Vous êtes sur la page 1sur 22

MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

DIRECTION NATIONALE DE L'ENSEIGNEMENT REPUBLIQUE DU MALI


SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Un Peuple – Un But – Une Foie

D.E.R. GENIE CIVIL

ECOLE NATIONALE D’INGENIEURS ABDERHAMANE BABA-TOURE

MINI-PROJET
D’HYDROTECHNIQUE :
Conception d’un barrage

Classe : TS2- Cycle Technicien supérieur

DIRIGĖ PAR : PREPARE ET REDIGE PAR :


Mme H. TRAORE TRAORE Habsatou Joséphine

Août 2018
Joséphine Habsatou TRAORE Mini-Projet d’ouvrages hydrotechniques 1
Résumé

Dans le but de nous aider à mieux comprendre le cours d’ouvrages


hydrotechniques, il nous a été donné un mini-projet de conception d’un barrage.

La conception du barrage de 4 m de hauteur au-dessus du terrain naturel, long de


50 m longitudinalement et 23,45 m transversalement a donné un coût élevé à
154 534 924 TTC.

Joséphine Habsatou TRAORE Mini-Projet d’ouvrages hydrotechniques 2


Introduction

Les critères de dimensionnement de l’ouvrage portent sur la répartition des


contraintes normales (limitation des tractions au niveau du parement amont et
limitation des contraintes de compression au pied aval) et sur l’excentricité et
l’inclinaison de la résultante des sollicitations.

Les paramètres liés à cet aspect de stabilité mettent en évidence le rôle majeur des
sous pressions dans l’équilibre du barrage et donc l’importance du traitement des
fondations par l’injection et le drainage.

La stabilité de ce type d’ouvrage est souvent vérifiée pour le cas du glissement au


niveau du plan de contact du barrage et/ou ancrage avec ses fondations ainsi que
le renversement par rapport au pied aval.

Dans ce qui suit, nous allons :

 Faire le dimensionnement d’un barrage


 Calculer sa stabilité au glissement et au renversement
 Faire un devis quantitatif et estimatif
 Puis faire un planning d’exécution

Joséphine Habsatou TRAORE Mini-Projet d’ouvrages hydrotechniques 3


1.1 Dimensionnement du barrage

Les dimensions du barrage ont été spécificifiées dans l’énoncé de notre mini-
projet, nous ne pouvons que faire un schéma illustrant ce dit barrage puis faire
une vérification de la règle de LANE :

1.1.1 Vérification de la règle de LANE : lutte contre le renardage

La lutte contre le phénomène de Renard est donnée par l’expression suivante :

𝐿ℎ
𝐿𝑣 + ≥ 𝐶𝐻
3

Avec :

𝐿𝑣 ∶ la longueur de cheminement vertical de l’eau (m)

𝐿ℎ ∶ la longueur de cheminement horizontal de l’eau (m)

𝐶 ∶ le coefficient de LANE dépendant de la nature du sol

𝐻 ∶ la hauteur de l’eau en amont du déversoir (m)

Joséphine Habsatou TRAORE Mini-Projet d’ouvrages hydrotechniques 4


Le sol de notre fondation est un sol de type gros sable, alors selon la classification
des sols suivant le coefficient de LANE, notre coefficient est 𝐶 = 5.

- Calcul de la base du barrage :

Elle est donnée par la formule suivante :

𝐵 = 𝑏𝑐𝑟 + 𝐻1 𝑚2

Avec 𝑚2 = 1

𝐵 = 0,5 + 4 × 1

𝐵 = 4,5 𝑚

𝐿ℎ 4,5+0,5
Donc on aura : 𝐿𝑣 + = 0,5 + = 2,17 et 𝐶𝐻 = 5 × 4 = 20
3 3

La vérification au renardage n’est pas vérifiée, il convient donc de faire des


injections de coulis au niveau amont de la fondation et évacuer les eaux
d’infiltration en réalisant des drains du côté aval de ces injections.

Après le dimensionnement du barrage il convient de faire une vérification aux


calculs de stabilités.

Les valeurs dont nous aurons besoin pour la stabilité du barrage sont résumé dans
le tableau suivant. :

Caractéristiques Valeurs
Niveau de l’eau en amont (H1) 4𝑚
Niveau de l’eau en aval (H2) 1𝑚
Hauteur du barrage (Hb) 4𝑚
Largeur du barrage (B) 4,5 𝑚
Pente aval (m2) 1/1
Pente amont (m1) 0
Ancrage au sol (e) 0,5 𝑚
Largeur de la crête (bcr) 0,5 𝑚

Joséphine Habsatou TRAORE Mini-Projet d’ouvrages hydrotechniques 5


Coefficient de cohésion (C) 0,5 𝑡/𝑚 2
Sous pression (w) Diagramme b
Coefficient de frottement (f) 0,7
Poids volumique du béton (𝛾𝑏 ) 2,4 𝑡/𝑚 3
Poids volumique de l’eau (𝛾𝑤 ) 1 𝑡/𝑚3

1.2 Calculs de stabilité du barrage

Le calcul aux stabilités se fera suivant le plan ci-dessous :

- calculer la stabilité au glissement ;


- calculer la stabilité au renversement ;
- calculer la stabilité au poinçonnement
- calculer la stabilité interne du barrage ;

Les formules utilisées sont résumées dans le tableau suivant :

Formules
Forces verticales Forces horizontales

Joséphine Habsatou TRAORE Mini-Projet d’ouvrages hydrotechniques 6


𝑵 = 𝑮𝟏 + 𝑮𝟐 + 𝑮𝟑 + 𝑷′𝟐 − 𝑾𝟏 − 𝑾𝟐 𝑻 = 𝑷𝟏 + 𝑷𝒕 + 𝑷′𝟏 − 𝑷𝟐
𝐺1 = 𝑏𝑐𝑟 × 𝛾𝑏 × 𝐻1 1
𝑃1 = × 𝛾𝑤 × 𝐻1 2
2
𝐺2 = 0,5(𝑏 × 𝛾𝑏 × 𝐻1 ) 1
𝑃2 = × 𝛾𝑤 × 𝐻2 2
2
𝐺3 = 𝐵 × 𝛾𝑏 × 𝑒
1
𝑃2 ′ = × 𝑚 × 𝛾𝑏 × 𝐻2 2
2
𝑊1 = 𝐵 × 𝛾𝑤 𝐻2
1 2
𝑊2 = × 𝐵 × × 𝛾𝑤 (𝐻1 − 𝐻2 )
2 3

 stabilité au glissement

Elle est calculée par :

𝑩𝑪 × 𝑵𝒇
𝒇𝒔 =
𝑻

En se basant sur les formules énumérées au-dessus nous obtenons les valeurs
suivantes :

Forces (t)
Verticales Horizontales
𝑮𝟏 = 0,5 × 2,4 × 4 = 𝟒, 𝟖 1
𝑷𝟏 = × 1 × 42 = 𝟖
2
𝑮𝟐 = 0,5(4 × 2,4 × 4) = 𝟏𝟗, 𝟐 1
𝑷𝟐 = × 1 × 12 = 𝟎, 𝟓
2
𝑮𝟑 = 4,5 × 2,4 × 0,5 = 𝟓, 𝟒

𝑾𝟏 = 4,5 × 1 = 𝟒, 𝟓

𝑾𝟐 = 0,5 × 4,5 × 3 = 𝟔, 𝟕𝟓

1
𝑷′𝟐 = × 1 × 12 = 𝟎, 𝟓
2
𝑵 = 29,9 − 11,25 = 𝟏𝟖, 𝟔𝟓 𝑻 = 8 − 0,5 = 𝟕, 𝟓

Tableau 3.10 : efforts verticaux et horizontaux, période de hautes eaux

On aura donc :

Joséphine Habsatou TRAORE Mini-Projet d’ouvrages hydrotechniques 7


𝟒, 𝟓 × 𝟎, 𝟓 + 𝟎, 𝟕 × 𝟏𝟖, 𝟔𝟓
𝒇𝒔 = = 𝟐, 𝟎𝟒
𝟕, 𝟓

La stabilité au glissement est assurée quand 𝒇𝒔 > 𝟏, 𝟓, vu que cette condition est
respectée alors la stabilité au glissement est respectée.

 la stabilité au renversement

Elle est calculée par :

∑ 𝑴𝒔𝒕𝒂/𝑩
𝒇𝒔 =
∑ 𝑴𝒓𝒆𝒗/𝑩

Les résultats sont résumés dans le tableau suivant :

Forces (t) Bras de levier (m) Moment/B (t.m)


𝐺1 = 4,8 𝑏𝑐𝑟 20,4
+ 𝑏 = 4,25
2
𝐺2 = 19,2 2𝑏 51,26
= 2,67
3
𝐺3 = 5,4 𝐵 12,15
= 2,25
2
𝑃2 = 0,5 𝐻2 0,42
+ 𝑒 = 0,83
3
𝑃2 ′ = 0,5 𝐻2 × 𝑚2 0,17
= 0,33
3
𝑀𝑜𝑚𝑒𝑛𝑡𝑠 𝑠𝑡𝑎𝑏𝑖𝑙𝑖𝑠𝑎𝑛𝑡𝑠 = 84,41 𝑡. 𝑚
𝑃1 = 8 𝐻𝑏 14,64
+ 𝑒 = 1,83
3
𝑊1 = 4,5 𝐵 10,13
= 2,25
2
𝑊2 = 6,75 2𝐵 20,25
=3
3
𝑀𝑜𝑚𝑒𝑛𝑡𝑠 𝑟𝑒𝑛𝑣𝑒𝑟𝑠𝑎𝑛𝑡𝑠 = 45,02 𝑡. 𝑚

Tableau : Calcul de stabilité au renversement, période de hautes eaux

On aura donc :

Joséphine Habsatou TRAORE Mini-Projet d’ouvrages hydrotechniques 8


84,41
𝑓𝑠 = = 1,87
45,02

La stabilité au renversement est assurée quand 𝒇𝒔 > 𝟏, 𝟓, vu que cette condition


est respectée alors la stabilité au renversement est respectée.

 stabilité interne du barrage

Elle est donnée par les formules :

N ∑|M/O | N ∑|M/O|
𝜎𝑚𝑖𝑛 = −6 et 𝜎𝑚𝑎𝑥 = +6
𝐵 𝐵2 𝐵 𝐵2

La seule valeur manquant est 𝑀/0, les calculs de ce moment sont résumés dans le
tableau suivant :

Forces (t) Bras de levier (m) Moment/o (t.m)


𝐺1 = 4,8 𝐵 𝑏𝑐𝑟 − 9,6
− =2
2 2
𝐺2 = 19,2 𝐵 𝑏𝑐𝑟 − 36,67
− (𝑏 + ) = 1,91
2 3
𝐺3 = 5,4 0 0
𝑃2 = 0,5 𝐻2 − 0,42
+ 𝑒 = 0,83
3
𝑃2 ′ = 0,5 𝐵 𝐻2 × 𝑚2 + 0,96
− = 1,92
2 3
𝑃1 = 8 𝐻𝑏 + 14,64
+ 𝑒 = 1,83
3
𝑊1 = 2,90 0 0
𝑊2 = 3,95 𝐵 𝐵 +2,96
− = 0,75
2 3

Tableau 3.12 : Calcul du moment par rapport au centre de la base, période des
hautes eaux

De ce tableau on a : |𝑀/0| = 13,49 𝑡. 𝑚.

𝝈𝒎𝒊𝒏 𝝈𝒎𝒂𝒙
18,65 13,49 18,65 13,49
−6 +6
4,5 4,52 4,5 4,52
𝟎, 𝟏𝟓 𝟖, 𝟏𝟒

Joséphine Habsatou TRAORE Mini-Projet d’ouvrages hydrotechniques 9


La stabilité dans le corps du barrage est assurée quand toutes les contraintes sont
supérieures à zéro, vu que cette condition est respectée alors la stabilité dans le
corps du barrage est respectée.

1.3 Calcul du bassin de dissipation

Le bassin de dissipation permet de dissiper l’énergie de l’eau de versement et


d’éviter des affouillés dangereux à l’aval du barrage.

Le bassin de dissipation est caractérisé par :

- sa largeur
- sa longueur
- sa profondeur

 longueur déversant

Elle est donnée par la formule suivante :

Joséphine Habsatou TRAORE Mini-Projet d’ouvrages hydrotechniques 10


𝑄
𝐿= 3
𝑚. ℎ2 . √2𝑔

Avec :

ℎ = la lame d’eau déversant pris égale à 0,3

𝑄 = la débit de crue projet (𝑄 = 100 𝑚3/𝑠)

𝑚 = coefficient de débit (𝑚 = 0,41)

𝑔 = pesanteur (𝑔 = 9,81 𝑚/𝑠 2 )

100
𝐿=
0.41 × 𝑂, 33/2 × √2 ∗ 9,81

𝐿 = 335,11 𝑚

 Détermination de la profondeur du bassin 𝒀𝟐

La profondeur du bassin peut être déterminée par abaque. La méthodologie est la


suivante :

- Calculer 𝐻/𝑃 ;
- Calculer 𝐷/𝑃 ;
- Lire sur l'abaque la valeur correspondante de 𝑌𝑛 /𝑃 et en déduire 𝑌𝑛 = 𝑥. 𝑃

Application :

𝑯𝑶 = 4 𝒎 𝒉 = 𝟎, 𝟑 𝒎

Supposons D = 0,30m

𝐷 0,30 𝐷 ℎ 0,3 ℎ
= = 0,075 = = 0,075
𝐻𝑂 4 𝐻𝑂 𝐻𝑂 4 𝐻𝑂

La lecture sur l'abaque ci-contre nous donne

Joséphine Habsatou TRAORE Mini-Projet d’ouvrages hydrotechniques 11


𝑦𝑛
= 0,1 𝑠𝑜𝑖𝑡 𝑦𝑛 = 0,1𝐻0 𝒚𝒏 = 𝟎, 𝟒 𝒎
𝐻𝑂

 Largeur et autres caractéristiques du bassin

La largeur du bassin de dissipation doit être au moins égale à la longueur du


ressaut. Celle-ci est déterminée par abaques en fonction du nombre de Froude à
l'entrée du bassin (𝐹).

𝑉1
𝐹= v1 et y1 représentent respectivement la vitesse en m/s et le tirant
√𝑔.𝑦1
d’eau en m

𝑉1 et 𝑦1 Peuvent être calculés en résolvant le système d'équations suivant :

𝑉1 = √2𝑔(0,9(𝐻 + ℎ) − 𝑦1 ) Avec 𝐻 = 𝐻𝑂 + 𝐷

𝑄𝑃𝑟𝑜𝑗𝑒𝑡
𝑦1 = 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝐿: 𝑙𝑎 𝑙𝑜𝑛𝑔𝑢𝑒𝑢𝑟 𝑑é𝑣𝑒𝑟𝑠𝑎𝑛𝑡𝑒
𝐿 × 𝑉1

Donc

100
𝑉1 = √2 × 9,81(0,9(4 + 0,30) − )
335,11 × 𝑉1

Nous avons ainsi une équation du troisième degré à résoudre :

Après interpolations on obtient :

𝑉1 3 − 75,93 𝑉1 + 5,85 = 0

𝑉1 = 8,68 m/s → 𝑦1 = 0,034 𝑚

𝑦1 < 𝐻𝑜 𝑑𝑜𝑛𝑐 𝑦1 = 0,034 𝑚

 Calcul du nombre de Froude

𝑉1 8,68
𝐹= 𝐹=
√𝑔 × 𝑦1 √9,81 × 0,034

Joséphine Habsatou TRAORE Mini-Projet d’ouvrages hydrotechniques 12


𝑭 = 𝟏𝟓, 𝟎𝟑

𝐹 = 15,03 > 4,5 et la vitesse d’entrée inférieur à 15 m/s il est recommandé


d’utiliser le bassin de type II.

 Détermination de l’épaisseur du bassin à ressaut

Cette épaisseur est donnée par :

𝑬𝒓𝒂𝒅𝒊𝒆𝒓 = 𝟎, 𝟏𝟓𝑽𝟏 √𝒚𝟏

Nous obtenons donc :

𝐸𝑟𝑎𝑑𝑖𝑒𝑟 = 0,15 × 8,68√0,034 = 0,24 𝑚

 Tirant d’eau aval minimum

Il est donné par :

𝑦2 1
= √1 + 8𝐹2 − 1
𝑦1 2

Nous obtenons donc :

𝑦2 1
= √1 + 8 × 15,032 − 1 = 20,26
𝑦1 2

𝑑 ′ 𝑜ù 𝑦2 = 20,26𝑦1

𝒚𝟐 = 𝟔, 𝟖𝟗 𝒎

 longueur du bassin
𝐿
Elle est exprimée par la relation qui se lit sur un abaque (voir annexe). La
𝑦2

lecture de ce rapport sur l’abaque nous donne :

𝐿
= 2,75 ↔ L = 2,75𝑦2 = 2,75 × 6,89 = 18,95 𝑚
𝑦2

 Largeur du bassin de dissipation

Joséphine Habsatou TRAORE Mini-Projet d’ouvrages hydrotechniques 13


La largeur du bassin doit être supérieure ou égale à la longueur du ressaut. Nous
retenons donc une largeur de bassin 𝑙 = 20 𝑚

 dimensions des blocs chicanes


ℎ2
Leur hauteur est exprimée par la relation qui se lit sur un abaque (voir annexe).
𝑦1

La lecture de ce rapport sur l’abaque nous donne :

ℎ2
= 1,9 ↔ ℎ2 = 1,9𝑦1 = 1,9 × 0,034 = 0,065 𝑚
𝑦1

Les autres dimensions sont résumées dans le tableau suivant :

Largeur du bloc 0,75ℎ2 0,05 m


Espacement entre deux blocs chicanes 0,75ℎ2 0,05 m
Espacement de rive 0,375ℎ2 0,024 m
Distance par rapport au pied du déversoir 0,8ℎ2 0,052 m
Tête du bloc 0,2ℎ2 0,013 m

 dimensions des blocs de chute

Largeur du bloc 𝑦1 0,034 m


Espacement entre deux blocs chicanes 𝑦1 0,034 m
Espacement de rive 0,5𝑦1 0,017 m
Tête du bloc 𝑦1 0,034 m

 hauteur du seuil terminal


ℎ4
Elle est exprimée par la relation qui se lit sur un abaque (voir annexe). La
𝑦1

lecture de ce rapport sur l’abaque nous donne :

ℎ4
= 3,2 ↔ ℎ4 = 3,2𝑦1 = 3,2 × 0,034 = 0,11 𝑚
𝑦1

1.4 Devis quantitatif et estimatif

Joséphine Habsatou TRAORE Mini-Projet d’ouvrages hydrotechniques 14


Il est nécessaire ici de trouver les volumes de déblais, remblais et du béton.
Connaissant la longueur transversale du barrage (y compris le bassin de
dissipation) de 23,95 m et sa longueur en vue en plan de 50 m (prise comme
supposition), nous pouvons obtenir ces volumes. Les résultats sont résumés dans
le tableau suivant :

Num DESIGNATIONS U. Quantité P.U P.T


I INSTALLATION ET REPLI DU MATERIEL DE CHANTIER
I. 1 Amené et repli du matériel ff 1 2 000 000 2 000 000
I. 2 Frais d'installation de chantier et d'implantation des ouvrages
ff 1 2 500 000 2 500 000
I. 3 Pistes et déviations ff 1 1 500 000 1 500 000
I. 4 Débroussaillage, décapage de l'emprise 𝑚2 2400 7 000 16 800 000
Sous-Total I 𝟐𝟐 𝟖𝟎𝟎 𝟎𝟎𝟎
II MUR D’ETANCHEITE
II. 1 Déblais 𝑚3 39 8 000 312 000
II. 2 Béton cyclopéen dosé à 350kg/m3 pour fondation 𝑚3 12,5 100 000 12 500 000
II. 3 Béton cyclopéen dosé à 350kg/m3 pour le mur d'étanchéité 𝑚3 100 100 000 10 000 000
II. 4 Remblais compactés 𝑚3 26,5 7 000 185 500
II. 5 Hydrofuges 𝑘𝑔 80 1 500 120 000
Sous-Total II 𝟐𝟑 𝟏𝟏𝟕 𝟓𝟎𝟎
III CORPS DU BARRAGE
III. 1 Travaux de déblais 𝑚3 130 8 000 10 400 000
III. 2 3
Travaux de remblais 𝑚 58 7 000 406 000
III. 3 Béton cyclopéen dosé à 250kg/m3 pour le parement aval 𝑚3 400 100 000 40 000 000
III. 4 Réalisation du bajoyer y compris toutes sujétions 𝑚𝑙 90 10 500 945 000
III. 5 Fourniture et pose de matériaux de remplissage des joints de 𝑓𝑓 7 500 000 3 500 000
dilatation et de construction y compris toutes sujétions
III. 6 Fourniture et pose de gabions 𝑓𝑓 1 1 500 000 1 500 000
Sous-Total III 𝟓𝟔 𝟕𝟓𝟏 𝟎𝟎𝟎
IV BASSIN DE DISSIPATION
IV. 1 Déblai 𝑚3 189,5 8 000 1 516 000
IV. 2 3
Remblai 𝑚 52,9 7 000 370 300
IV. 3 Béton dosé à 300kg/m3 pour le bassin 𝑚3 227,4 100 000 22 740 000

Joséphine Habsatou TRAORE Mini-Projet d’ouvrages hydrotechniques 15


IV. 4 Béton dosé à 300kg/m3 pour blocs de chute 𝑚3 2,7 100 000 270 000
IV. 5 Béton dosé à 300kg/m3 pour blocs chicane 𝑚3 3,67 100 000 367 000
IV. 6 Béton pour la réalisation du seuil terminal 𝑚3 2,30 100 000 230 000
IV. 7 Pose des enrochements 𝑓𝑓 1 2 000 000 2 000 000
Sous-Total IV 𝟐𝟕 𝟒𝟗𝟑 𝟑𝟎𝟎
FORMATION
Séance de formation du Comité Local de l'Eau 𝑓𝑓 1 800 000 𝟖𝟎𝟎 𝟎𝟎𝟎
TOTAL GENERAL HT 𝟏𝟑𝟎 𝟗𝟔𝟏 𝟖𝟎𝟎
TVA (18%) 𝟐𝟑 𝟓𝟕𝟑 𝟏𝟐𝟒
TOTAL GENERAL TTC 𝟏𝟓𝟒 𝟓𝟑𝟒 𝟗𝟐𝟒

1.5 Planning d’exécution

Le plan à suivre pour la mise en œuvre de ce barrage est résumée dans le tableau
suivant :

Période de 16 semaines
Février Mars Avril Mai
N° DESIGNATION
2019 2019 2019 2019
1 2 3 4 1 2 3 4 1 2 3 4 1 2 3 4
I- Conception et études
1- Etudes géotechniques  
2- Note de calcul
II- Installation du chantier
1- Construction baraques
2- Délimitation domaine et
nettoyage
3- Amenée matériels
III- Terrassement
1- Implantation et fouille
IV- Maçonnerie
1- Préfabrication
2- Fondation

Joséphine Habsatou TRAORE Mini-Projet d’ouvrages hydrotechniques 16


3- Mur d'étanchéité
4- Talus aval
5- Bassin à ressaut
V- Accessoires
1- Joint water - stop
1- Drains galerie le long du
barrage
2- Drains verticaux
3- Préfabrication batardeau
VI- Enduits
1- Revêtement des parois et
bassin
VII- Nettoyage et repli
VIII- Auto réception et corrections

Conclusion

La maîtrise de l’eau pour l’agriculture est un des préalables fondamentaux pour


le développement car elle permet d’assurer l’autosuffisance alimentaire. Ainsi on
peut constater que toutes les vérifications de stabilité, poinçonnement,
reversement sont valables. Ce projet peut donc être exécuté mais suivi par le
concepteur pour d’éventuels besoins de réglage.

Joséphine Habsatou TRAORE Mini-Projet d’ouvrages hydrotechniques 17


ANNEXE

Joséphine Habsatou TRAORE Mini-Projet d’ouvrages hydrotechniques 18


Joséphine Habsatou TRAORE Mini-Projet d’ouvrages hydrotechniques 19
0,075
0,075

Joséphine Habsatou TRAORE Mini-Projet d’ouvrages hydrotechniques 20


Joséphine Habsatou TRAORE Mini-Projet d’ouvrages hydrotechniques 21