Vous êtes sur la page 1sur 2

CHUTE de TENSION

Mathématiquement, vous avez raison (encore que : ?), Néanmoins vous avez d’autres paramètres à prendre
en compte si vous voulez que votre raisonnement soit correct. Je vais tenter de vous répondre
complètement sur le sujet.

N’oubliez pas que le but à atteindre est que votre installation électrique doit fonctionner correctement. Ce
qui risque de ne pas être le cas dans l’éventualité d’une chute de tension égale à 18% !

Vous devez aussi respecter d’une part les données normatives (Limites imposées par la NFC 15-100 par
exemple) et d’autre part les règles d’installation des fournisseurs (Moteurs et appareils d’éclairage par
exemple). In fine, je pourrais ajouter ici les limites imposées par le CCTP (Cahier des charges : Cahier des
Clauses Techniques Particulières)

Hormis les réseaux publics BTA ou vous n’avez pas la maîtrise de la tension à l’origine de votre installation
(aucun moyen de réglage), il n’en est pas de même pour un usager raccordé à un réseau Public HTA et
propriétaire de son transformateur. En règle générale les transformateurs HTA/BTA standards actuels
sont munis d’un régleur hors charge. Aujourd’hui la plage de réglage est égale ±2,5% (Commutateur de
réglage à 3 positions +2,5% - 0 - -2,5%). Il vous appartient donc d’ajuster la position du commutateur en
fonction de la tension primaire et de la tension secondaire souhaitée. Compte tenu de ce qui vient d’être dit,
voici résumé les diverses dispositions à respecter :

8.1 Limites imposées par la norme NFC 15-100

8.1.1 En fonctionnement normal (Circuits établis)

Utilisations Abonné BTA Poste privé


Eclairage 3% 6%
Autres usages – Force Motrice 5% 8%

Remarque N°3 : En ce qui concerne les installations raccordées à un réseau public BTA. Le distributeur
admet que la chute de tension entre l’origine (Poste HTA/BTA de l’EDF par exemple) et l’abonné (point de
livraison) n’excède pas 3%. Vous remarquerez que les contraintes imposées au distributeur sont similaires à
celle d’un abonné ayant un poste privé.
Remarque N°4 : Les limites imposées par la NFC 15-100 s’appliquent à partir du point de livraison de
l’abonné.

Les constructeurs garantissent les performances des moteurs asynchrones pour une variation de tension de
± 5% par rapport à la valeur nominale.

Performances affichées du constructeur LEROY SOMER dans le respect des tolérances (±5%)

Tension Un 0,95 × U n 1,05 × U n

Couple de démarrage CD 0,88 × CD 1,12 × CD


Couple maximum CM 0,88 × CM 1,12 × CM
Glissement g 1,13 × g 0,9 × g

Courant à pleine charge IN 1 à 1,05 × I N 0,95 à 1 × I N

Courant de démarrage ID 0,95 × I D 1,05 × I D

Extrait du document : « Choix d’un moteur asynchrone »

Jean-Marie BEAUSSY Page 1 03/04/2008


L:\Forum Résélec\Chute de tension 3.doc
CHUTE de TENSION

8.1.2 En phase de démarrage (Moteurs asynchrones) ou d’allumage (lampes à décharge)

Force motrice (démarrage direct standard) Eclairage (lampes à décharge compensées)

∆U (%) cosϕ Id Durée ∆U (%) cosϕ Id Durée maxi

-10% à –15% 0,3 à 0,35 2 à 7In 3 à 10s -7% 0,85 1,5 à 2In ≤ 12mn

Remarque N°5 : Sans rentrer dans les détails, il est vivement recommandé de respecter les limites des
chutes de tension indiquées ci-dessus en fonctionnement établi, Je vais conclure en vous disant que lorsque
la chute de tension de tension est supérieure à 3%, il y a de forte chance que les conditions de protection
contre les courts-circuits et à fortiori contre les contacts indirects ne soient pas respectées (la
démonstration de cette condition sort du cadre de votre question). Cette condition est encore plus sévère
dans les schéma ITSN et ITAN.

Jean-Marie BEAUSSY Page 2 03/04/2008


L:\Forum Résélec\Chute de tension 3.doc