Vous êtes sur la page 1sur 27

l roprtéié

J
de-7'JSch'tew .

J22Í.JI.
DE LA VI E L L E

L a . Vielle est ur ?inlmment a córele, a g r e a b l e , brillant eí bon pour jouer seul et íaire
danser . J'ai choisi les plus jolis airs connus, ou j ' a i marque le d ó i g t e pour la facilite de ceux
qui veulent.apprendre d'eux menies n'etant poirit a. portee d'avoir des M a i t r e s , ou s'ilsenont
a pouvoir etudier leur l e c o n s .

A p r e s les airs qui sont doigte's , j ' e n donne a deux V i e l l e s . L e s airs' qui sont de moi
sont marquées d'une etoil a i n s i ' ( i l - f a u t rémarquer que la plupart des airs qui se jouent sur
la V i e l l e ne passent pas le Re d'erí-haut.
L a V i e l l e est un niotiocorde au quel on a ajoute' un* c l a v i e r .

A R T I C L E I e r

De> lev poj-itiow de lev íi^jie


L a Vielle s' alta che avec une ceinture au't.our du corps de maniere qu'elle ne vacille
p o i n t , il faiil poser la tete de P Instrument sur la cuisse g a u c h e , qué . P o n tient plus basse que
la droite et teñir la V i e l l e de facón que les touches du clavier soient au dessous de 1' Ins -
frument ,.pour q u ' e l l e s puissent r e t o m b e r aisement avancer le pied gauche plus que le droit ,
se (enir d r o i t , la* main gauche avaneee sur le dessüs du clavier , a r r o n d i r les doiffts pour les
rendre tous de la me me longueur ; excepte le pouce qui ne sert point.
De lev Manivélle '
La Manivélle se tient de la main droite entre 1c p o u c e , le p r e m i e r et le secod .doigts ^
k pouce pose sur la M a n i v é l l e et ne la pas t r o p serrer ; d'autres la t i e n n e n t dans la paume
de la main , les doigts fermes . •

A R T I C L E IIT
]\Ianier& cL cuacorder Lev T^etle*
L a Vielle est un Instrument monte' de six cordes a bovau les deux qui passent dans le
clavier se nonuuent Chanterelles et s ' a c c o r d e n t en Soi'A lünisson ( A ) celle appellee Trompetíe
en Vt ( B ) possee derriere le clavier et celle qui est au dessous nomniee la Mouchc a P o c t a v e V
des Chanterelles ( c ) la prenitiere corde dessous le clavier qui est ordinairement fullees en argent,
q u ' o n appelle p e t i t Bourdon , s ' a e c o r d e en Ut ( D ) a. P octave au dessous de la T r o m p e t t e , la
secunde corde aussi Pillee en argent nommee le gros Bourdon s'accorde en Sol ( E ) a l'óctave
au deussous de la . M o u e h e . 1

Chanterelle La Trompette La Mourlie Petit Bourdon oteros Bourdon

-e- c D
B

3221.R.
MITRES MA»U:RT: D'ACCORDER

• s,
A On aeeorde d'abord la rorde nommee Trompette" en Ut ( A ) ensuite les deui eordes dans

le elavier H runisson du Sol ( B.) et l a q u i n t e


N
un peu faible sur 1' Ut ( A ) ainsi que les quintes

C * I ) • E • F.) et celles ( G « H • 1 . ) un peu moins , et a l ' e g a r d des autres quintes"^ K • L • M • N . ) un

peu phis l'ortes; il faul avoir soin d'accrooher la Trompette , apres que la quinte Sol (B) et

les, octaves d ' Ut sont aecordees.

i
_ Y, • • G
„ A B ^ n n F -
r*—— —3^5—' p i—1— 1 1 O — i — — 1
¡ a o ¡
. O .. Tu 1 —i—i——* ©—i 7f-
m- 1—G = ± í = —ii — : 1

-A. i
-O-

N • v 4=

Ici oq accorde a Poetare les Notes d'en -haiit sur


celles d'en bas.
J

Le Ton le plus ordinal re de la "Vi elle .est en Ut, pour lors on accroche le gros Bourdon

Sol ( F. ) et on laisse les autres eordes ( A * B . ' C . D . )

•Qnand on joue en Sol on aecroclie le petit Bourdon Ut ( B J pour se servir du.frros

Bourdon Sol: ( H ) et F o n monte la Tnrji-mp ette d'un Ton plus haut , qui est (G)

síócord en U í ^iveorcl erv Sol


Sol Ut 'So] Sol
y Gí- n
y
ijfiy f^¡ >-)
1/ "v
y

Remarques que les deux Bourdons. ne se trouvent jamáis ensemble . L a eorde nommee

T r o m p e t t e ( B ) est posee sur un petit Chevalet m o t i l e , qui lui fait imiter le nuiu qu'elle

p o r t e , en serrárit plus ou moins fort la petite eorde qui t i e n t a ce Chevalet , dont l a - C h e -

- ville est sur la queue de la Yielle.

A R T I C L E III m e

De las mamere- d& (jou-verner lev Roae

SHIIS la Roue la \ i e l l e ne peut donner aueun son,* de sorte que la Roue est pour
la "Vit-llc ce que F Arehet est pour le- V i o l ó n .

Le Unir de la Roue est le plus diííicile du jeu de la V i e l l e mais avec un peu de pa-
!-tience on en vient a bout ; la regle la plus sure est de suivre la valeur des Notes.

3 '2 2 Í . R .
On'entend par un toür de Roue de prendre la M a n i v e l l e de la. ma'in droif'c de la

rainener en (ournant au meine endroit dont on a commenee.

Dans les Mesures mar«j - R » d'un ( C <"i 2 ) il faut deux toiir entiers pour une Rondtr

(A) Un (our eniier pour une V fiJanoVie ,^ B ) , Un demi. tour pour une Noire (C) Et un

cruart de tour pour une Croen;-, .! D . ) > ' ,

B c D

Pour la Ronde Pour la Blanche Pour la Noire Pour la Croché .


deux tour UJI tour uu demi tour na quart de tour.'

ARTICLE IV". e

D& La, maniera Je ponvennen La, Roii& pour Le¿ Noteé poittféoít .

Cormue le point a cote' d'une Note 1*augmente de m o i t i e ' , il faut par conse'qúént pro-

-longer aussi le tour de la Roue de moitie'. Dans la mesure maraue'e par un ) Barre'

ou par un ^ 2 ) pour la Blanche pointe'e ^ O ' ) un tour et demi. ^ A ) et pour la N o i r e poin-

-te'e ( |* )!
trois quart de tour ( B ^ dans cette mesure les simples crochés se jouent ine'gales.

- — " !•
*7 li 10
1

- — ¡ 7 s — — ÉF * ' ti ^

\f-—{— J

meme elTet ni ^me fllVt

-¿hVr-M-TX. -2 M . . ••

Pour la Blancüe poin'tce U i ' " Pour la Noircvpointee.


Le jucine tour de
un tour et demi. Roue ( A ) trois quart de tour. . Roue ( B )

Le meme nombre de tours pour la mesure a deux> cjuatre ( C ) cpi fait a V oreille

le meme efíet que la mesure a guatre tems ou deux tems simple; guand ce sont dcí. airs

tenares ou Andante
Mais dans des airs vifs^ c o m m e A l l e m a n d é s , C o n t r e - danses Süc on ne l'aiit qu'un

tour en inavquant du poigWt premiere' Note de chaqué mesure. Pour faciüfer ceux

3 224 R.
<jti¡ de'sirs connaiíre le rapport. de «es- mesures j»a¡ jouint rletix airs aveo des sienes .
ni) !•'••*''!•
Rapp >.t
r
d?'s la Melare a ^cju^tre tem.4 gil deuar tem-4 simple- aveo cefle cv deua> tem-1.

Mesure a Acnx quatre • - Mesure a quatre tema o » den* íeifca '

Les B'aiidies . .E Coiume . . . . . L e s Rondes ; .. .F

Les Noires ; . . . . . .G Córame ; . . . . Les planches *H

Les Crochés erales ~- ...I Comme Les Noires . K.

Les Crochés poinlees . . . . . . . . L . . . . Comme . . . L e s Noires pointées M

L e s * Doubles c r o H i e s ¿negrales. . N . . ..Comme. . . . . Les Crochés ine'gales .O

0 0 0 _f2_ 0 0 0 -2-
3 5
AIR H

-0- 0 0 0

ir
p-i -i»—r
i¿...
r f y h* 0 f r- . . . 3 ~ _
© - •
1 1
_ j——1|——- p 1^-
o J
H F .
ir ir ir
0-*~\
* 0 - f f i » r —|K—i# » « # * | 0 -0~- f J f L.

LXÍ

G r r

Rapport de (cu I\Ie-1ure cu tnoví ' temé cuveo oelí& cu 1ro¿4 luut

Mesure a trois huit . Mesure a trois tems

Les Crochés se font e r a l e s R Comme L e s Noires se fonl e'gales S

Les Noires T . . . .. .Comme L e s Blanches .Y

Les N o i r e s poinlees . . .Q Comme Les Blanches poirttees X

Les Doubles crochés incóales C o m m e . . . . . . L e s Crochés simples ine'g-ales . . . . .

o .

* 0 f
A l R V V
-0- if
0 0 0
H—b
R

f 0 *• r * f
I I •[

* 0 '* • 0 *
0 0 0

3 2 21.K.
- II l'í-.ul • -i>-,.-; v .r tjiie dans les airs a trois letns. ou trois hitil , ¡I faut comnieneer. la

pi-eniiere mesure .•,.« ton r u , la 1


R o u e ' en l e \ a n í , a fin que la clernirce de chaqué reprise

se ti-oiive en baissanl.

Al* T I C L E V™ '

Div C¿a*vier de lev píe/le et J&g^JSjjppi , yiU' réponÁént au- 'I'.:nhe4

D E F G A B C D E F G
re mi fa so] 'la si ut re mi fa ,«o]

Le Clavier de la V i e l l e est dispose' a peu pres eomme eelui du Clavecín a conipfer . de


puis la cltT de Sol jn-qu'a s» double octave , tant pour les Tons naturels que pour les Diezes
et lu-'mols

L e s Touches N o i r e s servent pour les Tons n a i u r e l s , et les Blanclie pour les Diezes et

les B ( i u o « s . L e s lettres majuscules enseignent le nom des Notes a l'ancienne maniere.

II faut a la V i e l l e poussees les Touches par je bout pour les faire parler.

Les dix Touches blanches, servent en montant de Diezes pour les Touches noires a gau-

-che et en desoendant de Be'mols pour les Touches noires a d r o i t e ,


7

Eícemple;

J L
te

Bemols en descendant

I ! l'aut ohserver que Ton fait sur la nieme Touche le Soi dieze ou Lev b e m o l , {VL) le

Leo dieze ou Si b e m o l , ^ j ) \\U't dieze ou Me b e m o l , ( K ) le Re dieze ou Mi b e ' r a o I , ( L ) le Fcv

dieze ou Sol/ b e m o l , ( M ) de meine pour la seconde octave ( N )

te
1
b

A R T I C L E VI .
m e

De' la* pn.ritinn de la Main , dú dótate et de I'etendue- de la Tíe/fe-

I] faut arrondir les doig-ts de la M a i n gauche p o . r les rendre tons de la menie Ion-

g n e u r . Oíi !¡e se sert jamáis du p o u c e , ainsi tous les ^irs se jouent avec quatre doigfts; son

etendue est de deux octaves en commencant par le SoL a vide (A)

De* l/etendiis du> Cla,vier et de< La* maniere de ¿& doic/ter en>

montant Lee Torvo n,wbxrel4

„ * ¿1 * ^ =

fe
Sol La
-e-

Si Ut Re Mi Fa Sol La ,Si Re Mi Fa Sol


1
4 3 2 1 4 3 2 1 4 '3 2 1 2 1
Ptfi'.r q>;atre doigts Potir quatve d o i g t S j ^ Pofrr quatre d o i g t a ^ e t pour dei

Le Sol/ marque' d ' u n ^ A , * e


fait a vide d'un tour de R o u e sans poser de d o i g l s , en

«u it e le La/ du qua'trienie d o i g i , íe Si du t r o i s i e m e , F Ut du deuxienie et le Re du p r e -

- m i e r , a pres on monte j a s q u ' a u haut du Clavier toujours de quatre en quatre doigts.

Erv dedcenxLant leA TonA Naixirelé

i
32:
32:

Sol Fa Mi Re Ut Si La Sol Fa Mi Re Ut Si Jba Sol


1 2 1 2 3 4 1 2 3 4 1 2 3 4
Pour Sdoigts Pour quatre doigt J^Vimr quatre doigts Pour quatre doigt

Pour bien monter et ' d e s c e n d r e le Clavier il faut que le bras gauche coule sur la

m eme l i g t i e , le coude eleve', a fin que les quatre doigts soient toujours pres a toucher les

Touches par le bout sans e t r e genes.

ARTICLE Vil"."'

Du, coup de> PoKjnet

II faut que le coup du Poifr.net soit net et n ' e n pas donner deux pour la valeur d'une

N o t e , car si on donnoit par e x e m p l e , deux eoups pour une Blanche ce la e x p r i m e r ó i t deux

Noires vojez V exemple. ( l et

£ \ I;M P L E : ,'•

i
3 "11 i .K,
I),MI» l>> , n ! v i : : i i s , o n marque d u poi¡j-nef le tour de la R o u e sur ia p r e m i e r e \ o l t -

• !•;• vli.ique Mesure ( A ) auisi. que pour le Menuet ^B J ce la í'aií sen'ir la cadenee a i . d,n¡> -

••(,!<•, O í dinairemeíii dans les mmrvémens marques d'un ( 2 ou ) h^vv: íl Paul un loor <l

HOIIC pour chaqué mesures ( A , •

\IR GAI

.Pe.re C a j í " i ¡ n
-

•4LJLÉL

_
MENUET

rfffñ

Dans les airs graoieux , les coups de p o i g n e t sont moins fre'quents , cela de'pend plus

du gout. de celui qui joue que des regles , eependant s'il se trouve plusieurs Sol a vides

soií N o i r e s ou C r o c h é s , pour íors ii fauí neeessaivement les marquer du p o i ^ n e t ^ C . D . ^

Dans les mouvements de six huil , il ne Paul donner qu'un tour de Roue pour une

Noire p o m i e e , air.si que pour t r o i * Crochés : a l ' e g a r d de la C r o c h é a pres la N o i r e , elle

se. Fait dans F i n t e r v a l l e d u n lour a F a u t r e


1
(E^

fc-tr
Andante

Charmante Gabriele

y ir
* 0 o
32: 3 C
d—I- 1

AIR GAI
V i i
V^la c><.)<:e o'f-st d'allo.r aun bois

3C
at-h

3 2 2 Mí
ARTICLE v n i r

D& la Cadenee et diu Pin ce

La Cadenee ou t r e m B I e r est un agrément, indispensable, sur tows les Instrumens ainsi

que pour la voix , et se m a r q u e ainsi ( ir ou

Lia Cadenee se p r e p a r e par la N o t e au dessus de celle marque' ainsi ( J p K r . c e mojen

il.n 1
y a qu'un doigt qui leve et bat legerenient .(Vovez P e x e m p l e l' ^r
-

JDans les Tons ( l ' í . ' f Majeurs les Cadenees se font presque toujours sur P aren! dei'ni-r^

Nole Re ( A ) (exemple 2 ? ) et sur le Sí ( b )

. En Ub M i n e u r , la Cadenee sur le R& se. preparé par le Mi bemol,{p) ^ e n


Sol Ma-

•jeur sur le Leu \T)^ et sur le Fa, dieze ^E ^

Le Pincee est le contraire de la Cadenee il se fait sur une N o t e longue en .baltant

une ou deux fois sur la T o u c h e au dessous de la N o t e eeriteí F* G-.H.J

et ilu Plneé'e

IT E X E M P L E
:
RM JTO J1 m „ • - ! * II (0 » » » 1

. , , • A * A
S' 1
EX3MPLE
— ^ tr F
0. 0
En llt Majeur j|(ff) 4>

_F
En Ut Mineur T ~ 3

m
c

^ = 3

H
'" S
" ]
(|9 # ;•;
Majeur I T*)" q" j | "

3 '2 '2 t . K .
ARTICLE I X T

/)<- la maniere rí 1
entretenxr leu fuelle.'

I] faut avoir soin de fems en tenia de mettre a l ' a r h r e de Fer qui tienl a Ja Roue

un peu d'lmile.

Pour adoucir le son des cordes il faut mettre - du cotón fort minee a F e n d r o i t ou

elles posent sur la R o u e ; pour oet effet I'on pince la corde en la t o r d a n t avec le cotón

p o u r . que le cotón s» e n t o r t i l l e autour d ' e l l e , on en m e t moins aux chantereljes il doil elre

tres fin.

. Si la R o u e ne t i r e que des sons a i g r e s , il faut la frotter avec de la coloph.tne mist-

en p o u d r e , que I'on prend avec du cotón .

S'il y a de la crasse. sur la R o u e .uccasíonnee quelque fois pour avoir mis trop di Co-

- lóphane , on la polie l e g e r é m e n t avec de la p r e l e douce .

Quand un Ton n'est pas juste , ce qui depend des Sautereaux, dont chaqué toucli en

a (oujours deux ; pour iors on tient du petit d ó i g l la touche q u ' i l faut accovder ef. avi :- !e

pouce on sonne les deux chanterelles , qui vous font entendre le quel Sautereaux il faul mef-

-tfe plus haut ou plus L a s .

: Quelque fois ie defaut de jiistesse vient des chanterelles qui possent t r o p sur l.i R o u e ,

soit une s:ule corde ou toutes les deux e n s e m b l a ; pour r e m e d i d a ce deífauí on met un

peut de papier ou de parchemin sous íes cordes a l'endroit ou elles posent sur le y.rand

chevalet.

Dans lovites les opera! ions ci-dessus il faut tourner ia Roue toujours rondement.

Pour niotiter et rkscendre les cordes on se sert d'un t o u r n e - v i s pour tourner les chevüles.

Pour conserver la V i e l l e il faut la teñir dans un lieu se? sans etre au scjeil.

Les octaves se font du 1 er


et du petit. doigt
M K M F. T

2 i i ~ * i 2 i 23 2 i 2 i 5 4 5 123j 2 r T T T j T r

Confre danse

2 1 2 3 5 4 3 1 2 1 2 1 4

2 1 2 3 4 2 1 ^ 3 2 1 5 3 4
2 1 2 3

g #
^ O
Con|re danse
j
3 1 i 2 Í 2 '1 3 3 1 2 1

UR
de 1 ' \uteur
2 1 2 3 4ir 2 4 3 2 1 2 3 4 1 3 ^ 1 3 1 | 1

r—m———ai—0-—^ 1 ,—p-—'-0—0—~T~—<*—1 • 0- m _ ,
1 — 1 — —wL—0—wKL s K—_O m m — — ; — i — — r \ 7 r P - G—
1 ! — i 1 -4 H - £ — 1 r 1 — u
1—1—i
3 2 3 2 1 2 , v - t - — 1 1
2 3 2 1 5 2 1 ^ 3 4 1 1
3
3 2 2 í.R
11

AIR
nJ^\ry\^ih\rr-\t'^'W 3 1
j 3 4 3 2
2
3 4 4
3
1 1

ff \ j -T— i^ — f f
i f-p- -
¿_ ,.,aJ i / r
4
4 4 3 2 1 2 4 2 1
2 1 2 1 2 4 3 2.12 4 ^ 2 1 2 5 ^ 1 2 1 2
V ?

i f i T #
-W+-T
ele C-hasse Kg? § ¡ ¡/ fe** r i ^ -
2
1 2 i 4 3 ¿ ' I 2 4 3 5 1
1 2 3 M 3 4

T [ í f ^ T -\ |* f f ff 1
—lt—,—¡¿—4 r r i r
i r i h
4 1 1 3 3 2 1 5 1 2 3 4
2 2 3 4 3 1 5 2 2 2 4 * ] 3

- * - *•
a s 1
r 1 ^ i i kT
4 3 1 39 * 1 3
n 4AL 4A. lt
5 2 3 2 1
2

f ,

i
¿r i? i r i? 0-T) h-

3 ^ 1 2 3 2 4 l —
H r d 5 5, i 3 i .1 2 i 1 2 i
(.7 -í
12

A I R
"V

0+
E ¿ u £ i r - ? r r i y

A 1 R

0 r 0
\ i r

- 0

S Í
a 0

M E N VET ¿X. ^ P
i 1
i : ^
-i 1-

0 g 0
MENUET PC

0
N-, II - 0 * * 0
1
— - 1 — II ffi P P * 1 [ — 4 — f —

0-0-
AIR 32= X2L

^2:
m
r- i . r l . ^ . m -i r ^r^y
1 , ! -j 0—'7-
J *1
AIR a m 2 1*

1
r

L " T ' i
* 1 1 / ~Mf-
_t_—, , —

1 i X • „.

2^

M E n1Nu y. r — — :
0zmXJL^\00 é^JKZ0^^=±
de 1 t-1 I I

.V2 2 f . K .
JE±i^- :r... l s a .^-j _-- ^.
r y ;

' f e

* f 9 +1
fe

ME N U ET
r r r r
d' i'Ajieur

-f-A m ~fe m m f P\ -• p P"*-


—^L. —. — 1
' H f o * H J—-
i—i— \ 0
„,_. . —

ME M ' E T (

de l ' A i i l e u r |

n i ir r r j i i n Í T M Í

4 i r iif'. fi^-gr r i rc^ i •ffi j r i f r a t e s


I ' !"

Al.T/EMANÜE
mm

Z "l 2 i .H.
14

Le Carillo-; T—i—i—^—h 1 f—1


/0\ 0—| r m
0 ~— 1 1
P*-H w
de Dunkerque c 3 3 E i —' " -I
—1 1

£2 » ^ : i

Contre danse
-v—f

-£'» 0 -fzrr
-ffl ! V . (• • « 0
==±=£z: 0
-é- 4 d p 00 m

AnJartt

A I I!

[3 ^
de Fígaro
:

-0^0i -0-^-0

0-0-
Cont re danse

p — ¡ - ^ - i _ i — _ —
^ ! ^ ^
* j * * ; | "'• Fffi 0
' 1 #
*0*?\ |-
#
m

- J l # i J

y -
• 1** 1

MENUET

é — i #r» f f- 1 1 H-,
—# IL
0
~jf • J
2 ^ — i — —
—i H ; ÚJ |0 0^_0_J_
ü i i r
1 | 1—|—,—i 1—

# « 0
vm-A 0-\^9 0 0~ 0
#
9

- 4 L m ¿ m- -j-0 • f*
r
t¿ 0 m

-4^
On dit qn'a quiíize ans
3.'2'21.R.
i b ^ r
A d

Vielle

VKjy-fr- 1 : 1
— f : y 1
— : - '
-°—k

Jl

ffi-T 0 - -4
r - 1
i r
i
f 1
r
11 y
j
1
*
r

ir

<— -+^t..jd.i:.i_-t.-jj
z

AIR Malbourg

fe»
Andante

t i *

MUSF1TTE 3

•í—^ •0*00
• i • 1
— : 1
#
1
1
L
^ *f 1i ' 1

•^p—« :=Hh
1
S í

00 \r-* \m.0*\**-
p ;

3 2 2 t.R.
0 \

j íi' r r ir [_ f r r i- r ¿ • J i - i ' r ^ f ^ r f t r r g
M USETTE

——r -
3 T t
P U S

4 52:

o m 9
*fJT

: r = t

~ '221.R.
A n d a nle
- 'i ^Jt rfü-

M i >. i r r f: <

0 0
m J0Z
h

Aj.LEMANDE

fefi^g#^irrifttric^irai

ff\f0*f \Z

AIR { JL 6 -f-0 0 -
-¿ #•*—k-
1
1 1 h
^ 1

lNotí n oa Colette n e 1
iut trpínpeuse
st po

11 '
£ 0 0 $ ) -0—
• V \¥- — ) V—

3 2 2 1 .K
k
'i*'' ¿s \ C'¿^r \\ { r/i'j-fjr \\>tf
•—
\zffWrAM
*#

p il ¿j r
r .||. * j
f—r-l > 0
W 0f u 0 0 0* 0 f f * 0 "f •
LLIÍ r
5

4b
—f- , ~
0 * éA
-

MARCHE
¡SI
rrrirrrrir^r^i ' i
• a » — i * — r — 1

j J

,^i rirrrrirJiiJ^iJ-^
r

f rr n 0-j
i r Hjj
- 4 —
1
—i— 1
H—gg
j1—1

fmfff
•Q-4--—^0000
00 M0
-ÜLL
'F5 S u

ff-m 0 0- f0 ^
m Mjm |v-—W0_ 0f 0**
M M
— 00+-- f00_f-¿—\
—f~-j—pH—\~r&\^[if~

i r fld r |
*fff
4=ty
0**0.00= • w »~ ~0*-M0\
UJ—F—'
1 — j -i

3 2 2 1 .fl.
Andante

j|
0- -*-0-

C A lí lí I L L O N "f-

c
r II!—-
) f R ~| 1 -——1 —
±1=

bu i*•

< l ' i I I 1 I < 1I

I t I 1 1 1 I

0--m "
1
—¡— -mT?0m - r „ r f1 ^ j 1

5=t^
_ 1 1 W i 5 2 — —flK_.J ^
...

3 2 21.F
VA FU A T I O N

Andante
A
., R
v9J?-f-
de J a r d i n o

£l-mfm +±
IT 11
*m¿0. i
ff mmft r # i r f## _ ií

^=
- r LLj-f-
La
>
*rf- m .00 -
IV , — 1—Át MM '
W W'M-—.
1—i-—i .r

.i,Wfir'r
f-f. 00
- m.m '0 0>m
- — w-m 1

• 0 01*—f-fí-f
fFTFII ^11f - f - r r —
T A N F A R F , / i
¿==t
•IB

>^ # • 01 T
l •" i
— —r
1
— U « 0 0 f ——1—v¿- =
"P., 0.0 H
- : — f - 4 -
i"

\ 000f

ALLEMANDE

3 2 2 t.R.
22

AIR VARIÉ

A.' vo-is diraige


m
mamau
—\—^

i 1 r
0~ 00 0 0
.0 0 \- i . r ~ - 1L . 1\a ....
L,—|—1 - ^ •-
' i i ' L
-t-H 1
I _ i

VA 3

P C *

VA ¡ Ü A T I O N 4 » « RFLJ^i *0 mf\ \
Ma
w
# ^1P~ .

q¡ ¿ J é " * *

IR ¡Ti «
?0*M0» r , iPfzACg:

VAR IA i'IOIN

VARI A T T O N ü

3 2 2 1.K,
r-n p — — i • 1 V I ^ —
AIR VARIÉ f0 00 F f ^ ^
-i—i—••—i i
- f - n; 0 a * *_, 0
¿ *J'J
-0 0* f ' 0 , 0W^''\ :
= t
= i u
-w¡—•
1

0'0 a^é 791

3E

VARI A T I O N f00 - f0f


j^g^i cerril

#
f f'|*| P'-lT'

VARI A T I O N

0p 0P~

32 2Í.R.
+*0 0+0
Í0*~*'*
m
. A I I! ' VA I! 1 F.
~» * 0
*\
» " . ¿ J ! m m m

' i"
VA It'l A T I O N jji

2'!''
* \ ft I A T I O N f . 1

* ^ f * #
0
~T~?" *fv

t\" »0 0
* *»\'
Z0 0
* f ^ p ^

»jnip

VA R I A T I O N

3 2 2 l.R.