Vous êtes sur la page 1sur 16

N°4

THDmag
LE MAGAZINE DU TRÈS HAUT DÉBIT

Septembre
2013
La fibre pour tous :
les industriels sont prêts !
ISSN : 2103-9313

Plan France Très Haut Débit


• 100 millions de kilomètres
de fibre optique
• 30 millions de foyers
à équiper
• Création de plusieurs
dizaines de milliers d’emplois

| PA G E 1 | T H D m a g | N ° 4 | S E P T E M B R E 2 0 1 3
Sommaire Editorial

Le Sycabel se félicite de la volonté réaffirmée par


Régis Paumier le Gouvernement de réaliser en France, d’ici 2022,
Délégué Général le déploiement généralisé du Très Haut Débit, très
du Sycabel majoritairement en FttH. Il salue aussi la création de la
Mission Très Haut Débit et les dispositions financières

p. 3
et opérationnelles prévues pour l’accompagnement des
Le Plan France Très Haut Débit collectivités territoriales dans l’élaboration et le suivi de leurs
Point de vue. Antoine Darodes, Directeur projets de réseaux d’initiative publique.
de la Mission très Haut Débit ................p. 3 Le choix de la fibre optique comme support des nouveaux

p. 4
réseaux d’accès très haut débit ne fait plus débat. Par contre,
Dossier le rythme des déploiements, constat fait aussi bien à partir
de l’Observatoire de l’ARCEP que de l’indicateur industriel
La filière industrielle « fibre optique » du Sycabel (voir article p. 5), est nettement insuffisant pour
tenir les objectifs du plan France THD. L’essentiel des
Unités de production et centres de R&D sur réseaux FttH actuels étant construit dans les zones très
le territoire.............................................p.5 denses par les opérateurs privés, l’accélération du rythme
Accélérer le rythme de déploiement de déploiement passe nécessairement par le lancement
du FttH...................................................p. 5 rapide et généralisé des projets de réseaux d’initiative
L’industrie des composants optiques publique en zones moins denses qui concernent 43% de
passifs du très haut débit......................p. 6 la population mais plus de 80% du territoire. D’autant que
cette population, disposant actuellement des débits les plus
L’innovation au service faibles, manifeste une plus grande appétence pour le très
du déploiement......................................p.8 haut débit.
Point de vue. Yves Le Mouël, Directeur
Général de la Fédération Française des « Plus de vingt ans d’expérience
Télécoms................................................p.8
Performances et qualité des en déploiement de réseaux
infrastructures passives du
Très Haut Débit.....................................p.10
d’accès fibre optique »
Point de vue. Anne Valachs, Directeur
Général du SERCE................................p.11 Les industriels de la fibre, principalement regroupés au
sein du Sycabel, ont plus de vingt ans d’expérience en
Jean-Pierre Bonicel, déploiement de réseaux d’accès fibre optique. Ils disposent
Président d’Objectif Fibre......................p.12 d’une capacité de production adaptée, de centres R&D
L’action d’Objectif Fibre en matière de performants en France et en Europe et fabriquent toute la
formation. Maurice PINKUS, Directeur gamme des produits nécessaires, conformes à toutes les
Emploi-Formation de la FIEEC..............p.13 normes internationales et européennes. La France est ainsi

p.14 En savoir plus :


le premier fabricant de fibre optique en Europe.
C’est pourquoi le Sycabel continue d’œuvrer, au sein de
la plate-forme Objectif Fibre et du Comité des experts en
Retour d’expériences FttH fibre optique de l’ARCEP, à la levée des freins opérationnels
La fibre en zone rurale : la preuve au déploiement massif du FttH. Cette nouvelle édition du
par l’exemple........................................p.14 THDmag en fait un état des lieux et des perspectives.
Le point de vue du SIVU,
la fibre sociale......................................p. 15
Les industriels de la fibre sont prêts à relever le défi
national du THD !
THDmag, numéro 4 (septembre 2013) est une publication du SYCABEL, syndicat professionnel des fabricants de fils et câbles électriques
et de communication. Directeur de la publication : Régis Paumier - Comité de rédaction : Groupe de Travail Très Haut Débit.
Imprimeur : Imprimerie Grillet, 38 rue Ampère - 78140 Vélizy-Villacoublay. Illustration couverture : Christophe Clément.
Photos : Acome, Cahors, Draka, Nexans, Prysmian, Tyco Electronics,3M - DR. - Création et réalisation : Zedrimtim.
Dépôt légal : septembre 2013. ISSN : 2103-9313. |
PA G E 2 | T H D m a g | N ° 4 | S E P T E M B R E 2 0 1 3
Le Plan France Très Haut Débit

Point de vue. Antoine Darodes


Directeur de la Mission Très Haut Débit
Qualité, homogénéité et cohérence des déploiements : trois clés essentielles
pour la réussite du Plan France Très Haut Débit
plées, représentant environ 57% de la po- à s’appuyer sur les initiatives déjà prises
pulation), les opérateurs privés prennent spontanément par l’écosystème indus-
des engagements de déploiements de triel depuis quelques mois ou années.
réseaux FttH d’ici 2020. En complé- En particulier, les travaux engagés dans
ment de ces investissements privés, les le cadre du groupe Objectif Fibre se
collectivités territoriales (emmenées par révèlent particulièrement précieux car
les départements ou les régions) initient largement aboutis. De même, les tra-
des réseaux d’initiative publique sur les vaux du Comité d’experts de l’ARCEP
territoires les moins denses (43% de la ou du groupe Interop’Fibre constituent
population mais plus des deux tiers des des enceintes idoines pour identifier des
coûts). Pour soutenir les collectivités ter- référentiels techniques ou de systèmes
ritoriales dans leurs initiatives, l’Etat mobi- d’information. Mais il faut aller au-delà,
lise, dans le cadre du Plan France Très s’intéresser plus en avant aux architec-
Haut Débit, plus de 3 milliards d’euros de tures techniques des réseaux déployés,
subventions et met à leur disposition des mieux exploiter les standards ainsi identi-
enveloppes de prêts à longue maturité à fiés (pour permettre par exemple leur in-
taux très bas. sertion dans les cahiers des charges des
Si la diversité d’initiatives constitue certai- RIP) et accélérer le processus à l’heure
nement une force permettant de mobili- où les grands projets vont bientôt être
ser de nombreuses ressources publiques mis en œuvre.
comme privées au service de ce grand
chantier national, elle présente néan-
Un Plan pérenne au service d’une moins des risques importants de déploie-
ambition industrielle. ments épars et non cohérents et d’une
Le Plan France Très Haut Débit, porté par trop grande hétérogénéité des différents
la ministre déléguée en charge de l’éco- réseaux. Le Plan France Très Haut Débit
nomie numérique, Fleur Pellerin, et adop- envisage donc différents mécanismes de
té au printemps dernier par le Gouver- coordination des initiatives afin d’assurer
nement, permettra d’apporter un accès un déploiement complet en évitant les
Internet à très haut débit sur l’ensemble déploiements inutilement redondants qui
du territoire en 2022. Ce plan d’investis- peuvent malheureusement déjà être par-
sement de près de 20 milliards d’euros fois constatés.
constituera un socle solide pour améliorer
Le défi central de l’homogénéisa-
la compétitivité de nos entreprises et ga-
tion technique et de la qualité des
rantir un aménagement moderne et ho-
déploiements.
mogène des territoires, y compris les plus
Le défi de l’homogénéisation technique
ruraux. Comme l’a souligné le président
des déploiements est lui aussi central
de la République, le Plan vise à inscrire
la France dans une nouvelle ambition in-
dans la réussite du Plan. D’une part, il « Inscrire la France
apparaît nécessaire de basculer dans
dustrielle dans un secteur où notre pays
dispose d’atouts industriels majeurs,
une phase d’industrialisation des déploie- dans une nouvelle ambition
ments afin d’accélérer les délais et de
à l’instar des grands plans lancés dans
l’aéronautique ou le TGV il y a quelques
réduire les coûts. D’autre part, la multi- industrielle »
plication des architectures, des types de
dizaines d’années. Le Plan France Très
matériels ou des interfaces serait source
Haut Débit, qui jouit d’un large consen- Par ailleurs, il ne faut pas oublier que le
de coûts d’exploitation considérables et
sus politique, s’inscrit dans la durée. Il secteur des réseaux numériques évolue
conduirait assurément à une baisse de
sera prochainement doté d’une organisa- très rapidement et il conviendra de pou-
la qualité du service offert aux usagers
tion pérenne structurée autour d’un éta- voir adapter, le cas échéant, ces référen-
finaux. Le traitement au cas par cas, arti-
blissement public qui a vocation à garan- tiels aux évolutions technologiques et du
sanal et local, doit désormais laisser la
tir sa mise en œuvre au moins dans les marché.
place à une phase d’industrialisation des
dix prochaines années. Ces travaux devront également per-
déploiements.
mettre de définir un standard minimum
Diversité des acteurs du Plan : op- Pour répondre à ce défi de l’homogé-
de qualité et de pérennité des réseaux
portunités à valoriser et risques à néisation technique, la Mission Très
ainsi déployés. Si les temps de rigueur
encadrer. Haut Débit va mobiliser l’ensemble des
budgétaire peuvent parfois pousser
Le Gouvernement a fait le choix de sou- acteurs des déploiements et, en particu-
vers les solutions les moins onéreuses, il
tenir la complémentarité cohérente d’ini- lier, les opérateurs, les équipementiers et
est impensable de sacrifier la qualité et
tiatives publiques comme privées, de les installateurs. Il ne s’agit pas d’imagi-
la pérennité des déploiements réalisés
déploiements de nouveaux réseaux à très ner de nouvelles normes dans un bureau
au profit d’économies de court-terme,
haut débit. Ainsi, dans certaines zones fermé à partir d’une feuille blanche. Au
dès lors que l’on investit dans les futurs
(généralement les plus densément peu- contraire, la méthode retenue consiste
« systèmes nerveux » de nos sociétés
| PA G E 3 | T H D m a g | N ° 4 | S E P T E M B R E 2 0 1 3
Point de vue. Antoine Darodes,
Directeur de la Mission Très Haut Débit (suite)

pour plusieurs décennies. Nos entre- donc pas d’imposer en dur de nouvelles ment ; son succès est donc conditionné
prises doivent pouvoir davantage valo- normes obligatoires mais de conditionner à la mobilisation générale de l’ensemble
riser la qualité et la pérennité de leurs le soutien de l’Etat aux projets qui pré- des acteurs concernés et notamment
produits et techniques par rapport à des senteront des garanties suffisantes en des industriels du secteur qui ont une
solutions à bas coûts mais de court- termes de qualité, de pérennité et d’in- responsabilité et un rôle centraux à jouer
terme. dustrialisation. dans cette partition.
Dès que des référentiels auront été pré- Le Plan France Très Haut Débit fournit
Opportunités et responsabilités pour
cisément identifiés, la Mission Très Haut un formidable carburant à ce tissu indus-
le tissu industriel
Débit exigera, à l’occasion de l’examen triel de pointe, lui permettant de pleine-
Nous comptons sur la pleine mobilisation
des demandes de subvention formulées ment valoriser les savoir-faire de nos
des industriels et de leurs représentants
par les collectivités territoriales, qu’elles entreprises et les compétences de leurs
pour s’investir dans ces travaux. Le Plan
justifient de manière détaillée tout écart salariés au service de ce grand chantier
défini par l’Etat vise à organiser, à sou-
par rapport à ces standards. Il ne s’agit national, source de croissance pour notre
tenir des initiatives et non à faire directe-
pays.

Dossier : La filière industrielle « fibre optique »


Déployer les infrastructures du très haut débit en France infrastructures du très haut débit. Cette filière est structurée
consiste à construire, en une dizaine d’années, les réseaux autour de trois composantes industrielles principales :
fibres optiques d’accès et de distribution qui forment le
 es infrastructures de génie civil : les conduits, fourreaux,
•L
fondement de l’économie numérique, pour les 35 millions de
chambres, poteaux, ancrages, goulottes… les machines et
logements existants (31 millions de lignes principales) et pour
outillages de pose (mécanisée, en conduite, en aérien).
plusieurs centaines de milliers de logements neufs supplémen-
taires par an.  es composants optiques passifs : les fibres et câbles
•L
optiques, les matériels et accessoires de raccordement et
Le déploiement des infrastructures Très Haut Débit conduira à
d’extrémité (connecteurs, coupleurs, épissures, boîtiers, ar-
la fabrication et l’installation de :
moires, répartiteurs, baies, shelters …), les appareils pour le
raccordement et le contrôle des fibres et câbles optiques,
• Plus de 3 millions de km de câbles incorporant plus de les tourets et bobines pour enrouler les longueurs unitaires
100 millions de km de fibres optiques. de câbles.
• 8 000 à 10 000 Nœuds de Raccordements Optiques •L
 es équipements actifs de transmission qui véhiculent les
(NRO). données et les services.
• Plusieurs dizaines de milliers de points de mutuali- La filière industrielle « fibre optique » a la capacité d’inno-
sation optiques (PM). vation et de production pour relever ce défi car elle est l’une des
• Des dizaines de millions d’accessoires optiques, de plus performantes au monde dans son domaine. Cette filière,
composants passifs et actifs. constituée de très nombreuses PME innovantes et de grands
• Plus de 30 millions de prises d’abonnés (DTIO) à groupes, souvent leaders mondiaux, emploie des dizaines de
l’intérieur des logements. milliers de personnes en R&D et en production. Depuis plus de
20 ans, notre industrie a largement contribué aux déploiements
• Les matériels pour les infrastructures de génie civil.
des réseaux fibres optiques en France, sans en avoir retiré de
• La création de plusieurs dizaines de milliers bénéfices tangibles. Le retard du marché domestique ne lui
d’emplois directs et plusieurs centaines de milliers permet de tirer parti ni d’effets d’échelle ni d’une vitrine. Le
d’emplois indirects. rythme actuel de déploiement faible, imprévisible et erratique,
complique le maintien durable de l’emploi des centres de pro-
duction et de R&D.
Asseoir la construction des infrastructures du très haut débit
Un défi et un enjeu national majeur sur une industrie forte est un enjeu national majeur pour préser-
ver notre indépendance technologique et stimuler l’exportation
Parmi les différentes composantes de l’industrie, les indus-
de nos produits et de nos solutions. De plus, une bonne visibi-
tries de réseau (les télécoms, l’électricité, le transport) sont
lité et des programmes réguliers sur le long terme permettraient
parmi les plus performantes de l’industrie française. Elles sont
d’optimiser et d’adapter notre production afin de répondre aux
stratégiques pour notre économie car elles permettent de
objectifs avec des produits toujours plus compétitifs et de
préserver l’indépendance et l’avance technologique de la
garantir nos emplois.
France. Elles sont sans aucun doute un des moteurs impor-
tant pour la croissance, la réindustrialisassion et la création
d’emplois répartis sur tout le territoire. Bâtir des réseaux de
nouvelle génération en déployant les infrastructures pour le très
haut débit fixe (fibres optiques) et mobile (4G-LTE) participera
à cet objectif et sera un défi et un enjeu majeur pour notre Notre industrie est prête :
pays.
les énergies et les compétences sont là
Dans les industries de réseau, la filière industrielle « fibre op-
tique » regroupe les entreprises qui développent et fabriquent pour bâtir les réseaux Très Haut Débit.
tous les produits et matériels nécessaires à la construction des

| PA G E 4 | T H D m a g | N ° 4 | S E P T E M B R E 2 0 1 3
Dossier : La filière industrielle « fibre optique »

Unités de production et centres de R&D sur le territoire

La filière a la capacité de relever


les défis de la production et de
l’innovation
10 sites
6 sites

• Nos industriels sont prêts mais ils ont


besoin de visibilité.
• De très nombreux nouveaux produits sont
disponibles.
• Les capacités de production sont
adaptées aux objectifs.
• Des leaders mondiaux et aussi de
nombreuses PME innovantes.

La France, premier fabricant de fibres


optiques en Europe.

Constituants passifs

Équipements actifs

Accélérer le rythme de déploiement du FttH


Au 31 mars 2013, selon l’Observatoire de l’ARCEP, 2,4 mil-
Objectif du Plan France THD : 100% couverture en 2022
lions de logements sont éligibles aux offres du très haut dé- Estimation Sycabel: nécessité de x5 la production actuelle (indice 350)
bit FttH. Le rythme actuel de déploiement est de l’ordre de
800 000 logements par an. L’objectif fixé par le plan France
Très Haut Débit est de 80% des logements éligibles au FttH en
2022, soit environ 25 millions de logements. Pour atteindre cet
objectif, il faut multiplier par environ 2,8 le rythme actuel de
déploiement mesuré par l’Observatoire ARCEP.
Le SYCABEL a élaboré un indicateur industriel pour mesu-
rer l’évolution trimestrielle de son activité de déploiement de
la fibre. Sur la base de cet indicateur, il estime qu’il faut mul-
tiplier par 5 le rythme de déploiement pour tenir l’objectif. Indicateur Sycabel
La différence de ratio de déploiement s’explique principalement Indice 100 = moyenne trimestrielle 2008

par la répartition géographique des logements : l’activité indus-


trielle nécessaire à leur raccordement n’est pas strictement
corrélée à leur nombre qui est la mesure prise en compte dans
l’Observatoire de l’ARCEP. En effet, l’activité industrielle néces-
Déploiement THD: bilan cumulé d’après
saire pour les déploiements dans les zones très denses est net- l’indicateur Sycabel
tement inférieure à celle nécessaire pour les déploiements dans Activité industrielle
nécessaire
les zones moins denses ; or, à ce jour, la grande majorité des
logements éligibles au FttH est située en zones très denses.
Le constat fait à partir de l’Observatoire l’ARCEP et de l’indica-
teur du SYCABEL est identique :

Retard estimé de déploiement

Le rythme actuel de déploiement est Activité industrielle


actuelle

nettement insuffisant pour tenir l’objectif.


| PA G E 5 | T H D m a g | N ° 4 | S E P T E M B R E 2 0 1 3
Dossier : La filière industrielle « fibre optique »

L’industrie des composants optiques passifs du très haut débit


Pour déployer un réseau de télécommunications fixe, l’instal- Dans leur diversité, tous ces composants se doivent de
lation d’un câble apparaît comme une évidence. Tout aussi répondre aux normes nationales et internationales en vigueur.
nécessaires, les accessoires de raccordement permettent de
faire la jonction entre ces câbles ainsi qu’entre les câbles et les
équipements actifs.
Une filière innovante et structurée
Plusieurs fabricants de composants optiques passifs de re-
Ces accessoires assurent deux fonctions principales :
nommée internationale sont établis en Europe et plus parti-
• la continuité du signal entre les câbles, culièrement en France. C’est une source d’emplois industriels
répartis sur l’ensemble du territoire.
• la distribution du signal selon la configuration particulière de
chaque site. D’autre part, cette implantation en France de leurs centres
de production et de R&D favorise des réponses innovantes,
En ce sens, ils constituent des points de flexibilité du réseau.
rapides et adaptées aux besoins spécifiques de déploiement.
Ils permettent l’adéquation du déploiement à la configuration
de l’habitat local et préparent le futur en facilitant les évolutions
d’architecture.

Quelques exemples de composants passifs utilisés dans le réseau FttH :

PBO 7

En zone très dense

PBO

7 PBO
NRO

Répartiteur 3
Optique

PM 2

Câbles
à fibres
optiques En zone moins dense

1 PBO 7

NRO

PM
Répartiteur 3 5
Optique

NRO : Nœud de Raccordement Optique


PM : Point de Mutualisation ; (1) PM extérieur ; (2) PM immeuble
PBO : Point de Branchement Optique ; (3) en souterrain ; (4) en aérien ; (5) en façade, (6) boîtier d’étage
DTIo : Dispositif de Terminaison Intérieur optique (7)

| PA G E 6 | T H D m a g | N ° 4 | S E P T E M B R E 2 0 1 3
Dossier : La filière industrielle « fibre optique »

Les armoires extérieures de mutualisation


1 (PM extérieur)
Utilisation : armoire au sein de laquelle les câbles
optiques qui desservent des groupes de logements
ou des bâtiments collectifs (partie mutualisée du
réseau) sont raccordés aux câbles de chacun des
opérateurs télécoms présents sur la zone.
Spécificités : modularité, différentes tailles,
intégration dans le paysage.

Point de mutualisation immeuble (PMI)


2 Utilisation : boîtier installé en pied d’immeuble
au sein duquel les câbles optiques qui desservent
les logements (partie mutualisée du réseau) sont
raccordés aux câbles de chacun des opérateurs
télécoms présents sur la zone.
Spécificités : modularité, compacité, sécurité,
accessibilité.

Boîtier de distribution souterrain (PR ou PBO)


3 Utilisation : boîtier étanche installé dans une
chambre ou dans des égouts à partir duquel les
câbles provenant du PM sont raccordés aux câbles
de branchement des logements.
Spécificités : étanchéité, modularité, accessibilité.

Boîtier de distribution aérien (PR ou PBO)


4 Utilisation : boîtier installé sur poteau à partir
duquel les câbles provenant du PM sont raccordés
aux câbles de branchement des logements.
Spécificités : protection appropriée à
l’environnement, faible encombrement, divers types
d’accrochage, accessibilité.

Boîtier de raccordement en façade (PR ou PBO)


5 Utilisation : boîtier installé en façade à partir
duquel les câbles provenant du PM sont raccordés
aux câbles de branchement des logements.
Spécificités : discrétion, faible encombrement,
esthétique, accessibilité.

Boîtier d’étage (PBO)


6 Utilisation : boîtier installé
dans la colonne montante d’un
immeuble à partir duquel les
câbles provenant du PM ou du
PR sont raccordés aux câbles de
branchement des logements.
Spécificités : modularité,
discrétion, faible encombrement,
accessibilité.

Prise terminale ou DTIo


7 Utilisation : boîtier situé dans
le logement qui permet le
raccordement des équipements
de l’abonné au réseau FttH.
Spécificités : esthétique,
sécurité, simplicité de
raccordement.
| PA G E 7 | T H D m a g | N ° 4 | S E P T E M B R E 2 0 1 3
Dossier : La filière industrielle « fibre optique »

L’innovation au service du déploiement


La pré-connectorisation des câbles optiques

Câbles pré-connectorisés PBO

PBO

PBO

PBO ou
PM

Les clés de la réussite du déploiement de la fibre dans répondre à ces contraintes. Il s’agit notamment de câbles de
les immeubles : simplicité, rapidité et maîtrise des coûts colonne montante dont les fibres, peu sensibles aux courbures,
sont préparées en amont afin de faciliter leur identification ainsi
Selon la règlementation en vigueur, un seul réseau en fibre op-
que leur intégration dans les différents modules appropriés.
tique est déployé à l’intérieur des immeubles, constitué d’une
Pour le raccordement de ces fibres, les connecteurs sont pré-
ou plusieurs fibres par logement (mono ou multi-fibres). Il en
montés, d’où la dénomination de « câbles préconnectorisés »,
résulte une grande diversité de configurations d’installation.
ou « prêt à connecter ». L’ensemble de ces opérations étant
De surcroît, les occupants de l’immeuble peuvent accéder aux
effectué en usine par des opérateurs qualifiés, la qualité de
services des différents opérateurs qui ont raccordé l’immeuble
la liaison est assurée. Ces câbles sont disponibles dans une
à leur réseau, et en changer à leur gré. Ces manipulations fré-
large gamme de versions permettant de s’adapter à toutes les
quentes peuvent aussi être sources d’erreurs (de couleur de
configurations d’habitat. Les avantages sont nombreux : rac-
fibre, branchement…). Enfin, le déploiement à grande échelle
cordement plus simple, plus fiable et plus rapide (tant à l’ins-
nécessite des solutions optimisées techniquement et écono-
tallation qu’en exploitation), coûts sensiblement réduits, moins
miquement, qui assurent la performance et la pérennité de ces
de risques d’erreurs de connexions et meilleures performances
réseaux.
optiques des liaisons. Ainsi, ces câbles offrent au réseau une
L’industrie apporte une solution innovante : qualité globale accrue par rapport à un câblage traditionnel.
Ces câbles pré-connectorisés trouvent de nouvelles applica-
les câbles pré-connectorisés tions en d’autres points du réseau (intérieur comme extérieur) y
Les industriels ont développé des solutions innovantes pour compris en zone rurale.

Point de vue. 5 questions à Yves Le Mouël


Directeur Général de la Fédération Française des Télécoms (FFTélécoms)

Que change la feuille de route du THD acceptable, entre 3 et 4 Mbit/s, afin de


pour les opérateurs de la Fédération réduire la fracture numérique. Les opéra-
Française des Télécoms ? teurs se sont inscrits dans cette ambition
Yves Le Mouël - Dans le cadre du Plan nationale en confirmant et en précisant
National pour le Très Haut Débit, initié en leurs intentions exprimées dans le cadre
2010 par le précédent gouvernement, les des projets AMII (Appel à Manifestation
opérateurs de la Fédération Française d’Intention d’Investissement), à savoir la
des Télécoms avaient pris l’engagement couverture de 57 % de la population dans
d’assurer en 10 ans la couverture de 220 agglomérations et 3 600 communes
57 % du territoire. La feuille de route du d’ici la fin 2020.
déploiement du Très Haut Débit éta-
blie par le gouvernement actuel fixe des Y a-t-il encore des obstacles admi-
objectifs encore plus ambitieux puisqu’il nistratifs, financiers, techniques au
s’agit de couvrir 100 % des foyers fran- déploiement de la fibre optique en
çais en Très Haut Débit à l’horizon 2022. France ?
A mi-parcours, en 2017, tous devront Yves Le Mouël - Face à un chantier d’une
avoir accès à un haut débit de qualité telle envergure, puisqu’il s’agit d’installer

| PA G E 8 | T H D m a g | N ° 4 | S E P T E M B R E 2 0 1 3
Dossier : La filière industrielle « fibre optique »

Point de vue (suite). 5 questions à Yves Le Mouël,


Directeur Général de la Fédération Française des Télécoms (FFTélécoms)

la fibre optique jusqu’au dernier mètre 365 000 sont abonnés, alors que plu- pérennité aux investissements.
de connexion de chaque abonné, de sieurs millions de kilomètres de fibres C’est dans cet esprit qu’ont été créés
nombreux obstacles subsistent. Le Plan optiques devront encore être raccordés la plateforme Objectif Fibre et le groupe
France Très Haut Débit vise précisément dans les 10 prochaines années pour cou- Interop’Fibre qui visent un réseau intero-
à mettre en place les conditions d’une ac- vrir le pays. pérable fondé sur des processus et un
célération des investissements en appor- L’industrialisation indispensable pour pas- système d’information homogènes. La
tant des solutions aux freins qui pourraient ser à un, puis deux millions de prises op- plateforme œuvre également en coor-
être identifiés. Aucun euro public ou privé tiques installées par an, impose de mettre dination avec le Groupe d’experts de
ne doit être perdu ou mal dépensé. De en place des processus validés, dans un l’ARCEP, afin d’élaborer des références
ce fait, le dynamisme et la pérennité des cadre cohérent. Pour y parvenir, Objectif harmonieuses qui permettront à la Mis-
investissements des opérateurs privés sur Fibre a initié des actions dans plusieurs sion THD, pilotée par Antoine Darodes,
leurs ressources propres sont des élé- domaines. La plateforme coordonne les de préparer les décisions d’allocation des
ments essentiels de la réussite de la stra- actions de standardisation afin que les financements publics aux seuls projets
tégie nationale. Il importe donc de faciliter mêmes normes soient appliquées partout qui respecteront ce corpus de références.
et d’encourager leurs déploiements. en France, mais surtout elle agit au niveau
Les conventions de programmation et de des bonnes pratiques et de la formation. Comment financer le très haut débit
suivi des déploiements permettront de C’est ainsi qu’Objectif Fibre élabore des en fibre optique dans les zones où le
renforcer le dialogue entre les opérateurs prescriptions techniques sous forme de retour sur investissement n’est pas
et les collectivités territoriales. Ces der- guides pratiques de portée nationale trai- garanti ?
nières peuvent être amenées à jouer un tant de l’ensemble des règles de déploie- Yves Le Mouël - Le financement du dé-
rôle déterminant pour faciliter la tâche des ment de la partie terminale d’un réseau en ploiement de la fibre optique dans les
opérateurs en prenant un certain nombre fibre optique (1). zones peu denses, qui représentent 43 %
de mesures précises et opérationnelles. La plateforme a par ailleurs pour ambi- de la population, est un autre défi majeur
Ainsi, elles peuvent mettre en place un tion de concourir à l’extension de l’offre car leur rentabilité est insuffisante pour
guichet unique pour les travaux sur le de formation à destination des acteurs du les opérateurs privés seuls. Divers cas de
domaine public, aider à l’implantation de déploiement de la fibre. Après l’engage- figure se présentent. Il s’agit pour chaque
locaux techniques, mettre à disposition ment d’actions structurantes en matière département d’un investissement de plu-
des fourreaux, permettre l’accès au parc de formation initiale en lien avec l’Educa- sieurs dizaines de millions d’euros. En
immobilier social, renforcer la communica- tion Nationale, Objectif Fibre se concentre dehors de leurs fonds propres, ils peuvent
tion avec les copropriétés, les syndics, les aujourd’hui sur deux actions prioritaires. faire appel aux fonds européens qui sont
communes, le grand public, … Chaque La première concerne le lancement d’un en baisse, mais également, dès lors que
département doit établir un schéma direc- Appui Technique Prospectif en lien avec les projets des collectivités territoriales
teur d’aménagement numérique de son l’Etat (DGEFP), l’OPCA de la Construction s’inscrivent dans la stratégie nationale, ils
territoire et le faire valider par la région. – Constructys (branche professionnelle du ont vocation à bénéficier du soutien finan-
Il convient ensuite de l’accorder avec les BTP) et les partenaires de la plateforme. cier de l’Etat. Le Gouvernement a ainsi
projets existants des opérateurs privés Cet appui porte sur une analyse des annoncé la mobilisation de subventions
qui se sont engagés à financer 57 % de la besoins en formation, emplois et compé- d’un montant total de 3 milliards d’euros
couverture. S’agissant des 43 % restants, tences liés au déploiement du segment sur 10 ans et l’accès aux prêts des fonds
la répartition des investissements entre terminal de la fibre optique dans le bâti. La d’épargne dégagée par l’augmentation
public et privé n’est pas décidée à priori et seconde vise, sur la base d’un cahier des des plafonds de l’épargne réglementée.
se fera vraisemblablement au cas par cas. charges définissant un certain nombre de S’agissant des 3 milliards d’euros, ceux-ci
Au plan technique, il est nécessaire de critères techniques permettant de s’assu- intègreront les fonds non affectés du FSN
disposer in fine d’un réseau homogène rer du professionnalisme d’un centre de auquel s’ajoutera la redevance de la loca-
sur tout l’hexagone avec un accès aux formation, d’engager une démarche de tion de la bande de fréquences 1800 MHz
mêmes services et dans les mêmes référencement des organismes dispen- qui sera utilisée pour la 4G. Une éven-
conditions, bien qu’il y ait de nombreux sant des formations sur le déploiement et tuelle taxe définie lors de la loi de finance
intervenants différents. la maintenance de réseaux FttH. Objectif de 2014 pourrait venir compléter ce plan
Fibre a ainsi référencé, courant avril 2013, de financement. Le Président Hollande a
Quelles actions peuvent être les deux premiers centres de formation. d’ailleurs déclaré en Auvergne le 20 février
conduites par “Objectif Fibre” dernier qu’“il n’y aura aucun prélèvement
pour contribuer à la levée de ces Peut-on faire face au risque d’hétéro- supplémentaire sur les opérateurs qui ne
obstacles ? généité des réseaux du fait du mor- soit affecté à l’investissement dans le sec-
Yves Le Mouël - Rappelons tout d’abord cellement entre collectivités locales teur des télécoms”.
qu’Objectif Fibre est une plate-forme de et opérateurs ?
travail ouverte aux acteurs concrètement Yves Le Mouël - Oui, il s’agit d’une néces-
impliqués dans le déploiement de la fibre sité absolue compte tenu de la coexis-
optique, volontaires pour identifier et lever tence à terme de réseaux privés et publics. (1) Sont parus le “Guide pour le raccorde-
les freins opérationnels à un déploiement Le besoin d’homogénéiser les réseaux est ment des logements neufs à la fibre optique”,
massif et à l’origine de la production d’ou- d’autant plus grand qu’il va y avoir une le “Guide technique pour le câblage des im-
meubles neufs”. Sont en prévision les guides
tils pratiques multisectoriels. centaine d’acteurs sur le territoire natio-
dédiés aux zones pavillonnaires, aux im-
Au 31 mars 2013, 2,405 millions de nal. C’est donc un défi de taille qu’il faut meubles existants, au déploiement de la fibre
foyers sont éligibles au Très Haut Dé- relever dans l’intérêt général pour assurer sur support aérien et aux zones d’activités.
bit par le FttH (Fiber To The Home) et un avenir d’exploitation cohérente et une

| PA G E 9 | T H D m a g | N ° 4 | S E P T E M B R E 2 0 1 3
Dossier : La filière industrielle « fibre optique »

Performances et qualité
des infrastructures passives du très haut débit
L’infrastructure passive en fibres optiques est indispensable sur réutilisation maximale du génie civil existant, par une indus-
l’ensemble du territoire car elle est l’ossature des réseaux du trialisation des déploiements et une couverture avec la même
très haut débit. Il s’agit d’un investissement important, mais technologie sur d’importantes zones. En outre, l’application
structurant pour des décennies, qui participera à l’aménage- de procédures standardisées permettra de réduire les coûts
ment durable du territoire. Pour obtenir un service de qualité, d’exploitation et de maintenance.
il faut veiller à déployer des infrastructures qui, en termes de
construction et d’exploitation, répondent à des critères précis Le Gouvernement s’est donné les moyens d’assurer la qua-
de qualité et de performances, avec des coûts optimisés. lité de ces infrastructures en chargeant la Mission Très Haut
Débit « de veiller à l’établissement de conditions satisfaisantes
• La qualité des équipements : le choix des différents équi- en termes de standardisation et d’interopérabilité pour garantir
pements est essentiel car ils sont le socle de la pérenni- l’harmonisation et l’homogénéité des déploiements FttH sur le
té des réseaux. Ce choix a un impact direct sur les coûts territoire ».
de construction et surtout d’exploitation (produits bas de La Mission Très Haut Débit a mis en place à cet effet un
gamme…). Les produits nécessaires sont d’une grande « Comité d’Harmonisation Technique », qui rassemblera
diversité. Néanmoins chaque produit doit être performant, des représentants de l’ensemble des acteurs impliqués dans
fiable, durable, économe en énergie. Il faut veiller aussi à la les déploiements FttH (opérateurs télécoms, équipementiers,
compatibilité entre les différents produits et à leur sécurité installateurs) au travers de groupes de travail (« Interop’Fibre »,
d’approvisionnement. « Objectif Fibre », « comité d’experts ARCEP ») et des adminis-
trations concernées (DGCIS, DATAR, ARCEP, CETEO notam-
• L’évolutivité : les infrastructures fibres optiques sont en ment).
place pour plusieurs dizaines d’années ; c’est pourquoi l’opé-
rabilité doit être évolutive, l’architecture des réseaux dimen-
sionnée pour être adaptative et la technologie neutre, afin
de permettre l’installation, tous les cinq à dix ans, de nou- « Un investissement
veaux systèmes de transmission pour répondre à l’augmen-
tation inéluctable des besoins en débits.
structurant pour des décennies »
• L’interopérabilité : Dans les réseaux de communications
la capacité de plusieurs systèmes et réseaux existants ou
futurs à fonctionner ensemble, sans restriction d’accès, est
cruciale. C’est pourquoi, pour disposer d’une interopérabi-
lité efficiente et offrir des conditions d’accès simplifiées aux
opérateurs de services, les réseaux et en particulier les inter-
faces doivent être homogènes et interconnectables ; seule la
conformité aux normes internationales peut le garantir.

• La qualité de l’installation : la mise en œuvre des produits


a un impact direct sur les performances et la pérennité des
réseaux. L’installation doit être simplifiée, réalisée impérative-
ment par du personnel formé et qualifié et en conformité
avec les règles d’ingénierie.

• La qualité des procédures d’exploitation et de main-


tenance : les conditions d’exploitation et de maintenance
doivent être efficaces pour préserver en particulier la durée de
vie des réseaux et la qualité des services. La mise en place,
l’application et le contrôle des procédures standardisées
d’exploitation et de maintenance sont nécessaires.

• Des dépenses d’investissement (CAPEX) et d’exploi-


tation (OPEX) optimisées : le génie civil et l’installation
des équipements sont les plus onéreux, environ 80% du
coût total de la construction des infrastructures du très haut
débit. Il faut veiller à optimiser tout particulièrement cette
partie afin d’éviter des coûts prohibitifs, par exemple par une

| PA G E 1 0 | T H D m a g | N ° 4 | S E P T E M B R E 2 0 1 3
Dossier : La filière industrielle « fibre optique »

Point de vue. Anne Valachs


Directeur Général du SERCE

L’installation des infrastructures du THD


servir tous les étages (technique des FttH» s’implique dans la préparation du
colonnes montantes), puis l’apparte- chantier et met en œuvre le déploiement
ment de chaque abonné en mono-fibre du câble optique en horizontal comme en
(une fibre par logement) ou en multi- vertical jusqu’au raccordement des fibres
fibres (plusieurs fibres par logement). optiques aux boîtiers d’étages. Après
Cette activité fait appel à des tech- un parcours de formation qui pourra se
nologies particulières qui ne peuvent dérouler en contrat de professionnalisa-
être mises en œuvre que par des tion, le candidat salarié d’une entreprise
équipes compétentes et bien formées. pourra se présenter à la validation de son
L’intervenant doit notamment appli- CQP et passer les différentes épreuves
quer une méthodologie rigoureuse pour l’obtention de son certificat, dont
garantissant la qualité de l’instal- une épreuve pratique complétée d’un
lation. Cela concerne aussi bien : questionnaire et d’un entretien avec le
• la prévention et la sécurité du chantier jury.
dans sa préparation comme dans son
repli, Membre fondateur de la plateforme
• la technique d’installation (déroulage Objectif Fibre, le SERCE participe acti-
et tirage des câbles, raccordement, vement à ses instances et aux différents
contrôle et test), groupes de travail, notamment celui de la
• la communication avec le client lors du formation dont il est le rapporteur.
raccordement final.
Il participe activement à l’Appui Tech-
Spécialisées dans l’installation des ré- Parce que ce besoin en compétences nique Prospectif (ATP) qui permettra de
seaux électriques comme dans celle des est une des clés de la réussite du connaître les besoins en compétences,
infrastructures de bâtiments, les entre- déploiement du Très Haut Débit, le emplois et formations de la filière dans le
prises que représente le SERCE (Syndi- SERCE s’est attaché très tôt à créer cadre des objectifs affichés du déploie-
cat des Entreprises de Génie Electrique les conditions de formations adap- ment de la fibre optique en France d’ici
et Climatique) sont particulièrement aptes tées et de qualité. 2022.
à la mise en place des nouveaux réseaux
de fibre optique, tant pour le déploie- Dès 2011, le SERCE a favorisé le déve- Enfin, parmi les quelques 120 quali-
ment horizontal (dans les rues) que ver- loppement de dispositif de formation fications que délivre le SERCE, trois
tical (dans les immeubles), jusque chez continue en FttH notamment en signant concernent le déploiement de la fibre
l’abonné (Fiber to the Home, FttH). une convention avec l’Académie de Lyon optique avec raccordement, selon la
et le Lycée Professionnel Jacques de technique traditionnelle ou FttH et sans
Le savoir-faire des entreprises de génie Flesselles. La création d’un pôle de for- raccordement. Attribuée pour une durée
électrique dans la construction des ré- mation continue « Technicien FttH » et de 4 ans, la qualification d’une entreprise
seaux de distribution d’électricité, en aé- « Chargé d’intervention sur les réseaux assure aux donneurs d’ordres la légitimité
rien comme en souterrain, les positionne fibres optiques », répond ainsi aux be- professionnelle et la reconnaissance de
comme les interlocuteurs privilégiés soins exprimés par les entreprises d’ins- sa capacité technique à réaliser des tra-
des opérateurs et des collectivités tallation qui ont participé au financement vaux selon un niveau de technicité défini.
locales pour l’aménagement numé- du plateau technique.
rique des territoires.
Pour satisfaire le besoin croissant de L’ensemble du dispositif de formation
Le déploiement horizontal consiste à reconnaissance de qualifications des
amener un réseau de fibre jusqu’au salariés, le SERCE, a également créé un
mis en œuvre par le SERCE répond aux
point de mutualisation entre les diffé- Certificat de Qualification Professionnelle exigences d’une installation de qualité
rents opérateurs, point situé au pied de (CQP) de «Monteur Raccordeur FttH» demandées par les opérateurs et les
l’immeuble, en utilisant les infrastructures pour pallier l’absence de formation géné-
souterraines existantes qui accueillent ralisée au sein de l’Éducation Nationale
collectivités territoriales et contribuera
actuellement les réseaux électriques et pour cette spécialité du secteur des télé- à la réussite du déploiement massif
les réseaux de cuivre. coms. du FttH sur tout le territoire français à
l’échéance 2022.
Le déploiement vertical consiste à par- Au sein d’une équipe et sous la direction
tir du pied de l’immeuble pour des- d’un responsable, le «monteur raccordeur

| PA G E 1 1 | T H D m a g | N ° 4 | S E P T E M B R E 2 0 1 3
Dossier : La filière industrielle « fibre optique »

Jean Pierre BONICEL


Président d’Objectif Fibre

Les bonnes pratiques


professionnelles : INSTALLATION D'UN RÉSEAU EN FIBRE OPTIQUE
DANS LES IMMEUBLES NEUFS
Ce groupe de travail a pour objectif À USAGE D'HABITATION OU À USAGE MIXTE

d’élaborer des référentiels techniques


partagés, édités sous forme de guides
pratiques de portée nationale, traitant
de l’ensemble des règles de déploie-
ment de la partie terminale d’un réseau
en fibre optique.
Par exemple, Objectif Fibre a publié,
au cours de l’année 2012, deux guides
détaillant les bonnes pratiques à suivre Guide pratique
pour la réalisation du câblage intérieur Immeubles neufs
Septembre 2012

des logements et des immeubles neufs


au travers de guides pratiques à desti-
nation des professionnels de l’immobilier
et de la construction. Ces travaux sont
le fruit d’un important travail d’échanges
et de concertation associant notamment
l’ARCEP et le CETE de l’Ouest. Ces
travaux se poursuivent autour de l’édi-
La plateforme Objectif Fibre tion de nouveaux guides sur les pavil-
(www.objectif-fibre.fr) est une ini- lons neufs, les immeubles existants, le
tiative interprofessionnelle réunissant déploiement de la fibre sur supports aé-
l’ensemble des acteurs impliqués riens ou encore les immeubles tertiaires
dans le déploiement de la fibre optique et aussi sur la standardisation des ingé-
(opérateurs de communications élect- nieries des réseaux.
roniques, équipementiers, installateurs,
centres de formation). Outre le regrou-
pement de nombreuses fédérations pro- La formation :
fessionnelles (Fédération Française des Ce groupe de travail a pour objectif d’ac-
Télécoms, FIEEC, FFIE, GITEP-TICS, compagner la montée en compétences
GIXEL, IGNES SYCABEL, SERCE… des acteurs de l’installation en identi-
avec le soutien de Promotelec et de fiant les compétences opérationnelles à
Guide pratique - raccordement des maisons individuelles neuves ou rénovées au réseau en fibre optique FttH

l’UTE), Objectif Fibre réunit également court et moyen terme, en quantifiant les
les entreprises emblématiques du sec- besoins de formation et en favorisant le
teur ainsi que des acteurs publics développement de l’appareil de forma-
concrètement impliqués dans le chantier tion initiale et continue.
de la fibre optique.
Les travaux d’Objectif Fibre sont axés La normalisation :
tout particulièrement sur la standardi- Ce groupe de travail a pour objec-
sation de la couche infrastructure, tif de compléter et de développer,
afin de permettre le déploiement sur la base du cadre réglementaire, Guide pratique - 2013

massif et industrialisé de la fibre l’« arsenal normatif », tant sur le plan


raccordement des maisons individuelles
2013

neuves ou rénovées

optique avec la volonté d’identifier


au réseau en fibre optique FttH

national qu’européen, afin d’assurer l’in-


et de lever les freins opérationnels teropérabilité et la sécurité des réseaux
en produisant des outils pratiques FttH. Il existe plus de 200 normes fran-
d’intérêt multisectoriel. çaises d’origine européenne ou interna-
Depuis plus de trois ans, la plateforme tionale couvrant les réseaux de commu-
Objectif Fibre, structurée autour de nications électroniques à Très Haut Débit Les travaux d’Objectif Fibre démontrent
plusieurs groupes de travail réunissant en fibre optique. Sur cette base, les tra- la maturité de la filière française et
experts et opérationnels représenta- vaux d’Objectif Fibre consistent pré-
cisément à identifier les manques surtout sa capacité à se mobiliser
tifs de tous les secteurs, est à l’œuvre
pour apporter des réponses concrètes au sein de cet « arsenal normatif » collectivement pour répondre à un
existant en y intégrant notamment
et opérationnelles à des enjeux straté-
les avancées successives du cadre
véritable enjeu national : le Très Haut
giques tels que les bonnes pratiques
professionnelles, la formation et la réglementaire. Débit pour tous.
normalisation.

| PA G E 1 2 | T H D m a g | N ° 4 | S E P T E M B R E 2 0 1 3
Dossier : La filière industrielle « fibre optique »

L’action d’Objectif Fibre en matière de formation. Maurice PINKUS


Directeur Emploi-Formation de la Fédération des industries électriques, électroniques
et de communication (FIEEC)

ainsi été référencés. D’autres organismes l’emploi et de la formation profession-


ont déposé une demande et devraient nelle (DGEFP et OPCA de la construc-
être référencés avant la fin de l’année. tion), cet ATP associe des intervenants
qualifiés comme la Mission Nationale
Afin d’aider les collectivités territoriales
Très Haut Débit, la DGCIS et des col-
comme les structures qui pourraient être
lectivités territoriales.
amenées à se positionner sur les métiers
du FttH, Objectif fibre vient d’éditer une Les résultats de l’étude, assortis de
nouvelle fiche pratique descriptive d’un préconisations, sont attendus en sep-
plateau technique de formation. Ce travail tembre 2013 et feront l’objet d’une res-
a été réalisé par les membres du groupe titution publique.
formation avec, en particulier, la partici-
pation de la directrice de l’organisme de Assurer la formation des acteurs
formation NOVéA.
de l’installation électrique aux
Enfin, Objectif Fibre a saisi le Ministre du
Travail, de l’Emploi et de la Forma- spécificités de la fibre optique
tion professionnelle d’une demande Le déploiement de la fibre optique
d’Appui Technique Prospectif (ATP) per- jusqu’à l’abonné a d’ores et déjà un
mettant d’approfondir les travaux déjà impact sur l’ensemble des acteurs de
réalisés, de renforcer l’analyse des la chaîne de valeur. Ce chantier néces-
besoins en emplois, compétences et site notamment le développement de
formations d’ici 2022, avec un décou- nouvelles compétences et donc une
page par région. Le Ministre ayant répon- formation adaptée de la main d’œuvre,
du favorablement à cette demande, l’ATP tout particulièrement chez les milliers
a été signée le 19 décembre 2012 entre d’installateurs électriques répartis sur
Rappelons tout d’abord que, dans la la Direction Générale de l’Emploi et de la tout le territoire, qui sont amenés à dé-
dynamique des États Généraux de Formation Professionnelle (DGEFP), l’OP- ployer la partie terminale des réseaux
l’Industrie, et plus particulièrement du CA Constructys (branche professionnelle en fibre optique.
groupe Filière Sciences et Technologies du BTP), la FIEEC, le SERCE, la FFIE et la
de l’Information et de la Communication FFTélécoms.
(STIC), les organisations professionnelles Cet ATP a pour objectif :
du secteur (industriels, installateurs et
opérateurs), avec l’appui de l’Union • d’éclairer l’État et les professionnels de Outre la formation de la main d’oeuvre
Technique de l’Électricité (UTE) et de la filière sur les besoins en main d’œuvre existante chez les installateurs, la
Promotelec, se sont mobilisées pour dans le cadre du déploiement de la fibre
optique jusqu’à l’abonné, ainsi que sur
fibre optique représente également
faire de l’enjeu national du déploiement
de la fibre optique un succès technique la nature et l’ampleur de l’adaptation né- une formidable opportunité profes-
et économique pour nos concitoyens cessaire de l’appareil de formation, sionnelle tant au niveau des jeunes
et pour la France, en créant une plate- •d
 e disposer d’un outil de dialogue entre
forme de travail partagée et ouverte diplômés, de l’insertion des jeunes
l’ensemble des parties prenantes de ce
« Objectif Fibre ». Compte tenu des en- grand chantier  : les acteurs impliqués sans diplôme que des demandeurs
jeux en matière de formation, un groupe
de travail spécifique a été créé sur ce
dans le déploiement de la fibre optique, d’emplois qui trouveront ainsi de
les acteurs de l’emploi, de l’intégration
thème au sein d’Objectif Fibre ». et de la formation, les jeunes et les de- nouveaux débouchés concrets sur
Le groupe formation s’est tout d’abord mandeurs d’emploi, des métiers à forte valeur ajoutée.
tourné vers le Ministère de l’Éduca- •d
 ’élaborer un plan d’actions pour per-
tion Nationale pour inscrire des compé- mettre aux professionnels de la filière de
tences « Fibre » dans les référentiels de répondre aux enjeux du déploiement de
diplômes des filières électrique et électro- la fibre optique qui auront été identifiés
nique. Les nouveaux programmes sont (besoins en recrutement, information et
en vigueur depuis la rentrée 2012. professionnalisation des acteurs,...) sur
S’agissant de la formation continue, le chaque territoire.
groupe a finalisé un cahier des charges Au terme d’un appel d’offres, le cabinet
visant à s’assurer que les enseignements Ambroise Bouteille & Associés et l’IDATE
dispensés par les organismes de for- ont été sélectionnés pour assurer la réa-
mation répondent bien aux besoins des lisation de cette étude. Outre les profes-
installateurs et des opérateurs. Une dé- sionnels impliqués dans le déploiement
marche de référencement a été initiée au- de la fibre optique (équipementiers, ins-
près des premiers centres de formation tallateurs et opérateurs) et les acteurs de
identifiés. AUXO et FORMAPELEC ont

| PA G E 1 3 | T H D m a g | N ° 4 | S E P T E M B R E 2 0 1 3
En savoir plus : Retour d’expériences FttH

La fibre en zone rurale : la preuve par l’exemple

David EL FASSY, Alain ASTRUC,


Président Directeur Général Maire et Conseiller Général
d’Altitude Infrastructure d’Aumont-Aubrac (Lozère)

Aumont-Aubrac, une commune de


1 147 habitants en Lozère, est l’un
dés et sont en service. Elle peut donner
confiance qu’aucun territoire n’est a Une vision pour la France
des premiers villages en France entiè-
rement câblé en fibre optique et dis-
priori exclu d’un déploiement FttH
en France. » Rurale
pose depuis juin 2011 d’un réseau Aumont-Aubrac est devenu un vil-
Les équipes d’Altitude Infrastructure
FttH permettant de raccorder en très lage numérique avec la mise en place
et de Net 48 qui ont réalisé le projet pi-
haut débit (100 Mégabits/s) la tota- du Très Haut Débit en 2011. En 2012,
lote FttH d’Aumont-Aubrac arrivent aux
lité des foyers (612 prises raccordables, nous avons continué l’extension du
mêmes conclusions  : les techniques,
1 point de mutualisation). réseau fibre optique et actuellement
les coûts et les délais de déploie-
L’opération a été portée par le Conseil ments de réseau fibre optique en 540 foyers sont raccordés par fibres
Général de la Lozère et son déléga- zone rurale sont maîtrisés et ne optiques et deux FAI (Wibox et Alsatis
taire la société Altitude Infrastruc- posent pas de difficultés particu- Télécom) sont présents sur le réseau.
ture, au travers de sa filiale Net 48. lières ; les territoires ruraux peuvent ain- Les zones rurales ont besoin plus que
Elle s’inscrit dans le cadre des 7 projets si prétendre à un déploiement simultané jamais, et davantage qu’en zone urbaine,
pilotes réalisés au premier semestre avec celui des zones urbaines. d’un accès rapide au très haut débit pour
2011 pour démontrer la faisabilité tech- désenclaver et dynamiser leur territoire.
La réalisation de ce projet a démontré La fibre jusqu’au logement est la solu-
nique et économique du déploiement de
que l’on peut optimiser les coûts et les tion la mieux adaptée pour nos villages
la fibre optique jusqu’à l’abonné (FttH),
délais et limiter l’impact sur l’environne- avec un habitat souvent très dispersé
résidentiel ou professionnel, dans les
ment. Les coûts de déploiement de la pour lequel les solutions VDSL seront
zones les moins denses du territoire.
fibre optique en zone rurale peuvent souvent inadéquates. Seul un fonds de
Dans le recueil « Évaluation des pro- être réduits et ne devraient pas excé- péréquation permettra de financer le
jets pilotes, recueil des bonnes pra- der 1500 € par prise, en particulier par développement du très haut débit dans
tiques de novembre 2011 » établi sous la combinaison et la diversification des nos campagnes.
la supervision des services de l’État et techniques de génie civil et de pose
de la Caisse des dépôts associés au (réutilisation de fourreaux et d’appuis Ce fonds existe mais son mode
Programme National Très Haut Débit, aériens existants, micro-tranchée, micro d’abondement n’a pas encore été
avec l’assistance des cabinets PMP et rainurage, pose en façade...). Le chan- défini. C’est un point fondamental
Qu@trec, il est précisé : tier et le raccordement de 516 prises si nous voulons mettre en œuvre les
optiques ont été effectués en cinq mois, infrastructures du très haut débit qui
« Cette expérimentation a permis avant sont indispensables au développement
délai qui peut être encore optimisé. Il est
tout de démontrer qu’il est possible pour économique et social de notre monde
aussi à noter que ce réseau FttH passif
une collectivité territoriale de déployer rural.
comporte 2 fibres optiques par foyer et
et de commercialiser un réseau FttH en
a entièrement été réalisé avec des pro-
dehors des zones très denses dans des
duits de fabrication française (conduites,
conditions satisfaisantes : les pilotes ont
tous réussi leur déploiement en six mois
fibres optiques type A2, câbles optiques
micromodules, connectivité). Le réseau
Le village numérique
environ, des abonnés ont souscrit des
offres très haut débit chez des fournis-
FttH est équipé d’un système actif point
à point fourni par un grand équipemen-
d’Aumont-Aubrac est un
seurs d’accès Internet, ont été raccor-
tier français.
exemple concret et probant.

| PA G E 1 4 | T H D m a g | N ° 4 | S E P T E M B R E 2 0 1 3
En savoir plus : Retour d’expériences FttH

Le point de vue du SIVU


La fibre sociale
des Dépôts et Consignations ont été nos
partenaires dans cette opération.
Quelles sont les principales difficul-
tés que vous avez rencontrées ?
Elles sont triples :
1. la crise économique a remis en cause
le financement de l’opération
2. il s’agit d’un projet unique, atypique,
novateur. Ainsi, alors que nous pro-
posons un service gratuit et social à
nos habitants, la loi et l’ARCEP nous
considèrent comme un opérateur pri-
vé de type Free ou Orange.
3. 
ce projet est de grande ampleur
Christian HUTIN, mais touche aussi au détail : la dalle
Maire de Saint Pol sur Mer opérateurs comme le très haut débit à en béton coulée dans le jardin d’une
Président du SIVU 100 Mbits/s. maison et qui empêche de faire pas-
ser la fibre, la dame qui veut déplacer
Le rôle du SIVU a-t-il été déterminant ? sa télévision de la salle à manger au
Le rôle du SIVU a été doublement déter- salon…
Interview au « Club Parlementaire minant ; il est le financeur de l’opération Néanmoins, aujourd’hui, le projet est
du Numérique » reproduite avec l’ai- mais aussi son initiateur. Or, comme financé et près de 80% des foyers sont
mable autorisation de M. Christian pour tout projet novateur, il faut une équipés ; le réseau fibre est actif même si
HUTIN. volonté politique forte et déployer beau- le coaxial fonctionne encore en parallèle
Questions à Christian Hutin, maire de coup d’énergie pour lui donner le jour. pour encore quelques mois ; le temps de
Saint-Pol-sur-Mer, Président du SIVU Par exemple, pour ce projet, il a fallu terminer les raccordements.
sonner à près de 25 000 portes pour
Qu’est-ce qui vous a poussé à entre- prendre rendez-vous pour effectuer des C’est un projet dont tous les porteurs
prendre cette couverture en fibre de travaux et installer la fibre dans les mai- sont très fiers car il est porteur pour
votre territoire ? nos habitants et nos 5000 entreprises.
Et aujourd’hui, on n’imagine pas encore
Le SIVU, Syndicat Intercommunal pour
la Télédistribution des villes de Saint Pol « On n’imagine pas tous les services que pourra offrir le très-
haut-débit dans de nombreux domaines.
sur Mer, Fort-Mardyck, Coudekerque-
Branche, et Cappelle-La-Grande exploi- tous les services que Où en est-t-on du calendrier ?
tait et entretenait déjà un réseau coaxial.
Ce dernier permettait de diffuser un pourra offrir le THD » Près de 80% des foyers sont raccordés.
Nous souhaitons terminer cette phase
bouquet fiscalisé d’une quarantaine de dans les 9 prochains mois et basculer
chaînes à 70 000 habitants. Cependant définitivement sur le réseau fibre dans le
ce réseau était devenu obsolète et limité courant du premier semestre 2014.
suite, notamment à l’arrivée des chaînes sons ou appartements.
de la TNT. Il était donc nécessaire de le Comment vous y êtes-vous pris pour C’est une des plus grandes aventures
moderniser. Après étude, il est apparu réunir les financements ? que j’ai eues à mener. Ce que nous
que la fibre optique constituait la tech- avons fait n’existe nulle part ailleurs ;
nologie la plus aboutie et la plus perfor- Le SIVU était au départ une entreprise personne n’y croyait. Cela n’a pas été
mante ; celle qui allait s’imposer dans les privée. Suite à un dépôt de bilan, les com- facile. Comme dans tout nouveau pro-
deux ou trois prochaines décennies.  munes avaient deux choix : le reprendre jet, naissent, chaque jour, des obstacles
en gestion ou priver ses habitants de la nouveaux (évolutions juridique, tech-
A partir de cette idée, les membres du télévision. Le premier choix a été opéré nique, changement de stratégie d’opé-
SIVU ont souhaité : mais a occasionné des difficultés finan- rateurs). Je veux aussi remercier les ha-
- que le réseau soit le plus performant cières importantes. Depuis le milieu des bitants de nos villes qui ont été patients
possible et ont donc opté pour un FttH années 90, nous nous sommes atta- et compréhensifs. Je crois qu’ils ont
(Fiber to the Home) ; c’est-à-dire que chés à combler la dette sans augmenter compris que nous avons porté un projet
la fibre entre vraiment dans les habita- la pression fiscale sur les ménages en politique au sens noble du terme : don-
tions. renégociant tous les emprunts. Une fois ner vie à une idée, positive pour le plus
les finances assainies, cela nous a per- grand nombre, mais difficile à mettre
-
proposer un internet « ménager » mis de retrouver des capacités d’inves- en œuvre. Ce nouveau réseau est
social gratuit pour tous les habitants tissement. Néanmoins le financement exemplaire car il est social, culturel,
permettant de consulter ses mails, ses n’a pas été facile puisqu’entre le départ technologique, créateur d’emploi...
comptes, communiquer par Skype…. et la fin du projet, la crise est intervenue et donc porteur d’avenir pour notre
et plusieurs banques se sont désenga- territoire et ses habitants.»
- permettre aux habitants de bénéficier
gées. La Caisse d’Épargne et la Caisse
de services complémentaires par des

| PA G E 1 5 | T H D m a g | N ° 4 | S E P T E M B R E 2 0 1 3
L’organisation professionnelle de l’industrie des
fils et câbles électriques et de communication
Acteur majeur du développement économique
et de l’aménagement du territoire

Au centre d’un réseau professionnel actif, le SYCABEL anime les actions collectives
indispensables au développement d’un secteur industriel innovant, fortement impliqué
dans les enjeux sociétaux.

Des publications et une expertise reconnues


Découvrez et téléchargez gratuitement sur le site www.sycabel.com un grand nombre de publications et de contributions :

N°2 N°3
4

THD
HDmag
ag THDmag
Juillet
Juin 2013 N°
L’enjeu LEdes débits
MAGAZINE : HAUT DÉBIT
DU TRÈS LE MAGAZINE DU TRÈS HAUT DÉBIT
Les débits des réseaux numériques ont été multipliés

L A LETTRE
par près de 2000 en 15 ans. Une utilisation « acceptable », en
particulier pour les nouveaux services, applications et usages privés Seule la fibre jusque dans le logement
Avril Mars
2011 2012
ou professionnels, dépend de plus en plus des débits montants et
descendants réellement reçus et des contraintes spécifiques
(FttH) procure des débits quasiment
des différentes technologies (débits dédiés ou partagés, illimités et symétriques.
asymétriques, temps de latence pour le satellite..). On constate que
de nombreux types de services deviennent possibles grâce à la fibre Elle seule peut répondre à la croissance
optique, par exemple les applications en Haute Définition (HD) liées continue de la demande pour l’utilisation
du à l’e-santé, à l’éducation et aux multi-usages (différents membres
des nouveaux services, applications et
Le Très Haut Débit sur fibres optiques, ÉDITION SPÉCIALE ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE
de la famille accédant simul-tanément à différents services Internet).
Ces services sont les plus gourmands en bande passante et sont usages.
donc très souvent limités par la capacité des réseaux à les supporter.

partout et pour tous

2012 ANNÉE DE LA FIBRE


(Source : http://www.ftthcouncil.eu/documents/Opinions/2011/Services_Final_F.pdf)
Dossier spécial
Très Haut Débit
Multi-usages
multi-applications
100 Mbps E-santé,
hospitalisation

à la
Une
à domicile

Le déploiement du
et dépendance

Dans ce E-business,
éducation,
Le programme « fibre » du Sycabel
Débit requis

Numéro... Très Haut Débit :


E-santé 3D,
professionnels Jeux L’objectif aujourd’hui largement partagé par tous les acteurs un cadre législatif et normatif, un programme national engagé,
25 Mbps publics et privés est de fournir à la totalité des foyers français des mécanismes de financement en place, une filière industrielle
ISSN : 2103-9313

• A la Une :
un enjeu national, un défi industriel
d’ici 10 à 15 ans un accès Internet à Très Haut Débit en équipant, performante disposant de capacités de R&D et de production
Le déploiement du Très Haut Débit : Vidéo- principalement en fibre jusqu’au logement, les 35 millions de adaptées, des centres de formation répartis sur tout le territoire
conférences lignes résidentielles et professionnelles actuelles, sans compter les et des acteurs publics et privés aux ambitions affichées. Les
un enjeu national, un défi industriel TV HD
8 Mbps centaines de milliers de lignes nouvelles à créer tous les ans pour technologies du Très Haut Débit et en particulier le FttH (fibre
• L’interview : Afin de mettre son engagement de soutien au développement des nouvelles technologies TV standard les constructions de logements neufs. jusqu’au logement) sont matures et pérennes et la plupart des
5 questions à Yves Le Mouël, et de l’économie numérique à exécution, le Président de la République a demandé au Internet Les opérateurs privés ont annoncé leur intention d’équiper en
produits sont fabriqués en France et en Europe.
2 Mbps
Directeur Général de la Fédération gouvernement de définir avant le mois de février 2013 un plan stratégique de couverture Téléphone Très Haut Débit 60 % des foyers sur 3 600 communes d’ici 2020. Néanmoins certaines modalités pratiques de mise en
Française des Télécoms (FF Telecoms) intégrale de la France en très haut débit d’ici à dix ans. C’est ainsi que M. Antoine Darodes, Pour les 40% de foyers restants, situés dans les zones les moins œuvre restent à parachever (voir nos 10 propositions). En
alors directeur de la régulation des marchés du haut et très haut débit et des relations denses, les déploiements devraient être réalisés dans le cadre particulier, il est indispensable de pérenniser dès 2012 la part
• Action en cours :
Le câblage au cœur des Data Centers avec les collectivités territoriales de l’ARCEP, a été mandaté pour prendre la tête d’une
Mission du Très Haut Débit. Après d’intenses concertations avec les opérateurs privés
Soutenir notre industrie de réseaux d’initiatives publiques pilotés par les
collectivités territoriales. Dans ce modèle, le rôle des
Le temps
publique des financements estimée à 10 milliards
d’euros et de permettre une meilleure péréquation
• Zoom Les entreprises du SYCABEL disposent en France et en Europe collectivités territoriales est essentiel pour garantir une entre les déploiements par les seuls opérateurs privés
de télécommunication et les collectivités locales, et une consultation des autres acteurs
- Une infrastructure optique fiable de l’écosystème numérique, la Mission a proposé une feuille de route numérique et un
de centres de R&D et de production de fibres, câbles optiques et desserte en Très Haut Débit homogène et équilibrée est venu et ceux réalisés dans le cadre de réseaux d’initiatives
de composants passifs parmi les plus importants et performants
et pérenne plan très haut débit de la France que le gouvernement a adoptés. La feuille de route met au monde. Fragilisée par le ralentissement économique actuel et Notre industrie est prête. des territoires.
Le temps est venu d’accélérer les déploiements de la
d’accélérer
publiques. En outre, des filières qualifiantes aux
métiers d’installation de la fibre optique devront être
- Le SYCABEL relève le défi en place une structure nationale de pilotage, des modalités de soutien financier ainsi face à une forte compétition mondiale, notre industrie ne pourra les massivement développées pour disposer rapidement
du Très Haut Débit dans l’habitat que des dispositions technologiques et opérationnelles visant à assurer la cohérence et pas se maintenir durablement en Europe sans une activité Les énergies et les compétences sont fibre optique.
des compétences nécessaires dans toutes les régions
l’homogénéité des nouveaux réseaux déployés. domestique soutenue. Il est donc urgent d’engager des
là pour bâtir les infrastructures et les Pour tenir les objectifs, il faut multiplier par déploiements de France.
• Indicateur industriel
Très Haut Débit En attendant l’Etablissement Public destiné à lui succéder, la Mission du Très Haut Débit a
mesures incitatives et des programmes d’investissements
structurants permettant d’accélérer la construction des réseaux de demain.
cinq le rythme actuel de déploiement de la
fibre optique jusqu’au logement (FttH). Ce rythme
de la fibre L’aménagement numérique durable du territoire

• Brèves d’ores et déjà rédigé et fait publier, le 2 mai 2013, le cahier des charges de l’appel à projets infrastructures du très haut débit, de développer l’innovation, devrait donc être d’au moins 2,5 millions de foyers optique. stimule la cohésion nationale, l’attractivité de
nos régions et la dynamique économique.
auquel doivent satisfaire les demandes des départements pour bénéficier de l’aide de la production et l’emploi en France et en Europe et de stimuler raccordables par an pendant 10 à 15 ans au lieu des
• Agenda l’Etat. Elle se met progressivement en situation de participer à l’instruction de l’éligibilité l’exportation de nos produits innovants. 500 000 foyers actuels par an. Le déploiement et l’exploitation des réseaux à Très Haut
Débit seront source de création de dizaines de milliers d’emplois
de ces projets aux subventions ou aides de l’Etat ainsi qu’à leur accompagnement. Pour supprimer rapidement la fracture numérique, la priorité
qualifiés, non délocalisables et répartis sur tout le territoire.
Le Syndicat Professionnel des Fabricants de Câbles Électriques et de Communication (SYCABEL) regroupe la quasi-totalité des doit être accordée aux zones les moins denses. Or les choix
Le financement estimé à 20 milliards d’euros sur 10 ans est réparti par tiers entre actuels visent à déployer le Très Haut Débit prioritairement dans les Les infrastructures du Très Haut Débit sont « l’ossature » de
L’aménagement
fabricants français de câbles et matériels passifs de réseaux de télécommunications. Rassemblant toute l’expertise en matière de réseaux
les opérateurs privés, l’Etat et les collectivités locales. Pour leurs projets de Réseaux d’infrastructures passives, il s’investit activement dans l’élaboration des directives européennes et des lois nationales, ainsi que dans la mise au zones très denses, ce qui aggrave la fracture numérique entre les l’économie numérique. Le déploiement rapide et généralisé de cette
d’Initiative Publique (RIP), celles-ci peuvent compter sur des subventions de l’Etat à villes et les campagnes. C’est pour les 10 millions de foyers ayant infrastructure sera un levier important pour le développement de
Nous contacter... hauteur de 3 milliards d’euros sur 10 ans ainsi que sur des prêts à taux sensiblement
point des normes nationales, européennes et internationales. Il contribue à l’information des décideurs politiques et des acteurs de l’économie
numérique du territoire :
numérique par ses diverses publications largement diffusées (livres blancs du « vrai haut débit et du Très Haut Débit, le magazine THDmag…). les débits les plus bas, insuffisants pour les services et applications nouveaux équipements électroniques, logiciels, applications
plus bas que le taux actuel du livret A ; ces prêts, adossés à l’épargne règlementée, seront Il participe également aux auditions, enquêtes et travaux (Ministères, Parlement, ARCEP, DATAR, CESE, ARF, AVICCA, IDATE …), et à de courants (triple play…), qu’il est urgent de déployer le Très Haut et services qui, sinon, devront être importés de
consentis pour des durées comprises entre 20 et 40 ans et avec des possibilités de différé nombreuses commissions et rapports. un investissement durable Débit. Dans les 6 projets-pilotes FttH réalisés en 2011 en zones pays mieux équipés en infrastructures
de remboursement. Les projets de montée en débit des zones rurales sont également moins denses, on constate en effet que l’appétence des abonnés du Très Haut Débit. e.

Urgence : la montée en débit


Le SYCABEL est membre de la Fédération des Industries Electriques, Electroniques et de Communication (FIEEC) et de la Fédération Spécial
CRÉATION ZEDRIMTIM - 01 42 33 63 10 - MARS 2012

o
@
tion
éligibles à ces financements. Ainsi, le dispositif d’accompagnement financier repensé européenne des fabricants de câbles (EUROPACABLE), de PROMOTELEC. Il contribue également fortement aux activités du comité est plus forte que dans les grandes villes. 42124
• Édi

èZék
• N°
Syndicat professionnel est plus favorable aux collectivités territoriales et notamment aux départements ruraux. interprofessionnel « Objectif Fibre ». en zones peu denses et rurales Amener dans une première étape la fibre optique au cœur de toutes 1e avr
il 2027

des fabricants les communes (villages) dans lesquelles aucun déploiement


de fils et Câbles électriques La fibre optique : FttH n’est programmé d’ici les 3 prochaines années,

l
et de communication permettra une augmentation significative .
çais
siècle
Le Très Haut Débit choix incontournable pour les réseaux
e
des débits partout et pour tous, avec 22
fran e
11-17, rue de l’Amiral Hamelin 17, rue de l’Amiral Hamelin - 75116 PARIS - Tél : + 33 (0)1 47 64 68 10 un accès internet d’au minimum otid ien du

nné
75016 PARIS Très Haut Débit Le qu
en ligne www.cable-base.com
E-mail : dg@sycabel.com - www.sycabel.com 8-10 Mbit/s.
u
r abo re optiq

CRÉATION ZEDRIMTIM - 01 42 33 63 10 - SEPTEMBRE 2013


Tel : 01.47.64.68.10
ie
La France dispose maintenant de
r n b
e de
Mail : dg@sycabel.com
la fi
tous les moyens de ses ambitions
www.sycabel.com THDmag numéro 3 de mars 2012 est une publication du SYCABEL, syndicat professionnel des fabricants de fils et câbles électriques et de communication. déjà
père clus

it ! L cordé à
| G E 1 | T H D m a g | N ° 2 | AV R I L 2 0 1 1 pour accélérer et généraliser le
www.sycabel.com www.sycabel.com
Pour en savoir plus : www.objectif-fibre.fr Directeur de la publication PA
: Régis Paumier. Comité de rédaction : groupe de travail du Très Haut Débit du SYCABEL. Création et mise en pages : Zedrimtim
y cro
ire. Son «Ex
n des dicaux
déploiement de la fibre optique  : plus ociatio vices mé le plan

p lo n’osait ne ass

rac
s

Ex
icaz d’u 2. Ses ser ée dan Mbits
ur Bon dateur isol 100
Monsie ait. Fon en 201 maison t de .
ique» de sa e à présen en FttH
ps en rêv fibre opt tion dispos
it tem
Il éta s durer de la ait l’inscrip Il
and
vait plu dem loiement.
ne pou de dép
cela

Le Syndicat Professionnel des Fabricants de Câbles Électriques et de Communication (SYCABEL) regroupe la quasi-totalité des
fabricants français de câbles et matériels passifs de réseaux de télécommunications. Rassemblant toute l’expertise en matière de réseaux
d’infrastructures passives, il s’investit activement dans l’élaboration des directives européennes et des lois nationales, ainsi que dans la mise au
point des normes nationales, européennes et internationales. Il contribue à l’information des décideurs politiques et des acteurs de l’économie
numérique par ses diverses publications largement diffusées (livres blancs du « Vrai Haut Débit » et du « Très Haut Débit », le magazine
THDmag…). Il participe également aux auditions, enquêtes et travaux (Ministères, Parlement, ARCEP, DATAR, CESE, ARF, AVICCA, IDATE …),
et à de nombreuses commissions et rapports.

Le SYCABEL est membre de la Fédération des Industries Electriques, Electroniques et de Communication (FIEEC) et de la Fédération
européenne des fabricants de câbles (EUROPACABLE). Il contribue également fortement aux activités de PROMOTELEC et du Comité
interprofessionnel « Objectif Fibre ».

17, rue de l’Amiral Hamelin - 75116 PARIS - Tél : + 33 (0)1 47 64 68 10


E-mail : dg@sycabel.com - www.sycabel.com
| PA G E 1 6 | T H D m a g | N ° 4 | S E P T E M B R E 2 0 1 3