Vous êtes sur la page 1sur 7

L'Étendard

révolutionnaire
Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
L'Étendard révolutionnaire. 1882/07/30.

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la
BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 :
*La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source.
*La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits
élaborés ou de fourniture de service.

Cliquer ici pour accéder aux tarifs et à la licence

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques.

3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit :

*des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans
l'autorisation préalable du titulaire des droits.
*des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque
municipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle.

5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur
de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays.

6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non
respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978.

7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter reutilisation@bnf.fr.


v - - Dtmanoh* 90 Jnlltot 1883
Première Aauto. - lffe t. LIBERTE. IGALlTt. JUSTICE.

LETENDARD

Le Numéro s
Le Numéro t

RÉVOLUTIONNAIRE 40 e"4
M O *T-
-1
f-ypars- A TOÎ ATTA -FarrprTsma HEBDOMAIDAIEE

BENBEIANEMXNTB
ABONNEMENTS ADMINISTRATION A RÉDACTION
1 fr. 50 - - Pour toutes communications
Pour toute la France Six mois Sfir. » s'adresser aux bureaux. 51, rue Molière, Si
( Un tB<
1(Trois •
mots. • ® fkr. i
6±, rue IMfoliôre, à, Lyon tous les jours, de 8 à 10 heures du soir
Etranger: le port en eus.

dont elle n'est, en Jtali". que l'une des lèges, attendait bénévolement son émanci- peuple, Us veulent simplement travailler
Grande Réunion de Stationne '}; des à le faire avec lui, ne briguant
publique formes essentielles* pation de la complaisance maîtres d'autre
Là où il y * des supérieurs et des infé- qu'il tolérait ou qu'il s'était donnéllui- honneurque celui de combattre au premier
Samedi 89 Juillet, à 8 heures du rieurs, des dirigeants et des dirigés, des même. rang, quand sonnera l'heure de la bataillé
aoir, aura lieu un grand Meeting salariants et des salariés; là où la L'histoire d'autrefois, confirmée sou- luprême,
populaire. société se divise en deux classes, d'un vent depuis par de coûteuses expériences, **
ORDRE DU JOUR : côté les détenteurs privilégiés du patri- lui a enfin appris que les despotismes ne Et parmi ces préjugés qu'il faut démo-
1. - Corruption et persécutions moine social, n'ayant la de se suicident pu plus que les voleurs ne lir, celui que nous combattrons avec le
que peine
par le Compa- la science, le bien- restituent, les ne se d'acharnement, nous
gouvernementales, naître, monopolisant pas plus que lapins pins parce qu'il pa-
Bordât, délégué de Lyon à la en gibelotte, et que. rait le plus dangereux et le plus corrup-
gnon être, !e luxe, la considération et la puis- mettent eux-mêmes
manifestation de la Bicamarie et fait il faut autre
suite de cette mani- sance, qui peuvent vivre sans travailler, pour renverser les butilles. teur fde tous, c'est le préjugé électoral,
prisonnier à la des des ou des c'est la religion du suffrage universel.
où se réserver, au moins, parmi les fonc- chose que prières, pétitions
festation. les bculs de Il n'existerait
2. Evolution et Révolution, par lions humaines, les plus agréables, papier. plus, ce préjugé, et il va
de de l'autre, la masse obs- : Désormais, il ne croit plus aux réfor- longtemps que le bon sens populaire w
le Compagnon Martin, délégué plus lucratives,
cure n'ayaot que ses bras, contrainte mes pacifiques ni aux améliorations par- aurait fait justice, si les politiciens, parmi
Vienne. qui.
8. De l'Etendard révolutionnaire. de travailler pour autrui, au prix d'un tielles ; il sait que la liberté n'a pas de de- lesquels il est déplorable de voir figurer
salaire dérisoire, est condamnée d'avance, grès, qu'elle est toute entière, ou qu'elle de prétendus révolutionnaires-socialistes,
le malheur de sa naissance, à l'igno- n'est paj, il sait qu'elle ne se mendie pas, n'employaient à le perpétuer toute leur
par
rance, à la misère, aux bumiliations, aux mais qu'elle doit se prendre, aujourd'hui activité et toute leur influence.
CE 10US VOULONS
QUE labeurs rebutants et pénibles; 14 même comme hier, et demain comme aujour- C'est à détruire les effets de la funeste
où, soit un individu, soit un groupe, sous d'hui, de haute lutte, à la pointe de besogne de ces saltimbanques que nous
Ce que nous foulons n'est pas difficile ce soit, et d'où que l'éoée.
- - v -- nous attacherons.
vien- quelque prétexte que
à formuler, et quand la conscience a le droit et Telle est, enfin, fprès nombre de désil- Nous ne voulons plus de mattre., pu
lui vienne cette prérogative,
dra au peuple, quand, pour emprunter HU ou
devise
le pouvoir d'imposer des règlements lusions douta reuses, t'opinion plus plus de maîtres élus que de maîtres impo-
ans paysans italiens insurgés leur des oootlifoDS aux autres, obligés d'obéir, 'iiSieuvert ,nt avouée de la prgiqr.1* sés. -'
a bcr< .eDfin. con- îl ,,- ..lM" dIt vint La -.t. r
pittoresque, quand, le :.• 1 U *»"w2 ntn, A/IIAI»
MW èâ*i4<l IL MM n' !.. nillftti*1 en .;"
prêt Nous ne voulons wu -
naîtra sa force », ce que nous voulons ne Plue
En réclamant la liberté, nous réclamot est, c'est que, dans toutes les réunions lieu de nous, pour leur confier le- soin
sera pu davantage long à réaliser. donc l'abolition des classes. en province comme à Paris,
populaires, notre salut, qui ne peut être fait oue
Ce que noas voulons, c'est la LIBERTÉ, En réclamant la liberté, nous réclamons dans les circonscriptions rurales comme par nous-mêmes, des gens dont les
rien que la liberté, mais toute la liberté !
l'abolition de rorlloisation dans les grandes cités et les centres ma-
donc politico- intérêts cessent aussitôt d'être les nôtres,
Nous ne voulons rien que la liberté sur la concur- les seules Jbéories qui aient
économique actuelle, basée nufacturiers, et une fois montés au
ni plus ni moins - parce que la liherté qui, pinacle, ne man-
liberté et rence, c'està dire sur l'écrasement continu chance d'être accueillies favorablement quent pas de nous trahir, consciemment
suffit; parce que la suppose de la foule déshéritée, systématiquement et de rallier des partisans, sont les théo- ou inconsciemment
contient tous les antres biens souhaita- même, gangrenés
la fois l'iostrument de sacrifiée, en guise de fumier, à l'éclosion ries révolutionnaires. Plus les mesures qu'ils sont parla pourriture parlementaire
bles dont elle est à
de l'aristocratie des fleurs proposées sont violentes, mieux elles et gouvernementale.
conquête, de séduction et l'assaisonne-
En réclamant la liberté,humaines.
nous récla- sont comprises, plus elles sont applaudies, Nous ne voulons plus perdre notre temps
ment naturel ; parce que, une fois mons donc l'abolition des privilèges capi- et les intrigants endormeurs et doctri. et nos forces à cette agitation stèrile, qui,
nantis de la liberté, agissant dans la plé-
talistes, l'abolition de la pro priété et la naires, eux-mêmes, que cette perspective ne profitant qu'aux aboutit
nitude de leur indépendance, de leun intrigant,
mise à la disposition de tous de toute la fait frémir à l'avance, parce qu'elle rui- fatalement à semer au milieu de nous des
les hom-
aspirations et de leurs facultés, richesse commune, nerait leurs desseins ambitieux, sont obli- ferments de
usurpée aujourd'hui, discorde, à le souci
mes sauront bien se procurer aisément le remplacer
sous le couvert de la Loi, par une mino- gés, coûte que coûte, de se mettre au des principes par des compétitions de per-
reste; parce que, si nous n'avons pas ce
rité de pillards et d'assassins. La liberté, même diapason. C'est le seul moyen de sonnes, et mérile à plus d'un titre d'être
qu'il nous faut et ce que nous désirons, en effa, ne se comprend sans du se faire écouter, même des naïfs qu'ils
point appelée, comme l'a fait un jour l'un de
si nous souffrons, si nous sommes exploi-
pain sur la, planche, et de tous les escla- traînent à leur remorque. nos amis, à une tribune lyonnaise. « le
tés et misérables, cela tient uniquement à le pire c'est la pauvreté !
attendu vages, En préconisant l'insurrection comme plus grand commun diviseur de la classe
ce que nous ne sommes pas libres, En réclamant la liberté, nous réclamons de conquérir la liberté et ouvrière..
que des citoyens vraiment libres ne se- l'unique moyen
encore l'abolition de tous les gouverne- réaliser la Y Etendard révolu-
raient pas longtemps à se procurer ce qui de justice, Puisque nous avons reconnu, irrévoca-
ments présents et futurs, sans acception tionnaire ne cherche donc à substituer blement reconnu, que la Révolution vio-
leur manque et à se débarrasser de ce qui pas
d'étiquette ni d'origine. Qui dit gouverne- la volonté du petit groupe de ses rédac- lente était la seule solution efficace de la
les cône et les fait souffrir.
ment, en effet, dit autorité, c'est-à-dire teurs à la volonté des intéressés, ni à leur question sociale, c'e3t à la de
Que la bourgeoisie à laquelle, préparation
arbitraire, insécurité, en un
comme nos prédécesseurs du Droit social, inégalité, imposer des idées qu'ils n'ont pas. Ce cette Révolution, à l'étulfe des moyens
mot, servitude. qu'il se propose, au contraire, c'est de d'en hâter l'avènement, d'en assurer le
l'Etendard révolutionnaire déclare ici, dès
En réclamant la liberté, rien que la dégager leurs idées, de les accoucher, succès et d'en
son entrée en lice, guerre sans trève et prévenir l'escamotage que
liberté, toute la liberté, nous réclamons pour ainsi dire, de les traduire en ensei- nous devons consacrer exclusivement nos
haine sans merci que la bourgeoisie donc les bénéfices invinciblement garantis gnements et en actes. efforts, sans nous attarder aux
ne se hâte donc pas trop de sonrire de la bagatelles
contre tout retour offensif de la célèbre Aux yeux des anarchistes, qui ne énervantes de la foire aux candidatures.
modestie apparente de nos revendications ! formule des communistes anarchistes : A posent pour être ni plus vertueux, ni plus sans relâche, les farceurs
En demandant simplement la liberté nous Démasquer,
CHACUN SELONSESBESOINS ! Parce que celui- les autres, la Révolu- et les ambitieux, attiser
ne demandons rien moins que sa déposses- intelligents que partout lesprit
là seul est libre, dont tous les besoins sont tion doit être, non pas l'œu,re d'un état- de révolte, développer chez les révoltés
sion intégrale, que son extermination en
satisfaits !
tant que classe privilégiée, toute la justice, * major de meneurs et de dirigeants, mais l'initiative individuelle, étudier avec eux
•* l'oeuvre de Sa Tout le Monde. la insurrectionnelle et les mesures
toute la révolution, et il n'est guère pos- Majesté tactique
Mais ce n'est pas assez de dire ce que Leur rôle doit donc se borner à proclamer à prendre pour que la victoire du peuple
sible de concevoir idéal plus élevé ni plus
nous voulons, il faut dire comment nous bien haut ce que Tout-le-Monde qui, soit complète et définitive, définitive et
large programme.
Si nous ne réclamons que la liberté, comptons l'obtenir. ayant plus d'esprit que M. de Voltaire, a complète aussi l'extermination de la classe
nous réclamons, en revanche, la liberté Ici encore, comme sur le premier point, aussi plus de bon sens et vaut mieux que spoliatrice, telle sera donc la campagne
TOUT ENTIÈRE, sans restrictions, sans nos seront aussi courtes, aussi tous les coureurs de plaies et les que veut entreprendre Y Etendard révolu-
explications affam- és
nous n'avons rien aussi de pouvoir, à proclamer tout haut, tionnaire.
mélange. C'est dire que simples, nettes que possible.
de commun avec les politiciens libérâtres, Nous N'ATTENDONSBIENQUI DE LARtyo- disons-nous, ce que Tout le Monde pense L'appui de tous les exploités ne lui
eux LUTION C .EST-"-DIRE DE LA FOBCE tout bas, à diuiper les préjugés qui obs- fera pas défaut, et c'est ainsi que, plus
qui, ayant sans cesse a la bouche, VIOLENTE,
MISE AUSEBVICE curcissent encore ses conceptions révolu- tôt sans doute que les exploiteurs n'ont
aussi, ce beau nom de liberté, ont presque INSUBRECTIONNELLE DES RE-
fini par le prostituer à force de charlata- YEDICATIONSPOPULAIRES. tionnaires, à oser, enfin, prendre, à sa l'air de le croire, ce que nous voulons
nisme et d'hypocrisie. Cest dire que nous Le temps est paué où le prolétariat, place, les initiatives libératrices. s'accomplira, sur les ruines du vieux
monde bourgeois.
voulons aussi l'égalité, Vénalité de fait, oubliant qu'il est inouï que des privilégiés Au lieu de prétendre, comme tant
complément inséparable de la iiberte, se déssaisissent volontiers de leun privi- d'autres, faire tout seuls le bonheur du LA RÉDACTION.
fasse on ne peut plus aujourd'hui entraver révolutionnaire s'allumera, et la révolution au point de n'en faire qu'une dans le but d'at-
Tactique l'idée, ni retarder son heure qu'une situation aura le champ libre, il n'y a pas à discuter, teindre le même résultat.
ou de demain faire c'est un fait brutal cette Conclusion: N'ayant d'ennemis que la bour-
économique politique peut vérité, arguera-t-on
sonner. expoliatrice et ses assemblées, notre
que l'on tirera des forces,des centres paisibles, but étant la suppression de l'une comme des
Seoisie
RÉVOLUTIONNAIRE Il est vrai que le gouvernent entalisme dis- mais alors là ou ailleurs l'armée révolution- autres, la présence de es dernières ou du
pose de forces considérables, mais aussi que naire aura beau jeu car tous les centres gouvernement ne peut nous être que nuisible.
Nous allons donc continuer dans Y Etendard de points à garder! et puis les complications Gonséquemment. il y aurait folie de notre part
auront la même situation que celle oti nous
révolutionnaire, l'œuvre entreprise dans le à en remplacer les membres manquants.
imprévues qui sont aujourd'hui représentées avons mis Lyon, c'est-à-dire qu'ils seront en- En nous supposant suffragistes, voyons en-
Droit Social, et prouver au bourgeoisisme, la Tunisie, demain par l'Egypte, après- tourés de localités oh les efforts d'un seul
a par core la raison d'être d'une ou de deux assem-
qu'il est impuissant contre nous, que s'il demain par un autre point noir quelconque, suffiront pour agir sûrement. blées et du reste du gouvernement.
pu nous frapper dans notre titre, il n'a pu D'abord le
toucher au drapeau, à l'idée: ceci dit, pas- que les politiciens savent si bien préparer, ab- On le comprend, ce mode d'opérer cette
dansle
otecteuf est souverain,
sorbent continuellement ses forces vives: pour sens absolu,
peuple littéral du mot, personne
tactique rendant la victoire certaine, le succès ne le conteste. Maisce mot souverain résonne
sons
qous empêcher d'agir, il lui faudrait des hom- ne peut nous échapper si les soldats de la ré- à mes oreill § d'une façon toute curieuse ; il
Nous disions dans notre dernier a ticie que mes en armes dans les 36000 communes de volution manient sûrement cette arme, la des- me semble qu'il n'en est tenu compté ni par
le simple exposé de nos théories avait fait trem-
France; car, avec notre tactique, avec nos truction, et suivent cette tactique d'escar- les mandants ni par les mandataires. Dans
bler la bourgeoisie, puis nous demandions théories destructives, si l'Etat ne tient pas mouches individuelles. cette comédie du sutrraie, le souverain donne
quand de la théorie nous passerions à la pra- garnison dans chaque hameau, un révolution- Maintenant, croit-on que ces innombrables
à son mandataire la mission expresse de lui
à terreur elle serait en proie ? accorder telle ou telle liberté.
tique, quelle naire pouvant s'y trouver, et à lui siul faire petites localités aux mains de la Révolution, Ne voyez-vous pas déjà. ami lecteur, la dé-
A peine nous étions-nous posé cette ques- œuvre de destruction, à nos rision amère de cette institution ?
qui s'opposera le pouvoir puisse vivre? Impossible, "car les
tion, que pour nous prouver que nous ne nous Pour moi, j'y vois que l'électeur est consi-
agissements? Ce ne sera pas la masse, puisque révolutionnaires tiendront sa vie entre leurs
étions pas trompés en affirmant qu'elle trem- nos actes auraient pour effet de lui donner déré comme un aliéné n'ayant point conscience
mains et possèderont le nerf de la guerre qui de sa souveraineté et ne sachant point en con-
blait comme feuille au vent, qu'elle s'ingéniait, toute satisfaction de pourvoir à tous ses appé- lui fera défaut alors.
cette bourgeoisie couarde et affolée, à étran- séquence s'en servir.
tits. Oui, la guerre que nous entreprenons est Ce qu'il y a de triste dans cette considéra-
gler le Droit social sans se rendre compte, Une Révolution ayant pour but une trans- périlleuse pour ceux qui la préconisent, mais tion d'aliénés, c'est que le bourgeois mystifi-
l'idiote, qu'elle n'aboutirait à aucun résultat. formation politique pourrait sans doute trou- la lutte sera effectivement cateur ne s'est point trompé, puisque nous
quand ouverte, sommes tombés tout du long dans son panneau
Elle croyait se sauver du stigmate qtie cet or- ver devant elle une mortelle indifférence, mais elle sera pour nous tous cent fois moins dan- et avons servi son ambition.
gane lui imprimait au front rhaque semaine, une conflagration dans laquelle les millions pour nos ennemis. Et comme
elle croyait anéantir la rôvolu- gereuse que (A suivre.)
propagande d'affamés pourraient satisfaire leurs appétits, nous sommes surs de vaincre, nous sommes
tionnaire et voilà qu'elle est tombée du Droit MN\S\Mr Ir
les millions de martyrs assouvir leur vengeance, donc absolument à l'abri de tout retours réac.
social en l'Etendard révolutionnaire. satisfaire leur haine ; par|qu lie force peut-elle tionnaire.
Oh ! oui, Messieurs de la bourgeoisie gou- être combattue ? UNE
Si nous avons suffisamment développé notre
vernante, vous montrez les dents! vous vou- Prenons un moment la situation actuelle et
lez donc qu'on vous les brise ? A quoi bon pensée, si nous avons fait passer notre con-
demandons à tous: les villes dans lesquelles fiance dans l'âme de tous les m urt-de-faim,
nous harceler puisque vos coups ne peuvent DËFUimOM NÉCESSAIRE"
il est tnu garnison aujourd'hui seraient-elles allons de l'avant et crions :
pas porter? vous le savez bien, nous vous
en état de se défendre sans secours contre une Vienne et vive la Révolution sociale !
l'avons dit, vous n'en aviez donc pas pris 80te?
agression révolutionnaire pratiquant nos théo- Un monsieur, qui devrait bien, dans son
Vos nouvelles poursuites. IIONNBTBSGENS» ---w\I'U\JV\MIw
ries? intérêt, éviter de faire parler de lui, vient
ne peuvent produire qu'un résultat que nous Evidemment non, puisque déjà aux moindres de donner dans le dernier numéro du
allons nous hâter de vous signaler.
troubles causés par de timides grévistes, on se Prolétaire, organe officiel du parti ou-
Le bourgeoisme a jusqu'ici considéré le
hâte d'envoyer du renfort dans les localités PLIS DE GOUVERNEIENT vrier, s. v. p., son opinion sur l'idée
prolétariat comme une bonne vache à but; anarchiste, qu'il apprécie de la délicieuse
livrées à l'agitation.
et bien à son tour cflui-ci considère la bour- façon que voici :
Alors quand on dégarnit un point calme pour
geoisie comme une vaste cible dans laquelle « Accepter l'idée anarchique
(sic) que le
tous ses coups doivent toucher, en s'efforçant porter secours à un point en révolte, on s'ex- Si, sans la propriété, le gouvernement est
à ce la révolte éclate au dé- sans avec la propriété il est fait seul de la Révolution fera du jour au
pose que point fonctions, utile,
chaque jour d'approcher du centre, et vos nécessaire, mais pour le propriétaire. Une lendemain des hommes capables, nous
auront résultat de garni. injustice ne peut être étayée une parait un moyen fort habile de réserver la
poursuites pour unique que par
Quelle situation serait celle de l'autorité autre injustice ; la propriété ou le vol ne peut dictature au profit de certains
nous désigner certains points à viser particu- bourgeois
dans une conflagration générale ? être défendue que par les lois, le mensonge, venus dans nos rangs, criant bien haut
lièrement, en appelant notre attention sur ceux l'insolence et la d'où
Que de villes, que de bourgs, de hameaux, force, la nécessité d'un
des nôtres que la situation que vous nous qu'il ne faut plus de gouvernements, mais
de bourgades dépourvus de soldats où pour- composé de la magistrature et bien que le peuple étant inca-
faites aura compromis. Souvernement
des soldats. MM. les ventrus ou hommes gras comptant
rait commencer le branlebas T car nous esti- pable de diriger la chose publique, c'est à
Etait-ce bien utile pour eux? nous en dou- qui rongent les hommes maigres, sont consé-
mons que c'est ainsi qu'il fndra procéder. avec eux-mêmes dans leur eux bourgeois qu'on s'adressera pour faire
ipn-, fort, car cri agissant ainsi la bourgeoisie, quents, logiques
Commencer l'œvre struction a conviction intime de la nécessité d'un gouver- la besogne que les travailleurs seraient
iouveau Minoawre.es «t",.
ue 1.111
x, :.HJ ae umuer(iedaeà °,
iui,titdr -iété, d.- ''th:u ,fr.1\ l ",ent et d'une armée, puisqu'il n'ont que
* dans l'iie pôwibilité de l' faire eux-mêmes. -
Vt«. es<h
e. !élé "'haies lo
ces de conserver leurs privilèges. « Gela explique
Alésés; tant mieux, qu'elle soit bien assurée la main su moyens pourquoi, révolution-
elles-mêmes, puis ensuite porter Je crois avoir suffisamment démohtré au'a-
assez naifs pour rece- naire quand même, on se garde bien
que nous ne serons pas les points dégarnis. vec la propriété supprimée, le gouvernement au parti ouvrier ;
voir ses horions sans les lui rendre au cen- d'adhérer fi donc, sup-
Quel sera le but des révolutionnaires ? serait sans fonction. Mais voyons si, en atten-
dant cette suppression, il est de quelque uti- poser que des gens illettrés eussent assez
tuple. Anéantir les titres de propriété, de façon d'instinct et de faconde
lité nous. pour --vouloir --se
L'Etendard révolutionnaire qui naît accepte l'anéantissement de la propriété indivi-
pour
ce qui est bien loin d être gou-
de haine que lui que La représentation dite nationale est elle gouverner,
de grand cœur l'héritage Nous avons vu, qu'instituée vernés. Que des cœurs généreux
l'on en soit bien con- duelle soit la mort de l'Etat. bien nationale? et de
lègue le Droit social, que si nous visions à nous emparer du par la royauté et conservée par la bourgeoisie, bonne foi s'imaginent qu'une révolution
Ah!
vaincu dans le clan exploiteur et dirigeant. à la France, nous a aujourd'hui les mêmes intérêts, elle ne h&tive soit seule capable de lancer lè pro.
nous pouvoir, à commander qui
que de ce qui a trait à l'administra-
La guerre que nous avons entreprise avouons que notre tactique n'amènerait aucun s'occupe grès dans la voie féconde, cela peut être 1
tion, ou autrement dit de ce qui regarde la
donne le beau rôle, à tous les points de vue, car le gouvernement abandonnant les nous ne admis; mais de là à démontrer que rétat
résultat; propriété. Conséqucrnment pouvons
et les avantages sont de notre côtés: Que l'on pas plus y représenter une question sociale ou
d'ignorance du plus grand nombre sera
les faibles : communes où la révolution n'aurait fait que immédiatement en un état de clair-
en juge. Nous ne sommes plus plus ouvrière, qui aurait pour but de dépouiller le changé
s'emparer des mairies, d'oii il serait sûr que à notre profit, qu'un agneau ne voyance absolue, il y a loin. Donc, de
la preuve. aucune autorité pouvant contrebalan- bourgeois
jamais en une intéressant sa con- deux choses l'une: ou le peuple, conscient
D'une part la bourgeoisie, enfermée dans le la sienne puisse nallro, les centres lui ap-
pourrait présenter
cer servation à des loups assemblés. Elle est alors en faisant la révolution. saura
- - -- comment
- - -------
cercle de l'égalité qu'elle a créée et dont elle aurait bientôt raison des rebelles : une représentation bourgeoise. on bien ne le sachant pas, il
partenant, il l'utilisera,
ne peut sortir, ne peut nous porter aucun Mais pourl'ait-elle être un congrès oh les
tandis que mais rien de tel n'existe dans le programme devra se laisser guider par des citoyens
coup que nous ne puissions parer, révolutionnaire, qui ne veut, lui, créer aucune
intérêts bourgeois etceux prolétariens seraient
n'appartenant pas à sa classe. 8
traités ?
nous, nous avons tous le champ qu'il nous autorité, et d'après lequel chacun doit ac- Je n'hésite pas à répondre Il est trop facile, voir même trop puéril,
la riposte, et cachés énergiquement
plaira de prendre pour complir son œuvre chez soi, et détruire autour la négative et pour plusieurs raisons. D'a- de renvoyer Fin lividu en question à sa
dans nos retranchements, perdus dans la soi tous les éléments d'oppression et d'ex- par
bord, établie par le propriétaire ou l'industriel, > candidature républicaine avancée 8 on à
de
foule, nos traits peuvent lui arriver sans pour la justification et la sanction de leurs ses témoignages mclliflus dans les cénacles
ploitation, autrement dire: briser l'autorité, elle ne le pourrait sans se tourner
crier gare et toujours toucher à coup sûr. et s'emparer des instruments de travail, de la
rapines, cléricalo-monarchiques pourque nous consa-
contre elle et changer de rôle; mais alors son crions une ligne de plus à celui que ses
Dans cc duel nous avons donc l'avantage. fortune publique et faire qu'ils ne puissent premier devoir serait de se supprimer, comme anciens amis de 1 *Egalité ont pu si juste-
Elle a tué le Droit social, cette mort est être la chose de l'un au détriment se sentant sa propre ennemie. Conséquemment
maniera sûrement plus jamais ment appeler le a candidat perpétuel a.
une arme nouvelle que de l'autre.
on n'y traite pas de question ouvrière; on ne
se lève. le étant en dehors de ses attributions. Mais l'idée qu'il émet pouvait prendre
YElcndard réoolutionnairc qui Comme on peut le penser, cette manière de
peut,ce\a
consistance
Pour traiter une question ouvrière il fiut des parmi ceux qui ne connais-
Qu'a-t-clle donc gagné dans ce premier faire donne de sérieuses garanties de succès, comme pour construire une maison sent encore que de nom la théorie anar-
ouvriers,
engagement ? elle peut assurer la victoire de l'armée frévo- il faut des maçons. Car la question primor- chiste, il n'est peut-être pas inutile de
Elle ne peut frapper au hasard dans cette et autour diale et capitale se trouve être justement celle donner ici comme une définition de la
lutionnaire, par conséquent grouper
lutte, elle s'exposerait à tirer sur ses troupes, d'elle tou% ceux qui souvent ne s'engagent que
de la dépossession du bourgeois. Ce n'est pas Révolul ion telle que nous la comprenons,
tandis que pour nous chacun des membres de avec ce dernier qu'on peut la traiter sans diffi- telle que nous la voulons et, qui mieux est
sûrement dans la lutte, puisque ceux-ci tra- cuités.
celte caste pourrie est bon à supprimer. vailleront c'est-à-dire Lferont la révolution à Ce n'est qu'entre ouvriers; et il n'est pas
telle qu'elle se fera.
Les soldats de l'armée révolutionnaire sont d'être à ni as- La Révolution n'est pas pour nous la
leur seul avantage. urgent Paris pour cela, d'être
insaisissables, la bourgeoisie, au contraire, est semblée nationale, telle que celle que nous substitution à un personnel bourgeois d'un
devant eux, elle est entre leurs Que l'on veuille bien suivre par la pensée possédons; trente, quarante, cent as-emblées personnel ouvrier, « indispensable, parait-
à découvert
un mouvement révolutionnaire : dans le cercle ou groupes, sur autant de points de la France, il. pour la non interruption des services
mains. formé par St-Etienne, Villefranche, entre eux, s'entendant bien,
Roanne, correspondant mais, au contraire,
Avons-nous suffisamment établi la supério- ayant une saule unité d'action et qu'un but,
publics", l'interrup- ,
de vue? Mâcon, Bourg, Annecy, Chambcry, Grenoble tion par leur destruction de tous les
rité de notre position à ce point valent mieux pour nous que les assemblées de
et Valence et ayant Lyon pour centre, que services dits publics, créés ou à créer,
D'autre part. Est-ce que ce rôle de persé- Paris qui sont contre nous.
existants ou à exister.
ac- t'on admette que dans une partie des com- La raison de ces deux genres d'assemblées
cuteurs que les gouvernants bourgeois
d'eux toutes munes enfermées dans ce cercle, l'action des- est dans les deux classes de la société ayant Nous n'entendons pas, nous autres,
ceptent et exercent n'éloigne pas des intérêts opposés. L'une de ces clas,es la suite des affaires bourgeoises,
celui plus tructive s'engage sans souci du mouvement prendre
y mp ,i,th
les ssympathies, quand au contraire des villes; croit-on que les forces normales n'ayant d'ennemis que l'autre, et l'autre n'ayant en cemandant aux travailleurs de a four-
de justiciers que nous nous attri- d'ennemis que l'une, il c-t logique que chacun nir les hommes
périlleux capables d'occuper les
liuons appelle autour de nous tous les déshé- bourgeoises représentées par sa police et sa ail ses fondés de pouvoir pour ia (léf mse de administratifs nous voulons,
suffiront à anéantir le mouve- emplois »;
rités ? Evidemment si. gendarmerie ses intérêts, pour le choix des moyens à em- an contraire,
pour celte défense: jésuitisme et vio- empêcher que ces affaires ne
doit être bien convaincue ment ? se continuent sous une nouvelle raison
La bourgeoisie ployer violence
Evidemment non! Alors, il faudra avoir lence par le bourgeois, par le prolé-
les « emplois
de son. impuissance et nns amis doivent de taire; mais ce qui est contre le bon sens, c'est sociale et supprimer admi-
leur force et de rccouis aux forces massées au centre de la à la d'une entente entre nistratifs 11 la lisez la
leur côté être assurés de croyance possibilité par suppression
l'on Lyon : mais si on dégarnit cette ville, l'ctincclle les assemblées bourgeoises et prolétariennes, destruction- de toutes les ad minislrations,
l'heureuse issue de la lultc, car quoique
et au besoin de tous les administrateurs, naires : la satisfaction intégrale de tous prouver que le salarié, eommal'esclave ou 1%.
titulaires ou aspirants, à commencer nos beIoinl. c'est à-dire de toutes nos pas- MARSEILLAISE REVOLUTIONNAIRE
par serf, plas qu'eux même, ont plus qu'eux,
cent qui se revendiqueraient de l'élection sions, de tm nos désirs, et même, ne était ea proie à ces Insatiables bourreaux de lu.
et se targueraient des suffrages les ayant craignons pas de le dire, de tous nos REFRAIN bourgeoisie; depuis longtemps déjà elle est
appelés à gouverner. caprices. venue dire que quoi qu'il fasse, l'ouvrier, je
En un mot nous l'avons dit maintes C'est l'heure où grondent les colères,
et maintes fois et nous ne nous lasserons -– ––-– veux dire le paupérisme, était condamné à
«waiUMAAMw Où le fusil donne du pain, tourner l'éternelle roue de la misère; qu'il se
jamais de le répéter, ce que nous vou- Debout révolutionnaires I
lons, ce que nous ferons, si ce jour là pouvait bien qu'une, '.deux, plusieurs de sea
Debout révolutionnaires !
nous sommes parmi les combattants, c'est DU MARIAGE victime., sous la protection d'une étoile favo-
irrémédiable- Aux armes! aux armes! aux armes,
désorganiser complètement, rable, s'échappent de sa terrible étreinte, mais
ment la société eapifalilte, c'est, qu'on me C'est l'heure où grondent les colères,
àla condition expresse qu'un même nombre
Un jou approcheot tonte anion Oh le fusil donne du pain,
passe l'expression peut-être paradoxale, de bourgeois tombés de leur rang viennent
organiser, créer le gâehU. sansaaoarsent flétrie eomaMan Aux armes! aux armes ! aux armes,
prendre leurs placés dans la meute proléta-
Qu'on nous traite de bourgeois comptant erim! Tort non sans anion, Aux armes, gueux et meurt de faim,
* faire la besogne que les travailleurs pleweroi mm un malbenr rienne, prouvant ainsi, qu'avec l'existenee de
Aux armes, aux armes, aux armes,
seraient dans l impossibilité de faire eux- (RcmfcDBTILOTTB). Aux armes, gueux et faim. l'exploitation, la foule des exploités ne pouvait
meuJde décroître; que le génie, le hasard surtout,
mêmes., peu nous importe; nous ne
Le mariage est une sociale
-serions pas les révolutionnaires que nous iniquité qui PRBMIKR COUP LOT pouvaient bien élever un homme, mais seule-
avons la prétention d'êtie si le.- apprécia- -. révolte la dignité humaine ! ment sur la ruine d'un autre homme. Ah t
Dans cette lutte ardente, meurtrière,
tions d'un ex-coopérateur pouvaient nous Souvent, en France, nous avons criti- c'est que, si l'intelligence luit parfois dans les
-émouvoir même un instant. Qu'on dise et Serfs-lions, nous doublerons nos éoups
qué l'esclavage, souvent nous nous som- Car nous voulons qu'elle soit la dernière, rangs des exploiteurs, vampires insatiables,
qu'on redise que nous voulons d'autant ses rayons qui ne sont alors qu'une pure
plus prendre le pouvoir que nous en vou- mes révoltés à la pensée de la serve vendue Que nous livrions à nos féroces loups,
science du mal, ne les éclairent que pour leur
lons moins; qu'on nous représente comme à son maître 1 Chaque jour sous nos yeux, Oui, nous voulons de ce champ de bataille
montrerà pressurer plus sûrement et plus
-des affamés d'autorité par la raison au nous voyons contracter Faire surgir l'émancipation.
cet acte de vente, fortement leurs bêtes de sommes humaines.
moins originale que nous n'en acceptons
aucune, affaire aux girouettes qui désirant sans même songer à nous blesser. Sans DEUXIEMECOUPLET Tenez, fouillez leurs œuvres de science.
se faire prendre au sérieux. Nous ne ve- connaître nos sentiments, notre. valeur Mets en tes mains l'arme la plus terrible écoutez les conclusions de leurs calculs. ils
mes pas de la pAte des naïfs, et faut-il le morale, ni notre on disent avec Malthus que l'homme pauvre ferait
puissance physique, Il faut glacer l'ennemi de stupeur
Tedire encore, si nous étions convaincue mieux de ne pas nattre car il ne mérite, il n'a
nous unit. Et cet acte ne peut être rompu Peuple, debout! tu seras invincible
qae la prochaine levée de boucliers prolé- droit qu'à la misère; ils vous disent par toutes
tarienne ne dût aboutir qu'à un change- que par la mort de l'un des deux contrac- Galvanisé par ta bouillante ardeur.
les savantes élucubrations de leurs auteurs
ment de personnel dans les institutions Ne compte pas les morts et les ruines
tants. Quelle immoralité ! économistes que la misère est fatale, que les
gouvernementales, si tout devait rester Vas, il le faut, vnge l'humanité,
Deux êtres remplis de bonnes qualités utopistes seuls peuvent rêver de la détruire,
dans le même ordre et conséquemment Détruis le mal jusque dans ses racines
produire les mêmes effets, nous nous peuvent, à cette chaîne odieuse, devenir Sonne le glas de toute autorité. qu'il faut, pour le bien même des hommes, des
sentons Les reins assez solides et la poigne méchants et vicieux. Je ne défends ni l'un riches et des pauvres, des exploiteurs et dea
assez assurée, le cerveau assez débarrassé TROISIÈME C OUPLET exploités. Des riches et des pauvres!. Avec
ni l'autre, je les plains tous les deux !
des vains préjugés courants et l'estomac l'hypothèse que les riches seuls sont des hom-
assez développé de faire Une union ne peut être durable que Le capital, peuple, voilà ta chalne,
pour essayer mes, oui peut-êtreI mais si les pauvres sont
notre « trou» dans la soc été bourgeoise, Lance sur lui tes nombreux bataillons
lorsqu'il y a sympathie absolue. Cette hommes aussi, ils mentent assurément :
et nous deviendrons on en peut être Pour que l'on voie au souffle de ta haine
sympathie ne peut exister dans le mariage, bien mieux, ils mentent sciemment.
-sûr aussi conservateurs que nous som- Se rompre enfin les derniers maillons; des
mes destructeurs, d'autant plus pacifiques, attendu que cette loi n'est basée que sur Marche au combat sans compter les victimes (A suivrej
.alors, pour nous, que nous le sommes des intérêts. L'harmonie ne peut exister Sois sans pitié, fait comme tes vainqueurs
moins aujourd'hui pour les autres. dans le mariage puisque d'une part, il y Assez longtemps nous fûmes magnanimes
Mais, nous dira-t-on peut-être, pourquoi a le maître qui peut à son gré disposer de Rugis, lion, donne nous des vengeurs.
donc cette idée de destruction, ce désir du
chaos, cet amour du gâchis? La réponse l'esclave que la loi lui a livrée par con-
est bien simple. Tout autant que nous trat et de la quelle il peut user selon ses MOUVEMENT SOCIAL
sommes, quelques révolutionnaires que nous désirs et volontés pourvu qu'il lui garan-
soyons, nous tenons à la société bour- VARIÉTÉ SCIENTIFIQUE
geoise par une innombrable quantité de tisse sa nourriture. Dimanche, 30 juillet, à 2 heures de l'après
liens, d'attaches, de fibres, pour ainsi dire, Tels habiles comédiens puissent-ils midi, réunion privée générale dos actionnaires
entravent notre action et nous arrêtent rationnelle du travail du DroU social, chez Célerier; rue Garibaldi.
,qui être, la nature réclame ses droits. Alors Organisation
dans nos proj ets, quelquefois même les 108.
- ---
et les moins pé»»»leu%. Or, le masque tonfte ! la souffrance commence Ordre du j.,.
-pünr---bén_ns J CHAPITRE PREMIER
nous ne sommes pas des exceptions, nous et fatalement la comédieconjugale l'accom- Urgent.
ne constituons pas des types partiediers ; pagne! En ce cas, la femme est plus à nrraaoïDTTOTioiT NOTA. - On ne sera admis que-sur
ce qui est vrai pour nous, à ce point de de son livret.
plaindre que l'homme. Il est impossible à la présentation OF
vue, est vrai pour tous ceux qui vivent (Suite)
-dans la dépendance de so- n'importe quel légiste de paralyser l'élan
l'organisation
ciale actuelle, qu'ils soient bourgeois ou du cœur, pas plus qu'à tel geôlier d'arrê- il. C'est la soienoe qui adétruit les- Nous croyons devoir donner connaissance
protétatres, profilants ou souffrants, pri- elle seule à nos lecteurs des articles qui ont motivé les
ter le cours de la pensée. clavage, détruira l'ex-
vilégiés ou déshériéM. -- - - H- a. -- nouvelles poursuites intentées à notre confrère
L'homme, lui, est un peu plus favorisé, ploitation.
Pour donc que la liberté de 1 individu le Droit social.
existe, pour qu'il puisse agir réellement à il peut aimer en dehors de ce contrat, La rapidité des progrès scientlRques. s'il No 16, article intitlué : Tactique révolution-
sa guise, il est n dispensable que tous ces n'est-il pas le maître ? si la maison n'en était besoin d'une preuve, montre à l'évidence naire; 2* article: Dynamite et pytrotecniquc.
Hcnw, toutes ces attaches, toutes ces fibres des hommes dans
souffre pas trop, la chose semble natu- que l'intelligence atteint No 18, article intitulé : Tactique révolution-
soient rompues et que son indépendance lui
bien des cas déjà à son point culminant: la naire ; 2" article: Haine et révolution.
soit restituée, complète, entière, absolue. relie.
Raison. Un pas encore dans la science écono- Ne ?0, article intitulé : Les vengeances par-
Et ce ne sera précisément qu'à la faveur Mais la femme aussi a un cœur, la na-
de cette destruction et de ce brantebas gé- mique et l'organisation rationnelle et parfaite ticulières; 2* article: Tactique révolution-
ture est au-dessus de la loi. A elle, on lui de la société s'imposera d'elle-même. Ah1
néral que toutes les passions, même les naire.
mauvaises, disons mieux surtout les dit: halte là! tues femme, tu n'es pas quel bonheur pour moi, si ce petit livra pou- No 21, article intitulé: Tactique révolution-
mauvaises si tant qu'il y-en ait méritant faite de ma façon! Un contrat nous a vait aider à le faire, ce dernier pus nécessaire naire.
cette épithète, pourront se donner libre après lequel le char du progrès et du bonheur No 22, Mouvement socialiste, article intitulé:
avoir leur satisfaction. unis, tu es ma propriété, je n'en tends pas
cours, complète n'aura plus d'entraves I Cerle du travail; 2* article : Tactique révolu-
s'assouvir sans contrainte, et conséquem- que tu viennes déshonorer le foyer conju-
A l'œuvre 1 tionnaire.
ment s'arrêter elles-mêmes, si ce qui ne gal! ou la loi va te mettre à la raison. Au La force brutale, qui règne encore sans o 23, article intitulé: Tactique révolution-
leur avait manqué jusqu'alors n'avait été nom de cette loi qui les a unis pour tou- adoucissements, rend fatale la subordination naire.
justement que cet assouvissement sans
aux forts. Cette subordi-
cette satisfaction sans limites. jours, dans la société qu'ils ont convenu matérielle desfaibles En vente aux bureaux deV Etendard révolu*
bornes,
le monde, ils ont un couvent ! nation, complète qu'elle qu'en soit la forme, tionnaire les numéros du Droit social parti
Enfin, veut on que rous invoquions des d'appeler
les amateurs de s'est appelée selon ces formes mêmes : esclavage, ce
-exemples historiques : que Et dans la nôtre St-Lazare ! jusqu'à jour.
pouvoir, les parlementaires, qui se croient à srr\'ftj(', salariat. Les deux premières formes,
Que reste-t-il la femme? la ruse, fa-
des révolutionnaires parce qu'ils en veu- où l'exploitation est manifeste, firent des
talement elle en use! Souvent elle devient hommes esclaves ou serfs des êtres inférieurs,
lent à la bourgeoisie comme Michu en veut GROUPE DES JUSTICIERS DU DROIT
à Balandard (1) pour la remplacer, lisent cruelle, elle est blessée, elle ne raisonne dégradé, jouets des maîtres; mais quelques Thizy, le 14 juillet 1883.
ou relisent, s'ils ne les ontlus déjà, l'histoire souffles de la raison on suffit pour les em-
plus. Compagnon rédacteur,
des Jacques et les récits de la Révolution et pour relever leurs victimes : relève-
Sous la tutelle du Maître, resclave obéit, porter Vu la nécessité de lutter contre l'exploita-
dans Taine; ils y verront l'image fidèle ment moral dont la génération suivante tion capitaliste qui tend de jour en jour à as-
faible,
de la Révolution telle qu'elle devra se elle n'arplos sa volonté propre 1 L'inéga- servir et courber sous un joug avilissant 111
seule a profité et encore dans une bien petite
faire pour être, telle qu'elle se fera, nous lité existant, ils ne peuvent s'aimer. classe ouvrière.
mesure; mais relèvement réel pourtant, car
en avons l'espoir, sous peine de ret sembler Vu que le capital, cet ennemi de tout droit
L'amour doit être le sentiment le plus l'infériorité, la dégradation ne sont plus inhé-
aux escamotages politiques du siècle et de et de toute justice.est la principale firme dont
n'être qu'une substitution de personnes, pur de l'être humain, il doit s'exprimer rentes à la classe: les individus peuvent y se sert la bourgeoisie, pour combattre toute
être soustraits, parfois complètement, souvent idée d'émancipation de la classe ouvrière et
qui nous procurerait sans nul doute l'agréa- librement. Or la chaîne. et l'âme jurent
ble plaisir d'être gouvernés par les candi- peu. qu'il est utile qu'il disparaisse.
toujours de se trouver ensemble 1 Jugez Plusieurs citoyens de la localité ont reconnu
dats passés, présents et futurs du parti dit Mais si les de la scicnco
« ouvrier., des conséquences. premiers rayons qu'il est urgent de se grouper pour pouvoir
mais qui ne nous donnerait ont fait la raison victorieuse de l'esclavage et luitcr contre les vampires bourgeois cléri-
certainement pas ce que nous voulons Le mariage est la consécration de la caux et autres, et ont fondé détinitivcmont un
du servage, il n'en a pas été de même du sala-
avec la masse, dont nous ne nous sépare- et la base groupe révolutionnaire, sous le titre: les Jus-
prostitution légale des vices so- rint, car I, l'exploitation cachée en lui sous
rons jamais, nous autres, ce pourquoi ticiers du Droit.
tout nous ciaux, et une des principales causes de la des haillons de liberté, n'en a pns moins con- Les membres de ce groupe s'engagent à
après sommes des révolution- #
dégénérescence de l'espèce humaine. Dans tinué, implacable, t-on œuvre de spoliation lutter et à employer tous les moyens possibles
le droit des prolétaires.
le mariage tout est crainte ou calcul. paupérofère, voir même paupèrnphobe. Ce pour soutenir
(1) Lire dans le numéro 2 do la Reouc politi- n'est cependant pas que cette exploitation Pour le groupe desJusticiers du Droil
que et litlôrairc la très réactionnaire mais très ne soit convaincue de ses Ciimes ! non, depuis P. C.
musanle scène politique deJ. Rcinacli, intitulés
Michu. longtemps déjà la loi des salaires est venue
Troyei. La pro,.de anarchiste faite courageux exploité, c'est d'an bon augure, niment perfectible, et éducti-
progressive je m'intéresse vivement à vous et je veux
depuis quelqu e tera ps par le&Ni vslsu us trotwb lé travailleur, cette bête de somme, a assez
nous a attiré des reproches de la part des ble, d'où il sait évidmment que celui d'ea- vous caser dans une autre maison en dehors
néo-sociali&tfs ouvrier. courbé longtemps l'échiné sous la férule tre nous qui se hasarderait de propoler, de la grève, puisque vous voulez être abso-
du parti
Ces citoyens s'inquiètent de voir que les du maltre, il redresse enfin sa tète. lument neutre.
nombreux ouvriers qui, autrefois, assistaient par exemple, un vote sur la question de
Nous avons la ferme conviction que l'oeu- savoir si deux et deux font réellement Cette proposition ne déplut pas à Jules
régulièrement à leurs réunions, y brillent au- qua-
qui promit d'être à Valenciennes le lende-
jourd'hui par leur absence. Ils en concluent vre commencée se continuera par ses collè- tre, ou bien si c'est véritablement le soleil
que ce fait est dû à la proaande révolution- main.
gues de chaloel, que tous eea rénégats qu qui nous éclaire pendant le jour, celui-là,
naire et anarchiste qui, disent-ils, a pour cou. Il quitta donc l'atelier et s'en fut par la
tiennent si perfidement, haut et ferme, dis-je, ne serait pas du tout pris au sé-
séquence d'empêcher toute discipline et de ville pour étudier la situation, sonder le ter-
rejeter le prolétariat dans l'indifférence et dans un but intéressé, les intérêts des mil- rieux, tout le monde étant parfaitement rain, tater le pouls au mouvement. Une
l'immobilisation. lionnaires, des parasites, ces sangsues du
U fitut avoir des cerveaux où la stuphliié. d'accord, eu effet, que deoxetdenx ne font partie de la journée fut consacrée à cette
travailleur tomberont un jour proche, écra- ni trois ni cinq, mais rigoureusement ni
l'orgueil ou l'ambition ne laissent aucune place étude, à cette enquête et le soir seulement
à la vérité et à la raison, pour émettre des sés, sous le talon de la botte d'un proléta- -plus ni moins que - quatre,
- et qu'enfin le so- il prenait le chemin du Mont Léger.
-
idées aussi absurdes. Aussi, n'essayerons-nous riat courroucé. leil est évidemment et incontestablement
pu d'entrer dans de longs détail pour dé-
montrer les véritables causes du vide qui se Travailleurs d'Oullins, nous sommes avec l'astre du jour, comme disent les poètes. LA CATASTROPHE
fait dans leurs rangs. Nous nous contenterons vous, soyez sans pitié, 80Jez implacables Toutefois : il n'en serait certainement
de dire que la libre initiative des individus, plus Les ouvriers mineurs des huit puits de la.
vis-à-vis de ces sbires de tout accabit, de d: même s'il s'agissait par exemple du tra-
agissant seuls et ne se groupant, selon leurs C" houillère du Nord s'etaient mis en grève
tendances et leurs affinités, qu en vue d'une ces mouchards à toutes faces, adorateurs du vail ou action libre et intelligente de sous la menace d'une nouvelle baisse de
action à accomplir, adion qui doit toujours veau d'or capitaliste. l'homme sur la matière. salaire qu'ils savaient dont ils
être consciemment imminente,
étudiée et librement con- l'inso-
aura toujours [klus de chances de Itappelez-vous que l'arrogance, Ici le fonctionnement régulier et nor- avaient été prévenus indirectement.
sentie,
vitalité que les groupements permanents, où lence (lui les caractérisent, proviennent de mal du suffrage universel est de rigueur, Depuis quelque temps déjà ils étaient par-
les minorités sont mises dans l'alteruative de votre trop grande timidité, ainii que de venus à relier tous les travailleurs de laC"
car, sur la question du travail, les intérêts
se courber devant chaque décision de la ma- les
votre trop grande humiliation. sont, en effet, différents et même diver- par une étroite solidarité, ;puis, organi-
jorité, et d'agir, en ce cas, contre leurs cons-
Que votre misère provient de la rapacité sateurs avaient ensuite cherché et avaient
ciences, ou ue se retirer du groupe, afin de gents et antagoniques, et les électeurs,
ne pas supporter la responsabilité des actes de la cupidité des toucheurs de dividendes, noué de sérieuses relations avec les multi-
par conséquent, sont fort loin d'être d'ac-
qui sont contraites a leurs principes. dont ils sont les si fervents défenseurs. ples corporations de Valenciennes, cette
cord. Pour s'en convaincre d'ailleurs,il n'y
Les Miteleurs troyens. petite coalition avait fédéré tous ces travail-
N'est-il pas honteux que des individus a qu'à les interroger : Le travail s'affran-
leurs, le résultat avait été obtenu rapide-
sortis du sein du peuple, et républicains, chira-t il ? Non 1 répond le bourgeois
Turpitudes bourgeoises ment, mais sans bruit, grâce au concours
se disent-ils, se mettent entre le travail et
Pauvre bourgeoisie idiote. égoïste, cupide et insatiable, et dont le plus de deux ou trois nouveaux venus dans les
Quand le Droit tocial montre le phare de le capital, prenant toujours parti pour le grand intérêt est de tenir impitoyablement localités travailleuses, et il avait eu les con-
l'Eplité sociale au prolétariat affamé par votre fort contre le faible, du gras contre le mai- en tutelle et à l'état de bête de somme tout
infime exploitation. séquences que l'on connaît, puisque le même
gre, du voleur contre le volé, fainéants,
Quand il en appelle à la Révolution pour travailleur non capitaliste. Le travail s'af- jour, à la même heure, tous les ateliers
mettre tin à vos hideuses turpitudes, vous le vivaut bien, contre l'esquinté de peines, franchirat-il ? Oui! à son tour étaient déserts.
répond
poursuivez. mourant de faim. l'ouvrier et Jules en quittant Valenciennes emportait
Eh bien, soit! laborieux, intelligent et probe,
Tas de petits despotes, de petits tyran- son émancipation tous ces renseignements annoncés d'abord
Mais prenez garde ! qui aspire ardemment à
neaux, continuez à à les dans la conversation qu'il avait eue à son
Croyez-vous peut-étra qu'une fois le Droit narguer, opprimer ainsi qu'à celle de tous les honnêtes tra-
social bâIllonné, une fois ta gérant en prison, travailleurs pour satisfaire vos appétits, passage au Puits-Borgne.
les revendications vailleurs qui, comme lui, demandent que
prolétariennes vont rester nous nous eu vous Il était six heures quand il se mit en
lettre morte? réjouissons, parce que tous les hommes soient libres, égaux et so-
Si vous croyez cela, ne vous appercevez route. Qui aurait assisté à son premier
! pas que vous faites lidaires les uns des autres. Ainsi en est-il
Vous ne savez donc (Jétiompez-vous
Mo quils sont nom- avancer l'aiguille à l'horloge de la Révolu- voyage et qui le suivrait à cette heure, re-
breux, ceux qui ont soifdEgaiite et de Jus-
de la question de l'enseignement public ou trouverait bien encore des coïncidences
tion; mais gare à vous et à vos pareils, éducation et inté-
tice; rationnelle, positive dans ces préoccupations, mais il était tout
Vous ne savez donc pas que l'édifice social lorsqu'il sonnera l'heure redoutable pour grale ; de la question de la décentralisa- différemment agité, il avait le cœur serré,
vous procure tant (le jouissances et nous vous, l'heure de la grande vengeance.
qui
donne tant de misères, va s'écrouler ! tion politique et administrative on autono- l'estomac contracté, tous ses mouvements
Eh bien, nous vous la répétons : mie communale; de la question de la li- étaient fébriles, sa marche était nerveuse,
«wMfinjvn/wm» -' -
Un vent révolutionnaire va souffler, prenez berté du travail, da commerce ou de ré- saccadée, on aurait pu croire à sa démarche
garde qu'il ne vous emporte. de la question de la justice com- qu'il avait hâte d'arriver, et, d'antre part, à
Prenez garde! car la vengeance des meurt- change;
DE L'ABSTENTIOMMOTIVÉE ses moments de réticense on aurait pu se
de-faim sera terrible. mutatie, de la réciprocité en tonte chose,
Prenez garde! car la Révolution est pro- ou ph etc. Dans tous ces cas en effet chacun doit
demander s'il ne craignait pas de se rap-
procher *rop vite, il était bien évidemment
En attendant, condamnez nos oraanes, du un iverst plaider m propre caaac et, eowmc l'a fort en buiie à deux idées opposées. On le voit,
mais sachez que la solidarité n'eat pas un vain l'Avenir Suffrage « La raison finit tou-
bien dit Marmontel :
mot pour nous, révoluàonnaires. tout s'enchaînait pour affirmer une grande
Qu'en atteignant le JhfoUsocial, vos sbires jours par avoir raison ». Telle est enfin la
différence dans ces de x voyages.
nous atteignent. (Suite) condition, le mode, l'exercice, le but et la Pendant le premier, Jules cheminait sur
Le groupe révolutionnaire de N'vian. du suffrage réellement universel. une route déserte et éclairée
puissance par les pre-
Le suffrage électoral, je ne saurais trop
miers rayons du soleil de mai. Cette fois
le redire, ne peut être réellement univer-
c'était de pilles lueurs d'un soleil couchant
TRIBUNE sel que par l'universalité des suffrages : ce
PUBLIQUE qui surplombaient sur la colline et qui
qui implique nécessairement le droit de GREVES & REVOLTES
éclairaient d'un jour blafard les bas fonds
Groupe des Travailleurs de Roubaix chacun à manifester, par son vote, ses be- du Mont Léger et de la Tourmente.
PAR MARIA air Looisi MICHEL (9)
L'exécrable gouvernement de la bour- soins, ses désirs, ses idées et sa volonté A la base de la Tourmente un parti de
geoisie soi-disant républicaine, vieut d'a- Or, de la réunion et de la distinction des grévistes, une foule énervée par les premiè-
I_LA. G-~R ft; V m
jouter une fleur de plus à son blason d'in- besoins, des désirs, des idées et de la vo- res fumées de l'effervescence discutait avec
famie et d'intolérance, (su interdisaut, lonté de tous, il doit inévitablemet résul- Chacun sait que les industriels, les manu- animation. Du point où Jules se trouvait, il
par
des moyens ter une synthèse électorale facturiers, qui occupent un nombreux pouvait distinctement voir cette foule et
d'autant plus lèches qu'ils qui ne peut per-
sonnel de travailleurs, non contents de leur percevoir même le bruit de la discussion.
sont détournés, d'éclairer les travailleurs être autre chose que l'expression la plus
dérober la plus large part de leur salaire, On le voit à son depart du Mont Léger, la
sur leur triste sort et en leur apprenant fidèle de la souveraineté nationale, sociale
trouvent encore moyen d'exploiter leur mal- solitude matinale avec la gaieté dans la
lesmoyens les plus sûrs, les plus positifs ou populaire.
heureuse situation, en conservant entre nature, à son retour le bruit, la tempête, la
de se débarrasser de ces sangsues qui ne Si tous les électeurs n'étaient doués que
leurs mains tout un mois la part de leurs révolte même aux dernières heures du jour.
sont jamais lasses de sucer la sueur du d'une seule et même aptitude, faculté ou victimes, et de garder par devers eux à titre Quel contraste!
peuple. fonction ; s'ils n'avaient qu'une seule et de retenue le montant d'une semaine de Quittons un moment notre voyageur et
Mais ils se sont étrangement même occupation, une seule et même opi- travail oui n'est remboursée qu'au départ. suivons !e parti de travailleurs qu'il aperçoit
trompés
s'ils ont cru par là étouffer en nous les nion, une seule et même aspiration, une Si bien que ces VOLEURS patentés trouvent de son lieu de réflexion.
germes de revendications seule et même pensée, une seule et même ainsi moyen de se constituer frauduleuse- Les grévistes se dirigent vers le Puits
que vous avez
volonté, un seul et même intérêt, un seul ment des rentes avec un Borgne en discutant violemment, car deux
courageusement implantés dans noscceurs. capital d'emprunt
Mous organiserons et même droit, etc.; s'ils étaient également forcé. opinions opposées se heurtent dans ce mil-
des quêtes, nous ferons
Exemple: Le Creusot exploite 12 mille lieu. Prêtons l'ereille,
notre possible pour tous aider dans la capables, également éclairés, également
ouvriers, mettons la moyenne de salaire à Nous avons été trop longtemps la chose
mission que vous nifet entreprise et avec rétribués, également imposés, également
30 francs, soit 36.000 francs qui restent en de ces maudits exploiteurs, disait une voix:
vous nous crioDs: « mort aux voleurs, riches, également dévoués, également li-
caisse du Scheider, à olo cela fait, si mon ils nous ont assez fait souffrir pour que
mort aux oppresseurs du peuple.. bres, etc., il n'y aurait donc entre eux ni nous nous croyons en droit de nous per-
calcul est juste, 18 mille de rente. Est-ce
Pour le Groupe : majorité, ni minorité, ni opposition, ni assez joli. méttre certaines chacun son
réprésailles,
B. contradiction, ni émulation, ni ambition, Et que l'on ne dise pas que cette somme tour que diable. Eh1 quoi, vos haines
ni vanité, ni jalousie, ni compassion, ni est remboursée au départ, ce serait faux; s'éteindraient-elles au moment de se satis-
Bagne capitaliste L. L - M., d'Oullins haine, etc., et le suffrage universel, par car si Pierre est remboursé il quitte faire? Ho' non, répondait-on, mais cette
Iuand
Les ateliers du cltemin de fer d'Oullins conséquent, n'aurait pas raison d'être, et l'atelier, Paul le remplace et rétablit la si- guerre sur laquelle on fonde tant d'espoir
ont été mis en émoi. lu semaine le scrutin, encore, serait la tuation. ne peut débuter par des actes.
dernière, par conséquent
Le patron de Féron était trop vol.. , trop
par un acte que ions approuvons et reven- plus inutile des inutilités. (A suivre).
diquons fièrement. La société humaine constituerait alors commerçant pour négliger cet rppoint aux
Un de nos amis, poussé à bout par des une simple communauté dans le genre bénéfices, mais l'ex-mineur n'eût pas à s'en
plaindre, car on ne lui régla pas ce que l'on
exactions sans nombre de la part d'un gre- de celle de certaines familles d'insectel
lui devait, on lui donna de l'argent et la Nous publieront dans notre prochain nu-
din, lai administra urne friction que jamais hyménoptères, telles que: abeilles, four-
somme qu'il reçut était supéneure à celle méro les listes de souscription des différentes
aocan médecin, au&si célèbre soit-il, n'a mis, etc. qu'il pouvait réclamer, ce que sa grande
localités.
conseillée. Heureusement qu'il n'en est nullement préoccupation ne lui permit pas de remar-
Bravo, compagnon, et sus au trattres. ainsi, et que, contrairement aux espèces quer sur l'heure.
Nous applaudissons animales dites notre Le maître recommanda à l'ouvrier de hâ- Le gérant, CRESTIN.
de toutes nos forces travailleuses, agis-
pour l'énergie et l'acte accompli par ce sante espèce est essentiellement et indéfi- ter son voyage et son retour, car, lui dit-ij, (.TON.t*. fum, IO,raTa"M»Bipws