Vous êtes sur la page 1sur 5

TS1 DM5 22/01/2007

Exercice n°1. Comportement d'un condensateur.


1ère partie
dqA
1. i = = I → qA(t) = It + qA(0). Le condensateur est préalablement déchargé qA(0), donc
dt
qA(t) = It. A la date t = 5,0 s. qA(t) = 20×10-6×5 = 1,0×10-4 C = 10 mC.
I I
2. qA(t) = CuAB(t) = It → uAB(t) = uC(t) = t. uC (t) est une fonction linéaire du temps. est le
C C
I ∆u 20
coefficient directeur de la droite représentative de la fonction → = C = = 4,0V.s-1. Donc
C ∆t 5
−6
I 20×10
C= = = 5,0×10-6 F = 5,0 µF.
∆uC 4,0
∆t
3. La valeur indiquée par le constructeur est C = (4,7 ± 0,5) µF → 4,2 µF  C  5,2 µF. La valeur
obtenue est en accord avec la tolérance du constructeur.
2ème partie
1. Loi des tensions : E = uR + uC
i(t)
Loi d’Ohm : uR = Ri
C
q dq du
uC(t)
Aux bornes du condensateur : i = et q = CuC donc i = C C. Soit
E dt dt
du
uR(t) E = uR + uC = Ri + uC → E = RC C + uC
dt
duC
2. uC = A(1 – e – αt) → = Aαe-αt . En remplaçant dans l’équation :
R dt
E = RCAαe-αt + A(1 – e – αt) = RCAαe-αt + A - Ae-αt →
Aαe-αt (RCα -1) + (A - E) = 0
Solution de l’équation si ∀ t (A - E) = 0 et (RCα -1) = 0. Soit A = E et α = 1 .
RC
 −
t

3. uC (t ) = E 1 − e RC  , donc : lim uC(t) = E = 20 V (À partir graphe n°2)
t→G
 
4. La méthode d'Euler permet de calculer, pas à pas, les valeurs de uC et de à intervalles de temps
réguliers choisis ∆t. Si ∆t est considéré comme suffisamment petit dans le cadre de l'expérience,
on peut écrire :
 du 
uC(t + ∆t) = uC(t) +  C  ×∆t . On choisit ∆t = 50 ms.
 dt  t
 du  E uC(0) E 20 -1
a)  C  = - = = 3 -6 = 193V.s
 dt 0 RC RC RC 22×10 ×4,7×10

06 07 DM5 Page 1 / 5
TS1 DM5 22/01/2007

b)

t (ms) 0 50 100 150

 du   du 
 du  uC(50) +  C  × ∆t uC(100) +  C  × ∆t
uC(0) +  C  × ∆t  dt  50  dt  100
uC (t) (V) 0  dt  0
9,67 + 99,5×50.10-3 14,6 + 51,3×50.10-3
0 + 193×50.10-3 = 9,67 V
= 14,6 = 17,2
 duC  E uC(50)  duC  E uC(100)  duC  E uC(150)
 dt  = -   = -  dt  = -
du C  50 ms RC RC  dt 100 ms RC RC  150 ms RC RC
(V.s-1) 193
dt 9,67 14,6 17,2
= 193 - = 99,5 = 193 - = 51,3 = 193 - = 26,0
0,103 0,103 0,103
5.
a) Plus le pas ∆t est petit, plus la courbe obtenue par la méthode d’Euler se rapproche de la
courbe théorique.
b) Quels sont les avantages et les inconvénients d'avoir un ∆t très grand ou très petit ?
Pas très petit Pas très grand
Courbe très proche de la courbe
Avantage Peu de calculs
théorique
Courbe éloignée de la courbe
Inconvénient Nombreux calculs
théorique

c) Il faut ∆t très inférieur à la constante de temps τ = RC.


6. τ = RC
uC (τ ) = E (1 − e −1 ) = 0, 63E = 12, 6 V . La tangente à l’origine à la courbe uC(t) coupe l’asymptote
τ 0,10 -6
uC = E à la date t = τ. Graphiquement : τ = 0,10 s. C = = 3 = 4,5×10 F = 4,5 µF.
R 22×10
Pourcentage d’écart avec la donnée constructeur : 4 %.

7.
a) R’ > R .La durée de la décharge du condensateur est supérieure à celle de la charge.
b) La constante de temps du circuit lors de la décharge est égale à R'C.

06 07 DM5 Page 2 / 5
TS1 DM5 22/01/2007

Exercice n°2 : Dipôle RC.

1.
i(t) C
q a) Loi des tensions : E = uR + uC
E uC(t) Loi d’Ohm : uR = Ri
dq du
uR(t) Aux bornes du condensateur : i = et q = CuC donc i = C C.
dt dt
Soit
R duC duC u
E = uR + uC = Ri + uC → E = RC + uC → =- C +
dt dt RC
E
RC
1 E
b) Equation différentielle de la forme y’ = ay + b avec a = - et b = . Les solutions sont
RC RC
E
t t
− −
de la forme y(x) = keax -b/a donc : uC (t ) = ke − RC = ke RC + E . En supposant le
RC
 1 
− 
 RC 
condensateur non chargé à la date t = 0 s. uC(0) = k + E = 0 → k = -E . D’où
c) Calculer la constante de temps τ = RC = 2,40×103×2,20×10-6 = 5,28×10-3 s = 5,28 ms.
d)
uc (V)
15

12

0
0 5 10 15 20 25 t (ms)

t
E − uC E − RC
e) E = Ri + uC → i = = e
R R
2 2
1  −
t
  −
t

2. Ee(t) = ½ C u²C = C E 2 1 − e RC  ; Ee(t) = Eemax 1 − e RC  .
2    
2
Ee(t)  t
 Ee(τ)
= (1 − e −1 ) = 0,40.
− 2
=  1 − e RC
 . A la date t = τ, E
Eemax   emax

06 07 DM5 Page 3 / 5
TS1 DM5 22/01/2007
3. Le courant de décharge est de sens contraire au courant de charge et s’annule lorsque le
i
condensateur est déchargé.

0 t

Courbe 3

Exercice n°3 .
Deux solutions S1 et S2 de même concentration C1 = C2 = 1,00.10-2 mol.L-1 d’acides HA1 et HA2
ont pour pH respectifs, pH1 = 2,90 et pH2 = 3,44.
1.
a. C’est celui dont la solution de concentration C possède le pH le plus faible, donc HA1.
x1éq 10−pH1 10−2,90 x2éq 10−pH2 10−3,44
b. τ1 = = = −2 = 12,6 % ; τ2 = = = = 3,6 %
xmax C 1,00.10 xmax C 1,00.10−2
c. Le couple de l’acide le plus fort possède le pKA le plus faible. HA1 : Acide formique. HA2 :
Acide propanoïque.

2. 3,75

HCO2H HCO2-

C2H5CO2H C2H5CO2- pH

4,87

3. Oui si pH ∈ 3,75; 4,87 .


4.
a. C2H5CO2H (aq) + HCO2-(aq) = HCO2H(aq) + C2H5CO2-(aq)
HCO2H (éq)× C2H5CO2- (éq) KA’’ 10−pKA’’
K= = = = 10(pKA’-pKA’’) = 7,59×10-2 .
C2H5CO2H (éq)× HCO2− (éq) KA’ 10−pKA’
équation de la réaction HA2(aq) + A1–(aq) = HA1(aq) + A2–(aq)
état du système avancement n(HA2) n(A1–) n(HA1) n(A2–)
état initial 0 CV CV 0 0
état final xéq CV − xéq CV − xéq xéq xéq
xéq²
HCO2H (éq)× C2H5CO2 - 2V 2
  xéq  xéq 
K= (éq)
= =   →  = K→
C2H5CO2H (éq)× HCO2- (éq) CV − xéq ² CV − xéq CV − xéq
 
 2V 

06 07 DM5 Page 4 / 5
TS1 DM5 22/01/2007
7,59×10-2×10×10-3×10×10-3
xéq = KCV - K xéq → xéq = KCV = = 2,16×10-5 mol.
1+ K -2
(1+ 7,59×10 )
xéq
xmax = CV= 1,0×10-4 mol → τ = = 21,6 %. La réaction n’est pas totale.
xmax

b. pH = pKA’ + log
A1– éq
= pKA’ + log
(CV − xéq) −4 −5
= 3,75 + log (1,0×10 − 2,16−5×10 )
A1H éq xéq 2,16×10
pH = 4,31.
Exercice n°4 .

1.
a. Oui car le titre massique est t = 1,0 g.L -1 < s = 2 g.L -1.
n(C6H5CO2H ) m 0,50
b. C = = = = 8,20×10-3 mol.L-1
V MV 122×0,500
c. C6H5CO2H(aq) + H2O(ℓ) = C6H5CO2- (aq) + H3O+(aq) .
d. Le pH < pKA, l’acide prédomine.
e.

équation de la réaction C6H5CO2H(aq) + H2O(ℓ) = C6H5CO2- (aq) + H3O+(aq)

état du système avancement n(C6H5CO2H) n(H2O) n(HA1) n(A2–)


état initial 0 CV bcp 0 0
état final xéq CV − xéq bcp xéq xéq

f. xéq = [ H3O+](éq)V = 10-pH×V = 10-3,2×0,500 = 3,15×10-4 mol.


[H3O+](éq)×[C6H5CO2- ](éq) 10-2pH = 10-6,4
KA = = = 5,26×10-5
[C6H5CO2H](éq) (C - 10-pH) (8,20×10-3-10-3,2)
g. pKA = - log KA = 4,27
x 10-pH 10−3,2
h. τ1 = éq = = = 7,7 % . La réaction est peu avancée.
xmax C 8,2×10−3
2.
Ke 10-14
a. [H3O+]f = 10-pH = 10-4,2 = 6,3×10-5 mol.L-1 ; [HO-]f = + = -4,2= 1,6 ×10-10 mol.L-1
[H3O ]f 10
b. C6H5CO2- (aq) + H3O+(aq) = C6H5CO2H(aq) + H2O(ℓ)

c. pH = pKA + log
[ B] éq = pKA →
[ B] éq = 1 L’acide benzoïque très peu soluble dans l’eau
A éq A éq
précipite
[ C6H5CO2H](éq) 1
d. K = = = 104,2 = 1,58×104.
[H3O ](éq)× C6H5CO2- (éq)
+ KA

06 07 DM5 Page 5 / 5