Vous êtes sur la page 1sur 6

Certificats d’économies d’énergie

Fiche explicative - n° FE65

FICHE EXPLICATIVE
Système de condensation frigorifique à haute efficacité

Fiches d’opérations standardisées concernées :

 BAT-EQ-130: Système de condensation frigorifique à haut efficacité


 IND-UT-113 : Système de condensation frigorifique à haut efficacité

I. Généralités

Un condenseur frigorifique est un échangeur qui permet au fluide frigorigène d’évacuer la quantité de
chaleur absorbée à l’évaporateur (chaleur extraite du milieu à refroidir) et au compresseur (chaleur
due au travail de compression).

L’action consiste en la mise en place d’un système de condensation à haute efficacité sur une
installation frigorifique neuve ou existante. Un système de condensation à haute efficacité améliore
l’évacuation de chaleur au condenseur (réduction de l’écart de température ΔT entre le fluide
frigorigène et le medium de refroidissement) ayant pour effet de diminuer la température de
condensation de l’installation frigorifique et donc de réduire les consommations d’énergie du
compresseur frigorifique.

La Figure 1 représente l’évolution des températures du fluide frigorigène et du médium de


refroidissement dans un système de condensation frigorifique fonctionnant en contre-courant (hors
zones de désurchauffe et de sous-refroidissement).

Figure 1 : Evolution des températures dans un système de condensation frigorifique

D’après les retours d’expérience des constructeurs de machines1 frigorifiques, les écarts de
température ΔT entre le médium de refroidissement et le fluide frigorigène actuellement utilisés lors
des dimensionnements de systèmes de condensation sont :
- ΔT = 15°C pour les systèmes de condensation par rapport à l’atmosphère.
- ΔT = 10°C pour les condenseurs à eau.
Les systèmes de condensation à haute efficacité permettent de diminuer l’écart de température ΔT.
Les nouveaux écarts de températures atteignables sont :
- ΔT’ = 8 et 7 et 6°C pour les condenseurs à eau.

1
Emerson, Profroid

FE65 – 06/07/2012 – V0 Page 1 /6


- ΔT’ = de 12 à 0°C pour les systèmes à condensation atmosphériques. Remarquons qu’un
écart de 0 est atteignable dans les systèmes valorisant la chaleur latente de vaporisation de
l’eau.

II. Précisions sur les termes employés

Par système de condensation, on entend « condenseur plus tour », « condenseur seul » ou « tour
seule » si celle-ci alimente un condenseur frigorifique à eau. Les systèmes de condensation éligibles
indiqués dans la fiche sont illustrés par les schémas en fin de document (voir section VI). Sont
éligibles :

 Les systèmes de condensation par rapport à l’atmosphère :


A. Les condenseurs à air sec (adiabatiques ou non) ;
B. Les condenseurs à eau plus aéroréfrigérant à air sec (adiabatique ou non) ;
C. Les condenseurs évaporatifs (hybrides ou non) ;
D. Les condenseurs à eau plus tour ouverte (hybride ou non) ;
E. Les condenseurs à eau plus tour fermée (hybride ou non).
 Les condenseurs à eau « seul » (sur nappe, rivière ou autre) ;

Est également éligible la mise en place d’un groupe frigorifique complet dans lequel le système de
condensation est à haute efficacité.

Fluide à glissement : fluide ne se comportant pas comme un corps pur. Dans un corps pur, les
changements d’états (passage d’état liquide à gazeux et inversement) se font, pour une pression
donnée, à température constante. La température est donc la même tout au long de l’échangeur de
chaleur. Dans un fluide à glissement, les changements d’états se font, pour une pression donnée, à des
températures évoluant en fonction du titre vapeur. Les températures du fluide à l’entrée et à la sortie
de l’échangeur sont différentes.

Température d’air au bulbe humide ou température sur air humide :


Tout air ambiant contient un taux d’humidité non nul. La température au bulbe humide est la
température indiquée par un thermomètre dont l’élément sensible (le bulbe) est maintenu dans un
linge humide et sur lequel on souffle de l’air. La température de bulbe humide est généralement
inférieure de plusieurs degrés (environ 10°C) à la température d’air sec. Elle permet de tenir compte
de l’abaissement de température du à la vaporisation de l’eau dans une tour aéroréfrigérante.

Un centre de données informatiques (ou Datacenter) est un bâtiment ou un local au sein d’un bâtiment
centralisant des équipements informatiques (serveurs, baies de stockage, équipements réseaux, etc…)
permettant le stockage, le traitement et la protection des données informatiques Une salle
informatique intégrée à un bâtiment tertiaire et comportant ces équipements est conforme à cette
situation.

Il y a une ambiguïté dans les fiches IND-UT-113, IND-UT-115 et IND-UT-116. Dans ces fiches,
les calculs sont effectués en fonction de la puissance électrique nominale du groupe de
production de froid ce qui est incorrect. En effet, la puissance électrique à considérer est celle
du (ou des) compresseur(s) du groupe de production de froid uniquement. Il ne faut pas
prendre en compte dans le calcul les puissances d’éventuels ventilateurs ou autres équipements
intégrés dans le groupe de production de froid.

Puissance électrique du groupe de production de froid = Pcompresseur(s) : désigne la puissance


électrique indiquée sur la plaque du ou des compresseur(s) en kWél.
La puissance électrique du (ou des) compresseur (s) à retenir est celle plaquée sur le(s)
compresseur(s), ou, à défaut, la puissance électrique absorbée indiquée sur la fiche technique au
régime nominal en kWél.

FE62 – 06/07/2012 – V0 Page 2 /6


III. Précisions sur les modes de preuves :

Les modes de preuves sont détaillés dans les fiches d’opérations standardisées publiées au Journal
Officiel.

IV. Recommandations de mise en œuvre :

Mise en œuvre réalisée par un professionnel.

Il est rappelé que selon les dispositions de l’arrêté du 2 février 1998 relatif aux prélèvements et à la
consommation d'eau ainsi qu'aux émissions de toute nature des ICPE, la réfrigération en circuit ouvert
est interdite sauf autorisation explicite par l'arrêté préfectoral. Par ailleurs, il convient d’attirer
l’attention sur les risques liés au développement de lésionnelles qui peuvent survenir dans le cas de
certains de ces systèmes de refroidissement.

V. Questions-réponses les plus fréquentes

Sans objet.

VI. Illustrations : systèmes de condensation

Les systèmes de condensation éligibles indiqués dans la fiche sont illustrés par les schémas ci-
dessous.

1. Les systèmes de condensation par rapport à l’atmosphère :


A. Les condenseurs à air sec (adiabatiques ou non) :
air

^^^^^^^^^^

Circuit du fluide
frigorigène

^^^^^^^^

FE62 – 06/07/2012 – V0 Page 3 /6


B. Les condenseurs à eau plus aéroréfrigérant à air sec
(adiabatique ou non) :

Air sec
^^^^^
eau

^^^^^
Circuit du
fluide
frigorigène
^^^^^

C. Les condenseurs évaporatifs (hybrides ou non) :

FE62 – 06/07/2012 – V0 Page 4 /6


D. Les condenseurs à eau plus tour ouverte (hybride ou non) :

E. Les condenseurs à eau plus tour fermée (hybride ou non) :

FE62 – 06/07/2012 – V0 Page 5 /6


2. Les condenseurs à eau « seul » (sur nappe, rivière ou autre) :

Eau perdue
(rivière, nappe…)

^^^^^
Circuit du fluide
frigorigène
^^^^^
^

Date Entité Auteur Demande de modification motivée/ Réponse apportée détaillée


27/10/2016 ATEE J.Mary Mise à jour par ATEE
24/05/2017 ATEE Florian Rouot Justification puissance groupe froid = puissance compresseur

FE62 – 06/07/2012 – V0 Page 6 /6