Vous êtes sur la page 1sur 16

Codage de l ’information

■ Pourquoi coder ?
■ Codage des nombres
– Nombres entiers
– Nombres flottants
■ Codage des caractères

S.JEAN Archisys, DEUG UC 98 1


Pourquoi coder ?

■ Niveau sémantique
– contenu (sens) de l ’information = unique
■ Niveau syntaxique
– manière d ’expliciter le contenu = multiple
– la syntaxe (codage) doit être adaptée à
l ’entité qui manipule l ’information
• Morse, signaux de fumée, ...

S.JEAN Archisys, DEUG UC 98 2


Et mon ordinateur, je lui parle en
quelle langue ?
■ L ’ordinateur ne connaît que 2 « mots »
– 0 et 1
– on parle alors de binaire

■ mais avec si peu de vocabulaire, il peut


raconter un tas d ’histoires

S.JEAN Archisys, DEUG UC 98 3


Codage des entiers

■ Choix d ’une base de représentation


– une base b est composée de b symboles
– un nombre N est représenté dans la base
b par une suite de symboles de cette base

N = anan-1…a1a0 (b)
= anbn + an-1bn-1 + … + a1b +a0

S.JEAN Archisys, DEUG UC 98 4


Les bases usuelles

■ Base 10 : décimal
■ Base 2 : binaire
– 0,1 45(10) = 101101(2)
■ Base 8 : octal
– 0,1,…,7 45(10) = 55(8)
■ Base 16 : hexadécimal
– 0,…9,A,…,F 45(10) = 2D(16)

S.JEAN Archisys, DEUG UC 98 5


Changement de base

45 2 45(10) = 101101(2)
1 22 2
0 11 2
1 5 2
1 2 2
0 1 2
1 0

S.JEAN Archisys, DEUG UC 98 6


Additions, soustractions, ...

■ Les algos sont identiques pour toutes les


bases
■ exemple d ’addition en base 3
+ 0 1 2 1 1
212 212
0 0 1 2
+ 120 - 11 2 0
1 1 2 10
= 1102 = 022
2 2 10 11

S.JEAN Archisys, DEUG UC 98 7


Entiers relatifs

■ (signe, valeur absolue) 0 + , 1 -


– opérations plus complexes (test du signe)
– 2 façons de représenter 0
■ 2e méthode : les compléments
– complément à r-1
compl(r-1)(N) = (rn-1) - N n=nb digits de N
– complément à r
compl(r)(N) = compl(r-1)(N) + 1

S.JEAN Archisys, DEUG UC 98 8


Entiers relatifs (suite)

■ Représentation en complément à 2
■ exemple sur 3 bits
• 011 : 3 111 : -1
• 010 : 2 110 : -2
• 001 : 1 101 : -3
• 000 : 0 100 : -4

■ intervalle représentable [-2n-1;2n-1 -1]

S.JEAN Archisys, DEUG UC 98 9


Soustraction

■ Soustraction M - N avec N<>0


■ On effectue M+compl(r)(N) = T
■ interprétation du résultat
– M >= N : production d ’une retenue rn
M-N = T-rn
–M<N : résultat négatif
M-N = - compl(r)(T)

S.JEAN Archisys, DEUG UC 98 10


Codage des réels

■ N = anan-1…a1a0 , a-1a-2…a-p (b)


= anbn + an-1bn-1 + … + a1b + a0
+ a-1b-1 + a-2b-2 + …+ a-pb-p
■ 2 représentations possibles
– virgule fixe
– virgule flottante N= +/- m.be
(signe, mantisse, exposant)

S.JEAN Archisys, DEUG UC 98 11


Norme IEEE754

■ N = (-1)signe x 1.mantisse x 2(Eint-biais)

■ simple précision : 32 bits


– 1,8 et 23 bits (s,m,e), biais = 127
■ double précision : 64 bits
– 1,11 et 52 bits , biais = 1023

S.JEAN Archisys, DEUG UC 98 12


Norme IEEE 754 (suite)

■ Codages particuliers :

– ? 0…0 0…0 0
– ? 0…0 …1… Dénormalisé
– ? 1…1 0…0 +/- infini
– ? 1…1 ? Not a number

S.JEAN Archisys, DEUG UC 98 13


Codage des réels (fin)

■ Codage discret Vs « monde » continu


■ limite de représentation
– problèmes de débordement
■ limite de précision
– problèmes d ’arrondis

S.JEAN Archisys, DEUG UC 98 14


Codage des caractères

■ Types de caractères
– éditables
– non éditables (tabulation, sonnerie, …)
■ caractéristique d ’un code
– puissance lexicographique
– détection d ’erreur

S.JEAN Archisys, DEUG UC 98 15


Différents codages

■ ASCII (American Standard Code for Information Interchange)


■ EBCDIC (IBM)
■ TELETEL VIDEOTEX
■ ANSI (American National Standard Institute)
■ ISO (International Standard Organization)
■ UNICODE

S.JEAN Archisys, DEUG UC 98 16

Vous aimerez peut-être aussi