Vous êtes sur la page 1sur 5

Poésie d'Armand Silvestre

à Andreé Messager

Madrigal

a quattro voci e pianoforte obbl.

Gabriel Fauré, Op. 35

dolce espress.

2 œ 3 œ œ œ œ œ œ b ∑ ∑ Œ œ Ten.
2
œ
3
œ
œ
œ
œ
œ
œ
b
Œ
œ
Ten.
V
4
œ
‰ Œ
J
J
J
J
J
In - hu - mai - nes qui, sans mer
ci
dolce espress.
2
œ
œ
œ
˙
œ
œ
œ
?
3
œ
œ
œ
.
Œ
œ
J
Œ
Œ
Œ
Basso
b 4
J
J
J
Accordi pianoforte - re min.
In - hu - mai - nes qui, sans mer - ci
Vous
rail -
8
j
œ
œ
œ
œ
j
b
Œ œ
œ
Œ
Œ
œ
œ
œ
œ
V
J
˙
œ
œ
J œ
J
œ
J
Vous
rail - lez de no - tre sou - ci
Ai
-
mez
quand
on vous
œ
?
œ
œ
œ
œ
œ
œ
œ
œ
œ
˙
b
J
œ œ
‰ Œ
œ
J œ
J
Œ
J
œ J
J
J
lez de no - tre sou - ci
Ai - mez
quand
on vous
ai
-
me,
p
14
cresc.

F

œ 3 œ œ œ œ œ œ V ai b ˙ ‰ œ œ
œ
3
œ
œ
œ
œ
œ œ
V
ai
b
˙
‰ œ
œ
n œ # ˙
˙ .
œ Œ
Œ
J
J
J œ
-
me,
Ai - mez
quand on
vous
ai
-
me
p
cresc.
˙ .
3
? œ , œ œ œ œ
˙ .
œ
œ
œ
˙
œ
œ Œ
Œ
b
Ai - mez quand on vous ai - me 23 Sop. dolce espress. œ œ
Ai
-
mez
quand
on
vous
ai
-
me
23
Sop.
dolce espress.
œ
œ
œ
œ
œ
œ
Œ
œ
œ
œ
œ
J
‰ Œ
& b
J
J
J
J
J
J
In - grats
qui ne vous dou - tez
pas
C.alti
dolce espress.
j
j
j
j
j
j
j
b
Œ
œ
Œ
Œ
œ
j j
œ
œ
œ
œ
œ
œ
œ
˙ .
œ
œ
œ
œ œ
œ
& œ
J
œ
In - grats
qui ne vous dou - tez
pas
des rê
-
ves é - clos sur vos
29
œ
œ
œ
œ
œ
j
œ
œ
œ
œ
˙
Œ
Œ
œ
œ
& b
J
œ
œ
œ
J
J
œ
˙
J
œ J
Des rê
-
ves é - clos sur vos
pas
Ai
-
mez
quand
on vous
ai
-
me,
,
j
j ‰ Œ
Œ
j
& b
œ
œ
œ
œ
œ
œ
œ œ œ œ
œ
œ
œ
œ
œ
˙
pas
Ai - mez
quand
on vous
ai
-
me,
Ai
-
35 F œ œ 2 œ b œ œ œ œ œ œ ˙ &
35
F
œ
œ
2
œ
b
œ
œ
œ
œ
œ
œ
˙
& ‰ œ
œ
J
J
J
˙
˙
.
Ai - mez
quand on
vous
ar
-
me
2
b
œ
˙
& .
˙
œ
œ
œ
˙
œ
˙
.
p
mez
quand
on
vous
ai
-
me.
42
F
Ten. p molto espressivo
j
˙
˙ .
Œ
Œ
œ
œ
œ
œ
œ
V b
œ
œ
J
œ
œ
œ
œ
œ
œ
œ
œ
Sa
-
chez,
ô cru - el - les Beau - tés
que
les
jours d'ai - mer
sont comp -
p
F
49
Sop.
molto espressivo
j
˙
˙ .
œ
b
Œ
Œ
œ
œ
œ
&
œ
œ
J
œ
œ
œ
œ
œ
œ
Sa
-
chez,
A - mou - reux
in - cons - tants
Que
le
bien d'ai - mer
b
˙
.
œ
Œ
Œ
V
tés
56
œ
œ .
b
œ
˙ .
Œ
Œ
œ
œ
œ
œ
j
Œ
&
˙
œ
˙
J
J
œ
n'a qu'un
temps!
Ai
-
mez
quand on vous
ai
-
me,
b
Œ
Œ
Œ
&
˙
œ
˙
œ
Ai
-
mez,
p
˙
œ
b
Œ
Œ
œ
V
œ
œ
œ
œ
œ
œ
˙
œ
Ai
-
mez
quand on
vous
ai
-
me,
Ai
-
p
?
˙
b œ
˙
Œ
Œ
b
œ
œ
œ
œ
˙ .
b œ
˙
œ
Ai
-
mez
quand on
vous
ai
-
me,
Ai
-
mez,
62 f cresc. 6 œ . b Œ Œ œ œ œ j Œ Œ
62
f
cresc.
6
œ .
b
Œ
Œ
œ
œ
œ
j
Œ
Œ
&
˙
œ
˙
.
˙
.
˙
.
œ
J
J
œ
Ai - mez quand on vous
ai
-
me.
f
6
b
Œ Œ
Œ
Œ
&
˙ .
˙
.
˙
.
˙
.
œ
œ
mez
Ai
-
f
6
˙
œ
b
œ
œ œ
V
œ
œ
œ
˙
.
˙ .
˙ .
œ
Œ
Œ
mez
quandon
vous
ai
-
me.
f
6
?
cresc.
œ
œ
œ
˙ .
b
˙
œ
# ˙ .
˙ .
˙ .
œ
Œ
Œ
Quand on vous
ai
-
me,
Ai - mez.
75
C.alti
p espress.
j
j
j
j
j
b
Œ
&
œ
œ
œ
œ
œ
œ
œ
œ
˙
.
˙ .
œ
œ
œ
J
In - grats,
qui
ne - vous dou - tez
pas
des
-
p
espress.
œ
œ
œ
œ
œ
˙
b
Œ
œ
V
œ
Œ
J
J
J
J
Ten.
In - hu
-
mai - nes
qui, sans mer
-
ci
80
,
j j
j
j
b
j
j ‰ Œ
Œ
j
&
œ œ
œ
œ
œ
œ
œ
œ œ
œ
œ
œ
œ
œ œ
œ
˙
œ œ œ œ
ves é - clos sur vos
pas
Ai - mez
quand
on vous
ai
-
me
Ai
-
œ
œ
œ
œ
œ
j
œ
b
Œ
œ
Œ
œ
œ
œ
œ
V
J
˙
.
œ
˙
J œ
J
œ
J
œ J
Vous rail - lez de no - tre sou - ci
Ai - mez
quand
on vous
ai
-
me
87 p 3 b n # # œ . ∑ & ˙ ˙ ˙ .
87
p
3
b
n
# #
œ
.
&
˙
˙
˙ .
œ
œ
# œ
mez
quand
on
vous
ai
-
me
F
œ # œ
3
œ
œ
b
‰ œ
œ
œ
œ
n œ # ˙
# #
œ
˙
.
n
V
J
J
J
Ai - mez
quand on
vous
ai
-
me
dolce
3
n œ œ œ J
œ
?
b
n
# #
J

Un - me des -

95

# # ∑ ∑ ∑ ∑ ∑ ∑ & p # # ∑ j &
#
#
&
p
# #
j
&
j
˙
œ
œ
Œ
Œ
œ
œ
œ
œ œ œ
œ
œ
œ
œ
œ œ
œ œ
Et no - tre fo -
e_est
la
-
me
C'est cel - le de
p li
-
π
˙
œ
œ
œ œ
œ
œ œ œ
œ
œ
œ
# #
œ
œ
œ œ
Œ
Œ
œ
V
J
J
J
J
Et no - tre fo - li
-
e_est
la
-
me
C'est cel - le de
n
œ
œ
œ
œ
˙ .
œ
œ
œ
˙ .
?
# n œ
œ
œ
Œ
Œ
œ œ J
n œ
#
J
J
J
J
J

stin nous pour - suit

C'est cel - le d'ai - mer qui nous fuit

p 101 j j j j j j j j # # j j ∑
p
101
j
j
j
j
j
j
j
j
# #
j
j
n œ œ œ J
œ
œ
œ
œ
&
œ
œ
œ
œ
œ
œ
œ œ
œ
œ
œ
œ
œ
œ
J
Un mê - me de - stin nous pour suit,
et no - tre fo - li - e_est la mê - me,
c'est cel - le d'ai -
π
# #
&
œ
˙
œ
œ
œ
œ
œ
œ
˙
œ
œ
œ
œ
œ
œ
œ œ
œ
œ
qui
nous
ai
-
me.
C'est
cel - le d'ai
-
mer qui
nous
fuit
fuir
π
œ
˙
œ
œ
œ
œ
œ
œ
œ
# #
œ
˙
V
œ
œ œ
œ
œ
œ
œ
œ
fuir
qui
nous
ai
-
me.
C'est
cel - le d'ai
-
mer qui
nous
fuit
p
˙
?
˙ .
œ
œ
œ
# #
Œ
˙ .
#
˙
œ
˙ .
C'est
cel
-
le
d'ai
-
mer qui
nous
fuit
107
#
œ œ
#
j
j
œ
œ
j
œ
œ
œ
œ œ œ œ œ
&
# œ
œ
œ
œ
J
œ . œ
# œ
# œ
œ
œ
œ
œ
œ J
œ
œ
J
J
mer qui nous fuit,
c'est
cel - le de
fuir qui nous
ai - me,
qui nous
ai - me, C'est
cel - le
de
#
cresc.
#
Œ
Œ
j
j
&
œ
œ
œ
œ
œ
œ
œ # œ
œ
# œ
˙
œ
˙
œ
œ
qui
nous
fuit
de
fuir,
C'est
cel - le
de
C'est
cel - le
#
cresc.
#
œ
œ
œ
Œ
œ
˙
Œ
œ
V
# ˙
œ
œ œ œ J
J
qui
nous
fuit
C'est
cel - le de
fuir,
de
cresc.
œ
?
#
# œ
œ
œ n œ
˙
œ
˙
œ
#
Œ
Œ
Œ
œ
qui
nous
fuit
C'est
cel - le
de
fuir,
de
p 113 poco rit. π a tempo # œ # œ ˙ . # œ
p
113
poco rit.
π
a
tempo
# œ
# œ
˙
.
#
œ n œ
œ
˙
Œ
&
œ
œ
˙
œ
˙
œ
œ
˙
.
fuir qui
nous
ai
-
me
C'est
cel
-
le
de
fuir
p
poco rit.
π
a
tempo
j
# Œ
#
Œ
œ
Œ
&
œ
œ
œ
J
œ œ
n
˙
˙
.
œ
œ
˙
b œ
b œ
˙
.
fuir
qui nous ai
-
me
C'est
cel
-
le
de
fuir
p
poco rit.
π
a
tempo
# n œ
#
œ
Œ
Œ
# œ
œ
Œ
b œ
n
˙
œ œ
œ
b œ
V
˙
˙
.
J
J
˙
.
œ
fuir
qui nous ai
-
me
C'est
cel
-
le
de
fuir
poco rit.
p
a tempo
π
?
œ
# #
Œ
Œ
Œ
Œ
˙ .
˙
œ
˙ .
˙
Œ
˙
œ
œ
fuir
C'est
cel
-
le
de
fuir
qui
nous

120

# # Œ Œ & ˙ œ œ ˙ œ ˙ . ˙ œ ˙
# #
Œ
Œ
&
˙
œ
œ
˙
œ
˙
.
˙
œ
˙
.
˙
.
˙
.
˙
.
qui
nous
ai
-
me,
Qui
nous
ai
-
me
# #
Œ
Œ
&
b œ
n
˙
œ
˙
b œ
˙
.
˙
œ
˙
.
˙
.
˙
.
˙ .
qui
nous
ai
-
me
Qui
nous
ai
-
me
# #
Œ
Œ
b œ
n
˙
œ
˙
b œ
V
˙
.
˙
œ
˙
.
˙
.
˙
.
˙ .
qui
nous
ai
-
me,
Qui
nous
ai
-
me
?
# #
˙ .
˙ .
˙ .
˙
œ
˙
.
˙
.
˙
.
˙
.
ai
-
me
Qui
nous
ai
-
me

Poème: Armand Silvestre

Inhumaines qui, sans merci, Vous raillez de notre souci Aimez quand on vous aime.

Ingrats qui ne vous doutez pas Des rêves éclos sur vos pas, Aimez quand on vous aime.

Sachez, ô cruelles Beautés, Que les jour d'aimer sont comptés. Sachez, Amoureux inconstants, Que le bien d'aimer n'a qu'un temps! Aimez quand on vous aime.

Ingrats qui ne vous doutez pas - Inhumaines qui, sans merci, Des rêves éclos sur vos pas, - Vous raillez de notre souci, Aimez quand on vous aime.

Un même destin nous poursuit Et notre folie est la même, C'est celle d'aimer qui nous fuit, C'est celle de fuir qui nous aime.

Poesia di Armand Silvestre

Disumane, che senza mercede Voi ridete dei nostri dolori Amate quando amate siete.

Ingrate che neppure immaginate

I sogni che dischiude il vostro passo, Amate quando amate siete.

Sappiate, Bellezze crudeli, Che i giorni dell'amor sono contati. Sappiate, incostanti Amorose Che il bene d'amore ha un sol tempo! Amate quando amate siete.

Ingrate che neppure immaginate - Disumane che senza mercede;

I sogni che dischiude il vostro passo, - Voi ridete dei nostri dolori, Amate quando amate siete.

Lo stesso destino c'incombe Uguale è la nostra follia E' quella d'amar chi noi fugge E sempre fuggir chi ama noi.

USO INTERNO • CLASSE DI ESERCITAZIONI CORALI • Ins. Mario Lanaro • A.S.2002/2003