Vous êtes sur la page 1sur 17

2ème Année BTS

Electromécanique et Systèmes Automatisés

Notes de cours :
Transformateurs

Préparé par :
Prof : A. EL FARNANE

Génie Electrique 17/09/2014


Transformateurs

I. Transformateur en régime sinusoïdal monophasé:


1- Présentation:
Un transformateur électrique est un convertisseur statique permettant de modifier les valeurs de
tension et d'intensité délivrées par une source d'énergie électrique alternative, en un système de
tension et de courant de valeurs différentes, mais de même fréquence et de même forme. Il effectue
cette transformation avec un excellent rendement.
Il peut être utilisé en abaisseur de tension (pour des raisons de sécurité) ou en élévateur de
tension (transport de l'énergie électrique). Il peut également être utilisé comme élément isolant entre
deux circuits (on parle d’isolation galvanique).
2- Symbole:
On utilise l’un des trois symboles suivants :

Le primaire reçoit de la puissance du réseau → Convention récepteur.


Le secondaire fournit de la puissance à la charge → Convention générateur.
Bornes homologues: Les bornes marquées d’une étoile (*) sont dites homologues (bornes de même
polarité) ; si des courants entrant au même instant par ces bornes donnent des flux de même sens
(lignes de champ de même sens).
3- Constitution et principe:
Un transformateur est un quadripôle composé de deux enroulements non reliés électriquement mais
enlaçant un circuit magnétique commun.

2èmeBTS -ESA /Prof: A. EL FARNANE Page 1


Transformateurs

L’enroulement primaire alimenté par une tension variable crée un flux magnétique variable qui va
parcourir le circuit magnétique. L’enroulement secondaire est alors soumis à un flux variable et va donc
engendrer par induction une f.é.m à ses bornes. (loi de Lenz-Faraday)

4- Transformateur parfait (T.P) :


Les enroulements ont le comportement d’une bobine à noyau de fer sans fuites magnétique φf1 = φf2=0:
On note φ: flux utile crée par spire dans les enroulements primaire et secondaire.

La loi de Lenz-Faraday nous permet d’écrire :


dφ(t)
Au primaire ∶ u1 (t) = −e1 (t) = N1 dφ(t)
dt u2 (t) N2
=− dt = − N2
dφ(t) u1 (t) dφ(t) N1
Au secondaire ∶ u2 (t) = e2 (t) = −N2 N1
dt dt
=m
Cette relation indique que les tensions u1 (t) et u2 (t) sont en opposition de phase.
U2 N2
La relation entre les valeurs efficaces U1 et U2 ne tient pas compte du déphasage : =
U1 N1
On définit le rapport de transformation :
N U I
m = N 2 = U 2 = I1
1 1 2

Si 𝒎 > 𝟏 le transformateur est élévateur de tension.


Si 𝒎 < 𝟏 le transformateur est abaisseur de tension.
La représentation symbolique d’un (T.P) :

Formule de Boucherot
En régime sinusoïdal on a 𝒖𝟏 (𝒕) = 𝑼𝟏 √𝟐 𝐜𝐨𝐬(𝝎𝒕)
dφ(t) 𝑈1 √2 𝑈1 √2
u1 (t) = N1 → 𝑑𝜑(𝑡) = cos(𝜔𝑡) 𝑑𝑡 → 𝜑(𝑡) − 𝜑(0) = ∫ 𝑐𝑜𝑠(𝜔𝑡) 𝑑𝑡
dt 𝑁1 𝑁1
Si on considère le flux initial 𝜑(0)= 0 ;
𝑈1 √2 𝑈1 √2 2𝜋
𝜑(𝑡) = 𝑠𝑖𝑛(𝜔𝑡) → 𝜑𝑚𝑎𝑥 = → 𝑈1 = 𝑓𝑁1 𝜑𝑚𝑎𝑥
𝑁1 𝜔 𝑁1 2𝜋𝑓 √2
= 4.44𝑓𝑁1 𝜑𝑚𝑎𝑥
2𝜋
De la même façon on tire : 𝑈2 = 𝑓𝑁2 𝜑𝑚𝑎𝑥
√2
= 4.44𝑓𝑁 𝜑𝑚𝑎𝑥
Or φ =B *S avec S section du circuit magnétique
max max (m2)2et B champ d’induction maximal (T:Tesla).
max

Alors les formules de Boucherot sont données par :

𝑈1 = 4.44 𝑓𝐵𝑚𝑎𝑥 𝑁1 𝑆 et 𝑈2 = 4.44 𝑓𝐵𝑚𝑎𝑥 𝑁2 𝑆

2èmeBTS -ESA /Prof: A. EL FARNANE Page 2


Transformateurs

Dans un transformateur parfait toutes les puissances se conservent :

𝑃1 = 𝑃2 𝑄1 = 𝑄2 𝑆1 = 𝑆2

Le rendement (η = P2/P1) d’un transformateur parfait est donc égal à 1.

5- Plaque signalétique d’un transformateur :


Elle comporte essentiellement les éléments suivants :
- La fréquence f (Hz).
- La tension primaire U1n (ou tension nominale primaire).
- La tension secondaire à vide U20 (I2=0).
- La puissance apparente nominale Sn=U1nI1n=U20I2n
(I1n et I2n sont des intensités (efficaces) nominales primaire et secondaire : I1n ≈ m I2n)

6- Transformateur réel dans l’hypothèse de Kapp :

a. Schéma équivalent d’un transformateur réel :


Le schéma complet d’un transformateur réel est donné par :

Avec :
(r1,r2) : Résistances des enroulements primaire et secondaire (modélisent les pertes joules).
(lf1,lf2) : Inductances de fuite des enroulements primaire et secondaire (modélisent les fuites
magnétique)
Rf : Résistance modélisant les pertes fer (pertes par hystérésis + pertes par courant de Foucault).
Lm : inductance magnétisante.

Remarque :
La réduction des pertes fer se fait par l’utilisation d’un circuit magnétique composé de tôles
(ferromagnétique à silicium) isolées entre elle par oxydation surfacique.
L’usage du schéma réel du transformateur est difficile, on préfère utiliser le schéma simplifié
dans l’hypothèse de Kapp.

b. Schéma équivalent dans l’hypothèse de Kapp :


L’hypothèse de Kapp consiste à négliger le courant i10 devant le courant i1, ainsi avec une excellente
approximation on peut rapporter la branche (Rf // Lm) à l’entrée du schéma :

2èmeBTS -ESA /Prof: A. EL FARNANE Page 3


Transformateurs

On a dans l’hypothèse de Kapp (à vide I2=0):


𝑈20
𝑚=
𝑈1
La loi des mailles nous permet d’écrire :
𝑼𝟏 = 𝑬𝟏 + (𝒓𝟏 + 𝒋𝒍𝒇𝟏 𝝎)𝒎𝑰𝟐 (𝐸𝑞1)
𝑼𝟐 = 𝑬𝟐 − (𝒓𝟐 + 𝒋𝒍𝒇𝟐 𝝎)𝑰𝟐 (𝐸𝑞2)

On multiplie (Eq1) par m :


𝑚𝑈1 = 𝑚𝐸1 + 𝑚2 (𝑟1 + 𝑗𝑙𝑓1 𝜔)𝐼2 𝑎𝑙𝑜𝑟𝑠 𝑈20 = 𝐸2 + 𝑚2 (𝑟1 + 𝑗𝑙𝑓1 𝜔)𝐼2
Et d’après (Eq2) on remplace E2 :
𝑈20 = 𝑈2 + (𝑟2 + 𝑗𝑙𝑓2 𝜔)𝐼2 + 𝑚2 (𝑟1 + 𝑗𝑙𝑓1 𝜔)𝐼2 = 𝑈2 + ((𝑚2 𝑟1 + 𝑟2 ) + 𝑗(𝑚2 𝑙𝑓1 + 𝑙𝑓2 )𝜔) 𝐼2

On pose 𝑅𝑆 = 𝑚2 𝑟1 + 𝑟2 et 𝐿𝑆 = 𝑚2 𝑙𝑓1 + 𝑙𝑓2 : Donc : 𝑈20 = 𝑈2 + (𝑅𝑆 + 𝑗𝐿𝑆 𝜔)𝐼2

D’où le schéma équivalent ramené au secondaire :

Remarque :
On peut aussi établir le schéma équivalent ramené au primaire en multipliant par 1/m2
𝑹𝑺 𝒓𝟐 𝑳𝑺 𝒍𝟐
𝑹 𝒑 = 𝟐 = 𝒓 𝟏 + 𝟐 ; 𝑳 𝒑 = 𝟐 = 𝒍𝟏 + 𝟐
𝒎 𝒎 𝒎 𝒎

7- Exploitation du schéma équivalent dans l’hypothèse de Kapp :


a. Détermination de la tension U2 en charge :
Le schéma équivalent du transformateur en charge ramené au secondaire est le suivant :

2èmeBTS -ESA /Prof: A. EL FARNANE Page 4


Transformateurs

On appliquant la loi des mails :


𝑈20 = 𝑚𝑈1𝑛 = 𝑈2 + (𝑅𝑆 + 𝑗𝑋𝑆 )𝐼2 𝐴𝑣𝑒𝑐 𝑋𝑆 = 𝐿𝑆 𝜔
Si on connait U20 , I2, XS, RS et cos(φ2) de la charge, on peut déterminer U2 par le diagramme de Kapp.

b. Détermination de la chute de tension ΔU2 :


La chute de tension en charge est définie par : ∆U2 = U20 − U2
On donne le diagramme de Kapp :

Le triangle de Kapp représente les défauts de transformateur, ses dimensions sont faibles par rapport à
U2
Dans ces conditions l’angle θ est proche de 0.
Une projection sur l’axe x :
𝑈20 cos(𝜃) = 𝑈2 + 𝑅𝑆 𝐼2 cos(𝜑2 ) + 𝑋𝑆 𝐼2 𝑠𝑖𝑛(𝜑2 )
ere
Une 1 approximation (ordre 0) : cos(𝜃) ≈ 1
∆𝑼𝟐 = 𝑼𝟐𝟎 − 𝑼𝟐 = 𝑹𝑺 𝑰𝟐 𝐜𝐨𝐬(𝝋𝟐 ) + 𝑿𝑺 𝑰𝟐 𝒔𝒊𝒏(𝝋𝟐 )
Dans le contexte industriel, les grandeurs sont données relativement à la tension à vide :
𝑈20 − 𝑈2 𝑅2 𝐼2𝑛 𝑋2 𝐼2𝑛
∆𝑈2 % = 100 𝑅% = 100 𝑋% = 100
𝑈20 𝑈20 𝑈20
On a alors :
∆𝑈2 % = 𝑅% cos(𝜑2 ) + 𝑋% sin(𝜑2 )
Exemple :
Soit un transformateur monophasé : 50Hz , 76 kVA, 21 kV/ 380V ; d’impédances :
- Primaire : R1= 61 mΩ , L1ω = 141 mΩ.
- Secondaire : R2= 20 mΩ , L2ω = 40 mΩ.
1) Donner le schéma équivalent ramené au secondaire en précisant les valeurs :
a. Du rapport de transformation m ;
b. De la résistance totale du secondaire RS ;
c. De l’inductance de fuite totale au secondaire LS ;
2) Le secondaire du transformateur débite sur une charge absorbant un courant I 2 = I2n =200A de
facteur de puissance cos(φ) = 0,8 (inductive).

2èmeBTS -ESA /Prof: A. EL FARNANE Page 5


Transformateurs

a. Calculer la chute de tension ΔU2.


b. En déduire la tension au secondaire du transformateur.
Solution :
1) Le schéma équivalent ramené au secondaire:
a. m = 0,0181 ;
b. RS = 20 mΩ ;
c. XS = 40 mΩ ;
LS = 0,127 mH.
2) I2n = 200A
ΔU2= = 8V
U2 = = 372V
8- Procédé expérimental de détermination du schéma de Kapp :
a. Essai à vide sous tension nominale:

On trouve parfois l’indice « v » au lieu de « 0 »


On mesure U1N, P10, I10, et U20
Dans l’hypothèse de Kapp : 𝑈1𝑁 2
𝑅𝑓 =
𝑃10
𝑄10 = √(𝑈1𝑁 𝐼10 )2 − (𝑃10 )2
𝑈1𝑁 2
𝑋𝑚 = 𝐿𝑚 𝜔 =
𝑄10

𝑈20
Cet essai permet aussi de connaitre le rapport de transformation : 𝑚=
𝑈1𝑁

b. Essai en court-circuit sous tension réduite U1CC:

On mesure U1CC, P1CC, I1CC et I2CC = I2N


Avec la tension réduite, le champ magnétique
ainsi que les pertes fer sont très faibles  le
courant dans la branche (Rf, Lm) est alors
négligeable.

2èmeBTS -ESA /Prof: A. EL FARNANE Page 6


Transformateurs

Dans l’hypothèse de Kapp : 𝑃1𝐶𝐶 𝑃1𝐶𝐶


𝑅𝑆 = =
(𝐼2𝑐𝑐 )2 (𝐼2𝑁 )2
𝑈2𝐶𝐶 𝑚𝑈1𝐶𝐶
𝑍𝑆 = √(𝑅𝑆 )2 + (𝑋𝑆 )2 = =
𝐼2𝐶𝐶 𝐼2𝑁
𝑋𝑆 = 𝐿𝑆 𝜔 = √(𝑍𝑆 )2 − (𝑅𝑆 )2

9- Rendement du transformateur:
On définit le rendement du transformateur par :
𝑃2 𝑃2 𝑈2 𝐼2 cos 𝜑2
𝜂= = =
𝑃1 𝑃2 + 𝑃𝑓𝑒𝑟 + 𝑃𝐽 𝑈2 𝐼2 𝑐𝑜𝑠 𝜑2 + 𝑅𝑆 𝐼2 2 + 𝑃𝑓𝑒𝑟
Avec : 𝑃𝑓𝑒𝑟 = 𝑃10 𝑒𝑡 𝑃𝐽 = 𝑃1𝐶𝐶

II. Autotransformateur:
Dans les applications industrielles, on rencontre un grand nombre de transformateurs de
construction spéciale. La plupart possèdent les propriétés de base que nous avons étudiées dans le
chapitre précédent.
1- Définition:
On appelle autotransformateur, un
transformateur composé d’un enroulement
unique monté sur un circuit magnétique. Pour
un autotransformateur abaisseur, par
exemple, la haute tension est appliquée à
l’enroulement complet et la basse tension est
obtenue entre une extrémité de
l’enroulement et une prise intermédiaire.
2- Avantages et inconvénients:
 Dans un autotransformateur, l’enroulement secondaire fait partie de l’enroulement primaire. Il
s’ensuit qu’un autotransformateur est plus petit, moins lourd et moins coûteux qu’un
transformateur conventionnel de même puissance. Cette économie devient particulièrement
importante lorsque le rapport de transformation se situe entre 0,5 et 2.
 l’absence d’isolation entre la haute tension et la basse tension constitue son grand inconvénient.

3- Utilisations :
Les autotransformateurs servent au démarrage à tension réduite des moteurs, à la régulation de la
tension des lignes de distribution et, en général, à la transformation de tensions de valeurs assez
rapprochées.
Un transformateur à deux enroulements peut être monté en autotransformateur : il suffit de relier le
secondaire en série avec le primaire. Selon le mode de connexion, la tension secondaire peut s’ajouter à
la tension primaire ou se soustraire de celle-ci.

2èmeBTS -ESA /Prof: A. EL FARNANE Page 7


Transformateurs

4- Types d’autotransformateur :
a. Autotransformateur abaisseur de tension :
Il y a deux configurations possibles pour l'autotransformateur abaisseur de tension :

b. Autotransformateur élévateur de tension :


Il y deux configurations possibles

5- Exemple d’application :
Soit un transformateur monophasé (à deux enroulements) 60 Hz, 12 kVA, 600V/120 V que l'on peut
considérer comme parfait. On utilise les deux enroulements de ce transformateur pour câbler un
autotransformateur de rapport 600V / 720V.
Donner le schéma de câblage et la capacité (en kVA) de l'autotransformateur.
Solution :
Dans les conditions nominales de fonctionnement, le
transformateur monophasé à 2 enroulements fonctionne de
la manière suivante :

Le schéma de câblage de l'autotransformateur de rapport


600V / 720V est le suivant :

La puissance apparente de l'autotransformateur


est dès lors égale à 720 Vx 100 A = 72000 VA (si
l'on observe les choses du côté récepteur) ou 600
V x 120 A = 72000 VA (si l'on observe les choses du
côté alimentation), évidemment les deux valeurs
sont identiques

2èmeBTS -ESA /Prof: A. EL FARNANE Page 8


Transformateurs

III. Le Transformateur triphasé:


1- Intérêt:
La production de l’énergie électrique et son transport se fait généralement en triphasé Par
ailleurs on démontre facilement que le transport de l’énergie en haute tension est plus
économique d’où la nécessité d’employer des transformateurs élévateurs à la sortie de centrale
de production et abaisseur tout proche des centres de consommation. En effet pour modifier la tension
d’un système triphasé on peut choisir d’utiliser :
 Soit 3 transformateurs monophasés identiques :

Avec cette configuration, on augmente


l’encombrement et la masse du transformateur
ainsi que la masse de fer utilisé est plus grande
qui aboutit à augmenter les pertes fer. Pour cela,
il faut penser à une autre configuration.

 Soit un seul transformateur triphasé (la solution la plus économique)

Même si les tensions appliquées ne forment pas un système triphasé équilibré on a obligatoirement:
ϕA + ϕB + ϕC = 0. On dit qu’il s’agit d’un transformateur à flux forcés.
 Remarque :
On convient de repérer les bornes comme suit :
- Enroulements primaires par des lettres majuscules(A.B.C)
- Enroulements secondaires par des lettres minuscules (a.b.c)
- Les bornes désignées par le même lettre sont dites « Homologues »
2- Constitution du transformateur triphasé:
Le circuit magnétique est formé de trois noyaux fermés par 2 culasses .Il est
fabriqué en tôles Magnétiques feuilletées .chaque noyau porte :
- Un enroulement primaire
- Un ou plusieurs enroulements secondaires

2èmeBTS -ESA /Prof: A. EL FARNANE Page 9


Transformateurs

 Remarque :
L’enroulement primaire (N1 spires) et l’enroulement secondaire (N2 spires) étant bobinés dans le même
sens et traverses par le même flux ⇒ les tensions VA et Va sont en phase.
a. Mode de couplage :
 Au primaire les enroulements peuvent être connectés soit en étoile(Y) soit en triangle(D).

 Au secondaire les enroulements peuvent être couplés de 3 manières différentes : étoile(y),


triangle(d) et zigzag(z).

On obtient ainsi 6 couplages possibles entre primaire et secondaire :


Y-y : étoile –étoile D-y : triangle- étoile
Y-d : étoile-triangle D-d : triangle –triangle
Y-z : étoile-zigzag D-z: triangle-zigzag
On donne ci-dessous les représentations symboliques des couplages normalisés

2èmeBTS -ESA /Prof: A. EL FARNANE Page 10


Transformateurs

b. Choix de couplage:
Le choix du couplage repose sur plusieurs critères :
– La charge nécessite la présence du neutre (par exemple réseau BT).Le secondaire doit être
connecté soit en étoile soit en zigzag.
– Le fonctionnement est déséquilibré (courant de déséquilibre dans le neutre In est supérieur à 0.1
le courant nominal), le secondaire doit être couple en zigzag.
– Coté haute tension on a intérêt à choisir le couplage étoile (moins de spire à utiliser).
I
– Pour les forts courants, on préfère le couplage triangle (l’intensité par enroulement est J = ).
√3
3- Fonctionnement en régime équilibré:
a. Indice horaire
 Définition :
L’indice horaire (Ih) est un nombre entier compris entre 0 et 11 qui traduit le déphasage θ entre deux
𝛉
tensions primaire et secondaire homologues. 𝑰𝒉 = avec θ = (𝑉 ⃗⃗⃗⃗𝐴 , 𝑉
⃗⃗⃗𝑎 ) = (𝑉
⃗⃗⃗⃗𝐵 , ⃗⃗⃗⃗ ⃗⃗⃗⃗𝐶 , 𝑉
𝑉𝑏 ) = (𝑉 ⃗⃗⃗𝑐 )
𝛑/𝟔

 Remarque :
On sait qu’un système de tensions primaires triphasé équilibré et direct donne naissance à un système
secondaire triphasé équilibré et direct. Il est donc clair, que θ est aussi le déphasage entre les tensions
composées homologues. θ = (𝑈 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝐵 , 𝑈𝑎𝑏 ) = (𝑈𝐵𝐶 , 𝑈𝑏𝑐 ) = (𝑈𝐶𝐴 , 𝑈𝑐𝑎 )

On peut déterminer θ :
- Soit à partir du schéma des connections
- Soit pratiquement par des essais
 Détermination de l’indice horaire à partir du schéma:
On dispose du schéma des connections internes d’un transformateur et il est question de
déterminer son indice horaire.
 Exemple 1: Y-y:

D’après le schéma on peut voir que ⃗⃗⃗⃗


𝑉𝐴 et 𝑉⃗⃗⃗𝑎 sont En phase, car, portés par le même noyau. Ils sont
orientés dans le même sens → θ = 0 ° → 𝐼ℎ = 0
 Remarque:
- Une permutation directe des liaisons aux bornes primaires ou aux secondaires (enroulement 2
sera lié à a, enroulement 3 à b et enroulement 1 à c) fait passer l’indice horaire à 4 (augmente
l’indice de +4).
- 2 permutations directes ou un inverse fait passer l’indice à 8 (augmente l’indice de +8).
2èmeBTS -ESA /Prof: A. EL FARNANE Page 11
Transformateurs

 Exemple 2: Y-d:

D’après le schéma, on peut voir que :


⃗⃗⃗⃗
𝑉𝐴 et ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑈𝑎𝑐 sont en phase ; 𝑉⃗⃗⃗⃗𝐵 et 𝑈
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑏𝑎
⃗⃗⃗⃗𝐶 et 𝑈
sont en phase ; 𝑉 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑐𝑏 sont en
phase → θ = 330 ° → 𝐼ℎ = 11

 Détermination pratique de l’indice horaire (Méthode oscilloscopique) :


Cela revient à mesurer le déphasage θ entre deux tensions homologues à l’aide d’un oscilloscope et en
déduire l’indice horaire.

 Tableau résumant Indice horaire suivant le couplage:

b. Rapport de transformation:
 Définition:
𝑼𝒂𝒃 𝑽𝒂𝟎
Par définition, le rapport de transformation à vide m est donné par : 𝐦= =
𝑼𝑨𝑩 𝑽𝑨𝟎
Le rapport de transformation triphasé dépend de N1 et N2 les nombres de spires au primaire et au
secondaire et du couplage.

2èmeBTS -ESA /Prof: A. EL FARNANE Page 12


Transformateurs

 Exemple 1 : Y-y:
En se référant à la figure ci-contre et sachant que la tension aux
bornes d’un enroulement est proportionnelle au nombre de spires
𝑼𝒂𝒃 𝑽𝒂𝒏 𝑵𝟐
(d’après la relation de Boucherot). On aura donc : 𝐦 = = =
𝑼𝑨𝑩 𝑽𝑨𝑵 𝑵𝟏
Remarque :
On démontre de la même manière que le rapport de transformation pour
𝑵𝟐
un couplage D-d est égal aussi : 𝐦 = 𝑵𝟏

 Exemple 2 : Y-d:
On démontre que Le rapport de transformation est :

𝑼𝒂𝒃 𝑽𝒂𝒏 𝑵𝟐
𝐦= = =
𝑼𝑨𝑩 √𝟑.𝑽𝑨𝑵 √𝟑.𝑵𝟏

 Tableau résumant le rapport de transformation suivant le couplage:

c. Etude électriques des transformateurs triphasés


 Schéma monophasé équivalent:
Le transformateur triphasé débitant sur une charge équilibrée est équivalent à trois transformateurs
monophasés et sera donc tributaire d’un schéma équivalent monophasé conforme à celui d’un
transformateur monophasé. Le schéma équivalent par phase est le suivant :

2èmeBTS -ESA /Prof: A. EL FARNANE Page 13


Transformateurs

Toutes analyses et hypothèses faites pour le transformateur monophasé restent valable pour le
transformateur triphasé par phase.
 Schéma équivalent ramené au secondaire:

 Chute de tension:
∆𝑽𝒂 = 𝑹𝑺 𝑰𝒂 𝐜𝐨𝐬(𝝋𝟐 ) + 𝑿𝑺 𝑰𝒂 𝒔𝒊𝒏(𝝋𝟐 )
∆𝑼𝒂 = √𝟑. ∆𝑽𝒂
 Détermination des éléments du schéma électrique:
 Essai à vide :

 Essai en court-circuit:

 Rendement :

2èmeBTS -ESA /Prof: A. EL FARNANE Page 14


Transformateurs

4- La plaque signalétique:
a. Principaux paramètres de la plaque signalétique :

b. Exemple de plaque signalétique :

Signification :
• 3 Phase(s) : Nombre de phase du transformateur
• 50 Hz : Fréquence nominale d'utilisation du transformateur
• Refroid. AN : Type de refroidissement du transformateur
- ONAN : circulation huile naturelle (ON) + circulation air naturelle (AN)
- ONAF : circulation huile naturelle (ON) + circulation air forcée (AF)
• Classe therm : définit la limite maximale que peuvent supporter l'isolants des enroulements
• N° 753301-01 : Numéro de série • Année 2002 : Année de construction
• 1000 kVA : Puissance apparente nominale • Ucc : 6 % : Tension de court-circuit
• Couplage Dyn11 : couplage des enroulements du transformateur
• IK : indice de protection contre les chocs • IP 00 : indice de protection contre l'eau et la poussière
• Haute tension : Valeur des tensions nominales primaires possible
• Basse tension : Valeur de la tension nominale et du courant nominal secondaire
• Niveau d'isolement : tension maximale entre enroulement et masse et entre enroulement.

2èmeBTS -ESA /Prof: A. EL FARNANE Page 15


Transformateurs

2èmeBTS -ESA /Prof: A. EL FARNANE Page 16