Vous êtes sur la page 1sur 4

Matériaux de construction II

Chapitre II : Le Verre

Chapitre 2 : Le Verre

II.1. Introduction Le verre est un matériau recyclable et qui a un faible impact sur l'environnement. Les matières premières entrant dans sa composition sont disponibles en abondance. Ce matériau est en outre facilement recyclable. Depuis sa création le verre a servi dans le bâtiment, pour faire des fenêtres bien sûr mais aussi comme matériau de construction. On l'utilise aussi pour ses autres caractéristiques phoniques ou thermiques pour la fabrication de serre par exemple, les verres représentent jusqu'à 80% de la surface d'un immeuble. II.2. Définition Le verre est un matériau ou un alliage dur, fragile (cassant) et transparent à la lumière visible, à d’un corps vitrifiant, d’un fondant et d’un stabilisant. De tout temps, le verre a joué un rôle important dans l’ensemble des constructions. Il est utilisé pour ses nombreuses qualités. Ses fonctions de transparence, d’isolations phonique et thermique, de maîtrise d’énergie et de protection de l’environnement, de protection solaire, de sécurité en assemblage, d’agencement et de décoration contribuent à l’amélioration du confort de l’habitat. II.3. Composition du verre On utilise dans le bâtiment les verres silico-calciques. Ils sont composés :

D’un corps vitrifiant, la silice Si0 2 , introduit sous forme de sable pour 70 à 72%.

D’un fondant, la soude NaOH, sous forme de carbonate et sulfate pour environ 14%.

D’un stabilisant, la chaux CaO, sous forme de calcaire CaCO 3 pour environ 10%.

Divers autres oxydes métalliques destinés à améliorer les caractéristiques physiques du verre ou apporter une propriété particulière comme la couleur.

Exemple d’additifs :

Les oxydes de fer et de chrome : couleur verte ; Les oxydes de nickel : couleur grise ; Les oxydes de manganèse : violette ; Les oxydes de cobalt : couleur bleue ; Les oxydes de cuivre : couleur rouge ou verte ; Des sulfures de fer : couleur ambre, qui protège des rayonnements UV. Il existe deux grandes familles de verre :

Tableau II.1. Deux principaux types de verres, formulation et applications

Verre ordinaire ou sodo-calcique

Verre boro-silicaté (résistant aux hautes températures)

70% SiO 2 10% CaO 15%Na 2 O

80% SiO 2 15% B 2 O 3 5%Na 2 O

Vitres Bouteilles (mise en forme aisée)

Bonne tenue aux chocs thermiques Verrerie à usage alimentaire ou chimique

Remarque : Le vocable verre est aussi attribuer à :

Perles de verres : un matériau produit depuis plus de 3000 ans. Même si ces perles ne sont pas du tout transparentes, l'aspect vitreux suffit à leur attribuer le nom de verre. La laine de verre n'a aucune nécessité d'être transparente, elle peut donc être juste translucide, voire noire (de même pour la mousse de verre). Le verre de lunettes qui, bien qu'on l'appelle « verre » ne répond pas à la définition première : les verres actuels ne sont ni particulièrement durs, ni à base de silice (ce sont des matériaux organiques).

5

M. Zemri Cheikh

Matériaux de construction II

Chapitre II : Le Verre

II.4. Fabrication du verre flotté Le verre flotté est fabrique dans un long flux continu qui produit un ruban de verre illimite et ininterrompu (figure II.1), qui peut atteindre chaque jour 30 kilomètres de long, en fonction de l’épaisseur du verre et de la capacité de l’installation. En plus des matières première utilisée pour la fabrication du verre, une quantité de chute de verre propre (jusqu’à 20%) est ajouté, pour améliorer le processus de fusion. Le mélange est humidifié afin d’éviter la ségrégation des grains des différentes matières et de dégagement de poussière. Ces matériaux bruts arrivent sous forme d’un mélange broyé et bien mélangé dans le four de fusion et y sont fondus à une température d’environ 1550°C. Le verre liquide ainsi produit est ensuite déversé sur un bain d’étain liquide. La masse de verre « flotté » alors sur l’étain liquide sous la forme d’un ruban de verre sans fin. La tension de surface du verre et la surface plane du bain d’étain donnent naissance à un ruban de verre plat qui ne présente pas la moindre déformation et affiche une excellente qualité optique. Le ruban de verre passe ensuite dans un tunnel de refroidissement et enfin à travers un couloir ouvert. Petit à petit, il y est refroidi de 600 à 60°C. Et il y est contrôle à l’aide d’un laser pour déceler les imperfections, puis il est découpe en plaques de verre de 6000 x 3210 mm.

puis il est découpe en plaques de verre de 6000 x 3210 mm. Figure II.1. Schéma

Figure II.1. Schéma du processus de fabrication du verre flotte II.5. Les différents types de verre et de vitrage Pour obtenir le verre à l’état fini, on amène le mélange des matières premières à son point de fusion, pour ensuite le refroidir et le transformer. Plusieurs types de verre peuvent être fabriqués selon le procédé utilisé. Parmi les produits verriers, on distingue :

Les produits de base, c’est-à-dire les produits verriers silico-sodo-calciques obtenus à la sortie du four, sans traitement ultérieur ;

Les produits de base spéciaux, c’est-à-dire les produits verriers (obtenus à la sortie du four sans traitement ultérieur) dont la composition diffère de celle du verre silico-sodo-calcique ;

Les produits transformés, c’est-à-dire les produits obtenus par transformation, après

fabrication, des produits de base ou produits de base spéciaux, aboutissant à de nouveaux produits aux qualités différentes. Le tableau II.2 reprend les différents verres et vitrages décrits dans la suite du présent chapitre.

6

M. Zemri Cheikh

Matériaux de construction II

Chapitre II : Le Verre

Tableau II.2. Les différents produits verriers.

Produits de base

Produits de base spéciaux

Produits transformés

Verre flottée (float) Verre imprimé Verre armé Verre profilé Verre étiré Verre moulé Verre soufflé

Verre borosilicate Vitrocéramiques Verre à haute teneur en plomb

Verre trempé thermiquement Verre durci Verre trempé chimiquement Verre feuilleté Verre à couches Double vitrage Verre bombé Miroir Verres de décoration Vitrages chromogènes

II.6. Principales propriétés du verre Le verre possède de nombreuses et intéressantes propriétés :

Il est généralement transparent et peut être coloré en de nombreuses teintes ;

Il est dur, ce qui signifie que sa surface est difficile à rayer ;

Il est fragile, ce qui signifie qu’il se casse facilement ;

Il est inerte chimiquement ou plutôt très faiblement attaquable, c’est pour cela qu’il est utiliser comme emballage de produits alimentaires ou pharmaceutiques ;

C’est un matériau complexe, dont la nature chimique comprend souvent 10 à 12 constituants et, pourtant, c’est un matériau bon marché ;

Ses propriétés optiques, son état de surface, font que le verre est beau, et c’est ce qui fait de lui l’un des matériaux à la fois les plus anciens et les plus modernes de notre usage quotidien.

Le verre est un matériau parfaitement élastique : il ne présente jamais de déformation permanente ;

La densité du verre est de 2.5 ce qui donne une masse de 2.5 kg par m² et par mm d’épaisseur pour les vitrages plans ;

La résistance du verre à la compression est très élevée. Elle est de l’ordre de 1000 N/mm² soit 1000 MPa. Ainsi pour briser un cube de verre de 1 cm de côté, la charge nécessaire est de l’ordre

de 10 tonnes ;

La résistance à la rupture en flexion est de l’ordre de 40 MPa pour un vitrage poli recuit et 120 à 200 MPa pour une glace trempée (suivant épaisseur, façonnage des bords et type d’ouvrage).

Pour les vitrages du bâtiment, la valeur du coefficient de Poisson μ est de 0.22 ;

Le coefficient de dilatation linéaire (l’allongement par unité de longueur pour une variation de 1°C) du verre est de 9.10 -6 . Par exemple, un vitrage de 2 m de longueur (soit 2000 mm) s’échauffant de 30° se dilatera de : 2000 x 9.10-6 x 30 = 0.54 mm ;

Contraintes d’origine thermique : étant donné la faible conductivité thermique du verre, le

réchauffement ou le refroidissement partiel d’un vitrage entraîne dans celui-ci des contraintes pouvant provoquer des casses dites thermiques. II.7. Les fonctions des vitrages Historiquement, la première fonction destinée aux vitrages était de permettre l’apport de lumière tout en protégeant des précipitations et du vent. Les différentes fonctions que doivent ou peuvent remplir les vitrages dans un ordre différent de leur apparition historique sont :

Le contrôle de la luminosité et de la visibilité, et la maîtrise des apports énergétiques du rayonnement solaire ;

7

M. Zemri Cheikh

Matériaux de construction II

Chapitre II : Le Verre

La protection contre les intempéries, l’isolation thermique ;

L’isolation acoustique ;

La sécurité des personnes, la protection contre l’effraction et la protection contre l’incendie ;

La décoration.

II.8. Choix d’un vitrage Le choix juste d’un vitrage constitue une étape importante d’un projet de construction. Les différentes

fonctions des vitrages et, pour chaque fonction, les niveaux de performances qui peuvent être atteints fournissent des indications quant au choix du vitrage. En pratique, ces fonctions sont souvent combinées. Le meilleur choix possible permettant de combiner ces fonctions et ce, pour les types d’application suivants :

Secteur résidentiel : on se soucie principalement des propriétés thermiques et acoustiques et des caractéristiques en matière de sécurité. Le contrôle solaire a parfois également de l’importance (vérandas, grandes parois vitrées au sud)

Secteur non résidentiel : les quatre critères cités au point précédent doivent parfois être considérés

Certains cas particuliers tels que le mobilier urbain (abribus, par exemple) pour lesquels la sécurité est importante.

Les différentes combinaisons possibles sont :

Isolation thermique ;

Isolation thermique + isolation acoustique ;

Isolation thermique + sécurité ;

Isolation thermique + isolation acoustique + sécurité ;

Un des choix précédents + contrôle solaire.

8

M. Zemri Cheikh