Vous êtes sur la page 1sur 13

ST 137

Indice E

Application Ferroviaire
Spécification Technique

REVETEMENT PAR GALVANISATION A


CHAUD SUR PRODUITS FINIS FERREUX

Édition de décembre 2003

Éditée par le département qualité fournisseurs


ST 137 Ind. E

EVOLUTIONS DU DOCUMENT

Indice Motifs des évolutions Date

A 1ère édition

B 2ème édition

C 3ème édition La révision a pour objet de la mettre en harmonie avec la 09 / 1962


NF A 91-121. Création de la classe S.

D 4ème édition La révision a pour objet de l'articuler sur les 01 / 1981


normes NF A 91-121 et UTE 66-400.

E 5ème édition La révision a pour objet de l'articuler sur la norme 12 / 2003


NF EN ISO 1461. Elle remplace la ST 491
sur la galvanisation à chaud des tubes en acier.

Spécification technique achat approuvée en 12 / 2003 Département AF

-2-
ST 137 Ind. E

SOMMAIRE

Page

AVANT-PROPOS...............................................................................................................................................5

1 – OBJET – DOMAINE D'APPLICATION........................................................................................................6

2 – TERMINOLOGIE..........................................................................................................................................6

3 – DOCUMENTS CITES...................................................................................................................................6

4 – QUALIFICATION DU PRODUIT..................................................................................................................7

5 – QUALIFICATION DES PROCESSUS .........................................................................................................7

6 – QUALIFICATION DE PERSONNEL............................................................................................................7

7 – CARACTERISTIQUES.................................................................................................................................7

7.1 – ASPECT ....................................................................................................................................................7

7.2 – CARACTÉRISTIQUES GÉOMÉTRIQUES ...............................................................................................7

7.3 – EPAISSEUR ..............................................................................................................................................8

7.4 – CARACTÉRISTIQUES CHIMIQUES ........................................................................................................8

7.4.1 – Métal de base ........................................................................................................................................8

7.4.2 – Lingots...................................................................................................................................................8

7.4.3 – Composition du bain de zinc et du revêtement ................................................................................8

8 – ACHATS.......................................................................................................................................................8

9 – FABRICATION.............................................................................................................................................9

9.1 – GÉNERALITÉS .........................................................................................................................................9

9.2 – BAIN DE GALVANISATION A CHAUD ...................................................................................................9

9.3 – REPARATION...........................................................................................................................................9

10 – LOTISSEMENT ..........................................................................................................................................9

11 – CONTROLES ET ESSAIS .......................................................................................................................10

11.1 – NATURE DES CONTROLES ET ESSAIS............................................................................................10

11.2 – VÉRIFICATION DE L’ASPECT ET DE L’ÉPAISSEUR .......................................................................10

11.3 – ESSAIS D’ADHÉRENCE ......................................................................................................................10

-3-
ST 137 Ind. E

S O M M A I R E (SUITE)

11.3.1 – Essai de quadrillage ou de percussion..........................................................................................10

11.3.2 – Essai de cintrage ..............................................................................................................................11

11.3.3 – Essai d’aplatissement ......................................................................................................................11

12 – ENREGISTREMENTS RELATIFS A LA QUALITE ................................................................................11

13 – IDENTIFICATION – MARQUAGE ...........................................................................................................12

14 – TRACABILITE..........................................................................................................................................12

15 – CONDITIONNEMENT - LIVRAISON .......................................................................................................12

16 – GARANTIE ...............................................................................................................................................12

17 – MAÎTRISE ET SURVEILLANCE DE LA QUALITÉ.................................................................................12

FICHE R.E.T.O.U.R.........................................................................................................................................13

-4-
ST 137 Ind. E

AVANT-PROPOS

Dans un contexte de développement durable, l’évolution des normes françaises européennes a rendu
indispensable la mise à jour de la ST 137 indice D. Le titre de la ST 137 a été modifié afin de mieux s’intégrer
au titre de la NF EN ISO 1461.

La présente spécification régit également les tubes de la spécification technique n°491 articulée sur la norme
NFA 49-700. Cette spécification n°491, en conséquence, est annulée.

Les essais sur la masse de zinc et la continuité du revêtement ne sont plus réalisés.

La partie “ Etamage à chaud ” est supprimée en raison du peu d’intérêt pour cette technique. Néanmoins, à titre
indicatif, on pourra se reporter et appliquer les prescriptions des normes reprises ci-après :

- NF EN 610 : Etain en lingots,


- NF EN 10244-4 : Fils et produits tréfilés en acier - revêtement d’étain,
- NF EN 13148 : Cuivre et alliages de cuivre, bandes étamées à chaud,
- NF EN 13603 : Méthodes d’évaluation des revêtements en étain sur fils,
- NF A 03-702 : Essais sur les revêtements en étain,
- NF C 31-111 : Conducteurs de cuivre écroui ou recuit étamés.

Il est recommandé aux utilisateurs de la ST 137 de faire le repérage des classes au niveau de la désignation
des produits comme suit :
• Classe O : O
• Classe S : S
• Classe S Renforcée : SR

-5-
ST 137 Ind. E

1 – OBJET – DOMAINE D'APPLICATION


Cette spécification technique complète les prescriptions de la norme NF EN ISO 1461 pour le revêtement par
galvanisation à chaud des produits finis ferreux.

La conception du matériel avant galvanisation doit être conforme aux prescriptions de la norme NF EN ISO
14713.

Cette spécification régit également la galvanisation à chaud des tubes en acier initialement prescrit par la ST
491 qui, en conséquence, est annulée.

La présente spécification ne s’applique pas aux :

- fils et produits tréfilés en acier suivant les prescriptions de la norme de revêtement NF EN ISO 10244 et des
ST 487 et 503,
- tubes et canalisations (gaz, eau potable et contact alimentaire) galvanisés à chaud dans des usines
automatisées suivant NF EN 10240,
- bandes et tôles en aciers de construction non alliés à limite d’élasticité minimale imposée, galvanisées à
chaud en continu suivant NF EN 10147,
- bandes et tôles en acier à haute limite d’élasticité revêtues en continu par immersion à chaud pour
transformation à froid NF EN 10292.

2 – TERMINOLOGIE
Galvanisation à chaud : Formation d’un revêtement de zinc et / ou d’alliages zinc – fer par immersion de
pièces en acier ou en fer dans un bain de zinc en fusion (§ 3.1 de la NF EN ISO
1461).

Classe O : Pièces pour un usage courant, ordinaire, protection minimale.

Classe S : Pièces plus sollicitées notamment pour la voie et la caténaire, protection standard.

Classe S Renforcée : Pièces demandant une durabilité élevée et nécessitant une protection renforcée.

3 – DOCUMENTS CITES

NF EN 1179 : Zinc et alliage de zinc. Zinc primaire.


NF EN ISO 1461 : Revêtement par galvanisation à chaud sur produits finis ferreux. Spécification et
méthodes d’essai.
NF EN ISO 1463 : Revêtements métalliques et couches d’oxyde – Mesurage de l’épaisseur. – Méthode par
coupe micrographique.
NF EN ISO 2178 : Revêtement métalliques non magnétiques sur métal de base magnétique – Mesurage de
l’épaisseur du revêtement – Méthode magnétique.
NF EN 10204 : Produits métalliques – Types de documents de contrôle.
NF EN 10232 : Matériaux métalliques – Tubes – Essai de cintrage sur tronçons.
NF EN 10233 : Matériaux métalliques – Tubes – Essai d’aplatissement.
NF EN ISO 14713 : Protection contre la corrosion du fer et de l’acier dans les constructions. Revêtements de
zinc et d’aluminium.
NF EN 10240 : Revêtements intérieur et / ou extérieur des tubes en acier – Spécification pour
revêtement de galvanisation à chaud sur des lignes automatiques.
NF EN ISO 12944-5: Peintures et vernis – Anticorrosion des structures en acier par systèmes de Peinture.
Partie 5 : Systèmes de Peinture.
NF A 35-503 : Produits sidérurgiques – Aciers pour galvanisation par immersion à chaud.

-6-
ST 137 Ind. E

NF A 49-700 : Tubes en acier – Galvanisation à chaud – Spécification du revêtement des tubes et des
accessoires tubulaires.
NF A 49-880 : Tubes en acier – Galvanisation à chaud – Analyse chimique du revêtement des tubes et
des accessoires tubulaires.
NF A 91-124 : Revêtement métallique – Galvanisation par immersion dans le zinc fondu (galvanisation à
chaud) – Méthodes d’essai d’adhérence.
ST 086 : Produits plats et longs, demi-produits et tubes sidérurgiques utilisés dans la fabrication et
la réparation de pièces ou de matériels ferroviaires.
SQ 900 : Surveillance de la qualité des fabrications des produits destinés à la SNCF

4 – QUALIFICATION DU PRODUIT
Réservé

5 – QUALIFICATION DES PROCESSUS


Une qualification des procédés de finition par peinture peut être demandée à la commande ou à ses documents
annexes.

6 – QUALIFICATION DE PERSONNEL
Réservé

7 – CARACTERISTIQUES

7.1 – ASPECT
Le revêtement doit être homogène, lisse, exempt de défaut tels que : boursouflures, coulures, égouttures,
picots, criques, fissures, résidus de flux, gravelures, paquets de cendres, surépaisseurs importantes,
discontinuités du revêtement notamment au niveau des soudures.

L’aspect, de teinte grise plus ou moins claire, est uni ou fleuré avec présence de cristaux de tailles variables ; le
revêtement peut aller du mat jusqu’au brillant.

Sauf prescriptions contraires à la commande ou à ses documents annexes, des gradients de teintes et d’aspect
peuvent être tolérés sur une même pièce.

7.2 – CARACTÉRISTIQUES GÉOMÉTRIQUES


L’intégrité des dimensions et des formes des pièces doit être préservée notamment par un accrochage
adéquat.

Dans le cas de caractéristiques fonctionnelles importantes, des prescriptions sont apportées à la commande ou
à ses documents annexes contre, par exemple, le flambage, le vrillage ou la saturation d’un filetage consécutifs
à la galvanisation.

-7-
ST 137 Ind. E

7.3 – EPAISSEUR

Les valeurs minimales de l’épaisseur locale du revêtement dépendent de la classe du produit et sont reprises
ci-après :

- Classe O :
- ferrures, profilés, valeur minimale : 28 µm (2 g/dm²),
- tubes, valeur minimale : 56 µm (4 g/dm²).

- Classe S :
- valeur minimale 70 µm (5 g/dm²),
- pour les tubes caténaires à embouts sertis, une valeur maximale de 200 µm est imposée.

- Classe S Renforcée :
- valeur minimale : 120 µm (8,5 g/dm²).

En l’absence de prescription à la commande, la classe O est applicable.

7.4 – CARACTÉRISTIQUES CHIMIQUES

7.4.1 – Métal de base

La composition chimique de l’acier du métal de base utilisé doit être conforme aux prescriptions de la
spécification technique n° 86 et plus particulièrement aux classes I, II et III de la norme NFA 35-503.

7.4.2 – Lingots

Les lingots de zinc pur utilisés pour le bain de galvanisation doivent être conformes aux qualités Z4 (99,5 %),
Z3, Z2 ou Z1 reprises dans la norme NF EN 1179 sur le zinc primaire.

7.4.3 – Composition du bain de zinc et du revêtement

Dans le bain de zinc en fusion programmé par une consigne de température de four comprise entre 440° et
450°C, la teneur en zinc doit être de 98,5%. En conséquence, la totalité des autres éléments désirés ou non ne
doit pas dépasser 1,5%.

Pour améliorer la brillance et l’adhérence, un pourcentage d’aluminium est toléré mais doit rester inférieur à
0,1%. Dans les bains au nickel - bismuth, développés pour limiter la réactivité du silicium et du phosphore de
l’acier dans le revêtement de zinc, le nickel doit être en général ≤ 0,05, la teneur en étain permet un fleurage du
revêtement. Dans les bains classiques, le plomb est limité à 0,8 %.

La qualité du bain de zinc ou du revêtement est vérifiée par sondage, les analyses hebdomadaires doivent être
consultables par la SNCF sur place. Les analyses du revêtement ne sont faites qu’en cas de litige suivant les
prescriptions de la NFA 49-880.

8 – ACHATS
Réservé

-8-
ST 137 Ind. E

9 – FABRICATION

9.1 – GÉNERALITÉS

Le bain de galvanisation doit avoir les dimensions suffisantes pour que les pièces de grandes longueurs soient
galvanisées en une seule passe afin de limiter les déformations.

Les pièces moulées en acier, en fonte grise, malléable ou à graphite sphéroïdal peuvent également être
galvanisées sous réserve de précautions à la préparation (décapage mécanique, électrolytique, fluorhydrique,
traitement thermique.).

Dans le cadre d’un partenariat entre l’acheteur et le galvanisateur et chaque fois que cela est possible, des
solutions de redressage, de brossage, de filetage ou de centrifugation doivent être indiquées à la commande.

Lorsqu’un procédé de finition après galvanisation notamment par peinture est prescrit à la commande, des
peintures aptes à la galvanisation doivent être utilisées sous forme liquide ou poudre par thermo-laquage
suivant la NF EN ISO 12944-5.

9.2 – BAIN DE GALVANISATION A CHAUD


Le galvanisateur doit s’assurer que le type de bain utilisé permet de conserver les caractéristiques
géométriques et fonctionnelles du produit qu’il va galvaniser.
Les vitesses d’immersion et d’émersion ainsi que la durée d’immersion dans le bain de zinc sont déterminées
par le galvanisateur. Ces paramètres doivent être repris sur des documents consultables au poste de
galvanisation.

Pour les aciers de classe III, des documents doivent préciser les temps et les vitesses évoqués ci-dessus,
lorsqu’un refroidissement par eau après galvanisation est prescrit à la commande.

9.3 – REPARATION
Toute opération de réparation doit être soumise à un accord préalable de la SNCF, sauf pour le
reconditionnement des zones d’essais des contrôles.

La réparation doit être suivie de l’application d’un revêtement ayant une teneur en zinc supérieure à 90% et une
épaisseur minimale supérieure de 15 % de la valeur prescrite.

10 – LOTISSEMENT
Le lot de contrôle correspond à une plongée dans le bain de galvanisation c’est à dire aux différents types de
pièces accrochées sur une balancelle.
Pour la centrifugation, le lot de contrôle correspond aux pièces présentes dans le tonneau ou au panier
d’essorage.

-9-
ST 137 Ind. E
11 – CONTROLES ET ESSAIS

11.1 – NATURE DES CONTROLES ET ESSAIS


Les essais repris au tableau 1 sont réalisé sur chaque lot de contrôle.

Tableau 1

Nature des vérifications et essais § Prélèvement / Echantillonnage


Vérification de l’aspect et de l’épaisseur 11.2 Pièces standards Petites pièces centrifugées
Selon Tableau 1 de la NF EN Selon Tableau 3 de la NF EN
ISO 1461 ISO 1461
Essai d’adhérence 11.3 Ferrures
Tubes de diamètre Tubes de diamètre
(tôles, plats,
extérieur < 60,3 mm extérieur > 60,3mm
profils pleins)
Essai de quadrillage ou de percussion 11.3.1
Tableau 2
Essai de cintrage 11.3.2 Une éprouvette
pour 500 tubes
Essai d’aplatissement 11.3.3 Une éprouvette
pour 500 tubes

11.2 – VÉRIFICATION DE L’ASPECT ET DE L’ÉPAISSEUR

La vérification de l’aspect se fait à l’œil nu.

La méthode de mesure de l’épaisseur est la méthode magnétique suivant les prescriptions de la NF EN ISO
2178.
En cas de litige, seule la méthode par coupe micrographique suivant les prescriptions de la norme NF EN ISO
1463 est retenue.

Pour les tubes, la mesure de l’épaisseur du revêtement est réalisée sur le diamètre extérieur et le diamètre
intérieur du tube lorsque le passage de la sonde est possible.

11.3 – ESSAIS D’ADHÉRENCE

11.3.1 – Essai de quadrillage ou de percussion

Tableau 2

Nombre de pièces (N) Nombre d’échantillons


N < 50 2
49 < N < 500 3
N > 499 5

L’essai de quadrillage ou de percussion est réalisé suivant les prescriptions de la norme NFA 91-124.

Sauf prescription contraire à la commande ou à ses documents annexes, ces 2 essais peuvent être réalisés
indifféremment.
L’essai de percussion est plus adapté aux pièces de fortes sections avec un revêtement épais ; les 3 impacts
de cet essai sont réalisés à 5 mm d’intervalle.

Après contrôle, la zone d’essai est reconditionnée.

L’essai de percussion peut remplacer l’essai de cintrage ou d’aplatissement sur les tubes sauf en cas de litige.

- 10 -
ST 137 Ind. E

Résultats

Après l’essai de quadrillage, aucun décollement d’un carré ne doit apparaître.

Pour l’essai de percussion, les écaillages ne doivent pas dépasser 50% de la distance entre 2 impacts.

Aucune pièce défectueuse n’est tolérée.

11.3.2 – Essai de cintrage

L’essai de cintrage est réalisé suivant les prescriptions de la norme NF EN 10232.

L’essai est réalisé sur une machine à cintrer, dans le cas de tubes soudés le cordon de soudure est placé à 90°
du plan de la courbure c’est à dire sur la surface neutre.

Un cintrage est exécuté à 90° autour d’un galet formeur ayant un rayon à fond de cannelure égal à 8 fois le
diamètre extérieur du tube.

Résultats

Après l’essai de cintrage, le revêtement ne doit présenter aucune cassure, ni écaillage, crique ou même
gerçure visibles à l’œil nu.

Si le résultat de l’essai n’est pas conforme, un deuxième prélèvement est réalisé. Dans le cas ou le résultat de
l’essai n’est toujours pas conforme, le lot est refusé.

11.3.3 – Essai d’aplatissement

L’essai d’aplatissement est réalisé suivant les prescriptions de la norme NF EN 10233.

L’aplatissement réalisé entre 2 plateaux est arrêté lorsque la distance entre ces 2 plateaux correspond à 13 fois
l’épaisseur du tube.

Dans le cas de tubes soudés, le cordon de soudure est placé à 45° de la direction de la force appliquée.

Résultats

Après l’essai d’aplatissement, le revêtement ne doit présenter aucune cassure, ni écaillage, crique ou même
gerçure visibles à l’œil nu.

Si le résultat de l’essai n’est pas conforme, un deuxième prélèvement est réalisé. Dans le cas ou le résultat de
l’essai n’est toujours pas conforme, le lot est refusé.

12 – ENREGISTREMENTS RELATIFS A LA QUALITE


Le galvanisateur doit fournir une attestation de conformité suivant les prescriptions de la NF EN 10204 sous
forme d’un certificat 3.1B. Ce certificat reprend, en plus de la traçabilité du produit (n° de commande, type de
pièces, dimensions, poids, quantité …) et de la nuance de la matière première avec son numéro de coulée, la
description de l’aspect, les résultats des essais d’épaisseur, d’adhérence, l’intégrité dimensionnelle et le
marquage.

- 11 -
ST 137 Ind. E

13 – IDENTIFICATION – MARQUAGE
Un marquage peut être imposé sur prescription à la commande ou à ses documents annexes. Ce marquage
lisible et indélébile ne doit pas détériorer la galvanisation.

Dans le cas d’un marquage en creux avant galvanisation, cette dernière est réalisée de façon à ne pas combler
entièrement l’empreinte en creux afin de garantir sa lisibilité.

14 – TRACABILITE
Réservé.

15 – CONDITIONNEMENT - LIVRAISON
En l’absence d’indication sur la commande ou ses documents annexes, les pièces doivent être efficacement
protégées, si cela est nécessaire par un emballage approprié, afin d’éviter, au cours des manutentions ou du
transport, toute déformation ou détérioration, notamment de leurs parties fonctionnelles.

Les moyens utilisés pour l’immobilisation et l’arrimage ne doivent pas entraîner de dégradation du produit telle
que la corrosion (sertissage par sangles ou feuillards galvanisés).

Le chargement et les empilages méthodiques doivent permettre un accès facile lors du déchargement.

Par ailleurs, le galvanisateur doit s’assurer par tous les moyens à sa disposition (pesée, comptage, point lors
des démâtages, constats de détériorations ou de casses lors de manipulations, etc.), de la restitution en totalité
des lots donnés à traiter. Un retour d’information au client est réalisé en cas de manque ou de détérioration.

16 – GARANTIE
Pour les pièces galvanisées de classe S et S Renforcée, la garantie minimale de tenue à la corrosion est
décennale.

17 – MAÎTRISE ET SURVEILLANCE DE LA QUALITÉ

Le fournisseur doit mettre en place une organisation, des méthodes, des moyens lui permettant d’assurer la
qualité et le contrôle de ses fabrications ainsi que des éventuels éléments constitutifs approvisionnés et/ou
activités sous-traitées.

La SNCF peut s’assurer des dispositions mises en œuvre par le fournisseur et de leur efficacité, par des
actions spécifiques d’audit, de surveillance ou de contrôle, exercées dans les établissements de ce fournisseur
et de ses sous-contractants, s’il y a lieu.

Les obligations du fournisseur en matière de maîtrise de la qualité des fabrications et de contrôle des produits
d’une part, les règles et les méthodes de surveillance exercées par la SNCF d’autre part, sont définies par la
SQ 900.

- 12 -
ST 137 Ind. E

DEPARTEMENT DE LA QUALITE
ST 137
DES FABRICATIONS FICHE R.E.T.O.U.R. Indice E
INDUSTRIELLES
Pour toute proposition, en vue d'une mise à jour, renvoyer au département AF, division AFO 23 Rue d'Alsace
75475 PARIS CEDEX 10 une photocopie de la fiche R.E.T.O.U.R., en faisant part d'une :
Remarque
idéE
suggesTion
mOdification
erreUr
amélioRation

Société extérieure à la SNCF Service SNCF Date :


Adresse : Adresse : Nom :

: Fax : : Fax : Visa :


Internet : Intranet :

Objet de la fiche R.E.T.O.U.R. : Suite au verso ou annexe jointe (2)

AVIS DE RECEPTION DE LA DIVISION AFO - NUMERO DE FICHE R.E.T.O.U.R. :


.

La fiche R.E.T.O.U.R. du , relative à la ST 137-E, a été reçue le par nos services.

Une copie en a été transmise à M. ( (1)), pour examiner la suite à donner à vos
propositions. Des informations vous seront transmises dès que possible.

Nous vous remercions d'avoir bien voulu nous faire part de votre RETOUR d'expérience.

Le chef de la division AFO,

(1)
Date : Signature : Copie : M. ( )
(1) Préciser l'unité
(2) Rayer la mention inutile
Modèle OCTOBRE 2003

- 13 -