Vous êtes sur la page 1sur 2

Chapitre V Etude thermique

V.1. Introduction
Pour les ouvrages dont les dimensions en plan dépassent les 30m dans les wilayas côtières, il ya
lieu de prendre en considération les effets thermiques dans les éléments exposés, ou bien de prévoir
un joint de dilatation (CBA93 Art B5.1) [3].
Dans notre cas, nous avons pris en compte l’effet de la température en introduisant un gradient de
température de 10°C dans les poutres extérieures exposées. Ces dernières seront ferraillées à l’ELU
et vérifiées l’ELS.
L’introduction de la température donnera naissance à des efforts normaux dans les poutres. Ces
efforts normaux seront de traction (traction dans les aciers seulement) ou bien de compression
(compression dans le béton et les aciers). Par conséquent, les poutres seront sollicitées à la flexion
composée.
Vu que l’une des dimensions en plan de la structure est supérieure à 30m (Lx=37,25m) ; il est
impératif de faire une étude thermique. En plus des contraintes produites par les chargements
verticaux et horizontaux, notre structure sera sollicitée par des contraintes thermiques.

V.2. Effet de la température


La température à une influence sur la vie de la structure suivant les changements saisonniers.
Une augmentation sensible de la température provoque un raccourcissement de ces derniers.

V.3. Coefficient dilatation


Le coefficient de dilatation du béton est de l’ordre de 7 à 12.10-6, il dépend de :
 La nature des agrégats.
 Rapport eau ciment E/C
 L’humidité relative et de l’intervalle de température.

Ces coefficients sont voisins de celui de l’acier qui est de l’ordre de 10-5. Cette circonstance a
permis le développement du béton armé.
Pour les ouvrages hyperstatiques soumis à des variations de températures importantes, il est
intéressent de mettre en vue un béton dont le coefficient de dilatation thermique soit le plus faible,
ce résultat peut être obtenu en utilisant des adjuvants spéciaux.

V.4. Coefficient thermique


A fin de quantifier les induits par la température dans les différents éléments de
contreventement de la structure en égard des dimensions en plans : Lx=37,25m et Ly=21,50m.
Un calcul à la température a été conduit sur la base, t  10 °C, α=7.10-6
Le calcul a été effectué sur les poutres de l’extérieur, les plus exposées à la variation de
température, en l’occurrence les poutres ou nous tiendrons compte que de la dilatation horizontale.

116
Chapitre V Etude thermique

Le calcul a été fait à l’aide du logiciel SAP2000 (version12) en introduisant le gradient de


température comme charge d’accompagnement.
La sollicitation la plus défavorable est celle de la température, 1,35G+1,5Q+0,80T

V.5.Résultat de calcul
Les efforts résultants maximaux qui agissent sur les différentes poutres ainsi que leurs sections
de ferraillage ont été effectuées par le logiciel SAP (version 12) et ils sont résumés dans les
tableaux ci-dessous pour la poutre de chainage la plus sollicitée :

1er cas (+10°C)

position Nr Mmax As A’s Asmin 2


Section ( RPA) (cm )
(kN) (kNm) (cm2) (cm2)

Travée 380,315 152,276 7,89 0


35x45 7,87
Appui 319,135 283,386 1,86 23,90

Tableau V.1. Ferraillage de la poutre de chainage

2éme cas (-10°C)

position Nr Mmax As A’s Asmin 2


Section ( RPA) (cm )
(kN) (kNm) (cm2) (cm2)

Travée 152,276 372,324 7,97 0


35x45 7,87
Appui 283,386 433,505 0 29,68

Tableau V.2. Ferraillage de la poutre de chainage

117