Vous êtes sur la page 1sur 71

L'écoocivisme,

un projet de société
post-capitaliste

Une utopie réalisable, proposée et rédigée au sein du


GRESSO*
sous la direction de Brieuc Le Fèvre

* GRESSO: Groupe de REcherche pour un Système SOciétal, fondé par André-Jacques Holbecq.

2
Table des matières
Avant-propos...................................................................................................................... 6

Introduction..................................................................................................................... 17
Définir un projet consensuel......................................................................................................17
Les fondements, le projet
L'écoocivisme et l'utopie................................................................................................. 20
Ecoocivisme, utopie et utopie réalisable....................................................................................20
L'écoocivisme est-il une utopie?.......................................................................................................20
La place de l'utopie écoocivique dans le monde actuel....................................................................21
Le projet écoocivique....................................................................................................... 22
Les quatre capitaux....................................................................................................................22
L'origine de l'écoocivisme.........................................................................................................23
Les objectifs du projet écoocivique...........................................................................................26
La société écoocivique:
organisation politique et économique,
mode de gestion des ressources
Organisation politique...................................................................................................... 29
Structure générale......................................................................................................................29
Les limites de l'utopie réalisable......................................................................................................29
Le réseaux des réseaux....................................................................................................................30
Structure décisionnelle et de gouvernance.................................................................................32
Les cellules communales..................................................................................................................32
Les noeuds régionaux.......................................................................................................................33
Les nations écoociviques..................................................................................................................33
Le niveau hiérarchique supérieur....................................................................................................34
Défense et sécurité.....................................................................................................................35
Justice.........................................................................................................................................35
Le système économique.................................................................................................. 37
L'écoomonétarisme....................................................................................................................37
Définition.........................................................................................................................................37
L'équilibre écoomonétaire................................................................................................................37
L'écootaxe........................................................................................................................................38
La création de la richesse................................................................................................................38
Les revenus écoociviques.................................................................................................................39
Les caractéristiques fondamentales du viatique...............................................................................39
Les notions de solidarité et d'activité...............................................................................................40
L'échelle des salaires, relation entre temps/qualité du travail et niveau du revenu..........................40
La monnaie: nature et mouvements..................................................................................................41
Principes de la production artisanale et industrielle..................................................................42
La liberté d'entreprendre..................................................................................................................42
La création de l'entreprise...............................................................................................................43
L'organisation de l'entreprise...........................................................................................................45
Le circuit des valeurs dans l'entreprise............................................................................................45
Le concept de "propriété collective de l'outil de production"...........................................................46
Les politiques d'orientation et d'incitation.......................................................................................47
La structure du système écoomonétaire.....................................................................................48

3
La monnaie électronique et le "Portefeuille d'Informations Personnelles"......................................48
La gestion décentralisée de l'équilibre écoomonétaire.....................................................................49
La gestion des ressources................................................................................................ 51
La gestion des ressources primaires...........................................................................................51
Ressources épuisables ou difficilement renouvelables......................................................................51
Ressources renouvelables.................................................................................................................52
Espace..............................................................................................................................................54
La gestion des ressources primordiales
A: les ressources physiques.......................................................................................................55
Alimentation.....................................................................................................................................55
Santé................................................................................................................................................56
B: les ressources intellectuelles.................................................................................................57
Instruction........................................................................................................................................57
Connaissance / recherche.................................................................................................................58
Information / média..........................................................................................................................59
Le développement de l'écoocivisme:
du réseau associatif à l'institutionnalisation
Le projet écoocivique, sa diffusion, les adhésions...........................................................62

Nations et institutions sont impuissantes...................................................................................62


Le présociétalisme et le projet écoocivique...............................................................................62
Le plan de mise en oeuvre du projet écoocivique......................................................................64
Phase I - la mouvance présociétale..................................................................................................64
Phase II - le Mouvement Sociétal.....................................................................................................64
Phase III - l'organisation politique présociétale..............................................................................64
Phase IV - instituer le sociétalisme..................................................................................................64
L'organisation écoomonétaire.......................................................................................... 66
Réflexions sur les structures économiques des groupes écoociviques......................................66
Organisation du système économique d'une petite structure écoocivique........................................66
Organisation du système économique d'une moyenne/grande structure E.S....................................67
Organisation du système économique d'une structure E.S. intermédiaire........................................67
E-dons et les bases de la gestion écoomonétaire..............................................................................68
L'organisation de la transition démocratique...................................................................69
Préparer les esprits.....................................................................................................................69
La notion de résistance économique..........................................................................................69
Indispensable(s) parti(s) écoocivique(s) ...................................................................................70
Conclusion....................................................................................................................... 71
Annexes
Annexe 1: Mode de calcul des revenus d'activité dans une population donnée..............73
Normalisation des distributions de facteurs.....................................................................................73
Ajustement itératif de la distribution des RA à la troisième condition..............................................76
Annexe 2: Le système méta-monétaire; essai de formalisation d'une structure de gestion
de l'argent électronique par l'intelligence collective (I.C.)...........................................77
La structure physique du réseau des réseaux économiques.......................................................77
Les méta-monnaies: outils de gestion intelligente de la monnaie..............................................79
Annexe 3: Le Portefeuille d'Informations Personnelles (PIP), un outil universel de gestion
économique et sociale................................................................................................. 83

4
Avant-propos

Au commencement, le selisme.
Depuis 1995, à l'inspiration des LETS anglo-saxons 1, la mouvance SEL en France innove et fermente.
Les rapports humains dans les communautés nationales et les collectivités sont organisés, structurés,
régis par le système politique dit démocratique. Mais hélas, force est de constater que ce système,
soumis à des facteurs mondiaux, laisse sur le bord de la route quantité de miséreux, de chômeurs,
rejetés, exclus de la vie économique et sociale, réduits à quémander l'assistanat humanitaire lorsque
l'assistance sociale publique leur est refusée.
Le discours politique n'est plus porteur d'espérance. Les pratiques et les carrières politiques mènent trop
souvent devant les tribunaux. Faut-il pleurer, en rire ou essayer d'en sourire? Faut-il se mobiliser et
lutter? Ce n'est pas la motivation des Selistes ni l'objet des SEL. Il est évident que ce qui fait marcher
ces associations n'est en aucun cas l'esprit combattant, quoique les valeurs de dévouement, de
solidarité, ou de bravoure puissent aussi y être mises en oeuvre.
Le seliste n’est pas nécessairement un militant décidé à expérimenter et promouvoir une règle du jeu
socio-économique générale différente. Le SEL est un comité restreint, organisé dans la proximité
humaine du cadre de vie journalier, propice à l'intérêt de chacun des participants. L'adhésion ne
comporte aucune décision de soutenir une forme nouvelle, expérimentale, de rapports de solidarité
économique et sociale.
Le selisme est et demeure Solidarité Economique Locale multiple et discrète. Les SEL survivent ainsi.
Car toute organisation nouvelle à caractère économique et social se trouve confrontée à des règlements
et des prérogatives bien établies : administratives, financières, judiciaires, etc. dont il faut
courageusement et constamment tenir compte. L'environnement du mouvement SEL, en 2006, perdure,
angoissant, et fait obstacle au développement d’un véritable mouvement. Mais au sein de chaque SEL,
des adhérents soucieux de l'aspect "politique" de leur démarche solidaire participent à la réflexion et
s'expriment sur le sujet.

Amère constatation : le capital dicte sa loi


Le système de propriété capitaliste a conquis le monopole de gestion des échanges économiques
mondiaux. Sa règle inflexible impose le développement prioritaire du profit financier du capital. Sa
survie génère de terribles crises succédant à des périodes de "reprise" : c'est la "roue carrée" souvent
évoquée. Le "bien-être" de l'espèce humaine et de son environnement sont, de fait, des critères
secondaires.
Les pouvoirs politiques de tous les pays développés sont chargés d'assurer la survie des exclus du
système en taxant et en empruntant. Le contribuable paiera les dettes sociales. En 1996, pour la
première fois dans l'histoire de l'activité économique de l'humanité, un seul et même système, le
système capitaliste, et sa monnaie-étalon, le dollar, vont, avec l'intégration prochaine du marché
chinois, s'étendre à l'ensemble de la planète.
Le capitalisme s'épanouit dans la spéculation où se réinvestissent les plus-values du capital obtenues
par l'expansion du machinisme, la réduction de la part de main-d’œuvre, la conquête de monopoles. La

1 LETS: Local Exchange Trading System, traduit en français par SEL: Système d'Echange Local

5
dévotion due au "profit" est concélébrée par le système bancaire et les compagnies multinationales;
ensemble, ils exploitent à outrance les ressources naturelles, disséminent les déchets, soutiennent
financièrement les carrières politiques, "cornaquent" les pouvoirs, corrompent les décideurs et les élus
pour que se généralise et perdure cet ordre des choses; ensemble, ils veillent à contrer toute initiative
susceptible de réduire ce profit ou d'imposer un partage ; ils subjuguent les églises, alimentent et
utilisent les mafias, suscitent les troubles et tirent bénéfice des conflits.
Ni explication ni justification ici. Force est seulement de constater lucidement la suprématie, la
globalité, la puissance du dieu "profit capitaliste".

Autre constatation : l'échec des utopies.


Après beaucoup d'autres projets de société, et durant quelques décennies, l'alternative marxiste a tenté
de contester l'organisation capitaliste de la société. Vinrent les désillusions et échec de l'expérience
étatique communiste. Le manifeste fondateur du parti communiste était toutefois source de réflexion
pour envisager l'évolution sociale planétaire. Revenons-y un instant. Marx, dans le projet communiste,
donnait à "ceux qui produisent" (c'est à dire les prolétaires), la mission d'abolir la forme "bourgeoise"
de propriété et de transformer le caractère social de celle-ci. Objectif : empêcher le travail de se
transformer en capital, donc en puissance sociale susceptible d'être monopolisée. Le but annoncé n'a pu
être atteint, même dans les pays socialistes.
Et l'on continue d'observer sur toute la planète le jeu des ambitions politiques, dans tous les régimes,
démocratiques ou non; les meneurs, leaders, dirigeants, pseudo révolutionnaires, intégristes,
nationalistes appellent partout au combat. Les trésors de guerre et les stocks d'armes se constituent et
s'accumulent. Les promesses au nom desquelles nous sommes journellement conviés à nous mobiliser,
à combattre telle "majorité", à dominer telle "opposition" sont de moins en moins crédibles et
finalement, chacun, s'il le peut, prend position dans la course au profit.
Dans les démocraties comme ailleurs, l'immense corps des affamés, miséreux, demandeurs d'emploi,
exclus, est condamné à "se débrouiller"! Dans le Tiers-monde, Moyen-Orient, Amérique Centrale et
Amérique Latine, s'éternisent la misère, les guerres, les épidémies, les intégrismes. Partout, les édiles
alimentent en dollars leurs comptes en Suisse.
Ni explication ni justification ici. Mais force est de constater l'échec quasi-total du projet communiste,
l'enlisement des alternances socialistes démocratiques, la disparition des idéologies porteuses d'espoir
social.

Apparemment, plus la moindre utopie en perspective !

Les alternatives se développent


Et pourtant! Malgré l'absence de projets sociaux, politiques ou idéologiques crédibles, malgré les
"lézardes" des démocraties, apparaissent, comme en tâtonnant, des pratiques étonnantes. Elles semblent
être porteuses à la fois de valeurs humaines désintéressées et de dérives sectaires inquiétantes.
L'utilisation mondiale du réseau informatique Internet pour la diffusion et la circulation de
l'information, le bénévolat et l'apparition d'Organismes Non-Gouvernementaux de lutte contre les
fléaux mondiaux, l'arrêt des essais nucléaires et l'utilisation des forces militaires au profit du "maintien
de la paix" sont plutôt de bons exemples.

6
Le surprenant renouveau de la pratique du troc semble participer de la même démarche et concerne
aussi l'émergence des associations SEL.
Ni explication ni justification ici. Force est de constater et d'observer son rapide développement en des
zones très diverses de la planète.

Un espoir : le troc nouveau est arrivé


Depuis quelques années apparaît un troc "nouveau" à côté de la survivance du troc traditionnel,
complémentaire et non-antagoniste du monétarisme généralisé des échanges. Il reflète un état d'esprit
en évolution chez les commerciaux, mais aussi chez les particuliers, producteurs-consommateurs de
biens et de services, dans le contexte des crises économique réelles ou entretenues. Le troc "bartering"
est-il réel facteur de développement économique dans le contexte capitaliste ? Le troc LETS et SEL
est-il bouée de sauvetage, solution de survie, pratique-test efficace pour jauger la sincérité des acteurs
de transactions économiques, établir de nouveaux rapports de confiance entre particuliers?
La réciprocité confiante a déserté nombre d'associations. (Souvenez-vous du scandale, en France, de
l'ARC). Les relations sincères d'échanges non-monétaires sont rares. Des adhérents se côtoient
loyalement, "à condition de réciprocité", s'y engagent pour promouvoir l’être individuel et collectif en
des pratiques rigoureuses dans leur simplicité apparente. S'y rencontrent les militants ulcérés par les
magouilles politico-financières, et encore celles et ceux qui n'ont pas renoncé à un projet écologique
simplement humain pour la planète de nos petits-enfants.
Il ne s'agit pas pourtant, en faisant un détour par le troc, de vouloir abolir la forme "bourgeoise" de
propriété, de transformer le caractère social de celle-ci, de tenter d'empêcher le travail de se transformer
en capital, en puissance sociale susceptible d'être monopolisée. Non! Même si le troc peut, en principe,
y contribuer, cela semble être le dernier des soucis des participants aux "foires SEL" où s'échangent
bijoux artisanaux contre cochonnailles garanties fabriquées à la maison sans colorant. Les SEL
proposent prosaïquement à celles et ceux qui ont pu ou su s'intégrer au système, ouvriers, employés,
cadres, intellectuels ainsi qu'aux plus démunis, descendants des prolétaires marxistes, cols bleus et cols
blancs, aux damnés de la terre, aux laboureurs de la mer, de jouer différemment une partie du temps
que nous avons à passer ensemble, "ici-bas".
Cette nouveauté extraordinaire, un temps, a attiré nos incontournables médias-capitalistes et leurs
enquêteurs sincères-sympa toujours bien accueillis. C'est nouveau, croient-ils, ça devrait donc se
vendre bien.

Le troc est médiatique


En France, dans le courant de l'année 1993, la journaliste Anne Fiess assure la conception et la parution
d'une rubrique consacrée au troc dans un cahier mensuel de la revue "ACTUEL". Les annonceurs
étaient tenus de soigner la rédaction des textes et d'assurer la réciprocité des offres et demandes dans
les échanges proposés.
Cette première tentative laborieuse fut suivie par celle du quotidien "Le JOUR", disparu depuis. Une
rubrique "troc" suscite une cinquantaine de lettres quotidiennes et concerne surtout le petit
électroménager et les services. Les participants semblent motivés par le souci d'éviter les "gâchis", de
ne pas jeter des objets "en double", ou démodés mais encore en état de servir.
Cette tendance est ensuite confirmée par les lecteurs du journal TROC TOUT, lancé en mars 1994, par

7
un journaliste qui réalisait là un vieux rêve. Consacrée exclusivement au troc, cette publication fut un
véritable succès de curiosité pour ses premiers numéros, mais a du cesser sa parution pour une durée
non déterminée. TROC TOUT a permis de cibler un lectorat composé de collectionneurs, de
propriétaires de choses "invendables", et aussi de personnes démunies proposant, en hiver surtout, des
échanges de services contre nourriture ou vêtements.
La télévision a offert une émission hebdomadaire (troc-moi-tout, chaîne 3) assez marginale par rapport
à la masse des programmes diffusés. Un certain nombre de reportages sur les SEL se succèdent sur les
diverses chaînes, dans nos quotidiens et revues. Alors, le troc, nouvelle règle du jeu ou vrai projet
social ?

Le troc - projet social


Il se confirme, en 2006, que le troc n'est pas, en lui même, un projet politique et social capable
d'affronter les machineries capitalistes ou autres : il est tout au plus un lieu de résistance, (de Résistance
pour les plus anciens d'entre nous). Point de brillant intellectuel médiatique pour y voir le laboratoire
où se prépare l'émergence d'un futur planétaire différent, composante de ce 21ème siècle mystique
annoncé par l'un de leurs célèbres prédécesseurs. Celles et ceux qui ont encore foi en la sagesse
humaine, et pas deux pieds dans le même sabot ont simplement, croyons-nous, initié entre-eux,
doucement, gentiment, une véritable divergence et nous invitent à les rejoindre. L'analyse permet de
penser que l'humanité, menée par son instinct de survie, expérimente, avec le retour au troc, la mise en
oeuvre d'un véritable changement de civilisation.

L'humanité, de civilisation en civilisation


Les civilisations sont les chapitres de l'histoire de l'humanité. Leur succession raconte l'évolution des
sociétés, des croyances, des arts, des techniques et des relations humaines. Chaque civilisation a puisé
une énergie collective dans la volonté de s'étendre à une zone géographique de plus en plus large,
jusqu'à ce que la civilisation vieillissante soit supplantée par une autre organisation sociale, de
nouvelles techniques et une évolution culturelle venues d'autres régions de la planète Chaque nouveau
projet, importé par les armes, devait alors obtenir la soumission puis l'adhésion de plusieurs générations
d'individus.
Pour naître et s'implanter, se développer et durer, un projet de civilisation doit, au minimum, répondre à
trois conditions fondamentales pour satisfaire l'intime conviction des individus et la conscience
collective des communautés.
• Première condition: Assurer la survie individuelle immédiate. Assurer la possibilité d'acquérir
un savoir et d'exercer une activité qui en soit la garantie.
• Deuxième condition: Offrir la possibilité de s'élever dans la hiérarchie sociale. Que ce soit par
le travail ou la mise en valeur de dons personnels, artistiques, techniques scientifiques, ou
encore par l'exercice de responsabilités, même si cette ascension sociale est en même temps une
voie d'accès aux pouvoirs.
• Troisième condition: Offrir la meilleure alternative de "être" pour les générations futures. Même
si les conditions présentes sont difficiles, l'espérance collective, mystique, de progression vers
ce bonheur sous-tend tout projet "gagnant" de nouvelle civilisation.
Et inversement, lorsque ces conditions ne sont plus satisfaites, une autre civilisation peut apparaître,

8
DOIT apparaître, pour dominer, balayer ou remplacer la précédente.

Une civilisation malade, en sursis


Pour la première fois dans histoire humaine, une civilisation - la civilisation industrielle - s'est étendue
à l'ensemble de la planète. Le système capitaliste qui lui est associé a monopolisé la gestion de la
richesse et des échanges du monde entier. Cette civilisation, comme toutes les précédentes, poursuit sa
volonté d'expansion. Elle a exploré le sous-sol, le fond des océans, occupé le champ orbital de la
planète, posé l'homme sur la lune! Elle expédie ses vaisseaux vers de plus lointaines planètes, elle
poursuit sa prospection par les ondes, utilise microscopes et télescopes pour élargir ses champs
d'action.
La civilisation industrielle remplissait les trois conditions fondatrices:
• Première condition : La civilisation industrielle offrait une foule d'emplois nouveaux
nécessaires au remplacement des emplois agricoles.
• Seconde condition : La civilisation industrielle offrait la réussite sociale à tout être
"entrepreneur" et non plus seulement aux Maîtres, propriétaires du sol.
• Troisième condition : La civilisation industrielle offrait une perspective de production massive
de biens de consommation, leur distribution rapide à des prix accessibles à tous, l'espoir de
bonne utilisation finale des sciences et des techniques malgré leurs applications guerrières. Elle
autorisait les libertés de pensée, de culte, et les pratiques démocratiques.
Cette sorte de contrat moral, à présent rompu, est la cause profonde du désarroi des individus et des
communautés humaines de la planète. Ces options fondamentales ont été dévoyées, oubliées ou rejetées
par le système de gestion capitaliste. La civilisation industrielle est désormais assignée, avant toute
autre considération, à produire du "profit financier".
La civilisation industrielle est parvenue à son apogée. Vieillie, elle génère en ce moment plus
d'inconvénients, de nuisances, d'exclusion, de désespoir que de raisons d'espérer, d'attirer et de retenir
la confiance nécessaire à sa survie.
La civilisation industrielle, puissante et efficace, à son apogée, est progressivement affaiblie. Elle est
secouée par les luttes internes; luttes acharnées entre les différentes composantes légales ou illégales,
connues ou occultes, industrielles ou commerciales, financières ou politiques, culturelles ou soi-disant
"sociales"; toutes sont créées, organisées et dirigées en vue de la course - prioritaire ou exclusive - au
profit financier.
Dès lors, il est aisé de prévoir que les dynasties, les états-nations, les compagnies multinationales, les
monopoles de production, les églises transformées en sectes, les sectes nouvelles et anciennes, les
intégrismes, les mafias, les sociétés occultes, les partis politiques, etc., de par leurs luttes intestines,
contribueront à sa disparition.
Tous sont maintenant soumis aux règles non-écrites d'un jeu visant à un seul but : produire le profit
financier et le profit du profit. Les armées, les milices, les hommes de main à la solde de ces différents
pouvoirs continueront de s'affronter aussi longtemps que des armes seront en vente. Tous seront
attentifs à localiser, à soudoyer, à écraser les alternatives ne relevant pas de la même règle du jeu. Mais
ils ne pourront empêcher l'implosion de ce système. La civilisation industrielle souffrante de ces maux
internes, sera de plus en plus affaiblie par la désaffection des individus, mais blessée, ses réactions
seront de plus en plus à craindre.

9
Aujourd’hui, en 2006, il semble évident que le terrorisme et les guerres-croisades antiterroristes
confirment ce processus.
Aux révoltés et allergiques, s'ajouteront, de plus en plus nombreux, ceux qui se trouveront écartés de la
"course au profit et au profit du profit » qu'ils avaient entreprise. Autre désaffection déjà sensible, celle
des jeunes. Ils observent chez les personnes âgées l'énorme disparité des retraites, après une longue
carrière et l'adhésion au contexte "industrie / capital / profit". Pour eux, la perspective d'une vie
professionnelle emplie d'incertitudes, amputée de l'espoir d'une fin de vie tranquille pour eux-mêmes et
d'un (bien-)être pour leur descendance est proprement insupportable.
La civilisation "Industrie / Capital / Profit" survivra tant qu'elle aura la possibilité de créer du profit par
l'exploitation de la matière première, de la production agricole et industrielle, l'exploitation des vices
humains, de la crédulité, de la cupidité, de l'agressivité.
Cette analyse pourrait conforter le bien-fondé de toute proposition alternative porteuse d'espoir. Dans le
même temps, elle doit inciter à la plus grande circonspection dans notre démarche militante dans cet
environnement.

Que préserver du naufrage?


La civilisation industrielle, liée dorénavant à son système de gestion capitaliste, poursuivra jusqu'à son
extinction l'implacable "course au profit" qui reste sa seule justification. Cette civilisation "Industrie /
Capital / Profit" est gangrenée par la concurrence permanente que se livrent différentes branches ou
organisations mondialistes occultes et anonymes. Chacune s'appuie sur une forme particulière de
pouvoir : économique, financier, politique, culturel, intégriste, terroriste, mafieux ! Toute autre forme
d'idéologie, de déontologie, de moralité susceptible de contrebalancer ou de contrecarrer ces
agissements est impitoyablement soumise, dévoyée par corruption, ou éliminée, détruite. Ultime
"raison d'état" justifiant tout cela : le "profit financier".
La civilisation "Industrie / Capital / Profit" a remplacé "l'utilisation" des richesses naturelles, de
l'intelligence, de l'art et du travail humain par leur "exploitation" systématique. Elle ne propose plus
d'assurer à chaque individu, en échange de son travail, de sa science, de son art, la sécurité monétaire
élémentaire nécessaire à sa propre survie, ou, à défaut, la solidarité nécessaire au sein de la collectivité.
Elle exige "le profit" avant tout en proposant à l'individu une association temporaire, provisoire, pour
collaborer au seul but de générer un profit maximum. Dès que la performance diminue ou peut être
obtenue par un autre moyen, le contrat cesse! le "profit" avant tout. L'individu, après avoir tenté le
remède "lutte des classes", est réduit à l'alternative soumission ou exclusion. Devenu "money-positif"
par contagion ou de façon héréditaire, l'individu, se soumet.
La course au profit financier, véritable SIDA de la civilisation industrielle relève, somme toute, d'une
sorte de justice immanente, et peut être considérée comme le châtiment reçu pour la rupture du contrat
moral initial. Cette civilisation et son système de gestion obsolète ne vont pas disparaître magiquement
du jour au lendemain, mais vont être remplacés par l'émergence de nouveaux projets. Osons avancer
que, pour la première fois dans l'histoire, une civilisation ne sera pas "attaquée" par une civilisation
différente "venue d'ailleurs". Pour la première fois elle sera supplantée par l’un des projets en gestation
en son sein et qui saura répondre aux trois conditions fondatrices. Les peuples vivent dès à présent dans
cette attente. De ce point de vue, si les SEL déçoivent, le Sociétalisme ranime l'espoir. Le projet
sociétal comporte une alternative économique tout à fait complémentaire de l'autogestion monétaire
SEL.

10
Ici commence l'aventure à laquelle chacun peut et doit participer s'il n'est pas égoïstement attaché à
maintenir des avantages acquis et autres privilèges obtenus par la course au profit financier. Le droit de
s'enrichir à tout prix, sous prétexte d'assurer la survie de notre descendance mène au risque de
disparition de l'humanité toute entière.
Il faut avoir à l'esprit les trois conditions fondatrices pour déceler les vrais changements de société à
venir et orienter nos actions individuelles. Intellectuels, penseurs, sociologues, futurologues vont jouer
un rôle important dans ce changement, soit pour le supporter, soit pour le freiner ou le combattre.
Chacun doit se préparer à sauver du naufrage le patrimoine matériel, les valeurs conquises et
accumulées par l'humanité depuis l'aube des temps. La démocratie est l'une de ces valeurs élémentaires
car elle est la base morale sur laquelle repose, pour chaque citoyen, la liberté de pensée et d'opinion
nécessaires pour contribuer au processus de changement de civilisation.
Cette prochaine civilisation mondiale, pour la première fois, ne se développera plus sur des objectifs
"quantitatifs", mais sur des propositions "qualitatives". Les espaces restant à conquérir sont ceux de la
prise de conscience et du libre arbitre individuel, de la sauvegarde et de la protection de tous les
patrimoines, de l'organisation de l'accès de chacun à l' "être" collectif.

Civilisation alternative ou virtuelle ?


Les exclus du système "Industrie / Capital / Profit", les victimes de ses méfaits, expérimentent déjà les
"formules de remplacement" d'où le profit financier est à priori exclus. Ce sont le bénévolat, le troc, les
organisations humanitaires, bref tout ce qui se désigne habituellement sous le terme de "monde
associatif", et parfois, souvent péjorativement dans la bouche des actuels nantis, "comportement alter".
Cette évolution fait appel à des valeurs morales ou spirituelles fortes, telles que la solidarité, la
tolérance, le civisme, l'écologie.
De nouveaux types de relations supra-nationales semblent se développer. L'utilisation de troupes
armées par l'ONU à des fins de retour à la paix est, dans son principe, un indice de cette évolution. Ces
interventions sont en réalité limitées par les imbrications entre la hiérarchie militaire, les pouvoirs
politiques et les lobbies militaro-industriels. Ces composantes étant chacune engagées dans le maintien
d'une course au profit financier, ces opérations sont dévoyées vers ce même but: vente d'armes,
contrôle des réseaux commerciaux, conquête de marchés de travaux, etc. Les interventions anti-mafia
ou anti-drogue de troupes nationales se heurtent au même contexte, mais au fond, la tendance vers une
évolution, vers une implication humanitaire de la force armée internationale est perceptible.
Ce changement a été perçu par les milieux financiers. Nous avons déjà parlé du troc-bartering qu'ils
développent. Autre indice : en France, les produits "FCP" (fonds communs de partage) attirent
l'épargne dont une partie du profit est consacrée à la solidarité, à la générosité sous forme de dons à des
associations chargées de la répartir. Mais ici encore, les rats défendent leur fromage ! Tout au long de la
chaîne financière, gérants anonymes et conseillers éclairés orientent l'investissement spéculatif et ne
renoncent jamais à leur pouvoir de décision et à leur part de profit.
Une alternative de civilisation se mettra progressivement en place et supplantera la précédente lorsque,
à travers le monde, une majorité d'individus adhérera personnellement à un projet nouveau, différent,
qui doit maintenant s'exprimer, s'exposer. Par l'exercice des droits démocratiques, seront alors portés
aux pouvoirs les représentants élus qui feront évoluer les systèmes économiques et sociaux.
Les tenants de la civilisation en place ont à leur disposition les trois composantes du pouvoir, c'est à
dire la richesse, la force et le savoir. Pour accéder aux pouvoirs, le savoir a désormais le rôle

11
prépondérant. L'informatique et les techniques de transmission de l'information offrent et permettent
l'accès au savoir. Le partage du savoir a été la plus grande victoire de la laïcité pour l’émancipation
populaire. La vigilance reste nécessaire. La rétention du savoir est une technique de domination fort
prisée en technocratie.
Des projets épars tels les SEL ou le Mouvement Sociétal apportent des éléments indispensables à une
réelle alternative de civilisation. Mais jamais il ne faudra compter sur un soutien volontariste des
pouvoirs en place, sauf à obtenir quelque soutien limité ou de façade, ou exceptionnellement encore
quelque soutien confidentiel d'édiles, probablement assortis de contreparties inacceptables.
Le véritable développement d'une alternative passe nécessairement par l'adhésion et la coopération des
individus aux systèmes parallèles émergents. Un projet alternatif de civilisation a maintenant les
meilleures chances de voir le jour, et même le "grand jour". Le temps est venu pour les tenants des
"savoir-faire" de reprendre la prévalence sur les tenants du "savoir faire-faire et en tirer profit", sans
occulter le fait que d'autres tentatives initiales (radios-libres, coopératives d'achat comme FNAC ou
Camif, et même le filon du "commerce équitable", désormais dominé par des multinationales dont les
produits sont distribués essentiellement en grande surface) ont été systématiquement récupérées au fur
et à mesure de leur apparition, et englobées par le système dominant au sein de l'idéologie "Industrie /
Capital / Profit".
Le temps est venu de réparer l'énorme gâchis sur lequel survit la vieille civilisation, de sauver ce qui
peut encore l'être des patrimoines naturels et culturels de l'humanité. Les conséquences climatiques, la
dépollution nucléaire sont caractéristiques d’énormes et inévitables travaux à venir. La technique
financière actuelle externalise ces coûts, laissés à la charge du contribuable. De grands travaux de
survie collective attendent l'humanité, qui ne pourront être entrepris et poursuivis que par une
civilisation dédiée à l'art de vivre. A chacun-e d'en décider. Agir dans les SEL ou élaborer le
sociétalisme sont d'innovantes façons d'initier un nouveau jeu de société dont les règles sont
discrètement en train de s'écrire.

Un autre jeu de société


Le défi est d'organiser dans un esprit ludique, pacifique, tolérant, un réseau de plus en plus étendu de
solidarité et d'entraide entre individus volontaires. La condition est de respecter et sauvegarder tous les
patrimoines, de procurer la fierté de vivre et d'agir "humainement". La stratégie est de remplacer, enfin,
et pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, la lutte pour la survie par la mise en oeuvre d'un
"art de vivre" dans la solidarité entre volontaires participants. Enfin, le but du jeu est de contribuer à
l'épanouissement d'une nouvelle civilisation de " l'art de vivre ", une civilisation de l'"être" remplaçant
enfin le "paraître", visage grand-guignolesque et pathétique affiché par les démunis pour faire croire à
leur "avoir".
Ce parcours relève de l'acte de foi, et s'appuie sur le projet politique mis en oeuvre, de façon réaliste et
pragmatique, dans de nouvelles relation économiques instaurées entre participants. Le but sera
approché après probablement une ou deux générations, suivant la sincérité, l'intelligence et l'ardeur des
volontaires qui s'y consacreront.
La règle - fort simple - de ce jeu propose à chacun d'infléchir, d'adapter sa propre façon d'être en
fonction du but à atteindre. L'art de vivre "global" commence par un art de vivre individuel et par la
prise de conscience des obstacles à surmonter. Les règles impératives du profit et du gâchis régissent
encore pour quelque temps nos sociétés, et chaque volontaire doit nécessairement envisager, pour lui-
même, les mesures à prendre pour se dissocier de cet état de choses.

12
SEL et le sociétalisme proposent des espaces de liberté indispensables pour dégager les individus et les
communautés des innombrables dépendances imposées par le système dominant. Dans ce jeu,
l'acquisition de la "non-dépendance" découle de la "non-soumission". La non-soumission implique à
son tour la "non-domination" et la "non-violence".
Non-dépendance <-> non-soumission, non-domination <-> non-violence, impliquent entraide et
solidarité organisée et autogérée. Ces mêmes rapports de non-dépendance <-> non-soumission, non-
domination <-> non-violence, pourront s'étendre aux communautés, lorsque les représentant(e)s
selistes, sociétalistes, et celles et ceux d’autres mouvements similaires qui ne manqueront pas d'éclore,
y représenteront une majorité "démocratique". Cette étape sera le passage à un nouvel état des relations
sociales au sein de l'humanité. Le post-capitalisme est en marche. Il n'est pas irréaliste d'imaginer d'ores
et déjà la post-démocratie. Le sociétalisme est inventé. Il reste à incarner.
Les devoirs fondent les droits. Les volontaires participant à cette entreprise de salut humanitaire ont à
s’imposer les devoirs de non-dépendance <-> non-soumission, de non-domination <-> non-violence. Et
ces devoirs fondent leur droit à se déclarer en état virtuel de légitime défense.
Légitime défense partout où les responsables "aux affaires" et au pouvoir ne peuvent empêcher les
conflits, l'exclusion, les pollutions et la misère de mettre en péril la santé, l'existence même des
individus, celle des êtres vivants et de l'environnement naturel nécessaires à la survie sur la planète,
légitime défense pour l'organisation d'une solidarité humanitaire de survie dans le prolongement du
selisme. Cette règle du jeu est la seule sur laquelle il est possible de fonder de nouveaux rapports entre
les individus et les peuples, face à la dégradation de la situation générale sur notre petite planète.

Jeu ou stratégie?
Ce jeu n'est pas et ne peut pas devenir une confrontation stratégique.
Pas de "conquêtes", pas de "mobilisation", pas de "luttes" pour ou contre ceci ou cela, ces mots peuvent
être exclus du projet sociétal.
Pas de stratégie, puisque ce jeu ne nécessite pas de ruse, pas de mensonge, pas de dissimulation, pas de
trésor de guerre.
La Nature et les Patrimoines préservés deviennent le Trésor de Paix du sociétalisme.
Pas d'organisation "partisane" avec réunions de cellules, meetings, cotisations, fédérations, carte
d'adhésion.
Pas de primaires, pas de délégués, pas de slogans !
Pas de "mot d'ordre" ni d'affichage !
Pas de Président d'honneur, de Secrétaire général, de permanents, de signe distinctif, d'apartheid.
Le sociétalisme est un jeu de construction.
Il n'y est pas question de prendre d'assaut, de brûler ou d'écraser la vieille société.
Cette civilisation est encore notre maison avec tout ce qu'elle contient.
Elle va d'elle même vers son évolution au fur et à mesure de la désaffection des gens sensés et des
luttes internes.
Jeu de construction: bâtir, agrandir, embellir la demeure neuve du système Savoir-faire / patrimoine /

13
art de vivre.
Ce projet sera dédaigneusement qualifié d'utopiste par ceux qui au nom de "l'ordre établi" continueront
de défendre leurs privilèges dans la course aux profits " à tout prix ".
La mise en œuvre est commencée : écologistes, humanistes, futurologues, sociologues et scientifiques,
inquiets de nos erreurs et de notre devenir, en ont déjà exprimé les fondements. ONG, associations et
comportements "alter" prouvent que la mise en oeuvre a démarré, sporadiquement, et qu'elle monte en
puissance.
L'immense majorité silencieuse ne pouvait, ou ne savait comment s'exprimer et agir. Le selisme a
défriché une voie, celle du sociétalisme, incarné ici par un projet cohérent de société: l'écoocivisme.

Introduction

Définir un projet consensuel


Au sein de la mouvance "alter", parmi les savoirs et les expériences héritées d'un mouvement seliste en
pleine effervescence et en perpétuelle mutation, est née une idée: celle de définir et d'organiser la
civilisation solidaire. Pour arriver à fédérer les mouvances éparses, le projet solidaire se doit de
proposer avant tout un objectif consensuel dont l'expression toute simple soit traduisible en toutes les
langues, dont la teneur soit transcendentale à toutes les cultures, un objectif contre lequel personne ne
pourra se lever, ni dire qu'il n'est pas d'accord. Les sociétalistes, dans leur conception du projet
écoocivique, ont posé comme base de départ ce simple droit: Tout Homme a le droit de vivre en paix et
en dignité sur le sol de son choix.
Ceci est la base, le prémisse à partir duquel seront déduites, en une chaîne de conséquences logiques,
toutes les implications menant au projet écoocivique. Pour commencer, il faut définir ce que doivent
être les conditions d'une vie paisible et digne.
Pour les conditions de la paix, il n'y a pas trop de problème: plus de guerre, plus de conflits ethniques,
plus de racisme. Ceci impose à son tour de prendre conscience que nous sommes une seule et même
espèce, et que nous sommes, quoi que nous fassions, embarqué sur le même vaisseau, et qu'il s'appelle
la Terre. Cette prise de conscience représente par elle même un très vaste programme, ce qui ne
constitue qu'une raison de plus pour l'entreprendre le plus rapidement possible.
Pour la dignité, c'est plus difficile. Mais disons que le minimum qui puisse définir la dignité humaine a
déjà été posé dans la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme. On pourrait résumer et compléter
en ces termes:
La dignité ne peut se concevoir pleine et entière si la personne ne possède pas la liberté de ses choix (de
travail, de mouvement, d'opinion, de religion), ni si elle n'a pas accès aux conditions d'une vie saine et
sereine (assurance de pouvoir au minimum, et sans condition, se nourrir, se désaltérer, se soigner, se
loger et se vêtir). Enfin, la dignité n'existe pas si la personne ne peut se prévaloir de la défense de ces
droits. Autrement dit, sans justice, pas de dignité.
En respectant ces principes, nous sommes obligés d'admettre non seulement la Déclaration Universelle
des Droits de l'Homme (garante de la dignité de celui-ci), mais nous sommes aussi dans l'obligation de
considérer de notre devoir l'instauration et le respect d'un système économique qui garantisse à tout un

14
chacun de connaître la paix, quelque soit le lieu qu'il choisira pour vivre sa vie. Les immigrés, réfugiés
et déplacés du monde entier n'ont, dans leur immense majorité, pas eu le choix de rester, ils ont
seulement trouvé l'obligation de partir, le plus souvent suite à des conflits d'ordre économique, ou à
cause de conditions économiques insupportables dans leur pays d'origine. Il semble donc bien que c'est
essentiellement par des solutions économiques que se résoudront les problèmes les plus cruciaux de
notre temps, solutions qui permettront, par un cheminement inverse, de trouver l'espoir de réaliser enfin
notre projet consensuel. C'est à travers une refonte totale de nos conceptions économiques que pourra
s'exprimer pleinement la mutation de civilisation qui se profile à travers le foisonnement hétéroclite et
apparemment sans cohérence des comportements "alter", du selisme aux ONG. C'est pourquoi au sein
du GRESSO, il a été discuté essentiellement d'économie et de systèmes économiques. Toutefois, une
analyse économique ne peut produire qu'un outil au service d'un projet de société, outil qui a déjà été
décrit et publié2. Bien que l'ouvrage de A.-J. Holbecq comporte de nombreuses références au mode de
vie sociétal et à l'organisation de la société écosociétale, il lui manque à ce stade une expression
formelle du projet de société qui correspond aux idéaux écosociétalistes: il faut adjoindre une âme à
l'instrument. C'est là l'objet du présent ouvrage.
Le développement du projet écoocivique au cours des 4 dernières années a permis la confrontation des
points de vue à partir de termes et de propositions non figées mais les plus explicites possibles,
reposant sur les trois postulats suivants, qui ont été la base de la réflexion écoocivique:
Le capitalisme règne.
Tout empire, installé dans sa puissance et la certitude de son bon droit, sème violence et injustice au
profit de sa classe dirigeante pour finalement récolter haine et trahison. L'empire capitaliste a désormais
pour seule finalité la création de profit financier, profit capté par une minorité.
Le capitalisme est néfaste.
Le profit financier est la seule priorité à laquelle sont soumises l'économie et la politique, les
travailleurs et les contribuables, quels que soient les dégâts suicidaires causés à la société et à
l'environnement.
Le capitalisme va disparaître.
Économie et écologie sont définitivement inconciliables au sein du système capitaliste ultralibéral. Cet
état de choses est intolérable .
Pour les femmes et les hommes de bonne volonté, le temps est venu d'élaborer une alternative
sociétale, nommée d'après la racine sémantique ECOO. La racine ECOO du projet écoocivique
symbolise la fusion de deux mots: économie et écologie, dans un esprit coopératif.
L'économie doit être marchande et solidaire. L'écologie doit être morale et politique. Le respect de
l'équilibre et de l'harmonie entre l'économie et l'écologie est indispensable à la survie de l'humanité.
ECOO unit économie et écologie dans un projet de société durable débarrassé de l'horreur économique
instaurée par le système établi.
ECOO résume la solidarité humaniste, coopérative, économique et écologique de l'écoocivisme.

2 "Une alternative de sociétée: l'écosociétalisme", André-Jacques Holbecq, Ed.Y. Michel, 2005, ISBN : 2 913492
34 7

15
Première partie
Les fondements, le projet

16
L'écoocivisme et l'utopie

Ecoocivisme, utopie et utopie réalisable

L'écoocivisme est-il une utopie?


Selon Yona Friedman3, une utopie devient réalisable lorsque sont réunies certaines conditions, à savoir
que l'utopie puisse être diffusée en tant que choix désirable au sein de la population, qu'une frange
majoritaire ou sub-majoritaire de la population adhère immédiatement à ce projet utopique (ce qui
dénote un besoin exprimé ou latent de la part de la population de changer de cadre sociétal), et enfin
que les outils technologiques disponibles permettent de réaliser cette utopie. Sous ces conditions, et
sous ces conditions seulement, l'utopie devient réalisable. Si par exemple une avancée technologique
manque pour réaliser une utopie, celle-ci ne pourra advenir en tant que réalité sociale (pensons au
voyage dans l'espace et à la conquête de Mars). A l'inverse, une réalisation technologique attendue
depuis longtemps peut ne pas entraîner l'émergence d'une utopie, simplement parce que les esprits ne
ressentent pas le besoin d'un changement sociétal qui utiliserait cette technologie pour se réaliser.
Ainsi, une utopie bien expliquée et exposée, qui intervient dans une société technologiquement capable
de l'appliquer, devient un projet de société alternative possible. Dès lors que ce projet touche à un
ressenti négatif de la population par rapport au modèle social actuellement vécu, et se propose
d'améliorer les points les plus négativement ressentis, le projet peut obtenir l'adhésion discrète ou
publique de tout honnête citoyen inquiet du devenir de l'humanité. C'est à ce moment là que l'utopie
devient réalisable. L'écoocivisme pourrait réunir l'ensemble de ces critères, et est donc une utopie qui
se veut réalisable. Au moment d'écrire ces mots, il manque à l'utopie écoocivique un exposé clair de ses
buts, et une diffusion large de ses idées au sein de la population. Le présent texte a pour but d'atteindre
ces deux objectifs, qui porteront, en cas de succès, l'écoocivisme au rang d'utopie réalisable.
Chacun conviendra en effet que ce n'est pas utopiste de vouloir unir économie et écologie dans un
projet de société durable débarrassé de l'horreur économique instaurée par l'impérialisme du système
établi. Ce n'est pas utopiste de vouloir restaurer la solidarité humaniste naturelle, coopérative,
économique et écologique dans une réorganisation politique, volontaire et pacifique de la société. Ces
points sont même très fortement exprimés actuellement dans nombre de média, nombre d'actions et
d'initiatives, allant du bénévolat pour les ONG aux SEL, en passant par tous les comportement dits
"alter", tel que la consommation de produits labelisés biologiques, la vogue des médecine douces, le
souhait de ralentir la vie dans nos villes, la sensibilité aux problèmes écologiques, etc, etc. Le terrain
est donc fertile pour l'utopie écoocivique, pour peu qu'elle sache se faire connaître, et pour peu qu'elle
démontre que les outils technologiques propres à sa réalisation sont actuellement disponibles.

La place de l'utopie écoocivique dans le monde actuel


Le capitalisme libéral règne sur la planète. Les pays et les institutions mondiales sont soumises à
l'emprise de décideurs anonymes soi-disant libéraux, amateurs de paradis fiscaux et de zones de non-
droit.

3 http://www.lyber-eclat.net/lyber/friedman/utopies.html, résumé en quelques lignes sur HYPERLINK


"http://tiki.societal.org/tiki-index.php?page=UtopieRealisable1"
http://tiki.societal.org/tiki-
index.php?page=UtopieRealisable1 et sur les pages suivantes (en lien)

17
Les institutions sont empêtrées dans un fatras de textes légaux longs, compliqués, contradictoires ou
incohérents. Prévalent finalement, pays par pays, des jurisprudences locales opposables les unes aux
autres.
Les peuples, opprimés et compressés par le règne de la concurrence, des restrictions de budget, de la
productivité et de la compétitivité, se révoltent. Les gouvernements affrontent de plus en plus la rue en
tentant des "réformes" qui enfonce les peuples un peu plus dans un système social dont ils ne veulent
plus (il est inutile ici de décrire la "grogne" française à cet égard).
Affronter ce système établi serait engager un combat inégal, héroïque peut-être mais finalement vain. Il
suffit de considérer les marges de manoeuvre laissées par les puissants de ce monde aux pourtant très
populaires et très progressistes Présidents du Brésil et du Vénézuela, MM. Lulla et Chavèz. Ceux-ci,
malgré leur élection démocratique sur des programmes sociétaux, se trouvent obligés d'amputer leurs
ambitions et de rogner leurs actions pour pouvoir simplement laisser un minimum de décence aux plus
pauvres de leurs pays respectifs. Sans ces concessions, accordées sous la pression, ils devraient
affronter l'ire des institutions bancaires, financières et commerciales mondiales (BM, FMI et OCDE,
essentiellement), qui sont tout à fait capable de prendre des mesures de rétorsion terribles contre les
pays "déviants". A la suite de ces rétorsions, le temps de mettre en place un système alternatif viable, il
serait trop tard pour beaucoup des plus économiquement faibles.
L'écoocivisme propose de laisser le système capitaliste mondialisé dériver vers son déclin ou son
implosion, mais d'engager immédiatement la mise en oeuvre d'une alternative sociétale, capable de
fédérer sur un objectif consensuel l'ensemble des groupes "alter" de la planète. Pour cela, l'écoocivisme
doit exprimer et diffuser un projet concret, réalisable maintenant, économiquement viable, et
susceptible de se mettre en place à travers un processus substitutif au capitalisme, plutôt que par un
affrontement direct. Ce dernier point implique d'avoir conçu, outre le projet utopique sociétal, un plan
d'action décrivant de manière théorique les étapes successives de la mise en place du projet
écoocivique. Ce plan sera lui-même une utopie réalisable, dans la mesure où il saura répondre à un
besoin exprimé parmi la population "alter", sera diffusé largement au sein de cette population, et
portera les capacités technologiques de sa réalisation.

18
Le projet écoocivique

Les quatre capitaux


Depuis plusieurs années, un groupe de recherche universitaire états-unien (The Gund Institute for
Ecological Economics, soit l'Institut Gund pour l'Economie Ecologique, Université du Vermont 4) mène
des travaux sur les relations entre économie, écologie et social. Leurs conclusions, dans la droite ligne
du rapport Meadows, sont sans appel quant à l'avenir de notre planète si la société humaine poursuit sur
la voie du capitalisme libéral mondialisé: le crash est inévitable. Par contre, de leur analyse profonde et
multi-dimensionnelle de notre société et de ses relations à la biosphère, il ressort que ce dont dispose
l'humanité pour assurer sa survie (et au-delà, son bien-être) peut se résumer en quatre groupes
essentiels de valeurs. Ces quatre groupes sont donc quatre capitaux, qui ont des valeurs hétérogènes en
ce sens que tous ne sont, par exemple, pas mesurables en monnaie, comme le bonheur ou le nombre
d'amis. Les quatre capitaux reconnus par le groupe du Gund Institute sont:
Le capital naturel (natural capital), qui regroupe tout de que la Nature au sens le plus large peut nous
offrir, depuis les minerais que nous exploitons jusqu'à l'air que nous respirons, en passant par les
espaces de biodiversité préservée et les champs où aller pique-niquer en famille. Pour avoir une idée de
ce que représente, en monnaie, temps de travail et énergie, le capital naturel pour nos industries, il suffit
de se poser la question suivante: "Combien coûterait l'acte de pollinisation artificielle de toutes nos
cultures fruitières et céréalières si les insectes ne le faisaient pas gratuitement pour nous?". Il en va de
même pour un nombre incalculable de situations de production.
Le capital humain (human capital), qui représente le nombre et la "qualité" de nos congénères. Ce
capital est d'autant plus élevé que les humains qui le composent sont plus heureux, mieux nourris, en
meilleure santé et mieux formés. Le capital humain se construit et s'amplifie donc avec l'amélioration
des conditions sanitaires, alimentaires et avec l'instruction. Il y a forcément une dépendance de la
valeur de ce capital au nombre d'humains sur Terre, sachant qu'il existe certainement un optimum en
deçà et au delà duquel le capital humain se déprécie, soit par inefficacité des transferts de connaissance
et des avancées technologiques (pas assez d'humains pour assurer un progrès efficace et une formation
rapide aux nouvelles technologies), soit par promiscuité (trop d'humains engendre des conflits sociaux,
accroît les risques épidémiologiques et provoque une pression trop forte sur le capital naturel, ce qui en
retour affecte négativement la qualité de vie, donc le capital humain).
Le capital social (social capital), qui est une mesure du nombre moyen et de la qualité moyenne des
relations inter-individuelles. Plus d'amis et plus d'entraide sont un facteur de meilleure chance de
survie, aident à vivre mieux et à se sortir plus facilement des situations passagères difficiles (perte de
ressources, maladie, deuil, etc). Inutile de s'étendre sur les drames de la solitude et de l'indifférence
présents dans toutes les grandes villes du monde. Le capital social se construit par le développement
d'une société qui favorise l'entraide et la coopération plutôt que la concurrence et l'opposition.
Le capital matériel (built capital), qui représente tout ce que nous produisons d'artefacts à partir des
trois autres capitaux, via notre travail. La richesse matérielle ainsi définie englobe aussi des richesses
non-physiques, comme la monnaie électronique, ou la valeur de marché d'un bien naturel (sol ou sous-
sol par exemple).
En considérant les définitions de ces quatre capitaux, il est évident que la gouvernance actuelle se base

4 http://www.uvm.edu/giee/ , en anglais.

19
essentiellement sur la valeur de ce qui se trouve dans le capital matériel, même si quelques exceptions
se rencontrent dans les autres capitaux. Les capitaux naturel, humain et social n'entrent que très
marginalement en ligne de compte dans les décisions politiques, et encore est-ce généralement à
l'encontre de ce que voudraient les décideurs purement économiques. En effet, l'économie d'aujourd'hui
déconsidère tout simplement, voire nie carrément, l'existence des trois capitaux autres que matériel.
C'est pour cela que nous devons changer de mode de pensée, et remettre chaque capital à sa juste place,
à travers le projet de société globale qu'est l'écoocivisme.

L'origine de l'écoocivisme
L'écoocivisme trouve son origine dans la nuit des temps, quand les Hommes ont dû s'unir pour survivre
face à un environnement impitoyable, peut-être lors des grandes glaciations du Quaternaire. C'est
probablement à partir de ce moment que la société humaine, de groupe lié par l'opportunité ou par lien
familial direct, est passée à une collaboration obligatoire. Sans la coopération de chacun à la tâche pour
laquelle il est le meilleur dans le groupe, sans la spécialisation individuelle qui implique
l'interdépendance de tous, l'Homme n'aurait sans doute pas survécu, du moins sous les moyennes et
hautes latitudes, aux assauts des glaces. Ce schéma de spécialisation/dépendance est encore au coeur de
nos sociétés modernes, où personne ne sait ni ne peut tout faire par lui-même, vivre en parfaite autarcie
industrielle, technologique, alimentaire.
L'écoocivisme observe que, durant les dernières décennies, nous avons assisté à une dérive de la
relation de dépendance vers une exploitation systématique d'une majorité des humains au profit d'une
très petite minorité. Cette configuration était apparemment déjà à l'oeuvre dans la féodalité, à ceci près
que dans la féodalité, le puissant qui vit sur le travail des faibles doit en retour assurer la protection des
faibles contre les ennemis extérieurs à la communauté. Il y a donc bien interdépendance, puisque sans
les faibles, le puissant ne peut vivre, et donc il doit assurer leur survie. Réciproquement, le faible ne
pourrait probablement pas survivre sans le puissant, et donc il doit assurer le ravitaillement du puissant.
Dans les dernières décennies que nous avons vécues cependant, la notion de protection du faible a
totalement disparu du registre des puissants. En effet, sous l'action de la mondialisation, le délitement et
l'uniformisation des cultures ont mis à la disposition des puissants une masse quasi inépuisable de main
d'oeuvre bon marché et de consommateurs riches. La main-mise d'une oligarchie mondiale sur les
ressources, les travailleurs et les consommateurs (ces derniers via la publicité) leur a permis, pour la
première fois dans l'histoire, de pouvoir vivre en dehors de la relation d'interdépendance puissants-
faibles. La relation actuelle des puissants aux faibles est une véritable relation de parasitisme, de
vampirisme, apparentée à la levée d'un tribut par une population guerrière puissante sur une population
industrieuse faible.
Le schéma est simple: les puissants font travailler les pauvres parmi les faibles, puis font consommer
les riches parmi les faibles, et prennent à chaque étape une dîme sur les échanges. Ainsi, la relation
d'interdépendance s'établit entre les travailleurs pauvres et les consommateurs riches, en excluant de
fait les maîtres du jeu, qui sont les puissants. Ceux-ci s'arrogent le droit de guider la destinée des
peuples, par la manipulation mentale (désinformation, fausses vérités économiques, publicité, etc), la
corruption et le chantage sur les gouvernements, afin de maintenir aussi discrète que possible leur
véritable situation. Une technique classique consiste pour eux à se poser comme des "victimes comme
les autres" de la cruauté des lois qu'ils ont fabriquées. Et l'immense majorité des faibles les croit. Et
sans doute qu'une part non négligeable de ceux qui sont à la limite d'être des puissants les croit aussi, ce

20
qui fait que le jour où ils passent dans le camp des puissants, ils y entretiennent l'idée que le monde est
ainsi fait et que nul n'y peut rien. Il semble n'y avoir plus personne aux commandes pour se poser la
question de savoir qui fait les lois économiques ni si elles sont bien faites. Le Dogme "Industrie /
Capital / Profit" est tout, et nul dans la sphère d'influence des décideurs politiques et économiques ne
semble avoir la possibilité de penser à le remettre en cause. La paralysie mentale est totale. La
rétroaction positive sur les faibles parfaite. L'auto-amplification du phénomène assurée. Jusqu'où
pourrons tenir dans ce cercle vicieux?
Ainsi, le véritable ennemi de l'humanité aujourd'hui, ce n'est pas une nation, un groupe, ce n'est pas un
peuple pirate ou leveur de tributs, que nous pourrions identifier et essayer de combattre ou de
circonscrire. Non, le véritable ennemi, c'est une idée du monde, une fausse interprétation des valeurs
qui conduit les Hommes, tels des lemmings, au suicide collectif. La perte de l'humanité tient là: une
sorte d'hystérie collective, une maladie mentale, un virus conceptuel, servi jour après jour par un
système mondialisé d'informations biaisées, entériné et conforté chaque heure qui passe par la
publication de chiffres économiques sans fondement. Un ennemi qui agit sourdement au sein de chacun
d'entre nous, à travers nos actes quotidiens, à travers un parfait conditionnement aux "lois" du marché.
C'est ainsi que nous acceptons sans broncher que la concurrence soit rude, que l'argent soit cher.
Chacun étant absorbé par la recherhce d'un argent si rare et si indispensable, nul ne semble se poser les
questions ici essentielles: "Pourquoi manque-t-on systématiquement d'argent? Qui fabrique la monnaie,
comment et pourquoi?". Nous trouvons naturel que la voiture pollue, nous stresse et tue, parce que la
voiture est le seul moyen d'aller au travail, que le travail est le seul moyen de gagner l'argent nécessaire
pour aller travailler (eh oui! c'est ce qui se passe!), que fabriquer des voitures est le seul travail
disponible, et que nous devons aller travailler en voiture. N'y a-t-il pas ici quelque chose d'insidieux?
Ne serait-il pas plus simple d'arrêter de croire que nous avons besoin de la voiture, et que nous n'irions
ainsi plus au travail, que nous ne fabriquerions plus alors de voitures, ce qui ne dérangerait personne
puisque de toute façon nous avions décidé que nous n'en avions plus besoin? Et ainsi, nous ne
risquerions plus nos vie sur les routes, ne polluerions plus notre planète, et supprimerions une cause
majeure de stress.
Cet exemple simpliste et réducteur est pourtant une illustration parfaite de notre comportement de
shaddock. Pompons, pompons, car si nous arrêtons de pomper, il risque de se passer quelque chose.
Mais quoi? Nul ne le sait, mais justement, pompons plutôt que de risquer de le savoir.
Pour continuer à courir le long de ce cercle, ou plutôt cette spirale infernale, nous avons détruit tout ce
qui faisait obstacle à notre vitesse. Nous avons démantelé notre capital social, nous avons sérieusement
entamé le capital naturel de la Terre, nous avons plus que rongé le capital humain. En échange, nous
avons tenu une comptabilité scrupuleuse d'un capital matériel, constitué pour l'essentiel aujourd'hui de
cochonneries à trois sous, sans utilité, sans avenir, car fragiles, et de toute façon démodées en quelques
jours, semaines ou mois. Nous avons construit un modèle dogmatique sur la croissance du PIB, sans
tenir compte que le PIB ne mesure en rien la réalité de la vie des gens. Le PIB ne dit rien du bonheur ou
du bien-être des populations. Nous avons négligé trois de nos capitaux, et devrons en payer chèrement
le prix.
Toutefois, il est peut-être encore temps de limiter les dégâts, en cherchant dès maintenant à instaurer un
nouveau système de gouvernance, un système qui saurait prendre en compte tous les capitaux de
l'humanité. L'écoocivisme est un tel système.
L'écoocivisme est une synthèse qui unit la pratique associative et la théorie économique. A travers la
pratique associative, l'écoocivisme cherche à rétablir le capital social des communautés, en recréant des

21
liens de collaboration et d'interdépendance au sein des communautés, et entre les communautés. Par la
recherche d'une gestion raisonnée des ressources, l'écoocivisme veut rééquilibrer nos relations à la
Nature, et reconstituer le capital naturel. Par la lutte contre l'exploitation, la misère, la faim, la maladie,
et à travers l'instruction des populations, l'écoocivisme rétablira le potentiel du capital humain pour
l'avenir. La conservation du patrimoine et l'orientation des productions futures vers plus d'écologie et
de durabilité nous assureront un capital matériel de qualité, construit pour nous et pour nos
descendants, permettant d'intégrer le cycle de vie de nos artefacts à celui des grands cycles
biogéochimiques qui assurent le renouvellement des ressources à la surface de la Terre.
Pragmatique, l'écoocivisme se base sur, et reprend tout en les prolongeant, les pratiques sociales
solidaires, telles qu'elles se pratiquent au sein des communautés électives, des associations d'entraide,
ou encore des ONG dans tous les domaines (alimentaire, santé, développement, formation, instruction,
justice, etc). En outre, l'écoocivisme promeut et développe autant que possible les initiatives
économiques d'autogestion de monnaies locales, telles qu'elles se pratiquent au sein d'associations SEL.
En effet, il a été démontré plusieurs fois dans l'histoire que la création de monnaies, temporaires ou
non, spécialisées et autogérées, pouvait considérablement améliorer le bien-être des populations (par
exemple, Marans (France, 1958); Lignières en Berri (France, 1956); Wörgl (Autriche, 1933);
Schwanenkirchen (Allemagne,1931)5). Il existe aussi quelques exemples de monnaies
complémentaires côtoyant sans heurt les monnaies nationales, dont la plus célèbre est sans doute la
Ithaca Hour, de la ville d'Ithaca, près de New York (Etats-Unis 6), active depuis 1991. Ces monnaies ont
le considérable effet de rendre caduque la rareté structurelle (et stupide!) de l'argent capitaliste.
Théorique, l'écoocivisme tient compte du travail fourni par le GRESSO 7 dans la conception du projet
écoosociétal. Le GRESSO, initié par André-Jacques Holbecq, est un regroupement de citoyens qui se
sont donné pour but de concevoir et démontrer la faisabilité d'un système économique compatible avec
l'éthique sociétale. Ce système économique, baptisé écosociétalisme, est une des pierres angulaires de
l'écoocivisme, où nous le retrouvons sous le nom plus purement économique de "écoomonétarisme". Il
en sera question longuement un peu plus loin.

Les objectifs du projet écoocivique


L'écoocivisme vise à l'instauration d'une organisation pacifique et mondialisable de la vie collective par
une juste répartition de la richesse existante et des revenus de l'activité économique. L'écoocivisme se
veut une règle de vie commune, basée sur des concepts humanistes. Il veut recentrer les priorités
politiques et économiques sur l'Humain, et en particulier placer au coeur de son action non plus la seule
comptabilité financière, mais aussi la comptabilité du bonheur, du bien-être. Il se base pour cela sur la
prise en compte des quatre capitaux essentiels à l'humanité, que nous avons décrits plus haut.
L'écoocivisme veut rétablir un équilibre dans la prise en compte de ces quatre capitaux, et chercher les
moyens d'augmenter la somme des bénéfices qui en est retirée simultanément par l'humanité. Il est
évident aujourd'hui que la prise en compte dans les politiques de gouvernance d'indices qui sont
presque exclusivement basés sur la mesure du capital matériel, entraîne une baisse significative des

5 http://fr.wikipedia.org/wiki/Post-capitalisme, mais aussi le livre "Rendre la création monétaire à la


Société Civile", Philippe Derudder, Ed. Y. Michel, 2005, ISBN : 2-913492-35-5
6 http://www.ithacahours.com/ et HYPERLINK "http://www.ithacahours.org/"
http://www.ithacahours.org/
7 Groupe de Recherche pour un Système SOciétal, voir http://www.societal.org

22
bénéfices retirés des trois autres capitaux, et même le plus souvent un déficit considérable, une atteinte
profonde à ces trois autres capitaux. Il en résulte un bénéfice global inférieur à celui mesuré par les
indices comme le PIB. De fait, des politiques qui conduisent à mesurer comme un bénéfice une marée
noire, une catastrophe naturelle, une surexploitation des ressources ou l'épuisement de celles-ci (par
l'augmentation des marges de profit liées à la baisse de l'offre), sont des politiques qui ont oublié de
prendre en cause la douleur, la misère, la faim, la mort, la destruction. Bref, des politiques qui ont
oublié de comptabiliser les bilans catastrophiquement négatifs sur les capitaux social, naturel et
humain, et qui le plus souvent, aveuglées par la lumière du capital matériel, ont tout simplement
volontairement provoqué la déprédation massive des autres capitaux.
Pour parvenir à rétablir un certain équilibre, l'écoocivisme propose l'instauration de l'écoomonétarisme,
un système monétaire alternatif, sans capital financier ni intérêt sur la monnaie, sans propriété privée
des moyens de production, sans appropriation privée du sol et des biens communs (eau, énergie,
transports, ressources minérales, mais aussi connaissance, communication, éducation, défense, justice,
santé, etc). La gestion communautaire des moyens de production et des ressources primaires par un
système socio-politique de solidarité permet de maintenir à un niveau raisonnable la dépréciation du
capital naturel, tout en autorisant le maintien du capital matériel. La gestion communautaire des
ressources primordiales (santé, connaissance, communications, éducation, transport, défense, justice)
par le même système socio-politique permet de maintenir à un haut niveau les capitaux sociaux et
humains. Avec une intégration plus poussée des cycles industriels et biogéochimiques, il est
raisonnable de penser que nous parviendrons à un équilibre à très long terme (siècles ou millénaires)
des niveaux d'exploitation-reconstitution des stocks de ressources primaires, tout en gardant la
possibilité d'accumuler progressivement du capital matériel.
Pour ce qui est de la nature du capital matériel produit, l'écoocivisme maintient la libre entreprise,
source unique de diversité et donc d'adaptabilité de la société. En effet, nous sommes convaincus que
l'économie dirigiste n'est pas viable, particulièrement parce qu'elle cherche à imposer un niveau de
capital matériel identique pour tous. En faisant cela, elle ne permet pas la pleine expression des
capitaux social et humain. Il en découle une baisse du bénéfice combiné des quatre capitaux, et donc in
fine un blocage de la société. Nous pensons que seule l'entreprise individuelle est à même de répondre,
localement et globalement, à l'ensemble des besoins de la population, et de s'adapter en des temps
raisonnables aux changements de ces besoins, dans le respect et l'équilibre du bénéfice global retiré des
quatre capitaux.

23
Deuxième partie
La société écoocivique:
organisation politique et économique,
mode de gestion des ressources

24
Organisation politique

Structure générale
Les limites de l'utopie réalisable
L'écoocivisme se veut une utopie réalisable. Or, dans son essai, Yona Friedman 8 nous convainc que
l'utopie réalisable possède une limite (elle en possède d'autres, mais c'est celle qui nous concerne au
premier chef ici), qui est celle de ce qu'il appelle le "groupe critique". Le groupe critique dépend
essentiellement de deux caractéristiques, propres à l'espèce, qui sont la valence et la capacité de canal.
La valence traduit le nombre de sujets auxquels un individu peut porter simultanément attention. La
capacité de canal définit la vitesse et la qualité de la transmission d'une information au sein de la
société, autrement dit, la transmission de l'influence d'un individu donné sur ses congénères, et en
particulier sur ceux avec qui il n'est pas personnellement et directement en contact. Plus la valence et la
capacité de canal sont faibles, plus le groupe critique est petit (dans l'absolu, un autre paramètre entre
en jeu, qui est la vitesse de réaction, soit une notion de temps disponible pour transmettre l'information.
Nous sommes convenu que dans notre cas, le temps nous est compté, aussi devons nous prendre une
vitesse de réaction très petite, ce qui nous place dans le cas du groupe critique le plus petit).
La caractéristique du groupe critique est que, au delà d'un nombre de participants égal à la taille du
groupe critique, la société n'est plus stable. Les deux voies sont alors soit une modification profonde de
la structure ou des règles sociales, afin d'augmenter la taille du groupe critique, soit la scission de celui-
ci en deux groupes de taille sous-critique. Notre société mondialisée actuelle, dans le cadre de la théorie
de Friedman, est une société qui a cherché à conserver sa structure en forçant les modifications sociales
les plus à même d'augmenter la taille critique du groupe; pour y parvenir, elle a essentiellement modifié
les positions sociales, et en particulier rejeté de plus en plus de personnes vers la frontière avec les
objets. En effet, toujours selon Friedman et en résumant, une société, composée de personnes et
d'objets, peut augmenter sa taille critique en réduisant la position sociale de nombre de ses constituants,
car cela conduit à pouvoir "négliger" les désirs et la volonté propres des constituants les plus mal situés.
Considérés comme des objets fonctionnels sans volonté, ces constituants réduisent alors le nombre de
"participants effectifs" à la société, ce qui permettrait d'en conserver la structure tout en en augmentant
la taille.
C'est exactement ce que l'on observe aujourd'hui, à savoir une minorité de puissants qui constituent à
eux seul un groupe sous-critique, chapeautant une immense majorité d'"autres", parmi lesquels des
milliards de personnes traitées comme des objets. Attention, il ne s'agit pas ici d'un jugement de valeur
sur le regard que les puissants en question portent sur leurs semblables, mais du comportement objectif
de la gouvernance appliquée; les désirs et la volonté de la majorité des humains ne compte tout
simplement pas, ils n'ont aucune influence sur la direction de la société, ils ont autant d'importance que
des objets. Parallèlement, les "dirigeants" sont de plus en plus loin de la réalité objective des
gouvernés, et constituent un "club" qui est une société stable en elle-même, dont l'objet, selon
Friedman, serait de s'agiter dans un domaine où ils ont encore une certaine chance de succès, et appelé
"politique étrangère". De fait, la politique étrangère concerne quelques milliers de personnes, qui
agissent au nom d'entités-objets appelées "nations", sur lesquelles ils n'ont en réalité aucune influence,
mais qui ne sont pas vraiment capables non plus de les contredire.
En poursuivant la lecture de la théorie de Friedman, il apparaît que la dépendance de la société à ses
8 Déjà cité.

25
élément sociaux les plus bas augmente avec la baisse de l'influence de ceux-ci sur le reste de la société.
Autrement dit, moins un constituant est influent (i.e.: il ne peut pas faire changer le comportement des
autres), plus les autres sont dépendants de ce constituant pour assurer leur propre position sociale. La
moindre modification dans la position ou le statut, voire le fonctionnement, du groupe de constituants
les plus bas entraîne donc une série de modifications profondes dans la structure sus-jacente. Autrement
dit, plus une société comporte de constituants très mal situés sur l'échelle sociale, moins elle est stable.
En conclusion, Yona Friedman nous invite à reconsidérer complètement notre vision occidentalisante
de "l'utopie universaliste", et nous assure que la voie est bien plus fertile et prometteuse si nous
cherchons à créer une juxtaposition d'utopie réalisables, qui seraient autant de groupes sous-critiques et
stables vivant chacun son utopie. Il n'exclut pas par contre la possibilité d'une structure mondiale de
gouvernance, qui se limite, dans son exposé, à la gérance d'un réseau de communication susceptible de
favoriser les échanges économiques, culturel et migratoires entres les sociétés locales, afin de leur
permettre de régler leurs différents internes de la manière la plus appropriée (accès à des ressources non
disponibles en leur sein, émigration des entités en désaccord plutôt que cohabitation explosive, etc.).

Le réseaux des réseaux


Le but de l'écoocivisme sera donc de proposer une base commune universelle, avec de nombreuses
possibilité d'applications diverses, et c'est pourquoi toutes les propositions du présent ouvrage qui
traitent de cas d'application sont proposées comme des "possibilités". En effet, de la lecture du
paragraphe précédent, il ressort que l'établissement d'une structure organisationnelle égalitaire unique
pour six, sept ou plus milliards d'individus est impossible. Par contre, rien n'empêche de penser à une
structure en réseau de réseaux, au sein de laquelle une combinaison des schémas sociaux hiérarchiques
et égalitaires9 serait utilisée. La structure générale de la société ainsi constituée est une juxtaposition
de groupes locaux sous-critiques, avec chacun ses variantes culturelles propres, adaptées aux conditions
locales. Toutes sont reliées entre elles, et s'influencent mutuellement, par le biais d'un réseau commun,
qui constitue le plus petit commun dénominateur de toutes les sociétés.
Les décisions globales nécessaires à la survie de l'espèce sont prises au niveau de la gouvernance du
réseau global, et relayées, selon une structure hiérarchique, aux réseaux locaux, qui eux fonctionnent
sur le mode égalitaire. Bien sûr, les réseaux locaux ne sont pas formellement isolés, et chacun peut
influencer les autres, dans une structure concurrente à la structure hiérarchique, mais avec une vitesse
de réaction bien plus lente. Autrement dit, l'innovation pour le futur (générations, siècles) vient des
réseaux et de leurs influences mutuelles. Le pilotage raisonné à court et moyen termes (mois, années,
décennies) vient de la structure hiérarchique, qui prend ici le rôle de la structure gestionnaire des
communications de Friedman. Pour parvenir à cet équilibre, chaque être humain doit comprendre et
accepter un contrat moral, qui peut parfaitement être contenu dans l'énoncé d'une utopie réalisable,
contrat qui le lie à la structure sociale dont il fait partie, et dont le contenu doit être assez consensuel
pour entraîner l'adhésion de toute personne honnête et réfléchie.
L'écoocivisme se veut un tel contrat, dont l'application multiple, par des cultures multiples, sera

9 En schématisant, les types sociaux hiérarchiques sont ceux permettant la plus grande taille du groupe critique,
mais augmentent les effets de la dépendance à la défaillance d'un élément au sein de la chaîne hiérarchique. Inversement,
les types sociaux égalitaires sont très peu sensibles aux statuts de leurs éléments, mais ne peuvent atteindre aisément de
grandes tailles, sauf à reporter le rôle de "statuts sociaux inférieurs" sur des constituants de très faible niveaux sociaux
(esclaves, comme dans la Rome antique, servage dans l'Ancien Régime en France, ou encore des objets, comme les
robots et autres ordinateurs de nos sociétés modernes). Ce faisant, les systèmes égalitaires se créent une dépendance
forte vis-à-vis de ces mêmes "inférieurs".

26
l'expression globalisée. L'expression des particularités locales se fait en toute liberté, tant et aussi
longtemps qu'aucune pratique du groupe ne viole les principes fondateurs du contrat moral. De plus,
l'expression des particularités peut parfaitement être non localisée; par suite du développement des
réseaux de communication, il est envisageable de voir se développer des communautés virtuelles,
menant chacune la construction de leur propre utopie dans le cadre du contrat moral commun, à travers
des échanges essentiellement numériques. En réalité, c'est très exactement ce que l'on voit aujourd'hui
sur Internet, où des milliers de sites particuliers ou associatifs proposent des actions et des changements
culturels dans le cadre d'un nouveau contrat moral qui peut se résumer à ceci "Respectons la Terre, pour
mieux vivre demain tous ensemble".
Le risque qui existe à propos de ces micro-sociétés égalitaires est que leur structure égalitaire repose à
100% sur un groupe d'objet, ou un objet-symbole unique, qui est l'ordinateur, le réseau Internet. Cet
objet-symbole représente la totalité des constituants de très faibles positions sociales de la société,
constituants dont nous avons vu que, s'ils n'ont aucune influence sur la société elle-même, ils
provoquent une extrême dépendance de la société vis-à-vis d'eux. Les sociétés écoociviques auront le
même problème, du fait que la base de la cohérence inter-sociétés est un contrat économique identique,
qui permet aux sociétés d'interagir sur le même mode, tout en restant dans le cadre du respect
environnemental et social inclus dans le contrat moral. La gestion de l'économie écoocivique impose
l'usage de l'informatique, seule à même de traiter "en temps réel" les milliards d'informations circulant
à propos de l'économie. Le réseaux devient alors un constituant de la société très particulier, puisqu'il
possède à lui seul l'essentiel de la valence de la société (dans le domaine économique tout au moins),
tout en ayant la position sociale la plus basse. Il concentre donc les deux caractéristiques sur lesquelles
chaque réseau écoocivique peut compter pour augmenter la taille de son groupe critique. De ce fait, les
sociétés écoociviques sont extrêmement dépendantes de l'informatique. Si l'objet "réseau informatique"
dysfonctionne ou cesse de fonctionner, c'est toute la stabilité de la société écoocivique qui est remise en
question, avec obligation d'éclater immédiatement en groupes de taille sous-critique.
Par suite, nous devons penser le réseau économique écoocivique comme une juxtaposition de réseaux
locaux rassemblant un nombre d'individus tel que, même sans le raccordement au réseau informatique,
ce groupe puisse fonctionner en mode local uniquement. En temps normal, l'économie de chaque
groupe local est connectée au groupe de taille supérieure, qui supervise, dans une relation égalitaire au
sein du réseau sociétal, la bonne marche économique de la société écoocivique considérée. Les sociétés
écoociviques sont elles-mêmes chapeautées et orientées dans les directions les plus appropriées par le
réseau supérieur, dans une relation hiérarchique (vitesse de réaction rapide). Les rétroactions des
sociétés écoociviques sur le réseau hiérarchique se font par les influences mutuelles entre sociétés et
l'innovation, à long terme (vitesse de réaction lente).
Ce mode structurel permet de multiplier les expériences et les innovations, tout en maintenant un cap
général qui est celui défini par les besoins et les réalités planétaires, en particulier dans la bonne
gouvernance des ressources. Il permet aussi l'application d'un contrat moral unique, dont la multiplicité
des sociétés applicantes garantit la pérennité, puisque le contrôle sur le contenu et sur la manière
d'appliquer le contrat ne sont pas aux mains d'un seul groupe (utopie non paternaliste dans la théorie de
Friedman). Enfin, il autorise le recours à un objet de très haute valence et très bas niveau social, mais
créant une forte dépendance de chaque société à lui-même; par la multiplication des expériences, la
défaillance d'un noeud du réseau, à quelque niveau que ce soit, ne met pas en danger le fonctionnement
de l'ensemble, qui peut se concevoir comme un amas de cellules collaborant pour une meilleure
efficacité, mais dont la collaboration n'est pas obligatoire pour la survie.

27
Structure décisionnelle et de gouvernance
La structure de gouvernance est évidemment calquée sur la structure du réseau économique, puisque
nous avons admis que l'économie est une des clés de l'avenir, en particulier dans la forme et la nature
des échanges qu'elle induit, ainsi que par la valeur morale qu'elle permet d'attribuer au travail, et donc
par l'épanouissement qu'elle autorise à chacun. La structure est également double, puisqu'il nous faut
répondre aux exigences d'une société localement égalitaire en ce qui concerne les expériences
écoociviques, et globalement hiérarchique, pour assurer une gouvernance planétaire raisonnée.

Les cellules communales


Bien que, à ce niveau, toutes les structures soient permises qui respectent le contrat moral écoocivique,
nous pouvons proposer une esquisse de ce que serait une société écoocivique type. Les premières
structures organisationnelles y sont de taille modeste, de l'ordre de quelques centaines de milliers à un
million de personnes, et elles-mêmes constituées de sous-unités auto-gérées de la taille actuelle de nos
communes et villages. Les communes ont toute latitude pour organiser leur vie politique, et surtout
pour satisfaire aux besoins primordiaux par la gestion raisonnée, dans le cadre du contrat moral, de leur
territoire. Autrement dit, les communes doivent trouver un moyen de nourrir, désaltérer, loger et vêtir
tous leurs habitants. Ce premier niveau est indispensable, car il permet d'assurer la vie de tous les
habitants, même en cas de panne ou de défaillance généralisée de l'objet "réseau informatique". C'est le
niveau de la cellule de survie, susceptible d'être gérée sans ordinateur, le niveau de la relation humaine
directe.
Du point de vue hiérarchique, les instances dirigeantes de la commune (conseil local élu, démocratie
participative ou représentative, conseil de sage ou des anciens, peu importe: toutes les options sont
possibles) sont en relation avec le niveau supérieur, pour la diffusion des décisions hiérarchiques auprès
de la population, et le relais en rétro-action des besoins de cette même population. La commune
héberge aussi, au besoin, des antennes de la structure hiérarchique concernant la collecte d'information
de nature à influencer les prises de décisions planétaires (population, état des ressources, niveau de la
mer, etc).

Les noeuds régionaux


Le niveau immédiatement au dessus est de la taille de nos régions, et doit assurer, à travers l'utilisation
de l'informatique, la gestion des paramètres de l'équilibre monétaire. Les niveaux régionaux sont les
noeuds du réseau écoomonétaire mondial. Du point de vue de la gestion écoomonétaire, chaque noeud
est un ensemble auto suffisant en cas de crise (perte de contact avec ses voisins, panne sur lui-même).
Si la panne est ailleurs, le noeud continue à fonctionner sans prendre en compte les données du noeud
défaillant. Inversement, si le noeud est l'élément touché, le reste du réseau fonctionne sans lui. Et bien
sûr, rappelons-le, à l'intérieur du noeud, les communes continuent d'assurer, de manière autonome, la
gestion de la survie des humains.
Le noeud régional a aussi pour rôle d'établir une première coordination de la gestion des ressources
primaires, et en particulier les ressources en eau, énergie, communication, et des ressources
primordiales que sont l'éducation et la santé.
Le noeud s'occupe également de répercuter au niveau hiérarchique supérieur les bilans de la région
pour ces ressources primaires (gains, déficit, prévisions), et de transmettre les informations sur l'état du
noeud (population, production, état des ressources, etc). Il répercute vers les communes les décisions

28
de l'appareil hiérarchique.
Nous renvoyons le lecteur à l'annexe 2 pour un essai de formalisation de la structure de régulation de
l'équilibre écomonétaire dans un cadre d'architecture en "intelligence collective".

Les nations écoociviques


Dans la société écoocivique mondialisée, la notion de "nation" n'a pas le même sens que de nos jours.
En effet, une "nation écoocivique" est un noeud ou une collection de noeuds, contigus ou non, qui ont
pris la décision de mettre en commun certaines forces, ou bien de pallier ensemble à certaines
faiblesses. Ces noeuds fondent donc, dans le cadre du contrat moral, et sous la direction générale du
niveau hiérarchique supérieur pour les domaines entrant dans sa compétence, une entité de
gouvernance. Cette dernière se dote des moyens de son gouvernement, selon les désirs de ses
populations. Elle se dote d'une constitution portant en préambule la Déclaration Universelle des Droits
de l'Homme, et s'engage à respecter le contrat moral écoocivique.
Chaque noeud peut appartenir à plusieurs nations, même si dans l'absolu, appartenir à plus de deux ou
trois nations de cultures relativement différentes devrait être difficile à gérer. Inversement, un noeud
peut, sur décision soumise au vote référendaire, quitter une nation à tout moment. Les nations ont pour
objectif, toujours dans le cadre du contrat moral, de favoriser l'épanouissement des populations, en
évitant des créations redondantes d'infrastructures, en permettant une meilleure diffusion du savoir et
une meilleure formation des spécialistes, en créant des réseaux de communication et d'influence
mutuelles, toujours féconds pour l'innovation, etc.

Le niveau hiérarchique supérieur


Les attributions du niveau hiérarchique supérieur sont de conduire les noeuds régionaux dans la
meilleure direction possible, compte tenu des informations disponibles sur l'état de l'environnement et
des indices économiques de chacun des noeuds. Il doit aussi décider des flux de ressources primaires et
organiser au mieux la production des industries lourdes. Il doit enfin faire évoluer les connaissances sur
les grands cycles biogéochimiques, afin d'être toujours à même de conseiller au mieux les niveaux
inférieurs sur la meilleure politique en matière de gestion environnementale. L'essentiel de ces
décisions se traduisent par l'ajustement des indices de sociétalité des productions, par catégories (par
exemple, si il s'avère que la ressource halieutique diminue, l'ensemble des indices de sociétalité des
activités liées à la pêche hauturière seront diminués simultanément sur l'ensemble des noeuds, que ce
soit pour la fabrication de filets ou sur la vente au détail de poisson de haute mer). Parfois, des
décisions plus drastiques peuvent être prises, comme la création et l'ajustement de quotas ou
l'interdiction de certaines activités ou certains produits spécifiques.
La structure hiérarchique supérieure est donc essentiellement un organe technocratique de gestion
raisonnée des ressources, et c'est pourquoi nous nous refusons ici à la nommer "gouvernement
mondial", ou quelque autre dénomination de cette nature. Elle est constituée de spécialistes dans leurs
domaines, qui sont élus par leurs pairs, et qui doivent intégrer, avec la collaboration de toute personne
compétente et volontaire, les données scientifiques pertinentes à la gestion de chaque ressource. Elle
comporte aussi un organe de veille environnemental, dont le rôle est de mesurer en permanence les
paramètres physiques de la planète, afin de détecter toute anomalie et de pouvoir réagir, si besoin, avant
que ne survienne une catastrophe (trou dans la couche d'ozone, acidification de l'océan, réchauffement
climatique, etc). La structure hiérarchique supérieure a le pouvoir de décider de moratoires sur toute
technique qui se révélerait porteuse de risque pour l'environnement et/ou les populations, et de mener

29
en toute indépendance des recherches permettant de définir et quantifier ce risque. Elle doit pour cela
se reposer sur les avis de toute entité indépendante qui mènerait, pour elle même ou pour contester celle
d'autres organismes, de telles recherches.
Enfin, sur la base d'arguments fondés, elle peut proposer à la communauté des nations écoociviques des
modifications de la charte de gouvernance, dans le but de préparer l'avenir. Après débat, les
modifications sont acceptées si un consensus des nations se dessine, selon les règles établies pour cela
par les nations elles-mêmes (unanimité ou majorité, corum indispensable, etc).

Défense et sécurité
La sécurité de la société écoocivique mondiale est assurée par une armée unique, sous le
commandement d'un collège représentatif élu par la population au niveau des noeuds régionaux. Le
rôle de cette armée sous contrôle démocratique est de s'interposer entre des populations qui voudraient
en venir à l'affrontement, ou entre des populations et des groupes locaux d'influence qui les
menaceraient (n'oublions pas que le type de gouvernement est libre pour chaque commune et pour
chaque noeud, ainsi qu'au sein de chaque nation).
Globalement, le contrat moral interdit les armées et la recherche sur les armements, mais il suffit
parfois de bâtons et de couteaux pour provoquer un génocide (voir le triste cas du Rwanda). Aussi une
force d'interposition, équipée en conséquence, doit elle demeurer pour limiter ce risque.
La sécurité civile, de son côté, est assurée par les communes sur leur territoire, et, au niveau des
noeuds, par un réseau de surveillance du crime qui collabore avec les agents communaux. Là encore, le
recours à la violence est limité, en particulier par l'élimination aussi poussée que possible des armes
léthales. Les noeuds qui forment une nation peuvent décider de la mise en commun de leurs ressources
en la matière, et former des polices nationales, mais pas d'armée, puisque l'attaque leur est interdite, et
que la défense est assurée, au cas pas cas, par l'armée globale.

Justice
La justice se rend au niveau du noeud ou de la nation, selon des codes inspiré des droits nationaux et
internationaux actuels, et refondus en un code global de justice. Le droit de chaque noeud est par
définition le droit global, et seule des nations peuvent fonder leur propre codes civil et pénal, à la
condition de ne pas y introduire d'articles contraires aux principes du droit global, en particulier en ce
qui concerne les conditions de jugement ou les châtiments encourus (interdiction de la peine de mort et
des châtiment mutilatoires, conditions de détention, droits de la défense, droit d'appel, constitution du
dossier d'instruction, etc). En chacun de ses domaines, le droit global définit des règles a minima, libre
ensuite à chaque nation d'amender ces règles, à la seule condition qu'elle ne puissent qu'adoucir les
effets de la justice sur les accusés et condamnés (par exemple, si le châtiment le plus dur envisagé pour
un crime donné est de trente ans de réclusion dans le droit global, une nation pourra décider de réduire
ce châtiment maximal à vingt ans, mais ne pourra le passer à quarante).

30
Le système économique

L'écoomonétarisme

Définition
L'écoomonétarisme10 régit le fonctionnement financier de l'écoocivisme. C'est un système à monnaie
effaçable par lequel on démontre qu'il n'y a nul besoin de capital pour produire. La monnaie ne doit
plus être une marchandise négociable et payante, mais doit correspondre à tout moment à la production
disponible sur les marchés. Elle doit être créée avec la création des richesses, et effacée lors de la
consommation. Le jeu de création-effacement de la monnaie résulte en l'établissement d'un équilibre
écoomonétaire, dont le but est de conserver en circulation au temps t exactement la masse monétaire
nécessaire à l'achat de tous les biens et services disponibles au même temps t. La création monétaire
intervient au prorata du temps de travail nécessaire à la production considérée, selon des règles strictes.
Le prix de vente d'un bien représente la somme de monnaie créée pour sa production.

L'équilibre écoomonétaire
L'équilibre écoomonétaire résulte du jeu de la création et de l'effacement monétaires au cours du
processus de production-consommation des biens et services possibles et souhaitables au sein de la
société écoocivique. L'application au prix de vente d'un seul impôt général, l'écootaxe, participe à
l'équilibre écoomonétaire, en permettant l'effacement de la monnaie créée pour les activités non
commercialisables (services publics), et pour la solidarité économique.
Pour l'entreprise, la conséquence de l'équilibre écoomonétaire est qu'il ne doit pas y avoir paiement
(effacement de monnaie) au cours du processus de création de la marchandise, que ce soit pour
l'acquisition des fournitures ou pour le paiement des salaires. L'entreprise n'a donc pas de trésorerie, et
ne paie donc pas ses fournisseurs ni ses employés. En conséquence, il n'y a pas besoin de capital
(financier) d'investissement pour démarrer une entreprise; ces points seront repris et explicités en détail
un peu plus loin.
En revanche, les prix des fournitures (= une représentation directe du temps de travail fourni pour les
fabriquer), ainsi que le montant des salaires, sont additionnés pour former le prix de vente de la
production. Ce prix reflète donc exactement la somme de travail qui a été nécessaire pour créer le
produit. Le prix de vente ajouté par chaque entreprise du circuit de production correspond à une
création monétaire intervenue au cours de la production pour rémunérer le travail. De ce fait, à la
somme des prix de vente correspond exactement une somme de monnaie disponible pour la population.
Cette monnaie sera effacée au moment où l'objet sera consommé, donc retirée de la masse des richesses
disponibles.
La monnaie des salaires n'est pas distribuée par l'entreprise, mais créée directement sur le compte des
employés par la structure idoine (ce peut être l'entreprise elle-même, une agence bancaire ou une
banque centrale, peu importe: l'essentiel est d'en conserver une trace). La monnaie est donc directement
disponible au sein de la population pour une consommation immédiate.

L'écootaxe
L'écootaxe n'est pas une simple TVA, pour deux raisons principales. Tout d'abord, son taux est

10 Pour plus de détails pratiques sur le fonctionnement écoomonétaire, nous renvoyons le lecteur à l'ouvrage de
André-Jacques Holbecq "Une alternative de société: l'écosociétalisme", déjà cité.

31
modulable, plus ou moins élevé suivant le caractère de l'achat auquel elle s'applique, et elle va tendre à
pénaliser les productions les moins favorables sociétalement (celles qui ont un bilan globalement plus
faible sur les quatre capitaux), et au contraire favoriser les productions les plus sociétalement
bénéfiques. L'écootaxe est donc un outil politique d'incitation mis à la disposition de la communauté.
Ensuite, l'écootaxe n'est pas perçue a priori, puis redistribuée pour fournir les salaires des
fonctionnaires (nous avons évoqué plus haut qu'elle servait à effacer "la monnaie créée pour les
activités non commercialisables (services publics), et pour la solidarité économique"). Elle est au
contraire appliquée a posteriori à un taux moyen tel qu'elle vienne compenser exactement la monnaie
créée pour les services publics, selon le principe que nous appelons "la monnaie précède la taxe".
L'écootaxe ne sera donc jamais "trop peu perçue" pour assurer un service public de qualité; le montant
"perçu" de l'écootaxe n'est donc pas une limitation à l'entreprise collective, tant et aussi longtemps que
la production privée est suffisante pour absorber la charge fiscale ainsi créée.

L'écootaxe est le seul et unique impôt écoocivique.

La création de la richesse
L'écoocivisme considère que seul le travail fourni est important et crée la richesse, que ce soit le travail
des hommes, des machines ou des robots, pour produire un bien, un service ou une aide,
commercialisable ou non. De ce fait, la monnaie n'est pas une richesse en soi, mais une représentation
symbolique de cette richesse. La monnaie n'est pas capitalisable, dans le sens où, créée gratuitement
pour représenter une richesse, et effacée lors de la consommation de cette même richesse, elle ne peut
donner lieu à une création monétaire secondaire (intérêt). L'épargne, bien que possible, n'est pas une
condition nécessaire à l'assurance sur l'avenir, puisque le crédit est gratuit. Le prêt bancaire, ou
hypothèque, est en réalité une avance sur la future création de richesse du débiteur, avance consentie en
fonction des capacités du débiteur à créer cette richesse. Ainsi, le principe du travail créateur unique de
la richesse est respecté.
La libération de la monnaie de l'intérêt permet de réduire considérablement la charge financière sur la
production, et d'effacer une inégalité flagrante du mode de production capitaliste11.

Les revenus écoociviques

Les revenus écoociviques appartiennent à trois catégories:


-Les revenus d'activité: ce sont les revenus liés à une activité observée, créatrice de richesse, et
consistant en la production d'un bien ou service proposé au public via la consommation individuelle ou
via un service public. Le montant du revenu d'activité dépend de la qualité sociétale de l'activité, selon
des modalités définies politiquement par la collectivité. Nous proposons ici une forme applicable de
structure de choix du revenu (voir plus loin le paragraphe "L'échelle des salaires, relation entre
temps/qualité du travail et niveau du revenu"), sans que cette proposition ne puisse être considérée
comme unique ni obligatoire.
-Les allocations: ce sont des revenus attribués sur l'observation d'une activité créatrice d'une richesse

11 Selon une étude de l'économiste allemande Magrit Kennedy ("Libérer l'argent des taux d'inflation et de
l'intérêt", Ed. Vivez Soleil, 1996, ISBN: 2 88058 161 3), les intérêts cumulés représentent environ 40 à 50% des prix à la
consommation. Selon la même étude, le système de l'intérêt bancaire sur l'épargne et sur le crédit est favorable
seulement au 10% les plus riches de la population d'Europe Occidentale, neutre pour les 10% suivants, et défavorable à
tous les autres, soit 80%.

32
sociale immédiate ou future. Les allocations peuvent concerner un très grand nombre de domaines,
comme les études supérieures, l'éducation parentale, le soutien aux anciens, etc. Le travail passé donne
aussi droit à une allocation de retraite.
-Le revenu solidaire, ou viatique: à chaque être humain, indépendamment de tout critère ou condition,
est attribué une somme ou viatique, qui devra permettre de couvrir les besoins les plus essentiels de la
vie, soit la nourriture saine et équilibrée, ainsi que le vêtement et le logement dans des conditions
dignes.

Les revenus attribués à chaque personne sont cumulables, au prorata du temps consacré à chaque
activité (par exemple un mi-temps de travail salarié choisi pour prendre plus de temps avec les enfants
donnerait droit à une demie-allocation d'éducateur parental).
L'échelle des revenus est politiquement ajustée pour demeurer réduite et équitable.

Les caractéristiques fondamentales du viatique


L'écoocivisme postule que toute l'activité économique doit être à la fois marchande et solidaire. Le but
de l'écoomonétarisme est donc de donner sans condition, par le viatique, accès au minimum vital à
tous. Ceci implique une redistribution solidaire du pouvoir d'achat, dans le cadre du maintien de
l'équilibre écoomonétaire. C'est là la base principale de la solidarité économique. La monnaie créée
pour le viatique sera effacée dans le cadre de l'équilibre écoomonétaire, donc sur un mode global, via
l'écootaxe, et selon le principe écoomonétaire "la monnaie précède la taxe".
Le viatique est une distribution de pouvoir d'achat confié définitivement par la collectivité à chacun de
ses membres. Chaque groupe écoocivique décidera des règles et modalités d'attribution du viatique à
ses membres, ainsi que son montant. Ce dernier est modulable car il dépend de l'activité générale du
groupe et de son bilan écoomonétaire. En conséquence ultime, un groupe écoocivique qui ne travaille
pas et ne produit rien, qui n'échange pas, sera incapable de donner de la valeur à sa monnaie et, in fine,
incapable de distribuer le viatique.
Le viatique constitue un droit au sein d'une société à condition qu'il y ait production d'une richesse. Le
viatique ne peut en aucun cas être source d'une société oisive. Ce qui fait la valeur de la monnaie créée
pour le viatique est bien la capacité du groupe écoocivique dans son ensemble à effacer ensuite cette
monnaie lors de la perception de l'écootaxe, à l'issue du processus de production, selon les règles de
l'équilibre écoomonétaire général. Si l'activité économique est très ralentie, la charge fiscale sur chaque
produit consommé sera énorme, ce qui fera imploser le système. Seule une société dynamique et
créatrice de richesses (au sens des quatre capitaux ou de toute combinaison possible entre eux) sera à
même de distribuer un viatique riche de sens.
La création du viatique établit une autorégulation du temps de travail en fonction du confort moyen
demandé par la population; plus le temps d'activité diminue, plus la pression de l'écootaxe sur les prix à
la vente augmente, du fait de la réduction de l'assiette du viatique. Ceci devrait inciter les citoyens à
travailler, afin d'augmenter leurs revenus, et ce dès lors que le viatique ne permettra plus l'accès facile
au confort minimal. A contrario, dès que le temps d'activité devient suffisamment long pour établir une
large assiette au viatique, ce seul revenu permet de vivre dignement et peut-être confortablement, ce qui
devrait inciter la population à travailler moins, évitant ainsi la surchauffe.

33
Les notions de solidarité et d'activité
En termes écoociviques, il est convenu que le mot solidarité désigne toute forme de travail occasionnel
non salarié, tandis que la mot activité désigne exclusivement le travail salarié.
La solidarité écoocivique, encouragée et respectée, jouit de la plus grande liberté. Elle participe de la
solidarité active naturelle due entre membres de collectivités familiales, locales ou électives. Si la
solidarité ordinaire est naturellement liée au devoir de solidarité sociétale, elle est assortie du droit à un
revenu social universel, le viatique. La solidarité s'exerce librement et aussi, au choix, sous des formes
plus organisées, plus formelles, dans le bénévolat, l'entraide, le secourisme, la formation, le bricolage,
la production artistique, etc. La solidarité peut être rémunérée dans un cadre réglementaire (allocation),
ou de personne à personne, ou encore être pratiquée de façon bénévole et gratuite.

L'échelle des salaires, relation entre temps/qualité du travail et niveau du revenu


Le remerciement horaire réel obtenu par une personne dépend d'une série de critères, qui décrivent
exhaustivement la qualité sociétale du travail fourni, en relation avec l'effet de l'activité encourue sur
les quatre capitaux naturel, humains, social et construit. Nous proposons ici une méthode possible, dans
laquelle les points considérés sont les suivants:
– une échelle (0 à 100 %) d'utilité écosociétale, tenant compte des impacts écologiques et sociétaux
des travaux et produits, telle que le niveau croisse avec l'utilité écosociétale et que 50 %
corresponde à la moyenne des travaux et produits.
– une échelle (0 à 100 %) de pénibilité / dangerosité du travail, telle que le niveau croisse avec la
pénibilité / dangerosité et que 50 % corresponde à la moyenne des travaux.
A ces deux facteurs évalués démocratiquement s'ajoutent deux facteurs évalués statistiquement par les
instances écosociétales, au niveau des noeuds régionaux:
– la productivité / efficacité du travailleur (ou de son entreprise) estimée statistiquement sur une
échelle de 0 à 100 % telle que le niveau croisse avec la productivité / efficacité et que 50 %
corresponde à la moyenne des productivités / efficacités.
– les besoins locaux pour ce travail ou ce produit, estimé statistiquement sur une échelle de 0 à 100 %
telle que le niveau croisse avec l'ampleur des besoins locaux et que 50 % corresponde à la moyenne
des travaux et produits.
A ces 4 facteurs évalués collectivement se rajoutent deux facteurs évalués personnellement:
– sur une échelle subjective (0 à 100 %) l'opinion du travailleur sur son travail / son produit (on lui
recommande d'ajuster son échelle de façon telle que 50 % corresponde à la moyenne des travaux /
produits des autres travailleurs dans ce domaine).
– sur une échelle subjective (0 à 100 %) la moyenne des opinions des clients / consommateurs sur le
travail / produit (on leur recommande d'ajuster leur échelle de façon que 50 % corresponde à la
moyenne des travaux / produits qu'ils acquièrent).
On prend pour chaque personne le produit de ces 6 critères, et on établit la distribution statistique des
critères dans la population. La distribution est alors normalisée de telle sorte que sa moyenne soit de 10
et son maximum de 30. Cela signifie que le revenu horaire moyen sera de 10 unités monétaires, et que
le revenu horaire maximum sera de 30 unités monétaires. Le revenu minimum théorique est de zéro,
mais il faudrait pour cela que la personne ait eu six critères à zéro, ce qui devrait fortement l'inciter à
changer de métier...

34
Le lecteur trouvera en annexe 1 le détail des calculs utilisés pour normaliser les critères et établir le
niveau exact de revenu de chacun en fonction de son produit de critères.

La monnaie: nature et mouvements


L'écoocivisme a choisi pour nommer sa monnaie le mot "MERCI". En effet, si l'on considère que la
monnaie est créée directement sur le compte du travailleur ou de tout autre producteur de richesse
sociétale, on peut comprendre que c'est la société tout entière qui remercie le créateur de richesse. Le
"MERCI" est une monnaie expérimentale, effaçable, propre aux groupes et au mouvement
écoociviques, monnaie adoptée au cours de la transition démocratique vers l'écoocivisme.
1 MERCI est créé pour six minutes d'activité au salaire moyen.
10 MERCIS constituent donc la rémunération de l'heure ouvrée au salaire moyen.
Ces valeurs sont arbitraires, mais se fondent sur l'observation que le gain horaire de 10 MERCIS
permet de faciliter les calculs de revenus, tout en évitant d'avoir à s'embarrasser de sous-unités
monétaires inférieures au centième de MERCI.
Le MERCI ne circule pas réellement. L'écoomonnaie n'est pas une monnaie-marchandise qui peut être
empruntée ou revendue. La monnaie écoocivique, créée par le viatique, le salaire ou l'allocation sur le
compte écoocivique de chaque citoyen, y demeure disponible jusqu'à ce qu'elle soit effacée au moment
d'un achat effectué par le titulaire du compte.
Dès la naissance, tout citoyen membre d'une communauté écoocivique instituée bénéficie de l'ouverture
d'un compte personnel propre à être crédité et débité dans le cadre écoomonétaire. Ce compte perçoit
salaire, viatique et allocation. L'écoomonnaie est effacée automatiquement du compte personnel lors de
chaque achat de bien ou de services commercialisés sur le marché public. Le compte personnel s'éteint
au décès du titulaire. Il est alors procédé par les ayant-droits à l'apurement du compte dans le cadre
réglementaire en vigueur, et selon les engagements liés à ce compte et pris par le titulaire défunt. Il n'y
a donc pas lieu de rendre de l'écoomonnaie à la collectivité, mais simplement apurement du solde avant
fermeture du compte de manière à maintenir l'écoomonnaie dans le circuit économique courant.
Bien que rien n'empêche en outre de transférer de la monnaie d'un compte à un autre sur ordre du
titulaire, en échange d'un service, pour un dédommagement, ou simplement pour un don solidaire entre
membres d'une communauté familiale ou élective, il semble actuellement se dégager une majorité au
sein du GRESSO pour affirmer que de telles pratiques sont potentiellement dangereuses en ceci qu'elle
permettraient de détourner le système écoomonétaire vers les plus profonds travers du capitalisme, à
savoir le prêt à taux usurier, le racket ou encore le recel de ventes frauduleuses, ainsi que la spéculation
sur l'achat-revente d'objets uniques (oeuvres d'arts, artefacts archéologiques, etc). Par suite, dans
l'expérience d'application tentée par le GRESSO12, il est impossible de transférer de la monnaie d'un
compte à l'autre. Sans l'interdire formellement, le GRESSO déconseille fortement aux communautés
intéressées à utiliser un système écoomonétaire de pratiquer l'échange de compte à compte.

Principes de la production artisanale et industrielle

12 Voir www.e-dons.org

35
La liberté d'entreprendre
Au sein de l'écoocivisme, et bien que le système prône la gestion commune des ressources et dispose
d'outils puissants pour inciter les producteurs à rechercher des marchés plus sociétaux, l'entreprise est
totalement libre, tant et aussi longtemps que la production envisagée correspondra à un besoin de la
population. En effet, le but de l'entreprise écoocivique n'est pas de vendre n'importe quoi à n'importe
quel prix, mais bien de satisfaire un besoin réel de la population, dans les conditions les plus
avantageuses possibles pour la société. Il est donc possible d'entreprendre avec succès toute production
qui serait susceptible d'être consommée par la population, sachant que l'organisation de l'entreprise est
faite de telle sorte que si la production engagée n'est pas écoulée, le salaire des employés va baisser, et
le prix de vente augmenter par ajustement vers le haut de l'écootaxe, ce qui réduira dramatiquement les
ventes, tout en incitant les employés à quitter leur poste (ce qui est réalisable sans peine pour eux,
puisque l'attribution du viatique leur permet de vivre sans salaire pendant une période sans emploi).
Entreprendre une production inique est donc toujours possible, mais si la population ressent cette
production comme une agression, l'entreprise est vouée à l'échec.
Toute personne douée d'une ou plusieurs compétences peut donc immédiatement initier une production,
sans autre formalité que la déclaration de création de l'entreprise et son enregistrement dans les bases
de données de la gestion écoomonétaire. Puisqu'il n'y a pas besoin de capital financier d'investissement,
une petite entreprise peut démarrer immédiatement, en commandant auprès des fournisseurs qu'elle se
choisit les fournitures dont elle a besoin, puis en trouvant un débouché à ses produits. En cas de non
vente, la sanction est immédiate pour l'entreprise, qui devra soit se reconvertir ou se diversifier, soit
fermer. Dans tous les cas, comme il n'y a pas eu investissement, il n'y a rien à rembourser à proprement
parler, sauf que tous les actifs de l'entreprise doivent retourner sur le marché où ils ont été commandés,
afin de ne pas perturber l'équilibre écoomonétaire: l'entreprise est donc liquidée au prix de ses actifs. Si
un passif existe, comme par exemple une masse salariale créée pour le travail des employés, mais pas
compensée par des ventes, le maximum possible est compensé par la revente des produits invendus,
tels quels ou en "sous produits", et le reste est absorbé par l'équilibre écoomonétaire général, via
l'écootaxe. Ainsi, la société tout entière est solidaire de l'entreprise défaillante, et "absorbe" les
mauvaises entreprises, comme le corps humain "absorbe" et détruit les cellules malsaines et les corps
étrangers. Le versement, inchangé, du viatique aux employés privés d'emploi évite le recours à un
système d'assurance chômage, et permet à ceux-ci de passer sans douleur la période entre la perte
d'activité et le retour à l'emploi. La société écoocivique accompagne donc très en douceur les
entreprises, et favorise la prise de risque et l'innovation, ainsi que la mobilité et l'émulation. De ce fait,
un entrepreneur peut prendre des risques pour son entreprise sans risquer de se trouver lui-même, ou sa
famille, en difficulté en cas d'échec. L'entreprise écoocivique est donc finalement plus libre et
innovante que l'entreprise capitaliste; oserions-nous même dire que l'écoocivisme est, de ce point de
vue, plus libéral que le libéralisme?

La création de l'entreprise
Lors de la création d'une entreprise écoocivique, une simple déclaration suffit en général, comportant le
nom et l'objet de l'entreprise ainsi que les noms des personnes participantes, parmi lesquelles au moins
un gérant responsable de la création des salaires. L'entreprise est domiciliée, et elle peut
immédiatement commencer ses activités.
Dans le cas d'entreprises importantes, nécessitant des outillages lourds ou des infrastructures
spécifiques, un dossier prévisionnel doit être créé, et déposé devant les instances compétentes, afin
d'obtenir une dotation, correspondant dans le capitalisme au capital d'investissement.

36
N'avons nous pas dit que l'entreprise n'avait pas besoin de capital pour démarrer? Certes, mais nous
avons parlé de capital financier. Il n'empêche que toute entreprise a besoin d'outils pour travailler, et
que ces outils représentent un capital matériel, qui existe forcément en quantité finie au sein de la
société, et que celle-ci peut estimer que certaines activités lui sont plus nécessaires que d'autres, et ainsi
réserver certaines catégories de matériel ou d'infrastructures pour des activités primordiales (par
exemple, un appareil d'IRM sera sans doute favorisé comme destination de gros aimants
supraconducteurs, par rapport à une application dans le développement de gadgets ludiques). Dans le
cas de petites entreprises, c'est le marché et la satisfaction des clients qui décideront si une entreprise
doit conserver ses outils ou les rendre, par le jeu de la sanction économique. Dans le cas d'entreprises
de taille industrielle, la société conserve, à travers des groupes sous contrôle démocratique, un droit de
regard sur la création et le développement de l'entreprise. La société peut ainsi limiter le capital
construit confié à une entreprise, selon l'estimation de la pertinence du projet, tel que présenté par ses
promoteurs.
En fonction du projet présenté, les instances compétentes au sein du groupe écoocivique accordent une
dotation prévisionnelle à l'entreprise, sous la forme d'un calendrier d'acquisition de l'outil de production
et des infrastructures nécessaire à l'exploitation.
Le système des dotations remplace définitivement le recours à l'investissement financier capitaliste, et
base ses décisions sur l'analyse exhaustive du marché de la production envisagée, et de l'effet de celle-
ci sur les quatre capitaux au niveau local et régional. Pour les grosses industries consommatrices de
ressources et/ou génératrices de nuisances, un plan à plus vaste échelle peut être défini par concertation
entre groupes écoociviques voisins, afin de limiter les effets de redondance et le gaspillage. De la
même manière, des pôles industriels pourront être planifiés, selon le degré de compatibilité ou de
complémentarité des industries (par exemple, une papeterie, grosse consommatrice d'eau chaude, sera
préférentiellement dotée, si elle décide de se placer près d'une usine générant un important flux d'eau
chaude comme "déchet", par exemple une centrale électrique ou un laminoir).
Dans tous les cas, les règles de la gouvernance écoocivique s'appliqueront, et en particulier le fait que
la production locale à partir de ressources locales devra toujours être favorisée, sauf à prouver un
bénéfice certain par économie d'échelle (c'est le cas des très grosses industries évoquées ci-dessus).
Comment décider dès lors si une entreprise doit proposer un dossier de dotation ou non? De ce point de
vue, c'est très certainement la pratique qui, au sein de chaque communauté écoocivique, décidera du
seuil d'investissement en capital matériel au delà duquel il est nécessaire que la communauté ait un
droit de regard. Ce seuil variera d'un groupe à l'autre en fonction de son dynamisme économique,
sachant que plus les entreprises viables sont nombreuses, plus l'activité économique est florissante, et
plus le groupe peut se permettre d'encaisser des fermetures avec de forts passifs sans souffrir. Un tel
groupe sera donc susceptible de rehausser significativement le seuil d'investissement nécessitant une
demande de dotation, ce qui lui permettra par là même de de favoriser l'innovation et la prise de risque.

L'organisation de l'entreprise
Selon le type et la taille de l'entreprise, il peut y avoir diverses formes d'organisation. Toutefois, le but
de l'entreprise écosociétale étant avant tout de donner une activité enrichissante à ses travailleurs et de
satisfaire un besoin réel de la population locale, il est certain que l'essentiel de l'activité écoocivique se
fera au sein de PME-PMI, et par des entreprises artisanales et familiales.
Au sein de l'entreprise autre que artisanale familiale et/ou mono-employé, il existe une hiérarchie,
démocratiquement établie et acceptée, aussi peu pyramidale que possible afin d'éviter la rétention
d'information et donc le blocage de l'efficacité d'action collective. Au dessus, il y aura toujours un
cercle restreint de collaborateurs chargé de gérer l'entreprise à travers les évolutions techniques et

37
conjoncturelles (le conseil d'administration). En dessous, il y aura les acteurs de l'entreprise, informés
des décisions du conseil d'administration, et appelés à collaborer avec celui-ci pour atteindre aux
objectifs définis. Les collaborateurs auront toujours un droit de regard, et éventuellement de blocage,
sur les décisions du conseil, afin d'éviter toute dérive vers une position d'agressivité de l'entreprise vis-
à-vis de la société.
Les collaborateurs de l'entreprise ont bien sûr toute liberté de réunion et de syndicat. Rappelons
également que les conditions d'emploi sont très libres, et que tout employé qui ne serait plus d'accord
avec la politique du conseil d'administration pourrait sans peine quitter son poste et chercher fortune
ailleurs. Le viatique permet d'enlever aux entreprises le chantage à l'emploi comme moyen de pression,
et permet de replacer l'entreprise en tant que lieu de coopération entre "employés" et "patrons", avec
tous un objectif commun à atteindre, objectif librement proposé, discuté et accepté par toutes les
parties. L'organisation de l'entreprise doit donc favoriser la discussion et la coopération plutôt que le
rapport de force entre un pôle "patronal" habité du désir de rentabilité et un pôle "syndical" désireux de
meilleures conditions de vie et de travail. L'entreprise écoocivique est une structure au service de la
société, et les premiers concernés sont ses acteurs, qu'ils soit gestionnaires ou ouvriers. La conception
même du travail doit être revisité, en tant non plus que moyen obligatoire de subsistance, mais en tant
que moyen d'accomplissement personnel par une activité librement consentie et épanouissante. Les
machines sont là pour réaliser les tâches les plus rébarbatives, et le travail humain doit être le plus
"noble" possible, et se concentrer dans les domaines de la connaissance, de la création, de l'artisanat dit
"d'art". Les métiers manuels créatifs doivent être remis à l'honneur, afin de donner à chaque être
humain la possibilité d'exprimer son potentiel au service de la communauté. Il faut en finir avec les
emplois de survie à la chaîne, où des hommes et des femmes sous-payés sont transformés à bon compte
en robots visseurs, écorcheurs ou couturiers. Laissons la production de masse aux industries lourdes
transformatrices, et regagnons, village par village, quartier par quartier, nos commerces artisanaux.

Le circuit des valeurs dans l'entreprise


Au sein de l'entreprise, la monnaie ne circule pas, puisque l'entreprise ne paye pas ses fournitures,
qu'elle ne vend pas ses produits et qu'elle ne paye pas ses employés. Cela n'empêche pas que des
produits possédant une certaine contre-valeur en monnaie entrent dans l'entreprise, y sont transformés
par un travail générateur de monnaie supplémentaire (les salaires créés pour les employés), puis sortent
de l'entreprise.
Un circuit des valeurs s'établit donc, qui doit respecter l'équilibre écoomonétaire, ce qui veut dire que la
somme des valeurs des fournitures entrantes plus la somme des salaires créés doit être égale à la
somme des prix de vente des produits fabriqués. Cet équilibre serait facile à établir s'il s'agissait
simplement de recevoir des matières premières et de les transformer à la main pour en faire des
produits semi-finis ou finis, puisque dans ce cas, le prix de vente est égal au prix initial plus le salaire
créé pour le travail des employés. Malheureusement, une entreprise utilise des outils, mais aussi des
fournitures qui ne se retrouvent pas dans les produits finis, comme du papier pour son administration,
des ordinateurs de comptabilité ou de l'énergie pour l'éclairage et le chauffage. Tout l'art du
gestionnaire de l'entreprise écoocivique est donc de trouver le juste équilibre dans le report de ses frais
réels sur le prix de vente, ainsi que la fraction d'amortissement de ses outils reporté sur chaque item de
chaque produit fabriqué.
Rappelons ici que le but de l'entreprise écoocivique n'est pas de vendre n'importe quoi à tout prix, mais
bien de satisfaire un besoin réel de la population, dans les conditions les plus avantageuses possibles
pour la société. Cela veut dire que des écarts à l'équilibre sont possibles, en positif ou en négatif, tant

38
que ces écarts ne sont pas systématiques, ni trop importants. Ainsi, une entreprise qui produit sur la
durée une quantité à peu près constante d'une gamme stable de produits devrait trouver facilement un
équilibre satisfaisant. Une telle entreprise est un cas typique d'entreprise écoocivique, qui occupe une
niche de marché stable, et satisfait sur la durée un besoin réel de la population environnante. Bien sûr,
cette entreprise devra évoluer dans ses techniques de production si elle ne veut pas se faire supplanter
par une entreprise concurrente qui démarrerait une production analogue avec des techniques plus
performantes en termes de respects des quatre capitaux. De ce fait, l'immobilité de l'entreprise
écoocivique n'est qu'apparente, et la liberté d'entreprendre est garante d'un dynamisme créatif et d'une
vrai concurrence pour les meilleures technologies, ce qui devrait doper la recherche et la production des
connaissances.

Le concept de "propriété collective de l'outil de production"


Comme nous l'avons vu au paragraphe précédent, l'entreprise écoocivique est totalement libre de sa
production, dans le cadre d'un projet d'investissement en capital construit soutenu par la société tout
entière. Le gérant, l'entrepreneur, le patron, peu importe le nom qu'on lui donne, est donc en mesure de
prendre toutes les initiatives qui lui conviennent, exactement comme si les outils de l'entreprise
appartenaient à l'entreprise, et donc finalement à lui, le décideur (ou le groupe décideur, dans le cas
d'un conseil d'administration). Le concept de propriété collective de l'outil de production ne transparaît
donc pas réellement dans les faits, sauf en cas de liquidation de l'entreprise, mais est une notion
théorique, découlant d'un raisonnement logique au sein du système écoomonétaire.
En effet, comme l'entreprise ne paye pas ses outils ni ses fournitures, mais qu'elle en reporte le prix sur
ses propres produits, et ainsi de suite jusqu'au consommateur final, c'est bel et bien le consommateur
qui, morceau par morceau, va payer le prix des outils via son achat. Or, comme le consommateur, c'est
tout le monde, nous en déduisons que c'est tout le monde qui paye les outils de l'entreprise. Donc c'est
tout le monde, c'est à dire la société, qui est propriétaire de l'outil, pas l'entreprise.
Comme nous l'avons précisé plus haut, cet état théorique ne se ressent pas dans les faits, et l'entreprise
est donc considérée comme "concessionnaire" de son outil de production, qu'elle doit gérer à son gré,
mais en respectant autant que possible les principes de l'équilibre écoomonétaire (une entreprise
capitaliste ne fait pas autrement en essayant de rester en vie dans un système de concurrence et de
compétition régi par la "loi du marché"). En cas de cessation d'activité, les outils et le reste de l'actif
sont rétrocédés à la communauté, qui les utilisera au mieux pour apurer les comptes de l'entreprise
défaillante.
On voit donc par le raisonnement ci-dessus que la propriété collective des outils de production est une
conséquence logique de la structure du système écoomonétaire, et non pas une volonté initiale de ses
concepteurs. Ceci clôt donc le débat qui pourrait naître à propos de savoir si l'écoocivisme est une
forme déguisé de collectivisme; la réponse est non, car c'est bien la liberté d'entreprendre qui prime et
qui va décider ce qui est produit et en quelle quantité, pas la conséquence théorique du système à
propos de la propriété collective de l'outil.

Les politiques d'orientation et d'incitation


L'écoocivisme dispose de trois outils puissants pour inciter les entreprises à proposer des produits et
des services plus sociétaux. Le premier agit sur le coût du travail, le second sur le salaire des
travailleurs, et le troisième sur le niveau de taxation du produit vendu. Concernant le premier outil, il
s'agit du fait que les salaires sont tous normalisés en temps réel, en fonction des déclarations des

39
employeurs et des travailleurs indépendants. La normalisation effectuée 13 sur le montant du salaire
réellement perçu par chacun fait que le salaire moyen est exactement de 10 Mercis par heure de travail.
Ce même salaire moyen permet de calculer un prix de revient horaire de la main d'oeuvre qui est le
même pour toutes les entreprises, quel que soit leur activité. Ainsi, le chantage au salaire et le dumping
social ne sont plus des outils dans la main de l'entrepreneur, et toutes les productions sont sur un pied
d'égalité face au consommateur.
Concernant le deuxième outil, nous avons vu plus haut qu'il existe une série d'indices (nous en
proposons ici six, dans un cadre théorique, mais de nombreuses possibilités peuvent encore être
explorées), qui vont définir le niveau de sociétalité de l'employé par rapport à son travail. Plus la
personne occupe un poste dont l'action est sociétale, plus son revenu sera haut dans l'échelle des
salaires. Etant donné que l'un des critères utilisé ici est la sociétalité globale de la production, si un
reclassement de l'entreprise intervient, qui place celle-ci plus bas sur l'échelle sociétale, le salaire réel
de l'employé diminuera. L'entreprise qui produit selon des méthodes peu sociétales aura donc plus de
difficulté à recruter une personne donnée que l'entreprise voisine.
Le dernier outil est la taxation à taux variable. Nous proposons ici que, au sein de chaque grand secteur
d'activité, il soit établi par une commission permanente à renouvellement partiel tous les trois ou cinq
ans, un tableau des indices de sociétalité des productions du secteur, par exemple selon la technique
employée, la nature et la quantité des matériaux utilisés, etc. Pour chaque produit proposé sur le
marché, une grille permet de sélectionner une série pertinente d'indices, qui fourniront une évaluation
globale de la sociétalité du produit.
Des critères internes seront aussi pris en compte, tels que le niveau de stock, la difficulté d'écouler
ceux-ci à court ou moyen terme, la satisfaction générale des employés, les conditions d'hygiène et de
sécurité au travail, etc. Cette série de critères "à l'interne" permettra l'application du principe de
sanction immédiate contre une entreprise ne fournissant pas un service attendu par la population, ou le
fournissant à des conditions sociétales mal ressenties par la population.
Nous proposons d'appliquer ici la même méthode que pour les salaires 14, à savoir la normalisation de
la distribution des produits des indices (ou du produit des compléments à 1 des indices, de façon à avoir
un indice d'autant plus proche de zéro que le produit est plus sociétal). La valeur moyenne ciblée ici
sera le taux moyen de l'écootaxe, calculé sur la base de l'activité économique projetée de l'exercice
suivant, de telle sorte que l'équilibre monétaire soit respecté au cours de ce même exercice. La valeur
maximale est définie par consensus national, et peut être de 2, 3 ou 10 fois le taux moyen.
Par ce jeu de taxation à taux variable normalisé, appliqué à une production dont le "coût de revient
horaire" est le même pour toute main d'oeuvre employée, la société écoocivique permet de maintenir
l'équilibre écoomonétaire tout en favorisant grandement les productions les plus sociétales.

La structure du système écoomonétaire


La monnaie électronique et le "Portefeuille d'Informations Personnelles"
Le système écoomonétaire est conçu en fonction des nouvelles technologies de l'information et des
communications. Bien que des formes papier (carnets de bons, formules de chèque) puissent être

13 Voir annexe 1
14 Voir annexe 1

40
envisagées dans les cas les plus difficiles (pays et régions sous-équipés en matériel informatique), la
forme la plus facile et la plus sûre pour l'écoomonnaie est la forme électronique, tant qu'aucune
catastrophe susceptible de démanteler le réseau des serveurs n'est en vue.
La gestion de la monnaie électronique dans la société écoocivique instituée fait la part belle à la
mobilité, via l'usage généralisé de moyens de paiement électroniques communiquants, comme la carte à
puce + terminal de vente, le téléphone cellulaire, mais surtout le Portefeuille d'Information
Personnelles, dit PIP. Ce dernier outil permettrait de virtualiser en toute sécurité les permis, cartes et
dossiers personnels, et de virtualiser de même la monnaie nationale ou bancaire, rendant ainsi les
comptes en banque aussi faciles à utiliser que l'argent liquide. Autrement dit, le PIP est une forme
améliorée de monnaie électronique facilitant la création collective et la gestion individuelle de
monnaies libres fiable(s) et sûre(s).
Réunir ces trois fonctionnalités en un seul outil permet de créer une situation gagnant-gagnant entre les
quatre partenaires économiques: les autorités (au niveau des communes, noeuds régionaux et nations
écoociviques), les institutions bancaires, les commerçants et les citoyens, tout en facilitant le
déploiement de solutions alternatives aux problèmes créés par le système monétaire actuel. Un
descriptif détaillé d'un projet de PIP est présenté en annexe 3.

La gestion décentralisée de l'équilibre écoomonétaire


Etant donné que l'écoomonnaie est électronique, et que toutes les transactions se font par l'intermédiaire
d'un appareil informatique, il est évident que tous les échanges sont traçables, et que toutes les
informations non-nominatives peuvent être utilisées pour les besoins statistiques propres à la gestion de
l'équilibre écoomonétaire. Les gestionnaires de l'équilibre auront besoin en particulier de connaître les
temps de travail, la somme de monnaie créée pour le rémunérer, les sommes de monnaies détruites
pour l'achat des biens et services à la consommation, le montant détruit par l'écootaxe, les niveaux de
revenus, etc, etc. Toutes ces informations peuvent parfaitement être traitées de manière automatique par
des systèmes informatiques, car les relations mathématiques entre les différents pôles du circuit
écoomonétaire sont très simple: des plus, des moins, et quelques paramètres à calculer pour faire un
total de zéro.
De ce fait, la gestion de l'équilibre écoomonétaire peut se faire de manière tout à fait transparente pour
le citoyen, automatiquement, et dans le complet respect de la vie privée. De plus, le traitement
automatique des données statistiques, en rendant inutile la centralisation vers un organisme vérificateur,
permet la gestion totalement décentralisée de l'équilibre. En effet, nous imaginons une structure en
réseau fermé, illimité, dont chaque noeud (représenté physiquement par un serveur régional de
données) est le centre d'une fenêtre incluant une ou plusieurs couronnes concentriques de serveurs
voisins. Les couronnes successives sont consultées, et leurs données prises en compte, pour calculer les
paramètres de l'équilibre écoomonétaire de chaque serveur, avec d'autant moins de poids qu'elles sont
physiquement plus éloignées. Une telle architecture permet de prendre en compte les conditions
économiques des régions voisines, sans considérer avec trop de poids les conditions plus lointaines,
éventuellement plus contrastées. L'application de ce principe de la "fenêtre glissante" mène à la
coexistence pacifique, sur l'ensemble de la planète, de réalités économiques différentes, tout en
atténuant les contrastes les plus forts, générateurs de déséquilibres (un principe physique bien connu, et
applicable à de très nombreux domaines, y compris l'économie ou les déplacements humains, est que
des flux importants s'établissent toujours selon les gradients les plus élevés).
Un autre avantage de la gestion décentralisée est que le contrôle sur la gestion est lui aussi décentralisé.
Ainsi, il n'est pas possible qu'un groupe ou une entité prenne le contrôle de l'ensemble du réseau, et la

41
veille démocratique sur les conditions de l'équilibre écoomonétaire se fait région par région, serveur par
serveur, avec éventuellement des dispositifs d'alerte en cas de dérive d'un serveur par rapport à ses
voisins. Avec l'écoomonétarisme, l'économie est enfin débarrassé des fantasmes du pouvoir qui lui sont
associés, et mise hors de portée des loups et des requins, pour devenir un outil au service des peuples et
de leur bien-être. Un outil qui se résume, pour la partie gestion des valeurs monétaires, à un programme
informatique auto-géré, contrôlé par une veille démocratiquement établie. Débarrassés de l'angoisse de
la gestion monétaire, avec son cortège de comportements prédateurs, avares et mesquins, les Hommes
peuvent enfin se consacrer au contenu de l'activité économique (la nature et l'effet du travail) plutôt
qu'à sa traduction symbolique (la monnaie), et ainsi donner plus de place à l'Etre qu'à l'Avoir.

42
La gestion des ressources

La gestion des ressources primaires


Ressources épuisables ou difficilement renouvelables
L'écoocivisme propose que les ressources épuisables ou difficilement renouvelables soient gérées au
niveau mondial par des conseils supra-nationaux, dans l'optique d'octroyer ces ressources en priorité
aux industries indispensables qui font preuve de parcimonie dans l'usage des dites ressources. Ainsi, il
devient quasiment impossible d'utiliser le pétrole qui reste pour le brûler dans nos moteurs, sachant que
des solutions existent pour rouler autrement qu'avec du pétrole, et que ce produit nous est bien plus
précieux en tant que base de la pétrochimie. En effet, le pétrole sert pour fabriquer tant et tant d'objets
plus indispensable que du carburant, pour lesquels il ne peut être remplacé. C'est le cas de nombreux
médicaments, de toutes les matières plastiques, etc. Nous n'avons pas ici l'ambition de redéfinir les
usages du pétrole, mais en ces années de "peak oil" 15, il nous semble important de rappeler que l'une
des ressources les plus précieuses que porte notre planète est en passe d'être dilapidée sans raison, en
nous octroyant au passage un risque climatique majeur.
Il en va de même pour tous les matériaux que notre Terre porte en son sein, et qui sont des éléments
indispensables de certaines technologies qui peuvent nous apporter beaucoup de bien-être, mais que
l'on gaspille aujourd'hui pour fabriquer des gadgets inutiles. Pensons entre autres aux métaux rares qui
nous utilisons à outrance dans des bidules électroniques sans valeur, alors qu'il sont indispensables à la
réalisation de vraies autoroutes de l'information, et à la création de véritables moyens de
communication. Nous pensons que le développement du transport d'information est une des clés de
notre avenir, car en permettant le transfert rapide et sûr des informations, on évite de transporter le
support de l'information, et on évite parfois de transporter des matériaux d'un point à un autre, tandis
que d'autres à côté font la même chose dans l'autre sens. Le transport d'information est un des plus
puissant moyen de gérer un système complexe avec un minimum d'énergie, et c'est exactement ce que
fait notre propre système endocrinien, qui avec quelques milligrammes de matière (les hormones) et un
peu d'énergie (l'influx nerveux) réussi à maintenir en équilibre homéostatique toutes les fonctions de
notre organisme.
Enfin, il est établit que, dans l'écoocivisme institué, l'ensemble des ressources non renouvelables font
l'objet de mesures systématiques de recyclage. Ainsi, nous proposons que tout artefact qui comprend en
son sein une part de matière première non renouvelable soit dès l'origine conçu en vue de récupérer
cette matière. Il porte gravé en lui un code unique, permettant de retrouver dans les bases de données
mondiales toutes ses caractéristiques, et surtout les instructions de démontage, la nature des éléments à
récupérer, leur quantité, leur localisation, etc. Ces données sont ensuite couplées aux bases de données
les plus récentes sur les traitements de recyclage, et l'objet est dirigé vers le centre le plus proche
susceptible de le traiter avec efficacité.
Nous devons cesser de brûler tous nos objets en fin de vie, puis d'en enfouir les cendres sans tenir
compte du fait que ces cendres (ou plus exactement "résidus d'incinération") contiennent souvent des
métaux rares à des concentrations très supérieures aux limites actuelles d'exploitabilité des gisements
naturels. Autrement dit, les résidus d'incinérations sont potentiellement des gisements poly-métalliques
exploitables. L'écoocivisme contient en lui les fondements éthiques pour refuser totalement le "retour"

15 voir par exemple http://www.oleocene.org pour des information sur le "peak oil", sa définition et
ses conséquences probables.

43
à la nature de matériaux non biodégradables en un temps raisonnable, c'est à dire des matériaux dont le
temps de résidence dans les milieux naturels constitue une menace pour l'avenir. Les structures
écoociviques gestionnaires des problèmes environnementaux, fortement impliquées donc dans la
gestion des ressources, mettent en avant les objectifs d'intégration des cycles de vie des artefacts
humains aux grands cycles biogéochimiques de la planète.
L'écoocivisme se base pour gérer les ressources non renouvelables sur une discipline nouvelle, la géo-
ingénierie, ou ingénierie planétaire, qui a pour vocation de décrypter les cycles naturels, et de chercher
les moyens les plus sûrs d'y raccorder nos propres cycles, sans perturber au delà des seuils critiques
aucun des cycles naturels. Cette discipline, et cette gestion, impliquent pour l'humanité de prendre
conscience de la réalité de sa position sur Terre, à savoir que nous n'avons pour l'instant qu'une seule
planète, et que nous ne pouvons pas la détruire, sous peine de mort. L'humanité doit prendre conscience
des temps spécifiques des cycles planétaires de formation des ressources, et des temps de ses propres
activités, et gérer en conséquence. Au final, nous devons apprendre à gérer les cycles de vie de certains
artefacts qui sont supérieurs à la durée d'une vie humaine, et même pour certains sans doute supérieurs
à la durée de vie de plusieurs générations (cas des installations nucléaires, mais aussi impact de nos
milieux urbains en général, changements climatiques en cours, etc). L'humanité doit faire sien l'adage
"Nous ne recevons pas la Terre de nos parents, nous l'empruntons à nos enfants", et apprendre à faire
"maintenant" en tenant compte de l'effet de "maintenant" sur la septième génération.
Les politiques de gestion des ressources primaires non renouvelables sont du ressort de l'organisme
technocratique que nous avons évoqué plus haut, au chapitre de la structure de la société. L'ingénierie
planétaire est l'outil principal utilisé par cet organisme pour justifier ses décisions. La variation au
niveau global des coefficients de sociétalité des productions consommant les ressources primaires non
renouvelables est son principal mode d'action.

Ressources renouvelables
La gestion des ressources renouvelables se fait au sein de l'écoocivisme dans le même respect que celle
des ressources non-renouvelables. En particulier, l'ingénierie planétaire nous apprend quelles sont les
limites de chaque ressource, ses temps spécifiques de renouvellement, le taux d'exploitabilité, les
perturbations induites sur le milieu par la dérivation d'une fraction de la ressource vers
l'anthroposphère16, les perturbations induites par le retour de la ressource usée dans le milieu naturel,
etc. L'ingénierie planétaire nous guide aussi dans la manière de gérer les déchets de l'exploitation des
ressources renouvelables, en nous apprenant où, sous quelle forme et en quelle quantité nos déchets
sont le plus susceptible d'être absorbés et recyclés dans le milieu naturel sans dépassement des seuils de

16 L'anthroposphère est le système complexe constitué de toutes les activités humaines, comme la biosphère est
constitué de toutes les manifestations du vivant, l'hydrosphère de toutes les manifestations de l'eau liquide et de ses
cycles profonds et atmosphériques, etc. Tout ces systèmes interagissent en profondeur les uns avec les autres pour
donner le système global "Terre", en suivant des cycles complexes de durées et d'importances variables, générant de
perpétuels flux de matière et d'énergie. Le résultat en est un équilibre dynamique global, qui évolue en permanence dans
des limites elles-mêmes variables avec le temps. L'état actuel de notre planète est un "instantané" à l'échelle des temps
géologiques, et le système "Terre" a connu des variations et des perturbation non-anthropiques dans le passé, qui l'on
mené à avoir des visages très différents de celui que nous lui connaissons aujourd'hui (pensons à la terre des dinosaures
ou au temps des grandes glaciations du quaternaire). Cependant, il semble que jamais encore la Terre n'avait connu des
perturbations si rapides que celles actuellement en cours du fait de l'activité humaine, sauf les très grands cataclysmes
responsables des extinctions massives d'espèces du passé. Ce dernier constat laisse matière à réflexion.

44
stabilité des grands cycles biogéochimiques.
Les ressources renouvelables principales comprennent l'eau, les sols agricoles, les ressources
halieutiques, les forêts et autres espaces exploités à l'état semi-sauvage ou sauvage, ainsi que tout ce
qui, une fois détruit par l'exploitation humaine, a des chances de revenir sans aide à son état initial en
un temps raisonnable (disons, le temps d'une vie, ou "seulement" quelques siècles pour les ressources
les plus lentes comme les forêts ou les nappes phréatiques profondes). L'eau, pour sa part, entre dans
une catégorie spéciale, du fait de son importance primordiale pour la vie. Par suite, son cas peut être
traité ici, mais aussi sous les rubriques "espace", "alimentation", et "santé". Espace, car la gestion de
l'espace doit tenir compte des impacts des activités engagées sur la ressource en eau (quantité et
qualité), alimentation car l'eau potable est le complément indispensable à une nourriture saine et
abondante, et santé car l'accès à l'eau potable est une des facteurs principaux de bonne santé (ou du
moins, son absence est une des causes principales de l'existence de foyers épidémiques récurrents). La
ressource en eau est donc une des plus importantes, celle pour laquelle un mode de gestion raisonnable
et équitable doit être trouvé au plus vite. L'écoocivisme comporte donc une structure de gestion dédiée
à l'eau, en relation étroite avec les domaines précités.
Enfin, il est évident que le simple bon sens et la gestion raisonnée des ressources appliquée partout au
sein de la société écoocivique est déjà un grand pas dans la bonne direction, sans parler de techniques
lointaines et impérieuses. Quand la majorité de la production agricole est tournée vers la production
biologique ou raisonnée pour les besoins essentiellement locaux, nous avons déjà fait un gros progrès,
et il n'est pas pour cela besoin de connaître les cycles biogéochimiques du carbone, de l'azote et de
l'oxygène. Les principes de culture de la "Terre Vivante" exposés par Pierre Rahbi 17 et quelques autres
suffisent à partir dans le bon sens.
Ici encore, l'organisme technocratique planétaire intervient, mais cette fois en plus profonde synergie
avec les niveaux locaux, et surtout par l'intermédiaire de son réseau de collecte d'informations, qui est
mis à la disposition des décideurs locaux. Il assure aussi une mission d'expertise, d'accompagnement et
de conseil. En effet, la réalité d'une ressource renouvelable n'est pas la même partout, et sa gestion doit
surtout prendre en compte les caractéristiques locales de la ressource; pensons à l'eau, qui ne peut pas
être gérée de la même manière en Irlande et dans le Sahel, et donc l'organisme technocratique ne peut
pas imposer les mêmes critères de gestion de l'eau aux Irlandais et aux Maliens.

Espace
Une des ressources majeures de notre civilisation est l'espace, au sens de la surface occupée au sol;
l'espace péri-terrestre et au delà n'est pas considéré ici, car trop marginalement accessible pour
constituer aujourd'hui une véritable ressource, encore que de la façon dont nous l'encombrons de débris
variés, nous risquons d'obérer les efforts des générations futures pour coloniser les alentours de la
Terre, puisque ces débris nombreux constituent déjà un vrai risque pour tout objet circulant en orbite
basse. L'espace sur notre planète est limité, au regard des conditions de vie qui nous sont favorables. En
effet, une fois enlevées les surfaces de l'océan, des hautes montagne et des déserts, il ne reste plus tant
que cela de terres accueillantes capables de subvenir aux besoins alimentaires d'une forte densité de
population. De plus, la pression démographique actuellement croissante, et l'extension urbaine
associée, font considérablement augmenter notre emprise sur les terres "utiles", rarement dans le sens
d'une meilleure utilisation ou d'une moindre dégradation des milieux.

17 http://www.pierrerabhi.org/

45
L'écoocivisme propose de gérer l'espace disponible comme une ressource non renouvelable. Sachant
que l'objectif principal de toute activité est de réduire son propre impact sur les cycles naturels, les
infrastructures urbaines doivent devenir réellement durables, et donc leur emprise sur l'espace doit se
concevoir comme étant quasi définitive. A partir de là, la gestion de l'espace, et sa répartition entre les
différents pôles d'activité humaine (culture, habitat, industrie, exploitation de ressources naturelles)
doivent être soigneusement pesées, car les choix d'aujourd'hui guident ceux de l'avenir. L'écoocivisme
est donc créateur et gestionnaire d'un plan global d'occupation de l'espace, qui tient compte de
prospectives à long terme, comme l'évolution de la population, la modification des sols agricoles avec
l'exploitation, les programmes de restauration et d'exploitation raisonnée des grands massifs forestiers,
les besoins industriels en matières premières, l'évolution de ces mêmes besoins et l'impact de
l'industrie, de l'agriculture et de l'urbanisme sur les cycles biogéochimiques. Par exemple, avec le
déclin possible, sinon probable, de la population mondiale après 2050-2100, suite à une dégradation
des conditions environnementale ou à une élévation des conditions de vie (entraînant une baisse de la
mortalité infantile, et l'instauration de systèmes de retraite et de vie au grand âge ne reposant pas sur les
seuls descendants directs d'un couple donné), il y aura un retour de grandes étendues de banlieues à la
nature. L'écoocivisme doit prendre ce fait en compte, et commencer dès maintenant à penser à l'usage
qui sera fait des espaces ainsi libérés (par exemple, éclater l'habitat urbain, et répartir l'espace libéré au
sein des villes, pour favoriser la production locale de vivres et réduire les transports, ou bien concentrer
l'habitat autour des centres actuels et développer l'agriculture sur les banlieues abandonnées).
Là encore, l'organisme technocratique apporte soutien et conseil aux groupes locaux, pour coordonner
au mieux l'utilisation de l'espace, et pour limiter l'emprise des infrastructures les plus dommageables à
l'environnement.

La gestion des ressources primordiales


A: les ressources physiques
Alimentation
L'alimentation est la première ressource dont la gestion inique mène actuellement à des catastrophes
humanitaires d'ampleur génocidaire. Comment en sommes-nous arrivés, par exemple, à voir des
paysans sans terre mourir de faim dans des pays exportateurs de coton ou de café? Comment en
sommes-nous arrivés à détruire des stocks de céréales pour maintenir des cours artificiels, ou encore à
geler des terres arables, quand 800 millions d'êtres humains souffrent de sous-nutrition chronique 18?
L'accès sans condition à une nourriture saine et variée pour tous les êtres humains est un des principaux
objectifs de l'écoocivisme, un objectif qui sous-tend l'instauration et le respect du droit à la vie digne et
paisible sur le sol de son choix pour chacun d'entre nous. Pour y parvenir, les instances écoocivique en
charge de la gestion des ressources et en particulier de l'espace, déterminent quelle fraction des terres
d'une région peut être consacrée à des cultures non vivrières, destinées à des industries autres (café,
coton, cacao, biocarburants, etc). Le principe de base étant que jamais une population donnée ne doit
dépendre du produit du commerce de sa production agricole pour se nourrir. Autrement dit, l'objectif
premier de la gestion des terres agricoles est l'auto-suffisance alimentaire des régions limitrophes.
Cette gestion est assurée au niveau communal et au niveau régional, le cas échéant avec l'aide des
informations apportées par les agences de l'organisme technocratique. En particulier, le suivi des
conditions naturelles au jour le jour, à l'aide des techniques modernes d'observation et de prévision,

18 "Les nouveaux maîtres du monde", Jean Ziegler, Ed. du Seuil, ISBN: 2020611775, et autres ouvrages du même
auteur.

46
permet de gérer les crises locales, en reportant sur des régions non affectées la production nécessaire à
telle ou telle population victime de conditions défavorables (sécheresse, attaque de ravageurs, etc). La
seule alternative à ce plan d'auto-suffisance alimentaire région par région, est la gestion coordonnée au
niveau mondial des cultures vivrières et industrielles, avec le risque de déclencher, par la monoculture
extensive, des catastrophes phytosanitaires d'ampleur mondiale. Un risque qui ne peut être
partiellement compensé que par un usage intensif des techniques les plus agressives pour
l'environnement (réduction drastique de la bio-diversité, usage de pesticides, culture industrielle,
organismes génétiquement modifiés, etc).
Sur la plan de la nature des cultures, l'écoocivisme prône le retour à une alimentation essentiellement
végétale pour les humains. En effet, la filière de la production industrielle de viande est très énergivore,
comporte des risques pour l'environnement (rejets massifs de déjections, antibiotiques, hormones
féminisantes, etc), et constitue un risque majeur sur le plan épidémiologique, comme le prouvent les
épizooties récurrentes de ces dernières années (vache folle, peste porcine, grippe aviaire,...), avec pour
certaines des risques avérés pour les populations humaines. En outre, la production de viande
consomme de trois à dix fois plus de calories d'origine végétale que ce qui est fourni en viande
consommable. Réduire notre consommation de viande, c'est consommer nous même directement les
calories végétales, et donc réduire le besoin impérieux de productivité des surfaces ensemencées. Par
suite, la pression sur l'environnement agricole diminue, ce qui permet de réduire les apports de
fertilisant, pesticides et autres produits toxiques. Enfin, l'homme ne pouvant se contenter de brouter de
l'ensilage, réduire sa consommation de viande, c'est augmenter la demande de produits végétaux
diversifiés, ce qui permet l'éclatement du parcellaire des cultures, et réduit d'autant les risques
d'invasions de ravageurs. Encore une fois, ceci entraîne une baisse de l'emploi de pesticide, et donc
réduit d'autant l'impact de l'agriculture sur l'environnement.
Bien évidemment, personne n'interdira la consommation de viande, mais sans doute qu'un éveil des
populations à ces thématiques portera ses fruits rapidement, d'autant plus que le plaisir de consommer
occasionnellement une viande de qualité est incomparablement supérieur à celui d'ingurgiter chaque
jour sa triste ration de steak aux hormones19.

Santé
La santé entre directement dans le champ du capital humain. Le premier point en ce qui concerne la
santé, c'est évidemment d'avoir accès sans condition à une nourriture saine et variée, et à l'eau potable.
Ce point a été abordé ci-dessus. Le second point concerne l'accès aux soins médicaux. Il est évident que
la santé ne doit pas être affaire de richesse personnelle, aussi l'écoocivisme se dote-t-il d'une médecine
accessible, gérée selon un système de tickets modérateurs, voire gratuite pour tout le monde dès lors
que le richesse produite par la communauté le permet. Au delà de l'aspect financier, l'accès physique
aux soins est un facteur primordial de santé. En effet, il est reconnu que des personnes qui vivent loin
des centres de soins attendent souvent qu'il soit trop tard pour consulter. A ce moment, le mal a évolué,
parfois au point de devenir, hélas, incurable. L'écoocivisme propose donc d'utiliser les ressources
humaines libérées du travail-survie obligatoire pour former un nombre conséquent de praticiens, et
d'investir massivement dans la création et le maintien de centres de santé locaux. Ces centres ne sont
pas isolés, mais restent en liaison permanente avec des réseaux de centres hospitaliers plus importants,
et peuvent, par le biais du partage de l'information, bénéficier très rapidement des dernières avancées
techniques et pratiques.

19 Expérience personnelle du directeur de l'ouvrage.

47
Le développement réel des autoroutes (libres) de l'information, souhaité par le projet écoocivique, rend
effective la télémédecine, et fait que chaque patient en situation critique est assuré de trouver le
concours du médecin le plus compétent pour son cas.
La formation de personnel soignant, inséré en milieu médicalisé ou au sein de la population générale,
permet par ailleurs d'assurer un suivi de qualité directement auprès des patients.
Enfin, pour terminer cette rubrique sur un clin d'oeil, gageons que la réduction de la taille des centres
médicaux est un facteur d'amélioration de la qualité culinaire des repas qui y sont servis.

La gestion des ressources primordiales


B: les ressources intellectuelles
Quiconque a visité Florence, où l'histoire se vit dans la rue, et où les arts et les sciences, protégés par
des puissants ouverts au monde, ont donné en trois cent ans quelques unes des plus belles réalisations
du monde (faut-il rappeler que Florence protégea Michel-Ange, Donatello, Léonard de Vinci, Dante,
Amerigo Vespucci, Machiavel, Galileo Galilei, dit Galilé, et tant d'autres que les rues de la ville ne
suffisent même pas à les honorer tous?), se trouve pris de vertige en imaginant ce que serait notre
monde si, par le miracle d'une économie de prospérité partagée, les arts, les sciences et la philosophie
avaient de nouveau toute liberté pour s'exprimer et se rencontrer. Que deviendraient nos villes dans un
système économique entièrement dédié au bien être matériel de chacun, et où par conséquent tout le
monde pourrait s'adonner, selon ses désirs, à la pensée? Imaginez la Florence de la Renaissance, ou la
Cordoue des rois Maures, transposées dans la science du XXIème siècle. Nul doute que, permettant et
encourageant le développement des ressources intellectuelles et artistiques, les nations écoociviques,
une fois établies, rayonneront sur le monde pour longtemps, et deviendront un phare, un exemple pour
l'humanité.

Instruction
Il n'y a pas de liberté sans conscience du monde. Celle-ci est directement tributaire d'une instruction de
qualité, ouverte, pluri-culturelle. La formation et l'instruction ne s'arrêtent pas avec l'entrée dans le
monde du travail, et l'être humain peut, à tout âge, entreprendre une nouvelle formation, changer de
voie ou même apprendre à lire. L'écoocivisme veut se doter d'un système éducatif ayant pour vocation
non pas de formater des citoyens pour les insérer dans une société figée, mais bien d'apprendre à
apprendre. L'instruction commence par des bases incompressibles d'apprentissage, qui donnent au
jeune enfant les outils indispensables que sont la lecture, l'écriture et le calcul. Dans le même temps, et
dans les années suivantes jusqu'à l'âge adulte, l'enfant est amené à réfléchir sur le monde et sur sa place
dans le monde. Il est en particulier confronté à cette réalité: tous les hommes sont égaux, et aucune
culture ou religion n'est supérieure à une autre. Les maîtres mots de la phase initiale de l'instruction
sont "respect et tolérance".
Par la suite, tout être humain est encouragé, par des allocations disponibles sur demande, à entreprendre
un voyage initiatique à la rencontre des autres cultures du monde. Ces voyages se font au long cours,
pour une durée maximale de cinq ans, répartis par tranche de une année, tout au long de la vie de
chaque individu (et cumulables sans interruption sur deux, trois, quatre ou cinq ans). Ce droit au
voyage est une garantie que chacun peut, sans peine, accéder à la culture de l'autre. La garantie que
tous les rêves des enfants ne seront pas perdus. C'est un droit, pas une obligation, mais expérimenter

48
par soi-même sur le terrain le fait que tous les modes culturels sont valides est un facteur important de
prise de conscience de la réalité de notre planète. Ces voyages se font sans l'aide de moyens de
communication rapides (autrement dit, l'allocation ne prévoit pas les billets d'avion), mais à l'aide de
moyens lents et conviviaux (bateaux, vélo, train, etc). Le but du voyage n'est pas de passer à toute
vitesse d'un hôtel standardisé à un autre, mais de faire se rencontrer les cultures, en envoyant les
personnes vivre, pour quelques jours, quelques semaines ou quelques mois, la vie des autres, au sein
des populations locales. L'allocation couvre les frais inhérents aux déplacements, au logement et à
quelques achats de matériel. La vie domestique est toujours assurée par le viatique, que le voyageur
conserve comme droit inaliénable. Le travail salarié n'est pas permis durant ces périodes, mais rien
n'empêche le voyageur de participer bénévolement aux activités communautaires des populations
rencontrées.
Enfin, au cours de sa carrière salariée, tout un chacun est encouragé à entreprendre des formations, et à
améliorer ses compétences. Des facilités sont offertes pour favoriser l'élévation du niveau culturel et
professionnel de la population, à tout âge. De la même manière que chacun est crédité à sa naissance
d'un capital de cinq années sabbatiques pour la découverte du monde, chacun à le droit au cours de sa
vie adulte (après la période de scolarité obligatoire) à cinq autres années de formation en tant que
salarié en activité (ce qui exclut les années de formation supérieure initiale: la formation en instituts
d'études supérieures sous le statut d'étudiant non salarié n'entame donc pas ce capital de cinq années de
formation).

Connaissance / recherche
La plus grande richesse que l'homme puisse produire sans impact majeur sur l'environnement est la
connaissance. L'exploration des frontières de la science est une aventure toujours renouvelée, et la
levée du frein financier sur les besoins de la science permet à l'écoocivisme de devenir une civilisation
de la connaissance. Qui sait ce que nous révélera de merveilles une physique disposant sans entrave des
machines les plus puissantes? Que pourra pour nous tous une médecine riche de matériel, certes, mais
aussi d'hommes et de femmes brillants, travaillant sans limitation budgétaire?
La libération de la connaissance est une des clés de voûte de l'écoocivisme. Libération non seulement
des limitations budgétaires (puisqu'il suffit de créer la monnaie pour que les besoins soient comblés),
mais aussi des limitations humaines (à travers l'accent mis sur la formation et par la libération des
compétences jusqu'ici bafouées pour des raisons économiques), et surtout des limitations légales. En
effet, l'écoocivisme est une société ouverte, au sein de laquelle la propriété intellectuelle ne représente
pas un avantage compétitif, ni le brevet un atout décisif. La liberté d'entreprendre est garantie par le
généralisation du mode "OpenSource"20 à tous les domaines de la créativité humaine. Le mode
économique écoocivique est celui de la coopération, de l'émulation et du profit collectif, qui remplacent
avantageusement nos actuels compétition, concurrence et profit personnel. L'innovation et la
découverte écoociviques sont des biens communs de l'humanité, et la propriété intellectuelle réductrice
20 OpenSource: type de licence sur les programme informatiques qui donne à chacun le droit de modifier et
redistribuer les codes sources des logiciels, commerciaux ou gratuits, à la seule condition que les modifications
apportées restent elles-aussi soumises aux même règles d'ouverture. La plus célèbre licence OpenSource est la licence
GNU (http://fr.wikipedia.org/wiki/Licence_publique_générale_GNU). Pour les autres
types de bien intellectuels, citons les licences "copyleft" ( http://wiki.crao.net/index.php/CopyLeft,
http://artlibre.org) ou "Creative Commons" (http://fr.creativecommons.org), qui donnent un
droit variable à l'accès, à la copie et éventuellement à la transformation partielle ou totale de l'oeuvre, sous réserve que
ces copies, transformées ou non, continuent à être distribuées sous la même licence.

49
est abolie.
Afin de favoriser cet état de fait, une entreprise qui innove en termes d'amélioration de la sociétalité de
ses techniques de production doit révéler son innovation pour que sa production bénéficie de cette
avancée (augmentation des salaires des employés, réduction de l'écootaxe sur la production). Ce
faisant, elle dépose son avancée dans la corbeille commune de l'humanité, afin que toutes les
entreprises qui utilisent des procédés voisins ou identiques puissent en profiter. L'avantage collectif est
certain, et l'avantage particulier de l'entreprise innovante aussi, puisque durant le laps de temps au cours
duquel ses "concurrents" n'auront pas encore mis en place l'avancée technique en question, ses
employés auront bénéficié d'un avantage salarial sur ceux des autres entreprises du secteur.
En ce qui concerne la recherche fondamentale sur financement collectif (instituts universitaires, etc), la
connaissance étant permise par de la monnaie détruite collectivement via l'écootaxe, elle appartient
bien à la communauté, et ne saurait en aucun cas faire l'objet d'une exploitation pour un profit
personnel. Le raisonnement est ici le même que celui qui mène à considérer que l'entreprise n'est pas
propriétaire de son outil de production; le scientifique n'est pas propriétaire de la connaissance qu'il
produit.

Information / média
Aucune société libre ne peut exister sans liberté d'informer. La théorie écoomonétaire prévoit
l'existence d'un type particulier d'entreprise, appelé ESOdE, pour "entreprise Sans Obligation
d'Equilibre". Le principe est simple; les ESOdE ont l'obligation de chercher l'équilibre, mais pas celle
de l'atteindre. Autrement dit, elle cherchent à couvrir au mieux leur création monétaire par des ventes,
et le reste est absorbé par l'ensemble de la collectivité via l'écootaxe. Ces entreprises comprennent entre
autres les média et l'édition, y compris musicale et artistique.
Du point de vue des média, cela implique que la liberté d'édition est totale, celle d'informer aussi, et
que les média ne dépendent ni de l'Etat ni d'investisseurs privés pour leur survie. Ils sont aussi
affranchis du besoin d'annonceurs publicitaires. Leur indépendance est complète, et l'information qu'ils
relaient peut donc être de qualité.
Il a été postulé par Yona Friedman21 que la mondialisation de l'information était en fait un recul pour
l'évolution sociale, en ceci que l'information globale est uniformisée et standardisée afin de
correspondre à la masse d'information moyenne recevable quotidiennement par un humain moyen
(problème corrélatif à celui de l'accès); par suite, des milliers d'informations, d'innovations et d'idées ne
sont tout simplement jamais exprimées à travers un médium. L'information continue globale est un
leurre. Pour reprendre le texte d'une chanson, "plus on nous en dit, plus on ne sait rien" 22. Toujours
selon Friedman, la véritable information plurielle est liée à la possibilité de créer et diffuser des milliers
de petites éditions d'information. Dans ce cas, certes, chacun ne connaît pas la totalité du contenu
médiatique, mais toutes les idées nouvelles peuvent être exprimées, trouver une audience, et poursuivre
leur diffusion (et ce d'autant plus que l'usage des licences de type "OpenSource" est plus large).
Le but de la politique écoocivique en matière de média est exactement dans l'axe de la pensée de
Friedman, et l'écoocivisme veut se doter d'un réseau d'information riche et de qualité, au sein duquel

21 http://www.lyber-eclat.net/lyber/friedman/utopies.html, résumé en quelques lignes sur HYPERLINK


"http://tiki.societal.org/tiki-index.php?page=UtopieRealisable1"
http://tiki.societal.org/tiki-
index.php?page=UtopieRealisable1 et sur les pages suivantes (en lien)
22 Jacques Dutronc

50
chaque idée peut trouver à s'exprimer. Le modèle économique des ESOdE permet cela, en créant un
système automatique de subvention à hauteur exacte des besoins de chaque entreprise de diffusion de
l'information (mais aussi de la création artistique). Nous basons notre vision de l'avenir médiatique et
artistique sur l'explosion de l'édition et des labels indépendants, ainsi que sur les oeuvres auto-produites
et auto-diffusées.

51
Troisième partie
Le développement de l'écoocivisme:
du réseau associatif à
l'institutionnalisation

52
Le projet écoocivique, sa diffusion, les adhésions

Nations et institutions sont impuissantes.


Les responsables politiques actuels sont soumis à l'emprise des décideurs anonymes, de groupes
financiers et d'actionnaires, de lobbies militaires et/ou industriels, de multi-nationales exerçant le
chantage à l'emploi et à l'impôt. Pauvreté, trafics, guerres, famines, pollutions, exclusions se
multiplient. La justice est pauvrement dotée. Les législations sont empêtrées dans un fatras de textes
longs, compliqués, contradictoires ou incohérents, les jurisprudences sont opposables les unes aux
autres. Le dogme économique, la course au profit et le modèle de la monnaie de crédit payante
généralisée, rendent illusoire toute tentative de résolution des problèmes, si une telle tentative devait
être appliquée au sein du système capitaliste ultra-libéral.
Il en résulte une incapacité notoire des élus des pays dits démocratiques à agir concrètement pour sortir
de l'ornière. Seule une refonte totale de notre mode économique peut nous éviter le crash social et
environnemental qui se profile devant nous. Peut-on toutefois renier le système dominant sans
l'affronter ? Lutter contre le capitalisme, c'est engager un combat inégal sur terrain miné, combat
nécessaire peut-être, héroïque sans doute, mais finalement vain.
La stratégie écoocivique est de contribuer à marginaliser l'impérialisme ultralibéral, de laisser le
système établi affaibli, dériver vers son déclin ou son implosion pour enfin le supplanter.
Le plan d'action écoocivique est d'exposer, de diffuser et d'engager résolument la mise en oeuvre d'une
alternative sociétale. C'est ce projet que nous exposons ici.

Le présociétalisme et le projet écoocivique


Depuis plusieurs années, à la suite de André-Jacques Holbecq, le collectif GRESSO expose et
développe un projet de société original : le sociétalisme, dont l'écoocivisme est un avatar particulier,
une expression possible.
Le sociétalisme privilégie la fonction solidaire de l'économie et des finances. Ce projet novateur a pour
vocation de se substituer au capitalisme sans avoir à le combattre ni à le remplacer en totalité.
Généralisé, avec le temps, il pourra être qualifié de système post-capitaliste.
La pratique économique sociétale implique une révision institutionnelle majeure. Le sociétalisme serait
actuellement hors-la-loi. L'avènement du sociétalisme implique la remise en question du fondement
socio-économique actuel totalement soumis aux impératifs de rentabilité financière du capital. Une
période d'organisation et d'action s'avère donc nécessaire.
Le présociétalisme, est la période préalable à l'instauration légale du sociétalisme et désigne, par
extension, l'organisation et l'action préparatoires à l'institutionnalisation de la sociétalité post-
capitaliste. Le présociétalisme désigne donc, ici, la durée et l'objectif, le temps et l'action. Sans préjugés
ni exclusives, le présociétalisme aura à fédérer les diverses formes et appellations que prendront les
convergences militantes vers l'instauration sociétale, à travers l'organisation d'un Mouvement Sociétal.
La diffusion et la mise en oeuvre des préceptes du sociétalisme sont à entreprendre immédiatement

53
mais le présociétalisme aura à affronter les forces d'inertie et la répression que le système établi ne
manquera pas d'exercer. L'organisation et les pratiques présociétales préfigureront le sociétalisme,
moyennant de nécessaires simplifications et des adaptations dues au contexte hostile.
Le plan d'action présociétal, à la fois ordre de mission et feuille de route, sera valable jusqu'au moment
où les forces démocratiques locales parviendront, ici où là, à instaurer des zones de dissidence socio-
économique solidaire, fédérée au sein du Mouvement Sociétal, puis à les coordonner pour instituer
durablement les principes de tolérance sociétale et, enfin, l'État Sociétal.
C'est au coeur de cette période de dissidence économique, à la pointe de la mouvance présociétale, que
s'insère le projet écoocivique qui fait l'objet de cet ouvrage. En effet, il paraît inévitable d'avoir à
formaliser et instaurer dès à présent une entité dynamique, fédératrice, distincte du sociétalisme lui-
même, porteuse tout à la fois des idées du sociétalisme, de sa structure économique et monétaire, mais
aussi d'une proposition de constitution sociale et d'une expression formelle de l'éthique sociétale. Bref,
un projet de société complet, comprenant un objectif à atteindre et les étapes à franchir pour l'atteindre.
Le projet écoocivique est donc structuré non seulement pour initier une dissidence purement
économique et financière, mais aussi et surtout pour imaginer et élaborer le nouvel environnement
politique, administratif et social nécessaire et compatible avec la refonte de la vie en société sur des
bases sociétalistes.
Au projet écoocivique alors de reprendre, supporter et prolonger les pratiques économiques solidaires
apparues de par le monde. Écoocivique l'autogestion de monnaies locales, le commerce équitable, le
développement durable, l'altermondalisme citoyen. Écoocivique la volonté de stopper les méfaits et les
dégâts environnementaux dus au système d'exploitation des ressources naturelles et à l'avidité de
rentabilité financière des capitaux investis.
Ambitieux, l'écoocivisme est une synthèse de contestation politique, de pratique associative et
syndicale, de théorie économique novatrice. Il a pour objectif de parvenir à supplanter la société
occidentale capitaliste basée sur le profit immédiat, et à assurer la relève en cas d'implosion
douloureuse du capitalisme lui-même.

Le plan de mise en oeuvre du projet écoocivique


Le plan écoocivique doit être progressivement développé et détaillé, pour devenir un ordre de mission
et une feuille de route pour les volontaires décidé-es. A chacun-e ensuite d'y choisir sa place et d'y
apporter sa contribution. Quatre phases sont prévisibles, qui couvrent les étapes depuis la première
dissidence idéologique, jusqu'à l'institutionnalisation:

Phase I - la mouvance présociétale


Il s'agit d'engager immédiatement la diffusion de la théorie économique sociétale comme moyen de
pérenniser la finalité solidaire de l'économie. La phase I expose le plan présociétal et son objectif:
instituer le sociétalisme à travers le projet écoocivique. Elle se traduit par le recensement des adhésions
et la fédération d'une mouvance présociétale informelle. Cette phase est d'ores et déjà en cours sur les
différents sites internet du Mouvement Sociétal.23

23 http://www.societal.org

54
Phase II - le Mouvement Sociétal
Le Mouvement Sociétal sera constitué d'entités multiformes autonomes animées et fédérées par la
coordination écoocivique. L'organisation fédérative écoocivique expose et développe la divergence
économique sociétale. Le projet écoocivique gère l'installation de moyens financiers, logistiques et
humains en vue de la phase III. Au sein du Mouvement Sociétal, le projet écoocivique est en train de
développer cette phase.

Phase III - l'organisation politique présociétale


Avec l'implication de militants associatifs volontaires, l'institution du Parti Ecoocivique a pour but de
gérer politiquement la transition démocratique. L'officialisation du sociétalisme passe ici par la
confrontation politique idéologique (on change la règle du jeu de société).

Phase IV - instituer le sociétalisme


La victoire électorale obtenue permet, en premier lieu, d'officialiser l'écoomonétarisme, élément
essentiel du nouveau système de gestion socio-économique. À ce stade se confirme en pratique
l'institutionnalisation et l'installation de l'État sociétal dans la durée, à travers la mise en place d'une
Constitution et d'une législation d'inspiration sociétale.

Le chevauchement des phases et leur durée sera très variable, localement, suivant les situations
économiques, suivant les solidarités internationales entre peuples voisins, suivant la montée en
puissance de l'opinion et des mouvements du paysage politique post-capitaliste.
Il est concevable de voir apparaître successivement ou simultanément, ici et au loin, des groupes, des
mouvements et des partis écoociviques.
À l'échelle mondiale, en pays non-démocratiques, la durée des différentes phases s'allonge en fonction
des gabegies économiques entretenues en faveur de la domination ou de la survivance du système
établi.

55
L'organisation écoomonétaire
Il est faut admettre que la monnaie écoocivique ne pourra d'aucune façon être être gérée dans le cadre
du système bancaire actuel. Il paraît donc impensable qu'une extension de la carte de crédit ordinaire ou
du système monéo, permette d'être crédité du viatique ou d'autres formes de revenus écoociviques ou
de faire des achats écoocivique. L'imcompatibilité des systèmes est trop forte. Aussi faut-il dès
maintenant envisager le développement parallèle d'un système écoomonétaire propre à chaque initiative
écoocivique, systèmes progressivement raccordés entre eux au sein d'un ensemble unique de gestion
des équilibres écoomonétaires. D'où l'importance de diffuser largement un projet cohérent et formalisé,
afin d'assurer que les différentes initiatives écoociviques croîtront sur les mêmes bases socio-
économiques.
En fonction de la taille des groupes écoociviques en cours de formation, nous pouvons postuler trois
formes d'économie, qui représentent les trois stades de naissance, développement et maturité des
projets écoociviques.

Réflexions sur les structures économiques des groupes écoociviques


Organisation du système économique d'une petite structure écoocivique
(moins de 15 personnes)
Dans ce cas, l'ensemble des personnes se connaît, le système est basé sur la confiance réciproque, et sur
un besoin d'égalité, de solidarité, voire d'un certain communautarisme. En conséquence, l'ensemble des
salaire est au même niveau (10 MERCIS par heure de travail), sans besoin donc de normaliser à une
valeur moyenne, et le taux de l'écootaxe est aussi unique, et adapté aux réalités du groupe. Autre
conséquence, le circuit économique est simplifié (échange généralement fait de gré à gré, et
productions "à la commande"), ce qui laisse la possibilité d'une gestion sur papier de la monnaie, avec
centralisation régulière des informations individuelles, comme dans le cas d'un SEL. Le viatique n'est
pas une établi, et ne représente en général que la redistribution d'un éventuel surplus d'écootaxe,
comme dans le cas d'une taxe normale.
Le schéma organisationnel est celui-ci:
-Chacun note ses heures de travail, et crée les mercis correspondants (10 MERCIS par heure de travail)
-Chacun note ses ventes (à qui le travail a été vendu, et pour combien de MERCIS).
-Chacun note ses acquisitions (de qui le travail a été reçu, et pour combien de mercis), et détruit les
mercis correspondants au prix du bien acquis plus l'écootaxe.
A la fin de chaque période (chaque semaine, ou quinzaine par exemple), le groupe fait ses comptes, et
intègre en particulier le salaire de ceux qui ont travaillé pour l'administration de la structure (monnaie
effacée par l'écootaxe). Si un résidu d'écootaxe apparaît, il est redistribué égalitairement entre tous les
membres (qu'il soit positif ou négatif).
Des ajustements du taux d'écootaxe peuvent avoir lieu périodiquement, sur décision démocratique,
pour éviter un éventuel surplus ou déficit systématique.

Organisation du système économique d'une moyenne/grande structure E.S.


(plus de 50/plus de 100 personnes)

56
Cette structure fonctionne essentiellement comme la petite structure, à ceci près qu'il n'est plus possible
de réunir régulièrement les comptes en petit comité. L'utilisation d'une aide informatique est donc
indispensable. La "charge" sur chaque participant est plus ou moins identique, sauf que chacun est
invité à entrer ses données d'activité sur une page web, à intervalle régulier. Afin d'être rapidement
"rémunéré", chacun à intérêt à déclarer aussitôt son travail. Il est alors invité à déclarer aussi à qui ce
travail a été donné (on vérifie ainsi que le travail déclaré correspond bien à une production).
Pour faciliter la mise à jour des infos, les échanges à travers le système e-dons 24 sont encouragés. En
effet, sur ce site, chaque participant peut aussi bien vendre (et donc voir les mercis correspondants
créés sur son compte), qu'acquérir (et donc voir les même mercis détruits). Le site ajuste les comptes
pour l'écootaxe correspondant aux revenus des administrateurs (travail non vendu) et pour les viatiques.
Le site internet peut aussi être doublé de sites de vente physiques (les magasins coop), qui fonctionnent
sur le même mode, puisque les articles disponibles dans le/les magasin(s) sont répertoriés sur le site.
Chaque vente effectuée en magasin est aussitôt reporté sur internet, et les comptes sont mis à jour.
Bien que ces structures puissent commencer à utiliser une échelle variable de salaire et du taux de
l'écootaxe, cette fonction n'est pas présentement implémentée sur e-dons.

Organisation du système économique d'une structure E.S. intermédiaire


(15-50 personnes)
Ce type de structure, en fonction de l'éclatement géographique qu'elle subit, peut soit être un collectif
de petites structure, dans lesquelles les comptes sont fait régulièrement puis transmis au central, soit
une structure identique à celle de plus grande importance. Le choix dépend aussi des moyens d'accès à
internet, et donc au site e-dons, des différents collectifs. Par exemple, il est envisageable que les
collectifs locaux proposent sur le site e-dons leurs productions, tout en continuant à commercer de gré à
gré en leur sein. Lors de la séance hebdomadaire ou bi-hebdomadaire de compte, les infos personnelles
notées sur papier sont transmises au site e-dons, et intégrées au fonctionnement écoocivique global.
E-dons et les bases de la gestion écoomonétaire

E-dons est un programme informatique disponible en ligne, qui gère un fonctionnement écoomonétaire.
Il est possible d'y déclarer des productions, et de les vendre, dans une relation économique purement
sociétale. E-dons permet aussi la gestion des échanges entre capitalisme et écosociétalisme, nécessaires
dans la période de transition présociétale. En particulier, il permet de recevoir des devises capitalistes,
puis de les investir dans des biens manufacturés introuvables au sein de l'économie écoocivique
naissante, afin de les proposer pour un prix exprimé en MERCIS.

E-dons autorise la création d'écooEntreprises, qui sont des groupes de militants écoociviques ayant
décidé de produire ensemble un bien ou un service, et de le proposer aux conditions écosociétales.
Enfin, e-dons invite les associations militantes à participer à la gestion du projet écoocivique, en leur
permettant de posséder un compte sur lequel elle peuvent gérer tout à la fois des devises capitalistes et
des MERCIS, dans un système totalement orienté vers un fonctionnement écosociétal.

24 http://www.e-dons.org

57
L'organisation de la transition démocratique

Préparer les esprits


L'écoocivisme est, par nature, un système socio-économique post-capitaliste. Son avènement soudain
peut advenir à la suite d'évènements catastrophiques divers, militaires, nucléaires, naturels, ou au terme
de l'implosion prévisible du libéralisme économique mondialisé. Mais il est toutefois nécessaire
d'entreprendre sans délai la diffusion du projet écoocivique et d'organiser progressivement,
pacifiquement, sa libre connaissance dans les populations conscientisées, afin d'amorcer, s'il en est
encore temps, un virage en douceur. Nous faisons l'hypothèse que la dynamique du changement verra
l'abandon progressif des pratiques ultra-libérales par un nombre croissant de personnes (résistance),
jusqu'à atteindre un seuil critique où se produira un basculement en bloc de toute la société dans le
nouveau mode de pensée. Le travail des sociétalistes est donc actuellement de rendre la connaissance
de l'alternative écoocivique accessible et compréhensible au plus grand nombre, afin de préparer les
esprits à l'inévitable changement de société qui se profile devant nous, dans l'espoir de l'instaurer
démocratiquement et pacifiquement.

La notion de résistance économique


Depuis quelques décennies, les SEL proposent une autre expérience de l'économie, une expérience qui
refuse l'imposition de règles décrétées loin des acteurs par ceux qui tirent le plus de bénéfices de ces
mêmes règles. Les SEL expérimentent une réalité des droits économiques, selon lesquels l'être humain
a droit à choisir et accepter librement les conditions de sa vie économique. Nul doute que ce droit est
bafoué, et même totalement ignoré, dans le système actuellement dominant. Aussi la revendication de
ce droit passe-t-il nécessairement par un mouvement de résistance au système établi.
Nous proposons que l'écoocivisme amplifie, structure et mette en perspective l'actuelle activité
informelle des SEL. Il est prévisible et souhaitable que nombre de selistes adhèrent au projet
écoocivique, à condition que la notion de résistance économique soit clairement exposée.
La résistance économique du mouvement écoocivique implique l'engagement individuel volontaire,
l'organisation de groupes autonomes et une coordination collective. Elle passe par l'organisation de
réseaux écoociviques, chaînes de petits groupes autonomes structurés par l'échange écosociétal
(relation de production/consommation, monnaie commune, etc). Elle passe aussi par la constitution de
logistiques opérationnelles et l'implantation de zones écoociviques privées. La résistance économique
est d'abord une expression forte du refus individuel des règles iniques actuellement en place, et
s'exprime à travers le regroupement des personnes résistantes au sein de "bulles" respectant des règles
du jeu différentes de celles du capitalisme, solidaire et librement acceptées.

Indispensable(s) parti(s) écoocivique(s)


Dans les pays dits démocratiques, il est possible d'imaginer que des affinités pro-sociétales apparaissent
au sein de partis existants ou de mouvements altermondialistes par exemple. En d'autres contrées une
tendance politique sociétale émanera plus directement de mouvements de résistance civile, économique

58
ou écologique.
L'avènement sociétal démocratique et pacifique (hors événement catastrophique) passe nécessairement
par une progression militante écoocivique, par son évolution vers l'organisation d'un mouvement de
résistance d'où émaneront des partis politiques exclusivement porteurs du projet sociétal. C'est cette
progression militante que l'écoocivisme doit encourager et accompagner, en fournissant le projet
sociétal formel, l'objectif à atteindre, et en le diffusant le plus largement possible dans tous les réseau
de résistance.
Le capitalisme n'est ni de droite ni de gauche, mais il mène tout le jeu politique actuel. Nous vivons,
bon gré mal gré, dans un paysage politique capitaliste. Les partis et organisations écoociviques sont
"inclassables" dans ce paysage politique. Ni de droite ni de gauche, l'écoocivisme esquisse un paysage
politique post-capitaliste, lui-même précurseur du paysage politique sociétal lorsqu'il deviendra utopie
institutionnalisée, réalisée.

59
Conclusion
Le capitalisme libéral mondialisé nous mène droit dans le mur. De plus en plus, les médias
commencent à faire écho aux catastrophes annoncées pour demain, de la fonte totale de la glace du
Groenland en quelques mille ou deux mille ans à la disparition des ressources marines exploitables d'ici
à 40 ans, en passant par les nécessaires pandémies qui menacent une humanité abandonnée à la
promiscuité.
Pourtant, rien n'est inéluctable, et seul notre aveuglement devant le mur imaginaire de l'argent nous
empêche d'appliquer immédiatement des solutions pourtant disponibles. Dès lors qu'une fraction
importante des humains aura compris que les "problèmes" de financement de ces solutions relèvent de
l'esbrouffe, les esprits s'ouvriront à de nouvelles possibilités. Une fois tombé le mythe de l'argent
indispensablement rare et cher, c'est toute la série des dogmes capitalistes et libéraux qui pourra être
remise en question.
Certains précurseurs l'ont déjà compris, qui sont allés bien au delà de la simple proposition de réforme
anecdotique de quelques lois sur l'émission et la circulation monétaire. Le GRESSO regroupe certains
de ces hommes et de ces femmes, qui ont ensemble construit une merveilleuse théorie économique,
capable d'incarner les aspirations de l'humanité à plus de solidarité et de respect envers nous-mêmes et
notre milieu de vie. Cette théorie, l'écosociétalisme, était jusqu'ici une coquille vide, ou plutôt, un
noyau sans chair. Un pur exercice de style, une utopie de plus.
Avec le projet écoocivique, le noyau enfin s'habille, et le fruit apparaît. Le projet écoocivique donne au
sociétalisme un but, un objectif à atteindre, un modèle de société à créer, bref, il en fait une utopie
réalisable. Nous espérons qu'il saura attirer le regard de toutes les initiatives de résistance à
l'hégémonie capitaliste, et que sa vision de l'avenir saura convaincre les militants des résistances de
s'engager sur la voie qu'il montre, car sans un engagement fort, et un objectif précis, ces résistances ne
sauraient être que de menus remous que le capitalisme balayera sans égard, jusqu'au point de non-
retour, jusqu'au point où le crash ne sera plus évitable.

Pour que vive l'utopie écoocivique, c'est de chacun de vous dont nous avons désormais besoin.

60
Annexes

61
Annexe 1: Mode de calcul des revenus d'activité dans
une population donnée

Normalisation des distributions de facteurs


Afin de limiter les erreurs et aberrations dans la distributions finale des RA, il apparaît très profitable
de normaliser l'ensemble des facteurs en jeu. Ainsi, les six facteurs décrits ci-dessus (voie médiane)
sont individuellement ramenés à une échelle standard (moyenne à 50 %, écart-type à 16.6 %), selon la
formulation suivante:

Soit Fi un facteur parmi les 6 facteurs de "la voie médiane". Nous calculons la moyenne MFi et l'écart-
type EFi de ce facteur sur l'ensemble de la population.

Puis, pour chaque individu, nous calculons:

Fi réel = ½ + (Fi attribué – MFi) / (6 x EFi).

Si le calcul donne Fi réel < 0 , alors Fi réel est fixé à 0


Si le calcul donne Fi réel > 1 , alors Fi réel est fixé à 1

Toutefois, le produit de ces facteurs PF aura toujours une distribution très fortement asymétrique,
centrée sur 0,016 environ pour six facteurs, ce qui ne facilite pas le calcul d'une distribution des RA de
forme normale gaussienne. Nous rétablissons donc la normalité de la distribution en prenant pour
chaque individu la moyenne géométrique GPF du produit PF, c'est-à-dire sa racine sixième (ou la
racine x-ième dans le cas de x facteurs). Nous calculons alors la moyenne M(GPF) des GPF dans la
population, car ce paramètre nous sera utile par la suite.

Un autre avantage de la normalisation des facteurs, qui était aussi un objectif masqué, est que les
salaires, quelle que soit l'évolution de la sociétalité globale, seront toujours centrés sur la même
moyenne de 10 Mercis/heure. De ce fait, il existe une possibilité infiniment ouverte d'améliorations
sociétales des productions, ce que n'aurait pas permis l'usage de la seule moyenne constatée des RA .
En effet, dans ce dernier cas, si l'amélioration sociétale se poursuivait pendant des décennies, il
arriverait fatalement un moment où tous les travailleurs auraient droit à un RA maximum, sans plus de
gain financier pour celui qui améliorerait significativement sa méthode de production (alors même que
le salaire plus élevé perçu pour une activité plus sociétale est, dans notre esprit, l'incitation principale à
rechercher plus de sociétalité). Nous aurions alors été contraint à procéder à un ré-échelonnement
brutal des RA, en recentrant la moyenne sur 1 ou une autre valeur plus basse que 3. Cela aurait été
comparable à une opération de sur-évaluation du merci.
Choix de la fonction descriptive f(PF)=RA
La fonction qui permet de calculer les RA à partir des PF est établie de façon à satisfaire les 4 critères
suivants:

62
à un GPF de 0 correspond un RA de 0 Merci/heure
- à un GPF de 1 (ou 100%) correspond un RA de égal au RA maximum (RAmax) démocratiquement
défini (nous prendrons ici 30 mercis/heure)
- la moyenne des RA (MRA) pour l'ensemble de la population est égale à la valeur démocratiquement
choisie pour le revenu lié à une activité sociétalement neutre (nous prendrons ici 10 mercis/heure)
- à des GPF croissants correspondent des RA croissants

Pour ce faire, nous utilisons une fonction sigmoïde, monotoniquement croissante sur [0, 1] de forme:

RA = a.GPF / (c.GPF +1) [1]

Nous voyons immédiatement que cette fonction satisfait à la première condition, puisque en GPF = 0 il
vient:
RA(GPF 0) = 0 / (0 + 1) = 0 [2]
Considérant la deuxième condition (RA = RAmax quand GPF = 1), nons trouvons que:

RAmax = a / (c + 1) [3]

De l'équation [3], il ressort très simplement que:

a = RAmax / (c +1) [4] contrainte 1

A partir de ce point, il serait aisé de démontrer que nous ne pouvons déterminer simultanément et de
manière exacte tous les paramètres de l'équation, car calculer exactement c et a nécessite de connaître
au préalable la distribution des RA, alors même que nous cherchons à calculer la distribution des RA à
partir de c et a. Toutefois, la troisième condition nous permet de considérer, en première approximation,
que pour un GPF proche de la moyenne des GPF, le RA sera proche de la moyenne des RA, puisque les
distributions statistiques des deux paramètres sont similaires (ce dernier point étant même l'objectif du
calcul!). Nous posons donc:

MRA ~ a.M(GPF) / (c.M(GPF) + 1) [5]

quand l'équation exacte serait:

MRA = a.M(GPF) – c.M(GPF.RA) [6]

où M(GPF.RA) représente la moyenne sur la population des produits GPF.RA pour chaque individu
(produit qui requiert de connaître la distribution des RA en fonction des GPF pour être calculé).

De l'équation [5], nous pouvons isoler une autre expression de a:

63
a ~ (MRA / M(GPF) ) . (c.M(GPF) + 1) [7] contrainte 2

En rapprochant les contraintes 1 et 2, et en réarrangeant pour c, il vient:

c ~ [RAmax - (MRA / M(GPF) )] / (MRA – RAmax) [8]

Puis, en remplaçant c par sa valeur dans l'équation de contrainte 1:

a ~ RAmax + RAmax{ [RAmax – (MRA/M(GPF) ) ] / (MRA-RAmax) } [9]

En posant M = MRA / M(GPF) et D = MRA – RAmax, il vient dans [8]:

c ~ (RAmax - M) / D [11]

En remplaçant alors les constantes par leurs valeurs connues ou théoriques (RAmax = 30, MRA = 10,
M(GPF) calculé) dans [11] puis dans [4], il est possible de calculer une première approximation a(0) de
a et c(0) de c, puis une première distribution des RA en fonction des GPF (équation [1]), et enfin la
moyenne MRA(0) de ces RA. Cette distribution (0) rempli les première, seconde et quatrième
conditions de départ, mais présente un écart significatif à la troisième. Par la suite, nous utiliserons une
itération par point fixe pour réduire cet écart entre le MRA(0) observé et le MRA cible.
Ajustement itératif de la distribution des RA à la troisième condition

Pour ce faire, nous calculons le facteur d'asymétrie théorique K de notre distribution, qui vaut:
K = MRA / (RAmax – MRA) [12]
et nous le comparons au facteur d'asymétrie de la première distribution:
K(0) = MRA(0) / (RAmax – MRA(0) ) [13]
Puis nous utilisons l'équation de récurrence suivante:
c(n) = c(n-1) . K(n-1) / K [14]

qui nous permet de calculer une nouvelle valeur c(n) de c, puis une nouvelle valeur de a(n) de a, en
utilisant l'équation [4]. Les valeurs a(n) et c(n) sont réinjectées dans l'équation [1], pour donner la
distribution n des RA, puis la moyenne MRA(n). Nous calculons alors K(n+1) selon l'équation [13].

L'itération prend fin lorsque MRA(n) est proche de MRA à une erreur résiduelle près préalablement
fixée. Cette itération permet de gagner un chiffre significatif sur la différence à chaque tour, et donne
donc un résidu inférieur au millionième en moins de 5 itérations.

Le résultat est alors en tout point conforme à nos conditions de départ.

64
Annexe 2: Le système méta-monétaire; essai de
formalisation d'une structure de gestion de l'argent
électronique par l'intelligence collective (I.C.)

La structure physique du réseau des réseaux économiques


La réflexion suivante, qui se veut une proposition d'architecture susceptible de répondre aux exigences
de la gestion écoomonétaire, se base sur la théorie de l'Intelligence Collective (I.C.), établie par Jean-
François Noubel. Cette théorie est récapitulé dans le texte intitulé "Intelligence Collective: La
Révolution Invisible"25, du même auteur.
Dans ce texte, la notion d'holoptisme (= capacité de chacun à englober, comprendre et interpréter le
comportement du Tout émergent, et à adapter sa propre conduite pour un bénéfice individuel ET
collectif) a particulièrement attiré notre attention.
En effet, dans le cas d'une économie gérée par une I.C., il faudrait que chaque membre soit en mesure
de connaître à tout moment l'état global de l'économie (au moins dans son secteur d'activité et dans son
secteur géographique -> notion de pertinence de l'information), et d'adapter son comportement en
fonction.
Un mode de fonctionnement possible, qui élimine d'emblée les structures d'intelligence pyramidale (i.e.
celle de l'entreprise ou de l'état actuel, avec sa hiérarchie pyramidale) est que chaque instrument PIP
(Portefeuille d'Informations Personnelles, voir annexe 3) crée lui-même sa propre monnaie, et détruise
le montant des achats de son propriétaire.
Dans une telle structure, il revient à chacun de fixer son propre coefficient global de sociétalité, pour
chaque activité pratiquée, en se basant sur la connaissance de la distribution des coefficients personnels
pour la même occupation dans un rayon de taille au moins régionale autour de son point de résidence
(distribution = courbe de Gauss, avec moyenne et écart-type). Les coefficients personnels, une fois
déterminés, sont ensuite utilisés pour calculer le revenu personnel, selon la méthode de normalisation
exposée en Annexe 1.
Parallèlement, c'est l'indice de satisfaction moyen exprimé sur la même zone pour l'ensemble des
transaction ayant trait à cette activité qui constitue la base du calcul du taux de l'écootaxe appliquée à la
dite activité, sachant que d'autres coefficients entrent en jeu, qui ne sont pas décidés sur des bases
d'économie locale (intervention de la structure hiérarchique technocratique responsable de la gestion
raisonnée des ressources à l'échelle planétaire). L'indice de satisfaction serait demandé soit à chaque
transaction, soit par des enquêtes auprès des populations, des experts, association de défense de
l'environnement ou des droits, etc.
La gestion monétaire (i.e. taux moyen de l'écootaxe pour assurer l'équilibre monétaire), est effectué
noeud régional par noeud régional, mais en prenant aussi en compte les informations sur des zones plus
étendues, selon la technique de la fenêtre glissante, qui consiste à considérer les données portées par
chaque noeud régional et les X régions les plus voisines, et ainsi de suite pour chaque noeud.
Physiquement, chaque PIP de la région est mis en miroir sur un serveur ou réseau de serveurs
régionaux, qui concentrent l'information sous forme utile pour la gestion en I.C.. Les sommes de

25 http://www.thetransitioner.org/wikifr/tiki-download_file.php?fileId=29

65
monnaie créées et détruites, taux de l'écootaxe, etc. sont calculés en prenant en compte non seulement
les données de la région, mais aussi celles des une, deux ou trois couronnes de régions les plus
adjacentes, afin de "lisser" les effets du commerce avec ces régions, sans entrer dans le détails
d'économies très lointaines, sans relation forte avec celle locale.
En changeant de région, ont change de réseau de prise en compte, et on modifie ainsi progressivement
les facteurs, si il y a lieu.
Un PIP peut bien sûr passer d'une région à une autre, et apporter avec lui ses informations et ses
caractéristiques, et ainsi modifier le "champ économique local".
Cette architecture en I.C. est à même de gérer au mieux la monnaie, en suivant les règles simples de
l'écoomonétarisme. Elle élimine le besoin d'un recours à une structure centralisée et pyramidale, en
faisant de chaque PIP le centre d'une toile qui s'étend jusqu'à un certain horizon. La monnaie est par ce
fait gérée globalement par des serveurs locaux, et réciproquement. Pas de centre, tous au centre.
En ce qui concerne la structure physique du réseau, nous avons une architecture similaire à celle des
réseaux actuels de téléphonie mobile. C'est à dire un réseau de récepteurs capables de relayer les
informations de chaque PIP vers tous les autres. Il y a bien sûr centralisation, sur chaque "antenne", ou
sur chaque groupe d'antennes de taille régionale, ce qui permet:
• à chaque PIP de connaître en temps utile les informations nécessaires à son propriétaire (par
exemple, pour un travail de charpente, la personne demande la courbe de Gauss des Revenus
d'Activité des charpentiers au niveau local, régional ou national, puis décide de son propre
Revenu d'Activité, en établissant ses indices personnel selon la description données dans le
texte principal. Ensuite, la personne demande la courbe de Gauss des taux de l'écootaxe
appliquée à ces mêmes travaux, et initie son activité avec le taux moyen observé dans la région.
Ce taux sera modifié par la suite, en fonction de la satisfaction des clients, et/ou en fonction de
l'évolution des techniques.
• au système tout entier de connaître "en temps réel" la masse de monnaie en circulation (puisque
chaque PIP est reflété sur le serveur régional dont dépend l'antenne qui "capte" actuellement le
PIP), ainsi que le montant de TES détruit sur les dernières périodes: heure, jour, mois, année.
L'interrogation des bases de données permet tout cela, et bien plus encore.
Cette architecture n'est pas pyramidale, puisqu'elle ne comporte que deux niveaux hiérarchiques, un
peu comme dans le cas de l'I.C. de l'équipe sportive décrite par J.-F. Noubel, où il y a les joueurs, tous
attentifs au collectif, et un "meneur de jeu", qui coordonne l'ensemble, en impulsant les actions, mais
tout en laissant libre cours ensuite à la créativité de chacun, et à ses interactions avec le Tout.
Dans notre cas, les individus connaissent le tout grâce au "meneur de jeu" qui est le serveur régional,
lequel serveur "voit" plus loin que chaque joueur, puisqu'il est lui-même en contact avec les serveurs
régionaux alentours. Il relaie donc des information très précieuses sur le Tout vers chaque participant.
Mais surtout, cette architecture est non-pyramidale surtout parce qu'elle est ouverte, c'est à dire sans
privilège d'accès à l'information, et donc sans possibilité pour l'un d'instaurer des liens de subordination
en contrôlant la quantitié et la qualité de l'information disponible pour l'autre. Ceci est indispensable
pour assurer la fin des intelligences pyramidales, fondées sur le contrôle de "territoires", les luttes
d'influence et la compétition pour le pouvoir.
Donc, physiquement il y a centralisation partielle des informations (vers les serveurs régionaux), mais
celles-ci sont complètement accessibles, en tout temps, par chaque PIP. L'idéal serait que chaque PIP

66
soit un serveur régional, mais techniquement, ce n'est pas possible actuellement, à cause de la taille des
mémoires pour autant d'informations, et de la puissance des émetteurs qui seraient nécessaires pour
connecter ces appareils.

Les méta-monnaies: outils de gestion intelligente de la monnaie


Cette partie de notre réflexion se base sur l'observation suivante: il est toujours possible d'utiliser les
réseaux de l'information pour ce qu'ils sont, à savoir des autoroutes véhiculant des informations. La
manière de les utiliser est multiple; peu importe la structure physique, ce sont essentiellement la
structure des informations et la nature des droits d'accès qui déterminent les fonctionnalités du réseaux
du point de vue de l'utilisateur.
Une solution pour s'extraire des contraintes techniques des réseaux est d'encapsuler l'information au
sein même de la monnaie électronique, qui devient par là même "intelligente", communicante et
interactive. Dans cette optique, la monnaie devient un programme ("script" en langage informatique),
capable de véhiculer ses propres tâches et ses propres informations et de les communiquer. Les unités
monétaires peuvent ainsi s'interconnecter avec les autres unités semblable pour créer un tout cohérent
un peu comme les cellules au sein du corps, à ceci près que dans le cas de la monnaie électronique
encapsulée, les associations se font et se défont au gré des besoins immédiats et locaux. Ce type de
comportement a pour effet d'éviter toute centralisation, puisque ce sont seulement les facteurs locaux et
immédiats qui sont pris en compte, mais interprétés en fonction d'un "Ailleurs" et d'un "Passé" véhiculé
en son sein par chaque script.
En effet, l'encapsulation des informations dans la monnaie, dont chaque unité devient ainsi un petit
"cookie", voire un "applet", rend inutile certaines fonctions assurées aujourd'hui par les serveurs,
comme par exemple le traçage des transactions. Par le jeu d'un cookie, chaque unité monétaire pourrait
contenir son propre passé, et définir son comportement en fonction de ce passé et des règles de
comportement contenues dans le programme de chaque PIP.
Dans le cas de l'écoomonétarisme, il serait utile que chaque unité monétaire créée porte en elle le
"pourquoi" de sa création (travail effectué, rémunération du travailleur, taux de l'écootaxe appliqué sur
la production entreprise, lieu de création). Ensuite, au moment d'un achat, la monnaie devient
"inactive" pour les transaction, mais reste présente en mémoire pendant un certain temps, avec la raison
de sa destruction (nature de l'achat, écootaxe acquittée, etc.).
Toutes ces informations, croisées dans des bases de données et échangées de PIP à PIP constituent un
formidable outil de connaissance de l'économie.
Par exemple, si il s'avère que localement beaucoup de monnaies sont détruites par l'achat d'un produit
importé de loin, alors il y a un problème de ressources locales pour ce produit (manque de disponibilité,
problème de qualité, etc).
Si, au contraire, beaucoup de monnaies sont créées pour une production, mais peu détruites sur la
même zone pour l'achat de la même production, alors il y a surproduction locale, ou mal-vente de ce
produit.
Dans les deux cas, une adaptation aussi bien des coefficients personnels de sociétalité que des taux de
l'écootaxe sera faite, et synchronisée sur tous les PIP de la (des) région(s) concernée(s).
Pour résumer notre modèle méta-monétaire, nous proposons donc que les méta-monnaies (pour
l'écoomonétarisme, ce pourraient donc être des "méta-mercis!) soient créées et détruites par les PIP des

67
particuliers.
Les méta-mercis contiennent comme information de création:
– Un identifiant unique et infalsifiable
– Les coefficients de sociétalité du travailleur, et son revenu horaire normalisé réel au moment de la
création monétaire.
– Le montant créé.
– La production donnant lieu à cette création, ou une catégorie de production.
– Le lieu et la date de création.
– Le taux de l'écootaxe applicable à la production, ainsi que les coefficients utilisés pour calculer ce
taux.
Au moment de la destruction d'un merci, la méta-monnaie qui le contient ne disparait pas
immédiatement, mais persite un certain temps (à définir en compromis entre connaissance de
l'économie et volume des données à stocker). Les information ajoutées sont alors symétrique de celles
de création:
– Nature de l'achat (catégorie de production).
– Les coefficients de sociétalité du bien acquis.
– L'identifiant des méta-monnaies créées pour la production du bien acquis.
– le lieu et le date de destruction.
– le taux et montant de l'écootaxe détruite lors de l'achat.
En croisant toutes ces informations, il est possible de retrouver tout le parcours d'une monnaie, en lisant
la méta-monnaie qui la contient: où elle a été créée, pourquoi, quand, et ensuite où elle a été détruite,
pourquoi, en compensation de quelle monnaie émise, combien d'écootaxe a été "perçue", etc.
Pour mener à bien ces investigations statistiques, il faudra que chaque objet manufacturé possède une
étiquette méta-monétaire, sur laquelle seront inscrites toutes les données monétaires liés à sa création
(i.e. une liste de l'ensemble des méta-monnaies ayant participé à sa création, depuis la matière première
jusqu'au magasin de distribution, en passant par les transports, les amortissement des machines, etc).
Cette étiquette métamonétaire est simple à mettre en oeuvre, puisqu'il peut s'agir soit d'une puce
mémoire réutilisable (on la rend au distributeur pour réutilisation lors de l'achat), ou bien une simple
étiquette scannable, type "code barre". Cette étiquette pourra également servir de "feed-back" sur les
métamonnaies créées pour la production, en informant les PIP émettrices que la production a bien été
achetée.
Chaque PIP contient donc des méta-monnaies, qui sont des paquets de monnaies ayant la même origine
(i.e. créées au même moment pour la même production), comme par exemple le salaire hebdomadaire
ou mensuel d'un ouvrier. Ensuite, la méta-monnaie se construit, en ajoutant peu à peu les informations
liées à la destruction de chacune des monnaies qu'elle contient, jusqu'à épuisement du contenu en
monnaie. Alors la PIP passe à la destruction des monnaies contenues dans la méta-monnaie créée
immédiatement après.
En parallèle, chaque méta-monnaie note quand, où, et par quelle monnaie chacune des monnaie qu'elle
contient a été compensée (grâce à l'étiquette métamonétaire de chaque objet vendu).

68
Idéalement, chaque méta-monnaie devrait rester active tant que chaque monnaie qu'elle contient n'a pas
reçu confirmation de sa destruction par l'achat de la production qu'elle a contribué à créer.
Malheureusement, ce n'est pas très pratique si la monnaie est créée à l'occasion de la production de
machines ayant des durées de vie très longues, car dans ce cas, les dernières monnaies de la méta-
monnaie seront détruites en toute fin de période d'amortissement de la machine (par exemple, une
chaudière de centrale thermique a une durée de vie estimée de 50 ans). Par conséquent, il faudra bien
mettre une limite au temps pendant lequel une métamonnaie reste active après que sa dernière monnaie
a été détruite.
En combinant l'ensemble de ces informations, il est donc possible de suivre chaque production, ou bien
chaque monnaie, ou bien chaque PIP (le tout anonymement, bien sûr, il n'est ici question que de calculs
statistiques sur des catégories d'activité, pas de traçage physique des PIP, et encore moins de suivi
nominatif des activités), et de faire toutes les statistiques qui permettront à l'écoomonétarisme de s'auto-
gérer. Entre autres, et sans doute en tout premier lieu, il sera possible de connaître exactement le
montant de l'écootaxe "perçue", les monnaies émises pour le viatique et les revenus d'activité des
fonctionnaires et assimilés, de calculer les taux moyens, de donner des coefficients de sociétalité pour
les activités et les productions, de calculer les courbes de Gauss pour chaque coefficient, etc. Il sera
aussi possible de vérifier qu'il n'y a pas de trafics (monnaies utilisées plusieurs fois, ou bien "fausse
PIP", donnant lieu à création monétaire sans contrepartie de production).
L'ensemble de cette économie sera autogérée, dans la mesure ou quelques règles simples pourront
présider aux "décisions" du réseau, comme par exemple augmenter le coefficient de sociétalité moyen
d'une production localement déficitaire, afin de promouvoir sa production.
En outre, le traçage méta-monétaire permet de faciliter certains aspects de la "sanction immédiate" vis-
à-vis des entreprises qui ne réussissent pas à vendre leurs produits. Nous proposons que, dans le cadre
d'une gestion méta-monétaire, chaque PIP soit capable de bloquer lui-même sa création monétaire
lorsque le montant des monnaies détruites suite à l'achat de la production de son propriétaire devient
faible en regard du montant créé pour l'activité du même propriétaire (autrement dit quelqu'un qui
déclare produire mais ne produit pas, ou bien qui produit quelque chose qui ne se vend pas). De la
même manière, chaque acheteur est invité à donner son avis sur la prestation achetée; cet avis rejoint
une base de données sur le PIP du producteur, qui ajuste en conséquence le taux de l'écootaxe appliqué
à la production considérée, après prise en compte des données locales, et renormalisation de tous les
coefficients locaux.
Enfin, dernier point, nous avons parlé ici des PIP comme si ils étaient tous propriété d'une personne à la
fois productrice à son compte et consommatrice. Bien sûr, dans le cas d'un travail salarié en entreprise,
l'employé, au moment de la signature du contrat d'embauche, accepte de "subordonner" son PIP à un
PIP virtuel, qui est celui de l'entreprise, et ce pour toute activité menée au sein de l'entreprise. Ainsi,
toute modification dans les données statistiques de l'entreprise (évolution du taux de sociétalité, etc.)
est aussitôt reporté sur les PIP de tous ses employés. C'est l'application auto-gérée de la "sanction
immédiate".

69
Annexe 3: Le Portefeuille d'Informations Personnelles
(PIP), un outil universel de gestion économique et
sociale.

L'idée officielle pour le développement du PIP est, pour l'utilisateur, qu'il s'agit d'une forme améliorée
de monnaie électronique, permettant de mettre son argent à sa disposition directe de façon aussi
pratique mais plus sûre qu'avec de la monnaie (papier ou métal) ou des portes-monnaies électroniques
courants. Il s'agit aussi de lui remettre le contrôle sur la divulgation des informations le concernant
(dossier médical, permis officiels, etc.). Il s'agit encore de lui permettre d'analyser facilement ses
dépenses et revenus, de façon à rendre plus simple sa planification budgétaire. Il s'agit enfin de réduire
ses frais de transactions bancaires, les transactions de PIP à PIP ne coûtant rien aux banques, il va de
soi qu'elles ne peuvent les grever de frais de transaction (au contraire des transactions via nos actuelles
cartes de débit).

Pour les commerçants, il s'agit d'un moyen de réduire les risques inhérents à la présence de monnaie
dans leurs établissements et de réduire les coûts des transactions bancaires (comme pour les
utilisateurs: les transactions de PIP à PIP sont gratuites, au contraire des transactions via les cartes de
crédit/débit).

Pour les institutions bancaires, il s'agit d'économiser les frais de production, expédition et gestion
des cartes bancaires, les frais d'impression des relevés de compte et autres documents similaires, ainsi
que les risques dûs à la présence de monnaie dans les terminaux bancaires et les frais inhérents au
transport physique de cette monnaie.

Pour les autorités, il s'agit d'un outil d'entrave aux pires commerces illicites (difficile de cacher un
trafic de drogue quand chaque transaction est notée dans les PIP des clients puis transmise à leurs
banques). Il s'agit aussi d'un moyen d'analyser les flux économiques locaux (ce qu'il n'y a pas moyen de
faire avec la monnaie de métal ou papier). Il s'agit enfin d'un moyen de réduire les coûts de production
et de gestion des cartes et permis de toutes sortes.

L'idée ultime du PIP est d'en faire un outil de transformation socio-économique. Il s'agit d'offrir aux
SEL, réseaux-de-troc, etc., ainsi qu'aux initiatives globales comme l'écoocivisme et ses formes pré-
institutionnelles, un outil extrêmement souple facilitant l'usage et la gestion de monnaies non officielles
(creditos, workhours, grains-de-sel, merci. etc.).
Dans la réalité, le PIP est un outil prêt à servir. Le PIP est techniquement réalisable dès maintenant. Il
ne manque qu'un fabricant pour le produire et une coopérative bancaire (caisse populaire) ou autre
Coopérative écosociétale pour le lancer. Inspirée du projet
Itsyhttp://research.compaq.com/wrl/projects/itsy et développée en "Open Source" (matériel et
logiciels) puis produit en quantité, son coût de production devrait se situer largement sous les 50
euros, probablement autour de 20 euros.
Toutefois, l'idée de base du PIP reste celle d'un portefeuille électronique, dont les caractéristiques se

70
résumeraient ainsi:
L'objet:
1. Dimensions d'un portefeuille ou d'un gros PDA (agenda électronique).
2. Affichage à cristaux liquides ou à papier électronique.
3. Dispositif de lecture des empreintes digitales ou autre mesure bio-métrique.
4. Zone d'écriture clavier pour entrer codes et instructions.
5. Interface infrarouge pour communications de PIP à PIP et de PIP à terminal bancaire, plus
interface USB pour communication de PIP à ordinateur personnel.
6. Très grosse mémoire (disque rigide ou disque solide) minimum 256 Mb, préférablement 1 Gb et
plus.
7. Alimentation par 2 piles AA alcalines fournissant 1 an d'autonomie ou pile Lithium
rechargeable (via le port USB) fournissant 3 mois d'autonomie.
8. Processeur capable d'encrypter/décrypter toutes les communications avec les algorithmes Open
Source à clé publique / clé privée.

Le contenu:
1. Carte d'identité, carte de citoyen, permis de séjour.
2. Permis de conduire, permis de chasse ou de pêche, autres permis.
3. Cartes de membre d'associations professionnelles, de loisirs, etc.
4. Agenda et bottin téléphonique et télématique personnel.
5. Dossier médical, liste des allergies et caractéristiques sanguines pour intervention en cas
d'urgence médicale.
6. Dossier bancaire: comptes avec montants, transactions bancaires personnelles (de PIP à PIP) sur
ces comptes et instructions pour transactions périodiques.
7. Dossier monétaire hors-système bancaire: compte avec montant et liste de toutes les
transactions
Du point de vue de la sécurité des informations, une forte redondance est nécessaire, entre autres:
1. Des copies de secours (backups) encryptées sont stockées dans une institution fiable, capable de
remplacer un PIP détruit, endommagé, perdu ou volé.
2. Ces copies de secours sont mises-à-jour à chaque utilisation d'un terminal bancaire ou à chaque
branchement à un ordinateur connecté à l'internet.
3. Toutes les transactions (y compris les accès aux parties confidentielles du dossier médical) sont
enregistrées de façon permanente dans le PIP et exigent une authentification par les empreintes
digitales ou tout autre moyen d'identification personnelle.
4. Toutes les communications sont encryptées de façon sûre et signées par des méthodes
d'authentification cryptographiques éprouvées.

Le PIP s'utilise comme un portefeuille, selon une relation de confiance entre son propriétaire et ses
interlocuteurs. Il permet de consulter et révéler (ou non, à la discrétion de son propriétaire) les divers
documents qui y sont stockés (montrer son permis de conduire à l'agent qui verbalise pour excès de
vitesse, montrer son dossier médical au médecin qui fait l'examen annuel, etc.) Le PIP permet les
transactions monétaires directes de PIP à PIP sans passer par un terminal bancaire, ce qui lui donne la
même flexibilité que l'argent liquide, tout en protégeant les avoirs de l'utilisateur par l'exigence

71
d'authentification pour chaque transaction. Les transactions seront transmises à l'institution monétaire
non-bancaire ad-hoc ou à la banque, pour consolidation, la prochaine fois que l'utilisateur connectera
son PIP à un terminal bancaire ou à un ordinateur relié à l'Internet. Il permet aussi de consulter en tous
temps et en tous lieux ses comptes bancaires et non-bancaires ainsi que toutes les transactions
accumulées. Il permet enfin les transactions via l'Internet ainsi que les micro-paiements bancaires et
non-bancaires. A chaque transaction, le PIP enregistre le compte affecté, le montant transféré,
l'identification du partenaire, la date, l'heure, une description de la transaction et un code
d'identification unique.
En cas de perte ou de vol de son PIP, l'utilisateur signale au plus tôt la perte ou le vol à l'institution qui
stocke les copies de secours, laquelle veillera alors à bloquer toutes transactions depuis ce PIP. Dans
ces cas, ou en cas de destruction ou d'altération du PIP, l'utilisateur se rend ensuite au plus proche
bureau de l'institution, où un nouveau PIP vierge lui sera remis. Il devra alors s'identifier (à l'aide de ses
empreintes digitales ou autre méthode d'identification personnelle), suite à quoi le nouveau PIP recevra
le contenu de la plus récente copie de secours enregistrée par l'institution. Les transactions avec son
ancien PIP enregistrées par d'autres PIP avant sa perte mais après la dernière copie de secours lui seront
soumises via son nouveau PIP, pour vérification, au fur et à mesure de leur signalement auprès de
l'institution. Ce dernier point implique que l'institution consolide les transactions sur les PIP, chose
faisable sans accès au contenu des transactions (qui sont encryptées) grâce aux codes d'identification
qui accompagnent chaque transaction.

72