Vous êtes sur la page 1sur 3

1- Clôture de la vérification

Au terme de l’opération de vérification, il est notifié au contribuable un avis de clôture de


ladite opération dans les formes prévues à l’article 219 du C.G.I.

Le contribuable a la garantie de la non modification des bases d’imposition retenues au


terme d’un contrôle fiscal. Ainsi, il a la faculté de se faire assister, dans le cadre de la
vérification de comptabilité, par un conseil de son choix.

A L’issue de contrôle fiscal sur place, l’administration doit :

-En cas de rectification des bases d’imposition, engager la procédure prévue


aux articles 220 ou 221 du CGI.
-Dans le cas contraire, en aviser le contribuable dans les formes prévues à
l’article 219 du CGI.

1- Le droit de contrôle

Aux termes de l’article 210 du CGI, c’est le droit dévolu à l’administration fiscale de
contrôler les déclarations et les actes utilisés pour l’établissement de l’impôt, droits et
taxes

A cette fin, les contribuables, personne physique et morale sont tenus de fournir
toutes justifications nécessaires et présenter tous documents comptables aux agents
assermentés de l’administration fiscale ayant au moins le grade d’inspecteur adjoint et qui
sont commissionnés pour procéder au contrôle fiscal.

Le contrôle de l’administration fiscale prend généralement deux formes essentielles :

 Contrôle sur pièces : est une série d’opérations exercées par l’inspecteur chargé
de la gestion du dossier du contribuable au niveau des services de l’assiette.
 Contrôle sur place : c’est le contrôle fiscal proprement dit, Il constitue le
prolongement du contrôle sur pièces par la recherche des éléments externes. Il est
exercé par des brigades spécialisées et en dehors des bureaux de l'administration
fiscale. Il consiste en la vérification de comptabilité des entreprises et en l’examen
de l’ensemble de la situation fiscale des contribuables.

I. Procédures de contrôle fiscal


2- Avis de vérification

Les contribuables ont le droit d’être informés du début de la procédure de vérification par
un avis de vérification dans les formes prévues à l’article 219 du C.G.I que
l’administration doit obligatoirement envoyer au moins quinze (15) jours avant la date
fixée pour cette opération .

L’avis de constatation doit comporter les nom et prénoms des agents de l’administration
fiscale chargés d’effectuer la constatation et informer le contribuable de l’exercice de ce
droit.

L’avis de constatation est remis contre récépissé à l’une des personnes suivantes :

1) -En ce qui concerne les personnes physiques :

a) soit au personne lui-même dans ses propres mains ;

b) soit aux employés ;

c) ou à toute autre personne de la famille ou travaillant avec le contribuable.

2) En ce qui concerne les sociétés et les groupements visés à l'article 26 :

a) soit à l'associé principal ;

b) soit au représentant légal ;

c) soit aux employés ;

d) ou à toute autre personne travaillant avec le contribuable.

En cas de défaut d'envoi aux intéressés de l'avis de vérification dans le délai précité, la
procédure de rectification est frappée de nullité.

Les contribuables ont le droit d’être informés de leurs droits et obligations en matière de
contrôle fiscal. L’administration doit obligatoirement accompagner l’avis de vérification
d’une copie de la charte du contribuable.

En cas de défaut d'envoi aux intéressés de cette charte, la procédure de rectification est
frappée de nullité.

Ainsi, l’avis de vérification doit préciser la période objet de vérification, les impôts et
taxes concernés ou les postes et opérations visés par le contrôle.

Au début de l’opération de vérification précitée, les agents de l’administration fiscale


procèdent à la rédaction d’un procès-verbalsigné par les deux parties dont une copie est
remise au contribuable.

3- Lieu et Délai de vérification

 Le lieu de vérification est le siège social ou le principal établissement pour les


personnes morales, le domicile fiscal ou le principal établissement pour les
personnes physiques et le domicile fiscal élu pour les contribuables non-résidents
au Maroc.

 Les opérations de vérification de comptabilité ne peuvent durer plus de trois (3)


mois pour les entreprises dont le chiffre d’affaires déclaré, au titre des exercices
soumis à vérification, est inférieur ou égal à cinquante (50) millions de dirhams
hors taxe sur la valeur ajoutée et plus de six (6) mois pour les entreprises dont le
chiffre d’affaires déclaré, au titre de l’un des exercices vérifiés, est supérieur à
cinquante (50) millions de dirhams (hors taxe).

Les délais de trois (3) et six (6) mois ne tiennent pas compte dessuspensions de la
vérification pour défaut de présentation des documents comptables obligatoires ou refus
de se soumettre au contrôle.