Vous êtes sur la page 1sur 45

Institut National Agronomique

Département du Génie Rural


Section Hydraulique Agricole
Débit d’écoulement Q ?

W m3
Q  m3 / s
Temps t t s
Volume W

Section d’écoulement A m
Q  AV m 2 x
Vitesse d’écoulement V s

Courant liquide de densité ρ

Qm  AV  Q Kg
x m 3 Kg / s
m3 s
Liquide Coloré

Ecoulement d’eau

V V cr V  V cr V  V cr

Avec : Vcr = Vitesse d’écoulement critique


-V : Vitesse d’écoulement (m/s )
VD - D : Diamètre de la section d’écoulement ( m )
Re  - ν : Viscosité cinématique du fluide ( m2/s )
 ms 1 xm -Re adimensionnel !
m 2 s 1

VD Q
Re 
 VD
V  QD
Re 
A
Re 

 
- Q : Débit d’écoulement (m3/s)
A

- A : Section d’écoulement (m2)
- ρ : Densité massique du fluide (Kg/m3) Section des conduites : Circulaire !
- µ : Viscosité dynamique du fluide (Kg/m.s)

4 Q
Re  A
D 2

D 4
Section A 2 ; Vitesse V2
Section A 1 ; Vitesse V1
Débit d' écoulement Q

L’équation de continuité exprime le fait que le débit reste constant d’une


Section à une autre ( Ecoulement permanent ) :

ste
Q  A1V1  A2V2  C
Charge totale
2
2
V2 V1
2g 2g

P1
P2 g
g

1 Z1
Z2 2
Plan de Référence
L’équation de Bernoulli exprime que , tout le long d’un filet liquide en mouvement
permanent , l’énergie totale du courant liquide reste constante .
D’après le schéma , on peut donc écrire l’égalité suivante pour les 2 sections :
2 2
P1 V1 P2 V 2
Z1    Z2    H  C ste
g 2 g g 2 g
Cette équation s’écrit donc dans le cas général :

P V2
Z    H  C ste Equation de Bernoulli pour une fluide parfait
g 2 g
Avec : Z Hauteur de position ( L )
P
g Hauteur piézomètrique ( L )
V 2
2g
Hauteur cinétique ( L )
2
P V
Z   Hauteur to tale ( L )
g 2 g
Section

Débit

Pression

Vitesse

Conclusion : A  V  P 
A V  P 
Charge totale

h 12 2
V1
2g
2
V2
2g P1
g
P2
g

1 Z1
Z2 2
Plan de Référence
Contrairement au fluide parfait non visqueux , la charge totale pour un fluide
réel visqueux diminue dans la direction de l’écoulement .
Ceci est du à la nature visqueuse du fluide qui dissipe une partie de l’énergie:
cette perte d’énergie est appelée ‘’Perte de charge ‘’ et notée hw .

L’équation de Bernoulli , pour un liquide réel , devient donc ( voir schéma ) :


2 2
P1 v1 P2 v2
Z1    Z2    hw12
g 2 g g 2 g
Equation de Bernoulli pour une fluide réel
hw12 : Perte de charge totale entre les sections 1 et 2 .

 h  hr  hs
Avec :
 hr Perte de charge primaire ou répartie

 hs Perte de charge secondaire , locale ou singulière


● Les Pertes de charge réparties :
 Viscosité du fluide
Causes  Rugosité de la section d' écoulement

● Notion de Rugosité des Conduites


Contrairement à une surface lisse , une surface rugueuse implique un état de
surface dont les irrégularités ont une action directe sur les forces de frottements .
Une surface rugueuse peut être considérée comme étant constituée par une
série de protubérances élémentaires caractérisées par une hauteur , notées k , et
appelées ‘’ Rugosité ‘’ :
Conduite
k
Rugosités D
k
Afin de comparer la rugosité par rapport au diamètre de la conduite , on utilise le
rapport :
k
  Rugosité relative
D
La perte de charge répartie se calcule par la formule de Darcy – Weisbach :

2
LV  L  Longueur de la conduite ( m )
hr  
D 2g  λ  Coefficient de frottement

Plusieurs formules sont proposées pour le calcul de λ . Ces formules dépendent du


type de régime d’écoulement donc du nombre de Reynolds Re :

64
1.- En cas de régime laminaire : Re < 2000 :  
Re
2.- En cas de régime transitoire et turbulent : Re > 2000 :

Dans ce cas , plusieurs formules sont proposées dont les plus utilisées sont celle de
Colebrook - White et celle de Blasisus .
♦ Formule de Colebrook – White :

1  k 2 ,51 
  2 Log   
  3 , 71 D R  
 e 
On voit que λ dépend de la rugosité k et du nombre de Reynolds Re

- Si λ = f ( k/D ) : Régime hydrauliquement rugueux :

1  k   3 , 71 D 
  2 Log    2 Log  
  3 , 71 D   k 
- Si λ = f ( Re ) : Régime hydrauliquement lisse :

1  2 , 51   Re  
  2 Log    2 Log  
  R   2 , 51 
 e    

0 , 316
♦ Formule de Blasius :   0 , 25
Re
DIAGRAMME DE MOODY
- Autre formule de calcul de hr : Formule de Chézy :
La formule de chézy est obtenue par transformation de la formule de Darzy-Weisbach :

2
Q
hr  2 L
K
Avec : K = Module de débit = f ( k , D )  [ L/s ou m3/s ]

Remarque : Pour calcul de la perte de charge totale hw , on peut tenir compte


des pertes de charge singulières en ajoutant 10 % de l’expression précédente

h  hr  hs  hr  0,1hr  1,1hr

2
Q
Et donc : h  1,1 2 L
K
● Les Pertes de charge singulières :
 Modification brusque de la nature
Causes physique de la section d' écoulement
 Rétrecisse ment brusque de la section d' écoulement
 Elargissem ent brusque de la section d' écoulement
 Changement de la direction d' écoulement ( coude )
 Présence de vanne dans une conduite
 Etc ...
L’expression générale de la perte de charge singulière s’écrit :

2
V
hs   s
2g
Avec : ξs = Coefficient qui dépend de la nature de la déformation

1.- Elargissement brusque de la section :

2 2
d1 d 2
d1 d2 A1  ; A2 
4 4

2 2 2 2 22

 A1   d
 1    1  1


 d1  V1
eb 2 heb  1  2 
 A2   d 
 d 2  2g
2
- Cas particulier d’une sortie vers un réservoir :

RESERVOIR

Dans ce cas , la section A2 devient trop grande par rapport à A1 et le rapport


A1/A2 tend vers zéro , ce qui donne :

V2 V2
 s or  1 h s or   sor 
2g 2g
1.- Rétrécissement brusque de la section :

d1 d2

V2 2 A1/A2 0,1 0,5 0,7


hrb   rb avec
0,41 0,24 0,14
2g ξrb

- Cas particulier d’une entrée à partir d’un réservoir :


2
RESERVOIR V
hen   en
V 2g
avec
 en  0,5
Applications Particulières de l’Equation de Bernoulli

1.- Cas d’un Ecoulement à travers un Orifice : Formule de Torricelli

1 1 Problème : Déterminer le débit Q passant


H orifice à travers l’orifice

2
O O’
2 V Application de l’équation de Bernoulli
entre les sections 1-1 et 2-2 par rapport
à l’axe de référence O-O’ :
- Section 1-1 :
* Z1 = H
* P1 = Patm
* V1 = 0 Patm Patm V 2
- Section 2-2 :
H 0  0   hw
g g 2g
* Z2 = 0
* P2 = Patm Si nous négligeons les pertes de charge : hw = 0 :
* V2 = V
V 2
H 
2g
et donc : V  2gH Formule de Torricelli
Si nous passons au débit d’écoulement à travers l’orifice :

Q  A'V avec A’ = Section contractée de l’ écoulement

Q  A' 2 gH
A'
En posant A'  mA avec m 
A
m = Coefficient de contraction de l’écoulement

Q  A' 2 gH  mA 2 gH
Cas d’un Ecoulement à travers un tube de Venturi
Section rétrécie

1 Problème : Calculer Q
V1 2
V2

H Q
z1
z2
P2
P1
g
g

Référence
Le débitmètre de Venturi est un appareil qui utilise l’équation de Bernoulli
pour mesurer le débit Q dans les conduites , et ce à l’aide d’une simple
mesure des pressions P1 et P2 .
2 2
P1 V1 P2 V2
Z1    Z 2    hw
g 2g g 2g
Si nous négligeons les pertes de charge : hw = 0 :
2 2
V2 V1 P P
  Z1  Z 2  1  2  Z  H
2g 2g g g
Comme l’équation de continuité nous permet d’écrire que :
A2
A 1V 1  A 2 V 2  V 1  V2
A1
2 2
V2   A2 
2
V2  A2  V2 2 2
   Z  H
Et donc :    Z  H  1  
2 g  A1  2 g 2 g   A1  
 
1
V2  2 g H  Z 
2
A 
1   2 
 A1 
A2
Q 2 g H  Z 
Et comme Q  A 2 V 2 2
 A2 
1   
 A1 
Remarque
Dans la plupart des cas , le débitmètre de Venturi est placé horizontalement ce qui
fait que Z1 = Z2 et donc : ∆Z = 0 et la formule précédente se simplifie :

A2
Q 2 g H
2
 A2 
1   
 A1 

d 2
et si on introduisait les diamètres d1 et d2 des 2 sections : A 
4
2
d 2
Q  2 gH
4
 d2 
4 1   
 d1 
d Vitesse d’écoulement

Section d’écoulement
Q  AV
d 2 d 2
A
4 Q V m3 / s
4

Vd Q 4Q 4 Q
Re  V  Re  Re 
 A d  d 

R e  2000 

2000  R e  4000

R e  4000
d1 Q Q d2

2
A1 
d12 d 2 2 d 2
4
A2 
4 Q  A2V 2  V2
4
2
d1
Q  A1V1  V1 Q  A1V1  A2V 2  C ste
4

2
V1 A2 d2
  2
V2 A1 d1
Choisir : - 2 sections d’écoulement
- - Un axe de référence
Z1
Section 1 P1
2 2
V1 P1 V 1 P2 V2
Z2
Z1    Z2    hw12
Section 2
g 2g g 2g
P2
V2 Perte de charge totale
Perte de charge répartie Perte de charge singulière

LV2 V2
hr   hs   s
d 2g 2g
Transformation

Q2
hr  2 L
K
2
LV
hr  
d 2g
Coefficient de frottement
64
Régime laminaire : Re < 2000 : 
Re
Régime transitoire et turbulent : Re > 2000 :

1  k 2 , 51 
  2 Log   
  3 , 71 D R  
 e 

1  Re  
Régime turbulent lisse : λ =f( Re ) :  2 Log  
  2 , 51 
 

1  3, 71 D 
Régime turbulent rugueux : λ =f( k ) :  2 Log  
  k 
 eb
2
V 2
hs   s Elargissement brusque d1 V1 d2
 d1  V12
heb  1  2 
2

2g  d2  2g
2
Coefficient de perte V Sortie vers un réservoir
de charge singulière hsor  V Réservoir
2g

2 A1/A2 ξrb
d1 V1
Rétrécissement brusque V1 d2 hrb  rb 0,1 0,41
2g 0,5 0,24
0,7 0,14
Entrée à partir d’un réservoir
2
V
hen  0,5 Réservoir V
2g
Pertes de charge hw Section A et débit Q
connues d’écoulement connus

L V 2 Q
 V 
D 2g A

Calcul de la vitesse V Donc vitesse V d’écoulement


d’écoulement connue
L V 2
Q  AV 
D 2g

Calcul du débit Q Calcul de la perte


d’écoulement de charge hw
Calcul : - Vitesse V
- Débit Q
Section 1

  1,13 x 10 -6 m 2 / s

Section 2

Z1=850m
L=10 kms ; d=300 mm ; k=0,03 mm
Q
Z2=700m

O Référence O’

Écriture de l’é
l’équation
quation de Bernoulli entre les sections 1 et 2 par rapport à OO’
OO’ :
P1=P2=Patm

2 2
P V P V
Z1  1  1  Z2  2  2  h h  Z1  Z2
g 2g g 2g
V1=V2 (même diamètre)
Z1  Z 2  h 1 1
V 2 gh  2 g Z1  Z 2 
L L
 
L V2 d d
h  hr  
d 2g
1  k 2,51 
 2 Log   

  3,71d Re  
Fonction implicite

Résolution par la Méthode des approximations successives


1  k 2 , 51 
  2 Log   
  3 , 71 d Re  
 
1er calcul Choix initiale

1
2ème calcul

2
Les 2 valeurs de λ
ème
3 calcul deviennent EGALES
ou très proches
3
… Calculs arrêtés …
Application numérique : k 0,03 L 10000 Z1  Z 2  850  700  150m
 
d 300 d 0,300

Calculs  1  0 , 020  2  0,014


1
V  2 g (Z1  Z 2 )
L 2,101 m / s 2,514 m / s

d

Vd 5 6,68 x105
Re  5,58 x10

1  k
 2Log 
2,51 

 0,014 0,014
  3,71d Re  

2   0,014
d
Q  AV   V  0,178m3 /s
4
Données : Q  30 L/s Calcul :- Perte de charge hw
d  150 mm
L  500 m
k  0,06 mm 2
LV
-6 2
  1,1 x 10 m / s h  hr  
d 2g
Q 4Q 4 x0,030
V  2 2
 1,698 m/s
A d 3,14x(0,15)

Vd 1, 698 x 0 ,15
Re   6
 231500
 1,1 x10
Utilisation de la formule de C-W :
1  k 2 , 51 
  2 Log  
  3 , 71 d  R  
 e  Données de l’exercice

1  0,06 2,51 
 2 Log   
  3,71x150 231500  
Calcul 1 : λ = 0,0181 Essai 1 : λ1 = 0,0174

Calcul 2 : λ = 0,0180 Essai 2 : λ2 = 0,0181

Calcul 3 : λ= 0,0180 Essai 3 : λ3 = 0,0180

La valeur de λ converge donc vers 0,0180


  0,0180
2
LV
h  
D 2g
2
500 (1,698)
h  0,0180 x x  8,8
0,15 2 x9,81

h  8,8 m
Les paramètres d’écoulement intervenant dans les différentes équations de la
dynamique des fluides sont :
 Le diamètre d et la longueur L de la conduite
 La vitesse d' écoulement V
 La densité massique du fluide 
 La viscosité cinématique du fluide 
 La rugosité de la conduite k
 Le coefficien t de frottement 
On distingue 3 types de problèmes les plus souvent posés :

Type Données Demandé


1 d, L, k,  , , Q h
2 d,L, k,  ,, h Q
3 L,k, ,,h ,Q d
Problème
Problème::Calculer
Calculerle
ledébit
débitQQdu
dusystème
système
Section 1

H = 15 m
Q B O O’
A C D

Section 2

Conduite Longueur L ( m ) Diamètre d ( mm ) Coeff. λ

AB 2000 300 0,015

BC 2500 200 0,020

CD 3000 250 0,015

L’équation de Bernoulli entre les sections 1 et 2 par rapport à OO’ :


2 2
P V P V Patm P
Z1  1  1  Z2  2  2  h H  0  0  atm  0  h
g 2g g 2g g g
 Z1  H ;P1  Patm ; V1  0
 Z2  0 ; P2  Patm ; V2  0 H  h
Bilan des pertes de charge : hw = hr + hs

hr1 hr 2 hr 3
Q B
A C D
V1 V2 V3

hen hrb heb hsor


Pertes de charge réparties Pertes de charge singulières

L1 V12
V12
hr 1  1 hen   en Entrée d’une conduite

d1 2 g 2g
L2 V22 V2 2
hr 2  2 hrb   rb Rétrécissement brusque

d 2 2g 2g

L3 V32 V2 2
hr 3  3 heb   eb Elargissement brusque

d 3 2g 2g
V32
hsor  sor Sortie d’une conduite

2g
2
L V
hr1  1 1 1
d1 2 g
2
Q 4Q L1 V1 L1 16 Q 2
V1   hr1  1  1 A.N hr1  1021,1Q 2
A1 d12 d1 2 g d1  2 d14 2 g

De la même façon on trouve : hr 2  12923,6Q 2


hr 3  3811,3Q 2
2
V1
hen   en
2g
2
16Q 2
 en  0,5 hen  0,5
V1
 0,5 2 4
4
 2 4 Q2 A.N hen  5,1Q 2
2g  d1 2 g  gd1

2
V2
hrb   rb
2g
2
16Q 2
rb  0,25 hrb  0,25
V2
 0,25 2 4
2
 2 4 Q2 A.N hrb  12,9Q 2
2g  d 2 2 g  gd 2

2
V2  d2 2 
2
 2

2
16 Q 2
heb   eb  eb  1 2  heb
d2
  1  2  A.N heb  6,7Q 2
  2d 4 2 g
2g  d3   d3  2

2
V3 2
h sor   sor V3 16 Q 2 A.N hsor  21,2Q 2
2g  sor  1 h sor 1  2 4
2g  d3 2g
Revenons à l’équation de Bernoulli : H  h

H  h  1021,1  12923 ,6  3811,3  5,1  12 ,9  6,7  21, 2 Q 2

H  17801,9Q 2

H 15
Q    0,029m 3 / s
17801,88 17801,88

Q  29 L / s