Vous êtes sur la page 1sur 148

Gestion des risques liés à une mission d’audit légal des états financiers : cas du cabinet KAT

naww

Centre Africain d’Etudes Supérieures en Gestion

Institut Supérieur de Comptabilité, Master Professionnel


de Banque et de Finance (ISCBF) en Audit et Contrôle de Geston
(MPACG)
Promotion 5
(2010-2012)

Mémoire de fin d’études


THEME

GESTION DES RISQUES LIES A UNE MISSION D’AUDIT


LEGAL DES ETATS FINANCIERS : CAS DU CABINET
D’EXPERTISE COMPTABLE KONNY AFRIQUE TOGO

Présenté par : Dirigé par :

Anani Dodji AFANTONOU M. Koffi ATCHRIMI,

Expert-comptable et Financier,

Associé-gérant de KONNY AFRIQUE TOGO

Avril 2013

i
Gestion des risques liés à une mission d’audit légal des états financiers : cas du cabinet KAT

DEDICACE

Nous dédions ce mémoire à nos parents AFANTONOU Ayayi et Catherine pour leurs
conseils et soutiens, à notre tante ATCHRIMI Célestine et à son mari Koffi.

i
REMERCIEMENTS

Nos sincères remerciements à tous ceux qui, de loin ou de près, ont contribué à la rédaction de
ce mémoire:

- monsieur Koffi ATCHRIMI, qui a bien voulu nous recevoir dans son cabinet et pour
sa disponibilité à nous éclairer sur le sujet choisi,
- monsieur Esso KOUMARE, pour sa disponibilité malgré son emploi du temps chargé,
- les collaborateurs du cabinet d’expertise comptable KONNY AFRIQUE TOGO,
- monsieur Boubacar BAIDARI, Directeur Général du CESAG,
- monsieur Moussa YAZI, Directeur de l’Institut ISCBF- CESAG,
- le corps professoral du CESAG, pour tous les enseignements reçus durant ces
dernières années,
- nos parents et frères pour leur prière et soutien,
- la maisonnée d’Avépozo, du rameau de Baguida et du secteur N°1,
- notre tuteur Kadialy DIAKHITE, monsieur Kodjo AGBOKOU et leur famille pour
leur hospitalité et soutien sur tous les plans,
- tous ceux dont les noms ne figurent pas dans ce document mais qui ont contribué à sa
réalisation.

ii
AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG
SIGLES ET ABBREVIATIONS

AGC : Assemblée Générale Constitutive

AGO : Assemblée générale Ordinaire

CAC : Commissaire Aux Comptes

CEMAC : Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale

CESAG : Centre Africain d’Etudes Supérieures en Gestion

CNCC : Compagnie Nationale des Commissaires aux Comptes

FCFA : Franc de la Communauté Financière Africaine

GIE : Groupement d’Intérêt Economique

IFAC: International Federation of Accountants

ISA : International Standard on Auditing

KAT: KONNY AFRIQUE TOGO

NEP : Norme d’Exercice de la Profession

OHADA : Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires

ONECCA-TOGO : Ordre National des Experts Comptables et Comptables Agréés du TOGO

ONG: Organisation Non Gouvernementale

RAS : Risque d’Anomalies Significatives

S.A : Société Anonyme

SARL : Société A Responsabilité Limitée

TAFIRE : Tableau Financier des Ressources et des Emplois

UEMOA : Union Economique Monétaire Ouest Africaine

3
AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG
FIGURES ET TABLEAUX

Figure N°1 : Schéma de la démarche d’une mission d’audit légal des Etats Financiers ......... 10

Figure N°2 : Schéma du modèle d’analyse .............................................................................. 44

Tableau N°1 : Présentation des effectifs du cabinet................................................................. 53

Tableau N°2 : Tableau des procédures de gestion des risques liées à la phase d’acceptation
de mandat ................................................................................................................................. 73

Tableau N°3 : Tableau des procédures de gestion des risques liées à phase de réalisation ..... 74

Tableau N°4 : Tableau du test de conformité........................................................................... 75

Tableau N°5 : Tableau du test d’efficacité .............................................................................. 79


LISTE DES ANNEXES

ANNEXE N°1 : Questionnaire d’acceptation de nouveau mandat.......................................... 92

ANNEXE N°2 : Lettre d’acceptation de mandat de l’entreprise AREX AFRIQUE .............. 96

ANNEXE N° 3 : Questionnaire d’aide à la prise de connaissance initiale .............................. 97

ANNEXE N°4 : Lettre de mission de l’entreprise AREX AFRIQUE................................... 103

ANNEXE N°5 : Plan de mission de l’entreprise AREX AFRIQUE ..................................... 105

ANNEXE N°6 : Programme de travail d’AREX AFRIQUE................................................. 110

ANNEXE N°7 : Lettre d’affirmation .................................................................................... 114

ANNEXE N°8 : Questionnaire de fin de mission d’AREX AFRIQUE ................................ 115

ANNEXE N°9 : Questionnaire de préparation des rapports sur les comptes annuels
d’AREX AFRIQUE ............................................................................................................... 119

ANNEXE N°10 : Guide d’entretien....................................................................................... 126


TABLE DES MATIERES

DEDICACE ...................................................................................................................................... i
REMERCIEMENTS........................................................................................................................ ii
SIGLES ET ABBREVIATIONS.................................................................................................... iii
FIGURES ET TABLEAUX........................................................................................................... iv
LISTE DES ANNEXES ................................................................................................................... v
TABLE DES MATIERES .............................................................................................................. vi
INTRODUCTION GENERALE .................................................................................................... 1
PREMIERE PARTIE : CADRE THEORIQUE PORTANT SUR LA GESTION DES
RISQUES LIES A UNE MISSION D’AUDIT LEGAL DES ETATS FINANCIERS .............. 6
Chapitre 1. La démarche d’une mission d’audit légal des états financiers............................... 8
1.1 Audit des états financiers........................................................................................................ 8
1.1.1 Audit légal ........................................................................................................................... 8
1-2 La démarche d’une mission d’audit légal des états financiers.................................... 10
1.2.1 Phase d’acceptation de la mission.................................................................................. 12
1.2.1.1 Appréciation de l’indépendance et l’absence d’incompatibilité........................... 12
1.2.1.2. Appréciation des moyens et de la compétence nécessaires .................................. 14
1.2.2 Phase d’identification et d’évaluation du risque d’anomalies
significatives...................... 17
1.2.2.1 Prise de connaissance ............................................................................................... 17
1.2.2.2 Appréciation du risque inhérent et du risque lié au contrôle .............................. 18
1.2.2.3 Evaluation du contrôle interne................................................................................ 18
1.2.3. Conception et mis en œuvre des procédures d’audit complémentaires........................ 20
1.2.4. Contrôles des comptes et évaluation des éléments collectés ........................................ 22
1.2.4.1. Le contrôle de substance........................................................................................ 22
1.2.4.2. Le contrôle des évènements postérieurs à la clôture ........................................... 23
1.2.5 Synthèse de la mission et rédaction du rapport définitif ............................................... 23
1.2.5.1 Synthèse de la mission.............................................................................................. 24
1.2.5.2 Rédaction du rapport définitif ................................................................................ 24
Chapitre 2 : la gestion des risques liés à une mission d’audit légal des états financiers :
approche par les risques ................................................................................................................ 26
2.1 La notion de risque................................................................................................................ 26
2.2. Objectifs de la gestion des risques liés à une mission d’audit légal des états
financiers ...................................................................................................................................... 27
2.3. Les différents risques liés à la mission d’audit légal des états financiers ...................... 27
2.3.1. Risques internes.................................................................................................................. 27
2.3.1.1 Les risques liés à la phase d’acceptation ............................................................... 28
2.3.1.2 les risques liés à la phase de réalisation : le risque de non détection ................... 31
2.3.2 Risques externes (risques d’anomalies significatives) ................................................... 33
2.3.2.1 Risques inhérents à l’entité......................................................................................... 33
2.3.2.2 Risques liés au contrôle ............................................................................................... 33
2.4 Processus de gestion des risques liés à une mission d’audit légal des états financiers .... 34
2.4.1 Approche traditionnelle par les contrôles ........................................................................ 34
2.4.1.1 Processus de gestion des risques à travers l’approche traditionnelle par les
contrôles34
2.4.2 Approche par les risques.................................................................................................... 36
2.4.2.1. Processus de gestion des risques à travers l’approche par les risques ..................... 36
2.4.3 Mise en place d’un système d’assurance qualité selon ISA 220 ...................................... 41
2.4.3.1 Responsabilités de l’équipe dirigeante concernant la qualité au sein de la structure
d’exercice professionnel................................................................................................................. 41
2.4.3.2 Règles de déontologie pertinentes ................................................................................. 41
2.4.3.3 Acceptation et maintien de relations clients ou adhérents et des missions
particulières .................................................................................................................................... 41
2.4.3.4 Ressources Humaines ou Personnel affecté à la mission............................................... 42
2.4.3.5 Réalisation des missions................................................................................................... 42
2.4.3.6 Surveillance....................................................................................................................... 42
2.4.3.7 Système d’information ..................................................................................................... 43
Chapitre 3. Méthodologie de recherche ................................................................................... 44
3.1 Présentation du modèle d’analyse.......................................................................................... 44
3.2 Les outils de collecte de données ............................................................................................ 45
3.2.1 Entretien............................................................................................................................... 45
3.2.2 Revue documentaire............................................................................................................ 46
3.2.3. Observation......................................................................................................................... 46
CONCLUSION DE LA PREMIERE PARTIE .......................................................................... 47

DEUXIEME PARTIE : GESTION DES RISQUES LIES A UNE MISSION D’AUDIT


LEGAL DES ETATS FINANCIERS AU NIVEAU DU CABINET KONNY AFRIQUE
TOGO ....................................................................................................................................... 48
chapitre 4. Présentation du cabinet KONNY AFRIQUE TOGO .............................................. 50
4.1 Historique................................................................................................................................. 50
4.2 Mission et activités.................................................................................................................. 50
4.2.1 Audit et Commissariat aux comptes.................................................................................. 51
4.2.1.1 Audit contractuel : Audit financier et comptable de projets ou programmes et
d’organisations ............................................................................................................................... 51
vii
AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG
4.2.1.2 Audit légal ou commissariat aux comptes .................................................................... 51
4.2.2. Suivi et évaluation de projets ............................................................................................ 52
4.2.3. Expertise comptable........................................................................................................... 52
4.2.4 Conseil et organisation........................................................................................................ 52
4.2.5 Etude et Formation ............................................................................................................. 52
4.3 Organisation interne du cabinet............................................................................................. 53
Chapitre 5. La gestion des risques liés à une mission d’audit légal des états financiers au
cabinet KAT.................................................................................................................................... 55
5-1 KONNY AFRIQUE TOGO face aux risques liés à l’acceptation de nouveau mandat .. 55
5.1.1 Les risques d’indépendance.............................................................................................. 55
5.1.2 Les risques de compétence................................................................................................ 56
5.1.3 Les risques de moyens ....................................................................................................... 56
5.2.Processus de gestion des risques liés à la phase d’acceptation de nouveau mandat.......... 56
5.2.1 Questionnaire d’acceptation de nouveau mandat ........................................................... 56
5.2.2 La lettre d’acceptation de nouveau mandat...................................................................... 57
5.2.3 La lettre de mission ............................................................................................................. 57
5.2.4 Déclaration d’indépendance .............................................................................................. 58
5.3 Gestion des risques internes liés à la phase de réalisation et des risques externes ........... 58
5.3.1 Phase préparatoire ............................................................................................................. 58
5.3.1.1 Réunion préparatoire avec les dirigeants..................................................................... 58
5.3.1.2 Réunion préparatoire avec les collaborateurs et Organisation de la mission........... 59
5.3.2 Phase de mise en œuvre ...................................................................................................... 59
5.3.2.1. Prise de connaissance de l’entreprise : questionnaire d’aide à la prise de
connaissance.................................................................................................................................... 59
5.3.2.2 Le plan de mission .......................................................................................................... 61
5.3.2.3 Le programme de travail .............................................................................................. 61
5.3.3 La phase de contrôle des substances................................................................................. 62
5.3.3.1 Les contrôles substantifs ................................................................................................. 62
5.3..3.2 Autres contrôles............................................................................................................. 62
5.3.4 Travaux de fin de mission et rédaction des rapports ....................................................... 63
5.3.4.1 Questionnaire de contrôle des événements postérieurs ............................................... 63
5.3.4.2 La revue des travaux.........................................................................................................
63
5.3.4.3 Synthèse de la mission..................................................................................................... 64
5.3.4.4 Lettre d’affirmation ........................................................................................................ 64
5.3.4.5. Questionnaire de fin de mission .................................................................................... 65
5.3.4.6 L’établissement des rapports et bouclage du dossier.................................................. 65

8
AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG
5.3.4.7. Le système d’information ............................................................................................. 65
5.4. Gestion des risques liés à une mission d’audit légal des états financiers : chez le client
AREX AFRIQUE ........................................................................................................................... 66
5.4.1 Phase d’acceptation du mandat de commissariat aux comptes ...................................... 66
5.4.1.1 Questionnaire d’acceptation de mandat........................................................................ 66
5.4.1.2 La lettre d’acceptation du mandat................................................................................. 66
5.4.1.3 La lettre de mission ........................................................................................................ 66
5.4.2 La phase terrain ou de réalisation .................................................................................... 67
5.4.2.1 Réunion d’ouverture avec les dirigeants ...................................................................... 67
5.4.2.2. Réunion avec les collaborateurs et organisation......................................................... 67
5.4.2.3 Prise de connaissance de l’entreprise AREX AFRIQUE............................................. 67
5.4.2.4 le plan de mission............................................................................................................. 68
5.4.2.5 Le programme de travail ............................................................................................... 68
5.4.2.6 L’intérim .......................................................................................................................... 68
5.4.2.7 Le contrôle des comptes .................................................................................................. 69
5.4.3 Travaux de fin de mission et rédaction des rapports ....................................................... 70
5.4.3.1 Le questionnaire de contrôle des évènements postérieurs ........................................... 70
5.4.3.2 La revue des travaux....................................................................................................... 70
5.4.3.3 Synthèse de la mission..................................................................................................... 71
5.4.3.4 Lettre d’affirmation ........................................................................................................ 71
5.4.3.5 Questionnaire de fin de mission ..................................................................................... 71
5.4.3.6 Etablissement des rapports ........................................................................................... 71
Chapitre 6. Présentation des résultats et analyse ..................................................................... 73
6.1. Présentation des résultats ...................................................................................................... 73
6.1.1 Phase d’acceptation de mandat.......................................................................................... 73
6.1.2 Phase de réalisation ou d’exécution de la mission ............................................................ 74
6.2 Analyse de résultats................................................................................................................. 74
6.2.1 Test de conformité des procédures aux normes internationales d’audit (normes ISA) 75
6.2.2 Test d’efficacité sur l’application des procédures ............................................................ 79
6.3 Recommandations au cabinet KONNY AFRIQUE TOGO ................................................ 85
CONCLUSION DE LA DEUXIEME PARTIE........................................................................... 87
CONCLUSION GENERALE ...................................................................................................... 88
ANNEXES....................................................................................................................................... 91
BIBLIOGRAPHIE....................................................................................................................... 130

ix

AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG


INTRODUCTION GENERALE
Au cours de cette dernière décennie, plusieurs scandales ont bouleversé le monde de la
finance et de la comptabilité. Parmi ceux-ci, on peut citer la faillite de la société Enron en
2001 dont les principales causes sont le détournement de fonds, la corruption et la divulgation
d’informations financières et comptables non fiables aux associés et aux tiers. L’une des
conséquences de ce scandale financier est la fermeture du cabinet d’audit Arthur Andersen,
commissaire aux comptes de la dite société dont les responsabilités professionnelles ont été
mises en cause.

Les conséquences subies par les différents acteurs du monde économique au cours des
ème
différents scandales financiers et comptable de ce 21 siècle ont révélé la fragilité de
l’information financière et comptable et la difficulté à rendre compte fidèlement de la
situation d’une entreprise. Pour pallier ou atténuer l’ampleur de ces conséquences, l’audit et la
mise en place d’un système de contrôle interne au sein des entreprises apparaissent comme
des outils qui soutiennent la crédibilité de toute information financière et comptable. Ainsi,
l’audit peut être appréhendé comme un regard extérieur sur la qualité de l’information
collectée, traitée et transmise sous forme d’états financiers de synthèse aux associés et aux
tiers ; et le contrôle interne est l’ensemble des procédures et des mécanismes mis en œuvre
pour assurer la pertinence du processus de collecte, de traitement et de transmission de
l’information. En d’autre terme le contrôle interne est préventif et permet de s’assurer que
toutes les transactions sont bien appréhendées, qu’elles sont correctement valorisées et
qu’elles font l’objet d’un suivi conformes aux procédures établies ou aux normes du secteur
d’activité. En somme l’audit et le contrôle interne jouent un rôle essentiel dans le
fonctionnement de nos sociétés.

Sur la base de ce qui précède, il existe une réelle demande d’audit exprimée par les
actionnaires et les tiers des sociétés. Qui répond donc à cette demande d’audit ? Pour apporter
aux actionnaires et aux tiers une assurance raisonnable que les comptes ne comportent pas
d’anomalies significatives, les auditeurs doivent être membres d’un cabinet d’audit externe
aux entreprises ou sociétés. Pour atteindre cet objectif d’opinion, ils ont l’obligation de
disposer de procédures efficaces de déroulement de leurs travaux selon les normes d’audit.

2
AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG
Ainsi l’organisation étudiée dans le cadre de notre mémoire de fin de cycle intitulé
« La gestion des risques liés à une mission d’audit légal des états financiers » est un cabinet
d’audit, membre de l’Ordre National des Experts - Comptables et Comptables Agréés du
Togo. KONNY AFRIQUE TOGO, membre du réseau de cabinets basés en France et en
Afrique intervient en Audit (légal et Contractuel), l’Expertise comptable, le Conseil et
Formation des organisations de tous secteurs d’activités.

Les scandales financiers et comptables énoncés plus hauts ont également révélé dans
l’exercice de la fonction de commissariat aux comptes (Audit légal) des risques
professionnels auxquels font face ces derniers. Il s’agit d’une part du risque d’indépendance,
de compétence et de moyens à l’acceptation de la mission et d’autre part du risque de non
détection dans la réalisation de la mission.

Il convient de se demander : quelles peuvent être les causes et les conséquences liées aux
risques auxquels sont confrontés les auditeurs contractuels et les auditeurs légaux dans
l’exercice de la fonction ?

Pour répondre à la question posée ci-dessus, il est impératif pour nous de définir la
notion « risque d’audit ». Le risque d’audit peut être défini comme le risque que le
commissaire aux comptes exprime une opinion contraire à celle qu’il aurait du émettre.

Suivant cette définition de la notion du risque d’audit, les causes liées aux risques auxquels
font face le commissaire aux comptes dans l’exercice de sa mission de certification des
comptes sont :
a) Causes internes : de nos jours la profession d’auditeur externe ou de commissaire
aux comptes est régie par un ensemble de normes d’exercice professionnel et par un
code de déontologie. Par conséquent, le non respect de ces dispositions
professionnelles expose l’auditeur externe aux risques liés à l’acceptation et à
l’exécution de la mission.
b) Causes externes : Il s’agit essentiellement des facteurs en relation avec
l’environnement de l’entité auditée.
Ces causes internes et externes proviennent essentiellement :
- du secteur d’activité, la réglementation du secteur, y compris le référentiel
comptable applicable,
- de la nature de l’entité et ses choix en matière de pratique comptable,
- des objectifs, des stratégies et des risques d’entreprises qui en résultent,
- de la mesure et l’examen des performances financières de l’entreprise,
- du dispositif de contrôle interne de l’entreprise.

Sur la base de ce qui précède les conséquences liées aux risques auxquels sont
confrontés les commissaires aux comptes dans l’exercice de la fonction sont essentiellement
la mise en cause de leurs responsabilités. Ceci engendre des poursuites pénales à l’encontre du
commissaire aux comptes.

Afin d’aboutir à une expression d’opinion indépendante et correcte sur l’exactitude


des états financiers en limitant les risques d’audit, plusieurs approches s’offrent à l’auditeur. Il
s’agit de l’approche traditionnelle par les contrôles et l’approche par les risques qui met un
accent particulier sur l’étude approfondie de l’environnement. Les nouvelles normes d’audit
émises par l’International Federation of Accountants (IFAC) placent l’approche par les
risques au centre des obligations des commissaires aux comptes.

Pour résoudre ce problème après analyse, il est important de trouver des réponses
aux questions de savoir quels sont les risques liés à la mission d’audit légal des états
financiers et comment doit-on les gérer de façon dynamique tout au long de la démarche
du commissariat aux comptes. Outre cette question, il convient de savoir quelle démarche
adopte-on dans une mission d’audit légal et comment le cabinet étudié gère les risques
associés à ce type de mission.

Le choix du thème « Gestion des risques liés à une mission d’audit légal des états
financiers : Cas du cabinet KONNY AFRIQUE TOGO » découle d’une part de la
responsabilité du commissaire aux comptes vis-à-vis des associés et des tiers et d’autre part
des conséquences néfastes que peuvent avoir l’émission d’une mauvaise opinion sur la
situation comptable et financière d’une société.
Notre mémoire a pour objectif, après une analyse des procédures d’audit légal des
états financiers, d’apprécier les dites procédures mises en place pour gérer les risques liés à la
mission d’audit légal des états financiers dans le cadre du cabinet KONNY AFRIQUE TOGO
à savoir :
a- l’acceptation de la mission (lettre d’acceptation de mandat, lettre de mission,
déclaration d’indépendance, lettre d’appartenance à un réseau),
b- l’identification et l’évaluation du risque d’anomalies significatives,
c- la conception et la mise en œuvre des procédures d’audit complémentaires,
d- le contrôle des comptes et évaluation des éléments collectés,
e- la synthèse de la mission et formulation de l’opinion.

Notre argumentaire dans le cadre de ce mémoire se limitera à la description et


l’analyse de l’approche par les risques et non la description des procédures, d’autres missions
pouvant être effectuées par le commissaire aux comptes notamment les missions
d’augmentation de capital, de réévaluation ou de liquidation.

Ce sujet a pour but supplémentaire d’aider le cabinet KAT à améliorer ses procédures
d’approche par les risques lors d’une mission d’audit légal des états financiers et en émettre
une opinion correcte. Par ailleurs il nous permettra de mettre en pratique les outils acquis lors
de notre formation au CESAG. C’est aussi une occasion d’approfondir nos connaissances en
matière de gestion de risques dans une mission légale des états financiers.

Dans la première partie du mémoire, nous déroulerons la démarche ou les procédures


d’audit légal des états financiers. Ensuite nous analyserons les approches de gestion des
risques par identification des différents types de risques. Dans la deuxième partie, nous
présenterons le cabinet KAT, ses procédures mises en place pour la gestion des risques liés à
une mission d’audit légal des états financiers, un test de conformité par rapport aux normes
ISA et un test d’efficacité sur leur application suivi de nos observations et recommandations.

5
AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG
PREMIERE PARTIE : CADRE THEORIQUE PORTANT SUR
LA GESTION DES RISQUES LIES A UNE MISSION D’AUDIT
LEGAL DES ETATS FINANCIERS
Une mission de commissariat aux comptes ou d’audit légal requiert la mise en œuvre
de diligences permettant d’obtenir l’assurance que les comptes et les états financiers de
synthèse, pris dans leur ensemble, ne comportent pas d’anomalies significatives. Cette
assurance élevée, mais non absolue du fait des limites de l’audit, est qualifiée, par convention,
d’ « assurance raisonnable ». Pour atteindre ce niveau d’assurance, l’auditeur adopte un plan
d’audit ou définit une démarche d’audit permettant de limiter les risques pouvant entraîner
l’expression d’une opinion contraire à celle qu’il aurait dû émettre.

7
AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG
Chapitre 1. La démarche d’une mission d’audit légal des états financiers

« La grandeur ou la décadence d’une gestion se lisent d’emblée dans les comptes


sociaux. Un contrôle efficace de la comptabilité est encore la meilleure prévention des
difficultés éventuelles d’une entreprise. Le recours, obligatoire ou facultatif, à un commissaire
aux comptes par une société n’est donc pas une simple formalité. » (CHAPUT, 1999 : 139).
En effet le commissaire aux comptes doit émettre une opinion motivée qui engage sa
responsabilité.

Pour ce faire, il doit adopter une démarche lui permettant d’avoir une assurance
raisonnable que l’objet soumis à audit ne contient pas d’anomalies significatives. L’audit
peut concerner entre autres, les projets, le management, le système d’informations,
l’organisation et les états financiers.

1.1 Audit des Etats financiers

Selon l’ISA 200, une mission d’audit des états financiers a pour objectif de permettre
à l’auditeur d’exprimer une opinion selon laquelle les états financiers ont été établis, dans
tous leurs aspects significatifs, conformément à un référentiel comptable identifié. On
distingue deux types d’audit à savoir : l’audit légal ou le commissariat aux comptes et
l’audit contractuel.

1.1.1 Audit légal

« L’audit légal est une activité régie par la loi et exercée dans le cadre du
commissariat aux comptes. Elle vise à émettre une opinion sur la sincérité des états financiers
d’une entreprise et à valider la pertinence et la qualité de l’information financière. » (KROLL
& al, 2010 : 171). Régis par la loi, les termes et conditions de nomination des commissaires
aux comptes sont définis par l’Acte Uniforme portant sur les sociétés commerciales et GIE.
Selon cet acte, certaines sociétés ont l’obligation de nommer des commissaires aux comptes.
• Société Anonyme (S.A)

Selon les articles 702, 704 et 705 de l’Acte Uniforme portant sur les sociétés
commerciales et GIE, les S.A ne faisant pas appel à l’épargne, ont l’obligation de nommer un
commissaire aux comptes titulaire et un suppléant. Les S.A faisant appel à l’épargne, doivent
nommer au moins deux commissaires aux comptes titulaires et deux suppléants.

• Société A Responsabilité Limitée (S.A.R.L)

Selon l’article 376 de ce même acte, les SARL remplissant l’une des conditions
ci-dessous sont tenues de nommer au moins un commissaire aux comptes.

Ces conditions sont les suivantes :

- capital social supérieur ou égal à dix millions (10 000 000) de FCFA,
- chiffre d’affaires annuel supérieur à deux cent cinquante millions (250 000 000) de
FCFA,
- effectif permanent supérieur à 50 personnes.
• Groupement d’Intérêt Economique (G.I.E)

D’après l’article 880 de l’Acte Uniforme, un ou plusieurs commissaires aux comptes


nommés par l’assemblée peut exercer le contrôle des états financiers de synthèse pour une
durée de six exercices. Celui-ci doit être choisi sur la liste officielle des commissaires aux
comptes ou des experts comptables et comptables agréés. Le choix des commissaires aux
comptes est facultatif pour les G.I.E.

Lorsque les termes d’une mission d’audit ne sont pas définis par la loi, ceux-ci sont
définis par l’organisation demandeuse après négociation avec le cabinet contractant : il s’agit
d’une mission d’audit contractuel.
1-2 La démarche d’une mission d’audit légal des états financiers

Pour mener un audit, il est nécessaire d’adopter une démarche. Cette démarche permet à
l’auditeur de collecter des éléments dits probants nécessaires et suffisants, soit des éléments
sur lesquels il pourra fonder son opinion sur les états financiers. Pour cela il doit le faire d’une
manière critique, progressive, méthodique et constructive pour pouvoir délivrer l’opinion
attendue sur les documents comptables et financiers. C’est dans ce sens que
AHOUANGANSI (2010 :923) définit l’audit comme, un examen critique qui vise
fondamentalement à vérifier la fiabilité des informations fournies par les organisations
économiques et à s’assurer de la qualité des dites informations par rapport à la qualité
normalement attendue de la matière contrôlée.

Cette démarche d’audit appliquée par le commissaire aux comptes peut être résumée
comme suit selon AHOUANGANSI (2010 : 923) :
• phase d’acceptation de la mission,
• phase d’identification et d’évaluation du risque d’anomalies significatives,
• phase de conception et de mise en œuvre des procédures d’audit complémentaires,
• phase de contrôle des comptes et d’évaluation des éléments collectés,
• phase de synthèse de la mission et de formulation de l’opinion.

On peut schématiser les différentes étapes comme suit :

Figure N°1 : Schéma de la démarche d’une mission d’audit légal des états financiers

Appréciation de l’indépendance, d

Phase 1 Acceptation de la mission Lettre d’acceptation de mandat

Lettre de mission

Déclaration d’indépendance
Prise de connaissance

Identification et évaluation Appréciation du risque inhérent et


Phase 2 du risque d’anomalies
significatives
Evaluation du contrôle interne

Plan de mission

Conception et mise en Questionnaire de seuil de signif


Phase 3 œuvre des procédures
d’audit complémentaires
Planification de la mission

Tests de procédures

Contrôles des comptes et Contrôles de substance


Phase 4 évaluation des éléments
collectés
Contrôle des évènements posté

Synthèse de la mission

Synthèse de la mission et Lettre d’affirmation


Phase 5 formulation de l’opinion

Rédaction du rapport et boucla

Source : AHOUANGANSI (2010 : 923)


1.2.1 Phase d’acceptation de la mission

Avant toute mission de commissariat aux comptes, le commissaire aux comptes doit
vérifier la compatibilité de la mission avec les exigences légales et réglementaires pour
s’assurer du respect des dispositions du code de déontologie de la profession (respect du
principe d’indépendance, absence d’interdictions ou d’incompatibilités résultant d’éventuels
liens financiers ou personnels). Selon l’ISA 220, les règles d’éthique, les règles
d’indépendance, une revue du contrôle qualité doivent être mises en œuvre dans le cadre de
chaque mission d’audit. L’associé responsable d’une mission d’audit doit veiller au respect
des règles d’indépendance qui s’appliquent à la mission sinon il met en cause sa
responsabilité. Mais cette responsabilité peut-elle être considérée comme effective ? Selon
FILIPPI (2011 : 60), il est vrai que la profession de commissariat aux comptes est très
réglementée. Mais la comparaison des rares mises en cause de la responsabilité du
commissaire aux comptes avec les nombreux textes réglementant ses obligations conduit à
s’interroger sur l’effectivité de cette responsabilité.

Dans cette phase le commissaire aux comptes sera confronté à des risques
d’indépendance, de moyens et de compétence. Selon MIKOL (2010 : 166), avant d’accepter
une mission de commissariat aux comptes, l’expert doit s’assurer de trois (3) éléments :

- la mission ne va pas lui faire perdre son indépendance ou qu’il ne se retrouve dans une
situation d’incompatibilité,
- il dispose de la compétence nécessaire,
- il dispose du personnel et du temps nécessaire.

1.2.1.1 Appréciation de l’indépendance et l’absence d’incompatibilité

Il est nécessaire pour l’auditeur d’être indépendant pour que son opinion soit vraiment
objective. L’indépendance doit se situer premièrement au niveau de son esprit. Il doit être
intègre en tout point. Cette indépendance doit être également visible au niveau de l’entité
auditée, ce qui permettra à l’auditeur d’agir librement. Cette appréciation doit se faire avant
la décision d’acceptation de mandat.
Aussi la fonction de commissaire aux comptes est incompatible avec certaines
fonctions. L’article 9 de l’Acte uniforme portant sur le droit commercial général dispose que
les fonctions de commissaire aux comptes sont incompatibles avec l’exercice d’une activité
commerciale. L’article 378 de l’Acte uniforme portant sur les sociétés commerciales et
groupements d’intérêt économique va plus loin en disposant que ne peuvent être
commissaires aux comptes de la SARL :

- les gérants et leurs conjoints,


- les apporteurs en nature et les bénéficiaires d’avantages particuliers,
- les personnes recevant de la société ou de ses gérants des rémunérations périodiques
sous quelque forme que ce soit, ainsi que leurs conjoints.

L’article 697 cite les activités incompatibles avec la mission du commissaire aux
comptes, notamment :

- toute activité ou tout acte de nature à porter atteinte à son indépendance,


- tout emploi salarié. Toutefois, un commissaire aux comptes peut dispenser un
enseignement se rattachant à l’exercice de sa profession ou occuper un emploi
rémunéré chez un commissaire aux comptes ou chez un expert comptable,
- toute activité commerciale, qu’elle soit exercée directement ou par personne
interposée.

L’article 698 cite les personnes (physiques ou morales) qui sont excluent de la profession
de commissaire aux comptes :

- les fondateurs, apporteurs, bénéficiaires d’avantages particuliers, dirigeants sociaux de


la société ou de ses filiales, ainsi que leur conjoint,
- les parents et alliés, jusqu’au quatrième degré exclusivement, des personnes visées au
paragraphe 1 du premier article 698,
- les dirigeants sociaux des sociétés possédant le dixième du capital de la société ou
dont celle-ci possède le dixième du capital, ainsi que leur conjoint,
- les personnes qui, directement ou indirectement, ou par personne interposée,
reçoivent, soit des personnes figurant au 1) du présent article 698 soit de toute société
visée au paragraphe 3) du présent article 698, un salaire ou une rémunération
quelconque en raison d’une activité permanente autre que celle du commissaire aux
comptes ; il en est de même pour les conjoints de ces personnes.

L’article 699 dispose que le commissaire aux comptes ne peut être nommé
administrateur, administrateur général, administrateur général adjoint, directeur général ou
directeur général adjoint des sociétés qu’il contrôle moins de cinq années après la cessation de
sa mission de contrôle de la dite société. La même interdiction est applicable aux associés
d’une société de commissaire aux comptes. Pendant le même délai, il ne peut exercer la même
mission de contrôle par lui, ni dans les sociétés possédant le dixième du capital de la société
contrôlée par lui. L’exercice ne peut également se faire dans les sociétés dans lesquelles la
société contrôlée par lui possède le dixième du capital, lors de la cessation de sa mission de
contrôle de commissaire aux comptes.

Si le commissaire aux comptes lors d’une mission d’audit légal des états financiers ne
prend pas en compte ces incompatibilités, il peut mettre en cause sa responsabilité. Selon
ROBERT (2011 : 484), l’ensemble des responsabilités encourues par les professionnels du
chiffre que sont les commissaires aux comptes sont : civile, pénale, administrative (celle liée à
l’autorité des marchés financiers), disciplinaire.

Pour apprécier son indépendance et l’absence d’incompatibilité, le commissaire aux


comptes doit pouvoir réunir les informations nécessaires sur la structure de l’entité dont les
comptes sont certifiés, son actionnariat, sur son mode de direction et sur la politique des
dirigeants en matière de contrôle interne et d’informations financières.

1.2.1.2. Appréciation des moyens et de la compétence nécessaires

Le commissaire aux comptes, avant d’accepter une mission doit se demander s’il
dispose des moyens et de la compétence nécessaires pour effectuer la mission. Les
missions que peuvent accomplir le commissaire aux comptes peuvent nécessiter des
compétences particulières que l’auditeur peut ne pas disposer. L’appréciation de la
compétence se fait non seulement au niveau du commissaire aux comptes mais aussi de
l’équipe qui effectue la mission. L’appréciation des moyens est également d’une
importance majeure pour le commissaire aux comptes. S’il n’a pas une obligation de
résultats, il a une obligation de moyens. Il peut engager sa responsabilité si un tiers peut
prouver qu’il n’a pas mis en œuvre tous les moyens nécessaires et que cette insuffisance
lui a causé un préjudice.

• la lettre d’acceptation de mandat

Selon AHOUANGANSI (2010 : 923), l’auditeur doit rédiger une lettre d’acceptation
de mandat à l’entité pour confirmer son accord suite à la proposition de sa candidature à
l’Assemblée Générale Ordinaire ou à l’Assemblée Générale Constitutive. Cette lettre traduit
uniquement la décision d’acceptation ou non du mandat. Elle ne couvre pas les aspects
organisationnels de la mission comme la nature et l’étendue des interventions, ou l’équipe de
la mission. Pour cela il convient de rédiger une lettre de mission.

• la lettre de mission

Pour accepter la mission, le commissaire aux comptes doit prendre en compte certains
critères. Ces critères peuvent concerner le contrôle interne, la comptabilité, l’attitude des
dirigeants, la compétence du personnel, les situations conflictuelles entre les dirigeants,
membres… A partir des éléments collectés, il peut décider d’accepter la mission. La lettre de
mission qui sera rédigée après l’acceptation de la mission constitue le contrat entre le cabinet
et l’entité.

La NEP-210 définit son objet et son contenu. Selon cette norme, pour favoriser le bon
déroulement de la mission du commissaire aux comptes, il est nécessaire que ce dernier
définisse les termes et conditions de ses interventions. A cet effet, il doit les consigner dans
une lettre de mission. Cette lettre décrit les modalités de déroulement de la mission (termes et
conditions) et doit couvrir plusieurs points comme :
- la nature et l’étendue des interventions à mener conformément aux normes d’exercice
professionnel,
- le processus de communication des conclusions des interventions aux organes
dirigeants,
- les dispositions relatives aux signataires, aux intervenants et au calendrier
d’intervention sur le terrain et de rédaction du rapport,
- la nécessité d’accès sans restriction à tous les documents comptables, pièces
justificatives ou autres informations dont le commissaire aura besoin dans le cadre
de la mission,
- le rappel des informations et documents que l’entité doit communiquer ou
mettre à disposition,
- le souhait de recevoir une confirmation écrite des organes dirigeants pour ce qui
concerne les déclarations faites ayant un lien avec la mission,
- le budget d’honoraires et les conditions de facturation…

Une fois le contrat formalisé et mis à la disposition du client, le cabinet de commissariat aux
comptes doit prendre les dispositions pour réduire le risque d’indépendance.

• Déclaration d’indépendance

Après la lettre de mission et avant même de démarrer la mission, le commissaire aux


comptes, selon AHOUANGANSI (2010 : 923) doit signer et faire signer une déclaration
d’indépendance à tous ses collaborateurs que ce soit en interne ou en externe. Ils doivent
confirmer respecter les règles d’incompatibilités applicables à l’exercice de la mission de
commissariat aux comptes des entités.

Le commissaire pouvant appartenir à un réseau doit également rédiger une lettre


d’appartenance ou non à un réseau. Après avoir pris toutes ces dispositions lui permettant de
s’assurer du respect des principes d’indépendance, d’absence d’interdictions ou
d’incompatibilités, le commissaire aux comptes peut entamer la phase de réalisation de la
mission. Cette phase commence par l’identification et l’évaluation du risque d’anomalies
significatives.
1.2.2 Phase d’identification et d’évaluation du risque d’anomalies significatives

Selon l’ISA 315, l’auditeur doit acquérir une connaissance de l’entité et de son
environnement, y compris de son système de contrôle interne, lui permettant d’identifier et
d’évaluer le risque que les états financiers contiennent des anomalies significatives, résultant
de fraudes ou d’erreurs. Selon PORTER & al. (2008 : 608), il est très avantageux de
déterminer le risque d’audit durant la phase de planification d’une mission d’audit légal.

Il s’agit d’identifier d’abord les risques d’anomalies significatives dans les comptes et
de les évaluer par la suite. La démarche à adopter est celle de la cartographie des risques qui
consiste à évaluer chaque risque identifié selon 3 niveaux (faible/ moyen et fort) en suivant 2
paramètres : impact et probabilité. En fonction du niveau du risque évalué (moyen ou fort),
on analysera la qualité du contrôle interne dans son rôle de détection, de prévention ou de
réduction des risques de fraudes. Ce n’est qu’après cette analyse qu’on définit les procédures
à mettre en place (contrôles de substance et/ou procédures complémentaires).

Avant toute chose il convient de faire une prise de connaissance de l’entité dont les
comptes seront certifiés. C’est ici que le commissaire approfondit la prise de connaissance qui
lui permettra d’orienter sa mission et d’appréhender les domaines et systèmes significatifs.
Dans cette phase le commissaire aux comptes sera confronté à des risques de non exhaustivité
de la prise de connaissance et de non identification de tous les risques d’anomalies
significatifs.

1.2.2.1 Prise de connaissance

Avant de l’entamer, le commissaire aux comptes doit faire une revue des techniques
ou méthodes d’investigation qu’il doit utiliser pour collecter les informations. Selon la norme
ISA 315, l’auditeur doit obtenir une compréhension de l’entité et de son environnement, y
compris son contrôle interne, de manière à évaluer les risques susceptibles d’affecter la
sincérité des états de synthèse, que ces risques relèvent de la fraude ou de l’erreur, et de
déterminer les procédures d’audit à appliquer en conséquence. Après la prise de
connaissance, le commissaire aux comptes doit apprécier le risque inhérent et le risque lié au
contrôle.
1.2.2.2 Appréciation du risque inhérent et du risque lié au contrôle

Pour apprécier les risques inhérents et les risques liés au contrôle, le commissaire aux
comptes peut utiliser des outils comme les questionnaires. Ces questionnaires lui permettent
d’identifier les risques d’anomalies significatives auxquels il fait face et de les évaluer.

Selon l’ISA 240, lors de la planification et de la réalisation de l’audit, le commissaire


aux comptes doit prendre en compte le risque que les états financiers contiennent des
anomalies significatives provenant de fraudes. C’est dans cette perspective que le
commissaire aux comptes doit également faire un entretien avec la direction sur les aspects de
fraude. Outre l’entretien il doit établir également un questionnaire sur l’évaluation du risque
d’anomalies significatives provenant de fraudes.

Après cette étape, le commissaire aux comptes doit faire la synthèse des risques
inhérents identifiés et les évaluer. Ensuite, il doit identifier l’incidence de l’environnement de
contrôle de l’entité sur les risques moyens ou élevés (points forts et faibles) et l’implication
sur l’approche générale de la mission.

Dans la phase d’évaluation des risques, le commissaire aux comptes doit également
apprécier le comportement et l’éthique du dirigeant. Il peut regrouper les risques par
catégories : les risques liés à l’éthique, les risques liés à la responsabilité, les risques liés à la
compétence, les risques liés à la transparence et les risques liés à la dépendance. A la fin de
cette phase d’évaluation des risques d’anomalies significatives, il doit faire un compte rendu
préalable à la mise en œuvre des contrôles qui lui permettra de présenter sa compréhension
de l’environnement de l’entité et des principales évolutions, l’identification et l’évaluation des
risques et d’orienter les travaux d’audit.

1.2.2.3 Evaluation du contrôle interne

Cette phase permet d’évaluer les procédures et les systèmes, manuels ou informatisés,
utilisés par l’entreprise. Le contrôle interne, selon BERNARD & al. (2013 : 327), est un
ensemble d’actions/décisions qui se doit d’être pris en compte dans toutes les activités de
l’organisation. Durant cette phase, le commissaire aux comptes statue définitivement sur les

18
AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG
risques liés au contrôle et valide la capacité des procédures à neutraliser les risques liés à
l’intégralité du patrimoine. Pour cela il effectue les tests de procédures.

1.2.2.3.1. Les tests de procédures

Selon la NEP 330, les tests de procédures permettent de collecter des éléments en vue
d’apprécier l’efficacité des contrôles conçus et mis en œuvre par l’entité pour prévenir,
détecter ou corriger les anomalies significatives au niveau des assertions.

Selon cette même norme, plus le commissaire aux comptes s’appuie sur l’efficacité du
contrôle interne dans l’évaluation du risque d’anomalies significatives, plus il étend les tests
de procédures. Concernant la nature des tests de procédures, on distingue les procédures
analytiques, l’observation physique, l’inspection, la réexécution de certains contrôles. Pour
s’assurer de l’efficacité du contrôle interne, le commissaire aux comptes s’appuie plus sur les
tests de procédures. L’objectif poursuivi est de vérifier si les forces de conception, jugées
pertinentes pour l’audit, s’appliquent réellement et de manière constante.

La démarche adoptée pour effectuer les tests de procédures est la suivante :

• Prise de connaissance du processus

Avant l’évaluation proprement dite, le commissaire aux comptes doit faire une prise
de connaissance du processus. Elle lui permettra d’avoir une compréhension du système et du
contrôle interne.
- Obtention d’informations nécessaires pour analyser le processus

Pour cette évaluation, il doit obtenir des informations pour pouvoir analyser le
processus. Selon BERNARD & al. (2013 : 327), il s’agit de recenser l’ensemble des moyens
de dispositifs de maîtrise déployés par les opérationnels et d’en déterminer l’efficience. Dans
la collecte de ces informations il fait recours à des outils d’analyse.
- Formalisation de la description du processus

Dans la formalisation de cette description, il peut utiliser comme outils, le test de


conformité ou de compréhension des procédures qui lui permettra de s’assurer également de
la compréhension des points clés mis en place, le diagramme, l’examen du manuel. Dans la
réalisation du test de conformité, il faut mettre en œuvre des tests de cheminement pour
dérouler une procédure complète, des tests spécifiques sur des points de procédures peu clairs
et faire une restitution de la description en vue de recueillir les avis des acteurs intéressés.

• Evaluation du contrôle interne du processus


- Evaluation préliminaire : évaluation de la conception

Cette évaluation est d’ordre théorique. Il s’agit d’identifier les faiblesses de conception
et les forces de conception au niveau des assertions (réalité, exhaustivité, mesure,
classification, séparation des exercices). Après il faudra vérifier à travers l’évaluation
définitive si les forces théoriques sont appliquées.
- Evaluation définitive : évaluation de l’efficacité

A travers des tests de permanence ou des tests de procédures, l’auditeur doit pouvoir
confirmer les points forts identifiés. Les tests de procédures permettent de collecter des
éléments en vue d’apprécier l’efficacité des contrôles conçus et mis en œuvre par l’entité
pour prévenir, détecter ou corriger les anomalies significatives au niveau des assertions. Les
différents types de tests de procédures sont : les procédures analytiques, l’observation
physique, l’inspection, la réexécution de certains contrôles. Les points forts théoriques
doivent s’appliquer réellement et de manière constante.

1.2.3. Conception et mis en œuvre des procédures d’audit complémentaires

Dans le cadre d’une mission d’audit, il est nécessaire de mettre en œuvre des
procédures d’audit complémentaires suivant les normes d’audit notamment la norme ISA 330.
Selon cette norme, afin de réduire le risque d’audit à un niveau acceptable, l’auditeur doit
concevoir et mettre en œuvre des procédures d’audit complémentaires en fonction des risques
identifiés. Ces procédures passent tout d’abord par l’établissement du plan de mission.

• Plan de mission

Selon MIKOL (2010 : 166), le commissaire aux comptes doit faire une synthèse des
éléments collectés dans la prise de connaissance générale de l’entité et de son environnement.
Il tient compte également des éléments de contrôle interne pertinents pour l’audit,
d’évaluation du risque d’anomalies significatives, au niveau des comptes pris dans leur
ensemble et au niveau des assertions. Il doit vérifier l’implication sur l’approche générale.

La planification de l’audit selon la NEP 300, consiste à prévoir l’approche générale


des travaux, les procédures d’audit que les membres de l’équipe d’audit mettront en œuvre, la
nature et l’étendue de la supervision des membres de l’équipe, la nature et l’étendue des
ressources nécessaires pour réaliser la mission. Ce plan définit la stratégie globale adoptée
pour la mission.

• Questionnaire de seuil de signification

Conformément aux dispositions de la NEP 320, le commissaire aux comptes


détermine, un seuil de signification au niveau des comptes pris dans leur ensemble, et le cas
échéant des seuils de signification de montants inférieurs pour certaines catégories
d’opérations, certains soldes de comptes ou certaines informations fournies dans l’annexe.

Selon LEJEUNE (2007 : 329), ce seuil permet de fixer un niveau à partir duquel une
anomalie significative puisse avoir une incidence sur les comptes annuels en affectant la
sincérité, la régularité et l’image fidèle desdits comptes et, par conséquent, en induisant en
erreur le lecteur des comptes. Ce seuil constitue la base sur laquelle l’auditeur va fonder son
opinion en matière quantitative. Les erreurs décelées qui seules ou additionnées sont
supérieures à ce seuil feront l’objet d’une certification avec réserves ou d’un refus de certifier,
si l’ensemble des états financiers est remis en cause. Il faut premièrement identifier les
critères pertinents pour la détermination du (des) seuil(s) de signification. Ces critères peuvent
être le résultat courant, le résultat net, le chiffre d’affaires, les capitaux propres ou
21
AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG
l’endettement net. Toutefois ces critères peuvent être influencés par des facteurs comme la
structure des comptes de la société, la présence dans les comptes d’éléments auxquels
certains utilisateurs sont susceptibles d’être particulièrement attentifs, le secteur d’activité de
l’entité, la structure de l’actionnariat de l’entité…

• Planification de la mission (appréciation de la compétence nécessaire, du


personnel disponible et du temps nécessaire)

Les objectifs de cette phase de planification sont de déterminer l’approche générale,


d’établir des prévisions quant à la nature et l’étendue des ressources nécessaires pour réaliser
la mission, la comparaison entre les heures budgétées et les heures réalisées par intervenant,
l’analyse des éventuels dépassements (temps et honoraires) et la détermination des mesures à
prendre pour corriger la situation.

1.2.4 Contrôles des comptes et évaluation des éléments collectés

L’objectif dans cette phase consiste à réaliser les contrôles nécessaires sur les flux et
opérations qui présentent un risque particulier, eu égard aux conclusions des travaux
d’évaluation des risques décrits supra. Sur la base du jugement professionnel de l’auditeur, il
évalue le caractère suffisant et approprié des éléments collectés, afin d’obtenir l’assurance
raisonnable que les comptes ne comportent pas d’anomalies significatives. Selon l’ISA 500,
l’auditeur doit recueillir des éléments probants suffisants et appropriés pour parvenir à des
conclusions raisonnables sur lesquelles fonder son opinion. Pour ce faire, il utilise des
techniques comme les tests de procédures, le contrôle de substance, le contrôle des
évènements postérieurs à la clôture.

1.2.4.1. Le contrôle de substance

Selon la NEP 330, lors de son évaluation du risque d’anomalies significatives, le


commissaire aux comptes a identifié un risque inhérent élevé qui requiert une démarche
d’audit particulière, il met en œuvre des contrôles de substance qui répondent spécifiquement
à ce risque. Outre le risque inhérent, si les tests de procédures ne sont pas satisfaisants et
qu’ils font apparaitre des risques liés au contrôle élevés, il élargit le périmètre des contrôles de
22
AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG
substance nécessaires. Ces contrôles permettent au commissaire aux comptes de valider les
assertions.

Ils sont effectués à travers le programme de travail qui peut être établi par cycle. Le
programme de travail est la concrétisation en termes opérationnels et détaillés des diligences
et contrôles à effectuer, par groupe de comptes liés à un cycle d’activités, du seuil de
signification et du seuil de remontée des ajustements en fonction des risques identifiés, de la
répartition des travaux au sein de l’équipe et des temps attribués.

Outre ces techniques, le commissaire aux comptes peut également utiliser, selon la
NEP 505, d’autres techniques comme la circularisation (demande de confirmation adressée
aux tiers en vue de confirmer ou d’infirmer les opérations faites pour le compte de
l’entreprise). Il peut également procéder par la vérification des calculs, la demande
d’information (se fait au sein de l’entreprise), le rapprochement bancaire (s’assurer de
l’exactitude des opérations), la revue analytique (comparaison de données issues de différents
exercices).

Les risques liés à cette étape sont ceux de non adéquation des contrôles
complémentaires définis avec la prise de connaissance et l’évaluation des risques.

1.2.4.2. Le contrôle des évènements postérieurs à la clôture

Selon la NEP 560, entre la date de clôture de l’exercice et la date d’approbation des
comptes, le commissaire aux comptes peut identifier des évènements qui doivent faire l’objet
d’un traitement comptable ou d’une information à l’organe appelé à statuer sur les comptes.
Ces évènements sont qualifiés « d’évènements postérieurs ». L’identification de ces
évènements postérieurs peut se faire à travers un questionnaire.

1.2.5 Synthèse de la mission et rédaction du rapport définitif

Après avoir effectué le contrôle des comptes et évaluer le caractère suffisant des
éléments collectés, le commissaire aux comptes entame la phase de synthèse de la mission qui
aboutira à la rédaction d’un rapport définitif.

23
AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG
1.2.5.1 Synthèse de la mission

Etape finale de la mission, la synthèse des opérations de contrôle de la mission est


effectuée hors des locaux de l’entité. Elle consiste à réaliser une synthèse des opérations de
contrôle effectuées par le cabinet sur tous les points du plan de mission. Ensuite le cabinet
procède à la rédaction de la feuille de synthèse retraçant les anomalies détectées et qui seront
restituées à l’entité lors de la réunion de synthèse avec les corrections à intégrer dans les états.

1.2.5.2 Rédaction du rapport définitif

En vue de préparer le rapport, le commissaire aux comptes doit s’assurer que l’opinion
qu’il va émettre tient compte de certains aspects : justification des appréciations,
conformément à la NEP 705 qui stipule que la « justification des appréciations » effectuée par
le commissaire aux comptes constitue une explicitation de celles-ci et, ce faisant, une
motivation de l'opinion émise. Elle doit permettre au destinataire du rapport de mieux
comprendre les raisons pour lesquelles le commissaire aux comptes a émis son opinion sur les
comptes. Selon OBERT & al. (2007 : 569), le rapport constitue l’aboutissement des travaux de
l’auditeur. Il doit apporter une réponse aussi précise que possible à une question moins
précise. Pour terminer la mission, le commissaire aux comptes rédige son rapport et boucle
le dossier annuel. Il doit toutefois effectuer la revue des corrections apportées par l’entité.
Selon l’ISA 700, le rapport de l’auditeur doit clairement exprimer son opinion sur les états
financiers, le fondement de son opinion, et le référentiel comptable applicable.

Dans le cadre de la mission de commissariat aux comptes, la direction doit fournir au


commissaire aux comptes tous les documents et informations pour lui permettre d’émettre
son opinion. Selon la NEP 580, le commissaire aux comptes doit faire signer une lettre
d’affirmation aux dirigeants. La lettre d’affirmation selon MIKOL (2010 : 166), est une
technique de collecte d’éléments probants quand l’auditeur ne peut utiliser les autres
techniques de contrôle ou quand il a besoin de les compléter par des déclarations formelles.

Les risques liés à cette étape sont les risques de non respect des normes professionnelles et
d’incohérence de la démarche ne permettant pas l’expression d’une opinion ou l’expression
d’une opinion biaisée.

24
AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG
La grande force du commissariat aux comptes ou audit légal repose sur l’existence
d’une démarche, d’un processus. Pour s’assurer de la qualité de l’audit légal, le respect de
cette démarche est indispensable. Néanmoins l’audit légal présente plusieurs limites ou
faiblesses, inhérentes à la démarche elle-même car elle constitue un processus continu et
cumulatif mais où l’on peut, à tout moment, revoir l’évaluation des risques et modifier les
travaux initialement prévus. Toutefois la démarche implique, à chaque étape, le respect des
textes législatifs, réglementaires ou professionnels.

En résumé dans la phase d’acceptation de la mission ,le commissaire aux comptes doit
prendre les mesures nécessaires pour limiter au maximum ses risques d'indépendance ,de
moyens et de compétences afin de bien assurer la mission pour laquelle il est pressenti. .

La phase d’identification et d’évaluation du risque d’anomalies significatives ainsi


que l'appréciation du contrôle interne sont fondamentales. En effet une bonne appréciation de
ces étapes permet de bien concevoir le plan de mission et le programme de travail et ainsi de
limiter au maximum le risque de non détection du commissaire aux comptes.

La phase de contrôle des comptes et d’évaluation des éléments collectés constitue


l’étape de traitement qui permet au commissaire aux comptes de compléter son appréciation
sur certains éléments essentiels et sur les zones à risques préalablement identifiées et non
rigoureusement traitées par le contrôle interne.

Dans la phase de synthèse de la mission précédant la rédaction du rapport final, le


commissaire aux comptes doit s’assurer que le plan de mission et le programme de travail
sont correctement exécutés et que toutes les diligences requises ont été appliquées, lui
assurant l'émission d'une opinion appropriée

CONCLUSION

En somme, la mise en œuvre de toutes les étapes ci dessus décrites est nécessaire si le
commissaire aux comptes veut aboutir à l'émission d'une opinion avec une assurance
raisonnable.
Chapitre 2 : la gestion des risques liés à une mission d’audit légal des états
financiers : approche par les risques

Selon BELLIER DELIENNE & al (2006 :73), les auditeurs ont pour rôle de garantir
aux investisseurs que l’information comptable, communiquée par les dirigeants, est établie
dans le respect des règles et principes comptables. La présence d’auditeurs a donc pour
conséquence une réduction de la latitude dont disposent les dirigeants pour gérer les chiffres
comptables.

L’objectif du commissariat aux comptes étant d’exprimer une opinion indépendante et


correcte sur l’exactitude des états financiers en limitant les différents risques, il convient de
choisir une approche de gestion des risques. Avant d’identifier ces approches et de préconiser
la mieux adaptée à notre étude, il serait judicieux de définir la notion de risque, les objectifs
de gestion de risques et de hiérarchiser les différents types de risques que le commissaire aux
comptes doit gérer pour ne pas émettre une mauvaise opinion sur les informations comptables
et financières.

2.1 La notion de risque

Le risque selon le petit Larousse est un danger, un inconvénient possible. Selon


« Robert », c’est un danger éventuel plus ou moins prévisible ou le fait de s’exposer à un
danger, dans l’espoir d’obtenir un avantage. Il peut être également défini comme un
évènement futur pouvant porter atteinte aux objectifs de l’entité.

BARTHELEMY & al (2004 : 482) définissent le risque comme une situation


(ensemble d’évènements simultanés ou consécutifs) dont l’occurrence est incertaine et dont la
réalisation affecte les objectifs de l’entité qui le subit. Il se caractérise par deux grandeurs
(probabilité d’apparition et impact) et se mesure par le produit de ces deux grandeurs qui est
sa criticité. Le risque selon ces auteurs, est une composante incontournable de la vie d’où
l’expression « le risque zéro n’existe pas ».
Cependant les risques en question dans notre document ne sont pas les risques
généraux dans la vie de l’homme mais des risques liés à une profession (commissariat aux
comptes) et plus précisément à une activité de cette profession (audit légal). Pourquoi doit-on
gérer ces risques ?

2.2. Ob j e c t i f s d e la g e s t i o n d e s r i s q u e s li é s à u n e m is s i o n d ’ a u
d it l é g a l d es é t a t s f i n a n c i ers

Le commissaire aux comptes a pour objectif d’émettre une opinion sur les comptes
avec un risque d’audit suffisamment faible pour obtenir une assurance raisonnable. Non
seulement il doit gérer le risque de non détection mais aussi les autres risques liés à
l’acceptation de la mission. Cette gestion des risques lui permettra :
- d’atteindre son objectif d’émission d’opinion,
- de ne pas mettre en cause ses responsabilités,
- d’éviter les poursuites pénales, civiles ou disciplinaires,
- de fidéliser ses clients.

2.3. Les différents risques liés à la mission d’audit légal des états financiers

Le commissaire aux comptes depuis l’acceptation à la réalisation de sa mission


fait face à des risques qui peuvent être classés en deux catégories. La première catégorie
est constituée de risques liés directement à lui-même et qui constituent les risques
internes. Au cours de la mission, il doit également évaluer le contrôle interne de l’entité
pour vérifier si les dispositifs mis en place sont efficaces, s’ils permettent de détecter et
de prévenir les risques inhérents à l’activité. Selon HASSID (2011 :147), il est possible
à l’heure actuelle d’effectuer un management efficace des risques en se posant les
bonnes questions : Quelle est la nature des risques ? Quelle est la capacité de l’entité à
les analyser et à les évaluer ?

Cette évaluation permet de dégager des risques résiduels : ces risques inhérents
et risques résiduels ou risques liés au contrôle constituent la deuxième catégorie et sont les
risques externes au cabinet qu’il doit maitriser. Toutefois il convient de noter qu’on ne peut
pas tout évaluer. C’est dans ce sens que CLEARY (2006 : 253) affirme que : « Puisqu’on ne
peut pas tout évaluer, il est fondamental de se concentrer sur l’essentiel ».
2.3.1 Risques internes

Ce sont ceux propres au commissaire aux comptes et son environnement


indépendamment des risques de l’entreprise.

2.3.1.1 Les risques liés à la phase d’acceptation

Avant toute acceptation de mission, le commissaire aux comptes reste confronté aux
risques d’indépendance, de compétence et de moyens.

2.3.1.1.1 Les risques d’indépendance

Le commissaire aux comptes pour émettre une opinion de qualité sur les états
financiers doit respecter au moins les conditions de son indépendance. Nommé par l’AGO ou
l’AGC sur proposition des dirigeants, l’auditeur légal peut subir des pressions susceptibles de
remettre en cause l’opinion qu’il s’est faite au moment de la réalisation des diligences
professionnelles. Selon l’article 5 du code de déontologie de la profession du commissaire
aux comptes publié par la CNCC, le commissaire aux comptes doit être indépendant de la
personne ou de l’entité dont il est appelé à certifier les comptes.

L’indépendance du CAC se caractérise notamment par l’exercice en toute liberté, en


réalité et en apparence, des pouvoirs et des compétences qui lui sont conférés par la loi. Selon
le dictionnaire « Larousse », l’indépendance est l’état de quelqu’un qui n’est tributaire de
personne sur le plan matériel, moral et intellectuel.

Un auditeur légal est indépendant s’il peut porter des jugements objectifs, libres et
affranchis de toute influence exercée par ses interlocuteurs.
L’analyse de l’indépendance se fait :
- d’une part, par l’indépendance d’esprit ;
- d’autre part, par l’apparence d’indépendance.
L’indépendance d’esprit garantit que seules les considérations ou éléments en rapport
avec la mission sont pris en compte au moment de la prise de décision. L’apparence
d’indépendance consiste à éviter des situations ou des circonstances qui pourraient amener un
tiers à remettre en cause l’objectivité de l’audit légal.

L’indépendance peut être définie comme la capacité de l’auditeur à révéler dans son
rapport d’audit des manipulations ou erreurs comptables qui auraient une incidence
significative sur les comptes. Elle se mesure par la capacité de l’auditeur à s’assurer du
respect des règles afin de donner une certification de qualité en révélant toute erreur, fraude,
manipulation ou collusion des producteurs de l’information comptable et financière.

Dans l’exercice de sa mission de commissariat aux comptes, l’auditeur est confronté à


des situations d’incompatibilités qui sont régies par l’Acte Uniforme portant sur les sociétés
commerciales et Groupement d’Intérêt Economique dans l’espace OHADA. Selon le code de
déontologie de la profession de commissariat aux comptes de la CNCC, ce risque
d’incompatibilité se situe à 3 niveaux : au niveau des liens personnels, des liens financiers et
des liens professionnels. Ces incompatibilités lorsqu’elles ne sont pas prises en compte,
entrainent des risques d’indépendance.

2.3.1.1.2 Le risque de compétence

Compte tenu de la diversité des activités des entreprises, les missions de certification
des comptes peuvent requérir des compétences particulières que l’auditeur n’a pas forcément.
Il y a également des risques que le cabinet ne dispose pas de toutes les ressources nécessaires
pour accomplir la mission ou qu’il y ait un manque de compétence des ressources disponibles.
La compétence se situe à deux niveaux : celle du commissaire aux comptes et celle de ses
collaborateurs.

Selon la Loi de Sécurité Financière publiée en 2003, le commissaire aux comptes qui
n’a pas exercé les fonctions de contrôleur légal pendant 3 ans, est tenu de suivre une
formation particulière avant d’accepter une mission de certification. Cette loi nous montre
combien la compétence ou l’expérience est importante dans l’exercice d’une mission d’audit
légal. Selon l’IFAC (2004 : 43), un professionnel comptable doit fournir des services
professionnels avec compétence, soin et diligence et est tenu de conserver en permanence un
niveau de connaissance et de compétence professionnelles justifiant les attentes du client.

La compétence du commissaire aux comptes découle du fait qu’il sera obligatoirement choisi
sur une liste qui ne comprendra que des professionnels hautement qualifiés en matière
comptable et juridique.

Outre la compétence du commissaire aux comptes, celle de ses collaborateurs est


également indispensable pour l’exercice d’une mission d’audit légal. Le cabinet d’expertise
comptable doit alors mettre en place des procédures pour identifier les compétences
nécessaires pour ses collaborateurs exécutant les missions légales sur le plan technique et sur
le plan comportemental. Les résultats obtenus seront nécessaires pour fixer le niveau d’étude
ou la spécialisation recherchée lors de procédures d’embauche. Pour permettre aux
collaborateurs de maintenir leur connaissance, le cabinet doit mettre en place une politique de
formation. Il doit offrir aux collaborateurs des plans de formation s’insérant dans des plans de
carrière et adaptés aux missions légales qu’ils exécutent. Le cabinet doit définir des besoins
d’assistance externe en cas d’absence de compétence dans un domaine spécifique ou de non
disponibilité des collaborateurs compétents.

2.3.1.1.3 Le risque de moyens

D’après BATUDE (1997 : 128), le commissaire aux comptes n’a pas l’obligation de
détecter toutes les irrégularités ou inexactitudes qui entacheraient significativement les
comptes dont il certifie la sincérité, mais il a l’obligation de mettre en œuvre toutes les
diligences prévues par les normes professionnelles. Le commissaire aux comptes est tenu à
une obligation de moyens, c’est-à-dire qu’il est tenu d’effectuer sa mission avec compétence
et soin. On ne peut lui reprocher de ne pas avoir détecté une fraude dans l’entreprise à partir
du moment où il a mis en œuvre toutes les diligences nécessaires et autorisées par la
profession pour ce type de contrôle.

Le risque de moyens est lié à la responsabilité civile du commissaire aux comptes.


Cette responsabilité n’est mise en cause que si un tiers arrive à prouver que le
commissaire aux comptes n’a pas mis en œuvre tous les moyens et que cela lui a causé un
dommage. Bref la responsabilité de l’auditeur n’est engagée que s’il y a :

- une faute dans la réalisation de sa mission d’audit légal,


- un préjudice subi par un tiers,
- un lien de causalité entre le préjudice subi et la faute commise par l’auditeur.

2.3.1.2 les risques liés à la phase de réalisation : le risque de non détection

Le risque de non détection est défini par la NEP 200-11 comme le risque que
l’auditeur ne parvienne pas à détecter une anomalie significative. Ce risque est structuré en
plusieurs risques liés aux étapes de la démarche du commissaire aux comptes.

2.3.1.2.1 Risque de non exhaustivité de la prise de connaissance

Selon PIGE (2009 : 319), la connaissance de l’entreprise comprend la compréhension


de l’environnement dans lequel elle se situe ainsi que l’identification des spécificités de
l’entreprise. Cette connaissance a pour fonction de déceler les risques principaux auxquels est
soumise l’entreprise. Ce risque peut provenir de la mauvaise connaissance du secteur
d’activité, de la situation économique, de la situation organisationnelle de l’entité, de sa
politique stratégique, de sa position concurrentielle et de son actionnariat.

2.3.1.2.2 Risque de non identification de tous les risques d’anomalies


significatives

Le commissaire aux comptes, dans sa démarche, est confronté au risque de non


identification de tous les risques d’anomalies significatives. Ce risque peut être dû à une
mauvaise prise de connaissance, à la volonté de l’entité de cacher des erreurs ou aux fraudes.
C’est pour cela que le commissaire aux comptes a une obligation de moyens car il doit mettre
en œuvre toutes les diligences nécessaires pour déceler ces anomalies. Dans le cas contraire sa
responsabilité peut être mise en cause.
2.3.1.2.3 Risque de non adéquation des procédures conçues avec la prise
de connaissance et l’évaluation des risques

Après l’étape de prise de connaissance et d’évaluation des risques d’anomalies


significatives, le commissaire aux comptes doit adapter un plan de mission et un programme
de travail appropriés correspondant aux spécificités de l’entreprise et à son évaluation des
risques. Ainsi il est confronté au risque de pertinence et d'exhaustivité lié à la définition et la
mise en place des éléments ci dessus.

2.3.1.2.4. Risques de non respect des normes professionnelles et


d’incohérence de la démarche ne permettant pas l’expression
d’une opinion ou l’expression d’une opinion biaisée

Outre le système comptable OHADA, on a d’autres textes qui traitent de la


profession de commissaire aux comptes comme l’Acte Uniforme portant sur les
sociétés commerciales et les Groupements d’Intérêt Economique et l’Acte Uniforme
portant sur le droit commercial général. Ces dispositions sont complétées par les
directives communautaires N°002/97, 003/97 de l’UEMOA et également par d’autres
directives de la CEMAC. En plus de ces dispositions ou textes régionaux, le
commissariat aux comptes est régi au plan international par les normes de l’IFAC et au
niveau Français par les NEP et le code de déontologie de la profession de commissaire
aux comptes de la CNCC.

Ces textes et normes traitent de tous les aspects du commissariat aux comptes y
compris la démarche à suivre pour émettre une opinion sur les états financiers.
Le commissaire aux comptes doit s’assurer dans l’exercice de sa mission, du respect de ces
textes dans un souci de qualité et d’efficacité mais aussi pour éviter des sanctions
disciplinaires provenant de ces organes.
2.3.2 Risques externes (risques d’anomalies significatives)

Outre les risques internes, le commissaire aux comptes est confronté aux risques de
l’entité. Il s’agit des risques d’anomalies significatives (les risques inhérents et les risques liés
au contrôle).

2.3.2.1 Risques inhérents à l’entité

Le risque inhérent correspond à la possibilité que, sans tenir compte du contrôle


interne qui pourrait exister dans l’entité, une anomalie significative se produise dans les
comptes. Ce risque peut être lié à l’activité de l’entité, à la nature de ses comptes et à ses
opérations ou à son environnement. Comme exemples de risques inhérents, on a :

- les risques liés à l’activité (risque de non recouvrement des créances, de vol...),
- les risques liés à la structure financière (insuffisance de capitaux propres ou de fonds
de roulement),
- les risques juridiques (contrats,...)
- les risques sociaux (législation...)
- les risques informatiques (logiciels, sécurité, sauvegarde....).

2.3.2.2 Risques liés au contrôle

Pour prévenir, détecter et réduire les risques inhérents, la mise en place d’un dispositif
de contrôle interne est cruciale. Ce dispositif pourrait s'avérer non fiable. Les failles dans les
procédures mises en place auront pour conséquence la survenance de risques résiduels ou
risques liés au contrôle.
Le risque lié au contrôle est le risque qu’une anomalie significative ne soit prévenue ni
détectée par le contrôle interne et donc non corrigée en temps voulu (NEP 200-10).
Selon MIKOL (2010 : 166), le risque lié au contrôle est dû à de mauvaises procédures de
contrôle interne. Comme exemples de risques liés au contrôle, on a :

- risques liés au non respect des textes réglementaires,


- risques liés à la séparation des fonctions.
2.4 Processus de gestion des risques liés à une mission d’audit légal des états
financiers

Afin d’aboutir à une expression d’opinion indépendante et correcte sur l’exactitude


des états financiers en limitant les risques d’audit (risques inhérents, risques liés au contrôle et
risques de non détection), plusieurs approches s’offrent à l’auditeur. Il s’agit de l’approche
traditionnelle par les contrôles et l’approche par les risques.

2.4.1 Approche traditionnelle par les contrôles

L’approche traditionnelle par les contrôles découle d’un ensemble de normes


d’exercice professionnel et d’un code de déontologie. Ces normes publiées dans un référentiel
normatif et déontologique de la CNCC, sont issues des anciennes normes ISA de l’IFAC qui
étaient adaptées au contexte français. Cette approche repose sur une réflexion approfondie et
préalable sur les risques qui peuvent affecter les états financiers de l’entreprise. Les
documents de synthèse constituent alors le point de départ de l’audit. Le commissaire aux
comptes utilise un cycle opposé à celui de la construction des états financiers en partant
de ceux-ci aux documents comptables. L’objectif est de s’assurer que les informations
contenues dans les
comptes annuels sont justifiées par des documents comptables probants.

2.4.1.1 Processus de gestion des risques à travers l’approche traditionnelle


par les contrôles

Ce processus se décompose en 4 étapes

2.4.1.1.1 Prise de connaissance générale

Elle a pour objectif de comprendre le contexte dans lequel l’entreprise évolue et de la


situer dans son environnement. Cette prise de connaissance doit tenir compte de plusieurs
aspects à savoir : l’évolution générale de l’entreprise, la situation financière,
l’organisation générale, le personnel, l’aspect fiscal et social, les particularités comptables…
2.4.1.1.2 Revue globale des états financiers

Il s’agit d’effectuer les contrôles de conformité dits « les contrôles formels » en


passant en revue les états financiers de l’entreprise pour s’assurer de leur cohérence générale.
Cette revue se fait par rapprochement des éléments suivants :

- balance générale et états financiers,


- balance générale et balance auxiliaire,
- balance générale et grand livre.

2.4.1.1.3 Détermination des domaines et systèmes significatifs

Il s’agit de déterminer les seuils de signification et d’apprécier l’importance relative


qu’une erreur soit susceptible de fausser la lecture des états financiers. Le seuil de
signification correspond à l’ampleur ou la nature de l’erreur, qui en fonction des situations
environnantes, modifierait ou influencerait probablement l’opinion d’un utilisateur avisé des
états financiers. Selon la NEP 320, ce seuil correspond au montant au-delà duquel les
décisions économiques ou le jugement fondé sur les comptes sont susceptibles d’être
influencés. Ce seuil selon MIKOL (2010 : 166), constitue la base sur laquelle l’auditeur va
fonder son opinion en matière quantitative.

2.4.1.1.4 Elaboration du plan de mission et du programme général de travail

Le programme de travail va intégrer les éléments dû aux risques et les systèmes


significatifs. Ensuite il faudra définir la stratégie de contrôle ainsi que les moyens à affecter à
la mission.

Dans cette approche, l’auditeur considère un risque maximum pour les entités
n’effectuant pas ou peu de contrôles, ce qui conduit à la réalisation d’un audit exhaustif qui
s’avère parfois inutile. La prise de connaissance dans cette approche n’est pas approfondie et
l’évaluation du contrôle interne est limitée. D’où l’apparition d’une nouvelle approche :
l’approche par les risques.
2.4.2 Approche par les risques

Les nouvelles normes de l’IFAC accordent une place importante à l’approche par les
risques dans la mission d’audit légal. Dans cette approche l’auditeur doit impérativement
identifier, évaluer et donner la priorité aux risques d’anomalies significatives dans les états
financiers pour que les contrôles ultérieurs soient plus axés sur les zones à risques les plus
significatives. Il doit pour cela avoir une compréhension approfondie de l’entreprise, de son
environnement et de son contrôle interne.

2.4.2.1. Processus de gestion des risques à travers l’approche par les risques

Ce processus s’articule autour de deux points :


- l’identification et l’évaluation des risques d’audit,
- le plan de mission comme élément de réponse aux risques identifiés.

2.4.2.1.1. Identification des risques d’audit

Il s’agit pour le commissaire aux comptes d’identifier les risques d’audit à savoir : le
risque inhérent, le risque lié au contrôle et le risque de non détection. Selon KEREBEL (2009
:
187), le commissaire aux comptes dans l’identification rationnelle et objective des risques doit
se demander quels sont les outils permettant une identification objective.

2.4.2.1.1.1 Identification et évaluation des risques inhérents

C’est dans la phase de prise de connaissance générale de l’entreprise que l’auditeur


identifie les risques inhérents. Cette phase de prise de connaissance constitue l’un des
changements fondamentaux dans cette approche par rapport à celle traditionnelle. L’IFAC y a
consacré une norme entière (ISA 315). Selon cette norme, l’auditeur doit acquérir une
connaissance de l’entité et de son environnement, y compris de son système de contrôle
interne, lui permettant d'identifier et d'évaluer le risque que les états financiers contiennent des
anomalies significatives, résultant de fraudes ou d'erreurs, et de concevoir et mettre en œuvre
des procédures d'audit complémentaires.
La compréhension porte essentiellement sur les risques identifiés et évalués par
l’entité elle-même et les contrôles qu’elle a mis en place pour atteindre ses objectifs.
L’auditeur devra utiliser les diligences ou les moyens indiqués par les normes pour accéder au
niveau de compréhension exigé. Il doit comprendre « les risques d’entreprise » pertinents
pour l’audit, identifier et comprendre les risques découlant de facteurs internes ou externes
qui pourront avoir une incidence négative sur la capacité de l’entreprise à atteindre ses
objectifs et à appliquer sa stratégie.

Les informations qu’il aura recueillies au cours de cette phase doivent lui permettre
d’identifier les risques généraux encourus par l’entreprise. Le commissaire aux comptes doit
collecter plusieurs types d’informations :
- informations générales sur l’entreprise et son secteur d’activité,
- informations juridiques de l’entreprise,
- informations techniques,
- informations commerciales,
- organisation comptable et financière notamment le volume des opérations traitées,
les principes comptables spécifiques et le système de traitement.
Plusieurs techniques sont utilisées par le commissaire aux comptes à savoir :
- les entretiens avec les principaux responsables de l’entreprise,
- l’exploitation de la documentation interne ou externe,
- la consultation des dossiers des prédécesseurs,
- la visite des locaux,
- la revue analytique des états de synthèse.

Ainsi, le commissaire lors d’une mission va dresser un questionnaire d’identification et


d’évaluation des risques inhérents. Pour collecter les informations, il peut faire des entretiens
avec le directeur général, Les directeurs des différents départements (GRH, Comptabilité,..) ou
consulter des documents comme les statuts, les livres d'assemblées, les contrats, les
conventions, le manuel de procédures, les dossiers du personnel, la liste des immobilisations,
… Il visite les différents locaux de l’entreprise.

L’appréciation des risques inhérents se réalise par les analyses suivantes:


- l’attitude de la direction et le style de gestion : exemple : l’éthique des dirigeants,
l'efficacité de la gestion en matière technique ou administrative, ou en matière
comptable et financière,
- la structure de capital : exemple : existence de filiales (hétérogénéité des méthodes
comptables, transferts de résultats, transactions intra-groupes), société familiale
(prélèvement, conflits de personnes),
- la situation de l’entreprise : exemple : au niveau du secteur d’activité et du marché (en
déclin, monopole ou très concurrentiel), au niveau des produits (produits
concurrentiels, technologie, cycle de fabrication long ou court), au niveau des
approvisionnements (dépendance des fournisseurs, risques de change), au niveau de
l’implantation géographique (locale, régionale, nationale, internationale), au niveau
de sa situation fiscale,
- l’organisation de l’entreprise : exemple : organisation centralisée (rétention
d’informations), décentralisée (information non disponible, contrôles insuffisants),
informatisée (intégrité, sécurité), en changement (absence de procédures dans le passé
ou incertitudes sur leur application).

2.4.2.1.1.2. Identification et évaluation des risques liés au


contrôle

L’entreprise, pour faire face aux risques de son activité, met en place des contrôles
généraux. Selon BOUVIER & al (2011 : 334), ces contrôles généraux s’appliquent à
l’ensemble des comptes et se situent à trois niveaux : les contrôles en amont (contrôle interne
et contrôle sur pièces), le contrôle des comptes (contrôle de la balance, la justification du
solde d’un compte et le lettrage des comptes) et les contrôles de cohérence et de
vraisemblance.

L’appréciation des risques liés au contrôle interne s’effectue par :


- l’analyse de la conception pour déterminer les points forts et les points faibles
- les tests d’efficacité qui permettent de s’assurer de la bonne application ou de la
bonne mise en œuvre des contrôles relevés lors de la conformité de la conception.
Exemple : dans l’appréciation des risques liés au contrôle interne d’une entreprise de
télécommunication, l'un des risques de ce secteur d'activité étant la facturation des
communications, le cabinet SHERA va dans son appréciation du contrôle interne vérifier si la
conception permet de s'assurer de l'exhaustivité, la mesure, la séparation et le bon
enregistrement comptable des factures clients et intra compagnies. Par la suite il procédera
aux tests d'efficacité opérationnelle sur des échantillons sur des périodes pour confirmer les
points positifs de son évaluation de la conception.

2.4.2.1.1.3. Identification et évaluation des risques de non détection

Dans cette étape, il s’agit de s’assurer que le commissaire aux comptes a tout mis en
œuvre pour identifier l'ensemble des risques d’anomalies significatives pertinents. Le risque
de non détection est le risque que les diligences de l’auditeur n'aboutissent pas à un
référencement exhaustif des risques d'anomalies significatives.

2.4.2.1.2 Le plan d’audit comme élément de réponses aux risques identifiés

Le plan d’audit est la réponse des travaux à mettre en œuvre selon les risques
identifiés (risques inhérents et risques liés au contrôle). Le plan d’audit selon la NEP 300,
décrit l’approche générale des travaux d’audit. Le risque d’audit peut être limité en mettant en
œuvre une stratégie d’audit qui minimise chacune des trois composantes du risque d’audit.

2.4.2.1.2.1 Le plan d’audit comme réponse aux risques inhérents

L’identification des risques généraux permet au commissaire aux comptes de choisir la


réponse adéquate dans son plan d’audit mais aussi d’aborder la mission dans un état d’esprit
différent. Elle influe également sur le jugement professionnel du commissaire aux comptes,
tant au niveau des comptes faisant l’objet d’une estimation, qu’au niveau de l’étendue des
sondages à réaliser sur les comptes constitués de données non répétitives.

Prenons l’exemple d’une société KMC évoluant dans le secteur des BTP. Si le
commissaire aux comptes détecte un risque inhérent à la gestion des encours, dans son plan
d’audit, il doit aller vérifier quelles sont les procédures d'évaluation mises en place au niveau
du contrôle interne. Si le contrôle interne est fiable et permet de prévenir ou de détecter toute
irrégularité, alors il va chercher à savoir s’il est bien appliqué.
2.4.2.1.2.2 Le plan d’audit comme réponse aux risques liés au contrôle

Si le commissaire aux comptes détecte le risque et s’aperçoit qu’aucun contrôle n’est


mis en place ou s'il n’est pas conforme, il sera amené dans son plan à mettre en place des
contrôles de substances et des contrôles supplémentaires. Prenons l’exemple du cycle stock de
l’entreprise WEXCO évoluant dans le secteur agricole avec des stocks importants. Le
commissaire aux comptes pour palier à la carence de procédure de gestion du stock devra
prévoir d'assister à la
prise d’inventaire.

2.4.2.1.2.3. Le plan d’audit comme réponse aux risques de non détection

Afin de palier ce risque le commissaire aux comptes dans son plan de mission doit,
selon la nature de l'entité à auditer, prévoir une équipe adéquate et compétente, un volume
d'heures suffisant et les périodes de contrôle appropriées. Ainsi pour l'audit d'une société de
production cinématographique il convient de prévoir du personnel maitrisant entre autre les
modalités d'immobilisation et d'amortissement des films, de gestion des droits d'auteurs et de
comptabilisation des recettes. A l’issue de la présentation des deux approches par les risques,
on peut résumer que :

L’approche traditionnelle par les contrôles s’appuie sur une analyse du contrôle
interne et sur des contrôles de substances. Cette appréciation se fait sur l’ensemble des
procédures et des comptes de l’entreprise. La prise de connaissance porte uniquement sur les
informations internes produites par l’entreprise auditée. Cette approche permet un contrôle
exhaustif des procédures et des comptes mais nécessite du temps.

Par contre l’approche par les risques repose sur une réflexion approfondie et préalable
sur la nature des risques de l’entreprise. Ce sont ces risques que le commissaire aux comptes
doit identifier préalablement à ses contrôles. Après évaluation des risques propres à
l’entreprise et au secteur d’activité de l’entreprise ou à son environnement économique général,
de l’approche par les risques, le commissaire aux comptes va adapter ses contrôles. Cette
approche l’oblige à faire des choix dans les contrôles. Les atouts de l’approche par les risques
sont : l’anticipation des problèmes avant la clôture, l’adaptation des contrôles à
l’environnement et au contexte de l’entreprise et la réponse au désir des entreprises de
communiquer rapidement leurs états financiers.
En somme on peut considérer l’approche par les risques comme la mieux adaptée à notre étude.

2.4.3 Mise en place d’un système d’assurance qualité selon ISA 220

Afin de limiter les risques de gestion d’une mission d’audit légal, il est recommandé la
mise en place d’un système d’assurance qualité selon l’ISA 220 dont les composants sont :

2.4.3.1 Responsabilités de l’équipe dirigeante concernant la qualité au sein


de la structure d’exercice professionnel

Pour promouvoir une culture fondée sur la qualité, le cabinet doit définir des politiques
et concevoir des procédures adéquates. La direction doit assumer la responsabilité ultime du
système de contrôle qualité du cabinet. Dans la conception des procédures, le cabinet doit
faire en sorte que la ou les personnes à qui la direction attribue la responsabilité fonctionnelle
du système de contrôle qualité, possèdent l’expérience et les capacités suffisantes et
appropriées ainsi que l’autorité nécessaire. Par exemple dans le cabinet WERTOX, Le
directeur de mission compte tenu de son expérience (10 ans) et de son autorité, a été nommé
responsable du système d’assurance qualité.

2.4.3.2 Règles de déontologie pertinentes

Le cabinet doit définir des politiques et concevoir des procédures destinées à lui
fournir l’assurance raisonnable qu’elle-même et son personnel professionnel se conforment
aux règles de déontologie pertinentes.

2.4.3.3 Acceptation et maintien de relations clients ou adhérents et des


missions particulières

Le cabinet doit mettre en place des procédures pour l’acceptation et le maintien de


relations clients ou adhérents et pour les missions particulières, destinées à lui fournir
l’assurance raisonnable qu’il n’acceptera ou ne maintiendra de relations clients ou adhérents
et de missions particulières que si les conditions suivants sont remplies :
• il dispose de la compétence et des aptitudes pour réaliser la mission (temps,
ressources humaines nécessaires),
• il peut respecter les règles de déontologie, et d'éthique,
• il a pris en considération l’intégrité du client.

2.4.3.4 Ressources humaines ou personnel affecté à la mission

L'associé responsable de la mission d’audit doit s'assurer que l'équipe affectée à la


mission a les aptitudes, la compétence et la disponibilité nécessaires pour réaliser la mission
dans le respect des normes professionnelles et des obligations légales et réglementaires, et
qu’il est en mesure d’émettre un rapport d'audit approprié aux circonstances.

2.4.3.5 Réalisation des missions

Préalablement à l'émission du rapport, l'associé responsable de la mission doit


s'assurer que des éléments probants suffisants et appropriés ont été recueillis et permettent de
fonder les conclusions tirées des travaux et d’étayer le rapport d'audit. Il doit pour cela
effectuer une revue de la documentation concernant la réalisation de la mission et s’entretenir
avec l'équipe qui a réalisé la mission.

2.4.3.6 Surveillance

L'associé responsable de la mission doit:


• s’assurer que l'équipe affectée à la mission a procédé aux consultations
nécessaires chaque fois que des questions complexes ou sujettes à controverse
sont apparues dans le cadre de la mission,
• s'assurer que tout au long de la mission les échanges et entretiens utiles se
sont correctement déroulés entre les membres de l'équipe d’une part, et avec
d'autres personnes à un niveau approprié au sein ou à l'extérieur du cabinet
d’autre part,
• s'assurer que la nature et l'étendue des entretiens, et les conclusions qui en ont
résulté, sont correctement consignées dans les dossiers et que les conclusions
ont été validées avec les personnes consultées,
• déterminer que les conclusions tirées des entretiens et consultations ont été
suivies.
Lorsque des divergences d'opinions apparaissent au sein de l'équipe ou avec les
personnes consultées, ou le cas échéant entre l'associé responsable de la mission et la
personne chargée de la revue du contrôle qualité, l'équipe doit suivre les politiques et les
procédures du cabinet qui visent à traiter ces divergences d’opinion et à leur trouver une
solution. La revue de contrôle qualité d'une mission doit comprendre une évaluation objective
des jugements importants exercés par l'équipe affectée à la mission et des conclusions qui
figurent dans le rapport d'audit.

2.4.3.7 Système d’information

Un système d’informations est constitué de l’ensemble des moyens, hommes et


techniques, en relation, qu’une organisation met en œuvre pour gérer son information. Selon
REIX (2004 : 486), c’est un ensemble organisé de ressources permettant d’acquérir, traiter,
stocker et communiquer les informations. Les composantes du système d’information sont :
personnes, logiciels, matériels, données, réseaux. Le cabinet doit utiliser ces éléments pour
traiter les informations, en vue de stocker les produits d’informations dans des bases de
données à travers un réseau. C’est surtout le changement dans le système que le cabinet doit
gérer pour que les collaborateurs s’adaptent au système d’information et qu’ils soient
efficaces dans la réalisation de leur mission d’audit. C’est dans cet ordre d’idée que
DAVENPORT (2000 : 373) affirme que « Les sociétés qui réussiront ne sont pas celles qui
auront la meilleure technologie (parce que celle-ci sera largement disponible), mais celles qui
seront expertes dans le changement interne et interentreprises ».

CONCLUSION

Ce chapitre qui porte sur la gestion des risques liés à une mission d’audit légal des états
financiers, nous a permis d’abord de définir la notion de risque, d’identifier les objectifs liés à
la gestion de risques dans le cadre d’une mission d’audit légal et de classifier les risques
auxquels l’auditeur légal fera face depuis l’acceptation de la mission de commissariat aux
comptes jusqu’à l’émission de son opinion. Outre ces éléments, nous avons identifié au niveau
de la gestion des risques, deux approches : l’approche traditionnelle par les contrôles et
l’approche par les risques qui est celle retenue pour notre étude. Pour assurer une gestion

43
AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG
totale en interne, nous avons également défini les composants d’un système
d’assurance qualité.

44
AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG
Chapitre 3. Méthodologie de recherche

Ce chapitre portant sur l’approche méthodologique nous permettra de définir le


modèle d’analyse choisi et les outils de collecte de données utilisés pour la rédaction de ce
mémoire. Nous exposerons également la démarche utilisée dans notre mémoire portant sur la
gestion des risques liés à une mission d’audit légal des états financiers : Cas du cabinet
KONNY AFRIQUE TOGO (KAT). Dans un premier temps, nous présenterons notre modèle
d’analyse qui sera suivi de commentaires, ensuite nous procéderons à l’identification des
outils que nous aurons à utiliser pour résoudre notre problème.

3.1 Présentation du modèle d’analyse

Cette présentation se fera sous forme schématique et nous nous baserons sur l’approche
par les risques.

Figure N°2 : Schéma du modèle d’analyse :

GESTION DES RISQUES : APPROCHE PAR LES RISQUES

Outils : Identification et
évaluation des 1. Identification et évaluation des risques inhérents
- Entretiens risques d’audit 2. Identification et évaluation des risques liés au contrôle
- Revue 3. Identification et évaluation du risque de non détection
documentaire
- Observation

Outils : Plan d’audit 4. Plan d’audit comme réponses aux risques


comme inhérents
- Revue réponses aux 5. Plan d’audit comme réponses aux risques
documentaire risques liés au contrôle
- Observation 6. Plan d’audit comme réponses aux risques
identifiés
de non détection

Source : Nous-même

44
AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG
Cette démarche que nous utiliserons pour résoudre le problème sur la gestion des
risques liés à une mission d’audit légal des états financiers au cabinet KONNY AFRIQUE
TOGO est divisée en 2 étapes principales. Avant toute gestion de risques, il est primordial
pour l’auditeur d’identifier les risques d’audit. Ce qui nous amène dans la première partie de
notre étude à analyser comment le cabinet KAT identifie les risques. La deuxième étape
consistera à voir comment le plan d’audit peut constituer une réponse aux risques identifiés
par le cabinet KONNY AFRIQUE TOGO.

La méthodologie à adopter est la suivante :


- prise de connaissance du cabinet KONNY AFRIQUE TOGO,
- revue des procédures dans la conduite d’une mission d’audit légal des états financiers,
- validation des procédures en assistant à des missions d’audit légal des états financiers.

Pour une réalisation effective de notre méthodologie et afin d’atteindre plus


efficacement notre objectif, nous devons utiliser des outils performants et efficaces:

3.2 Les outils de collecte de données

Il s’agit pour nous, d’identifier les outils pertinents qui nous serviront à collecter des
données dont nous avons besoin dans notre étude.

3.2.1 Entretien

Il nous permettra de collecter les informations sur la manière dont le cabinet KONNY
AFRIQUE TOGO identifie les risques d’audit à savoir les risques de non détection et les
risques externes (risques inhérents et risques liés au contrôle). L’objectif est de s’assurer que
le cabinet dispose vraiment d’une démarche d’identification des risques et des procédures de
gestion des risques même si celles-ci ne sont pas formalisées. Cet entretien se fera avec le
directeur de mission du cabinet étant donné qu’après l’expert comptable, il est le plus apte à
nous fournir les informations dont nous avons besoin dans le cadre de notre étude. Le guide
utilisé se trouve en annexe 10.
3.2.2 Revue documentaire

Grâce à cet outil, nous pouvons consulter des documents internes ou externes que le
cabinet utilise dans son processus d’identification des risques. Les documents qui peuvent être
consultés sont : le plan de mission et le programme de travail d’un audit légal des
états financiers, le questionnaire d’identification et d’analyse des risques, les documents
externes au cabinet et provenant des clients pour lesquels il effectue les missions de
commissariat aux comptes. Elle nous permettra d’avoir notre propre opinion sur les documents
utilisés et de juger de l’efficacité de ceux-ci. Cet outil nous sera également utile dans la
deuxième phase de l’approche à savoir : le plan d’audit comme réponses aux risques
identifiés. Elle nous permettra de faire la revue de celui ci et ses différents composants pour
analyser comment il peut être considéré comme une réponse aux risques. Un autre
document que nous pourrons
consulter est le programme de travail qui n’est que la mise en œuvre du plan de mission.

3.2.3. Observation

L’un des outils les plus efficaces de notre étude est l’observation, car elle permet
d’identifier des anomalies qui ne figurent sur aucun support papier. Dans notre étude nous
distinguons deux types d’observation : l’observation simple et l’observation
participante. L’observation simple nous permettra de faire une prise de connaissance de
l’environnement du cabinet KAT, de son environnement interne ou externe. L’observation
participante nous permettra d’apporter notre appui technique lors des missions d’audit légal
des états financiers effectués par le cabinet KONNY AFRIQUE TOGO et d’analyser le
processus de gestion adopté.

CONCLUSION

Ce chapitre nous a permis d’abord de définir le modèle d’analyse utilisé dans notre
projet de mémoire à travers un schéma mais aussi la méthodologie de recherche et les outils
de collecte de données à savoir la revue documentaire, l’observation, et l’entretien.
CONCLUSION DE LA PREMIERE PARTIE

La première partie de notre mémoire nous a permis de présenter le cadre théorique de


notre sujet, ce que les différents auteurs ont écrit sur la gestion des risques liés à une mission
d’audit légal des états financiers. Toutefois nous avons préalablement examiné la démarche de
l’audit légal des états financiers. Nous avons établi une nomenclature non exhaustive des
risques auxquels le commissaire aux comptes est confronté dans ce type d’audit à savoir les
risques internes et les risques externes. Ensuite nous avons abordé les différentes approches
de gestion des risques liés à une mission d’audit légal des états financiers. Pour une meilleure
analyse des données, nous avons défini le modèle d’analyse, la méthodologie de recherche et
les outils qui nous permettront de collecter ces données.

47
AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG
DEUXIEME PARTIE : GESTION DES RISQUES LIES A UNE
MISSION D’AUDIT LEGAL DES ETATS FINANCIERS AU
NIVEAU DU CABINET KONNY AFRIQUE TOGO
L’analyse effectuée dans la première partie nous a permis d’exposer les procédures à
adopter afin de limiter les risques liés à la conduite d’une mission d’audit légal des états
financiers et de s’assurer de l’émission de la bonne opinion.

Cette deuxième partie nous permettra d’apprécier si les démarches adoptées par le
cabinet KONNY AFRIQUE TOGO sont conformes aux normes internationales d’audit (ISA)
et appliquées efficacement en lui permettant une limitation des risques liés à ses missions
d'audit légal des comptes.

49
AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG
chapitre 4. Présentation du cabinet KONNY AFRIQUE TOGO

Ce chapitre nous permettra de présenter le cadre de notre étude. Il s’agit d’un cabinet
d’audit et d’expertise comptable qui se situe en Afrique de l’Ouest plus précisément au Togo.
Cette présentation se fera à travers l’historique, la mission du cabinet, ses activités, et
l’organisation interne.

4.1 Historique

Créé en Octobre 2009, KONNY AFRIQUE TOGO est une société d’expertise
comptable et d’audit, membre du réseau KONNY, groupe de cabinets basés en France et du
réseau KONNY AFRIQUE avec deux installations (Togo et Bénin). Elle est inscrite au
tableau de l’Ordre des Experts Comptables et Comptables Agréés du Togo (ONECCA Togo)
sous le numéro 022.10.A2.

4.2 Mission et activités

L’objectif principal du cabinet est d’allier l’expérience des affaires au plan local à la
connaissance et à la pratique internationale pour aboutir à une audience qui lui confère une
renommée internationale. Le souci constant du cabinet demeure la fourniture d’un service de
la plus haute qualité, la formation et le perfectionnement des collaborateurs, l’obtention d’une
juste rémunération tenant compte du rapport qualité/prix.

Le cabinet intervient dans plusieurs domaines d’activités à savoir :


- audit et commissariat aux comptes,
- suivi et évaluation de projets,
- expertise comptable,
- conseil et organisation,
- étude et formation.
4.2.1 Audit et commissariat aux comptes

Il effectue les missions d’audit contractuel et les missions d’audit légal (commissariat
aux comptes). Les missions d’audit contractuel peuvent avoir comme objet l’audit financier et
comptable ou l’audit des projets.

4.2.1.1 Audit contractuel : Audit financier et comptable de projets ou


programmes et d’organisations

En matière d’audit financier et comptable de projets ou programmes, le cabinet


intervient sur les projets ou programmes de tous les secteurs d’activités.

4.2.1.2 Audit légal ou commissariat aux comptes

En matière d’audit légal ou de commissariat aux comptes, il intervient dans tous les
secteurs d’activités telles que : sociétés de droit privé, sociétés de droit public, sociétés para
publique, associations, coopératives, ONG,…

Le programme d’intervention du cabinet dans ce domaine se résume comme suit :

• Certification des comptes annuels :


∗ prise de connaissance et évaluation des risques inhérents,
∗ appréciation des procédures et du contrôle interne existants : il s’agit
d’évaluer le contrôle interne ayant permis l’obtention des informations
comptabilisées et inscrites dans les comptes annuels, afin de déterminer la
nature, l’étendue et le calendrier des travaux de contrôle des comptes,
∗ contrôle des comptes et des documents de synthèse : bilan, compte de
résultat, TAFIRE et état annexé, complété par la participation à la prise
d’inventaire et la circularisation des tiers,
∗ synthèse de travaux,
∗ rédaction du rapport de recommandations (article 715),
∗ rédaction du rapport général du commissaire aux comptes.
• Contrôles spécifiques :
∗ examen des conventions réglementées par la loi,
∗ rédaction du rapport spécial du commissaire aux comptes,
∗ divers autres contrôles spécifiques exigés par la loi.

4.2.2. Suivi et évaluation de projets

En partenariat avec des consultants extérieurs, le cabinet met en place des procédures
de suivi et d’évaluation de projets ou programmes financés par des bailleurs. L’approche
méthodologique dans le cadre d’évaluation des projets ou programmes se résume en deux
points : phase préparatoire et phase d’évaluation.

4.2.3. Expertise comptable

Il s’agit d’être le conseil permanent des chefs d’entreprises dans les domaines du
chiffre et du droit. Concernant le chiffre, il met en place une comptabilité adaptée à
l’entreprise, il tient et surveille cette comptabilité, il élabore les comptes annuels, met en place
des comptabilités analytiques et fait une assistance en contrôle de gestion. Pour le droit, il
optimise la structure juridique des sociétés ou des groupes de sociétés, assiste dans le
secrétariat juridique des sociétés, accompagne dans la gestion du personnel …

4.2.4 Conseil et organisation

Il accompagne des entreprises dans leurs problématiques de gestion et de


restructuration.

4.2.5 Etude et formation

Il élabore des programmes de formation dédiés aux salariés des entreprises. Par
ailleurs, le cabinet étend ses compétences dans le domaine informatique en définissant les
besoins, en faisant l’analyse des contraintes et l’examen des moyens de traitement, la mise en
place du matériel, la formation, l’adaptation du personnel et le choix des systèmes de sécurité.
4.3 Organisation interne du cabinet

Pour la réalisation de ses prestations et la totale satisfaction de sa clientèle, KONNY


AFRIQUE-TOGO dispose en dehors de l’associé - gérant, d’une équipe de jeunes
collaborateurs dynamiques et rompus à la tâche. L’effectif permanent et temporaire actuel de
KONNY AFRIQUE-TOGO est présenté dans le tableau ci-dessous :

Tableau N°1 : Présentation des effectifs du cabinet

EFFECTIF PERMANENT
01 Associé-Gérant, Expert Comptable et

01 Directeur de mission, Expert Comptable et Financier Diplômé


01 Auditeur Senior, Expert Comptable et
Financier
01 Auditeur confirmé principal,
03 Auditeurs confirmés
02 Auditeurs assistants
01 Responsable Administratif et Financier
01 Assistant administratif
01 Chauffeur-coursier

Source : Konny Afrique Togo (2013)

Ces effectifs peuvent être regroupés en 02 départements :


• le département administratif qui gère les tâches administratives comme l’envoi
de courrier, la gestion des fournitures de bureau, le traitement de textes et
saisie, la tenue de la comptabilité, le suivi de relations avec les clients, la
recherche de nouveaux marchés,
• le département technique composé uniquement d’auditeurs confirmés et
assistants s’occupe de la réalisation des missions dans divers domaines.
CONCLUSION

A la fin de ce chapitre qui nous a permis de présenter le cadre de notre étude, nous
pouvons retenir que le cabinet KONNY AFRIQUE TOGO crée dans les années 2000
appartient à un groupe basé en France. Disposant d’effectifs permanents et d’effectifs
temporaires, il œuvre à la réalisation de son objectif principal qui est d’allier l’expérience des
affaires au plan local à la connaissance et à la pratique internationale pour aboutir à une
audience qui lui confère une renommée internationale. Pour ce faire il évolue dans plusieurs
domaines à savoir : l’audit et le commissariat aux comptes, le suivi et l’évaluation de projets,
l’expertise comptable, le conseil et l’organisation, l’étude et la formation.
Chapitre 5. La gestion des risques liés à une mission d’audit légal des
états financiers au cabinet KAT

La présentation du cabinet KONNY AFRIQUE TOGO nous a permis d’identifier ses


domaines d’activité dont l’audit légal ou le commissariat aux comptes. Pour une meilleure
gestion des risques auxquels fait face le cabinet dans l’exercice de ses activités de
commissariat aux comptes, KONNY AFRIQUE TOGO a mis en place un processus de
gestion en fonction des risques liés à la mission. Ce processus est élaboré sur la base des
textes et normes de la profession notamment les normes internationales d’audit de l’IFAC. Le
manuel de procédures du cabinet étant en cours de formalisation, à partir d’un entretien
effectué avec l’associé-gérant et le directeur de mission, nous allons décrire les procédures
mises en place par le cabinet KAT pour assurer la gestion des risques liés à une mission
d’audit légal des états financiers.

Les risques auxquels fait face le cabinet se situe principalement à deux niveaux : lors
de l’acceptation de la mission et lors de sa réalisation.

5-1 KONNY AFRIQUE TOGO face aux risques liés à l’acceptation de


nouveau mandat

Dans la phase d’acceptation de nouveau mandat, le cabinet fait face à certains risques :

5.1.1 Les risques d’indépendance

Après avoir été proposé par les dirigeants d’une société à l’AGO pour être
commissaire aux comptes titulaire ou suppléant de la dite société, KONNY AFRIQUE TOGO
évalue les risques liés à son indépendance. Cette indépendance se traduit par le fait que le
cabinet porte des jugements objectifs, libres et affranchis de toute influence.

Le commissaire aux comptes et ses collaborateurs sont indépendants au niveau de 02


aspects : au niveau de l’indépendance d’esprit et l’apparence d’indépendance. Le cabinet
ne prend en considération que les éléments en rapport avec la mission lors de la prise de
décision.
5.1.2 Les risques de compétence

KAT est confronté également au risque de compétence dû à la diversité des activités


de ses clients. Les collaborateurs ne pouvant pas disposer de toutes les compétences dans tous
les domaines, le cabinet a mis en place des mesures pour assurer la gestion des ces risques.

5.1.3 Les risques de moyens

Le cabinet met en œuvre toutes les diligences prévues par les normes professionnelles
dans la réalisation de sa mission pour limiter les risques de moyens. Ces risques sont liés à la
responsabilité civile du commissaire aux comptes de KONNY AFRIQUE TOGO qui peut
subir des sanctions disciplinaires s’il s’est avéré qu’il a fait preuve de négligences.

C’est dans l’optique de la gestion de ces risques liés à l’acceptation de nouveau


mandat que le cabinet KONNY AFRIQUE TOGO a élaboré des procédures dans la phase
d’acceptation de nouveau mandat.

5.2. Processus de gestion des risques liés à la phase d’acceptation de nouveau


mandat

Avant d’accepter un mandat, le cabinet vérifie que son accomplissement est


compatible avec les exigences légales et réglementaires et celles du Code de déontologie
de la profession de commissaire aux comptes (respect notamment du principe
d’indépendance, de l’absence d’interdictions ou d’incompatibilités résultant d’éventuels
liens financiers ou personnels). Pour cela il met en place des procédures.

5.2.1 Questionnaire d’acceptation de nouveau mandat

Pour s’assurer du respect des règles d’incompatibilité et d’indépendance, l’associé-


gérant dresse une liste de questions qui se retrouvent dans le questionnaire d’acceptation de
nouveau mandat. Cette liste regroupe les informations nécessaires :
a) « Sur la structure de la personne ou entité dont les comptes seront certifiés, son actionnariat
et son domaine d’activité ;
b) Sur son mode de direction et sur la politique de ses dirigeants en matière de contrôle
interne et d’information financière. »

Ce questionnaire permet au cabinet d’identifier et de gérer les risques liés à


l’acceptation. Dans sa démarche, il fait d’abord une prise de connaissance sommaire de
l’entreprise, analyse l'éthique des dirigeants, effectue une appréciation préliminaire de
l’existence de risques. Ensuite il analyse les critères propres à lui-même et à son cabinet. S’il
décide d’accepter le mandat alors il formalise sa décision d’acceptation de mandat tout en
prenant soin de notifier à l’entité contrôlée son appartenance ou non à un réseau en même
temps que son courrier d’acceptation de mandat.

5.2.2 La lettre d’acceptation de nouveau mandat

A l’issue des questionnaires et à l’évaluation des réponses obtenues, l’associé-gérant


adresse une lettre ou courrier d’acceptation de mandat aux dirigeants. Après la transmission
de la lettre d’acceptation du nouveau mandat, le cabinet convient avec le client une ou des
séances de travail afin de procéder à une prise de connaissance générale approfondie de
l’entreprise. Ceci dans le but d’orienter sa mission et d’appréhender les domaines et systèmes
significatifs.

5.2.3 La lettre de mission

La lettre de mission qui est également établie annuellement, regroupe les dispositions
relatives à la mission du cabinet KONNY AFRIQUE TOGO. Cette lettre rédigée par l’associé-
gérant, est transmise à l’entité qui doit donner son accord. Elle comprend des rubriques
comme la nature et l’étendue de la mission, les normes professionnelles, le calendrier des
interventions, l’équipe dédiée, les honoraires, et les conditions de règlement. La lettre
déclenche la réalisation de la mission sur le terrain si elle est approuvée et validée par l’entité.
5.2.4 Déclaration d’indépendance

Il s’agit d’un document qui est complété et signé par le commissaire aux comptes, les
collaborateurs réalisant des missions d’audit, y compris les personnes ayant un rôle de
consultation ou d’expertise sur les travaux d’audit, les membres de la direction de la société
de commissariat aux comptes, les associés, autres que les membres de la direction, ayant une
influence significative sur l’opinion émise par le commissaire aux comptes à l’égard de la
personne ou entité dont les comptes sont certifiés. Cette déclaration doit être faite après la
lettre de mission et avant le démarrage effectif de la mission sur le terrain.

5.3 Gestion des risques internes liés à la phase de réalisation et des risques
externes

Ce processus de gestion est lié à l’organisation même du cabinet KONNY AFRIQUE


TOGO, qui afin de mieux gérer ces risques initialement développés dans la première partie a
adopté les démarches et les travaux ci-après.

5.3.1 Phase préparatoire

Il s'agit de l'ensemble des travaux mis en œuvre par le cabinet afin de mieux aborder
la réalisation de la mission.

5.3.1.1 Réunion préparatoire avec les dirigeants

Avant d’aborder la mission sur le terrain, il est organisé une séance de travail
préparatoire entre le cabinet (directeur de mission, chef de mission et collaborateurs) et les
dirigeants de la société pour d’une part, confirmer les dates d’intervention sur le terrain et
d’autre part, exposer les grandes lignes du programme de travail. Au cours de cette séance
une liste des documents à disposer est transmise à la direction de la société. Il est également
abordé de façon sommaire les faits marquants de l’exercice et la disponibilité de tous les
documents nécessaires à la réalisation de la mission.
5.3.1.2 Réunion préparatoire avec les collaborateurs et organisation de
la mission

Il est tenu au cabinet une réunion interne entre l’équipe d’intervention et le directeur
de mission. L’objectif de cette réunion est d’organiser la mission. Au cours de cette séance de
travail le directeur de mission assisté du chef de mission, présente à l’équipe le plan de
mission et le programme de travail. En outre le chef de mission procède à une répartition des
travaux. Afin de permettre à chaque intervenant de participer activement à la séance
préparatoire et de mieux appréhender la mission, il est distribué en prélude, le plan de travail
et le programme de travail. Ensuite les collaborateurs procèdent à la préparation de la
logistique à savoir : les feuilles de travail, les classeurs, les perforateurs, agrafeuses, …

5.3.2 Phase de mise en œuvre

Les travaux de cette phase sont réalisés en deux étapes. L'intérim qui se déroule au
cours de l'exercice du client où seront réalisés essentiellement les travaux de prise de
connaissance, d'analyse des risques inhérents et risques liés au contrôle , d'appréciation des
cycles de contrôle interne retenus et certaines vérifications complémentaires telles que le
contrôle d'inventaire et la circularisation des tiers. Une fois que la société aura établi ses
comptes annuels, va se dérouler la phase de contrôle de substances, de vérification des
informations spécifiques et de finalisation des travaux.

5.3.2.1. Prise de connaissance de l’entreprise : questionnaire d’aide à la


prise de connaissance

Dans cette étape préalable d’identification et d’évaluation des risques, le cabinet


complète et approfondit la prise de connaissance initiale faite lors de l’acceptation de la
mission. Cette prise de connaissance se fait par l’associé-gérant et le directeur de mission
avec l’appui des collaborateurs intervenant sur la mission.

Cette prise de connaissance couvre les domaines suivants :


• secteur d’activité de l’entreprise : organisation de l’activité, les produits, la
concurrence, les perspectives, la part de marché ;
59
AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG
• appartenance à un groupe : position dans le groupe, société mère, filiale,
• politique en matière de fraudes et erreurs : politique de la direction, impact sur
la mission,
• données juridiques : forme sociale, données juridiques caractéristiques,
historique, particularités,
• données fiscales : régimes fiscaux, particularités, existence de redressement,
• données sociales : régimes sociaux, particularités, conflits sociaux…,
• données comptables : mode de gestion comptable, mode de gestion budgétaire,
organisation comptable, particularités…,
• supports informatiques : fonctions informatisées, fonctions externalisées…,
• données relatives aux principaux cycles de contrôle : ventes/clients, achats/
fournisseurs, production/stocks.
Les méthodes d’investigations utilisées par les intervenants dans cette phase sont :
- entretiens avec les interlocuteurs internes compétents,
- entretiens avec d'autres auditeurs (prédécesseurs, filiales ou mère),
- recherche documentaire (documents internes de l'entité, publications,
textes législatifs ou réglementaires),
- visite des locaux.

Au cours de cette phase le dossier permanent du client est constitué. Il est composé
des éléments suivants :
• informations liées à la mission (déclaration de nouveau mandat, fiche
signalétique, courrier déontologique, lettre d’acceptation de mandat,
questionnaire d’acceptation et de maintien de la mission),
• informations générales et économiques (historique, secteur d’activité,
concurrence, mode d’exploitation, liste des établissements),
• informations sur les procédures et le contrôle interne (guide du contrôle interne,
rapports sur le contrôle interne, organigramme de l’entreprise, grille de
séparation des fonctions, analyse par cycles),
• informations juridiques (statuts à jour, liste des administrateurs, identité
complète, liste des associés),
• informations comptables et financières (partenaires financiers, emprunts,
contrats particuliers, particularités comptables…),

60
AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG
• informations sociales (convention collective, accords sociaux, P.V inspection
du travail),
• informations fiscales (documentation fiscale, rapports d’experts, intégration
fiscale),
• informations diverses (perspectives, questions environnementales).

Suite à la prise de connaissance le cabinet effectue également dans cette étape


l’analyse des risques inhérents et des risques liés au contrôle avant d’apprécier le contrôle
interne. A l’issu de cette procédure, il réévalue le plan de mission pour adapter la phase de
contrôle de substances.

5.3.2.2 Le plan de mission

Avant la réalisation des travaux liés à la certification des comptes annuels, le cabinet
constitue un cadre de référence lui permettant d’évaluer les risques. Ce processus doit lui
permettre d’élaborer son plan de mission. Ainsi, le plan de mission est une description de
l’approche générale des travaux, ce qu’il faut faire pour réaliser la mission. Il est établi par le
directeur de mission et validé par l’associé-gérant. Dans son approche, l’associé-gérant peut
décider de se limiter à certains travaux de contrôle de substances si les procédures de contrôle
interne sont satisfaisantes. Les éléments pris en compte pour son élaboration sont :
- la connaissance générale de l’entité,
- la compréhension des systèmes comptables et de contrôle interne,
- le risque d’audit et le seuil de signification,
- la nature du calendrier, l’étendue des procédures d’audit et l'équipe,
- la coordination, la direction et la supervision de la mission.

Il faut noter que le plan de mission peut être modifié suivant l’évolution de la mission
et de lui découle le programme de travail : comment réaliser ce que prévoit le plan.

5.3.2.3 Le programme de travail

Le programme de travail est établi par le directeur de mission et validé par l’associé-
gérant. Il définit l’étendue des diligences nécessaires pour la réalisation du plan de mission.
Il s’agit de se poser la question « comment faut-il réaliser la mission pour atteindre les
objectifs fixés ». Notons que le programme de travail est susceptible d’être modifié suivant
l’évolution de la mission sur le terrain. Il est la résultante des étapes préparatoires qui
précèdent son élaboration et qui doivent nécessairement influencer son contenu. En ce sens, il
comporte, en préalable, les informations clés indispensables liées à la revue du contrôle
interne, avec renvoi aux travaux plus étoffés effectués lors de l’analyse des risques. Le
programme doit également définir les objectifs de contrôle de chaque cycle à contrôler.

5.3.3 La phase de contrôle des substances

5.3..3.1 Les contrôles substantifs

Au cours de cette phase les travaux peuvent comporter des revues analytiques et ou
l'appréciation des cycles de comptes.

Sur le terrain, les auditeurs assistants confirmés et les auditeurs assistants procèdent au
contrôle par cycle d’exploitation. Les contrôles effectués sont validés par le chef de mission.
L’état d’avancement des travaux est fait régulièrement entre le chef de mission et le directeur
de mission. Suite au rapport envoyé par le directeur de mission à l’associé-gérant, ce dernier
se charge de la réorientation de la mission si nécessaire. Le contrôle des comptes se fait sur
pièces justificatives des différents soldes inscrits dans les états financiers ou livres comptables
(balance et grand livre) ou sur les mouvements enregistrés afin de valider certaines assertions
d'audit sur certains cycles. Pour chaque partie contrôlée il est dressé une synthèse sur les
observations avec les redressements et les reclassements envisagés, servant à mesurer au
global le seuil de signification initialement défini dans le plan de mission.

5.3..3.2 Autres contrôles

Les vérifications spécifiques sont définies strictement par l’Acte Uniforme OHADA.
Le chef de mission ou le directeur de mission procède à des analyses ci-après :
• conventions réglementées,
• rapport de gestion,
• contrôle de l’annexe.
5.3.4 Travaux de fin de mission et rédaction des rapports

Les travaux de fin de mission effectués par l’associé-gérant, le directeur de mission et


le chef de mission comportent les éléments suivants :

- le questionnaire de contrôle des évènements postérieurs,


- la revue des travaux,
- la synthèse générale de la mission,
- la demande de lettre d’affirmation,
- le questionnaire de fin de mission,
- l’émission des rapports et le bouclage du dossier.

5.3.4.1 Questionnaire de contrôle des événements postérieurs

Avant de faire la synthèse de la mission, le directeur de mission dresse un


questionnaire de contrôle des événements postérieurs qui sera validé par l’associé-gérant. Il
s’agit d’un outil à la disposition de l’auditeur pour identifier les événements postérieurs à la
clôture de l’exercice et antérieurs à l'assemblée générale ordinaire approuvant les comptes qui
pourraient affecter de façon significative la situation financière, le résultat ou l’annexe.

5.3.4.2 La revue des travaux

La revue des travaux des collaborateurs est effectuée par le chef de mission, ensuite ils
sont revus par le directeur de mission qui rappelle les points de contrôles à l’équipe. L’associé-
gérant contrôle tous les travaux effectués.
5.3.4.3 Synthèse de la mission

Cette étape finale de la mission effectuée en dehors des interventions au sein de


l’entreprise, est réalisée par le chef de mission et les auditeurs assistants confirmés sous la
supervision du directeur de mission. Après rédaction, elle est soumise à l’associé-gérant pour
approbation. Elle consiste à réaliser une synthèse des constats des contrôles et des
conclusions, l’objectif étant d’émettre une opinion sur les comptes, sur la base de l’évaluation
des risques identifiés dans l’approche de la mission et des irrégularités détectées au cours des
différents contrôles. Cette synthèse sera restituée à la direction de l'entité et c’est aussi
l’occasion de lui faire part de certaines recommandations et de rechercher avec elle les
solutions qu’elle pourrait mettre en œuvre dans un souci d’amélioration de l’efficacité de
l’organisation interne et de la qualité de l’information financière produite.

5.3.4.4 Lettre d’affirmation

C’est une lettre adressée par l'entreprise au cabinet qui permet de confirmer, en toute
bonne foi les informations et affirmations qui ont été fournies à ce dernier dans le cadre de sa
mission. Cette lettre est transmise au cabinet avant la signature et la remise du rapport final.

5.3.4.5 Questionnaire de fin de mission

Ce questionnaire a pour but de s’assurer que la démarche suivie respecte les


normes professionnelles et la procédure mise en place par le cabinet, qu’elle est
cohérente et compréhensible, et permette l’expression d’une opinion. Il doit être
rempli par le directeur de mission et approuvé par l’associé-gérant (commissaire aux
comptes) avant la préparation du rapport. Il permet au cabinet KONNY AFRIQUE
TOGO de vérifier que toutes les diligences sont exécutées sur les points suivants avant
l’émission du rapport : le respect du plan de mission, ou la justification des
modifications, la justification en cas de non prise en compte du contrôle interne dans la
démarche, l’identification et la justification des points non traités du programme de
travail en relation avec les zones de risques du plan de mission, l’existence d’une lettre
d’affirmation de la direction permettant de lever l’incertitude..
5.3.4.6 L’établissement des rapports et bouclage du dossier

Afin de rédiger le rapport, le directeur de mission établit préalablement un


questionnaire de préparation du projet de rapport sur les comptes annuels qui sera validé par
l’associé-gérant. Il s’agit de vérifier que la formulation de l’opinion, que la présentation des
observations et mentions résultant des vérifications spécifiques et des informations
obligatoires tiennent compte de certains aspects : cohérence avec les conclusions retenues
dans les dossiers de travail et la note de synthèse, traitement des changements comptables.

A travers le document de bouclage du dossier annuel, le cabinet KONNY AFRIQUE


TOGO s’assure que le dossier annuel est complet avant archivage. Outre ces procédures, on a
également le système d’information mis en place par le cabinet KAT.

5.3.4.7. Le système d’information

Le cabinet a mis en place un système d’information au cœur duquel on trouve les


NTIC. Il a installé des ordinateurs pour les collaborateurs leur permettant de passer à l’ère du
numérique. Ces ordinateurs constituent un outil efficace dans le traitement des dossiers et le
partage de l’information au sein du cabinet. Etant en réseau, les collaborateurs peuvent mettre
un fichier sur le serveur et ce fichier sera disponible pour tout le monde. Ceci permet de
communiquer sur le planning des missions, les programmes de travail et autres informations
nécessaires dans la gestion courante des activités du cabinet. Ce système sert également dans
le contrôle des collaborateurs. Par exemple pour faire le suivi des travaux des collaborateurs,
il a été mis en place une fiche de temps permettant à l’associé-gérant de mesurer la
performance du personnel sur les différents dossiers.

Les procédures de KONNY AFRIQUE TOGO n’ont de sens que si elles sont
réellement appliquées par le cabinet dans ses missions de commissariat aux comptes. Ceci
nous amène à examiner le cas d’une entreprise (AREX AFRIQUE).
5.4. Gestion des risques liés à une mission d’audit légal des états financiers :
chez le client AREX AFRIQUE

Depuis l’acceptation de la mission jusqu’à l’émission de l’opinion le cabinet gère les


risques liés à la mission d’audit légal. Pour cela il met en œuvre ses procédures internes lors
des missions effectuées chez les clients (cas d’AREX AFRIQUE). Celles-ci peuvent être
résumées en trois phases : la phase d’acceptation de mandat, la phase de réalisation ou phase
terrain et les travaux de fin de mission et de rédaction de rapports.

5.4.1 Phase d’acceptation du mandat de commissariat aux comptes

Avant d’accepter le mandat de commissariat aux comptes pour l’entreprise AREX


AFRIQUE, le cabinet a mis en place des procédures.

5.4.1.1 Questionnaire d’acceptation de mandat

Avant d’accepter le mandat en tant que commissaire aux comptes de l’entreprise


AREX AFRIQUE, le cabinet a élaboré un questionnaire : Il s’agit du questionnaire
d’acceptation de nouveau mandat qui se trouve en annexe 1. A travers ce questionnaire, le
cabinet gère les risques liés à l’acceptation de la mission notamment les risques
d’indépendance, de moyens et de compétence.

5.4.1.2 La lettre d’acceptation du mandat

Une fois le questionnaire rempli, le cabinet a matérialisé sa satisfaction à travers la


lettre d’acceptation de mandat qu’il a envoyé aux dirigeants de l’entreprise AREX AFRIQUE.
La lettre se trouve en annexe 2.

5.4.1.3 La lettre de mission

Après avoir identifié les zones de contrôles dans la phase d’acceptation de mandat, le
cabinet définit les modalités de la mission et les diligences à mettre en place.
Ces éléments se retrouvent dans la lettre de mission que le cabinet adresse aux dirigeants de
l’entreprise. La lettre de mission adressée à l’entreprise AREX AFRIQUE se trouve en
annexe 4.

5.4.2 La phase terrain ou de réalisation

Cette phase débute avec une réunion d’ouverture avec les dirigeants de l’entreprise
auditée.

5.4.2.1 Réunion d’ouverture avec les dirigeants

Dans cette étape, le cabinet a organisé une séance de travail avec les dirigeants de
la structure AREX AFRIQUE. C’est au cours de celle-ci qu’ils se sont entendus sur la date de
démarrage de la mission. Lors de cette réunion les grandes lignes de la mission ont été
exposées. Le cabinet a également remis aux dirigeants la liste des documents à fournir pour la
mission.

5.4.2.2 Réunion avec les collaborateurs et organisation

Suite à cette réunion, le chef de mission et le directeur de mission ont organisé avec
les collaborateurs impliqués dans cette mission, une réunion préparatoire. Au cours de cette
réunion le chef de mission a pris soin de présenter le programme de travail. Les
collaborateurs, suite à cette mission préparent la logistique nécessaire (Feuilles de travail,
classeurs, séparateurs, perforateur, agrafeuse..).

Avant de commencer les travaux sur le terrain, le cabinet complète sa prise de


connaissance lors de l’acceptation de mandat.

5.4.2.3 Prise de connaissance de l’entreprise AREX AFRIQUE

Cette prise de connaissance a permis à KONNY AFRIQUE TOGO d’approfondir sa


connaissance de l’entreprise AREX AFRIQUE. Elle a été facilitée par le questionnaire d’aide
à la prise de connaissance qui se trouve en annexe 3. Cette procédure permet d’identifier les
zones à risques.
Pour l’entreprise AREX AFRIQUE, l’identification des zones à risques s’est faite
l’exercice précédent lors d’un diagnostic organisationnel et l’évaluation des procédures de
contrôle interne et le système comptable. Ce diagnostic a porté sur 12 cycles : Organisation
générale, le système comptable et gestion budgétaire, achat-fournisseurs, gestion des
immobilisations, fiscalité, gestion des stocks, gestion du personnel-paie, procédures
d’approvisionnement de commercialisation de suivi des marges, de suivi des coûts de
transport et de gestion de la trésorerie. Ce n’est que dans la phase d’intérim que le cabinet
pourra statuer sur ces zones à risques après avoir apprécié les faits marquants de l’exercice et
effectué le suivi des recommandations. Le dossier permanent est constitué au fur et à mesure
que le cabinet progresse dans la prise de connaissance.

5.4.2.4 le plan de mission

Il a permis au cabinet KONNY AFRIQUE TOGO de décrire l’approche générale de la


mission après analyse des zones à risques que sont : le contrôle interne, le système
comptable et financier et la trésorerie. Il permettra avec le programme de travail au cabinet
de gérer les risques
liés à la phase de réalisation (risques de non détection). Le plan de mission se trouve en annexe
5.

5.4.2.5 Le programme de travail

Le programme de travail d’AREX AFRIQUE définit en détail les diligences à mettre


en œuvre pour contrôler les cycles identifiés dans le plan de mission. Il s’agit du programme
général du cabinet adopté dans le contrôle des cycles. Il est joint en annexe 6.

Cette phase terrain ou de réalisation s’est déroulée en trois étapes : l’étape d’intérim,
celle de contrôle des comptes et les travaux de fin de mission et de rédaction de rapport.

5.4.2.6 L’intérim

Dans cette phase, les contrôles effectués par le chef de mission assisté par des
collaborateurs sont:
- suivi des recommandations antérieures,
- appréciation des procédures et du contrôle interne existants ou nouvelles
procédures,
- contrôles spécifiques (circularisation des tiers),
- contrôle d’inventaire.

5.4.2.7 Le contrôle des comptes

Comme dans l’autre étape, une séance de travail a été organisée avec les responsables
de l’entreprise AREX AFRIQUE pour déterminer la date d’intervention du cabinet. C’est dans
cette phase que le cabinet demande aux responsables d’apprêter les documents comptables et
financières notamment les documents de synthèse, les pièces comptables, les grands livres, la
balance générale, la balance des tiers, les relevés et rapprochements bancaires…

Suite à cette réunion, le cabinet s’organise aussi à travers une autre réunion en interne
pour déterminer l’équipe d’intervention et analyser le plan de mission. Le chef de mission
détaille et commente aux collaborateurs le programme de travail à appliquer. Sur le terrain,
les collaborateurs après avoir été présentés aux dirigeants de l’entreprise AREX AFRIQUE,
ont été conduits dans une salle qui leur a été réservée. Le chef de mission a procédé à la
répartition des travaux après avoir codifié les différents cycles à contrôler. Les auditeurs
assistants ont pour rôle d’appuyer les auditeurs confirmés dans la réalisation des contrôles.
Chaque collaborateur présente ses travaux sur une feuille de travail. Sur celle-ci, il remplit
l’entête qui comprend plusieurs zones : le nom du chef de mission, le nom du collaborateur, le
client, la nature des travaux, le code attribué au cycle contrôlé, l’exercice, la page et la date.
Pour chaque contrôle, les collaborateurs sur la base des objectifs définis doivent décrire, les
documents utilisés, les travaux effectués, leurs observations et conclusions.

5.4.2.7.1 Les procédures analytiques

Le cabinet KAT, lors de la mission réalisée chez AREX AFRIQUE, a effectué des
comparaisons entre les états financiers et la balance antérieure (exercice 2011), a analysé les
fluctuations et tendances des prix des produits pétroliers (évolution des prix).
5.4.2.7.2 Les contrôles substances

Le cabinet a procédé au contrôle des cycles. Il est fait par les collaborateurs qui
travaillent sur la mission. Ceci a permis de conclure sur les assertions d’audit et de préparer
l’opinion sur les comptes.

5.4.2.7.3 Autres contrôles

Dans l’exercice de sa mission, le cabinet a procédé à d’autres contrôles plus


précisément à la vérification des conventions réglementées.

5.4.3 Travaux de fin de mission et rédaction des rapports

Dernière phase dans la mission du commissariat aux comptes, le cabinet procède aux
travaux de fin de mission et de rédaction des rapports.

5.4.3.1 Le questionnaire de contrôle des évènements postérieurs

Ce questionnaire est utilisé par le cabinet KONNY AFRIQUE TOGO pour


rechercher et traiter les événements postérieurs à la clôture des comptes. Comme exemples de
questions dans la recherche des événements postérieurs, on a : Le commissaire aux comptes a-
t-il examiné les registres des conseils et des assemblées ? Des éléments nouveaux
transforment-ils des passifs éventuels à la clôture de l'exercice en passifs avérés ?

5.4.3.2 La revue des travaux

Dans cette phase, le chef de mission procède au contrôle des travaux effectués par les
collaborateurs. Ces derniers réintègrent les observations faites. Toutefois tous les travaux
seront validés par le directeur de mission et l’associé-gérant.
5.4.3.3 Synthèse de la mission

A la fin de la revue des travaux Le chef de mission, une fois la séance de travail
terminée, organise avec le directeur de mission une autre séance de travail, lui expose les
observations et lui soumet la synthèse générale de la mission. Celle ci sera analysée entre le
directeur de mission et l'associé responsable de la mission pour sa finalisation sur les
reclassements et les redressements à exiger de l'entité lors de la réunion de synthèse dans le
cas où les seuils de signification retenus seraient dépassés. Aussi sur cette base l'associé
retient une opinion provisoire qui va évoluer suite à la réunion de synthèse selon les réponses
obtenues et les corrections acceptées par l'entité sur les reclassements et les redressements.

5.4.3.4 Lettre d’affirmation

La société a envoyé au cabinet une lettre d’affirmation pour confirmer les


informations qui ont été fournies dans le cadre de la mission. Un exemple de la lettre
d’affirmation se trouve en annexe 7.

5.4.3.5 Questionnaire de fin de mission

Le cabinet a établi un questionnaire de fin de mission pour vérifier certains points


avant l’émission définitive de l’opinion sur les comptes. Le questionnaire de fin de mission se
trouve en annexe 8.

5.4.3.6 Etablissement des rapports

En prélude à l’émission de son opinion sur les comptes, le cabinet a établi un


questionnaire de préparation du rapport sur les comptes annuels qui se trouve en annexe 9. Le
cabinet s’est assuré que le dossier annuel est complet à travers un document de bouclage du
dossier annuel.
CONCLUSION

Cette section nous a permis, après avoir rappelé les risques auxquels font face
les commissaires aux comptes lors de l’audit légal des états financiers, d’identifier le
processus de gestion que le cabinet a mis en place et a appliqué lors d’une mission d’audit
légal chez un client (AREX AFRIQUE).

Ce processus a été mis en place dans un souci d’efficacité et de respect des textes et
normes de la profession mais aussi pour assurer la gestion des risques liés à sa mission d’audit
légal des états financiers.
Chapitre 6. Présentation des résultats et analyse

Après la description de l’existant, il convient de présenter les résultats issus de notre


étude portant sur la gestion des risques liés à une mission d’audit légal des états financiers.

6.1. Présentation des résultats

Le cabinet face aux risques liés à la mission d’audit légal des états financiers, effectue
une gestion en deux phases.

6.1.1 Phase d’acceptation de mandat

Dans la phase d’acceptation de mandat, il gère les risques liés à l’acceptation de la


mission (risque d’indépendance, risque de compétence et risque de moyens) en mettant en
place une démarche constituée de procédures. Ces procédures peuvent être résumées dans le
tableau ci-dessous :

Tableau N° 2: Tableau des procédures de gestion des risques liées à la phase


d’acceptation de mandat

- Risque d’indépendance
- Risque de compétence
- Risque de moyens

Source : Nous-même
6.1.2 Phase de réalisation ou d’exécution de la mission

Les risques auxquels fait face le cabinet dans cette phase se résume comme suit :
risque de non exhaustivité de la prise de connaissance, risque de non identification de tous les
R.A.S, risque de non adéquation des procédures admises avec la prise de connaissance et
l’évaluation des risques, risque de non respect des normes professionnelles et d’incohérence
de la démarche ne permettant pas l’expression d’une opinion ou l’expression d’une opinion
biaisée, risques inhérents à l’entité, et risques liés au contrôle. Les procédures de gestion
adoptées dans cette phase se résument comme suit :
Tableau N°3 : Tableau des procédures de gestion des risques liées à la phase de
réalisation

Risques liés à la phase de réalisation

- Risque de non exhaustivité de la prise de connaissance


- Risque de non identification de tous les
R.A.S
- Risque de non adéquation des procédures admises avec la prise de connaissance et l’évaluation des risques
- Risque de non respect des normes professionnelles et d’incohérence de la démarche ne permettant pas l’expression
- Risques inhérents à l’entité : risques juridiques, sociaux, informatiques….
- Risques liés au contrôle : risques liés à l’intégrité des dirigeants, au non respect des textes….

Source : Nous-même
6.2 Analyse de résultats

Dans notre analyse, nous allons procéder à un test de conformité des procédures aux
normes ISA et à un test d’efficacité sur l’application effective des procédures

6.2.1 Test de conformité des procédures aux normes internationales


d’audit (normes ISA)

Ce test a pour but de s’assurer que les procédures de gestion des risques liés à une
mission d’audit légal des états financiers adoptées par le cabinet KAT sont conformes aux
normes ISA. Les normes ISA ou Normes d’Audit Internationales qui ont été adoptées par
l’IFAC constituent une référence en matière de gestion de risques d’audit. Ce test se fera sur
08 normes ISA à savoir : l’ISA 210, 300, 315, 330, 520, 560, 580 et 700
Gestion des risques liés à une mission d’audit légal des états financiers : cas du cabinet KAT

Tableau N°4 : Tableau du test de conformité

Procédures internes de
gestion Normes

PROCEDURES LIES A LA PHASE


D’ACCEPTATION DE MANDAT

Questionnaire d’acceptation de mandat

Lettre d’acceptation de mandat

Lettre de mission

Déclaration d’indépendance
PROCEDURES LIEES A LA PHASE
REALISATION ET DES RISQUES EXTE

Réunion préparatoire avec les dirigeants


Réunion préparatoire avec les collaborateu
Organisation de la mission
Questionnaire d’aide à la prise de connaissance
des RAS et Appréciation du Contrôle int

76
AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG
Plan de mission

Programme de travail

Les procédures analytiques

Les contrôles substantifs

Autres contrôles

Questionnaires de contrôle des évènements postérieurs

La revue des travaux

La lettre d’affirmation

Questionnaire de fin de mission

Synthèses et Restitution aux clients

Questionnaire de préparation du rapport sur le


annuels et Projet de rapport

Rapport définitif (Formulation de l’opinion)

Document de bouclage du dossier annuel


Source : Nous-même

77
AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG
Gestion des risques liés à une mission d’audit légal des états financiers : cas du cabinet KAT

Suivant la norme ISA 210, l’auditeur et le client doivent convenir des termes de la
mission ; les termes de la mission doivent préciser le référentiel applicable. Le cabinet, après
acceptation de la mission de commissariat aux comptes élabore une lettre de mission qui
constitue le contrat entre les deux entités et qui regroupent les termes de la mission.

D’après la norme ISA 300, l’auditeur doit établir un plan de mission décrivant la
stratégie globale adoptée pour la mission, et doit développer un programme de travail. Le
cabinet, dans sa démarche, élabore un plan de mission qui décrit ce qui doit être fait et un
programme de travail qui explique comment le faire.

Une connaissance de l’entité et de son environnement, y compris de son système de


contrôle interne doit être faite par l’auditeur, selon l’ISA 315. Cette étape doit lui permettre
d’identifier et d’évaluer le risque que les états financiers contiennent des anomalies
significatives, résultant de fraudes ou d’erreurs, et de concevoir et mettre en œuvre des
procédures d’audit complémentaires. KAT élabore également un questionnaire d’aide à la
prise de connaissance qui regroupe l’analyse des risques d’anomalies significatives et
l’appréciation du contrôle interne.

Afin de réduire le risque d’audit à un niveau acceptable, l’auditeur, selon l’ISA 330,
doit concevoir et mettre en œuvre des procédures d’audit complémentaires en fonction des
risques identifiés. Suite à son évaluation des risques et du contrôle interne, le cabinet met en
place des contrôles substantifs si le contrôle interne est faible.

Selon l’ISA 520, l’auditeur doit mettre en œuvre des procédures analytiques en tant
que procédures d’évaluation des risques pour acquérir la connaissance de l’entité et de son
environnement, ainsi que par la revue de la cohérence d’ensemble des états financiers à la fin
de l’audit. C’est dans ce sens que le cabinet a mis en place les procédures analytiques dans
son processus.

L’auditeur, selon, l’ISA 560, doit prendre en compte l’effet des évènements
postérieurs sur les états financiers et leur incidence sur son rapport. KAT a élaboré un
questionnaire de contrôle des évènements postérieurs.
Une fois les travaux d’audit terminés, l’auditeur, selon l’ISA 580, doit obtenir de la
78
AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG
direction, les déclarations qu’il juge nécessaires. C’est dans cette perspective que le cabinet a
élaboré une lettre d’affirmation qu’il adresse à ses clients.

Enfin, selon l’ISA 700, le rapport de l’auditeur doit clairement exprimer son opinion
sur les états financiers, le fondement de son opinion, et le référentiel comptable applicable. A
la fin de chaque mission, KAT élabore un questionnaire de préparation du rapport sur les
comptes annuels et un projet de rapport qui aboutira sur un rapport définitif avec formulation
de l’opinion.

Bref ce test de conformité a été satisfaisant. On constate que le cabinet a tenu compte
des normes ISA dans l’élaboration de ses procédures. Ce qui constitue une force dans la
gestion des risques liés à une mission d’audit légal étant donné que ces normes se basent
également sur l’approche par les risques.

6.2.2 Test d’efficacité sur l’application des procédures

Suite au test de conformité effectué, nous allons procéder à un test d’efficacité des
procédures. Le test d’efficacité des procédures nous permet de voir dans quelle mesure le
risque de non détection peut être géré. Le risque de non détection est fonction de l’efficacité
d’une procédure d’audit et de sa mise en œuvre. Même si les tests d’efficacité s’avèrent
satisfaisants, le risque de non détection ne peut jamais être réduit à zéro parce que les
procédures du cabinet ne portent pas sur tous les flux de transactions, les soldes des comptes
ou des informations fournies dans les états financiers.

Ce test se fera sur cinq missions de commissariat aux comptes effectuées par le
cabinet KONNY AFRIQUE TOGO. Il s’agira de s’assurer que toutes les procédures décrites
s’appliquent effectivement.

79
AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG
Gestion des risques liés à une mission d’audit légal des états financiers : cas du cabinet KAT

Tableau N°5 : Tableau du test d’efficacité

Procédures internes de
De gestion Dossier

PROCEDURES LIES A LA PHASE


D’ACCEPTATION DE MANDAT
Questionnaire d’acceptation de mandat
Lettre d’acceptation de mandat
Lettre de mission
Déclaration d’indépendance
PROCEDURES LIEES A LA PHASE
DE REALISATION ET DES RISQUES EXTERNES

Réunion préparatoire avec les dirigeants


Réunion préparatoire avec les
collaborateurs et Organisation de la mission

Questionnaire d’aide à la prise de


connaissance : Analyse des RAS et

80
AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG
Appréciation du Contrôle interne
Plan de mission
Programme de travail
Les procédures analytiques
Les contrôles substantifs
Autres contrôles
Questionnaires de contrôle des
évènements postérieurs
La revue des travaux
La lettre d’affirmation

Questionnaire de fin de mission

Synthèses et Restitution aux clients


Questionnaire de préparation du rapport
sur les comptes annuels et Projet de rapport

Rapport définitif

Document de bouclage du dossier annuel


A = Appliquée ; N/A = Non appliquée
Source : Nous-même

81
AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG
Gestion des risques liés à une mission d’audit légal des états financiers : cas du cabinet KAT

Suite au test d’efficacité effectué sur les procédures, il faut noter que l’application de
certaines procédures n’est pas systématique (exemple : Questionnaire de contrôle des
évènements postérieurs, document de bouclage du dossier annuel). Certaines procédures
comme la déclaration d’indépendance ne sont pas appliquées sur toutes les missions. Ceci
constitue une faiblesse dans la gestion des risques. Sur la mission GREW, les travaux
substantifs n’ont pas été réalisés parce que le test sur le contrôle interne est satisfaisant et que
le cabinet a uniquement eu recours aux procédures analytiques.

L’approche par les risques qui était au début limité aux grands cabinets, s’est vue
progressivement étendue aux autres professionnels. C’est dans cette optique que le cabinet
KONNY AFRIQUE TOGO dans sa gestion des risques liés à une mission d’audit légal des
états financiers, a adopté cette approche.

L’adoption de cette approche s’est rendue nécessaire pour faire face d’une part aux
besoins d’informations des tiers, qui accordent plus d’importance à la pertinence de l’opinion
du commissaire aux comptes qui figure dans son rapport d’audit.

Cette démarche permet au cabinet d’aborder l’audit légal en allant du général au


particulier. C’est ainsi que la mission ne commence pas par l’examen des documents justifiant
les écritures comptables, mais plutôt, par l’observation de l’activité de l’entité, de son
environnement, de la structure de son capital, de son organisation, du style et de la
philosophie de sa direction, du fonctionnement de ses unités opérationnelles les plus
importantes et de la manière dont les opérations comptables sont conduites, contrôlées et
enregistrées.

L’approche par les risques permet à KONNY AFRIQUE TOGO de porter directement
son attention sur les aspects qui affectent significativement les états financiers sans négliger
les autres aspects. L’objectif est de concentrer l’effort de l’auditeur sur les zones à risques,
permettant au cabinet d’avoir une meilleure efficacité et une efficience de l’audit.

82
AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG
La préoccupation du cabinet est le risque interne qui est composé des risques liés à
l’acceptation de la mission et les risques liés à sa réalisation (risque de non détection). Pour
cela il considère le risque d’audit comme un risque combiné et évite de prendre les
composants séparément. Le risque d’audit est le produit de trois risques de la phase de
réalisation (les risques externes que sont les R.A.S et les risques internes de non détection).

Il faut noter que le cabinet ne dispose pas d’un système d’assurance qualité qui lui
permettra de veiller à la mise en application effective des procédures et de pouvoir faire son
suivi. La revue de contrôle qualité comprend une évaluation objective des jugements
importants exercés par l’équipe affectée à la mission et des conclusions qui figurent dans le
rapport d’audit. Ce qui fait que ces procédures mises en place ne sont pas définies suivant des
politiques d’assurance qualité.

Cependant KONNY AFRIQUE TOGO s’est doté d’un système d’informations qui lui
permet d’acquérir, de traiter, de stocker et de communiquer les informations dans tout le
réseau KONNY. Ce système aide le cabinet dans la prise de décision et dans le contrôle des
activités des collaborateurs. Par exemple, tous les collaborateurs en fin de journée doivent
renseigner leurs fiches de temps (dossier traité, les travaux effectués et le nombre d’heure
passée) et le mettre sur le serveur du réseau.

La technologie de l’information permet d’améliorer la productivité et l’efficacité des


collaborateurs dans la gestion des dossiers lors des missions d’audit légal des états financiers.
Elle permet le développement d’un avantage stratégique contribuant à se distinguer des autres
cabinets de la place. Les collaborateurs lors de la phase de réalisation sur le terrain peuvent
directement rédiger les synthèses et les mettre sur le réseau ainsi que leurs travaux de
contrôle. Toutefois la mise en place d’un système d’information rime avec l’adoption d’une
politique de sécurité de l’information.

Dans la mise en œuvre des procédures, on peut relever comme faiblesse, la non
application effective de certaines. En effet KONNY AFRIQUE TOGO, appartenant à un
groupe, doit normalement appliquer les procédures mises en place par le cabinet-mère.
Cependant il existe des procédures telles que la déclaration d’indépendance qui n’est pas
appliquée par KAT. Cette insuffisance engendre des risques d’indépendance pour le cabinet.
Ces risques se situent plus précisément au niveau de l’apparence d’indépendance,
c'est-à-dire que le cabinet n’a pas pris les dispositions nécessaires pour éviter des situations ou
des circonstances qui pourraient amener un tiers à remettre en cause l’objectivité de son audit.
Si les collaborateurs ne déclarent pas leur indépendance vis-à-vis des tiers bénéficiant de
l’audit légal, ils peuvent avoir des liens familiers ou financiers les amenant à ne pas révéler
toutes les erreurs, fraudes, manipulations ou collusion des dirigeants de l’entreprise auditée.

Un autre facteur intervenant dans la non application de toutes les procédures est
l’environnement du cabinet. Cet environnement ne présente pas les mêmes atouts en matière
d’avancée technologique que celui du cabinet-mère. Les collaborateurs ne se sont pas
totalement familiarisés avec les nouvelles procédures mises en place.

Le questionnaire d’acceptation de mandat permet de couvrir également les risques liés


à l’acceptation de la mission (risques d’indépendance, de moyens et de compétence). A
travers cette procédure, le cabinet sait si les règles d’indépendance ont été appliquées, si les
moyens en ressources humaines au sein du cabinet sont adaptés à l’ampleur de la mission, et
s’il dispose des compétences particulières pour certains dossiers. Dans le cas où il ne dispose
pas des moyens humains adéquats, il fait appel à d’autres experts qui l’aident dans la
réalisation de la mission.

Pour couvrir le risque de non détection, le cabinet à travers son questionnaire d’aide à
la prise de connaissance, identifie les éléments à caractère inhabituel et par conséquent ajuste
sa note d’orientation. C’est principalement à travers cette procédure que le cabinet cible les
zones à risques à contrôler après identification et évaluation des risques d’anomalies
significatives dans les comptes. La qualité des travaux de commissariat aux comptes est de
rigueur au cabinet KONNY AFRIQUE TOGO. Ce qui fait qu’il gagne de plus en plus de
terrain et élargit le nombre de ses clients.
6.3 Recommandations au cabinet KONNY AFRIQUE TOGO

A l’issue de notre analyse, nous pouvons conclure que le cabinet KONNY AFRIQUE
TOGO est en mesure de gérer efficacement les risques liés à la mission d’audit légal des états
financiers. Il dispose de plusieurs atouts mais aussi de quelques faiblesses. Si elles étaient
corrigées, ces potentialités peuvent augmenter la qualité de sa productivité.

A travers notre étude nous avons identifié les procédures qu’il a mises en place pour
cela. Ces procédures se résument en deux phases : les procédures liées à la phase
d’acceptation et les procédures liées à la phase de réalisation ou phase terrain.

Le cabinet KONNY AFRIQUE TOGO devrait s’assurer de la mise en place effective


des procédures et veiller à ce que tous les collaborateurs les respectent. Pour cela il doit
finaliser la formalisation de ses procédures.

Le cabinet devrait mettre en place un système d’assurance qualité et nommer un


responsable (directeur de mission par exemple) qui aura pour fonction de veiller à ce que
les procédures soient correctement remplies à tous les niveaux.

Pour une meilleure gestion des risques liés à une mission d’audit légal des états
financiers, le cabinet devrait rédiger des politiques d’assurance qualité et concevoir les
procédures adéquates et faire un suivi de celles-ci. Ces procédures peuvent se baser sur la
norme ISA 220. Selon cette norme, « les règles d’éthique, les règles d’indépendance, une
revue du contrôle qualité doivent être mises en œuvre dans le cadre de chaque mission
d’audit. »

La responsabilité première de la qualité globale d’une mission d’audit revient à l’associé


responsable de la mission. Dans un souci de gestion des risques d’indépendance, il devrait
veiller au respect de la déclaration d’indépendance de tous les collaborateurs internes ou
externes intervenant sur les missions d’audit légal.
CONCLUSION

Ce chapitre nous a permis de présenter les résultats de notre étude (gestion des risques
liés à une mission d’audit légal des états financiers : cas du cabinet KONNY AFRIQUE
TOGO). Ensuite nous avons procédé à l’analyse des résultats avant de formuler nos
recommandations au cabinet.
CONCLUSION DE LA DEUXIEME PARTIE

La deuxième partie du mémoire nous a permis d’abord de présenter le cadre ou


l’environnement de notre étude, c’est-à-dire le cabinet KONNY AFRIQUE TOGO. Nous
avons pu analyser sa démarche d’audit légal des états financiers.

Ensuite nous avons identifié et analysé les procédures mises en place pour assurer une
bonne gestion des risques à travers le test de conformité et le test d’efficacité.

Enfin nous avons formulé nos recommandations au cabinet KONNY AFRIQUE


TOGO pour une amélioration de son processus de gestion des risques liés à une mission
d’audit légal des états financiers.

87
AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG
CONCLUSION GENERALE
Gestion des risques liés à une mission d’audit légal des états financiers : cas du cabinet KAT

Créé en 2009, dans le but d’apporter à ses clients son savoir-faire dans les domaines de
l’audit et de l’expertise comptable, le groupe KONNY a pour objectif principal d’allier
l’expérience des affaires au plan local à la connaissance et à la pratique internationale pour
aboutir à une audience qui lui confère une renommée internationale.

De ce fait, il effectue ses missions avec des collaborateurs compétents et fait appel à des
collaborateurs externes lorsqu’il ne dispose pas des compétences spécifiques à une mission
donnée. Dans l’exercice de ses missions, le commissaire aux comptes peut être mis en cause
sur ses responsabilités civiles ou pénales voire disciplinaires. D’où la nécessité pour le cabinet
de gérer les risques liés à une mission d’audit légal des états financiers.

A travers notre étude, nous avons montré que le commissaire aux comptes pour
émettre une opinion sur les états financiers, doit suivre une démarche. Dans cette démarche, il
met en place une approche de gestion des risques. Cette approche permettra d’élaborer un
plan de mission et un programme de travail tenant compte de la prise de connaissance de
l’entreprise et des risques identifiés lors de celle-ci.

Le cabinet KONNY AFRIQUE TOGO, dans son processus de gestion des risques liés
à une mission d’audit légal des états financiers, a adopté l’approche par les risques. Dans cette
approche, il a définit des procédures de gestion des risques identifiés.

Nous pouvons conclure que le cabinet dispose des moyens pour assurer une bonne
gestion des risques liés à une mission d’audit légal des états financiers. Reste à veiller à ce
que les procédures s’appliquent et que la qualité soit le socle de toutes les missions d’audit
légal qu’il effectuera pour le compte de ses clients. Il devra aussi mettre en place un système
d’assurance qualité des missions d’audit légal.

Cette étude nous a permis de bien cerner les risques liés à une mission d’audit légal des
états financiers, d’identifier les différentes approches de gestion des risques mais aussi d’avoir
une meilleure connaissance de la démarche d’une mission de commissariat aux comptes.

89
AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG
Au terme de nos recherches, deux sentiments nous habitent ; d’une part celui d’avoir
compris l’importance et la qualité des études dont nous avons bénéficié au sein du CESAG
mais aussi, celui de devoir accepter que d’autres chercheurs plus outillés puissent demain
parfaire notre travail.

90
AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG
ANNEXES
ANNEXE 1 : QUESTIONNAIRE D’ACCEPTATION DE NOUVEAU MANDAT
DOSSIER : AREX AFRIQUE Réf :

Exercice clos le : 31/12/2012

QUESTIONNAIRE D'ACCEPTATION D'UN NOUVEAU MANDAT

1. PRISE DE CONNAISSANCE GLOBALE DE L'ENTREPRISE

1.1 Eléments relatifs à la structure de l'entité [art. 13.a) du Code de déontologie]

Raison sociale : AREX AFRIQUE SARL


Forme juridique : Société A Responsabilité Limitée (SARL)
Date de sa constitution : 29-juil-10
Durée de la société : 99 ans
Capital social : 25 000 000 Fcfa
Numéro Siret :
Numéro RCS :
Code NAF :
Activité : Commerce de produits Pétroliers (essence, gaz-
oil…)
Adresse : Boulevard de l'Oti, quartier Bè-Kpota
Code postal : BP:61998
Ville : Lomé
Téléphone : 22822289920
Site internet : www.arexafrique.tg
Groupe (dénomination) :
Maison mère / Groupe :

Filiales :
Nom

Actionnariat :
Identité

Philippe HELLAH
Jessica HELLAH
Mensah HELLAH
Emmanuel HELLAH
Kokou HELLAH
Total

1.2 Eléments relatifs à son mode de direction et à la politique des dirigeants en matière
de contrôle interne et d'informations financières [art.13 b) du Code de déontologie]

AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG


92
Informations relatives aux dirigeants :
Nom

Philippe HELLAH
Benjamin EMOUTITE

Sensibilité de la direction au contrôle interne :

Particularités en matière de principes comptables et d'information financière :

1.3 Informations relatives à l'expert-comptable (le cas échéant)

Nom :
Cabinet :

2. RESPECT DES REGLES DEONTOLOGIQUES

2.1 Interdictions et incompatibilités Oui Non N/A Réf. FDT


Des mesures ont-elles été prises pour s'assurer que
le commissaire aux comptes ne se trouve pas dans
une situation visée par l'article 697 & 698 de l’Acte
Uniforme relatif au droit des sociétés commerciales
et du GIE ?
Oui Non N/A Réf. FDT
Des mesures ont-elles été prises pour s'assurer que
chacun des membres de l'équipe (y compris le
signataire) intervenant au cours de la mission ne se
trouvait pas dans une situation d'incompatibilité, telle
que prévue à l'article 697 & 698 de l’Acte Uniforme
relatif au droit des sociétés commerciales et du
GIE et par le Code de déontologie :
- absence de liens personnels [article 27 du Code de
déontologie]
- absence de liens financiers [article 28 du Code de
déontologie]
- absence de liens professionnels concomitants ou
antérieurs [article 29 du Code de déontologie]

Oui Non N/A Réf. FDT


L'analyse de la situation du cabinet concernant
l'éventuelle appartenance à un réseau a-t-elle été
formalisée [article 22 du Code de déontologie]?
Oui Non N/A Réf. FDT
En cas d'appartenance à un réseau, des mesures ont-
elles été prises pour respecter les dispositions de
l'article L.822-11 du Code de commerce ?
2.2 Indépendance
Oui Non N/A Réf. FDT

Des mesures ont-elles été prises pour s'assurer que


le commissaire aux comptes n'est pas dans une
position de risques d'autorévision dans le cadre
d'une succession de missions [articles 20 & 29 du
Code de déontologie et Pratique professionnelle
relative à l'autorévision de novembre 2011 - Bull.
CNCC n°164 de décembre 2011]?
En cas d'acceptation, il devra ensuite procéder à
une analyse des missions de nature à remettre en
cause l'indépendance du commissaire aux
comptes, ces missions pouvant être
réalisées par :
- lui-même ? [article 19 de la Directive
n°02/97/CM/UEMOA portant création d’un ordre
national des experts comptables et des comptables
agréés dans les Etats membres de l’UEMOA,
articles 10,11 et 12 du Code de déontologie]
- son réseau ? [articles 22 à 25 du Code de
déontologie] Oui Non N/A Réf. FDT
En cas de fourniture de prestations de services par
le réseau :
- une analyse a-t-elle été effectuée en précisant pour
chaque mission :
. le prestataire (au sein du réseau)
. la nature (a) et le bénéficiaire de la prestation
. le montant facturé
. les conclusions en matière d'indépendance

Oui Non N/A Réf. FDT


(a) la prestation fournie par le réseau fait-elle partie
des prestations visées à l'article 24-II du code de
déontologie, affectant l'indépendance du
commissaire aux comptes ?
Oui Non N/A Réf. FDT

Le niveau d'honoraires est-il en adéquation avec


l'importance des diligences à accomplir [article 31 du
Code de déontologie] ?
Oui Non N/A Réf. FDT

La part des honoraires de la mission dans le total


des revenus professionnels ou du chiffre d'affaires a-
t-elle été vérifiée [article 34 du Code de déontologie]
?

3. RESPECT DES OBLIGATIONS RELATIVES A LA LUTTE CONTRE LE


BLANCHIMENT DES CAPITAUX ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME

Oui Non N/A Réf. FDT


Blanchiment et financement du terrorisme
…………..
…………..
5. ANALYSE DES CRITERES PROPRES AU COMMISSAIRE AUX COMPTES

5.1 Compétences [art.7 du Code de déontologie]


Oui Non

Le dossier requiert-il des compétences particulières


X
?

Si oui, quelles sont-elles ?

Le niveau de compétences est-il adapté pour : Oui Non

- le commissaire aux comptes ?


- les membres de l'équipe ?
5.2 Moyens en ressources humaines
Oui Non
X
Les moyens en ressources humaines sont-ils
adaptés à l'ampleur de la mission ?

5.3 Planning
Oui Non
X
Le dossier requiert-il des impératifs en termes de
planning d'intervention ?

Si oui, quels sont-ils ?

Oui Non
Peuvent-ils être respectés ?
ANNEXE 2 : Lettre d’acceptation de mandat de l’entreprise AREX AFRIQUE

Lomé, le 13 septembre 2011

AREX AFRIQUE SARL


Boulevard de l’Oti, quartier Bè-Kpota
Tel : 00228 22 28 99 20
BP : 61998 Lomé – Togo

Nos réf : 038/Konny Afrique Togo/aa/12

Objet : Acceptation de mandat

Monsieur,

Nous vous remercions de la confiance que vous nous témoignez en nous proposant de nous
nommer Commissaires aux comptes titulaire de votre Société. Nous vous informons que rien
ne s’oppose à notre acceptation et sommes d’accord pour cette nomination. La mission sera
assurée par l’Associé Gérant : Monsieur ATCHRIMI KOFFI.

Veuillez agréer, Monsieur, l’expression de notre considération distinguée.

KONNY AFRIQUE TOGO

ATCHRIMI Koffi
Expert - Comptable & Financier, Diplômé
Commissaire aux comptes
Associé Gérant
ANNEXE 3 : QUESTIONNAIRE D’AIDE A LA PRISE DE CONNAISSANCE
INITIALE

Rappel des méthodes d'investigation

- entretiens avec les interlocuteurs internes compétents


- entretiens avec d'autres auditeurs (prédécesseurs, filiales ou mère)
- recherche documentaire (documents internes de l'entité, publications, textes législatifs ou réglementair
- visite des locaux

Ce questionnaire reprend et complète les travaux de prise de connaissance du questionnaire simplifié utilisé lors de la p

Secteur d'activité de l'entité

- domaine

- nature du secteur d'activité : Importation et ventes de produits pétroliers et lubrifiants.


- présentation générale :
- appréciation économique du secteur d'activité (en développement ou en récession) :
- historique du développement économique de l'entité :

- produits

- principaux produits : Essences super sans plomb ; Gaz oil/DDO, pétrole lampant, Jet A1, produits
- part respective dans le chiffre d'affaires :
- appréciation du caractère novateur ou obsolescent des produits :
- existence d'une saisonnalité et/ou d'un critère géographique :
- mode de tarification : elle a une marge de 35 Fcfa par litre vendu. Le prix est fixé par l’Etat ;

- organisation de l'activité
- principaux fournisseurs

- liste des principaux fournisseurs et poids respectif dans les achats (ou frais généraux) :
L’Etat à travers la STSL
- existence de contrats commerciaux :
- appréciation de la dépendance au regard de fournisseurs :
- existence de conflits avec les fournisseurs :
- appréciation du risque de rupture d'approvisionnement :

- liens de sous-traitance

- en amont (pour le compte de clients) :


- en aval (avec des fournisseurs) :
- appréciation de la protection des outils de production :

Collecte documentaire :

brochure commerciale, tarifs, conditions de vente

monographie du secteur

articles de presse, diverses documentations

textes relatifs aux réglementations spécifiques

plaquette de comptes de concurrents

contrats commerciaux avec les clients et/ou avec les fournisseurs

dossiers sur les contentieux

Appartenance à un groupe

- position dans le groupe

AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG


98
- activités du groupe :
- positionnement dans l'organigramme du groupe et degré d'autonomie de l'entité :
- existence d'accords (pactes, conventions) :
- existence de redevances (nature, calcul, justification) :

- société mère

- identification :
- part de capital détenue :
- organes dirigeants :
- principales opérations intragroupe :

- filiales

- identification :
- part de capital détenue :
- circonstances et justification des valeurs d'acquisition des titres :
- organes dirigeants :
- principales opérations intragroupe :

- consolidation

- périmètre de consolidation :
- position de l'entité dans l'ensemble :
- règles de consolidation :

Collecte documentaire :

organigramme du groupe

manuel des règles de consolidation

listes des filiales et participations

derniers comptes des filiales

accords et conventions

dirigeants communs
Organisation

- implantation

- implantation géographique :
- nature des installations (usine, succursale, bureau, entrepôt, magasin : tableau des implantations avec c
- politique immobilière (propriété, location, crédit-bail) :

- structure interne

- organigramme des services : responsable Finances comptabilité, comptabilité générale, trésorerie,


- fonctions et responsabilités :
- identification des interlocuteurs importants pour la mission :
- existence de manuel de procédures : Non

- conseils externes

- en matière comptable :
- en matière juridique :
- en matière fiscale :
- en matière sociale :
- autres :

- service d'audit interne et/ou organes de contrôle externes

- structure et position hiérarchique du service d'audit interne :


- compétences et formation des auditeurs internes :
- méthodes et techniques du service d'audit interne :
- organes de contrôle externe :

Collecte documentaire :

organigramme fonctionnel

liste et coordonnées des conseils (dont prédécesseur éventuellement)

AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG


100
historique des rapports d'audit interne (+ dernier rapport émis)

liste et coordonnées des organes de contrôle externe

Politique en matière de fraudes et erreurs

- politique de la direction

- perception du risque par la direction :


- identification des systèmes mis en place :
- existence passée d'erreurs ou de fraudes :

- impact sur la mission

- identification des domaines susceptibles de présenter un risque :


- demande d'une déclaration écrite de la direction sur ce thème :

Données juridiques

- forme sociale

- forme actuelle :
- historique des formes sociales précédentes :

- données juridiques caractéristiques

- objet social : AREX AFRIQUE SARL


- durée de la société (date du terme) : 99 ans
- date de clôture des comptes : 31 décembre 2012
- clauses statutaires spécifiques (référence de l'article et caractéristiques) :
- âge limite des dirigeants :

- entité cotée

- place de cotation :
- date d'entrée sur le marché (et motifs) :
- quote-part de capital placée dans le public :
- historique de cotation (cours, accidents, suspension) :

- mode d'approvisionnement : il est fait sous la supervision stricte de l’Etat. Toute


compagnie pétrolière installée au Togo fait sa commande auprès du Ministère du
Commerce ayant une structure chargée de réceptionner les commandes de toute
compagnie. Cette structure valide les commandes et les transmet à la STSL
(Société du groupe Shell) qui est chargée de lancer les commandes auprès des
fournisseurs.
- mode de production :
- mode de distribution : Concernant la distribution, il n’y a pas de restriction, elle se
fait suivant les règles de chaque compagnie. Le prix est fixé par l’Etat.
mode de stockage : Les livraisons sont faites au niveau de la STE (Société
Togolaise d’entreposage) chargée de stocker les produits pétroliers. Les
compagnies pétrolières viennent s’approvisionner auprès de la STE sur la base
de la commande préalablement faite. Les règlements se font au niveau du
ministère du commerce suivant une échéance de 10 jours après la commande.
Mais pour les compagnies nouvellement installées, le paiement est immédiat.
ANNEXE 4 : Lettre de mission de l’entreprise AREX AFRIQUE

Lomé, le 27 novembre 2012

Monsieur le Directeur Général

d’AREX AFRIQUE

Lomé

Nos réf : 049/Konny Afrique/aa/12

Objet : Mission de commissariat aux comptes

D’AREX AFRIQUE pour l’exercice clos au 31 décembre 2012 :

Conditions et modalités d’exécution

Monsieur le Directeur Général,

Nous avons le plaisir de vous confirmer les termes, les conditions et les modalités de mise en œuvre de
notre mission de commissariat aux comptes pour l’exercice clos au 31 décembre 2012, conformément
aux dispositions de l’Acte Uniforme OHADA portant sur les Sociétés Commerciales et le Groupement
d’Intérêt Economique.

I. OBJECTIF DE NOTRE MISSION

Dans le cadre de cette mission telle que définie par la loi, nous procéderons à un audit des comptes
annuels de votre société pour l’exercice clos au 31 décembre 2012. Cet audit aura pour objectif,
conformément aux dispositions des articles 710 à 717 de l’Acte uniforme OHADA portant sur les
Sociétés Commerciales et le Groupement d’Intérêt Economique, de certifier que les comptes annuels
sont réguliers et sincères et donnent une image fidèle du résultat des opérations de l’exercice écoulé,
ainsi que de la situation financière et du patrimoine de votre structure à la fin de cet exercice.

Conformément aux dispositions de l’article 712 du même Acte, nous avons pour mission permanente,
à l’exclusion de toute immixtion dans la gestion, de vérifier les valeurs et les documents comptables de
votre société dont nous sommes chargés de certifier les comptes et de contrôler la conformité de la
compatibilité aux règles en vigueur. Nous vérifierons également, conformément à l’article 713 de cet
Acte, la sincérité et la concordance avec les comptes annuels des informations données dans le rapport

AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG


103
de gestion et dans les documents adressés à l’Assemblée Générale sur la situation financière et les
comptes annuels.

En outre, conformément à l’article 716 dudit Acte, nous devons révéler au Procureur de la République
les faits délictueux dont nous aurons connaissance, sans que notre responsabilité puisse être engagée
par cette révélation.

II. MODALITES D’EXECUTION ET PLANIFICATION DE LA MISSION

A. Nos obligations

Notre programme d’intervention comprend deux (02) principales phases à savoir :

• Phase 1 : Mission d’intérim


Appréciation des procédures et du contrôle interne et en particulier des cycles ci
après :

- Achats/fournisseurs ;
- Vente/clients ;
- Appréciation et analyse de la procédure de détermination de la marge
et du tableau de marge arrêté au 30/11/2012 ;
- Appréciation des Procedures de gestion de stocks.

Travaux complémentaires

- Assistance à la prise d’inventaires du stock de produits et des


immobilisations au 31/12/2012 ;
- Circularisation des tiers : STE, STSL et banques.
• Phase 2 : Audit des comptes et rédaction des rapports
Audit des états financiers au 31 décembre 2012 en vue de la certification des
comptes annuels :
Vérifications spécifiques prévues par la loi (relatives au rapport de gestion, aux
conventions réglementées, provisions techniques, etc.) ;
Rédaction des rapports

Notons que dans le cadre de notre mission, nous nous appuierons sur les travaux effectués par
votre Expert comptable en vue de la présentation des états financiers clos au 31/12/2012.
ANNEXE 5: PLAN DE MISSION DE L’ENTREPRISE AREX AFRIQUE

SOCIETE : AREX AFRIQUE

EXERCICE CLOS LE : 31/12/2012

1. CONNAISSANCE DE L'ENTREPRISE : Fiche signalétique

Raison sociale : AREX AFRIQUE SARL

Adresse (N°/lieu) : Boulevard de l’Oti, BP.61999 Lomé-Togo, quartier Bè-Kpota, Tél :


22822288920

Forme juridique : Société A Responsabilité Limitée (SARL)

Dirigeant : Philippe HELLAH

Répartition de l’actionnariat : le capital social est de FCFA 25 000 000 divisé en 2500 parts
sociales de 10 000F CFA chacune intégralement libérées, souscrites en totalité par les
associés et attribuées à chacun d’eux dans les proportions suivantes :

- M. Philippe HELLAH: 2100 parts sociales soit FCFA 21 000 000 ;


- Mlle. Jessica HELLAH : 100 parts sociales soit FCFA 1 000 000 ;
- M. Mensah HELLAH: 100 parts sociales soit FCFA 1 000 000 ;
- M. Emmanuel HELLAH : 100 parts sociales soit FCFA 1 000 000 ;
- M. Kokou HELLAH : 100 parts sociales soit FCFA 1 000 000.
Appartenance à un groupe : Non

Particularités juridiques : structure familiale

Suivant la composition de l’actionnariat, il s’agit d’une structure familiale avec


un actionnaire majoritaire dirigeant.

Activité principale : Distribution des produits pétroliers tels que : essence super sans plomb,
pétrole lampant, jet A1, gas-oil /DDO et des produits lubrifiants (huiles à moteur et autres).

Siège social : Lomé, Boulevard de l’Oti, quartier Bè Kpota.

Lieu d’exercice : Lomé, Boulevard de l’Oti, quartier Bè Kpota.

Particularités économiques :
Particularités économiques liées au secteur :
Régime d’approvisionnement

L’approvisionnement des produits pétroliers est sous la supervision stricte de l’Etat. Toute
compagnie pétrolière installée au Togo fait sa commande auprès du Ministère du Commerce
ayant une structure chargée de réceptionner les commandes de toute compagnie.

Cette structure valide les commandes et les transmet à la STSL (société du groupe Shell) qui
est chargée de lancer les commandes auprès des fournisseurs. Les livraisons sont faites au
niveau de la STE (Société togolaise d’entreposage) chargée de stocker les produits pétroliers.

Les compagnies pétrolières viennent s’approvisionner auprès de la STE sur la base de la


commande préalablement faite.

Régime de règlement des approvisionnements

Les règlements se font au niveau du Ministère du Commerce suivant une échéance de 10 jours
après la commande. Mais pour les compagnies nouvellement installées, le paiement est
immédiat.

Régime de distribution et de prix

Concernant la distribution, il n’y a pas de restriction, elle se fait suivant les règles de chaque
compagnie. Le prix est fixé par l’Etat.

Régime de marge

A priori, les compagnies pétrolières ont une marge de F CFA 35 par litre vendu. Toutefois dès
l’obtention de la structure du prix nous pouvons dégager la marge.

Régime de taxes

Les compagnies pétrolières sont assujetties aux impôts et taxes comme toute entreprise ayant
du personnel et faisant du bénéfice. Il faut noter que toutes les taxes telles que les droits de
douanes, taxes sur les produits pétroliers et autres sont payés avant livraison et se calculent
automatiquement sur la base de la commande faite et livrée.

Par ailleurs les produits pétroliers sont exonérés de TVA alors que les lubrifiants sont taxés.

Régime de transport et de paiement des transports sur le territoire

Le transport est à la charge de la compagnie pétrolière.

Historique de l’activité :

AREX AFRIQUE était spécialisé dans la location et gérance des stations de la société
pétrolière CAP ESSO avant l’obtention de son agrément comme société pétrolière.
Effectif total : 18 employés

Effectif administratif : 06

Convention collective : Le secteur d’activité est régi par une convention collective. Elle est
révisée et transmise à la Direction Générale du travail pour validation. (Convention à
disposer)

Régime fiscal : régime fiscal réel

Particularités sociales et fiscales :

• Les impôts et taxes liés aux approvisionnements des produits pétroliers


sont retenus à la source.
• AREX AFRIQUE est soumis au paiement des charges sociales et autres
impôts indirects liés à l’exploitation.

Evèè nèmènts particulièrs dè l’èxèrcicè, faits marquants :

• Nouvelle station services en cours de construction ;


• Ouverture d’un nouveau compte bancaire à DIAMOND Bank ;
• Acquisition de nouvelles immobilisations

Points particuliers et points en suspens de l’exercice précédent :

Contrôle des comptes : Validation des pièces justificatives des


immobilisations inscrites au bilan pour F CFA 77 554 000
Contrôle interne : Suivi des recommandations de l’audit organisationnel et
appréciation des procédures de contrôle interne

2. INFORMATIONS COMPTABLES ET FINANCIERES

Remarques essentielles résultant de l’examen analytique :

3. CONTROLE INTERNE – SYSTEME COMPTABLE ET INFORMATIQUE

Analyse des procédures et du contrôle interne


Descriptif :

Existence d’un manuel de procédures : Absence de procédures administratives,


comptables et financières formalisées
Mise à jour du manuel : N/A

Degré d’implication de la direction : Toutes les décisions sont prises par la direction
de la société en particulier par le dirigeant

Analyse répartition des tâches : suivi des recommandations de l’audit organisationnel


et appréciation des procédures de contrôle interne

Procédures directement liées à l’information financière : Non formalisée

Tests et sondages :

Cycles à examiner :

Immobilisations (incorporelles, corporelles, financières)


Stocks
Clients, et ventes
Autres créances
Trésorerie
Capitaux propres
Provisions pour risques et charges
Emprunts et dettes financières diverses
Fournisseurs – achats
Cycle social
Cycle fiscal
Produits
Autres produits et charges de gestion courante
Subvention et transfert de charges
Produits et charges exceptionnels
Axer le contrôle des comptes sur les points suivants :

• Cycle financier : emprunt et trésorerie et éventuellement le compte 471103 : régul


comptes de trésorerie)

• Cycle IMMO: s’assurer de la réalité et de l’exhaustivité des immo et de leur


financement

• Cycle achat et stock : valider les achats de carburant par nature en volume et en
valeur avec les relevés de la STE et de la STSL.

Calculer le stock théorique en volume par nature de produit avec : stock initial +
achats – achats consommés = stock final.

Achats consommés = ventes /prix de vente.


• Valider le solde de ces deux fournisseurs avec les circularisations.
• Cycle vente : demander et valider le tableau de marge par nature de produit :
s’assurer que les taux de marge sont conformes aux taux fixés du fait que les prix de
vente sont fixés par l’ETAT.

Valider la comptabilisation des frais de transport et leur refacturation à l’EAT.


• Assurez-vous de la justification des soldes clients.

• Vérifier que les loyers de la boutique de la station du siège sont perçus et


comptabilisés.

• Cycle Etat : s’assurer que tous les impôts sont correctement calculés et payés.
S’assurer que la TVA payée en amont sur les factures d’achat correspond à la TVA
calculée sur les ventes, ainsi que toutes les taxes parafiscales qu’il convient de traiter
en compte de tiers et non en compte de charge et de produit.
• s'assurer de la régularité des comptes de tiers sur les opérations avec l'état et en
effectuer la circularisation
• S’assurer que les taxes et les charges sociales sur salaires sont bien calculées et
payées.

• Cycle comptes courant associé : demander les justificatifs de tous les apports en
comptes courants d’associé (origine des fonds)

• Cycle frais généraux : s’assurer de l’exhaustivité des charges et valider qu’ils sont
nécessaires à l’exploitation.
Etendue :
Certification des comptes annuels

Suivi des recommandations antérieures ;


Appréciation des procédures et du contrôle interne existants
Circularisation des tiers.
Contrôle des comptes et des documents de synthèse : bilan, compte de
résultat, TAFIRE et état annexé ;
Rédaction du rapport de contrôle interne ;
Rédaction du rapport général du commissaire aux comptes.
ANNEXE 6 : PROGRAMME DE TRAVAIL D’AREX AFRIQUE

PROGRAMME DE TRAVAIL PAR CYCLE

RAPPELS

Objectifs

Le programme de travail est la concrétisation en termes opérationnels et détaillés :

Des diligences et contrôles à effectuer, par groupes de comptes liés à un cycle d’activité
Du seuil de signification et du seuil de remontée des ajustements en fonction des risques
identifiés
De la répartition des travaux au sein de l'équipe et des temps attribués

Mise en œuvre

Le programme de travail est préparé par le chef de mission, supervisé par le directeur de
mission et soumis à l'approbation de l'associé.

L’outil ne doit pas être abordé comme un standard, le programme de travail doit être
personnalisé en fonction des spécificités propres à chaque client, de ses attentes et des risques
existants.

Le programme de travail constitue la dernière étape de la phase générale de préparation de la


mission. Il est la résultante des étapes préparatoires qui précèdent son élaboration et qui
doivent nécessairement influencer son contenu.

En ce sens, il comporte en préalable les informations clés indispensables liées à la revue du


contrôle interne, avec renvoi aux travaux plus étoffés effectués lors de l’analyse des risques.
IMMOBILISATIONS INCORPORELLES
OBJECTIFS
S’assurer que les immobilisations existent et appartiennent à l’entreprise ; figurent toutes à
l’actif ; sont évaluées correctement et sont comptabilisées normalement ;
S’assurer du respect des règles fiscales d’évaluation des immobilisations et de déductibilité
des amortissements et provisions ;
Les informations incluses dans l’annexe sont suffisantes et correctes

PROGRAMME DE TRAVAIL
Obtenir le tableau de mouvements d’immobilisations incorporelles par rapport à l’exercice précédent
Valider les principaux mouvements de la période avec les pièces justificatives

Vérifier que les chiffres d’ouverture concordent avec les chiffres à la clôture de l’exercice précédent

Dépenses de logiciel :
S’assurer que les logiciels acquis ou créés à usage interne sont considérés comme des immobilisations corpor
Vérifier que l’inscription à l’actif d’un logiciel créé est subordonnée au respect simultané de l’intégralité des c

Fonds commercial :
S’assurer de l’existence des fonds commerciaux et droits de bail, se faire présenter les pièces
(actes d’acquisition, baux, extraits registre de commerce)
S’assurer qu’aucun événement n’est susceptible de remettre en cause la valeur de ces actifs
(Analyse du CA, résultat, éléments d’appréciations retenus à l’origine,..)
Apprécier les conditions éventuelles retenues pour l’amortissement d’un fonds commercial
Gestion des risques liés à une mission d’audit légal des états financiers : cas du cabinet KAT

IMMOBILISATIONS CORPORELLES

OBJECTIFS
S’assurer que les immobilisations existent ; figurent toutes à l’actif ; sont évaluées
correctement et sont comptabilisées normalement.
S’assurer du respect des règles fiscales d’évaluation des immobilisations et de déductibilité
des amortissements et provisions.
S’assurer du respect de la distinction immobilisations / frais généraux.

PROGRAMME DE TRAVAIL
Si la société a procédé à un inventaire physique :
- vérifier que le fichier et les comptes sont mis à jour
- obtenir des explications de tout écart important
Sinon, vérifier l’existence physique des actifs importants.
Identifier physiquement les existants et vérifier leur inscription au fichier
Etablir un tableau de mouvement des immobilisations corporelles en faisant ressortir les entrées prove

Récupérer le fichier des immobilisations et recouper avec les chiffres comptabilisés.

Faire le contrôle arithmétique du fichier des immobilisations lorsque celui-ci n’a pas été fait au cours des exe

Vérifier que les chiffres d’ouverture concordent avec les chiffres à la clôture de l’exercice précédent

Contrôler par sondage les acquisitions :


Matérialiser sur une feuille de travail le recoupement avec la facture et la correcte valorisation du coût d’ent
S’assurer que la TVA n’a pas été récupérée indûment sur les biens exclus du droit à déduction
Dans l’hypothèse de production immobilisée par l’entreprise, s’assurer que les coûts imputés sont corrects.

Contrôler par sondage les cessions/mises au rebut : matérialiser sur le fichier des immobilisatio

Matériel de Transport :
Vérifier l’existence de cartes grises et distinguer les véhicules utilitaires et ceux de tourisme. Vérifier que la f

Justification des comptes d’Immobilisation en cours

Contrôler la permanence des méthodes pour les amortissements et le caractère prudent des durées retenu

Renvoyer au cycle achats et charges externes la vérification de la distinction immobilisations /


frais généraux.

AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG


112
Amortissements :
Vérifier que les taux d’amortissement utilisés sont cohérents avec les taux les plus couramment
Vérifier le calcul de l’amortissement de quelques immobilisations sélectionnées au hasard

Passer en revue le fichier des amortissements pour vérifier que les valeurs amortissables ont, toutes, fait l’o
Vérifier la permanence des méthodes en recoupant le fichier d’immobilisation de N avec celui de N-1
Vérifier que les amortissements fiscaux sont au moins égaux au minimum linéaire.
Gestion des risques liés à une mission d’audit légal des états financiers : cas du cabinet KAT

ANNEXE 7 : LETTRE D’AFIRMATION

LETTRE D’AFFIRMATION SUR LES COMPTES ANNUELS (A

retourner sur papier à en-tête de la société)

Madame, Monsieur, <nom>

Commissaire aux comptes

<Adresse>

<Lieu>, <Date>

Cette lettre vous est adressée en application de vos normes et pratiques


professionnelles dans le cadre de vos contrôles relatifs à l’audit des comptes
annuels arrêtés au <date de clôture>.

En tant que responsables de l’établissement des états financiers, de la conception et


de la mise en œuvre des systèmes comptables et de contrôle interne, destinés à
prévenir et détecter les erreurs et les fraudes, nous vous confirmons ci-après, en
toute bonne foi et au mieux de notre connaissance, les informations et affirmations
qui vous ont été fournies dans le cadre de votre mission :

• Nous avons conçus et mis en œuvre des contrôles destinés à prévenir et à


détecter les erreurs et fraudes.

• Nous avons pris connaissance de l’état des anomalies relevées lors de l’audit
et non corrigées, joint en annexe. Nous considérons que l’incidence de ces
anomalies prises individuellement ou globalement, n’est pas significative sur les
états financiers pris dans leur ensemble.

• A ce jour, nous n’avons connaissance d’aucun événement, autre que ceux


déjà pris en compte, survenu depuis la date de clôture de l’exercice et qui
nécessiterait un ajustement des comptes, une mention dans l’annexe et/ou dans
le rapport de gestion

AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG


114
ANNEXE 8 : QUESTIONNAIRE DE FIN DE MISSION d’AREX AFRIQUE
DOSSIER :

Exercice clos
le :

QUESTIONNAIRE DE FIN DE MISSION

1. DILIGENCES
Question

Les outils structurants du Pack PE


ont-ils été soumis à l'approbation du commissaire aux comptes :

• questionnaire d'acceptation du
mandat (le cas échéant) ? [A1.1]
• questionnaire d'analyse du risque
d'anomalies significatives -
comptes pris dans leur ensemble ? [A2.1]

• questionnaire éthique et
comportement du dirigeant ? [A2.2]
• analyse matricielle des risques ?
[A2.3]
• compte rendu préalable à la mise en
œuvre des contrôles ? [A2.4]
• plan de mission ? [A3.1]

• feuilles des variations par cycles ?


[A4.1]
• note de synthèse ? [A5.3]

AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG


115
• questionnaire de fin de mission ?
[A5.1]
• compte rendu sur l'audit des
comptes ? [A5.2]
Les diligences effectivement
réalisées sont-elles cohérentes avec l'étendue, l'orientation des travaux et les lignes directrices définies dans le

Les comptes annuels ont-ils fait


l'objet d'un recoupement avec les comptes audités ?

Une procédure analytique finale a-t-


elle été effectuée afin d'analyser la cohérence d'ensemble des comptes
au regard des éléments collectés tout au long de l'audit, sur l'entreprise et son secteur d'activité ?

Si cette procédure analytique a mis


en évidence des informations qui ne sont pas en corrélation avec d'autres informations ou des variations signif

La lettre confirmant certaines


déclarations de la direction a-t-elle été obtenue de la direction ?

Si oui :
- est-elle signée par le réprésentant
légal en tant que responsable de
AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG
116
l'établissement des comptes ?

- aborde-t-elle notamment les points


obligatoires visés dans la NEP-580,
§7 (cf.exemple de lettre de déclaration de la direction) ? [B5.2]

La recherche des événements


postérieurs à la clôture a-t-elle été effectuée ? (cf. le cas échéant, annexe I)

Les vérifications spécifiques ont-


elles été effectuées ?
Des éléments susceptibles de
remettre en cause la continuité d'exploitation on-tils été identifiés ? (cf. le cas échéant, annexe II)

Les obligations relatives à la


communication du commissaire aux comptes avec les organes mentionnés à l'article L.823-16 du code de com

Les obligations de signalement


prévues à l'article L.823-12 du code de commerce ont-elles été respectées
?

2. DOCUMENTATION

Question

Les éléments du dossier de travail


permettent-ils à toute autre personne ayant une expérience de la pratique de l'audit et n'ayant pas participé à la
mission d'être en mesure de
comprendre les points listés au § 4 de la NEP 230 ?

Et notamment, le dossier de travail


précise-t-il les caractéristiques qui permettent d'identifier les éléments testés afin de préciser l'étendue des pro
230, § 4)

Lorsque, suite aux échanges menés


avec la direction de l'entité ou d'autres interlocuteurs, une information contradictoire ou incohérente avec une
la manière dont a été traitée cette contradiction ou incohérence pour arriver à la conclusion finale ? (NEP-230

La documentation a-t-elle été


finalisée dans les 90 jours suivant la réunion de l'organe délibérant appelé
à statuer sur les comptes (NEP-230, §
9), sachant que durant cette période:
- aucune modification de fond ne peut être apportée,
- seules les modifications de forme ou de classement peuvent être apportées.
ANNEXE 9 : QUESTIONNAIRE DE PREPARATION DES RAPPORTS SUR LES
COMPTES ANNUELS D’AREX AFRIQUE
DOSSIER : AREX AFRIQUE

Exercice clos le : 31/12/2012

QUESTIONNAIRE DE PREPARATION DU RAPPORT SUR LES COMPTES


ANNUELS

Préambule :
- Pour plus de précisions, le commissaire aux comptes peut utilement se référer à la note
d'information n°I de la CNCC "Le rapport du commissaire aux comptes sur les comptes annuels

- Utiliser les exemples de


rapports de la CNCC.

1ère partie : Certification des comptes et observations

Vérifier que la formulation de l'opinion tient


compte des aspects suivants :

- nécessaire cohérence avec les


conclusions retenues dans les dossiers de travail et la note synthèse,
- traitement des chiffres de
l’exercice précédent (NEP 710),

- traitement des suivis de


réserves (ou refus) de l’exercice précédent,

- traitement des insuffisances de


l’annexe,

- traitement des changements


comptables (NEP 700 § 10, NEP
730 § 08 à 10),
- traitement des problématiques
de continuité d’exploitation
(NEP 700 § 10 à 13, NEP 570).
- respect des dispositions de la
NEP 700, relatives à la formulation des réserves (NEP
700 § 12 à 14) et des refus
(NEP 700 § 15 à 18),

- respect des dispositions de la


NEP 700, relatives à la formulation des observations (NEP 700 § 07 à 10).

2ème partie : Justification des appréciations

Déterminer les appréciations de nature à faire l’objet d’une


justification, conformément à la NEP 705.
Entrent dans ce cadre,
notamment :
- les options retenues dans le
choix des méthodes comptables ou dans leurs modalités de mise en œuvre lorsqu’elles ont des incidences maj

- les estimations comptables


importantes, notamment celles manquant de données objectives et impliquant un jugement professionnel dans

- la présentation d’ensemble des


comptes annuels, qu’il s’agisse du contenu de l’annexe ou de la présentation des états de synthèse,

- le cas échéant, les procédures


de contrôle interne concourant à l’élaboration des comptes.

Diligences

S’assurer que la formulation des


appréciations fait référence explicite aux dispositions de l’article L. 823-9 du Code de commerce et qu’elle co
- l’identification du sujet et la référence, si
elle est possible, à l’annexe aux comptes,

- un résumé des diligences effectuées par


le commissaire aux comptes pour fonder son appréciation,

- une conclusion, exprimée de façon


positive, en cohérence avec l’opinion formulée sur les comptes et qui ne constitue pas une réserve déguisée.

Veiller à ce que la justification des


appréciations ne conduise pas à dispenser des informations dont la diffusion relève de la responsabilité des dir
705 § 06).

3ème partie : Vérifications et informations spécifiques

Vérifier que la présentation des observations et mentions résultant des vérifications


spécifiques et des informations obligatoires tient compte des aspects suivants :

- nécessité éventuelle d'une


observation sur le contenu du rapport de gestion et autres documents adressés aux membres de l'organe appelé
- signalement des irrégularités et
inexactitudes,

- éventuelle prise en compte des


observations, réserves ou refus émis dans la 1ère partie du rapport,

- informations obligatoires
(prises de participation et de contrôle, aliénation d’actions) devant être confirmées lorsqu'elles sont dans le rap

Autres contrôles

Diligences

Forme du rapport :
Vérifier que le rapport comporte,
conformément à la NEP 700 § 23 a) et b) :
- un titre indiquant qu’il s’agit d’un
rapport de commissaire aux comptes,

- l’indication de l’organe auquel le rapport


est destiné.

Date du rapport :
Vérifier que le rapport est dûment daté et
émis dans les délais légaux :
- postérieure aux dates suivantes :
* date d’achèvement des travaux de contrôle des comptes (bilan, compte
de résultat, annexe),
* date de réunion de l'organe arrêtant les comptes,
* date de la lettre d'affirmation.

- antérieure d'au moins 15 jours à la date


de l'assemblée approuvant les comptes, même si l'ensemble des documents (rapport de gestion…) n'a pas été t

Signature du rapport :
Veiller à la conformité des signatures :
- signature sociale de la société de
commissaire aux comptes, le cas échéant
(article R.822-94),
- signature du commissaire aux comptes
exerçant à titre individuel ou, le cas échéant, de celui ou de ceux des commissaires aux comptes associés, actio

Annexes au rapport :
Vérifier que les comptes annuels (bilan,
compte de résultat et annexe) sont joints au rapport.

Si les comptes annuels ne sont que


partiellement reproduits dans la plaquette de l’entité, vérifier qu’une mention
accompagne la publication du rapport
précisant que ce dernier couvre l’intégralité des comptes annuels.

Préparé par :
…………………………………
………….
APPROBATION DU
COMMISSAIRE AUX COMPTES :

Commentaires :
ANNEXE 10 : GUIDE D’ENTRETIEN

KONNY AFRIQUE TOGO

Gestion des risques liés à une mission d’audit légal des états
financiers : cas du cabinet KAT

01/03/2012
ANANI AFANTONOU
1- Quelle est votre approche de gestion des risques ?

Il s’agit d’une approche basée sur les risques qui prend en compte les risques liés à la phase
d’acceptation de la mission et les risques liés à la phase de réalisation ou d’exécution

2- quel est le processus de gestion des risques ?

Ce processus diffère en fonction des catégories de risques (risques liés à l’acceptation de


mandat et les risques liés à la phase de réalisation de la mission). Ces processus sont
composés de procédures.

3- Quelles sont les procédures mises en place dans la phase d’acceptation de


mandat ?

Ces procédures se résument comme suit :

- Questionnaire d’acceptation de mandat


- Lettre d’acceptation de nouveau mandat
- Déclaration d’indépendance
- Lettre d’appartenance à un réseau
- Lettre de mission

AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG


127
4- Quelles sont les procédures liées à la phase de réalisation ?

Cette phase est scindée en trois étapes :

- L’intérim
- Contrôle des comptes
- Travaux de fin de mission et rédaction des rapports

Les procédures au niveau de l’intérim sont : réunion avec les dirigeants, réunion avec les
collaborateurs

Les procédures dans la phase de contrôle des comptes : les procédures analytiques, les
contrôles de substance et les autres contrôles

Les procédures liées à la dernière phase sont : le questionnaire de contrôle des évènements
postérieurs, la synthèse générale de la mission, la demande de lettre d’affirmation, le
questionnaire de fin de mission

5- Quel est l’objectif de l’intérim ?

L’objectif de cette phase est d’évaluer le niveau de contrôle interne en analysant les
procédures de contrôle interne et en identifiant les zones de risques

6- Qui établit et supervise le programme de travail lors d’une mission de CAC?

L’auditeur responsable de la mission est le commissaire aux comptes.

Le programme de travail est établi par le Directeur de mission. Il supervise également les
travaux des autres collaborateurs.
7- Comment identifiez-vous les risques d’anomalies significatifs ?

L’identification des risques d’anomalies significatives se fait à travers le questionnaire d’analyse


des risques d’anomalies significatives
Gestion des risques liés à une mission d’audit légal des états financiers : cas du cabinet KAT

BIBLIOGRAPHIE

AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG


1- AHOUANGANSI Evariste(2010), Audit et révision des comptes : Aspects
internationaux et espace OHADA, éditions Monde experts, Cotonou, 923 pages.
2- BATUDE Danièle(1997), l’audit comptable et financier, éditions Fernand Nathan,
Paris, 128 pages.
3- BARTHELEMY Bernard, COURREGES Philippe(2011), Gestion des risques, éditions
Eyrolles, Paris, 350 pages.
4- BELLIER DELIENNE Annie, CHERIF Mondher, ROSSIGNOL Jean Louis(2006),
L’audit : Aspects institutionnels et économiques, La revue du financier, vol.2 (162),
éditions Cybel, Paris, 73 pages.
5- BERNARD Frédéric, GAYRAUD Rémi, ROUSSEAU Laurent, BOISSON
Arnaud(2010), Contrôle Interne, éditions Maxima Laurent du Mesnil, Paris, 325 pages.
6- BOUVIER Anne-Marie, DISLE Charlotte (2011), DCG 9 : introduction à la
comptabilité ; entrainement et cas pratiques, éditions Dunod, Paris, 334 pages.
7- CHAPUT Yves (1999), Le commissaire aux comptes, éditions Presses de Sciences Pro,
Paris, 139 pages.
8- CLEARY Sean (2006), Risques : Perception, évaluation, gestion, éditions Maxima,
Paris, 253 pages.
9- DAVENPORT Thomas (2000), l’art du management de l’information, éditions Village
Mondial, Paris, 373 pages
10- DEGOS Jean-Guy (2010), Méthodes de recherche en comptabilité pour thèses et
mémoires, éditions e-theque, Paris, 97 pages.
11- FILIPPI Agathe (2011), L’effective de la responsabilité du CAC, éditions
Universitaires Européennes, Paris, 60 pages
12- HASSID Olivier(2008), La gestion des risques, éditions Dunod, Paris, 150 pages.
13- HASSID Olivier(2011), Le management des risques et des crises, éditions Dunod,
Paris, 192 pages.
14- IFAC (2004), International Standards on Auditing (ISA), 43 pages.
15- KALIKA Michel(2012), Le mémoire du master : mobiliser internet pour réussir à
l’université et en grande école, éditions Dunod, Paris, 224 pages.

AFANTONOU Anani Dodji, ISCBF - MPACG - CESAG


131
16- KEREBEL Pascal(2009), Management des risques : Inclus Secteur Banque et
Assurance, éditions d’organisations, Paris, 187 pages.
17- KINNEY W.R. Jr (1989), Achieved audit risk and the audit outcome space, auditing a
Journal of Practice and Theory, vol.8 (2):67-85.
18- KROLL Pascale, FIORI Débora (2010), Les métiers de l’audit – le guide 2010-2011 ;
édition L’étudiant, Paris, 171 pages.
19- LEJEUNE Gérard, EMMERICH Jean-Pierre(2007), Audit et Commissariat aux
comptes, éditions Gualino, Paris, 329 pages.
20- MERCIER Antoine, MERLE Philippe(2010), Audit et CAC : guide de l’auditeur et de
l’audité, éditions Francis Lefebvre, Paris, 141pages.
21- MIKOL Alain (2010), Audit et Commissariat aux comptes, éditions E-theque, France,
166 pages.
22- OBERT Robert, MAIRESSE Marie-pierre(2007), DSCG 4 Comptabilité et audit :
Manuel et applications, éditions Dunod, Paris, 569 pages.
23- PIGE Bénoît (2001), Audit et Contrôle interne, éditions EMS, Paris, 319 pages.
24- PORTER Brendan, SIMON Jon, HATHERLY David (2008), Principles of external
auditing, éditions John Wiley & Sons, England, 608 pages.
25- REIX Robert (2004), systèmes d’information et management des organisations,
éditions Vuibert, Paris, 486 pages.
26- ROBERT Augustin (2011) Responsabilité des CAC et des experts
Comptables, éditions Dalloz, Paris, 484 pages.
27- ROBERT Augustin(2008), Responsabilité des CAC : civile, pénale, administrative,
disciplinaire, éditions Dalloz-Sirey, Paris, 399 pages.
Webographie

1- CRCC(2009), l’approche d’audit par les risques,


http://fr.scribd.com/doc/14154710/Page-1-1-Atelier-84-Lapproche-daudit-par-les-
risques
2- CRCC (consulté le 17 septembre 2012), les temps forts de la mission de
certification, http://www.cncc.fr/temps-forts-mission.html
3- CRCC (consulté le 17 septembre 2012), La certification et le Co-CAC,
http://www.cncc.fr/certification-co-cac.html
4- LESAGE (consulté le 17 septembre 2012), Evaluation du risque d’audit :
proposition d’un modèle linguistique,
http://www.cereg.dauphine.fr/cahiers_rech/cereg9713.pdf,
5- WIKIPEDIA (2012), Risque d’audit, http://fr.wikipedia.org/wiki/Risque_d'audit
6- YAHYAOUI(2005), L’utilité du rapport de l’auditeur externe,
http://www.memoireonline.com/07/09/2345/m_Lutilite-du-rapport-de-lauditeur-
externe4.html
7- ZOONIS(2010), Audit comptable et financier,
http://www.scribd.com/doc/30071525/28/I-–-LE-RISQUE-D-AUDIT