Vous êtes sur la page 1sur 30

DESS

DE COSMETOLOGIE

MONOGRAPHIE

ALOE VERA

Laura Soriano

Présentée le 18/11/2016

Composition du Jury

LIONEL RIPOLL Professeur invité Rapporteur

ANDRE PICHETTE Professeur Examinateur

JEAN LEGAULT Professeur Examinateur



2

TABLE DES MATIERES

Table des figures .................................................................................................................................... 5
Liste des tableaux .................................................................................................................................. 5
Liste des abréviations .......................................................................................................................... 6

Introduction ............................................................................................................................................ 7

Chapitre 1 ..................................................................................................................................................................................................... 8
1. Généralités ....................................................................................................................................... 8
1.1. La plante ................................................................................................................................................. 8
1.2. La feuille ................................................................................................................................................. 8
1.2.1. L’écorce .............................................................................................................................................................. 9
1.2.2. Le latex ............................................................................................................................................................... 9
1.2.3. La pulpe ............................................................................................................................................................. 9
1.3. Vocabulaire utilisé ............................................................................................................................ 10
1.3.1. Noms INCI ...................................................................................................................................................... 10
1.3.2. Noms courants ............................................................................................................................................. 10

2. Utilisation de l’Aloe Vera .......................................................................................................... 11


2.1. Historique ............................................................................................................................................ 11
2.2. Actuelle ................................................................................................................................................. 11
2.3. Le marché ............................................................................................................................................. 11

3. Procédé d’obtention du gel d’Aloe Vera [14][18] ............................................................. 12


3.1. Récolte de la feuille : ........................................................................................................................ 12
3.2. Retrait du gel ...................................................................................................................................... 12
3.2.1. Méthode traditionnelle ............................................................................................................................ 12
3.2.2. Méthode de la feuille entière ................................................................................................................. 13
3.2.3. Méthode de la feuille totale .................................................................................................................... 13
3.3. Obtention du produit fini ............................................................................................................... 13
3.3.1. Traitement à froid ...................................................................................................................................... 13
3.3.2. Traitement à chaud .................................................................................................................................... 13
3.4. Conditionnement ............................................................................................................................... 13


3

Chapitre 2 .................................................................................................................................................................................................. 14
1. Composition ................................................................................................................................. 14
1.1. Structure [20] ...................................................................................................................................... 14
1.1.1. Les parois cellulaires et les organites cellulaires ......................................................................... 15
1.1.2. Le liquide intracellulaire ......................................................................................................................... 15
1.2. Saccharides .......................................................................................................................................... 15
1.3. Autres substances ............................................................................................................................. 16
1.4. Le latex .................................................................................................................................................. 16

2. Caractérisation ............................................................................................................................ 17
2.1. Longueur d’onde de l’acémannane – Ultra-Violet .................................................................. 17
2.2. FTIR-ATR .............................................................................................................................................. 17
2.3. Chromatographie gazeuse détecteur masse - GC-MS ............................................................ 18
2.4. Identification des composés - RMN ............................................................................................. 19
2.5. Autres .................................................................................................................................................... 19

3. Qualité des produits commerciaux ...................................................................................... 20




Chapitre 3 .................................................................................................................................................................................................. 21
1. Etudes scientifiques ................................................................................................................... 21
1.1. Activité hydratante ........................................................................................................................... 21
1.2. Activité anti-inflammatoire ........................................................................................................... 22
1.3. Activité antimicrobienne ................................................................................................................ 22
1.4. Activité cicatrisante .......................................................................................................................... 23

2. Toxicité ........................................................................................................................................... 24
2.1. Toxicité macroscopique .................................................................................................................. 24
2.2. Toxicité microscopique ................................................................................................................... 24
2.3. Toxicité du latex ................................................................................................................................ 25
2.4. Réglementation et label .................................................................................................................. 25
2.4.1. Réglementation européenne ................................................................................................................. 25
2.4.2. Réglementation américaine ................................................................................................................... 25
2.4.3. Label ................................................................................................................................................................. 25

Conclusion ................................................................................................................................................................................................. 27

4

TABLE DES FIGURES

Figure 1: Plante Aloe vera ....................................................................................................................................................... 8

Figure 2 : Coupe transversale d'une feuille d'Aloe vera ............................................................................................ 9

Figure 3 : Observation au microscope optique du gel d'Aloe vera x5 (a) et x10 (b) [14] ........................ 14

Figure 4 : Structure du gel d'Aloe vera ........................................................................................................................... 14

Figure 5 : Exemple d'un acémannane ............................................................................................................................. 15

Figure 6: Composition générale du gel d'Aloe vera .................................................................................................. 16

Figure 7 : Structure de l'aloe-émodine ........................................................................................................................... 16

Figure 8 : Structure de l'aloïne ........................................................................................................................................... 16

Figure 9 : Spectre de l'absorbance de différents Aloe vera en fonction de leurs longueurs d'onde [22]
................................................................................................................................................................................................ 17

Figure 10 : Spectre IR de différents Aloe vera [22] ................................................................................................... 18

Figure 11 : Chromatogramme d'un gel d'Aloe vera (identification des saccharides) [24] ...................... 18

Figure 12 : Spectre RMN de l'Aloe vera [25][22] ....................................................................................................... 19

Figure 13 : Observation de peau atteinte de dermatite atopique traitée par placebo (A) et par Aloe
vera (B) ............................................................................................................................................................................... 22

Figure 14 : Observation microscopique de cellules saine (A), cellules altérées par des FBPM (B) et
cellules normales traitées avec du gel d'Aloe vera purifié (C) ................................................................... 24

Figure 15 : Label IASC ............................................................................................................................................................ 26



LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1 : Récapitulatif des INCI, CAS et EINEICS en fonction de la partie utilisée ................................. 10

Tableau 2: Récapitulatif des appellations de l'Aloe vera [13] .............................................................................. 10

5


LISTE DES ABREVIATIONS

ATR Attenuated Total Reflection

CAS Chemical Abstrac Service


EINECS European Inventory of Existing Comercial chemical Substances
FDA US Food&Drug Administraton
FMI Future market insights
FTIR Fourier Transform InfraRed spectroscopy
GC Gas Chromatography
HTST High Temperature Shot Time
HPAE High Performance Anion Exchange chromatography
HPLC High Performance Liquid Chromatography
IARC International Agency for Research on Cancer
IASC International Aloe Science Council
IgE Immunoglobuline E
INCI International Nomenclature of Cosmetics Ingredients
RMN Résonnance Magnétique Nucléaire
PAD Pulsed Amperometric Detection
SBPM Substances à Bas Poids Moléculaire
UV Ultraviolet

6

INTRODUCTION


Décrite comme « la plante des miracles » ou encore « la plante de l’immortalité » [1], l’Aloe Vera
s’est rapidement imposée comme un incontournable dans les domaines : pharmaceutique,
alimentaire mais aussi cosmétique.

En gel, en jus ou encore en infusion, cette jolie plante verte a envahi les rayons des grands magasins
et revendique des actions hydratantes, anti-inflammatoires ou encore laxatives. Allant du simple
apaisant à l’action anti-cancéreuse, certains sites lui attribuent jusqu’à quarante utilisations[2] et
plus de 50 000 000 de résultats sont obtenus à l’aide d’un moteur de recherche bien connu. Chacun
y va alors de son conseil et décrit les nombreux « miracles » de cette Aloe :

« Cette plante aux propriétés multiples est […] capable d’offrir une satisfaction vraiment étonnante. Ce
qui fait d’elle, depuis toujours, une véritable plante-miracle. Magnifié sur tous les continents,
cette plante offre ses atouts à de nombreuses formes de médecine traditionnelle. » [3]
« L’Aloe Vera est une plante médicinale des plus puissantes et des plus connues. Son usage remonte à
plus de 5000 ans […] aujourd’hui, sa réputation est mondiale […] en particulier pour soigner les
brûlures, les coups de soleil, la cicatrisation des plaies et la lutte contre le vieillissement des
cellules. » [4]
« Les cosmétiques à base d’aloès sont particulièrement conseillés dans les cas de prurit, d’eczéma, de
petites blessures, d’irritation, de mycoses et même de boutons de fièvre ou d’herpès ! […] Non
seulement, l’Aloe Vera stimule les défenses immunitaires, mais il est antibiotique, anti-
inflammatoire, puissamment cicatrisant. Il aide à éliminer les toxines, à nettoyer les organes
encombrés (reins, foie…). Il soulage les crampes d’estomac et les maux gastriques. Le jus d’aloès est
conseillé dans les cas de diabète, d’allergie, de constipation, de problèmes cardiaques ». [5]

De nombreux bienfaits, des plus basiques au plus farfelus sont donc attribués à cette plante. Mais
qu’en est-il réellement ? Est-il possible qu’une seule plante possède autant de caractéristiques ?
Quels sont les effets prouvés scientifiquement ?

Cette monographie permettra d’étudier l’utilisation et les effets de l’Aloe Vera dans les cosmétiques
afin de comprendre si ses bienfaits sont vérifiés. Une première partie permettra de décrire la plante,
son utilisation et sa méthode d’extraction. Dans un second temps, la composition du gel d’Aloe Vera
ainsi que sa caractérisation et son contrôle qualité seront abordés. Finalement, dans une dernière
partie, ses bienfaits et sa toxicité seront analysés.

7

CHAPITRE 1
Plante, utilisation et extraction

1. Généralités

1.1. La plante
L’Aloe barbadensis Miller, plus connue sous le nom d’Aloe vera, est
souvent classé parmi les 420 espèces de la famille des Liliaceae (comme
les oignons ou les asperges) mais il a aussi été désigné comme ayant sa
propre famille, les Aloaceae, qui regroupe actuellement plus de 360
espèces d’Aloe. [6] Son nom botanique officiel est : Aloe vera (L.) Burm. F.
mais de nombreuses autres appellations peuvent être trouvées. Il s’agit
une plante grasse pouvant atteindre de 2 à 3 mètres de haut. La plante
d’Aloe vera a une durée de vie d’approximativement douze ans. Mature
après quatre ans, elle se caractérise par des feuilles vertes charnues,
pointues, et épineuses sur les bords (entre douze et seize feuilles par
plantes) pouvant atteindre entre 60 et 90cm de long et disposée en
rosette sur une tige robuste. [6] Les fleurs d’Aloe vera sont jaunes
(contrairement à d’autres espèces d’Aloe), tubulaires et réunies en
grappes. [7] Figure 1: Plante Aloe vera

Originaire d’Afrique du Sud, la plante est adaptée aux habitats les plus secs et elle est capable de
stocker une très grande quantité d’eau dans ses tissus afin de l’utiliser au besoin. [8] Aujourd’hui,
elle est adaptée à la plupart des climats tropicaux voir chauds et est cultivée principalement au
Mexique ainsi que dans toute l’Amérique du sud mais aussi en Chine, en Thaïlande et aux Etats-Unis.
[9]

1.2. La feuille
La feuille est la partie de l’Aloe vera la plus utilisée, une écorce en recouvre la totalité, sous cette
écorce, une mince couche vasculaire se présente sous forme de gel jaune. Puis, à l’intérieur se trouve
une pulpe blanche. Il est donc possible de différencier trois parties distinctes. (voir fig. 2)[6]
- L’écorce
- La sève (ou latex)
- La pulpe

8

Figure 2 : Coupe transversale d'une feuille d'Aloe vera


1.2.1. L’écorce
L’écorce est la partie extérieure de la feuille, elle représente 20% à 30% de son poids. Cette partie,
d’un vert caractéristique de la plante, est composée de dix-huit couches de cellules avec des
chloroplastes où sont synthétisés des lipides, des carbohydrates ainsi que des protéines. [10]
1.2.2. Le latex
Juste au dessous de l’écorce se trouve la sève de l’Aloe Vera aussi nommée le latex. Ce mucilage
jaune et amer est riche en composés phénoliques (dont les anthraquinones). Il s’agit du système
vasculaire de la plante, il permet, entre autres, le transport jusqu’à la pulpe de l’eau, des minéraux et
des molécules synthétisées dans les racines. Lorsqu’il est déshydraté, ce latex est utilisé comme
agent laxatif régulé par la FDA. Il peut aussi servir comme agent d’amertume dans certaines
boissons et est considéré comme un antibactériens en particulier contre les bactéries Gram +.
[8][11]
1.2.3. La pulpe
La partie blanche et mucilageuse à l’intérieur de la feuille est composée de cellules
parenchymateuses à paroi fine contenant le gel d’Aloe vera. Il représente 65% à 80% du poids de la
plante. Ce gel, incolore, sert de réserve énergétique, suivant les études, il y aurait entre 98% et
99,5% d’eau ainsi que les carbohydrates synthétisés et stockés par la plante. [6][8][12] Le pH du gel
d’Aloe vera est entre 4,4 et 4,7. Cette acidité peut être due à l’accumulation par la plante d’organites
acides comme l’acide malique. [8]

C’est cette partie de l’Aloe vera qui est la plus utilisée dans les cosmétiques et c’est donc sur ce gel
que la suite de la monographie va se concentrer.

9

1.3. Vocabulaire utilisé
1.3.1. Noms INCI
Malgré ses trois parties bien distinctes, il est souvent difficile de savoir de quelle partie l’extrait est
obtenu. En effet, il existe seulement quatre INCI qui peuvent semer le doute au travers des
publications scientifiques mais aussi pour les consommateurs.

Nom INCI Numéro CAS Numéro EINECS Nom chimique IUPAC


Substance végétale obtenue à partie des feuilles
Aloe Barbadensis
de l'aloès, Aloe barbadensis, Liliacées
Aloe Barbadensis Extrait des feuilles de l'aloès, Aloe barbadensis,
85507-69-3 287-390-8
extract Liliacées
Aloe Barbadensis Extrait des fleurs de l'aloès, Aloe barbadensis,
85507-69-3 287-390-8
flower extract Liliacées
Aloe Barbadensis Suc extrait par pression des feuilles de l'aloès,

Gel Aloe barbadensis, Liliacées
Tableau 1 : Récapitulatif des INCI, CAS et EINEICS en fonction de la partie utilisée

D’après ce tableau, toute substance issue de l’Aloe vera peut simplement être appelée Aloe
barbadensis qu’elle contienne du gel ou du latex. De plus, l’INCI « gel » fait appel à un procédé par
pression ce qui n’est pas toujours le cas (voir Chapitre 1-3). Finalement, les numéros CAS et EINECS
sont les mêmes pour tous les composés. Il est donc compliqué de s’y retrouver et de savoir
précisément ce que contient l’extrait en présence.

1.3.2. Noms courants
Finalement, les termes industriels ne reprennent pas forcément les appellations INCI. D’autres
termes sont alors employés et eux aussi peuvent facilement prêter à confusion notamment
l’appellation « jus » qui peut être utilisée pour parler à la fois du gel purifié mais aussi du latex ou du
broyage de la feuille entière.

Terme français Terme anglais Définition


Partie de l'Aloe vera utilisée dans le commerce lorsque le procédé a
Feuille Leaf
commencé sans enlever l'écorce
Historiquement utilisé pour décrire les produits dérivés de la feuille
entière puis filtrés et purifiés. Désigne aujourd'hui la partie de l'Aloe
Feuille entière Whole leaf
vera utilisée dans le commerce lorsque le procédé a utilisé la feuille
entière
Feuille entière Decolorized Utilisation d'un procédé permettant de clarifier l'extrait et extraire
décolorée whole leaf certaines substances
Utilisé pour décrire la partie claire au centre des cellules du tissus de la
Feuille intérieure Inner leaf
feuille d'Aloe
Latex Latex ou Sap Sève de l'Aloe contenant entre autre les anthraquinones
Gel Gel Produit liquide dérivé de la feuille intérieure
Jus Juice Produit liquide obtenu à partir de la feuille d'Aloe vera
Tableau 2: Récapitulatif des appellations de l'Aloe vera [13]

10

2. Utilisation de l’Aloe vera

2.1. Historique
Le mot Aloe vient de l’arabe « alloeh » signifiant brillant et amer. Il fait référence au goût amer du
latex d’Aloe vera. Le mot Vera quant à lui vient du latin, signifiant vérité. [8][14]
Les premières traces de l’utilisation de l’Aloe vera ont été retrouvées en Mésopotamie sur des
tablettes d’argiles datant de 2100 avant J-C. Pas moins de douze papyrus ont par la suite été
retrouvés mentionnant son usage. Surnommée la « plante de l’immortalité » par les égyptiens, elle
est présente dans de nombreux mythes et légendes faisant même référence à son utilisation par les
reines Cléopâtre et Néfertiti. Mais la réputation de l’Aloe vera ne se cantonne pas à l’Egypte puisque
la plante était utilisée dans de nombreuses médecines traditionnelles notamment arabe, chinoise,
grecque ou romaine. Quelques physiciens considérés comme les pères de la médecine moderne
(Pline l’Ancien et Galien) l’utilisaient déjà dans leurs recettes thérapeutiques. [15] Elle était
notamment utilisée pour soigner de nombreux problèmes de peau (psoriasis, brûlures..), la
constipation, les ulcères ou même le diabète.

La première classification de l’Aloe Barbadensis a été faite par le botaniste écossais Philip Miller
(1691-1771). Il décrit cette plante, comme originaire de la Barbade, et qui fut introduite comme
produit grâce au commerce maritime des caraïbes.[16] Les premières plantations datent ensuite de
1870, elles se sont petit à petit développées jusqu’en 1920 où l’Aloe Vera a connu un essor mondial.
[14]

2.2. Actuelle
Aujourd’hui, l’Aloe vera est utilisé dans de nombreux produits notamment dans le domaine de la
cosmétologie partout dans le monde. Il est courant d’en retrouver dans des crèmes pour le visage ou
pour les mains, dans des fonds de teint, des nettoyants, des crèmes solaires, des shampoings ou
toniques pour cheveux, des crèmes de rasages, du maquillage, des produits pour le bain, et même
des lotions ou lingettes pour bébé. [10]

Cette utilisation intensive est en partie due à l’histoire de la plante, au marketing autour de celle-ci
qualifiée souvent de plante des miracles, mais surtout à tous les bienfaits qui lui sont attribués
comme généralement ses actions apaisantes pour la peau notamment en cas de brûlures,
d’irritations ou de plaies.

2.3. Le marché
L’utilisation de l’Aloe vera a pris des proportions énormes, plus de 60 720 tonnes ont été utilisées
en 2016 ce qui représente plus 1,6 billions de dollars américains. Le plus gros consommateur est
sans aucun doute le domaine de la cosmétique avec plus de 45% des parts du marché ce qui

11

représente un volume de près de 27 460 tonnes, c’est-à-dire une augmentation de 6,2% par rapport
à 2015. L’Allemagne est aujourd’hui le plus gros consommateur mais les pays d’Asie en sont de plus
en plus friands. Le retour à la médecine traditionnelle ainsi qu’aux produits naturels assure à l’Aloe
vera un beau succès pour encore de nombreuses années. D’après les estimations du FMI, le marché
de l’Aloe vera pourrait rapporter plus de 3,3 billions de dollars d’ici 2026. [17]

3. Procédé d’obtention du gel d’Aloe vera [14][18]


Le procédé utilisé pour récupérer le gel d’Aloe vera est extrêmement important. En effet, différentes
problématiques sont à prendre en compte afin de ne pas altérer ses propriétés physico-chimiques :
- Les composants du latex ne doivent pas être présents dans le produit final afin d’éviter
les propriétés laxatives et l’amertume.
- Le gel s’oxyde très rapidement en contact avec l’oxygène.
- Le gel se décompose s’il atteint les 65°C pendant plus de 15min.
Malheureusement, à cause de la mauvaise connaissance des composants de cette plante, beaucoup
de techniques employées détruisent les propriétés recherchées dans l’Aloe vera. Il y a donc
beaucoup de produit sur le marché qui ne contiennent peu ou pas d’actifs. [6] Pour éviter toute
décomposition ou contamination, différentes méthodes sont aujourd’hui développées.

3.1. Récolte de la feuille :


Pour récupérer le gel d’Aloe vera, il faut d’abord découper les feuilles de la plante. Afin d’assurer le
développement de cette dernière, les feuilles les plus proches du sol sont choisies et découpées.
Elles doivent être réfrigérées pendant le transport et rapidement traitées afin d’éviter toute
oxydation et donc la perte de l’activité biologique. Les feuilles sont ensuite lavées à l’aide d’un
bactéricide avant d’en extraire le gel.

3.2. Retrait du gel


3.2.1. Méthode traditionnelle
La méthode traditionnelle consiste à retirer l’écorce du gel à l’aide d’un couteau. Cette technique
assez précise permet de ne pas toucher au latex qui pourrait endommager le gel. Une fois retiré de
son écorce et du latex, le gel est de nouveau lavé dans une solution antibactérienne puis placé dans
un triturateur réfrigéré pendant 170h.
Cette méthode permet d’obtenir un jus d’Aloe vera très pur mais nécessite beaucoup de main
d’œuvre qualifiée. De ce fait des méthodes automatisées ont été élaborées et opérationnalisées pour
une production industrielle.

12

3.2.2. Méthode de la feuille entière
Cette méthode consiste à découper la feuille d’Aloe vera en tranches puis la broyer entièrement
avant d’utiliser un traitement chimique permettant de libérer les constituants. Le jus d’Aloe est
ensuite pressé et filtré afin de retirer les particules d’écorces puis traité avec du carbone activé qui
permet non seulement d’enlever les anthraquinones du latex (qui apportent un effet laxatif) mais
aussi de décolorer le gel afin que les consommateurs ne soient pas perturbés par un éventuel
changement de couleur. Finalement, après une nouvelle série de filtration, le jus d’Aloe vera est ainsi
obtenu.
Cette méthode, développée dans les années 1980 permet d’obtenir un jus d’Aloe vera relativement
propre et de façon automatisée.
3.2.3. Méthode de la feuille totale
La méthode de la feuille totale est une nouvelle approche qui permet de mélanger les avantages des
deux méthodes précédentes. Les feuilles sont tout d’abord découpées de façon artisanale afin
d’extraire le gel propre puis ce gel est filtré et purifié chimiquement notamment grâce à des
enzymes ou à un ajout de vitamine C et d’acide citrique.

3.3. Obtention du produit fini


Afin de pouvoir conserver les bienfaits de l’Aloe vera et le commercialiser, une étape de
pasteurisation et d’ajout de conservateurs est nécessaire. Il peut aussi être concentré afin de réduire
la quantité d’eau ou même complètement séché afin d’obtenir une poudre.
3.3.1. Traitement à froid
Dans le traitement à froid, l’ensemble des étapes est effectué sans chaleur ce qui permet de
conserver au maximum les propriétés du gel. Des enzymes peuvent alors être utilisées afin de
stériliser le produit. D’autres systèmes de stérilisation comme la lumière ultra-violette suivie d’une
filtration peuvent aussi être employés.
3.3.2. Traitement à chaud
Le gel d’Aloe vera conserve ses propriétés sous une température de 65°C pendant une durée de
moins de 15min. Un procédé à chaud peut alors être utilisé. La meilleure méthode serait alors la
HTST (High Temperature Shot Time) consistant à chauffer à 85-95°C pendant 1 à 2 minutes suivies
d’un refroidissement rapide à 5°C pendant 10 à 15 secondes.

3.4. Conditionnement
Finalement, l’Aloe vera doit être stocké dans des conditions particulières de température et
d’humidité afin de conserver au maximum ses propriétés.

13

CHAPITRE 2
Composition et caractérisation
1. Composition

Le gel d’Aloe vera est le mucilage transparent contenu dans les cellules parenchymales de la feuille
fraiche d’Aloe vera.


Figure 3 : Observation au microscope optique du gel d'Aloe vera x5 (a) et x10 (b) [14]

La composition de l’Aloe vera n’est pas encore totalement établie à ce jour. Il est très difficile de
donner la composition exacte de ce gel car il est composé de plus de 200 substances [9] et dépend
du milieu de vie de la plante (climat, région, pesticides…) ainsi que de la méthode d’obtention du
gel.[19] Globalement il a été démontré qu’il est composé d’eau à 99%-99,5%, de saccharides de
glycoprotéines, et de substances à bas poids moléculaire (SBPM) mais il n’est pas rare de retrouver
dans le gel des anthraquinones ou autres molécules résiduelles du latex ou de l’écorce.

1.1. Structure [20]


Le gel d’Aloe vera a souvent été étudié comme étant un seul composé. Pourtant, il est possible de
différencier trois parties bien distinctes et de compositions en polysachharides assez différentes :
les parois cellulaires, les organites cellulaires et le gel intra-cellulaire.


Figure 4 : Structure du gel d'Aloe vera

14

1.1.1. Les parois cellulaires et les organites cellulaires
Les parois cellulaires représentent quand même 16,2% de la pulpe (en matières sèches). Elles
semblent constituées en très grande partie de Gal A (34%) ce qui suggère une haute concentration
en pectine. Cet extrait pourrait donc réduire le cholestérol ou avoir un effet détoxifiant. Les
organites cellulaires, quant à eux, contiennent en majorité du galactose. Il est assez compliqué de les
séparer complètement et des traces de parois cellulaires restent présentes la plupart du temps.
1.1.2. Le liquide intracellulaire
Le gel intracellulaire est considéré comme le composant principale car il est particulièrement
visqueux et représente la plus grande partie de la pulpe en masse et en volume. Il est très riche en
mannane (polymère hydrosoluble majoritairement composé de monomères de mannose) qui lui
confère sa très grande élasticité.

1.2. Saccharides
Le gel d’Aloe vera est composé à plus de 70% de saccharides et polysaccharides [12] et en
particulier en chaînes linéaires de glucose et de mannose nommées polymannanes à cause de la
grande présence de mannose. Elles peuvent aller de quelques unités à des milliers et ont une grande
hétérogénéité. Elles peuvent aussi être partiellement ramifiées ou acétylées. Ces polysaccharides
forment le système colloïdal responsable de la viscosité et de l’opacité du gel.
Les deux composants majoritaires, l’acémannane (ratios différents de glucose et de mannose) et le
mannose-6-phosphate sont réputés pour être anti-inflammatoires, cicatrisants et stimulants pour le
système immunitaire. D’autres saccharides sont aussi présents mais en plus faibles quantités.
D’après une étude de 1999 [12], il y aurait 53% de mannose, 27% de glucose, 3,5% de galactose et
de très faibles quantité d’arabinose et de xylose. La présence d’acide uronique (13%) démontre de
réactions d’oxydation dans la plante tout comme lors de différentes expérimentations.


Figure 5 : Exemple d'un acémannane

La composition exacte a été décrite dans de nombreuses publications mais les résultats restent très
hétérogènes.[19] En effet, les saccharides représentent la réserve en nutriments de la plante, ils
dépendent donc énormément de la saison ainsi que de la situation géographique. [8]

15

1.3. Autres substances
De nombreuses autres substances seraient présentes dans le gel d’Aloe vera. Dans l’extrait sec, il y
aurait notamment 7,3% de protéines, des vitamines (B1, B2, B6, C, E, D, A…), 15,4% de minéraux
(Na à 3360mg/100g, Ca à 3319mg/100g, Mg à 1536mg/100g et K à 4060mg/100g [14]), jusqu’à
sept enzymes (amylase, carboxypeptidase, catalase...) ainsi que des substances à bas poids
moléculaires dont 7% de lipides (cholestérol, acide salicylique, acide urique,
stéroïdes…).[8][15][19]

Figure 6: Composition générale du gel d'Aloe vera

1.4. Le latex
Même si le latex n’est pas censé être utilisé dans les produits cosmétiques, il peut aussi arriver qu’il
y en ait des traces en raison du procédé de fabrication. Il est caractérisé par sa couleur jaune et ses
composés phénoliques dont les anthraquinones (en particulier les substances de la famille des
aloïnes). Ces molécules, utilisées dans le domaine pharmaceutique, sont laxatives, anti-
inflammatoires et anti-oxydantes mais il a aussi été démontré que cette famille moléculaire
provoquait la mort des cellules. [21] Une application topique prolongée n’est donc pas totalement
sécuritaire.






Figure 8 : Structure de l'aloïne Figure 7 : Structure de l'aloe-émodine

16

2. Caractérisation
Même si de nombreuses différences persistent entre deux plantes d’Aloe vera venant de régions
différentes ou d’âges différents, il reste possible de les caractériser chimiquement et en particulier
de caractériser l’acémannane .

2.1. Longueur d’onde de l’acémannane – Ultra-Violet


Figure 9 : Spectre de l'absorbance de différents Aloe vera en fonction de leurs longueurs d'onde [22]

L’absorbance d’extrait d’Aloe vera de différents âges et récoltés à différentes saisons, a été mesuré
grâce à la méthode de Pellizoni. [23] Cette méthode consiste à lier l’acémannane de l’Aloe vera avec
du rouge Congo afin de le rendre détectable par rayons UV. Elle permet alors non seulement de
caractériser la couleur mais aussi de déterminer la concentration en acémannane puisqu’elle est
proportionnelle à l’absorbance. D’après ce spectre, la longueur d’onde de l’Aloe vera est de 540nm
et ne semble pas énormément varier avec l’âge ou la saison. Il faudrait toutefois faire le même test
avec des plantes ayant différentes origines géographiques car il est très probable que sa couleur
varie.

2.2. FTIR-ATR
Le spectre démontre la présence de fonctions alcool (--OH à 3409cm-1), de fonction carbonyles (=CO
à 1635 cm-1), de fonctions esters (COO—à 1418cm-1) et de fonctions éthers (--COC à 1078cm-1). Ces
différentes fonctions semblent être en accord avec la présence de nombreux polysaccharides mais il
n’est pas possible d’attribuer plus précisément chaque bande sauf pour l’acémannane qui a des
bandes très caractéristiques à 1635 cm-1 et 1078cm-1. Il est donc possible de voir une différence de
concentration en acémannane entre les différentes plantes grâce à un spectre d’FTIR-ATR. Dans cet
exemple, il est possible de voir que l’Aloe vera récoltée en été et plus riche en quantité
d’acémannane ce qui semble logique puisque l’Aloe vera n’a pas encore épuisé ses réserves en eau
et en nutriments, stockés pour la saison chaude.
17

Figure 10 : Spectre IR de différents Aloe vera [22]

2.3. Chromatographie gazeuse détecteur masse - GC-MS



Figure 11 : Chromatogramme d'un gel d'Aloe vera (identification des saccharides) [24]

L’analyse de l’Aloe vera par chromatographie gazeuse est possible. Couplée à un détecteur de masse,
elle permet non seulement de vérifier la présence des différents saccharides mais aussi de calculer
le ratio mannose/glucose qui peut être différent suivant l’origine de la plante. Cette technique
permet donc de caractériser l’échantillon en présence, pour s’assurer qu’il s’agit bien d’Aloe vera,
mais aussi pour avoir une indication sur l’âge de la plante, sur la saison de récolte ou sur la situation
géographique. Evidemment, la variabilité des saccharides confère différentes propriétés à l’extrait, il
18

est donc important de s’assurer de leurs présences et de leurs ratios pour garder une continuité
dans le produit formulé.

2.4. Identification des composés - RMN


L’Aloe vera est souvent caractérisée par 1H NMR grâce à ses nombreux acémannanes. Un pic très
caractéristique (entre 2,00 et 2,26ppm) peut être considéré comme l’empreinte digitale de l’Aloe
vera.[25] D’autres composés comme le glucose ou l’acide malique peuvent aussi permettre de
l’identifier, cependant, les proportions varient considérablement en fonction de la provenance
géographique de la plante.
L’acide lactique n’est pas un composé de l’Aloe vera mais il n’est pas rare d’en retrouver sur un
spectre. Celui-ci est issu de la fermentation de l’Aloe vera par le lactobacille. Cette présence
témoigne donc d’une mauvaise qualité de la matière première et notamment d’un mauvais procédé
d’extraction (voir Chapitre 1 - 3.2.).

Figure 12 : Spectre RMN de l'Aloe vera [25][22]

2.5. Autres
Une multitude d’autres analyses peuvent être effectuées pour déterminer la qualité de l’Aloe vera
comme par exemple de l’HPLC ou de la RMN 13C. Toutes ces techniques ne demandent qu’à être
développées afin de trouver, années après années, les différents composés de l’Aloe vera. Il faut
cependant être prudent car l’Aloe vera étant un produit naturel, soumis aux conditions climatiques,
il n’est jamais totalement identique. Ses bienfaits et son utilisation peuvent donc varier d’un
producteur à l’autre mais aussi d’une saison à l’autre.

19

3. Qualité des produits commerciaux

Comme dans toute production commerciale, il existe différentes qualités de produits d’Aloe vera. En
particulier en raison du coût de production. On trouve fréquemment un extrait altéré, modifié ou
dilué avec d’autres substances. Historiquement, la Maltodextrine (un dérivé de sucre) est la
substance la plus utilisée pour diluer le gel d’Aloe lyophilisé. D’autres cas ont aussi été reportés
utilisant le Glucose, la Glycérine ou l’Acide Malique.
Lors d’une étude datant de 2007, neuf échantillons de poudre d’Aloe vera commercial ont été
comparés avec un échantillon fraichement fabriqué. Il a été prouvé par RMN, HPLC-UV et HPAE-PAD
que seulement trois des produits testés contenaient des quantités suffisantes de polysaccharides
acémannane (au moins 10% massique) alors que les autres en contenant moins de 5%. De plus,
quatre échantillons contenaient de l’acide lactique en grande quantité (plus de 10%) ce qui est
caractéristique d’une grande fermentation bactérienne. Deux échantillons contenaient de l’acide
succinique, caractéristique d’une dégradation enzymatique. Ces dégradations témoignent d’un
mauvais procédé ou d’un mauvais conditionnement. Finalement, cinq des neufs échantillons
contenaient de l’aloine qui n’était pas indiquée sur l’étiquette. [25]
Cette étude s’ajoute aux résultats établis en 1998 qui démontraient que sur vingt-et-un échantillons
analysés, un tiers contenait de la maltodextrine non déclarée. [26]
La qualité de l’Aloe vera est donc particulièrement controversé et il semble difficile pour le
consommateur d’acheter un produit propre et durable.

20

CHAPITRE 3
Efficacité et Toxicité
1. Etudes scientifiques

Dans le milieu cosmétique, l’Aloe vera est principalement reconnue pour son activité hydratante,
anti-inflammatoire et ses bienfaits sur les brûlures et les cicatrices. Cet extrait semble agir sur deux
plans :
- l’accélération du renouvellement de la peau et en particulier des tissus abimés
- le système immunitaire [9].
A l’heure actuelle, le mécanisme exact n’est pas connu. Beaucoup de chercheurs pensent qu’il
pourrait s’agir d’une synergie entre les saccharides et plusieurs composés de l’Aloe vera. [8]

1.1. Activité hydratante


D’un point de vue marketing, l’Aloe vera est une plante parfaite pour revendiquer l’hydratation.
L’image de la petite plante pouvant survivre en plein désert grâce à ses réserves d’eau et de
polysaccharides est parfaite pour convaincre les consommateurs aux peaux fragiles ou
déshydratées. Pourtant, l’activité hydratante de l’Aloe vera est loin d’être démontrée, de
nombreuses études se contredisent et aucun mécanisme n’est connu à ce jour.
Une étude réalisée sur un groupe de soixante-trois femmes a démontré que non seulement l’Aloe
vera n’avait pas beaucoup plus d’effet hydratant que de l’eau distillée après une application mais
qu’en plus, elle avait une action desséchante après plusieurs applications. [27] L’application a été
faite deux fois par jour pendant quatre semaines grâce à une crème à 3% en gel d’Aloe vera et les
résultats ont été mesurés grâce à un cornéomètre. L’activité hydratante pour une crème à 3% n’a
donc pas pu être démontrée au cours de cette étude.
Au contraire, une autre étude [28] a démontré une augmentation de l’hydratation de la peau
comparée au véhicule en utilisant de l’Aloe vera à 0,10%, 0,25% et 0,5% dans de la glycérine.
L’augmentation de l’hydratation a été démontrée après deux semaines d’application biquotidienne
mais aussi après une seule application pour certaines concentrations. Cette étude a été réalisée sur
vingt femmes de même phénotype et dans les mêmes conditions. De plus, il a été démontré que
l’Aloe vera ne modifie pas la perte insensible en eau de la peau ce qui signifie que l’extrait n’altère
pas la fonction barrière de la peau. Il n’y a pas eu de modification biologique de la membrane
cellulaire empêchant l’eau de sortir de la peau mais bien une action d’hydratation par un mécanisme
humectant.
Le véhicule utilisé mais aussi la qualité et la provenance de l’extrait pourrait donc avoir une grande
influence sur l’action hydratante du gel d’Aloe vera.

21

1.2. Activité anti-inflammatoire
L’inflammation est une réaction du corps humain en cas de lésion cutanée (coupure, coups de
soleil...). Elle se caractérise par des rougeurs, une douleur, des gonflements ou une sensation de
chaleur. [29]
De nombreuses études ont cherché à démontrer l’activité anti-inflammatoire de l’Aloe vera. Une
étude de 2015 [30] cherche à démontrer l’effet de l’Aloe vera sur les dermatites atopiques. Une
dermatite atopique a été induite grâce à du 2,4 dinitrofluorobenzène, sur plus de soixante souris.
Ces souris ont alors été traitées soit par un placebo, soit par du gel d’Aloe vera. Après 10 jours,
l’étude démontre que les souris traitées topiquement à l’aide de gel d’Aloe vera retrouvent une peau
saine alors que celles traitées avec le placebo présentent encore des signes de dermatite atopique.
De plus, cette amélioration serait à mettre en corrélation avec une baisse du taux
d’immunoglobuline E. En effet, les IgE sont des anticorps présents dans le cas de certaines maladies
de peau et seraient responsables de démangeaisons, d’inflammation et d’exsudation. Dans le cadre
de cette étude, les IgE diminuent grâce à l’application de gel d’Aloe vera. Ce gel pourrait donc
permettre d’inhiber les lymphocytes responsables de la production d’IgE et donc de réduire
l’inflammation.


Figure 13 : Observation de peau atteinte de dermatite atopique traitée par placebo (A) et par Aloe vera (B)

Même si cette activité semble efficace, elle n’est pas observée dans toutes les études. Une étude
datant de 2015 [31] a cherché à démontrer l’efficacité de l’Aloe vera sur des plaies buccales infligées
à des rats. Les rats ont été soignés soit par un placebo, soit par une solution à 0,5% d’Aloe vera.
Malheureusement, aucune différence n’a pu être démontrée entre ces deux groupes. Une
concentration trop faible en Aloe vera pourrait expliquer ces résultats mais de nombreuses autres
explications sont possibles.

1.3. Activité antimicrobienne


L’Aloe vera est réputée dans la médecine traditionnelle pour ces bienfaits apaisants et
antimicrobiens. L’activité antimicrobienne a donc été souvent testée dans de nombreuses études
scientifiques. Il a alors été démontré que les anthraquinones présentes dans le latex d’Aloe vera sont
hautement antimicrobiennes. [32] Une fois extraites à l’aide d’un composé éthanolique, elles sont
efficaces contre les bactéries Gram moins (Escherichia coli, Pseudomonas aeruginosa) mais aussi
contre les bactéries Gram plus (Staphylococcus aureus..). Pourtant, ces composés sont très souvent
22

retirés du gel d’Aloe vera à cause de leurs propriétés, leur couleur et leur toxicité, ils ne sont donc
que très rarement présents dans les produits cosmétiques.
Un autre composant, présent cette fois dans le gel d’Aloe vera, a été caractérisé grâce à son activité
antimicrobienne, l’acide fumarique. [33] Il a été testé et a démontré son efficacité contre quatre
bactéries courantes : Staphylococcus aureus, Streptococcus, Escherichia coli et Salmonella. Il serait
donc efficace à la fois contre les bactéries gram plus et gram moins. Cet acide, très connu et utilisé
comme conservateur alimentaire est donc présent dans le gel et fait partie des composés lui
conférant une action antimicrobienne.
La résistance des bactéries étant au cœur des préoccupations actuelles, d’autres études ont été
faites permettant d’isoler quatre autres composants efficaces contre les bactéries : le pyrocatechol,
l’acide cinnamique, l’acide coumarique et l’acide ascorbique. [34] L’Aloe vera est donc encore loin
d’être caractérisé entièrement et d’autres composés dignes d’intérêt pourrait encore être
découverts.
L’activité antifongique de l’Aloe vera a aussi été testé dans différentes études , il a été démontré qu’il
était efficace contre différents types de champignons donc Candida albicans et Trichophyton
rubrum.[35]

1.4. Activité cicatrisante


La cicatrisation résulte d’un mécanisme complexe et le rôle de l’Aloe vera n’est pas encore
déterminé. Une première explication pourrait être la présence d’un grand pourcentage d’eau
permettant de garder la blessure humide et donc d’augmenter le renouvellement cellulaire. Mais
cette explication ne peut être la seule et s’accompagne d’autres facteurs comme une maturation plus
rapide du collagène. [29]
L’activité cicatrisante de l’Aloe vera a pourtant été démontrée dans de nombreuses études. En 2008,
une étude a testé l’Aloe vera sur deux types de blessures, une entaille linéaire et des incisions
« punchs » rondes et profondes. Ces essais ont été faits sur les pattes arrières de lapins et ils ont été
soignés soit par solution saline, soit par 3mL de jus d’Aloe vera. Sur les deux blessures, le groupe de
lapins soignés à l’Aloe vera a récupéré de façon beaucoup plus rapide et sans inconfort
contrairement au groupe témoin qui présentait des gonflements importants et une cicatrisation
lente. L’Aloe vera a même réduit significativement la gravité des incisions « punchs ». De plus,
aucune réaction d’irritation n’a été notée.[35]
Cette efficacité serait due à la grande présence de mannoses qui viennent se lier à la surface des
fibroblastes pour les stimuler et activer une croissance cellulaire plus rapide. [35]
D’autres études ont confirmé une croissance cellulaire plus rapide notamment en cas de lésions de
la cornée chez le rat sain et même chez le rat diabétique. L’Aloe vera pourrait alors être un
médicament sans danger pour les diabétiques ce qui serait une grande avancée scientifique. [36]
L’Aloe vera pourrait aussi avoir une influence sur la synthèse de collagène de type III. Cette action
pourrait alors s’ajouter aux précédentes et réellement favoriser la cicatrisation et même
l’hydratation.[37]

23

2. Toxicité

La toxicité de l’Aloe Vera reste un sujet tabou et peu étudié. Cette plante dite des miracles
bénéficiant d’une histoire vue sous un prisme sans faille permet un marketing hors pair. La
découverte d’une certaine toxicité pourrait alors faire l’effet d’une bombe dans le milieu de la
cosmétique. Aujourd’hui, seul 8% des publications concernant l’Aloe Vera s’intéressent à sa toxicité
et très peu concernent le gel d’Aloe vera. Il existe d’ailleurs une grande disparité entre les résultats
démontrés. Ceci peut s’expliquer par un grand nombre de facteurs différents, notamment les
conditions de vie de la plante (saison, localisation, irrigation...) mais aussi des différences dans la
préparation des gels. [10]

2.1. Toxicité macroscopique


De nombreux scientifiques ont étudié les effets de l’Aloe vera mais seules quelques sensations
d’inconforts et quelques douleurs passagères ont été rapportées. [38]
Historiquement, seul un cas d’eczéma généralisé dû à l’utilisation d’Aloe vera a été recensé sur un
patient de 72ans mais il avait été traité par voie topique et orale et il reste une exception. [39]

2.2. Toxicité microscopique


Une étude datant de 1997 [40], effectuée sur des fibroblastes de poulet, démontre pourtant que
dans certain cas le gel d’Aloe vera peut être toxique pour les cellules. En effet, lorsque le gel est bien
purifié, aucune toxicité n’est démontrée sur la cellule. Par contre, lorsque le gel est utilisé brut, il
comporte des substances à bas poids moléculaire (SBPM) qui provoquent des dommages assez
sévères pour être visualisé à l’aide d’un microscope.


Figure 14 : Observation microscopique de cellules saine (A), cellules altérées par des FBPM (B) et cellules normales traitées
avec du gel d'Aloe vera purifié (C)

24

2.3. Toxicité du latex
Dans l’étude précédente [40], il a été confirmé que l’aloïne présente dans le latex serait elle aussi
responsable du même type de dommages cellulaire que les fractions à bas poids moléculaire.
De plus, une autre étude [41] a démontré que les anthraquinones et en particulier l’aloe-émodine
avait un effet anti prolifique sur les cellules humaines de dix donneurs cultivées in vitro. Les
anthraquinones inhiberaient la croissance des kératinocytes. Ils y seraient même plus sensibles que
les cellules cancéreuses. Cet effet secondaire a été détecté à partir de 1,35ppm alors que dans
l’industrie il y a en moyenne 50ppm d’anthraquinones. Une utilisation d’Aloe vera contenant des
anthraquinones sur une peau brulée ou en pleine cicatrisation pourrait donc avoir pour
conséquence de retarder la réparation de la peau et donc d’être potentiellement dangereuse. Même
si cette utilisation pourrait être intéressante dans le cas de certaines maladies de peau comme le
psoriasis, elle reste inquiétante pour l’usage actuel de l’Aloe vera. Il faut donc être extrêmement
vigilant à la qualité du gel, la vérification de son procédé d’extraction est déterminante.

Même si, à l’heure actuelle, aucune vraie toxicité n’a été démontré pour le gel d’Aloe vera, l’extrait de
la feuille à lui été classé parmi les substances potentiellement cancérigènes (groupe 2B) par l’IARC
(International Agency for Research on Cancer). Il faut donc se méfier des produits utilisant des gels
d’Aloe vera, obtenus par un procédé bas de gamme, qui laisserait des traces de la feuille ou du latex.
[10]

2.4. Réglementation et label


2.4.1. Réglementation européenne
L’Aloe vera est autorisé en vente libre sous forme de poudre ou sous sa forme originale depuis 2008
d’après le décret n°2008-841. La provenance ainsi que la méthode d’extraction ne sont pas
précisées.
2.4.2. Réglementation américaine
L’Aloe vera fait partie des substances surveillées par la FDA. Son latex et l’extrait de fleur ont été
classés parmi les substances OTC dont l’utilisation n’est pas sans risque. [42]Cette décision ne
concerne que l’usage oral de l’extrait, aucune indication n’est actuellement donnée pour l’usage
topique.
2.4.3. Label
Aujourd’hui, grâce à ces bienfaits pour la peau mais surtout à sa popularité, une grande variété de
produits contenant de l’Aloe vera sont disponibles sur le marché. Malheureusement, il n’est pas
évident, pour le consommateur, de distinguer un produit efficace d’un produit altéré ou dosé en
quantité insuffisante. Même si le prix peut parfois être un bon indicateur, il n’est pas toujours
significatif. Acheter le « bon » gel d’Aloe vera reste relativement compliqué pour un consommateur
non averti.

25

Bien que les labels ne soient pas reconnus d’un point de vue réglementaire, ils peuvent parfois
servir de guide et aider le consommateur à se diriger vers un produit de meilleure qualité. Il ne faut
cependant pas oublier qu’un label se paye et qu’un produit non labélisé n’est pas pour autant pire
qu’un produit labélisé.
Concernant les produits à base d’Aloe vera, un seul label est disponible. Délivré
par le Conseil Scientifique International de l’Aloe (IASC), il permet de confirmer
la qualité du produit. En effectuant des tests indépendants, l’IASC dose entre
autres la quantité en acémannane, la présence de glucose et les composés
minéraux en présence. Même si les concentrations demandées ne sont pas
énormes (>5% en acémannane sur l’extrait sec), le label permet surtout de
s’assurer que l’éventuelle présence de maltodextrine est indiquée sur Figure 15 : Label IASC
l’étiquette et que l’aloïne est inférieure à 10ppm. [43]
Ce label étant loin d’être totalement efficace et en l’absence de réglementation, le meilleur moyen
pour profiter des bienfaits, sans être victime des méfaits, est l’intérêt et la recherche d’informations
faîte par le consommateur.

26

CONCLUSION


L’Aloe vera et en particulier son gel et son latex sont utilisés depuis plus de 4000 ans pour leurs
bienfaits thérapeutiques. Comme de nombreuses plantes médicinales, ces remèdes se sont transmis
de génération en génération tentant de soigner du simple bobo aux plus grandes maladies. Pourtant,
mêmes si certains bienfaits semblent ancrés dans les mentalités, ils ne sont pas tous vérifiés et une
plante, aussi naturelle soit-elle, peut tout à fait s’avérer nocive pour l’organisme.
Grâce à la présence de plus de 200 substances, le gel d’Aloe vera regorge de propriétés. Il s’agit
d’une des plantes les plus vendues dans le monde et les publicitaires en font un remède miracle. De
l’action anti-inflammatoire à l’action cicatrisante en passant par l’action antibactérienne et une
potentielle action hydratante, il peut être utilisé de façon topique dans de nombreux produits pour
améliorer la qualité de vie des consommateurs.
De nombreuses interrogations persistent toutefois, les mécanismes d’actions ne sont pas encore
connus et de nombreuses substances restent à être analysées.
La qualité de l’extrait joue aussi un rôle fondamental. Malheureusement, dans un monde
économique mondialisé, de nombreuses dérives voient le jour et le profit peut parasiter la qualité.
Des produits ne contenant peu ou pas d’Aloe vera voient le jour, d’autres le dilue simplement ou
utilise un procédé moins performant altérant ses propriétés.
Il appartient alors au consommateur de se renseigner, de ne pas faire preuve de naïveté face au
marketing et de faire vivre (grâce à la loi de l’offre et de la demande) les produits de qualité qui
peuvent donc apporter des résultats.
Finalement, parmi les 300 espèces d’Aloe répertoriées, seule l’Aloe vera est commercialisée à des
fins cosmétiques ou pharmaceutiques. Il y aurait alors surement de nouvelles pistes de recherche à
exploiter pour découvrir d’autres propriétés de cette grande famille et peut-être même la nouvelle
plante magique [29].

27

BIBLIOGRAPHIE


1. Leaderplant Aloe Vera : La plante miracle http://www.leaderplant.com/blog/aloe-vera-la-plante-
miracle (accessed Nov 2, 2016).
2. Comment économiser 40 utilisations de l’Aloe Vera qui vont vous stupéfier !
http://www.comment-economiser.fr/utilisations-aloe-vera.html (accessed Nov 2, 2016).
3. Thomas L’aloe vera - La plante de l’immortalité http://www.vitalite-plus.fr/aloe-vera-plante-de-
immortalite/ (accessed Nov 2, 2016).
4. ALOE VERA : Propriétés, Bienfaits, Posologie, Effets ? http://mr-ginseng.com/aloe-vera/.
5. Nature, U. Aloe Vera : La plante de la peau http://www.univers-nature.com/durable-
co/sante/aloe-vera-51405.html (accessed Nov 2, 2016).
6. ESHUN, K.; HE, Q. Aloe Vera: A Valuable Ingredient for the Food, Pharmaceutical and Cosmetic
Industries—A Review. Crit. Rev. Food Sci. Nutr. 2004, 44, 91–96.
7. World Health Organization WHO monographs on selected medicinal plants. Essent. Med. Heal.
Prod. Inf. Portal 1999, 1, 183–194.
8. Boudreau, M. D.; Beland, F. a An evaluation of the biological and toxicological properties of Aloe
barbadensis (miller), Aloe vera. J. Environ. Sci. Health. C. Environ. Carcinog. Ecotoxicol. Rev. 2006, 24,
103–154.
9. Rodríguez Rodríguez, E.; Darias Martín, J.; Díaz Romero, C. Aloe vera as a functional ingredient in
foods. Crit. Rev. Food Sci. Nutr. 2010, 50, 305–326.
10. Guo, X.; Mei, N. Aloe Vera - A Review of Toxicity and Adverse Clinical Effects. J. Environ. Sci.
Health. C. Environ. Carcinog. Ecotoxicol. Rev. 2016, 501, 0.
11. Of, J.; Agricultureenvironment, F. Aloe vera : A plant for many uses Aloe vera : A plant for many
uses. 2016, 245–249.
12. Femenia, A.; Sánchez, E. S.; Simal, S.; Rosselló, C. Compositional features of polysaccharides from
Aloe vera (Aloe barbadensis Miller) plant tissues. Carbohydr. Polym. 1999, 39, 109–117.
13. The International Aloe Science Council Labeling, Guidance, Definitions; 2009.
14. Inguez-Fern´, R. N. D.; Andez1, I. A.-V.; Azquez2, J. J. C.-P.; Erez1∗, J. S. W.-C.; J. S. Alvarado-Gonz´
alez1, G. C.; On-Dom´; Inguez1, V. G.-F. Y. G. F. G.; Errez-L´; Opez1La, E. I. E. N. Revista Mexicana de I
ngeniería Q uímica. Rev. Mex. Ing. Química 2012, 11, 23–43.
15. Atherton, P. Aloe vera: magic or medicine? Nurs. Stand. 1998, 12, 49–52, 54.
16. Grindlay, D.; Reynolds, T. The Aloe vera phenomenon: A review of the properties and modern
uses of the leaf parenchyma gel. J. Ethnopharmacol. 1986, 16, 117–151.
17. Global demand for Aloe Vera Extracts to Reach 60,720 tonnes in 2016
http://www.futuremarketinsights.com/press-release/aloe-vera-extracts-market.
18. Ramachandra, C. T.; Srinivasa Rao, P. Processing of Aloe vera leaf gel: A review. Am. J. Agric. Biol.
Sci. 2008, 3, 502–510.
19. Choi, S.; Chung, M. H. A review on the relationship between aloe vera components and their
biologic effects. Semin. Integr. Med. 2003, 1, 53–62.
20. Ni, Y.; Turner, D.; Yates, K. M.; Tizard, I. Isolation and characterization of structural components
of Aloe vera L. leaf pulp. Int. Immunopharmacol. 2004, 4, 1745–1755.
21. Lee, H.-Z. Effects and mechanisms of emodin on cell death in human lung squamous cell
carcinoma. Br. J. Pharmacol. 2001, 134, 11–20.
22. Ray, A.; Aswatha, S. M. An analysis of the influence of growth periods on physical appearance,
and acemannan and elemental distribution of Aloe vera L. gel. Ind. Crops Prod. 2013, 48, 36–42.
23. Pellizzoni, M.; Ruzickova, G.; Kalhotka, L.; Lucini, L. Antimicrobial activity of different Aloe
barbadensis Mill. and Aloe arborescens Mill. leaf fractions. J. Med. Plants Res. 2012, 6, 1975–1981.
24. Chun-hui, L.; Chang-hai, W.; Zhi-liang, X.; Yi, W. Isolation, chemical characterization and
28

antioxidant activities of two polysaccharides from the gel and the skin of Aloe barbadensis Miller
irrigated with sea water. Process Biochem. 2007, 42, 961–970.
25. Bozzi, A.; Perrin, C.; Austin, S.; Arce Vera, F. Quality and authenticity of commercial aloe vera gel
powders. Food Chem. 2007, 103, 22–30.
26. Kim, K.; Lee, J.; Gyuun, D.; Kim, M.; Park, J.; Shin, Y.; Lee, S.; Jo, T.; Oh, S. The development of a new
method to detect the adulteration of commercial aloe gel powders. Arch. Pharm. Res. 1998, 21, 514–
520.
27. Fox, L. T.; du Plessis, J.; Gerber, M.; van Zyl, S.; Boneschans, B.; Hamman, J. H. In Vivo skin
hydration and anti-erythema effects of Aloe vera, Aloe ferox and Aloe marlothii gel materials after
single and multiple applications. Pharmacogn Mag 2014, 10, S392-403.
28. Dal’Belo, S. E.; Rigo Gaspar, L.; Maia Campos, P. M. B. G. Moisturizing effect of cosmetic
formulations containing Aloe vera extract in different concentrations assessed by skin
bioengineering techniques. Ski. Res. Technol. 2006, 12, 241–246.
29. Reynolds, T.; Dweck, A. C. Aloe vera leaf gel: A review update. J. Ethnopharmacol. 1999, 68, 3–37.
30. Finberg, M. J.; Muntingh, G. L.; van Rensburg, C. E. J. A comparison of the leaf gel extracts of Aloe
ferox and Aloe vera in the topical treatment of atopic dermatitis in Balb/c mice.
Inflammopharmacology 2015, 23, 337–341.
31. Coelho, F. H.; Salvadori, G.; Rados, P. V.; Magnusson, A.; Danilevicz, C. K.; Meurer, L.; Martins, M. D.
Topical Aloe Vera (Aloe barbadensis Miller) Extract Does Not Accelerate the Oral Wound Healing in
Rats. Phyther. Res. 2015, 29, 1102–1105.
32. Pandey, R.; Mishra, A. Antibacterial activities of crude extract of aloe barbadensis to clinically
isolated bacterial pathogens. Appl. Biochem. Biotechnol. 2010, 160, 1356–1361.
33. Chang, L.; He, -Liang; Fu, B.-D.; Shen, H.-Q.; Jiang, X.-L.; Wei, X.-B. Fumaric acid, an antibacterial
component of Aloe vera. African J. Biotechnol. 2011, 10, 2973–2977.
34. Lawrence, R.; Tripathi, P.; Jeyakumar, E. Isolation, purification and evaluation of antibacterial
agents from Aloe Vera. Brazilian J. Microbiol. 2009, 40, 906–915.
35. Jia, Y.; Zhao, G.; Jia, J. Preliminary evaluation: The effects of Aloe ferox Miller and Aloe
arborescens Miller on wound healing. J. Ethnopharmacol. 2008, 120, 181–189.
36. Kamal, T. Aloe vera gel Facilitates Reepithelialization of the Cornea in Normal and Diabetic Rat.
2015, 2019–2026.
37. Curto, E. M.; Labelle, A.; Chandler, H. L. Aloe vera: An in vitro study of effects on corneal wound
closure and collagenase activity. Vet. Ophthalmol. 2014, 17, 403–410.
38. Thangphaet, C. Effect of Aloe vera gel to healing of burn wound – a clinical and histologic study
Effect of Aloe Vera Gel to Healing of Burn Wound a Clinical and Histologic Study. 1995.
39. Ferreira, M.; Teixeira, M.; Silva, E.; Selores, M. Allergic contact dermatitis to Aloe vera. Contact
Dermatitis 2007, 57, 278–279.
40. Avila, H.; Rivero, J.; Herrera, F.; Fraile, G. Cytotoxicity of a low molecular weight fraction from
Aloe vera (Aloe barbadensis Miller) gel. Toxicon 1997, 35, 1423–1430.
41. Djordjevic, V.; Trajkovic, V. Aloe-emodin inhibits proliferation of adult human keratinocytes in
vitro. 2012, 302, 297–302.
42. Status of certain additional over-the-counter drug category II and III activ ingredients; 2002.
43. IACS, I. A. S. C. Certification Program Policies & Operational Procedures. Int. Aloe Sci. Counc.
2010.

29

Résumé

L’aloe vera est une plante utilisée depuis plus de 2000 ans pour ses bienfaits thérapeutiques. La
feuille et en particulier le gel et le latex sont les plus utilisés. La méthode d’extraction est
extrêmement importante car elle définit la qualité de l’extrait. La feuille doit être conservée au
frais et utilisée le plus rapidement possible puis s’en suit une série de découpes, filtrations et
traitements chimiques afin d’obtenir le gel puis l’extrait sec d’Aloe vera.
Plus de 200 substances sont présentes dans le gel d’Aloe vera. Les polysaccharides sont
majoritaires mais il est aussi possible de retrouver des protéines, des glycoprotéines, des
vitamines, des minéraux, des enzymes ainsi que des substances à bas poids. La
composition peut énormément varier d’une plante à l’autre suivant sa situation géographique,
son âge ou la saison. Il est donc impossible de caractériser chaque élément.
L’Aloe vera est très utilisé dans le domaine cosmétique puisqu’elle a une activité hydratante
mais aussi cicatrisante et anti-inflammatoire sans pour autant être toxique. Il faut cependant
faire attention à la qualité de l’extrait car dans le commerce il est souvent altéré ou modifié.


Abstract

Aloe vera is a plant used for more than 2000 years for it’s therapeutical benefits. The leaf and
more precisly the gel and the latex are the most used parts. The processing is very important
because it define the extract quality. The has to be keep in a cold place and processed as quick
as possible. After that, it is cut, filtrated and traited with chemistry compounds to obtain the gel
and then the extract.
More than 200 compounds have been found in Aloe vera. Most of them are polysaccharids but
there are proteins, glycoproteins, vitamins, minerals, enzymes and low molecular weight
molecules. The composition can change a lot from a plant to another because of it’s geographic
location, it’s age or the season. Therefore, it is impossible to caracterise completly every
compound.
Aloe vera is used a lot on cosmetics because of it’s hydrant, wound healing and inflamatory
effects. Finaly Aloe is not toxic but it has to be carreful with it’s quality because the one found in
store can be altered or modified.

30