Vous êtes sur la page 1sur 40

Moteurs à combustion

interne
4 ième
partie
Machines à flux continu

C. Guilié Mars 2016


I- Turbines à gaz
 I-1Principe de fonctionnement

C. Guilié Mars 2016


 I-1-1 Les turbines terrestres
Chambre de combustion

Turbine

Compresseur

La turbine du département
C. Guilié Mars 2016
Compresseur Chambre de combustion Turbine

Une turbine Industrielle


C. Guilié Mars 2016
 I-1-2 Les turbines
aéronautiques

C. Guilié Mars 2016


Larzac (Alfajet) Chambre de
combustion

Corps basse pression Tuyères

Réacteur double flux:


Taux de dérivation 53%
Poussée : 1320daN
NHP : 22750 tr/mn
Corps haute pression NBP : 17000 tr/mn
Masse : 290kg
C. Guilié Mars 2016
Olympus (concorde)
Silencieux et rétropropulsion

Chambre de combustion
Tuyère

Compresseur Turbine

Turboréacteur simple flux avec


post-combustion:
Chambre de postcombustion
Masse: 3360kg
Poussée:13310daN
NHP: 8530tr/mn
C. Guilié Mars 2016
NBP: 6500tr/mn.
 I-1-3 Éléments constitutifs
Grille d’aubes de compresseur

Dans l’exemple:
Va1=100m/s,
Ve=200m/s et
r=1kg/m3

=> p3/p1=1,4

Dans la pratique:
p3/p1 n’excède jamais 1,25 pour un compresseur axial par contre
pour un compresseur centrifuge p3/p1 peut aller jusqu’à 3

C. Guilié Mars 2016


Pompage des compresseurs

C. Guilié Mars 2016


Grille d’aubes de turbine

Les taux de détente


sont de l’ordre de
l’ordre de 3 à 4

C. Guilié Mars 2016


Le fluage des aubes de turbine

C. Guilié Mars 2016


 I-2 Cycle élémentaire des turbines à gaz

C. Guilié Mars 2016


Entrée i Sortie i+1
pi, Ti, hi pi+1, Ti+1, hi+1

Système ouvert =>

wii ,i 1  qei ,i 1  hi 1  hi
C. Guilié Mars 2016
a) Évolution 1-2

Si elle était réversible:

Rendement isentropique:

 (  1) 
T2  T1 1  
 c 
C. Guilié Mars 2016
b) Évolution 2-3

c) Évolution 3-4

C. Guilié Mars 2016


wid
Rendement isentropique: d 
wisd

d) Travail et rendement

C. Guilié Mars 2016


Simplification : c et d=1 => cycle de Brayton-Joules:

wi  CpT1 (  1)(1  )

Taux de compression optimum du


cycle réel (travail maximum):

C. Guilié Mars 2016


Courbes caractéristiques pour une machine moderne

C. Guilié Mars 2016


 I-3 Cycles à rendement maximum

Cycle d’Ericsson

Le rendement d’Ericsson est identique au rendement de Carnot:

C. Guilié Mars 2016


a) cycle à régénération

2
T2 T3  T2 
    
T1 T4  T1 
si c=d=1 donc  
C. Guilié Mars 2016
b) Approche pratique du cycle d’Ericsson:

Compression refroidie, régénération et réchauffe

C. Guilié Mars 2016


 I-4 Turboréacteur

T   CD TJ
C. Guilié Mars 2016
 I-4 Gaz réel

C. Guilié Mars 2016


 Gaz pseudo idéal :  Cp
T
h(T ) 
273
 CpdT  Cp(T  273)
Déterminer la chaleur de combustion faire :
TF TR

h   Cp
273
F dT   Cp R dT  Cp F (TF  273)  Cp R (TR  273)
273

Le travail d’un compresseur ou d’une turbine :


T2 T1

h   CpdT   CpdT  Cp(T


273 273
2  T1 )

Si l’évolution de Cp est linéaire:

Cp  Cp (T )
C. Guilié Mars 2016
II-4 Chambre de turbines à gaz
1°) Problèmes particuliers
Aubes turbine très sollicitées
(F. centrifuges) et toujours en T°C sortie limitée et homogène?
contact avec le fluide chaud

Travail indiqué faible=>débit important Stabilité?

Richesse globale faible (0,1 à 0,5) Rendement, perte de charge?

2°) Configuration géométrique

Vitesse<30m/s

Foyer>3ms
Vr
t séjour 
qm Chambre>5ms

C. Guilié Mars 2016


3°) Essais de chambre
qma

Charge aérodynamique: T2
1,8 300
Vp e

Stabilité Rendement

Altitude Régime

C. Guilié Mars 2016


5°) exemple de réalisation

C. Guilié Mars 2016


II- Turbines à vapeur
 Intérêt de la vapeur dans l’industrie:
- Lyophilisation (café, lait…)
- Séchage (pâte à papier, fourrage…)
- Cuisson, stérilisation…
=>Diminution du coût de transport, conserverie, processus
chimiques…
 La force motrice
- Usines d’électricité (détente totale)
- Autosuffisance industrielle (détente hybride)
- Cogénération (UEM)
C. Guilié Mars 2016
 II-1 Principe de fonctionnement

C. Guilié Mars 2016


La turbine du département

Rotor Stator

Limiteur Palier
Garnitures d’étanchéité
Régulateur

C. Guilié Mars 2016


Passage de la vapeur
Rotor à aubes
Turbine à action: symétriques
Stator

Injecteur
supersonique

C. Guilié Mars 2016


Turbine de centrale à combustible fossile

Corps BP
Corps MP
Corps HP

C. Guilié Mars 2016


Rotor BP de turbine nucléaire 1300MW 1800tr/mn

C. Guilié Mars 2016


 II-2 Cycle élémentaire

Dans les cycles à vapeur: température et pression sont dépendantes

C. Guilié Mars 2016


Inconvénients de ce cycle:

- Partie 2-3=>réduction du rendement / Carnot

-Détente 4-5 humide (rendement, maintenance)


Vvapeur=650m/s

-TC <350°C (fossile) 285°C (nucléaire) : limitée par Tcritique de l’eau (374°C)
Respectivement: 165bar 53% et 70bar 47% pour TF=20°C

-TF>35°C limitée par le volume de la vapeur à basse température


(grandes dimensions des étages BP, prix)
Taux de détente 3500 (37étages de p=1,25), SsortieBP=35m2

C. Guilié Mars 2016


 II-3 Soutirage et réchauffe
Rankine: le soutirage
Surchauffe: Hirn (fossiles)
Limite actuelle T4’=540°C

Resurchauffe: PWR
T4’<285°C

C. Guilié Mars 2016


 II-4 Cycle mixte ou combiné

Gaz

Vapeur

C. Guilié Mars 2016


Centrale de
Blénod lès Pont à Mousson

th=60%

C. Guilié Mars 2016


 II-5 Combinaison de cycles à vapeurs

C. Guilié Mars 2016


 Diagramme de Mollier

Pour l’eau liquide:

h  C
 est la température en °C et C=4,18kJ/kgK.

la puissance réelle de la pompe est: .

qvp
P
P

C. Guilié Mars 2016