Vous êtes sur la page 1sur 194

Projet de Fin d’Etude

Génie Civil - 2015

Dedication

To my loving parents who have always been there for me and supported me with
everything they had, and without whom none of this would be possible, no words can
describe the love and gratitude I feel towards you.

To my older sister and little brother who had never left my side and who’s trust and
believe in me kept me moving forward.

To my dear friends, my guiding lights, whose existence I’m grateful for every day.

To all the people who helped me, receiving nothing in return.

This work is dedicated to you.

AABKARI Oula

1|194
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Dedication

A special feeling of gratitude to my loving parents, whose words of encouragement


and push for tenacity ring in my ears.

I also like to dedicate my work to my friends who have supported me throughout the
process. I will always appreciate all what they have done.

Finally, this thesis is dedicated to all those who believe in the richness of learning.

DAKIR Kaoutar

2|194
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Remerciements :
Au terme de ce travail de fin d’étude nous profitons par le biais de ce rapport
d’exprimer nos vifs remerciements à toute personne ayant contribué de près ou de
loin à l’élaboration de ce travail.

Tout d’abord nous tenons à exprimer notre profonde gratitude à notre encadrant
interne M. Said Rhouzlane d’avoir accepté d’encadrer notre travail, et pour ses
directives et ses conseils pertinents.

Nous remercions Mr Mohammed Hourti, notre encadrant au sein de l’ANP


d’avoir contribué à la réalisation de ce travail en nous accompagnant durant toute
la période du stage avec ses renseignements et son expérience ainsi que sa
confiance et son support moral.

Nous remercions également notre encadrant Mr Amine El Karam de l’ANP de


nous avoir accueillis au sein de l’organisme.

Nous remercions notre professeur Mr Najib Cherfaoui pour sa disponibilité, ses


explications pertinentes, et pour l’intérêt qu’il a manifesté envers nos questions.

Nous remercions Mr Abdelaziz Berdouzi et Mlle Ikram Atmane de l’ANP


Mohammedia pour leur accueil chaleureux et le soutien qu’ils nous ont fourni.

Nous remercions Mlle Afaf Raiss secrétaire de direction au sein de l’ANP pour
son aide précieuse, et pour avoir toujours été ouverte et accueillante.

Nous remercions finalement tout le corps professoral et administratif de l’EHTP


pour la formation qu’ils nous ont assuré et on espère que notre travail réalisé soit à
la hauteur de leur espérance.

3|194
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

RESUME

Pendant la durée de notre projet de fin d’étude au sein de l’Agence Nationale des ports,
nous avons été amenées à étudier le dimensionnement du nouveau terminal chimiquier
du port de Mohammedia. La présente étude a donc pour objectif de traiter deux
variantes de ducs d’albe ; en caisson et en gabions de palplanches.

En premier lieu nous avons effectué une collecte de données sur le port de
Mohammedia suivi d’une présentation du projet et de son contexte.

En deuxième, nous avons calculé les actions statiques et dynamiques sollicitant les deux
variantes puis nous avons vérifié leurs stabilités internes et externes ainsi que la stabilité
au grand glissement. L’étude structurale s’achève par le dimensionnement des
passerelles métalliques servant comme liaison entre les ducs d’albe, et du pont d’accès
reliant les postes au terre-plein.

Ensuite nous avons proposé des solutions en vue d’assurer la durabilité de ses structures
constamment exposés à l’agressivité de la mer, en se focalisant sur la protection
cathodique.

Finalement, nous avons consacré une partie pour la présentation des procédés
d’exécution des deux variantes ainsi qu’une estimation du leur prix de réalisation afin
de choisir la variante à adopter.

4|194
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

THESIS SUMMARY

The final graduation project related to this summary was accomplished during a four months
internship at the National Agency of Ports- Morocco, the project represents the study of a
Chemical Tankers Terminal at Mohammedia Port, the study revolves around the technical and
financial comparison of two berth variants, and a final conclusion on which variant is to be
adopted based on the study results.

The first chapter represents a general overview of Mohammedia port and the traffic evolution
of its transiting chemical products, in addition to its current congestion problems, all of which
justify the necessity of the project.

The second chapter treats the different types of berthing structures according to their function,
shape, and the materials they’re constructed from. Based on the rocky nature of the seabed
two main variants were identified; reinforced concrete caissons dolphins and sheet pile cells
dolphins.

The third chapter treats the study of caisson variant by the estimation of the forces applied on
the structure; afterwards we verified its stability in four failure modes: failure due to sliding,
tilting instability, and finally the overall stability failure, analyzed based on numerical
analyses using the software ‘Talren’.

The sheet piles cells stability is studied in the fourth chapter. In addition to the external
stability modes studied for the caisson variants two more failures were checked for the sheet
pile cell; failure by bursting of interlocks, and shear failure in the fill.

Chapter five completes the design of the terminal by dimensioning the steel truss footbridges
linking the dolphin platforms and the girder bridge connecting the terminal to the grounds.

Marine structures are required to function in an aggressive environment for many years;
therefore maintenance and durability are required. The sixth chapter starts with a detailed
description of the corrosion process; both in reinforced concrete and steel sheet piles, and
explores the multitude of solutions and treatments against corrosion. The durability study
focused on cathodic protection which has been widely used in the past years.

The conducted comparison of the variants was performed based on the estimated total cost,
ease of execution, maintenance and technical feasibility.

5|194
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

TABLE DES MATIERES

Liste des figures ....................................................................................................................................... 12


Liste des tableaux..................................................................................................................................... 14
Introduction Générale.............................................................................................................................. 17
CHAPITRE 1 : PRESENTATION DU PROJET .................................................................................... 19
I. Présentation du port : .................................................................................................................. 20
I.1. Historique du port : .............................................................................................................. 20
I.2. Situation géographique du port :........................................................................................... 21
I.3. Configuration du port : ......................................................................................................... 21
II. Présentation du projet : ............................................................................................................... 22
II.1. Contexte du projet : .............................................................................................................. 22
II.2. Objectif du projet : ............................................................................................................... 25
II.3. Conception du nouveau terminal chimiquier : ..................................................................... 25
III. ANALYSE DES Données du projet : ...................................................................................... 27
III.1. Marrée : ................................................................................................................................ 27
III.2. Vents : .................................................................................................................................. 27
III.3. Courants : ............................................................................................................................. 27
III.4. Navires du projet : ................................................................................................................ 28
III.5. Bathymétrie : ........................................................................................................................ 28
III.6. Données géotechniques : ...................................................................................................... 28
III.7. Formations géologiques : ...................................................................................................... 28
III.8. Caractéristiques des matériaux : ............................................................................................ 29
III.9. Sismicité : ............................................................................................................................. 30
CHAPITRE 2 : LES OUVRAGES D’ACCOSTAGE ............................................................................. 33
I. Introduction :................................................................................................................................ 34
II. Types d’ouvrages d’accostage : ................................................................................................... 34
II.1. Les quais : ............................................................................................................................. 34
II.2. Les appontements :............................................................................................................... 34
II.3. Les ducs d’albe : .................................................................................................................. 34
III. LES Types des ducs d’albe : .................................................................................................... 34
III.1. Ducs d’albe rigides :.............................................................................................................. 34
III.2. Ducs d’albe souples : ............................................................................................................ 36
IV. Paramètres de choix d’un type d’ouvrage d’accostage: ........................................................... 36

6|194
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

CHAPITRE 3 : ETUDE DE LA VARIANTE EN CAISSONS .............................................................. 38


I. Géométrie des caissons : .............................................................................................................. 39
I.1. Plateforme de déchargement : .................................................................................................. 39
I.2. Ducs d’Albe d’accostage et d’amarrage :................................................................................... 39
II. Calcul des efforts appliqués sur les caissons : ............................................................................. 39
II.1. Convention des signes : ........................................................................................................ 40
II.2. Charges permanentes : ......................................................................................................... 40
II.3. Charges variable :.................................................................................................................. 46
II.4. Charges accidentelles : .......................................................................................................... 50
II.5. Récapitulatif : ........................................................................................................................ 53
III. Combinaisons d’action : .......................................................................................................... 54
III.1. Actions :................................................................................................................................ 54
III.2. Combinaisons: ELU-Fondamental : ..................................................................................... 55
III.3. Combinaisons: ELU-accidentel : .......................................................................................... 55
III.4. Combinaisons: ELS-Fréquent :............................................................................................. 55
III.5. Combinaisons : ELS-Rare : .................................................................................................. 55
IV. Vérification de la stabilité : ...................................................................................................... 56
IV.1. Stabilité au glissement : ......................................................................................................... 56
IV.2. Stabilité au renversement : .................................................................................................... 59
IV.3. Décompression :................................................................................................................... 62
IV.4. Stabilité au non poinçonnement : ......................................................................................... 63
IV.5. Stabilité au grand glissement : ............................................................................................... 65
V. Ferraillage du caisson : ................................................................................................................ 68
V.1. Généralités :.......................................................................................................................... 68
V.2. Hypothèses de calcul : .......................................................................................................... 69
V.3. Modélisation du caisson : ..................................................................................................... 69
CHAPITRE 4 : ETUDE DE LA VARIANTE EN GABIONS DE PALPLANCHES ......................... 79
I. Description de la variante : .......................................................................................................... 80
I.1. Choix de type de gabion : ......................................................................................................... 80
I.2. Conception : ............................................................................................................................. 81
II. CALCUL DES Actions : ............................................................................................................. 81
III. Stabilité des gabions : .............................................................................................................. 83
III.1. Stabilité interne : ................................................................................................................... 83
III.2. Stabilité externe : .................................................................................................................. 88
III.3. Stabilité globale : ................................................................................................................... 95

7|194
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

CHAPITRE 5: PONT D’ACCES A LA PALTEFORME ....................................................................... 96


I. Choix d’une variante pour le pont : ............................................................................................. 97
I.1. Variante 1 : pont à poutres en béton armé : ............................................................................. 97
I.2. Variante 2 : Le Pont Dalle (PSI-DA): ....................................................................................... 97
II. Prédimensionnement du tablier :.................................................................................................. 98
II.1. Conception générale : ........................................................................................................... 98
II.2. Eléments de prédimensionnement : ..................................................................................... 98
III. Charges .................................................................................................................................... 99
III.1. Les charges permanentes : .................................................................................................... 99
III.2. Les charges routières et les charges sur trottoirs : ............................................................... 101
IV. Détermination des paramètres de calcul : .............................................................................. 103
IV.1. La largeur roulable Lr : ....................................................................................................... 103
IV.2. Les classes des ponts :......................................................................................................... 103
IV.3. La largeur chargeable : ........................................................................................................ 103
IV.4. Le nombre de voies : .......................................................................................................... 103
IV.5. La largeur d’une voie : ........................................................................................................ 103
IV.6. Les coefficients (a1, a2 et bc) : .............................................................................................. 104
IV.7. Les coefficients de majoration dynamiques : ...................................................................... 104
V. La répartition transversale des charges : .................................................................................... 105
V.1. Aperçus théorique sur de la méthode de Guyon Massonnet : ............................................ 105
V.2. Principes fondamentaux de la méthode de Guyon-Massonnet : ......................................... 105
V.3. Paramètres fondamentaux: ................................................................................................. 106
VI. Les Coefficients de Répartition Transversale (CRT) :........................................................... 108
VI.1. Tableau des coefficients de Guyon-Massonnet : ................................................................. 108
VI.2. Ligne d’influence de K : ..................................................................................................... 109
VI.3. Les valeurs des CRT de différentes charges:....................................................................... 109
VII. Détermination des moments et d’effort tranchant :................................................................ 110
VII.1. Charges permanents: .......................................................................................................... 110
VII.2. Surcharges routières : ......................................................................................................... 111
VII.3. Combinaison de charges à l’ELU : ..................................................................................... 114
VII.4. Combinaison des charges à l’ELS : ..................................................................................... 115
VIII. Sections d’acier à l’ELU et à l’ELS :..................................................................................... 116
VIII.1. Armatures longitudinales : .................................................................................................. 116
VIII.2. Armatures transversales : .................................................................................................... 117
IX. Dimensionnement des appareils d’appui : ............................................................................. 117

8|194
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

IX.1. Généralités sur les appareils d’appui:.................................................................................. 117


IX.2. Prédimensionnement des appareils d’appuis : .................................................................... 119
CHAPITRE 6 : DIMENSIONNEMENT DES PASSERELLES METALLIQUES .............................. 123
I. Généralités : ............................................................................................................................... 124
I.1. Définition : ............................................................................................................................. 124
I.2. Choix du treillis : .................................................................................................................... 124
I.3. Critères de résistances : Etats limites ultimes : ........................................................................ 124
I.4. Critères de flèche : Etats limites de service: ............................................................................ 125
I.5. Instabilités élastiques :............................................................................................................. 125
I.6. Récapitulatif des vérifications par élément : ............................................................................ 130
II. Calcul des Charges :................................................................................................................... 130
II.1. Charges permanentes : ....................................................................................................... 130
II.2. Surcharge : .......................................................................................................................... 130
II.3. Charges du vent : ................................................................................................................ 130
II.4. Combinaisons : ................................................................................................................... 131
II.5. Calcul des efforts dans les barres : ...................................................................................... 131
III. Vérification : .......................................................................................................................... 132
III.1. Traversine :......................................................................................................................... 132
III.2. Montant : ............................................................................................................................ 133
III.3. Diagonale :.......................................................................................................................... 133
III.4. Membrures inférieure et supérieure : ................................................................................. 133
III.5. Récapitulatif des profils choisis : ......................................................................................... 134
IV. Calcul par le logiciel : ............................................................................................................ 134
IV.1. Modélisation : ..................................................................................................................... 134
IV.2. Vérification de la flèche : .................................................................................................... 135
CHAPITRE 7: PHENOMENE DE CORROSION ................................................................................ 136
I. Généralités : ............................................................................................................................... 137
I.1. Définition : ............................................................................................................................. 137
I.2. Processus du phénomène : ..................................................................................................... 137
I.3. Diagramme E-ph : .................................................................................................................. 138
II. Corrosion des armatures dans le béton : ................................................................................... 139
II.1. La corrosion initiée par la carbonatation : .......................................................................... 139
II.2. La corrosion initiée par les chlorures :................................................................................ 140
III. Corrosion des palplanches en milieu marin : ......................................................................... 141
III.1. Mécanismes de la corrosion en milieu marin : ................................................................... 142

9|194
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

III.2. Mesure de l’effet de la corrosion : perte d’épaisseur :......................................................... 143


III.3. Protection contre la corrosion : .......................................................................................... 145
CHAPITRE 8: PROTECTION CATHODIQUE ................................................................................... 148
I. Généralités : ............................................................................................................................... 149
I.1. Principe : ................................................................................................................................ 149
I.2. Mode d'imposition du courant : ............................................................................................. 149
II. Protection cathodique par anodes sacrificielles : ....................................................................... 149
II.1. Choix de l’anode : .............................................................................................................. 150
II.2. Le potentiel de protection : ................................................................................................ 151
II.3. Calcul des surfaces : ............................................................................................................ 152
II.4. Demande en courant : ........................................................................................................ 152
II.5. Résistance de l’anode :........................................................................................................ 153
II.6. Géométrie de l’anode : ....................................................................................................... 153
II.7. Facteur d’utilisation : .......................................................................................................... 153
II.8. Poids de l’anode : ............................................................................................................... 153
II.9. Vérification du potentiel : ................................................................................................... 154
II.10. Application : ....................................................................................................................... 154
III. Protection par courant imposé : ............................................................................................. 154
III.1. Principe : ............................................................................................................................ 154
III.2. Courant de protection :....................................................................................................... 155
III.3. Type d’anode : ................................................................................................................... 155
III.4. La résistance du circuit : ..................................................................................................... 156
III.5. Choix du transformateur redresseur : ................................................................................. 156
IV. Choix du système de protection : ........................................................................................... 157
CHAPITRE 5 : METHODES D’EXECUTION .................................................................................... 158
I. Ducs d’Albe en caisson :............................................................................................................ 159
I.1. Préfabrication à sec : ............................................................................................................... 159
I.2. Mise à l’eau des caissons :....................................................................................................... 160
I.3. Réalisation de l’assise du caisson : .......................................................................................... 160
I.4. Remorquage des caissons : ..................................................................................................... 162
I.5. Echouage des caissons : .......................................................................................................... 162
I.6. Vibro-compaction du sable de remplissage des caissons :....................................................... 163
II. Gabions en palplanches : ........................................................................................................... 163
II.1. Installation du gabarit : ....................................................................................................... 163
II.2. Implantation des palplanches : ........................................................................................... 164

10 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

II.3. Remplissage des cellules : ................................................................................................... 165


II.4. Equipements et chargement : ............................................................................................. 165
CHAPITRE : ETUDE DE PRIX ........................................................................................................... 166
I. Prix estimatif de la variante caisson :......................................................................................... 167
II. Prix estimatif de la variante gabion : ......................................................................................... 168
Conclusion et recommandations ............................................................................................................ 170
Annexe A : Géométrie des caissons ....................................................................................................... 171
Annexe B: Stabilité au grand glissement des caissons C2 et C3, et des gabions G2 et G3 ................. 175
Annexe C : Catalogue FENTEK des défenses d’accostage ................................................................... 179
Annexe D : Modélisation du caisson C2 sur ROBOT ............................................................................ 180
Annexe E : Modélisation du caisson C3 sur ROBOT ............................................................................ 182
Annexe F : Protection cathodique pour les gabions de palplanches G2 et G3 et pour les caissons C2 et
C3 : ........................................................................................................................................................ 184
Annexe G : Modélisation des passerelles métalliques ........................................................................... 187
Annexe H : Calcul des charges de vent selon NV65 Mod99+Carte 96 04/00 ....................................... 189
Bibliographie ......................................................................................................................................... 194

11 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Liste des figures


Figure 1:Port de Mohammedia ................................................................................................................... 20
Figure 2:Les digues du port de Mohammedia ............................................................................................ 21
Figure 3: Les ports intérieur et extérieur de Mohammedia ......................................................................... 21
Figure 4: Le terminal pétrolier de Mohammedia ........................................................................................ 21
Figure 5:Les quais du port intérieur ............................................................................................................ 22
Figure 6:Plan de masse ............................................................................................................................... 26
Figure 7:Conception du terminal ................................................................................................................ 27
Figure 8: Carte sismique du Maroc ............................................................................................................. 30
Figure 9:Quai continu ................................................................................................................................. 34
Figure 10 : Efforts sur le caisson ................................................................................................................ 40
Figure 11:Poussée de terre sur le caisson.................................................................................................... 43
Figure 12:Gradient hydraulique .................................................................................................................. 45
Figure 13:Table de Broslma........................................................................................................................ 47
Figure 14:Coefficient d'excentricité ............................................................................................................ 48
Figure 15:Défense SCN .............................................................................................................................. 50
Figure 16: Modes d'instabilité..................................................................................................................... 56
Figure 17:Instabilités .................................................................................................................................. 56
Figure 18:Semelle entièrement comprimée ................................................................................................ 62
Figure 19:Semelle partiellement comprimée .............................................................................................. 62
Figure 20:excentricité de la charge ............................................................................................................. 64
Figure 21:Inclinaison de la charge .............................................................................................................. 64
Figure 22:Méthode de Bishop ..................................................................................................................... 66
Figure 23:Caisson C1, cas statique ............................................................................................................. 67
Figure 24:Caisson C1, cas sismique ........................................................................................................... 68
Figure 25:Effet silo ..................................................................................................................................... 70
Figure 26 :Pression sur les parois du caisson C1 ........................................................................................ 75
Figure 27:Pression sur les parois du caisson C2 ......................................................................................... 75
Figure 28:Pression sur les parois du caisson C3 ......................................................................................... 76
Figure 29:Cas de charge.............................................................................................................................. 76
Figure 30:Cas de charge 2........................................................................................................................... 76
Figure 31:Cas de charge 3........................................................................................................................... 77
Figure 32:Modélisation des charges sur le caisson C1, Phase 1 ................................................................. 78

12 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Figure 33:Serrures....................................................................................................................................... 80
Figure 34:Gabion de palplanche ................................................................................................................. 80
Figure 35:Modélisation de la traction sur les palplanches des gabions ...................................................... 84
Figure 36: Palplanches plates AS 500-9.5 .................................................................................................. 85
Figure 37:Gabion G1 .................................................................................................................................. 86
Figure 38:Gabion G2 .................................................................................................................................. 87
Figure 39:Gabion G3 .................................................................................................................................. 87
Figure 40: Gabion G1, état statique ............................................................................................................ 95
Figure 41: Gabion G1, état sismique .......................................................................................................... 95
Figure 42:Préparation des armatures et bétonnage des radiers ................................................................. 159
Figure 43:coffrage glissant et des armatures des voiles ............................................................................ 159
Figure 44:Poursuite du bétonnage ............................................................................................................ 159
Figure 45:Mise en flottaison ..................................................................................................................... 160
Figure 46:Mise en place du tout-venant d’assise ...................................................................................... 160
Figure 47:Mise en place des enrochements d’assise ................................................................................. 161
Figure 48:régularisation du ballast............................................................................................................ 161
Figure 49:positionnement du ponton ........................................................................................................ 161
Figure 50:Remorquage.............................................................................................................................. 162
Figure 51:Echouage des caissons.............................................................................................................. 162
Figure 52:Remplissage des alvéoles ......................................................................................................... 163
Figure 53:Gabarit de construction ............................................................................................................ 163
Figure 54:Processus de corrosion ............................................................................................................. 138
Figure 55:Diagramme de Pourbaix approximatif du Fer .......................................................................... 138
Figure 56: processus de carbonatation Figure 57: Corrosion initiée par la carbonatation ........... 140
Figure 58: Corrosion initiée par les chlorures ........................................................................................... 141
Figure 59:Zones de corrosion ................................................................................................................... 143
Figure 60:Préparation de surface .............................................................................................................. 145
Figure 61:Galvanisation à chaud .............................................................................................................. 147
Figure 62: protection cathodique par anode sacrificielle ......................................................................... 149
Figure 63: protection cathodique par courant imposé ............................................................................... 149
Figure 64: anodes sacrificielles ................................................................................................................. 150
Figure 65: anode tubulaire LIDA .............................................................................................................. 155
Figure 66: Transformateur redresseur type AIR ....................................................................................... 157
Figure 67: Profil en travers du pont .......................................................................................................... 100
Figure 68:Système Bc ............................................................................................................................... 102
Figure 69:Système Br ............................................................................................................................... 102
Figure 70:Largeur chargeable ................................................................................................................... 103
Figure 71:Distribution des charges ........................................................................................................... 105
Figure 72:Modélisation du Tablier selon la méthode de GUYON MASSONET ..................................... 106
Figure 73:Dimensions de la poutre ........................................................................................................... 106
Figure 74:M(x) du aux charges permanentes ............................................................................................ 110
Figure 75: T(x) du aux charges permanentes ............................................................................................ 110
Figure 76:T(x) du à Al .............................................................................................................................. 111
Figure 77:M(x) du à Bc............................................................................................................................. 113
Figure 78:T(x) du à Bc.............................................................................................................................. 113
Figure 79:Section de poutre ...................................................................................................................... 116
Figure 80:Exemple d'appareil d'appui ....................................................................................................... 117

13 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Figure 81:Coupe transversal d'un appareil d'appui ................................................................................... 118


Figure 82:Dimensions d'un appareil d'appui ............................................................................................. 118
Figure 83: Effort normal ........................................................................................................................... 121
Figure 84:Rotation .................................................................................................................................... 121
Figure 85:Effort horizontal ....................................................................................................................... 121
Figure 86:Types des barres des passerelles............................................................................................... 124
Figure 87:Flambement et déversement d'une barre .................................................................................. 126
Figure 88:Dimensions d'un profilé............................................................................................................ 127
Figure 89:Signe de Zg............................................................................................................................... 129
Figure 90:Passerelle P1 ............................................................................................................................. 135
Figure 91: Flèche maximale...................................................................................................................... 135

Liste des tableaux

Tableau 1: Navires de projet ....................................................................................................................... 28


Tableau 2: Accélération du sol ................................................................................................................... 30
Tableau 3:Coefficient du site ...................................................................................................................... 31
Tableau 4:Coefficient de priorité ................................................................................................................ 31
Tableau 5:Niveaux de ductilité .......................................................................... Erreur ! Signet non défini.
Tableau 6: Données sismiques du projet..................................................................................................... 32
Tableau 7:Poids propre du caisson C1 ........................................................................................................ 41
Tableau 8:Poids propre du caisson C2 ........................................................................................................ 41
Tableau 9:Poids propre du caisson C3 ........................................................................................................ 42
Tableau 10:Données.................................................................................................................................... 44
Tableau 11:Composantes horizontales et verticales de la poussée des terres sur les trois caissons ........... 44
Tableau 12:Valeurs du gradient hydraulique pour les trois types de caissons ............................................ 45
Tableau 13:Passerelles métalliques............................................................................................................. 45
Tableau 14:Energie d'accostage .................................................................................................................. 49
Tableau 15:Dimensions de la défense......................................................................................................... 50
Tableau 16:Le coefficient sismique horizontal σh ...................................................................................... 50
Tableau 17:Composantes horizontales et verticales de la force d'inertie .................................................... 51
Tableau 18:Valeurs des paramètres θ et Kad .............................................................................................. 52
Tableau 19:∆P SURPRESSION ........................................................................................................................... 52
Tableau 20:∆P DEPRESSION ............................................................................................................................ 53
Tableau 21: Récapitulatif des forces, excentricités et moments agissant sur le caisson C1 ....................... 53
Tableau 22: Récapitulatif des forces, excentricités et moments agissant sur le caisson C2 ....................... 53
Tableau 23: Récapitulatif des forces, excentricités et moments agissant sur le caisson C3 ....................... 54
Tableau 24: Coefficients de sécurité au glissement pour le caisson C1 ..................................................... 57
Tableau 25: Coefficients de sécurité au glissement pour le caisson C2 à l’ELU Fondamental .................. 57
Tableau 26: Coefficients de sécurité au glissement pour le caisson C2 à l’ELU Accidentel ..................... 58
Tableau 27: Coefficients de sécurité au glissement pour le caisson C3 à l'ELU Fondamental .................. 58
Tableau 28: Coefficients de sécurité au glissement pour le caisson C3 à l’ELU Accidentel ..................... 59
Tableau 29: Coefficients de sécurité au renversement pour le caisson C1 ................................................. 60

14 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Tableau 30: Coefficients de sécurité au renversement pour le caisson C2 à l’ELU Fondamental ............. 60
Tableau 31: Coefficients de sécurité au renversement pour le caisson C2 à l’ELU Accidentel ................. 60
Tableau 32: Coefficients de sécurité au renversement pour le caisson C2 à l’ELU Fondamental ............. 61
Tableau 33 : Coefficients de sécurité au renversement pour le caisson C2 à l’ELU Accidentel ................ 61
Tableau 34:Décompression pour le caisson C1 .......................................................................................... 62
Tableau 35:Décompression pour le caisson C2 .......................................................................................... 63
Tableau 36:Décompression pour le caisson C3 .......................................................................................... 63
Tableau 37:Coefficients de forme ............................................................................................................... 64
Tableau 38:Coefficients de sécurité au poinçonnement pour le caisson C1 ............................................... 65
Tableau 39:Coefficients de sécurité au poinçonnement pour le caisson C2 ............................................... 65
Tableau 40:Coefficients de sécurité au poinçonnement pour le caisson C3 ............................................... 65
Tableau 41:Caractéristiques des couches .................................................................................................... 67
Tableau 42:Valeurs des contraintes limites ................................................................................................ 69
Tableau 43:Dimensions des cellules ........................................................................................................... 70
Tableau 44:Conditions de vérification d'assimilation des caissons en silos ............................................... 71
Tableau 45:Pression du sable de remplissage des cellules à l'état 1 ........................................................... 73
Tableau 46:Pression du ballast de remplissage des cellules à l'état 1 ......................................................... 74
Tableau 47:Pression de sable de remplissage des cellules à l'état 2 ........................................................... 74
Tableau 48:Pression de ballast de remplissage des cellules à l'état 2 ......................................................... 75
Tableau 49:Résultats déplacements ............................................................................................................ 77
Tableau 50:Résultats des contraints ............................................................................................................ 77
Tableau 51:Résultats contraintes ................................................................................................................ 78
Tableau 52:Caractéristiques géométriques des gabions.............................................................................. 81
Tableau 53:Forces et moments agissants sur le gabion G1......................................................................... 81
Tableau 54:Forces et moments agissants sur le gabion G2......................................................................... 82
Tableau 55:Forces et moments agissants sur le gabion G3......................................................................... 82
Tableau 56:caractéristiques des palplanches............................................................................................... 84
Tableau 57: Paramètres de calcul ............................................................................................................... 85
Tableau 58:Coefficient de stabilité au glissement, gabion G1 .................................................................... 88
Tableau 59:Coefficient de stabilité au glissement à l'ELU Fondamental, gabion G2 ................................ 88
Tableau 60:Coefficient de stabilité au glissement à l'ELU Accidentel, gabion G2 .................................... 89
Tableau 61:Coefficient de stabilité au glissement à l'ELU Fondamental, gabion G3 ................................ 89
Tableau 62:Coefficient de stabilité au glissement à l'ELU Accidentel, gabion G3 .................................... 90
Tableau 63:Coefficients de stabilité au renversement, gabion G1 .............................................................. 90
Tableau 64:Coefficient de stabilité au renversement à l'ELU Fondamental, gabion G2 ............................ 91
Tableau 65:Coefficient de stabilité au renversement à l'ELU Accidentel, gabion G2 ................................ 91
Tableau 66:Coefficient de stabilité au renversement à l'ELU Fondamental, gabion G3 ............................ 92
Tableau 67:Coefficient de stabilité au renversement à l'ELU Accidentel, gabion G3 ................................ 92
Tableau 68:Vérification de décompression pour le gabion G1 ................................................................... 93
Tableau 69:Vérification de décompression pour le gabion G2 ................................................................... 93
Tableau 70 : Vérification de décompression pour le gabion G1 ................................................................. 93
Tableau 71:Vérification de poinçonnement pour le gabion G1 .................................................................. 94
Tableau 72:Vérification de poinçonnement pour le gabion G2 .................................................................. 94
Tableau 73:Vérification de poinçonnement pour le gabion G3 .................................................................. 94
Tableau 74:valeurs recommandés pour la perte d’épaisseur (mm) due à la corrosion des palplanches
dans le sol, avec ou sans nappe phréatique) .............................................................................................. 143

15 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Tableau 75:Valeurs recommandées pour perte d’épaisseur (mm) due à la corrosion des palplanches dans
l’eau douce et l’eau de mer. ...................................................................................................................... 144
Tableau 76:Caractéristiques des différents types d'anode......................................................................... 151
Tableau 77:Caractéristiques géométriques de l'anode choisi .................................................................... 151
Tableau 78:Domaines de protection cathodique ....................................................................................... 151
Tableau 79:Surfaces de calcul .................................................................................................................. 152
Tableau 80:Demande en courant............................................................................................................... 152
Tableau 81:Densités moyennes du courant en milieu marin ............................. Erreur ! Signet non défini.
Tableau 82:Formules de calcul de résistance ............................................................................................ 153
Tableau 83: Résultats de la protection cathodique.................................................................................... 154
Tableau 84:Résultats de calcul pour C1 et G1 .......................................................................................... 154
Tableau 85:Caractéristiques techniques de l'anode ................................................................................... 155
Tableau 86:Nombre d'anodes.................................................................................................................... 156
Tableau 87; Caractéristiques du transformateur redresseur type AIR ...................................................... 156
Tableau 88:Camparaison entre les anodes sacrificielles et à courant imposé ........................................... 157
Tableau 89:Dimensions des éléments du tablier ......................................................................................... 99
Tableau 90:Charge de la chape d’étanchéité............................................................................................. 100
Tableau 91:Charge du revêtement ............................................................................................................ 100
Tableau 92:Charges des superstructures ................................................................................................... 101
Tableau 93:Classes des ponts.................................................................................................................... 103
Tableau 94:Coefficient a1 ......................................................................................................................... 104
Tableau 95:Valeur de V0 .......................................................................................................................... 104
Tableau 96:valeur de bc ............................................................................................................................ 104
Tableau 97valeurs des différents coefficients ........................................................................................... 104
Tableau 98:Valeur de d ............................................................................................................................. 105
Tableau 99:Paramètres de calcul .............................................................................................................. 108
Tableau 100:Valeurs de K0 ...................................................................................................................... 108
Tableau 101:Valeurs de K1 ...................................................................................................................... 108
Tableau 102:Valeurs de K ...................................................................................................................... 109
Tableau 103:Valeurs de CRT.................................................................................................................... 110
Tableau 104:Sollicitations dues aux charges permanentes ....................................................................... 111
Tableau 105:Sollicitations dues aux charges d'Al..................................................................................... 112
Tableau 106:Sollicitations dues aux charges du trottoir ........................................................................... 113
Tableau 107:Sollicitations dues à Bc ........................................................................................................ 114
Tableau 108:Sollicitations dues à Br ........................................................................................................ 114
Tableau 109:Moment à l'ELU ................................................................................................................... 114
Tableau 110:Effort tranchant à l'ELU ....................................................................................................... 115
Tableau 111:Mmoment à l'ELS ................................................................................................................ 115
Tableau 112; Effort tranchant à l'ELS ...................................................................................................... 116
Tableau 113:Données de calcul de la section d'acier ................................................................................ 116
Tableau 114:Ferraillage longitudinal ........................................................................................................ 116
Tableau 115:Ferraillage transversal .......................................................................................................... 117
Tableau 116:Rotations .............................................................................................................................. 120
Tableau 117 : Déplacements de l'appareil d'appui .................................................................................... 120
Tableau 118;Dimensions de l'appareil d'appui ......................................................................................... 121
Tableau 119:Résultats des contraintes ...................................................................................................... 122
Tableau 120:Longueur de flambement ..................................................................................................... 126

16 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Tableau 121:Choix de la courbe de flambement ...................................................................................... 127


Tableau 122 :Choix de la courbe de flambement correspondant à une section ........................................ 127
Tableau 123:Détermination de la courbe de déversement ........................................................................ 128
Tableau 125:Récapitulatif des vérifications par élément .......................................................................... 130
Tableau 126:Combinaisons ....................................................................................................................... 131
Tableau 127:Vérification de Cisaillement ................................................................................................ 132
Tableau 128:Vérification du moment fléchissant ..................................................................................... 132
Tableau 129:Vérification de déversement ................................................................................................ 133
Tableau 130:Vérification de compression/traction pour le montant ........................................................ 133
Tableau 131:Vérification de flambement pour le montant ...................................................................... 133
Tableau 132:Vérification de compression/traction pour la diagonale ..................................................... 133
Tableau 133:Vérification de compression/traction pour les membrures inférieure et supérieure ........... 134
Tableau 134 : Vérification du moment fléchissant pour les membrures inférieure et supérieure............. 134
Tableau 135:Vérification du flambement pour les membrures inférieure et supérieure........................... 134
Tableau 136: Récapitulatif des profils choisis .......................................................................................... 134

Introduction Générale

Le port intérieur de Mohammedia supporte plusieurs contraintes générales qui


impactent sur son fonctionnement. D’abord, le dysfonctionnement le plus consistant est
l’inadéquation entre les navires à recevoir et l’infrastructure existante. En effet,
les petits navires pour le transport des matières chimiques devenant rares et donc chers
et les plus longues distances nécessiteront de plus gros navires, ce qui cause des
limitations en longueur et en tirant d’eau.

Ensuite, vient apparaitre le problème de la nuisance de quelques matières chimiques à la


sécurité ; le stockage de produits dangereux en mitoyenneté directe avec les personnels
des opérateurs et d’autres activités comme la pêche et le Yatch club les met tous en
danger.

En outre, l’insuffisance de la capacité de ce port présente un problème majeur, vu que


les perspectives d’évolution des trafics chimiquiers prévoient une ascension non
proportionnelle à la capacité de réception des quais du port.

Afin de remédier à ces problèmes, l’étude d’actualisation du plan de masse du port de


Mohammedia vient proposer la construction d’un nouveau terminal chimiquier.
L’objectif de notre travail est le dimensionnement des différentes structures de ce
terminal.

La première partie comporte présentation du port de Mohammedia et du projet étudié ;


son contexte, son objectif, sa conception et les données qui y sont relatifs.

La deuxième partie contient des généralités sur les ouvrages d’accostage,


particulièrement les ducs d’albe.

17 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

La troisième partie traite l’étude de la première variante en caissons, le calcul des


différents efforts les sollicitant, puis l’étude de leur stabilité et leur ferraillage.

La quatrième partie aborde l’étude de la deuxième variante en gabions, le calcul des


efforts agissant sur ces structures et la vérification de la stabilité externe et interne.

La cinquième partie traite le phénomène de la corrosion en milieu marin et les


différentes méthodes de protection, en particulier la protection cathodique.

La sixième partie comporte l’étude du tablier du pont d’accès à la plateforme et de ses


appareils d’appui, puis l’étude des passerelles métalliques reliant les ducs d’albe.

Finalement, la dernière partie traite les méthodes d’exécution des deux variantes et leurs
couts estimatifs.

18 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

CHAPITRE 1 : PRESENTATION DU PROJET


DANS LE PRESENT CHAPITRE NOUS ALLONS PRESENTER LE
PORT DE MOHAMMEDIA, ENSUITE LE CONTEXTE DU PROJET
ET SON OBJECTIF, FINALEMENT NOUS ABORDERONS LA
CONCEPTION DU NOUVEAU TERMINAL CHIMIQUIER.

19 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

I. Présentation du port :

I.1. Historique du port :


Le port de Mohammedia, construit en 1913 par la Compagnie du Port de Fedala pour la pêche
avec un quai à -3 m/zh, a connu de nombreuses mutations dans le but de s’adapter aux nouveaux
produits, tailles des navires et exigences de ses clients. En 1952 fut construit le 1er sea-line
composé de 2 conduites de diamètre 14’’ sur 2 km, destinés à la réception des produits raffinés à
partir de tankers de 50.000 TPL amarrés à -18 m/zh de profondeur. Avec cet équipement, le port
de Mohammedia devenait le 1 er port pétrolier d’Afrique. L’implantation de la raffinerie de la
Samir à Mohammedia en 1961 est un tournant décisif pour l’avenir de ce port qui a vu son trafic
fortement haussé avec l’activité d’import de pétrole brut.
De 1966 à 1979, le port a connu 3 importants développements :
 1966 : L’extension de son réseau de pipelines reliant la raffinerie aux dépôts pétroliers de
l’Oued Mellah ;
 1971 : La construction d’un 2ème sea-line composé de 2 conduites de diamètre 30’’ et
14’’ pour la réception du pétrole brut et des produits raffinés à partir de tankers de
100.000 TPL amarrés à -22 m/zh ;
 1979 : La mise en service d’un 3ème sea-line de diamètre 30’’ de pétrole brut destiné à la
réception de tankers de 150.000 TPL à -25 m/zh.
A cette époque, les infrastructures pétrolières étaient réduites à 290 ml de quais, capables de
recevoir des navires de 6.000 TPL à quai, avec un réseau de pipelines de 53.000 ml.
Après l’extension de la raffinerie en 1979 et les avaries survenues sur les sea-lines, il devenait
nécessaire de développer le port. C’est ainsi que les travaux de la grande digue de protection ont
été réalisés en 1984, suivi du terminal pétrolier en 1987 avec les postes A et B et une digue
d’accès au terminal de 464 ml ainsi que 22 ha de terre-pleins.
Le port de Mohammedia est un port en eau profonde, le musoir de la digue principale étant à -20
m/zh. Il est situé sur la côte Atlantique entre Kénitra et Casablanca, dans la province de
Mohammedia.

Figure 1:Port de Mohammedia

20 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

I.2. Situation géographique du port :


Le Port de MOHAMMEDIA est situé sur la côte Atlantique par
7°24' de longitude ouest et 33°43' de latitude Nord est distant de
23 Km du Port de Casablanca.
Implanté dans la partie Sud de la baie de Mohammedia, il est
naturellement protégé des houles par la Cap de Mohammedia.

I.3. Configuration du port :


I.3.1. Les ouvrages de protection :

 Digue principale 1 :
Elle assure la protection du port des houles du Nord et réduit
l’agitation à l’intérieur du port. Elle mesure environ 2.800 ml,
est fondée sur des fonds allant de –10 à –20 côté bassin et de 0 à
–24 côté large, et est orientée à 40°.
 Digue secondaire Sud-Est 2 :
D’une longueur de 386 m, elle est fondée sur des cotes allant de
+3 à –2.6 hydro.
 Digue Nord 3 :
Elle mesure 168 m, elle est perpendiculaire à la digue Figure 2:Les digues du port
secondaire. Elle est située entre les cotes –1.7 et 6.8 hydro. de Mohammedia
 Digue secondaire 4 :
Digue d'accès au terminal pétrolier, elle mesure de
464m.

I.3.2. Les terminaux portuaires :


Le port de Mohammedia est composé de deux ports
bien distincts: Le port intérieur. Et Le port
extérieur (terminal pétrolier).

 Le port extérieur (terminal pétrolier) :


Le terminal pétrolier est constitué d’une passerelle
d’accès fondée sur des pieux qui prend Figure 3: Les ports intérieur et extérieur de
naissance à l’enracinement d’une digue d’accès Mohammedia
à l’intérieur du plan d’eau (sur 260m dans la direction
60° et 240 m dans l’orientation 83°).Cette passerelle
mesure 274 m, entre la digue d’accès et la plate-
forme ; elle a une largeur de 8m dont 4m pour la
circulation. Les pipes reliant le terminal à la SAMIR
et à d’autres dépôts sont placés de part et d’autre de
cette voie. La plate-forme est fondée sur des pieux
sur une longueur de 74 m et de 23 m de largeur, et
sépare 2 postes pétroliers A et B d’une profondeur de
18 mètres.

Figure 4: Le terminal pétrolier de Mohammedia

21 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

 Le port intérieur :
Il existe trois quais destinés au commerce et au
cabotage à destination principalement de
Laâyoune, Agadir, Nador, etc :
 Quai N°1 à –6.7 hydro longueur 70 ml
pour les produits pétroliers.
 Quai N°2 à –6,10 hydro longueur 180 ml
pour le sel et les produits pétroliers.
 Quai N°6 à –5.80 hydro longueur 160 ml
pour les produits chimiques.

Figure 5:Les quais du port intérieur

II. Présentation du projet :

II.1.Contexte du projet :

II.1.1. Trafic chimiquier du port de Mohammedia :

L’Etude de faisabilité réalisée par le cabinet Malassa Consulting a évalué les besoins suivants :

Le volume des produits chimiques transitant par le port de Mohammedia reste modeste. Ce trafic
est réparti, à hauteur de plus de 70% en 2013, entre deux acteurs : SCE et SNEP.

 La Société Chérifienne d’Engrais et de Produits Chimiques (SCE) :


La SCE est une entreprise industrielle opérant dans les secteurs de la chimie et de l'agriculture.
Ses produits sont utilisés comme matières premières pour les industries diverses opérant dans
divers secteurs tels que les détergents, peinture, bois, traitement de l'eau, de la céramique, de la
nourriture.
L’usine est située à Ain Sbaâ et a une capacité de stockage de 20 000 m 3. La SCE dispose
également de six bacs dans le port d’une capacité de 2 400 m 3. Le déchargement des produits
chimiques se fait soit par pipe vers les bacs de stockage au port, soit en sortie directe. Les
importations de produits chimiques par la SCE transitant par le port de Mohammedia ont connu
une évolution importante depuis 2008, avec un TCAM d’environ 12%.

Les perspectives d’évolution du trafic de la SCE :


La SCE utilise des navires de 3 000 tonnes et, occasionnellement, des navires de 6 000 tonnes.
Elle importe des produits chimiques en petites quantités afin de ne pas être en décalage par
rapport au prix du marché. Elle ne prévoit pas de changer notablement la taille des navires
affrétés. La SCE exporte également des produits chimiques par conteneurs.
Pour la SCE, les importations par le port de Mohammedia connaîtront une variation positive
comprise en 4 et 12% en fonction de l’évolution de la demande.

22 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

-Hypothèse basse : Les importations de produits chimiques augmenteraient de 4% par an.


-Hypothèse moyenne : Les importations de produits chimiques augmenteraient de 8% par an.
-Hypothèse haute : Les importations de produits chimiques augmenteraient de 12% par an.

 La Société Nationale d’Electrolyse et de Pétrochimie (SNEP) :

La SNEP est actuellement le principal producteur des produits vinyliques (PVC et Compound
PVC) et le premier producteur en chlorochimie (produits issus de l’électrolyse du sel : Soude,
Chlore, Eau de Javel, Acide chlorhydrique) au Maroc.
Actuellement, deux produits transitent par le port de Mohammedia, l’Ethylène à l’import et la
Soude à l’export. L’usine a une capacité maximale de 60 000 tonnes pour le traitement de
l’Ethylène, et peut produire jusqu’à 30 000 tonnes de Soude.
Le déchargement de l’Ethylène se fait par pipe directement dans le bac de stockage de la SNEP au
port, et le chargement de la Soude est fait à l’aide de camions.
La SNEP a connue, après 2010, une forte concurrence étrangère ayant réduit son trafic, le divisant
par 3 entre 2010 et 2012. Suite aux procédures anti-dumping initiées par la SNEP, elle a pu
renouer avec la croissance.

Les perspectives d’évolution du trafic de la SNEP :


La SNEP considère que la flotte internationale des navires de 3000 tonnes, ceux pouvant
accoster dans le port intérieur du port de Mohammedia, est limitée et ne permet pas de faire
d’économies en terme de coût de transport et de sourcing.
Elle accueille donc ce nouveau terminal chimiquier comme une opportunité lui permettant
d’affréter de plus grands navires.
La protection anti-dumping dont bénéficie la SNEP lui permettra d’augmenter sa production, et
donc son trafic via le port de Mohammedia. Lorsque la capacité de production sera atteinte, une
augmentation de 20 à 30% de celle-ci sera prévue (augmentation qui se fait habituellement tous
les 15 ans).

-Hypothèse basse : Forte concurrence et protection anti-dumping non renouvelée. La capacité


de production serait atteinte en 2030 et l’augmentation de cette capacité serait de 20%.

23 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

-Hypothèse moyenne : Concurrence moyenne et protection anti-dumping non renouvelée. La


capacité de production serait atteinte en 2025 et l’augmentation de cette capacité serait de 25%
-Hypothèse haute : Faible concurrence et protection anti-dumping renouvelée. La capacité de
production serait atteinte en 2020 et l’augmentation de cette capacité serait de 30%.

Le port de Mohammedia est un point de transit pour les produits raffinés :


L’unique raffinerie au Maroc est à proximité ;
 Son terminal pétrolier peut accueillir des navires allant jusqu’à 150 000 TPL, ce qui,
depuis la libéralisation du secteur, permet l’importation et l’exportation des produits
raffinés directement par les sociétés de distribution.
 Les deux principales destinations de ce trafic sont les villes d’Agadir et de Laâyoune,
totalisant à elles seules environ 70% du trafic en 2013.

24 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Les perspectives d’évolution du trafic en cabotage des produits raffinés:

Le nouveau terminal chimiquier permettra l’affrètement de navires transportant un volume plus


important, passant de 6.500 tonnes à 10.000 tonnes. Ceci induira une augmentation nette du trafic
dès sa mise en service dû à la baisse du coût de transport.
-Hypothèse basse: L’augmentation du trafic de produits raffinés serait de 3% par an et la mise en
service du nouveau terminal induirait un bond de 10%.
-Hypothèse moyenne : L’augmentation du trafic de produits raffinés serait de 4% par an et la mise
en service du nouveau terminal induirait un bond de 15%.
-Hypothèse haute : L’augmentation du trafic de produits raffinés serait de 5% par an et la mise en
service du nouveau terminal induirait un bond de 20%.

II.1.2. Les contraintes du port :


Les contraintes suivantes impactent négativement la performance du port de Mohammedia et par
conséquent celle de ses clients :
 La saturation et certaines caractéristiques du port intérieur (exigüité, faible profondeur,
faible diamètre du cercle d’évitage, position du quai 6 à côté de la passe d’entrée etc.)
imposent aux clients de fortes contraintes, qui limitent leurs performances ;
 Un nombre insuffisant de dépôts pour les produits chimiques ne permettant pas d’éviter la
sortie directe ;
 Stockage de produits dangereux pouvant être la source d’incidents graves (explosion,
feux, pollutions…) sur les personnels travaillant dans l’enceinte du port et sur les
habitants en périphérie du port.
 Les mouvements d’accostage des navires dans le bassin ne peuvent être effectués que par
marée haute et uniquement le jour ;
 Le bassin du port est encombré par les bateaux de pêche et parfois par les unités de
plaisance.
Le nouveau terminal chimiquier vient comme solution pour répondre aux besoins croissants et
résoudre les dysfonctionnements du port intérieur.

II.2. Objectif du projet :


Face aux contraintes qui existent au port intérieur et aux besoins croissants, le nouveau terminal
chimiquier apportera au port de Mohammedia les solutions suivantes :
 Possibilité de recevoir de navires ayant une longueur supérieure à 120 m et amélioration
des conditions d’accueil ;
 Résolution des problèmes de sûreté-sécurité au port intérieur ;
 Tirer profit des espaces gagnés suite au transfert de l’activité import/export des produits
chimiques et de cabotage.

II.3. Conception du nouveau terminal chimiquier :

II.1.1 L’implantation du nouveau terminal chimiquier :


Le plan de masse suivant tiré de l’Etude d’actualisation du port de Mohammedia représente
l’implantation du nouveau terminal chimiquier au fond du bassin extérieur du port.

25 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Figure 6:Plan de masse du nouveau terminal chimiquier

II.1.2 Les infrastructures du nouveau terminal chimiquier :

La conception suivante a été adoptée en se référant à l’Etude d’Actualisation du Plan de Masse du


Port de Mohammedia :
Le terminal Chimiquier sera constitué de 2 postes comportant chacun :
- Une plateforme de chargement/déchargement qui servira à accueillir toutes les installations de
transfert des produits chimiques (bras de chargements, Pipes…), ainsi que les conduites
d’avitaillement des navires (eau, carburant…). Ces conduites seront acheminées vers le terre-plein
via un pont d’accès.
- Deux ducs d’albe d’accostage.
- Six ducs d’albe d’amarrage.
- Des passerelles métalliques en acier galvanisé pour relier les ducs d'albe.
- Le bassin devant les postes sera dragué à -9.50 m/Zh sur une surface de 2.7ha afin de respecter
la profondeur exigée par les tirants d’eau des navires.
- De nouveaux terre-pleins seront créés sur une superficie de 3.7ha et serviront de zone
d’extension
et de transfert pour une partie des activités chimiques.

La figure ci-dessous schématise la conception proposée :

26 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Figure 7:Conception du terminal

III. ANALYSE DES Données du projet :

Les données suivantes ont été tirées de l’Etude d’Actualisation du Plan de Masse du Port de
Mohammedia réalisé par le groupement CID/LPEE/SOGREAH en 2011.
III.1.Marrée :
Les niveaux actuels sont :
 Les niveaux des eaux au port de Mohammedia sont les suivants :
 Pleine mer de vives eaux exceptionnelles PMVEE : + 4,0 m/ZH
 Pleine mer de vives eaux moyennes PMVEM : + 3,5 m/ZH
 Basse mer de vives eaux moyennes BMVEM : + 0,8 m/ZH
 Basse mer de vives eaux exceptionnelles BMVEE : + 0,4 m/ZH

A ces niveaux peuvent s’ajouter des décotes et des surcotes dues à des conditions météorologiques
particulières de l’ordre de 0.5 m. La cote maximale peut alors être +4,50 m ZH.
Le zéro hydrographique est situé à 2.17 mètres au-dessous du zéro N.G.M (Nivellement Général
Marocain).

III.2. Vents :
La statistique de vent locale, établie et mesurée à la capitainerie du Port de Mohammedia, a été
obtenue que pour une période de 2 années (du 28 janvier 1996 au 07 janvier 1998).L’analyse des
mesures a montré que :
- La vitesse du vent max est de l’ordre de 14.2 m/s et de secteur N225° à N285°,
- Les directions dominantes en occurrence sont les secteurs N195° à N225° et N15° à N45°.

III.3. Courants :
Les courants généraux et de marées sont généralement faibles dans la zone de Mohammedia. Le
facteur dominant de la génération de courant est le vent. C’est lui qui ca déterminer à la fois le
sens et la vitesse des courants. Les vitesses moyennes sont de l’ordre de 0.15 à 0.20 m/s avec des
vents modérés assez réguliers. Il arrive souvent que les courants soient très faibles (<0.10 m/s)
voire inexistants.

27 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

III.4. Navires du projet :


Lors de l’élaboration de cette étude nous avons utilisé les navires de plus grande et de plus petite
taille dont il est prévu qu’ils opèrent dans les nouveaux terminaux de produits chimiques.
Les principales caractéristiques des navires du projet, de 95 m et 145 m de longueur, utilisés dans
cette étude sont décrites ci-après. Les tables suivantes présentent un résumé des principales
dimensions des navires sous étude:
Navire Chimiquier de 145 m Navire Chimiquier 95 m
longueur de 13000 TPL longueur de 3000 TPL
Longueur hors tout 145 m 95 m
Longueur entre
137 m 88 m
perpendiculaires
Largeur 22 m 15 m
Creux 12.5 8.7
Poids lourd 13000 TPL 3000 TPL
Tirant d’eau 8.5m 6m
Déplacement 21000 t 6500 t
Surface frontale exposée 922 m2 636 m2
Surface latérale exposée 1315 m2 914 m2
Tableau 1: Navires de projet

III.5. Bathymétrie :
L’exploitation du levé bathymétrique le plus récent du port de Mohammedia mène à la
conclusion suivante :
Les cotes des fonds marins au niveau du terminal Chimiquier varient entre -2 et -5m/zh.

III.6. Données géotechniques :


Les résultats suivants on était retenus des compagnes géotechniques réalisées au niveau du site :
 Le terminal chimiquier sera situé dans une zone occupée par un fond rocheux.
 L’épaisseur de sédiment est de 0 à 1 m. Les sédiments dans cette zone sont composés
principalement des boues.
 Le sol au niveau du port de Mohammedia présente une bonne homogénéité des
formations.

III.7. Formations géologiques :


Les principaux horizons géologiques identifiés lors des campagnes géotechniques réalisées, sont,
du plus récent au plus ancien :

Quaternaire :
Les formations rencontrées sont :
• Des sables non consolides, brun clair, ce sont des sables calcaires coquilliers des plages et des
dunes.
• Des galets à hauts sableux, parfois associés à des blocs. Le faciès correspondrait à des galets de
cordons littoraux des plages actuelles et des terrasses d’oueds.
• Des grès coquilliers, résultant des dépôts de régression composes de calcarinites ou calcaires
bioclastiques à stratification entrecroisée.
Crétacé :
Sous le quaternaire se trouve parfois des formations discordantes sur le socle Cambrien à savoir :
• Des tufs dolomitiques blancs très durs aux passées argileuses.

28 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

• Des dolomies blanches compactes à toucher gréseux.


• Des marnes vertes, jaunes ou rousses, magnésiennes et compactes.
Cambrien :
Le socle d’âge Cambrien est constitué de plusieurs faciès sous l’appellation globale « Quartzites
d’EL HANK » qui sont des roches dures souvent très massives.

III.8. Caractéristiques des matériaux :


Béton
Masse volumique BA émergé 2.5 T/m3
Masse volumique BA submergé 1.5 T/m3
Masse volumique béton simple émergé 2.4 T/m3
Masse volumique béton simple submergé 1.4 T/m3
Résistance caractéristique à la compression 35MPa
Résistance caractéristique à la traction 2.7Mpa
Module de Young 32000 MPa

Acier
Armatures à hauteur adhérence Fe500
Module de Young long différé E= 200 000 MPa.

Sable de remplissage
Sable émergé : 1.8T/m3
Sable submergé 1T/m3
Angle de frottement interne φ =30°

Ballast
Angle de frottement interne φ =35°
Poids volumique non déjaugé 1.9T/m3
Poids volumique déjaugé 1.1T/m3

Angles de frottement entre surfaces horizontales


Béton sur béton 27°
Béton préfabriqué sur enrochement 30°
Béton “in situ” sur enrochement 40°

29 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

III.9. Sismicité :

III.9.1. Le coefficient d’accélération A :


Pour simplifier le calcul des charges sismiques et
uniformiser les exigences de dimensionnement
des structures à travers de grandes régions du
pays, le RPS 2000 utilise l’approche des zones. Il
s’agit de diviser le pays en plusieurs zones de
sismicité homogène et présentant
approximativement le même niveau de risque
sismique pour une probabilité d’apparition
donnée.
Dans chaque zone, les paramètres définissent le
risque sismique, tels que l’accélération et la
vitesse maximales horizontales du sol sont
considérées constantes. La carte de zones
sismiques adoptée par le RPS 2000 comporte
actuellement trois zones reliées à l’accélération
horizontale maximale du sol, pour une probabilité
de 10% en 50 ans. Cette probabilité est
raisonnable, car elle correspond à des séismes
modérés, susceptibles de se produire plusieurs
fois dans la vie de la structure.
Figure 8: Carte sismique du Maroc
Le rapport A (dit coefficient d’accélération), entre
l’accélération maximale Amax du sol et l’accélération de la gravité g, dans les différentes zones,
est donné dans le tableau ci-dessous.

Zone A=Amax/g
1 0.01
2 0.08
3 0.16
Tableau 2: Accélération du sol

III.9.2.Le coefficient du site S :


L’intensité avec laquelle un séisme est ressenti en un lieu donné, dépend dans une large mesure de
la nature des sols traversés par l’onde sismique et des conditions géologiques et géotechniques
locales. Les conditions locales du sol sont très importantes en effet si la fréquence du sol est
proche de celle de la structure, on est en présence d’une amplification dynamique du sol.
Pour tenir compte de ces effets sur le spectre de réponse du mouvement du sol, un classement
des sites en trois types est adopté en fonction de la classe des sols. Les sols sont classés selon leurs
caractéristiques mécaniques.
Le choix du site tient compte à la fois de la classe de sol et de son épaisseur comme le présente
le tableau suivant :

30 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Site Nature coefficient


Rocher toute profondeur
S1 1
Sols fermes épaisseur <15 m
Sols fermes épaisseur >15 m
Sols moyennement ferme
S2 1.2
épaisseur <15 m
Sols Mous épaisseur <10 m
Sols moyennement ferme
S3 épaisseur >15 m 1.5
Sols Mous épaisseur >10 m
Tableau 3:Coefficient du site

En cas de manque d’informations sur les propriétés du sol pour choisir le type de site adéquat,
on adopte le coefficient et le spectre du site S2.

III.9.3.Le coefficient de priorité I :


Ce coefficient rend compte de la performance de l’ouvrage sujet au séisme. D’où la classification
d’ouvrage dont il dépend.
 Critère de classification :
Le niveau minimal de performance requis pour une construction dépend des conséquences socio-
économiques des dommages qu’elle aurait pu subir en cas de séisme. L’évaluation de
l’importance de ces conséquences est reliée essentiellement à la nature de l’usage de l’ouvrage et
à son intérêt pour le pouvoir public.

 Classes de priorité parasismique :


Classe I : Importance vitale
Sont groupées dans cette classe les constructions destinées à des activités sociales et économiques
vitales pour la population et qui devraient rester fonctionnelles, avec peu de dommage, pendant le
séisme. On distingue notamment selon l’usage :
• Les constructions de première nécessité en cas de séisme :
Les hôpitaux, les établissements de protection civile, les grands réservoirs et châteaux d’eau, les
centrales électriques et de télécommunication, les postes de police, les stations de pompage
d’eau…
• Les constructions publiques :
Les établissements scolaires et universitaires, les bibliothèques, les salles de fêtes, les salles
d’audience, de spectacles et de sport, les grands lieux de culte, les établissements bancaires…
• Les constructions destinées à la production ou au stockage des produits à haut risque pour le
public et l’environnement
Classe II :
Sont groupées dans cette classe les constructions n’appartenant pas à la classe I, tels que les
bâtiments courants à usage d’habitation, de bureaux ou commercial.
Classe de construction Coefficient I
Classe I 1.3
Classe II 1

Tableau 4:Coefficient de priorité

31 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Pour notre projet, les données sont les suivantes :


Zone de construction 2
Coefficient d'accélération 0,08
coefficient de site (S2) 1,2
Coefficient de priorité 1,3
Tableau 5: Données sismiques du projet

32 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

CHAPITRE 2 : LES OUVRAGES D’ACCOSTAGE

DANS CE CHAPITRE, NOUS ALLONS INTRODUIRE QUELQUES


GENERALTES SUR NOTRE SUJET A SAVOIR LES OUVRAGES
D’ACCOSTAGE ET PRECISEMENT LES DUCS D’ALBE.

33 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

I. Introduction :

Les ouvrages d’accostage ont pour but d’offrir un appui aux navires qui stationnent dans un port
pour procéder à des opérations de transbordement de marchandises ou de voyageurs, d’armement,
de remisage, de réparation…
Ainsi, ces ouvrages peuvent remplir un triple rôle :
 Fournir au navire un dispositif d’accostage et d’appui.
 Assurer la liaison entre le navire et la terre.
 Soutenir les terres à la limite du plan d’eau.
En fonction de ces rôles, on distingue 3 types d’ouvrages d’accostage : les quais, les
appontements et les ducs d’albe.

II. Types d’ouvrages d’accostage :

II.1.Les quais :
Ils assurent à la fois les fonctions d’accostage, d’amarrage, de liaison et de soutènement des terres.
Le choix de ce type d’ouvrage s’impose lorsque la continuité du terre-plein, jusqu’au navire est
indispensable pour traiter le trafic comme c’est le cas pour les marchandises diverses et les
produits de pêche par exemple.

Figure 9:Quai continu

II.2.Les appontements :
Ce sont des ouvrages permettant l'accueil et le stationnement des navires mais n'assurant pas une
liaison directe avec les parties terrestres (où se trouvent les installations de stockage des
cargaisons). Ils peuvent cependant servir à l'approche ou au dépôt de la marchandise

II.3.Les ducs d’albe :


Ce sont des ouvrages ponctuels permettant l'accostage et/ou l'amarrage des navires. Ils ne
disposent pas de plate-forme sur laquelle peuvent être déposées les marchandises ou être installés
des engins de manutention.

III. LES Types des ducs d’albe :

III.1. Ducs d’albe rigides :


Les ducs d’Albe rigides se caractérisent par leur très faible déformabilité. Leur structure est
renforcée pour reprendre une force horizontale accrue. On distingue :

34 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

III.1.1 Structures triangulées :


Ce type d’ouvrage est ancien. Une superstructure est constituée d’un réseau triangulé de poutres en
béton armé supportant des défenses d’accostage. Elle repose sur une série de trois pieux métalliques
ou en béton armé au moins, inclinés, d’axes concourants, ancrés en tête dans un massif de béton,
reliés le cas échéant par des entretoises. Ce système forme un ensemble rigide car les pieux
travaillent peu en flexion, mais surtout sous efforts normaux.

III.1.2 Structures massives :


L’absorption d’énergie est assurée exclusivement par un système de défenses installé sur un
élément massif de quai, en général du type « quai-poids » :
 Caissons :
Des caissons préfabriqués (partiellement ou totalement) peuvent être utilisés pour constituer des
ducs d’albe.
On utilise des caissons métalliques ou plus généralement en béton armé, ou précontraint.
Les caissons sont remplis de remblai ou parfois partiellement de béton maigre.
Ils servent d’appui à des plateformes (dalles en béton armés ou précontraint). Et comportent en
général des défenses d’accostage.
Il y a différents types de caissons : Rectangulaire, Circulaire, Bilobés, Quadrilobés …
-Les caissons rectangulaires souffrent d’une certaine fragilité le long des arrêtes, mais ils sont plus
faciles à construire et donc moins coûteux.
-Les caissons circulaires n’ont pas d’arrêtes, mais ils sont plus difficiles à construire et donc plus
coûteux.
-Bilobés : Deux alvéoles circulaires.
-Quadrilobés : Quatre alvéoles circulaires.
 Piles :
Les ouvrages fondés sur piles sont constituées par une plateforme supportées par des piles
verticales en général de section circulaire dont le diamètre peut aller jusqu’à des diamètres les
apparentant aux caissons.
Ces ouvrages sont les plus souvent directement accostables, détachés de la rive ou adossés à un
terre-plein dont le niveau est raccordé à celui du fond de bassin par un talus.
On a également les piles qui peuvent résister à d’importants efforts tranchants et à des moments de
flexion. En effet, le plus souvent, les ouvrages sont calculés comme des portiques constitués par
l’ensemble des piles et de la plateforme. Les piles et les plateformes sont généralement construites
en béton.
La longueur des piles dépend des profondeurs des couches du sous –sol de bonnes caractéristiques
sur lesquelles il est possible de reporter les efforts
 Gabion cylindrique de palplanches métalliques :
Ce sont des structures destinées à mettre à sec une partie d’un fond marin ou d’une rivière en vue
de l’exécution d’un ouvrage ou de sa fondation, auquel cas leur destination est provisoire, mais
elles sont également fréquemment utilisées pour la réalisation, en site aquatique, de structures
définitives.
Leurs formes sont variées et peuvent être juxtaposées pour constituer un batardeau, un massif de
soutènement ou un ouvrage de protection. Ces structures doivent alors être en mesure de résister
aux actions extérieures de l’eau, du sol et les charges portuaires.

35 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Les parois de ces cellules ne supportent aucun effort de flexion, mais simplement des efforts de
traction normaux à la ligne des serrures qui doivent être évidemment conçus pour permettre un
agrafage suffisamment résistant des palplanches l’une sur l’autre.
Les ouvrages gabionnés sont couronnés par une dalle en béton de la même manière que les
caissons. Cette dalle joue un double rôle :
- Donner un front d’accostage rectiligne.
- Charger le remblai des cellules dans sa partie supérieure.
On distingue les différents types d’enceintes suivantes :
♦ Gabions circulaires,
♦ Gabions en feuilles de trèfle,
♦ Gabionnades constituées de cellules circulaires reliées par des cellules de raccordement en
arcs circulaires,
♦ Gabionnades constituées de cellules semi-circulaires cloisonnées,
♦ Gabionnades constituées de cellules en écailles de poisson,
♦ Gabions en seau à charbon ou en tuyau d’orgue.
III.2. Ducs d’albe souples :
Dans le cas des ducs d’Albe souples, l’énergie est reprise par :
 La déformation d’un système de défenses composé d’amortisseurs et de boucliers
d’accostage),
 La déformation de la structure principale souple,
 La mise en plasticité du sol de fondation, plus ou moins importante selon les conditions
d’encastrement de la structure principale dans le sol.
La structure-support est constituée par un ou plusieurs pieux métalliques fichés dans le sol. Le duc
d’Albe sera alors dit « mono-tubulaire » ou « pluri-tubulaire ». Dans le cas de ducs d’Albe pluri
tubulaires, les pieux sont liaisonnés sans être encastrés en tête par un plateau de « flexion-torsion »
qui supporte en général le système de défenses.

IV. Paramètres de choix d’un type d’ouvrage d’accostage:

Le choix d’un ouvrage d’accostage s’effectue en prenant considération des critères


suivants :
 La géotechnique:
La qualité du sol de fondation est un élément important, elle conditionne le type du duc d’albe à
utiliser. A titre d’exemple, les ducs d’albe sur pieux sont adaptés aux sols de mauvaise portance,
alors que les structures massives conviennent aux sites dont le sol est de bonne portance.
 La sécurité:
Elle est souhaitée pour l’ouvrage, lors de l’accostage accidentel d’un navire et dans le cas des ports
de guerres. A titre d’exemple, les ducs d’albe sur pieux sont vulnérables aux chocs dus aux
accostages accidentels ou difficiles
 La durée de vie:
La durée de vie de l’ouvrage dépend de l’agressivité du milieu ambiant vis-à-vis de l’attaque des
matériaux (corrosion).
 L’exécution:
Pour l’exécution on prendre en compte l’état du site avant les travaux.
La position du duc d’albe par rapport au terrain naturel détermine le mode d’exécution.

36 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

- Soit, par réalisation en site terrestre, à sec ou à l’abri d’un batardeau.


- Soit, par réalisation en emprise sur la mer nécessitant une exécution en site, à l’avancement,
ou après remblai préalable ou à sec à l’abri d’un batardeau.
En site terrestre, les ouvrages écrans sont les plus appropriés. En revanche, les ouvrages sur pieux,
caissons échoués et gabions de palplanche sont plus adaptés pour les sites nautiques.
 L’expérience de l’entreprise :
Des ressources humaines expérimentées dans une technique particulière et un matériel efficace et
adapté, peuvent rendre une solution très intéressante. Au Maroc par exemple, la plupart des
entreprises utilisent le procédé de construction en béton.

Conclusion :
Les structures triangulées et les structures fondés sur piles sont rarement utilisées.
Le substratum du site est un massif rocheux caractérisé par une bonne portance ce qui nous mène à
éliminer les variantes sur pieux et à opter pour des structures massives à savoir :
 Variante 1 : Ducs d’albe en caisson de béton armé.
 Variante 2 : Ducs d’albe en gabion de palplanches.
Les deux chapitres qui suivent seront consacrés à l’étude de ces deux variantes.

37 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

CHAPITRE 3 : ETUDE DE LA VARIANTE EN CAISSONS


CE CHAPITRE S’ARTICULE AUTOUR DU
CALCUL DES DIFFERENTES
EFFORTS QUI SOLLICITENT LES CAISSONS, AINSI QUE
LES VERIFICATIONS DE STABILITE ET
LA MODELISATION A L’AIDE DE ROBOT

38 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

I. Géométrie des caissons :

La description des différents caissons est donnée ci-dessous, leur modélisation est représentée dans
l’Annexe A.
I.1. Plateforme de déchargement :
Les caissons des plateformes de déchargement (Caisson C2), de 19.88 m de longueur et de 19.83
m de largeur, sont composés de 20 cellules disposées suivant 4 rangées longitudinales.
Le radier de 1.00 m d’épaisseur est en débords de 1,0 m de part et d’autre des parois extérieurs.
Les parois des caissons présentent les épaisseurs suivantes :
• 0,40 m pour les parois longitudinales avant et arrière et les 2 parois transversales d’extrémité ;
• 0,30 m pour les parois intérieures des cellules transversales et longitudinales.
Les caissons seront posées aux côtes (-11.50m) Zh sur les ballasts.
Le caisson de la plate-forme de déchargement sera calé supérieurement à la côte +4.50 sous la
dalle de couronnement de 2,00 m d’épaisseur.
I.2. Ducs d’Albe d’accostage et d’amarrage :
Les caissons des ducs d’albe d’accostage et d’amarrage sont structurellement similaires au caisson
de la plateforme de déchargement :
• Les caissons alvéolaires des ducs d’albe d’accostage (Caissons C1) de 16.00 m de longueur et de
10.166m de largeur, sont composés de 8 cellules disposées suivant 2 rangées longitudinales.
• Les caissons des ducs d’albe d’amarrage (Caissons C3) de 10.17 m de longueur et de 8.25m de
largeur, sont composés de 4 cellules disposées suivant 2 rangées longitudinales.
• Le radier de 1,00 m d’épaisseur est en débords de 1,00 m de part et d’autre des parois extérieurs.
• Les parois extérieures et intérieures des caissons sont identiques au caisson C2.
• Les caissons C1 et C3 seront posés aux cotes (-11.50m) Zh et (-4.50m) Zh respectivement sur
les ballasts et seront calés supérieurement à la côte +4.00 sous la dalle de couronnement de 2 m
d’épaisseur.
• Les cellules des caissons seront remplies de sable hydraulique, après pose, ou de Tout Venant
Carrière (TVC). 2Les cellules derrière défenses d’accostage seront remplies de ballast.

II. Calcul des efforts appliqués sur les caissons :

Afin de vérifier la stabilité des caissons on va procéder au calcul des différentes forces qui agissent sur
ces structures à savoir :
 Charges permanentes : Poids propre, poids des passerelles et du pont, action des terres,
gradient hydraulique.
 Charges variables : Surcharges d’exploitation, efforts d’amarrage, effort d’accostage.
 Charges accidentelles : Inertie de l’ouvrage, Incrément dynamique de la poussée des terres,
surpression et dépression hydrodynamiques.

39 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

II.1. Convention des signes :

+
Amarrage
H

V
Accostage

Gradient
Poids hydraulique
propre Poussée des
terres

A
Figure 10 : Efforts sur le caisson

• Les efforts horizontaux et pressions dirigés du terre-plein vers le mur sont comptés
négativement.
• Les efforts verticaux dirigés vers le bas sont comptés positivement.
• Les moments entraînant un basculement du caisson du terre-plein vers le bassin par rapport au
point de renversement A sont comptés négativement.

II.2. Charges permanentes :

II.2.1 Poids propre :


Le caisson sera soumis à son poids propre, qui est celui :
• Du radier ;
• De la dalle de couronnement ;
• Des parois constituant les alvéoles ;
• Du poids des matériaux de remplissage (sable/ballast).
Le poids propre est pris déjaugé pour la partie submergée, on le calcule dans le cas le plus
défavorable pour la stabilité du caisson, qui est celui des plus hautes eaux (+4.00m), puisque le
poids dans ce cas, qui est une force stabilisatrice, auras une valeur minimale.
Les tableaux ci-dessous présentent les détails de calcul du poids propre des différentes
composantes des caissons et leurs moments par rapport au point de renversement :

40 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Caisson C1 :
Longueur Largeur Hauteur Volume Masse Ex Moment
(m) (m) (m) (m3) (T) (m) (T.m)
Radier 18 12,166 1 218,99 328,48 9,00 2956,34
P1 16 0,4 14,5 92,80 139,20 9,00 1252,80
P2 16 0,3 14,5 69,60 104,40 9,00 939,60
P3 16 0,4 14,5 92,80 139,20 9,00 1252,80
P4 10,166 0,4 14,5 58,96 88,44 16,80 1485,86
Parois
P5 10,166 0,3 14,5 44,22 66,33 12,88 854,04
P6 10,166 0,3 14,5 44,22 66,33 9,00 597,00
P7 10,166 0,3 14,5 44,22 66,33 5,13 339,96
P8 10,166 0,4 14,5 58,96 88,44 1,20 106,13
R1 4,533 3,575 14,5 234,98 234,98 3,19 749,00
R2 4,533 3,575 14,5 234,98 234,98 3,19 749,00
R3 4,533 3,575 14,5 234,98 234,98 7,06 1659,54
Remplissage R4 4,533 3,575 14,5 234,98 234,98 7,06 1659,54
en sable
hydraulique R1 4,533 3,575 14,5 234,98 234,98 10,94 2570,09
R2 4,533 3,575 14,5 234,98 234,98 10,94 2570,09
R3 4,533 3,575 14,5 234,98 234,98 14,81 3480,63
R4 4,533 3,575 14,5 234,98 234,98 14,81 3480,63
Dalle de
16 10,166 2 325,31 813,28 9,00 7319,52
couronnement
Masse Moment
3780,28 34022,56
totale total
Tableau 6:Poids propre du caisson C1

Caisson C2 :

Longueur Largeur Hauteur Volume Masse Ex Moment


(m) (m) (m) (m3) (T) (m) (T.m)

Radier 21,88 21,83 1,00 477,60 716,40 10,94 7835,57


P1 19,83 0,40 15,00 119,00 178,50 20,68 3690,43
P2 19,83 0,30 15,00 89,25 133,87 16,75 2242,37
P3 19,83 0,30 15,00 89,25 133,87 12,88 1723,61
P4 19,83 0,30 15,00 89,25 133,87 9,00 1204,85
P5 19,83 0,30 15,00 89,25 133,87 5,13 686,10
Parois P6 19,83 0,40 15,00 119,00 178,50 1,20 214,20
P7 19,88 0,40 15,00 119,25 178,88 10,94 1956,45
P8 19,88 0,30 15,00 89,44 134,16 10,94 1467,33
P9 19,88 0,30 15,00 89,44 134,16 10,94 1467,33
P1
19,88 0,30 15,00 89,44 134,16 10,94 1467,33
0

41 | 1 9 4

Tableau 7:Poids propre du caisson C2


Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

P1
19,88 0,40 15,00 119,25 178,88 10,94 1956,45
1
4x
4,53 3,58 15,00 972,33 972,33 3,19 3099,30
R1
4x
4,53 3,58 15,00 972,33 972,33 3,19 3099,30
R2
Remplissage
4x
en sable 4,53 3,58 15,00 972,33 972,33 7,06 6867,07
R3
hydraulique
4x
4,53 3,58 15,00 972,33 972,33 7,06 6867,07
R4
4x
4,53 3,58 15,00 972,33 972,33 10,94 10634,84
R5
Dalle de
19,88 19,83 2,00 788,36 1970,90 9,00 17738,14
couronnement
Masse Moment
9201,65 74217,74
totale total

Caisson C3 :
Longueur Largeur Hauteur Volume Masse Ex Moment
(m) (m) (m) (m3) (T) (m) (T.m)

Radier 11,17 9,25 0,50 51,66 77,49 5,58 432,40


P1 10,17 0,40 8,00 32,54 48,82 5,58 272,39
P2 10,17 0,30 8,00 24,41 36,61 5,58 204,29
P3 10,17 0,40 8,00 32,54 48,82 5,58 272,39
Parois
P4 8,25 0,40 8,00 26,40 39,60 10,47 414,61
P5 8,25 0,30 8,00 19,80 29,70 5,59 166,02
P6 8,25 0,40 8,00 26,40 39,60 0,71 28,12
R1 4,53 3,58 8,00 129,64 129,64 8,00 1037,15
Remplissage R2 4,53 3,58 8,00 129,64 129,64 8,00 1037,15
en sable
hydraulique R3 4,53 3,58 8,00 129,64 129,64 3,17 410,97
R4 4,53 3,58 8,00 129,64 129,64 3,17 410,97
Dalle de
10,17 8,25 2,00 167,81 419,51 5,58 2340,88
couronnement
Moment Masse
1258,72 7027,36
total total
Tableau 8:Poids propre du caisson C3

II.2.2 Actions des terres :

Les actions du terres sont évolutives (incidence de la durée d’application des charges en relation
avec la perméabilité) ; elles résultent de phénomènes d’interaction entre les grains du sol et l’eau
interstitielle d’une part, entre le terrain et la structure d’autre part (déformabilité).
On identifie deux états d’équilibre limite à savoir l’état de poussée et l’état de butée, qui
correspondent à deux états des contraintes dans le sol à la limite de rupture :

42 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

 En poussée, par expansion latérale du sol (diminution de σH à σV constante) ;


physiquement, cet état correspond au cas où l’ouvrage « laisse venir » le massif qu’il
retient ;
 En butée, par compression latérale du sol (augmentation de σ H à σV constante) ;
physiquement, cet état correspond au cas où l’ouvrage se déplace en direction du massif
qu’il retient.
Dans notre cas, l’état de butée n’existe pas.
La détermination de ces forces est basée sur la méthode de Coulomb qui se repose sur deux
hypothèses :
 Le sol se rompt suivant une surface de rupture plane passant par le pied de l’écran.
 La force agissant sur l’écran a une direction connue. En d’autres termes, cela signifie que
l’angle de frottement δ entre l’écran (ou le mur) et le sol est connu.

Figure 11:Poussée de terre sur le caisson

La poussée des terres est :


1
𝐹𝑎 = 𝑘𝑎 × 𝛾′ × 𝐻²
2
Dont les composantes horizontales et verticales sont :
1
𝐹𝑎𝐻 = 𝑘𝑎 × 𝛾′ × 𝐻² × 𝑐𝑜𝑠𝛿
2
1
𝐹𝑎𝑉 = 𝑘𝑎 × 𝛾′ × 𝐻² × 𝑠𝑖𝑛𝛿
2

Le coefficient de poussée à travers la formule de Coulomb :

𝑐𝑜𝑠²(𝜑)
𝐾𝑎𝑠 =
sin(𝛿 + 𝜑) × sin(𝜑 − 𝛽)
cos⁡(𝛿) × [1 + √ ]²
cos(𝛽) × cos(𝛿)

Avec :
φ: l’angle de frottement interne des enrochement.
δ : L’inclinaison de la résultant de poussée par rapport à l’horizontale δ= 2/3 φ.
β : l’inclinaison du talus par rapport à l’horizontale.

43 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Dans notre cas :


Données Caisson C1 Caisson C2 Caisson C3
φ (°) 40 40 40
δ (°) 26.7 26.7 26.7
β (°) 33.7 0 33.7
H (m) 6.85 8.6 6.68
l (m) 10.166 19.83 8.25

Tableau 9:Données intervenant de le calcul de la poussée des terres

D’où :
Résultats Caisson C1 Caisson C2 Caisson C3
𝑲𝒂𝒔 0.35 0.191 0.35
𝑭𝒂𝑯 (t) 74,5 125.08 -57,55
𝑭𝒂𝑽 (t) 37,1 62.89 28,95

Tableau 10:Composantes horizontales et verticales de la poussée des terres sur les trois
caissons

Le point d’application de cette poussée statique active est situé au tiers de la hauteur du remblai, à
partir de la base du caisson.

II.2.3 Poussée statique de l’eau :


Les poussées hydrostatiques de l’eau appliquent un effort sur les parois du caisson et sur le radier.
La poussée hydrostatique de l’eau est calculée avec une masse spécifique de 1026kg/m3. Les
niveaux d’eau sont comme suit :
 Maximum moyen des plus hautes eaux : + 4.00m PMVEE;
 Minimum Niveau des plus basses eaux : + 0.40m BMVEE.
Un écart de 1 m entre le niveau à l’arrière et à l’avant du caisson est pris en compte.
Pour notre cas, le niveau le plus défavorable est celui des plus hautes eaux.

44 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Figure 12:Schématisation de la poussée statique de l’eau

Résultats Caisson C1 Caisson C2 Caisson C3


Poussée hydrostatique (T) 151.24 106.42 63.48
Tableau 11:Valeurs du gradient hydraulique pour les trois types de caissons

II.2.4 Charges dues aux structures métalliques et au pont en béton :


Le tableau suivant donne les poids propres des passerelles métalliques et du pont d’accès au terre-
plein reposant sur les caissons :
Désignation Longueur (m) Poids (T)

Passerelle 1 6,1 1,78


Passerelle 2 9,05 2,65
Passerelle 3 15,3 4,47
Passerelle 4 18 5,26
Passerelle 5 30 8,77
Pont 20 147.2
Tableau 12:Poids propre des passerelles métalliques et du pont d’accès

Ces structures de liaison appliquent des charges verticales sur les caissons qui seront incluses
ultérieurement dans la vérification de la stabilité.

45 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

II.3. Charges variable :

II.3.1. Surcharges d’exploitation :


La surcharge d’exploitation est prise en compte sur la plateforme uniquement elle a pour valeur :
10kN/m².

II.3.2.Efforts d’amarrage :
Les caissons d’amarrage seront équipés de bollards ayant une capacité nominale de service de
2x80Ton.
En service l’effort d’amarrage sera considéré dans toutes les directions horizontales vers la mer et
pour une inclinaison par rapport à celle-ci de 30º.

𝑅 = 160 × 𝑠𝑖𝑛30⁡(𝑇)
{ 𝑣
𝑅ℎ = 160 × 𝑐𝑜𝑠30⁡(𝑇)

II.3.3.Efforts d’accostage :
L’accostage est la dernière d’une série de manœuvres que le navire effectue pour passer de la fin
de sa route de navigation à une position d’amarrage à un poste désigné, où il sera pris en charge
pour les opérations portuaires. L’importance d’un accostage est caractérisée par l’énergie
cinétique absorbée pendant le choc par l’ouvrage d’accostage (défenses + duc d’albe), le navire et
l’eau.

D’après Rosa 2000 la force d’accostage sur un ouvrage rigide protégé par un système de défenses
est calculée en faisant l’hypothèse que la totalité de l’énergie cinétique initiale est dissipée par le
système de défenses. Donc l’énergie d’accostage n’intervient pas dans l’étude de la stabilité, son
calcul sera effectué en premier lieu pour choisir le type de défenses à adapter.

L’énergie cinétique d’accostage est calculée en appliquant des coefficients correctifs à l’énergie
cinétique du navire au moment du choc, comme détaillé ci-après :
L’équation de l’énergie cinétique est:
1
W = m⁡v 2 Ce⁡Cm⁡Cs⁡Cc
2

 Masse déplacée :
Avec:
𝑫𝑻
m= 𝒈

DT : Masse d’eau déplacée par la partie immergée du navire (en tonnes).


g = accélération gravitationnelle= 9,81 m/s².

 Vitesse d’accostage :

Le choix de la vitesse nominale (la composante vitesse est perpendiculaire au bassin) dépend de :
•La taille du navire,
•L’exposition du site,
•La manœuvre d’accostage.
Des facteurs environnementaux, comme la force des vents et des courants, peuvent avoir une
incidence sur la vitesse.
La table de Brolsma sert de guide pour déterminer la vitesse nominale selon différentes conditions
de navigation.

46 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Figure 13:Table de Broslma

a : Entrée au bassin facile : protégé.


b : Entrée au bassin difficile : protégé.
c : Entrée au bassin facile : exposé.
d : Bonne entrée au bassin : exposé.
e : Entrée au bassin difficile : exposé.

Dans le cas du terminal chimiquier l’accostage est difficile et abrité, on se réfère donc à la courbe
(b).

 Coefficient de bloc (CB) :


Il est fonction de la forme de la coque, et s’exprime comme suit :
𝐷𝑇
CB = (𝐷×𝐵×𝐿
𝐵𝑃 ×𝑊0 )
Où :
DT : Tonnage de déplacement du navire (tonnes).
D : Tirant d’eau (m).
B : Largeur du navire (m).
LBP : Longueur entre perpendiculaires (m).
W0 : Masse volumique de l’eau de mer = 1.025T/m3.

 Coefficient d’excentricité Ce :
Habituellement, le navire n’est pas parallèle à la face du quai durant l’accostage. Par conséquent,
ce n’est pas toute l’énergie cinétique qui sera impartie à la défense. Au moment de l’impact, le
navire commencera à tourner autour du point de contact et ainsi, une partie de son énergie se
dissipera. Le coefficient d’excentricité est introduit pour tenir compte de cette condition.

47 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Figure 14:Coefficient d'excentricité

Le coefficient d’excentricité est déterminé par l’expression suivante :

𝑘²+𝑟²⁡𝑐𝑜𝑠²𝛾
Ce=
𝑘²+𝑟²
K : rayon de giration du navire
k= (0.19CB + 0.11) LBP
r : distance entre le centre de gravité du navire et le point d’impact.
𝐿𝐵𝑃 𝐵
r = √( 2
− 𝑥) ² + ( 2 )²
γ : angle de la ligne entre le point d’impact et le centre de gravité de l’embarcation et le vecteur de
vitesse.
Dans des conditions normales : γ = 70°.

 Coefficient de masse virtuelle Cm :

Lorsque le navire est en mouvement et qu’il entre en contact avec la défense, le navire décélère et
une certaine masse d’eau entoure le navire et se déplace avec elle. On tient compte de cette masse
additionnelle dans le coefficient de masse virtuelle (C m) qui est fonction du coefficient de
remplissage du navire, de son tirant d’eau et de sa largeur.
2𝐷
Cm = 1 + 𝐵
Où :
D : tirant d’eau.
B : largeur du navire.

 Coefficient de souplesse Cs :

Ce facteur exprime la relation entre la rigidité du navire et celle de la défense. Il dénote qu’une
proportion de l’énergie d’impact est absorbée par la défense.
Dans le cas d’une défense souple : Cs= 1,0 ; la déflexion de la coque du navire sera négligeable et,
par conséquent, toute l’énergie sera absorbée par la défense.

 Coefficient de configuration de quais :

Dans la phase dynamique de fin d’accostage, le frottement hydraulique intervient en s’opposant


au mouvement du navire par rapport à l’eau, notamment au début de l’écrasement des défenses.
On caractérise ce phénomène par un paramètre adimensionnel Cc, inférieur à 1, qui représente le

48 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

fait que si le navire accoste sur un ouvrage plein, la surpression générée par l’eau emprisonnée
entre l’ouvrage et le navire freine le navire un peu avant qu’il ne touche l’ouvrage d’accostage.

On prend un coefficient de sécurité de l’énergie d’accostage évalué à 2. L’énergie de calcul est


égale alors à :
𝐸′ = 2 × 𝐸

Dans le tableau suivant, on présente les résultats de calcul d’énergie d’accostage.

Navire chimiquier Navire chimiquier


145m longueur 95m longueur
Longueur L 145 95
Poids lourd DWT (T) 13000 3000
Masse déplacée DT (T) 21000 6500
Vitesse d'accostage V (m/s) 0,16 0,25
Coefficient de masse Cm 1,77 1,8
Coefficient de bloc CB 0,8 0,8
r 35,97 22,77
Coefficient k 35,88 23,06
d'excentricité
Ce 0,56 0,56
Coefficient de
Cc 1 1
régularité du quai
Coefficient de souplesse
Cs 1 1
de coque
Énergie d'accostage E (KN.m) 258,86 212,86
facteur de sécurité n 2 2
Énergie de calcul E' (KN.m) 517,72 425,73

Tableau 13:Energie d'accostage

Étant donné l’énergie d’accostage de 517.72 (kN.m), les défenses choisies sont : SCN 1100, dont
l’énergie d’absorption est : 527 (kN.m).

49 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Figure 15:Défense SCN

H ØW ØU C
1100 1760 1080 50-65
Tableau 14:Dimensions de la défense

Toutes les dimensions sont en (mm).

Les défenses super cône représentent la dernière génération des défenses cellulaires, combinant
une excellente capacité énergétique avec une faible force de réaction afin de fournir une haute
performance. Sa forme conique garde l’ouvrage stable sous l’effet de toutes les combinaisons des
charges axiales, tangentielles et inclinées.
Les défenses sont situées sur le duc-d’Albe d'accostage, avec une séparation entre les centres de
40.00m.
La force de réaction nominale de chaque défense est de 923 kN.

II.4. Charges accidentelles :

II.4.1. Actions sismiques :


La stabilité au séisme est étudiée par une méthode pseudo-statique. Conformément aux règles
RPS2000, les effets du séisme sont modélisés par l’introduction de coefficients σh et σv traduisant
les forces d’inerties respectivement horizontales et verticales s’appliquant aux ouvrages.
Le coefficient sismique horizontal σh est exprimé en fonction de l’accélération nominale an et
l’accélération g. Ses valeurs sont données dans le tableau suivant :

Site σh
S1 0.50 × t × K × an/g
S2 0.45 × t × K × an/g
S3 0.40 × t × K × an/g
Tableau 15:Le coefficient sismique horizontal σh

Le coefficient sismique vertical est : σv = 0.30 σh, où :


an: accélération nominale.
t : coefficient de correction topographique du site au droit du mur pris égal à 1.
K= 1 dans le cas de poussée active.
= 1.2 dans le cas de poussée passive.

50 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

La région de Mohammedia est située dans la zone 2 selon la carte de sismicité du Maroc de
RPS2000. On en déduit:
𝑎
 Coefficient sismique horizontal : 𝜎ℎ = 0.45 𝑔𝑛 = 0.036
 Coefficient sismique vertical : 𝜎𝑣 = 0.30⁡𝜎ℎ = 0.0108

Le duc d’albe est considéré comme un ouvrage rigide déplaçable. Les remblais à l’arrières sont
définis comme étant saturés fermés (hypothèse sécuritaire) pour les parties en dessous du niveau
d’eau. Cette considération implique que l’eau et les particules solides sont soumises aux mêmes
accélérations.

Le séisme se manifestera donc par 3 effets principaux :


 La force due à l’inertie propre de l’ouvrage ;
 La poussée dynamique des terres (tenant compte du fait que le sol est saturé ou non);
 Les surpressions et dépressions hydrodynamique de l’eau à l’avant du quai.

II.4.2. Inertie de l’ouvrage :


L’effort du poids propre mobilisé par le séisme est donné par la relation suivante :
𝐹𝐻 = ±𝑃 × 𝜎𝐻

𝐹𝑉 = −𝑃 × 𝜎𝑉

Avec :
P : poids propre de l’ouvrage.
D’où :
Caisson C1 Caisson C2 Caisson C3
𝐅𝐇 (𝐭) 40.83 147.23 13.59
𝐅𝐕 (𝐭) 136.09 368.07 45.31
Tableau 16:Composantes horizontales et verticales de la force d'inertie

II.4.3. Incrément dynamique de la poussée des terres :

La poussée dynamique des terres est évaluée par la méthode de Mononobe-Okabe qui reprend les
hypothèses du coin de coulomb en ajoutant les efforts dus à σH et σV.
La méthode de Mononobe-Okabe suppose que :
•La surface de rupture dans le sol est plane ;
•Tous les points du sol sont soumis au même instant à la même accélération, ce qui correspond à
un coin de poussée rigide ;
•Le mur est capable de se déplacer suffisamment pour atteindre l’état limite de poussée active.
La résultante de cette poussée s’écrit :
1
∆P = 2 γ’ H² [(1± σv) Kad – Kas ]
Le point d’application de la résultante est situé à z=0.6h à partir de la base.

Les formules donnant les coefficients de poussée seront celles de MONONOBE-OKABE


explicitées ci-dessous :

𝑐𝑜𝑠²(𝜑−𝜃)
Kad = sin⁡(𝛿+𝜑)⁡sin⁡(𝜑−𝜃)
cos⁡(𝛿+𝜃)𝑐𝑜𝑠𝜃⁡[1+√ ]²
cos⁡(𝛿+𝜃)

51 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

𝑐𝑜𝑠²𝜑
Kas = sin⁡(𝛿+𝜑)⁡sin⁡(𝜑)
cos⁡𝛿⁡[1+√ ]²
cos⁡(𝛿)

Pour notre cas le sol est saturé car submergé par l’eau, donc θ est donnée par :
𝛾𝑠𝑎𝑡 𝜎ℎ
θ =arctan⁡(𝛾 −𝛾 × 1∓𝜎 )
𝑠𝑎𝑡 𝑒𝑎𝑢 𝑣
Avec :
𝜑𝐸𝑛𝑟𝑜𝑐ℎ𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡𝑠 = 40°
𝛿 = 0°

Le tableau suivant représente les valeurs des paramètres θ et Kad et :


-sv +sv
θ 4,64 4,5
Kad 0,2579 0,2567
∆Ph 12.344 13.353
∆Pv 2.918 3.156
Tableau 17:Valeurs des paramètres θ et Kad

II.4.4. Surpression et dépression hydrodynamiques:


Pour les ducs d’albe, les faces amont et aval du caisson sont également soumises pendant les
séismes à des effets hydrodynamiques.
Ces effets sont calculés par la théorie de Westergaard qui se traduit par les deux formules
suivante :

Il est tenu compte de la surpression hydrodynamique de l’eau exercée à l’amont du duc d’albe par
l’introduction d’une surpression-pseudo-dynamique donnée par la formule suivante :
𝑞(𝑧) = 0.35 × 𝛾𝑊 × 𝜎𝐻 × √ℎ × 𝑧

La résultante de cet effort est :


7
∆𝑃𝑆𝑈𝑅𝑃𝑅𝐸𝑆𝑆𝐼𝑂𝑁 = × 𝛾𝑤 × ℎ2 × 𝜎𝐻 × 𝑙
30
Ces deux efforts sont appliqués en un point situé à la cote 0.6h en-dessous du niveau de la nappe.
Avec:
h : hauteur de la nappe au-dessus du pied de l’ouvrage;
z : côte du point considéré en dessous du niveau de la nappe;
γw : le poids volumique de l’eau;
𝜎𝐻 : coefficient sismique horizontal.

15.5⁡m⁡dans⁡le⁡cas⁡des⁡⁡hautes⁡eaux
h={
11.9⁡m⁡dans⁡le⁡cas⁡des⁡basse⁡eaux⁡

Le cas le plus défavorable est celui des plus hautes eaux, d’où :⁡
Caisson C1 Caisson C2 Caisson C3
∆𝑷𝑺𝑼𝑹𝑷𝑹𝑬𝑺𝑺𝑰𝑶𝑵 (t) 24.3 147,23 13.59
Tableau 18:∆P SURPRESSION

52 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Lorsqu’il existe à l’aval de l’ouvrage un plan d’eau libre de profondeur h, il est tenu compte des
dépressions hydrodynamiques consécutives à la mise en oscillation du plan d’eau en considérant
une dépression statique équivalente égale à :
7
𝑞(𝑧) = × 𝛾𝑊 × 𝜎𝐻 × √ℎ × 𝑧
8
Et sa résultante :
7
∆𝑃𝐷𝐸𝑃𝑅𝐸𝑆𝑆𝐼𝑂𝑁 = × 𝛾𝑤 × ℎ2 × 𝜎𝐻 ⁡⁡
12
D’où :
Caisson C1 Caisson C2 Caisson C3
∆𝑷𝑫𝑬𝑷𝑹𝑬𝑺𝑺𝑰𝑶𝑵 (t) 58.45 121.53 14.27

Tableau 19:∆P DEPRESSION

II.5. Récapitulatif :
Les tableaux suivants récapitulent les résultats de calcul des différentes forces agissantes sur les
caissons, leurs excentricités et les moments en résultant.

Caisson C1 :
Rv Rh ev eh Mv Mh
(T) (T) (m) (m) (T.m) (T.m)
Poids propre 3780,28 --- 9,00 --- 34022,56 ---
Poussée des terres 37,51 -74,50 17,00 2,28 637,67 -170,11
Actions
permanentes Poussée hydrostatique -
--- -151,24 --- 7,25 ---
1096,49
Poids des passerelles 3,13 --- 3,08 --- 9,65 ---
Actions Surcharges d'exploitation --- --- --- --- --- ---
Variables Amarrage --- --- --- --- --- ---
Inertie de l'ouvrage -136,09 -40,83 9,00 8,75 -1224,81 -357,24
Incrément dynamique de
-2,92 -13,35 17,00 4,11 -49,61 -54,88
la poussée des terres
Actions
accidentelles Surpression --- -23,40 --- 4,11 --- -96,17
hydrodynamique
Dépression
--- -58,45 --- 4,11 --- -240,23
hydrodynamique
Tableau 20: Récapitulatif des forces, excentricités et moments agissant sur le caisson C1

Caisson C2 :

Rv Rh ev eh Mv Mh
(T) (T) (m) (m) (T.m) (T.m)
Poids propre 9201,65 --- 8,07 --- 74217,74 ---
Poussée des terres 62,89 -125,08 21,88 2,87 1375,68 -358,55
Actions
permanentes Gradient hydraulique de --- -284,84 --- 7,50 --- -2136,29
l'eau
Charges dues aux 25,69 --- 20,28 --- 520,91 ---

53 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

passerelles
Actions Surcharges d'exploitation 477,60 --- 10,92 --- 5213,69 ---
Variables Amarrage --- --- --- --- --- ---
Inertie de l'ouvrage -147,23 -368,07 10,94 8,00 -1610,29 -2944,53

Incrément dynamique de la
-44,85 -10,60 21,88 5,16 -981,01 -54,70
Actions poussée des terres
accidentelles Surpression
--- -48,61 --- 5,16 --- -250,84
hydrodynamique
Dépression
--- -121,53 --- 5,16 --- -627,10
hydrodynamique
Tableau 21: Récapitulatif des forces, excentricités et moments agissant sur le caisson C2

Caisson C3 :

Rv Rh ev eh Mv Mh
(T) (T) (m) (m) (T.m) (T.m)
Poids propre 1258,72 --- 5,58 --- 7027,36 ---
Actions Poussée des terres 28,95 -57,55 10,67 2,23 308,86 -128,15
permanentes Poussée hydrostatique --- -63,48 --- 4,25 --- -269,81
Poids des passerelles 5,26 --- 8,60 --- 45,27 ---
Actions Surcharges d'exploitation --- --- --- --- --- ---
Variables Amarrage -80,00 -138,56 2,24 11,00 -179,20 -1524,20
Inertie de l'ouvrage -13,59 -45,31 5,58 5,25 -75,90 -237,90
Incrément dynamique de
-2,25 -10,31 10,67 4,01 -24,03 -41,31
la poussée des terres
Actions
accidentelles Surpression --- -5,71 --- 4,01 --- -22,88
hydrodynamique
Dépression
--- -14,27 --- 4,01 --- -57,19
hydrodynamique
Tableau 22: Récapitulatif des forces, excentricités et moments agissant sur le caisson C3

III. Combinaisons d’action :

Les combinaisons d’action à considérer pour le calcul de la stabilité sont tirées du Fascicule 62
pour le calcul des fondations et du guide des recommandations parasismiques AFPS 90.
III.1.Actions :
Soient les actions suivantes :
Actions permanentes :
 G : poids propre de la structure.
 Fw : action due à l’eau.
 Pt : Poussée des terres.
 Gp : poids des passerelles.

54 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Actions variables :
 Am : Amarrage.
 Q : Surcharges d’exploitation.
Actions sismiques :
 E : Inertie de l’ouvrage.
 Ptd : Poussée dynamique des terres.
 Ws : Surpression.
 Wd : Dépression.
III.2. Combinaisons: ELU-Fondamental :
Cet état correspond à des charges ayant les caractéristiques suivantes :
-Probabilité d’occurrence très faible, de l’ordre de 10-4 ou moins sur une année
- Durée d’application faible (inférieure à l’heure)
1.125*S(1.2 Gmax+0.9 Gmin+Ɣfw Fw+ Ɣf1Q1 Q1+∑1.15 ѱ0i Qi )
Avec :
Ɣfw = 1,05 pour la pression de l’eau défavorable
= 1 pour la pression de l’eau.
Ɣf1Q1 = 1,33 le plus généralement
= 1,20 pour les charges d’exploitation étroitement bornées ou de caractère particulier0
ѱ0i = 0,77 dans les cas courants des charges d’exploitation et des effets du vent
D’où :
C ELUF1 :1.125*( 0.9 (G+Gp)+1.2 Pt+1.05 Fw+1.33 Q+0.77 Am)
C ELUF2 :1.125*( 0.9 (G+Gp)+1.2 Pt+1.05Fw+0.77 Q+1.1 Am)

III.3. Combinaisons: ELU-accidentel :


Cet état correspond à des évènements très exceptionnels, dont la probabilité d’occurrence est
extrêmement faible sur la durée de vie de l’ouvrage.
S(G+Fw+FA+ ѱ1 Q1+∑ ѱ2i Qi )
Avec :
S : sollicitation de calcul
FA: action accidentelle
ѱ1 Q1: valeur fréquente de l’action variable (négligeable vis-à-vis de FA)
ѱ2i Qi: valeur quasi permanente des actions d’accompagnement (ѱ2i Qi = 0 )
D’où :
C ELUA1 : G+Gp+Pt+Fw+0.4 Wd+Ws+E+0.8 Q
C ELUA2 : G+Gp +Pt+Fw+0.4 Wd+Ws+E +0,4Am+0.4 Q

III.4. Combinaisons: ELS-Fréquent :


Cet état est à considérer lorsque les déplacements (tassements, par exemple) peuvent nuire au bon
comportement de la structure portée.
S(G+Fw+ ѱ1 Q1+∑ ѱ2i Qi )
D’où :
C ELSF1 : G+Gp Pt+Fw+0.4 Q+0,2Am
C ELSF2 : G+Gp +Pt+Fw+0.2 Q+0,4Am

III.5. Combinaisons : ELS-Rare :


Ces combinaisons correspondent aux sollicitations que les ouvrages auront à subir, quelquefois
seulement au cours de leur durée de vie.
S(G+Fw+ Q1+∑ ѱ0i Qi )
Avec:
ѱ0i = 0,77 dans les cas courants des charges d’exploitation et des effets de la neige et du vent.
D’où:

55 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

C ELSR1 : G+Gp+Pt+Fw+Q+0,77Am
C ELSR2 : G+Gp+Pt+Fw+0.77 Q+Am

IV. Vérification de la stabilité :

L’étude de la stabilité des caissons vérifiera les quatre instabilités suivantes :


 Le glissement sur la base du caisson.
 Le renversement du caisson.
 Le poinçonnement de la fondation.
 Le grand glissement.

Glissement sur la base du caisson Renversement du caisson

Poinçonnement de la fondation Le grand glissement

Figure 16:Instabilités à vérifier pour le caisson

IV.1. Stabilité au glissement :

Cet état est matérialisé par l'équilibre des forces. Ainsi il devient important d'envisager
l'éventualité du déplacement du caisson sur le plan de sa fondation.
Les forces horizontales tendent à translater le caisson et la somme des forces verticales s'opposent
à cette action. La résistance au cisaillement offerte par la base participe aussi à la stabilisation du
quai.
Le coefficient de sécurité est donné par la formule suivante :
∑forces⁡verticales
F= × 𝑡𝑎𝑛𝜑
∑forces⁡horizontales
56 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Les sollicitations de calcul à considérer sont :


 ELU : combinaisons fondamentales et combinaisons accidentelles.

Facteur de sécurité minimal :


Généralement le facteur de sécurité doit être de :
 1,2 pour les combinaisons fondamentales.
 1,1 pour les combinaisons accidentelles.
Les tableaux ci-dessus récapitulent les résultats de calcul de la stabilité au glissement :
Caisson C1 :
ELU Fondamental et ELU Accidentel :
ELUF ELUA
coeff coeff.Rv coeff.Rh coeff coeff.Rv coeff.Rh
Poids propre 1,01 3827,54 --- 1 3780,28 ---
Poussée des terres 1,35 50,64 -100,58 1 37,51 -74,50
Action permanente de l'eau 1,18 --- -178,65 1 --- -151,24
Poids des passerelles 1,01 3,17 --- 1 3,13 ---
Inertie de l'ouvrage --- --- --- 1 -136,09 -40,83
Poussée dynamique des terres --- --- --- 1 -2,92 -13,35
Surpression --- --- --- 1 --- -23,40
Dépression --- --- --- 0,4 --- -23,38
∑ 𝑅𝑉 (T) 3881,35 3681,92
∑ 𝑅𝐻 (T) 279,23 326,70
F sécurité glissement 8,34 6,76
Tableau 23: Coefficients de sécurité au glissement pour le caisson C1

Caisson C2 :
ELU Fondamental :
coeff coeff.Rv coeff.Rh coeff coeff.Rv coeff.Rh
Poids propre 1,01 9316,67 --- 1,01 9316,67 ---
Poussée des terres 1,35 84,90 -168,85 1,35 84,90 -168,85
Action permanente de l'eau 1,18 --- -336,47 1,18 --- -336,47
Amarrage 0,87 --- --- 1,24 --- ---
Surcharges Passerelles 1,01 26,01 --- 1,01 25,69 ---
surcharge 1,50 714,60 --- 0,87 413,72 ---
Inertie de l'ouvrage --- --- --- --- --- ---
Poussée dynamique des
--- --- --- --- --- ---
terres
Surpression --- --- --- --- --- ---
Dépression --- --- --- --- --- ---
∑ 𝑅𝑉 (T) 10142,18 9840,97
∑ 𝑅𝐻 (T) 505,32 505,32
F sécurité glissement 12,04 11,68
Tableau 24: Coefficients de sécurité au glissement pour le caisson C2 à l’ELU Fondamental

57 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

ELU Accidentel :
ELUA1 ELUA2
coeff coeff.Rv coeff.Rh coeff coeff.Rv coeff.Rh
Poids propre 1 9201,65 --- 1 9201,65 ---
Poussée des terres 1 62,89 -125,08 1 62,89 -125,08
Action permanente de
1 --- -284,84 1 --- -284,84
l'eau
Amarrage 0 --- --- 0,4 --- ---
Surcharges Passerelles 1 25,69 --- 1 25,69 ---
surcharge 0,8 382,08 --- 0,4 191,04 ---
Inertie de l'ouvrage 1 -147,23 -368,07 1 -147,23 -368,07
Poussée dynamique des
1 -44,85 -10,60 1 -44,85 -10,60
terres
Surpression 1 --- -48,61 1 --- -48,61
Dépression 0,4 --- -121,53 0,4 --- -121,53
∑ 𝑅𝑉 (T) 9480,23 9289,19
∑ 𝑅𝐻 (T) 958,72 958,72
F sécurité glissement 5,93 5,81
Tableau 25: Coefficients de sécurité au glissement pour le caisson C2 à l’ELU Accidentel

Caisson C3 :
ELU Fondamental :
ELUF 1 ELUF2
coeff coeff.Rv coeff.Rh coeff coeff.Rv coeff.Rh
Poids propre 1,01 1274,46 --- 1,01 1274,46 ---
Poussée des terres 1,35 39,08 -77,70 1,35 39,08 -77,70
Action permanente de l'eau 1,18 --- -74,99 1,18 --- -74,99
Poids des passerelles 1,01 5,33 --- 1,01 5,33 ---
Amarrage 0,87 -69,30 -120,03 1,24 -99,00 -171,47
Inertie de l'ouvrage --- --- --- --- --- ---
Poussée dynamique des
--- --- --- --- --- ---
terres
Surpression --- --- --- --- --- ---
Dépression --- --- --- --- --- ---
∑ 𝑅𝑉 (T) 1249,57 1219,87
∑ 𝑅𝐻 (T) 272,72 324,16
F sécurité glissement 2,75 2,26
Tableau 26: Coefficients de sécurité au glissement pour le caisson C3 à l'ELU Fondamental

58 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

ELU Accidentel :
ELUA 1 ELUA2
coeff coeff.Rv coeff.Rh coeff coeff.Rv coeff.Rh
Poids propre 1 1258,72 --- 1 1258,72 ---
Poussée des terres 1 28,95 -57,55 1 28,95 -57,55
Action permanente de l'eau 1 --- -63,48 1 --- -63,48
Poids des passerelles 1 5,26 --- 1 5,26 ---
Amarrage 0 0,00 0,00 0,4 -32,00 -55,43
Inertie de l'ouvrage 1 -13,59 -45,31 1 -13,59 -45,31
Poussée dynamique des terres 1 -2,25 -10,31 1 -2,25 -10,31
Surpression 1 --- -5,71 1 --- -5,71
Dépression 0,4 --- -5,71 0,4 --- -5,71
∑ 𝑅𝑉 (T) 1277,09 1245,09
∑ 𝑅𝐻 (T) 188,07 243,50
F sécurité glissement 4,07 3,07
Tableau 27: Coefficients de sécurité au glissement pour le caisson C3 à l’ELU Accidentel

Les caissons sont stables au glissement puisque les coefficients de sécurité calculés sont
supérieurs aux coefficients de sécurité minimaux.

IV.2. Stabilité au renversement :

Le caisson doit être conçu pour résister aux efforts qui peuvent provoquer son
renversement. On définit la sécurité au renversement comme le rapport entre le moment
stabilisant et le moment renversant.
Généralement le facteur de sécurité doit être de 1,5 au minimum.
La poussée des terres, et les pressions hydrostatiques tendent à faire basculer le caisson.
On définit le coefficient de sécurité par la relation suivante :
∑𝑚𝑜𝑚𝑒𝑛𝑡𝑠⁡𝑠𝑡𝑎𝑏𝑖𝑙𝑖𝑠𝑎𝑛𝑡𝑠
𝐹=
∑𝑓𝑚𝑜𝑚𝑒𝑛𝑡𝑠⁡𝑟𝑒𝑛𝑣𝑒𝑟𝑠𝑎𝑛𝑡𝑠
Les sollicitations de calcul à considérer sont :
ELU : combinaisons fondamentales et combinaisons accidentelles.
Les tableaux suivants présentent les résultats de calcul à la stabilité au renversement des trois
caissons.
Caisson C1 :
ELUF ELUA
coeff coeff.Ms coeff.Mr coeff coeff.Ms coeff.Mr
Poids propre 0,9 30620,31 --- 1 34022,56 ---
Poussée des terres 1,2 765,20 204,13 1 637,67 170,11
Action permanente de l'eau 1,2 --- 1315,78 1 --- 1096,49
Poids des passerelles 0,9 8,69 --- 1 9,65 ---
Inertie de l'ouvrage --- --- --- 1 --- 1582,05
Poussée dynamique des
--- --- --- 1 --- 104,49
terres
Surpression --- --- --- 1 --- 96,17

59 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Dépression --- --- --- 0,4 --- 96,09


∑ 𝑀𝑆 (T) 31394,20 34669,89
∑ 𝑀𝑅 (T) 1519,91 3145,40
F sécurité renversement 20,66 11,02
Tableau 28: Coefficients de sécurité au renversement pour le caisson C1

Caisson C2 :
ELU Fondamental :
ELUF1 ELUF2
coeff coeff.Rv coeff.Rh coeff coeff.Rv coeff.Rh
Poids propre 1,01 75145,46 --- 1,01 75145,46 ---
Poussée des terres 1,35 1857,17 484,04 1,35 1857,17 484,04
Action permanente de l'eau 1,18 --- 2523,49 1,18 --- 2136,29
Amarrage 0,87 --- --- 0,87 --- ---
Passerelles 1,01 527,42 --- 1,01 527,42 ---
surcharge 1,50 7800,98 --- 1,50 7800,98 ---
Inertie de l'ouvrage --- --- --- --- --- ---
Poussée dynamique des
--- --- --- --- --- ---
terres
Dépression --- --- --- --- --- ---
Surpression --- --- --- --- --- ---
∑ 𝑀𝑆 (T) 85331,03 77530,05
∑ 𝑀𝑅 (T) 3007,53 2620,33
F sécurité renversement 28,37 29,59
Tableau 29: Coefficients de sécurité au renversement pour le caisson C2 à l’ELU Fondamental

ELU Accidentel :
ELUA1 ELUA2
coeff coeff.Rv coeff.Rh coeff coeff.Rv coeff.Rh
Poids propre 1 74217,74 --- 1 74217,74 ---
Poussée des terres 1 1650,82 358,55 1 1375,68 358,55
Action permanente de
1 --- 2136,29 1 --- 2136,29
l'eau
Amarrage 0 --- --- 1 --- ---
Passerelles 1 520,91 --- 1 520,91 ---
surcharge 0,8 4170,95 --- 0,4 2085,47 ---
Inertie de l'ouvrage 1 4554,81 1 --- 4554,81
Poussée dynamique des
1 --- 1035,71 1 --- 1035,71
terres
Surpression 1 --- 250,84 1 --- 250,84
dépression 0,4 --- 250,84 0,4 --- 250,84
∑ 𝑀𝑆 (T) 80560,41 78199,80
∑ 𝑀𝑅 (T) 8587,04 8587,04

60 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

F sécurité renversement 9,38 9,11


Tableau 30: Coefficients de sécurité au renversement pour le caisson C2 à l’ELU Accidentel

Caisson C3 :
ELU Fondamental :
ELUF 1 ELUF 2
coeff coeff.Ms coeff.Mr coeff coeff.Ms coeff.Mr
Poids propre 1,01 7115,20 --- 1,01 7115,20 ---
Poussée des terres 1,35 370,63 173,01 1,35 416,96 173,01
Action permanente de l'eau 1,18 --- 318,71 1,18 --- 318,71
Poids des passerelles 1,01 45,83 --- 1,01 45,83 ---
Amarrage 0,87 --- 1475,57 1,24 --- 2107,96
Inertie de l'ouvrage --- --- --- --- --- ---
Poussée dynamique des
--- --- --- --- --- ---
terres
Surpression --- --- --- --- --- ---
Dépression --- --- --- --- --- ---
∑ 𝑀𝑆 (T) 7531,67 7578,00
∑ 𝑀𝑅 (T) 1967,29 2599,68
F sécurité renversement 3,83 2,91
Tableau 31: Coefficients de sécurité au renversement pour le caisson C2 à l’ELU
Fondamental

ELU Accidentel :
ELUA 1 ELUA 2
coeff coeff.Ms coeff.Mr coeff coeff.Ms coeff.Mr
Poids propre 1 7027,36 --- 1 7027,36 ---
Poussée des terres 1 370,63 128,15 1 308,86 128,15
Action permanente de l'eau 1 --- 269,81 1 --- 269,81
Poids des passerelles 1 45,27 --- 1 45,27 ---
Amarrage 0 --- 0,00 0,4 --- 681,36
Inertie de l'ouvrage 1 --- 313,79 1 --- 313,79
Poussée dynamique des
1 --- 65,33 1 --- 65,33
terres
Surpression 1 --- 22,88 1 --- 22,88
Dépression 0,4 --- 22,88 0,4 --- 22,88
∑ 𝑀𝑆 (T) 7443,26 7381,49
∑ 𝑀𝑅 (T) 822,84 1504,21
F sécurité renversement 9,05 4,91
Tableau 32 : Coefficients de sécurité au renversement pour le caisson C2 à l’ELU Accidentel

Remarque : Le renversement est aussi vérifié lorsque la surface de sol comprimé sous le caisson
est égale à au moins 10% de sa surface.

61 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

IV.3. Décompression :
On distingue deux cas pour la vérification de la décompression selon l’excentricité des forces :

 Premier cas : semelle entièrement comprimée.

𝐵 𝐵
- ≤𝑒≤
6 6

 Deuxième cas : semelle partiellement comprimée


𝐵
⁡⁡⁡⁡⁡⁡⁡⁡⁡𝑒0 >
6
𝐵′ Figure 18:Semelle
Dans ce cas, on doit vérifier que : ≥ 10% entièrement comprimée
𝐵
Avec :
𝐵 1 𝐵
− 𝑒 = ⁡𝐵 ′  𝐵 ′ = 3( − 𝑒)
2 3 2

L’excentricité par rapport au point de renversement A:


𝑀𝑟−𝑀𝑠
𝑒/𝐴 = ∑ 𝑅𝑉
L’excentricité par rapport au centre de gravité du radier :
𝐵 Figure 19:Semelle
𝑒/𝐺 = 2 + 𝑒/𝐴 partiellement comprimée
Les sollicitations de calcul à considérer sont :
 ELS : combinaisons rares et combinaisons fréquentes
 ELU : combinaisons fondamentales et accidentelles.

Le tableau suivant récapitule les résultats:


Caisson C1 :
∑ 𝐌𝐫 ∑ 𝐌𝐬 ∑ 𝐑𝐕 e/A e/G
(T.m) (T.m) (T) (m) (m)
ELU 1519,91 31394,20 3881,35 -7,70 -1,61
ELS 1266,60 34669,89 3820,92 -8,74 -2,66
ELUA 3145,40 34669,89 3681,92 -8,56 -2,48
Tableau 33:Décompression pour le caisson C1
𝐵 𝐵
-6≤𝑒≤ 6
, donc toute la surface est comprimée.

Caisson C2 :
∑ 𝑴𝒓 ∑ 𝑴𝒔 ∑ 𝑹𝑽 e/A e/G
B' B'/B
(T.m) (T.m) (T) (m) (m)

ELUF1 3007,53 85331,03 10142,18 -8,12 2,80 24,35 111,53%


ELUF2 2620,33 77530,05 9840,97 -7,61 3,30 22,84 104,59%
>100%
ELUA1 8587,04 80560,41 9480,23 -7,59 3,32 22,78 104,32%
ELUA2 8587,04 78199,80 9289,19 -7,49 3,42 22,48 102,97%
ELS
2494,84 81328,01 9767,82 -8,07 2,85 24,21 110,90% >75%
rare1

62 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

ELS
2494,84 80128,87 9657,97 -8,04 2,88 24,12 110,45%
rare2
ELSF1 2494,84 78199,80 9481,26 -7,98 2,93 23,95 109,72%
ELSF2 2494,84 77157,06 9385,74 -7,95 2,96 23,86 109,31%

Tableau 34:Décompression pour le caisson C2


𝐵
𝑒0 > , donc on doit vérifier que la portion comprimée soit supérieur à un pourcentage minimal,
6
ce qui est bien vérifié.
Caisson C3 :
∑ 𝑴𝒓 ∑ 𝑴𝒔 ∑ 𝑹𝑽 e/A e/G
(T.m) (T.m) (T) (m) (m)

ELUF 1 1967,29 7531,67 1249,57 -4,45 0,17


ELUF 2 2599,68 7578,00 1219,87 -4,08 0,54
ELUA 1 822,84 7443,26 1277,09 -5,18 -0,56
ELUA 2 1504,21 7381,49 1245,09 -4,72 -0,10
ELS rare 1 1873,53 7381,49 1231,33 -4,47 0,15
ELS rare 2 2101,36 7381,49 1212,93 -4,35 0,27
ELSF 1 738,64 7381,49 1276,93 -5,20 -0,58
ELSF2 1079,32 7381,49 1237,51 -5,09 -0,47
Tableau 35:Décompression pour le caisson C3
𝐵 𝐵
- ≤𝑒≤ , donc toute la surface est comprimée.
6 6

IV.4. Stabilité au non poinçonnement :


La notion de portance (ou de capacité portante) de la fondation fait référence à un critère de
rupture en cisaillement de la fondation pour des ruptures par poinçonnement. Ce sont des ruptures
du sol de fondation caractérisées par le fait que le remblai s’affaisse en subissant des tractions. La
rupture du sol de fondation est générale puisqu’elle intéresse la totalité de la largeur d’assise du
remblai. On doit vérifier l’inégalité suivante :

1
𝑞𝑟𝑒𝑓 ≤ (𝑞𝑢′ − 𝑞0′ )𝑖𝛿𝛽 + 𝑞0′
𝛾𝑞
Dans cette équation :
 q’u : la contrainte de rupture du sol sous charge verticale centrée. Cette charge peut être
évaluée à partir de résultats d’essais au pressiomètre ou d’essais de pénétration statique.
 q’0 : la contrainte que l’on obtiendrait dans le sol après travaux au niveau de la base de la
fondation en faisant abstraction de celle-ci. Mais cette contrainte est généralement
négligée pour les soutènements.
 iδ : un coefficient minorateur qui tient compte de l’inclinaison de la résultante, de la
géométrie et de l’environnement de la fondation.
2⁡à⁡𝑙′𝐸𝐿𝑈⁡𝑓𝑜𝑛𝑑𝑎𝑚𝑒𝑛𝑡𝑎𝑙
 𝛾𝑞= { 1,5⁡à⁡𝑙′ 𝐸𝐿𝑈⁡𝑎𝑐𝑐𝑖𝑑𝑒𝑛𝑡𝑒𝑙
3⁡à⁡𝑙′𝐸𝐿𝑆

La contrainte de référence et la contrainte ultime sont données par les formules suivantes :

𝑅𝑉
⁡⁡⁡𝑞𝑟𝑒𝑓 =
(𝐵 − 2𝑒) × 𝐿
63 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

𝑞𝑢𝑙𝑡 = 0.5⁡𝑖𝛾 𝑠𝛾 ⁡𝛾1 (𝐵 − 2𝑒)⁡𝑁𝛾 (𝜑) + 𝑖𝑐 𝑠𝑐 ⁡𝑐⁡𝑁𝑐 (𝜑) + 𝑖𝑞 𝑠𝑞 (𝑞 + 𝛾2 𝐷)⁡𝑁𝑞 (𝜑)

Avec :
D : Hauteur d'encastrement, c'est-à-dire l’épaisseur minimale des
terres au-dessus du niveau de la fondation, dans notre cas D=0 car
fondation superficielle.
L : longueur de la fondation.
Coefficients d’inclinaison de la charge :

𝑖𝛾 = (1 − 𝛿⁄𝜑 ′ )² Figure 20:excentricité de la charge


{
𝑖𝑐 = 𝑖𝑞 = (1 − 2𝛿⁄𝜋)²
𝐻
𝛿 = 𝑡𝑎𝑛−1 ( )
𝑉
Coefficients de la portance :
′ 𝜋 𝜑′
𝑁𝑞 = 𝑒 п⁡𝑡𝑎𝑛𝜑 × 𝑡𝑎𝑛2 ( + )
4 2
𝑁𝑐 = (𝑁𝑞 − 1) × 𝑐𝑜𝑡𝜑 ′
{ 𝑁𝛾 = 2 × (𝑁𝑞 − 1) × 𝑡𝑎𝑛𝜑 ′

𝑁𝑞 = 106 Figure 21:Inclinaison de la


Donc : {
𝑁𝛾 = 64.2 charge
Coefficients de la forme :
Conditions saturées et non Conditions drainées ou non saturées non
drainées drainées
Carrée ou
Fondation rectangulaire Rectangulaire carrée ou circulaire
circulaire
𝐵
SƔ 1 − 0.3 𝐿 0.7
𝐵 𝐵
(1 + 𝐿 sin 𝜑′ )⁡𝑁𝑞 − 1 (1 + sin 𝜑′ )⁡𝑁𝑞 − 1
1 + 0.2
SC 𝐿 1.2 𝑁𝑞 − 1
𝑁𝑞 − 1
1 1 𝐵 1 + sin 𝜑 ′
Sq 1 + sin 𝜑′
𝐿
Tableau 36:Coefficients de forme

Les sollicitations de calcul à considérer sont :


 ELU : combinaisons fondamentales et combinaisons accidentelles.
 ELS : combinaisons rares.
Les tableaux suivants présentent les résultats de calcul des coefficients de sécurité pour les trois
types de caisson :

64 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Caisson C1 :

∑ 𝑹𝑽 ∑ 𝑹𝑯 ∆ q'ref qult
iγ Fp
(T) (T) (T/m²) (T/m²)
ELU 3881,35 266,91 3,93 0,91 14,01 359,04 25,63
ELS 3820,92 215,31 3,22 0,93 12,14 414,33 34,13
ELUA 3681,92 316,27 4,90 0,89 11,95 391,12 32,74
Tableau 37:Coefficients de sécurité au poinçonnement pour le caisson C1

Caisson C2 :

∑ 𝑹𝑽 ∑ 𝑹𝑯 ∆ q'ref qult
iγ Fp
(T) (T) (T/m²) (T/m²)
ELUF1 10142,18 505,32 2,85 0,86 28,56 314,91 11,03
ELUF2 9840,97 505,32 2,93 0,86 29,55 294,05 9,95
ELUA1 9480,23 958,72 5,77 0,73 28,54 250,06 8,76
ELUA2 9436,42 958,72 5,80 0,73 29,24 242,55 8,30
ELS rare1 9767,82 409,91 2,40 0,88 27,66 320,74 11,59
ELS rare2 9657,97 409,91 2,43 0,88 27,46 318,95 11,61
ELSF1 9481,26 409,91 2,47 0,88 27,14 316,14 11,65
ELSF2 9385,74 409,91 2,50 0,88 26,97 314,46 11,66
Tableau 38:Coefficients de sécurité au poinçonnement pour le caisson C2

Caisson C3 :

∑ 𝑹𝑽 ∑ 𝑹𝑯 ∆ q'ref qult
iγ Fp
(T) (T) (T/m²) (T/m²)
ELUF 1 1249,57 272,72 12,31 0,48 26,13 102,96 3,94
ELUF 2 1219,87 324,16 14,88 0,39 30,88 77,66 2,52
ELUA 1 1277,09 188,07 8,73 0,61 19,91 152,86 7,68
ELUA 2 1245,09 243,50 11,06 0,52 23,15 119,22 5,15
ELS rare 1 1231,33 227,73 10,47 0,55 25,51 117,63 4,61
ELS rare 2 1212,93 259,60 12,08 0,49 26,61 102,33 3,85
ELSF 1 1276,93 148,75 6,64 0,70 19,78 174,59 8,83
ELSF 2 1237,51 176,46 8,11 0,64 19,93 156,18 7,84
Tableau 39:Coefficients de sécurité au poinçonnement pour le caisson C3

IV.5. Stabilité au grand glissement :

IV.5.1. Présentation de la méthode de calcul :


Pour étudier la stabilité au glissement des sols, on a recours au facteur de sécurité contre la rupture
selon le principe de l’équilibre limite, dont l’expression générale est :
𝑅é𝑠𝑖𝑠𝑡𝑎𝑛𝑐𝑒⁡𝑚𝑜𝑏𝑖𝑙𝑖𝑠𝑎𝑏𝑙𝑒
𝐹𝑠 =
𝐸𝑓𝑓𝑜𝑟𝑡𝑠⁡𝑎𝑝𝑝𝑙𝑖𝑞𝑢é𝑠

65 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Ce facteur a des valeurs minimales selon le type de la pente :


 Pentes permanentes: Fs minimal de 1,5.
 Pentes temporaires : Fs minimal de 1,2 à 1,3.
Pour les remblais, les ruptures sont généralement circulaires, comme le montrent les figures ci-
dessous :

Figure 22:Méthode de Bishop

Il existe plusieurs méthodes de détermination du coefficient de sécurité dans le cas de surface de


rupture circulaire, à savoir:
 La méthode ordinaire des tranches : elle était très utilisée dans le passé.
 La méthode de Bishop: considérée comme étant suffisamment précise.
Le principe la deuxième méthode est le calcul itératif. Son avantage est sa rapidité de
convergence. En effet, Trois à quatre itérations suffisent habituellement.
 On utilise la méthode de bishop.

Recherche du coefficient de sécurité minimal :


Pour déterminer le coefficient de sécurité réel, il faut rechercher le cercle donnant la valeur
minimale de FS puisque c’est le long de cette surface de glissement que la rupture risque de se
produire. En fait, il n’y a pas de méthode précise permettant de définir, à priori, la position de ce
cercle critique. Il faut procéder par tâtonnement en calculant le coefficient de sécurité pour un
nombre suffisant de cercles, et ceci en quadrillant les surfaces de rupture géométriquement
compatibles avec la topographie des lieux. Dans le cas général, il y a une triple infinité de
possibilités :
 Pour un centre donné, il est possible de faire varier le rayon du cercle.
 La position du centre peut varier dans le sens horizontal.
 La position du centre peut également varier dans le sens vertical.
Le coefficient de sécurité correspondant au rayon donnant la valeur minimale a été porté au droit
de chaque centre étudié. Il est ensuite possible de tracer des courbes d’isofacteur de sécurité dites
isocontours et de définir le minimum donnant la valeur recherchée du coefficient de sécurité
global. Dans notre cas, c’est le programme TALREN du groupement TERRASOL qui nous a
permis de déterminer le facteur de sécurité global vis-à-vis du grand glissement.

IV.5.2.Présentation du logiciel utilisé : TALREN :


TALREN est un logiciel permettant la vérification de la stabilité d'ouvrages géotechniques avec
ou sans renforcements vis-à-vis ce genre de glissement.
Ce logiciel s’appuie sur les méthodes classiques d’analyse de stabilité par surfaces de rupture
potentielle. On étudie par conséquent l’équilibre d’une masse de sol circonscrit d’une part par la
surface de rupture circulaire ou polygonale en utilisant la méthode de Bishop.

66 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Le logiciel se décompose en deux grandes parties:


 Le mode "Données" : où on introduit : La géométrie, les surcharges et les caractéristiques
du sol
 Le mode "Phasage/calculs" : dont les principaux volets sont : Les phases, les situations, et
le calcul et l’exploitation des résultats.

Matériaux :
couche γ (KN/m3) Φ(°) C (KPa)
Ballast 18 35 0
Béton 25 35 3000
Substratum 18 35 0
Sable hydraulique 18 30 0
Enrochement 18 40 0
TVC 18 35 0
Tableau 40:Caractéristiques des couches

Niveau de l’eau :
Le niveau de l’eau est égal à +4 m/zh.

Deux situations principales sont définies. Le nombre de découpage, l’incrément du rayon et le


point par lequel doivent passer les cercles sont choisis :
 Première situation : situation statique.
 Deuxième situation : situation dynamique.

On fait passer le cercle de rupture par plusieurs points.


Cas statique :

Figure 23: Stabilité au grand glissement du caisson C1, cas statique

𝑭𝑺 = 𝟐, 𝟗𝟓 ≥ 𝟏, 𝟓

67 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Cas sismique :

Figure 24: Stabilité au grand glissement du caisson C1, cas sismique

𝑭𝑺 = 𝟐, 𝟔𝟔 ≥ 𝟏, 𝟓

Les facteurs de sécurité obtenues sont inférieure à la valeur minimal : Fmin=1.5, on déduit alors
que le caisson C1 est stable vis-à-vis du grand glissement.
Les résultats pour les caissons C2 et C3 sont présentés dans l’annexe B.

V. Ferraillage du caisson :

V.1. Généralités :
Les sollicitations normales sont celles qui peuvent être équilibrées par les contraintes normales
développées sur les sections droites des pièces par :
 Compression du béton ;
 Traction (ou compression) de l’acier ;
Le principe des justifications conduit à considérer :
 les états limites ultimes (ELU) ;
 les états limites de service (ELS) ;
Les vérifications porteront sur :
 l’état limite de compression du béton ;
 l’état limite d’ouverture des fissures.

V.1.1. Contrainte de compression limite du béton :


Le diagramme de calcul du béton est constitué par un arc-parabole dont le sommet correspond à
un raccourcissement de 2.10-3 et une contrainte de :
0.85×𝑓𝑐𝑗
σbc=
Ɣ𝑏
Le coefficient de sécurité Ɣb tient compte d’éventuels défauts localisés ainsi que de la réduction
possible de la résistance du matériau mis en œuvre par rapport à sa résistance caractéristique
définie à priori :
 Ɣb =1.5 pour des situations durables ou transitoires.

68 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

 Ɣb =1.15 pour des situations accidentelles.


Le coefficient de minoration de 0.85 de la résistance du béton, tient compte de l’influence
défavorable :
 Des conditions de bétonnage et d’hygrométrie qui conduisent à la face supérieure de la
zone comprimée à une dessiccation plus rapide et en conséquence à une diminution de la
résistance à la compression
 De la durée d’application de la charge : en effet, les résistances caractéristiques sont
déterminées à partir de l’application de d’une charge instantanée aux éprouvettes, en
réalité, la longue durée d’application d’une charge entraine une diminution de la résistance
du béton.

V.1.2.Contrainte de traction limite du béton :


Les contraintes de traction du béton en service des sections entièrement tendues, ou celles
développées sur la face mouillée des parois, calculées vis-à-vis de l’état-limite de service sur la
section non fissurée rendue homogène avec n = 15, ne peuvent excéder la valeur :
𝜎𝑏𝑡 = 1.1 × ft28 × Ѳ
Avec Ѳ = 5/3

V.2. Hypothèses de calcul :

V.2.1. Contraintes limites :

Contraintes Valeurs (MPa)


Contrainte de compression limite de béton 19.8
Contrainte de traction limite du béton 4.95
Tableau 41:Valeurs des contraintes limites

V.2.2.Enrobages des aciers :


L'enrobage de toute armature est au moins égal à :
 5 cm pour les ouvrages à la mer ou exposés aux embruns ou aux brouillards salins, ainsi
que pour les ouvrages exposés à des atmosphères très agressives (*) ;
 3 cm pour les parois coffrées ou non qui sont soumises (ou sont susceptibles de l'être) à
des actions agressives, ou à des intempéries, ou des condensations, ou encore, eu égard à
la destination des ouvrages, au contact d'un liquide (**) ;
 1 cm pour des parois qui seraient situées dans des locaux couverts et clos et qui ne seraient
pas exposées aux condensations.
Remarques :
* Cet enrobage de 5 cm peut être réduit à 3 cm si, soit les armatures, soit le béton sont protégés
par un procédé dont l'efficacité a été démontrée.
** La valeur de 3 cm peut être ramenée à 2 cm lorsque le béton présente une résistance
caractéristique supérieure à 40 MPa. En effet, l'efficacité de la protection apportée par l'enrobage
est fonction de la compacité du béton, laquelle croît avec sa résistance.

V.3. Modélisation du caisson :


Donc dans le calcul du Caisson on va considérer deux phases :
 Première Phase : Pour cette phase, on opte pour deux alvéoles pleins qui sont décalés pour
induire le moment maximal qui peut être créé pour les parois intérieures, donc ce modèle
peut être déterminant surtout pour les parois intérieures.
 Deuxième phase : C’est la phase de mis en place des caissons et donc on considère que
toutes les charges et surcharges sont appliquées pour les deux types des caissons.

69 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

V.3.1. Première phase : en cours de mise en œuvre:


La configuration de charge retenue est celle où le caisson est en cours de remplissage,
complètement immergé dans l’eau, et où seule une cellule sur deux est remplie de sable. Il s’agit
de la configuration qui devrai être la plus défavorable puisque les pressions hydrostatiques sont
maximales et les effets du sable sur les parois intérieures sont les plus importantes.
 Poids propre
 Le gradient hydrostatique
 Archimède
 Poussée du sable.
 Poussée du ballast


Nous avons cherché à mettre en évidence et quantifier les effets de voûte dans les milieux
granulaires comme le sable et le ballast, c’est-à-dire à évaluer les contraintes internes qui
répartissent le poids du matériau granulaire sur les parois d’un caisson.
L’existence des voûtes, c’est-à-dire des contraintes radiales est traduite par un facteur de
proportionnalité K par rapport aux contraintes verticales dues au poids des grains, cette
proportionnalité se traduit par la formule suivante :
𝜎𝑟𝑟⁡ = 𝐾⁡ × 𝜎𝑧𝑧
Si l’on suppose que les voûtes internes font un angle φ avec la verticale, on obtient :
𝐾⁡ = ⁡𝑡𝑎𝑛⁡𝜑.

Plan moyen de β
remplissage : h’ La rive de remplissage :
Pris comme origine des
abscisses. Ligne de rencontre entre la
surface de remplissage et la
paroi du silo.

Figure 25: Modélisation de l’effet silo




Le tableau ci-dessous rassemble les dimensions des cellules des caissons.
Dimensions Caisson C1 Caisson C2 Caisson C3
Base (m × m) 4.533 × 3.575 3.575 × 4.533 3.575 × 4.533
𝐇𝐚𝐮𝐭𝐞𝐮𝐫⁡(𝐦) 14.5 15,00 8,00
Tableau 42:Dimensions des cellules

70 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Un ouvrage est de type silo si son élancement, son rayon hydraulique et sa hauteur vérifient les
conditions suivantes :
𝑟ℎ ≤ 7.5𝑚
𝐻
≥ ⁡3.5
𝑟ℎ
ℎ⁡– ⁡ℎ’
{ 𝐻 ≥ ⁡0.6

Rayon hydraulique :
Le rayon hydraulique est défini comme étant le rapport de l’aire de la section droite d’une cellule
à son périmètre.
𝑆
rh =
𝐿
Avec :
S = l’aire de la section droite
L = le périmètre de cette section

Elancement :
H
L’élancement est défini comme suit : .
rh
Où H est la distance entre le plan moyen de remplissage et l’orifice de vidange du silo.

Profondeur h’ de la rive de remplissage par rapport au plan moyen de remplissage :


2
h’= × rh × tanβ
3
Avec
 : l’angle du cône formant le talus supérieur avec le plan horizontal, Le remplissage du caisson
est horizontal  β=0.
Donc h’=0.

Valeur limite de l’importance de la trémie et du talus supérieur :

ℎ−ℎ′ 𝐻−0
=
𝐻 𝐻
Avec h’ : la distance entre le plan moyen de remplissage et la rive de remplissage.

Le tableau suivant rassemble les résultats des trois vérifications d’assimilation des caisson
en silos :
Caisson C1 Caisson C2 Caisson C3
rh 0.999 0.999 0.999
H
14.5 15,00 8,00
rh
ℎ − ℎ′
1 1 1
𝐻
Tableau 43:Conditions de vérification d'assimilation des caissons en silos

71 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Toutes les conditions sont vérifiées  Les cellules de tous les caissons peuvent être assimilées à
un ouvrage de type silo.


De manière sommaire, un matériau de remplissage applique 3 actions sur les parois des cellules :
 Un effort normal sur les parois.
 Un effort tangentiel sur les parois, proportionnel à l’effort normal.
 Une pression verticale sur le fond de la cellule.
Le calcul de ces efforts est fait conformément aux « règles professionnelles de conception et de
calcul des silos en Béton Armé et Béton Précontraint ITBDP 1986 ».

Détermination des paramètres de calcul h’’ et δ :


L’angle de frottement sur les parois de la cellule est donnée par :
2
𝛿 = × 𝜑′
3

Avec : φ’ : angle de frottement interne, pour le sable utilisé, on a 𝜑 = 30°.


Donc :
𝛿 = 20°
Pour le ballast utilisé, on a 𝜑 = 35°,
Donc :
𝛿 = 23.33°
La profondeur de la rive de remplissage h’’
1
ℎ" = × 𝑟ℎ × tan 𝛿
2
Donc :
ℎ" = 0.18⁡𝑚⁡𝑝𝑜𝑢𝑟⁡𝑙𝑒⁡𝑠𝑎𝑏𝑙𝑒
⁡⁡⁡⁡⁡⁡⁡⁡⁡= 0.21⁡𝑚⁡𝑝𝑜𝑢𝑟⁡𝑙𝑒⁡𝑏𝑎𝑙𝑙𝑎𝑠𝑡
Principe de calcul des contraintes :
En pratique, deux états de la matière sont à considérer, Chacun de ces états est caractérisé par le
paramètre  qui représente le rapport entre la composante normale et la composante tangentielle
de la contrainte appliquée aux parois.

 Etat 1 :
Cet état est caractérisé par un équilibre limite correspondant à l’apparition de plans obliques de
glissement au voisinage immédiat de la paroi verticale ; il conduit aux valeurs les plus fortes de la
pression moyenne sur un plan horizontal. Pour cet état :

1 − 𝑚 × sin 𝜑′
𝜆1 = ⁡𝑐𝑜𝑠²𝛿
1 + 𝑚 × sin 𝜑′
Avec :
𝑚 = √1 − 𝜉 2
tan 𝛿
𝜉=
tan 𝜑′
A cette valeur de λ1 correspond une hauteur de référence Z01 définie par :
𝑟ℎ
𝑍01 =
𝜆1 × tan 𝛿
La profondeur réduite x(z) et la fonction exponentielle y(z) sont données par les formules:
𝑧 − ℎ"
𝑥1 (𝑧) =
𝑍01
𝑦1 (𝑧) = 1 − 𝑒 −𝑥

72 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Les pressions normale et tangentielle sont :


𝛾×𝑟
 Normale 𝑛(𝑧) = tan 𝛿ℎ ⁡ × 𝑦(𝑧)
 Tangentielle 𝑡(𝑧) = 𝑛(𝑧) × ⁡ tan 𝛿
Avec :
Pour le sable de remplissage : γ’=1t/m3 entre -11.5m/zh et +4m/zh.
Pour le ballast : γ’=1.1t/m3 entre -11.5m/zh et +4m/zh.
La pression du sable sur le fond :
 La pression sur le fond du caisson qui est exercé par le sable vaut :
𝑛(ℎ)
v(h) ⁡ = + ⁡γ⁡h’’
𝜆1
Avec :
𝑛1 (ℎ) = 𝑛(𝐻)
Donc :
2.39
𝑣1 (h) ⁡ = + 1 × 0.18 = 6.3⁡ 𝑇⁄𝑚3
0.39

En raison des variations possibles du paramètre  en fonction de la profondeur qui pourraient


entraîner des sous- ou surpressions sur certaines parties de la hauteur, on prend, pour le calcul des
parois sous l’action de la poussée horizontale :
nc (z) = 1,15 n (z)
Pour tenir compte d’une part de l’incertitude relative à la loi de distribution de la pression sur le
fond on prend :
vc (h) = 1,35 v (h)

Les tableaux suivants rassemblent les résultats de calcul :


Caisson C1 Caisson C2 Caisson C3
𝝃 0.63
m 0.79
𝝀𝟏 0.39
𝒁𝟎𝟏 7
⁡⁡⁡𝒙𝟏 (𝒛) 0,143⁡𝑧 − 0,025
𝒚𝟏 (𝒛) 1 − 𝑒 −0,143⁡𝑧+0,025
n1(z) 2.74 (1 − 𝑒 −0,143⁡𝑧+0,025 )
t1(z) (1 − 𝑒 −0,143⁡𝑧+0,025 )
𝒏𝟏 (𝒉) (T/m3) 2.39 2.41 1.84
𝒗𝟏 (𝐡) (T/m )3
6.3 6.36 4.89
𝒏𝟏𝒄 3.15⁡(1 − 𝑒 −0,143⁡𝑧+0,025 )
𝒕𝟏𝒄 1.15⁡⁡(1 − 𝑒 −0,143⁡𝑧+0,025 )
𝒗𝟏𝒄 (T/m3) 8.5 8.58 6.6
Tableau 44:Pression du sable de remplissage des cellules à l'état 1

73 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Caisson C1
𝝃 0.61
m 0.79
𝝀𝟏 0.31
𝒁𝟎𝟏 7.47
⁡⁡⁡𝒙𝟏 (𝒛) 0.133 z-0.028
𝒚𝟏 (𝒛) 1 − 𝑒 −0.133⁡z+0.028
n1(z) 2.55 (1 − 𝑒 −0.133⁡z+0.028 )
t1(z) 1.11⁡(1 − 𝑒 −0.133⁡z+0.028 )
𝒏𝟏 (𝒉) (T/m3) 2.16
𝒗𝟏 (𝐡) (T/m3) 7.19
𝒏𝟏𝒄 2.93⁡(1 − 𝑒 −0.133⁡z+0.028 )
𝒕𝟏𝒄 1.26⁡⁡(1 − 𝑒 −0.133⁡z+0.028 )
𝒗𝟏𝒄 (T/m3) 9.7
Tableau 45:Pression du ballast de remplissage des cellules à l'état 1

 Etat 2 :
Il correspond en principe au glissement en bloc du « stock-modèle » (stock compris entre la surface
U et la surface de remplissage) le long des parois internes ; il conduit aux valeurs les plus
défavorables des actions n, t appliquées à la paroi verticale.
𝜆2 = 𝑐𝑜𝑠²𝛿
Donc :
Caisson C1 Caisson C2 Caisson C3
𝝀𝟐 0.88
𝒁𝟎𝟐 3.12
⁡⁡⁡𝒙𝟐 (𝒛) 0.32⁡z⁡– ⁡0.058
𝒚𝟐 (𝒛) 1 − 𝑒 −0.32⁡z+0.058
n2(z) 2.74 (1 − 𝑒 −0.32⁡z+0.058 )
t2(z) (1 − 𝑒 −0.32⁡z+0.058 )
𝒏𝟐 (𝒉) (T/m3) 2.712 2.712 2.712
𝒗𝟐 (𝐡) (T/m )3
3.262 3.262 3.262
𝒏𝟐𝒄 3.15⁡(1 − 𝑒 −0.32⁡z+0.058 )
𝒕𝟐𝒄 1.15⁡⁡(1 − 𝑒 −0.32⁡z+0.058 )
𝒗𝟐𝒄 (T/m3) 4.403 4.409 4.09
Tableau 46:Pression de sable de remplissage des cellules à l'état 2

Caisson C1
𝝀𝟐 0.84
𝒁𝟎𝟐 2.75
⁡⁡⁡𝒙𝟐 (𝒛) 0.36⁡z⁡– ⁡0.076
𝒚𝟐 (𝒛) 1 − 𝑒 −0.32⁡z+0.058
n2(z) 2.55 (1 − 𝑒 −0.36⁡z+0.076 )
t2(z) 1.11⁡(1 − 𝑒 −0.36⁡z+0.076 )

74 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

𝒏𝟐 (𝒉) (T/m3) 2.53


𝒗𝟐 (𝐡) (T/m3) 3.242
𝒏𝟐𝒄 2.93⁡(1 − 𝑒 −0.36⁡z+0.076 )
𝒕𝟐𝒄 1.26⁡⁡⁡(1 − 𝑒 −0.36⁡z+0.076
𝒗𝟐𝒄 (T/m3) 4.376
Tableau 47:Pression de ballast de remplissage des cellules à l'état 2

Les courbes suivantes représentent les pressions normales et tangentielles sur les parois :

Pression du sable sur les parois du


caisson C1
-1 0 1 2 3 4
0
2
4 t1
6 t2
8 n2
10 n1
12
14
16

Figure 26 :Pression sur les parois du caisson C1

Pression du sable sur les parois du


caisson C2
-1 0 1 2 3 4
0
2
n2
4
6 t1
8 t2
10
n1
12
14
16
Figure 27:Pression sur les parois du caisson C2

75 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Pression du sable sur les parois


ducaisson C3
-1 0 1 2 3 4
0

2 t1

4 t2
n2
6
n1
8

10
Figure 28:Pression sur les parois du caisson C3

On modélise les trois cas de charges de remplissage suivantes :


Cas de charge n°1 : Le remplissage dans ce cas est selon le schéma suivant :

Figure 29:Cas de charge 1

Cas de charge n°2 : On suppose dans ce cas qu’on a rempli, uniquement les alvéoles côté terre,
par le sable, puisque c’est le cas le plus défavorable par rapport au cas de remplissage par ballast.

Figure 30:Cas de charge 2

76 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Cas de charge n°3 : Dans ce cas, les alvéoles sont remplis comme suit :

Figure 31:Cas de charge 3

Le déplacement:
Cas de charge déplacement maximal (Cm)
cas 1 0,21
cas 2 0,12
cas 3 0,16
Tableau 48:Résultats déplacements

Les déplacements obtenus sont de l’ordre de 0,20 cm ce qui est une valeur bien en dessous des
limites admises
Les contraintes :
Les résultats des contraintes maximales donnés par ROBOT sont présentés dans le tableau
suivant:

Cas de charge Contrainte Compression Traction


Sxx 0,43 2,41
Cas 1
Syy 0,54 2,69
Sxx 1 2,7
Cas 2
Syy 0,89 2,39
Sxx 2,58 5,51
Cas 3
Syy 1,10 2,46
Tableau 49:Résultats des contraintes

On constate que toutes les contraintes sont inférieures aux valeurs limites, donc il n’y aura pas de
fissuration.

V.3.2.Deuxième phase : caisson mis en place :


La disposition finale du caisson au terme de sa mise en œuvre et en cours de sa vie correspond à la
conjugaison des charges dues à son environnement et aux charges liées à l’exploitation du quai.
Les cellules de sables sont donc complètement remplies, la plateforme est construite et
équipements du quai sont en cours d’utilisation.
Charges appliquées :

77 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

 Poids propre,
 Poussée du sable,
 Poussée du béton de remplissage,
 Poussée hydrostatique,
 poussée des terres,
 Effort d’amarrage.

Figure 32:Modélisation des charges sur le caisson C1, Phase 1

Les contraintes :

Contrainte Compression Traction


Sxx 1,56 5,23
Syy 1,01 3,58
Tableau 50:Résultats contraintes

On remarque que tous les contraintes de compressions obtenues pour toutes les combinaisons sont
inférieures à la contrainte limite de compression. Donc il n’y a pas un risque de fissuration et les
sections de béton sont suffisantes.
On ne s’est pas intéressé aux résultats du déplacement dans cette variante, car le caisson est en
place, et n’aura donc aucun déplacement.

78 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

CHAPITRE 4 : ETUDE DE LA VARIANTE EN GABIONS DE


PALPLANCHES

DANS CE CHAPITRE NOUS ALLONS ETUDIER LA VARIANTE


EN GABIONS DE PALPLANCHES, SA CONCEPTION, LES
EFFORTS SOLLICITANTS, SA STABILITE INTERNE, EXTERNE
ET GLOBALE.

79 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

I. Description de la variante :

Une cellule de gabions est formée d’une enceinte cylindrique de palplanches métalliques qui est
ensuite remplie d’un matériau de remblai.
Les palplanches sont enclenchées les unes dans les autres par leurs serrures et forment ainsi une
enceinte continue capable de résister aux efforts d’éclatement dus à la poussée du remblai
intérieur.

Figure 33:Serrures des palplanches

L’enceinte cylindrique de palplanches peut reposer sur un substratum rocheux ou bien pénétrer
dans le sol.

Figure 34:Gabion de palplanche

I.1. Choix de type de gabion :


D’une manière générale, les structures à base de gabions circulaires sont préférables aux autres
types de conception évoqués dans le chapitre 2 pour les raisons suivantes :
 Les gabions circulaires sont auto-stables,
 Les gabionnades constituées de cellules semi-circulaires cloisonnées imposent des
contraintes de remblaiement extrêmement sévères avec des hauteurs différentielles de
remblai entre cellules adjacentes n’excédant pas 1,00 mètre à 1,50 mètres environ,
 La rupture d’une cloison (ou du diaphragme) d’une gabionnade à cellules semi-circulaires
peut entraîner la rupture en chaîne de l’ouvrage par défaut d’auto-stabilité des cellules,
tandis que la rupture d’un gabion circulaire demeurera généralement locale et n’affectera
pas le reste de la gabionnade,
 Les gabarits de construction pour gabions circulaires sont moins délicats à réaliser que
ceux qui sont utilisés pour les gabionnades à cellules semi-circulaires.

80 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

I.2. Conception :
Chaque gabion est constitué par une enceinte cylindrique en palplanches métalliques plates
remplie généralement d’un matériau frottant. Ainsi, le massif interne apporte à l’ouvrage sa
stabilité et les palplanches jouent le rôle d’enveloppe. Cette conception permet d’éviter d’avoir
recours à des liernes et des systèmes d’ancrage complémentaires.

Les gabionnades sont plutôt adaptées à des hauteurs libres moyennes, comprise entre 8 et 15
mètres, mais des ouvrages construits dans le passé ont déjà atteint plus de 20 mètres. Les
conditions de site sont primordiales ; le sol de fondation doit être de bonne portance et de faible
déformabilité, et le chantier doit pouvoir bénéficier d’un plan d’eau calme (courants limités, faible
agitation) eu égard des difficultés d’exécution de ce genre d’ouvrage.
Les caractéristiques retenues pour les différents types de gabion sont :
Gabion G1 Gabion G2 Gabion G3
Hauteur h 16,50 21,50 9,50
Rayon r 8,64 12,80 6,41
Nombre de palplanches 108 160 80
Largeur équivalente 13,57 20,10 10,06
Tableau 51:Caractéristiques géométriques des gabions

II. CALCUL DES Actions :


Les tableaux suivants récapitulent les résultats de calcul des différentes charges agissant sur les
gabions.
Gabion G1 :

Rv Rh ev eh Mv Mh
(T) (T) (m) (m) (T.m) (T.m)
Poids propre 3780,00 --- 6,79 --- 25665,32 ---
Poussée des terres 63,79 -126,84 13,58 2,28 866,27 -289,61
Charges
permanentes Gradient hydraulique de --- -257,22 --- 7,25 --- -1864,87
l'eau
Poids des passerelles 3,13 --- 3,08 --- 9,65 ---
Surcharges
Charges --- --- --- --- --- ---
d'exploitation
Variables
Amarrage --- --- --- --- --- ---
Inertie de l'ouvrage -40,82 -136,08 6,79 8,75 -277,19 -1190,70
Incrément dynamique
-4,96 -22,71 13,58 4,11 -67,39 -93,35
de la poussée des terres
Actions
accidentelles Surpression --- -39,78 --- 4,11 --- -163,49
hydrodynamique
Dépression
--- -99,44 --- 4,11 --- -408,72
hydrodynamique
Tableau 52:Forces et moments agissants sur le gabion G1

81 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Gabion G2 :
Rv Rh ev eh Mv Mh
(T) (T) (m) (m) (T.m) (T.m)
Poids propre 9201,65 --- 10,31 --- 94889,93 ---
Poussée des terres 83,28 -165,63 20,62 2,87 1717,62 -474,81
Charges
permanentes Gradient hydraulique de --- -377,20 --- 7,50 --- -2828,99
l'eau
Charges dues aux passerelles 25,69 --- 20,28 --- 520,91 ---
Charges Surcharges d'exploitation 573,33 --- 10,31 --- 5912,39 ---
Variables Amarrage --- --- --- --- --- ---
Inertie de l'ouvrage -147,23 -368,07 10,31 8,50 -1518,24 -3128,56
Incrément dynamique de la
Actions -59,39 -14,04 20,62 5,16 -1224,84 -72,44
accidentelles poussée des terres
Surpression hydrodynamique --- -64,38 --- 5,16 --- -332,18
Dépression hydrodynamique --- -160,94 --- 5,16 --- -830,44
Tableau 53:Forces et moments agissants sur le gabion G2

Gabion G3 :
Rv Rh ev eh Mv Mh
(T) (T) (m) (m) (T.m) (T.m)
Poids propre 1258,00 --- 5,03 --- 6328,34 ---
Poussée des terres 44,95 -89,37 10,06 2,23 452,20 -198,99
Charges
permanentes Gradient hydraulique de --- -98,57 --- 4,25 --- -418,94
l'eau
Poids des passerelles 5,26 --- 8,60 --- 45,27 ---
Surcharges d'exploitation --- --- --- --- ---
---
Charges
Variables -
Amarrage -80,00 -138,56 2,24 11,00 -179,20
1524,20
Inertie de l'ouvrage -13,59 -45,29 5,03 5,25 -68,35 -237,76
Incrément dynamique de
-3,50 -16,00 10,06 4,01 -35,18 -64,14
Actions la poussée des terres
accidentelles Surpression --- -8,86 --- 4,01 --- -35,52
hydrodynamique
Dépression
--- -22,16 --- 4,01 --- -88,81
hydrodynamique
Tableau 54:Forces et moments agissants sur le gabion G3

82 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

III. Stabilité des gabions :


L’étude de la stabilité des gabions repose sur la considération de plusieurs modes de rupture. Pour
chacun de ces modes on définit un coefficient de sécurité. On distingue la stabilité interne el la
stabilité externe. La stabilité interne dépend des caractéristiques de résistance des matériaux du
gabion alors que la stabilité externe n’en dépend pas.

Stabilité interne :
On considère deux modes de rupture interne :
 Rupture des palplanches: dégraphage de l’enceinte de palplanches due aux actions du sol
provenant du massif interne, et du massif externe lorsque les cellules font office de
soutènement pour un terreplein arrière.
 La rupture sous cisaillement interne : le remblai interne ne pouvant supporter les efforts
internes dus au moment des forces extérieures.

Stabilité externe :
Le système est constitué par l’ensemble [enceinte + remblai interne] se comportant comme un
corps rigide, soumis aux actions du sol, de l’eau, et aux actions directement appliquées. On
considère également les 3 modes de rupture externe vus précédemment :
 Le glissement sous la base du gabion.
 Le renversement du gabion.
 Le poinçonnement de la fondation.

Stabilité globale :
Rupture par grand glissement suivant une surface traversant le massif de sol correspond au
dépassement des capacités de résistance mobilisable.

III.1. Stabilité interne :

III.1.1. Tension dans les serrures de la cellule :


Soit T la traction dans un arc de section circulaire de rayon r. Soit R la résistance à la traction des
serrures des palplanches.
Soit A la section de l’âme de la palplanche. La condition d’état-limite s’écrit :
γd T⁡ ≤ Inf⁡{R⁡; t. fy }
Où :
fy : La limite élastique des palplanches.
R : La valeur caractéristique de la résistance des serrures des palplanches plates (résistance au
dégrafage) correspond à une valeur nominale garantie par le producteur des palplanches.

Pour calculer T à une profondeur z donnée, on applique la formule « des chaudronniers » :


T(z) = σr (z)⁡r = K⁡σv (z)⁡r
Où :
 σr (z) est la pression horizontale du remblai interne s’exerçant à la profondeur z,
 σv (z) est la pression verticale du remblai interne s’exerçant à la profondeur z,
 K est le coefficient des pressions latérales,
 r est le rayon de la cellule.

83 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Le coefficient des pressions latérales dépend du type de remblai utilisé, de la phase et du mode de
construction :
 Pour la construction en déblai (gabions cloisonnés) : Le coefficient de pression latéral tend
vers un coefficient de poussée active.
 Pour la construction en remblai (gabions circulaires) : La pression se rapproche à celle des
terres au repos (avec K0=1-sinφ et une inclinaison nulle de la résultante).
Pour notre cas : K=K0 =1-sin φ=1-sin35 =0,426.

Le renflement maximum du gabion se produit dans une zone comprise entre 1/3 et 1/4 de la
hauteur H au-dessus de la base du gabion, c’est donc la zone de tension maximale.
Le calcul de la tension est effectué habituellement à H/4 au-dessus du pied du gabion.

Figure 35:Modélisation de la traction sur les palplanches des gabions

Le coefficient de sécurité requis vis-à-vis de la résistance des serrures de palplanches à la rupture


est élevé car il peut y avoir d’importantes discontinuités dans les tensions des palplanches même
jointives  On prend⁡γd = 1.4.

Le tableau suivant représente les caractéristiques des palplanches plates fournies par
ArcelorMittal :

Largeur Epaisseur Résistance caractéristique


Section
b (mm) t (mm) R (KN/m)
AS 500-9.5 500 9,50 3000
AS 500-11 500 11,00 3500
AS 500-12 500 12,00 5000
AS 500-12.5 500 12,50 5500
AS 500-12.7 500 12,70 5500
Tableau 55:caractéristiques des palplanches

84 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

D’après les tableaux ci-dessus, on choisit AS 500-9.5 dont les caractéristiques sont :
 R=3000 KN/m
 A=9.5 mm
 fy= 355 N/mm²

On déduit :
Inf⁡{R⁡; A. fy } = Inf⁡{3000⁡; 9,5 × 355}
= 3000KN/m= 300T/m

Figure 36: Palplanches plates AS 500-9.5

Le tableau suivant représente les résultats du calcul de la résistance à la traction des palplanches
pour les trois gabions :
Paramètre de calcul G1 G2 G3
Rayon du gabion (m) r 8,54 13,13 6,49
Niveau de la traction
z= -H/4 -7,38 -7,25 -9,13
maximale (m)
Contraintes verticales 𝝈𝒓𝒆𝒎𝒃𝒍𝒂𝒊𝒔 15,52 15,39 17,27
𝝈𝒗 = 𝟏. 𝟑𝟓𝝈𝒓𝒆𝒎𝒃𝒍𝒂𝒊𝒔 + 𝝈𝒅𝒂𝒍𝒍𝒆 2,50 2,50 2,50
𝟏. 𝟓𝝈𝒅𝒂𝒍𝒍𝒆 (T/m²) 𝝈𝒗 24,70 24,53 27,06
𝒑𝒘 = 𝟏. 𝟑𝟓 ×
Pression hydrostatique 𝒑𝒘 𝜸𝒘 × (𝑵𝒆𝒙𝒕 −
2,43 2,43 2,43
(T/m²) 𝑵𝒊𝒏𝒕 )

Contrainte horizontale totale 𝝈𝑯 = 𝑲𝟎 𝝈𝒗 +


12,95 12,88 13,96
𝝈𝑯 (T/m²) 𝒑𝒘

Résistance à la traction 𝑻
𝑻 = 𝝈𝑯 × 𝒓 111,95 169,09 89,39
(T/m²)
156 ,74 236,73 125,5
Condition d'état limite ⁡𝛄𝐝 𝑻
≤ 300
Tableau 56: Résultats de calcul de la résistance à la traction des palplanches

85 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

 La condition d’état limite de traction des serrures est vérifiée pour les trois gabions ; les
enceintes de palplanches ne courent pas un risque de dégraphage.

Remarque :
Pour les conditions normales de charges, le niveau d’eau à l’intérieur du gabion se stabilise à mi-
marée :

 Niveau d’eau à l’extérieur du gabion : 𝑁𝑒𝑥𝑡 = +0.4⁡𝑚/𝑍𝐻


0.4+4
 Niveau d’eau à l’intérieur du gabion : Nint = 2 = 2.2⁡m/ZH

III.1.2.Rupture du massif interne :


Son estimation est basée sur la considération d’une ligne de rupture possible à l’intérieur de la
cellule de gabion.
La stabilité du massif interne d’un gabion a donné lieu à plusieurs théories : méthode TVA
(Tennessee Valley Authority), également appelée méthode de Terzaghi, méthode de Cummings,
méthode de Brinch Hansen,…Cette dernière, développée ici, suppose le développement d’une
ligne de rupture en forme de spirale logarithmique d’angle φ’ passant par les pieds des gabions et
séparant le sol en deux parties :
 La partie supérieure participant au mouvement,
 La partie inférieure, fixe et solidaire du reste de la fondation, appelée « mort terrain ».
Soit Mstab (respectivement⁡Mdéstab) le moment des forces stabilisatrices, ou résistantes
(Respectivement déstabilisatrices, ou motrices) par rapport au foyer de la spirale. La condition
d’état-limite s’écrit :
γd × Mdéstab ≤ Mstab

D’après Rosa2000, pour la rupture d’un massif interne selon la théorie de Brinch-Hansen :
γd = 1,4

Etant donné la complexité des calculs manuels, on a eu recours à l’usage du logiciel TALREN.

Les résultats obtenus sont les suivants :

Gabion G1 :

Figure 37: Stabilité à la rupture du massif interne du gabion G1

𝑭𝑺 = 𝟐, 𝟏𝟗 ≥ 𝟏, 𝟒

86 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Gabion G2 :

Figure 38: Stabilité à la rupture du massif interne Gabion G2

𝑭𝑺 = 𝟑, 𝟖𝟖 ≥ 𝟏, 𝟒

Gabion G3 :

Figure 39: Stabilité à la rupture du massif interne Gabion G3

𝑭𝑺 = 𝟐, 𝟏𝟒 ≥ 𝟏, 𝟒
Conclusion :
La stabilité interne est vérifiée vu que les coefficients de sécurité obtenus sont supérieurs au
facteur de coefficient minimal.

87 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

III.2. Stabilité externe :

III.2.1.Stabilité au glissement :
Gabion G1 :
ELU Fondamental et ELU Accidentel :
ELUF ELUA
coeff coeff.Rv coeff.Rh coeff coeff.Rv coeff.Rh
Poids propre 1,01 3827,25 --- 1 3780,00 ---
Poussée des terres 1,35 86,12 -171,23 1 63,79 -126,84
Action permanente de l'eau 1,18 --- -303,85 1 --- -257,22
Poids des passerelles 1,01 3,17 --- 1 3,13 ---
Inertie de l'ouvrage --- --- --- 1 -40,82 -136,08
Poussée dynamique des terres --- --- --- 1 3,13 -22,71
Surpression --- --- --- 1 --- -39,78
Dépression --- --- --- 0,4 --- -39,78
∑ 𝑅𝑉 (T) 3916,54 3809,23
∑ 𝑅𝐻 (T) 475,08 622,41
F sécurité glissement 4,95 3,67
Tableau 57 : Résultat de la stabilité au glissement, gabion G1

Gabion G2 :

ELU Fondamental :
ELUF1 ELUF2
coeff coeff.Rv coeff.Rh coeff coeff.Rv coeff.Rh
Poids propre 1,01 9316,67 --- 1,01 9316,67 ---
Poussée des terres 1,35 112,43 -223,60 1,35 112,43 -223,60
Action permanente de l'eau 1,18 --- -445,57 1,18 --- -445,57
Amarrage 0,87 --- --- 1,24 --- ---
Surcharges Passerelles 1,01 26,01 --- 1,01 26,01 ---
surcharge 1,50 857,85 --- 0,87 496,65 ---
Inertie de l'ouvrage --- --- --- --- --- ---
Poussée dynamique des terres --- --- --- --- --- ---
Surpression --- --- --- --- --- ---
Dépression --- --- --- --- --- ---
∑ 𝑅𝑉 (T) 10312,96 9951,76
∑ 𝑅𝐻 (T) 669,17 669,17
F sécurité glissement 9,25 8,92
Tableau 58: Résultat de la stabilité au glissement à l'ELU Fondamental, gabion G2

88 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

ELU accidentel :
ELUA1 ELUA2
coeff coeff.Rv coeff.Rh coeff coeff.Rv coeff.Rh
Poids propre 1 9201,65 --- 1 9201,65 ---
Poussée des terres 1 83,28 -165,63 1 83,28 -165,63
Action permanente de l'eau 1 --- -377,20 1 --- -377,20
Amarrage 0 --- --- 0,4 --- ---
Surcharges Passerelles 1 25,69 --- 1 25,69 ---
surcharge 0,8 458,67 --- 0,4 229,33 ---
Inertie de l'ouvrage 1 -147,23 -368,07 1 -147,23 -368,07
Poussée dynamique des terres 1 -59,39 -14,04 1 -59,39 -14,04
Surpression 1 --- -64,38 1 --- -64,38
Dépression 0,4 --- -64,38 0,4 --- -64,38
∑ 𝑅𝑉 (T) 9562,67 9333,34
∑ 𝑅𝐻 (T) 1053,69 1053,69
F sécurité glissement 5,45 5,31
Tableau 59: Résultat de la stabilité au glissement à l'ELU Accidentel, gabion G2

Gabion G3 :
ELU Fondamental :
ELUF 1 ELUF 2
coeff coeff.Rv coeff.Rh coeff coeff.Rv coeff.Rh
Poids propre 1,01 1273,73 --- 1,01 1273,73 ---
Poussée des terres 1,35 60,68 -120,64 1,35 60,68 -120,64
Action permanente de l'eau 1,18 --- -116,44 1,18 --- -116,44
Poids des passerelles 1,01 5,33 --- 1,01 5,33 ---
Amarrage 0,87 -69,30 -120,03 1,24 -99,00 -171,47
Inertie de l'ouvrage --- --- --- --- --- ---
Poussée dynamique des
--- --- --- --- --- ---
terres
Surpression --- --- --- --- --- ---
Dépression --- --- --- --- --- ---
∑ 𝑅𝑉 (T) 1270,43 1240,73
∑ 𝑅𝐻 (T) 357,11 408,56
F sécurité glissement 2,13 1,82
Tableau 60: Résultat de la stabilité au glissement à l'ELU Fondamental, gabion G3

89 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

ELU Accidentel :
ELUA 1 ELUA 2
coeff coeff.Rv coeff.Rh coeff coeff.Rv coeff.Rh
Poids propre 1 1258,00 --- 1 1258,00 ---
Poussée des terres 1 44,95 -89,37 1 44,95 -89,37
Action permanente de l'eau 1 --- -98,57 1 --- -98,57
Poids des passerelles 1 5,26 --- 1 5,26 ---
Amarrage 0 0,00 0,00 0,4 -32,00 -55,43
Inertie de l'ouvrage 1 -13,59 -45,29 1 -13,59 -45,29
Poussée dynamique des terres 1 -3,50 -16,00 1 -3,50 -16,00
Surpression 1 --- -8,86 1 --- -8,86
Dépression 0,4 --- -8,86 0,4 --- -8,86
∑ 𝑅𝑉 (T) 1291,13 1259,13
∑ 𝑅𝐻 (T) 266,95 322,38
F sécurité glissement 2,90 2,34
Tableau 61: Résultat de la stabilité au glissement à l'ELU Accidentel, gabion G3

III.2.2.Stabilité au renversement :
Gabion G1 :
ELUF ELUA
coeff coeff.Ms coeff.Mr coeff coeff.Ms coeff.Mr
Poids propre 1,01 25986,14 --- 1 25665,32 ---
Poussée des terres 1,35 1039,53 390,98 1 866,27 289,61
Action permanente de l'eau 1,18 --- 2202,88 1 --- 1864,87
Poids des passerelles 1,01 9,77 --- 1 9,65 ---
Inertie de l'ouvrage --- --- --- 1 --- 1467,89
Poussée dynamique des terres --- --- --- 1 --- 160,74
Surpression --- --- --- 1 --- -163,49
Dépression --- --- --- 0,4 --- -163,49
∑ 𝑀𝑆 (T) 27035,43 26541,24
∑ 𝑀𝑅 (T) 2593,85 3456,13
F sécurité renversement 10,42 7,68
Tableau 62: Résultat de la stabilité au renversement, gabion G1

90 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Gabion G2 :
ELU Fondamental :
ELUF1 ELUF2
coeff coeff.Ms coeff.Mr coeff coeff.Ms coeff.Mr
Poids propre 1,01 96076,05 --- 1,01 96076,05 ---
Poussée des terres 1,35 2061,14 641,00 1,35 2318,78 641,00
Action permanente de l'eau 1,18 --- 3341,74 1,18 --- 3341,74
Amarrage 0,87 --- --- 0,87 --- ---
Passerelles 1,01 527,42 --- 1,01 527,42 ---
surcharge 1,50 8846,41 --- 1,50 8846,41 ---
Inertie de l'ouvrage --- --- --- --- --- ---
Poussée dynamique des
--- --- --- --- --- ---
terres
Surpression --- --- --- --- --- ---
Dépression --- --- --- --- --- ---
∑ 𝑀𝑆 (T) 107511,02 98922,26
∑ 𝑀𝑅 (T) 3982,74 3982,74
F sécurité renversement 26,99 24,84
Tableau 63: Résultat de la stabilité au renversement à l'ELU Fondamental, gabion G2

ELU Accidentel :
ELUA1 ELUA2
coeff coeff.Ms coeff.Mr coeff coeff.Ms coeff.Mr
Poids propre 1 94889,93 --- 1 94889,93 ---
Poussée des terres 1 1717,62 474,81 1 1717,62 474,81
Action permanente de l'eau 1 --- 2828,99 1 --- 2828,99
Amarrage 0 --- --- 0 --- ---
Passerelles 1 520,91 --- 1 520,91 ---
surcharge 0,8 4729,91 --- 0,4 2364,95 ---
Inertie de l'ouvrage 1 --- 4646,80 1 --- 4646,80
Poussée dynamique des
1 --- 1297,28 1 --- 1297,28
terres
Surpression 1 --- 332,18 1 --- 332,18
Dépression 0,4 --- 332,18 0,4 --- 332,18
∑ 𝑀𝑆 (T) 101858,36 97128,46
∑ 𝑀𝑅 (T) 9912,23 9912,23
F sécurité renversement 10,28 9,80
Tableau 64: Résultat de la stabilité au renversement à l'ELU Accidentel, gabion G2

91 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Gabion G3 :

ELU Fondamental :
ELUF 1 ELUF 2
coeff coeff.Ms coeff.Mr coeff coeff.Ms coeff.Mr
Poids propre 1,01 6407,44 --- 1,01 6407,44 ---
Poussée des terres 1,35 542,64 268,63 1,35 610,47 268,63
Action permanente de l'eau 1,18 --- 494,87 1,18 --- 494,87
Poids des passerelles 1,01 45,83 --- 1,01 45,83 ---
Amarrage 0,87 --- 1475,57 1,24 --- 2107,96
Inertie de l'ouvrage --- --- --- --- --- ---
Poussée dynamique des terres --- --- --- --- --- ---
Surpression --- --- --- --- --- ---
Dépression --- --- --- --- --- ---
∑ 𝑀𝑆 (T) 6995,92 7063,75
∑ 𝑀𝑅 (T) 2239,08 2871,46
F sécurité renversement 3,12 2,46
Tableau 65: Résultat de la stabilité au renversement à l'ELU Fondamental, gabion G3

ELU Accidentel :
ELUA 1 ELUA 2
coeff coeff.Ms coeff.Mr coeff coeff.Ms coeff.Mr
Poids propre 1 6328,34 --- 1 6328,34 ---
Poussée des terres 1 542,64 198,99 1 452,20 198,99
Action permanente de l'eau 1 --- 418,94 1 --- 418,94
Poids des passerelles 1 45,27 --- 1 45,27 ---
Amarrage 0 --- 0,00 0,4 --- 681,36
Inertie de l'ouvrage 1 --- 306,11 1 --- 306,11
Poussée dynamique des terres 1 --- 99,32 1 --- 99,32
Surpression 1 --- 35,52 1 --- 35,52
Dépression 0,4 --- 35,52 0,4 --- 35,52
∑ 𝑀𝑆 (T) 6916,25 6825,81
∑ 𝑀𝑅 (T) 1094,39 1775,75
F sécurité renversement 6,32 3,84
Tableau 66: Résultat de la stabilité au renversement à l'ELU Accidentel, gabion G3

92 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

III.2.3.Décompression :
Gabion G1 :
∑ 𝑴𝒓 ∑ 𝑴𝒔 ∑ 𝑹𝑽 e/A e/G
(T.m) (T.m) (T) (m) (m)

ELU 2593,85 27035,43 3916,54 -6,24 0,55


ELS 2154,48 26541,24 3846,92 -6,34 0,45
ELUA 3456,13 26541,24 3809,23 -6,06 0,73
Tableau 67:Vérification de décompression pour le gabion G1

Gabion G2 :
∑ 𝑴𝒓 ∑ 𝑴𝒔 ∑ 𝑹𝑽 e/A e/G
(T.m) (T.m) (T) (m) (m)

ELUF1 3982,74 107511,02 10312,96 -10,04 0,27


ELUF2 3982,74 98922,26 9951,76 -9,54 0,77
ELUA1 9912,23 101858,36 9562,67 -9,62 0,70
ELUA2 9912,23 97128,46 9333,34 -9,34 0,97
ELS rare1 3303,80 103040,84 9883,95 -10,09 0,22
ELS rare2 3303,80 101680,99 9752,08 -10,09 0,22
ELSF1 3303,80 99493,41 9539,95 -10,08 0,23
ELSF2 3303,80 98310,93 9425,28 -10,08 0,23
Tableau 68:Vérification de décompression pour le gabion G2

Gabion G3 :
∑ 𝑴𝒓 ∑ 𝑴𝒔 ∑ 𝑹𝑽 e/A e/G
(T.m) (T.m) (T) (m) (m)

ELUF 1 2239,08 6995,92 1270,43 -3,74 1,29


ELUF 2 2871,46 7063,75 1240,73 -3,38 1,65
ELUA 1 1094,39 6916,25 1291,13 -4,51 0,52
ELUA 2 1775,75 6825,81 1259,13 -4,01 1,02
ELS rare 1 2093,50 6825,81 1246,61 -3,80 1,23
ELS rare 2 2321,33 6825,81 1228,21 -3,67 1,36
ELSF 1 1299,29 6825,81 1276,21 -4,33 0,70
ELSF 2 958,60 6825,81 1292,21 -4,54 0,49
Tableau 69 : Vérification de décompression pour le gabion G1
𝐵 𝐵
Pour les trois gabions, - 6 ≤ 𝑒 ≤ 6
, donc toute la surface est comprimée.

93 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

III.2.4.Poinçonnement :
Gabion G1:

∑ 𝑹𝑽 ∑ 𝑹𝑯 ∆ q'ref qult
iγ Fp
(T) (T) (T/m²) (T/m²)
ELU 3916,54 454,12 6,90 0,68 18,15 209,70 11,55
ELS 3846,92 366,32 5,70 0,74 17,55 228,75 13,03
ELUA 3809,23 604,67 9,20 0,59 18,18 176,33 9,70
Tableau 70:Vérification de poinçonnement pour le gabion G1

Gabion G2:
∑ 𝑹𝑽 ∑ 𝑹𝑯 ∆ q'ref qult
iγ Fp
(T) (T) (T/m²) (T/m²)
ELUF1 10312,96 669,17 3,71 0,82 19,56 405,48 20,73
ELUF2 9951,76 669,17 3,84 0,82 19,86 382,59 19,26
ELUA1 9562,67 1053,69 6,28 0,71 18,94 335,32 17,71
ELUA2 9333,34 1053,69 6,44 0,70 19,02 322,80 16,97
ELS rare 1 9883,95 542,83 3,14 0,85 18,65 420,50 22,55
ELS rare 2 9752,08 542,83 3,18 0,85 18,41 419,46 22,79
ELSF1 9539,95 542,83 3,25 0,84 18,02 417,66 23,18
ELSF2 9425,28 542,83 3,29 0,84 17,80 416,63 23,40
Tableau 71:Vérification de poinçonnement pour le gabion G2

Gabion G3:
∑ 𝑹𝑽 ∑ 𝑹𝑯 ∆ q'ref qult
iγ Fp
(T) (T) (T/m²) (T/m²)
ELUF 1 1270,43 357,11 15,70 0,37 13,24 67,81 5,12
ELUF 2 1240,73 408,56 18,22 0,30 12,93 49,16 3,80
ELUA 1 1291,13 266,95 11,60 0,50 13,46 111,55 8,29
ELUA 2 1259,13 322,38 14,42 0,41 13,13 80,49 6,13
ELS rare 1 1246,61 294,63 13,30 0,45 13,00 83,00 6,39
ELS rare 2 1228,21 326,50 14,80 0,40 12,80 71,43 5,58
ELSF 1 1228,21 326,50 14,80 0,40 13,30 84,34 6,34
ELSF 2 1292,21 215,65 9,47 0,58 13,47 129,80 9,64
Tableau 72:Vérification de poinçonnement pour le gabion G3

94 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

III.3.Stabilité globale :
Gabion G1 :
Phase 1 :

Figure 40: Stabilité globale du gabion G1, état statique

𝐹𝑆 = 3,23 ≥ 1,5
Phase2 :

Figure 41: Stabilité globale du Gabion G1, état sismique

𝐹𝑆 = 2,76 ≥ 1,5

La stabilité globale des gabions C2 et C3 est représentée dans l’Annexe B.

95 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

CHAPITRE 5: PONT D’ACCES A LA PALTEFORME

DANS CE CHAPITRE, NOUS ALLONS ETUDIER LE TABLIER DU


PONT EN BETON ARME RELIANT LA PLATEFORME DE
DECHARGEMENT AU TERRE-PLEIN, ENSUITE NOUS ALLONS
DIMENSIONNER LES APPAREILS D’APPUI.

96 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

I. Choix d’une variante pour le pont :


I.1. Variante 1 : pont à poutres en béton armé :
Le pont à poutres en béton armé est caractérisé par des portées économiques variant de 15 à 30 m
pour chaque travée. Il présente les avantages suivants :

 Préfabrication :
Le principal avantage de ce type de structure est lié à son mode de construction qui permet d'éviter
le recours aux cintres s'appuyant sur le sol. On s'affranchit ainsi de nombreuses contraintes liées à la
brèche pour la réalisation du tablier (site accidenté, réduction de gabarits, voies dont les contraintes
d'exploitation sont fortes ...).
Il permet aussi d'envisager des formes de poutres assez élaborées, plus difficiles à coffrer, mais
permettant de faire travailler au mieux la matière. On peut également attendre de la préfabrication
une amélioration de la qualité des parements et des tolérances dimensionnelles.
Le recours à la préfabrication a également une incidence sur les délais d'exécution de l'ouvrage,
puisqu'il est possible de rendre indépendante la fabrication des poutres du reste du chantier.
 Insensibilité aux déformations:
Un autre intérêt de ce type de structure provient de son fonctionnement isostatique qui la rend
pratiquement insensible aux déformations imposées, en particulier aux tassements différentiels des
appuis et aux effets d'un gradient thermique.

Cependant, Ce type d’ouvrage représente les inconvénients suivants :

 Conception limitée des formes :


Le tablier, constitué de poutres rectilignes, est naturellement bien adapté aux franchissements
rectilignes. En revanche, il ne s'adapte que plus difficilement aux franchissements biais ou courbes.

 Esthétique :
Une autre critique peut être soulevée à propos de la qualité architecturale de ce type de tablier.
Chaque appui reçoit deux lignes d'appuis de travées adjacentes, ce qui nécessite une largeur de
sommier d'appui importante qui peut nuire à l'aspect esthétique.

I.2. Variante 2 : Le Pont Dalle (PSI-DA):


Les ponts-dalles sont constitués dans le sens longitudinal par une dalle pleine de béton coulé en
place, à inertie constante, à travée unique ou à plusieurs travées continues sur appuis simples. Ce
type des ponts a des portées économiques variant entre 10 et 15 m voir même 18m pour une seule
travée.
Parmi les avantages des ponts dalles :
 Minceur et légèreté relatives :
Possibilité fréquente d'accepter une fondation superficielle, et lorsque la fondation sur pieux est
inévitable, cette légèreté peut permettre une limitation du nombre ou de la longueur des pieux.

 Construction rustique :
En raison de l'absence de retombées dans les ponts-dalles, leurs coffrage et cintre sont plus simples
que pour les structures à poutres coulées en place. Ce gain est d'autant plus significatif que la main
d'œuvre est moins importante et pas nécessairement spécialisée.

 Liberté dans la conception des formes :


Enfin, les ponts-dalles, du fait qu'ils sont construits par coulage en place, s'adaptent à toute
difficulté d'implantation. Le projeteur est ainsi libre dans sa conception des formes (ponts courbes,
ponts en Y, tabliers comportant des élargissements).

97 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

 Esthétique et sécurité :
L’ouvrage présente une silhouette beaucoup plus légère et n'encombrant pas la
perspective de la voie franchie. Ce qui contribue à améliorer la sécurité par l'augmentation de
visibilité qu'il procure.

Mais, ils présentent plusieurs inconvénients, on cite :


 Travées de faible portée :
Ce qui le rend non économique pour les grandes portées (cela nécessite un nombre
important de piles et donc des fondations très coûteuses).

 Coffrage :
Il pose toujours le problème d’encombrement des échafaudages.

 Sensibilité aux tassements différentiels.

II. Prédimensionnement du tablier :


II.1. Conception générale :
La section du tablier est constituée de 4 poutres en béton armé d’une longueur de 20 m, entretoisées
au niveau des appuis (vérinage) et solidarisées transversalement par l’hourdis en section courante.
L’hourdis est de type général en BA, et il sera coulé sur place. Le profil en travers est de 10 m de
largeur.

II.2. Eléments de prédimensionnement :


II.2.1.Poutres principales :
 La section transversale :
On donnera aux poutres une forme en T.
 Espacement des poutres :
Pour une portée de 20 m et une largeur de du tablier de 10 m, on dispose quatre poutres en section
transversale. Donc en fixant un débord de 1,25 m on obtient un espacement entre axes des poutres
de 2,50 m.
 Hauteur :
L'élancement des poutres (rapport de la hauteur à la portée) est compris entre 1/15 et 1/17. Il peut
aller jusqu’à 1/20.
 L’épaisseur de l’âme :
En zone médiane, où l'effort tranchant est faible, les âmes sont dimensionnées au minimum
constructif dans le but d'alléger le plus possible les poutres. Elle est :
-Constante = 40 cm pour L≤20m.
-Variable de 25 cm en travées à 40 cm sur appuis pour L>20m.
 Dimension du talon :
Les talons des poutres, constituant la fibre inférieure de la structure, sont dimensionnés par la
flexion et doivent permettre de loger les armatures dans de bonnes conditions d'enrobage et
d'espacement.
Pour un ouvrage en poutres en béton armé, la largeur des talons varie de 0,50 à 0,60 m lorsque la
distance entre axes des poutres varie de 2,50 m à 4,00 m.
On a un entraxe de 2,5 m, donc on prend une largeur de 0,50 m
La partie verticale du talon ou pied de talon est généralement prise égale à 0.25 m.

 Hourdis général :
Selon le guide de conception de SETRA, L'épaisseur du hourdis est voisine du 1/16 de la portée
transversale (2.5 m).

98 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

II.2.2. Entretoises :
Les entretoises ont pour rôle de répartir les charges entre les poutres et de les encastrer à la torsion
sur appuis.
 Nombre :
La réalisation en place des entretoises complique et ralentit l'exécution du tablier, donc on se
contente de deux entretoises pour relier les poutres transversalement au niveau de chaque about.
 Hauteur :
Il faut aménager un espace suffisant entre le chevêtre d'appui et les entretoises pour faciliter l'accès
aux appareils d'appuis, et aussi pour avoir de la place aux vérins de soulèvement du tablier. La
hauteur des entretoises :
he = Hauteur des poutres-(épaisseur des talons ou 15 à 20cm)= 0.8 𝑚
 Epaisseur :
Les entretoises étant coulées en place, leur épaisseur résulte de conditions de bonne mise en œuvre
du béton, et de celles de vérinage du tablier en cas de changement d’appareils d’appuis.
Une épaisseur de 40cm sera suffisante du point de vue de la résistance.
Le tableau suivant récapitule les dimensions des différents éléments du tablier :
Elément Caractéristiques

Nom désignation Dimension (m)

espacement b0 2,5
Poutres hauteur hp 1
épaisseur de l'âme ba 0,4
Hourdis général Epaisseur hd 0,16
nombre N 2
Entretoise hauteur he 0,8
épaisseur be 0,4
Tableau 73:Dimensions des éléments du tablier

III. Charges
III.1.Les charges permanentes :

III.1.1. Les charges du tablier :


 le poids propre :
Pp=147.2t
 Le poids des entretoises :
Puisque les entretoises ne sont prévues qu’au niveau des appuis, celles-ci n’engendrent aucun
moment fléchissant dans la travée, mais uniquement un effort tranchant au niveau des appuis x=0 et
x=l. Pour toutes les poutres,
On trouve Tx =Ge = be . (b0 - ba). (he – hd). Ɣba=1.344 t .

III.1.2. Les charges des superstructures :


Les équipements du tablier jouent un rôle fondamental dans la conception, le calcul et la vie d’un
pont, se sont eux qui assurent le fonctionnement d’un pont vis-à-vis de l’usager. Aussi jouent-ils un
rôle important sur le plan de l’esthétique, la sécurité et durabilité de l’ouvrage.
 Chape d’étanchéité :
Elle est destinée à assurer l’adhérence du tablier, à éviter le fluage par sa résistance mécaniques, à
résister aux chocs thermiques provoquées par la mise en œuvre de la couche de roulement, on peut
les rencontrer sous forme de deux types :

99 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

- Chapes épaisses (de 3 à 3,5cm) à base d’asphalte coulé à chaux en bicouche à haute
température.
- Chapes minces (de 0,2 à 0,3cm) à base de résine synthétique adhérant au support.
On opte pour la chape épaisse car la chape mince nécessite un personnel technique qualifié et un
coût élevé, tandis que la première est moins chère et facile à exécuter.
On utilise donc la chape épaisse avec :
Epaisseur 3 cm
Masse volumique 2,2 t/m2
Charge d'étanchéité 13,2 t
Tableau 74:Charge de la chape d’étanchéité

 Revêtement :
Elle est constituée d’un tapis d’enrobés bitumineux d’épaisseur de 7 à 8 cm et de densité variant de
2,2 à 2,5 t/m3.
On adoptera une épaisseur de 7 cm avec une densité de 2,3 t/m3.
Epaisseur 7 cm
Masse volumique 2,3 t/m2
Charge du revêtement 32,20 t
Tableau 75:Charge du revêtement

 Trottoirs :
Deux types de trottoirs se présentent généralement : trottoir sur caniveau et trottoir plein.
On envisagera des trottoirs sur caniveau recouverts par des dallettes de 5cm d’épaisseur qui
reposent sur la contre-bordure et la contre-corniche. Ils présentent l’avantage d’être légers et
permettent de disposer des pipelines sous les dallettes.
 Garde-corps :
C’est un organe destiné à empêcher les chutes d’ouvriers et du personnel. Sa masse classique varie
de 20 à 50 kg/ml.

Figure 42: Profil en travers du pont

 Les pipelines :
Une canalisation, ou un pipeline (de l'anglais) est une conduite destinée à l'acheminement de
matières gazeuses, liquides, d'un endroit à un autre. Le diamètre nominal d'une canalisation varie de
trente millimètres environ pour des fluides spéciaux jusqu'à plus de trois mètres pour les adductions
d'eau.
Dans notre cas ces conduites passent au-dessus du tablier elles sont au nombre de trois de chaque
côté du pont transportant les matières chimiques.

100 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Les pipelines sont le plus souvent construits à partir de tubes d'acier soudés bout à bout, revêtus
extérieurement voire intérieurement. La masse volumique de l’acier est de l’ordre de 7,85 t/m3.
Le tableau suivant illustre les charges des superstructures :

Equipement Nombre Poids unitaire (t/ml) Poids total (t/ml)


Trottoir
Garde-corps 2 0,03 0,05
Bordure 2 0,108 0,216
Contre bordure 2 0,07 0,14
Dallette 2 0,051 0,103
Total Trottoir 1,648
Chaussée
Chape d'étanchéité 1 0,66 0,66
Revêtement 1 1,61 1,61
Total Chaussée 2,27
Pipelines 6 1 1
Total 4,918
Total sur tout le tablier(t) 98,36
Tableau 76:Charges des superstructures

Le total des charges permanentes : G= 245.56 t.


III.2.Les charges routières et les charges sur trottoirs :
Selon le fascicule 61 titre II, les charges d’exploitation prises en compte pour notre ouvrage sont les
systèmes A(l), Bc, Br et les charges sur les trottoirs.

III.2.1. Système A(l) :


Ce système se compose des charges uniformément réparties d’intensité variable suivant la longueur
surchargée et qui correspondent à une ou plusieurs files de véhicules à l’arrêt sur le pont. A(l) est
donnée par la formule suivante :
36 0.2𝐿
𝐴𝐿 = max⁡(0.23 + ; 0.4 −
𝐿 + 12 1000
La valeur obtenue sera par la suite multipliée par le coefficient a1 et a2 puis par la largeur d’une voie
afin d’obtenir une force/ml.
L=20m  AL =1.355 t/m2  AL =3.31 t/ml

III.2.2. Système Bc :
Le convoi Bc se compose d’un ou au maximum de deux camions types par file. Dans le sens
transversal le nombre de files est inférieur ou égale au nombre de voies. Les caractéristiques du
convoi Bc sont présentées dans la figure ci-contre.

101 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Figure 43:Système Bc

III.2.3. Système Br :
C’est une roue isolée disposée normalement à l’axe longitudinal de la chaussée. Les caractéristiques
de cette roue sont présentées sur la figure ci-contre :

Figure 44:Système Br

III.2.4. Charges du trottoir :


Le règlement prévoit deux systèmes de charges : un système local destiné à la justification des
éléments de couverture du tablier (hourdis, entretoises) et un système général pour le calcul des
poutres principales. Les diverses charges de trottoir ne sont pas majorées pour les effets
dynamiques.
 Les charges locales :
Le système local comprend une charge uniformément répartie d’intensité qtr de valeur :
qtr = 450 kg/m²
Cette charge est placée pour produire l’effet le plus défavorable. Ses effets peuvent éventuellement
se cumuler avec ceux de Bc et Mc120.
De plus, le système local comprend une roue de 6 t dont la surface d’impact est un carré de 0,25 m
de côté à disposer sur les trottoirs en bordure d’une chaussée.
 Les charges générales :
Le système général comprend une charge uniformément répartie d’intensité qtr de valeur :
qtr = 150 kg/m² (à disposer sur les trottoirs bordant une chaussée)
Ce système répond aux règles d’application suivantes :
Dans le sens longitudinal, on dispose cette charge pour qu’elle produise l’effet le plus défavorable.
Dans le sens transversal, toute la largeur du trottoir est chargée, mais on peut considérer soit qu’un
seul trottoir est chargé, soit que les deux le sont, de manière à obtenir l’effet le plus défavorable.
Cette charge est cumulable avec la charge A(l) et Bc si elle peut donner un effet plus défavorable.
De plus, le système général comprend une charge de densité uniforme mais qui ne concerne que les
ouvrages ne supportant qu’une circulation de piétons ou de cyclistes (passerelles).

102 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Avant de procéder à l’étude de ces chargements, on définit tout d’abord certaines notions qui seront
utiles par la suite.
Toutes les parties du tablier ne sont pas forcément à charger par les charges de chaussée. Il faut
donc définir une largeur chargeable qui se déduit elle-même de la largeur roulable.

IV. Détermination des paramètres de calcul :


IV.1. La largeur roulable Lr :
C’est la largeur de tablier comprise entre dispositifs de retenue, s’il y en a, ou bordures.
La largeur roulable calculée est donc : Lr = 5m
IV.2. Les classes des ponts :
Les ponts sont rangés en trois classes suivant leur largeur roulable, LR, et leur destination :

Lr Classe de pont
1ère classe Lr ≥ 7m
2ème classe 5,5< LR <7m
3ème classe LR ≤ 5,5m
Tableau 77:Classes des ponts

Ainsi, notre pont sera de 3ère classe puisque : LR = 5m ≤ 5,5m.


IV.3. La largeur chargeable :
Elle est définie par la formule suivante :
Lch = LR – n 0,5
Avec :
Lch: Largeur chargeable en m.
n: Nombre de dispositifs de retenue ; n<=2.
Dans notre ouvrage, on a deux dispositifs de retenue, donc :
n=2  Lch = 4 m

Figure 45:Largeur chargeable

IV.4. Le nombre de voies :


Par convention, le nombre de voies de circulation des chaussées Nv est tel que :
Lch
Nv = E ( ) = 1
3
IV.5. La largeur d’une voie :
Par convention, la largeur d’une voie de circulation V, est donnée par :
Lch
V= = 4m
Nv

103 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

IV.6. Les coefficients (a1, a2 et bc) :


Les coefficients a1 et a2 dépendent de la classe du pont et du nombre de voies chargées.
Les valeurs d’a1 sont regroupées dans le tableau suivant:
Classe du pont Nombre des voies considérées
1 2 3 4 >4
1ère 1 1 0,9 0,75 0,7
Valeur
2ème 1 0,9 - - -
d’a1
3ème 0,9 0,8 - - -
Tableau 78:Coefficient a1

 Dans notre cas, a1 = 0.9.


Les valeurs de a2 sont définies par la formule suivante :
a2 = Vo / V
Avec V: largeur d’une voie.
Et les valeurs de Vo sont données dans le tableau ci-dessous :
Classe de pont Valeur de V0
1ère classe 3,5
2ème classe 3
3ème classe 2,75
Tableau 79:Valeur de V0

Donc a2=2.75/5=0.68
Les coefficients bc dépendent de la classe du pont et du nombre de files considérées.

Classe du pont Nombre des voies considérées


1 2 3 4 >4
1ère 1,2 1,1 0,95 0,8 0,7
Valeur
2ème 1 1 - - -
de bc
3ème 1 0,8 - - -
Tableau 80:valeur de bc

bc = 1 Une file de Bc
Remarque : Le système Bt ne s'applique pas au pont de la 3ème classe.
Donc les coefficients sont :
Coefficient valeur
a1 0,9
a2 0,68
bc 1
Tableau 81 :valeurs des différents coefficients

IV.7. Les coefficients de majoration dynamiques :


Les charges du système B sont des surcharges roulantes et par conséquent doivent être multipliées
par un coefficient de majoration pour effet dynamique. Il est déterminé à partir de la formule :
0.4 0.6
d⁡ = 1 + +
1 + 0.2⁡𝐿 1 + 4𝐺
𝑆

104 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Avec :
G : Poids total de l’ouvrage dans cette travée et il vaut 245.56 t.
S : Charge maximale Bc qu’on peut disposer.
Ainsi on obtient les résultats suivants :
Type de chargement La valeur de S en t
Bc, un fil 60
Br, 1roue 10
Tableau 82:Valeur de d

V. La répartition transversale des charges :


Les tabliers des ponts à poutres sont des structures tridimensionnelles pour lesquelles de
nombreuses méthodes de calculs classiques ont été proposées. En général, l’étude du tablier est
subdivisée en une étude transversale et une étude d’une poutre dans le sens longitudinal. La
première étude donne un Coefficient de Répartition Transversale (CRT), qui sera multiplié avec les
sollicitations (globales) trouvées dans le sens longitudinal afin d’obtenir les sollicitations
(moyennes) d’une poutre.
Dans notre cas, on utilisera la méthode de Guyon-Massonnet.
V.1. Aperçus théorique sur de la méthode de Guyon Massonnet :
Lorsque la rigidité torsionnelle des éléments d’un pont ne peut être négligée, la section transversale
du pont est considérée comme étant déformable ; c’est alors qu’on utilise la méthode de Guyon-
Massonnet (développée originalement par Guyon en 1946 et mise sous forme de tableaux
numériques par Massonnet en 1954). Cette méthode est une méthode de calcul de dalles ou de
réseaux de poutres
V.2. Principes fondamentaux de la méthode de Guyon-Massonnet :
Cette méthode est basée sur deux principes fondamentaux :
- Le premier principe fondamental est de substituer au pont réel un pont à structure continue qui a
les mêmes rigidités moyennes à la flexion et à la torsion que l’ouvrage réel.
- Le deuxième principe est d’analyser de façon approximative l’effet de la répartition transversale
des charges en admettant que cette répartition est la même que si la distribution des charges selon
l’axe du pont est sinusoïdale.

Figure 46:Distribution des charges

Les calculs peuvent être affinés en développant la charge en série de Fourier en fonction de
l’abscisse longitudinale.

105 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Figure 47:Modélisation du Tablier selon la


méthode de GUYON MASSONET

V.3. Paramètres fondamentaux:

V.3.1. La rigidité flexionnelle :

Figure 48:Dimensions de la poutre

Moment d’inertie de la section par rapport à l’axe XG :

Ip= 0.066 m4

 La rigidité flexionnelle des poutres :


Elle est donnée par la formule suivante :
𝐼𝑝 ∗ 𝐸
𝜌𝑝 =
𝑏1
Avec :
E : Module de Young,
b1 : espacement entre les axes des poutres (b1=2,5 m)
Ip : moment d’inertie de la section par rapport à l’axe XG.(E= 32 000 MPa)
On trouve donc : ρP = 0.026 E

 La rigidité flexionnelle du hourdis :


Elle est donnée par la formule suivante :
ℎ𝑑 3 × 𝐸
𝜌𝐸 =
12
ℎ𝑑 : étant l’épaisseur du hourdis.
Par application numérique, on trouve : ρE= 0,00034 E

106 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

V.3.2. La rigidité torsionelle :


Le moment d’inertie de torsion de la poutre :
Le moment d’inertie de torsion de la poutre, K, est la somme des moments d’inertie Ki des zones «
i » de la poutre : Kp = ΣKi
Avec : Ki = mi × ai × bi3
1 0.168
𝑚𝑖 = ⁡ − (0.051 + ) × exp⁡(−0.13 × 𝑅)
3 𝑅
𝑎
Avec : 𝑅 = 𝑖
𝑏𝑖
 ai est la hauteur de la zone « i » considérée.
 bi est la largeur de la zone « i » considérée.

- Pour l'âme des poutres et la nervure des entretoises le coefficient k est calculé avec une hauteur
double par rapport à la hauteur réelle.
- Pour le hourdis, la valeur à retenir n'est que la moitié de celle donnée par la formule. Il en résulte
que, pour les sections les plus utilisées, on détermine les inerties de torsion d'après la formule
suivante.
𝐾𝑝 = 𝐾1 + 𝐾2
Avec :
11
𝐾1 = ⁡ ⁡𝑏0 ⁡ℎ𝑑 3
23
2(ℎ𝑝 ⁡⁡ − ℎ𝑑
𝐾2 = 𝑚 × ( ) × (ℎ𝑝 − ℎ𝑑 ) × 𝑏𝑎 3
𝑏𝑎
D’où : 𝐾𝑝 = 0,0169

 La rigidité torsionnelle de la poutre :


Elle est déterminée par la formule suivante :
𝐾𝑝 ∗ 𝐸
Ɣ𝑃 =
2𝑏1
On trouve donc : γP = 0,0033 E

 La rigidité torsionnelle de l’hourdis :


ℎ𝑑 3 ∗ 𝐸
⁡Ɣ𝐸 =
12

On obtient : ƔE = 0,00034E
Le comportement du pont est complètement défini par les deux paramètres principaux :

 Le paramètre de torsion :
Ɣ𝑷 + Ɣ𝑬
𝜶=
𝟐 ∗ √𝝆𝑬 ∗ 𝝆𝒑
 Le paramètre d’entretoisement :
𝒃 ∗ 𝟒√𝝆𝒑 /𝝆𝑬
Ɵ=
𝑳

107 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Tout calcul fait, on obtient les résultats suivants :


Paramètre de calcul valeur
 0.61
 0.7
Tableau 83:Paramètres de calcul

VI. Les Coefficients de Répartition Transversale (CRT) :

Le coefficient de répartition transversale K est un coefficient correctif qui tient compte de la


répartition transversale des surcharges. Celui-ci montre la proportion des surcharges transmises sur
la portion considérée.
K dépend de la valeur du paramètre de torsion , de la valeur du paramètre d’entretoisement , de
l’excentricité de la charge e et de l’ordonnée de la poutre considérée y.
Pour :
=0  K0 = K0 (, e, y)
=1  K1 = K1 (, e, y)
Pour  quelconque, l’interpolation n’est pas linéaire. Elle est donnée par Massonnet :
K = K0 + (K1 – K0) x ^1/2
Les valeurs de ces coefficients sont tirées des tableaux et des abaques de Massonnet. Pour une
poutre d’ordonnée y, on procède à une interpolation linéaire sur les valeurs de y données dans les
tableaux de Guyon-Massonnet. Une interpolation linéaire peut se faire par rapport à .
VI.1. Tableau des coefficients de Guyon-Massonnet :
Nous disposons des tableaux donnant les coefficients de Guyon-Massonnet :
K( = 0) et K(  =1), pour  = 0,7
 = 0,7
K0
y /e b 3b/4 b/2 b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
0 0,022 0,546 1,058 1,494 1,7 1,49 1,06 0,55 0,02
b/4 -0,36 0,11 0,586 1,067 1,49 1,71 1,56 1,19 0,78
b/2 -0,51 -0,18 0,18 0,586 1,06 1,56 1,94 2,06 2,06
3b/4 -0,56 -0,38 -0,18 0,11 0,55 1,19 2,06 3,03 3,93
b -0,57 -0,56 -0,51 -0,36 0,02 0,78 2,06 3,93 6,25
Tableau 84:Valeurs de K0

K1
y /e b 3b/4 b/2 b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
0 0,708 0,832 0,992 1,174 1,28 1,17 0,99 0,83 0,71
b/4 0,481 0,591 0,741 0,944 1,17 1,33 1,28 0,16 1,05
b/2 0,334 0,425 0,554 0,741 0,99 1,28 1,51 1,55 1,53
3b/4 0,242 0,317 0,425 0,591 0,83 1,16 1,55 1,93 2,17
b 0,178 0,242 0,334 0,481 0,71 1,05 1,53 2,17 2,94
Tableau 85:Valeurs de K1

108 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Pour avoir K (=0,61), nous effectuerons une interpolation à l’aide de la formule suivante :
𝐾⁡( = 0,61) = 𝐾0 + ⁡ (𝐾1 − 𝐾0) ⁡ × √0.61
K
y /e b 3b/4 b/2 b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b
0 0,558 0,769 1,007 1,244 1,37 1,24 1,01 0,77 0,56
b/4 0,297 0,485 0,707 0,971 1,24 1,41 1,34 0,39 0,99
b/2 0,149 0,294 0,472 0,707 1,01 1,34 1,61 1,66 1,64
3b/4 0,067 0,165 0,294 0,485 0,77 1,17 1,66 2,17 2,55
b 0,014 0,067 0,149 0,297 0,56 0,99 1,64 2,55 3,66
Tableau 86:Valeurs de K

VI.2. Ligne d’influence de K :


Ligne d’influence de K pour la poutre de rive :
y = -5E-05x5 - 0,0006x4 + 0,0003x3 + 0,037x2 + 0,2733x + 0,7699
3,000

2,500

2,000

1,500

1,000

0,500

0,000
-5,5 -5 -4,5 -4 -3,5 -3 -2,5 -2 -1,5 -1 -0,5 0 0,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5 4 4,5 5 5,5

Ligne d’influence de K pour la poutre intermédiaire :


2,000
K intermédiaire
1,500
y= 0,0003x6 + 0,0011x5 - 0,0093x4 - 0,0359x3 + 0,0135x2 + 0,2826x +
1,000
1,2155
R² = 0,9856
0,500

0,000
-6 -4 -2 0 2 4 6

VI.3. Les valeurs des CRT de différentes charges:


A partir des tracés des lignes d’influences transversales des poutres intermédiaires et de rive, on
calcul les valeurs moyennes des CRT ( ) pour les différents systèmes de charges routières (n = 4 est
le nombre de poutres).
La disposition des charges dans le sens transversal est choisie de façon à avoir le cas de charge le
plus défavorable.
Le tableau suivant regroupe les valeurs obtenues correspondant aux différentes surcharges pour la
poutre intermédiaire et celle de rive.

109 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

nombre de voies nombre de voies


Système de charges Poutre intermédiaire poutre de rive
chargées chargées
Système A(l) 0,235 1 0,257 1
Système Bc 0,325 1 0,287 1
Système Br 0,352 1 roue 0,375 1 roue
Charges sur les
0,376 2 trottoirs 0,431 1 trottoir
trottoirs

Charge des pipelines 0.348 2 cotés 0.537 2 cotés


Tableau 87:Valeurs de CRT

VII. Détermination des moments et d’effort


tranchant :
VII.1. Charges permanents:
On distingue le poids propre de la poutre, le poids du hourdis, le poids des entretoises et celui des
superstructures.

Figure 49:M(x) du aux charges permanentes


𝑥
M(x) =P ×(l-x)×
2

Pour l’effort tranchant:


𝑝𝑒𝑟 ⁡𝐿
𝑇𝑥 = ⁡ Ɣ𝐺 . 𝐺𝑃𝑒𝑟 . ( 2𝑐-x)

Figure 50: T(x) du aux charges permanentes

110 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Avec :
Le poids propre de la poutre comprend :
- Le poids de la poutre+ poids du hourdis+ superstructures (Pipelines non comprises) : P=11.278
t/ml
- Le poids/ml des pipelines: Pl = 1t/ml
L=20 m
Nous résumons les résultats dans le tableau suivant :
Poutre intermédiaire Poutre de rive
section x/l Section
Mx Tx Mx Tx
0 0 0 158,9 0,000 161,3
0,1L 2 209,268 135,43 212,787 137,720
0,2L 4 372,032 112,19 378,288 114,077
0,3L 6 488,292 88,939 496,503 90,434
0,4L 8 558,048 65,69 567,432 66,791
0,5L 10 581,300 42,435 591,075 43,148
0,6L 12 558,048 19,18 567,432 19,505
0,7L 14 488,292 -4,069 496,503 -4,138
0,8L 16 372,032 -27,32 378,288 -27,781
0,9L 18 209,268 -50,573 212,787 -51,424
L 20 0 -73,83 0,000 -75,067
Tableau 88:Sollicitations dues aux charges permanentes

VII.2. Surcharges routières :

VII.2.1. Système de charge A(l) :


Dans ce cas, aussi, l’utilisation de la ligne d’influence peut être remplacée par le diagramme des
moments, puisque le cas le plus défavorable revient à charger toute la longueur de la poutre l. Et en
tenant compte de la répartition transversale des charges, les moments sont donnés par la formule
suivante :
𝑥
𝑀𝑥𝐴𝐿 = 𝜂𝐴𝐿 . 𝑞𝐴𝐿 . (𝑙𝑐 − 𝑥)
2
Les efforts tranchants se calculent à l’aide de leur ligne d’influence en tenant compte de la longueur
chargée.

Figure 51:T(x) du à Al

111 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

𝑇𝑥𝐴𝑙 = 𝜂𝐴𝑙 . 𝑞𝑥𝐴𝑙 . 𝜔𝐴𝑙


Avec :
1 𝑥 (𝑙𝑐 − 𝑥)2
𝜔𝐴𝑙 = . (1 − ) . (𝑙𝑐 − 𝑥) =
2 𝑙𝑐 2𝑙𝑐
Les résultats sont présentés dans le tableau ci-dessous :
Poutre intermédiaire Poutre de rive
section x/l Section
Mx Tx Mx Tx
0 0 0 155,90 0,000 170,496
0,1L 2 14,001 133,269 15,312 145,746
0,2L 4 24,8912 111,61 27,221 122,060
0,3L 6 32,670 91,028 35,728 99,550
0,4L 8 37,3368 71,66 40,832 78,365
0,5L 10 38,893 53,684 42,534 58,710
0,6L 12 37,3368 37,37 40,832 40,869
0,7L 14 32,670 23,092 35,728 25,254
0,8L 16 24,8912 11,41 27,221 12,482
0,9L 18 14,001 3,223 15,312 3,525
L 20 0 0,00 0,000 0,000
Tableau 89:Sollicitations dues aux charges d'Al

VII.2.2. La charge du trottoir :


Le calcul se fait de manière analogue à celui de Al.
Moments fléchissant
𝑥
𝑀𝑥𝑡𝑟 = 𝛾𝑄1 . 𝜂𝑡𝑟 . 𝑞𝑡𝑟 . (𝑙𝑐 − 𝑥)
2
Avec :
𝑞𝑡𝑟 = 0,15. 𝐿𝑡𝑟⁡𝑡/𝑚𝑙
Efforts tranchants
Ici, la charge 𝑞𝑡𝑟 est constante. Elle est placée de la manière la plus défavorable.
1 𝑥 (𝑙𝑐 − 𝑥)2
𝜔𝑡𝑟 = . (1 − ) . (𝑙𝑐 − 𝑥) =
2 𝑙𝑐 2𝑙𝑐
𝑡𝑟
𝑇𝑥 = 𝛾𝑄1 . 𝜂𝑡𝑟 . 𝑞𝑡𝑟 . 𝜔𝑡𝑟
Le tableau suivant rassemble les résultats obtenus :
Poutre intermédiaire Poutre de rive
section x/l Section
Mx Tx Mx Tx
0 0 0 1,128 0 1,128
0,1L 2 2,03 0,914 1,164 0,914
0,2L 4 3,61 0,722 2,069 0,722
0,3L 6 4,738 0,553 2,715 0,553
0,4L 8 5,414 0,406 3,103 0,406
0,5L 10 5,64 0,282 3,233 0,282
0,6L 12 5,414 0,18 3,103 0,18
0,7L 14 4,738 0,102 2,715 0,102

112 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

0,8L 16 3,61 0,045 2,069 0,045


0,9L 18 2,03 0,011 1,164 0,011
L 20 0 0 0 0
Tableau 90:Sollicitations dues aux charges du trottoir

VII.2.3. Système de charge Bc:


 Moments fléchissant :
Ces moments sont calculés à l’aide de leurs lignes d’influences (𝐿𝑖 ) dans la section considérée en
plaçant la charge 𝐵𝑐 dans le sens longitudinal de la manière la plus défavorable (deux files dans le
sens transversal).
La ligne d’influence des moments est une ligne brisée formée de segments de droites. Il en résulte
que la position la plus défavorable du convoi comporte toujours la présence d’un essieu au droit de
la section considérée.
Les moments fléchissants sont donnés par la formule suivante :
𝐵
𝑀𝑥 𝑐 = 𝛾𝑄1 . 𝜂𝐵𝑐 . 𝛿𝐵 . 𝑏𝑐 . ∑ 𝑃𝑖 𝑦𝑖

Figure 52:M(x) du à Bc

 Efforts tranchants :
Les efforts tranchants sont donnés par la formule suivante :
𝐵
𝑇𝑥 𝑐 = 𝛾𝑄1 . 𝜂𝐵𝑐 . 𝛿𝐵 . 𝑏𝑐 . ∑ 𝑃𝑖 𝑦𝑖

Figure 53:T(x) du à Bc

Démarche : nous défilons les charges tout en enregistrant les effets maximaux dans une section
donnée.
Pour Y=0.5L, on utilise le théorème de Barré pour le calcul des moments :
"Le moment fléchissant est maximum au droit d'un essieu lorsque cet essieu et la résultante
générale du convoi se trouvent dans des sections symétriques par rapport au milieu de la poutre."

113 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

14.878
Pour 18,38 > Lc : 𝑀 = 𝑃 ∗ (1.25⁡𝐿𝑐 + 𝐿𝑐
− 13.125)
Avec P= 12 t
Poutre intermédiaire Poutre de rive
X
Mx Tx Mx Tx
0 0,000 14,015 0,000 12,376
2 20,455 11,851 18,063 10,465
4 38,745 9,740 34,214 8,601
6 49,026 7,792 43,294 6,881
8 51,948 5,844 45,874 5,161
10 53,571 5,447 47,308 4,810
Tableau 91:Sollicitations dues à Bc

VII.2.4. Système Br :
Les sollicitations sont calculées de manière analogue à celle du système Bc.
Le tableau suivant rassemble les résultats obtenus :
Poutre intermédiaire Poutre de rive
X
Mx Tx Mx Tx
0 0 3,8 0 11,73
2 17,16 6,28 16,09 5,89
4 30,5 5,59 28,6 5,24
6 40,03 4,89 37,54 4,58
8 45,75 4,19 42,91 3,93
10 47,66 3,49 44,69 3,27
Tableau 92:Sollicitations dues à Br

VII.3. Combinaison de charges à l’ELU :


Pour le calcul des sollicitations, on utilise la combinaison suivante :
1.35G+Max(1.6 (Tr+Al) ;1.6 (Tr+Bc) ;1.6(Tr+Br) ;1.35*Mc)
x/Lc 1.35 G 1,6(Al+Tr) 1,6(Bc+ Tr) 1,6(Br+ Tr) Mmax
0,000 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000
0,100 282,512 26,361 30,763 27,606 313,274
Poutre de 0,200 502,243 46,864 58,053 49,077 560,296
rive 0,300 659,194 61,510 73,614 64,413 732,809
0,400 753,365 70,297 78,364 73,615 831,728
0,500 784,755 73,226 80,864 76,682 865,619
0,000 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000
0,100 282,512 25,651 32,149 30,700 314,661
Poutre 0,200 502,243 45,601 60,518 54,578 562,762
intermédiaire 0,300 659,194 59,852 76,850 71,634 736,044
0,400 753,365 68,402 82,062 81,867 835,426
0,500 784,755 71,252 84,716 85,278 870,033
Tableau 93:Moment à l'ELU

114 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

x/Lc 1.35 G 1,6(Al+Tr) 1,6(Bc+ Tr) 1,6(Br+ Tr) Tmax


0,000 214,238 273,828 20,837 19,800 488,066
0,100 182,848 234,031 17,582 10,268 416,879
Poutre de 0,200 151,458 195,957 14,424 9,044 347,415
rive 0,300 120,068 159,786 11,517 7,841 279,854
0,400 88,677 125,757 8,630 6,659 214,434
0,500 57,287 94,194 7,955 5,497 151,481
0,000 214,238 251,246 24,229 7,887 465,484
0,100 182,848 214,693 20,423 11,517 397,541
Poutre 0,200 151,458 179,733 16,739 10,093 331,190
intermédiaire 0,300 120,068 146,529 13,352 8,705 266,596
0,400 88,677 115,301 10,000 7,353 203,978
0,500 57,287 86,346 9,167 6,038 143,633
Tableau 94:Effort tranchant à l'ELU

VII.4. Combinaison des charges à l’ELS :


G+1.2 MAX (Tr+MAX(Bc,Bt,Al)
1,2
x/Lc G 1,2 (Bc+ Tr) 1,2 (Br+ Tr) Mmax
(Al+Tr)
0 0 0 0 0 0
0,1 209,268 19,538 22,839 20,472 232,107
Poutre de 0,2 372,032 34,735 43,126 36,394 415,158
rive 0,3 488,292 45,589 54,668 47,767 542,96
0,4 558,048 52,102 58,152 54,591 616,2
0,5 581,3 54,273 60,002 56,865 641,302
0 0 0 0 0 0
0,1 209,268 18,832 23,706 22,619 232,974
Poutre 0,2 372,032 33,479 44,667 40,212 416,699
intermédiaire 0,3 488,292 43,941 56,69 52,778 544,982
0,4 558,048 50,219 60,463 60,317 618,511
0,5 581,3 52,311 62,409 62,831 644,131
Tableau 95:Mmoment à l'ELS

1,2
x/Lc G 1,2 (Bc+ Tr) 1,2 (Br+ Tr) Tmax
(Al+Tr)
0,000 158,695 205,242 15,498 14,721 363,936
0,100 135,443 175,418 13,082 7,596 310,861
Poutre de 0,200 112,191 146,885 10,735 6,700 259,076
rive 0,300 88,939 119,776 8,574 5,818 208,715
0,400 65,687 94,271 6,426 4,948 159,958
0,500 42,435 70,613 5,934 4,091 113,048
Poutre 0,000 158,695 188,209 17,946 5,690 346,904
intermédiaire 0,100 135,443 160,837 15,134 8,455 296,280

115 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

0,200 112,191 134,655 12,410 7,426 246,846


0,000 158,695 205,242 15,498 14,721 363,936
0,100 135,443 175,418 13,082 7,596 310,861
0,200 112,191 146,885 10,735 6,700 259,076
Tableau 96; Effort tranchant à l'ELS

VIII. Sections d’acier à l’ELU et à l’ELS :

Figure 54:Section de poutre

VIII.1. Armatures longitudinales :


En considérant l’hypothèse de fissuration préjudiciable, le dimensionnement des armatures de
flexion est conditionné par L’ELS.
La section la plus sollicitée se trouve en mi- travée des poutres. Le tableau ci-après récapitule les
résultats de calcul des armatures longitudinales ainsi que le nombre de barres de 40 utilisé dans
chaque section de la poutre de rive et intermédiaire :
Donnée Formule Valeur
Contrainte limite de
216 MPa
l’acier
Contrainte limite du 0.85×𝑓𝑐𝑗
Ɣ𝑏
19,8 MPa
béton à 28j

Moment de résistance
0,523 MN.m
Mtser

Bras de levier Zb Zb=0.93×d 0,884 m

Section d’acier
27,40666 cm2
minimal As
Tableau 97:Données de calcul de la section d'acier

Le tableau suivant présente les sections d’aciers calculées :

Poutre intermédiaire Poutre de rive


Ast (cm2) nombre d'armatures Ast (cm2) nombre d'armatures
181 15 HA40 190 16 HA40
Tableau 98:Ferraillage longitudinal

116 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

VIII.2. Armatures transversales :


Les sections les plus sollicitées vis-à-vis de l’effort tranchant se trouvent au niveau des appuis des
poutres.
Dans le cas où la fissuration est préjudiciable la contrainte ultime :
τulim=Min (0,1fc28 ; 3MPa)=3 MPa.
Le calcul des armatures de cisaillement se fait à l’ELU,
La contrainte tangentielle conventionnelle est :
τu=Vu/ (b0*d)
Il faut avoir : τu< τulim
La section minimale d’acier est donnée par la relation:
𝐴𝑠𝑡 τ𝑢 − 0.5𝑘
≥⁡
𝑏0 ∗ 𝑆𝑡 0.8 ∗ 𝑓𝑒 ∗ (𝑐𝑜𝑠𝛼 + 𝑠𝑖𝑛𝛼)
Avec :
b0 : largeur de la poutre.
K=0 en cas de reprise de bétonnage.
St : espacement St<min (0.9 d, 40 cm)=40 cm.
α : l’inclinaison des armatures par rapport à l’axe de la poutre.
On obtient les résultats suivants :
Poutre intermédiaire Poutre de rive
Ast (cm2) nombre d'armatures Ast (cm2) nombre d'armatures
2,69 2 HA14 2,82 2 HA14
Tableau 99:Ferraillage transversal

IX. Dimensionnement des appareils d’appui :


IX.1. Généralités sur les appareils d’appui:
Les tabliers de ponts reposent, en général, sur leurs appuis (piles et culées) par l’intermédiaire
d’appareils d’appui, conçus pour transmettre des efforts essentiellement verticaux, ou, à la fois, des
efforts verticaux et des efforts horizontaux.

Figure 55:Exemple d'appareil d'appui

Il existe essentiellement quatre types d’appareils d’appuis qui sont :


 Les articulations en béton ;
 Les appareils d’appuis en élastomère fretté ;
 Les appareils d’appuis spéciaux ;
 Les appareils d’appuis métalliques.

117 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Mais les appareils d’appuis en élastomère fretté restent les plus couramment employés pour tous les
ouvrages en béton. Le principal intérêt de ces appareils d’appuis, en dehors de leur coût
relativement modéré, réside dans leur déformabilité vis-à-vis des efforts qui les sollicitent : ils
reprennent élastiquement les charges verticales, les charges horizontales et les rotations. Mais ces
déformations s’accompagnent de contraintes de cisaillement à l’intérieur des feuillets de néoprène
qu’il convient de limiter pour éviter leur dégradation. En effet, si les appareils d’appuis sont sous
dimensionnés, ils finissent par subir des déchirures par lesquelles l’ozone contenue dans l’air
entame un processus de décomposition. Leur étude se fera à partir du guide « Appareils d’appuis en
élastomère fretté » de SETRA.
Ces appareils, placés entre une structure et ses supports, sont destinés à transmettre les charges
normales à leur plan. Ils permettent en même temps d’absorber respectivement par rotation et
distorsion les déformations et translations de la structure, lorsqu’elles sont limitées.
Ils sont constitués par un empilage de feuilles d’élastomère (en général, du néoprène) et de tôles
d’acier jouant le rôle de frettes. L’épaisseur des frettes est comprise entre 1 et 3 mm, et celle des
feuilles de néoprène est, en général, de 8 .10 ou 12 mm (parfois 20mm). Ce type d’appareil d’appui
est le plus couramment employé pour tous les ouvrages en béton.

Figure 56:Coupe transversal d'un appareil d'appui

La définition géométrique de l'appareil d'appui de type B : a, b, a', b' sont les dimensions des
appareils de forme rectangulaire, D et D' sont les diamètres des appareils d'appui de forme
circulaire, a et a' désignent toujours les plus petites dimensions en plan de l'appareil d'appui s'il est
rectangulaire.

Figure 57:Dimensions d'un appareil d'appui

En effet, si l'épaisseur nominale de l'enrobage est supérieure à 2,5 mm, elle doit être prise en
compte dans le calcul, sinon elle est négligée. Le principal paramètre physique de l'élastomère qui

118 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

intervient dans le dimensionnement de l'appareil d'appui est son module de cisaillement


conventionnel G.
Sauf spécification contraire, la valeur nominale G du module de cisaillement conventionnel est de
0,8 MPa. C'est cette valeur qui doit être introduite dans les calculs.
L'épaisseur des frettes doit être supérieure ou égale à 2 mm.
L'acier utilisé est de nuance S235 ou à allongement de rupture équivalent. La limite élastique à
utiliser dans les calculs est donc de 235 MPa.
Les règles de dimensionnement et de vérification des appareils d'appui visent à limiter leur
distorsion horizontale totale, aux Etats Limites Ultimes, sous l'action des sollicitations verticales et
horizontales et des déformations horizontales ou angulaires imposées à l'appareil d'appui.
En effet, trois types de vérifications aux Etats Limites Ultimes doivent être faites pour les appareils
d'appui en élastomère fretté quel que soit leur type :

 La distorsion totale maximale en tout point de l'appareil d'appui est limitée.


 L'épaisseur des frettes doit être suffisante pour résister à la traction qu'elle subit.
 La stabilité de l'appareil d'appui doit être assurée à la rotation, au flambement et au glissement.
IX.2. Prédimensionnement des appareils d’appuis :
IX.2.1.Evaluation des déformations :

 Rotation d’appui sous le poids propre :


Elle est donnée par la formule suivante :
𝑔 × 𝑙3
α𝑔 =
24 × E𝑑 × I
Avec :
g : Le poids d’une poutre y compris les superstructures (g = 3.06 t/ml).
l: La portée de la travée (l = 20 m).
Ed : Le module différé de déformation du béton pour les charges de durée d’application supérieure
à 24h.
I: Le moment d’inertie de la poutre (I = 0,066 m4).

 Rotation d’appui sous les surcharges :


Elle est donnée par la formule suivante :
𝑞 × 𝑙3
α𝑞 =
24 × E𝑖 × I
Avec :
Ei : est le module instantanée de déformation du béton pour les charges de durée d’application
inférieure à 24h .
 Rotation totale :
La rotation résultante vaut donc,
A vide : α = g
En service : α = g + αq
Le tableau suivant rassemble les résultats de calcul :

119 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Rotation αg αq α à vide α en service


valeur (rad) 1.42. 10−2 0.77. 10−2 1.42. 10−2 2.19. 10−2
Tableau 100:Rotations

 Déplacement dû à la rotation :
×h
∆ =
2
Où :
h est la hauteur du tablier
α est la rotation d’appui en charge
 Déplacement dû au retrait :
Il est dû à l’évaporation de l’eau qui chimiquement n’était pas nécessaire à la prise du ciment, mais
qui était indispensable pour obtenir une consistance plastique du béton pour faciliter sa mise en
œuvre.
La déformation de retrait εr = −4. 10−4
ε𝑟 × 𝐿
∆r =
2
 Déplacement dû à la variation de température :
A partir de la température ambiante, nous envisageons une variation saisonnière de la température
de ∓20°C et une variation journalière de ∓ 10 °C de variation instantanée.
• Courte durée : ∆t = 10−4 × (L/2)
• Longue durée : ∆t = 2. 10−4 × (L/2)
Le tableau ci-dessous présente les résultats de calcul :
Déplacement ∆α ∆r ∆t (courte durée) ∆t (longue durée)
Valeur(m) 1.09.10-2 −4. 10−3 1. 10−3 2. 10−3
Tableau 101 : Déplacements de l'appareil d'appui

IX.2.2. Réactions d’appuis :


Les efforts normaux sollicitant les appareils d’appui sont déduits des réactions d’appuis dues aux
différents cas de charges en divisant par le nombre de plaques par appuis.
La réaction d’appui est : R= 161.63 t

IX.2.3. Détermination des dimensions de l’appareil d’appui :

 La condition de non-écrasement
La contrainte moyenne de compression σbc à ne pas dépasser est de 19.8 MPa. On obtient alors :
R𝑚𝑎𝑥
A>σ =816.33 cm2
𝑏𝑐 ×100

 Condition de non-flambement :
On prend : a= 25 cm
On cherche à respecter les inégalités suivantes qui concernent la condition de non flambement et la
condition d’épaisseur minimale pour les irrégularités de la surface de pose.
𝑎 𝑎
10
< T < 5 avec a<b.
 25 mm < T <50 mm
On retient une hauteur d’élastomère de T= 40 mm,

120 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Soit 4 feuillets de t=10 mm.


Pour la longueur b de l’appareil d’appui, elle sera prise égale à 30 cm
On vérifie bien que : ab = 2530 (> 816.33 cm²).
Ensuite, nous adopterons les appareils d’appui :
abn(t+ts) =2503004(10+3)
Avec: ts=3mm épaisseur des frettes et n=4 nombre de feuillets.
Ces dimensions sont récapitulées dans le tableau suivant :
dimension valeur (cm)
a 25
b 30
T 4
ts 0,3
t 1
Tableau 102 : Dimensions de l'appareil d'appui

 Condition de non-glissement
A vide les deux conditions suivantes doivent être vérifiées :
 σmin> 2 MPa
 Hmax < µ0×Pmin
Or, on a:
𝑃 1.5×𝐾𝑓
σmin= = 21.5⁡𝑀𝑝𝑎 et µ0=0.1+⁡ = 0.141
𝑎×𝑏 σ𝑚𝑖𝑛
Avec :
Hmax : les efforts horizontaux lents
P : La réaction d’appui.
Kf=0,6 pour le béton.

 Condition sur la somme des contraintes de cisaillement :


Sous l’effort normal :
On a :
σ 𝑎×b
𝜏N = 1,5 × 𝑚𝑖𝑛
β
et β=
2𝑡×(a+b)
= 6.81
Figure 58: Effort normal

Sous la rotation :
On a :
𝐺 𝑎 𝛼
𝜏α = × ( )2 × ⁡⁡
2 𝑡 𝑁

Sous l’effort horizontal :

Dans le cas d’une distorsion la distribution des contraintes au Figure 59:Rotation


niveau du plan du frettage est uniforme.
Deux cas se présentent :
- La déformation de l’appareil est lente, (dilatation, retrait, fluage) et
connue. Elle permet de déterminer l’angle de distorsion γ, la
contrainte 𝜏H1 et l’effort correspondant H1.
- L’appareil est soumis à un effort dynamiqueH2 Figure 60:Effort horizontal
(freinage, vent,..).

121 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Ces deux contraintes 𝜏H1 et 𝜏H2 doivent vérifier :


𝜏H1 < 0.5 G
𝜏H = 𝜏H1 + 0.5 𝜏H2 <0.7 G
Il convient de vérifier les conditions :
Avec :
𝜏H: contrainte conventionnelle de calcul ;
𝜏H1: contrainte correspondant aux efforts horizontaux statiques ;
𝜏H2: contrainte correspondant aux efforts horizontaux dynamiques.
Il reste à contrôler que pour les différents cas de charges, la somme des contraintes de
cisaillement respecte la condition :
𝜏H + 𝜏N+ 𝜏α⁡⁡<⁡5⁡G
Les résultats sont présentés dans le tableau récapitulatif :
Résultats
𝜏N 4,73
𝜏α 1,36
H1 2,25
𝜏H1 0,3
H2 4,5
𝜏H2 0,6
𝜏H 0,9
Tableau 103:Résultats des contraintes

Les conditions sont bien vérifiées.


 Condition de non-soulèvement :
Cette condition est à vérifier lorsque les contraintes de cisaillement dues à la rotation sont
susceptibles d’atteindre des valeurs semblables à celles dues à l’effort normal.
𝑡
3×( )2
𝑎
αt=α/N < α= 𝐺×β
On a : αt=5.4.10-3 < α=7.8.10-2, Donc la condition est bien vérifiée.

122 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

CHAPITRE 6 : DIMENSIONNEMENT DES PASSERELLES


METALLIQUES

DANS CE CHAPITRE, NOUS ALLONS REALISER L’ETUDE


THEORIQUE DES PASSERELLE METALLIQUES RELIANT
LES DUCS D’ALBE ENTRE EUX, ENSUITE NOUS ALLONS
LES MODELISER SUR LE LOGICIEL ROBOT.

123 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

I. Généralités :
I.1. Définition :
Une poutre à treillis peut se définir comme étant une poutre à âme ouverte, formée par un
agencement triangulaire d'éléments linéaires. Cet agencement est dotée de deux membrures, dont le
rôle est analogue à celui des ailes d’un profilé laminé en double té (reprendre le moment de
flexion), et d’un réseau de barres comprimées ou tendues (les diagonales et les montants) qui
équilibrent l’effort tranchant tout en servant à l’introduction des forces concentrées. La conception
de la poutre en treillis consiste à choisir le type de barres la composant, le type de nœud, le moyen
d’assemblage (soudures ou boulons) utilisé dans les nœuds ainsi que le procédé de fabrication et de
montage sur le chantier.

Figure 61:Types des barres des passerelles

I.2. Choix du treillis :


Nous avons décidé de réaliser les deux éléments porteurs de notre passerelle au moyen de deux
treillis articulés, Nous avons choisis les appuis afin d’avoir une passerelle isostatique, dans le cas
du treillis, cela nous conduit à introduire une relation entre le nombre de nœuds, de barres et de
réactions de liaisons. Cette relation est 2N = P+3 où N représente le nombre de nœuds et P le
nombre de barres. Dans les treillis plans vérifiant cette relation, nous avons choisi celui de Pratt .
Ce treillis a la particularité de n’avoir que de la traction dans ses barres obliques. En effet, dans un
treillis articulé, toutes les barres sont soit en traction soit en compression, et toutes les forces
extérieures s’exercent aux nœuds.
I.3. Critères de résistances : Etats limites ultimes :
I.3.1. Critère de moment fléchissant :
Ce critère est à vérifier pour les membrures hautes et basses car elles subissent de la flexion locale,
étant donné que les charges sont appliquées sur les éléments filaires entre les montants.

Wpl × ⁡ fy
Med ≤ ⁡ Mc,Rd =
ƔM0
Avec :
ƔM0 =1 selon l’eurocode 3-1.
Med : Moment⁡de⁡dimensionnement
fy = 275⁡MPa

124 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Wpl : est le module de résistance plastique relatif au profilé adopté.


p × ⁡ 𝐿2
Med ⁡ =
8
I.3.2. Critère de cisaillement :
C’est un critère de dimensionnement pour les membrures haute et basse de la passerelle.
fy ⁡ × ⁡ Avz
Ved ≤ ⁡ Vc,Rd =
ƔM0 × ⁡ √3
Ved :Effort tranchant de dimensionnement.
Avz : l’aire de cisaillement peut être déterminée par :
A-2bt + (tw+2r)tf
Avec :
A : Aire de la section transversale.
b : Largeur hors-tout.
d : Hauteur d’âme.
r : Rayon du congé de raccordement.
tw : Epaisseur de la semelle.
tf : Epaisseur de l’âme.
I.3.3. Critère de compression/traction :
C’est un critère de dimensionnement pour les montants, les diagonaux, les membrures hautes et
basses.
fy ⁡ × ⁡ Avz
Ned ≤ ⁡ Nc,Rd =
ƔM0
I.4. Critères de flèche : Etats limites de service:
𝐿
La flèche maximale doit être inférieure à 200
Dans notre cas :
5⁡𝑝𝐿4
fmax= 384⁡𝐸𝐼
Avec :
p : charges permanentes + charges variables
L : portée de la poutre
I.5. Instabilités élastiques :
Le calcul d’une structure exige que, sous toutes les combinaisons d’actions possibles, définies
réglementairement, la stabilité reste assurée. Il s’agit donc de vérifier que les contraintes et les
déformations restent en dessous des limites admissibles.
Dans le cas des grandes déformations, il faut vérifier :
• Le flambement : phénomène très dangereux, il affecte les pièces simplement comprimées ainsi
que les pièces comprimées et fléchies.
• Le déversement : moins dangereux, il affecte les semelles comprimées des pièces fléchies.

125 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Figure 62:Flambement et déversement d'une barre

I.5.1. Résistance au flambement :


Les montants, étant soumis à la compression pure, sont susceptible de flamber.
Il faut que :
𝑁𝑒𝑑
≤1
𝑁𝑏,𝑅𝑑
La méthodologie est :
 Détermination de moment de dimensionnement : 𝑁𝑒𝑑
 Détermination de l’effort normal critique de flambement élastique (d’Euler) par flexion
selon l’axe z-z
п𝟐 × 𝑬 × 𝑰𝒛
𝑵𝑪𝒓 =
𝒍𝟐𝒇
 Détermination de la longueur de flambement :
Selon les types d’appuis :

Tableau 104:Longueur de flambement

 Détermination de l’élancement réduit


𝐴 × fy
𝜆=√
𝑵𝑪𝒓

 Détermination de la courbe de flambement


Selon le profilé laminé, et l’épaisseur de semelle, il convient de considérer la courbe de flambement
adéquate.

126 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Choix de la courbe de flambement correspondant à une section


Type de section Limites Axe de Courbe de
flambement flambement
Sections en I h/b>1.2 tf≤40 y-y a
laminées z-z b
40<tf≤100 y-y b
z-z c
h/b≤1.2 tf≤100 y-y b
z-z c
tf>100 y-y d
z-z d
Sections en I tf≤40 y-y b
soudées z-z c
Tf>40 y-y c
z-z d
Sections creuses Laminées à chaud Quel qu’il soit a
Laminées à froid En utilisant la Quel qu’il soit b
limite élastique
de base de la
tôle mère
En utilisant la Quel qu’il soit c
limite élastique
moyenne de
l’élément après
formage
Caissons soudés D’une manière générale (sauf ci- Quel qu’il soit b
dessous)
Soudures épaisses b/tf<30 et Quel qu’il soit c
h/tw<30
Sections en U,L,T et sections pleines Quel qu’il soit c
Tableau 105:Choix de la courbe de flambement

Tableau 106 :Choix de la courbe de flambement correspondant à une section

Figure 63:Dimensions d'un profilé

 Détermination du facteur d’imperfection 𝛼 :


Selon la courbe de flambement adéquate, on obtient le facteur d’imperfection.
Courbe de flambement a b c d
Facteur d’imperfection 0.21 0.34 0.49 0,76

127 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

 Détermination du coefficient de réduction pour le flambement Φz :


Φ𝑧 = 0.5 ∗ (1 + 𝛼(𝜆 − 0.2) + 𝜆2
 Détermination du coefficient χ :

Pour les éléments à section transversale constante, le coefficient χ peut se calculer de la manière
suivante :
1
χ=
Φ𝑧 + √Φ𝑧 2 − 𝜆2
Ou peut être déduit à partir des courbes suivantes :
 Détermination de la résistance en calcul de la barre comprimée :
χ × 𝐴 × fy
𝑁𝑏,𝑅𝑑 =
ƔM1
I.5.2. Résistance au déversement :
Les membrures hautes et basses sont soumises à la flexion composée.
Il convient de vérifier une barre non maintenue latéralement et soumise à une flexion selon l'axe
fort vis-à-vis du déversement de la façon suivante :
𝑀𝑒𝑑
≤1
𝑀𝑏,𝑅𝑑
Où :
MEd est la valeur de calcul du moment fléchissant ;
Mb,Rd est le moment résistant de calcul au déversement.

La méthodologie est :
 Détermination de moment de dimensionnement :
𝑝 × 𝐿2
𝑀𝑒𝑑 =
8
 Détermination du moment critique de déversement :

-Détermination de l’élancement réduit


𝑊𝑦 × fy
𝜆𝐿𝑇 = √
𝑴𝑪𝒓
-Détermination de la courbe de déversement :
Selon le profilé, on choisit la courbe de flambement adéquate.

Courbes de
Sections transversales Limites
déversement
h/b≤2 a
Sections en I laminées
h/b>2 b
h/b≤2 c
Sections en I soudées
h/b>2 d
Autres sections - d
Tableau 107:Détermination de la courbe de déversement

-Détermination du facteur d’imperfection 𝛼 :


Ce facteur est similaire à celui du flambement.
-Détermination du coefficient de réduction pour le flambement Φ𝐿𝑇

128 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Φ𝐿𝑇 = 0.5⁡ × (1 + 𝛼(𝜆𝐿𝑇 − 0.2) + 𝜆2 𝐿𝑇


-Détermination du coefficient χ𝐿𝑇
1
χ𝐿𝑇 =
Φ𝐿𝑇 + √Φ𝐿𝑇 2 − 𝜆2 𝐿𝑇
-Détermination du moment résistant au déversement:
χ𝑳𝑻 × 𝑊𝑦 × fy
𝑀𝑏,𝑅𝑑 =
ƔM1
 Moment critique de déversement :
Mcr est basé sur les propriétés de section transversale brute et prend en compte les conditions de
chargement, la distribution réelle des moments et les maintiens latéraux.

п2 ⁡EIz k z 2 Iw (k z L)2 ⁡GIt


𝑀𝑐𝑟 = 𝐶1 × ⁡ √(( ) + + C2⁡ zg 2 )⁡ − ⁡ C2⁡ zg
k z ⁡L2 k w Iz п2 ⁡EIz
Avec :
E : le module de Young de l’acier (E = 210 000 N/mm²) ;
G : le module de cisaillement (G = 80 770 N/mm²) ;
I z : l’inertie de flexion par rapport à l’axe faible z ;
I t : l’inertie de torsion ;
Iw : l’inertie de gauchissement ;
L : la longueur de la barre ou du tronçon de barre étudié ;
zg : la distance entre le point d’application de la charge et le centre de cisaillement (qui coïncide ici
avec le centre de gravité).
Dans le cas général, zg est positif pour les charges agissant vers le centre de cisaillement depuis
leur point d’application et négatif dans le cas contraire.

Figure 64:Signe de Zg

- C1 et C2 sont des coefficients dépendant des conditions de maintien aux extrémités et de


chargement. Ils dépendent de divers paramètres :
 Propriétés de la section,
 Conditions d’appui,
 Allure du diagramme de moment.
- kz et kw sont des coefficients «de longueur de flambement» :
 Le coefficient kz est lié aux conditions de maintien des sections d’extrémité à la rotation autour
de l’axe faible z. Il est analogue au rapport de la longueur de flambement à la longueur de la barre
pour un élément comprimé.
 Le coefficient kw est lié aux conditions de maintien des sections d’extrémité au gauchissement.

129 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Dans le cas de conditions «nominales» d’appui aux extrémités, c’est-à-dire quand :


 Le profil est libre de pivoter latéralement suivant l’axe faible.
 Il n’existe pas de dispositif pour empêcher la déformation à l’extrémité de la poutre.
Les coefficients prennent les valeurs suivantes :
kz=1
kw=1
Lorsque le moment fléchissant est linéaire le long d’un tronçon d’élément délimité par des
maintiens latéraux, ou lorsque la charge transversale est appliquée au centre de cisaillement,
C2zg = 0
Donc la formule devient :
п2 ⁡EIz Iw (L)2 ⁡GIt
𝑀𝑐𝑟 = ⁡√( + 2 )⁡
⁡L2 Iz п ⁡EIz

I.6. Récapitulatif des vérifications par élément :

Compression/ Moment
Elément Cisaillement déversement flambement Flèche
traction fléchissant
Traversine × × ×
Montant × ×
Diagonale ×
×
Membrure
supérieure/ × × ×
inférieure
Tableau 108:Récapitulatif des vérifications par élément

II. Calcul des Charges :


II.1. Charges permanentes :
Poids spécifique de l’acier : 77.0 kN/m3;
Pavement en grille : 0.5 kN/m2;
II.2. Surcharge :
La charge d’exploitation appliquée sur la passerelle métallique est celle appliquée par des gens qui
circulent sur la passerelle, elle correspond à une charge uniformément distribuée : 1.0 kN/m2
II.3. Charges du vent :
La passerelle en question sera construite dans la zone de Mohammedia, qui est dans la région I.
la pression dynamique normale de base est donc de : q0=54 daN/m2.
Les calculs sont effectués par le logiciel ROBOT STRUCTURAL ADVANCED, et les résultats
sont présentés dans l’annexe H.

130 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

II.4. Combinaisons :
ELU ELS
1.35G+1.5 (Q+0.6W) G+Q+0.6W
1.35G+1.5 (W+0.6Q) G+W+0.6Q
Tableau 109:Combinaisons

II.5. Calcul des efforts dans les barres :


On a choisi la méthode de l’équilibre aux nœuds :
Le but est ici d’isoler un nœud en coupant les barres qui y aboutissent. On applique ensuite les
efforts normaux et les efforts extérieurs (charge, etc.). Enfin, on écrit les différentes équations
d’équilibre suivant les deux dimensions. C’est cette méthode que nous allons mettre en application
afin de déterminer les efforts appliqués aux barres de notre système isostatique.
On a une charge répartie totale égale à 8.61 KN.
Nœud 10 :

6.9 KN

6.9 KN

Nœud 1 :

6.9 KN
9.76 KN
6.9 KN

Nœud 9

2.3 KN
9.76 KN

6.9 KN

4.6 KN

Nœud 2 :

6.9 KN 9.2 KN

3.25 KN
2.3 KN

131 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Nœud 3 :

9.2 KN 9.2 KN

Nœud 8 :

6.9 KN

3.25 KN 3.25 KN

4.6 KN

6.9 KN

III. Vérification :
III.1. Traversine :
III.1.1. Cisaillement :
Résultats
Ved(Kg) 250.762
2
Amin (cm ) 0.157
Tableau 110:Vérification de Cisaillement

On choisit IPE 80.


III.1.2. Moment fléchissant :
Le moment est :
Med =94,035 Kg.m
Ce qui implique :
Wpl ≥3,419 cm3
Résultats
Med(Kg.m) 94.035
3
Wmin (cm ) 3.419
Tableau 111:Vérification du moment fléchissant

Ce qui affirme notre choix du profilé IPE80.


III.1.3. Déversement :
Après les calculs, on trouve :
Résultats
Med (Kg.m) 94.035
Mcr (Kg.m) 728.167
𝝀𝑳𝑻 0.936

132 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

𝚽𝑳𝑻 1.217
𝛘𝑳𝑻 0.5
𝑴𝒃,𝑹𝒅 (Kg.m) 319.516
Tableau 112:Vérification de déversement

On a bien :
𝑀𝑒𝑑
≤1
𝑀𝑏,𝑅𝑑

III.2. Montant :
III.2.1. Compression/traction :
On a :
Résultats
Ned(Kg) 690
2
Amin (cm ) 0.25
Tableau 113:Vérification de compression/traction pour le montant

On choisit L60×60×6.
III.2.2. Flambement :
On a :
Résultats
Lf (m) 1.2
Ncr (Kg) 32802
𝝀 0.761
𝚽 0.927
𝛘 0.686
𝑵𝒃,𝑹𝒅 (Kg) 13046
Tableau 114:Vérification de flambement pour le montant

𝑁𝑒𝑑
≤1
𝑁𝑏,𝑅𝑑
III.3. Diagonale :
Il n’y a que l’effort normal, donc on ne vérifie que la résistance à la compression/traction.
On a :
Résultats
Ned(Kg) 976
2
Amin (cm ) 0.35
Tableau 115:Vérification de compression/traction pour la diagonale

On choisit SHS 80×3.2.


III.4. Membrures inférieure et supérieure :
III.4.1. Compression/traction :
Le tableau suivant représente la vérification de la compression et de la traction pour les
membrures :

133 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Membrure inférieure Membrure supérieure


Ned(Kg) 960 920
2
Amin (cm ) 0.349 0.334
Tableau 116:Vérification de compression/traction pour les membrures inférieure et supérieure

On choisit HEA 100.


III.4.2. Moment fléchissant :
Le tableau suivant représente la vérification du moment fléchissant des membrures :
Membrure inférieure Membrure supérieure
Med(Kg) 1380 1035
Wmin (cm²) 0.276 0.368
Tableau 117 : Vérification du moment fléchissant pour les membrures inférieure et supérieure

III.4.3. Déversement :
Le tableau suivant représente la vérification du déversement des membrures :

Membrure inférieure Membrure supérieure


Med (Kg.m) 1380 1035

Mcr (Kg.m) 9031,836


𝝀𝑳𝑻 0,502
𝚽𝑳𝑻 0,658
𝛘𝑳𝑻 0,923
𝑴𝒃,𝑹𝒅 (Kg.m) 2107,727
Tableau 118:Vérification du flambement pour les membrures inférieure et supérieure

𝑀𝑒𝑑
≤1
𝑀𝑏,𝑅𝑑
III.5. Récapitulatif des profils choisis :
En se basant sur les vérifications précédemment effectués, nous choisissons les profilés suivant :
Elément Type de profilé
traversine IPE 80
Montant L60×60×6
Diagonale SHS 80×3.2
Membrures inférieure/supérieure HEA 100
Tableau 119: Récapitulatif des profils choisis

IV. Calcul par le logiciel :


IV.1. Modélisation :
Pour l’analyse statique et dynamique de la structure on a utilisé un logiciel de calcul en éléments
finis ROBOT. Un modèle à trois dimensions formé par des éléments linéaires finîtes avec
connections rigides a été adopté.
Les deux supports fixes ont été modélisés comme pliants avec les trois translations restreintes
pendant que les deux supports glissants peuvent bouger dans la direction longitudinale. Les charges
sont appliquées aux nœuds.

134 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Figure 65:Modélisation de la passerelle P1 sur robot

IV.2. Vérification de la flèche :

Figure 66: Flèche maximale de la passerelle P1

La flèche maximale est de 5E-003 cm, largement inférieure à la flèche admissible


𝐿 600
fadm =⁡200 =⁡200 =3 cm

La modélisation des passerelles P2, P3, P4, P5 et P6 est représentée dans l’annexe G.

135 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

CHAPITRE 7: PHENOMENE DE CORROSION

DANS CE CHAPITRE, NOUS ALLONS PRESENTER DES


GENERALITES SUR LE PHENPMENE DE CORROSION EN MILIEU
MARIN, ET LES METHODES DE PROTECTION EN SE FOCALISANT
SUR LA PROTECTION CATHODIQUE.

136 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

I. Généralités :
I.1. Définition :
La plupart des métaux utilisés par l’homme ne se trouvent pas dans la nature à l’état natif. Ils sont
extraits de minerais dans lesquels ils sont combinés à d’autres corps simples sous forme d’oxydes,
de sulfures, de carbonates,...
La métallurgie, au moyen de réactions chimiques ou électrochimiques, élabore les métaux à partir
de leurs minerais. Ces réactions consomment une énergie importante, on comprend donc que les
métaux ne soient pas stables intrinsèquement.
Sous l’action des éléments extérieurs tels que l’eau, l’oxygène, et plus généralement de facteurs
physiques ou chimiques (contraintes mécaniques, température, hétérogénéité de structure,
courants vagabonds,…) ils s’oxydent et se dégradent, tendant ainsi à retourner à l’état de minéral.
Ce phénomène d’oxydation et de dégradation est appelé « corrosion des métaux ».

I.2. Processus du phénomène :


La corrosion d’un métal comme le fer est la résultante d’un processus qui peut être schématisé par
l’équation suivante :

Fe  Fe2+ + 2 e-

Cette équation signifie simplement que les atomes du métal (Fe) sous l’action d’un processus de
corrosion se transforment en ions positifs (Fe2+) qui quittent le métal pour passer dans le milieu. Il
y a changement d’état de la matière lié à la réaction de dissolution du métal. Ce changement d’état
s’accompagne de la libération d’électrons (2 e- dans le cas du fer).

La conservation de la neutralité du milieu impose que les électrons émis par la réaction de
dissolution soient consommés dans une deuxième réaction qui peut être par exemple :

2 H+ + 2 e-  H2 milieu acide
½ O2 + H2O + 2 e-  2OH- milieu aéré neutre et basique

La deuxième réaction est liée à la nature du milieu avec lequel le matériau est en contact
(électrolyte). Cette réaction s'agit de la décomposition du milieu.

Lors d’un processus de corrosion, la surface du matériau est donc nécessairement le siège de deux
réactions :
 Réaction de dissolution ou d’oxydation (réaction anodique);
 Réaction de décomposition du milieu : « réduction » (réaction cathodique).

Le processus de corrosion, superposition des réactions anodiques et cathodiques, s’accompagne


de la circulation d’un courant électrique (circulation d’électrons dans le métal et d’ions dans
l’électrolyte) entre les deux zones de l’interface.

137 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Figure 67:Processus de la corrosion

Pour qu’un processus de corrosion se déclenche, il faut donc :


 Une surface métallique comportant des zones anodiques et des zones cathodiques, donc
des hétérogénéités de potentiel;
 Un électrolyte assurant le transport des ions afin de refermer le circuit électrique pour
permettre la circulation des électrons. L'électrolyte est assurée par le milieu (sol immergé,
eau …).

I.3. Diagramme E-ph :


Pour aborder le phénomène de corrosion, on utilise les diagrammes de potentiel-pH de Pourbaix.
Ces diagrammes illustrent les domaines de stabilité thermodynamique d’un métal et de ses
oxydes. La stabilité d’une forme est en effet fonction de deux paramètres :
 L’acidité du milieu.
 Le potentiel de l’électrode.

Figure 68:Diagramme de Pourbaix approximatif du Fer

Les diagrammes de Pourbaix représentent, en fonction du pH, le potentiel réversible des réactions
d’électrode calculé par l’équation de Nernst. A l’aide de ces diagrammes, on peut distinguer trois
domaines principaux :

138 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

 Domaine d’immunité : Dans l’état d’immunité, le métal et le milieu ambiant sont dans un
état de stabilité thermodynamique : ils ne peuvent réagir et par conséquent, la corrosion
n’est pas possible. Cette situation se rencontre naturellement avec les métaux nobles.
 Domaine d’activité : Dans l’état d’activité, le métal n’est pas stable thermodynamiquement,
et n’est pas recouvert d’un film protecteur : il réagit avec son environnement et se corrode.
 Domaine de passivité : Dans l’état de passivité, le métal et le milieu ne sont pas dans un état
de stabilité thermodynamique, mais le métal se recouvre naturellement d’un film protecteur
qui l’isole du milieu extérieur. Ce film (couche passive) doit être thermodynamiquement
stable vis à vis du milieu extérieur et ne pas présenter de faiblesse localement. Dans le cas
contraire, le métal se corrode localement. Dans la pratique en situation courante, l’acier
inoxydable et le titane, par exemple, doivent leur résistance à la corrosion à leur
comportement passif.

II. Corrosion des armatures dans le béton :


Les armatures dans le béton sont protégées grâce à l’alcalinité forte du béton (pH > 12). Dans ces
conditions, un film protecteur très mince et adhérent, nommé film passif, se forme à la surface de
l’acier. Ce film d’oxyde protège les aciers contre la corrosion dans les conditions normales. En
présence d’eau et d’oxygène, ce film passif peut être détruit par des agents agressifs comme les
chlorures ou les sulfates.
La corrosion des armatures survient lorsque la protection assurée par le béton n’est plus efficace.
Ceci se produit dans les deux cas suivants :

 Lorsque le béton qui recouvre l’armature a été carbonaté (réaction du CO2 de l’air avec le
Ca(OH)2 du béton ⇒ formation de CaCO3 et baisse du pH à une valeur inférieure à 9), la
stabilité de l’écran n’est plus assurée et la dissolution du fer peut se produire. Cette
dissolution du fer conduit à la formation de produits de corrosion (rouille) beaucoup plus
volumineux que le volume initial de fer. Il en résulte une expansion et un éclatement du
béton. L’élimination physique de la couche de protection en béton conduit à un
accroissement de la vitesse de corrosion de l’armature.
 Lorsque des ions agressifs (comme des chlorures) ont traversé l’épaisseur du béton
d’enrobage et entrent en contact avec l’armature.

II.1. La corrosion initiée par la carbonatation :


La réaction du dioxyde de carbone (CO2) issu de l’air avec les substances alcalines du béton
s’appelle la carbonatation. La combinaison du dioxyde de carbone avec l’hydroxyde de calcium -
l’hydroxyde de calcium encore appelé portlandite est formé lors des réactions d’hydratation du
ciment- donne lieu à un carbonate de calcium, comme le montre la réaction ci-après :
Ca(OH)2 + CO2 → CaCO3 + H2O
Cette réaction ne se déroule qu’en milieu aqueux. D’abord, il faut que le dioxyde de carbone se
dissolve dans l’eau des pores, ce qui entraîne une chute du pH (d’environ 13 à 9). Par cette chute
de pH, l’hydroxyde de calcium entre également en solution. Les deux produits réagissent et se
précipitent sous la forme de carbonate de calcium.

L’humidité relative du milieu environnant qui détermine la teneur en eau du béton est un
paramètre fondamental. En effet, pour que le processus se poursuive, il faut un apport de dioxyde
de carbone frais. Or, la diffusion du dioxyde se déroule 10.000 fois plus rapidement dans l’air que
dans l’eau. L’humidité relative doit donc être suffisamment faible pour que la diffusion du gaz
carbonique soit possible mais elle doit aussi être suffisamment importante pour que la réaction de
carbonatation proprement dite, puisse avoir lieu. De ce fait, Un béton constamment immergé dans

139 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

l’eau ne présentera pour ainsi dire aucune carbonatation ; la résistance de l’eau à la diffusion du
dioxyde de carbone est trop élevée. Pour le cas du caisson, les zones alternativement émergées ou
immergées en fonction du niveau de la mer (zones de marnage déterminées par les niveaux de
marée haute et basse) sont soumises à des cycles humidification-dessiccation et ce sont donc les
plus agressées.

Figure 69: processus de carbonatation Figure 70: Corrosion initiée par la carbonatation

La probabilité d’une dégradation due à une corrosion initiée par la carbonatation diminue au fur
et à mesure que :
 Le front de carbonatation met plus de temps pour atteindre l’armature. Cela implique un
apport lent en CO2 et en humidité et, par conséquent, une faible porosité du béton. D’une
part, le facteur E/C du béton recouvrant les armatures doit donc être faible (< 0,55 voire
0,50), la teneur en ciment suffisante (≥ 340 kg par m3 de béton) et la mise en œuvre
optimale (diamètre maximal des grains en rapport avec l’enrobage des armatures, vibration,
etc.). D’autre part, l’épaisseur d’enrobage doit également être suffisante.
 la phase de propagation est plus longue. Cela s’obtient en limitant l’apport d’eau et
d’oxygène (donc par une faible porosité) et par un parcours aussi long que possible (donc
par une épaisseur d’enrobage suffisante).

II.2. La corrosion initiée par les chlorures :


Des ions chlorures véhiculés par l’eau peuvent être présents dans le béton : ils peuvent être présents
dans les composants du béton (granulats marins, …), être incorporés au moment du malaxage
(adjuvants accélérateurs de prise chlorés, …) ou encore pénétrer dans l’ouvrage au fil du temps par
diffusion à partir du milieu extérieur (eau de mer,…). A partir d’une teneur critique en chlorures,
une armature peut se corroder localement pour autant qu’elle soit mise en présence d’eau et
d’oxygène : des cratères de faible dimension affectent l’acier et s’agrandissent progressivement. En
effet, les ions Cl- réagissent avec les ions Fe++ pour former du chlorure de fer. Celui-ci consomme
les ions hydroxyle, migre et s’oxyde plus loin en déposant de la rouille. De là, les tâches de rouille
en surface du béton, typiques d’une corrosion par les chlorures. Les réactions se déroulent comme
suit :

140 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Fe++ + Cl- → FeCl2 (chlorure de fer)


FeCl2 + 2OH- → Fe(OH)2 + 2Cl
Fe(OH)2 + O2 → rouille

On constate donc que les ions chlore, Cl-, sont recyclés, ce qui explique que la rouille ne contient
pas de chlorures, même si des chlorures ferreux sont formés lors des étapes intermédiaires de la
réaction. Ainsi, cette corrosion est susceptible de continuer au même endroit. La corrosion initiée
par les chlorures est donc une corrosion localisée par piqûres de l’acier. Elle est extrêmement
dangereuse car elle entraîne une réduction locale de la section d’armature. Lorsque celle-ci
devient trop petite, elle se rompra brusquement, ce qui peut avoir des conséquences désastreuses.

Figure 71: Corrosion initiée par les chlorures

III. Corrosion des palplanches en milieu marin :

Les désordres observés se manifestent différemment sur les palplanches en fonction des zones
d’exposition (éclaboussures, marnage, immersion ou en fiche).
Les zones réputées être le siège de ces dégradations méritent une attention particulière et une
protection bien adaptée au milieu et aux conditions de fonctionnement de la structure.
Dans la publication CUR 211 Murs de quai, des valeurs importantes sont indiquées pour la
corrosion uniforme en milieu marin.
1. zone atmosphérique 0,050 à 0,100 mm/an
2. zone soumise aux embruns 0,150 à 0,400 mm/an
3. zone soumise aux marées 0,100 à 0,250 mm/an
4. zone en eaux basses 0,100 à 0,250 mm/an
5. zone sous-marine 0,050 à 0,200 mm/an
6. sol 0,020 à 0,050 mm/an

141 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

III.1.Mécanismes de la corrosion en milieu marin :


Selon les zones d'exposition, le milieu et les conditions de contact, les mécanismes de la corrosion
peuvent être de différents types et présenter des aspects de dégradations (généralisés ou localisés)
très caractéristiques.

III.1.1.Zone atmosphérique: Corrosion généralisée :


Lorsque la corrosion est généralisée, les différents points de la surface du métal sont
successivement cathodiques et anodiques et la perte d’épaisseur est uniforme. Dans ce cas, la
vitesse de corrosion peut être évaluée, par exemple, par la mesure de l’épaisseur ou de la perte du
poids permettant ainsi d’estimer la durée de vie de la pièce concernée.

III.1.2.Zone d'embruns: Corrosion localisée :


La corrosion localisée se manifeste par des zones fortement décapées (crevasses, cratères,
perforations). Cette corrosion sévère que subit l'acier dans la zone d’embruns s'explique par la
juxtaposition d'un ensemble de facteurs défavorables :
 La présence quasi permanente d'un mince film d'eau de mer dû à l'aspersion des vagues ou
à l'humidité toujours supérieure à 95 % qui règne dans cette zone,
 La saturation continue du film d'eau par l'oxygène de l'air cause un abondant excès de
dépolarisant,
 Les périodes de séchage, surtout côté ensoleillé, provoquent une concentration en sels et
des écarts de température jouant sur la dilatation des écailles de rouille,
 Les piles d'aération différentielle locales dues à des différences de recouvrement par les
écailles de rouille,
 Les piles entre les oxydes (cathodiques) et l'acier sous-jacent (anodique).

III.1.3.Zone de marnage : Combinaison de mécanismes :


Le marnage exprime la différence de niveau de la mer entre une basse mer (BM) et une pleine mer
(PM) consécutives. Pour chaque marée, en fonction du marnage généré, on exprime un coefficient
en centièmes entre 20 et 120. Les amplitudes varient d'un port à un autre. La corrosion modérée
dans la zone de marnage serait en fait une corrosion atmosphérique partielle (temps des zones
découvertes trop court) ainsi qu'une polarisation cathodique par rapport aux couches d'eaux
superficielles (le film d'eau déposé par les marées est très oxygéné, tandis que la solubilité de
l'oxygène dans l'eau est réduite)
Dans cette zone on peut rencontrer :
 L'érosion par l'action des vagues, exacerbée pendant les périodes de grosse mer,
 L'abrasion sous l'action des débris flottants, des armatures et des navires à l'accostage, de
la prolifération de salissures marines et en particulier de balanes sous l'action de la lumière
qui accentue le caractère hétérogène de la corrosion par formation de piles d'aération
différentielle,
 La contamination éventuelle de l'eau par des films d'huile qui peuvent être favorables à la
corrosion dans certains cas.

III.1.4.Zone des plus basses eaux : Corrosion par aération différentielle :


Cette zone qui se trouve juste en dessous du niveau correspondant à la moyenne des plus basses
eaux est une zone de corrosion par aération différentielle. La zone de marnage est oxygénée et
constitue une cathode, la zone immergée juste en dessous constitue une anode soumise à une
corrosion accélérée. Une pile d'aération différentielle est une pile de différence de concentration
due au fait que l'oxygène de l'air se dissout dans l'eau et se trouve plus concentré dans les couches
supérieures que celles de profondeur.

142 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

III.2. Mesure de l’effet de la corrosion : perte d’épaisseur :


Les effets de la corrosion se traduisent par une modification de l’état de surface et une perte de
métal de la surface en contact avec le milieu électrolytique, ils se mesurent en perte d'épaisseur et
s’évaluent visuellement par des états de surfaces dégradées pouvant aller jusqu’à la déchirure de
la palplanche

La perte de matière qui résulte de la corrosion atmosphérique est négligeable, et les structure sont
moins susceptibles à la corrosion en eau douce qu’en eau de mer.
En outre, la distribution de la perte de matière à travers les surfaces de l’ouvrage est variable, par
exemple les taux de corrosion les plus élevés se situe au niveau des basses eaux et de la zone
d’action des vagues, alors que les pertes sont substantiellement faibles au niveau des zones
d’immersion permanente.

Figure 72:Zones de corrosion

Les deux tableaux suivants montrent la perte d’épaisseur (mm) due à la corrosion dans le cas des
palplanches dans différents milieux aquatiques et terrestres :

Durée de vie de la structure 5 ans 25 ans 50 ans 75 ans 100 ans


Sols naturels intacts (sable, limon,
0 0,3 0,6 0,9 1,2
argile, schiste,…)
Sols naturels pollués et sites industriels 0,15 0,75 1,5 2,25 3
Sols naturels agressifs (marais,
0,2 1 1,75 2,5 3,25
marécages, tourbe)

Remblais non compactés et non


0,18 0,7 1,2 1,7 2,2
agressifs (argile, schiste, sable, limon,…)
Remblais non compactés et agressifs
0,5 2 3,25 4,5 5,75
(cendres, scories,…)
Tableau 120:valeurs recommandés pour la perte d’épaisseur (mm) due à la corrosion des
palplanches dans le sol, avec ou sans nappe phréatique)

143 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Durée de vie de la structure 5 ans 25 ans 50 ans 75 ans 100 ans


Eau douce ordinaire (rivière, canal
navigable,…), dans la zone d'attaque 0,15 0,55 0,9 1,15 1,4
élevée (ligne d'eau)
Eau douce très polluée (eaux usées,
effluents industriels,…), dans la zone 0,3 1,3 2,3 3,3 4,3
d'attaque élevée (ligne d'eau)
Eau de mer sous climat tempéré, dans la
zone d'attaque élevée (basse eaux et 0,55 1,9 3,75 5,6 7,5
zone d'embruns)
Eau de mer sous climat tempéré, dans la
zone d'immersion permanente ou dans 0,25 0,9 1,75 2,6 3,5
la zone de marnage
Tableau 121:Valeurs recommandées pour perte d’épaisseur (mm) due à la corrosion des palplanches dans
l’eau douce et l’eau de mer.

Notes : :
1) Le taux de corrosion le plus élevé est habituellement observé dans la zone d'embruns ou dans la
zone des basses eaux. Cependant, dans la plupart des cas, le moment fléchissant le plus élevé se
situe dans la zone d'immersion permanente.
2) Les taux de corrosion dans les remblais compactés sont inférieurs à ceux observés dans les
remblais non compactés. Dans les remblais compactés, il convient de diviser par deux les chiffres
du tableau.
3) Les valeurs données pour 5 ans et 25 ans sont basées sur des mesures, tandis que les autres
valeurs sont extrapolées.

L’influence de la corrosion sur la résistance des palplanches du gabion G1 peut être déterminée en
appliquant le facteur de corrosion 𝛽𝑐𝑜𝑟 sur l’équation de stabilité.
𝛾𝑑 𝑇⁡ ≤ 𝛽𝑐𝑜𝑟 × 𝐼𝑛𝑓⁡{𝑅⁡; 𝑡. 𝑓𝑦 }

𝑡 − ∆𝑡
𝛽𝑐𝑜𝑟 =
𝑡
Où :
t : l’épaisseur de la palplanche.
∆𝑡 : la perte d’épaisseur due à la corrosion, d’après les tableaux :

Façade de front : Eau de mer sous climat tempéré, dans la zone d'attaque élevée : 3.75 mm
Façade arrière : remblais compacté et non agressif : 0.6 mm
9.5−4.35
Perte totale : ∆𝑡 = 4.35⁡𝑚𝑚  𝛽𝑐𝑜𝑟 = 9.5 = 0.48
On doit avoir :
γd T⁡ ≤ βcor × Inf⁡{R ; t. fy }

𝐺1 : 156,74 ≥ 0,48 × 300


{𝐺2 : 236,73 ≥ 0,48 × 300  La condition de stabilité n’est pas vérifiée pour les trois
𝐺3 : 125,5 ≥ 0,48 × 300
gabions d’où la nécessité d’une protection contre la corrosion.

144 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

III.3. Protection contre la corrosion :


Au fil du temps, différentes méthodes destinées à prévenir ce processus de corrosion, ou du moins
à le ralentir, ont vu le jour, de manière à prolonger la durée d'utilisation de la palplanche et de
réduire les coûts à long terme. Nous distinguons les options suivantes :

III.3.1.L'application d'un revêtement :


Un revêtement peut différer jusqu'à 20 ans le début du processus de corrosion.
Il existe différents systèmes, mais les plus courants sont les systèmes de 2 ou 3 couches.

Pour obtenir un résultat optimal, le revêtement doit être appliqué dans un atelier spécialement
conçu à cet effet et où la température et le taux d'humidité sont régulés. Ainsi, sur le chantier,
seuls les problèmes survenant lors de la procédure de mise en place (blocage du vibrateur par
exemple) ou les dommages causés par le transport ou la manutention des palplanches devront être
réparés.

La préparation de la surface d’acier


joue un rôle majeur dans la durée de
vie escomptée des systèmes pour le
même système, la durée de vie peut
être multipliée par dix en fonction du
type de préparation de surface de
support. Certaines peintures
demandent même des états de
surface particuliers. Par exemple, les
sous couches à fortes teneures en
zinc doivent être appliqués sur
support grenaillé avec un degré
minimum de Sa 2.5.
En effet, l’acier laminé à chaud
présente en surface une couche Figure 73:Préparation de surface
d’oxyde connue sous le nom de
Calamine. Cette couche d’oxyde bleutée est fragile et n’adhère que partiellement à l’acier. Quand
celui-ci est exposé à l’air et à l’eau, il se corrode rapidement aux endroits qui ne sont plus
recouverts de calamine, la corrosion se propage alors facilement sous celle-ci et la calamine
s’écaille. Si un acier recouvert de calamine est peint directement, le processus de corrosion se
poursuit sous le revêtement, quoiqu’un rythme plus lent, entrainant le décollement de celui-ci. Il
est par conséquent essentiel d’ôter cette couche d’oxydes avant d’appliquer le revêtement. Le
grenaillage ou le sablage sont parmi les techniques les plus efficaces pour éliminer la calamine et
les souillures. Un autre avantage du grenaillage réside dans le fait que la rugosité de la surface est
accrue, favorisant une bonne adhérence des revêtements.

Un système de revêtement comprend généralement un primaire, une ou plusieurs couches


intermédiaires et une couche de finition.

Le primaire :
Le primaire d’un système pour l’acier a une grande influence sur les propriétés anticorrosion pour
le système complet :
 Il assure une bonne adhésion à la surface,
 Il permet au mécanisme d’inhibition de la corrosion de se développer,

145 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

 Il constitue une bonne base pour la couche intermédiaire et la finition.


On choisit souvent un primaire au zinc.
La couche intermédiaire :
La couche intermédiaire augmente l’épaisseur totale et donc la distance de diffusion de
l’humidité.
Les longs délais de recouvrement et la bonne résistance à la corrosion font que cette couche peut
être exposée pendant plusieurs mois sur le chantier avant de recevoir les couches finales.
La couche de finition :
Elle est choisie pour :
 Sa couleur,
 La conservation de son brillant,
 Sa résistance chimique,
 Sa résistance mécanique : Résistance à l’abrasion par exemple.
Généralement, les revêtements à base d’époxy sont utilisés pour la résistance aux agents
chimiques et les polyuréthannes pour la persistance de la couleur et la conservation du brillant.
Pour la protection en milieu marin, on peut utiliser le système suivant :
 Primaire époxy modifié aux polyamides.
 Revêtement brai-époxy modifié aux polyamides.
Avec : l’épaisseur nominale totale du film sec : 450 µm.
Une autre solution consiste à utiliser un revêtement époxy renforcé par des paillettes de verre.

III.3.2.Ajout d'alliages :
Plusieurs expériences passées nous ont appris que l'ajout de cuivre à l'acier pour les éléments de
palplanches immergés ne permet pas d'allonger leur durée de vie. Néanmoins, l'ajout de cuivre
associé à du nickel et du chrome ainsi que du phosphore et du silicium peuvent prolonger la durée
de vie des palplanches exposées aux embruns. Les différents types d'acier destinés à la fabrication
de palplanches tels que spécifiés dans la norme EN 10248 et les aciers spécifiés dans les normes
EN 10025, EN 10028 et EN 10113 ne présentent pas de différences au niveau de la tenue à la
corrosion. L'ajout de niobium, de titane et de vanadium à l'acier permet d'obtenir une meilleure
résistance à la traction, ce qui a un effet positif sur la tenue à la corrosion.

III.3.3.Galvanisation à chaud ou trempe :


Le procédé consiste à plonger l’acier, après une préparation de surface adéquate, dans un bain de
zinc fondu, ce qui provoque l’apparition d’un alliage acier-zinc à la surface de l’acier avec un
revêtement en zinc pur en surface.
La mise en œuvre de ce procédé passe par plusieurs étapes :

Trois opérations parfaitement définies sont nécessaires pour permettre la réaction entre le zinc
liquide et l’acier:
 Le dégraissage : qui enlève toutes les salissures et graisses qui empêcheraient la
dissolution des oxydes de fer superficiels
 Le décapage,
 Le fluxage, qui évite à l’acier de se ré oxyder entre la sortie du décapage et l’entrée dans
le bain de zinc, et qui favorise la réaction métallurgique fer-zinc.

Le bain de zinc fondu est à une température de 450° et l’épaisseur minimale de la couche finie est
de 85 µm en conformité avec l’EN ISO 1461.
Les temps d’immersion varient selon l’importance des charges, des dimensions et de l’épaisseur
des pièces :
 De 3 à 4 min pour des pièces légères de forme simple.

146 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

 De 10 à 15 min pour des ensembles massifs ou des corps creux de grandes dimensions.

Remarque :
Il faut seulement 60 à 70 Kg de zinc pour protéger un tonne d’acier.
Dans le cas où une peinture est appliquée sur le zinc, on parle de système DUPLEX.
La galvanisation du produit fini a des conséquences sur la chimie de l’acier et doit être spécifiée à
la commande. Par ailleurs, le système de peinture qu’il est envisagé d’appliquer sur la couche de
zinc doit être indiqué à l’entreprise de galvanisation.

Figure 74:Galvanisation à chaud

III.3.4. Protection contre la corrosion par surdimensionnement :


En optant pour un profilé présentant un module d'inertie plus élevé ou pour un acier de plus
grande qualité, en raison de leur moment fléchissant, il est possible d'allonger la durée de vie des
palplanches.
Les profilés plus épais offrent une meilleure protection contre la perforation par la rouille. En
règle générale, l'endroit où se situe le moment maximal ne se trouve pas dans la zone la plus
touchée par la corrosion. Ceci signifie que cette zone présente généralement une certaine réserve
contre la corrosion.

III.3.5.Protection électrochimique :
Parmi les moyens employés pour lutter contre la corrosion, la protection électrochimique
doit son originalité au fait qu'elle consiste à agir de manière contrôlée sur les réactions
d'oxydation et de réduction qui se produisent lors du phénomène de corrosion. En effet, cette
méthode consiste à imposer au métal à protéger une valeur de potentiel pour laquelle la vitesse
d'attaque devient très faible, voire nulle. On distingue :
 La protection cathodique qui consiste à abaisser le potentiel d'électrode du métal de tel
façon que la corrosion devient thermodynamiquement impossible, et dont le principe est
connu depuis longtemps.
 La protection anodique, d'origine plus récente, repose sur la propriété qu'ont certains
matériaux à se passiver dans des milieux corrosifs lorsque leur potentiel est maintenu à
une valeur correcte.

147 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

CHAPITRE 8: PROTECTION CATHODIQUE

DANS CE CHAPITRE NOUS ALLONS EXPLIQUER


LE PRINCIPE DE LA PROTECTION CATHODIQUE ET ETUDIER
DEUX SOLUTIONS DE PROTECTION POUR LES DEUX
VARIANTES.

148 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

I. Généralités :
I.1. Principe :
La protection cathodique des matériaux métalliques consiste à éviter ou réduire leur corrosion en
milieux électrolytiques en provoquant l’abaissement de leur potentiel électrochimique jusqu’à un
niveau suffisant, correspondant à leur domaine d’immunité. Cet abaissement du potentiel est
assuré par le biais du courant électrique (ou électrons libres) provenant d'une source alternative.

I.2. Mode d'imposition du courant :


On peut utiliser un courant d'origine galvanique par couplage avec un métal moins noble en créant
ainsi une pile de corrosion à grande échelle dans laquelle le métal à protéger constitue la cathode,
l'anode seule étant le siège d'une réaction de corrosion : c'est la protection par anode sacrificielle.
Il est aussi possible d'utiliser un générateur de courant continu relié à la structure à protéger et à
une anode qui sera dans ce cas non attaquable : c'est la protection par courant imposé.
Dans la protection par anode sacrificielle, le métal à protéger est à un potentiel supérieur ou égal à
celui de l'anode, la différence possible étant due à la chute de potentiel introduite par la résistance
de la liaison entre anode et cathode.
Dans le cas d'un courant imposé au contraire, il s'agit d'une véritable cellule d'électrolyse et le
potentiel du métal à protéger sera inférieur à celui de l'anode. Ce paradoxe apparent résulte du fait
que dans le premier cas le système se comporte comme une pile (générateur de courant), alors que
dans le second cas il est au contraire relié à un générateur de courant extérieur.

Figure 75: protection cathodique par anode Figure 76: protection cathodique par courant imposé
sacrificielle

II. Protection cathodique par anodes sacrificielles :


La protection cathodique par anodes sacrificielles a pour but de mettre à profit l’effet du couple
galvanique (pile) crée par l’association, dans un même électrolyte, de deux métaux différents : le
métal à protéger et un métal moins noble qui constitue l’anode.
Dans ce type de protection, l’anode se consomme par dissolution en portant la surface du métal à
protéger au-delà de son potentiel d’immunité.

149 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

II.1. Choix de l’anode :


Les anodes souvent utilisées sont soit à base de Zinc, d’Aluminium ou de magnésium. Le tableau
suivant résume les avantages et les inconvénients de chacune des anodes citées :

Figure 77: anodes sacrificielles

Anode à base de
Anode à base de zinc Anode à base d'aluminium
magnésium
Potentiel en
-1 à -1,05 -1,1 -1,4 à -1,5
charge (V)
Capacité
pratique 780 2600 1100
(Ah/Kg)
Consommation
pratique 11,2 3,4 6,5 à 8
(Kg/A.an)

Rendement
électrochimique 95 87 55
(%)

▪ Potentiel bien adapté à ▪ Coût de l'A/an le plus faible


la protection des (forte capacité pratique); ▪ Portée élevée (fort
structures compactes en ▪ Potentiel bien adapté à la potentiel);
eau de mer; protection des structures ▪ Polarisation rapide
▪ Comportement sûr dans complexes en eau de mer; de la structure
les conditions diverses de ▪ Utilisation possible dans les (précipitation du
Avantages
fonctionnement (sol, eau citernes des tankers (pas dépôt calco-
de mer, vase, milieux d'étincelle en cas de chute); magnésien en eau de
confinés); ▪ Reste active aux mer);
▪ Excellent rendement; températures élevées avec ▪ Faible poids
▪ Peu sensibles aux toutefois une chute du spécifique.
salissures marines. rendement.

150 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

▪ Force électromotrice
parfois surabondante
▪ Moins adaptée dans les pour la protection en
milieux faiblement renouvelés eau salée
(chute de rendement en cas (surconsommation,
▪ Portée limitée (faible
d'acidification du milieu); risque de cloquage de
potentiel);
▪ Vulnérable aux salissures la peinture);
▪ Température
marines; ▪ Faible durée de vie
Inconvénients d'utilisation limitée à 60
▪ Déconseillé pour la (remplacement
°C ;
protection des ouvrages fréquents nécessaires)
▪ Coût A/an;
entièrement peints car il y a ;
▪ Poids spécifique élevé.
risque de passivation si ▪ Rendement
l'anode n'est que faiblement médiocre en eau de
sollicitée. mer;
▪ Coût de l'A/an le
plus élevé.
Tableau 122:Caractéristiques des différents types d'anodes

On choisit des anodes en aluminium, dont les caractéristiques sont assemblées dans le tableau
suivant :

Longueur Largeur Hauteur Masse nette


Profil
(mm) (mm) (mm) (Kg)

1500 280 260 310

Tableau 123:Caractéristiques géométriques de l'anode choisi

II.2. Le potentiel de protection :


Le seuil de protection cathodique correspond à l’état à partir duquel la réaction de corrosion
devient impossible, il est difficile de définir théoriquement ce seuil, les critères pratiques sont en
fait basés sur l’expérience, le tableau suivant donne les domaines de potentiel généralement
recommandés pour l’acier au carbone dans différents milieux :

Métal Domaines de protection cathodique recommandés


Dans les sols en eau de mer
acier au environnement aérobie <-0,85 V <-0,8 V
carbone environnement anaérobie <-0,95 V <-0,9 V
alliage cuivreux <-0,5 à -0,65 V <-0,45 à -0,6 V
aluminium entre -0,95 et -1,2 V entre -0,90 et -1,15 V
Tableau 124:Domaines de protection cathodique

Pour atteindre le potentiel correspondant au seuil de la protection cathodique, la surface entière de


l'objet doit être parcourue par un courant s'exprimant en densité de courant (A/m²).

151 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

II.3. Calcul des surfaces :


Gabion :
La surface à protéger sera subdivisée en 4 parties :
Zone de marnage, zone immergée, zone enfouie, zone du côté remblai.

Zone hauteur (m) surface (m²)


zone de marnage 3,6 195,5452931
zone immergée 11,9 646,3858301
remblai interne 15,5 841,9311232
zone enfuie 0 0
Tableau 125:Surfaces de calcul

Caisson :
Pour le cas de caissons en béton, il y a une grande partie qui est en contact avec l’eau de mer et
avec le sol. Cependant l’acier qui doit être protégé est déjà enrobé par le béton, pour cette raison,
nous travaillerons avec l’hypothèse que toutes les parties en contact avec l’eau de mer font partie
de la zone enfouie, qui se comporte comme la zone sol.
S=758,814 m2
II.4. Demande en courant :
La densité de courant nécessaire à l'obtention du seuil de protection est fonction du matériau à
protéger (nature de l’équipement, présence d’un revêtement…) et des paramètres physico-
chimiques de l'électrolyte au contact de celui-ci (présence de Ca2+ et Mg2+, corrosivité du
milieu…).
On commence d’abord par estimer le besoin en courant de protection, c’est-à-dire le courant que
doit recevoir la structure pour que le seuil de protection soit atteint.
Gabion :
On donne quelques valeurs de densité de courant couramment utilisés :
 Zone de marnage : j1 = 180 mA/m².
 Zone immergée : j2 = 150 mA/m².
 Zone en contact avec le sol : j3 = 30 mA/m².
densité de courant
Zone Surface (m²) Courant (mA)
(mA/m2)
zone de marnage 195,5453 180 35198,15
zone immergée 646,3858 150 96957,87
remblai interne 841,9311 30 25257,93
zone enfuie 0 30 0
demande totale en courant(A) 157,414
Tableau 126:Demande en courant

152 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Caisson :
Le caisson étant considéré enfui, la densité choisie est : j = 30⁡mA/m² j=30 mA/m²
Ce qui donne une demande totale en courant de : I = j⁡ × S
 I = 22,76⁡A

II.5. Résistance de l’anode :


Le dimensionnement du système de protection tiens aussi compte de la résistance électrique de
l’anode. Celle-ci est calculée à partir de la résistivité de l’électrolyte l’environnant, et de la
géométrie de l’anode. Le tableau suivant donne les formules les plus souvent utilisées :
Géométrie Formule hauteur
Verticale (près
𝜌 4.𝐿
de la surface) ou R= (⁡𝐿𝑜𝑔𝑛 − 1) Dwight
2𝜋𝐿 𝑟
offshore

Horizontale, ou
verticale 𝜌 2.𝐿
R=2𝜋𝐿 (⁡𝐿𝑜𝑔𝑛 𝑟
− 1) Dwight
Anode profondément
cylindrique enfuie
𝜌 𝐿2 +𝐿√𝐿2 +4ℎ2
Horizontale, R= (⁡𝐿𝑜𝑔𝑛 +
2𝜋𝐿 𝑎.ℎ
enterrée à une Dwight
2.ℎ 4ℎ2 +𝐿2
profondeur H. 𝐿
−√ 𝐿
)

Enterrée à faible 𝜌 4.𝐿


R=2𝜋𝐿 𝐿𝑜𝑔𝑛 𝐷
Peter
profondeur
0.315⁡𝜌
Anode massive de surface exposée S R= Mac-coy
√𝑆
(cm2) utilisé en offshore
R=1.66 ρ.S-0.727 Peterrson
Tableau 127:Formules de calcul de résistance

II.6. Géométrie de l’anode :


Les anodes sacrificielles ont généralement trois formes :
 Type plat.
 Type bracelet.
 Type poignet.
 Type massif.
II.7. Facteur d’utilisation :
C’est un coefficient qui représente le volume qui peut être consommé de l’anode sans que
celui-ci ne puisse plus fournir l’intensité du courant nécessaire pour la protection requise
pour l’ouvrage. Ce facteur est de l’ordre de :
 0.9 à 0.95 pour un type poignet.
 0.8 à 0.85 pour un type bracelet.
 0.75 à 0.85 pour un type plat.
 0.85 à 0.90 pour un type massif.

II.8. Poids de l’anode :
La masse totale d’anodes à installer est donnée par la formule :
𝐷 × ⁡𝐼 × 𝑚 × 8760
𝑀𝑡 = ⁡
𝐶 ×𝑢

153 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Où :
D : la durée de vie de calcul.
I : besoin total en courant.
C : Capacité de l’anode choisie en Ah/kg.
u : facteur d’utilisation de l’anode.
m : consommation massique pratique de l’anode choisie.
II.9. Vérification du potentiel :
On calcul d’abord la résistance de l’anode donnée par la formule de Mac Coy :
0.315⁡𝜌
𝑅 =⁡
√𝑆
Avec :
ρ: Résistivité de l’eau (Ω.m).
S: Surface de l’anode (cm²).

On doit vérifier que le potentiel Ec de l’ouvrage est toujours inférieur au seuil de protection
accepté, ceci notamment pour les conditions initiales :

Ec = Ea + R⁡i
Avec :
𝐸𝑎 : Le potentiel en charge de l’anode (−1V/Ag − AgCl⁡en eau de mer).
i : Le courant que débite chaque anode.

II.10. Application :
Résultats Caisson C1 Gabion G1
Besoin en courant I (A) 22,76 157,414
Masse anodique totale Mt (Kg) 6135,887 42429,1169
Résistance R (Ω) 0,0011 0,0011
Nombre d'anodes N 19 136
Courant de chaque anode i (A) 1,198 1,1575
Potentiel de la structure Ec -0,9986 -0,9987
Tableau 128: Résultats de la protection cathodique

Tableau 129:Résultats de calcul pour C1 et G1

Les résultats de calcul des caissons C1 et C2 et des gabions G1 et G2 sont représentés dans
l’Annexe F.

Conclusion :
Le potentiel calculé est inférieur au seuil de protection fixé à -0,9 V, donc le dimensionnement
proposé est capable d’assurer la protection des ouvrages.

III. Protection par courant imposé :


III.1.Principe :
La protection par courant imposé utilise une source d'énergie électrique en courant continu qui
débite dans un circuit comprenant :
 Un déversoir (ou masse anodique),
 L'électrolyte (sol ou eau),
 La structure à protéger.

154 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Le pôle positif de la source est relié au déversoir alors que le pôle négatif est relié à la structure à
protéger .Le courant venant du déversoir traverse l'électrolyte, puis entre dans la structure créant
ainsi un abaissement de potentiel recherché correspondant à l'immunité du métal.
Dans un système à courant imposé, la protection cathodique se définit par les paramètres suivants :
 La densité de courant de protection, qui est l'intensité par unité de surface, dépendant
essentiellement de la qualité de l'isolement du revêtement et de l'agressivité du milieu
environnant;
 Le type d’anode qui va répondre à la durée de vie déterminée ;
 Les caractéristiques du générateur.

III.2.Courant de protection :
Dans cette partie, le courant total qui doit parcourir la surface à protéger va servir à dimensionner le
transformateur redresseur, et le type d’anode qui va répondre à la durée de vie déterminée. On
utilisera les valeurs calculées précédemment (voir II.4)

III.3.Type d’anode :
L’anode utilisée est une masse de matériau conducteur d'électricité dont le rôle est d'injecter le
courant dans le milieu où se trouve la structure à protéger. Sa résistance de contact au sol doit être
la plus faible possible et sa masse est déterminée pour avoir la longévité souhaitée. Les matériaux
les plus couramment utilisés sont :
 L'acier (rails, tubes …),
 Le graphite,
 Le ferro-silicium, etc.
Le choix du type d’anode est déterminé en vérifiant sa durabilité le long de la durée de vie de
l’ouvrage ; le courant total à générer doit être inférieur au courant nominal que l’anode peut générer
pendant toute la durée de vie de l’ouvrage.
On utilise des anodes tubulaires LIDA qui sont constituées de tubes en titane dotés d'un revêtement
en oxyde métallique mixte. Cet oxyde métallique mixte est un revêtement cristallin, électriquement
conducteur, qui active le titane et lui permet de faire fonction d'anode.
Caractéristiques techniques
Diamètre Longueur Poids Superficie Courant anodique Durée de vie
2,5 Cm 100 Cm 0,35 Kg 0,079 m² 20 A 50 Ans
Tableau 130:Caractéristiques techniques de l'anode tubulaire

Figure 78: anode tubulaire LIDA

155 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

III.4.La résistance du circuit :


La résistance du circuit est en général conditionnée par la résistance de la masse anodique. Il y a
donc intérêt à obtenir pour cette masse anodique une résistance aussi faible que possible pour éviter
les pertes.
La résistance de l’anode est égale à :
ρ 8×L
Ra = (ln − 1)
2×π×L d

Avec :
R a : Résistance de l’anode (Ω)
ρ : Résistivité du milieu, pour l’eau de mer ρ = 30⁡Ω. cm
L : Longueur de l’anode (m)
d : Diamètre de l’anode (m)

On obtient : R a = 0,227⁡Ω
On dimensionne la protection pour une durée de vie de 50 ans, le tableau suivant donne le nombre
d’anodes nécessaire par type de structure:
Caisson C1 Gabion G1
Besoin en courant 22,76 (A) 157,4 (A)
Nombre d'anodes 2 8
Tableau 131:Nombre d'anodes

III.5.Choix du transformateur redresseur :


Ce type de protection cathodique exige une sortie en courant continue, à savoir un transformateur
redresseur connecté à une source de courant alternatif. Le transformateur redresseur convertit la
tension alternative en un courant continu que est conduit via un câble spécial aux anodes et qui
atteint la structure à protéger via l’électrolyte. Sa puissance est déterminée par:
 La demande de courant estimée de l’objet à protéger,
 Le potentiel nécessaire pour développer un courant de protection entre l’anode et la
cathode.

Après la détermination du courant de protection, de la résistance du circuit, on peut calculer le


potentiel que doit appliquer le générateur :
U=R×I
 Caisson : U=5,16 V
 Gabion : U=35.7 V

Afin de fournir les caractéristiques demandées le choix du transformateur redresseur est le suivant :

Transformateur redresseur type AIR


Alimentation monophasé 250V AC-50Hz
Alimentation triphasé 400V AC-50Hz
Plage de tension de sortie 12V à 150V cc
Plage de courant de sortie 1A à 250A cc
Température ambiante en service -20°C à +55°C
Tableau 132; Caractéristiques du transformateur redresseur type AIR

156 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Figure 79: Transformateur redresseur type AIR

IV. Choix du système de protection :


Le tableau suivant représente les avantages et les inconvénients de chacun des systèmes de
protection :

Anodes sacrificielles
Avantages Inconvénients
-La f.e.m est fournie par l'électrode; -Source à courant onéreuse;
-Peu de surveillance; -Débit dépendant du bon contact avec
-Installation facile; le métal à protéger;
-Pas d'isolement. -Système lourd et encombrant.
Anodes à courant imposé
Avantages Inconvénients
-le courant est ajusté à la valeur -Difficulté d'installation;
voulue; -Coût élevé d'installation (isolation,
-Système léger, peu d'anodes; écrans diélectriques);
-Energie électrique peu coûteuse. -Système fragile et vulnérable.
Tableau 133:Camparaison entre les anodes sacrificielles et à courant imposé

La protection cathodique par anodes sacrificielles nécessite une masse anodique très importante, de
plus sa durée de vie est relativement réduite. Ainsi, même si elle exige une installation minutieuse,
la protection cathodique par courant imposé reste la solution la plus pratique, on opte alors pour ce
type de protection.

157 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

CHAPITRE 5 : METHODES D’EXECUTION

DANS CE CHAPITRE, NOUS ALLONS ABORDER LES METHODES


D’EXECUTION DES DEUX VARIANTES ETUDIEES.

158 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

I. Ducs d’Albe en caisson :


I.1. Préfabrication à sec :
Préparation des armatures et bétonnage des radiers.

Figure 80:Préparation des armatures et bétonnage des radiers

Mise en place du coffrage glissant et des armatures des voiles du caisson.

Figure 81:coffrage glissant et des armatures des voiles

Poursuite du bétonnage des voiles du caisson :

Figure 82:Poursuite du bétonnage

159 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

I.2. Mise à l’eau des caissons :


A l’issue de la maturation, les caissons seront translatés avec les chariots auto-tracteurs vers le ber
pour être mis à l’eau.
Avant la mise en flottaison du caisson, on procède à une mise en eau partielle du caisson afin de
vérifier l’étanchéité au niveau des zones de reprise.
Pour des raisons sécuritaires, on procède à la mise en flottaison du caisson à marée haute.

Figure 83:Mise en flottaison

I.3. Réalisation de l’assise du caisson :


Mise en place du tout-venant d’assise au moyen d’une grue flottante et d’un ponton pour le
transport des matériaux.

Figure 84:Mise en place du tout-venant d’assise

160 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Mise en place des enrochements d’assise au moyen d’une grue flottante et d’un ponton pour le
transport des matériaux.

Figure 85:Mise en place des enrochements d’assise

La mise en place du ballast, pour garantir


l’horizontalité de la couche de pose des caissons
(ducs d’albe), sera effectuée par une benne installée
dans une grue de grande capacité, par décharges de
précision. La grue est positionnée dans un ponton que
donnera assistance à l’équipe de plongeurs en charge
d’effectuer la régularisation du ballast. Pour faire la
régularisation du ballast, les plongeurs utiliseront des
guides métalliques avec l’appui topographique de
façon à garantir le nivellement préconisé.

Le ponton de mise en place du ballast sera équipé


d’un système de positionnement D.G.P.S., permettant
de visualiser toujours et en temps réel sa position
planimétrique (M et P). De cette façon et en tout Figure 86:régularisation du ballast
instant s’obtient l’information du positionnement du
ponton ainsi que de sa position par rapport à terre. Le ballast sera chargé au quai par une pelle
hydraulique et d’une chargeuse.

Figure 87:positionnement du ponton

161 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

I.4. Remorquage des caissons :


À la fin de la préfabrication à quai des caissons, les coffrages sont démontés et les apparaux
d’échouage sont installés (plateforme de treuils, de ballastage, etc…). Les caissons sont ensuite
remorqués à l’aide de remorqueurs attelés aux caissons par des platines vers leur lieu d’échouage
en position finale.

Figure 88:Remorquage du caisson

I.5. Echouage des caissons :


Les travaux d’échouage des caissons seront organisés de la manière suivante :
Echouage des caissons par ballastage liquide (eau de mer), pour atteindre la profondeur finale que
doit atteindre le caisson.

Figure 89:Echouage des caissons

Remplissage des alvéoles en sable (pour les alvéoles des ducs d’albe d’amarrage, de la plate-
forme et les alvéoles arrière des ducs d’albe d’accostage) et en ballast (pour les alvéoles sur le
front des ducs d’albe d’accostage).

162 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Figure 90:Remplissage des alvéoles

I.6. Vibro-compaction du sable de remplissage des caissons :


Les matériaux de dragage utilisés pour le remplissage des lobes des caissons sont densifiés par
vibro-compaction.

II. Gabions en palplanches :


II.1. Installation du gabarit :

II.1.1.Objectif :
Le battage des palplanches nécessite des précautions
spéciales pour pouvoir refermer la cellule sans
difficultés. Pour cela, on utilise des gabarits permettant
de guider les palplanches afin de garantir la précision de
leur positionnement.
On ne commence à battre avec effort que lorsque la
cellule de gabion est fermée. On cherche aussi à éviter le
risque de dégrafage des palplanches en cours de battage,
en évitant des fiches trop importantes, des efforts de
battage trop importants et en limitant la différence
d’avancement de battage entre deux palplanches
adjacentes.

Le gabarit de construction a pour objet :


 D’assurer la bonne forme du gabion,
 D’assurer la bonne verticalité des palplanches
mises en œuvre,
 D’assurer la stabilité et la rigidité de l’enceinte
avant le remblaiement intérieur.
Il est lui-même conçu en fonction des tolérances
géométriques de laminage et il doit permettre la mise en
place de la dernière palplanche de fermeture du rideau
(opération particulièrement critique).

Figure 91:Gabarit de construction

163 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

II.1.2.Conception et dimensionnement :
La conception du gabarit dépend des considérations suivantes :
 Le Milieu d’installation (terrestre, marin…).
 Le nombre de cellules à construire, et la réutilisation du gabarit.
 La longueur des palplanches.
 La Capacité de l’équipement de levage.
 La Sécurité de l’équipe de travail.

Le gabarit doit être composé d’au moins deux niveaux de guidage suffisamment éloignés l’un de
l’autre pour assurer un alignement correct des palplanches. Le niveau inférieur doit être aussi
proche que possible du sol. Il doit être déplaçable pour assurer une manipulation facile lors de
l’installation et du remplissage, de même pour le niveau supérieur, en outre ce dernier niveau doit
assurer des conditions sécuritaires de travail pour l’équipe.

Le diamètre extérieur théorique du gabarit est déterminé par la formule suivante :


𝑁𝑝 × 503
𝑅𝑒𝑥𝑡 = ⁡ − 55⁡(𝑚𝑚)
2𝜋
Où : NP est le nombre de palplanches qui composent la cellule.

Remarque : si on veut prendre en compte les tolérances de rotation de palplanches et de


fabrication du gabarit, on réduit le rayon extérieur R ext de 30mm.

II.2. Implantation des palplanches :


L’enceinte cylindrique de palplanches peut reposer sur un substratum rocheux ou bien pénétrer
dans le sol.

Selon la nature du sol de fondation, les gabions peuvent être encastré dans le sol ou reposer
directement sur un substratum rocheux. Dans notre cas, le sol est de nature rocheuse donc les
palplanches vont simplement être déposé sur le substratum est servir comme enceinte pour le
remblai de remplissage.

Afin d’assurer une bonne protection de la base du gabion et du remblais interne, on coule une
couche de béton à lente prise de 1m d’épaisseur débordant d’un mètre de tous les côtés, et on
procède au on fichage des palplanches le temps que le béton prends prise.

Les palplanches sont mises en fiche alternativement « en touches de piano », c’est-à-dire


progressivement et de façon décalée une sur deux. L’opération d’enfoncement des palplanches est
engagée uniquement lorsque toutes les palplanches d’une cellule auront été mises en fiche.

La construction des gabions nécessite des soins particuliers et un savoir-faire de la part de


l’entrepreneur. Les problèmes principaux résident dans la nécessité d’obtenir une grande précision
dans l’implantation des palplanches et une conduite parfaite de leur enfoncement (verticalité). Le
risque majeur reste en effet que se produise un dégrafage des palplanches pendant le battage, ou
un recourbement, qui ne se révèle souvent qu’après le remplissage du gabion ou lors du dragage
devant le quai. Dans ce cas, une rupture partielle ou totale du gabion est à craindre.

164 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

II.3. Remplissage des cellules :


Lors du remplissage il est essentiel que le gabarit reste en place pour garantir la stabilité de la
cellule. Généralement, le remplissage doit atteindre au moins les deux tiers de la hauteur avant
d’enlever le gabarit. L’opération de remplissage est effectuée hors du centre de la cellule pour ne
pas avoir des contraintes déséquilibrées.

Le matériau de remblai à l’intérieur des cellules doit être drainant. Pour cela, il est recommandé
d’utiliser un sol grenu (à base de sable et de grave, en proportions sensiblement égales), ayant une
bonne résistance au cisaillement et relativement peu compressible.

II.4. Equipements et chargement :


Les charges permanentes, surcharges et charges des bollards et des défenses doivent être
transmises directement sur le remblai interne ou bien introduites à travers des pieux porteurs. On
évite tout chargement direct sur l’enceinte périphérique du faite que les palplanches ne présentent
pas une résistance au flambement suffisante.
Tous les travaux d’équipements permanents seront exécutés après que le gabion soit
complétement stabilisé.

165 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

CHAPITRE : ETUDE DE PRIX

DANS CE CHAPITRE, NOUS ALLONS COMPARER LES PRIX


ESTIMATIF DES DEUX VARIANTES.

166 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Dans ce paragraphe, nous allons estimer le prix des deux postes du terminal chimiquier :
Installation du chantier et repliement, Dragage-déroctage, Enrochement, sable et ballast, Béton, Aciers,
Passerelles métalliques, Equipements : Bollards et défenses, Enrochements, sable et ballast
I. Prix estimatif de la variante caisson :

Le tableau suivant résume le calcul du coût estimatif de la première variante :


prix unitaire
Désignation des ouvrages unité quantité prix total (HT)
(DH)
Installation du chantier et repliement
Installation de chantier et montage
F 1 30 000 000 30 000 000
des matériels
Amenée et repli de tout le matériel
F 1 30 000 000 30 000 000
nécessaire aux travaux
Total installation du chantier été repliement 60 000 000
Dragage-déroctage
Dragage des souilles m3 40 000 12 000 000
300
Déroctage des souilles m3 281 836 900 253 652 400
Mise en remblai ou évacuation m3 321 836 200 64 367 200
Total dragage-déroctage 330 019 600
Enrochements, sable et ballast
Fourniture, transport et mise en
place du tout-venant carrière pour le m3 136 870 250 34 217 500
noyau
Fourniture, transport et mise en
place des enrochements (1-50 Kg)
m3 2 067 440 909 480
dans le prisme de caisson de
fondation

Fourniture, transport et mise en


place des enrochements (1000-2000 m3 27 490 9 621 500
350
Kg) pour le mateau de protection

Fourniture, transport et mise en


place des enrochements (4000-6000 m3 1 508 350 527 800
Kg) pour le mateau de protection

Fourniture, transport et mise en


place du sable pour remplir les m3 24 502 4 900 488
200
cellules des caissons

Fourniture, transport et mise en


place du ballast pour remplir les m3 1 880 376 000
200
cellules des caissons

Fourniture , transport et mise en


place de gravier avec 0,40 m m2 15 430 3 548 900
230
d'épaisseur y compris géotextile

167 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Régularisation de gravier pour la


m2 3 542 2 479 400
mise en place des caissons 700
Total enrochements, sable et ballast 29 207 068
béton
Préfabrication et installation en stock
m3 9 284 2 500 23 210 500
du béton pour caisson
Transport et installation des caissons
en place y compris le chargement et le U 200 000 3 600 000
18
déchargement
Béton pour dalle de couronnement m3 4 892 2 500 12 229 270
Total béton 39 039 770
Passerelles métalliques
Acier Kg 78 974 3 948 700
50
Pavement Grille Rectangulaire m2 24 308 729 240
30
Total passerelles métalliques 4 677 940
Equipements

Bollards U 75 000 900 000


12
Défenses U 8 600 000 4 800 000
Total équipements 5 700 000

Ce qui donne un prix global de :


Prix valeur en DH
496 018 383,00
Total hors taxe

Imprévu 5% 24 800 919,15


Total TTC Arrondi 624 000 000

II. Prix estimatif de la variante gabion :

Le tableau suivant présente les détails de calcul du cout de la variante en gabions de palplanches.

désignation des ouvrages unité quantité prix unitaire (DH) prix total (HT)

installation du chantier été repliement


Installation de chantier et montage
1 30 000 000 30 000 000
des matériels
Amenée et repli de tout le matériel
1 30 000 000 30 000 000
nécessaire aux travaux
total installation du chantier été repliement 60 000 000

168 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Dragage-déroctage
Dragage des souilles m3 40 000 300 12 000 000
Déroctage des souilles m3 281 836 900 253 652 400
Mise en remblai ou évacuation m3 321 836 200 64 367 200
total dragage-déroctage 330 019 600
Enrochements

Fourniture, transport et mise en place


m3 136 870 250 34 217 500
du tout-venant carrière pour le noyau

Fourniture, transport et mise en place


des enrochements (1000-2000 Kg) pour m3 27 490 350 9 621 500
le mateau de protection
Fourniture, transport et mise en place
des enrochements (4000-6000 Kg) pour m3 1 508 350 527 800
le mateau de protection
Fourniture, transport et mise en place
de gravier avec 0,40 m d'épaisseur y m2 15 430 230 3 548 900
compris géotextile
Total enrochements 20 541 700
Béton lente prise pour l'assise des
m3 4 433 5 000 22 163 800
gabions
Remblai interne m3 52 321 300 15 696 300
Palplanches m2 11 992 557 6 689 200
Total exécution 44 549 300
Dalle de couronnement
Béton m3 4 892 2 500 12 229 275
Acier Kg 285 259 14 3 993 626
Total dalle de couronnement 16 222 901
Passerelles métalliques
Acier Kg 78 974 50 3 948 700
Pavement Grille Rectangulaire m2 24 308 30 729 240
Total passerelles métalliques 4 677 940
Equipements
Bollards U 12 75 000 900 000
Défenses U 8 600 000 4 800 000
Total équipements 5 700 000

Ce qui donne le prix global suivant :


Prix valeur en DH
509 085 441
Total hors taxe

Imprévu 5% 25 454 272,05


Total TTC Arrondi 642 000 000

169 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Conclusion et recommandations

Les couts estimatifs des deux variantes sont du même ordre, On opte pour des
Ducs d’albe en Caisson, étant donné que les entreprises au Maroc ont plus
d’expérience à travailler sur cette variante. De plus coté durabilité, son système
de protection revient moins cher, puisque les armatures sont déjà protégées par le
béton.

Il est à noter que la protection cathodique est destinée à la protection des


armatures uniquement, de ce fait, une grande attention doit être accordée à la
formulation du béton- précisément pour la zone de marnage la plus exposée à
l’agressivité de l’eau de mer, en assurant un enrobage suffisant, et un dosage en
ciment adéquat.

On conclut à travers l’étude de la stabilité que les caissons sont largement stables
vis-à-vis des différent cas de rupture, par conséquent, on prévoit de réduire leur
dimensions afin d’optimiser au niveau des matériaux de construction.

170 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Annexe A : Géométrie des caissons


Caisson C1

171 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Caisson C2

172 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Caisson C3

173 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

174 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Annexe B: Stabilité au grand glissement des caissons C2 et C3,


et des gabions G2 et G3

Caisson C2 :
Phase 1

𝐅𝐒 = 𝟑, 𝟔 ≥ 𝟏, 𝟓

Phase 2

𝐅𝐒 = 𝟑, 𝟎𝟑 ≥ 𝟏, 𝟓

175 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Caisson C3 :
Phase1

𝐅𝐒 = 𝟐, 𝟏𝟒 ≥ 𝟏, 𝟒
Phase 2

𝐅𝐒 = 𝟐. 𝟑𝟔 ≥ 𝟏, 𝟓

176 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Gabion G2:
Phase1

𝐅𝐒 = 𝟑. 𝟗𝟐 ≥ 𝟏, 𝟓

Phase2

𝐅𝐒 = 𝟑. 𝟑𝟑 ≥ 𝟏, 𝟓

177 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Gabion G3 :
Phase1

𝐅𝐒 = 𝟑. 𝟑𝟏 ≥ 𝟏, 𝟓
Phase2

𝐅𝐒 = 𝟐. 𝟒𝟏 ≥ 𝟏, 𝟓

178 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Annexe C : Catalogue FENTEK des défenses d’accostage

179 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Annexe D : Modélisation du caisson C2 sur ROBOT


 Première phase : en cours de mise en œuvre:
1) Modélisation par ROBOT :

On modélise les trois cas de charges de remplissage suivantes :


- Cas de charge n°1 :

- Cas de charge n°2 :

- Cas de charge n°3 :

180 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

2) Résultats :
a) Le déplacement:
Cas de
déplacement maximal (cm)
charge
cas 1 0,155
cas 2 0,17
b) Les contraintes :
cas de charge Contrainte Compression Traction
Sxx 2,24 5,96
Cas 1
Syy 4,01 7,15
Sxx 1,62 7,65
Cas 2
Syy 3,95 7,98

 Deuxième phase : caisson mis en place


1) Modélisation par ROBOT :

2) Résultats :
a) Les contraintes :
Contrainte Compression Traction
Sxx 2,69 7,92
Syy 4,93 9,17

181 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Annexe E : Modélisation du caisson C3 sur ROBOT


 Première phase : en cours de mise en œuvre:

1) Modélisation par ROBOT :

On modélise les trois cas de charges de remplissage suivantes :


Cas de charge n°1 :

Cas de charge n°2 :

Cas de charge n°3 :

182 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

2. Résultats :
a) Le déplacement:
Cas de déplacement maximal
charge (cm)
cas 1 0,128
cas 2 0,15

b) Les contraintes :
cas de charge Contrainte Compression Traction
Sxx 1,15 1,99
Cas 1
Syy 0,86 2,14
Sxx 1,38 3,51
Cas 2
Syy 0,80 2,52

 Deuxième phase : caisson mis en place


1) Modélisation par ROBOT :

2) Résultats :
Les contraintes :
Contrainte Compression Traction
Sxx 1,35 3,53
Syy 1,77 3,02

183 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Annexe F : Protection cathodique pour les gabions de palplanches G2 et G3 et


pour les caissons C2 et C3 :
Protection cathodique par anodes sacrificielles :
Gabion G2 :

Zone surface densité de courant (mA/m2) courant


zone de marnage 289,529179 180 52115,25221
zone immergée 1359,18 150,00 203876,80
remblai interne 1648,707825 30 49461,23474

calcul
le besoin en courant (A) 305,45
masse anodique totale(Kg) 82331,41
résistance 0,00
nombre d'anodes 265
courant de chaque anode 1,15
potentiel de la structure -0,99871

Gabion G3 :
densité de
Zone surface courant courant
(mA/m2)
zone de marnage 144,8777 180 26077,98
zone immergée 197,19 150,00 29579,19
remblai interne 342,0723 30 10262,17

calcul
le besoin en courant (A) 65,92
masse anodique totale(Kg) 17767,8
résistance 0,00
nombre d'anodes 57
courant de chaque anode 1,16
-
potentiel de la structure
0,99871

184 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Protection cathodique pour les caissons C2 et C3 :


Caisson C2 :
La section des parois exposées est 1191,3 m2.
calcul
le besoin en courant (A) 95,30
masse anodique totale(Kg) 25688,09
résistance 0,00
nombre d'anodes 82
courant de chaque anode 1,16
potentiel de la structure -0,9987

Caisson C3 :
La section des parois exposées est 294,72 m2.

calcul
le besoin en courant (A) 23,58
masse anodique totale(Kg) 6355,07
résistance 0,00
nombre d'anodes 20
courant de chaque anode 1,18
-
potentiel de la structure
0,99868

Protection cathodique par courant imposé :


Caisson C2
calcul
le besoin en courant (A) 95,3
nombres d’anodes 5
Potentiel du générateur (V) ≥ 22
Caisson C3
calcul
le besoin en courant (A) 23,58
nombres d’anodes 3
Potentiel du générateur (V) ≥6

Gabion G2
calcul
le besoin en courant (A) 305,45
nombres d’anodes 16
Potentiel du générateur (V) ≥ 70

185 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Gabion G3
calcul
le besoin en courant (A) 65,92
nombres d’anodes 4
Potentiel du générateur (v) ≥ 15

186 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Annexe G : Modélisation des passerelles métalliques


 Passerelle P2 :

La flèche maximale est de 0.4 cm, largement inférieure à la flèche admissible


L 900
fadm =⁡200 =⁡200 = 4.5 cm

 Passerelle P3 :

La flèche maximale est de 0.85 cm, largement inférieure à la flèche admissible


L 1500
fadm =⁡200 =⁡ 200 =7.5 cm

187 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

 Passerelle P4 :

La flèche maximale est de 8.3 cm, largement inférieure à la flèche admissible


L 3000
fadm =⁡ =⁡ =15 cm
200 200

 Passerelle P5 :

La flèche maximale est de 9.3 cm, inférieure à la flèche admissible


L 2400
fadm =⁡200 =⁡ 200 =12 cm

188 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Annexe H : Calcul des charges de vent selon NV65 Mod99+Carte 96 04/00


 Passerelle P1 :

Dimensions de la structure

Hauteur: 1,50 m
Largeur: 18,10 m
Profondeur: 0,50 m

Données du vent

Région: 1
Type de vent: normal
Site: exposé ks = 1,350
Pression de base: 0,54 kPa

Résultats du vent

 Cas de charge: Vent 90 deg sur.(+)


Coefficients de chargement

surface: 100 Ce : -0,500 Ci : 0,300 Ce-Ci = -0,800


qH : 0,58 kPa Delta : 1,000
qr(z) = -0,46 kPa local

surface: 101 Ce : 0,800 Ci : 0,300 Ce-Ci = 0,500


qH : 0,58 kPa Delta : 1,000
qr(z) = 0,29 kPa local

 Cas de charge: Vent 270 deg sur.(+)


Coefficients de chargement

surface: 100 Ce : 0,800 Ci : 0,300 Ce-Ci = 0,500


qH : 0,58 kPa Delta : 1,000
qr(z) = 0,29 kPa local

surface: 101 Ce : -0,500 Ci : 0,300 Ce-Ci = -0,800


qH : 0,58 kPa Delta : 1,000
qr(z) = -0,46 kPa local

189 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

 Passerelle P2 :
Dimensions de la structure :

Hauteur: 1,50 m
Largeur: 9,00 m
Profondeur: 1,50 m

Données du vent

Région: 1
Type de vent: normal
Site: exposé ks = 1,350
Pression de base: 0,54 kPa

Résultats du vent :

 Cas de charge: Vent 90 deg sur.(+)


Coefficients de chargement

surface: 46 Ce : 0,800 Ci : 0,300 Ce-Ci = 0,500


qH : 0,58 kPa Delta : 1,000
qr(z) = 0,29 kPa local

surface: 47 Ce : -0,500 Ci : 0,300 Ce-Ci = -0,800


qH : 0,58 kPa Delta : 1,000
qr(z) = -0,46 kPa local

 Cas de charge: Vent 270 deg sur.(+)


Coefficients de chargement

surface: 46 Ce : -0,500 Ci : 0,300 Ce-Ci = -0,800


qH : 0,58 kPa Delta : 1,000
qr(z) = -0,46 kPa local

surface: 47 Ce : 0,800 Ci : 0,300 Ce-Ci = 0,500


qH : 0,58 kPa Delta : 1,000
qr(z) = 0,29 kPa local

190 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

 Passerelle P3 :
Dimensions de la structure :

Hauteur: 1,50 m
Largeur: 15,00 m
Profondeur: 1,50 m

Données du vent

Région: 1
Type de vent: normal
Site: exposé ks = 1,350
Pression de base: 0,54 kPa

Résultats du vent :

 Cas de charge: Vent 90 deg sur.(+)


Coefficients de chargement

surface: 77 Ce : -0,500 Ci : 0,300 Ce-Ci = -0,800


qH : 0,58 kPa Delta : 1,000
qr(z) = -0,46 kPa local

surface: 82 Ce : -0,500 Ci : 0,300 Ce-Ci = -0,800


qH : 0,58 kPa Delta : 1,000
qr(z) = -0,46 kPa local

 Cas de charge: Vent 270 deg sur.(+)


Coefficients de chargement
surface: 77 Ce : -0,500 Ci : 0,300 Ce-Ci = -0,800
qH : 0,58 kPa Delta : 1,000
qr(z) = -0,46 kPa local

surface: 82 Ce : -0,500 Ci : 0,300 Ce-Ci = -0,800


qH : 0,58 kPa Delta : 1,000
qr(z) = -0,46 kPa local

191 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

 Passerelle P4 :
Dimensions de la structure :

Hauteur: 1,50 m
Largeur: 30,00 m
Profondeur: 1,50 m

Données du vent :

Région: 1
Type de vent: normal
Site: exposé ks = 1,350
Pression de base: 0,54 kPa

Résultats du vent :

 Cas de charge: Vent 90 deg sur.(+)


Coefficients de chargement

surface: 129 Ce : -0,500 Ci : 0,300 Ce-Ci = -0,800


qH : 0,58 kPa Delta : 1,000
qr(z) = -0,46 kPa local

surface: 130 Ce : 0,800 Ci : 0,300 Ce-Ci = 0,500


qH : 0,58 kPa Delta : 1,000
qr(z) = 0,29 kPa local

 Cas de charge: Vent 270 deg sur.(+)


Coefficients de chargement

surface: 129 Ce : 0,800 Ci : 0,300 Ce-Ci = 0,500


qH : 0,58 kPa Delta : 1,000
qr(z) = 0,29 kPa local

surface: 130 Ce : -0,500 Ci : 0,300 Ce-Ci = -0,800


qH : 0,58 kPa Delta : 1,000
qr(z) = -0,46 kPa local

192 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

 Passerelle P5 :
Dimensions de la structure :

Hauteur: 1,50 m
Largeur: 40,80 m
Profondeur: 1,50 m

Données du vent :

Région: 1
Type de vent: normal
Site: exposé ks = 1,350
Pression de base: 0,54 kPa

Résultats du vent :

 Cas de charge: Vent 90 deg sur.(+)


Coefficients de chargement

surface: 138 Ce : -0,500 Ci : 0,300 Ce-Ci = -0,800


qH : 0,58 kPa Delta : 1,000
qr(z) = -0,46 kPa local

surface: 139 Ce : 0,800 Ci : 0,300 Ce-Ci = 0,500


qH : 0,58 kPa Delta : 1,000
qr(z) = 0,29 kPa local

 Cas de charge: Vent 270 deg sur.(+)


Coefficients de chargement

surface: 138 Ce : 0,800 Ci : 0,300 Ce-Ci = 0,500


qH : 0,58 kPa Delta : 1,000
qr(z) = 0,29 kPa local

surface: 139 Ce : -0,500 Ci : 0,300 Ce-Ci = -0,800


qH : 0,58 kPa Delta : 1,000
qr(z) = -0,46 kPa local

193 | 1 9 4
Projet de Fin d’Etude
Génie Civil - 2015

Bibliographie

Recommandations pour le calcul en état limite des Ouvrages en site Aquatique


Rosa 2000

[1] A.GAILLOT, Travaux maritimes, Nouvelle edition 1987

[2] Jean CHAPON, Travaux maritimes tome I et tome II, 1975.

[3] Protection cathodique : guide pratique - Editions TECHNIP.

[4] Najib CHERFAOUI : Fulgurances, 2005.

[5] ArcelorMittal Design and Execution Manual AS500 Straight Web Steel Sheet
Piles.

[6] Etude de faisabilité économique et financière du terminal chimiquier du port


de Mohammedia – Thalassa consulting.

[7] Etude d’actualisation du plan de masse du port de Mohammedia (Aout 2011).

[8] Ben Bouzyiane Jamal, cours des fondations, EHTP

194 | 1 9 4

Vous aimerez peut-être aussi