Vous êtes sur la page 1sur 199

INTRODUCTION A LA RHEOLOGIE DES FLUIDES

APPROCHE MACROSCOPIQUE
(Notes de Cours révisées)

École de Printemps. GDR Matériaux Vitreux


Mars 2003.

Didier Bernardin
Chargé de Recherches CNRS
L.E.M.T.A. UMR 7563. (Nancy)
email: dbernard@ensem.inpl-nancy.fr
2
TABLE DES MATIÈRES 3

Table des matières

1 Relations constitutives. Fluides simples 7


1.1 Notations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.2 Dynamique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.3 Matériaux simples. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.3.1 Heuristique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.3.1.1 Les principes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.3.2 Résumé: loi constitutive d’un matériau simple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
1.3.3 Groupe de symétrie d’un matériau simple. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
1.4 Fluides simples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
1.4.1 Cas des processus non isothermes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
1.4.2 Fluide simple au repos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
1.4.3 Note sur les fonctions thermodynamiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
1.4.4 Note sur les mouvements stationnaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
1.5 Fluides simples à mémoire instantanée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
1.5.1 Les fluides de Reiner-Rivlin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
1.5.2 Fluide visqueux incompressible . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
1.5.2.1 Loi puissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
1.5.2.2 Loi de Carreau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
1.5.2.3 Petit catalogue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
1.6 Restrictions imposées par le second principe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
1.7 Problème intérieur de Stokes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
1.7.1 Potentiel de dissipation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
1.7.2 Le problème intérieur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
1.8 Couche limite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
1.8.1 Les équations de Prandtl. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
1.8.2 L’équation de Blasius pour le fluide en loi puissance. Épaisseur de couche limite. . . . . 25
1.9 Lubrification . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26

2 Ecoulements viscométriques 29
2.1 Écoulements de cisaillement simple. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
2.1.1 Rappels: endomorphismes nilpotents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
2.2 Écoulements viscométriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
2.3 Fonctions viscométriques d’un fluide simple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
2.3.1 Loi constitutive d’un fluide simple en écoulement viscométrique . . . . . . . . . . . . . . 32
2.3.2 Restriction apportée par le second principe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
2.3.3 Parité des fonctions viscométriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
2.3.4 Cas des fluides de Reiner-Rivlin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
2.3.5 Fluides à seuil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
2.4 Écoulements unidirectionnels plans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
2.4.0.1 Ecoulement de Couette plan. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
2.4.0.2 Ecoulement de Poiseuille plan. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
2.4.0.3 Ecoulements de Couette-Poiseuille. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
2.5 Écoulements Hélicoïdaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
2.5.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
2.5.2 Étude dynamique locale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
2.5.3 Écoulements unidirectionnels en conduite. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
4 TABLE DES MATIÈRES

2.5.3.1 Écoulement de Poiseuille en conduite de section circulaire . . . . . . . . . . . . 47


2.5.3.2 Écoulement unidirectionnel entre cylindres coaxiaux. . . . . . . . . . . . . . . . 47
2.5.4 Écoulements de Couette entre cylindres coaxiaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
2.5.4.1 Principe du viscosimètre de Couette . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
2.5.5 Écoulements de Couette-Poiseuille entre cylindres coaxiaux . . . . . . . . . . . . . . . . 49
2.5.6 Analyse qualitative de l’effet Weissenberg . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
2.5.7 Analyse qualitative de l’élargissement d’un jet libre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
2.6 Quelques Écoulements instationnaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
2.6.1 Ecoulement de cisaillement unidirectionnel plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
2.6.2 Ecoulement unidirectionnel en conduite de section circulaire . . . . . . . . . . . . . . . . 53
2.6.3 Ecoulement de Couette instationnaire entre cylindres concentriques . . . . . . . . . . . . 54
2.7 Le rhéomètre à disques parallèles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
2.8 Le rhéomètre plan-cône . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
2.8.1 Étude formelle d’un écoulement azymuthal viscométrique. . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
2.8.2 Équations de bilan local. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
2.8.3 Conditions limites cinématiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
2.8.4 Un écoulement azymuthal n’est pas solution exacte des équations de bilan local. . . . . 65
2.8.5 Étude en hypothèse de Stokes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
2.8.5.1 Les équations locales. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
2.8.5.2 Détermination de la vitesse et du couple visqueux appliqué sur le cône. . . . . 67
2.8.5.3 Mesure des contraintes normales. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69

3 Fluides viscoélastiques 73
3.1 Modèles monodimensionnels. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
3.1.1 Heuristique. Fonction de relaxation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
3.1.2 Analogie mécanique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
3.2 Les modèles infinitésimaux classiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
3.2.1 Les modèles tridimensionnels. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
3.2.2 Violation de l’objectivité matérielle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
3.3 Modèles objectifs intégraux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
3.3.1 Fluides simples à mémoire evanescente. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
3.3.2 Viscoélasticité linéaire finie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
3.3.2.1 La fonction de relaxation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
3.3.3 Modèles intégraux sur-convectés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
3.3.4 Modèles infinitésimaux en petites perturbations. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
3.3.5 Modèles infinitésimaux en petits déplacements ou en mouvements infiniment lents. . . . 86
3.3.6 Modèles de type Oldroyd . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
3.3.7 Modèles non linéaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
3.3.7.1 Les modèles KBKZ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
3.3.7.2 Modèles phénomènologiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
3.3.7.3 Catalogue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
3.4 Les modèles différentiels linéaires objectifs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
3.4.1 Les dérivées codéformationnelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
3.4.1.1 la dérivée codéformationnellesous-convectée [Lower convected codeformational
derivative] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
3.4.1.2 La dérivée codéformationnelle sur-convectée [Upper convected codeformational
derivative] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
3.4.1.3 Notes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
3.4.2 La dérivée corotationnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
3.4.2.1 Interprétation géométrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
3.4.2.2 Action d’un changement de référentiel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
3.4.2.3 Modèle de Maxwell corotationnel ou modèle ZFD . . . . . . . . . . . . . . . . 103
3.4.3 Résumé des modèles différentiels linéaires objectifs de fluides incompressibles . . . . . . 105
3.4.3.1 Modèles de type Maxwell . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
3.4.3.2 Modèles de type Oldroyd . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
3.5 Modèle de Goddard-Miller . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
3.6 Modèle d’Oldroyd à 8 Cstes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
TABLE DES MATIÈRES 5

3.7 Modèles intégraux non linéaires corotationnels. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106


3.8 Fonctions viscométriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
3.8.1 Modèle intégral sous-convecté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108
3.8.2 Modèle intégral sur-convecté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
3.8.3 Modèle intégral mixte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
3.8.4 Modèle intégral corotationnel de Goddard-Miller . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
3.8.5 Notes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
3.9 Fonctions viscométriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
3.9.1 Expressions directes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
3.9.2 Calcul à partir de la loi différentielle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112

4 Fluides de Grade n 115


4.1 Tenseurs de Rivlin-Ericksen . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115
4.2 Retardation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
4.3 Fluides de Grade n. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
4.3.1 Cas sous-convecté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
4.3.2 Cas sur-convecté ou co-rotationnel. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
4.3.3 Modèles de grade 1 et 2 de fluides incompressibles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
4.3.3.1 Modèles de grade 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
4.3.3.2 Modèles de grade 2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
4.3.3.3 Les fonctions viscométriques des fluides de Grade 2 . . . . . . . . . . . . . . . 120
4.3.3.4 Modèles de grade 3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
4.3.4 Instabilité de l’état de repos dans les fluides de Grade n . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121

A Écoulements de Poiseuille instationnaires. 123

B Viscosité complexe 137

C Lubrification 153

D Gonflement d’un jet capillaire 173


6 TABLE DES MATIÈRES
7

Chapitre 1

Relations constitutives. Fluides simples

1.1 Notations
On désigne par E l’espace affine Euclidien de dimension 3 sur R dans lequel se trouve à chaque instant les
particules d’un milieu continu. On désigne par E un espace vectoriel Euclidien orienté associé (par exemple,
l’espace des translations de E). Le produit scalaire et l’orientation sont fixés. On note S(E) l’ensemble des
endomorphismes symétriques de E et Sdev (E) l’ensemble des endomorphismes symétriques de trace nulle. O
étant un ouvert de E, on note D(O,E) l’ensemble des fonctions de classe C ∞ à support compact dans O et à
valeurs dans E, on définit de même les ensembles D(O,S(E)), D(O,Sdev (E)).
Un mouvement de milieu continu est, par définition, la donnée de 1) un intervalle de temps I, 2) un ouvert
B ⊂ E et 3) d’une famille {φ(t); t ∈ I} de C 1 −difféomorphismes B 7→ E. L’ouvert B est appelé "configuration
de référence".
On ne considèrera que des familles φ(t) définies pour I = R et qui sont assez régulières en t, et/ou x, pour
justifier tous les calculs différentiels.
On désigne par Ωt = φ(t)(B) le placement du milieu à l’instant t. On notera en général X les "particules",
c’est à dire les points de B, et x leurs positions, c’est à dire les points de Ω t .
On désignera par χt (τ ) = φ(τ ) ◦ φ(t)−1 le mouvement relatif à la configuration de référence Ωt . On définit
le gradient de déformation absolu:
F(t,X) = ∇ φ(t,X)
ainsi que le gradient de déformation relatif:
Ft (τ,x) = ∇ χt (τ,x)
Enfin, on notera v le champ de vitesses Eulérien.

1.2 Dynamique
Le principe de D’Alembert s’énonce: Dans un référentiel quelconque, pour tout champ de vitesses
virtuelles compatible avec les liaisons - y compris l’incompressibilité, si il y lieu, la puissance
virtuelle de tous les efforts, aussi bien intérieurs qu’extérieurs appliqués à un système matériel,
est égale à la puissance virtuelle des efforts d’accélération.
On considère un milieu continu dans un mouvement φ(t) vu par un certain observateur. Soit A ⊂ Ω t un
domaine borné, de fermeture contenue dans Ωt et de bord assez régulier (typiquement C 1 ). On postule que les
forces extérieures agissant à l’instant t sur la matière contenue dans A sont:
1. Des forces volumiques données par une densité volumique ρf .
2. Éventuellement des couples volumiques donnés par une densité volumique C.
3. Des forces de contact donnés par une densité surfacique t qui représentent l’action du reste du milieu.
4. On suppose qu’il n’y a pas de densité surfaciques de couples.
Les puissances virtuelles des efforts extérieurs et d’accélérations sont donc:
 Z Z Z
 1

 eP (A,u) = ρ(f |u) dx + rot
(C|rot
rotu) dx + (t|u) ds
A A 2 ∂A
Z

 Dv
 Pa (A,u) = ρ( |u) dx
A Dt
8 CHAPITRE 1. RELATIONS CONSTITUTIVES. FLUIDES SIMPLES

La puissance virtuelle des efforts intérieurs est 1 alors de la forme:


 Z

 P (A,u) = − σ : D[u] dx compressible
 i
A
Z


 Pi (A,u) = − τ : D[u] dx incompressible
A

où σ est le tenseur des contraintes de Cauchy qui est symétrique, et τ son déviateur dans le cas incompressible.
Tous les champs volumiques, y compris les tenseurs de contraintes, sont définis sur tout Ω t et les quantités
concernées ci-dessus sont leurs restrictions à A.
Les champs de vitesses virtuelles admissibles sont:
1. Cas compressible. Tout champ u qui est la restriction à A d’un champ de D(Ω t ,E).
2. Cas incompressible. Tout champ u qui est la restriction à A d’un champ de D(Ω t ,E) à divergence nulle.
Le résultat fondamental est, en supposant que les diverses grandeurs réelles sont assez régulières, que le
principe de D’Alembert pour les domaines intérieurs est équivalent au principe de Newton, d’égalité entre le
torseur dynamique et le torseur des efforts extérieurs, et aux conditions limites qui s’expriment par 2 :

C
t=σ ·n− ∧n sur ∂A
2
où σ est le tenseur des contraintes de Cauchy du matériau. Il est donné par:

σ = τ − pId

où p est la pression. Dans le cas du milieu incompressible p est déterminée comme un multiplicateur de
Lagrange associé à la contrainte d’incompressibilité: dans ce cas la pression n’intervient donc pas explicitement
dans l’écriture du principe de D’Alembert mais elle est néanmoins bien déterminée.
La compatibilité entre les équations de la dynamique écrites par diverses observateurs est assurée par le
principe d’objectivité matérielle qui s’énonce pour les domaines intérieurs: Quel que soit l’observateur,
la puissance virtuelle des efforts intérieurs en tant que forme linéaire agit au même ordre de
dérivation (premier gradient ici). La puissance virtuelle des efforts intérieurs pour des champs
virtuels homologues, en tant que scalaire, est identique pour tous les observateurs.
Il en résulte en particulier que les équations de la dynamique sont invariantes par changement de référentiel
Galiléen.
La principe d’objectivité matérielle se traduit explicitement sur les contraintes de la manière suivante. Soit
Ψ(t) un mouvement rigidifiant, donné à chaque instant par:
−−→
Ψ(t)(X) = a(t) + Q(t) · OX

où pour chaque t, Q(t) est orthogonale, a(t) est une translation et O une origine fixe, arbitraire. Soit T un
instant. Soit σ le tenseur des contraintes pour un mouvement quelconque φ (resp. τ le déviateur des contraintes)
et soit σ ∗ (resp. τ ∗ ) celui pour le mouvement φ∗ déduit du mouvement φ par le changement de référentiel 3
(Ψ,T ), c’est à dire:
φ∗ (t − T ) = Ψ(t − T ) ◦ φ(t)

Alors:
1. Cas compressible:
σ ∗ (Ψ(t − T )(x),t − T ) = Q(t − T ) · σ (x,t) ·T Q(t − T ) (1.1)

La pression est alors identique aux points homologues.


2. Cas incompressible:
τ ∗ (Ψ(t − T )(x),t − T ) = Q(t − T ) · τ (x,t) ·T Q(t − T ) (1.2)

1 En réalité, dans une théorie du premier gradient, elle est à priori de la forme plus générale P (A,u) = f (A,u,∇ ∇u) où:
R i i
fi (A,x,L) = − A [(a|x) + b : L] dx où a et b sont des champs définis sur Ωt . Par le principe d’objectivité matérielle, on montre
que a est nul et que b est symétrique. 2 n est la normale extérieure à ∂A. 3 Avec cette convention, Ψ−1 est le mouvement

de l’observateur mobile.
1.3. MATÉRIAUX SIMPLES. 9

1.3 Matériaux simples.


D’après ce qui précède, pour pouvoir fermer les équations de la dynamique, les efforts extérieurs et les
efforts d’accélérations étant connus il faut donc préciser la puissance virtuelle des efforts intérieurs, c’est à dire
les champs σ ou τ .
Pour simplifier, une partie A ouverte de Ωt étant donnée, on appellera encore puissance virtuelle des efforts
intérieurs à A la distribution sur D(A,S(E)) (resp D(A,Sdev (E))) donnée par:
 Z

 fi (A,L) = − σ : L dx compressible

ZA


 fi (A,L) = − τ : L dx incompressible
A

La connaissance de fi pour A donné est équivalente à la connaissance de la restriction à A de σ ou τ . Il est alors


conceptuellement plus simple d’énoncer les "principes constitutifs" que doivent vérifier σ ou τ , en particulier
le principe de l’état local, en les formulant comme des propriétés de ces puissances virtuelles.

1.3.1 Heuristique.
Dans ce paragraphe on se propose d’examiner la dépendance entre le tenseur des contraintes de Cauchy (ou
son déviateur) et le mouvement, à la lumière de quelques principes généraux de physique du milieu continu.
Nous ne chercherons pas ici à avoir une démarche axiomatique rigoureuse mais essentiellement à traduire sous
une forme opérationnelle quelques principes de base, clairs par eux mêmes. Le lecteur intéressé par plus de
détails pourra par exemple consulter [5] ou encore [12]. Pour ce qui suit on énoncera les principes pour des
matériaux quelconques mais on ne ne détaillera que le cas des matériaux homogènes en théorie du premier
gradient.
Pour simplifier, dans un premier temps, on ne s’intéresse qu’à des processus thermocinétiques isothermes,
ce qui est justifié puisque la température est une variable indépendante du mouvement. On supposera de plus
que la température est spatialement homogène égale à une constante θ.
On convient que l’on peut choisir comme configuration de référence pour tout mouvement une partie d’une
configuration particulière géométriquement égale à tout l’espace, appelée "configuration naturelle" dont une
propriété (pour les milieux homogènes) est d’avoir une densité de masse ρ 0 spatialement constante, choisie
comme unité.
Fixons cette configuration naturelle que, par la suite, on nommera "la configuration naturelle de référence".
On nomme, "configuration de référence", pour un mouvement donné, la partie B de la configuration natu-
relle qui subit le mouvement.
Pour un milieu incompressible, on choisit bien sûr comme densité ρ0 sur la configuration naturelle, la
densité "réelle" du milieu c’est à dire, en principe, la seule densité de masse que l’on peut rencontrer sur les
placements du milieu au cours de ses mouvements. Pour un milieu incompressible, ceci implique en particulier
que les mouvements par rapport à une partie de la configuration naturelle ont tous un tenseur des déformations
absolu unitaire.

1.3.1.1 Les principes


1. Un mouvement étant donné, pour un matériau donné, on sait que la puissance virtuelle des efforts inté-
rieurs à une partie ouverte A ⊂ Ωt , fi (A,·), en tant que distribution sur D(A,S(E)) (ou sur D(A,Sdev (E))
dans le cas incompressible) est essentiellement une caractéristique de l’état de déformation du milieu.
On s’attend donc à ce que cette puissance ne dépende que du mouvement φ et non pas du système de
forces extérieures compatible avec ce mouvement. Ceci est confirmé par le fait que la puissance réelle des
efforts intérieurs ne modifie que l’énergie interne dont la valeur n’est in fine fonction que du mouvement
et de la température et non pas des causes extérieures du mouvement.
C’est le principe de déterminisme qui consiste donc à postuler que pour toute partie A ⊂ Ω t la puissance
virtuelle des efforts intérieurs fi (A,·) est entièrement déterminée par la connaissance du mouvement φ,
la température étant fixée. On va supposer également qu’étant donnée une configuration de référence B
on peut, "au moins par la pensée", lui imposer tout mouvement respectant l’incompressibilité si il y a
lieu et examiner alors la puissance des efforts intérieurs qui en résulte.
2. Par ailleurs, il semble évident de postuler que la puissance virtuelle des efforts intérieurs à un instant t
est déterminée par la seule connaissance du mouvement aux instants antérieurs à t. C’est le principe de
10 CHAPITRE 1. RELATIONS CONSTITUTIVES. FLUIDES SIMPLES

causalité. Soit φ un mouvement et t un instant donné. On appelle alors "histoire" de ce mouvement à


l’instant t la restriction de φ à ] − ∞,t], c’est à dire aux instants antérieurs à t (On suppose que tous les
mouvements que l’on considère sont définis sur l’intervalle de temps I = R).
3. Enfin, on postule que la puissance virtuelle des efforts intérieurs à A ne dépend que de l’histoire des
déformations de la matière contenue dans A et non pas de celle du reste du milieu. Autrement dit, et
c’est le principe de l’état local ou principe de localisation spatiale, la puissance des efforts intérieurs à une
partie A = φt (A) de Ωt , à l’instant t, ne dépend que de la restriction de l’histoire de φ à A. Ceci est
consistant avec l’hypothèse d’additivité faite sur l’énergie interne et l’entropie.

Donnons nous un mouvement φ et une "particule fluide" X dans B qui occupe une position x dans Ω t . Si
un autre mouvement φ1 , relatif à une configuration quelconque B1 contenant également X, coïncide dans un
voisinage de X jusqu’à l’instant t avec φ, alors, si A est une partie de E contenant x suffisamment "petite",
elle sera contenue dans les configurations à l’instant t des deux mouvements φ 1 et φ. Le principe de l’état
local nous indique alors que la puissance virtuelle des efforts intérieurs à A pour l’un et l’autre mouvements
sera identique. Il est alors naturel d’introduire une relation d’équivalence sur les histoires, en disant que deux
histoires à l’instant t sont équivalentes en un point X de E si il existe un voisinage de X sur lequel elles sont
définies et coïncident. On désignera par φ̃τ ≤t (X) une classe d’équivalence d’histoires.
Examinons brièvement les conséquences, sur les contraintes, des trois principes précédents.
Soit φ un mouvement défini sur un certain B et t un instant. Comme la puissance virtuelle des efforts
intérieurs à Ωt , en tant que forme linéaire, détermine de manière unique le tenseur des contraintes de Cauchy
(ou son déviateur si le milieu est incompressible) on en déduit que ce tenseur, en tant que fonction définie
sur Ωt , est complètement déterminé par l’histoire du mouvement à l’instant t. En particulier, la valeur σ (t,x)
(ou τ (t,x)) en un point particulier x, occupé par une particule X à t, est donc complètement déterminée par
la donnée de l’instant t, de l’histoire du mouvement à cet instant et de ce point particulier ou - ce qui est
équivalent - de la particule X. Le principe de l’état local nous indique alors que cette valeur ne dépend en fait
que de la classe d’équivalence φ̃τ ≤t (X).
Ainsi, pour un matériau donné, la valeur σ (t,x) (ou τ (t,x) si il est incompressible) en un point particulier
x, occupé par une particule X à l’instant t, est donc complètement déterminée par la donnée de l’instant t, de
la particule X et de la classe φ̃τ ≤t (X) d’équivalence de l’histoire du mouvement en X jusqu’à cet instant. Ce
qui revient à dire qu’il existe une relation fonctionnelle entre σ (t,x) (ou τ (t,x)) et le triplet (t,X,φ̃τ ≤t (X)).
Examinons d’un peu plus près la dépendance en φ̃τ ≤t (X). Supposons, pour simplifier, que φ soit analytique
par rapport à X au voisinage de X (i.e. limite de sa série de Taylor au voisinage de X). Alors, toute histoire
qui lui sera équivalente en X sera également analytique au voisinage de X. Ainsi, la classe d’équivalence de
φ̃τ ≤t (X) est complètement déterminée par la donnée de la valeur et des gradients successifs de φ en X, qui
sont des fonctions du temps. C’est à dire qu’elle est déterminée par la suite de fonctions:

∇2 φ(t − s,X), · · · )
s 7→ (φ(t − s,X),F(t − s,X),∇ (1.3)

définies sur [0, + ∞[ (s représente donc le passé).


Rappelons alors que, dans le cadre d’une théorie du premier gradient, la densité de puissance virtuelle des
efforts intérieurs est de la forme −(a|u) − b : ∇ u et ne fait donc intervenir localement le champ virtuel u
que par sa valeur et celle de son premier gradient. De la même manière, l’énergie interne pour un équilibre
thermodynamique déformé ne fait intervenir que le premier gradient de la déformation (à travers la densité
pour les milieux biparamétriques). Ainsi, on conçoit mal que pour deux champs virtuels qui ne différeraient
en x que par leur second gradient les densités de puissance virtuelle des efforts intérieurs, pour un même
mouvement, soient identiques alors qu’elles pourraient être différentes pour des champs réels dans la même
situation, à travers une modification du tenseur des contraintes lui même. Finalement, dans le cadre d’une
théorie du premier gradient, on postule que seuls les deux premiers termes de la suite (1.3) fixent la valeur
du tenseur des contraintes pour ce mouvement. On admet alors qu’il en est de même pour des mouvements
quelconques, non nécessairement analytiques.
Ainsi, finalement, pour un matériau donné vérifiant les hypothèses ci-dessus, il doit exister, une relation de
la forme:
1. Cas compressible:
σ (t,x) = F (t,X,φ(t − s,X),F(t − s,X); θ)
s≥0

2. Cas incompressible:
τ (t,x) = F (t,X,φ(t − s,X),F(t − s,X); θ)
s≥0
1.3. MATÉRIAUX SIMPLES. 11

La notation est claire: F est une fonction de t, X et θ et c’est une fonctionnelle de ses deux autres argu-
ments, qui sont des fonctions du temps (i.e. de s). Elle est à valeurs dans l’ensemble des applications linéaires
symétriques (cas compressible) ou encore symétriques de trace nulle (cas incompressible).
Comme les relations précédentes sont vraies pour tout mouvement on va pouvoir les simplifier en utilisant
le principe d’objectivité matérielle.
Choisissons en effet un changement de référentiel qui se résume à une simple translation de l’origine des
temps de −t. Il en résulte que dans les relations précédentes le temps t n’est pas un argument. De la même
manière, en choisissant pour changement de référentiel une simple translation de l’espace qui à chaque instant
ramène la position occupée par la particule x à une origine fixe, on déduit que dans les relations précédentes
la position φ(t − s,X) de la particule au cours du passé (i.e. sa trajectoire) n’intervient pas et seul intervient le
gradient de déformation (absolu). Comme on sait que le gradient de déformation (absolu) s’exprime simplement
à partir du gradient de déformation relative par la relation de composition:
Ft (τ,x) = F(τ,X)F−1 (t,X)
on en déduit que la fonction s ∈ [0,+∞[7→ F(t−s,X) est complètement déterminée par la donnée du gradient de
déformation relatif s ∈ [0,+∞[7→ Ft (t−s,x) et de l’application linéaire inversible, F(t,X). Notons qu’il est plus
naturel de chercher à exprimer le tenseur des contraintes à partir du gradient du mouvement relatif car on sait
que le mouvement relatif est le mouvement réellement observé du milieu. De même, il est naturel de prendre,
pour décrire le passé, comme configuration de référence pour le mouvement relatif la configuration actuelle.
On peut donc, par composition, changer les arguments des deux fonctionnelles précédentes. En gardant, pour
simplifier, les mêmes notations pour les fonctionnelles on en déduit donc:
1. Cas compressible:
σ (t,x) = F (X,F(t,X),Ft (t − s,x); θ)
s≥0

2. Cas incompressible:
τ (t,x) = F (X,F(t,X),Ft (t − s,x); θ)
s≥0

Pour la suite, on ne s’intéressera qu’à des matériaux homogènes, c’est à dire vérifiant:
∀X,Y : F (X,F(t),Ft (t − s); θ) = F (Y,F(t),Ft (t − s); θ) (1.4)
s≥0 s≥0

L’interprétation physique est évidente: si on applique localement le même mouvement au voisinage d’une
particule X ou d’une particule Y , l’état de contrainte résultant sera le même. On peut alors omettre X dans
la liste des variables
Un milieu vérifiant les propriétés que l’on vient d’examiner (les trois principes de base, l’approximation du
premier gradient pour le mouvement et l’homogénéité) est appelé matériau simple ou encore milieu matériel-
lement simple (c.f. [5] et [1]).
La quasi totalité des modèles utilisés dans la littérature pour décrire le comportement des matériaux
homogènes - gaz, liquides ou solides - entre dans cette catégorie.

1.3.2 Résumé: loi constitutive d’un matériau simple


Résumons ce qui vient d’être dit. Considérons un matériau simple et une configuration de référence na-
turelle. Il doit alors exister une fonctionnelle F agissant sur l’ensemble des couples admissibles (F,F t (·)) (i.e.
qui correspondent à au moins un mouvement) tels que pour tout mouvement isotherme φ relativement à une
configuration de référence quelconque B ⊂ E, toute particule X ∈ B et tout instant t ∈ R, on ait au point
x = φ(t)(X) :
1. Cas compressible:
σ (t,x) = F (F(t,X),Ft (t − s,x); θ) (1.5)
s≥0

2. Cas incompressible:
τ (t,x) = F (F(t,X),Ft (t − s,x); θ) (1.6)
s≥0

La fonctionnelle F est appelée loi constitutive du matériau. L’objet de la rhéologie est alors de proposer pour
un matériau donné - et en général pour une gamme d’expériences (i.e. de mouvements) donnée - une forme
explicite expérimentalement acceptable de cette loi constitutive. Cette forme devra en particulier permettre
de fermer les équations du mouvement.
12 CHAPITRE 1. RELATIONS CONSTITUTIVES. FLUIDES SIMPLES

1.3.3 Groupe de symétrie d’un matériau simple.


On va généraliser à la loi constitutive la notion de groupe de symétrie d’un matériau introduite usuellement
à l’équilibre thermodynamique.
Donnons nous un matériau simple. Soit X une particule de ce milieu et (F,F t (·)) un couple admissible
pour sa loi constitutive F.
Considérons alors un mouvement (φt )t∈R relativement à la configuration de référence E ayant ce couple
admissible comme couple de gradients de déformations.
Soit alors S une application linéaire inversible et unitaire. On peut toujours trouver un C 1 difféomorphisme
unitaire ψ de E sur lui même qui laisse X invariante et telle que ∇ ψ(X) = S (il suffit, par exemple, de prendre
une transformation affine ayant X comme point fixe et associée à S). Soit donc ψ un tel C 1 difféomorphisme
de E. Il s’interprète donc comme une déformation isovolume de l’état de référence qui laisse la particule X
fixe.
Considérons alors le mouvement (φt ◦ ψ)t∈R , qui est bien défini sur E. Ce mouvement a exactement le
même mouvement relatif χt que (φt )t∈R et envoie la particule X au même point de l’espace, x. La contrainte
(ou son déviateur) au point x à l’instant t sera, avec la même température, pour le mouvement (φ t )t∈R :
F (F,Ft (t − s); θ) et, pour le mouvement (φt ◦ ψ)t∈R : F (F · S,Ft (t − s); θ).
s≥0 s≥0
En général ces deux valeurs seront différentes. On dit alors que S est une symétrie du matériau si, pour
tout couple admissible (F,Ft (·)), on a:

F (F,Ft (t − s); θ) = F (F · S,Ft (t − s); θ)


s≥0 s≥0

Il est évident que l’ensemble des symétries d’un matériau donné forme un groupe pour la composition des
applications, sous groupe du groupe unitaire, on l’appelle groupe de symétrie du matériau pour la loi consti-
tutive.
L’interprétation physique d’une symétrie est immédiate et similaire au cas de l’équilibre thermodynamique:
c’est une déformation locale que l’on peut faire subir à un élément infinitésimal d’un matériau dans son état
naturel sans modifier la loi constitutive (ou du moins les caractéristiques de l’état naturel qui déterminent
la loi constitutive). Ce qui signifie encore que la configuration de référence naturelle est indistinguable de la
configuration ψ(E).
Physiquement, il est alors évident que si S ne conserve pas le volume, c’est à dire que si ce n’est pas un
endomorphisme unitaire, l’état de référence naturel est modifié puisque la densité de masse ρ 0 le sera, et S
ne pourra pas, à priori, être une symétrie du matériau. C’est pourquoi on a demandé qu’elle soit unitaire.
Si le milieu est incompressible, c’est même une condition fondamentale, sinon le couple transformé n’est plus
admissible (avec la convention faite sur ρ0 au début de ce paragraphe).
On dit alors qu’un matériau simple est isotrope si son groupe de symétrie contient tout le groupe ortho-
gonal de E. Ce qui signifie, comme à l’équilibre thermodynamique, qu’il n’a pas de direction de déformation
privilégiée. Un matériau qui n’est pas isotrope est dit orthotrope.
On admet en général que le groupe de symétrie d’un matériau pour la loi constitutive est le même qu’à
l’équilibre thermodynamique. Ce qui est cohérent, puisque la loi constitutive doit rester vraie pour un mouve-
ment spatialement homogène et constant en temps entre l’état naturel et un état d’équilibre déformé.
D’après un théorème de W. Noll[4] le groupe de symétrie d’un matériau isotrope est soit tout le groupe
unitaire soit le groupe orthogonal. Dans le premier cas on sait alors que le matériau est un fluide à l’équilibre
thermodynamique. Si c’est un matériau simple, on dit alors que c’est un fluide simple.
Pour ce qui suit on ne s’intéressera qu’aux fluides simples. Pour ce qui concerne les autres matériaux,
isotropes ou orthotropes, qui sont des solides, on pourra par exemple consulter [12] ou [13].

1.4 Fluides simples


Rappelons la définition que l’on vient d’introduire:

Définition 1.1 (Fluide simple) On dit qu’un milieu continu est un fluide simple si c’est un matériau
simple dont le groupe de symétrie est tout le groupe unitaire.

Pour un fluide simple on peut encore simplifier l’expression de la loi constitutive.


En effet, donnons nous un fluide simple de loi constitutive F associée à une configuration naturelle de ce
matériau, définie sur tout l’espace. Soit alors (F,Ft (·)) un couple admissible pour F. Considérons l’application
1.4. FLUIDES SIMPLES 13

1
inversible: S = |det(F)| 3 F−1 . Elle est évidement unitaire et c’est donc une symétrie du matériau. On en déduit:
1
F (F,Ft (t − s); θ) = F (|det(F)| 3 Id,Ft (t − s); θ)
s≥0 s≥0

Si φ est un mouvement de ce fluide relativement à une configuration de référence quelconque B ∈ E on sait


alors que:
ρ0
|det(F(t))| =
ρ(x,t)
où ρ0 est la densité de masse (fixée) de la configuration de référence. Il en résulte que pour un fluide simple
ρ0
le gradient de déformation absolu n’intervient dans la loi constitutive qu’à travers le rapport ρ(x,t) . Pour les
milieux incompressibles, on peut d’ailleurs choisir ρ0 = ρ, comme on l’a déjà dit. Ainsi, on voit que la loi
constitutive ne fait intervenir, maintenant, que des paramètres ou fonctions qui sont tous définis relativement
à la configuration actuelle du milieu. Finalement on peut résumer l’ensemble des résultats que l’on a obtenus
pour les fluides simples en:

I Proposition 1.1 Si un matériau est un fluide simple en évolution isotherme, il existe une fonctionnelle
F telle que pour tout mouvement de ce fluide on ait:

σ (t,x) = F (ρ(x,t),Ft (t − s,x); θ) compressible


s≥0
(1.7)
τ (t,x) = F (Ft (t − s,x); θ) incompressible
s≥0

où θ est la température, constante, du milieu au cours de son mouvement.


Examinons alors les restrictions imposées à F par le principe d’objectivité matérielle. La loi de transforma-
tion par changement de référentiel du gradient relatif s’obtient facilement par composition, la température est
bien sûr inchangée et la densité n’est pas modifiée aux points homologues. De manière à simplifier les notations,
on peut donc omettre la dépendance en θ et en ρ et examiner simultanément les deux cas (compressible ou
non). On applique alors les lois générales de transformation du tenseur des contraintes par changement de
référentiel. On en déduit immédiatement la relation suivante, vraie pour tout gradient de déformation relatif
admissible et pour toute famille à un paramètre, s, de transformations orthogonales Q : s ∈ [0, + ∞[7→ Q(s):

F [Q(s) · Ft (t − s,x) ·T Q(0)] = Q(0) · F [Ft (t − s,x)] ·T Q(0) (1.8)


s≥0 s≥0

1.4.1 Cas des processus non isothermes.


La température fixe, en principe dans les fluides, l’état d’agitation (dite, précisément, "thermique") des
constituants moléculaires de la particule fluide. L’hypothèse même de l’hydrodynamique nous indique que le
temps caractéristique de retour à l’équilibre thermique - et non pas nécessairement thermodynamique - au
sein de la particule fluide (i.e. l’équilibre thermique local, c’est à dire le temps caractéristique pour que la
notion même de température prenne un sens) est très court devant les temps caractéristiques de variations de
toutes les grandeurs macroscopiques (vitesse, densité, température, etc..). C’est à dire que l’on peut considérer
qu’il y a localisation spatiale de la température et que celle-ci n’intervient dans la loi constitutive que par sa
valeur et peut-être celle de son gradient 4 , pour la particule considérée. Dans les situations usuelles, que nous
considérerons partout ici, nous admettrons cependant que seules les valeurs de la température, et non pas celles
de son gradient influencent la puissance virtuelle des efforts intérieurs. De plus nous ne considérerons que des
situations ou la température est stationnaire ou quasi stationnaire de sorte que seule la valeur actuelle de la
température influence l’état de contrainte à l’instant présent.
Finalement, sous ces hypothèses, tout revient à considérer que dans les expressions précédentes des lois
constitutives, le paramètre θ n’est pas une constante mais est égal à la valeur θ(t,x) de la température de la
particule à l’instant présent. Pour résumer, on a pour un fluide simple et sous ces hypothèses:

σ (t,x) = F (ρ(x,t),θ(x,t),Ft (t − s,x)) compressible


s≥0
(1.9)
τ (t,x) = F (θ(x,t),Ft (t − s,x)) incompressible
s≥0

4 Dans une théorie du premier gradient.


14 CHAPITRE 1. RELATIONS CONSTITUTIVES. FLUIDES SIMPLES

où F est une fonctionnelle caractéristique du fluide, vérifiant la relation (1.8) pour tout changement de réfé-
rentiel.
Toutefois, dans certaines situations expérimentales les hypothèses précédentes peuvent ne plus être vérifiées
et on doit tenir compte des gradients de température et/ou du passé thermique dans la loi constitutive. Il faut
alors modifier en conséquence la relation (1.8). Le lecteur intéressé par ce type de modèles et les formulations
générales que l’on peut alors construire pourra par exemple consulter [12].
On notera que l’expression finale de la loi constitutive ne préjuge pas de la situation de déséquilibre
thermodynamique au sein de la particule X, sous réserve que la température évolue "assez" lentement et
que les gradients de température ne soit pas "trop" élevés pour pouvoir considérer que seule la valeur de la
température suffit à caractériser l’influence de l’agitation thermique.

1.4.2 Fluide simple au repos


On déduit facilement de ce qui précède la proposition suivante:

I Proposition 1.2 Dans un fluide simple au repos, le tenseur des contraintes de Cauchy est réduit à une
pression.

On s’y attend, puisqu’au repos on doit retrouver les caractéristiques d’un état d’équilibre thermodynamique.
On va le montrer à partir de la loi constitutive. Au repos, Ft (t − s,x) est partout égal à l’identité. Examinons
le cas du fluide compressible. Puisque Dρ
Dt = 0, ρ(x,t) est une constante quand on suit une particule dans son
mouvement.
Désignons, pour simplifier par Id l’application qui à chaque s ∈ [0, + ∞[ associe l’identité et posons, pour
simplifier,  = F (ρ,θ,Id). Dans l’expression du principe d’objectivité matérielle choisissons Q orthogonal et
s≥0
choisissons un changement de référentiel "constant", tel que Q(s) soit égal Q pour tout s. On en déduit que:

∀Q ∈ O(E) :  = Q ·  ·T Q

Ainsi,  commute avec tout le groupe orthogonal, ce qui ne peut avoir lieu que si et seulement si  est une
homothétie. Par suite, il existe p ∈ R tel que  = −pId. On en déduit que:

∀x,t : σ (t,x) = −p(ρ,θ)Id

Dans le cas du repos d’un fluide compressible, la particule fluide est évidemment à l’équilibre local, il en
résulte que p est tout simplement la pression thermodynamique donnée par la loi d’état.
Dans le cas du fluide incompressible, on déduit comme ci-dessus que le tenseur  doit être une homothétie,
mais comme de plus il doit être de trace nulle (puisque F est un déviateur),  est donc nul. Finalement comme
le tenseur des contraintes de Cauchy, d’après le P.P.V. , est de la forme σ (x,t) = −pId(x,t) + τ (x,t), on a le
résultat. Notons qu’alors la pression p peut dépendre arbitrairement de x et t. Ce qui ne doit pas nous étonner
puisque l’on sait que la pression n’est alors pas une fonction d’état à l’équilibre thermodynamique.

1.4.3 Note sur les fonctions thermodynamiques


Pour les matériaux simples en évolution thermique quasi stationnaire on peut, par une analyse semblable
à celle développée pour la loi constitutive, se convaincre que l’entropie et l’énergie libre sont des fonctions des
mêmes variables que la contrainte et qu’elles présentent le même groupe de symétrie que la fonctionnelle F.
Ainsi, on aura pour les fluides simples dans une théorie du premier gradient 5 :

∇θ(x,t),Ft (x,t − s))


η(t,x) = η (ρ(x,t),θ(x,t),∇
s≥0
(1.10)
∇θ(x,t),Ft (x,t − s))
ψ(t,x) = ψ (ρ(x,t),θ(x,t),∇
s≥0

qui sont des fonctions de leurs premiers arguments et des fonctionnelles du dernier 6 . Où, η est la densité
spécifique d’entropie et ψ d’énergie libre.
5 Dans le cas incompressible, ρ ne fait pas partie de la liste des arguments. 6 En fait, comme dans l’étude proposée plus loin

pour les fluides à mémoire instantanée, le second principe permet de montrer que ces fonctions ne dépendent pas du gradient de
température. De sorte que l’on retrouve exactement les mêmes variables que pour la contrainte
1.5. FLUIDES SIMPLES À MÉMOIRE INSTANTANÉE 15

1.4.4 Note sur les mouvements stationnaires.


On sait que dans un mouvement stationnaire Ωt = Ω est constant et que l’on a la relation:

∀t,t0 ,s,∀x ∈ Ω : Ft (t − s,x) = Ft0 (t0 − s,x) (1.11)

Si on suppose de plus que la température est stationnaire, on en déduit que le tenseur des contraintes de
Cauchy (ou son déviateur) est stationnaire et donné par (cas compressible):

σ (x) = F (ρ(x),θ(x),Ft0 (t0 − s,x)) (1.12)


s≥0

où t0 est instant quelconque. On a de même, pour l’entropie et l’énergie libre:

∇θ(x),Ft0 (x,t0 − s))


η(x) = η (ρ(x),θ(x),∇
s≥0
(1.13)
∇θ(x),Ft0 (x,t0 − s))
ψ(t) = ψ (ρ(x),θ(x),∇
s≥0

1.5 Fluides simples à mémoire instantanée


On va examiner ici le cas des situations expérimentales ou l’échelle temporelle des variations de la défor-
mation macroscopique est grande devant le temps caractéristique de relaxation des mouvements potentiels
inter-moléculaires. Ce qui se traduit par le fait que, vue "depuis" la particule, la déformation est lente et l’on
peut raisonnablement penser que seules ses valeurs dans le passé immédiat affectent la valeur actuelle de la
contrainte. On admet donc un "principe de localisation temporelle" au voisinage de l’instant présent, comme
on a admis un principe de localisation spatiale au voisinage de la particule considérée.

1.5.1 Les fluides de Reiner-Rivlin


Le plus simple, comme pour les variations spatiales et donc de considérer que seule la valeur actuelle de la
déformation et de sa dérivée première temporelle déterminent l’état de contrainte. Comme F t (t) = Id, tout
revient à supposer que la fonctionnelle précédente n’est finalement qu’une fonction de la valeur ∂Ft (t+s,x)
∂s |s=0 =
∇ v(t,x) de la dérivée du tenseur des déformations relatives. C’est à dire qu’il existe une fonction f telle que
(cas compressible par exemple):
∇v)
F (ρ,θ,Ft (t − s)) = f (ρ,θ,∇
s≥0

On dit, pour des raisons évidentes, que de tels fluides sont à mémoire "instantanée". En fait, c’est un abus de
langage, car c’est aussi une propriété de la situation expérimentale.
En vertu du principe d’objectivité f ne dépend en fait que de la partie symétrique du gradient de vitesse: il
suffit de changer de référentiel en suivant le mouvement de rotation local caractérisé par le vecteur tourbillon.
Pour ce qui suit, pour tout champ de vecteurs u, on notera D[u] - ou plus simplement D si il n’y a pas
d’ambiguïté -la partie symétrique de son gradient.
Finalement, il existe une fonction f , à valeurs dans l’ensemble des endomorphismes symétriques (resp. sym.
de trace nulle) telle que:

σ (t,x) = f (ρ,θ,D[v]) compressible


τ (t,x) = f (θ,D[v]) incompressible

Pour ce qui suit on omettra la dépendance en ρ,θ tant qu’elle n’est pas pertinente pour la discussion. Le
principe d’objectivité pour f se traduit par:

∀Q ∈ O3 : Q · f (D) ·T Q = f (Q · D ·T Q)

et ce pour tout D dans S(E) ou Sdev (E).


Ce qui signifie que f est isotrope. On sait alors (voir par exemple R.S. Rivlin et J.L. Ericksen[14]) que:

∀D : f (D) = α(I1 ,I2 ,I3 )Id + 2µ(I1 ,I2 ,I3 )D + β(I1 ,I2 ,I3 )D2 (1.14)
16 CHAPITRE 1. RELATIONS CONSTITUTIVES. FLUIDES SIMPLES

où (I1 ,I2 ,I3 ) sont les trois invariants 7 scalaires de D, c’est à dire :

γ̇ 2
I1 = tr(D) I2 = tr(D2 ) = I3 = tr(D3 )
2
et où α,µ,β sont trois fonctions scalaires arbitraires.
Ce modèle de fluides décrit par la relation générale (1.14) est appelé fluide de Reiner-Rivlin. La fonction µ
est la viscosité du fluide.
Dans le cas incompressible, d’une part f (D) doit être un déviateur et d’autre part I 1 = 0. On doit donc
avoir: 3α + βI2 = 0. De sorte que la loi la plus générale du fluide incompressible à mémoire instantanée en
théorie du premier gradient est donc de la forme:

I2
τ = β(I2 ,I3 )[− Id + D2 ] + 2µ(I2 ,I3 )D incompressible (1.15)
3

1.5.2 Fluide visqueux incompressible


Considérons un développement limité des coefficient β et µ en fonction de D. Au repos on a µ(0,0) = µ 0 > 0
car la viscosité des fluides réels est non nulle, la contribution du terme µD à τ est donc du premier ordre alors
que celle du premier terme est au moins du second ordre en D, ce qui justifie de la négliger à faibles taux
de cisaillement. On notera de plus que le terme en βD2 est responsable de l’apparition de termes diagonaux
non nuls dans le déviateur des contraintes en écoulement de cisaillement simple (voir le chapitre suivant).
On dit qu’il s’agit de contraintes normales. Or, dans les situations expérimentales où l’on observe ces effets
de contraintes normales on observe en général également des effets "élastiques" caractéristiques de temps de
relaxations d’ordre macroscopique 8 . Ainsi, en pratique, pour les fluides incompressibles à mémoire instantanée
on considère que l’on peut négliger le terme en β(I2 ,I3 )[− I32 Id + D2 ], y compris à fort taux de cisaillement.
Le second invariant I2 représente, à un facteur près, le carré du taux de cisaillement γ̇ et mesure donc
l’intensité du taux de déformation. L’expérience montre, pour de très nombreux fluides réels, que les variations
de µ en fonction de γ̇ sont significatives. En général, on ignore la dépendance de la viscosité par rapport au
troisième invariant, il n’y a d’ailleurs pas, à ma connaissance, de situations expérimentales simples où l’on
pourrait la mettre en évidence.
Finalement, les lois les plus courantes pour les fluides incompressibles à mémoire instantanée seront donc
de la forme 9 :
σ (t,x) = −p(x,t)Id + 2µ(θ,γ̇)D (1.16)

Les fluides qui vérifient de tels lois rhéologiques sont appelés: fluides visqueux généralisés. La fonction µ est la
viscosité, on verra un peu plus loin qu’elle est nécessairement positive.
Ainsi, dans la littérature, on rencontrera des relations exprimant µ(γ̇). Par la suite, on sera amener à
considérer la fonction τ (elle est appelée fonction de cisaillement) définie sur tout R par:

τ: R 7→ R
x 7→ µ(|x|)x

On voit qu’en écoulement de Couette plan son interprétation est simple: à un taux de cisaillement algébrique
elle associe la contrainte de cisaillement résultante. Des allures expérimentales typiques de la fonction τ sont
indiquées sur la figure 1. On dit alors que le fluide est rhéofluidifiant si la courbe représentative de x ∈ R + 7→
τ (x) est concave et rhéoépaississant si elle est convexe.

1.5.2.1 Loi puissance


Une des lois empiriques fréquemment utilisée en rhéologie pour les fluides visqueux incompressibles est
alors la loi d’Oswald-DeWaëlle - appelée aussi "loi puissance" ou loi "pseudo-plastique"- qui s’écrit:

µ(θ,γ̇) = k(θ)γ̇ n−1 (1.17)


7 Les invariants scalaires d’un endomorphisme symétrique sont en bijection avec ses valeurs propres, ou, ce qui est équivalent avec

les coefficients de son polynôme caractéristique. Cependant le choix de d’une telle bijection est arbitraire et on pourra trouver
d’autres choix dans la littérature. 8 En particulier la première différence normale Ψ , introduite au chapitre suivant, n’est
1

pas nulle. 9 On a remplacé, sans changer de notation, la dépendance de la viscosité en I 2 par une dépendance en γ̇ = 2I2 ,
conformément à l’usage.
1.5. FLUIDES SIMPLES À MÉMOIRE INSTANTANÉE 17

Rhéoépaississant

τ
Newtonien

Rhéofluidifiant

γ̇

Fig. 1.1 – Allures de la fonction de cisaillement

où:
k>0
est la consistance et
n>0
est l’indice de structure.
Ainsi, pour le fluide en loi puissance:

τ (x) = k(θ)xn si x ≥ 0
n
τ (x) = −k(θ)|x| si x < 0

Le fait que n soit > 0 est expérimentalement bien vérifié: on ne connaît pas de fluide pour lequel le frottement
pariétal diminue avec le cisaillement, du moins pour les situations usuelles. Si 0 < n < 1, le fluide est rhéoflui-
difiant, il est Newtonien si n = 1 et rhéoépaississant sinon. Beaucoup de fluides sont rhéofluidifiants, mais ce
n’est systématique.
En général on approche empiriquement la dépendance en température de K par une loi d’Arhénius et celle
de n par une loi linéaire:
a(θ−θ0 ) θ − θ0
k = K 0 e θ0 n = n0 + b
θ0
les paramètres K 0 ,n0 ,a,b sont à déterminer en "fittant" les résultats expérimentaux. L’expérience montre que
b est en général petit de sorte que l’on suppose le plus souvent que n est constant. A l’inverse, K est en général
sensible à la température. Le tableau 1.1 indique quelques valeurs de n et K extraites de [6].

1.5.2.2 Loi de Carreau


La loi puissance est simple, cependant elle n’est pas réaliste au voisinage de γ̇ = 0 ni au voisinage de
γ̇ = +∞. On préférera souvent, en particulier pour les simulations numériques, utiliser la loi de Carreau:
n−1
x≥0: τ (x) = x[µ∞ + (µ0 − µ∞ )(1 + λ2 x2 ) 2 ] (1.18)
n≤1 et n(µ0 − µ∞ ) ≥ 0 (1.19)

qui prévoit des viscosités finies et positives en 0 et en l’infini et qui rend bien compte de nombreux résultats
expérimentaux. Le paramètre λ est un temps, µ0 et µ∞ sont les viscosités limites du fluide, aux faibles et aux
18 CHAPITRE 1. RELATIONS CONSTITUTIVES. FLUIDES SIMPLES

Solutions Température (o C) K (Nsn m−2 ) n


Hydroxyethylcellulose à 0.5% 20 0.84 0.5088
40 0.3 0.5949
60 0.136 0.645
Hydroxyethylcellulose à 2.0% 20 93.5 0.189
40 59.7 0.223
60 38.5 0.254
Poly(ethylène Oxyde) à 1.0% 20 0.994 0.532
40 0.706 0.544
60 0.486 0.599

Tab. 1.1 – Valeurs de n et K pour des solutions aqueuses, d’après Bird et alii: Dynamics of polymeric liquids.
I "Fluid Mechanics" J. Willey (1977).

forts taux de cisaillement, respectivement (sauf pour le fluide Newtonien qui correspond à n = 1 et pour lequel
la viscosité est µ0 ). Pour cette loi, la viscosité est donc fonction du taux de cisaillement à travers la relation:
µ(γ̇) − µ∞ n−1
= (1 + λ2 γ̇ 2 ) 2 (1.20)
µ0 − µ ∞
On trouvera dans la littérature (c.f. [6], [16], [8]) des valeurs expérimentales des paramètres pour certains
fluides réels. C’est une loi qui est fréquemment utilisée dans les codes numériques.

1.5.2.3 Petit catalogue


On pourra rencontrer les lois suivantes (x ≥ 0) où les constantes sont positives:
τ (x) = µ0 x + Kxn Sisko (1.21)
 
µ0 − µ ∞
τ (x) = µ∞ + x Cross (1.22)
1 + (λx)n
1
τ (x) = x[µ∞ + (µ0 − µ∞ ) ] Williams (1.23)
(1 + λ2 x2 )n
1 + (λx)n 2
τ (x) = xµ∞ [ ] Quemada (1.24)
α + (λx)n
et j’en oublie...... On trouvera donc également de nombreux autres modèles. Pour le sang, par exemple, on
connaît les lois suivantes (x ≥ 0):

1+α x 2
τ (x) = µ0 x[ √ ] Stoltz-Ravey ≈ (1980) (1.25)
1+β x
1 + αx
τ (x) = µ0 x[ ] Oldroyd ≈ (1950) (1.26)
1 + βx
1 + Log(1 + λx)
τ (x) = x[µ∞ + (µ0 − µ∞ ) ] Yeleswarapu (1996) (1.27)
1 + λx
où les constantes sont positives.

1.6 Restrictions imposées par le second principe pour les fluides à


mémoire instantanée
On ne discutera que le cas des fluides de type Reiner-Rivlin.
Les densités d’énergie interne et d’entropie ne dépendent alors à priori que de la déformation subie dans
le passé immédiat. Comme ces densités sont invariantes par changement de référentiel elles ne dépendent en
fait, dans une théorie du premier gradient, que de la partie symétrique D de ∇ v, comme pour la contrainte.
De sorte que, pour l’énergie libre et l’entropie, on a (cas compressible par exemple):
∇θ,D)
η(t,x) = η(ρ,θ,∇
∇θ,D)
ψ(t,x) = ψ(ρ,θ,∇
1.7. PROBLÈME INTÉRIEUR DE STOKES 19

Le bilan de dissipation s’écrit donc (λ est la conductibilté thermique):

∂ψ
σ : D + ρ2 divv
∂ρ
∂ψ Dθ ∂ψ D∇∇θ ∂ψ DD
−ρ( + η) − ρ( | )−ρ :
∂θ Dt ∇
∂∇ θ Dt ∂D Dt
λ
+ (∇∇θ|∇∇θ) ≥ 0
θ
1 Dρ
On a tenu compte de l’équation de continuité: div(v) = − . L’inégalité doit être vraie pour tout processus
ρ Dt
Dθ D∇ ∇θ DD
thermocinétique. Or les champs spatiaux ρ, θ, et v étant fixés, les valeurs de , et peuvent être
Dt Dt Dt
choisies arbitrairement sans modifier les valeurs de leurs coefficients, ni les autres termes du bilan. On en déduit
que ces coefficients doivent être nuls. Il en résulte que:
∂ψ ∂ψ ∂ψ
η=− = =0
∂θ ∇θ
∂∇ ∂D
Finalement, les fonctions ψ et η ne dépendent que de ρ et θ et ces fonctions ne peuvent donc être que les fonc-
tions d’état de l’équilibre thermodynamique. On observe donc que les fluides à mémoire instantanée évoluent
en équilibre thermodynamique local ce qui confirme la discussion heuristique sur les temps caractéristiques,
esquissée au chapitre précédent.
2 ∂ψ
On sait alors que: pth = ρ2 ∂e
∂s (ρ,s) = ρ ∂ρ (ρ,θ) est la pression thermodynamique et l’inégalité s’écrit donc:

λ
σ + pth Id) : D +
(σ ∇θ|∇
(∇ ∇θ) ≥ 0 (1.28)
θ
Comme σ + pth Id ne dépend pas de ∇θ, il vient:

λ≥0 et σ + pth Id) : D ≥ 0


La conductibilité thermique est donc toujours une fonction positive. La seconde inégalité s’écrit aussi:

(α + pth )I1 + µγ̇ 2 + βI3 ≥ 0

Dans le cas du fluide visqueux incompressible, ρ n’est pas variable d’état et l’inégalité (1.28) devient:

λ
2µD : D + ∇θ|∇
(∇ ∇θ) ≥ 0 (1.29)
θ
Comme µ ne dépend pas de ∇ θ on en déduit que, pour le fluide incompressible visqueux généralisé, la viscosité
et la conductibilité thermique sont donc toujours des fonctions positives. Pour un fluide réel la viscosité n’est
pas nulle et donc:
µ>0 (1.30)
En conséquence, pour un fluide visqueux généralisé la fonction de cisaillement τ (x) est strictement croissante
au voisinage de l’origine et positive pour les x > 0. Un fluide visqueux généralisé "classique", est un fluide
visqueux généralisé pour lequel la fonction de cisaillement est continue 10 , strictement croissante et impaire.
Toutes les lois empiriques indiquées au paragraphe 1.5.2 vérifient cette condition. A noter que si τ perd sa
monotonie on est alors confronté à un problème de stabilité dans les écoulements de Couette plan.

1.7 Note sur le problème de Stokes intérieur pour le fluide visqueux


généralisé incompressible.
On s’intéresse à l’écoulement stationnaire et isotherme d’un fluide visqueux généralisé incompressible et on
suppose que les termes d’inertie ∇ v · v sont nuls ou négligeables. On désigne par Ω le domaine de l’écoulement
qui est fixe. On suppose évidement que c’est un ouvert connexe mais dans un premier temps on ne va pas faire
d’hypothèses particulières sur le domaine. On notera τ la fonction de cisaillement du fluide. On cherche donc
10 Ce qui exclut les fluides à seuil.
20 CHAPITRE 1. RELATIONS CONSTITUTIVES. FLUIDES SIMPLES

un champ de vitesse v et un champ de pression p définis sur Ω et vérifiant les équations locales du mouvement
ainsi que des conditions limites que l’on précisera plus loin. Ces équations locales sont les équations de Stokes:
(
div(ττ [v]) = ∇(p + ρφ)
(1.31)
div(v) = 0

où:
τ [v] = 2µ(I2 [v])D[v] I2 [v] = D[v] : D[v] (1.32)
où µ est la viscosité dynamique du fluide, qui dépend du second invariant I 2 [v] du gradient de vitesse.
Pour ce qui suit, on notera S(Ω) l’ensemble des champs:
S(Ω) = {v ∈ L1loc (Ω,E); D[v] ∈ L1loc (Ω,L(E,E))} (1.33)
C’est un espace vectoriel réel.

1.7.1 Potentiel de dissipation.


Introduisons la fonctionnelle définie pour tout champ u ∈ S(Ω) par:
Z Z √ 2D[u]:D[u]
u ∈ S(Ω) 7−→ J(u) = [ τ (s) ds] dx (1.34)
Ω 0

Vu les propriétés de τ , la fonctionnelle J est bien définie, positive et éventuellement infinie. La fonctionnelle J
sera appelée potentiel de dissipation. Il est facile de voir que la croissance de τ implique la convexité de J.
Dans le cas d’un fluide d’Oswald-De-Waëlle la fonction de cisaillement suit une loi puissance et un calcul
élémentaire donne:
Z Z
1 n+1 1
J(u) = K{2D[u] : D[u]} 2 dx = τ [u] : D[u] dx (1.35)
n+1 Ω n+1 Ω
ce qui, au facteur 1/(n+1) près, est exactement égal à la dissipation volumique dans le domaine Ω puisque la
température est constante. D’où le nom de la fonction J.
D’après les résultats généraux sur les fonctions convexes, la fonctionnelle J admet donc en tout point v où
elle est finie une première variation dans la direction de tout champ u ∈ D(Ω,E), et ce puisque elle reste finie
sur la droite v + λu. Si la fonction de cisaillement τ est continue 11 un calcul élémentaire donne alors:
Z
J(v + λu) − J(v)
lim = 2µ(I2 [v])D[v] : D[u] = P[v](u)
λ→0 λ Ω

Comme P[v](−u) = −P[v](u), cette première variation est une première variation selon Lagrange.
A noter que la quantité que −P[v](u) est la puissance virtuelle des efforts intérieurs.

Conséquence. Si la fonction de cisaillement est continue impaire et croissante et si v est solution du


problème de Stokes avec J(v) finie, on doit avoir δJ(v; u) = 0 pour tout champ u ∈ D(Ω,E) à divergence nulle.
Autrement dit le champ v rend minimale la fonctionnelle convexe J sur l’espace affine v + {D(Ω,E); div = 0}.
Cette propriété est une caractéristique fondamentale des écoulements de Stokes.

1.7.2 Le problème intérieur.


On suppose ici que le domaine de l’écoulement est un domaine borné et connexe de bord C 1 ou même
lipchitzien. Cette situation englobe entre autres les problèmes de lubrification. Il faut alors se donner une
condition limite sur le bord de Ω. On va prendre une condition limite de type Dirichlet, c’est à dire que l’on
va chercher un champ où la vitesse est imposée sur le bord. Dans un problème de lubrification cette vitesse
sera par exemple nulle sur la surface la plus externe et ce sera un champ rigidifiant sur chaque frontière mobile
intérieure.
On fait sur la fonction de cisaillement les hypothèses suivantes :

Hypothèses 1.7.1 On suppose que:


1. τ est continue, impaire et strictement croissante.
11Si on s’affranchit de l’hypothèse de continuité, ce qui est le cas du fluide à seuil par exemple, pour le problème intérieur J sera
seulement sous différentiable.
1.7. PROBLÈME INTÉRIEUR DE STOKES 21

2. Il existe quatre constantes n > 0,A > 0,B > ,χ0 ≥ 0 telles que:

∀|x| ≥ χ0 : A|x|n ≤ |τ (x)| ≤ B|x|n

Ces hypothèses sont vérifiées par tous les modèles cités au paragraphe 1.5.2. Pour les fluides Newtoniens ou
les fluides en loi puissance ce sont d’ailleurs des trivialités. A noter que la première hypothèse est la condition
habituelle pour les fluides visqueux généralisés classiques.
Il est naturel de chercher une solution pour laquelle la puissance dissipée P[v](v) est finie. Par suite, on
recherche une solution dans l’espace vectoriel W 1,n+1 (Ω) qui est évidemment un sous espace vectoriel de S(Ω).
On vérifie facilement que J est finie sur W1,n+1 (Ω). Comme ce dernier est un Banach, il en résulte que J est
continue sur W1,n+1 (Ω), ce que l’on peut d’ailleurs vérifier directement. On sait alors, d’après les résultats
généraux sur les fonctionnelles convexes, que pour tout v ∈ W 1,n+1 (Ω) l’application u ∈ W1,n+1 (Ω) 7→ P[v](v)
est la dérivée de Gateaux de J. En particulier, la forme linéaire u 7→ P[v](u) introduite plus haut est continue
par rapport à u, ce que l’on peut d’ailleurs vérifier directement, vu les propriétés de τ .
Il nous faut maintenant préciser la condition limite. On se donne un champ v 0 de W1,n+1 (Ω) à divergence
nulle et on cherche un champ v ∈ W1,n+1 (Ω) et un champ p - au moins dans L1loc (Ω) - solution des équations
de Stokes et vérifiant la condition limite v = v0 sur le bord. C’est à dire

 div(ττ ) = ∇ (p̂)

div(v) = 0 (1.36)


v = v0 sur ∂Ω

où p̂ = p + ρφ est la pression motrice. On a alors la:

I Proposition 1.3 Les hypothèses sur la fonction de cisaillement sont celles faites ci-dessus. Soit v 0 ∈
W1,n+1 (Ω). Le fonctionnelle J est continue sur W 1,n+1 (Ω) et strictement convexe sur le sous espace affine
v0 + W01,n+1 (Ω) ou elle admet un minimum qu’elle atteint en unique point v. Si le problème de Stokes possède
une solution alors elle est unique et égale à v. Tout champ w ∈ W 1,n+1 (Ω,E) vérifiant div(w) = 0 et w = v0
sur ∂Ω est tel que:
J(w) ≥ J(v) (1.37)
l’égalité n’ayant lieu que si et seulement si v = w
Autrement dit, parmi tous les champs incompressibles vérifiant la condition limite, l’unique solution du
problème de Stokes rend minimale la fonctionnelle de dissipation. Il s’agit donc d’une généralisation du résultat
classique sur les écoulements de Stokes de fluides Newtoniens.
Finalement, il ne peut se passer que deux choses. Ou bien ce minimum v est solution du problème de
Stokes, c’est à dire qu’il existe une pression, ou bien le problème de Stokes n’a pas de solution. Dans le cas
Newtonien, n = 1, l’existence de la pression est une conséquence du théorème de représentation des formes
linéaires nulles sur les champs à divergence nulle, que l’on a implicitement utilisé pour passer du principe des
puissances virtuelles au principe de Newton.
Ce théorème de représentation s’étend à priori au cas n > 0 quelconque mais la démonstration que je
connais est beaucoup plus délicate et, en réalité, je n’ai pas de référence dans la littérature où cette extension
soit établie, c’est pourquoi je n’énonce pas de théorème d’existence.
Note La pression motrice a un statut de multiplicateur de Lagrange pour la contrainte d’incompressibilité.
Pour voir cela, il suffit de considérer la fonction de Lagrange:
Z Z
λ1 ,λ2 ) = J(v) −
L(v,λ λ1 |v − v0 ) dσ −
(λ λ2 div(v) dx (1.38)
∂Ω Ω

On voit que le champ v rend stationnaire la fonction de Lagrange sur tout W 1,n+1 (Ω) c’est à dire sur tous
les champs de vitesse possibles quand le champ λ2 = p̂ est la pression motrice et que le champ λ 1 = σ · n
est le vecteur contrainte sur le bord. Le champ de contraintes sur le bord apparaît également comme un
multiplicateur de Lagrange pour la contrainte de vitesse imposée.
A titre d’illustration, examinons le problème de la traînée sur un obstacle. Supposons que l’on veuille
calculer la traînée sur un obstacle qui se déplace à vitesse constante V 0 dans une boîte fermée remplie d’un
fluide qui obéit à une loi puissance. Soit Ω le domaine constitué de la boîte privée de l’obstacle. La traînée est
alors donnée par: Z
1 n+1
|T | = τ [v] : D[v] dx = J(v) (1.39)
V0 Ω V0
22 CHAPITRE 1. RELATIONS CONSTITUTIVES. FLUIDES SIMPLES

où v est la solution du problème intérieur de Stokes dans Ω pour une vitesse nulle sur les parois de la boîte
et constante sur l’obstacle. Autrement dit, à un facteur près la traînée est donnée par le minimum de J sur
l’ensemble des champs admissibles. Attention toutefois que ce résultat ne se généralise pas à d’autres lois.

1.8 Couche limite sur une plaque plane d’un fluide visqueux généra-
lisé.
On va examiner comment sont modifiées les équations de couche limite pour les fluides visqueux généralisés.
Pour cela, on utilise la méthode des développements asymptotiques raccordés qui est présentée et utilisée dans
[18] (chapitre XII) pour l’étude de la couche limite sur une plaque plane d’un fluide Newtonien.
Soit Oxyz un repère cartésien orthonormé. On s’intéresse à l’écoulement stationnaire isotherme et bidi-
mensionnel d’un fluide incompressible, visqueux généralisé, au dessus d’une plaque plane représentée par le
plan Oxz. On suppose que l’écoulement (i.e. la vitesse et la pression) ne dépend pas de la coordonnée z, que
la plaque est immobile et que la vitesse loin de la plaque (i.e. y → +∞) ou en amont (i.e. x < 0) est uniforme
parallèle à l’axe Ox et d’intensité U∞ > 0. On s’intéresse aux x > 0, "assez" loin de l’origine. On ne fait pas
intervenir la pesanteur (ou si on veut on l’incorpore en pression motrice) et on suppose que p est uniforme loin
de la plaque ou en amont, d’intensité p∞ = 0. En notant:
v = u(x,y)ex + v(x,y)ey (1.40)
les équations de la dynamique sont donc:

 ∇v · v
div(ττ ) − ∇ p = ρ∇



 div(v) = 0
lim v = U∞ ex lim p = 0 (1.41)



 y→+∞ y→+∞

v = 0 si y = 0,x > 0
On fait sur la fonction de cisaillement les mêmes hypothèses que pour l’étude du problème de Stokes et on
suppose de plus que 0 < n < 2, ce qui est vérifié par les fluides réels.
On rend le problème sans dimension en introduisant une longueur caractéristique L qui s’interprète comme
une distance par rapport à l’origine, et on pose:
2
x = Lx y = Ly v = U∞ v p = ρU∞ p
La fonction τ étant la fonction de cisaillement, on introduit la fonction τ définie sur la variable sans dimension
x par:
τ ( UL∞ x)
τ (x) =
K(U∞ /L)n
où K > 0 est une consistance dans l’intervalle [A,B]. Si le fluide suit une loi puissance, K est tout simplement
sa consistance, si le fluide est Newtonien c’est sa viscosité. On a donc:
χ0 L A B
|x| ≥ ⇒ |x|n ≤ |τ (x)| ≤ |x|n
U∞ K K
Les équations de la dynamique sous forme adimensionnelle sont alors:

 1 div(2 τ (χ) D) − ∇ p = ∇ v · v
Re χ (1.42)

div(v) = 0

où D√est la partie symétrique du gradient de v et où χ est le taux de cisaillement correspondant, c’est à dire:
χ = 2D : D. Les opérateurs divergence sont à prendre par rapport aux variables sans dimension (x,y). Le
nombre:
2−n n
ρU∞ L
Re = (1.43)
K
est le nombre de Reynolds "non Newtonien". Si n = 1, le fluide est Newtonien et on a évidement K = µ et on
retrouve le nombre de Reynolds habituel. Attention que l’écriture des équations (1.42) est trompeuse, car le
τ (χ)
rapport dépend de Re.
χ
1.8. COUCHE LIMITE 23

On se place dans la situation où Re → +∞. Comme on ne veut pas se donner explicitement la loi de
comportement on se contentera de développer les équations intérieures et extérieures uniquement à l’ordre
principal.

1.8.1 Les équations de Prandtl.


Le problème extérieur. Dans le problème extérieur, on se place loin de la plaque (i.e. y  L) et on
considère que les variables "barre" sont des O(1). A l’ordre principal, on obtient les équations d’Euler du fluide
parfait incompressible, comme dans le cas habituel. C’est à dire:


 − ∇p = ∇v · v + o(Re)

div(v) = 0 (1.44)


 lim v = ex lim p = 0
y→+∞ y→+∞

On recherche alors une solution, "loin de la plaque" (i.e. y  1), sous forme d’un développement asymptotique:
(
v(x,y; Re) = v0 (x,y) + [U1 (Re)u1 (x,y)ex + V1 (Re)v1 (x,y)ey ] + · · ·
(1.45)
p(x,y; Re) = p0 (x,y) + P1 (Re)p1 (x,y) + · · ·

où U1 , V1 , P1 → 0 quand Re → +∞ et où les termes d’ordre 0 ainsi que leurs gradients sont supposés être des
O(1). En reportant dans l’équation précédente, on obtient les équations pour (v 0 ,p0 ).

Le problème intérieur. Au voisinage de la plaque, en fonction de y, on s’attend à une variation rapide


de la composante horizontale de la vitesse et à une variation faible de la composante verticale qui reste petite.
On introduit donc un changement de variable sans dimension de manière à dilater les échelles verticales au
voisinage de la plaque et on introduit les variables de couche limite, comme dans le cas habituel:

 x = xb y = δ(Re)yb

v = ub (xb ,yb )ex + η(Re)vb (xb ,yb )ey


p = pb

où δ(Re) et η(Re) → 0 quand Re → +∞. Les échelles η et δ sont inconnues. On reporte ces fonctions dans
les équations (1.42) et on effectue le changement de variable (x,y) 7→ (xb ,yb ). La condition d’incompressibilité
s’écrit:
∂ub η ∂vb
0 = div(v) = + (1.46)
∂xb δ ∂yb

Pour éviter les dégénérescences, on est donc conduit à supposer que η(Re)
δ(Re) = O(1). On choisit donc δ(Re) =
η(Re). Pour ce qui concerne le bilan de quantité de mouvement, la projection sur l’axe Ox s’écrit alors:

∂ub ∂ub ∂pb 1 ∂ τ (χ) ∂ub 1 ∂ τ (χ) ∂vb 1 ∂ub


ub + vb =− + [2 ]+ [ (δ + )] (1.47)
∂xb ∂yb ∂xb Re ∂xb χ ∂xb Reδ ∂yb χ ∂xb δ ∂yb

On a également:
1 ∂ub 2 ∂ub 2 ∂vb 2 ∂ub ∂vb δ 2 ∂vb 2
D:D= ( ) + [( ) + ( ) + + ( ) ] (1.48)
2δ 2 ∂yb ∂xb ∂yb ∂yb ∂xb 2 ∂xb
D’où:
χ = χb + O(1) (1.49)
où:
1 ∂ub
χb = | | (1.50)
δ ∂yb
Quand Re → +∞, δ → 0 et le taux de cisaillement tend vers l’infini. On a alors:

τ (χ)
= O(δ 1−n ) (1.51)
χ
24 CHAPITRE 1. RELATIONS CONSTITUTIVES. FLUIDES SIMPLES

Les termes d’ordre principal dans la projection du bilan de quantité de mouvement sur l’axe Ox sont alors les
1 1
termes en O(δ 1−n ). De manière éviter les dégénérescences on doit donc supposer que O(δ 1−n ) =
Reδ 2 Reδ 2
O(1) ce qui fixe l’échelle de dilatation. On prend donc:

Re(δ(Re))n+1 = 1 (1.52)

Dans le cas du fluide Newtonien (n=1), on retrouve l’échelle habituelle. On va alors faire une hypothèse sur
le comportement asymptotique de la fonction de cisaillement. De manière précise, on va supposer que quand
x → +∞, pour toute fonction f bornée, on a:

τ (x + f (x)) = τ (x)[1 + 1 (x)] τ 0 (x + f (x)) = τ 0 (x)[1 + 2 (x)] (1.53)

où les fonctions i tendent vers 0 quand x → +∞, ce qui est bien vérifié par toutes les lois usuelles (et
évidemment par les lois puissances). Dans ces conditions, le comportement asymptotique de la "viscosité
réduite" est donné par:
τ (χ) τ (χb )
= [1 + O(δ)] (1.54)
χ χb
En reportant dans le bilan de quantité de mouvement selon Ox, il reste donc:

∂ub ∂ub ∂pb 1 ∂ τ (χb ) ∂ub


ub + vb =− + [ )] + (Re) (1.55)
∂xb ∂yb ∂xb Reδ 2 ∂yb χb ∂yb
Les termes conservés sont d’ordre 1. La projection sur l’axe Oy ne contient alors que des termes négligeables
et il vient:
∂p
= (Re ) (1.56)
∂yb
A l’ordre principal, les équations pour le problèmes intérieur sont donc:
 ∂u ∂vb
 b

 + =0

 ∂xb ∂yb

 ∂p
= (Re ) (1.57)

 ∂yb



 ub ∂ub + vb ∂ub = − ∂pb + 1
 ∂ τ (χb ) ∂ub
[ )] + (Re )
∂xb ∂yb ∂xb Reδ 2 ∂yb χb ∂yb
avec les conditions sur la plaque:
ub (xb ,0) = vb (xb ,0) = 0 (1.58)
On cherche alors, comme pour le problème extérieur, un développement asymptotique de la solution de la
forme:  0 1 1
 ub (xb ,yb ; Re) = ub + Ub (Re)ub + · · ·

vb (xb ,yb ; Re) = vb0 + Vb1 (Re)vb1 + · · · (1.59)

 0 1 1
pb (xb ,yb ; Re) = pb + Pb (Re)ub + · · ·
Comme pour le problème extérieur, on obtient alors des équations pour (u 0b ,vb0 ,p0b ).
Pour que les deux solutions soient cohérentes, on demande aux développements asymptotiques de se rac-
corder selon la règle de Van Dyke quand Re → +∞. Comme on a écrit uniquement les équations intérieures
ou extérieures à l’ordre principal, la règle de raccord se résume à:
 0

 u (xb , + ∞) = u0 (xb ,0)
 b
 1 yb ∂v 0
1 vb0 (xb , + ∞) = v 0 (xb ,0) + V1 (Re)v 1 (xb ,0) + 1 (xb ,0) (1.60)

 Re n+1 Re n+1 ∂y

 0
pb (xb , + ∞) = p0 (xb ,0)
1
Ce qui fixe l’échelle V1 (Re) = 1 pour le développement aux ordres suivants et donne v 0 (xb ,0) = 0. Pour
Re n+1
le problème extérieur, on prend donc comme solution à l’ordre 0 un écoulement uniforme de vitesse U ∞ ex ,
identique à l’écoulement amont. La pression y est donc constante (nulle). Or, dans le problème intérieur, la
pression ne dépend que de xb . La condition de raccord nous indique qu’elle est donc également constante (nulle).
1.8. COUCHE LIMITE 25

La pression n’intervient donc pas dans les équations intérieures à l’ordre principal et il reste uniquement deux
équations:  0
 ∂ub ∂vb0

 + =0

 ∂xb


∂yb
 ∂u0 ∂u0 1 ∂ τ (χ0b ) ∂u0b
u0b b + vb0 b = [ )] (1.61)
 ∂xb
 ∂yb Reδ 2 ∂yb χ0b ∂yb0



 1 ∂u0

 u0b (xb ,0) = vb0 (xb ,0) = 0 u0b (xb , + ∞) = 1 χ0b = | 0b |
δ ∂yb
En revenant en variables dimensionées, ces équations s’écrivent:


 ∂u ∂v

 + =0

 ∂x ∂y
∂u ∂u ∂ (1.62)

 ρ(u +v )= [τxy ]

 ∂x ∂y ∂y

 u(x,0) = v(x,0) = 0 u(x, + ∞) = U

où:
∂u
τxy = τ ( ) (1.63)
∂y
Ce sont les équations de Prandtl. Pour le fluide Newtonien (n=1), on retrouve les équations de couche limite
habituelles.

1.8.2 L’équation de Blasius pour le fluide en loi puissance. Épaisseur de couche


limite.
Pour le fluide en loi puissance, On résoud en fonction de courant. On a:
∂ψ ∂ψ
u= v=− (1.64)
∂y ∂x
et:
∂2ψ n
τxy = K[ ] (1.65)
∂y 2
Et il vient:
∂ψ ∂ 2 ψ ∂ψ ∂ 2 ψ ∂ ∂2ψ
ρ( − 2
) = K [ 2 ]n (1.66)
∂y ∂xy ∂x ∂y ∂y ∂y
En y = 0 on a:
∂ψ ∂ψ
(x,0) = (x,0) = 0 (1.67)
∂y ∂x
La ligne y = 0 est ligne de courant et on peut donc poser ψ(x,0) = 0. A l’infini, on a ψ(x, + ∞) = U ∞ y. En
admettant l’unicité, on a pour λ > 0:
1 1
ψ(λx,λ n+1 y) = λ n+1 ψ(x,y) (1.68)
En prenant λ = 1/x, on a donc une solution de la forme:
  1  n−2
 n+1
1
(n + 1)Kx n+1 ρU∞
ψ(x,y) = U∞ n−2 F (η) η = y (1.69)
ρU∞ x(n + 1)K
où F est solution de l’équation différentielle ordinaire:

ηF 000 + F (F 00 )2−n = 0 (1.70)

avec les conditions limites F 0 (0) = F (0) = 0, F 0 (+∞) = 1. C’est l’équation de Blasius pour le fluide en loi
puissance. Vu la variable de similitude, l’épaisseur de la couche limite à la côte x est donc:
  n+1
1
n+1
δ(x) ∼ x (1.71)
Re(x)
26 CHAPITRE 1. RELATIONS CONSTITUTIVES. FLUIDES SIMPLES

où:
2−n n
ρU∞ x
Re(x) = (1.72)
K
On retrouve bien sûr l’épaisseur habituelle du fluide Newtonien si n = 1.

1.9 Equations de la lubrification pour des fluides visqueux générali-


sés.
On s’intéresse à des écoulements de films minces entre parois mobiles de fluides incompressibles non ther-
modépendants. On souhaite examiner l’influence de la viscosité non Newtonienne. On se contentera d’indiquer
les équations. On fait sur la fonction de cisaillement les mêmes hypothèses que pour la couche limite.
On considère un écoulement pour lequel il existe un plan P , tel que les variations de la vitesse selon
ce plan soient négligeables par rapport aux variations dans la direction transverse. C’est à dire que si L est
l’échelle caractéristique des variations de la vitesse selon les directions parallèles à P et d celle dans la direction
perpendiculaire à P on a  = d/L  1. On désignera par V l’ordre de grandeur de l’intensité de la vitesse
selon P dans un référentiel Galiléen lié, à priori, à une paroi rigide parallèle à P (on peut également travailler
en repère mobile, en tenant compte des termes d’inertie ce que l’on ne fera pas ici). On suppose également,
dans le cas instationnaire, que le temps caractéristique de variation de la vitesse est d’ordre L/V .
On se donne un repère cartésien (O,i,j,k) avec (O,k) perpendiculaire à P , on note (x,y,z) les coordonnées
et on pose v = ui + vj + wk. On pose  = d/L. On introduit les variables et fonctions sans dimension:
z

d(x,t)

z=0
x

Fig. 1.2 – Exemple: la surface supérieure est mobile, le plan inférieur est fixe.


 x = Lx L
y = Ly z = dz t= t
V

u=Vu v =Vv w = Ww

et on fait l’hypothèse que les vitesses adimensionnées, ainsi que toutes leurs dérivées par rapport aux variables
"barres", sont des O(1) dans tous l’écoulement. Comme le fluide est incompressible, on a div(v) = 0 ce qui se
traduit, après changement de variables et de fonctions, par:

W ∂w ∂u ∂v
− =[ + ]
V ∂z ∂x ∂y

Le terme ∂w
∂z est un O(1) par hypothèse, de même que membre de droite. Pour éviter les dégénérescences le
W
rapport V doit donc rester sur l’échelle 1 quand  → 0, c’est à dire:

W = O(V )

Le bilan de quantité de mouvement s’écrit

L
Γ− [ρg − ∇ p + div(ττ )] = 0 (1.73)
ρV 2

où l’accélération réduite Γ est donnée par:


Dv ρV 2
ρ = Γ
Dt L
1.9. LUBRIFICATION 27

2−n n
On pose Re = ρV K d , comme pour la couche limite et on multiplie tous les termes du bilan de quantité
de mouvement (C.6) par Re . On introduit également un pression réduite définie par: p(Lx,Ly,Lz) = p0 +
ρV 2
p(x,y,z) où p0 est une pression constante de référence (par exemple la pression loin de la paroi mobile).
Re
On développe le bilan de quantité de mouvement en gardant les termes à l’ordre principal en  et R e . Les
calculs sont un peu pénibles et il vient, après calculs:
∂p ∂p 1 ∂p ∂ ∂u ∂v
O(,Re ) + [ i+ j+ k] = [µ(γ̇0 )( i + j)]
∂x ∂y  ∂z ∂z ∂z ∂z

∂u 2 ∂v
γ̇02 = ( ) + ( )2
∂z ∂z
∂p
En projetant sur l’axe Oz on voit que le terme doit être un O(2 ,2 Re ), autrement dit à l’ordre principal
∂z
il n’y a pas de variation de pression dans la direction transverse.
En revenant aux variables dimensionnées, on obtient donc les équations de lubrification:


 ∂p ∂τxz ∂u

 = τxz = µ(γ̇0 )

 ∂x ∂z ∂z
 ∂p ∂τyz ∂v
= τyz = µ(γ̇0 ) (1.74)

 ∂y ∂z ∂z



 ∂p = 0

∂z

On notera qu’à l’ordre principal en  et Re la matrice du tenseur des contraintes dans la base (i,j,k) est
donnée par: 
  ∂u
−p 0 τxz 
 τxz = µ(γ̇0 )
σ ](i,j,k) =  0 −p
[σ τyz 
avec : ∂z

 τ = µ(γ̇ ) ∂v
τxz τyz −p yz 0
∂z
Pour un fluide Newtonien, on retrouve bien sûr les équations de lubrification habituelle.

Cas où le problème possède une symétrie de révolution autour de l’axe (Oz) Introduisons le
vecteur u = ui + vj qui est la projection de la vitesse selon le plan P . Notons que, par définition, on a:
∂u 2 ∂v ∂u ∂v 2 ∂u
γ̇02 = ( ) + ( )2 = || i + j|| = || ||2
∂z ∂z ∂z ∂z ∂z
Désignons par ur la vitesse radiale et par ω la vitesse angulaire azymuthale. En coordonnées cylindriques d’axe
Oz, on a donc par définition:
∂u 2 ∂ur 2 ∂ω
u = ur (r,z,t)er + rω(r,z,t)eθ γ̇02 = || || = ( ) + r 2 ( )2
∂z ∂z ∂z
Comme l’écoulement est, par hypothèse, invariant par rotation autour de Oz, u r et ω ne dépendent pas de θ.
Par changement de variables, puisque l’opérateur gradient est intrinsèque, on a:
∂p ∂p ∂p ∂p 1 ∂p ∂p
[ i+ j+ k] = [ er + eθ + k]
∂x ∂y ∂z ∂r r ∂θ ∂z

Le bilan de quantité de mouvement (C.7) s’écrit donc sous la forme équivalente:

∂p 1 ∂p ∂p ∂ ∂u ∂ ∂ur ∂ ∂ω
er + eθ + k= [µ(γ̇0 ) ] = [µ(γ̇0 ) ]er + [µ(γ̇0 )r ]eθ
∂r r ∂θ ∂z ∂z ∂z ∂z ∂z ∂z ∂z
En identifiant, on en déduit: 
 ∂p ∂τrz ∂p ∂τθz ∂p
 = ; =r ; =0
∂r ∂z ∂θ ∂z ∂z

 τ = µ(γ̇ ) ∂ur ; τ = rµ(γ̇ ) ∂ω
rz 0 θz 0
∂z ∂z
28 CHAPITRE 1. RELATIONS CONSTITUTIVES. FLUIDES SIMPLES

On a ∂p ∂τθz
∂θ = r ∂z . Comme le membre de droite ne dépend pas de θ, il existe alors une fonction f telle que
p = r ∂τ∂zθz θ + f (r,z,t). Comme p(θ) = p(θ + 2π), on en déduit que:

∂p ∂τθz
=r =0
∂θ ∂z
Finalement, les équations se simplifient en:

 ∂p ∂τrz ∂p ∂τθz ∂p
 = ; =r = =0
∂r ∂z ∂θ ∂z ∂z

 τ = µ(γ̇ ) ∂ur ; τ = rµ(γ̇ ) ∂ω
rz 0 θz 0
∂z ∂z

En l’absence de vitesse azymuthale (ω = 0) ces équations se simplifient encore. On a en effet: γ̇ 0 = | ∂u


∂z | et
r

∂ur
donc: τrz = τ ( ∂z ) où τ est la fonction de cisaillement du fluide. Il reste:

 ∂p ∂τrz ∂p ∂p
 = ; = =0
∂r ∂z ∂θ ∂z (1.75)

 τ = τ ( ∂ur )
rz
∂z
A l’ordre principal en  et Re la matrice du tenseur des contraintes dans la base locale (er ,eθ ,k) des coordonnées
cylindriques est alors donnée par:
 
−p 0 τrz
∂u
σ ](er ,eθ ,k) =  0 −p 0  avec : τrz = τ ( r )

∂z
τrz 0 −p
29

Chapitre 2

Ecoulements viscométriques de Fluides


simples

2.1 Écoulements de cisaillement simple.


Définition 2.1 (Écoulement de cisaillement simple.) On dit que le mouvement d’un milieu continu
est un écoulement de cisaillement simple si il existe un système de coordonnées cartésiennes (x 1 ,x2 ,x3 ) sur E
dans lequel à chaque instant t ∈ R et en chaque point M (x1 ,x2 ,x3 ) le champ de vitesse Eulérien est donné par:

v(M,t) = χx2 e1

où χ est une constante et où (e1 ,e2 ,e3 ) est la base des coordonnées.

On notera qu’un écoulement de cisaillement simple est stationnaire et isovolume, puisque div(v) = 0.
Pour "visualiser" cet écoulement, on peut imaginer qu’il s’agit de l’écoulement de Couette plan d’un fluide
incompressible non thermodépendant entre deux plaques planes parallèles en l’absence de gradient de pression.
On notera que le taux de cisaillement γ̇, est tout simplement donné par γ̇ = |χ|. Le nombre χ est donc
appelé taux de cisaillement algébrique de l’écoulement, ou tout simplement taux de cisaillement si il n’y a pas
d’ambiguïté.
Il est facile de déterminer le mouvement relatif χt d’un écoulement de cisaillement simple. En effet, les
trajectoires sont des droites et on a, au point M (x1 ,x2 ,x3 ):

χt (M,τ ) = M + (τ − t)χx2 e1

Ainsi, dans la base B = (e1 ,e2 ,e3 ), la matrice du tenseur gradient de déformation relatif, Ft (M,τ ) est:
 
1 χ(τ − t) 0
[Ft (M,τ )]B = 0 1 0
0 0 1

En posant s = t − τ , on a donc:
∀s ∈ R : Ft (M,t − s) = Id − sM
où M est un endomorphisme nilpotent, indépendant de s, dont la matrice sur la base B est:
 
0 χ 0
[M]B = 0 0 0 (2.1)
0 0 0

2.1.1 Rappels: endomorphismes nilpotents


Rappelons que l’on dit qu’un endomorphisme u ∈ L(E,E) est nilpotent si il existe un indice k ∈ N tel que
uk = 0. Si u est nilpotent, l’ensemble des entiers k ≥ 0 pour lesquels uk = 0 est non vide, minoré strictement
par 0 - car u0 = Id par convention - et admet donc une borne inférieure. Cette borne inférieure est appelée
ordre de nilpotence de u. Il est évident que si u est nilpotent d’ordre n ≥ 1, d’une part u k = 0 pour tout
30 CHAPITRE 2. ECOULEMENTS VISCOMÉTRIQUES

entier k ≥ n et d’autre part, par définition d’une borne inférieure, un−1 6= 0. En dimension finie, l’ordre de
nilpotence est au plus égal à la dimension de l’espace. Plus précisément, on a la:

I Proposition 2.1 Soit u ∈ L(E,E) un endomorphsime nilpotent d’un espace vectoriel de dimension finie
tel que dimE ≥ 1, alors udimE = 0.
Preuve: Soit n ≥ 1 l’ordre de u. Par définition de l’ordre, il existe un vecteur x ∈ E tel que u n−1 (x) 6= 0. Considérons alors
la famille de n vecteurs: {x, · · · ,un−1 (x)}. Elle est libre en effet, si on a:
n−1
X
λi ui (x) = 0
i=0

il en résulte, en appliquant successivement ui , pour i = n − 1 jusqu’à 0, que tous les coefficients sont nuls. Par suite, on a
nécessairement n ≤ dimE et le résultat. 
Ainsi, en dimension 3, qui est le cas qui nous intéresse, l’ordre d’un endomorphisme nilpotent est soit 1
auquel cas il est nul, soit 2 ou 3.
Il est alors immédiat d’observer, au vu de sa matrice (2.1), que l’endomorphisme M introduit ci-dessus est
nilpotent d’ordre n ≤ 2. Il se trouve que, réciproquement, à tout endomorphisme nilpotent d’ordre n ≤ 2 on
peut associer une base orthonormée sur laquelle sa matrice sera de la forme (2.1). Plus précisément, on a la:

I Proposition 2.2 Soit u ∈ L(E,E) un endomorphsime d’un espace vectoriel euclidien de dimension 3
sur R. Alors u est nilpotent d’ordre n ≤ 2 si et seulement si il existe une base orthonormée B et un scalaire
α tel que la matrice de u sur B soit:  
0 α 0
[u]B = 0 0 0 (2.2)
0 0 0
De plus le scalaire α est fixé, au signe près, par la relation:

α2 = u : u (2.3)
Preuve: Si la matrice de u sur une certaine base B est de la forme (2.2), il est évident que u 2 = 0 et par suite u est nilpotent
d’ordre n ≤ 2. Réciproquement supposons que u soit nilpotent d’ordre n ≤ 2, c’est à dire u 2 = 0. Dans ces conditions, soit u
est nul auquel cas sa matrice sur une base orthonormée quelconque est de la forme (2.2) avec α = 0 et le résultat est vrai, soit u
est non nul. Plaçons nous dans ce dernier cas. Comme u2 = 0, d’une part le noyau de u n’est pas réduit à zéro et d’autre part
l’image de u doit être incluse dans son noyau. D’après le théorème du rang il en résulte que le noyau de u est nécessairement de
dimension 2. C’est donc un plan vectoriel. Soit alors e2 un vecteur unitaire perpendiculaire à ker(u) (il y deux choix possibles).
L’image u(e2 ) ne peut pas être nulle sinon e2 serait dans ker(u), ce qui est absurde et cette image est un vecteur de ker(u).
Posons donc:
u(e2 )
e1 = α = ||u(e2 )||
||u(e2 )||
Soit alors e3 un vecteur unitaire de ker(u), perpendiculaire à e1 , dont l’existence est assurée puisque dim(ker(u)) = 2. Par
construction, la famille B = (e1 ,e2 ,e3 ) est une base orthonormée de E et la matrice de u sur B a exactement de la forme (2.2).
Ceci étant, il est immédiat de voir que α2 = tr(T u · u) = u : u. 
Notons que la démonstration est constructive, puisque l’on a exhibé une base B qui convient. On utilise
cette méthode pour exhiber la direction de cisaillement dans l’écoulement de Poiseuille en conduite ou dans
les écoulements hélicoïdaux.
Vu la matrice de u sur B, si u 6= 0 alors il n’y a que 8 bases orthonormées possibles telles que la matrice de
u sur une de ces bases ait la forme (2.2). Si (e1 ,e2 ,e3 ) est l’une de ces bases, toutes les autres s’en déduisent
aux signes près, c’est à dire qu’elles sont de la forme (±e1 , ± e2 , ± e3 ). La matrice de u sur une de ces bases
est alors l’une des deux matrices:
 √   √ 
0 u:u 0 0 − u:u 0
0 0 0 0 0 0
0 0 0 0 0 0

2.2 Écoulements viscométriques


Pour plus de détails on pourra consulter le livre [1]. La définition suivante est la définition "usuelle".

Définition 2.2 (Ecoulement viscométrique.) On dit que le mouvement d’un milieu continu est un
écoulement viscométrique si à chaque instant t ∈ R et pour chaque point x ∈ Ω t il existe:
1. une base orthonormée B = (e1 ,e2 ,e3 ),
2.2. ÉCOULEMENTS VISCOMÉTRIQUES 31

2. un scalaire χ,
3. une application R : s ∈ [0, + ∞[7→ R(s) ∈ L(E,E) de classe C 1 , vérifiant:

R(0) = Id

et telle que pour chaque s, R(s) soit orthogonal,


tels que pour tout s ∈ [0, + ∞[, le gradient de déformation relatif à tout instant t − s dans le passé soit
donné par:
Ft (x,t − s) = R(s) · [Id − sM]
où M est un endomorphisme dont la matrice sur la base B est:
 
0 χ 0
[M]B = 0 0 0 (2.4)
0 0 0

On notera que la base B, le scalaire χ et l’application R peuvent éventuellement dépendre de l’instant


présent t et du point x. On notera que la condition R(0) = Id est nécessaire puisque on a toujours F t (x,t) = Id.
Il est facile de voir que la transformation orthogonale R(s) de la définition est nécessairement une rotation
vectorielle. En effet, puisque M est nilpotent on a: det(Id − sM) = det(Id) = 1 et donc:

det(Ft (x,t − s)) = det(R(s)) = ±1

Or, puisque Ft est nécessairement directe, on doit donc avoir:

det(Ft (x,t − s)) = det(R(s)) = 1

et il en résulte que, pour chaque s, R(s) est une rotation vectorielle et qu’un écoulement viscométrique est
isovolume.
D’après le paragraphe précédent, un écoulement de cisaillement simple est évidement un cas particulier
d’écoulement viscométrique. On verra un peu plus loin des exemples d’écoulements viscométriques usuels,
mécaniquement admissibles 1 tels que : l’écoulement de Couette plan, l’écoulement Poiseuille en conduite,
l’écoulement de Couette entre cylindres coaxiaux ou encore l’écoulement de Couette-Poiseuille en conduite
annulaire.
On a:
∂ ∂ d
L(t,x) = Ft (τ,x)|τ =t = − Ft (t − s,x)|s=0 = − R(s)|s=0 + M
∂τ ∂s ds
d
Comme − ds R(s)|s=0 est nécessairement antisymétrique, il vient:

1
D= (M +T M)
2
et, comme pour l’écoulement viscométrique, on a donc:

γ̇ = |χ|

Ainsi, le nombre χ est encore appelé taux de cisaillement algébrique de l’écoulement, ou tout simplement taux
de cisaillement si il n’y a pas d’ambiguïté.
On voit que la notion d’écoulement viscométrique est une généralisation de celle d’écoulement de cisaille-
ment simple: en effet, à un changement de référentiel près, caractérisé par la rotation R, le gradient de défor-
mation relatif est localement celui d’un écoulement de cisaillement simple. Schématiquement, un écoulement
viscométrique est partout localement un écoulement de cisaillement simple vu dans un repère mobile.
La définition que nous avons donnée est celle que l’on rencontre habituellement dans les ouvrages de
rhéologie. On peut cependant donner une définition équivalente plus concise et plus facile à vérifier en utilisant
la proposition (2.2).

I Proposition 2.3 (Ecoulement viscométrique.) Un mouvement d’un milieu continu est un écoule-
ment viscométrique si et seulement si à chaque instant t ∈ R et pour chaque point x ∈ Ω t il existe:
1. un endomorphisme nilpotent M tel que M2 = 0
1 C’est à dire qu’il existe un système de forces extérieures et de conditions limites capables de les engendrer.
32 CHAPITRE 2. ECOULEMENTS VISCOMÉTRIQUES

2. une application R : s ∈ [0, + ∞[7→ R(s) ∈ L(E,E) de classe C 1 , vérifiant:

R(0) = Id

et telle que pour chaque s, R(s) soit une rotation,


tels que pour tout s ∈ [0, + ∞[, le gradient de déformation relatif à tout instant t − s dans le passé soit
donné par:
Ft (x,t − s) = R(s) · [Id − sM]
De plus, M et R ainsi définis sont uniques.
Notons cependant que même si M est non nul, la base orthonormée B sur laquelle la matrice de M
est de la forme (2.4) n’est pas unique, puisque l’on peut changer chaque direction en son opposée: il y a
donc 8 choix possibles comme on l’a déjà observé pour les endomorphismes nilpotents. Ainsi, seul le taux de
cisaillement absolu γ̇ = |χ| est une caractéristique de l’écoulement, le signe du taux de cisaillement relatif
dans la matrice de M dépend du choix des axes de la base B et donc de l’observateur. En pratique dans les
situations expérimentales, on choisit les axes pour avoir un taux de cisaillement relatif positif. Les lignes de
champ du vecteur e1 sont également des caractéristiques de l’écoulement, elles sont quelquefois appelées - par
analogie avec l’écoulement de cisaillement simple - lignes de cisaillement.

2.3 Fonctions viscométriques d’un fluide simple


2.3.1 Loi constitutive d’un fluide simple en écoulement viscométrique
Considérons un fluide simple de loi constitutive F et supposons que ce fluide soit en écoulement viscomé-
trique. Plaçons nous à un instant t en un point x. On aura donc:

σ (t,x) = F (ρ(x,t),θ(x,t),Ft (t − s,x)) compressible


s≥0

τ (t,x) = F (θ(x,t),Ft (t − s,x)) incompressible


s≥0

Dans ce qui suit, on va appliquer le principe d’objectivité a l’écoulement. Comme x et t sont fixés, on peut
ignorer ρ et θ pour la suite de l’analyse puisqu’ils sont invariants par changement de référentiel. Il vient, vu la
définition d’un écoulement viscométrique:

σ (t,x) = F (R(s) · [Id − sM]) compressible


s≥0

τ (t,x) = F (R(s) · [Id − sM]) incompressible


s≥0

Appliquons alors le principe d’objectivité à F, c’est à dire la relation (1.8), en choisissant, pour chaque s,
Q(s) =T R(s). On en déduit, puisque R(0) = Id:

F (R(s) · [Id − sM]) = F (Id − sM)


s≥0 s≥0

En conséquence, il existe une fonction g, caractéristique du matériau, telle que:

F (R(s) · [Id − sM]) = g(M)


s≥0

Cette fonction g est définie sur l’ensemble des endomorphismes nilpotents d’ordre inférieur ou égal à 2 et elle
est à valeurs soit dans l’ensemble des endomorphismes symétriques (cas compressible), soit dans l’ensemble
des déviateurs symétriques (cas incompressible).
Notons que, du point de vue de la loi constitutive, tout se passe comme si l’écoulement était de cisaillement
simple puisque seul M détermine l’état de contrainte, ce à quoi on pouvait s’attendre, vu les principes de
localisation spatiale et d’objectivité matérielle.
Notons que le principe d’objectivité impose à g d’être isotrope. En effet, appliquons encore le principe
d’objectivité en choisissant, pour chaque s, Q(s) = Q ·T R(s) où Q est une transformation orthogonale
constante arbitraire. Il vient, d’après (1.8):

Q · F (R(s) · [Id − sM]) ·T Q = F (Q · [Id − sM] ·T Q) = F (Id − sQ · M ·T Q)


s≥0 s≥0 s≥0
2.3. FONCTIONS VISCOMÉTRIQUES D’UN FLUIDE SIMPLE 33

Or Q · M ·T Q et M sont semblables et on a donc:

∀Q ∈ O(3) : Q · g(M) ·T Q = g(Q · M ·T Q)

Ainsi, comme pour le fluide de Reiner-Rivlin, g est isotrope. Cependant, on ne peut pas appliquer le théorème
de Rivlin-Ericksen puisque, contrairement au cas du fluide de Reiner-Rivlin, M n’est pas symétrique. On va
alors directement exploiter l’isotropie de g pour obtenir sa forme générale.
Soit B une base dans laquelle la matrice de M à la forme (2.4). Comme un écoulement de cisaillement simple
est invariant par réflexion sur le plan perpendiculaire à e3 (i.e. horizontal), introduisons donc la transformation
orthogonale Q0 suivante:
Q0 · e 1 = e 1 Q0 · e 2 = e 2 Q0 · e3 = −e3
On a bien sûr:
Q0 · M · T Q0 = M
et par isotropie, il vient donc:
Q0 · g(M) ·T Q0 = g(M)
Or, g(M) est un endomorphisme symétrique, dont la matrice sur la base orthonormée B = (e 1 ,e2 ,e3 ) est donc
de la forme:  
a11 a12 a13
[g(M)]B = a12 a22 a23 
a13 a23 a33
Par un calcul élémentaire, il vient alors:
 
a11 a12 −a13
[Q0 · g(M) ·T Q0 ]B =  a12 a22 −a23 
−a13 −a23 a33

En identifiant, on en déduit:
a13 = a23 = 0
De sorte que la matrice de g(M) dans la base B est de la forme générale:
 
a11 a12 0
[g(M)]B = a12 a22 0 
0 0 a33

Posons:
1
α = − (a11 + a12 + a13 ) τ = a12 N1 = a11 − a22 N2 = a22 − a33
3
Dans le cas incompressible α est nul, sinon c’est la pression et dans les deux cas on a:

g(M) = −αId + τ

où τ est le déviateur des contraintes. On notera que les scalaires τ,N1 ,N2 ne dépendent que du déviateur τ .
En effet, la matrice de τ sur la base B est de la forme:
 
τ11 τ12 0
[ττ ]B = τ12 τ22 0 
0 0 τ33
et on a:
τ = τ12 N1 = τ11 − τ22 N2 = τ22 − τ33
Inversement, la matrice du déviateur des contraintes, τ , sur la base B ne dépend que des scalaires τ,N1 ,N2 et
on a:  2N1 +N2 
3 τ 0
[ττ ]B =  τ N2 −N1
3 0 
2N2 +N1
0 0 − 3
Le scalaire τ est évidement la contrainte de cisaillement. Les contraintes τ 11 ,τ22 ,τ33 sont appelées contraintes
normales. Les scalaires N1 et N2 sont appelés coefficients de contraintes normales ou encore première et seconde
différences normales.
34 CHAPITRE 2. ECOULEMENTS VISCOMÉTRIQUES

Puisque g(M) ne dépend que de M, les scalaires α,τ,N1 ,N2 ne dépendent donc que de χ et éventuellement de
la base B. Ils ne dépendent en fait pas de B. Pour le voir, considérons alors un second écoulement viscométrique
associé à M0 , de même taux de cisaillement χ que le précédent mais pour une base orthonormée B 0 = (e01 ,e02 ,e03 ).
L’analyse précédente reste valable et on déduit que les coefficients de la matrice de g(M 0 ) sur la base B 0
s’expriment à l’aide des quatre scalaires α0 ,τ 0 ,N10 ,N20 . Considérons alors l’endomorphisme orthogonal Q qui
transforme la base B en la base B 0 , c’est à dire:

Q · e1 = e01 Q · e2 = e02 Q · e3 = e03

d’après l’isotropie de g, on a:
Q · g(M) ·T Q = g(Q · M ·T Q)
Or, Q · M ·T Q n’est rien d’autre que M0 . D’où:

Q · g(M) ·T Q = g(M0 )

On en déduit que la matrice de g(M0 ) sur la base B 0 est égale à celle de g(M) sur la base B. En identifiant,
il vient donc:
α = α0 τ = τ 0 N1 = N10 N2 = N20
Finalement, les scalaires α,τ,N1 ,N2 ne dépendent donc que de χ. En particulier, le déviateur des contraintes est
donc complètement déterminé en écoulement viscométrique par la donnée des trois fonctions: χ 7→ τ (χ),N 1 (χ),N2 (χ)
du taux de cisaillement.
Résumons ce que l’on vient de voir.

I Proposition 2.4 Pour un fluide simple donné, il existe trois fonctions τ,N 1 ,N2 telles que pour un écou-
lemement viscométrique quelconque, caractérisé en chaque point par un taux de cisaillement χ relativement à
une base B, la matrice du déviateur des contraintes sur la base B soit de la forme:
 
τ11 τ12 0
[ττ ]B = τ12 τ22 0 
0 0 τ33

avec:

τ12 = τ (χ)
τ11 − τ22 = N1 (χ) (2.5)
τ22 − τ33 = N2 (χ)

la fonction τ est appelée fonction de cisaillement, les fonctions N1 et N2 sont appelées respectivement première
et seconde différences normales.

Notes
1. Les fonctions τ,N1 ,N2 sont des caractéristiques d’un fluide donné. Ainsi, si on sait les mesurer pour un
type d’écoulement viscométrique particulier, on pourra alors en déduire les caractéristiques dynamiques
de tous les écoulements viscométriques.
2. On sait que τ,N1 ,N2 sont également des fonctions (ou des fonctionnelles si on tient compte du passé
thermique) de la température, et de la densité si le fluide est compressible.
3. Dans le cas compressible, d’après l’analyse précédente la pression est également une fonction α de la
température de la densité et du taux de cisaillement. C’est à dire que l’on a alors:

σ = −α(ρ,θ,χ)Id + τ

où τ est donné dans la proposition précédente. Comme on sait qu’au repos σ est réduit à le pression
thermodynamique, on a donc:
α(ρ,θ,0) = pth (ρ,θ)

4. Comme au repos la contrainte est réduite à une pression, les fonctions τ,N 1 ,N2 sont nulles en χ = 0.
2.3. FONCTIONS VISCOMÉTRIQUES D’UN FLUIDE SIMPLE 35

5. Le choix des fonctions viscométriques N1 ,N2 qui déterminent les contraintes normales n’est pas univoque.
En effet, les trois contraintes normales τ11 ,τ22 ,τ33 sont reliées par la relation τ11 + τ22 + τ33 = 0, puisque
τ est de trace nulle. Ainsi, deux seulement sont indépendantes et on peut donc choisir pour exprimer les
contraintes normales d’autres groupements que N1 ,N2 . En fait le choix dépend de ce que l’on est capable
de mesurer avec tel ou tel dispositif expérimental. Dans la littérature, selon les auteurs, on rencontrera
alors d’autres fonctions viscométriques. Les fonctions N1 ,N2 introduites ici sont celles de [15] mais, par
exemple, dans [1] on utilise les fonctions:

σ1 = τ22 − τ33 = N2 σ2 = τ11 − τ33 = N1 + N2

également appelées différences normales. Dans [17], la fonction N1 est la même que la notre mais la
fonction N2 est notre somme N1 + N2 . En règle générale le lecteur est invité à vérifier systématiquement
la convention adoptée par un auteur avant d’utiliser directement telle ou telle formule.
On fera également attention aux conventions utilisées pour la définition d’un écoulement viscométrique:
dans [1], et également chez Truesdell, les directions 1 et 2 sont inversées par rapport à la convention
adoptée ici et la matrice de M est alors transposée.
6. Pour les fluides simples on admet que les fonctions viscométriques sont continues. En effet, une disconti-
nuité ne pourrait se comprendre que par un changement irréversible de structure au niveau microscopique.
Cela suppose, du point de vue thermodynamique, que cette structure soit prise en compte par une ou
plusieurs variables macroscopiques qui précisent son état et dont il faudrait décrire la dynamique: on sort
alors du cadre des fluides simples et plus généralement du cadre dans lequel on a situé la dynamique du
milieu continu dans ce cours.

2.3.2 Restriction apportée par le second principe


L’énergie libre et l’entropie sont données par les relations (1.10). Elles sont invariantes par changement de
référentiel et, comme pour la loi constitutive, le principe d’objectivité permet de se ramener à des fonctions
de M, c’est à dire 2 :

∇θ,M)
η(t,x) = η(ρ,θ,∇
∇θ,M)
ψ(t,x) = ψ(ρ,θ,∇

On développe alors la même analyse que pour les fluides à mémoire instantanée et il vient:
∂ψ ∂ψ ∂ψ
η=− = =0
∂θ ∇θ
∂∇ ∂M
Finalement, les fonctions ψ et η ne dépendent que de ρ et θ et ces fonctions sont donc les fonctions d’état
de l’équilibre thermodynamique. On observe donc que les fluides simples en écoulement viscométrique sont
en équilibre thermodynamique local. L’inégalité de dissipation se réduit donc, dans le cas compressible par
exemple, à :
λ
σ + pth Id) : D + (∇
(σ ∇θ|∇∇θ) ≥ 0
θ
et comme l’écoulement est isovolume, il reste:
λ
τ :D+ ∇θ|∇
(∇ ∇θ) ≥ 0
θ
On obtient la même relation dans le cas incompressible. Puisque: D = 1/2(M + T M), il vient:

λ
τχ + ∇θ|∇
(∇ ∇θ) ≥ 0
θ
Comme τ ne dépend pas de ∇ θ on doit donc avoir:

∀χ ∈ R : τ (χ)χ ≥ 0 (2.6)

On notera que les contraintes normales ne participent pas à la dissipation.


2 Comme R(0) = Id, le gradient de température est inchangé quand on applique le principe d’objectivité avec pour chaque s,

Q(s) =T R(s).
36 CHAPITRE 2. ECOULEMENTS VISCOMÉTRIQUES

2.3.3 Parité des fonctions viscométriques


Considérons deux écoulements viscométriques, associés respectivement à M et M 0 = −M ayant les mêmes
caractéristiques B et R, mais des taux de cisaillement opposés, χ et −χ. Exploitons alors l’isotropie de g en
considérons une réflexion sur le plan (e1 ,e3 ):

Q · e1 = e1 Q · e2 = −e2 Q · e3 = e3

On a alors: Q · M ·T Q = M0 . D’où l’on déduit que:

g(−M) = Q · g(M) ·T Q

En passant aux matrices des déviateurs, il vient:


   
τ11 (−χ) τ12 (−χ) 0 τ11 (χ) −τ12 (χ) 0
τ12 (−χ) τ22 (−χ) 0  = −τ12 (χ) τ22 (χ) 0 
0 0 τ33 (−χ) 0 0 τ33 (χ)

soit:
τ (−χ) = −τ (χ)
N1 (−χ) = N1 (χ) (2.7)
N2 (−χ) = N2 (χ)

Ainsi, la fonction de cisaillement est impaire alors que les différences normales sont paires.
Les développements limités à faible taux de cisaillement des fonctions viscométriques sont donc de la forme:

τ (χ) = µ(0) χ + O(χ3 )


(0)
N1 (χ) = Ψ1 χ2 + O(χ4 ) (2.8)
(0)
N2 (χ) = Ψ 2 χ2 4
+ O(χ )

On voit qu’à faibles taux de cisaillement on pourra en général négliger les effets de contraintes normales par
rapport au frottement dans les fluides simples: un fluide simple se comporte alors comme un fluide purement
visqueux.
Le nombre µ(0) est la viscosité apparente du fluide au voisinage du repos, le second principe (c.f. la relation
(2.6)) nous indique qu’elle est positive.
Dans la littérature, certains auteurs (c.f. [6]) préfèrent alors, au lieu d’utiliser les fonctions viscométriques
que nous avons introduites, utiliser les fonctions:

τ (χ)
µ(χ) =
χ
N1 (χ)
Ψ1 (χ) = (2.9)
χ2
N2 (χ)
Ψ2 (χ) =
χ2

La fonction µ(χ) est la viscosité apparente du fluide en écoulement viscométrique, elle est positive d’après le
second principe (c.f. la relation (2.6)). Comme τ est impaire µ(χ) n’est finalement fonction que de γ̇ = |χ| ou
encore - par analogie avec le fluide de Reiner-Rivlin - de I2 = χ2 /2.
Les fonctions Ψ1 et Ψ2 sont encore appelées différences normales, elles sont paires et ne dépendent donc
que de χ2 . Le second principe ne nous renseigne pas directement sur le signe de ces différences. Cependant,
nous verrons lors de l’étude des fluides viscoélastiques (voir également le chapitre consacré aux fluides de grade
n) qu’à faible taux de cisaillement Ψ1 est nécessairement positif, ce qui est confirmé expérimentalement pour
les fluides réels présentant des effets de contraintes normales (polymères en solution). Le signe de Ψ 2 peut en
principe être quelconque, cependant les résultats expérimentaux connus (voir [17] par exemple) sur les fluides
viscoélastiques indiquent que Ψ2 est négatif. |Ψ2 | est en général petit devant Ψ1 et a longtemps était négligé
dans les modèles rhéologiques de polymères en solution (hypothèse de Weissenberg).
Notons que pour les fluides réels la fonction de cisaillement est strictement croissante au voisinage de
l’origine puisque: τ 0 (0) = µ(0) > 0. Pour le fluide Newtonien, elle est donc strictement croissante sur R. Si,
2.3. FONCTIONS VISCOMÉTRIQUES D’UN FLUIDE SIMPLE 37

pour un fluide non Newtonien, elle n’était pas strictement croissante sur tout R, on serait alors confronté à un
problème d’instabilité. En effet, dans l’écoulement de Couette plan entre plaques parallèles, par exemple, il n’y
aurait alors plus unicité de l’écoulement stationnaire quand la vitesse des plaques est imposée. En pratique,
nous ne considérerons que des cas où la fonction de cisaillement reste strictement croissante, au moins sur
toute la gamme des taux de cisaillement où on la considérera: tous les modèles cités ici ont cette propriété. Par
ailleurs, on admettra également qu’elle n’est pas bornée supérieurement, c’est à dire que le frottement pariétal
augmente indéfiniment avec la vitesse de cisaillement, ce qui est expérimentalement vérifié.
Les lois empiriques utilisées pour la fonction de cisaillement sont alors les mêmes que celles utilisées pour
les fluides visqueux à mémoire instantanée (loi puissance, etc..) et on se reportera au chapitre précédent pour
les détails. Pour ce qui concerne les différences normales, ces fonctions sont pertinentes pour les fluides de type
viscoélastiques (i.e. quand le temps de relaxation est d’ordre macroscopique) et on examinera les expressions
des fonctions Ni ou Ψi que l’on peut déduire de l’analyse de la loi constitutive lors de l’étude spécifique des
fluides viscoélastiques aux chapitres suivants.

2.3.4 Cas des fluides de Reiner-Rivlin


Dans le cas des fluides de Reiner Rivlin on peut déterminer les fonctions viscométriques puisque l’on connaît
la loi constitutive. Elle est donnée par la relation (1.14):

∀D : f (D) = α(I1 ,I2 ,I3 )Id + 2µ(I1 ,I2 ,I3 )D + β(I1 ,I2 ,I3 )D2

où f (D) est soit σ soit τ selon que le fluide est compressible ou non. Vu l’expression de D en écoulement
viscométrique on a:
χ2
I1 = 0 I2 = I3 = 0
2
Finalement les fonctions ne dépendent que de χ2 et il reste donc:

g(M) = α(0,χ2 /2,0)Id + 2µ(0,χ2 /2,0)D + β(0,χ2 /2,0)D2

En identifiant, il vient:

µ(χ) = µ(0,χ2 /2,0)


Ψ1 (χ) = 0
(2.10)
β(0,χ2 /2,0)
Ψ2 (χ) =
4
Ainsi, les fluides à mémoire instantanée en théorie du premier gradient ont tous une première différence normale
N1 nulle. Pour le fluide incompressible purement visqueux N1 et N2 sont nuls, puisque le coefficient β du terme
en D2 dans la loi constitutive est négligé. Ce qui est expérimentalement justifié car les fluides réels pour lesquels
N2 6= 0 ont une première différence normale non nulle et en général grande devant N 2 .
La viscosité apparente d’un fluide de Reiner-Rivlin en écoulement viscométrique est confondue avec la
viscosité du fluide. On en déduit: µ(0,I2 ,0) ≥ 0.

2.3.5 Fluides à seuil


Certains produits comme les boues de forage, les encres d’imprimerie, le dentifrice, etc... ont expérimentale-
ment un comportement de fluide visqueux en écoulement de cisaillement mais ont une fonction de cisaillement
τ (γ̇) non nulle à l’origine: il y a donc une discontinuité de la fonction de cisaillement à l’origine. On dit qu’ils
présentent un seuil de contrainte: il faut exercer une contrainte de cisaillement minimale avant de démarrer
l’écoulement. Ces matériaux ne sont donc pas des fluides simples mais des matériaux plus complexes. Ce sont en
général des suspensions concentrées de particules solides dans un solvant. Ces particules s’organisent, au repos,
en une micro-structure qui confère à la suspension un comportement de solide, puis, quand la micro-structure
est suffisamment désorganisée, la suspension à un comportement fluide.
La loi la plus simple décrivant l’allure de la fonction de cisaillement pour ce type de milieu a été proposée
par Bingham pour les encres d’imprimerie. Elle est de la forme :

|τ | ≤ τ0 χ=0 (2.11)
|χ|
|τ | ≥ τ0 τ (χ) = τ0 + µ 0 χ (2.12)
χ
38 CHAPITRE 2. ECOULEMENTS VISCOMÉTRIQUES

τ Bingham

Herschel-Bulkley

Fig. 2.1 – Fluides à seuil

où les constante τ0 > 0 et µ0 > 0 sont respectivement la contrainte seuil et la viscosité. On trouvera dans la
littérature des lois donnant τ0 et µ0 en fonction de la concentration de particules en suspension.
Le plus souvent, d’ailleurs, ce type de milieu n’a expérimentalement pas une viscosité constante et en pre-
mière approximation on pourra utiliser une loi puissance: le modèle correspondant est appelé modèle d’Herschel-
Bulkley:

|τ | ≤ τ0 χ=0 (2.13)
|χ|
|τ | ≥ τ0 τ (χ) = [τ0 + K|χ|n ] (2.14)
χ
Comme pour la loi puissance, K > 0 est la consistance et n > 0 est l’indice de structure. Les paramètres τ 0 et
K dépendent en général significativement de la température.

2.4 Écoulements unidirectionnels plans de fluides incompressibles


On s’intéresse à l’écoulement d’un fluide simple incompressible entre deux plaques planes parallèles infinies
écartées d’une distance d > 0. L’une est fixe dans un référentiel Galliléen et l’autre est mobile en translation
uniforme par rapport à la précédente, dans son plan, à la vitesse V. On s’intéresse, pour simplifier, à un
problème isotherme.
On suppose que les forces extérieures dérivent d’un potentiel φ et qu’il n’y a pas de densité volumique de
couples: C = 0. On a donc:

π =T π = σ
σ (x,t) = −p(x,t)Id + F (Ft (x,t − s))
s≥0

On munit l’espace (c.f. figure (2.2)) d’un repère cartésien (Oxyz), le plan (Oxz) est celui de la plaque fixe,
l’axe (Ox) est colinéaire à V et l’axe (Oy) est dirigé vers la plaque mobile. On désignera respectivement par
i, j et k les vecteurs unitaires directeurs des axes Ox, Oy et Oz et on notera V la mesure algébrique de V.
On cherche une solution stationnaire, invariante par translation selon les axes (Ox) et (Oz). Ainsi, le champ
Eulérien v ne dépend que de y. On suppose de plus que les lignes de courant sont dans des plans parallèles à
(xOy). La vitesse v est donc de la forme v1 (y)i + v2 (y)j et l’incompressibilité impose v2 = 0. Finalement, on
cherche v avec:
v(M,t) = v1 (y)i
2.4. ÉCOULEMENTS UNIDIRECTIONNELS PLANS 39

V =Vi

y=d

x
y=0 z O

Fig. 2.2 – Écoulement entre deux plaques parallèles.

vérifiant les conditions limites:


v1 (0) = 0 v1 (d) = V (2.15)
Les trajectoires des particules sont des droites parallèles à (Ox). Ainsi, si (x 0 ,y 0 ,z 0 ) est la position à l’instant
τ d’une particule qui occupe la position (x,y,z) à l’instant t on a:

x0 = x + v1 (y)(τ − t) y0 = y z0 = z

On a donc:
Ft (M,t − s) = Id − sM
où la matrice de M sur la base (i,j,k) est:
 
0 v10 (y) 0
[M](i,j,k) = 0 0 0
0 0 0

L’écoulement est donc viscométrique de taux de cisaillement algébrique:

χ = v10 (y)

et on peut appliquer les résultats précédents. En particulier, la matrice du déviateur des contraintes sur la
base (i,j,k) est:  
τ11 τ12 0
[ττ ](i,j,k) = τ12 τ22 0 
0 0 τ33
et ses composantes sont des fonctions de χ et ne dépendent donc que de y et, comme la base (i,j,k) est fixe, τ
lui même ne dépend que de y. Les équations du bilan mécaniques se résument à:

div(ττ ) = ∇ (p + ρφ) (2.16)

Il s’agit donc de trouver p,v1 vérifiant les conditions limites et tels que:

dτ12 dτ22
i+ j = ∇ (p + ρφ) (2.17)
dy dy

Comme le domaine de l’écoulement est simplement connexe, le problème est équivalent à trouver v 1 solution
de:
dτ12 dτ22
rot( i+ j) = 0 (2.18)
dy dy
40 CHAPITRE 2. ECOULEMENTS VISCOMÉTRIQUES

ce qui est encore équivalent à rechercher la vitesse v1 solution de:


 2
 d [τ (v 0 (y))] = 0
1
dy 2 (2.19)

v1 (0) = 0 v1 (d) = V

Il doit alors exister deux constantes a et τ0 telles que:

τ (v10 (y)) = ay + τ0

On notera que le paramètre τ0 est la contrainte de cisaillement sur la plaque immobile:

τ0 = τ12 (0)

Comme la fonction τ est continue et strictement monotone sur R elle admet donc un unique inverse τ −1 , de
sorte que v10 est donné par:
v10 (y) = τ −1 (ay + τ0 )
et v1 est donc donnée par: Z y
v1 (y) = τ −1 (au + τ0 ) du (2.20)
0
les constantes a et τ0 doivent alors vérifier la relation:
Z d
τ −1 (ay + τ0 ) dy = V (2.21)
0

Le débit Q par unité de profondeur dans une section droite est donné par:
Z d
v1 (y) dy = Q
0

Ainsi, les constantes a et τ0 sont reliées à V et Q par les relations:


Z d



 τ −1 (ay + τ0 ) dy = V
0
Z d Z y (2.22)



 ( τ −1 (au + τ0 ) du) dy = Q
0 0

La première équation dans (2.17) s’écrit:

∇ (p + ρφ − τ22 (y) − ax) = 0

Comme
N2 (χ) − N1 (χ)
τ22 (y) =
3
il vient:
N2 (v10 (y)) − N1 (v10 (y))
p + ρφ = ax + + Cste (2.23)
3
La quantité p̂ = p+ρφ est la pression motrice. Le paramètre a est donc le taux de variation de pression motrice
le long de l’axe Ox:
∂ p̂ ∆p̂
a= = (2.24)
∂x L
On observe, comme pour les fluides Newtoniens, que ce taux de variation est constant.
On notera cependant que si la différence normale N2 − N1 n’est pas nulle, ce qui est le cas général dans les
fluides viscoélastiques, la pression motrice dans une section droite n’est pas constante, contrairement au cas
du fluide Newtonien ou du fluide purement visqueux.
En pratique l’écoulement sera imposé extérieurement en fixant soit le couple (V,Q) soit le couple (V, ∆Lp̂ ) et
τ0 = τ12 (0) sera un paramètre de contrôle. On peut alors vérifier, vu la monotonie de τ , que V et Q déterminent
de manière unique la vitesse v1 dans l’écoulement par les relations (2.20)-(2.22). En général il faudra résoudre
(2.22) numériquement.
2.4. ÉCOULEMENTS UNIDIRECTIONNELS PLANS 41

2.4.0.1 Ecoulement de Couette plan.


La contrainte de cisaillement τ12 est donnée par:

τ12 (y) = τ (v10 (y)) = ay + τ0

Par suite, comme τ est une bijection, on en déduit que le taux de cisaillement est constant dans l’écoulement
si et seulement si a = 0. L’écoulement est alors un écoulement de cisaillement simple et, vu les conditions
limites, on a:
V V
v10 (y) = χ = τ0 = τ ( )
d d
La vitesse est partout donnée par:
V
v = yi
d
Le débit est alors fixé à:
Vd
QC =
2
Cet écoulement de cisaillement simple entre deux plaques planes est appelé Écoulement de Couette plan. Cet
écoulement est donc caractérisé par une variation de pression motrice nulle dans la direction de la vitesse et
est toujours mécaniquement admissible pour les fluides incompressibles non thermodépendants.
Si le fluide est purement visqueux, la pression motrice est partout constante et indépendante de la cinéma-
tique : elle est fixée par les conditions extérieures (pesanteur, pression extérieure) et les efforts normaux sur les
plaques sont donc indépendants de l’écoulement et les mêmes qu’au repos. Si N 2 − N1 n’est pas nul, ce qui est
le cas des polymères en solution par exemple, il est alors en général négatif et l’écoulement à donc tendance à
repousser la plaque mobile et à aspirer la plaque immobile. Il faut exercer des efforts normaux supplémentaires
sur les plaques, qui dépendent de la cinématique, pour maintenir l’écoulement et empêcher l’écartement des
plaques.

2.4.0.2 Ecoulement de Poiseuille plan.


Si V = 0 et Q 6= 0, l’écoulement est appelé écoulement de Poiseuille plan. On a alors nécessairement a 6= 0.
En changeant de variable dans (2.21), il vient
Z d Z ad+τ0
1
0= τ −1 (ay + τ0 ) dy = τ −1 (u) du
0 a τ0

et comme τ −1 est croissante et impaire on doit avoir nécessairement:

ad + τ0 = −τ0

et v1 est donc donné par:


Z y Z y− d
d 2
v1 (y) = τ −1 (a(u − )) du = τ −1 (au) du
0 2 −d
2

Puisque τ −1 est continue, strictement croissante et impaire, v1 est convexe et négative ou concave et positive,
selon que a > 0 ou a < 0, symétrique par rapport à d2 et |v1 | est maximale en y = d2 . La pression motrice chute
donc dans la direction de la vitesse. Notons que changer a en −a revient à changer Q en −Q et v 1 en −v1 .
Quitte à changer Ox en son opposé on peut donc supposer que a < 0 et Q > 0. L’allure de v 1 est alors celle
de la figure 2.3. Après intégration par parties et changement de variable, par:
Z d Z ad Z ad
1 2 ad
Q= v(y) dy = [ad τ −1 (u) du − yτ −1 (y − ) dy]
0 a2 − ad
2 0 2

Comme τ est impaire, la première intégrale est nulle et il reste après changement de variable:
Z ad
1 2 ad −1
Q=− 2 (y + )τ (y) dy
a − ad
2
2
42 CHAPITRE 2. ECOULEMENTS VISCOMÉTRIQUES

d
y=
2

O x

Fig. 2.3 – Allure de v1 en écoulement de Poiseuille plan.

Encore une fois, comme τ est impaire, il reste:


Z ad
1 2
Q=− yτ −1 (y) dy
a2 − ad
2

et finalement, comme la fonction sous le signe somme est paire et que a < 0, on a:
Z −ad
2 2
Q= yτ −1 (y) dy
a2 0

Pour une loi puissance, par exemple, on a donc:


 1
nd2 −d ∂ p̂ n
Q= (2.25)
4n + 2 2K ∂x

2.4.0.3 Ecoulements de Couette-Poiseuille.


Tous les autres écoulements, pour lesquels la pression motrice varie le long de l’axe Ox et V 6= 0, sont
appelés Écoulements de Couette-Poiseuille. Pour ceux-ci, le taux de cisaillement est donné par:
v10 (y) = τ −1 (ay + τ0 )
Or, comme τ est strictement croissante, il en résulte que v10 est soit strictement croissante soit strictement
décroissante - par composition - selon que a > 0 ou a < 0. On en déduit que v 1 est strictement convexe
ou strictement concave selon que a > 0 ou a < 0. Si a < 0, v1 est concave et, par intégration, le débit est
donc strictement supérieur au débit de l’écoulement de Couette. Le taux de cisaillement v 10 (0) sur la plaque
inférieure est nécessairement positif. Si |a| est assez grand, le taux de cisaillement sur la plaque supérieure
v10 (d) devient négatif et la vitesse atteint un maximum v1max > V dans l’écoulement. La vitesse en tout point
de l’écoulement est dans le même sens que V.
Si a > 0, v1 est convexe et le débit est donc strictement inférieur au débit de l’écoulement de Couette. Le
taux de cisaillement v10 (d) sur la plaque supérieure est nécessairement positif. Si |a| est assez grand, le taux de
cisaillement sur la plaque inférieure v10 (0) devient négatif et la vitesse atteint un minimum v1min < 0: il s’établit
alors au voisinage de la plaque inférieure un écoulement dans le sens inverse de V.

2.5 Écoulements Hélicoïdaux


2.5.1 Définition
Définition 2.3 (Ecoulement Hélicoïdal.) On dit que le mouvement d’un milieu continu est hélicoïdal
si il existe un système de coordonnées cylindriques d’axe (O,k) tel qu’en chaque point M (r,θ,z) le champ de
2.5. ÉCOULEMENTS HÉLICOÏDAUX 43

vitesse Eulérien soit donné par:


v(M,t) = rω(r)eθ + u(r)ez

∂M 1 ∂M ∂M
er = eθ = ez = =k
∂r r ∂θ ∂z
est la base locale orthonormée des coordonnées cylindriques en M .

On notera qu’un écoulement hélicoïdal est un écoulement stationnaire isovolume. On peut, de plus, préciser
le taux de cisaillement absolu, γ̇ ≥ 0, directement. En effet, la matrice de ∇ v dans la base (er ,eθ ,ez ) s’obtient
immédiatement à partir des rappels donnés en cinématique. Il vient:
 
0 −ω(r) 0
∇v](er ,eθ ,ez ) = ω(r) + rω 0 (r)
[∇ 0 0
u0 (r) 0 0

et donc: 2D : D = r 2 ω 0 (r)2 + u0 (r)2 . Ainsi, le taux de cisaillement absolu γ̇ est donné par:

γ̇ 2 = r2 ω 0 (r)2 + u0 (r)2

I Proposition 2.5 Un écoulement hélicoïdal est un écoulement viscométrique.

Pour le voir, déterminons les trajectoires des particules, c’est à dire le mouvement relatif. Soit donc M (r,θ,z)
la position d’une particule à l’instant t et M̃ (r̃,θ̃,z̃) la position de cette même particule à un instant τ . c’est à
dire:
M̃ = χt (M,τ )
On a immédiatement, vu l’expression de la vitesse:

r̃ = r θ̃ = θ + ω(r)(τ − t) z̃ = z + u(r)(τ − t)

Les trajectoires sont donc des hélices circulaires, d’où le nom de l’écoulement.
Posons s = t − τ et désignons par R(s) la rotation d’axe k = ez et d’angle −ω(r)s. Si (er ,eθ ,ez ) est la base
locale en M (r,θ,z) et (e˜r ,e˜θ ,e˜z ) celle en M̃ (r̃,θ̃,z̃), on a alors

e˜r = R(s) · er e˜θ = R(s) · eθ e˜z = R(s) · ez

Désignons par O l’origine des coordonnées. On a:


−−→
OM̃ = r̃ e˜r + z̃ e˜z
= R(s) · [rer + zez − su(r)ez ]
−−→
= R(s) · [OM − su(r)ez ]

A s fixé, R(s) ne dépend que de r et, comme pour le cas des mouvements rigidifiants, on a:

∂R(s) T
∀u : · R(s) · u = −sω 0 (r)ez ∧ u
∂r
D’où:
∂ −−→
∇ χt (M,τ ) · er = {R(s) · [OM − su(r)ez ]}
∂r
∂R(s) −−→
= · [OM − su(r)ez ] + R(s) · [er − su0 (r)ez ]
∂r
∂R(s) T −−→
= · R(s) · OM̃ + R(s) · [er − su0 (r)ez ]
∂r
= −sω 0 (r)ez ∧ (re˜r ) + R(s) · [er − su0 (r)ez ]
= −rsω 0 (r)e˜θ + R(s) · [er − su0 (r)ez ]
= R(s) · [er − rsω 0 (r)eθ − su0 (r)ez ]
44 CHAPITRE 2. ECOULEMENTS VISCOMÉTRIQUES

Les dérivées dans les deux autres directions sont immédiates:


1 ∂ −−→
∇ χt (M,τ ) · eθ = {R(s) · [OM − su(r)ez ]} = R(s) · eθ
r ∂θ
∂ −−→
∇ χt (M,τ ) · ez = {R(s) · [OM − su(r)ez ]} = R(s) · ez
∂z
Finalement, on a donc:
Ft (M,t − s) = R(s) · [Id − sM]
où M est l’endomorphisme:
M = rω 0 (r)eθ ⊗ er + u0 (r)ez ⊗ er
dont la matrice sur la base (er ,eθ ,ez ) est:
 
0 0 0
[M] =  rω 0
(r) 0 0
u0 (r) 0 0

M est évidement nilpotent d’ordre inférieur ou égal à 2 et l’écoulement est viscométrique.


On construit alors une base orthonormée B où M à la forme (2.4), comme dans la preuve de la proposition
(2.2). Posons: p √
χ = r2 ω 0 (r)2 + u0 (r)2 = M : M
et considérons la base orthonormée:
1 1 0
e1 = [rω 0 (r)eθ + u0 (r)ez ] e2 = e r e3 = [u (r)eθ − rω 0 (r)ez ] (2.26)
χ χ
La matrice de M sur cette base est:  
0 χ 0
[M](e1 ,e2 ,e3 ) = 0 0 0
0 0 0
qui est bien de la forme voulue. On notera, ce qui n’est pas intuitivement évident, que la direction de cisaille-
ment, e1 , n’est en général pas la direction de la vitesse, contrairement au cas de l’écoulement de cisaillement
simple.

2.5.2 Étude dynamique locale.


I Proposition 2.6 Un écoulement hélicoïdal est toujours localement mécaniquement admissible pour tout
fluide simple incompressible et non thermodépendant quand les forces extérieures dérivent d’un potentiel.

Pour établir la proposition on va montrer que l’on peut résoudre les équations du mouvement. Notons que,
vu l’expression de v, on a:
D
v = −ω 2 rer
Dt
Soit φ le potentiel des forces extérieures. Il faut donc montrer qu’au voisinage de chaque point M on peut
trouver p tel que sur ce voisinage on ait:

div(ττ ) − ∇ (p + ρφ) = −ω 2 rer

Dans la base de coordonnées cylindriques, la matrice de τ est:


 
τrr τrθ τrz
[ττ ](er ,eθ ,ez ) = τrθ τθθ τzθ 
τrz τzθ τzz

et celle dans la base (e1 ,e2 ,e3 ) définie par les relations (2.26) est:
 
τ11 τ12 0
[ττ ](e1 ,e2 ,e3 ) = τ12 τ22 0 
0 0 τ33
2.5. ÉCOULEMENTS HÉLICOÏDAUX 45

Désignons par P la matrice de passage:


 
0 rω 0 u0
1
P= χ 0 0 
χ
0 u0 −rω 0

Elle est orthogonale et on a donc: P−1 =T P, de sorte que l’on a:

[ττ ](er ,eθ ,ez ) =T P · [ττ ](e1 ,e2 ,e3 ) · P

Soit, après calculs:


 1 0 1 0

τ22 χ rω τ12 χ u τ12
 1 rω 0 τ 1 2 0 2 0 2 ru0 ω 0
− τ33 ) 
[ττ ](er ,eθ ,ez ) = χ 12 χ2 [r (ω ) τ11 + (u ) τ33 ] χ2 (τ11 
1 0 ru0 ω 0 1 0 2
χ u τ 12 χ2 (τ11 − τ33 )
2
χ2 [r (ω ) τ33 + (u0 )2 τ11 ]

D’où les expressions: 


 N2 (χ) − N1 (χ)

 τrr =

 3



 2N1 (χ) + N2 (χ) (u0 )2

 τθθ = − 2 (N1 (χ) + N2 (χ))

 3 χ





 2N 1 (χ) + N 2 (χ) r 2
(ω 0 )2

 τzz = − (N1 (χ) + N2 (χ))
3 χ2
(2.27)

 ru0 ω 0

 τzθ = (N1 (χ) + N2 (χ))

 χ2



 rω 0

 τ = τ (χ)

 rθ
χ





 u0
 τrz = τ (χ)
χ
Comme χ ne dépend que de r, les composantes de τ sur la base (er ,eθ ,ez ) ne dépendent donc que de r. En
coordonnées cylindriques, vu l’expression de la divergence d’un tenseur symétrique, le bilan de quantité de
mouvement se réduit donc aux trois équations scalaires:
∂ 1 ∂
(τrr ) + (τrr − τθθ ) + ρω 2 r = (p + ρφ) (2.28)
∂r r ∂r
1 ∂ 2 ∂
(r τrθ ) = (p + ρφ) (2.29)
r ∂r ∂θ
1 ∂ ∂
(rτrz ) = (p + ρφ) (2.30)
r ∂r ∂z
∂ ∂
L’équation (2.28) montre que ∂r (p + ρφ) ne peut dépendre que de r. Par suite, ∂θ (p + ρφ) ne doit pas dépendre
de r. Or le membre de gauche de (2.29) ne dépend que de r. Par suite cette équation ne peut être satisfaite
que si et seulement si il existe une constante c telle que:

(p + ρφ) = c
∂θ
Dans ces conditions l’équation (2.29) ne peut être satisfaite que si et seulement si il existe une constante d
telle que:
c d
τrθ = + 2
2 r
de la même manière, l’équation (2.30) ne peut être satisfaite que si et seulement si il existe une constante a
telle que:

(p + ρφ) = a
∂z
Par suite, il doit exister une constante b telle que:
ar b
τrz = +
2 r
46 CHAPITRE 2. ECOULEMENTS VISCOMÉTRIQUES

Les constantes (a,b,c,d) étant fixées, vu les expressions de τrz et τrθ , u0 et ω 0 sont solutions du système:

u0 ar b
τ (χ) = +
χ 2 r
rω 0 c d
τ (χ) = +
χ 2 r2

Comme χ ≥ 0, on en déduit:
r
ar b c d
τ (χ) = ( + )2 + ( + 2 )2
2 r 2 r
et finalement:
ar b r 
0 2 + r −1 ar b c d
u (r) = q τ ( + )2 + ( + 2 )2
( ar b 2 c d 2 2 r 2 r
2 + r) + (2 + r2 )
c d r 
0 2 + r2 −1 ar b c d
rω (r) = q τ ( + )2 + ( + 2 )2
( ar b 2 c d 2 2 r 2 r
2 + r) + (2 + r2 )

d’où l’on déduit u et ω, comme primitives de u0 et ω 0 , par quadrature. Au voisinage d’un point M pour lequel
r = R0 6= 0, on a:
Z r
u(r) = u(R0 ) + u0 (s) ds
R
Z r0
ω(r) = ω(R0 ) + ω 0 (s) ds
R0

Ainsi, les constantes (a,b,c,d,u(R0 ),ω(R0 )) étant fixées, la vitesse est complètement déterminée. Vu les expres-
sions de τrr et τθθ , on a:

(u0 )2 N2 + (rω 0 )2 N1
τrr − τθθ =
χ2
( 2c + rd2 )2 N1 (χ) + ( ar b 2
2 + r ) N2 (χ)
=
( ar b 2 c
2 + r) + (2 +
d 2
r2 )

On peut alors introduire la fonction f , qui est bien définie au voisinage de R 0 , en posant:

τrr − τθθ
f (r) = + ρω 2 r
r

f est complètement déterminée par la donnée de (a,b,c,d,ω(R0 )). On en déduit que la pression motrice est, à
une constante près, nécessairement donnée par:
Z r
N2 (χ) − N1 (χ)
p + ρφ = az + cθ + f (s) ds + (2.31)
R0 3

Réciproquement si on se fixe (a,b,c,d,u(R0 ),ω(R0 )) il est facile de voir que la vitesse v et la pression p ainsi
déterminée sont solution des équations de bilan local (2.28, 2.29, 2.30). La proposition est établie.
Pour que, dans une géométrie expérimentale donnée, un écoulement hélicoïdal soit mécaniquement admis-
sible il suffira alors de montrer que l’on peut déterminer les constantes avec les conditions limites.

2.5.3 Écoulements unidirectionnels en conduite.


On s’intéresse à des écoulements hélicoïdaux pour lesquels la vitesse de rotation ω est partout nulle. Vu
l’expression de ω 0 cette situation ne peut avoir lieu que si et seulement si c = d = 0. Dans ces conditions, le
taux de cisaillement absolu est donc: γ̇ = |u0 (r)|.
2.5. ÉCOULEMENTS HÉLICOÏDAUX 47

2.5.3.1 Écoulement de Poiseuille en conduite de section circulaire


On cherche à imposer l’écoulement dans une conduite de section circulaire de rayon R. Prenons comme axe
des coordonnées cylindriques l’axe de la conduite. Pour que le taux de cisaillement reste borné au centre on
doit avoir b = 0. Dans ces conditions, quel que soit le signe de a, on a:
ar
u0 (r) = τ −1 ( )
2
0
N2 (u (r))
f (r) =
r
La pression est donnée, à une constante près, par:
Z r
N2 (u0 (s)) N2 (u0 (r)) − N1 (u0 (r))
p + ρφ = az + ds + (2.32)
0 s 3
Le paramètre a est donc le taux de variation de la pression motrice dans la direction de l’axe. Notons que u(R)
est la vitesse de la paroi de la canalisation.

Loi de débit. principe du viscosimètre capillaire. On se place dans le cas où u(R) = 0 (canalisation
immobile) et on oriente l’axe Oz pour que a < 0. Le débit volumique est:
Z Z R
ax
Q= u ds avec u(r) = − τ −1 ( ) dx
S r 2
et on a Q > 0. On intégre par parties et il vient:
Z R
ar
Q = −π r2 τ −1 ( ) dr
0 2
Soit: Z aR
8π 2
Q=− x2 τ −1 (x) dx (2.33)
a3 0
R aR
A r fixé, Q ne dépend donc que de a. On a: a3 Q(a) = −8π 0
2
x2 τ −1 (x) dx. En dérivant, il vient:

d[a3 Q(a)] aR
) = −πa2 R3 τ −1 ( )
da 2
d’où:
1 d[a3 Q(a)] aR
τ( )=−
πa2 R3 da 2
Ainsi, en relevant la courbe Q(a), on peut en principe en déduire la fonction de cisaillement τ : c’est le principe
du viscosimètre capillaire.
Note Pour un fluide d’Oswald-DeWaëlle en loi puissance, on a: τ (x) = Kxn . D’où:
nπR3 −R ∂ p̂ 1/n
Q= ( )
3n + 1 2K ∂z
où l’axe Oz est orienté dans le sens de la vitesse débitante.

2.5.3.2 Écoulement unidirectionnel entre cylindres coaxiaux.


On cherche à imposer l’écoulement entre deux cylindres coaxiaux de rayons R 2 > R1 et on prend comme
axe des coordonnées cylindriques l’axe des cylindres. On suppose que les cylindres sont en translation uniforme
le long de leur axe aux vitesses respectives U1 et U2 , on pose ∆U = U2 − U1 et on se place dans le référentiel
lié au cylindre intérieur. On doit donc vérifier les conditions limites:

u(R1 ) = 0 u(R2 ) = ∆U

On a, comme ci-dessus, d = c = 0. La vitesse u est donnée par:


Z r
as b
u(r) = τ −1 ( + ) ds
R1 2 s
48 CHAPITRE 2. ECOULEMENTS VISCOMÉTRIQUES

Les paramètre a,b doivent donc vérifier la condition:


Z R2
as b
τ −1 ( + ) ds = ∆U (2.34)
R1 2 s

La pression est encore donnée par la relation (2.32) et on voit donc que le paramètre a est le taux de variation
de la pression motrice le long de l’axe Oz:
∆p̂
a=
L
Le débit dans une section droite est alors donné par:
Z R2 Z r
as b
2π r τ −1 ( + ) ds dr = Q (2.35)
R1 R1 2 s

2.5.4 Écoulements de Couette entre cylindres coaxiaux.


On s’intéresse à des écoulements hélicoïdaux pour lesquels la vitesse de translation u est partout nulle. Vu
l’expression de u0 cette situation ne peut avoir lieu que si et seulement si a = b = 0. Dans ces conditions, le taux
de cisaillement absolu est donc: γ̇ = |rω 0 (r)|. On cherche alors à imposer l’écoulement entre deux cylindres
coaxiaux de rayons R2 > R1 et on prend comme axe des coordonnées cylindriques l’axe des cylindres. Pour
que la pression soit continue, on doit alors avoir c = 0. Dans ces conditions, si Ω 1 = ω(R1 ) et Ω2 = ω(R2 ) sont
les vitesses de rotation des cylindres, la vitesse ω est donnée par:
Z r
1 −1 d
ω(r) = Ω1 + τ ( 2 ) ds
R1 s s

de sorte que le paramètre d est complètement déterminé par la relation:


Z R2
1 −1 d
τ ( 2 ) dr = Ω2 − Ω1
R1 r r

La pression est alors donnée par:


Z r
N2 (rω 0 (r)) − N1 (rω 0 (r)) N1 (sω 0 (s))
p + ρφ = + [ + ρsω 2 (s)] ds (2.36)
3 R1 s

Cet écoulement est l’écoulement de Couette entre cylindres coaxiaux. Contrairement à l’écoulement de Couette
plan, le taux de cisaillement n’est pas constant.
On vérifie alors facilement que le couple par unité de hauteur exercé par le fluide sur le cylindre intérieur
est C = 2πdez .
On vérifie également que quand l’espace annulaire réduit  = R2R−R
1
1
tend vers 0, à l’ordre principal en  la
vitesse est celle d’un écoulement de Couette plan entre plaques parallèles.

2.5.4.1 Principe du viscosimètre de Couette


Il s’agit d’un dispositif destiné à mesurer la fonction de cisaillement d’un fluide simple en écoulement entre
deux cylindres coaxiaux. On admet que l’écoulement est un écoulement de Couette obtenu en maintenant le
cylindre intérieur fixe et en imposant une vitesse de rotation constante au cylindre extérieur. Par un dispositif
de torsion approprié on mesure alors le couple qu’il est nécessaire d’appliquer au cylindre intérieur pour le
maintenir immobile. Ce couple par unité de hauteur est donné en module par: |C| = 2π|d|. Posons Ω = |Ω 2 |.
On a: Z R2
1 −1 C
Ω= τ ( ) dr
R1 r 2πr2
Effectuons le changement de variable: r = xR2 , il vient:
Z 1
1 −1 C
Ω= τ ( ) dx
R1
R2
x 2πR22 x2
2.5. ÉCOULEMENTS HÉLICOÏDAUX 49

De sorte que l’on a, puisque τ est continue:

R2 − R1 −1 C R2 − R 1
Ω= τ ( ) + o( )
R2 2πR22 R2

Ainsi, en relevant la courbe Ω(C) pour un dispositif où  = R2R−R 2


1
 1 on déduit τ . En pratique, comme ces
dispositifs ont des cylindres de hauteur finie, l’écoulement n’est pas rigoureusement un écoulement de Couette,
il en est toutefois proche quand le rapport d’aspect est petit.

2.5.5 Écoulements de Couette-Poiseuille entre cylindres coaxiaux


On s’intéresse à un écoulement hélicoïdal général pour lesquels les vitesses de translation et de rotation sont
quelconques et on cherche à imposer l’écoulement entre deux cylindres coaxiaux de rayons R 2 > R1 . On prend
comme axe des coordonnées cylindriques l’axe des cylindres. Pour que la pression soit continue, on doit encore
avoir c = 0. Soient Ω1 = ω(R2 ),Ω2 = ω(R2 ) les vitesses de rotation des cylindres, et U1 = u(R1 ),U2 = u(R2 )
leurs vitesses de translation. On pose: ∆Ω = Ω2 − Ω1 , ∆U = U2 − U1 . On se place dans le référentiel lié au
mouvement de translation du cylindre intérieur et on désigne par Q le débit dans une section droite. On doit
avoir:
Z R2
1 −1 d
∆Ω = τ ( 2 ) ds
R1 r r
Z R2
as b
∆U = τ −1 ( + ) ds (2.37)
R1 2 s
Z R2 Z r
as b
Q = 2π r τ −1 ( + ) ds dr
R1 R0 2 s
La pression est donnée par l’expression générale (2.31) avec c = 0, de sorte que a est encore le taux de variation
de la pression motrice:
∆p̂
a=
L
Ces relations permettent de déterminer (a,b,d) en fonction des données ( ∆Lp̂ ,∆Ω,∆U ), ou encore (Q,∆Ω,∆U ),
et l’écoulement est ainsi complètement déterminé. Cet écoulement est appelé écoulement de Couette Poiseuille
en conduite annulaire. Il est donc mécaniquement admissible pour tout fluide simple.

2.5.6 Analyse qualitative de l’effet Weissenberg


Un liquide occupe un récipient cylindrique d’axe vertical où est immergé une tige cylindrique de même
axe, la frontière libre supérieure du liquide est en contact avec l’air ambiant à la pression atmosphérique p atm
constante. On met le fluide en mouvement en faisant tourner cette tige à vitesse constante autour de son axe.
Pour un liquide Newtonien, comme l’eau, on observe un creusement de la frontière libre du fluide au voisinage
de la tige. A l’inverse, pour certains fluides Non Newtoniens comme une solution de Polyacrylamide dans de
la glycérine, le fluide "monte" le long de la tige.
L’analyse qui suit est celle de A. S. Lodge 3 . On va, en première approximation, supposer que l’écoulement
est un écoulement de Couette entre cylindres concentriques de rayons R 2  R1 et que la vitesse de rotation
de la tige est suffisamment petite pour que l’on puisse négliger les forces d’inertie dans le bilan de quantité de
mouvement. On cherche donc une vitesse purement azymuthale:
v = ω(r)eθ
solutions des équations du mouvement qui sont donc les équations (2.28-2.30) dans les quelles on néglige le
terme en ρω 2 r. En projection sur l’axe radial, on a donc:
∂ 1 ∂
(τrr ) + (τrr − τθθ ) = (p + ρφ) (2.38)
∂r r ∂r
Ici, φ est le potentiel de la pesanteur et ne dépend que de z. Ainsi, la relation (2.38) s’écrit:
∂ 1
(τrr − p) = − (τrr − τθθ )
∂r r
3 A.S. Lodge, Elastic liquids, Acad. Press (1964).
50 CHAPITRE 2. ECOULEMENTS VISCOMÉTRIQUES

Ou encore, en revenant à σ :
∂ 1
(σrr ) = − (σrr − σθθ )
∂r r
La contrainte qui nous intéresse est σzz . Il vient:
∂ ∂ 1
(σzz ) = (σzz − σrr ) − (σrr − σθθ )
∂r ∂r r
Or, comme l’écoulement est viscométrique on a: σzz − σrr = −N2 (χ) qui ne dépend que de r. Finalement:
∂ N1 dN2
(σzz ) = − (2.39)
∂r r dr
L’analyse de l’écoulement est celle de l’écoulement de Couette que l’on a déjà vue et on en déduit qu’il doit
exister une constante d telle que:
d
τrθ = 2
r
La vitesse de rotation ω est donnée par:
Z r
1 −1 d
ω(r) = Ω + τ ( 2 ) ds
R1 s s
où Ω est la vitesse de rotation de la tige. Ainsi, d est donnée par:
Z R2
1 −1 d
Ω=− τ ( 2 ) ds
R1 s s

La pression motrice est donc donnée par la relation (2.36) dans laquelle on néglige le terme d’inertie. Quitte
à changer le sens de l’axe Oz on peut supposer que la vitesse de rotation Ω est négative de sorte que d > 0.
Dans ces conditions on a donc:
2Ln(r) = −Ln(τrθ ) + Cste
Or: τrθ = τ (γ̇) et donc, en différentiant, il vient:
dr r dLn(τ )
=−
dγ̇ 2γ̇ dLn(γ̇)
En changeant de variable dans l’équation 2.39 on obtient:
∂ N1 dN2 2γ̇ Γ(γ̇)
(σzz ) = + = (2.40)
∂r r dγ̇ r dLn(τ ) r
dLn(γ̇)

où la fonction Γ est définie sur R+ par:


dN2 2γ̇
Γ(γ̇) = N1 + dLn(τ )
(2.41)
dγ̇
dLn(γ̇)

C’est une fonction caractéristique du fluide. A faible vitesse, le taux de cisaillement est petit et on a alors (voir
les développements des fonctions viscométriques à faibles taux de cisaillement):
(0) (0)
Γ(γ̇) ≈ (Ψ1 + 4Ψ2 )γ̇ 2 (2.42)
γ̇→0

En général, Γ est positive pour les fluides viscoélastiques réels à faibles taux de cisaillement.
On néglige la tension superficielle à la frontière libre et on oriente l’axe Oz du liquide vers l’air, ce qui n’a

pas d’influence sur le signe de ∂r (σzz ) qui est paire en taux de cisaillement. La vitesse normale sur la frontière
libre est nulle et le saut de quantité de mouvement se réduit à:

σ2 − σ 1) · n = 0

où σ 2 est le tenseur des contraintes dans le liquide et σ1 = −patm Id est le tenseur des contraintes dans l’air
ambiant et n est la normale unitaire à l’interface orientée 2 → 1. Si la frontière libre était plate: n = e z , la
condition de saut s’écrirait:
σzz = −patm σrz = σθz = 0
2.5. ÉCOULEMENTS HÉLICOÏDAUX 51

La seconde condition est automatiquement vérifiée puisqu’ici u0 = 0 mais la première condition ne peut être
vérifiée que si Γ = 0, ce qui n’est en général pas le cas dans les fluides viscoélastiques.
Ainsi, pour les fluides viscoélastiques l’interface ne peut rester plate. Examinons alors la forme de cette
interface. Au repos elle est plane. On peut donc supposer qu’à faible vitesse de rotation la normale s’écarte
peu de la verticale (i.e. ||n − ez ||  1) de sorte que le saut des efforts normaux sur l’interface est donné, en
première approximation, par:
F ≈ −(σzz + patm )ez = F ez
qui représente la force normale nette, par unité de surface, exercée sur la surface libre par les deux fluides 4 .
Assez loin du cylindre intérieur, comme R2  R1 , l’interface est plate
R1 et on a donc: F ≈ 0. Si Γ > 0, F est décroissante et elle est donc positive au
air voisinage du cylindre intérieur et a alors tendance à "soulever" la frontière
R2
libre: c’est l’effet "Weissenberg" observé expérimentalement. Inversement si
Γ < 0, la frontière libre aurait tendance a se creuser au voisinage du cylindre
intérieur.

Pour un fluide purement visqueux, N1 = N2 = 0, et on a ∂r (σzz ) = 0
liquide ce qui est compatible avec une frontière libre plate. En réalité, la frontière
n’est pas rigoureusement plate mais se creuse au voisinage de la tige. Cette
Fig. 2.4 – Γ > 0 déformation de la frontière est due à la force centrifuge que l’on a négligée
dans l’analyse.

Exercice 2.5.1 En négligeant la tension superficielle mais en tenant compte de l’inertie, déterminer une
forme approchée de la surface libre entre les cylindres pour un liquide Newtonien .

2.5.7 Analyse qualitative de l’élargissement d’un jet libre.


Lors de l’extrusion de polymères fondus on observe en
général un gonflement du jet en sortie de buse. On va, en
première approximation, supposer que l’écoulement est un
écoulement de Poiseuille dans une canalisation cylindrique
z
verticale de rayon R. On admet que l’écoulement reste un
0 g écoulement de Poiseuille jusqu’au bord de la buse à la côte
z = 0 et on néglige la tension superficielle à la frontière
libre du jet. La contrainte qui nous intéresse est σrr en
z = 0 et r = R. D’après les relations (2.27), σrr est donnée
Fig. 2.5 – Jet Libre. à l’intérieur de la canalisation par:

N2 (χ) − N1 (χ)
σrr = −p + (2.43)
3
La pression est donnée par la relation (2.32) et il vient (ici φ = −gz vu l’orientation de l’axe Oz):
Z r
N2 (u0 (s))
σrr = −ρgz − az − ds + Cste (2.44)
0 s

où a est le taux de variation de la pression motrice le long de l’axe Oz et Cste une constante à déterminer.
Pour déterminer cette constante, on va effectuer un bilan des forces de contact sur la section z = 0. Il nous
faut donc déterminer le tenseur des contraintes dans le jet.
La vitesse normale sur la frontière libre est nulle et le saut de quantité de mouvement en un point de la
frontière du jet se réduit à:
σ2 − σ 1) · n = 0

où σ 2 est le tenseur des contraintes dans le liquide et σ 1 = −patm Id est le tenseur des contraintes dans l’air
ambiant.
Admettons que la section du jet varie lentement au voisinage de z = 0+ de sorte que la normale extérieure
à la frontière libre soit n ≈ er . La condition de saut s’écrit en r = R:

σrr |r=R = −patm σrz |r=R = σrθ |r=R = 0


4 Ou, si l’on veut, −F est la force qu’il faudrait exercer sur la surface pour la maintenir plate.
52 CHAPITRE 2. ECOULEMENTS VISCOMÉTRIQUES

En admettant que dans le jet l’écoulement reste approximativement un écoulement de Poiseuille, la condition
σrz |r=R = 0 implique que u0 est nul partout dans la section du jet: il n’y a plus de variation de pression motrice
dans le jet et, par suite, σ se réduit à la pression atmosphérique dans le jet. Effectuons alors un bilan des forces
de contact agissant de part et d’autre de la section z = 0, il vient (loi d’action-réaction):
Z R
−patm πR2 = 2π rσzz |z=0 dr
0

Or, en écoulement de Poiseuille on a d’après (2.27):


2N1 (χ) + N2 (χ)
σzz = −p + (2.45)
3
Soit, vu l’expression de p: Z r
N2 (u0 (s))
σzz |z=0 = N1 − ds + Cste (2.46)
0 s
D’où: Z Z Z
R R R
N2
2π rσzz |z=0 dr = π r(2N1 + N2 ) dr − πR2 dr + πR2 Cste
0 0 0 r
En identifiant et en reportant dans (2.44), il vient finalement:
Z R
1
σrr |r=R,z=0 = −patm − 2 r(2N1 + N2 ) dr
R 0
Ainsi, la force normale nette par unité de surface exercée sur le bord du jet au voisinage de l’entrée est:
Z R
1
F = −(σrr |r=R,z=0 + patm )er = 2 ( r(2N1 + N2 ) dr)er
R 0

Pour un fluide purement visqueux on a N1 = N2 = 0 et donc F = 0 ce qui est compatible avec une variation
RR
lente de la section du jet en sortie de buse. Par contre, si 0 r(2N1 + N2 ) dr 6= 0 on voit alors que la condition
de saut σrr |r=R,z=0 = −patm ne peut pas être satisfaite et que nécessairement on doit avoir une une variation
rapide de la section du jet en z = 0+ . Pour les fluides réels viscoélastiques on a alors, en général, 2N1 + N2 > 0
de sorte qu’en première analyse F est dirigée vers l’extérieur et le jet à tendance à "gonfler" (en anglais : to
swell) en sortie de buse.

2.6 Quelques Écoulements instationnaires


2.6.1 Ecoulement de cisaillement unidirectionnel plan
Supposons qu’il existe un système de coordonnées cartésiennes (x 1 ,x2 ,x3 ) sur E dans lequel à chaque instant
t ∈ R et en chaque point x(x1 ,x2 ,x3 ) le champ de vitesse Eulérien est donné par:

v(x,t) = v(x2 ,t)e1

où (e1 ,e2 ,e3 ) est la base des coordonnées. Cet écoulement est isovolume, puisque div(v) = 0. On peut le visua-
liser comme un écoulement instationnaire unidirectionnel entre deux plaques planes et c’est une généralisation
simple d’un écoulement viscométrique unidirectionnel plan.
On ne se posera pas ici la question de savoir si un tel écoulement est mécaniquement admissible et on va
plutôt s’intéresser à la forme de la loi de comportement d’un fluide simple dans cet écoulement. Le taux de
cisaillement absolu est:
∂v
γ̇ = | (x2 ,t)|
∂x2
et il est naturel d’appeler "taux de cisaillement algébrique" au point M à l’instant t, la quantité:
∂v
χ(x,t) = (x2 ,t)
∂x2
Comme dans le cas de l’écoulement de cisaillement simple il est facile de déterminer les trajectoires et on
en déduit que:
∀s ∈ R : Ft (x,t − s) = Id + M(x,t,t − s)
2.6. QUELQUES ÉCOULEMENTS INSTATIONNAIRES 53

où M est un endomorphisme nilpotent, dont la matrice sur la base B est:


 R t−s 
0 t χ(x,u) du 0
[M]B = 0 0 0 (2.47)
0 0 0

Le tenseur des contraintes de Cauchy, ou son déviateur si le milieu est incompressible, sont donnés par:

τ (ou σ ) = F (Id + M(x,t,t − s))


s≥0

En conséquence, il existe une fonctionnelle G telle que:

F (Id + M(x,t,t − s)) = G (M(x,t,t − s))


s≥0 s≥0

Si on désigne par Q la réflexion sur le plan (e1 ,e3 ) le principe d’objectivité matérielle donne, comme pour
l’écoulement viscométrique:

Q · G (M(x,t,t − s)) ·T Q = G (M(x,t,t − s))


s≥0 s≥0

D’où l’on déduit, comme pour un écoulement viscométrique, que les composantes τ 13 et τ23 du déviateur des
contraintes sur B sont nulles. En conséquence, il existe trois fonctionnelles τ ,N1 ,N2 telles que 5 :
s≥0 s≥0 s≥0

τ12 (M,t) = τ (χ(x,t − s))


s≥0

τ11 (M,t) − τ22 (M,t) = N1 (χ(x,t − s)) (2.48)


s≥0

τ22 (M,t) − τ33 (M,t) = N2 (χ(x,t − s))


s≥0

Ces fonctionnelles dépendent à priori de la base B. Mais, comme pour un écoulement viscométrique, il est
facile de montrer qu’elles ne dépendent pas de B et elles sont donc caractéristique du fluide. En particulier,
la fonctionnelle τ est appelée "fonctionnelle de cisaillement" elle donne donc la contrainte de cisaillement en
s≥0
fonction de l’histoire passée du taux de cisaillement de la particule considérée.
On a bien sûr, si s 7→ χ(M,t − s) = χ est constante:

τ (χ(M,t − s)) = τ (χ)


s≥0

N1 (χ(M,t − s)) = N1 (χ) (2.49)


s≥0

N2 (χ(M,t − s)) = N2 (χ)


s≥0

puisqu’alors on retrouve un écoulement viscométrique. Le lecteur pourra vérifier que τ est impaire et que N1
s≥0 s≥0
et N2 sont paires. Notons que ces fonctionnelles sont des fonctions de la température θ(x,t) et éventuellement
s≥0
de la densité ρ(x,t) si le fluide est compressible.
On va voir que, comme dans le cas des écoulements viscométriques, ces fonctionnelles ont un caractère
universel dans le sens où elles caractérisent le comportement du fluide dans une classe d’écoulements qui ne se
réduit pas aux seuls écoulements unidirectionnels plans. Contrairement au cas des écoulements viscométriques
on ne cherchera pas ici à être exhaustif et on va seulement examiner deux cas d’importance pratique.

2.6.2 Ecoulement unidirectionnel en conduite de section circulaire


Supposons qu’il existe un système de coordonnées cylindriques d’axe (O,k) tel qu’en chaque point x(r,θ,z)
le champ de vitesse Eulérien soit donné par:

v(x,t) = u(r,t)ez
5 En principe, on devrait également indiquer que ces fonctionelles sont des fonctions de t, mais on sait d’après le principe

d’objectivité qu’il n’en est rien.


54 CHAPITRE 2. ECOULEMENTS VISCOMÉTRIQUES


∂x 1 ∂x ∂x
er = eθ = ez = =k
∂r r ∂θ ∂z
est la base locale orthonormée des coordonnées cylindriques en x. On peut interpréter cet écoulement comme
un écoulement de Poiseuille instationnaire en conduite cylindrique circulaire. Cet écoulement est isovolume.
On définit le taux de cisaillement algébrique par:
∂u
χ(x,t) = (r,t)
∂r
Les trajectoires sont des droites et on en déduit facilement que:

∀s ∈ R : Ft (x,t − s) = Id + M(x,t,t − s)

où M est un endomorphisme nilpotent, dont la matrice sur la base B = (e z ,er ,eθ ) est:
 R t−s 
0 t χ(x,u) du 0
[M]B = 0 0 0 (2.50)
0 0 0
On retrouve la forme précédente et on en déduit que τrθ = τzθ = 0 et que:
τrz (M,t) = τ (χ(x,t − s))
s≥0

τzz (M,t) − τrr (M,t) = N1 (χ(x,t − s)) (2.51)


s≥0

τrr (M,t) − τθθ (M,t) = N2 (χ(x,t − s))


s≥0

où les fonctionnelles sont celles introduites précédemment.

2.6.3 Ecoulement de Couette instationnaire entre cylindres concentriques


Supposons qu’il existe un système de coordonnées cylindriques d’axe (O,k) tel qu’en chaque point x(r,θ,z)
le champ de vitesse Eulérien soit donné par:

v(x,t) = rω(r,t)eθ

On peut interpréter cet écoulement comme un écoulement de Couette instationnaire entre deux cylindres
circulaires coaxiaux. Cet écoulement est encore isovolume. On définit le taux de cisaillement algébrique par:

χ(x,t) = r ω(r,t)
∂r
Les trajectoires sont des cercles et il est facile, comme dans le cas de l’écoulement hélicoïdal de vérifier que:

Ft (x,t − s) = R(t,s) · [Id + M(x,t,t − s)]

où M est l’endomorphisme: Z t−s


M=( χ(x,u) du)eθ ⊗ er
t
R t−s
et où R(t,s) est la rotation d’angle t
ω(r,u) du autour de Oz. Le principe d’objectivité matérielle implique:

F (R(t,s) · [Id + M(x,t,t − s)]) = F (Id + M(x,t,t − s))


s≥0 s≥0

et finalement, on en déduit comme pour cas de l’écoulement plan, que τrz et τzθ sont nuls et que:
τrθ (M,t) = τ (χ(x,t − s))
s≥0

τθθ (M,t) − τrr (M,t) = N1 (χ(x,t − s)) (2.52)


s≥0

τrr (M,t) − τzz (M,t) = N2 (χ(x,t − s))


s≥0

où les fonctionnelles sont encore celles introduites précédemment.


2.7. LE RHÉOMÈTRE À DISQUES PARALLÈLES 55

Interface air-liquide
h

O R

Fig. 2.6 – Schéma de principe du rhéomètre à disques parallèles.

2.7 Un écoulement quasiviscométrique: le viscosimètre à disques pa-


rallèles
On considère l’écoulement stationnaire et isotherme d’un fluide simple incompressible non thermodépendant
situé entre deux disques circulaires de même rayon R, écartés d’une distance h et dont les centres sont alignés sur
une même verticale Oz, où O est le centre du disque inférieur. Ce dernier tourne à la vitesse angulaire constante
Ω autour de Oz alors que le disque supérieur est maintenu immobile par un dispositif de torsion. On oriente
l’axe Oz dans le sens inverse de la pesanteur et on se place en coordonnées cylindriques d’axe Oz. Le dispositif
est plongé dans l’air ambiant. On va faire une analyse simplifiée où on admet, en première approximation, que
l’interface air-liquide est cylindrique et que le liquide occupe le domaine 0 ≤ z ≤ h; 0 ≤ r ≤ R. On néglige la
tension superficielle air-liquide.
Vu la symétrie de révolution, admettons que l’écoulement soit laminaire et que le champ des vitesses
Eulérien soit azymuthal, de la forme:
v = rω(z)eθ
Alors, si x(R,Θ,Z) désigne la position à un instant t d’une particule, la position de cette même particule à
l’instant τ est y(r,θ,z), avec:
r=R θ = Θ + (τ − t)ω(Z) z=Z
On note respectivement (eR ,eΘ ,eZ ) et (er ,eθ ,ez ) les bases de coordonnées cylindriques en x et en y. On en
déduit:
Ft (x,τ ) = R · [Id + (τ − t)Rω 0 (Z)eΘ ⊗ eZ ]
où R désigne la rotation d’angle (τ − t)ω(Z) autour de Oz. En posant M = Rω 0 (Z)eΘ ⊗ eZ . La matrice de
M dans la base (attention à l’ordre) (eΘ ,eZ ,eR ) est donc:
 
0 Rω 0 (Z) 0
[M](eΘ ,eZ ,eR ) = 0 0 0
0 0 0

Ainsi, l’écoulement considéré est viscométrique.


En projection sur (er ,eθ ,ez ), le bilan de quantité de mouvement se résume à:

 ∂ p̂ 1 ∂rτrr τθθ

 −ρω 2 r = − + −

 ∂r r ∂r r

1 ∂ p̂ ∂τθz
0=− + (2.53)

 r ∂θ ∂z



 ∂ p̂ ∂τ zz
0=− +
∂z ∂z
où p̂ = p + ρgz est la pression motrice que l’on suppose continue dans le domaine de l’écoulement. On déduit

∂ p̂ ∂τθz
= =0
∂θ ∂z
56 CHAPITRE 2. ECOULEMENTS VISCOMÉTRIQUES

et τθz ne dépend donc que de r. Or on sait que τθz = τ (rω 0 (z)). Comme la fonction de cisaillement τ est
inversible, on en déduit que ω 0 (z) n’est fonction que de r, ce qui ne peut avoir lieu que si et seulement si ω 0
est une constante. Finalement ω est de la forme ω(z) = az + b. On détermine a et b par les conditions limites
sur les deux disques et il vient:
z
∀z ∈ [0,h] : ω(z) = Ω(1 − )
h
Il en résulte que le taux de cisaillement ne dépend pas de z et est donné partout dans l’écoulement par:

rΩ
χ=−
h

En pratique on a des h de l’ordre du mm et des R de l’ordre du cm, ce qui permet d’atteindre des taux de
cisaillement "importants" avec des vitesses de rotation "assez petites".

L’écoulement de torsion n’est pas solution exacte des équations du mouvement. En effet, on
a:
N2 (χ) − N1 (χ)
τzz =
3
∂ p̂
et τzz ne dépend pas de z et la troisième équation dans (2.53) donne = 0. Ainsi, p̂ ne peut dépendre
∂z
finalement que de r. Considérons alors la projection du bilan de quantité de mouvement sur l’axe radial (i.e.
la première équation dans (2.53) ):

∂ p̂ 1 ∂rτrr τθθ
−ρω 2 r = − + −
∂r r ∂r r
Le membre de droite ne dépend que de r, puisque p̂, τrr et τθθ ne dépendent que de r. Or le membre de gauche
dépend de z, puisque ω en dépend. Cette relation ne peut donc pas être strictement vérifiée.

Couple visqueux en approximation de Stokes. On se place alors en hypothèse de Stokes et on admet


que l’écoulement de torsion que l’on a déterminé plus haut est une bonne approximation de l’écoulement réel
entre des disques de "petit rayon" (typiquement quelques cms), tant que la vitesse de rotation n’est pas trop
grande 6 . Par un dispositif de torsion approprié on mesure alors le couple qu’il est nécessaire d’appliquer au
disque supérieur pour le maintenir immobile. Dans ces conditions, le couple appliqué par le fluide sur le disque
supérieur est: Z
−−→
C =− OM ∧ (σσ · ez ) ds
disque

et il reste: Z
C = Cez = −( rτθz ds)ez
disque

D’où: Z R
rΩ
C = −2π r2 τ (− ) dr
0 h
et comme τ est impaire, il vient:
Z R
rΩ
C = 2π r2 τ ( ) dr
0 h
En changeant de variable, il vient:
Z RΩ
2πh3 h
C= x2 τ (x) dx (2.54)
Ω3 0

Pour un fluide d’Oswald-DeWaëlle, on a: τ (x) = Kxn . D’où:


 n
2πKR3 RΩ
C= (2.55)
n+3 h
6 L’écoulement azymuthal de torsion est alors une solution exacte des équations locales de Stokes, c’est à dire des équations (2.53)

dans lesquelles on néglige le terme d’inertie en ρω 2 r: la première équation permettant de déterminer p̂.
2.7. LE RHÉOMÈTRE À DISQUES PARALLÈLES 57

De manière générale, pour un dispositif fixé (i.e. R et h), C ne dépend que de Ω. En dérivant par rapport à Ω,
il vient:
1 d RΩ
3 2
(CΩ3 ) = τ ( ) (2.56)
2πR Ω dΩ h
Ainsi, en pratique, on peut déterminer expérimentalement la fonction τ en relevant la courbe C(Ω).

Mesure de contrainte normale en approximation de Stokes. La force nette exercée sur le disque
supérieur 7 est:
Z Z Z
F=− σ + pa Id] · ez ds = −(
[σ (σzz + pa ) ds)ez − τzθ eθ ds
disque disque disque

La seconde intégrale est nulle par symétrie, et il reste:


Z R
F = −2π r(σzz + pa ) dr
0

En négligeant les termes d’inertie, le bilan radial de quantité de mouvement s’écrit:

d τθθ − τrr N1 + N 2
(τrr − p̂) = =
dr r r
Or:
d d d
(τrr − p̂) = (τrr − τzz ) + (τzz − p̂)
dr dr dr
Et, comme p̂ = p + ρgz, il vient:

d d d dN2 d
(τrr − p̂) = (τrr − τzz ) + (σzz ) = − + (σzz )
dr dr dr dr dr
Finalement, il reste:
d dN2 N1 + N 2
(σzz ) = +
dr dr r
Or, en r = 0 on a χ = 0, et donc: N2 |r=0 = N2 (0) = 0. En intégrant, on a:
Z r
N1 + N 2
σzz (r,θ,z) − σzz (0,θ,z) = N2 (χ) + dr
0 r

et en changeant de variable dans l’intégrale, il vient - puisque N1 + N2 est paire:


Z χ
N1 (x) + N2 (x)
σzz (r,θ,z) − σzz (0,θ,z) = N2 (χ) + dx
0 x

D’autre part la condition limite sur le bord latéral (r = R) donne, puisque τ rz = τrθ = 0, en négligeant la
tension superficielle et en admettant que la pression de l’écoulement de Stokes se confond avec la pression
réelle:
σ · er |r=R = σrr er |r=R = −pa er
Comme σzz = N2 + σrr , il vient:
Z χ(R)
N1 (x) + N2 (x)
−pa + N2 (χ(R)) = σzz (R,θ,z) = σzz (0,θ,z) + N2 (χ(R)) + dx
0 x

On élimine donc σzz (0,θ,z) et il reste:


Z χ
N1 (x) + N2 (x)
σzz (r,θ,z) = −pa + N2 (χ) + dx
χ(R) x
7 Il faut ajouter la pression atmosphérique qui agit sur la face externe. On peut également faire la même analyse sur le disque

inférieur. C’est ce dernier qui est en général muni d’un capteur à membrane qui permet de déterminer F .
58 CHAPITRE 2. ECOULEMENTS VISCOMÉTRIQUES

En intégrant, il vient:
Z R Z R Z χ
N1 (x) + N2 (x)
F = −2π[ rN2 (χ) dr + r( dx) dr]
0 0 χ(R) x

On intègre par parties dans la seconde intégrale et il vient:


Z R Z
Ω R r2 N1 (χ) + N2 (χ)
F = −2π[ rN2 (χ) dr + dr]
0 h 0 2 χ
ou encore: Z R
F =π r(N1 (χ) − N2 (χ)) dr
0
Finalement, en changeant de variable:
Z χ(R)
πR2
F = 2 x(N1 (x) − N2 (x)) dx (2.57)
χ (R) 0

Il en résulte qu’à h et R fixés, F ne dépend que de Ω et on a, en dérivant:

ΩR 1 d(F Ω2 )
[N1 − N2 ]( )=
h πR2 Ω dΩ

Ainsi, en principe, on peut déterminer expérimentalement la fonction N1 − N2 en relevant la courbe F (Ω),


pour un dispositif donné (i.e. h et R fixés). Mais, puisqu’on a négligé les forces d’inertie, il faudrait en principe
examiner la correction qu’elles apportent, comme d’ailleurs pour le couple de frottement.

Le rhéomètre à disques parallèles permet en principe (i.e. dans la limite de l’approxi-


Résumé mation de Stokes) de mesurer expérimentalement la fonction de cisaillement τ et la
combinaison N1 − N2 des deux différences normales.

Note. On note que l’écoulement réel ne peut pas être purement azymuthal puisque le bilan radial de
quantité de mouvement n’est pas vérifié. Ainsi, les formules précédentes ne sont correctes en première ap-
proximation que si l’on admet que l’écoulement est "assez lent" pour pouvoir négliger les termes d’inertie. En
principe, on doit examiner la correction apportée par ces termes d’inertie (écoulement secondaire). Le pro-
blème est difficile dans sa généralité puisque d’une part on ne dispose pas de lois de comportement simples si
l’écoulement n’est pas viscométrique et d’autre part, on a en fait un problème à frontière libre pour les bords
latéraux. Le problème de la détermination de l’écoulement stationnaire entre deux disques en rotation ne se
ramène donc pas à rechercher un écoulement viscométrique et il apparaît nécessairement un écoulement secon-
daire. De plus, la pression ne peut pas rester constante le long d’une verticale et il en résulte que l’interface
air/liquide n’est pas cylindrique, même si on néglige la pesanteur, et, pour obtenir un régime stationnaire, il
faut donc tenir compte de la tension superficielle. On doit donc déterminer simultanément l’écoulement et la
forme de la surface libre. Ce problème n’a pas été résolu de manière exacte à ce jour, y compris pour un fluide
Newtonien. Pour un fluide simple arbitraire le problème se complique fortement, puisque l’écoulement n’étant
pas viscométrique il n’y a plus à priori de comportement universel c’est à dire que la rhéologie ne se ramène
pas à la donnée de trois fonctions scalaires. Une étude de D.D. Joseph 8 pour des fluides de Grade 2 montre
toutefois que dans la limite des petites vitesses de rotations et à l’ordre principal en Ω, l’expression du couple
de torsion est acceptable. L’idée de D. D. Joseph est de résoudre le problème de manière perturbative pour des
petites vitesses de rotation, au voisinage du repos. L’écoulement est alors "infiniment lent" et on peut dévelop-
per la fonction mémoire en série de Taylor. Le comportement d’un fluide simple est alors celui d’un fluide de
Grade N sous-convecté(voir les notes de cours, dernier chapitre). A l’ordre 0 en Ω le système est au repos et
l’interface est cylindrique si on néglige la pesanteur. A l’ordre 1, l’écoulement est alors l’écoulement azymuthal
viscométrique que nous avons obtenu, les forces d’inertie centrifuges n’interviennent pas et l’interface reste
cylindrique. Pour ce qui concerne la détermination du couple de frottement, la formule (2.54) s’applique donc
à l’ordre 1, mais comme on est à faible vitesse de rotation on doit de plus développer la fonction de cisaillement
au voisinage de χ = 0. Comme elle est impaire, on a: τ (χ) = µχ + O(χ3 ), où µ est la viscosité au repos. Il vient,
8 Slow motion and viscometric motion; Stability and bifurcation of the rest state of a simple fluid, Arch. Rat. Mech. Analys. 56

pp. 99-157 (1974)


2.8. LE RHÉOMÈTRE PLAN-CÔNE 59

z
Ω1
Σ1 RC
+ Interface air-liquide (S)
R1
Σ0 P
 V
O R0

Ω0

Fig. 2.7 – Schéma de principe du rhéomètre plan-cône.

4
au premier ordre: C = µπR 2h Ω et le couple est linéaire en Ω. On peut alors montrer, en calculant la vitesse
aux ordres suivants, que la correction au couple de frottement est alors un O(Ω 3 ). Ainsi, à l’ordre principal la
formule (2.54) donne une approximation acceptable du couple de frottement sur le disque supérieur pour les
écoulements lents.
Malheureusement, il n’en est plus de même pour les contraintes normales. En effet, comme N 1 et N2 sont
paires, elles se développent donc en (voir les formules du dernier chapitre dans les notes de cours) :

N2 (χ) = (2α1 + α2 )χ2 + O(χ4 ) N1 (χ) = −2α1 χ2 + O(χ4 )

où µ,α1 ,α2 sont les coefficients du modèle de Grade 2 sous-convecté. Ainsi, la contribution du seul écoulement
azymuthal à F (formule (2.57)) est donnée par:
πR4 2
Faz = −(α2 + 4α1 ) Ω
4h2
Or, on sait que les forces d’inertie centrifuges sont également en Ω2 et, par suite, on s’attend à une correction
de la pression aux ordres suivants par des termes en ρΩ2 qui vont donc également contribuer à F . Le calcul
perturbatif de la vitesse aux ordres suivants montre effectivement que la correction à apporter à F à l’ordre
2 est en ρR4 Ω2 et est donc bien du même ordre que les termes pris en compte par la formule (2.57): le terme
correctif est dû uniquement aux effets d’inertie et non à la rhéologie. Ainsi, on voit que la formule (2.57) n’est
pas correcte à l’ordre principal, aussi petite que soit la vitesse de rotation. Cependant, on voit également que si
la distance entre les disques, h, est très petite on peut à priori négliger le terme d’inertie en ρR 4 Ω2 devant les
termes de contraintes normales si α2 + 4α1 6= 0. La difficulté expérimentale pour un fluide "inconnu" est donc
de savoir si la force F mesurée est due à la présence de contraintes normales (i.e. α 2 + 4α1 6= 0) ou seulement
à l’inertie.
En pratique, dans les viscosimètres à disques parallèles, l’espacement h est petit, h ≈ 1mm. Pour un même
fluide, on effectue alors des expériences pour différentes valeurs de h et R; si les résultats obtenus sont cohérents
entre eux et avec la formule (2.57), on admet alors que l’hypothèse d’un écoulement de Stokes est vérifiée et que
la détermination de N1 − N2 est correcte, en première approximation en se limitant à l’écoulement azimuthal.
In fine, ceci justifie l’étude faite.

2.8 Un écoulement quasiviscométrique: le viscosimètre plan-cône


On rapporte l’espace E à un repère orthonormé direct (O,i,j,k), où −k est la direction de la pesanteur,
et on notera (x,y,z) les coordonnées d’un point M ∈ E dans ce repère. On utilisera également un système de
coordonnées sphériques de centre O et d’axe Oz, (r,φ,θ), défini par la fonction Ξ :]0, + ∞[×]0,π[×R 7−→ E:
( −−→
M = Ξ(r,φ,θ) : OM = x(r,φ,θ)i + y(r,φ,θ)j + z(r,φ,θ)k
x = r sin φ cos θ y = r sin φ sin θ z = r cos φ
−−→ −−→
L’image de Ξ est E privé de l’axe Oz. On a r = ||OM || et φ ∈]0,π[ est l’angle non orienté entre les vecteurs OM
et k (voir la figure). On désigne par (er ,eφ ,eθ ) la base locale orthonormée directe des coordonnées sphériques
en un point M 6∈ Oz.
60 CHAPITRE 2. ECOULEMENTS VISCOMÉTRIQUES

z er

φ M

r
k
O j
y
i
θ

x
Fig. 2.8 – Coordonnées sphériques de centre O et d’axes Ox,Oz.

Cone angle (o ) 1 2 1 2 1 2
Cone diameter
(mm) 25 25 50 50 75 75
Reducing of
cone apex (µm) 50 50 50 50 50 50
Filling volume
(ml) 0.08 0.15 0.6 1.2 2.0 3.9
Shear rate range
(s−1 ) 0 · · · 4800 0 · · · 2400 0 · · · 4800 0 · · · 2400 0 · · · 4800 0 · · · 2400
Shear stress
range (Pa) 0 · · · 12223 0 · · · 12223 0 · · · 1527 0 · · · 1527 0 · · · 452 0 · · · 452

Tab. 2.1 – Données du rhéomètre RC20.

On considère l’écoulement isotherme d’un volume fini V , constant, d’un fluide simple incompressible, de
densité ρ, entre un plateau horizontal Oxy et un cône circulaire de sommet O et d’axe Oz perpendiculaire au
plateau, situé au dessus du plateau. On désignera par  ∈]0,π/2[ l’angle constant entre le cône et le plan. Le
−−→
cône est fini, avec ||OP || = RC (voir la figure), alors que le plateau est suffisamment étendu pour pouvoir être
assimilé à un plan infini.
Le dispositif est plongé dans l’air ambiant à la pression atmosphérique constante p a et on néglige la viscosité
de l’air. L’air et le liquide sont immiscibles.
Le plateau et le cône sont mobiles en rotation autour de l’axe Oz, de vitesses angulaires respectives Ω 0 et
Ω1 par rapport au référentiel du laboratoire, supposé Galiléen. Par construction, l’angle  est assez petit pour
que, dans la gamme des vitesses de rotation considérées, le fluide soit à chaque instant "piégé" par les forces de
tension superficielle à l’interface air-liquide dans un domaine régulier borné connexe, V, situé entre le plateau
et le cône. On notera S l’interface air-liquide, Σ0 l’interface liquide-plateau et Σ1 l’interface liquide-cône.
Compte-tenu de la symétrie de révolution du problème, on admet - ce qui est bien vérifié expérimentalement
- que l’interface air-liquide est une surface de révolution d’axe Oz que l’on peut décrire dans un système de
coordonnées sphériques de centre O et d’axe Oz par une équation paramétrique:
π
r = h( − φ) (2.58)
2
où t 7→ h(t) est une fonction assez régulière, strictement positive et définie 9 pour t ∈ [0,].
En pratique, lors des expériences le volume de fluide testé est de l’ordre du millilitre et l’angle  entre
le plan et le cône est de l’ordre du degré: ces ordres de grandeurs feront référence pour toute l’étude (voir le
tableau 10 2.1).
On désignera par R0 (resp. R1 ) la distance entre O et un point quelconque de la ligne triple de contact
air-liquide-solide du plateau (resp. du cône).
9 Par hypothèse, il y a donc partout adhérence du fluide au plateau et au cône et, en particulier, si R = R
1 C il n’y a pas de
bourrelet au dessus du cône. 10 A titre d’exemple, la société "Rheotec" commercialise un rhéomètre "plan-cône" d’appella-
tion commerciale "RC20" pour lequel elle fournit les données reproduites dans le tableau joint. Source: site Web de la société:
www.rheotec.de/e-prod-rc20ps.htm.
2.8. LE RHÉOMÈTRE PLAN-CÔNE 61

On va s’intéresser ici au cas où les vitesses Ω0 et Ω1 sont constantes et où l’écoulement est stationnaire.
On se propose d’estimer les efforts exercés par le fluide sur les pièces mobiles quand le plateau est animé d’une
vitesse Ω0 = Ω constante alors que le cône est maintenu fixe par un dispositif de torsion, comme dans le cas
du rhéomètre à disques parallèles.
Comme pour l’écoulement entre disques parallèles, le problème réel consiste à déterminer simultanément
la fonction h, c’est à dire le domaine V, constant, occupé par le fluide et le champ de vitesse v du fluide dans
V. C’est encore un problème difficile qui, à ma connaissance, n’a pas été résolu de manière exacte y compris
pour des fluides Newtoniens. Par rapport à l’écoulement entre disques parallèles, il y a deux complications
supplémentaires: 1) un écoulement azymuthal n’est pas solution exacte des équations locales y compris en
approximation de Stokes dans le cas viscoélastique et 2) la position de la ligne triple sur le plateau inférieur
n’est pas fixée mais est seulement donnée par la condition de contact de Young. La valeur de l’angle de contact
ne modifie pas sensiblement la forme de l’interface pour  petit, qui est approximativement sphérique si le
volume V est bien choisi, mais peut influer fortement sur la valeur de pression.
Dans l’étude simplifiée que nous allons rapportée ici on ne cherchera pas à déterminer V, c’est à dire la
forme du domaine et on ne s’occupera donc pas de l’équilibre de l’interface. En pratique, pour estimer les
efforts exercés sur les pièces mobiles on admettra, en première approximation, que le volume de fluide testé
est tel que R1 = RC (on peut vérifier que c’est bien le cas pour les volumes préconisés par le constructeur du
RC20) et que l’interface air-liquide est approximativement sphérique.
On désignera par p la pression et par τ le déviateur des contraintes. On recherche un champ v donné en
chaque point x de V par:
v(x) = vr er + vφ eφ + vθ eθ
où (er ,eφ ,eθ ) est la base locale orthonormée directe des coordonnées sphériques en x.

2.8.1 Étude formelle d’un écoulement azymuthal viscométrique.


Compte tenu de la symétrie de révolution du problème on pourrait penser que les trajectoires des particules
sont des cercles autour de Oz. On va donc rechercher un champ de vitesse azymuthal de la forme:

v = rω sin φ eθ (2.59)

Pour que ce champ soit physiquement acceptable il faudra, en particulier, que le déviateur des contraintes soit
borné sinon il y aurait fragmentation de la goutte liquide. Comme le fluide est incompressible on doit avoir:
1 ∂vθ ∂ω
div(v) = = =0
r sin φ ∂θ ∂θ
ce qui impose que ω ne dépend que r et φ. On peut déterminer le tenseur des taux de déformations, D =
∇v + T ∇ v)/2, par sa matrice sur la base locale de coordonnées sphériques. Vu l’expression du gradient d’un
(∇
champ de vecteurs en coordonnées sphériques, on a:
 
∂ω
 0 0 r
∂r 
sin φ 
 0 ∂ω 
[D](er ,eφ ,eθ ) =  0 
2  ∂φ 
 ∂ω ∂ω 
r 0
∂r ∂φ
et donc: √ q
γ̇ = 2D : D = sin φ r2 (∂r ω)2 + (∂φ ω)2
Pour un fluide purement visqueux, on connaît donc l’expression du tenseur des contraintes. Pour un fluide
simple général, on va d’abord vérifier que l’écoulement est viscométrique puis on déterminera l’expression du
déviateur des contraintes à partir de la théorie générale. Il nous faut d’abord déterminer les trajectoires puis
le tenseur des déformations relatives.
Si x = Ξ(r(t),θ(t),φ(t)) est la position à l’instant t d’une particule qui occupe la position x 0 = Ξ(R,Φ,Θ)
à un instant t0 , les fonctions (r,θ,φ) sont solutions du système:

 dr e + r dφ e + r sin φ dθ e = v(Ξ(r,φ,θ)) = rω(r,φ) sin φ e
r φ θ θ
dt dt dt

(r(t0 ),φ(t0 ),θ(t0 )) = (R,Φ,Θ)
62 CHAPITRE 2. ECOULEMENTS VISCOMÉTRIQUES

La solution est:
r=R φ=Φ θ = Θ + (t − t0 )ω(R,Φ)

Ce qui signifie que le point x = Ξ(r(t),θ(t),φ(t)) se déduit du point x0 = Ξ(r(t0 ),θ(t0 ),φ(t0 )) par une rotation
autour de Oz d’angle (t − t0 )ω(R,Φ), le plan horizontal étant orienté de manière à ce que (i,j) soit directe.
Ainsi, pour chaque réel s et chaque point x désignons par R(s,x) la rotation d’angle −sω(r,φ) autour de Oz
donnée par sa matrice sur la base (i,j,k):
 
cos(sω(r,φ)) sin(sω(r,φ)) 0
[R(s,x)](i,j,k) = − sin(sω(r,φ)) cos(sω(r,φ)) 0
0 0 1

Posons Ω = E − Oz. Par construction, pour t fixé, l’application:


(
τ 7→ χt (τ ) : Ω −
7 →Ω
−→
x 7−→ χt (τ,x) = O + R(t − τ,x) · Ox

est donc le mouvement relatif de milieu continu stationnaire défini sur Ω dont le champ de vitesses Eulérien
est v. Le mouvement étant déterminé, on calcule alors le gradient relatif de déformation F t (τ ).
Comme R est orthogonale, on a R · T R = Id et donc:
T T
∂r R · R+R· ∂r R = 0
T
Par suite, ∂r R · R est antisymétrique et il existe un vecteur a tel que pour tout u on ait:

(∂r R ·T R) · u = a ∧ u

On peut facilement déterminer a sans aucuns calculs, comme dans le cas des mouvements hélicoïdaux. En
effet, fixons (s,φ,θ) et considérons la famille à 1 paramètre, r, d’applications définies sur E par X ∈ E 7−→
−−→
O + R(s,r,φ,θ) · OX. En identifiant r à un "temps", cette famille est un mouvement rigidifiant dont le vecteur
rotation-glissement, par définition même, est a. Comme R(s,r,φ,θ) est la rotation d’angle −sω(r,φ) autour de
Oz, son vecteur rotation est donc:
∂ω
a = −s k
∂r
D’où:
∂R T ∂ω
∀u ∈ E : R · u = −s k ∧ u
∂r ∂r
Un calcul similaire donne:
∂R T ∂ω
∀u ∈ E : R · u = −s k ∧ u
∂φ ∂φ
−→
Soit (er ,eφ ,eθ ) la base locale de coordonnées cylindriques au point x = Ξ(r,φ,θ). On a Ox = rer et, vu ce qui
précède, il vient:

∂ ∂
Ft (t − s,x) · er = [rR(s,r,φ,θ) · er ] = r[ R] · er + R · er
def ∂r ∂r
∂R T
= r( R) · (R · er ) + R · er
∂r
∂ω
= −sr k ∧ (R · er ) + R · er
∂r
Et, comme R(s,x) est une rotation d’axe colinéaire à k on a:

k ∧ (R · er ) = R · (k ∧ er )

et il vient finalement:
∂ω
Ft (t − s,x) · er = R(s,x) · [er − sr k ∧ er ]
∂r
2.8. LE RHÉOMÈTRE PLAN-CÔNE 63

De la même manière, on a:
1 ∂ ∂
Ft (t − s,x) · eφ = [rR(s,r,φ,θ) · er ] = [ R] · er + R · eφ
def r ∂φ ∂φ
∂R T
=( R) · (R · er ) + R · eφ
∂φ
∂ω
= R(s,x) · [er − s k ∧ er ]
∂φ
Enfin, comme R ne dépend pas de θ, on a simplement:
1 ∂
Ft (t − s,x) · eθ = [rR(s,r,φ,θ) · er ] = R(s,x) · eθ
def r sin φ ∂θ
Finalement, on a donc:
Ft (t − s,x) = R(s,x)[Id − sM]
et où M est l’endomorphisme défini par:
∂ω ∂ω
M · er = r k ∧ er M · eφ = k ∧ er M · eθ = 0
∂r ∂φ
Comme k ∧ er = sin φeθ , la matrice de M sur la base (er ,eφ ,eθ ) est:
 
0 0 0
 0 0 0
[M](er ,eφ ,eθ ) = sin φ  
∂ω ∂ω
r 0
∂r ∂φ
On a M2 = 0 et M est nilpotent d’ordre 2. L’écoulement est donc viscométrique et on peut vérifier directement
que D = (M + T M)/2. On pose donc:
√ q
χ = M : M = sin φ r2 (∂r ω)2 + (∂φ ω)2

qui est le taux de cisaillement. Si χ = 0, M = 0, sinon, on considère la base orthonormée B = (e 1 ,e2 ,e3 )
donnée par:
r∂r ωer + ∂φ ωeφ r∂r ωeφ − ∂φ ωer
e1 = e θ e2 = p e3 = p
2 2
r (∂r ω) + (∂φ ω) 2 r2 (∂r ω)2 + (∂φ ω)2
La matrice de M sur B est, par construction:
 
0 χ 0
[M]B = 0 0 0
0 0 0
Soit τ le déviateur des contraintes en un point M à l’instant t. La matrice de τ sur la base B est:
 
2N1 (χ)+N2 (χ)
3 τ (χ) 0
 N2 (χ)−N1 (χ) 
[ττ ]B =  τ (χ) 3 0 
N1 (χ)+2N2 (χ)
0 0 − 3

où τ est la fonction de cisaillement et N1 ,N2 les deux différences normales. On a:


r∂r ωe2 − ∂φ ωe3 r∂r ωe3 + ∂φ ωe2
er = p eφ = p eθ = e 1
r2 (∂r ω)2 + (∂φ ω)2 r2 (∂r ω)2 + (∂φ ω)2
On en déduit les composantes de la matrice de τ sur la base locale des coordonnées sphériques.


 sin2 φ 2 N1 (χ) + 2N2 (χ)

 τrr = (ττ · er |er ) = r (∂r ω)2 N2 (χ) −

 χ 2 3



 2
sin φ 2N1 (χ) + N2 (χ)


 τrφ = (ττ · er |eφ ) = (r∂r ω)(∂φ ω)N2 (χ) τθθ = (ττ · eθ |eθ ) =
χ2 3
(2.60)

 2
sin φ N1 (χ) + 2N2 (χ)

 τφφ = (ττ · eφ |eφ ) = (∂φ ω)2 N2 (χ) −

 χ 2 3





 τ (χ) τ (χ)
 τφθ = (ττ · eφ |eθ ) = sin φ(∂φ ω) τrθ = (ττ · er |eθ ) = r sin φ(∂r ω)
χ χ
64 CHAPITRE 2. ECOULEMENTS VISCOMÉTRIQUES

Si χ = 0, ω est une constante et le fluide est au repos dans le repère mobile en rotation de vitesse ω autour
de Oz. D’après le principe d’objectivité matérielle, le tenseur des contraintes de Cauchy est alors réduit à une
pression et donc τ = 0. Ainsi, vu les propriétés des fonctions viscométriques, les formules précédentes restent
donc vraies par continuité quand χ → 0. √
Dans le cas d’un fluide purement visqueux on a τ = 2µ(γ̇)D où γ̇ = 2D : D. Avec l’expression de D
trouvée précédemment, on a directement:
(
τrr = τrφ = τθθ = τφφ = 0
τφθ = sin φ(∂φ ω)µ(γ̇) τrθ = r sin φ(∂r ω)µ(γ̇)

Comme ici χ = γ̇, ces relations sont exactement les relations (2.60) dans lesquelles les différences normales
N1 et N2 sont nulles, la fonction de cisaillement du fluide étant définie pour χ ≥ 0 par: τ (χ) = µ(χ)χ.
C’était évidemment attendu puisqu’un fluide purement visqueux est un fluide simple particulier, à mémoire
instantanée, pour lequel N1 = N2 = 0.

2.8.2 Équations de bilan local.


Considérons un fluide simple dans le mouvement ainsi déterminé. Comme l’axe Oz est vertical, avec k
vers le "haut", le bilan local de quantité de mouvement s’écrit en un point x = Ξ(r,φ,θ) intérieur au domaine
occupé par le fluide:
∇v · v = −∇
ρ∇ ∇p − ρgk + div(ττ )
où ρ > 0 est la densité constante du fluide, g > 0 est l’accélération de la pesanteur, p la pression et τ le
déviateur des contraintes. Pour simplifier, on pose:
p̂ = p + ρgz = p + ρgr cos φ
de sorte que:
∇ p + ρgk = ∇ p̂
Vu l’expression de v , on a:
∇ v · v = −rω 2 sin φ(sin φer + cos φeφ )
D’autre part, on a en coordonnées sphériques:
∂ p̂ 1 ∂ p̂ 1 ∂ p̂
∇p̂ = er + eφ + eθ
∂r r ∂φ r sin φ ∂θ
Comme l’écoulement est viscométrique les composantes de la matrice de τ sur la base locale des coordonnées
sphériques sont celles obtenues précédemment et elles ne dépendent donc que de r et φ mais pas de θ. On en
déduit les trois équations de bilan local de quantité de mouvement:

 2 ∂ p̂ 1 ∂r2 τrr 1 ∂ sin φτrφ τφφ + τθθ

 ρrω 2
sin φ = − − +

 ∂r r 2 ∂r r sin φ ∂φ r


 1 ∂ p̂ 3
1 ∂r τrφ 1 ∂ sin φτφφ cot φτθθ
ρrω 2 sin φ cos φ = − 3 − + (2.61)

 r ∂φ r ∂r r sin φ ∂φ r



 1 ∂ p̂ 1 ∂r3 τrθ 1 ∂ sin2 φ τφθ

 0= − 3 −
r sin φ ∂θ r ∂r r sin2 φ ∂φ

2.8.3 Conditions limites cinématiques.


Examinons les conditions que doit vérifier v sur les bords de V.
1. Le fluide adhère aux parois et on a donc:
π π π
Sur Σ0 : ∀r ∈ [0,R0 ],θ ∈ [0,2π] : vr (r, ,θ) = vφ (r, ,θ) = 0 vθ (r, ,θ) = rΩ0
2 2 2
π π π
Sur Σ1 : ∀r ∈ [0,R1 ],θ ∈ [0,2π] : vr (r, − ,θ) = vφ (r, − ,θ) = 0 vθ (r, − ,θ) = rΩ1
2 2 2
2. Comme le mouvement est stationnaire, la position de l’interface est fixe et la condition cinématique
d’immiscibilité se traduit par:
(v|n) = 0 Sur S
où n le champ des normales unitaires extérieures à ∂V.
2.8. LE RHÉOMÈTRE PLAN-CÔNE 65

3. Pour un champ v = rωeθ purement azymuthal, les conditions limites cinématiques sont:

Sur Σ0 : ∀r ∈ [0,R0 ] : ω(r,π/2) = Ω0


Sur Σ1 : ∀r ∈ [0,R1 ] : ω(r,π/2 − ) = Ω1

et sur S, comme n est dans le plan (er ,eφ ) orthogonal à eθ , la condition d’immiscibilité (v|n) = 0 est
automatiquement vérifiée.

2.8.4 Un écoulement azymuthal n’est pas solution exacte des équations de bilan
local.
On va le montrer pour un fluide purement visqueux. Pour un fluide purement visqueux les équations (2.61)
se réduisent à: 
 ∂ p̂

 ρrω 2 sin2 φ =

 ∂r

 1 ∂ p̂
ρrω 2 sin φ cos φ = (2.62)

 r ∂φ



 1 ∂r3 τrθ 1 ∂ sin2 φ τφθ 1 ∂ p̂
 + 2 =
r 3 ∂r ∂φ r sin φ ∂θ
r sin φ
Comme le rotationnel d’un gradient doit être nul on doit donc avoir rot(div(ττ ) − ρ∇ ∇v · v) = 0. D’après
l’expression du rotationnel d’un vecteur en coordonnées sphériques on devrait donc avoir:

 ∂ sin φ ∂r3 τrθ 1 ∂ sin2 φ τφθ

 [ + ]=0

 ∂φ r3 ∂r r sin φ ∂φ



∂ 1 ∂r3 τrθ 1 ∂ sin2 φ τφθ
[ 2 + ]=0 (2.63)



∂r r ∂r sin2 φ ∂φ

 2
 2 2 2
 ρ( ∂r ω sin φ cos φ − ∂rω sin φ ) = 0

∂r ∂φ
Les deux premières équations sont équivalentes à l’existence de deux fonctions f et g telles que:


 sin φ ∂r3 τrθ 1 ∂ sin2 φ τφθ

 r3 + = f (r)
∂r r sin φ ∂φ


 1 ∂r3 τrθ 1 ∂ sin2 φ τφθ
 2 + = g(φ)
r ∂r sin2 φ ∂φ

Par suite, il doit exister une constante a telle que: rf (r) = sin φg(φ) = a. Les deux relations ci-dessus sont
donc équivalentes à la seule relation:

1 ∂r3 τrθ 1 ∂ sin2 φ τφθ a


3
+ 2 =
r ∂r r sin φ ∂φ r sin φ

D’autre part, en simplifiant par r sin φ qui n’est pas nul, la seconde relation de (2.63) s’écrit:

∂ω ∂ω
ω(r cos φ − sin φ ) = 0
∂r ∂φ
Ce qui est équivalent à:
∂ω ∂ω
r cos φ = sin φ
∂r ∂φ
D’après la troisième équation dans (2.62), la constante a n’est rien d’autre que:

∂ p̂
=a
∂θ
et il doit alors exister une fonction h telle que:

p̂ = aθ + h(r,φ)
66 CHAPITRE 2. ECOULEMENTS VISCOMÉTRIQUES

Comme, par continuité, on doit avoir: p̂(r,φ,θ) = p̂(r,φ,θ + 2π) il vient finalement a = 0 et le système (2.63)
est donc équivalent aux deux relations
 3 2

 ∂r sin φτrθ ∂r2 sin2 φ τφθ
 + =0
∂r ∂φ
(2.64)

 ∂ω ∂ω
 r cos φ = sin φ
∂r ∂φ
D’après la seconde relation de (2.64) et vu l’expression de χ obtenue à la première partie, on a:
s r
2 ∂ω 2 2 ∂ω 2 ∂ω 2
χ = sin φ(r ) + sin φ( ) = (r )
∂r ∂φ ∂r

Comme τ est impaire, on a donc:


τ (χ) τ (r ∂ω
∂r )
=
χ r ∂ω
∂r

relation qui reste vraie, par continuité, si χ = 0. On pose α = r ∂ω


∂r et, vu les expressions de τrθ et τθφ obtenues
à la première partie, il vient:
τrθ = sin φ τ (α) τφθ = cos φ τ (α)
On développe alors la première relation dans (2.64) et après simplification on obtient:
∂ ∂
0 = 2τ (α) + (r sin2 φ (τ (α) + sin φ cos φ (τ (α))
∂r ∂φ
Par dérivation composée, il vient:
∂ ∂ω ∂ ∂ω
0 = 2τ (α) + τ 0 (α)(r sin2 φ (r ) + sin φ cos φ (r )
∂r ∂r ∂φ ∂r
Or, en dérivant par rapport à r la seconde relation dans (2.64), on a:
∂ ∂ω ∂ ∂ω ∂ ∂ω
sin φ cos φ (r ) = r cos φ (sin φ ) = r cos2 φ (r )
∂φ ∂r ∂r ∂φ ∂r ∂r
d’où l’on déduit la relation:
∂α
2τ (α) + rτ 0 (α) =0
∂r
Cette relation s’écrit aussi:
1 ∂r2 τ (α)
=0
r ∂r
Et il doit exister une fonction k telle que:
k(φ)
τ (α) =
r2
Pour que les contraintes, de même que le taux de cisaillement, restent bornées il faut que k = 0. Comme τ
est strictement croissante τ (α) n’est nul que si et seulement si α = 0. Il en résulte: ∂ω∂r = 0. Mais comme
r cos φ ∂ω
∂r = sin φ ∂ω
∂φ , on doit également avoir ∂ω
∂φ = 0 et finalement ω doit être constante. Or, puisque le fluide
adhère aux parois, on doit avoir:
ω(r,π/2) = Ω0 ω(r,π/2 − ) = Ω1
et ω ne peut-être constante que si et seulement Ω0 = Ω1 . Par suite, si Ω0 6= Ω1 , un champ purement azymuthal
invariant par rotation autour de Oz ne peut pas être solution exacte des équations du mouvement.

2.8.5 Étude en hypothèse de Stokes.


La raison fondamentale qui empêche l’écoulement azymuthal d’être solution pour le fluide purement vis-
queux est que l’on ne peut pas équilibrer les termes d’inertie en ρω 2 r. On va alors se placer en hypothèse de
Stokes et négliger ces termes dans l’équation de bilan. Cette hypothèse sera à priori acceptable pour des petites
vitesses de rotation du plateau inférieur quand le cône est fixe mais on examinera plus en détail sa validité à
la fin de l’étude.
2.8. LE RHÉOMÈTRE PLAN-CÔNE 67

2.8.5.1 Les équations locales.


On néglige donc les termes d’inertie. Compte tenu des conditions limites, on recherche un champ azymuthal
où ω ne dépend pas de r. Dans ces conditions, les expressions des composantes du déviateur des contraintes
(2.60) se simplifient en:
N1 (sin φ ω 0 (φ)) + 2N2 (sin φ ω 0 (φ)) N2 (sin φ ω 0 (φ)) − N1 (sin φ ω 0 (φ))
τrr = − τφφ =
3 3
2N1 (sin φ ω 0 (φ)) + N2 (sin φ ω 0 (φ)) (2.65)
τθθ =
3
τrφ = τrθ = 0 τφθ = τ (sin φ ω 0 (φ))

Ainsi, avec l’hypothèse de Stokes, les équations du mouvement (2.61) se résument alors à:

 ∂ pˆS N1 (sin φ ω 0 (φ)) + 2N2 (sin φ ω 0 (φ))

 ∂r = −

 r

 ∂ pˆ
S d N2 (sin φ ω 0 (φ)) − N1 (sin φ ω 0 (φ))
= ( ) − cot φ N1 (sin φ ω 0 (φ)) (2.66)

 ∂φ dφ 3



 ∂ pˆ 1 d
 S = (sin2 φ τ (sin φ ω 0 (φ))))
∂θ sin φ dφ
où pS est la pression de l’écoulement de Stokes. Pour que pS soit continue la dernière équation implique:
∂ pˆS
∂θ = 0. Finalement, les équations se résument à:

 ∂ pˆS N1 (sin φ ω 0 (φ)) + 2N2 (sin φ ω 0 (φ))

 =−

 ∂r r

 ∂ pˆ 0
S d N 2 (sin φ ω (φ)) − N1 (sin φ ω 0 (φ))
= ( ) − cot φ N1 (sin φ ω 0 (φ)) (2.67)

 ∂φ dφ 3



 1 d
 (sin2 φ τ (sin φ ω 0 (φ)))) = 0
sin φ dφ
On voit alors que l’on peut déterminer le champ de vitesse, c’est à dire ω, uniquement à partir du bilan
azymuthal (i.e. la troisième équation) et des conditions limites sur le cône et le plan.

2.8.5.2 Détermination de la vitesse et du couple visqueux appliqué sur le cône.


La dernière relation dans (2.67) est équivalente à l’existence d’une constante K telle que:
K
τ (sin φ ω 0 (φ)) =
sin2 φ
C’est à dire:
dω K
sin φ = τ −1 ( 2 )
dφ sin φ
où τ −1 est la fonction inverse de τ . On va voir que cette constante K est, à un facteur géométrique près, le
couple visqueux exercé sur le cône. Auparavant, terminons la détermination de la vitesse et examinons le cas
pratique où  est petit.
Par quadrature, on déduit:
Z φ τ −1 ( sinK2 φ )
∀φ ∈ [π/2 − ,π/2] : ω(φ) = Ω1 + dφ
π/2− sin φ
1
Comme  ∈]0,π/2[, on peut changer de variable en posant x = sin2 φ
. La relation précédente devient:
Z 1
1 cos2  τ −1 (Kx)
ω(φ) = Ω1 + √ dx
2 1 x2 − x
sin2 φ

Par suite, en posant ∆Ω = Ω0 − Ω1 , K est solution de:


Z 1
1 cos2  τ −1 (Kx)
∆Ω = √ dx (2.68)
2 1 x2 − x
68 CHAPITRE 2. ECOULEMENTS VISCOMÉTRIQUES

Comme τ est continue strictement croissante, nulle en 0 et tend vers l’infini en l’infini, il en est de même de
τ −1 et donc également de la fonction réelle
Z 1
1 cos2  τ −1 (Kx)
K ∈ R 7→ √ dx
2 1 x2 − x

Par suite, l’équation (2.68) possède une solution K et une seule qui est du signe de ∆Ω. En conséquence la
fonctions ω est complètement déterminée par la donnée de ∆Ω = Ω0 − Ω1 et de Ω0 . Comme τ est continue
strictement croissante et impaire, par la formule de la moyenne on déduit qu’il existe ξ ∈ [1, cos12  ] tel que:
Z 1
1 cos2  dx
∆Ω = τ −1 (Kξ) √
2 1 x2 − x
En changeant de variable, il vient:
q r r
Z 1 Z 1
−1
1 cos2  dx dx
cos2  1 1 1
√ = √ = argsh( − 1) = Log( −1+ )
2 1 x2 − x 0 1 + x2 cos2  cos2  cos 
1 + tan /2
= Log( )
1 − tan /2

D’où:
1 1 + tan /2
∃ξ ∈ [1, ]: ∆Ω = τ −1 (Kξ) Log( )
cos2  1 − tan /2
et donc:
∆Ω
Kξ = τ ( 1+tan /2
)
Log( 1−tan /2 )

K est nul si, et seulement si, ∆Ω est nul sinon pour ∆Ω 6= 0 on a donc:
∆Ω
τ( 1+tan /2 )
Log( 1−tan /2 )

K
Par les accroissements finis, on a:

2 sin  22
0 ≤ ξ − 1 ≤ 1/ cos2  − 1 ≤ ≤
cos3  cos3 
p
Par suite, dès que  est assez petit, et plus précisément dès que  ≤ 29 deg ≈ arccos( 3
2/3), on a:
∆Ω
τ( 1+tan /2 )
Log( 1−tan /2 )
0≤ − 1 ≤ 32
K
et ce, uniformément en ∆Ω et indépendamment de τ . On voit donc que si on sait mesurer K, on pourra
déterminer la fonction de cisaillement avec une très bonne précision (sous l’hypothèse de Stokes toutefois)
indépendamment de la nature du fluide.
A noter que l’on a:
1 + tan /2
Log( ) =  + 1/63 + O(5 )
1 − tan /2
et donc en pratique, on peut considérer que:

∆Ω Ω Ω
τ( 1+tan /2
) = τ ( )(1 + O(Ω)) ≈ τ ( )
Log( 1−tan  
/2 )

le O dépendant toutefois du fluide.


La force par unité de surface exercée par le fluide en un point M du cône est:

t = τ · eφ − peφ
2.8. LE RHÉOMÈTRE PLAN-CÔNE 69

On a ici:  
τrr 0 0
[ττ ](er ,eφ ,eθ ) = 0 τφφ τφθ 
0 τφθ τθθ
et donc:
K
t = τφθ eθ + (τφφ − p)eφ = eθ + (τφφ − p)eφ
cos2 
On a: eφ = − cos  k − sin  k ∧ eθ et le moment en O de cette force est donc:

−−→ Kr Kr sin 
OM ∧ t = rer ∧ t = k + r(τφφ − p)eθ + k ∧ eθ
cos  cos2 
Par ailleurs, l’élément de surface sur le cône est dσ = r cos  drdθ. Par symétrie, comme p et τ φφ ne dépendent
pas de θ, les intégrales des termes en eθ et en k ∧ eθ sont nulles et il reste:
Z R1 Z 2π
2πR1 3 K
C=K r2 drdθk = k
0 0 3

Quand R1 = RC et   1, on a donc:
3 |∆Ω|
2πRC τ ( 1+tan /2 )
Log( 1−tan /2 )
0≤ − 1 ≤ 32 (2.69)
3|C|

où |C| est le module du couple exercé par le fluide sur le cône et ce, indépendamment de ∆Ω et du fluide.
Par suite, à l’ordre principal en , pour un rhéomètre ou le plateau est mobile à la vitesse Ω 0 = Ω et le
cône fixe, on a:
|Ω| 3|C|
τ( 1+tan /2
)= 3 (1 + O(2 )) (2.70)
Log( 1−tan /2 ) 2πRC

En pratique, on utilise un volume de fluide adapté pour assurer la condition R 1 = RC et on fait tourner
le plateau à vitesse angulaire constante, Ω, alors que le cône est suspendu à un fil de torsion. En régime
stationnaire le cône est immobile, le couple de torsion équilibrant le couple exercé par le fluide. La vitesse
du plateau Ω étant connue, on mesure alors |C| par une mesure de l’angle de torsion. La courbe donnant
3 |Ω|
3|C|/(2πRC ) en fonction de 1+tan /2 ≈ |Ω|/ donne alors une bonne approximation de la fonction de
Log( 1−tan /2 )
cisaillement du fluide. Le fait que la relation (2.70) soit uniforme en |Ω| et indépendante de τ rend le dispositif
particulièrement intéressant car la qualité des mesures est peu sensible à la nature du fluide et aux valeurs du
taux de cisaillement, ce qui explique que les rhéomètres de type "plan-cône" soient les appareils les plus utilisés
en pratique pour les mesures des viscosités apparentes. A noter également que par rapport au rhéomètre de
Couette ou au rhéomètre à disques parallèles, on a ici une détermination directe de la fonction de cisaillement
sans avoir à "dériver" les résultats expérimentaux.
A noter que, comme   1, pour assurer la reproductibilité des mesures, il faut assurer un contact précis
(micrométrique) de la pointe du cône sur le plateau. Ainsi cette pointe est en général étêtée de quelques µm
(c’est la cote "Reducing of the cone apex" du tableau).

2.8.5.3 Mesure des contraintes normales.


Pour un fluide purement visqueux l’écoulement azymuthal que l’on a déterminé est solution exacte des
équations de Stokes, puisque N1 = N2 = 0. On peut en effet terminer la résolution des équations locales et
déterminer la pression de Stokes qui est alors donnée par:

pS = p0 − ρgr cos φ (2.71)

où p0 est la valeur constante de pS sur le plateau.


Pour un fluide viscoélastique, il en est différemment puisqu’il faut encore s’assurer que les deux premières
équations dans (2.67) sont compatibles avec l’expression de ω qui est fixée par la troisième. Une condition
70 CHAPITRE 2. ECOULEMENTS VISCOMÉTRIQUES

nécessaire et suffisante pour que ω ainsi déterminée soit solution de (2.67) est donc qu’il existe une fonction
pS , qui ne dépend que de r et φ, telle que:


 ∂ pˆS N1 (sin φ ω 0 (φ)) + 2N2 (sin φ ω 0 (φ))
 =−
∂r r
(2.72)

 ∂ pˆS d N2 (sin φ ω 0 (φ)) − N1 (sin φ ω 0 (φ))
 = ( ) − cot φ N1 (sin φ ω 0 (φ))
∂φ dφ 3
Comme le domaine en r,φ est simplement connexe, en passant au rotationnel, une CNS pour qu’il existe p S
est que:
d
[N1 (sin φ ω 0 (φ)) + 2N2 (sin φ ω 0 (φ))] = 0 (2.73)

Ce qui s’écrit encore:
d K K
[N1 ( 2 ) + 2N2 ( 2 )] = 0 (2.74)
dφ sin φ sin φ
ou encore, de manière équivalente:
K K
K[N10 ( ) + 2N20 ( 2 )] cos φ = 0 (2.75)
sin2 φ sin φ
Pour ∆Ω 6= 0, K est une certaine constante non nulle et la relation précédente est, les différences normales
étant paires, strictement équivalente à la condition:

∀x ∈ [|K|,|K|/ cos2 ] : N10 (x) + 2N20 (x) = 0 (2.76)

Or, cette condition ne porte que sur des propriétés physiques du fluide et, à priori, elle n’a donc aucune raison
d’être vérifiée.
Cependant, pour   1, si K est un O(1) il en est de même que sinK2 φ , alors que cos φ = O(). Or K est de
l’ordre de |∆Ω|/. On a donc l’implication:
K K
{  1 et |∆Ω|/ = O(1)} ⇒ K[N10 ( ) + 2N20 ( 2 )] cos φ = O() (2.77)
sin2 φ sin φ
et, en première approximation on peut admettre que la relation (2.73) est vérifiée. En ignorant cette condition
on peut alors déterminer la pression de Stokes en un point du plateau à partir de (2.72). Il vient:
R0
pS (r,φ) =pS (R0 ,π/2) + (N1 (ω 0 (π/2)) + 2N2 (ω 0 (π/2)))Ln( )
r
−ρgr cos(φ)
Z φ
N2 (sin φ ω 0 (φ)) − N1 (sin φ ω 0 (φ))
+ − cot φ N1 (sin φ ω 0 (φ)) dφ
3 π/2
N2 (ω 0 (π/2)) − N1 (ω 0 (π/2))

3
où pS (R0 ,π/2) est la pression (de Stokes) dans le fluide en un point de la ligne triple air-liquide-solide du
plateau. Sur le plateau, on a φ = π/2 et il reste:
R0
pS (r,π/2) = pS (R0 ,π/2) + (N1 (ω 0 (π/2)) + 2N2 (ω 0 (π/2)))Ln( )
r
La force par unité de surface exercée par le fluide en un point M du plateau est:

−(ττ · eφ − peφ )

où eφ = −k Par suite la force normale exercée par le fluide sur le plateau est:
Z R1
F = [2π r(τφφ (r,π/2) − p(r,π/2)) dr] k
0

On se place dans la situation où le plateau est mobile à la vitesse Ω et le cône fixe, avec   1 et on admet
que pS est une approximation de la pression réelle.
2.8. LE RHÉOMÈTRE PLAN-CÔNE 71

On a ω 0 (π/2) = τ −1 (K) où τ −1 (K) est un taux de cisaillement qui est approximativement égal à |∆Ω|/,
dans la limite   1. D’où:
5 ∆Ω 2 ∆Ω
F(Ω) ≈ −πR0 2 [pS (R0 ,π/2) + N1 ( ) + N2 ( )]k
6  3 
Or sur la ligne triple du plateau en r = R0 , on a:
N1 + 2N2
σrr = −pS (R0 ,π/2) − = −PS
3
où PS est une pression statique qui équilibre σrr et qui ne dépend que de la pression extérieure pa et de la
forme de l’interface au voisinage du plateau (i.e. de la tension superficielle et du contact sur le plateau). Si on
admet que PS ne dépend pas de Ω, ce qui n’est pas si évident à l’ordre 2 en Ω, on aura:

1 ∆Ω
F (Ω) − F (0) ≈ πR0 2 N1 ( )
2 
Ainsi, en équipant le plateau inférieur d’un capteur à membrane sur lequel on exerce une contre pression
constante, on peut en principe mesurer F (Ω) − F (0) et donc la première différence normale N 1 . En général,
les logiciels fournis avec les appareils admettent que R0 = RC , ce qui n’est d’ailleurs pas si évident.

Le rhéomètre plan-cône permet en principe (i.e. dans la limite de l’approximation de


Résumé Stokes et des taux de cisaillement modérés pour les contraintes normales) de mesurer
expérimentalement la fonction de cisaillement τ et la première différence normale N 1 .
On voit qu’en utilisant conjointement le rhéomètre plan-cône et le rhéomètre à disques parallèles on peut,
en principe, déterminer expérimentalement N1 et N2 .

Note. Validité et correction approximative pour les termes d’inertie. On va examiner le cas
d’un fluide purement visqueux. On a:
∇v · v = −rω 2 sin φ(sin φer + cos φeφ )
ρ∇

Si l’écoulement de Stokes était solution exacte, ce terme devrait être un gradient et par suite on pourrait
calculer p̂ en intégrant le long d’un segment d’origine O. On aurait donc:
Z r
1
p̂ = p̂(O) − ∇v · v|er ) dr = p̂(O) + ρω 2 (φ)r2 sin2 φ
(ρ∇
0 2
Comme p̂ = p + ρgr cos φ, on pose donc:
1
p = pS + ρω 2 (φ)r2 sin2 φ (2.78)
2
où pS est la pression de Stokes et on examine l’erreur commise.
On se place à Ω1 = 0 et on désigne par Ω = Ω0 la vitesse de rotation du plateau. On pose: µ = τ (Ω/)/Ω.
On rend le problème a-dimensionnel en prenant:
r ω τφθ
r= ω= τφθ =  v = r ω sin φeθ
RC Ω µΩ
Vu l’analyse faite ci-dessus, pour   1 et pour l’écoulement azymuthal que l’on a exhibé, on note que τ φθ est
de l’ordre de 1 dans tout l’écoulement. Posons:
ρΩRC 2
Re =
µ
Posons
 1
p= [pS + ρω 2 (φ)r2 sin2 φ] (2.79)
µΩ 2
On a pour l’écoulement azymuthal calculé ci-dessus d’un fluide purement visqueux, en variables sans dimension
(r,φ,θ):
ρg  sin φω 0 (φ)
div[τφθ (eφ ⊗ eθ + eθ ⊗ eφ ) − pId ] + k − Re∇ v · v = Re [r ω sin φ ]eφ
µΩ Ω
72 CHAPITRE 2. ECOULEMENTS VISCOMÉTRIQUES

Le terme dans le membre de gauche est nul alors que le terme dans le membre de droite est de l’ordre de R e ,
qui est donc l’ordre de grandeur des termes négligés. En effet, d’après l’analyse que l’on vient de faire on a
pour   1:
 sin φω 0 (φ) τ −1 (K/ sin2 φ)
= ≈1
Ω Ω
0
A noter que le rotationnel, en variables sans dimension, du membre de droite est 2ω sin φ  sin φω

(φ)
eθ et il est
d’ordre 1. On ne peut donc pas absorbé ce terme dans une pression. L’approximation de Stokes pour le champ
de vitesses sera donc justifiée dans la limite Re  1 et le champ de pression dans le fluide est alors donné,
dans cette approximation, par:
1
p = p0 − ρgr cos φ + ρω 2 (φ)r2 sin2 φ (2.80)
2
où p0 = p(O). Pour que les champs (p,v) ainsi déterminés réalisent une approximation acceptable de l’écou-
lement réel il faut de plus que l’on puisse déterminer p0 et la position de l’interface, c’est à dire le domaine
V. Ceci revient à prouver qu’il existe une position de l’interface S, c’est à dire une fonction h, telle que la
pression p étant donnée par (2.80) et v ayant la forme trouvée, les conditions d’équilibre dynamique de S
soient satisfaites au moins au même ordre d’approximation que les relations dynamiques locales. Ce problème
est difficile.
Pour ce qui concerne les fluides viscoélastiques, on voit que l’on obtient une correction de la pression due
à l’inertie identique, en:
1
p(r,φ) = pS (r,φ) + ρr2 ω 2 (φ) sin2 φ
2
En reprenant les calculs ci dessus, on en déduit une correction sur la force normale:

ρR0 2 Ω0 2 1 ∆Ω
F (Ω) − F (0) ≈ πR0 2 [− + N1 ( )]
4 2 

En réalité, on voit que les termes correctifs sont du même ordre en Ω que N1 . En pratique il faudrait donc,
comme pour le dispositif à disques parallèles, étudier l’écoulement exact pour examiner plus précisément
l’influence des termes d’inertie. A ma connaissance cette étude, à priori délicate comme on l’a dit, n’est pas
disponible dans la littérature.
73

Chapitre 3

Fluides viscoélastiques

3.1 Modèles monodimensionnels.


3.1.1 Heuristique. Fonction de relaxation.
Dans ce qui suit, on ne cherche pas à être rigoureux mais plutôt à introduire le plus simplement possible
la "fonction de relaxation".
Considérons l’expérience idéalisée de fluage suivante. Un liquide incompressible occupe l’espace annulaire
compris entre deux cylindres concentriques infinis, très rapprochés. Le système est au repos jusqu’à l’instant
t = 0 où l’on déplace brutalement le cylindre extérieur d’un angle ∆Θ. On relève alors le couple C(t), par
unité de hauteur, qu’il est nécessaire d’appliquer au cylindre intérieur aux instants t > 0 pour le maintenir
immobile. On peut, en principe, réaliser l’expérience dans un dispositif de Couette. L’expérience montre que
pour les fluides viscoélastiques, comme des solutions de polymères, le couple garde un signe constant, opposé à
celui de ∆Θ, qu’il décroît en module continûment vers 0 avec le temps, la courbe représentative de t 7→ |C(t)|
étant convexe. Par ailleurs, quand les déplacements sont petits, C est approximativement proportionnel à ∆Θ.
Analysons heuristiquement l’expérience.
Ce couple C(t) équilibre le cisaillement exercé par le fluide sur le cylindre intérieur. Comme le système est
invariant par translation et par rotation, on peut admettre que τrθ ne dépend que de r et t de sorte que l’on a:
C(t) + 2πR12 τrθ (R1 ,t) = 0
On va également admettre que les déplacements des particules sont des cercles concentriques et qu’en première
approximation les déplacements angulaires varient linéairement dans l’espace annulaire, puisque ce dernier est
très petit. Notons que ceci suppose que l’on néglige l’inertie du fluide, de sorte que le déplacement s’établit
instantanément partout dans l’espace annulaire.
On a donc un écoulement de Couette instationnaire, la vitesse étant donnée par:
r − R1
v(r,t) = δ0 (t)r∆Θ eθ
R2 − R 1
où δ0 est la mesure de Dirac à l’origine. D’où:
2r − R1 ∆Θ r − R1
∇ v(r,t) = δ0 (t) eθ ⊗ er − δ0 (t)∆Θ er ⊗ e θ
R2 − R 1 R2 − R 1
et donc:
1 r∆Θ
D(r,t) = δ0 (t) [eθ ⊗ er + er ⊗ eθ ]
2 R2 − R 1
Le taux de cisaillement est donné par:
r∆Θ
χ(r,t) = δ0 (t)
R2 − R 1
et, sur le cylindre intérieur on a donc:
R1 ∆Θ
χ(R1 ,t) = δ0 (t)
R2 − R 1
La quantité:
R1 ∆Θ
γ=
R2 − R 1
74 CHAPITRE 3. FLUIDES VISCOÉLASTIQUES

est la "déformation". Avec les hypothèses faites, on devrait donc avoir obtenu expérimentalement la fonction:

C(t) = −2πR12 τ (γδ0 (t − s))


s≥0

où τ est la fonctionnelle de cisaillement introduite au paragraphe (2.6). Pour les petites valeurs de ∆Θ, C
s≥0
est proportionnel à ∆Θ et donc à γ. Par suite, quand γ  1, on a:

C(t)
− = G(t)
2πR12 RR21−R
∆Θ
1

où G est la fonction:
τ (γδ0 (t − s))
s≥0
t 7→ G(t) = lim
γ→0 γ
Ce que l’on peut encore écrire:
τ (γδ0 (t − s)) = γG(t) + o(γ)
s≥0

L’allure expérimentale typique de la fonction G est indiquée


G(0) sur la figure ci-contre. La fonction G s’interprète donc comme
la réponse impulsionnelle linéarisée du fluide en cisaillement.
C’est une fonction caractéristique du fluide: elle est appelée
fonction de relaxation. Si γ est assez petit, la valeur de
γG(t) s’interprète donc comme la valeur de la contrainte de
cisaillement τrθ à l’instant t due à une impulsion initiale de
λ t
cisaillement d’amplitude γ. G(0) s’interprète donc comme le
module d’élasticité au repos du fluide. La fonction G était
Fig. 3.1 – Allure de G. d’ailleurs autrefois appelée "module de relaxation".
Dans le même dispositif, considérons un mouvement quelconque du cylindre extérieur, caractérisé par une
vitesse de rotation Ω(t) à chaque instant et admettons encore que le mouvement est un écoulement de Couette
instationnaire.
En première approximation, si l’espace annulaire est petit, le taux de cisaillement à chaque instant t est
donné par:
∂ω R1 Ω(t)
R1 (R1 ,t) = χ(R1 ,t) ≈
∂r R2 − R 1
Comme le fluide est un fluide simple, la contrainte τrθ (R1 ,t) ne dépend que du passé cinématique et est donnée
par:
τrθ (R1 ,t) = τ (χ(R1 ,t − s))
s≥0

Si la vitesse Ω est "suffisamment" petite on s’attend à ce que le fluide ait un "comportement linéaire", c’est
à dire que la contrainte à un instant t soit la somme de toutes les réponses impulsionnelles aux déplacements
infinitésimaux Ω(t − s) ds subis au cours du passé:
Z t
τrθ (R1 ,t) = G(t − s)χ(R1 ,s) ds
−∞

ou encore, en changeant de variable:


Z +∞
τrθ (R1 ,t) = G(s)χ(R1 ,t − s) ds
0

Du point de vue de la fonctionnelle de cisaillement cela revient donc à supposer que quand le taux de cisaillement
est "petit", dans un sens qu’il restera à préciser, la fonctionnelle de cisaillement est donnée approximativement
par une expression linéaire:
Z +∞
τ (f ) ≈ G(s)f (s) ds (3.1)
s≥0 0

où G est la fonction de relaxation du fluide.


3.1. MODÈLES MONODIMENSIONNELS. 75

Notons que, comme on sait qu’à cisaillement constant la fonctionnelle de cisaillement se réduit à la fonction
de cisaillement viscométrique, dans cette approche linéarisée on a donc:
Z +∞ Z +∞
τ (γ̇) = G(s)γ̇ ds = ( G(s) ds)γ̇
0 0

Ainsi, si on approche la fonctionnelle de cisaillement par la relation (3.1), la fonction de cisaillement en


écoulement viscométrique qui en résulte est Newtonienne. La viscosité est l’aire sous la courbe de la fonction
de relaxation. Comme on sait que l’expression linéarisée de la fonctionnelle de cisaillement correspond aux
petits taux de cisaillement cette viscosité est donc, en principe, la viscosité µ (0) au voisinage du repos que l’on
a introduite en écoulement viscométrique:
Z +∞
(0)
µ = G(s) ds (3.2)
0

Supposons que l’on impose brusquement un écoulement de cisaillement simple à partir de l’instant t = 0
alors que le fluide était au repos. Le mouvement est donc un mouvement de cisaillement unidirectionnel plan
instationnaire et, dans notre approche linéarisée, on aura donc:
Z +∞ Z t
τ12 (t) = G(s)Y (t − s)γ̇ ds = ( G(s) ds)γ̇
0 0

où Y est la fonction de Heaviside. La fonction:


Z t
µ(t) = G(s) ds
0

est la viscosité apparente du fluide à l’instant t pour cette modélisation.

3.1.2 Analogie mécanique.


Supposons que l’on dispose expérimentalement de la fonction G dont l’allure est indiquée sur la figure 3.1. Il
est alors naturel de chercher à l’approcher par une expression analytique aisément manipulable. Le plus simple
dans un premier temps est de se contenter d’un modèle à un seul temps de relaxation, c’est à dire d’approcher
G par la fonction:
s
s ∈ [0, + ∞[7→ G(s) = G(0)e− λ
où λ > 0 est donc le temps caractéristique de la relaxation de la contrainte de cisaillement en réponse à une
impulsion de taux de cisaillement, qui peut être mesuré expérimentalement. Considérons alors un écoulement
unidirectionnel instationnaire plan (c.f. paragraphe (2.6)) et supposons que la fonctionnelle de cisaillement soit
donnée par l’expression linéarisée (3.1). On aura(ici χ est le taux de cisaillement et non pas le mouvement
relatif):
Z +∞ Z t
s t−τ
τ12 (x,t) = τ (χ(x,t − s)) = G(0) e− λ χ(x,t − s) ds = G(0) e− λ χ(x,τ ) ds
s≥0 0 −∞

La viscosité du fluide est, comme on l’a déjà vu:


Z +∞
µ= G(s) ds = λG(0)
0

et on voit que τ12 n’est rien d’autre que l’unique solution de l’équation différentielle:

λ τ12 + τ12 = µχ (3.3)
∂t
qui vérifie τ12 (t) exp( λt ) → 0 quand t → −∞. Maxwell a été le premier, dans les années 1870, à proposer cette
loi qui est appelée modèle différentiel de Maxwell monodimensionnel. Par analogie, les modèles intégraux de
la forme (3.1) sont appelés modèles intégraux infinitésimaux de type "Maxwell". Exprimée en fonction de la
viscosité apparente µ et du temps de relaxation λ, la fonction de relaxation de Maxwell est donc
µ −s
s ∈ [0, + ∞[7−→ G(s) = e λ (Maxwell)
λ
76 CHAPITRE 3. FLUIDES VISCOÉLASTIQUES

K µ
Ri Ti Fi

L1 L2

Fig. 3.2 – Modèle de Maxwell.

K1 µ1

Kn−1 µn−1

Kn µn

Fig. 3.3 – Modèle de Maxwell généralisé.

Considérons alors le système mécanique (c.f. figure 3.2) formé d’un ressort de raideur K et de longueur L 1
couplé à un amortisseur de coefficient de frottement µ et de longueur L2 . Le dispositif est encastré à une
extrémité tandis que l’autre est soumise à une force F = F i. On note L = L1 + L2 la longueur totale. En
régime permanent (ou encore en négligeant l’inertie des dispositifs), on a: F = T = −R, c’est à dire:

dL2 (0)
F =µ = K(L1 − L1 )
dt
(0)
où L1 est la longueur du ressort au repos. Il vient:

µ dF dL
+F =µ
K dt dt
On retrouve l’équation différentielle (3.3). En identifiant F et τ12 , on voit que pour une solution de polymères
G(0) s’interprète comme la raideur K des chaînes de polymères qui constituent la solution, en les assimilant
à des ressorts. On a alors une interprétation simple de l’expérience de relaxation: l’énergie interne potentielle
apportée brutalement dans le liquide par la déformation initiale est progressivement dissipée par diffusion
visqueuse au sein du liquide, ce mécanisme tendant à ramener le liquide à l’équilibre thermodynamique (du
moins local). Cette analogie mécanique permet alors de construire facilement des modèles plus complexes.
En effet, il n’est pas raisonnable de penser qu’un seul temps de relaxation (i.e. une seule raideur) suffise à
décrire la fonction de relaxation: en général on doit s’attendre à un spectre de temps de relaxation du fait de
l’enchevêtrement des chaînes de polymères. Ceci revient à associer en parallèle deux ou plusieurs dispositifs
analogues au précédent (c.f. figure 3.3). Il est alors facile de voir que le modèle résultant a une fonction de
relaxation de la forme:
X µi − λs
s ∈ [0, + ∞[7−→ G(s) = e i (Maxwell généralisé) (3.4)
i
λi
3.1. MODÈLES MONODIMENSIONNELS. 77

K µ(e)

µ(N)
Fig. 3.4 – Modèle de Jeffrey.

Dans le système "ressorts-amortisseurs", les λi sont donnés par:


µi
λi =
Ki
Ce type de modèle est appelée modèle infinitésimal de Maxwell généralisé.
De plus, il n’est pas raisonnable de penser que la viscosité apparente aux temps macroscopiquement courts
soit nulle: en effet, on doit s’attendre à un comportement purement visqueux des molécules du solvant qui sont
en général beaucoup plus mobiles que les chaînes de polymères. Ceci revient à considérer que la contrainte τ rθ
est à chaque instant la somme d’une contrainte purement visqueuse et d’une contrainte élastique relaxante.
C’est à dire, pour un modèle à un seul temps de relaxation:

 τ12 = τ (N) + τ (e)
(3.5)
 λ ∂ τ (e) + τ (e) = µ(e) χ τ (N) = µ(N) χ
∂t
Les viscosités µ(N) et µ(e) sont respectivement appelées viscosité "Newtonienne" et viscosité "élastique" du
fluide. Ce type de modèle, introduit par Jeffrey en 1929, est appelé modèle différentiel monodimensionnel de
Jeffrey.
L’analogie mécanique de ce modèle rhéologique est immédiate (c.f. figure 3.4). Notons qu’en général il ne
sera pas possible, pour une fonction de relaxation quelconque, d’exhiber une équation différentielle (même
d’ordre supérieur à 1) dont τ12 serait la solution. Ainsi, pour un fluide arbitraire, on sera plutôt amener à
manipuler le modèle intégral si on connaît expérimentalement la fonction G. Pour un fluide présentant une
viscosité Newtonienne, on obtient donc des modèles intégraux de la forme:
Z +∞
(N)
τ12 (x,t) = µ χ(x,t) + G(s)χ(x,t − s) ds (3.6)
0

qui sont appelés modèles intégraux infinitésimaux de type "Jeffrey".


L’expérience montre que la plupart des fluides réels ont en général un comportement infinitésimal de type
"Jeffrey", plutôt que de type Maxwell, en petites perturbations. Notons que la viscosité à faible taux de cisaille-
ment en écoulement viscométrique de ces modèles est alors:
Z +∞
µ(0) = G(s) ds + µ(N) (3.7)
0

R +∞
La partie µ(e) = 0 G(s) ds est appelée, comme pour le modèle différentiel, viscosité élastique.
Note: On peut s’étonner d’observer que l’expression (3.6) n’a pas été obtenue en conclusion de l’expérience
étudiée dans le sous paragraphe 3.1.1 précédent. En réalité, pour identifier expérimentalement G, on y a
supposé au départ que l’on avait imposé instantanément dans tout le fluide un échelon de déplacement. Si
c’était réellement possible le modèle (3.6) prévoirait une contrainte infinie sur le cylindre intérieur à l’instant
initial. En fait, tout vient de ce que l’on a négligé l’inertie du fluide, ce qui n’est pas justifié aux temps très courts.
En effet, aux temps très courts le cisaillement créé sur le cylindre extérieur n’a pas le temps de diffuser - avec
la viscosité µ(N) - jusqu’au cylindre intérieur où l’on relève le couple: le comportement est alors bien élastique,
caractérisé par G(0), et la viscosité Newtonienne n’intervient qu’aux temps plus longs. La courbe C(t) relevée
78 CHAPITRE 3. FLUIDES VISCOÉLASTIQUES

n’est donc toutefois pas rigoureusement proportionnelle à la fonction G de (3.6) et la superposition "naïve"
de la fin du paragraphe précédent n’est finalement justifiée que si la viscosité Newtonienne est négligée.
Rt En
pratique, dans les polymères en solution, elle est très rapidement petite devant la viscosité élastique 0 G(s) ds.
Notons d’ailleurs qu’il est expérimentalement très difficile d’accéder aux valeurs de G aux temps courts car les
dispositifs de mesure de couple sont rapidement limités en hautes fréquences.

3.2 Les modèles infinitésimaux classiques de fluides viscoélastiques


incompressibles.
3.2.1 Les modèles tridimensionnels.
Rappelons (c.f. paragraphe (2.6)) que dans un écoulement de cisaillement unidirectionnel plan la vitesse
est donnée par:
v(x,t) = v1 (x,t)e1 v1 (x,t) = v(x2 ,t)
et on sait qu’alors:
∂v1
τ12 (x,t) = τ ( (x,t − s))
s≥0 ∂x2

Si on approche la fonctionnelle de cisaillement par l’expression linéarisée 3.1, on aura donc:


Z +∞
∂v1
τ12 (x,t) = G(s) (x,t − s) ds
0 ∂x2
Pour un modèle de Maxwell à un seul temps de relaxation, on a vu que τ12 est alors solution de l’équation
différentielle:
∂ ∂v1
λ τ12 + τ12 = µ
∂t ∂x2
où λ = µ/G(0). C’est à dire:

λ τ12 + τ12 = 2µD12
∂t
où D est le tenseur des taux de déformation. Les rhéologues ont alors proposé de généraliser cette relation
dans des écoulements instationnaires quelconques à toutes les composantes du déviateur des contraintes. C’est
à dire de supposer que le déviateur des contraintes et le tenseur des taux de déformation sont liés par la loi:

λ τ (x,t) + τ (x,t) = 2µD(x,t)
∂t
Ce modèle est appelé modèle différentiel infinitésimal de Maxwell. Comme on peut toujours supposer, physi-
quement, que τ (x,t) exp(t/λ) → 0 quand t → −∞, la solution de cette équation est:
Z
2µ +∞ − s
τ (x,t) = e λ D(x,t − s) ds
λ 0
On voit donc que τ est bien un déviateur et que le modèle, de ce point de vue, est acceptable. Pour un fluide
incompressible le modèle différentiel de Maxwell s’écrit donc:

 σ (x,t) = −pId + τ
(Maxwell) (3.8)
 λ ∂ τ (x,t) + τ (x,t) = 2µD(x,t)
∂t
De la même manière on peut introduire le modèle différentiel infinitésimal de Jeffrey:

 σ (x,t) = −pId + 2µ(N) D(x,t) + τ (e) (x,t)
(Jeffrey) (3.9)
 λ ∂ τ (e) (x,t) + τ (e) (x,t) = 2µ(e) D(x,t)
∂t
à deux viscosités.
De manière plus générale on introduit les modèles infinitésimaux intégraux de type Maxwell pour les fluides
incompressibles: Z +∞
σ (x,t) = −p(x,t)Id + 2 G(s)D(x,t − s) ds (3.10)
0
3.2. LES MODÈLES INFINITÉSIMAUX CLASSIQUES 79

et les modèles infinitésimaux intégraux de type Jeffrey:


Z +∞
σ (x,t) = −p(x,t)Id + 2µ(N) D(x,t) + 2 G(s)D(x,t − s) ds (3.11)
0

G est la fonction de relaxation du fluide.

3.2.2 Violation de l’objectivité matérielle.


Ces modèles infinitésimaux semblent simples mais en fait posent plus de problèmes qu’ils n’en résolvent.
1. Observons d’abord une singularité essentielle. Le tenseur τ (x,t) est le déviateur des contraintes au point
x à l’instant t. Ce point est occupé à cet instant par une certaine particule X. On sait alors que pour
un fluide simple, τ (x,t) est une fonction du passé cinématique de cette particule X. Or, les expressions
intégrales (3.10-3.11) montrent que ce n’est pas le passé cinématique de X qui intervient mais le passé
cinématique du point géométrique x. On voit que ce n’est pas cohérent avec les principes de la physique
du milieu continu et que c’est même absurde. En effet, il se peut très bien qu’un écoulement soit assez
complexe pour qu’un domaine géométrique donné de l’espace ne soit pas en permanence occupé par des
particules. Dans ces conditions on est alors incapable de calculer D(x,t − s) sur tout le passé et le modèle
est inutilisable.
2. Le modèle n’est pas objectif ce qui est facile à vérifier. Voyons justement sur un exemple comment l’ab-
sence de l’objectivité matérielle conduit à un modèle absurde. Pour cela, considérons un fluide simple
incompressible non thermodépendant, qui suivrait par exemple un modèle de type Maxwell (3.10), en
écoulement de Couette plan entre deux plaques parallèles de taux de cisaillement γ̇ constant. Cet écou-
lement est mécaniquement admissible, comme on le sait. Supposons alors que le dispositif expérimental
soit monté sur un plateau tournant autour de l’axe Oz perpendiculaire aux plaques, à la vitesse angulaire
Ω > 0 constante 1 . Considérons alors deux observateurs, l’un fixe dans un référentiel Galliléen et l’autre
lié au plateau. Désignons par (OXY z) un repère fixe qui coïncide à l’instant initial avec le repére mobile
(Oxyz) lié au plateau. Désignons par (I,J,k) la base orthonormée associée à (OXY z) et par (i,j,k) la
base mobile associée à (Oxyz). Désignons par τ ∗ le déviateur des contraintes vu par l’observateur lié au
plateau et par τ celui vu par l’observateur fixe. Dans le référentiel lié au plateau l’écoulement est un
écoulement de Couette stationnaire est, avec un modèle de Maxwell, τ ∗ est tout simplement donné par :
 
0 1 0
[ττ ∗ ](i,j,k) (x,y,z,t) = µγ̇ 1 0 0 (3.12)
0 0 0
R +∞
où µ = 0 G est la viscosité du modèle de Maxwell. La vitesse relative du fluide par rapport au plateau
en un point de coordonnées relatives (x,y,z) est:

vr (x,y,z,t) = γ̇yi

Pour l’observateur fixe la vitesse d’une particule fluide qui occupe le point (X,Y,z) à un instant t est
donc:
V(X,Y,z,t) = γ̇yi + ve
où ve est la vitesse d’entraînement. En changeant de coordonnées il vient:

V(X,Y,z,t) = γ̇[cos(Ωt)Y − sin(Ωt)X][cos(Ωt)I + sin(Ωt)J] + ve

Comme la vitesse d’entraînement est celle d’un mouvement de solide, son gradient est antisymétrique et
le tenseur des taux de déformations pour l’observateur fixe est donc:

∇(X,Y,z) vr +T ∇ (X,Y,z) vr )
2D(X,Y,z,t) = γ̇(∇

Soit, matriciellement sur la base (I,J,k):


 
− sin(2Ωt) cos(2Ωt) 0
γ̇
[D(X,Y,z,t)] =  cos(2Ωt) sin(2Ωt) 0
2
0 0 0
1 On peut bien supposer que Ω est positive, quitte à retourner Oz.
80 CHAPITRE 3. FLUIDES VISCOÉLASTIQUES

Et donc:
 
sin(2Ωs) cos(2Ωs) 0
γ̇
[D(X,Y,z,t − s)] = cos(2Ωt) cos(2Ωs) − sin(2Ωs) 0
2
0 0 0
 
− cos(2Ωs) sin(2Ωs) 0
γ̇
+ sin(2Ωt)  sin(2Ωs) cos(2Ωs) 0
2
0 0 0
Ainsi le déviateur des contraintes pour l’observateur fixe, utilisant le modèle de Maxwell, est:
   
s c 0 −c s 0
[ττ (X,Y,z,t)](I,J,k) = γ̇[cos(2Ωt) c −s 0 + sin(2Ωt)  s c 0
0 0 0 0 0 0
R +∞ R +∞
où s = 0 G(s) sin(Ωs) ds et c = 0 G(s) cos(Ωs) ds. On peut introduire l’angle Θ ∈ [0,2π[ défini par:
p p
c = c2 + s2 cos(Θ) s = c2 + s2 sin(Θ)

Notons que comme G est positive et décroissante vers 0 il est facile de voir que:
Z Ωπ
2 π
s≥ G(s) sin(Ωs) ds ≥ G( )
0 Ω Ω
De sorte que s est strictement positif et donc que c2 + s2 6= 0. D’ailleurs, pour un modèle de Maxwell à
un temps de relaxation, le calcul est immédiat et on a:
µ µλΩ
c= s=
1 + λ 2 Ω2 1 + λ 2 Ω2
On a alors tout simplement:
 
sin(2Ωt − Θ) cos(2Ωt − Θ) 0
γ̇ cos(2Ωt − Θ)
[ττ (X,Y,z,t)](I,J,k) =√ − sin(2Ωt − Θ) 0
c2 + s 2 0 0 0

Or, d’après le principe d’objecticité matérielle on devrait avoir: τ ∗ (x,y,z,t) = Qττ (X,Y,z,t)T Q où Q est
la rotation d’angle Ωt autour de Oz. Ce qui signifie simplement que la matrice de τ (X,Y,z,t) dans la base
(I,J,k) doit être égale à celle de τ ∗ (x,y,z,t) dans la base (i,j,k). Ce qui implique, vu l’expression (3.12)
de [ττ ∗ (x,y,z,t)](i,j,k) :
p
2Ωt − Θ = 0 (2π) et µ c2 + s 2 = 1
Or, c’est impossible puisque Θ ne dépend pas de t ni, d’ailleurs, µ de Ω.
En conséquence, les modèles linéaires infinitésimaux ne vérifient pas le principe d’objectivité matérielle et
ne sont pas acceptables comme modèles rhéologiques: ils ne peuvent être que des modèles asymptotiques en un
sens qu’il faudra préciser. Pour cela, le plus simple est de partir de l’expression générale de la loi rhéologique,
comme on l’a fait pour les écoulements viscométriques, et de voir sous quelles hypothèses on peut obtenir ces
modèles linéaires.

3.3 Modèles objectifs intégraux


3.3.1 Fluides simples à mémoire evanescente.
Ce qui suit est essentiellement la théorie de B.D. Colleman et W. Noll.

I Proposition 3.1 Soit F la fonctionnelle constitutive d’un fluide simple. Alors, il existe une fonctionnelle
G telle que, pour tout mouvement de ce fluide compatible avec l’incompressibilité si il y a lieu, on ait:

F (Ft (x,t − s)) = G (Ct (x,t − s)) (3.13)


s≥0 s≥0

où Ct =T Ft · Ft est le tenseur des déformations relatives de Cauchy.


3.3. MODÈLES OBJECTIFS INTÉGRAUX 81

W. Noll appelle le tenseur Ct , histoire du mouvement. Quand il n’y aura pas d’ambiguïté on utilisera
également la notation:
G(s) = Ct (x,t − s) (3.14)
Pour voir la proposition, on utilise la décomposition polaire de Ft et on applique le principe d’objectivité
matérielle. On vérifie également que la fonctionnelle G est isotrope. C’est à dire qu’elle est telle que pour tout
endomorphisme orthogonal Q on a:

Q · G(G) ·T Q = G(Q · G ·T Q)

Rappelons que l’approximation linéaire de la fonctionnelle de cisaillement que l’on a obtenue au paragraphe
3.1.1 est: Z +∞
τ (f ) ≈ G(s)f (s) ds (3.15)
s≥0 0
Cette approximation est donc le terme d’ordre 1 d’un développement limité de la fonctionnelle de cisaillement.
Pour que ceci ait un sens il faut toutefois préciser l’espace vectoriel normé sur lequel on considère les fonctions
f qui interviennent. De manière plus générale, on est donc conduit à rechercher un développement limité de
la fonctionnelle G.
Vu la forme approchée de la fonctionnelle de cisaillement on voit que - à ce niveau de description - les
déformations subies dans le passé ont d’autant moins d’influence sur la valeur de la contrainte actuelle qu’elles
ont eu lieu dans un passé lointain. Il est alors naturel de choisir comme norme sur les histoires, une norme de
la forme: Z +∞
||G|| = [ h(s)G(s) : G(s) ds]1/2 (3.16)
0

où h est une fonction poids, décroissante et tendant vers 0 à l’infini. Désignons donc par L 2 ([0, + ∞[,h)
l’ensemble des fonctions définies sur [0, + ∞[ et à valeurs dans S(E) (l’espace vectoriel des endomorphismes
symétriques: cas compressible), ou dans D(E) (l’espace vectoriel des endomorphismes symétriques de trace
nulle: cas incompressible), qui sont de carré intégrable pour le poids h. On choisi bien sûr h pour que cette
espace contiennent au moins les histoires des écoulements viscométriques et des mouvements rigidifiants, mais
la forme explicite de h n’a pas d’incidence sur ce qui va suivre 2 . Notons que L2 ([0, + ∞[,h) est un espace
de Hilbert sur lequel, grâce au théorème de Riesz, les formes linéaires se représente par des intégrales. On
voit donc que l’on pourra retrouver notre approximation linéaire de la fonctionnelle de cisaillement par un
développement limité.

Définition 3.1 (Mémoire evanescente) On dit qu’un fluide simple est à mémoire evanescente si la
fonctionnelle G est définie et continue sur L2 ([0, + ∞[,h).
Ceci signifie simplement que les tenseurs des contraintes de deux mouvements seront d’autant plus proches
que leurs histoires différent dans un passé lointain. Cette définition n’est donc qu’une traduction mathématique
de ce principe. Pour pouvoir faire des calculs il faut bien sûr demander un peu plus que la continuité. En
particulier, pour obtenir un développement limité au voisinage du repos il faut demander la différentiabilité
au voisinage de l’identité (i.e. de l’application s 7→ Id).
Pour ce qui suit, on va donc supposer que la fonctionnelle G est définie et différentiable sur L 2 ([0, + ∞[,h)
au voisinage de l’identité.

3.3.2 Viscoélasticité linéaire finie


I Proposition 3.2 Considérons un fluide simple à mémoire evanescente pour lequel la fonctionnelle G
est différentiable au voisinage de la fonction : s 7→ Id. Alors, il existe deux fonctions scalaires m et λ telles
que, si le fluide est compressible on ait:
Z Z +∞
1 +∞
G (G(s)) = −pth Id + λ(s)tr(G(s)) ds Id + m(s)G(s) ds + o(||G − Id||) (3.17)
s≥0 3 0 0

et, si le fluide est incompressible, on ait:


Z Z +∞
1 +∞
G (G(s)) = λ(s)tr(G(s)) ds Id + m(s)G(s) ds + o(||G − Id||) (3.18)
s≥0 3 0 0
1
2 Il suffit donc de prendre h(s) = O( s5+ ) avec  > 0 arbitraire.
82 CHAPITRE 3. FLUIDES VISCOÉLASTIQUES

où, dans le cas compressible, pth est la pression thermodynamique à l’équilibre. Dans le cas incompressible, les
fonctions λ et m vérifient, de plus, la condition:
Z +∞
(m(s) + λ(s)) ds = 0 (3.19)
0

Notons qu’en principe les fonctions m et λ dépendent également de la densité et de la température. La


fonction m est appelée fonction mémoire du fluide.
La démonstration s’appuie sur le lemme suivant:

Lemme 3.3.1 Soit H une application linéaire continue de L2 ([0,+∞[,h) dans S(E) qui est isotrope. Alors,
il existe deux fonctions scalaires a et b telles que:
Z +∞ Z +∞
∀G ∈ L2 ([0, + ∞[,h) : H(G) = a(s)tr(G(s)) ds Id + b(s)G(s) ds
0 0

Admettons le lemme, qui est une conséquence facile du théorème de représentation de Riesz-Fischer, et
voyons que le résultat s’en déduit. Comme G est différentiable en l’identité, on a:

G(G) = G(Id) + G0 (G − Id) + o(||G||)

Or, d’après le principe d’objectivité matérielle, il est facile de voir que G0 est isotrope. En se rappelant que
G(Id) est soit le tenseur des contraintes au repos (cas compressible) soit 0 (cas incompressible), le résultat
s’en déduit par identification.

Définition 3.2 On dit qu’une loi rhéologique est une loi de viscoélasticité linéaire finie si elle est de la
forme: Z Z +∞
1 +∞
σ (x,t) = −pth Id + λ(s)tr(Ct (x,t − s)) ds Id + m(s)Ct (x,t − s) ds (3.20)
3 0 0
dans le cas compressible, ou bien:
Z +∞
σ (x,t) = −p(x,t)Id + m(s)Ct (x,t − s) ds (3.21)
0

dans le cas incompressible

Pour un fluide simple à mémoire evanescente, la viscoélasticité linéaire finie consiste donc a approcher sa
loi rhéologique par le premier terme de son développement limité au voisinage du repos. On parle donc de
viscoélasticité linéaire finie pour indiquer que l’on considère des valeurs finies de la déformation et non pas des
valeurs "infinitésimales" comme pour un développement limité. La loi (3.21) est connue sous le nom de liquide
élastique de Lodge. On dit également qu’il s’agit d’un modèle intégral de type Maxwell sous-convecté. On verra
un peu plus loin l’origine de ce vocabulaire.
On supposera toujours que la fonction mémoire (et la fonction λ pour les fluides compressibles) est suffi-
samment régulière pour justifier tous les calculs.
La théorie des fluides simples à mémoire evanescente qui permet de justifier ce modèle comme étant une
approximation linéaire d’un comportement à priori plus complexe est due à B.D. Coleman et W.Noll[5, 2].
On rencontrera dans la littérature ce type de modèle écrit également avec le tenseur de Lagrange C t − Id
(les anglo-saxons ne mettent en général pas le facteur 1/2), comme par exemple dans [17], ce qui est bien sûr
équivalent.
On notera que ces modèles sont linéaires par rapport aux tenseur de Cauchy et donc qu’ils sont quadratiques
en déplacements: l’utilisation de ces modèles dans les équations de la mécanique va donc en général conduire
à des équations qui sont non linéaires par rapport aux champs de vitesse et de déplacement, qui plus est
Lagrangiennes.
Comme le modèle est le premier terme d’un développement limité, on s’attend donc à ce que la validité de
ce type de modèle soit expérimentalement limitée aux "petites" histoires au sens de la norme de la mémoire
evanescente. Notons que ceci ne nous limite pas aux petites perturbations, contrairement à l’élasticité linéaire
classique: il peut y avoir de "grandes déformations", pourvues qu’elles soient effectuées dans le "passé" ce qui
est bien compatible avec un écoulement fluide où, en général, on atteint de grandes déformations au voisinage
des parois.
3.3. MODÈLES OBJECTIFS INTÉGRAUX 83

R +∞
Attention que dans le cas incompressible il y a une subtilité: on a absorbé le terme 13 0 λ(s)tr(G(s)) ds
Rdans la fonction arbitraire p. Il en résulte que p n’est pas la pression ou encore, ce qui est équivalent, que
+∞
0
m(s)C t (x,t − s) ds n’est pas le déviateur des contraintes.
On notera qu’un modèle de viscoélasticité linéaire finie vérifie automatiquement le principe d’objectivité
matérielle et ce, vu la loi de transformation du tenseur des déformations de Cauchy par changement de
référentiel (vérifiez...).

3.3.2.1 La fonction de relaxation


Il est utile d’introduire la fonction G, définie sur R+ par:
Z +∞
G(t) = − m(s) ds (3.22)
t

C’est donc une primitive de la fonction mémoire m et on va voir que c’est bien la fonction de relaxation que
l’on a introduit à partir de l’expérience de fluage.
Rappelons que Ct (x,t) = Id. En intégrant par parties, il vient:
Z +∞ Z +∞

m(s)Ct (x,t − s) ds = −G(0)Id + G(s) [−Ct (x,t − s)] ds
0 0 ∂s
Pour un fluide incompressible, on peut encore absorber le terme G(0)Id dans la partie hydrostatique indéter-
minée et il vient:
Z +∞

σ (x,t) = −p(x,t)Id + G(s) [−Ct (x,t − s)] ds (Incompressible) (3.23)
0 ∂s
On notera (voir le chapitre cinématique) que:

[−Ct (x,t − s)]|s=0 = 2D(x,t)
∂s
Considérons alors un fluide incompressible qui vérifie cette loi rhéologique et réalisons une expérience
de fluage. C’est à dire qu’on lui impose brusquement une déformation, que l’on maintient stationnaire aux
instants t > 0, alors qu’il était initialement au repos. Cette histoire fait bien partie de L 2 ([0, + ∞[,h) et la
théorie s’applique. On aura alors:
Ft (x,t − s) = F0 (x)Y (s − t) + Id
et donc:
Ct (x,t − s) = C0 (x)Y (s − t) + Id
T T
où C0 = F0 + F0 + F0 · F0 . Un calcul direct donne:

σ (x,t) = −(G(0) + p(x,t))Id − G(t)C0 (x) (3.24)

Si on choisit pour déformation un glissement simple rapporté à une base orthonormée B = (e 1 ,e2 ,e3 ), on a
alors:  
0 −γ 0
[C0 ]B = −γ γ 2 0
0 0 0
d’où l’on déduit:
τ12 (x,t) = γG(t)
Par ailleurs, on a:

[−Ct (x,t − s)]|s=0 = −C0 (x)δ0 (t − s)
∂s
Or, comme les particules sont immobiles pour t 6= 0, on en déduit que
1
D(x,t − s) = − C0 (x)δ0 (t − s)
2
soit, ici: γ̇ = γδ(t − s). Or, on sait que τ12 s’exprime aussi à l’aide de la fonctionnelle de cisaillement:

τ12 (x,t) = τ (γδ0 (t − s))


s≥0
84 CHAPITRE 3. FLUIDES VISCOÉLASTIQUES

En identifiant, on voit donc que G est bien la fonction de relaxation. Comme elle est convexe, décroissante
positive, on en déduit que G0 = m est négative et croissante. On voit donc que la fonction mémoire m, au
même titre que la fonction de relaxation G, est une caractéristique du fluide et non du modèle. Le plus souvent,
on rencontrera des fonctions mémoires de type "Maxwell généralisé", pour lesquelles G est donnée par (3.4),
qui rendent assez bien comptent des expériences de relaxation.
On notera que la gamme de validité des modèles infinitésimaux classiques est à priori celle pour laquelle:
1) l’hypothèse de viscoélasticité linéaire finie est vérifiée et, 2) on a l’approximation:

[−Ct (x,t − s)] ≈ 2D(x,t − s)
∂s
dans un sens qui reste à préciser. C’est ce que l’on examinera un peu plus loin.

3.3.3 Modèles intégraux sur-convectés


Toute la théorie précédente repose sur le passage de la fonctionnelle F à la fonctionnelle G, grace à l’objec-
tivité matérielle. En fait, on pouvait aussi bien exprimer l’histoire cinématique du matériau à l’aide de C −1 t .
Plus précisément:

I Proposition 3.3 Soit F la fonctionnelle constitutive d’un fluide simple. Alors, il existe une fonctionnelle
H telle que, pour tout mouvement de ce fluide compatible avec l’incompressibilité si il y a lieu, on ait:
F (Ft (x,t − s)) = H (C−1
t (x,t − s)) (3.25)
s≥0 s≥0

où Ct est le tenseur des déformations relatives de Cauchy.


Notons qu’il est très naturel de faire apparaître le tenseur C−1
t pour l’analyse des contraintes. En effet, on
sait que les contraintes sont des forces surfaciques et il est assez logique de penser qu’elles sont sensibles à la
déformation passée des "facettes" sur lesquelles elles agissent. Or, on sait que que C −1
t caractérise précisément
la déformation des surfaces en mesurant les variations relatives d’aires 3 .
Il est naturel de demander à H de vérifier le principe de la mémoire evanescente, c’est à dire d’être définie
et continue sur L2 ([0, + ∞[,h). La théorie du paragraphe précédent s’applique à l’identique et on en déduit la:

I Proposition 3.4 Considérons un fluide simple pour lequel la fonctionnelle H est différentiable sur
L2 ([0, + ∞[,h) au voisinage de la fonction : s 7→ Id. Alors, il existe deux fonctions scalaires m̃ et λ̃ telles
que, si le fluide est compressible on ait:
Z
1 +∞
H (G−1 (s)) = −pth Id + λ̃(s)tr(G−1 (s)) ds Id
s≥0 3 0
Z +∞ (3.26)
−1 −1
+ m̃(s)G (s) ds + o(||G − Id||)
0

et, si le fluide est incompressible, on ait:


Z Z +∞
−1 1 +∞ −1
H (G (s)) = λ̃(s)tr(G (s)) ds Id + m̃(s)G−1 (s) ds + o(||G − Id||) (3.27)
s≥0 3 0 0

où, dans le cas compressible, pth est la pression thermodynamique à l’équilibre. Dans le cas incompressibles,
les fonctions λ̃ et m̃ vérifient, de plus, la condition:
Z +∞
(m̃(s) + λ̃(s)) ds = 0 (3.28)
0

Pour les fluides incompressibles on peut, comme pour les modèles sous-convectés, absorber tous les facteurs
de l’identité dans une même fonction et on obtient un modèle linéaire en C −1 t en ne retenant que le premier
terme du développement limité. Si on examine une expérience de fluage, comme on l’a fait au paragraphe
précédent, il est alors facile de voir que la fonction de relaxation est donnée par:
Z +∞
G(t) = m̃(s) ds
t
3 Rigoureusement, il n’indique exactement les variations relatives d’aires que pour les milieux incompressibles sinon il faut le
pondérer par la variation de densité.
3.3. MODÈLES OBJECTIFS INTÉGRAUX 85

En conséquence la fonction mémoire m̃ n’est rien d’autre que −m. Finalement, pour un fluide incompressible
et en se limitant au premier terme du développement limité on obtient:
Z +∞
σ (x,t) = −p(x,t)Id − m(s)C−1
t (x,t − s) ds (Incompressible) (3.29)
0

où m est la fonction mémoire du fluide. La loi (3.29) est appelée modèle intégral de type Maxwell sur-convecté.
Contrairement aux modèles sous-convectés, les modèles sur-convectés prévoient l’effet Weissenberg.
On rencontre dans la littérature des modèles qui sont la superposition de modèles sous-convectés et sur-
convectés, c’est à dire de la forme:
Z +∞
σ (x,t) = −p(x,t)Id + m(s)[(1 + )Ct (x,t − s) + C−1
t (x,t − s)] ds (3.30)
0

où m est la fonction mémoire du fluide. On pense, en général que ce type de modèle est un bon compromis
entre des modèles linéaires par rapport au tenseur de déformation et la prédiction d’effets de contraintes
normales qui sont au moins quadratiques en taux de déformations (voir les développements limités des fonctions
viscométriques).

3.3.4 Modèles infinitésimaux en petites perturbations.


Supposons que l’on étudie une famille de mouvements qui dépend régulièrement d’un paramètre réel  de
telle sorte que pour  = 0 le mouvement soit le repos. On a alors:
(1)
Ft (τ,x,) = Id + Ft (τ,x) + o()

uniformément en t, τ et x. On sait qu’à l’ordre principal en , le tenseur des déformations de Lagrange est égal
à la partie symétrique du gradient de déplacement. C’est à dire, pour le tenseur de Cauchy:

∇ξ t (τ,x,) +T ∇ξ t (τ,x,)] + o()


Ct (τ,x,) = Id + [∇ (3.31)

où ξ t = χt − Id est le champ Lagrangien de déplacement. On en déduit que:

C−1 ∇ξ t (τ,x,) +T ∇ξ t (τ,x,)] + o()


t (τ,x,) = Id − [∇ (3.32)

Et comme les fonctionnelles G et H sont continues et différentiables en l’identité on obtient à l’ordre principal
en , pour un fluide incompressible:
Z +∞
σ (x,t) = −p(x,t)Id + ∇ξ t (t − s,x,) +T ∇ξ t (t − s,x,)] ds + o()
m(s)[∇
0

où l’on a, comme d’habitude, absorbé dans p tous les coefficients de Id. On notera que cette expression est la
même que l’on utilise un modèle sous-convecté (i.e. G) ou sur convecté (i.e. H). La loi:
Z +∞
σ (x,t) = −p(x,t)Id + ∇ξ t (t − s,x) +T ∇ξ t (t − s,x)] ds
m(s)[∇ (Incompressible) (3.33)
0

est donc une approximation à l’ordre principal en gradient de déformation d’un fluide simple à mémoire
evanescente en hypothèse de perturbation infinitésimale. On notera que contrairement aux modèles intégraux
sur et sous convectés la loi est maintenant linéaire en déplacement. C’est tout à fait l’analogue de la loi de
l’élasticité linéaire habituelle en petites perturbations.
Rappelons que:

Ft (x,τ ) = ∇ Vt (x,τ )
∂τ
où ∇ Vt (x,τ ) est le gradient de la vitesse Lagrangienne. Désignons par D ct le tenseur des taux de déformations
Lagrangien:
ct (x,τ ) = 1 [∇
D ∇Vt (x,τ ) +T ∇ Vt (x,τ )]
2
En intégrant par parties dans (3.33), il vient:
Z +∞
σ (x,t) = −p(x,t)Id + 2 G(s)D ct (x,t − s) ds (3.34)
0
86 CHAPITRE 3. FLUIDES VISCOÉLASTIQUES

Attention que p n’est plus la même fonction.


On voit qu’il s’agit d’une "version Lagrangienne" du modèle linéaire infinitésimal de type Maxwell. En
ct est bien défini pour
particulier le premier problème soulevé au paragraphe 3.2.2 ne se présente plus puisque D
la particule qui occupe la position x à l’instant t. Cependant, ce modèle ne vérifie pas, non plus, le principe
d’objectivité matérielle. On laisse au lecteur le soin de s’en assurer directement.

3.3.5 Modèles infinitésimaux en petits déplacements ou en mouvements infini-


ment lents.
Au vu de (3.34) on voit que les modèles infinitésimaux classiques de type Maxwell correspondent à une
hypothèse de perturbation infinitésimale dans la quelle, de plus, on peut identifier D ct et D. Ceci est possible
si les positions des particules varient de manière infinitésimale c’est à dire que les déplacements - et non pas
seulement leurs gradients - sont infinitésimaux ce qui correspond à des mouvements relatifs infiniment lents.
Voyons cela.
Considérons donc que le mouvement relatif est de la forme:
(1)
χt (x,τ ) = x + χt (τ,x) + o()
uniformément en t, τ et x ainsi que pour toutes les dérivées. On est à fortiori en perturbations infinitésimales
et le modèle (3.34) donne le comportement à l’ordre principal en  d’un fluide à mémoire evanescente. Mais de
plus, on a:
χτ (x,t) = x + O()
Or:
v(x,τ ) = Vt (χτ (x,t),τ )
d’où:
∇ v(x,τ ) = ∇ Vτ (x,τ ) = ∇ Vt (χτ (x,t),τ )Fτ (x,t) = ∇ Vt (x + O(),τ ) · [Id + O()]
Et comme ∇ Vt est déjà d’ordre , il reste:
∇ v(x,τ ) = ∇ Vt (x,τ ) + o()
ct et D. Finalement, on en déduit que le comportement d’un fluide simple à mémoire
On peut donc identifier D
evanescente en mouvement infiniment lent est donné à l’ordre principal en epsilon (i.e. en déplacement) par:
Z +∞
σ (x,t) = −p(x,t)Id + 2 G(s)D(x,t − s) ds
0

et on retrouve les modèles infinitésmaux classiques. On comprend mieux alors pourquoi le modèle était absurde
dans l’expérience du plateau tournant. En effet, pour que le mouvement vu par l’observateur mobile soit
infiniment lent il faut que Ω → 0.

3.3.6 Modèles de type Oldroyd


Notons que pour retrouver un comportement de fluide visqueux à partir d’un modèle intégral, sur ou
sous convecté, il faut supposer que la fonction de relaxation est une mesure de Dirac à l’origine, ce qui n’est
physiquement pas possible.
D’un point de vue mathématique, il n’est pas possible de choisir une fonction poids h qui permettrait

d’obtenir le fluide visqueux comme fluide à mémoire evanescente car la fonctionnelle: C t 7→ −2µ ∂s Ct (x,t −
s)|s=0 = 2µD, qui devrait être la fonctionnelle G dans ce cas, n’est en général pas définie ni à fortiori continue
sur L2 ([0, + ∞[,h) quelque soit le choix de la fonction intégrable h. Autrement dit, le fluide visqueux n’est pas
un fluide à mémoire evanescente.
D’un point de vu physique, dans un fluide tel qu’un polymère en solution, les molécules de solvant sont
en général très mobiles et seront donc associées à des temps de relaxation très courts, d’ordre microscopique.
Examinons alors le comportement asymptotique d’un modèle de viscoélasticité linéaire finie quand la fonction
de relaxation à une durée caractéristique λ très courte. On aura:
Z +∞ Z λ
∂ ∂
G(s) [−Ct (x,t − s)] ds ∼ G(s) [−Ct (x,t − s)] ds
0 ∂s 0 ∂s

∼ λG(0)(− Ct (x,t − s)|s=0 ) = λG(0)D(x,t)
∂s
3.3. MODÈLES OBJECTIFS INTÉGRAUX 87

On sait que λG(0) est une viscosité et on voit donc qu’un fluide viscoélastique ayant un temps de relaxation
très court devant la durée caractéristique de variation de la déformation se comporte comme un fluide visqueux.
Ainsi, dans un fluide tel qu’un polymère en solution, sur les échelles de temps macroscopiques sur les quelles
on peut développer une mécanique du milieu continu on doit s’attendre à ce que la contribution au tenseur
des contraintes des particules les plus mobiles soit une contribution visqueuse. Autrement dit on doit corriger
une loi de mémoire evanescente en une loi de la forme (pour un fluide incompressible par exemple):

σ (x,t) = −p(x,t)Id + F (Ft (x,t − s)) + f (D(x,t))


s≥0

où F est une fonctionnelle à mémoire evanescente caractérisant les "processus" dont les temps de relaxation
sont d’ordre macroscopique et où f est une loi de comportement d’un fluide à mémoire instantanée (qui peut
d’ailleurs dépendre des dérivées temporelles d’ordres plus élevés) caractérisant les "processus" dont les temps
de relaxation sont très courts et/ou d’ordre microscopique. Dans une théorie linéarisée, il n’est pas cohérent
de garder des termes d’ordre 2 dans f puisque la contribution aux temps longs d’un modèle de viscolélasticité
linéaire finie est Newtonienne, c’est à dire linéaire en D. Ainsi, les modèles "linéarisés" pertinents pour les
solutions sont de la forme (cas incompressible par exemple):
 Z +∞

 (N )

 σ (x,t) = −p(x,t)Id + µ D(x,t) + m(s)Ct (x,t − s) ds (Sous − convecté)

 0

 Z +∞


 σ (x,t) = −p(x,t)Id + µ(N ) D(x,t) − m(s)C−1 (x,t − s) ds (Sur − convecté)
t
0



 σ (x,t) = −p(x,t)Id + µ(N ) D(x,t)



 Z +∞


 + m(s)[(1 + )C (x,t − s) + C−1 (x,t − s)] ds
t t (Mixte)
0

où µ(N ) est la viscosité Newtonienne déjà introduite dans les modèles infinitésimaux de Jeffrey. On dit qu’il
s’agit de modèles intégraux de type Oldroyd qui le premier à proposer des modèles objectifs ayant une viscosité
Newtonienne.

3.3.7 Modèles non linéaires


On a vu que les modèles intégraux objectifs de type Maxwell ou Oldroyd ne constituent qu’une approche
linéarisée du comportement en "petites déformations" au sens de la norme de la mémoire evanescente. En
particulier ils ne peuvent pas "capturer" correctement le comportement non linéaire éventuel des fonctions
viscométriques. On est donc amener, en principe, à rechercher un développement de loi constitutive à des
ordres plus élevés. Aux ordres suivants dans le développement de Taylor, grace au théorème de représentation
de Riesz, on voit que l’on va obtenir des fonctionnelles quadratiques, cubiques ... qui s’exprimerons sous forme
d’intégrales doubles, triples, ... Cependant, l’isotropie apporte de moins en moins de restrictions sur la forme
de ces fonctionnelles et ces modèles ne sont pas facilement exploitables car ils font intervenir beaucoup de
fonctions inconnues que l’on ne sait pas identifier simplement. A titre d’exemple citons la forme générale du
modèle sous-convecté que l’on obtient quand on approche F par son développement jusqu’à l’ordre 3 pour un
fluide incompressible.
Z +∞
σ (x,t) = − p(x,t)Id + m1 (s)Ct (x,t − s) ds+
0
Z +∞ Z +∞
[m2 (s,s0 )G(s)G(s0 ) + m3 (s,s0 )tr(G(s))G(s0 )] ds ds0 +
0 0
Z +∞ Z +∞ Z +∞
m4 (s,s0 ,s00 )G(s)[G(s0 ) : G(s00 )] ds ds0 ds00 +
0 0 0
Z +∞ Z +∞ Z +∞ (3.35)
0 00 0 00 0 00
m5 (s,s ,s )G(s)G(s )G(s ) ds ds ds +
0 0 0
Z +∞ Z +∞ Z +∞
m6 (s,s0 ,s00 )tr(G(s))G(s0 )G(s00 ) ds ds0 ds00 +
0 0 0
Z +∞ Z +∞ Z +∞
m7 (s,s0 ,s00 )tr(G(s))tr(G(s0 ))G(s00 ) ds ds0 ds00
0 0 0
88 CHAPITRE 3. FLUIDES VISCOÉLASTIQUES

On obtient des modèles analogues sur-convectés ou mixtes. Ces modèles sont souvent qualifiés de développement
intégraux codéformationnels.
En général, on n’utilise pas ces développements mais on rend compte des non linéarités en conservant
un modèle à une seule intégrale et en acceptant que la fonction mémoire puisse dépendre du tenseur des
déformations de Cauchy. D’après le principe d’objectivité matérielle elle doit être isotrope et ne peut dépendre
que des invariants scalaires de ce tenseur. Pour un fluide incompressible, le déterminant de C t vaut 1 et on
peut choisir pour deux autres invariants les traces de Ct et de C−1
t . Par suite on obtient des modèles généraux
de fluides viscoélastiques incompressible de la forme:
Z +∞
σ (x,t) = −p(x,t)Id + [M1 (s,IC (s),IC−1 (s))Ct (x,t − s)
0
+ M2 (s,IC (s),IC−1 (s))C−1
t (x,t − s)] ds

où:
IC (s) = tr(Ct (x,t − s)) IC−1 (s) = tr(C−1
t (x,t − s))

C’est avec ce type de modèle, en adaptant les fonctions M1 ,M2 pour tenir compte au mieux des données expé-
rimentales que l’on rend le mieux compte du comportement des polymères fondus ou en solutions concentrés
(c.f. [16]). Pour les solutions faiblement ou moyennement concentrées on ajoutera un terme correctif purement
visqueux comme dans les modèles intégraux sur ou sous convectés de type Oldroyd.
Notons que l’on pouvait obtenir des modèles non linéaires de ce type dans le cadre d’une théorie des fluides
à mémoire evanescente, en changeant de variable. C’est à dire en considérant que la fonctionnelle F n’est pas
une fonctionnelle de G mais une fonctionnelle de f (G) où f est une fonction qui, en principe, dérive d’un
potentiel, vu les lois de l’élasticité (voir le modèle KBKZ ci-dessous). L’isotropie impose de choisir f de la
forme:
f (G) = f1 (IG ,IG−1 )G + f2 (IG ,IG−1 )G−1
et, à l’ordre 1 le modèle qui en résulte est donc de la forme:
Z +∞
σ (x,t) = −p(x,t)Id + m(s)[f1 (IG ,IG−1 )G(s) + f2 (IG ,IG−1 )G−1 (s)] ds (3.36)
0

qui est un cas particulier du modèle général où les fonctions Mi se factorisent.

3.3.7.1 Les modèles KBKZ


Une classe de ces modèles non linéaires est celle des modèles de type KBKZ (de Kaye-Bernstein-Kearsley-
Zapas) inspirés de la théorie de l’élasticité. On va succinctement expliquer ici comment est introduite la fonction
mémoire des modèles KBKZ.
Pour cela, considérons d’abord un matériau isotrope du premier gradient que l’on déforme entre une
configuration Ω0 et une configuration Ω1 par un C 1 -difféomorphisme φ : Ω0 7→ Ω1 . On suppose que le matériau
est incompressible, de sorte que φ est de Jacobien unitaire et on suppose que dans la configuration Ω 0 le
matériau est dans son état naturel de référence et que l’état Ω1 est un état d’équilibre thermodynamique à la
température θ. On sait alors que le tenseur de Piola de l’état déformé est donné par:


P=ρ Ψ(θ,F)
∂F
où Ψ est la densité massique d’énergie libre qui est uniquement fonction de la température et du tenseur F = ∇ φ
et où ρ0 = ρ1 = ρ est la densité de masse. Par le principe d’objectivité matérielle et comme le matériau est
isotrope, Ψ ne dépend en fait que des invariants du tenseur des déformations de Cauchy C = T F · F. On peut
choisir comme invariants, contrairement à ce que l’on fait habituellement en élasticité, les trois scalaires:

I1 = det(C) IC = tr(C) = F : F = C : Id IC−1 = tr(C−1 ) = F−1 : F−1 = C−1 : Id

Pour un matériau incompressible, on a I1 = 1 et Ψ ne dépend en fait que de IC et IC−1 . Or, pour F inversible,
on a 4 :
(F + δF)−1 : (F + δF) = C−1 : Id − 2[ T F−1 · F−1 · T F−1 ] : δF
4 Car pour tout endomorphisme F inversible, on a dès que δF est assez petit: (F + δF) −1 = F−1 − F−1 · δF · F−1 + o(δF).
3.3. MODÈLES OBJECTIFS INTÉGRAUX 89

En conséquence le tenseur de Piola est donné par:


∂Ψ ∂Ψ T −1 −1
P = 2ρ[ F− ( F ·F · T
F−1 )]
∂IC ∂IC−1
et le tenseur de Cauchy sur Ω1 est donc donné par:
∂Ψ ∂Ψ
σ = −p(x,t)Id + P · T
F = −p(x,t)Id + 2ρ[ F ·T F − T
F−1 · F−1 ]
∂IC ∂IC−1
Si on considère que Ω0 est la configuration à l’instant τ et Ω1 celle à l’instant t et que φ est le mouvement
relatif χτ (t) = χt (τ )−1 , on a:

IC = Fτ (t) : Fτ (t) = Ft (τ )−1 : Ft (τ )−1 = ICt (τ )−1


IC−1 = Ft (τ ) : Ft (τ ) = ICt (τ )

et donc, la contrainte σ sur la configuration actuelle Ωt résultant de la seule déformation, supposée isotherme,
entre Ωτ et Ωt , si le milieu était élastique, serait:
∂Ψ ∂Ψ
σ = −p(x,t)Id + 2ρ[ Ct (τ )−1 − Ct (τ )]
∂ICt (τ )−1 ∂ICt (τ )

En réalité pour un fluide viscoélastique il y a relaxation de cette contrainte au cours du temps. Ainsi, on peut
en première approximation, dans une analyse linéaire de type Boltzmann, considérer qu’il existe une fonction
mémoire M , positive décroissante et tendant vers 0 en +∞, telle que la contribution à la contrainte à l’instant
actuel, t, due à la déformation isotherme entre les instants t − s ≤ t et t soit donnée par:
∂Ψ ∂Ψ
2ρM (s)[ Ct (t − s)−1 − Ct (t − s)]
∂ICt (t−s)−1 ∂ICt (t−s)

et que la contrainte totale, pour un mouvement isotherme, résulte de la somme des contributions passées, c’est
à dire en incorporant ρ et M dans le potentiel:
Z +∞
∂U ∂U
σ (x,t) = −p(x,t)Id + [ Ct (x,t − s) − C−1 (x,t − s)] ds (3.37)
0 ∂IC ∂IC−1 t

où U ≡ U (s,IC ,IC −1 ,θ) est un potentiel - qui s’identifie à l’opposée d’une densité volumique d’énergie libre -
qui dépend des deux invariants du tenseur des déformations relatives de Cauchy et de la durée s et qui décroît
assez vite vers 0 quand s → +∞. Il s’agit du modèle KBKZ proposé indépendamment en 1962 par Kaye
et en 1963 par Bernstein-Kearsley-Zapas en s’inspirant de la théorie thermodynamique des caoutchoucs. Ce
type de modèle rend bien compte de très nombreux résultats sur les polymères fondus ou en solutions, même
concentrées.
En pratique, on cherche à identifier expérimentalement le potentiel à partir d’expériences simples, ce qui
n’est en général pas évident.
A titre d’exemple, le modèle phénomènologique suivant, dit "à rupture de réseau" et qui est apparenté aux
modèles KBKZ, a été proposé par Tanner et Simmons 5 en 1967 pour les polymères en solutions:
Z TR
σ (x,t) = −p(x,t)Id + m(s)[(1 + )Ct (x,t − s) + C−1
t (x,t − s)] ds (3.38)
0

TR est un temps dit "temps de rupture" du réseau qui, d’après les auteurs, doit dépendre des invariants de
Ct .

3.3.7.2 Modèles phénomènologiques


Certains auteurs ont cherché à préciser l’expression de la fonction mémoire pour les polymères en solution
en supposant que les non linéarités sont dues aux comportement de l’enchevêtrement des chaînes de polymères
en un réseau tridimensionnel. L’hypothèse fondamentale est que l’élasticité du milieu est due à l’existence de
ce réseau et que les modification du module d’élasticité sont dues à la destruction ou à la création de jonctions
5 Dans Chem. Engng. Sci. vol. 22, pp 1803-1815, 1967.
90 CHAPITRE 3. FLUIDES VISCOÉLASTIQUES

entre les chaînes. Les auteurs estiment alors que les taux locaux de création et de destruction de ces jonctions
(qui sont à priori indépendants car il n’y a pas conservation du nombre de jonctions puisque les processus
physiques associés sont différents) à un instant donné dépendent du taux de cisaillement: quand γ̇ est grand
la destruction l’emporte sur la création et le phénomène s’inverse pour γ̇ assez petit. On pourra consulter [7]
pour un exposé détaillé de ce type d’approche. Les modèles que l’on obtient sont de la forme (cas mixte par
exemple):
Z +∞
σ (x,t) = −p(x,t)Id + m(s,γ̇t (x,t − s))[(1 + )Ct (x,t − s) + C−1
t (x,t − s)] ds
0

où γ̇t (x,t − s) est le taux de cisaillement au point χt (x,t − s) occupé à l’instant t − s dans le passé par la
particule qui occupe la position x à l’instant t où l’on calcule la contrainte. C’est à dire:

(γ̇t (x,τ ))2 = 2D(χt (x,τ ),τ ) : D(χt (x,τ ),τ )

Le lecteur pourra vérifier que γ̇t (x,τ ) est bien invariant par changement de référentiel de sorte que le modèle
ci-dessus est objectif. Les modèles de Bird-Carreau sont de ce type.

3.3.7.3 Catalogue
1. Fonctions mémoires de type Maxwell.
X µi s
m(s) = − 2 exp(− λ ) (3.39)
i
λ i i

Exemple: Modèle de Spriggs à 3 constantes (α,µ0 ,λ), inspiré de la théorie moléculaire de Rouse:

λ λi
i≥1: λi = µi = µ 0 P (3.40)
iα k≥1 λk

2. Fonctions mémoires de Bird-Carreau. Il s’agit de modèles non linéaires à 8 constantes: (λ 1 ,λ2 ,µ0 ,α1 ,α2 ,n1 ,n2 ,):
 X µi
 s 1

 m(s) = − exp(− )
 λ2i,2 λi,2 1 + γ̇t2 (s)λ2i,1
i≥1
 α  α (3.41)

 1 + n1 1 1 + n2 2 λi,1

 λi,1 = λ1 λi,2 = λ2 µi = µ 0 P
n1 + i n2 + i k λk,1

3. Fonctionnelles mémoires de Meister. La fonction mémoire est elle même une fonctionnelle du taux de
cisaillement γ̇t .
X µi Z t
t 1 + cλi γ̇t (u)
m (s,γ̇t (u)) = − 2 exp(− du) (3.42)
u=t−s λi t−s λi
i≥1

où les λi et µi sont, par exemple, ceux du modèle de Spriggs et c une constante supplémentaire.
4. Fonctionnelles mémoires de Carreau.
 X µi hi (γ̇t (s)) Z t

 t 1

 m (s,γ̇ t (u)) = − 2 2 exp(− du)

 u=t−s λ g (γ̇t (s)) t−s λi gi (γ̇t (u))
 i≥0 i i



1 (1 + λ2 γ̇t2 (s))2R
hi (γ̇t (s)) = gi (γ̇t (s)) = (3.43)

 (2 α t γ̇)2S
1 + (i+1) 1
α t γ̇)2S
1 + (2(i+1)
1

 2α 2α




 2α λ λi
 λi = µi = µ 0 P
(1 + i)α k≥0 λk

3.4 Les modèles différentiels linéaires objectifs.


Soit  : (A,{φτ }τ ∈R ,t,x) 7→  · A un opérateur qui à un champ d’endomorphismes A défini sur un ouvert
U de R × E contenant (t,x) et à un mouvement de milieu continu, pour lequel il existe X tel que x = φ t (X),
associe un endomorphisme. La dérivée partielle par rapport au temps (qui ne dépend pas du mouvement),
3.4. LES MODÈLES DIFFÉRENTIELS LINÉAIRES OBJECTIFS. 91

la dérivée particulaire et les dérivées codéformationnelles que nous allons exhiber sont des exemples de tels
opérateurs. On dit qu’un tel opérateur est "objectif" si, par changement de référentiel on a:
 · A∗ (Ψ(t − T )(x),t − T ) = Q(t − T ) · [ · A(x,t)] ·T Q(t − T ) (3.44)
où les notations sont celles des formules (1.1-1.2), c’est à dire:
A∗ (Ψ(t − T )(x),t − T ) = Q(t − T ) · A(x,t)T Q(t − T )
Si  est objectif, alors une relation linéaire de la forme a · τ + bττ + cD = 0 est invariante par changement de
référentiel et est donc candidate à une loi rhéologique. Il faut cependant que cette relation soit résoluble en τ .
On va voir des exemples de tels relations.

3.4.1 Les dérivées codéformationnelles


On ne s’intéresse qu’à des milieux incompressibles.

3.4.1.1 la dérivée codéformationnellesous-convectée [Lower convected codeformational deriva-


tive]
Considérons un fluide simple incompressible qui suit une loi de viscoélasticité linéaire finie donnée par un
modèle intégral sous-convecté et posons:
Z +∞
S(x,t) = m(s)[Ct (x,t − s) − Id] ds
0

On voit que le tenseur des contraintes de Cauchy est donné par:


Z +∞
σ (x,t) = −p(x,t)Id + m(s)[Ct (x,t − s) − Id] ds
0

où p est une fonction arbitraire, qui, rappelons le, n’est toujours pas la pression. Supposons que m soit la
fonction mémoire d’un modèle de Maxwell à un seul temps de relaxation:
µ s
m(s) = − 2 e− λ
λ
Évaluons alors la dérivée particulaire 6 de S. On a:
Z t
µ t−s
S(x,t) = − 2 e− λ [Ct (x,s) − Id] ds (3.45)
λ −∞
Tout revient à évaluer la dérivée particulaire de Ct (x,s). Le plus simple est de revenir à la configuration de
référence absolue. On a:
Ct (x,s) =T Ft (x,s) · Ft (x,s) =T F−1 (X,t) ·T F(X,s) · F(X,s) · F−1 (X,t)
et donc:
D ∂ −1
Ct (x,s) =T [F (X,t)] ·T F(X,s) · F(X,s) · F−1 (X,t)
Dt ∂t

+T F−1 (X,t) ·T F(X,s) · F(X,s) [F−1 (X,t)]
∂t
T ∂ −1 T
= [F (X,t)] · F(X,t) · Ct (x,s)
∂t

+ Ct (x,s) · F(X,t) · [F−1 (X,t)]
∂t
T −1 T ∂
= − F (X,t) · [F(X,t)] · Ct (x,s)
∂t

− Ct (x,s) · [F(X,t)] · F−1 (X,t)
∂t
6 La dérivée particulaire d’un champ Eulérien A défini à chaque instant t sur Ω t et à valeurs dans un espace vectoriel réel de
DA ∂A D ∂
dimension finie quelconque est: (t,x) = ∇A(t,x) · v(t,x). Par définition, on a:
(t,x) +∇ A(t,x) = A(t,φ(t,X)) ,
Dt ∂t Dt ∂t x=φ(t,X)
ce qui justifie le vocabulaire.
92 CHAPITRE 3. FLUIDES VISCOÉLASTIQUES

où, pour obtenir la dernière ligne on a tenu compte de F(X,t) · F−1 (X,t) = Id. Finalement, en introduisant le
gradient de vitesse Eulèrienne L(x,t) = ∇ v(x,t), il vient:

D
Ct (x,s) = −T L(x,t) · Ct (x,s) − Ct (x,s) · L(x,t)
Dt
soit:
D
[Ct (x,s) − Id] = −T L(x,t) · [Ct (x,s) − Id] − [Ct (x,s) − Id] · L(x,t) − 2D(x,t)
Dt
On en déduit par dérivation composée que:
Z t
D µ µ t−s
S(x,s) = − 2 [Ct (x,t) − Id] + 3 e− λ [Ct (x,s) − Id] ds
Dt λ λ −∞
Z t
2µ t−s
−T L(x,t) · S(x,s) − S(x,s) · L(x,t) + e− λ ds D(x,t)
λ2 −∞

Et, comme Ct (x,t) = Id, il vient:

D 1 2µ
S +T L · S + S · L + S = D
Dt λ λ
Le champ v étant donné, introduisons l’opérateur:

δ δA D
: A 7−→ = A +T L · A + A · L (3.46)
δt δt Dt

qui agit sur les champs d’endomorphismes définis sur un voisinage de (x,t) dans E × R (i.e. dans les mêmes
conditions que la dérivée particulaire).
δ
L’opérateur δt est appelé dérivation sous-convectée et δA
δt est la dérivée sous-convectée de A. On en déduit
que S est solution de l’équation:
δS
λ + S = 2µD (3.47)
δt
qui est formellement analogue à l’équation différentielle du modèle différentiel de Maxwell infinitésimal (3.8)
quand on remplace la dérivée partielle par la dérivée sous convectée.
On va voir que les seules solutions "objectives" de l’équation (3.47) sont bien données par (3.45), à une
δ
éventuelle partie sphérique indéterminée près. Auparavant observons quelques propriétés de l’opérateur δt .
δ
1. L’opérateur δt conserve la symétrie des endomorphismes.
δ
2. L’opérateur a une interprétation géométrique simple. Rappelons d’abord deux définitions (rappelons
δt
qu’ici dim(E) = 3):

Définition 3.3 (Coordonnées covariantes.) Soit u ∈ L(E,E∗ ) une application linéaire de E sur son
dual. Soit B = (g1 ,g2 ,g3 ) une base de E. On appelle coordonnées covariantes de u sur la base B, les
n2 = 9 scalaires uij définis par:
uij = [u · gj ](gi )

On a donc:
u · gj = uij gi∗
où (g1∗ ,g2∗ ,g3∗ ) est la base duale 7 de B dans E∗ .

Définition 3.4 (Coordonnées contravariantes.) Soit v ∈ L(E∗ ,E) une application linéaire du dual
de E sur E. Soit B = (g1 ,g2 ,g3 ) une base de E. On appelle coordonnées contravariantes de v sur la base
B, les n2 = 9 scalaires v ij définis par:
v ij = gi∗ (v · gj∗ )

7 C’est à dire que g ∗ est l’unique forme linéaire sur E vérifiant g ∗ (g ) = δ j . On vérifie facilement que si (g )
i i j i i i=1,··· ,3 est une base
de E alors (gi∗ )i=1,··· ,3 en est une de E∗ .
3.4. LES MODÈLES DIFFÉRENTIELS LINÉAIRES OBJECTIFS. 93

On a donc:
v · gj∗ = v ij gi
Ces définitions sont intrinsèques dans le sens où elles ne dépendent que de la structure d’espace vectoriel
de E. Mais si de plus E est Euclidien on peut alors, grace au théorème de Riesz, identifier E et E ∗ .
Désignons donc par Φ l’isomorphisme de E dans E∗ qui à chaque vecteur u de E associe la forme linéaire
u définie par: u(v) = (u|v). On peut alors considérer qu’un endomorphisme f de E est soit un élément
de L(E,E∗ ) par l’identification:
f ≡Φ◦f
soit un élément de L(E∗ ,E), par l’identification:

f ≡ f ◦ Φ−1

On appelle alors coordonnées covariantes de f sur une base B les coordonnées covariantes, f ij , de Φ ◦ f
sur B et on appelle coordonnées contravariantes de f les coordonnées contravariantes, f ij , de f ◦ Φ−1 .
Attention que maintenant ces coordonnées dépendent du produit scalaire. Il est immédiat de voir que 8
(avec la convention habituelle de sommation sur les indices répétés):

f = fij gi ⊗ gj = f ij gi ⊗ gj

et donc que:
fij = (f · gj |gi ) f ij = (f · gj |gi )
et:
f · gj = fij gi f · gj = f ij gi
Remarques. Attention que les composantes covariantes ou contravariantes d’un endomorphisme ne sont
pas les coefficients de sa matrice sur une base (en particulier ce ne sont pas les coefficients de la matrice
sur (gi )i=1,··· ,3 ou (gi )i=1,··· ,3 ) sauf si la base (gi )i=1,··· ,3 est orthonormée, c’est à dire si et seulement si
elle est confondue avec sa duale.
Attention également à ne pas raisonner avec des bases orthonormées comme on le voit trop souvent:
comme le mouvement n’est en général pas rigide une base orthonormée ne le reste pas par transport
convectif. Pour les mouvements rigides l’introduction des dérivées convectives est d’ailleurs sans grand
intérêt, puisqu’il n’y a pas de déformations.
Ceci étant rappelé, il est facile de voir que la dérivation sous convectée de A correspond à déri-
ver les composantes covariantes de l’endomorphisme A sur une base gelée dans la matière.
C’est pourquoi on l’appelle dérivée convective ou codéformationnelle.

Preuve Pour voir cela, donnons nous un système de coordonnées matérielles 9 (ξ 1 ,ξ 2 ,ξ 3 ) sur un voisinage de la particule
X ∈ B que l’on suit dans son mouvement. Soit (ξ 1 ,ξ 2 ,ξ 3 ) les coordonnées de X et soit (g1 ,g2 ,g3 ) la base locale en ce
point. Le point x = φt (X) de Ωt a alors pour coordonnées matérielles dans Ωt le même triplet (ξ 1 ,ξ 2 ,ξ 3 ). Notons alors
(G1 (t,x),G2 (t,x),G3 (t,x)) la base de coordonnées locales en ce point x. Désignons par Aij les coordonnées covariantes de
A(x,t) sur la base (G1 (t,x),G2 (t,x),G3 (t,x)). On a:

A = Aij Gi ⊗ Gj

où (G1 (t,x),G2 (t,x),G3 (t,x)) est la base duale. Or, on a:

Gi ⊗ Gj =T F−1 (X,t) · [gi ⊗ gj ] · F−1 (X,t)

D’où:
A =T F−1 (X,t) · [Aij gi ⊗ gj ] · F−1 (X,t)
Et, par suite:
DA DAij i
= −T L · A +T F−1 (X,t) · [ g ⊗ gj ] · F−1 (X,t) − A · L
Dt Dt
et finalement:
δA DAij i
= G ⊗ Gj
δt Dt
8 La base (gi ) i i
i=1,··· ,3 est la base duale de (gi ) dans E. Pour chaque i, g est défini univoquement par: gi = Φ(g ). Contrairement

à la base duale naturelle de E∗ , la base duale dans E n’est pas intrinsèquement associée à la base primale mais dépend du produit
scalaire qui permet l’identification "formes/vecteurs". Si a et b sont deux vecteurs, je note a ⊗ b l’endomorphisme de E défini
par: a ⊗ b · x = (b|x)a. Il n’est pas intrinséque: sa définition dépend du produit scalaire. 9 C’est à dire qu’un point de Ω est
t
repéré par les coordonnées de la particule X qui l’occupe à t.
94 CHAPITRE 3. FLUIDES VISCOÉLASTIQUES

Ce qui prouve que la "dérivée sous convectée" n’est rien d’autre que le taux de variation de A, considéré comme un élément
de L(E,E∗ ), vu par un "pseudo observateur" qui se déformerait lui même comme une ligne matérielle. 

L’usage veut que l’on mette les indices "en bas" pour les coordonnées covariantes (notations d’Einstein)
et c’est pourquoi on dit que cette dérivée est "sous-convectée" et, par extension, les modèles intégraux
qui ne font intervenir que Ct sont appelés "modèles intégraux sous-convectés".
Notons alors que si on repère x par ses coordonnées matérielles les fonctions A ij deviennent Lagran-
giennes. Et on a, par définition de la dérivée particulaire (en ne changeant pas de notation pour A ij ,
pour simplifier):
DAij ∂Aij
(x,t) = (ξ1 ,ξ2 ,ξ3 ,t)
Dt ∂t
On a donc obtenu une autre expression de la dérivée convectée. Plus précisément si φ est un mouvement
absolu, on a dans ce mouvement:

δA ∂ T
(t,x) = T
F(t,X)−1 [ F(t,X)A(t,φ(t,X))F(t,X)]F(t,X)−1 (3.48)
δt x=φ(t,X) ∂t

En fait, comme l’expression de la dérivée sous convectée ne fait intervenir que la dérivée particulaire et le
gradient de vitesse Eulérien, elle ne dépend donc pas du choix d’une configuration de référence absolue.
Par exemple, si t0 est un instant particulier, comme on sait que par composition on a:


Ft0 (t,x0 ) = F(t,X)F(t0 ,X)−1
x0 =φ(t0 ,X)

on a donc également la relation, déduite de la précédente:



δA ∂ T
(t,x) = T
Ft0 (t,x0 )−1 [ Ft0 (t,x0 )A(t,χt0 (t,x0 ))Ft0 (t,x0 )]Ft0 (t,x0 )−1 (3.49)
δt x=χt (t,x0 ) ∂t
0

qui ne fait plus référence au mouvement absolu. En général, on utilise cette formule pour t 0 → t et on
retrouve l’expression initiale (3.46) de la dérivée sous convectée.
δ
3. L’opérateur δt est matériellement objectif c’est à dire qu’il satisfait à la loi de transformation (3.44).

Preuve Soit φ(t) un mouvement de milieu continu relatif à une configuration de référence B défini sur I = R et soit pour
chaque t, A(t) un champ d’endomorphismes défini sur Ωt , par exemple le champ de tenseurs des contraintes de Cauchy.
D’après ce que l’on vient de voir, on a:
δA T ∂ T
(t,x) = F(t,X)−1 [ F(t,X)A(t,φ(t,X))F(t,X)]F(t,X)−1
δt ∂t
Effectuons un changement de référentiel caractérisé par le mouvement solide:
−−→
Ψ(t,X) = a(t) + Q(t) · OX
et le changement d’origine T . Le mouvement déduit de φ par le changement de référentiel est:
φ∗ (t∗ ,X) = Ψ(t∗ ) ◦ φ(t∗ + T )
et on a, par composition des dérivations:
F∗ (t∗ ,X) = Q(t∗ ) · F(t∗ + T )
Posons:
T
A∗ (t − T,ψ(t − T )(x)) = Q(t − T ) · A(t,x) · Q(t − T )
On a, en dérivant dans le mouvement φ∗ à l’instant t∗ = t − T et au point x∗ = Ψ(t∗ )(x), vu la formule précédente vraie
pour tout mouvement:
δA∗ ∗ ∗ T ∂ T δA
(t ,x ) = F∗ (t∗ ,X)−1 [ F(t∗ ,X)A∗ (t∗ ,φ∗ (t∗ ,X))F∗ (t∗ ,X)]F∗ (t∗ ,X)−1 = Q(t∗ )[ (t,x)]T Q(t∗ )
δt∗ ∂t δt
δ
Ce qui prouve que l’opérateur δt
est "objectif". 
δ
4. L’opérateur δt n’est pas une dérivation au sens usuel du terme car on a:

δA · B δA δB
− ·B− · A = −2A · D · B
δt δt δt
qui n’est en général pas nul. Ce à quoi on pouvait s’attendre.
3.4. LES MODÈLES DIFFÉRENTIELS LINÉAIRES OBJECTIFS. 95

5. Par construction, on a:
δCt
=0
δt
C’est pourquoi on dit que cette "dérivée" est codéformationnelle: elle "accompagne" la déformation des
lignes gelées.
Un mouvement relatif χt étant donné, la solution de (3.47) dont le déviateur vérifie le principe d’objectivité
matériel (i.e. la loi de transformation par changement d’observateur) est donnée, à un terme sphérique près,
par 10 :
Z t Z +∞
µ t−τ µ s
S(t,x) = − 2 e− λ [Ct (τ,x) − Id] dτ = − 2 e− λ [Ct (t − s,x) − Id] ds
λ −∞ λ 0
Preuve Désignons par φ un mouvement absolu, relativement à une configuration de référence B, dont χ t est le mouvement
relatif. On peut par exemple prendre pour φ(τ ) un certain χt0 (τ ) = χt (τ ) ◦ χt (t0 )−1 . On transforme alors (3.47) en une équation
différentielle ordinaire en passant en variables de Lagrange. En effet, fixons une particule X ∈ B et désignons pour chaque t par
x = φ(t,X) sa position. Posons
s(t,X) = T F(t,X)S(t,φ(t,X))F(t,X)
L’équation (3.47) devient
∂ 1 µ T
s(X,t) + s(t,X) = 2 F(t,X) · D(φ(t,X),t) · F(t,X)
∂t λ λ
Une solution particulière est: Z
µ t t−τ
t 7−→ 2 e− λ T F(τ,X) · D(φ(τ,X),τ ) · F(τ,X)
λ −∞
et la solution générale sur R est donc de la forme:
Z
−t µ t t−τ
∀t : s(X,t) = A(X)e λ + 2 e− λ T F(τ,X) · D(φ(τ,X),τ ) · F(τ,X)
λ −∞
où A(X) est un endomorphisme symétrique constant. En revenant à S, et en variables d’Euler à l’instant t, on en déduit que S
vérifie (3.47) si et seulement si il existe un tenseur constant A(X) tel que:

−t
∀t : S(t,x) =[T F(t,X)−1 · A(X) · F(t,X)−1 ]e λ
x=φ(t,X)
Z t 
µ t−τ
+2 T F(t,X)−1 · e− λ [T F(τ,X) · D(φ(τ,X),τ ) · F(τ,X)] ds F(t,X)−1
λ −∞

ce qui prouve que l’équation est bien résoluble en S. Par ailleurs, on a:


∂ ∂ T
Ct (τ,x) = [ F(t,X)−1 T F(τ,X)F(τ,X)F(t,X)−1 ]
∂τ ∂τ
et également:

F(τ,X) = ∇ v(φ(τ,X),τ )F(τ,X)
∂τ
On a donc:

[Ct (τ,x) − Id] = 2T F(t,X)−1 · [T F(τ,X) · D(φ(τ,X),τ ) · F(τ,X)] · F(t,X)−1
∂τ
Finalement, en intégrant par parties et en changeant de variable, on en déduit que S est solution de (3.47) si, et seulement si, il
existe A(X) tel que:
Z +∞
−t µ s
S(t,x) = [T F(t,X)−1 · A(X)F(t,X)−1 ]e λ − 2 e− λ [Ct (t − s,x) − Id] ds (3.50)
x=φ(t,X) λ 0

A noter que si on considère le mouvement rigidifiant:


−→
Ψ(t) = a(t) + Q(t) · Ox
puis le mouvement φ∗ , déduit par changement de référentiel, sans translation de l’origine des temps:
φ∗ (t) = Ψ(t) ◦ φ(t)
La solution générale à l’instant t au point x∗ = φ∗ (x) est:
Z +∞
−t µ s
S∗ (t,x∗ ) = [T F∗ (t,X)−1 · A∗ (X)F∗ (t,X)−1 ]e λ − 2 e− λ [C∗t (t − s,x∗ ) − Id] ds

x=φ (t,X) λ 0

10 On admet bien sûr que les mouvements considérés sont tels que l’intégrale généralisée est convergente. Il suffit, pour un
mouvement donné, qu’elle le soit pour un certain t = t0 particulier. Ce sera le cas quand on s’intéresse au démarrage d’un
écoulement car on pourra en général supposer que le système était au repos pour t ≤ t 0 . Attention à la subtilité suivante: la
relation différentielle (3.47) n’est pas une loi rhéologique au sens strict, elle définit autant de lois rhéologiques qu’elle admet de
solutions en S, fonctions du mouvement. Il faut donc d’une part qu’elle soit résoluble en S quand le mouvement est donné et,
d’autre part, on ne doit retenir que les solutions qui vérifient le principe d’objectivité matérielle. Pour les milieux incompressibles,
ce dernier ne porte que sur le déviateur.
96 CHAPITRE 3. FLUIDES VISCOÉLASTIQUES

et, comme:
T
F∗ (t,X) = Q(t) · F(t,X) C∗t (t − s,x∗ ) = Q(t) · Ct (t − s,x) · Q(t)
on a: Z
−t µ +∞ s
S∗ (t,x∗ ) = Q(t) · [T F(t,X)−1 · A∗ (X)F(t,X)−1 ]e λ − e− λ [Ct (t − s,x) − Id] ds] · T
Q(t)
x=φ∗ (t,X) λ2 0

Et l’on aura · S(t,x) · T Q(t) sous réserve de choisir A∗ (X) = A(X). On voit donc que la solution générale
S∗ (t,x∗ ) = Q(t)
n’est pas "naturellement" invariante par changement de référentiel puisque, le paramètre A dépendant du mouvement, il faut lui
imposer une règle de transformation. Ceci étant, la solution ne dépend pas du choix du mouvement absolu mais uniquement du
mouvement relatif. On peut donc prendre comme mouvement absolu, le mouvement χt lui même. On en déduit qu’il doit exister
un champ a d’endomorphismes symétriques définis sur Ωt tel que:
Z +∞
−t µ s
S(t,x) = a(x)e λ − 2 e− λ [Ct (t − s,x) − Id] ds (3.51)
λ 0
−t
Cependant, la solution dépend explicitement du temps, par le coefficient e λ ce qui est contraire au principe d’objectivité ma-
térielle. Il faut donc supposer que le terme a(x) est purement sphérique et peut être absorbé dans la pression hydrostatique
indéterminée. En réalité, vu son expression par rapport au gradient de déformation absolu, il est nécessairement nul sauf si
C(t,X) est constant, auquel cas le mouvement est un mouvement de solide rigide et la partie intégrale est nulle, sinon le vecteur
A(X) devrait dépendre de l’origine des temps, ce qui n’est pas acceptable.

En conséquence, il y a équivalence pour un fluide incompressible entre le modèle de Maxwell intégral et sa


forme différentielle et on peut aussi bien se donner le modèle intégral (3.45) par la loi différentielle (3.47), c’est
à dire: 
 σ (x,t) = −p(x,t)Id + S(x,t)
(3.52)
 λ δS + S = 2µD
δt
La loi (3.52) est appelée "modèle différentiel de Maxwell sous-convecté" ou encore modèle de Maxwell A ou
encore modèle de White-Metzner. On vérifie alors directement à partir de (3.52) que p n’est en général pas la
pression.
Quand on approche la fonction de relaxation d’un fluide viscoélastique par un modèle de Maxwell à un seul
temps de relaxation, on préfère en général utiliser le modèle différentiel dans les problèmes instationnaires à
condition initiale. Cependant, il n’y pas de version différentielle objective du modèle intégral quand la fonction
de relaxation est quelconque.
Si le fluide à une viscosité Newtonienne et que l’on ne retient qu’un temps de relaxation le modèle intégral
de type Oldroyd sous-convecté devient:

 σ (x,t) = −p(x,t)Id + 2µ(N ) D(x,t) + S(x,t)
(3.53)
 λ δS + S = 2µD
δt
La loi (3.53) est appelée "modèle différentiel d’Oldroyd sous-convecté" ou encore modèle d’Oldroyd A. Sous
cette écriture, µ est la viscosité "élastique" du fluide et µ(N ) sa viscosité Newtonienne aux temps courts.
Le modèle d’Oldroyd A se met sous la forme:

 σ (x,t) = −p(x,t)Id + S(x,t)
(3.54)
 λ1 δS + S = 2µ[D + λ2 δD ]
δt δt
où λ1 et λ2 sont des temps caractéristiques. Le temps caractéristique λ2 est souvent appelé temps de retarda-
tion et µ est alors la viscosité totale du fluide.

Preuve Désignons par S(E) la partie élastique de la contrainte, c’est à dire la solution de l’équation de Maxwell A et désignons
par λ et µ(E) les paramètres de la partie élastique de la contrainte, c’est à dire que l’on met le modèle d’Oldroyd A sous la forme:

(N )

 σ (x,t) = −p(x,t)Id + 2µ D(x,t) + S(E) (x,t)
δS (E)

λ + S(E) = 2µ(E) D
δt
δ
Posons enfin S(N) (x,t) = 2µ(N) D(x,t) et S = S(N) + S(E) . Comme l’opérateur δt
est linéaire et que µ(N) est constant, on a:

δS δS(E) δD
= + 2µ(N)
δt δt δt
et donc:
δS δS(E) δD δD
λ + S = [λ + S(E) ] + 2µ(N) D + 2λµ(N) = 2(µ(N) + µ(E) )D + 2λµ(N)
δt δt δt δt
3.4. LES MODÈLES DIFFÉRENTIELS LINÉAIRES OBJECTIFS. 97

Et finalement:
δS δD
λ1 + S = 2µ[D + λ2 ]
δt δt
où:
λ1 µ(N)
λ1 = λ µ = µ(N) + µ(E) λ2 =
µ

Si λ1 = λ2 , le fluide est Newtonien.

3.4.1.2 La dérivée codéformationnelle sur-convectée [Upper convected codeformational deriva-


tive]
La démarche est la même que pour la dérivée sous-convectée mais on part cette fois d’un modèle de
viscoélasticité linéaire finie sur-convecté incompressible:
Z +∞
σ (x,t) = −p(x,t)Id + S(x,t) S(x,t) = − m(s)[C−1
t (x,t − s) − Id] ds
0

On vérifie, comme dans le cas sous convecté, que:

D −1
C (x,s) = L(x,t) · Ct (x,s) + Ct (x,s) ·T L(x,t)
Dt t
Supposons alors que m soit la fonction mémoire de Maxwell à un seul temps de relaxation:
µ −s
m(s) = − e λ
λ2
On en déduit, comme pour le cas sous convecté, que:

D 1 2µ
S − L · S − S ·T L + S = D
Dt λ λ
Le champ v étant donné, introduisons l’opérateur:

∆ ∆A D
: A 7−→ = A − L · A − A ·T L (3.55)
∆t ∆t Dt

qui agit sur les champs d’endomorphismes définis sur un voisinage de (x,t) dans E × R.

L’opérateur ∆t est appelé dérivation sur-convectée et ∆A
∆t est la dérivée sur-convectée de A. On en déduit
que S est solution de l’équation:
∆S
λ + S = 2µD (3.56)
∆t
qui est encore formellement analogue à l’équation différentielle du modèle différentiel de Maxwell infinitésimal

(3.8) quand on remplace la dérivée partielle par la dérivée sur-convectée. Les propriétés de l’opérateur ∆t sont
analogues à celles de la dérivée sous-convectée. On ne les établira pas en détails.

1. L’opérateur ∆t conserve la symétrie des endomorphismes.

2. L’opérateur ∆t a une interprétation géométrique simple: il correspond à dériver les coordonnées contra-
variantes de l’endomorphisme A sur une base gelée dans la matière. C’est pourquoi on l’appelle encore
dérivée convective.
Preuve Pour voir cela, donnons nous comme précédemment un système de coordonnées matérielles (ξ 1 ,ξ2 ,ξ3 ) sur un
voisinage de la particule X ∈ B que l’on suit dans son mouvement et désignons par A ij les coefficients de la matrice de
A(x,t) sur la base duale (G1 (t,x),G2 (t,x),G3 (t,x)). On a:
A = Aij Gi ⊗ Gj
Or, on a par transport direct:
Gi ⊗ Gj = F(X,t) · [gi ⊗ gj ] ·T F(X,t)
D’où:
A = F(X,t) · [Aij gi ⊗ gj ] ·T F(X,t)
Et, par suite:
DA DAij
= L · A + F(X,t) · [ gi ⊗ gj ] ·T F(X,t) + A ·T L
Dt Dt
98 CHAPITRE 3. FLUIDES VISCOÉLASTIQUES

et finalement:
∆A DAij
= Gi ⊗ G j
∆t Dt
Ce qui prouve que la "dérivée sur-convectée" n’est rien d’autre que le taux de variation de A, considéré comme un élément
de L(E∗ ,E), vu par un "pseudo observateur" qui se déformerait lui même comme une surface matérielle dans un milieu
incompressible. 
L’usage veut que l’on mette les indices "en haut" quand on exprime les composantes contravariantes
d’un endomorphisme et c’est pourquoi on dit que cette dérivée est "sur-convectée" et, par extension, les
modèles intégraux qui ne font intervenir que C−1t sont appelés "modèles intégraux sur-convectés". Si on
repère x par ses coordonnées matérielles, il vient:

DAij ∂Aij
(x,t) = (ξ1 ,ξ2 ,ξ3 ,t)
Dt ∂t
Comme pour le cas-sous convecté, on a donc une autre expression de l’opérateur:

∆A ∂
(t,x) = F(t,X) [F(t,X)−1 A(t,φ(t,X)) T F(t,X)−1 ] T F(t,X) (3.57)
∆t x=φ(t,X) ∂t

De même si t0 est un instant particulier, on en déduit la relation:



∆A ∂
(t,x) = Ft0 (t,x0 ) [Ft (t,x0 )−1 A(t,χt0 (t,x0 )) T Ft0 (t,x0 )−1 ] T Ft0 (t,x0 ) (3.58)
δt x=χt (t,x0 ) ∂t 0
0


3. L’opérateur ∆t est matériellement objectif. La démonstration est analogue à celle du cas sous-convecté.

4. L’opérateur ∆t n’est pas une dérivation car:

∆A · B ∆A ∆B
− ·B− · A = 2A · D · B
∆t ∆t ∆t
5. Par construction, on a:
∆C−1 t
=0
∆t
C’est pourquoi on dit encore que cette "dérivée" est codéformationnelle: elle "accompagne" la déformation
des surfaces gelées 11 .
On vérifie alors, comme pour le cas sous convecté, qu’un mouvement relatif χ t (τ ) étant donné, à chaque
instant τ , la solution de (3.56) dont le déviateur vérifie le principe d’objectivité matériel est donnée, à un
éventuel terme sphérique près, par:
Z t Z +∞
µ − t−τ −1 µ s
S(x,t) = 2 e λ [Ct (τ,x) − Id] dτ = − 2 e− λ [Id − C−1
t (x,t − s)] ds
λ −∞ λ 0

Pour un fluide incompressible, on en déduit que l’on peut aussi bien se donner un modèle sur-convecté de type
Maxwell à un seul temps de relaxation par la loi différentielle:

 σ (x,t) = −p(x,t)Id + S(x,t)
(3.59)
 λ ∆S + S = 2µD
∆t
La loi (3.59) est appelée "modèle différentiel de Maxwell sur-convecté" ou encore modèle de Maxwell B. A
noter que p n’est en général pas la pression.
Si le fluide à une viscosité Newtonienne et que l’on ne retient qu’un temps de relaxation le modèle intégral
de type Oldroyd sur-convecté devient:

 σ (x,t) = −p(x,t)Id + 2µ(N ) D(x,t) + S(x,t)
(3.60)
 λ ∆S + S = 2µD
∆t
11 Du moins dans le cas isovolume
3.4. LES MODÈLES DIFFÉRENTIELS LINÉAIRES OBJECTIFS. 99

La loi (3.60) est appelée "modèle différentiel d’Oldroyd sur-convecté" ou encore modèle d’Oldroyd B. Le modèle
d’Oldroyd B se met aussi sous la forme:

 σ (x,t) = −p(x,t)Id + S(x,t)
(3.61)
 λ1 ∆S + S = 2µ[D + λ2 ∆D ]
∆t ∆t
où λ1 et λ2 sont les temps caractéristiques déjà introduits pour le modèle A.

Note sur la mise en oeuvre des modèles différentiels convectés. En pratique, on peut indiffé-
remment utiliser la version intégrale ou la version différentielle. Cependant, si on utilise la version différen-
tielle il faut s’assurer que l’on ne sélectionne que la solution (pour un modèle de Maxwell A par exemple):
R +∞ s
S(t,x) = − λµ2 0 e− λ [Ct (t − s,x) − Id] ds. Pour cela, une façon de procéder, usuelle du point de vue numé-
rique, est d’imposer la condition initiale de manière cohérente.
En effet, le problème instationnaire qui est le plus souvent posé consiste à déterminer le champ des vitesses
à chaque instant dans un fluide viscoélastique incompressible, dont le mouvement est connu jusqu’à un instant
t0 , quand on modifie pour t ≥ t0 les conditions limites cinématiques ou dynamiques sur les bords du do-
maine occupé par le fluide (par exemple le démarrage d’un écoulement de Couette ou de Poiseuille). Dans ces
conditions, pour t > t0 , on détermine l’écoulement en résolvant simultanément les équations de la dynamique
(éventuellement complétées par l’équation de l’énergie si il y a transfert de chaleur) couplés avec l’équation
rhéologique. Avec un modèle de Maxwell A, on se donnera alors la loi rhéologique sous la forme:

 σ (x,t) = −p(x,t)Id + S(x,t)


δS
λ + S = 2µD

 δt

S(x,t0 ) = S0

Pour que le modèle sélectionné soit bien le modèle de Maxwell sous convecté, il est nécessaire et suffisant de
se donner le champ S0 sur la configuration à l’instant t0 compatible avec le mouvement antérieur. C’est à dire
que l’on doit se donner: Z +∞
µ s
S0 (t0 ,x) = − 2 e− λ [Ct0 (t0 − s,x) − Id] ds
λ 0
De la même manière on prendra comme condition initiale sur la vitesse le champ de vitesse, connu, à t 0 . Par
exemple, si le fluide est au repos pour t ≤ t0 (cas usuel), on prendra S0 = 0, v0 = 0. L’intérêt est que les
équations à résoudre sont alors des équations différentielles qui ne font intervenir que le champ de vitesses et
non le mouvement lui même. Néanmoins, si le problème est bien posé, c’est à dire si il permet de déterminer
les champs v(t,x) et p(t,x) pour t ≥ t0 et si le champ de vitesses est assez régulier pour être celui d’un unique
mouvement relatif à laR configuration occupée à t0 , alors le tenseur des contraintes sera bien donné par la
+∞ s
relation S(t,x) = − λµ2 0 e− λ [Ct (t − s,x) − Id] ds et ce, vu le choix de S0 , par unicité de la solution du
problème de Cauchy pour S. Autrement dit, on se sera affranchi du calcul (et surtout du stockage) explicite du
mouvement et des intégrales de convolution pendant la résolution. En pratique, on utilise souvent des versions
"non linéaires" de ces modèles différentiels objectifs dans lesquels λ et µ dépendent de γ̇.
Dans les situations d’écoulements simples (unidirectionnels par exemple), on peut rechercher directement
des solutions analytiques au problème instationnaire en utilisant la loi différentielle. Dans ces conditions, 1)
on imposera l’objectivité matérielle au déviateur de S, ce qui conduit en général à des simplifications comme
pour les écoulements viscométriques et 2) on imposera à S de rester bornée quand t → −∞, ce qui est une
R +∞ s
condition nécessaire vérifiée par la solution S(t,x) = − λµ2 0 e− λ [Ct (t − s,x) − Id] ds. Ceci suffit, le plus
souvent, à fermer le problème.
Pour les problèmes stationnaires, si on veut utiliser un modèle différentiel, on sait que le déviateur des
contraintes d’un fluide simple doit être stationnaire, on recherchera donc une solution stationnaire. Pour les
écoulements simples, ceci détermine en général le déviateur de S de manière unique et c’est donc nécessairement,
pour un modèle linéaire, le déviateur du modèle intégral de Maxwell.

3.4.1.3 Notes
Il existe une véritable zoologie des modèles objectifs, en particulier non linéaires, et il n’y a pas vraiment
de critère pour choisir plutôt tel modèle que tel autre. Cependant, concernant les modèles de viscoélasticité
linéaire finie on peut mieux comprendre pourquoi on doit s’attendre à ce que les modèles sur-convectés soient
100 CHAPITRE 3. FLUIDES VISCOÉLASTIQUES

plus réalistes que les modèles sous convectés. En effet, le tenseur des contraintes est une application linéaire qui
transforme un vecteur normal à une facette en une densité surfacique de forces. Or, une force est nécessairement
un élément de E, par identification, d’après la loi de Newton: f = mγγ . Alors qu’une normale est en fait définie
par dualité grace au théorème de Riesz qui permet de définir le gradient sur une surface. En conséquence,
le tenseur des contraintes est en principe un élément de L(E∗ ,E) et on doit donc s’attendre à ce qu’une
loi différentielle objective implique les taux de variations de ses composantes contravariantes sur une base
gélée plutôt que covariantes. C’est probablement pourquoi le modèle linéaire surconvecté est compatible avec
l’effet Weissenberg contrairement au modèle sous convecté. Notons cependant que l’effet Weissenberg implique
les contraintes normales qui sont d’ordre 2 en taux de cisaillement quand celui-ci est petit (c.f. le chapitre
précédent). En ne retenant qu’un développement limité à l’ordre 1 en Ct ou C−1 t les termes négligés sont alors
d’ordre 2 en γ̇ ce qui montre que de toutes façons on ne peut pas espérer rendre correctement compte des
effets de contraintes normales avec des modèles linéaires codéformationnels.

3.4.2 La dérivée corotationnelle


Comme les dérivées convectives sont objectives on pourrait donc penser que des équations de la forme:

∆S δS
λ[α + (1 − α) ] + S = 2µD
∆t δt
sont candidates à une loi rhéologique. En fait, ce n’est pas le cas car l’opérateur:

∆A δA
A 7−→ α + (1 − α)
∆t δt
n’est en général pas une dérivation et on ne peut pas à priori assurer que l’équation précédente soit résoluble
1
en S. Il y a cependant une exception c’est le cas où α = car alors on a:
2
∆A · B ∆A ∆B δA · B δA δB
− ·B− ·A+ − ·B− · A = 2A · D · B − 2A · D · B = 0
∆t ∆t ∆t δt δt δt

D
Définition 3.5 (Dérivée Corotationnelle) On appelle dérivée corotationnelle l’opérateur défini par:
Dt
DA 1 ∆A δA
= [ + ]
Dt 2 ∆t δt
La dérivée corotationnelle est une dérivation sur les champs d’endomorphismes et elle est objective.

A noter que l’objectivité est immédiate puisque les dérivées sur et sous convectées le sont. La dérivée
corotationnelle est également appelée dérivée de Jaumann. Un calcul immédiat donne:

DA DA
= +A·Ω−Ω·A (3.62)
Dt Dt

où Ω est la partie antisymétrique du gradient de vitesse Eulérienne.


A noter que si le mouvement est un mouvement de solide rigide les deux dérivées convectives coïncident
avec la dérivée corotationnelle. Inversement, si les deux dérivées convectives coïncident à un instant donné
pour tout champ A alors, à cet instant, ∇ v est antisymétrique est v est rigidifiant. Si elles coïncident à chaque
instant, le mouvement est alors un mouvement de solide rigide et elles coïncident avec la dérivée corotaionnelle.
Comme les dérivées convectées, la dérivée corotationnelle a une interprétation géométrique simple. Elle
correspond à dériver les coefficients de la matrice de A sur une base de vecteurs transportés dans le mouvement
de solide local au voisinage de la particule considérée.

3.4.2.1 Interprétation géométrique


Soit t0 un instant et χt0 un mouvement relatif de milieu continu. Soit {φt }t∈R un mouvement de milieu de
continu relativement à une configuration de référence B ayant χt0 comme mouvement relatif 12 . Soit X0 ∈ B
12 Ce mouvement absolu φt n’est pas unique. On peut par exemple prendre χt0 lui même.
3.4. LES MODÈLES DIFFÉRENTIELS LINÉAIRES OBJECTIFS. 101

une particule qui occupe la position x0 à l’instant t0 . A chaque instant t ∈ R associons l’endomorphsime
antisymétrique:
1
Ω 0 (t) = [∇∇v(χt0 (x0 ,t),t) −T ∇ v(χt0 (x0 ,t),t)] (3.63)
2
qui est tout simplement la partie antisymétrique du gradient de vitesse Eulérienne au point χ t0 (x0 ,τ ) occupé
par la particule X0 à l’instant t0 . On sait que le champ de vecteurs:
−−−−−−−→
(t,x) ∈ R × E 7→ v(χt0 (x0 ,t),t) + Ω 0 (t) · χt0 (x0 ,t)x (3.64)

défini sur E est un champ rigidifiant. C’est donc, le champ des vitesses Eulériennes d’un mouvement de solide
rigide. Ce mouvement, comme tous les mouvements donnés par un champ Eulérien n’est pas défini de manière
univoque, mais il le devient si on lui demande de coïncider avec φt à l’instant t0 . Ce dernier mouvement
a, d’après la décomposition locale de Helmoltz, une interprétation très simple: c’est le mouvement de solide
rigide local au voisinage de la particule X0 quand on la suit sur sa trajectoire {φt (X0 )}t∈R . On va voir que la
dérivée corotationnelle n’est rien d’autre qu’une dérivée particulaire pour un observateur se déplaçant dans ce
mouvement, qui est justement dit de co-rotation. Une loi rhéologique différentielle objective utilisant la dérivée
corotationnelle s’interprétera donc tout simplement comme une loi formulée par cet observateur. Avant d’aller
plus loin, exhibons ce mouvement. Tour revient à déterminer son application orthogonale associée.

I Proposition 3.5 (Mouvement de co-rotation) On suppose que l’application t 7→ Ω 0 (t) est continue
sur R. L’équation: 
 dR0 = Ω · R
0 0
dt (3.65)

R0 (t0 ) = Id
possède une solution et une seule. Cette solution est à chaque instant t une rotation et le mouvement Ψ t :
−−−−−−−−−−→
(X,t) ∈ B × R 7→ φt (X0 ) + R0 (t) · φt0 (X0 )φt0 (X) (3.66)

est un mouvement de solide rigide qui coïncide avec {φt }t∈R à l’instant t0 , dont le champ de vitesse Eulérien
est donné par (3.64) et dans lequel la particule X0 occupe les mêmes positions que dans le mouvement {φt }t∈R .
Preuve: L’existence et l’unicité de la solution résulte du théorème de Cauchy-Lipschitz sur les équations différentielles
linéaires. Voyons que c’est bien une rotation.
1. C’est d’abord un endomorphisme orthogonal. En effet, on a:
dT R0 T dR0 T dR0 T
R0 · = ( · R0 ) =T Ω 0 = −Ω
Ω0 = − · R0
dt dt dt
Donc:
d
(R0 ·T R0 ) = 0
dt
et comme en t = t0 , on a R0 ·T R0 = Id, on en déduit que ∀t : R0 ·T R0 = Id.
2. Examinons son déterminant. Soit B = (e1 ,e2 ,e3 ) une base orthonormée. On a, par définition:
det(R0 ) = detB (R0 · e1 ,R0 · e2 ,R0 · e3 )
et, comme detB est une forme trilinéaire, en dérivant il vient:
d
Ω0 · R0 · e1 ,R0 · e2 ,R0 · e3 ) + detB (R0 · e1 ,Ω
det(R0 ) = detB (Ω Ω0 · R0 · e2 ,R0 · e3 )
dt
+ detB (R0 · e1 ,R0 · e2 ,ΩΩ 0 · R 0 · e3 )
Ω0 ) = 0
= det(R0 )tr(Ω
Finalement, comme det(R0 ) vaut 1 à t0 , il reste constamment égal à 1 et le résultat est établi.
Examinons la vitesse Eulérienne. Si x = Ψt (X), en dérivant on a immédiatement:
∂Ψt (X) dR0 −−−−−−−−−−−→ −−−−−−−→
(X,t) = v(χt0 (x0 ,t),t) + · φt0 (X0 )φt0 (X) = v(χt0 (x0 ,t),t) + Ω 0 (t) · χt0 (x0 ,t)x
∂t dt
et ce champ est donc bien le champ (3.64). 
Notons que si φt est lui même un mouvement de solide rigide, il coïncide évidement avec Ψ t . Notons que
le mouvement Ψt dépend du choix du mouvement absolu φt mais que R0 ne dépend que du mouvement relatif
χt0 et non pas du choix du mouvement absolu ayant χt0 comme mouvement relatif.
Voyons maintenant que la dérivée corotationnelle est bien une dérivée particulaire relativement à ce mou-
vement. Pour voir cela, donnons nous comme précédemment un système de coordonnées matérielles (ξ 1 ,ξ2 ,ξ3 )
sur un voisinage de la particule X0 ∈ B que l’on suit dans son mouvement. Soit (ξ 1 ,ξ 2 ,ξ 3 ) les coordonnées
102 CHAPITRE 3. FLUIDES VISCOÉLASTIQUES

de X0 et soit (g1 ,g2 ,g3 ) la base locale en ce point. Le point x0 = φt0 (X0 ) de Ωt0 a alors pour coordonnées
matérielles le même triplet (ξ 1 ,ξ 2 ,ξ 3 ). Notons (G1 ,G2 ,G3 ) la base de coordonnées locales en ce point x0 qui
est donnée par:
Gi = F(t0 ,X0 ) · gi
On va suivre cette base dans le mouvement de co-rotation. Posons alors:
Ei (t) = R0 (t) · Gi
De sorte que la base (Ei ) coïncide avec la base (Gi ) à l’instant t0 . On note comme d’habitude (E1 ,E2 ,E3 ) la
base duale. Soit x la position à un instant quelconque t de la particule x 0 . Désignons par Aij les coefficients
de la matrice de A(x,t) sur la base (Ei ). On a, par définition:
A(x,t) = Aij Ei ⊗ Ej = R0 [Aij Gi ⊗ Gj ]T R0
Un calcul immédiat, donne:
D D
A = R0 [ Aij Gi ⊗ Gj ]T R0 + Ω 0 · A − A · Ω 0
Dt Dt
C’est à dire:
D D i
A= A Ei ⊗ E j
Dt Dt j
Finalement, on a tout simplement:
D D T
A = R0 · [ R0 · A · R 0 ] ·T R0 (3.67)
Dt Dt
Tout revient donc à considérer que l’on effectue la dérivée particulaire de A quand il est vu dans le mouvement
de co-rotation.
D
L’opérateur Dt vérifie les propriétés suivantes:
D
1. L’opérateur Dt conserve la symétrie des endomorphismes.
2. Si A est un déviateur, alors DA
Dt est un déviateur.
D
3. L’opérateur Dt est matériellement objectif.
D
4. L’opérateur Dt est une dérivation.
A noter que R0 n’est pas la rotation de la décomposition polaire du gradient relatif de déformation F t0 .

3.4.2.2 Action d’un changement de référentiel


Considérons un mouvement φ et soit φ∗ le mouvement déduit par un changement de référentiel quelconque
(T,Ψ). On peut se demander comment est modifié R0 . De manière générale la partie antisymétrique du gradient
de vitesse est transformée par:
d
Ω ∗ (Ψ(t − T,x),t − T ) = Q(t − T ) ·T Q(t − T ) + Q(t − T ) · Ω (x,t) ·T Q(t − T )
dt
Ainsi, Ω 0 est transformé en
dQ T
Ω ∗0 = · Q + Q · Ω 0 ·T Q
dt
On doit donc rechercher R∗0 solution de:
 ∗
 dR0 = [ d Q ·T Q + Q · Ω ·T Q] · R∗
0 0
dt dt (3.68)
 ∗
R0 (t0 − T ) = Id
On sait que la solution est une rotation. En multipliant à droite par la transposée, on a donc une équation
équivalente:  ∗
 dR0 ·T R∗ = d Q ·T Q + Q · Ω ·T Q
0 0
dt dt (3.69)
 ∗
R0 (t0 − T ) = Id
d
Or, le membre de droite n’est rien d’autre que: dt [Q · R0 ] ·T [Q · R0 ]. Comme il y unicité de la solution, on en
déduit que:
R∗0 (t − T ) = Q(t − T ) · R0 (t) ·T Q(t0 − T ) (3.70)
C’est à dire que tout revient à superposer à la co-rotation locale du mouvement absolu, caractérisée par R 0 ,
la rotation Q(t − T ) due au changement de référentiel.
3.4. LES MODÈLES DIFFÉRENTIELS LINÉAIRES OBJECTIFS. 103

3.4.2.3 Modèle de Maxwell corotationnel ou modèle ZFD


Considérons alors l’équation:
DS
λ + S = 2µD (3.71)
Dt
Il est facile d’établir la:

I Proposition 3.6 Si le mouvement relatif χt0 est connu pour tout t ∈ R, alors l’équation (3.71) est
résoluble en S sur R. Si le fluide est incompressible, elle possède une solution qui est un déviateur et qui vérifie
le principe d’objectivité matérielle. Cette solution est donnée l’instant t 0 au point x0 par:
Z +∞
µ s
S(x0 ,t0 ) = 2 e− λ [T R0 (t0 − s) · D(χt0 (x0 ,t0 − s),t0 − s) · R0 (t0 − s)] ds (3.72)
λ 0

où R0 est l’unique solution de (3.65).


Preuve: L’argument est analogue au cas du modèle différentiel sous convecté: il faut que la solution ne dépendent pas
explicitement de l’instant t où on la calcule mais uniquement de l’histoire de la déformation jusqu’à cet instant. Soit φ(t) un
mouvement absolu ayant χt0 comme mouvement relatif. Fixons une particule X0 et posons x0 = φ(t,X0 ). On passe en coordonnées
Lagrangiennes et on définit:
s(X0 ,t) =T R0 (t) · S(φ(t,X0 ),t) · R0 (t)
où R0 est l’unique solution de (3.65) (qui dépend de X0 ). D’après (3.67), l’équation est équivalente à:
∂ t µ T t
[e λ s(X0 ,t)] = 2 R0 (t) · D(t,φ(t,X0 )) · R0 (t)e λ
∂t λ
dont la solution générale est:
Z t
t µ t−τ
s(X0 ,t) = A(X0 )e− λ + 2 e− λ T R0 (τ ) · D(φ(τ,X0 ),τ ) · R0 (τ )
λ −∞

où A(X) est constant. En revenant à S et en variables d’Euler on en déduit que S vérifie (3.71) si et seulement si il existe un
tenseur A(X0 ) défini sur la configuration de référence tel que:
Z +∞
t µ s
S(x0 ,t) = [R0 (t) · A(X0 ) ·T R0 (t)]e− λ + 2 R0 (t) · e− λ [T R0 (t − s) · D(χt0 (x0 ,t − s),t − s) · R0 (t − s)] dsT R0 (t)
λ 0

ce qui prouve que l’équation est bien résoluble. Notons que, comme D est un déviateur - puisque le milieu est incompressible -
et que les changements de base conservent la trace des matrices, le second terme (contenant l’intégrale) est un déviateur. Ainsi,
pour que S soit un déviateur il faut et il suffit que A en soit un. Supposons donc que ce soit le cas.
On recherche alors une solution qui vérifie le principe d’objectivité matérielle. Effectuons un changement de référentiel carac-
térisé par le mouvement rigidifiant:
−→
Ψ(t)(X) = a(t) + Q(t) · Ox
et la translation de l’origine des temps de T . Le mouvement déduit par changement de référentiel est:
φ∗ (t∗ ) = Ψ(t∗ ) ◦ φ(t∗ + T )
La solution générale S∗ pour le mouvement φ∗ , est d’après ce qui précède, au point x∗0 = Ψ(t∗ )(x0 ) à l’instant t∗ :
Z +∞
t∗ µ s
S∗ (x∗0 ,t∗ ) = [R∗0 (t∗ )·A∗ (X0 )·T R∗0 (t∗ )]e− λ +2 R∗0 (t∗ )· e− λ [T R∗0 (t∗ −s)·D∗ (χt∗0 (x∗0 ,t∗ −s),t∗ −s)·R∗0 (t∗ −s)] dsT R∗0 (t∗ )
λ 0

où A∗ (X0 ) est un déviateur constant. Or, on a d’après (3.70) en t∗ :


R∗0 (t∗ ) = Q(t∗ ) · R0 (t∗ + T ) ·T Q(t∗0 )
et, D∗ s’exprime en fonction de D par la relation, vraie pour tout t∗ et x∗ = Ψ(t∗ )(x):
D∗ (χt∗0 (x∗ ,t∗ ),t∗ ) = D∗ (t∗ ,Ψ(t∗ ,x)) = Q(t∗ ) · D(x,t∗ + T ) ·T Q(t∗ )

Pour t∗ = t − T et x0 ∈ Ωt on a donc:
T t
S∗ (x∗0 ,t − T ) = Q(t − T ) · [R0 (t) · ( T Q(t0 − T ) · A∗ (X0 ) · Q(t0 − T )e λ ) ·T R0 (t)] ·T Q(t − T )]e− λ
 Z +∞ 
µ s
+ Q(t − T ) · 2 R0 (t) · e− λ [T R0 (t − s) · D(χt0 (x0 ,t − s),t − s) · R0 (t − s)] dsT R0 (t) ·T Q(t − T )
λ 0

Si S est le déviateur des contraintes, on doit avoir pour tout changement de référentiel (T,Ψ):
S∗ (x∗0 ,t − T ) = Q(t − T ) · S(x0 ,t) ·T Q(t − T )
On voit que la partie intégrale est bien invariante par changement de référentiel mais qu’il faut imposer une loi de transformation
au déviateur A(X0 ). Plus précisément, on doit imposer:
T T
A(X0 ) = Q(t0 − T ) · A∗ (X0 ) · Q(t0 − T )e λ
104 CHAPITRE 3. FLUIDES VISCOÉLASTIQUES

Si on prend alors comme changement de référentiel une simple translation de l’origine des temps de T on voit que A(X 0 ) dépend
du choix de l’origine des temps, ce qui est contradictoire avec le principe d’indifférence matérielle. On doit donc choisir A(X 0 ) = 0.
La solution "objective" est donc donnée par:
Z +∞
µ s
S(x0 ,t) = 2 R0 (t) · e− λ [T R0 (t − s) · D(χt0 (x0 ,t − s),t − s) · R0 (t − s)] dsT R0 (t)
λ 0

qui donne (3.72) en t = t0 . 

On déduit de la proposition précédente que les relations:



 σ (x,t) = −p(x,t)Id + τ (x,t)
(3.73)
 λ Dττ + τ = 2µD
Dt

dans laquelle τ est le déviateur des contraintes (et donc p est bien la pression, contrairement au cas des modèles
codéformationnels), définissent univoquement une loi rhéologique objective pour un fluide incompressible. La
loi (3.73) est appelée "modèle différentiel de Maxwell corotationnel" ou encore modèle de Zarembas-Fromm-
DeWitt du nom des auteurs qui l’ont introduit (Zarembas: 1903, Fromm: 1948, DeWitt: 1955).
Si le fluide a, de plus, une viscosité Newtonnienne, on obtient un modèle de type Jeffrey corotationnel en
ajoutant un terme visqueux:
 (N) (e)
 σ (x,t) = −p(x,t)Id + 2µ D(x,t) + τ
(e) (3.74)
 λ Dττ + τ (e) = 2µD
Dt
On peut, bien sûr, omettre les indices 0 et définir le mouvement de co-rotation associé à un point x et à un
instant t quelconque. Ainsi, si x est la position d’une particule à l’instant t et si on désigne par R t l’unique
solution de l’équation différentielle (3.65), qui devient:

 d R (τ ) = Ω (χ (x,τ ),τ ) · R (τ )
t t t
dτ (3.75)

Rt (t) = Id

on peut alors introduire le tenseur:

D∗ (x,t,τ ) =T Rt (τ ) · D(χt (x,τ ),τ ) · Rt (τ ) (3.76)

qui est appelé tenseur des taux de déformation corotationnel relativement à (x,t). Il a une interprétation
géométrique simple: c’est tout simplement le taux de déformation au point occupé par la particule X à l’instant
τ vu par un observateur mobile dans le mouvement de co-rotation locale au voisinage de cette particule.
Notons que l’application: τ ∈] − ∞,t] 7→ D∗ (x,t,τ ) est complètement déterminée par la donnée de l’appli-
cation: τ ∈] − ∞,t] 7→ Ft (x,τ ). En effet, on a :

∂Ft
∇ v(χt (x,τ ),τ ) = ∇ Vt (x,τ ) · F−1
t (x,τ ) = (x,τ ) · F−1
t (x,τ )
∂τ

et donc:
1 ∂Ft ∂ T Ft
Ω (χt (x,τ ),τ ) = [ (x,τ ) · F−1 T −1
t (x,τ ) − Ft (x,τ ) · (x,τ )]
2 ∂τ ∂τ
Par suite, la solution de l’EDO (3.75) ne dépend que de l’application τ 7→ Ft (x,τ ), de même donc que D∗ , et
non pas du choix du mouvement absolu ayant Ft (τ ) comme tenseur de déformation relatif.
Le déviateur des contraintes du modèle ZFD est alors donné par:
Z +∞
µ s
τ (x,t) = 2 e− λ D∗ (x,t,t − s) ds (3.77)
λ 0

Ce qui est exactement l’analogue de l’expression intégrale des modèles de Maxwell sur ou sous convectés après
intégration par parties et cette relation vérifie le principe d’objectivité matérielle comme on l’a vu.
3.5. MODÈLE DE GODDARD-MILLER 105

3.4.3 Résumé des modèles différentiels linéaires objectifs de fluides incompres-


sibles
3.4.3.1 Modèles de type Maxwell
Ils sont tous de la forme: σ = −pId + S avec:

 δS

 λ + S = 2µD Maxwell A

 δt

∆S
λ + S = 2µD Maxwell B (3.78)

 ∆t



 λ DS + S = 2µD ZFD
Dt
et, dans le cas du modèle corotationnel p est la pression. Avec:

 δ δA D

 : A− 7 → = A +T L · A + A · L Dérivée sous-convectée

 δt δt Dt

∆ ∆A D
: A− 7 → = A − L · A − A ·T L Dérivée sur-convectée (3.79)

 ∆t ∆t Dt



 D : A 7−→ DA = 1 [ ∆A + δA ] = DA + A · Ω − Ω · A Dérivée co-rotationnelle
Dt Dt 2 ∆t δt Dt
Pour utiliser l’un ou l’autre de ces modèles dans les problèmes instationnaires à condition initiale, il faut
imposer une condition initiale à S qui soit cohérente avec la forme intégrale de la solution objective cherchée
de manière à "sélectionner" l’unique solution S qui ne dépend pas explicitement du temps.

3.4.3.2 Modèles de type Oldroyd


Ils sont tous de la forme: σ = −pId + 2µ(N) D + S(e) avec:


 δS(e)

 λ + S(e) = 2µD Oldroyd A

 δt

∆S(e) (3.80)
 λ + S(e) = 2µD Oldroyd B

 ∆t

 (e)

 λ DS + S(e) = 2µD Jeffrey Corotationnel
Dt
et, dans le cas du modèle corotationnel p est la pression. Le modèle de Jeffrey corotationnel se met aussi sous
la forme: 
 σ (x,t) = −p(x,t)Id + S(x,t)
(3.81)
 λ1 DS + S = 2µ[D + λ2 DD ]
Dt Dt
où λ1 et λ2 sont les temps caractéristiques déjà introduits pour les modèles A et B. Pour que la fonction de
cisaillement du modèle soit monotone il faut imposer aux temps λ1 et λ2 la relation λ2 /λ1 > 1/9.

3.5 Modèle intégral corotationnel linéaire: le modèle de Goddard-


Miller
Comme on l’a déjà dit, la plupart des fluides viscoélastiques ont un spectre de temps de relaxation. Le
modèle différentiel de Maxwell corotationnel doit donc être corrigé pour tenir compte du module de relaxation
expérimental. On peut alors, par exemple, généraliser l’expression intégrale (3.77) en y remplaçant la fonction
de relaxation de Maxwell par la fonction de relaxation du fluide en petites perturbations. Le modèle suivant
qui en résulte est appelé modèle de Goddard-Miller du nom des auteurs qui l’ont introduit les premiers (1966):
Z +∞
σ (x,t) = −p(x,t)Id + 2 G(s)D∗ (x,t,t − s) ds (3.82)
0
A titre d’exercice, on pourra:
1. Vérifier, en étudiant une expérience de fluage, que la fonction G du modèle de Goddard-Miller est bien
la fonction de relaxation du fluide.
106 CHAPITRE 3. FLUIDES VISCOÉLASTIQUES

2. Vérifier que la fonction de cisaillement et la première différence normale sont liées et que les fonctions
viscométriques d’un modèle de Goddard-Miller vérifient 2N2 = −N1 . En conséquence ce type de modèle
ne permet pas de prévoir correctement l’effet Weissenberg.
3. Etablir, pour le modèle de Goddard-Miller, les relations:
Z
2 +∞
G(s) = µ(γ̇) cos(γ̇s) dγ̇ (s ≥ 0)
π 0
Z
1 +∞
G(s) = γ̇Ψ1 (γ̇) sin(γ̇s) dγ̇ (s > 0)
π 0

Indication: utiliser la transformée de Fourier.


4. Vérifier qu’en mouvement infiniment lent le modèle de Goddard-Miller est équivalent, à l’ordre principal,
à un modèle infinitésimal intégral classique.
En pratique on peut donc utiliser pour approcher G les expressions de type Maxwell généralisée déjà
signalées.

3.6 Modèles différentiels corotationnel non linéaires: le modèle d’Ol-


droyd à 8 constantes
En fait, on ne peut pas correctement rendre compte des effets non linéaires, et en particulier des effets de
contraintes normales, en conservant un modèle corotationnel linéaire intégral ou différentiel. Les rhéologues
ont donc cherché à corriger ces modèles par des termes non linéaires par rapport à la déformation. Comme la
dérivée corotationnelle est une vraie dérivation, le plus simple est de généraliser le modèle différentiel en une
équation résolue en la dérivée, de la forme:
DS
= f (S,D)
Dt
Une telle équation sera acceptable comme loi rhéologique, sous réserve que les termes ajoutés soient "objectifs":
Comme S,D le sont, il faut que f soit isotrope par rapport à ses arguments. Le plus simple est donc un
polynôme de degré 2 en S,D qui ne contient pas de terme en S2 (sinon un résultat classique sur les EDO
montre qu’il apparaît une singularité en temps fini de sorte que la solution n’est pas définie sur tout R). Le
modèle le plus général d’ordre 2 préservant l’isotropie a été proposé par Oldroyd en 1958. Il est de la forme:
σ = −pId + 2µ(N) D + S(e) avec:


 DS(e)

 λ + S(e) + η0 tr(S(e) )D
Dt
(Oldroyd 8 Cstes) (3.83)

 − η1 [S(e) · D + D · S(e) ] + ν1 (S(e) : D)Id


= 2µ0 [D − η2 D2 + ν2 (D : D)Id]

On notera que p n’est plus la pression. Il y a lieu d’imposer des restrictions sur les coefficients pour assurer la
monotonie de la fonction de cisaillement. On consultera le livre de R.B. Bird et Alii[6] pour plus de détails.
On y trouvera également des expressions des fonctions viscométriques pour certains cas particuliers (modèles
à 6 (ν1 = ν2 = 0), 4 ou 3 constantes) ainsi que l’étude de quelques écoulements.

3.7 Modèles intégraux non linéaires corotationnels.


Introduisons le tenseur des déformations corotationnelles définis à partir de D ∗ par:
Z τ

Ct (x,τ ) = Id + 2 D∗ (x,t,u) du (3.84)
t

En intégrant par parties dans le modèle de Goddard-Miller, il vient:


Z +∞ Z +∞
2 G(s)D∗ (x,t,t − s) ds = − lim G(s)C∗ (x,t,t − s) + m(s)C∗t (x,t − s) ds
0 s→+∞ 0
3.8. FONCTIONS VISCOMÉTRIQUES 107

où m est la fonction mémoire. On peut admettre que la fonction de relaxation G décroit assez rapidement à
l’infini pour que, sur les mouvements qui nous intéressent, la limite dans le membre de droite soit nulle. Ainsi,
le modèle de Goddard-Miller se met sous la forme:
Z +∞
σ (x,t) = −p(x,t)Id + m(s)C∗t (x,t − s) ds (3.85)
0

qui est formellement analogue aux modèles de viscolélasticité linéaire finie. On est alors conduit à développer
une théorie co-rotationnelle de fluides simples à mémoire evanescente.
On notera que C∗t est complètement déterminé par la donnée du gradient de déformation relatif τ 7→ F t (x,τ )
à tout instant dans le passé puisque D∗ l’est. Ainsi, une relation fonctionnelle de la forme:

τ (x,t) = J (C∗t (x,t − s))


s≥0

définie bien une loi rhéologique sous réserve de vérifier le principe d’objectivité matérielle. On notera, alors, que
C∗t a la même loi de transformation par changement de référentiel que Ct . Plus précisément, si on considére
un changement de référentiel avec t = T dont la transformation orthogonale à l’instant 0 est Q, on a:

C∗t −→ Q · C∗t ·T Q

qui est exactement la régle de transformation de Ct et de C−1


t . Par conséquent, une théorie de fluide simple à
méméoire evanescente développée à partir du tenseur C∗t sera rigoureusement analogue à la théorie de mémoire
evanescente de Colemann et Noll que nous avons présentée. En particulier, si on approche la fonctionnelle J
s≥0
par son développement limité à l’ordre n on obtiendra un développement intégral rigoureusement analogue à
(3.35) en y remplaçant le tenseur de Cauchy (noté G dans (3.35)) par le tenseur corotationnel C ∗t . Ces modèles
sont alors qualifiés de développement intégraux corotationnels 13 .
On peut également introduire des non linéarités en demandant, comme pour les modèles intégraux co-
déformationnels, que la fonction de relaxation dépendent du tenseur D ∗ . L’isotropie impose de ne choisir
une dépendance que des invariants scalaires. Notons que D∗ (x,t,τ ) et D(χt (x,τ ),τ ) ont les mêmes invariants,
II = 1/2γ̇ 2 et III (I = 0). On rencontrera donc, par exemple, des modèles de la forme (voir [6] par exemple):
Z +∞
σ (x,t) = −p(x,t)Id + 2 G(s,γ̇(χt (x,s),s))D∗ (x,t,t − s) ds (3.86)
0

Enfin, citons le modèle de LeRoy-Pierrard 14 qui généralise le modèle précédent:


Z +∞
σ (x,t) = − p(x,t)Id + 2 [G1 (s,II(χt (x,s),s),III(χt (x,s),s))D∗ (x,t,t − s)
0 (3.87)
+ G2 (s,II(χt (x,s),s),III(χt (x,s),s))D∗ (x,t,t − s) · D∗ (x,t,t − s)] ds

On voit que le choix des possibilités est assez vaste....Notons toutefois que, comme les modèles de type Goddard-
Miller capturent déjà qualitativement la plupart des non linéarités (contrairement aux modèles codéformation-
nels "linéaires": voir le paragraphe suivant) on peut penser que les modèles corotationnels non linéaires sont de
bons candidats à des modèles rhéologiques quantitativement acceptables. Malheureusement, ils sont très com-
pliqués à mettre en oeuvre en dehors des situations simples des écoulements unidirectionnels où l’on connaît
la cinématique.

3.8 Les fonctions viscométriques des modèles de viscoélasticité li-


néaire finie de fluides incompressibles
Pour déterminer les fonctions viscométriques des modèles objectifs linéaires, il suffit de se placer en cisaille-
ment simple, puisque ces fonctions sont universelles. Dans une base orthonormée B = (e 1 ,e2 ,e3 ), la vitesse
Eulérienne en un point x à l’instant t est:
v(x,t) = χx2 e1
13Dans [6], le développement est intégré par parties pour utiliser uniquement le tenseur 2D ∗ qui est noté dans cette référence Γ̇ Γ.
Toutefois, on fera attention aux signes: [6] considère que les forces de contact sont exercées par le fluide sur l’extérieur et le signe
du tenseur des contraintes est inversé. 14 Rheologica Acta, vol. 12, pp 449-454, (1973).
108 CHAPITRE 3. FLUIDES VISCOÉLASTIQUES

où χ = cste est le taux de cisaillement algébrique de l’écoulement. On a donc:


∀s ∈ R : Ft (x,t − s) = Id − sM
où M est l’endomorphisme nilpotent dont la matrice sur la base B est:
 
0 χ 0
[M]B = 0 0 0
0 0 0
Il vient,:
T
∀s ∈ R : Ct (x,t − s) = Ft (x,t − s) · Ft (x,t − s) = Id − s[M +T M] + s2 T M · M
Par ailleurs, comme M2 = 0, on a:
∀s ∈ R : (Ft (x,t − s))−1 = Id + sM
d’où:
∀s ∈ R : Ct (x,t − s)−1 = Id + s[M +T M] + s2 M ·T M
Les diverses matrices utiles sont:
     
0 χ 0 0 0 0 χ2 0 0
[M +T M]B = χ 0 0 [ T M · M]B = 0 χ2 0 T 
[M · M]B = 0 0 0
0 0 0 0 0 0 0 0 0

3.8.1 Modèle intégral sous-convecté


Pour le modèle de type Maxwell, on a:
Z +∞
σ (x,t) = −pId + m(s)[Id − s(M +T M) + s2 T M · M] ds
0
D’où:  Z +∞

 τ (χ) = σ = −χ sm(s) ds

 12

 0

 Z +∞
N1 (χ) = σ11 − σ22 = −χ2 s2 m(s) ds

 0

 Z

 +∞

 N2 (χ) = σ22 − σ33 = χ2 s2 m(s) ds
0
On intégre par parties, et comme m est une primitive de la fonction de relaxation, il vient:
 Z +∞
 τ (χ)

 µ(χ) = = G(s) ds

 χ

 0
Z +∞

N1 (χ)
Ψ1 (χ) = = 2 sG(s) ds (Maxwell)

 χ2 0

 Z +∞

 N (χ)

 Ψ2 (χ) = 2 = −2 sG(s) ds
χ2 0

Comme la fonction de relaxation est positive, on voit que le modèle prévoit une première différence normale
positive, ce qui est en accord avec les résultats expérimentaux. Il prévoit une seconde différence normale
N2 = −N1 négative, ce qui est encore expérimentalement correct mais il surestime |N 2 | par rapport aux
résultats expérimentaux usuels pour les polymères en solution car |N 2 | est en général petit devant N1 . En
particulier, il ne prévoit pas correctement l’effet Weissenberg puisque N1 + 4N2 < 0.
Pour un modèle de type Oldroyd, seul la fonction de cisaillement est modifiée:
 Z +∞

 µ(χ) = G(s) ds + µN



 0

 Z +∞
Ψ1 (χ) = 2 sG(s) ds (Oldroyd)

 0

 Z +∞



 Ψ (χ) = −2 sG(s) ds
2
0
3.8. FONCTIONS VISCOMÉTRIQUES 109

3.8.2 Modèle intégral sur-convecté


Pour le modèle de type Maxwell, on a:
Z +∞
σ (x,t) = −pId − m(s)[Id + s(M +T M) + s2 M ·T M] ds
0

et il vient:
 Z +∞

 τ (χ) = σ12 = −χ sm(s) ds



 0
Z +∞

 N1 (χ) = σ11 − σ22 = −χ2 s2 m(s) ds




0
N2 (χ) = σ22 − σ33 = 0
et donc:
 Z +∞

 µ(χ) = G(s) ds



 0
Z +∞
(Maxwell)

 Ψ1 (χ) = 2 sG(s) ds




0
Ψ2 (χ) = 0

et:
 Z +∞

 µ(χ) = G(s) ds + µN



 0
Z +∞
(Oldroyd)

 Ψ1 (χ) = 2 sG(s) ds




0
Ψ2 (χ) = 0

Le modèle prévoit une seconde différence normale nulle, ce qui est approximativement acceptable pour de
nombreux polymères en solution. Le modèle surconvecté prévoit l’effet Weissenberg. C’est ce qui fait dire,
dans la littérature, que les modèles surconvectés sont préférables aux modèles sous convectés.

3.8.3 Modèle intégral mixte


Pour le modèle de type Maxwell, on a:
Z +∞
σ (x,t) = −pId + m(s)[(1 + 2)Id − s(M +T M) + s2 (1 + )T M · M + M ·T M] ds
0

D’où:
 Z +∞

 τ (χ) = −χ sm(s) ds



 0

 Z +∞
N1 (χ) = −χ2 s2 m(s) ds

 0

 Z +∞



 N2 (χ) = (1 + )χ2 s2 m(s) ds
0

et donc:
 Z +∞

 µ(χ) = G(s) ds



 0

 Z +∞
Ψ1 (χ) = 2 sG(s) ds (Maxwell)

 0

 Z +∞



 Ψ2 (χ) = −2(1 + ) sG(s) ds
0
110 CHAPITRE 3. FLUIDES VISCOÉLASTIQUES

et:
 Z +∞

 µ(χ) = G(s) ds + µN



 0

 Z +∞
Ψ1 (χ) = 2 sG(s) ds (Oldroyd)

 0

 Z +∞



 Ψ2 (χ) = −2(1 + ) sG(s) ds
0

Pour prévoir l’effet Weissenberg, il faut choisir  < −3/4.

3.8.4 Modèle intégral corotationnel de Goddard-Miller


Il nous faut d’abord calculer la rotation Rt (τ ). C’est la solution de l’équation différentielle (3.75):

 d R (τ ) = Ω (χ (x,τ ),τ ) · R (τ )
t t t


Rt (t) = Id
Pour l’écoulement de cisaillement simple, les tenseurs Ω (χt (x,τ ),τ ) = Ω et D(χt (x,τ ),τ ) = D sont constants,
et leurs matrices sur B sont:
   
0 χ 0 0 χ 0
1 1
Ω ]B =
[Ω −χ 0 0 [D]B = χ 0 0
2 2
0 0 0 0 0 0

Introduisons le vecteur rotation ω = − 12 χe3 . On a, par construction, pour tout vecteur u de E: Ω · u = ω ∧ u.


En conséquence, Rt (τ ) est la rotation d’angle − 21 χ(τ − t) autour de e3 . On en déduit immédiatement D∗ :
 
− sin(χ(τ − t)) cos(χ(τ − t)) 0
1
[D∗ (x,t,τ )]B = [T Rt (τ ) · D · Rt (τ )]B = χ  cos(χ(τ − t)) sin(χ(τ − t)) 0
2
0 0 0
Le déviateur des contraintes est donné d’après (3.82) par:
Z +∞
τ (x,t) = 2 G(s)D∗ (x,t,t − s) ds
0

On en déduit:
 Z +∞

 τ (χ) = χ G(s) cos(χs) ds



 0

 Z +∞
N1 (χ) = 2χ G(s) sin(χs) ds (Goddard-Miller)

 0

 Z

 +∞

 N2 (χ) = −χ G(s) sin(χs) ds ds
0

On notera que la fonction de cisaillement est non linéaire et n’est donc pas Newtonienne, contrairement au cas
des modèles sur et sous convectés de même fonction de relaxation.
On voit également que N1 = −2N2 et que, par suite, le modèle ne prévoira à priori pas correctement l’effet
Weissenberg. On voit également que 2µ(χ) = 2τ (χ)/χ n’est rien d’autre que la transformée de Fourier de la
symétrisée de la fonction de relaxation G, c’est à dire de la fonction paire égale à G sur [0, + ∞[. De la même
manière, la fonction −iN1 (χ)/χ = −iχΨ1 (χ) est la transformée de Fourier de la fonction discontinue en 0,
égale à G sur [0, + ∞[ et à −G(−t) sur ] − ∞,0[. En conséquence, par transformée inverse, on a:
Z
2 +∞
G(s) = µ(γ̇) cos(γ̇s) dγ̇ (s ≥ 0)
π 0
Z
1 +∞
G(s) = γ̇Ψ1 (γ̇s) sin(γ̇) dγ̇ (s > 0)
π 0
ce qui prouve que la viscosité apparente et la première différence normale ne sont pas des fonctions indépen-
dantes.
3.9. FONCTIONS VISCOMÉTRIQUES 111

3.8.5 Notes.
Pour un même fluide, et donc pour une même fonction de relaxation, tous les modèles intégraux de vis-
coélasticité linéaire finie co-déformationnels prévoient la même fonction de cisaillement Newtonienne et la la
même première différence normale qui est positive et égale au premier moment de la fonction de relaxation.
Ils ne différent, pour les écoulements viscométriques, que par l’expression de la seconde différence normale.
Pour une même fonction de relaxation et donc pour un même fluide, comme le modèle sur-convecté prévoit
l’effet Weissenberg, contrairement au modèle sous-convecté, dans la littérature on considère en général que
parmi les modèles codéformationnels, les modèles surconvectés sont préférables aux modèles sous convectés.
En réalité, comme on l’a déjà dit, estimer les différences normales avec les modèles de viscoélasticité linéaire
finie n’est pas cohérent avec l’ordre d’approximation de la fonctionnelle mémoire par ces modèles quels qu’ils
soient. En effet, on sait que ces modèles représentent le premier terme d’un développement limité à l’ordre 1
au voisinage du repos en le tenseur de Cauchy. Or, comme les différentes normales sont quadratiques en taux
de cisaillement, les termes négligés dans la fonctionnelle mémoire en écoulement viscométrique sont d’ordre
2 en taux de cisaillement. Autrement dit, on est en train de calculer des termes qui sont du même ordre
que les termes négligés. Par conséquent, pour ce qui concerne les différences normales il faudrait en principe
tenir compte des termes d’ordre suivant dans la fonctionnelle mémoire. Autrement dit, il faudrait utiliser des
modèles non linéaires. Ainsi:
1. Si, pour des raisons de simplicité, on préfère garder un modèle linéaire en le tenseur de Cauchy, on
préférera un modèle surconvecté à un modèle sous convecté.
2. Si on veut cependant prendre le plus correctement possible en compte les différences normales on utilisera
un modèle non linéaire en corrigeant la fonction de relaxation pour les "forts" taux de cisaillement.
On pourra par exemple utiliser un noyau de type "Bird-Carreau" qui "fitte" assez bien les données
expérimentales pour de nombreux polymères fondus ou en solutions concentrées.
Il n’y a alors pas de raisons théoriques de préférer un modèle sur-convecté.
Le modèle co-rotationnel prévoit une viscosité non Newtonienne, c’est ce qui fait dire à certains auteurs
que les modèles corotationnels seraient préférables aux modèles codéformationnels. En réalité, pour les mêmes
raisons que ci-dessus, il faut corriger la fonction de relaxation pour tenir compte des effets non linéaires,
d’ailleurs le modèle linéaire ne prévoit pas correctement l’effet Weissenberg, de plus la fonction de cisaillement
n’est pas nécessairement monotone et il faut ajouter une viscosité Newtonienne. En effet, on a:
Z +∞
0
τ (χ) = G(s)(cos(χs) − χ2 sin(χs)) ds
0

qui est bien positif au voisinage de χ = 0 mais qui n’est pas nécessairement de signe constant pour tout χ
(voir le paragraphe suivant par exemple).

3.9 Les fonctions viscométriques des modèles différentiels linéaires


objectifs de fluides incompressibles
3.9.1 Expressions directes.
On peut obtenir les expressions des fonctions viscométriques directement en prenant, dans les expressions
générales précédentes pour les modèles intégraux, la fonction G égale à la fonction de relaxation de Maxwell,
c’est à dire:
µ s
G(s) = e− λ
λ
On ne donnera que les fonctions des modèles de type Maxwell, celles pour les modèles de type Oldroyd sont
identiques sauf la viscosité apparente à laquelle il faut ajouter la viscosité Newtonienne. Il vient:
1. Modèle Maxwell A
δS
λ + S = 2µD
δt
et:
τ (χ) N1 (χ) N2 (χ)
µ(χ) = =µ Ψ1 (χ) = = 2λµ Ψ2 (χ) = = −2λµ
χ χ2 χ2
112 CHAPITRE 3. FLUIDES VISCOÉLASTIQUES

2. Modèle Maxwell B
∆S
λ + S = 2µD
∆t
et:
τ (χ) N1 (χ) N2 (χ)
µ(χ) = =µ Ψ1 (χ) = = 2λµ Ψ2 (χ) = =0
χ χ2 χ2

3. Modèle ZFD
DS
λ + S = 2µD
Dt
et:
µχ 2µλχ2 µλχ2
τ (χ) = N1 (χ) = N2 (χ) = −
1 + λ 2 χ2 1 + λ 2 χ2 1 + λ 2 χ2

Note La fonction de cisaillement du modèle ZFD n’est pas monotone puisque:


µ
τ 0 (χ) = (1 − λ2 χ2 )
(1 + λ2 χ2 )2

en particulier elle décroît pour χ > 1/λ. Le modèle n’est donc pas physiquement très acceptable et va conduire
à une perte d’unicité de la solution en écoulement de Couette plan. C’est pourquoi en général on utilisera
plutôt un modèle de type "Oldroyd" en ajoutant un terme dissipatif Newtonien. La fonction de cisaillement
est alors:
µE χ
τ (χ) = + µN χ
1 + λ 2 χ2
et il faut vérifier la condition µE < 8µN pour assurer la monotonie de la fonction de cisaillement ce qui se
traduit par la condition λ2 /λ1 > 1/9 sur les temps caractéristiques.

3.9.2 Calcul à partir de la loi différentielle.


On examinera uniquement le cas du modèle ZFD, les autres se traitent de manière similaire. On se place
en écoulement de cisaillement simple. On part de la loi différentielle:

 σ = −pId + S
 λ DS + S = 2µD
Dt
On sait que S est ici le déviateur des contraintes. Il est donc symétrique de trace nulle. De plus, dans un écou-
lement stationnaire on sait que le déviateur des contraintes d’un fluide simple incompressible est stationnaire.
On recherche donc une solution stationnaire. Dans ces conditions il reste:
DS
= ∇S · v + S · Ω − Ω · S
Dt
Pour l’écoulement viscométrique d’un fluide simple, on a:
   2N1 +N2 
S11 S12 0 3 τ 0
[S]B = S12 S22 0 = τ N2 −N1
3 0 
0 0 S33 0 0 − 2N23+N1

Par conséquent, comme χ est constant dans l’écoulement de cisaillement simple, on a ∇ S · v = 0 et il reste
seulement à résoudre l’équation:
λ(S · Ω − Ω · S) + S = 2µD
Ce qui s’écrit:
       
−S S11 0 S12 S22 0 S11 S12 0 0 1 0
λχ  12
( −S22 S12 0 − −S11 −S12 0) + S12 S22 0  = µχ 1 0 0
2
0 0 0 0 0 0 0 0 S33 0 0 0
3.9. FONCTIONS VISCOMÉTRIQUES 113

Ce qui est équivalent au système de quatre équations:




 S11 − λχS12 = 0



 22 + λχS12 = 0
S
 S33 = 0



 S12 + λχ (S11 − S22 ) = µχ

2
qui se résout en:  µχ

 S12 =

 1 + λ 2 χ2



 2
 S11 = λµχ

1 + λ 2 χ2



 λµχ2

 S 22 = −

 1 + λ 2 χ2


S33 = 0
et on retrouve les expressions des fonctions viscométriques du modèle ZFD obtenues directement à partir de
l’expression intégrale du déviateur des contraintes.
114 CHAPITRE 3. FLUIDES VISCOÉLASTIQUES
115

Chapitre 4

Fluides de Grade n

4.1 Tenseurs de Rivlin-Ericksen


Soit t un instant et χt le mouvement relatif d’un mouvement de milieu continu que l’on suppose de classe C ∞
sur Ωt × I où I est un intervalle ouvert contenant t. Considérons un point x ∈ Ω t . Le tenseur des déformations
de Cauchy, Ct (x,t − s) = G(s), admet à tout ordre un développement limité par rapport à s donné par:

∂ (−1)n ∂ n
Ct (x,t − s) = Id − s Ct (x,τ )|τ =t + · · · + Ct (x,τ )|τ =t + o(sn )
∂τ n! ∂τ n
Par définition, on appelle tenseurs de Rivlin-Ericksen sous-convectés les champs d’endomorphismes:

∂n
A(n) (x,t) = Ct (x,τ )|τ =t = (−1)n G(n) (0)
∂τ n
De la même manière, on appelle tenseurs de Rivlin-Ericksen sur-convectés les champs d’endomorphismes:

∂ n −1
A(n) (x,t) = C (x,τ )|τ =t = (−1)n [G−1 ](n) (0)
∂τ n t
et tenseurs de Rivlin-Ericksen corotationnels les champs d’endomorphismes:

∂n ∗
A∗(n) (x,t) = C (x,τ )|τ =t
∂τ n t
De sorte que l’on a, à tout ordre n:
n
X n
X
(−s)k (−s)k
C−1
t (x,t − s) = A(k) (x,t) + o(sn ) C∗t (x,t − s) = A∗(k) (x,t) + o(sn )
i=0
k! i=0
k!

On notera que les tenseurs de Rivlin-Ericksen sont tous symétriques puisque C t l’est.

I Proposition 4.1 On a:

A(0) = A(0) = A∗(0) = Id


(4.1)
A(1) = −A(1) = A∗(1) = 2D

Les tenseurs de Rivlin-Ericksen vérifient les relations de récurrence:

δ
A(0) = Id n≥0: A(n+1) = A(n)
δt
∆ (n)
A(0) = Id n≥0: A(n+1) = A (4.2)
∆t
D ∗
A(0) = Id A∗(1) = 2D n≥1: A∗(n+1) = A
Dt (n)
116 CHAPITRE 4. FLUIDES DE GRADE N

Preuve:
1. Cas sous-convecté. On a évidement A(0) = Id et:
∂ T ∂ ∂ δ
A(1) = [ Ft (x,τ ) · F(x,τ )]|t=τ = [T Ft (x,τ ) + Ft (x,τ )|t=τ = 2D(x,t) = Id
∂τ ∂τ ∂τ δt
Pour obtenir la formule de récurrence, passons en variables Lagrangiennes absolues. On a par composition des dérivations:
Ct (x,τ ) =T F−1 (X,t) · [T F(X,τ ) · F(X,τ )] · F−1 (X,t)
D’où:
∂n T
A(n) (x,t) =T F−1 (X,t) · [ F(X,τ ) · F(X,τ )]|τ =t · F−1 (X,t)
∂τ n
La dérivée particulaire est la dérivée partielle en t du membre de droite et donc:
D ∂ ∂n T
A(n) (x,t) =T F−1 (X,t) · [ F(X,τ ) · F(X,τ )]|τ =t · F−1 (X,t)
Dt ∂t ∂τ n
∂n T ∂ −1
+T F−1 (X,t) · [ F(X,τ ) · F(X,τ )]|τ =t · F (X,t) + A(n+1) (x,t)
∂τ n ∂t
Et, comme:
∂ −1 ∂
F(X,t) · F (X,t) = − F(X,t) · F−1 (X,t) = ∇ v(x,t)
∂t ∂t
Il vient finalement:
D
A(n) (x,t) = −T ∇ v(x,t) · A(n) (x,t) − A(n) (x,t) · ∇ v(x,t) + A(n+1) (x,t)
Dt
δ
C’est à dire: A(n+1) = A(n)
δt
2. Cas sur-convecté. Idem.

3. Cas co-rotationnel. Par construction de C∗t (c.f. (3.84)) on a: évidement: C∗t (x,t) = Id et ∂τ C∗t (x,τ ) = 2D∗ (x,t,τ ) où
D est donné par la relation:

D∗ (x,t,τ ) =T R(τ ) · D(χt (x,τ ),τ ) · R(τ )


R étant l’unique solution de l’équation différentielle (3.75):

 d R(τ ) = Ω (χ (x,τ ),τ ) · R(τ )
t
dτ (4.3)

R(t) = Id

On a donc bien A∗1 (x,t) = ∂τ C∗t (x,τ )|t=τ = 2D(x,t). Établissons alors la relation de récurrence. Pour cela on a besoin de
déterminer la dérivée particulaire de R. On passe encore en coordonnées Lagrangiennes absolues. R étant l’unique solution
de l’équation différentielle : 
 d R(τ ) = Ω (φ(X,τ ),τ ) · R(τ )
dτ (4.4)

R(t) = Id
il ne dépend donc de t que par la condition initiale. Notons alors Rt la solution de cette équation. Or, du fait de l’unicité
de la solution, la solution de l’équation: 
 d R(τ ) = Ω (φ(X,τ ),τ ) · R(τ )
dτ (4.5)

R(t + dt) = Id
est Rt+dt (τ ) = Rt (τ ) ·t Rt (t + dt) et donc:
D Rt (t + dt) − Rt (t) d
Rt (τ ) = Rt (τ ) ·T [ lim ] = Rt (τ ) ·T Rt (τ )|τ =t = −Rt (τ ) · Ω (x,t) (4.6)
Dt dt→0 dt dτ
Finalement, on a:
D DT
Rt (τ ) = −Rt (τ ) · Ω (x,t) Rt (τ ) = Ω (x,t) ·T Rt (τ ) (4.7)
Dt Dt
∂n
Pour n ≥ 1, on a: A∗n (x,t) = ∂τ n D (x,t,τ )|t=τ , c’est à dire:

∂n T
A∗n (x,t) = [ Rt (τ ) · D(φ(X,τ ),τ ) · Rt (τ )]|t=τ
∂τ n
D’où, par composition des dérivations:
D ∗ ∂ ∂n T
An (x,t) =[ [ [ Rt (τ ) · D(φ(X,τ ),τ ) · Rt (τ )]]|τ =t
Dt ∂τ ∂τ n
∂n ∂
+ [ n [ [T Rt (τ ) · D(φ(X,τ ),τ ) · Rt (τ )]]|τ =t
∂τ ∂t
Soit:
D ∗ ∂n
A (x,t) =A∗n+1 (x,t) + Ω(x,t) ·T Rt (τ ) · D(φ(X,τ ),τ ) · Rt (τ )
[Ω
Dt n ∂τ n
−T Rt (τ ) · D(φ(X,τ ),τ ) · Rt (τ ) · Ω(x,t)]|τ =t
=A∗n+1 (x,t) + Ω (x,t) · A∗n (x,t) − A∗n (x,t) · Ω (x,t)
et finalement:
D ∗
A∗n+1 (x,t) = A (x,t)
Dt n

4.2. RETARDATION. 117

La proposition montre que les relations de récurrence (4.2) définissent univoquement les tenseurs de Rivlin-
Ericksen en fonction du champ de vitesses Eulérien v dès que celui-ci est connu au voisinage du point (x,t) et
ce puisque les opérateurs ne font intervenir que la vitesse Eulèrienne. Ainsi, on peut considérer les applications:

v 7−→ An [v],An [v],A∗n [v] (4.8)

qui à tout champ v ce classe C ∞ sur un ouvert U de E × R associent les tenseurs de Rivlin-Ericksen définis
par les relations de récurrence (4.2).

4.2 Retardation.
Soit χt le mouvement relatif d’un mouvement de milieu continu, φ, défini sur Ωt × R et ε > 0 un paramètre.
On appelle retardation de paramètre ε (ou tout simplement retardation) du mouvement χ t au voisinage de t
(ε)
l’application χt :
(ε)
∀s ∈ R,∀x ∈ Ωt : χt (x,t + s) = χt (x,t + εs)
C’est évidement le mouvement relatif du mouvement (τ,X) ∈ R × B 7→ φ(t + ε(τ − t),X) dont l’interprétation
est simple; on a dilaté les durées au voisinage de t. Notons que la vitesse Lagrangienne v (ε) du mouvement
(ε)
χt est liée à celle du mouvement non retardé par:
(ε)
vt (x,t + s) = εvt (x,t + εs) (4.9)

De sorte que l’écoulement retardé est également qualifié[17] "d’écoulement lent quasi-stationnaire".

I Proposition 4.2 On a pour tout n ≥ 0:

A(n) [v(ε) ](x,t) = εn A(n) [v](x,t)


A(n) [v(ε) ](x,t) = εn A(n) [v](x,t) (4.10)
A∗(n) [v(ε) ](x,t) =ε n
A∗(n) [v](x,t)


Le résultat est immédiat puisque tout revient à remplacer l’opérateur ∂τ dans les développements de Taylor

par l’opérateur ε ∂τ .

4.3 Fluides de Grade n.


4.3.1 Cas sous-convecté
La présentation qui suit est celle de B.D Coleman et W. Noll[3] (1960). Considérons alors un fluide simple
à mémoire evanescente et supposons que sa fonctionnelle G soit indéfiniment différentiable au voisinage de
l’identité. On a, d’après Taylor, pour toute fonction G dans L2 (] − ∞,0],h) le développement limité à l’ordre
n ≥ 1:

G (G(s)) = G (Id)+
s≥0 s≥0
1 (n)
G0 (Id)[G − Id] + · · · + G (Id)[G − Id, · · · ,G − Id] + o(||G − Id||n )
n! s≥0

Considérons alors une retardation d’un mouvement χt pour lequel, pour simplifier, nous supposerons que
l’application: s 7→ Ct (x,t − s) est analytique en s. On aura:
+∞
X X (−s)k+∞
(ε) (−s)k
Ct (x,t − s) = εk A(k) [v] = Id + εk A(k) [v]
k! k!
k=0 k=1

et donc:
(ε)
||Ct − Id|| = O(ε)
118 CHAPITRE 4. FLUIDES DE GRADE N

(ε) (ε)
de sorte que ||Ct − Id|| → 0 quand ε → 0. On va donc examiner le développement limité de G (Ct ) au
s≥0
voisinage de l’identité à un ordre n ≥ 1. Ainsi, en ne retenant que les termes d’ordre ε ≤ n dans la différentielle
d’ordre k, on aura:
1 (k) (ε) (ε)
G (Id)[Ct − Id, · · · ,Ct − Id] =
k! s≥0
n
X X 1
(−ε)l G(k) (Id)[si1 A(i1 ) [v], · · · ,sik A(ik ) [v]] + o(εn )
i1 ! · · · ik ! s≥0
l=1 i1 +i2 +···+ik =l

Notons que G(k) (Id)[si1 A(i1 ) [v], · · · ,sik A(ik ) [v]] est une forme k-linéaire en les A(i) [v]. Pour simplifier, on
s≥0
notera:
(−1)i1 +···+ik (k)
Pik1 ,··· ,ik (A(i1 ) [v], · · · ,A(ik ) [v]) = G (Id)[si1 A(i1 ) [v], · · · ,sik A(ik ) [v]]
i1 ! · · · ik ! s≥0
Les Pik1 ,··· ,ik sont des formes k-linéaires 1 sur S(E) à valeurs dans S(E) qui ne dépendent que du fluide. Du
fait de la symétrie des dérivées supérieures, elles vérifient la propriété suivante pour toute permutation σ de
{1, · · · ,k} :

∀(A1 , · · ·,Ak ) ∈ S(E)k ,∀σ ∈ P(k) :


i ,··· ,iσ(k) (4.11)
Pkσ(1) (Aσ(1) , · · · ,Aσ(k) ) = Pki1 ,··· ,ik (A1 , · · · ,Ak )
De plus, du fait du principe d’objectivité, elles doivent être isotropes, c’est à dire:

∀(A1 , · · · ,Ak ) ∈ S(E)k ,∀Q ∈ O(3) :


(4.12)
Pik1 ,··· ,ik (Q · A1 ·T Q, · · · ,Q · Ak ·T Q) = Q · Pki1 ,··· ,ik (A1 , · · · ,Ak ) ·T Q
Finalement, il vient:
n
X n
X X
(ε)
G (Ct ) = G (Id) + εl Pik1 ,··· ,ik (A(i1 ) [v], · · · ,A(ik ) [v]) + o(εn )
s≥0 s≥0
l=1 k=1 i1 +i2 +···+ik =l

Or, par k-linéarité et d’après la proposition 4.2, on a puisque i1 + i2 + · · · + ik = l:

εl Pik1 ,··· ,ik (A(i1 ) [v], · · · ,A(ik ) [v]) = Pik1 ,··· ,ik (A(i1 ) [v(ε) ], · · · ,A(ik ) [v(ε) ])

et le développement s’écrit tout simplement:


n
X X
(ε)
G (Ct ) = G (Id) + Pik1 ,··· ,ik (A(i1 ) [v(ε) ], · · · ,A(ik ) [v(ε) ]) + o(εn )
s≥0 s≥0
k=1 1≤i1 +i2 +···+ik ≤n

Rappelons que G (Id) est soit nul (cas du fluide incompressible) soit égal à −pth (ρ,θ)Id (cas du fluide com-
s≥0
pressible). Notons σ (ε) le tenseur des contraintes de Cauchy pour le mouvement retardé. Dans tous les cas on
en déduit qu’il existe une fonction scalaire p telle que:
n
X X
σ (ε) = −pId + Pki1 ,··· ,ik (A(i1 ) [v(ε) ], · · · ,A(ik ) [v(ε) ]) + o(εn )
k=1 1≤i1 +i2 +···+ik ≤n

où p est soit une fonction arbitraire, soit la pression thermodynamique.


On appelle alors Fluide de Grade n sous-convecté un modèle de loi constitutive de la forme:
n
X X
σ (x,t) = −p(x,t)Id + Pik1 ,··· ,ik (A(i1 ) [v], · · · ,A(ik ) [v]) (incompressible) (4.13)
k=1 1≤i1 +i2 +···+ik ≤n

ou bien:
n
X X
σ (x,t) = −pth (ρ,θ)Id + Pki1 ,··· ,ik (A(i1 ) [v], · · · ,A(ik ) [v]) (Compressible) (4.14)
k=1 1≤i1 +i2 +···+ik ≤n

1 Elles ne sont pas nécessairement symétriques.


4.3. FLUIDES DE GRADE N. 119

où les fonctions Pik1 ,··· ,ik sont des formes k-linéaires isotropes, caractéristiques du modèle considéré. On demande
en général, de plus qu’elles vérifient les symétries (4.11). Un modèle particulier correspond à un choix des
fonctions Pk .
On voit que le "fluide de Grade n" est un comportement asymptotique d’un fluide simple à mémoire
evanescente en écoulement lent quasi-stationnaire.

4.3.2 Cas sur-convecté ou co-rotationnel.


En raisonnant sur la fonctionnelle mémoire H (cas surconvecté) ou sur la fonctionnelle I (cas co-rotationnel)
on peut reproduire strictement les mêmes calculs que pour G en remplaçant les tenseurs de Rivlin-Ericksen
sous-convectés par les tenseurs sur-convectés ou corotationnels.
Ainsi, la loi:
n
X X
σ (x,t) = −p(x,t)Id + Pik1 ,··· ,ik (A(i1 ) [v], · · · ,A(ik ) [v]) (incompressible) (4.15)
k=1 1≤i1 +i2 +···+ik ≤n

est la loi d’un fluide incompressible de Grade n sur-convecté. Et la loi:


n
X X
σ (x,t) = −p(x,t)Id + Pik1 ,··· ,ik (A∗(i1 ) [v], · · · ,A∗(ik ) [v]) (incompressible) (4.16)
k=1 1≤i1 +i2 +···+ik ≤n

est la loi d’un fluide incompressible de Grade n co-rotationnel.


Notons que tous les modèles de Grade n sont automatiquement objectifs, vu l’objectivité des opérateurs
de dérivation codéformationnelle ou corotationnelle.

4.3.3 Modèles de grade 1 et 2 de fluides incompressibles


4.3.3.1 Modèles de grade 1
Le modèle de Grade 1 correspond à ne retenir que la fonction P11 qui est donc une fonction linéaire isotrope.
Elle est donc nécessairement de la forme:
P11 (A) = aA (4.17)
où a est une constante. Ainsi, tous les modèles de Grade 1 sont de la forme:

σ (x,t) = −pId + 2µD (4.18)

Il s’agit donc de modèles de fluides Newtoniens.


Pour un fluide simple à mémoire evanescente on a, en identifiant:
Z +∞
µ= G(s) ds (4.19)
0

et ce quelque soit le modèle (sur ou sous convecté ou corotationnel).

4.3.3.2 Modèles de grade 2


Le modèle de Grade 2 ne fait intervenir que les fonctions P11 , P21 et P1,1
2 . Cette dernière est une fonction
bilinéaire isotrope. Elle est symétrique si P1,1
2 est déduit du développement limité d’une fonctionnelle mémoire
vu la propriété (4.11) et on a alors nécessairement:

P21 (A) = α1 A
α2 α3 (4.20)
P1,1
2 (A,B) = [A · B + B · A] + [tr(A)B + tr(B)A]
2 2

Sinon, il peut y avoir 4 coefficients dans P1,1


2 . Mais, comme ici on a toujours : B = A = ±2D tous les modèles
de fluides incompressibles de Grade 2 sont de la forme (cas sous convecté par exemple):

σ (x,t) = −pId + µA(1) [v] + α1 A(2) [v] + α2 A2(1) [v] (4.21)


120 CHAPITRE 4. FLUIDES DE GRADE N

En revenant aux expressions des tenseurs de Rivlin-Ericksen, les modèles de Grade 2 de fluides incompressibles
s’écrivent donc:
δ
σ (x,t) = −pId + 2µD + 2α1 D + 4α2 D2 Sous − convecté
δt

σ (x,t) = −pId + 2µD + 2α10 D + 4α20 D2 Sur − convecté (4.22)
∆t
D
σ (x,t) = −pId + 2µD + 2α100 D + 4α200 D2 Co − rotationnel
Dt
où les coefficients sont constants.
Pour un fluide simple à mémoire evanescente sous-convecté, on trouve par identification avec les dévelop-
pements intégraux (3.35):
Z +∞
α1 = α100 = −α10 = − sG(s) ds (4.23)
0

Ainsi, le coefficient du second tenseur de RE est toujours le premier moment de la fonction de relaxation.

4.3.3.3 Les fonctions viscométriques des fluides de Grade 2


Considérons un écoulement de cisaillement simple:

Ft (x,t − s) = Id − sM (4.24)

On a:

G(s) = Id − s(M +T M) + s2 T M · M
(4.25)
G−1 (s) = Id + s(M +T M) + s2 M ·T M

D’où:

A(1) = (M +T M) A(2) = 2T M · M
A(1) = −(M +T M) A(2) = 2M ·T M (4.26)
A∗(1) T
= (M + M) A∗(2) T
= ( M · M − M · M) T

On en déduit:
τsc = τ sc = τ ∗ = µγ̇
N1sc = −2α1 γ̇ 2 N1sc = 2α10 γ̇ 2 N1∗ = −2α100 γ̇ 2 (4.27)
N2 sc = (2α1 + α2 )γ̇ 2
N2sc = α20 γ̇ 2 N2∗ = (α100 + α200 )γ̇ 2

On notera que N1 est identique et positif pour les trois modèles si le fluide est à mémoire evanescente. En
comparant aux modèles intégraux de viscoélasticité linéaire finie (sous convecté, sur convecté) on voit que le
modèle de Grade 2 "capture" des effets non linéaires par le coefficient α2 .
Dans un écoulement de cisaillement simple d’un fluide à mémoire evanescente, on doit retrouver le com-
portement d’un modèle de Grade 2 quand le taux de cisaillement tend vers 0, vu le développement limité du
paragraphe précédent. C’est à dire que l’on a nécessairement (pour le fluide sous convecté par exemple):

N1 (γ̇) = N1 sc (γ̇) + o(γ̇ 2 ) (4.28)

Ce qui implique que la première différence normale doit être positive au voisinage de l’origine pour un fluide
viscoélastique réel, puisqu’elle est alors liée à la fonction de relaxation en petites perturbations par la relation 2 :
Z +∞
(0)
Ψ1 =2 sG(s) ds + O(γ̇ 2 ) (4.29)
0

On voit donc pourquoi on avait signalé, lors de l’étude des fonctions viscométriques, que le signe de N 1 devait
être positif aux faibles taux de cisaillement pour les fluides réels.
2 Les termes négligés sont paires et donc d’ordre 2.
4.3. FLUIDES DE GRADE N. 121

x2

V=0

x2 = d

x1
x2 = 0 x3 O

Fig. 4.1 – Écoulement entre deux plaques parallèles.

4.3.3.4 Modèles de grade 3


Le modèle de Grade 3 fait intervenir les fonctions P11 , P21 , P31 , P1,1 1,2 2,1 1,1,1
2 , P2 , P2 et P3 . Notons que l’on a
2,1 1,2
nécessairement: P2 (A,B) = P2 (B,A) pour un fluide à mémoire evanescente. La forme la plus générale du
modèle de Grade 3 sous convecté, approchant un fluide à mémoire evanescente, est donc:
σ (x,t) = − pId + µA(1) + α1 A(2) + α2 A2(1)
(4.30)
+ β1 A(3) + β2 [A(2) · A(1) + A(1) · A(2) ] + β3 tr(A(2) )A(1)
Notons qu’il n’y a pas de terme en D3 en vertu du théorème de Cayley-Hamilton mais µ n’est plus nécessai-
rement constant et peut être affine en γ̇ 2 . Le coefficient β3 est absent dans le cas corotationnel car les traces
sont nulles.

4.3.4 Instabilité de l’état de repos dans les fluides de Grade n


En étudiant le le démarrage brusque d’un écoulement de Couette d’un fluide de Grade 2 sous convecté on
vérifie facilement que l’état de repos est instable si α1 < 0 (voir le détail ci-après). Comme le coefficient α1
est nécessairement négatif pour les fluides viscoélastiques réels il n’est donc pas possible d’utiliser les modèles
de Grade 2 pour étudier leur comportement en écoulement instationnaire sur des temps longs. Ils ne peuvent
servir que de modèles asymptotiques qualitatifs pour étudier l’influence de l’élasticité sur un écoulement. Le
résultat est le même pour tous les modèles de Grade n si on suppose que la fonction de relaxation est positive 3 .
Ainsi, on a obtenu une théorie asymptotique dont on pouvait penser au départ que le domaine de validité
était le voisinage de l’état de repos et qui, finalement, n’est jamais stable au voisinage de l’état de repos! Le
résultat n’est pas si évident, car le modèle de fluide à mémoire evanescente lui même est stable.
Physiquement, le modèle de Grade n n’a donc de sens que sur des échelles de temps très courtes c’est à dire
pour les écoulements lents quasistationnaires. Il est toutefois assez populaire, car il est rend compte d’effets
"mémoire" élastiques non linéaires tout en ayant l’avantage, contrairement aux modèles objectifs non linéaires
que nous avons étudié au chapitre précédent, d’être résolu en le tenseur des contraintes en fonction du champ
de vitesse sans faire intervenir les trajectoires. En pratique, on utilise essentiellement les modèles de Grade2.

Instabilité de l’état de repos: démarrage d’un écoulement unidirectionnel. Considérons l’écou-


lement instationnaire d’un fluide simple incompressible entre deux plaques planes parallèles quand la plaque
supérieure est fixe et que l’on applique à chaque instant une densité surfacique de force F(t) = F (t)e 1 à la
plaque inférieure. Comme le problème est invariant par translation dans les directions parallèles aux plaques
pour les petites valeurs de F , on recherche donc un écoulement unidirectionnel avec:
v(x,t) = v(x2 ,t)e1
3 Voir D. D. Joseph, "Instability of the rest state of fluids of arbitrary Grade greater than one", ARMA (75) 1981.
122 CHAPITRE 4. FLUIDES DE GRADE N

L’analyse de l’écoulement est celle du paragraphe 2.6.1. On pose y = x2 /d et, en projection sur l’axe e1 le
bilan de quantité de mouvement se résume à:

 ∂v(y,t) ∂τ12 (y,t)

 ρd =

 ∂t ∂y
v(1,t) = 0




 m ∂v(0,t) = τ (0,t) + F (t)
12
∂t
où m est la densité surfacique de masse de la plaque inférieure, que l’on prend constante. Pour un fluide de
Grade 2 sur ou sous convecté, ou encore corotationnel, on a:
∂v(x2 ,t) ∂ 2 v(x2 ,t)
τ12 (x2 ,t) = µ + α1
∂x2 ∂x2 ∂t
avec: Z +∞
α1 = − sG(s) ds
0
On s’intéresse au démarrage de l’écoulement à partir de l’état de repos quand on impose brutalement une
densité de forces constante, F∞ , à la plaque, le fluide étant antérieurement au repos. Le problème devient:
trouver v définie sur [0,1] × [0, + ∞[ vérifiant pour t > 0:

 ∂v(y,t) ∂τ12 (y,t)

 ρd =

 ∂t ∂y



 ∂v(y,t) ∂ 2 v(y,t)

dτ12 (y,t) = µ + α1
∂y ∂y∂t



 v(1,t) = 0




 m ∂v(0,t) = τ12 (0,t) + F∞

∂t
et la condition initiale:
v(y,0) = 0
On retire la solution stationnaire:
F∞ d
(1 − y)
v∞ (y) =
µ
et on résout le problème pour u = v − v∞ par séparation de variables. On en déduit facilement que la vitesse
de la plaque mobile inférieure est donnée par:
2
µλ
X exp(− 2 n 2 t)
dF∞ ρd + α1 λn
v(0,t) = [1 − 2 2 ]
µ
n≥0
λ n (1 + a + a2 λ2n )

m
où a = est le rapport caractéristique des inerties du fluide et de la plaque et où les nombres λ n (dont les
ρd
carrés sont les valeurs propres du problème de Sturm-Liouville associé 4 ) sont les racines réelles positives de
l’équation aλ tan(λ) = 1, rangées en ordre croissant.
Or, quand n → +∞, λn tend vers +∞ et, puisque α1 est négatif pour un fluide réel, la vitesse de la plaque
tend vers l’infini et non pas vers la valeur stationnaire v∞ (0). En conséquence, l’état de repos est instable
puisque l’application de toute force à la plaque inférieure conduit à une vitesse de cette plaque amplifiée
exponentiellement au cours du temps. On montrerait de même que l’état de repos d’un fluide de Grade n
quelconque est instable. A noter que pour le fluide purement visqueux (α 1 = 0) la vitesse de la plaque tend
bien vers sa vitesse limite et ce de manière monotone: si a est assez grand (ce qui sera le cas si d est assez
petit), le premier terme de la série est prépondérant et le temps caractéristique de relaxation est de l’ordre
de ρd2 /(µλ20 ) ≈ md/µ: c’est essentiellement l’inertie de la plaque qui contrôle le mouvement et non pas celle
du fluide que l’on peut négliger. On a une conclusion similaire pour un modèle de viscoélasticité linéaire finie
quelconque.
4 Pour une étude détaillée de ce problème de démarrage en Couette plan mais aussi en Couette cylindrique on pourra consulter

l’article de D. Bernardin et C. Nouar "Transient Couette flows of Oldroyd’s fluids under imposed torques", J. Non Newtonian Fl.
Mech., 77, pp. 201-231 (1998).
123

Annexe A

Écoulements de Poiseuille instationnaires


d’un modèle de Maxwell A.

Énoncé.
On considère l’écoulement d’un fluide simple incompressible non thermodépendant dans une conduite
cylindrique circulaire de rayon R et d’axe Oz. On désigne par (r,θ,z) les coordonnées cylindriques d’axe Oz
et d’origine O.

Ecoulement stationnaire
On s’intéresse à un écoulement laminaire ( i.e. unidirectionnel dans la direction de l’axe de la conduite)
stationnaire.
1. La fonction de cisaillement étant strictement croissante, justifier que la vitesse Eulérienne soit donnée
par: v = v(r)ez .
2. Indiquer les composantes du déviateur des contraintes qui sont nécessairement nulles et donner les équa-
tions du mouvement dans la base des coordonnnées cylindriques d’axe Oz.
3. Montrer que la fonction p̂ = p + ρφ a la forme générale: p̂(r,θ,z) = f (r) − az, où a est une constante.
Pour ce qui suit, on orientera l’axe de la conduite de manière à avoir a > 0.
4. On désigne par F ez la résultante des efforts moteurs exercés sur le fluide contenu entre deux sections
droites aux côtes Z1 > Z2 , dans la direction Oz. Exprimer F en fonction de a, S et Z2 − Z1 , où S est la
section. Interpréter a.
5. Exprimer la vitesse v(r) en fonction de a et de τ −1 .
6. Pour un tube donné (i.e. à R fixé), montrer que le débit volumique, Q, ne dépend que de a.
Dans le cas particulier d’un fluide d’Oswald-Dewaëlle, expliciter Q en fonction de R,a et des constantes
rhéologiques.
7. En déduire:
1 d[a3 Q(a)] aR
τ( 2 3 )=
πa R da 2

Ecoulement instationnaire
On suppose ici que l’écoulement est encore laminaire mais instationnaire, avec: v = v(r,t)e z et on négligera
la pesanteur. On s’intéresse à un fluide élastique qui suit un modèle de Maxwell sur-convecté:
σ = −pId + S
avec:
DS
λ( − LS − ST L) + S = 2µD
Dt
∂p ∂p
1. Écrire les équations du mouvement et établir que = = 0 et qu’il existe une fonction f telle que:
∂r ∂θ
∂p
= −f (t)
∂z
124 ANNEXE A. ÉCOULEMENTS DE POISEUILLE INSTATIONNAIRES.

2. On introduit les variables sans dimension:


r µt ∆p λµ
η= τ= w(η,τ ) = µv(r,t)/(R2 ( )) H =
R ρR2 L ρR2
où L est une longueur caractéristique et ∆p une variation de pression caractéristique.
Montrer que w est solution de l’équation:
∂ 2 w ∂w ∂2w 1 ∂w L ∂p ∂ L ∂p
H + − ( + )=− −H ( )
∂τ 2 ∂τ ∂η 2 η ∂η ∆p ∂z ∂τ ∆p ∂z
3. Indiquer les conditions limites vérifiées par w en η = 1 et η = 0.
4. On suppose que l’écoulement est dû à un gradient de pression périodique:
L ∂p
− = <(keiωτ )
∆p ∂z
où k et ω sont des constantes réelles.
(a) On pose: β 2 = iω(1 + iHω). Monter que le problème possède une solution périodique donnée par:
k iωτ J0 (iβη)
w(η,τ ) = <( e [1 − ])
iω J0 (iβ)
où J0 est l’unique solution analytique sur R de l’équation 1 :
1
y 00 + y 0 + y = 0, y(0) = 1
x
(b) Donner un développement à l’ordre 2 de J0 au voisinage de 0 et en déduire une expression de w aux
basses fréquences. On vérifiera en particulier que le profil est à chaque instant parabolique. Indiquer
l’influence de l’élasticité.
5. On suppose que l’écoulement est dû à un gradient de pression qui croît exponentiellement avec le temps:
L ∂p 2
− = keα τ
∆p ∂z
où k et α sont des constantes réelles. On posera: β 2 = α2 (1 + α2 H)
(a) Montrer que le problème possède une solution de la forme:
2
w = f (η)eα τ

où f est une fonction que l’on précisera. On vérifiera que f (η) s’exprime simplement en fonction de
J0 (iβη). Analyser le cas des gradients de pression lentement variables.
(b) On donne l’expression asymptotique quand |z| tend vers l’infini (et que arg(z) reste dans un fermé
de ] − π,π[): r
2 π
J0 (z) = cos(z − ) + u(z)
πz 4
où |u(z)| = O(|z|−3/2 ). En déduire une expression asymptotique de w pour les grandes valeurs de
|β| et |βη|. Mettre en évidence l’existence d’une couche limite au voisinage de la paroi.
6. Examiner le cas d’un gradient de pression s’attenuant exponentiellement vite.

Fin de l’énoncé
1 C’est la fonction de Bessel d’ordre 0.
125

Corrigé.
Ecoulement stationnaire
1. On se place d’abord dans le repère cartésien (O,(i,j,k)) où O est sur l’axe de la conduite et où k dirige cet
axe. On note (x,y,z) les coordonnées cartésiennes dans ce repère. Comme on s’intéresse à un écoulement
unidirectionnel stationnaire, on recherche la vitesse en un point M (x,y,z) de la conduite sous la forme:

v(M ) = v(x,y,z)k

∂v
Comme le fluide est incompressible, on a: div(v) = = 0. Ainsi, sans changer de notation pour la
∂z
fonction v:
v(M ) = v(x,y)k
On a donc: ∇ v · v = 0 et comme l’écoulement est stationnaire, le bilan local de quantité de mouvement
en tout point M de la conduite se résume à:

∇ p̂ = div(ττ )

où p̂ = p+ρφ, φ étant le potentiel des forces extérieures (pesanteur, ici). Le domaine de l’écoulement étant
simplement connexe, on sait qu’une CNS pour qu’il existe p̂ - et donc p - tel que la relation précédente
soit satisfaite est que le champ div(ττ ) soit irrotationnel. C’est à dire:

rot(div(ττ )) = 0 (A.1)

Pour aller plus loin, il faut expliciter τ en fonction de la cinématique. Les trajectoires des particules sont
des droites parallèles à l’axe. Si M 0 (x0 ,y 0 ,z 0 ) est la position à un instant τ d’une particule qui occupe la
position M (x,y,z) à l’instant t, on a:

x0 = x y0 = y z 0 = z + (τ − t)v(x,y)

Il en résulte, par différentiation, que le gradient relatif de déformation est donné par:

Ft (M,τ ) = Id + (τ − t)M

où la matrice de M dans la base (i,j,k) est :


 
0 0 0
[M](i,j,k) 
= 0 0 0
∂v ∂v
∂x ∂y 0

Effectuons le changement de base, par rotation:

1 ∂v ∂v 1 ∂v ∂v
e1 = k e2 = [( )i + ( )j] e3 = [( )i − ( )j]
χ ∂x ∂y χ ∂y ∂x
où: s
∂v 2 ∂v
χ= ( ) + ( )2 = ||∇
∇v||
∂x ∂y
La matrice de M dans la base (e1 ,e2 ,e3 ) est:
 
0 χ 0
[M](e1 ,e2 ,e3 ) = 0 0 0
0 0 0

Ainsi, l’écoulement est viscométrique, et la matrice du déviateur des contraintes sur la base (e 1 ,e2 ,e3 )
est de la forme:  
τ11 τ12 0
[ττ ](e1 ,e2 ,e3 ) = τ12 τ22 0 
0 0 τ33
126 ANNEXE A. ÉCOULEMENTS DE POISEUILLE INSTATIONNAIRES.

avec, puisque le fluide est incompressible et non thermo-dépendant:

τ11 + τ22 + τ33 = 0 τ12 = τ (χ) τ22 − τ33 = σ1 (χ) τ11 − τ33 = σ2 (χ)

En revenant à la base (i,j,k), on déduit que le déviateur des contraintes τ ne dépend pas de z, de même
donc que sa divergence. Par suite, l’équation (A.1) se résume au trois équations scalaires:


(div(ττ )|k) = 0
∂x

(div(ττ )|k) = 0
∂y
∂ ∂
(div(ττ )|j) − (div(ττ )|i) = 0
∂x ∂y

Des deux premières relations, et puisque div(ττ ) ne dépend pas de z, on déduit que (div(ττ )|k) est une
constante. Par suite, il existe a ∈ R tel que: (div(ττ )|k) = a et finalement l’équation (A.1) est équivalente
aux deux relations:
∂ ∂
{∃a ∈ R / : (div(ττ )|k) = a} et { (div(ττ )|j) − (div(ττ )|i) = 0} (A.2)
∂x ∂y

Explicitons alors (div(ττ )|k). On a ici:

∂ ∂
div(ττ ) = (ττ · i) + (ττ · j)
∂x ∂y
et donc:
∂ ∂
(div(ττ )|k) = (ττ · i|k) + (ττ · j|k)
∂x ∂y
Comme τ est symétrique et que k = e1 , on en déduit:

∂ ∂v τ (χ) ∂ ∂v τ (χ) τ (χ)


(div(ττ )|k) = ( )+ ( ) = div( ∇v)
∂x ∂x χ ∂y ∂y χ χ
Désignons par S la section droite de la conduite par un plan passant par O. Ainsi, d’après la première
relation dans (A.2), v doit être solution de l’équation:

 div( τ (χ) ∇ v) = a M ∈S
χ (A.3)

v=0 M ∈ ∂S

On recherche la solution dans C 1 (S̄). Comme la fonction de cisaillement τ est strictement croissante,
continue et impaire, il est facile de voir que si ce problème possède une solution celle-ci est unique: c’est
la clef de la réponse à la question. Voyons d’abord l’unicité. Supposons que (A.3) possède deux solutions
v1 et v2 . On aura, par différence:

 div( τ (χ1 ) ∇v − τ (χ2 ) ∇v ) = 0 M ∈S
1 2
χ1 χ2

v1 − v 2 = 0 M ∈ ∂S

Multiplions scalairement par v1 − v2 . Il vient, après intégration par parties (théorème de Stokes):
Z
τ (χ1 ) τ (χ2 )
( ∇ v1 − ∇v1 − ∇ v2 ) ds = 0
∇ v2 |∇ (A.4)
S χ1 χ2
On notera que, puisque τ est continue, l’intégrande est continue. On développe l’intégrande:

τ (χ1 ) τ (χ2 )
( ∇ v1 − ∇v1 − ∇ v2 ) =τ (χ1 )χ1 + τ (χ2 )χ2
∇ v2 |∇
χ1 χ2
τ (χ1 ) τ (χ2 )
− ∇v1 |∇
(∇ ∇ v2 ) − ∇v1 |∇
(∇ ∇ v2 )
χ1 χ2
127

Or, d’après Cauchy-Schwarz, on a:


∇v1 |∇
(∇ ∇ v 2 ) ≤ χ 1 χ2
et donc:
τ (χ1 ) τ (χ2 )
( ∇ v1 − ∇v1 − ∇ v2 ) ≥ τ (χ1 )χ1 + τ (χ2 )χ2 − τ (χ1 )χ2 − τ (χ2 )χ1
∇ v2 |∇
χ1 χ2
≥ (τ (χ1 ) − τ (χ2 ))(χ1 − χ2 )
En intégrant, il vient: Z
(τ (χ1 ) − τ (χ2 ))(χ1 − χ2 ) ds ≤ 0
S
Comme τ est croissante, le membre de gauche est positif et l’inégalité ne peut donc avoir lieu que si et
seulement si l’intégrale est nulle. Comme c’est l’intégrale d’un fonction continue positive, on doit donc
avoir:
(τ (χ1 ) − τ (χ2 ))(χ1 − χ2 ) = 0 ∀M ∈ S (A.5)
Ce qui ne peut avoir lieu, puisque τ est strictement croissante, que si et seulement si: χ 1 = χ2 sur S.
Désignons alors par χ la valeur commune de χ1 = χ2 sur S. En revenant à l’équation (A.4), il vient:
Z
τ (χ)
∇v1 − ∇ v2 |∇
(∇ ∇v1 − ∇ v2 ) ds = 0
S χ

C’est l’intégrale d’une fonction continue, positive. Il en résulte:


τ (χ)
∀M ∈ S : ∇v1 − ∇ v2 |∇
(∇ ∇ v1 − ∇ v2 ) = 0
χ

Le rapport τ (χ) χ est partout strictement positif sauf éventuellement aux points où χ = 0 auquel cas il
peut être positif ou nul, voire non défini ( exemple: fluides rhéofluidifiants). Aux points où χ 6= 0, on a
τ (χ)
χ > 0 et on doit donc avoir: ∇ v1 − ∇ v2 = 0. Aux points où χ = 0, on a par définition d’une norme:
∇ v1 = ∇ v2 = 0. Finalement, on a: ∇ v1 −∇ ∇v2 = 0 sur tout S. Ce qui implique que la fonction v1 − v2 est
constante sur S. Comme elle est nulle sur le bord et continue, elle est nulle partout et v 1 = v2 . CQFD.
Revenons maintenant à l’équation (A.3). On vient de voir que si elle admet p une solution, celle-ci est
unique. Il est alors facile de voir que cette solution ne dépend que de r = x2 + y 2 . En effet, désignons
par q une rotation quelconque autour de O du plan xOy. Elle laisse évidement S invariante, puisqu’ici
S est un cercle de centre O. Supposons que (A.3) possède une solution v et considérons la fonction
v 0 = v ◦ q. Il est facile de voir qu’elle vérifie la même équation (A.3) que v (le calcul est laissé au lecteur).
De l’unicité de la solution il résulte donc que: v ◦ q = v, pour toute rotation q. C’est à dire que l’unique
solution de (A.3), si elle existe, ne dépend que de r. CQFD.
En revenant au champ de vitesse dans la conduite, ceci signifie que tout champ v(M ) = v(M )k admissible
est invariant par rotation autour de Oz, c’est à dire que v(M ) ne dépend que de la distance r du
point M à l’axe Oz. On laisse au lecteur le soin de vérifier qu’alors la seconde relation dans (A.2)
est automatiquement vérifiée quelle que soit la loi de comportement du fluide simple considéré. En
coordonnées cylindriques d’axe Oz (donc: ez = k), le champ des vitesses est donc nécessairement de la
forme:
v(M ) = v(r)ez
Il s’agit donc d’un écoulement hélicoïdal, vu en cours. CQFD
2. On sait alors qu’un écoulement hélicoïdal est viscométrique. Posons, pour chaque point M :
χ(M ) = v 0 (r)
et désignons par (er ,eθ ,ez ) la base locale de coordonnées cylindriques, d’axe Oz, en M . Ici, il n’y pas de
vitesse azimuthale et on sait alors (c.f. le chapitre "écoulements viscométriques") que le tenseur gradient
de déformation relatif Ft (τ,M ) est de la forme: Ft (τ,M ) = Id + (τ − t)M où M = χez ⊗ er . Par suite,
on a:
τrθ = τzθ = 0
les autres composantes de la matrice du déviateur des contraintes sur la base (e r ,eθ ,ez ) s’exprimant en
fonction de χ seulement. Elles ne dépendent donc que de r et en particulier:
τrz = τ (χ)
128 ANNEXE A. ÉCOULEMENTS DE POISEUILLE INSTATIONNAIRES.

On en déduit les équations du mouvement 2 en projection sur la base (er ,eθ ,ez ):

 ∂τrr τrr − τθθ ∂ p̂

 + − =0

 ∂r r ∂r

∂ p̂
=0

 ∂θ



 ∂τrz τrz ∂ p̂
+ − =0
∂r r ∂z
3. De la seconde relation on déduit que p̂ ne dépend pas de θ et, comme τrr et τθθ ne dépendent que de
r, de la première relation on déduit que p̂ est de la forme: p̂(r,z) = f (r) + g(z), où f et g sont deux
fonctions inconnues. En reportant dans la dernière relation, on déduit que:
∂τrz τrz
∀r ∈]0,R[,∀z : g 0 (z) = + (A.6)
∂r r
Or, le membre de droite ne dépend que de r tandis que celui de gauche ne dépend que de z, l’égalité
ne peut donc avoir lieu en tout point que si et seulement si les deux membres sont égaux à une même
constante. Par suite, il existe a ∈ R tel que:
∀r ∈]0,R[,∀z : p̂(r,z) = f (r) − az
Pour ce qui suit, on oriente l’axe Oz de telle sorte que 3 a ≥ 0.
4. Considérons le fluide contenu à un instant donné dans le volume V compris entre deux sections droites
aux côtes Z1 et Z2 . La résultante de tous les efforts extérieurs exercés sur ce volume de fluide est nulle,
Dv
puisque pour chaque particule: = 0. Cependant, les efforts extérieurs se décomposent en deux parties:
Dt
d’une part la réaction de la canalisation sur le fluide et d’autre part les efforts moteurs exercés par le
reste du fluide et par la gravité. Par suite, la force motrice dans la direction axiale est:
Z Z Z
F =( σ · ez ds − σ · ez ds − ∇φ dv|ez )
ρ∇
S1 S2 V

soit: Z Z
F = (σzz − ρφ) ds − (σzz − ρφ) ds
S1 S2
Ce qui s’écrit encore: Z Z
F = (τzz − p̂) ds − (τzz − p̂) ds
S1 S2
Comme τzz ne dépend que de r, sa contribution s’annule par différence, de même pour la contribution
de la fonction f . Il reste donc:
F = aS(Z1 − Z2 )
Examinons la puissance des efforts extérieurs. Comme le fluide adhère à la canalisation et que la vitesse
est purement axiale, cette puissance est donnée par:
Z Z Z
Pe = σzz v ds − σzz v ds − (ρ∇∇φ|v) dv
S1 S2 V

Puisque l’écoulement est incompressible, on a: (ρ∇ ∇φ|v) = div(ρφv) et en appliquant le théorème de


Stokes à la dernière intégrale, il vient:
Z Z
Pe = (σzz − ρφ)v ds − (σzz − ρφ)v ds
S S
Z 1 Z 2
= (τzz − p̂)v ds − (τzz − p̂)v ds
S1 S2

Comme pour le calcul de F , les contributions des fonctions qui ne dépendent que de r s’annulent et il
reste: Z
Pe = a(Z1 − Z2 ) v ds = aQ(Z1 − Z2 ) = F.V
S1
2 Voir aussi les notes de cours. 3 Notons que le scalaire a introduit ici n’est rien d’autre que l’opposé du scalaire a de la
question 1.
129

où Q est le débit volumique et V = Q/S est la vitesse débitante. Comme ici les efforts d’inertie ne
travaillent pas, la puissance de tous les efforts, intérieurs et extérieurs, est nulle et la puissance des efforts
extérieurs équilibre donc exactement la puissance dissipée dans le fluide. Cette dernière est positive,
d’après le second principe. Par suite on a Pe > 0, de sorte que a et Q sont de même signe. Ainsi,
l’écoulement a lieu dans la direction de F qui est bien une force motrice et P e > 0 est donc la puissance
qu’il faut fournir pour maintenir l’écoulement. Comme dans le cas du fluide visqueux Newtonien, a
s’interprète donc comme la perte de charge (plus exactement, de pression motrice) par unité de longueur
subie par le fluide lors de l’écoulement.
5. En reportant l’expression de p̂ dans (A.6), il vient:
d
∀r ∈]0,R[: −ar = (rτrz )
dr
D’où l’on déduit qu’il existe b ∈ R tel que:
ar b
∀r ∈]0,R[: τrz = − +
2 r
Mais, puisque on cherche un champ v de classe C 1 (S̄) et que la fonction τ est continue, sur R, la contrainte
doit rester bornée dans la canalisation et en particulier en r = 0. Il vient b = 0 et:
ar
∀M : τrz (M ) = − (A.7)
2
D’où, puisque τrz = τ (χ) et que la fonction τ est impaire:
ar
∀M : v 0 (r) = −τ −1 ( )
2
Comme le fluide adhère aux parois, on a v(R) = 0 et on en déduit:
Z R
ax
∀M : v(r) = τ −1 ( ) dx
r 2
Comme a ≥ 0 et puisque xτ (x) ≥ 0 (second principe) on a v(r) ≥ 0. On notera également que v est
décroissante et la vitesse est donc maximum au centre. En changeant de variable, on a:
Z aR
2 2
∀M : v(r) = τ −1 (x) dx (A.8)
a ar2

6. Le débit volumique est:


Z Z R Z aR
4π 2
Q= v ds = r( τ −1 (x) dx) dr
S a 0 ar
2

On intégre par parties et il vient:


Z R
ar
Q=π r2 τ −1 ( ) dr
0 2
Soit: Z aR
8π 2

3
Q= x2 τ −1 (x) dx (A.9)
a 0
A r fixé, Q ne dépend donc que de a. Pour un fluide d’Oswald-DeWaëlle, on a: τ (x) = Kx n . D’où:
nπR3 aR 1/n
Q= ( ) (A.10)
3n + 1 2K
R aR
7. On a: a3 Q(a) = 8π 0
2
x2 τ −1 (x) dx. En dérivant, il vient:
d[a3 Q(a)] aR
) = πa2 R3 τ −1 ( )
da 2
d’où:
1 d[a3 Q(a)] aR
2 3
τ( )=
πa R da 2
Ainsi, en relevant la courbe Q(a), on peut en principe en déduire la fonction de cisaillement τ : c’est le
principe du viscosimètre capillaire.
130 ANNEXE A. ÉCOULEMENTS DE POISEUILLE INSTATIONNAIRES.

Ecoulement instationnaire
On suppose ici que l’écoulement est encore laminaire mais instationnaire, avec: v = v(r,t)e z . On s’intéresse
à un fluide élastique qui suit un modèle de Maxwell sur-convecté:
σ = −pId + S
avec:
DS
− LS − ST L) + S = 2µD
λ( (A.11)
Dt
1. Le champ de vitesse est évidement isovolume et les équations du mouvement se résument à:
∂v
div(S) − ∇ p̂ = ρ ez
∂t
avec: p̂ = p + ρφ. Attention qu’il y a une subtilité: p n’est plus la pression. L’écoulement n’est plus
viscométrique est l’analyse précédente ne s’applique pas directement. Il faut donc examiner l’expression
de σ pour simplifier plus avant les équations du mouvement. On a intérêt à exploiter d’abord le fait
qu’un fluide élastique de Maxwell est de toutes façons un fluide simple. Les trajectoires des particules
sont ici des droites parallèles à l’axe et on déduit facilement que (voir le cas stationnaire):
Z τ
∂v
Ft (M,τ ) = Id + ( (r,u) du) ez ⊗ er
t ∂r

De sorte que l’on sait qu’il existe une fonctionnelle F telle que le déviateur des contraintes ( et non S)
soit donné par: Z t+s
∂v
τ (M,t) = F (Id + ( (r,u) du) ez ⊗ er )
s≤0 t ∂r
De cette dernière relation on déduit, comme pour le cas stationnaire, certaines simplifications impor-
tantes pour l’écriture du bilan de quantité de mouvement. Il est d’abord évident qu’il y a invariance par
translation le long de l’axe Oz. C’est à dire:
∀Z ∈ R : τ (M + Zez ,t) = τ (M,t)
et ce puisque l’expression dans la fonctionnelle ne dépend pas de la cote z du point M considéré. D’où:
∂ττ (M,t)
=0
∂z
D’autre part on peut, comme pour l’écoulement viscométrique, exploiter l’objectivité matérielle. Dési-
gnons par Q la réflexion sur le plan vectoriel (er ,ez ) qui change donc eθ en −eθ . On applique le principe
d’objectivité matérielle et on déduit
Q · τ (M,t) ·T Q = τ (M,t)
D’où il résulte, comme pour le cas stationnaire que:
τθr = τθz = 0
On peut également facilement vérifier que les composantes du déviateur des contraintes sur la base
(er ,eθ ,ez ) ne dépendent pas de θ. En effet considérons une rotation quelconque q autour de Oz dont la
rotation vectorielle associée est notée Q. On a immédiatement:
Z τ Z τ
∂v ∂v
Q · [Id + ( (r,u) du) ez ⊗ er ] ·T Q = Id + ( (r,u) du) ez ⊗ (Q · er )
t ∂r t ∂r

On applique le principe d’objectivité matérielle et on déduit:


Q · τ (M,t) ·T Q = τ (q(M ),t)
C’est à dire que les composantes de la matrice τ (M,t) sur la base (er ,eθ ,ez ) ne dépendent pas de θ. Elles
ne dépendent donc que de (r,t). Pour aller plus loin, il faut maintenant exploiter la forme particulière du
modèle de Maxwell. La matrice du gradient de vitesse dans la base (er ,eθ ,ez ) est:
 
0 0 0
[L](er ,eθ ,ez ) =  0 0 0
∂v
∂r 0 0
131

et, vu l’expression de v, on a:
DS ∂S ∂S ∂S
= + ∇S · v = +v
Dt ∂t ∂t ∂z
La relation (A.11) est alors équivalente aux 6 équations scalaires:


 ∂Srr ∂Srr

 λ( +v ) + Srr = 0

 ∂t ∂z

 ∂Srθ ∂Srθ



 λ( +v ) + Srθ = 0

 ∂t ∂z



 ∂Sθθ ∂Sθθ
 λ( +v ) + Sθθ = 0
∂t ∂z (A.12)

 ∂Srz ∂Srz ∂v ∂v

 λ( + v ) − S rr + S rz = µ

 ∂t ∂z ∂r ∂r



 ∂Sθz ∂Sθz ∂v

 λ( +v )− Srθ + Sθz = 0

 ∂t ∂z ∂r



 λ( ∂Szz + v ∂Szz ) − 2 ∂v Srz + Szz = 0

∂t ∂z ∂r
Comme les termes non diagonaux de S et de τ sont identiques, on a nécessairement: Srθ = Sθz = 0 et
Srz ne dépend que de (r,t). Les équations précédentes se réduisent donc à:

 ∂Srr ∂Srr

 λ( +v ) + Srr = 0

 ∂t ∂z



 ∂Sθθ ∂Sθθ

 λ( +v ) + Sθθ = 0

 ∂t ∂z
∂Srz ∂v ∂v (A.13)

 λ − Srr + Srz = µ

 ∂t ∂r ∂r

 ∂Szz ∂Szz ∂v



 λ( +v ) − 2 Srz + Szz = 0

 ∂t ∂z ∂r

Srθ = Sθz = 0
Des deux premières équations on déduit alors que Srr = Sθθ = 0. Faisons le pour Srr . Plaçons nous
en coordonnées Lagrangiennes et désignons par X la position d’une particule à l’instant t 0 et par x la
position de cette même particule à l’instant t. Sans changer de notation, posons: S rr (X,t) = Srr (x(X,t),t).
∂Srr (X,t)
La première équation devient: λ + Srr (X,t) = 0 dont la solution est:
∂t
t0 −t
Srr (X,t) = Srr (X,t0 )e λ

Pour que Srr (X,t) reste borné quand t → −∞, c’est à dire dans le passé lointain, il faut que S rr (X,t0 ) = 0,
ce qui implique que Srr reste constamment nul. Le même résultat vaut pour Sθθ . Or, puisque τ est un
déviateur, on en déduit que:
1
τ = S − tr(S)Id
3
D’où il résulte que:
2
τzz = Szz
3
De sorte qu’en particulier, Szz ne dépend que de (r,t). Finalement, la relation (A.11) est alors équivalente
au système: 
 ∂Srz ∂v

 λ + Srz = µ

 ∂t ∂r
∂Szz ∂v (A.14)

 λ + Szz = 2 Srz

 ∂t ∂r

Srθ = Sθz = Srr = Sθθ = 0
Les équations du mouvement en projection sur la base (er ,eθ ,ez ) se réduisent alors à:

 ∂ p̂

 =0

 ∂r

∂ p̂
=0 (A.15)

 ∂θ



 ∂Srz + Srz − ∂ p̂ = ρ ∂v
∂r r ∂z ∂t
132 ANNEXE A. ÉCOULEMENTS DE POISEUILLE INSTATIONNAIRES.

Comme dans la dernière relation, p̂ ne dépend que de (z,t) alors que les autres termes ne dépendent que
de (r,t) il en résulte qu’il existe une fonction f telle que:
∂ p̂
= −f (t)
∂z
Note: Dans l’énoncé, on demande de négliger la pesanteur ce qui revient à poser: p̂ = p.
La fonction f représente la densité surfacique de "forces" motrices par unité de longueur, comme dans
le cas stationnaire. Il est cependant clair que p n’est pas la pression, puisque la trace de S, c’est à dire
Szz , n’est pas nulle. Les relations (A.14) et (A.15) se réduisent aux deux problèmes différentiels:

 ∂v 1 r∂Srz
 ρ = + f (t)
∂t r ∂r (A.16)

 λ ∂Srz + S = µ ∂v
rz
∂t ∂r

∂Szz ∂v
λ + Szz = 2 Srz (A.17)
∂t ∂r
Connaissant la fonction f , on détermine v en résolvant (A.16). On notera que, contrairement au cas
visqueux, il faut alors se donner deux conditions initiales à savoir la vitesse et aussi la contrainte de
cisaillement. Ayant déterminer v on peut alors déterminer les contraintes normales, c’est à dire S zz en
résolvant le second problème.
2. On élimine Srz dans (A.16) pour obtenir une seule équation du second ordre sur v. En dérivant la
première relation dans (A.16) on a en effet:


 ∂v 1 ∂(rSrz )
 ρ = + f (t)
∂t r ∂r
 2
 ∂ v 1 ∂ ∂Srz
ρ
2
= [r ] + f 0 (t)
∂t r ∂r ∂t
On multiplie la seconde relation par λ, on l’additionne à la première et en tenant compte de la seconde
relation dans (A.16) il vient:
∂2v ∂v µ ∂ ∂v
λρ 2
+ρ = [r ] + f (t) + λf 0 (t)
∂t ∂t r ∂r ∂r
Rappelons que:
∂p
f (t) = −
∂z
On introduit les variables sans dimension:
r µt ∆p λµ
η= τ= w(η,τ ) = µv(r,t)/(R2 ( )) H=
R ρR2 L ρR2
où L est une longueur caractéristique et ∆p une variation de pression caractéristique. Après changement
de variables, w est alors solution de l’équation:
∂ 2 w ∂w ∂2w 1 ∂w L ∂p ∂ L ∂p
H + − ( + )=− −H ( ) (A.18)
∂τ 2 ∂τ ∂η 2 η ∂η ∆p ∂z ∂τ ∆p ∂z
3. la valeur η = 1 correspond à r = R et comme le fluide adhère aux parois, on a donc:
w(1,τ ) = 0
D’autre part comme le champ des vitesses est de la forme: v(M,t) = v(r,t)e z , il est invariant par rotation
autour de Oz. Le gradient de v est donc nul en tout point de l’axe. Ce qui donne:
∂w
(0,τ ) = 0
∂η
Notons que l’écoulement stationnaire, qui correspond à f (t) = Cste est l’écoulement de Poiseuille d’un
fluide visqueux Newtonien de viscosité µ. En effet, pour f (t) = ∆p
L , la solution stationnaire w0 de (A.18)
est solution de:
1
(ηw00 )0 = −1 w0 (1) = 0 w00 (0) = 0 (A.19)
η
133

C’est à dire:
1 − η2
w0 (η) =
4
ou encore, en revenant aux grandeurs dimensionnées:
R2 ∆p r2
v0 (r) = (1 − 2 )
4µL R
qui est bien l’écoulement de Poiseuille classique.
4. On suppose que l’écoulement est dû à un gradient de pression 4 périodique:
L ∂p
− = <(keiωτ )
∆p ∂z
où k et ω sont des constantes réelles.
(a) On pose: β 2 = iω(1 + iHω). Comme le problème est linéaire par rapport au second membre, on
recherche une solution périodique de la forme:
w(η,τ ) = <(g(η)eiωτ )
où g est une fonction à valeurs complexes à déterminer. En injectant dans (A.18) on en déduit que
g est solution de l’équation différentielle:
1
g 00 + g 0 − β 2 g = −k(1 + iωH)
η
On a une solution constante évidente qui est:
k(1 + iωH) k
g(η) = =
β2 iω
On recherche donc la solution g sous la forme:
k
g(η) = (1 − h(η))

de sorte que h est solution de:
1
h00 + h0 − β 2 h = 0 (A.20)
η
et doit vérifier les conditions limites:
h(1) = 1 h0 (0) = 0
On recherche une solution de classe C 1 sur [0,1]. Il est facile de voir que si cette solution existe, elle
est unique. En effet, si il y avait deux solutions h1 et h2 la différence h = h1 − h2 serait solution du
problème:
(ηh0 )0 − ηβ 2 h = 0 h(1) = 0 h0 (0) = 0
On multiplie terme à terme l’équation différentielle par h̄ et on intègre sur [0,1]. Après intégration
par parties, il vient: Z 1 Z 1
β 2
ηhh̄ dη + ηh0 h̄0 dη = 0
0 0
On remplace β 2 par son expression en fonction de ω et H. Les parties réelles et imaginaires doivent
être nulles ce qui implique en particulier:
Z 1
ηhh̄ dη = 0
0

et donc h = 0 et l’unicité. Recherchons les solutions de (A.20) développable en série entière au


voisinage de η = 0. En identifiant termes à termes il vient:
+∞
X (−1)k iωη 2k
h(x) = a0 ( )
k! 2
k=0
4 Il s’agit d’un abus de langage, il vaudrait mieux parler de gradient de force motrice.
134 ANNEXE A. ÉCOULEMENTS DE POISEUILLE INSTATIONNAIRES.

Elles vérifient toutes la condition h0 (0) = 0 et forment un espace vectoriel de dimension 1 sur C
engendré par la fonction:
+∞
X (−1)k iβη 2k
h0 (η) = ( )
k! 2
k=0

La fonction h0 vérifie h00 (0) = 0 et elle ne peut s’annuler en η = 1. Sinon, d’après l’étude d’unicité
précédente h0 serait identiquement nulle sur [0,1], ce qui est absurde. Par suite et par linéarité, la
fonction h cherchée est donc:
h0 (η)
h(η) =
h0 (1)
Vu l’expression de h0 , introduisons la fonction J0 définie sur C par:
+∞
X (−1)k z 2k
J0 (z) = ( )
k! 2
k=0

de sorte que l’on a évidement h0 (η) = J0 (iβη) et, vu l’équation vérifiée par h0 , on voit que J0 -
considérée comme fonction de la variable réelle x - est la seule solution analytique sur R de l’équation
de Bessel:
1
y 00 + y 0 + y = 0 (A.21)
x
vérifiant y(0) = 1. La solution h cherchée est donc donnée par:

J0 (iβη)
h(η) =
J0 (iβ)
Finalement, w est donnée par:
k iωτ J0 (iβη)
w(η,τ ) = <( e (1 − ))
iω J0 (iβ)

(b) D’après le développement de J0 , on a:

z2 z4
J0 (z) = 1 − + + o(z 5 )
4 32
et donc, aux basses fréquences:

(1 − η 2 )
w(η,τ ) = k <(eiωτ ) + O(ω)
4
On a alors un profil parabolique, en phase avec la pression motrice. Le résultat était prévisible. En
effet, aux basses fréquences, on s’attend à ce que les effets d’inertie soient négligeables, puisque les
variations de pression sont infiniment lentes. De même, l’élasticité n’intervient pas à l’ordre principal
puisque le temps caractéristique de variation de la pression est suffisamment long pour qu’il y ait
réarangement moléculaire et donc relaxation de l’élasticité. Ainsi, aux basses fréquences, tout se
passe comme si l’écoulement était quasi-stationnaire: le profil spatial est à chaque instant un profil
de Poiseuille parabolique dû à la seule viscosité et correspondant à la valeur de la pression à cet
instant.
Pour étudier l’influence de l’élasticité il faut donc pousser le développement à l’ordre suivant. On
obtient facilement:
(1 − η 2 ) 1 − η2 1 1 − η2 2
w(η,τ ) = k <(eiωτ ) + kω[H − ( ) ]<(ieiωτ ) + O(ω 2 )
4 4 2 4
On voit donc que l’élasticité, c’est à dire le paramètre H, intervient au même ordre en ω que
les corrections au profil parabolique provenant de la seule viscosité et a pour effet de modifier le
déphasage de la vitesse par rapport à la pression.
5. On suppose que l’écoulement est dû à un gradient de pression qui croît exponentiellement avec le temps:
L ∂p 2
− = keα τ
∆p ∂z
135

où k et α sont des constantes réelles. On pose: β 2 = α2 (1 + α2 H)


(a) On recherche une solution de la forme:
2
w = f (η)eα τ

où f est une fonction à valeurs réelles inconnue. En substituant dans l’équation (A.18) on en déduit
que f est solution de l’équation:
1
f 00 + f 0 − β 2 f = −k(1 + α2 H)
η
et vérifie les conditions aux limites:
f 0 (0) = 0 f (1) = 0
Vu l’étude précédente, la solution est donc:
k J0 (iβη)
f (η) = (1 − )
α2 J0 (iβ)
Vu le développement de J0 , on notera que la solution est bien à valeurs réelles. Des gradients de
pression lentement variables correspondent aux petites valeurs de α et donc de β. Dans ces conditions
l’écoulement à l’ordre principal est comme précédemment quasi-stationnaire: le profil est à chaque
instant parabolique et l’élasticité n’intervient pas.
(b) On considère des situations où le gradient de force motrice augmente très rapidement, c’est à dire:
α  1. Sur le bord, on a η = 1 et f (1) = 0 sinon, on peut utiliser la formule asymptotique en
choisissant β égal à la racine du réel positif β 2 . Pour les points où η ∈]0,1[, l’argument de iβ et de
iβη est donc π/2 et on a alors:
k 1 k
f (η) ∼ (1 − √ e−β(1−η) ) ∼
η∈]0,1[ α2 η |α|→+∞ α2
|α|→+∞

et sur l’axe:
k
f (0) ∼
|α|→+∞ α2
On voit donc que l’on a partout un profil plat:
2
keα τ
w(η,τ ) ∼
|α|→+∞ α2
sauf dans une couche d’épaisseur réduite de l’ordre de 1/β au voisinage de la paroi où la vitesse
chute très rapidement vers 0.
6. Le cas d’un gradient de pression qui s’atténue exponentiellement vite se ramène au cas précédent en
changeant α2 en −α2 :
L ∂p 2
− = ke−α τ
∆p ∂z
On a une solution donnée par:
k J0 (iβη) −α2 τ
w(η,τ ) = − (1 − )e
α2 J0 (iβ)
avec: β 2 = −α2 (1 − α2 H). En absence d’élasticité on a H = 0 et β = i|α| est imaginaire pur. Pour les
grandes valeurs de α il n’y a pas de couche limite puisqu’alors:
2
ke−α τ
1 cos(|α|η − π/4)
w(η,τ ) ∼ − (1 − √ )
η∈]0,1[ α2 η cos(|α| − π/4)
|α|→+∞

En présence d’élasticité (H > 0) et pour les grandes valeurs de |α|, β 2 devient positif et le développement
du rapport JJ00(iβη)
(iβ) est identique au cas précédent. On a alors apparition d’une couche limite au voisinage
de la paroi due à l’élasticité.

Fin du corrigé
136 ANNEXE A. ÉCOULEMENTS DE POISEUILLE INSTATIONNAIRES.
137

Annexe B

Viscosité complexe à faible taux de


cisaillement.

Énoncé.
Généralités.
Soit E l’espace affine Euclidien de dimension 3, où se trouvent à chaque instant les particules d’un milieu
continu, et E l’espace vectoriel Euclidien associé. On notera S(E) l’espace vectoriel des applications linéaires
symétriques de E dans E et S ∗ (E) le sous espace de S(E) formé des applications linéaires symétriques de trace
nulle.
Si φt est le mouvement d’un milieu continu, relatif à la configuration Ωt occupé par le milieu à l’instant
présent t, on notera Ft (x,t − s) son gradient au point x à l’instant t − s et v(x,t) la vitesse de la particule
qui occupe la position x à l’instant t. On notera G(s) le tenseur des déformations de Cauchy, en omettant la
dépendance en x et t quand il n’y a pas d’ambiguïté: G(s) =T Ft (x,t − s) · Ft (x,t − s).
On considérera des fluides simples, incompressibles et non thermodépendants pour lesquels la loi constitu-
tive donnant le déviateur des contraintes de Cauchy en fonction du passé cinématique est de la forme :
+∞
τ (x,t) = G (G(s)) (B.1)
s=0

où G est une fonctionnelle à valeurs dans S ∗ (E) dont le domaine de définition DG est une partie de l’ensemble
des applications de [0, + ∞[ dans S(E) qui, avec une certaine fonction G, contient aussi toutes les fonctions
de la forme s 7→ Q · G(s) · Q, quand Q parcourt l’ensemble des transformations orthogonales.
1. La relation (B.1) est-elle la loi la plus générale d’un fluide simple incompressible non thermodépendant?
2. Justifier que G vérifie, pour tout mouvement relatif, la relation:
+∞ +∞
∀Q ∈ O(E) : G (QG(s)T Q) = Q G (G(s))T Q (B.2)
s=0 s=0

3. Pour un fluide visqueux (i.e. Newtonien généralisé) on peut prendre pour D G l’ensemble des fonctions
de [0, + ∞[ dans S(E) différentiables en s = 0. Indiquer l’expression de G.
4. On considère un écoulement pour lequel:
∀(t,s) ∈ R2 ,∀x ∈ Ωt : Ft (x,t − s) = R(x,t,s){Id + M(x,t,s)} (B.3)
où la matrice de M sur une base orthonormée (e1 ,e2 ,e3 ) est de la forme:
 R t−s 
0 t χ(x,u) du 0
∀(t,s) ∈ R ,∀x ∈ Ωt : [M(x,t,s)] = 0
2
0 0 (B.4)
0 0 0
et où R(x,t,s) est orthogonale. La base (e1 ,e2 ,e3 ) peut éventuellement dépendre de x et t.
On suppose que pour chaque x ∈ Ωt , la fonction χ : u ∈ R 7→ χ(x,u) est continue et bornée. On notera:
χ0 (x) = sup|χ(x,u)|, sa borne supérieure.
u∈R
– a) Cet écoulement est-il cinématiquement admissible? Que représente le réel |χ(x,t)|? Citer un ou
plusieurs écoulements de ce type, mécaniquement admissibles.
138 ANNEXE B. VISCOSITÉ COMPLEXE

– b) Justifier que τ13 = τ23 = 0.


– c) Déterminer τ12 pour un fluide de Grade 2.
– d) On considère un fluide viscoélastique à mémoire évanescente pour lequel D G = L2 ([0,+∞[,S(E),h)
où h est une fonction d’influence à décroissance assez rapide à l’infini pour que D G contienne au
moins les tenseurs de Cauchy des écoulements viscométriques. On désigne par m la Rfonction mémoire
+∞
du fluide et par g sa fonction de relaxation, définie par: s ∈ [0, + ∞[7→ g(s) = − s m(u) du. On
R +∞
suppose que la fonction m est négative, croissante et de classe C 1 et que | 0 s3 m(s) ds| < +∞ .
Ainsi, g est positive, décroissante et convexe, ce qui est le cas usuel pour les fluides réels. Montrer
que l’on a: Z +∞
τ12 (x,t) = g(s)χ(x,t − s) ds + o(χ0 (x)) (B.5)
0
Déterminer la fonction de cisaillement du fluide à faibles taux de cisaillement.
5. On s’intéresse à des écoulements oscillants du fluide viscoélastique considéré à la question précédente,
dont la cinématique est donnée par (B.3-B.4) avec: ∀u ∈ R : χ(x,u) = χ0 (x)<e(eiωu ), où la pulsation ω
est une constante réelle. Pour tout réel ω, on définit les quantités:
Z +∞ Z +∞
η 0 (ω) = g(s) cos(ωs) ds η 00 (ω) = g(s) sin(ωs) ds
0 0 (B.6)
η ∗ (ω) = η 0 (ω) − iη 00 (ω)

La fonction η ∗ est la viscosité complexe du fluide. La fonction ωη 00 (ω) est appelée module d’accumulation
( "storage modulus") et la fonction ωη 0 (ω) est appelée module de dissipation ( "loss modulus").
– a) Exprimer τ12 au premier ordre en χ0 au voisinage du repos en fonction de η ∗ . Examiner le cas
des basses fréquences.
– b) Calculer τ12 pour un fluide de Grade 2. Pouvait-on prévoir le résultat?
– c) Déterminer η ∗ , quand g est la fonction de relaxation d’un modèle de Maxwell de viscosité η et
de temps de relaxation λ.
– d) Etablir que quand ω → +∞:

 g(0) 1
 η 00 (ω) = + o( 2 )
ω ω

 η 0 (ω) = − m(0) + o( 1 )
ω2 ω2
Vérifier directement ces résultats quand g est la fonction de relaxation d’un fluide de Maxwell.
Pour une solution à 0,5% d’hydroxyethylcellulose dans de l’eau, à température ambiante, la viscosité
au voisinage du repos est de 1,3 P a.s et une expérience de relaxation a donné un temps caracté-
ristique de relaxation de l’ordre de 10−1 s ( données d’après Tanner, Engineering rheology, (1988),
Clarendon Press, p22). A quelles fréquences peut-on considérer que la relation −( m(0) g(0)
ω2 + i ω )
approche la viscosité complexe avec une précision qui soit au moins de l’ordre du pour cent?
– e) Justifier les expressions suivantes:
Z
2 +∞ 0
∀s ≥ 0 : g(s) = η (ω) cos(ωs) dω
π 0
Z
2 +∞ 00
∀s > 0 : g(s) = η (ω) sin(ωs) dω
π 0
En déduire qu’il est pertinent de chercher à déterminer expérimentalement η ∗ .

Ecoulements oscillants de petite amplitude. Mesure de la viscosité complexe.


Le but de l’étude (c.f. question 4) est d’analyser un dispositif expérimental permettant de déterminer η ∗ .
Le fluide concerné, sauf mention contraire, est partout le fluide viscoélastique considéré à la question 1.4.d).
1. Le fluide occupe l’espace compris entre deux plaques planes parallèles infinies écrartées d’une distance d,
l’une fixe et l’autre oscillant dans son plan à la vitesse V0 cos(ωt)e1 , où e1 est unitaire. On désignera par
e2 un vecteur unitaire perpendiculaire au plaques et par e3 un vecteur tel que la base B = (e1 ,e2 ,e3 )
soit orthonormée.
139

On fait l’hypothèse que l’écoulement est à chaque instant de type "cisaillement simple", le taux de
cisaillement étant, à chaque instant, constant dans l’entrefer. Vérifier que F t (·) est bien de la forme
(B.3-B.4) et indiquer la contrainte de cisaillement sur la plaque fixe au premier ordre en V 0 /d.
De η 0 et η 00 , laquelle traduit l’élasticité du fluide?
2. On se propose de déterminer effectivement le champ des vitesses dans le problème de la question pré-
cédente. Pour cela, on recherche un champ des vitesses unidirectionnel, périodique en temps, de même
période que la vitesse de la plaque mobile, et invariant par translation dans la direction transverse e 3 .
– a) Ecrire les équations du mouvement en contrainte et vitesse. On fera apparaître la variable sans
x2
dimension y = .
d
– b) Déterminer le champ des vitesses dans le cas d’un fluide Newtonien. On le cherchera sous la
forme: <e(u(x)eiωt ), où u est une fonction à valeurs complexes que l’on déterminera sous une forme
la plus "compacte" possible.
– c) On revient pour toute la suite au fluide viscoélastique considéré précédemment. On suppose que le
problème est bien posé (i.e. il possède une solution et une seule). Indiquer les équations permettant
de déterminer le champ des vitesses à l’ordre principal en V0 au voisinage de V0 = 0. On admet que
la solution est assez régulière par rapport au paramètre V0 pour justifier les calculs.
– d) Déterminer alors le champ des vitesses à l’ordre principal en V0 . On désignera par Ω un complexe
2
vérifiant Ω2 = iρd η∗
ω
et on exprimera la solution en fonction de Ω.
En déduire, à l’ordre principal en V0 , la force de frottement par unité de surface exercée par le fluide
sur la plaque fixe. La mesure de cette force permet-elle, en principe, de déterminer η ∗ ?
– e) On fait vibrer la plaque mobile à hautes fréquences. On introduit le paramètre c défini par:

g(0)
c2 = ,
ρ
où ρ est la densité volumique de masse du fluide. Interpréter physiquement c et expliquer le phéno-
mène attendu.
Déterminer, à l’ordre principal en ω1 et pour des vitesses V0 faibles, la force exercée sur la plaque
fixe à chaque instant.
Comparer avec le cas du fluide Newtonien.
– f) Dans quelle mesure l’hypothèse faite à la question 1 ci-dessus est-elle justifiée?
3. Expérimentalement, il serait difficile de mesurer précisément la force exercée sur la paroi immobile dans le
problème précédent. On reconsidère donc ce problème, en faisant les mêmes hypothèses sur le champ des
vitesses, mais en supposant que la paroi qui était précédemment immobile peut maintenant se déplacer
librement dans son plan sous l’action des efforts de frottement exercés par le fluide (on néglige les
frottements dus aux dispositifs de guidage). On désigne par m sa densité surfacique de masse. Déterminer
sa vitesse à l’ordre principal en V0 . Conclure.
4. En pratique, on détermine η ∗ à l’aide de dispositifs expérimentaux de révolution. On se propose d’étudier
ici le principe d’un dispositif de Couette 1 . En général, on utilise des appareils ayant un petit espace
annulaire. Ceci vous semble-t-il justifié?
On suppose donc que le fluide occupe l’espace annulaire compris entre deux cylindres de révolution de
longueurs infinies, de même axe et de rayons R1 et R2 , avec R1 < R2 . On rapporte l’espace à un système
de coordonnées cylindriques d’axe, l’axe des cylindres. Le cylindre extérieur oscille autour de son axe à la
vitesse angulaire Ω2 cos(ωt) et le cylindre intérieur peut tourner librement autour de son axe sous l’action
des efforts exercés par le fluide (on néglige les frottements dans les dispositifs de guidage). On désigne
par I son moment d’inertie par unité de hauteur. On recherche un champ de vitesse purement azimuthal,
invariant par translation le long de l’axe des cylindres et périodique en temps, de même période que la
vitesse angulaire du cylindre extérieur. On désignera par u la vitesse angulaire.
– a) Vérifier que Ft (x,·) est bien de la forme (B.3-B.4).
– b) Montrer qu’en projection sur la direction azimuthale, le bilan de quantité mouvement s’écrit:
∂u ∂ 2
ρr3 = (r τrθ )
∂t ∂r
1 On utilise en général un dispositif plan-cône qui est plus précis qu’un dispositif de Couette. En effet, d’une part les effets

d’extrémités sont moins sensibles et d’autre part, d’un point de vue technologique, il est plus précis de régler un axe perpendiculaire
à un plan que de faire coïncider les axes de deux cylindres.
140 ANNEXE B. VISCOSITÉ COMPLEXE

et indiquer les conditions limites sur u.


– c) Indiquer les équations permettant de déterminer la vitesse angulaire à l’ordre principal en Ω 2 au
voisinage de Ω2 = 0. On suppose, comme précédemment, que le problème est bien posé et que la
solution est assez régulière par rapport au paramètre Ω2 pour justifier les calculs.
– d) On recherche u, à l’ordre principal en Ω2 , sous la forme : u(r,t) = <e(w(r)eiωt ). Ecrire les
équations permettant de déterminer w. On fera apparaître les groupements sans dimension a et K
et on utilisera la variable sans dimension x définie par r = R1 (1 + x), avec:
R2 − R 1 2I −i2 ωρR12
= a= K=
R1 πρR14 η∗
On s’assurera que w/Ω2 ne dépend que des variables indépendantes (x,a,K,). Donner une inter-
prétation physique du paramètre a.
– e) On peut montrer, et on l’admettra ici, que w - considérée comme fonction de (x,K,a,) - peut-être
prolongée par continuité en  = 0 et y est différentiable par rapport à :
w
= f (0) (x,K,a) + f (1) (x,K,a) + o()
Ω2
Déterminer f (0) et en déduire la vitesse angulaire du cylindre intérieur à l’ordre principal en Ω 2 et
au premier ordre en . Comparer avec la vitesse de la plaque libre de la question 3.
– f) Déterminer, aux fréquences élevées, le coefficient d’amortissement d’un système ayant un petit
espace annulaire rempli d’un liquide viscoélastique. On dispose d’un appareil ayant les caractéris-
tiques 2 suivantes: R2 = 9.3 mm, R1 = 8.3 mm, I = 2.27 10−5 Kg · m2 . Estimer ce coefficient pour
les fluides ayant des caractéristiques comparables à celles du produit considéré à la question 1.5.d.
Que peut-on conclure?

Fin de l’énoncé
2 Il s’agit des caractéristiques du dispositif de Couette adaptable sur le "Carrimed CS 100" commercialisé par la société Rheo.
141

Corrigé.
Généralités. Viscosité complexe.
1. Oui. En effet, on sait que la loi d’un fluide simple incompressible non thermodépendant est de la forme:
+∞
τ (x,t) = F (Ft (x,t − s)) (B.7)
s=0

Soit: Ft (x,t − s) = Qt (x,t − s) · Ut (x,t − s), la décomposition pôlaire du gradient de déformation. On


sait alors que F ne dépend en fait que de l’application: s ∈ [0, + ∞[7→ Ut (x,t − s) où Ut (x,t − s) est
symétrique, définie positive. Or, la relation: Ut (x,t − s) 7→ U2t (x,t − s) = G(s) est une bijection entre
applications symétriques, définies positives et, en changeant de variable dans (B.7), on déduit (B.1).
2. Soit Q ∈ O(E) donné. Donnons nous une famille à un paramètre {Q(s)}s≥0 , de transformations or-
thogonales telle que Q(0) = Q. Appliquons le principe d’objectivité à la loi sous la forme (B.7). Il
vient:
+∞ +∞
F (Q(s) · Ft (x,t − s) ·T Q(0)) = Q(0) · F (Ft (x,t − s)) ·T Q(0)
s=0 s=0

Et comme, pour toute application: s ∈ [0, + ∞[7→ Ft (x,t − s), on a:


+∞ +∞
F (Ft (x,t − s)) = G (T Ft (x,t − s) · Ft (x,t − s)),
s=0 s=0

on déduit que:
+∞ +∞
F (Q(s) · Ft (x,t − s) ·T Q(0)) = G (Q(0) · G(s) ·T Q(0))
s=0 s=0

et le résultat.

3. On sait que ∇ v(x,t) = [ Ft (x,τ )]|τ =t . Il en résulte que le tenseur des taux de déformation est donné
∂τ
par:
1 1 d 1
D(x,t) = (L(x,t) +T L(x,t)) = − [ G(s)]|s=0 = − G0 (0)
2 2 ds 2
Ainsi, la loi d’un fluide visqueux se met sous la forme:

τ (x,t) = −η(I2 )G0 (0)

où I2 = Tr(G0 (0)2 )/4 est le second invariant de D(x,t).


4. – a) Cet écoulement est cinématiquement admissible puisque la contrainte d’incompressibilité det(F t (x,t−
s)) = 1 est vérifiée pour tout t et s. On vérifie immédiatement que |χ(x,t)| représente le taux de
cisaillement, puisque l’on a , d’après la question précédente: 2I2 = χ2 (x,t) . Si χ ne dépend que de x,
l’écoulement est viscométrique. L’écoulement de Couette plan ou encore les écoulements hélicoïdaux
sont donc de ce type et sont mécaniquement admissibles.
– b) Comme pour les écoulements viscométriques, on applique le principe d’objectivité - ici sous la
forme obtenue à la question 2 - en prenant pour Q une reflexion sur le plan (e 1 ,e2 ) qui laisse G
invariant. Il en résulte que: τ13 = τ23 = 0.
– c) Pour un fluide de Grade 2, on a:

τ (x,t) = ηA1 + α1 A2 + α2 A21

où : A1 = −G0 (0) et A2 = G00 (0). Le premier terme correspond à un fluide Newtonien. Pour
simplifier, puisque x et t sont fixés, posons: M(s) = M(x,t,s). On a, puisque M(0) = 0:

G0 (0) = M0 (0) +T M0 (0)


G00 (0) = M00 (0) +T M00 (0) + 2T M0 (0) · M0 (0)
il en résulte que:

[G0 (0)]12 = −χ(x,t) [G00 (0)]12 = ∂t χ(x,t) [G0 (0)2 ]12 = 0

D’où:

τ12 (x,t) = ηχ(x,t) + α1 χ(x,t)
∂t
142 ANNEXE B. VISCOSITÉ COMPLEXE

– d) D’après le principe de mémoire évanescente, on sait que G est différentiable au repos, c’est à dire
pour: ∀s ≥ 0 : G(s) = Id, et que:
Z +∞
τ12 (x,t) = m(s)G12 (s) ds + o(||G − Id||)
0

On intègre par parties dans le premier terme et on évalue ||G − Id|| , pour déduire que
Z +∞
τ12 (x,t) = g(s)χ(x,t − s) ds + o(χ0 (x)) (B.8)
0

On obtient la fonction de cisaillement en prenant χ(x,u) indépendant de u et égal à χ 0 (x). Il vient,


à l’ordre principal en χ: Z +∞
τ (χ) = χ g(s) ds
0
R +∞
La viscosité à faible taux de cisaillement est donc: η = 0 g(s) ds. Notons que l’on ne peut
pas préciser sans autres hypothèses les autres fonctions viscométriques ( différences normales ) car
elles sont du même ordre que les termes négligés. En effet, en omettant la dépendance en x, on a
G22 − G33 = s2 χ20 , G11 − G33 = 0, et on déduit seulement que N1 et N2 sont des o(χ0 ). Il faudrait
introduire le développement intégral de G à l’ordre suivant pour obtenir une expression plus précise.
On trouverait alors que ces différences normales sont en χ20 à l’ordre principal.
Si l’on se limite à un modèle de viscoélasticité linéaire finie, on peut alors déterminer exactement
R +∞
N1 et N2 . On trouve, après intégration par parties que: N1 = 2χ20 0 sg(s) ds et N2 = −N1 . On
voit tout de suite la limitation du modèle: les termes négligés dans N2 + N1 sont du même ordre
que ceux conservés.
On notera que, pour s ≥ 0, on a
Z +∞ Z +∞
s3 g(s) = −s3 m(s) ds ≤ − s3 m(s) ds → 0
s s s→+∞

Ainsi, les intégrations par parties sont justifiées.


5. Notons que les fonctions η 0 et η 00 sont bien définies.
– a) De (B.5), on déduit: τ12 = χ0 <e(η ∗ eiωt ) + o(χ0 ).
On obtient, au premier ordre en ω quand ω → 0:
Z +∞
η 0 (ω) = g(s) ds + O(ω 2 )
0
Z +∞
00
η (ω) = ω sg(s) ds + O(ω 3 )
0
R +∞
En posant α1 = − 0
sg(s) ds, il vient donc :

τ12 = χ0 [η cos(ωt) − ωα1 sin(ωt)] + χ0 O(ω 2 ) + o(χ0 )


Ainsi, à l’ordre principal en χ0 et ω on a: τ12 = ηχ0 cos(ωt) et le fluide se comporte donc aux
très basses fréquences comme un fluide Newtonien de viscosité η. Ce à quoi on pouvait s’attendre
puisque ω −1 devient grand devant tout temps caractéristique de relaxation.
– b) Pour un fluide de Grade 2, on obtient τ12 directement à partir de l’expression trouvée à la question
1.4.c: τ12 = χ0 [η cos(ωt) − ωα1 sin(ωt)].
Rappelons que le fluide de Grade 2 se déduit du modèle général en prenant une retardation du
mouvement au voisinage de l’instant présent t, ce qui revient donc ici à faire tendre la fréquence
vers 0. On retrouve alors l’expression de τ12 du fluide viscoélastique au voisinage du repos et aux
très basses fréquences, ce à quoi on pouvait s’attendre puisque l’on a vu à la question 1.4.c qu’il n’y
avait pas, pour ce type d’écoulement, de contribution des termes non linéaires en G (i.e. le terme
en α2 ) à la contrainte de cisaillement. On retrouve alors l’expression de α1 donnée en cours.
Z +∞
η −s
– c) On a: ∀s ≥ 0 : g(s) = e . On calcule
λ g(s)eiωs ds et il vient:
λ 0

η ωλη
η 0 (ω) = η 00 (ω) =
1 + ω 2 λ2 1 + ω 2 λ2
143

– d) Par une intégration par parties, il vient:


Z +∞
00
ωη (ω) = g(0) + m(s) cos(ωs) ds
0

On notera que, puisque m est intégrable sur R+ , négative et croissante, elle tend nécessairement
vers 0 en +∞, et comme elle est de classe C 1 , on peut à nouveau intégrer par parties. Il vient:
Z +∞
1
ωη 00 (ω) = g(0) − m0 (s) sin(ωs) ds (B.9)
ω 0

Or, on peut vérifier facilement que m0 , qui est positive (m est croissante), est absolument intégrable
sur R+ et ce, puisque: Z x
lim m0 (s) ds = −m(0)
x→+∞ 0

On sait alors (théorème de Lebesgue) que l’intégrale dans le second membre de (B.9) tend vers 0
quand ω tend vers l’infini, et il en résulte que :

g(0) 1
η 00 (ω) = + o( 2 ) (B.10)
ω ω
On procède de même pour estimer η 0 . Il vient:
Z +∞
0 1
η (ω) = − m(s) sin(ωs) ds
ω 0

puis:
Z +∞
ω 2 η 0 (ω) = −m(0) − m0 (s) cos(ωs) ds
0

On applique donc à nouveau le théorème de Lebesgue pour déduire que l’intégrale dans le second
membre tend vers 0 quand ω tend vers l’infini et finalement on déduit:

m(0) 1
η 0 (ω) = − 2
+ o( 2 )
ω ω
Si g est la fonction de relaxation d’un modèle de Maxwell, on vérifie directement les deux résultats
d’après les expressions obtenues à la question b). Dans ce cas, on a:

η ωλη η λ2 ω 2 η λ2 ω 2
η∗ = − i = − i
1 + ω 2 λ2 1 + ω 2 λ2 λ2 ω 2 1 + λ 2 ω 2 λω 1 + λ2 ω 2
2 2
η η λ ω
=( 2 2 −i )
λ ω λω 1 + λ2 ω 2
m(0) g(0) 1
= (− 2 − i )(1 − )
ω ω 1 + λ2 ω 2

L’erreur relative commise en approchant η ∗ par λ2ηω2 − i λω η


est donc de 1+λ12 ω2 . Pour le fluide
considéré la précision sera donc de l’ordre du pour cent ou plus, pour les fréquences supérieures à
100/(2π) ∼ 10 Hz.
– e) La fonction 2η 0 (ω) n’est rien d’autre que la transformée de Fourier de la symétrisée de g. On
étend donc g sur R− par symétrie, en posant ∀s ≤ 0 : g(s) = g(−s). La fonction g ainsi définie est
évidement paire et absolument intégrable sur R. Sa transformée de Fourier est alors réelle et paire,
et donnée par :
Z +∞ Z +∞
∀ω ∈ R : ĝ(ω) = g(s)e−iωs ds = 2 g(s) cos(ωs) ds = 2η 0 (ω)
−∞ 0

On détermine alors g par la formule d’inversion de Mellin-Fourier. Pour savoir si cette inversion
donne g point par point et non pas presque partout, on examine la régularité de ĝ. Comme η 0 (ω) ∼
+∞
144 ANNEXE B. VISCOSITÉ COMPLEXE

− m(0)
ω 2 , ĝ est absolument intégrable sur R. Dans ces conditions, on sait que la formule d’inversion
donne g(s) en tout point s où g est continue, c’est à dire, ici, partout sur R. Il vient donc:
Z +∞ Z
1 2 +∞ 0
∀s ∈ R g(s) = ĝ(ω)eiωs dω = η (ω) cos(ωs) dω
2π −∞ π 0
qui est le résultat demandé.
Pour obtenir la seconde relation, on procède de la même manière en prolongeant g sur R − , cette fois-
ci, par ∀s < 0 : g(s) = −g(−s). La fonction ainsi obtenue - que l’on note encore g - est discontinue
en 0. Sa transformée de Fourier est alors imaginaire pure et impaire, et donnée par :
Z +∞ Z +∞
−iωs
∀ω ∈ R : ĝ(ω) = g(s)e ds = −2i g(s) sin(ωs) ds = −2iη 00 (ω)
−∞ 0
2
La formule d’inversion de Mellin-Fourier dans L , donne:
Z +∞ Z
1 iωs 2 +∞ 00
g(s) = ĝ(ω)e dω = η (ω) sin(ωs) dω
p.p. 2π −∞ p.p. π 0

On notera que l’égalité n’a lieu à priori que presque partout. Cependant, il est facile de voir, d’après
(B.10), que la convergence de la dernière intégrale est uniforme en s sur tout domaine de la forme
|s| ≥ a (a > 0). Il en résulte que cette intégrale est une fonction continue sur R +∗ et comme g est
également continue sur R+∗ , ces deux fonctions sont donc égales sur ce domaine et on a le résultat
demandé. En s = 0, l’égalité est évidement fausse en général si g(0) 6= 0, c’est à dire pour les fluides
viscoélastiques.
Il est évidement pertinent de chercher à déterminer expérimentalement η ∗ puisque, la transformée
de Fourier étant une isométrie dans L2 , cette fonction détermine complètement g qui est caracté-
ristique du comportement du fluide. On pourra donc chercher à déterminer g soit par une analyse
temporelle (réponse impulsionnelle) soit par une analyse fréquentielle. C’est donc ce dernier cas que
l’on considère par la suite.

Écoulements oscillants de petite amplitude. Mesure de la viscosité complexe.


1. On oriente e2 et on choisit une origine de sorte que la plaque fixe soit à la côte x2 = 0 et la plaque mobile à
V0
x2 = d. Avec l’hypothèse faite, la vitesse au point x = (x1 ,x2 ,x3 ) à l’instant t est: v(x,t) = cos(ωt)x2 e1 .
d
On déduit, comme pour l’écoulement de cisaillement simple, que:
 R t−s 
1 Vd0 t cos(ωu) du 0
Ft (x,t − s) = 0 1 0
0 0 1
V0
qui est bien de la forme (3-4), pour R(x,t,s) = Id et χ(x,u) = <e(eiωu ). D’après la question 5.a), la
d
contrainte de cisaillement est à chaque instant constante dans tout le canal et donnée au premier ordre
V0
en par:
d
V0 V0 0
τ12 = <e(η ∗ eiωt ) = [η cos(ωt) + η 00 (ω) sin(ωt)]
d d
V0 0
Le terme η cos(ωt) est proportionnel aux taux de déformation vu par les particules fluides et le terme
d
V0 00 Rt
η (ω) sin(ωt) est proportionnel à la déformation qui est donnée par: γ = Vd0 0 cos(ωs) ds = dω V0
sin(ωt).
d 00
Ainsi, la présence de ce dernier terme, et donc le coefficient η (ω), traduit l’élasticité du fluide.
2. – a) Avec les hypothèses faites et l’incompressibilité on déduit que le champ des vitesses est de la
forme:
∀x = (x1 ,x2 ,x3 ),∀t : v(x,t) = v(x2 ,t)e1
On détermine les trajectoires, comme pour l’écoulement de Couette plan stationnaire, et il vient:
 R t−s ∂v 
1 t ∂x2 (x2 ,u) du 0
∀x = (x1 ,x2 ,x3 ),∀t : Ft (x,t − s) = 0 1 0
0 0 1
145

qui est bien de la forme voulue. Le déviateur des contraintes en (x,t) ne dépend donc que de (x 2 ,t)
et les équations du mouvement s’écrivent donc:

∂v ∂τ12 ∂τ22
ρ (x2 ,t)e1 = (x2 ,t)e1 + (x2 ,t)e2 − ∇ (p + ρφ)
∂t ∂x2 ∂x2

Il résulte, par une analyse standard, qu’il existe deux fonctions f et h telles que:

(p + ρφ)(x,t) = f (t)x1 + τ22 (x2 ,t) + h(t)

La pression motrice restant bornée dans tout l’écoulement, f est donc nulle. On introduit la variable
sans dimension y ∈ [0,1], définie par y = x2 /d et les équations déterminantes de v(y,t) ≡ v(x2 ,t) se
réduisent donc à: 

 ∂v ∂τ12
 ρd ∂t (y,t) = ∂y (y,t)

∀y ∈ [0,1], t ∈ R : (B.11)

 v(1,t) = V0 cos(ωt)


v(0,t) = 0
Dès que v est connue, le déviateur des contraintes est alors complètement déterminé - en particulier
τ22 - et la pression s’en déduit, à une fonction du temps près que l’on peut arbitrairement fixer en
se donnant une référence.
– b) Il s’agit d’un exercice classique de MF où l’on met en évidence l’effet de peau (voir plus loin).
Les équations deviennent:


 2 ∂v ∂2v

 ρd (y,t) = η (y,t)
∂t ∂y 2
∀y ∈ [0,1], t ∈ R :

 v(1,t) = V0 cos(ωt)


v(0,t) = 0

Le problème est linéaire par rapport à V0 et on cherche donc la solution sous la forme: v =
η
<e(u(y)eiωt ) où u est complexe. Désignons par ν = , la viscosité cinématique du fluide. On
ρ
déduit que u est solution de:

 00 id2 ω

 u = ν u
(B.12)
 u(1) = V0


u(0) = 0

On peut supposer, puisque cos est paire, que ω ≥ 0. Comme i = (eiπ/4 )2 = ( 1+i
√ )2 on en déduit u:
2

sinh((1 + i) dy)
u(y) = V0 p2νω
sinh((1 + i) 2ν d)

Finalement la vitesse en tout point x = (x1 ,dy,x3 ) et à chaque instant t est donnée par

sinh((1 + i) dy)
v(x,t) = V0 <e[ p2νω eiωt ]e1 (B.13)
sinh((1 + i) 2ν d)

– c) Les équations du mouvement sont les équation (B.11). Il est naturel de supposer que le modèle
(i.e. la fonctionnelle G) est tel que v soit assez régulière, par exemple de classe C 1 ([0,1] × [0,2π/ω])
(ne pas oublier que l’on cherche des solutions périodiques). Le fluide, les plaques et la fréquence
étant fixées, la vitesse v apparaît alors comme une fonction de V0 à valeurs dans C 1 ([0,1]×[0,2π/ω]).
On cherche alors v sous la forme: v(y,t) = v 0 (y,t) + V0 v 1 (y,t) + o(V0 ), ce qui revient à la supposer
différentiable par rapport à V0 en 0. Pour V0 = 0, le système est au repos dans le référentiel lié aux
plaques et on a donc: v 0 = 0. On en déduit, d’après (B.8) que τ12 sera donné par:
Z +∞
V0 ∂v 1
τ12 (y,t) = g(s) (y,t − s) ds + o(V0 )
d 0 ∂y
146 ANNEXE B. VISCOSITÉ COMPLEXE

Ainsi, à l’ordre principal, v est solution du problème:


 ∂v ∂τ12

 dρ (y,t) = (y,t)

 ∂t ∂y



 Z
1 +∞ ∂v
∀y ∈ [0,1], t ∈ R : τ12 (y,t) = g(s) (y,t − s) ds (B.14)

 d 0 ∂y



 v(1,t) = V0 cos(ωt)


v(0,t) = 0

Ce qui revient à négliger les termes non linéaires en v dans la loi rhéologique et à modéliser le fluide
par un modèle de viscoélasticité linéaire finie, ce à quoi on pouvait s’attendre.
– d) Comme dans le cas du fluide Newtonien, on recherche la solution sous la forme: v = <e(u(y)e iωt )
où u est complexe. Ainsi u est solution de:
 00 2
 u =Ω u

u(1) = V0 (B.15)


u(0) = 0

Tout revient donc à remplacer dans (B.12), la viscosité η par la viscosité complexe (d’où son nom,
d’ailleurs). On déduit le champ des vitesses en remplaçant dans (B.13), ν par η ∗ /ρ. Il vient:

sinh(Ωy) iωt
v(x,t) = V0 <e[ e ]e1
sinh(Ω)

Le taux de cisaillement en tout point est donc:

1 ∂v V0 cosh(Ωy) iωt
= <e[Ω e ]
d ∂y d sinh(Ω)

et la contrainte de cisaillement s’en déduit, à l’ordre principal en V0 :

V0 cosh(Ωy) iωt
τ12 (x,t) = <e[η ∗ Ω e ]
d sinh(Ω)

Vu l’orientation de e2 , la force de frottement f (t), exercée par le fluide sur la plaque, par unité de
surface, est τ12 (0,t)e1 , soit:
V0 η ∗ Ω iωt
f (t) = <e[ e ]e1 (B.16)
d sinh(Ω)
La vitesse de la plaque mobile étant connue, il est clair que si on est capable de mesurer f (t) on
peut, en principe, en déduire η ∗ .
– e) Si la plaque mobile vibre à des fréquences très élevées, les déformations vues par les particules
fluides dans son voisinage sont très rapides et il n’y a pas de temps pour un réarrangement mo-
léculaire: le fluide se comporte comme un solide élastique. Sur ces temps très courts, son module
d’Young est alors donné par g(0) ( voir aussi l’analogie avec les systèmes mécaniques), puisque cette
dernière quantité est la contrainte de cisaillement générée par le fluide en réponse instantanée à
un échelon unitaire de déformation (réponse impulsionnelle en taux de cisaillement). On sait alors,
d’après le cours d’élasticité, que c n’est rien d’autre que la vitesse de propagation des ondes de ci-
saillement. A hautes fréquences on s’attend donc à observer une propagation d’ondes de cisaillement
qui progressent, dans la direction e2 , aux vitesses c (ondes incidentes et réfléchies issues de la plaque
mobile) et −c (ondes réfléchies issues de la plaque fixe).
On a vu à la question 1.5.d) qu’aux hautes fréquences:

m(0) g(0) 1
η ∗ (ω) = − 2
−i + o( 2 )
ω ω ω
Ainsi:
iρω −ρω 2 ρω 2 m(0) 1

= m(0)
=− (1 + i + o( ))
η 1
g(0) − i ω + o( ω ) g(0) ωg(0) ω
147

et donc:
iωd m(0) 1 ωd m(0)d 1
Ω=± (1 + i + o( )) = ±(i − + O( ))
c 2ωg(0) ω c 2cg(0) ω
D’où:
m(0)d ωd m(0)d ωd 1
sinh(Ω) = ±[sinh(− ) cos( ) + i cosh(− ) sin( )](1 + O( ))
2cg(0) c 2cg(0) c ω
Finalement on en déduit la force de frottement à l’ordre principal:
m(0)d d m(0)d d
V0 g(0) exp(− 2cg(0) ) cos(ω(t − c )) − exp( 2cg(0) ) cos(ω(t + c ))
(B.17)
2c (sinh2 ( m(0)d ) + sin2 ( ωd ))
2cg(0) c

On note que par rapport à ω, elle reste O(1).


Dans le cas Newtonien, la force de frottement sur la plaque fixe, par unité de surface, est donnée
par: r
ω exp(i(ωt + π4 )
f (t) = ηV0 <e[ p ω ]e1 (B.18)
ν sinh((1 + i) 2ν d)
Quand ω est grand, on a pour l’amplitude A(f ), l’équivalence:
r
ω −√ 2νω
d
A(f ) ∼ 2ηV0 e
ω→+∞ ν
Elle décroît donc très rapidement avec la fréquence.
On voit, à partir de l’expression (B.13) de la vitesse, que toutrse passe comme si le cisaillement était

concentré dans une couche d’épaisseur approximative δ = au voisinage de la plaque mobile,
ω
qui tend vers 0 aux hautes fréquences: δ est l’épaisseur de peau. En particulier, la plaque fixe n’est
sollicitée que si d est de l’ordre de l’épaisseur de peau, contrairement à ce qui se passe pour le fluide
viscoélastique.
– f) D’après l’expression obtenue pour le cisaillement, qon voit qu’il sera approximativement constant
η ∗
entre les plaques si : |Ω|  1, c’est à dire si d  | iρω |. Pour un fluide Newtonien, ce sera le cas
quand d est petit devant l’épaisseur de peau. Pour un fluide viscoélastique, ce sera le cas aux basses
fréquences, si d est négligeable devant l’épaisseur de peau calculée avec la viscosité η au voisinage
du repos ( car η ∗ (ω) ∼ η ) et à hautes fréquences si dc  ω1 , c’est à dire si le temps de transit entre
0
les plaques, de l’onde élastique de cisaillement, est petit devant la période de vibration.
3. On a toujours: v = v(y,t)e1 et les équations déterminantes de v sont donc les équations (B.14) dans
lesquelles on remplace la condition en y = 0 par la relation fondamentale de la dynamique pour la
plaque. Il vient donc:

 ∂v ∂τ12

 ρd (y,t) = (y,t)

 ∂t ∂y

 Z

 1 +∞ ∂v

τ12 (y,t) = g(s) (y,t − s) ds
∀y ∈ [0,1], t ∈ R : d 0 ∂y



 v(1,t) = V0 cos(ωt)




 m ∂v (0,t) = τ12 (0,t)

∂t
On recherche la solution sous la forme: v = <e(u(y)eiωt ) où u est complexe. Ainsi u est solution de:
 00

 u = Ω2 u


u(1) = V0

 imdω

 u(0) − u0 (0) = 0
η∗
m
Introduisons pour simplifier le groupement adimensionnel: b = ρd qui n’est rien d’autre que le rapport
de l’inertie de la plaque à celle du fluide. La solution est de la forme: AeΩy + Be−Ωy . On détermine A et
B et il vient:
(1 + bΩ)eΩy + (1 − bΩ)e−Ωy
u = V0
(1 + bΩ)eΩ + (1 − bΩ)e−Ω
148 ANNEXE B. VISCOSITÉ COMPLEXE

La vitesse de la plaque libre est donc:

2V0 eiωt
u = <e( )
(1 + bΩ)eΩ + (1 − bΩ)e−Ω

Ainsi, la mesure de la vitesse de la plaque libre permet en principe de déterminer Ω et donc η ∗ .


4. On utilise des petits espaces annulaires pour réduire l’effet de peau.
– a) Plaçons nous au point x = (r,θ,z). La vitesse étant purement azimuthale et le fluide incom-
pressible, elle est de la forme: v(x,t) = ru(r,t)eθ . Désignons par R(x,t,s) la rotation d’angle
R t−s −→
t
u(r,s0 ) ds0 autour de Oz. Comme pour les écoulements hélicoïdaux, on déduit que: Ft (x,t−s) =
R(x,t,s)(I + M(x,t,s)), où la matrice de M sur la base locale de coordonnées cylindriques (e r ,eθ ,ez )
est :
 
0 0 0
R
[M(x,t,s)] =  tt−s r ∂u 0
∂r (r,s ) ds
0
0 0
0 0 0

qui est bien de la forme (3-4), quand la base (e1 ,e2 ,e3 ) est (eθ ,er ,ez ). Le taux de cisaillement est
donc χ = r ∂u∂r et les composantes du déviateur des contraintes en coordonnées cylindriques ne
dépendent pas de (θ,z).
– b) Plaçons nous au point x = (r,θ,z). Les équations locales du mouvement sont donc les mêmes
que celles des mouvements hélicoïdaux (c.f. chapitre 4) dans lesquelles ils convient de tenir compte
maintenant du terme d’accélération ρ ∂v
∂t et de la condition τrz = τθz = 0 (c.f. question 1.4.b ):

∂τrr τrr − τθθ ∂


−ρu2 r = + − (p + ρφ) (B.19)
∂r r ∂r
∂u ∂τrθ ∂
ρr2 =r + 2τrθ − (p + ρφ) (B.20)
∂t ∂r ∂θ

0= (p + ρφ) (B.21)
∂z

On déduit de (B.19) et (B.21) qu’il existe deux fonctions h et g telles que:

(p + ρφ)(x,t) = h(r,t) + g(θ,t)

Il vient:
∂τrθ ∂u ∂g
r + 2τrθ − ρr 2 = (θ,t) (B.22)
∂r ∂t ∂θ
Ainsi, le membre de gauche ne dépend pas de r. Par conséquent, il existe deux fonctions f et k
telles que: g(θ,z) = f (t)θ + k(t). Et comme p + ρφ, prend la même valeur en θ et θ + 2π, quelque
soit r et t, il en résulte que f = 0. La relation (B.22) devient:

∂τrθ ∂u
r + 2τrθ − ρr 2 = 0,
∂r ∂t

soit:
∂u ∂r2 τrθ
ρr2 =
∂t ∂r
qui est la relation demandée. Notons que dès que u est connue, on déduit τ , puis p + ρφ, à une
fonction du temps près.
En r = R2 , on a u(R2 ,t) = Ω2 cos(ωt). En r = R1 , u n’est pas fixée mais il y a lieu d’écrire la
relation fondamentale de la dynamique pour le cylindre intérieur. Le couple de frottement, par
unité de hauteur, exercé par le fluide est 2πR12 τrθ (R1 ,t)k et l’on a donc:

∂u
I (R1 ,t) = 2πR12 τrθ (R1 ,t)
∂t
149

– c) On procède exactement comme dans le cas plan à la question 2.c. Les équations permettant de
déterminer u à l’ordre principal en Ω2 sont:


 ∂u ∂r2 τrθ

 ρr2 =

 ∂t ∂r

 Z +∞

 ∂u
τrθ (r,t) = g(s)r (r,t − s) ds
∀r ∈ [R1 ,R2 ], t ∈ R : 0 ∂r (B.23)



 u(R2 ,t) = Ω2 cos(ωt)




 I ∂u (R1 ,t) = 2πR2 τrθ (R1 ,t)

1
∂t
Ce qui revient encore à négliger les termes non linéaires dans la loi rhéologique et à modéliser le
fluide par un modèle de viscoélasticité linéaire finie.
– d) En notant w(x) ≡ w(r), les équations déterminantes de w sont:

 d 3 0 3
 dx ((1 + x) w (x)) = −K(1 + x) w(x)

∀x ∈ [0,1] : w(1) = Ω2 (B.24)



aKw(0) + 4w 0 (0) = 0

Comme le problème est linéaire, w/Ω2 est solution du même système en remplaçant la condition en
1 par w(1) = 1. Il en résulte que w/Ω2 ne dépend que de (x,K,a,).
Le moment d’inertie, par unité de hauteur, d’un cylindre homogène de rayon R 1 et de densité ρ1
est: Z 2π Z R1
πρ1 R14
I1 = ρ1 r3 drdθ =
0 0 2
Ainsi, si l’on désigne par ρ1 la densité de ce cylindre calculée pour que I1 = I, on a: a = ρ1 /ρ. Ainsi,
a est tout simplement la densité du cylindre intérieur, considéré comme homogène, par rapport au
fluide à tester.
– e) A l’ordre 0, on déduit que f (0) est solution de:

(0) 00

 f
 = −Kf (0)
f (0) (1) = 1 (B.25)


 (0)
f (0) = 0

On désigne par Ω un complexe tel que: Ω2 = −K, et on retrouve exactement le système (B.15) de
la question 2.d) pour V0 = 1. Il en résulte que:

sinh(Ωx)
f (0) (x) =
sinh(Ω)

A l’ordre suivant, f (1) est solution de:


 00

 f (1) + Kf (1) = −3f (0)

f (1) (1) = 0 (B.26)


 0
aKf (1) (0) = −4f (0) (0)

D’où:
4
f (1) (0) =
aΩ sinh(Ω)
Au premier ordre, la vitesse angulaire du cylindre intérieur est donc:

4Ω2  eiωt
u(R1 ,t) ≈ <e( )
a Ω sinh(Ω)
On retrouve la vitesse obtenue à la question 3, si V0 = R1 Ω2 , développée à l’ordre principal pour les
I
grandes valeurs de b, avec d ≡ R2 − R1 et m ≡ 2πR 3 . On pouvait s’y attendre, car quand l’espace
1
150 ANNEXE B. VISCOSITÉ COMPLEXE

annulaire est très petit tout se passe pour le fluide comme si le rayon des cylindres était infiniment
grand, puisqu’il est alors mesuré en prenant comme unité de longueur l’espace annulaire. Ainsi en
première approximation, tout se passe comme si localement les parois des cylindres étaient des plans
faiblement espacés. En principe, on peut donc mesurer la viscosité complexe en relevant la vitesse
de rotation du cylindre intérieur, c’est à dire la courbe u(R1 ,t), pour diverses valeurs de la pulsation
ω..
– f) Le coefficient d’amortissement A du système est le rapport des amplitudes entre la vitesse de
rotation du cylindre int. et celle du cylindre ext., soit:
4
A≈
a|Ω sinh(Ω)|
Aux hautes fréquences, on peut utiliser le développement de Ω obtenu à la question 2.e, en rempla-
çant d par R1 . Il vient:
4c 1
A≈ q
aωR1 (sinh2 ( m(0)(R2 −R1 ) ) + sin2 ( ω(R2 −R1 ) ))
2cg(0) c

On voit qu’il décroît vers 0 comme l’inverse de la fréquence. On ne doit donc pas s’attendre à
pouvoir déterminer précisément η ∗ aux hautes fréquences ou, ce qui revient au même, g aux temps
courts. Autrement dit ce type de dispositif n’est pas à priori très bien adapté pour la détermination
de g(0).
Pour l’appareil envisagé, on a  = 0.1 et on utilise les formules précédentes. Pour le fluide considéré
en 1.5.d, on se place à des fréquences assez grandes pour que la formule précédente soit justifiée et
on en évalue les termes. La densité volumique de masse est approximativement celle de l’eau. On
η 1 √
a: a ≈ 3.7, g(0) ≈ ≈ 13 P a, −m(0)/g(0) ≈ ≈ 10s−1 et c ≈ 1.3 cm/s. Le terme en sin2 est
λ λ
toujours positif et inférieur à 1, on estime donc A par excès en annulant ce terme. Il vient, avec
ω = 2πf , où f est en Hz:
1
A≈
2f
Ainsi, comme on travaille à petite vitesse de rotation Ω2 , on est rapidement limité dans les hautes
fréquences car le signal recueilli devient trop faible pour que l’on puisse estimer précisément η ∗ et
donc g(0). Pour les mesures en hautes fréquences, il faut donc utiliser d’autres dispositifs où la taille
des échantillons et l’inertie des plaques, peut être réduite. Typiquement on utilise des dispositifs à
plaques parallèles de très faible inertie, comme à la question 3, avec des espacements de l’ordre du
µm, les déplacements étant mesurés ou imposés par effet piezo-électrique ce qui permet, en pratique,
des mesures jusqu’à des fréquences de l’ordre de 100 kHz.
Complément: Solution exacte du problème linéarisé (B.23) et justification du développement en puissance
de 
Considérons d’abord le problème qui consiste à trouver les couples (k,u), où u est un fonction de classe
C 2 [1, R
R1 ] non nulle et k un réel, solution de:
2

 3 0 0 3
 (x u ) + kx u = 0

u(R2 /R1 ) = 0


aku(1) + 4u0 (1) = 0
On vérifie facilement, en dérivant, que ce problème est équivalent à un problème de Sturm-Liouville et que
les nombres k solutions sont tous strictement positifs. Ils forment donc une suite croissante (k j )j≥1 qui tend
vers l’infini. On montre également que les espaces propres sont de dimension 1 et deux à deux orthogonaux
dans l’espace vectoriel réel C01 = {u ∈ C 1 [1,R2 /R1 ]\ u(R2 /R1 ) = 0}, muni du produit scalaire: (u|v) =
R R2 /R1 3 0
1
x u (x)v 0 (x) dx. Choisissons alors une famille (uj )j≥1 de fonctions propres, normées et vérifiant uj (1) >
0 pour tout j > 0. D’après la théorie du problème de Sturm-Liouville, c’est alors un système total dans l’espace
de Hilbert obtenu en complétant l’espace pré-Hilbertien C01 . On en déduit, par la méthode de séparation des
variables, que (B.23) admet une et une seule solution périodique qui est donnée par:
X Ω2 r
u(r,t) = Ω2 <e[(1 − 2 2
bj uj ( ))eiωt ]
Ω +  kj R1
j≥1
151

où les bj sont données par:


R2 3 0 R2
bj = −( ) uj ( )
R1 R1
P
et où  et Ω ont été introduits précédemment. Or, on peut vérifier que: j≥1 bj uj (1) = 1 et ainsi, la vitesse
angulaire du cylindre intérieur est:
X 2 kj2
u(R1 ,t) = Ω2 <e[ bj uj (1)eiωt ]
Ω 2 +  2 kj
j≥1

Pour obtenir une expression asymptotique pour les petits espaces annulaires, il faut développer les co-
efficients. On peut alors, après quelques calculs un peu pénibles utilisant les théorèmes de Sturm et des
développements de Taylor, obtenir les relations (pour a > 0 fixé, uniformes en j):
4
k1 = + O() 2 kj+1 = π 2 j 2 + O(3 ) (j ≥ 1) (B.27)
a
8(−1)j
b1 u1 (1) = 1 + O() bj+1 uj+1 (1) = (1 + O()) (j ≥ 1) (B.28)
aπ 2 j 2
Il en résulte, que pour a,Ω fixés:

4Ω2 1 X (−1)j
u(R1 ,t) = <e[( 2 + 2 )eiωt ] + o()
a Ω Ω2 + π 2 j 2
j≥1

Or on a la formule classique (voir plus bas):

1 X (−1)j 1
( 2
+2 2 2 2
)= , (B.29)
Ω Ω +π j Ω sinh(Ω)
j≥1

et on retrouve le résultat obtenu à la question e).


Pour établir (B.29) on développe, pour α ∈ C, la fonction: x ∈ [−1,1] 7→ cos(αx) en série de Fourier sur
[−1,1]. Elle est paire et pour α 6∈ πZ et x ∈] − 1,1[ on a:
 X

 cos(αx) = an cos(nπx)



 n≥0

 Z 1
sin(α)
a0 = cos(αx) dx =

 0 α

 Z 1

 2(−1)n+1 α sin(α)

 an = 2 cos(αx) cos(nπx) dx =
0 (nπ)2 − α2

En particulier, pour x = 0, il vient:

sin(α) X (−1)n α sin(α)


1= −2
α (nπ)2 − α2
n≥0

D’où:
1 1 X (−1)n
= 2 −2
α sin(α) α (nπ)2 − α2
n≥0

et on déduit finalement (B.29) en prenant: α = iΩ. D’autre part, on pourra vérifier que pour tout ω réel, Ω(ω)
n’est jamais un imaginaire pur de sorte que (B.29) est toujours vraie dans notre problème.

Exercice B.0.1 Compléter l’étude en étudiant le cas où le cylindre intérieur est suspendu à un fil de
torsion.
152 ANNEXE B. VISCOSITÉ COMPLEXE
153

Annexe C

Étude de quelques problèmes de


lubrification pour des fluides Non
Newtoniens.

Énoncé. Ecoulements quasi parallèles de films minces.


On s’intéresse à des écoulements de films minces entre parois mobiles de fluides incompressibles non ther-
modépendants. On souhaite examiner l’influence de la viscosité non Newtonienne et/ou de l’élasticité sur ces
écoulements.
On considère un écoulement pour lequel il existe un plan P , tel que les variations de la vitesse selon
ce plan soient négligeables par rapport aux variations dans la direction transverse. C’est à dire que si L
est l’échelle caractéristique des variations de la vitesse selon les directions parallèles à P et d celle dans la
direction perpendiculaire à P on a  = d/L  1. On se donne un repère cartésien (O,i,j,k) où O est fixe
dans un référentiel Galiléen, avec (O,k) perpendiculaire à P . On note (x,y,z) les coordonnées et on pose
v = ui + vj + wk. On désignera par V l’ordre de grandeur de l’intensité de la vitesse selon P . On suppose que
le temps caractéristique de variation de la vitesse est d’ordre L/V .

Equations locales pour le fluide purement visqueux.


On introduit les variables et fonctions sans dimension:

 x = Lx y = Ly z = dz t = L t
V

u = V u v = V v w = Ww
et on considère que les vitesses adimensionnées, ainsi que toutes leurs dérivées par rapport aux variables
"barres", sont des O(1) dans tous l’écoulement.
1. Justifier que W = O(V ). Pour la suite, on pose donc W = V .
2. Montrer que le tenseur D se met sous la forme:
V 1
D= [ D0 + D 1 ]
L 
où D0 et D1 sont des O(1).
3. On considère un fluide visqueux généralisé classique de fonction de cisailemment τ et de viscosité µ(γ̇) =
V
τ (γ̇)/γ̇. Quand  → 0, le taux de cisaillement caractéristique est d’ordre L et est donc "grand". On
n
approche alors la fonction de cisaillement par une loi puissance: τ (x) = Kx (x > 0) et on suppose que
2−n n
2 > n > 0, ce qui est le cas des fluides réels. On introduit le nombre de Reynolds: R e = ρV K d .
(a) Analyser les ordres de grandeurs des différents termes du bilan de quantité de mouvement et justifier
que dans les situations où Re  1/ et   1, on puisse négliger l’accélération et les forces volumiques
devant la dissipation visqueuse dans le bilan local de quantité de mouvement. Pour que l’analyse
soit justifiée quelle est l’ordre de grandeur du gradient de pression? Quelle différence y a-t-il par
rapport à un problème de Stokes classique?
154 ANNEXE C. LUBRIFICATION

(b) En déduire les relations locales à l’ordre principal en variables dimensionnées:




 ∂p ∂τxz ∂u

 = τxz = µ(γ̇0 )

 ∂x ∂z ∂z
 ∂p ∂τyz ∂v
= τyz = µ(γ̇0 ) (C.1)

 ∂y ∂z ∂z



 ∂p = 0

∂z

∂u ∂v
γ̇02 = ( )2 + ( )2 (C.2)
∂z ∂z
Pour la suite, on admet que les équations (C.1) sont vérifiées, même si le fluide ne suit pas une loi
puissance.
(c) Dans le cas où le problème possède une symétrie de révolution autour de l’axe (Oz) et si la vitesse
azymuthale est nulle, montrer que les équations précédentes se ramènent à:

 ∂p ∂τrz
 =
∂r ∂z (C.3)

 ∂p ∂p
= =0
∂θ ∂z
Exprimer τrz en fonction de µ et de la composante radiale u de la vitesse.

Influence de l’élasticité sur la portance d’une butée Mitchell.


1. On considère un fluide Newtonien, de viscosité constante µ0 . On suppose que l’écoulement a lieu entre
le plan z = 0 immobile et une surface z = h(x,t), invariante par translation dans la direction Oy et dont
chaque point est animée d’une vitesse parallèle à Oxz, donnée par U (x,t)i + W (x,t)k. On s’intéresse à
un écoulement où le champ v est invariant par translation selon y et vérifie v = 0. Établir l’équation de
z

h(x,t)

z=0
x

Fig. C.1 –

Reynolds:
h3 ∂p U h
Q(x,t) = − + (C.4)
12µ0 ∂x 2
où, pour chaque x0 , Q(x0 ,t) est le débit volumique par unité de profondeur dans la section x = x0 .
Effectuer un bilan de masse entre deux sections aux côtes x1 et x2 et en déduire la relation:
∂ 3 ∂p ∂U ∂h
(h ) = 12µ0 W + 6µ0 (h −U ) (C.5)
∂x ∂x ∂x ∂x
2. On considère l’écoulement du fluide Newtonien précédent sous une butée de type Mitchell animée d’une
vitesse de translation U = cste dans la direction Ox et infiniment longue dans la direction transverse
Oy.
On admet qu’en amont et en aval de la butée le fluide est au repos et que les pressions sont égales à la
pression atmosphérique p0 qui règne dans l’air ambiant. On pose:
h2 − h 1
θ=
L
et on se place dans la situation où U/θ > 0 (c.f. figure C.2).
– Déterminer la pression p à une abscisse x sous la butée à un instant donné. On l’exprimera en
fonction de p0 ,h(x),h1 ,h2 et du rapport µ0 U/θ et on vérifiera que p − p0 > 0.
155

U
h1 L h2

Fig. C.2 – Ecoulement 2D sous une butée.

∂u
– Déterminer de même, à une abscisse x et une côte z, le cisaillement en fonction de U,h(x),µ0 ,z
∂z
∂p
et .
∂x
– On se place dans le cas pratique où θ  1. Déterminez, par unité de profondeur, la force de
sustentation nette FN k exercée sur la butée à l’ordre principal en θ.
3. On désire savoir comment est modifiée FN par l’élasticité du fluide. On admet, sans reprendre d’analyse
en ordres de grandeurs, que comme pour le cas du fluide purement visqueux, on peut négliger les forces
d’inertie et les forces volumiques devant les efforts intérieurs. Ainsi, en première approximation le bilan
de quantité de mouvement se réduit au problème de Stokes:

σ) = 0
div(σ

où le champ de vitesse cherché, v = u(x,z,t)i + w(x,z,t)k, vérifie les mêmes conditions limites que dans
le cas Newtonien. Pour simplifier l’étude on approche la loi de comportement par celle d’un fluide de
Grade 2 sous convecté. C’est à dire:
δ
σ = −pId + 2µ0 D + 2α1 D + 4α2 D2
δt
et on admet l’unicité de la solution du problème. On admet également, sans démonstration, le résultat
de calcul différentiel général suivant, dû à Giesekus (1963). Si le champ v est isovolume et si il existe
une fonction q telle que div(2D) = ∇q, alors on a la relation:

δ Dq
div(2 D) = div(4D2 ) + ∇ ( + D : D)
δt Dt

(a) Montrer que div(4D2 ) est le gradient de la fonction r = 4( ∂u 2 ∂u ∂w 2


∂x ) + ( ∂z + ∂x ) .
(b) En déduire que dans le problème de la butée, le champ de vitesse de l’écoulement du fluide Newtonien
de même viscosité est solution des équations du mouvement pour le fluide de Grade 2 avec p = p N +p0
où, pN est le champ Newtonien de pression et où p0 est une fonction que l’on précisera.
(c) Justifiez que seul le coefficient α1 intervient pour déterminer les contraintes dans le plan Oxz.
(d) Déterminer FN /FN0 , où FN0 et la portance du cas Newtonien. On fera apparaître le rapport m =
(h2 − h1 )/h1 . Conclusion?

Compression d’un film liquide.


On s’intéresse à la compression d’un film fluide entre deux plateaux circulaires (voir la figure C.3). Le
plateau inférieur est immobile et le plateau supérieur est soumis à partir d’un instant initial à une force
Fe = −Fe k constante, avec Fe > 0 (par exemple son poids). Le plateau supérieur se rapproche du plateau
inférieur et on désire connaître la loi donnant l’écart h(t) entre les deux plateaux. On se place dans la situation
où h0 /R  1. On admet que le mouvement du plateau est assez lent pour qu’en première approximation on
puisse négliger l’inertie du plateau et considérer que son mouvement est quasistationnaire. On désigne par u
la vitesse radiale dans le fluide.
1. Établir la relation: Z h/2
dh 2 d
=− (r u(r,z) dz)
dt r dr 0
156 ANNEXE C. LUBRIFICATION

Fe

h(t) z=0

Fig. C.3 – Compression d’un film fluide

2. Dans le cas d’un fluide Newtonien de viscosité µ0 , exprimer u(r,z,t) en fonction de h,µ0 , dp
dr . En déduire
la pression en fonction de h,h0 ,µ0 ,r,R puis la poussée hydrodynamique P exercée par le fluide sur le
plateau. En déduire finalement la loi de h.
3. Pour un fluide en loi puissance déterminer une équation différentielle vérifiée par h. En déduire la loi de
h. Commentez.

Questions complémentaires.
1. Etablir le résultat de Giesekus utilisé dans le problème de la butée avec un fluide de Grade 2.
2. On veut savoir comment, dans le problème de la butée, sont modifiées F T et FN quand le fluide est
rhéofluidifiant. On se place toujours dans le cas où θ  1. En général il n’est pas possible d’obtenir
des expressions analytiques même pour des lois de comportement simples. On va donc faire une étude
asymptotique quand le caractère rhéofluidifiant n’est pas trop marqué. Pour simplifier, on se limite au
cas où h2 = 2h1 .
On suppose donc que dans la gamme des cisaillements existant sous la butée on peut supposer que
µ(γ̇) = µ0 (1 − αγ̇ 2 ), où αγ̇ 2  1. Le champ de vitesse dépend régulièrement de α et on peut donc
supposer que u et τxz sont proches des champs u0 et τxz 0
du cas Newtonien de viscosité µ0 . En déduire
qu’en première approximation on a:
1 1 0 2 α
= (1 + βτxz ) β=
µ µ0 µ0 2
Intégrer alors les équations du mouvement et déterminer FT et FN . En déduire le coefficient de frottement.
Quel est l’influence du coefficient α?

Fin de l’énoncé
157

Corrigé.
Equations locales pour le fluide purement visqueux.
On pose  = d/L, ce qui revient à prendre L comme unité de longueur, et on considère une famille de
champs de vitesses qui dépend régulièrement du paramètre , ce qui revient à faire varier d. On introduit les
variables et fonctions sans dimension:

 x = Lx y = Ly z = dz t = L t
V

u = V u v = V v w = Ww

et on fait l’hypothèse que les vitesses adimensionnées, ainsi que toutes leurs dérivées par rapport aux variables
"barres", sont des O(1) dans tous l’écoulement.
1. Comme le fluide est incompressible, on a div(v) = 0 ce qui se traduit, après changement de variables et
de fonctions, par:
W ∂w ∂u ∂v
− =[ + ]
V ∂z ∂x ∂y
Le terme ∂w
∂z est un O(1) par hypothèse, de même que membre de droite. Pour éviter les dégénérescences
W
le rapport V doit donc rester sur l’échelle 1 quand  → 0, c’est à dire par définition des notations de
Landau:
W = O(V )
2. La matrice de D dans la base (i,j,k) est:
 
∂u 1 ∂u ∂v 1 ∂u
∂x 2 [ ∂y + ∂x ] 2 [ ∂z + 2 ∂w
∂x ]
V  1 [ ∂u + ∂v ] ∂v 1 ∂v 
[D] =  2 ∂y ∂x ∂y 2 [ ∂z + 2 ∂w
∂y ] 
L 1 ∂u 2 ∂w 1 ∂v 2 ∂w ∂w
2 [ ∂z +  ∂x ] 2 [ ∂z +  ∂y ] ∂z

D’où:
V 1
D=[ D0 + D 1 ]
L 
où les matrices de D0 et D1 dans la base (i,j,k) sont:
   
∂u 1 ∂u ∂v  ∂w
0 0 ∂u ∂x 2 [ ∂y + ∂x ] 2 ∂x
1 ∂z 
 [D1 ] =  1 [ ∂u + ∂v ] ∂v  ∂w 
[D0 ] = 0 0 ∂v 2 ∂y ∂x ∂y 2 ∂y 
2 ∂u ∂v ∂z  ∂w  ∂w ∂w
∂z ∂z 0 2 ∂x 2 ∂y ∂z

et, D0 et D1 sont des O(1) par hypothèse.


3. On approche la fonction de cisaillement par une loi puissance: τ (x) = Kx n (x > 0), avec 2 > n > 0, et
2−n n
on pose Re = ρV K d .
(a) Examinons les termes du bilan de quantité de mouvement. Le terme d’inertie est:

Dv ρV 2 ∂u ∂u ∂u ∂u ∂v ∂v ∂v ∂v
ρ = [( +u +v + w )i + ( +u +v + w )j
Dt L ∂t ∂x ∂y ∂z ∂t ∂x ∂y ∂z
∂w ∂w ∂w ∂w
+ ( +u +v +w )k]
∂t ∂x ∂y ∂z

Introduisons donc une accélération réduite Γ définie par:

Dv ρV 2
ρ = Γ
Dt L
C’est un O(1) par hypothèse. Divisons donc tous les termes du bilan de quantité de mouvement par
ρV 2
L . Il vient (g est l’accélération de la pesanteur):

L
Γ− [ρg − ∇ p + div(ττ )] = 0 (C.6)
ρV 2
158 ANNEXE C. LUBRIFICATION


Pour estimer le terme visqueux div(ττ ), on a besoin du taux de cisaillement γ̇ = 2D : D. On a:

V2
2D : D = [2D0 : D0 + (2D0 : D1 + 2D1 : D0 + 2D1 : D1 )]
 2 L2
Posons: p
χ0 = 2D0 : D0 α = 2D0 : D1 + 2D1 : D0 + 2D1 : D1
de sorte que:
V2
[χ0 2 + α]
γ̇ 2 =
 2 L2
où χ0 et α sont des O(1). Comme d = L, vu l’expression de D, on en déduit:
V n n−1
τ = K( ) [(χ0 2 + α) 2 (D0 + D1 )]
d
Le terme dans le crochet est un O(1) par hypothèse. Examinons comment la divergence est trans-
formée par changement de variable. Notons τ le champ défini par:

τ (x,y,z) = τ (Lx,Ly,Lz)

Il vient immédiatement:

 1 ∂τ xx ∂τ xy 1 ∂τ xz

 (div(ττ )|i) = [ + + ]

 L ∂x ∂y  ∂z

 1 ∂τ xy ∂τ yy 1 ∂τ yz
(div(ττ )|j) = [ + + ]

 L ∂x ∂y  ∂z



 1 ∂τ xz ∂τ zy 1 ∂τ zz
 (div(ττ )|k) = [ + + ]
L ∂x ∂y  ∂z
Par suite, vu l’expression de D0 , il vient:
 
L K V n ∂ 2 n−1 ∂u ∂v
τ
div(τ ) = ( ) [(χ 0 + α) 2 ( i + j)] + O()
ρV 2 ρV 2 d ∂z ∂z ∂z

où, dans l’accolade, le premier terme est un O(1) par hypothèse. Vu la définition du nombre de
Reynolds Re , on a donc:
 
L 1 ∂ 2 n−1 ∂u ∂v
τ
div(τ ) = [(χ 0 + α) 2 ( i + j)] + O()
ρV 2 Re ∂z ∂z ∂z

Par suite, en multipliant tous les termes du bilan de quantité de mouvement (C.6) par R e , il vient:
gL Re L ∂ n−1 ∂u ∂v
Γ−
0 = Re [Γ ]− ∇p + [(χ0 2 + α) 2 ( i + j)] + O(,Re )
V2 ρV 2 ∂z ∂z ∂z
n−1

Quand   1 et Re  1, la contribution visqueuse à l’ordre principal est ∂z [(χ0 2 + α) 2 ( ∂u∂z i +
∂v
∂z j)]. C’est un O(1) par hypothèse et, en l’absence de dégénérescence, ce terme ne tend pas uni-
gL
formément vers 0 avec . Le terme Re[Γ − ρV 2 ] - qui est la contribution des forces d’inertie et des
Γ
forces volumiques extérieures - est donc alors négligeable devant la dissipation visqueuse. Comme le
ρV 2 ρV 2
dernier terme est sur l’échelle 1, l’ordre de grandeur de ||∇∇p|| est donc = : l’écoulement
LRe dRe
engendre des surpressions importantes dans le film.
ρV 2
Posons p(Lx,Ly,Lz) = p0 + p(x,y,z) où p0 est une pression constante de référence (par exemple
Re
la pression loin des parois). Il vient donc:
∂p ∂p 1 ∂p ∂ n−1 ∂u ∂v
O(,Re ) + [ i+ j+ k] = [(χ0 2 + α) 2 ( i + j)]
∂x ∂y  ∂z ∂z ∂z ∂z
∂p
En projetant sur l’axe Oz on voit que le terme doit être un O(2 ,2 Re ), autrement dit à l’ordre
∂z
principal il n’y a pas de variation de pression dans la direction transverse.
159

(b) On a:
n−1
(χ0 2 + α) 2 = χ0n−1 (1 + O())
Par suite, à l’ordre principal en variables sans dimensions, le bilan de quantité de mouvement s’écrit:


 ∂p ∂p ∂ ∂u ∂v
 i+ j= [χ0 n−1 ( i + j)]
∂x ∂y ∂z ∂z ∂z

 ∂p
 =0
∂z
En revenant aux variables dimensionnées et puisque la fonction de cisaillement suit une loi puissance,
on obtient donc les équations demandées:


 ∂p ∂τxz ∂u

 = τxz = µ(γ̇0 )

 ∂x ∂z ∂z
 ∂p ∂τyz ∂v
= τyz = µ(γ̇0 ) (C.7)

 ∂y ∂z ∂z



 ∂p = 0

∂z

∂u 2 ∂v
γ̇02 = ( ) + ( )2
∂z ∂z
On notera qu’à l’ordre principal en  et Re la matrice du tenseur des contraintes dans la base (i,j,k)
est donnée par: 
  ∂u
−p 0 τxz 
 τxz = µ(γ̇0 )
σ ](i,j,k) =  0 −p τyz  avec :
[σ ∂z

 ∂v
τxz τyz −p τyz = µ(γ̇0 )
∂z
(c) Introduisons le vecteur u = ui + vj qui est la projection de la vitesse selon le plan P . Notons que,
par définition, on a:
∂u ∂v ∂u ∂v 2 ∂u
γ̇02 = ( )2 + ( )2 = || i + j|| = || ||2
∂z ∂z ∂z ∂z ∂z
Désignons par ur la vitesse radiale et par ω la vitesse angulaire azymuthale. En coordonnées cylin-
driques d’axe Oz, on a donc par définition:
∂u 2 ∂ur 2 ∂ω
u = ur (r,z,t)er + rω(r,z,t)eθ γ̇02 = || || = ( ) + r 2 ( )2
∂z ∂z ∂z
Comme l’écoulement est, par hypothèse, invariant par rotation autour de Oz, u r et ω ne dépendent
pas de θ. Par changement de variables, puisque l’opérateur gradient est intrinsèque, on a:
∂p ∂p ∂p ∂p 1 ∂p ∂p
[ i+ j+ k] = [ er + eθ + k]
∂x ∂y ∂z ∂r r ∂θ ∂z
Le bilan de quantité de mouvement (C.7) s’écrit donc sous la forme équivalente:
∂p 1 ∂p ∂p ∂ ∂u ∂ ∂ur ∂ ∂ω
er + eθ + k= [µ(γ̇0 ) ] = [µ(γ̇0 ) ]er + [µ(γ̇0 )r ]eθ
∂r r ∂θ ∂z ∂z ∂z ∂z ∂z ∂z ∂z
En identifiant, on en déduit les équations locales du bilan de quantité de mouvement en coordonnées
cylindriques: 
 ∂p ∂τrz ∂p ∂τθz ∂p
 = ; =r ; =0
∂r ∂z ∂θ ∂z ∂z

 τ = µ(γ̇ ) ∂ur ; τ = rµ(γ̇ ) ∂ω
rz 0 θz 0
∂z ∂z
En l’absence de vitesse azymuthale (ω = 0) ces équations se simplifient. On a en effet: γ̇ 0 = | ∂u
∂z |
r

∂ur
et donc: τrz = τ ( ∂z ) où τ est la fonction de cisaillement du fluide. On en déduit les équations
demandées: 
 ∂p ∂τrz ∂p ∂p
 = ; = =0
∂r ∂z ∂θ ∂z (C.8)

 τ = τ ( ∂ur )
rz
∂z
160 ANNEXE C. LUBRIFICATION

A l’ordre principal en  et Re la matrice du tenseur des contraintes dans la base locale (er ,eθ ,k)
des coordonnées cylindriques est alors donnée par:
 
−p 0 τrz
∂u
σ ](er ,eθ ,k) =  0 −p 0  avec : τrz = τ ( r )

∂z
τrz 0 −p
Note: Si on ne suppose pas que la vitesse azymuthale est nulle, la pression p vérifie donc la relation
∂p
∂θ
= r ∂τ∂zθz . Comme le membre de droite ne dépend pas de θ, il existe alors une fonction f telle que
p = r ∂τ∂zθz θ + f (r,z,t). Comme p(θ) = p(θ + 2π), on en déduit que:
∂p ∂τθz
=r =0
∂θ ∂z
Ainsi, dans le cas Newtonien, la vitesse angulaire, à (r,t) fixés, est alors linéaire en z et est simplement
déterminée par les conditions limites sur les parois fixes, indépendamment de la vitesse radiale: du point de
vue azymuthal on a un écoulement de "torsion".
Considérons alors la compression d’un film fluide entre deux disques circulaires dont les vitesses angulaires
sont nulles dans un référentiel absolu, ce qui est la situation de l’exercice 3. Dans le cas Newtonien, ω est
donc nulle. En fait, que le fluide soit ou non Newtonien, la seule fonction ω vérifiant la relation ∂τ∂zθz = 0 et
vérifiant ω = 0 sur les disques est la fonction nulle. En effet, on choisit l’origine de sorte que l’un des disques
soit à la côte z = 0 et l’autre à la côte h > 0. En intégrant, on en déduit qu’il existe une fonction c(r,t) telle
Rh
que µ ∂ω
∂z
= c(r,t) et c(r,t) 0 dz
µ
= 0. Comme h > 0 et µ > 0, on a donc c = 0 et la vitesse azymuthale est
donc nulle partout: le bilan de quantité de mouvement se ramène aux équations simplifiées (C.8).

Influence de l’élasticité sur la portance d’une butée Mitchell.


1. On considère un fluide Newtonien, de viscosité constante µ0 . On suppose que l’écoulement a lieu entre
le plan z = 0 immobile et une surface z = h(x,t), invariante par translation dans la direction Oy et dont
chaque point est animée d’une vitesse parallèle à Oxz, donnée par U (x,t)i + W (x,t)k. On s’intéresse à
un écoulement où le champ v est invariant par translation selon (Oy) et vérifie v = 0. On se place dans
z

h(x,t)

z=0
x

Fig. C.4 –

les hypothèses du film mince et le bilan de quantité de mouvement se ramène aux relations (C.7) dans
lesquelles, de plus, v = 0 et u ne dépend pas de y. Il vient donc:


 ∂p ∂2
 = µ0 2 (u(x,z,t))
∂x ∂z

 ∂p ∂p
 = =0
∂y ∂z
∂p
Comme ∂x ne dépend pas de z, on intégre la première équation et en tenant compte des conditions
limites:
u(x,0,t) = 0 u(x,h(x,t),t) = U (x,t)
il vient:
1 ∂p z(z − h) U z
u(x,z,t) = +
µ0 ∂x 2 h
On observe que l’écoulement est localement la superposition d’un écoulement de Couette et d’un écou-
lement de Poiseuille. Le débit volumique par unité de profondeur dans une section droite d’abscisse x
est: Z h(x,t)
Q(x,t) = u dz
0
161

D’où l’on déduit, par quadrature, l’équation de Reynolds:

h3 ∂p U h
Q(x,t) = − + (C.9)
12µ0 ∂x 2
Soit x1 ≤ x2 deux abscisses et l une profondeur. Désignons par S le domaine limité d’une part par les
plans x = x1 , x = x2 , y = 0, y = l et d’autre part par le plan z = 0 et par la surface z = h(x,t). Comme
le fluide est incompressible, on a:
Z Z Z
D
0= dx3 = (v|n) ds = l(Q(x2 ) − Q(x1 ) + (v|n) dl)
Dt S ∂S Γ

où Γ est la partie de la courbe z = h(x,t) du plan Oxz pour laquelle x1 ≤ x ≤ x2 . Sur cette courbe,
l’élément de longueur et la normale extérieure sont:
r
∂h 1 ∂h
dl = 1 + ( )2 dx n = q (− i + k)
∂x 1 + ( ∂h )2 ∂x∂x

La vitesse du fluide sur Γ est celle de la frontière, c’est à dire v = U (x,t)i + W (x,t)k et il vient donc:
Z x2
∂h
Q(x2 ) − Q(x1 ) = (U (x,t) − W (x,t)) dx
x1 ∂x

En dérivant par rapport à x2 , il vient pour x = x2 :


∂Q ∂h
(x,t) = U (x,t) − W (x,t) (C.10)
∂x ∂x
En dérivant le membre de droite de (C.9) et en identifiant, on en déduit la relation demandée:
∂ 3 ∂p ∂U ∂h
(h ) = 12µ0 W + 6µ0 (h −U ) (C.11)
∂x ∂x ∂x ∂x
2. On considère l’écoulement du fluide Newtonien précédent sous une butée de type Mitchell animée d’une
vitesse de translation U = cste dans la direction Ox et infiniment longue dans la direction transverse
Oy.

U
h1 L h2

Fig. C.5 – Ecoulement 2D sous une butée.

On admet qu’en amont et en aval de la butée le fluide est au repos et que les pressions sont égales à la
pression atmosphérique p0 qui règne dans l’air ambiant. On pose:
h2 − h 1
θ=
L
et on se place dans la situation où U/θ > 0.
– Si on convient qu’à t = 0 l’origine de la butée est en x = 0, pour un instant t quelconque on a:

h(x,t) = h1 + θ(x − U t) U t ≤ x ≤ Ut + L

La relation (C.11) se réduit donc à :


∂ 3 ∂p
(h ) = −6µ0 θU
∂x ∂x
162 ANNEXE C. LUBRIFICATION

Comme p ne dépend ni de z ni de y, il vient

∂p
h3 = −6µ0 U θx + a(t)
∂x
où a(t) est une fonction du temps. Ce que l’on peut aussi bien mettre sous la forme, en changeant
de fonction inconnue:
∂p
h3 = −6µ0 U h − 2θb(t) (C.12)
∂x
En intégrant, il vient:
6µ0 U b(t)
p(x,t) = + 2 + c(t)
θh h
où c(t) est une fonction du temps. Vu les conditions limites, en changeant encore de fonction
inconnue, on met cette relation sous la forme:

6µ0 U 1 1 1 1
p(x,t) = ( − ) + b(t)( 2 − 2 ) + d(t)
θ h h1 h h1

Comme pour x = U t on a h = h1 et p = p0 , on a immédiatement d(t) = p0 . Pour x = U t + L on a


h = h2 et p = p0 , d’où l’on tire:

1 1 6µ0 U 1 1
b(t)( 2 − 2) = − θ ( − )
h2 h1
h2 h1

Soit:
6µ0 U h1 h2
b(t) = − (C.13)
θ h1 + h 2
et finalement la pression sous la butée est donnée par:

6µ0 U (h − h1 )(h2 − h)
p(x,t) = p0 + U t ≤ x ≤ Ut + L (C.14)
θ h2 (h1 + h2 )

Comme h1 ≤ h ≤ h2 , on a donc p − p0 ≥ 0. La pression sous la butée est donc partout supérieure


à la pression atmosphérique.
– Comme on a:
1 ∂p z(z − h) U z
u(x,z,t) = +
µ0 ∂x 2 h
on a donc:
∂u U 1 ∂p
= − (h − 2z)
∂z h 2µ0 ∂x
– D’après l’étude faite à la partie 1, la matrice du tenseur des contraintes σ dans la base (i,j,k) à
h
l’ordre principal en  = L est:
 
−p 0 τxz
σ] =  0
[σ −p 0 
τxz 0 −p
1
La normale extérieure à la butée est n = √ (−θi + k) et la force nette exercée sur la butée
1 + θ2
par unité de profondeur est:
p Z U t+L
F=− 1 + θ2 σ · n + p0 n) dx

Ut

Posons:
F = F N k + FT i
On a:
1
σ ·n= √ [−p(−θi + k) + τxz (i − θk)]
1 + θ2
163

Comme τxz = µ0 ∂u
∂z , la force de sustentation FN par unité de profondeur est donc:
Z U t+L Z U t+L
∂u
FN = (p(x,t) − p0 ) dx + θµ0 (x,h,t) dx
Ut Ut ∂z
En z = h, d’après la question précédente, on a:
∂u U h ∂p
(x,h,t) = + (C.15)
∂z h 2µ0 ∂x
En intégrant par parties, on en déduit:
Z U t+L Z U t+L
∂u U h2 1 U t+L θ
(x,h,t) dx = Log( ) + [ph]U t − p dx
Ut ∂z θ h1 2µ0 2µ0 U t
U t+L
Comme aux extrémités de la butée on a p = p0 , on a: [ph]U t = p0 (h2 − h1 ) = p0 Lθ et il reste
donc: Z U t+L Z U t+L
∂u U h2 θ
(x,h,t) dx = Log( ) − (p − p0 ) dx
Ut ∂z θ h1 2µ0 U t
Par suite, on a:
Z U t+L
θ2 h2
FN = (1 − ) (p(x,t) − p0 ) dx + µ0 U Log( )
2 Ut h1
Reste à calculer le terme de pression. Comme h est linéaire en x, le calcul est immédiat:
Z U t+L Z U t+L
6µ0 U h1 h2 h1 + h 2
(p(x,t) − p0 ) dx = [−1 − 2 + ]
Ut θ(h1 + h2 ) U t h h
6µ0 U h1 h2 1 1 h1 + h 2 h2
= [−L + ( − )+ Log( )]
θ(h1 + h2 ) θ h2 h1 θ h1
On rassemble les termes et il vient donc:
θ2 6µ0 U h2 h2 − h 1 h2
FN = (1 − ) 2 [Log( ) − 2 ] + µ0 U Log( )
2 θ h1 h2 + h 1 h1
On se place dans le où θ  1 avec h2 > h1 donnés. Comme le terme entre crochets est strictement
positif, à l’ordre principal en θ on a:
6µ0 U h2 h2 − h 1
FN ≈ [Log( ) − 2 ]
θ2 h1 h2 + h 1
ce qui correspond uniquement à la contribution de la pression: le terme négligé est inférieur de
deux ordres de grandeur. Attention toutefois que le rôle de θ est subtil 1 puisque pour θ = 0 on a
nécessairement h2 = h1 .
A noter que la force de frottement FT sur la butée est donnée par:
Z U t+L Z U t+L Z
µ0 U h2 θ U t+L
FT = −[ τxz (x,h,t) dx + θ (p − p0 ) dx] = − Log( ) − (p − p0 ) dx
Ut Ut θ h1 2 Ut
Vu les calculs précédents, il vient:
4µ0 U h2 3 h2 − h 1
FT = − [Log( ) − ]
θ h1 2 h2 + h 1
et on voit donc qu’il y a un ordre de grandeur entre FT et FN . Cette propriété est fondamentale
en lubrification pour les paliers de machines tournantes ou les patins hydrauliques : en utilisant des
biseaux d’angles très faibles on crée des efforts normaux importants permettant de supporter de
lourdes charges.
1 Si on se place à L et h fixés et que l’on fait tendre θ vers 0, c’est à dire h vers h , F
1 2 1 N tend vers 0, ce qui est immédiat à
vérifier par un développement limité et ce qui est physiquement "normal" puisque l’écoulement tend alors vers un écoulement
de Couette purement unidirectionnel dans le quel la pression est constante. C’est l’existence du biseau qui est responsable de la
variation longitudinale de pression et donc de la portance.
164 ANNEXE C. LUBRIFICATION

3. On désire savoir comment est modifiée FN par l’élasticité du fluide. On admet, sans reprendre l’analyse
des ordres de grandeurs, que comme pour le cas du fluide purement visqueux, on peut négliger les forces
d’inertie et les forces volumiques devant les efforts intérieurs. Ainsi, en première approximation le bilan
de quantité de mouvement se réduit à un problème de Stokes:

σ) = 0
div(σ

où le champ de vitesse cherché, v = u(x,z,t)i + w(x,z,t)k, vérifie les mêmes conditions limites que dans
le cas Newtonien. Pour simplifier l’étude on approche la loi de comportement par celle d’un fluide de
Grade 2 sous convecté. C’est à dire:
δ
σ = −pId + 2µ0 D + 2α1 D + 4α2 D2
δt
et on admet l’unicité de la solution du problème. On utilisera le résultat général suivant 2 , dû à Giesekus
(1963). Si le champ v est isovolume et si il existe une fonction q telle que div(2D) = ∇ q, alors on a la
relation:
δ Dq
div(2 D) = div(4D2 ) + ∇ ( + D : D)
δt Dt
(a) Comme le fluide est incompressible, on a: ∂u ∂w
∂x + ∂z = 0. On calcule directement la matrice de 4D
2

dans la base (i,j,k) et compte tenu de cette condition, il vient:


 
1 0 0
∂u ∂u ∂w
[4D2 ](i,j,k) = (4( )2 + ( + )2 )  0 0 0 
∂x ∂z ∂x
0 0 1

Par suite, en posant:


∂u 2 ∂u ∂w 2
r = 4( ) +( + )
∂x ∂z ∂x
on a:
div(4D2 ) = ∇ r
(b) Considérons le problème de la butée avec un fluide Newtonien de viscosité µ 0 . Posons d = (h1 +h2 )/2,
 = d/L où L est la longueur de la butée et Re = ρU d
µ0 où U est la vitesse de la butée. Sous
les hypothèses de lubrification,   1 et Re  1, on sait que les forces d’inertie et les forces
volumiques extérieures sont négligeables devant les forces de dissipation visqueuse et les équations
de la dynamique se ramènent donc à un problème de Stokes. C’est à dire, trouver v = u(x,z,t)i +
w(x,z,t)k et p, avec div(v) = 0, solutions de l’équation:

div(2µ0 D[v]) = ∇ p

et vérifiant les conditions limites du problème. Soit (vN ,pN ) l’unique solution de ce problème qui a
été déterminée, à l’ordre principal en  et Re , à la question 2). Notons rN la valeur de r calculée
pour le champ vN . D’après la relation de Giesekus, on a donc:
δ 2 α1 D 3
div(2µ0 D[vN ] + 2α1 D[vN ] + 4α2 D[vN ] ) = ∇ [pN + pN + (α2 + α1 )rN ]
δt µ0 Dt 2
Par suite:
δ
div(−pId + 2µ0 D[vN ] + 2α1 D[vN ] + 4α2 D2 [vN ])
δt
α1 D 3
= ∇ [pN + pN + (α2 + α1 )rN − p]
µ0 Dt 2

En conséquence, le champ vN vérifie la relation: div(σ


σ ) = 0 pour le fluide de Grade 2 quand on
prend pour fonction p la fonction:
α1 D 3
p = pN + pN + (α2 + α1 )rN + C(t) (C.16)
µ0 Dt 2
2 On trouvera une démonstration du théorème de Diesekus dans les réponses aux questions complémentaires.
165

où C(t) est une fonction arbitraire du temps seul. Comme vN vérifie les conditions limites du
problème et comme on admet l’unicité de la solution pour un fluide Grade 2, ce champ v N est donc
le champ de vitesse pour l’écoulement avec un fluide de Grade 2 de viscosité µ 0 , et p est alors donné
par l’expression (C.16). Attention que p n’est pas la pression. Cependant, loin de la plaque le fluide
est au repos et sa pression est la pression constante p0 . Par suite, on a C(t) = 0.
A noter que comme l’écoulement est, à l’ordre principal, localement un écoulement de Couette-
Poiseuille, d’après l’étude des écoulements viscométriques on doit s’attendre à la présence de contraintes
normales dans le déviateur des contraintes et donc à ce que l’élasticité engendre des efforts de por-
tance sur le patin, même si il n’est d’ailleurs pas incliné.
(c) On a:
D 3 δ
σ = −(pN + α1 pN + α1 rN )Id + 2µ0 D[vN ] + 2α1 D[vN ] + α2 (4D2 [vN ] − rN Id)
Dt 2 δt
Par suite, le coefficient α2 n’intervient dans σ qu’à travers la quantité 4D[vN ]2 − rN Id. Or, on a
déjà vu que quelque soit le champ de vitesse v = u(x,z)i + w(x,t)k, on a:
 
0 0 0
[4D2 − rId](i,j,k) = −r 0 1 0
0 0 0
Par conséquent, le coefficient α2 n’intervient que dans l’expression de σyy et en particulier les
contraintes dans le plan Oxz, σxx , σxz et σzz ne font donc intervenir que le coefficient α1 .
(d) Dans la situation où θ  1, pour déterminer la force de sustentation FN il suffit de déterminer σzz .
En tenant compte de l’incompressibilité, un calcul direct sans approximation, donne:
 
2 (T L[vN ] · D[vN ] + D[vN ] · L[vN ]) =
(i,j,k)
 
4( ∂u 2 ∂w ∂w
∂x ) + 2 ∂x ( ∂x +
∂u
∂z ) 0 2 ∂u ∂u ∂w
∂x ( ∂z − ∂x )
 0 0 0 
2 ∂u ∂u ∂w
∂x ∂z − ∂x )
( 0 4( ∂u
∂x ) 2
+ 2 ∂w ∂u
∂x ∂z + 2( ∂u 2
∂z )
Or, à l’ordre principal:
∂u ∂w ∂u
= O(V /L) = O(V /L) = O(V /(L))
∂x ∂x ∂z
Par suite, en ne conservant que les ordres principaux, on a les approximations:
δ ∂u ∂u 2 D ∂p ∂p
[2α1 D[vN ]]zz ≈ 2α1 ( )2 rN ≈ ( ) pN ≈ p(x,t) pN ≈ +u
δt ∂z ∂z Dt ∂t ∂x
où les fonctions u(x,z,t) et p(x,t) ont été déterminés à la question 2). A l’ordre principal en ,R e ,
on a donc:
∂p ∂p α1 ∂u 2
σzz = −p − α1 ( +u )+ ( )
∂t ∂x 2 ∂z
On en déduit FN pour θ  1:
Z U t+L
FN = (−σzz (x,h,t) − p0 ) dx
Ut
R U t+L
La contribution du terme ∂p ∂t est nulle puisque l’intégrale U t p dx est à une constante près la force
de sustentation Newtonienne qui ne dépend pas du temps. De la même manière la contribution du
∂p
terme u ∂x est nulle puisque u = U est constant sur la plaque et que la pression aux deux extrémités
est p0 . Il reste:
Z
α1 U t+L ∂u
FN = FN0 − ( (x,h,t))2 dx
2 Ut ∂z
où FN0 est la force de sustentation Newtonienne calculée à la question 2). Comme pour un fluide
réel on a nécessairement α1 < 0, on en conclut que l’élasticité du fluide augmente la portance de la
butée. D’après la relation (C.15) on a:
∂u U2 U ∂p h2 ∂p 2
( (x,h,t))2 = 2 + + ( )
∂z h µ0 ∂x 4µ0 2 ∂x
166 ANNEXE C. LUBRIFICATION

U ∂p
La contribution du terme µ0 ∂x est nulle. D’après les relations (C.13) et (C.12) on a:

∂p 6µ0 U 2 h1 h2
= ( − 1)
∂x h2 h h1 + h 2

D’où l’on déduit immédiatement :


Z U t+L
5 18 h1 h2 18 h1 h2 2
FN = FN0 − α1 U 2
[ − 3 + 4( ) ] dx
Ut h2 h h1 + h 2 h h1 + h 2

Soit, après calculs:


2α1 U 2 (h2 − h1 )(h2 3 + h1 3 )
FN = FN0 −
θ h1 h2 (h1 + h2 )3
On voit que la correction de portance dûe à l’élasticité est inférieure d’un ordre de grandeur à la
portance purement Newtonienne, puisque cette dernière est en 1/θ 2 .

Compression d’un film liquide.


On s’intéresse à la compression d’un film fluide entre deux plateaux circulaires (voir la figure C.6). Le
plateau inférieur est immobile et le plateau supérieur est soumis à partir d’un instant initial à une force
Fe = −Fe k constante, avec Fe > 0 (par exemple son poids). Le plateau supérieur se rapproche du plateau
inférieur et on désire connaître la loi donnant l’écart h(t) entre les deux plateaux. On se place dans la situation
où h0 /R  1. On admet que le mouvement du plateau est assez lent pour qu’en première approximation on
puisse négliger l’inertie du plateau et considérer que son mouvement est quasistationnaire. On désigne par u
la vitesse radiale dans le fluide.
z

Fe

h(t) z=0
O

Fig. C.6 – Compression d’un film fluide

1. On se place sous les hypothèses du film mince et en particulier, on néglige les forces d’inertie et les forces
volumiques extérieures par rapport à la dissipation visqueuse. Plaçons nous dans un référentiel absolu lié
au plateau inférieur et, à chaque instant t, fixons comme origine O le milieu du segment liant les centres
des plateaux (c.f. figure). On désigne par (r,θ,z) les coordonnées cylindriques d’axe (Oz) et d’origine O.
Le plateau inférieur est à la côte z = −h(t)/2 et le plateau supérieur à la côte z = h(t)/2. Le problème
est invariant par rotation autour de l’axe (Oz) et on cherche donc un champ de vitesse invariant par
rotation autour de (Oz) et, vu le mouvement des plateaux, sans vitesse azytmuthale (voir la note à la fin
du premier exercice). Dans la base locale (er ,eθ ,k) de coordonnées cylindriques, la vitesse en un point
M (r,θ,z) est donnée par:
v(M,t) = u(r,z,t)er + w(r,z,t)k
167

Plaçons nous provisoirement dans le référentiel lié au plan médian des deux plateaux, c’est à dire en
translation de vitesse (h0 (t)/2)k et choisissons de faire coïncider les placements à chaque instant t du
mouvement absolu et du mouvement déduit par changement de référentiel (cf "équations dans le repère
mobile" dans les notes de cours). La vitesse relative ṽ de la particule qui occupe la position M à t, se
déduit alors de sa vitesse absolue par:

ṽ(M,t) = v(M,t) − h0 (t)k/2 = u(r,z,t)er + [w(r,z,t) − h0 (t)/2]k

Or, dans le repère mobile le problème hydrodynamique est symétrique par rapport au plan z = 0. On
recherche donc un champ ṽ symétrique par rapport au plan z = 0, ce qui implique en particulier que le
champ u vérifie:
u(r,z,t) = u(r, − z,t) 0 ≤ r ≤ R; −h(t)/2 ≤ z ≤ h(t)/2
Revenons maintenant au mouvement absolu. Soit R0 un rayon avec: R0 ∈ [0,R] et soit Ω(R0 ) le domaine
{0 ≤ r ≤ R0 ; −h(t)/2 ≤ z ≤ h(t)/2}. Comme le fluide est incompressible, on a:
Z Z Z h(t)/2
D
0= dx3 = (v|n) ds = πR0 2 h0 (t) + 2πR0 u(R0 ,z,t) dz
Dt Ω(R0 ) ∂Ω(R0 ) −h(t)/2

Comme R0 est quelconque, et compte tenu de la symétrie de u, il vient:


Z h(t)/2
2 0
∀r ∈ [0,R] : r h (t) + 4r u(r,z,t) dz (C.17)
0

et, en dérivant par rapport à r, on a la relation demandée qui est l’équivalente, pour la géométrie
cylindrique, de la relation (C.10) obtenue dans l’exercice précédent:
Z h/2
dh 2 d
=− (r u(r,z) dz)
dt r dr 0

2. On suppose dans cette question que le fluide est Newtonien de viscosité µ 0 . Le bilan de quantité de
mouvement se résume, à l’ordre principal, aux équations (C.8). Comme p ne dépend ni de z ni de θ, on
en déduit qu’il existe une fonction c telle que:
∂u 1 ∂p
(r,z,t) = z + c(r,t) (C.18)
∂z µ0 ∂r

Or, vu la symétrie du champ u, en z = 0 on a : ∂u


∂z (r,0,t) = 0 et donc c = 0, ce qui permet de poursuivre
simplement l’intégration. Comme u est nulle sur les plateaux. Il vient:
1 ∂p h2
u(r,z,t) = (r,t)(z 2 − )
2µ0 ∂r 4
En reportant cette expression dans la relation (C.17), il vient:
∂p h0
∀r ∈ [0,R] : (r,t) = 6µ0 r 3
∂r h
Or, pour r ≥ R comme la pression ne varie pas selon z, la pression est donc égale à la pression atmo-
sphérique p0 qui règne à l’extérieur du dispositif. D’où:
h0 2
∀r ∈ [0,R] : p(r,t) = p0 + 3µ0 [r − R2 ] (C.19)
h3
La poussée P = P k exercée par le fluide sur le plateau supérieur est:
Z R
P = 2π (−σzz + p0 ) rdr
0

On sait que le tenseur des contraintes à l’ordre principal est donné dans la base des coordonnées cylin-
driques par:  
−p 0 τrz
σ ](er ,eθ ,k) =  0 −p 0 

τrz 0 −p
168 ANNEXE C. LUBRIFICATION

Par suite:
h0
P = −3πR4 µ0
2h3
En négligeant l’inertie du plateau, la poussée P équilibre la force appliquée. Il vient donc, si F e > 0
désigne l’intensité de cette force:
h0
−3πR3 µ0 3 − Fe = 0
2h
Par quadrature, on en déduit la loi de h:
r
t0 3πR4 µ0
h(t) = h0 t0 =
t + t0 4Fe h20
On voit qu’il faut, en principe, un temps infini pour que le plateau supérieur atteigne le plateau inférieur.
En réalité, quand h atteint une valeur de l’ordre des rugosités, le mouvement s’arrête.
3. Dans le cas d’un fluide visqueux généralisé de fonction de cisaillement τ , la relation (C.18) devient:
∂u ∂p
τ( (r,z,t)) = z+c
∂z ∂r
Comme ∂u ∂z est nulle en z = 0 et que τ (0) = 0, la fonction c est nulle et on peut poursuivre simplement
l’intégration. Il vient:
∂u ∂p
(r,z,t) = τ −1 (z )
∂z ∂r
D’où l’on déduit u pour z ∈ [0,h/2]:
Z h/2
∂p
∀z ∈ [0,h/2] : u(r,z,t) = − τ −1 (s (r,t)) ds
z ∂r
En reportant dans (C.17), il vient après intégration par parties:
Z h/2
0 ∂p
∀r ∈ [0,R] : rh (t) = 4 zτ −1 (z (r,t)) dz
0 ∂r

Pour aller plus loin, il faut expliciter τ −1 . Pour une loi puissance, on a: τ (x) = Ksign(x)|x|n et donc:
x 1/n
τ −1 (x) = sign(x)| K | . Donc, tant que h est positif on a:

4n ∂p ∂p 1 h 2n+1
∀r ∈ [0,R] : rh0 (t) = 1/n
sign( )| | n ( ) n
(n + 2)K ∂r ∂r 2
∂p
Le signe de ∂r est alors celui de h0 et par suite:

∂p |h0 |n n+2 n
∀r ∈ [0,R] : = sign(h0 ) 2n+1 2Krn ( )
∂r h n
D’où:
|h0 |n n + 2 n rn+1 − Rn+1
p(r,t) = p0 + sign(h0 ) 2n+1
2K( )
h n n+1
et:
|h0 |n n + 2 n Rn+3
P = −sign(h0 ) 2n+1
2πK( )
h n (n + 3)
Pour n = 1 et K = µ0 , on retrouve l’expression de P obtenue pour un fluide Newtonien. La fonction h
est donc solution, pour t > 0, de l’équation différentielle:
|h0 |n (n + 3)Fe n n
sign(h0 ) =− ( ) h(0) = h0
h2n+1 2πKRn+3 n + 2
Comme le membre de droite ne change pas de signe, h0 reste négatif tant que h est positif. Par suite, h
est solution, pour t > 0, de :
 1
h0 n (n + 3)Fe n
2n+1 =− h(0) = h0
h n n + 2 2πKRn+3
169

D’où:   n+1
n   n1
t0 n+2 2πKRn+3
h(t) = h0 t0 = n+1
t + t0 (n + 1)h0 n (n + 3)Fe
On voit que pour un fluide rhéofluidifiant (n < 1), les disques se rapprochent asymptotiquement plus
"lentement" que pour un fluide Newtonien de même t0 . Un film rhéofluidifiant résiste donc mieux à la
compression qu’un film Newtonien.

Questions complémentaires.
1. On va établir le résultat de Giesekus dans le cadre un peu plus général des écoulements tridimensionnels
de fluides incompressibles. Soit B = (e1 ,e2 ,e3 ) une base orthonormée, (O,B) un repère cartésien dans
lequel on note (x1 ,x2 ,x3 ) les coordonnées et soit v un champ de vitesses dépendant éventuellement du
temps:
v = v1 (x1 ,x2 ,x3 ,t)e1 + v2 (x1 ,x2 ,x3 ,t)e2 + v3 (x1 ,x2 ,x3 ,t)e3
On suppose que le champ v est isovolume et que la divergence de sa partie symétrique est un gradient.
C’est à dire qu’il existe une fonction q telle que:

div(v) = 0 div(2D) = ∇ q

Alors on a l’identité de Giesekus:


δ Dq
div(2 D) = div(4D2 ) + ∇ ( + D : D) (C.20)
δt Dt
Le résultat utilisé dans l’exercice de la butée est un cas particulier pour le quel le champ v est plan
et ne dépend que des coordonnées dans ce plan. Pour vérifier la relation (C.20) il suffit de la vérifier
composantes par composantes. Il suffit donc de montrer que pour chaque i = 1,2,3 on a:
δ Dq
(div(2 D − 4D2 ) − ∇ ( + D : D)|ei ) = 0
δt Dt
δ
C’est à dire, puisque δt D et D2 sont symétriques:

δ ∂ Dq ∂
div[(2 D − 4D2 ) · ei ] − ( )= (D : D)
δt ∂xi Dt ∂xi
Rappelons que, en notant L le gradient de vitesse, on a (avec sommation sur j) :
1 δ ∂D ∂D T
D= [L +T L] D= + vj + L·D+D·L
2 δt ∂t ∂xj

Comme T L = 2D − L, on a donc:
δ ∂D ∂D
2 D − 4D2 = 2 + 2vj + 2D · L − 2L · D
δt ∂t ∂xj
∂ Dq
Calculons ∂xi ( Dt ). On a:

∂ Dq ∂ ∂q ∂q
( )= [ + vj ]
∂xi Dt ∂xi ∂t ∂xj
D ∂q ∂vj
= ∇q|ei ) +
(∇
Dt ∂xj ∂xj
D
= ∇q|ei ) + (∇
(∇ ∇q|L · ei )
Dt
D
= (div(2D · ei )) + (div(2D)|L · ei )
Dt
∂D ∂
= div(2 · ei )) + vj [div(2D · ei )] + div(2D · L · ei ) − 2D : ∇ (L · ei )
∂t ∂xj
∂D ∂D ∂D
= div(2[ + vj + D · L] · ei ) − 2[( · ei |T Lej ) + D : ∇ (L · ei )]
∂t ∂xj ∂xj
170 ANNEXE C. LUBRIFICATION

Par suite, il vient:


δ ∂ Dq ∂D
div[(2 D − 4D2 ) · ei ] − ( ) = 2[( · ei |T Lej ) + D : ∇ (L · ei ) − div(L · D · ei )]
δt ∂xi Dt ∂xj
Or, par définition, on a:
∂ ∂D ∂ T
div(L · D · ei ) = (L · D · ei |ej ) = ( · ei |T Lej ) + (D · ei | ( L · ej ))
∂xj ∂xj ∂xj
Par suite, il reste:
δ ∂ Dq ∂ T
div[(2 D − 4D2 ) · ei ] − ( ) = 2[D : ∇ (L · ei ) − (D · ei | ( L · ej ))]
δt ∂xi Dt ∂xj
En composantes, il vient:
∂ T
D : ∇ (L · ei ) − (D · ei | ( L · ej )) = Dlk vl,ik − Dki vj,kj
∂xj
Or, par Schwarz:

vj,kj = vj,jk = [div(v)] = 0
∂xk
et il reste donc finalement:
δ ∂ Dq ∂
div[(2 D − 4D2 ) · ei ] − ( ) = 2Dlk vl,ik = 2Dlk vl,ki = 2D : (L)
δt ∂xi Dt ∂xi
Or:
∂ ∂ L +T L L −T L
2D :
(L) = 2D : ( + )
∂xi ∂xi 2 2
Or, comme D est symétrique et que la dérivation conserve la symétrie, il reste:
∂ ∂ ∂
2D : (L) = 2D : (D) = (D : D)
∂xi ∂xi ∂xi
Et la relation (C.20) est donc établie.
2. On veut savoir comment, dans le problème de la butée, sont modifiées F T et FN quand le fluide est
rhéofluidifiant. On se place toujours dans le cas où θ  1. En général il n’est pas possible d’obtenir
des expressions analytiques même pour des lois de comportement simples. On va donc faire une étude
asymptotique quand le caractère rhéofluidifiant n’est pas trop marqué. Pour simplifier, on se limite au
cas où h2 = 2h1 .
On suppose donc que dans la gamme des cisaillements existant sous la butée on a µ(γ̇) = µ 0 (1 − αγ̇ 2 ), où
αγ̇ 2  1. Le problème dépend régulièrement de α et on cherche donc (u,p) sous forme d’un développement
en puissance de α. C’est à dire

u = u0 + αu1 + · · · p = p0 + αp1 + · · ·

Pour α = 0, (u0 ,p0 ) est la solution du problème Newtonien et donc:


1 1 0 2
= (1 + β(τxz ) ) + O(α2 )
µ µ0

0 ∂u0
où τxz = µ0 est la contrainte de cisaillement du problème Newtonien. Pour obtenir la correction à
∂z
l’ordre 1 on identifie les termes d’ordre 1 dans le bilan de quantité de mouvement. Celui-ci s’écrit:
∂τxz ∂p ∂p ∂p
= = =0
∂z ∂x ∂y ∂z
C’est à dire, puisque p ne dépend pas de z:
∂ ∂p ∂p ∂p
(τxz − z ) = 0 = =0
∂z ∂x ∂y ∂z
171

On a
∂u ∂u ∂u ∂u0 ∂u1 ∂u0 3
τxz = µ(γ̇) = µ0 (1 − α( )2 ) = µ0 + αµ0 [ −( ) ] + ···
∂z ∂z ∂z ∂z ∂z ∂z
En développant, on obtient les équations ordre par ordre. A l’ordre 0 on obtient les équations du problème
Newtonien, comme attendu, et à l’ordre 1 il vient:

∂ ∂u1 ∂u0 3 ∂p1 ∂p1 ∂p1


{µ0 [ −( ) ]−z }=0 = =0
∂z ∂z ∂z ∂x ∂y ∂z

A noter qu’en x = U t et x = U t + L on a p1 = 0 et en z = 0 et z = h(x,t) on a u1 = 0. Des relations


précédentes, on déduit l’existence d’une fonction c(x,t) telle que:

∂u1 z ∂p1 ∂u0 3


= +( ) + c(x,t)
∂z µ0 ∂x ∂z
∂p1
Les conditions limites u1 (x,0,t) = u1 (x,h,t) = 0 permettent alors de déterminer u1 en fonction de ∂x :
Z z Z
1 ∂p1 z(z − h)
1 ∂u0 3 z h ∂u0 3
u = +[ ( ) ds − ( ) dz]
µ0 ∂x 2 0 ∂z h 0 ∂z
Rh
Pour x ∈ [U t,U t+L], notons Q1 (x,t) = 0 u1 (x,z,t) dz la perturbation du débit au premier ordre. Comme
le fluide est incompressible, Q1 ne dépend pas de x pour x ∈ [U t,U t + L] puisque le flux au travers la
surface z = h est absorbé par le débit à l’ordre 0. D’après ce qui précède et en intégrant par parties, on
a: Z h
h3 ∂p1 h ∂u0 3
Q1 = − + ( − z)( ) dz
12µ0 ∂x 0 2 ∂z
En x = U t on a p1 = 0, ce qui donne:
Z X Z X Z h
dx 1 h ∂u0 3
p1 (X,t) = 12µ0 [−Q1 + [ ( − z)( ) dz] dx
Ut h3 Ut h3 0 2 ∂z

En x = U t + L on a également p1 = 0, ce qui détermine Q1 :


Z U t+L Z h
h2 h2 1 h ∂u0 3
Q1 = 2θ 2 1 2 2 [ ( − z)( ) dz] dx
h2 − h 1 U t h3 0 2 ∂z

Finalement, on en déduit p1 :
 Z Z h
1 h1 2 − h2 h2 2 U t+L 1 h ∂u0 3
p (X,t) =12µ0 [ ( − z)( ) dz] dx
h2 2 − h 1 2 h2 U t h3 0 2 ∂z
Z X Z h 
1 h ∂u0 3
+ 3
[ ( − z)( ) dz] dx
Ut h 0 2 ∂z
On peut simplifier cette expression en intégrant par parties successivement dans l’intégrale en z. Il vient:
 2 Z
1 h1 − h2 h2 2 U t+L ∂p0 ∂u0 2 h ∂p0 2 ∂u0 3h2 ∂p0 3
p (X,t) = − 3 [ ( (x,h)) − ( ) (x,h) + ( ) ] dx
h2 2 − h 1 2 h2 U t ∂x ∂z µ0 ∂x ∂z 10µ20 ∂x
Z X 
∂p0 ∂u0 h ∂p0 2 ∂u0 3h2 ∂p0 3
+ [ ( (x,h))2 − ( ) (x,h) + ( ) ] dx
U t ∂x ∂z µ0 ∂x ∂z 10µ20 ∂x
0
∂u0 U h ∂p
et, comme ∂z (x,h) = h + 2µ0 ∂x , il vient:
 Z Z 
h1 2 − h 2 h2 2 U t+L
∂p0 U 2 h2 ∂p0 2 X
∂p0 U 2 h2 ∂p0 2
p1 (X,t) = −3 [ 2 + ( ) ] dx + [ 2 + ( ) ] dx
h2 2 − h 1 2 h2 Ut ∂x h 20µ20 ∂x Ut ∂x h 20µ20 ∂x
Quand θ  1, la portance à l’ordre principal en θ ne provient que de la pression et est donnée par:
Z U t+L
FN = FN0 + α p1 (X,t) dX + O(α2 )
Ut
172 ANNEXE C. LUBRIFICATION

où FN0 est la portance Newtonienne. Pour simplifier les notations, on effectue le changement de variable
x = X − U t, ce qui revient à se placer dans le référentiel lié à la butée. Au premier ordre en α, il vient:
Z L
3αh1 h2 h h1 ∂p0 U 2 h2 ∂p0 2
FN = FN0 − [2 − (1 + )] [ 2 + ( ) ] dx
θ(h1 + h2 ) 0 h1 h2 ∂x h 20µ20 ∂x

Dans le cas où h2 = 2h1 , on a:


∂p0 6µ0 U 4h1
= ( − 1)
∂x h2 3h
et on obtient:
Z
4αµ0 U 3 L L 1 h h1 h21 h1
FN =FN0 − 4
(4 − 3 )(4 − 3)(7 + 8 2
− 12 ) dx
5 0 h h 1 h h h
3
αµ0 U µ0 U U
= FN0 − 0.28 2 2 ≈ 0.159 2 [1 − 1.76α( )2 ]
θ h1 θ h1

Ainsi, pour un fluide faiblement rhéofluidifiant (α > 0), la portance est diminuée par rapport au cas
Newtonien.
Le frottement est donné par:
Z U t+L Z U t+L
FT = −[ τxz (x,h(x),t) dx + θ (p(x,t) − p0 ) dx]
Ut Ut

A l’ordre 1 en α, il vient:
Z U t+L Z U t+L
∂u1 ∂u0 3
FT = FT0 − α{µ0 [ (x,h(x),t) + ( ) (x,h(x),t)] dx + θ p1 (x,t) dx}
Ut ∂z ∂z Ut

Après calculs, il vient:


U U
FT ≈ −0.773µ0 [1 − 0.828α( )2 ]
θ h1
et le coefficient de frottement est donc donné, au premier ordre en α, par:
U 2
f = |FT |/FN ≈ 4.86θ[1 + 0.93α( ) ]
h1

Ainsi, pour un fluide faiblement rhéofluidifiant (α > 0), par rapport au cas Newtonien, il y a diminution
de la portance et augmentation du coefficient de frottement.
173

Annexe D

Étude du gonflement d’un jet capillaire.

Énoncé (d’après D. D. Joseph[17])

Partie 1: Viscosimètre capillaire.


On considère l’écoulement isotherme d’un fluide simple incompressible dans un "long" tube cylindrique
circulaire vertical de rayon R0 (c.f. figure 1). Le tube est issu d’un réservoir de très grande capacité, dans
lequel règne la pression constante P0 = pa + ∆p, et débouche à l’air libre, à la côte z = 0. On admet que la
pression dans l’air au voisinage du jet est constante et égale à pa et on néglige la viscosité de l’air. On désignera
par γ > 0 le coefficient de tension superficielle entre l’air et le liquide. Le réservoir étant de grande capacité,
on admet, ce qui est conforme à l’expérience quand le débit n’est ni "trop faible" ni "trop fort", que le champ
de vitesse est partout stationnaire, que sauf au voisinage de l’entrée du tube, le fluide dans le réservoir est
au repos, le niveau de la surface libre z = −H étant constant et que la frontière du jet est une surface de
révolution d’axe Oz et de rayon h(z), stationnaire. On prolongera h pour les −H + ∆H ≤ z ≤ 0 en posant
h(z) = R0 dans le tube. On notera p la pression, τ le déviateur des contraintes et σ le tenseur des contraintes
de Cauchy. On suppose que les champs de vitesses et de contraintes dans le liquide sont des fonctions continues
de la position dans tout l’écoulement et on admet que les courbes intégrales du champ v (i.e. les lignes de
courant) sont uniques. Les forces volumiques extérieures qui agissent sur le liquide sont ici réduites à la seule
−→
pesanteur qui est dirigée positivement selon l’axe Oz. On prendra g = gez , avec 1 g > 0. On désignera par
p̂ = p − ρgz la pression motrice.
−→
On désignera par (r,θ,z) les coordonnées cylindriques d’axe Oz. En un point M (r,θ,z), on utilisera les no-
tations suivantes pour les composantes de la vitesse Eulérienne sur la base locale orthonormée des coordonnées
cylindriques:
v(M ) = w(r,θ,z)eθ + u(r,θ,z)ez + v(r,θ,z)er
1. Montrer que le fait d’admettre que le champ de vitesse est partout stationnaire implique que le déviateur
des contraintes et le gradient de pression sont également stationnaires.
2. Le liquide et l’air étant non miscibles, indiquer la condition cinématique vérifiée par la vitesse sur le bord
du jet (justifiez). Expliciter cette condition en fonction de h.
3. (a) Indiquer la condition vectorielle vérifiée par le tenseur des contraintes σ = −pId + τ sur le bord
du jet. En déduire que la pression est stationnaire dans tout l’écoulement et que, v, h et p a étant
donnés, il n’y a qu’un seul champ de pression admissible.
(b) Expliciter en fonction de h, les trois conditions scalaires vérifiées par les composantes du tenseur
des contraintes sur le bord du jet. On les exprimera comme des relations portant sur p et les
composantes de τ sur la base orthonormée des coordonnées cylindriques. En éliminant γ entre
deux de ces relations, on mettra ces conditions sous la forme d’un système de trois équations dont
une seulement contient la tension superficielle. Que deviennent ces conditions si le bord du jet est
localement un cylindre circulaire?
1 Attention: dans la formule (4.79) du poly, il faut prendre g < 0, ce qui n’a en fait aucune importance pour l’analyse qui y est

présentée.
174 ANNEXE D. GONFLEMENT D’UN JET CAPILLAIRE

4. Pour chaque z ≥ −H + ∆H, on désigne par S(z) la Rsection droite à la côte z, c’est à dire l’ensemble des
points M (r,θ,z) avec 0 ≤ r ≤ h(z) et on pose Qv = S(z) u ds. Justifier que Qv est constant et positif.
5. On suppose que le tube est "assez long" pour que dans une zone loin du réservoir et loin du jet on puisse
considérer en première approximation que l’écoulement est établi, c’est à dire invariant par translation
le long de l’axe, unidirectionnel et que les particules fluides restent dans cette zone pendant un temps
très long devant le temps caractéristique de relaxation du fluide.
(a) On désigne par v0 le champ de vitesse de l’écoulement établi, par pb0 le champ de pression motrice
et par τ 0 le déviateur des contraintes. On pose u0 = (v0 |ez ). Justifier succinctement que la fonction
c
∂p 0
M 7→ v0 (M ) ne dépend que de la distance r du point M à l’axe Oz et que ∂z est constant. Montrer
c 0
que v , τ et ∂∂z
0 τ0 p
sont déterminés implicitement par la donnée de Qv . Donner l’expression de v0 en
fonction de Qv quand la fonction de cisaillement du fluide, τ , suit une loi puissance.
Pour ce qui suit:
c0
– On posera a(Qv ) = ∂∂z p
.
– On introduira les fonctions Ni0 : r ∈ [0,R0 ] 7−→ R définies par: Ni0 (r) = Ni (u0 0 (r)), où Ni
(i = 1,2) sont les différences normales du fluide.
(b) Dans cette question on néglige la tension superficielle et on admet que 1) l’écoulement est unidirec-
tionnel établi dans tout le tube, 2) l’écoulement est unidirectionnel établi dans tout le jet, 3) le fluide
est au repos dans tout le réservoir. En exprimant que les tensions axiales sur les sections droites
z = 0 et z = −H + ∆H sont en équilibre, en déduire a(Qv ). Déterminer Qv quand la fonction de
cisaillement suit une loi puissance.
D’après les données de la photographie 3 et en admettant que la viscosité du fluide est constante,
sachant que l’expérience a été réalisée dans un tube de 6.125 cm de longueur, préciser le type de
dispositif (réservoir pressurisé ou dispositif à piston) utilisé pour les expériences et la puissance
dissipée dans le capillaire.
Sous les hypothèses faites, pourrait-on utiliser le dispositif schématisé sur la figure comme viscosi-
mètre? Si oui, indiquer un protocole expérimental.
Expérimentalement, pour les tubes capillaires verticaux, tant que les débits ne sont ni "trop forts" ni "trop
faibles", la frontière du jet subit d’abord une "transition" au voisinage immédiat de la buse (c.f. photographies
et figures), qui est soit un gonflement soit une contraction selon le débit et la nature du fluide, puis présente
une section lentement variable sur une longueur grande devant le diamètre du tube. Pour les tubes "assez
longs", l’expérience montre que pour un même fluide la forme du jet ne dépend que du débit et non pas de la
longueur du tube ni du dispositif (réservoir pressurisé ou dispositif à piston) qui a permis d’imposé ce débit,
ce qui est consistant avec l’existence d’une zone d’écoulement établi dans le tube.
6. On admet que la solution du problème (i.e. (v,h,p)) est déterminée de manière unique par la donnée de
la surpression ∆p et, ce qui semble physiquement évident, que le débit Q v est une fonction inversible
de cette surpression. Le débit Qv étant fixé, justifier, en effectuant un changement de fonction sur la
pression, que la pesanteur n’influe alors sur v et h qu’à travers un nombre de Bond B = ρgLR γ
0
, où L > 0
est une longueur.
Au vu des résultats expérimentaux présentés dans la littérature, pour divers fluides avec des tubes
capillaires 2 de divers rayons, on peut admettre que le produit |CR0 | entre le rayon du tube et la courbure
du jet est borné inférieurement par un réel strictement positif, du moins pour la gamme des débits
que l’on souhaite examiner. En déduire qu’il est "légitime" en première approximation, pour les tubes
capillaires, de négliger la pesanteur à débit donné pour étudier l’écoulement jusque dans la zone de
section approximativement constante du jet. Que représente B?
7. On néglige donc la pesanteur pour déterminer la vitesse et la pression du jet en aval de la zone de tran-
sition. On admet en première approximation, ce qui cohérent avec les résultats expérimentaux, qu’assez
loin de la buse le rayon du jet est une constante Rf et que l’écoulement est à nouveau unidirectionnel
établi, le fluide ayant "oublié" la zone de transition. En déduire en fonction de Q v et Rf , la vitesse vf ,
le déviateur des contraintes τ f et la pression pf de cet écoulement établi.
8. En réalité, on ne peut pas négliger la pesanteur sur toute la longueur du jet et la section du jet après
la transition est en fait lentement variable. Pour étudier ces variations, on admet cependant que pour
un jet capillaire l’effet de la pesanteur ne se fait sentir que sur les grandes échelles et qu’en première
approximation l’écoulement reste "localement" un écoulement unidirectionnel établi, lentement variable
2 Sur les photographies le rayon des tubes est de l’ordre du mm.
175

dans la direction axiale. En déduire, une approximation de la loi de variation de la section du jet assez
loin de la buse.

Partie 2: Étude d’un jet libre capillaire.


On cherche maintenant à préciser la forme du jet libre quand le liquide est extrudé à travers un tube
cylindrique circulaire de "faible" section. D’après l’étude de la première partie, le problème est de "raccorder"
l’écoulement établi en amont dans le tube à l’écoulement dans la section lentement variable loin de la buse.
Pour ce faire, on peut, comme on l’a vu, se fixer le débit et, pour les tubes capillaires, négliger la pesanteur.
Dans cette partie, on considère donc un écoulement stationnaire et isotherme d’un fluide simple incom-
pressible, en l’absence de forces volumiques extérieures, dans un tube cylindrique d’axe Oz et de rayon
h(z), qui s’étend de z = −∞ à z = +∞ et dans lequel le débit volumique Qv ≥ 0 est fixé, Qv étant défini
comme en 4. Pour z ≤ 0, on a h(z) = R0 et le fluide adhère aux parois. Pour z ≥ 0, le cylindre de rayon
h(z) est une frontière libre stationnaire entre le fluide et l’air, possédant une tension superficielle γ > 0. On
admet que l’air est un fluide parfait à la pression atmosphérique pa constante. On fait les hypothèses suivantes
à l’infini amont et aval:
– A l’infini amont, l’écoulement est établi, unidirectionnel de vitesse v 0 (Qv ). C’est à dire:
lim v(M ) − v0 (M ) = 0 lim τ (M ) − τ 0 (M ) = 0
z→−∞ z→−∞

– A l’infini amont, la "perturbation" de pression est bornée. C’est à dire qu’il existe une constante δp - qui
dépend de Qv , pa et R0 - telle que:
Z R0 0
N2 (s) N 0 (r) − N10 (r)
lim a(Qv )z − ds + 2 − p(M ) = δp
z→−∞ r s 3
– A l’infini aval z → +∞, la frontière libre tend à devenir un cylindre circulaire. C’est à dire qu’il existe
Rf ≥ 0, qui depend de Qv , pa et R0 , tel que h(z) → Rf et h0 ,h00 → 0. De plus l’écoulement tend vers un
ecoulement établi c’est à dire v → vf , τ → τ f et p → pf .
Les fonctions v0 (Qv ), τ 0 (Qv ), a(Qv ) et Ni0 (Qv ) sont celles qui ont été déterminées à la question 5a. Les
fonctions vf , τ f et pf sont celles qui ont été déterminées à la question 7. On mettra systématiquement un
exposant 0 pour toutes les quantités qui concernent l’écoulement établi à l’infini amont.
On cherche à déterminer les trois fonctions (v,p,h), assez régulières pour que toutes les équations aient
un sens classiques, que l’on appellera "solution" du problème. On cherche en particulier à préciser le rapport
R
α = Rf0 . Pour simplifier, on supposera que, pour Qv , pa et R0 donnés, les limites en z = ±∞ sont uniformes
et que le problème possède une unique solution.
Pour chaque z, on désignera par S(z) la section droite à la côte z, c’est à dire l’ensemble des points M (r,θ,z)
avec 0 ≤ r ≤ h(z).

Étude du bilan de quantité de mouvement


1. Préciser les equations du problème et indiquer la solution à débit nul.
2. (a) En admettant que l’on puisse forcer l’écoulement établi de l’infini amont dans tout le tube, vérifier
0
que δp = σrr (R0 ,0).
(b) Justifier que (v,h) - et donc également α - ne dépendent que de Qv et nonR de pa . En déduire que
σ + pa Id, de même que δp + pa , ne dépend que du débit Qv et interpréter S(z) (σzz + pa )ds.
(c) Montrer que changer la pression de sortie pa en p0a revient à "allonger" (algébriquement) la canali-
sation d’une longueur d, que l’on précisera, tout en conservant les mêmes caractéristiques (v 0 ,δp,ττ 0 )
de l’écoulement à l’infini amont. Quelle est l’interprétation physique?
(d) De quelle longueur ds faudrait-il théoriquement allonger le tube, pour que tout en conservant les
mêmes caractéristiques (v0 ,δp,ττ 0 ) de l’écoulement à l’infini amont on ait une pression de sortie
p0a = δp + Rγ0 + 2pa . Justifier que cette longueur ds soit appelée "longueur de sortie du jet" pour
l’écoulement établi supposé forcé dans tout le tube.
3. (a) Par un bilan de quantité de mouvement, montrer que pour z2 ≤ 0 et z1 ≤ 0, on a:
Z Z Zz2 Z2π
2 2
(ρu − σzz ) ds − (ρu − σzz ) ds = R0 τrz (R0 ,θ,z) dθdz
S(z2 ) S(z1 ) z1 0
176 ANNEXE D. GONFLEMENT D’UN JET CAPILLAIRE

p
(b) On pose: φ = 1/ 1 + h0 2 . En procédant de même, montrer que:
Z
d
∀z ≥ 0 : [ (ρu2 − σzz − pa ) ds − 2πγh(z)φ(z)] = 0
dz S(z)

Compte tenu de la symétrie de révolution du problème, on cherche alors un champ de vitesses invariant
par rotation autour de l’axe Oz et donné en tout point x(r,θ,z) et à chaque instant t par:

v(x) = w(r,z)eθ + u(r,z)ez + v(r,z)er

4. En remarquant que pour les points x(r,θ,z) et x0 (r,θ 0 ,z), on a v(x0 ) = Q · v(x) où Q est la rotation
d’angle θ 0 − θ autour de Oz, en déduire que les composantes du déviateur des contraintes sur la base
orthonormée des coordonnées cylindriques ne dépendent pas de θ. En déduire que la pression ne dépend
pas de θ.
Qv
5. On pose Uf = πR 2 . Montrer que pour tout z ≥ 0, on a:
f

Z h(z)
γh(z) 1
r(ρu2 (r,z) − σzz (r,z) − pa ) dr − q = (ρRf2 Uf2 − γRf )
0 02 2
1 + h (z)

2
R R0 R R0
6. (a) On pose U = R02 0
ru(r,0) dr. De l’inégalité 0
r(u(0,r) − U )2 dr ≥ 0, déduire l’inégalité:
Z R0
γR0 ρRf2 Uf2 2 γRf
r[σzz (r,0) + pa ] dr + q ≥ [α − 1] +
2 2
0 1 + h0 2 (R0 )

Commentez.
(b) Dans le cas d’un gonflement, montrer que le fluide situé entre les sections droites z = 0 et z = L > 0,
quand L est assez grand, est "freiné".
R
(c) Etudier le signe de la tension axiale S(z) (σzz + pa ) ds pour des sections droites z ≥ 0. Interpréter
physiquement le gonflement quand α est assez grand. Est-ce le cas de la photographie 3?
7. (a) Montrer que:
Z R0 Z R0
γR0 1 N0
q + (ρRf2 Uf2 − γRf − γR0 ) = rρ(u0 )2 dr − r(N10 + 2 ) dr
2 2
1 + h0 2 (0) 0 0

Z 0
0 γ R02
+ R0 lim (τrz (R0 ,z) − τrz (R0 ,z)) dz − (δp + pa + )
L→−∞ L R0 2

(b) On introduit la longueur d, définie par:


Z 0 Z d
0 γ R0 0
lim (τrz (R0 ,z) − τrz (R0 ,z)) dz − (δp + pa + ) = τrz (R0 ,z) dz
L→−∞ L R0 2 0

Justifier que d ne dépend pas de pa . Interpréter le signe de d en comparant le frottement subi par
le fluide dans le tube lors de l’écoulement réel au frottement qu’il subirait dans un écoulement de
Poiseuille établi dans un tube qui s’étendrait dans le domaine z ∈] − ∞,ds ], où ds a été déterminé
à la question 2d.
RR
8. (a) Quand la fonction de cisaillement est Newtonienne déterminer 0 0 r(u0 )2 (r) dr en fonction de Qv .
(b) On considère un fluide viscolélastique dont la viscosité Newtonienne est négligeable devant la vis-
cosité élastique 3 et dont on approche la loi rhéologique par un modèle objectif intégralR ∞mixte de
fonction de relaxation g et de paramètre . Expliciter en fonction de Qv ,  et φ = 2 0 sg(s) ds
l’expression:
Z R0
N0
r(N10 + 2 ) dr
0 2
Quelle condition doit vérifier  pour que le modèle prévoie l’effet Weissenberg. Cette condition étant
remplie, en déduire une minoration de l’intégrale précédente. Estimer φ pour le PIB 9.5%.
3 C’est par exemple le cas de la solution de PIB à 9.5% utilisée dans l’expérience rapportée à la photographie 3.
177

9. On suppose que l’écoulement dans le tube est établi jusqu’en z = 0.


(a) Déterminer δp en fonction de h0 (0),h00 (0) et a(Qv ).
(b) On considère un fluide Newtonien. Indiquer une relation liant α, h0 (0) et h00 (0). On fera apparaître
les nombres sans dimension Re = 2ρU R0 /µ et Ca = µU/γ, où U est la vitesse débitante dans le
tube. Justifier les résultats experimentaux pour les forts Reynolds.
(c) On considère un fluide viscolélastique qui présente un effet Weissenberg et dont on approche la loi
rhéologique par un modèle objectif intégral mixte de fonction de relaxation g et de paramètre .
On admet que la concavité du jet garde un signe constant dans la zone de transition. Montrer qu’à
forte vitesse débitante l’analyse prévoit un gonflement du jet dès que R 0 est assez petit. Est-ce le
cas du PIB 9.5% dans un tube de diamètre 1mm (c.f. photographie 3)?
10. On considère un fluide Newtonien mais on ne suppose plus que l’écoulement est établi dans tout le tube.
(a) Montrer par une analyse dimensionnelle que d = R0 F (Re , γRρν 2 ).
0

(b) On suppose que le problème est régulier par rapport au nombre de Reynolds au voisinage de R e = 0,
c’est à dire que pour les petits Reynolds, on a α = 1 + α0 Re + o(Re ) et h0 (0) = h00 Re + o(Re )
et F (Re , γR γR0
ρν 2 ) = F0 ( ρν 2 ) + O(Re ). En déduire une expression de α à faible vitesse débitante.
0

Compte tenu des résultats expérimentaux donnés en annexe, quel serait le signe de d à faible vitesse
débitante?
Pour l’expérience de la photographie 3, déterminer le nombre de Reynolds R e . En déduire que le
gonflement observé est essentiellement dû à l’élasticité.

Étude locale du jet à faible vitesse débitante.


Compte tenu des conditions aux limites, on va chercher une solution où la vitesse azimuthale est nulle,
c’est à dire: ω = 0. Rappelons que l’on admet que le problème possède une unique solution. On va rechercher
cette solution pour les faibles débits comme une perturbation de la solution à débit nul. On va donc prendre
Qv
comme petit paramètre la vitesse débitante  = πR 2 , la pression de sortie pa étant fixée. On sait alors que les
0
fonctions (v,h,p) ne dépendent que de , c’est à dire qu’en un point m ∈ Ω et pour une cote z on a, avec un
abus de notation évident:
v = v(m; ) h = h(z; ) p = p(m; )
où Ω est domaine de l’écoulement:

Ω = {(r,θ,z) ; 0 ≤ r ≤ h(z; )}

qui, pour  = 0, est le cylindre:


Ω0 = {(r,θ,z) ; 0 ≤ r ≤ R0 }
Pour pouvoir mener ce développement, il faut que les fonctions que l’on recherche soient définies sur le même
domaine spatial. Comme le problème est posé sur le domaine inconnu Ω  , on va se ramener à un problème
posé sur le domaine fixe Ω0 par un changement de variable, paramétré en , qui deviendra la nouvelle inconnue
du problème. On introduit donc une famille à 1 paramètre, Ψ , de C ∞ difféomorphismes définis sur Ω0 , avec
pour chaque : Ψ (Ω0 ) = Ω et Ψ0 = Id. On peut également voir cette famille comme un pseudo mouvement
de milieu continu -  jouant le rôle du temps - qui envoie pour chaque  la "configuration de référence" Ω 0 sur
la configuration Ω . Le plus naturel ici est de choisir:
R
Ψ : M (R,Θ,Z) ∈ Ω0 7→ m(r,θ,z) ∈ Ω avec {θ = Θ, z = Z, r= h(Z; )}
R0
On recherche donc des développements de la forme:
   [0]   [n] 
v(m; ) v (M ) X v (M )
 p(m; )  =  p[0] (M )  + n  p[n] (M ) 
[0]
h(z; ) h (Z) n≥1 h[n] (Z)

que l’on admet être uniformément convergents, ainsi que tous les gradients. Pour chaque , on a noté m la
position d’un point dans Ω et M son image réciproque dans Ω0 .
1. Donner la solution (v[0] ,p[0] ,h[0] ) à l’ordre 0.
2. Verifier que la base locale orthonormée des coordonnées cylindriques est la même en M et m. Expliciter,
∂ ∂ ∂ ∂ ∂ ∂
à  fixé, les opérateurs ∂r , ∂θ et ∂z en fonction des opérateurs ∂R , ∂Θ et ∂Z .
178 ANNEXE D. GONFLEMENT D’UN JET CAPILLAIRE

3. On suppose que le fluide est un fluide simple à mémoire evanescente dont la fonctionnelle mémoire est
analytique par rapport au tenseur des déformations de Cauchy. Justifier succinctement que le mouvement
est un mouvement infiniment lent quasi-stationnaire (en fait stationnaire) et en déduire:
τ (m; ) = µ0 A(1) [v(m; )] + O()
où A1 est le premier tenseur de Rivlin-Ericksen (c.f. chapitre 7) appliqués à v(m; ) et µ 0 la viscosité du
fluide au repos. En déduire que:
τ [0] = 0 τ [1] = 2µ0 D[1]
où D[1] est la partie symétrique du gradient de v [1] .
4. En déduire que les équations à l’ordre 1 à l’intérieur du domaine Ω0 sont:
(
div(v[1] ) = 0
(D.1)
div(D[1] ) − ∇ p[1] = 0
2µ0div
5. Indiquer les conditions limites sur v [1] ,D[1] et p[1] à l’infini aval et amont.
6. Indiquer les conditions limites en R = R0 et montrer que h[1] vérifie une équation différentielle du
second ordre que l’on précisera. Justifier que le second membre de cette équation a une limite finie quand
Z → +∞.
7. Montrer l’unicité de v[1] , solution de (D.1), avec les seules conditions limites ne faisant pas intervenir
h[1] . On admet alors l’existence de la solution (v [1] ,p[1] ) de (D.1) sous ces conditions limites, ce qui est
un résultat d’analyse fonctionnelle. Vérifier que p[1] est déterminée à une constante près.
8. Que valent h[1] (0) et lim+∞ h[1] 0 (Z). En étudiant la solution générale de cette équation déduire que la
pression p[1] à l’infini aval est une fonction bien déterminée de la vitesse. Indiquer comment procéder en
pratique pour déterminer numériquement h[1] .
9. En déduire qu’il existe une fonction universelle H indépendante du fluide telle que pour z > 0 on ait
(dans la mesure où le développement est justifié):
h(z) z
= 1 + Ca H( ) + O()
R0 R0
Comparer avec le résultat de 10b. Qu’en est-il des fluides viscoélastiques?
10. Complément: examiner le problème à l’ordre 2 (c’est un peu plus difficile: venir me voir si intéressé).

Fin de l’énoncé

(Contraction)

Σ0 Σ1

h(z)
R0 z
Rf

Σ = Σ 0 ∪ Σ1 z=0 pa

(Gonflement différé)

Jet libre capillaire


179

P0 = pa + ∆p
z = −H
z = −H + ∆H

zone d’écoulement établi


dans le tube
Σ0

R0
g

z=0

pa h(z)

Σ1 Σ = Σ 0 ∪ Σ1

z
Fig. D.1 – Viscosimètre capillaire

Quelques données expérimentales

En pratique, les diamètres des tubes concernés sont de l’ordre de 2 mm à 0.5 mm et l’extrusion peut être
réalisée soit en pressurisant un réservoir (cas de la première partie) soit en poussant le liquide avec un piston.
Dans les deux cas on travaille à débit constant. En première approximation, on peut considérer, au vu des
résultats expérimentaux, que le rayon du jet après la zone de transition est constant. Pour les fluides Newtoniens
l’expérience montre que le rapport α entre ce rayon constant et le rayon du tube est une fonction du seul nombre
de Reynolds Re = ρUµD , où D est le diamètre du tube et U la vitesse débitante. Pour les Re inférieurs à un
Reynolds critique, qui est de l’ordre de 15, on observe un gonflement du jet, et pour les R e supérieurs, une
contraction. Pour les grands Reynolds (typiquement Re > 100), α2 devient constant, approximativement égal
à 3/4. Les valeurs maximales de α2 observés au Re inférieurs au Reynolds critiques sont de l’ordre de 5/4,
toutefois le jet est instable aux faibles Reynolds.
A l’inverse, pour les polymères en solutions, on observe toujours un gonflement du jet et, pour un tube et
un fluide donnés, le rapport α est une fonction croissante du débit. Pour un tube donné, à faible débit, on
observe communément des valeurs de α2 de l’ordre de 3 ou 4, notablement supérieures aux valeurs observées
pour les fluides Newtoniens de même viscosité. Tant que le débit reste inférieur à une valeur critique, la forme
du jet est concave et la longueur de la zone de transition est de l’ordre du diamètre du tube (voir figure).
Au débit critique, α2 peut atteindre des valeurs de l’ordre de 10 à 20. Au delà, α est encore croissant mais le
jet présente une inversion de concavité et le gonflement maximum est atteint de plus en plus loin dans le jet:
on dit qu’il est différé (voir photographie 2 de [17]). Le jet peut de plus devenir instationnaire bien que les
conditions amont restent stationnaires, la position du maximum par rapport à la buse devenant fluctuante.
Les tensions superficielles des fluides considérés sont de l’ordre de 10 −1 N/m à 3.10−2 N/m.
180 ANNEXE D. GONFLEMENT D’UN JET CAPILLAIRE

Fig. D.2 – Photographie tirée de [6]

Corrigé

Partie 1: Viscosimètre capillaire.


1. Le mouvement relatif τ 7→ χt (x0 ,τ ) d’une particule qui occupe la position x0 à l’instant t est solution de
l’équation différentielle:
dx
= v(x) x(t) = x0 (D.2)

Dans un écoulement stationnaire les trajectoires sont lignes de courant et on a admis que celles ci sont
uniques, ce qui est par exemple le cas si le champ de vitesse est C 1 . Comme l’équation est autonome, on
en déduit:
∀t,t0 ,s : χt (x0 ,t − s) = χt0 (x0 ,t0 − s)
Il en résulte que Ft (x0 ,t − s) = Ft0 (x0 ,t0 − s). La loi constitutive nous indique alors que τ (x0 ,t) = τ (x0 ,t0 )
et le déviateur des contraintes ne dépend donc pas du temps. Comme le bilan local de quantité de
mouvement s’écrit:
∀t : ∇v · v
∇ p = div(ττ ) − ρ∇
on en déduit que ∇ p ne dépend pas de t.
2. Désignons par Σ1 la frontière du jet (c.f. figure). Soit F (x,t) = 0, une équation locale de Σ1 au voisinage
d’un point x0 ∈ Σ1 à l’instant t. Comme l’air et le liquide sont non miscibles, Σ1 est une surface matérielle

et on a pour tout t,τ assez proches: F (χt (x0 ,τ ),τ ) = 0. D’où: ∂t ∇F |v(x0 ,t)) = 0. Comme
F (x0 ,t) + (∇

l’interface est stationnaire, on a: ∂t F (x0 ,t) = 0. Ainsi, on a:

∀x ∈ Σ1 : (v(x,t)|n) = 0

Pour tout ce qui suit, on convient que, partout où elle interviendra, la normale unitaire sur la frontière
du jet ou du tube est orientée vers l’extérieur
q (i.e. du liquide vers l’air). Sur le bord du jet on a alors
n = φ(z)(er − h0 (z)ez ), où φ(z) = 1/ 1 + h0 2 (z) et il vient:

∀z ≥ 0,∀θ ∈ [0,2π] : v(h(z),θ,z) − h0 (z)u(h(z),θ,z) = 0 (D.3)


181

Fig. D.3 – Photographies 1, 2, 3 tirées de [17]


182 ANNEXE D. GONFLEMENT D’UN JET CAPILLAIRE

Fig. D.4 – Données pour certaines solutions de polymères, d’après [17]

3. (a) Le saut de masse au travers de Σ1 s’écrit:


∀x ∈ Σ1 : ρ(v − VΣ1 |n) = ρa (va − VΣ1 |n) = ṁ
où on a mis un indice a pour l’air. Comme l’air et le liquide sont non miscibles, on a comme pour
la question précédente: (va |n) = 0. Comme l’interface est stationnaire on a également (VΣ |n) = 0
et par suite: ṁ = 0. La condition d’équilibre dynamique de l’interface devient donc:
σ a − σ ) · n − 2γCn = 0
∀x ∈ Σ1 : (σ
où, comme on néglige la viscosité de l’air devant celle du liquide: σ a = −pa Id. Finalement, il reste:
∀x ∈ Σ1 : σ · n = −(pa + 2γC)n
Ce qui s’écrit:
∀x ∈ Σ : τ · n + (2γC + pa − p)n = 0
où C est la courbure moyenne.
On sait que:
∀t : ∇v · v
∇ p = div(ττ ) − ρ∇
Ainsi, si le problème à une solution (p,v,h), comme le domaine de l’écoulement est simplement
connexe, v et h étant données, la pression est une primitive de la fonction M 7→ div(ττ ) − ρ∇
∇v · v,
la quelle primitive est complètement déterminée par la donnée de sa valeur en un point. Comme la
pression en un point de Σ1 est fixée dès que v, h et pa sont connues, d’une part p ne dépend pas
du temps et d’autre part p est unique dès que v, h et pa sont connues. De plus, on observera que
p − pa est fixé uniquement en fonction de v et h.
(b) En projetant sur la base de coordonnées cylindriques, il vient:
τrr − h0 τrz + (2γC + pa − p) = 0
τrz − h0 τzz − h0 (2γC + pa − p) = 0
τrθ − h0 τzθ = 0
On élimine γ entre les deux premières équations, et il reste, ∀z ≥ 0 et ∀θ ∈ [0,2π] :
  
 0 φ(z) 00 3

 τ rr (h(z),θ,z) − h (z)τ rz (h(z),θ,z) + γ( − h (z)φ (z)) + p a − p(h(z),θ,z) =0