Vous êtes sur la page 1sur 6

Partie 1 : GENERALITE

Chapitre 1 : Présentation de projet d’étude

I. Présentation de l’organisme d’accueil


1. Profil de l’entreprise

Bureau d’études en ingénierie, G.C.I.M rassemble des compétences dans les métiers de
l’eau, de l’environnement, de l’énergie, des Mines et de l’aménagement du territoire, aussi
bien au niveau national qu’international, notamment en Afrique.

Créé en 2008 et placé sous la tutelle de Mr Mohammed Karim JBILOU,


Groupement des Consultants et Ingénieurs du Maroc est un bureau d’études techniques
basé à Rabat, considéré juridiquement comme une société anonyme à responsabilité limitée.

Actuellement, grâce aux moyens et aux compétences déployés, le bureau d’études


est reconnu pour sa grande maîtrise dans les études conception des barrages, les
aménagements hydrauliques et les études d’impact environnementaux.

Depuis sa création, G.C.I.M a pu acquérir une expérience et un savoir-faire


permettant de lui offrir une place de choix parmi les B.E.T les plus performants au niveau
national.

2. Secteur d’activité

Le B.E.T « G.C.I.M » est spécialisé dans les études de génie civil, d’hydraulique,
gestion des ressources en eau, géosciences, mines et environnement. Il intervient à toutes les
phases d’étude : les études de faisabilité, les études avant projet, les études d’exécution.

« G.C.I.M » dispose d’une équipe d’ingénieurs et techniciens et assure les prestations


suivantes :

 Etudes géotechniques pour la construction des lacs collinaires et digues au

Maroc et en Afrique ;

 Définition et suivi des travaux de reconnaissances géotechniques des fondations

(Barrages d’eau, barrages à stériles, infrastructures minières…) ;

 Inventaire et études géotechniques des gisements pour matériaux de construction des

grands projets de génie civil (barrages, mines, carrières) ;

 Etudes de confortement des talus et falaises rocheuses ;


 Calcul de stabilité de plusieurs ouvrages (murs de soutènement, digues, fondations
profondes et superficielles, talus) ;
 Etude sur la gestion environnementale des carrières et élaboration des SIG ;
 Dimensionnement des structures des chaussées ;
 Assistance technique des projets de VRD ;
 Assistance technique des projets de petits et moyens ouvrages hydrauliques ;
 Assistance technique des projets d’aménagement hydraulique pour la protection

contre les inondations ;

II. Définition de la problématique


1. Objectif de projet

Le projet a pour but une étude détaillé d’un barrage a stérile minier, le plus proche
possible de l’usine de traitement et permettant d’assurer son fonctionnement pour une période
de 9ans. L’étude ne concerne pas seulement la conception, le dimensionnement et l’analyse de
la stabilité de la digue, mais elle servira aussi comme un outil d’aide à la décision concernant
plusieurs variantes : que se soit sur le choix de site adéquat, le choix de type de barrage et la
méthode optimale de construction

Tableau1 :

2. Situation géographique et occupation des sols


3. Contexte géologique
4. Contexte hydrogéologique
5. Contexte climatique

Chapitre 2 : Barrage d’eau et Barrage de stérile

I. Définition général d’un barrage

Un barrage est un « Ouvrage au travers des cours d'eau, en vue d'y prélever une part
plus ou moins importante du débit » mais qui sert aussi à "la régulation des débits réclamée
par l'agriculture", à "la production d'électricité" et à la "protection contre les crues, la
navigation, l'alimentation en eau potable, les usages industriels, le tourisme et les loisirs »

II. Typologie

On distingue plusieurs types de barrage en fonction de type de l’ouvrage et en fonction


de la destination du barrage.
Selon la destination final du barrage on distingue :

 L'alimentation en eau potable ;


 La production d'énergie électrique ;
 L’irrigation des terres agricoles
 La protection contre les crues
 La décantation et/ou le stockage de résidus miniers ou industriels :ce type qu’on
détaillera par la suite

Selon les matériaux utilisés, les barrages peuvent être classés en deux grandes catégories :
-les barrages rigides
-les barrages souples
1. Les barrages rigides

Les barrages rigides sont des structures en béton, on les choisi pour les raison suivant :

 Nécessité d’une fondation rocheuse de bonne qualité;


 Nécessité d’évacuer des crues importantes ;
 Présence de fonctions hydrauliques complexes dans l’ouvrage (ouvrage vanné
pour assurer, par exemple, l’évacuation des sédiments et garantir la pérennité de la
retenue, vidange de fond de fort débit) ;

Incertitude sur l’hydrologie : les ouvrages rigides sont généralement moins sensibles

au déversement que les ouvrages en remblai. Sur les sites où il y a une grande

incertitude sur les crues, les variantes rigides sont souvent avantageuses (limitation

des ouvrages de dérivation provisoire et plus grande sécurité vis-à-vis du risque

hydraulique). Il faut toutefois noter que la stabilité des petits barrages poids est très

sensible au niveau des plus hautes eaux.

Même si ces raisons citées se présentent, il y a deux conditions requises pour pouvoir
projeter un ouvrage rigide :

La première condition porte sur la qualité de la fondation : un barrage rigide


nécessite une fondation rocheuse de bonne qualité.

La deuxième exigence pour construire un ouvrage rigide est de disposer, dans des
conditions économiques acceptables, de granulats de bonne qualité nécessaires à sa
construction dans un rayon limité. Ces zones d’emprunt sont en général les ballastières
de l’oued ou les carrières (souvent calcaires).

On peut classer les barrages rigides en catégories :


Les barrages poids en béton

Le barrage poids résiste à la poussée de l’eau et aux sous pressions grâce à son propre
poids. La surface en contact avec le réservoir (face amont) est généralement verticale, alors
que la face aval s'incline graduellement en se rapprochant du sol. Etant donné que les
pressions sont plus importantes près de la fondation, il est généralement de profil triangulaire.
Son poids doit être suffisant pour qu’il ne glisse pas sur sa fondation et ne bascule sur lui-
même.

Les barrages-poids en béton sont soit en béton conventionnel vibré, soit en béton
compact au rouleau (B.C.R).

L’exothermie de la réaction d’hydratation du béton en BCV conduit pendant la


prise à de fortes augmentations de température du béton et à un risque de fissuration lors du
refroidissement. Ils sont pour cette raison construits par plots de dimensions horizontales
courantes 15 x 15 mètres nécessitant la mise en œuvre de nombreux joints de
contraction, transversaux et longitudinaux .

la technique de BCR est largement utilise au Maroc, il consiste a mettre en place le


béton a faible dosage en ciment (70 a 150 kg /m ) et a le compacter avec le rouleau vibrant,
en utilisons les technique de terrassement .l’avantage majeur de cette technique est la rapidité
d’exécution, cependant il n’assure pas la fonction d’étanchéité d’où l’utilisation d’un masque
amont généralement en BCV.

Barrage voûte

Résiste grâce à sa forme a la poussée de l’eau, qu’il reporte sur les terrains d’appuis en
rive ou en thalwegs. Constitué d’une voûte parfois très mince, à simple ou à double courbure,
le barrage voute transmet au rocher d’appui nettement plus élevé au autre type de barrage. Ce
type exige une vallée étroite et fondation rigide

Barrage à contrefort

Résiste par son poids et sa forme. Constitue d’un voile a l’amont qui report la pousse de
l’eau sur les contreforts, il utilise moins de béton que les barrages poids.

2. Les barrages souples

Les barrages souples en terre peuvent être construits avec des matériaux de
caractéristiques très divers allant de l’argile très fine à des éléments très grossiers ou même
des roches altérées facilement compactées. L’utilisation d’un matériau ou d’un autre dépend
de la disponibilité dans la zone d’emprunt.
Un barrage en remblai est constitué en général de six éléments :

 Un organe d’étanchéité : constitué d’un matériau imperméable habituellement noyau

argileux, masque amont ...

 Recharges (amont et aval) : remblai situé à l’aval et à l’amont de l’écran


interne d’étanchéité dans un barrage en terre ou en enrochement.
 Riprap : couche d’enrochement ou de blocs préfabriqués disposée en vrac à l’amont
du barrage.
 Filtres : matériau dont la granulométrie est telle que les particules fines ne puissent
pas migrer vers les zones drainantes.
 Drains : ils drainent les eaux de fuites vers l’aval à l’extérieur de l’ouvrage.
 Risbermes : décrochement horizontal sur le talus d’un barrage en remblai.

Les barrages souples présente l’avantage qu’ils sont moins sensible au tassement et
séisme, cependant leurs inconvénient réside la difficulté de réparation et la sensibilité au crues
d’où la nécessité d’une revanche importante.

Quel que soit la composition du barrage en terre, on distingue trois schémas différents :

Barrage zone a noyau

Le massif est divisé en plusieurs zones, chacune étant constituée d'un matériau différent,
en fonction du rôle qu'elle joue. L'étanchéité est assurée par un noyau d'argile très
imperméable, qui peut être central ou incliné vers l'amont. Le plus souvent il se poursuit en
fondation pour former une tranchée étanche.

Lorsqu’on ne dispose que de matériaux hétérogènes dans la zone d’emprunt, on ne peut


pas concevoir un barrage homogène. En revanche, on construit une digue en plusieurs
zones constitués de matériaux différents chacune jouant un rôle spécifique. Le rôle de
l’étanchéité est assuré par le noyau et les recharges permettent de stabiliser le barrage.

Pour protéger le noyau les filtres doivent satisfaire aux conditions suivant de terzaghi

 Condition de permutabilité D15,filtre ≥ 5D15 ,noyau


 Condition de rétention D15, filtre ≤ 5D85 ,noyau

Barrage homogène

Il est constitué de matériaux permettant d’obtenir après compactage des


conditions d’étanchéité et de stabilité satisfaisantes. Il comporte en outre un drainage dans sa
partie aval et une protection mécanique en amont. A moins d’avoir des zones
d’emprunt d’argile en qualité en quantité requise . c’est le type e barrage le plus facil a
realiser.

Barrage à masque amont

Ce sont des ouvrages–poids dont les matériaux constitutifs sont essentiellement des tas
de gros cailloux. La résistance à la poussée de l’eau est assurée par le poids du massif, le
masque amont est une paroi étanche reposant sur une couche d’éléments fins drainant (et peut
nécessiter, suivant sa nature, une couche de protection) dans la partie amont du barrage. Il
existe de nombreuses natures de masque étanche telles que béton de ciment ou bitumineux,
chapes préfabriquées, membranes souples etc.

Le masque amont présente l’avantage de pouvoir être exécuté après l’édification du


remblai et de pouvoir être réparé aisément. Cependant, il est exposé aux agressions
extérieures (mécaniques ; thermiques…). Enfin, comme dans le cas du barrage à noyau, le
masque amont doit être prolongé s’il y a lieu, par une coupure étanche dans les fondations du
barrage.

III. Les barrages à retenus de stériles