Vous êtes sur la page 1sur 13

TASER ET BIOPOLITIQUE

Olivier Razac

ERES | « Chimères »

2010/3 N° 74 | pages 91 à 102


ISSN 0986-6035
ISBN 9782749234083
Article disponible en ligne à l'adresse :
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
https://www.cairn.info/revue-chimeres-2010-3-page-91.htm
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour ERES.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 186.204.94.49 - 21/03/2019 11h00. © ERES


© ERES. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les
limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la
licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie,
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 186.204.94.49 - 21/03/2019 11h00. © ERES

sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de
l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage
dans une base de données est également interdit.

Powered by TCPDF (www.tcpdf.org)


C_74_PO01_Razac:xx 15/04/2011 15:04 Page 91

OLIVIER RAZAC
Philosophe

TASER ET BIOPOLITIQUE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 186.204.94.49 - 21/03/2019 11h00. © ERES


S UR LE PLATEAU D’UNE ÉMISSION DE TÉLÉVISION, un animateur, bien
connu pour ses tests loufoques d’objets originaux ou high-tech, se
livre à la démonstration d’un tir de pistolet à impulsions électriques
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 186.204.94.49 - 21/03/2019 11h00. © ERES

de marque Taser sur un comparse. Il s’agit d’un programme du


dimanche, en public, et le tir s’effectue d’une manière décontractée
pour ne pas dire avec une certaine désinvolture. Une explication tech-
nique particulièrement sommaire précise qu’il n’y a pas de pyro-
technie et qu’il s’agit juste de deux dards projetés sur la cible. Ces
dards étant très petits, ils ne pénètrent pas profondément la peau.
Pourtant, « ça va faire un peu mal. Ça fait obligatoirement un peu mal »
mais, heureusement, « y a un médecin cardiologue, rassurez-vous. »
« Attendez, je le mets en marche, pouf, pouf, pouf ! » Le tir dans le dos
du comparse a un effet impressionnant et semble-t-il tout à fait inat-
tendu pour les protagonistes. Immédiatement après un claquement 91
et un grésillement électrique, le cobaye chute violemment en arrière
et vient s’effondrer lamentablement dans le décor. « Ah, il a été vrai-
P O L I T I Q U E

ment paralysé ! Ouille ! Aïe aïe ! » Suivi d’un : « hi hi hi ! » gêné. Auquel


l’animateur principal répond : « Mais ne rigole pas, c’est pas marrant ! »
On peut aussi remarquer le sourire particulièrement crispé de l’invité
qui masque difficilement l’inquiétude du regard. Mais tout rentre
dans l’ordre bien vite puisque la victime du tir se relève un peu
sonnée mais souriante et, surtout, apparemment indemne. Cette
démonstration médiatique est à la fois trompeuse et révélatrice, et
ceci doublement. D’abord, au niveau des effets du Taser, elle est
C_74_PO01_Razac:xx 15/04/2011 15:04 Page 92

Olivier Razac

trompeuse dans la mesure où le tir effectué dure une petite seconde


alors que le cycle électrique d’un tir de neutralisation se prolonge
pendant cinq secondes, renouvelables. Mais elle est révélatrice de la
dangerosité principale du Taser qui réside dans la chute incontrôlable
qu’il provoque inévitablement, c’est pourquoi les agents des forces
de sécurité qui testent l’arme sont, la plupart du temps, fermement
soutenus par deux collègues. Ensuite, cette démonstration est trom-
peuse au niveau des enjeux du Taser, elle en donne une image légère,
dédramatisée, voire même ludique qui tranche avec le ton utilisé
habituellement pour décrire une arme. Et pourtant, c’est en cela
qu’elle se révèle particulièrement révélatrice parce que l’inquiétude
qui perce malgré tout à travers cette légèreté montre une tension

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 186.204.94.49 - 21/03/2019 11h00. © ERES


étrange entre le rire et la peur qui est constitutive de l’efficacité de ce
type de matériel.
En première approche, et si l’on suit le discours du fabriquant et des
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 186.204.94.49 - 21/03/2019 11h00. © ERES

institutions qui utilisent le Taser, c’est un matériel dont la première


fonction est de « sauver des vies1 ». Cette argumentation repose ini-
tialement sur l’idée que le Taser doit remplacer l’arme à feu, du moins
qu’il doit permettre que l’arme à feu ne soit utilisée qu’en tout der-
nier recours. Or, il s’agit là d’une perception essentiellement nord-
américaine dans laquelle les armes à feu et leur usage ont une place
tout à fait différente qu’en Europe. C’est pourquoi l’argumentation
s’est déplacée sur la possibilité qu’offre le Taser d’éviter l’affrontement
physique : « Tout contact physique mène irrémédiablement à des bles-
sures. Le TASER X26 est né du souci de réduire la violence en mainte-
nant une distance de sécurité avec un agresseur violent.2 » La maîtrise
d’un individu violent avec d’autres moyens de neutralisation comme
les lanceurs cinétiques de type flash-ball, les gaz, les matraques et
même les techniques à mains nues supposent toutes des impacts
menaçant l’intégrité corporelle ou une proximité physique dange-
reuse pour les deux parties. Le Taser permettrait ainsi d’augmenter le
niveau de protection des agents de sécurité en même temps que celui
des « agresseurs violents » sur lequel on l’utilise. Il s’agit donc de
démonter ensuite que l’action du Taser est particulièrement efficace
tout en étant d’une autre nature que celle des armes « létales » ou des
autres matériels dits « non létaux ». Le Taser possède ainsi une puis-
sance de neutralisation inédite. « Cette onde brouille la commande neu-

92
C_74_PO01_Razac:xx 15/04/2011 15:04 Page 93

Taser et biopolitique

romusculaire et provoque une forte contraction des muscles moteurs et


uniquement de ceux-ci ; entraînant la chute du sujet visé. » Mais, d’une
manière générale, la tonalité publicitaire de la firme est nettement
orientée sur la démonstration de son innocuité. Par ailleurs, la firme
développe de nombreuses tactiques d’euphémisation. Il s’agit d’un
« pistolet électronique » (et pas électrique). C’est une arme « propre »
qui « paralyse la personne visée » ou mieux qui « l’immobilise ».
En même temps, le Taser est bien une arme. Premier indice, en
France il est classé en 4e catégorie, à l’instar des armes à feu dites « de
défense » (c’est-à-dire la plupart des pistolets, revolvers et fusils…).
Cela dit, ce classement est nominaliste et temporaire. Il s’agit d’une

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 186.204.94.49 - 21/03/2019 11h00. © ERES


décision politique discutée par le constructeur qui souhaite, en par-
ticulier, s’ouvrir le marché de la vente aux particuliers. Deuxième
indice, le Taser équipe les forces de l’ordre (Gendarmerie, Polices
nationale et municipales). Il a la forme d’un pistolet et reste perçu
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 186.204.94.49 - 21/03/2019 11h00. © ERES

comme une alternative à l’arme à feu. Son utilisation est censée repo-
ser sur une procédure rigoureuse qui s’entoure de multiples précau-
tions « déontologiques ». La firme elle-même communique
largement autour du système automatique d’enregistrement vidéo
pour chaque tir qui doit permettre de limiter les utilisations abusives.
Enfin, les effets du Taser sont unanimement décrits comme bien loin
d’être anodins, encore moins « ludiques ». « Je pensais que j’allais mou-
rir.3 » Les personnes qui ont testé cette décharge électrique si parti-
culière évoquent souvent une difficulté à décrire une expérience
inédite, comme la sensation de « se vider de sa substance.4 » Plus
encore, l’effet opérationnel du Taser est bien celui d’une arme, et
même d’une arme particulièrement efficace. Si une arme peut se défi-
nir comme un dispositif permettant de mettre un adversaire hors de
combat, c’est-à-dire d’agir sur lui de telle manière que son potentiel
d’agression devienne nul, alors non seulement le Taser est une arme
mais il est même l’arme par excellence parce qu’il se focalise sur la
recherche de cet avantage tactique en réduisant d’une manière iné-
dite les effets non recherchés en tant que tels que sont la blessure et
la mort. Pourtant, plusieurs cas de décès à la suite d’une ou de plu-
sieurs décharges de Taser ont permis de contester son caractère « non
létal », et ainsi de rabattre le Taser sur une conception plus commune
de l’arme comme outils servant à blesser ou à tuer.

93
C_74_PO01_Razac:xx 15/04/2011 15:04 Page 94

Olivier Razac

Toutes ces manières « d’être une arme malgré tout » contribuent à


expliquer pourquoi l’équipement croissant des forces de sécurité en
Taser a soulevé, notamment en France, une vive polémique qui ne
semble pas baisser en intensité. Chaque rebondissement la relance,
malheureusement au point où elle en était resté. Cela avait été le cas
avec la possibilité d’en équiper les policiers municipaux et c’est
aujourd’hui le cas avec le nouveau modèle à coups multiples. Par
ailleurs, de nombreux rapports d’organisations comme Amnesty
International pointent régulièrement les utilisations abusives de ce
type de matériel. Le Comité de l’ONU contre la torture a qualifié le
Taser de « forme de torture » qui peut « provoquer la mort5 ». Se fai-
sant, la critique du Taser semble se limiter à la dénonciation de sa

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 186.204.94.49 - 21/03/2019 11h00. © ERES


brutalité physique et se focaliser sur le point de tension suivant: « Est-
ce qu’il tue ou est-ce qu’il ne tue pas ? » Elle en reste ainsi à un niveau
classique et dépassé de compréhension des enjeux soulevés par l’usage
des armes et de la force. Surtout, ce niveau de critique ne permet pas
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 186.204.94.49 - 21/03/2019 11h00. © ERES

de sortir des « règles du jeu » imposées par le constructeur lui-même.


Or, ces « règles du jeu » sont proprement biopolitiques. Chez
Foucault, le concept de biopolitique fait référence à une nouvelle
forme de gouvernement des populations et des individus qui se déve-
loppe au XVIIIe siècle. Alors que la gouvernementalité d’Ancien
Régime repose essentiellement sur un pouvoir de souveraineté dont
l’objectif est de maintenir une relation juridique de sujétion entre
sujets et souverain — pouvoir dont la formule célèbre est « Faire
mourir ou laisser vivre » dans la mesure où la manifestation paradig-
matique de la puissance souveraine est de châtier les sujets désobéis-
sants. La gouvernementalité biopolitique implique, à l’inverse, un
investissement par l’Etat de la population comme phénomène bio-
logique afin d‘en majorer les caractéristiques (démographie, santé,
productivité etc.). La formule de cette rationalité gouvernementale
est dès lors « faire vivre ou rejeter dans la mort ». « Un pouvoir dont
la plus haute fonction désormais n’est […] plus de tuer mais d’investir la
vie de part en part.6 » Au développement de cette gouvernementalité
répond l’émergence d’une sensibilité biopolitique des gouvernés pour
laquelle l’acceptabilité de tout exercice du pouvoir dépend en grande
partie de son degré de brutalité physique. Ce qui est proprement
inacceptable selon cette sensibilité, ce n’est plus la violence politique

94
C_74_PO01_Razac:xx 15/04/2011 15:04 Page 95

Taser et biopolitique

s’exerçant sur des citoyens, mais la violence « biopolitique » qui


s’exerce sur les corps surprotégés de « la démocratie médico-pastorale.7 ».
De ce point de vue, toute l’argumentation de vente de la firme Taser
consiste à montrer les caractéristiques biopolitiques de son produit.
Au geste souverain que représente l’utilisation d’une arme à feu par
les forces de l’ordre –il s’agit bien de « faire mourir » celui qui refuse
de se soumettre– se substitue le geste biopolitique qui consiste à neu-
traliser le plus tôt possible la source de conflit, au mieux avant que
le conflit ne devienne source d’atteintes corporelles pour les deux par-
ties. La rhétorique commerciale de Taser qui vise à démontrer que
son objectif est de « faire vivre » (et pas simplement de « laisser vivre »
puisqu’il s’agit de « rendre » vivants ceux qui « auraient dû » être

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 186.204.94.49 - 21/03/2019 11h00. © ERES


morts si le Taser n’existait pas) n’est pas simplement « mensongère ».
Cette « démonstration » se fait d’ailleurs volontiers sur un mode
quantitatif, et l’on prétend pouvoir mesurer le nombre exact de vies
sauvées par l’utilisation d’une arme de 4e catégorie. Si l’époque de la
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 186.204.94.49 - 21/03/2019 11h00. © ERES

biopolitique « en tant que régime général de la vie des hommes, est fon-
damentalement un système d’immunité 8 », compris, en particulier,
comme le système des garanties et des assurances contre toutes les
atteintes à l’intégrité corporelle de ceux qui en font partie, alors le
Taser est un représentant exemplaire de cette époque bien que, nous
le verrons, particulièrement ambigu. Face à cette promotion biopo-
litique, la réaction critique en reste justement à un niveau simple-
ment biopolitique et pas du tout politique. Partant d’une sensibilité
humaniste prompte à dénoncer toutes les formes de brutalité, en par-
ticulier la brutalité policière, son opération principale consiste à nier
le caractère biopolitique du Taser. « La mort, dans le Michigan, d’un
adolescent de 15 ans qui avait reçu une décharge de pistolet Taser sou-
ligne la nécessité de tester davantage la sécurité des armes à impulsion
électrique.9 » Le problème soulevé par une arme capable de paralyser
instantanément un individu est donc essentiellement un problème
de « sécurité » en termes de douleur infligée, de dommages corporels
et de risques de décès. Il n’est donc pas étonnant de trouver au coeur
de ces tactiques discursives, une simple bataille de chiffre. Au nombre
de « vies sauvées » ou encore au « zéro mort » affichés par la firme
répond un nombre fluctuant de morts liées à l’utilisation du Taser.
Or, ces chiffres sont fragiles parce qu’ils reposent très souvent sur un

95
C_74_PO01_Razac:xx 15/04/2011 15:04 Page 96

Olivier Razac

travail d’analyse ou d’interprétation pour faire apparaître le lien entre


ces morts et le tir de Taser. D’où des tactiques d’échappatoires de la
firme, d’une honnêteté tout à fait discutable mais en même temps
classiques, qui consistent à discuter ce lien par tous les moyens pos-
sibles (maladies préexistantes chez les sujets que le Taser ne ferait fina-
lement que révéler, négation de l’implication directe de la chute ou
d’éléments extérieurs dans le décès ou les blessures etc.). Plus encore,
la question se pose alors toujours de savoir à partir de quel nombre
de morts une arme peut devenir acceptable ou pas… Finalement,
selon cette perspective, le seul problème que semble poser un maté-
riel comme le Taser est d’être néfaste pour notre intégrité physique.
A tel point que le message des opposants à la firme pourrait finale-

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 186.204.94.49 - 21/03/2019 11h00. © ERES


ment être le suivant : « Il faut améliorer votre matériel ! »
« Neutralisez-nous autant que vous voulez mais que nous soyons
assurés que cela est sans danger pour notre immunité corporelle » .
Mais alors il n’y aurait plus de problème ?
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 186.204.94.49 - 21/03/2019 11h00. © ERES

Pour tenter de dépasser cette polémique, finalement stérile, il est


nécessaire de complexifier le schéma d’opposition utilisé jusqu’ici, en
particulier de sortir de la logique binaire ; tuer ou ne pas tuer ou, plus
finement, ne pas blesser et être acceptable ou blesser et être inaccep-
table. En premier lieu, il s’agit de discuter la présentation biopoli-
tique idéalisée de la firme. Le fait que le Taser ne tue pas dans la
plupart des cas ne signifie pas pour autant, comme le prétend le site
Internet, qu’il « contribue ainsi activement à la paix civile. » D’une
manière générale, le développement de moyens de force intermé-
diaire n’a pas pour objectif de remplacer les moyens qui se situent
plus haut dans la gradation du recours à la force mais au contraire de
remplir le vide qui séparait les moyens létaux des moyens de neutra-
lisation physique ou de négociation. Il s’agit plus précisément de
diversifier les possibilités d’action, d’enrichir le spectre des moyens
tactiques de telle manière que l’on puisse mieux s’adapter aux diffé-
rentes situations. Ainsi, pour ce qui est des opérations militaires: « Les
Armes non létales peuvent donc apporter au commandement un conti-
nuum plus large d’options et ajouter une plus grande flexibilité dans la
manière de mener les opérations. Elles n’ont pas la vocation de rempla-
cer les armes conventionnelles, mais elles en sont le complément qui peut
accroître leur efficacité. 10 » Mais, en second lieu, il s’agit de discuter

96
C_74_PO01_Razac:xx 15/04/2011 15:04 Page 97

Taser et biopolitique

également la perception critique du Taser qui se focalise sur sa bru-


talité physique. Le Taser n’est pas une simple gégène mais un outil
bien plus subtil. La technologie utilisée par le Taser est effectivement
révolutionnaire et ceci pour deux raisons. D’une part, il ne s’agit pas
d’une électrocution au sens classique du terme, c’est-à-dire le fait de
faire passer un courant de haute tension dans un organisme vivant
de telle manière que cela provoque une vive douleur et/ou
d’importants dégâts. Son effet de neutralisation ne repose pas sur la
douleur infligée mais sur une « disruption électromusculaire » pro-
voquée par un stimulus électrique agissant en particulier sur des cel-
lules nerveuses (les motoneurones alpha) responsables des
contractions musculaires. Ce n’est pas parce que les gens ont mal

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 186.204.94.49 - 21/03/2019 11h00. © ERES


qu’ils se soumettent mais parce qu’ils ne peuvent pas faire autrement
puisqu’ils ne contrôlent plus leur corps. D’autre part, cet effet de neu-
tralisation est temporaire. Autant la neutralisation est d’une effica-
cité redoutable, autant les individus touchés se remettent assez vite
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 186.204.94.49 - 21/03/2019 11h00. © ERES

(une quinzaine de minutes). Ce qui est inédit ici, ce n’est pas l’effet
de neutralisation – une arme à feu peut être tout aussi efficace – mais
le rapport entre cet effet et les dommages corporelles ou les « consé-
quences néfastes durables » de la neutralisation qui sont ici presque
nuls jusqu’à plus ample informé – en dehors de la chute dont nous
reparlerons. Pourtant, la relative « douceur » des effets du Taser (au
regard de son effet de neutralisation, il faut insister sur ce point) ne
signifie pas pour autant qu’il permette une baisse globale du niveau
de violence des interventions de maintien de l’ordre. Cette « inno-
cuité » entraîne au contraire une facilitation de l’usage, inédite pour
une arme. « L’avantage du Taser, c’est que s’il faut, on n’hésitera pas à
s’en servir.11» Cette facilitation implique que, quelles que soient par
ailleurs les précautions d’encadrement légal et procédural, l’utilisation
de ce matériel a sans cesse tendance à glisser du registre des armes à
celui de l’usage de la force. Il serait ainsi : « La première et la plus sûre
riposte après l’injonction verbale ! 12 » La qualité biopolitique d’un
matériel comme le Taser peut bien représenter pour certains comme
un progrès de « civilisation » mais il produit aussi une extension, une
intensification et une diversification de l’exercice de la violence
répressive. Ce qui apparaît alors est un mouvement de balancier per-
manent et proprement biopolitique – entre adoucissement et dur-

97
C_74_PO01_Razac:xx 15/04/2011 15:04 Page 98

Olivier Razac

cissement, protection et répression, « virtualisation » et « densifica-


tion » des technologies de « conduite des conduites ». « Ce qu’il y a
de plus dangereux dans la violence, c’est sa rationalité. […] On a pré-
tendu que, si nous vivions dans un monde de raison, nous serions débar-
rassés de la violence. C’est tout à fait faux.13» Cette phrase de Foucault
est plus que jamais à méditer comme un adage.
Ainsi, il est possible, et même nécessaire, d’accepter l’inscription du
Taser dans le processus biopolitique qui caractérise notre époque,
mais c’est à la condition de ne pas oublier que cela signifie en fait une
augmentation du niveau de la violence répressive par diversification,
extension et, finalement, intensification. Et cela, non pas parce que

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 186.204.94.49 - 21/03/2019 11h00. © ERES


le Taser ne répondrait pas, en fait, aux normes biopolitiques, mais
précisément en tant qu’il est biopolitique. Et cela sera d’autant plus
vrai que le matériel de neutralisation deviendra biopolitique, c’est-à-
dire respectera notre « immunité ». Même s’il est indéniable que les
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 186.204.94.49 - 21/03/2019 11h00. © ERES

effets exacts de ce type d’arme doivent pouvoir être déterminés le plus


précisément possible, nous défendons ici l’idée selon laquelle les véri-
tables enjeux politiques du Taser résident précisément dans le fait
qu’il ne tue pas, dans la grande majorité des cas. Ce que ce type de
matériel nous force à penser, ce sont les conséquences largement
inaperçues, pour le moment, du développement d’un arsenal de neu-
tralisation physique extrêmement efficace mais sans conséquences
néfastes durables. Pour le dire plus naïvement, nous ne savons pas
encore ce que signifie cet acte qui va pourtant devenir banal : terras-
ser sans tuer, paralyser sans blesser, empêcher d’agir sans atteindre à
l’immunité corporelle de celui qu’on contraint. Peu importe ici la
« sécurité » des futurs dispositifs de neutralisation, c’est au contraire
cette sécurité qui doit nous inquiéter parce que nous ne savons même
pas nommer et encore moins concevoir le type de violence que l’Etat
ou les agences de sécurité pourront alors déployer. Ce qui est dès lors
pointé est la limite abstraite, peut-être pessimiste ou paranoïaque,
d’une violence invisible, insensible et donc indicible contre laquelle
toute perspective de résistance devient, non pas même impossible,
mais paradoxale.
Pour autant le Taser n’est pas cet outil idéal d’une neutralisation pure,
et c’est en cela qu’il est particulièrement complexe et intéressant à

98
C_74_PO01_Razac:xx 15/04/2011 15:04 Page 99

Taser et biopolitique

analyser. Ses indiscutables dimensions biopolitiques cohabitent avec


des « restes » de brutalité tout autant indéniables. Concrètement, la
chute provoquée par le tir, que la firme considère comme un effet
secondaire indésirable, est en fait quasiment inévitable. Dire que le
Taser n’est pas dangereux en isolant les conséquences physiologiques
de la décharge électrique des effets immédiats de cette décharge est
particulièrement fallacieux. Cela encourage l’illusion selon laquelle
« il n’y a plus usage de la force, avec toutes ces conséquences possibles.14 »
Et pourtant, il semble bien que provoquer la chute d’un individu
sans qu’il puisse contrôler cette chute en le privant de tous les réflexes
de protection normaux représente un « usage de la force » que l’on
peut qualifier de particulièrement violent. Cette brutalité concrète

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 186.204.94.49 - 21/03/2019 11h00. © ERES


du Taser est redoublée par une violence symbolique liée à l’usage
d’électricité, énergie aux effets impressionnants mais à l’action obs-
cure, cachée au sein de l’intimité des organes. Elle rappelle inévita-
blement des objets fortement chargés symboliquement – la gégène
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 186.204.94.49 - 21/03/2019 11h00. © ERES

ou la chaise électrique. Or, ces éléments de brutalité ne doivent jus-


tement pas être considérés comme de simples « restes », comme des
défauts dûs à un développement technologique imparfait ou
inachevé. Ils possèdent leur propre efficacité tactique, essentielle pour
ce type de matériel, en produisant un fort effet de dissuasion. On
peut certainement penser que le simple fait d’être neutralisé à coup
sûr sans la moindre douleur ou atteinte physique puisse malgré tout
produire une certaine dissuasion, à quoi bon commencer à résister si
l’échec est quasi certain ? Mais, dans la mesure où un tel matériel
n’existe pas encore, nous ne pouvons pas mesurer cet effet de dis-
suasion, ni même concevoir le type de violence que représentera cette
neutralisation parfaite. Pour l’instant, toute neutralisation implique
une certaine brutalité qui sert un effet de dissuasion représentant
finalement la neutralisation la plus « propre » physiquement. On le
voit l’analyse de ce type de matériel fonctionne par des allers-retours
répétés provoquant une démonstration qui ne cesse de s’enrouler sur
elle-même. Les caractéristiques « biopolitiques » du Taser impliquent
en fait une augmentation de la violence répressive et ses caractéris-
tiques répressives peuvent en fait relancer ses aspects « immuni-
taires ». Cette ambiguïté permanente est parfaitement illustrée par
l’expérimentation du Taser prévue dans la « formation » proposée par

99
C_74_PO01_Razac:xx 15/04/2011 15:04 Page 100

Olivier Razac

la firme. D’un côté, cette expérimentation doit permettre à tout futur


utilisateur de connaître les effets de l’arme et donc, en particulier,
d’en limiter l’usage pour celui qui en a ressenti la brutalité toute par-
ticulière. Mais, d’un autre côté, cette expérimentation éprouvante ne
peut que banaliser l’usage d’une arme que l’on a accepté de subir, ce
qui serait bien évidemment impensable avec une arme à feu.
Banalisation dont le raisonnement limite serait de la forme : « Bien
sûr que c’est extrêmement pénible ! Mais puisque je suis passé par là,
tout le monde peut y passer. » On « sait » qu’on n’en meurt pas. Ainsi,
selon une perspective peut-être pessimiste, l’expérimentation pour-
rait banaliser l’usage tout en faisant comprendre à l’utilisateur la puis-
sance opérationnelle et dissuasive de l’objet.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 186.204.94.49 - 21/03/2019 11h00. © ERES


Ce qu’il s’agit finalement de penser, plus encore que l’ambiguïté entre
biopolitique et répression – innocuité et brutalité – glissement
ludique et peur dissuasive – ce serait l’efficacité propre de leur super-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 186.204.94.49 - 21/03/2019 11h00. © ERES

position dans une même figure. L’ambiguïté signifie seulement que


l’on est dans un balancement, une hésitation permanente entre ces
deux types de polarité. Au contraire, il s’agit de penser que la super-
position de ces deux pôles ne provoque pas une simple contradiction
mais bien une figure de pouvoir singulière possédant un mode
d’exercice et des effets spécifiques. C’est en cela que la scène télévi-
suelle dont nous partions est bien loin d’être anecdotique. Elle
montre l’efficacité esthétique tout à fait originale d’une arme dont la
démonstration fait rire et fait peur, en même temps. Elle fait rire
parce que le comportement du « tasé » est proprement ridicule, il
chute d’une manière plus coquasse que dans les meilleurs films de
Buster Keaton. Elle fait peur parce que l’on pense qu’il va se faire mal
en tombant ou par le caractère largement inconnu de ce qui lui
arrive. Mais elle fait rire, aussi, parce que l’on est finalement soulagé
qu’il soit indemne et que tout rentre dans l’ordre. Et elle fait peur,
quand même, ou laisse traîner une angoisse lancinante, à propos de
la grande violence dont on vient malgré tout d’être un témoin passif.
Or, Foucault nous propose d’appeler grotesque cette association entre
le rire et la peur comme catégorie de l’exercice du pouvoir, catégorie
dont l’actualité ne peut échapper à personne. Ce qu’il nomme pré-
cisément grotesque est la disproportion qu’il peut exister entre un
type d’exercice du pouvoir en tant qu’il est disqualifié, ridicule,

100
C_74_PO01_Razac:xx 15/04/2011 15:04 Page 101

Taser et biopolitique

odieux ou indigne et les effets violents, terribles, implacables qu’il


produit pourtant. Et il indique que dans, cette association, le ridi-
cule, loin de limiter les effets de pouvoir, est au contraire ce qui les
maximise. « En montrant explicitement le pouvoir comme abject,
infâme, ubuesque ou simplement ridicule, il ne s’agit pas, je crois, d’en
limiter les effets et de découronner magiquement celui auquel on donne
la couronne. Il me semble qu’il s’agit, au contraire, de manifester de
manière éclatante l’incontournabilité, l’inévitabilité du pouvoir.15 » Avec
le grotesque, il devient impossible, ou du moins difficile, de faire le
lien entre la violence que l’on subit et l’origine de cette violence.
Quelque chose ne colle pas, l’un ne peut pas être assigné à l’autre, et
la violence subie devient dès lors presque indiscutable parce que rien

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 186.204.94.49 - 21/03/2019 11h00. © ERES


ou personne ne peut en répondre. Le message proprement politique
que le spectacle du Taser émet ne consiste donc pas à rassurer par une
démonstration d’innocuité. Il ne consiste pas non plus à faire peur
par une démonstration de force. Il nous dit une chose plus subtile,
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 186.204.94.49 - 21/03/2019 11h00. © ERES

d’une plus grande portée et d’une plus grande nouveauté : « Vous


avez vu, on peut vous tirer dessus avec une arme électrique qui vous
enlèvera tout contrôle de votre corps en provoquant de violentes
contractions musculaires. Vous hurlerez en tombant au sol, et cela
fera rire tout le monde, à commencer peut-être par vous même. »
Rien ne peut être plus désarmant.

Notes :
1- Source : www.taser.fr (consulté le 27 juillet 2009).
2- Ibid.
3- Extrait d’un entretien avec des formateurs ayant testé le Taser, dans Olivier Razac,
L’ u t i l i s a t i o n d e s a r m e s d e n e u t r a l i s a t i o n m o m e n t a n é e e n p r i s o n . S o u r c e
http://www.enap.justice.fr/files/dossier_thematique_arme_juillet_versionnov. pdf
4- Le Monde, « Le pistolet qui électrise la police », Piotr Smolar, 4 septembre 2006.
5- Voir le rapport d’Amnesty International USA, « Amnesty International’s continuing concerns
about taser use », 28 mars 2006. Source : www.amnestyusa.org
6- Michel Foucault, Histoire de la sexualité, tome 1, La volonté de savoir, Paris, Gallimard,
« Tel », 1994, p. 183.
7- Alain Brossat, La démocratie immunitaire, La Dispute, 2003, p. 84.
8- Ibid., p. 10.
9- Source : http://www.raidh.org/Polemique-autour-du-Taser-Faits-et.html (consulté le 27 juillet
2009).

101
C_74_PO01_Razac:xx 15/04/2011 15:04 Page 102

Olivier Razac

10- Luc Mampaey, « Les armes non létales. Une nouvelle course aux armements, Rapports
du GRIP, Groupe de Recherche et d’Information sur la Paix et la sécurité », Bruxelles, 1999.
Source : www.grip.org
11- Témoignage d’un chef de police municipale. Source : www.taser.fr (consulté le 27 juillet
2009).
12- Témoignage. Source : www.taser.fr (consulté le 27 juillet 2009).
13- Michel Foucault, « Foucault étudie la raison d’Etat », in Dits et écrits, tome IV, Gallimard,
Bibliothèque des sciences humaines, 1994, p. 39.
14- Témoignage d’un directeur départemental de la sécurité publique. Source : www.taser.fr
(consulté le 27 juillet 2009).
15- Michel Foucault, Les anormaux. Cours au Collège de France. 1974-1975, Pairis,
Gallimard/Seuil, Hautes études, 1999, p. 13.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 186.204.94.49 - 21/03/2019 11h00. © ERES


Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 186.204.94.49 - 21/03/2019 11h00. © ERES

102