Vous êtes sur la page 1sur 6

Biographie Bach

Johann Sebastian Bach


1685-1750

J.S. Bach en 1748

Johann Sebastian Bach, en français Jean-Sébastien Bach, compositeur allemand très


important de l’époque baroque était aussi claveciniste, violoniste et organiste. Il symbolise et
personnifie l'apogée de cette période musicale et eut une influence majeure et durable dans
le développement de la musique occidentale. De grands compositeurs, tels que Mozart et
Beethoven reconnurent en lui un maître insurpassable.

Il fut un musicien complet qui maîtrisait la facture des instruments tout autant que la
technique instrumentale. Il fut un compositeur majeur et un improvisateur célèbre, ainsi qu’un
pédagogue reconnu. Très connu de son vivant, sa musique fut toutefois vite oubliée après son
décès, car passée de mode ; son œuvre, à de rares exceptions près, manuscrite et jamais
publiée, dispersée et en partie perdue, fut redécouverte et étudiée par les musiciens
romantiques.

De sa naissance à Eisenach en 1685, jusqu’à sa mort à Leipzig, Bach résidera au cours de sa


vie dans huit villes allemandes différentes qui marqueront les étapes importantes de sa vie.

Eisenach - Jean Sébastien naît le 21 mars 1685 à Eisenach en Allemagne près de Weimar
la même année que Haendel et Scarlatti deux autres grands compositeurs de la période
baroque.

La famille Bach est une famille de musiciens depuis le XVIème siècle. Son oncle est organiste,
son père violoniste. Le petit Jean-Sébastien est le dernier de huit enfants. Les parents
offrent à leurs enfants une éducation stricte dans laquelle religion et musique tiennent une
place importante. Jean-Sébastien commence et perfectionne son éveil musical auprès de son
père et surtout de son oncle qui lui transmet son amour de l’orgue et lui fait découvrir un
large répertoire.

Synthèse de documents- Marie Menand CPEM 1


Wikipédia ; Comment parler de la musique aux enfants- Sceren ; De la musique pour tous- Magnard ; Les grands
compositeurs et leurs œuvres- ed Fuzeau
Deutsche Grammophon
Biographie Bach

Ohrdruf - Mais en 1694 puis 1695 la mère puis le père meurent brutalement. Le jeune Jean
Sébastien est confié à son frère aîné qui a alors vingt-quatre ans, Johan Christoph, élève de
Pachelbel et organiste à Ohrdruf. Dans cette ville, Johann Sebastian fréquente le lycée,
acquérant une culture plus approfondie que ses ancêtres ; il a pour camarades de classe l'un
de ses cousins, Johann Ernst Bach et un ami fidèle, Georg Erdmann. Son frère poursuit son
éducation musicale et le forme aux instruments à clavier. Jean-Sebastien se montre très
doué pour la musique et participe aux revenus de la famille en tant que choriste. Il aime à
recopier et étudier les œuvres des compositeurs auxquelles il peut accéder, parfois même
contre la volonté de son frère aîné. La passion d'apprendre restera un de ses traits de
caractère et en fera un connaisseur érudit de toutes les cultures musicales européennes.

Lüneburg - Le 19 janvier 1700, Georg Erdmann quitte Ohrdruf pour Lunebourg ; Jean-
Sébastien parcourt à pied plus de 300 km pour le rejoindre, dès le 15 mars suivant : le désir
de retrouver son ami et de ne plus être à la charge de son frère aîné, qui est marié et père de
famille, le décident probablement à ce changement. Il est admis, avec son ami, dans l’école la
Michaelisschule qui accueille les jeunes garçons pauvres ayant une belle voix.

Outre la musique, il y apprend la rhétorique, le latin, le grec et le français. Il fait la


connaissance de nombreux musiciens et apprend le style musical de l'Allemagne du nord. Il
côtoie aussi à Lunebourg des musiciens français émigrés, notamment Thomas de La Selle,
élève de Lully : c'est l'approche d'une autre tradition musicale ; il recopie intégralement des
œuvres d'orgue.

Après la mue de sa voix, il se tourne vers la pratique instrumentale (orgue, clavecin, violon). Il
peut fréquenter la bibliothèque municipale de Lunebourg et les archives de la Johanniskirche
qui recèlent de nombreuses partitions des plus grands musiciens de l'époque. En 1701, il se
rend à Hambourg et y rencontre, deux grands virtuoses titulaires des plus belles orgues de
l'Allemagne du nord.

Arnstadt - En août 1703, il accepte le poste d'organiste de l’église d’Arnstadt, qui lui
assure un salaire relativement généreux, et l'accès à un orgue neuf et moderne. Il joue
chaque dimanche participe aux services exceptionnels et accompagne les chorals chantés.
Mais pendant cette période il n'est apparemment pas satisfait de ses choristes ; des conflits
éclatent (il en vient aux mains avec un bassoniste nommé Geyersbach) ; il désire sans doute
s'éloigner de l'influence familiale.

En 1705, il prend, à nouveau à pied, le chemin de Lübeck (400 km) pour aller écouter le grand
compositeur Buxtehude. Cette rencontre va bouleverser ses conceptions musicales. Il
prolonge son séjour pendant quatre mois pendant lesquels il s’imprègne de sa musique. A son
retour à Arnstadt ses employeurs n’apprécient pas ses nouvelles manières et lui reprochent la
nouvelle liberté de son style.

C'est à cette époque que Bach achève d'élaborer son art du contrepoint et sa maîtrise des
constructions monumentales.

Synthèse de documents- Marie Menand CPEM 2


Wikipédia ; Comment parler de la musique aux enfants- Sceren ; De la musique pour tous- Magnard ; Les grands
compositeurs et leurs œuvres- ed Fuzeau
Deutsche Grammophon
Biographie Bach

Mühlhausen - En 1707 il s’installe donc comme organiste à Mühlhausen. Il y écrit sa


première cantate, la première d’une série monumentale à laquelle se rajoutera l'œuvre pour
orgue. Il composera sa vie durant plus de trois cents cantates. Plusieurs dizaines de ses
compositions sont perdues, dont une grande partie date de cette période.

Mühlhausen. est alors une petite ville récemment dévastée par le feu et Bach peine à
trouver à se loger à un prix convenable. Le 17 octobre 1707 il épouse sa cousine Maria
Barbara orpheline et musicienne comme lui. Il doit se battre pour constituer une dot
convenable et pour donner à sa femme une place dans les représentations (les femmes
n'étant pas admises à la tribune d'honneur jusqu'au XIXe siècle).

Bach se met vite au travail pour organiser une vie musicale ; il rassemble une bibliothèque de
musique allemande, il fait travailler le chœur et le nouvel orchestre et récolte les fruits de
son travail. Le gouvernement de Mühlhausen est tout à fait satisfait du musicien : il ne fait
aucune difficulté lorsqu'il s'agit de rénover à grand frais l'orgue de l'église et lui confie la
supervision des travaux ; il édite à ses frais la cantate BWV 71 (l'une des rares œuvres de
Bach qui furent éditées de son vivant) ; et par deux fois il réinvite le compositeur pour la
diriger. Cependant, une controverse naît au sein de la ville : Bach, sent que la situation va en
se dégradant, et accepte une meilleure position à Weimar.

Weimar - Voici Bach à Weimar, célèbre cité très active. Les Bach vont y séjourner de
1708 à 1717, Ils y auront sept enfants dont quatre atteindront l'âge adulte parmi lesquels
Wilhem Friedemann et Carl Philipp Emmanuel.

Johann Sebastian Bach (1715)

Jean Sébastien est organiste et premier violon solo à la chapelle du duc de Weimar. Il se
consacre à la musique religieuse mais disposant aussi de l'ensemble instrumental et vocal du
duc il développe aussi sa musique de chambre. Le duc demande à Bach une composition
nouvelle chaque mois exécutée par les musiciens de la chapelle. Cette obligation lui permet de
composer et de faire jouer ses cantates. Elles lui assurent un succès grandissant. Bach est

Synthèse de documents- Marie Menand CPEM 3


Wikipédia ; Comment parler de la musique aux enfants- Sceren ; De la musique pour tous- Magnard ; Les grands
compositeurs et leurs œuvres- ed Fuzeau
Deutsche Grammophon
Biographie Bach

devenu une célébrité. Il est désormais reconnu comme la plus grande figure contemporaine de
la musique allemande.

« non seulement il s’accompagne par le chant et joue sa propre partie, mais en même temps il
veille aux autres chanteurs. De trente et de parfois quarante qu’ils sont, il commande et retient
celui-ci par un signe, celui là en frappant du pied la mesure, le troisième par un doigt menaçant.
Il donne le ton à l’un sur une note aiguë, à l’autre sur une note grave, au troisième sur une note
médiane… au milieu du chant le plus bruyant et bien que sa tâche soit la moins aisée de toutes il
s’aperçoit de la moindre faute, maintient la cohésion et prévient toute erreur… le rythme vit
dans tout son corps ; son oreille très fine distingue immédiatement toutes les harmonies et il
est capable en personne de chanter toutes les parties… » (Johann Matthias Gesner, 1730)

Mais il veut quitter cette ville où il s'ennuie. Justement, le prince Léopold d’Anhalt-Cötten,
beau-frère du duc de Saxe-Weimar, très impressionné par sa musique propose à Bach le poste
de maître de chapelle de la cour de Köthen. Bach, accepte aussitôt.

Köthen

Palais et jardins de Cöthen d'après une gravure de Matthäus Merian Topographia (1650)

De 1717 à 1723, Bach est donc maître de chapelle à la cour du prince Léopold d'Anhalt-
Cöthen, beau-frère du duc de Weimar. Le prince, calviniste, est brillant musicien, il joue avec
talent du clavecin, du violon et de la viole de gambe.; il attire de nombreux musiciens à la cour
de Cöthen, qui dispose rapidement de 18 instrumentistes d'excellent niveau. La musique
engloutit dès lors le quart du budget de la principauté de Anhalt Cötten qui devient un
important centre musical. L'ambiance y est informelle : le prince traite ses musiciens comme
ses égaux, les emmène même à Carlsbad "prendre les bains" et joue souvent avec eux, parfois
même chez Bach lorsque sa mère Gisela Agnes s'irrite de la présence perpétuelle de
l'orchestre au palais. Son poste offre à Bach tout le confort pécuniaire et amical désiré — le
prince Léopold est d'ailleurs le parrain le dernier enfant de Maria Barbara.

Cette période heureuse de la maturité est propice à l'écriture de ses plus grandes œuvres
instrumentales pour luth, flûte, violon (sonates et partitas pour violon solo), clavecin (« le
clavier bien tempéré»), violoncelle (les suites pour violoncelle seul), et les six concertos
brandebourgeois.

Mais un évènement va faire basculer la vie de Bach : la mort de sa femme Maria Barbara. Il en
est d'autant plus bouleversé qu'il n'apprend la mort et l'enterrement de Maria Barbara qu'à
son retour de Dresde. Cet évènement le marque si profondément qu'il attend un an et demi
Synthèse de documents- Marie Menand CPEM 4
Wikipédia ; Comment parler de la musique aux enfants- Sceren ; De la musique pour tous- Magnard ; Les grands
compositeurs et leurs œuvres- ed Fuzeau
Deutsche Grammophon
Biographie Bach

avant de se remarier avec Anna Magdalena, fille d'un grand musicien et choriste de la cour de
Coethen. Il songe ainsi à quitter cet endroit empli de souvenirs d'autant qu'il ne peut
composer de musique sacrée dans une cour calviniste, ce qui lui manque. Bach cherche un
poste : Il postule à Leipzig, où le poste de Cantor est vacant et lui permet une plus grande
renommée en Saint Empire mais aussi en Pologne et en France. Il obtient le poste de Cantor
de Leipzig et compose la Passion selon Saint Jean.

Leipzig - Il s'y installe avec sa deuxième femme Anna Magdalena qu'il a épousée à Coethen.
Il enseigne la musique, le catéchisme et le latin dans les deux écoles de la ville. Il doit aussi
fournir de très nombreuses partitions pour les églises, une cantate pour chaque dimanche et
jour de fête..

Statue de J.S. Bach à Leipzig

Il mène une vie riche en connaissances. Sa femme l'aide beaucoup dans sa fonction de Cantor
en recopiant toutes ses partitions. Sa fonction de Director Musices lui permet d'assister à
des réunions musicales organisées au Café Zimmermann pour des bourgeois amateurs de
musique et de participer aux débats à l'Université. Il ne manque pas une occasion d'aller à
l'opéra de Dresde où son fils est organiste. C'est à Leipzig qu'il compose la majorité de ses
œuvres sacrées. Il écrit plus de deux cents cantates à ce poste, dont cent vingt-six nous sont
parvenues. Il est dans cette phase de sa vie, où, "il ne peut toucher une plume sans
produire un chef-d'œuvre". Il est au faîte de sa gloire, et ses déplacements sont
relatés dans la presse:

« Dimanche dernier, Monsieur Bach, le célèbre maître de chapelle de Leipzig est arrivé
[à Potsdam] dans le but d'avoir le plaisir d'y entendre la noble musique royale. Le soir,
au moment où la musique de chambre ordinaire de la chambre entre dans les
appartements du roi, on annonça à Sa Majesté que le maître de chapelle Bach [...]
attendait la très-gracieuse autorisation d'entendre la musique. Sa Majesté ordonna
immédiatement qu'on le laissa entrer et se mit aussitôt à l'instrument nommé forte et
piano et eut la bonté de jouer en personne un thème au maître de chapelle Bach, sans la
moindre préparation, sur lequel celui-ci dut exécuter une fugue. Le maître de chapelle
s'exécuta de manière si heureuse que Sa Majesté eut la bonté de montrer sa
satisfaction, et que toutes les personnes présentes restèrent stupéfaites. Monsieur
Bach trouva si beau le thème qui lui avait été présenté qu'il veut porter sur papier une
véritable fugue et la faire ensuite graver sur cuivre. »
— Berlinische Nachrichten, Berlin, 11 mai 1747

Synthèse de documents- Marie Menand CPEM 5


Wikipédia ; Comment parler de la musique aux enfants- Sceren ; De la musique pour tous- Magnard ; Les grands
compositeurs et leurs œuvres- ed Fuzeau
Deutsche Grammophon
Biographie Bach

Il commence à perdre la vue en 1745 et bientôt ne peut plus travailler. Affaibli par ces
opérations de la cataracte, il ne survit pas plus de cinq ans. Le 18 juillet 1750, il retrouve
soudainement la vue, mais quelques heures plus tard il subit une attaque d'apoplexie. Il meurt
le 28 juillet 1750. Anna Magdalena lui survit dix ans, vivant de subsides et de mendicité à
l’entrée de la cathédrale

Les enfants de Johann Sebastian Bach


Bach eut vingt enfants de ses deux mariages successifs. De sa première épouse, sa cousine,
Maria- Barbara Bach (1684-1720) il eut sept enfants.

Puis il épouse en secondes noces, une chanteuse de cour, fille cadette d'un trompettiste, Anna
Magadalena Wilcke dont il eut treize enfants :

Les fils qu'il a formés à la musique Wilhem Friedemann, Carl Philipp Emmanuel, Johan
Christoph Friedrich et Johan Christian vont suivre des chemins différents que Bach avait
déjà devinés en disant « Carl Philipp Emmanuel est comme le bleu de Prusse, il sera connu mais
s'évaporera vite. Seul Wilhelm Friedeman réussira à percer durablement même s'il mettra du
temps avant de réussir ». Se basant sur l'excellente éducation musicale inculquée par leur
père, les quatre fils se lanceront vite sur la voie du courant pré-classique qui prend alors le
pas sur le Baroque.

Synthèse de documents- Marie Menand CPEM 6


Wikipédia ; Comment parler de la musique aux enfants- Sceren ; De la musique pour tous- Magnard ; Les grands
compositeurs et leurs œuvres- ed Fuzeau
Deutsche Grammophon