
Nous voulons vous montrer ici deux choses. C’est parce qu’elles sont inspirées de ces
Tout d’abord, la forêt peut être vue comme une sous-bois moussus, tordus et pourrissants
source formidable d'énergie et de matériaux, qui symbolisent les forêts sauvages que des
mais l'exploitation de ces ressources œuvres d’artistes figurent dans ce dossier.
économiques doit être gérée au mieux en
ce qui concerne l'environnement et profiter L’arbre décharné est semblable
le plus possible à son territoire d’attache. au hurlement du loup.
Ensuite et surtout, la forêt peut être un lieu Il restitue la dimension de la forêt.
Il évoque un monde qui n’appartient qu’à lui-même.
d’émancipation, de ressourcement, de rêverie
Ni hôte, ni exploitant, l’homme ne sera jamais
ou de création propre à chaque individu.
en cette forêt qu’un éternel passant.
La forêt sauvage a ceci en commun avec Bernard Boisson - La forêt primordiale
les cimes englacées que l'on peut y ressentir
la solitude, celle-là même qui permet à chacun
de se retrouver et de rêver.

© Gilbert Cochet

mountain w i l d e r n e s s - n ° 8 3 7
revue 83:revue 68 29/05/10 17:22 Page8

D O S S I E R

Une forêt naturelle et prodigue

La naturalité pour les forêts de montagne


GILBERT COCHET Les forêts des montagnes françaises, presque toujours Alpes du nord. Enfin, l’ours a disparu de toutes les
Naturaliste passionné vivant en en terrains pentus et difficiles d’accès, pourraient lais- forêts de notre pays puisque le seul mâle qui reste
Ardèche, professeur agrégé de ser croire qu’elles recèlent des trésors de naturalité dans les Pyrénées ne s’est jamais reproduit, faute de
sciences naturelles, correspondant
dans des sites inviolés par l’homme. Ce n’est vrai que femelles. Maintenant, nos seuls ours sont donc
du Muséum national d’histoire
pour quelques exceptions. Ainsi, dans les forêts slovènes et limités à quelques individus.
naturelle et expert auprès du
vierges des falaises des gorges de l’Ardèche se déve- Ainsi donc, nos forêts de montagne, exploitées, ou
conseil de l’Europe.
loppe une population de genévriers de Phénicie, pour détruites pour diverses raisons, ne jouent plus vérita-
certains âgés de près de 2 000 ans ! Mais ces forêts blement le rôle de refuge et leur inaccessibilité n’est
verticales, qui se retrouvent dans d’autres secteurs de que toute relative à l’heure des engins d’exploitation
nos montagnes, ne doivent pas nous faire oublier que forestière de plus en plus performants. Et pourtant,
le reste de la couverture boisée des flancs des reliefs dès lors que la pente est trop forte, l’exploitation
a été très largement exploité par l’homme. forestière n’est plus rentable. Aussi, laisser évoluer
librement ces forêts nous apporterait beaucoup :
protection des sols et de l’eau avec, en prime, une
Nos forêts de montagne, exploitées, ne jouent riche biodiversité. Le tout sans réelle perte écono-
mique.
plus véritablement le rôle de refuge...
Des réserves biologiques intégrales existent déjà,
comme sur les hauts plateaux du Vercors. Un exem-
La preuve est apportée par les disparus. Le grand ple à suivre, comme chez nos amis suisses qui se
tétras a été complètement éradiqué des Alpes fran- donnent comme objectif la préservation intégrale de
çaises. L’espèce est en voie de disparition dans les 10 % de leurs forêts alpines. Ce même objectif vient
Vosges, ne subsiste plus qu’en très petit nombre dans de faire l’objet d’une convention dans la région
le Jura et diminue fortement dans les Pyrénées. Le pic Rhône-Alpes entre tous les acteurs de la forêt, dont
à dos blanc, après avoir disparu des Alpes françaises, l’association « Forêts sauvages ». Souhaitons donc ce
des Vosges et très probablement du Massif central, renouveau pour des forêts de grande naturalité. Le
n’est présent que dans quelques vieilles hêtraies pyré- retour des espèces disparues sera là pour nous dire si
néennes. Le pic tridactyle est très localisé dans les nous avons su relever ce défi.

Rendre leur "naturalité" aux forêts


L’association Forêts sauvages a pour Forêts sauvages participe à des
objectif la préservation des forêts colloques et édite une lettre par
naturelles et la promotion de la notion Internet : Naturalité. Par ailleurs, grâce
de « naturalité ». En effet, les espaces aux dons de nos sympathisants, nous
où la nature est en expression libre achetons des forêts, bien entendu lais-
sont devenus très rares à une époque sées en libre évolution. Ce qui n’em-
marquée par la gestion de tous les pêche pas le suivi scientifique de
territoires. ces véritables laboratoires vivants.

Si notre démarche vous intéresse,


notamment pour participer aux acqui-
sitions foncières, rendez-vous sur
© H. Bourdin notre site : www.forets-sauvages.fr
© Nathan Daumergue

8 mountain w i l d e r n e s s - n ° 8 3
revue 83:revue 68 29/05/10 17:22 Page9

D O S S I E R

Une forêt naturelle et prodigue

La réserve biologique intégrale du Vercors


Cette réserve vient d'être officiellement créée Cette réserve va permettre à tous les organismes
par arrêté interministériel du 16 octobre 2009. scientifiques travaillant sur les milieux forestiers ou
Située sur les communes de Saint-Agnan-en-Vercors sur les espèces associées à ces milieux d'établir des
(Drôme) et Saint-Andéol (Isère), elle couvre une programmes de recherche ambitieux en temps et
surface de 2 160 ha et s'étage de 920 m à 2 090 m. ayant besoin de grande surface. Ainsi, depuis 2009,
en partenariat avec le Parc gestionnaire de la Réserve
JEAN-LOUIS TRAVERSIER Située sur un substrat géologique caractéristique des naturelle et avec l'appui financier de la DREAL
Responsable environnement massifs calcaires tabulaires (lapiaz, scialets ...), elle (Direction régionale de l'environnement, de l'aména-
à l'Office national des forêts subit un climat particulièrement rude. Cette forêt, qui gement et du logement) Rhône-Alpes, l'ONF (Office
Drôme-Ardèche n'est plus exploitée depuis plusieurs années, notam- national des forêts) et la LPO (Ligue pour la protec-
ment sur les parties hautes, abrite de nombreux habi- tion des oiseaux) Drôme essaient d'appréhender les
tats forestiers que sont entre autres la buxaie effectifs et tentent de mieux connaître la reproduction
(formation dominée par les buis), la chênaie, la et le comportement de la chouette chevêchette.
hêtraie sapinière, la pessière (forêt d'épicéas) puis la D'autres études, en partenariat avec l’Institut de
pineraie de pin à crochet et se termine par les pentes recherche pour l'ingénierie de l'agriculture et de
rocailleuses et les pelouses d’altitude. 1 835 ha sont 'environnement (Cemagref) tentent d'appréhender
l'impact des changements climatiques sur le fonction-
Ce territoire emblématique devient, nement des écosystèmes forestiers. Tous ces
programmes de recherche devront s'inscrire dans le
avec ce classement, un territoire privilégié plan de gestion qui a été élaboré et devront être
pour l'étude et la compréhension de l'évolution soumis à l'approbation du comité scientifique de la
Réserve naturelle des Hauts Plateaux. Le classement
des espèces et des écosystèmes. en Réserve biologique intégrale implique que la
plupart des activités traditionnelles comme l'exploita-
tion forestière, le pâturage, la chasse au petit gibier
inclus dans le territoire de la Réserve naturelle des sont désormais interdites : les autres activités se prati-
Hauts plateaux du Vercors qui est elle-même un queront selon les prescriptions applicables au sein de
territoire intégré dans le réseau Natura 2000 comme la Réserve naturelle.
Zone de protection spéciale au titre de la directive Ce territoire emblématique devient, avec ce classe-
« Oiseaux » et comme Zone spéciale de conservation ment, un territoire privilégié pour l'étude et la
au titre de la directive « Habitats ». On y rencontre compréhension de l'évolution des espèces et des
de nombreux habitats d'espèces et de nombreuses écosystèmes.
espèces inscrites dans les annexes de ces directives.

Ces arbres qui ornent nos montagnes


Les forêts de montagne des Alpes du Sud sont également inconnue dans notre région. d'altitude, mais dont l'impact des dégâts,
marquées par deux essences phares : le Pin Noir D'autres problèmes ressurgissent ponctuellement hors jeunes plantations, reste faible,
d'Autriche et le Mélèze. Ces deux arbres, aux comme les attaques de la Nonne (Lymantria enfin, depuis 2003, un dépérissement d'origine
origines bien différentes, ont des soucis de santé monacha), un lépidoptère plutôt présent sur abiotique beaucoup plus inquiétant, lié à la cani-
parfois importants. épicéa, et qui peut ponctuellement s'attaquer cule et aux cinq années de sécheresse qui ont
Le Mélèze, essence autochtone, connaît des hôtes à d'autres résineux, et même à des feuillus ! suivi. Ce déficit hydrique a entraîné des mortalités
récurrents comme la tordeuse grise du mélèze Le Pin Noir d'Autriche est une essence exotique de masse sur des pans entiers de montagne.
(Zeiraphera diniana). Ce lépidoptère, défoliateur originaire des Balkans, introduit massivement Le Pin Sylvestre, pourtant indigène, est atteint
cyclique fait parler de lui à intervalles réguliers, dans les Alpes du Sud par les Eaux et Forêts, des mêmes maux.
mais sans menacer l'espèce. Le coléophore au XIXème siècle, lors des opérations de Tous ces phénomènes inhabituels sont suivis
(Coleophora laricella), autre lépidoptère moins reboisement. Cette espèce n'a pas connu de avec attention car ils pourraient être les symp-
connu, attaque sur des surfaces inférieures, mais soucis phytosanitaires sérieux pendant une bonne tômes des changements climatiques en cours.
ses dégâts sont souvent plus sévères, pouvant partie du XXème siècle. Mais la fin de ce siècle Les Alpes du Sud, aux caractéristiques de
aller jusqu'à la mort de tout ou partie de l'arbre. et le début du 3ème millénaire ont vu surgir végétation déjà marquées par une forte influence
Depuis deux ans de nouveaux ennemis sont appa- d'importantes complications sur le plan sanitaire. méditerranéenne, pourraient alors être précurseurs
rus dans les mélézins des Alpes du Sud, comme le Cette essence rustique présente trois pathologies de modifications affectant l'ensemble des
champignon pathogène foliaire (Meria laricis), ou principales : montagnes d'Europe.
encore la Tenthrède du Mélèze, (Cephalcia larici- le Gui (Viscum album) en extension exponentielle
phila) un hyménoptère défoliateur dont la fausse sur les pins en général, Lilian Micas, technicien à l'ONF, correspondant-
chenille s'attaque exclusivement aux mélèzes la Processionnaire du Pin (Thaumetopoea pityo- observateur du département de la santé des forêts
plantés hors de leur zone naturelle, et qui était campa), présente par endroit à plus de 1800 m pour les Alpes-de-Haute-Provence

mountain w i l d e r n e s s - n ° 8 3 9
revue 83:revue 68 29/05/10 17:22 Page10

D O S S I E R

Une forêt naturelle et prodigue

Forêt de montagne et changements climatiques


GEORGES KUNSTLER En montagne, les forêts sont fortement soumises aux altitude du hêtre dans le massif du Montseny
Chargé de recherche à variations des conditions climatiques. Cette influence (Barcelone). D’autres travaux, réalisés sur l'ensemble
L’institut de recherche en sciences du climat se remarque facilement lorsque l’on s'élève des montagnes de France, ont également relevé une
et technologies pour l'environne- en altitude et que l'on voit progressivement le remontée en altitude de différentes espèces végétales,
ment (Cemagref) de Grenoble passage des feuillus aux résineux, puis la disparition mais elle reste relativement limitée pour les arbres.
des arbres au profit des pelouses alpines. Cet étage- Globalement, les signes d'une remontée en altitude
ment de la végétation résulte de la variation de des plantes lors du siècle dernier sont rares. Ceci
température avec l'altitude (perte de 0,5°C tous les s'explique par le fait que la vision d'un équilibre
100 m). Il semble donc évident que les changements simple entre les forêts et l'altitude est fondamentale-
climatiques sévères prédits par les climatologues (+ 4 °C ment fausse. Les forêts des montagnes ont été façon-
en 2100) devraient conduire à des modifications nées par les activités humaines (gestion forestière,
profondes des forêts de montagne. agriculture...). Et les profonds bouleversements qui se
sont opérés dans nos sociétés au cours du siècle
dernier ont induit des changements de gestion
La difficulté à obser ver les impacts des auxquels les forêts sont encore en train de répondre
changements climatiques en cours ne doit (la recolonisation des pâturages abandonnés peut
prendre plus de 100 ans). Il est donc difficile de sépa-
pas nous pousser à les minimiser. rer les effets des changements climatiques de cette
évolution des paysages forestiers, en particulier de
l'effet de la déprise agricole.
Une première approche assez simple laisserait penser
© Nathan Daumergue

qu'une augmentation de 4 °C pourrait se traduire par Cette difficulté à observer les impacts des change-
une remontée des étages de végétation de l'ordre de ments climatiques en cours ne doit pas nous pousser
800 m. En appliquant cette même démarche, l'aug- à les minimiser. En effet, les travaux de modélisation,
mentation de 0,6 °C qui s'est déjà produite durant qui prennent en compte l'histoire de ces forêts dans
les 100 dernières années aurait dû entraîner une leurs prédictions, s'accordent tous sur des impacts
remontée des espèces forestières d'environ 120 m. importants, avec une remontée en altitude de la
Certaines observations récentes vont dans ce sens. limite supérieure forestière et une réorganisation
Des études ont par exemple montré une remontée en complète de la composition en espèces des forêts.
L'ampleur de ces changements et les mécanismes par
lesquels ils s'opéreront (dépérissement brutal des
forêts ou remplacement progressif d'une espèce par
une autre) restent cependant encore incertains.

10 mountain w i l d e r n e s s - n ° 8 3
revue 83:revue 68 29/05/10 17:22 Page11

D O S S I E R

Une forêt naturelle et prodigue

Le paysage forestier
comme ressource pour le territoire
Façonné par les activités pastorales et forestières activités de la filière bois et l'artisanat local y a une
pendant de nombreux siècles, le Queyras –territoire place importante. Les habitants, contraints de rester à
habité le plus haut d’Europe– se caractérise par une riche l'intérieur durant l’hiver long et rigoureux, ont déve-
mosaïque de milieux à la biodiversité exceptionnelle. loppés des savoir-faire particuliers pour construire des
Son patrimoine forestier constitue une ressource outils, des meubles, des jouets et autres objets en
fondamentale à la fois comme élément du paysage bois. Cet artisanat est toujours présent mais doit faire
et comme ressource économique. face à une concurrence mondiale de plus en plus
forte. A cet égard et les meubles et objets (jouets
JOËL GIRAUD L’ensemble des paysages du Queyras est très apprécié notamment) fabriqués ont toujours la particularité
Député des Hautes-Alpes
par les touristes. Avec sa végétation caractéristique, le d’être issus des forêts queyrassines.
Queyras constitue un territoire où le mot nature Les visiteurs à la recherche d’authenticité et de
prend tout son sens puisque le tourisme ne s’est pas produits vrais savent reconnaître la qualité, le savoir-
développé au détriment des richesses naturelles, mais faire caractéristiques de l’artisanat local.
au contraire grâce à celles-ci. A ce titre la création du
Parc naturel régional du Queyras a permis de conci- La forêt a aussi une fonction sociale de plus en plus
lier activités économiques et développement, protec- importante. On vient chercher en forêt l’agrément, le
tion et valorisation des ressources. plaisir gratuit offert par la vision, la contemplation de
la nature en tant qu’habitat naturel ou par l’immer-
sion dans la nature sauvage. Le patrimoine forestier
du Queyras constitue donc un espace de détente et
de loisirs. Zone touristique importante, le Queyras et
ses forêts accueillent de nombreuses activités spor-
tives et constituent un vaste terrain de pratique pour
tous les amoureux de la nature ! Randonnée pédestre,
vélo, équitation, sports d'eau vive sont autant d'ex-
cuses pour profiter de la fraîcheur forestière et des
couleurs qui changent au gré des mois et des saisons.

Très sensibles à la qualité de leur environnement et à


la valorisation des ressources locales en bois, les
Le tourisme ne s’est pas développé au collectivités du territoire sont aussi le moteur d’une
véritable dynamique dans l’utilisation et le dévelop-
détriment des richesses naturelles, mais pement de chaufferies bois via les réseaux de chaleur.
au contraire grâce à celles-ci. D’un point de vue environnemental, la forêt du
Queyras participe à la biodiversité du territoire et à sa
conservation. Avec l’appui du Parc, elle joue égale-
ment un rôle de protection active et passive contre les
Les forêts du Queyras se caractérisent notamment par risques naturels (érosion des sols, crues) que connaît
leur grande diversité. Ainsi, il est possible de retrou- malheureusement le Queyras.
ver des forêts de mélèzes et de pins cembros qui
atteignent l’altitude record de 2 500 mètres, là où la
végétation n’a guère plus de trois mois pour se déve-
lopper. Le mélèze est le seul conifère à perdre ses
aiguilles à l’automne. Le pin cembro, ou arole, est
emblématique du Queyras. Le pin sylvestre se déve-
loppe, lui, plutôt dans les Gorges du Guil où il s’ac-
commode bien des conditions difficiles, mais aussi
sur les adrets. Il contribue à fixer les sols instables.

La forêt du Queyras est également une ressource très


importante pour le territoire sur le plan économique.
Le travail du bois constitue depuis le XVIIème siècle
une activité essentielle regroupant l’ensemble des

mountain w i l d e r n e s s - n ° 8 3 11
revue 83:revue 68 29/05/10 17:22 Page12

D O S S I E R

Une forêt naturelle et prodigue

Le bois, une ressource pas assez exploitée


WILFRIED TISSOT La filière bois française n’est pas au mieux de sa La forêt est ainsi au cœur d’enjeux sociaux, écono-
Cartographe/géomaticien, forme. La France importe pour 5 à 6 milliards d’euros miques, environnementaux et énergétiques, mais
chargé de mener à bien les plans de bois par an, et 30 % des bois sciés sont des bois aussi culturels et touristiques. En effet en France, un
d'approvisionnement territoriaux au importés. Le bois correspond au deuxième poste le paysage d’exploitation forestière choquera plus qu’un
sein de la Fédération nationale des plus déficitaire de la balance commerciale française. paysage d’exploitation agricole. Si le tourisme peut se
communes forestières Ceci peut paraître paradoxal, puisque la France développer autour de l’exploitation agricole, ce n’est
possède un parc forestier important, mais elle sous- pas le cas en ce qui concerne l’exploitation forestière.
valorise sa ressource. Aujourd’hui, 40 % de l’accrois- Cette vision est très française, elle ne se retrouve pas
sement forestier annuel n’est pas exploité, en dans des pays comme l’Autriche où la « culture bois »
montagne encore plus qu’ailleurs. Sur le Pays Grand est très forte. Dans certaines chartes forestières, la
Briançonnais, par exemple, moins de 30 % des notion de paysage entre très largement en considéra-
surfaces forestières sont jugés exploitables. Cela pose tion. Ces constats montrent que les problématiques
un double problème : le premier d’ordre écono- concernant la forêt vont bien au-delà de la biodiver-
mique, puisque le territoire ne peut compter sur cette sité ou de la naturalité, bien que ces deux sujets
ressource, et le second d’ordre environnemental, car soient essentiels. Alors est-il nécessaire d’accroître la
dans certains cas, la tentation de surexploitation des naturalité ? Faut-il au contraire développer la desserte
zones forestières facilement exploitables est grande. forestière et ouvrir davantage les massifs à l’exploita-
© J.F. Gatel
tion, sachant que cela entraînera d’autres problèmes,
notamment la recrudescence des loisirs motorisés ?
Faut-il transformer les méthodes d’exploitation, et
généraliser le débardage par câble par exemple, sa-
chant que cela nécessite quand même des dessertes ?
Il n’est pas facile de répondre à toutes ces questions.

La Fédération nationale des communes forestières a


tenté, à travers ses différents programmes d’actions(1),
d’apporter les réponses les plus pragmatiques possi-
ble. La fédération met en place des plans d’approvi-
sionnement territoriaux en plaquettes forestières et en
bois d’œuvre, sur lesquels les élus s’appuient pour
La forêt est au cœur d’enjeux sociaux, économiques, aider les filières bois courtes à se développer.
L’objectif est de valoriser le bois de proximité, en
environnementaux et énergétiques, mais implantant des chaufferies et des réseaux de chaleurs
alimentés en bois local. Cela crée des emplois, valo-
aussi culturels et touristiques.
rise la ressource locale, limite les transports et permet
aux territoires de tendre vers l'autonomie énergé-
tique. En parallèle, la même démarche concernant le
bois d'œuvre permettra aux scieurs de s’approvision-
Elle l’est d’autant plus que la ressource forestière est ner de manière plus importante en bois local et, à
un des piliers sur lequel le gouvernement compte terme, de construire des bâtiments collectifs efficients
s’appuyer pour accroître la part des énergies renou- sur le plan de la consommation énergétique. Les
velables dans la production globale d’énergie. Les plans sont conçus avec une très forte volonté de limi-
projets de la CRE (Commission de régulation de ter les impacts environnementaux. Cela sous-entend
1. Programme « 1000 chaufferies bois l’énergie) prévoient pour 2012 un besoin de 2 millions de proposer de nombreux scénarios d’exploitations,
pour le milieu rural » et le développe- de tonnes de plaquettes forestières pour faire de la d’intégrer de multiples zonages environnementaux,
ment des plans territoriaux en plaquette cogénération (production simultanée d'électricité et de proposer l’ouverture de certains massifs, et de
forestière ou en bois d'œuvre. de chaleur). S'il est important d'augmenter la natura- garantir le respect d’une naturalité sur d’autres
www.1000chaufferies.com lité de certaines forêts, il ne faut pas que cela se fasse espaces.
Programme « 100 construction bois au détriment de l’emploi du bois dans la construction
local », dans lequel un critère ou comme énergie, solutions de remplacement
d'efficacité énergétique variera de viables à l'usage d'autres énergies (fioul, charbon,
Finergie à passif en fonction d'une nucléaire) et matériaux de construction (béton, plas-
typologie de bâtiment ou des tique…) aux impacts environnementaux non-négli-
politiques régionales. geables.

12 mountain w i l d e r n e s s - n ° 8 3
revue 83:revue 68 29/05/10 17:22 Page13

D O S S I E R

Une forêt naturelle et prodigue

Les forêts de montagne, protocole


d’application de la Convention Alpine
Signé par les huit pays alpins et l’Union européenne ser le bois en filière courte grâce à la création d’une
en 1991, le protocole « Forêts de montagne » de la petite zone d’activité autour d’une scierie que l’on
Convention alpine préconise des mesures renforçant voudrait moderniser. Le territoire souffre d’enclave-
les fonctions protectrices, sociales et écologiques ment, ce qui nuit à la valorisation du bois, et cette
des forêts de montagne, tout en valorisant leur scierie est la dernière de taille significative. Le prin-
rôle économique pour la population locale. cipe est de réunir dans ce « Pôle Bois » des artisans
intéressés par les ressources locales : pin, sapin et
Une démarche représentative est menée par le Pays surtout mélèze, pour travailler avec la scierie dans un
OLIVIER RÉGNIER A3V (Asses, Verdon, Vaïre, Var), une association qui véritable esprit de filière. Des débouchés locaux exis-
Cipra France
regroupe 40 communes du département des Alpes- tent grâce aux rénovations de résidences secondaires
de-Haute-Provence. Avec un territoire recouvert à et touristiques.
54 % par la forêt, la ressource en bois se révèle sous-
exploitée et la situation de la filière bois apparaît Une Charte forestière pour structurer la démarche
préoccupante. Le Pays A3V, dans le cadre de sa Afin de prendre en compte la problématique du bois
mission de développement économique et de valori- dans sa globalité, élus et partenaires ont décidé
sation des ressources naturelles, s’est engagé dans le d'élaborer une Charte forestière à l'échelle du Pays en
soutien de cette filière, avec diverses réalisations, 2009. Signée le 18 février 2010, elle décline ses
parmi lesquelles une chaudière automatique à enjeux selon trois principaux axes :
plaquettes de bois installée en 2004 à la Maison de - mobiliser les propriétaires, améliorer la desserte et
pays de Beauvezer, ou un réseau de chaleur prévu à la gestion forestière ;
Castellane pour chauffer hôpital, écoles, salle polyva- - valoriser le bois d’œuvre local, structurer la filière
lente et logements. bois-énergie ;
- encourager l’agroforesterie, défendre les forêts
Un projet de « Pôle Bois » mené sur la commune contre les incendies.
de Villars-Colmars. Cependant, afin de s’inscrire davantage dans l’esprit
Albert Le Courbe, chargé de mission forêt et filière du protocole, la politique forestière française mérite
bois pour le Pays A3V, coordonne cette initiative de d’être encore améliorée, par exemple avec la dyna-
Plus d’infos : www.pays-a3v.net­ « Pôle Bois », issue d’un partenariat public / privé misation de la recherche française sur l’écosystème
impliquant les collectivités locales. Elle vise à valori- forestier de montagne.

Chaudières automatique au bois, des projets


D'autres réalisations voient régulière- alimentée par la filière bois locale
ment le jour. Ce fut le cas pour la et 3 fournisseurs se partagent équita-
maison de retraite d'Oraison (04) blement le marché. Ce sont des projets
bâtiment « Haute qualité environne- qui permettent de crédibiliser et
mentale » qui à été équipée en 2007 fiabiliser une démarche qui a de forte
d'une des premières chaudière bois chance de faire pas mal de "petits".
du département. Plus récemment,
le Lycée Beau-de-Rochas, à Digne-
les-Bains, actuellement en cours
de restructuration, bénéficie d'une
chaudière bois de 750 Kw. Elle est
© J.F. Gatel

© J.C. Caillaud

mountain w i l d e r n e s s - n ° 8 3 13
revue 83:revue 68 29/05/10 17:22 Page14

D O S S I E R

Une forêt naturelle et prodigue

Débardage, débusquage,
désencrouage... avec chevaux !
MICHEL PROST Oubliée depuis des lustres, solution de remplacement ble de passer dans des « trous de souris » dans le
Débardeur à cheval dans le Jura à une mécanisation forestière « galopante », l'utilisa- sous-étage et de slalomer entre les obstacles, épar-
tion du cheval en forêt tend à se refaire doucement gnant les jeunes plants, ne blessant pas les arbres de
une place au soleil dans la pénombre des grandes réserve, et garantissant ainsi la pérennité de la forêt.
futaies. Le travail du cheval propose une solution Quand les surfaces à exploiter sont faibles, et c'est
intéressante aux problèmes récurrents de dégradation souvent le cas en forêt privée, la solution cheval de
des sols et des dommages aux arbres restants en débardage est facile à mettre en place. De même que
place après l'exploitation d'une coupe de bois. partout où il s'agit de sortir du bois en préservant des
Longtemps, son domaine de prédilection a été installations en place : pont, passerelle, muret, digue,
l'éclaircie en plantation. espaces aménagés, chemins étroits... le cheval peut
Actuellement les débardeurs avec chevaux intervien- manœuvrer avec sa charge.
nent principalement dans les milieux sensibles. Par Débarder avec des chevaux est devenu un choix où
exemple, les rivières, pour le désembâclage(1) et l'en- l'homme se met au service de la nature avec l'idée de
tretien préventif des ripisylves(2) souvent nichées au protéger la biodiversité et les écosystèmes en interve-
1. Supprimer les accumulations fond de vallées encaissées et inaccessibles aux engins nant de façon peu traumatisante pour l'environne-
de débris de branchage qui motorisés lourds (la tempête de 1999 a été un vérita- ment.
obstruent le cours d'eau ble révélateur de l'intérêt de la traction animale dans Débarder avec des chevaux est d'abord une passion,
(embâcles). ce milieu). Mais aussi les terrains humides, les pentes passion pour l'animal bien sûr mais aussi passion
2. Formations boisées, au fort risque d'érosion, les milieux boisés fragiles, les pour la forêt et ses travaux. Il faut avoir vu des équi-
buissonnantes et herbacées forêts périurbaines où le cheval laisse peu de traces et pages professionnels à l'œuvre pour saisir tout le
présentes sur les rives agit silencieusement. Le cheval ne tasse pas les sols, il potentiel d'avenir de cette activité.
d'un cours d'eau. ne laisse pas d'ornières, il ne patine pas, il est capa-
© Michel Prost

14 mountain w i l d e r n e s s - n ° 8 3
revue 83:revue 68 29/05/10 17:22 Page15

Actions
A C T I O N S

MW brandit l'Étendard du Silence !


BRUNO VIDAL – Co-organisateur de l'action

C'est avant l'aube du 14 mars 2010 que des courageux apparaissent bien petits vus du ciel. Pour une fois,
s'élancèrent, à l'appel de Mountain Wilderness, de la ils ont pu signifier leur ras-le-bol.
Frapna(1), de Cipra(2), de la FFCAM(3) et des associations Au-delà des considérations éthiques, ce sont égale-
locales Vivre en Maurienne et Vivre en Tarentaise, vers ment des considérations économiques qui se sont
exprimées lors de cette manifestation. Ainsi un
le glacier de l'Étendard. Dès 9 h, la bannière "Silence !"
accompagnateur en montagne rappelait à quel
était posée au bord de l'alti-surface du glacier.
point la présence d'une alti-surface et les activités
aériennes en général étaient non seulement une gêne
« Silence !», tel fut le simple mot brandi par les mais même un handicap pour tous ceux qui cher-
manifestants. À l'heure où certains rivalisent chent à développer un tourisme doux et à en vivre.
d'inventivité pour multiplier les offres de loisirs Après le colloque de Chambéry de décembre
motorisés aériens, les manifestants étaient venus 2009(4), c'est donc sur le terrain que le débat des
symboliquement rappeler cette évidence : la nuisances aériennes est relancé. Les participants,
montagne a besoin de zones de tranquillité, nous outre le fait de se donner rendez-vous l'année
avons besoin de zones de tranquillité, et le plaisir prochaine, ont convenu de solliciter les responsa-
de quelques-uns, la course au profit d'une bles politiques pour faire évoluer la législation et
poignée, ne sauraient transformer la moindre pour permettre que le calme revienne enfin là où il
parcelle du territoire en Luna Park et gâcher la n'aurait jamais dû disparaître.
quiétude du plus grand nombre. Les randonneurs,
les amoureux de la montagne existent même s'ils
1. Fédération Rhône-Alpes de
protection de la nature
2. Commission internationale pour
Guide sur les loisirs motorisés la protection des Alpes
3. Fédération française des clubs
MW France met à votre disposition que cela intéresse », et réalisé avec
et à celui des élus des communes la collaboration de la FRAPNA, ce alpins et de montagne
concernées un guide juridique sur les guide est téléchargeable au format 4. L’utilisation de l’hélicoptère et
loisirs motorisés. Intitulé « La circula- pdf sous l'onglet "Projets – Silence ! les vols de loisirs dans les Alpes,
tion des engins motorisés dans les - Documents" de notre site voir Revue MW, n° 82, p.16.
espaces naturels – Un point législatif www.mountainwilderness.fr
et règlementaire à l'usage des élus,
des administrations et de tous ceux

mountain w i l d e r n e s s - n ° 8 3 15
revue 83:revue 68 29/05/10 17:22 Page16

A C T I O N S

Changer les comportements grâce


au portail de la montagne sans voiture !

CAMILLE LABIE La montagne est belle mais vulnérable. Les pratiquants de sorties que nous mettons désormais à votre dispo-
Chargée de mission des activités de montagne sont des témoins inquiets des sition. Nous avons donc créé une base de données
Mountain Wilderness conséquences des changements climatiques. Mais ils qui concentre de nombreux itinéraires de montagne
sont aussi des utilisateurs réguliers de leurs voitures (randonnée, ski, escalade, alpinisme) avec les modes
personnelles pour aller en montagne. Pour que vous accès et dessertes en transport en commun associés.
puissiez facilement vous rendre en montagne en trans- Fini l'organisation compliquée : en un « clic », sur le
port en commun, Mountain Wilderness a mis en ligne portail « changerdapproche.org », vous trouverez des
« Changerdapproche.org », une base de donnée d'itiné- idées de sorties et les informations nécessaires pour
les réaliser.
raires accessibles sans voiture.

A ce jour, plus de 7000 itinéraires de montagne


accessibles sans voiture sont à votre disposition

L'objectif de ce portail est de faire découvrir à tous


l'éventail des possibles pour aller en montagne sans y
laisser de traces : faciliter les démarches et proposer
des idées de sorties pour aider chacun à faire le
premier pas.
A partir d'une carte, vous pourrez visualiser de
nombreuses possibilités de sorties en transport en
commun dans toutes les montagnes de France !
Chaque itinéraire décrit est accompagné d'informa-
tions concernant l'accès en transport en commun, de
A par tir d'une car te, vous pourrez commentaires, conseils, avis de celui qui l'a effectué.
visualiser de nombreuses possibilités de Les forums associés permettent d'échanger sur le
thème de la mobilité douce.
sor ties en transpor t en commun dans En plus des offres de transports alternatifs à la voiture,
toutes les montagnes de France vous y trouverez des informations éco-touristiques.
L'objectif est de favoriser l'économie locale des vallées
(hébergement, restauration, produits locaux, …).
Lorsqu'on se déplace en transport en commun, qu'on
Dans les hautes vallées, les flux touristiques représen- prend le temps de vivre, il est souvent bien agréable
tent près de 75 % des émissions des gaz à effet de d'organiser son itinéraire sur plusieurs jours ou de
serre. Il est donc important de changer les modes s'arrêter à une terrasse de café dans un village... Vous
d'approche des lieux de loisirs. Changer les habitudes : trouverez donc toutes les informations touristiques
nombreux sont ceux qui y sont sensibilisés et qui y locales nécessaires pour vous organiser des sorties
sont favorables. Mais ce n'est pas toujours facile originales et pour vivre la montagne autrement.
d'abandonner sa voiture quand il suffit d'aller sur
Internet pour obtenir en un « clic » un trajet automo- Ce portail a été créé en collaboration avec l'association
bile vers le point de départ d'une randonnée ou le Camptocamp qui gère le site « Camptocamp.org »,
plus proche d'un site d'escalade. site collaboratif de topo en lignes. Il fonctionne sur le
même principe que le site : toute nouvelle sortie en
Désormais, il est possible d'organiser une sortie en mobilité douce peut y être ajoutée par quiconque.
transport en commun tout simplement ! Alors n'hésitez pas compléter cette base de données
et ajouter vos propres initiatives et aventures.
Vous connaissez sûrement le concours « Changer Nous avons lancé publiquement ce portail lors de la
d'approche », que nous organisons depuis déjà conférence de presse qui s'est tenue le 5 juin sur le
quelques années, et qui récompense les plus belles quai de la gare de Lus-la-Croix-Haute. Maintenant, il
sorties en montagne réalisées en transport en ne tient qu'à vous de faire vivre ce portail en inscri-
commun. Ce concours incite les plus frileux à tenter vant vos itinéraires sur « Changerdapproche.org ».
l'aventure du « sans voiture » et nous permet de
recenser une large gamme d'itinéraires, de traversées,

16 mountain w i l d e r n e s s - n ° 8 3
revue 83:revue 68 29/05/10 17:22 Page17

A C T I O N S

Les Alpes du nord ont besoin d'un cadre fort


VINCENT NEIRINCK Alors que débute l'enquête publique consacrée à la Or, c'est justement d'une véritable directive opposa-
Chargé de mission Directive territoriale d'aménagement (DTA) des Alpes ble dont les Alpes du nord ont besoin, pour que les
Mountain Wilderness du nord(1), on peut légitimement s'inquiéter de la voir documents d'urbanisme qui sont en train d'y être
mort-née. En effet, certains élus profitent du débat élaborés, SCOT(2) et PLU(3), le soient dans un cadre de
en cours à l'Assemblée nationale concernant le « projet cohérence pour le développement durable du terri-
de loi portant engagement national pour l’environne- toire.
ment », dit « Grenelle II », pour tenter de rendre
cette DTA totalement inefficace. Nous­tenons­à­rappeler­ici­notre­soutien­à­ce­projet
de­ DTA­ et­ demandons­ une­ fois­ de­ plus­ le­ maintien
de­ son­ caractère­ opposable, conformément aux
L'amendement CD 1286 prévoit ainsi pour les DTA garanties données devant le Sénat le 16 septembre
que « si leur adoption intervient après la publication dernier par monsieur Benoist Apparu, secrétaire d'État
de la présente loi, elles sont soumises aux dispositions chargé du logement et de l’urbanisme :
applicables aux directives territoriales d'aménagement
et de développement durable. » C'est à dire qu'elles « sur les huit territoires les plus importants, sept sont
ne seront pas opposables : elles n'auront vocation déjà couverts par une DTA. Je pense par exemple aux
qu'à être de vagues chartes pleine de bonnes inten- estuaires ou aux territoires des Alpes maritimes que
tions mais n'engageant à rien ! nous évoquions.
Le huitième territoire est celui des Alpes du Nord.
Admirons l'explication de texte faite par les députés C’est le plus important des territoires sur lesquels
soutenant cet amendement : « Cet amendement a nous avons la volonté d’exercer une protection natio-
pour objet de permettre aux directives territoriales nale et c'est la raison pour laquelle l’État souhaite
d’aménagement en cours d’élaboration de bénéficier mener à son terme l’élaboration de la DTA afin que
de la souplesse du nouvel outil mis en place [les celle-ci reste opposable. »
DTADD], tout en conservant le travail déjà réalisé. »
1. Elle se déroule du 9 avril Autrement dit, « on veut bien claironner partout qu'on
au 21 mai 2010. fait du développement durable, mais faudrait voir à
2. Schéma de cohérence territoriale. ce que rien ne nous y contraigne ! On est chez nous,
3. Plan local d'urbanisme. et on entend continuer à y faire ce qu'on veut ! »

Adhérer
Adhésion simple : 40 € Dons et adhésion ouvrent droit à une Désirez-vous participer aux actions dans un massif particulier ?
Faible ressources : 15 € réduction d'impôt (dans la limite de . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
20 % de votre revenu imposable). La
Soutenir
Soutien : 60 €
Don : €
réduction d'impôt s'applique à 66 %
du montant de votre versement.
Souhaitez-vous vous investir dans un groupe de travail ?

Installations Obsolètes Silence !


Montagne à Vivre Aménagement
Nom, prénom : Pratiques Eaux Vives
Adresse : p a r t
Mobilité Douce
i c i p e r
Communication Partenaires privés
Courriel : v o u s
Tél. domicile : Avez-vous une compétence à mettre à disposition de
l’association ?
Tél. travail :
Communication : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Profession :
Partenariat : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Année de naissance :
Relations publiques : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Comment avez-vous connu l’association ? a i d e r
Traductions : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Juridique : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Ces informations sont nécessaires à votre adhésion. Vous bénéficiez d’un droit d’accès et de Autre : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
rectification aux informations qui vous concernent à faire valoir auprès de Mountain Wilderness.
revue 83:revue 68 29/05/10 17:22 Page18

A lire La forêt primordiale


B. Boisson
Un superbe livre à lire ou feuilleter afin de se plonger dans l'univers de la forêt naturelle que
l'on ne connait presque plus en Europe. De très belles images ainsi que des réflexions ou
textes poétiques permettent de nous interroger sur notre rapport à la nature. Cet ouvrage
n'est ni naturaliste, ni encyclopédique, il nous montre juste ce que nous n'avons plus l'occa-
sion de voir, la nature non transformée par les activités humaines.
B. Boisson, La forêt primordiale, Editions Apogée, 192 pages, format 28,5 x 28,5, prix public 42,00 €

Naturalité
« Naturalité » est la revue électronique publiée par l'association Forêts sauvages. Cette publi-
cation est d'un contenu tout à fait intéressant et relate les différentes actions de l'association.
De nombreuses œuvres ou références artistiques agrémentent la lecture. Des lieux, des
pensées et des actes sont présentés et permettent au lecteur de se tenir informé de ce qui se
passe dans le monde forestier.
Cette lettre est conçue pour être lue et diffusée par voie électronique, permettant ainsi de
réduire l’empreinte papier de la publication. Depuis le numéro 7, le parti pris graphique est
très intéressant et, pour une fois, nous avons plaisir à feuilleter une revue à l'écran...
Lettre éditée par Forêts Sauvages - 4 rue André-Laplace, 43000 Le Puy-en-Velay.
Courriel : naturalite@aliceadsl.fr - Site web : http://www.forets-sauvages.fr

Sur les traces du paradis blanc


Ce DVD présente une ancienne pratique remise au goût du jour, le ski de randonnée nordique.
Les témoignages des intervenants permettent de montrer que l'activité est en plein dévelop-
pement et qu'elle connait un franc succès, pour ceux qui la tente. Nous avons apprécié les
relations à la nature proposées : découverte, immersion, respect.
Les affinités de Régis Cahn (le grand promoteur de cette pratique) avec notre mouvement n'y
sont certainement pas pour rien. Un DVD à voir, donc, mais surtout une activité à tenter pour
vivre des moments intenses dans la nature.
Une production www.vuesurterre.com, 38 mn, réalisé par Yoann Périé.

Le jour où le soleil s'est éteint


Pierre Guibourdenche
L'auteur de cette fiction nous invite, un peu comme dans les contes écologiques asiatiques, à
nous projeter dans l'éventualité d'une catastrophe environnementale qui nécessite de retrou-
ver des valeurs « pures » afin de se sortir d'un mauvais pas. La solidarité montagnarde est
mise au premier plan, et, de part la nature de l'intervention nécessaire, les acteurs de la
montagne et les montagnards sont au cœur du récit.
Sans prétention, cet ouvrage se révèle d'une lecture très agréable et ceux qui se questionnent
sur la société actuelle trouveront des partenaires d'interrogation.
Pierre Guibourdenche, Le jour où le soleil s'est éteint, Ed. Eilivre, 2009

Aller plus loin...


Publications : Documentation :
“Regards sur la montagne“, ouvrage Plaquette MW - nb d'exemplaires :
pédagogique édité par le Centre national de
documentation pédagogique (fiches et CD Rom). Documents de sensibilisation (participation aux frais d’envoi) :
28 € port compris - nb d'exemplaires : Installations Obsolètes - nb d'exemplaires :
“En finir avec les installations obsolètes...", Silence ! - nb d'exemplaires :

savoir
Mountain Wilderness, 84 p.
13 € port compris - nb d'exemplaires :
informer
Canons à neige - nb d'exemplaires :
Sauvons les derniers espaces naturels d’eaux vives
“Le versant noir du Mont-Blanc",
Pro Mont-Blanc, 64 p. Boutique
5 € port compris - nb d'exemplaires : Autocollant Mountain Wilderness

apprendre
“Sauver la montagne", François Labande,
Ed. Olizane, 400 p.
2 € l’un / 5 € les 5 - nb d'exemplaires :
Ecusson Mountain Wilderness
28 € port compris - nb d'exemplaires : 5 € l’un / 10 € les 3 - nb d'exemplaires :
Drapeau Mountain Wilderness
10 € l’un / 20 € les 3 - nb d'exemplaires :
Chèques à libeller à l’ordre de Mountain Wilderness
revue 83:revue 68 29/05/10 17:22 Page19

Séminaire Mountain Wilderness 4 et 5 septembre


La Bérarde, Saint-Christophe-en-Oisans, Isère
Sport et compétition dans
les espaces naturels de montagne
Si le mot compétition a pour synonymes C'est sur cette question que nous vous
challenge, épreuve, rencontre, jeu, d'autres invitons à venir débattre avec nous
concepts émergent tout de suite après, l'après-midi du 4 septembre à La Bérarde.
de connotation un peu moins sympathique : Débat animé par Hugues Thiébault,
conflit, dispute, rivalité... Et si chacun président de MW France.
s'est un jour ou l'autre tiré la bourre avec La soirée sera consacrée à la présentation
ses copains ou son chronomètre dans de réalisations de jeunes alpinistes.
une ascension, les grandes manifestations
sportives, comme les JO d'hiver par exemple, En plus de ces échanges, ce week-end
ont leurs lots de dérives et d'agressions sera l'occasion pour ceux qui le souhaitent,
envers la montagne et les espaces naturels. samedi matin et dimanche, de sortir les
Les organisateurs des « assises de l'alpinisme chaussons vers l'une des nombreuses voies
et des activités de montagne », en prépara- de la Tête de la Maye, ou les chaussures
tion, considèrent comme intrinsèque à de rando pour, par exemple, raccompagner
l'alpinisme de « s’engager en montagne le gardien du refuge du Promontoire qui
hors des espaces aménagés et sans se sera descendu à La Bérarde pour les débats.
préoccuper de compétition organisée. La L'hébergement se fera au choix au centre
démarche de l’alpinisme, en effet, ne se veut alpin du CAF, où se dérouleront les débats
ni confrontation avec une montagne équipée, (un certain nombre de places en demi
ni confrontation des hommes entre eux, mais pension sont d'ores et déjà retenues), au
découverte et fréquentation d’un milieu camping, ou dans l'un des gîtes de la vallée.
préservé en tant que terrain d’aventure. »
Alors, entre aménagements et état d'esprit, la Contact : vn@mountainwilderness.fr
wilderness est-elle soluble dans la compétition ?

Agenda
Le t t r e d ' i n f o r m a t i o n
Sur le fil
de la montagne
La lettre d'information annoncée depuis quelques temps
arrive à maturité et dans vos boites très prochainement.
Les premiers tests sont concluants. Restent à peaufiner
quelques détails.
Ce fil d'information mensuel sera adressé aux relations
de Mountain Wilderness, à tous les visiteurs du site qui
souhaiteront s'inscrire et bien évidemment aux adhérents.
En tant que membre vous recevrez une version spéciale plus
tournée vers la vie et le fonctionnement de notre structure.
Le principal avantage de ce média étant son interactivité
mais aussi son coût presque nul.
Nous avons donc besoin d'un maximum d'adresses
électroniques. En effet, nous ne connaissons pas toujours
le mél de nos adhérents. Nous faisons donc un grand appel
: pour que vous nous communiquiez une adresse électronique
si vous pensez ne pas l'avoir déjà fait.

Pensez à faire circuler les premiers numéros que


vous recevrez. Cela ne coûte rien et peut faire
connaitre l'association à votre carnet d'adresse.

Merci à nos partenaires

mountain w i l d e r n e s s - n ° 8 3 19
revue 83:revue 68 29/05/10 17:22 Page20