Vous êtes sur la page 1sur 2

Faculté de médecine d’Alger Année universitaire 2017 /2018

1ère année de médecine dentaire Module de français

Sang artificiel : des résultats prometteurs !

Pour faire face aux pénuries de dons du sang, aux problèmes d'incompatibilité entre donneurs
et receveurs ou encore réduire les risques d'infections, les recherches pour produire du sang
artificiel offrent une alternative intéressante. Plusieurs voies sont explorées, de la
reprogrammation de cellules de peau à la fabrication de globules en hydrogel. C'est sur une
troisième voie que se sont engagés le professeur Luc Douai et son équipe française : la
production de globules rouges à partir de cellules souches.

Précieux globules rouges


Aussi appelés érythrocytes ou hématies, les globules rouges sont des cellules sanguines un peu
particulières. Ce sont elles qui sont chargées du transport d'oxygène et de C02 dans notre corps.
Entièrement dévouées à cette fonction, elles ont perdu leur noyau (ce qui ne leur permet pas de
se diviser) et sont presque entièrement remplies d'hémoglobine. L'hémoglobine est une protéine
contenant un ion de fer : c'est ce qui permet de fixer l'oxygène et qui donne en même temps sa
couleur rouge aux globules rouges… et donc au sang !

Lorsqu'ils sont sous leur forme "normale" (parce qu'il existe des maladies causées par la
déformation des globules rouges), les hématies ont une forme de petit coussin rond, d'une taille
de 7 microns environ. Leur petite taille et leur flexibilité leur permet de se faufiler jusque dans
les plus petits capillaires sans créer de bouchon. Comme ils ont réduit leur machinerie cellulaire
au strict minimum, ils ne vivent pas très longtemps (120 jours environ) mais sont fréquemment
renouvelés. L'usine de production des globules rouges est située au niveau de la moelle osseuse
(celle des os plats comme les côtes, de la clavicule, ou encore à l'extrémité des os longs) qui
renferme des cellules souches. Chaque jour, notre corps renouvelle 1% de notre stock de
globules rouges !
Mais parce qu'ils assurent le transport des gaz respiratoires, ces globules rouges sont très
précieux et c'est pour cette raison que les transfusions sont nécessaires aux personnes qui ont
perdu beaucoup de sang : leur corps produit des globules rouges, mais pas assez vite et en assez
grande quantité !

Sang synthétique : des résultats prometteurs !


Il est aujourd'hui possible de "produire" des globules rouges en laboratoire, pas à partir de rien
mais depuis des cellules souches (c'est-à-dire non différentiées) issues de la moelle osseuse, de
cordon ombilical, de cellules de fœtus ou de cellules souches d'organismes adultes. Les cellules
souches sont des cellules sans identité ni spécialisation : elles ont la capacité de se différencier
en plusieurs types de cellules, selon les signaux chimiques qu'elles reçoivent.

Mais jusqu'à présent, on ne savait pas si ces globules rouges étaient utilisables en clinique et
quel serait leur comportement dans l'organisme. C'est désormais chose faite par Le professeur
Douai et son équipe qui, après des essais sur des souris, ont pratiqué une transfusion sur un
patient volontaire. Les globules rouges ont fini leur maturation dans l'organisme puis se sont
Faculté de médecine d’Alger Année universitaire 2017 /2018
1ère année de médecine dentaire Module de français

comportés normalement, avec une durée de vie similaire aux globules rouges fabriqués
directement par le corps.
L'objectif serait à présent de réussir à produire des globules rouges en grande quantité. Les
cellules souches de cordon ombilical sont sous le feu des projecteurs parce qu'elles sont
facilement prélevables. Les cellules souches de l'organisme adulte sont également
intéressantes. En les prélevant sur des patients polyimmunisés ou aux groupes sanguins rares
(qui représentent tout de même entre 1 et 3% des transfusés), cela permettrait de créer des
globules rouges adaptés et de réaliser des transfusions sans risque d'incompatibilité. En quelque
sorte, cette méthode permettrait aux médecins de réaliser des transfusions adaptées à chaque
patient !
Mais il faut tout d'abord franchir encore quelques pas technologiques pour rendre la production
plus efficace et moins couteuse. Pour l'instant, les dons du sang restent plus que jamais
nécessaires pour sauver, chaque année, un million de malades !