Vous êtes sur la page 1sur 6

Directeur de la publication : Edwy Plenel

www.mediapart.fr
1

l’université de Varsovie et collaborateur de la revue


de gauche polonaise Krytyka Polityczna. Auteur d’une
Wiosna, la nouvelle gauche polonaise qui
recherche remarquée sur l’électorat du PiS, qu’il
veut «investir dans le bien commun» évoque dans le dernier numéro de la revue Esprit,
PAR AMÉLIE POINSSOT
ARTICLE PUBLIÉ LE DIMANCHE 21 AVRIL 2019 consacré à la Pologne, cet homme de 42 ans est en
position éligible sur la circonscription Ma#opolskie i
#wi#tokrzyskie (sud-est de la Pologne). Entretien.
Mediapart : Pourquoi vous-êtes vous décidé à vous
présenter sur la liste de Wiosna pour les élections
européennes ?
Maciej Gdula : J’ai participé à la création de Wiosna,
j’étais responsable de la partie du programme portant
Le fondateur de Wiosna, Robert Biedro#, à Gdansk, le 25 février 2019. © Reuters sur les sciences et l’éducation – tout en restant un
Sortie du charbon d’ici à 2035, légalisation de l’IVG peu à l’écart du parti. Mais quand la perspective des
pour toutes, séparation de l’Église et de l’État : élections européennes s’est rapprochée, je me suis
le programme de Wiosna, le parti de la nouvelle senti beaucoup plus impliqué. Les européennes sont
gauche polonaise, décoiffe dans un État gouverné un scrutin important pour nous : c’est notre première
depuis 2015 par la droite ultraconservatrice. Son élection et de ce résultat dépendra la place de Wiosna
leader, Robert Biedro#, est devenu le premier maire sur la scène politique polonaise. À l’automne prochain
homosexuel revendiqué du pays. Entretien avec l’un se tiennent en outre les législatives, donc il fallait que
de ses candidats aux européennes. nous gardions des candidats pour cette élection. Je me
Une nouvelle gauche est en train d’émerger en suis alors porté volontaire pour la liste européenne.
Pologne. Alors que le pays est gouverné depuis 2015
par un parti ultraconservateur et autoritaire, le PiS
(« Droit et Justice »), qui a les pleins pouvoirs au
Parlement et au Sénat où la gauche ne détient plus un
seul siège, la campagne pour les élections européennes
rebat les cartes. Autour de Robert Biedro#, ancien
militant de la cause LGBT, devenu en 2011 député,
Maciej Gdula lors de la publication de la liste de
puis en 2014 le premier maire homosexuel revendiqué Wiosna pour les européennes, le 13 avril 2019. © DR
du pays, un parti fait entendre un discours inédit dans Nous avions aussi pour objectif de présenter
le paysage politique polonais, et rencontre un succès de nouvelles figures, pas des personnes trop
fulgurant. expérimentées – on n’aurait pas eu trop de mal à
Son nom ? Wiosna – ce qui signifie « printemps » en les convaincre pourtant, parmi les sympathisants de
polonais. Son credo ? Le retour à un État social, après Wiosna. Mais nous voulions du sang neuf, car en
trois décennies de libéralisme débridé. Mais aussi : des Pologne, il y a cette tradition qui veut que l’élection
ambitions écologiques, une attention portée aux droits au Parlement européen arrive en fin d’une carrière
des femmes, un discours pro-européen. politique. Certains se font élire là pour s’assurer une
Sur la liste de ce parti pour les européennes, on belle retraite. La délégation polonaise est l’une des
compte de nombreuses femmes, des visages jeunes, plus âgées à Strasbourg, et à part quelques exceptions,
des personnalités issues de la société civile… Une ce n’est pas celle qui travaille le plus. Nous voulons
écrasante majorité sont des néocandidats. Parmi eux, changer cela.
on trouve Maciej Gdula, professeur de sociologie à

1/6
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
2

Comment Robert Biedro#, le très populaire leader Nous avons également un programme ambitieux en
du parti, se positionne-t-il par rapport à ce scrutin ? matière d’écologie : nous voulons que la Pologne sorte
Robert Biedro# est candidat aux européennes, il est du charbon d’ici à 2035. Nous avons été assaillis de
la tête de liste. Mais il a d’ores et déjà annoncé qu’il critiques là-dessus, on nous a dit qu’on ne pourrait pas
ne ferait pas le mandat : il passera aussitôt la main y arriver, que nous allions supprimer des emplois dans
à sa suppléante, afin de pouvoir être candidat ensuite les mines… Nous, nous disons : certes, aujourd’hui
au Parlement polonais. C’est une femme très connue cela représente des emplois dans les mines, mais
en Pologne, Joanna Siedlik-Wielgus, qui occupera son si nous transformons notre économie dans le sens
siège. C’est une députée qui s’est fait connaître pour des énergies renouvelables, nous aurons de nouveaux
son travail en faveur des personnes handicapées et, emplois. Il faut pour cela planifier cette transition.
récemment, elle s’est beaucoup engagée sur le sujet de Les enseignants en grève
la pédophilie dans l’église polonaise. En réalité, il n’y a plus tant de mineurs que cela
Biedro# ne pouvait pas ne pas se présenter aux en Pologne. On en compte environ 90 000, et nous
européennes, car un projet a besoin d’un leader et importons beaucoup de charbon de Russie. Le charbon
c’est d’autant plus important au moment du lancement polonais est désormais trop enfoui en profondeur,
d’un nouveau parti. Mais en même temps, il dit très trop difficile à extraire, les mineurs subissent aussi
clairement que son objectif est le Parlement national. beaucoup de préjudices… Même en Silésie [la région
Quels sont les principaux points de votre minière de la Pologne, située dans le sud du pays
programme ? – ndlr], de plus en plus de gens disent : nous ne
voulons plus des mines parce que le chauffage au
Quand nous avons présenté notre programme, certains
charbon pollue l’air et parce que cette industrie détruit
nous ont dit que nous allions être complètement
le paysage.
marginalisés de la vie politique tellement nos
propositions étaient audacieuses au vu du contexte La majorité des mineurs ont autour de la quarantaine
polonais. Nous sommes par exemple pour la ou plus. Dans une quinzaine d’années, ils seront à
légalisation de l’avortement jusqu’à la douzième l’aube de leur retraite. C’est donc maintenant qu’il faut
semaine de grossesse, et de façon inconditionnelle se soucier de leur reconversion, ils sont à un âge où
[l’IVG n’est autorisé en Pologne qu’en cas de danger l’on peut encore les faire changer de secteur.
pour la santé de la mère, risque vital pour le fœtus, Que dit Wiosna en matière de politique sociale ?
viol ou inceste. C’est l’une des lois les plus restrictives Nous accordons beaucoup de valeur aux biens publics :
d’Europe – ndlr]. Autrement dit, nous revendiquons le l’éducation, le système de santé, la fonction publique
fait que c’est à la femme de décider si elle souhaite ou – en particulier les tribunaux et l’administration. C’est
non conserver son enfant. une sphère qui n’est pas valorisée par Droit et Justice
Quant à la relation entre l’Église et l’État, notre [PiS, le parti au pouvoir – ndlr], et cela produit des
postulat est tout aussi clair. Nous proposons la effets très négatifs.
liquidation du fonds public alloué à l’Église, l’arrêt La vision de la Pologne véhiculée par Droit et
des cours de religion à l’école, la fin du paiement Justice, c’est celle d’un parti très puissant, qui contrôle
des prêtres par l’État. Tout cela représente beaucoup différentes sphères de la vie et prend le pouvoir sur
d’argent, l’institution ecclésiastique est très riche en différents secteurs autrefois autonomes, comme les
Pologne, c’est aussi le premier propriétaire terrien du médias publics, les tribunaux, la culture. Et dans le
pays… Or le foncier peut aussi être une source de même temps, c’est un parti qui s’assure le soutien de
revenus. Et à la place des deux heures hebdomadaires ses administrés par des transferts directs.
de religion à l’école, nous proposons deux heures
supplémentaires d’anglais.

2/6
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
3

Le programme « 500+ » qui fonctionne depuis 2015, gouvernement ne veut pas les écouter : il dit qu’il n’a
c’est cela [il s’agit d’une allocation de 500 zlotys – pas d’argent alors qu’il y a deux ans, il avait promis un
environ 117 euros – versée à partir de la naissance du gigantesque programme social.
deuxième enfant – ndlr]. Je ne critique pas la mesure en La question est donc : est-ce que nous investissons
tant que telle : comme élément d’une politique sociale, dans le bien commun ou est-ce que nous investissons
c’est une bonne chose. Cela a permis de combattre la dans les liens avec les électeurs à travers des transferts
pauvreté dont étaient victimes de nombreux enfants. directs ?
Cependant, juste avant les élections, le chef du PiS
Il y a une dizaine d’années, les thèmes que vous
Jaros#aw Kaczy#ski a promis un « 500+ » dès
portez n’étaient pas du tout discutés dans l’espace
le premier enfant, un versement unique d’une 13e public, la population semblait accepter le modèle
pension de retraite – autrement dit, une mesure qui néolibéral qui s’était imposé après la chute du
ne résout absolument pas le système – et, pour les communisme. Est-ce que ces thématiques sont
agriculteurs, un chèque de 500 zlotys pour chaque populaires aujourd’hui ?
vache vendue et un chèque de 100 zlotys [environ
23 euros – ndlr] pour chaque cochon vendu, afin de À vrai dire, la question de la relation entre l’Église
compenser les pertes dues aux prix très bas du marché. et l’État est une préoccupation majeure pour nos
électeurs. C’est quelque chose qui fait venir les gens
vers Wiosna. On observe cette réaction à l’intérieur
même de l’Église : les gens ont en assez de la tolérance
qui a été accordée à la pédophilie. L’Église a fini par
reconnaître qu’il y avait un problème, mais elle n’est
toujours pas en capacité de le traiter sérieusement et
elle essaie même de fuir le sujet. Dernièrement, un
Robert Biedr## lors du lancement du parti Wiosna, le 6 février 2019. © Reuters
rapport de l’épiscopat polonais sur la pédophilie a
considéré qu’il fallait prendre en compte la souffrance
C’est une logique où Kaczy#ski prend la décision
des prêtres ayant commis les actes pédophiles, que les
de s’occuper une fois des agriculteurs, une autre
victimes ne sont pas seulement les enfants… L’Église
des enfants, une autre fois des retraités… Tout ce
entretient le doute sur le sujet et cela énerve l’opinion
qui relève du bien public – l’éducation, la santé,
publique. C’est l’un des éléments qui expliquent la
l’environnement – est en revanche négligé. Selon
perte de prestige de l’institution.
moi, c’est sur cela que repose la principale division
aujourd’hui en Pologne. Et cela produit déjà des effets C’est un changement considérable pour la
catastrophiques. Après deux ans de gouvernement PiS, société polonaise, qui a été marquée par le
pour la première fois depuis 1989, l’espérance de rôle d’opposition joué par l’Église à l’époque
vie a commencé à diminuer. C’est très faible, mais communiste, la figure du pape Jean-Paul II, puis le
la tendance est là, alors que nous sommes dans une pouvoir pris par le clergé dans les débats de société
économie riche et qui se développe ! dans les années 1990 et 2000…
En ce moment, nous assistons d’ailleurs à une En effet. C’est aussi que l’Église polonaise n’a plus de
vaste grève des enseignants, qui voient les salaires leader. L’Église polonaise a eu un pouvoir symbolique
augmenter dans d’autres secteurs tandis que les leurs si important que personne parmi les élites ne l’avait
sont gelés depuis 2012. 75 % des enseignants étaient jusqu’à présent interrogé. Et personne au sein de
déclarés grévistes au premier jour du mouvement. l’Église n’a pensé qu’il fallait avoir des représentants
Ils demandent 30 % d’augmentation de salaire. Le qui se soucient de son image. Aujourd’hui, à vrai
dire, c’est une institution sans dirigeant. Il y a
certes quelques évêques reconnus et intéressants.

3/6
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
4

Mais ils constituent une minorité. La personnalité grands changements. Nous pensons que la victoire du
spirituelle la plus connue en Pologne aujourd’hui, PiS n’était pas un accident ; c’était la conséquence
c’est malheureusement le père Rydzyk, à la tête de d’une certaine organisation du pays, et il nous faut à
Radio Marya [radio ultracatholique qui revendique 3 présent repenser la Pologne à partir de zéro.
millions d’auditeurs – ndlr]. Il y a trois camps en définitive : le PiS, la restauration,
La question de l’Église n’est pas importante seulement le changement.
pour les gens liés à la gauche et au centre. Y compris Est-ce que l’assassinat du maire de Gdansk Pawe#
à droite, le postulat d’une séparation plus grande entre Adamowicz le 13 janvier dernier a un impact dans
l’Église et l’État est de plus en plus populaire. Il faut cette reconfiguration du paysage politique ?
dire aussi que le nombre de catholiques pratiquants ne
Oui, cela a une influence considérable sur la structure
cesse de diminuer en Pologne. De plus en plus de gens
du débat public et la vie politique polonaise, et ce
décident de ne pas baptiser leur enfant.
de façon inattendue, un peu comme l’accident de
Autre sujet qui n’était pas populaire il y a dix ans : Smolensk il y a dix ans [le crash dans lequel une
l’écologie. C’était vu comme quelque chose de très grande partie de l’élite dirigeante, dont le président,
radical. Aujourd’hui, dans les grandes villes, tout avait disparu – ndlr] ou la crise des réfugiés en
le monde semble se préoccuper de la pollution ! 2015. Cette fois-ci, il me semble que cela a un peu
Cela s’est développé entre autres grâce à la création apaisé les discussions. Les gens ont compris que le
d’applications sur les smartphones, à travers lesquelles niveau de tension, de haine et d’émotions négatives
les Polonais se sont mis à mesurer le niveau de que l’on avait atteint en politique pouvait avoir des
pollution au quotidien. conséquences tragiques.
Par sa radicalité et son autoritarisme, le Adamowicz était une personnalité intéressante : c’était
gouvernement PiS n’a-t-il pas entraîné une un conservateur qui était en même temps pro-réfugiés
repolitisation des gens ? L’émergence de Wiosna et pro-minorités. Il était la preuve que l’on pouvait
n’est-elle pas, aussi, le résultat de cette chape de concilier ces différentes positions. Il y a beaucoup
plomb ? de maires en Pologne qui, comme Adamowicz, ont
Nous avons de fait au pouvoir un parti qui est essayé de faire bouger les choses avec une vision
beaucoup plus conservateur que celui qui l’a précédé, ambitieuse pour leur ville et en articulant d’autres
Plateforme civique, qui était pourtant déjà une valeurs que celles véhiculées par le gouvernement ;
formation conservatrice quant à sa vision du monde. Robert Biedro#, qui était maire de S#upsk jusqu’en
Le PiS, en poussant ce conservatisme encore plus à octobre dernier, est aussi le fruit de cela – mais il
droite, a provoqué la réaction des gens qui se sont se positionne sur un registre beaucoup plus libéral
mis à penser à la possibilité d’un changement. Mais qu’Adamowicz.
pas seulement un changement de majorité : s’est Que dit Wiosna au sujet de l’accueil des réfugiés ?
développé le sentiment que la Pologne a besoin de
Le sujet des réfugiés était très présent dans la
changements de plus grande ampleur.
campagne électorale de 2015, à l’issue de laquelle
« Nous ne sommes pas condamnés au le PiS est arrivé au pouvoir. Mais le thème est
populisme » pratiquement absent de la campagne des européennes.
Deux tendances s’affrontent en réalité. D’un côté, il Aux municipales de l’automne dernier, le PiS a
y a l’ensemble des vieux partis de l’opposition, dont essayé d’agiter à nouveau cette carte en présentant
le seul but est de faire tomber le PiS pour revenir au l’immigration comme une menace pour notre pays,
pouvoir et remettre les choses en place comme elles mais cela n’a pas fonctionné. Les électeurs ont bien vu
l’étaient avant l’arrivée du PiS. L’autre vision, celle
que porte Wiosna, c’est la nécessité de réaliser de

4/6
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
5

qu’il n’y avait plus de vague migratoire en Europe et L’autre différence, c’est que Razem ne veut pas de
le PiS a fini par abandonner ce sujet. Sa nouvelle cible, leader politique. Nous pensons à l’inverse qu’une
ce sont les LGBT. figure est absolument nécessaire pour emmener un
parti.
Enfin, nous avons une vision divergente de nos
fonctionnements. Razem a perdu beaucoup d’énergie
dans des processus de discussions internes, et cela
l’a bloqué dans son développement. De notre côté,
L’« équipe européenne ». © Site Internet de Wiosna
nous avons préféré nous confronter plus vite au grand
Selon moi, la Pologne doit accueillir des réfugiés ; public. Robert Biedro# a fait le tour de la Pologne
nous en avons la capacité organisationnelle, et nous pour discuter avec un maximum de gens. Nous ne nous
devons le faire aussi par solidarité à l’égard de limitons pas à la communication via les médias et les
personnes fuyant la guerre. La Pologne aurait pu réseaux sociaux, nous allons au contact direct. Et cela
accueillir quelques dizaines de milliers de réfugiés plaît énormément aux gens.
sans aucun problème. Nous l’avons fait, d’ailleurs, Qui serait le partenaire idéal de Wiosna en
dans les années 1990 : le pays avait alors accueilli Europe ?
quelque 45 000 Tchétchènes, et cela n’a jamais été
vécu comme une charge. Aujourd’hui, on compte Nous discutons actuellement avec différentes fractions
par ailleurs près de deux millions d’Ukrainiens en au Parlement européen et aussi avec les représentants
Pologne… Ce n’est pas un pays fermé aux migrations. d’Emmanuel Macron mais aussi avec les Verts,
les sociaux-démocrates, les libéraux, ou encore
Wiosna souhaite que la Pologne prenne ses le socialiste néerlandais Frans Timmermans, vice-
responsabilités en tant que membre de l’Union président de la Commission européenne, qui s’est
européenne. En ce sens, nous voulons respecter les rendu la semaine dernière en Pologne. Mais nous ne
quotas définis dans le programme de relocalisation des présumons pas encore de nos futures alliances.
réfugiés arrivés par la Grèce et l’Italie.
Sur la façon de vouloir prendre les problèmes à bras-
Il existe un autre parti de gauche en Pologne, le-corps, il y a une forme de similitude entre Macron
Razem (« Ensemble », plutôt proche de DiEM25, et Biedro#. Si l’on veut rénover notre démocratie, il
ce « Mouvement pour la démocratie en Europe » ne faut pas fuir les problèmes, et je crois que Macron
fondé, entre autres, par l'ancien ministre grec des a d’une certaine façon inspiré Biedro#. Mais si l’on
finances Yanis Varoufakis et le philosophe croate regarde le programme économique, nous sommes plus
Srecko Horvat). Pourquoi ne faites-vous pas front à gauche que le président français et les divergences
commun ? apparaissent quand nous regardons nos propositions
Il y a une différence de principe entre Razem et concrètes. Nous sommes par exemple favorables à une
Wiosna. Razem promet aux électeurs de donner augmentation du salaire minimum à 60 % du salaire
plus que le PiS. Il pense pouvoir élargir les moyen. Notre univers est en outre très différent de
programmes sociaux du gouvernement. Nous, nous celui de Macron. Biedro# répète souvent qu’il est
pensons que nous pouvons répartir différemment les important pour nous de ne laisser personne sur le côté,
bénéfices économiques, en investissant davantage nous avons un fort élément social-démocrate en nous.
dans l’éducation, la santé, l’écologie. Cela ne veut pas Nous ne voulons pas décider avant les élections avec
dire qu’ils n’ont pas d’éléments écologiques dans leur qui nous formerons un groupe au Parlement européen,
programme, mais notre modèle est différent. parce que l’hémicycle sera très différent de celui
d’aujourd’hui et que l’on ne sait pas du tout quels

5/6
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
6

partis vont obtenir les postes clés des institutions. Je n’est pas seulement l’expression d’une insatisfaction.
pense que l’ambition de Macron de créer un nouveau En Pologne, le PiS a gagné malgré le fait que le pays
centre au Parlement est un peu démesurée. avait connu dix ans de croissance ininterrompue et de
La Pologne n’est pas le seul pays d’Europe centrale baisse du chômage, et une hausse des salaires réels de
à voir son paysage politique évoluer… Récemment, 50 % sur la période !
une avocate écologiste et anticorruption, Zuzana Kaczy#ski a réussi parce qu’il a répondu à certaines
#aputová, a été élue présidente de la Slovaquie. aspirations de gens qui voulaient davantage de
Voyez-vous là une tendance qui s’élève contre les contrôle et davantage d’influence. Le PiS est dans
autoritarismes de la région ? une lutte d’influence, dans une volonté de domination.
Le succès de Zuzana #aputová et la popularité de Est-ce que nous voulons construire ce monde-là
Biedro#, pour moi, ce sont des phénomènes qui ou construire au contraire sur la coopération pour
montrent que nous ne sommes pas condamnés au résoudre les problèmes ? Nous pouvons raconter autre
populisme. Une nouvelle lutte politique est en train chose que la narration du PiS.
de se former, c’est une lutte entre différentes valeurs, Boite noire
différentes visions du monde, et différents leaders. Et J’ai rencontré Maciej Gdula à l'occasion de sa venue
si les idées libérales ont des représentants authentiques à Paris pour le lancement du n° 452 de la revue
et crédibles, elles peuvent gagner. Esprit, consacré à la Pologne, auquel il a contribué.
Si les populistes ont gagné jusqu’ici, c’est parce qu’ils L'entretien s'est tenu le 11 avril et s'est déroulé en
ont compris comment attirer et mobiliser les électeurs : polonais.
ils construisent des drames politiques. Le populisme

Directeur de la publication : Edwy Plenel Rédaction et administration : 8 passage Brulon 75012 Paris
Directeur éditorial : François Bonnet Courriel : contact@mediapart.fr
Le journal MEDIAPART est édité par la Société Editrice de Mediapart (SAS). Téléphone : + 33 (0) 1 44 68 99 08
Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 24 octobre 2007. Télécopie : + 33 (0) 1 44 68 01 90
Capital social : 24 864,88€. Propriétaire, éditeur, imprimeur : la Société Editrice de Mediapart, Société par actions
Immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. Numéro de Commission paritaire des simplifiée au capital de 24 864,88€, immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS,
publications et agences de presse : 1214Y90071 et 1219Y90071. dont le siège social est situé au 8 passage Brulon, 75012 Paris.
Conseil d'administration : François Bonnet, Michel Broué, Laurent Mauduit, Edwy Plenel Abonnement : pour toute information, question ou conseil, le service abonné de Mediapart
(Président), Sébastien Sassolas, Marie-Hélène Smiéjan, Thierry Wilhelm. Actionnaires peut être contacté par courriel à l’adresse : serviceabonnement@mediapart.fr. ou par courrier
directs et indirects : Godefroy Beauvallet, François Bonnet, Laurent Mauduit, Edwy Plenel, à l'adresse : Service abonnés Mediapart, 4, rue Saint Hilaire 86000 Poitiers. Vous pouvez
Marie-Hélène Smiéjan ; Laurent Chemla, F. Vitrani ; Société Ecofinance, Société Doxa, également adresser vos courriers à Société Editrice de Mediapart, 8 passage Brulon, 75012
Société des Amis de Mediapart. Paris.

6/6