Vous êtes sur la page 1sur 49

Institut de Technologie du Cambodge

Département GCI

RECONNAISSANCE DES SOLS

Enseignante : BUN Polyka


2012-2013
Généralités
Recommandations générales pour l’établissement du programme
d’investigations

1. Analyse préliminaire
 Un programme d’investigations géotechniques doit être établi en
fonction de trois éléments majeurs :
1. la nature de l’ouvrage à réaliser
2. le contexte géologique, hydrogéologique et géotechnique:
- Cartes géologiques,
- Bandes de données du sous-sol,
- Plans de prévention des risques,
- Des études antérieures…
 la visite du site,. une enquête de voisinage,. l’étude de l’historique du
site (en particulier la sinistralité connue, l’occupation antérieure, ...).
 Les sources d’informations doivent être clairement identifiées
(exemple : les études antérieures réalisées à telle distance du site).
3. la Zone d’Influence Géotechnique
C’est dans cette zone qu’il y a interactions entre le projet, le terrain et
l’environnement. Son extension doit faire l’objet d’une estimation, à
partir des données recueillies sur la nature de l’ouvrage à réaliser et le
contexte géotechnique du site.
 De même, en cas de rencontre d’éléments nouveaux liés au sol (notamment des
variations lithologiques importantes, un accident Géologique.
2. Limites aux connaissances apportées par la campagne d’investigations:
- nombre limité de sondage
- les incertitudes (naturelles ou du fait de l’homme) = économiquement acceptable
- pertinence des techniques de reconnaissance et d’essais
3. Type de sondages couramment utilisés
- les sondages permettant de visualiser les sols, de prélever des échantillons, d’établir la
stratigraphie et la structure géologique des terrains,
- les essais en laboratoire qui permettent d’identifier et de classer les sols, ainsi que de
mesurer certaines caractéristiques mécaniques ou hydrauliques (déformabilité,
résistance, perméabilité notamment),
- les essais in situ qui permettent de mesurer certains paramètres géotechniques des
sols en place, paramètres liés à leur nature, compacité, consistance, perméabilité,
déformabilité et résistance..
Planifier
la reconnaissance des sols

Plan de masse
Méthodes de reconnaissance in situ
Reconnaissance par puits ou tranchés
• Cette méthode, la plus ancienne, est celle qui permet le
mieux de «voir» les terrains en place et de faire des
prélèvements de gros échantillons et des essais directs sur
la roche en place.

• Les travaux sont réalisés à la main en blindant les parois par


des coffrages en bois ou métalliques. A partir des puits on
peut creuser des galeries dans les zones les plus
dangereuses, en particulier dans les régions qui recèlent de
nombreuses carrières.

• Si l’on veut atteindre les couches profondes, ces travaux


deviennent très chers et sont impossibles dès que l’on
rencontre la nappe phréatique. Ils ne sont utilisés que
comme compléments d’autres essais.
Reconnaissance par puits ou tranchés
Reconnaissance par la méthode géophysique

 Avantages: être rapides et assez économiques.


 Désavantages: interprétation des résultats est très difficile.
• Elles doivent toujours être complétées par des sondages qui
permettent de vérifier certaines mesures.

 Indiquer:
• épaisseur
• l’orientation des couches
• la positon de la nappe phréatique et la présence d’anomalies
géologiques importantes telles que éboulis
• surface de glissement
• présence de carrières
• Ils ne sont utilisés pratiquement que pour les grands ouvrages
et donnent surtout des résultats géologiques.
Reconnaissance par la méthode sismiques
Utilisation principale:
- La localisation d’un substratum rocheux
- L’appréciation de la répétabilité
- La détermination des caractéristiques des
terrains pour les appuis des barrages

Problèmes: Ne révèle pas nature des couches


rencontrées car:
- Le gel modifie les vitesses de propagation des
ondes et fausse les résultats.
- Une source proche de vibrations (vent très
violent dans les arbres, passage de trains,
circulation lourde, carrières) provoquent des
ondes parasites.
- Si un terrain V2, surmontant un terrain de V1
telle que V2 < V1, ce dernier terrains n’est pas
repérable car l’onde profonde ne peut en
aucun cas rattraper l’onde de surface (directe).
- De plus, il existe une transition graduelle entre
sol et roc, la méthode donne les résultats
insatisfaisants.
Description de la méthode
- Provoquer une onde sismique à travers le sol.
- Mesurer le temps d’apparition de cette onde aux divers endroits plus ou moins
éloignés.
- Calculer la vitesse de propagation de l’onde permet d’estimer les types de sols.
- Ondes peuvent être provoquées par une explosion ou par un coup de marteau à
la surface du sol.
- Aux points de mesures, on dispose des sismographes enregistreurs (géophones)
extrêmement sensibles.
- Ondes provoquées dans le sol des vibrations longitudinales et transversales.
Seules les vibrations longitudinales sont utilisées.

Explication
- Vitesse de propagation des ondes longitudinales et transversales dans les terrains
est liée à leurs caractéristiques mécaniques: (E, ν).
- Vitesse de propagation des ondes longitudinales varient: 300m/s (terrain
superficiel) à 6000m/s (terrains les plus compacts: granite massif))
Sol Vitesse (m/s) Sol Vitesse (m/s)
Sable 200 - 2000 Calcaire 1700 - 6400
Gravier 500 - 2000 Schiste 2300 - 4600
Argile 1800 - 3800 Granite 4000 - 5700
Grès 1400 - 4300 Quartzite 5000 - 6100
Formules:
- Quand on passe d’un terrain de vitesse V1 à un terrain de vitesse V2, il y a
réfraction des ondes.
- En mesurant la distance la distance du point de provocation des ondes aux
capteurs de ces ondes et en mesurant également le temps d’arrivée des ondes, il
est possible de calculer V1 et V2 .
- A partir de , on peut calculer l’épaisseur de la première couche de sol.

Onde directe de pente 1/V1


Temps d’arrivés des ondes (s)

Onde réfractée de pente 1/V2

x Distance à l’émission (m)


Méthodes de sondage
STANDARD PENETRATION TEST (SPT)
Pressiomètre Ménard
• Forage à tête rotatif