Vous êtes sur la page 1sur 1

L’Œuvre

Avec L’Œuvre, quatorzième volume des un Cézanne dramatisé », comme il Pistes pédagogiques
Rougon-Macquart, Zola aborde le thème l’annonce dans son dossier
• Dans cette description de Zola, relever
de l’artiste qu’il avait annoncé dans son préparatoire, c’est pour mieux
les images et les couleurs, l’atmosphère, les
plan de 1868. Plus de vingt ans plus crédibiliser son personnage. Mais par
métaphores. Quel est le personnage principal
tard, il se replonge dans ses souvenirs la variété de ses choix esthétiques,
du texte, la force agissante ? Comparer
pour décrire le Paris artistique des c’est toute une époque qui va de
cette description avec une toile de Degas
années 1860-1870, et le roman se révèle l’impressionnisme au symbolisme que
ou de Caillebotte traitant du même sujet.
être un document formidable sur les Claude incarne : ses toiles sont un subtil
En bas, sur le boulevard, Paris grondait,
nouvelles conceptions de l’art, sur le mélange de toutes les tendances,
prolongeait sa journée ardente, avant de se
fonctionnement des Salons, sur le café jusqu’à l’idole féminine finale, source de
décider à gagner son lit. Les files d’arbres
Guerbois (appelé Baudequin dans le folie et de mort, qui évoquerait plutôt
marquaient, d’une ligne confuse, les blancheurs
livre), ou encore sur les rapports entre l’univers de Gustave Moreau. L’Œuvre
des trottoirs et le noir vague de la chaussée, où
l’art et l’argent, l’art et l’État… Mais n’est pas un livre sur l’art ; s’il est un
passaient le roulement et les lanternes rapides
L’Œuvre est aussi le roman le plus roman à clés, c’est parce qu’il exorcise
des voitures. Aux deux bords de cette bande
autobiographique de Zola. Lui-même s’y toutes les angoisses du créateur, à la
obscure, les kiosques des marchands
met en scène sous les traits de l’écrivain façon d’une autobiographie
de journaux, de place en place, s’allumaient,
Sandoz, et toute la partie relative aux intellectuelle. Zola, qui se cache derrière
pareils à de grandes lanternes vénitiennes,
souvenirs dans le Midi est le reflet exact ses personnages, joue constamment sur
hautes et bizarrement bariolées… Mais à cette
de son adolescence partagée avec les le contraste et l’opposition des
heure, leur éclat assourdi se perdait dans
inséparables amis Baille et Cézanne. La caractères : Sandoz, oscillant entre
le flamboiement des devantures voisines. Pas
tentation est alors grande pour le lecteur fantasme et réalité, est le double parfait,
un volet n’était mis, les trottoirs s’allongeaient
de faire de ce livre un roman à clés et de bon fils, bon mari, ami fidèle, projection
sans une raie d’ombre, sous une pluie de
chercher derrière chaque figure un mythique et idéal immuable de l’auteur.
rayons qui les éclairait d’une poussière d’or, de
personnage connu. Mais Zola brouille Claude, c’est le double maudit, la face
la clarté chaude et éclatante du jour… Et le
les pistes : s’il « est » Sandoz, le cachée, le créateur impuissant à égaler
défilé repassait sans fin, avec une régularité
romancier pâle et sérieux, qui donc est Dieu et à donner la vie, qui choisit la
fatigante, monde étrangement mêlé et toujours
Claude Lantier, l’artiste génial mais mort dans la lutte inégale entre l’art et
le même, au milieu des couleurs vives, des
impuissant, héritier des tares familiales l’amour. À travers ce drame de la
trous de ténèbres, dans le tohu-bohu féerique
des Macquart, qui se pend devant sa création artistique, Zola traduit ses
de ces mille flammes dansantes, sortant comme
toile ? Cézanne, qui n’a pu que se doutes, ses déceptions, la hantise de la
un flot des boutiques, colorant les transparents
reconnaître à travers les évocations de feuille blanche… La souffrance de
des croisées et des kiosques, courant sur les
leur jeunesse ? Manet, dont Le Déjeuner Claude semble celle évoquée par Zola
façades en baguettes, en lettres, en dessins
sur l’herbe est le modèle exact de Plein dans ses lettres : cette « abominable
de feu, piquant l’ombre d’étoiles, filant
Air, le tableau de Claude exposé au torture » qu’est « l’enfantement d’un
sur la chaussée, continuellement.
Salon des Refusés ? Ou encore Monet, livre », parce qu’il « ne saurait contenter
La Curée
ou André Gill, qui s’est suicidé ?… [son] besoin impérieux d’universalité et
En fait, Claude est un personnage de totalité ». • Comparer La Naissance de Vénus,
composite, une création complexe où d’Alexandre Cabanel (1863), avec Olympia,
se mêlent plusieurs images d’artistes. Je veux peindre la lutte de d’Édouard Manet (couleurs, techniques,
Si Zola veut en faire « un Manet, l’artiste contre la nature, l’effort traitement du sujet), en s’appuyant sur les
de la création dans l’œuvre textes critiques de Zola. En s’inspirant de son
d’art, effort de sang et de argumentation, imaginer un dialogue entre
larmes pour donner sa chair, l’écrivain et un membre du jury officiel.
faire de la vie : toujours en • Confronter la toile de Manet Le Déjeuner
bataille avec le vrai, et toujours sur l’herbe à la description que fait Zola dans
vaincu, la lutte contre l’ange. L’Œuvre du tableau de Claude, intitulé Plein
En un mot, j’y raconterai ma vie Air. Les mots du romancier correspondent-ils
intime de production, à la réalité du tableau qui lui aurait servi
ce perpétuel accouchement de modèle ?
si douloureux ; mais je grandirai • Étudier le Portrait d’Émile Zola par Manet
le sujet par le drame, par peint en 1868. Observer tous les éléments
Claude qui ne se contente de la composition et montrer en quoi ils sont
jamais, qui s’exaspère de ne emblématiques de l’univers de l’écrivain.
pouvoir accoucher de son Quelle est l’image que Manet nous donne
génie et qui se tue à la fin de Zola à la fois écrivain et critique d’art ?
devant son œuvre irréalisée. • Van Gogh était un grand amateur de l’univers
Dossier préparatoire de de Zola, dont les romans l’influencèrent
L’Œuvre
beaucoup. Les deux hommes ne se sont
Camille Pissarro, Portrait de Cézanne , jamais rencontrés et même Zola n’entendit
1874, eau forte, BNF, Estampes, Dc419 jamais parler du peintre ; pourtant leur vision
Pissaro avait rencontré à de la réalité était très proche. Montrer en quoi
l’Académie suisse Cézanne, qui lui la peinture de Van Gogh pouvait
présenta Zola. Il faisait partie correspondre aux aspirations naturalistes de
du groupe qui se réunissait chez Zola (expressivité, symbolisme des formes
l’écrivain sous le second Empire. et des couleurs, masses signifiantes…).
• Étudier les toiles d’Edvard Munch, Le Cri et
L’Angoisse. Montrer de quelle façon le
Bibliographie peintre exprime les sentiments de ses
• Fernandez (Dominique) et personnages. En quoi est-il proche de Zola ?
Ferranti (Ferrante), Le Musée De quelle façon le réalisme devient-il
d'Emile Zola : haines et passion, « signifiant » ? Étudier les couleurs, les
Stock, 1997. formes et les perspectives.