Vous êtes sur la page 1sur 6

Ces figurines représentant des dinosaures sont à

l’échelle de la voiture et des engins de travaux publics.


De haut en bas : Diplodocus, Bronchosaurus,
Pachycephalosaurus
32 L’ActualitéetPoitou-Charentes
Stegosaurus. Photo
– HorsMytilus
série juin 1999
sauriens

Les reptiles
souverains
Il y a 320 millions d’années, l’apparition des reptiles créa une révolution dans
l’histoire de la vie. Ils ont dominé la Terre pendant 250 millions d’années. Les
dinosaures n’étaient pas des géants stupides et balourds mais, au contraire, bien
adaptés. De belles réussites de la nature.
Entretien avec un scientifique admiratif : Jean-Michel Mazin

Entretien Carlos Herrera Photos Mytilus, Marc Deneyer

J
ean-Michel Mazin, chercheur au CNRS, travaille des géants aux pieds d’argile. On n’a pas voulu
depuis 1993 au sein du laboratoire de reconnaître qu’il y avait là de belles réussites de la
géobiologie, biochronologie et paléontologie nature. Pour se rassurer.
humaine de l’Université de Poitiers. Depuis Aujourd’hui c’est l’homme qui domine la planète,
une vingtaine d’années, il étudie un peu partout dans au point de la mettre en péril. Il est hanté par l’an-
le monde les reptiles du Trias (-245 à -205 Ma) et goisse de la disparition et du catastrophisme. En
du Jurassique (-205 à -135 Ma) en particulier les fait, rien n’est comparable entre ces grands grou-
dinosaures et les reptiles marins et volants. pes zoologiques qui furent laminés par une crise
C’est le temps des origines pour ces grands grou- majeure de la planète et cette petite espèce que
pes de vertébrés et l’apparition de formes extraor- représente l’homme dont l’histoire est si courte à
dinaires. Jean-Michel Mazin défend passionnément côté d’eux.
le modèle reptilien, pour son efficacité.
Quelles sont les causes de l’extinction des dino-
L’Actualité. – Le dinosaure possède encore saures ?
l’image d’un animal solide comme un bulldo- Contrairement à ce que l’on pensait au début du
zer mais avec une cervelle pas plus grosse siècle, les causes de la disparition des dinosaures
qu’une coquille de noix. Comment cette image ne sont pas endogènes. Il faut les chercher dans
s’est-elle imposée ? leur environnement qui fut profondément boule-
Jean-Michel Mazin. – Cette vision est complète- versé à la fin de l’ère secondaire, il y a environ
ment désuète. Elle correspond à une période de 65 Ma. Les dinosaures ne furent pas les seules vic-
l’histoire des sciences où il fallait à tout prix com- times. A cette époque, les trois quarts du monde
prendre et expliquer l’extinction des dinosaures vivant ont disparu.
comme un échec, précisément l’échec d’un groupe Plusieurs hypothèses existent. Celle des
zoologique, celui des reptiles. Façon de démon- «gradualistes», encore suivie aujourd’hui, suppose
trer a contrario la supériorité des mammifères, donc que de très nombreux groupes zoologiques et bo-
de l’homme. Cela dit, entre un crocodile et un taniques se seraient doucement éteints, pendant 10
mouton, pas de doute sur celui qui aura le dessus. à 15 Ma, pour laisser place progressivement à de
Ainsi, on a longtemps cherché la raison de cet nouveaux groupes ou à des groupes existants.
échec au sein même du groupe des dinosaures. On
les disait trop gros, balourds, stupides et inadap- Cette hypothèse douce ne semble-t-elle pas un
tés. C’est faux. En outre, le premier reptile est peu faible compte tenu des découvertes récen-
apparu il y a environ 320 millions d’années (Ma) tes sur l’histoire de la Terre ?
et les dinosaures ont écologiquement dominé la Effectivement, depuis une vingtaine d’années ce
planète durant 160 Ma. Donc l’idée d’échec est qui était de l’ordre de l’anecdote ou du mystère –
caduque. Néanmoins des dérives psychologiques la disparition des dinosaures – est devenu un réel
semblent inévitables : les dinosaures auraient été problème scientifique.

L’Actualité Poitou-Charentes – Hors série juin 1999 33


sauriens
Des chercheurs venus d’horizons très différents Mais comment expliquer la présence de l’iri-
(paléontologues, géochimistes, botanistes, zoolo- dium ?
gistes, astrophysiciens, etc.) se sont mobilisés sur En effet, l’iridium ne se présente en grande quan-
l’étude de la grande crise Crétacé-Tertiaire (envi- tité que dans les produits émis par certains vol-
ron 65 Ma). Ces travaux démontrent que la crise cans, les hot spots (c’est-à-dire les points chauds)
fut brutale, c’est-à-dire à l’échelle des temps géo- qui ramènent à la surface des matériaux prove-
logiques de 10 000 à 100 000 ans, voire moins. nant des profondeurs de la Terre. Sortes de sou-
Ce courant d’idées, très largement partagé au sein papes de sécurité dans le manteau de la planète,
de la communauté scientifique internationale, est les hot spots ne changent jamais de place quels
appelé «catastrophiste». que soient les mouvements de l’écorce terrestre.
Le premier des deux scénarios proposés est extra- Or on sait maintenant que, lors de sa lente dérive
terrestre : un astéroïde percute la Terre et boule- de l’Afrique de l’Est vers la plaque de l’Eurasie,
verse les équilibres écologiques. La naissance de l’Inde se trouvait au-dessus du piton de la Four-
cette thèse provient d’une découverte fortuite, en naise à cette époque. Ce volcan de l’île de la Réu-
1980, de Luis Alvarez et de son fils Walter. Le nion est justement un hot spot.
premier, prix Nobel, est physicien à Berkeley, le
Ci-contre : second, géologue, effectue cette année-là un post-
Empreintes de doc en Italie. Son père lui demande de prélever
dinosaures des échantillons de sédiments déposés à la limite
provenant du
Crétacé-Tertiaire, afin de tester une nouvelle mé-
gisement du
thode de datation (par activation neutronique).
Veillon, en
Vendée, et
Dans une mince couche d’argile située entre les
datant du dernières couches calcaires du Secondaire et les
Jurassique premières du Tertiaire, les géochimistes de Ber-
inférieur keley découvrent à leur grande surprise des con-
(environ centrations incroyablement élevées de métaux de
195 millions la famille du platine, notamment de l’iridium.
d’années). Ce métal, très rare dans la croûte terrestre, se
trouve beaucoup plus concentré dans certaines
météorites. Cette présence de l’iridium fut ensuite
vérifiée en divers points du globe. D’où l’hypo-
thèse d’un astéroïde d’une dizaine de kilomètres
de diamètre qui aurait percuté la Terre il y a envi-
ron 65 Ma. Dans cette violente collision, il se se-
Marc Deneyer

rait pulvérisé, dégageant dans l’atmosphère une


épaisse poussière chargée d’iridium. Mais avant
de retomber à la surface de la Terre, ce nuage de
poussière aurait obscurci le ciel pendant plusieurs Dinosaure : «terrible lézard»
mois, voire plusieurs années, provoquant des ca- Le mot dinosaure a été forgé en 1841 puis officialisé en
tastrophes écologiques : arrêt de la photosynthèse 1842 par le paléontologue britannique Richard Owen à
partir de deux mots grecs, «deinos» «sauros», soit
(donc mort de la végétation), chute de tempéra-
«terrible lézard». A l’époque, il désignait seulement trois
ture, détériorations climatiques, rupture des chaî-
genres de grands reptiles mal connus (Megalosaurus,
nes alimentaires, etc. Iguanodon, Hylaeosaurus). Très vite, le mot s’est
L’autre scénario, plus ancien mais reformulé dans imposé dans la communauté scientifique. Une dizaine
les années 80, fait appel au volcanisme. Des cher- d’années plus tard, un parc mettant en scène des
cheurs français et indiens ont effectué des études reproductions de dinosaures grandeur nature s’est
géophysiques, géochimiques et paléontologiques ouvert à Crystal Palace près de Londres. Succès
sur les Trapps du Deccan en Inde, un épanchement populaire immédiat. L’une des plus belles réussites de
de couches de laves basaltiques équivalent à la sur- l’Angleterre victorienne...

face de la France sur 2 à 2,5 km d’épaisseur. Cette


crise volcanique très intense dura environ 500 000 Des milliers d’espèces de dinosaures
Le nombre d’espèces de dinosaures évolue très vite, au
ans. Les éruptions répétées expulsèrent dans l’at-
gré des découvertes et des recherches sur les fossiles.
mosphère d’énormes quantités de poussière et de On estime que 600 à 800 espèces ont été identifiées.
gaz qui provoquèrent les mêmes effets dévastateurs Sachant que les échantillons fossiles représentent une
sur la vie que dans le premier scénario. A la diffé- quantité infinitésimale par rapport à la réalité, le nombre
rence près que cette catastrophe écologique se se- d’espèces de dinosaures qui se sont étalées durant
rait étalée plus longuement dans le temps. 160Ma doit être estimé en dizaines de milliers.

34 L’Actualité Poitou-Charentes – Hors série juin 1999


Vous semblez préférer l’hypothèse volcanique. rents noms des groupes composant l’ancienne
Les deux scénarios «catastrophistes» sont cohé- classe des reptiles.
rents, sans toutefois apporter une démonstration Cette scission fut pressentie dès le début du XXe
absolue. Il est néanmoins certain que d’un point siècle par l’Anglais S.W. Williston lorsqu’il a éta-
de vue paléontologique un événement tout à fait bli la classification des reptiles et de leurs des-
inhabituel s’est produit à la limite du Crétacé- cendants selon les caractéristiques du crâne. Outre
Tertiaire, car des groupes florissants s’éteigni- les narines et les orbites, le crâne des reptiles peut
rent brusquement, comme les dinosaures, les am- porter des ouvertures appelées fenêtres tempora-
monites, les bélemnites, et les reptiles marins les. Le nombre et la position de ces fenêtres sont
tels les plésiosaures, les ptérosaures, les à la base de la classification.
mosasaures. L’observation de l’anatomie du crâne montre qu’il
Tortues, crocodiles, lézards et serpents font partie existe quatre groupes de reptiles : les Anapsides,
des survivants. Reste à expliquer pourquoi. Ce- les Synapsides (dont les mammifères, donc
pendant une analyse plus fine montre qu’il y eut l’homme, sont les descendants), les Diapsides et
bel et bien une rupture biologique. les Euryapsides. Mais au sein des Diapsides – les

Les oiseaux d’Hitchcock


L’ichnologie, soit l’étude des traces et des pistes, est
l’objet d’une science paléontologique en plein essor.
Son origine remonte au début du XIXe siècle :
un certain Edward Hitchcock, éminent professeur de
géologie, passa trente ans de sa vie à étudier des traces
de grands animaux préhistoriques.
Ce savant américain, qui était aussi théologien, croyait
avoir découvert les empreintes laissées par les «oiseaux
de Noé». Ces volatiles bibliques étaient en fait des
dinosaures.

Les reptiles marins


de Poitou-Charentes
Pendant presque toute l’ère secondaire, la région
Poitou-Charentes était recouverte par la mer. Il n’y
avait donc pas de dinosaures hormis sur quelques
reliefs. En revanche, cette région foisonnait de reptiles
marins particulièrement impressionnants comme les
Marc Deneyer

crocodiles, les plésiosaures, les pliosaures et les


ichthyosaures.

Les dinosaures pourraient-ils former une classe plus nombreux – la diversité est telle qu’ils for-
à part au sein des reptiles ? meront tôt ou tard un ou plusieurs groupes dis-
Beaucoup de chercheurs pensent que les dinosau- tincts. C’est le cas des dinosaures ou peut-être des
res devraient être effectivement élevés au rang de Archosaures (les reptiles souverains) constitués
classe, parallèlement à celle des reptiles, même si des dinosaures, des crocodiles, des ptérosaures et
leur origine est commune. des oiseaux.
Rappelons que le mot reptile fut inventé au XIXe
siècle pour définir un ensemble d’animaux carac- Comment va s’opérer cette classification ?
térisés par la reptation. Cela englobait à l’époque Le travail phylogénique, c’est-à-dire l’étude des
essentiellement les lézards, les serpents et les cro- familles et des lignées, et de leurs relations, nous
codiles. L’approfondissement des recherches et la permettra d’atteindre cet objectif. Depuis une
découverte de centaines de reptiles fossiles ont vingtaine d’années, une nouvelle méthode de clas-
conduit peu à peu les chercheurs à constater que sification plus rigoureuse est appliquée : le cla-
ce groupe se révélait en fait beaucoup plus diver- disme.
sifié qu’ils ne le pensaient au départ, voire trop La part de subjectivité du paléontologue y est
hétérogène. moins prégnante car chaque caractère est traité
C’est pourquoi dans les décennies prochaines, de sous forme binaire (présent ou absent). Ceux-ci
manière rigoureuse, le groupe des reptiles va ex- sont introduits dans une banque de données puis
ploser. Mais le mot reptile est tellement commun analysés par un ordinateur.
qu’il ne disparaîtra pas si vite au profit des diffé- Néanmoins, cette méthode fortement structurée

L’Actualité Poitou-Charentes – Hors série juin 1999 35


Ci-contre : et un peu rigide aboutit à certains paradoxes si fait économes. Un lézard peut se passer de man-
Empreinte de elle est appliquée à la lettre, comme : «Les oiseaux ger pendant un mois. Il se met alors en léthargie
ptérodactiloïde. sont des reptiles, ou mieux, des dinosaures», ou en attendant des jours meilleurs. En revanche, les
Page de droite : bien «les mammifères n’existent pas, ce sont des mammifères sont incapables de survivre dans des
impacts reptiles». De toute façon, le mot reptile ne corres- conditions difficiles. Une musaraigne qui ne
fossilisés de pond plus à la définition qu’on lui a donnée au mange pas pendant trois heures meurt de froid.
gouttes de départ. D’où la nécessité de faire du ménage. Je considère le modèle reptilien comme le top
pluie, à
niveau car il tient à la fois du 4x4 et de la For-
Crayssac.
Vous défendez le modèle reptilien avec beau- mule 1. Quant aux mammifères, ils tiennent seu-
coup d’enthousiasme. N’est-il pas malgré tout lement de la Formule 1. C’est fragile et ça con-
un peu archaïque. Regardez n’importe quelle somme beaucoup.
tortue. Elle semble vraiment porter ses 200
millions d’années. Qu’est-ce que les reptiles ont «inventé» dans
Parler d’archaïsme revient à leur donner un côté l’histoire de la vie ?
humain. Erreur fondamentale ! Les tortues sont Ils descendent des amphibiens. Mais ce modèle,

Plateosaurus
le plus vieux dinosaure français
Le plus ancien dinosaure connu en France s’appelle
Plateosaurus. Cet herbivore pesant environ deux
tonnes et pouvant atteindre 7 à 9 mètres de long vivait
il y a 210 Ma. A cette époque, une île englobait l’est de
la France, une partie de l’Allemagne, de l’Autriche et de
la Suisse.
Plateosaurus se déplaçait à quatre pattes mais pouvait
aussi se dresser sur ses membres postérieurs. Sa
petite tête au bout d’un cou étiré est une
caractéristique développée quelques dizaines de
millions d’années plus tard par les célèbres
dinosaures sauropodes.
Des restes de Plateosaurus ont été découverts
récemment dans le Jura. Depuis près d’une dizaine
d’années, Jean-Michel Mazin y effectue régulièrement
des fouilles avec la collaboration de Gilles Cuny afin de
reconstituer un squelette complet et de mieux
connaître la nature et l’environnement de ce vénérable
ancêtre.

étonnamment bien adaptées à leur mode de vie, Archaeopteryx, le dinosaure-oiseau


raison pour laquelle ces animaux vivent toujours. Découvert en 1861 dans les calcaires lithographiques du
Certes, les tortues ont assez peu évolué depuis Jurassique supérieur de Bavière, Archaeopteryx est
200 Ma. C’est la preuve que ce modèle est une considéré comme le chaînon manquant entre les reptiles
grande réussite. Elles vivent sous toutes les lati- et les oiseaux. Gros comme un pigeon, muni de dents et
tudes, en eau douce, dans les marais, dans la mer d’une queue articulée, il possède les caractères d’un
reptile avec en plus des ailes et des plumes. Certains
et sur terre. Voici des animaux opportunistes qui
naturalistes crurent d’abord à une supercherie. Mais
s’adaptent parfaitement à leur milieu.
cinq autres squelettes de même type ont été retrouvés
Je m’élève contre la représentation commune des dans le monde. Archaeopteryx est bel et bien un ancêtre
reptiles, que l’on dit archaïques, gluants, stupi- des oiseaux. Il descend d’une lignée de petits
des, effrayants et dangereux, parce que chez les dinosaures coureurs et carnivores, les Coelurosaures.
vertébrés, le modèle reptilien est le plus efficace
qui soit. Et en plus, ils sont beaux ! Herrerasaurus, le vieux latino
C’est l’un des plus anciens dinosaures (découvert en
Comparé au reptile, le mammifère est un gâcheur
1988 par Paul Serreno en Argentine). Tellement primitif
écologique. Il mange beaucoup, ne serait-ce que que Jean-Michel Mazin le considère comme un
pour maintenir sa température interne. Ce que dinosaure «de base». D’où la difficulté pour le classer
mange un lion en un an peut nourrir dix crocodi- dans l’un ou l’autre des deux grands groupes de
les. dinosaures qui se différencient au Trias supérieur, les
D’un point de vue écologique et métabolique, les Saurischiens et les Ornihischiens. On distingue ces
reptiles sont extrêmement bien adaptés et tout à deux groupes par la forme de leur bassin.

36 L’Actualité Poitou-Charentes – Hors série juin 1999


dont subsistent des descendants comme les gre- tifique et non de science-fiction ! Pour modèle de Pour en
nouilles, tritons, salamandres et crapauds, était base, les chercheurs canadiens on pris un dino- savoir plus
intermédiaire et complètement inféodé au milieu saure parmi les derniers, bien évolué, au cerveau
Ce que l’on sait
aquatique. Ils se déplaçaient sur la terre ferme, développé, carnivore, le Sténonychosaure. Ils l’ont
vraiment des
mais leur respiration pulmonaire imparfaite les fait évoluer vers les caractéristiques de l’homme. dinosaures, J-M.
obligeait à rester humides afin de respirer en Résultat : une espèce de dinosauroïde, comme Mazin (Sciences et
grande partie par la peau. De plus, leurs œufs ceux des dessinateurs des années 50 et 60. Découverte, Ed. du
très fragiles exigeaient une ponte dans ou près Rocher).

de l’eau et donnaient naissance à des stades lar- La figure du dragon que l’on retrouve dans la Dans les traces
des dinosaures, E.
vaires. plupart des civilisations provient-elle des di-
Buffetault (Coll.
L’apparition des reptiles, il y a environ 320 Ma, nosaures ? Explora, Presses-
marque une révolution dans l’histoire des verté- L’image du dragon n’est pas étrangère à celle des Pocket).
brés. En effet, grâce à l’œuf amniotique, ils sont reptiles, voire des dinosaures. Dans toutes les ci- Les dinosaures de
A à Z, M. Benton
capables de pondre n’importe où, et donc de se vilisations, les reptiles, en particulier le serpent,
(Rouge et Or).
répandre à la surface de la planète. Dans cet œuf inspirent crainte et respect. L’Asie a produit une Dinosaures et
animaux
préhistoriques,
Le moustique du Jurassique J-M. Mazin (Rouge
Des paléontologues américains ont isolé de l’ADN d’un et Or).
insecte vieux de 130 Ma, fossilisé dans de l’ambre. Les animaux
Peut-on recréer un dinosaure à partir de son ADN préhistoriques,
fossile, sachant que cette molécule conserve le D. Dixon, B. Cox,
patrimoine génétique d’un individu ? R. Savage, B.
Non, répond François Nau, directeur de l’Institut de Gardiner (Blond et
Bridge).
biologie moléculaire et d’ingénierie génétique de
Animaux de la
l’Université de Poitiers.
Préhistoire,
«Admettons que le moustique ait piqué un dinosaure,
l’évolution de la
explique François Nau, que l’on arrive à distinguer dans vie, J-M.Mazin
cet ADN les séquences qui appartiennent à celui-ci. Il (Nouvelle
faut ensuite remettre les séquences dans le bon ordre et encyclopédie
compléter ce qui manque par des séquences prises sur Nathan).
des animaux vivants proches des dinosaures. Cela pose L’Encyclopédie
beaucoup de problèmes parce que l’ADN fossile est illustrée des
forcément très dégradé, mais le scénario n’est pas dinosaures,
impensable. Je doute cependant qu’on puisse fabriquer D. Norman
(Bordas).
un ADN fonctionnel. Ensuite il faudrait intégrer la
Le Ptérodactyle
molécule dans une cellule germinale (destinée à la
rose et autres
reproduction). Ce n'est pas pour demain»
dinosaures, R.T.
Bakker (Armand-
Colin-Chabaud).
résistant et chargé de réserves alimentaires, l’em- mythologie très ancienne des dragons, l’Occident
bryon peut respirer et se développer dans une po- aussi. La première y voit des êtres bénéfiques, le POUR LES
che liquide, complètement et sans métamorphose. second des créatures du démon. Les mythes ont JEUNES
(8-14 ANS) :
Les mammifères et les oiseaux ont hérité de cet persisté par-delà les siècles et les religions. N’est-
Les Animaux
œuf amniotique. ce pas saint Georges qui terrassa un dragon ? préhistoriques,
Que deux civilisations si différentes et pratique- E. Buffetaut et J-J.
Malgré tout, le caractère d’étrangeté mêlé à de ment sans contact avant le Moyen Age donnent Hublin (Nathan).
la crainte reste attaché à l’image des reptiles. naissance à des mythes basés sur des créatures Au temps des
Est-ce un hasard si les extraterrestres imagi- reptiliennes ne relève pas de la pure coïncidence. dinosaures, J-M.
nés par la science-fiction dévoilent si souvent Mazin (Nathan).
Je crois que la découverte d’ossements de dino-
une peau de lézard ? saures eut une influence sur les mythes. Pourquoi
Le modèle reptilien a toujours fasciné les auteurs les hommes n’en auraient-ils découvert qu’à par-
de S-F. C’est d’autant plus frappant que deux tir du XIXe siècle ? D’autant que les dinosaures ont
collègues canadiens, Russel et Séguin, se sont vécu sur tous les continents pendant presque toute
amusés le plus sérieusement du monde à imagi- l’ère secondaire.
ner le scénario suivant : «Et si les dinosaures En tant qu’objets, les ossements de dinosaures
n’étaient pas morts ? Et s’ils s’étaient engagés sont connus depuis des siècles. Ils ont probable-
sur la voie de l’hominisation ? Qu’est-ce que ment frappé l’imaginaire populaire bien avant
cela donnerait ?» qu’on les interprète comme des fossiles à partir
Pourquoi pas. Attention, il s’agit de fiction scien- du siècle dernier. ■

L’Actualité Poitou-Charentes – Hors série juin 1999 37