Vous êtes sur la page 1sur 92

Bâtiment

Travaux publics
2012-2013
Sommaire

Synthèse 5

Présentation de la profession 6
1. Définition ..........................................................................................................................6
2. Accès à la profession .......................................................................................................6
3. Typologie des intervenants................................................................................................8
a. La construction de bâtiments ............................................................................................ 8
b. Les travaux de construction spécialisée................................................................................ 8
c. Le génie civil ............................................................................................................... 8
d. Les principaux opérateurs................................................................................................ 9

Analyse économique 10

1. Evolution de l’activité ......................................................................................................10


a. Le marché du BTP ........................................................................................................ 10
b. Le marché du bâtiment.................................................................................................. 10
c. L’évolution du chiffre d’affaires des différents métiers de la filière ............................................. 11
d. Le Bâtiment ............................................................................................................... 11

2. Les entreprises du secteur ..............................................................................................14


a. Travaux de terrassement courants et travaux préparatifs .......................................................... 14
b. Travaux de maçonnerie générale et gros-œuvre bâtiment ......................................................... 14
c. Travaux d’installation électrique dans tous locaux .................................................................. 14
d. Travaux de couverture par éléments .................................................................................. 15
e. Travaux de menuiserie bois et PVC .................................................................................... 15
f. Les créations et défaillances d’entreprises dans le secteur de la construction en 2011 ........................ 15

Structure financière 16

1. Chiffres clés des entreprises individuelles du secteur........................................................16


a. Activité des entreprises individuelles du secteur .................................................................... 16
b. Performances des entreprises individuelles du secteur ............................................................. 19

2. Chiffres clés des sociétés du secteur ...............................................................................28


a. Activité des sociétés du secteur ........................................................................................ 29
b. Performances des sociétés du secteur ................................................................................ 32
c. Éléments d’analyse de l’exploitation .................................................................................. 40

3. Financements et aides spécifiques ...................................................................................42

2 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Environnement juridique 43

1. Réglementation propre à l’activité ...................................................................................43


a. Codes....................................................................................................................... 43
b. Lois et réglementations ................................................................................................. 43

2. Obligations en cours d’activité ........................................................................................43


3. Règles de sécurité ..........................................................................................................44
a. Normes et démarches volontaires ...................................................................................... 44
b. Normes européennes..................................................................................................... 46

Principales spécificités comptables, fiscales et sociales 47

1. Spécificités comptables ...................................................................................................47


a. Plan comptable professionnel .......................................................................................... 47
b. Principales particularités comptables ................................................................................. 47

2. Spécificités fiscales ........................................................................................................48


a. Taux de TVA applicable ................................................................................................. 48
b. Fait générateur et exigibilité ........................................................................................... 49
c. Provisions .................................................................................................................. 49

3. Spécificités sociales........................................................................................................49
a. Conventions collectives.................................................................................................. 49
b. Dispositions générales ................................................................................................... 50
c. CCN des ouvriers du bâtiment .......................................................................................... 50
d. CCN des ETAM du bâtiment ............................................................................................. 57
e. CCN des cadres du bâtiment ............................................................................................ 63
f. CCN des ouvriers des travaux publics .................................................................................. 68
g. CCN des ETAM des travaux publics ..................................................................................... 73
h. CCN des cadres des travaux publics ................................................................................... 74

4. Evaluation sectorielle ......................................................................................................75


a. Critères de performance du secteur ................................................................................... 75
b. Méthodes d’évaluation et ratios les plus fréquemment rencontrés dans le secteur ............................ 76

Principales zones de risques à analyser 78

1. Risques liés au démarrage de l’entreprise .......................................................................78


a. Qualification professionnelle ........................................................................................... 78
b. Financement de l’activité ............................................................................................... 78
c. Implication dans la gestion .............................................................................................. 78
d. Etablissement des devis ................................................................................................. 78

2. Risques liés à l’activité ....................................................................................................79


a. Malfaçons .................................................................................................................. 79
b. Risques professionnels ................................................................................................... 79
c. Solvabilité des clients .................................................................................................... 79
d. Travail clandestin ........................................................................................................ 79
e. Le risque inhérent à la sous-traitance ................................................................................. 79

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 3


3. Risques liés à l’organisation de la mission........................................................................80
a. Choix de la mission ....................................................................................................... 80
b. Appréciation de la marge par chantier et du chiffre d’affaires par salarié ...................................... 80
c. Appréciation des stocks de travaux en cours ......................................................................... 80
d. Important des informations contenues dans l’annexe ............................................................... 80
e. Ratios d’exploitation..................................................................................................... 81
f. Ratios de structure ....................................................................................................... 82
g. Autres ratios .............................................................................................................. 82

Adresses utiles 83

1. Organisations professionnelles clés .................................................................................83


2. Organismes de formation spécifiques ..............................................................................84

Bibliographie 85

1. Liste des études de marché existantes .............................................................................85


2. Mémoires d’expertise comptable .....................................................................................86
3. Revues spécifiques et sites spécialisés.............................................................................87
4. Autres ouvrages de référence .........................................................................................87

Lexique 89

Annexes 90

1. Manifestations importantes..............................................................................................90
2. Leaders d’opinion ...........................................................................................................90
3. Logiciels et outils de gestion ............................................................................................91

Pensez-y : Retrouvez tous les trimestres l’actualité de ce secteur accessible


sur www.actus-sectorielles.fr que vous pouvez adresser à vos clients…

4 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Synthèse
Le secteur du bâtiment en bref

 Le secteur du BTP comprend 2 segments : les travaux publics


Que recouvre cette (construction, entretien et réfection des routes, voies ferrées,
aéroports, etc.) et le bâtiment. Cette étude traitera principalement
profession ? du bâtiment.
 Le bâtiment se subdivise en deux sous-catégories distinctes :
 Le gros œuvre (construction de maisons, immeubles, etc.) ;
 Le second œuvre (travaux de finition, etc.).

 L’accès à la profession est soumis à des conditions de diplôme


Quelles sont les technique (CAP ou BEP minimum) ou d’expérience professionnelle
conditions d’accès (3 années) (décret n° 98-246 du 2 avril 1998). Un stage de préparation
à l’installation dispensé par les Chambres de métiers et de l’artisanat
à la profession ? doit être effectué, sauf dispense (loi n° 82-1091 du 23 décembre
1982).

 Au 1er janvier 2011, l’INSEE recensait 136 257 entreprises opérant dans
Combien d’entreprises le secteur de la construction.

de BTP recense-t-on  Les créations d’entreprises sont par ailleurs très dynamiques depuis
quelques années ; l’essentiel de ces créations étant réalisées sous le
en France ? régime de l’auto-entrepreneur.
 Le marché du BTP était évalué par le ministère de l’équipement à
Quelles sont les 169 milliards d’euros en 2010.

évolutions majeures  Le secteur du BTP est structurellement en déficit de main-d’œuvre


qualifié ; et, ce, en dépit des actions régulièrement lancées par les
dans ce métier ? instances professionnelles pour revaloriser l’image du métier.
 Le secteur du BTP est soutenu par les actions du gouvernement en
faveur de la construction de logements neufs (lois Borloo, Robien,
Scellier et Solidarité Renouvellement Urbain, prêts à taux zéro), ainsi
que par le report de la TVA à 5,5 % sur les travaux d’entretien.
 Le BTP a occupé une place centrale dans les groupes de réflexion du
Grenelle de l’Environnement en 2007 et 2010. Des mesures ont été
élaborées afin d’atteindre l’objectif affiché de diviser au moins par 4
la consommation énergétique du parc résidentiel à l’horizon 2050.
 En 2011, les entreprises du bâtiment présentaient, en moyenne, un
Quels sont les résultat courant compris entre 15 et 25 % de leur chiffre d’affaires
selon les métiers et la taille des sociétés.
principaux éléments
 La sous-traitance représente une part non négligeable du chiffre
de leur performance d’affaires, notamment dans le gros-œuvre.
financière ?  Dans les comptes des sociétés, les charges de personnel
représentaient plus ou moins 30 % du chiffre d’affaires selon les
métiers en 2011.

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 5


Bâtiment

Présentation de la profession

1. Définition
Le champ de cette étude regroupe les entreprises de deux secteurs : le bâtiment et les travaux
publics.

 Les travaux publics consistent en la construction, l’entretien et la réfection des routes, des
voies ferrées, des aéroports, des ponts, des tunnels, des viaducs (ouvrages d’art), des ports,
des installations industrielles, des réseaux électriques et des télécommunications ou encore
des équipements off-shore ;

 Le bâtiment consiste en la construction de maisons, immeubles et autres bâtiments à usage


résidentiel ou non. Il se décompose en gros œuvre (construction de maisons, immeubles,
etc.) et second œuvre (travaux de finition).

Dans cette étude, nous analyserons principalement les entreprises artisanales du bâtiment
inscrites au Répertoire des métiers comptant donc moins de 10 salariés.

2. Accès à la profession
La loi n° 96-603 du 5 juillet 1996 relative au développement et à la promotion du commerce et
de l’artisanat précise que les personnes qui n’emploient pas plus de dix salariés et qui exercent
un métier du bâtiment doivent être immatriculées au Répertoire des métiers. L’immatriculation
à ce répertoire ne dispense pas, le cas échéant, de l’immatriculation au Registre du commerce et
des sociétés en cas d’exercice d’une activité de nature commerciale ou si l’entreprise compte
plus de 10 salariés.

Quels que soient le statut juridique et les caractéristiques de l'entreprise, l’exercice d’une
activité dans la construction, l'entretien et la réparation de bâtiment ne peut être exercé que
par une personne qualifiée professionnellement ou sous le contrôle effectif et permanent de
celle-ci (article 16 de la loi n° 96-603 du 5 juillet 1996). Cette personne doit être titulaire d'un
certificat d'aptitude professionnelle ou d'un brevet d'études professionnelles ou d'un diplôme ou
d'un titre de niveau égal ou supérieur homologué ou enregistré lors de sa délivrance au répertoire
national des certifications professionnelles (article 1 du décret n° 98-246 du 2 avril 1998
modifié).

A défaut de diplômes, la personne doit justifier d'une expérience professionnelle de trois années
effectives sur le territoire de l’Union Européenne ou dans un autre Etat partie à l'accord sur
l'Espace économique européen en qualité de dirigeant d'entreprise, de travailleur indépendant ou
de salarié dans l'exercice de ce métier (article 1 du décret n° 98-246 du 2 avril 1998 modifié).

Avant son immatriculation au Répertoire des métiers ou, pour les départements du Bas-Rhin, du
Haut-Rhin et de la Moselle, au Registre des entreprises, le futur chef d'entreprise doit suivre un
stage de préparation à l'installation organisé par les chambres de métiers et de l’artisanat, sauf à
pouvoir prétendre à une dispense (loi n° 82-1091 du 23 décembre 1982).

L’utilisation des termes d’« artisan » ou de « maître artisan » dans une appellation, sur une
enseigne ou pour la promotion et la publicité de l’entreprise, du produit ou de la prestation de

6 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

service est réglementée. Le décret n° 2006-80 du 25 janvier 2006 modifiant le décret n° 98-247
du 2 avril 1998 relatif à la qualification artisanale et au Répertoire des métiers précise que le
titre d’« artisan », est subordonné à l’immatriculation au Répertoire des métiers et à la
justification d’un CAP (certificat d’aptitude professionnelle) ou d’un BEP (brevet d’étude
professionnelle), ou d’une immatriculation dans le métier d’au moins six années.

Le titre de « maître-artisan » nécessite quant à lui de justifier soit :

 Du brevet de maîtrise dans le métier exercé, ou un métier connexe, et de deux ans de


pratique professionnelle ;

 D'un diplôme équivalent dans le métier exercé et de justifier auprès d'une commission
régionale de qualifications en gestion et en psychopédagogie, équivalentes à celles des
unités de valeurs correspondantes au brevet de maîtrise ;

 D’une immatriculation au Répertoire des métiers depuis au moins 10 ans et d’un savoir-faire
reconnu au titre de la promotion de l’artisanat ou de sa participation aux actions de
formation.

L’usage abusif de la qualification artisanale entraîne des sanctions pouvant aller jusqu’à la
fermeture de l’établissement concerné. Les titres d’« artisan » et de « maître-artisan » sont
attribués par le président de la chambre de métiers et de l’artisanat.

A noter ! L’article 31 de la loi n° 2012-387 du 22 mars 2012 modifie les règles d’utilisation de la
qualité d’« artisan ». A compter du 22 septembre 2013, la qualité d’« artisan » sera reconnue aux
personnes physiques et aux dirigeants de personnes morales du seul fait de leur inscription au
Répertoire des métiers (RM). La qualité d’« artisan qualifié » sera créée pour les personnes
physiques et les dirigeants de personnes morales inscrits au RM qui sont personnellement
titulaires d'une qualification professionnelle pour l'exercice de leur activité.

La loi n° 2006-911 du 24 juillet 2006 relative à l’immigration et à l’intégration précise les


conditions d’exercice d’une profession industrielle, commerciale ou artisanale par un étranger.
Selon la situation de la personne, les formalités à accomplir pour exercer une activité
professionnelle indépendante varient. Les personnes de nationalité étrangère résidant en France
et souhaitant y exercer une activité sont dispensées d’accomplir toute formalité en préfecture si
elles sont ressortissantes d’un état membre de l’Union Européenne (sauf cas particuliers de la
Bulgarie et de la Roumanie), d’un autre état partie à l’accord sur l’espace économique européen
(Norvège, Liechtenstein et Islande) ou de la Confédération suisse, ou si elle possède un titre de
séjour leur permettant d’exercer une activité professionnelle indépendante. A défaut, l’article
L. 313-10 du Code de l’entrée et du séjour des étrangers dispose que toute personne physique ou
morale, résidant en France et désireuse d’exercer une profession industrielle, commerciale ou
artisanale, doit demander, auprès du préfet du département, une carte de séjour temporaire
autorisant l’exercice d’une activité professionnelle. L’arrêté du 12 septembre 2007 fixe la liste
des pièces justificatives. L’article L. 122-1 du Code de commerce, complété par le décret
n° 2007-1141 du 26 juillet 2007, précise que tout étranger, ne résidant pas en France, mais
désireux d’y exercer une activité professionnelle, doit faire une déclaration au préfet du
département ou des autorités consulaires dans son pays.

La directive n° 2005-36 du 7 septembre 2005, relative à la reconnaissance des qualifications


professionnelles, précise, pour chaque secteur d’activité, la liste des diplômes et qualifications
équivalentes dans chacun des pays membres.

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 7


Bâtiment

3. Typologie des intervenants


Le secteur du bâtiment et des travaux publics est un secteur d’activité très vaste qui recouvre de
nombreuses professions. La nomenclature NAF 2008 du BTP s’organise autour de trois grandes
familles, dont deux dans le bâtiment, qui se subdivisent en vingt-quatre professions :

a. La construction de bâtiments
 41.20A : « Construction de maisons individuelles »

 41.20B : « Construction d’autres bâtiments »

b. Les travaux de construction spécialisée


 43.11Z : « Travaux de démolition »

 43.12A : « Travaux de terrassement courants et travaux préparatoires »

 43.12B : « Travaux de terrassement spécialisés ou de grande masse »

 43.13Z : « Forages et sondages »

 43.21A : « Travaux d’installation électrique dans tous locaux »

 43.21B : « Travaux d’installation électrique sur la voie publique »

 43.22A : « Travaux d’installation d’eau et de gaz en tous locaux »

 43.22B : « Travaux d’installation d’équipement thermiques et de climatisation »

 43.29A : « Travaux d’isolation »

 43.29B : « Autres travaux d’installation n.c.a »

 43.31Z : « Travaux de plâtrerie »

 43.32A : « Travaux de menuiserie bois et PVC »

 43.32B : « Travaux de menuiserie métallique et serrurerie »

 43.33Z : « Travaux de revêtement des sols et des murs »

 43.34Z : « Travaux de peinture et vitrerie »

 43.39Z : « Autres travaux de finition »

 43.91A : « Travaux de charpente »

 43.91B : « Travaux de couverture par éléments »

 43.99A : « Travaux d’étanchéification »

 43.99B : « Travaux de montage de structures métalliques »

 43.99C : « Travaux de maçonnerie générale et gros œuvre de bâtiment »

 43.99D : « Autres travaux spécialisés de construction »

c. Le génie civil
 42.11Z : « Construction de routes et autoroutes »

 42.12Z : « Construction de voies ferrées de surface et souterraines »

 42.13A : « Construction d’ouvrages d’art »

 42.13B : « Construction et entretien de tunnels »

 42.21Z : « Construction de réseaux pour fluides »

 42.22Z : « Construction de réseaux électriques et de télécommunications »

8 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

 42.91Z : « Construction d’ouvrages maritimes et fluviaux »

 42.99Z :« Construction d’autres ouvrages de génie civil n.c.a ».

90 % des entreprises du secteur du BTP relèvent de l’artisanat. Pour des raisons historiques, le
sentiment d’appartenance à un corps de métiers est très ancré dans le bâtiment. En effet, les
anciennes corporations étaient très importantes dans le bâtiment ainsi que dans le travail du fer
et du bois, souvent lié au bâtiment. Elles ont été supprimées par la loi Le Chapelier du
14 juin 1791, qui interdisait toute association entre gens du même métier. Le compagnonnage,
directement visé par la loi Le Chapelier, a néanmoins été toléré par la suite en s’appuyant sur la
transmission d’un savoir-faire, tant que les mouvements de compagnons ne perturbaient pas
l’ordre public. Il s'est fortement développé au 19ème siècle et perdure encore aujourd’hui.

Les professionnels distinguent le bâtiment composé du gros œuvre et du second œuvre et les
travaux publics :

 Le gros œuvre recouvre les codes 41.20A, 41.20B, 43.99B et 43.99C ;

 Le second œuvre comprend notamment les codes 43.91A, 43.91B, 43.99A, 43.21A, 43.29A,
43.22A, 43.22B, 43.31Z, 43.32A, 43.22B, 43.33Z, 43.34Z, 43.39Z et 43.99D.

d. Les principaux opérateurs


Le marché est dominé par les grands groupes nationaux et internationaux :

 Construction de chaussées : COLAS (groupe BOUYGUES, 12,4 milliards d’euros de chiffre


d’affaires en 2011, EUROVIA (groupe VINCI, 8,7 milliards d’euros de chiffre d’affaires en
2011) ;

 Terrassement : BOUYGUES CONSTRUCTION (9,8 milliards d’euros de chiffre d’affaires en


2010), VINCI CONSTRUCTION (groupe VINCI, 14,107 millions d’euros de chiffre d’affaires en
2011), EIFFAGE Construction (groupe EIFFAGE, 3,781 milliards d’euros de chiffre d’affaires
en 2011) ;

 Travaux d’installation électrique : VINCI ENERGIES (groupe VINCI, 8,7 milliards de chiffre
d’affaires en 2011), SPIE BATIGNOLLES (groupe AMEC SPIE, 2,170 milliards d’euros de chiffre
d’affaires en 2011), etc.

Les informations financières sont communiquées par les entreprises sur leurs sites web en
octobre 2012 et sont donc données à titre purement indicatif.

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 9


Bâtiment

Analyse économique

1. Evolution de l’activité

a. Le marché du BTP
Le ministère de l’Equipement évaluait à 168,8 milliards d’euros le marché français du BTP 1, en
2010. Le marché se répartissait alors de la façon suivante :

 Le secteur du bâtiment : 76,9 % du chiffre d’affaires global, soit 129 milliards d’euros ;

 Les travaux publics : 23,1 % du marché, soit 38,8 milliards d’euros.

b. Le marché du bâtiment
Selon les données de la Fédération française du bâtiment (FFB) 2, la production de la filière
« travaux de bâtiment » était de 129 milliards d’euros en 2011. Une activité qui se répartissait de
la façon suivante :

 La construction de bâtiments neufs : 45 % du chiffre d’affaires de la filière (soit 58 milliards


d’euros). Au sein de ce segment de marché, la construction de logements représente
37 milliards d’euros et le hors logement 21 milliards d’euros ;

 L’amélioration et l’entretien des bâtiments existants : 55 % du chiffre d’affaires de la


filière. Là aussi, le segment du logement assure l’essentiel de l’activité, avec un montant
global des travaux de 42 milliards d’euros (contre 29 milliards d’euros pour le hors
logement).

Toujours selon cette même source, le segment du bâtiment employait près d’1,2 million de
personnes au sein de 347 000 entreprises.

1
Hors sous-traitance.
2
« Le bâtiment en chiffres ».

10 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

c. L’évolution du chiffre d’affaires des différents métiers de la filière

Evolution des indices de chiffre d’affaires de la filière


2011/ 2011/
Indice de CA en valeur 2007 2008 2009 2010 2011
2010 2007

Promotion immobilière 105,3 103,0 83,7 77,9 76,4 -1,9 % -7,7 %

Construction de bâtiments 123,8 121,6 119,6 110,5 123,9 +12,2 % +0,0 %

Construction de routes et de voies ferrées 124,9 123,8 125,6 122,9 134,1 +9,1 % +1,8 %

Construction de réseaux et de lignes 120,1 118,8 125,6 123,5 127,1 +3,0 % +1,4 %

Construction d'autres ouvrages de génie civil 116,8 115,9 133,9 133,3 142,0 +6,5 % +5,0 %

Démolition et préparation des sites 123,0 120,0 122,2 119,3 131,5 +10,2 % +1,7 %

Travaux d'installation électrique, plomberie


117,3 116,9 125,1 123,2 128,0 +3,8 % +2,2 %
et autres travaux d'installation

Travaux de finition 114,9 113,5 116,7 114,8 119,7 +4,3 % +1,0 %

Autres travaux de construction spécialisés 120,3 118,9 118,7 115,7 124,8 +7,9 % +0,9 %

Source : INSEE, données cvs – cjo base 100 en 2005

L’année 2011 a été marquée par un net rebond de l’activité de la filière. Seule la promotion
immobilière a poursuivi son déclin (-1,9 % en 2011 et -7,7 % depuis 2007).

Pour les autres secteurs, le rebond observé en 2011 leur a permis de retrouver (ou de dépasser)
leur niveau d’avant crise.

Toutefois, la pérennité de cette croissance dans le secteur du bâtiment reste incertaine, en


particulier pour la construction de bâtiments. En effet, la construction de logements neufs a
bénéficié d’un contexte favorable en 2011 (dispositif Scellier, taux d’intérêt attractif, etc.). Un
contexte qui ne s’est pas prolongé en 2012. En effet :

 Le dispositif Scellier a été revu à la baisse (la réduction d’impôt est passée de 22 à 13 % et
sera supprimée en 2013) ;

 Le taux de TVA réduit pour les travaux d’amélioration des habitations a été relevé (de 5,5 à
7 %) ;

 Les coûts de construction ont augmenté dans le sillage de la hausse du prix des matières
premières ;

 La croissance française est en berne et le taux de chômage s’emballe, ce qui pèse


naturellement sur les comportements d’achats des ménages.

d. Le Bâtiment

Le gros-œuvre
Le gros-œuvre est composé de 5 grands types d’activités 3 :

 La construction de maisons individuelles (APE 41.20A) ;

 La construction d’autres bâtiments (APE 41.20B) ;

 Les travaux et démolition (APE 43.11Z) ;

 Les travaux de montage de structures métalliques (APE 43.99B) ;

 Les travaux de maçonnerie générale et gros œuvre de bâtiment (43.99C).

3
Soit plus de 93 000 entreprises artisanales, selon la Capeb.

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 11


Bâtiment

Le second-œuvre
Le second-œuvre regroupe quant à lui 15 activités, dont 4 se détachent sensiblement en termes
de chiffre d’affaires :

 Les travaux d’installation électrique ;

 L’installation d’équipements thermiques et de climatisation ;

 La menuiserie bois et matière plastique ;

 La peinture.

Un secteur qui sort de 3 années difficiles


Le secteur du bâtiment a été fragilisé par les 3 années de crise : les entreprises et les ménages
ayant eu tendance à geler leurs projets de construction. L’activité est toutefois repartie en 2011,
mais les perspectives pour 2012 restent mitigées.

L’indice synthétique du climat des affaires dans l’industrie du bâtiment était en effet
progressivement reparti à la hausse et avait retrouvé son niveau normal (100) au premier
semestre 2011. Toutefois, cet indice s’est de nouveau dégradé fin 2011 et courant 2012. Il
s’établissait à 95 en septembre 2012.

Indicateur synthétique du climat des affaires dans l’industrie du bâtiment


120

115

110

105

100

95

90

85
janv.-07

janv.-08

janv.-09

janv.-10

janv.-11

janv.-12
oct.-07

oct.-08

oct.-09

oct.-10

oct.-11

oct.-12
avr.-07
juil.-07

avr.-08
juil.-08

avr.-09
juil.-09

avr.-10
juil.-10

avr.-11
juil.-11

avr.-12
juil.-12

Source : Insee – Conjoncture dans l’industrie du bâtiment


Indicateur normalisé : moyenne = 100

L’impact de la crise sur le bâtiment


L’impact de la crise n’a pas été le même sur tous les segments du marché du bâtiment :

 Les mises en chantier du résidentiel neuf sont reparties à la hausse : +0,4 point entre
novembre 2010 et octobre 2011. Les particuliers bénéficiaient en effet toujours d’aides de
l’Etat (Loi Scellier, PASS FONCIER, emprunt à taux zéro, etc.) et les taux de crédits aux
particuliers sont restés particulièrement bas durant cette période ;

 Le secteur des bâtiments industriels et commerciaux a davantage subi les effets de la crise
financière, à cause de l’attentisme des décideurs ;

 La réhabilitation est par nature un marché bien moins soumis aux fluctuations de cycle
économique. L’éco-PTZ (prêt à taux zéro écologique) et l’éco-subvention, ainsi que la TVA à
5,5 %, ont maintenu par ailleurs le niveau d’activité. Ces dispositifs « écologiques » ont

12 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

toutefois été recentrés sur le marché du neuf en 2011, ce qui pourrait peser sur le
dynamisme de l’activité en 2012.

Une profession face au défi de Grenelle de l’environnement


Le Grenelle 1 (loi n° 2009-967 du 3 août 2009) et le Grenelle 2 (loi n° 2010-788 du 12 juillet
2010) ont fixé, pour le secteur du bâtiment, des objectifs d’économie d’énergie visant à diviser
par quatre la consommation énergétique du parc résidentiel d’ici 2050. Atteindre cet objectif
implique la mise en place et le développement de nouvelles technologies dans la construction
neuve, ainsi que dans le parc existant (rénovation).

Parmi les principaux éléments marquants du Grenelle de l’environnement pour la filière


bâtiment :

 Depuis 2010, les bâtiments neufs sont construits en basse consommation (50 kWh/m²). Le
passage anticipé à la réglementation THPE (très haute performance énergétique) pour les
logements neufs privés fixait un objectif d’un tiers des constructions privées neuves en
basse consommation ou à énergie passive ou positive (2010) ; puis la généralisation des
logements neufs à basse consommation (2012) ; et enfin la généralisation des logements
neufs à énergie passive ou positive (2020) ;

 L’utilisation de matériaux non-polluants contribuant à l’amélioration de la qualité de l’air


intérieur est favorisée :

 Etiquetage obligatoire des matériaux de construction et de décoration sur leur contenu


en polluants volatils,
 Interdiction depuis 2008 des substances CMR 1 et 2 (cancérogènes, mutagènes et
reprotoxiques) dans ces produits,
 Réduction des polluants des chauffages au bois, etc.

 La promotion du bois éco-matériau dans la construction et l’adaptation des normes de


construction à ce matériau ;

 La rénovation thermique du parc privé de logements, qui suppose la présence d’incitations


financières à destination des particuliers tels que le crédit d’impôt « développement
durable », le « prêt CO2 », le livret de développement durable (ex-CODEVI), etc. L’objectif
est de réduire les consommations d’énergie du parc des bâtiments existants d’au moins 38 %
à l’horizon 2020.

 L’obligation d’un diagnostic préalable aux chantiers de démolition, afin d’améliorer la


gestion des déchets du BTP. Des plans de gestion départementaux ont également été mis en
place.

Une profession qui souffre d’une pénurie structurelle de main-d’œuvre


Le secteur du BTP, et particulièrement le bâtiment, souffre d’une pénurie structurelle de main-
d’œuvre qualifiée, notamment dans certaines professions : maçons, peintres et électriciens.
Cette pénurie s’explique par la dureté des conditions de travail (amplitude des horaires,
pénibilité, etc.), les rémunérations et l’image traditionnellement négative des métiers manuels.

Les campagnes d’information et de recrutement cherchent ainsi à attirer de nouveaux candidats,


notamment féminins, en mettant en avant les possibilités d’évolution, l’encadrement, les
débouchés et le savoir-faire. Des entrepreneurs font également appel à de la main-d’œuvre
Européenne pour combler la pénurie.

Les mesures du Grenelle de l’environnement vont par ailleurs entraîner des besoins de formation
et de qualification spécifique dans la profession en développant des savoirs faire touchant à la
rénovation thermique, aux équipements climatiques, à l’utilisation des énergies renouvelables,
etc.

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 13


Bâtiment

2. Les entreprises du secteur


Au 1er janvier 2011, l’INSEE recensait 136 257 entreprises dans le secteur de la construction, tous
codes APE confondus. Cela représente une croissance d’1,2 % par rapport à 2010. Cette
progression s’observe sur chaque code APE, à l’exception du 43.99C (« Travaux de maçonnerie
générale et gros œuvre bâtiment ») qui stagne.

a. Travaux de terrassement courants et travaux préparatifs

Nombre d’entreprises au 1er janvier par tranche d’effectifs salariés


0 sal. 1à2 3à5 6à9 10 à 19 20 à 49 >50 Total

2011 7 726 2 810 1 796 1 036 923 499 100 14 890

2010 7 499 2 872 1 729 1 049 912 489 99 14 649

Variation +3 % -2 % +4 % -1 % +1 % +2 % +1 % +2 %

Au total, les entreprises spécialisées dans les travaux de terrassement courants et les travaux
préparatifs se sont accrues de 2 % en 2010. Toutes les tranches progressent, à l’exception des
tranches 1 à 2 salariés et 6 à 9 salariés. Le secteur des travaux de terrassement courants est
essentiellement composé de petites structures de moins de 2 salariés (71 %).

b. Travaux de maçonnerie générale et gros-œuvre bâtiment

Nombre d’entreprises au 1er janvier par tranche d’effectifs salariés


0 sal. 1à2 3à5 6à9 10 à 19 20 à 49 >50 Total

2011 18 343 10 198 7 803 4 093 2 733 1 348 303 44 821

2010 17 894 10 657 7 895 4 133 2 715 1 351 305 44 950

Variation +3 % -4 % -1 % -1 % +1 % +0 % -1 % +0 %

La part des entreprises de maçonnerie générale et gros-œuvre bâtiment n’ayant pas de salarié
est la seule à progresser en 2010. Cette progression compense les baisses observées dans les
autres catégories puisqu’au global, le secteur est stable par rapport à l’année dernière.

A noter que le secteur est très atomisé, 81 % des entreprises du secteur comptaient moins de
5 salariés en 2010.

c. Travaux d’installation électrique dans tous locaux

Nombre d’entreprises au 1er janvier par tranche d’effectifs salariés


0 sal. 1à2 3à5 6à9 10 à 19 20 à 49 >50 Total

2011 17 999 7 012 3 949 2 065 1 490 804 302 33 621

2010 17 278 6 995 3 983 2 052 1 487 792 302 32 889

Variation +4 % +0 % -1 % +1 % +0 % +2 % +0 % +2 %

Les entreprises exerçant des travaux d’installation électrique ont augmenté de 2 % en 2010.
Cette évolution positive s’explique principalement par la progression de 4 % des entreprises sans
salarié, dont la part représente 54 % de ce code APE (un boom des créations d’entreprises à
mettre en relation avec la montée en puissance du statut d’auto-entrepreneur).

14 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

d. Travaux de couverture par éléments

Nombre d’entreprises au 1er janvier par tranche d’effectifs salariés


0 sal. 1à2 3à5 6à9 10 à 19 20 à 49 >50 Total

2011 4 867 3 115 2 348 1 165 708 311 28 12 542

2010 4 682 3 221 2 299 1 100 705 315 27 12 349

Variation +4 % -3 % +2 % +6 % +0 % -1 % +4 % +2 %

Les entreprises exerçant des travaux de couverture par éléments ont augmenté de 2 % en 2010.
Là aussi, cette évolution s’explique principalement par la progression de la catégorie des
0 salarié. Les entreprises ayant moins de 2 salariés représentent 64 % du total des entreprises de
travaux de couverture par éléments.

e. Travaux de menuiserie bois et PVC

Nombre d’entreprises au 1er janvier par tranche d’effectifs salariés


0 sal. 1à2 3à5 6à9 10 à 19 20 à 49 >50 Total

2011 15 516 6 521 4 045 2 111 1 523 590 77 30 383

2010 14 932 6 662 3 965 2 130 1 469 603 78 29 839

Variation +4 % -2 % +2 % -1 % +4 % -2 % -1 % +2 %

Les entreprises réalisant des travaux de menuiserie bois et PVC ont progressé de 2 % entre 2011
et 2010. La part la plus importante de cette évolution provient une fois encore de la catégorie
« 0 salarié ». Une évolution qui renforce le poids des petites structures : 73 % des entreprises du
secteur comptent ainsi moins de 2 salariés.

f. Les créations et défaillances d’entreprises dans le secteur de la


construction en 2011

Démographie d’entreprises dans la construction


Nombre d’entreprises 2008 2009 2010 2011  11/10

Créations 55 719 80 425 92 289 81 695 -11,5 %

Défaillances 13 284 14 960 14 158 13 552 -4,3 %

Source : INSEE, Démographie des entreprises

Alors que le statut de l’auto-entrepreneur avait encouragé la création d’entreprise en 2009 et en


2010, l’année 2011 a marqué une baisse dans le nombre de création d’entreprises. Toutefois, le
niveau des créations d’entreprises reste très élevé (près de 50 % supérieur à son niveau de 2008).

Ce sont les entreprises spécialisées dans les travaux d’installation qui ont le plus progressé, sous
l’effet des mesures d’accompagnement financières accordées aux particuliers pour l’amélioration
de leur habitat (chaudières plus performantes, convecteurs économisant l’électricité, etc.). Une
large part de ces créations est réalisée sous le statut d’auto-entrepreneur.

A noter que les défaillances d’entreprises restent relativement faibles, puisqu’elles représentent
moins de 20 % des créations d’entreprises.

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 15


Bâtiment

Structure financière

Cette analyse financière est réalisée à partir de données moyennes sur le secteur étudié : celles-
ci peuvent être impactées de manière conséquente selon la taille de l’échantillon sélectionné.

A noter :

 La colonne « global » des tableaux ci-dessous, correspond à une moyenne pondérée par le
nombre d’entreprises des données détaillées dans les différentes tranches de chiffre
d’affaires ;

 Sauf annotation contraire, les données exprimées sont les données moyennes du secteur ;

 Sauf annotation contraire, les pourcentages sont exprimés en fonction du chiffre d’affaires.

1. Chiffres clés des entreprises individuelles du


secteur

a. Activité des entreprises individuelles du secteur


La FCGA présente des données sur la plupart des codes APE liés au BTP au sens large :

 4120A1 : « Construction de maisons individuelles »

 4120BA : « Construction d’autres bâtiments »

 4321A2 : « Travaux d’installations téléphoniques et informatiques »

 4321A3 : « Installation d’alarmes »

 4321A4 : « Montages d’antennes »

 4322A1 : « Plomberie, chauffage, sanitaire »

 4329A1 : « Travaux d’isolation »

 4329B1 : « Installation de stores »

 4329B2 : « Travaux d’aménagements intérieurs »

 4331Z1 : « Plâtrerie, staff, décoration »

 4331Z2 : « Tâcheron travaux de finition »

 4331Z3 : « Tâcheron gros œuvre »

 4331Z4 : « Tâcheron second-œuvre »

 4332A2 : « Installation de cuisines »

 4332B1 : « Serrurerie, métallerie »

 4332B2 : « Menuiserie aluminium et PVC »

 4332C1 : « Aménagement de magasins et bureaux »

 4333Z1 : « Revêtement sols, murs, carrelage »

16 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

 4334Z1 : « Miroiterie, vitrerie »

 4334Z2 : « Peinture »

 4339Z1 : « Travaux de finition et nettoyage de façades »

 4391A1 : « Charpente »

 4399A1 : « Travaux d’étanchéification »

 4399C2 : « Ravalement de façade, isolation extérieure »

 4399D1 : « Construction de cheminées »

 4339D2 : « Installation de piscines »

Compte tenu du grand nombre de codes APE existants et afin de ne pas alourdir l’étude, seuls les
4 codes suivants sont présentés dans cette étude :

 4391B : « Travaux de couverture par éléments », dont :

 4391B1 : Couverture : données traitées ci-dessous.

 4332A : « Travaux de menuiserie bois et PVC », dont :

 4332A1 : Menuiserie : données traitées ci-dessous


 4332A2 : Installation de cuisine : données non traitées car le nombre d’entreprises de
ce code est inférieur à 500.

 4399C : « Travaux de maçonnerie générale et gros œuvre de bâtiment », dont :

 4399C1 : Maçonnerie : données traitées ci-dessous


 4399C2 : Ravalement de façade, isolation extérieure : données non traitées car le
nombre d’entreprises de ce code est inférieur à 500.

 4321A : « Travaux d’installation électrique dans tous locaux », dont :

 4321A1 : Electricité générale : données traitées ci-dessous


 4321A2 : Travaux d’installations téléphoniques et informatiques : données non traitées
car le nombre d’entreprises de ce code est inférieur à 500
 4321A3 : Installations d’alarmes : données non traitées car le nombre d’entreprises de
ce code est inférieur à 500
 4321A4 : Montages d’antennes : données non traitées car le nombre d’entreprises de
ce code est inférieur à 500.

Couverture
2011

Nombre d’entreprises 2 828

Chiffre d’affaires HT € 234 155

Marge brute globale 65,7 %

Résultat exploitation hors cotis. exploitant 24,0 %

Résultat financier -0,4 %

Résultat courant 16,4 %

Source : Fédération des Centres de Gestion Agréés, code 4391B1

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 17


Bâtiment

Menuiserie
2011

Nombre d’entreprises 5 901

Chiffre d’affaires HT € 190 451

Marge brute globale 57,8 %

Résultat exploitation hors cotis. exploitant 25,3 %

Résultat financier -0,4 %

Résultat courant 15,4 %

Source : Fédération des Centres de Gestion Agréés, code 4332A1

Maçonnerie
2011

Nombre d’entreprises 8 519

Chiffre d’affaires HT € 216 906

Marge brute globale 69,8 %

Résultat exploitation hors cotis. exploitant 22,3 %

Résultat financier -0,4 %

Résultat courant 15,2 %

Source : Fédération des Centres de Gestion Agréés, code 4399C1

Electricité générale
2011

Nombre d’entreprises 7 195

Chiffre d’affaires HT € 155 484

Marge brute globale 60,6 %

Résultat exploitation hors cotis. exploitant 27,5 %

Résultat financier -0,3 %

Résultat courant 18,6 %

Source : Fédération des Centres de Gestion Agréés, code 4321A1

18 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

b. Performances des entreprises individuelles du secteur

Performances par taille d’entreprises

Couverture
Données 2011

Répartition selon le
Tranche 1 Tranche 2 Tranche 3 Tranche 4 Tranche 5
chiffre d’affaires Global
En € ≤ 97 101 ≤ 174 409 ≤ 261 417 ≤ 415 190 ≤ 1 059 227

Nombre d’entreprises 2 828 509 735 707 538 339

Effectif moyen
2,8 1,1 1,6 2,6 3,8 6,7
(exploitant inclus)

Chiffre d’affaires HT € 234 155 69 712 134 686 217 038 327 120 584 888

Chiffre d’affaires par


84 071 63 284 83 754 83 638 86 149 87 872
personne €

Marge brute globale 65,7 % 70,6 % 67,1 % 66,9 % 65,3 % 63,6 %

Valeur ajoutée 49,8 % 48,7 % 49,4 % 51,3 % 50,7 % 48,1 %

Impôts et taxes 1,8 % 2,8 % 2,3 % 2,0 % 1,7 % 1,4 %

Charges de personnel 21,7 % 3,8 % 12,4 % 20,8 % 24,6 % 27,8 %

EBE hors cotisations


26,2 % 42,1 % 34,7 % 28,6 % 24,4 % 18,9 %
exploitant

Amortissements et
3,1 % 4,0 % 3,7 % 3,1 % 2,9 % 2,9 %
provisions

Résultat exploitat°
24,0 % 38,9 % 31,9 % 26,4 % 22,4 % 16,8 %
hors cot. expl.

Résultat financier -0,4 % -0,5 % -0,5 % -0,4 % -0,4 % -0,4 %

Résultat courant hors


23,6 % 38,3 % 31,4 % 26,0 % 22,0 % 16,5 %
cot. expl.

Résultat courant hors


55 160 26 734 42 348 56 458 71 956 96 257
cot. expl (€)

Cotisations de
7,2 % 13,5 % 10,4 % 8,1 % 6,4 % 4,4 %
l’exploitant

Résultat courant 16,4 % 24,8 % 21,1 % 17,9 % 15,6 % 12,0 %

Résultat courant € 38 342 17 323 28 387 38 863 50 954 70 385

Source : Fédération des Centres de Gestion Agréés, code 4391B1

En 2011, le chiffre d’affaires moyen d’une entreprise exerçant une activité de travaux de
couverture est de 234 155 €.

La marge brute globale moyenne d’une entreprise du secteur était de 65,7 % du chiffre d’affaires
en 2011. Avec la taille des entreprises, ce taux tend à diminuer.

Une entreprise exerçant une telle activité dégageait en moyenne un résultat courant de 16,4 %
de son chiffre d’affaires en 2011 : ce taux oscille entre 24,8 % pour les plus petites entreprises et
12,0 % pour celles de la tranche la plus haute.

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 19


Bâtiment

Menuiserie
Données 2011

Répartition selon le
Tranche 1 Tranche 2 Tranche 3 Tranche 4 Tranche 5
chiffre d’affaires Global
En € ≤ 75 596 ≤ 125 828 ≤ 208 370 ≤ 353 127 ≤ 1 1003 840

Nombre d’entreprises 5 901 1 062 1 534 1 476 1 121 708

Effectif moyen
2,0 1,0 1,1 1,6 2,5 5,2
(exploitant inclus)

Chiffre d’affaires HT € 190 451 56 550 99 923 162 801 267 001 523 883

Chiffre d’affaires par


95 777 55 113 87 570 102 094 104 821 100 659
personne €

Marge brute globale 57,8 % 68,1 % 62,7 % 58,1 % 56,0 % 55,5 %

Valeur ajoutée 41,7 % 44,4 % 43,0 % 41,9 % 41,2 % 41,0 %

Impôts et taxes 1,8 % 2,9 % 2,5 % 2,0 % 1,7 % 1,3 %

Charges de personnel 14,6 % 1,2 % 3,8 % 10,0 % 16,2 % 22,8 %

EBE hors cotisations


25,3 % 40,3 % 36,7 % 29,9 % 23,3 % 16,9 %
exploitant

Amortissements et
3,0 % 4,6 % 3,9 % 3,2 % 2,7 % 2,4 %
provisions

Résultat exploitat°
23,1 % 36,7 % 33,5 % 27,4 % 21,3 % 15,2 %
hors cot. expl.

Résultat financier -0,4 % -0,5 % -0,5 % -0,4 % -0,4 % -0,4 %

Résultat courant hors


22,7 % 36,2 % 33,0 % 27,0 % 20,9 % 14,8 %
cot. expl.

Résultat courant hors


43 163 20 444 32 978 43 898 55 903 77 607
cot. expl (€)

Cotisations de
7,2 % 13,1 % 11,2 % 8,7 % 6,4 % 4,3 %
l’exploitant

Résultat courant 15,4 % 23,1 % 21,8 % 18,2 % 14,5 % 10,5 %

Résultat courant € 29 399 13 052 21 789 29 655 38 700 55 143

Source : Fédération des Centres de Gestion Agréés, code 4332A1

En 2011, le chiffre d’affaires moyen d’une entreprise de menuiserie a été de 190 451 €.

La marge brute globale moyenne était de 57,8 % du chiffre d’affaires en 2011. Comme dans les
autres activités de la filière, ce taux de marge tend à diminuer avec la taille des entreprises : de
plus de 68 % du chiffre d’affaires pour les plus petites, à 55,5 % pour les plus grandes.

Une entreprise exerçant une telle activité dégageait, en moyenne, un résultat courant de 15,4 %
de son chiffre d’affaires en 2011. Ce taux baisse quand la taille de l’entreprise augmente : il
s’établit à 23,1 % pour les plus petites entreprises, soit deux fois plus que celles de la tranche la
plus haute (10,5 %).

20 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

Maçonnerie
Données 2011

Répartition selon le
Tranche 1 Tranche 2 Tranche 3 Tranche 4 Tranche 5
chiffre d’affaires Global
En € ≤ 79 366 ≤ 140 109 ≤ 236 093 ≤ 410 417 ≤ 1 275 908

Nombre d’entreprises 8 519 1 533 2 215 2 130 1 619 1 022

Effectif moyen
2,8 1,1 1,5 2,4 3,9 7,1
(exploitant inclus)

Chiffre d’affaires HT € 216 906 58 670 108 004 182 729 306 405 619 741

Chiffre d’affaires par


78 674 54 100 73 166 76 367 79 424 87 817
personne €

Marge brute globale 69,8 % 75,0 % 73,2 % 71,5 % 69,5 % 67,1 %

Valeur ajoutée 49,7 % 49,9 % 51,4 % 52,1 % 50,9 % 46,5 %

Impôts et taxes 1,7 % 3,0 % 2,5 % 2,0 % 1,6 % 1,3 %

Charges de personnel 23,1 % 3,8 % 12,1 % 21,4 % 26,5 % 28,4 %

EBE hors cotisations


24,8 % 43,1 % 36,8 % 28,7 % 22,8 % 16,9 %
exploitant

Amortissements et
3,3 % 4,8 % 4,1 % 3,6 % 3,2 % 2,7 %
provisions

Résultat exploitat°
22,3 % 39,5 % 33,7 % 25,9 % 20,4 % 14,8 %
hors cot. expl.

Résultat financier -0,4 % -0,5 % -0,4 % -0,4 % -0,4 % -0,3 %

Résultat courant hors


21,9 % 39,0 % 33,3 % 25,5 % 20,0 % 14,5 %
cot. expl.

Résultat courant hors


47 569 22 891 35 914 46 654 61 393 89 856
cot. expl (€)

Cotisations de
6,8 % 13,9 % 11,1 % 8,1 % 6,0 % 3,9 %
l’exploitant

Résultat courant 15,2 % 25,2 % 22,1 % 17,4 % 14,0 % 10,6 %

Résultat courant € 32 904 14 756 23 895 31 828 42 953 65 975

Source : Fédération des Centres de Gestion Agréés, code 4399C1

Le chiffre d’affaires moyen d’une entreprise exerçant une activité de travaux de maçonnerie est
de 216 906 € en 2011.

La marge brute globale moyenne des entreprises du secteur était de 69,8 % du chiffre d’affaires
en 2011. Elle décline en fonction de l’accroissement du chiffre d’affaires.

Une entreprise de maçonnerie dégageait, en moyenne, un résultat courant de 15,2 % de son


chiffre d’affaires en 2011 ; les plus petites affichent un taux de résultat bien supérieur (25,2 %) à
celui des plus grandes (10,6 %).

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 21


Bâtiment

Electricité générale
Données 2011

Répartition selon le
Tranche 1 Tranche 2 Tranche 3 Tranche 4 Tranche 5
chiffre d’affaires Global
En € ≤ 70 148 ≤ 106 917 ≤ 164 670 ≤ 282 004 ≤ 806 402

Nombre d’entreprises 7 195 1 295 1 871 1 799 1 367 863

Effectif moyen
1,7 1,0 1,1 1,4 2,1 4,4
(exploitant inclus)

Chiffre d’affaires HT € 155 484 53 729 88 117 131 317 210 857 416 897
Chiffre d’affaires par
89 371 52 995 80 877 97 262 98 350 94 517
personne €
Marge brute globale 60,6 % 65,1 % 62,4 % 60,8 % 60,2 % 59,0 %
Valeur ajoutée 44,2 % 43,0 % 43,6 % 44,1 % 44,5 % 44,5 %
Impôts et taxes 2,0 % 2,8 % 2,5 % 2,3 % 1,9 % 1,4 %
Charges de personnel 13,1 % 0,7 % 2,6 % 7,0 % 15,0 % 22,9 %
EBE hors cotisations
29,1 % 39,6 % 38,5 % 34,8 % 27,7 % 20,2 %
exploitant
Amortissements et
2,3 % 3,6 % 2,9 % 2,5 % 2,3 % 1,8 %
provisions
Résultat exploitat°
27,5 % 36,8 % 36,3 % 33,1 % 26,1 % 19,1 %
hors cot. expl.
Résultat financier -0,3 % -0,5 % -0,4 % -0,3 % -0,4 % -0,3 %
Résultat courant hors
27,1 % 36,4 % 35,9 % 32,7 % 25,7 % 18,8 %
cot. expl.
Résultat courant hors
42 207 19 533 31 611 42 992 54 289 78 428
cot. expl (€)
Cotisations de
8,6 % 12,9 % 12,1 % 10,6 % 7,9 % 5,4 %
l’exploitant
Résultat courant 18,6 % 23,5 % 23,8 % 22,2 % 17,9 % 13,4 %

Résultat courant € 28 887 12 612 20 940 29 111 37 726 56 067

Source : Fédération des Centres de Gestion Agréés, code 4321A1

Le chiffre d’affaires moyen d’une entreprise exerçant une activité de travaux d’installation
électrique était de 155 484 € en 2011.

La marge brute globale moyenne était de 60,6 % du chiffre d’affaires en 2011. Une entreprise
exerçant une telle activité dégageait, en moyenne, un résultat courant de 18,6 % de son chiffre
d’affaires.

La structure du compte de résultat de cette activité est similaire à celle des autres activités
décrites auparavant : travaux de menuiserie, maçonnerie, etc.

Évolution des principaux postes entre 2010 et 2011


Couverture
Evolution 2010/2011

Nombre d’entreprises 2 296

Chiffre d’affaires HT 2011 € 239 076

Chiffre d’affaires +6,2 %

Marge brute +4,9 %

Valeur ajoutée +4,4 %

Charges de personnel +6,8 %

Résultat courant hors cotis. exploitant +2,8 %

Source : Fédération des Centres de Gestion Agréés, code 4391B1

22 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

Le chiffre d’affaires moyen des entreprises du secteur a progressé de 6,2 % en 2011. La marge
brute a augmenté de manière un peu moins soutenue (+4,9 %), ce qui se ressent sur la valeur
ajoutée (+4,4 %).

A l’inverse, les charges de personnel ont augmenté plus rapidement que le chiffre d’affaires,
impactant le résultat courant hors cotisation de l’exploitant qui affiche une augmentation deux
fois plus faible que celle du chiffre d’affaires (+2,8 %).

Menuiserie
Evolution 2010/2011

Nombre d’entreprises 4 562

Chiffre d’affaires HT 2011 € 193 387

Chiffre d’affaires +3,8 %

Marge brute +3,3 %

Valeur ajoutée +2,3 %

Charges de personnel +4,3 %

Résultat courant hors cotis. exploitant +1,2 %

Source : Fédération des Centres de Gestion Agréés, code 4332A1

En 2011, les entreprises de menuiserie ont enregistré une augmentation de leur chiffre d’affaires
de 3,8 %. La marge brute a progressé de 3,3 % et la valeur ajoutée a enregistré une croissance
légèrement plus faible (+2,3 %).

Les charges de personnel ont plus progressé que le volume d’activité en 2011 (+4,3 %), ce qui a
freiné l’augmentation du résultat courant hors cotisation de l’exploitant (+1,2 %).

Maçonnerie
Evolution 2010/2011

Nombre d’entreprises 6 626

Chiffre d’affaires HT 2011 € 217 135

Chiffre d’affaires +6,2 %

Marge brute +4,6 %

Valeur ajoutée +3,5 %

Charges de personnel +4,9 %

Résultat courant hors cotis. exploitant +3,6 %

Source : Fédération des Centres de Gestion Agréés, code 4399C1

Le chiffre d’affaires moyen des entreprises de maçonnerie a progressé de 6,2 % en 2011. La


marge brute a augmenté de 4,6 %.

Le résultat courant hors cotisation de l’exploitant a progressé de manière équivalente à celle de


la valeur ajoutée (avec respectivement +3,6 % et +3,5 %).

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 23


Bâtiment

Electricité générale
Evolution 2010/2011

Nombre d’entreprises 5 724

Chiffre d’affaires HT 2011 € 159 861

Chiffre d’affaires +3,3 %

Marge brute +3,2 %

Valeur ajoutée +2,3 %

Charges de personnel +3,7 %

Résultat courant hors cotis. exploitant +1,6 %

Source : Fédération des Centres de Gestion Agréés, code 4321A1

Les entreprises spécialisées dans l’électricité générale ont enregistré une progression de leur
chiffre d’affaires de 3,3 % en 2011. En droite ligne avec la variation du niveau d’activité, la
marge brute a augmenté de 3,2 %.

La hausse plus marquée des charges de personnel (+3,7 %) a en revanche pénalisé la progression
du résultat courant hors cotisation de l’exploitant (+1,6 %).

Autres ratios moyens en 2011

Couverture
Données 2011

Répartition selon le
Tranche 1 Tranche 2 Tranche 3 Tranche 4 Tranche 5
chiffre d’affaires Global
En € ≤ 97 101 ≤ 174 409 ≤ 261 417 ≤ 415 190 ≤ 1 059 227

Nombre d’entreprises 2 828 509 735 707 538 339

Rotation de stocks
39 42 38 36 36 43
(jrs achats HT)

Crédit clients
33 29 27 29 33 39
(jrs CA TTC)

Crédit fournisseurs
48 43 46 45 51 49
(jrs achats TTC)

BFR (jrs CA HT) 19 16 13 17 17 28

Source : Fédération des Centres de Gestion Agréés, code 4391B1

Le BFR moyen des 2 828 entreprises du secteur de la couverture était de 19 jours de CA HT en


2011. Celui-ci varie entre 13 et 17 jours pour les structures ayant un chiffre d’affaires inférieur à
415 190 €, tandis qu’il est de 28 jours dans les plus grosses entreprises.

Le crédit clients moyen était de 33 jours de chiffre d’affaires TTC en 2011. Il est plus faible pour
les petites structures (29 jours) que pour les plus grandes (39 jours).

Le crédit fournisseurs moyen était de 48 jours d’achats TTC en 2011 : il oscille entre 43 et
51 jours.

24 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

Ratios 2011 Global

Nombre d’entreprises 2 296

Chiffre d’affaires HT € 239 076

Capacité autofinancement brute


montant en € 47 457
jours de CA HT 71

Investissements
montant en € 6 379
jours de CA HT 10

Endettement
montant en € 14 436
jours de CA HT 22

Trésorerie
montant en € 24 158
jours de CA HT 36

Source : Fédération des Centres de Gestion Agréés, code 4391B1

A fin 2011, les opérations de l’année ont permis aux acteurs du secteur de la couverture de
dégager, en moyenne, une trésorerie positive de 24 158 €, soit 36 jours de chiffre d’affaires HT.

Menuiserie
Données 2011

Répartition selon le
Tranche 1 Tranche 2 Tranche 3 Tranche 4 Tranche 5
chiffre d’affaires Global
En € ≤ 70 148 ≤ 106 917 ≤ 164 670 ≤ 282 004 ≤ 806 402

Nombre d’entreprises 7 195 1 295 1 871 1 799 1 367 863

Rotation de stocks
45 52 45 43 44 46
(jrs achats HT)

Crédit clients
43 34 34 39 44 52
(jrs CA TTC)

Crédit fournisseurs
50 46 47 48 50 54
(jrs achats TTC)

BFR (jrs CA HT) 32 23 23 27 33 40

Source : Fédération des Centres de Gestion Agréés, code 4332A1

Le BFR moyen des 7 195 entreprises de menuiserie était de 32 jours de CA HT en 2011. Celui-ci
varie entre 23 et 40 jours selon le niveau de chiffre d’affaires (plus le CA augmente et plus le
BFR est important).

Le crédit clients moyen est de 43 jours de chiffre d’affaires TTC en 2011. Il est plus faible pour
les petites structures (34 jours) et devient plus important avec l’augmentation du niveau de
chiffre d’affaires.

Le crédit fournisseurs moyen était de 50 jours d’achats TTC en 2011 : celui-ci augmente
également avec la taille de l’entreprise (46 jours pour les plus petites et 54 pour les plus
grandes).

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 25


Bâtiment

Ratios 2011 Global

Nombre d’entreprises 5 724

Chiffre d’affaires HT € 159 861

Capacité autofinancement brute


montant en € 33 351
jours de CA HT 75

Investissements
montant en € 2 572
jours de CA HT 6

Endettement
montant en € 6 890
jours de CA HT 16

Trésorerie
montant en € 15 664
jours de CA HT 35

Source : Fédération des Centres de Gestion Agréés, code 4332A1

Les opérations de l’année ont permis aux intervenants du secteur de la menuiserie, d’obtenir, en
moyenne, une trésorerie positive de 15 664 € en 2011, soit 35 jours de chiffre d’affaires HT.

Maçonnerie
Données 2011

Répartition selon le
Tranche 1 Tranche 2 Tranche 3 Tranche 4 Tranche 5
chiffre d’affaires Global
En € ≤ 76 366 ≤ 140 109 ≤ 236 093 ≤ 410 417 ≤ 1 275 908

Nombre d’entreprises 8 519 1 533 2 215 2 130 1 619 1 022

Rotation de stocks
37 34 32 37 39 36
(jrs achats HT)

Crédit clients
35 28 28 31 35 42
(jrs CA TTC)

Crédit fournisseurs
47 41 42 44 48 51
(jrs achats TTC)

BFR (jrs CA HT) 21 13 14 18 22 25

Source : Fédération des Centres de Gestion Agréés, code 4399C1

En 2011, le BFR moyen des 8 519 entreprises du secteur était de 21 jours de CA HT. Celui-ci
augmente en fonction du volume d’activité de l’entreprise (13 jours pour les plus petites et 25
pour les plus grandes).

Le crédit clients moyen était de 35 jours de chiffre d’affaires TTC en 2011. Il est plus faible pour
les petites structures et devient plus important avec l’augmentation du niveau de chiffre
d’affaires.

Le crédit fournisseurs moyen était de 47 jours d’achats TTC en 2011 : celui-ci augmente
également en fonction de la taille de l’entreprise (41 jours pour les plus petites et 51 pour les
plus grandes).

26 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

Ratios 2011 Global

Nombre d’entreprises 6 626

Chiffre d’affaires HT € 217 135

Capacité autofinancement brute


montant en € 41 550
jours de CA HT 69

Investissements
montant en € 5 866
jours de CA HT 10

Endettement
montant en € 11 228
jours de CA HT 19

Trésorerie
montant en € 22 990
jours de CA HT 38

Source : Fédération des Centres de Gestion Agréés, code 4399C1

A fin 2011, les opérations de l’année ont permis aux entreprises du secteur de la maçonnerie de
dégager, en moyenne, une trésorerie positive de 22 990 €, soit 38 jours de chiffre d’affaires HT.

Electricité générale
Données 2011

Répartition selon le
Tranche 1 Tranche 2 Tranche 3 Tranche 4 Tranche 5
chiffre d’affaires Global
En € ≤ 70 148 ≤ 106 917 ≤ 164 670 ≤ 282 004 ≤ 806 402

Nombre d’entreprises 7 195 1 295 1 871 1 799 1 367 863

Rotation de stocks
45 52 45 43 44 46
(jrs achats HT)

Crédit clients
43 34 34 39 44 52
(jrs CA TTC)

Crédit fournisseurs
50 46 47 48 50 54
(jrs achats TTC)

BFR (jrs CA HT) 32 23 23 27 33 40

Source : Fédération des Centres de Gestion Agréés, code 4321A1

Le BFR moyen des 7 195 entreprises du secteur était de 32 jours de chiffre d’affaires HT en 2011.
Celui-ci varie entre 23 et 40 jours selon le niveau de chiffre d’affaires.

Le crédit clients moyen était de 43 jours de chiffre d’affaires TTC en 2011. Il est plus faible pour
les petites structures (34 jours) et devient plus important avec l’augmentation du niveau de
chiffre d’affaires (52 jours).

Le crédit fournisseurs moyen était de 50 jours d’achats TTC en 2011 : celui-ci augmente en
fonction de la taille de l’entreprise (46 pour les petites structures et 54 pour les grandes
entreprises).

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 27


Bâtiment

Ratios 2011 Global

Nombre d’entreprises 5 724

Chiffre d’affaires HT € 159 861

Capacité autofinancement brute


montant en € 33 351
jours de CA HT 75

Investissements
montant en € 2 572
jours de CA HT 6

Endettement
montant en € 6 890
jours de CA HT 16

Trésorerie
montant en € 15 664
jours de CA HT 35

Source : Fédération des Centres de Gestion Agréés, code 4321A1

A fin 2011, les opérations de l’année ont permis aux entreprises de travaux d’installation
électrique de dégager, en moyenne, une trésorerie positive de 15 664 €, soit 35 jours de chiffre
d’affaires HT.

2. Chiffres clés des sociétés du secteur

Notons que la base Diane ne permet pas de disposer des données détaillées au niveau des
sous-codes 4332A1 à 2, 4399C1 à 2 et 4321A1 à 4. L’activité de ces entreprises est
donc analysée de façon globale pour l’ensemble des sociétés regroupées sous le code
4332A « Travaux de menuiserie bois et PVC », 4399C « Travaux de maçonnerie générale
et gros œuvre de bâtiment », 4321A « Travaux d’installation électrique dans tous les
locaux ».
Pour les mêmes raisons que celles indiquées pour l’analyse des entreprises, l’étude a été
limitée à ces 4 codes APE.

Les codes APE considérés pour analyser ce secteur sont les suivants :

 4391B : « Travaux de couverture par éléments »

 4332A : « Travaux de menuiserie bois et PVC » dont :

 4332A1 : Menuiserie
 4332A2 : Installation de cuisine

 4399C : « Travaux de maçonnerie générale et gros œuvre de bâtiment » dont :

 4399C1 : Maçonnerie
 4399C2 : Ravalement de façade, isolation extérieure

 4321A : « Travaux d’installation électrique dans tous locaux » dont :

 4321A1 : Electricité générale


 4321A2 : Travaux d’installations téléphoniques et informatiques
 4321A3 : Installations d’alarmes
 4321A4 : Montages d’antennes

28 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

a. Activité des sociétés du secteur

Travaux de couverture par éléments

Forme juridique des sociétés du secteur


Sociétés Effectifs 2011

Nombre de sociétés 2 117


Dont SARL 1 897
Dont SA 13
Dont SAS 100
Dont Autres formes 4

Source : Base de données DIANE au 15 octobre 2012,


code 43.91B

Les sociétés exerçant dans le secteur des travaux de couverture par éléments ont
essentiellement adopté la forme juridique de la SARL (90 %).

Chiffres clés du secteur


2011

Chiffre d’affaires HT en € 784 439

Valeur ajoutée 42,4 %

Résultat d’exploitation 5,5 %

Résultat financier -0,1 %

Résultat courant avant impôts 5,3 %

Résultat net 4,1 %

Nombre de sociétés 2 117

Source : Base de données DIANE au 15 octobre 2012,


code 43.91B

Travaux de menuiserie bois et PVC

Forme juridique des sociétés du secteur


Sociétés Effectifs 2011

Nombre de sociétés 5 396


Dont SARL 4 869
Dont SA 23
Dont SAS 266
Dont Autres formes 9

Source : Base de données DIANE au 15 octobre 2012,


code 43.32A

Les sociétés du secteur des travaux de menuiserie bois et PVC ont essentiellement adopté la
forme juridique de la SARL à 90 %.

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 29


Bâtiment

Chiffres clés du secteur


2011

Chiffre d’affaires HT en € 814 881

Valeur ajoutée 38,4 %

Résultat d’exploitation 4,4 %

Résultat financier -0,1 %

Résultat courant avant impôts 4,4 %

Résultat net 3,4 %

Nombre de sociétés 5 396

Source : Base de données DIANE au 15 octobre 2012,


code 43.32A

Travaux de maçonnerie générale et gros œuvre de bâtiment

Forme juridique des sociétés du secteur


Sociétés Effectifs 2011

Nombre de sociétés 8 371


Dont SARL 7 439
Dont SA 58
Dont SAS 487
Dont Autres formes 3

Source : Base de données DIANE au 15 octobre 2012,


code 43.99C

Les sociétés du secteur des travaux de maçonnerie générale et gros-œuvre de bâtiment ont
essentiellement adopté la forme juridique de la SARL (à 89 %).

Chiffres clés du secteur


2011

Chiffre d’affaires HT en € 1 063 651

Valeur ajoutée 37,0 %

Résultat d’exploitation 4,5 %

Résultat financier 0,0 %

Résultat courant avant impôts 4,5 %

Résultat net 3,4 %

Nombre de sociétés 8 371

Source : Base de données DIANE au 15 octobre 2012,


code 43.99C

30 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

Travaux d’installation électrique dans tous locaux

Forme juridique des sociétés du secteur


Sociétés Effectifs 2011

Nombre de sociétés 6 432


Dont SARL 5 713
Dont SA 52
Dont SAS 366
Dont Autres formes 12

Source : Base de données DIANE au 15 octobre 2012,


code 43.21A

Les sociétés du secteur des travaux d’installation électrique ont essentiellement adopté la forme
juridique de la SARL à 80 %.

Chiffres clés du secteur


2011

Chiffre d’affaires HT en € 1 336 136

Valeur ajoutée 39,9 %

Résultat d’exploitation 4,8 %

Résultat financier 0,2 %

Résultat courant avant impôts 5,2 %

Résultat net 3,5 %

Nombre de sociétés 6 432

Source : Base de données DIANE au 15 octobre 2012,


code 43.21A

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 31


Bâtiment

b. Performances des sociétés du secteur

Performances par taille de sociétés

Travaux de couverture par éléments


Données 2011

Répartition selon le
Tranche 1 Tranche 2 Tranche 3 Tranche 4 Tranche 5
chiffre d’affaires Global
En € ≤ 400 000 ≤ 800 000 ≤ 1 600 000 ≤ 3 200 000 > 3 200 000

Nombre d’entreprises 2 117 1 055 538 310 129 85

Chiffre d’affaires HT € 784 439 227 950 561 102 1 128 867 2 163 675 5 755 689

Valeur ajoutée 42,4 % 51,3 % 49,9 % 46,2 % 42,0 % 31,0 %

Impôts et taxes 1,1 % 1,1 % 0,9 % 0,9 % 1,2 % 1,2 %

Charges de personnel 34,5 % 41,9 % 41,1 % 38,2 % 34,6 % 24,1 %

EBE 7,0 % 8,4 % 8,1 % 7,3 % 6,5 % 5,8 %

Amortissements et
2,2 % 3,2 % 2,6 % 2,3 % 1,9 % 1,7 %
provisions

Résultat exploitat° 5,5 % 5,7 % 6,1 % 5,6 % 5,3 % 4,9 %

Résultat financier -0,1 % -0,2 % -0,2 % -0,1 % -0,1 % -0,1 %

Résultat courant
5,3 % 5,5 % 5,9 % 5,6 % 5,3 % 4,8 %
avant impôts

Résultat net 4,1 % 4,8 % 4,9 % 4,4 % 3,8 % 3,2 %

Résultat net en € 32 296 10 918 27 404 49 989 83 175 186 850

Source : Base de données DIANE au 15 octobre 2012, code 43.91B

Le chiffre d’affaires moyen d’une société exerçant dans le secteur des travaux de couverture
était de 784 439 € en 2011. La valeur ajoutée moyenne des entreprises du secteur était de
42,4 %.

La valeur ajoutée se dégrade fortement avec l’augmentation du chiffre d’affaires des


entreprises. Ainsi, elle est de 51,3 % du CA pour les petites structures (moins de 400 000 € de
chiffre d’affaires), contre 31 % pour les plus grosses entreprises (plus de 3,2 M€ de chiffre
d’affaires).

Une société exerçant une telle activité dégageait, en moyenne, un résultat net de 4,1 % de son
chiffre d’affaires en 2011. Ce taux varie de 3,2 % à 4,8 % selon la taille des sociétés.

32 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

Travaux de menuiserie bois et PVC


Données 2011

Répartition selon le
Tranche 1 Tranche 2 Tranche 3 Tranche 4 Tranche 5
chiffre d’affaires Global
En € ≤ 400 000 ≤ 800 000 ≤ 1 600 000 ≤ 3 200 000 > 3 200 000

Nombre d’entreprises 5 396 2 772 1 211 830 406 177

Chiffre d’affaires HT € 814 881 201 352 573 724 1 123 119 2 192 750 7 467 376

Valeur ajoutée 38,4 % 42,6 % 41,8 % 39,6 % 37,4 % 34,6 %

Impôts et taxes 1,1 % 1,2 % 0,9 % 1,0 % 1,0 % 1,5 %

Charges de personnel 31,5 % 34,3 % 34,2 % 32,6 % 30,6 % 28,7 %

EBE 5,9 % 7,3 % 6,9 % 6,3 % 5,9 % 4,5 %

Amortissements et
2,1 % 2,8 % 2,4 % 2,1 % 2,1 % 1,7 %
provisions

Résultat exploitat° 4,4 % 5,1 % 5,2 % 4,8 % 4,6 % 3,5 %

Résultat financier -0,1 % -0,2 % -0,2 % -0,1 % -0,1 % 0,1 %

Résultat courant
4,4 % 4,8 % 5,0 % 4,6 % 4,5 % 3,5 %
avant impôts

Résultat net 3,4 % 4,4 % 4,2 % 3,7 % 3,3 % 2,5 %

Résultat net en € 27 889 8 790 24 265 41 537 72 354 185 796

Source : Base de données DIANE au 15 octobre 2012, code 43.32A

Le chiffre d’affaires moyen d’une société exerçant dans le secteur des travaux de menuiserie en
bois et PVC était de 814 881 € en 2011. Toutefois, plus de 50 % des entreprises de notre
échantillon ont réalisé un chiffre d’affaires inférieur à 400 000 €.

La valeur ajoutée moyenne des entreprises du secteur était de 38,4 % du chiffre d’affaires en
2011. Elle est supérieure à 40 % pour les entreprises ayant un chiffre d’affaires inférieur à
800 000 €, tandis qu’elle est plus faible lorsque le niveau d’activité augmente.

Une société exerçant une telle activité dégageait, en moyenne, un résultat net de 3,4 % de son
chiffre d’affaires en 2011. Ce taux varie de 4,4 % pour les plus petites structures (moins de
400 000 € de CA) à 2,5 % pour les plus grandes (plus de 3,2 M€).

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 33


Bâtiment

Travaux de maçonnerie générale et gros-œuvre de bâtiment


Données 2011

Répartition selon le
Tranche 1 Tranche 2 Tranche 3 Tranche 4 Tranche 5
chiffre d’affaires Global
En € ≤ 400 000 ≤ 800 000 ≤ 1 600 000 ≤ 3 200 000 > 3 200 000

Nombre d’entreprises 8 371 4 270 1 904 1 162 598 437

Chiffre d’affaires HT € 1 063 651 214 365 569 961 1 101 581 2 234 451 9 810 155

Valeur ajoutée 37,0 % 50,3 % 47,0 % 43,7 % 39,2 % 29,0 %

Impôts et taxes 1,1 % 1,2 % 0,9 % 0,9 % 1,0 % 1,2 %

Charges de personnel 29,9 % 41,4 % 38,8 % 35,8 % 32,3 % 22,7 %

EBE 6,1 % 8,0 % 7,4 % 7,2 % 6,0 % 5,1 %

Amortissements et
2,5 % 3,3 % 2,8 % 2,7 % 2,3 % 2,3 %
provisions

Résultat exploitat° 4,5 % 5,2 % 5,1 % 5,1 % 4,6 % 4,0 %

Résultat financier 0,0 % -0,2 % -0,2 % -0,1 % -0,1 % 0,1 %

Résultat courant
4, 5% 5,0 % 5,0 % 4,9 % 4,5 % 4,2 %
avant impôts

Résultat net 3,4 % 4,5 % 4,3 % 3,9 % 3,4 % 2,7 %

Résultat net en € 35 868 9 700 24 592 42 787 75 428 268 163

Source : Base de données DIANE au 15 octobre 2012, code 43.99C

Le chiffre d’affaires moyen d’une société exerçant dans le secteur des travaux de maçonnerie
générale et de gros-œuvre de bâtiment s’établissait à 1 063 651 € en 2011. Toutefois, la notion le
chiffre d’affaires moyen est à relativiser eu égard au poids des grosses entreprises du secteur.
Les 437 plus grandes entreprises de notre échantillon ont en effet réalisé un chiffre d’affaires
moyen de plus de 9 M€.

La valeur ajoutée des entreprises du secteur était, en moyenne, de 37 % du chiffre d’affaires.


Elle représente 40 à 50 % du chiffre d’affaires pour les entreprises ayant un volume d’affaires
inférieur à 3,2 M€, contre 29 % pour les très grosses structures.

L’EBE moyen des entreprises du secteur était de 6,1 % du chiffre d’affaires en 2011. Il oscille
entre 5,1 % et 8,0 % des ventes selon la taille des entreprises.

Une société exerçant une activité de maçonnerie générale et de gros-œuvre dégageait, en


moyenne, un résultat net de 3,4 % de son chiffre d’affaires en 2011 : 2,7 % pour les entreprises
ayant un CA supérieur à 3,2 M€ et 4,5 % pour les entités ayant un CA inférieur ou égal à
400 000 €.

34 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

Travaux d’installation électrique dans tous locaux


Données 2011

Répartition selon le
Tranche 1 Tranche 2 Tranche 3 Tranche 4 Tranche 5
chiffre d’affaires Global
En € ≤ 400 000 ≤ 800 000 ≤ 1 600 000 ≤ 3 200 000 > 3 200 000

Nombre d’entreprises 6 432 3 890 1 213 706 352 271

Chiffre d’affaires HT € 1 336 136 182 901 565 774 1 113 681 2 229 892 20 756 738

Valeur ajoutée 39,9 % 44,8 % 44,6 % 44,1 % 41,2 % 37,9 %

Impôts et taxes 1,6 % 1,2 % 0,8 % 0,9 % 1,1 % 1,8 %

Charges de personnel 33,1 % 35,9 % 36,9 % 36,5 % 34,0 % 31,6 %

EBE 5,3 % 8,0 % 7,0 % 6,8 % 6,2 % 4,4 %

Amortissements et
2,5 % 2,1 % 1,7 % 1,5 % 1,4 % 3,0 %
provisions

Résultat exploitat° 4,8 % 6,5 % 5,9 % 6,0 % 5,7 % 4,1 %

Résultat financier 0,2 % -0,2 % -0,1 % -0,2 % 0,0 % 0,4 %

Résultat courant
5,2 % 6,3 % 5,8 % 5,8 % 5,7 % 4,8 %
avant impôts

Résultat net 3,5 % 5,5 % 4,7 % 4,4 % 4,1 % 2,9 %

Résultat net en € 46 678 10 061 26 798 48 951 91 476 597 163

Source : Base de données DIANE au 15 octobre 2012, code 43.21A

Le chiffre d’affaires moyen d’une société spécialisée dans les travaux d’installation électrique
était de 1,3 M€ en 2011. Cependant, cette valeur moyenne n’est pas très représentative du
secteur puisque les 271 plus grosses entreprises du secteur ont dégagé un chiffre d’affaires
moyen de près de 21 M€ en 2011 4.

La valeur ajoutée moyenne des entreprises de ce secteur oscille entre 37,9 % et 44,8 % du chiffre
d’affaires en fonction de la taille des entreprises. Les plus grandes affichant sans grande surprise
le taux de VA le plus faible.

En 2011, une société exerçant une telle activité dégageait, en moyenne, un résultat net compris
entre 2,9 % de son chiffre d’affaires pour les grosses entreprises, contre 5,5 % pour les plus
petites.

Évolution des principaux postes entre 2010 et 2011

Travaux de couverture par éléments


Evolution 2010/2011 Global

Nombre de sociétés 2 117

Chiffre d’affaires +7,9 %

Valeur ajoutée +4,4 %

Charges de personnel +5,1 %

EBE +2,2 %

Résultat courant avant impôts -1,0 %

Résultat net -1,0 %

Source : Base de données DIANE au 15 octobre 2012,


code 43.91B

Entre 2010 et 2011, le chiffre d’affaires moyen des sociétés du secteur des travaux de couverture
par éléments a progressé de 7,9 %.

4
Une quinzaine d’entreprises du secteur affiche en effet un chiffre d’affaires supérieur à 100 000 M€.

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 35


Bâtiment

La valeur ajoutée a également progressé, mais dans une moindre mesure (+4,4 %).

Les charges de personnel ont quant à elles progressé de 5,1 % en 2011.

Travaux de menuiserie bois et PVC


Evolution 2010/2011 Global

Nombre de sociétés 5 396

Chiffre d’affaires +3,6 %

Valeur ajoutée +2,1 %

Charges de personnel +3,8 %

EBE -5,8 %

Résultat courant avant impôts -10,4 %

Résultat net -9,3 %

Source : Base de données DIANE au 15 octobre 2012,


code 43.32A

En 2011, le chiffre d’affaires moyen des sociétés du secteur de la menuiserie a progressé de


3,6 %. La valeur ajoutée a légèrement augmenté (+2,1 %).

La progression des charges de personnel supérieure à l’augmentation de l’activité dégrade en


revanche les autres indicateurs de performances des entreprises du secteur.

Travaux de maçonnerie générale et gros-œuvre de bâtiment


Evolution 2010/2011 Global

Nombre de sociétés 8 371

Chiffre d’affaires +4,1 %

Valeur ajoutée +4,1 %

Charges de personnel +4,9 %

EBE +1,5 %

Résultat courant avant impôts -2,1 %

Résultat net -0,5 %

Source : Base de données DIANE au 15 octobre 2012,


code 43.99C

Le chiffre d’affaires moyen des sociétés du secteur de la maçonnerie a progressé de 4,1 % en


2011. La valeur ajoutée a également progressé de 4,1 %.

L’augmentation plus rapide des charges de personnel (+4,9 %) a, en revanche, pesé sur
l’évolution du résultat courant avant impôt (-2,1 %) et sur celle du résultat net (-0,5 %).

36 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

Travaux d’installation électrique dans tous locaux


Evolution 2010/2011 Global

Nombre de sociétés 6 432

Chiffre d’affaires +5,4 %

Valeur ajoutée +5,5 %

Charges de personnel +4,9 %

EBE +9,5 %

Résultat courant avant impôts +4,4 %

Résultat net +1,0 %

Source : Base de données DIANE au 15 octobre 2012,


code 43.21A

Entre 2010 et 2011, le chiffre d’affaires moyen des sociétés du secteur des travaux d’installation
électrique a progressé de 5,4 %.

Les entreprises du secteur sont par ailleurs parvenues à contenir l’accroissement de leurs frais de
personne. Et, in fine, leur niveau de résultat s’est amélioré : +4,4 % pour le résultat courant
avant impôts et +1 % pour le résultat net.

Autres ratios moyens en 2011

Travaux de couverture par éléments


Données 2011

Répartition selon le Tranche 1 Tranche 2 Tranche 3 Tranche 4 Tranche 5


Global
chiffre d’affaires
≤ 400 000 ≤ 800 000 ≤ 1 600 000 ≤ 3 200 000 > 3 200 000

Rotation de stocks
18 17 18 20 18 20
(jrs achats HT)

Crédit clients
44 36 42 54 60 80
(jrs CA TTC)

Crédit fournisseurs
44 41 43 49 54 63
(jrs achats TTC)

BFR (en euros) 40 270 2 544 15 458 70 640 147 825 391 573

Source : Base de données DIANE au 15 octobre 2012, code 43.91B,


nombre de sociétés : 2 117

Le délai de règlement clients moyen des entreprises du secteur était de 44 jours de CA TTC en
2011 (36 jours pour les petites entreprises et 80 pour les plus grandes).

Le crédit fournisseurs varie également selon la taille des entreprises de travaux de couverture :
41 jours d’achats TTC en 2011 pour les plus petites et 63 jours pour les sociétés de plus de 3,2 M€
de chiffre d’affaires.

Ratios 2011

Capacité d’autofinancement en € 42 821

Investissements en € 13 689

Trésorerie en € 104 772

Source : Base de données DIANE au 15 octobre 2012


code 43.91B

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 37


Bâtiment

Travaux de menuiserie bois et PVC


Données 2011

Répartition selon le Tranche 1 Tranche 2 Tranche 3 Tranche 4 Tranche 5


Global
chiffre d’affaires
≤ 400 000 ≤ 800 000 ≤ 1 600 000 ≤ 3 200 000 > 3 200 000

Rotation de stocks
22 21 23 26 24 27
(jrs achats HT)

Crédit clients
46 40 47 50 59 66
(jrs CA TTC)

Crédit fournisseurs
45 43 46 47 52 56
(jrs achats TTC)

BFR (en euros) 39 696 3 479 20 370 59 204 147 435 400 495

Source : Base de données DIANE au 15 octobre 2012, code 43.32A,


nombre de sociétés : 5396

Le délai de règlement clients moyen des entreprises du secteur était de 46 jours de CA TTC en
2001 : 40 jours pour les plus petites entreprises et 66 jours pour celles qui affichent un chiffre
d’affaires supérieur à 3,2 M€.

Le crédit fournisseurs moyen était quant à lui de 45 jours d’achats TTC en 2011. Il oscille entre
43 et 56 jours selon la taille des entreprises considérées.

Ratios 2011

Capacité d’autofinancement en € 38 064

Investissements en € 15 094

Trésorerie en € 100 944

Source : Base de données DIANE au 15 octobre 2012,


code 4332A5

Travaux de maçonnerie générale et gros-œuvre de bâtiment


Données 2011

Répartition selon le Tranche 1 Tranche 2 Tranche 3 Tranche 4 Tranche 5


Global
chiffre d’affaires
≤ 400 000 ≤ 800 000 ≤ 1 600 000 ≤ 3 200 000 > 3 200 000

Rotation de stocks
19 19 19 17 20 24
(jrs achats HT)

Crédit clients
50 43 49 56 67 77
(jrs CA TTC)

Crédit fournisseurs
47 43 48 50 58 67
(jrs achats TTC)

BFR (en euros) 33 030 608 16 248 57 344 124 597 232 993

Source : Base de données DIANE au 15 octobre 2012, code 43.99C,


nombre de sociétés : 8 371

En 2011, le délai de règlement moyen des clients était de 50 jours de CA TTC pour les entreprises
de maçonnerie (entre 43 et 77 jours selon la taille des entreprises).

Le crédit fournisseurs moyen était quant à lui de 47 jours d’achats TTC. Là aussi, il s’accroît
sensiblement avec la taille des entreprises.

38 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

Ratios 2011

Capacité d’autofinancement en € 49 325

Investissements en € 17 062

Trésorerie en € 158 173

Source : Base de données DIANE au 15 octobre 2012,


code 43.99C

Travaux d’installation électrique dans tous locaux


Données 2011

Répartition selon le Tranche 1 Tranche 2 Tranche 3 Tranche 4 Tranche 5


Global
chiffre d’affaires
<=400 000 <=800 000 <=1600 000 <=3200 000 >3200 000

Rotation de stocks
22 22 20 21 23 29
(jrs achats HT)

Crédit clients
57 50 60 71 77 85
(jrs CA TTC)

Crédit fournisseurs
49 45 50 56 60 66
(jrs achats TTC)

BFR (en euros) 48 926 8 515 35 350 91 492 191 473 393 718

Source : Base de données DIANE au 15 octobre 2012, code 43.21A,


nombre de sociétés : 6 432

En 2011, le délai de règlement moyen des clients était de 57 jours de CA TTC dans le secteur de
l’installation électrique. Il varie entre 50 et 85 jours selon le niveau de chiffre d’affaires des
entreprises.

Le crédit fournisseurs moyen était quant à lui de 49 jours d’achats TTC en 2011 : il oscille entre
45 et 66 jours selon le niveau de chiffre d’affaires des sociétés.

Ratios 2011

Capacité d’autofinancement en € 57 150

Investissements en € 17 926

Trésorerie en € 140 917

Source : Base de données DIANE au 15 octobre 2012,


code 43.21A

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 39


Bâtiment

c. Éléments d’analyse de l’exploitation

Prix et facturation

Evolution de l’indice du coût de la construction entre 2007 et 2012


1 700

1 650

1 600

1 550

1 500

1 450

1 400

1 350

1 300

Source : INSEE, base 100 : 4ème trimestre 1953, octobre 2012

L’indice du coût de la construction (ICC) permet de suivre l’évolution des prix des marchés de
construction des logements neufs 5. Mi-2012, cet indice avait retrouvé son plus haut niveau depuis
2007.

Evolution des indices de prix des travaux d’entretien-amélioration


de logements (IPEA)
TCAM
Base 100 au 1er trimestre 2010  08/07  09/08  10/09  11/10
 11/07

Indice IPEA 4,4 % 1,6 % 0,9 % 1,9 % 2,2 %

Maçonnerie, béton armé, carrelage 5,1 % 0,2 % -0,3 % 1,2 % 1,5 %

Peinture, revêtements murs, sols 3,5 % 0,1 % -1,0 % 1,7 % 1,1 %

Menuiseries bois et PVC 4,3 % 1,5 % 1,3 % 2,2 % 2,3 %

Génie climatique 5,2 % 4,1 % 2,4 % 2,3 % 3,5 %

Plomberie sanitaire 5,1 % 4,0 % 2,5 % 3,7 % 3,8 %

Couverture zinguerie 3,9 % 1,4 % 1,4 % 1,8 % 2,1 %

Electricité 4,2 % 1,4 % 1,8 % 1,3 % 2,2 %

Menuiserie métallique, serrurerie 3,9 % 2,0 % 1,9 % 2,9 % 2,7 %

Plâtrerie 2,7 % -0,9 % -0,6 % 0,1 % 0,3 %

Source : Ministère de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement

L’IPEA est calculé grâce aux informations sur les prix pratiqués par les professionnels du secteur
de la construction 6. Il est obtenu en réunissant les indices de prix pour chaque « famille de
travaux » déterminée : maçonnerie-béton armé-carrelage, génie climatique, électricité, etc.

5
Les opérations de réhabilitation et les travaux d’entretien ne sont pas pris en compte dans le calcul de cet indice.
6
Ces données sont collectées chaque trimestre auprès d’un échantillon d’entreprises de la filière. Les IPEA retracent
l’évolution des prix des travaux d’entretien-amélioration des logements existants à partir des prix pratiqués hors taxes et
nets de remises et rabais. L’indice de coût correspondant est le BT50 « Rénovation-entretien tout corps d’état ».

40 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

Les IPEA sont globalement orientés à la hausse depuis 2003. Toutefois, les progressions
constatées en 2011 sont plus faibles que la croissance moyenne observée sur la période 2007-
2011.

Principaux postes de coûts et évaluation du prix de revient

Décomposition des principales charges d’exploitation


dans le secteur du bâtiment
Les données des tableaux suivants ici sont relativement anciennes, mais nous avons fait le choix
de les présenter afin de donner des ordres de grandeur.

En % du CA Total bâtiment Gros-œuvre Second-œuvre

Sous-traitance 7,7 % 14,5 % 4,8 %

Valeur ajoutée 49,9 % 48,3 % 50,7 %

Salaires et traitements 19,8 % 20,4 % 19,6 %

Investissements corporels 2,0 % 2,5 % 1,8 %

Source : Ministère de l’Equipement (données 2007 concernant les entreprises de moins de 10 salariés)

Le poids de la sous-traitance dans les entreprises de moins de 10 salariés est très différent selon
que les entreprises sont spécialisées dans le gros-œuvre (14,5 % du chiffre d’affaires) ou dans le
second-œuvre (4,8 %).

Evolution de l’index BT 01 de janvier 2008 à juin 2012


900

880

860

840

820

800

780

760
juil.-08

juil.-09

juil.-10

juil.-11
janv.-08
mars-08

janv.-09

janv.-10

janv.-11

janv.-12
mai-08

sept.-08
nov.-08

mars-09
mai-09

sept.-09
nov.-09

mars-10
mai-10

sept.-10
nov.-10

mars-11
mai-11

sept.-11
nov.-11

mars-12
mai-12

Source : INSEE
* index BT : base 100 en janvier 1974

L’index BT 01 mesure l’évolution des coûts de prestations hors taxes dans le bâtiment (tous corps
de métier confondus). Il est utilisé pour les révisions de prix. Après une légère baisse au second
semestre 2008, l’indice a repris son mouvement à la hausse.

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 41


Bâtiment

Moyens de production

Locaux
La taille des locaux varie en fonction du métier : les entreprises dans le second-œuvre ont moins
de matériel à entreposer que les entreprises de maçonnerie par exemple. En revanche, leurs
locaux se situent plus fréquemment en centre-ville ou sont facilement accessibles, ce qui peut
générer un surcoût.

Equipements et matériels
Les équipements et matériels sont spécifiques à chaque corps de métier. Néanmoins, un véhicule
utilitaire pour les déplacements reste indispensable pour tous les métiers de la filière.

Notons que la FFB (Fédération française du bâtiment) constate la recrudescence des vols sur les
chantiers (outillages, matériaux, etc.), entraînant une hausse des tarifs des assurances. Le cours
élevé des matières première (cuivre, Zinc, aluminium, etc.) provoque par ailleurs une
recrudescence des vols de ces matières sur les chantiers.

3. Financements et aides spécifiques


Pour retrouver toutes les aides dont peut bénéficier chaque entreprise selon son secteur
d’activités, rendez-vous à l’adresse suivante : www.semaphore.cci.fr

Retrouvez également des informations sur le financement des entreprises dans la rubrique
« Financement » du site du Conseil Supérieur de l’Ordre des Experts-Comptables : www.experts-
comptables.fr et rejoignez le blog des experts-comptables, dédié au financement des
TPE / PME : www.financement-tpe-pme.com.

42 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

Environnement juridique

1. Réglementation propre à l’activité

a. Codes
Les professionnels du BTP doivent notamment suivre les réglementations afférentes aux codes
suivants :

 Code des assurances ;

 Code de la construction et de l’habitation ;

 Code de commerce ;

 Code des marchés publics ;

 Code de l’artisanat ;

 Code de l’environnement concernant la gestion et l’élimination des déchets de chantier.

b. Lois et réglementations
 Article L. 111-3-1 du Code de la construction et de l'habitation permettant à l'entrepreneur,
en cas de retard de paiement, de suspendre l'exécution des travaux 15 jours après l'envoi
d'une mise en demeure de payer restée infructueuse ;

 Directive Européenne 2009/47/CE du 5 mai 2009 a pérennisé la faculté, pour les États
membres qui le souhaitent, d’appliquer le taux réduit dans les services à forte intensité de
main d’œuvre ;

 Décret n° 98-246 du 2 avril 1998 relatif à la qualification professionnelle exigée pour


l'exercice des activités prévues à l'article 16 de la loi n° 96-603 du 5 juillet 1996 relative au
développement et à la promotion du commerce et de l'artisanat ;

 Décret n° 98-247 du 2 avril 1998 relatif à la qualification artisanale et au Répertoire des


métiers ;

 Loi n° 96-603 du 5 juillet 1996 relative au développement, à la promotion du commerce et


de l’artisanat ;

 Arrêté du 2 mars 1990 relatif à la publicité des prix des prestations de dépannage, de
réparation et d'entretien dans le secteur du bâtiment et de l'équipement de la maison ;

 Loi n° 82-1091 du 23 décembre 1982 modifiée relative à la formation professionnelle des


artisans.

Concernant chaque profession, les réglementations peuvent être complétées par des obligations
particulières qui ne seront pas décrites dans cette étude en raison du grand nombre de métiers
concernés. Citons, la protection contre le bruit, la protection contre les matériaux nuisibles à la
santé (amiante, plomb par exemple) etc.

2. Obligations en cours d’activité


Les obligations en cours d’activité sont fortement dépendantes du métier concerné.

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 43


Bâtiment

Toutefois, l’ensemble des acteurs du secteur restent soumis à l’obligation d’établir une facture
en double exemplaire au-delà d’un montant de 25 €. Si la commande est supérieure à 150 € TTC,
le professionnel doit établir un devis, également en double exemplaire (article 3 de l’arrêté du
2 mars 1990).

Les factures doivent présenter les points suivants :

 Le nom, l’adresse, le numéro Siret, la forme juridique et le capital social de l’émetteur ;

 Le nom du client facturé et le lieu des travaux ou des livraisons s’ils sont différents ;

 Le numéro individuel d’identification ;

 La date d’émission ou de délivrance de la facture ;

 La date à laquelle est effectuée ou achevée la livraison des biens ou la prestation de


services ;

 Un numéro unique de facture basé sur une séquence chronologique et continue ;

 Le décompte détaillé, en quantité et en prix, de chaque prestation et produit nécessaire à


l'opération prévue : dénomination, prix unitaire et désignation de l'unité à laquelle il
s'applique (notamment le taux horaire de main-d’œuvre, le mètre linéaire ou le mètre
carré) et la quantité prévue ;

 La somme globale à payer hors taxes et toutes taxes comprises, en précisant le taux de
TVA, les rabais, remises, ristournes ou escomptes accordés ;

 Les acomptes ou les sommes déjà encaissés ;

 Les frais de déplacement, le cas échéant ;

 La date du règlement, les conditions d'escompte applicables en cas de paiement à une date
antérieure, le taux des pénalités exigibles, et à compter du 1er janvier 2013, l’indemnité
forfaitaire à payer en cas de non-paiement à la date de règlement inscrite sur la facture ;

 Le numéro de TVA intracommunautaire du prestataire et le cas échéant celui du client.

Dans le BTP, la facture se doit d’être le reflet des devis.

La loi prévoit que les factures mentionnent de manière détaillée la qualité et la dénomination
des produits et des services vendus, une particularité propre au secteur du BTP, imposée dans un
but de transparence accrue envers les consommateurs. Ainsi, le prix de la main d’œuvre doit en
principe correspondre aux tâches réellement effectuées, comme la préparation d’un local ou la
dépose d’un équipement ancien. La pratique du forfait devient donc un exercice délicat.

3. Règles de sécurité
Le secteur du BTP est très encadré concernant les mesures de sécurité à observer, afin de limiter
le nombre d’accidents du travail. Ces règles sont inscrites notamment dans le Code du travail et
le Code de la santé publique.

a. Normes et démarches volontaires

Les normes françaises


Les normes françaises sont établies par l’Afnor, dont le catalogue en ligne est disponible sur le
site : www.boutique.afnor.org.

44 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

Les normes afférentes aux différentes professions du BTP sont extrêmement nombreuses et ne
peuvent donc être toutes citées. L'Afnor fait paraître des recueils de normes sur certains secteurs
comme le bâtiment, la qualité, l’environnement et les matériaux.

Le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) met également en ligne les règles
techniques applicables au BTP (www.cstb.fr).

L’avis technique, institué par l’arrêté interministériel du 2 décembre 1969, permet de disposer
d’une spécification technique des procédés, matériaux, éléments ou équipements utilisés dans la
construction qui ne font pas l’objet d’une norme ou d’une appréciation par rapport aux règles de
l’art de la profession. Assorti d’une limitation de validité dans le temps, il est un instrument
d’information et de communication non obligatoire, et n’a pas statutairement de caractère
réglementaire particulier. Ce n’est ni une autorisation d’emploi ni un acte administratif.
Néanmoins, il est souvent pris pour référence par les maîtres d’ouvrage publics ou privés et les
assureurs pour décider des conditions d’acceptation du risque décennal. Le CSTB assure le
secrétariat.

Seuls quelques organismes sont habilités à la qualification et la certification des entreprises du


bâtiment en France : QUALIBAT, SETRA, CSTB, etc.

Les démarches volontaires


 L’AB5 est une marque professionnelle initiée par la Confédération de l’artisanat et des
petites entreprises du bâtiment (CAPEB) sous la forme d’une charte de qualité de service
portant essentiellement sur la fourniture d’un devis détaillé, le respect des clauses du devis
et la vérification de la satisfaction du client. L’artisan doit répondre à plusieurs conditions :
avoir la qualité d’artisan, être titulaire d’un Certificat d’Identité Professionnel (CIP) ou
d’une qualification bâtiment (Qualibat ou Qualifelec), avoir suivi la formation AB5, avoir
pris connaissance du règlement d’usage de la marque et s’engager à s’organiser en vue de
respecter les exigences de la charte AB5. La marque est attribuée pour trois ans.

 L’identification CIP (Certificat d’identité professionnelle), créée par la CAPEB, permet aux
petites entreprises de faire valoir par elles-mêmes leurs compétences et références
directement auprès du maître d’ouvrage.

 Les appellations PGN (Professionnel du gaz naturel) et PGP (Professionnel du gaz propane)
attestent que l’entreprise maîtrise la sécurité des installations gaz. Elles sont attribuées sur
la base d’une validation des connaissances en matière de règlement de sécurité des
installations, et à partir de contrôles réguliers des installations pouvant donner lieu au
retrait de l’appellation.

 La certification « Assurance Qualité » est organisée autour des normes ISO 9000, visant à
certifier la qualité de l’organisation interne de l’entreprise. Considérant que la certification
ISO 9001 délivrée par l’AFAQ (Association française pour l’assurance qualité) ne
correspondait qu’imparfaitement à l’activité du bâtiment, QUALIBAT et QUALIFELEC se sont
dotés de leur propre système de certification par niveaux progressifs.

 La qualification QUALIBAT et QUALIFELEC pour les métiers de l’électricité fournissent aux


prescripteurs l’ensemble des éléments d’information nécessaires pour situer le champ de
compétence d’une entreprise du bâtiment, dans le cadre d’une nomenclature détaillée par
activité et niveau de technicité. Les qualifications sont attribuées par des commissions
réunissant l’ensemble des acteurs de la construction. Elles sont renouvelées et peuvent être
retirées.

 La certification de services par l’OCMS. La CAPEB et l’OCMS (Organisme certificateur des


métiers et des services) ont élaboré des référentiels correspondant aux engagements de
service selon une liste de points de contrôle, nommés caractéristiques certifiées. Deux
référentiels de certification de services (couverture, plomberie, chauffage, et peinture,

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 45


Bâtiment

revêtements, vitrerie miroiterie) ont fait l’objet d’une publication au Journal Officiel en
date du 9 septembre 2000.

b. Normes européennes
 Directive européenne 2010/31/UE relative à la performance énergétique des bâtiments
visant à intégrer les modifications substantielles apportées à la directive européenne
n°2002/91/CE du 16 décembre 2002 et d'aider l'ensemble de l'Union Européenne à atteindre
son engagement de réduire, d'ici à 2020, les émissions globales de gaz à effet de serre ;

 Directive 2007/24/CE du Parlement européen et du Conseil du 23 mai 2007 abrogeant la


directive 71/304/CEE du Conseil concernant la suppression des restrictions à la libre
prestation de services dans le domaine des marchés publics de travaux et à l’attribution de
marchés publics de travaux par l’intermédiaire d’agences ou de succursales ;

 Directive produits de construction (DPC) 89/106/CEE du 21 décembre 1988, transposée en


France par le décret n° 92-647 du 8 juillet 1992 modifié. Elle prévoit le marquage CE
réglementaire des produits de construction visés pour leur mise sur le marché en France
comme dans toute l’Union Européenne. Ce marquage atteste que les produits satisfont aux
dispositions de la réglementation européenne. Pour plus de précisions, voir le site officiel
www.dpcnet.org. Un arrêté du 31 juillet 1992 modifié habilite le CSTB (pour le bâtiment) et
le SETRA, Service d’Etudes Techniques des Routes et Autoroutes (pour le domaine du génie
civil et des travaux publics), à délivrer des agréments techniques européens ;

 Directive 84/532/CEE du Conseil du 17 septembre 1984. Elle concerne le rapprochement des


législations des Etats membres relatives aux dispositions communes aux matériels et engins
de chantier. Elle est associée à l’arrêté du 12 mai 1997 fixant les dispositions communes
applicables aux matériels et engins de chantier ;

 Directive 93/108/CE de juillet 1993. Elle est relative au marquage CE. Savoir si un produit
est bien couvert par le marquage CE peut s’avérer une question technique et délicate. En
cas de doute, il convient de s’adresser au SQUALPI (Sous-direction de la normalisation, de la
qualité et de la propriété intellectuelle) – DGCIS : www.industrie.gouv.fr/libre-circulation-
produits/marquage-ce.php.

Les directives européennes applicables au secteur du BTP sont très nombreuses et ne peuvent
être toutes présentées ici.

46 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

Principales spécificités comptables, fiscales


et sociales

1. Spécificités comptables

a. Plan comptable professionnel


Il existe un plan comptable professionnel « Bâtiment et Travaux Publics », qui a fait l’objet de
l’avis de conformité n° 9 du Conseil national de la comptabilité en date du 22 avril 1983 et d’un
avis complémentaire en date des 12 et 30 mai1984. Ce plan comptable date de 1989 et il
convient de tenir compte des ajustements que le nouveau plan comptable de 1999 a apporté.

Pour se procurer ce plan comptable professionnel, il convient de contacter la Société d’édition


de la fédération nationale du bâtiment et des travaux publics (SEBTP), 6-14 rue de la Pérouse,
75784 Paris Cedex 16, Tél. : 01 40 69 53 16 (ou 17), fax : 01 47 23 54 16 (Prix actuel
10,00 € TTC). Ce plan comptable ne diffère pas sensiblement du Plan Comptable Général. Il
adapte certains libellés. Par exemple le compte 401 devient « Fournisseurs & sous-traitants ».

Quelques comptes ont été créés. Notamment :

 4012 : « Sous-traitants – paiement direct » ;

 412 : « Clients – créances garanties par paiement direct » ;

 436 : « Caisse de Congés Payés » ;

 4454 : « TVA payée sur avances et acomptes reçus » ;

 642 : « Caisse de Congés Payés ».

b. Principales particularités comptables

Le suivi des retenues de garantie


Le client d’une entreprise du BTP peut retenir un montant correspondant à 5 % du total de la
facture finale au moment des paiements. Il doit reverser cette somme au bout d’un an si aucun
problème matériel ne s’est manifesté.

Il est judicieux de suivre cette retenue par un compte spécifique créé en intégrant dans le
numéro le mois où cette somme doit être restituée à l’entreprise. Par exemple :

 4120711 Client retenue de garantie à récupérer en 07/2011 : 1 196 € ;

 411 Client chantier terminé 07/2010 : 1 196 €.

Il peut être judicieux d’isoler de la même manière la TVA relative à cette retenue de garantie.

Cependant l’entreprise peut éviter d’avoir à « subir » cette retenue de garantie, dans la mesure
où elle souscrit une garantie auprès de sa banque, qui s’engage à payer à sa place le client s’il
survenait un problème matériel.

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 47


Bâtiment

Les travaux en cours


Le principal problème dans une entreprise du BTP est de savoir à quel moment il convient de
faire ressortir le résultat. Ce problème est d’autant plus crucial pour l’entreprise dont les
chantiers se répartissent sur au moins deux exercices.

Il existe deux méthodes pour traiter les travaux non terminés à la clôture d’un exercice :

 Méthode de l’achèvement des travaux, dans laquelle la constatation du résultat est


repoussée jusqu’à la terminaison des travaux ;

 Méthode de l’avancement des travaux, dans laquelle les résultats sont appréhendés à
chaque arrêté de comptes, au fur et à mesure de la réalisation des travaux. Cette méthode
requiert la mise en œuvre d’un suivi précis, organisé et fiable de l’avancement des
chantiers et le respect de certaines règles (contrat, facturations partielles, état de situation
de travaux vérifiés par le maître d’œuvre, etc.). Cette méthode étant privilégiée par les
normes internationales. L’option pour cette méthode est irréversible.

Le choix de la méthode appartient à l’entreprise et dépend de sa capacité à mettre en place une


comptabilité analytique suffisamment fiable si elle souhaite déterminer un résultat
intermédiaire. Ce choix doit s’inscrire dans le principe de permanence des méthodes et être
décrit dans l’annexe.

Les travaux en cours sont constitués des éléments suivants :

 Coût d’achat des matières consommées ;

 Charges directes de production ;

 Charges indirectes de production dont sont notamment exclus les frais financiers (sauf
lorsque le cycle de production est supérieur à 12 mois), les frais administratifs et
commerciaux.

Le suivi de la sous-traitance directe


Lorsque le sous-traitant est payé directement par le client, le chiffre d’affaires non encaissé doit
transiter dans la comptabilité de l’entreprise qui sous-traite. Cette entreprise doit être informée
par le sous-traitant des facturations faites au client et des règlements de ce dernier.

2. Spécificités fiscales

a. Taux de TVA applicable


Le taux de TVA applicable depuis le 1er janvier 2012 :

 7 % pour les travaux d’amélioration, de transformation, d’aménagement et d’entretien


portant sur des logements achevés depuis plus de 2 ans (attestation sur ce point à faire
établir par le client) à l’exception, notamment, de la part correspondant à la fourniture
d’équipements ménagers ou mobiliers et de certains gros équipements.

Le taux de 5,5 % est maintenu pour les travaux dès lors qu’un devis aura été signé avant le
20 décembre 2011 et qu’un acompte aura été versé.

Deux nouveaux modèles d’attestation de TVA à taux réduit remplacent la précédente (une
attestation simplifiée et une attestation normale qui peuvent être téléchargées sur le site
www.impots.gouv.fr).

48 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

Il est très important de sensibiliser le client sur le fait d’établir l’attestation appropriée
puisque le risque pour celui-ci est important. Il est solidairement tenu au paiement du
complément de taxe résultant de la différence entre le montant de la TVA due et le
montant de TVA effectivement payé.

Les factures d’acomptes ne peuvent être établies au taux intermédiaire de 7 % que si


l’attestation est établie à cette date. L’administration admet que le taux réduit de TVA de
7 % s'applique dès le premier acompte, sous réserve que les travaux et les locaux soient
éligibles au taux réduit de la TVA et que l'attestation soit fournie lors de la facturation
finale ou de l'achèvement des travaux.

 19,6 % pour toutes les autres prestations.

b. Fait générateur et exigibilité


Le fait générateur de la TVA sur les travaux facturés par les entreprises du BTP est constitué par
la réalisation de ces travaux. L’exigibilité étant constituée par l’encaissement des facturations.

Une option peut cependant être prise pour les « débits », sans grand intérêt sauf cas particuliers.

c. Provisions
Le plan comptable a prévu certaines provisions, fiscalement déductibles si elles répondent aux
critères fiscaux de déductibilité (conditions de fond et de forme) et notamment :

 Provision pour risques correspondant à une perte probable sur chantiers ;

 Dans la méthode à l’achèvement des travaux, il s’agit de la perte latente constatée à la


clôture d’un exercice ;

 Provisions pour garanties données aux clients dans le cadre des garanties décennales,
biennales et de bonne fin de chantier ;

 Provision pour remise en état des sites lorsque la convention impose la réhabilitation des
sites d’exploitation dans le paysage.

3. Spécificités sociales

a. Conventions collectives
Différentes conventions collectives nationales régissent les salariés du BTP en fonction de la
taille de l’entreprise et/ou du statut des employés :

 Convention collective nationale des ouvriers des entreprises de bâtiment occupant jusqu’à
10 salariés du 8 octobre 1990 étendue par arrêté du 12 février 1991 (brochure JO : 3193) ;

 Convention collective nationale des ouvriers des entreprises de bâtiment de plus de


10 salariés du 8 octobre 1990 étendue par arrêté du 8 février 1991 (brochure JO : 3258) ;

 Convention collective nationale des employés, techniciens et agents de maîtrise (ETAM) du


bâtiment du 12 juillet 2006 étendue par arrêté du 5 juin 2007 (brochure JO : 3002) ;

 Convention collective nationale des ingénieurs, assimilés et cadres du bâtiment du


1er juin 2004 non étendue (brochure JO : 3002) ;

 Convention collective nationale des ouvriers des travaux publics du 15 décembre 1992
étendue par arrêté du 27 mai 1993(brochure JO : 3005) ;

 Convention collective nationale des employés, techniciens et agents de maîtrise (ETAM) des
travaux publics du 12 juillet 2006 étendue par arrêté du 15 juin 2007 (brochure JO : 3005) ;

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 49


Bâtiment

 Convention collective nationale des ingénieurs, assimilés et cadres des travaux publics du
1er juin 2004 non étendue (brochure JO : 3005).

 Ces conventions sont complétées par des accords nationaux et régionaux dans le Bâtiment
et les Travaux Publics.

b. Dispositions générales

Congés payés
La loi du 20 juin 1936 a rendu obligatoire l’attribution d’un congé annuel à tous les salariés.
Selon l’article D. 3141-12 du Code du travail « le service des congés payés est assuré par des
caisses constituées à cet effet dans les entreprises » du bâtiment et des travaux publics.

Ces caisses obligatoires perçoivent les cotisations « congés payés » et « chômage intempéries ».

Les entreprises du bâtiment indiquent à la caisse des congés payés par fiche navette les dates de
congés pris. Ces dates doivent correspondre à celles mentionnées sur le bulletin de salaire. A
défaut, l’entreprise peut se voir contrainte de rembourser les sommes versées pour des jours en
discordance. Il existe une caisse de congés payés par région.

Chômage – intempéries
Mis en œuvre par les articles L. 5424-6 et suivants et D. 5424-28 du Code du travail, un dispositif
particulier dit « chômage – intempéries » financé par les cotisations des employeurs auprès de la
caisse de congés payés permet le versement des ¾ de leur rémunération aux salariés du bâtiment
en cas d’intempéries. Sont considérées comme intempéries les conditions atmosphériques et les
inondations qui rendent l’accomplissement du travail dangereux, voire impossible eu égard, soit
à la santé, soit à la sécurité des travailleurs, soit à la nature ou à la technique du travail à
accomplir (article L. 5424-8 du Code du travail).

Chèques vacances
Mécanisme optionnel reposant sur l’adhésion volontaire des entreprises au dispositif et sur le
choix individuel des salariés d’effectuer des versements.

c. CCN des ouvriers du bâtiment


 CCN des ouvriers des entreprises de bâtiment occupant jusqu’à 10 salariés du 8 octobre
1990 étendue par arrêté du 12 février 1991 (brochure JO : 3193) ;

 CCN des ouvriers des entreprises de bâtiment de plus de 10 salariés du 8 octobre 1990
étendue par arrêté du 8 février 1991 (brochure JO : 3258).

Nota : il existe de nombreuses dispositions régionales, départementales auxquelles il conviendra


de se reporter.

Champ d’application
Entreprises dont l’activité est visée et exerçant son activité sur le territoire métropolitain à
l’exclusion des départements d’Outre-Mer.

Contrat de travail

Contrat écrit
Nécessité d’un document écrit remis au salarié au plus tard dans les 8 jours suivant
l’embauchage avec des mentions obligatoires fixées par la CCN.

50 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

Période d'essai
Durée de la période d’essai prévue par les CCN plus courte que celle prévue par la loi,
inapplicable depuis le 1er juillet 2009 (sauf dispositions contractuelles en ce sens). Application
des durées de périodes d’essai légales (art. L. 1221-19).

Heures pour recherche d’emploi pendant le préavis payées seulement en cas de licenciement :
4 h pour un préavis de 2 jours, 12 h pour un préavis de 2 semaines, 25 h pour un préavis d’au
moins 1 mois.

Ancienneté
Présence continue : temps écoulé depuis la date du dernier embauchage, y compris les périodes
de suspension du contrat.

Ancienneté dans l’entreprise : prise en compte de la présence continue au titre du contrat en


cours mais également, le cas échéant, de la durée des contrats antérieurs à l’exclusion de ceux
rompus pour faute grave.

Ancienneté pour le calcul de l’indemnité de licenciement : on entend notamment par ancienneté


pour le calcul de l’indemnité de licenciement :

 Le temps où l’ouvrier a été employé en une ou plusieurs fois (y compris dans un


établissement de l’entreprise situé hors de métropole), quels qu’aient été ses emplois
successifs, déduction faite, en cas d’engagements successifs, des contrats résiliés du fait de
l’ouvrier quelles que puissent être les modifications survenues dans la situation juridique de
l’employeur ;

 La durée des interruptions pour périodes militaires obligatoires, maladie, accident,


maternité, CP.

Lorsque le salarié a déjà perçu une indemnité de licenciement lors de la rupture d’un précédent
contrat, il convient de déduire le montant de l’indemnité déjà versée.

Epreuve professionnelle
Si une épreuve est exigée avant la prise d’effet du contrat : au plus une journée rémunérée au
taux du salaire d’embauche qui ne peut être inférieur au salaire minimum de l’emploi
correspondant.

Procédure de licenciement pour fin de chantier


Dans un délai de 15 jours avant l’envoi des lettres de notification du licenciement aux salariés
concernés, information et consultation des représentants du personnel. La CC fixe les modalités
précises de cette procédure.

Départ à la retraite
Indemnité de fin de carrière versée par BTP-Prévoyance.

Congés spéciaux

Congés pour ancienneté


Il faut se reporter aux dispositions régionales pour certaines les prévoyant.

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 51


Bâtiment

Congés exceptionnels pour événements familiaux


salarié 4 jours
Mariage
1 jour
enfant
3 jours + congé légal
Naissance ou adoption
de paternité

3 jours (4 jours pour les ouvriers


conjoint, enfant, père, mère en grand déplacement à + de
400 km)
Décès
grand-parent, beau-parent,
1 jour
frère, sœur, beau-frère,

Enfant malade belle-sœur, petit-enfant 3 à 5 jours par an

Durée du travail

Répartition de la durée hebdomadaire


La semaine de travail est fixée au maximum à cinq jours consécutifs. Exceptions :

 Travail possible le samedi (ou le lundi) pour des raisons impératives (travaux urgents ou
continus ou travaux dans des locaux où le public est admis) avec attribution d’un repos
compensateur (à prendre dans les 5 semaines et si possible dans le mois civil) d’une durée
égale aux heures effectuées en plus des 5 jours de travail hebdomadaire. La moitié des
heures non effectuées lors du repos compensateur est indemnisée par leur non-déduction du
salaire mensuel ;

 Travail possible pendant 6 jours consécutifs dans les entreprises d’installation de stands et
d’expositions, pour raisons impératives liées au caractère particulier de l’activité. Dans ce
cas, repos compensateur à prendre dans un délai de 6 mois et égal aux heures effectuées
au-delà du 5ème jour de travail consécutif.

Repos hebdomadaire
Durée minimale de 48 heures correspondant à 2 jours consécutifs de repos dont l’un est le
dimanche et l’autre le samedi, en priorité, ou le lundi.

Travail en équipes successives ou chevauchantes


Pour des raisons techniques ou des raisons de sécurité ainsi que pour le personnel affecté à des
activités de maintenance, d’entretien ou de dépannage, possibilité d’organiser le travail soit en
2 ou 3 équipes successives, soit en équipes chevauchantes. Dans ce dernier cas, le décalage de
l’horaire journalier entre la mise au travail ou la fin de travail des premières équipes et celles
des équipes suivantes ne doit pas dépasser 2 h 30.

Déduction des heures non travaillées


Montant de la déduction heures de travail non effectuées : quotient du salaire mensuel par le
nombre d’heures de travail dans l’entreprise pour le mois considéré.

Ne donnent pas lieu à déduction les heures :

 Rémunérées comme travail effectif selon les dispositions légales et conventionnelles ;

 Non travaillées par les ouvriers remplissant les conditions prévues pour bénéficier du
paiement d’un jour férié ou d’une autorisation d’absence exceptionnelle. En outre, ces
heures ouvrent droit au versement d’une indemnité pour compenser la perte des heures
supplémentaires qui auraient été effectuées le jour d’absence, compte tenu de l’horaire

52 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

hebdomadaire de travail effectif s’il n’y avait pas eu jour férié ou autorisation d’absence.
En cas d’absence due au chômage d’un jour férié, ces heures non travaillées sont assimilées
à un travail effectif pour le calcul des majorations pour heures supplémentaires.

Parmi les heures de travail non effectuées, sont indemnisées les heures perdues par suite de
chômage partiel ou chômage-intempéries et les heures non effectuées du fait d’un arrêt de
travail pour maladie, accident, maternité.

Récupération des heures perdues pour intempéries


Dans les ateliers ou chantiers de montagne dans lesquels les travaux sont arrêtés pendant 3 mois
au moins, les heures perdues du fait des intempéries peuvent être récupérées dans la limite
maximale de 120 heures par an.

Travaux pénibles
Pause payée, considérée comme du temps de travail effectif, égale à 10 % du temps de travail
pénible.

Liste des travaux concernés dans la CCN.

Se reporter aussi aux dispositions spécifiques aux régions.

Autres travaux particuliers


Pour les travaux exceptionnels de nuit et du dimanche, travaux urgents et imprévus, travaux
continus et par roulement, se reporter aux dispositions spécifiques aux régions.

Accord RTT
Entreprises du bâtiment de moins de 10 salariés et moins : accord du 9 septembre 1998 étendu
par arrêté du 30 octobre 1998 complété par l’avenant n° 1 du 10 mai 2000 étendu par arrêté du
23 novembre 2000 et l’accord du 4 juillet 2000 étendu par arrêté du 10 novembre 2000.

Entreprises du bâtiment de plus de 10 salariés (également applicable aux travaux publics quel
que soit l’effectif) : accord du 6 novembre 1998 étendu par arrêté du 23 février 1999 et du
30 mai 2000 et l’accord du 4 juillet 2000 étendu par arrêté du 10 novembre 2000.

Heures supplémentaires

Indemnisation

Régime légal : 25 % pour les 8 premières heures supplémentaires, 50 % pour les suivantes.

Contingent annuel d’heures supplémentaires

Entreprises du bâtiment de 10 salariés et moins et de plus de 10 salariés : 145 heures par salarié.
Contingent augmenté de 35 h par an et par salarié pour les salariés dont l’horaire n’est pas
annualisé.

Heures supplémentaires exceptionnelles


En cas de surcroît exceptionnel de travail ou pour des raisons de sécurité ou des raisons
impératives, telles que des travaux urgents ou continus, ou pour des raisons climatiques ou en
cas de contraintes commerciales et techniques imprévisibles, les employeurs peuvent aussi
recourir à des heures supplémentaires exceptionnelles, au-delà du contingent ci-dessus, en
demandant préalablement l’avis des représentants du personnel puis l’accord de l’inspection du
travail.

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 53


Bâtiment

Ces heures supplémentaires exceptionnelles ouvrent droit à un repos compensateur dont la durée
est égale au nombre d’heures supplémentaires exceptionnelles effectuées. Ce temps de repos
compensateur intégralement indemnisé, qui ne se cumule pas avec les dispositions légales ou
conventionnelles ayant le même objet, sera pris dans un délai maximum de 2 mois suivant la
date à laquelle le droit au repos compensateur aura été acquis.

Les employeurs doivent indiquer à l’inspection du travail, dans la demande d’autorisation


d’utilisation d’heures supplémentaires exceptionnelles, les dates approximatives auxquelles le
repos compensateur sera pris.

L’utilisation des heures supplémentaires (heures comprises dans le contingent annuel ou heures
supplémentaires exceptionnelles) ne doit pas avoir pour effet de dépasser les durées maximales
de travail suivantes : 10 heures par jour, 48 heures par semaine, 46 heures en moyenne sur
12 semaines consécutives et 44 heures en moyenne sur le semestre civil.

Maladie (indemnisation par année civile)

Indemnisation
Conditions d'ancienneté pour bénéficier de l'indemnisation :

 Ouvriers de moins de 25 ans et apprentis sous contrat : 1 mois ;

 Ouvriers d'au moins 25 ans : 3 mois ou 1 mois s'ils ont acquis au moins 750 points de retraite
CNRO calculés selon les dispositions prévues au règlement de cette institution, dans les 10
dernières années précédant le jour de l'arrêt de travail.

Conditions d'ancienneté supprimées en cas d'AT et MP > 30 jours :

Accident ou maladie non professionnels


PÉRIODE INDEMNISÉE DÉLAI DE CARENCE DE 3 JOURS

100 % (pendant 45 jours) Du 4ème au 48ème jour inclus d'arrêt de travail.

75 % (jusqu'au 90ème jour d'arrêt de travail) Du 49ème au 90ème jour inclus d'arrêt de travail.

Accident du travail ou maladie professionnelle


DURÉE DE L'INDISPONIBILITÉ PÉRIODE INDEMNISÉE

90 % du 1er au 15ème jour inclus d'arrêt de travail ;


Arrêt inférieur ou égal à 30 jours 100 % du 16ème au 30ème jour inclus d'arrêt de
travail.

Arrêt supérieur à 30 jours 100 % du 1er au 90ème jour inclus d'arrêt de travail.

Accident de trajet couvert par la législation de sécurité sociale relative aux


accidents du travail et aux maladies professionnelles
DURÉE DE L'INDISPONIBILITÉ
DÉLAI DE CARENCE PÉRIODE INDEMNISÉE

100 % du 4ème au 30ème jour inclus


Arrêt inférieur ou égal à 30 jours 3 jours
d'arrêt de travail.

100 % du 1er au 90ème jour inclus d'arrêt


Arrêt supérieur à 30 jours
de travail.

Base de calcul : 1/30 du dernier salaire mensuel pour chaque jour ouvrable ou non d'arrêt,
remboursements de frais exclus.

54 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

Les entreprises restant en dehors du régime d'indemnisation d'arrêts de travail < à 90 jours
doivent verser aux ouvriers le montant des indemnités complémentaires aux IJSS.

Ancienneté
Temps écoulé depuis la date de la dernière embauche, y compris les périodes de suspension du
contrat (ancienneté minimale : 3 mois ou 1 mois s’ils ont acquis au moins 750 points de retraite
CNRO calculés selon les dispositions prévues au règlement de cette institution dans les
10 dernières années précédant le jour de l’arrêt de travail).

Garantie d’emploi
90 jours au cours de la même année civile. Ensuite, licenciement possible en cas d’obligation de
remplacement. Dans ce cas, l’ouvrier doit continuer à percevoir les indemnités complémentaires
jusqu’à son rétablissement ou, au plus tard, jusqu’à l’expiration de la durée d’indemnisation.

Maternité

Indemnisation pendant le congé de maternité


Sous conditions d’ancienneté identiques à la maladie, maintien du salaire sous déduction des IJSS
et des régimes de prévoyance pendant 6 semaines avant l’accouchement et 10 semaines après.

Réduction d'horaire
Pour les salariées non sédentaires, à partir du 3ème mois de grossesse, 15 minutes le matin et
15 minutes l’après-midi, ou 30 minutes le matin ou l’après-midi.

Rémunérations

Prime de vacances
Prime prise en charge par la caisse de congés payés du BTP accordée aux ouvriers ayant effectué
au moins 1 503 heures au cours de l’année de référence dans une ou plusieurs entreprises du BTP
ou 150 heures pour les ouvriers ayant effectué le service national. Absences pour maladie
assimilées à du temps de travail effectif pour le calcul de cette durée minimale.

Montant : prime égale à 30 % de l’indemnité de congés payés due pour 24 jours ouvrables, à
savoir calculée sur la base de 2 jours de travail par mois ou 150 heures.

Indemnités de petits déplacements


Bénéficient des indemnités de petits déplacements, les ouvriers non sédentaires du bâtiment
pour les petits déplacements qu'ils effectuent quotidiennement pour se rendre sur le chantier
avant le début de la journée de travail et pour en revenir, à la fin de la journée de travail.

Il est institué un système de zones circulaires concentriques dont les circonférences sont
distantes entre elles de dix kilomètres mesurés à vol d'oiseau. A chaque zone concentrique
correspond une valeur de l'indemnité de frais de transport et une valeur de l'indemnité de trajet,
le montant de l'indemnité de repas étant le même pour toutes les zones concentriques.

Indemnité de repas

Indemnisation du supplément de frais occasionné par la prise du déjeuner en dehors de la


résidence habituelle de l’ouvrier. Elle n’est pas due par l’employeur lorsque :

 L’ouvrier prend effectivement son repas à sa résidence habituelle ;

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 55


Bâtiment

 Un restaurant d’entreprise existe sur le chantier et le repas est fourni avec une
participation financière de l’entreprise égale au montant de l’indemnité de repas ;

 Le repas est fourni gratuitement ou avec une participation financière de l’entreprise égale
au montant de l’indemnité de repas.

Indemnité de transport

Cette indemnité a pour objet d’indemniser forfaitairement les frais de transport engagés pour se
rendre sur le chantier et en revenir, quel que soit le moyen de transport utilisé. Elle n’est pas
due lorsque l’ouvrier n’engage pas de frais de transport, notamment lorsque l’entreprise assure
gratuitement le transport ou rembourse les titres de transport.

Indemnité de trajet

Cette indemnité indemnise la sujétion, c’est-à-dire le temps passé par le salarié pour se rendre
sur le chantier et en revenir. Elle n’est pas due lorsque l’ouvrier est logé gratuitement par
l’entreprise sur le chantier ou à proximité immédiate du chantier.

Ces 3 indemnités sont journalières et forfaitaires.

Indemnités de grands déplacements


Est réputé en grand déplacement l'ouvrier qui travaille sur un chantier métropolitain dont
l'éloignement lui interdit - compte tenu des moyens de transport en commun utilisables - de
regagner chaque soir le lieu de résidence, situé dans la métropole :

 Qu'il a déclaré lors de son embauchage et qui figure sur sa lettre d'engagement ;

 Ou qu'il a fait rectifier en produisant les justifications nécessaires de son changement de


résidence.

Indemnité égale aux dépenses journalières normales engagées par l’ouvrier en plus des dépenses
habituelles qu’il engagerait s’il n’était pas déplacé :

 Remboursement des dépenses obligatoires pour tous les jours ouvrables ou non pendant
lesquels l’ouvrier reste à disposition sur son lieu de déplacement ;

 Pendant la durée des congés payés et celle des voyages périodiques : seuls les frais de
logement dans la localité sont remboursés ;

 En cas d’hospitalisation au voisinage du chantier de l’ouvrier malade, versement d’une


indemnité journalière égale à 2 fois le minimum garanti.

L’ouvrier en grand déplacement du siège social au chantier ou inversement perçoit en plus du


remboursement des frais de transport :

 Pour les heures comprises dans l’horaire de travail non accomplies en raison de l’heure de
départ ou d’arrivée : indemnité égale au salaire qu’il aurait gagné s’il avait travaillé ;

 Pour chaque heure de trajet non comprise dans l’horaire de travail : indemnité égale à 50 %
du salaire horaire sans majoration ni prime compensatrice ;

 Remboursement des frais de transport sur justificatifs base SNCF 2ème classe ;

 Périodicité des voyages de détente en fonction de l’éloignement de la localité ;

 Indemnités non dues si le salarié a la possibilité de rentrer le soir à son domicile.

Primes, indemnités diverses, travaux pénibles, travail au rendement, etc.


Pour les primes et les indemnités, notamment, outillage, travaux exceptionnels, ramonage,
vêtements de travail, etc. ; il convient de se reporter aux dispositions spécifiques régionales.

56 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

Droit individuel à la formation (DIF)


Accord du 13 juillet 2004 étendu par arrêté du 28 décembre 2004 : le droit est calculé par année
civile.

Depuis le 1er janvier 2005, tout salarié ayant un an d’ancienneté acquiert 20 heures au titre du
DIF. Au titre de l’année 2004, les salariés ont 20 heures au 31 décembre 2004.

Déroulement sur temps de travail par accord employeur/salarié.

Dans le seul secteur du bâtiment, transférabilité des heures en cas de licenciement ou de


démission à hauteur de 60 % (avec règles de plafonnement).

Organismes sociaux spécifiques

Retraite complémentaire et prévoyance


BTP Retraite et BTP Prévoyance.

d. CCN des ETAM du bâtiment


 CCN des ETAM du bâtiment du 12 juillet 2006 étendue par arrêté le 5 juin 2007 (brochure
JO : 3002) ;

 CCN des ETAM d’Ile-de-France.

Champ d’application (France métropolitaine à l’exclusion des


départements d’Outre-mer)
Champ d’application identique à celui des CCN étendues des ouvriers du bâtiment + Services
Interentreprises de santé au travail du BTP + des congés intempéries BTP - Union des Caisses de
France et des caisses de congés payés du bâtiment.

Salariés visés : ETAM.

Salariés exclus : VRP et travailleurs à domicile.

Champ d’application de la CCN des ETAM d’Ile-de-France : Paris, Seine-Saint-Denis, Hauts-de-


Seine, Val-de-Marne, Essonne, Yvelines, Val-d’Oise.

Salariés visés : ETAM.

Salariés exclus : VRP et travailleurs à domicile.

Contrat de travail (obligatoirement écrit avec certaines mentions


obligatoires)

Délégation de pouvoir
Les délégations de pouvoirs données aux ETAM, à partir du niveau F, doivent être formalisées par
un écrit comportant les mentions obligatoires prévues par la CCN.

Période d’essai
Durée de la période d’essai inapplicable depuis le 1er juillet 2009 (sauf dispositions contractuelles
en ce sens). Application des durées de périodes d’essai légales (art. L. 1221-19).

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 57


Bâtiment

Préavis

Durée du préavis

En cas de licenciement et de démission :

La durée du préavis est fixée à 1 mois si l'ETAM a moins de 2 ans d'ancienneté dans l'entreprise et
à 2 mois à partir de 2 ans d'ancienneté dans l'entreprise.

La durée du préavis est portée à 3 mois pour les ETAM licenciés justifiant de 15 années
d'ancienneté dans l'entreprise et âgés de plus de 55 ans à la date d'expiration du préavis,
effectué ou non.

Heures pour recherche d'emploi en cours de préavis

Y compris préavis pendant l’essai (disposition exclue de l’extension de la CC Ile-de-France) : en


cas de licenciement uniquement, 5 journées ou 10 demi-journées par mois payées (pas
d’indemnité en l’absence d’utilisation), prises en une ou plusieurs fois, pour moitié au choix de
l’employeur et pour moitié au choix du salarié.

Dispense de préavis

Pour le salarié licencié qui retrouve un emploi.

Ancienneté
Sont notamment pris en compte pour déterminer l’ancienneté :

 Le temps où l’ETAM a été employé en une ou plusieurs fois dans l’entreprise ou dans le
groupe y compris le temps correspondant à un emploi dans un établissement de l’entreprise
situé hors métropole ou dans tout établissement d’une autre entreprise où il aurait été
affecté sur instructions de son entreprise et avec accord de la nouvelle entreprise, quels
qu’aient été ses emplois successifs, déduction faite toutefois, en cas d’engagements
successifs, de la durée des contrats dont la rupture lui est imputable et quelles que puissent
être les modifications survenues dans la situation juridique de l’entreprise ;

 Les périodes d’absence pour maladie, accident ou maternité ;

 Les congés payés annuels ou congés exceptionnels de courte durée ;

 Le temps passé au service d’un autre employeur sur instruction de son entreprise.

Les fractions d’année d’ancienneté sont arrondies au 12ème le plus proche.

Engagements successifs
En cas d’engagements successifs dans la même entreprise, l’ancienneté totale est retenue pour
le calcul des indemnités de licenciement et de départ ou de mise à la retraite (sauf dans le cas
où les licenciements antérieurs ont été pratiqués par des entreprises qui à l’époque
n’appartenaient pas au groupe dont fait partie l’entreprise qui licencie en dernier lieu).

Toutefois, après un premier versement d’indemnité, les licenciements ultérieurs ou la mise ou le


départ à la retraite donnent lieu au versement d’indemnités complémentaires de caractère
différentiel, c’est-à-dire tenant compte du nombre de nouvelles années.

58 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

Congés spéciaux

Rappel de congés payés (CP) pour besoins du service


Deux jours supplémentaires de CP payés en plus du temps de voyage plus remboursement des
frais occasionnés pour l’ETAM souhaitant repartir terminer ses congés. Report des jours CP non
pris.

Congés supplémentaires pour ancienneté


En plus des jours de congés légaux et de fractionnement :

 Plus de 5 ans et moins de 10 ans de présence dans l’entreprise ou plus de 10 ans mais moins
de 20 ans de présence dans une ou plusieurs entreprises du BTP : + 2 jours ouvrables ;

 Plus de 10 ans de présence dans l’entreprise ou plus de 20 ans de présence dans une ou
plusieurs entreprises du BTP : + 3 jours ouvrables.

Durée du travail

Accords applicables
 Accord national du 9 septembre 1998 étendu applicable aux entreprises du bâtiment
occupant jusqu'à 10 salariés ;

 Accord national du 6 novembre 1998 étendu applicable aux entreprises du bâtiment


occupant plus de 10 salariés et aux entreprises de travaux publics, quel que soit leur
effectif ;

 Accord national du 12 juillet 2006 étendu organisant le recours au travail de nuit pour
toutes les catégories de personnel.

Répartition de la durée hebdomadaire


En principe, la semaine de travail est fixée au maximum à 5 jours consécutifs, sauf en cas :

 De circonstances imprévisibles, pour des travaux urgents, de sécurité ;

 D’activités de maintenance, de services, d’entretien ou de dépannage ;

 D’organisation du travail sur 4 ou 6 jours après consultation du CE, à défaut des DP ou par
accord d’entreprise. L’horaire ne doit pas excéder la durée légale hebdomadaire, les
plafonds légaux ou conventionnels en cas de travail sur 6 jours pour la période fixée après
consultation du CE, ou DP.

Repos hebdomadaire
Durée minimale de 48 heures correspondant à 2 jours consécutifs de repos dont l’un est le
dimanche et l’autre le samedi, en priorité, ou le lundi.

Récupération des heures perdues pour intempéries


Dans les ateliers ou chantiers de montagne dans lesquels les travaux sont arrêtés pendant 3 mois
au moins, les heures perdues du fait des intempéries peuvent être récupérées dans la limite
maximale de 120 heures par an.

Travaux pénibles
Pause payée, considérée comme du temps de travail effectif, égale à 10 % du temps de travail
pénible.

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 59


Bâtiment

Liste des travaux concernés dans la CCN.

Travail en équipes de suppléance de fin de semaine


A mettre en place par accord d’entreprise pour une période maximale de 6 mois consécutifs (sauf
accord des parties pour prolonger cette durée).

Travail posté en équipes successives ou chevauchantes


A mettre en place après consultation du CE ou, à défaut des DP ou par accord d’entreprise.

Deux formes possibles d’organisation du travail :

 Organisation du travail (en cycles ou non) en poste discontinu ou semi-continu sur 5 ou


6 jours dans la semaine, soit en 2 ou 3 équipes successives, soit en équipes chevauchantes.
Dans ce dernier cas, le décalage de l’horaire journalier entre la mise au travail et la fin de
travail des premières équipes et celles des équipes suivantes ne doit pas dépasser 3 heures ;

 Pour les activités de maintenance, de services, d’entretien ou de dépannage, aménagement


du travail en postes continus ou non sur 7 jours, organisé ou non en cycles sur une période
limitée.

Si plusieurs cycles se succèdent, chaque cycle est limité entre 8 et 12 semaines.

En cas de travail par équipes successives selon un cycle continu, l’ETAM ne peut être affecté à
2 équipes successives, sauf à titre exceptionnel et pour raisons impérieuses de fonctionnement.

Contingent heures supplémentaires


180 heures (145 heures pour les salariés dont l’horaire est annualisé). Paiement : majorations
légales.

Heures supplémentaires exceptionnelles


Possibilité de recourir à des heures supplémentaires exceptionnelles, au-delà du contingent après
avis des RP puis accord de l’inspection du travail (disposition exclue de l’extension de la CCN Ile-
de-France) en cas de surcroît exceptionnel de travail ou pour raisons de sécurité ou raisons
impératives ou climatiques, ou en cas de contraintes commerciales et techniques imprévisibles.
Ces heures sont majorées conformément aux dispositions légales en vigueur et ouvrent droit à un
repos compensateur indemnisé, à prendre dans les 2 mois.

Sauf dérogation de l’inspection du travail, l’utilisation des heures supplémentaires


exceptionnelles ne doit pas avoir pour effet de dépasser les durées maximales de travail.

Travail de nuit

Travail exceptionnel de nuit (20 h-6 h)

Majoration de 100 % des heures effectuées. Majoration non cumulable avec les majorations pour
travail exceptionnel le dimanche ou un jour férié (seule est retenue celle correspondant au taux
le plus élevé), ni avec les majorations pour heures supplémentaires.

Heures supplémentaires de nuit : compensation obligatoire d’un repos de même durée.

Travail habituel de nuit

ETAM accomplissant, au moins deux fois par semaine dans son horaire habituel au moins trois
heures de travail effectif quotidien entre 21 heures et 6 heures, ou effectuant, au cours d'une
période quelconque de 12 mois consécutifs, au moins 270 heures de travail effectif entre
21 heures et 6 heures.

60 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

Dispositions spécifiques aux ETAM dans le cadre d’une organisation du travail en équipes de
suppléances ou en équipes successives ou chevauchantes :

 Le repos compensateur accordé aux travailleurs de nuit ne se cumule pas avec les éventuels
repos accordés par l’entreprise en cas de mise en place de l’une de ces formes
d’organisation du travail ;

 La compensation salariale due en cas de travail habituel de nuit (à fixer au niveau de


l’entreprise) ne se cumule pas avec les éventuelles majorations accordées par les
entreprises en cas de mise en place de l’une de ces formes d’organisation du travail.

Travail du dimanche
Majoration de 100 % des heures effectuées en cas de travail exceptionnel le dimanche.

Majoration non cumulable avec les majorations pour travail exceptionnel de nuit ou d’un jour
férié (seule est retenue celle correspondant au taux le plus élevé), ni avec les majorations pour
heures supplémentaires.

Forfait annuel en jours


Bénéficiaires : ETAM à partir du niveau F disposant, en raison des conditions d’exercice de leurs
fonctions, d’une réelle autonomie dans l’organisation de leur emploi du temps.

Jour férié
Travail exceptionnel un jour férié : majoration de 100 % des heures effectuées, non cumulable
avec les majorations pour travail exceptionnel de nuit ou du dimanche (seule est retenue celle
correspondant au taux le plus élevé), ni avec les majorations pour heures supplémentaires.

Maladie

Indemnisation par année civile


Maladie, maladie professionnelle, accident du travail ou accident non professionnel, à l’exclusion
des accidents ayant entraîné une incapacité supérieure à 1 mois et provoqués par la pratique de
sports.

AT ou maladie professionnelle : pas de condition d'ancienneté : 90 jours à 100 % puis intervention


du régime de prévoyance.

Maladie ou accident non professionnel : après 1 an de présence dans l'entreprise ou 5 ans de


service (continus ou non) dans une ou plusieurs entreprises du BTP : 90 jours à 100 % puis
intervention du régime de prévoyance.

Garantie d'emploi en cas de maladie


Si les nécessités de bon fonctionnement de l’entreprise justifient le remplacement à titre
permanent du salarié absent pour maladie ou accident, possibilité pour l’employeur de rompre le
contrat de travail avec versement de l’indemnité de préavis (indemnité non due en cas de
licenciement consécutif à une inaptitude physique du salarié).

Maternité

Indemnisation pendant le congé de maternité


Pour les salariées ayant au moins 1 an de présence dans l’entreprise, les périodes d’arrêt de
travail dues à une maternité, y compris celles qui sont dues à un état pathologique attesté par
certificat médical et indemnisé par la sécurité sociale au titre de l’assurance maternité, seront

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 61


Bâtiment

indemnisées à 100 % des appointements mensuels (déductions faites des IJ perçues au titre de la
sécurité sociale ou de tout autre régime de prévoyance) pendant une durée maximale de
16 semaines.

Réduction d'horaire
Pour les salariées non sédentaires, à partir du 3ème mois de grossesse, 15 minutes le matin et
15 minutes l’après-midi, ou 30 minutes le matin ou l’après-midi.

Garantie d'évolution de la rémunération


Au-delà de l’obligation légale de garantie d’évolution de la rémunération à l’issue du congé de
maternité ou d’adoption, les salariés en cours de congé de maternité ou d’adoption bénéficient
de l’augmentation collective à la même échéance et aux mêmes conditions que les autres
salariés.

Droit individuel à la formation (DIF)


Dispositions visées dans la CCN des ouvriers du bâtiment ci-avant.

Primes

Prime de vacances
ETAM ayant au moins 6 mois de présence dans une ou plusieurs entreprises du BTP : 30 % de
l’indemnité de congés correspondant à 24 jours ouvrables (base : 2 jours ouvrables de congé par
mois de travail). La prime est versée en même temps que l’indemnité de congé.

Déplacements

Déplacements et changements de résidence en France sauf départements d’Outre-mer

Déplacements occasionnels de courte durée : remboursement sur justification des frais de


voyage, de séjour (possibilité de forfaits) et de représentation.

Déplacement continu : indemnité forfaitaire (définie préalablement) pendant le déplacement.

Voyages de détente hebdomadaire : remboursement des frais d’un voyage de détente


hebdomadaire vers le lieu de résidence lors des déplacements supérieur à une semaine.

Maladie, accident grave avec hospitalisation, décès pendant le déplacement : remboursement


des frais de transport à un proche du salarié. En cas de décès d’un ETAM en déplacement, prise
en charge par l’entreprise des frais de transport du corps au lieu de résidence ou au lieu
d’inhumation situé en France métropolitaine.

Utilisation du véhicule personnel : frais remboursés sur la base du barème en vigueur dans
l’entreprise (qui ne peut être inférieur au barème fiscal) et assurance prise en charge par
l’entreprise.

Changement de résidence dû à un changement de lieu d’emploi : frais pour le salarié et sa


famille pris en charge par l’entreprise sur justification (au plus 3 mois de loyer). L’ETAM est
considéré comme déplacé et indemnisé, dans la limite d’1 an (délai prorogeable par accord
individuel en cas de nécessité) tant qu’il n’a pu installer sa famille dans la nouvelle résidence.

En cas de décès de l’ETAM au lieu de sa nouvelle résidence, prise en charge par l’entreprise des
frais de rapatriement de sa famille et des frais éventuels de retour du corps.

62 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

Retour à la résidence initiale : en cas de licenciement après un changement de résidence,


remboursement sur justificatifs des frais directement occasionnés par le retour à la résidence
initiale, sous réserve que le retour ait lieu dans un délai de 6 mois à compter de la notification
du licenciement. Si, dans la même hypothèse, l’ETAM licencié s’installe dans un autre lieu que sa
résidence initiale, remboursement des frais visés ci-avant dans la limite de ceux qu’aurait
occasionné son retour au point de départ.

Déplacements dans les départements d’Outre-mer et hors de France

Bénéficiaires : ETAM ayant travaillé pendant au moins 3 mois dans un ou plusieurs établissements
métropolitains d’une entreprise relevant de la CC et qui, sans avoir quitté l’entreprise depuis,
sont déplacés (ou mutés) pour exercer temporairement une fonction hors de la France
métropolitaine.

Assurance et garanties collectives : l’entreprise assure à l’ETAM en déplacement une garantie


couvrant les frais d’accidents (notamment le rapatriement), décès, invalidité, assistance
juridique et, dans la mesure du possible, la continuité des garanties collectives des régimes
métropolitains.

Déplacements inférieurs à 3 mois : les dispositions de la CCN restent applicables.

Déplacements supérieurs à 3 mois : avenant au contrat avec les mentions obligatoires prévues
par la CCN se substituant au contrat initial pendant la durée du séjour (garanties de prévoyance
au moins équivalentes à celles prévues par le régime de prévoyance) pour une durée du séjour
sans interruption limitée à 2 ans sauf accord de l’ETAM. En cas de rupture du contrat durant le
séjour hors de la France métropolitaine : indemnités de rupture calculées sur le montant de la
rémunération effective de l’ETAM base France métropolitaine (sauf disposition contractuelle plus
favorable). Prise en charge par l’entreprise des frais de rapatriement de l’ETAM et sa famille si le
rapatriement a lieu dans un délai maximum de 9 mois à compter de la notification du
licenciement.

Organismes sociaux spécifiques

Retraite complémentaire
BTP Retraite. Les TAM relevant des articles 4 bis et 36 de la CCN AGIRC sont obligatoirement
affiliés au régime complémentaire retraite des cadres auprès de la CNRBTPIG.

Régime de prévoyance
BTP Prévoyance sauf les personnels de nettoyage, gardiennage qui relèvent de la CCN des
ouvriers.

e. CCN des cadres du bâtiment


 CCN des ingénieurs, assimilés et cadres du bâtiment du 1er juin 2004 non étendue (brochure
JO n° 3022) ne s’appliquant que dans les entreprises adhérentes de l’une des fédérations
patronales signataires (sauf accords nationaux étendus) ;

 CCN des cadres de la région parisienne 28 juin 1993 étendue par arrêté du 15 novembre
1993. La CCN des cadres de la région parisienne (brochure JO n° 3032) du 28 juin 1993
étendue par arrêté du 15 novembre 1993 est d’application obligatoire dans toutes les
entreprises de cette région.

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 63


Bâtiment

Champ d’application (France métropolitaine à l’exclusion des


départements d’Outre-mer)
Champ d’application identique à celui des CCN étendues des ouvriers du bâtiment établi par
rapport à la nomenclature INSEE de 1973.

Contrat de travail (obligatoirement écrit avec certaines mentions


obligatoires)

Périodes d’essai
Dispositions de la CCN non applicables depuis le 1er juillet 2009. Application des dispositions
légales (art. L. 1221-19 du Code du travail).

Délégations de pouvoir et subdélégations


Les délégations de pouvoirs (et subdélégations) données aux cadres doivent être formalisées par
un écrit comportant les mentions obligatoires prévues par la CCN.

Préavis

Durée du préavis en dehors de la période d'essai

En cas de licenciement autre que pour faute grave, la durée du préavis est fixée à 2 mois si le
cadre a moins de 2 ans d'ancienneté dans l'entreprise et à 3 mois à partir de 2 ans d'ancienneté
dans l'entreprise.

En cas de démission, la durée du préavis est la même qu’en cas de licenciement, sauf accord
entre les parties pour une durée inférieure.

Heures pour recherche d’emploi


Heures pour recherche d’emploi en cours de préavis (y compris préavis pendant essai) : en cas de
licenciement uniquement, 5 journées ou 10 demi-journées par mois payées, prises en une ou
plusieurs fois, pour moitié au choix de l’employeur et pour moitié au choix du salarié.

Notion d'ancienneté
Sont notamment pris en compte pour déterminer l’ancienneté :

 Le temps où le cadre a été employé en 1 ou plusieurs fois dans l’entreprise ou dans le


groupe y compris le temps dans un établissement de l’entreprise situé hors métropole ou
dans tout établissement d’une autre entreprise où il aurait été affecté sur instructions de
l’entreprise et avec accord de la nouvelle entreprise, quels qu’aient été ses emplois
successifs, déduction faite en cas d’engagements successifs de la durée des contrats dont la
rupture lui est imputable et quelles que puissent être les modifications survenues dans la
situation juridique de l’entreprise ;

 Les absences maladie, accident, maternité, les CP ou congés exceptionnels de courte


durée ;

 Le temps passé chez un autre employeur (mutation provisoire ou définitive).

Les fractions d’année d’ancienneté sont arrondies au 12ème le plus proche.

64 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

Départ à la retraite à l'initiative du cadre âgé de plus de 60 ans


Le cadre âgé de plus de 60 ans qui remplit les conditions pour bénéficier d'une pension vieillesse
à taux plein du régime général de la sécurité sociale ou d'un régime assimilé et qui résilie lui-
même son contrat de travail pour prendre effectivement sa retraite, perçoit l'indemnité de
départ.

Cette indemnité lui est également attribuée s'il résilie lui-même son contrat de travail à partir de
55 ans révolus, à condition que la résiliation de son contrat soit suivie de la justification de la
liquidation de sa retraite à compter de la cessation de son emploi.

Le montant de l'indemnité de départ est calculé selon le barème suivant :

 1,5/10èmes de mois par année d'ancienneté, à partir de 2 ans révolus et jusqu'à 10 ans
d'ancienneté.

 3/10èmes de mois par année d'ancienneté, pour les années au-delà de 10 ans d'ancienneté.

L'indemnité de départ en retraite ne peut dépasser la valeur de 8 mois.

Indemnités de licenciement
Indemnité due, sauf faute grave, à partir de 2 ans d’ancienneté dans l’entreprise, au cadre
n’ayant pas 65 ans : 3/10ème de mois par année d’ancienneté à partir de 2 ans et jusqu’à 10 ans
d’ancienneté + 6/10ème de mois par année au-delà de 10 ans d’ancienneté. Maximum : 15 mois.

Montant de l’indemnité majoré de 10 % pour les cadres licenciés âgés de plus de 55 ans à la date
d’expiration du préavis (effectué ou non).

Engagement successif
En cas d’engagements successifs dans la même entreprise, l’ancienneté totale est retenue pour
le calcul des indemnités de licenciement et de mise à la retraite (sauf dans le cas où les
licenciements antérieurs ont été pratiqués par des entreprises qui à l’époque n’appartenaient
pas au groupe dont fait partie l’entreprise qui licencie en dernier lieu).

Toutefois, après un premier versement d’indemnité, les licenciements ultérieurs ou la mise à la


retraite donnent lieu au versement d’indemnités complémentaires de caractère différentiel, à
savoir en tenant compte du nombre de nouvelles années.

Déclassement
Si déclassement : versement, à titre de dommages et intérêts de l’indemnité de licenciement et
le nouveau contrat devient générateur d’indemnités complémentaires de caractère différentiel.

Congés spéciaux

Rappel de congés payés (CP) pour raisons de service


2 jours supplémentaires de CP en plus du temps de voyage ajoutés au remboursement des frais
occasionnés par le rappel pour le cadre souhaitant repartir terminer ses congés. Les jours de
congés non pris sont reportés.

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 65


Bâtiment

Congés pour événements familiaux


Mariage 4 jours

Pacs 3 jours

Mariage d'un de ses enfants 3 jours

Obsèques de son conjoint marié ou pacsé 3 jours

Obsèques d'un de ses enfants 3 jours

Obsèques de son père, de sa mère 3 jours

Obsèques d'un de ses grands-parents ou beaux-


parents, d'un de ses frères ou beaux-frères, d'une
1 jour
de ses sœurs ou belles-sœurs, d'un de ses petits-
enfants

Naissance survenue à son foyer ou arrivée d'un


3 jours
enfant placé en vue de son adoption

Congés supplémentaires pour ancienneté


En plus des jours de congés légaux et de fractionnement :

 Plus de 5 ans et moins de 10 ans de présence dans l’entreprise, ou plus de 10 ans mais
moins de 20 ans de présence dans une ou plusieurs entreprises du BTP : plus deux jours
ouvrables ;

 Plus de 10 ans de présence dans l’entreprise ou plus de 20 ans de présence dans une ou
plusieurs entreprises du BTP : plus de trois jours ouvrables.

Durée du travail

Accords applicables
 Accord national du 09 septembre 1998 étendu applicable aux entreprises du bâtiment
occupant jusqu’à 10 salariés ;

 Accord national du 06 novembre 1998 étendu applicable aux entreprises du bâtiment


occupant plus de 10 salariés et aux entreprises de travaux publics, quel que soit leur
effectif ;

 Accord national du 12 juillet 2006 étendu organisant le recours au travail de nuit pour
toutes les catégories de personnel.

Ces accords prévoient diverses formes de réduction du temps de travail et d’aménagement du


travail (jours de repos, modulation, forfaits, compte épargne temps, astreinte, etc.).

Contingent heures supplémentaires


180 heures (145 heures pour les salariés dont l’horaire est annualisé). Paiement : majorations
légales.

Heures supplémentaires exceptionnelles


Possibilité de recourir à des heures supplémentaires exceptionnelles (au-delà du contingent
conventionnel, après avis des représentants du personnel, puis accord de l’inspection du travail,
en cas de surcroît exceptionnel de travail, pour raisons impératives ou climatiques, en cas de
contraintes commerciales ou techniques imprévisibles. Ces heures ouvrent droit à un repos
compensateur indemnisé à prendre dans les 2 mois.

66 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

Maladie

Indemnisation par année civile


Maladie, maladie professionnelle, accident du travail ou accident non professionnel, à l’exclusion
des accidents ayant entraîné une incapacité supérieure à 1 mois et provoqués par la pratique de
sports.

AT ou maladie professionnelle : pas de condition d'ancienneté : 90 jours à 100 % ; ensuite prise


en charge par le régime de prévoyance.

Maladie ou accident non professionnel : après 1 an de présence dans l'entreprise ou 5 ans de


service dans une ou plusieurs entreprises du BTP : 90 jours à 100 % ; ensuite prise en charge par
le régime de prévoyance.

Garantie d'emploi en cas de maladie


Licenciement possible après la fin de la période d'indemnisation à laquelle peut s'ajouter une
période de mise en disponibilité de 1 an avec droit à l'indemnité conventionnelle de licenciement
calculée sur l'ancienneté acquise à la date de la mise en disponibilité.

Maternité

Indemnisation pendant le congé de maternité


Pour les salariées ayant au moins un an de présence dans l’entreprise, les arrêts de travail pour
maternité (y compris la pathologie) attestés par certificat médical et indemnisés à ce titre par la
sécurité sociale au titre de l’assurance maternité, seront indemnisées à 100 % des appointements
mensuels des intéressées (déductions faites des indemnités perçues au titre de la sécurité sociale
ou de tout autre régime de prévoyance) pendant une durée maximale de 16 semaines.

Réduction d'horaire
Pour les salariées non sédentaires, à partir du 3ème mois de grossesse, 15 minutes le matin et
15 minutes l’après-midi, ou 30 minutes le matin ou l’après-midi.

Garantie d'évolution de la rémunération


Au-delà de l’obligation légale de garantie d’évolution de la rémunération à l’issue du congé de
maternité ou d’adoption, les salariés en cours de congé de maternité ou d’adoption bénéficient
de l’augmentation collective à la même échéance et aux mêmes conditions que les autres
salariés.

Droit individuel à la formation (DIF)


Dispositions visées dans la CCN des ouvriers du bâtiment ci-avant.

Primes de vacances et déplacement


Dispositions identiques à celles visées ci-avant des ETAM.

Organismes sociaux spécifiques

Retraite complémentaire
Caisse de retraite du bâtiment et des travaux publics (BTP Retraite) et caisse nationale de
retraite du bâtiment, des travaux publics et des industries graphiques (CNRBTPIG).

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 67


Bâtiment

Régime de prévoyance
BTP Prévoyance.

f. CCN des ouvriers des travaux publics


CCN des ouvriers du 15 décembre 1992 étendue par arrêté du 27 mai 1993 (brochure JO : 3005).

Champ d’application
Territoire métropolitain + Corse, exclusion des départements d’Outre-mer.

Entreprises mixtes : travaux publics et bâtiment


Est considérée comme entreprise mixte travaux publics et bâtiment, celle dont les activités sont
partagées entre d’une part, une ou plusieurs activités travaux publics telles qu’elles sont
énumérées dans le champ d’application CCN de travaux publics, et d’autre part, une ou plusieurs
activités bâtiment telles qu’elles sont visées par la nomenclature d’activités.

 Application de la CCN par les entreprises mixtes travaux publics et bâtiment lorsque le
personnel effectuant les travaux correspondant à une ou plusieurs activités travaux publics,
telles qu’elles sont énumérées dans le champ d’application, représente au moins 60 % de
l’ensemble du personnel de l’entreprise ;

 Lorsque ce pourcentage se situe entre 40 % et 60 % de l’ensemble du personnel, les


entreprises mixtes travaux publics et bâtiment peuvent opter, par voie d’accord négocié
avec leurs délégués syndicaux (ou, à défaut de délégués syndicaux, par voie d’accord avec
leurs représentants du personnel), pour l’application de cette CCN ou celle du bâtiment.
Cette option doit être portée à la connaissance du personnel dans un délai de 3 mois à
compter, soit de la publication de l’arrêté d’extension de la CCN des travaux publics, soit,
pour les entreprises créées postérieurement, à compter de leur date de création ;

 Lorsque ce pourcentage représente moins de 40 % de l’ensemble du personnel, cette CCN


n’est pas obligatoirement applicable.

Les entreprises mixtes visées aux 1er et 3ème points ci-dessus peuvent continuer d’appliquer la
convention collective qu’elles appliquaient à la date de la CCN des travaux publics.

Contrat de travail (obligatoirement écrit avec certaines mentions


obligatoires)

Contrat écrit
Nécessité d’un document écrit remis immédiatement au salarié lors de son embauche.

Période d'essai
Accord du 5 octobre 2010 (Étendu par arrêté du 2 décembre 2011).

Les durées des périodes d'essai sont fixées comme suit :

 Pour les ouvriers : 2 mois ;

 Pour les employés : 2 mois ;

 Pour les techniciens et agents de maîtrise : 3 mois ;

 Pour les cadres : 3 mois.

La période d'essai des employés, des techniciens et agents de maîtrise, des cadres, peut être
renouvelée une fois, avec un délai de prévenance minimum de 8 jours calendaires.

68 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

La durée de la période d'essai, renouvellement compris, ne peut pas dépasser :

 Pour les employés : 4 mois ;

 Pour les techniciens et agents de maîtrise : 6 mois ;

 Pour les cadres : 6 mois.

Heures pour recherche d’emploi pendant le préavis payées uniquement en cas de licenciement :
4 h pour un préavis de 2 jours, 12 h : préavis de 2 semaines, 25 h : préavis d’au moins 1 mois.

Ancienneté
Présence continue : temps écoulé depuis la date du dernier embauchage, y compris les périodes
de suspension du contrat.

Ancienneté dans l’entreprise : présence continue au titre du contrat en cours, ajoutée à la durée
des contrats antérieurs à l’exclusion de ceux rompus pour faute grave.

Epreuve professionnelle
Si une épreuve est exigée avant la prise d’effet du contrat : au plus 1 journée rémunérée au taux
du salaire d’embauche qui ne peut être inférieur au salaire minimum de l’emploi correspondant.

Congés spéciaux

Congés payés supplémentaires pour ancienneté


Plus 2 jours après 20 ans, 4 jours après 25 ans, 6 jours après 30 ans, indemnisés par la caisse de
congés payés du BTP.

Congés exceptionnels pour événements familiaux


salarié 4 jours
Mariage
enfant 1 jour

PACS stagiaire 3 jours

3 jours + congé légal


Naissance ou adoption enfant
de paternité

conjoint, enfant, père, mère 3 jours

Décès grand-parent, beau-parent, frère,


sœur, beau-frère, belle-sœur, petit- 1 jour
enfant

3 à 5 jours par an
Enfant malade - 16 ans
non payés
<

Durée du travail

Accords applicables
Les dispositions relatives à la durée du travail sont issues de la CCN et d’accords nationaux
communs au BTP :

 Accord du national du 25 février 1982 étendu par arrêté du 05 avril 1982 ;

 Accord national du 06 novembre 1998 étendu applicable aux entreprises du bâtiment


occupant plus de 10 salariés et aux entreprises de travaux publics, quel que soit leur
effectif ;

 Accord du 04 juillet 2000 étendu par arrêté du 10 novembre 2000 à l’exclusion des
entreprises paysagiste et de reboisement.

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 69


Bâtiment

Ces accords prévoient diverses formes de réduction du temps de travail et d’aménagement du


travail (jours de repos, modulation, forfaits, compte épargne temps, astreinte, etc.).

Aménagement
Semaine de 5 jours avec aménagement possible sur 4 ou 6 jours, travail possible le samedi ou
lundi pour des travaux urgents de sécurité ou de sauvegarde de l’outil ou de l’ouvrage.

Contingent heures supplémentaires


180 heures (145 heures pour les salariés dont l’horaire est annualisé). Paiement : majorations
légales.

Heures supplémentaires exceptionnelles


Possibilité de recourir à des heures supplémentaires exceptionnelles (au-delà du contingent
conventionnel, après avis des représentants du personnel), puis accord de l’inspection du travail,
en cas de surcroît exceptionnel de travail, pour raisons impératives ou climatiques, en cas de
contraintes commerciales ou techniques imprévisibles. Ces heures ouvrent droit à un repos
compensateur indemnisé à prendre dans les 2 mois.

Repos hebdomadaire
Durée minimale de 48 heures correspondant à 2 jours consécutifs de repos dont l’un est le
dimanche et l’autre le samedi, en priorité, ou le lundi.

Travail en équipes successives ou chevauchantes


Après avis favorable des représentants du personnel, pour une durée maximale de 6 mois en cas
de situations particulières ou exceptionnelles, fluctuations du volume d’activité, conditions
climatiques, particularités des spécialités de travaux publics, impératifs techniques pour la
sauvegarde des matériels utilisés et/ou de la construction de l’ouvrage ainsi que pour le
personnel affecté à des activités de maintenance, d’entretien ou de dépannage. Possibilité
d’organiser le travail sur 5 jours (après avis favorable des RP) soit en 2 ou 3 équipes successives
(pause payée de 1/2 heure réservée au casse-croûte), soit en équipes chevauchantes. Dans ce
dernier cas, le décalage de l’horaire journalier entre la mise au travail ou la fin de travail des
premières équipes et celles des équipes suivantes ne doit pas dépasser 3 heures.

Dispositions spécifiques pour le département de la Savoie.

Déduction des heures non travaillées


Les heures de travail non effectuées sont déduites comme suit : quotient du salaire mensuel par
le nombre d’heures de travail dans l’entreprise pour le mois considéré.

Ne donnent pas lieu à déduction les heures :

 Rémunérées comme travail effectif en application des dispositions légales et


conventionnelles ;

 Non travaillées par les ouvriers remplissant les conditions prévues pour bénéficier du
paiement d’un jour férié ou d’une autorisation d’absence exceptionnelle. Ces heures
ouvrent aussi droit au versement d’une indemnité pour compenser la perte des heures
supplémentaires qui auraient été effectuées le jour d’absence, compte tenu de l’horaire
hebdomadaire de travail effectif, s’il n’y avait pas eu jour férié ou autorisation d’absence.
En cas d’absence / chômage d’un jour férié, les heures non travaillées sont assimilées à
travail effectif pour le calcul des majorations des heures supplémentaires.

Parmi les heures de travail non effectuées, sont indemnisées les heures de chômage partiel ou
chômage intempéries et celles non effectuées suite à un arrêt maladie, accident, maternité.

70 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

Récupération des heures perdues pour intempéries


Dans les ateliers ou chantiers de montagne dans lesquels les travaux sont arrêtés pendant 3 mois
au moins, les heures perdues du fait des intempéries peuvent être récupérées dans la limite
maximale de 120 heures par an.

Conducteurs de véhicules automobiles ou poids lourds


Paiement des heures de travail perdues pour passer les visites médicales obligatoires pour les
conducteurs de véhicules automobiles ou poids lourds ayant 1 an d’ancienneté dans l’entreprise
ou 5 ans dans une ou plusieurs entreprises de travaux publics et remboursement des frais de
visites.

Travaux pénibles
Pause payée, considérée comme du temps de travail effectif, égale à 10 % du temps de travail
pénible.

Liste des travaux concernés dans la CCN.

Dispositions spécifiques en Isère et Savoie pour la pénibilité, le travail de nuit et du dimanche.

Maladie

Indemnisation par année civile


Conditions d'ancienneté pour bénéficier de l'indemnisation posée dans la CCN :

 Pour les jeunes ouvriers âgés de moins de vingt-cinq ans et pour les apprentis sous contrat,
d'un mois d'ancienneté dans l'entreprise ;

 Pour les ouvriers âgés d'au moins vingt-cinq ans :

 Soit de trois mois d'ancienneté dans l'entreprise,


 Soit d'un mois d'ancienneté dans l'entreprise, s'ils ont au moins acquis 750 points de
retraite CNRO calculés selon les dispositions prévues au règlement de cette institution,
dans les dix dernières années précédant le jour où se produit l'arrêt de travail.

Accident ou maladie non professionnels


Période indemnisée Délai de carence résultant de l'article 6.3.1

100 % du salaire net pendant 45 jours Du 4ème au 48ème jour inclus d'arrêt de travail

75 % du salaire net (jusqu'au 90ème jour d'arrêt de travail) Du 49ème au 90ème jour inclus d'arrêt de travail

Accident du travail ou maladie professionnelle


Durée de l'indisponibilité Période indemnisée

90 % du 1er au 15ème jour inclus d'arrêt de travail, 100 % du


Arrêt inférieur ou égal à 30 jours
16ème au 30ème jour inclus d'arrêt de travail

Arrêt supérieur à 30 jours 100 % du 1er au 90ème jour inclus d'arrêt de travail

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 71


Bâtiment

Accident de trajet couvert par la législation de sécurité sociale relative aux


accidents du travail et aux maladies professionnelles
Délai de carence
Durée de l'indisponibilité Période indemnisée

100 % du 4ème au 30ème jour inclus


Arrêt inférieur ou égal à 30 jours 3 jours
d'arrêt de travail

100 % du 1er au 90ème jour inclus


Arrêt supérieur à 30 jours -
d'arrêt de travail

Notion d’ancienneté
Temps écoulé depuis la date de la dernière embauche y compris les périodes de suspension du
contrat. Conditions d’ancienneté pour bénéficier de l’indemnisation :

 Ouvrier de moins de 25 ans et apprenti sous contrat : 1 mois ;

 Ouvrier ayant au moins 25 ans : 3 mois ou 1 mois s’il a acquis au moins 750 points retraite
CNRO (ou équivalence dans une institution de retraite adhérant à l’ARRCO) lors des
10 dernières années précédant le jour de l’arrêt.

Garantie d’emploi en cas de maladie


90 jours au cours de la même année civile. Ensuite, licenciement possible si obligation de
remplacement. Dans ce cas, l’ouvrier doit continuer à percevoir les indemnités complémentaires
jusqu’à son rétablissement ou, au plus tard, jusqu’à l’expiration de la durée d’indemnisation.

Maternité

Indemnisation pendant le congé de maternité


Conditions d’ancienneté identiques à la maladie : maintien du salaire sous déduction des IJSS et
des régimes de prévoyance pendant 6 semaines avant l’accouchement et 10 semaines après.

Réduction d'horaire
Pour les salariées non sédentaires, à partir du 3ème mois de grossesse, 15 minutes le matin et
15 minutes l’après-midi, ou 30 minutes le matin ou l’après-midi.

Garantie d'évolution de la rémunération


Au-delà de l’obligation légale de garantie d’évolution de la rémunération à l’issue du congé de
maternité ou d’adoption, les salariés bénéficient en cours de congé de maternité ou d’adoption
de l’augmentation collective à la même échéance et aux mêmes conditions que les autres
salariés.

Primes et indemnités (dispositions régionales spécifiques)

Prime de vacances
Notamment ouvriers ayant effectué au moins 1 200 heures de travail au cours de l’année de
référence (1er mai - 30 avril) dans 1 ou plusieurs entreprises du BTP. Prise en compte des heures
indemnisées au titre du chômage partiel (dans la limite de 75 heures) et de la maladie.

Montant : 30 % de l’indemnité de congés payés due pour 24 jours ouvrables, c’est-à-dire calculée
sur la base de 2 jours de travail par mois ou 150 heures.

72 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

Indemnités de petits déplacements


Se reporter aux dispositions prévues pour les indemnités de repas, de trajet et de déplacement
prévues pour la CCN des ouvriers du Bâtiment ci-avant.

Droit individuel à la formation (DIF)


Dispositions visées dans la CCN des ouvriers du Bâtiment ci-avant.

Organismes sociaux spécifiques

Retraite complémentaire et prévoyance


Régime identique aux ouvriers du bâtiment avec des compléments et améliorations spécifiques
aux travaux publics.

g. CCN des ETAM des travaux publics


CCN des ETAM du 12 juillet 2006 étendue par arrêté du 15 juin 2007 (brochure JO : 3005).

Champ d’application (France métropolitaine à l’exclusion des


départements d’Outre-mer)
Champ d’application identique à celui de la CCN étendue des ouvriers des travaux publics établi
par rapport à la nomenclature INSEE de 1973. Salariés visés : ETAM. Salariés exclus : VRP et
travailleurs à domicile.

Contrat de travail (obligatoirement écrit avec certaines mentions


obligatoires)

Délégations de pouvoirs, essai, préavis, notion d’ancienneté, engagements


successifs
Dispositions identiques à celles prévues pour les ETAM du bâtiment ci-avant.

Périodes d’essai : Cf. dispositions fixées dans l’accord du 5 octobre 2010 (Étendu par arrêté du
2 décembre 2011) Ouvriers ci-avant.

Congés spéciaux

Rappel de congés, congés supplémentaires pour ancienneté


Dispositions identiques à celles prévues pour les ETAM du bâtiment ci-avant.

Durée du travail
Toutes les dispositions à celles prévues pour les ETM du bâtiment ci-avant sont identiques pour
les ETAM des travaux publics (il convient de s’y reporter).

Maladie, maternité, primes de vacances et de déplacement, DIF


Dispositions identiques à celles prévues pour les ETAM du bâtiment ci-avant.

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 73


Bâtiment

Organismes sociaux spécifiques

Retraite complémentaire
BTP Retraite. Les TAM relevant des articles 4 bis et 36 de la CCN AGIRC sont obligatoirement
affiliés au régime complémentaire retraite des cadres auprès de la CNRBTPIG.

Régime de prévoyance
BTP Prévoyance

Exclusion des personnels de nettoyage ou de gardiennage qui relèvent de la CCN des ouvriers.

h. CCN des cadres des travaux publics


CCN des cadres des travaux publics du 1er juin 2004 non étendue (brochure JO : 3005).

Champ d’application (France métropolitaine à l’exclusion des


départements d’Outre-mer)
A l’exception des dispositions relatives à la durée du travail et aux déplacements dans les
départements d’Outre-mer et hors de France, les conventions ou accords d’entreprise ou
d’établissement ne peuvent comporter de clauses dérogeant aux dispositions conventionnelles
sauf plus favorablement.

La CCN est non étendue (brochure JO n° 3005), certains accords portant sur des thèmes
particuliers (notamment, retraite, compte épargne temps, durée du travail, prime de vacances,
etc.) ont fait l’objet d’un arrêté d’extension.

Contrat de travail (obligatoirement écrit avec certaines mentions


obligatoires)

Délégations de pouvoir et subdélégations


Les délégations de pouvoirs (et subdélégations) données aux cadres classés au minimum au
niveau B 1 doivent être formalisées par un écrit comportant les mentions obligatoires prévues par
la CCN.

Heures pour recherche d’emploi, notion d'ancienneté, indemnités de


licenciement, engagement successif, déclassement
Dispositions identiques à celles prévues pour les cadres du Bâtiment ci-avant.

Périodes d’essai : cf. dispositions fixées dans l’accord du 5 octobre 2010 (étendu par arrêté du
2 décembre 2011) des ouvriers ci-avant.

Congés spéciaux

Rappel de congés, congés supplémentaires pour ancienneté


Dispositions identiques à celles prévues pour les cadres du bâtiment ci-avant.

74 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

Durée du travail

Accords applicables
Les dispositions relatives à la durée du travail sont issues de la CCN et d’accords nationaux
communs au BTP :

 Accord du national du 25 février1982 étendu par arrêté du 05 avril 1982 ;

 Accord national du 06 novembre 1998 étendu applicable aux entreprises du bâtiment


occupant plus de 10 salariés et aux entreprises de travaux publics, quel que soit leur
effectif ;

 Accord du 04 juillet 2000 étendu par arrêté du 10 novembre 2000 à l’exclusion des
entreprises paysagiste et de reboisement.

Ces accords prévoient diverses formes de réduction du temps de travail et d’aménagement du


travail (jours de repos, modulation, forfaits, compte épargne temps, astreinte, etc.).

Contingent heures supplémentaires, heures supplémentaires exceptionnelles


Dispositions identiques à celles prévues pour les cadres du bâtiment ci-avant.

Maladie, maternité, primes de vacances et déplacement, DIF


Dispositions identiques à celles prévues pour les cadres et ouvriers (DIF) du bâtiment ci-avant.

Organismes sociaux spécifiques

Retraite complémentaire et prévoyance


Dispositions identiques à celles prévues pour les cadres du bâtiment ci-avant.

4. Evaluation sectorielle

a. Critères de performance du secteur


Il existe divers critères de performance dans les secteurs du bâtiment et des travaux publics dont
ceux-ci :

 L’image de marque de l’entreprise est certainement l’un des plus gros atouts des
entreprises ainsi que la politique commerciale. Ceci est conditionné aux succès aux appels
d’offres ou encore à l’emplacement commercial de celle-ci qui lui procure un avantage
concurrentiel ;

 La qualification du personnel de l’entreprise est un élément essentiel à la performance de


l’entreprise et doit constituer une priorité afin de pérenniser l’activité de celle-ci ;

 La stabilité de l’équipe apparaît comme un élément qui favorise les capacités d’anticipation
face aux aléas ou dysfonctionnements et favorise la formation interne. Un ratio de stabilité
d’équipe peut être proposé pour suivre cette stabilité

Nombre d’ouvriers volants

Nombre total ouvriers

 Enfin, l’état des outils de production indique la performance de l’entreprise à investir et à


s’adapter au marché.

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 75


Bâtiment

Pour information, l’investissement moyen en 2006 pour les entreprises de maçonnerie qui
réalisent un chiffre d’affaires inférieur à 1 994 763 € HT était de 13 081 € (source : Fédération
des Centres de gestion Agréés).

b. Méthodes d’évaluation et ratios les plus fréquemment rencontrés dans


le secteur
Les méthodes d’évaluations doivent être différenciées selon l’effectif salarié.

Ceci étant dû au lien de dépendance entre le dirigeant et son entreprise qui est plus ou moins
fort selon la taille de l’entreprise et qui nécessite des méthodes adaptées selon le cas en
vigueur.

Dans un premier temps, il est obligatoire de diagnostiquer les forces et les faiblesses de
l’entreprise en tenant compte de toutes les variantes de celle-ci (clientèle, équipe en place,
etc.).

Pour qu’une évaluation soit fiable, l’évaluateur doit se fonder sur des comptes contrôlés (travaux
du commissaire aux comptes ou contrôle par l’expert-comptable qui effectue l’évaluation).

L’évaluateur émettra un rapport dans lequel il devra rappeler le contexte, les travaux effectués,
les limites aux travaux effectués ainsi que les méthodes retenues, la justification des hypothèses
dans les méthodes d’évaluation ainsi qu’une synthèse des résultats et un intervalle de valeurs de
cession.

Pour les entreprises de moins de 9 salariés, les méthodes suivantes sont applicables :

 Méthode des valeurs comparables ;

 Méthode des valeurs patrimoniales ;

 Méthode d’évaluation de l’actif net réévalué.

Pour les entreprises de plus de 9 salariés, les méthodes suivantes seront plus appropriées :

 Méthode analogique ;

 Méthode du Discounted Cash Flow.

L’entreprise peut être aussi évaluée grâce à son fonds de commerce qui peut être évalué à la
valeur vénale ou par des méthodes mathématiques.

La méthode de la valeur vénale


Pour déterminer la valeur vénale, il faut tenir compte du chiffre d’affaires réalisé ainsi que des
bénéfices réellement réalisés ainsi que la situation de l’entreprise, de son outil de travail, etc.

Les méthodes mathématiques


Le bénéfice escompté représente la rémunération de l’investissement réalisé ainsi que celui du
travail à fournir.

Selon la Fédération Française du Bâtiment, la valorisation d’une entreprise dans le BTP se situe
entre 5 et 6 fois le résultat observé sur les 3 à 5 dernières années. Cette valorisation étant
influencée par la personnalité du dirigeant car plus la structure est étoffée et plus la valeur de
l’entreprise sera légitime. Selon les liens commerciaux voire « affectifs » entre le dirigeant et les
clients, il est évident que la valeur sera diminuée d’un abattement correspondant.

76 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

Pour les entreprises individuelles, le chiffre d’affaires est l’élément principal de l’évaluation
d’un fonds artisanal du secteur du bâtiment. Le barème Francis Lefebvre, édition 2008, qui ne
présente aucun caractère officiel, mais qui est généralement utilisé par les experts et les
tribunaux, donne pour base d’évaluation :

 Maçonnerie - couverture : 20 à 30 % du CA annuel TTC ;

 Peinture, papier peint vitrerie déco : 45 à 60 % du CA annuel TTC ;

 Plomberie, sanitaire chauffage : 10 à 40 % du CA annuel TTC ; Electricité générale : 15 à


30 % du CA annuel TTC ;

Les résultats obtenus par application de ce barème indicatif doivent être corrigés pour tenir
compte des caractéristiques propres à l’affaire.

Cette évaluation s’entend matériel compris.

Ces pourcentages doivent être réduits si le chiffre d’affaires est particulièrement important par
rapport à la moyenne. Le chiffre d’affaires retenu, TVA comprise, est souvent le chiffre
d’affaires moyen des trois dernières années.

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 77


Bâtiment

Principales zones de risques à analyser

1. Risques liés au démarrage de l’entreprise

a. Qualification professionnelle
Les artisans doivent posséder une qualification professionnelle suffisante pour permettre à
l’entreprise de continuer à exister. Cette qualification est difficile à apprécier. Le décret
instituant cette obligation ne confie pas de pouvoir de contrôle aux chambres consulaires.

L’artisan doit effectuer un stage dit « de gestion » organisé par la chambre de métiers et de
l’artisanat durant une semaine afin d’appréhender des notions de gestion administrative.

La réputation issue de la qualité des travaux effectués est le gage de la pérennité de


l’entreprise.

b. Financement de l’activité
Il convient de s’assurer que le financement mis en place au démarrage de l’activité est suffisant.
Les délais de paiement sont souvent longs dans ce secteur. Les aides et subventions que peuvent
obtenir ces entreprises auprès des différents organismes et notamment la chambre de métiers et
de l’artisanat ne doivent pas être négligés.

c. Implication dans la gestion


Une des principales causes de dépôt de bilan est l’absence de suivi administratif. Le risque
d’arrêt résulte dans le fait que l’artisan se concentre uniquement sur sa prestation et délaisse la
gestion de son entreprise. Il est impératif qu’il puisse apprécier la rentabilité des chantiers et
connaître l’état de sa trésorerie d’une façon au moins hebdomadaire et les prochaines dépenses,
notamment les caisses sociales.

Un des moyens de réduire ce risque pour l’expert-comptable est la mise en place d’outils de
gestion simples et efficaces qui intéresseront le chef d’entreprise et lui feront prendre
conscience de l’évolution de son entreprise. Des fiches de suivi de chantier et un cahier de
banque qui recense les chèques émis et les sommes encaissées, en dégageant un solde après
chaque opération, constituent souvent des outils suffisants.

d. Etablissement des devis


L’entreprise doit établir des devis en fonction de ses coûts de revient et non uniquement en
fonction des pratiques et des concurrents. Ces devis doivent dégager une marge suffisante pour
permettre à l’entreprise de se développer. Elle doit organiser son travail au préalable afin
d’optimiser ses charges et rester concurrentielle.

La mise en place d’un outil de préparation de devis, qui peut être une simple fiche listant les
matières premières et le temps de travail à consacrer ou l’utilisation d’un logiciel approprié, est
le gage d’une réflexion mûrie et d’une gestion suivie.

78 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

2. Risques liés à l’activité

a. Malfaçons
Le principal risque lié à l’activité concerne les conséquences des malfaçons qui ternissent
l’image de l’entreprise et peuvent conduire au dépôt de bilan en l’absence d’une assurance
suffisante.

L’expert-comptable doit vérifier que l’entreprise est suffisamment assurée et que chaque année
elle actualise le risque réel et le risque assuré.

b. Risques professionnels
L’entreprise reste redevable envers son client et après réception des travaux par ce dernier
d’une :

 Garantie décennale couvrant le gros œuvre et la toiture ;

 Garantie biennale, etc. ;

 L’entreprise doit également assurer les travaux en cours pour se couvrir en cas
d’effondrement ou de dommages intervenant avant réception.

c. Solvabilité des clients


Compte tenu de l’ampleur des travaux fournis, il est impératif que l’entreprise s’assure de la
solvabilité de ses clients avant toute concrétisation. En effet, la déconfiture d’un seul client peut
entraîner l’entreprise en cessation des paiements par voie de cascade.

L’entreprise doit mettre en place l’établissement de devis, suivi d’un bon de commande à signer
préalablement au démarrage des travaux, incluant les conditions générales de vente. Il est
judicieux de demander au client un acompte avant le commencement du chantier et de fixer
contractuellement le versement d’autres acomptes, au fur et à mesure de l’avancement des
travaux.

Lorsque le client est un particulier et que la procédure ci-dessus a été suivie, il n’y a
généralement pas de problèmes d’encaissement. En revanche, dans l’hypothèse où les travaux
ont été commandés par une autre entreprise, il est prudent de s’informer sur sa situation
financière avant de contracter et de respecter la même procédure.

Les travaux supplémentaires engagés par le client en cours de chantier doivent également suivre
cette procédure afin de prévenir le risque de litige.

d. Travail clandestin
Certaines entreprises utilisent du personnel non déclaré auprès de l’Urssaf. Outre les
conséquences dommageables relatives au travail clandestin, il faut attirer l’attention de
l’entreprise sur ces pratiques qui se révèlent désastreuses en cas d’accident d’un ouvrier non
déclaré. En effet, il appartiendra alors à l’entreprise d’en assumer les conséquences financières.

L’expert-comptable doit recommander par écrit la mise à jour du livre d’entrée – sortie du
personnel par le chef d’entreprise à chaque mouvement de personnel.

e. Le risque inhérent à la sous-traitance


Dans le cadre de la sous-traitance, le donneur d’ordre est solidaire du client initial et devra s’y
substituer en cas de défaillance.

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 79


Bâtiment

Le donneur d’ordre doit également s’assurer que le sous-traitant est à jour de ses obligations
fiscales et sociales. A défaut, il peut être condamné solidairement au paiement des dettes
notamment sociales du sous-traitant.

3. Risques liés à l’organisation de la mission

a. Choix de la mission
Compte tenu de l’importance des risques, il est primordial de bien choisir la mission, de rédiger
une lettre de mission précisant clairement la répartition des tâches et notamment l’évaluation
des stocks et l’établissement des déclarations de TVA.

La mission de présentation librement convenue paraît la mieux adaptée.

Il est recommandé, pour la mission sociale, de prévoir une facturation spécifique en fonction du
nombre de fiches de paie établies, des contrats de travail et/ou des formalités de départs
rédigés. La mission sociale ne doit pas être sous-estimée. Elle nécessite un temps certain.

Il faut veiller à la mise en place de contrats spécifiques, ainsi qu’à l’établissement et l’envoi
dans les temps de la déclaration unique d’embauche.

b. Appréciation de la marge par chantier et du chiffre d’affaires par


salarié
L’appréciation de la marge par chantier, dans la mesure du possible, est une bonne approche de
la formation du résultat. Elle permet de s’assurer de la rentabilité de l’entreprise et d’orienter
le chef d’entreprise le cas échéant.

L’utilisation du ratio CA/nombre de salariés permet de prévenir le travail non déclaré.

L’examen des marges reste aléatoire, car celles-ci sont fonction des travaux réalisés et du degré
d’incorporation de la main d’œuvre dans la prestation réalisée.

c. Appréciation des stocks de travaux en cours


Les stocks constituent souvent le point crucial du bilan. Ils nécessitent une attention particulière.
L’expert-comptable devra disposer dans son dossier d’un détail précis, établi et signé par le
client justifiant du montant mentionné. Il pourra contrôler qu’il existe bien une facturation
correspondante aux chantiers « en cours » au bilan qui intervient dès le début de l’exercice
suivant.

d. Important des informations contenues dans l’annexe


L’annexe est aussi un support d’information qu’il convient d’établir avec soin, en expliquant
notamment qui a déterminé et sur quelles bases la valeur des stocks.

Ratios d’alerte relatifs à la prévention des difficultés : les principaux ratios d’alerte s’apprécient
par rapport aux entreprises du même secteur, de la même région, et également par rapport à
l’entreprise elle-même dans le temps.

80 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

e. Ratios d’exploitation

Chiffre d’affaires par salarié


Le ratio « chiffre d’affaires / nombre de salariés » permet d’approcher la notion de sous-activité
ou de travail dissimulé. Chacune de ces situations est un risque pour l’entreprise. En effet, la
sous-activité masque une perte de rentabilité pouvant être le début de la fin !

Le travail dissimulé induit, outre un risque fiscal élevé, un risque social majeur pour l’entreprise
au regard du droit du travail d’une part et de sa responsabilité en cas d’accident d’autre part. Il
est donc particulièrement important d’apprécier ce ratio pour tenter d’appréhender toute
dérive.

La valeur de ce ratio varie selon les professions particulières des TPE du bâtiment.

Les principales valeurs de ce ratio, sont les suivantes :

Plomberie
Terrassement Electricité Revêtement de
Activité Maçonnerie chauffage
Travaux publics générale sols carrelages
sanitaire

Valeur en Euros 74 000 95 000 85 000 97 000 77 000

Source : Fédération des Centres de Gestion Agréés 2009

Pour le calcul de ce ratio, il conviendra de ne pas oublier d’inclure l’exploitant et d’exclure les
apprentis.

Immobilisations nettes rapportées à l’actif immobilisé


Ce ratio peut être intéressant dans la mesure où il montre le vieillissement du matériel et donc
permet d’anticiper des investissements futurs ou des dépenses d’entretien croissantes à venir. Il
est judicieux de retraiter le crédit-bail pour obtenir un ratio plus pertinent.

Rentabilité de l’entreprise
Le ratio « résultat courant/chiffre d’affaires » est un bon indicateur de la rentabilité de
l’entreprise. Ce ratio doit être adapté à la forme juridique de l’entreprise. Ainsi, dans le cas
d’une société, il faudra rajouter au terme « résultat » la rémunération brute du gérant et l’impôt
sur les sociétés.

Les principales valeurs de ce ratio sont les suivantes :

Plomberie
Terrassement Electricité Revêtement de
Activité Maçonnerie chauffage
Travaux publics générale sols carrelages
sanitaire

Résultat
16 % 14 % 20 % 19 % 20 %
(en % du CA)

Source : Fédération des Centres de Gestion Agréés 2009

Ce ratio permet de s’assurer que les prix pratiqués par l’entreprise permettent sa pérennité et
une rémunération suffisante pour le chef d’entreprise.

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 81


Bâtiment

f. Ratios de structure

Crédit clients – crédit fournisseurs


Les ratios :

 « (Créances clients – acomptes reçus des clients) x 360 / chiffre d’affaires toutes taxes »
indiquant en jours le délai de paiement des clients ;

 « (Dettes fournisseurs – acomptes versés aux fournisseurs) x 360 / achats toutes taxes à ces
mêmes fournisseurs », indiquant le délai moyen de paiement pratiqué par l’entreprise vis-à-
vis de ses fournisseurs, permettent d’apprécier l’évolution des conditions de paiement et
d’anticiper des problèmes de trésorerie.

Les principales valeurs de ce ratio sont les suivantes :

Plomberie
Terrassement Electricité Revêtement de
Activité Maçonnerie chauffage
Travaux publics générale sols carrelages
sanitaire

Crédit client en
36 jours 57 jours 46 jours 41 jours 36 jours
jours

Crédit fournisseurs
46 jours 47 jours 61 jours 47 jours 46 jours
en jours

Source : Fédération des Centres de Gestion Agréés 2009

Indépendance financière
Le ratio d’indépendance financière calculé par le rapport « Capitaux propres / capitaux
permanents » permet d’indiquer dans quelle mesure l’entreprise fait appel aux fonds étrangers.

L’évolution de ce ratio dans le temps devra être examinée afin d’apprécier le degré
d’indépendance vis-à-vis des créanciers. Il est judicieux que ce ratio soit supérieur à 0,5.

Prélèvements
Dans le cas d’un artisan en entreprise individuelle, il sera utile d’apprécier le ratio
« prélèvement de l’exploitant / chiffre d’affaires HT » tous les mois ou à chaque mise à jour
comptable en vue de l’établissement de la TVA par exemple. Il ne doit pas dépasser 15 %. A
défaut, les prélèvements pourraient être supérieurs à la rentabilité de l’entreprise et induire de
prochaines difficultés de trésorerie. L’examen de ce ratio permet d’alerter l’exploitant
rapidement.

g. Autres ratios
D’autres ratios comme la « marge brute / chiffre d’affaires » peuvent être utilisés avec une
grande prudence dans la mesure où ils pourront évoluer d’une façon sensible (plus de 10 points)
en fonction des chantiers et travaux effectués. Par exemple, un plombier dont le chiffre
d’affaires est constitué en majorité de dépannages, aura une marge brute très différente d’un
autre plombier qui, pour un même chiffre d’affaires, aura réalisé principalement des installations
de chauffage central.

82 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

Adresses utiles

1. Organisations professionnelles clés

Organismes Coordonnées

33 avenue Kléber, 75784 Paris Cedex 16


FFB
Tél. : 01 40 69 51 00
Fédération Française du Bâtiment
www.ffbatiment.fr

CGABTP 65 avenue Kléber, 75116 Paris


Centre de Gestion National du BTP Agréé et Tél. : 01 81 69 26 90
Habilité www.cgabtp.fr

CAPEB
Confédération de l’Artisanat et des Petites
Entreprises du Bâtiment
Chaque métier est représenté par une Union
Nationale Artisanale
2 rue Béranger, 75140 Paris Cedex 03
– UNA Couverture Plomberie Chauffage
Tél. : 01 53 60 50 00
– UNA Equipement Electrique et Electronique
capeb@capeb.fr
– UNA Maçonnerie Carrelage
www.capeb.fr
– UNA Charpente Menuiserie Agencement
– UNA Peinture Vitrerie Revêtements
– UNA Métiers et Techniques du Plâtre
– UNA Serrurerie Métallerie
– UNA Métiers de la Pierre

FNSCOP 64 bis rue de Monceau, 75008 Paris


Fédération Nationale des Sociétés Coopératives Tél. : 01 55 65 12 20
Ouvrières de Production du Bâtiment et des fede@scopbtp.org
Travaux Publics www.scopbtp.org

3 rue de Berri, 75008 Paris


FNTP
Tél. : 01 44 13 31 44
Fédération Nationale des Travaux Publics
infos@fntp.fr
Regroupe 17 syndicats de spécialités
www.fntp.fr

Organismes de certification et qualification


Organismes Coordonnées

CSTB
84 avenue Jean Jaurès, Champs sur Marne
Centre Scientifique et Technique du Bâtiment
77447 Marne la Vallée Cedex 2
sous la tutelle du Ministère du Logement,
Tél. : 01 64 68 82 82
Direction Générale de l’Urbanisme, de l’Habitat
www.cstb.fr
et de la Construction

55 avenue Kléber, 75784 Paris Cedex 16


QUALIBAT
Tél. : 01 47 04 26 01
Organisme professionnel de qualification et de
com@qualibat.com
certification du bâtiment
www.qualibat.com

SETRA
Service d’Etudes Techniques des Routes et BP 214, 77487 Provins Cedex (adresse postale)
Autoroutes rattaché au Ministère de l’Ecologie, du 110 rue de Paris, 77171 Sourdun (siège)
Développement Durable et de l’Energie dans le Tél. : 01 60 52 31 31
domaine de la route, des ouvrages d’arts et des www.setra.equipement.gouv.fr
transports

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 83


Bâtiment

2. Organismes de formation spécifiques

Organismes Coordonnées

Domaine de Saint Paul


BP1, route de Limours
ESJDB
78470 Saint Rémy-lès-Chevreuse
Ecole supérieure des Jeunes Dirigeants du Bâtiment
Tél. : 01 30 85 25 31
Formation continue organisée sous l’égide de la FFB
info@esjdb.com
www.esjdb.com

19 rue du Père Corentin, 75680 Paris


CCCA-BTP
Cedex 14
Comité Central de Coordination de l’Apprentissage du BTP
Tél. : 01 40 64 26 00
Réseau de CFA couvrant l’ensemble du territoire
ccca.courrier@ccca-btp.fr
Formation initiale
www.ccca-btp.fr

CONSTRUCTYS 6 rue Beaubourg,


OPCA de la Construction 75194 Paris Cedex 04
Met en œuvre les politiques générales de formation continue. Tél. : 01 44 61 35 00
Comporte 24 Constructys régionaux. www.constructys.fr

FAFSAB
Fonds d’Assurance Formation des Salariés de l’Artisanat du
8 rue du Regard, 75280 Paris Cedex 06
BTP
Tél. : 01 49 54 77 00
Gère et collecte les contributions dues au titre de la
www.faf-sab.com
formation des salariés des entreprises artisanales du
bâtiment de moins de 10 salariés principalement

La FNTP fait paraître un annuaire des formations de l’enseignement supérieur préparant aux métiers des
travaux publics (cf. coordonnées page précédente).

84 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

Bibliographie

1. Liste des études de marché existantes

Thèmes et organismes Coordonnées

La filière du bâtiment face aux enjeux environnementaux


Les défis des économies d’énergie dans la construction neuve
et dans la rénovation – Avril 2012
13-15 rue de Calais, 75009 Paris
Conjoncture du BTP : Bilan 2011 et perspectives à l’horizon
Tél. : 01 53 21 81 51
2013 – Février 2012
www.xerfi.fr - etudes@xerfi.fr
Gros œuvre en bâtiment – Mai 2012
Bâtiment (Note de conjoncture) - Février 2012
Xerfi

18 boulevard Adolphe Pinard, 75675


Construction - 2012
Paris
Enquête mensuelle de conjoncture dans l’industrie du bâtiment
Tél. : 01 41 17 50 50
INSEE
www.insee.fr
Petits travaux du Bâtiment – Mai 2011
Travaux de maçonnerie générale – Février 2011
14 rue Delambre, 75014 Paris
Menuiserie, bois, PVC – Février 2011
Tél. : 01 42 18 58 80
Entreprise de plâtre et isolation – Février 2011
www.apce.com - librairie@apce.com
Revêtement sols murs – Février 2011
APCE
Immeuble Le Palatin, 3 cours du
Tendances et perspectives du bâtiment 2011 - Novembre 2011 Triangle, 92939 Paris La Défense Cedex
KPMG Tél. : 01 55 68 86 60
www.kpmg.com
CEBTP, 2 route d'Oberhausbergen
Le tableau de bord interrégional de la construction - Edition BP 81005/F 67070 Strasbourg Cedex
2012 cebtp.sep.dre-
CERC - Cellules Economiques Régionales de la Construction alsace@equipement.gouv.fr
Tél. : 03 88 13 08 31

Conjoncture économique de l’artisanat du bâtiment


2 rue Béranger, 75140 Paris cedex 03
(trimestriel)
Tél. : 01 53 60 50 00
Chiffres clés (par métiers)
www.capeb.fr - capeb@capeb.fr
CAPEB

Bulletins de conjoncture Trimestriel - Juillet 2012


3 rue de Berri, 75008 Paris
Les Travaux Publics en 2010 - Août 2012
Tél. : 01 44 13 31 44
Travaux Publics : Recueil de statistiques 2010 - Décembre 2011
www.fntp.fr - fntp@fntp.fr
FNTP

2 rue Meissonier, 75017 Paris


L’activité des TPE en 2010 - Juin 2011
Tél. : 01 42 67 80 62
FCGA - Fédération des Centres de Gestion Agréés
www.fcga.fr - info@fcga.fr
Nombreuses études relatives à la construction de bâtiment et
constructions spécialisées :
Autres travaux spécialisés de construction
Construction d'autres bâtiments
Construction de maisons individuelles www.etudes-sectorielles.com
Travaux de terrassement courants et travaux préparatoires contact@vigisector.com
Travaux de démolition
Travaux de menuiserie bois et PVC
Travaux de plâtrerie...
3I Média
16 rue du Quatre Septembre, 75112
Le marché français de la maison en bois - Décembre 2012 Paris Cedex 02
Eurostaf Tél. : 01 49 53 65 65
www.eurostaf.fr

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 85


Bâtiment

Chiffres clés du bâtiment 2011 - Août 2012


7 guides de bonnes pratiques environnementales pour les Centre de Paris, 27 rue Louis Vicat,
professionnels du bâtiment - Mai 2012 75737 PARIS Cedex 15
État de l'art et recommandations en matière de prévention des Tél. : 01 47 65 20 00
déchets du BTP - Octobre 2011 www.ademe.fr
ADEME

2. Mémoires d’expertise comptable

Titre Date Auteur

Rôle de l'expert-comptable dans la mise en œuvre du Grenelle


2011 NEUVILLE, Alice
de l'environnement pour les artisans et TPE du bâtiment

Contribution de l'expert-comptable à l'implantation d'outils de


gestion visant à améliorer la rentabilité des entreprises de 2011 FLAHAT, Romuald
transport par bennes travaux publics

L’audit d’acquisition d’une entreprise de bâtiment et de


travaux publics : valoriser la mission de l’expert-comptable 2010 SI, Mohammed
par la prise en compte des contraintes environnementales

Le commissaire aux comptes dans une association gestionnaire


de centre de formation des apprentis du bâtiment et des 2009 MAZERON, Jean-Edern
travaux publics : proposition d’une démarche d’audit

Application de la norme IAS 11 au sein des entreprises de


travaux publics : proposition d'un guide méthodologique pour 2008 MATHIAU, Aude-Claire
le commissaire aux comptes

Evaluation du contrôle interne de la fonction achats dans les


PME du bâtiment de gros oeuvre et de second oeuvre :
2007 GUIBERT, Corinne
proposition d'outils de mise en application pour le
commissaire aux comptes

Evaluation d’une entreprise du bâtiment selon la méthode des


discounted cash flow : retraitements nécessaires, application 2006 HULEUX, Arnaud
des DCF et autre comparaison avec les autres méthodes.

La mission sociale dans le bâtiment : guide pratique destiné


2005 BONETTO, Sylvain
aux cabinets d’expertise comptable.

La démarche d’audit dans les caisses de congés payés du BRUN-MAYMO,


2005
bâtiment et des travaux publics. Bérengère

Source : Bibliotique

Ces mémoires sont disponibles au centre de documentation des Experts-Comptables et des Commissaires aux
Comptes :

Bibliotique
19 rue Cognac-Jay, 75007 Paris
Tél. : 01 42 12 85 55 / Fax : 01 47 66 20 95
www.bibliobaseonline.com

86 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

3. Revues spécifiques et sites spécialisés

Titre Coordonnées

Le Moniteur du BTP
Hebdomadaire Librairie Moniteur
Matériels & Chantiers 7 place de l'Odéon, 75006 Paris France
Mensuel Tél. : 01 44 41 15 75
www.lemoniteur.fr - abonnement@groupemoniteur.fr
Groupe Moniteur

BTP Magazine
FranceBTP.com
Mat Environnement
Planète B 3 quai Conti, 78430 Louveciennes
Réseaux VRD Tél. : 01 30 08 14 14
Terrassements & Carrières www.groupe-cayola.com - info@groupe-cayola.com
Mensuels
Groupe Cayola

Chantiers Coopératifs
Trimestriel 64 bis rue Monceau, 75008 Paris
Tel. : 01 55 65 12 20
Fédération nationale des SCOP du www.scopbtp.org - chantiers.cooperatifs@scopbtp.org
BTP

Le Bâtiment Artisanal 2 rue Béranger, 75140 Paris cedex 03


Mensuel Tél. : 01 53 60 50 56
CAPEB www.lebatimentartisanal.com - p.gires@capeb.fr

8 avenue Ricardo Mazza, ZA La Crouzette,


Bâtirama
34630 Saint Thibery
Mensuel
Tél. : 04 67 77 71 75
BIP Information Professionnelle
www.batirama.com - abonnement@bipinfopro.com

8-10 rue des blés Bât. M/51, 93210 La Plaine Saint-Denis


Batigratuit pros
Tél. : 01.49.98.58.45
Gratuit Pros
contact@batipros.fr

Bâtiment actualités
Bimensuel 33 avenue Kléber, 75784 Paris Cedex 16
Batimétier Tél. : 01 40 69 51 00
Trimestriel www.ffbatiment.fr
FFB

ITGA Paris
BathyssEE
15 route des Gardes, 92190 Meudon
Trimestriel
Tél. : 01 49 66 75 75
IGTA
www.bathyssee.fr – paris@itga.fr

Sols Murs Plafonds (Bimestriel)


Chantiers de France (Mensuel) 202 quai de Clichy, 92110 Clichy
Route Actualité (Mensuel) Tél. : 01 47 56 17 23
Bâtiment Information (Bimestriel) www.chantiersdefrance.com
Groupe Chantiers de France - contact@chantiersdefrance.com
SNEBTP

4. Autres ouvrages de référence

Titre Coordonnées

Le dictionnaire professionnel du BTP 55-57 et61-63 Boulevard St-Germain, 75005 Paris


(Avril 2011) Tél. : 01 44 41 11 74
Eyrolles www.eyrolles.com

La gestion financière des chantiers de 17 rue d'Uzès, 75108 Paris cedex 02


BTP (Mai 2011) Tél. : 01 40 13 50 65
Le Moniteur Editions www.editionsdumoniteur.com

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 87


Bâtiment

1000 questions/réponses en droit du


travail dans le BTP - édition 2011-2012 BP 109, 74941 Annecy-le-Vieux Cedex
(Mars 2011) Tél. : 04 50 64 08 08
Transmettre son entreprise du BTP - www.editions-tissot.fr
10/2009 service.client@editions-tissot.fr
Tissot Editions
Les 100 mots de la construction durable
33 avenue Kléber, 75784 Paris Cedex 16
Mieux gérer les déchets de chantier de
Tél. : 01 40 69 51 00
bâtiment
www.ffbatiment.fr
FFB

88 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

Lexique

Terme Définition

On désigne ainsi des substances capables d’avoir un effet toxique particulier


sur l’organisme : effet cancérigène, effet mutagène, effets sur la
CMR
reproduction (soit qu’elles perturbent la fonction de reproduction, soit
qu’elles provoquent des anomalies et des malformations de l’embryon).

Coordinateur de Désigne une personne en charge de coordonner l’ensemble des


chantier professionnels sur un chantier.

Consultation Travail préalable à la réalisation d’un ouvrage.

DPE Diagnostic de performance énergétique.

HLM Habitation à loyer modéré.

Abréviation de Haute Qualité Environnementale. Cette démarche vise à


HQE réduire les impacts sur l’environnement des bâtiments lors de leur
construction, de leur rénovation et de leur usage.

Concerne les bâtiments neufs à usage principal d’habitation non


communautaire. C’est un indice de prix, calculé par l’INSEE, fondé sur
ICC ou Indice moyen du l’observation des marchés de construction conclus entre les maîtres
Coût de la Construction d’ouvrage et les entreprises assurant les travaux de bâtiment à l’exclusion
des autres composantes entrant dans le prix de revient des logements
(charges foncières…). Il est utilisé pour la révision des loyers notamment.

Les Indices de Prix des travaux d’Entretien-Amélioration de logement


concernent les travaux d’entretien- amélioration effectués dans les
Indice de Prix logements existants en France métropolitaine. Il s’agit de travaux
Entretien Amélioration comportant obligatoirement la pose et la fourniture de matériaux donnant
ou IPEA lieu à prix de marché. Les prix s’entendent hors taxe et nets de remises et
rabais, tout en tenant compte des marges des entreprises et des gains de
productivité.

Ils retracent les évolutions de coûts dans le Bâtiment ou les Travaux Publics.
Un index BT est la moyenne pondérée des indices représentant les 6 postes
Index BT et Index TP
suivants : salaires et charges, matériel, matériaux, transport, énergie, frais
divers

Capacité pour un matériau d’accumuler de l’énergie calorifique et de la


Inertie thermique
restituer en un temps plus ou moins long.

La loi SRU impose un quota de 20 % de logements sociaux aux communes de


Loi SRU, Solidarité
plus de 3 500 habitants situées dans des agglomérations de plus de 50 000
Renouvellement Urbain
habitants.

Maison à énergie
Maison produisant davantage d’énergie qu’elle n’en consomme.
positive

Maison basse Maison dont la consommation en énergie primaire est inférieure ou égale à
consommation 50kWh/m2/an.

Maison conçue pour s’adapter au climat et à l’environnement. Elle profite


Maison bioclimatique des apports solaires et de la ventilation naturelle, conserve la fraîcheur en
été et limite ainsi ses besoins énergétiques.

Prestataire (en général l’architecte) qui coordonne l’ensemble des


Maître d’œuvre
professionnels intervenant sur un projet.

Maître d’ouvrage Terme utilisé pour désigner le client.

Marchés / Commandes
publiques et Etat, Collectivités locales, Société d’économie mixte, organismes d’HLM.
parapubliques

Marchés / Commandes Promoteurs, banques, sociétés d’assurances, particuliers, administrateurs de


privés biens.

THPE Très haute performance énergétique.

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 89


Bâtiment

Annexes

1. Manifestations importantes

Manifestations Dates, lieux et coordonnées

Novembre, biennal
Paris Expo Porte de Versailles
Batimat Reed Exhibition Companies
Salon international de la construction 52-54 quai de Dion-Bouton, 92806 Puteaux Cedex
Tél. : 01 47 56 50 00
www.batimat.com

Novembre, biennal
Paris Expo Porte de Versailles
Batinov
Reed Exhibition Companies
Regroupe 3 salons : BATINOV, EUROBOIS,
52-54 quai de Dion-Bouton, 92806 Puteaux Cedex
EUROTIPS
Tél. : 01 47 56 50 00
www.batimat.com

Février, biennal
Idéo Bain Paris Expo Porte de Versailles
Salon de la salle de bains Reed Exhibition Companies
interclima + elec 52-54 quai de Dion-Bouton, 92806 Puteaux Cedex
Semaine du Second œuvre technique et du Tél. : 01 47 56 50 00
bâtiment communicant www.interclimaelec.com
www.pro.ideobain.com

Novembre, Biennal
Paris Expo Porte de Versailles
Equip’Baie
Reed Exhibition Companies
Salon international de la fenêtre, de la
52-54 quai de Dion-Bouton, 92806 Puteaux Cedex
fermeture et de la protection solaire
Tél. : 01 47 56 50 00
En association avec metalexpo
www.equipbaie.com
www.metalexpo.com

2. Leaders d’opinion
 Monsieur Patrick BERNASCONI, Président de la Fédération Nationale des Travaux Publics

 Monsieur Bertrand DELCAMBRE, Président du Centre Scientifique et Technique du Bâtiment

 Monsieur Patrick LIEBUS, Président de la Confédération de l’Artisanat et des Petites


Entreprises du Bâtiment

 Monsieur Didier RIDORET, Président de la Fédération Française du Bâtiment

90 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012


Bâtiment

3. Logiciels et outils de gestion


De très nombreux logiciels professionnels afférents au bâtiment ou à la construction sont
disponibles sur le marché.

Logiciels Fonction

AG-BTP Gestion intégrée pour entreprise électricité


générale.

ARTPRO Gestion pour constructeurs de maisons individuelles,


promoteurs immobiliers.

ATAL-BATIMENTS ET PATRIMOINE Gestion demandes et interventions par métier du


bâtiment : gère homme, véhicule, stock et budget,
programmation, stats.

BATELEC Gestion modulaire des entreprises d’électricité.

– Gestion modulaire entreprise du BTP.


BATPRO
– Comptabilité générale, auxiliaire analytique et
– BTP budgétaire, multisociété, multidevise, gestion des
– COMPTA effets.
– PAYE – Gestion du personnel et des salaires adaptée pour
les entreprises de BTP de 50 à 600 salariés.

CAAD Gestion de chantiers pour le BTP et d'affaires pour


les sociétés de services.

CALCMET Base de données, calcul opérateur, métrés simples


ou couplés aux dessins et devis /
approvisionnements pour TCE bâtiment.

– ERP complet pour les entreprises du BTP. Gestion


CEGID commerciale, suivi de chantiers, compta, paie,
GRC.
– BUSINESS BTP
– Suivi économique des chantiers pour contrôler et
– BUSINESS GESTION DE
analyser l’activité de l’entreprise.
CHANTIERS
– Adapté aux entreprises BTP gérant un nombre
– GESTION DES CONTRATS important de contrats de maintenance et dont la
facturation est récurrente.

COFIPAIE Solution paies, salaires, gestion du personnel


spécifique aux métiers du BTP et du transport.

DEVILOG Gestion projets, devis, métrés, facturation, suivi de


chantier, maintenance, SAV, planning, négoce.

EBP BATIMENT PRO V14 Gestion des ventes et des achats, analyse de la
rentabilité des chantiers, suivi planning, gestion
d'affaires.

ESPACE ST Gestion des sous-traitants pour les entreprises


générales de BTP.

EVOLUBAT Gestion commerciale intégrée et comptable pour


négoce matériaux, produits bâtiment, vente
comptoir, libre-service.

FIDUCIAL BATIMENT Devis, suivi de chantiers, facturation, gestion


clients, statistiques.

GEPLOG AFFAIRE & E-BUSINESS PGI sous Oracle destiné aux PME du négoce, du BTP,
de la production à la commande ou à l’affaire.

GESTIONAFFAIRE BTP Gestion d’affaires BTP, projets et chantiers.

GIT GESTION Gestion et suivi financier des chantiers : situation,


bon de paiement, décompte, avancement, sous-
traitants.

INTEGRIX Progiciel ERP pour PME orienté industrie et BTP avec


option géolocalisation.

IXBAT – GESTION CHANTIERS Gestion de chantier : études, analyse consommation


et résultat, planification et prévision, gestion
financière et RH.

LSE BATIMENT Gestion BTP : bibliothèques, devis, situation,


factures, suivi de chantier, temps passés, etc.

METEOR PGI/ERP par affaires pour les secteurs du BTP,


négoce, industrie, et les métiers dit "corps d'état
technique du bâtiment.

© Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012 91


Bâtiment

METRIS Devis, métré et marché à bon de CDE pour les


artisans du bâtiment, les TPE, PME et collectivités
locales.

NAVIBAT La solution de gestion d'affaires des entreprises du


bâtiment.

ONAYA FACTURATION ERP/PGI - Logiciel de situation de travaux, facture,


facturation, DGD pour l'entreprise de Bâtiment
Travaux Publics BTP.
ONAYA ETUDES DE PRIX ERP/PGI BTP - Logiciel de devis Bâtiment BTP :
métré, déboursé, budget d'heures, devis client.

ONAYA SUIVI DE CHANTIER ERP Logiciel de gestion intégrée pour le suivi des
chantiers de l'entreprise de Bâtiment BTP : heures,
achats, etc.

ONAYA PAYE Gestion de la paye BTP ; Suivi de chantier : étude


d’exécution, achats, stocks, etc.

PAYE Paye 100% BTP, spécialiste de la paie pour les


entreprises du Bâtiment et des Travaux Publics BTP.

PENTAGONE 6 Etudes de prix et suivi de chantier, métré, devis,


budget, situations, planning.

PHOEBUS Gestion commerciale intégrée pour négoce


matériaux bâtiment.

PLANNING BTP Elaboration de planning de chantiers et de planning


d'activité avec gestion des ressources.

PRJ 2007 – DAO BTP ouvert sur l’extérieur par des modules
– DAO spécifiques, adaptables à tous les axes
professionnels.
– BATIMENT INDUSTRIEL
– DAO dédié aux bâtiments industriels et agricoles,
garages, chalets, etc.

PRODEVIS Chiffrage, devis, facture pour la menuiserie et les


fermetures du bâtiment.

PROCHANTIER Gestion chantiers temps réel. Etude de prix, devis,


facturation. Gestion personnel, parc matériel,
stocks, achats.

PROGAP-MBC MOBILITE DE CHANTIER Logiciel de pointage du personnel et suivi


d'avancement d'affaires fonctionnant sur pocket PC
2003 et 2005.

PROGAP-WIN ETUDES DE PRIX GESTION Gestion de bibliothèques de prix, déboursés, devis,


budgétisation d'affaire, gestion de chantier (bilans),
facturation.

PROGIB Gestion commerciale et de production d’une


entreprise du bâtiment. Version Lutin pour les
artisans, Master pour les PME.

SAGE METRICOM 100 Solution de CAO/DAO dédiée bâtiment avec fonction


de métré et lien avec solution de devis.

SCHEMBAT Logiciel de CAO pour les études du câblage des


bâtiments, pieuvres et tertiaire.

SOLUTION BATIMENT Conception de devis et suivi de chantiers.

STOCKS Gestion des stocks en BTP, en relation avec le


progiciel de devis ATB2007.

VISU BTPM Concessions-loueurs matériels BTP, industriels et


manutention. Gestion de parc. Maintenance
industrielle. Garage PL.

WIN-PARC PROGAP-WIN GESTION MATERIEL Gestion du parc matériel BTP (véhicules, engins,
matériel non roulant), bons de mouvement,
facturation chantiers, etc.

Source : CXP 7

NB : Cette analyse sectorielle, achevée d’imprimer en décembre 2012, a été réalisée à


partir des informations connues et arrêtées en octobre 2012.

7
CXP est une société spécialisée dans les systèmes d’informations à base de progiciels. www.cxp.fr.

92 © Ordre des Experts-Comptables – Analyse sectorielle TPE – Octobre 2012