Vous êtes sur la page 1sur 8

de

GPEE19.

Vous vous peut-être déjà demander que serait la terre dici 100 ans ? Dans quelles conditions vivront nos petits enfants ou même nos enfants ? Ce que vous pourriez faire pour moins nuire à la notre planète?

Vous l’aurez peut-compris, le thème que nous allons abordé aujourdhui avec nos invités est « l’éducation à l’environnement et au développement durable dans notre société » en abrégé EEDD

Bonjour a tous et bienvenu dans le nouveau numéro de notre émission « ça se discute »

LEEDD est un concept qui vise « à diffuser des connaissances et des valeurs, à promouvoir des comportements et à développer des compétences nécessaires pour participer de façon responsable et efficace à la prévention et à la solution des problèmes liés à la vie humaine

dans l’environnement, et au maintien (ou à la restauration) de la qualité de l’environnement ».

Nous avant avec nous aujourd’hui

Madame JRONDI Salima, Ministre de l’énergie et de l’environnement

Monsieur TAMRAOUI Hassan, vous êtes Acteur de la société civile

Madame ABOUDAOUD Souad, vous êtes Chef de l’entreprise EL OUAFA Production

Madame BOUAMOUD Khaoula qui est la présidente de l’APE

Monsieur OUBANHAR Mehdi

Monsieur ESGANI Mohamed Amine, journaliste

Avant de rentrer dans le vif du sujet, Je vous invite tout de suite à regarder un petit extrait dun reportage réalisé par deux de mes confrères français Cyril Dion et Mélanie Laurent qui, suite à la publication d’une étude qui annonce la possible disparition d’une partie de l’humanité d’ici 2100, partis avec une équipe de quatre personnes enquêter dans dix pays pour comprendre ce qui pourrait provoquer cette catastrophe et surtout comment l'éviter. Durant leur voyage, ils ont rencontré les pionniers qui réinventent l’agriculture, l’énergie, l’économie, la démocratie et l’éducation.

Q1 : Le contexte de L’EDD ? Khaoula

Q2 : Comment peut-on élaborer une stratégie EDD ? Mehdi

Q3 : Les outils de mise en oeuvre de l’éducation environnementale et au développement durable ? Hassan

Q4 : Mode d’intégration de l’EDD formelle ? Mehdi

Q5 : Comment rendre le développement durable moins destructeur de la nature dont il faut préserver les équilibres entre le présent et le futur ? Med Amine

Q6 : Les efforts dans lentreprise ? Souad

Q7 : Quels sont les efforts déployés pour mettre en place l’éducation au DD et comment lEtat se prend pour changer les mentalités et les comportements ? Salima

Q8 : Les efforts de l’APE ? Khaoula

Q9 : Quelles sont Les conditions minimales d’une communication ‘efficace’ ? Med Amine

Q10 : Comment mobiliser l’ensemble des acteurs publics, privés, associatifs pour faire de l’EEDD un projet collectif fédérateur et porteur d’exemplarité ? Hassan

Q11 : Les résultats dans lentreprise ? Souad

Q12 : Quels sont les résultats constatés depuis l’instauration du DD ? Salima

Q13 : Quels sont les défis de l’état pour les années à venir ? Salima

Q1 :Le contexte de L’EDD ? Khaoula

Comme nous avons tous connus aujourd’hui, nous sommes confrontés à des défis mondiaux, correspondant aux changements climatiques, la qualité de l’air, la préservation sur la biodiversité et la gestion des ressources et des énergies. Ces défis sont caractérisés par l’indépendance de processus économiques, sociaux, et environnementaux qui donnent des conséquences catastrophiques sur les différents échelles soit local, national, ou bien mondial, et pour cela dans les années 80 le concept de développement durable est apparu, il prend en compte des problème complexes et des interactions comme un développement capable de répondre aux besoins du présent sans épuiser la capacité des générations de futures c’est-à- dire il intègre les différents aspects de notre vie quotidienne, maintenant mais aussi à venir par un processus d’amélioration continue sur les trois dimensions : économie, social et environnement

Q2 : Comment peut-on élaborer une stratégie EDD ? Mehdi

1-Faire un diagnostic: Quels sont les problèmes & l’état des lieux actuel ?

i. Analyse de la situation générale ii. Synthèse des problèmes environnementaux

2-Pourquoi ces problèmes existent-ils ?

3-Identification de types d’éducation ( formelle, n formelle, informelle)

4-les cibles ?

5-Définition des compétences, des objectifs

6-Les messages clés.

7-les méthodes et les outils- canaux à utiliser

8-la stratégie d’évaluation et de communication

9-La planification de la mise en oeuvre

10-les exigences de la mise en oeuvre (humaines, matérielles & autres)

11-suivi & évaluation de la mise en oeuvre

12-Mise à jour périodique

Q3 : Les outils de mise en oeuvre de l’éducation environnementale et au développement durable ? Hassan

les outils utilisés pour la mise en oeuvre du DD varient selon le contexte et les besoins. On peut les classifier selon les différentes approches :

Des outils pour l’approche humaniste L’approche humaniste considère que le bien-être de l’humain et sa qualité de vie sont les objectifs du développement. Plusieurs outils du DD sont associés à cette approche :

Les outils de mobilisation, de sensibilisation et de l’environnement (ÉRE) et l’éducation relative du développement durable (ÉRDD) Les outils

de sensibilisation et de l’environnement (ÉRE) et l’éducation relative du développement durable (ÉRDD) Les outils

de prise en charge du DD par les collectivités. Les outils de renforcement des capacités,de développement des compétences

Des outils pour l’approche environnementaliste

Cette approche fait de la protection de l’intégrité des écosystèmes, de la biosphère et de la biodiversité les objectifs premiers du DD.

Elle sollicite les outils de protection et conservation (parfois intégrale) du territoire et du capital naturel, considéré comme inaliénable. Si la conservation des écosystèmes naturels est pertinente, l’application radicale de ces outils peut faire passer les besoins humains au second plan.

Des outils pour l’approche écologiste L’approche écologiste ou systémique conçoit que les humains font intégralement partie des systèmes écologiques. L’environnement, la société et l’économie sont perçus comme interdépendants.

Cette approche utilise par exemple divers outils de gestion intégrée des ressources et du territoire.

Des outils pour l’approche territoriale

Dans cette approche, les considérations territoriales assurent une prise en compte des inégalités sociales et écologiques auxquelles le DD doit trouver réponse. Cette approche valorise une gouvernance territoriale décentralisée (souvent par les administrations locales) par le recours à des outils tels : Les outils de planification territoriale; La gestion par bassin versant; Les outils d’urbanisme durable et les concepts reliés (nouvel urbanisme, smart growth, etc.).

Des outils pour l’approche éthique : L’approche éthique fonde l’application du DD sur des valeurs et sur la cohérence entre ces valeurs et les actions mises en oeuvre. Il s’agit d’un questionnement continuel des discours et des actions qui sollicite des outils tels :

Les outils dialogiques et les processus de collaboration;

Q4 : Mode d’intégration de l’edd formelle ? Mehdi

Pour ce répondre à cette question je commence par :

-La nécessité d’adaptation aux contextes et aux contraintes du milieu éducatif;

-L’importance de suivre un cheminement logique (depuis la définition des besoins en terme de priorités environnementales jusqu’à la production des supports pédagogiques et la formation des formateurs).

-Le choix de mode d’intégration (discipline distincte, intégration dans des matières existante sous forme des modules ou refonte des contenues, activités parascolaires) ;

-Les clubs de l’ERE une opportunité à promouvoir.

Q5 : Comment rendre le développement durable moins destructeur de la nature dont il faut préserver les équilibres entre le présent et le future ? Mohamed Amine

Autrement dit c’est comment rendre le DD plus efficace ; c’est tt simplement par une contribution efficace au DD si on commence par la définition d’un DD et essayons de le décortiquer on trouve que le DD est une combinaison entre l’efficacité économique, l’équité sociale et la qualité environnementale. Ces trois aspects fondamentaux de notre société s’appuient sur 4 principes principaux :

La solidarité

Elle doit exister à tous les niveaux : entre les pays, les peuples, les générations, entre les membres d’une même société afin de permettre la redistribution des ressources de la Terre de façon équitable tout évitant le gaspillage pour que nos enfants n’en manquent pas.

La participation

Chacun doit participer à son niveau à la mise en place de projets durables.

La prévention

Les décisions doivent être prises ensemble pour éviter tout risque de catastrophe sanitaire ou environnementale.

La responsabilité

Chacun est responsable : l’agriculteur, l’industriel, le gouvernement , l’entrepreneur , le simple citoyen et doit être dans l’obligation de réparer les dégâts qu’il aura pu causer ; donc nous pouvons tous, à notre niveau, contribuer de façon personnelle, au développement durable en nous posant quelques questions toutes simples lorsque nous faisons une action ou réalisons un achat. Ce que je fais est-il bon pour la planète ? Le produit que j’achète est-il équitable ? D’où vient-il ? Comment et par qui a-t-il été fabriqué ? Son commerce permet-il d’en vivre dignement ? Contribue-t-il au gaspillage des ressources ? Nous devons tous modifier nos comportements en ce sens pour être plus efficaces, plus performants et plus sobres, par exemple en :

Achetant des aliments de saison, produits localement et peu transformée

Triant les déchets

Roulant avec des pneus adéquatement gonflés

Roulant avec un véhicule électrique dans la mesure du possible

• En choisissant des produits respectueux de l’environnement certifiés par un label

écologique et cette contribution personnelle ne peut etre adoptée par l'individu que par une éducation au DD et c’est le role du gouvernement en premier lieu

Q6 : Les efforts dans lentreprise ? Souad

Q7 : Quels sont les efforts déployés pour mettre en place l’éducation au DD et comment changer les mentalités et les comportements ? Salima

Nous avons commencé en 2005 pour atteindre un objectif de permettre l’intégration des valeurs inhérentes au développement durable dans tous les aspects de l’apprentissage et d’encourager les changements de comportement qui permettront à une société plus durable et

plus juste. Chose qui nous serra favorable en tant que pays et nous servira à continuer à améliorer notre classement mondial.

L’éducation pour le développement durable contribuera à former des citoyens et des cadres mieux préparés à répondre aux défis du présent et du futur mais aussi des décideurs qui agiront de façon responsable pour créer un monde durable.

Cinq types d’apprentissage fondamental ont été identifiés : apprendre à connaître, apprendre à faire, apprendre à être, apprendre à vivre ensemble, apprendre à changer et à changer la société.

Les formes de la communication du DD sont multiples, on y distingue : communication institutionnelle, (construire une image valorisante d’une entreprise ou d’une organisation), le marketing vert (promouvoir un produit sur la base de ses qualités environnementales mais aussi sociales) ou aussi appelé communication produit, le marketing social (promouvoir auprès des consommateurs des comportements responsables ou durables) , et le marketing responsable (développer et promouvoir la responsabilité des entreprises en matière de communication).

Pour ta deuxième question, on procède généralement, pour influencer le comportement des citoyens, à les inciter à s’engager par différents actes, ce qui les poussent à adapter les comportements à notre faveur. On adopte également la méthode de la communication persuasive pour créer chez le récepteur la volonté de répondre aux questions : « qui dit quoi, à qui, dans quel canal, en lui faisant faire quoi, et avec quel effet comportemental ? »

Q8 : Les efforts de l’APE ? Khaoula

Nous comme une agence de la protection de l’environnement parmi nos métiers principaux on fait les sensibilisations de publics par mettre en oeuvre des compagnes de communication pour faire évoluer les mentalités, les comportements et assurer un rôle de conseil pour orienter les choix des acteurs socio-économiques et élaborer des outils et des méthodes adaptés à leurs attentes, plus que notre agence déploie des types de soutien financier gradués et favorise la mise en oeuvre de références régionales et nationales, dans ce sens de sensibilisation on fait des concrets pour renforcé l’échange sur l’éducation à l’environnement et développement durable et on fait des offres de formations pour contribuer à la reconnaissance et à la valorisation des métiers liée à l’éducation à l’environnement et on organises des journées pour montrer l’importance de cette protection de l’environnement.

Q9 : Quelles sont Les conditions minimales d’une communication ‘efficace’ ? Mohamed Amine

Une communication efficace c’est une communication sainte qui est loin d’etre abusive ou partielle : le défaut d’information et les allégations trompeuses sont aujourd’hui fortement dénoncés par la société, La communication abusive renvoie également à l’utilisation d’arguments éthiques non justifiée par une politique volontariste d’entreprise (greenwashing) ou encore à l’utilisation d’images dégradantes des femmes et des minorités. Qui est loin aussi d’etre une communication commerciale

adressée aux mineures ( ou encore un ciblage dangereux ) en particulier dans les secteurs qui touchent à la santé des individus. Donc les conditions minimales sont : premièrement la

Sincérité et la transparence : Le respect des exigences fondamentales de sincérité et de transparence constitue bien sûr le socle d’une communication à la fois légitime et pertinente.

Cohérence : la cohérence est un principe sur lequel repose une communication efficace Celui-ci permet à l’entreprise de prendre des initiatives qui sont en adéquation avec la réalité de ses activités et avec l’image qu’elle véhicule. En effet, une communication a plus de chance d’être

efficace quand elle anticipe et propose .

Crédibilité : La crédibilité d’une action de communication ou de marketing se construit à plusieurs niveaux :

en

adéquation avec les

Une

stratégie

intégrée

de

développement

durable

sur

le

plan

opérationnel

messages de l’entreprise ou de l’institution.

organisations internationales).

Des

partenariats

avec

des

organisations

légitimes

et

indépendantes

(ONG,

L’utilisation de labels attribués par des organismes indépendants ou la référence à des codes de conduite spécifiques, en particulier dans le cadre du marketing vert.

Q10 : Comment mobiliser l’ensemble des acteurs publics, privés, associatifs pour faire de l’EEDD un projet collectif fédérateur et porteur d’exemplarité ? Hassan

je pense qu’on doit renforcer la connaissance et la reconnaissance de l’éducation environnementale et au développement durable, car Promouvoir un projet collectif relatif à l’éducation suppose d’avoir à disposition un corpus suffisamment riche et scientifiquement étayé. Cela nécessite également qu’un lien soit tissé entre la recherche et la société.

plus généralement, il est urgent de soutenir la recherche en EEDD, en créant lesconditions favorables à l'émergence d'une recherche structurée et reconnue avec deux objectifs prioritaires qui sont d'une part l'analyse des dimensions psychologique et sociologique des changement à instaurer, d'autre part le développement des liens entre les chercheurs et les praticiens afin qu'ils puissent s'enrichir réciproquement

et je pense aussi que les actions de sensibilisation et d’éducation à l’environnement et au développement durable devraient faire l’objet de financements pluriannuels, en envisageant notamment la création d’un fonds régional dédié à l’EEDD.

Q11 : Les résultats dans lentreprise ? Souad

Q12 : Quels sont les résultats constatés depuis l’instauration du DD ? Salima

Notre but était depuis le début de créer ou plutôt persuader les citoyens à changer leurs comportements afin d’obtenir ce que nous appelons : les consommateurs verts. Cette notion se base sur le fait que le citoyen consomme de manière responsable. On y trouve les ‘true blues’ qui présente la population avec de fortes convictions environnementales, ce sont les individus politiquement et socialement très actifs.

Les ‘Greenbacks’ sont les consommateurs ne sont pas actifs sur le plan politique mais sont prêts à encourager les produits verts et payer jusqu’à 22% plus, ils présentent une minorité qui ne dépasse pas 5% de la population.

On y trouve aussi les ‘Sprouts’ qui ne croient pas en rôle de l’individu en ce qui concerne la protection de l’environnement, ils sont plutôt mal informés sur les problèmes environnementaux, et cette catégorie est celle qui nous concerne du côté de la sensibilisation en adition à une autre catégorie dite les ‘Basic Browns’ qui se sentent peu concernés par l’environnement.

Au-delà de ça, il existe des bénéfices pour les entreprises, soit sur le côté économique et financier, politique et social, ou encore des bénéfices de différentiation et de positionnement sur le marché.

Q13 : Quels sont les défis de l’état pour les années à venir ? Salima

Les défis qu’on pourra envisager sont nombreux, soit sur le plan légal pour les entreprises sous forme de class-actions qui présentent des risques financiers et de réputation pour les entreprises et parfois même pour le pays tout entier. On peut envisager aussi le risque d’inefficacité de la communication du DD. Bref, le défi réside dans le fait de rester performant tout en protégeant l’environnement.